Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Moment de solitude

L'angoisse de l'avocat, comme de l'acteur, c'est le trou. Le dossier a volé en éclats à l'audience, tous vos arguments se sont désintégrés lors des débats, et en prime, votre contradicteur a été très modéré dans ses demandes, vous privant de la sortie de secours de l'indignation. Vous entendez le président vous dire : « Maître, vous avez la parole » et vous ne savez pas quoi dire. Vous vous levez en regardant fixement vos notes, qui ne sont d'aucune aide. Vous relevez la tête, voyez les trois paires d'yeux du tribunal qui vous regardent avec une curiosité manifeste, et vous ne savez toujours pas quoi dire.

Heureusement, désormais, j'ai la solution.

Dans un prétoire, un juge et un procureur, qui ont une boîte de petits pois à la place de la tête, écoutent Maître Eolas plaider. Celui-ci, debout au centre du prétoire, tient à la main une lettre et déclame d'un air solennel : "Mon petit président chéri,  mon tout petit procureur adoré,  mon petit client aimé, ... je vais mourir !". Dans le fond, le procureur essuie une larme d'émotion.

Et pour les mauvaises langues, le « Mon petit président chéri » n'est pas le président de la République.

PS : pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi les magistrats ont une drôle de tête.

Commentaires

1. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:41 par thm

J'adore les boîtes de petits pois :-)

2. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:50 par hoshiko

Attention, Maître, on voit la marque des petits pois... ;-)

3. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:50 par Cat

J'aime bien les petits pois, mais je ne comprends pas le "Je vais mourir", ou alors c'est une allusion subtile à un des héros de la série Malaussène de Pennac ?

(Pfoula, je fais dans le capilotracté).

4. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:52 par Dieulepere

@cat: c'est une référence à l'actualité (saurez vous trouver quel événement?). Une lettre d'un jeune homme de 17 ans à ses parents!

5. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:53 par Alex K

Double actualité publique des juges petits pois et de la lettre à Guy Môquet ;

le trou noir de l'avocat appartient-il à l'actualité récente de Maître Eolas?

6. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:55 par Cat

Haaaaaa, c'est encore cette histoire de lettre de Guy Môquet.

Pfoulàlà, passionant l'actualité française. Et pas répétitive avec ça. Des fois je regrette pas d'être en Écosse. :D

7. Le lundi 22 octobre 2007 à 18:56 par Sartorius

LoL !

What else?

8. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:09 par villiv

et ouaih, pourquoi n'y avait on pas pensé avant?

(quoique certaines plaidoiries ressemblent déjà à cela... un peu à l'image de l'écolier qui s'invente tous les malheurs du monde en espérant avoir une meilleure note à l'oral... hé oui... et quand on explique, en plus, qu'on est le p'ti-dernier sur lequel toute la famille compte énormément, ça peut marcher... surtout sur un malentendu : en fait, je pense à un sketch de A. Dupontel que j'ai entendu cet après-midi dans les bouchons...)

Euh, en revanche, Eolas, j'aurais une question...

En effet, vous "dites" :

"Heureusement, désormais, j'ai la solution."

MAIS, car il y a toujours un MAIS : sans vouloir chercher la ptite bête... ça finit comment dans votre cas ??????

;-)

9. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:09 par Mélo

Juste un petit commentaire pour vous encouragez à continuer, j'apprécie beaucoup lire votre blog, votre expérience, votre regard sur le droit et tralala !
Je suis étudiante de Juriste-Linguiste à Tours, en seconde année... et votre blog est une source de bonne humeur pour les juristes... ou non ! =) merci !!

10. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:12 par FPM

C'est curieux, en lisant les bulles du dessin, j'ai instantanement pensé à la fameuse ouverture de Pierre Desproges lors des "flagrants délires"....

(je vous parle d'un temps,que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaîtreeeuh)...

11. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:24 par Etudiant X en Droit

Bien vu les petits pois !
C'est vrai qu'il y en a un peu marre de cette histoire de Guy Moquet et sa lettre. Si le ministre veut envoyer une circulaire aux enseignants, faut qu'elle reste à l'apréciation d'eux-mêmes, non?
Mais pourquoi cette idée maintenant maître, ce n'est pas un scoop?
Au moment de vôtre plaidoirie, le président du siège vous impose forcément un temps maximum ou le laisse à vôtre guise? Comprènent-ils ce phénomène de trou qui peut arriver?

12. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:27 par Sans pseudo

Vous croisez la magistrature Daucy’l ?

13. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:33 par Dieulepere

Une circulaire a des chances d'être impérative donc obligatoire! Je parlerai plutôt de directive!
Enfin on aurait pu faire les choses d'une façon différente notamment en organisant une concertation avec les enseignants afin de mener une action plus en profondeur et moins circonstanciée!

14. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:37 par Toulousaine

Hahahahahaha !!!! Merci, une franche rigolade ça fait du bien en fin de journée !!!

15. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:40 par niju

Au vu du début de la lettre, doit on comprendre que vous modifiez également la fin du second paragraphe par "A toi petit président, si je t'ai fait ainsi qu'à mon petit procureur, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée."

Est-ce l'annonce d'une reconversion à venir?

16. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:42 par eowyn

Guy Môquet qui, à ce qu'ont dit les historiens interrogés sur le sujet, n'était pas, contrairement à ce qu'on entend partout, résistant. Il a été otage et a été tué avec d'autres otages. le fait qu'il ait été membre du PC fait dire à tous les journaux TV qu'il a fait de la résistance anti-allemande, mais à l'époque le pacte germano soviétique était en place, et le PC n'était pas encore entré en résistance. Cela dit il a ensuite été une icone pour la résistance, comme martyr. Bref, je voulais le préciser, parce que j'entends toujours les JT faire la faute....

17. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:44 par Nicolas

@10 : Je proteste, on peut avoir bien moins de 40 ans et apprécier notre cher Procureur Desproges. Mais il est vrai que j'ai connu bien des moment de solitude en évoquant Desproges auprès de mes conscrits.

Bon, c'est pas tout ça, j'ai un cheval melba sur le feu moi.

18. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:48 par Pyc

@ FPM: Eh bien si! On peut avoir moins de 40 ans et connaitre les "flagrants délires" de Desproges. La preuve en est, j'ai 23 ans.

En ce qui concerne l'auteur de ce blog, ça fait un moment que je passe régulièrement sur ce site et je voulais vous remercier pour cet effort de clarté et ce soucis du détail qui font de votre blog un blog intéressant à lire.

Bonne continuation

19. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:49 par Yogi

Oui enfin gardez un optimisme mesuré : j'ai moi-même lu la Lettre cet après-midi à une contractuelle qui voulait me verbaliser pour stationnement interdit, eh bien croyez-le ou non ça ne l'a pas amadouée. Je vais essayer avec ma compagnie d'assurances et je vous tiens au courant.

20. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:54 par Yogi

@Eolas réponse au 11 : A contrario il y a la réplique célèbre (fake ?) à la question "Ca va durer combien de temps ?" : "Jusqu'à ce que la cour comprenne, ça peut être long ..."

21. Le lundi 22 octobre 2007 à 19:58 par Alex K

@Eolas 11

Je rends d'ailleurs hommage à la superbe insolence d'un confrère qui, au moment de présenter des observations sommaires, s'entend dire par le président : « Surtout, soyez bref, maître ! ». Regard interloqué du confrère, qui répond du tac au tac : « Ca va, pour le moment, je n'ai pas été trop long ? ».

Je rends aussi hommage à la liberté de parole de notre confrère mais je me demande toujours où finit la liberté de parole et où commence l'outrage ...




22. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:05 par Vulgus pecum

Les petits pois ne veulent plus de salade. Ils réclame de l'oseille !

23. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:09 par stephug

@Alex K

l'outrage commence généralement lorsque le sens de l'humour et l'égo vaniteux sont pris en défaut.

24. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:21 par Loop

uhuhuhuh... je me marre.....

25. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:24 par Etudiant en Droit

Merci, il ne s'est pas fait un ami président...
Mais bon si on a réussi à préparer une plaidoirie bien court, certainement annotée sur des papiers, le trou doit être moins dure, non?
C'est souvent comme ça entre avocats et juges?
N'oubliez pas le reportage sur les asisses ;)

26. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:31 par villiv

@10, 17 et 18...

moi aussi, moi aussi !

pas la quarantaine (rapport à l'age),

ni la quarantaine (rapport aux centres de rétention administratifs évoqués ci-dessus dans les commentaires ou les réponses aux commentaires plus exactement)...

et j'ai moi même un cheval melba sur le feux (il revient au galop d'ailleurs...)

Ah, ce sacré P DESPROGES...

Son "tribunal" était on ne peut plus croustillant (L Rego était bon aussi là-dedans, c'est dommage qu'il n'ait pas réussi à poursuivre cette oeuvre ... et il devient quoi d'ailleurs ces temps-ci ??)

J'entends encore souvent ses "sketchs" à la radio (celle "du rire"... euh, j'aurais ptetre pas dû l'écrirer ?? oh, et puis on peut faire de la pub pour la radio puisqu'on en fait bien pour des pti-pois, non ??)

J'ai par ailleurs acheté les bouquins au sein desquels sont publiés les "réquisitoires"...

Que du bonheur (sauf certains qu'il me faudrait plutot écouter pour en découvrir toute la saveur...)

Merci donc... pour cette évocation (une évocation en amène une autre on dirait...)

27. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:41 par Eowyn

@ Eolas.
Moi qui ai été un temps historienne, je chipote :) Certes il a été arrêté après la fin du pacte, mais, comme vous le rappelez, en distribuant des tracts communistes, et si je fais bien le calcul, le pacte n'avait pas encore été rompu à l'époque de son arrestation (puisqu'il a été interné un an)... Ce que je reproche aux médias c'est de le faire passer pour un grand résistant alors qu'il ne participait pas aux réseaux de résistance, même si ses activités étaient manifestement illicites à l'époque et révélaient un certain patriotisme. Cela dit, par exemple, la lecture de la lettre ne me choque pas, ou alors uniquement dans la mesure où elle insiste sur l'affect et le pathos, alors que l'appréhension de l'histoire doit être fondée sur la raison. (d'autres la critiquent en y voyant aussi la glorification d'une forme de nationalisme, mais c'est à mon avis surtout la défense de la patrie, et par delà la patrie, de la liberté, qui est mise en exergue).je trouve la lettre très belle.

28. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:42 par Vulgus pecum

suite post 22...

c'est daucy simple que ça !

29. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:44 par sinequanon

ça ne vous fera rien mais j'ai eu ce soir l'occasion de vivre votre expérience à moindre échelle en cours de droit pénal.
les commentaires étaient ramassés en debut de cours et la correction venait ensuite...
en écrivant chaque ligne de la correction, une goutte perlait de mon front et ma gorge faisait glaps...
rien à voir évidemment avec la vie ou le futur d'un client pour qui ça risque de mal se passer...
mais une question me taraude maître, avez vous eu une scolarité juridique irréprochable?
si oui, alors je suis cuit

vous avez tous mes encouragements.
solidairement votre

30. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:00 par Vulgus pecum

Pour revenir à l'angoisse de l'avocat qui ne sait pas quoi dire lors d'une audience devant le TGI, j'ai assisté à une scène encore plus terrible que celle de l'avocat qui se retrouve face au néant.

En l'occurrence, après le fatidique : "Vous avez la parole, Maître…" suivi de quelques minutes de plaidoirie dudit Maître, le Président qui commençait visiblement à bouillir lui à couper la parole en lui disant "Maître, veuillez arrêter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, les pièces du dossier montrent que vos arguments sont fallacieux ! Tâchez de trouver des arguments plus crédibles…"

Et c'est là que l'on voit tout le "professionnalisme" de l'avocat, un vieux renard des salles d'audience qui a appris à faire les périlleuses pirouettes et les gigantesques grand-écarts, et qui a continué par "…en effet, Monsieur Le Président, de prime abord les pièces du dossier semblent montrer que mon client est coupable... je vais cependant vous démontrer le contraire et expliquer le malentendu dans cette affaire…"

A votre avis, il a gagné son procès l'avocat ?

31. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:07 par arbobo

pareil, le coup des boites de petit pois, très fort ^^

32. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:12 par contraint dikè

effectivement, selon Olivier Bonnet Guy Môquet a été fusillé parce qu'il était communiste.

source : olivierbonnet.canalblog.c...

33. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:25 par yves

Un peu de ciel sur le silence
Le soleil est beau quand il pleut
Le souvenir a les yeux bleus
A qui mourut par violence

(Louis Aragon: «la légende Gabriel Péri» - un autre otage fusillé dans des circonstances similaires)

34. Le lundi 22 octobre 2007 à 21:35 par PB

C'est quand même fort d'entendre le parti communiste contraint de critiquer la lecture de la lettre de Guy Moquet ! A la lecture de quelques journaux du matin, c'est parce que le Président n'aurait pas dit que Guy Moquet était communiste... Ah bon ? Je crois que sur ce coup là, le Président était sincère (bien inspiré c'est autre chose) et c'est tellement stupéfiant que cela conduit à des situations abracatabrantesques !

35. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:04 par Delio

"27. Le lundi 22 octobre 2007 à 20:41, par Eowyn

@ Eolas.
Moi qui ai été un temps historienne, je chipote :) Certes il a été arrêté après la fin du pacte, mais, comme vous le rappelez, en distribuant des tracts communistes, et si je fais bien le calcul, le pacte n'avait pas encore été rompu à l'époque de son arrestation (puisqu'il a été interné un an)... Ce que je reproche aux médias c'est de le faire passer pour un grand résistant alors qu'il ne participait pas aux réseaux de résistance, même si ses activités étaient manifestement illicites à l'époque et révélaient un certain patriotisme. Cela dit, par exemple, la lecture de la lettre ne me choque pas, ou alors uniquement dans la mesure où elle insiste sur l'affect et le pathos, alors que l'appréhension de l'histoire doit être fondée sur la raison. (d'autres la critiquent en y voyant aussi la glorification d'une forme de nationalisme, mais c'est à mon avis surtout la défense de la patrie, et par delà la patrie, de la liberté, qui est mise en exergue).je trouve la lettre très belle."

C'est quoi la différence entre un GRAND résistant et un autre ?

Guy Môquet, arrêté à 16 ans par des flics français, fusillé à 17 ans par des Allemands en quête d'otages est-il un PETIT ou un GRAND résistant ? Ou bien est-il juste un jeune Français politiquement évolué, qui, avec les moyens dont il disposait, a voulu combattre l'ennemi quand Pétain baissait son froc et jetait son bâton de maréchal aux orties ?

36. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:07 par yves

La plupart des critiques que j'entends sont plus sur la forme (camarade/compagnon) et la mobilisation des enseignants dans cette entreprise de lavage.

Tout ça devrait logiquement finir au Panthéon, mais là il ne devrait pas y avoir autant de protestation.

37. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:08 par Natgif

Bon, vous avez le mourron à cause de la déroute des bleus ?
Vous, au moins, vous vous battez jusqu'au bout...Même si ça fait mal quand on perd.
Et puis, allez, avouez, ça vous amuse beaucoup ces petits gribouillages.
Une grenouille par ci, une par là...
Je voudrais simplement savoir - si possible - avec quoi faites vous vos grenouilles ? C'est marrant comme tout, un brin mélancolique.

38. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:10 par Maïpi

je vois que vous prenez goût en ce moment aux petits dessins humoristiques et tant mieux pour nous ;)
mais ce trou noir fait-il partie de votre actualité personnelle, maître ? dans ce cas on risque de voir apparaitre un code noir ou assimilé, bref, un coup de blues...
et je ne parle pas du blues latent depuis ... non j'ai dit que je n'en parlais plus

bon courage pour la suite

39. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:11 par Maïpi

@ natgif... une grenouille ! quelle idée !

40. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:17 par La Rimule

Excellent cher Maître !!!

41. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:41 par diogene

Génial !

42. Le lundi 22 octobre 2007 à 22:45 par Contre-amiral feste

C'est d'une attitude face à la justice, à l'engagement, à la volonté de liberté dont il s'agit. Vous ne comprendriez donc pas que ce qui compte dans cette lettre c'est l'acte d'engagement pour des valeurs ? Je ne peux le croire !

C'est le rôle de l'éducation nationale que de fonder un creuset républicain fait de valeurs fortes et positives. Parfois la liberté exige le sacrifice, c'est ce que nous rappelle Guy Môquet. La liberté ou la mort, ont scandé les canuts, avant même les républicains espagnols.

Mais bien sûr ma réaction est ridicule, je le sais bien, le pire est loin derrière nous, et il faut être un âne pour mourir pour des valeurs de justice, de liberté, d'égalité. Les élèves ont à préparer leurs examens et leur avenir professionnel. La conscience politique, les références communes d'une génération qui continue et transmet ce qu'on lui a transmis, c'est hors de propos, les profs ne sont pas là pour ça.

Pas de peuples, pas de nations, pas d'histoires et de valeurs communes, rien à transmettre ! Demain il n'y a plus de frontières, c'est la liberté internationale, qui, grâce au marché, et à la libre concurrence, aura libéré les individus. Mes valeurs sont bancaires, financières et comptables, et l'idéalisme n'est une maladie furieuse et dérisoire.

L'individu avant tout, moi avant n'importe qui d'autre, et agit de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse valoir d'abord comme principe d'une législation privé !

Pas de hiérarchie administrative, pas de légitimité politique, le ministre est un fonctionnaire, et ceux qui disent être élus mentent quand ils disent disposer au nom du bien commun. Il n'y a d'intérêts que privés, homo oeconomicus, rien d'autre.

Sarkozy manipule par principe, par jeux, parce que nico est un monstre politique qui veut nous mettre au pas.

Qui maîtrise la classe, le programme ? Les profs ! Qui parmi les profs ? Mais chacun pour lui même bien-sûr ; les professeurs n'ont pas à rendre compte. La nation des valeurs partagées qui se construit aussi et surtout à l'école c'est du Maurrassisme, évidemment. La nation ? La nation c'est Fichte, c'est la race, c'est la langue, c'est la guerre.

Des vérités ? Des vérités d'un instant, rien d'autre, tout se vaut. Gouvernement légitime ? Un contradiction dans les termes ! Il n'y a de gouvernement que d'entreprise ! Ne lisons pas la lettre, on nous manipule ; au mieux nous perdons du temps.

Libéral bobo eolas ?

Probablement !


43. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:00 par Maïpi

eh bien contre-amiral feste en voilà une colère !
même si sur certains paragraphes je vous rejoins largement, je suis loin de me mettre en colère pour cette polémique autour d'une lettre à lire... mais soit, vous aviez certainement besoin de vider votre sac, et ça va mieux maintenant ?

je pense, pour ma part, que maître éolas est au-delà du libéral bobo, bien trop intelligent pour tomber dans ces travers... et je trouve assez petit d'insulter (même légèrement) celui qui vous SEMBLE d'un avis contraire au vôtre...
à dire vrai vos deux dernières phrases étaient de trop et vous risquez de prendre un poing (hum) éolas sinon deux...

44. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:03 par Contre-amiral feste

@ eolas

Très mignon comme réponse.

Sans rancune !

;-)

45. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:05 par villiv

@eolas - suite à votre "commentaire" sous #42 :

Hé bien, j'étais déjà assez fan de vos commentaires... mais celui là, il dépasse les bornes des limites... il est tout simplement excellent (et ex...pressif ??)

Vous avez rarement des "mots" aussi durs toutefois ( ;-) )

46. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:17 par Neville

"Objection, votre Honneur ! " ;-)

Ce sont les magistrats de la Cour de Cassation qui ont été comparés en haut lieu à des petits pois. Or, revêtus d'une robe noire, les magistrats de votre dessin ne me semblent guère appartenir à la Cour suprême, devant laquelle on ne plaide pas ainsi !

A part ce petit détail, dessin très drôle.

47. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:29 par Turing

Pensez au conte (ou était-ce une parabole?) où un petit pois troubla le sommeil d'une princesse. Andersen nous apprend que les petits pois sont de puissants irritants des grands de ce monde.

48. Le lundi 22 octobre 2007 à 23:54 par Xavier

@commentaire du #42
Je ne pensais pas que c'était possible de s'endormir comme ça! :D

Merci pour le PS, je n'aurai pas remarqué qu'il s'agissait de petits pois. Je n'ai pas reconnu la marque... j'ai "grandit" avec le géant vert. (celui qui ne s'énerve pas).

49. Le mardi 23 octobre 2007 à 00:11 par David

@ Maitre
LOL pour votre réponse au 42. c'est un peu dur tout de même d'imaginer un Maître dans cette posture !

50. Le mardi 23 octobre 2007 à 00:11 par ferraille

Eloas et le Grand Néant. Un avocat est-il aussi littéraire que ça ? Il y a un peu, et parfois même beaucoup de technique dans les dossiers. Il y a des dossiers de plaidoirie au pénal ? Sans doute pas en cour d’assise… Les magistrats ne sont pas comme des petits pois ; certains sont très fins (petits pois extra-fins), d’autres d’une bêtise indigne (de vraies purées de pois). Indigne de la beauté du droit, évidemment.

51. Le mardi 23 octobre 2007 à 00:48 par Sable

Cher maître,
je vous savais fin bretteur des arts et des lettres (en même temps vous faites ça à longueur de journée...).
Mais votre commentaire au 42 est en plus le signe d'un humour d'une finesse qui se fait rare de nos jours.
Merci pour cette crise de fou rire salvatrice ce soir. Et merci de nous démontrer que face à certaines diarrhées verbales, être lapidaire peut être efficace.
Vive le smecta verbal.
PS: j'espère que le bout de chou représenté n'est pas le votre. Vous ne commenceriez pas une exploitation infantile à la Johnny ?

52. Le mardi 23 octobre 2007 à 07:18 par mytho bobo

Tout ça pour quatre pauvres gâteaux industriels du Shopy....on a jamais su de quels gâteaux il s'agissait...je reste sur ma faim...

53. Le mardi 23 octobre 2007 à 09:27 par Thib

Comme toujours, vos dessins sont excellents.
Sur la Lettre, est-ce que les enseignants seraient également entrés en "résistance" si l'idée de la lecture avait été donnée par un président ou ministre de gauche?

54. Le mardi 23 octobre 2007 à 09:34 par Esurnir

H.S. : "→ Les droits des citoyens. Le comité proposerait d'introduire dans la Constitution une « exception d'inconstitutionnalité » : tout citoyen pourrait invoquer devant un juge l'inconstitutionnalité d'une loi qui s'imposerait à lui."

J'entends les pas de Nemesis.

55. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:16 par Emmeline

"révélaient un certain patriotisme" ??? mais Guy Môquet, comme tous les communistes fidèles à la ligne du Parti de l'époque, était un internationaliste convaincu !

Sinon, il est à croquer, ce bébé sous le commentaire 42... attention à ne pas rendre votre fille jalouse !

56. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:42 par nouvouzil

Le choix de la marque des petits pois est-elle une méthaphore pour suggérer que l'idée que les magistrats seraient des petits pois implique également la notion de 'daucylité'?

57. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:54 par Valentine

Pour revenir au reportage d'hier soir, je reste sur ma faim: quand et où a lieu le proces civil, pour l'indemnisation des parties civiles? cela se passe-t-il en presence du condamne? Avez-vous une idee du montant des DI qu'il risque de devoir payer?

58. Le mardi 23 octobre 2007 à 10:56 par villiv

"daucy-lité"... et autres jeux de mots...

Je ferais bien appel à P DESPROGES (déjà évoqué ci-dessus) ou à R DEVOS (également excellent dans ce registre) pour continuer cette oeuvre.

Mais puiqu'ils sont absents... et qu'ils ont une bonne excuse (du moins si mes sources proches du dossier sont bonnes) je propose que l'on continue sans eux...

Donc, je me lance : moi j'ai perçu comme un mouvement "daucy-lation" au sein de la magistrature -et de la chancellerie aussi d'ailleurs- depuis que R DATI est aux manettes...

Me trompes-je ?

59. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:12 par toto

Comme N'Guimoké :

maester.over-blog.com/art...

60. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:19 par CJ Cregg

merci toto pour le lien sur N'Guimoké

61. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:28 par Gathar

Sur la lecture de la lettre, je pense qu'il y a deux aspects à la discussion. Le premier est sur la lettre elle même, et si l'on pense qu'il s'agit ou pas d'une exemple que l'on aimerait que les gens suivent, ou du moins se souviennent.

Le second aspect est la liberté de manoeuvre qui est laissé à un enseignant dans l'établissement de son programme pédagogique. Pourquoi imposer un jour précis pour étudier une lettre ? Pourquoi ce document-ci plutôt qu'un autre sur le même thème.

Si on faisait l'analogie en mathématique, c'est un peu comme si on demandait aux enseignants non pas d'apprendre la multiplication, mais si on leur disait de faire étudier le 17 février à 10h47 le résultat de 12345679 * 36.

Je pense que par leur refus de la lire, c'est plus sur ce second point que sur le premier que se placent certains enseignants.

62. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:41 par Manue

Excellent ! au départ, je n'ai lu que le texte, je ne voyais pas le dessin ... j'ai cru que ça vous était vraiment arrivé ... du coup la chute n'en a été que plus géniale ! Et bravo pour les petits pois car j'ai dû cliquer sur le lien pour comprendre !

63. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:56 par David

Je croyais bêtement que les magistrats avaient un petit pois à la place du cerveau... :-)

64. Le mardi 23 octobre 2007 à 11:57 par Gascogne

@ Eolas : "Contrairement au civil, au pénal, aucun texte ne donne au président le pouvoir de faire taire un avocat. "
Ah, vanitas vanitatis...Aucun texte, sûrement, mais la jurisprudence, vous la jetez dans la macédoine ?
Crim. 18 nov. 1852, Toulouse 17 janv. 1951 : le tribunal peut s'estimer suffisamment éclairé avant l'issue d'une plaidoirie. Il peut en fixer la durée à l'avance.
Quant à l'instruction, devant la Chambre ou même devant un juge du premier degré, ce sont les textes qui parlent de "brêves observations", et ce n'est pas un hasard de langage.
Tiens, réplique pour réplique, j'ai bien aimé celle d'un président d'audience civile qui ne supportait pas les plaidoiries trop longues. A un avocat qui lui disait qu'il ne dirait que deux mots, il a répondu : "je dépose ?".
PS : moi aussi j'ai cru que vous alliez terminer votre plaidoirie par "mon chien".

65. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:07 par zadvocate

Notre resistant a désormais un site à sa gloire:

www.guy-hoquet.com/

(ok je sors)

66. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:09 par toto

@ Gathar

>"Je pense que par leur refus de la lire, c'est plus sur ce second point que sur le premier que se placent certains enseignants."

La posture "anti-sarko" est peut-être prédominante. Quelle aurait été leur réaction si cette lecture avait été "ordonnée" par Ségolène Royal ?

67. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:23 par billevesée

Je me rappelle un autre exemple un peu similaire de l'utilisation des professeurs: après l'attribution du Prix Nobel de littérature à Claude Simon, j'ai dû lire à mes élèves (de troisième) la première page d'un de ses romans; les pauvres n'y ont rien compris (Claude Simon, ce n'est pas Victor Hugo ), et moi, je n'étais pas très à l'aise.
Qui était Président de la République en 1985 ?...et ministre de la Culture ?...

68. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:37 par v_atekor

Mon client a été fusillé.

C'est fâcheux. Il distribuait des tracts pour qui ?

69. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:54 par villiv

Donc, si l'on résume :

D'un côté, on est fusillé pour avoir distribué des tracts pour Intermarché... (voir combinaison des commentaires #8 et #68 ).

De l'autre, on risque 20 ans si l'on achète des gateaux au shopi du coin (bon, faut aussi commettre un assassinat, mais ça a l'air compris dans le prix, non ??!!)

Argh, que le choix est dur...

J'crois que je vais faire appel à un ami (Guy Moquet, tu ferais quoi, toi ??)

70. Le mardi 23 octobre 2007 à 12:57 par toto

@ Eolas

Oui le procès d'intention est facile, c'est vrai. Mais bon, je ne crois pas que les profs soient en majorité des pro-sarko.

La réaction des miliatnts envers "la promotion du drapeau tricolore" est peut-être un indice en effet ...

71. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:16 par Bifrotin


Dans la veine des anecdotes sur les temps de plaidoirie, celle-ci que j'ai entendue personnellement lors d'une audience civile:

- L'avocat : "deux mots dans l'intérêt de mon client"

- Le président : " oui Maitre : je....dépose"

72. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:27 par Hub

ça veut dire quoi "je dépose" ?

Merci d'avance à celui ou celle qui me répondra...

73. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:29 par Serge

Une autre solution, c'est la plaidoirie à la Albert Dupontel :

michbuze.club.fr/lavache/...

La vidéo est hélas introuvable par des moyens avouables...

74. Le mardi 23 octobre 2007 à 13:29 par Mussipont

Réponse d'Eolas : D'où son opposition dialectique avec Trotsky, dont la controverse s'est réglée à coups de manche de pioche.

Il me semblait que c'était à coup de piolet de montagne, au Mexique si je ne m'abuse. Je trouve ça quand même plus romanesque qu'un vulgaire manche de pioche.

75. Le mardi 23 octobre 2007 à 14:02 par Alex K

@64 Gascogne
devant le Chambre de l'instruction, les avocats peuvent désormais développer de véritables plaidoiries et non plus seulement des "observations sommaires".

A noter que le procureur général voit aussi son temps de parole théorique rallongé...

Il me semble de manière générale que certains avocats doivent se discipliner pour plaider de manière plus concise, surtout quand leurs digressions n'ont pas grand chose à voir avec le fond du dossier...

Mais il m'apparaît scandaleux que des magistrats mettent la pression sur l'avocat pour qu'il aille vite quitte à ce qu'il zappe des arguments importants pour la défense.

Je relis avec plaisir le compte rendu de certains échanges entre Moro Giaffieri, le procureur et le Président....

Mais je doute que cela puisse encore exister aujourd'hui

76. Le mardi 23 octobre 2007 à 14:06 par bobby

[cite]C'est quoi la différence entre un GRAND résistant et un autre ?[/cite]

environ 16 centimètres.

77. Le mardi 23 octobre 2007 à 14:33 par Lucas Clermont

Ça ressemble à un cauchemar, on ne peut que vous souhaiter que ce type d'incident ne soit pas répétitif.

Il est difficile d'imaginer que l'avocat puisse restructurer une plaidoirie en peu de temps si en plus l'audience a fermé toutes les portes. Alors, comment s'en sort-on ? Comment vous en êtes-vous sorti ?

Cela dit, des dizaines de commentateurs inélégants que vous aurez malmenés ici peuvent désormais s'estimer vengés.

78. Le mardi 23 octobre 2007 à 14:50 par Julien

Eolas, qu'est ce que ca veut dire "Sous toutes réserves, et ce sera justice". C'est une clause de style ou ça veut vraiment dire un truc ?

79. Le mardi 23 octobre 2007 à 14:58 par Julien

ah, ok. C'est pour faire avocat, quoi. Un peu comme le "attendu que" dans les conclusions...

80. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:00 par bobo saint germain

une clause de style simplement? cela doit bien vouloir dire quelque chose....je ne me souviens plus....

81. Le mardi 23 octobre 2007 à 15:09 par Julien

J'ai vraiment tout oublié....

82. Le mardi 23 octobre 2007 à 16:04 par Pantin-Lilas

Un jour j'ai entendu un confrère, d'un certain âge, pénaliste de son état, pester contre les confrères qui employaient la formule "s'en remettre à la clémence du tribunal" à la fin de leur plaidoirie.

J'imagine que pour lui "demander la clémence" à des juges revenait à baisser les armes, à se contenter d'une pleutre supplication.

Et c'est souvent l'absence de mot qui pousse à employer cette fameuse formule (prononcée très rapidement, avec une voix chevrottante, tout en avançant rapidement vers le président pour lui remettre les trois pièces sur la personnalité).

Ca m'a vraiment traumatisé et, depuis, je veille à ne plus jamais employer ce terme. Je lui préfère le mot "sagesse".

En attendant, j'ai l'impression que la grande majorité des confrères, lorsqu'il n'y pas de débat sur la culpabilité mais uniquement sur le quantum de la peine, recourent très fréquemment, voire systématiquement pour certains, à la formule de la clémence.

Mes oreilles sifflent à chaque fois et je me retrouve d'autant plus seule lors de ces grands moments de solitude...

83. Le mardi 23 octobre 2007 à 16:09 par MamboJoel

Mort de rire !!!

84. Le mardi 23 octobre 2007 à 17:34 par ZooLive

Maître, ce n'est pas gentil de se môquer, vous n'êtes guère urbain... ;-)

85. Le mardi 23 octobre 2007 à 18:08 par Marie Laure Fouché

"Eolas, qu'est ce que ca veut dire "Sous toutes réserves, et ce sera justice". C'est une clause de style ou ça veut vraiment dire un truc ?

Réponse d'Eolas :
C'est une clause de style, que certains avocats s'obstinent à mettre à la fin de leurs écritures."



Personnellement, j'aime tout particulièrement lorsque je lis des conclusions adverses élégamment ornées d'un " !! " derrière le "Et ce sera justice". On sent le confrère convaincu.

Je suis sûre que ça impressionne beaucoup les magistrats.

Pour ma part, je ne mets rien car je veux sauver les forêts d'Amazonie.

86. Le mardi 23 octobre 2007 à 21:49 par Collabo

AU VOLEUR

Encore moi, on vous copie, à moins que ce soit vous sous votre véritable identité

www.avocats.fr/space/Eric.Barateau/content/qu-un-peu-d-humour-nous-reste-permis---_0A45D9FD-7B68-4CB6-862B-6B1752D06B4A

87. Le mardi 23 octobre 2007 à 23:36 par Maïpi

heureusement, maître, que vous avez des indics répartis sur la toile ;)
j'espère qu'il retirera ce plagiat immonde rapidement

88. Le mercredi 24 octobre 2007 à 07:10 par Serge

#86 et #87,

Et il réitère, l'animal. !
www.avocats.fr/space/Eric...

89. Le mercredi 24 octobre 2007 à 10:19 par N.C.

Oui, mais grace au petit copieur, je suis venu vous rendre visite !

Juste pour vous dire que les petis pois ne sont pas les magistrats, mais les ministres...

C'est du moins ce qu'a affirmé notre Garde des Sceaux au congrès de L'USM, le 19 octobre 2007 :

usm2000.free.fr/article.p...

Voir aussi le discours de Bruno THOUZELLIER, qui ne manque pas de piquant...

usm2000.free.fr/article.p...

90. Le mercredi 24 octobre 2007 à 10:30 par Michèle BAUER

On vous a reconnu Nicolas CREISSON

91. Le mercredi 24 octobre 2007 à 10:46 par N.C.

Zut alors,

Je suis démasqué...

92. Le mercredi 24 octobre 2007 à 14:53 par DRH

Maître,
Et en cette période de lecture de lettres, vous pourriez ajouter pour le jour, je l'espère lointain, où vous fermerez votre blog :

"Avec l'aide des amis qui voudront bien m'honorer, tu feras éditer mes poèmes et mes écrits qui valent d'être lus" M. Manouchian

93. Le mercredi 24 octobre 2007 à 18:24 par max

"les trois paires d'yeux du tribunal"
le juge, le procureur et ...le greffier?

94. Le mercredi 24 octobre 2007 à 20:45 par çà

ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha....

95. Le jeudi 25 octobre 2007 à 14:20 par Vulgus pecum

La lettre de Guy Môquet sera lue dans toutes les écoles...

à l'ENA et à l'Ecole Nationale de la Magistrature aussi ?

96. Le jeudi 25 octobre 2007 à 16:13 par senga

Exerçant la profession de petit pois, j'aime que le "M° Eolas", en desarroi pour les raisons qu'il expose, le dise. Le temps d'exposer ce qui est génant dans l'argumentation adverse, l'avocat trouve de nouveaux arguments pour la contrer ou à tout le moins la relativiser.
En tout cas je préfère que l'on joue franc jeu: ça oblige le magistrat à écouter. Les cris d'indignation sans argumentaire, c'est tout le contraire.

97. Le jeudi 25 octobre 2007 à 17:38 par Alex K

Très bon Eolas cette dernière réplique, je me délecte en ce moment vous êtes excellent sur ces petits traits d'humour assassins, vraiment...

98. Le vendredi 26 octobre 2007 à 00:30 par Staline

@ Eolas : « D'où son opposition dialectique avec Trotsky, dont la controverse s'est réglée à coups de manche de pioche. »

Pas du tout : Trotsky nettoyait sa pioche quand le coup est parti tout seul.

99. Le vendredi 26 octobre 2007 à 11:37 par senga

Quel visiteur de ce blog peut douter qu'il y aura un jour une station de métro "eolas"?

100. Le vendredi 26 octobre 2007 à 16:32 par javi

J'ai cru voir un site parlant de l'internement des communistes avant la rupture du pacte Germano-soviétique et qui en donnait comme raison le fait que certains communistes s'étaient livrés à des actions de propagande anti-guerre (avant juin 40 donc) visant à démoraliser les troupes françaises, actions considérées comme de la trahison. La réponse politique avait alors été d'interdire le PCF.
Est-ce que notre historien(ne) pourrait nous dire si cette version est confirmée? (je ne retrouve plus l'article de départ)

Concernant G. Môquet, il a effectivement (d'après une lecture rapide du web) participé à la diffusion de messages contre vichy, comme d'autre militants du PCF, et malgré l'attitude de la direction de ce parti. (cf cidessous un tract pcf de l'été 40)
[img]storage.canalblog.com/56/...

Personnellement, j'aurais aimé voir mettre en avant un Guingoin plutôt, qui a eu le mérite d'entrer en résistance contre la direction du PCF (Duclos négociant la parution de l'huma avec les allemands) auquel il appartenait, au point de s'en faire exclure et d'en avoir récolté beaucoup de soucis par la suite. Et mieux encore, que l'on fasse enfin une vraie célébration du rôle des étrangers dans la résistance française. (Républicains espagnols, affiche rouge, et sans doute bien d'autres): eux ne défendaient pas seulement leur pays, mais des principes universels, et ils sont une marque admirable de ce que l'immigration nous apporte, marque qu'il me parait bon de rappeler en ces temps d'intransigeance face à nos migrants d'aujourd'hui.

Je regrette enfin le choix de cette lettre, pleine d'émotion, pour cette raison même: jouer sur l'émotion évite de parler des raisons de l'engagement, et il fut des miliciens exécutés qui pleurèrent également sur le sort de leurs proches.

Ici à valeur d'exemple -Môquet est de toute façon un personnage remarquable- l'émotion pourrait être utilisée ailleurs contre ces mêmes valeurs de résistance contre les forts, protection des faibles, accueil et défense des opprimés du monde entier.

101. Le dimanche 28 octobre 2007 à 16:32 par Lily

Maître Eolas vous êtes fou! :-)

Et merci de souligner les lourdeurs de style du droit français (auxquelles je me suis faîte mais qui sont un tel frein à la compréhension du droit par le citoyen. Remarquez ça n'est peut-être pas plus mal, puisqu'il faut un médecin pour nous expliquer ce dont on souffre, il faut bien un avocat pour expliquer comment on est jugé... sinon on serait peut-être fichu de vouloir s'en passer)

102. Le mardi 30 octobre 2007 à 08:53 par Vulgus pecum

@98, Staline :

"Pas du tout : Trotsky nettoyait sa pioche quand le coup est parti tout seul."

Trotsky était un inconscient... on ne nettoie jamais une pioche chargée.

103. Le jeudi 1 novembre 2007 à 13:34 par violettelafleur

Vous ne manquez pas de ressources pour vous sortir d'un mauvais pas ;-)

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact