Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La circulaire du 13 juin 2006

Pour ceux que cela intéresse, voici la circulaire du 13 juin 2006(PDF) invitant à régulariser au cas par cas certaines familles d'étrangers.

Les conditions retenues sont les suivantes :

Etre en France depuis au moins deux ans, avoir un enfant scolarisé en France depuis septembre 2005 au plus tard, né en France ou y résidant depuis l'âge de 13 ans au plus, n'ayant pas de lien avec leur pays d'origine à part en avoir la nationalité, dont les parents manifestent une réelle volonté d'intégration (maîtrise du français, suivi de la scolarité de leurs enfants), contribuent effectivement à l'entretien et à l'éducation de leurs enfants, et évidemment que la famille n'ait aucun passé pénal.

Aucune décision n'a été rendue à ma connaissance sur le fondement de cette directive, on en est à la collecte des dossiers, qui provoque des scènes de bousculade impressionnante, une rumeur ayant couru que les dossiers devaient être déposés cette semaine, l'année scolaire se terminant. C'est faux : la date limite est le 13 août, deux mois après la signature de la circulaire.

Cette annonce a eu l'effet d'un rayon de soleil au milieu de la nuit, tant la loi en préparation rend pire encore la situation des étrangers. Elle génère un énorme espoir, et il y aura forcément des déceptions.

Alors ? Alibi pour le ministre de l'intérieur qui, ayant fait semblant d'être humain, pourra se justifier de ne plus l'être une fois sa loi en vigueur ? Ou prise de conscience que la rigidité des textes ne peut rien contre la force de la réalité ? De mon côté, je ne peux m'empêcher de penser que ces critères de régularisation pourraient fort bien figurer à titre définitif dans le Code de l'entrée et du Séjour des Etranger (CESEDA).

C'est l'honneur de la République que d'accepter de tirer les conséquences d'une situation existante quand bien même elle ne l'a pas voulue. Vouer des familles et des enfants à la précarité à perpétuité car le législateur l'a ainsi décidé n'est pas une position digne de la France. Par pitié, un peu d'humanité dans ce domaine, enfin !

Commentaires

1. Le vendredi 30 juin 2006 à 13:07 par Yom

J'avais lu qu'une des conditions était que l'enfant ne devait pas parler la langue de son pays d'origine. Je ne la vois pas sur le texte de la circulaire. Imagination des journalistes ou reculade entre temps de Sarkozy.
Sinon, comment interpréter "l'absence de lien avec le pays dont il a la nationalité"?

2. Le vendredi 30 juin 2006 à 13:11 par Dr. A. Gibus

J'avoue que personnellement, je n'y comprends rien à la question de l'immigration. Sujet sensible, thème de campagne pour 2007, jungle législative et administrative... Je relirai les billets concernant le sujet prochainement.

Sur le plan du droit (et non pas militant ou politique) que penser des diverses actions consistant à cacher les enfants (j'ai entendu parler de "chasse aux enfants" ce qui m'a choqué - mon côté vieille france sans doute - mais peut être l'ai je entendu hors contexte) et dont le dernier arrondissement de la capitale s'est fait une spécialité ?

3. Le vendredi 30 juin 2006 à 13:29 par BBBruno

Très intéressant ce type de document. On comprend tout, notamment que certains points seront interprêtés par les préfets.
Donc les familles d'étrangers ne seront pas traitées pareil selon leur lieu de résidence ?
Je comprend aussi leur ruée même si la date limite est le 13aout. Comment ne pas imaginer que les premiers demandeurs seront mieux servis que les patients, puisque les portes se ferment de plus en plus ?
Qu'est-ce qui garantit que cette circulaire sera appliquée jusqu'à son terme, quelquesoient les compte rendus intermédiaires des préfets ?
Au moins, cette circulaire semble pragmatique, ce qui doit jouer en faveur des étrangers...

4. Le vendredi 30 juin 2006 à 13:44 par jop

Eolas: "Vouer des familles et des enfants à la précarité à perpétuité car le législateur l'a ainsi décidé n'est pas une position digne de la France."
#2 "que penser des diverses actions consistant à cacher les enfants"

Est-ce un exemple de l'état de nécessité (peu) commenté il y a deux jours (la précarité peut-elle être considérée comme un danger actuel ou imminent?)

D'ailleurs quelle est la différence avec la légitime défense de l'article 122-5 du code pénal? (atteinte injustifiée? par rapport à quoi?)

Ah et n'étant pas juriste, j'ai effectivement plus tendance à poser des questions qu'à y répondre... maigre contribution...

La difficulté ici qui ferait tiquer les juges est que le danger allégué est une voie de droit prévue par la loi. Ca me paraît difficile à faire passer. La légitime défense est une riposte immédiate et proportionnée à une menace illégitime sur sa personne ou ses biens. Cela suppose un agresseur qui est objet de la riposte. L'état de nécessité a été inventé par la suite pour les cas où il n'y avait nulle menace directe : le cas du baigneur nu dont on a volé les vêtements. Le voleur est loin : l'agression a cessé. Il vole des vêtements en train de sécher le temps de couvrir sa honte (vol d'emprunt). Il n'y a pas riposte sur l'agresseur. Mais il y avait danger d'atteinte à sa pudeur et à celle d'autrui, qui a été évitée par la commission d'un acte délictueux bien moins grave. Voilà l'état de nécessité.

Eolas

5. Le vendredi 30 juin 2006 à 13:48 par Guignolito

"et évidemment que la famille n'ait aucun passé pénal."

Si l'aîné de la famille, ado rebelle et bête, s'est fait prendre en novembre dernier, c'est foutu, si j'ai bien compris ?

Oui.

De même, si lors du n-ième contrôle au faciès de la semaine, maman a pété les plombs et a invectivé le flic (qui ne faisait d'ailleurs que son devoir en suivant les directives idoines de ses chefs), avec pour résultat une amende pour outrage ?

Oui.

Et puis, être en France sans papiers, c'est un délit, à ce que j'ai compris en lisant votre série de billets précédents, qui doit donner lieu à une condamnation pénale. Les demandeurs "sans-papiers" seraient de facto exclus.

À mon avis, yaura pas beaucoup d'étrangers qui vont être régularisés comme ça. J'ai tout bon ?

Non, pas sur votre dernier point. La demande de régularisation vise à mettre fin à la situation délictuelle. Opposer cette situation irérgulière pour refuser la régularisation serait une erreur manifeste d'appréciation annulée par le juge administratif.

Eolas

6. Le vendredi 30 juin 2006 à 13:48 par Jérôme

@ Dr. A. Gibus (#2) : D'après ce que j'ai compris du Code de l'Entrée et du Séjour des Etranger, les enfants ne sont pas en situation irrégulière et ne sont pas expulsables. Il ne serait donc pas interdit de les cacher. Et, en théorie, cela ne sert à rien.

@ BBBruno (#3) : Cette circulaire est probablement dépourvue de valeur réglementaire, comme la précédente circulaire du 31 novembre 2005 proposant de suspendre l'éloignement des ressortissants étrangers en situation irrégulière dont un enfant est scolarisé. Les préfets doivent donc être tout aussi libre de ne pas la suivre...

Point (1) : En fait, pas tout à fait. Les enfants n'ont pas à avoir de carte de séjour. leur situation suit celle de leurs parents. L'administration, pour des motifs d'humanité (je vous jure que c'est le terme qu'elle emploie) veille à ce que les enfants ne soient pas séparés de leurs parents. Donc c'est avion pour eux aussi. C'est bien pratique, d'ailleurs : pas besoin de les menotter, ils sont super obéissants, et généralement leurs parents n'osent pas faire de refus d'embarquement pour ne pas les traumatiser. Les expulsions de familles, c'est bien souvent l'ambiance de La Vie Est Belle : "Papa et maman ont gagné un tirage au sort pour un beau voyage dans le pays où ils sont nés. - mais papa, pourquoi il y a la police ? - Parce qu'on a eu tellement de chance que des jaloux pourraient vouloir prendre notre place. - Mais pourquoi tu pleures ? - C'est la joie, mon fils..."

Point (2) : Oui, ils ont un pouvoir d'appréciation très large, la circulaire leur précisnt qu'ils doivent accéder aux demandes à titre exceptionnel et humanitaire. Ca devrait faire 10%, pas plus.

Eolas

7. Le vendredi 30 juin 2006 à 14:09 par Dr. A. Gibus

Merci Jérôme.
Toutefois, j'ai du mal à y voir clair. Le procédé, pour établir un parallèle hasardeux (je m'en excuse), m'évoque certaines années sombres de notre pays. Le contexte me semble pourtant différent.
Si je comprends ce que vous me dites, ces enfants ne risquent rien. Pourquoi vouloir les cacher alors ? Les "recéleurs d'enfants" (qualification non juridique bien entendu) ne risquent-ils pas d'être poursuivis à l'instar de certains calaisiens accueillant des candidats à l'exil vers nos voisins anglais ?
J'espère ne pas instaurer un troll en ces lieux. Mon discours n'est pas celui d'un "pour ou contre". J'essaie de comprendre sur le plan du droit certaines situations qui malheureusement m'échappent.

8. Le vendredi 30 juin 2006 à 14:11 par Bob

Je confirme que cette circulaire n'a aucune valeur impérative (en aurait elle, elle serait sans doute illégale, de telles dispositions relevant me semble t il de la loi et non du réglement, et en tout état de cause le ministre de l'intérieur ne me semble pas avoir reçu de compétrence pour user du pouvoir réglementaire sur ce point).
Il s'agit de conseils à l'administration pour traiter un type particulier de cas, dans le cadre de leur pouvoir d'appréciation en matière de régularisation (cette circulaire se rapprocherait donc plutôt des directives au sens de la jurisprudence Crédit Foncier de France de 1970). Conséquence : le juge administratif n'en tient pas compte en tant que tel. En revanche, et comme il l'a toujours fait, il continuera à se demander si compte tenu de la situation personnelle de l'étranger, et notamment de la présence d'enfants, la décision du préfet (refus de titre ou reconduite) n'est pas entâchée d'une erreur manifeste d'appréciation.

Je ne reviens pas sur le fond, et sur mon "léger" désaccord avec l'hôte de ces lieux. Juste un point : je ne vois pas très bien ce que veut dire pour un enfant récemment arrivé en France "ne plus avoir de lien avec son pays d'origine outre sa nationalité". Un petit malien de 7 ans, arrivé en France à l'âge de 3 ans, a bien sûr des liens avec son pays d'origine, des liens culturels, très souvent linguistiques. Bref au risque de me répéter, les immigrés, même arivés très jeunes, n'oublient pas leur culture familiel en 5 ans. Heureusement d'ailleurs. Et dès qu'ils auront un titre, la majorité d'entre eux passeront des vacances au pays. Voyez les algériens. Donc il me semble difficile de dire qu'ils n'ont plus de liens avec leur pays d'origine.

Vos interrogations sont également miennes. Lors de l'annonce à l'assemblée de cette circulaire, le ministre avait même exigé que les enfants ne parlassent point la langue de leur pays d'origine. L'absurdité de cette exigence a fait qu'elle a disparu de la circulaire. Je vois mal comment on pourrait considérer qu'un enfant scolarisé ne serait pas intégré : il parle nécessairement le français, et apprend la vie en société telle qu'on la pratique en France (respect de l'instituteur qu'il soit homme ou femme, ne pas troubler les autres par son comportement, être ponctuel et attentif, tout du moins silencieux...)

Eolas

9. Le vendredi 30 juin 2006 à 14:19 par GCX

en fait, un candidat à l'immigration en France est un candidat à l'immigration en Europe, non?
Quelle est la politique de l' Europe sur le sujet ? y'a pas de politique commune ?

Non, seulement pour les visas court séjour (trois mois, une entrée) dans l'espace Schengen. Pour l'immigration (le tourisme n'est pas de l'immigration), c'est chacun fait fait fait ç'qui lui plait plait plait ♪.

Eolas

10. Le vendredi 30 juin 2006 à 14:25 par Gastiflex

D'autant que cela aurait revenu à considérer le bilinguisme comme un handicap et non un atout.

Ce texte est juste une circulaire et non une loi. Mais dans les faits, ce genre de consigne est-elle réellement suivie ou chacun fait un peu ce qu'il veut ?

L'administration française française est TRES obéissante, c'est une vieille tradition. Le problème ici est que la consigne est "Faites ce que vous voulez, mais n'en voulez pas trop".

Eolas

11. Le vendredi 30 juin 2006 à 14:26 par nouvouzil

Cette circulaire n'engage à rien puisqu'elle ne fait qu'inviter l'Administration à prendre en considération certains critères pour raisons humanitaires.

Ceci rappelle malencontreusement les méthodes en vigueur dans certains régimes autoritaires où la loi est floue et permet une interprétation arbitraire à la tête du client. En échange d'un texte à but 'humanitaire', on impose un arbitraire qui est une dérive par rapport à l'Etat de Droit.

On peut imaginer que les recours en cas de refus seront difficiles.

Subsidiairement, comment détermine-t-on la maîtrise du français d'un élève de maternelle?

Sur la question principale : les recours seront illusoires, vu le pouvoir d'appréciation de l'administration. Seules les erreurs manifestes d'appréciation seront sanctionnée : exemple refus motivé sur le fait que le requérant n'a pas d'enfant alors qu'il e na en réalité une ribambelle. Sur le point subsidiaire : le test suivant est proposé. On demande à l'enfant "Il est gentil Sarkozy ?". S'il répond "oui, il maîtrise le Français et est intégré. Si répond "non" il n'a manifestement rien compris à la question et doit être expulsé avec sa famille.

Eolas

12. Le vendredi 30 juin 2006 à 14:45 par GCX

trop fort la note de musique!
comment tu fais ça?

13. Le vendredi 30 juin 2006 à 15:01 par nouvouzil

"Ils (les Préfets) ont un pouvoir d'appréciation très large, la circulaire leur précisant qu'ils doivent accéder aux demandes à titre exceptionnel et humanitaire. Ca devrait faire 10%, pas plus."

Comment le savoir puisque la circulaire prévoit de ne recenser que le nombre de familles ou de personnes ayant regagné volontairement leur pays d’origine ou ayant été admises en application de la circulaire, et non le nombre de refus?

14. Le vendredi 30 juin 2006 à 15:06 par Bob

Cher maître,

L'exemple d'erreur manifeste d'appréciation que vous donnez n'en est pas une. Se tromper sur le nombre d'enfants d'un étranger, c'est une erreur de fait. Une erreur manifeste d'appréciation serait plutôt : "vous vivez depuis 8 ans en France, vous avez 7 enfants en France, mais je considère que ma décision de reconduite ne porte pas une atteinte disproportionnée à votre droit à une vie privée et familiale".

15. Le vendredi 30 juin 2006 à 16:21 par Joëlle

Si j'ai bien tout pigé il s'agit simplement de "ré-examiner" les dossiers des familles en question.

Or ré-exament n'a jamais été synonyme de régularisation.

J'ai un oncle qui est bien placé pour le savoir la préfecture l'a balladé comme ça pendant des années.

On va ré-examiner pendant les vacances pour mieux expulser à la rentrée quand tout le monde et surtout les médias auront autre chose à penser. Et s'il reste quelques voix pour s'y opposer on dira "oh mais non on a réexaminé les dossier c'est donc normal qu'on les expulse."

Je pense hélas que l'humanité en matière de droit des étrangers n'est pas pour demain.

Jo

16. Le vendredi 30 juin 2006 à 16:56 par Lumina

GCX, pour la musique, apprenez l'unicode :
unicode.coeurlumiere.com/

Ici, c'est le caractère #266A qui a été utilisé.

17. Le vendredi 30 juin 2006 à 17:15 par LDiCesare

"Lors de l'annonce à l'assemblée de cette circulaire, le ministre avait même exigé que les enfants ne parlassent point la langue de leur pays d'origine."
Quel dommage, on aurait pu renvoyer d'office tous les quebequois.
Vu la legalite de la circulaire, et son poids, est-ce que ca vaut le cout de donner son adresse a l'administration en disant qu'on est irregulier? Et est-ce que 4000 euros pour partir ca motivera grand monde?

18. Le vendredi 30 juin 2006 à 17:16 par nap1128

Bonjour,

(hors sujet)
c'est l'approche des vacances... et donc un peu de légèreté ne fera pas de mal.

Un extrait ci-dessous du site de Maître Eolas passé au "débilitron"

Journal d'un caniche nain
Instantanés de la batmobile et du disque de john lennon.
Mes staphylocoques dorés, comme mes téléscopes, sont libres. Ce sourcil est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.
Tous les cénobites de cet embonpoint sont la propriété exclusive du bidon d'huile de ces lieux. Toute reproduction (hormis une tapette citation en précisant la tige et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Que le Maître de ces lieux ne s'en offense point... et qu'il ne voit ici qu'une pointe de surréalisme franchement drôle à mon goût. (et s'il s'en offense... que sa foudre divine vienne supprimer ce commentaire... il en a le pouvoir).

Pour ceux qui voudraient gouter aux joies du site de Me EOLAS passé au débilitron je vous conseille donc le site : www.debilitron.com (entrer l'adresse du site maitre.eolas.free.fr et cliquer sur Allez.... va)

@+
PS merci pour le conseil pour le procès d'assise sur France 2




19. Le vendredi 30 juin 2006 à 18:58 par Zouille

@Nicolas Président

Petite précision tout d'abord, je ne suis pas à proprement parler ce qu'on appelle un gauchiste.

A part la France, oui, il y a eu des pays où dont on pouvait acquérir la nationalité simplement en y débarquant. L'un d'eux est même devenu la première puissance du monde.

Je ne doute en aucun cas que, si vous viviez dans un pays quelconque et que celui-ci vous invitait à partir, vous partiriez sans faire d'histoire. Mais vous êtes français donc issu d'un pays dont la majorité des habitants peut faire sa vie correctement. Je ne pense donc pas que vous soyiez représentatif d'un immigré togolais ou tchétchène.

Quant à demander l'asile, c'est chose à peu près impossible pour qui ne descend pas de l'avion avec un couteau encore planté dans le dos et une pile de 3 kg de menaces de mort sur lesquelles figure le tampon officiel et authentique de son pays.

Vous auriez dû écrire "La France ne peut pas acquérir toute la misère du monde[...]" La citation exacte de ce bon M. Rocard est :"La France ne peut pas acquérir toute la misère du monde mais elle doit en prendre sa juste part." Je ne met pas en doute le droit qu'à la France d'accepter ou de refuser quiconque. Ce que je pense c'est qu'il est de l'intérêt de la France et des Français d'accepter une immigration qui lui permettra nottament d'attirer une multitude de talents, de construire ses maisons et son réseau routier, de pallier au problème gravissime du vieillissement de sa population. Quand on expulse une famille dont les parents vivent depuis des années sur le territoire national, dont les enfants sont scolarisés, qui paient leurs impots et n'ont pas eu de problèmes sérieux avec la justice, je ne pense pas que ce soit l'intérêt de la France.

Extrême gauche dites vous? Madelin avait inscrit la libre circulation des personnes à son programme. On peut lui trouver beaucoup de qualificatif, mais le traiter de gauchiste, je carains que personne n'ait osé le faire...

La France a assez de dettes dites vous. Certes. croyez vous que c'est l'étranger travaillant au noir ou sur un chantier qui contribue à creuser son déficit?

Quant au fait que personne ne s'offusque du non accueil des étrangers par la France dans les pays d'émigration, c'est vous qui le dites. Parce que l'accueil fait à notre ministre d'état tendrait plutot à suggérer le contraire.

PS: Moi aussi je suis fils d'immigré.

20. Le vendredi 30 juin 2006 à 19:25 par Sla.

Si la France a des dettes, n'accusez pas les étrangers... Personne ne saurait affirmer avec sérieux que la France gère bien son pays, à commencer par son président, candidat à la palme de la malhonnêteté!

Mettre les problèmes sur le dos de certaines classes sociales ou sur celui des étrangers rappelle bizarrement les méthodes des pires dictateurs.

21. Le vendredi 30 juin 2006 à 19:43 par Auguste

@Nicolas Président
Il vous a échappé que la plupart des commentateurs sont bien des gauchistes, mais des gauchistes libéraux, subtile nuance.

De même qu'il a échappé à Zouille que les Etats-Unis ont toujours eu une politique d'immigration très régulée, alliant un peu d'humanisme et beaucoup d'opportunisme.

Vous avez bien sûr raison d'affirmer que quand les règles du jeu sont claires et respectées, les candidats à l'immigration les connaissent et agissent en conséquence.

Mais que voulez-vous, nos amis bobos gauchistes-libéraux préfèrent se donner bonne conscience en envoyant vers les banlieues pauvres des populations dont la présence en nombre dans les écoles de leurs enfants les leur ferait envoyer dans le privé illico.

Et qu

22. Le vendredi 30 juin 2006 à 20:06 par Zouille

@Auguste

Gauchiste libéral? Voila deux mots que je trouve assez contradictoires.

bobo gauchiste libéral. Bigre... Moi qui vit dans une lointaine banlieue d'une lointaine province dans nos marches de l'est ( en ex-Austrasie ) j'avoue ne pas m'y reconnaitre. Et si je n'ai pas d'enfants, j'ai moi même fait toute ma scolarité dans le public, avec des enfants d'étranger en nombre. Je suis tout de même arrivé sans trop de dommage à l'age adulte ce qui me donne à penser qu'il est possible de vivre en France parmi des étrangers sans que mes jours soient en danger à chaque instant. Mais bon, je crains que , de la même manière que pour un gauchiste, tout ce qui n'est pas de son parti est forcément ultralibéral de droite capitaliste qui fait peur et possède des stocks options, pour certains hommes de droite tout ce qui ne vote pas UMP est forcément un vilain barbu à drapeau rouge et noir dont on ne comprend pas bien le discours à cause du couteau qu'il tient entre ses dent.

Enfin je partage tout à fait votre point de vue à propos des règles du jeu. Mais lorsqu'on parle d'immigration, il n'y a précisément plus de jeu dans notre pays.

23. Le vendredi 30 juin 2006 à 20:17 par frédéricLN

reremerci, Maître, car je me posais justement une question juridique sur ces dispositions. En tant que citoyen électeur, j'en approuve tous les critères, sauf une formulation : "dont les parents manifestent une réelle volonté d'intégration"

Il y a une parenthèse "(maîtrise du français, suivi de la scolarité de leurs enfants)" et j'approuve ces deux critères. Mais qu'apporte la mention de la "réelle volonté" ? est-ce un critère juridiquement applicable ? Connaît-on des exemples "d'irréelle volonté" ?

Ou en d'autres termes : y a-t-il d'autres dispositions juridiques fondées sur le même genre de critères de nature psychologique ? ("réelle volonté") ?

24. Le vendredi 30 juin 2006 à 20:23 par @Auguste

@Zouille
Vous avez cotoyé des immigrés pendant vos études, mais vous êtes-vous retrouvé dans une classe dont la moitié des élèves ne maîtrisent pas la langue française ?

Pour ma part je comprends parfaitement que la présence dans son immeuble ou dans son quartier d'une forte proportion d'immigrés en voie d'acculturation puisse susciter des réactions de rejet.

Avec une belle unanimité chacun rappelle la deuxième partie de la phrase de Michel Rocard : la France "doit savoir [...] prendre fidèlement sa part [de la misère]". C'est vrai.

Mais il ne faut pas oublier la première partie : "la France ne peut accueillir toute la misère du monde" :elle n'en accueillera même jamais qu'un tout petit bout. Sa capacité d'accueil est limitée par des facteurs économiques, bien sûr, mais aussi par la tolérance de ses habitants, d'autant plus mise à rude épreuve qu'ils ne contribuent pas de manière équitable, les immigrés n'habitant pas généralement dans le XVIème arrondissement de Paris.

25. Le vendredi 30 juin 2006 à 20:44 par Zouille

@Auguste.

J'ai bien peur que cela ne soit plus grave que ça. Dans ma banlieue Austrasienne, je vis dans une tour de 19 étages regroupant sans doute une trentaine de nationalités. Je n'ai pas encore identifié toutes les langues que j'y ai entendu. Pourtant, je vous le répète, je ne me sens pas en danger.

Certes la capacité d'accueil de notre pays est limitée ( encore que si vous avez fait un tour dans l'est de la Moselle vous pourrez vous rendre compte qu'il y a de la place) mais restreindre l'immigration, poser une multitude d'obstacle administratif à l'obtention d'un titre de séjour et présenter systématiquement l'étranger en bouc émissaire d'un échec économique me parait absurde. J'aime profondément mon pays, et je pense que l'immigration serait une solution intelligente à bien des problèmes.

Franchement Auguste, avez vous donc envie de voir dans vingt ans dans notre pays une population vieillie et une économie en lambaux? Ne pensez vous pas qu'un type suffisament courageux et désespéré pour relier l'Afrique à la France avec ses vêtements pour seul bien peut être un bon travailleur et un consommateur enthousiaste? Qu'une famlille dont les gosses sont à l'école, dont le père bosse et déclare ses revenus, peut fort bien rester ici? Qu'on leur file donc un coup de tampon sur leur carte et qu'on s'occupe de sujets plus grave, il me semble que notre pays a du pain sur la planche...

Pensez vous vraiment qu'une fois notre pays entourée d'une barrière infranchissable, une fois les étrangers indérisables boutés hors de France, nos problèmes seront résolus? Pourquoi le seraient-ils?


26. Le vendredi 30 juin 2006 à 20:47 par tam'

« Et oui, les bons gauchistes parlent de ce qu'ils ne connaissent pas et ne savent même pas ce que pensent les personnes concernées par le sujet. » (Nicolas Président !, #19).

Il y a une limite à la manière dont on prend les gens pour des imbéciles : les gens concernés, ce sont les migrants actuels, et s'ils sont venus c'est qu'il en ont fait le choix, et en général s'ils demandent leur régularisation c'est qu'ils souhaitent rester. Evidemment, à sortir l'arsenal classique "bien-pensants" et "gauchistes" dès que vous voyez un discours un tant soit peu humain, vous ne risquez pas de vous rendre compte du comique de vos propos.

27. Le vendredi 30 juin 2006 à 21:02 par Un niais au fond

"C'est l'honneur de la République que d'accepter de tirer les conséquences d'une situation existante quand bien même elle ne l'a pas voulue. Vouer des familles et des enfants à la précarité à perpétuité car le législateur l'a ainsi décidé n'est pas une position digne de la France. Par pitié, un peu d'humanité dans ce domaine, enfin !"

Clap, clap, clap... tchin glou !

28. Le vendredi 30 juin 2006 à 21:10 par Lionel Jospin

je ne comprend pas le gag de répétition de "Nicolas président".

Moi je dis que tout cela n'a aucune importance, il faut je sois Président c'est tout. La dette de la France, les immigrés, on s'en fout. Je veux le pouvoir et baisser Ségolène, voilà !

La banlieue peut creuver, ce n'est pas la question.

Bon, c'est de l'humour les gas ... on peut bien rigoler, boire, fumer et baiser dans ce pays, non ?

Sans les immigrés qui prennent le pain de nos portugais.

29. Le vendredi 30 juin 2006 à 21:19 par lou

Concernant la question du droit d'asile: En terminale, j'avais deux amies. Toutes les deux non francaises. L'une venait de Roumanie, l'autre était zaïroise.
L'une venait en cours en VERSACE,GUCCI ou PRADA, l'autre en boubou africain ( jusqu'à que la première lui fasse don d'une partie minime de sa garde-robe immense.
L'une recevait des factures de portable à 11 000 francs, l'autre était exonérée de cantine.
L'une avait un père multimillionaire parti de rien, balayeur à 14ans ( c'est à dire mafieux), l'autre était orpheline et vivait chez sa tante( installée en France ds un appart minable.)
L'une est arrivée en France parce que son père était riche, l 'autre parce que ses parents avaient été assassinés.

Les parents de l'une voyageaient de par le monde, les parents de l'autre ne demandaient que l'asile politique. Refusé. Avaient émigré tout de même en France sans leur fille ( c'est dire la motivation). Expulsés.
Assassinés.
L'une était médiocre, l'autre était la meilleure de la classe ( pas l'une des meilleurs, LA meilleure.)
L'une voulait être avocat d'affaires, l'autre juge.
Avocat d'affaires ce n'était pas la roumaine , non, c'était la zairoise, parce que disait elle il n'y a que l'argent qui sauve. Moi, disait elle, je veux gagner de l'argent et rentrer chez moi.

30. Le vendredi 30 juin 2006 à 21:27 par lou

je veux dire aussi que je pense que le juge qui avait refusé le droit d'asile , estimant la menace pas suffisamment caractérisée, doit n'avoir jamais été au courant des suites de l'affaire...c'est dommage.
Je pense qu'il devrait en être autrement.

31. Le vendredi 30 juin 2006 à 21:37 par Auguste

@Zouille
Chaussez vos lunettes, votre vue baisse. Ai-je écris que vivre au milieu d'étrangers est dangereux ? Ai-je écris qu'il faut ne plus accepter un seul étranger en France ? Ai-je écris que l'immigration ne peut pas être une chance pour la France ?

En revanche j'écris que l'immigration illégale est un problème sérieux qui peut devenir dramatique. J'écris qu'il faut régulariser les clandestins avec humanité mais parcimonie. J'écris que la France a le droit de définir des règles d'immigration qui tiennent compte de ses propres besoins. Et j'écris que limiter l'immigration ou reconduire à sa frontière un clandestin, ce n'est pas de la non-assistance à personne à danger.

Quant aux coups de tampon, vous avez raison, c'est tellement plus simple d'être irresponsable.

32. Le vendredi 30 juin 2006 à 23:06 par brigetoun

je ne sais pas mais à leur place je me méfierais un peu, il est vrai que si les enfants sont inscrits dans une école ils sont visibles. Parce qu'en sera-t-il de ceux qui n'obtiendront pas la régularisation et seront des clandestins affichés ? il y a la circulaire mais il y a aussi le discours, qui est peut être encore sur le site du Ministère, de Sarkozy aux préfets déplorant que certains n'aient pas de "bons résultats" en matière de reconduites à la frontière et exigeant un effort

33. Le vendredi 30 juin 2006 à 23:28 par Ankou

Maitre Eolas un gauchiste ... Bientôt il va faire péter des bombes contre l'impérialisme totalitaire ultra-libéral xénophobe ogmisque.
Et les lourdeaux qui utilisent les blogs pour parler d'un parti politique en particulier sur un sujet sérieux.

A propos de la rumeur de la date limite du 1 juillet, je me souviens que les information du morning live (j'ai honte mais à cette heure y avait que ça et pas de radio sous la main) disait qu'il y avait cette date butoir du 01/07, et ce le lendemain de l'interview du ministre de l'intérieur sur France 3. Donc je comprends un peu cette bousculade, les "journalistes" n'ayant pas fait à fond leur boulot et colportent les rumeurs.

Sur l'immigration, je trouve que les gens ont trop tendance à oublier qu'on parle d'êtres humains. Et qu'ils méritent peut être plus le respect que les autres car ils sont en état de "faiblesse". Loin de leur pays, sans le sou en général, parlant peu ou mal la langue. Ils en faut du courage pour débarquer comme ça.

Question bonus : beaucoup de "commentateurs" parlent d'humour, mais en ont-ils?

Un lecteur assidu de ce blog qui trouve dommage de résumer un débat à des slogans politiques.

34. Le vendredi 30 juin 2006 à 23:35 par Ankou

"Si les cons voleraient, il ferait nuit."

Je crois qu'on est parti pour une nuit polaire.

Incitation à la haine, c'est pas un délit? Parce que là on s'en approche. Je me demande si ils savent que les IP sont conservés et qu'ils peuvent être retrouvés en quelques instants par la police...

35. Le vendredi 30 juin 2006 à 23:39 par popaul

Ils en faut du courage pour débarquer comme ça:

oui, le même courage que les français qui se sont barré à l'etranger en 40.

36. Le vendredi 30 juin 2006 à 23:46 par popaul

on nous promet le Brésil, mais on va avoir la Yougoslavie.

37. Le samedi 1 juillet 2006 à 01:32 par JaK

Comme rappelé régulièrement sur ces pages, la libre circulation des personnes est une "valeur" naturellement libérale.
Il se trouve qu'elle rejoint des 'valeurs de gauche'.... mais faut-il rappeler que la France est sans doute le seul pays du monde à ne pas avoir de gauche libérale. De là à imaginer M. Eolas en coleur d'affiche de la LCR, il y a un pas difficile à faire (et c'est un doux euphémisme).
J'avoue rejoindre l'avis du maître de céant sur le sujet de l'imigration:
Je suis pour mon droit à l'émigration et, du coup, je me vois mal ne pas reconnaitre aux autres le droit à l'immigration. (Oui, c'est simpet comme remarque, mais bon, je n'arrive définitivement pas à revendiquer pour moi-même des droits que je refuserai aux autres).

Sinon, il y a de moins en moins de vrais provençaux à Avignon, trouver un tambourinaire pour une fête de village est presque impossible, la plupart des jeunes ne connaissent même pas la Coupo Santo, ne savent pas danser correctement une mazurka ... etc.... je propose des avis d'expulsion contre ces parisiens qui ont totalement raté leur intégration...
J'ai beaucoup de mal actuellement quand je vois qu'on veut demander aux candidats à la naturalisation d'être bien plus 'français' que je ne le serai jamais moi qui suis français par naissance (et bienheureux de l'être), attaché aux traditions locales, actif dans la vie politique (et culturelle) de ma ville (et de mon pays)... etc... mais à la fin qu'a-t-on le droit d'exiger de quelqu'un pour lui donner le droit de vivre dans ce pays si ce n'est dans respecter les lois .Car après tout, la naturalisation est un problème secondaire, le premier problème ce n'est pas de savoir comment on devient Français, mais comment on fait pour avoir le droit de vivre en France, et les deux propositions ne me semblent pas équivalentes.

38. Le samedi 1 juillet 2006 à 01:40 par Sla.

Ce qu'il y a de bien chez les commentateurs de ce site, ce sont les arguments pertinents, modérés, constructifs et objectifs! Il y a un effort digne de Sysiphe de démontrer chacune des affirmations ici envoyées!

Sachant qu'Eolas a parlé d'usurpation d'identité récemment, "M. Jospin" est particulièrement mal inspiré de venir publier sous ce nom.

Sachant que vous ne choisissez pas toujours la situation dans laquelle vous êtes et qu'elle est rarement à votre avantage si vous ne l'avez pas choisie, ne trouvez-vous pas normal de vous battre pour que cette situation change? Quel courage de continuer à se battre alors que toutes les portes vous sont fermées au nez, que l'on vous stigmatise et que des gens comme "en clair" souhaitent votre mort!

Et la règle dit: "SI + IMPARFAIT" ! -> "Si j'avais" et non pas "Si j'aurais"

39. Le samedi 1 juillet 2006 à 01:42 par Joëlle

je sens que le débat devient animé et je vais sans doute y contribuer mais il me semble essentiel de préciser un point.

Les immigrés irrégulier, qui selon vous "pillent l'aide sociale" ne viennent pas en France en "touristes" par pu plaisir de nous faire chier. Ils ne débarquent pas comme ça se disant tiens si on allait toucher le rmi en France ça doit être sympa. On ne se déracine pas pour devenir un assisté. Les immigrés ont leur dignité comme vous et ce que vous ne feriez pas ils ne le font que parce que bien souvent ils n'ont pas le choix.

Ils choisissent la France par "réflexe" parce que c'est l'ancien pays colonisateur, parce que l'illusion que c'est un pays ou tout est possible subsiste encore aujourd'hui et qu'ils parlent notre langue qui souvent est restée la langue officielle de leur pays (et oui, c'est aussi bête que ça parfois).

Quand on les renvoie dans leur pays, bien souvent il ne s'agit pas de les renvoyer se faire dorlotter chez papa-maman, mais de retrouver misère et famine (et j'exagère même pas).

Un immigré régularisé, c'est bien souvent un immigré intégré, qui lorsqu'il gagne correctement sa vie paie des charges sociales et des impôts et contribue à l'effort économique comme chacun de nous.

C'est à la fois une richesse pour notre pays mais aussi pour celui dont il vient. Car les devises qu'ils envoient chez eux sont bien souvent la première source de revenus de ces pays.

Renvoyer les immigrés sans leur donner leur chance ce n'est pas ce qui nous rendra plus riches.

C'est même pas une question économique, mais une question d'humanité.
Et sans être le bon samaritain de la planète ni recueillir tous les réfugiés ou immigrés, je pense que pour ceux qui manifestent un réel souhait de s'intégrer il y a moyen de faire les chose dans le respect et la dignité ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui.

Moi en tout cas je suis contente que ce fut le cas pour mon père il y a 20 ans...c'est probablement grâce à cela que je vous écris aujourd'hui.

Jo

40. Le samedi 1 juillet 2006 à 01:57 par JaK

Euh...
Une très mauvaise typo de ma part laisse croire que la phrase:
"Je suis pour mon droit à l'émigration et, du coup, je me vois mal ne pas reconnaitre aux autres le droit à l'immigration." que j'écris résumerait la position de M. Eolas sur le sujet... alors qu'il ne s'agit que de la mienne évidemment.

41. Le samedi 1 juillet 2006 à 03:19 par GCX

ah bon, vous regardez pas "immersion totale" sur la 2 alors?
z' ètes quebecquois?

merci Eolas, c'est vachement bien.

42. Le samedi 1 juillet 2006 à 11:16 par Auguste

@Jak
Il nous avait en effet échappé que le droit à l'émigration faisait partie des droits de l'homme. Il ne faudra pas manquer de le rappeler à la multitude de pays dans le monde qui exigent de donner leur autorisation pour se rendre sur leur sol, sous peine souvent de prison.

De même je ne cache pas mon enthousiasme devant votre proposition de supprimer les frontières et de permettre à tous les habitants de la planète de venir s'installer dans le pays de leur choix en bénéficiant des prestations sociales et des garanties locales.

Je propose de construire tout de suite une première tranche de 100 millions de logements sociaux dans notre beau pays pour gérer cette nouvelle immigration légale.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact