Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Plus belle l'assises

Mes colocs ayant visiblement boudé mon appel à la mobilisation, pour des raisons que je devine excellentes, je vous propose un feuilleton judiciaire pour la semaine, offert par France 2.

France 2 a pu filmer un procès d'assises, y compris les coulisses, hormis ce qui n'est pas légalement filmable (les délibérations et je l'espère les entretiens des avocats avec leur client). Il va être diffusé en feuilleton dans le 13 heures?

Le premier épisode a été diffusé aujourd'hui, il est visible à cette adresse (valable toute la semaine), cliquez dans le sommaire à droite de la vidéo sur “Notre feuilleton : au cœur des assises” (c'est à 22'34", sinon). Ça se passe dans la très belle (quoique provinciale…) cour d'appel de Lyon, avec sa monumentale et insolente colonnade qui nous rappelle à nous, pauvres parisiens, que notre palais, lui, en est dépourvu.

Quelques explications et commentaires :

L'accusé est poursuivi pour meurtre et tentative de meurtre. Ces deux crimes sont punis d'un maximum de trente ans de réclusion criminelle (la tentative est punie comme le crime lui-même). La loi exige qu'il soit condamné à une peine unique pour ces deux crimes (la cour ne peut pas dire 20 ans pour le meurtre plus 10 ans pour la tentative, elle doit dire trente ans, point), dans la limite du maximum encouru pour le plus grave (ici, c'est trente ans dans les deux cas).

Première formalité filmée (23:30) : la notification de la liste (rectifiée) des jurés. Cette liste rectifiée est la liste définitive, après radiation de certains jurés lors de l'ouverture de la session d'assises et au besoin l'ajout de jurés de la liste complémentaire (voyez ce billet pour plus d'explications). Elle contient les nom, prénoms, date et lieu de naissance et profession des jurés. Elle permet aux avocats de repérer certains jurés à récuser, et de s'assurer avec leur client qu'il ne connaît personne. Notez la courtoisie du greffier. Elle reflète un élément essentiel : la justice juge sans haine. Il a (semble-t-il, je ne connais pas encore l'affaire) tué et tenté de tuer. Une famille inconsolable va venir s'asseoir dans le prétoire. La victime était sûrement un homme de bien. Peu importe. On n'a pas à le maltraiter, à l'injurier, à l'humilier. L'impartialité de la justice commence là, et est incompatible avec la commisération à l'égard des victimes, ce qui est trop souvent et à tort pris pour de la froideur, de l'indifférence ou du mépris.

(25:14) Notez le juré qui lit la presse sur l'affaire qu'il va juger. La loi ne l'interdit pas (contrairement à la loi américaine) mais c'est un problème pour moi. Le juré a déjà une idée préconcue de l'affaire, et la fiabilité de la presse (qui peut être engagée dans un point de vue sécuritaire par exemple) est ce qu'elle est. Point de vue d'avocat de la défense. La salle où sont entassés les jurés est la salle des délibérations.

(25:40) Le procureur général en personne ? Wouhaou. C'est rare, rarissime, même. Mais tout à fait légal. C'est lui le chef de sa crèmerie. Mais le procureur général a des responsabilités qui font en principe obstacle à sa présence continue à un procès, surtout sur plusieurs jours : il est le chef du parquet de toute la cour d'appel, soit pour Lyon les parquets de Roanne, Montbrison, Saint-Étienne, Villefranche-Sur-Saône, Bourg-en-Bresse et Belley, outre bien sûr celui de la capitale des Gaules, et leur intermédiaire avec Sa Très Précieuse Grâcitude (que mille diamants illuminent son bureau au parlement européen). Comme quoi, on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, mais avec une caméra de télévision. Rien à redire sur son laius liminaire : très beau résumé de ce que doit être un avocat général (titre du parquetier qui officie normalement aux assises).

(26:10) : YES ! François Saint-Pierre ! J'aime beaucoup cet avocat, excellent pénaliste, adversaire de l'outrance, préférant la défense technique. C'est mon école. Notez la calvitie précoce, marque de la race des meilleurs avocats, si vous voulez mon avis. Bon, il est pour la partie civile, il ne peut être parfait tout le temps.

(26:11) : Cette causerie légère avant l'audience est un usage constant aux assises : les avocats vont se présenter au président et à l'avocat général. Moment de courtoisie, qui permet aussi de régler les derniers problèmes pratiques qui ne relèvent pas strictement de la procédure (ordre des plaidoiries…), et permet au président d'indiquer l'emploi du temps qu'il a prévu en fonction des disponibilités des témoins. C'est un peu la poignée de main des boxeurs avant le combat.

(26:31) : Notez la terreur qui s'abat sur les avocats provinciaux qui apprennent qu'un avocat parisien débarque. On a l'habitude. Qu'ils se rassurent : ce n'était pas moi. Mais l'inquiétude est ici une coquetterie : il est courant que les avocats de la défense soient en infériorité numérique. C'est encore plus beau comme ça. Reste à savoir si ce sera Bir Hakeim ou Fort Alamo (deux hypothèses de défense en infériorité numérique avec des résultats fort divergents).

(26:36) : Le greffier sort les pièces à conviction. Elles doivent être présentées aux jurés. C'est toujours un moment difficile pour la famille que de voir l'objet qui a tué leur fils, leur frère, leur père. Surtout quand l'objet n'est pas une arme à feu, mais par exemple une pierre (pas toujours très bien lavée), ou une hache. Je garde des souvenirs de moments très durs, même pour la défense. Conseil aux familles : sortez de la salle à ce moment là. C'est vous faire bien du mal pour rien. Seul le greffier peut le faire car il est garant de l'authenticité de toute la procédure. Il doit donc s'assurer de l'intégrité des scellés, qu'il aura pour charge de reconstituer.

(27:04) : Ce menottage est une honte. Il va se défendre, il est présumé innocent et pour le mettre en condition, on l'entrave. Article 803 du code quoi ? Nous fêterons bientôt les neuf ans de non application de cette loi par la police et la gendarmerie. Et summum de l'hypocrisie : diffuser des images d'un individu menotté sans son accord est un délit (d'où la précision du journaliste). La police viole la loi 9 fois sur 10 en mettant des menottes, mais si vous filmez et diffuser cela, vous risquez 15.000 euros d'amende. Tartuffe aurait fait un excellent député.

(28:23) : J'ai toujours le cœur qui accélère en entendant ces sonneries. J'ose penser que c'est plutôt bon signe. Notez que seule la cour proprement dite entre : les trois magistrats. Le jury n'est pas encore constitué, c'est ce à quoi nous allons assister… la prochaine fois. Notez aussi que l'accusé entre sans les menottes. C'est la loi, et depuis deux siècles. Toujours cette hypocrisie : tant que le public ne le voit pas, qu'on l'enchaîne, qu'on l'entrave, mais en public, maximum respect des libertés.

À suivre…

Commentaires

1. Le lundi 9 mars 2009 à 22:29 par Nico

C'est le billet de l'élite :) (les geeks comprendront ;)

2. Le lundi 9 mars 2009 à 22:42 par Sylvestre

Et dire qu'il est débordé... Qu'est ce que c'est quand il a du temps libre... Aucun doute, cet homme est une machine...

3. Le lundi 9 mars 2009 à 22:51 par edouard

Beau reportage avec en prime les commentaires d'Eolas !

Maitre Eolas n'oseriez-vous vous lancer dans un commentaire sur le procès en appel d'Yvan Colonna ? Je trouve dramatique le fait qu'il soit aussi "politisé" au grand dam du droit. Ne pourriez vous nous donner un avis un tant soit peu objectif ?

Merci

Eolas:
Non. Je ne connais pas le dossier, je n'assiste pas au procès, je ne vois pas ce que je pourrais dire, si ce n'est : que ce procès soit politisé était inévitable puisque c'est le choix de l'accusé, et que vu certains intervenants au procès, les clashs successifs me paraissaient difficiles à éviter.

4. Le lundi 9 mars 2009 à 22:58 par xilun

Et si on demande gentiment aux forces de l'ordre de ne pas être entravé en leur promettant d'être sage (et qu'on leur fait un bisou), ils ne mettent pas les menottes ?

Eolas:
Oh si.

5. Le lundi 9 mars 2009 à 23:47 par Xavier

YES ! François Saint-Pierre ! J'aime beaucoup cet avocat, excellent pénaliste, adversaire de l'outrance, préférant la défense technique. C'est mon école. Notez la calvitie précoce, marque de la race des meilleurs avocats, si vous voulez mon avis. Bon, il est pour la partie civile, il ne peut être parfait tout le temps.

Le caractère humoristique et ironique de la remarque ne m'a pas échappée. Mais il me semble qu'elle est quand même assez révélatrice de votre positionnement ou de votre tempérament, non ?

Eolas:
Non.

6. Le mardi 10 mars 2009 à 00:34 par Maitre Yogi

C'est très intéressant. Merci, j'attends la suite avec impatience.

7. Le mardi 10 mars 2009 à 00:35 par Atv’

Comment est réglementé l'enregistrement vidéo d'un procès ? On entend souvent qu'il est interdit de filmer un procès mais que des exceptions sont faites (un excellent film de Depardon dont j'ai oublié le titre ; ce reportage de France 2 ; l'enregistrement du procès AZF à fins d'archivage…). Qu'est-ce qui permet ces exceptions ? S'il y a possibilité d'exception, c'est que la loi ne l'interdit pas vraiment… Si ?

Eolas:
L'autorisation relève du président de la cour d'appel.

8. Le mardi 10 mars 2009 à 00:46 par nexus 6

C'est qui l'avocat parisien qui fait frémir la défense?

Eolas:
D'habitude, c'est moi.

9. Le mardi 10 mars 2009 à 00:53 par Marie-Christine BLIN

Merci de rester attentif à tes lecteurs malgré ton code rouge

10. Le mardi 10 mars 2009 à 01:39 par GPS

Eh bien, les choses sont claires : sans les commentaires de Me Eolas, le reportage est pratiquement sans intérêt. En sorte que l'on apprend ici non seulement beaucoup de choses sur la justice, mais aussi quelques-unes, par défaut, sur ce qu'est un reportage télévisé, et sur les images et les sons de reportage quand ils restent à l'état brut, ou accompagnés de commentaires insuffisants, superficiels ou anecdotiques.

D'autant que nous avons ici, à propos du port des menottes, un commentaire par Me Eolas des commentaires du journaliste.

Supplique : que la visite guidée par Me Eolas continue pour la suite (si elle en vaut la peine).

Eolas:
On va tâcher.

Sinon, aucune remarque sur la présence d'une avocate, Me Gisèle Halimi, sur le plateau en fin de journal ? Ou sur l'omniprésence, frappante, des thèmes judiciaires et juridiques tout au long de l'édition ?

Eolas:
Absolument aucune.

11. Le mardi 10 mars 2009 à 01:53 par Faust

@ Sylvestre

Cet homme... est une femme ;)

12. Le mardi 10 mars 2009 à 01:54 par brita

Ô Maître. Ô mon Maître. Vous permettez que je vous appelle mon maitre? Ô maitre, disais-je avant d'être grossièrement interrompue par moi même, vous qui êtes beau comme un taxi - vous permettez que je vous appelle un taxi? moi, simple étudiante, ai une requête à vous soumettre.

Taxi:
Parle mon enfant.

Ô, non que j'ose penser que ma requête ait la pertinence nécessaire pour vous écarter ne serait- ce qu'un instant de vos nobles occupations, mais dans la vie ne faut il pas de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace?

Eolas:
C'est Just.

aussi, je requière vos service pour blogger sur un sujet brulant. Le brulant sujet légitimant aux yeux de mes enseignants - élite pensante de la nation à prononcer d'une traite sans compresser ses zygomatiques - le fait de cesser de dispenser les cours pour lesquels leurs disciples s'endettent durant 5 à 8 années et de les empêcher ne serais-ce que d'accéder aux bibliothèques - outils du savoir qu'ils disent défendre et dispenser - à la même fréquence qu'un agent de la SNCF dispense de la mobilité. Je vous en pris, usez de votre verve pour leur expliquer qu'un projet de loi n'est pas une loi, qu'une assemblée générale est moins représentative qu'un conseil élu, et que laissez des étudiants en éternelle première année faire des bolas et picoler toute la nuit dans un bâtiment public en obstruant les issues de secours n'est pas la meilleure manière d'assurer leur avenir.

Expliquez- leur que prendre en compte dans leur temps de service et donc dans leur salaire les taches administratives à plus forte proportion n'est pas une punition, et au passages dites aux étudiants tout d'abord en guise d'incipit que puisqu'ils ne travaillent pas ce ne sont pas des "syndicats'" mais des associations qui les représentent, et ensuite que pour faire """greve""" il faut un emploi, sinon, et même si ça parait d'emblée moins contestataire, cette action de rébellion contre le vilain système pas beau se nomme juste sécher les cours.

Eolas:
Cela fait trois ans que je me tue à le répéter.

Et au passage, si l'envie vous en prenait, expliquez aussi à quelques Strasbourgeois que rien ne sert de s'offusquer de la reconduite à la frontière d'une étudiante après un conseil disciplinaire qui sur preuves a constaté qu'elle n'avait pas le diplôme requis pour l'inscription à l'université et avait présenté des faux, et que c'est déjà sympa de ne pas l'avoir inculpée de faux et usage de faux.

Eolas:
Reconduite à la frontière, ou obligation de quitter le territoire ? Et l'exclusion de la faculté, seule peine applicable à français qui aurait fait la même chose, n'était-elle pas suffisante ?

Nonobstant ma tendance gauchiste, je n'en puis plus d'entendre la moitié du monde universitaire français se ridiculiser de faux combats et de crétinerie caractérisée, mêlant tout de go LRU, projet Pecresse, Bologne, et capitalisme.

Eolas:
J'espère que vous n'êtes pas en première année, sinon je vous prédis des études éprouvantes.

Aidez moi par vos exemplaires webs-plaidoyers à enrayé cette tendance à crier au loup quand ils croisent un Yorkshire!

Eolas:
Las, vous me demandez l'impossible : quelle gloire tireraient-ils de crier au yorkshire ? Ainsi, ils ont le prestige du chasseur de loup en encourant les risques de celui qui croise un yorkshire. C'est je le crains au-delà des mots.

Je vous en implore Ô mon maitre - vous permettez que je vous appelle gros cochon? - aidez moi par votre grandeur d'âme à pouvoir suivre ne serais-ce qu'une heure de cours avant mes partiels!

Eolas:
Qui est gros ?

13. Le mardi 10 mars 2009 à 02:16 par Brigitte

quote=EolasNotez le juré qui lit la presse sur l'affaire qu'il va juger./quote

On aurait tous préféré qu'il lise France Football.

14. Le mardi 10 mars 2009 à 02:54 par Supertomate

Bonjour

Mon premier commentaire, surtout pour saluer chaque participant à ("de" ?) ce blog que je lis avec plaisir depuis de nombreux mois.

"Notez la courtoisie de l'huissier. Elle reflète un élément essentiel : la justice juge sans haine. Il a (semble-t-il, je ne connais pas encore l'affaire) tué et tenté de tuer"

Je salu cet huissier meurtrier qui sait rester courtois pendant son procès.

15. Le mardi 10 mars 2009 à 03:51 par malpa

Absolument d'accord avec GPS en 10. sans les commentaires de maitre-eolas, ce reportage serait proche du vide absolu pour le mekeskidi que je suis. Je parle évidemment pour l'épisode 1 uniquement, le seul qu'on ait vu jusqu'à présent, mais je doute que les suivants me donnent tort.

Reportage exceptionnel tout ce que vous voulez, et je veux bien me réjouir de la performance de la rédaction d'une chaine publique d'avoir réalisé ce reportage, mais le format choisi pour le diffuser l'anéantit...

J'espère que la matière de ce reportage donnera lieu à un documentaire d'un autre format, un 52 minutes par exemple, avec commentaires éclairés de ce que l'on voit à l'image, ce que fait maitre-eolas pour nous, et que ce que le journal de 13h diffuse n'est qu'une sorte de bande annonce. Que F2 lui achète les droits de son commentaire, s'il le faut.

16. Le mardi 10 mars 2009 à 04:23 par malpa

@ supertomate 13

J'espère que c'est une blague, parce qu'elle est excellente ! Je suis sûr que tous les huissiers qui lisent ce blog vont l'apprendre par coeur pour égayer leurs longues journées de mitard les bavettes autour de la machine à café.

17. Le mardi 10 mars 2009 à 07:45 par jijin

S'ils choisissent la défense "Bir Hakeim" ca va être un massacre, un par un, jusqu'à la fin !

Eolas:
La seule difficulté de la défense Bir Hakeim, c'est à la fin, de ne pas marcher sur les mines qu'on a soi même placées.

18. Le mardi 10 mars 2009 à 08:55 par Fieffégreffier

"Notez la courtoisie de l'huissier"
Et bien non, ce n'est pas un huissier, mais le greffier de la cour d'assises. Maître, vous m'aviez fait part de votre doute sur l'existence du greffier mâle, voilà la preuve filmée : le Yéti existe bel et bien !!

Eolas:
Flûte, coquille, j'avais bien vu que c'était le greffier et il le dit d'ailleurs. C'est sa mâlitude qui m'a induit en erreur. Et en plus, il n'avait pas de trousse devant lui.

19. Le mardi 10 mars 2009 à 09:10 par Bôôh

Bonjour. J'ai une question sur votre avis sur l'enregistrement audio-vidéo d'un procès et des entretiens avocat-client. Dans l'hypothèse bien-sur où le client et son avocat sont d'accord pour être filmés pendant les entretiens, que penseriez-vous d'une telle façon de procéder : l'équipe de tournage installe la caméra et la prise de son, met en marche et sort ? Dans mon idée l'équipe n'intervient en aucun cas pendant l'entretien (même si problème technique), et le document n'est diffusé qu'après l'issue du procès. Si non, pourquoi ? Si oui avec quelles autres réserves ?

Eolas:
Non, non et non. Le secret professionnel est d'ordre public et absolu. Le client ne peut en relever son avocat. Il est hors de question que quiconque filme, enregistre ou assiste à un entretien avec un de mes clients. Jamais.

20. Le mardi 10 mars 2009 à 09:10 par Elzevier et Tourne-Broches

Et pourtant, on nous le dit dans les écoles de journalisme qu'on ne peut pas montrer, qqun de menotté...

Eolas:
Sauf s'il est d'accord.

21. Le mardi 10 mars 2009 à 09:28 par Gascogne

Bad news : votre accusé n'encourt pas trente ans de réclusion mais la réclusion criminelle à perpétuité (art. 221-2 du Code Pénal).

Eolas:
Je reprends le commentaire du journaliste. Pas sûr que la cour soit saisie de l'article 221-2. Mais vous avez raison, après visionnage du 2e épisode : les 2 crimes ont eu lieu dans les mêmes circonstances de temps. Pas d'explication à vous donner.

22. Le mardi 10 mars 2009 à 10:26 par Milimaître

L'article 803 sert dans un domaine ô combien utile : devant le JLD statuant en prolongation de rétention administrative.

J'ai vu des Pv précisant que l'étranger indique "spontanément" être en situation irrégulière lors d'un contrôle d'identité et se laisse interpeler "sans incident".

Le PV précise que l'étranger est menotté pour éviter qu'il prenne la fuite.

Eolas:
Saint Yves bénisse votre JLD, mais la cour de cassation a déjà jugé que ce texte ne prévoyait pas de sanction de nullité, or pas de nullité sans texte.

Et ma Cour d'appel bien aimée a annulé la procédure au visa de l'article 803 en considérant qu'en l'absence de circonstances particulières laissant présumer un comportement violant ou un risque de fuite, entraver l'étranger est une violation de la loi.

Ce texte est appliqué, seulement par les juges certes, mais c'est déjà ça.

23. Le mardi 10 mars 2009 à 11:44 par Soweto

Tout ceci me rappelle le film "l'associé du diable" avec Keanu Reeves... D'ailleurs si vous trouvez le temps un jour, pourquoi ne pas faire un billet sur un tel film? La réalité des procès nous montre souvent qu'ils ne se déroulent pas comme au cinéma, et les gentils ne gagnent pas tout le temps (je me comprends)

Merci pour ce billet très plaisant

24. Le mardi 10 mars 2009 à 11:52 par Il Palazzo-sama

Si j’ai bien compris le sens de la phrase, il y a une petite correction à apporter :

Seul le greffier ne peut le faire (sortir) car il est garant de l'authenticité de toute la procédure.

25. Le mardi 10 mars 2009 à 12:10 par gabou

Ça se passe dans la très belle (quoique provinciale…) cour d'appel de Lyon

Notez la terreur qui s'abat sur les avocats provinciaux qui apprennent qu'un avocat parisien débarque. On a l'habitude.

deux remarques un peu trop teintées de condescendance non?

serait-ce un clin d'oeil (récurrent dans vos billet) que je n'ai pas saisi ou véritablement une mauvaise opinion que vous avez des confrères provinciaux?

Eolas:
Mon sens de l'humour pervers me procure deux causes d'inépuisable hilarité : jouer au parisien puant et provoquer la susceptibilité des provinciaux.

26. Le mardi 10 mars 2009 à 12:11 par gabou

avec un "s" à billet, ce sera mieux

27. Le mardi 10 mars 2009 à 12:11 par gabou

avec un "s" à billet, ce sera mieux

28. Le mardi 10 mars 2009 à 12:11 par gabou

avec un "s" à billet, ce sera mieux

29. Le mardi 10 mars 2009 à 12:51 par MB

@ Soweto en 22 : Les procès se déroulent d'autant moins comme on peut les voir dans l'Associé du Diable que ça se passe un tout petit peu différemment de ce coté-ci de l'Atlantique !

Cela dit, ce serait intéressant de faire une analyse comparée.

@gabou en 24 : Vous vous posez vraiment la question ? C'est simplement pour savoir.

30. Le mardi 10 mars 2009 à 13:25 par Couplus

Parfaitement d'accord avec la remarque formulée au regard du timing 27:04 :

Il est tout à fait anormal et illégal qu'un présumé innocent soit présenté aux jurés en étant entravé.

Que penser alors de la situation suivante, vécue plusieurs fois devant les tribunaux correctionnels que je fréquente :

Un prévenu comparaît détenu (détention provisoire maintenue jusqu'au procès). Le jour fixé pour le prononcé, il est extrait de sa prison et se présente devant le tribunal pour entendre statuer sur son sort.

Il est encadré par deux policiers, auxquels il est menotté.

La décision tombe : le prévenu est acquitté.

Satisfait et sans doute libéré, le prévenu quittera la salle d'audience ... menotté aux policiers, qui le ramèneront aux cellules du palais d'où il retournera à la prison en fourgon cellulaire, pour récupérer ses petites affaires à la maison d'arrêt.

Malgré les protestations récurrentes (et me paraît-il fondées) des avocats, la situation n'a pas évolué, soit-disant pour des raisons de sécurité ...

Eolas:
Elle est totalement illégale, un acquitté ne pouvant s'évader. Les présidents y veillent de plus en plus et ordonnent que les menottes ne soient pas remises.

31. Le mardi 10 mars 2009 à 13:26 par Soweto

@ MB en 28 : Tout à fait d'accord avec vous. Le seul point commun si j'ose dire est que des deux côtés de l'Atlantique, le cinéma déforme souvent la réalité des tribunaux

32. Le mardi 10 mars 2009 à 13:55 par didier Schneider

« Nous fêterons bientôt les neuf ans de non application de cette loi par la police et la gendarmerie. Et summum de l'hypocrisie : diffuser des images d'un individu menotté sans son accord est un délit (d'où la précision du journaliste). La police viole la loi 9 fois sur 10 en mettant des menottes, mais si vous filmez et diffuser cela, vous risquez 15.000 euros d'amende. Tartuffe aurait fait un excellent député. »

et si c’était votre client qu’on filmait, vous en prendriez vous au président ? au proc ? incident d'audience ?

Eolas:
À la presse.

33. Le mardi 10 mars 2009 à 14:15 par gus de biarn

Bonjour M° Eolas,

l'accusé, il attend son procès en état de détention provisoire!

Qu'y a t-il de si choquant à ce qu'il soit menotté en dehors de l'audience, de sorte qu'il reste à disposition de la justice sans risque pour les maigres escortes?

Eolas:
Il est dans une pièce fermée, avec des barreaux aux fenêtre, sous escorte. Les menottes ne sont qu'une humiliation supplémentaire, un avilissement déstabilisant le jour où il joue sa liberté.

Vous êtes un peu bisounours, non? ou naif?

Eolas:
Tout plutôt que mal élevé.

ça change quoi?

Eolas:
Être bien élevé ? Ça vous rend pas plus intelligent mais plus agréable à lire.

Mais c'est peut-être l'air parisien qui fait de si faibles constitutions!

Eolas:
Vous faites beaucoup pour les clichés sur les provinciaux, c'est pas gentil pour eux.

Et cette remarque sur les avocats parisiens (25 000 avocats de haut vol!!) qui inspireraient la terreur au fond des prétoires provinciaux! On n'a pas attendu la capitale dans un tas de domaines.

Eolas:
Comme le sens de l'humour ?

salutations provinciales

Eolas:
Mépris parisien.

34. Le mardi 10 mars 2009 à 14:27 par LtR

"Notez la calvitie précoce, marque de la race des meilleurs avocats"... Est-ce un aveu, un appel à la tonsure (ça se dit ?)? Nous avons donc un indice... Sinon, Mille merci pour votre billet.

35. Le mardi 10 mars 2009 à 14:29 par LtR

"Notez la terreur qui s'abat sur les avocats provinciaux qui apprennent qu'un avocat parisien débarque. On a l'habitude." La terreur, oui, mais uniquement à la vue d'une calvitie précoce...

36. Le mardi 10 mars 2009 à 14:36 par Leo

@ supertomate 13 Moi aussi j'ai du m'y reprendre à deux fois. Je suggere la correction "Notez la courtoisie de l'huissier/du greffier envers l'accusé". Et la grammaire comme la logique sont contentes ;o)

37. Le mardi 10 mars 2009 à 14:49 par Petruk

"Notez la terreur qui s'abat sur les avocats provinciaux qui apprennent qu'un avocat parisien débarque. On a l'habitude."

Eolas aurait tord de se priver puisque même avec de vieux appâts largement faisandés, cela mord toujours à l'hameçon!

Ces piques et les réponses offensées qu'elles suscitent, deviennent une sorte de gag jouant sur la répétition ;-)

38. Le mardi 10 mars 2009 à 15:17 par robedeprovince

Comme toujours votre billet est fort interessant, mais que vous ont fait les avocats provinciaux, pardon, "les avocats de province" ? A moins que ce ne soit de l'humour ?

Eolas:
Mon Dieu ! Moi, faire de l'humour ?!

39. Le mardi 10 mars 2009 à 15:20 par CharlesIer

Bon sang mais c'est bien sûr, si j'étais une star, ou mieux, un "people", je me balladerais nuit et jour (surtout la nuit), avec une belle paire de menottes (velours rose, svp) aux poings, histoire de faire fuir les paparazzis! Oh!

@39 : les appâts faisandés qui ne trouveraient pas preneur tomberaient bien à plat, ne croyez-vous pas? Remercions donc ces bons provinciaux débonnaires, qui justifient encore aujourd'hui ce running-gag d'Eolas.

40. Le mardi 10 mars 2009 à 15:23 par villiv

oulah, j'ai bien failli louper ce billet...

à son sujet, je croyais, à première vue, que c'étaient les horaires qui figuraient au début des paragraphe

mais autant j'ai eu un doute sur 25 ou 26heures du soir... autant arrivé à 28heures23 j'ai su que ça ne pouvait pas être cela

et oui, les journées d'un avocat, Eolas ou pas, n'ont que 27 heures maximum ;-)

41. Le mardi 10 mars 2009 à 16:49 par Cio

Eolas a un début de calvitie... So disappointed...

Eolas:
Je suis même plutôt proche de la fin. Votre désappointement n'est rien à côté de celui de mon coiffeur.

42. Le mardi 10 mars 2009 à 17:02 par Bidule

39. Le mardi 10 mars 2009 à 14:49, par Petruk

"Notez la terreur qui s'abat sur les avocats provinciaux qui apprennent qu'un avocat parisien débarque. On a l'habitude." Eolas aurait tord de se priver puisque même avec de vieux appâts largement faisandés, cela mord toujours à l'hameçon! Ces piques et les réponses offensées qu'elles suscitent, deviennent une sorte de gag jouant sur la répétition ;-)''

Et puis ça permet aux snobs de la première heure de faire remarquer qu'ils ont l'honneur d'être des "habitués"

43. Le mardi 10 mars 2009 à 21:37 par malpa

@ cio 41

deuxième indice : Eolas est un peu enveloppé (cf. sous 12)

44. Le mardi 10 mars 2009 à 21:52 par Bôôh

Merci.

45. Le mercredi 11 mars 2009 à 08:40 par Bianca C.

Maître Eoloas, Vous nous avez parfois parlé de la procédure pénale américaine, et un peu plus souvent du maljournalisme. Je ne saisis rien de ce que je lis dans la presse à propos de l'affaire Madoff. Il est accusé sans l'être, libre sans pouvoir sortir de chez lui, il paraît même qu'il est parfois d'accord pour que l'on saisisse ses biens. Ne serait-ce pas l'occasion de nous proposer une leçon de droit comparé? Je suis prête à chanter (ou à m'abstenir de chanter, si vous préférez) vos louanges en échange.

46. Le mercredi 11 mars 2009 à 13:04 par IceCream

@Eolas

et voilà maintenant que vous avez révélé que les avocats atteints de calvitie étaient les meilleurs nous allons avoir une mode dans les amphy où les étudiants arboreront des coupes de cheveux traditionnelles des samourais. ^^ (N.B : les samourais se rasaient le dessus du crane, ce qui ressemblaient assez à de la calvitie. Le côté prestigieux de la chose étaient d'arborer un magnifique chignon derrière le crane, fait avec les cheveux non rasés bien entendu).

En tout cas, c'est la première fois que je suis fière d'être précocemment atteint de calivite!!! Merci beaucoup de m'avoir ainsi remonté le moral!!! ^^

47. Le mercredi 11 mars 2009 à 14:10 par Pax Romana

@ Cio (41)
« Eolas a un début de calvitie... So disappointed... »

Mais on le savait déjà...
http://www.maitre-eolas.fr/2004/05/04/57-antisemitisme-ordinaire

48. Le jeudi 12 mars 2009 à 02:53 par Northey

C'est quoi cette appellation de "Grand Témoin " ? Pourquoi des gens, qui n'ont rien à voir avec l'affaire, ont-il le droit de témoigner à charge ?

49. Le jeudi 12 mars 2009 à 11:24 par brita

cf commentaire 12:

étudiante marocaine ayant obtenu un visa d'étude. Comme le conseil disciplinaire l'a virée de l'université, doublé de 5 ans d'interdiction d'inscription dans le supérieur, son visa d'étude n'avait donc plus cours. Bien sur, tôlée des """syndicats""" étudiants.

50. Le jeudi 12 mars 2009 à 13:48 par Framboise

Si Maître Eolas s'était quelque peu renseigné, il saurait que le Procureur Général de la cour d'appel de Lyon requiert régulièrement aux assises. Sa présence à ce procès n'est pas qu'une affaire de caméra !..

51. Le mardi 17 mars 2009 à 22:40 par Skippy

@brita (49) : ça a la couleur de la double peine, le goût de la double peine, l'odeur de la double peine, mais ça n'est pas de la double peine, c'est ça ?

Sauf votre respect, je crois que si j'étais croyant je prierais pour que (dans l'ordre, chaque proposition étant conditionnée à la précédente) vous ne soyiez pas étudiante en droit, que vos enseignants ne rattrapent pas les cours qu'ils ont séché afin que vous puissiez vous reconvertir sans regret, et que vous n'officierez pas en droit des étrangers…

Puisque je suis là, sautons du coq à l'âne, un remerciement supplémentaire ne saurait hypertrophier les chevilles du maître de ces lieux : merci Me Eolas pour cette explication de film.

52. Le mercredi 8 avril 2009 à 23:47 par Regaieg

Il faut un avocat pour terminer cette discution !!!

53. Le mercredi 8 avril 2009 à 23:50 par George

C'est très intéressant. Merci, j'attends la suite avec impatience.... Moi aussi ...

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact