Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les Espagnols savent faire de la pub

Enfin, je peux déballer mes cartons. De mon (trop) bref séjour Plus Ultra, je vous ai ramené deux souvenirs, deux publicités espagnoles que j'ai trouvées excellentes.

La première est la publicité annonçant le tirage exceptionnel du 15 août de la loterie de la ONCE, l'Organisation Nationale des Aveugles Espagnols, organisation caritative fondée en 1938, au lendemain de la guerre civile. Elle tire ses fonds de l'organisation d'une loterie dont les vendeurs sont aveugles ou mal voyants, qui gagnent ainsi un salaire et bénéficient d'une couverture maladie et d'une retraite. Certains vendent assis sur une chaise dans la rue, mais de plus en plus des kiosques verts leur servent de bureau de vente. Aujourd'hui, la ONCE fournit du travail à plus de 40.000 aveugles et handicapés de la vue. Cette loterie s'appelle el Cupón ; et chaque été, un gros lot est mis en jeu. Depuis plusieurs années, la ONCE a pris le parti de faire des publicités humoristiques pour rajeunir son image. Et celle de cette année est dans cette lignée.

Le thème est simple. Cette année, le gros lot est de 20 millions d'euros. C'est le plus gros Extra de verano (Extra de l'été) qu'il y ait jamais eu. Comme les anglicismes sont à la mode aussi de l'autre coté des Pyrénées, les publicitaires ont choisi de s'en moquer. Ils annoncent le prix le plus heavy (prononcé rébi) ; or heavy en espagnol, c'est le hard rock. Et voilà le thème du spot : les hard-rockeurs à la plage. Si vous avez des amis qui étaient fans de hard rock dans les années 80-90, ils vont adorer. Regardez plusieurs fois le spot, il y a plein de détails (notamment le feu pour piéton...). Musique : Europe, The Final Countdown.

Deuxième publicité, encore plus créative : la Renault Mégane. La réglementation européenne interdit désormais de faire de la publicité pour les voitures en vantant leur vitesse, ou leur puissance. Ca limite les possibilités. La sécurité, ça ne marche pas trop, car on n'a pas envie de rappeler au client qu'il risque de mourir au volant de la voiture qu'on veut lui rendre. La ruse digne de Tartuffe est désormais de parler du plaisir de conduire, de dire qu'en fait, plus la route est mauvaise, plus on s'amuse. En France, Peugeot nous a infligé son lamentable et irritant GPS qui donne une mauvaise route pour Genève. Voilà ce que Renault Espagne a trouvé. Les sous titres sont en Anglais. Musique de Giorgio Moroder, tirée de la chanson "Never Ending Story", 1984, paroles de Keith Forsey, interprétée par Limahl.

Le slogan étant : choisissez le chemin difficile.

Le succès de cette publicité est énorme. Il est difficile de se retenir à la fin de ne pas reprendre "y una marato-o-on...''.

Voilà la réponse idéale : la réglementation est absurde, faisons des pubs absurdes, avec des fées, des super-héros, et des scènes inspirées par le surréalisme espagnol (l'éléphant qui repousse la route, les rochers qui se reproduisent...). Brillant. Absolument brillant.

Ajout : Pour illustrer ce que je dis, voici ce qui se passe quand cette publicité passe dans un festival de films publicitaire. C'est un fantasme de créatif.

Commentaires

1. Le lundi 6 août 2007 à 15:22 par Thalamos

excellent !

2. Le lundi 6 août 2007 à 15:47 par Salomon Ibn Gabirol

La musique de la pub Renault est tiré du film l'Histoire Sans Fin.... www.imdb.com/title/tt0088...

3. Le lundi 6 août 2007 à 15:49 par bardabu

La musique me rappelle le film "L'histoire sans fin" ou un enfant lit dans un livre ce qui va lui arriver. Ca se passe dans un monde irréel. A l'origine un livre pour enfants, il est aussi apprécié des adultes... Toute ressemblance évidemment...

www.youtube.com/watch?v=3...

Ce que j'aime le plus (après les cyclistes-distrayantes) c'est peut-être le furtif moteur de F1 à la fin, une sorte de clin d'oeil ou de pied-de-nez, c'est selon.

4. Le lundi 6 août 2007 à 15:54 par oin


Vous interprêtez la publicité Renault comme dénonçant une réglementation absurde et la trouvez brillante. Si je comprends bien, l'interdiction porte sur la glorification d'un comportement dangereux (conduire vite) et/ou irresponsable (conduire une voiture puissante qui pollue - pour faire vite).

Est-ce à dire que vous approuvez la démarche (i.e la réglementation _est_ absurde) ou appréciez seulement la "performance de "" créatif"" "? Et quid de la loi Evin dans ce cas (sur la partie publicité)?

J'approuve les deux : la performance de créativité face à une réglementation absurde. Quant à la loi Evin, elle ne s'applique pas en Espagne et ne porte pas sur les voitures.

Eolas

5. Le lundi 6 août 2007 à 16:14 par Arnaud

Avez-vous compris la fin de la première vidéo ?
(Esto va a ser la caña ?)

6. Le lundi 6 août 2007 à 16:47 par oin

> Quant à la loi Evin, elle ne s'applique pas en Espagne et ne porte pas sur les voitures.

Parfait: le grand prix de formule 1 en France ne se passe pas en Espagne et porte sur les voitures; les organisateurs n'ont donc aucun problème avec la loi Evin!

Cessons d'être ironique: je comprends que vous puissiez admirer le travail des publicitaires et il est de votre droit d'utiliser le nom qu'ils préfèrent pour les désigner ("créatif"). Je persiste néanmoins à trouver mon parallèle avec la loi Evin relativement pertinent puisque ces lois visent à limiter la publicité de produits/attitudes (fumer et rouler vite) considérés comme dangereux.

Je ne cherche pas à "Troller" ni à polémiquer outre mesure: j'aimerais juste comprendre pourquoi vous considérez cette réglementation absurde. Je précise que je comprends que l'on puisse la qualifier d'hypocrite : si on ne veut pas de bolide sur les routes pourquoi ne pas interdire (ou brider) les bolides au lieu de la publicité? Une réponse classique mais discutable: parce qu'il y a des portions d'autoroute à vitesse non limitée en Allemagne et des cirduits privés.

Je ne comprenais pas ce que la loi Evin venait à faire ici. C'est le problème des manufacturiers de tabac qui sponsorisent des écuries. D'accord.

Ce que je trouve absurde : c'est cette lubie du législateur, qui finit par s'étendre à tous ceux de mes concitoyens qui se croient plus intelligents que leur prochain (ce qui approche la totalité de la population), de croire que, parce qu'une publicité dit que telle voiture monte à 100 kilomètres/heure en 8 secondes, si nous l'achetons et roulons neuf secondes en ville, nous seront nécessairement à plus de 100 kilomètre/heure ; que parce qu'Humphrey Bogart est terriblement sexy en s'allumant une cigarette, nous allons tous foncer nous acheter un paquet de Gitanes maïs pour rêver que nous séduisons Ingrid Bergman, bref que l'humanité n'a pas plus d'esprit critique qu'une éponge de mer et que ceux qui décident de ce qui est diffusé à la télévision ont du coup la lourde charge de penser pour des millions d'êtres humains. Et qu'en interdisant de dire qu'une voiture a pour première fonction d'avancer, et que ce qui donne la supériorité d'une Ferrari sur une 2-cv, ce n'est pas le confort des fauteuils, mais le fait qu'une pression de l'orteil vous donne l'impression de bondir en avant, l'humanité va enfin se conduire docilement au volant et que les accidents de la circulation disparaîtront enfin.

Eolas

7. Le lundi 6 août 2007 à 17:13 par S.

Ah ben déjà, avec de tels choix musicaux ça ne peut que faire un pur carton, dans les deux cas! Deux de mes morceaux favoris, miam.


Et puis:

> ... que l'humanité n'a pas plus d'esprit critique qu'une éponge de mer...

Ben en même temps, quand on voit la popularité de Britney Spears... :(

8. Le lundi 6 août 2007 à 17:17 par Escualdifargo

Excellent pour moi aussi, "vieux" con nostalgique des années 80....

Mais si ces pubs sont si biens n'est-ce pas principalement aux musiques choisies qu'elles le doivent ? Même si effectivement voir un troupeau de jeunes et jolies femmes dénudées sur un vélo ça aide aussi...

9. Le lundi 6 août 2007 à 17:26 par Della

cette pub est gigantesque

le film "l'histoire sans fin" est un des films les plus marquant de ma vie , et le thème de la BO me transporte déjà à lui tout seul dans un monde magique et merveilleux.

si on ajoute des rochers qui font l'amour et des éléphants qui poussent la route, ça fonctionne à 200 %

en tout cas, le créatif de cette pub a dû ressentir la même chose que moi à propos de ce film, quel talent !!

10. Le lundi 6 août 2007 à 17:33 par deilema

excellent! un grand merci de faire voyager vos malheureux confrères encore cloués au boulot pour quelques jours!

11. Le lundi 6 août 2007 à 17:52 par Pascal

Bravo Maitre Eolas, je suis 100% d'accord avec vous sur la proportion d'etoiles de mer abruties dans la population generale.

Et comme tout bon politicien sait qu'il ne faut jamais sous estimer la betise generale, ce n'est pas fini.

Comme disait l'autre: "Un homme d'etat est un politicien mort. C'est ce qu'il nous faut, plus d'hommes d'etat."

12. Le lundi 6 août 2007 à 18:44 par Skro

@ bardabu: Pour info, le bruit de Formule 1 dans les pubs Renault sert à souligner qu'ils sont champions du monde en titre de la discipline (soulignement illustré par une petite voiture).

Sinon, je dois avouer beaucoup aimer la pub pour ONCE, avec tous les clichés du hard rock poseur...

Regards,
Skro

13. Le lundi 6 août 2007 à 19:02 par Fred

monsieur Eolas, dans le commentaire 6 vous êtes de très mauvaise foi

ce n'est pas le filtrage des pubs en soi qui est utile, mais l'atmosphère générale qui est à décourager la consommation de tabac et les vitesses excessives sur la route.

Les limitations dans les pubs font partie du puzzle et de la cohérence d'un plan de lutte. Vous ne pouvez tout de même pas nier que les résultats sont là et à son niveau la limitation dans les pub à joué son role en inversant certaines mentalités. Je serai même partisan d'aller plus loin, le bridage des véhicules.
Rien que pour les accidents sur la route la France vient de très très loin.

Quand à l'esprit critique de l'humanté, on dira que je suis moins optimiste que vous.

Pourquoi ? Vous estimez en être dépourvu ?

Le pic de l'accidentologie en France est 1972 (18000 morts). Depuis, la baisse est constante. J'ai une cousine qui est née en 1972. J'en déduis qu'elle a joué un plus grand rôle que cette réglementation européenne qui est largement postérieure, la baisse des accidents ayant déjà commencé en tout cas en France. Vous voyez qu'en prenant un phénomène (la baisse des accidents) et une cause antérieure, on peut aboutir à n'importe quoi. Je ne crois pas un seul instant que le fait de ne plus dire que les Audi et les BMW sont plus puissantes que les Twingo ait contribué en quoi que ce soit à la baisse des morts sur la route (vu que leurs ventes n'ont pas sensiblement baissé), pas plus que le fait de nous montrer aux heures des repas des images qui donnent des cauchemars à nos enfants, merci la Sécurité Routière et sa doctrine de culpabilisation. Ce qui a diminué la mortalité sur la route, dont la baisse est supérieure au nombre d'accidents, c'est l'amélioration de la sécurité des voitures (renforts latéraux, air bags, ABS...), l'amélioration des soins d'urgence, notamment par le fait que des médecins se rendent sur les lieux des accidents avec les SAMU et les SMUR, et plus récemment les radars automatiques qui assurent de la sanction.

Eolas

14. Le lundi 6 août 2007 à 20:09 par horaires sncf

Sympathique musique sur le fond de la pub renault...

15. Le lundi 6 août 2007 à 20:18 par Pandore

Ca sent le déclin ici.

16. Le lundi 6 août 2007 à 20:49 par Blub

@Eolas, commentaire du n°6 : je crois que, comme la quasi-totalité de la population (et je ne prétend pas être hors du lot), vous sous-estimez l'importance de la pub.

Vous êtes optimiste en pensant que voir une pub pour une audi ou des céréales ne nous incite aucunement à en acheter, car nous disposons d'un esprit critique. Mais croyez vous que la pub n'existerait pas si elle ne donnait aucun résultat ? Consciemment ou non, la publicité influence nos habitudes. La preuve ? Les millions que les entreprises dépensent en campagne de communication.

Je crois que peu de personnes sont conscientes d'être influencées par la pub, par amour-propre peut être, mais ce n'est qu'une illusion. La publicité est sans doute une petite perception qui nous influence qu'on le veuille ou non.

Et quant à moi, je trouve justifié que soient interdits les pubs incitant à la vitesse et aux risques - et je méprise ceux qui achètent une voiture qualifiée "d'agressive" par les journalistes automobiles pour se sentir puissant.

17. Le lundi 6 août 2007 à 21:10 par Torcafol

Je ne résiste pas à rajouter mon grain de sel dans le mini-débat en gestation sur l'intérêt de lutter contre la violence routière en interdisant de vanter les mérites des voitures, en particulier la vitesse.
Il me semble qu'en fait, le législateur est dans la seule position qu'il puisse adopter, dans la mesure où il est comptable de la sécurité du public. Il est donc logique qu'il interdise les publicités vantant la vitesse.
Mais le problème ne serait-il pas ailleurs ? J'entendais l'année dernière l'interview du maire d'une commune moyenne - je ne sais plus laquelle - qui avait dû, pour le 14 juillet, interdire la vente de certains confetti en plastique parce qu'ils bouchaient les égoûts. La conclusion du maire était assez frappante, car il se plaignait d'être réduit à prendre arrêté d'interdiction sur arrêté d'interdiction alors qu'à l'origine il voulait juste "aider ses concitoyens" (je cite de mémoire).
Si c'est bien l'intérêt du droit d'ouvrir des espaces de liberté, il me semble que le développement technique de notre société aboutit à ce que pour maintenir ces espaces de liberté ouverts, le législateur et les pouvoirs de toute sorte doivent désormais également promulguer de plus en plus d'interdiction, qui apparaissent néanmoins frustrantes pour ceux qui sont visés par elles.
Ceci dit en continuant d'aimer énormément le blog de maître Eolas, est-ce que c'est grave ?

18. Le lundi 6 août 2007 à 22:34 par Eric

Bonjour à tous, c'est ma première intervention sur ce blog que je suis avec grand intérêt depuis quelques mois maintenant :) Le débat dont il est question en ce moment m'intéresse au plus haut point !
Pour tout dire, je considère que l'Etat n'a pas à dire au citoyen quel est la meilleure façon de gérer sa vie, comment il doit gérer ses affaires, etc. A mon sens, l'Etat n'est pas là pour donner voire parfois imposer un modèle de vie au citoyen !
Je ne suis pas fumeur, je n'ai pas le permis (et je n'aime de toute façon pas la vitesse ni particulièrement les grosses cylindrées allemandes ou les sportives italiennes) et je suis diabétique : pourtant voir en permanence dans la rue ou à la télévision que "fumer, c'est mal et ça tue", que "pour conduire, il faut être prudent et savoir limiter sa vitesse" et, plus récemment, qu'il faut que je mange "5 fruits et légumes par jour" sans oublier d'éviter de "manger trop gras, trop salé, trop sucré (c'est pour ma santé), www.mangerbouger.fr" (d'ailleurs qui sincèrement est déjà allé sur ce site suite à une pub ? là je viens d'y aller pour la première fois en y pensant), ça m'insupporte.
Au mieux j'ai l'impression que l'Etat se sent responsable de refaire toute mon éducation ; au pire j'ai l'impression d'être pris pour un sombre crétin qu'il faut tenir par la main pour éviter qu'il fasse des bêtises.

La mise sous tutelle de ses citoyens par l'Etat est une dérive vraiment préoccupante. Un totalitarisme soft. Heureux de voir que cela fait réagir.

Eolas

19. Le lundi 6 août 2007 à 22:51 par Simon C.

Les espagnols savent aussi faire... Des séries :-)

Alors... Si vous le permettez...

D'un de mes séjours « mas que plus ultra » j'ai ramené Aìda, une maîtresse de maison pas du tout désespérée.

Et pourtant elle aurait de quoi l'être vu sa famille : Eugenia sa mère, gloire oubliée du music-hall, pique-assiette aigrie, qui n'en fout pas une sauf pour ressasser son passé, vider le frigo et empoisonner l'existence de ses proches,

Luisma (Luis Mariano) le frère cadet, rescapé de la drogue mais avec pas mal de neurones en moins, c'est un des personnages vedette de la série,

Lorena, la fille, adolescente égoïste, frivole, menteuse comme une arracheuse de dents,

Jonathan le fils pré-ado, pré-délinquant aussi, toujours à deux doigts d'être embarqué « al reformatorio ».

Toute cette petite famille est installée dans un appartement d'un quartier de banlieue de Madrid (c'est comme ça en Espagne, on est très famille, encore plus quand on est sans le sou) et vit chichement des ménages d'Aìda (puisqu'elle est « chacha », bonne à tout faire).

Il y a aussi des personnages « secondaires » comme Paz, amie d'enfance de Aìda et prostituée de son état (Luisma est transi d'amour), même pas maquillée comme une voiture volée la Paz (on est en Espagne, ne l'oublions pas)

Comme Chema l'épicier gauche mais volontariste, Fidel son fils, inénarrable et plus ou moins effeminé, et enfin Mauricio, patron de bar, exploiteur d'immigrés sud-américains, se prend pour un caïd mais il est souvent loin du compte...

C'est bon ? Vous êtes arrivés au bout ? :-)

Eh bien, malgré les apparences, la série est drôlissime, pas misérabiliste pour deux sous, les travers des personnages (et des espagnols donc...) forcés à outrance et tournés en dérision, parfois cruellement mais avec une liberté de ton rarement vue en France.

Que les âmes sensibles se rassurent : c'est cru mais rarement vulgaire.

(je dis ça pour les personnes qui s'offusqueraient de la présence d'une prostituée dans une série familliale)

Si vous êtes hispanophones vous avez de la chance :-) (ne comptez pas sur les extraits trouvés sur les sites idoines pour vous donner l'ambiance de la série)

Si j'ai été trop long, je vous prie de m'en excuser, c'est que... les souvenirs d'Espagne de Maître Eolas ont réveillé les miens ;-)

Pis de toutes façons je circule en vélo, alors bon, les débats mille fois ressassés, mais jamais renouvelés, sur la violence routière, hein !

Précisons qu'il s'agit de la comédie Aida, diffusée si je ne m'abuse sur Telecinco.

Eolas

20. Le lundi 6 août 2007 à 23:21 par Emmanuel

Cet été à la villette, tous les films s'ouvrent par une pub pour une Seat "auto-emocion", cette pub en noir et blanc qui prétend mettre l'auto au coeur des préoccupations de l'homme moderne, "parce que le plus important n'est pas ce que l'on possède, mais ce qui nous possède" (en gros)

Tous les soirs cette pub se fait huer à pleins poumons par le public de la Villette. :-D

J'aimerais voir la tête du responsable com' de Seat qui a choisi de sponsoriser le festival...

21. Le mardi 7 août 2007 à 00:22 par Frédéric

Merci de nous avoir rapporter un peu de bonheur du monde ibérique. Je suis particulièrement sensible au travail que réussit à procurer la Once aux aveugles et aux mal voyants. D'autant que je sais qu'ils sont ainsi particulièrement bien insérés dans la société. Les vendeurs, que j'ai eu l'occasion de croiser, sont en contact direct avec la population et le lien noué entre cette dernière et les mal voyants est qualitativement remarquable. Je ne manquerai pas d'envoyer cette pub à un amateur de hard rock que je connais bien. Je suis plus mitigé quant à la pub pour la marque Renault. J'éprouve un certain dégoût pour le message profondément "tartuffien" (pour reprendre votre image) de cette pub. Le message mis à part, je pourrais la trouver drôle. Notamment avec Clayderman.
Par contre, je suis quasi émerveillé par le monde irréel qui est ici créé. Je suis sensible aux références culturelles qui y sont véhiculées (;) même si je ne peux m'extraire de la pensée qu'il s'agit ici avant tout de flatter pour vendre (évidemment). Et voilà, faut toujours que je sois négatif!...Pfff..ça s'est bien moi..
Enfin, je suis heureux d'être passé par ici.

22. Le mardi 7 août 2007 à 02:18 par Pask

@ 16

"croyez vous que la pub n'existerait pas si elle ne donnait aucun résultat ? Consciemment ou non, la publicité influence nos habitudes. La preuve ? Les millions que les entreprises dépensent en campagne de communication."

mmhh, j'ai lu quelque part (mais c'est dommage, je ne sais plus où) qu'aucune étude n'avait jamais pu prouver réellement l'efficacité de la publicité... Quoi qu'il en soit, je dois dire que j'adhère assez peu à votre démonstration. Les moutons de panurge ont tous suivi le premier, ça ne veut pas dire qu'ils avaient raison de faire ce qu'ils faisaient...

Que la pub donne des résultats c'est certain. Là où je cesse de suivre, c'est quand on lui prête des pouvoirs thaumaturgiques se rapprochant de l'hypnose si ce n'est du vaudou, prenant possession de foules décérébrées.

Eolas

23. Le mardi 7 août 2007 à 03:29 par Jeannot

@ Eric et Eolas (#18)> Mais notre modele de vie doit bien nous venir de quelque part. Les entreprises de tabac et d'automobiles (entre autres) sont la pour m'encourager a fumer et a acheter des voitures, l'Etat est la pour m'encourager a ne pas fumer et a ne pas conduire trop vite (entre autres). A moi de choisir !

Mon temps de cerveau disponible etant deja sous la tutelle de quelques multinationales, je ne vois pas d'inconvenient a ce que l'Etat y mette quelques grains de sel (je dis quelques) pour reequilibrer la balance. D'un point de vue economique, vu que chaque cancer ou accident de la route en moins lui reduit son trou dans la securite sociale, on pourrait meme argumenter que sa demarcher est la meme que celle des marchands de tabac et de voitures : Reduire les couts et/ou augmenter les profits. Bref, du liberalisme.

Non, les entreprises de tabac ne sont pas là pour vous encourager à fumer, pas plus que les viticulteurs ne sont là pour vous encourager à vous enivrer. Elles souhaitent que SI vous achetez un paquet de cigarettes, ce soit le leur. Idem pour les fabriquants de voiture : ils ne vous envouragent pas à acheter des voitures, mais SI vous voulez en acheter une, que ce soit la leur. Je ne connais aucun cas de consommateur qui, à cause de la pub, aurait acheté trop de voitures. Quant à qualifier de libérale la démarche interventionniste de l'Etat visant à équilibrer un système économique obligatoire, elle est du plus haut comique.

Eolas

24. Le mardi 7 août 2007 à 04:22 par HugoMe

@eolas

Je pense pour ma part que la question de la sécurité routière est un peu plus compliquée que ça.
La baisse récente des accidents est liée à _l'annonce_ de la mise en place de radars (les premiers effets sont antérieurs à leur installation réelle, et il y a eu un relâchement dernièrement alors que le nb de radars continue à augmenter); c'est avant tout une question de psychologie de conduite, et en particulier de vitesse.
De ce point de vue on peut donc penser que la publicité joue un rôle.
Mais la france fait quand même nettement mieux que les autres pays:
www.securiteroutiere.equi...
La réalité est donc qu'une politique de répression bête (on met des radars sur les autoroutes, là où il n'y pas d'accident) fonctionne, puisqu'elle fait baisser le nombre de morts et blessés.

Le vrai problème est aileurs.

D'une part le bilan strictement économique n'est pas fait correctement: en regard des progrès dans la sécurité, on devrait mettre la perte de productivité liée à la baisse de la vitesse moyenne sur les routes (moins 10%, quand même). Chacun sent bien qu'une réglementation qui limiterait la vitesse à 10 km/h (dix) serait stupide, et pourtant elle ferait 4 000 morts et plus de 100 000 blessés en moins chaque année. Ou est donc l'optimum économique? Qui me dit qu'il se situe à 130 sur l'autoroute et non pas à 150 ou 110 ?
Et les naïfs qui considèrent que la vie humaine n'a pas de prix sont les mêmes qui se plaignent de l'augmentation des impôts (dont une partie finance justement la sécurité et la santé, c'est-à-dire la protection de la vie). Par exemple, la mesure qui consisterait à remplacer toutes les glissières de sécurité des autoroutes par des double-glissières, évitant ainsi nombre de décapitations de motards malchanceux, est trop coûteuse par rapport aux centaines de vies qu seraient sauvées.
Je n'ai jamais trouvé trace d'une telle étude économique, ni même un journaliste s'étonnant de son absence, malgré les milliers d'articles que l'on écrit sur le sujet.
Sans parler des doutes sur l'indépendance des organismes qui étudient l'accidentologie

D'autre part, on ne peut pas se limiter à l'aspect uniquement économique.
C'est toute une vision de vie en la société qui est ainsi projetée.
Pour ma part, je ne suis pas satisfait de devoir payer la sécurité de mes concitoyens au prix de ma propre liberté et d'être harcelé par les forces de police pour des broutilles.
Je ne suis pas satisfait d'une loi qui transforme 30% de la population française en "contrevenants" (9 millions de permis ont perdu des points en 2006), qui banalise l'infraction et transforme la police en une présence anxiogène
Je ne suis pas satisfait d'une philosophie de société qui déresponsabilise les citoyens et instaure une moralité "pas vu pas pris".
Sans parler de l'hypocrisie face à la première cause de mortalité (l'alcool)
J'ai peur qu'on ne soit là qu'aux prémices d'une dérive vers une société de moins en moins solidaire et responsable.
Espérons que les réactions ne resteront pas confinés à quelques bobos sur internet...

25. Le mardi 7 août 2007 à 04:38 par Aeterna

@22

Je ne sais pas ou vous avez trouvé des études montrant que la publicité n'est pas efficace. Pour la totalité des entreprises c'est considéré comme un des investissements ayant un taux de retour le plus élevé. Et il y a une très bonne raison à ça ... Allez essayer de vendre quelque chose SANS que personne ne le connaisse. Vous n'y arriverez pas. Mettre des yaourts par exemple d'un certain prix dans le rayon adéquat sans campagne de lancement et sans disposer d'une "marque" connu votre yaourt ne se vendra pas. Ou alors c'est qu'il est le moins chère, et on entre dans la logique du moindre cout, avec une clientèle captive car n'ayant pas les moyens d'acheter autre chose (stratégie premier prix de toute les enseigne + stratégie des discounter, qui font aussi de la pub d'ailleurs :) ).

Après on peut discuter de l'impact de la pub type "Omo lave plus blanc que blanc" .... Parce que comme le dit le Maitre de ce lieux, les gens ne sont pas des moutons stupides. Sauf quand ils sont jeunes, là l'impact est maximal, d'ou la règlementation encore plus strict sur ce publique et les moyens moyens toujours plus tordus des publicitaires pour toucher ce publique.

Un adulte ne se dira pas en voyant Bogart (pour reprendre un exemple cité plus haut) fumer "chouette je vais faire pareil pour séduire ma belle", mais un enfant qui voit son héros fumer et être "cool" il sera influencé. Et un enfant qui se met à fumer, ça fait quelque année de profit pour un vendeur de clopes.

Et pour l'efficacité de la pub, je pense qu'il faut rappeler que le 1er budget des industries pharmaceutique juste devant la recherche reste la pub. Et ce sont aussi elles qui font les plus beau bénéfices, juste après les industries pétrolière (mais c'est encore un autre sujet).

26. Le mardi 7 août 2007 à 07:43 par La douce coercition

> La mise sous tutelle de ses citoyens par l'Etat est une dérive vraiment préoccupante.
> Un totalitarisme soft. Heureux de voir que cela fait réagir.

On peut tout autant estimer que ta position est un individualisme soft et que tu es prêt au nom de ta liberté d'être tranquille à abandonner les autres au meilleur acheteur (ou à la campagne de pub la plus chère). L'argument qui consiste à dire "nous sommes tous très intelligents" relève de la pétition de principe. Ce sont tes dispositions particulières qui te permettent d'exercer un choix informé. De là à s'imaginer que tout le monde en est capable... d'ailleurs c'est bien connu, tout le monde à un blog à l'érudition incontestable, réputé de par le monde et dans lequel il mouche depuis les parlementaires jusqu'aux journalistes.

Je veux bien admettre qu'interdire est loin d'avoir les effets escomptés et peut nous entraîner dans des pentes dangereuses. Mais au moins ça a le mérite de faire semblant de s'occuper des plus faibles. En attendant que le législateur devienne courageux.

Je sais bien que l'idée même de la primauté de l'Etat sur l'individu te dégoute passablement mais dit toi bien que ceux qui font les pubs sont loin d'être des imbéciles - tu en as donné toi même la preuve dans cette entrée. Et oui, je suis prêt à limiter ta liberté et la mienne pour qu'une bande de malins ne scalpe pas une multitude d'ingénus.

Limitez la votre tout votre soûl ; mais ne touchez pas à la mienne. Je la défendrai chèrement.

Eolas

27. Le mardi 7 août 2007 à 10:14 par Pask

@ 22 (Eolas) et 25 : OK, il faudrait que je retrouve ma source pour être un minimum crédible, et j'ai été un peu lapidaire dans l'exposé initial, mais quand même : l'idée c'était qu'on n'a pas réussi à prouver que faire de la pub au-delà du stade de "faire connaître le nom de la marque", en dépensant des millions en campagne renouvelées régulièrement, serve à quelque chose. OK pour dire qu'il faut faire connaître sa marque, mais se lancer dans des campagnes coûteuses et inventives, je ne crois pas qu'il soit prouvé que cela présente un retour sur investissement réel.

Par ailleurs, Aeterna, à titre personnel je suis vraiment certaine qu'il m'est déjà arrivé d'acheter des yaourts dont je n'avais _strictement_ jamais entendu parler, des trucs délicieux, au caramel au beurre salé, si si. Je suis sûre qu'ils ne font pas de pub. Simplement, dans un rayon de supermarché, je suis en capacité de regarder à quoi ça ressemble et de lire des étiquettes...

Quant à l'argument "les entreprises pharmaceutiques font les plus gros bénéfices, c'est parce qu'elles dépensent beaucoup en pub", euh... reste à prouver le lien de cause à effet. Peut-être que d'autres facteurs entrent en jeu...

Sur la pub : pas seulement de faire connaître la marque, qui est une première étape essentielle, mais aussi lui donner une image positive. Sinon, l'Erika était une super pub pour Total. D'où les pubs ONCE, pour se débarrasser de l'image de l'institution franquiste de 1938, ou Renault, pour faire de la Mégane une voiture cool et branchée. Pour l'industrie pharmaceutique : je plussoie, d'autant que la pub pour les médicaments est très réglementée. Le succès du Viagra ne vient pas des millions dépensées en spots télévisés...

Eolas

28. Le mardi 7 août 2007 à 11:08 par Pascal

@ douce coercition: je me sens nettement plus rassure maintenant que je sais qu'il y a des chevaliers blancs comme vous pour s'occuper des pauvres ingenus comme moi.

Je plaisante evidemment, et je me demande combien de ces "ingenus" seraient contents d'apprendre qu'ils sont proteges d'affreux vices par des gens comme vous.

On peut faire des enfants et etre responsables de leur education, mais on ne peut pas choisir de fumer (au fait, moins de fumeurs, ca va faire un trou dans les finances de la secu..), ou d'etre responsable sur la route (vitesse schmitesse). Peut etre que l'etat a ses priorites a l'envers? Ou alors qu'il se mele de ce qui ne le regarde pas ? Ou les 2 ?

Si mes enfants commencent a fumer parce qu'ils sont influence par une celebrite ou qu'ils conduisent comme des abrutis, je ne vais pas dire que c'est la faute de la pub, mais que c'est la mienne si je n'ai pas reussi a leur inculquer les notion de libre arbitre et de responsabilite.

C'est la grosse difference entre vous et moi. Je me trouve responsable de mes actions, comme tout un chacun, alors que vous prechez la deresponsabilisation (les pauvres, ils ne savent pas ce qu'ils font).

Je n'ai qu'une confiance tres limitee (lisez proche de zero) dans les capacites et les motivations des politiciens (il n'y a qu'a lire ce blog pour s'en rendre compte), alors je ne vais certainement pas baser mes decisions sur ce qu'ils decident pour moi.

Pour ce qui est des radars, ou avez vous vu que c'etait efficace ? Ca l'est pour ce qui est des revenus, mais c'est a peu pres tout. J'ai souvent vu l'exemple Anglais etre pris comme justification, et c'est vraiment un exemple de desinformation. Malgre tous les progres techniques depuis 1993, les morts ne baissent plus depuis ce temps (alors qu'ils baissaient tous les ans depuis 30ans). Par un incroyable hasard, c'est aussi le debut de l'epidemie des radars (ca rapporte) et de la quasi suppression des voitures de police sur la route (ca coute).

Je viens d'ailleurs de passer quelque jours avec ma belle famille allemande, ou j'ai pu depoussierer ma vieille Maserati. Ca fait du bien !

(applaudis bruyamment)

Eolas

29. Le mardi 7 août 2007 à 11:34 par CLS

Mince, un billet de retour de vacances, léger et décontracté, et voilà tout un groupe de fâcheux qui se radine. Manque de vacances... ou excès de pubs?

@26. Je cite: "... interdire est loin d'avoir les effets escomptés et peut nous entraîner dans des pentes dangereuses. Mais au moins ça a le mérite de faire semblant de s'occuper des plus faibles."

Ah ben, c'est du joli.

D'une part, je pense que les plus faibles en question seraient ravis que l'on fasse autre chose que "faire semblant" de s'occuper d'eux. Quel cynisme...

D'autre part, il est insupportable de constater que vous justifiez, sur un mode stalinien majeur (allegro ma non troppo), la coercition du peuple entier pour le bien des plus faibles.

Si nous suivons votre pensée:
- les activités humaines étant toutes potentiellement dangereuses,
- les plus faibles étant menacés au premier chef,
nous devrions arriver à une interdiction totale de toute activité humaine, ou, en étant plus... hum... "libéral" *tousse*, à un contrôle complet de l'Etat.

Bravo. Je suis inquiet de savoir que nous vivons dans le même pays, et je prierai, ce soir, pour que vous n'ayez jamais une quelconque autorité.

Vous vous trompez sur la multitude d'ingénus, qui n'existe pas plus que le peuple très intelligent. Ces deux postulats sont également dangereux.

Puis-je alors vous conseiller la lecture d'un article qui montre qu'une autre façon de voir est possible? Voici le lien: www.sfu.ca/~allen/CoaseJL...

30. Le mardi 7 août 2007 à 12:16 par Lucas Clermont

de croire que (...) bref que l'humanité n'a pas plus d'esprit critique qu'une éponge de mer. Eolas


Ah mais vous ne savez pas tout alors ! Ça me rassure.


Cela dit on doit pouvoir aller très loin dans le libéralisme à condition d'éduquer les individus à la liberté et à adopter toujours un esprit critique. Et ce n'est pas une atteinte à la liberté d'interdire à quelques manufacturiers de promouvoir les excès. Observez d'ailleurs qu'en ce qui concerne les cigarettiers, le marketing est à destination des adolescents. Des éponges en formation ?

J'ai été adolescent (si, si, je vous jure) à une époque où la publicité pour tabac était autorisée. J'ai vu des paquets de clopes au dos de Ca m'intéresse, ou de Casus Belli. Pourtant, je n'ai jamais fumé. Parce que mes parents m'ont fait le plus cadeau qu'on puisse faire à un enfant. L'esprit critique, et sa fiancée : la liberté.

Eolas

31. Le mardi 7 août 2007 à 14:19 par Vonric

Ito... et pourtant ca aurait été facile avec 2 parents qui fument comme des pompiers.

Pour ce qui est de l'attitude de l'Etat s'octroyant le devoir de responsabiliser et encadrer ses citoyens, il n'est besoin que de traverser la Manche pour voir une société "Owellienne" avancée.

32. Le mardi 7 août 2007 à 14:49 par Arnaud

Oui mais voilà, on ne choisit pas ses parents...
L'Etat n'a certes pas pour vocation de suppléer les citoyens, mais il n'est pas indécent de considérer qu'il peut aider, accompagner, éduquer, orienter.
Sauf à considérer que les Etats-Unis ont réussi dans la lutte contre l'obésité ou contre le tabagisme.
Sauf à estimer que l'on ne peut compter que sur les parents pour pallier les carences des parents.
Vous évoquez "l'esprit critique, et sa fiancée : la liberté" et en cela je vous suis, mais pour beaucoup la liberté n'est que le pouvoir de tout faire, et l'esprit critique devient la critique sans esprit.
Cela dit, j'aurais moi aussi préféré qu'on en reste à la délicieuse frivolité des vidéos, et que vous m'accordiez un peu de vos ressources en espagnol pour comprendre les mots qui m'échappent (#5).

Ser la caña : ça va être d'enfer, ça va être super, en langage "jeune".

Eolas

33. Le mardi 7 août 2007 à 15:24 par Arnaud

¡ Muchas gracias !

34. Le mardi 7 août 2007 à 18:12 par HugoMe

@ Pascal (# 30)

Vous etes mal informé. Le nombre de morts sur la route baisse de façon continue depuis 1972 (instauration de la ceinture de securité obligatoire).
Il est passé de environ 9000 en 1993 à moins de 5000 en 2006, avec une inflexion très nette en 2003; (source www.securite-routiere.gou...

Les radars automatiques ont été mis en place à partir de Nov 2003.
Cette année s'est traduite par une baisse de la mortalité de 21%, avec une intense activité médiatique sur le sujet, associée à une répression accrue.

C'est bien là le problème: les résultats sont là, mais pour autant doivent-ils justifier les mesures prises ?

cf. mon post # 24

35. Le mercredi 8 août 2007 à 00:27 par Cat

Diantre, Maître Éolas a lu Casus Belli étant adolescent ! Je nous découvre un point commun !

(moi aussi je me rappelle des pubs pour les paquets de clopes - Lucky Strike, si je me souviens bien - preuve que la pub, ça marque; je dis pas ça marche, j'ai jamais fumé :D ).

36. Le mercredi 8 août 2007 à 00:49 par La douce coercition

@ Pascal (28)

> Si mes enfants commencent a fumer parce qu'ils sont influence par une celebrite
> ou qu'ils conduisent comme des abrutis, je ne vais pas dire que c'est la faute de
> la pub, mais que c'est la mienne si je n'ai pas reussi a leur inculquer les notion
> de libre arbitre et de responsabilite.

Je propose d'en prendre pleinement acte et de te coffrer à la première preuve d'irresponsabilité de ta progéniture.

Je l'accepterais si on coffrait tous les délégataires de l'Etat qui ont eu à s'occuper d'enfants devenus irresponsables, pour sanctionner leur faute. Mais je refuse qu'on applique aux parents u nrégime plus dur que l'Etat s'impsoe à lui même. Ca s'appelle un Etat de droit. M.E.


> C'est la grosse difference entre vous et moi. Je me trouve responsable de mes actions,
> comme tout un chacun, alors que vous prechez la deresponsabilisation (les pauvres, ils
> ne savent pas ce qu'ils font).

La responsabilité garante de la liberté totale est un mirage. Certains de nos hommes politiques sont des voleurs et nous avons voté pour eux sans sourciller. Eolas ici même se plaignait de l'impossibilité d'imposer le respect de la constitution, mesure adoptée dans d'autres pays qui ont connu des dictatures. Mais si nous sommes tous responsables de nos actes, aucun risque de dictature car personne n'accepterait qu'un individu ignoble accède au pouvoir, personne n'obéirait à l'ordre d'envoyer des gens mourir dans des camps, etc.

Rupture de logique dans votre argumentation. La responsabilité individuelle n'implique pas l'infaillibilité. Mais si un peuple a élu librement un dictateur (c'est arrivé), il ne peut s'en prendre qu'à lui même. Les Allemands l'ont parfaitement compris. Les Français continuent à le nier.



> C'est la grosse difference entre vous et moi.

Moi je dirais plutôt que la grosse différence c'est que pour moi il y a une marge entre imposer quelques restrictions raisonnables et déresponsabiliser le peuple, entre garantir des libertés et laisser faire n'importe quoi, entre dire que les motivations des politiciens sont souvent douteuses et dire qu'ils ont systématiquement tort.

La discussion porte sur le fait que l'interdiction est raisonnable (mon point de vue) ou abusive (point de vue d'Eolas). Non pas sur le fait d'interdire toutes les libertés ou de tout permettre. Si tu te laisses entrainer dans cette pente, le seul argument que tu va réussir à m'opposer c'est que je suis un Staline en herbe... tu y as échappé de peu mais le commentateur suivant a marché en plein dedans.

L'autorité que nous déléguons à l'Etat doit être réduite au minimum nécessaire car elle empiétera forcément sur nos libertés. Interdire la pub des cigarettes ou de dire que les voitures roulent vite, c'est une atteinte à la liberté d'expresion, par exemple. Or si l'Etat en est à décider de ce que nous pouvons voir pour notre bien, une ligne a été franchie. Vous acceptez cette tutelle car elle s'applique à tous vos concitoyens, sous entendu qui eux en ont besoin. Si en démocratie, les citoyens ne font plus confiance à leur prochain car les trouvent trop bêtes et irresponsables pour décider et préfèrent que l'Etat décide à leur place même si ça implique de subir le même sort, la démocratie n'en a plus pour très longtemps. Et non, cela ne fait pas de vous un Staline en herbe. Staline a eu besoin de massacrer des millions de citoyens pour imposer sa loi. Il n'aurait jamais osé rêver d'une foule consentante à son abandon de liberté.

Eolas

37. Le mercredi 8 août 2007 à 01:36 par La douce coercition

@ CLS (29)

> Bravo. Je suis inquiet de savoir que nous vivons dans le même pays,
> et je prierai, ce soir, pour que vous n'ayez jamais une quelconque autorité.

Tout dépend de ce que l'on appelle "une quelconque autorité" mais tu as intérêt à prier très fort. Voire à quitter de ce pas ce pays où toutes les sphères de l'Etat sont noyautées par les staliniens qui veulent contrôler jusqu'à la couleur de tes chaussettes [Rouge au cas où tu en aurais douté] et la musique de fond des publicités [Leningrad bien entendu].

38. Le mercredi 8 août 2007 à 05:27 par Pierre-Yves

Ce qui fait, je crois, la force de la seconde pub, c'est qu'on y vend (très bien) beaucoup plus que des voitures. C'est presque de la philosophie. Acheter une voiture, en ayant l'impression d'acheter du sens, c'est encore mieux que d'acheter de la vitesse et de la puissance.

39. Le mercredi 8 août 2007 à 09:20 par CLS

@La Double Coercition
J'en étais sûr... ;)
Je suis heureux d'être frontalier, dans ces conditions!

40. Le mercredi 8 août 2007 à 10:36 par tafkap

Ok, la pub renault est sympa voir hilarante, mais de grâçe la musique de "Europe" (remember les bruschings des hardeurs qui le valent biens!), c'est bon comme de la daube de taureaux atteints de fievre aphteuse! Elle colle juste pile poil à la pub: marrante et absurde...




41. Le mercredi 8 août 2007 à 14:09 par Pascal

@ douce coercition

Si mes enfants fument, boivent ou se droguent parce qu'ils aiment ca et ont decide de le faire, ca sera leur probleme. Encore que pour l'alcool, c'est plutot d'etre capable de faire la difference entre exces occasionels et abus caracterise. J'ai suffisamment contribue aux chiffres d'affaires des differents distillateurs et autres vignerons (ces derniers toujours !) pour connaitre la difference. La drogue ca s'essaye pour ne pas mourir idiot, et ca peut s'utiliser de temps en temps.

Je ne vois pas tres bien le rapport avec le fait de m'envoyer en prison ? Mon but est de leur inculquer le libre arbitre, l'esprit critique comme dit Maitre Eolas, pas de leur interdire des choses parce que c'est a la mode d'etre anti fumeur (Je n'ai jamais fume d'ailleurs).

Quand a vous prendre pour un Staline en herbe, non (surtout que c'est interdit l'herbe, pour votre bien).

Le probleme, c'est que chaque interdiction en appelle une autre parce que les "interdiseurs" en ont fait leur metier, ou que d'autres "interdiseurs" pensent que c'est leur tour. Ce n'est pas anodin, parce que ca s'additionne, ca conditionne (ce n'est pas il me semble le systeme educatif qui permet de combattre ce probleme) et que finalement ca deresponsabilise. Ca cretinise aussi d'ailleurs, parce qu'on croit tout ce qui est dit par les autorites.

Outre cela, ca a aussi des effets pervers bien connus, du style rendre ces activites plus attractives aux jeunes. Il y en a des droles aussi: depuis l'interdiction de fumer au Royaume Uni, les "rechauffeurs de terrasses" se vendent comme des petits pains et nous avons maintenant les cris d'orfraie des verts parce que ca aggrave le pretendu rechauffement climatique (la voila la prochaine source d'interdictions et de taxes) !

La prohibition aux USA n'a pas vraiment fait diminuer la consomation d'alcool, par contre la pegre en a bien profite.

Ou encore la drogue. S'il y a bien un exemple de la betise (et de l'hypocrisie) des politiciens, je n'en connais pas d'autres. Le cout financier et humain est astronomique, et ca ne marche pas (1gr de poudre blanche vaut entre £40 et £50 ici, et je sais qu'on peut s'en procurer plus rapidement qu'une pizza).

Alors s'il vous plait, interdisez vous ce que vous voulez, mais ne vous melez pas des affaires des autres.

@ HugoMe

Je faisais reference aux chiffres Anglais, qui font souvent reference de justification en France.

L'exemple Allemand est aussi la.

N'oubliez pas que correlation ne veut pas dire causation.

Ayant vu ce qu'on fait dire aux chiffres ici, je ne porte pas grande attention a ce que me sorte les autorites. Il aurait ete etonnant d'avoir des chiffres qui ne justifie pas leurs politiques.




42. Le mercredi 8 août 2007 à 15:01 par tafkap

rectif sur commentaire 40: pub Extra de verano. Désolé

43. Le jeudi 9 août 2007 à 07:23 par La douce coercition

> Rupture de logique dans votre argumentation. La responsabilité individuelle n'implique pas l'infaillibilité.

Le maître est impitoyable.

> L'autorité que nous déléguons à l'Etat doit être réduite au minimum nécessaire
> car elle empiétera forcément sur nos libertés.

Nous sommes d'accord mais avons sans doute une notion différente de "minimum nécessaire".

> Interdire la pub des cigarettes ou de dire que les voitures roulent vite,
> c'est une atteinte à la liberté d'expresion, par exemple.

Nous sommes toujours d'accord.

> Or si l'Etat en est à décider de ce que nous pouvons voir pour notre bien,
> une ligne a été franchie. Vous acceptez cette tutelle car elle s'applique à tous
> vos concitoyens, sous entendu qui eux en ont besoin. Si en démocratie, les
> citoyens ne font plus confiance à leur prochain car les trouvent trop bêtes et
> irresponsables pour décider et préfèrent que l'Etat décide à leur place même
> si ça implique de subir le même sort, la démocratie n'en a plus pour très longtemps.

La raison pour laquelle j'accepte cette restriction à double tranchant n'est pas tant la condescendance mais le fait que même si l'impact de la publicité est difficilement évaluable, le tabagisme est un problème de santé publique passablement sérieux. S'il s'agissait juste de décider à la place des "idiots de la République" ce qui est mieux pour eux, j'interdirais tout autant les disques de Britney Spears et de mettre du sucre dans son café.

Ton argumentation semble s'articuler sur le fait que toutes les libertés sont égales, et que si l'on cède sur une, tout risque de s'écrouler. Mais les libertés ne se valent pas toutes et notre République est déjà moribonde. De plus, tu négliges l'aspect rhétorique : à défaut de mesure sérieuse (que nous risquons d'attendre fort longtemps), la République entretient l'idée qu'elle veille sur ces enfants. Or le rêve fait vivre les hommes, parfois bien mieux que la raison.

"Toutes les libertés ne se valent pas et notre république est moribonde" : elle est moribonde parce que nous nous sommes convaincus que toutes les libertés ne se valent pas et qu'on peut les piétiner pour des motifs de santé publique. Que je sache, nos corps n'appartiennent pas à l'Etat. Que l'Etat prenne des mesures pour prévenir des atteintes à l'intégrité physique subies, d'accord : cela fait partie de son obligation de protection des citoyens contre les violences ; mais protéger les citoyens CONTRE EUX MEME ? Pas de tabac, vous allez mourir d'un cancer, pas de gras, vous allez mourir d'un infarctus, pas de sucre, vous allez mourir du diabète. Je vous ordonne de mourir en bonne santé.

Eolas

44. Le jeudi 9 août 2007 à 17:30 par Jerome

Eolas "Pas de tabac, vous allez mourir d'un cancer (...)"
Je me permet de mettre un bémol : il y a bien des personnes qui essayent de faire un procès car l'état n'avait pas prévenu que la cigarette peut tuer (cas de la femme d'un mort dû au tabac accusant l'assurance maladie si je me souviens bien, vous êtes meilleur que moi pour la recherche de procès)
L'état ne fait que répondre au besoin de l'électeur, l'électeur veut fumer ET vivre vieux (incompatible...). Idem pour le gras, les enfants deviennent grands (capables de voter) et se plaignent de ne pas avoir été prévenus que manger gras faisait mourir plus tôt. Mais si les hommes étaient logiques, ça se saurait.

Alors, que doit faire l'état? A qui obéir? à la personne voulant vivre vieux, ou celle voulant fumer? Dilemme... Les deux personnes ne pouvant voter qu'une fois puisque n'étant qu'une personne physique ;-)

Et sinon, je me permet de mettre un autre bémol : OK pour qu'il y ai des gens qui mangent gras, mais dans ce cas on paye au poids le billet d'avion. Je ne vois pas pourquoi je payerai le surcout lié au fait que mon voisin fasse 2x mon poids de sa propre volonté.
Le problème est toujours le même : les gens n'assument pas leur plaisir, la société paye (que ce soit le gras ou le tabac). La société, par le biais de l'état, ne souhaite plus payer. Maintenant, si les fumeur arrêtent de tuer leur voisin (combien de morts de tabagisme passif?) et paye au poids, pour ne prendre que vos deux exemple, c'est une solution... Mais je doute que les principaux concernés acceptent.
La liberté a un prix. Faut-il l'assumer.

45. Le samedi 11 août 2007 à 20:03 par wiiiiii

.27 & eolas
hahaha. L'industrie pharmaceutique arrive à ses fins par la publicité, outre l'intense lobbying sur les brevets, en utilisant les gentils visiteurs médicaux.
Et ceci pour :
1) proposer des fantastiques séminaires gratuits, et surement très instructifs...
2) pousser à la prescription "off-label". C'est à dire pousser à l'emploi de spécialités pharmaceutiques pour des usages non couverts (donc supposé non-démontrés) par l'autorisation de mise sur le marché. Une activité évidemment illégale, et pour lesquels certains ont été pris la main dans le sac aux US, il n'y a pas si longtemps.
3) refourguer diverses échantillons gratuits
4) "harceler", tout simplement

Pour l'industrie vous êtes un facteur secondaire, la cible marketing n°1 c'est la médecin qui prescrit, ensuite, la 2ème place se joue entre vous-même et le pharmacien qui vous pousse à substituer votre princeps par un générique. Don,c même sans pub directe, le budget pour opérations marketing non-visible par le public peut vite grimper.
Et rappelez vous quand même que la restriction sur la publicité au grand public varie grandement selon les pays, les industries en questions étant rarement limitées à un marché national c'est un facteur indéterminé.

Bref, les millions du Viagra, vous ne savez foutre pas d'où ils viennent, chers amis...

46. Le samedi 11 août 2007 à 23:31 par La douce coercition

> [la République] est moribonde parce que nous nous sommes convaincus
> que toutes les libertés ne se valent pas et qu'on peut les piétiner pour
> des motifs de santé publique.

La République est moribonde car certains individus s'imaginent qu'empoisonner son voisin au nom du plaisir qu'on prend à griller une clope est une liberté fondamentale, car après tout un peu de fumée n'a jamais tué personne. La République est moribonde car certains individus s'imaginent que prendre le risque de tuer les autres avec soi en raison de sa vitesse de conduite excessive est une liberté fondamentale, car après tout les autres n'ont qu'à utiliser le train et je sais ce que je fais quand même, je vais vite mais je maîtrise.

Et en raison de ces individus qui ne peuvent supporter l'idée même de limiter leur liberté fondamentale de jouir sans entraves, tout le monde prend : interdictions de tout genre, radars, etc.

> Que je sache, nos corps n'appartiennent pas à l'Etat.

Si l'Etat décide de faire la guerre et que je refuse d'y aller, il me fusille et si j'accepte, je meurs tout autant. L'Etat peut même varier les plaisirs en restreignant d'autres libertés s'il juge ma conduite inconvenante. L'Etat décide des médicaments que j'ai le droit de de m'administrer, des aliments que j'ai le droit de manger. Tu appelles ça comme tu veux, mais moi j'appelle ça "mon corps appartient à l'Etat".

> Que l'Etat prenne des mesures pour prévenir des atteintes à l'intégrité
> physique subies, d'accord : cela fait partie de son obligation de protection
> des citoyens contre les violences ; mais protéger les citoyens CONTRE EUX MEME ?
> Pas de tabac, vous allez mourir d'un cancer, pas de gras, vous allez mourir d'un infarctus,
> pas de sucre, vous allez mourir du diabète. Je vous ordonne de mourir en bonne santé.

Tu considères que le tabac, le gras, le sucre n'ont de répercussion que sur l'individu les consommant ou que les éventuels torts causés aux autres sont négligeables. D'autres commentateurs ont déjà montré que cette analyse pouvait être mise en défaut.

En tout cas ce n'est qu'après évaluation de l'impact de l'exercice d'une liberté individuelle sur l'ensemble des individus que je décide s'il est raisonnable ou pas de la limiter. Car non, toutes les libertés ne se valent pas.

Ayez donc un langage de valet satisfait de son sort car personne n'est moins serf que lui si vous croyez être plus heureux ainsi. Mon corps n'appartient à personne. Je ne vois pas en un fumeur un assassin qui court après moi. Je ne vois pas en un sucrier un empoisonneur, en un grain de sel l'auspice de l'hypertension, ni dans une motte de beurre la prophétie d'un infractus. Je n'ose vous dire qu'aucun plant de maïs transgénique ne m'a jamais fait trembler, tout comme le bug de l'an 2000 m'a fait soupirer d'ennui. Vous n'êtes pas prêt pour des révélations de cette ampleur.

Eolas

47. Le dimanche 12 août 2007 à 22:05 par Lucas Clermont

Hum ! Il me semble qu'il n'est pas déconseillé de boire un verre de vin rouge par jour et que la Faculté vous recommande également de manger goûteux avec de bons acides gras indispensables : huile d'olives, de colza, de noix, de pépins de courge, graisse de canard...

Vous n'êtes d'ailleurs pas dupe du discours des industriels de l'agro-alimentaire qui promeuvent des nourritures TROP salées (ce qui permet d'ajouter d'avantage d'eau au produit vendu), TROP sucrées (ce qui est une forme de démagogie qui masque les arômes de mauvaise qualité), TROP riches en graisses saturées de mauvaise qualité diététique (mais si bon marché). Mais vous donnez l'impression de n'être point démuni en matière d'éducation.

La liberté cela ne veut pas dire la même chose selon que l'on est éduqué (à la liberté) ou non. D'ailleurs si maints courants de pensée recommandent de filer un coup de main aux plus humbles c'est sans doute que des accès différents à l'éducation ne permettent pas tous d'avoir une connaissance de son environnement qui rende libre.

Une dernière remarque, je suis étonné que vous pensiez que toutes les libertés se valent. Même la liberté d'avoir un goût immodéré pour les polémiques ?


48. Le lundi 13 août 2007 à 11:39 par Toto student

Juste une petite réaction si le maitre des lieux le permet, à propos de la pub et de la liberté.
J'ai encore le souvenir frais d emon adolescence et certains de mes amis y sont encore, alors j'ai un sentiment assez mitigé quand j'entends la celèbre phrase "Vous avez pensé aux enfants". Combien pensez-vous que les phrases "fumer tue"ou "provoque le cancer" ont limité le nombre de cigarettes fumées? Aucune à mon sens... le prix du paquet par contrea vraiment limité.

Il est des mesures plus ou moins efficaces que le gouvernement peux mettre en place face à un phénomène de societé, une moralisation de bon ton est à mon avis la pire chose que l'on puisse faire, parce que justement on sens que l'on essaie de nous faire adopter cette morale sans que l'on ait vraiment le choix.

Pour en revenir à l'efficacité de la pub, je n'ai qu'un exemple à citer: Free.
Opérateur d'accès à internet connus de tous les économistes à eu pour politique de faire zéro pub sur la freebox à son lancement pour pouvoir réduire les coûts de fonctionnement. Aujourd'hui on doit à cette attitude le fait d'avoir le service le plus performants et le moins cher au monde (je me suis baladé en Europe et en Amérique du nord et je l'ai vu au moment de prendre mes abonnements) et c'est le premier opérateur alternatif à l'opérateur historique. La pub ne sert à rien si on a un bon produit, ou un catastrophique.... les gens ne sont pas aussi stupide que certains se plaisent à le dire.

Pour terminer, juste une devise : "Fais ce que voudras"

49. Le mardi 14 août 2007 à 20:51 par Moi

Cher maitre;

Deux precisions qui peuvent paraitrent futiles, a la vue de la qualite de votre billet, mais qui neanmoins froissent mon orgueil ibrerique:

1- La ONCE accepte tous types de handicaps pour ses employés. Notre cher Paco de Macael (au Nord d'Ameria) bien que boiteux pourait dégommer les pattes d'une mouche à 100m, et il vend légalement les billets de la ONCE, dont j'espère gagner les 20 milions demain.
2- Dans la publicité de la Renault, vous citez "des savons à la place des pavés" alors que la chanson original ne precise pas "à la place des pavés". L'image le dit.

Bref, mis à part ces deux petites erreurs ( imprecisions), vous êtes mon idole et je vous invite quand vous voudrez à une bonne cana et une tapa de choco, dans un epetite crique du Cabo des Gata qui fait passer l'Eden pour un jardin d'enfant.

A bon entendeur, je vous salue.

Moi

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact