Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Je voudrais m'excuser…»

Par Alma, juge d'instruction


Je pourrais témoigner de ce dont mes collègues témoigneront sûrement sur les conditions de travail parfois (heureusement pas toujours) honteuses dans lesquelles on nous contraint d'exercer notre mission : le manque de personnels judiciaires, les audiences interminables, les postes vacants et les magistrats "à tout faire", l'insécurité juridique dans laquelle nous plonge l'inflation législative sans relâche depuis des années, le budget minable de la Justice, les permanences de week-end royalement payées 60 euros (pour info : la demi-heure de main d'oeuvre du technicien qui entretient ma chaudière est de 74 euros), etc ...

Je pourrais dire à quel point je suis effrayée par les poncifs récurrents qui sont assénés à longueur de posts par les citoyens justiciables dans les commentaires de chaque article de presse concernant la Justice, écumant de haine et revendiquant la têtes des juges, ces notables trop bien payés, imbus de leur pouvoir dont ils abusent forcément, éloignés des réalités quotidiennes, toujours irresponsables ... A ceux-là, je pourrais parler de moi, dire que je suis une simple fille d'ouvriers, que mon frère est smicard dans un garage et peine à boucler les fins de mois avec ses trois gosses , que mon mari est de nationalité étrangère, que pour payer mes études j'ai récurré des pissotières et été caissière dans un supermarché ... mais je n'ai pas envie de me justifier ou de m'excuser d'avoir passé un concours et d'avoir été parmi les 17 personnes recrutées dans toute la France cette année-là ...

Je préfèrerais dire que si, pendant 3 ans, j'ai passé 12 heures par jour et quasiment tous mes week-end dans mon ancien bureau de juge d'instruction, je l'ai fait avec passion, jusqu'à l'épuisement quand c'était nécessaire, sans me plaindre et sans congés maladie. Parce que j'ai aimé cette fonction. Parce que le sort des mis en examen ne m'a jamais été indifférent, au point que j'assistais aux audiences où ils ont été jugés, et que parfois je souffrais avec eux. Parce que j'ai pesé en conscience chaque placement ou maintien en détention provisoire que j'ai demandé ou décidé. Parce que des victimes en souffrance étaient en attente, à défaut de réponse judiciaire, du moins d'une écoute.

Je préfèrerais expliquer aussi à quel point j'exerce actuellement avec appréhension mes fonctions de Juge de l'Application des Peine. Avec la même passion et le même investissement. Mais avec d'énormes difficultés à assumer la shizophrénie de la fonction qu'imposent les objectifs contradictoires imposés par le législateur : condamner sévèrement les récidivistes mais aménager systématiquement les peines d'emprisonnement ; octroyer des libérations conditionnelles mais ne pas libérer ceux qui peuvent un jour récidiver, au risque de devoir le "payer". Je suis JAP, je ne suis pas Madame Irma.

Je pourrais dire tout cela. Et encore combien je suis écoeurée et humiliée de subir, jour après jour, impuissante car lasse d'être taxée de corporatiste, les coups de boutoir assénés à l'Institution de la Justice, délégitimée, décrédibilisée, avilie.

Mais en fait, je voudrais simplement m'excuser.

M'excuser auprès de cette épouse aimante - dont le mari qui avait demandé à me parler "seul à seule" avait alors reconnu "hors procédure" la véracité des attouchements sur des gamines qui lui étaient reprochés - qui est passée un soir à mon bureau, sans rendez-vous et après une journée épuisante. Ce soir là, je l'ai reçue, excédée et fatiguée, et je lui ai dit que je croyais son époux coupable. Il a été condamné par la suite. Je n'avais pas à lui dire ça.

M'excuser aussi auprès de cet homme condamné à 7 ans d'emprisonnement pour trafic de stupéfiants dans un dossier que j'ai instruit. Pas pour sa condamnation ni son quantum, cette décision là ne m'a pas appartenue. M'excuser simplement parce que je lui ai permis d'avoir avec moi des discussions très libres, "hors procédure", lors de sa garde à vue ou de ses interrogatoires, et même juste avant l'audience correctionnelle. Cette relation "humaine" (dans le sens de désinstitutionnalisée), il ne l'a évidemment pas retrouvée devant le Tribunal durant les quelques heures de débat d'audience, et s'est senti trahi par la Justice que j'ai, pour lui, essentiellement incarnée. Je n'aurais pas dû permettre cela.

Mais je ne suis pas qu'un juge. Je suis aussi une femme. C'est aussi pour cela que je serai marquée à vie par certains mis en examen, condamnés ou victimes auxquels je pense toujours des années plus tard, par les affaires que j'ai traitées et dont, dans mon intimité, je porte encore le poids, la douleur, les angoisses, parfois les doutes ... Elle est là ma responsabilité. Tous les jours.

Commentaires

1. Le jeudi 23 octobre 2008 à 10:56 par m19

Comme je partage ces sentiments exprimés dans ces dernières lignes... de façon touchante d'ailleurs, puisque je crois bien (je me trompe peut-être mais je ne crois pas...) avoir vécu ces années de juge d'instruction juste à quelques mètres de toi, dans le bureau d'à côté ;)
Et maintenant que moi aussi j'ai quitté l'instruction, je me rends compte, en prenant du recul, à quel point on est meurtri par certains dossiers, et qu'on ne peut pas en parler, parce que c'est pas le lieu, pas le moment, pas la bonne personne... et parce que c'est trop dur.
C'est un métier passionnant mais on en paye le prix.

2. Le jeudi 23 octobre 2008 à 10:58 par salah

Vous faîtes honneur à votre fonction en nous faisant part qu’il vous est arrivé d’avoir des ‎doutes et des regrets dans votre positionnement .L’Institution sort gagnante en revoyant au ‎justiciable-client l’image complexe et humaine de la justice. Ce ne sont que ses « automates » ‎parmi ses serviteurs qui lui portent les coups durs et qui la fragilisent . ‎

3. Le jeudi 23 octobre 2008 à 14:44 par LDiCesare

Si certains voudraient avoir pour juges des machines magiques à découvrir la vérité, je préfère avoir des êtres humains. Merci d'être de ceux-là.

4. Le jeudi 23 octobre 2008 à 14:52 par JLouis

J'aurai apprécié avoir la chance de rencontrer des magistrats tels que vous. Merci de sortir de votre réserve !

Mais je viens du Palais de Justice et je ne pensais pas que le fossé qui existe aujourd'hui entre les magistrats et les justiciables était si grand !

Alors qu'un prof avait pris la peine d'amener ses élèves (terminale) au palais, ils ont assisté à une déclaration collégiale de 10 lignes en salle d'audience avec l'ensemble des magistrats siège + parquet et n'ont pas eu la moindre attention ultérieure de ceux-ci qui ne sont sortis que pour faire quelques photos sur les marches et échanger ENTRE EUX en fumant leurs cigarettes !

Quel gâchis !

5. Le jeudi 23 octobre 2008 à 15:53 par fleur de lupin

Merci pour votre touchant témoignage. je suis avocate et bien souvent je me demande en mon for intérieur ce que j'aurais fait à la place des magistrats...même si encore hier soir, je suis sortie du palais dépitée à la suite de la condamnation de mon client à 20 mois d'emprisonnement.

6. Le jeudi 23 octobre 2008 à 22:50 par Gabriel

Il faudrait corriger le sous-titre : JAP et non pas Juge d'instruction.

7. Le vendredi 24 octobre 2008 à 12:55 par Np237

Nous avons besoin d’humains à votre poste, de gens capables de regretter les mauvais choix qu’il arrive inéluctablement de faire à tout le monde. Pas de machines à incarcérer se contentant d’appliquer aveuglément des instructions venues de plus haut.

Il n’y a pas de honte à avoir des sentiments, alors continuez.

8. Le dimanche 26 octobre 2008 à 12:14 par hatonjan

Bonjour,
Tout d'abord je voudrais vous féliciter pour votre parcours, vous êtes encore l'illustration qu'aujourd'hui la réussite ne dépends pas que de la naissance. Ensuite, vous savez en France, on a depuis 3 siècles et demi la volonté d'avoir la tête des notables, alors vous, ou d'autres, c'est ainsi, réussir est presque honteux. Enfin, je voulais vous souhaiter bon courage, pour garder la foi pour votre nouveau poste. Quand aux images, il est souhaitable de ne pas vivre avec des regrets, mais c'est si facile à dire.

9. Le jeudi 30 octobre 2008 à 23:05 par Kemmei

Merci pour ce beau témoignage et pour ce que vous faites tous les jours.

10. Le vendredi 7 novembre 2008 à 18:56 par stellar

Merci.

Merci pour votre témoignage.
Merci pour votre parcours.
Merci pour votre vision de la justice.
Enfin, merci pour votre humanité et pour aussi sortir de l'application mécanique de votre fonction.
Je ne vois pas pourquoi vous voulez vous excuser d'avoir été quelqu'un de bien avec le prévenu dans l'affaire du traffic de stupéfiants, même s'il n'a pas retrouvé ensuite la même qualité d'écoute. Auriez vous préféré qu'il soit traité avce indifférence de bout en bout?
Pour l'épouse de l'autre prévenu, j'ai finalement plutôt le sentiment que vous avez bien fait de répondre à son interrogation, même si vous perdiez votre neutralité et pouviez vous tromper (mais là, je doute selon les moments).

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact