Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La prison vue de l'intérieur

Vous vous souvenez de Romain ?

Romain, c'était le prévenu de cette affaire si bien racontée par un journaliste de Libération.

Romain a été condamné en comparution immédiate à quatre mois de prison ferme pour violences aggravées sur les forces de l'ordre (un pavé lancé sur des gendarmes mobiles le soir du deuxième tour de l'élection présidentielle).

Etant journaliste de formation, il tient un blog depuis sa cellule (hébergé sur Libération.fr, le site parfait pour un blog de prisonnier), à Fleury Mérogis (le grand bâtiment central).

Enfin, il ne le tient pas vraiment : il s'agit d'extraits de ses courriers à ses proches et de textes spécialement rédigés en vue de leur publication sur ce blog. Ses textes sont probablement lus par le personnel pénitentiaire (pas sûr : il est désormais condamné définitif et bientôt sortant, et donc plus systématiquement soumis à la censure), mais rien ne laisse supposer qu'il s'auto-censure ; il a un bon style, et un ton personnel. Son juge d'application des peines devrait adorer.

Le titre du blog est trompeur : quatre mois fermes, avec les réductions de peine, ça fait trois fois sept jours de réduction de peine (les 21 jours dont il parle) soit trois mois et neuf jours effectifs, avec une libération conditionnelle possible au bout d'un mois et vingt jours, c'est à dire très bientôt, d'ici une ou deux semaines environ. Je ne doute pas qu'il l'obtienne. Mise à jour 18/06/2007 : Ca se confirme, il a reçu sa convocation pour l'audience de libération conditionnelle.

Ce blog sera donc de courte vie, et c'est tant mieux pour lui. En tout cas, voilà une visite de l'univers carcéral vu de l'intérieur.

Lien : Quatre mois fermes, le blog de Romain.

(Il ne peut lire les commentaires, naturellement. Certains lui sont transmis par ses proches, et il les lira à sa sortie de prison).

Commentaires

1. Le jeudi 14 juin 2007 à 15:48 par Damien

Intéressant et instructif à lire en effet.
C'est vrai qu'on n'a pas si souvent que ca accès à des témoignages de l'intérieur.

2. Le jeudi 14 juin 2007 à 15:50 par CitoyensQuiCausentBlog

Je n'étais pas au courant de l'existence de ce blog (de Romain), je pense que beaucoup de familles dans d'autres situations inextricables devraient pouvoir relayer leurs périples de la même façon afin que tout le monde puisse suivre leur parcours autrement que pendant 1 minute au journal à la télé.

3. Le jeudi 14 juin 2007 à 15:56 par Sébastien

Un point m'interpelle. Il dit avoir côtoyé des voleurs et des violeurs. Comment se passe la détention au niveau de la gravité des peines ? Tous les prisonniers sont incarcérés dans la même maison d'arrêt quelques soient les délits/crimes commis, ou alors on évite que les peines courtes ne se retrouve avec les vrais durs à cuire (braquages, meurtres, trafics de stupéfiants) ?

4. Le jeudi 14 juin 2007 à 16:18 par Fred

c'est curieux cette histoire de censure et pas censure.
Pouvez vous m'éclairer sur la logique qui est derrière?

merci

5. Le jeudi 14 juin 2007 à 16:35 par Deilema

@ Sébastien

En fait, il y a plusieurs sortes de "prisons" : les maisons d'arrêt, les centres de détention et les maisons centrales.

Dans les maisons d'arrêt, qui sont les principales concernées par la surpopulation carcérale, il y a les prévenus ou accusés en détention provisoire (donc en attente d'être jugés pour toutes sortes d'infractions, stups, vols, viols ou crimes de sang...), ceux qui sont condamnés à des peines inférieures à un an d'emprisonnement et éventuellement ceux à qui il reste moins d'un an d'emprisonnement à purger.

Dans les centres de détention et les maisons centrales, il y a tous les autres, je ne me souviens plus bien du critère de répartition mais l'idée est qu'on met dans les maisons centrales ceux qui nécessitent une surveillance renforcée. (par exemple à la centrale de Villenauxe, dans le ressort de "ma" Cour d'appel, il y a notamment des terroristes basques).

En principe, dans les maisons d'arrêt, les détenus doivent être un par cellule, ce qui est complètement illusoire compte tenu de la surpopulation.
Et normalement, on sépare les prévenus des condamnés purgeant leur peine. Normalement...

En fait, paradoxalement, les conditions de détention sont réputées plus dures en maison d'arrêt, où les détenus sont en cellule la plupart du temps, qu'en centre de détention où ils ne réintègrent leur cellule que le soir.

6. Le jeudi 14 juin 2007 à 16:36 par Deilema

@ Sébastien

En fait, il y a plusieurs sortes de "prisons" : les maisons d'arrêt, les centres de détention et les maisons centrales.

Dans les maisons d'arrêt, qui sont les principales concernées par la surpopulation carcérale, il y a les prévenus ou accusés en détention provisoire (donc en attente d'être jugés pour toutes sortes d'infractions, stups, vols, viols ou crimes de sang...), ceux qui sont condamnés à des peines inférieures à un an d'emprisonnement et éventuellement ceux à qui il reste moins d'un an d'emprisonnement à purger.

Dans les centres de détention et les maisons centrales, il y a tous les autres, je ne me souviens plus bien du critère de répartition mais l'idée est qu'on met dans les maisons centrales ceux qui nécessitent une surveillance renforcée. (par exemple à la centrale de Villenauxe, dans le ressort de "ma" Cour d'appel, il y a notamment des terroristes basques).

En principe, dans les maisons d'arrêt, les détenus doivent être un par cellule, ce qui est complètement illusoire compte tenu de la surpopulation.
Et normalement, on sépare les prévenus des condamnés purgeant leur peine. Normalement...

En fait, paradoxalement, les conditions de détention sont réputées plus dures en maison d'arrêt, où les détenus sont en cellule la plupart du temps, qu'en centre de détention où ils ne réintègrent leur cellule que le soir.

7. Le jeudi 14 juin 2007 à 16:50 par Sébastien

@Deilema

Merci de m'avoir éclairer. J'ignorais qu'il existait une classification des prisons.

Après une rapide recherche sur Wikipédia, il semble que la différence entre centre de détention et maison centrale soit les supposées perspectives de ré-insertion des condamnés.

fr.wikipedia.org/wiki/Pri...

Donc, un escroc à la petite semaine condamné pour falsification de chèques peut se retrouver dans une cellule avec un prévenu accusé (mais non condamné) de multiples homicides. Ca fait un peu froid dans le dos.

8. Le jeudi 14 juin 2007 à 17:14 par Charles

Merci pour ce lien. Comme dit Damien, des témoignages de l'intérieur d'une prison ne sont pas si courants.

J'en profite pour un coup de pub, de la même veine : la BD "Dans la prison" de Kazuichi Hanawa (ed. Ego comme X). Là aussi, un habitué de l'écriture s'est retrouvé en prison (près de quatre ans). Il s'agit d'un auteur de mangas. Cette BD raconte, simplement, la vie dans une prison japonaise. Le style est à la fois factuel et précis, et personnel et métaphorique selon les moments.

9. Le jeudi 14 juin 2007 à 17:42 par XIII

Je croyais que la réduction de peine pouvait aller jusqu'à environ la moitié de durée d'emprisonnement ? Je me trompe ? Où ce calcul ne vaut que pour les peines longues ? Parce que là, 21 jours sur 120, ça ne fait qu'un sixième, et non la moitié...

10. Le jeudi 14 juin 2007 à 17:45 par XIII

Bon OK, je n'ai rien dit, jai lu trop vite... :-) Je crois que j'ai confondu réduction de peine et libération conditionnelle en cas de bonne conduite. C'est ça ?

11. Le jeudi 14 juin 2007 à 17:48 par Jerome

Ce qui est dommage, c'est qu'il n'a toujours pas compris la gravité de ce qu'il a fait...
Il ecrit "j'ai été manifesté pour une idée, ne respectant pas effectivement le «choix républicain» de 53% de «connards» et je le paie comme si j'avais été au Chili sous Pinochet."
Non, il a failli tuer un policier avec un pavé dans la main qui aurait pu tomber sur lesdit policier, et il se réfugie derrière les 53% de connards.
53% des votants, ca en fait des connards, d'une il commence par insulter des millions de personnes en une ligne, et de deux il n'a pas compris.

J'hésite à continuer à lire.
J'espère que son mois de prison va lui faire réfléchir, mais j'en doute.

12. Le jeudi 14 juin 2007 à 18:00 par sébastien

@ Jérôme.

Oui, plusieurs personnes lui font la remarque qu'il passe son temps à se plaindre des conditions de détention, mais rarement de pourquoi il en est là.

Autre chose m'a choqué, il ne donne pas sa version des faits de cette soirée là. Sans être juriste moi même (mais avec une dose de formation juridique, étude d'Expertise comptable oblige), il me semble qu'établir les faits est la première chose à faire.

13. Le jeudi 14 juin 2007 à 18:12 par Jerome

@ sébastien

Ca me rassure, j'avais abandonné la lecture avec les mots d'encouragement qu'il avait...
Pour les faits, je pense qu'il n'en parlera pas, en tous cas pas tout de suite : mettre sur le papier les faits, c'est accepter de faire une analyse de soit, et il n'est pas prêt de vouloir le faire.
(non, parce qu'un pavé dans la main, faut qu'il soit très doué pour mettre sur papier autre chose que vouloir le lancer...)

C'est effectivement le plus dommage : il ne s'analyse pas, et considère la justice comme la méchante, c'est tellement plus facile.

14. Le jeudi 14 juin 2007 à 18:17 par edgar

"Il ne peut lire les commentaires, naturellement."

Quand Chirac emploie l'expression "naturellement", ça veut dire exactement l'inverse :-)

Serait-ce une atteinte à l'ordre public qu'il puisse lire les commentaires ?

Non, ça supposerait qu'il ait un ordinateur et un accès à internet depuis la prison.

Eolas

15. Le jeudi 14 juin 2007 à 18:21 par Deilema

oups, pardon, c'est à la centrale de Clairvaux que nous avons des basques (et des mutins et des évasions etc.). Villenauxe c'est le centre de détention.

16. Le jeudi 14 juin 2007 à 18:32 par Bob

@ Eolas : Le courrier des condamnés, qu'ils envoient ou qu'ils reçoivent est toujours soumis à la lecture et à l'éventuelle censure de l'administration. Exceptions faites des courriers aux avocats et aux autorités judiciaires.

Oui, je n'ai pas été assez précis. Pas des sortants, ceux en fin de peine, puisqu'aucun risque d'évasion n'est à redouter, et là, Romain est sans doute à quinze jours de sa sortie. C'est d'ailleurs un moyen employé par des détenus pour faire sortir des courriers qu'ils souhaitent confidentiels. Ce n'est pas un droit, c'est une pratique. Il est ainsi arrivé qu'au cours d'une perquisition chez une personne, le juge d'instruction découvre des lettres écrites depuis la prison par mon client, qui jurait ses grands yeux qu'il avait agi seul. Grand moment de solitude.

Eolas

17. Le jeudi 14 juin 2007 à 18:59 par Bob

J'insiste un petit peu. Le risque de faire passer les courriers d'un détenu dans celui d'un autre est bien sûr connu par l'administration. De plus, les détenus "médiatiques" comme Romain sont surveillés de plus près. Je mets ma main au feu que son courrier est lu, le risque d'évasion n'est pas la seule hantise de l'administration pénitentiaire. Il y a bien d'autres moyens parallèles pour faire sortir des informations.

Romain, médiatique ? Quatre mois en CI, parmi d'autres ? Tout ça parce qu'il a un blog, ou parce que j'en ai parlé sur le mien ? Pour le reste : dont acte, son courrier est probablement lu. Je vais de ce pas dissiper tout risque d'erreur.

Eolas

18. Le jeudi 14 juin 2007 à 19:22 par Bob

Il y a eu plusieurs articles dans la presse nationale dans lesquels son cas était évoqué et où il était parfois nommément cité, cela suffit à le rendre médiatique. De plus, il n'y a rien dans ces courriers qui vaillent réellement la peine d'être censuré je pense.
Il écrira un petit livre à sa libération de toute façon, ou il fera publier son blog...

19. Le jeudi 14 juin 2007 à 19:26 par mazette

@ jérome : je crois qu'il ajoute "Non, j'en rajoute, c'est démesuré comme comparaison. Bref.".
Ne pas citer toute la phrase serait injuste. Sinon je confirme que les commentaire lus en diagonale ne sont pas tous tendres.

20. Le jeudi 14 juin 2007 à 19:41 par Jerome

@ Mazette
Et Mer... Moi qui me promettait de ne pas tordre les phrases, je me suis fait avoir.
Mes excuses, il dit bien que sa comparaison est démesurée, et effectivement ça lisse le commentaire (mais sans enlever le principe).

J'en profite pour une question au maitre des lieux : dans son cas, la prison n'a pas l'air de lui faire comprendre l'impact de ses actes. Alors, à quoi ça sert la prison (je sais, je suis utopiste...)? Quelle solution aurait été favorable à une meilleure "ré-intégration"?

21. Le jeudi 14 juin 2007 à 20:06 par mazette

Et je ne comprends pas cette phrase qui précède les commentaires : "Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce weblog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés."
L'auteur ce doit être Libé ou c'est juste une phrase type ?

22. Le jeudi 14 juin 2007 à 20:10 par akhela

dans les souvenirs de cours d'histoire du droit, la prison est une idée réellement instituée par la Révolution française (avant il y avait beaucoup de peines physiques ou pécuniaires mais la détention était relativement rare sauf pour les Galères ou les prisonniers de marque ; pour exemple le 14 juillet 1789, la Bastille ne comptait que 7 détenus). Les théoriciens de l'époque voyaient surtout la prison comme un moyen de ré insertion du délinquant notamment par le travail ... mais les problèmes financiers immédiat des gouvernements révolutionnaires puis de leurs successeurs n'ont jamais permis d'atteindre cet objectif et la prison c'est transformé de facto en une peine répressif. Régulièrement l'idée de resocialisation par la prison réapparait, cela débouche parfois sur une loi mais la bonne volonté est rapidement noyée sous les problèmes de financement que cela implique (multiplié le nombre de places, de gardiens ...). Bref on en est arrivé à un point où même la place pour une prison-répression manque.

23. Le jeudi 14 juin 2007 à 22:31 par David-David

"j'ai été manifesté pour une idée"

Quelle idée, exactement?

(et puis, c'est 'je suis allé manifester'... bon je sors)

24. Le jeudi 14 juin 2007 à 23:01 par no vice

Pourquoi 21 jours de crédit de réduction de peine : 7 jours par mois = 28 jours de crédit non?

La démarche de ce journaliste-détenu est interessante parce qu'elle permet d'ouvrir des yeux sur les conditions de détention en france, cf les commentaires de ce blog.

Par ailleurs, C'est beaucoup lui demander je trouve que d'être objectif et d'exposer avec lucidité les faits commis sur son site lorsqu'il cherche des soutiens.

Comme tout ce qui se trouve sur le web, c'est à resituer dans son contexte et à analyser avec esprit critique.

25. Le jeudi 14 juin 2007 à 23:24 par Vulgus pecum

Pour ceux qui critiquent les propos de Romain du fond de sa prison en disant qu'il n'a rien compris et qu'il n'est pas prêt de faire une analyse de soi... Là n'est pas le problème.
Il est en prison parce qu'il a commis un geste illégal et inacceptable. S'il recommence, il n'aura rien compris. La sanction sera plus forte.

Ses propos débordent, tant mieux, ça lui sert d'exutoire. Il se calmera.

Ses mots choquent ceux qui ont cette bonne conscience de penser que parce que Romain est en prison, tout ce qu'il va dire, écrire ou faire de contestataire est forcément scandaleux. Il peut dire en vouloir à la terre entière sans pour autant vouloir commettre un crime contre l'humanité.

Ceci dit, il n'y a aucun doute la dessus, balancer un pavé sur la tête des CRS c'est un geste très vilain… comme donner des coups de rangers dans la figure de jeunes lycéens qui manifestent pacifiquement contre le CPE…
A ce sujet, ça me rappelle ce jeune lycéen meneur de la manif contre le CPE, qui devait faire 40 kilos tout mouillé, et qui a été poursuivi et condamné pour avoir brutalisé des CRS (plusieurs en même temps !) ça fait sourire… des CRS de 40 kg… il ne doit pas y en avoir beaucoup !

26. Le jeudi 14 juin 2007 à 23:31 par didier Schneider

Jérome, dans son post n° 20, a écrit : " Quelle solution aurait été favorable à une meilleure "ré-intégration"?"

Il a lancé des pavés/objets lourds/contondants/dangereux sur un symbole ( la police/l'état/Sarko/le fascisme/que sais je d'autre).
Mais le pavé est tombé sur un individu. D'ou dégats. ( traumatisme, os cassés, dents en moins, traumatismes craniens).
On peut imaginer lui montrer lors de l'audience les photos des dégats commis sur l'individu policier, façon gros plan. Voilà monsieur ce que vous avez fait à un humain. Conséquences : ses cicatrices seront visibles toute sa vie/dentier/perte de motricité/cotorep, etc...).

La, déjà, le Romain fera moins le fanfaron.

Plutot que la prison, l'envoyer faire un stage éducatif : seul condamné ( le groupe disperse l'attention de l'objectif, et déresponsabilise) devant un écran photo/vidéo qui montre des lésions causées du fait de divers lancers de projectiles, lors de manifs ou non, par exemple , aussi bien des accidents domestiques.

Le genre d'expérience qui te fait prendre 10 ans de maturité en une matinée.


Ou alors, l'envoyer 'jouer' le brancardier des urgences pendant des gardes le week end dans un hopital pratiquant la traumato.

qu'en pensez vous ?

Il n'avait pas blessé de policier. Lancer un pavé dans leur direction constitue des violences aggravées. S'il avait blessé un gendarme, il ne se serait pas pris quatre mois, mais bien plus selon la gravité. C'est peut être pour cela qu'il semble considérer qu'il n'a rien fait : il n'a effectivement blessé personne.

Eolas

27. Le jeudi 14 juin 2007 à 23:42 par Vulgus pecum

@26, tout a fait d'accord !... mais idem pour les CRS qui ont la matraque facile.

28. Le vendredi 15 juin 2007 à 00:00 par clic

il y a tout de même d'autres blogs de détenus. Evidemment, lire un blog de détenu est nécessairement trompeur (un détenu qui tient un blog est nécessairement un détenu assez différents des autres) mais c'est tout de même une première approche:
1019joursdedetention.blog...
laurent-jacqua.blogs.nouv...

29. Le vendredi 15 juin 2007 à 00:43 par GCX

Je suis d'accord avec Sébastien et je trouve scandaleux que des jeunes voleurs de pommes soit obligés de cotoyer cet individu violent et dangereux.

30. Le vendredi 15 juin 2007 à 00:53 par GCX

"Par contre, je ne crois plus en la justice, en l’Etat de droit, et ma conception de la démocratie française s’est complètement cassée la gueule. Je vais sortir plus anar que jamais. Ceux qui voulaient me donner une leçon en seront pour leurs frais. Je suis plus fort qu’eux."

eh bè, il est en bonne voie de réhabilitation, dis donc.
Il aura bien mérité sa libération conditionnelle.

31. Le vendredi 15 juin 2007 à 01:31 par Stella

Moins glamour que Paris Hilton ;-) Je plaisante.

32. Le vendredi 15 juin 2007 à 08:28 par pas perdus

Merci pour le lien. J'ai toujours aimé lire les récits de prisonniers. C'est toujours instructif et poignant.

Mais dans le cas présent, que dire ? Etre déçu de l'issue d'une élection, c'est courant. Manifester aussi. Mais perdre la raison et balancer des pavés est inexcusable. En agissant ainsi, on dessert sa propre cause.

4 mois ferme, c'est sans doute trop mais c'est la loi. Sans doute injuste. Une peine de prison avec sursis aurait semble-t'il été plus convenable, si on la compare à la peine prononcée à l'encontre de Juppé...

33. Le vendredi 15 juin 2007 à 08:48 par Un citoyen curieux

"Un point m'interpelle. Il dit avoir côtoyé des voleurs et des violeurs. Comment se passe la détention au niveau de la gravité des peines ? Tous les prisonniers sont incarcérés dans la même maison d'arrêt quelques soient les délits/crimes commis,"

J'ai été membre du GÉNÉPI (un groupe étudiant d'éducation pour prisonniers) et voici ce que l'on m'avait expliqué : les prisons (enfin peut-être seulement les grosses) séparent les détenus par profils : type de délit (col blanc / violeurs / voleurs) et profil ethnique et religieux, ceci afin d'éviter des heurts.

Donc: on met les juifs d'un côté, les arabes et musulmans d'un autre côté, etc.

Eolas pourra infirmer ou confirmer.

D'après ce que j'ai lu par ailleurs :

Les violeurs ou suspectés violeurs, notamment d'enfants, risquent en effet plutôt gros, les autres détenus pouvant fort bien se mettre à la place des parents ou de l'ami/mari de l'enfant ou de la femme violés...

Certaines prisons, dont la Santé, ont une zone où l'on met les "célébrités", type hommes politiques ou hommes d'affaires.

Mais, effectivement, au final, il arrive qu'on mette ensemble des gens qui ne devraient pas l'être. Il y a d'ailleurs eu des meurtres en prison parce qu'on a mis quelqu'un dans la cellule d'un psychopathe.

C'est aussi un des problèmes des prisons françaises : on y trouve une population souffrant de troubles psychiques plus ou moins graves, qui devrait plutôt relever d'institutions psychiatriques.

J'ai cru comprendre qu'en France et aux États-Unis, ce problème date des années 1960-70, où l'on a durci les conditions d'internement psychiatrique (en partie en raison de bonnes intentions, notamment la dénonciation d'internements arbitraires), avec la conséquence qu'une partie des gens qui auraient dû être internés se retrouvent incarcérés. Là encore, Eolas pourra infirmer ou confirmer.

En plus, de nos jours, on n'a pas assez de place en institutions psychiatriques, et la tendance est à dire que toute mesure hors la prison est un signe de laxisme... Je soupçonne qu'on n'incite pas les tribunaux à relever l'absence totale de discernement, qui exclut la responsabilité pénale.

34. Le vendredi 15 juin 2007 à 10:14 par Astre Noir

Maître Eolas, vous n'êtes qu'un petit avocat minable...

Voyez plutôt ce blog d'une vraie avocate

www.noachovitch.fr/html/s...

Bon, je précise, car l'ironie n'est pas toujours perceptible sur un blog...
Tout ce qui précède est à prendre au 2ème degré!

Effectivement. A la lecture de ce texte, je ne puis que m'adresser solennellement aux électeurs de la 8e circonscription du Val d'Oise : Votez Dominique Strauss Khan, pour ne pas priver le Barreau d'un membre aussi brillant. Ses clients ont trop besoin d'elle : n'ayez pas la cruauté de les en priver.

Eolas

35. Le vendredi 15 juin 2007 à 11:20 par Irène Delse

Certains s'inquiètent, voire s'indignent, de ce que Romain ne se "remet pas en question", n'analyse pas son geste, etc. Deux réponses possibles, pas exclusives l'une de l'autre :

1) La prison n'est pas forcément un endroit propice à la réfléxion lucide sur soi.

2) Romain n'a peut-être tout simplement jamais lancé de pavé sur les forces de l'ordre et donc estime n'avoir pas de reproche à se faire. Il a peut-être dit la vérité à l'audience, qui sait...

36. Le vendredi 15 juin 2007 à 13:07 par Damien

En complément à Astre Noir #34:

Pour ceux qui n'ont pa eu écho de la désormais trop célèbre avocate:
www.lemonde.fr/web/articl...

37. Le vendredi 15 juin 2007 à 13:12 par Never

Il n'a jamais été dit qu'il avait lancé un pavé... mais qu'il en avait un dans les mains.

Mais je suis étonnée que tant de commentaires s'indignent qu'il ne se "remette pas en question".
Il ne suffit pas de punir pour que le condamné reconnaisse la sanction comme juste...

38. Le vendredi 15 juin 2007 à 14:06 par andrem

Quand on fait partie des 47% de connards qui ont perdu l'élection présidentielle avec leur championne puisqu'elle l'était qu'on le veuille ou non, on est en rage.

La fatuité des vainqueurs associée à la division des perdants, suffisent à produire des bouffées de colère impuissante difficiles à supporter.

Il reste que:
La loi est la loi, la démocratie est la démocratie. Le gagnant d'élections est élu, et rien ne peut sy opposer. A nous, les perdants, d'accepter cette dure loi. En retour, la loi qui nous oblige à cela nous donne le droit de détester les gagnants et de le dire. Aux vainqueurs d'accepter la détestation, de l'ignorer s'ils peuvent, d'en tenir compte s'ils veulent.

Ceci signifie que je ne suis pas choqué d'entendre un perdant qualifier les vainqueurs de connard, y compris s'il s'agit des électeurs. Ce qui ne signifie pas obligatoirement que je partage cette opinion. Cela signifie à l'inverse qu'entendre un vainqueur procéder de même à l'égard des perdants est infiniment plus déplaisant, que le vainqueur soit un élu ou un électeur. Certains propos tenus à Lyon dans un meeting par un élu se rapprochaient beaucoup du terme grossier utilisé ci-avant, par exemple.

Pour éviter enfin tout malentendu, car il y a des commentateurs qui tirent plus vite que leur pensée ombrageuse, il ne s'agit pas là d'une tentative de justification du geste de Romain, mais de considérations générales sur les dures règles dite et non-dites de la démocratie. Le geste de Romain est condamnable et condamné, donc tout va bien de ce point de vue. Tout va mal s'il est question des conditions de détention, mais c'est une autre histoire où le blogue de Romain a son utilité.

On peut décider de combattre l'ennemi démocratique par des moyens illégaux; il faut savoir qu'alors la justice doit remplir son office et condamner, je ne trouverai rien à redire à la condamnation, quelle que soit la justesse initiale de la cause du combat.

Il y a aussi des moyens légaux. Par exemple d'aller massivement voter aux législatives qui suivent, même dégoûtés par le spectacle de nos soi-disant champions, même désolés par la défaite annoncée. Si l'on ne vote pas, on vote pour le vainqueur, et on perd le droit de l'ouvrir pendant cinq ans. Les lanceurs de pavés du soir du second tour font partie de ceux qui n'ont pas bougé le 10 juin dernier. Leur acte d'alors est d'autant plus grave que la réalité de leur colère est feinte.

C'est cela aussi, la démocratie, utiliser jusqu'au bout les armes qu'elle nous donne, avant de songer à autre chose.

Ne pas voter est un scandale.

C'est un peu compliqué, il faut un peu réfléchir au delà du droit lui-même, et tourner son pavé sept fois dans sa bouche, au risque de l'avaler.

39. Le vendredi 15 juin 2007 à 15:23 par rafale

bonjour


Personellement devant ce genre de "délits" je serai plutot pour des TIG: au moins il serait utile à la societé plutot que la maudire au fond d'une cellule

40. Le vendredi 15 juin 2007 à 17:51 par Gathar

Cet article me rappelle une série de questions pour lesquelles j'aimerais bien trouver des éléments de réponses dans ce blog : Que se passe-t-il légalement une fois le procès perdu, quand on se retrouve en prison ?

As-t-on le droit d'y lire, de choisir sa nourriture, d'avoir accès à internet, que peut-on posséder dans sa cellule?

As-t-on accès à tout le personnel médical, juridique, éducatif voire religieux que l'on souhaite ?

Si le maitre des lieux pouvait nous rédiger un article sur le sujet, je serais comblé et lui en saurais grandement gré (j'ai essayé de chercher si un tel article existait déjà, sans succès, le mot prison étant présent dans presque tous les articles... Merci de bien vouloir me rediriger vers celui-ci s'il existe).

41. Le vendredi 15 juin 2007 à 20:10 par Rémi

"quatre mois ferme" c'est trompeur ?
Ce n'est pas ce à quoi il a été condamné?

C'est trompeur car il ne va pas rester quatre mois derrière les barreaux.

Eolas

42. Le vendredi 15 juin 2007 à 21:59 par valery

@Jerome : ce type est clairement innocent et victime de l'autoritarisme policier qui sévit depuis 2002 : nous sommes pas mal nombreux qui auraient pu être dans sa situation confrontés à des agressions policières au cours d'une manifestation.

Vous êtes témoin des faits ? Vous avez eu accès au dossier ? Ou il est innocent car il DOIUT l'être pour conforter votre point de vue ?
En fait, ne vous fatiguez pas à répondre.

Eolas

43. Le samedi 16 juin 2007 à 11:43 par PEG

Le blog est bon mais le sous-titre est fanchement tendancieux!

"6 mai 2007, Nicolas Sarkozy remporte la présidentielle. Romain, 29 ans, manifeste sa déception. Il est arrêté un pavé à la main. Et condamné à quatre mois de prison ferme. Carnet de bord depuis Fleury-Mérogis."

"6 mai 2007, Jean-Claude, 29 ans, trouve sa femme au lit avec son meilleur ami. Il manifeste sa déception. Il est arrêté un couteau à la main avec deux cadavres."

Manifeste sa déception... Quelle honte.

L'intérêt de ce témoignage ne suppose pas de mettre son esprit critique en berne, vous avez tout à fait raison.

Eolas

44. Le samedi 16 juin 2007 à 16:23 par GED

J'ai du mal à pleurer sur son sort, car il tenait un pavé dans la main, le coup du souvenir me semble un peu court. Je vais étudier plus profondément son cas, mais je suis septique sur sa blanche innocente, et ce n'est pas Libération après l'analyse que j'en ai lu dans ce blog qui me convaincra.

Le sujet du blog n'est pas "un innocent en prison". C'est une personne qui découvre la prison et a le style et les moyens de le raconter en très léger différé. Voyez ce que c'est qu'être en prison, et laissez de côté la question de sa culpabilité qu'il n'est pas dans nos moyens de trancher.

Eolas

45. Le samedi 16 juin 2007 à 16:23 par GED

J'ai du mal à pleurer sur son sort, car il tenait un pavé dans la main, le coup du souvenir me semble un peu court. Je vais étudier plus profondément son cas, mais je suis septique sur sa blanche innocente, et ce n'est pas Libération après l'analyse que j'en ai lu dans ce blog qui me convaincra. Toutefois son témoignage sur les prisons est a prendre en considération.

46. Le samedi 16 juin 2007 à 17:59 par Anonymous Coward

Je me dévoue pour jeter le premier pavé.

Nos CRS sont là pour se prendre des pavés sur la tête tout comme nos soldats sont là pour mourir -- sinon il fallait être caissière au supermarché du coin.

La condamnation n'a donc pas à être fonction des dégâts qu'il aurait pu occasioner en lançant éventuellement le pavé mais fonction de ce que nous sommes disposés à tolérer comme degré de desobéissance. [Se prendre un pavé et en mourir fait partie des risques acceptés du métier tout comme être mis en première ligne pour servir de cible afin de repérer les positions ennemies].

De toute évidence, le lancer d'objets sur les forces de l'ordre est une desobéissance que nous tolérons beaucoup moins de la part des jeunes de banlieue en réaction aux propos du ministre de l'intérieur que de la part d'un apprenti journaliste après des élections.

Nous ne sommes pas tous d'accord sur combien durement il convient de punir la contestation d'élections (ni sur le fait qu'il faille ou pas prendre en compte la catégorie socio-économique ou le contexte politique en considération). Romain nous ressemblant assez, il y a autant de chances qu'il accepte sa peine que nous d'être d'accord pour punir la contestation à 4 mois fermes.

Les forces de l'ordre ne sont pas là pour se prendre des pavés sur la tête. Elles sont là parce que sinon, c'est vous qui vous prendriez des pavés sur la tête. Et lancer un cube de granit sur autrui n'a JAMAIS été une forme de contestation. C'est de la violence.

Eolas

47. Le samedi 16 juin 2007 à 23:50 par GCX

le post d' Anonymous Coward étant particulièrement pénible à lire, je résume en simple sa forte pensée:

"les CRS de la République sont là pour mourir lors des émeutes de contestations d'élections , légitimes en démocratie, et que l'on doit tolérer, surtout de la part des jeunes de banlieue."

voilà voilà...





48. Le dimanche 17 juin 2007 à 09:17 par didier Schneider

@ GCX

Dans le post de 'Anonymous coward' , je lis : "De toute évidence, le lancer d'objets sur les forces de l'ordre est une desobéissance que nous tolérons beaucoup moins de la part des jeunes de banlieue en réaction aux propos du ministre de l'intérieur que de la part d'un apprenti journaliste après des élections."

Sans entrer dans le fond de sa pensée, je crois qu'il pointe du doigt la différence de tolérance envers les manifestants, selon leur origine.

Dans ce cas, j'en déduis que vous vous réjouissez que ce jeune journaliste ait été condamné à la même peine que les jeunes émeutirers de banlieue de novembre 2005 ou mars 2007 ?

Eolas

49. Le dimanche 17 juin 2007 à 09:22 par GCX

Fallait être caissière au supermarché ?

Mais, les caissière de Supermarché, elles sont là pour se faire braquer et mourir. Ca fait bien partie des risques acceptés du métier, non?

non??

50. Le dimanche 17 juin 2007 à 16:18 par Lumina

#30 @GCX
Tiens, j'allais citer le même passage...
Ça fait plaisir de voir les effets bénéfiques de la prison sur le comportement humain.

51. Le lundi 18 juin 2007 à 10:40 par Anonymous Coward

> Les forces de l'ordre ne sont pas là pour se prendre des pavés
> sur la tête. Elles sont là parce que sinon, c'est vous qui vous
> prendriez des pavés sur la tête.

La nuance est byzantine : les forces de l'ordre sont là pour se prendre les pavés à ma place. Tout comme s'il y a un confilt armé c'est moi qui irai prendre les balles afin que ce ne soit pas vous qui soyez obligé de le faire [fort peu probable j'en conviens volontiers].

> Et lancer un cube de granit sur autrui n'a JAMAIS été une forme
> de contestation. C'est de la violence.

Le CRS n'est pas autrui au même titre que votre voisin de palier. Il est l'Etat. Lui lancer un pavé c'est de la contestation violente, je le veux bien mais de la contestation envers l'Etat. Je n'ai jamais prétendu que cette contestation était légitime. Mon argument est qu'il ne s'agit pas d'un conflit entre intérêts individuels mais entre l'Etat et des citoyens : des citoyens caillassent l'Etat et en contre-partie l'Etat les matraque ou les jette en prison.

Et je serai reconnaissant à l'Etat de cesser de larmoyer sur le sort de ses serviteurs (qu'il a lui même placés en première ligne) pour se demander plutôt quel type de contestation il tolère et sous quelle forme. Pour l'instant la décision de qui on matraque ou pas est du ressort d'un CRS avec pour seule justification "sale bougnoule tu va voir ce que tu va prendre". Et on jette en prison les individus selon s'ils tenaient à la main ou pas un potentiellement très dangereux pavé.

Pas très raisonnables ces critères. Résultat : l'Etat c'est fait un ennemi gratuit (sinon plus) et personne n'est d'accord sur le bien fondé de sa condamnation (ni "dans l'absolu", ni vis à vis de cas semblables récents).

Si votre pavé fracasse le crâne d'un CRS, c'est le CRS qui meurt. Pas l'Etat. Désolé de ces nuances byzantines qui semblent hors de votre portée.

Eolas

52. Le lundi 18 juin 2007 à 12:04 par Anonymous Coward

Allez, dernier essai.

Quand Tchernobyl a explosé, on y a envoyé pompiers et soldats colmater les brèches du réacteur. Ils sont tous morts ! La survie de l'Etat étant en jeu, personne ne trouve à y redire (sinon qu'ils n'étaient pas correctement équipés pour cette mission).

Quand les forces de l'ordre répriment la contestation sans discernement, l'Etat est en danger mais de façon moins visible, moins immédiate. Plus insidieusement en somme. Exécuter les mutins, ça marche une fois mais pas deux.

Les conséquences des actes de Romain auraient pu être regrettables,
mais il ne faut pas manquer la question centrale : Comment se fait-il qu'on en soit arrivé à une situation où quelqu'un comme Romain crie depuis le fond d'une cellule qu'il ne croit plus en la justice, en l'Etat ou en la démocratie ?

Pour un dernier essai, vous faites fort. Je veux croire que vous êtes un plaisantin qui se complaît dans le ridicule et l'outrance, comme en témoigne votre ultime argument : la comparaison entre l'affaire de Romain, condamné pour violences sur des gendarmes, et des pompiers envoyés de force à la mort dans un Etat dictatorial parmi les pires que la terre ait connu. Allez, au revoir, et bon vent.

Eolas

53. Le lundi 18 juin 2007 à 12:38 par Vicnent

www.tudeblogues.com/2007/...

je cite/résume : un concert de soutien pour un gars condamné injustement d'avoir ramassé un pavé pour s'en faire un souvenir... Arf !

rm.blog4ever.com/blog/ind...

J'en pleure encore de rire....

54. Le lundi 18 juin 2007 à 14:16 par Anonymous Coward

> des pompiers envoyés de force à la mort dans un Etat dictatorial
> parmi les pires que la terre ait connu

Ne te voile pas la face, en France il y seraient autant allé et en seraient autant morts. La dictature (pour une fois) n'y est pour rien. [Et puis t'as gentiment inversé les termes de ma comparaison mais c'est une autre histoire qu'il vaut sans doute arrêter là. Merci pour ton temps et ton blogue].

55. Le lundi 18 juin 2007 à 15:12 par didier Schneider

Dans ce cas, j'en déduis que vous vous réjouissez que ce jeune journaliste ait été condamné à la même peine que les jeunes émeutirers [ émeutiers] de banlieue de novembre 2005 ou mars 2007 ?
Eolas


Si votre post est une question, ma réponse est : Non.


Bon, maintenant, souhaitez moi bonne chance pour vendredi, je plaide pour un sans papier.

Bonne chance (TA ? Correctionnelle ?)

Eolas

56. Le lundi 18 juin 2007 à 20:59 par didier Schneider

Bonne chance

merci

(TA ? Correctionnelle ?)

aussi étonnant que cela paraisse, c'est une voie.....civile.
Rien n'empeche un sans papier d'exercer une demande au civil.

Non, sauf le fait qu'il n'a pas droit à l'AJ ; mais dans ce cas, la demande n'a rien à voir avec son statut de sans papier ?

Eolas

57. Le mardi 19 juin 2007 à 14:10 par didier Schneider

mais dans ce cas, la demande n'a rien à voir avec son statut de sans papier ?

Judiciairement non.
Mais la partie adverse ( qui s'est bien gardée de m'envoyer ses concluses alors qu'on plaide vendredi 9h...) se sert de son statut pour abuser de lui, l'a menacé de lui envoyer la police chez lui s'il persiste dans sa saisine.

j'espère bien que la police ne sera pas là en embuscade vendredi pour le serrer et l'embarquer.


58. Le mercredi 20 juin 2007 à 20:08 par kris

On nous parle de surpopulation carcerale, avec un entassement de 3, voir 4 détenus dans des cellules de 9 m2, et là, apparemment, il est seul, voir à deux, comme il l'a dit.
Est ce un régime spécial ?

59. Le jeudi 21 juin 2007 à 13:41 par didier Schneider

57 : Mais la partie adverse ( qui s'est bien gardée de m'envoyer ses concluses alors qu'on plaide vendredi 9h...)


bingo ! je viens de recevoir les concluses ce midi en envoi simple.

et ça commence bien :
- sur la demande y , il est demandé de bien vouloir prendre acte que A s'engage à verser à B la somme de 11111, 11 euros au titre de la raison y.
- sur la demande z, il est demandé de bien vouloir prendre acte que A s'engage à verser à B la somme de 22222,22 euros au titre de la raison z.

et puis des contestations sérieuses, des témoignages ne respectant pas les articles 200, 201 et suivants ( présence de liens liant les parties, illisibilité, incompréhensibilité...)

10 pages de concluses, 30 pages de doc, alors que j'ai déjà mon après midi d'occupé.

on va se coucher tard, ce soir...

60. Le vendredi 22 juin 2007 à 04:43 par Tatie

Romain n'a jeté aucun pavé sur personne ce soir-là. Les témoins présents et l'accompagnant à Bastille le 6 mai n'ont pas été entendus lors de la comparution immédiate. (explication avancée lors du "procès" : pas le temps...)
Je partage vos avis et réflexions sur le caractère inacceptable de la violence. Simplement, elles ne concernent pas le cas de Romain.

Romain, dans un billet publié sur son blog à la date du 14 juin : "Comme me disent d’autres détenus, qui rient de la petitesse de ma peine comparée aux leurs, «la prison, c’est la vraie école de la patience». Ça ne peut pas faire de mal, mais c’est beaucoup de leçons pour le peu que j’ai fait." Le "peu" à la place du "rien", c'est une coquille ou une faute de frappe, alors ?

Eolas

61. Le vendredi 22 juin 2007 à 11:13 par Tatie

Dans un premier temps, je vous prierais de cesser cette ironie hautaine qui vous décrédibilise avant même que vous avanciez le moindre argument.
Le peu, c'est d'avoir manifesté. Désormais, si l'on en croit la justice, c'est répréhensible.
Le peu, c'est cette naïveté d'avoir ramassé un pavé ce soir là, en n'imaginant pas que ça attirerait, à juste titre, l'attention des forces de l'ordre.
Son tort d'arrête là.
Si ce peu mérite 4 mois de prison, faites tourner les bétonneuses, il va falloir construire un nombre incalculable de prisons en France.

Je suis ici chez moi. Si mon ironie hautaine vous déplaît, faites en sorte de ne pas la provoquer ou allez cliquer ailleurs voir si j'y suis. La naïveté n'est pas punie de prison ferme, pas plus que le fait d'avoir ramassé un pavé. La prévention était violences aggravées par deux circonstances, il me semble (usage d'une arme par destination et sur militaire de la gendarmerie), qui fait encourir cinq ans, et pas port d'arme de 6e catégorie et vol de bien public (un pavé n'est pas un souvenir mis à la disposition du public), ce qui aurait pu être retenu aussi. Au moment de son interpellation, il y avait des affrontements depuis une heure, les premières lacrymos ayant été tirées vers 22 heures. Il existe de nombreuses photos et vidéos amateurs qui montrent l'ambiance. Se promener un pavé à la main au milieu d'une scène d'émeute ne relève pas de la naïveté : à lire Romain, je constate qu'il est beaucoup trop intelligent pour ça.

Eolas

62. Le dimanche 24 juin 2007 à 19:35 par Zébulon

Eolas, otez moi d'un doute.
Romain, qui n'a pas lancé de pavé, mais qui en avait un dans la main, a pris quatre mois ferme.
Voila maintenant que vous nous dites que cela aurait pu être 5 ans.
A ce rythme, je pense que pour un meurtre vous êtes pour le retour de la peine de mort, ce qui finalement est assez cohérent avec tous vos propos.
Question subsidiaire: lors d'une ballade à Monument Valley, j'ai ramené un ou deux cailloux en souvenir: dites moi à combien vous jugez la peine que je méritais?
Merci infiniment.

Heu... Hein ??

Eolas

63. Le lundi 25 juin 2007 à 12:57 par Marie-Laure

Bonjour,
Pourriez-vous répondre aux questions d'un détenu en prison depuis 17 ans et condamné à perpétuité ? Ses questions portent principalement sur les conditions de sa détention (par exemple les problèmes qu'il rencontre pour étudier).
Si la réponse est non : pourriez-vous m'indiquer le blog d'un avocat spécialiste en la matière qui pourrait le faire ?
Merci par avance de votre réponse, quelle qu'elle soit.

64. Le mardi 26 juin 2007 à 09:45 par Zebulon

Romain, qui n'a pas lancé de pavé, mais qui en avait un dans la main, a été arrêté, mis en garde à vue, "jugé" en 5 minutes sur la seule déclaration d'un policier alors qu'une dizaine de témoignages pouvaient contredire celui-ci, et enfermé immédiatement pour 4 mois sans pouvoir rencontrer ni famille ni amis.
A Marseille, un enfant qui traverse tranquillement un passage clouté son vélo à la main, est tué, massacré par un policier qui a brulé un feu rouge à toute allure. Le policier après quelques heures est remis en liberté.
Eolas, vous allez encore nous expliquer avec force textes de loi que tout ça est normal, parfaitement conforme aux règles dont s'est doté notre société.
Et bien non, tout votre "talent" d'avocat, tous vos effets de manche ne pourront convaincre une multitude de gens qui ne trouvent pas ça normal. Votre sacro-saint recours aux textes vous font perdre toute humanité.
Ce qui est évident c'est que:
- un policier peut, s'il le souhaite, envoyer un innocent en prison, sans avoir à prouver quoi que ce soit.
- un policier peut, s'il le souhaite, massacrer un enfant et rester en liberté.
Moi, ma pensée ne se réfugie pas dans des textes qui sont de toute façon utilisés à leurs guises par les pouvoirs en place et les hommes de loi, ma pensée va vers les victimes, Romain qui croupit injustement en prison alors qu'il a tant à apporter à la société, et surtout aux parents de cet enfant de Marseille qui après avoir perdu ce qu'ils ont de plus cher doivent subir l'ignominie de la décision policière et de la pseudojustice.
Comment pouvez vous souscrire à tout cela?

Zébulon

Comme vous commencez en disant que malgré tout ce que je pourrais dire, je ne vous convaincrai pas, vous comprendrez que je vous laisse vous vautrer dans votre incompréhension où vous avez l'air si content.

Eolas

65. Le mardi 26 juin 2007 à 10:28 par Zebulon

"Comme vous commencez en disant que malgré tout ce que je pourrais dire, je ne vous convaincrai pas, vous comprendrez que je vous laisse vous vautrer dans votre incompréhension où vous avez l'air si content.

Eolas"

Belle échapatoire, félicitation.

Zébulon

Ce n'est pas une échappatoire, c'est une autoroute que vous avez vous même tracée.

Eolas

66. Le mardi 26 juin 2007 à 10:42 par Zebulon

"Ce n'est pas une échappatoire, c'est une autoroute que vous avez vous même tracée.

Eolas"

OK, restons en là. La remise en question et l'écoute des autres n'est pas votre fort. Et avec vous l'insulte n'est jamais très loin.
Bonne continuation.

Zebulon

Mon dieu, je vous ai traité d'autoroute... Allez, bon débarras, je m'assurerai que vous vous teniez à votre promesse.

Eolas

67. Le mardi 26 juin 2007 à 11:40 par Marie-Laure

Désolée de m'immiscer dans ce duel verbal entre Zebulon et Eolas (que je trouve, pour ma part, assez stérile), mais j'aimerais juste avoir une réponse à la question que j'ai posée hier, si vous pouviez y consacrer quelques minutes, ce serait gentil. Merci Mr Eolas.
Bonne journée à tous

Désolé, votre message m'avait échappé. Pourriez vous détailler ces problèmes ?

Eolas

68. Le mardi 26 juin 2007 à 12:42 par Marie-Laure

Merci de votre intérêt !
L'une de ses questions concerne la possibilité d'obtenir un accès internet afin de pouvoir suivre des cours à distance ou de pouvoir exercer une activité (il a une formation liée à l'informatique). Lorsqu'il était détenu à Poissy, il a pu bénéficier d'une connection internet ... qu'il s'est vu supprimer quelques temps plus tard, à l'arrivée d'un nouveau chef d'établissement (raison évoquée : la sécurité). Aujourd'hui il est à Caen où une telle autorisation n'a jamais été accordée ... Y a-t-il un recours possible ?
Merci d'avance pour votre réponse

69. Le jeudi 28 juin 2007 à 12:15 par annie

Pouvez-vous me dire sur ce site, combien de temps la justice peut garder quelqu'un en détention provisoire avant un jugement, pour une faute très grave (complicité de meutre) ? Je suis une mamie qui ne connait pas bien le dossier concerné, mais depuis bientôt 2 ans, un petit fils par alliance est en prison, et sa maman se désespère dans rien en dire, cela me fait beaucoup souffrir.
Merci de m'aider.

70. Le jeudi 28 juin 2007 à 14:46 par Sophie

Cher Maître,
J'aimerais comprendre quelque chose: pourquoi tenez vous absolument à qualifier l'accusation contre Romain de "violence aggravée"? voir réponse au post 61
(Alors que le procureur a qualifié celle-ci en "tentative de violence"... )

71. Le jeudi 28 juin 2007 à 15:41 par Joëlle

Bonjour Maître,

Je souhaite simplement signaler que ROMAIN N'A PAS LANCE DE PAVÉ VERS LES FORCES DE L'ORDRE... quatre de ses amis (présents à la manifestation du 6 mai) le confirment et malheureusement ils n'ont pas été entendus au tribunal.
Pour connaître l'historique de ce triste événement depuis le soir de l'arrestattion, je vous invite à vous rendre sur le blog: rm.blog4ever.com

Cordialement,

72. Le vendredi 29 juin 2007 à 15:28 par annie

Je doute, pas du système en lieu même, mais de la "diversité" des avocats. Vous avez les moyens d'un "bon" avocat, alors petite peine pour gros délits, vous êtes un peu coincé dans le porte monnaie, alors débrouille toi comme tu peux. Vous êtes connu alors le procès ne traîne pas. "Pour tous ceux qui seront, noirs, petits, fauchés et moches, ça sera très dur...." disait Colluche. Je ne crois plus depuis longtemps en l'égalité. La liberté de tous est mise souvent en péril pour un seul. Quant à la fraternité, les matchs de foot sont un bon exemple.
Merci pour votre site, merci d'essayer de mettre des points sur des i égarés, toujours avec bonne humeur et cordialité.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact