Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"Cour d'assises" sur France 3

France 3 continue dans ses documentaires sur le thème de la justice le lundi soir : demain, lundi 22 octobre, à 20h55, France 3 diffuse un documentaire de Jean-Charles Doria, intitulé "cour d'assises", qui suit un procès pour meurtre (ou assassinat si l'instruction a révélé une préméditation) jugée devant la cour d'assises d'Amiens.

Je n'ai pas vu ce documentaire et ne puis m'avancer sur sa qualité, mais le fait qu'il ne soit pas diffusé sur TF1 est plutôt bon signe.

Pour ceux qui veulent réviser :

Comment se passe un procès d'assises, du point de vue des jurés.

Récit d'un délibéré imaginaire, écrit par un magistrat bien plus talentueux que moi.

Je pense que ce documentaire peut intéresser nombre de mes lecteurs.

Sinon, il y a Sœur Marie-Thérèse.com sur TF1...

Commentaires

1. Le dimanche 21 octobre 2007 à 15:52 par ida

" le fait qu'il ne soit pas diffusé sur TF1 est plutôt bon signe."

Enfin vos considerations politiques. Il était temps.

2. Le dimanche 21 octobre 2007 à 16:15 par Etudiant en Droit

@1. Rien de politique là dedans, c'est simplement le bon sens qui parle :)

3. Le dimanche 21 octobre 2007 à 16:29 par Sans pseudo

Avez-vous besoin d’un enregistrement numérique de Sœur Marie-Thérèse.com afin d’en faire le commentaire à vos lecteurs ébahis ?

4. Le dimanche 21 octobre 2007 à 17:09 par Mussipont

Pour en savoir un peu plus sur ce documentaire :

www.leblogtvnews.com/arti...

5. Le dimanche 21 octobre 2007 à 17:14 par Lucas Clermont

Que penser ? Vous allez repiquer à cette manie de commenter le droit ? Tenez vous donc à ce que vous faites-très bien : le rugby et l'équipe d'Angleterre. Pour le droit il y a des professionnels.


Tant qu'à récriminer je vous rappelle que "ceux qui gagnent à la fin" ce ne sont pas les Anglais mais le Stade toulousain. En tout cas je continue à le croire mais je ne parie plus d'argent. Depuis longtemps.

Le lien vers Sœur Marie-Thérèse.com ne fonctionne pas.

6. Le dimanche 21 octobre 2007 à 17:19 par jean-philippe

Sinon le docu qui sera diffusé sur France 3 est le procès de M Cazier, un homme qui a tué celui qu'il croyait être l'amant de sa femme. Il me semble avoir déjà vu une émission sur ce drame, j'espère que ce n'est pas une rediffusion.

Sinon vous savez si soeur-thérèse.com est un inédit ?!!!!!

7. Le dimanche 21 octobre 2007 à 17:25 par Kerri

maitre
il s'agit de soeurtherese.com

en mettant des accents ou un "marie", vous empéchez vos lecteurs de voir l'url et d'aller faire un tour sur le site de la série.
Vous ruinez tout le marketing de tf1 :)

8. Le dimanche 21 octobre 2007 à 17:40 par celui

@Kerri, mon petit doigt me dit que le "Marie" est un clin d'œil qui vous échappe.

9. Le dimanche 21 octobre 2007 à 18:17 par Torcafol

Le documentaire - très intéressant d'ailleurs - est déjà passé dans la semaine, sur france 5 je crois. Je l'ai vu hier.

10. Le dimanche 21 octobre 2007 à 18:54 par Etudiant en Droit=>Etudiant X en Droit

Maître, je ne suis pas un geek mais pas un novice non plus. On m'a reproché sur ce blog d'utiliser internet explorer et pas firefox, je vois pas pourquoi? et plutôt sur mac ou pc?

11. Le dimanche 21 octobre 2007 à 19:51 par Folzebuth

@ 10 : "reproché" ? Au nom de quoi ?
Firefox est gratuit car open source, là ou IE est une propriété de Microsoft, avec les conditions et restrictions allant de pair avec une appli propriétaire d'un quasi monopole.
Mais de là à te reprocher d'utiliser l'un plutôt que l'autre... les gens font encore ce qu'ils veulent bon sang.
Que faut-il alors penser de ceux qui utilisent Opera ou Safari?
Laisse donc les gens te reprocher ce qu'ils veulent, et fais comme bon te semble.

Qant à Mac ou PC, c'est du pareil au même, sauf Mac, c'est mieux.
:o)

12. Le dimanche 21 octobre 2007 à 19:53 par Folzebuth

Désolé, la question de 10 ne s'adressait pas à moi mais au boss...
Mais bon, la question étant "publique", je me suis permis de donner mon avis. N'y voyez aucune ingérence.
Cordialement,

13. Le dimanche 21 octobre 2007 à 20:06 par INTIME CONVICTION

Ne pas confondre le document annoncé par le Maître des lieux que diffusera France 3 avec la série "Verdict" diffusé sur France 5 !!

14. Le dimanche 21 octobre 2007 à 20:17 par Folzebuth

"Open source ne veut pas dire gratuit ni n'implique la gratuité"

Polémiquons un instant voulez-vous :
La notion d'open source telle que je crois la connaître peut se résumer à la notion suivante : possibilité de libre redistribution (plus diverses notions d'accès au code et de droit sur celui-ci).

Si l'idée de gratuité n'est pas clairement évoquée, elle reste tout de même relativement proche...

Où me trompe-je...?

15. Le dimanche 21 octobre 2007 à 20:42 par Ricou

À l'alternative de zioter Sœur Marie-Thérèse sur TF1, suggérée par maître Eolas, je me permets (avec une audace qui m'est inconnue) de vous inviter de jeter un p'tit coup d'oeil à la Sœur Marie-Thérèse maester.over-blog.com/art... du maître Maëster maester.over-blog.com/ ...
Si ce n'est pas du spam ça \O/o/ !

16. Le dimanche 21 octobre 2007 à 21:26 par Fabien

14 (Folzebuth), vous vous trompez. Des produits open source (ou même libre) peuvent tout à fait être payants. Notez qu'ensuite un acheteur est libre d'en redistribuer la sources mais n'en est pas contraint.
Certains linux ou bsd vendent des CDs (exemple insidieusement publicitaire: www.openbsd.org/orders.ht... alors même qu'ils ne contiennent que des logiciels open source.
Ceci dit, de manière générale les éditeurs open source font plutôt payer des prestations ou du support plutôt qu'une licence mais il y a des exceptions.

17. Le dimanche 21 octobre 2007 à 22:30 par PAF, le chien !

@14 Flzebuth

[HS]
L'open source (de l'OSI fr.wikipedia.org/wiki/Ope... ) est une spécification de licences logicielles totalement neutre quand à la notion de gratuité.
La seule véritable « contrainte » est un accès parfaitement libre aux sources générant le binaire distribué.

Un exemple : bien que que son contenu soit 100% open source, les CDROM (binaires) d'installation de la distribution officielle de OpenBSD ne peuvent pas être distribués gratuitement : l'arborescence des répertoires est déposée par l'auteur qui interdit ce droit. Résultat, il est beaucoup plus facile (et surtout beaucoup moins cher — au moins en temps) d'acheter ce CDROM pour 50,00€ (voir www.openbsd.org/faq/faq3.... 3.3 pour plus de détails), intégralement reversés à une association/fondation canadienne qui assure la pérennité du projet.
Alors que l'accès aux sources, lui, est parfaitement libre et même encouragé.

Le logiciel libre (spécifications de la FSF) est un sous-ensemble des licences open source de l'OSI, beaucoup moins restrictive que celles de la FSF. Les développeurs « puristes » choisiront une licence libre et les « pragmatiques » une des licenses open source. D'où un pseudo-combat philosophico-terminologique.
[/HS]

Pour en revenir à la question originale IE vs Firefox : on a pas d'accès aux source de IE (logiciel propriétaire) qui prend donc le contrôle de la machine, sans possibilité de savoir ce qu'il fait réellement ; contrairement à Firefox, dont les sources sont disponibles et donc ses intentions vérifiables (pas de risque de virus/spyware sauf si l'utilisateur en prend le risque), innovation (concurrence), etc.

Adage : monopole = stagnation, concurrence = innovation

18. Le dimanche 21 octobre 2007 à 23:38 par versgui

Je lis régulièrement ce blog mais je n'y laisse jamais de commentaire (j'en profite pour vous adresser mes salutations, maître). Ce petit débat informatique très gentillet m'a poussé à bloguer comme rarement je le fais.

J'invite donc les personnes qui utilisent Internet Explorer et se demandent pourquoi passer à Firefox alors que IE7 offre les mêmes fonctionnalités à lire le premier post de mon blog (clic-clic sur mon pseudo pour ça). D'après moi, le débat va bien plus loin que le fait que Firefox soit open-source (même si ça joue quand même).

Pour en revenir au sujet d'origine, j'ai pu voir un de ces documentaires, il y a quelques soirs (on pouvait y voir entre autres le jugement d'un jeune délinquant en réinsertion). J'ai été relativement surpris de voir comment la volonté d'un homme de se réinsérer dans la société pouvait vraiment contrebalancer la logique draconienne du code pénal (c'est un peu la même chose que B. Cantat, mais il n'y a pas à dire, c'est tout différent qu'au travers des lignes sensationnelles des journaux). Bref, ce fût très instructif.

Et puis, y a pas à dire, lorsqu'on a pas une douzaine de violons qui jouent en arrière-plan pendant le délibéré, ça fait bien plus neutre et moins "Courbet".

19. Le dimanche 21 octobre 2007 à 23:40 par Etudiant X en Droit

Me voilà rassuré :)
En revanche étant sur pc, j'utilise d'avantage ie, car navigateur par default de windows.
J'ai toujours été sur pc mais je pense de plus en plus à passer sur mac.
Maitre, comment se passe la nomination des jurés?

20. Le dimanche 21 octobre 2007 à 23:56 par Armell

Cour d'Assises, donc, lundi. Après Verdict, et en attendant la nouvelle chaine "Planete Justice" sur le câble, avec la nouvelle série "Les Bleus", suivi des Experts, une dose de "Dans la tête du tueur", une pincée de "F.B.I", un numéro ordinaire d'envoyé spécial sur la B.A.C..... Me trompes-je, ou vivons un monde médiatiquement oppressant, ou l'on montre d'un côté les erreurs à ne pas commettre si l'on veut réaliser un crime parfait et de l'autre ceux qui sont des surhommes, trouvent les coupables et les condamnent. Et que dire de l'amalgame que le français béat devant sa télé fait entre le système américain et le système français.
Pour moi, ce sera Soeur Thérèse !
Ah, non, flûte, j'oubliais, c'est encore une enquête policière. Heureusement que j'ai Planète Thalassa !

21. Le lundi 22 octobre 2007 à 00:21 par Kerri

tient, versgui, heureux et surpris de te voir là :)
Sinon, la plupart des navigateurs étant gratuit, si ce n'est libre, testez les et choisissez celui que vous voulez. En terme d'ergonomie, à mon avis, shiira est le navigateur qui se démarque le plus.
En terme de compatibilité, IE est bien évidemment maitre, même si la plupart des sites sont compatibles tous navigateurs.
Au niveau implémentation des standarts que personne n'utilise, opera est en tête, avec son support avancé du svg, le "draft" de css3 supporté,... et a en plus de sympatiques fonctions (widgets, appel rapide, éditeur html,...)
Voila, mais testez, ça ne coute rien :)

22. Le lundi 22 octobre 2007 à 01:18 par Salomon Ibn Gabirol

Je vous recommende l'excellent "Terror's advocate" de Barbet Schroeder. Film documentaire sur Jacques Verges. Ca vient de sortir chez moi, de l'autre coté de l'etang, je ne sais pas si c'est deja sorti en France ou quand ca va sortir, mais c'est remarquable.

23. Le lundi 22 octobre 2007 à 03:25 par Thalamos

Dans la même veine des documentaires sur la justice, je viens de visionner "10ème chambre" de Depardon. Cela se passe dans une cour correctionnelle, en comparution immédiate. Beaucoup de choses à dire, mais une chose m'a frappé, l'indigence de beaucoup de plaidoiries. Ce documentaire semble mettre en valeur les magistrats (d'une certaine façon), et diminuer l'importance des avocats.
Nous verrons comment le docu de France 3 présente les choses...

24. Le lundi 22 octobre 2007 à 04:30 par Emmanuel Barthe

<+ ou - du spam>Réforme de la carte judiciaire : les pépites des contributions des chefs de cour</+ ou - du spam>

25. Le lundi 22 octobre 2007 à 07:48 par Bébèrt

"mais le fait qu'il ne soit pas diffusé sur TF1 est plutôt bon signe."
Que ce soit la Télévision Du Peuple qui diffuse est un gage de qualité ?

26. Le lundi 22 octobre 2007 à 08:23 par Bastm

<@20 En terme de compatibilité, IE est bien évidemment maitre, même si la plupart des sites sont compatibles tous navigateurs>
C'est de moins en moins vrai.. Il y a des sites en effet principalement 'optimisé pour IE' ou certains objets passent mal sur d'autres navigateurs, mais firefox ayant atteinds un très grand nombre d'utilisateurs, ils sont de moins en moins nombreux.
Le problème, c'est qu'Opera, Safari, Konqueror et autre firefox respectent beaucoup mieux les standards du web qu'IE6 ou IE7, Et qu'il arrive donc que sur des sites créés avec des logiciels libre et vérifiés avec des navigateurs qui respectent ces standards (comme celui d'Eolas) on observe des bugs sous IE...
Un des problèmes relevés ici même est le texte alternatif des images, qui est censé n'apparaître à l'écran que si l'image n'a pas reussis à s'afficher, que certains utilisateurs d'IE voyaient comme un titre (une bulle contenant le texte qui apparaît quand on passe la souris sur l'image)

27. Le lundi 22 octobre 2007 à 09:50 par DMA

@Intime conviction (13) : quelle est justement la différence avec le doc "verdict" diffusé sur France 5 car il me semble que tous deux portent sur l'"affaire Cazier" (pourtant pas l'affaire du siècle si?)? J'ai visionné une partie de ce dernier avant de zapper : ce doc consiste à retracer le fil de l'enquête principalement en interviewant les avocats et quelques témoins, le tout ponctué de quelques images volées du procès. le peu que j'ai vu m'a ennuyé... d'ailleurs je me demande si les avocats étaient véritablement dans leur rôle à répondre ainsi aux journalistes en défendant leurs clients devant le juge médiatique ; "oui, Mme X avait des vues sur le défunt, ils s'étaient fait des bisous dans la cave, blabla..." ou encore "non, Mme X avait juste fait état au défunt de ses difficultés de couple blabla...". Un peu grotesque et ennuyant. Par contre un procès en assise et filmé, voilà qui pourrait être intéressant!! Qu'en est-il? merci

28. Le lundi 22 octobre 2007 à 10:02 par Marie Laure Fouché

Psssst, Eolas

Je sais que je suis hors sujet, mais... On est en octobre, non? Vous nous aviez promis un billet sur le dernier tome de Harry Potter, je crois.
Vu que je viens de lire toute la série suite à vos conseils, j'aimerais bien maintenant lire votre billet.

29. Le lundi 22 octobre 2007 à 10:07 par Jathénaïs

@Marie laure > il n'est pas encore sorti en français, il faut peut-être laisser encore quelques petits jours à ceux qui ne l'ont pas encore découvert :d

30. Le lundi 22 octobre 2007 à 10:10 par Marie Laure Fouché

Ah, pardon, je croyais qu'il était sorti ce week end, mais visiblement ce ne sera que samedi prochain.

31. Le lundi 22 octobre 2007 à 10:38 par Mani

"Réponse d'Eolas :
Non, seulement après la sortie du dernier tome en Français. D'autant plus que j'ai du croustillant à révéler."

Ahahaha [SPOILERO RETIRO !], j'en étais sur !
(non non non le croustillant je le laisse au masta of da place mais ça va être ambiance pipeule au village...)

32. Le lundi 22 octobre 2007 à 10:47 par droit du travail au quotidien

Complètement hors sujet par rapport aux commentaires de ce billet, dsl...
Maître, pouvons nous espérer bientôt un billet sur le nouveau régime des heures supplémentaires et son application ?
Merci d'avance

33. Le lundi 22 octobre 2007 à 11:19 par didier Schneider

@ 30 : il vaut mieux qu'Eolas n'aborde pas le sujet, n'étant pas 'travailliste'.

Il a ainsi écrit, dans son billet sur la libération de B.Cantat, que "Un CDD ne peut être rompu avant terme que pour faute grave.", en méconnaissance du deuxième alinéa de l'article L 122-3-8 du CdT, qui précise que le CDD peut être rompu à linitiative du salarié lorsque celui ci justifie d'une ambauche en CDI.

Dans son billet sur le service minimum dans les transports ( archive mois d'août ) il a écrit que "une cessation du travail hors du cadre de la grève est un abandon de poste et peut justifier un licenciement pour faute grave." , alors qu'un salarié peut cesser le travail s'il n'est pas payé.


Il a aussi écrit dans son billet d'avril 2004 ( quand la justice ne peut pas être véloce) que "le Conseil de Prud'hommes est le tribunal qui juge les litiges individuels nés de l’application d’un contrat de travail ou d’apprentissage. 99,99% sont des licenciements." alors qu'en fait, les licenciements ne représentent que la moitié des demandes ( www.epsy.com/news/notes/N...

Un conseil, attendez plutôt la sortie du numéro de la RPDS qui devrait éditer une monographie à ce sujet.

34. Le lundi 22 octobre 2007 à 11:21 par mytho bobo

.....puisque vous en parlez, je suis à la recherche de l'intégrale de soeur Thérèse.com en DVD ou Divix.....cela me changera un peu des calendriers des rugbymen...

35. Le lundi 22 octobre 2007 à 11:39 par Marie Laure Fouché

"Réponse d'Eolas :

Non, seulement après la sortie du dernier tome en Français. D'autant plus que j'ai du croustillant à révéler."


Grr, merci pour le teaser.

36. Le lundi 22 octobre 2007 à 11:41 par Mani

@mytho bobo : cherchez un lien bit torride pour le téléchargement ;)

37. Le lundi 22 octobre 2007 à 13:10 par villiv

Choisir entre un reportage sur la justice qui semble intéressant et... "LA" série de TF1 ??!!

C'est pas "juste" ça ???!!! y'a pas un juge pour nous "départager" ?

Sans rire, je compte bien ne pas louper ce reportage...

je compte donc sur une reprise du travail d'une certaine partie du personnel de la SNCF car les bouchons de ce matin me conduisent à penser que je ne suis pas encore rentré, ce soir

(en même temps, je suis en congés encore ce jour, et mon trajet de ce matin vers la banlieue n'est pas mon trajet habituel... Je plains donc ceux qui font ça tous les jours... surtout les jours de grève -fausse grève?- !!)

A suivre donc (sur tous les plans évoqués ici)

38. Le lundi 22 octobre 2007 à 13:17 par Mani

En fait, pour Harry Potter, sans vouloir s p o i l e r ni devancer le maitre de céans, il m'est avis que [SILENCIO !]...

39. Le lundi 22 octobre 2007 à 13:36 par Dieulepere

[Finite Incantatem !]

40. Le lundi 22 octobre 2007 à 13:38 par Mani

à Eolas :

[Bloclang !]
[Tarentallegra !]

Bien le voilà occupé pour un temps ...

Comme je disais, en fait, [CENSURO ! ]... (Je suis expert en non verbal spells, vous aurez toujours un temps de retard.

41. Le lundi 22 octobre 2007 à 13:55 par seve

Sans avoir le charisme nécessaire pour ouvrir un blog, je peux, Maître, si vous le souhaitez/désirez/acceptez me proposer de rédiger un mail sur ce sujet, sous votre contrôle bien évidemment...

42. Le lundi 22 octobre 2007 à 14:13 par Vulgus pecum

Documentaire... Reportage à sensation... Télé Réalité...

Le fin du fin en matière de programmation télévisuel ce serait une série qui raconte une histoire réelle dans laquelle un animateur d'émission ou un acteur de série populaire a assassiné son collègue de plateau, ou carrément le directeur de la production (en essayant de l'étrangler contre une armoire, par exemple).

Après une trépidante enquête suivie de jour comme de nuit par des journalistes d'investigation, des sortes d'envoyés spéciaux ou peut être même des experts d'une petite ville touristique côtière, qui auraient, preuve à l'appui, réussi à le confondre et il serait arrêté en direct par le GIPN et le GIGN dans le cadre d'une opération militaire européenne, pour être jugé dans un procès largement couvert et intitulé "Faites entrer l'accusé"...

Le tout serait bien sûr filmé et retransmis en directe : l'enquête bien sûr (pas l'assassinat... enfin pas encore !), les interrogatoires, puis le procès, et après, les longues journées en prison, un genre de "loft-story" en somme.

Ce serait super, il y aurait aussi des liens affectifs qui se lieraient entre les prisonniers, une sorte de "love-story"... (Certains tenteront de s'évader en se servant du tatouage que l'un d'eux a sur une partie du corps que rigoureusement la bienséance m'interdit de nommer ici), et puis il faudrait aussi deviner le délit de chacun des prisonniers, comme un "secret-story".

Des épisodes hors-série nous permettraient de suivre aussi le travail de l'avocat(e) de la défense (qui tomberait forcément amoureux(se) de son client, lequel serait plutôt attiré par son gardien de prison, lequel serait lui plutôt tenté par...).

On verrait les longues soirées de travail et de recherche de l'avocat(e), les terribles moment de doute, d'hésitation, et les longues heures passées devant leur blogs respectifs (de l'avocat et du prisonnier).

Je crois même qu'il y a une scène où on aperçoit Nicolas Sarkozy dans le tribunal (pour un divorce je crois !)…

...alors, elle est pas plus belle comme ça, la vie ?
:)

43. Le lundi 22 octobre 2007 à 14:47 par Dieulepere

@eolas: non verbal spells= incantation silencieuse non ?

44. Le lundi 22 octobre 2007 à 15:03 par Mani

Hinhinhinhinhin

Dès lors que mes sorts contournent vos elfes anti-spamm, c'est vous qui avez un temps de retard, c'est juste que vous avez le dernier mot puisque vous disposez du [CENSURO !] qui s'assimile à un [Imperium !] s'agissant des pouvoirs mis en œuvres ... unforgivable curse my dear !

Ce n'est donc que par pure déloyauté que ces choses prendront fin ...

Notons que vous vous exprimez en angle lorsque vous êtes pressé : réflex d'étudiant internationalisé ayant fréquenté les bonnes écoles ?

45. Le lundi 22 octobre 2007 à 15:24 par Dieulepere

En fait je n'en sais rien, je n'ai jamais lu de hairy potter...Je me contente de traduire en français et je doute que la formule soit la bonne. On peut par exemple considérer que "non verbal spells" correspond plutôt à l'idée de sorts à composante non verbale plutôt qu'à l'action d'incanter silencieusement.
On pourrait en effet soutenir l'idée, qu'un sort à composante verbale pourrait être incanter de manière silencieuse, l'incantation silencieuse étant une manière d'incanter.
Enfin bref je suis un roliste et non un lecteur d'hairy potter donc ma traduction est à prendre avec précaution.

46. Le lundi 22 octobre 2007 à 16:17 par Xavier

Petit hors-sujet.

Eolas ça veut dire "bienvenue" en gaélique irlandais, c'est bien ça!?

47. Le lundi 22 octobre 2007 à 16:49 par mytho bobo

@mani...vous trouvez le temps de travailler?...vous êtes tous des cerveaux rapides et vifs...je suis impressionnée...

48. Le lundi 22 octobre 2007 à 17:01 par eowyn

@ Dieulepere: vous devriez lire "hairy" potter, on peut être à la fois rôliste et fan du livre :p d'ailleurs je suis sûre qu'il y a des jdr sur Harry Potter. Enfin si roliste veut bien dire ici ce que je pense....
Non verbal spell: je dirais bien "sort silencieux" (parce que ici il s'agit bien de mots qui ne sont pas prononcés, mais pensés) ou bien "incantation silencieuse", comme vous le disiez, ou "incantation muette". On pourrait même aller jusqu'à "sort" ou "incantation" "mentale" mais ça s'éloignerait du texte.

49. Le lundi 22 octobre 2007 à 17:16 par oliv

@46:
"bienvenue" en gaélique irlandais se dit "fáilte". C'est d'ailleurs un des seuls mots que je connaisse dans cette langue pour l'avoir vu à de nombreuses reprises dans tous les pubs de la Verte Erin ;)

50. Le lundi 22 octobre 2007 à 17:25 par Mani

@mytho bobo :
Oui, surtout à mon compte en fait :p

Mais lire et répondre, poster, modérer, c'est une activité qui détend bien entre deux dossiers, entre deux clients (sauf sur irc quand on se fait spammer et que ça bip de partout ...)

51. Le lundi 22 octobre 2007 à 17:30 par Dieulepere

@eowyn:J'avoue que ce genre de lecture ne me branche pas :(
@Mytho bobo: Mani fait travailler une dizaine de stagiaires ce qui lu ilaisse le temps de se pavaner sur le net

52. Le lundi 22 octobre 2007 à 17:58 par mytho bobo

@mani. mais vous n'avez pas à vous justifier.....:-)....moi même...entre deux dossiers....
@Dieulepere, vous me faîtes rire...mon Dieu, déjà je n'ai pas eu droit à votre collec de calendriers de rugbymen et d'autre part vous médisez sur votre "ami" et confrère....se pavaner, ça c'est bon...

53. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:13 par Dieulepere

@mythobobo: Mani est certes mon ami mais en aucun cas mon confrère je ne suis pas avocat (ce qui ne fait pas de moi une personne inintéressante). Quant aux calendriers vous les aurez peut être pour vos étrennes.

54. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:02 par Mani

Je ne me pavane pas, je me havane, j'enfume, j'embrouille, j'ontologise moi mâdame !

Un si beau billet, vous l'avez gâté avec votre tr0ll indigne, ça me fait de mal de voir ce que vous faites de tout le mal que not' bon maîstre se donne pour nous édifier droit comme des cathédrales !

Pourquoi diable vous attacher à nous rappeler sans cesse l'absence de sens à l'existence humaine un peu comme lorsque vos talonnettes ne vous protègent pas du ridicule au milieu d'un stade bondé en présence de gaillards de deux mètres gays et sanguinolents à qui vous serrez des battoirs en guise de paluches en disant "bravo, well played f u c k i n g b a s t a r d", hein ? Pourquoi hein pourquoi ?

Pourquoi la vie c'est un peu comme ce pigeon malade, ses petites pattes difformes rongées par l'acide qui tente de séduire un coupable enfant qui tient en sa main un morceau de pain même pas sec, en dansant un air maudit de lambada remixée par Bézu, hein pourquoi ?

Pourquoi est-ce qu'on à pas ce qu'on pense avoir mérité ?

Pourquoi on ne mérite pas ce qu'on a ?

Tout ça, c'est la voie du désir, de la possession.

La possession est une illusion, tout change à chaque instant, rien n'est saisissable.

Alors pitié, laissez donc la télé tranquille, sortez, dites à votre femme que vous l'aimez / que vous ne l'aimez plus, dites à celle qui vous émeut et qui vous fait croire que tout cela pourrait encore valoir le coup que vous êtes celui qui est ému par celle qui lui fait croire que la vie c'est chouette et qu'on faire semblant de jouer à y croire (on fait bien des grands feu en frottant des cailloux) / ne lui dites rien, buvez du rhum arrangé dans les bars louches.

Tout change à chaque instant, la possession est une illusion, soyez le vent.

55. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:21 par mytho bobo

J'ADOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOORRRRRRRREEEEEEEEEEE..............:-)))))))))))))))))))...............@Mani

56. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:47 par Delio

C'est le cas d'école !

Le mec avoue, TOUT, la préméditation, le meurtre (donc assassinat)... Franchement, comment ne pas lui coller 30 ans minimum, voire perpete !

Je commente avant la fin de l'emission, donc je ne connais pas le verdict, je donne juste le mien.

57. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:47 par sorbitol

aucun juré récusé dans ce procés ?

58. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:53 par villiv

1h30 de délibéré... je comprends que l'avocat de la Défense transpirait à grosses gouttes...

Et ça s'est avéré : réponse OUI à la préméditation (peu de doute apparemment et majorité écrasante -logique d'ailleurs puisqu'elle était nécessaire pour répondre OUI à cette question-) ?!

En même temps, finalement, la peine est inférieure aux réquisitions.

Donc... tout le monde s'y retrouve pourrait-on dire.

C'était plutôt bien j'ai trouvé dans l'ensemble.

59. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:57 par Be

Malaise.

Malaise de ces parties civiles à qui on n'a probablement pas su expliquer à quoi servait le procès pénal.

Malaise d'avoir à faire face à une cour d'assises, ce qui force l'avocat de la partie civile à jouer la comédie et à élever la voix, alors qu'il n'aurait pas plaidé de la même façon face à des magistrats, et que ça aurait sans doute été moins pathétique.

Malaise face au pathos provoqué par les séquences musicales, les reconstitutions à la Julien Courbet et les enquêtes de voisinage.

Malaise de voir ce pauvre homme condamné à 20 ans de réclusion alors qu'on se demande à quoi la prison peut bien lui servir. Il n'est dangereux pour personne et, visiblement, il n'y a que les moteurs qui l'intéressent. Pourquoi ne le remet-on pas dans son garage ? Il a déjà fait trois ans, je pense qu'il a amplement compris.

Malaise, enfin et surtout, face à cette misère humaine. On prend conscience de sa propre chance, et on touche du bois.

60. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:09 par Mussipont

"Il n'est dangereux pour personne et, visiblement, il n'y a que les moteurs qui l'intéressent. Pourquoi ne le remet-on pas dans son garage ? Il a déjà fait trois ans, je pense qu'il a amplement compris." :

Peut être que cet homme a compris sa faute mais si 3 ans c'est le prix à payer pour un assassinat je crois qu'on va assister à une multiplication de meurtres dans les semaines qui viennent... N'oubliez pas que la peine infligée doit aussi avoir valeur d'exemple pour toute la société !

61. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:13 par nouvouzil

'Il n'est dangereux pour personne et, visiblement, il n'y a que les moteurs qui l'intéressent' (sic)

Apparemment,il s'intéresse aussi à ce qu'on verse dans le réservoir, sinon sa victime ne serait pas morte brûlée vive.
20 ans dont 10 ans de sûreté est plus que raisonnable au vu des circonstances, horribles.
Le condamné n'a d'ailleurs pas interjeté appel.

62. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:18 par Damiendelyon

@ Delio : Justement, tu n'as pas compris, il n'avoue pas à proprement parler la préméditation. Au contraire, il réfute l'idée. Mais les faits qui ont été narrés, expliqués, complétés, commentés lors du procès laissaient à penser effectivement qu'il y a un cheminement intellectuel sous-jacent dont l'issue est connue dès le départ.

C'est vrai que l'argument de faire peur avec un gros bidon en plastique vert fait sourire. (l'avocat de la défense ne s'est d'ailleurs pas attardé sur ce fait...)
Pour ce qui est de la peine, en ce qui me concerne je trouve le réquisitoire très approprié. L'assassinat est une infraction passible de réclusion criminelle à perpétuité. Il faut préciser que les peines prévues par le Code sont des peines maximum. On ne peut pas aller au-delà mais on peut très bien infliger une peine moins lourde. Les verdicts prononçant la perpétuité restent je pense assez exceptionnels et sanctionnent non seulement des crimes odieux mais en plus des criminels particulièrement dangereux pour la société.
Le crime du reportage était odieux, nous serons tous d'accord sur ce point. L'accusé représentait-il un véritable danger pour la société dans le sens d'un être froid, méthodique, déterminé et n'éprouvant aucun sentiment ? Etait-ce une personne susceptible de recommencer pour un oui ou pour un non ? J'en doute fort car les événements qui l'ont poussé au crime restent très particuliers et ont peu de chance de se reproduire et sa santé mentale ne semble pas mise en cause...
Quant à la peine de sûreté, 10 ans, c'est 2 de plus que ce qu'avait requis l'avocat général. C'est 2 ans de plus de privation de liberté. Il ne ressortira pas avant 7 ans (car il était en détention provisoire depuis 3 ans). La mort d'un homme est-elle moins douloureuse si son assassin reste "30 ans minimum" en prison au lieu de 10 ? Je n'en suis pas sûr...
Vous aurez remarqué le contraste entre l'attitude des épouse et filles de la victime au début du reportage (la perpet', il ne mérite que ça.... genre si la peine de mort avait été en vigueur, elles n'auraient pas été contre...) sous le coup de l'émotion d'avant procès, et dans la cour en ressortant après le verdic (20 ans, c'est pas perpet', mais on est soulagées...).

Ha, un bon vieux procès d'assises, ça ne fait pas de mal de temps en temps ! Le reportage était très intéressant. Dommage qu'on n'ait pas vu une scène de récusation d'un juré.

63. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:19 par Eowyn

@ Be
Je suis d'accord avec vous sur toute la première partie de votre commentaire: la réalisation, les gros plan, tout transpirait le pathos, la mise en scène, la musique. Bref j'aurais aimé un peu moins de théâtralité. Plus de neutralité et pas de reconstitution: montrer ce qu'est un vrai procès d'Assise, dans la peau du spectateur et du jury: la vérité de la parole, sans la reconstitution des images.
Sur l'espèce, ensuite: il s'en est plutôt bien tiré, et j'ai trouvé la solution assez juste pour un crime passionnel. Ce que je retiens surtout, c'est la partie civile, intraitable dans sa douleur, réclamant la perpétuité qui ne tombera de toute façon pas dans une espèce comme celle là. C'est l'avantage de ce reportage: montrer une douleur qui ne peut pardonner. Cela me conforte dans l'idée que les parties civiles ne doivent pas prendre une plus grande part au procès que celle qu'elles ont: leur douleur entrainerait la vengeance.

64. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:27 par stellar

Cette émission sert aussi de complément à "soyez le juge".
Personnellement j'ai trouvé la peine plutôt sévère. L'avocat général avait requis (brièvement) 25 ans mais avec une période de sûreté réduite à 8 ans, ce qui me semblait une proposition intéressante. Pour le condamné et la société, je n'ai pas l'impression que 20 ou 25 ans soient plus efficaces que 10.

L'émission illustrait le décalage entre les parties civiles, avec leur douleur légitime, et la justice (institution et qualité). Cet écart semble difficile à empêcher, sauf à coller le maximum à tous les accusés.

J'ai trouvé les réquisitions et plaidoiries de la partie civile et de la défense respectivement brèves, succinctes et courtes (mais suffisantes). Est-ce finalement normal et notre viosn est déformée par des plaidoiries fleuves de procès médiatiques?

65. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:31 par Damiendelyon

Un reportage télé n'est que la retranscription audiovisuelle d'un événement à la manière dont l'ont vécu et l'interprètent les personnes qui l'ont réalisé. Les reconstitutions ont aidé à la compréhension des faits.
Si vous voulez voir un vrai procès d'assises, prenez 3 jours et allez-y, c'est gratuit. Vous verrez tout, c'est passionnant, rébarbatif parfois, mais au moins l'atmosphère respire l'authenticité !

PS : Le mobilier moderne rend la chose très froide je vous l'accorde. Personnellement, les planchers qui craquent de la Cour d'assises du Rhône gardent ma préférence :o)

66. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:38 par Eowyn

@ Damiendelyon
Justement ce reportage est une vitrine pour tous ceux qui n'ont pas l'occasion ou le temps d'aller regarder les cours d'Assise. Je vous accorde que les reconstitutions aident à la compréhension, mais peut-être aussi nous orientent-elles, interprètent-elles à leur manière (la vision du réalisateur) les faits. Il y a aussi le problème des coupures, qui est un des rares obstacles qui s'opposent encore à l'introduction de la vidéo dans tous les prétoires...
Par ailleurs je n'ai pas compris pourquoi ils avaient relevé la peine de sureté: l'accusé avait l'air complètement dépassé, mais pas spécialement dangereux...

67. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:42 par Raph

Le seul truc qui aurait du être placé dans le reportage et qui manque : la phrase du président ordonnant au chef de la sécurité d'interdire les accès, etc.

J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de policiers et que les locaux étaient neufs. Les policiers avaient même des détecteurs de métaux : était-ce à cause de la caméra ?

68. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:44 par Guillaume

"Les femmes mures et les femmes matures sont sur Marie-Therese.com - le sexe avec l'experience !"

-- navrant...

Avant de sortir des titres comme ça les boîtes de prod devraient réserver le domaines correspondants...

69. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:46 par Armell

1. Cher Maître, en réponse à votre réponse au commentaire N°20 : Si je m'ennuyais, je ne lirai pas. Pas maso pour un sou ! Il y a une différence de taille entre "télévisuel" et "réel". Presque autant qu'entre "crédible et "vrai"... Vous n'êtes pas un acteur (quoi que...) mais un avocat pour de vrai. Avec de vrais clients, de vraies vies à sauver.
2. J'ai regardé des bribes du documentaire. Les reconstitutions sont inutiles. Dans un procès, le jury n'y a pas droit.
3. Par rapport au commentaire 65 : 3 procès d'assises en 10 ans. Pas 3 jours chacun mais 9 jours. Et ce n'est pas gratuit. C'est horrible, dévastateur, ça vous foudroie des vies en une semaine. Pas que pour les accusés, pas que pour les parties civiles. Même pas nécessaire de savoir qui dit vrai ou qui ment : une fois entré dans la salle, vous ne pouvez plus que regardez votre vie, celle de votre famille s'écrouler. Et ceux d'en face en font autant. Mais ça, bien sur, c'est quand on n'y rentre pas comme dans un théâtre. C'est quand on est concerné. Cher Damiendelyon, cela coûte en euro moins cher qu'une place de ciné. Mais une vie, des vies, ça coûte combien ?
PS : si vous n'aimez pas les salles froides, évitez Melun et Créteil. Une abomination glaciale.

70. Le mardi 23 octobre 2007 à 00:01 par zadvocate

armell, melun j'y serais dans 7 jours :)

bon sinon le reportage m'a decu. Je n'ai guère apprécié les petites musiques genre mega suspense, la partie reconstitution (ca faisait tf1).

Au dela, je trouve que les "acteurs" manquaient sincèrement "d'enthousiasme". Certes, l'affaire jugée n'était pas l'affaire du siècle mais c'est toutefois l'affaire d'une vie pour les protagonistes. Au final on n'a pas ressenti la tension l'émotion qu'on peut ressentir en cour d'assises.

Ou alors c'est qu'il n'y en avait pas.

J'ai bien rigolé lorsque les deux confrères se tirent dans les pates pour une question de côte: ouin oui c'est en D19, non non c'est en D14.

Au passage, j'aurais bien rembarrer l'avocat des parties civiles par moment. Et le coup de "vous avez vu j'ai failli le faire craquer mais ca n'était pas le bon moment", il aurait pu éviter même s'il est vrai qu'à travers ses questions tintées de plaidoirie il a un peu ébranlé l'accusé sur la question de la préméditation.

71. Le mardi 23 octobre 2007 à 01:00 par versgui

Ca avait le mérite d'être instructif et de montrer le déroulement d'un procès en cours d'assises.
Pour les reconstitutions, ça me semble le b-a-ba d'une émission en prime-time pour donner un minimum de rythme et pour captiver le spectateur... On était quand même très loin de Courbet avec des effets visuels et sonores à outrance, ça restait assez réaliste dans l'ensemble.

J'ai adoré la théorie des gâteaux de l'avocat des parties civiles : "Ce sont les gâteaux qui l'ont fait craquer". Delacre n'est donc pas apparu au banc des accusés en tant que complice ? C'est une honte !

72. Le mardi 23 octobre 2007 à 01:17 par zadvocate

M'sieur le Président c'est le pti lu qui a fait le coup !!

73. Le mardi 23 octobre 2007 à 04:37 par Mussipont

J'ai été surpris par la place importante que prend l'avocat de la partie civile tout au long du déroulement du procès et de la relative discrétion de l'avocat général (effet du montage?) . Est ce toujours le cas?

74. Le mardi 23 octobre 2007 à 09:50 par DMA

A un moment précis du reportage, sur un plan large du tribunal qui montrait la salle, les parties civiles, l'accusé, les avocats et dans le fond la cour, j'ai eu comme une révélation : au fond ce procès ne sert pas d'exutoire à la violence, il incarne cette violence. Violence de l'accusé bien entendu (et de son regard patibulaire), violence des parties civiles qui crient à la vengeance (notons au passage que la femme de la victime semblait surtout vouloir se venger sur la femme de l'accusé...), violence des avocats qui expriment (très bien!) celle de leurs clients, violence des jurés qui votent la peine, violence du maréchal des logis qui décrit méticuleusement le corps calciné de la victime, violence des personnes présentes à l'audience qui écoutent, commentent, font une pause déjeuner, reviennent, violence enfin des télespectateurs qui regardent, commentent, vont aux toilettes, reviennent, postent sur un blog... non, je m'égare ; pour ma part c'est sûr je me suis mis dans la peau de l'avocat général et du président, je me suis mis dans la peau du bon "professionnel du droit"... Ce procés c'est l'art de permettre à tous ces hommes violents de s'exprimer, se confronter, et de s'accorder! La peine n'est pas une solution à la violence, elle en est un élément essentiel. Bon ça volle pas haut mais voilà ce que je me suis dit...

75. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:03 par Vernon Sullivan

Cher Maître,
Une petite question... A la fin du documentaire, le Président de la Cour d'assises va parler à la famille du sieur Cazier et leur dit "il sortira peut-être d'ici 7 à 8 ans". Comment cela est-il possible en dépit de la période de sûreté de 10 ans ?

76. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:06 par DMA

@Vernon Sullivan : 3 ans de détention provisoire + 7 ou 8 ans = 10 ou 11 ans

77. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:13 par préméditation???

A la lecture de vos commentaires, vous tenez la préméditation pour acquise.
Il est vrai que beaucoup d'éléments plaident pour elle : la colère qui monte, le fait d'apporter les gateaux perçu comme une ultime humiliation, la préparation du passage à l'acte, etc.
D'ailleurs, je pensais avant les plaidoiries que le bidon d'essence donnait une couleur très froide et méthodique au reste des évenements. Ce qui me faisait alors répondre à l'affirmative à la seconde question sans le moindre doute.

Cependant, la plaidoirie de la Défense a insinué le doute en mon esprit.
Pas tant sur le moyen de commettre le meurtre. Ce n'est pas parce qu'il est garagiste qu'il doit forcément choisir de trafiquer la voiture. Ce n'est pas parce que cela aurait été un meilleur moyen de tuer qu'il aurait forcément choisi de trafiquer la voiture.
Non, ce qui me fait réfléchir, c'est le fait que pour l'avocat de la défense le bidon ne constitue pas une arme, en tout cas pas une arme suffisante pour caractériser à elle seule la préméditation meurtrière.
En effet, si je veux vraiment tuer quelqu'un, être armé d'un seul bidon d'essence et d'un briquet me laisse assez peu de chance d'y arriver car rien ne me permet de dire a priori que la personne ne va pas se défendre.

En prenant donc pour hypothèse de départ que l'accusé ne ment pas sur ce point, voici donc mon raisonnement:
Le futur meurtrier veut aller en découdre avec la victime, en lui faisant peur, par exemple en brûlant une poubelle...
Il l'attend et installe son bidon, ce qui constitue bien des actes préparatoires, un guet-apens, mais celui-ci ne conduit pas forcément à un meurtre.

Le reste des évenements, pris isolément, marque à mon sens une volonté caractérisée et réitérée d'aller jusqu'à la mort, car à chaque étape il aurait pu arrêter et s'enfuir, lors de l'attente, lors des premiers coups, lors du faux accident et finalement lors de l'acte le plus abominable, celui d'aller la mêche.

Mais l'ensemble de ces actions se sont passées sous le coup de la folie meurtrière. Il vient en découdre, il regarde sa future victime boire et s'amuser avec ses parents alors que sa vie à lui est devenue invivable, la colère monte. Quand la victime sort finalement, la colère va se transformer en furie, furie que seule la mort fera cesser.
On peut estimer qu'il n'est plus question de pensée froide et organisée mais de survie et de reflexes primitifs qui ne peuvent le conduire qu'à une seule issue...

Si nous prenons donc les deux éléments séparément, et dans l'hypothèse où il dit la vérité, le fait d'apporter un bidon n'est pas forcément un acte préparatoire de meurtre et la suite des évenements pouvant être entendue comme un enchainement de folie meurtrière, je penche pour un non à la seconde question.

Reste un élément important, dit-il la vérité sur la question du bidon? Pour vous c'est non à l'évidence. Seulement, il donne de nombeux détails qui ne font que l'accabler : la minutie de la préparation, l'attente, l'organisation des faits, et surtout l'immonde vérité, il savait qu'il était encore vivant quand il allume la mêche.
Voilà donc mon raisonnement, si le meurtrier devait mentir, (il a eu beaucoup de temps pour préparer une histoire avant d'être appréhendé par les gendarmes) il aurait menti sur d'autres points et notamment le fait qu'il pensait qu'il était déjà mort au moment du feu, car cela donne une couleur particulièrement cruelle à la mort de la victime.
Cependant, il ne ment pas sur les éléments les plus horribles, alors pourquoi mentir sur la question du bidon. Sans insulter son intelligence, je ne pense pas qu'à ses yeux le fait d'apporter un bidon pour tuer quelqu'un était plus grave que d'allumer une mêche menant au corps presque inconscient mais vivant de la victime.

Alors si la plaidoirie de la défense ne permet pas de répondre non à coup sûr, au moins insinue-t-elle un doute.
Aurais-je été le seul à sentir cela ?

78. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:28 par Mussipont

Il y a quand même le détail qui tue (ouuups, pardon...) : le petit coup de klaxon pour rassurer les parents de la victime quand il part avec la voiture de la victime. A mon avis il faut être très calme et parfaitement déterminé pour penser à ce genre de détail et à élaborer une telle mise en scène : il ne pouvait qu'avoir déjà pris la résolution de tuer à ce moment là.

79. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:30 par Be

Réponse d'Eolas :

Trois ans pour un assassinat ? Faites moi penser à ne jamais vous récuser.



Pas trois ans, mais 7 ou 8 histoire qu'il retrouve rapidement ses moteurs et ses filtres à huile.

80. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:40 par villiv

@Eolas, suite à votre réponse sous mon commentaire # 58 :

Votre réponse va dans mon sens, je pense.

J'indique en effet, en substance, que tout le monde s'y retrouve. Ce à quoi vous répondez "La peine est inférieure, mais la période de sûreté est supérieure de deux ans, ce n'est pas rien."

Nous sommes donc bien d'accord, je pense (même c'est souvent délicat de faire passer de telles idées par "simples" commentaires) .

Je m'explique : l'avocat de la défense a "obtenu" une réduction de la peine par rapport à la peine requise ( 5 ans de moins quand même...) ; en voilà un qui s'y retrouve...

Mais ce n'est effectivement que psychologique car la peine de sureté est effectivement augmentée, exactement dans le sens de ce que souhaitaient les parties civiles... et voilà les seconds qui s'y retrouvent également (même si cela n'est pas exprimé lors du prononcé de la peine) :

Et je pense que les parties civiles s'y retrouvent (également) car elles ont clairement déclaré, après le réquisitoire, que 6 années de réclusion -requises par le Parquet- n'étaient pas suffisantes...

Or, avec des explications, elles apprennents que l'accusé (coupable et condamné finalement) ne sortira que dans 7 ou 8 ans... sachant qu'il a déjà fait 3 années de prison... on s'y retrouve je crois.

Vouala vouala...

Merci en tout cas de vos éclaircissements, sous mes commentaires et sous tous les autres biensûr.

(suite à votre réponse sous #64 : j'espère effectivement que les plaidoiries ont été "coupées" -du moins partiellement- car c'était effectivement court... mais il aurait été très utile de le préciser je pense !)

81. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:50 par egdltp

@77 : votre analyse exprime bien mes sentiments à la vision de ce documentaire. J'ai vu deux familles détruites par des non dits et un refus attristant de se libérer en posant des mots sur les faits et les sentiments.
Il semble que Mme ai eu un penchant pour la victime, penchant peut être fantasmé et non partagé. Elle n'a pas su gérer cela avec la vie qu'elle menait avec son mari et son attachement à leur famille. Lui c'en est rendu compte et a effectivement "pété" les plombs dans une succession de gestes qui aggravent la situation à chaque fois jusqu'à l'irréparrable.
Malgrès la non verbalisation des sentiments et des évènements, j'ai eu l'impression que le meurtrier et sa femme ont compris et intégré la situation. Je m'appuie pour cela sur l'acceptation silencieuse du verdict.
Il eu été mieux pour les victimes qu'un signal clair de compréhension et une demande de pardon soit donnés. Mais on peut peut être voir cela dans son "Je regrette" associé à l'acceptation de son sort.
Toute cette analyse est facile dans son fauteuil. Les avocats de la partie civile peuvent ils ou doivent ils aider leur client par un décryptage de ce style du jugement ? 20 ans dont 10 en conditionnelle ne contrebalanceront jamais la mort. Mais la justice n'est pas la vengeance comme semble l'oublier certains de nos dirigeants.
Merci de la haute tenue de ces lieux.

82. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:04 par mytho bobo

bon....... tout cela c'est bien beau...mais cela ne nous dit pas de quels gâteaux achetés "au" shopi il s'agit........et pourtant ces quatre misérables gâteaux étaient bien au centre du débat....

83. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:11 par Dieulepere

@82: glands et pets de nonne!

J'ai été étonné du rôle du président (peut être est ce à cause du montage) qui ne force pas vraiment l'accusé ou les témoins à répondre et par voie de conséquence reste très courtois envers eux!
Quant au fait qu'il aille voir à la fin du procès les parents du coupable, cela m'a choqué. Est ce déontologiquement admissible? Pourquoi ne pas aller voir les parents de la victime?

84. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:17 par mytho bobo

@ Mônsieur Dieu le Père....merci des infos...ce sont des trucs à la crème..cela ne m'étonne donc pas....le crime aurait il eu lieu de la même façon avec des gâteaux de chez Pierre Hermé....?????...

85. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:17 par villiv

@dieulepere #83 :

Vous êtes étonné du rôle du Président de la Cour... Président qui est resté très courtois...

Heureusement, encore, qu'il est courtois... et/ou qu'il le soit resté... ??!!!

Et s'agissant des questions qu'il pose, certaines étaient très orientées "à charge".

L'avocat de la Défense l'a d'ailleurs (très justement je pense) fait remarquer à un moment.

En tout cas, heureusement, d'ailleurs, que l'accusé ne niait pas les faits car sinon... le Président l'aurait perdu, son calme, je pense...

Cdt

86. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:25 par Dieulepere

@villiv: Merci de ces précisions. je m'étais une idée d'un président un peu plus vindicatif, cela étant l'affaire était plutôt "simple" comme vous l'avez dit le prévenu n'avait pas contesté les faits!
Je n'avais jamais vu de procès pénal et ce documentaire m'a appris des trucs! J'aiassisté à 2 audiences en tout et pour tout! Une au TGI de paris dans l'affaire dite du sentier et l'atmosphère n'était pas la même :D!

87. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:36 par CJ Cregg

@ Dieulepere :
"Quant au fait qu'il aille voir à la fin du procès les parents du coupable, cela m'a choqué. Est ce déontologiquement admissible? Pourquoi ne pas aller voir les parents de la victime?"

Votre réflexion est curieuse : il ne vous a donc pas traversé l'esprit que la mère de l'accusé, par exemple, qui comme elle le dit elle-même, à 81 ans, ne reverra sans doute plus son fils ailleurs qu'au parloir (tant qu'elle pourra encore s'y déplacer...), est aussi une victime de cette affaire ?
Sinon, comment la qualifieriez vous?

J'ai trouvé au contraire le mot du président très juste quand il s'adresse à la famille du condamné en disant : pour vous, ça continue.
Tandis que, d'une certaine manière, le procès constitue (ou devrait constituer) un épilogue pour l'autre famille, celle de la victime tuée.

88. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:39 par Mani

@Mytho Bobo : erf, vos racines germanoprintaines s'expriment ... enlevez ce mytho et gardez le bobo ;)

@Dieulepère :

Les ambiances d'audience dépendent grandement du président qui est un chef d'orchestre.

Les représentants des parties sont des solistes qui tentent de convaincre.

Il n'y a pas plus forte personnalité qu'un chef d'orchestre ... tout cela est donc très variable.

(mince je me mets aussi à "..." comme cette vieille peau de Guéret, au fait, c'est quand vous voulez ...)

89. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:43 par Dieulepere

@CJ Cregg: Il est vrai que je n'avais pas envisagé les choses de cette façon. Disons que ça m'a fait l'impression que le président tournait le dos à la famille de la victime pour "consoler" la famille du coupable. Sans doute cela est il dû au montage du documentaire!

90. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:53 par David

Mince ! Je l'ai loupé !

Tous les lundis on aura le droit à un doc sur la justice ?

91. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:04 par villiv

@mani #88

"mince je me mets aussi à "..." "

Hé bien, figurez vous, Mani... que j'ai aussi cette habitude (ou cette manie ?? c'est pour ça que vous avez un tel pseudo, d'ailleurs ? désolé, c'est nul mais c'était si "facile"... ;-) )

Faudrait qu'on consulte... : mais d'où viennent donc ces 3 PTIS-POIS (euh, 3 PTIS POINTS ???)

Ouaih, comme démontré ci-dessus, ça m'arrive aussi sur les 3 POINTS D'INTERROGATION.

Mais je suis un cas désespéré, moi...

cdt

92. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:04 par Mussipont

@David :

Ah ben non, lundi prochain sur F3 c'est "Vie Privée, vie Publique", pas de chance. Mais il y aura "Ali Baba et les 40 voleurs" sur TF1 donc avec un peu de chance on aura un procès en correctionnel à la fin du film!

Plus sérieusement, sur le cable Planète Justice démarre normalement le 27 octobre. A suivre...

93. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:36 par bobo saint germain

@Mani...."vieille peau de Guéret...", je me sens visée...oui mon cher Confrère, et alors....?...vous voulez mon numéro de portable, (ou encore mieux mon numéro de Toque....) là comme ça devant tout le monde????? au vu et au su de toute la profession???oh la la vous me faîtes rougir.....(ça je suis certaine que vous aimez bien...)...vous voulez me détourner de mon chemin? tout tracé, de ma petite vie ennuyeuse et morne??? de mon bol de café au lait le matin sur la nappe cirée....(en ce moment à Guéret fait ben froid...vous avez de quoi vous couvrir?), de mes programmes télé du soir, de Pernault pour le déjeuner?...de Cauet?... je vous offrirai une religieuse achetée AU Shopi....(café ou chocolat?)..

94. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:40 par telramund

@33 Petite précision travailliste (si l'on reprend l'hôte de ces lieux autant être précis je trouve), je tenais à indiquer Didier Schneider que dire "alors qu'un salarié peut cesser le travail s'il n'est pas payé" est faux aussi. Mieux vaudrait indiquer, "un salarié peut cesser le travail, AVEC L'ACCORD DE SON EMPLOYEUR, et dans ce cas il ne sera pas payé". Il s'agit d'une autorisation d'absence (et je ne parle pas des congés pour raison familiales). Si un salarié ne vient pas travailler de son propre chef, sans justficatif ni autorisation, non seulement il ne sera pas payé mais une sanction disciplinaire s'ensuivra sans doute...
De plus, la référence de l'article L. 122-3-8 du Code du travail est encore incomplète car il ya oublie de la rupture d'un commun accord et de la force majeure.
A travailliste, travailliste à demi...

95. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:48 par Contre-amiral feste

Vos conseils, cher maître, pour un bleu qui prête serment dans un mois, et qui devra probablement plaider rapidement de petites affaires correctionnelles(l'humidité, déjà, gagne les fibres de mon caleçon !!! ).

96. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:05 par Contre-amiral feste

@ eolas

Et je pleure à la fin ? Ou je leur fait le coup de la dignité outragée ?

97. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:11 par préméditation???

Merci pour votre réponse suite à mon commentaire 77.
Je suis d'accord sur le principe, cependant, se mettant à la place de quelqu'un comme lui j'imagine que le fait d'attaquer la victime et de commencer à se mettre hors la loi doit le faire passer à un état d'esprit tout à fait différent de celui du quotidien quand il est une personne calme, posé, responsable, réfléchie.
Le voir devant lui le fait sortir de ses gonds et en un instant il est à terre. Maintenant, il ne pense plus qu'à une chose, en finir avec cette situation. Il ne réfléchit pas à froid, il est dans l'action, il doit se sauver, c'est son instinct qui le commande.
Vous objecterez le coup de klaxon, le faux accident... ce sont des restes de lucidité car s'il avait été vraiment lucide, il aurait pu trouver mieux comme scène de crime.

Je ne nie absolument pas qu'à cet instant il ait choisi de tuer, mais je me questionne sur la froideur de cet acte.

Autrement dit, le fait de devoir répondre oui ou non à la question me gêne un peu. Je dirais peut-être. Il avait peut-être prévu qu'il irait jusqu'à le tuer, il a peut-être eu un peu de sang froid pour organiser son crime, ce sont à mon sens des restes de sa vie presque "mécanique" (désolé pour le mauvais jeu de mots).
Car quand il frappe sous le coup de la jalousie absolue, il n'est pas froid, il est le produit de son instinct, devenu prédateur.

Par ailleurs, utiliser le fait qu'il soit une personne très calme pour prouver qu'il l'était à ce moment là ne me semble pas pertinent. On se trouve bien face à la situation la plus exceptionnelle de sa vie (d'ailleurs la manière dont il décrit les circonstances de la première rencontre avec son épouse montre bien qu'il abhorre la violence au quotidien).
Cela dit si la deuxième question ne me semble pas si évidente, je pense que la peine est amplement méritée vu les circonstances du crime.

98. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:16 par villiv

@Contre-amiral feste #95 et #96

Bah voila, suivez les conseils de EOLAS et tout ira bien...

En plus, vous avez tout compris si l'on reprend vos propres mots dans un sens qui n'est pas forcément apparent à première lecture mais qui vous vaudra surement d'éviter les foudres de nombreux Président...

En effet, vous dites " (...) plaider rapidement"... hé bien voila qui est bien inspiré si j'en crois nombre des commentaires lu ici ou là (voir par exemple la réponse de EOLAS au commentaire #11 du billet www.maitre-eolas.fr/2007/...

En tout cas, ce n'est pas la quantité qui compte, ça c'est sûr ??!!

Donc j'arrête là aussi car mes commentaires sont très souvent trop longs??!!

Hé oui, "Charité bien ordonnée etc etc"

99. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:22 par travailliste trois quart

le salarié peut aussi arrêter de travailler s'il s'estime en danger (droit de retrait).
Quant à la loi TEPA...qu'on se le dise ce n'est pas du droit du travail.C'est du tripatouillage fiscal et de sécurité sociale (auquelle même les fiscalistes et les spécialistes de paye qui ne sont pas juristes ne comprennent que quick).
Tout bon travailliste est de prime abord faché avec les chiffres ...
La législation sur le temps de travail reste inchangée (mise à part la broutille de la majoration des HS à moins de 25% par accord collectif)..

Le droit du travail , c'est autrement plus passionnant que ces calculs d' apothicaire (pardon à la confrérie des pharmaciens.)

100. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:25 par Contre-amiral feste

@ villiv

Clarté, concision, pudeur, disent les règles classiques ; j'ai fauté coté lettre à Môquet(#42), le plus dur c'est de se corriger...je sens que je vais me cantonner au droit commercial et au droit civil, c'est plus prudent, et là au moins ça paie !

101. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:31 par sorbitol

@ Réponse d'Eolas :

C'est en effet inhabituel. Il arrive plus souvent que les avocats généraux aillent s'entretenir avec les parties civiles. Déontologiquement, c'est admissible, sous réserve qu'il ne trahisse pas le secret du délibéré et garde une prudente réserve.

Ce qui me semble avoir été le cas , il l'a fait sans robe et (de memoire) hors de la salle d'audience.
maintenant effectivement cela peut passer pour de la simple et humaine explication de texte venant d'un professionnel ou plus pervers de tentez de dissuader de faire appel en expliquant à la famille du condamné "qu'il " va sortir dans pas trop longtemps.

Je suppose que la "cote professionnelle" d'un président beneficie du fait qu'un arret rendu sous sa presidence ne fait pas l'objet d'un recours, pire d'une inversion de decision ?

102. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:32 par villiv

@contre-amiral feste

Un pti dernier commentaire avant d'aller jouer à saute-bouchon (hé oui, je rentre de congés et je vais sur Paris, donc autant partir dans l'après midi... au moins pour éviter les gros risques de bouchons).

Et donc un pti commentaire pour dire que si vous cherchez... là ou "ça paie"... hé bah évitez aussi le droit public (du moins les cabinets spécialisés -et à Paris en tout cas- car je ne sais pas comment ça se passe dans les Grands Cabinet qui ont un "département" droit public...)

Et en tout état de cause, BON COURAGE... même si tout cela reste quoiqu'il en soit passionnant

103. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:49 par Thaïs

J'ai été interessée par ce documentaire en tant qu'ancienne jurée d'assises complétement béotienne du monde de la justice. Ce documentaire s'adressant à des néophytes, il est dommage que l'on ait pas rappelé certaines choses sur les jurés. Pour ma part, avec du recul voici quelques impressions :
- on abandonne en partie son propre boulot (sauf le matin et le soir après l'audience)et la situation n'est pas forcément aisée quand des dossiers nous attendent et le patron pas toujours compréhensif.
- les nouveautés que sont le palais de justice, les robes noires et rouges, le langage, la procédure sont riches d'enseignement mais terriblement impressionantes.
- la visite de la prison (quand cela est possible et s'il ne s'agit pas d'un "appartement témoin" comme parait-il c'est le cas) est une bonne chose pour nous représenter le lieu où nous pouvons envoyer une personne pendant des années.
- La capacité d'écoute et de concentration est extrêmement importante : entre la compréhension des faits, les interrogatoires de l'accusé, des témoins et des experts (fois deux accusés dans mon cas), puis les plaidoiries, le tout sur 4 jours (j'imagine quand c'est sur une longue période !)
- La chose la moins évidente a été la capacité de discernement qu'il faut avoir entre le sketch joué par un avocat, la fadeur d'un autre avocat (un ténor parait-il) qui semble à travers sa plaidoierie nous prendre pour des demeurés et la brillantissime intervention d'un avocat général (je me demande si ce n'était pas P.Bilger, sa tête me disant quelque chose; j'ai d'ailleurs constaté à cette occasion que l'avocat général n'était pas le monstre que j'imaginais mais un homme très rationnel et humain qui mettait bien en perspective le plus et le moins de la situation des accusés),les accusés qui s'embourbent, certains témoins qui semblent faire du zèle, bref, un concentré de paroles et d'émotion...
- et le plus dur c'est de se décider pour une peine. La seule référence connue pour quelqu'un qui ne s'interesse pas spécialement à la justice étant le chiffre cité par l'avocat général.(en 1992, on parlait beaucoup moins des procès me semble-t-il et étant très jeune j'avais d'autres soucis en tête)
J'ai trouvé cette responsabilité très lourde (même si je reconnais que ne pas avoir à se décider sur la culpabilité, les accusés ayant tout reconnus, était déjà un poids en moins ainsi que l'inexistence de violences physiques). Et le visage de ces hommes en prison est resté longtemps gravé en moi.
- Je tairais tout ce qui se passe pendant le délibéré mais l'annonce du verdict est une pression indéfinissable que l'on cache bien évidemment, surtout quand on envoie des hommes en prison.

104. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:59 par PEB

Ce fut un reportage passionnant.

Ce qui m'a surpris, c'est l'age des magistrats: 30 ans pour l'Avocat Général. (Il n'avait d'ailleurs pas de rouge à sa robe. Est-ce normal?), le Président devait être à peine quarantenaire. Seul l'huissier semblait dater des tribunaux d'antant.

Le récit des derniers instants de la victimes et sa description clinique par les officiers de polices judiciaires font froid dans le dos.

Les mises en scène, très pudiques, sont inhérente à l'exercice de télévision. Les trente heures de session doivent être résumées. De plus, la dramaturgie du procès doit être ponctuée par des instants de respiration. La musique d'ambiance permet de ressentir la gravité du moment.

Au niveau de l'affaire, on est dans le triangle du désir, homicide depuis la fondation du monde. Un classique, un bon vieux crime des campagnes où un couple se réconcilie autour d'une victime commune. De la même manière, on voit la famille de la partie civile se rassembler dans la détestation unanime de l'assassin.

Le rôle de la Cour d'Assises apparait dans ce reportage comme consistant à déterminer non seulement le vraix du faux (la partie civile et l'accusé porte chacune leurs thèses propores respectives) mais aussi à déméler l'écheveau de la réciprocité de la violence.

On est donc au delà de la psychanalyse du travail de deuil. Le rôle de la Cour est de réordonner le monde. En cela, j'ai senti que les parties étaient toutes étrangement appaisée par le verbe du Droit.

On voit aussi que le conseil de la défense n'est pas une sinécure mais il est essentiel. Il est la voix qui retiens le glaive et invite à réfléchir. Son rôle me fait un peu penser à la tradition juive comme quoi si tous étaient unanimes pour accabler l'accusé alors l'accusé était certainement innocent. On ne pouvait condamner qu'à condition qu'au moins un des Soixante-Dix Anciens ne prît la défense du pauvre hère qui était présenté devant la Haute Assemblée.

105. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:47 par Dieulepere

@bobo saint germain et mani: Veuillez échanger vos mail sous le contrôle de maitre eolas et par pitié cessez ces tergiversations écoeurantes!!!!!! Y en qui veulent apprendre ici MINCE!

106. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:51 par bobo saint germain

@ Dieulepère...vous n'avez qu'à pas mettre le nez dedans...cela vous évitera d'être écoeuré...

107. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:54 par Dieulepere

Je lis scrupuleusement tous les commentaires :(.

108. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:56 par bobo saint germain

...mon pauvre ami...et vous n'avez encore rien vu....:-)))...(je plaisante....)...vous êtes beaucoup trop sérieux...je suis sur une assignation et je peux vous dire que je ne m'amuse pas....

109. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:56 par Jean-Philippe

J'ai trouvé les avocats plutôt doués ! Celui de la partie civile m'a certes un peu agacé par les grand gestes et les montés de colère qui relèvent du théâtre mais il a été extrêmement habile dans les questions !

L'avocat de la défense partait avec deux handicaps ! Plaider le meurtre alors que M Cazier avait préparé un bidon d'essence n'était pas chose facile ! Le second handicap était le client ! M Cazier a peut être compris la gravité de son geste, il a peut être des regrets mais son comportement nous a laissé croire le contraire ! Mais je pense que ce comportement est à mettre sur le compte de sa maladresse comme hélas c'est souvent le cas !

Maître est ce qu'il vous arrive souvent d'avoir un client qui s'exprime difficilement et dont vous senter qu'il risque de s'enfoncer à l'audience au lieu de faire bonne impression ? Si oui comment vous preparez vous à ça ?

110. Le mardi 23 octobre 2007 à 16:03 par Dieulepere

@bobo saint germain: l'assignation sur laquelle vous etes, ne s'amuse pas non plus et étouffe!! Pensez donc à vous lever :p.
@Jean-Philippe: Je rajouterai une autre question: Comment l'avocat prépare t'il la défense de son client? Doit il la préparer avec lui ou contre lui (dans le cas où l'attitude du client va manifestement lui nuire)?

111. Le mardi 23 octobre 2007 à 16:07 par bobo saint germain

@Dieulepère...ah je vois.... vous étiez au premier rang en classe devant la prof....m'étonne pas...pfffffff.................

112. Le mardi 23 octobre 2007 à 16:09 par Mani

@Bobo Saint Germain : vous faire rougir est toute ma gloire, au chocolat la religieuse, des glaçons avec le Pernault et bien attachées les Cauet, s'il vous sied.

Le seul lien susceptible d'assurer la bonne relation inter-Barreau entre nos éminences trollesques est le maistre de céans ... je trois petit-pointise, pleinement conscient que les limites de nos désirs confraternels sont suspendus aux jardins de bienveillance, rendus luxuriants par l'humanité pleine et riche d'Eolas, qui peut vous remettre mon mail si vous lui laissez le votre dans un de vos frais et subtil commentaires ...

113. Le mardi 23 octobre 2007 à 16:43 par Dieulepere

Merci Eolas pour ces précisions. Qu'en est il en comparution immédiate?

@mytho bobo german blabla prout prout: Bien au contraire j'ai toujours été celui qui était derrière ou proche du radiateur! Vous savez celui qui tire les couettes des petites filles sages du premier rang et qui casse les lunettes du petit fayot! Enfin je peinais pas trop non plus à jouer la brute de service, à 18 ans en sixième.

114. Le mardi 23 octobre 2007 à 17:02 par INTIME CONVICTION

Bigre, personne n'a soulevé "THE" question! Ce procès était extraordinaire ... puisqu'il était filmé!
A votre avis, Maître, cela a t-il changé, enlevé, apporté quelque chose?
Dans ce dernier cas, faut-il comme certains le demandent, réformer la loi existante pour permettre de généraliser cette pratique ?

115. Le mardi 23 octobre 2007 à 17:09 par parquetier

@PEB, 104
Il n'avait pas de rouge parce qu'il n'appartenait pas au parquet général (de la Cour d'Appel d'Amiens) mais au parquet de l'un des tribunaux de grande instance du ressort de la Cour, et probablement l'un de ceux du département de la Somme (Amiens, Abbeville ou Péronne). Il y a une Cour d'Assises par département (sur la Cour d'Appel d'Amiens il y en a donc deux, Beauvais et Amiens si je ne me trompe). C'est en principe un membre du parquet général qui y requiert, voilà pourquoi on l'appelle Mme ou M l'avocat général, mais le Procureur général peut déléguer un magistrat du parquet local, le plus souvent du parquet où a été instruite l'affaire. Quelquefois un tout jeune. Souvent on évite de les désigner tout de suite pour les Assises, mais d'un autre côté depuis qu'il existe un appel en matière d'Assises, les parquets généraux se consacrent plus aux procès en appel... ça dépend des pratiques locales. Je vous raconte pas, les premières Assises trois mois après la sortie de l"école, l'état des petits...
Donc l'avocat général qui requiert aux Assises peut être membre d'un des parquets du département, ou membre de la Cour d'Appel qui coiffe ce département.

Quant à la notation, Maître Eolas a raison, le résultat dans un sens ou dans l'autre n'entre en rien dans la notation, heureusement. C'est un peu différent pour les conseillers qui se font casser par la Cour de Cassation, puisqu'ils sont censés avoir fait une erreur de droit, mais ce n'est pas non plus une science exacte. Disons qu'un bon Premier Président regardera de près les statistiques, que la Cour de Cassation se fait un plaisir de lui communiquer.

116. Le mardi 23 octobre 2007 à 17:35 par parquetier

oups, merci
au surplus, vous êtes chez vous
et ce sera justice

117. Le mardi 23 octobre 2007 à 17:55 par CANARD65

Je n'y connais rien, mais sur ce procés, quid des contreparties financières apportées aux parties civiles, au titre de dommanges et intérêts. La famille de la victime a bien dû recevoir quelquechose, non ? et si oui, de qui ?

118. Le mardi 23 octobre 2007 à 18:30 par bobo triste

@ Dieulepère. vous êtes content de vous? oui?

119. Le mardi 23 octobre 2007 à 18:53 par Dieulepere

Assez pourquoi vous avez des couettes et des lunettes, je vous ai rappelé de mauvais souvenirs?

120. Le mardi 23 octobre 2007 à 19:06 par bobo triste

oui........comment l'avez vous deviné?....

121. Le mardi 23 octobre 2007 à 19:12 par Dieulepere

Mon grand sens de la déduction et de la mesure!

122. Le mardi 23 octobre 2007 à 19:20 par bobo

ah..j'avais cru lire, "mon grand sens de la séduction..."...cela m'étonnait aussi...

123. Le mardi 23 octobre 2007 à 21:36 par Zedwarf

La seule chose que j'ai trouvée totalement déplacée dans ce documentaire fut...la plaidoirie de l'avocat des parties civiles !
Pas sur le fond mais sur la forme : entre le récit de la scène du crime avec les bruitages, le discours larmoyant, la colère feinte et, pour finir, sa chute à 2 balles ("la famille de la victime a choisi de se taire, et moi avec elle !"), on avait le sentiment d'un comédien raté qui profitait de la cour d'assises pour faire son show et impressionner ses clients, alors qu'autour de lui, on sentait la tension, le malheur et le chagrin.

C'est un effet du montage, ou bien une manière habituelle de plaider de la part des avocats ? Et surtout, cela fonctionne-t-il sur les jurés ?
Si j'avais été l'un d'eux, j'aurais eu l'impression d'être pris pour un arriéré...

124. Le mardi 23 octobre 2007 à 21:48 par Contre-amiral feste

@ Zedwarf

Vas-y coco dans l'arène, après on cause !

125. Le mardi 23 octobre 2007 à 22:34 par Zedwarf

@ Contre-amiral feste

C'est bien parce que je n'aurais vraisemblablement jamais l'occasion d'y aller, dans l'arène, que je pose la question aux pros...

126. Le mardi 23 octobre 2007 à 23:06 par Contre-amiral feste

Pas de bol, le Contre-amiral est un bleu !

127. Le mercredi 24 octobre 2007 à 00:07 par Delio

[quote] 56. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:47, par Delio

C'est le cas d'école !

Le mec avoue, TOUT, la préméditation, le meurtre (donc assassinat)... Franchement, comment ne pas lui coller 30 ans minimum, voire perpete !

Je commente avant la fin de l'emission, donc je ne connais pas le verdict, je donne juste le mien.

Réponse d'Eolas :

Avec vous, plus besoin de procès. On y gagne en temps ce qu'on y perd en justice.[/quote]

Ben non ,justement, je ne vois pas en quoi le fait de condamner quelqu'un qui a délibérément assassiné par crémation un être humain qui avait le seul tort d'être soupçonné, sans aucune certitude, d'avoir une relation avec sa femme (avec laquelle il n'avait plus que des rapports épisodiques). Je dis assassiné car le bidon d'essence plein d'une vingtaine de litres (volume estimé au vu des scènes de reconstitution) ne fait pas partie de l'équipement usuel d'une voiture. De plus, ce n'est pas la mise à feu d'un cadavre pour effacer des traces à laquelle s'est livrée ce monsieur, c'est à la crémation d'un être vivant... Alors, excusez-moi, je considère toujours qu'avec 20 ans dont 10 de sûreté, il s'en sort bien.

128. Le mercredi 24 octobre 2007 à 10:30 par Thaïs

Ce que j'ai appris aussi depuis 1992 et c'est toujours vrai maintenant, c'est que si la peine de mort existait, un certain nombre de personnes enverrait à l'échafeau tout voleur de bicyclette

129. Le jeudi 25 octobre 2007 à 02:59 par Monavis

#127, réponse d'Eolas :

"...il faut se garder un peu de marge de manoeuvre pour punir des actes pires".

C'est difficile de comparer les actes d'horreur : à partir d'un certain niveau de violence et d'horreur, il n'y a plus d'échelle de valeur, et on peut toujours imaginez des actes encore plus pires. A côté de certains criminels de guerre, Guy Georges était un enfant de coeur !

130. Le samedi 27 octobre 2007 à 20:45 par Lucas Clermont

Solitude de l'avocat de la défense. Isolé à son banc quand l'avocat de la partie civile est assis à côté des parties civiles. Portant la charge d'un assassinat, et sans doute dans certains cas assimilé au méchant. Enfin solitude par rapport à son client avec qui il ne peut communiquer à cause de ses capacités de communication frustres.


131. Le dimanche 28 octobre 2007 à 19:00 par didier Schneider

@ Telramund 94

www.courdecassation.fr/ju...

Arrêt 1966.

132. Le mardi 30 octobre 2007 à 09:02 par Telramund

Excusez-moi, Maître et hôte, de l'intrusion du droit du travail dans ce lieu. Je vais faire court.
@100 Tout à fait, j'avais oublié le droit de retrait...Errare...
@131 Jurisprudence non pertinente car elle concerne des salariés contraints d'arrêter de travailler, dans le cadre d'une grêve justement, pour obtenir le paiement de leur salaire qui n'était plus versé depuis quelques temps par leur employeur (d'ailleurs l'arrêt vise l'article L. 521-1 du code du travail sur...le droit de grêve). En fait c'est un cas de grêve où les grèvistes sont en droit d'obtenir le paiement de leurs jours d'arrêt de travail. Toutefois, je suis prêt à admettre qu'un arrêt de travail (hors cas de grêve) par un salarié non payé sera assimilé à une prise d'acte de la rupture du contrat de travail au tort de l'employeur. Excusez-moi encore de cette digression.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact