Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le travail c'est la santé

Le palais est un lieu de vie sociale très important pour les avocats. Au hasard des couloirs ou des prétoires, on croise des amis et on prend de leurs nouvelles à l'ancienne, autour d'un café (ou d'un thé pour certains névrosés comme moi), sans e-mail ni SMS.

Aujourd'hui, j'ai eu coup sur coup deux nouvelles qui illustrent les réalités de la profession, notamment le fait que sans nous, le cabinet ne tourne pas et qu'un arrêt de travail imprévu fût-ce pour raisons de santé est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre.

Une consoeur vient d'avoir un petit garçon. La dernière fois que je l'avais vue, elle plaidait. Elle était à une semaine de la date prévue pour l'accouchement. C'était il y a un mois, elle a déjà repris.

Un confrère a eu un accident de vélo, sans casque. Trauma cranien. C'était hier, il était de retour au travail après une nuit en observation. Il avait juste l'impression d'être parfois un peu bourré, c'est tout. Et regrettait que le port de la minerve soit si désagréable.

Cela m'a fait penser à celle qui m'a fait découvrir cette profession il y a des années. Elle avait une dépression nerveuse chronique qui avait dû parfois entraîner son hospitalisation. Je lui amenais ses dossiers en cachette pour qu'elle puisse dicter ses sourriers entre deux sanglots. Elle est morte quelques années plus tard. Je pense encore beaucoup à elle.

Avis aux étudiants en droit : les magistrats ont le statut de fonctionnaires. Pensez y avant de vous décider.

La discussion continue ailleurs

1. Le jeudi 25 août 2005, 10:14 par Droit en Enfer

Des inconvénients la profession d'avocat

Une lecture importante pour les étudiants en droit sur le blog d’Eolas, et spécialement ceux qui se destinent à la profession d’avocat. Je le souligne parce que ses propos ne font que confirmer ce que j’ai déjà entendu de la bouche de nombreux autres...

2. Le jeudi 1 décembre 2005, 13:19 par Empyrée

Avocat, un travail surmenant

Je n’ai jamais voulu être avocat et ça n’est pas prêt de changer, mais s’il y en a parmi vous que ça titille, lisez ce qui suit, écrit par des avocats en exercice ou des étudiants : Une consœur vient d’avoir un petit garçon. La...

Commentaires

1. Le mercredi 24 août 2005 à 20:51 par Gascogne

Les magistrats ont le statut de fonctionnaire ? Non, c'est pire, ils ont un statut qui leur est propre, et qui, indépendance oblige, n'est pas identique à celui des fonctionnaires, soumis à leur hierarchie. Nous sommes d'affreux agents de l'Etat, sorte de trolls de la fonction publique...Mais à part ça, qu'est-ce qu'on s'amuse ;-)


Indépendants ? Le parquet aurait-il pris son indépendance sans qu'on m'en avertît ? Il est vrai qu'on ne m'a notifié que l'article 503 du CPP... Bon, plus sérieusement, j'ose espérer que tout troll que vous êtes (Ha, traiter un magistrat de troll, une chose en moins sur ma to do list), l'Etat vous permet de prendre un long congé pour accoucher (sinon je connais quelque juge d'instruction qui se moque de moi) et vous permet de rester au lit quelques jours en cas de trauma cranien. Je n'entends nullement que la magistrature serait une sinécure, bien sûr.

Eolas

2. Le mercredi 24 août 2005 à 21:03 par david

C'est marche(s du palais) ou crève !


On était prévenu, mais une petite piqure de rappel ne fait pas de mal...


Salut !

3. Le mercredi 24 août 2005 à 22:29 par lol

Tout celà ne donne nullement envie de continuer le droit. Le choix est simple, une vie que pour le droit et le travail ou une vie pour la famille et un emploi normal; quoi choisir?
J'ai un prof en droit des olbligation qui est aussi avocat. Les cours qu'ils donnent commencent à 18h pour se terminer à 20.10 à peu près. Et ceci chaque jour. Père de 2 enfants, il explique après chaque cours que le famille est le plus important et qu'il a fait le droit car c'est sa vocation. "On ne devient pas flic ou mécano par vocation!!!". (Ah celà me rappelle une citation de notre prof de fiscal, juge au tribunal administratif: "Le froit fiscal n'est pas un droit de mécanicien".) Bon, je me demande comment notre prof d'oblig peut avoir temps pour ses deux petits enfants s'il travaille aussi longtemps. Je ne veut nullement dire qu'il soit un mauvais père (et il est aussi un bon prof), cependant l'organisation du temps libre s'avère pas du tout facile. Mon voisin, notaire, n'a pas le temps d'aller en vacances avec sa famille, car il doit travailler. "C'est quoi les vacances? Fumer une bonne cigarre en voiture pour aller au boulot?" Ce n'est pas mal non plus. Je suis le fils de mon père, je vais travailler pour l'administration des contribution, parce que,là, la seule chose qui travaille est le bois des meubles dans le bureau. Il fait d'ailleurs du sport après avoir lu ses deux journaux préférés. Il surfe un peu sur internet.
Demain, quand vous vous levez Me, vous penser à mon père qui dors encore, et qui fait son blog au bureau. Quelques fois le directeur lui aide. La seule chose qu'il n'aime pas trop, ce sont les cours de droit fiscal, civil, de comptabilité etc qu'il doit donner aux fonctionnaires pour l'examen de fin de stage.

Bon, je ne suis nullement opposé aux avocats, mais soit, il n'y en a pas assez pour traiter le 'block' de dossiers, soit... je ne le sais pas.
Pourquoi j'entends presque jamais les médecins se plaindre? Les étudiants en général se plaignent toujours :)
Se plaindre et rien changer, une attitude d'un homme politique.

Bon, j'arrête à me plaindre et continue à réviser mes cours pour la deuxième, non, la seconde sesse (dommage qu'il n'y en a pas une troisième).
Continuez aussi comme vous le faites.
Bisous (je rigole)


4. Le mercredi 24 août 2005 à 22:46 par Méchant garçon

A mon avis, vu le nombre de fautes de français, lol, vous pouvez encore réviser un bon bout de temps...

On dirait moi qui essaierait d'écrire en anglais...

5. Le mercredi 24 août 2005 à 22:53 par Louis

C'est du Belge.
[Administration des contributions-Block-seconde sesse]

6. Le mercredi 24 août 2005 à 22:58 par James

Bonsoir,

J'envisage de devenir avocat. Vos propos ne sont guères encourageant.... :(
Merci de briser une carrière Maître Eolas ! :)

James C.

7. Le mercredi 24 août 2005 à 23:35 par lol

Ce n'est du belge, qqch qui ressemble au français, mais qui n'est pas du français. Désolé de ne pas écrire un français parfait, mais ce n'est pas facile pour quelqu'un qui n'est pas francophone. Je parle dix fois mieux l'allemand, l'anglais, l'espagnol et le luxembourgeois. Ah, maintenant vous savez pourquoi... D'ailleurs je n'est pas envie de relire tout. C'est aussi simple.
Il ne faut pas parler le français comme Molière pour valider une année de droit. Je ne suis pas en première année. Une bonne expression est certes indispensable, mais de bonnes connaissances en la matière aident plus.
Ne m'appelez plus jamais Belge. Merci.
P.S: une correction serait gentille, sinon je vais refaire les mêmes fautes


qqch -> quelque chose. Je n'est pas envie --> je n'ai pas envie. relire tout -> tout relire. Ne m'appelez plus jamais Belge --> ne dites plus jamais que je suis Belge. Si le français n'est pas votre langue maternelle, alors bravo : votre niveau demeure remarquable.

Eolas

8. Le jeudi 25 août 2005 à 09:45 par alilea

permettez moi de vous dire que je trouve votre blog EXCELLENT...et je pense que beaucoup de personne devrait le lire afin de mieux comprendre votre porfession et de la respecter un peu plus.
Je vous avez envoyé un mail sur la responsabilité professionnelle de l'avocat (sujet de mon rapport de stage)..et oui je n'avais pas encore pris le temps de lire votre ancien blog...c'est fait et s'y trouve ce que je cherche ..MERCI..en ce qui concerne la profession de magistrat je vais y réflechir..(encore faudrait il que j'ai les compétences nécessaires pour entrer à l'école...et oui il me manque beaucoup trop de culture G.) donc je crois devoir me rabattre sur un service juridique me permettant d'avoir des heures de bureau (j'ai honte...)
Je vous souhaite une bonne reprise (tardivement)...et encore bravo pour votre Blog.

9. Le jeudi 25 août 2005 à 09:48 par alilea

OULA moi aussi il faut que je fasse attention à mon ortographe!!!! A la lecture de mon message, je crois devoir définitivement renoncer à la profession de magistrat..

10. Le jeudi 25 août 2005 à 10:19 par karak

Un petit message d'encouragement aux étudiants en droit: il y a d'autres alternatives (peut être pas aussi prestigieuses) aux professions d'avocat et de magistrats... Je suis juriste en entreprise, c'est à dire la cible à abattre pour mes collègues des autres services! Dans les entreprises, le juriste est souvent considéré comme le censeur (le pouvoir de dire NON) mais avec (beaucoup) d'humour, (encore plus) de diplomatie et (un petit peu) de compétences, on s'en sort très bien. Etre juriste n'est pas une voie de garage pour les "mauvais" étudiants en droit, ça peut être une vraie vocation...ça l'est pour moi en tout cas. A chacun de suivre sa voix intérieure et "petit scarabé deviendra grand"!!


Bien sûr, vous avez raison. Mon blog est très axé sur le judiciaire, d'où ma remarque, qui n'est pas une marque de mépris pour les juristes en entreprise. D'ailleurs, il n'y a nulle séparation étanche entre ces deux professions, et je connais des confrères qui sont devenus juristes en entreprise, et avecv quel succès, et d'autres confrères qui ont fait leurs amres dans la direction juridique d'une grande entreprise, et qui font trembler leurs adversaires au tribunal de commerce. Je travaille moi même régulièrement avec des services contentieux ou des directions juridiques, et quel bonheur d'avoir comme interlocuteur un juriste chevronné et compétent pour discuter de la stratégie à adopter.

Eolas

11. Le jeudi 25 août 2005 à 10:22 par lol

"On dirait moi qui essaieraiT d'écrire en anglais..." Méchant garçon, j'espère pour vous que vous êtes plus doué en grammaire anglaise qu'en grammaire française. Je le trouve surprenant de devoir constater qu'un internaute francophone qui fait semblant de savoir mieux ecrire le français que moi me corrige en faisant lui-même une faute dans les 3 lignes qu'il écrit.
"A mon avis, vu le nombre de fautes de français, lol, vous pouvez encore réviser un bon bout de temps..." me rappelle qu"'il est de nécessité que tout homme apprenne à lire et à écrire avant d'apprendre à penser. Tout langage est d'abord ramage et gazouillement, comme des oiseaux" ou encore que "l'art d'écrire précède la pensée."
Pour moi, mon livre de grammaire est encore une grimmoire, je l'avoue. Je suis toujours très ouvert aux personnes qui me corrigent, mais pas à ceux qui croient savoir faire tout et tout mieux. J'aimerais bien vous voir écrire en anglais, en allemand etc, langues qui ne sont pas vos langues maternelles. Je suis d'ailleur convaincu que le niveau ne dépassera pas non plus celui de la "maternelle".

12. Le jeudi 25 août 2005 à 10:30 par chrysante

Je rejoins le commentaire de Karak : juriste en entreprise, c'est également une sacrée aventure, enrichissante, prenante, exténuante !

13. Le jeudi 25 août 2005 à 11:05 par alilea

encore faut il trouver la bonne entreprise...il est vrai qu' employer le terme rabattre n'etait pas judicieux de ma part et m'en excuse....Je suis une pauvre étudiante ( quoique que ça y est j'ai fini!!!) en droit..qui se trouve perdue dans ce monde de fou qu'est le milieu professionnel.;et ne sait pas trop ou elle doit aller...le métier d'avocat oui mais j'ai un ptit bout de 3 ans alors ...faudra attendre quelques années...juriste pourquoi pas mais la encore faut il qu'une société veuille de moi....le désespoir me gagne mais je trouverai ma voix...

En ce qui concerne LOL je te félicite de ton niveau en français et en suis même jalouse....

14. Le jeudi 25 août 2005 à 11:12 par alilea

et le terme j'ai honte...n'était pas pour le choix d'opter pour la profession de juriste...mais pour rechercher les horaires de bureau....

15. Le jeudi 25 août 2005 à 13:58 par Breninger

Allons, ne dégoûtons pas ceux qui voudraient nous rejoindre ! Il suffit de savoir que la profession d'avocat n'est pas aisée et qu'il vaut mieux avoir comme passion première ... le travail !

J'ai quitté hier soir au sortir du Juge des Libertés et de la Détention mon client qui partait en détention provisoire alors que j'ai l'intime conviction qu'il n'était aucunement responsable des faits criminels visés ...

Comment ne pas sentir alors ce qu'est notre profession ! vivre mille vies, cotoyer individus et/ou sociétés ! dire un jour oui et le lendemain non !

défendre ! conseiller ! aider !

Quel beau métier nous avons !

Venez nous rejoindre ! Nous sommes trop peu nombreux pour rappeler ce qu'est le droit de la défense voire le droit tout court !

et choisissez éventuellement la voie de l'entreprise : votre vie sera différente mais le droit est toujours le même !

16. Le samedi 27 août 2005 à 02:33 par Thomas

C'est le risque, quand on fait un métier qu'on aime, qui est exigeant et passionnant. Ça vaut le coup, et ce n'est pas parce qu'on a de longues journées, de longues semaines et peu de vacances qu'on ne peut pas aussi trouver son équilibre et construire sa vie sociale et familiale au-delà du boulot. enfin, je crois. J'espère.

17. Le jeudi 1 septembre 2005 à 20:26 par Patnprivate

Je suis tout à fait d'accord avec Thomas, on peut construire une vie de famille sans être aux 35 heures. La majorité des gens que je fréquente sont plus prés des 70 heures que des 35 heures par semaine. Pourtant, ils sont pour la plupart heureux, mariés avec des enfants charmants.
Ils vaut peut être mieux des parents épanouis qui rentrent à 20 heures (bon d'accord on peut rever) que des pantouflards ronchons et déprimés par leur vie qui rentre regarder la télé à 17 heures, non ?
PS : pour le trauma cranien, je conseille tout de même de souscrire à une prévoyance ... et d'avoir des collaborateurs.

18. Le jeudi 1 septembre 2005 à 20:30 par Patnprivate

Ah et j'oubliais la fameuse phrase :
" Ce qu'il y a de bien avec les dimanches au cabinet, c'est que je peux venir en jean. "

19. Le vendredi 2 septembre 2005 à 13:56 par Richard

Bonjour,
Ce n'est pas un commentaire, mais une question.
Je suis en 2e année de droit. J'aimerais savoir s'il est possible de devenir avocat en dépis d'une suspension administrative de mon permis de conduire durant 2 mois... Je fais référence aux conditions de bonne moralité exigées pour exercer la profession et l'existance d'un casier vierge.
Bravo pour ce blog très sympa!
Merci!

20. Le mardi 6 septembre 2005 à 13:58 par Ashe

J'avoue qu'à moins de deux semaines des épreuves du CRFPA, cet article fait l'effet d'une douche froide. Après lecture de différents posts de ce blog, les problèmes de la profession d'avocat semblent effrayants : horaires étouffants, salaire peu élevé, milieu gangréné par l'incompétence, monde judiciaire privé de moyens, etc etc.

J'en profite pour saluer l'auteur de ce "blog" qui vient de me faire changer d'avis sur la valeur des sites que ce terme désigne. Je cherchais des renseignements sur les avantages fiscaux en matière immobilière au profit des avocats, et je suis arrivé par hasard. Direction : mes favoris !

21. Le mercredi 7 septembre 2005 à 23:37 par ouimais

ah le thème du je travaille 70 heures alors que d'autres font 35 ou moins ...
d'une part il n'est jamais bon d'opposer les uns aux autres, d'autre part il s'agit de comparer ce qui est comparable.
Je reste persuadé que le métier d'avocat est passionnant, et que consacrer 70 heures de son temps quotidien à une passion, même difficile voire dure, est préférable à 35 mornes heures de bureau grisatre.
Mais bon, ce n'est qu'une opinion parmi d'autres...

Et puis, petite question à Me Eolas, ou à tous les avocats blogueurs ou posteurs qui me liront: que se passerait il si vous décidiez de travailler "seulement" 35 heures ? est ce réellement impossible ou n'est ce qu'une question de recettes et bénéfices amoindris ? auquel cas, passé le cap des "frais fixes" du cabinet, pourriez vous "lever le pied" et vous contenter de bénéfices moindres mais acceptables ???
( bien sur il y a toujours le problème de disponibilité mais je vous réponds par avance que rien n'empêche d'exercer en cabinet de groupe... la liberté d'exercer seul se paye ).

Je poser la question autrement: un emploi de bureau (bon juriste d'entreprise) de 35 heures peut être payé ( c'est une hypothèse ) 2500 euros par mois, est ce que cette rémunération est inenvisageable pour un avocat (avec un peu d'expérience bien sur) qui consacrerait "seulement" 35 de ses heures à son activité professionnelle ?

Je ne demande pas une réponse exacte, cela serait impossible, mais je veux juste savoir si cette hypothèse est réaliste et dans quelles conditions. Après tout, mon futur professionnel en dépend alors répondez franchement :)


70 heures ? 10 heures par jour ? Sauf période de grosse charge de travail (genre un mémoire de 350 pages pour un arbitrage à rendre en trois exemplaires en anglais), ce n'est pas le rythme normal. La journée de travail d'un avocat ordinaire est 9 heures - 19 heures, le déjeuner étant soit expédié sur le pouce, soit l'occasion d'un rendez vous avec les clients. A ce ryhtme là, les 50 heures sont atteintes le vendredi soir, et le week end est libre. Le fait de travailler en groupe ne change rien à cet état de fait : vos associés ne sont pas là pour bosser pour vous pendant que vous prenez des RTT. Ce rythme est inévitable à cause de la charge de travail d'un cabinet qui tourne : une audience vous dévore aisément une demi journée. Vous devez préparer les dossiers (rédiger des conclusions même simples prend au minimum trois heures de travail concentré), étudier les pièces de A à Z (y compris les clauses écrites en tout petit), rencontrer les clients, prendre le temps de leur expliquer ce qui se passe, mettre à jour votre blog, etc. Et tout ça pour payer vos charges : les semaines de 50 heures ne sont pas dues à notre volonté de gagner plus de milliers d'euros. Des avocats bossent 50 heures par semaine pour gagner le SMIC. Gagner 2500 euros par mois en bossant 35 heures est inenvisageable, sauf à avoir des tarifs prohibitifs permettant de ne s'occuper que de quelques dossiers de front.

Eolas

22. Le dimanche 11 septembre 2005 à 23:59 par Polo

Je viens de passer plus d'une heure sur ce site qu'un heureux hasard m'a fait découvrir... au lieu de réviser le CRFPA qui commence dans un peu moins de 10 jours... Et oui, malgre les critiques de certains, d'autres vont quand même tenter de devenir avocat! A ce propos, que pensez-vous de la nouvelle réforme du CRFPA?
Bref, je tenais à vous dire que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire divers articles et commentaires. Bien plus que d'assister aux cours froids, techniques et dénués de toute dimension humaine dispensés à la fac...

Alors merci!

Une dernière chose, comment trouvez-vous le temps de prendre si bien soin de votre blog??

Polo

23. Le lundi 12 septembre 2005 à 12:41 par david

je bosse dans les nouvelles technos, je suis plutôt tranquille. j'ai échappé à "l'enfermement univeristaire" pour entrer directement dans le monde du travail. je ne regrette pas, j'ai vécu des choses passionnantes. mais je suis fatigué de la technologie, des bureaux, des projets... et je vous envie d'agir pour l'humain, pour quelque chose de réel... avez-vous l'impression de, parfois, changer un peu le monde, ou du moins d'agir pour le bien, en faisant acquiter un client, en faisant entendre ceux matraqués par la société ? ou est-ce qu'au bout ca devient la routine ?


La routine ? Non, si vous exercez en libéral, ce terme vous est inconnu. Il n'y a pas, il ne peut y avoir de routine dans ce métier. Chaque dossier est différent, chaque audience est spéciale, et votre intellect est toujours sollicité par une législation changeant sans cesse. Je suis toujours estomaqué de voir des confrères axercer encore à 70, parfois 80 ans, et être encore d'une vivacité d'esprit et d'une capacité d'indignation que bien des trentenaires ont déjà perdu.

Eolas

24. Le mercredi 14 septembre 2005 à 14:02 par Syncop

Heuresement que je fais une école de commerce après mon DJCE...
Ceci me permettra de prendre du temps pour savoir si la profession d'avocat est réellement faite pour moi.
Je vais donc pouvoir sérieusement songer à ma "reconversion", tout en évitant le statut de fonctionnaire !

25. Le lundi 19 septembre 2005 à 19:09 par anon

Savez vous quelle était fin 2004 la proportion de sortants de l'école d'avocats du Barreau de Paris qui étaient encore au chômage ? Environ 1 sur 2.

Cela dit, ce n'était pas aussi net avant, certes. Et c'est assez général : depuis 2003 voire 2002, l'emploi est en très petite forme.

Faire magistrat ? Heu ... Au concours d'entrée à l'Ecole nationale de la magistrature (ENM), il y a moins de 10% de taux de réussite. C'est devenu aussi couru et aussi dur que les grandes écoles.

26. Le vendredi 23 septembre 2005 à 10:53 par roulaïe

En ce qui me concerne ce n'est pas plus la vie du Palais qui m'a extenuée mais les conditions de ma collaboration. Penser que les magistrats, fonctionnaires, sont plus pépères ne me semble pas pertinent en tout cas pour ceux ou celles qui sortent d'audience à deux heures du matin, se font insultés voir agressés verbalement ou physiquement par ceux que nous avons la charge de défendre. Je crois plutôt que ce sont les conditions matérielles dans lesquelles la Justice est rendue qui sont à pointer du doigt. Et puis choisir son métier pour un statut c'est pas très motivant !

27. Le dimanche 25 septembre 2005 à 19:44 par biscotte

Bonjour,

Je découvre ce blog par hasard, sympa :)
Avez vous quelque chose sur la dénonciation mensongère, ou faux témoignage bref des cas où par mensonge on se retrouve assignée sur les seuls dires d'une personne :(
Une autre recherche, un bailleur peut il assigné son locataire dans le but de rompre un bail, suite à une dénonciation mensongère, et sans jamais avoir donné la parole à son locataire avant de l'assigner ?
merci d'un lien ou d'une réponse

Cordialement

28. Le mardi 1 novembre 2005 à 13:28 par Reflex

Le travail c'est la santé... Il me semble que les vertus thérapeutiques du travail ne dépendent pas exclusivement d'une fonction, d'un statut ou d'une formation. Plus largement, il convient de prendre en considération la perception de la profession par le commun des mortels, source de reconnaissance sociale. Or, j'ai été frappé de voir que les enseignants (Bac+4), qui exercent une profession intellectuelle (certains soutiendront le contraire, je n'en doute pas), ont souvent le sentiment de subir un déclassement social.
Alors même qu' ils bénéficient d'une garantie statutaire...

Cordialement

29. Le jeudi 3 novembre 2005 à 19:28 par chabine

pas mal je suis de la guyane

30. Le vendredi 4 novembre 2005 à 11:46 par doc

"Plus largement, il convient de prendre en considération la perception de la profession par le commun des mortels, source de reconnaissance sociale".

Cette réflexion est essentielle et je peux bien en témoigner: je suis jeune médecin et mes aspirations ont été foudroyées, le jour où s'est déclarée une maladie chronique alors que je venais de passer en deuxième année de médecine.
De ce jour, j'ai hésité à continuer dans cette voie difficile mais finalement j'ai continué et sécrément continué : j'ai suivi la formation de médecin généraliste (9ans) puis devant la peur du libéral associé à une maladie chronique (pour laquelle, je ne peux souscrire aucune prévoyance), j'ai passé l'internat pour faire une spécialité salariée absolument: mon classement a été excellent et la spécialité (4 ans en plus) que j'ai choisi a été celle de la médecine du travail car celà me semblait être le choix de la raison mais tellement loin du choix du coeur (psy ou gynéco, étaient mes deux vraies envies).
Aucun étudiant en médecine n'apprend à connaître cette discipline durant le tronc commun, on la découvre lors de l'internat et elle a tout son intérêt: toxicologie, psychosociologie...
Mais voilà, notre image auprés du public est désastreuse et je dois reconnaître qu'effectivement, je souffre de ce fameux sentiment d'absence de reconnaissance (trop d'égo? c'est certain).
Pourtant, ce choix me permet un rythme de vie qui m'expose beaucoup moins à des complications médicales alors pourquoi est-ce que je le regrette ?.

J'ai trouvé cette page, parce que figurez-vous, l'idée m'était venue de me tourner peut-être vers une carrière d'avocat ... salarié bien entendu (ce n'est pas une lubie mais je travaille donc avec le code du travail et j'ai appris à aimer me plonger dans tous ces articles où parfois on trouve la solution à certains des problèmes de nos patients) !
mais je crois, à la lecture de vos impressions et de votre vécu, que ce ne serait pas une bonne idée.

Un de mes patrons m'avaient demandé quelle spécialité je voulais faire et j'avais répondu alors que j'en voulais une interessante mais pas trop prenante, pas trop stressante (je passe sur le fait que cette réponse sans explications donne de moi une image de dilettante) et il m'avait alors répondu que l'un ne va pas sans l'autre !
Avocat comme médecin sont donc manifestement des professions qui réclament une grande abnégation.

Bien cordialement

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact