Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Merci Gilles

Communiqué de presse du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. (20/01/06)
Recours gracieux au ministre du proviseur révoqué

Un proviseur de lycée a été révoqué le 30 décembre 2005 après avis de la commission administrative paritaire nationale réunie en formation disciplinaire, en raison d'un manquement à ses obligations déontologiques.

Ce proviseur vient d'adresser un recours gracieux à Gilles de Robien, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Au vu de son dossier, le ministre arrêtera prochainement une décision mieux proportionnée à la faute commise par ce fonctionnaire.

Merci, Gilles.

La discussion continue ailleurs

1. Le samedi 21 janvier 2006, 03:41 par Rouge-cerise.net

Bravo!

Merci monsieur le Ministre. On attend maintenant la "décision mieux proportionnée à la faute", mais je pense que l'on peut légitimement espérer une annulation de la révocation! ...

2. Le samedi 21 janvier 2006, 23:26 par Le blog Machin

Merci, Gilles … vraiment ?

Le ministre arrêtera prochainement une décision mieux proportionnée à la faute commise par ce fonctionnaire. Pourtant, il n'y a pas lieu de faire la fête. Encore une fois (lire ici et ici), la disproportion entre la punition et la faute n'est qu'un

3. Le dimanche 22 janvier 2006, 17:10 par Instantané de mon cerveau

Une bonne nouvelle, dans un monde de brute

Voila pour le proviseur bloggeur : http://maitre.eolas.free.fr/journal/index.php?2006/01/20/273-merci-gilles   Hefpé 

4. Le lundi 23 janvier 2006, 21:51 par Racontars

Le chat, le ministre et le journaliste

Depuis qu'un communiqué du ministère de l'Education nationale a annoncé que le ministre allait réfléchir à une sanction plus juste que la révocation, nous avons été nombreux à nous réjouir, à raison. Mais il ne faut pas baisser la garde pour autant....

5. Le mercredi 25 janvier 2006, 11:58 par Quitter la Sécu

Justice en flagrant délire

merci à maître Eolas qui doit supporter de temps en temps mes élucubrations sur son blog

6. Le jeudi 26 janvier 2006, 03:14 par Empyrée

« La blogosphère n'existe pas »

« La blogosphère n'existe pas » C'est ainsi que s'ouvre une remarque fort pertinente d'Eolas (pas Éolas) pour contrer des enthousiasmes certainement sincères, mais aussi probablement exagérés…

7. Le jeudi 26 janvier 2006, 11:04 par Soutenons Garfieldd

Jeudi 26 janvier 2006

Le ministre a désormais deux mois pour rendre sa décision. Ce communiqué ne suspend pas celle de la commission paritaire : par conséquent, Garfieldd reste pour le moment révoqué, sans indemnité et sans assedic. Il est essentiel de continuer à le

8. Le samedi 28 janvier 2006, 09:48 par Jack's place

Il s'appelait G..... (Début de la fin....)

Et voila.... Merci tout le monde! Recours gracieux au ministre du proviseur révoqué communiqué de presse (20/01/06) Un proviseur de lycée a été révoqué le 30 décembre 2005 après avis de la commission administrative paritaire

Commentaires

1. Le vendredi 20 janvier 2006 à 18:48 par enpassan

le vent du boulet à blanc ? :D

2. Le vendredi 20 janvier 2006 à 18:51 par eomer

Mon Cher Confrère,

Comme promis, chose lu....

bien à vous.

PS: encore pardon pour l'usurpation

3. Le vendredi 20 janvier 2006 à 18:53 par Guillermito

Eolas Président ! [Cela dit, attendons de voir, rien n'est encore signé]


C'est un communiqué de presse : il n'a pas été pris sans le feu vert du ministre. Il indique une décision mieux proportionnée : la sanction prononcée étant la plus élevée, cela implique nécessairement une diminution. C'est à dire au maximum une mise à la retraite d'office, ou une exclusion temporaire pouvant aller jusqu'à deux ans. J'espère que le ministre tiendra compte de la souffrance endurée par Garfieldd qui s'est vu sans avenir pendant quinze jours pour proportionner la sanction. Mais là, ce n'est plus de ma compétence, c'est de celle du ministre, et de la sienen seule.

Eolas

4. Le vendredi 20 janvier 2006 à 18:58 par Arnaud

Sans nous réjouir trop vite, on tient là une raison d'espérer.

5. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:13 par lordphoenix

Ceci dit j'ai quand même du mal à voir ou était la faute initiale.

6. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:26 par accent circonflexe

Bravo Maître Eolas! Votre exceptionnelle contribution, par le biais de cette magistrale lettre au Ministre, est sûrement pour quelque chose dans ce revirement de situation. En plus de sa valeur intrinsèque, cette lettre aura conribué au ralliement d'un grand nombre de personnes pour combattre cette injustice. Il reste à voir qu'elles seront les suites dans cette affaire, mais déjà l'horizon est plus prometteur. Bravo encore une fois et surtout merci!

7. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:32 par vanverde

pour moi, il y a faute.
mais une révocation, inimaginable...
merci Maître Eolas, je rentre chez moi en me disant que parfois, ça marche, la vox populi.

8. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:38 par Laurent

Cessez avec le "Eolas président". Avec ses chevilles tellement enflées, il ne va plus pouvoir faire du vélo.

9. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:44 par Matthieu

Laurent: Si Maitre Eolas facture a ses clients ses deplacements, ses clients apprecieront qu'il utilise des moyens de deplacements plus rapide.

10. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:46 par Bistouri

Trop fort :)
Une telle révision est un grand pas et j'étais loin de m'attendre à ce qu'il bouge le petit doigt. Ceci dit, avec de tes arguments sous les yeux, il n'avait pas non plus 36 alternatives.

11. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:46 par Arnaud

Matthieu> Je me suis laissé dire que Maitre Eolas était très très rapide en velo!

12. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:51 par Yves Duel

En gros, les blogs Existent !

13. Le vendredi 20 janvier 2006 à 19:55 par Furyo

Une bonne nouvelle, mais il faut rester attentifs et mobilisés, elle n'est pas encore définitivement réglée...

14. Le vendredi 20 janvier 2006 à 20:47 par lo

un grand bravo à tous ceux qui ont soutenu Garfieldd et ont rendu possible cette nouvelle décision, et tout particulièrement maitre Eolas, qui par la fameuse et désormais célèbre Lettre à Gilles a su exprimer parfaitement toutes nos pensées, que nous n'aurions certainement pas pu poser sur ce papier virtuel d'aussi belle manière!

15. Le vendredi 20 janvier 2006 à 22:03 par YR

Bravo, Eolas ! Je ne peux que me laisser aller à penser que votre lettre y est pour quelquechose, au vu de son succès et de sa contribution au "buzz".

Décidément, entre la dernière campagne du TCE, les modifications annoncées concernant la loi DADVSI et cette triste affaire de révocation (remaniement de l'article de Libé et communiqué de presse ministériel), il semble bien qu'on assiste à l'émergence d'un contre-pouvoir.

Rafraichissant. Mais forcément inquiétant.

Qui contrôlera le contre-pouvoir ? Comment éviter les manipulations d'opinion sur ce jeune média ? Mouvement de fond ou feu de paille ?

A suivre.

YR

16. Le vendredi 20 janvier 2006 à 22:11 par Parayre

Je vous imagine , à vous lire depuis quelques mois , légitimement ému , touché , satisfait par ce communiqué laissant espèrer une issue meilleure pour ce proviseur hâtivement sanctionné : vous pouvez l'être car vous avez manifestement , de manière désintéressée, contribué , avec d'autres , à la décision à intervenir ...

Je suis convaincu que beaucoup de " Calas " ou de " Garfieldd " mériteraient de trouver leur " Voltaire " ou leur " Eolas " , en somme des " justes " mettant leur force au service du droit et des droits .

Sans vouloir être cuistre ni faire un étalage déplacé de mes connaissances , je m'autorise à renvoyer vos lecteurs à Aristote qui , dans l' " Ethique à Nicomaque " , expliquait que l'équitable , tout en étant juste , n'est pas le juste selon la loi , mais un correctif de la justice légale " lequel , j'ajoute sans prétendre rivaliser avec le disciple de Platon , permet d'adapter la généralité de la loi à la complexité changeante des circonstances et à l'irréductible singularité des situations concrètes .

Merci d'être qui vous êtes .

17. Le vendredi 20 janvier 2006 à 22:16 par MadCoder

YR: il n'y a pas de contre pouvoirs, uniquement des citoyens qui pour la première fois de l'histoire ont un moyen peu couteux (voire gratuit) d'auto-publication. la qualité des contenus publiés, et la justesse des propos fait le reste.

La blogosphère (un peu comme le monde des LL, et beaucoup de «communautés du net [1]») est une méritocratie.

[1] je n'aime pas ce terme, mais je ne sais pas mieux le dire en peu de mots.

18. Le vendredi 20 janvier 2006 à 22:31 par Raboliot

"Au vu de son dossier..."

Celui de Garfieldd ou de Maitre Eolas ?

19. Le vendredi 20 janvier 2006 à 22:43 par Moriarty

Oui, merci Gilles, et surtout, merci Maître.
Cette lettre était magnifique.

20. Le vendredi 20 janvier 2006 à 22:44 par YR

@ MadCoder :
C'est justement "la qualité des contenus publiés, et la justesse des propos" qui permettent de mettre à jour des idées fortes, étayées (et parfois nouvelles), de la part de personnes qui n'ont pas accès aux médias traditionnels, voire même en opposition aux médias traditionnels (comme dans le cas de Garfieldd et Libé par exemple).

Magie des réseaux : beaucoup de gens (même si c'est sans doute trop peu encore) ont alors accès facilement à ces idées, peuvent se forger une opinion et affiner leur réflexion, et surtout les faire vivre en les diffusant vers d'autres personnes de façon quasi instantanée, avec une possibilité de contrôle sur la justesse des affirmations par les participants eux-mêmes.

C'est en ce sens que les blogs (et internet en général) me semblent permettre l'émergence d'un contre-pouvoir d'un genre nouveau, à la fois un moyen de contestation des pouvoirs, une force de proposition et une alternative à la presse institutionnelle.

Mais je reste prudent : ce n'est qu'une réflexion que je me fais. J'attends d'autres exemples pour me faire une opinion plus tranchée.

YR

21. Le vendredi 20 janvier 2006 à 23:07 par MadCoder

Je suis moins réservé parce que des principes similaires sont observables dans les Logiciels Libres, qui utilisent massivement le net pour leur développement et leur maintenance.

Et on peut dire la même chose du clivage LL/Logiciel Propriétaire traditionnel que entre Blog et Journalisme traditionnel.

On trouve de tout dans les Blogs, on trouve de tout dans les LL. On trouve de tout mais beaucoup trop de médiocrité dans les logiciels propriétaires pour des outils développés par des pros, et la même chose est vraie pour la presse traditionnelle (on en a ici un brillant exemple).

à la différence des blogs, les LL eux ont presque 20 ans d'existence. Je pense que les blogs vont suivre le même chemin. Une fois l'effet de mode un peu atténué, les meilleurs resteront, et il y aura beaucoup de turn-over sur les autres.

22. Le vendredi 20 janvier 2006 à 23:11 par flo

Merci ? Mais de quoi ? Quand on commet une erreur monstrueuse, la moindre des choses est de la réparer. Et pas en minimisant une sanction qui n'a pas lieu d'être, car le peu de caractère discutable de l'existence de ce blog relevait d'un dialogue auquel Garfieldd ne se serait pas refusé. Pour moi l'institution doit reconnaître son erreur et formuler des excuses. Bien sûr, je rêve. Elle doit aussi réfléchir sur son fonctionnement. Sur son éthique. Evidemment je délire. Mais que dit le juriste ? (pas de mes rêves, de l'aspect "technique" de ce cas).

23. Le vendredi 20 janvier 2006 à 23:15 par Jacky

Bravo et merci à Maitre Eolas pour sa contribution certainement majeure
à cette évolution positive.

Votre lettre est affichée en salle des profs (Coubertin) ou le traumatisme est profond. Enfin de l'éspoir pour notre ex-Proviseur que nous avons admiré et respecté pendant 3 ans et que nous soutenons.

24. Le vendredi 20 janvier 2006 à 23:27 par françois

Merci, maïtre.

25. Le samedi 21 janvier 2006 à 01:38 par Juriste en herbes

Pardon Maître de ne pas contribuer au déluge de compliments qui s'étalent ici, mais de commenter les commentaires eux-mêmes avec du recul:

En substance vous êtes merveilleux, vous pouvez par la beauté du style et de l'idée convaincre un ministre stupide!

Ne craignez-vous pas qu'une secte Eolas soit instituée?

►Non, pas du tout. Cela dit, les coordonnées de mon compte aux îles Caïmans sont à ladisposition de quiconque souhaite contribuer à l'expansion de ma collection de Rolls Royce.

Eolas

26. Le samedi 21 janvier 2006 à 09:34 par Putch

et une pinte de Guinness au Maître, une !

Et les stats vont bien aussi ? ;-)

► Oui, elles ont triplé sur la période mercredi - jeudi. (soupir) Que n'ai-je mis des Google Ads ?

Eolas

27. Le samedi 21 janvier 2006 à 09:48 par guichoune

Qu'il est bon de se réveiller un samedi matin avec le chaud sentiment d'avoir été résolument utile.
Une telle sensation diffuse de pleine satisafaction doit en ce moment même envahir notre cher maître des lieux, qui, pour le coup, doit littéralement voler sur sa bicyclette, s'émerveillant de chaque regard croisé, de chaque bribe de conversation captée au passage, trouvant son parcours étrangement plus agréable que d'habitude...

C'est le privilège appartenant à ceux qui se sont donnés la peine, sans arrière pensée ni retenue d'aucune sorte, d'aller vers leur prochain pour leur tendre une main experte.

Quelle belle contribution à notre petite planète cher Eolas, vous êtes de ceux qui insufflent des moments d'espoir qui n'ont pas de prix.

Merci à vous, et que notre proviseur se montre digne d'un tel élan.

► Bon, en fait, je me suis retrouvé avec ma chaîne déraillée et coincée devant la gare d'Austerlitz et j'ai eu du mal à la remettre en place, donc pour le parcours étrangement plus agréable que d'habitude, c'est rapé, mais pour le reste, il est vrai que je suis très jeureux pour Garfieldd, content d'avoir participé au mouvement d'opinion qui a empêché que cette affaire passe inaperçue, mais je n'ai été qu'une goute d'eau dans un torrent d'indignation. La satisfaction doit être collective.

Eolas

28. Le samedi 21 janvier 2006 à 10:19 par Fred

Maître Eolas à réagit avec le talent qu'on lui connaît.

Mais je voudrai aussi que l'on ajoute à la liste les nombreuses personnes qui ont relayées cet appel et en particulier nous tous.

On peut faire la teuf, gaaaarçon, un autre thé ;-)

► Absolument. Quelles que soient les qualités que l'on prête à ma lettre à Gilles, si elle n'avait pas été dûment relayée, signalée, rétroliée, et transmise à qui de droit, j'aurais en fait crié dans le désert. Merci à tous ceux qui m'ont donné raison a posteriori sur l'essaim en colère. Mais j'accepte l'offre d'un thé.

Eolas

29. Le samedi 21 janvier 2006 à 12:02 par fcrank

Attention à ne pas trop facilement interpréter le communiqué de presse comme une victoire de la blogosphère sur le pouvoir politique... Le premier contre-pouvoir dans cette affaire, c'est le juge administratif qui n'aurait pas manqué d'annuler une sanction aussi manifestement disproportionnée...

► Probablement, oui. Dans deux ou trois ans. 

Et je maintiens que la blogosphère n'est pas un contre-pouvoir. La blogosphère n'existe pas, en tout cas je n'ai jamais dîné avec cette dame. Les blogueurs sont des citoyens avec un ordinateur, et en tant que citoyens ils ne sont pas un contre-pouvoir mais la source du pouvoir. Nous n'avons fait qu'interpeller un ministre, qui doit nosu rendre compte de son administration, article 15 de la déclaration des droits de l'homme. Et comme nous sommes en démocratie, le ministre en question ne nous a pas fait arrêter, mais a écouté ce que nous avions à dire. Cette affaire n'est rien d'autre qu'une application du droit de pétition et de manifestation, adapté à l'ère numérique.

Eolas

30. Le samedi 21 janvier 2006 à 12:32 par Roland Garcia

< c'est le juge administratif qui n'aurait pas manqué d'annuler une sanction aussi manifestement disproportionnée...>

... ce qui ne pouvait en aucune manière échapper au ministre, et Eolas le savait fort bien, y'a des malins(1) je vous jure :-)

(1) excepté la presse, mais ça on le savait déjà.

31. Le samedi 21 janvier 2006 à 12:48 par Falpars

Voila une excellente nouvelle.
Cela fait plaisir de voir que nous pouvons etre entendus par le biais des blogs. Cela me rejouit, mais evidemment pas autant que la nouvelle en elle meme et l'idee que Garfieldd puisse se voir epargner cette sanction injuste.
Merci a vous...

32. Le samedi 21 janvier 2006 à 13:33 par Fred

Que signifie au juste le mot "gracieux" dans ce recours en grâce?

33. Le samedi 21 janvier 2006 à 13:38 par Fred

plutôt que blogosphère, on devrait pas plutôt parler "d'opinion publique"?

34. Le samedi 21 janvier 2006 à 16:20 par Roland Garcia

@Eolas <Nous n'avons fait qu'interpeller un ministre, qui doit nous rendre compte de son administration, article 15 de la déclaration des droits de l'homme. Et comme nous sommes en démocratie, le ministre en question ne nous a pas fait arrêter, mais a écouté ce que nous avions à dire>

Certes, mais vous avez ôté du travail à un de vos confrères de droit administratif. Si maintenant on se met à régler les problèmes intelligemment, où va t'on ? ;-)

35. Le samedi 21 janvier 2006 à 16:34 par reflex

Les capacités à argumenter de Maître Eolas sont indéniables. Après tout, c'est son métier.
Ce qui m'inquiète, ce sont surtout les conséquences dommageables de cette affaire sur la liberté d'expression des travailleurs, en particulier des fonctionnaires soumis au devoir de réserve.
Le message implicite semble clair : ne vous exprimez pas librement, entrenez un discours convenu. Le triomphe de l'ordre moral !
Question : Jusqu'où un fonctionnaire, qui s'exprime anonymement sur son blog peut-il aller ?
Un professeur peut-il, par exemple, faire état du contenu d'une réunion parents/professeurs sans prendre le risque d'un recoupement d'informations ?
Bien entendu, il est toujours possible de considérer que les propos sont soumis au secret professionnel. Mais ils peuvent être aussi révélateurs de problèmes de société : violence scolaire, désengagement parental, etc.
La seule perspective de sanctions particulièrement sévères devraient ainsi suffire à bailloner un certain nombre de fonctionnaires effrayés par l'idée de perdre leur emploi.
Les lois Auroux avaient introduit l'idée de l'exercice d'une citoyenneté dans l'entreprise, d'un droit à l'expression. Dans la réalité, on en est bien loin car non seulement cet esprit de liberté ne souffle plus dans l'entreprise, mais en plus le salarié (ou fonctionnaire) doit désormais rendre des comptes sur la manière dont il entend gérer son image à l'extérieur !
Au fait, Maître Eolas, pourquoi avez-vous choisi l'anonymat ? Etes-vous certain que cela soit une garantie suffisante pour échapper aux foudres de votre Conseil de l'Ordre, si vous vous laissiez aller à divulguer une info permettant d'effectuer un recoupement ?
Il suffirait ensuite à un esprit belliqueux d'invoquer une manquement grave aux règles de déontologie. La question de la véracité des griefs étant secondaire car le mal aura déjà été fait.

Cordialement








36. Le samedi 21 janvier 2006 à 17:10 par Fred

@Roland Garcia

"Certes, mais vous avez ôté du travail à un de vos confrères de droit administratif. Si maintenant on se met à régler les problèmes intelligemment, où va t'on "

maître Eolas serait LE responsable du taux de chômage en France?

37. Le samedi 21 janvier 2006 à 17:34 par Roland Garcia

Tenons nous en aux faits, l'homme a été surpris en train de remettre sa chaîne de vélo après s'être enfui alors qu'il avait attaqué un mammouth !

38. Le samedi 21 janvier 2006 à 18:34 par Parayre

@Fred : historiquement la juridiction " gracieuse " était celle que les évêques exerçaient par eux-mêmes alors que la juridiction contentieuse était exerçée , en leur nom , par les " officiaux " .

Juges ecclésiastiques , les officiaux ne prononçaient que des peines canoniques et devaient recourir aux juges royaux pour des peines afflictives .

Pour être complet , il y avait trois sortes d'officiaux , l'ordinaire , le métropolitain et le primatial ...

39. Le samedi 21 janvier 2006 à 20:30 par Fred

"Tenons nous en aux faits, l'homme a été surpris en train de remettre sa chaîne de vélo après s'être enfui alors qu'il avait attaqué un mammouth !"


Donc résumons, maitre Eolas est responsable à lui tout seul du chômage en France et de la disparition des mammouths?

Quand ils vont apprendre ça au bistrot...

40. Le samedi 21 janvier 2006 à 21:00 par Roland Garcia

<Quand ils vont apprendre ça au bistrot...>

On n'ose penser à ce qu'en dirait Libé.....

Sur ce, place aux posts sérieux et à maître, et néanmoins citoyen, Eolas.

41. Le dimanche 22 janvier 2006 à 03:01 par Furyo

Continuons notre soutient : www.allogillou.com/

42. Le dimanche 22 janvier 2006 à 13:50 par dom

Au sujet de la prétendue pornographie du site de garfieldd

Le châtiment de la cuisson appliqué aux imposteurs
Chaque fois que les gens découvrent son mensonge,
Le châtiment lui vient, par la colère accru.
" Je suis cuit, je suis cuit ! " gémit-il comme en songe.

Le menteur n'est jamais cru.

Alphonse ALLAIS

43. Le lundi 23 janvier 2006 à 09:14 par Nemo Auditur

Permettez-moi de ne pas partager cet engoûment généralisé.

Je n'arrive pas à m'ôter de l'esprit qu'en l'absence de Vox Populi dûment relayée, ce cher Garfieldd se serait trouvé en bien mauvaise posture.

Ne peut-on faire confiance à la diligence et l'humanisme de nos gouvernants?

Non. Sinon, nous n'aurions point besoin de Constitution ni de tribunaux.

Eolas

44. Le lundi 23 janvier 2006 à 10:50 par Nemo Auditur

Me Eolas n°43>
Certes, mais je me réferais plus à la diligence et l'humanisme de nos gouvernants dans l'application de la Constitution et de la Loi. Je considère comme gravissime cette défiance de la population à l'égard de nos dirigeants, vecteur d'insécurité.
Cette affaire Garfieldd jouit d'une lumière médiatique qui n'éclipse pas pour autant la possibilité que d'autres cas tout aussi injustes n'aient pas eu l'opportunité d'être connus du public.

Or, pour pouvoir être traité dignement et équitablement, dans le respect de la loi et des libertés fondamentales, sommes-nous astreints aujourd'hui à devoir jouer la carte médiatique?

Même si Garfieldd avait saisi le Tribunal Administratif d'un recours contre la mesure disciplinaire prise à son encontre, quel espoir aurait-il eu que la décision eût été révisée?

Je trouve cela alarmant, signe d'une démocratie et d'une justice malades.

45. Le lundi 23 janvier 2006 à 19:05 par Yoxigen

Je viens de redécouvrir ce blog, et je le trouve toujours aussi riche, interessant, et plein d'humanité. Encore bravo et bonne continuation.

Bref mes compliments sont bien creux et ne valent pas grand chose, mais en fait si je tenais à m'exprimer ici c'etait pour signaler au maitre de ses lieux que les deux liens en haut à gauche, juste en dessous de l'avertissement, ("Quelques mots sur ce blog" et "Mentions légales") ne fonctionnent pas et renvoient vers la page d'accueil.

46. Le lundi 23 janvier 2006 à 21:49 par YR

Eolas,

Vous écrivez (n°29) :
"je maintiens que la blogosphère n'est pas un contre-pouvoir. La blogosphère n'existe pas, en tout cas je n'ai jamais dîné avec cette dame."

Si la blogosphère n'existe pas, QUI a relayé l'information et réagi à ce qui est une injustice manifeste ? Des citoyens, oui. Mais des citoyens ayant accès à internet et possédant un réseau plus ou moins étendu de "relations virtuelles". Des citoyens capables de vérifier l'information à sa source (disponible seulement sur le net), de mobiliser essentiellement des semblables (d'autres gens tenant des journaux en ligne sur le net), de contacter rapidement et facilement les personnes concernées (beaucoup plus facile d'envoyer un mail ou de poster un commentaire que d'écrire une lettre, qui de plus mettra 48 heures à parvenir au destinataire, risque la censure s'il s'agit d'une lettre à la presse, et ne sera pas lue par d'autres que vous, au contraire d'une lettre ouverte sur le net ;o) ).
Je ne peux croire que vous niiez qu'il existe des gens possédant ces caractéristiques et que ce sont ceux-ci qui ont majoritairement relayé l'information et contacté le ministre ou le journal Libération, pour tenter de les faire modifier leur position ?
Ne peut-on appeler l'ensemble de ces citoyens concernés par la chose publique et tenant un blog la blogosphère ?

"Les blogueurs sont des citoyens avec un ordinateur, et en tant que citoyens ils ne sont pas un contre-pouvoir mais la source du pouvoir."

Dans notre démocratie représentative, les citoyens sont la source du pouvoir, certes, mais cette source ne jaillit qu'une fois tous les cinq ans pour se tarir dans les 15 jours qui suivent... Une fois élu, vous pouvez toujours essayer de renverser votre représentant, ou d'infléchir sa position. Même en vous y mettant à plusieurs, vous n'y parviendrez pas souvent, sauf à démontrer un acte illégal de cet élu, et encore ! Un élu tient sa légitimité du vote de l'ensemble des citoyens de sa circonscription, et ne peut pas être révoqué parce que certains ne sont pas heureux de ce choix ou qu'ils ne le sont plus ! Par ailleurs, un ministre n'est pas élu...

"Nous n'avons fait qu'interpeller un ministre, qui doit nous rendre compte de son administration, article 15 de la déclaration des droits de l'homme. Et comme nous sommes en démocratie, le ministre en question ne nous a pas fait arrêter, mais a écouté ce que nous avions à dire."

Vous pouvez en appeler à la déclaration des droits de l'homme, mais notre ministre n'est en rien obligé de tenir compte d'une interpellation citoyenne. Rendre des comptes ne signifie pas céder aux pressions. D'autre part, un ministre n'a à craindre que le courroux du président, seul habilité à le démettre... Comme disait un autre : "ce n'est pas la rue qui gouverne" ;o)

"Cette affaire n'est rien d'autre qu'une application du droit de pétition et de manifestation, adapté à l'ère numérique."

Je vous l'accorde bien volontiers. Ce droit de pétition (est-il codifié, en France ?) n'est cependant qu'une façon de peser sur le pouvoir. Avec les mêmes chances de modifier la loi ou une décision qu'une pétition papier ou une manifestation dans les rues. Mais l'originalité de ce type de pétition/manifestation est qu'elle est de fait censitaire, et donc assez criticable.

Le fait de disposer aujourd'hui d'un accès rapide à l'information, de pouvoir mobiliser rapidement beaucoup de monde par un bouche à oreille démultiplié par le net, de croiser les opinions et les points de vue, de pouvoir partir à la recherche de l'information facilement, tout cela est dû aux possibilités offertes par le net, et donc ouvert aux personnes connectées, aux citoyens ayant donc les moyens de se le permettre. La "fracture numérique" se double alors d'une "fracture citoyenne".

Je maintiens pour ma part que les blogs permettent d'organiser un groupe de pression important en peu de temps, avec peu d'efforts et finalement peu d'investissement (à comparer à l'organisation de la collecte de signatures papier). C'est au moins en ce sens que je crois assister à l'émergence d'un phénomène nouveau. Appelons le "contre-pouvoir" parce qu'il équilibre les institutions et la presse, ou appelons le "pétition et manifestation", c'est selon. Le phénomène reste, et c'est assez fascinant.

YR

47. Le lundi 23 janvier 2006 à 22:36 par le troll qui se marre à voir eolas défendre toujours les mêmes

On vous connaît pour la défense du sale mome guillermito, créateur de de virus informatique et "fouteur de merde" selon ses propres dires, on vous découvre d'autres penchant pour la défense des hors normes. Rien d'étonnant. Vous semblez y prendre un plaisir malsain....

Mais au fait, vous pensez vraiment que vous allez gagner avec tout cela ?

Guillermito sera condamné à une bonne volée de bois vert comme il le mérite sans doute (ce qui ne fera peut-être pas pas 900.000 euros, nous sommes d'accord) et votre proviseur apprendra à s'occuper un peu plus de la mission qui lui a été confiée; Et tout le monde sera content ainsi, n'en faites pas trop !!!!

Vous ne pouvez continer à excuser tout et n'importe quoi.

Au plaisir de vous lire, cher maître, au prononcé de l'arrêt concernant le voyou de l'informatique et au rendu de la sanction appropriée à l'necontre de ce fonctionnaire qui ne place pas sa mission à sa juste valeur pour préférer étaler sa personne en public....

► J'ai eu très envie de laisser Troll Detector faire son office, mais finalement, non. Je trouve que votre commentaire est à encadrer tellement il montre qui vous êtes vraiment. Que vous soyez bête, c'est pas grave, c'est pas votre faute. Mais en plus vous êtes méchant. Un homme a perdu son travail, voit sa carrière brisée alors qu'il n'a rien fait de mal. Il ne vous a jamais rien fait, en plus. Mais vous vous en prenez à lui car j'ai pris sa défense. Votre animosité n'a aucun autre fondement. Elle est gratuite. 

Et votre "hors norme" ajoute la cerise sur la gateau, en l'occurence ajoute la fange au fiel. Bête, méchant et en plus un brin homophobe. 

Je n'ai rien de plus à dire par dessus cela. Je n'ai pas à exprimer ma pensée à votre encontre. Je n'ai qu'à reprendre vos propos. Vous êtes votre propre injure. 

Eolas

48. Le mardi 24 janvier 2006 à 11:32 par Bigfinger


Bonjour,

Je suis moi même avocat et je viens de découvrir vôtre blog.

Peut être aurais je la tentation d'y participer et avec un peu de chance le temps d'y rédiger de choses intelligents. (A moins que que cela soit l'inverse?)

En toute hypothèse je voulais vous féliciter de votre blog de sa richesse et de sa générosité sans nul doute le reflet de la vôtre. (intellectuelle s'entend :p).

A sa lecture je mes sens honoré d'apprendre que je suis votre confrère et étrangement rasséréné sur notre profession.

Bigfinger

49. Le mardi 24 janvier 2006 à 21:13 par Laure

Etrange quand même de devoir dire merci. Quand une injustice est réparée, on doit dire merci ?

Vous savez ce que l'anarchiste que je suis pense des institutions (si vous ne le savez pas, j'en parle ces temps-ci dans mon blog - shameless plug - attention, vos cheveux vont se dresser sur votre tête). Je me demande seulement si autrefois les esclaves remerciaient leur maître pour tout ce qu'il faisait pour eux...

Sinon je vous lis toujours avec intérêt, bien que je ne crois qu'en un seul droit, le Droit naturel ( www.liberaux.org/wiki/ind... ).

► Si vous ne dites pas merci à quelqu'un qui reconnaît spontanément son erreur et annonce qu'il va la réparer, autant retirer ce mot de votre vocabulaire. Etre libertarien n'empêche pas d'être poli.

Quant à comparer un fonctionnaire et un esclave, vous insultez la mémoire des esclaves. Vous élevez haut la valeur de la liberté, ce me semble. Ne pas voir la différence entre un homme réifié, objet de droit et non sujet de droit, qui peut être acheté et vendu et ne peut plus consentir à quoi que ce soit, et un homme qui a mis volontairement sa force de travail au service de l'Etat, contre rétribution, service qu'il peut quitter à tout moment, le problème étant en l'espèce qu'il ne souhaite pas quitter ce service, ne pas voir cette différence est une drôle de façon d'abaisser le sens du mot liberté pour qui prétend la défendre avant toutes choses. Vous ne cessez de me surprendre.

Eolas

50. Le mardi 24 janvier 2006 à 22:27 par Jacky Blanchard

Un simple commentaire à "Le troll qui se marre..."

Viens donc au lycée ou ce chef d'etablissement exercait l'an passé pour savoir comment ce proviseur "s'occupait de la fonction qui lui était confiée"...

Viens donc interroger les collègues, les parents d'élèves, les élèves, les responsables et élus locaux. Ainsi tu sauras qu'avant de faire des commentaires désobligeants il faut savoir de quoi on parle!

Pour le reste chacun peut penser ce qu'il veut mais concernant sa conscience professionnelle on ne peut raconter n'importe quoi.

51. Le mardi 24 janvier 2006 à 23:32 par DIANE

" mieux proportionnée à la faute qu'il a commise" en fait et sauf erreur de ma part, c'était un collègue qui avait fait les recoupements et qui avait dénoncé ledit proviseur. J'aimerai quand même savoir ce que ce proviseur a fait de mal. Cela ressemble à s'y méprendre à de la chasse aux sorcières. En fait cette affaire est à rapprocher de l'histoire de la consoeur de Bergerac qui a été poursuivie par l'ordre parce qu'elle jouait de l'accordéon sur un marché avec son ami violoniste.
Deux confrères l'ont vu et l'ont dénoncé à l'ordre qui a condamné la jeune consoeur. En appel, la décision avait été réformée parce que la jeune femme n'était pas en costume d'audience et qe seul un public averti pouvait la reconnaître. Pendant ce temps, à ma connaissance, le jeune Arno Klarsfeld posait en costume d'Adam à coté d'une moto dans Paris Match. Bien entendu;pas de poursuites: il est vrai que lui non plus n'était pas en costume d'audience. En définitive, je pense que notre ami Garfield gênait quelqu'un et que cette affaire a servi à l'évincer.

Naïvement, j'ai toujours cru qu'il était interdit de faire des discrimininations en fonction du sexe, de la réligion voire de l'orientation sexuelle...

52. Le mercredi 25 janvier 2006 à 11:49 par Laure

A Me Eolas:

Merci pour votre réponse. Vous remarquerez que mon incise sur l'esclavage n'affirmait aucunement qu'un fonctionnaire était un esclave. En effet, il n'en est pas un, puisqu'il peut quitter sa condition à tout moment (bien peu le font, mais c'est un autre sujet).

Les esclaves sont bien plutôt vous et moi, qui subventionnons par nos impôts (esclavagisme fiscal) des administrations irresponsables et illégitimes. D'où mon étonnement à vous voir remercier nos Maîtres... Mais sans doute n'avez-vous pas encore poussé votre réflexion dans cette direction, proprement libertarienne, à savoir que tout ce qu'un autre nous impose contre notre volonté nous transforme en son esclave (au moins temporairement, mais durablement quand c'est l'Etat qui est l'esclavagiste)...

► « Mais sans doute n'avez-vous pas encore poussé votre réflexion dans cette direction, proprement libertarienne, à savoir que tout ce qu'un autre nous impose contre notre volonté nous transforme en son esclave ». J'ai poussé ma réflexion dans ce sens depuis longtemps, ce qui explique que je ne sois pas libertarien.

Dites moi, si vous voulez circuler sur ma propriété et que je m'y oppose, fais-je de vous mon esclave, fut-ce temporairement ?

Eolas

53. Le mercredi 25 janvier 2006 à 12:35 par Laure

"si vous voulez circuler sur ma propriété et que je m'y oppose, fais-je de vous mon esclave ?"

Je ne vous apprendrai pas que la liberté de chacun s'arrête là où commence celle des autres. A savoir qu'elle ne peut s'exercer que dans le strict respect de la propriété d'autrui. Donc si vous vous y opposez, vous faites un usage légitime de votre droit de propriété - c'est plutôt moi l'esclavagiste, qui vous impose ma présence indue. C'est le B-A BA du libertarisme (parfois décrit comme un "propriétarisme"), cher Maître ! Ou bien vous voulez en venir ailleurs, et là je ne vous suis plus.

54. Le jeudi 26 janvier 2006 à 14:56 par Nemo

►"Je ne vous apprendrai pas que la liberté de chacun s'arrête là où commence celle des autres. A savoir qu'elle ne peut s'exercer que dans le strict respect de la propriété d'autrui. Donc si vous vous y opposez, vous faites un usage légitime de votre droit de propriété - c'est plutôt moi l'esclavagiste, qui vous impose ma présence indue. C'est le B-A BA du libertarisme (parfois décrit comme un "propriétarisme"), cher Maître ! Ou bien vous voulez en venir ailleurs, et là je ne vous suis plus."

Bien que ce ne soit pas nécessairement le lieu pour débattre du libertarisme, j'ai du mal à appréhender les réponses aux questions suivantes à la lecture de la digression ci-dessus :
Comment concilier la nécessité de réguler les rapports sociaux avec l'absolutisme du libertarisme?
Comment s'entendrait dans pareil cas l'étendue du droit de propriété?

Revenons en au sujet du billet : dans quel délai approximatif peut-on espérer connaître la sanction définitive à l'encontre de Garfieldd? Après avoir calmé les esprits échaudés, il faut craindre l'endormissement.

55. Le jeudi 26 janvier 2006 à 21:57 par Fred

@Nemo

Soyons honnête. Garfield a prit fort peu de précautions pour protéger son anonymat sur un blog dans lequel il dépasse largement son devoir de réserve et frôle même la diffamation envers un de ses personnels. Donc sanction il y aura. Et cela ne me choque en rien.

Ce qui a été mis en cause par l'opinion publique (et je récuse le terme de bogosphère qui ne correspond à aucune spécificité particulière) est le caractère disproportionné de la sanction. De ce point de vue il sera je pense difficile de confirmer la première condamnation maintenant.

Donc sanction sans doute ou peut être, mais certainement plus équilibrée ce qui est le sens de mon implication dans cette histoire

56. Le jeudi 26 janvier 2006 à 23:37 par Laure

A Nemo:

Effectivement ce n'est pas le lieu pour débattre du libertarisme, car ce pourait être extrêmement long ! Les rapports sociaux sont réglés **uniquement ** de manière contractuelle, donc en fait tout se ramène au droit civil. Plus d'infos sur le sujet sur l'article racine suivant: www.liberaux.org/wiki/ind...

57. Le vendredi 27 janvier 2006 à 15:47 par Quelqu'une

Eolas, votre lien vers le blog de soutien à Garfieldd ne marche pas: allez voir chez François Granger, l'adresse url a changé.
Bien à vous

58. Le samedi 28 janvier 2006 à 14:15 par Evy

La révision de la sanction c'est bien mais j'ai quand même l'impression que Marcel-le-comptable doit bien se marrer et ça ça me révolte !

Pourquoi un proviseur n'aurait-il pas comme tous les citoyens le droit d'avoir des états d'âme professionnels et de les afficher sur son blog ? A moins d'y livrer des secrets d'état, je ne vois pas le problème...



59. Le samedi 28 janvier 2006 à 20:28 par Nobodyknowsiamgay

Décidément Cher Maître, vous m'impressionnez...
Félicitations!
Quand on m'aura démasqué, je viendrai vous voir...
Toujours rien pour votre toque au fait? LOL
Votre bien dévoué.

60. Le dimanche 29 janvier 2006 à 14:23 par Hicham

Bonjour Maître !

Félicitations d'abord pour ce billet qui a sans aucun doute secoué le petit Monde du politique.

Accessoirement, je souhaiterai connaître qu'elles peuvent être les incidences au regard des droits et libertés fondamentaux autrement dit, peut-on sanctionner un fonctionnaire qui tient un blog?

merci, mille fois !!

61. Le dimanche 29 janvier 2006 à 18:07 par l'abeille

Bien que grosse utilisatrice du web, je n'avais, jusqu'à ce jour, fait que survoler quelques blogs sans plus.
Et ce we s'étirant sous un ciel triste, je me mets à musarder à l'interieur de cette fameuse "blogosphère", et
je finis par tomber sur "L'INFO" du mois, qui ne m'etais pas arrivée aux oreilles jusqu'à aujourd'hui !
Scandalisée par l'info brute, je parcours les liens divers et nombreux, afin de me faire une idée personnelle du problème. Et ceci m'amène sur votre courrier à mr le ministre..........j'en reste sans voix ! et je réalise que me tenir à distance des blogs finissait par me mettre à distance d'une partie de l'opinion publique capable de me réconcilier avec l'individu.
J'ai donc lu les archives du blog incriminé, et je n'y ai rien trouvé ni de porno, ni de tendancieux. J'y ai senti un regard interessant sur la société et surtout beaucoup d'humanité melée à un humour délicat. En bref j'ai beaucoup aimé et je vais donc regretter son arrêt brutal !
Je remercie tous les auteurs de blog que j'ai pu découvrir grâce à vous tous qui défendez la liberté d'expression intelligente.
Ce que vis ce proviseur "n'est qu'une" terrible illustration des crispations du pouvoir. J'ai souvent, et de plus en plus la sensation que les 'petits enfants" de Pétain sont en plein réveil,.....et j'ai peur......et votre lettre est un rayon de lumière dans ma peur..................je vous en remercie du fond du coeur !
J'aurais rêvé d'avoir la capacité d'écrire avec cette force.
J'espère n'avoir choqué personne :-)
Merci


Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact