Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Usurpation d'identité

J'ai appris ce week-end une anecdote fort désagréable qui m'oblige à faire une mise au point claire et ferme.

Dans le cadre d'un litige l'opposant à un autre internaute, un indélicat a cru pouvoir se faire passer pour moi pour envoyer un e-mail comminatoire et menacer de poursuites judiciaires par voie de messagerie instantanée.

A cet aspect désagréable en soi s'ajoute le caractère dérisoire du litige, qui portait sur cinq euros, et le salmigondi juridique insensé que ce monsieur s'est permis de mettre dans ma bouche pour déterminer son interlocuteur, qui plus est mineur, à lui restituer cette somme.

Histoire de vous faire rire avec cette histoire qui m'a fait grincer des dents, voici le charabia envoyé par ce monsieur, qui m'a été communiqué par le destinataire. Les fautes sont d'origine.

Monsieur, je me présente, Maître Eloas, avocat de la Sarl depuis Mai 1997, spécialiste de l’informatique des cabinets d'audience.

Nous sommes spécialisé dans tout ce qui touche aux méthodes de contre-façon touchées via autruis, et à tous sites représentant l'illégalité de droits d'auteur corporels d'instructions complmentaires, ou autres méthodes de plagiat.

Nous abordons le sujet de l'illégalité de ce côté-ci, pour vous informer que la méthode dont vous acquiessez en ce moment-même est strictement illégale outre la méthode d'utilisation du service Paypal (Europe) Ltd (r).

Vis-à-vis des conditions d'utilisation du service Paypal (Europe) Ltd (r) et de ces droits divins, nous informerons les aurotités judiciaires de méthodes partielles qui reposent à proposer de faux cervices propers d'où la réglementation de Payal.

Nous vous incitons à litre les Conditions d'utilisation du service Paypal (Europe) Ltd (r) à l'adresse indiquée ci-dessous : (...)

Par conséquent, vous êtes prié de rembourser de ce champs, l'éventuelle transaction fraudée de votre part, par cause de faux service, à l'adresse e-Mail Paypal indiquée ci-dessous : XXXXXX@XXXXX.com

Cette personne n'est que simple témointe, et donc nous aide, par le biais d'une association contre l'Illégalité de Droits, à coincer les incitations illégales visant à escroquer les utilisateurs par le biais de services Gratuits de droits respectifs.

Ces droits, vis-à-vis de l'URL indiquée : http://*****.com, ne sont pas respectées indépendamment des services subjugués par la Société Paypal (r).

Nous avons donc contacté la Société **** pour recevoir les informations nécessaires de votre domicile, dont le but est de vous envoyer par courrier, les démarches à suivre par la suite de cette fraude comise de votre part.

Si vous n'êtes pas le propriétaire du domaine, vous n'avez en aucun cas à faire parti de cette poursuite.

Néanmoins, la personne ayant reçue la transaction effectuée via Paypal, Mr Alexandre André, sera convoquée au commissariat de sa préfecture ou de sa sous-préfecture.

En espérant avoir été clair sur ces informations détaillées, concrètes, et bien précises.

Si vous avez la moindre question, veuillez me contacter le plus rapidement possible. Si contact par téléphone, demandez "Maître Eloas", étage ***, du récipient "***", vous allez être redirigé par l'une de nos hôtesses via mon domicile privé.

Cordialement.

J'ai aisément réussi à identifier cette personne, et l'ai contactée pour lui dire mon ire. Sa réponse est désarmante de naïveté : « Mais il m'avait arnaqué de cinq euros, je ne pensais pas à mal en utilisant le nom d'un avocat qui n'existe pas ».

Alors une petite mise au point.

D'abord, j'existe. J'ai vérifié ce matin auprès d'experts, médecins, juristes et philosophes, qui m'ont tous confirmé mon existence. Aucun doute n'est plus permis là dessus.

Ensuite, le fait que je blogue anonymement ne signifie pas que mon pseudonyme est en libre service et permet à n'importe quel petit malin de se faire passer pour moi impunément. Mon anonymat ne fera jamais obstacle à ce que j'aille en justice demander des comptes à quiconque s'amuserait à cela.

Quand j'interviens en qualité d'avocat, je le fais sous mon vrai nom, par une lettre recommandée écrite sur mon papier à en tête haut de gamme qui coûte fort cher et justifie mes honoraires hors de prix. Pas par e-mail sauf si je n'ai qu'une adresse électronique pour contacter mon adversaire. Je n'écrirai jamais sous le nom de maître Eolas, avocat. Maître Eolas est un nom de plume, dans le seul cadre de la création littéraire qu'est ce blogue.

D'un point de vue juridique, le pseudonyme est protégé civilement contre l'usurpation. Pénalement, le délit d'usurpation d'identité est constitué dès lors que je suis aisément identifiable puisque je suis le seul avocat à employer ce pseudonyme, si l'usurpateur m'exposait à des poursuites civiles, pénales ou disciplinaires du fait de ses actes sous sa fausse identité.

Mais surtout, au delà de mon humble personne, le fait d'usurper la qualité d'avocat pour déterminer quelqu'un à effectuer un paiement, fût-ce d'une somme effectivement due, constitue le délit d'escroquerie. Peu importe que vous vous estimiez vous même victime d'une escroquerie ou d'un débiteur indélicat, cela ne vous permet pas de commettre un délit pour obtenir votre dû. On ne vole pas son débiteur, on ne l'escroque pas, pas plus qu'on ne le menace ou qu'on ne l'agresse. On ne se fait pas justice à soi même, c'est une des fondations de la république.

Pour cette affaire, j'ai exigé que l'usurpateur, dont j'ai communiqué l'identité à sa victime, rembourse la somme qu'il a indûment perçue. Le crime ne paie pas[1].

Je pense en rester là pour cette fois, je me donne jusqu'à la fin de la semaine pour me décider.

Mais qu'il soit désormais clair que si quelqu'un se disant Maitre Eolas prend contact avec vous pour se la jouer avocat menaçant, c'est un menteur. Merci de me prévenir immédiatement. Je n'aurai à l'avenir aucune tolérance à ce sujet.

Et j'ai un excellent avocat.

Notes

[1] La morale est néanmoins sauve, puisque la victime en question a décidé de restituer ces cinq euros à ce monsieur, estimant sa réclamation fondée, au-delà des moyens employés. Comme quoi ces méthodes illicites étaient vraiment indispensables...

Commentaires

1. Le mardi 10 avril 2007 à 11:39 par t.w.

remarquons tout de même que l'indélicat n'avait pas tout à fait utilisé le même pseudonyme (Eloas au lieu d'Eolas)

2. Le mardi 10 avril 2007 à 11:44 par Marjorie

J'espère que l'indélicat n'est pas étudiant en droit :)

3. Le mardi 10 avril 2007 à 11:52 par pouzzler

Aïe mes oreilles! Vous devriez lui demander, dans le cadre d'une transaction à l'amiable, de suivre des cours du soir pendant cinq ans, faute de quoi vous le poursuivriez auprès de la Commission à l'Etude de la Langue Française de Droit Divin (ltd).

4. Le mardi 10 avril 2007 à 11:57 par Therdin

Euh.. nous ne sommes pourtant pas le 1er Avril...

5. Le mardi 10 avril 2007 à 12:05 par jean philippe

Rassurez moi, pour les fautes d'orthographe se sont bien des fautes de frappes de votre part et non des fautes de la part de l'usurpateur ? Si je tombe sur un mail bourré de fautes, il est clair que je ne peux lui accorder aucun crédit !

Plus sérieusement, cette mauvaise blague peut-elle vous exposer à des poursuites disciplinaires ?

Comme je le précise, les fautes d'orthographe sont d'origine, de même que la patagrammaire employée.

Eolas

6. Le mardi 10 avril 2007 à 12:07 par kowalsky

Concernant la note de bas de page, est-ce une absolution cachée des faucheurs de maïs transgénique en vertu de la nécessité et du principe de précaution par rapport à leurs actions jugées ici même illégales, le tout suite à ton ralliement, certes tardif mais néanmoins sincère, à leur chef de file, candidat à l'élection présidentielle ? :)

7. Le mardi 10 avril 2007 à 12:07 par Raph

"sera convoquée au commissariat de sa préfecture ou de sa sous-préfecture."
Waooo...

Pour l'ensemble : usurpation de titre protégé (pénal), escroquerie (pénal), usurpation de nom (civil)...

Et j'ai beau relire ce texte, je ne comprends rien à rien...
C'est quoi le contexte ?

A envoie un mail à plein de gens du style "versez moi 5 euros sur mon compte paypal, ajoutez votre mail à la liste figurant dans ce mail et envoyez le à pleins de gens, et vous recevrez des milliers d'euros sans rien faire. B paye, envoie le mail, et ne devient pas riche sans rien faire. B se fait passer pour Maitre Eolas pour obtenir le remboursement de ses 5 euros.

Eolas

8. Le mardi 10 avril 2007 à 12:07 par LtR

Le coquin ! Eolas pour 5 euros !

Absolument. Là, il y a outrage, en plus.

Eolas

9. Le mardi 10 avril 2007 à 12:08 par bud


Bonjour.
Je suis le vrai Maître Martin Eolas (vous auriez du vérifier un peu cher confrère que le nom n'existait pas dans l'annuaire des avocats, car, il existe !),
je commence une procédure (par lettre recommandée) pour au moins, usurpation d'identité.
(je ne vais pas plus loin, ceci est une plaisanterie, qui s'arrête.)

Quand on voit le texte, on dirait une traduction automatique rafistolée..
Un avocat en général (ou tous en moyenne) croient-ils fermement aux valeurs de notre république: ses fondements, ses principes ??, ou vous sauvez l'honneur de la profession ?? ;-)

Un avocat en général, oui, et un avocat général, plus encore.

Eolas

10. Le mardi 10 avril 2007 à 12:13 par ferraille

Jusqu’où le monde réel pourra-t-il se dupliquer dans le monde virtuel ?

Cela pose évidemment la question des moyens d’identification des personnes ; l’Eolas du Journal d’un avocat, ou de Wikipédia, ne sont-ils pas plus qu’un pseudonyme qu’un autre pourrait usurper dans un autre univers, un autre lieu de discussion (en se réclamant ou non du titre d’avocat) ?

Plus généralement, la facilité avec laquelle aujourd’hui s’usurpent les identités, causant les préjudices considérables que l’on sait, n’incite-t-elle pas à trouver et à mettre en œuvre les moyens techniques permettant d’établir incontestablement une identité, ce qui supposerait la possibilité d’avoir une certitude dans le virtuel aussi bien que dans le réel ?

L’omniscience est-elle possible dans l’Internet ?

Autrement dit : l’Internet pourrait-il être — est-il déjà — totalitaire ?

11. Le mardi 10 avril 2007 à 12:15 par Maître Hé ? Oh ! Làs !

Ce n'est plus, comme le disait notre ami Bloy, l'abolition du sens des mots qui a été votée, mais carrément l'abolition du sens commun.
Comment pouvez-vous affirmer qu'un des fondements de la République est de ne pas voler son débiteur ? Ce n'est pas la République qui a inventé le principe de "la fin qui ne justifie pas les moyens". Je dirais même peut-être le contraire.
Nous sommes ici en plein délire individualiste. Il va falloir s'y faire. Les jeunes générations élévées dans le culte de l'élimination par SMS n'ont cure de vos principes soit-disant républicains.

Et vous êtes, je suppose, la première victime de l'abolition que vous annoncez ?

Eolas

12. Le mardi 10 avril 2007 à 12:16 par Garfieldd

pour ma part je suis attendri apr la formule suivante : les "services subjugués par la Société Paypal (r)."
C'est vrai qu'elle a de beaux atours la société Paypal...

13. Le mardi 10 avril 2007 à 12:16 par Jonoblog

Le coup des "droits divins" de PayPal est tout bonnement hilarant ! Ce texte est tellement drôle qu'il vaut bien 5 euros (surtout quand on voit le prix des places pour voir certains humoristes).

14. Le mardi 10 avril 2007 à 12:23 par Deilema

L'informatique des cabinets d'audience et les droits d'auteur corporels ne sont pas mal non plus...
Il semble que l'usurpateur ne soit même pas un de vos lecteurs assidus!

15. Le mardi 10 avril 2007 à 12:25 par Géo

Ben oui C pourtant bien clair : "informations détaillées, concrètes et bien précises". Ça vaut bien au moins 5 euros.

16. Le mardi 10 avril 2007 à 12:28 par ferraille

Verra-t-on un jour (lointain) se créer un état-civil mondial, où chaque être humain, quel que soit sa nationalité et son lieu de naissance, sera répertorié et identifié par une empreinte génétique et des relevés biométriques ?

À partir de l’immense base de données de cet état-civil mondial seraient générées toutes sortes d’application, de croisements et d’interconnexions, permettant d’établir une vision « hyper-lucide » de l’humanité, pour le bien et pour le mal, pour la science et le profit !

Effrayant délire liberticide ou nécessaire moyen de protection des droits et des libertés ?

Il doit certainement y avoir des gens qui travaillent déjà là-dessus.

17. Le mardi 10 avril 2007 à 12:39 par Benoit2

salmigondi à l'aïl ou nature ?

18. Le mardi 10 avril 2007 à 12:55 par mad

Il a passé son texte au débilotron avant de l'envoyer?

19. Le mardi 10 avril 2007 à 12:59 par Me Eolas - je rigole. Quelqu'un 'dautre

"Je pense en rester là pour cette fois, je me donne jusqu'à la fin de la semaine pour me décider." Ne voulez-vous pas en vérité laisser l'usurpateur dans le doute?

20. Le mardi 10 avril 2007 à 13:04 par julien

@4 -> non, mais j'ai remarque qu'il est assez courant a Paques que les cloches soient de sortie ;)
affligeant tout de meme

21. Le mardi 10 avril 2007 à 13:19 par pangloss

"Maître Eloas, avocat de la Sarl" : j'adore cette phrase. Je sais pas ce que ça veut dire mais ça en jette.

22. Le mardi 10 avril 2007 à 13:28 par potagepekinois

C'est moche le succès! :)

23. Le mardi 10 avril 2007 à 13:28 par David Monniaux

Des menaces comme ça, Wikipédia en reçoit tous les jours... :-) (Je veux dire: menaces basées sur des arguments légaux pipo avec intervention d'un juriste hypothétique.)

La nouveauté c'est l'usage du nom d'Eolas, mais c'est sans doute la contrepartie d'être un avocat médiatique. :-)

24. Le mardi 10 avril 2007 à 13:31 par Joel

Une petite question, maitre : B est-il mineur, lui aussi ?

25. Le mardi 10 avril 2007 à 13:36 par omen999

"vous allez être redirigé par l'une de nos hôtesses via mon domicile privé."

question déontologie, l'avocate de techland® a encore des leçons à prendre du faux eolas(tm)

26. Le mardi 10 avril 2007 à 13:53 par Maître Hé ? Oh ! Làs !

@Eolas #11
Que voulez-vous, j'ai été élevé à l'école de la République.

27. Le mardi 10 avril 2007 à 13:57 par Pour l'occasion

Cette prose m'a fait sourire. Mais, comme le suggèrent certains, à 5 € le sourire, je n'ose imaginer ce que me couterait un gros éclat de rire!

28. Le mardi 10 avril 2007 à 14:10 par Zkark

"Nous sommes spécialisé dans tout ce qui touche aux méthodes de contre-façon touchées via autruis, et à tous sites représentant l'illégalité de droits d'auteur corporels d'instructions complmentaires, ou autres méthodes de plagiat."


Superbe! Magnifique! N'en jetez plus !
Assignez ce coquin pour un euro symbolique de D et I (bon il y aura une petite amende en plus mais enfin...) et donnez-nous l'adresse du TGI qu'on vienne passer un bon moment!

29. Le mardi 10 avril 2007 à 14:14 par Armand

Cher Maître,
C'est pour ce problème d'usurpations d'identité dans les commentaires que j'ai arrêté mon blog.
Certains sont orfèvres en machiavélisme (pour ne pas utiliser un autre mot qui ne sied pas ici).
Guéguerres dans le monde virtuel alors il y en a déjà tant dans le monde réel...
Salutations respectueuses.

30. Le mardi 10 avril 2007 à 14:16 par Mentat

Ce n'est point là le genre de billet que je m'attendais à lire après ces quatre jours d'abscence...
Enfin bon, la situation fait quand même bien sourire :)
Je note au passage que ce genre de mail (pour "devenir riche sans rien faire" -éternelle utopie-
est abondemement présent sur la toile)

Cordialement,

Un mentat.

31. Le mardi 10 avril 2007 à 14:30 par Fanette

Ma prof de droit (avocate) au CNAM me disait un jour :
"Plus rien ne m'étonne sur la nature humaine"
"plus rien ?" lui rétorquais je ?
"Si vous saviez" me répondit elle...

Et je vois...je constate au fil des billets que vous écrivez vous et un juge..

32. Le mardi 10 avril 2007 à 14:35 par Yogi

Bonjour,
Ce texte ressemble beaucoup à du spam passé à la moulinette d'un traducteur automatique... Je me demande comment les sociétés qui éditent des logiciels de traduction peuvent encore avoir des clients.
Amicalement,
Yogi

33. Le mardi 10 avril 2007 à 14:36 par Zénon

@ Eolas

"un e-mail comminatoire et menacer de poursuites" dites-vous.

Un propos comminatoire est un propos qui menace un individu de poursuite(voire d'une peine), non ? Comminatoire n'aurait-il pas été suffisant ?

C'est du mauvais esprit, c'est noté...ou alors une erreur de ma part(pire que du mauvais esprit), c'est envisageable !

Amicalement.

34. Le mardi 10 avril 2007 à 14:46 par Henri

Avec le ministère de l'identité, on ne pourra plus contrefaire les avocats. On fera seulement de la contrefaçon de démocratie, non pénalisable celle-là.

35. Le mardi 10 avril 2007 à 15:01 par Salomon Ibn Gabirol

"Pour cette affaire, j'ai exigé que l'usurpateur, dont j'ai communiqué l'identité à sa victime, rembourse la somme qu'il a indûment perçue. Le crime ne paie pas[1]."

Je ne comprends pas cette phrase: de quel usurpateur parlez-vous? S'il s'agit de celui qui s'est fait passez pour vous, j'ai cru comprendre que c'etait lui qui s'etait fait delesté de cinq euros.... Sa victime, c'est soit vous (l'usurpé) soit celui qui a obtenu cinq euros (en utlisant Paypal).

En tout etat de cause, ce n'est pas a l'usurpateur de rembourser ces cinq euros a qui que ce soit....

Mais peut-etre ai-je mal compris....

36. Le mardi 10 avril 2007 à 15:01 par Celui

Henri, vous êtes le gagnant du jour !

37. Le mardi 10 avril 2007 à 15:06 par Salomon Ibn Gabirol

Pour reprendre le premier commentaire, le fait que l'usurpateur ait utilisé "ELOAS" au lieu d'"EOLAS", le protege-t-il en cas de poursuites? Ou le simple fait qu'une confusion soit possible entre les deux noms caracterise-t-il l'usurpation?

38. Le mardi 10 avril 2007 à 15:29 par Mentat

Computation primaire : l'usurpateur n'a pas fait attention et a mal recopié le véritale pseudonyme : "Eloas au lieu d'"Eolas". De se fait il peut eventuellement être lavé de tout soupçon s'il parvient à convaincre que ce pseudo n'était pas utilisé à des fins d'usurpation mais bien inventé comme cela car il lui fallait un nom. Ainsi l'usurpateur a usurpé l'identité d'une personne qui n'éxiste probablement pas.
Autre solution, la faute d'orthographe était délibérée et on peut y voir là une manière habile de se faire passer pour quelqu'un sans vraiment se faire passer pour ce quelqu'un...(plutôt connu) enfin dans les deux cas l'usurpateur peut affirmer n'avoir agit sans intention d'usurper l'identité d'une personne éxistante mais après n'étant pas du métier, je ne peux pas dire si dans les diffèrents cas il pourrait être poursuivi. (par ex pour confusion possible comme le souligne Salomon Ibn Gabirol)

39. Le mardi 10 avril 2007 à 15:29 par Oli pas Brius

Cher Eolas,
un procès contre l'indélicat et hop.... votre anonymat tomberait définitivement par la révélation de votre état-civil. N'est-ce pas contre-productif?

40. Le mardi 10 avril 2007 à 15:34 par Anonyme aussi

Pour aller dans le sens du 38ème commentaire....

Comment allez-vous, Cher Confrère, démontrer votre qualité à agir?

Vous êtes vous pré-constitué la preuve que vous êtes bien l'anonyme Eolas?



41. Le mardi 10 avril 2007 à 16:01 par Aymeric jacquet

Muwahahahahahahaha...

Ca me rappelle l'email de menaces d'un soit disant "fournisseur" qu'a reçu un de mes clients pensant être protégé par l'"anonymat internet".

Le soit disant "fournisseur" était un concurent et à découvert en retour les limites du légendaire "anonymat internet".

42. Le mardi 10 avril 2007 à 16:10 par jmdesp

> D'un point de vue juridique, le pseudonyme est protégé civilement contre l'usurpation

Ca a été éprouvé pour un pseudonyme Internet déjà ?

43. Le mardi 10 avril 2007 à 16:13 par hungarian fear

bientôt,
les avocats passant dans l'émission du justicer des consommateurs sur TF1 (pas de nom, je sais) se feront passer pour Maître Eolas lors des appels téléphoniques musclés de coutûme sur cette émission...
Cela part en live de façon irrémédiable, Eolas !

44. Le mardi 10 avril 2007 à 16:33 par éconoclaste-sm

"J'ai vérifié ce matin auprès d'experts, médecins, juristes et philosophes, qui m'ont tous confirmé mon existence"

Cher maître,
Tu aurais du consulter des économistes. La réponse aurait pu être significativement différente.
Car, si tu n'interviens pas sur le(les) marché(s) que nous étudions, tu n'existes pas.
Ensuite, même si tu y interviens, tu es réduit pour l'occasion à une fonction d'utilité et un bouton poussoir (pour la maximiser).
Bref, la science économique doute de ton existence. Par principe !

45. Le mardi 10 avril 2007 à 16:37 par Claudius

Je me demande si ça ne fait pas des années que l'on visite et apprécie le blog d'un faux Eolas !!!

C'est dingue quand on y pense !

46. Le mardi 10 avril 2007 à 16:50 par tschok

Mais c'est très postmoderne comme mésaventure (à prononcer avec l'accent rive gauche)!

47. Le mardi 10 avril 2007 à 16:58 par bouzouki75

Cher Maître Eolas
Le style du message me fait penser à une escroquerie de vaste envergure du type scam ou arnaque généralisée. Il semble dangereux de contacter seul les auteurs de telles pratiques. Je ne peux que vous conseiller de faire analyser ce message par l'équipe du très bon site hoaxbuster et de leur demander conseil.
Cordialement

48. Le mardi 10 avril 2007 à 17:10 par polynice

Un conseil pour les justiciables qui se trouvent confrontés à une lettre comminatoire émanant d'un avocat :

TOUJOURS ALLER VERIFIER SUR LE SITE DE L'ORDRE CONCERNE, OU SUR LE SITE DU CNB, SI L'AVOCAT EXISTE BIEN ET S'IL EST TOUJOURS INSCRIT !

49. Le mardi 10 avril 2007 à 17:17 par Etudiant en médecine

Idem pour ceux qui cherchent un chirurgien pour n'importe quelle opération...

Allez voir si il est bien mentionné sur le site de l'Ordre des Médecins et pour les plus paranos, où il a fait son internat, etc.

Cordialement.

50. Le mardi 10 avril 2007 à 17:23 par polynice

Et avant de répondre à un juge, vérifier s'il a bien été nommé par décret.

On ne sait jamais.

Y a tellement d'imposteurs de nos jours, que l'on n'est jamais assez prudent.

51. Le mardi 10 avril 2007 à 17:24 par TiDjee

Pensez à vérifier que le chauffeur de taxi a le permis de conduire...

52. Le mardi 10 avril 2007 à 17:26 par polynice

Ouais, super important le permis de conduire pour un chaffeur de taxi.

Un avocat sans maîtrise de droit (pardon, sans "mastaire") c'est pas très grave...

Mais un chauffeur de taxi sans permis, surtout s'il est bavard (le chauffeur, pas l'avocat), c'est une catastrophe....

53. Le mardi 10 avril 2007 à 17:32 par Kweb

Certains internautes confondent parfois usurpation et pseudonymie.

Tout en se sachant « tracés » au fil de l’IP…

Confondre facilité et irresponsabilité, voilà le piège dangereux du Web !

54. Le mardi 10 avril 2007 à 17:35 par polynice

Ce sont là deux notions bien distinctes.

L'usurpation, c'est usurper, tandis que la pseudonymie, c'est pseudonymier.

55. Le mardi 10 avril 2007 à 17:41 par Akali

"ces droits divins"

De droit divin !!! Rire !

C'est tout à fait le genre de personne qui veut essayer d'utiliser des procédés de style ou se faire pédant et qu'il au final, fourni un charabia pas possible.


Ah làlà dommage qu'internet laisse les gens se cacher derrière leur ordinateur et n'ayant ainsi pas a assumer publiquement ses péchés. Même si fort heureusement, il est toujours possible d'attaquer une personne...

56. Le mardi 10 avril 2007 à 17:53 par Nollipap

"Et j'ai un excellent avocat."

Vous avez déjà fait appel à lui, ou c'est uniquement par ouï-dire que vous le savez?

57. Le mardi 10 avril 2007 à 18:11 par Kweb

@polynice

Oui, merci. Pour moi aussi la signification n’est pas la même !
Mais les facilités de l’anonymat, une certaine permissivité apparente de pouvoir dire tout et n’importe quoi sur le Web pour certains…
Bref, on peut s’y montrer indélicat et franchement malhonnête comme dans ce cas précis, franchir la ligne jaune très facilement sans trop en prendre conscience, l’occasion faisant le larron, le bon comme le mauvais d’ailleurs.

58. Le mardi 10 avril 2007 à 18:52 par Pokra

Une façon différente de vous saluer, Maître : Hello L'As !.....

59. Le mardi 10 avril 2007 à 18:53 par Raph

A envoie un mail à plein de gens du style "versez moi 5 euros sur mon compte paypal, ajoutez votre mail à la liste figurant dans ce mail et envoyez le à pleins de gens, et vous recevrez des milliers d'euros sans rien faire. B paye, envoie le mail, et ne devient pas riche sans rien faire. B se fait passer pour Maitre Eolas pour obtenir le remboursement de ses 5 euros.

Eolas

C'est l'arnaque de la pyramide... En i-version..
C'est vieux comme le monde

60. Le mardi 10 avril 2007 à 19:22 par serge

pour une fois qu'un juriste écrivait en "rigolo" c'était intéressant! en fait vous avez brisé une carrière naissante: c'est injuste

61. Le mardi 10 avril 2007 à 19:36 par bigfinger

Ce salmigondi m'a fait mourire de rire. Si vous tenez l'auteur je tiens le traitement de texte!

jeanclaudevandamme.free.f...

62. Le mardi 10 avril 2007 à 20:06 par Pred

Foi de juriste, des mails délirants pour faire marrer les collègues, j'en ai déjà faits, mais là...! "Vis-à-vis des conditions d'utilisation du service Paypal (Europe) Ltd (r) et de ces droits divins", ça vraiment, ça me serait jamais venu à l'esprit! Paypal, société de droit divin... Mouahaha

63. Le mardi 10 avril 2007 à 20:28 par Geo

Ps: Maître, j'ai pour ma part abandonné le pseudo Géo (c'est mon dernier message avec ce nom),
en plus: quelqu'un me l'a subtilisé.
Vous avez les adresses-emails et les adresses IP pour devinez qui est qui si besoin.

64. Le mardi 10 avril 2007 à 20:53 par Suissitude

"Pénalement, le délit d'usurpation d'identité est constitué dès lors que je suis aisément identifiable "

Seulement à titre d'information, il semblerait que tel ne serait pas chez vos voisins helvètes :)

www.tsr.ch/tsr/index.html...

65. Le mardi 10 avril 2007 à 20:56 par Depas

"A envoie un mail à plein de gens du style "versez moi 5 euros sur mon compte paypal, ajoutez votre mail à la liste figurant dans ce mail et envoyez le à pleins de gens, et vous recevrez des milliers d'euros sans rien faire. B paye, envoie le mail, et ne devient pas riche sans rien faire. B se fait passer pour Maitre Eolas pour obtenir le remboursement de ses 5 euros."

Vu le contexte, je ne me permettrai pas d'appeler A une "victime". Et à votre place, si j'aurais bien engueulé B pour cette usurpation, je ne l'aurais certainement pas incité à rembourser ses 5 euros.
Comme vous dites on ne se fait pas justice pour 5 euros. Mais est-ce qu'on a la possibilité de faire appel à la la justice pour une somme pareille ? *
Soyons sérieux...

* Sauf par une action collective, à la limite, après avoir retrouver d'autres victimes d'A.

66. Le mardi 10 avril 2007 à 20:56 par Depas

"retrouvé", pardon.

67. Le mardi 10 avril 2007 à 20:59 par Luc

Je me demande si ce type est plus con que fou, ou plus fou que con. Sa langue maternelle, c'est le serbo-croate ou le basque ?

Ces graves questions étant destinés à rester à jamais en suspens, cet épisode drôlatique pose quand même sérieusement la question de la possibilité de le poursuivre pour usurpation de pseudo.

Un pseudo est-il une identité ? Si oui, à partir de quand ?
Eolas écrit : "...le délit d'usurpation d'identité est constitué dès lors que je suis aisément identifiable...". Ben non, justement pas.

D'ailleurs, à quoi bon utiliser un pseudo si c'est pour être ensuite "facilement identifiable" ?

68. Le mardi 10 avril 2007 à 21:02 par chantal

Vous avez bien fait. Je trouve cette histoire nullement risible ou amusante puiqu'elle prouve comment les escroquerie en chaîne se font faciliter par la crédibilité des gens (ou futures victimes).

Certes cette personne ne pensait pas à commetre un acte illégal, mais pour 5 euro, je me serais dit: bien fait pour toi et cela t'apprendra à ne plus croire de balivernes. Vous êtes très sympa de ne pas le poursuivre.

Bonne soirée

69. Le mardi 10 avril 2007 à 21:21 par Joel

Moi je n'y crois pas a cette histoire.
Je veux dire, je ne crois pas qu'Eolas soit serieusement enerve
par cette lettre, je ne crois pas qu'il y ait usurpation d'identite
(Eloas -ecrit ainsi deux fois dans la lettre- n'est pas Eolas), je
ne crois pas que l'auteur de cette lettre voulait qu'elle soit prise au serieux (et sans intention delictueuse, peut-il y avoir delit dans ce cas ?).
Me trompe-je ?

70. Le mardi 10 avril 2007 à 22:02 par Doubi

Pour 5 € c'est Julien Courbet qu'il faut contacter, après 10€ je dis pas

71. Le mardi 10 avril 2007 à 22:22 par LANDO

Vous faites un sacré tapage pour selon qu'il ne s'agit là que d'un gamin, qui n'avait pas réellement conscience de son acte ni de la qualification de celui-ci, encore faut- il qu'il sache ce qu'est l'usurpation d'identité. Le verbiage juridique est tellement abscon...
71 commentaires pour une vétille (et je m'inclus), cela surpasse tous les sujets politico- juridiques... pour tendre vers de la philosphie de comptoire sur le sens des mots, et le danger de la domination du virtuel sur le réel.
Avec des anecdotes comme celle-ci, votre blog va gagner en popularité... Qui sait, maître, avec un peu d'imagination, vous pourriez faire encore mieux ;)

72. Le mardi 10 avril 2007 à 23:12 par bud

@10, to ferraille:
en moyenne: il n'y a pas besoin de plus de moyens en sécurité informatique.
"
..ne sont-ils pas plus qu’un pseudonyme qu’un autre pourrait usurper dans un autre univers, un autre lieu de discussion (en se réclamant ou non du titre d’avocat) ?
"
Il peut etre facile d'usurper une identité, parce que, pour résumer,
on a ouvert en grand sa porte pour le rendre possible (ou aussi, en tant que lecteur-récepteur d'un message, on n'a pas assez vérifié).
La palette d'outils informatiques (algorithmes et logiciels) mis à disposition des professionnels et donc des utilisateurs finaux permet de sécuriser ce que l'on veut,
avec le niveau de sécurité (donc risques que l'on accepte) que l'on veut.

"L'Internet sera totalitaire": je pense qu'il faut être plus précis sur ce mot.
Le jour où la police pourra en un clic, sans décisions d'un juge/d'une Justice indépendante, savoir ce que vous avez écrit et lu sur Internet, il faudra revenir au papier.. (enfin, pour moi).
Le jour où il faudra, tous, insérer sa carte d'identité dans son ordinateur pour surfer sur le Net, le terrorisme aura lui aussi beaucoup avancé (grace à des attentats, des enlévements, etc..: ne pas succomber à ses sentiments ...).

Sur les adresses IP: une adresse IP est 'forgeable', mais il faut d'abord connaitre celle que l'on veut emprunter.
La sécurité: c'est connaître les faiblesses d'un système, puis c'est soit faire avec un risque, soit chercher un autre moyen plus complexe pour communiquer de manière plus sûre.

@40 "Anonyme aussi": seul Maître Eolas a les mots de passes nécessaires pour éditer des informations, sur son blog, à partir de l'adresse suivante: maitre.eolas.free.fr/,
ou alors: un pirate habile, ou alors Free corporation, ou toute personnes qui est possède ces mots de passes.
Idem pour l'accès à la lecture de vos emails Maître,
par contre, prétendre être quelqu'un d'autre dans un email, c'est très facile: c'est ce que font les spammeurs tous les jours, qui n'attendent pas de réponse par email. (il est aussi très facile de les identifier par leur adresses IP qui est unique et qui est la véritable source d'émission d'un email)

73. Le mardi 10 avril 2007 à 23:59 par tomtom

moi cela m'a fait penser à une version moderne des charabias juridiques de mangeclous, d'albert cohen . magnifique !

74. Le mercredi 11 avril 2007 à 00:09 par Souplounite

N'empêche, c'est pas mal fichu son email. Phrases courtes, détaillées en paragraphes distincts, plein de jargon... Donnez-lui quelques années pour améliorer le style, un correcteur orthographique et grammatical, et c'est pas 5 euros qu'il va récolter...

Appréciation :
"Du talent dans la contrefaçon. Persévérez."

75. Le mercredi 11 avril 2007 à 00:49 par Emrys Myrdyn

"Le crime ne paie pas[1]."

Le "crime"... et dire qu'il y en a qui se sont pris un billet ravageur en pleine figure pour avoir débordé de l'acception strictement juridique du terme "récidiviste" !...

J'vous jure...

EM

76. Le mercredi 11 avril 2007 à 02:43 par my pseudo is protégé, sir !

scandaleux, aussi abo que minable, mais au fond, il faut songer aussi à y reconnaître l'implicite hommage...
ça me fait un peu penser à ces réseaux Zaïrois (Congolais, pardon) qui montent souvent des fraudes en surfant sur les technologies en vogue. Mélange d'amateurisme et de pseudo-technicité...

77. Le mercredi 11 avril 2007 à 03:14 par ferraille

@72 (Bud)

« Le jour où la police pourra en un clic, sans décisions d'un juge/d'une Justice indépendante, savoir ce que vous avez écrit et lu sur Internet, il faudra revenir au papier... (enfin, pour moi). »

Pourtant, cela existe déjà.

Mes questions étaient partiellement liées, à dire vrai, aux quelques bribes d’information que mes lectures m’ont procurées au sujet des pouvoirs et des pratiques d’investigation « électronique » de la police fédérale des États-Unis.

D’après ce que j’ai lu, dès 1986 (année d’édiction de l’ECPA, l’Electronic Communications Privacy Act), le FBI a été légalement autorisé à accéder, dans le cadre de son travail de police, aux enregistrements informatiques liés au courrier électronique, aux transactions bancaires, aux communications téléphoniques et au transport de passagers.

Il lui suffisait alors, pour obtenir ces informations, d’édicter une «national security letter» (NSL), dans le cadre d’un processus de décision qui lui est interne (sans juge, ni justice indépendante).

Cette lettre donne compétence aux agents enquêteurs d’exiger de tous les détenteurs de données électroniques stockées des États-Unis toutes les informations concernant les personnes visées par l’enquête.

En 2001, le USA Patriot Act (de son vrai nom : Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools to Intercept and Obstruct Terrorism Act of 2001, Pub. L. No. 107-56, 115 Stat. 272 (2001)) a considérablement élargi les pouvoirs d’enquête de la police fédérale des États-Unis, puisque désormais les NSL peuvent viser n’importe qui, et non plus seulement les personnes pour lesquelles existe une suspicion de participation à des actes criminels liés à une entreprise terroriste.

Les dérives des pratiques policières de cette agence ont été fortement critiquées.

Un inspecteur général (inspector general) du ministère de la justice (Justice Department) des États-Unis, M. Glenn A. Fine, a rédigé un rapport de 199 pages (avec les annexes) sur les pouvoirs du FBI en matière d’investigations électroniques, et sur leurs abus, qui a été rendu public le mois dernier (www.usdoj.gov/oig/special...

Le FBI a révélé avoir édicté 143074 NSL entre 2003 et 2005 pour obtenir des données informatiques nominatives dans le cadre de ses enquêtes.

Le Congrès des États-Unis a récemment procédé à des auditions sur cette question (source : MICHAEL J. SNIFFEN, “US congressional hearing delves into FBI’s improper spying”, Associated Press, March 19, 2007).

Il semble donc que l’on puisse extraire pas mal d’informations sensibles de la Toile.

78. Le mercredi 11 avril 2007 à 08:45 par felixnemrod

Bonjour Eolas,
Si cela peut vous rassurer, un confrère m'a raconté avoir été confronté dans un dossier contentieux à une pièce produite par la partie adverse censée émaner de son propre cabinet, et à l'analyse de laquelle il s'est aperçu qu'un petit malin avait cru intelligent de reproduire son papier en-tête...et s'était permis d'émettre (par correspondance) des avis et consultations de nature juridique dont l'une à destination de la partie adverse.
Evidemment, le confrère adverse avait hurlé au conflit d'intérêts!
Heureusement - la bêtise n'a pas de limite - l'indélicat (hum...) avait modifié quelques éléments du papier en-tête, croyant que celà l'absoudrait...sic. Cet élément (outre les stupidités incluses au sein du courrier en lui-même) a permis une première réévaluation de la pièce par le Tribunal, puis sa mise à l'écart.
En espérant que ceci vous aura mis du baume au coeur,
Bien amicalement (et à nouveau un grand merci pour votre blog),
FéliX

79. Le mercredi 11 avril 2007 à 08:52 par Pasdac

j'ai toujours apprécié ce blog et son auteur. Mais je reste pour ce bilet surpris voire choqué par la réaction du Maître (le seul, le vrai, l'unique). Personne n'a relevé que tout en rappelant qu'on ne se fait pas justice soi même, vous avez (si j'ai bien compris) exigé que l'usurpateur rembourse les 5€ à l'escroc. Vous l'avez menacé de vos foudres et il s'est exécuté... Mais votre comportement me semble pour le coup très très limite et relever d'une forme de justice rendue à soi-même. L'usurpateur n'a pas été jugé dans un procès équitable, et n'a pas été condamné pour usurpation. Donc même s'il a reconnu les faits, il n'est pas certain que sa "touchante naïveté" et quelques arguments juridiques d'un bon avocat spécialiste de l'internet ne lui évitent une condamnation. Si tel était le cas, l'avoir obligé à restituer les 5€ sous la "menace" de vos foudres, ne vous exposerait-il pas à votre tour à des incriminations pénales ?
Une chose est sure, cela vous a mis de (très) mauvais poil. Mais à mon sens votre réaction n'est pas plus glorieuse que le piteux mail de charabia juridique de ce gamin... Car il me semble bien que vous vous êtes fait justice vous même, non ? Et je connais un avocat blogueur qui pourrait vous expliquer que ça ne se fait pas ;-) .

Dernière remarque: vous avez désormais une nuée de fidèles prêts à prendre fait et cause presque sans réserve pour vous ( je n'ai noté que très peu de réponses qui se soient démarquées de votre analyse). Cela en devient inquiétant: votre influence est si grande que tous prennent votre point de vue et très peu de vos lecteurs ont cherché à tempérer votre ire. Car un coup de colère devant une usurpation, oui je comprends. Mais votre réaction me semble excessive et de ce fait tout aussi blâmable que celui qui l'a déclenché.

80. Le mercredi 11 avril 2007 à 09:04 par Mentat

Mon Dieu, mais Pasdac vous avez fichtrement raison ! Comment le fait qu'Eolas cherche depuis toujours à dominer la blogosphère et même le monde a-t'il bien pu m'échapper ?

On devrait le censurer ! Il devient trop dangereux c'est certain./

81. Le mercredi 11 avril 2007 à 09:34 par anónima

La fidèle lectrice que je suis ne rentre pas vraiment dans le sujet traité ici et préfère les poissons d'Avril ou les histoires de codes et de Jurés.
Mais je lis avec attention, désirant toujours en apprendre davantage.
Je me fais toute petite, minuscule ...pour préciser (et j'ai vérifié dans le Larousse de ma Tata), que le mot ire, beau en lui-même, évoquant les hauts faits des valeureux chevaliers du Moyen-Age sous leur "haume."...est féminin.
Pardon pour mon insolence!

82. Le mercredi 11 avril 2007 à 09:37 par Francfort

Cher Maître,

Délirant!!! Tout simplement délirant!!! Ce qui prouve que pour les non-juristes il suffit d'utiliser des formulations absconses pour "avoir l'air de..."
Sinon vous écrivez "Peu importe que vous vous estimiez vous même victime d'une escroquerie ou d'un débiteur indélicat, cela ne vous permet pas de commettre un délit pour obtenir votre dû."

Ce ne serait pas "Nemo auditur propriam turpitudinem allegans"?
Très respectueusement

83. Le mercredi 11 avril 2007 à 09:43 par Maitre Yoda

Il aurait du signer Zorro à la pointe de son épée....

C'est tellement délirant comme lettre, autant prendre un personnage de fiction.

84. Le mercredi 11 avril 2007 à 10:05 par anónima

Mea culpa...
Ire est bien féminin mais on dit:
-mon âme...Veuillez m'excuser !

85. Le mercredi 11 avril 2007 à 10:16 par Mentat

@79

Mais vous avez fichtrement raison cher Pasdac ! Comment ai-je pu être aussi aveugle ? Comment ai-je pu ne pas comprendre qu'Eolas cherchait depuis toujours, derrière son bureau avec un air machiavelique et sadique à faire palir de peur n'importe quel psychopathe, à contrôler le monde !
C'est édifiant./

86. Le mercredi 11 avril 2007 à 12:05 par bud

@77(ferraille).

Je vous avoue que je ne fais pas entièrement confiance à l'Informatique aujourd'hui(et je travaille dans ce secteur),
et, pour certaines choses, j'ai des cahiers et des crayons.( je préfère une perquisation si besoin, c'est plus clair ;) ).

Merci pour ces infos sur les Usa (que je dois recoupé: votre lien), j'avais déjà entendu parlé un peu du Patriot Act.

Signé: un fidèle pas aveugle, mais borgne ;)

87. Le mercredi 11 avril 2007 à 12:56 par zadvocate

Bah, ca vaut bien quelques courriers de malheureux héritiers de dirigeants africains décédés dans des circonstances atroces et qui vous proposent de les aider à faire sortir du pays les 45 millions de dollars laissés sur un compte moyennant un pourcentage :)

88. Le mercredi 11 avril 2007 à 16:25 par ferraille

@Bud

Apparemment, le lien que j’ai donné ne fonctionne pas.

Aller sur : www.usdoj.gov/oig/

Cliquer sur « What’s New ». Dans le calendrier, regarder sous March 9 :

A Review of the Federal Bureau of Investigation’s Use of National Security Letters (Unclassified), March 2007.

89. Le mercredi 11 avril 2007 à 16:35 par Géo

A Géo : pardonnez-moi ce doit être moi le subtiliseur de pseudo, mais je ne l'ai pas fait exprès ne sachant pas qu'il existait. Dites moi si vous voulez que je vous le rende bien que je viens de voir que vous l'abandonniez.

90. Le mercredi 11 avril 2007 à 16:49 par Géo

A Géo de nouveau : surtout ne le dites pas à maître Eolas, il pourrait me poursuivre en subtilisateur de pseudo.

91. Le mercredi 11 avril 2007 à 18:23 par Ancien-geo

Au nouveau Géo: vous êtes pardonné,
je fais une rotation de mes pseudos sur le Net régulièrement (tous les 6 mois, plus ou moins, bhein sinon, je mettrais mon vrai nom/prénom).
Maître Eolas n'est pas si nerveux que cela quand même ;), je ne suis qu'un lecteur.
Au pire, il faudra afficher des morceaux d'adresses IP comme chez AgoraVox,
et sous dotclear V2 (version béta) : il y aura des listes banches et noires d'adresses Ip.
"
LE changement de cette version est bien sûr le nouvel antispam réalisé par Biou. Ce nouveau système permet de réaliser de nouveaux filtres antispam avec une grande facilité. 5 filtres sont disponibles par défaut :

* IP Filter (Liste noire et blanche d'adresses IP)
* Bad Words (Liste de termes interdits)
* IP Lookup (Vérifie l'adresse IP de l'auteur sur des serveurs DNSBL)
* Links Lookup (Vérifie les liens dans les commentaires sur surbl.org)
* Akismet
....
"

92. Le mercredi 11 avril 2007 à 20:58 par lea

Bonjour,

Est ce que quelqu'un peut m'expliquer ce que vaut dire la loi sur diffamation

Merci d'avance

93. Le mercredi 11 avril 2007 à 21:22 par Bertrand Lemaire

Si j'ai bonne mémoire, la petite pyramide montée par le nouveau comique est en soi pénalement répréhensible. Mais je profite de cette amusante aventure pour essayer d'obtenir une précision. Il se trouve que j'écris de la fiction sous pseudonyme. Et je me suis posé la question de pouvoir prouver que le pseudonyme m'appartient. J'ai bien sur un nom de domaine avec ce pseudo mais j'ai jugé cela insuffisant. J'ai donc déposé la marque de mon pseudonyme à l'INPI. Sur 10 ans, ce n'est pas si cher. Mais est-ce que renouveler cette marque serait nécessaire ? La déposer était-elle même nécessaire ?

94. Le jeudi 12 avril 2007 à 02:26 par PsychoGun

Avez vous un © sur ce pseudonyme ?

95. Le jeudi 12 avril 2007 à 07:11 par warp

Ah, l'égocentrisme...

96. Le jeudi 12 avril 2007 à 09:24 par TboWan

Pour répondre, dans les premiers commentaires à la question d'être sur qu'on est bien le pseudo qu'on prétend, il y a des moyens... (cryptographiques - cherchez RSA dans google/wikipedia pour les curieux).

Sans rentrer dans les détails, vous avez une clef privée et une clef publique. Vous écrivez un message, ensuite, vous faites un hash md5 (bon, une espèce de signature numérique du message, qui prend vachement moins de place que le message). Vous chiffrez cette signature avec votre clef publique. Et vous ajoutez cette signature chiffrée en fin du message.

Maintenant, pour savoir que c'est vous qui avez écrit le message, on déchiffre la signature avec votre clef publique et on la compare à la signature qu'on peut recalculer. La signature ne peux correspondre qu'à ce message, et vous êtes le seul à pouvoir la chiffrer comme elle l'est effectivement. Donc, pas d'usurpation possible, et pas de réutilisation de la signature chiffrée possible non plus.

C'est la technique utilisée par beaucoup de monde (notement des chercheurs qui déposent leur clef publique au CNRS) et ça marche plutôt bien. On peut alors signer des mails, ...

Pour en revenir aussi à la dislexie Eolas/Eloas... sachez, maître, qu'un nom de domaine "eloas.net" existe (bon, les serveurs répondent pas, mais le nom est réservé, on peut le voir dans les whois). Deplus, Eloas est aussi le nom d'une société (www.accessiweb.org/fr/gro... Vous pourriez être poursuivi pour utilisation abusive d'un nom ... (cf. affaire milka :p). (Mais où va le monde !)

C'est aussi assez amusant tout ce qu'on trouve en tapant "eolas" dans google ...

En tout cas, ça m'a bien fait rire.

TboWan



97. Le jeudi 12 avril 2007 à 14:49 par Moi

C'est drole. C'est vrai.
Mais ce qui m'a fait le plus sourire, c'est d'imaginer cet individu repondre au telephone durant les quelques jours suivant l'envoi de ce courrier.
Si ca se trouve il s'entrainait a bruiter les tonalités de transfert d'appel et les musiques d'attente.

98. Le jeudi 12 avril 2007 à 17:08 par Araignée

Je trouve ça presque mignon, en lisant cette prose on dirait qu'ils ont douze ans (j'espère que c'est le cas d'ailleurs... sinon c'est effectivement un peu moins mignon, c'est juste affligeant.)

99. Le jeudi 12 avril 2007 à 21:41 par orochimaru

son style me rappelle Roman horse/moi/tueur à gage (un commentateur qui ne savait pas que le maître des lieux avait les adresse IP des commentaires pendant la crise anti-CPE) c'est lui ?

Au fait, vous êtes vraiment proctologue ?

100. Le dimanche 15 avril 2007 à 14:21 par fred

Maître Eolas,

J'ai décidé de répondre par le droit et l'humour à cette chronique d'usurpation d'identité.
Sans faire l'avocat du diable, quand un professionnel du droit parle d'usurpation, j'aimerais quand même qu'il vérifie tout de même qu'il s'agit bien du même pseudonyme.
"Maître Eloas" et non "Maître Eolas".
A moins que le juge soit également dyslexique, la procédure pénale s'accomode mal de telles approximations.
Quand à l'usurpation de pseudonyme, je souhaiterais avoir une référence de droit sur cette caractérisation ad hoc pour le moins inopportune au code pénal Français du moins.

"J'ai vérifié ce matin auprès d'experts, médecins, juristes et philosophes, qui m'ont tous confirmé mon existence."
EOLAS: Bonjour, Monsieur l'expert, je suis Me Tartempion, constatez que j'existe.
Expert: Je constate, mais n'atteste pas sans des documents enregistrés et vérifiables.
EOLAS: Bonjour, Docteur, je suis Me Tartempion, vérifiez mon existence matérielle.
Psychiatre: Pas de problème si vous le dites, mais n'oubliez pas vos pilules si vous voulez la conserver.
EOLAS: Bonjour, Maître, je suis Me Tartempion du cabinet Légolas.
JURISTE: A quel barreau êtes vous inscrit ? Ah, c'est pour une parodie de film.
EOLAS: Bonjour, BHL, je suis Me Tartempion, mondialement connu, pouvez-vous disserter sur mon existentiel.
BHL: interessant, ceci confirme bien que l'imagination ne connait pas de limites.
Nous sommes dans la pure poèsie.

"vous êtes prié de rembourser de ce champs, l'éventuelle transaction fraudée"
Pas de terme suffisant pour caractériser l'intention frauduleuse d'une escroquerie.
Le quantum en question la limiterait à une mauvaise farce, dont seule la victime pourrait se recommander (et non la prétendue victime indirecte)

Dont acte.
En tout cas, merci à votre site de garantir la liberté d'expression.
Cordialement.

Fred

101. Le mardi 17 avril 2007 à 14:56 par Aurel

C'est un simple plagiat du Sapeur Camember. Eloas est le sergent Bitur, et l'indélicat : le sapeur.

Quand publient-ils un volume de leurs aventures pour remettre au goût du jour cette merveille ?

102. Le vendredi 27 avril 2007 à 09:52 par FG

Et moi qui pensais que c'était votre vrai nom... Un mythe s'écroule.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact