Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Brefs propos sur la suspension d'alain Duhamel

Le journaliste Alain Duhamel a été suspendu à la suite de la diffusion de propos qu'il a tenus à l'Institut de Science Politique de Paris où après avoir longuement parlé de François Bayrou par des propos qui n'étaient pas exempts de critique, il a indiqué, "pour être parfaitement clair", qu'il votera pour lui.

Ma position est parfaitement résumée par l'article 10 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions. Pas viré, pas sanctionné, pas placardisé, et même pas inquiété. Chacun doit pouvoir exprimer une opinion sans ne serait-ce que craindre des conséquences néfastes pour lui.

Vous voyez, on en est loin. Quelle Tartufferie extraordinaire qui exige que des journalistes, sous prétexte qu'il parlent de politique à la télévision, seraient censés ne pas avoir de pensée politique. Ils ont le droit de vote, ont fait de la politique leur métier, et vont voter. Pourquoi s'offusquer quand ils disent ce que tout le monde sait ? Y a-t-il une seule personne qui ait osé affirmer tout haut le fait que ce journaliste ait décidé de voter Bayrou implique qu'il mettra à profit sa position pour favoriser ce candidat, ou manipuler l'opinion ? Les critiques de ce journaliste, qui n'a pas que des amis, ont-ils attendu sa terrible révélation : "Je suis centriste", pour dire tout le mal qu'ils pensent de lui ?

Alors à quoi rime ce bal des faux culs ? Je suis atterré par la stupidité de cette décision. Le fait que le 22 avril prochain, je glisserai un bulletin dans l'urne sur lequel il y aura un nom m'interdit-il de parler politique sur mon blog ? Ou cette interdiction tombera-t-elle le jour où je saurai quel nom sera écrit dessus ? La politique n'est-elle que réservée aux indécis ? C'est absurde, et injustifiable.

Maintenant que ce soutien est affiché, il est temps que je tape à son tour sur les doigts de l'intéressé. Qu'il soit mécontent, outré et aigri, je le comprends, il a raison.

Mais déclarer à Associated Press un énormité comme :

Il s’est déclaré choqué par le fait que “des propos privés se retrouvent en public”, assurant qu’il ignorait être filmé. Il a également dénoncé “l’effet d’internet”, qui est “à la fois émancipateur” et “totalitaire”, parce qu’il y a “un effet de choc gigantesque”.

Il y a des naïvetés fautives. Faire une conférence dans un amphithéâtre n'est pas tenir des propos privés. Aucun élève présent n'était tenu au secret des propos tenus. Quand on est une personnalité publique qui tient devant un public nombreux des propos politiques, il faut s'attendre à ce qu'ils soient répétés. Lionel Jospin l'a appris à ses dépens en son temps. Un journaliste de cette expérience est censé savoir la différence entre une confidence et un propos susceptible d'être répété. Blâmer sur internet sa propre légèreté, c'est une esquive peu glorieuse, et inutile pour quelqu'un qui est dans son bon droit. Mais bon, taper sur internet, ça ne mange pas de pain, ça ne fâche pas les confrères et les patrons à qui il faudra solliciter un nouveau poste une fois les élections passées.

Le totalitarisme, ce n'est pas dire "Tel journaliste votera pour tel candidat, il l'a dit dans telle circonstance, voici la preuve" ; c'est inquiéter un homme parce qu'il exprime ses opinions.

Ne vous trompez pas d'ennemi, Cher Alain. Vous risqueriez par accident de cirer les pompes qui vous ont botté les fesses.

Commentaires

1. Le vendredi 16 février 2007 à 11:37 par pas perdus

Je pense qu'il serait plus sain que les journalistes qui ont des préférences politiques, le disent clairement et l'assument.

Non pas pour les sanctionner comme dans le cas que vous relatez, mais pour plus de transparence et d'équilibre dans chaque émission politique.

2. Le vendredi 16 février 2007 à 11:39 par Saluki

Procès d'opinion… ça ne vole pas bien haut. La jeune et jolie Marie Drucker n'a même pas dit pour qui elle voterait qu'elle passera aussi à la trappe sous quelques jours.

3. Le vendredi 16 février 2007 à 11:41 par Guignolito

Moi, qui avais une belle tendance à exprimer mon avis sur tout, j'ai remarqué il y a quelques temps que fermer sa gueule est souvent le meilleur moyen de ne pas avoir d'emmerdes. C'est triste, mais j'ai rencontré beaucoup de personnes qui ne supportent pas la critique, même raisonnable et fondée.

Pour en revenir à M. Duhamel, un élément qui est passé sous silence, ce sont les luttes de pouvoir internes là où il travaille. Comme dans toute entreprise, faire virer son adversaire est le meilleur moyen de prendre sa place. Les requins sont à l'affut, et c'est au premier qui profitera des bourdes de l'autre.

4. Le vendredi 16 février 2007 à 11:43 par nap1128

Bonjour,

sur la notion de "propos privé" : ceci me rappelle ce qu'un prof de droit pénal nous disait en amphi, à savoir qu'il ne pouvait pas être poursuivi en diffamation pour les propos qu'il pouvait tenir dans un amphithéatre avec des étudiants, cet endroit n'étant pas considéré comme public.

Ici, les propos tenus ne devraient pas pouvoir être considérés comme "publics" non plus (amphithéâtre avec présence de seulement certains étudiants) et en conséquence... seraient donc des propos privés (la nature de propos privés n'étant pas à mon avis lié au fait que ceux qui entendent ces propos soient tenus au secret).

En conséquence, le fait de diffuser une vidéo reprenant des propos privés... semble un peu "déloyal"...

m'enfin,
@+

5. Le vendredi 16 février 2007 à 12:07 par Pierre

C'est vraiment le bal des faux culs, pas de doute !
Je n'ai jamais tellement apprécié Alain Duhamel et je me sens donc d'autant plus libre de protester contre le traitement qui lui est fait.
Et d'ailleurs libre aussi de protester contre le traitement qu'il s'est imposé lui-même (oserai-je dire à faux cul, faux cul et demi ?) en cessant ses chroniques sur RTL.

6. Le vendredi 16 février 2007 à 12:08 par frederik

@ nap1128 : ce que vous évoquez relève des infractions à la loi de 1881 (presse) et plus particulièrement de la notion de communauté d'intérêts.
Pour résumer, un message qui s'adresse à un public indéterminé relève de la loi de 1881 s'il est diffamatoire.
Ce qui n'est pas le cas s'il s'adresse à une communauté d'intérets qui est un groupe de personnes liées "par une appartenance commune, des aspirations ou objectifs partagés...(formant) une entité suffisament fermée pour ne pas être perçuee comme des tieres par rapport à l'auteur du propos diffamatoire" (Y. Mayaud)

La jurisprudence est assez floue sur cette notion de communauté d'intérêts.

Mais je pense que cette notion ne s'applique pas ici puisqu'il n'y a aucun propos diffamatoire émis par Mr Duhamel.

7. Le vendredi 16 février 2007 à 12:32 par arbobo

saluki, merci de ce commentaire pour rien : d'abord peu importe le physique de marie drucker (bravo pour le sexisme),
et son cas est de toute façon très différent : c'est elle qui a pris les devants en demandant à se retirer durant la campagne.

le cas drucker est comparable non pas à duhamel mais à schoenberg, à qui sa hiérarchie a imposé de ne pas officier durant la campagne : toutes deux sont compagnes d'un ministre du guovernement actuel.
là on n'est pas dans l'opinion, on est à la limite du conflit d'intérêt, ce qui déontologiquement est très différent.

le cas Duhamel, il l'a reconnu lui-même, a été rendu problématique par... son frère, n°2 de France 2, et qui a eu peur qu'on l'accuse de manquer à l'équité. Quelle poilade soit dit en passant, vu que france 2 fait tout sauf favoriser bayrou, d'après les pointages du CSA.

Que je sache, on n'a pas suspendu patrick de carolis ni michel drucker, amis de l'épouse du président de la république.
Les questions de déontologie sont cruciales, mais encore faut-il les poser correctement.

PPDA est toujours en poste des années après son coup de l'enfant rapporté dans son sac et surtout la fausse interview de Castro. Il est toujours là.
comme eolas je trouve minables les propos de duhamel, à ce compte là on va prétendre qu'une interview accordée dans une pièce fermée est une conversation "privée". Restons sérieux.

8. Le vendredi 16 février 2007 à 12:33 par Teebo

Bonjour,
Ses chroniques sur RTL sont, ils me semblent, suspendue sine die (@Pierre)
Juste aussi pour préciser que Libération a décidé ... de n'en tirer aucune conséquence (ce n'est pas "à leur honneur" puisque ça devrait être le comportement de tout le monde, cela met juste, à mon avis, le déshonneur des autres en exergue. )

Après sa déclaration à lui est...je ne dirais pas décevante, pour cela il faudrait que je place quelques espoirs en la personne, mais pour le moins injuste.

9. Le vendredi 16 février 2007 à 12:37 par fboizard

Il suffit de voir la façon de mener les entretiens pour deviner les préférences de certains journalistes (je suis par exemple prêt à prendre le pari qu'Arlette Chabot ne votera pas Sarkozy). La prétendue neutralité n'est qu'une fiction, les journalistes sont des citoyens comme les autres, il est légitime qu'ils aient des préférences. Ils doivent bien entendu s'efforcer de respecter certaines règles, ne peut-on pas supposer que la clarté sur leurs opinions peut être une de ces règles ?

Fermer sa gueule a toujours été un excellent moyen pour éviter les ennuis, mais c'était un choix personnel. Désormais, grâce à l'avalanche de lois instituant un délit d'opinion (lois dites mémorielles ou anti-"phobies"), ça devient une obligation légale sur un nombre de sujets de plus en plus vaste.

Pensez vous, cher maître, qu'il s'agit d'égarements passagers ou d'une tendance lourde ?

10. Le vendredi 16 février 2007 à 12:44 par Jean

De toutes façons cette campagne c'est la campagne du boomerang:

Bayrou s'en prend aux forces silencieuse qui monopolisent le débat TV... blam Duhamel THE journaliste politique Français avait pris position en sa faveur depuis quelques moi...

Royale avait démissioné du PS en 1995 contre Jospin, blam Besson (jospiniste) se barre en plein milieu du chemin...

Et je ne parle pas de l'ISF, du scooter de Sarkozy, etc.

MMMh et dans tout ça, le débat au fond il existe? La non démagogie, c'est un rève? Il est où le candidat qui va monter un programme sur "je ne vais pas augmenter les dépenses, mais assainir les finances de l'Etat"... ca me semblerait une bonne base pour l'avenir. Descartes nous enseigne en effet que le bon architecte, pour construire une belle maison, doit avoir de solides fondations... Heu Eolas, dis moi, ça marche pas pareil pour l'Etat?

11. Le vendredi 16 février 2007 à 12:44 par Luc

@ Saluki :
Votre commentaire, pourtant si bref, est consternant.

Primo, pourquoi vous sentez-vous obligé(e) de préciser que Marie Drucker est "jeune et jolie" ? Si elle était vieille et laide, cela changerait quelque chose au problème ? Ou alors, allez jusqu'au bout de votre "pensée" et ajoutez quelque chose du genre : "il en a bien de la chance, Baroin, de s'envoyer un si joli petit lot, ce doit être une affaire...". Tant qu'à être goujat, n'y ajoutez pas l'hypocrisie, allez-y franchement.

Secundo, elle ne "passe pas à la trappe". Pas davantage que Béatrice Schönberg. Elle va simplement, pendant quelques semaines, faire autre chose que présenter un journal télé sur une chaîne de service public, et ce n'est en rien une sanction.

C'est l'application du principe selon lequel "la femme de César ne doit pas être soupçonnée".
France-Télévision estime que la préservation de sa crédibilité veut que les compagnes de ministres ne présentent pas les journaux télé pendant les périodes électorales.

La preuve en est que dans le cas de Marie Drucker, la direction de France-Télévision (elle-même absolument à l'abri de tout soupçon d'avoir des penchants coupables pour quelque personnalité politique que ce soit, comme chacun sait) ne s'est avisée de la chose qu'après la révélation publique de la liaison de sa journaliste (car EN PLUS, cette union n'a pas été sanctifiée par le mariage !).

C'est bien la preuve que ce n'est pas tant l'existence de cette relation qui pose problème que le fait qu'elle soit connue d'un large public, et qu'elle soit de nature à créer le soupçon, quoique une liaison amoureuse ne soit pas - c'est vrai - une opinion.

Dans le cas de Duhamel il y a clairement une sanction, et elle est effectivement injustifiable.

A propos, Arlette Chabot, qu'on a vue sur antenne faire la bise à J-F Copé ( www.dailymotion.com/video... ) est toujours en fonction...

12. Le vendredi 16 février 2007 à 12:44 par Rubin Sfadj

Tendance lourde, indéniablement. Procès des caricatures, lois mémorielles, suspensions... La liberté d'expression n'a pas bonne presse, ces temps-ci, en France. C'est extrêmement inquiétant.

13. Le vendredi 16 février 2007 à 12:48 par treza

C'est une honte, jusqu'où les libertés fondamentales des citoyens vont-elles être rognées ?

Un mouvement citoyen pour que Duhamel soit réintégré s'impose :

reintegrezduhamel.over-bl... (à défaut d'autre chose ... d'une pétition plus officielle)

14. Le vendredi 16 février 2007 à 12:53 par Luc

Duhamel prétent, en substance, avoir été pris en traître. Il ne savait pas qu'il était filmé.

C'est n'importe quoi : la qualité et la stabilité de l'image montrent que, contraitrement à ce que j'ai entendu affirmer ce matin sur France-Inter, cela n'a pas été filmé avec un téléphone portable, mais bel est bien par une caméra, très probablement sur un trépied.

De plus c'est l'organisateur de la rencontre (et non comme on le dit aussi en radio Guy Birenbaum) qui a publié la vidéo sur l'Internet, les blogs n'ayant fait que donner un certain impact à cette diffusion, restée assez confidentielle pendant plusieurs jours.

15. Le vendredi 16 février 2007 à 13:05 par Albert Nonyme

En tant qu'adherent UDF, c'est une bien mauvaise nouvelle pour nous que ce dispensable soutiens. Enfin, je suppose que chaque candidat se traine ses boulets.

Par contre ne serait ce que par solidarité envers les journalistes qui osent afficher leurs opinions personels, saura t'on qui est le candidat envers lequel maitre Eolas a le plus de sympathie ?

16. Le vendredi 16 février 2007 à 13:13 par nouvouzil

@7

""elle qui a pris les devants en demandant à se retirer""

très jolie expression! A retenir!

17. Le vendredi 16 février 2007 à 13:25 par flo

mais : Mr Duhamel dit qu'il ignorait être filmé, et il ne semble pas que son accord lui ai été demandé avant diffusion de la video. il y a quand même un problème sur l'aspect "privé", non ?

Je pensais jusqu'ici que les propos avaient été tenus "à part", et non dans le cadre de l'intervention en amphithéâtre. En fait, quel est le statut d'un amphithéâtre ? lieu privé ? lieu public ? lieu privé destiné à accueillir le public ?

18. Le vendredi 16 février 2007 à 13:30 par Liberal

Y a-t-il un recours?
La décision de suspendre Duhamel est elle illégale?
Existe-t-il une instance (Prud'hommes, CSA, HALDE, CA de France Télévisions...) qui puisse être saisie pour contester cette décision?

19. Le vendredi 16 février 2007 à 13:33 par Eric

Bien dit. Savoir que vous voterez Bové ne m'empêche pas de lire votre blog!

20. Le vendredi 16 février 2007 à 13:34 par jima

Bonjour
"article 10 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions"
N'étant pas juriste, j'aimerai connaitre l'ordre de précellence dans le Droit Français (je suis pas clair mais j'arrive pas à bien formuler ma question ) ?

21. Le vendredi 16 février 2007 à 13:38 par faustine

Cette sanction me semble à l'inverse du bon sens...
Je pense plutôt que la déontologie devrait imposer aux journalistes politiques d'afficher leurs opinions et préférences qui de toute façon ne peuvent qu'influencer leur traitement de tel ou tel politique.
Autant le savoir, l'information ne peut qu'y gagner.

22. Le vendredi 16 février 2007 à 13:42 par Jean

oooh doucement on va pas rebondir sur tout non plus!!! si on ne peut pas dire que Marie Drucker est jeune et jolie sans prendre une volée de bois vert... où va-t-on??? franchement ce féminisme moralisme est un peu déprimant!!! j'espère que ce ne sont que des sautes d'humeur dues au travers boueux des campagnes éléctorales!

23. Le vendredi 16 février 2007 à 14:09 par Blyx

A mon sens, les directions de la radio et de la télévision pour lequel travaille Alain Duhamel ont décidé de suivre une ligne éditorial neutre - ie, ne favorisant aucun des candidats - il est normal que le journaliste s'y soumette dans le cadre de son travail pour cette radio et cette télévision. On nomme cela le professionalisme.
Je n'ai pas tous les details de l'affaire mais d'aprés ce que tu en dis dans ton billet, il a fait cette déclaration dans le cadre d'une conférence qui n'avait rien à voir avec ses employeurs. Si c'est bien le cas, je trouve cette suspension abusive.

24. Le vendredi 16 février 2007 à 14:22 par DB

Dans ma très grande naiveté, j'ai pensé un moment que la décision de suspension était bonne parce qu'elle nuisait à une éventuelle neutralité des médias du service public.

Ce n'est peut être pas l'opinion de M Duhamel qui est en cause mais son expression, dans un contexte électoral.

25. Le vendredi 16 février 2007 à 14:28 par zadvocate

Je viens de lire les différents commentaires et je suis assez surpris car ce matin même j'ai entendu Duhamel s'exprimer sur le sujet et dire que finalement la mesure prise à son égard était salutaire (notamment vis à vis de son frère) et qu'il avait commis une erreur en exprimant son opinion personnelle dans cet amphi.

Sinon pour revenir au principe même de cette décision, ca n'a pas de sens. Je crains pour Mr Elkabach que j'écoute tous les matins. Pas besoin d'être devin ou qu'il fasse son coming out pour savoir de quel côté il balance. Pourtant, il est la tous les matins :)

Je pense aussi que nos journalistes sportifs devraient se méfier car à afficher leur soutien pour telle ou telle équipe, tel ou tel sportif, ils risquent d'être suspendus de leurs fonctions.

imaginez "on refait le match" sans le pro-nantais pascal pro ou notre eugène sacomano national ?

....

26. Le vendredi 16 février 2007 à 14:29 par Frastealb

Je rigole en lisant dans les commentaires parler de neutralité des média (du service public ou non d'ailleurs).
Quelques exemples me viennent en tête : un Ruquier qui passe 20 minutes à dire pourquoi il est de gauche à Doc Gynéco (et ceci de manière clairement publique, car télévisée) ou un Sevran qui s'affiche aux congrès UMP...
Encore que pour Pascal Sevran, on ne peut pas parler de chroniqueur politique (mais tout de même homme d'influence chez les 3ème et 4ème âges...), mais concernant Ruquier, qui interview régulièrement des hommes politiques, même si c'est à la manière des "people", je trouve que le traitement est très inégal... La loi de la liberté d'opinion devrait être appliquée à tous.

Encore une fois bravo Eolas!

27. Le vendredi 16 février 2007 à 14:32 par Clems

@26
Ce qui prouve que l'on sanctionne les amis de celui qui vilipende les médias. A part le couple domenach zemmour le reste j'ai du mal ;)

28. Le vendredi 16 février 2007 à 14:41 par MDY

Tout à fait d'accord avec cette suspension, et avec le commentaire #24. Lorsqu'on bosse pour un média qui est censé être neutre, on est neutre dans son boulot. Ce qui par ailleurs n'empêche _évidemment_ pas d'avoir des opinions, mais privées.

Vous comparer à lui, Maître, n'est à mon sens pas adéquat, étant donné que vous êtes anonyme, et que quand bien même vous ne le seriez pas, il ne me semble pas que les avocats soient soumis aux mêmes exigences de neutralité que M. Duhamel ?

Enfin, le fait que d'autres journalistes puissent continuer à être partiaux tout en prétendant le contraire reste tout à fait condamnable. Personnellement, je préfère que quelqu'un d'aussi partial que lui soit écarté, plutôt que d'en rester au status quo.

29. Le vendredi 16 février 2007 à 14:48 par Rv


M. Elkabbach a fait bien pire et est pourtant toujours à l'antenne:

www.betapolitique.fr/spip...

Je suis d'accord avec le ton général des commentaires (et du billet): la neutralité est une chimère et je me demande même pourquoi certains pensent que cela fusse souhaitable. Mieux vaut avoir une opinion claire et l'assumer!

30. Le vendredi 16 février 2007 à 15:07 par Emrys Myrdyn

Bôf...

Pour ma part, je fais une différence entre "opinion" et "engagement".

Qu'un conjoint soit présumé "engagé" en faveur de celui ou celle avec qui il partage sa vie me paraît humainement logique. A vrai dire, le contraire me choquerait plutôt.

Qu'une personne qui dévoile son engagement ou qui ne soit pas capable de garder son opinion pour lui soit considérée comme engagée ne me choque pas plus que ça.

Qu'un média qui souhaite conserver une ligne neutre demande un effort de neutralité à ses journalistes ne me choque pas non plus. Ni d’ailleurs que des médias engagés existent et se défendent comme tels.

Je suppose qu'Alain Duhamel serait le bienvenu au sein d’un média « politiquement marqué » UDF. Personne ne songerait à virer un journaliste de gauche de Libération, ni un journaliste de droite du Figaro.

De plus, l'obligation d'impartialité des médias télévisés pendant la campagne résulte de la loi. Elle vise l’audiovisuel de manière particulièrement lourde et les médias du « service public » sont encore plus sur la sellette que les autres. Tout soupçon de partialité est immédiatement dénoncé, en particulier par F. Bayrou. Je suppose que personne n'est choqué par cette recherche d'équilibre.

Dans ce cadre, la mesure ne semble ni disproportionnée, ni, a fortiori, surprenante. Bien sûr, s’agissant de l’un des leurs, la déferlante médiatique tente de convaincre du contraire, mais il n’est pas interdit de prendre un peu de recul.

Peut-être Alain Duhamel aurait-il dû comprendre que cette demande de neutralité s'adressait-elle aussi aux journalistes qui "équilibrent" les débats, fussent-ils des journalistes vedettes.

EM

31. Le vendredi 16 février 2007 à 15:27 par potagepekinois

Avant cette déclaration personne en France ne savait que Duhamel était centriste. Personne! C'était un secret. A RTL ou France Télévision personne ne le savait. Pas même son frère N°2 de la chaine. Non pas même lui ne savait. Pensez donc : si le N°2 de France Télévision avait eu la moindre connaisance des convictions politiques de son frère comment aurait-il pu accepter de le laisser présenter A vous de juger avec Bayrou??!!

Non je pense qu'à RTL et à France Télévision ils ont pris des décisions sous le choc de l'annonce. Je ne vois pas d'autre explication.

32. Le vendredi 16 février 2007 à 15:28 par Pégase

Question off : existe-t-il un lien de parenté entre M. Duhamel le journaliste, et M. Duhamel l’universitaire spécialisé en droit constitutionnel ?
Si c’est le cas je propose une interdiction formelle pour ce dernier de publier en raison de ses liens évidents avec M. Bayrou…

A mon sens avec la multiplication des accès à l’information, la connaissance des opinions politiques de l’auteur ne nuit en aucun cas à la possibilité du lecteur de se faire sa propre idée. Au contraire c’est peut être même une donnée supplémentaire à intégrer… quand je lis un article de L’Huma ou Valeur actuelle, je le remets dans son contexte, pourquoi ne serait-ce pas le cas quand j’écoute M. Duhamel ?

33. Le vendredi 16 février 2007 à 15:32 par diogene



Je suis aussi scandalisé par les faits… que par la tiédeur des réactions ! Ce genre de sanction est en effet gravissime par ce qu’il implique: la banalisation du mépris d’un principe constitutionnel, des droits fondamentaux, et de la liberté d’expression !

en outre, sauf erreur de ma part La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen est citée dans le préambule de la Constitution du 4 octobre 1958, elle a valeur constitutionnelle dans la Ve République depuis les décisions des 16 juillet 1971 et 27 décembre 1973 du Conseil constitutionnel …

C’est tout, mais c’est beaucoup!

34. Le vendredi 16 février 2007 à 16:23 par DG

diogene

tu t'indignes d'une façon condescendante tout à fais remarquable

le fait que tu as bien retenu ta leçon de droit constitutionnelle ne veut pas dire que ton indignation est plus "chaude" que celle des autres !




35. Le vendredi 16 février 2007 à 16:26 par DG

diogene

tu t'indignes d'une façon condescendante tout à fait remarquable

le fait que tu as bien retenu ta leçon de droit constitutionnel ne veut pas dire que ton indignation est plus "chaude" que celle des autres !

(désolé - je pouvais pas laisser ça)

36. Le vendredi 16 février 2007 à 16:30 par potagepekinois

Il n'y a pas de quoi s'indigner... Duhamel, Drucker et Shoenberg peuvent très bien refuser une mise à l'écart et porter l'affaire aux prud'hommes ou je ne sais où.

37. Le vendredi 16 février 2007 à 17:05 par schloren

Je trouve particulièrement hypocrite le procès fait à Duhamel. Regardez la vidéo au lieu de juger sur des a priori. N'importe quel hétérosexuel mâle placé à côté d'une brune de ce gabarit aurait fait comme lui : balancé des conneries pour faire l'intéressant. Dans les mêmes conditions j'avoue que j'aurais avoué sans problème être sarkozyste. On oublie un peu rapidement que l'homme n'a pas suffisamment de sang pour irriguer simultanément sa b... et son cerveau. Je vois pas pourquoi Duhamel échapperait à cette caractéristique physiologique universelle. Il est centriste mais néanmoins homme.

38. Le vendredi 16 février 2007 à 17:06 par Djibril

Point de détail : c'est l'Institut d'Etudes Politiques (et non pas "de Science Politique').

39. Le vendredi 16 février 2007 à 17:28 par diogene

à DG

Votre commentaire me parait "condescendant" , plus que le mien..!

Mes "souvenirs de droit constitutionnel" remontent aux années 60...

Par contre mes activités, judiciaires et juridiques, m'amènent à constater que dans ce genre de débat on oublie trop vite les principes fondamentaux... dont je maintiens qu'ils dépassent le "cas alain DUHAMEL"...

Je n'ai pas voulu dire autre chose.

Merci de m'avoir rappelé qu'il est bien difficile de se faire comprendre!

40. Le vendredi 16 février 2007 à 17:31 par marinette

votre blog est génial mais en voici un autre génial également (attention, c'est épicé !!) :
www.leschauffeursdelimousinepensentaussi.blogspot.com

41. Le vendredi 16 février 2007 à 17:35 par mereo

Ah, ce doux rêve d'impartialité et de neutralité journalistique.

Rêve récent d'ailleurs.

Ainsi, le journaliste ne devrait pas avoir d'avis sur le débat. Il doit, un peu à l'instar d'un magistrat par ailleurs, animé, dirigé et s'assurer de la neutralité du débat politique.

Il est le gardien du temps de parole.

Il ne peut plus rien dire d'autre que, je cite : "ah non stop vous avez parlé 1min34 secondes sur cette question comme votre rival d'ailleurs, merci et à bientôt". Même pris en flagrant délit de mauvaise foi, le journaliste télé ne répliquera pas. Il se drapera dans un silence de mort.

L'éviction pour cause "d'idée" me parait choquante.

Claire Chazal est la compagne de Monsieur Philippe Torreton qui s'affiche avec le parti socialiste....Claire tremble....car ta mise à l'écart est bientôt arrivé. "Sortir" avec un homme de gauche n'est ce pas déjà démontrer ses penchants politiques?

"Rentre iciiiiiii Claire Chazal avec ton cortège de journalistes évincés....."

Cette télé est absurde, hyprocrite et même Opaque.

Cela vaut aussi pour la presse écrite. L'autre jour encore on accusait je dis bien "accuser" un journaliste d'avoir une obédiance sarkozyste. la belle affaire. Et ce journaliste de défendre "mordicus" qu'il n'en était rien, qu'il était lui aussi "impartial".

L'impartialité! Je propose alors de ne créer qu'un seul journal télévisé, qu'un seul quotidien de presse écrite, qu'un seul hebdomadaire politique, puisqu'après tout ils sont tous impartiaux.

L'éviction de Monsieur Duhamel est lamentable. Toutefois parcequ'il y en a souvent un "toutefois", je pense humblement que les journalistes eux mêmes, devraient se sortir et s'affranchir de cette problématique de l"l'impartialité".

Ainsi, en pensant a ce journaliste qu'on accablait de "sarkozysme aigu", la réponse aurait du être "oui je vôterai pour lui" et point final.

Et si lui est sarkoszyste, les autres journalistes de la rédaction le sont ils aussi? fera t'il un mauvais journal, livrera t'il des informations non vérifiées éronées? Bien sur que non, parceque c'est un bon journaliste.

Merci encore Mon Cher Confrère Eolas pour votre blog.

42. Le vendredi 16 février 2007 à 18:12 par Slothorp

N'importe qui passé par Sciences Po sait bien que l'IEP est une grande famille ! La confession de Duhamel relève donc d'une discussion dans un espace privé, avec saucisson et petit jaune en apéritif.

43. Le vendredi 16 février 2007 à 18:15 par Henri

Duhamel ne pouvait pas voter pour Ségolène.
Dans son livre des prétendants, ce grand penseur politique ne l'avait même pas incluse. Quel flair!

44. Le vendredi 16 février 2007 à 18:22 par Joss Delage

"Ma position est parfaitement résumée par l'article 10 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions. Pas viré, pas sanctionné, pas placardisé, et même pas inquiété. Chacun doit pouvoir exprimer une opinion sans ne serait-ce que craindre des conséquences néfastes pour lui."

En l'occurrence, je suis en complet désaccord. La liberté d'expression signifie que l'état ne peut pas user de son monopole légal de la force pour réprimer le droit des individus a exprimer une opinion. N'oublies pas que la Declaration en question est destinee a guider le role et l'action du gouvernement, pas des personnes privees.

Ici il s'agit d'une sanction privée (ou sociale si tu veux). C'est un peu comme si, ayant invite quelques amis a diner chez toi, tu entendais l'un d'eux proférer des propos racistes et tu le priais de partir.

Ne pas reconnaitre le droit a une organisation (dont la nature n'est pas gouvernementale, quelque soit leur actionnariat actuel) de ne pas sanctionner les comportements qu'ils désapprouvent c'est réprimer *leurs* libertés et celles de leurs actionnaires. Je te renvoies pour ceci a l'article 4:
"La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi."

45. Le vendredi 16 février 2007 à 18:23 par Pokra, plombard

"Titus Berenicem dimisit invitus invitam"
Chez les Duhamel, qui est titus, qui est Bérénice?....

C'est de la raison[nement] d'état.
Ici Londres : ____"Sans boucan les boucaniers boucanent."__________
POM, POM, POM !

46. Le vendredi 16 février 2007 à 18:33 par Papypeinard

Article 10 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions. Toute l'affaire se résume à ça.

47. Le vendredi 16 février 2007 à 18:37 par potagepekinois

Duhamel n'a pas l'air inquiet ou inquiété.

48. Le vendredi 16 février 2007 à 18:38 par épistémè.

Bonsoir,

Simple correction, mais les termes prononcés par Alain Duhamel ne l'ont pas été à l'AP mais lors de l'interview faite par Jean-Michel Apathie que l'on peut retrouver dans lel ien qui suit :
www.rtl.fr/info/chronique...

Toujours préférable de se référer à la source plutôt qu'à des extraits.

Par ailleurs, le terme de totalitarisme ne me choque pas outre mesure. Il est tellement employé dans les médias pour désigner tout et son contraire qu'il s'en trouve galvaudé. Il est vrai que le politilogue qu'est Duhamel aurait pu en faire un usage plus mesuré, sachant qu'il s'agit là d'un concept de...politologue.

Enfin, une simple question : Duhamel n'est-il pas en droit de demander réparation pour une diffusion non autorisée (bien évidemment je m'avance sur ce point) de ses propos dans le cadre d'un débat qui après tout n'était pas destiné à être diffusé largement ?

Cordialement.

49. Le vendredi 16 février 2007 à 18:41 par xxx

Pour ce qui est de l'article 10, il a des limites. On peut bien avoir l'opinion que l'on veut. Le tout est de ne pas l'exprimer en de mauvaises (ce que le juge apprecie) circonstances.

Quelle tristesse que cette décision. Et moi qui n'écoute pas RTL et moi qui ne regarde pas france 2, si j'avais su...

50. Le vendredi 16 février 2007 à 19:07 par jean philippe

Alain Duhamel n'est pas mon journaliste préféré mais je suis solidaire car exprimer son opinion c'est faire preuve de transparence. Ses confrères devraient en faire de même afin de manifester leur désaccord face à cette sanction.

Pour ma part, je vais probablement (ma décision n'est pas encore prise) voter Bayrou. Ah zut je savais pas que c'était un blog public ! Vous n'allez pas me virer maître ?

51. Le vendredi 16 février 2007 à 19:11 par Raph

Oui, c'est scadaleux. Non, ce n'est pas normal.
Est-il possible de faire quelque chose ?

52. Le vendredi 16 février 2007 à 19:33 par potagepekinois

Non mais calmez-vous :) Duhamel ne s'est pas offusqué de sa mise à l'écart. Il est d'accord, il est d'accccord on vous dit.

53. Le vendredi 16 février 2007 à 19:39 par Raph

Une femme se fait battre, elle retire sa plainte... Le MP continu pourtant les poursuites. (il n'y a aucune métaphore... Mais une comparaison sur le principe)

54. Le vendredi 16 février 2007 à 20:02 par Joseph

c'est incroyable qu'en 2007 on en soit encore là!

55. Le vendredi 16 février 2007 à 20:32 par Elisabeth

Je me pose juste une question.
France 2, c'est une chaine du service public, donc est-ce que le respect du devoir de réserve s'imposait ou pas dans le cas de Duhamel ?

56. Le vendredi 16 février 2007 à 21:00 par Zénon

Dans un premier temps votre définition du totalitarisme est un peu courte, c'est un processus qui peut être plus insidieux que la simple mise en cause frontale d'un homme pour ses idées.

C'est avant tout un régime de crainte ce qui peut parfois se traduire par l'autocensure, laquelle est une des définitions d'un totalitarisme qui s'installe. Le totalitarisme est aussi un fantasme de transparence.

Une des dimensions de ce qu’est l’essence un système démocratique c’est cette possibilité offerte à chacun de cloisonner son existence, internet, ici, ponctuellement, est une atteinte à cette capacité de cloisonner, car désormais tout est potentiellement public, et il ne fait aucun doute que duhamel ne fera plus de déclarations sans prendre des assurances sérieuses sur les moyens de com présents dans un lieu ou il viendra s'exprimer. Au surplus, le net est une zone de non droit, ou la vérité scientifique à la même hauteur de vue que l'erreur la plus grossière(il n'y a qu'à voir le nombre d'individus qui prennent wikipédia pour le vrai achevé), et ou tout semble permis….il faudra un jour ou l’autre qu’il y ait des règles !

En second lieu dès lors que sa prise de position est avérée(en l'espèce, et pour être précis, il ne se prononçait en faveur de bayrou qu'eu égard à son positionnement européen...mais bon...les journalistes ont conclu un peu vite….) il est logique de considérer qu'il ne peut continuer à officier sur une chaîne publique qui par essence ne peut être le lieu d’une quelconque subjectivité affichée(c’est une chose que des subjectivités s’expriment s’en est une autre d’ériger un tel système de pratiques journalistiques en principe).

Alain duhamel n'est pas inquiété pour des opinions, mais eu égard une éthique professionnelle(vis a vis de laquelle il ne commet aucune faute il ne sait pas qu'il est filmé), les avocats sont, vous le savez bien, soumis à la règle du conflit d'intérêt, il en va de même pour les journalistes.

Ainsi cette décision intervient à la considération d’une situation particulière et du rôle particulier qui est celui d’un éditorialiste en pleine campagne électorale(l’art 10 est hors de propos à mon sens).

Enfin la notion de naïveté fautive que vous défendez m’interpelle…cela signifie t-il que dans une société démocratique il faut se méfier de ce que l’on va pouvoir déclarer même quand cette déclaration se fait à priori dans un lieu clos et ou à aucun moment des moyens d’enregistrement n’ont été prévus, ou que l’enregistré n’a été prévenu ? Et quel est ce code ou la naïveté est une faute…… et qui est arbitre de ce qui est naïf ou ne l’est pas ?

Est-ce fautif d’avoir été piégé dans un lieu clos et de confiance, un lieu réservé à des étudiants sympathisants et militants UDF et non une réunion publique ?

Duhamel qui est d’une compétence, d’une rigueur, et d’une intelligence de première ordre à d’ailleurs lui même considéré que la position de France 2 et de RTL était légitime……..ne soyez pas plus royaliste(si j’ose dire) que le roi !

Il n’est pas normal que cette vidéo soit diffusée, il est légitime qu’ AD soit suspendu !

57. Le vendredi 16 février 2007 à 21:23 par tokvil

C'est vrai, il joue un peu a la vierge effarouchee

58. Le vendredi 16 février 2007 à 22:18 par diogene

pour éclairer jima ( qui sur un autre blog pense que je ne sors de mon légendaire tonneau que pour faire des copier/coller), je me vois contraint soit d'en faire un autre, soit de lui conseiller

d’aller faire un tour, par exemple, sur une version “light” que même un non-juriste doit saisir:

www.assemblee-nationale.f...

ou si cliquer lui répugne, de lire au moins cet extrait:

“Dans l'ordre juridique français actuel, la Constitution est la norme suprême. Aucune clause d'un traité ou d'un engagement international ne peut lui être contraire. C'est pourquoi, si la France signe un traité ou souscrit à un engagement international comportant un élément contraire à la Constitution, le traité ne pourra produire aucun effet, en droit interne, tant que la Constitution n'aura pas été révisée. Les lois doivent être conformes à la Constitution et le Conseil constitutionnel est chargé de le vérifier, pour chaque loi qui lui est déférée.

Les normes de référence du « bloc de constitutionnalité » ne sont pas limitées au texte même de la Constitution. Au fil de sa jurisprudence, le Conseil constitutionnel les a étendues à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (décision du 27 décembre 1973), au préambule de la Constitution de 1946, aux principes à valeur constitutionnelle et aux principes fondamentaux reconnus par les lois de la République et solennellement réaffirmés par le préambule de la Constitution de 1958 (décision du 16 juillet 1971).”

59. Le vendredi 16 février 2007 à 22:24 par ff

Invoquer les droits de l'homme alors qu'il y a faute professionnelle, fallait oser. On ne reproche pas à Duhamel son "opinion", on lui reproche d'avoir pris ouvertement partie pour un candidat à l'élection présidentielle alors qu'il est censé, dans l'exercice de sa profession, animer, arbitrer, des débats entre... des candidats à l'élection présidentielle. Sa maladresse n'a d'égal que sa naïveté, je vous l'accorde, mais de grâce, évitez le hors-sujet.

60. Le vendredi 16 février 2007 à 22:28 par Irène Delse

Il est amusant, Alain Duhamel. C'est sans doute ça, l'extrême-centre : tout pour rentrer dans les bonnes grâces du patron qui vous a lourdé...

61. Le vendredi 16 février 2007 à 22:41 par diogene

La réaction de ff me donne une perspective vertigineuse de l’ignorance abyssale de certains de nos contemporains... qui ont néanmoins la prétention de s’ériger en donneurs de leçons !

Vous seriez au nombre de mes étudiants, je crains que ce soit vous que je qualifie "d'hors sujet" !

62. Le vendredi 16 février 2007 à 22:57 par Flying™

#59 (ff): personne n'a jamais demandé aux journalistes d'être sans opinions, personne ne leur a jamais interdit d'exprimer leur opinion ... s'ils doivent se contenter d'être les relais dociles du pouvoir, on a déjà Jean-François Copé merci ...

Ca m'atterre de voir des réactions comme celles-ci ! la seule chose qu'on pourrait condamner, c'est qu'un journaliste utilise sa position pour servir ses intérêts personnels. mais qu'ils utilise sa position pour défendre des idées, en attaquer d'autres ... quoi de plus normal ???

Reproche-t-on à Libé d'être de gauche ? de la même manière je reproche pas à TF1 d'être un peu de droite, au Service Public de plus viser un public de gauche parfois ...

Déjà qu'on a quasiment pas de journalisme d'investigation en France, si en plus on perd la presse d'opinion ...

63. Le vendredi 16 février 2007 à 23:01 par yves

Au premier abord 1000% d'accord avec le point de vue de Maître Eolas, comme toujours d'ailleurs !
(Ne vous méprenez pas, je ne veux pas dire que Maître Eolas a les mêmes idées et raisonnement que moi, mais, au contraire, que ses explications argumentées, érudites, claires et pertinentes me convainquent toujours!)

...et puis soudain des questions me viennent à l'esprit.
Sont elles pertinentes ?

Il me semble que l'on oublie qu'il s'agit d'une activité professionnelle :
Je suppose que Duhamel a un contrat de travail ou son équivalent. Il faudrait en connaitre les termes précis.
Est il contractuellement soumis à un devoir de réserve même en dehors de son activité professionnelle ? (il doit y avoir des limites à ce genre de clauses contractuelles mais certains métiers amènent, me semble-t-il, des restrictions du même ordre)?

Il faudrait aussi connaitre les aspects financiers de la situation :
Si son employeur continue à le payer comme s'il exercait son activité, mais lui demande de suspendre son travail parce qu'il estime cela plus avantageux que de voir la crédibilité de la chaîne réduite ou son audimat baisser, est ce choquant ? Dans cette hypothèse où serait le préjudice pour Duhamel ? Il n'est en effet pas baillonné et peut continuer à s'exprimer en dehors de son activité professionnelle, dans les limites acceptées dans son contrat de travail.

Bref il me semble qu'il nous manque (au moins) ces deux informations pour pouvoir nous prononcer définitivement.

64. Le samedi 17 février 2007 à 00:09 par diogene

Merci à EOLAS pour son art consommé d'ouvrir le débat.(C'est un des rares blog -avec celui de Bilger - qui ne me décoit jamais.

Bravo aussi à Yves pour ses questions pertinentes. Nous aurons sans doute des éléments de réponse dans les jours qui viennent!

65. Le samedi 17 février 2007 à 00:48 par Althusser

Il me semble que la neutralité du service public mérite quelques hypocrisies.
Pourquoi la neutralité en matière de religion (laicité) et pas en matière de politique ???

Si certains journalistes des chaines publiques commencent à exprimer publiquement leurs intentions de vote, ils me semblent que tous les autres devront suivre sans qu'on leur ait demandé leur avis, et là bonjour les dérapages ...

Maintenant, le raisonnement est différent quand il s'agit du privé, mais dans ce cas, il faut veiller au pluralisme des média.

66. Le samedi 17 février 2007 à 01:45 par Np237

Chic ! J'imagine donc que Béatrice Schönberg va elle aussi être suspendue, alors ?

67. Le samedi 17 février 2007 à 02:41 par Flying™

#65: Quelle pitrerie inutile si France Télévision se fixait comme mission première la satisfaction des exigences du service public, avant même celle bien plus évidente de faire du journalisme ... la neutralité n'existe pas quoiqu'il en soit, sortons la tête du sable et arrêtons de rêver à des médias lisses qui n'offenseraient ni n'indigneraient personne ... qui n'apporteraient rien en somme!

Je ne saisis d'ailleurs pas bien la portée des "remontrances" adressées par Me Eolas à Alain Duhamel dans la seconde partie de son billet: certes il ne s'est pas exprimé "en privé". Mais peu d'effort nous séparent d'une lecture plus logique de ces propos: il a probablement voulu dire qu'il n'exprimait son opinion qu'à titre privé, non en tant que journaliste, qu'il n'intervenait alors pas à ce titre.

Le concept d'une télévision publique est de toute façon assez choquant à mon goût. Quand en plus vous y associez le concubinage/mariage entre plusieurs des journalistes vedettes et des hommes politiques de premier plan, on tombe dans la farce. c'est bien le symptôme d'une trop grande proximité entre les deux milieux et d'un manque d'éthique évident de la part de ces journalistes à mon goût !



68. Le samedi 17 février 2007 à 02:45 par Flying™

Si je peux me permettre une rectification de la plus grande importance: ce n'est pas l'Institut de sciences politiques de Paris, c'est l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris, ou Sciences-po.

69. Le samedi 17 février 2007 à 05:06 par Hervé

"Nul ne doit être inquiété pour ses opinions. Pas viré, pas sanctionné, pas placardisé, et même pas inquiété. Chacun doit pouvoir exprimer une opinion sans ne serait-ce que craindre des conséquences néfastes pour lui."

Oui, mais peut-on exprimer son opinion n'importe et n'importe quand? Quelles sont les réserves professionnelles? Un professeur de lycée peut-il exprimer ses préférences pour un candidat dans son cours? Un préfet? Un journaliste peut-il rester crédible s'il affiche ostensiblement son opinion politique en pleine campagne? Y a-il faute professionnelle ou manquement à la déontologie?

70. Le samedi 17 février 2007 à 06:14 par Hervé

(suite) D'autre part il me semble que la chaîne ne suspend pas AD pour ses opinions mais pour les conséquences que l'affichage public de son choix de vote entraîne : la chaîne deviendrait partiale si elle continuait à mettre AD sur les élections.

Elle ne peut donc que, professionnellement parlant, suspendre AD d'élections.

Je pense qu'il n'y avait vraiment pas, hélas pour AD, d'autre solution et que cette solution était justifiée.

Immaginons un instant le débat si tous les journalistes affichaient dans cette campagne pour qui ils vont voter!
Ou alors immaginons que chaque candidant exigent leur AD sur la chaîne!

PS1. Le fait que l'on subodore pour qui votent les journalistes et comment ils orientent le débat politique est une autre histoire.

PS2. @37. Schloren. Plûtot d'accord!

71. Le samedi 17 février 2007 à 08:52 par Regard d'Asie

Que cette histoire est desolante et que d'hypocrisie..

Monsieur Duhamel est un commentateur politique et editorialiste. Quelle hypocrisie de penser qu'il ne devrait pas exprimer ses opinions a l egard des candidats a l'election presidentielle. A charge des medias qui l'emploient, s'ils veulent garder un ligne impartiale, de contre-balancer ses interventions par celles d'editorialistes representant d'autres sensibilites politiques.

Pareillement, Monsieur Duhamel me decoit et devient aussi hypocrite que ses employeurs lorsqu'il estime que ses propos a Science Po etaient d'ordre prive...

Bon voila, mais maintenant voici LA VRAI QUESTION : pour qui va voter Maitre Eolas ?? le suspense est insoutenable .. :-)

72. Le samedi 17 février 2007 à 09:25 par Schmorgluck

Je n'aime pas particulièrement Alain Duhamel, mais je trouve effectivement navrant qu'il soit évincé pour une raison aussi folle. Il est vrai qu'Elkabbach, lui, aurait du mal à se virer lui-même, il lui est donc loisible de rouler ouvertement pour un candidat, et il ne s'en prive pas.
Le débat serait peut-être plus sain si tous les journalistes affichaient leurs préférences. Quoique, ça me paraît douteux (il y a des journalistes dont je me fous des préférences - et dont j'apprécie le travail), et de toute façon il serait illégitime de les y forcer.

73. Le samedi 17 février 2007 à 09:50 par ff

"La réaction de ff me donne une perspective vertigineuse de l’ignorance abyssale de certains de nos contemporains... qui ont néanmoins la prétention de s’ériger en donneurs de leçons !

Vous seriez au nombre de mes étudiants, je crains que ce soit vous que je qualifie "d'hors sujet" !"

Ah, le petit maître de conf' qui la ramène et qui veut me mettre une bulle. Non, m'sieur, siouplait, pas les trois heures de colles, je vais encore me faire gronder par mes parents.
En tout cas, ce n'est pas la qualité de votre exposé qui risque de me faire changer d'avis.

74. Le samedi 17 février 2007 à 11:53 par Gastiflex

A propos de suspension, désolé d'être hors sujet (quoi que), mais il y a eu une nouvelle victime :
blog.monolecte.fr/post/20...

75. Le samedi 17 février 2007 à 12:02 par diogene

ff Contrairement à ce que vous feignez de croire, je ne doute pas de vos qualités . Votre commentaire du 12 février sur un autre sujet et un autre blog (authueil) étant un modèle de clarté et de pertinence. Mais de grace, vous etes brillant, inutile d'etre agressif !

76. Le samedi 17 février 2007 à 12:03 par Patreides

Dans l'affaire Duhamel, il semble que ce soit la rédaction de France 2 qui soit à l'origine de l'ostracisme du journaliste.

Ceci dit le journaliste politique se place à la croisée de l'empire des tartuffes (les politiques) et de celui des nigauds (les électeurs). Connaitre l'opinion de l'homme peut permettre aux tartuffes de le manipuler et aux nigauds de remettre en doute son travail puisqu'inféodé à un des tartuffes.

Je pense effectivement qu'un journaliste politique se doit de dépasser ses opinions pour faire son métier, histoire d'éclairer les nigauds sur les tartufferies des interviewés.

Ce que je trouve par contre assez risible, c'est qu'en France nous avons essentiellement une presse (papier) nationale d'opinion; les analyses d'un fait par le Figaro, le Monde, Libération et l'Humanité sont très loin de se ressembler et, même si elles s'en défendent, les rédactions télés ont aussi leur teinte...

L'avis de son collègue JM Aphatie: blog.rtl.fr/rtl-aphatie?a...

77. Le samedi 17 février 2007 à 12:04 par Raph

Pour moi, un journaliste peut être partial : s'il dit clairement sa préférence pour un candidat. C'est peut-être même plus honnête. Après, il faut que la chaine soit impartiale, donc que le temps de parole soit respectée et qu'il y ait la vérité.
Sinon, il faut rendre le droit de vote incompatible avec le métier de journaliste.

Pour le préfet ? rien ne l'empêche de le dir.. Par contre, s'il ne sort pas, il ne sera pas aider...

78. Le samedi 17 février 2007 à 13:38 par brebis galeuse

Tele Sarkozy recrute urgent editorialiste sarkozyste
Decret libertogene N° '4565456 " Journalistes ce decret s'applique à vos conférences, mais également maintenant dans le secret votre salle de bain et lorsque vous achetez votre baguette de pain : deconnez pas avec votre boulangère, maintenant bon courage dans l'exercice de votre nouveau métier en terre de sarkozysme. rappelez vous qu'une déférence et un comportement non verbal ou un discours induit est par ailleurs tout a fait recommandé, ne dite pas ouvertement Votez Sarkozy, mais privilégié des sourires complices, essayez même le prénom, "comme le dit Nicolas" c'est très tendance "

A propos de ses déclarations en faveur de François Bayrou, Alain Duhamel a reconnu vendredi sur RTL qu'il n'aurait "pas dû dire cela". Mais il a aussitôt ajouté : " Je le paie. C'est disproportionné".

Commentaire de Brebis Galeuse : Malaise dans les médias* ! Disproportionné ? Non... Parfaitement Misérable !

Brebis Galeuse

les-loups.hautetfort.com

Livre :"les loups le sarkozysme expliqué aux enfants"


79. Le samedi 17 février 2007 à 15:30 par parano

Vous avez-quoi ?...

Vu les retours de coups de bâtons, peaux de bananes et autres coup foireux qui vous tombent sur le coin du nez dès que vous dites quelquechose qui peut être mal interprété ou géner quelqu'un... même sur ce blog j'hésite à m'exprimer de peur d'être fiché, surveillé, sanctionné ou attendu au tournant !

C'est le syndrome de la paranoïa populaire, la psychose du complot omniprésent qui me gagne...

Rassurez-moi, je ne suis pas le seul... vous aussi vous avez ce sentiment ?

(m...., mon adresse IP j'espère que personne n'a pu la voir).

80. Le samedi 17 février 2007 à 15:53 par PEG

Eolas, je suis d'accord avec vous à 100%.

Mais pour faire l'avocat du diable: sous la IIIème République, les militaires n'avaient pas le droit de vote. (Pour être plus précis d'ailleurs, ils n'avaient pas l'exercice du droit de vote.) Des grands journalistes comme Jean-Michel Aphatie disent refuser de voter afin de se donner une garantie de neutralité. Moi je ne serais pas ennemi que les journalistes n'aient pas l'exercice de leur droit de vote. Je trouve que c'est logique, au regard à la fois de leurs privilèges et de leur rôle social.

81. Le samedi 17 février 2007 à 16:07 par candide

Dites-moi si je me trompe,
dire que l'on partage certaines idées de l'un ou de l'autre, ce n'est pas forcément ouvrir un débat politique, se lancer en campagne ou faire du prosélytisme ?
On se doute bien que tout un chacun a des idées.
Les exprimer est plutôt un signe liberté et va dans le sens du pluralisme. A chacun de nous de faire le tri de ce avec quoi il est d'accord ou pas !

82. Le samedi 17 février 2007 à 16:40 par ff

Allez, le sujet m'intéresse et je vais en remettre une couche. Ou plutôt trois :
- comment aurait réagi Eolas si Duhamel s'était déclaré en faveur de, euh, je ne sais pas,moi, au hazard, allez, tiens, Le Pen ?
- doit-on tirer du billet d'Eolas la conclusion que Gollnish n'aurait pas dû être suspendu de Lyon III pour ses propos sur la façon dont sont morts des gens pendant la guerre. Plus largement, la loi Gayssot est-elle conforme à la Constitution ?
- A la veille du match Marseille-PSG, l'arbitre tiré au sort pour la rencontre se déclare publiquement pour Marseille. Peut-on penser qu'il arbitrera la rencontre de la façon la plus objective possible ?

83. Le samedi 17 février 2007 à 17:17 par Flying™

#82:
- Lepen vs. Bayrou: argument intenable: vous tirez des conclusions des conséquences que vous présumez d'une situation qui ne s'est pas présentée. Pas la peine de faire l'opprimé pour autant: je pense l'auteur suffisamment honnête et capable du recul suffisant pour défendre le droit à s'exprimer en faveur de Le Pen tout comme de Bayrou ... Cf. citation de Voltaire blablabla.

- Gollnish : Oui. Il n'appartient pas aux députés de faire l'histoire. En aucune manière: ca rompt le débat, les efforts, les recherches. Les professeurs de faculté n'ont pas non plus à être neutres (la fac n'est plus à le lycée, un étudiant sait se faire une opinion), ils ont juste à être honnête intellectuellement. Et compétents.

- Foot : C'est vrai ... l'enjeu est de taille, comparé au journalisme et à l'université, wahou! La comparaison est absurde quoiqu'il en soit: c'est comme si l'on admettait qu' juge, avant le prononcé d'un verdict, s'exprime en faveur de l'une des parties ... pourquoi une neutralité requise ici? parce que le but n'est pas de faire usage de sa liberté d'expression, mais de satisfaire aux exigences d'un procès/match équitable (CEDH/UEFA).

84. Le samedi 17 février 2007 à 17:18 par Raph

Dire que l'on soutient une personne est une chose.
Ecarter des faits avérés de l'histoire car contraire à son opinion est, d'une part part, contraire à tout raisonement cohérent et, d'autre part, blesse les personnes qui l'ont vécu.

Qu'un arbitre indique sa préférence avant un match, ce n'est pas spécialement gênant. On peut passer outre son ressenti.. Et les arbitres ne sont pas tirer au sort, mais désignés...

85. Le samedi 17 février 2007 à 18:29 par ff

au "hasard", désolé.
Je ne tire aucune conclusion, je pose des questions.
La comparaison avec le foot a lieu d'être, surtout vu le niveau du débat politique. Il me semble que si un débat est animé par un journaliste qui s'est déclaré en faveur d'une des parties, on peut douter qu'il animera la rencontre de la façon la plus objective possible. Certains oublient que Duhamel était censé mener les débats entre les candidats à la présidentielle, et que c'est de cette activité qu'il a été écarté.

86. Le samedi 17 février 2007 à 18:56 par tafkap

Prêtons une pensée fumeuse a P. De Carolis:
"- Alors, Drucker c'est fait, Shoenberg au piquet, Duhamel au placard.... A qui le tour?
Idée lumineuse!Il faut que j'embauche Miss Torreton. Mister "Royal boy" ne va pas s'en remettre!
Allo Claire?, Patrick à l'appareil. On peut se voir?"

87. Le samedi 17 février 2007 à 19:10 par Frastealb

Eolas pourrait indiquer à ff ( #59) en quoi un comportement contraire aux principes des droits de l'homme ne peut constituer une faute professionnelle.
Je ne suis pas juriste, mais j'essaye de comprendre, la constitution de notre chère Vème République indique en préambule que "Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004."
De fait, si je comprend bien, tout texte de loi contraire au Droits de l'Homme (Code du travail y compris), et tout contrat de travail ne respectant pas ces droits, serait de fait, nul car anti-constitutionnel. ( j'ai bon ?)

"- doit-on tirer du billet d'Eolas la conclusion que Gollnish n'aurait pas dû être suspendu de Lyon III pour ses propos sur la façon dont sont morts des gens pendant la guerre. Plus largement, la loi Gayssot est-elle conforme à la Constitution ?"

Ah, ca c'est un argument que je lis fréquemment de la part des frontistes : "on n'a pas la liberté de penser, on ne peut pas parler d'homosexualité etc.".

Le droit à l'opinion, si je comprend toujours bien, autorise le citoyen à dire publiquement "je n'aime pas la communauté homosexuelle" ou bien "je pense que l'homosexualité est immorale", mais pas : "l'homosexualité est immorale" (j'ai toujours bon ?).

Concernant l'exemple précis de Gollnisch et Lyon III, je suppose qu'il a du dire d'un historien que "la neutralité" n'est "pas assurée" car il est juif, sans précéder cette phrase par un "je pense que". (Si je me souviens bien, Marine Le Pen, lui avait reproché peu après de conforter les gens dans l'idée que le Front National était un parti antisémite, un comble vous rendez-vous compte ?).

88. Le samedi 17 février 2007 à 21:10 par Mouche du coche

Voici mon soutien à votre billet.

Il apparaît que la démocratie-que-tout-le-monde-nous-envie a bien des progrès à faire, puisqu'on peut agir ainsi impunément.

89. Le samedi 17 février 2007 à 21:28 par yves

Je suis de gauche anti libéral. Lisez ce qui suit à la lueur de cette information.

Je vais me permettre un raccourci: ce n'est pas l'opinion d'Alain Duhamel le problème, c'est le pluralisme.

À partir du moment ou Alian Duhamel clame qu'il est de droite, il perd (la chaine perd) sa prétention à la neutralité. Quelle différence entre avant 'anonce et après? aucune! Alain Duhamel est notoirement de droite depuis toujours. Il a le droit de l'etre, bien sûr. Mais les medias ont à respecter un certain pluralisme. Qu'il ne dise pas qu'il est de droite permet de prétendre à la neutralité, alors qu'après son aveu c'est plus dur. Il faudrait équilibrer avec un mec de gauche, pour être un peu pus neutre.

Il a commis une faute vis à vis de son employeur, en lachant son masque. C'est pourquoi il est sanctionné. Pas pour son opinion politique. Mais pour ne plus pouvoir prétendre être "au-dessus des partis". La différence est là. Il est sanctionné pour avoir avoué être de parti pris. Le parti importe peu. Son travail était de prétendre le contraire, alors il perd son travail.

La chaine trouve là un moyen simple de prétendre respecter le pluralisme, alors qu'elle continue à se torcher avec. Vous pouvez être de droite, dit-elle à ses journalistes, à conditions que cela ne se sache pas.

Par qui vont il remplacer Duhamel? Par un autre du même genre. Il n'y aura pas plus de pluralisme.

(S'ils sont un peu trop à gauche ils sont déplacés/virés, cf Mermet ou Benasayag).

Je pense que des chrnoiqueurs encartés feraient beaucoup plus pour le repsect des médias: Si elles affichaient, par exemple: "nos chroniqueurs politiques sont 2 UMP, 1 UDF et 1 PS" les chaines apparaitraient plus honnêtes. Mais alors il faudrait peut-être compter ces chroniques dans le temps de campagne des partis?

90. Le dimanche 18 février 2007 à 02:51 par Albert Nonyme

Cher Yves, je me permet de vous rappeller que Alain Duhamel a annoncé voter F. Bayrou, il n'est donc pas "de droite" mais "centriste". De plus, au jour d'aujourd'hui, l'UDF se dit plus proche du PS que de l'UMP.

91. Le dimanche 18 février 2007 à 04:36 par Flying™

Yves:
Vous voulez du pluralisme et de la neutralité ... comment avoir du pluralisme en exigeant des médias qu'ils soient neutres? le problème est là: c'est impossible. Si tout le monde se cherche une position "neutre", il n'y a pas de pluralisme puisque tout le monde a la même position ...

Moi je dis vivent les médias d'opinion qui tombent les masques, ne planquent pas des affirmations engagées derrière un déguisement neutre censé les rendre incontestables puisque prétendument objectives.

92. Le dimanche 18 février 2007 à 09:27 par BofBof !

Vous pouvez dire tt ce que vous voulez, les intêrets en jeu sont bien + importants que vos réactions qui, en gros, restent confidentielles. Elles vous donnent l'impression de peser dans la balance. c vraiment une illusion.
Alors, je sais que c'est 1 démission, mais je n'ai trouvé, à mon âge (important quand même), qu'une solution, "cultiver son jardin".
Tout de même, par curiosité, j'aimerais bien savoir pour qui vote Maître Eolas, même s'il nous le disait (improbable) il resterait maître de son blog. Cette dernière phrase est tout à fait inutile, mais c juste qu'il pleuvait un peu et que je suis rentrée de mon jardin.

93. Le dimanche 18 février 2007 à 09:51 par yves

Allo ! Allo! Ici Yves N°63 qui n'est pas Yves N° 89.

Je ne comprends pas bien le raisonnement de PEG #80.
Si j'étais journaliste et qu'à ce titre je ne puisse pas voter, eh bien je me dirais qu'il ne me reste plus qu'une voie : convaincre mes auditeurs de voter dans le sens de mes opinions et je le ferais alors sans scrupule.
Donc cette mesure me parait inefficace : ce n'est pas parce que l'on ne peut pas voter que l'on n'a pas d'opinion ou de préférence. Et puis surtout pourquoi toujours vouloir restreindre les libertés !!

94. Le dimanche 18 février 2007 à 12:05 par schloren

> j'aimerais bien savoir pour qui vote Maître Eolas
Comme l'élection présidentielle ne se jouera probablement pas à une voix, je pense que cette information est de peu d'importance. Par contre le vote des libéraux même si, dixit Maître Eolas, "les libéraux n'ont que très peu d'enthousiasme pour ce candidat." et Madelin n'ayant pas annoncé sa candidature, ira sans l'ombre d'un doute au gesticulateur précoce. Une fois qu'il aura accompli son grand destin de petit bonhomme et posé ses fesses là où il rêve de les poser, les libéraux vont probablement occuper le terrain. Pour faire une analogie avec les sociétés animales, les libéraux et Sarkozy, ça tient de l'association phorétique : comme ces acariens qui se fixent sur un coleoptère bousier pour se faire transporter sur une bouse à coloniser. Regardez la tronche d'un Sarkoléoptère en difficulté dès qu'il s'agit de défendre les slogans que ses acariens libéraux lui ont mis dans la bouche ("Baisse des charges, travailler plus pour gagner plus..."). Il se fait carrément démonter la tête par DSK : www.dailymotion.com/sarko... et il ne dispose même pas de la rhétorique libérale élémentaire pour lui répondre. Ca date un peu mais imho ça n'a pas changé et il se referait étaler aujourd'hui si quelqu'un osait le titiller là dessus sans que la réponse figure dans ses anti-sèches. Mais comme on n'a pas encore vu l'ombre d'un débat de ce type pour la présidentielle et qu'il ne faut pas compter sur les journalistes pour gratouiller dans sa zone d'inconfort, ça ne risque pas d'arriver et le masque ne risque pas de tomber.

95. Le dimanche 18 février 2007 à 16:09 par Raph

"élection présidentielle ne se jouera probablement pas à une voix"
Raisonnement surprenant..
Comme l'élection ne se jouera pas à une voix; inutile d'aller voter.. Enfin, pour moi.
Pour mes 9 amis, pareil : elle ne sera pas à 10 voix.
Ni à 100, ni à 1000...
A partir de quand ?
Quand le chiffre devient-il important ?

Et si l'élection se jouait à une voix ? Peu probable, mais possible.

96. Le dimanche 18 février 2007 à 16:54 par Totreador

Bravo Eolas pour ce maître-billet si bien maîtrisé !
Je préfère à la limite connaître les opinions des journalistes, plutôt que de les voir avancer, masqués comme le Monde...

Toreador
www.toreador.fr

97. Le dimanche 18 février 2007 à 17:32 par schloren

@Raph
Relisez bien à tête reposée et essayer de comprendre ce que je dis au lieu de compléter mes demi-phrases par les votres (de temps en temps je comprends l'exaspération d'Eolas vis-à-vis de commentaires). Je dis simplement que la connaissance du vote d'Eolas aura probablement peu d'influence sur le scrutin. En tout cas certainement moins que celle de Johnny, Guy Roux, Poulidor, Doc Gynéco et Pascal Sevran (j'omets volontairement Glucksmann, Bruckner et Weitzmann, les comiques étant déjà largement représentés dans les soutiens à Sarko). J'en profite pour parler une nouvelle fois de l'hypocrisie des médias qui présente le ralliement de Glucksmann et de ses camarades comme une adhésion des intellectuels de gôche à l'agité de Neuilly. Glucksman qui fut il y a 25 ans la caution intellectuelle à frange de Marie-France Garaud, trotskyste notoire. Il fut aussi avec Bruckner et leurs camarades du "meilleur des mondes" un ardent va-t-en-guerre lors du lancement de l'escapade américaine en Irak (curieusement ils en parlent bcp moins ces temps-ci). Bref, annoncer leur ralliement comme un abandon en rase campagne du camp de Ségolène pour celui de Nicolas, c'est vraiment prendre les lecteurs pour des imbéciles à la mémoire courte ( www.liberation.fr/actuali... ). Tout ce petit monde s'épanche à longueur de colonnes et d'antenne sans que ça pose de problème déontologique à leurs employeurs respectifs. Lapider Duhamel pour avoir honteusement avoué des penchants centristes est un monument d'hypocrisie (ça c'était pour éviter le hors-sujet).

98. Le dimanche 18 février 2007 à 19:19 par xerbias

Ce qui est rigolo, c'est lorsque Duhamel avoue à Libération ne pas très bien comprendre ce qu'il lui est arrivé, n'ayant jamais allumé un ordinateur de sa vie.

Rien à voir mais il-y-aurait il un juriste pour m'expliquer la raison pour laquelle Philippe Bidart est sorti de prison après avoir été condamné deux fois à perpétuité ?

99. Le dimanche 18 février 2007 à 20:16 par Olivier

Bonjour,
un très court commentaire pour répondre à Albert Nonyme (#90). Il est un principe de base en politique: quelqu'un de gauche n'a aucun problème pour se revendiquer tel. Tout autre, qu'il se dise centriste (sire), apolitique, niniste ou que sais-je encore est donc de droite quoi qu'il souhaite en faire accroire.
Bien à vous.

100. Le lundi 19 février 2007 à 11:55 par Farid Taha

Excellente l'expression !

"Vous risqueriez par accident de cirer les pompes qui vous ont botté les fesses"

Elle n'est pas déposée ?

101. Le mardi 20 février 2007 à 23:10 par edith brayard

moi ce sont "Les Prétendants 2007", éditions Pocket que

j'aurais préféré censurer:
Mon sang de contaminée n’a fait qu’un tour, je lis et je

cite la page 47 dans la rubrique Fabius ( édition

Pocket ):

« Bien pire : l’horrible affaire du sang contaminé qui a

coûté la vie à des DIZAINES (sic)de malheureux

transfusés lui a été imputée, au mépris de toute équité.

»
Des DIZAINES? Duhamel ?
C’est çà le journalisme, transformer la réalité

impunément pour faire que dans quelques années

l’horrible affaire du sang contaminé ne soit plus qu’une

anecdote ?
Un peu comme Le Pen qui affirmait que les camps de

concentration n'avaient jamais existé ?
T’as gagné combien de pognon Duhamel avec tes torchons ?
Des dizaines???

Les associations de transfusés sauront apprécier...

102. Le lundi 26 février 2007 à 15:44 par hungarian fear

Et encore un intervenant dégagé d'antenne pour cause de sympathie politique
www.lemonde.fr/web/articl...

Vive l'apolitisme hypocrite !

On arrête quand la mascarade neutralisante ?

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact