Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Revue de presse : Eolas sur France Culture

Merci, deux fois merci à Olivier Duhamel, chroniqueur aux Matins de France Culture, qui d'une part m'a fait l'honneur de me citer longuement dans sa chronique du jour, reprenant un extrait de mon billet "Où l'on reparle des banlieues", et d'autre part a épargné ma modestie en omettant de citer la source de la citation autrement que par "un avocat en première ligne sur le front judicaire".

Entre ça et France Inter qui met un lien erroné vers mon site quand ils en parlent dans Blog à part, je vais finir par croire que le service public m'en veut.

Enfin, si l'intéressé me lit, qu'il se tranquilise : je suis plus flatté que froissé et m'enorgueillis de son lectorat.

Et merci à DD pour l'information.

La discussion continue ailleurs

1. Le mardi 6 décembre 2005, 16:25 par Carnets sur sol

Ribaldo, audace

Lecteur régulier de notre Eolas et auditeur régulier des Matins, j'ai moi aussi, comme ses commentateurs, été assez troublé, voire fâché, de cette mention anonyme. D'un autre côté, en y réfléchissant à deux fois, la mention de la

Commentaires

1. Le lundi 5 décembre 2005 à 13:56 par Raboliot

Il n' pas cité le nom de votre journal parce que pour les journalistes (comprendre : ceux qui ont "la carte") c'est la honte de puiser l'information à la source des blogs. Les blogs, ce n'est pas de la "vraie" information.

2. Le lundi 5 décembre 2005 à 14:20 par Souplounite

Je comprends votre satisfaction, Eolas, mais je trouve pour ma part que cela ne leur aurait pas coûté cher de vous citer... sauf si Duhamel est mal à l'aise avec l'origine de cette source, Internet, qui lui aura tout même permis de remplir sa chronique - et vu le tarif du monsieur, il pourrait se casser un peu plus le fondement que ça ne nuirait pas.

Je ne trouve pas cela normal. Dès lors qu'on cite, on doit expliciter la source. C'est pour moi malhonnête et tout à fait typique du "journalisme" moderne, fait de copie et recopie, laquelle, sans conscience, n'est que ruine de l'âme et je paraphrase sans citer ma source originale. Na.

3. Le lundi 5 décembre 2005 à 14:41 par Patrick

Le lien est bon maintenant, il a du être rectifié…
;-)

4. Le lundi 5 décembre 2005 à 14:52 par david

En tout cas, la radio aura beaucoup fait pour les blogs, et en particulier France Inter... Pas une semaine, pas une journée sans qu'on en parle.
En revanche, vu le nombre très important de blogs existant et finalement le nombre réduit de ceux qui ont droit à une mention radiodiffusée, on peut en conclure qu'il y a une pléthore de blogs sans intérêt... Et je suis bien placé pour vous en parler !...

5. Le lundi 5 décembre 2005 à 16:06 par pangloss

En tout cas, c'est une citation de france info méritée.

6. Le lundi 5 décembre 2005 à 16:07 par pangloss

france inter pas france info excusez moi ;)
je suis pas très frais la...


Visiblement pas : c'est France Culture.

Eolas

7. Le lundi 5 décembre 2005 à 16:40 par andrem

J'ai déjà commenté à la suite de DD, sur le billet précédent, me sachant hors sujet. Je le suis moins ici, hors sujet.

Je renouvelle ma question: en dehors de votre satisfaction personnelle de vous voir cité, et en dehors du fait qu'il n'y a pas (apparemment) de préjudice, cette attitude très cavalière de M.Duhamel (et qui m'étonne de sa part, je le reconnais) est-elle susceptible de contrevenir aux lois et usages concernant la propriété intellectuelle (je veux dire la jurisprudence, les décrets, les règlements, etc etc)?

Concernant le droit d'Internet et le développement des blogues, cette question ne me paraît pas secondaire. Nous pouvons enfreindre les règles (volens nolens et dans ce cas quelle défense?), comme nous pouvons à notre tour être pillés, et dans ce cas quel recours?


D'un point de vue purement théorique, ce qu'a fait Olivier Duhamel est une contrefaçon : il a représenté une partie de mon œuvre (en donnant lecture d'un texte dont je suis l'auteur) sans mon autorisation et sans pouvoir être couvert par l'exception de courte copie, puisque cette exception légale suppose que le nom de l'auteur soit cité (fut-ce un pesudonyme) ainsi que la source. Il y a délit pénal, et réparation civile possible. Sauf que je renonce à toute demande en réparation, et trouve que l'on fait bien assez de mauvais procès en contrefaçon comme ça.

Eolas

8. Le lundi 5 décembre 2005 à 16:48 par Porfi

Bravo pour cette citation, largement méritée, à l'ordre radiophonique. Ah, ces journalistes, toujours les derniers au courant! Et en plus un constitutionnaliste ex-parlementaire européen! Il ne pouvait décemment pas assumer d'avoir pour source un vulgaire robin (même si ce dernier finira un jour garde des sceaux, ben quoi, vous êtes jeune).
Cela dit, France Culture n'est plus que l'ombre d'elle-même depuis que Borzeix est parti en 1997. C'est du moins ce que clament les participants au forum Défense de France Culture:
www.broguiere.com/culture...
Parfois avec raison, malheureusement....

9. Le lundi 5 décembre 2005 à 18:16 par pangloss

Oula oui, je ne suis vraiment pas frais. Bah félicitation quand même

10. Le lundi 5 décembre 2005 à 22:34 par Fred

Supposons que j'ai besoin de citer un court extrait d'un texte dont je suis incapable de retrouver l'auteur. Quelle mention dois-je faire pour néanmoins souligner que je ne suis pas l'auteur?

merci


Et bien dites le et donnez les éléments que vous avez : "D'après un poète du XXe siècle dont le nom m'échappe, qu'il me pardonne s'il me lit"...

Eolas

11. Le lundi 5 décembre 2005 à 22:47 par Las Vegas Parano

Je viens d'écouter cette chronique. Je dois avouer que je ne suis pas un fervent auditeur de France Culture, que d'ailleurs on ne capte pas dans ma région. Mais je suis stupéfait qu'un type à l'élocution si laborieuse ait été choisi comme chroniqueur matinal et quotidien.

Pénible quant à la forme radiophonique, discutable quant à la déontologie. Je pensais déjà qu'Olivier Duhamel avait tout pour plaire, mais là il en rajouter une couche.


Elocution laborieuse ? Je vous trouve sévère. C'est un ton typique de la faculté : lent, facile à suivre, avec un plan annoncé, rappelé et respecté. Je le préfère à Alain gérard Slama par exemple, ou à Alexandre Adler qui s'égare bien souvent dans des phrases trop longues. Ceci dit sur la pure forme.

Eolas

12. Le lundi 5 décembre 2005 à 22:50 par Udd

"Enfin, si l'intéressé me lit, qu'il se tranquilise : je suis plus flatté que froissé et m'enorgueillis de son lectorat."
Ou celui de son assistante... elle non plus jamais citée !

13. Le mardi 6 décembre 2005 à 02:17 par Della

maintenant le summum du chic, c'est citer eolas, sans en avoir l'air...


Absolument : il ne vous aura pas échappé que je me cite moi même dans ce billet en liant un de mes propres articles...

Eolas

14. Le mardi 6 décembre 2005 à 09:56 par andrem

Votre réponse me convient. Ne serait-ce qu'en confirmant ma première impression.

Vous avez aussi raison de souligner que point trop n'en faut de recours et de plaintes, dont beaucoup sont plutôt abusifs. Il me semble qu'en l'absence de préjudice, la meilleure réplique est, comme ce fut le cas ici, de dénoncer publiquement l'abus, et de s'en tenir là.

Monsieur Duhamel, dont j'avais une bonne opinion, a perdu une bonne occasion de ne pas se taire, en ce qui concerne ses sources.


Je vous en supplie, gardez une bonne opinion de lui ! Il reste un constitutionnaliste reconnu, un européen convaincu, un socialiste lucide, ce qui est chose rare ces temps ci, et un républicain comme il en reste peu. Et visiblement, il lit mon blog de temps en temps, c'est donc un homme de goût. Quitte à me répéter : je ne suis absolument pas froissé de cet emprunt, et la petite pique que je lui envoie répare l'intégralité de mon préjudice.

Eolas

15. Le mardi 6 décembre 2005 à 10:23 par Gascogne

Profi : "même si ce dernier finira un jour garde des sceaux, ben quoi, vous êtes jeune".
Ouch...Et dire qu'il sait qui je suis. Me voilà cuit...


Normal pour quelqu'un dont le métier est de ne pas m'avoir cru.

Eolas

16. Le mardi 6 décembre 2005 à 15:38 par yves

Difficile de ne pas faire un lien avec ce texte:
rewriting.net/2005/09/19/...

Les journalistes des medias «traditionnels» ont décidément un problème pour citer internet comme source d'information.

À rapprocher peut-être aussi de l'article de Daniel Schneidermann dans Libération sur Wikipedia. Internet ferait peur à certains journalistes?

17. Le mardi 6 décembre 2005 à 16:15 par cardamome

Mais cette citation pose surtout -- à mon humble avis -- un problème déontologique : en vous citant comme "un avocat en première ligne", Duhamel laisse entendre qu'il a parlé à sa source, qu'il la connaît, et qu'éventuellement ladite source a souhaité rester anonyme, ou que son nom n'a pas à être diffusé. Or, le principe du blog anonyme est aussi que les informations n'y sont guère vérifiables : la confiance accordée aux billets recueillis ici repose sur l'habitude du lectorat et tout un tas d'"effets de réel", mais après tout on pourrait aussi bien être face à une fiction très très bien conçue...

(ici, bien sûr, c'est un cas limite, mais les cas limites fournissent souvent d'excellents raisonnements juridiques :-) ).


On peut émettre une multitude d'hypothèses. Peut-être a-t-il pensé que mon anonymat volontaire le dispensait de citer sa source, ou que citer la source précise brisait le fil de son billet. Imaginez plutot :
"écoutons la parole d'un avocat, tiré du billet suivant sur internet : hache té té pé slash slash maitre point eolas point fri point effère slash journal slash index point pé hache pé point d'interrogation deux mille cinq slash onze slash vingt-huit slash deux cent vingt six"...

Eolas

18. Le mardi 6 décembre 2005 à 16:20 par Sans Pseudo

On parle de pillage, on parle de Daniel Schneidermann,
moi aussi j'ai un lien :
Lien supprimé


C'est vous qui parlez de Daniel Schneideramnn, en l'occurence, et votre lien pointe sur une affaire qui n'a rien à voir, à laquelle je ne connais rien, et qui me semble fort ancienne puisqu'elle date de l'époque où ce journaliste travaillait au Monde et ne connaissait rien à internet, deux éléments obsolètes aujou'hui. Lien hors sujet et dépassé, deux raisons de le supprimer.

Eolas

19. Le mardi 6 décembre 2005 à 16:20 par theorbe

J'adhère aux remarques éclairées de LVParano sur les qualités exceptionnelles de cet ignoble chroniqueur. Au départ, j'ai même cru que l'émission s'adressait à quelques mal-comprennants tant la diction paraissait sorti d'un autre univers. L'intéressé ferait bien de s'écouter plutôt que de jouer à "copier-coller".
Heu... je me disais également, Eolas, que quelques euros de dommages intérêts NON IMPOSABLES étaient toujours les bienvenus... de vieux réflexes de financier, certainement ;-)


Las, las, pour le plus grand malheur de mon banquier, je ne suis pas un avocat procédurier. Enfin, grand malheur, être cité par Olivier Duhamel sur France Culture n'est pas un bien gros préjudice.

Eolas

20. Le mardi 6 décembre 2005 à 22:24 par yves

C'est moi qui avait parlé de Daniel Schneidermann, parce que son article sur Wikipedia dans Libération du 14 octobre 2005 montrait (à mon humble avis) une certaine crainte d'internet en tant que source d'information. Ce qui se rapproche du sujet du jour. Un peu.

L'attaque ad hominem est d'un ridicule achevé, surtout pour une affaire aussi ancienne.

La citation de la source aurait peut-être pu prendre la forme: "texte extrait du joueb de Maitre Eolas, l'adresse exacte se trouve sur le site de france culture, à la rubrique de cette émission".


Soyons réaliste : cette mention aurait pris 8 à 10 secondes, sur une chronique de trois minutes, et en aurait totalement brisé le rythme.

Eolas

21. Le mercredi 7 décembre 2005 à 13:30 par Sans Pseudo

Il pouvait demander à Nicolas Demorand d'en faire la mention.

22. Le mercredi 7 décembre 2005 à 14:21 par yves

On ne peut quand même pas justifier le nom respect du droit d'auteur parce que l'esthétique de la chronique en eut été brisé. Sinon il y aurait là de quoi justifier toutes les légèretés prises avec la loi.

D'ailleurs j'imagine très bien:
«Oui, c'est vrai monsieur le Juge, mon client a violé la loi. Mais c'est au nom de l'Art avec un grand A! C'est pourquoi il convient de faire preuve de clémence.»

Je ne sais pas pourquoi ça me fait penser au «Pitié pour un pauvre orphelin!» lancé par l'avocat d'un parricide. Quoique je soupçonne cette histoire d'être apocryphe.

23. Le jeudi 8 décembre 2005 à 21:20 par cardamome

"Cette mention aurait pris 8 à 10 secondes, sur une chronique de trois minutes, et en aurait totalement brisé le rythme."

Oui... mais alors pourquoi pas "un blogueur qui se dit avocat" plutôt que "un avocat en première ligne sur le front judicaire" ?

Ce n'est pas l'absence de citation de la source elle-même qui me gêne en l'occurrence ; c'est plutôt l'absence totale de réflexion sur le caractère formel de la source ; entre un témoignage recueilli et identifiable et un blog (anonyme, au surplus), il y a un monde où peut bien entrer un peu de fiction... et alors où est le journalisme ?


Nulle part : Olivier Duhamel n'est pas journaliste, mais professeur de droit. La chronique qu'il tient n'est pas du journalisme mais un commentaire, des réflexions sur l'actualité française ou européenne, dont l'intérêt n'est pas la nouveauté du contenu, mais l'opinion de celui qui s'exprime. Quant au fait qu'il m'ait fait crédit d'être avocat, je pense qu'un éminent juriste comme lui ne se ferait pas berner par un imitateur : il peut constater que celui qui s'exprime montre sur la forme et le fond qu'il n'usurpe pas sa qualité.

Eolas

24. Le jeudi 22 décembre 2005 à 09:09 par katjusha

Eolas, vous êtes également cité dans :
- la lettre des juristes d'affaires (n° du 26 septembre)
- Droits et patrimoine (numéro de décembre)

chaque fois dans des articles d'une page sur les blogs juridiques. Et vous y apparaissez plutôt à votre avantage :
"(...) il a choisi la causticité dans le style mais la rigueur dans l'information, l'impertinence de ton liée à la pertinence du propos". Et l'auteur vous qualifie de "pittoresque et mystérieux".

Ca va faire des jaloux ;)


Si vous avez un scan de l'article de D&P, je suis preneur.

Eolas

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact