Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La crise des banlieues : paroles d'un magistrat

(Via Commentaire et vaticination) : Didier Peyrat, magistrat à Pontoise, publie une tribune dans Le Monde du 17 novembre 2005. Un point de vue lucide, qui rejoint bien des réflexions que je m'étais faites ces derniers temps.

Ceux qui accusent "la jeunesse des banlieues" d'être responsable de ce qui est arrivé sont des falsificateurs. Ceux qui, à mots couverts ou pas, félicitent "les jeunes" de protester sont aussi dans le faux. Il y a amalgame d'un côté, contre-amalgame de l'autre. Et dans ce face-à-face de deux analyses délirantes, la raison disparaît. Mais ce à quoi on cloue le bec aussi, c'est la majorité des jeunes, la majorité des immigrés, la majorité des Français.

Les motivations réelles des "émeutiers", on peut spéculer dessus. On ne les connaît pas vraiment. On ne saurait s'en tenir, sur ce sujet, à leurs déclarations. Personne ne doit être cru sur parole. En plus, pour la plupart, ils se taisent, ne disent rien, ne sont pas "sondés".

(...)

Bien sûr, ce n'est pas "le" mal qui surgit dans l'histoire. Il ne s'agit pas d'une catastrophe ontologique. Bien sûr, il y a du contexte, mais dans le contexte il y a de tout. Pour brûler une école, un théâtre, un centre de PMI... il faut bien que ces équipements existent. Après le passage des saccageurs, le contexte est dégradé. Dans le contexte, il y a des gens, des voisins, des habitants. Après le passage des incendiaires et des cogneurs, les voisins, les habitants, les personnes sont un peu plus abîmés. Des individus font du mal à d'autres individus, beaucoup plus nombreux. Par quelle inversion de sens peut-on décider qu'en réalité les coupables et les victimes sont associés, les uns parlant au nom des autres, alors qu'ils leur tapent dessus, qu'ils détruisent leurs biens, privés ou publics ?

A lire.

La discussion continue ailleurs

1. Le jeudi 17 novembre 2005, 16:18 par LordPhoenix's Blog

A lire

En général je n'aime pas faire des billets qui se contente de dire untel a dit ça allez le lire mais ce coup ci ça vaut le coup. J'ai glané cette info sur le site de maitre Eolas. Il nous parle de Didier Peyrat, magistrat à Pontoise, qu...

2. Le samedi 19 novembre 2005, 10:20 par No Index, No Follow!

Intéressant point de vue sur les "évènements" récents...

Comme à son habitude, Me Eolas relève le petit article posé qui fait réfléchir. Ce qui est amusant est que je ne relève pas les mêmes passages, bien que ceux qu'il cite soient en effet remarquables. Pour ma part, je retiens le suivant: Toute la...

Commentaires

1. Le jeudi 17 novembre 2005 à 12:57 par bambino

Merci maitre eolas de nous signaler cet article.

je ne sais si c'est volontaire ou non, mais j'ai remarqué que le troisieme paragraphe que vous citez est incomplet, il manque en effet les deux dernières phrases. Accident de copier/ coller ?


Non, simple courte citation.

Eolas

2. Le jeudi 17 novembre 2005 à 14:42 par MemoryBufferOverflow

Est-ce que l'appel de ce magistrat à faire respecter le droit n'est pas un voeu pieux? "Nul n'est sensé ignorer la loi", mais les Français ne la connaissent pas. Ou plus. Une étude publié il y a quelques mois indiquait qu'une majorité de Français ne connaissent même pas la durée des mandats de leurs représentants (maires, conseillers généraux, etc...)


Tiens, je l'avais jamais entendue, celle là. D'une part, nul n'est censé ignorer la loi ne veut pas dire « Tout le monde est censée la connaître ». Cela signifie que son ignorance n'est pas une excuse. D'autre part, qui peut prétendre sérieusement ignorer que la loi prohibe d'incendier des voitures, des écoles, des crèches, des poubelles et de lancer des bouteilles d'essence munies d'une mèche enflammée sur des policiers ? Ne pensez vous pas que dans le cadre des événements dont il s'agit ici, ces agissements sont commis précisément parce que la loi les prohibe ?

Eolas

3. Le jeudi 17 novembre 2005 à 16:11 par Arnaud

J'ai déjà signalé ce point de vue chez Laurent (embruns.net), mais comme je le trouve particulièrement intéressant et original, je me permets de le mentionner à nouveau ici : un entretien avec Emmanuel TODD, paru dans le Monde du 13 novembre, www.lemonde.fr/web/imprim...
Je ne sais pas s'il sera disponible en ligne très longtemps.

4. Le jeudi 17 novembre 2005 à 18:26 par Sylvie

Une autre source pour faire avancer le schmilblick qui résiste tant à la sagacité des politiques toutes tendances confondues :
Une étude de l'INED (institut national d'études démographiques )
“Mobilité intergénérationnelle et persistance des inégalités”, parue ce mois-ci. Je vous concède que c'est austère et que si un "acteur de terrain" ne m'en avait pas parlé ( à savoir un ami qui travaille dans une mission de prévention des conduites à risques) je n'y serais pas allée voir. Ceci dit il y en a une petite analyse dans le supplément "économie" du Monde daté du 15 novembre. Pour ceux qui veulent voir : aller sur www.ined.fr rubrique publications puis documents de travail c'est le n° 130.

Qu'est ce que cela dit ?
Dans la conclusion, parce que pour le reste il faut s'accrocher et adorer les stats...
« avoir hérité d’une origine non européenne constitue un handicap sur le marché du travail que l’accession à la nationalité française n’efface pas »
Le handicap d’une origine « héritée » se traduit par toute une gamme de limitations, non
seulement dans les chances d’accéder à l’emploi, mais également dans les caractéristiques de
l’emploi occupé. Il témoigne de l’existence de discriminations dont l’amplitude et la
persistance relèvent plus du système que de la disposition individuelle d’employeurs.”

Pour ce qui est des motivations des "émeutiers" tout ce que je sais pour en avoir parlé pendant des jours avec eux, c'est que cela ressemble plus à une posture suicidaire, comme de l'auto-mutilation. Il n'y a pas de porte-parole. On avait déjà connu ca lors des grèves des chauffeurs routiers il y a quelques années, jusqu'à ce que les médias aient promu "Tarzan" -le routier type- comme interlocuteur privilégié.

5. Le jeudi 17 novembre 2005 à 21:45 par Jean-Marc Bondon

J'ai également remarqué dans la communication qui était faite de ces évènements un glissement sémantique, comme si lassés de décrire encore et encore les même éléments sans parvenir à les comprendre, les politiques et les médias tentaient d'autres approches.

Des cités nous sommes passés aux Zones Urbaines Sensibles et maintenant aux banlieues.
Nous avons eu notre approche religieuse avec diverses formes, l'immigration et les clandestins, les minorités visibles et le regroupement familial et nous voilà à présent avec la polygamie.

6. Le vendredi 18 novembre 2005 à 00:47 par Bibtou de passage

Quelques remarques sur les effets pervers...
1- Les sondages indiquent que ces exactions profitent in fine à ceux qui exercent le pouvoir et y répondent par la manière forte. Vous me direz que l'histoire est connue : que l'on envahisse un pays pour des motifs légitimes ou non, que l'on matraque les étudiants contestataires ou que l'on embastille les agités des cités, le résultat dans les urnes ne fait aucun doute.
2- Chacun attend de connaître le montant de la "prime à la voiture brûlée". Car en définitive, il va y avoir des gestes politiques sonnants et trébuchants, qu'il sera difficile de ne pas corréler aux violences de ces derniers jours. Les agents de la SNCM entre autres y seront attentifs et pourraient bien s'en inspirer !
Affaire à suivre...

7. Le vendredi 18 novembre 2005 à 14:43 par Laurent

A propos de ces braves gens parlant de la situation d'abandon des banlieues, de la polygamie, de la difficulté d'insérer des jeunes d'origine étrangères et autres suivant leur idéologie et parfois leur racisme pur et dur, serait il envisageable maintenant que le calme semble revenir de nommer une commission parlementaire chargée d'enquêter sur le profils de ces jeunes gens et les causes des émeutes? Il me semble que ce serait un bon moyen de couper court à certaines légendes.

8. Le vendredi 18 novembre 2005 à 15:28 par Tomek

"nommer une commission parlementaire chargée d'enquêter sur le profils de ces jeunes gens et les causes des émeutes? Il me semble que ce serait un bon moyen de couper court à certaines légendes."
Le problème je trouve avec la plupart des commissions parlementaires, c'est qu'elles ne servent pas à grand chose, si ? le dernier rapport sur l'état des prisons date de quand déjà ? s'est-il suivi d'amélioration dans la vie des détenus ?
Enfin moi c'que j'en dis, hein...

9. Le vendredi 18 novembre 2005 à 18:32 par Sylvie

"nommer une commission parlementaire chargée d'enquêter sur le profils de ces jeunes gens"

Dans les ZUS(1) avant, il y avait un programme HVS (2) qui s'occupait du DSQ(3) surtout pour ceux qui sortaient de ZEP(4) sans diplôme.
Après le PRV(5) : l'ANRU (6) Bon effectivement, il faut voir…Toutes ces opérations, sur les 30 ans de politique de la ville, ont initié des milliers d'études, de commissions, d'observatoires.

Je ne suis pas naïve, je ne fais pas d'angélisme, mais qu'est-ce qu'on peut dire à Alain Badiou, parisien, philosophe, professeur émérite à l'Ecole normale supérieure, pour le consoler à chaque fois que son fils se fait arrêter dans la rue ? Son fils, qui, comme il le dit lui-même “ ne relève pas des "explications" sociologiques et misérabilistes ordinaires ?
Il raconte “Entre le 31 mars 2004 (Gérard n'avait pas 15 ans) et aujourd'hui, je n'ai pu dénombrer les contrôles dans la rue. Innombrables, il n'y a pas d'autre mot. Les arrestations : Six ! En dix-huit mois... J'appelle "arrestation" qu'on l'emmène menotté au commissariat, qu'on l'insulte, qu'on l'attache à un banc, qu'il reste là des heures, parfois une ou deux journées de garde à vue.”
Bon, évidemment, il a droit à des excuses, Alain Badiou à chaque fois et puis je ne connais pas toutes les histoires. Le détail, c'est qu'il est noir, son fils adoptif.
Moi, je ne sais plus, mais si vous avez compris, c'est qu'on vous a mal expliqué.



(1) zones urbaines sensibles (2) Habitat et vie sociale, (3) développement social des quartiers (4) zones d'éducation prioritaires, (5) Pacte de relance de la ville, (6)Agence nationale de rénovation urbain.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact