Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Grotesque François Hollande

Le premier secrétaire du parti socialiste vient opportunément nous rappeler pourquoi son parti vient de subir une déroute électorale et va s'en prendre une autre dans un mois.

"[Bernard Kouchner] est exclu de fait aujourd'hui, annonce François Hollande. C'est automatique, comme lorsqu'on se présente contre un candidat désigné par son parti. Bernard Kouchner va être solidaire de ce gouvernement. Il va donc soutenir la droite contre les candidats socialistes aux législatives."

Comme Jules, je tique. Le droit n'apprécie pas les exclusions "de fait" à effet "automatique."

Parce que la dernière fois que j'ai lu les statuts du parti socialiste, seule la Commission des conflits est compétente pour prononcer une exclusion (art. 11.5) et que l'article 11.9 des mêmes statuts du PS précise que "Aucune sanction ne pourra être prise sans que les parties aient été convoquées pour être entendues contradictoirement. L’ordre du jour, indiquant la liste et la nature des dossiers traités, est envoyé au moins deux semaines avant chaque réunion à tous les membres de la Commission (fédérale ou nationale) des conflits..

Bref, en annonçant publiquement l'exclusion "de fait" et "automatique" de Bernard Kouchner, François Hollande viole les statuts du parti qu'il dirige, outre le principe général des droits de la défense. Amusant pour le dirigeant d'un parti présentant le président récemment élu comme un danger pour les libertés publiques...

Qu'il me soit permis de rappeler ici que Georges Frêche, qui avait traité un harki de sous homme et tenu des propos plus que douteux sur l'équipe de France de football, a pu bénéficier de cette procédure. Drôle de façon d'afficher ses priorités pour le premier secrétaire du P.S.

Et comme le ridicule ne tue pas, François Hollande en met une deuxième couche sur Jean Pierre Jouyet, ami de trente ans, rencontré à l'ENA, ami du couple Hollande-Royal, qui est sympathisant socialiste sans jamais avoir adhéré, ce qui le met à l'abri du siège éjectable :

Oui, dit le premier secrétaire du PS, j'ai perdu un ami car il est au service d'un gouvernement que je combats." Mais, précise M. Hollande, "Jouyet ne partageait plus nos convictions depuis un moment… 2004, sans doute. C'est à ce moment qu'il a basculé pour Nicolas Sarkozy avec lequel il a travaillé" – comme directeur du trésor puis ambassadeur chargé des questions économiques internationales.

« On est ami depuis trente ans, mais tu as accepté de participer au gouvernement de la République ? Fumier ! »

Si en plus François Hollande est incapable d'avoir des amis qui ne sont pas d'accord avec lui, je comprends bien mieux la crise au PS.

Commentaires

1. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:13 par Jima

Pas très sport de tirer sur une ambulance :)

2. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:13 par Buse

Bonjour Eolas, c'est une faute de frappe, dans le titre ? ou un lapsus freudien ?

3. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:16 par Buse

z'êtes réactif !

4. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:17 par Clems

"exclu de fait" c'est mieux politiquement que d'indiquer "démission de fait" et qui n'est pas grotesque ni une violation des statuts, ce qui signifierait que bcp se font la malle au PS (le prochain probablement Allègre)

5. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:22 par Kaem

Contre Jouyet ("depuis 2004") c'est encore plus bête : encore heureux qu'il est de tradition que les hauts fonctionnaires puissent travailler sous les gouvernements de gauche ou de droite quelles que soient les convictions. C'est le propre de ces commis d'Etat de ne pas travailler pour un parti, et vouloir (ou pire vouloir faire croire) qu'on devrait démissioner dès que le camp d'en face est au pouvoir est dangereux.

6. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:26 par Ulysse

On ne peut même pas lui pardonner d'avoir réagi dans la colère du moment, ça fait une semaine que tout le monde était au courant de cette nomination de Kouchner...

Je suis également d'avis qu'il est inquiétant de ne pas supporter d'avoir des amis différents.

Ce qui est lamentable (en dehors de la situation personnelle de monsieur Hollande et de quelques autres), c'est que tout ça n'augure rien de bon pour l'avenir.
Un parti socialiste qui a perdu le nord et qui risque fortement l'humiliation aux législatives, ce n'est pas trés bon pour la démocratie je trouve.
Le pire c'est que ces ânes se ruent dans le piège tendu par Sarkozy.

Qu'as t'il fait (si l'on regarde derrière la surface de "prendre les meilleurs partout" qui ne me convainc pas)?
Juste ce bon vieux "diviser pour mieux régner".
Faut il attendre que l'opposition soit portée par Bayrou? Le pauvre a déjà perdu toutes ses troupes; et ne peux espérer en gagner beaucoup de nouvelles; entre les deux tours.

7. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:32 par Koz

Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'ils n'aient plus le sang-froid de comprendre à quel point de tels propos sont contre-productifs. Que l'ouverture de Nicolas Sarkozy soit une ouverture de fond ou juste un effet d'affichage, là n'est pas la question. Le fait est que c'est plutôt bien perçu par l'opinion. Et là, au PS, ils font assaut de sectarisme.

Comment se fait-il qu'un Hollande, loin d'être un âne en politique, ne soit plus capable de prendre une grande inspiration et de la jouer plus finement, du genre : "j'imagine que l'un comme l'autre ont leurs raisons mais la participation à un gouvernement auquel nous nous opposons ne peut pas être compatible avec l'appartenance au PS. Quant à Jean-Pierre, c'est un ami, je respecte son choix même si je ne le comprends pas, que j'en suis un peu blessé et même si je pense qu'il fait fausse route en participant à un gouvernement dont les convictions sont l'exact opposé des miennes, et des siennes".

C'est tout de même pas très difficile de parvenir à se donner le beau rôle : l'ami trahi, mais néanmoins fidèle. Là, c'est le concours de roquets. Il faut croire que les règlements de compte sont déjà tels au sein du PS et que l'ouverture opérée par Nicolas Sarkozy les fait tellement fulminer qu'elle obscurcit leurs capacités de raisonnement.

8. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:34 par Mani

Vous avez dégainé vite, certes ...

Mais votre argumentaire risque de manquer sa cible : s'il s'agit d'une exclusion de fait (on te ne parle plus, on ne t'invite plus, tu n'est plus le bienvenu ...) elle ne peut donc entrer en contradiction avec les statuts du parti, qui organisent nécessairement l'exclusion de droit.

Une bouderie annoncée en somme, qui prépare une exclusion en bonne et due forme.

Quand à la question de savoir si François Hollande est un mauvais ami, il me semble qu'en amitié comme en amour, la trahison se paie au prix fort.

Peu de mauvaise moralité à cela.

Un procès d'intention ?

Relisez les propos du premier secrétaire. Vous verrez qu'ils ne parlent pas de bouderie, mais d'exclusion, en assimilant la situation de B. Kouchner à celle de celui qui se présente face à un candidat investi par le PS.

Eolas

9. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:49 par Herbie

Navrant !

Je suis très déçu par l'attitude de Hollande, qui dans ses discours prône l'apaisement et l'union de son parti, et qui, dans les faits, joue au petit chef et s'accroche désespérement à la place qui est la sienne, en jouant, avec grotesque vous avez tout à fait raison, la carte du sectarisme irrationnel.

Certes, on peut comprendre que la participation de Kouchner au gouvernement puisse faire grincer des dents au PS, mais on peut également comprendre qu'un homme politique ait l'ambition de faire plus que de figurer comme figure populaire dans une opposition stérile menée par des gens à l'horizon très réduit.

Partant de là, la nomination de Kouchner est peut-être une manoeuvre, peut-être sert-elle de figure de campagne pour les législatives que la droite gagnera de toute manière avec ou sans son doyen de gauche, mais quelques soient les circonstances, Hollande a fait une erreur, en politique où il a affiché son sectarisme avec une maladresse effrayante, comme en amitié où l'on ne règle pas ses comptes par journaliste interposé.

Et pendant ce temps là, le PS s'isole et se décompose un peu plus, marchant avec précision sur le sentier que notre nouveau président lui a tracé vers un gros mur bien solide.

10. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:52 par germain

@Mani
Justement, renier ses amis à cause de leurs convictions, je trouve ça triste. Desproges disait fort justement :
« La caractéristique principale d’un ami est sa capacité à vous décevoir ».

11. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:53 par Le Chevalier Bayard

En "fait", l'exclusion est bien une sanction politique !

En droit, indiscutablement, les modalités de la procédure doivent être respectées conformément aux statuts du PS : c'est la sanction juridique !

12. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:53 par Clems

Ce n'est pas une ouverture mais des débauchages, Mitterrand l'avait pratiqué également avec bon nombre de personnalités affichées à droite après son élection. Certaines personnalités ne peuvent par intérêts ou par pur égo, se situer plus longtemps loin de l'exercice du pouvoir.

La "conviction politique" n'existe pas dans ce genre de considérations....

François Hollande doit vraiment être totalement détaché des considérations d'intérêt et d'ego pour qu'il déploie autant d'énergie à situer son parti loin de l'exercice du pouvoir. C'est un bel hommage que vous lui rendez.

Eolas

13. Le vendredi 18 mai 2007 à 16:58 par Esurnir

Ah ah ah ah ah ! Des le commentaire huit on commence par le proces d'intention, ce billet s'annonce bien.

N'empeche relisez un peu "[Bernard Kouchner] est exclu de fait aujourd'hui, annonce François Hollande. C'est automatique, comme lorsqu'on se présente contre un candidat désigné par son parti." Il mentionne un cas d'exclusion automatique, "presentation contre un candidat designe". Ca ne me parrait pas etre une "bouderie", il parle directement de l'exclure du parti. On remarquera que cet excomunication latae sententiae n'existe pas dans les statuts du partis. Si le partis l'avalise comme "la parole du grand secretaire a force de loi", et reconnais son exclusion, ce sera pour moi une magouille plus qu'un expediant, et montre que le parti socialiste ne respecte pas ses propres regle.

Comme tout bon avocat vous le dira "ne pas respecter ses propres regle C'EST immoral". Lors d'un proces ne pas respecter les regles edicter par l'etat lors de la procedure, c'est ouvrir une avenue pour une annulation de cette derniere. Meme si ils veulent le saquer, ils doivent le faire suivant leur regle, proces ecrit par avance ou pas, c'est le minimum exiger.

14. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:03 par Patrick B.

Oserais-je..? Allez... on a tout de même échappé à un mode de gouvernance inquiétant. Que se serait-il passé, si la première dame de France avais eu ce comportment et un tant soit peu d'inflence sur l'éventuelle Président(e)? (Mal)heureusement, nous ne le saurons jamais!

D'abord par ce qu'elle n'a pas été élue, ensuite parce que je ne suis pas sûr de l'influence du premier secrétaire sur sa moitié.

::

15. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:16 par Ulysse

Sur les premières dames (?!) je ne suis pas certain qu'un coté ne vaille pas l'autre.

Je ne suis pas certain de l'influence du président sur sa moitié (par contre, je suis convaincu peut être a tort de l'influence de sa moitié sur le président.

16. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:21 par Xavier Malandain

J'ai entendu JM Le Guen, député PS de Paris, qui a dit sur RMC que FH ne sera plus 1er secrétaire d'ici la fin de l'année. (11:00 - L’invité de 13h00 : Alain Marschall et Olivier Truchot reçoivent Jean-Marie Le Guen, Député PS de Paris: www.1001podcast.com/podca... )


Pire encore, il a dit que le PS n'avait pas pris en compte dans son programme, les demandes des Français, malgré le fait d'avoir effectué de nombreux débats "citoyens" (civiques?)

Ainsi le 1er secrétaire n'est plus à une incohérence près, ce qu'il cherche c'est à préserver le poste qu'il occupe depuis 1997.

Il cherche donc à se placer en chef du PS et fait fi des diverses normes qu'il doit respecter : seul le médiatique compte.

17. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:23 par Pandore

Que François Hollande sois mauvais, je n'ai pas attendu aujourd'hui pour le réaliser. En revanche, que Kouchner se fasse virer de la sorte ne me choque pas outre mesure. Et je trouve ça bien moins ridicule qu'un certain Bayrou, qui en son temps s'accomodait difficilement d'un Mr Robien...

18. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:28 par Un prof

Il n'est pas question ici de droit mais de morale. Kouchner a trahi, il sera exclu, c'est une certitude. La façon dont Hollande formule ça n'a vraiment aucune importance.

Donc, quand l'article 11.9 des statuts dit que "Aucune sanction ne pourra être prise sans que les parties aient été convoquées pour être entendues contradictoirement", c'est juste pour faire semblant d'être démocratique. C'est bon à savoir.

Eolas

19. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:31 par Brionne 27

Louis Mexandeau, dans le Figaro, toujours pas exclu :

“Ségolène, c’est une inculture de taille encyclopédique, une sorte de trou noir de la science. Une ignorance crasse, pire que reaganienne : bushiste. Comme si elle n’avait pas lu un seul livre. Des cours seulement. Pour passer des concours…”

Faut dire qu'à son âge...

Et puis, tous ses socialistes encartés qui ont appelé à voter Bayrou avant le premier tour... le vote drévolutionnaire qui aurait accéléré la recomposition de la gauche. Que de tordus ! C'est vrai que depuis le 26 avril, il serait devenu socialo-compatible !!!

20. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:33 par Clems

Le souci du ps date de Jospin. Hollande manque charisme mais il n'est pas responsable de la déroute vu qu'elle avait commencé bien avant avec le déni de responsabilité du précédent véritable chef du ps.

Ensuite le ps est encore une fois un parti attaché au parlementarisme, probablement incapable sauf homme exceptionnel de gagner une présidentielle (ou sauf à sélectionner un homme de droite pour la gagner).

En dehors de ce cas de figure, si le ps ne situe pas dans le cadre d'une dynamique d'une victoire préalable aux législatives qui sanctionnerait le sortant, il a bien du mal à gagner les présidentielles.

En résumé, temps que la présidentielle se situera avant les législatives, il va être bien compliqué de gagner.

Ha, d'accord, c'est pas la faute du PS, c'est pas la faute de son programme, c'est pas la faute de son candidat, c'est pas la faute du taulier qui dirige depuis 10 ans, c'est la faute du calendrier électoral qui n'est pas conforme à la stratégie du PS. Des naïfs pourraient croire que ce serait au PS de s'adapter à la réforme qu'il a voté lui même, mais non, visiblement.

Eolas

21. Le vendredi 18 mai 2007 à 17:43 par potagepekinois

@Un prof : La formulation de Hollande n'est peut être pas importante (!!) mais le respect des règles que l'on se donne un peu quand même... Bien faire le schoses c'est pas plus mal...

22. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:04 par cassina

Je n'aime pas non plus tirer sur les corbillards, mais il faut bien dire, à la décharge de Hollande, qu'avec des amis et des conseillers de la trempe de Peillon, Dray, Lang et Montebourg, pour ne citer que les plus emblématiques, le moins qu'on puisse dire est qu'il est mal entouré !

Que reprochez vous à Vincent Peillon, concrètement ?

Eolas

23. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:12 par Clems

C'est effectivement au ps de s'adapter à sa propre réforme. Encore que, le fait que la présidentielle se situe avant les législatives n'est pas dans la loi, en cas de dissolution, cela s' inversera.

Il aurait été maladroit de dire "non on ne vote pas la réforme du quinquennat car cela nous sera difficile de gagner la présidentielle et par effet de bord les prochaines législatives".

En aparté, jospin était persuadé qu'il gagnerait.

Le fait que le ps n'est pas un parti qui pratique le culte du chef et qui se discipline facilement derrière une personnalité tient justement du fait qu'il est un parti à large ouverture. Ses qualités sont ses propres défauts.

C'est un peu pour cela que ségolène royal propose que l'on désigne dés maintenant le prochain prétendant pour 2012.

Bcp plus formellement, il faudrait et c'est la proposition aujourd'hui la plus soutenue que ce soit systématiquement le premier secrétaire qui se porte comme candidat unique. Et ce afin de lui accorder une plus grande légitimité.

"Le PS n'est pas un parti qui pratique le culte du chef". Vous êtes trop jeune pour avoir connu la période Mitterrand, vous. "Bcp plus formellement, il faudrait et c'est la proposition aujourd'hui la plus soutenue que ce soit systématiquement le premier secrétaire qui se porte comme candidat unique. Et ce afin de lui accorder une plus grande légitimité." Mon dieu ! Le culte du chef !

Eolas

24. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:17 par Guillaume

Il me semble que Maître Eolas ne discute pas tant de l'opportunité de la sanction mais de son automaticité et de sa forme. Je me permets cependant de revenir sur la première question :

Ne pas sanctionner Kouchner aurait terminé de convaincre qu'en politique les convictions n'ont pas lieu d'être, la fidélité à des engagements ne pèse rien fasse à la quête du pouvoir, l'ambition personnelle.
Même s'il n'a pas de mandat électif (ce qui rend plus léger!) Kouchner s'exprimait jusqu'alors en tant que socialiste (il tapait d'ailleurs sans trop de réserves sur Sarkozy il y a peu). En particulier au cours d'une campagne électorale on ne peut décider de rejoindre le camp adverse pour le renforcer dans sa quête d'une majorité la plus large possible.
Il ne s'agit pas d'une ouverture annoncée à l'avance (celle qui aurait pu être celle de Bayrou... ou de Ségolène Royal). Nicolas Sarkozy a été élu sur un projet politique nettement marqué à droite, il n'a pas ressenti le besoin de se recentrer dans l'entre deux tours, relisez son discours de Montpellier par exemple. Mais peut-être pense t'on qu'il trahira ses électeurs et gouvernera au centre ? Ou espère t'on qu'il en finira avec le clivage droite-gauche ? Pour ma part je pense qu'on peut le croire quand il dit qu'il fera ce qu'il a promis et que par ailleurs la disparition du clivage droite-gauche serait un danger pour la démocratie.
Des rapprochements peuvent se justifier mais dans la clarté, en tenant compte de la globalité des projets politiques (un ministre est nécessairement solidaire de l'action du gouvernement auquel il appartient, au delà du périmètre de son ministère) et avec l'aval d'électeurs informés au préalable des positions de chacun.

Kouchner étant populaire, les partis (singulièrement le PS en ce moment) impopulaires et Sarkozy dans son état de grâce, son entrée au gouvernement sera certainement appréciée. Le PS a le choix entre s'effacer complètement ou passer pour sectaire.

En choisissant l'exclusion, il est bien évident que le PS va perdre encore quelques plumes pour les législatives.
Renoncer à la morale politique pour quelques sièges à l'Assemblée, je ne suis pas prenneur.
Le laisser-faire se serait payé plus tard, bien plus cher, et peut-être pas seulement par le PS.

Hollande aurait certainement pu être plus habile (et respecteux des procédures) mais ce n'est pas le plus important dans cette histoire.

PS: la choix de Kouchner plutôt que Védrine nous permet d'en savoir plus sur la politique étrangère de Sarkozy puisque les deux socialistes ayant fait l'objet d'une tentative de débauchage pour le poste de ministre des affaires étrangères s'opposent sur la plupart des grands dossiers internationaux. A moins que Kouchner n'ait pas vocation à rester au delà du temps de la manoeuvre de déstabilisation ?

Au contraire, je pense que le respect des procédures était ici fondamental. Cela évitait à F. Hollande de se comporter en petit chef rendant des oukazes, de montrer que la sanction était réfléchie et murement pensée, et évitait de montrer une image de parti sectaire et un rien paniqué. Le risque étant que dès que la procédure était enclenchée, Kouchner ne lui envoie sa démission à la figure. Quant à mettre en doute la morale politique de B. Kouchner, il y a des limites au ridicule qu'autorise l'amertume. Kouchner a 67 ans. Cela fait trente ans qu'il lorgne sur les affaires étrangères. Trente ans que le PS lui a donné des secrétariat d'état ou des ministères délégués, alors que l'ONU lui a témoigné la plus grande confiance, et qu'elle a été payée de retour. Aujourd'hui, il a 67 ans. Le PS reviendra au pouvoir quand au mieux il en aura 72. Sans aucune garantie d'avoir ce qu'il demande, à cause de son âge. En face de ça, un gouvernement d'ouverture lui propose le quai d'Orsay. Si se sacrifier pour le bienfait électoral du parti, renoncer à ses rêves pour avoir l'air digne dans la défaite, c'est tout ce que le PS a à lui proposer, qu'il en s'étonne pas d'une loyauté défaillante. La loyauté, ca s'entretient, ça ne s'exige pas.

Eolas

25. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:21 par Mani

Esurnir, votre comique n'a d'égal que votre cécité, sans doute causée par une haine triomphante de lendemains qui chantent les louanges de votre camp.

Pour autant, ce n'est pas risquer d'insulter la vérité que de lire avec attention les propos du premier secrétaire du PS que je me permets de citer à nouveau pour vos yeux embués de sarcasmes : "[BK] est exclu de fait aujourd'hui ...".

La mention du terme "de fait" ne permet pas d'interpréter ces propos comme étant une exclusion "de droit" : BK est écarté de fait du PS, la sanction juridique interviendra postérieurement, c'est une mesure conservatoire.

Il est donc inopérant que de titrer argument d'une inexistante violation des statuts du PS.

BK sera exclu plus tard par l'instance disciplinaire du parti qui sera vraisemblablement convoquée par son premier secrétaire.

Le résultat fait peu de doutes.

Pour le reste de vos affirmations, je n'en sais rien, je ne suis pas un bon avocat mais je sais que donner des leçons de morale nécessite d'être irréprochable.

De ce point de vue, on peut attendre sereinement le premier pavé.

Mesure conservatoire automatique qui repose sur quel article des statuts ?

Eolas

26. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:32 par JaK

il aurait du dire:
"[Bernard Kouchner] s'est exclu de fait aujourd'hui"
en effet, en entrant au gouvernement maintenant (avant les législatives) Kouchner soutient les candats UMP contre les candidats PS aux futures élections: il S'est donc exclu du PS.
Mais bon, les mots ont un sens, Hollande n'aurait pas du faire cette déclaration de la sorte (et je suis un "Hollandais" estampillé label rouge ;-) )

Dire que le comportement de quelqu'un suppose nécessairement sa démission est une façon détournée de violer la procédure. Ou F. Hollande lui demandait de démissionner du PS (où il était simple membre, si je ne m'abuse), ou il saisissait la commission idoine. Jene puis m'empêcher de songer à G. Frêche. Tenir des propos racistes n'est pas s'exclure du PS, accepter une ministère, oui ? Quelle image donnée, vraiment.

Eolas

27. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:34 par DP

Eolas,

Je suis d'accord avec ce que vous critiquez au sujet de M.Hollande.

Par contre cela ne vous tueras pas de vous détacher un peu du droit.
L'émotion l'a emporté et il est pitoyable dans ce qu'il fait depuis trop longtemps c'est vrai mais redevenez un citoyen "normal":

-->Il est patron du PS, vient de perdre une troisème election, va en perdre surement une quatrième, a déjà subi une trahison (cas besson) et doit faire face à une deuxième déféction.


Dire "EXCLU DE FAIT...AUTOMATIQUE" c'est juste un coup de colère, il ne se prétend pas juriste mais simplement patron du PS qui voit son parti s'enfoncer un peu plus.. Donc tenez un peu compte du "contexte".

Ne vous inquietez pas, le PS reste démocratique, une commission des conflits aura quand même lieu vous verrez.

F. Hollande est depuis dix ans premier secrétaire du PS, parti politique qui vise à accéder au pouvoir pour appliquer un programme. Et c'est trop demander que d'exiger qu'il commence dès à présent à respecter le droit, et à le faire dans la défaite? Non, se détacher du droit tuera le PS. Moi, je n'a irien à craindre.

Eolas

28. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:40 par Un prof

Ce que fait Kouchner est moralement beaucoup plus condamnable que ce que dit Hollande. Du point de vue droit c'est peut-être autre chose, mais certains oublient parfois, voire souvent, que le droit n'est pas tout.

Vous avez raison. Devenir ministre de la république, c'est dégueulasse.

Eolas

29. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:41 par Madelin

Vous "tiquez" un petit peu trop.

Il n'en peu plus des défaites cet incompétent, et en l'espèce il s'agit d'un ami de 30ans comme vous le dites, pas même de Besson.
Il faut considérer cette déclaration sous son angle politique voir emotionnel et arretez de chipoter pour une infraction qui n'a même pas encore été commise.

Cordialement.

Je tique aisément. Certains lecteurs me font l'amitié de dire que ça fait partie de mon charme.

Eolas

30. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:48 par Esurnir

Esurnir, votre comique n'a d'égal que votre cécité, sans doute causée par une haine triomphante de lendemains qui chantent les louanges de votre camp.

> Ah ah ah ! "haine triomphante de lendemains qui chantent les louanges de votre camps" j'adore. Je suis désolé de vous décevoir mais la haine triomphante de lendemains qui chantent je laisse ça aux communistes. C'est drôles comment la haine fait rire aux larmes.

La mention du terme "de fait" ne permet pas d'interpréter ces propos comme étant une exclusion "de droit" : BK est écarté de fait du PS, la sanction juridique interviendra postérieurement, c'est une mesure conservatoire.

> J'ai du oublier mes lunettes, je n'ai pas lut ça dans le communiquer.

31. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:51 par Carcassonne

"Tout assujettir au droit c' est bientôt ne plus rien lui soumettre"

Et ne rien assujettir au droit, c'est donc tout lui soumettre. Clap. Clap. Clap.

Eolas

32. Le vendredi 18 mai 2007 à 18:58 par SEB813

@27

Cher DP. D'une part, M. HOLLANDE a lui même une formation juridique très poussée (Licencié en droit et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, nn 1980 il sort de l'École nationale d'administration (ENA, promotion Voltaire) au 11e rang et devient auditeur à la Cour des comptes), il est responsable d'un de deux partis politiques qui gouverne la France depuis des décennies.

A ce titre, qu'il ne soit pas capable de tenir un discours préparé à l'avance en évitant ce genre d'écueils me paraît assez invraisemblable. Je pense au contraire qu'il savait pertinemment ce qu’il faisait.

D’autre part, sur le coup de colère, l’information filtre depuis une bonne semaine dans la presse. S’il ne peut tenir ses nerfs après cela, il vaudrait mieux pour le P.S. qu’il laisse la main à un autre premier secrétaire.

33. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:01 par kwyxz

"Le premier secrétaire du parti socialiste vient opportunément nous rappeler pourquoi son parti vient de subir une déroute électorale et va s'en prendre une autre dans un mois."

Oui enfin, c'est pas comme si l'éviction de Kouchner allait avoir un quelconque effet sur le résultat des législatives. C'est son entrée au gouvernement qui en a. Si Sarkozy l'a fait venir c'est bien pour torpiller la gauche, et évidemment ça marche.

Sinon, je ne voudrais pas être désagréable et ça n'est pas le sujet, mais on peut aussi parler de la déroute qui s'annonce pour le MoDem dans un mois ? Puisque tout annonce une victoire triomphante de l'UMP, il serait dommage de se restreindre à ne tirer que sur une seule ambulance.

Monsieur Bayrou a-t-il tenu des propos qui justifient que j'ouvre le feu ?

Eolas

34. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:09 par DP

à 33.

Il est licencié en droit pure (3 ans) mais il s'est exprimé en tant que premier secrétaire d'un parti politique.

"A ce titre, qu'il ne soit pas capable de tenir un discours préparé à l'avance en évitant ce genre d'écueils me paraît assez invraisemblable."

-->L'erreure est humain et tous les hommes d'états sont humains. Dois-je vous citer à titre d'exemple quelques bourdes passées de notre nouveau président?

"Je pense au contraire qu'il savait pertinemment ce qu’il faisait."
-->Je crois sincèrement que vous sur-estimez les capacités stratégiques de M.Hollande.

"D’autre part, sur le coup de colère, l’information filtre depuis une bonne semaine dans la presse. S’il ne peut tenir ses nerfs après cela, il vaudrait mieux pour le P.S. qu’il laisse la main à un autre premier secrétaire."
-->Il aurait fallu plutôt, c'est indiscutable mais il s'en porte bien.

35. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:14 par Mat

En participant à un gouvernement UMP placé sous la coupe d'un ex-candidat qu'il a combattu, Kouchner ne s'exclue-t-il pas de lui-même de fait du parti socialiste ?
Vous succombez au plaisir de la chicane et du juridisme...

S'exclure de soi-même s'appelle une démission. S'il n'a pas démissionné, il faut respecter la procédure pour le renvoyer. Le plaisir de la chicane et du juridisme ? Je la ressortirai aux prud'hommes, celle là. Ils sont aussi chicaneurs que moi sur cette distinction.

Eolas

36. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:20 par theo

effectivement l'exclusion de fait est tout sauf une évidence, même politique, même morale.

il aurait suffi qu'il dise, avec le même argumentaire "je ne vois pas comment la commission des conflits pourrait prendre une autre décision que son exclusion, et je vais saisir cette commission très rapidement".

de toute façon il va de soi pour tout le monde que kouchner ne se considère plus comme membre du ps, hollande a dit une connerie, elle ne m'a pas autant choqué qu'eolas, mais je ne suis pas avocat et je suis proche du ps, je n'ai donc pas à choisir de faire ou non un billet sur ce sujet.

au passage, l'occasion me parait appropriée pour rappeler que les partis sont soumis à certaines règles particulières quant-à leur financement et leur accès aux médias, mais pour le reste ce sont des associations loi 1901 il me semble. Associations que rien n'oblige à être démocratique, et beaucoup d'asso sont tout sauf démocratiques.
En revanche, à partir du moment où une assoc, en l'occurrence un parti, se dote de certaines dispositions statutaires (ou même par voie de règlement intérieur), il est tenu de s'y conformer, et je ne crois pas exagérer en disant que respecter ses propres statuts est une obligation légale (il va de soi que les asso dont les statuts sont eux-mêmes illégaux ne sont pas à prendre en considération, en théorie la préfecture rejette leur déclaration).

de ce point de vue, et même si je prétends plus haut minimiser la chose, la déclaration de hollande est une infraction. Si je me suis trop emmelé, eolas fera le ménage dans ce que je dis ;-p
Plus grand monde n'écoute ce que dit hollande, vous avez l'ouïe fine.

A mon avis, la bonne phrase était : "Je prends acte avec un profond regret de la décision surprenante de M. Kouchner de participer au gouvernement nommé par celui qu'il avait pourtant si justement critiqué lors de la campagne. Cette attitude étant incompatible avec ses engagements auprès du parti socialiste, parti animé par une volonté de cohérence entre les propos et les actes, je suppose que M. Kouchner devrait démissionner très rapidement de notre parti. Si tel ne devait pas être le cas, je saisirai la commission des conflits pour qu'elle sollicite les explications de M. Kouchner et se prononce sur ce conflit d'intérêt.

Eolas

37. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:22 par Mani

A propos de Hollande : Eolas, l'autre épris de fromage ...

38. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:23 par Np237

Entre amis, il y a désaccord et désaccord. Un ami qui irait à l'encontre de ce que je considère comme des valeurs fondamentales, c'est triste mais ce ne serait plus un ami.

Bref, Maître, je trouve votre jugement sur les amitiés de François Hollande un peu rapide. Pour l'avenir du PS, je m'inquièterais plus de son incapacité notoire à unir le parti derrière sa candidate (ce en quoi il a bien été aidé).

Mais à l'encontre de quelle valeur fondamentale va la participation à un gouvernement en république ?

Eolas

39. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:28 par francois

Cher maître
vous oubliez l'article 11.19 des statuts du PS:
Le PS est en campagne pour les législatives, les candidats socialistes sont désignés et M. Kouchner fait preuve il me semble "d’indiscipline caractérisée survenant après que les instances qualifiées du Parti aient accordé l’investiture aux candidats"
dans ces conditions la procédure d'exclusion est simplifiée.



Article 11.19 :

cas particuliers d’exclusion
Le Conseil national répute exclu du Parti tout(e) élu(e) qui prétend démissionner de celui-ci, sans se démettre du mandat électoral qu’il(elle) détient au nom du Parti.
Lorsqu’un(e) adhérent(e) du Parti est candidat(e) à un poste électif pour lequel les instances régulières du Parti ont investi un(e) autre candidat(e), le Conseil national -saisi par l’une des parties en cause- constate que l’indiscipliné s’est lui(elle)-même mis(e) en dehors du Parti et le(la) répute exclu(e).
Exceptionnellement, dans le cas d’indiscipline caractérisée survenant après que les instances qualifiées du Parti aient accordé l’investiture aux candidats, le Conseil national ou le Bureau national entre deux réunions du Conseil national, pourront, le(la) Président(e) de la Commission nationale des conflits entendu(e), prononcer l’une des sanctions prévues aux articles 11.5 et 11.6.
La décision du Conseil national est immédiatement exécutoire. Elle ne peut être rapportée que dans les conditions fixées à l’article 11.13.

Cet article est inapplicable en l'espèce, l'indiscipline visant l'investiture et M. Kouchner n'étant pas candidat et ne contestant aucune investiture. Et en tout état de cause, c'est le conseil national qui doit statuer, pas le premier secrétaire.

Eolas

40. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:28 par francois

(doublon)

41. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:30 par theo

"En participant à un gouvernement UMP placé sous la coupe d'un ex-candidat qu'il a combattu, Kouchner ne s'exclue-t-il pas de lui-même de fait du parti socialiste ?"

on peut trouver logique cette conclusion, mais souvenons-nous que le premier à avoir fait former un gouvernement d'ouverture, mitterrand, n'a jamais demandé aux ministres udf de quitter leur parti. La distance politique est certes un peu moins grande, mais le principe reste le même, non?

42. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:57 par matht

Il ne faut pas voir du "droit" partout dans la vie.
Quand le premier secrétaire annonce l'exclusion "de fait" et "automatique", il s'agit de propos politiques, et non juridiques. D'ailleurs, s'il avait voulu tenir des propos juridiques, qui annoncait l'exclusion, il n'aurait pas utiliser l'expression "exclusion de fait", qui effectivement n'a pas de sens (et puis Kouchner aurait attaqué la décision illégale devant le TGI, défendu par Zorro Eolas).
Donc, attendons la suite, et vous constaterez que Kouchner sera bien exclu du PS : inévitablement dirais-je plutôt que "automatiquement" (et inutile de se référer à une atteinte aux libertés publiques, il existe des atteintes déjà suffisament graves dans ce pays pour ne pas dévoyer la notion).
Et puis, franchement, sur le fond de ce qu'il veut dire, le premier secrétaire : vous vous attendiez à quoi ? Qu'il félicite Kouchner pour sa promotion (un brin problématique, comme l'avenir vous le démontrera...).

Il y a du droit partout dans la vie, même si one ne le voit pas. Pour le reste, voyez plushaute ce que F. HOllande aurait du dire selon moi.

Eolas

43. Le vendredi 18 mai 2007 à 19:59 par dura lex sed lex

Intéressant de constater que pour certains, cette exclusion dite de fait sera obligatoirement suivie d'une exclusion quant à elle de droit. Ca revient à dire que l'intervention d'une commission élue ayant un rôle d'arbitre et la procédure contradictoire, c'est juste pour la galerie.
On se demanderait presque pourquoi M. Hollande n'a pas plus simplement dit : "Je l'exclue et la commission impartiale habilitée à en décider confirmera ma décision". Le procès stalinien dans toute sa splendeur, n'est-il pas ?
Par ailleurs, je me questionne, quelle sera la plus grande perte ? La perte par M. Kouchner de sa carte du PS ou la perte de M. Kouchner pour le PS ?

44. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:05 par Un prof

>Par ailleurs, je me questionne, quelle sera la plus grande perte ? La perte par M. Kouchner de sa carte du PS ou la perte de M. Kouchner pour le PS ?

Ni l'une ni l'autre n'ont la moindre importance.

45. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:14 par Tomate

Moi qui ai voté socialiste cela me parait parfaitement normal que quelqu'un qui participe à un gouvernement où il y a un ministère de l'immigration et de l'identité nationale soit exclu du PS.

Le contraire me gênerait.

Je préférais qu'on tape sur l'ultra populiste Sarkozy que sur François Hollande qui s'est toujours battu honnêtement pour des valeurs

La question est : cette exclusion est-elle tellement urgente et évidente qu'elle permette de s'affranchir des statuts du PS et du respect des droits de la défense ?

Eolas

46. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:20 par Martin

Monsieur Eolas,

Fidèle lecteur, je me trouverait bien démuni pour défendre ce billet-ci devant l'adversité. Pour tout dire vous me décevez un peu sur ce coup. Hollande ne fait pas un cours de droit, il se défend contre les coups de machoires qui voudraient lui arracher les derbiers lambaux de son parti. N'a t'il point le droit de se défendre sur un mode politique aux attaques politiciennes les plus basses ?
Je crois que si, nonobstant votre titraille inutilement vindicative et racoleuse que seul un baclage avéré pourrait excuser et encore c'est limite.

Alors, considérez mes propos comme inexcusable. Dois je me considérer comme déchu automatiquement de votre lectorat ?

Eolas

47. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:23 par Martin

Pardon pour les coquilles. Repetitas:

Monsieur Eolas,

Fidèle lecteur, je me trouverais bien démuni pour défendre ce billet-ci devant l'adversité. Pour tout dire vous me décevez un peu sur ce coup. Hollande ne fait pas un cours de droit, il se défend contre les coups de machoires qui voudraient lui arracher les derniers lambaux de son parti. N'a t'il point le droit de se défendre sur un mode politique aux attaques politiciennes les plus basses ?
Je crois que si, nonobstant votre titraille inutilement vindicative et racoleuse que seul un baclage avéré pourrait excuser et encore c'est limite.

48. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:35 par Lucas Clermont

Le rôle de François Hollande n'est pas facile, précisément à cause de l'organisation démocratique du parti. Après une crise le parti tangue et il est difficile de conserver une cohérence entre les ambitions et les analyses des uns et des autres. De surcroît, les ralliements au gouvernement sont des blessures, non parce que Sarkozy serait quelque personnage peu recommandable, mais parce qu'ils se font au détriment du PS qui leur a apporté la légitimité.

Des gens brillants, ou avec de la notoriété comme Kouchner il y en a beaucoup. Sans l'investiture du PS (ou de l'UMP), politiquement, ils ne sont rien parce qu'ils ne seraient pas élus. Ils obtiendraient même des scores électoraux pitoyables. Et la négociation de Nicolas Sarkozy pour obtenir ces ralliements n'a rien à voir avec l'ouverture, mais au contraire avec l'habituelle manipulation des symboles.

Enfin, ce n'est pas la même chose des amis qui votent différemment de soi, et des personnes qui brusquement tournent casaque en prenant (ou non) bien soin de vous enfoncer.

Bernard Kouchner n'a été titulaire d'un mandat électif qu'une fois : député européen de 1994 à 1997. Qu'il me soit permis de penser qu'il a plus apporté de voix à la liste PS qu'il ne lui en a coûté. Et qu'il n'a pas profité du PS pour se faire sa notoriété. Et cela fait longtemps qu'il était une voix dissidente à la politique suivie par le conseil national du parti. Que le président en profite pour jeter une pierre dans le jardin du PS, c'est sûr. Que le PS s'interroge sur ce qu'il a fait pour s'assurer de la loyauté indéfectible de Kouchner au point de pouvoir exiger de lui qu'il renonce définitivement au poste dont il rêve et que le PS lui a toujours refusé.

Eolas

49. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:35 par Clems

Franchement, le départ de kouchner est logique. Cela fait assez longtemps que politiquement il était difficile de le situer à gauche. Je regrette simplement personnellement qu'il ne rejoigne pas Bayrou mais cela aurait été incompatible avec l'exercice d'une fonction. (il faudra voir le cas Morin)

On pourrait classer ainsi :

Départ logique : Kouchner, Tapie.

Départ prévisible par crise d'égo : Allègre.

Départ logique et financier : Séguéla, "Attali ?, Tapie.

Départ pour raisons de positionnement politique à la droite du PS : DSK

Départ pour raisons "occultes" (le mot est pesé) : Besson

M. Tapie n'a jamais été au PS.

Eolas

50. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:49 par Rorschach

Je me fiche de François Hollande comme d'une guigne (et sans doute est-il et fut-il un fort mauvais premier secrétaire du PS), mais votre note me laisse très perplexe.

On peut toujours discuter sur les statuts du PS et les procédures d'exclusion, le fait est là : Kouchner, membre du PS, accepte, individuellement, et non dans le cadre d'accords de parti, de participer à un gouvernement UMP (dont le premier Ministre, UMP, a été nommé par un Président UMP), on ne voit pas bien ce qu'il a encore à voir avec le PS. Les modalités sont, en l'occurrence, secondaires, même si les rappeler est toujours intéressant, et je vous en remercie, d'ailleurs.

Quant à la question de l'amitié avec Jouyet, là encore je ne comprends pas votre remarque, et au nom de quoi vous vous permettez de juger. Encore une fois François Hollande m'est plus (ou moins, comme vous préférez) qu'indifférent, je n'entends pas le défendre, mais laissez-le décider de la façon dont il choisit ses amis ou se brouille avec eux, et je ne vois pas ce que ça vient faire avec les problèmes du Parti Socialiste - par ailleurs je ne crois pas que Hollande ait traité Jouyet de "fumier".

Surtout je trouve le motif plutôt bon. Un vieil ami choisit de se mettre au service d'un camp contre qui vous luttez (quand bien même le camp en question aurait conquis "le gouvernement de la République"; je ne vois pas ce que cela change), en un combat qui occupe l'essentiel de votre vie : quoi qu'on pense des idéaux défendus et des enjeux du combat en question, les trouver "grotesques", par exemple (je sais, ce n'est pas votre cas, mais je reprends le terme quand même), on comprend que l'amitié soit ébranlée par ce choix.

En fait c'est le contraire qui serait préoccupant quant à la fermeté et la cohérence des positions proclamées et défendues, que l'affaire ait lieu dans un camp ou dans l'autre.

Pour le coup je trouve votre remarque non pas "grotesque" (je ne me permettrais pas), mais sans grande pertinence.

Je laisserai M. Hollande choisir ses amis quand il arrêtera d'étaler ses états d'âme à leur égard dans la presse. Que B. Kouchner soit amené à quitter le PS, c'est certain. 9a ne dispense pas le premier secrétaire du PS de respecter les statuts du parti qu'il dirige puisqu'il tient son poste de ces mêmes statuts. Mais à titre personnel, je susi cependant estomaqué. J'ai parmi mes amis des socialistes convaincus, des sarkozistes enthousiastes, des pro-Bayrou sincères. Certains soutiennent un camp contre lequel j'ai voté. Et nous sommes encore amis, après bien des élections passées à disputer et à controverser. Et je n'ai aucun mépris pour les millions de Français qui ne votent pas comme moi (même ces crétins de nonistes). Si M. Hollande est à ce point sectaire, il est temps qu'il arrête la politique. Cela ne lui réussit pas.

Eolas

51. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:52 par Piksou

@44:
Si un mec tue 43 personnes en se filmant, puis envoie la vidéo aux flics et avoue tout, on lui réunira bien une Cour d'Assises, même si la phrase "il s'est lui même de fait condamné à la réclusion criminelle" parait fondée.

Sinon je rejoins beaucoup de commentaires: Eolas chicane. Kouchner savait à quoi il s'exposait et la vérité est qu'il s'en fout, à partir de là le PS respectera la procédure mais elle est courue d'avance.

Je suis plus nuancé sur Jouyet, mais l'amitié dans un cadre contexte comme celui-ci supporte mal les trahisons. Il m'arrive que les énormités de mes amis m'agacent, mais je puis en faire abstraction, mais la politique joue un rôle autrement plus important dans la vie d'un premier secrétaire.

C'est parce que des types comme moi chicanent qu'en France, personne ne se condamne de fait à la réclusion criminelle à perpétuité. Très souvent, quand on ne se rend pas compte que les libertés sont piétinées, ont pense que ceux qui s'en émeuvent sont des chicaneurs... C'est pas grave, on ne le fait pas pour avoir votre reconnaissance.

Eolas

52. Le vendredi 18 mai 2007 à 20:58 par cassina

Pauvre François Hollande ! On l'aime ou pas, mais bon, c'est un homme fatigué, usé par la vie et par la politique, il est dans une mauvaise passe avec ses amis et ses ennemis du PS, il est mal conseillé par des faux-culs, il est aux abois, sa femme doit être d'une humeur de dogue, elle est partie en vacances avec les gosses (qui devraient être en cours, non ?), bref ça ne va pas fort pour lui.
On peut donc comprendre que les statuts du PS, il s'en bat l'oeil en ce moment ! Il régularisera plus tard, après les vacances !

53. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:04 par Canal Directo

@Rorschach
Franchement avec les charretes successives que vous décrivez ça ne va pas laisser grand monde au PS. Mais ce qui est sur, c'est que ceux qui restent seront au moins pur idéologiquement.

De plus c'est quand même assez frappant de voir que ceux qui partent ou que vous dites sur le départ (Attali ? DSK ???) le font toujours pour des raisons personnelles ou par opportunisme, jamais pour des raisons politiques. En général quand les choses commencent comme ça, ça finit rarement bien...

Sinon si j'osais une métaphore chimique je dirais qu'à force d'écumer les particules de la surface, on risque de ne garder que le fond de la tasse.

54. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:16 par Turtle Crazy

À tirer ainsi sur l'ambulance, c'est vous qui êtes grotesque, maître.


Ho, non ! Le miroir à parole ! Le "c'est celui qui dit qu'y est" ! Je suis perdu ! Je ne puis rien répondre à cela ! Vous avez raison, à un mois des élections générales, il doit être interdit de critiquer le dirigeant d'un des principaux partis de France, c'est une règle fondamentale de la démocratie.

Eolas

55. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:19 par bud

" Le droit n'apprécie pas les exclusions "de fait" à effet "automatique." "
Il y a des fautes, un avocat se doit d'être clair dans ses propos, non?
(le droit: c'est le code civile, pénale, droit du travail, etc.., vous le savez bien plus que la moyenne, ce n'est pas un guide de conduite).
Il faut lire ? 'je n'apprécie pas les exclusions..'.
Soit vous ne voulez pas vous affirmer ici,
soit vous parlez au nom de personnes que vous ne représentez pas, soit vous vous moquez de vos lecteurs qui pourraient vous lire au premier degré.
Certains politiciens sont médiocres, car nous, citoyens, nous avons peu le courage de nous impliquer en pratique dans la vie politique: nous laissons la place à la médiocrité.


Le sarcasme et la satyre ne me font plus rire: overdose.

Bon courage.

Non, le droit n'apprécie pas les exclusions de fait et automatiques. Je n'ai pas commis de faute (moi). Et j'explique pourquoi ensuite. Vous devriez faire l'effort de lire.

Eolas

56. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:42 par DIPS

"François Hollande viole les statuts du parti qu'il dirige... Amusant pour le dirigeant d'un parti présentant le président récemment élu comme un danger pour les libertés publiques..."

Voilà, tout est dit dans le billet ! Il n'y a pas de chicane, et il ne s'agit pas de savoir si l'exclusion est justifiée ou pas. Il s'agit de relever -ce que fait Eolas- l'ironie de la situation, c'est tout.

57. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:42 par Fanette

Qu'il soit heureux FH : il a tout fait fait, je pèse mes mots, "tout fait" pour couler le PS et SR qui aurait pu relever le défi, sans cesse il lui a mis des bâtons dans les roues ! FH est dangereux pour son parti et devrait remplacé immédiatement, exclu, lui aussi !

Ha, non. Que l'on respecte les statuts.

Eolas

58. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:42 par Rorschach

@Canal Directo : ce n'est pas moi qui évoque les "charrettes", c'est Clems (le message est sous le nom correspondant, et non l'inverse !). Pas bien grave.

Sinon je suis plutôt d'accord avec vous, encore que l'expression "purs idéologiquement" ne m'enchante guère : disons que "ceux qui restent" sont plus cohérents politiquement ; les Kouchner, Besson, etc. faisant pourtant preuve par ailleurs d'une vraie cohérence, mais pas idéologique : celles des individus avides de pouvoir, quoi qu'il en coûte.

59. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:44 par DIPS

#57 bud : Vous voulez parler de la satire, je suppose ?

60. Le vendredi 18 mai 2007 à 21:55 par schleuder

A priori, je n'aurai pas vu le grotesque là... En dehors des statuts d'un parti, il y aurait me semble-t-il une certaine élégance à respecter : peut-être Kouchner aurait-il pu démissionner du PS avant d'accepter le poste...
...tout cela montre surtout que derrière les oppositions de façade, il n'y a pas de différence entre auto-et réciproquement-proclamées "gauche" et "droite".

61. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:05 par tardif

Ce juridisme procédurier qui se mêle d'arbitrer les trahisons politiques au sein même des partis politiques au nom d'arguties juridiques, qui prévalerait sur l'intérêt politique, alors qu'aucun droit individuel fondamental n'est réellement mis en cause, tout cela est fatiguant, et inquiétant sur le fonctionnement des institutions.

François Hollande viole les statuts du PS en entérinant la démission de Kouchner, que ce dernier n'avait même pas eu l'honnêteté de signifier lui-même auparavant, et cela pour prendre acte d'une violation préalable bien plus conséquente de la part de Kouchner de l'éthique de son parti (qui ne regarde aucunement les juges), et qui constitue par ailleurs une grave violation des statuts de son parti: en adhérant, il avait accepté de soumettre à une discipline de parti, en acceptant les décisions de la direction (article 1.3 des statuts du parti). Sinon, il n'avait qu'à démissionner, et il est resté parfaitement libre à tout moment dans cette affaire.

M. Kouchner opère une trahison politique, et les juristes n'y trouvent rien à redire (c'est son droit le plus stricte, mais c'est immoral, politiquement). Mais quand un leader politique en prend acte et assume la décision qu'il avait à prendre, en l'occurrence l'exclusion, cela devient un scandale juridique. Quelle dérision...

Quelle procédure fallait-il suivre pour agréer ces messieurs? Envoyer un courrier recommandé à Bernard Kouchner, pour se plaindre en mots choisis de son inconséquence politique, et attendre je ne sais combien de semaines que la procédure d'exclusion (dont l'issue est parfaitement acquise d'avance) se déroule, sans avoir eu, dès la nomination du gouvernement et si possible avant l'élection législative, de réaction politique d'ampleur, à la mesure de l'affront politique?

La politique, ça ne fonctionne pas comme le droit. C'est bien pour cela qu'on se garde bien de confier le gouvernement à des juges, et on fait très bien.
Mais la prétention des juristes à s'immiscer de plus en plus dans le débat politique, au point de vouloir aujourd'hui s'ériger en arbitre des trahisons politiques, en donnant au besoin à Kouchner un certificat de victime et à Hollande un visage d'agresseur, voilà ce qui est grotesque dans cette histoire.

Les choses sont pourtant fort claires: Kouchner dit Ciao aux socialistes et ceux-ci le lui rendent bien, aussitôt. Mais pourquoi les juristes viennent-ils se mêler de cette affaire? Pourquoi habillent-ils cette intervention politique d'oripeaux juridiques?

PS: je pense que tout le monde avait saisi: je ne suis pas énervé, je suis en colère...

Vous savez, le droit, c'est le comble de l'immoralité politique. Supprimons le, supprimons les statuts, les droits de la défense, et faisons de la parole du premier secrétaire force de loi. Idem quand il sera élu président. Et enfin, on sera débarrassé de ces juristes qui donnent leur avis tout le temps.

Eolas

62. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:12 par désolant

Eolas, vous me faites l'effet d'un entomologiste tellement plongé dans l'étude de son insecte, qu'il en oublie le monde qui l'entoure.
Le culte de la lettre vous fait oublier l'esprit, ce qui est un comble pour un avocat !
L'objet de cette annonce est évidemment politique et moral : dans ce cas, il est évident que l'intendance juridique suivra, ne vous en déplaise.
Libre à vous, en pointilliste forcené du droit, de ne pas apprécier la formulation orale de l'homme politique : mais alors de grace, restez sur le terrain juridique et épargnez nous vos jugements de valeurs insultants (...grotesque !) qui vous ridiculisent tant ils démontrent une étroitesse de vue.
Le droit est un aspect important de la vie en société, mais il n'est pas le seul. L'économiste, le sociologue, le spécialiste de sciences politiques, l'historien, etc...ont aussi à dire sur la déclaration de ce matin, et chacun peut apporter un éclairage interessant mais qui restera forcément partiel. Ayez la modestie de le reconnaitre, et arrêtez de juger le monde définitivement du haut de votre liliputien code juridique...quand tant de grands philosophes s'interdisent les certitudes.
Grotesque, Eolas...Grotesque

Monsieur, vous êtes un âne. Parole d'entomologiste.

Eolas

63. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:24 par greg

Un de mes proches, militant PS, m'a fait remarquer que Mr Kouchner n'était pas militant mais simple sympathisant PS, contrairement à Mr Frêches.

Par conséquent, Mr Kouchner ne serait donc pas membre du PS. Et à ce titre, son exclusion n'est pas soumise aux procédures telles que définies dans les statuts du parti. Il s'agirait donc d'une exclusion "morale" rien de plus.

Donc à croire cette personne, si Mr Kouchner n'est pas "encarté", son exclusion automatique du PS est possible sans pour autant violer des statuts du parti ...

Je crois qu'il est adhérent à la section de Paris 6e arrondissement.

Eolas

64. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:25 par Sag

à s'aventurer sur des sujets polémiques, un blog n'y suffira plus, c'est un forum qu'il faudrait. Scindant droit et morale de préférence, ce sont des parents éloignés. Avec une encoignure "politique politicienne", puisque ça dérape là dedans malgré, ce me semble, de solennels avertissements ici même (mais cela valait peut être seulement pour la durée de la campagne ?).

65. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:28 par Clems

C'est ce que je me demandais aussi chez Jules "Martin Hirsh n'est pas membre du ps, au fait Kouchner, je suis intrigué par le fait qu'il soit au PS, je le croyais définitivement membre du groupuscule à nanar. Enfin, cela devait être en autre.."

Mais bon, comme il est assez instable politiquement, je n'en suis pas certain.

66. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:36 par greg

Correction à mon commentaire 65: Mr Kouchner serait "membre symathisant" du PS et non pas "membre militant". Une nuance qui semble de taille pour le miliant PS qui ma fait la remarque du non-encartage de Mr Kouchner au sein de son parti.

Donc si Mr Kouchner n'est que membre symathisant PS pourquoi Mr Hollande fait autant de foin autour de cela ?

67. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:47 par Etienne

Il serait absurde qu'aucune procédure d'urgence ne permette à un parti politique de procéder à une exclusion rapide quand le contexte le nécessite (en l'occurrence des élections dans très peu de temps, plus de deux semaines cependant mais la campagne est lancée et le caractère d'urgence avéré). Je crois comprendre également que c'est l'interprétation par #41 des déclarations de François Hollande.

Sinon, Maître, avez-vous un avis sur ceci, pour aider le Conseil d'Etat?
rue89.com/2007/05/15/scie...

68. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:48 par tardif

@ greg

Selon wikipédia: Bernard Kouchner "adhère au PS le 6 octobre 1998."

Ca ne vaut pas preuve, j'en conviens. Mais ça vaut peut-être un peu mieux que votre ami, non?

69. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:50 par Marianne

@49 "Le rôle de François Hollande n'est pas facile"

L'homme est généreux, avec lui le PS c'est maintenant fromage ET désert.

70. Le vendredi 18 mai 2007 à 22:52 par Esurnir

@69: Ah le bon vieux temps des lettre de cachet :(

71. Le vendredi 18 mai 2007 à 23:16 par greg

@tardif:

Je suis allé fouiner un peu sur le net, et il semblerait que Mr Kouchner soit bien adhérent au PS en effet, mais je n'ai pas encore réussi à mettre la main sur un document qui permettrait d'en conclure formellement.

En attendant, je vais de ce pas flageller à l'ortie ce militant qui m'avait convaincu de la véracité de ses propos ... ;)

72. Le vendredi 18 mai 2007 à 23:21 par greg

... et me flageller moi-même pour ne pas avoir été vérifier l'information avant de venir poster ;)

73. Le vendredi 18 mai 2007 à 23:50 par siarres

vous lisant quelquefois je me mele a votre débat il m'inporte sur deux points ;
d'abord celui qui est a l ordre du jour :BK doit il etre exclus " de fait" du PS , faudrait d'abord qu'il en soit membre , Hollande ne peut pas ignorer son statut .j'ai lu qu'un des participants disait " beaucoup d'associations ( loi 1901) ne sont pas démocratiques ( ha bon !) donc tous ces gens qui parlent au nom de ceci est de cela ne sont que des machins - je m'en doutait un peu - et donc il est convenu et meme accepté que le premier parti de france - car le ps est le premier parti de france fonctionne comme l'association de défense du quartier perlinpinpin ou il y a Monsieur Durand et sa femme qui font c.. suer toute la ville par des recours au TA - c'est le premier point catastrophique pour la politique - ces organisations qui ne se respectent pas elle memes , rendent le citoyen dubitatif
le second point est plus grave , nous assistons en fait a quelque chose de "sale" , je suis sur que c'est votre impression .Ce débauchage n'est pas une ouverture , c'est une manipulation , passe encore pour BK dont on pourrait croire qu'il personalise une nouvelle politique étrangére ( helas)
mais pour Jouyet qui est un nain politique , il est clair qu'il n'est là que parce que c'est un ami de trente ans - comme ces domestiques qui sans avoir de talent d'auteur font un fort tirage parce qu'il ont regardé par le trou de la serrure , c'est pas beau .
ET cela m'inquiete de la part d'un président pour qui j'ai voté au second tour ( Ne tirez pas !) qui se laisse aller à ce genre de magouille , un certain a dit " parce que ça plait " non ça ne plait pas ,le bon peuple condamne plus le proxénete que la prostitué .
Les français ne sont pas subjugés par ces tours de passe passe, ça n'a rien de neuf ,rien d'engageant
Que les socialistes ne pleurent pas , perdre des amis comme ça c'est un bonheur ,plus on en pert mieux on se porte .
Bref le PS n'est pas une organisation politique sérieuse , mais son adversaire ne vaut pas mieux

74. Le samedi 19 mai 2007 à 02:09 par Cat

Nicolas Sarkozy a réalisé que la prochaine élection risque de se jouer au centre et pas sur les ailes (vu le laminage de l'extrême-gauche, et la récupération réussi d'une partie de l'extrême-droite). En bon stratège de son parti, il joue donc la division du centre pour mieux y régner: Isolement de Bayrou, appel du pied au Parti Radical de former un parti du centre pour contrer le MD, et "ouverture" de son gouvernement à une "figure" de la gauche.

La décision immédiate de François Hollande de virer BK est complètement idiote et à courte vue. C'est exactement ce que désirait Nicolas Sarkozy, et c'est pour ça que c'est complètement idiot: C'est tomber dans le piège politico-médiatique (pas très fin) de son adversaire. Il est idiot de paraître sectaire et de diaboliser une personnalité politique atypique, mais très apprécié des Français. C'est se tirer une balle dans le pied.

Que l'opprobre tombe sur Besson, tout le monde s'en fout. Personne ne le connait, et il est pas particulièrement populaire. Donc allez-y crier au traitre et vouez le a la vindicte populaire, Mr Hollande, ça ne vous coutera pas une voix, au contraire.

Jeter la pierre à Kouchner, par contre, ça ne refera pas remonter le PS dans les sondages, ça risque juste de vous faire perdre des voix. Sarkozy n'attendait que ça, c'est le degré zéro de la tactique et de l'intelligence politique.

Il était toujours temps de voir si le Ministre Kouchner survivait au premier remaniement ministériel, quelles étaient ses réactions et ses décisions, et alors et alors seulement d'éventuellement clarifier sa position au sein du parti (si besoin est).

Mais le faire "préventivement" c'est sectaire (un peu) et stupide (surtout).

75. Le samedi 19 mai 2007 à 03:00 par zadvocate

moi depuis que je sais que mon voisin vote communiste, je ne l'invite plus à mes barbecues d'été. Fini !!

J'hésite à le dénoncer aux autorités.

76. Le samedi 19 mai 2007 à 03:39 par dj

Votre lecture est saisissante, mais au-delà des bourdes qui, une fois encore, saturent le discours d'un homme politique, cette mise à l'écart (il eût été plus souhaitable que le concerné démissionât - on ne l'a d'ailleurs pas encore entendu s'exprimer sur cet engagement nouveau) n'est-elle pas cohérente avec le système que notre régime républicain a choisi de privilégier, celui des partis ? Autant m'irrite les stratégies du PS et de l'UMP qui visent à l'instauration en France du bipartisme, autant on ne saurait sous-estimer le spectre, dans l'opinion publique, du "tous les mêmes".

Pour ce qui est de la trahison etc, peut-être observe-t-on dans la langue française contemporaine une "réforme" (au sens strict du mot, celui qu'il eût du IVe au XVIIIe siècle: retour à la forme originelle) du mot "ami" ? L' "amicus" est une notion éminemment politique, quelque part entre "allié", "partenaire", "collègue", le tout ne s'exerçant que dans l'élite (la paysan romain n'est pas censé avoir d'amici).
D'ailleurs, contrairement à "ami", "ennemi" a gardé sa charge sémantique. Pour preuve, on est obligé de préciser par adjectif: "ennemi personnel" et inversement "ami politique".

Mais peut-être, tout simplement, que notre personnel politique est ringard.

77. Le samedi 19 mai 2007 à 04:27 par fred_ay

C'est aujourd'hui dans l'air de ce (mauvais) temps que de tirer sur François Hollande. Il a la tête pour, le charisme (d'un fer à repasser) avec, et un parti en capilotade comme boulet. Lui le boulet d'une autre. Et donc, on s'amuse, on tire, et même le Maître.
Sur une implacable logique juridique, il démontre - démonte par la même - les propos du premier secrétaire du PS qu'une situation aussi abjecte que grotesque amena à prononcer.
Non, il est incontestable qu'on se fourvoierait à vous contester sur ce chemin-là, comme si drapé dans votre obstination à vouloir traquer la bête - ? - vous ne voulez pas voir ce qui saute à l'esprit ; et qui crie aux tympans. Décidément, l'air (mauvais) de ce temps (encore plus mauvais) trouble tout... hélas.

Je rêve ou votre commentaire (pas très compréhensible) vise à s'offusquer de ce que l'on critique le dirigeant du deuxième parti de France qui est en train de briguer une majorité à l'assemblée ?

Eolas

78. Le samedi 19 mai 2007 à 11:06 par mrk

Un coup à droite, un coup à gauche, la balle au centre... Je vous trouve bien sévère avec Hollande sur le coup. Je n'ai pas apprécié son rôle dans la campagne mais je ne vois pas ce qu'il y a de grotesque à dire que Kouchner, en entrant dans un gouvernement dont l'objectif est, dixit Fillon, de remporter les élections législatives, s'exclut de fait (pas de jure) du parti qui est le principal adversaire de ce gouvernement.
Quant à l'amitié, peut-être faudrait-il faire la différence entre les amis qui pensent différemment de vous et les amis qui non seulement vous laissent tomber mais vous accablent quand vous êtes dans la mouise ?

Et quand Monsieur Jouyet a-t-il accablé ce pauvre Monsieur Hollande ?

Eolas

79. Le samedi 19 mai 2007 à 11:28 par NatGif

Counsellor Eolas, vous n’aimez pas Hollande ? Vous gagnez plus de 4000 euros par mois ? Le titre de votre billet m’a fait frissonner de plaisir, tant je trouve ce politicien d’une absolue nullité.

Juste bon à faire le pseudo comique de Rotary dans un meeting politique, incapable de faire la différence entre un salaire net et un salaire brut, incapable de formuler une proposition intéressante lors de la campagne electorale, à part proférer d’énormes conneries du genre taxer les riches (traduisez ceux qui gagnent plus de 4000 euros par mois). Minable et Pitoyable (« pathetic »).

Pour le parti « socialisse », il n’y a que deux catégories de français : les riches et les pauvres. Eh, c’est curieux, le Ps a pris un caramel. Il y a donc plus de riches que de pauvres en France ! On est sauvé !

Mais, Eolas, permettez moi de vous apporter une contradiction.

Je comprends que le PS décide d’exclure Kouchner (il est membre du PS ?) si Kouchner décide de son propre chef de faire parti d’un gouvernement de droite sans l’aval du PS. C’est normal qu’un parti se situant dans l’opposition n’accepte pas que ses membres fasse partie d’un gouvernement, sauf s’il y a un gouvernement d’union.

Les décisions prises par les instances du parti doivent être respectées par ses membres, et c’est ce que le parti socialiste français a toujours fait, appliquant en son sein des règles très démocratiques.
Regardez, le PS a soumis la constitution européenne à un référedum interne. Après avoir laissé ses adhérents voter un oui net et sans bavure à la constitution, le PS a laissé la moitié de ses éléphants (Fabius, Mélanchon, Emmanuelli) faire campagne pour le non.

Et François Hollande les a tous fait exclure. Comme Kouchner.



80. Le samedi 19 mai 2007 à 12:23 par Natacha

Si j'ose,
Cher Mâitre,
Sur ce billet,
Comme sur celui,
Concernant "un poil "de Libé,
je suis d'accors avec le 63,
"Juridisme procédurier",
C'est ce que vous semblez préférer,
Pour le moment ,
Pour le moment seulement,
Du moins,je l'espère...

Je vous préfère plus drôle,
Drôlerie rîmant avec raillerie,

Quant à François Hollande,
Il lui restera ses yeux,
Pas bleus,
Pour pleurer...

Cette fois,
Cher Maître,
Me sucrerez-vous,
Ou m'enverrez-vous un pavé?

Quant à mon souhaît,
Si vous voulez savoir...
Ne dites rien,
et conservez moi...





81. Le samedi 19 mai 2007 à 13:32 par Mani

"Mesure conservatoire automatique qui repose sur quel article des statuts ?"
Eolas

Il est admis que le responsable d'une structure puisse prendre toute mesure de nature à en sauvegarder les intérêts.

Le passage à l'adversité constitue en matière politique une mise en péril grave et soudaine lorsqu'il s'agit d'un portefeuille ministériel.

Il n'est donc pas choquant, au plan des principes, que le premier secrétaire d'un parti politique annonce une exclusion de fait d'un membre passé à l'adversité.

Pour une justification moins principière (ahahah) et plus textuelle, vous trouverez matière dans l'article 11.9 des statuts "Cas particuliers d'exclusion" qui appréhende les cas d'indiscipline en période électorale.

Nous sommes en période électorale.

Finalement, vous chicanez l'évidence : admettre que BK pourrait s'exprimer comme socialiste au sein d'un gouvernement UMP sans l'accord du parti au motif que la commission disciplinaire n'aurait pas encore statué, c'est priver la direction du parti de toute prérogative que les faits commandent.

BK n'était pas en rupture avec le PS avant l'annonce de la composition du gouvernement, FH ne pouvait donc saisir l'instance disciplinaire.

Lui reprocher d'être grotesque pour ce motif est pure mauvaise foi.

Il l'aurait effectivement été si la commission nationale des conflits avait été saisie avant que le fait dommageable ne soit commis.

Vous ne l'auriez d'ailleurs pas loupé sur ce coup, et vous auriez eu raison.

C'est pourquoi je mentionnais "procès d'intention" dans mon premier commentaire.

A vous lire, FH était critiquable quoiqu'il fasse :

- Ne faisant rien en attendant le résultat de la saisine de la commission nationale des conflits, tout à chacun aurait pu se gausser de la présence d'un ministre socialiste au sein d'un gouvernement UMP sans accord du parti socialiste ;

- Saisissant l'instance avant la nomination, tout à chacun aurait pu hurler au Stalinisme des grand jours ;

- Déclarer que de fait BK était exclu du parti, vous y voyez du grotesque alors qu'il ne s'agissait que de déclarer l'évidence.

Qu'aurait dû faire FH pour avoir grâce à vos yeux ? Puisque vous critiquez, indiquez nous la bonne manière, ce sera éclairant.

Blâmez la faiblesse des statuts (et encore, le cas est si évident) mais ne blâmez pas l'homme sur ce coup.

Enfin, je précise que j'interviens parce que l'attaque me semble un peu moisie mais je ne suis pas membre de ce parti, ni d'aucun autre.


Monsieur Hollande n'annonce pas une suspension conservatoire, mais une exclusio de fait et automatique. Quant à ce qu'il aurait dû faire, je l'ai dit plus haut. Mais de grâce : un adhérent à la section de Paris 6e devient ministre, c'est un péril grave et imminent pour un parti ? Vous avez peur qu'il se barre avec la machine à café et la réserve de toner ?

Eolas

82. Le samedi 19 mai 2007 à 13:35 par Mani

Un petit PS :

L'homme à blâmer, c'est BK qui n'a pas eu la délicatesse de notifier sa démission au moment de sa nomination.

Ce comportement indigne est la cause de la situation que vous moquez à tort.

83. Le samedi 19 mai 2007 à 13:43 par omen999

tout est question de contexte
son intervention était tirée d'un dossier qui portait une grosse étiquette ainsi libellée:

usage interne exclusivement
ne pas administrer aux militants (mentalement) âgés de plus de trois ans
tenir hors de la portée et de la vue des adultes

84. Le samedi 19 mai 2007 à 15:14 par Vulgus pecum

Allez,... FH n'est pas le seul à tenir des propos mal-t-à-propos :
www.linternaute.com/humou...

(ps: c'est curieux, certains de mes commentaires ne s'affichent pas !!! peut-être que mes propos sont outrageants ? Voyons si celui-ci passe).

J'ai un antispam. Un peu de patience.

Eolas

85. Le samedi 19 mai 2007 à 15:34 par Jerome

82 : Mais bordel, pourquoi il devrait quitter (pas démissionner, pour démissionner faudrait avoir un contrat avec le PS, qu'il n'a pas à ma connaissance) le PS???
BK est accepté dans un gouvernement de la république (vous savez, la république, c'est le truc qui nous sert pour gouverner...), il a été accepté en tant que membre du PS, et voila.

Le plus pathétique dans l'histoire est uniquement le PS, incapable de regarder d'où vient leur défaite, et incapable de rassembler. Plutôt que de rassembler, avec cette volonté de ne pas respecter les règles du PS (qui d'une interdisent au premier secrétaire de décider de virer un gars, et de deux n'a jamais eu comme raison de virer un gars le fait que ke gars fasse partie du gouvernement), le PS devient un parti ayant un dictateur à sa tête, un parti qui va perdre des voix.
J'ai voté PS au deuxième tour de l'élection. Se sera la dernière fois, car la position du PS vis à vis de leur défaite et leur sens de la démocratie me dégoute. Adieu PS, incapable de rassembler.

Adhérer à un parti revient à en accepter les statuts qui sont les clauses d'un contrat. M. Kouchner est bien lié par contrat au PS.

Eolas

86. Le samedi 19 mai 2007 à 15:57 par Vulgus pecum

c'est fou ça ! pourquoi ce commentaire passe à la trappe sur le blog d'Eolas ??? vulguspecum.free.fr/comme...

C'est le mot "job" qui chiffonne mon antispam.

Eolas

87. Le samedi 19 mai 2007 à 17:35 par mrk

"pour démissionner faudrait avoir un contrat" : c'est pour cette raison que Chirac n'a pas démissionné après le référendum. Il n'avait pas de contrat.

88. Le samedi 19 mai 2007 à 17:54 par Gilbert Sorbier

Socialiste à 20 euros, je découvre ce blog et découvre avec plaisir que je ne suis pas le seul à avoir honte du président de mon parti.
Amicalement

Pas président, ça fait de droite. Premier secrétaire.

Eolas

89. Le samedi 19 mai 2007 à 19:11 par NatGif

Au parti socialiste, on peut :
- faire campagne pour le non à la constitution européenne malgré l’expression de la volonté de la majorité des membres du parti;
- dire à la télévision qu'on « en a rien à foutre des lituaniens »
- traiter les harkis de sous hommes ;
- déplorer qu’il y ait trop de noirs dans l’équipe de France de football ;
-
Sans jamais craindre d’être exclu.

Plus sectaire, ça n’existe pas.

Merci qui ? Merci François


90. Le samedi 19 mai 2007 à 19:52 par Sans pseudo

à Vulgus pecum 86 : ce blog a une protection contre les spam, qui traquent les mots douteux. Votre commentaire est probablement mis en quarantaine pour vérification par Maître Eolas. Vous n’auriez pas eu ce problème si vous aviez écrit « un petit travail ».

91. Le samedi 19 mai 2007 à 22:04 par Vulgus pecum

@90 Ha bon ???
je retente en changeant le mot qui "bloque"...

je suggérais, en voyant toute la méchanceté s'abattre sur ce pauvre François Hollande, qu'il serait bien qu'il renoue avec la réussite et le sentiment de se sentir utile, et qu'à cette fin, Nicolas Sarkozy serait sympa de lui trouver "un petit boulot" dans son gouvernement. Ah ! c'est méchant, je sais...

92. Le samedi 19 mai 2007 à 23:02 par minny

un petit commentaire qui n'a pas grand chose à voir avec le sujet du billet : quand je lis tous les commentaires j'ai les cheveux qui se dressent sur ma tête en voyant des "monsieur" écrit "Mr" ! Nous sommes en France et, jusqu'à preuve du contraire, "monsieur" s'écrit M. (Mr étant le diminutif de "mister"!)
C'est un coup de gueule à la con, je sais, mais respectons notre langue et soyons attentif à l'anglicisme qui guette le français...

93. Le dimanche 20 mai 2007 à 00:54 par JaK

en réponse à mon dernier commentaire (26) (suite au commentaire du maitre des lieux)

Les statuts du PS affirment:
"Article 1.3 :

principes généraux

Les adhérents du Parti acceptent la “déclaration de principes”, les statuts et les décisions du Parti. Ils ne peuvent appartenir à un autre parti ou groupe politique relevant directement ou indirectement d’un parti autre que le Parti socialiste, excepté s’il s’agit d’un Parti membre du Parti des socialistes européens ou de l’Internationale socialiste, sous réserve de réciprocité. Ils ne peuvent soutenir d’autres candidats à des fonctions électives que ceux investis ou soutenus par le Parti socialiste."

Des élections législatives vont avoir lieu dans les semaines à venir.
Il y aura dans toutes les circonscriptions plusieurs candidats.
Certains vont soutenir une majorité présidentielle notre Président de la République lui permettant de mettre en oeuvre son programme, et d'autre vont tenter soit d'infléchir ce programme, en cas (scénario très improbable actuellement) de nécessité d'ouverture réelle (c'est à dire de négociation sur le programme), soit (scénario tout aussi improbable) d'obliger le Président de diriger un gouvernement appliquant un programme différent (en cas de cohabitation). En participant au premier gouvernement de Nicolas Sarkozy, chaque ministre s'est engagé à mettre en oeuvre le programme du candidat (il n'y a pas eu de négociation). Chaque ministre s'est donc prononcé pour donner au Président une majorité parlementaire... et donc à faire campagne contre ses opposants. Kouchner fait actuellement campagne contre les candidats PS aux législatives... son exclusion est donc naturelle aux vues de l'article précité.

Oui, mais qu'elle se fasse conformément à l'article 11.

Eolas

94. Le dimanche 20 mai 2007 à 03:04 par ferraille

J’avais, dans mon bestiaire poétique des politiciens, écrit ce sonnet sur Hollande, mais il me semble, a posteriori, nécessaire de reprendre l’ouvrage (je le ferai sans doute, si Hollande ne sombre pas dans le marigot de la décomposition du PS), compte tenu de ce que l’on sait maintenant des chamailleries entre les deux partenaires, Hollande et Royal, lesquelles ne sont ressorties aux profanes (aux outsiders, par opposition, donc, aux insiders) qu’après l’élection, quoiqu’on ait vu une foule de désaccords entre les deux membres de ce couple assez inquiétant — Proserpine et son époux. À l’époque, je ne voyais que l’éviction de Jospin, et Hollande ne me semblait pas avoir la stature pour présider la République.

On n’avait vu en lui qu’un gentil figurant ;
Et qu’en fidèle ami de celui qui l’emploie,
Il ferait comme un clerc de notaire grossoie
La réplique aux clins d’œil du chef désespérant.

Mais il est si sournois, semblable à Talleyrand,
Dont l’Empereur a dit en se grattant le foie
« Vous êtes de la merde dans un bas de soie »,
— Qu’il a trahi Jospin l’éternel conspirant.

Tous les goujats disaient : « Hollande est un comique ;
Il a la bouille ronde et l’exacte mimique
Qui mettent le tribun au rang de Pantalon ».

Allons donc, voyez-vous comment sa créature
S’est hissée en triomphe au dernier échelon ?
Quelquefois Pantalon est une pourriture.

On me pardonnera peut-être de ne pas avoir l’inspiration de portraiturer notre cher Flamby, et son grotesque illimité, avec des traits plus actuels.

95. Le dimanche 20 mai 2007 à 03:18 par ferraille

Il y a du drame, et même de la tragédie, dans le destin du PS ; dans la manière improvisée dont ce parti a préparé l’élection présidentielle, et dans les suites, presque cornéliennes, de celle-ci. Hollande, dans cette tragédie, tient le rôle du bouffon. J’avais, dans mon bestiaire poétique de politiciens, écrit un sonnet sur lui, mais il me semble, a posteriori, nécessaire de reprendre l’ouvrage (je le ferai sans doute, si Hollande ne sombre pas dans le marigot de la décomposition du PS), compte tenu de ce que l’on sait maintenant des chamailleries entre les deux partenaires, Hollande et Royal, lesquelles ne sont ressorties aux profanes (aux outsiders, par opposition, donc, aux insiders) qu’après l’élection (quoiqu’on ait vu une foule de désaccords se manifester au sein de ce couple assez inquiétant — Proserpine et son époux). À l’époque, je ne voyais que l’éviction de Jospin, et Hollande ne me semblait pas avoir la stature pour présider la République.

On n’avait vu en lui qu’un gentil figurant ;
Et qu’en fidèle ami de celui qui l’emploie,
Il ferait comme un clerc de notaire grossoie
La réplique aux clins d’œil du chef désespérant.

Mais il est si sournois, semblable à Talleyrand,
Dont l’Empereur a dit en se grattant le foie
« Vous êtes de la merde dans un bas de soie »,
— Qu’il a trahi Jospin l’éternel conspirant.

Tous les goujats disaient : « Hollande est un comique ;
Il a la bouille ronde et l’exacte mimique
Qui mettent le tribun au rang de Pantalon ».

Allons donc, voyez-vous comment sa créature
S’est hissée en triomphe au dernier échelon ?
Quelquefois Pantalon est une pourriture.

On me pardonnera peut-être de ne pas avoir l’inspiration de portraiturer notre cher Flamby, et son grotesque illimité, avec des traits plus actuels, mais certains de ceux employés ci-dessus conservent, je crois, des propriétés satiriques passables.

96. Le dimanche 20 mai 2007 à 09:46 par NatGif

Revenez Eolas, je suis sidérée par la malhonnêteté intellectuelle des blogueurs qui affirment comme étant naturelle ou normale l'exclusion de Kouchner. Alors que bien Sûr, celle de Frêche ne l'est pas...

97. Le dimanche 20 mai 2007 à 13:20 par Jerome

JaK @93 : votre raisonnement est comme celui des scientifiques à qui on a demandé de démontrer une chose, et même si cette chose n'est pas vraie les scientifiques vont déformer les résultats des tests afin d'arriver à la bonne conclusion.
C'est pitoyable.
Par votre volonté de démontrer ce qui n'est pas démontrable, vous n'aidez pas le PS, personnellement cette attitude me fait rejeter aujourd'hui ce parti, cette fois j'ai voté SR, si prochaine fois il y a je voterai blanc.
(pour démonter votre démarche pseudo-logique, comme vous dites il n'y a pas eu négociation, donc chaque ministre a autant accepté le programme du candidat qu'il a accepté de mener son programme à lui dans son domaine, boom tout votre raisonnement tombe à l'eau. Sans compter que ce n'est pas parce qu'on est ministre qu'on veut une majorité parlementaire, ni donc qu'on fait campagne contre le PS. Sans compter que le PS avait dit qu'il ferait aussi de l'ouverture, et comme c'est l'autre qui le fait ça devient mal. Pitoyable, pitoyable... Ce parti est en train de mourir, et c'est tant mieux, peut-être qu'ensuite on aura une "gauche" correcte)

98. Le dimanche 20 mai 2007 à 15:07 par JaK

Il ne s'agit pas de démontrer quoi que ce soit.
Fabius aurait dû être exclus quand il faisait campagne contre l'opinion des militants PS lors du référendum (exprimée lors d'un vote interne).
Kouchner doit être exclus puisqu'il soutient les candidats UMP aux législatives contre les candidats PS.
Certes, les procédures doivent être respectées parceque le respect strict de procédures est un gage fondamental de démocratie, et je n'ai pas de difficulté particulière à condamner l'attitude de François Hollande sur ce point. Cependant, il ne faut pas mélanger les deux 'problèmes'. Si l'attitude François Hollande est condamnable, ce n'est pas du tout parcequ'il demande l'exclusion de Kouchner, mais parcequ'il ne respecte pas les procédures internes du PS.

Que Kouchner fasse clairement campagne pour les candidats PS en demandant au français de faire tomber le gouvernement auquel il appartient, et je jure de faire mon meaculpa.

99. Le dimanche 20 mai 2007 à 15:25 par wesson

Bonjour cher maitre,

et encore un thème à classer dans les " oh mon dieu regardez comme les socialistes sont méchants, avant je pouvais voter pour eux mais maintenant c'est bien fini !"
vous avez été parfaitement compris en cela par Jérome (@85, @95) dont les errements de languages semblent moins vous géner que mes propres formules grossières.

Bon evidemment, vous auriez pu être plutôt irrité par l'incroyable cynisme politique qui semble prévaloir à la constitution de ce nouveau gouvernement, qui a fait la part belle aux traitres de tout bord, et pas seulement ceux du PS - demandez à M. Bayrou ce qu'il en pense avec son fantomatique UDF.

Au moins 5 judas au gouvernement (sans même parler du chef ...), des amateurs comme Rachida Dati - notre condoleeza à la Française - ou Valérie Pécresse à des ministères importants. Un parlement qui ne sera qu'une vulgaire chambre d'enregistrement (c'est de toute manière ce qu'il est depuis le début de la 5ème république), voilà des sujets qui pourraient être bien plus interessant que de savoir si oui ou non Monsieur Hollande a eu raison d'exclure Monsieur Kouchner du PS.

Allez, bonne chance à votre blog qui est à l'analyse politique ce que la course de dada est au grand prix d'amérique, et bien des choses à vos prix busiris.

100. Le dimanche 20 mai 2007 à 16:46 par Piksou

> C'est parce que des types comme moi chicanent qu'en France, personne ne se condamne de fait
> à la réclusion criminelle à perpétuité. Très souvent, quand on ne se rend pas compte que les
> libertés sont piétinées, ont pense que ceux qui s'en émeuvent sont des chicaneurs... C'est pas
> grave, on ne le fait pas pour avoir votre reconnaissance.

Je serais le premier à protester si on manquait de respect aux droits de la défense lors d'un procès pour meutre tel que décrit, mais dire que quelqu'un qui commet un homicide évident "se condamne" à un séjour en prison semble sensé. Un élève qui crache au visage de son professeur se condamne à une sanction d'importance, quand bien même on réunit un conseil de discipline, un salarié qui dérobe du matériel dans son entreprise au vu et au su de tout le monde se condamne à un licenciement pour faute lourde, quand bien même on lui reconnait le droit d'être protégé par le code du travail et à aller aux prud'hommes. Il ne s'agit pas d'une condamnation formelle, exécutoire, de droit, il s'agit du simple constat qu'une logique se mets en place dont la conclusion semble écrite, s'en offusquer me semble excessif. Si le terme "chicaner" vous a blessé, je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses, car ce n'était pas mon intention.

101. Le dimanche 20 mai 2007 à 17:32 par DP



"Tout assujettir au droit c' est bientôt ne plus rien lui soumettre"

Et ne rien assujettir au droit, c'est donc tout lui soumettre. Clap. Clap. Clap.

Eolas


--> Et Guy carcassonne ça vous dit quelque chose?

102. Le dimanche 20 mai 2007 à 17:42 par DP



"Tout assujettir au droit c' est bientôt ne plus rien lui soumettre"

Et ne rien assujettir au droit, c'est donc tout lui soumettre. Clap. Clap. Clap.

Eolas

--> Et Guy Carcassonne ça vous dit quelque chose?

Apparemment il ne sert à rien de vous donner le contexte dans lesquels ont été tenus les propos de F.H.
Vous faites vraiment preuve d'arrogance en ne considérant pas un instant que votre billet est directement visée par la citation mentionnée plus haut, c'est du commentaire politique bas de gamme,

du "JURIDISME PROCEDURIER" comme dirait quelques autres.

Bon week-end.

103. Le dimanche 20 mai 2007 à 17:44 par DP

Désolé pour les fautes d'orthographes.

104. Le dimanche 20 mai 2007 à 17:49 par Augustissime

@Eolas. Votre proposition : "Je prends acte avec un profond regret de la décision surprenante de M. Kouchner de participer au gouvernement nommé par celui qu'il avait pourtant si justement critiqué lors de la campagne. Cette attitude étant incompatible avec ses engagements auprès du parti socialiste, parti animé par une volonté de cohérence entre les propos et les actes, je suppose que M. Kouchner devrait démissionner très rapidement de notre parti. Si tel ne devait pas être le cas, je saisirai la commission des conflits pour qu'elle sollicite les explications de M. Kouchner et se prononce sur ce conflit d'intérêt."

Bravo ! Vous au moins vous savez parler aux journalistes. Que c'est percutant et concis !

Je suis désolé, j'aime bien Kouchner, mais je comprends la position de Hollande et sa manière de l'annoncer. Il fait de la politique, pas du droit.

"C'est parce que des types comme moi chicanent qu'en France, personne ne se condamne de fait à la réclusion criminelle à perpétuité. " Modeste en plus ?

105. Le dimanche 20 mai 2007 à 18:06 par rires

@ 103 ou DP on dit les fautes d'orthographe

C'est triste car si il avait plusieurs ortographes il n'y aurait plus de faute

106. Le dimanche 20 mai 2007 à 18:53 par Mani

"Monsieur Hollande n'annonce pas une suspension conservatoire, mais une exclusion de fait et automatique. Quant à ce qu'il aurait dû faire, je l'ai dit plus haut. Mais de grâce : un adhérent à la section de Paris 6e devient ministre, c'est un péril grave et imminent pour un parti ? Vous avez peur qu'il se barre avec la machine à café et la réserve de toner ?

Eolas"

:D

Plus simplement, il y a un enjeu qui est la légitimité de la parole : tant qu'il est membre, il peut s'exprimer au nom et en qualité de membre du parti.

Et puis l'exclusion n'est pas aussi automatique que la machine à café puisqu'il faut l'expression du premier secrétaire pour dire aux adhérents et aux tiers qu'en l'état, KB n'a plus la légitimité du PS.

En théorie, rien n'empêche que la mesure conservatoire (qui n'est pas une suspension, jeune prud'hommiste) ne soit levée par l'instance disciplinaire ... :)

107. Le dimanche 20 mai 2007 à 19:26 par Jerome

wesson@99 : si ca peut vous rassurer, je fais partie de la grosse partie de la population qui a voté contre Sarkozy, et non pas pour Royal. (les sondages disent que les gens ont voté Sarko par conviction par contre... encore une leçon pour le PS). Donc je ne change pas trop mon fusil d'épaule.
Maintenant, avec les bêtises dites par le PS, ces votes du moins pire, le PS les perds. C'est dommage, c'était ses plus grosses troupes.
En attendant, le PS hurle à la non-démocratie chez Sarko qui n'a encore rien fait, et ne fait pas de démocratie chez lui, ne pas l'accepter et être un tant soit peu critique vis à vis de son parti préféré est un peu suicidaire...

108. Le dimanche 20 mai 2007 à 20:30 par Dylis

"Et c'est trop demander que d'exiger qu'il commence dès à présent à respecter le droit"

C'est vrai, on devrait l'exiger, quel dommage qu'on en demande pas autant au candidat élu...

109. Le dimanche 20 mai 2007 à 20:55 par faust

Mais qu'est-ce que cette mascarade du droit alors qu'on est en politique ? Savez-vous que, même si le droit est votre passion, il est possible de penser autrement qu'en tant que juriste ?
J'avoue que j'étais attirée par votre blog pour l'éloge que vous faites au Droit eu égard à ma passion de cet "art" !,mais là, je ne peux ne pas réagir quand je vois autant de suffisance de votre part, savez-vous que votre profession n'est pas une fin en soi ? Vous êtes souvent cassant, voire agressif et je crois qu'aucune des réussites sociales ou professionnelles ne justifie un tel besoin récurrent de répondre à chaque remarque même si elle vous est désagréable. Prendre du recul serait préférable, plutôt que de vouloir ridiculiser le novice en droit... puissiez-vous acquérir un jour la sagesse... Savez-vous accepter la divergence d'opinion ? Un blog n'est-il pas un lieu d'échange pourvu qu'il reste correct ? En tant qu'avocat, une telle étroitesse d'esprit est regrettable. J'espère par ailleurs que vous ne faites pas partie de ces jurys cassants des grands oraux du CRFPA... qui dégouteraient à jamais tout étudiant lambda ! Enfin, je me pose une question, comment pouvez-vous bénéficier d'autant de temps pour lire, répondre et lancer de nouveaux débats alors que vous exercez une profession prenante ? Et pourquoi tant de démonstrations pour tenter de montrer votre intelligence juridique sur un blog qui permet l'anonymat, l'irrespect, voire les menaces (cf Lancelot) ? Une frustruation existerait-elle dans votre vie réelle ? Bref, j'espère juste une chose ne pas devenir à la fin de ma carrière aussi égotiste que vous ! Merci tout de même pour cette étude sur la personne humaine, la votre en l'espèce !

PS : Pour information, je ne défends pas Mr Hollande, aucune considération politique ne se cache derrière mes quelques lignes. Ma vision de la France rejoind plutôt celle de notre cher Président de la République.

110. Le dimanche 20 mai 2007 à 23:13 par Marguerite

@ Faust 190. "Mais qu'est-ce que cette mascarade du droit alors qu'on est en politique ?"

En effet, mais politiquement parlant et après une telle déroute c'est FH qui s'est exclu de fait de son propre parti.

111. Le dimanche 20 mai 2007 à 23:22 par Mani

AHAHAHAHA

Détendez-vous et ne cédez pas à la provoc', ça bâche facile ici, faut prendre les choses au second et au trente-troisième dégrés.

Vous aimez Eolas mais vous souffrez de ne pas le voir comme vous souhaiteriez qu'il soit.

Ce n'est qu'un agitateur de la pire espèce, un révolutionnaire qui n'a qu'une ambition : vous faire réagir, vous faire sortir les tripes, vous transformer en réactionnaire.

Ce n'est qu'un jeu, ce qui le fait marcher c'est de vous (nous) faire courir.

Mais c'est bien ainsi, on fait du chemin ...

112. Le dimanche 20 mai 2007 à 23:34 par Jerome

à Faust@109 : heu... C'est un peu la marque de fabrique de ce blog, la marque de fabrique du personnage, et c'est pour ça qu'on est (en majorité) la à le lire (d'ailleurs, j'étais en manque, une semaine sans nouveau pic...) : une vue différente sur les évènements, d'un point de vue purement technique, une application claire et nette des lois décidés par les politiques. Chaque pic est argumenté, imparable techniquement. Alors forcement quand les gens sont incohérants avec eux-même, ça se voit...
Après, rien ne vous oblige à venir ici.
Eolas, ne changez *rien*!

113. Le dimanche 20 mai 2007 à 23:44 par fred_ay

Déjà permettez-moi de m'excuser pour le manque de clarté de mon précédant message.

Faisons plus clair cette fois-ci, il est moins tard.
Oui, Maître, vous rêvez . Il ne s'agissait de m'offusquer qu'on puisse porter la critique à François Hollande, premier secrétaire du PS - et donc de ce fait, homme public. Cependant, la causticité de votre billet a de quoi laisser plus d'un coi. On en conviendrait si la discussion eut porté sur le bien fondé ou non d'une décision discutable ; mais essentiellement nourrie de ratiocinations juridiques, la pilule passe mal, ou plutôt masque-t-elle difficilement le désir d'égratigner sans raison.
Car à l'heure où nous causons, nous n'avons toujours pas eu vent d'une exclusion (ni physique ni juridique) de notre nouvel occupant du Quaie d'Orsay. Et pour cause, la procédure d'exclusion n'est pas encore enclenchée. A moins d'être dans un rêve...

www.lefigaro.fr/election-...

D'après ce que dit le premier secrétaire, la procédure d'exclusion semble superfétatoire.

Eolas

114. Le lundi 21 mai 2007 à 00:48 par anna

Ce que je demanderais bien à F. Hollande, c'est si faire campagne contre un petit texte de quelques pages sur les institutions européennes pourtant adopté par une jolie majorité des adhérents du parti, c'est aussi "comme lorsqu'on se présente contre un candidat désigné par son parti". Parce que là, a posteriori, je lui trouverais pas mal de charme, à l'exclusion de fait automatique sans droits de la défense, sans procédure collégiale empêchant qu'un type tout seul puisse prendre toutes les décisions, etc etc...

115. Le lundi 21 mai 2007 à 08:45 par Jerome

Mais les bougres sont têtus.
Le premier secrétaire du PS dit "je le vire", les règles du PS disent "mais euh, ce n'est pas à toi de décider", ça a l'air quand même très clair et on dit "égratigner sans raison".
D'une ce n'est pas égratigner mais le descendre tellement c'est gros, et de deux la raison est les statuts du PS, ce qui n'est pas sensé être rien.
Mais bon, si maintenant pour les membre du PS leur propre loi n'est pas applicable, je me demande se qu'ils feraient au pouvoir... Le nombril, ça va? Vous le regardez souvent?

116. Le lundi 21 mai 2007 à 09:20 par Gilbert Sorbier

Maître Eolas,
Habitant Montpellier, je voudrais simplement vous signaler que Georges Frêche n'a pas traité "un Harki" de sous homme.... Il s'est adressé à une "personne" venu foutre le bordel dans une remise de gerbe sur la tombe d'un pied noir. Cette personne aurait été chinoise ou bourguignonne, elle se serait fait interpeller de la même façon.
A noter qu'en dehors des rédactions Parisiennes, Frêche est connu pour son action en faveur des Harkis.

Pour continuer à faire tout un fromage de....
Hollande: «Kouchner sera un chef de la diplomatie réduit à la portion congrue»….. on ne peut s’empêcher de penser que Hollande va bientôt être un chef de parti lui aussi réduit à la portion congrue…. Hollande est-il un congre ? Ouigre!
Xavier Bertrand «Hollande est un mauvais perdant»…. Oh!, tu crois Xavier ?
François Bayrou évoquant le Parti socialiste a estimé que celui-ci était face à "une crise très lourde". C'est la première fois qu'on entend François Hollande être qualifié de "crise très lourde", ou bien ?

M. Frêche a bien traité un harki de sous homme. Il s'agissait de Monsieur Abdelkader Chebaiki, président de l'association Ajir 34. Et le fait que M. Frêche eût interpellé un Chinois de la même façon n'est vraiment pas une excuse.

Eolas

117. Le lundi 21 mai 2007 à 10:02 par Turtle Crazy

» Ho, non ! Le miroir à parole !

Grotesque.

» Le "c'est celui qui dit qu'y est" !

J'ajoute : paille/poutre.
Mais, vous déformez mon propos.
Je remeuleu, puisque vous avez dû mal lire : Par cet article, vous êtes tout autant grotesque que M. Hollande.

» Je suis perdu ! Je ne puis rien répondre à cela !

Notons que vous n'avez pas essayé; par cette réplique, vous vous dérobez seulement.

» Vous avez raison,

Sur ce point, nous sommes d'accord.

» à un mois des élections générales,
» il doit être interdit de critiquer le dirigeant d'un des principaux partis de France,
» c'est une règle fondamentale de la démocratie.

Vous me prétez des propos que je n'ai pas tenu. Splendide.
Lorsque le dirigeant d'un tel parti tombe aussi bas, il est grotesque d'en rajouter; ce que vous n'avez pas hésité à faire. Vous auriez cherché à attirer les colleurs d'affiche du camp d'en face pour qu'ils puissent ricaner tout leur saoul dans les commentaires, vous n'auriez pas manœuvré autrement.

Au temps pour moi. Ce n'était pas le miroir à paroles, mais le procès d'intention.

Eolas

118. Le lundi 21 mai 2007 à 11:46 par Gilbert Sorbier

"M. Frêche a bien traité un harki de sous homme. Il s'agissait de Monsieur Abdelkader Chebaiki, président de l'association Ajir 34. Et le fait que M. Frêche eût interpellé un Chinois de la même façon n'est vraiment pas une excuse. Eolas"

Vous avez raison, ce n'est pas une excuse, mais Mr Abdelkader Chebaiki est quand même bien venu faire de la provocation dans une cérémonie ou il n'était pas invité....

Et c'est une excuse ?

Eolas

119. Le lundi 21 mai 2007 à 11:50 par Isabelle

Déjà plus d'une centaine de commentaires, j'admire votre patience Maître et votre courage de toujours continuer à écrire, à commenter... Je trouve personnellement les réactions partisanes un brin fatiguantes. Surtout que Maître Eolas nous a déjà montré à maintes reprises qu'il savait émettre une opinion négative ou positive sur certains propos quand cela lui semblait justifié quelles que soient les convictions politiques de la personne qui les avaient prononcés. Une neutralité que j'admire, il est tellement plus facile de ne critiquer que "le camp" duquel on ne partage pas toutes les opinions...

Il y a tellement d'affectif dans les réactions... J'oserais même demander : si la critique avait été dirigée contre un membre d'un autre parti, certains auraient-ils applaudi cette fois plutôt que hué?

Un peu plus de raison et moins de sentiment permettrait peut-être de se comprendre sans s'emporter.

Personnellement j'ai compris ceci :
Le premier secrétaire d'un parti politique dans une démocratie exclut automatiquement l'un de ses membres parce qu'il participe au gouvernement dirigé par "l'autre camp" et n'annonce aucunement que sera mise en place la procédure d'exclusion prévue par son parti. En privant le membre exclu de ce procédé démocratique qui lui permettrait de s'expliquer, le Premier secrétaire montre le peu de cas qu'il fait des régles de son propre parti.
Ce n'est pas forcément parler de politique sous l'angle juridique que de dire ça. Quand on veut participer à la démocratie de son pays, la moindre des choses c'est de le faire déjà au sein de son propre parti et ne pas faire deux poids deux mesures (cf. Monsieur Frêche). Je trouve que c'est une question de crédibilité.
Et le fait que le PS ait des difficultés ou pas n'est pas le propos (cf. "tirer sur une ambulance"), ni le fait de penser que l'engagement de Monsieur Kouchner est immorale ou non...


Une dernière remarque qui n'a rien à voir. J'ai découvert ce blog il y a quelques mois et c'est la première fois que j'envoie un commentaire. J'en profite donc pour remercier Maître Eolas pour ses billets variés qui sont toujours un tel plaisir à lire.

120. Le lundi 21 mai 2007 à 12:22 par Mouche du coche

Toujours aussi captivant, votre blog. Je regrette fort de ne plus avoir le temps d'y consacrer des heures.
Mais cette file était si passionnante que j'ai "sacrifié" le temps nécessaire pour la savourer. Bravo, maestro.

121. Le lundi 21 mai 2007 à 12:24 par ToTheEnd

Notre hôte à une patience qui me renverse à chaque fois. Passer tellement de temps à répondre à des types qui pensent que les règles devraient s'appliquer dans certains cas mais pas dans d'autres tant l'évidence ou la logique voudrait qu'on les ignore.

J'aimerais juste voir la réaction de ces mêmes personnes quand notre hôte décrira comment on a enfermé d'office pour 30 ans un type sans procès parce que Sarko a dit à la télé "qu'il était coupable" ou quand Bolloré sera au prud'homme parce qu'il a viré sur le champ un type sans motif...

S'il existe des règles, des statuts ou des articles, c'est bien pour qu'ils soient respectés et appliqués ou bien?

La vérité c'est que ce parti ferait bien mieux de "déboulonner" (10 ans tout de même!) un type qui s'emballe et dit n'importe quoi en se moquant totalement des règles plutôt que de continuer ainsi... à moins bien sûr de vouloir rester dans le sillon de l'échec.

T

122. Le lundi 21 mai 2007 à 13:54 par jop

je me faisais la même remarque quant à la patience.. Remarquez, c'est pédagogique la répétition, paraît-il...

123. Le lundi 21 mai 2007 à 14:17 par schum

Je me permet de prendre la défense de Gilbert Sorbier car si effectivement Mr Frêche a bien traité ce président d'association de sous-homme, ce n'est pas en tant qu''harki mais bien de Mr Abdelkader Chebaiki, venu troubler la cérémonie...
Alors bien sûr aucune escuse, mais sûrement pas le procès d'intention que la presse a bien voulu lui faire (insultes contre la communauté harki)!

Loin, très loin d'être partisant des idées politiques de Mr Frêche, je suis pourtant contraint de reconnaitre qu'en tant qu'élu local, il a su faire de montpellier une ville au développement sensationnel avec son foutu caractère, son absence totale de forme et son franc parler.

Comme d'ailleurs ses propose sur l'équipe de France qui n'étaient aucunement des propos racistes mais seulement une manière de dire que les français n'avait jamais su autant travailler que "les blacks"... Bien sûr des propos maladroits, bien sûr une absence totale de forme protocolaire mais sûrement pas l'image que les médias parisiens veulent bien lui donner.

Vous aurez remarqué que je n'accuse pas Georges Frêche d'avoir traité les Harkis de sous-hommes, mais UN harki de sous homme, cette qualité étant pertinente à mentionner puisque c'est en qualité de président d'une association de harkis que Monsieur Frêche connaissait Monsieur Chebaiki et que ce dernier était présent en cette qualité à cette cérémonie. Le fait que vous jugiez favorablement sa politique locale (y compris l'idée de la Septimanie ?) n'apporte aucun élément de défense, pas plus qu'une attitude courtoise et respectueuse de ses interlocuteurs n'excuseraient une politique locale calamiteuse (encore que les embouteillages de Montpellier valent bien ceux de Paris avec ces travaux incessants et ces aménagements pour les transports en commun). Qu'il soit réélu ou non ne regarde que les montpelliérains et les habitants de la région Languedoc Roussillon. Mais qu'il tienne de tels propos et aient pu pendant encore fort longtemps se réclamer du PS me concerne en tant qu'électeur, ce parti me demandant de voter pour lui.

Eolas

124. Le lundi 21 mai 2007 à 15:07 par plouc à mémoire

C'est drôle cette façon de décider de ce que l'amitié permet ou non. Sur ce blog et d'autres, les commentateurs sont souvent outrés qu'un ami (Jouyet) "trahisse" son camp et son ami parce qu'il va occuper un poste dans un gouvernement honni. Mais quel âge ont ces commentateurs, l'âge de la naïveté, de la crédulité ? N'ont-ils pas vu les larmes, sincères et poignantes, de Chaban à la mort de Deferre ? Ne comprennent-ils pas que le trouble de Hollande vient du fait que les désistements au PS sont l'éclatante démonstration que Sarko et son gouvernement ne sont ni Vichy ni Salo ?

125. Le lundi 21 mai 2007 à 15:49 par schum

Je précise que je ne cherche pas d'élément de défense pour excuser ses propos dans l'absolu maitre, mon objectif est de modérer les commentaires de la presse et du parti socialiste à son égard (tiens d'ailleurs, tenir des propos racistes au sens du PS serait moins grave que participer à un gouvernement de la République puisque Mr Frêche a au moins pu bénéficier de la procédure que je qualifierais de Droit commun, avec la commission disciplinaire, alors que Kouchner est exclu "de fait").

Bref passons, croyez maitre qu'en tant qu'élu de la République il est évident que ces propos vous concernent! Mais rendons leur alors la dimension qui est la leur: un dérapage regrettable qui ne justifie pas le tumulte des médias et de la direction du PS à l'époque. Tumulte qui fut d'ailleurs de courte durée puisque il a récupéré sa carte au PS comme il avait pu le prévoir durant un de ses cours à la Fac de Droit de Montpellier.

126. Le lundi 21 mai 2007 à 16:01 par Lucas Clermont

" (...)Que le PS s'interroge sur ce qu'il a fait pour s'assurer de la loyauté indéfectible de Kouchner au point de pouvoir exiger de lui qu'il renonce définitivement au poste dont il rêve et que le PS lui a toujours refusé."
Eolas


Vous pointez un problème majeur en politique : la gestion des ego. Pourquoi M. Kouchner aurait-il quelque droit à être ministre des affaires étrangères quand des dizaines de hauts fonctionnaires ou de politiciens aguerris peuvent tout aussi bien (mieux) exercer cette même charge ? C'est étonnant dans un parti - à tous les niveaux - le nombre de personnes qui pensent qu'elles ont droit à quelque chose, et que le monde ne saurait tourner sans elles.


Il a été élu sur une liste du PS. Il a en revanche échoué à trois élections législatives. Il a été élu administrateur du Kosovo sous un gouvernement PS et alliés. Sous un gouvernement de droite il a au contraire manqué la désignation à la tête de l'OMS et au HCR. En effet on peut se demander qui a apporté à qui ? Nous divergeons sur sa valeur : il me semble qu'aujourd'hui il vaut parce qu'il est socialiste et qu'on peut dire qu'un socialiste adhère au programme de Nicolas Sarkozy. Idem pour Jouyet.


Pour le point de droit que vous soulignez, il est anecdotique en ceci que n'importe qui peut déclarer n'importe quoi au seul risque d'être qualifié de "grotesque". La procédure suivra son cours.

127. Le lundi 21 mai 2007 à 16:54 par KickMe

Eh bien, quel déferlement de commentaires (plus ou moins teintés de mauvaise foi). Merci pour ce billet en tout cas.

128. Le lundi 21 mai 2007 à 17:33 par Laurent

Bonjour Monsieur,

Donc si je comprends bien il ne faudrait jamais céder a la colère ? par exemple quand un entraîneur de foot décide une mise au vert et qu'un joueur (appelons je ne sais pas disons M. W) décide, lui, de faire la fête jusqu'à pas d’heure pendant cette période, il devrait tenir les propos du type :

« Je prends acte avec un profond regret de la décision surprenante de M. W de participer à une petite sauterie alors que nous avions si justement décidé de nous entraîner tous ensemble. Cette attitude étant incompatible avec ses engagements auprès de notre club, qui est animé par une volonté très forte de cohérence entre actes et propos, je suppose que M. W devrait démissionner très rapidement. Si tel ne devait pas être le cas, je saisirai le président pour qu’il sollicite les explications de M. W et se prononce sur ce conflit d'intérêt entre la vie privé et vie publique de M. W. »

Ca n’engage que moi, mais je trouve qu’un commentaire un peu rustique tu type :

« Hé ! Dudule sur ce coup là t'es perso et je n’ai vraiment pas besoin de ça en ce moment, alors tu prends tes petites affaires et soit tu vas t’entraîner en CFA et tu me fais de l’air, soit tu te trouve un autre club. L’équipe a besoin de se concentrer sur le prochain match ! Et puis de toute façon que tu sois là ou pas on s’en prendre 4 alors … »

c’est beaucoup mieux, ca fait moins « langue de bois »… Effectivement c’est moins joli à l’oreille, et peut être pas en accord avec le règlement intérieur que tous les joueurs avaient signés en début de saison… mais parfois, et même si c’est l’un des meilleurs de l’équipe, le gars qui la joue perso ça peut énerver ses partenaires et son entraîneur ( qui n’a pas vécu ca ?) …

Bonne continuation

Laurent

En l'occurrence, c'est plutôt un entraîneur qui a conduit son équipe à la relégation qui reproche à un remplaçant qui a passé la saison sur le banc de touche d'aller jouer dans le club qui a gagné le championnat et va jouer l'Europe.

Eolas

129. Le lundi 21 mai 2007 à 17:53 par Schum

@Laurent 128

Eh bien, si le Droit était aussi clair et simpliste, le système juridique français vaudrait largement l'efficacité du système juridique chinois!
Vous avez bien raison...

130. Le lundi 21 mai 2007 à 18:16 par laurent

@Schum 129

Pardon mais j'ai du mal à saisir le rapprochement que beaucoup semblent faire ici entre le règlement intérieur d'un groupe politique ( ou footbalistique dans mon exemple ) et le droit (majuscule pourquoi ?). Les gens sont quand même libres de ne pas réélire M. Hollande lors du prochain congrès si cette décision les rebute..

Autres questions : cette décision est-elle réellement notifiée à l’intéressé ? kouchner peut-il l'attaquer ? Devant quel type de tribunaux ?

Bonne soirée

Laurent

Les statuts du PS sont un contrat. Son exécution relève donc des juridictions judiciaires. M. Kouchner pourrait contester la décision de l'exclure du PS devant le TGI de Paris.

Eolas

131. Le lundi 21 mai 2007 à 18:28 par Jerome

à Laurent @128 : Juste un bémol, mais qui va tout casser dans votre raisonnement : il n'a jamais été interdit d'être dans un gouvernement (tenu ou non par un gars du parti) dans les statuts du PS.
Que Monsieur Hollande dise "il n'a pas respecté les règle, donc il s'est automatiquement exclu", pas de langue de bois, nickel. Sauf que Monsieur Kouchner a respecté les règles, donc qu'il n'y a pas d'automatisme. C'est con, mais c'est comme ça, faudra que Monsieur Hollande mette dans les statuts le fait que participer à un gouvernement soit interdit.
En attendant, mais d'automatisme, et la non langue de bois est juste une tentative de virer un gars qui ne plait pas, sans démocratie. Pour une personne qui hurle que Sarko est anti-démocratie, ça fait beaucoup rire!

132. Le lundi 21 mai 2007 à 18:35 par Schum

Majuscule parceque je parlais de la matière en général.
Et dans "matière en général" il y a "ensemble des règles édictées par un groupe pour vivre, ou un organisme pour fonctionner, que l'on doit RESPECTER".

Et effectivement j'imagine que Kouchner en cas de réel désaccord a un recours contre la décision de Hollande (si elle se confirme). Je n'en suis pas sur, le maitre de céans pourra peut être confirmer mais adhérer à un parti c'est signer un contrat, or le contat contient une procédure pour le renvoi d'un membre, donc si cette procédure n'est pas respectée c'est le contrat qui est violé.
Le contrat n'est-il pas la loi des parties (art. 1134 Cc)?
Cqfd. Violer un contrat, c'est violer la loi, c'est du Droit, cette discussion est légitime.
Merci, Bonne soirée.

133. Le lundi 21 mai 2007 à 19:31 par RG

@129 "Eh bien, si le Droit était aussi clair et simpliste, le système juridique français vaudrait largement l'efficacité du système juridique chinois!"

En tous cas il n'y a rien à reprocher à la céléritude du système juridique FH !

Les balles partent plutôt dans le pied mais bon....

134. Le lundi 21 mai 2007 à 23:04 par siarres

Je ne suis pas sur de l intérêt du débat mais je ne crois pas que l’exclusion d’un groupement nécessite absolument une procédure , il y a des exclusions « constatées » donc automatiques par exemple le non paiement de la cotisation .- donc la catégorie existe .
Par ailleurs pour soutenir CHUM 125- - je recommande la lecture de « spoliations ,déportations »de M IANCU chez BARTHELEMY , travaux du groupe universitaire de G FRECHE - je ne suis pas de son parti -
Dans une société sérieuse on ne juge pas un homme seulement sur une parole , mais je sais que certains avocats se font aisément procureurs ....je sens que notre Maître est en mutation .

135. Le lundi 21 mai 2007 à 23:17 par Jerome

a Siarres@134 : l'exclusion pour non paiement sont prévues dans le contrat que tu signes, donc oui c'est normal que le chef du truc que tu payes dises "c'est dans le contrat, il est automatiquement jeté, il n'a pas payé".
Et la, encore une fois, le contrat du PS ne stipule aucunement que le fait d'appartenir a gouvernement exclu automatiquement.
la, Me Hollande a joué à "il a payé ses cotisations, mais j'aime pas le Monsieur, je fais la tête, je le vire (sans lui rendre son argent évidement".

136. Le mardi 22 mai 2007 à 10:23 par bleu horizon

Je rejoins Maître Eolas sur l’analyse de la déclaration de François Hollande. Par ailleurs, une telle déclaration (indépendamment le non-respect des statuts du PS et le mépris des droits de la défense) est préjudiciable à la Commission des conflits, car le ministre des Affaires étrangères pourrait mettre en doute l’impartialité de cette "juridiction " devant les juridictions de l’ordre judiciaire compétentes à la suite de cette déclaration.

137. Le mardi 22 mai 2007 à 10:35 par Gilbert Sorbier

Maître Eolas,
Passons sur le jugement de l'oeuvre de Frêche en Septimanie, qui n'engage que notre perception aléatoire des choses et en particulier mon parti pris de Montpelliérain... et de membre d'une famille black-blanc-beur.
Vous dîtes que si cette personne avait été Chinoise ou Française.... ça n'aurait pas été une excuse.
J'en déduit qu'il reste au débit de Mr Frêche la seule et unique accusation "d'insulte à quidam".
Il m'est arrivé en tant que restaurateur faisant souvent les course au "METRO" de St Jean de Védas de me faire insulter... en des termes équivalents "enculé de ta race". Aurais-je pu obtenir les 10 ou 15.000 euros d'amende auquel Mr Frêche a été condamné ?
Ayant plusieurs fois eu affaire à la justice française, je me suis senti très souvent dans la situation d'être considéré comme un "sous homme" par les magistrats.... même et surtout quand j'étais dans mon bon droit. Cela explique ma "sensibilité" à ce sujet.

Non, d'insulte à connotation raciste. Traiter un harki, qui n'est pas une race, un chinois, ou un français (je pense que vous entendez par là un blanc, ce qui fera rire nos amis antillais plus français que le président Sarkozy) de sous-homme est également inacceptable, voici ce que j'entendais.

Eolas

138. Le mardi 22 mai 2007 à 11:47 par baba

Si je suis le même mode de procédure que celui utilisé par FH, n'étant pas de son parti, j'exclus FH du PS.

Oui, oui, François Hollande est exclu du PS et sans jugement !
Certains au PS vont me louer.

Eolas, je vous remercie de la qualité de vos propos au fil de vos billets.

139. Le mardi 22 mai 2007 à 14:00 par provocateur

Quel fanatisme ! Vous êtes tous à genoux devant Eolas (ou Eole dieu du vent c ça ? lol) ! Savez-vous vivre sans devoir idolatrer le premier type venu qui touche dans sa matière (et encore dans toutes les matières du droit j'en doute) mais que vaut-il ailleurs ? A méditer...

Je ne laisse pas le premier venu toucher dans ma matière, même s'il se met à genou... Je ne suis pas celle que vous croyez, Monsieur.

Eolas

140. Le mardi 22 mai 2007 à 14:10 par une doublure de candidat

Ces commentaires illustrent bien la difficulté de comprendre les gens du parti Socialiste... Entre les courants, les chefs, les éléphants, les synthèses à tiroir, les renoncements, les trahisons et l'autoritarisme dictatorial...
Il apparaît difficile d'adhérer à l'affirmation permanente que seul les gens de ce parti détiennent la vérité et le sens social... J'habite le Nord dont on disait depuis des décénies que son coeur était à gauche, il est passé à droite... Enfin une bonne nouvelle !!

141. Le mardi 22 mai 2007 à 15:13 par Schum

Donc si je comprends bien, maître, vous maintenez que Georges Frêche a bien proféré une insulte raciste et, par conséquent, qu'il visait bien particulièrement les "origines" (je ne sais pas trop quel mot utiliser) de Mr Abdelkader Chebaiki et non sa personne?

J'avoue être fasciné par la distinction que vous faites entre attaquer quelqu'un sur ses origines mais pas sur sa personne... Des racines byzantines ?

Eolas

142. Le mardi 22 mai 2007 à 18:24 par Gilbert Sorbier

Cher maître, vous dîtes:
"Traiter un harki, qui n'est pas une race, un chinois, ou un français (je pense que vous entendez par là un blanc, ce qui fera rire nos amis antillais plus français que le président Sarkozy) de sous-homme est également inacceptable, voici ce que j'entend."

Votre réponse est étrange, puisque je venais de vous dire que j'étais de famille mixte (gendre algérien, femme guadeloupéenne).
Je vous réïtère donc ma question:
Ayant été moi même insulté, aurais-je eu une chance de toucher une pareille somme ?

Pas la moindre, sauf si vous vous appelez trésor public. M. Frêche a été condamné à 15.000 euros d'amende (pour l'Etat) et à un euro symbolique de dommages-intérêts. C'est à cette dernière somme que vous pouvez donc prétendre.

Eolas

143. Le mardi 22 mai 2007 à 18:30 par l'Oeuf

"Les harkis ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps...les harkis se sont fait égorger comme des porcs... Ils (les gaullistes) ont massacré les vôtres en Algérie et encore vous allez leur lécher les bottes! Mais vous n'avez rien du tout, vous êtes des sous-hommes, vous n'avez aucun honneur." Georges Frêches
La justice a jugé ces propos racistes, certains commentateurs tentent d'édulcorer tout cela sans jamais citer les dires de M. Frêches. Il suffit, me semble-t-il, de les lire pour se dire en toute bonne foi que la justice ne s'est pas trompée.

144. Le mardi 22 mai 2007 à 18:53 par PEB

Sans rentrer dans des considérations juridiques, François Hollande aurait pu s'y prendre autrement.

Tou d'abord, jouer au grand seigneur: "Le mouvement que je représente comprend en son sein des personnes de qualité. Je me félicite que le Président de la République soit venu chercher jusque dans nos rangs des hommes que tous estiment pour leur compétence."

Ensuite, tendre la main: "La politique étrangère, domaine réservé dit-on, doit refléter un certain consensus national."

Puis, 'in cauda venenum': "C'est pourquoi je serais heureux de pouvoir échanger les vues des socialistes avec les nouveaux ministres en tant que chef de l'Opposition à ce gouvernement."

Conclusion partisane limpide dans son contenu mais éliptique dans sa formulation: "Cela va sans dire que les instances du Parti devront trouver une solution conforme à la nouvelle situation politique."

C'eût été plus élégant.

Mettons la réaction du Premier secrétaire sur le compte d'un mouvement de l'âme 'ab irato'.

Mais il a quand même réussi à se mettre à dos le Quai d'Orsay, ce qui pour le responsable d'un parti de gouvernement n'est pas un des meilleurs calculs politiques. Il aura tout de même besoin des services et des conseils de notre diplomatie lors de ses futurs contacts à l'étranger.

145. Le mardi 22 mai 2007 à 19:17 par Schum

La distinction entre injure raciste et personnelle est effectivement importante à mes yeux et j'avoue être fasciné par l'amalgame que l'on peut faire entre les deux.
Une injure raciste est une injure envers la société et ce n'est par pour rien que, en tous les cas pour les injures non publiques, l'injure "simple" est une contravention de 1ere classe (Art R621-2 CP) tandis que l'injure "présentant un caractère raciste ou discriminatoire" est une contravention de la 4eme classe (Art R624-4 CP).

Au delà des considération textuelle je crois bien que la différence est notoire l'une visant un individu (attention elle est tout autant répréhensible) l'autre visant les caractéristiques d'un groupe en particulier, et finalement la société toute entière à travers (d'où une répression plus forte).

En l'espèce je ne sais pas quel texte a été appliqué mais tout ce que je souhaite c'est illustrer mon propos sur la distinction entr ces deux tyes d'injures totalement différentes dans leur but
leur motivation, et leur résultat.

146. Le mardi 22 mai 2007 à 19:18 par McFlan

"Quel fanatisme ! Vous êtes tous à genoux devant Eolas"

Tous à genoux ? Suivez le rouge ...

147. Le mardi 22 mai 2007 à 20:25 par siarres

shum 145Effectivement la distinction est très importante dans notre droit positif , et l ‘Oeuf 143 fait bien de rappeler la totalité de la déclaration de G FRECHE ,qui cadre son propos .Si on dit a quelqu’un qui vous énerve ou qui vous entourloupe , « vous êtes un fils de P » cela vise son comportement personnel c’est une insulte simple .Si on dit a ses contradicteurs « Vous êtes des fils de P » cela vise les origines et c’est du racisme .
La seule injure qui reste permise ( voire encouragée) est l ‘injure sociale ( patrons pourris, sales bourgeois ) ,profitez en avant qu’on interdise la haine sociale comme la haine raciale religieuse ou sexiste .il me semble que la jurisprudence n'a pas de trace de condamnation de l' injure sociale

148. Le mercredi 23 mai 2007 à 08:32 par confrère

Bonjour Eolas,

Votre blog est sympathique et intelligent mais je regrette franchement la tournure politique qu'il prend ses derniers temps.

Ce qui intéresse vos lecteurs, me semble-t-il, est votre point de vue sur le monde judiciaire. Pas vos opinions politiques.

Saloe

149. Le mercredi 23 mai 2007 à 09:01 par Schum

C'est vrai qu'il y a longtemps que nous n'avons pas eu droit au décryptage technique d'une affaire dans l'actualité...

150. Le mercredi 23 mai 2007 à 16:41 par Slurp

@ 139 Mr Provocateur,

*slurp sort sa langue*
Laissez-nous aduler le maître! Il est l'élu... Votre jalousie ne vous rapportera guère de sypathisant!
*slurp range sa langue*

Plus sérieusement, c'est assez rare de voir quelqu'un de brillant s'addresser dans un langage intelligible aux pauvres ignorants que nous sommes (enfin que je suis).

Le premier secrétaire en déclarant cela n'est-il pas tout simplement en train de raconter n'importe quoi? Un peu comme certains tribunaux qui rendent un avis alors qu'ils sont en réalité incompétent en la matière.

Autrement dit, est-ce que BK est déjà réellement exclus du PS? N'est-ce pas simplement une bourde ou une déclaration déespérée du premier secrétaire du PS voyant que sa barque prend l'eau?

Cela m'amuse que certains critique la composition du gouvernement. C'est souvent les mêmes qui reprochaient à Chirac de ne pas l'avoir fait en 2002... Même si je ne nie pas la dimension politique et calculée de la manoeuvre de notre cher président.

151. Le mercredi 23 mai 2007 à 17:38 par nanafana

J'ai des amis qui ont des idées politiques tout à fait différentes des miennes et je les aime malgré cela. Est- ce grâve docteur ? devrais-je les renier parce qu'ils ne pensent pas comme moi ? Nous évitons le plus possible certains sujets, mais il est vrai que je n'ai pas fait l'ENA, que je suis une femme, donc une girouette, pas comme ces hommes politiques qui cherchent désespérément un créneau dans l'arène pour se faire aimer

152. Le mercredi 23 mai 2007 à 17:50 par Gilbert Sorbier

Slurp,
N'aggravez pas ma peine de socialiste à 20 euros, qui souffre depuis longtemps de la mauvaise foi compulsive du "plus gros défaut" de Ségolène. Comme je suis de ceux qui considèrent la mauvaise foi comme une preuve absolue de bêtise.. Vous voyez mon désarroi devant les incessantes preuves de crétinerie crasse données par mon président de parti !

153. Le jeudi 24 mai 2007 à 11:35 par Slurp

Ne vous en faites pas Gilbert! Notre bon vieux François ne se présente pas à sa succession, c'est officiel depuis ce matin. Plus que quelques mois à tenir!

154. Le jeudi 24 mai 2007 à 19:51 par Schmorgluck

Attention, ça devient encore plus tordu : d'après certaines déclarations de Bruno Le Roux, secrétaire national du PS chargé des élections, Bernard Kouchner n'aurait même pas été encarté au PS. Si ça se trouve, il ne l'a jamais été !

"D'après certaines déclarations"... Parce que d'après d'autres, si ?

Eolas

155. Le vendredi 25 mai 2007 à 19:54 par pascal

[H.S.]

156. Le dimanche 27 mai 2007 à 19:08 par lyla

Ne serai ce pas une chance pour le PS d'avoir un membre (euh un traître bannit lol) dans le gouvernement?
Le problème avec le PS, est qu'ils ne sont pas du tout du tout unis (cf réaction des uns et des autres 3 scds après le résultat)...
N'ont ils pas de conseiller???

157. Le mercredi 13 juin 2007 à 00:15 par athena

Et que dire sur son intervention au sujet de l'appel téléphonique de Ségolène Royal à François Bayrou ? Est-ce un bon mot que de dire"je n'ai aucun commentaire à faire sur cet appel, nous sommes en démocratie téléphonique"? Il a dit aussi :"40% d'abstention, c'est trop par rapport à l'enjeu en lui-même, il faut venir voter pour des députés de gauche et ensuite la gauche pourra être utile au pays". C'est le "et ensuite" que je trouve mal placé ! Ca veut sous-entendre : "Voter pour nous et après, on verra !" je comprends pourquoi il est réputé pour ces bons mots !!!

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« avril 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

Contact