Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Passage à vide

Chose promise, chose due. Le délibéré de mon code bleu est tombé aujourd'hui, et ce n'est pas bon pour mon client.

Pas le temps de me lamenter sur mon sort, il faut réconforter son épouse en larmes, lui donner la force d'expliquer à ses enfants, l'aider à faire face aux conséquences désastreuses de cette décision pour cette famille (ils vont devoir quitter leur logement), calculer la date de sortie de prison, préparer la demande de liberté conditionnelle, gérer le licenciement à venir, l'indemnisation (considérable) de la victime.

Ce soir, je vais pouvoir enfin m'en prendre à moi même, qui n'ai pas été fichu de faire comprendre aux juges le désastre qu'une telle décision entraînerait (et pourtant, ils m'ont écouté, ou ont très bien fait semblant), qui, après avoir réussi pendant deux ans à empêcher ce dossier de basculer dans le malheur, ai été impuissant lors qu'il a chu dans l'abîme. Et jusqu'à ce que ce client sorte de prison, j'aurai ce poids sur l'estomac, ce voile sur le ciel qui assombrit le jour, raccourcit les nuits et gâche un peu les moments de joie. Il n'y a que le rire de ma fille qui échappe à cette emprise, heureusement.

Ha, zut. Je n'ai jamais été bon perdant.

Vous, les étudiants en droit qui rêvez au barreau et d'y faire du pénal : il y a des moments comme ça ; sachez-le, préparez-vous, ou faites autre chose si vous n'avez pas les épaules solides.

Je risque d'avoir un passage à vide ces prochains jours, pardonnez mon silence. « Quand Eolas blessé, Eolas se cacher dans caverne pour lécher plaies », dit un proverbe sioux.


NB : Après relecture, une précision : mon client était coupable, ça n'était même pas discuté. Les juges ont statué conformément à la loi, je leur donne quitus, ils sont irréprochables. Mais il y a malgré tout des peines que je n'arrive pas à comprendre. D'où : caverne.

Commentaires

1. Le mercredi 27 juin 2007 à 19:27 par Florent

Il parait que l'on ne gagne pas à chaque fois... Peut-on réellement en vouloir à des juges qui appliquent la loi ? Cependant, je pense que cela doit être tout de même très dur de supporter ce genre d'épreuves, pour la famille (et dans une moindre mesure pour l'avocat).

Je ne leur en veux pas. Je me suis assuré qu'ils avaient tous les éléments pour statuer. Ils savaient ce que leur décision entraînerait. C'est à moi que j'en veux.

Eolas

2. Le mercredi 27 juin 2007 à 19:36 par Alex

C'est une des raisons pour laquelle je n'ai jamais "fait le barreau".

Courage Me Eolas :-) !

3. Le mercredi 27 juin 2007 à 19:44 par korbo

Un avocat qui a mal, on le perçoit (enfin) comme un humain... Peut-être n'est-ce pour toi que le métier qui rentre (douloureusement), mais pour nous, c'est l'opportunité de nous sentir de la même caste que vouzautres.
Merci pour tes efforts.

4. Le mercredi 27 juin 2007 à 19:54 par Clems

Lisez Prédation dans votre caverne, votre billet m'y fait penser...

5. Le mercredi 27 juin 2007 à 19:56 par Ddt

Bonjour Maître,

Votre désespoir serait-il une "chose matérielle saisie par le droit pénal" au sens du sujet de pénal du concours ENM aujourd'hui?

Courage à vous, vous vous en remettrez.

J'ai une question bête mais le fait de convaincre les juges de l'effet énorme d'une éventuelle peine suffit-il à écarter la possibilité de cette peine? Je ne cherche nullement à lancer un troll et je ne suis pas sarkozyste, mais peut-être cette peine est elle à la mesure de la souffrance endurée par la victime?

C'est vrai que si on va par là, c'est la loi du Talion, et c'est pas forcément mieux... vous connaissez mieux le dossier que nous et je m'en remets à votre jugement.

Courage à la victime et au coupable, puisqu'il est désormais coupable.

6. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:13 par Juge du siège

Si vous avez fait tout ce qui était possible pour un avocat, que pouvez-vous vous reprocher?
Vous avez préparé avec soin cette audience. Vous avez visité votre client, reçu sa famille, recueilli l'ensemble des éléments permettant d'éclairer le tribunal. Vous avez plaidé, et si vous plaidez comme vous bloggez, nul doute que votre défense fut de haut niveau. Le tribunal vous a bien écouté, car il est difficile de "faire semblant" d'écouter une plaidoirie.
Et pourtant, le résultat n'est pas à la hauteur.
Il y a des choses qu'un avocat ne peut pas faire passer au tribunal, quelle que soit la valeur de la défense: vous nouez des liens avec votre client, ils se confient à vous, vous présentent leurs proches. Cette relation privilégiée ne se traduit à la barre que par des "éléments de personnalité" soumis au tribunal, éléments forcément désincarnés à l'audience, que nous ne pouvons jamais appréhender dans leur totalité et surtout dans leur complexité.
Le tribunal mettra dans la balance ces éléments personnels avec les intérêts dont la société lui a confié la sauvegarde, qui pour le coup apparaîtront eux bien abstraits et désincarnés à l'avocat de la défense.
Détendez-vous, passez un bon moment avec votre fille, sortez vous promener dans les rues de Paris. Ouvrez un bon livre, surtout pas judiciaire.
Et si ça peut vous soulager, maudissez vos juges.

7. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:19 par flo

Sans savoir ce qu'il a fait et quelles sont les conséquences pour la victime (les victimes quand vient le moment du procès ont parfois perdu quelques pans de leur vie et ne sont pas au bout de leurs pertes...), c'est un peu difficile de s'apitoyer, ou de ne pas.

N'en faisons donc pas trop. Le coupable assumera --mais il est regrettable que ses proches doivent assumer aussi pour lui, là il y aurait peut-être des choses à faire.

8. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:27 par dura lex sed lex

@ Ddt

C'est plutôt une chose immatérielle saisie par le droit pénal, plus conforme à la nature du sentiment ressenti par notre hôte ainsi qu'au sujet qui a dû être traité (avec un sujet pareil, vive les sueurs et pas toutes froides). ;)
Demain, note de synthèse... :)

9. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:34 par Ddt

Oups, mea maxima culpa, je me suis mistaké dans la reproduction du sujet de mes amis pénalistes, qui désormais haissent tous les publicistes. Mais ne dérivons pas du sujet. Je m'efface donc.

10. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:35 par Thaïs

La traversée du désert, tout le monde y passe. Le désert, contrairement à la caverne permet d'y voir clair, d'avancer lentement, de se vider pour mieux pour mieux rebondir après... Je vous la souhaite fertile.
Good luck !

11. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:43 par Intime Conviction

Faites appel

12. Le mercredi 27 juin 2007 à 20:53 par Salomon Ibn Gabirol

Eolas,

Votre reaction vous honnore. J'aurais aimé que l'avocat de mon pere ai la meme. La peine et ses consequences etaient tres similaires. Il n'a meme pas daigné alors le voir a Fleury, ne serait-ce que pour preparer l'audience sur les dommages civils, ou le dossier de liberation a mi-peine. Le plus rageant est qu'il avait pris du sursis en premiere instance et du ferme (tres ferme) apres l'appel interjeté sur les conseils du meme avocat.

On a tous une caverne. La mienne est outre-atlantique.

13. Le mercredi 27 juin 2007 à 21:03 par Tom

Bon courage ! Je ne savais pas que Maître Eolas était connu jusque chez les sioux !

14. Le mercredi 27 juin 2007 à 21:24 par Welf

[quote]
Vous, les étudiants en droit qui rêvez au barreau et d'y faire du pénal : il y a des moments comme ça ; sachez-le, préparez-vous, ou faites autre chose si vous n'avez pas les épaules solides.
[/quote]

En même temps, et bien que n'ayant aucune expérience du métier d'avocat (si ce n'est comme client satisfait), je subodore que, à l'image de beaucoup de métiers, on ne sait finalement si on a "les épaules" qu'une fois confronté à la réalité de la chose. Combien de soldats qui se voulaient héros furent des lâches, et combien de lâches finirent par être des héros ? Beaucoup, sans doute.
Je pense qu'il est de bon ton de finir par quelque chose comme "tomber sept fois et se relever huit", ou une quelconque parole philosophique. A moins que le meilleur soutien à Eolas ne soit de lui témoigner, comme il le fait à son Client, une simple et humaine compassion.

Welf

15. Le mercredi 27 juin 2007 à 21:36 par vache qui pête

Bonsoir Maître.
Si un jour j'ai un problème, j'aimerais bien que mon avocat prenne les choses aussi à coeur que vous.
Mais, si j'étais vous, je prendrais les choses moins à coeur.
Le rire de votre fille est plus important que les larmes de votre client, c'est votre coeur qui vous le dit : croyez le.

16. Le mercredi 27 juin 2007 à 21:46 par Mani

Bah, c'est comme ça, c'est le tarif.

Un peu de temps, faut laisser passer un peu de temps.

Et puis la vie reprend, de nouveaux défis, de nouvelles obligations ...

Cela n'enlève rien, cela fait juste passer à autre chose.

Courage et foi.

17. Le mercredi 27 juin 2007 à 22:01 par Le Chevalier Bayard

" Le succès c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme". (Winston Churchill)

"L'échec est l'épice qui donne sa saveur au succès". (Truman Capote)

" Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs". (Marcel Proust)

"Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir".(Jean Mermoz)

"L'échec est le fondement de la réussite".(Lao-Tseu)

Enfin, celui que je préfère qui certainement n'aurait pas déplu à Cioran dont Jean d'Ormesson, qui l'a bien connu, a dit de lui qu' il était un "sacré bon vivant" et d'une rare drôlerie :

"Toute vie est un échec puisque aussi la mort la termine". (Emmanuel Berl)

18. Le mercredi 27 juin 2007 à 22:51 par minny

Vous êtes d'avance tout pardonné !
Quand à savoir si on a les épaules solides, hum, comment le savoir ?

19. Le mercredi 27 juin 2007 à 22:53 par Petit Vélo

Nous tenir pot bon miel à entrée de caverne pour Eolas comprendre demain ciel sans nuage et amis sincères.

20. Le mercredi 27 juin 2007 à 23:22 par Rosebud

Je suppose que votre client n'est pas tout blanc pour avoir été envoyé en prison. Peut-être aurait-il dû y penser avant???

21. Le mercredi 27 juin 2007 à 23:46 par niju

Bon courage!

Moi qui ait une boule au ventre quand je met un 4 ou un 6 à un étudiant, je ne peux qu'entrevoir l'abîme qui vous englouti lorsque votre client prend bien plus cher que ce qu'il devrait....

Un appel est prévu ou vous avez peur que le sort de votre client ne soit pas amélioré devant les juges?

Question annexe (mais pas tant que ca, au vu de votre article sur le Code bleu): une amie qui a passé l'EFB m'a dit que ce qu'elle en avait retenu tenait dans une phrase: "votre client n'est pas votre ami: il peut/veut vous tromper, il lui arrivera de vous contredire, il prendra des risques que vous n'aviez pas calculé, il sera parfois moins émotif qu'un roc de granit". J'ai cru lire que vous partagiez ce sentiment, au vu du comportement de votre client avec vous et devant les juges?

22. Le mercredi 27 juin 2007 à 23:51 par Esurnir

Il ne faut pas vous en vouloir. Quoiqu'il arrive les juges doivent rendre une décision, une sanction, et dans certains cas comme vous le dites vous même, la question n'est presque plus si il y aura du ferme, mais combien de temps, même pour les primo délinquants (je ne connais rien au dossier, je me goure surement). Même Beccaria disait que la sanction doit-être à la hauteur de la faute commise.

Les juges connaissaient les conséquences, mais se doivent d'être sévère quand les circonstances ne leur donne pas vraiment le choix.

Il y a des fois ou même les meilleurs sont impuissants.

23. Le mercredi 27 juin 2007 à 23:53 par Esurnir

Bonne nuit, essayez de dormir.

24. Le jeudi 28 juin 2007 à 00:12 par Vulgus pecum

Courage Maître, vous savez que nous sommes là pour vous distraire et vous redonner l'envie de ressortir de votre caverne pour répondre à nos commentaires souvent naïfs, candides et quelques fois déplacés.

D'ailleurs je me permets (juré, c'est juste pour vous changer les idées) une petite digression sur un sujet qui vous est cher : la Constitution Européenne. J'ai écouté hier matin (le 27/6) sur France Inter avec beaucoup d'attention M. Giscard d'Estaing, le "père" de la constitution, invité à commenter "le mini traité" européen revu et annoncé par N.Sarkozy. (J'écoute d'ailleurs les infos à ce sujet avec d'autant plus d'attention depuis que je lis vos billets à ce sujet).

Bref, M. VGE a dit en parlant de la constitution européenne : "…peu de gens connaissent la différence entre directive, règlement et lois,…".
Peut-être pourriez-vous nous en dire plus, quand vous serez sorti de votre caverne, sur les nuances entre ces 3 termes et ce que cela entraine en ce qui concerne la constitution européenne.

Sinon, pour revenir à votre malheureux client, il vous reste encore 2 chances : l'appel et la cassation...

25. Le jeudi 28 juin 2007 à 00:26 par Ulpien

Par ici on dit qu'on a 24 heures pour maudire son juge.

Après 24 heures au plus l'avocat doit recommencer à réfléchir à la défense de son client en fonction de la décision, c'est ce qu'il peut faire de plus utile pour lui.

26. Le jeudi 28 juin 2007 à 01:29 par Herbie

Bien mauvaise nouvelle Maitre.

Désormais, il ne reste plus qu'à faire le nécessaire pour permettre à votre client et à sa famille de faire face le mieux possible.

Et n'oubliez pas que vous êtes mauvais perdant: on ne peut hélas pas remporter toutes les batailles, mais votre hargne fera peut-être la différence pour vos prochains clients en difficulté.

27. Le jeudi 28 juin 2007 à 05:31 par Sla.

Maître, vos succès n'auraient pas la valeur qu'ils méritent à vos yeux si vous ne connaissiez jamais la défaite :)

28. Le jeudi 28 juin 2007 à 06:38 par Richard

Pardonnez-moi, j'ai une question qui n'est pas tout a fait en rapport avec ce billet...
S'il on est coupable d'un crime (donc, que l'on a reellement commis) et que l'on est mise en cause par la justice, qui ne dispose cependant pas d'elements flagrants mais seulement d'un faisceau de presomptions. Ce cas de figure n'est pas le plus commun, mais dans certaines affaires, il peut arriver. Peut-on dire a son avocat - sans crainte - "je suis coupable (en expliquant el long et en large tout ce que vous savez) mais je compte nier et demander l'acquitement". Car il est evident que dans ce cas de figure, il vaut mieux que votre avocat soit au courant de tout, pour qu'il puisse batir avec vous une version plausible de votre innocence, meme si c'est en toute mauvaise foi.

29. Le jeudi 28 juin 2007 à 07:39 par Richard

Autre question tres courte: peut-on boire de l'alcool dans la salle de deliberation quant on est jure? Cette question peut paraitre anodine, mais j'ai cru comprendre que ca durait tres longtemps.

30. Le jeudi 28 juin 2007 à 08:26 par ferraille

Il n’y a plus le moindre fétu de pitié dans le monde où nous sommes.

Vous ne l’aviez pas encore remarqué ?

Allons, l’avocat n’est pas l’auteur de la décision de justice. Pas de quoi pleurer.

Mais son rôle est aussi de désamorcer les illusions de ses clients au sujet de la décision future des juges. Et pour cela, mieux vaut que lui-même n’en ait point trop.

31. Le jeudi 28 juin 2007 à 09:16 par joyless

y'a internet dans votre caverne ?

32. Le jeudi 28 juin 2007 à 09:32 par Juge du siège

@29: à 7h39 le jeudi matin, vous avez une pensée pour ceux qui pourraient manquer d'alcool pendant quelques heures, une fois dans leur vie? eh ben... ;-)
Réponse: non. Café, thé, jus de fruits et eau. Pour le reste, on est prié d'amener son casse-croûte...

33. Le jeudi 28 juin 2007 à 10:11 par Damien

Vous avez fait tout ce que vous avez pu Eolas donc ne vous reprochez rien. Laissez le temps passer pour prendre du recul. Allez rendre visite à vos goujons ou faire un tour en vélo à sacoches aux Buttes-Chaumont (ça fait les mollets).

@Juge du siège #32 : "Pour le reste, on est prié d'amener son casse-croûte"
Le casse-croûte est pas offert? Combien de temps dure en moyenne une délibération?

34. Le jeudi 28 juin 2007 à 10:15 par koz

Ce sera d'un maigre réconfort, probablement mais, au moins, ton taf a une implication morale directe. C'est en cela qu'il est rude mais dans un domaine plus a-morale, tu n'aurais pas ces moments difficiles, mais tu n'aurais pas non plus les satisfactions.

Cela n'enlève pas le poids de cette affaire, c'est sûr.

35. Le jeudi 28 juin 2007 à 10:32 par Renato

Cher Confrère et néanmoins Maître,

en tant qu'amateur de rugby, vous n'êtes pas sans savoir que le "passage à vide" est sanctionné par l'arbitre lorsqu'il fait obstruction à la défense.

Cette règle s'applique à ma connaissance aussi bien aux joueurs lambda qu'à Sébastien Chabal ("Caveman" comme l'ont surnommé les néo-zélandais, pour son aspect d'homme des cavernes).

Dès lors, tout homme des cavernes que vous prétendiez devenir - ne serait-ce que provisoirement - n'oubliez pas que le passage à vide redouté et annoncé contredit absolument la défense des intérêts dont vous avez la charge.

Beware of the Ref', Master !

Cette digression rugbystico-juridque conclue, je vous souhaite de retrouver promptement tout l'allant, l'enthousiasme et la pédagogie qui font le sel de ce site.

Renato

36. Le jeudi 28 juin 2007 à 10:38 par GroM

@Juge du siège: vous voulez dire que non seulement les jurés sont indemnisés à coup de lance-pierre, non seulement ils doivent délibérer sans désemparer pendant des heures après s'être tapé une audience longue et éprouvante, mais qu'en plus ils n'ont même pas à bouffer un sandwich ?! C'est scandaleux.

37. Le jeudi 28 juin 2007 à 10:44 par pseudo

cher Maître,

si un jour je devais devenir avocate ou si je devais avoir à faire à un(e) avocat(e) j'aimerais qu'il ou elle ait au moins le quart de vos qualités tant professionnelles qu'humaines!
ce que je vous souhaite est de continuer à avoir ces passages à vide. non pas que j'en jubile :-) pas du tout
mais ça voudra dire que vous continuez à faire ce que vous faites en y mettant toutes vos tripes et en donnant le meilleur! et ça, ce n'est pas le cas de tous
par contre pensez à prendre des couvertures, à ce qu'il paraît il fait froid dans les cavernes :-D

38. Le jeudi 28 juin 2007 à 11:40 par Jabiru

Il m'est arrivé ( en tant que conseiller Pd'H ) de défendre le point de vue d'un défendeur de bonne foi qui malheureusement avait méconnu la loi. La réponse , courtoise, du juge départiteur a été : dura lex sed lex ! Rien à redire sinon éviter de se mettre en défaut.
Mais je compatis à vos états d'âme. Le principal c'est d'avoir fait ce qu'il fallait faire.

39. Le jeudi 28 juin 2007 à 11:40 par Fred

@Juge du siège: puisque l'on parle bouffe (!!) les jurées ont au moins la possibilité de se faire livrer une pizza ou c'est le blackout total?

sinon pour les étudiants qui n'ont pas les épaules assez solides, j'ai une mauvaise nouvelle: dans TOUS les métier (enfin presque) il y a la part de rêve et le reste. C'est un peu comme la croix rouge, parfois c'est pas Adriana qui fait la quête!

40. Le jeudi 28 juin 2007 à 11:41 par Pabl o

//« Quand Eolas blessé, Eolas se cacher dans caverne pour lécher plaies », dit un proverbe sioux.//

"Un Eolas qu'on ne peut blesser au cœur est un Eolas sans cœur", dit un proverbe dogon.

"Un Eolas sans cœur est un Eolas mort", dit un proverbe kalmouk.

C'est aussi dans ces moments-là que je trouve beau votre métier. (J'ai envie d'écrire "votre office".)

Bon courage.

41. Le jeudi 28 juin 2007 à 12:01 par Lepoitevin

Pourtant "Condamne le péché mais aime le pécheur" !

Bon courage Maître Eolas !!

42. Le jeudi 28 juin 2007 à 12:42 par Juge du siège

@33,36,39: ce qui est surprenant, vu la pauvreté de notre justice, c'est qu'il y ait malgré tout des jus de fruits et du café offert. On est tellement quand j'ai siégé pour la première fois aux assises, je trouvais ça presque luxueux...un délibéré peut durer le plus couramment entre deux et huit heures, sans sortir.

43. Le jeudi 28 juin 2007 à 12:53 par vanille

zur zut !
cher confrère,
je partage ce que dis juge du siège.
quand je suis confrontée à ce genre de situation, je me dis "j'ai fais mon maximum", le pire est de reprendre le dossier et de se dire "merde je n'avais pas vu ça !".
et puis, c'est aussi dans ces moments là qu'il faut se dire que c'est ce qui rend notre métier si passionnant, que le jour où on ne sera touchés par un mauvais jugement, cela voudra dire que l'on est blasés...
je ne sais pas si tout cela peut vous remonter le moral.
le mieux est effectivement passer du temps avec votre fille, c'est le meilleur pansement du monde.

44. Le jeudi 28 juin 2007 à 13:10 par Fanette

J'aimerai qu'on éclaire ma lanterne sur ce sujet là, merci !
fanette316.typepad.fr/abs...

45. Le jeudi 28 juin 2007 à 13:19 par vanille

à @44 fanette : ce que vous vivez est difficile et injuste et je comprends votre colère.
mais, sauf à ce qu'il me contredise, eolas ne donne pas de consultations par le biais de son blog, c'est une question de déontologie.
vous avez dans tous les tribunaux des permanences d'avocats qui donnent des consultations gratuites, allez-y !
bon courage

46. Le jeudi 28 juin 2007 à 13:51 par Candide1

Allez Eolas ,je suis sur que même rentré dans la caverne (de Platon),vous ne vous y enchainerez pas et vous en ressortirez pour continuer à nous convaincre que les ombres que nous voyons au fond de notre caverne ,n'est pas la réalité...

47. Le jeudi 28 juin 2007 à 14:05 par Triskael

Bon courage. :)

48. Le jeudi 28 juin 2007 à 14:11 par PsychoGun

Pfffff
Je suis sûr qu’il va se payer des vacances d’une semaine sur une île du pacifique.

49. Le jeudi 28 juin 2007 à 14:21 par Farid

Si la justice des Hommes était rendue par des Robots, Eolas n'aurait certes plus besoin de lécher ses plaies de temps en autres mais ne saurait peut être plus se servir non plus aussi bien de sa langue...

Proverbe ... au pif d'Indien des prairies à moins que ce ne soit d'un indien Micmac

50. Le jeudi 28 juin 2007 à 15:13 par LMPO

courage, à vous et à lui.
quand on s'en veut à ce point c'est qu'on pense qu'on aurait pû être parfait
or il n'y a que la quête de la perfection qui compte, malheureusement le résultat de vos efforts (dont je sais qu'ils ont été maximum) n'est généralement pas maîtrisable

51. Le jeudi 28 juin 2007 à 15:15 par Natacha

Cher Anzeem,

Depuis longtemps,
je ne vous avais visité,
Et que vois-je,
Vous êtes triste,
Voici donc,
Feuille envolée,
Une de mes pensées,
Pour panser vos plaies,
Et par mes petits doigts de fée,
En souvenir du serment que j'ai prêté,
Je vous libère de vos tourments,
Allez sans crainte,
Vous avez tout donné,
Et gardez toujours ce rire,
Ce rire en vous,
Il sera votre félicité.


52. Le jeudi 28 juin 2007 à 15:20 par Telramund

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you
But make allowance for their doubting too,
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don't deal in lies,
Or being hated, don't give way to hating,
And yet don't look too good, nor talk too wise:

If you can dream--and not make dreams your master,
If you can think--and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you've spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build 'em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it all on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breath a word about your loss;
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your turn long after they are gone,
And so hold on when there is nothing in you
Except the Will which says to them: "Hold on!"

If you can talk with crowds and keep your virtue,
Or walk with kings--nor lose the common touch,
If neither foes nor loving friends can hurt you;
If all men count with you, but none too much,
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds' worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that's in it,
And--which is more--you'll be a Man, my son!

--Rudyard Kipling

53. Le jeudi 28 juin 2007 à 15:45 par v@lerie

Bonne retraitre Maître Eolas,

Faites attention dans votre caverne de ne pas tomber sur Sébastien Chabal...
v.a.

54. Le jeudi 28 juin 2007 à 16:06 par Renato

@ v@lerie

Copyright !!

;)

55. Le jeudi 28 juin 2007 à 16:06 par Renato

@ v@lerie

Copyright !!

;)

56. Le jeudi 28 juin 2007 à 16:07 par Pantin-Lilas

Vous n'avez rien à vous reprocher ! Pensez-vous une seule seconde qu'un autre aurait mieux fait ? Avec votre implication et votre foi en ce métier ? Je suis sûre que vos mots furent justes et votre stratégie la bonne.

J'imagine bien que ce mot de soutien ne pourra apaiser votre peine face à la violence de l'incarcération d'un homme, l'explosion et la détresse d'une famille et la déception de ne pas avoir réussi à convaincre....mais c'est à ces magistrats, qui ont jugé en conscience, de digérer leur décision et leur certitude de la nécessité de cette condamnation pour les victimes, la société et votre client...

Espérons que le Juge d'application des peines sera plus réceptif.

Ne restez pas trop longtemps dans votre caverne. Vos mots sont nécessaires, motivent et donnent du sens à notre métier.

57. Le jeudi 28 juin 2007 à 16:39 par v@lerie

désolée Renato, je n'avais pas lu... ça m'apprendra !
v.a.

58. Le jeudi 28 juin 2007 à 17:04 par Thibault

Je crois qu'avocat, c'est un des pires et un des plus beaux métiers du monde. Un des métiers que je rangerai dans la classe des "métiers où l'on s'occupe des gens".

Il y a ce côté magnifique, où l'on a l'impression de faire partie du monde, d'être un des maillons de la justice, et de participer à la bonne route des choses. Je crois que l'avocat a une conscience extraordinaire de lui-même et de la responsabilité qui lui incombe. Celle de l'oubli de lui-même, celle de son donner entièrement au justiciable qu'il défend.

Mais c'est également un métier d'une extraordinaire ingratitude. Sentiment d'impuissance, sentiments d'injustice. L'avocat est déchiré entre son besoin de faire le bien, et la distance nécessaire qu'il doit garder avec les justiciables, afin de lui-même ne pas devenir malade de la désillusion.
Frustration, désenchantements sont le lot quotidien des "métiers où l'on s'occupe des gens". Peu de gratitudes, souvent des sentiments d'injustice, dans ces métiers où la volonté de faire le bien se heurte à la réalité, souvent très dure.

Dans les "métiers où l'on s'occupe des gens", tout l'enjeu consiste à ne pas tomber dans le cynisme. Ceux qui y tombent ne sont pas à blâmer, ils sont justes humains.

Je ne suis moi-même pas avocat, mais j'essaie de m'impliquer dans un "métier qui s'occupe des gens". Les hypocrisies, mauvaises fois et combines de tous genres sont nombreuses, fatigantes.
Les moments de victoires prennent d'autant plus de valeur qu'ils sont rares, et que l'on a la sensation de faire aller le monde dans le bon sens.

59. Le jeudi 28 juin 2007 à 18:02 par Salomon Ibn Gabirol

La liste des candidats admis au premier concours d'agregation de droit privé. Bravo et youpi.

trf.education.gouv.fr/pub...

60. Le jeudi 28 juin 2007 à 19:17 par omen999

"quand eolas fâché, lui toujours faire ainsi"
© copyright casterman 1780-2007

61. Le jeudi 28 juin 2007 à 19:30 par Alain

Et les juges ?
La décision finale leur appartient.
Faire abstraction de ses sentiments pour prendre la décision la plus juste possible ne doit pas être aisé non plus.
J'imagine volontiers qu'eux aussi ont leur caverne.

62. Le jeudi 28 juin 2007 à 19:57 par Aramis

Il y a des moments durs dans la vie d'avocat, il y a aussi des moments droles comme
quand on est amené à défendre un coq au tribunal:

fr.news.yahoo.com/2806200...

63. Le jeudi 28 juin 2007 à 22:46 par Ermo

Bon, finalement j'y vais aussi de mon petit mot de consolation dérisoire...

Visiblement, en acceptant de défendre cette personne, vous avez accepté une immense responsabilité vis-à-vis d'elle et de sa famille. Et de toute évidence vous l'assumez, cette responsabilité. C'est quelque chose qu'on ne peut vérifier qu'en cas d'échec, puisqu'assumer un succès est toujours facile, pour n'importe qui.

J'imagine que parmi les avocats, comme parmi les médecins, ou les assistantes sociales, ou les enseignants, ou toutes ces professions où l'on se retrouve avec un morceau de vie dans les mains, certains se "blindent" contre ce genre de choc, tandis que d'autres n'y parviennent pas et donc en souffrent.

Vous êtes trop sensible, Maître, trop "humain", vous ne réussissez pas à enfouir votre conscience sous le mouchoir. Vous avez le défaut d'"humanité", c'est un défaut qui peut empêcher de dormir.

Mais je trouve que c'est un beau défaut.

La souffrance n'est acceptable que si elle a un sens. Celle-ci en a, c'est le prix à payer pour votre "humanité".


64. Le jeudi 28 juin 2007 à 23:03 par Natacha

1)Une des traduction du superbe poême laissé par Telramund : Rudyard Kipling (1910).
Traduction d'André Maurois (1918.

"Tu seras un homme, mon fils"

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tous jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling .

2)Une petite modif à la "poêsie" du 51

Cher Anzeem,

Depuis longtemps,
je ne vous avais visité,
Et que vois-je,
Vous êtes triste,
Voici donc,
Feuille envolée,
Une de mes pensées,
Pour panser vos plaies,
Et par mes petits doigts de fée,
En souvenir du serment que j'ai prêté,
Je vous libère de vos tourments,
Allez sans crainte,
Vous avez tout donné,
Et gardez toujours ce rire,
Ce rire en vous,
Il sera votre éternité.


65. Le jeudi 28 juin 2007 à 23:36 par zénon

L'ëtre doué de raison peut faire de tout obstacle une matière de son travail, et en tirer parti. "Marc-Aurèle"

Tu pionces et tu te lamentes....on ne pleure jamais que sur soit.....éolas petite nature ? Je ne peux le croire !

Encore un fils de famille un peu tendre ?

www.ina.fr/archivespourto...

Arrête de te plaindre !

66. Le jeudi 28 juin 2007 à 23:44 par zénon

Abstiens toi et supporte !

67. Le jeudi 28 juin 2007 à 23:48 par Rivan

@ Eolas Chose promise, chose due. Le délibéré de mon code bleu est tombé aujourd'hui, et ce n'est pas bon pour mon client.

Repensez Magritte , ceci n'est pas une décision !

68. Le jeudi 28 juin 2007 à 23:57 par Paf, le chien

@44 fanette

Désolé de « chater » quelque peu chez un maître blessé :(

[HS]
J'en suis désolé et je fais au plus court. S'il le faut, serait-il possible de transférer à Fanette avant de jeter ?
« J'ai fait une (assez longue) réponse... que je ne peux poster (pas de commentaire autorisé sur le lien). Comment faire ? »
[/HS]

Re-désolé, cher maître, surtout en ces difficiles moments...
Bon courage à vous et sincèrement.

69. Le vendredi 29 juin 2007 à 01:10 par RH

Oh combien je ressens ce que vous éprouvez mon Cher Confrère ! et bien que dans ma 34eme année de barreau, je ne m'y suis toujours pas fait !!!
Mais je crains que nul ne peut comprendre s'il n'a vécu ces moments où la compassion passe bien avant le droit, la morale... parfois la raison...

70. Le vendredi 29 juin 2007 à 09:28 par PFM

Magistrat du siège, présidents d'audiences correctionnelles, je trouve que votre ressenti de cette décision s'inscrit dans un positionnement général des avocats pénalistes que j'ai pu constater à maintes reprises.
Face à une décision favorable, les avocats pénalistes en attribueront souvent le mérite au Tribunal qui aura su, selon eux, comprendre les enjeux du débat. Face à une décision défavorable, ils auront au contraire tendance à s'en imputer (souvent à tort) la responsabilité, alors que les magistrats auront simplement pris en compte d'autres impératifs que ceux avancés par la défense ou fait primer d'autres intérêts en présence.
Donc, Maître, rebondissez en pensant à toutes les bonnes décisions que vous avez pu obtenir pour vos clients, car, si vous vous attribuez une responsabilité excessive dans ce que vous vivez comme un échec, il ne fait aucun doute que vous devriez endosser une plus grande responsabilité dans vos victoires.
Et, comme cela a été dit précédemment, si cela peut vous soulager, maudissez vos juges, ils ont l'habitude...

71. Le vendredi 29 juin 2007 à 10:16 par Anna

La salive a des propriétés antiseptiques, il parait. Bon courage Eolas...

72. Le vendredi 29 juin 2007 à 10:21 par Henri

Et moi en rangeant mes cartons de vin, j'ai cassé 6 bouteilles, vous croyez que c'est drôle?

73. Le vendredi 29 juin 2007 à 10:38 par Soupalognon y crouton

Si Maître Eolas ne poste plus,

j'arrête de respirer !

hhhhummfff...(inspiration)

(devient rouge)

...

74. Le vendredi 29 juin 2007 à 10:56 par Henri

Eolas, faites comme moi: lorsque je déprime je m'adonne au plaisir solitaire.....
Je bois (qu'est-ce que vous alliez imaginer?).

75. Le vendredi 29 juin 2007 à 11:32 par Luc

@ Soupalognon y crouton (s'il vit encore) :

Pendant l'interruption du blog, continuez à vous cultiver.
Par exemple en regardant ceci :
www.dailymotion.com/awach...

Histoire de se remonter le moral...

76. Le vendredi 29 juin 2007 à 12:10 par madoune

Ce qui est joli, eolas, et ce qui provoque mon admiration, c'est que malgré les années, quand ca arrive, ça vous fait mal.

Il serait plus confortable pour vous que vous vous blindiiez.

Mais ce ne serait plus vous.

VBDC

77. Le vendredi 29 juin 2007 à 16:46 par Charles

Merci pour ce billet, et la simplicité avec laquelle vous livrez tous les aspects de votre vie d'avocat.

Incidemment, il relativise ma déprime du moment.

Continuez d'être aussi vivant. Bon courage, et vive le sourire de votre fille !

78. Le vendredi 29 juin 2007 à 16:57 par Gaspacho y crouton

Huuummmmfffff...!

Huummmppppppfffffffffff !!!

79. Le vendredi 29 juin 2007 à 21:04 par Matthéo

Ecrivez tous les jours , vous me manquez certains soirs . Rassurez vous je ne suis pas fou, mon devoir de réserve est plus important que le vôtre.....J'ai tellement de choses à dire , mais heureusement cette inderdiction m'empêche de le trahir .
Au fait je suis enseignant si je parle de mes élèves j'ai l'impression de les trahir .... Je pourrai aussi parler de leurs parents ,famille etc...J'aime bien votre site (blog ?) Finalement tout ça ne sert à rien

80. Le vendredi 29 juin 2007 à 22:23 par pjak

voila l'une des raisons qui m'a convaincu de me diriger vers le barreau... cet éclatement de sentiments et d'émotion que ce métier peut susciter.

Votre billet m'a fait très plaisir, malgré votre douleur qui en est à l'origine, il me confirme que j'ai fait le bon choix.

Je sors du CRFP dans un an, et je sais que je ne regretterais jamais mon choix, car il me fera affronter de genre d'émotion. C'est cette douleur, entre autres qui permet de se sentir vivant dans sa profession...

J'espère avoir les épaules.

Merci pour tout Maître (notamment pour ne pas rabaisser le droit public au rang de sous-droit, comme beaucoup d'autres :))

81. Le samedi 30 juin 2007 à 16:15 par PEG

Celui qui reflète le mieux mes sentiments, c'est koz.

Je ne sais pas quoi dire d'autre, si ce n'est que vous avez ma sympathie.

Et que c'est justement pour éviter ce genre de mésaventures que je me dirige vers le droit des affaires. J'assume ma veulerie, et vous admire.

82. Le dimanche 1 juillet 2007 à 13:45 par jean philippe

Je peux comprendre votre passage à vide mais d'un autre côté ce n'est pas comme si vous aviez baclé votre travail. Vous avez apporté aux juges les éléments nécessaires pour juger, vous avez démontré l'impact de la sanction sur le reste de la famille. Que pouviez-vous de plus ?

Il arrive effectivement très souvent (presque toujours en fait) que la peine ne touche pas seulement la personne condamnée mais l'ensemble de sa famille mais parfois la justice n'a pas le choix.

83. Le dimanche 1 juillet 2007 à 21:37 par pierre_robes_roule

Je serais curieux de lire le même billet du coté de la Défense.....

Ben la défense, c'est moi...

Eolas

84. Le dimanche 1 juillet 2007 à 23:23 par yves

ça vous arrive de faire partie civile? Vous nous feriez un billet côté partie civile un jour ?

Oui, ça m'arrive, bien sûr. Si un jour je trouve l'inspiration, j'en ferai un billet.

Eolas

85. Le lundi 2 juillet 2007 à 01:17 par wesson

Bonsoir cher Eolas,

Allons allons, nous vous avons connu le coeur plus accroché.

Mais que voulez-vous, maintenant que nous sommes dans une période "décomplexée", quoi de plus normal que d'envoyer au trou pour longtemps les vauriens et voleurs de poules. Et puis tand que l'on y est, il faut aussi y envoyer les enfants préventivement, parce qu'il ont probablement hérité du gène de la racaille.

en toute indépendance, Justice Inc. (oui parce que sommes toute, la justice c'est un business comme un autre) ne fait que répondre à la demande de son commanditaire, l'état.

N'as t'on pas entendu que les tribunaux ne condamnaient pas assez, que les récidivistes récidivent à volonté (oui, je sais "récidiver" c'est un néologisme mais il sonne bien), qu'il fallait appliquer la tolérance zéro, des peines automatiques et minimales.

On y est, voilà tout, et vous n'êtes là (les avocats en général) que pour entretenir l'illusion que tout cela se fait avec intelligence et discernement.

En ce qui vous concerne, la compassion, vous êtes payé pour en avoir. Donc en temps que professionnel, il est normal que vous versiez une grosse larme de crocodile sur le cas d'un client, avant de passer au prochain qui soit solvable. qui sait, peut-être même votre peine est sincère.

Ce qui m'attriste le plus, c'est tous ces commentaires con-patissant, qui versent à leur tour une larme pour vous en vous assurant de leur sympathie, sans même penser à celui qui vous avait confié sa défense. C'est vers lui et sa famille à qui ma compassion est dévolue.

Je ne fait pas partie des gens qui vont vous féliciter d'avoir essayé sans succès, ni même de ceux qui se retrouvent dans cette justice qui distribue de la prison ferme en quelques heures à des manifestants qui se sont pour la 1ère fois trompés de colère, tout en laissant tranquille les corrompus et affairistes qui pille notre beau pays à grand coup de privatisation, corruption et autre copinages.

Et si votre caverne c'est ce blog, alors elle doit être plus fréquentée que le périph aux heures de pointe - pas vraiment idéal pour lécher ses plaies. Avez-vous songé à "confessions intimes" ou "secret story" pour aller en toute intimité mouiller votre mouchoir ?

C'est le traité simplifié qui vous donne cette acrimonie ou c'est votre état naturel ?

Eolas

86. Le lundi 2 juillet 2007 à 14:21 par yves

Complètement HS:

Le fils du président tchadien Idriss Deby a été assassiné près de Paris.
www.rfi.fr/actufr/article...

Il en avat été question sur ce blog:
maitre.eolas.free.fr/jour...

87. Le lundi 2 juillet 2007 à 15:19 par wisssssem

c est pas grave, t a fait tout ce que t a pu..

on peut tjrs gagner, sauf qd on s appel wissssem mdrrrr


je plaisante...


non sérieusement t a fait ton maximum, tu n as rien à te reprocher selon moi...

c est le dur aspect du métier d avocat pénaliste...




88. Le lundi 2 juillet 2007 à 16:59 par della

cher Eolas,

je connais votre sensation et lorsque celle-ci croise ma route, la journée (au moins) est nulle, triste et conne.
que serait elle si elle était ponctuée de 87 messages de soutien tous aussi adorables les un que les autres !!

le 88ième sera donc sobre: Courage Chevalier.

je voudrais poser une question aux commentateurs et à vous bien sûr Eolas, car je n'arrive pas à trouver l'information sur le net et ne comprends pas pourquoi:
le chauffard de Berrwiller, le village alsacien dans lequel un chauffard est rentré dans la foule, est il en détention provisoire ?

il est dit qu'il est mis en examen, que le parquet a requis la détention, mais étonnament, aucune mention précise sur la détention provisoire.

je ne comprends pas ce silence, et surtour ce qu'il cherche à épargner ou à ne pas amplifier.....

a vous lire

Della

89. Le lundi 2 juillet 2007 à 20:54 par Thomise

Maître,
Vous pourriez sortir de votre taverne et de votre désarroi en vous reconvertissant en blogueur professionnel. Que de bons moments à lire vos brillants commentaires avec des réponses toutes aussi exceptionnelles - mis à part la mienne. Oubliez le reste. Bon courage - à bientôt de vous lire.

90. Le lundi 2 juillet 2007 à 21:41 par stellar

J'aime ce que vous écrivez et, à travers ce que vous écrivez, j'aime ce que vous faites.
Pour vous remonter le moral un point de vue intéressant d'un confrère en forme : maitre.eolas.free.fr/jour...

91. Le lundi 2 juillet 2007 à 22:31 par Peteretsteven

Maistre,
Je laisserai la philosophie à qui de droit, je crois que vous avez celà parmi vos amis.
Sachez simplement qu'un avocat qui gagne TOUTES ses affaires, c'est un peu comme José Bové déjeunant au Macdo: ça ne risque pas d'arriver de si tôt.
Vous donnez le maximum de vous même lors de chaque affaire et ceci constitue dèjà un exploit.
Bon courage et à bientôt !

92. Le lundi 2 juillet 2007 à 23:29 par Namie

Je suis une jeune étudiante en droit et votre billet ne fait qu'amplifier mes appréhensions quant à mes choix pour le futur.
Je voudrais en effet me lancer dans la carrière d'avocat, et ce depuis bien longtemps, mais aujourd'hui je doute. Oui, je suis aussi très mauvaise perdante, et je ne pense pas avoir les épaules pour porter le poids d'une défaite lors d'un procès... Alors à présent entre le notariat et le barreau mon coeur balance !

Enfin, je vous offre mon soutien.
J'espère que votre passage à vide sera des plus courts, pour pouvoir vous lire de plus belle.

93. Le mardi 3 juillet 2007 à 01:37 par Charlotte

Bon maitre... vous revenez? parce que nous on n'a rien fait pour vous faire disparaitre et on est desoles pour votre client, mais bientot une semaine sans vous lire c'est nous qui sommes punis!

94. Le mardi 3 juillet 2007 à 01:44 par omadhawn

@Charlotte

Faut en profiter pour relire les archives.... :)

95. Le mardi 3 juillet 2007 à 07:40 par antagonisme

C'est dur de constater qu'on n'est pas le plus fort. Pénible aussi de regarder ce que la vie peut faire à d'autres, que l'on aurait voulu aider, mais pour lesquels on s'avère impuissant. Les parents ont mangé des raisins verts et les enfants en ont eu les dents agaçées... C'est toujours vrai, même si on voudrait que cela ne le soit plus. La vie est parfois un mur sur lequel on se brise.
Courage.

96. Le mardi 3 juillet 2007 à 07:41 par fan de

c'est fou ce que vous êtes aimé !
c'est mérité à tous les égards, mais ça ne peux pas vous laisser de marbre.
revenez !

97. Le mercredi 4 juillet 2007 à 12:12 par clydeb

Vous avez essayer, vous avez perdu ; ou plutôt votre client a perdu...
Mais que dire d'un avocat qui, considérant que son client n'a aucune chance (dixit himself) ne se déplace pas à l'audience mais empoche quand même les sous...
Continuez à vous battre et à nous faire croire en la justice...
merci


98. Le lundi 9 juillet 2007 à 21:42 par bleumerlinx

Bonsoir eolas,
J'ai découvert votre blog hier soir grace à un lien qui figure sur le forum du site de l'aeasoa (association des élèves avocats du sud-ouest atlantique), venez nous rendre visite ça vous changera les idées!

99. Le mardi 10 juillet 2007 à 16:30 par Jérome M.

Fini ce passage a vide ? faut repartir du bon pied !

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact