Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le concours de la Conférence

Voilà un thème que je m'étais promis d'aborder il y a longtemps. La proximité du troisième tour me fournit la circonstance idéale.

Il est dans notre Barreau une tradition, reprise dans beaucoup de barreaux de province, celle de la Conférence du Stage.

L'intitulé est assez abscon, et quand vous saurez qu'en plus les lauréats portent tous le titre de secrétaire (même le trésorier), vous commencerez à comprendre qu'il y a dans ce vocabulaire pompeux qui ne veut rien dire un hommage à l'art que cette conférence a pour vocation de promouvoir et entretenir : la rhétorique verbale.

En fait, ces termes ont une raison historique.

Certes, on y parle beaucoup, mais là n'est pas l'origine du mot "conférence". Sous l'ancien régime, les avocats tenaient des réunions professionnelles appelées conférences. Elles s'appelaient toutes ainsi quand bien même leurs fonctions étaient différentes. Les conférences disciplinaires étaient les ancêtres des réunions du Conseil de l'Ordre, organe régulateur et sanctionnateur. Les conférences de doctrine étaient ce que nous appelons aujourd'hui la formation continue.

Ce sont les conférences d'études qui ont donné naissance à l'actuelle Conférence du stage. Ces réunions étaient organisées par les jeunes avocats pour débattre ensemble des questions de droit, au titre de leur formation générale. Ces conférences prenaient notamment la forme de procès simulés, ce qui remplissait un double rôle : former le jeune avocat à l'art de la plaidoirie, et étudier des dossiers réels soumis aux conférences de charité (ancêtre de l'aide juridictionnelle sauf qu'à l'époque, l'avocat plaidait gratuitement) afin de voir si la cause était suffisamment juste pour mériter d'être défendue pro bono (expression latine signifiant "pour le bien", le terme gratuit étant considéré comme obscène chez les avocats).

Je ne doute pas que dès cette époque mes jeunes confrères avaient déjà un esprit dissipé et que la fantaisie devait déjà être fort présente, quoiqu'encore officieuse.

Au XIXe siècle, l'organisation de ces conférences, devenues obligatoires, sera confiée à des jeunes avocats permanents, portant le titre de secrétaires (puisque l'essentiel de leur travail sera de la rédaction sous la direction du Bâtonnier) de la Conférence (les autres conférences ayant disparu sous leur forme ancienne).

Leur nombre est fixé à douze en 1835, et la durée de leurs fonctions limitée à un an en 1844.

En 1852, le concours de la conférence est institué pour désigner les douze secrétaires de l'année suivante. Au fil du temps, à Paris, les secrétaires vont s'accaparer ce concours dont ils décident qui sont les lauréats, le Conseil de l'Ordre ne faisant qu'entériner leur décision (ce n'est pas le cas pour les conférences du stage des autres barreaux, où les secrétaires sont moins nombreux, généralement deux ou trois). Cela s'accompagnera d'un glissement de sujets strictement juridiques vers des sujets plus absurdes, ce d'autant que la profession d'avocat va être soumise à une condition de diplôme qui assure que tous les porteurs de robe sont des techniciens du droit.

Enfin, la période de formation qui débute l'exercice de la profession s'appelle "le stage". la Conférence s'adressant à ceux-ci, c'est naturellement qu'elle a pris le nom de Conférence du Stage.

Ce concours existe encore aujourd'hui.

NB : ce qui suit n'est valable que pour le Barreau de Paris.

Il se déroule sur trois tours.

Le premier tour se décompose en 24 séances, étalées de janvier à juin. Chaque secrétaire en organise donc deux. Il se tient chaque lundi à 19h30, salle haute, dite Salle de la Conférence, bibliothèque de l'ordre, au palais de justice. L'entrée est libre, et ouverte à tous (j'insiste sur ces termes).

Chaque séance est présidée par le Bâtonnier ou un avocat qui le représente, et reçoit un invité auquel les deux sujets de la séance rendent hommage.

Par exemple, Véronique Vasseur, ex médecin-chef de la prison de la Santé, a-t-elle inspiré le sujet suivant : "le travail, est-ce la Santé ?", ou Monseigneur Vingt-Trois, archevêque de Paris, a-t-il donné lieu à "Sommes nous tous des numéros ?"

Les sujets sont publiés quinze jours à l'avance. Les candidats passent dans l'ordre des sujets, l'affirmative d'abord suivi de la négative.

Chaque candidat est applaudi, parfois par courtoisie, d'autres fois par enthousiasme. Jamais les discours ne sont commentés ou corrigés.

Une fois tous les candidats passés, le secrétaire organisateur de la séance lit à son tour un discours, intitulé "rapport", qui est un mélange des deux sujets.

Puis la parole est donnée à l'invité pour quelques mots, qui peuvent parfois être de véritables discours en eux même (je me souviens d'une séance où l'invité était Jean-Yves Montfort, président de la 17e chambre du tribunal, récemment muté à la cour d'appel de Versailles, qui fut une merveille d'esprit et d'humour).

Enfin, les secrétaires font des annonces liées à la vie de la conférence (prochains sujets, dates de Berryer, sujets de petite conférence - j'explique plus bas ce que c'est).

La séance est levée, les secrétaires vont tous remercier les candidats individuellement, peu important la qualité de leur discours, et se retirent ensuite entre eux pour délibérer.

Le second tour a lieu fin septembre, se tient sur trois jours et oppose les 36 meilleurs candidats du premier tour.

C'est un tour d'improvisation : le sujet est imposé aux candidats, de même que la position qu'ils soutiennent, et leur est communiqué cinq heures avant l'épreuve. Les sujets de cette année sont sur cette page. Chaque sujet est donc traité une seule fois, une fois par l'affirmative, une fois par la négative. A l'issue, douze candidats sont éliminés.

Le troisième tour a lieu fin octobre (cette année, ce sera les 17,18 et 19 octobre, à 19h30 sauf le 19 à 18 heures). Il oppose les 24 candidats restants, qui reçoivent leur sujet, tout aussi imposé, cinq jours avant. C'est un concours de très grande qualité, puisque ce sont les meilleurs qui restent (sur les 120-150 candidats qui s'affrontent au premier tout). N'hésitez pas à y aller.

Les secrétaires se retirent ensuite pour délibérer, traditionnellement dans un palace à l'étranger, ces lieux étant notoirement propices à la réflexion. C'est généralement là que les amitiés se brisent, les débats pour savoir qui sera lauréat pouvant être houleux et passionnés.

La liste est ensuite publiée, chaque secrétaire ayant un ordre qui définira ses fonctions dans la nouvelle promotion. Il ne s'agit pas de l'ordre d'arrivée, chaque secrétaire cooptant son successeur parmi les lauréats, et pas dans l'ordre arithmétique.

Premier secrétaire : primus inter pares, c'est généralement le candidat le plus brillant qui est nommé à ce poste. Il est chargé de représenter la Conférence auprès du Bâtonnier de l'Ordre, des différentes autorités et des représentations d'avocats françaises et étrangères. Il prononce un discours faisant l'éloge d'un avocat, lors de la rentrée solennelle de la Conférence du Stage et du Barreau de Paris, en novembre.

Deuxième secrétaire : C'est le bras droit du Premier dans sa mission de représentation à l'étranger, le deuxième Secrétaire est aussi le "Fou du Roi", le plus fantasque des secrétaires. Il prononce aussi un discours lors de la Rentrée de la Conférence sur un grand procès.

Troisième secrétaire : Il est chargé des relations avec la presse et les magistrats. C'est lui qui ouvre le concours en organisant la première séance du premier tour.

Quatrième secrétaire : il est chargé de l'organisation des conférences Berryer, que mes lecteurs connaissent bien. Théoriquement, il y en a une par mois, chaque secrétaire devant subir cette épreuve au moins une fois (en pratique, c'est rarissime).

Cinquième secrétaire : Il est chargé des questions relatives à la défense des minorités.

Sixième secrétaire : En charge des relations avec les barreaux étrangers.

Septième secrétaire : Chargé des relations avec les Barreaux francophones. Il assiste donc le sixième, un dicton en vogue chez les septièmes dit d'ailleurs qu'il n'y a pas de bon sixième sans bon septième.

Huitième secrétaire : Il est responsable du site web de la Conférence et de l'organisation du colloque de la conférence, institution qui me paraît être tombée en désuétude.

Neuvième secrétaire : Il organise la Petite conférence, qui se tient à dates variables au sein de l'Ecole de Formation du Barreau pour les élèves avocat, qui leur fait passer des simulations du concours sur des sujets déjà tombés. Un retour aux sources, en somme. Il organise également le prix Taittinger, une joute oratoire opposant magistrats et avocats.

Dixième secrétaire : Il est en charge de la défense pénale, et notamment des permanences des secrétaires.

Onzième secrétaire : Gardien des traditions, il organise le concours de la Conférence.

Douzième secrétaire : C'est le trésorier de la Conférence et organisateur des sorties officielles et agapes officieuses de la Conférence.

  • Bon, c'est bien beau, mais des secrétaires, à quoi ça sert ?

Les secrétaires de la conférence incarnent et représentent le jeune barreau (tous ont moins de 35 ans et moins de 5 ans de barreau). Ils sont principalement en charge de la défense pénale d'urgence et ont le monopole des désignations en matière criminelle, que ce soit pour les instructions ou les cours d'assises. Ils ont également le monopole des dossiers de comparution immédiate quand le prévenu a demandé un délai pour préparer sa défense et qu'aucun avocat n'a pu être désigné à temps.

De manière générale, quand un dossier épineux se présente, ça tombe sur eux.

Gérer ce sacerdoce quand on est un avocat collaborateur comme le sont tous les avocats débutants n'est pas une sinécure.

Régulièrement, des confrères grognent contre ce qu'ils présentent comme une coterie de privilégiés, chouchoutés par le Bâtonnier et trop coûteux pour le Barreau, ou une survivance obsolète d'un autre temps.

Je n'en suis pas, et je ne dis pas ça parce que certains me lisent assidûment. Je trouve heureux qu'une institution fasse la part belle à des jeunes avocats en les mettant ainsi en avant en en faisant des représentants officiels du Barreau. Leur rôle dans la défense pénale est irremplaçable, et nécessite l'énergie et la disponibilité de la jeunesse.

Et ce concours d'éloquence donne lieu à des moments de grâce qui sont des perles dans ce superbe écrin qu'est le palais.

N'hésitez pas à aller applaudir les candidats du troisième tour. Vous assisterez à un beau moment, dans un lieu superbe. Et vous comprendrez sans doute la valeur de la Conférence.

Pour une histoire détaillée de la Conférence, cliquez ici.

PS : A la question « Suis-je moi même secrétaire ou ancien secrétaire de la Conférence ? », j'opposerai un silence mystérieux et inébranlable, n'insistez pas.

La discussion continue ailleurs

1. Le lundi 17 octobre 2005, 23:28 par Antoine Viau, NiceWheel, technologie PAWA

J'ai testé pour vous : le concours de la Conférence

Avant tout, un petit résumé des règles. Il se passe en plusieurs tours. J'ai assisté à la première session (sur trois) du dernier tour, qui se déroule avec douze candidats. Dans cette dernière session, ce sont des duels autour d'une question...

Commentaires

1. Le jeudi 13 octobre 2005 à 21:55 par anthony

Superbe faute d'haurtograffe sur "arythmetique" Maitre ;-)

2. Le jeudi 13 octobre 2005 à 22:44 par fb

Croyez-vous vraiment qu'en dépit de l'annulation de la Berryer (comme toute autre manifestation publique), le Palais de Justice soit ouvert à la Conférence?

3. Le jeudi 13 octobre 2005 à 22:53 par fb

PS: ce n'est pas plutôt Véronique Vasseur?

4. Le vendredi 14 octobre 2005 à 09:00 par forgeron

et les secretaires font-ils du velo? (sans insister)

j'aime beaucoup le "pro bono". Le latin fait-il parti du cursus?

5. Le vendredi 14 octobre 2005 à 09:39 par Benoit Boussier

Belle présentation... n'y a-t-il pas un peu de Damien dans les sources ?

Quant à votre appartenance à la Conférence, qu'importe !

Tout Secrétaire de la Conf est avant tout avocat !


Merci, Monsieur le Quatrième et Cher Confrère.

Eolas

6. Le vendredi 14 octobre 2005 à 10:04 par Eev

La Berryer doit bien être une des seules "manifestations publiques" à avoir été annulée, jusqu'à preuve du contraire d'autres manifestations publiques ont lieu (colloques, conférences), conduisant à mettre en doute la version officielle de l'interdiction des Berryer. Jusqu'à preuve du contraire c'est d'ailleurs Magendie qui a commencé à faire sa mauvaise tête alors que vigipirate n'était pas encore activé.

Ceci étant, il est vrai que la Conciergerie est également impossible à réserver en ce moment pour toute manifestation publique.

Pour ceux qui veulent assister à une manifestation publique au Palais, venez donc à la haie de deshonneur qui aura lieu ce jour devant la première chambre de la Cour d'Appel à l'occasion de la venue de Pascal Clément (avocat à ses heures perdues) invité à l'occasion du congrès de l'USM.


La Conférence n'est pas menacée, pour deux raisons : elle commence plus tôt et a lieu dans des locaux appartenant à l'ordre, ne nécessitant donc pas d'autorisation. C'est à quelle heure, la haie ? Je propose pour ma part que, dans un souci d'amélioration des relations avocats - magistrats, l'USM nous invite à son cocktail salle des Pas-Perdus, où j'ai vu nombre de coupes de champagne en ordre de bataille.

Eolas

7. Le vendredi 14 octobre 2005 à 10:16 par -

Mais maître... Etiez-vous un voisin des Gaymard ?


Je préfèrerais que vous me demandassiez si les Gaymard étaient mes voisins.

Eolas

8. Le vendredi 14 octobre 2005 à 10:25 par Alain

Magnifique billet qui donne très envie de s'y rendre, merci Maitre !

Est-il possible de prendre des photos lors de ces conférences ?


Chaque séance est filmée en vidéo pour les archives de l'EFB. Les photos sont autorisées, mais avec discrétion : l'éloquence nécessite une concentration qui est fragile, et les flashs n'aident vraiment pas. Pour toute captation audio, demandez préalablement l'autorisation aux personnes cocnernées (candidats et raaporteur au premier tour) puisque ces discours sont leur proriété.

Eolas

9. Le vendredi 14 octobre 2005 à 10:57 par Bertrand Lemaire

"le terme gratuit étant considéré comme obscène chez les avocats"

Je me disais aussi que les avocats se doivent de garder toute leur moralité... :-)

10. Le vendredi 14 octobre 2005 à 11:50 par Esther

Je découvre vos posts....et je vous ajoute dans mes liens. Bonne journée.

11. Le vendredi 14 octobre 2005 à 12:29 par -

Mais maître... les Gaymard étaient-ils de vos voisins ?


Mmmh... Finalement, je crois que je préférais avant.

Eolas

12. Le vendredi 14 octobre 2005 à 12:58 par EeV

14 h 00 la haie.

13. Le vendredi 14 octobre 2005 à 13:23 par -

Les Gaymard sont probablement bien là où ils sont et vous, certainement bien où vous êtes...

Félicitations, maître, pour ce joli blog.

14. Le vendredi 14 octobre 2005 à 22:47 par @rno

je vous ai découvert il y à deux jours...je crois que je n'ai jamais passé autant de temps sur un blog...alors continuez !!!

15. Le lundi 17 octobre 2005 à 00:36 par Raboliot

Bon, bah comme j'ai lu dans la presse nationale que le palais de Justice allait être déménagé à Tolbiac ça va sûrement offrir une meilleure sécurité !
En avant les Berryers !

16. Le lundi 17 octobre 2005 à 11:28 par advocatus

Il serait nécessaire également que tous les jeunes avocats s'intéressent à ce genre de manifestations (comme à la Berryer) car j'ai quelquefois l'impression que l'esprit de corps (je n'ai pas dit le corporatisme) est bien souvent absent (on comprend qu'en ces temps difficiles d'autres préoccupations prennent le devant) des nouvelles promotions...

17. Le lundi 17 octobre 2005 à 14:31 par Gascogne

Sans rire, vous avez vu des coupes de champagne dans la salle des pas perdus ? Nous n'avons pourtant eu droit qu'à un verre de vin, quelle décadence...Si vous n'étiez pas loin, je regrette de ne pas vous avoir vu, mais j'ai quand même eu une pensée émue pour vous en voyant vos collègues distribuer des tracts à l'entrée du congrés. Peut-être en étiez-vous ?


Je suis passé à côté, mais en coup de vent, ayant une audience à la même heure. Je n'ai pas lu le contenu des tracts, mais m'associais moralement à la démarche si elle visait à tancer notre confrère et Garde des sceaux sur la loi "récidive" en cours d'élaboration (Perben II n'a même pas fini d'entrer en vigueur, au nom du ciel !). J'espère que vous avez apprécié la Première chambre de la cour, où j'ai eu l'honneur de prêter serment, le cœur battant mais la voix ferme, il y a de cela, ... Pfiou ! Déjà ?

Eolas

18. Le lundi 17 octobre 2005 à 14:46 par ML

"L'intitulé est assez abscon" fait paraître votre note assez absconne .... ;-)))

19. Le lundi 17 octobre 2005 à 14:54 par cedric

Les sujets de la conférence sont généralement bien inspirés et font plutôt sourire. Pourtant, en consultant www.laconference.net/prog... un des sujets m'a interpellé :

26 mai 2005 à 19 heures 30,
Invitée : Madame Safia Otokore
Sujet n°1 : Faut-il sceller les lèvres des femmes ?

Le second sujet aurait pu être "peut-on rire de tout ?"...

20. Le lundi 17 octobre 2005 à 17:15 par carpediem

Eolas : "A la question « Suis-je moi même secrétaire ou ancien secrétaire de la Conférence ? », j'opposerai un silence mystérieux et inébranlable, n'insistez pas"

- Allons donc, comme s'il était possible de douter qu'Eolas a été secrétaire de la conférence !

21. Le lundi 17 octobre 2005 à 17:43 par caroline vigneaux

bravo pour cette présentation mon cher confrère
Quelques inexactitudes cependant sans gravité sur le concours.
j'espère avoir le plaisir de vous rencontrer ce soir ou l'un des 3 soirs du 3eme tour.
Vous êtes evidemment tous les bienvenus.
La gardienne des traditions.


Vous m'avez partiellement démasqué : je n'ai jamais été onzième. N'hésitez pas à apporter votre grain de sel et à rectifier mes inexactitudes : mes billets ne sont pas des joyaux qui une fois taillés sont condamnés à l'éternité.

Eolas

22. Le mardi 18 octobre 2005 à 14:31 par Antoine Viau

Bonjour,

Merci de m'avoir fait découvrir le concours de la Conférence. J'y suis allé hier, et la soirée fut excellente. Comme vous, j'encourage chacun à venir assister à ces superbes prestations. Je me suis permis un petit compte-rendu (voir trackbacks) sur mon blog et j'y retourne dès ce soir avec une amie.

Antoine

23. Le mardi 18 octobre 2005 à 15:33 par Stfunx

J'y étais aussi, un grand moment de plaisir, plus ou moins fort selon les candidats, et des thèmes pour le moins déroutant, et peu évident à traiter...
J'y repasserai aussi certainement ce soir.
Merci donc Maître, pour ces quelques moments plus qu'intéressants.

24. Le mardi 18 octobre 2005 à 23:06 par

Petit compte-rendu de la séance de ce soir.

Cette deuxième séance du troisième tour a commencé avec une petite demi-heure de retard. A 20h, la salle haute de la bibliothèque de l'Ordre pourtant bien remplie s'est instantanément tue et levée à l'entrée des 12 secrétaires de la conférence et de messieurs les bâtonniers.
Au programme, 8 matches opposant deux personnes réparties selon 4 sujets :

1/ La sincérité est-elle une condition de la conviction ?
2/ Le corps est-il un temple sacré ?
3/ Le mépris de soi débouche-t-il toujours sur la haine de l'autre ?
4/ La beauté est-elle la croix de la femme ?

Les oppositions ont toutes été de très bonne facture. L'entrée en matière fut même un régal. Le premier intervenant chargé de défendre l'affirmative à la première question a en effet fait preuve d'une impertinence rare et d'une grande finesse dans le maniement d'un humour parfois passablement grivois. Pour nous convaincre du fait que la sincérité était une condition de la conviction, il nous a ainsi conté sa rencontre avec une bretonne, égratigné le bâtonnier et fait rire toute la salle de bon cœur. On pourrait cependant lui reprocher de n'avoir que très légèrement répondu à la question posée, mais l'aisance avec laquelle il en tira prétexte pour nous livrer une péroraison de haute volée l'excuse totalement. La personne devant soutenir la négative fut plus embrouillée et plus terne aussi. Mais il était difficile de faire une aussi bonne impression après une telle démonstration.

Concernant les autres matches, il me semble - même si l'on ne connait pas les résultats - que chacun a été assez clairement remporté. Pour le deuxième sujet, la personne défendant la négative s'en est très bien sortie grâce à une histoire de prostituée et de malade cardiaque très touchante bien que longuette. Pour "le mépris de soi débouche-t-il toujours sur la haine de l'autre ?", l'avocat soutenant la négative a fait une plaidoirie très convaincante. Enfin, ce fut sans doute le meilleur ce soir, l'avocat légèrement enveloppé et barbu qui nous prit à partie et se déclara être une femme pour justement nous persuader que la beauté est la croix de celle-ci sut tout en faisant assaut d'esprit et d'humour toucher le public, l'attendrir et sans doute le convaincre.

Mentions spéciales à l'annonce loufoque du 4e secrétaire concernant le Berryer et à celle plus conventionnelle mais toute aussi drôle de la 11e secrétaire, la ravissante Caroline Vigneaux.

Si l'on peut reprocher à chacun des candidats de trop lire ses notes, force a néanmoins été de constater que l'éloquence était ce soir au rendez-vous. Si vous avez l'occasion d'assister un jour à ces joutes oratoires, n'hésitez pas car vous ne le regretterez pas.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact