Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un peu de Monde-bashing ne fait jamais de mal

Ca fait longtemps que je n'ai pas tapé sur Le Monde, ça commençait à me manquer. Alors allons-y.

Eric Fottorino, nouveau directeur de la rédaction, dans son éditorial du 12 juillet, Indépendance :

Le doute qui surgit déjà de journaux réputés sous influence crée un mal pire encore : de pseudos médias alimentés par de pseudo-journalistes, qui se soustraient aux règles élémentaires du métier : vérifier, recouper, s'extraire des apparences, hiérarchiser les faits sans les déformer ni les monter indûment en épingle. Ainsi prospèrent des titres ou sites Internet prétendant, en mauvais alchimistes, changer la rumeur en information, au nom d'un journalisme dit citoyen ou participatif. Le thème lancinant du "On vous cache le plus important", déclinaison ad nauseam de la théorie du complot, abrite çà et là des entreprises de désinformation qui se parent des habits de la vertu. Il y aurait la presse entravée par ses liens économiques et politiques. Et des médias libres de véhiculer impunément n'importe quoi.

D'un côté, les pseudos médias, journaux gratuits et internet, de l'autre, Le Monde, qui vérifie, recoupe, s'extrait des apparences, hiérarchise les faits sans les déformer ni les monter indûment en épingle.

Après la théorie, la pratique. Le même journal, dans son Editorial, non signé car représentant les rédacteurs dans leur ensemble, du 14 juillet, Les limites de Vélib' (je graisse) :

Les freins au développement du vélo sont pourtant nombreux. Le premier problème est celui de la sécurité. Un cycliste, surtout sans casque, est très vulnérable. En jetant sur le pavé des vagues de néophytes, les risques sont multipliés, surtout si les usagers de Vélib' adoptent le comportement proprement suicidaire de certains cyclistes réguliers. Le spectacle de la rue offre un catalogue inépuisable de conduites à risque, que la police devrait désormais considérer sans indulgence.

Ha, voilà une grave affirmation. Question : combien de cyclistes meurent ou sont blessés chaque année à Paris, suicidaires et contents d'être en vie confondus ?

Pour 2005 : 423 blessés légers, 32 blessés graves et 3 tués. Contre 1944 piétons blessés, 23 tués. 1863 automobilistes blessés, 10 tués. 4310 motards blessés dont 18 tués. Les motards représentent 3% des trajets et 50% des blessés. Pourtant, ils ont un casque. Si j'étais journaliste au Monde, j'en déduirais que les motards doivent tous être suicidaires. Comme je ne le suis pas, je me contenterai de constater que les motards et les piétons sont les plus exposés au danger.

Sur le port du casque à vélo, en tant que cycliste, je le recommande bien sûr chaudement, mais le nombre de blessures au crâne est rare à vélo. Depuis plus de trois ans que je pratique le vélo au quotidien dans Paris, je n'ai jamais chu. Aucune étude n'a jamais démontré que le port du casque avait un effet significatif sur la gravité des blessures à vélo, les chutes sur la tête étant rares, parmi des accidents qui sont déjà rares en eux même (et si vous vous faites faucher par une voiture à pleine vitesse, ou passez sous les roues d'un camion, votre casque ne vous sera d'aucune utilité). Simplement, un casque a une petite chance de vous éviter qu'un accident ne soit plus grave, et n'a aucune chance d'aggraver votre accident. Bref, c'est un pari que vous ne pouvez pas perdre.

Sans compter que le vélo est un moyen de transport saisonnier plus adapté à la période estivale qu'aux autres saisons. Le danger et l'inconfort sont accrus par une voirie parisienne peu accueillante. Contraindre les cyclistes à emprunter des couloirs "protégés" où ils côtoient bus, taxis et deux-roues motorisés en infraction est une solution inadaptée et dangereuse.

J'en déduis donc que le vélo doit être un moyen de transport plus répandu en Espagne que dans des pays encore plus glaciaux et pluvieux comme la Hollande ou le Danemark. Ce doit être une information vérifiée, recoupée, extraite des apparences, issue de faits hiérarchisés sans les déformer ni les monter indûment en épingle. Il suffit d'aller visiter Amsterdam ou Copenhague pour voir ce qu'il en est : le Danemark est un pays où 5 millions d'habitants se partagent 15 millions de bicyclettes.

Le vélo est un moyen de transport de toutes saisons. Comme la marche à pied. Il faut savoir s'habiller pour faire du vélo. Le cycliste débutant s'habille toujours trop. En été, tombez la veste, desserrez la cravate, relevez les manches. En hiver, ajoutez un coupe vent à votre tenue habituelle, mettez des gants et un bonnet s'il fait très froid, et le tour est joué. La pluie est plus embêtante, mais si Le Monde n'est pas au courant qu'il existe des étés pluvieux, je l'invite à dépêcher un envoyé spécial à la fenêtre. Et pour ceux qui craignent d'arriver en sueur, sauf si vous allez travailler en haut de la rue Lepic, si vous êtes en nage, c'est pour deux raisons : vous vous couvrez trop, et vous ne jouez pas assez des vitesses (ou vous êtes en retard et êtes obligés de foncer, mais là, c'est pas la faute du vélo). Et je vous garantis que quand il fait 30 °c à Paris, vous serez plus frais en arrivant à vélo qu'en prenant le métro, surtout à l'heure de pointe.

Quant aux couloirs de bus peu accueillants, permettez moi, à l'instar d'une très estimable consoeur, de les préférer mille fois aux voies dites "sécurisées", qui sont les seuls endroits où je frôle l'accident. Je suis plus à l'aide quand je m'élance pour traverser la place de la Bastille ou celle de la Concorde que pour descendre la rue de Rivoli, et ses arcades cache-piéton, sans parler de l'abominable Boulevard de Magenta, et ses portières guillotines.

Bref, un éditorial qui collectionne les idées reçues sur le vélo. Merci pour la leçon aux pseudos médias. Il n'y a plus qu'à l'appliquer.

Commentaires

1. Le lundi 16 juillet 2007 à 17:47 par Pégase

Le plus dommage reste qu'il ne pointe pas les deux vraies limites des vélib': des coûts d'entretien très élevés mais surtout le problème de répartition des vélos.
Si j'ai 10 emplacements à Concorde, je limite à 10 le nombre d'emprunteurs mais surtout à 10 le nombre de déposants! C'est rageant de devoir chercher durant 15 minutes une borne de libre...

2. Le lundi 16 juillet 2007 à 17:59 par Lucas Clermont

C'est d'autant plus du mal-journalisme que le vélo n'est pas un sujet anecdotique. Renoncer à utiliser sa voiture, voire n'en plus posséder, c'est améliorer sa santé, réguler son poids, économiser beaucoup d'argent, gagner du temps et plus généralement se sentir mieux dans sa vie. Bien entendu on peut aussi évoquer la réduction du trafic et de la pollution. Or le principal frein qui retarde l'adhésion à la bicyclette c'est sans doute un ensemble d'a priori auquel contribue justement cet article.

Dans la désinformation, inutile de s'interroger sur ce qui est premier des a priori ou des rumeurs que dénoncent Le Monde chez les autres médias. On est fondé, en revanche de s'interroger si Maître Eolas jouit d'un esprit véloce parce qu'il pratique la bicyclette.

Hum ! Je ne connais pas Paris, mais je note d'éviter cette rue Lepic. Surtout le haut.

3. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:25 par GP

si l'affirmation du Monde n'est pas étayée par des chiffres vérifiable, l'utilisation que vous faites des statistiques est tout aussi non probante.

vélo :32 blessés graves et 3 tués
piétons 1944 blessés, 23 tués.

D'accord, il y a plus de piétons tués que de cyclistes.
Mais, il y a également plus de déplacements à Paris à pieds qu'à vélo...
Il faut donc ramener le nombre d'accident au nombre de déplacements. Sinon, les chiffres n'ont aucun sens.

Sans connaitre le nombre et les proportions de ces déplacement, je pense qu'il y a 10 fois plus (si ce n'est encore d'avantage) de déplacement à pieds qu'à vélo (d'autant plus qu'un déplacement à vélo génère deux déplacements à pieds, sauf s'il est garé dans l'immeuble).
Je pense donc que le vélo est nettement plus dangereux que la marche à pieds.
Pour les autres modes de déplacement, il faudrait des chiffres détaillés.

Amicalement.

4. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:32 par pH|Re

Merci pour ce poste cher Maître.

Dans cet intéressant article (fubicy.org/article.php3?i... de la fubicy à propos du port du casque, on trouvera ce tableau.

% des blessés touchés au crâne
cyclistes : 17 %
automobilistes : 24 %
piétons : 26 %

Si la Sécurité Routière continue avec ses campagnes visant à nous imposer le port du casque à vélo en ville, elle devrait aussi le faire pour les piétons et les automobilistes !!
Ces campagnes sont contre productives en insinuant dans l'imaginaire collective une image dangereuse de la pratique du vélo en ville.

5. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:38 par John Paul C.

Simplement merci pour ce billet qui reflète bien la pensée du cycliste parisien régulier. J'ajouterais, et cela n'engage que moi naturellement, qu'il serait certainement possible de réduire encore le nombre d'accidents à vélo si les conducteurs de ceux-ci respectaient un minimum le code de la route, même si celui-ci n'est pas des plus adaptés pour la ville, et surtout le code du bon sens, qui lui malheureusement n'est pas enseigné non plus aux autres usagers de la rue.

6. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:39 par Hugues

Hé hé, il s'y connait quand même un peu en vélo, le Fottorino. Il avait couvert la course du Midi Libre "de l'intérieur", bien avant que Le Monde ne fasse courir le Tour par un journaliste un jour avant le vrai peloton. Et même sur le comportement suicidaire de certains cyclistes, il n'a pas complètement tort et je peux en témoigner (nouveau hé hé : hugues.blogs.com/commvat/...

Autrement sur les limites du Vélib, d'accord avec toi : il a tout faux. Il s'agit d'une initiative formidable et j'espère de tout coeur qu'elle va transformer la ville.

7. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:49 par Proteos

Je suis tout à fait d'accord avec vous: vive le vélo en toutes saisons!
Même si je ne pratique pas à Paris, faute d'y habiter, je le pratique tous les jours ou presque pour me rendre à mon travail. Dans une ville de province le vélo est un moyen de transport très flexible qui vous évite de perdre du temps dans les correspondances entre bus. Pour ne pas arriver en sueur, il s'agit de doser son effort. A titre personnel, j'y arrive pas trop, mais ça défoule :)
Cela dit le seul véritable ennemi du cycliste est le vent, car le vent de face vous ralentit sans recours possible. Le pluie et le froid, on peut s'en protéger, mais on ne peut pas éviter l'effet ralentisseur du vent.

Et à bas les préjugés des journalistes et probablement automobilistes du Monde... Pour peine, on devrait les condamner à faire du Vélib'.

8. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:52 par Richard

<<
Pour 2005 : 423 blessés légers, 32 blessés graves et 3 tués. Contre 1944 piétons blessés, 23 tués. 1863 automobilistes blessés, 10 tués. 4310 motards blessés dont 18 tués. Les motards représentent 3% des trajets et 50% des blessés.
>>

La probabilite d'etre victime d'un accident n'est-elle pas plus pertinenente (c'est-a-dire qu'il faut diviser par le nombre d'heures passer a marcher, a faire du velo etc.). Vous vous apercevrez alors qu'il est effectivement beaucoup plus dangereux de faire une heure de velo qu'une heure de marche a pied.

<<
Les motards représentent 3% des trajets et 50% des blessés. Pourtant, ils ont un casque.
>>

Et c'est exactement pour cela qu'il est beaucoup plus dangereux de faire du velo que de la moto, alors meme que la moto est elle meme plus dangereuse que la voiture et la marche a pied.

9. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:56 par Tigrou

Cher Maitre,

J'apprécie toujours vos billets, qu'il s'agisse de vulgariser l'appareil judiciaire ou de proposer des réflexions sur la société. A une exception pres : Je vous aime beaucoup moins quand vous traitez de la presse (vous vous en remettrez, je suppose). C'est étrange, pourtant, d'attaquer Le Monde sur la légerté de ses chiffres et de ses arguments, en utilisant soi-même des arguments à la limite de la mauvaise foi. Je suppose que quelqu'un viendra me reprocher ma propre mauvaise foi dans ma critique de votre billet pour continuer la chaîne...

Comme le fait remarquer GP, il faut penser à rapporter le nombre de blessés/tués aux nombre d'usagers du vélo, avant de faire des comparaisons. Il n'y a pas si longtemps, vous vous plaigniez d'une lecture étrange des statistiques de la récidive. Pourquoi vous précipitez vous à votre tour sur les chiffres sans vous demander ce qu'ils signifient ? D'ailleurs, vous vous rendez compte quand vous citez les motards que ne citer que le nombre brut n'a que peu de sens. Selon vos chiffres, le vélo est aussi dangereux que la marche s'il y a environ cinq piétons pour un cyclistes. J'ai l'impression qu'on est tres loin du compte.

Vous attaquez ensuite Le Monde, qui prétend qu'on fait plus de vélo en été, avec un argument imparable : on fait plus de vélo au Danemark qu'en Espagne. Si je vous dit que la natation est une activité surtout estivale, allez-vous me faire remarquer qu'il y a plus de piscines en France qu'en Afrique ? Que l'usage du vélo soit plus affaire de philosophie que de conditions climatiques, personne n'en doute. Il n'empêche que faire du vélo lorsqu'il fait beau est plus agréable que lorsqu'il pleut. Et qu'il fait plus souvent beau en été qu'en hiver.

Au final, lisant l'article, je trouve que les journalistes du Monde ont une dent contre vélib', et qu'ils pourraient être pus objectifs et contructifs. En lisant votre billet, j'ai l'impression que vous faites effectivement du Monde-bashing, ce qui gache un brin l'ironie voulue (j'imagine) du titre

10. Le lundi 16 juillet 2007 à 18:59 par Gaël

En plus, cet édito passe à côté d'un des gros problèmes du développement du vélo à Paris : le manque d'endroits sécurisés où garer un vélo. Au bout de trois vélos piqués, beaucoup arrêtent... et Vélib va un peu changer ça, de même que le nouveau PLU qui oblige à réaliser des places de vélo (enfin ! depuis quand oblige-t-on à réaliser des places de parking ?), il y aurait d'autres choses à faire...
En tout cas, entre ça et les (incompréhensibles, même pour un adepte des finances publiques) articles sur le vote du paquet fiscal, Le Monde est au top, en ce moment. Espérons que c'est dû à la transition de direction.

11. Le lundi 16 juillet 2007 à 19:04 par Salomon Ibn Gabirol

@ Eolas: "4310 motards blessés dont 18 tués"

18 tués, dont 3 gravement?

12. Le lundi 16 juillet 2007 à 19:05 par RilaX

C'est grace aux commentaire que les pseudos-journalistes dénoncé par le monde sont plus efficaces que la communication a sens unique qu'ils proposent.

Ca me fait mal de voir le journalisme dans cet etat de délabrement.

13. Le lundi 16 juillet 2007 à 19:07 par sous o!

Pour le casque allez voir chez nos amis québecois, leur assoc a fait une étude assez démonstrative de l'inocuité de cet équipement dans l'accidentologie urbaine.
A propos de vélib' j'ai posté le samedi 14 juillet sur indymedia paris ma réaction à toute la foutaise entendue.

14. Le lundi 16 juillet 2007 à 19:28 par GPH

De toute façon en ce moment, on entend tout. Les cyclistes sont des fous furieux dangereux pour les voitures et qui polluent selon les dires de certains.

Personnelement je ne compte plus les coups de putes venant des voitures et qui pourrait mettre ma vie en danger si je n'étais pas vigilant.

Je crois surtout que cela vient d'une jalousie mal placé des automobiliste qui sont dégoutés qu'on leur volent leur route à eux avec des vélos qui ne coutent pas ce que coutent une voiture.

15. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:06 par mat

@GPH
(1) Je crois aussi que les automobilistes se disent qu'ils vont devoir se mettre au vélo pour rouler en ville et ça les fait chier.

(2) Ils sont obligés de partager la route avec les cyclistes et ça les fait chier, ça les ralentis, et ils sont obligés de faire attention (alors qu'avec les piétons il suffit souvent de faire gronder le moteur pour que celui-ci ne quitte pas le trottoir ou accélère et lui foute la paix, le cycliste lui ne quittera pas le bitume).

(3) Ils ont mauvaise conscience car les cyclistes leurs montrent qu'on peut dans la plupart des cas prendre un vélo plutôt qu'une voiture, et qu'ils peuvent de plus en plus difficilement affirmer avec conviction "il n'y a pas d'alternatives!/ no future" sans ressentir une certaine culpabilité.

16. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:07 par SD

@ sous o!

Il est en effet heureux qu'un casque ne soit pas dangereux...

17. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:17 par brigetoun

un bémol, en tant que piétonne les vélos sont mes ennemis et leur propension à envahir nos torttoirs en se croyant jeunes, à la mode et vertueux puisqu'écolo (ce que ne sont bien entendu pas les piétons preneurs de métro) - bon ici à Avignon ce n'est pas le problème les trottoirs sont trop étroits pour eux (pour nous aussi d'ailleurs) mais j'ai plus de quarante ans de marche dans Paris derrière moi

18. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:25 par Dclg

Quelle drôle d'idée de continuer à lire le Monde ! Ce n'est pas à proprement parler suicidaire, mais un peu masochiste :-)

19. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:37 par Clems

C'est amusant, en lisant cet article j'ai pensé à vous.

Personnellement, je préfère le rollers dans les couloirs de bus ;) Mais je pense que je vais les troquer contre cet abonnement vélib moins encombrant que des rollers dans un sac à dos et moins fatiguant, en bref c'est une super idée.

Juste une remarque à chaque fois que je tombe à vélo, c'est bien sur la tête, comme quoi, tout s'explique ;) En rollers, si cela arrive (en fait jamais en balade) c'est sur les genoux ou les poignets...

"préférer mille fois aux voies dites "sécurisées""

En fait, le souci, c'est qu'elles ne sont pas protégées des voitures qui se garent dessus sans vergogne bravant le risque de se faire rayer la carrosserie par "accident" et des piétons qui traversent sans regarder si un vélo ou un roller n'arrive pas en trombe. Sans compter les chiens avec leur laisse invisible, les tessons de bouteilles etc etc...

Pour ce qui est de la route en général, les taxis, sont les pires dangers et ils sont vraiment nombreux.


20. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:40 par Peakoil

Je suis désolé de vous contredire tous, et surtout vous maître, mais en milieu urbain, ce sont les piétons les plus dangereux :
Voyez cette étude très sérieuse :
www.40millionsdautomobili...

argl ...

21. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:40 par Luc

Combien d'accidents de vélo ont été causés par l'épitoge du cycliste, qui manifeste une certains obstination à se coincer dans la chaîne ou les rayons de la roue arrière ?

22. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:49 par Florent

En tant que Lyonnais, et donc expérimentateur depuis déjà 2 ou 3 ans du système Vélo'v (l'équivalent lyonnais du Véli'b parisien), je peux vous assurer que c'est vraiment génial. C'est pratique, surtout quand il n'y a plus de bus ni de métro (le soir après minuit) et aussi cela rend la ville plus agréable et plus vivante.
Je ne comprends que peu l'éditorial du Monde...
Quoi qu'il en soit, chapeau pour votre blashing et surtout votre plaidoirie pour le vélo en ville, sûrement l'un des meilleurs moyens de transport citadin.

23. Le lundi 16 juillet 2007 à 20:55 par Carl

De la part de quelqu'un qui circule à pied et n'a guère eu l'occasion de prendre la voiture dans Paris depuis bien longtemps :

C'est assez amusant cette petite guerre, avec d'un côté les modernes cyclistes, et de l'autre les méchants propriétaires de grosses cylindrées qui prennent un malin plaisir à assurer leur virile domination sur les routes à coup de grondements rageurs.

Je ne suis pas particulièrement adepte des automobilistes hargneux, mais l'attitude hautaine et donneuse de leçons de certains cyclistes dans les commentaires ainsi que leurs généralisations me donne bien envie de m'acheter un gros 4x4 diesel et de traverser les pistes cyclables en aveugle.

24. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:06 par Paralegal

Ah, je vois que nous avons une amie en commun ! Mais comme le dit l'adage, "qui aime bien châtie bien".

Etant trop tête en en l'air pour envisager sérieusement le deux-roues à Paris, je ne me prononcerai pas sur le thème principal du billet, mais j'en profite pour soulever quelques questions qui me taraudent depuis longtemps et qui ne me paraissent pas trop hors-sujet. En effet, je m'offusque très régulièrement (quotidiennement ?) du manque de déontologie et de conscience professionnelle d'un nombre apparemment grandissant de journalistes.

Pour avoir suivi des dossiers judiciaires assez médiatiques, j'ai pu constater que nombre de journaux "réputés" font du copier/coller à la coquille près des dépêches des agences de presse du type AFP ou Reuters, et il faut chercher loin pour trouver des articles supposés prêter à la réflexion, signalisés à grand renfort d'"Horizons" ou de "Débats & Opinions". D'où la nécessité aujourd'hui de "pseudo-journalistes" qui semblent faire très peur aux "vrais journalistes".

Ceux à qui j'ai pu confier mon désarroi se cachent derrière les impératifs de productivité et de réactivité qu'on leur imposerait, et derrière l'ingérence voire la censure des comités de rédaction. L'un, plus enclin à l'auto-critique, a admis que la seule contrainte à la liberté de la presse, dont on nous avait appris à l'école qu'elle était l'un des contre-pouvoirs dans une société démocratique, était la diffamation ou l'atteinte à l'image … heureusement pour les "people" et tant pis pour Voici.

La Charte des devoirs professionnels des journalistes français (1918) serait le seul texte déontologique à ce jour et ne créerait aucune obligation à leur charge. www.acrimed.org/article28...

Maître Eolas, pourriez-vous nous éclairer de vos lumières sur ces points ? (votre blog me rend un peu fainéante sur les bords mais je poursuis mes recherches sur ce vaste sujet). Quel est le cadre déontologique et légal du métier de journaliste ? Pourrait-on envisager un code de déontologie comme ceux qui encadrent le métier de médecin ou celui d'avocat, pour contraindre les journalistes à faire preuve de davantage de conscience professionnelle, ou une loi pour modifier la structure du financement des médias ? Serait-ce de nature à limiter dangereusement la liberté de la presse ? J'espère que ces questions pourront être l'objet d'un futur billet dans votre toute nouvelle catégorie "Mon amie la presse" qui me réjouit d'avance.

PS : Un conseil, tout de même, de piétonne parisienne aguerrie pour ne pas alourdir les statistiques des blessés et tués : au moment de traverser, ne regardez jamais les feux de circulation, regardez plutôt les voitures qui ne s'arrêtent pas toujours lorsque le petit bonhomme est vert. Si l'on essaie de vous écraser quand même comme dans un mauvais remake de Duel version piéton (ça arrive parfois, surtout dans les beaux quartiers, ça dépend si vous avez une bonne tête et si vous êtes en jupe ce jour-là), courez jusqu'à l'autre rive tout en vociférant sur le chauffard et en vérifiant quand même s'il ne sort pas de sa voiture pour vous insulter courageusement, le goujat. C'est du vécu !

25. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:08 par Arthur rainbow

"le Danemark est un pays où 5 millions d'habitants se partagent 15 millions de bicyclettes."
Euh.. ça fait trois vélo par habitants. (encore plus puisqu'ils se les partagent).
N'y aurait il pas une erreur dans les chiffres?

26. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:09 par Clems

Le seul reproche que je fais aux cyclistes c'est de fréquemment rouler sans avertisseur.

Donner de la voix, ce n'est pas suffisant et le silence c'est le plus grand danger qui soit...

27. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:14 par Hubert Montjoie de Saint-Denis

Pour tout ceux qui voudraient aller plus loi qu'Eolas ou que Pierre Carles, je conseille très vivement "Necessary illusions : Noam chomsky and the media". Même si l'on ne partage pas le point de vue structuraliste de Chomsky, c'est un excellent documentaire sur l'évolution des médias dans une société qui refuse la réflexion.
"Nous vivons une époque moderne" disait l'autre...

28. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:17 par Fred., de L.

A Lyon, la phase de démarrage a été pénible. Les vélocyclistes ont beaucoup de mal à comprendre qu'ils ne sont pas vraiment des piétons, ni des voitures. En gros, ils ne respectaient ni les passages piétons, ni les feux, ni les stop... ni les trottoirs d'ailleurs, sur lesquels les piétons étaient priés de faire place...

Malgré cela, et malgré les espoirs de certains (dont l'éditorialiste du Monde semble être), il n'y a pas eu la hausse des accidents escomptée. Je n'ai pas les stats à jour, mais de ce que j'avais lu d'une étude un an après la mise en oeuvre, les statistiques n'avaient pas grandies à proportion du nombre de km parcourus. Une des analyses avait été que les automobilistes seraient devenus plus prudents, plus habitués, à cohabiter avec des vélos. Et les cyclistes aussi sûrement.

Il ne reste plus qu'à retrouver les statistiques à jour...

29. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:18 par jean

le mieux pour apprécier le vélo dans Paris: la place de l'Etoile (fait) et la porte Maillot (fait aussi)... sensations assurées...

30. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:20 par Fred., de L.

Pour étayer mon propos précédent :-)

velov.forumactif.com/Velo...

31. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:25 par lucile

C'est bizarre moi ce qui me fait peure c'est plutôt les automobilistes !

Le vélo/roller est très bon contre la déprime, pincipale cause de suicide :o)
Le vélo/roller ne participe pas à la cause pétrole/génocide/guerre (tiens d'ailleurs le monde n'a pas été très claire sur le sujet du rawda ...pétrole quand tu nous tiens)
Le vélo/roller ne participe pas ou très peu au réchauffement planétaire qui est sûrement la chose qui devrait nous préoccuper le plus.
Le vélo/roller évite les pics de pollutions et que tous les gosses en crêche subissent des massages respiratoires violents et le baby-haller.
Bien évidement le vélo/roller cause beaucoup moins d'accidents de voiture :o), parceque il faut le rappeler les voitures toutes seules tuent énnormément !

32. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:27 par Raph

Ce battage médiatique me fait sourire... A Strasbourg, (presque) tout le monde à un vélo... Les bandes cyclabes sont nombreuses et très empruntées... Et j'ai toujours connu cela...
Parcontre, certains Parisiens découvrent le vélo, et c'est la révolution (il y a une référence subtile, sur la date de lancement)...

33. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:38 par Augustissime

Un des meilleurs indicateurs de la dangerosité d'un moyen de transport est le nombre de blessés (ou de décès) par kilomètre parcouru.

A cette aune le risque d'être tué est environ 14 fois plus important en moto qu'en voiture et évidemment infiniment supérieur au train, au métro... ou à l'ascenseur.

Il n'existe pas de statistiques fiables sur la mortalité et la morbidité causées par le vélo, faute de connaître le kilométrage moyen pédalé par an. Comme il n'y a pas de statistique vraiment complète sur les conséquences néfastes pour la santé du sport, qui cause des millions de blessés par an.

Ma conviction est que le vélo est un moyen de transport hautement dangereux et qu'il vaut mieux pour sa santé prendre sa voiture polluante.

34. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:41 par Lucas Clermont

@ Raph

À peu près la même chose que votre commentaire. J'ai découvert Bâle où je vis, en venant de Bordeaux. Déconcertant ! Des vélos partout, des voitures qui anticipent les intentions des piétons aux passages-piétons (ou ailleurs) dans lesquels on peut s'engager à pied sans regarder. Aucune accélération vombrissante, pas de coups de klaxons... L'impression d'un monde sans abrutis. Plus étonnant encore, l'impression qu'un monde éduqué sans abrutis est la règle !

Et les vélos, de tant de sortes différentes, de sortes mêmes dont on ne soupçonnait pas qu'elles puissent exister.

35. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:42 par mat

@carl
Je suis cycliste ET piéton ET utilisateur de transport en commun. Tous les cyclistes que je connais utilisent également massivement les transports en commun.

En tant que non-automobiliste (je n'ai ni permis ni voiture idem pour ma femme), nous subissons une pression monumentale d'une partie de nos proches et de nos collègues qui ne supportent pas que l'on puisse se comporter différement qu'eux. C'est incroyable. Nous passons pour des marginaux, des extremistes, même si nous nous taisons la question revient sans arrêt sur le tapis.

Alors on ne se tait plus.

On leurs mets sous le nez les problèmes qu'engendre la "culture" voiture, et c'est là qu'on comprend que par notre volonté de vivre à vélo et en transport en commun, on remet en cause leur mode de vie et que cela leur est insupportable.

a+.

36. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:44 par Raph

@ Lucas Clermont
Mercredi je serais dans à Bâle.. pour faire un petit tour au zoo... Faut-il dire aux Parisien que le TER entre Strasbourg et Bâle roule à 200 km/h ?

37. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:49 par mat

@33

-- citation --
Ma conviction est que le vélo est un moyen de transport hautement dangereux et qu'il vaut mieux pour sa santé prendre sa voiture polluante.
-- fin de citation --

Et pour la santé des autres ?

38. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:54 par lucile

@Augustissime @mat
J'ai moins peure qu'un vélo me roue dessus :o)

39. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:55 par mat

Oups, le commentaire numéro 36, n'était pas pour le commentaire numéro 33 mais pour le 32... <:-)

40. Le lundi 16 juillet 2007 à 21:57 par Lucas Clermont

@ Raph

Chapeau l'Alsace pour son réseau de train (et pour bien d'autres choses). Un truc précieux le pass évasion qui permet chaque week end pour 13 € de se ballader une journée dans toute l'Alsace jusqu'à Belfort, Bâle... Train plus vélo et en avant les découvertes de la culture rhénane, les Vosges...

Pour le zoo, celui de Mulhouse est peut-être moins riche en espèces animales mais plus agréables, beaucoup moins minéral. Savez-vous que l'on se baigne sur 2 ou 3 kilomètres dans le Rhin à Bâle ?

41. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:13 par Maxime

Ca ne me viendrait pas l'idée de prendre un vélo dans Paris pour mes déplacements, c'est bien trop dangereux !!
Quel horreur et quand on pense à tous ces gens en voiture qui téléphonent en conduisant

Aie, aie, aie !!

Au secours

NB : De mémoire, un adjoint au maire de la ville de Parsi avait frôlé la mort en vélo, il a été renversé dans un couloir de bus.

42. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:17 par tobal

il est effectivement de bon ton de dénigrer cette initiative qui espérons le participera à un changement de mentalité. Le jour où les villes auront véritablement aménagé un reseau cyclable (et pas seulement dessiné des vélos sur les trottoirs quand il y a de la place), les cyclistes pourront avoir leur place dans la circulation, car il est aujourd'hui objectivement difficile (mon expérience française se limite à Toulouse) de se déplacer en vélo de manière utilitaire (pas pour flaner) sans prendre des risques et au passage oublier une grande partie des règles de circulation.

C'est vrai qu'il est assez exaspérant d'entendre fréquemment des éditorialistes railler les "bobos" qui font du vélo. Ces mêmes journalistes qui se parent habituellement des habits d'européens cultivés et ouverts reprennent leur petit chauvinisme franchouillard et oublient que faire du vélo est aussi et surtout une question de culture (Scandinavie, Suisse ...)

Sinon, y a une question qui me turlupine dans ce système de vélo libre service, et qui n'a pas été évoqué par dans l'article (le journaliste doit pas être assez malin). Car outre les intempéries, l'ennemi du cycliste peu averti est le dénivelé. Ainsi, je demande si à Lyon le nombre de gens qui utilisent le vélo pour descendre de la croix rousse est égal au nombre de ceux qui y remonte. C'est un mystère pour moi.

a+ et merci Maitre pour ce fort instructif journal de manière générale

43. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:29 par christian Ledoux

J'apprécie sans modération votre site. Mais de grâce, ne sortez pas de votre domaine de compétence. J’attends de Maître Eolas des conseils et leçons de Droit, pas des conseils sur la meilleure manière de circuler dans PARIS. Trop Parisien, avec tout ce que cela appelle de mépris de la part du provincial que je suis et que je revendique bien haut. Ne pas posséder de voiture, ne pas même avoir de permis de conduire, c'est terriblement "mode" mais si éloigné des réalités de la France profonde. Et, que cela vous plaise ou non, de celle qui compte. Depuis cette "profondeur", j’espère que vous n’ignorez pas que sans voiture, pas de travail qui vous soit possible, ni offert - si j’ose dire -, même en rêve...Sans parler du plaisir et de la liberté. Avaler des kilomètres en bicyclette, vous plaisantez ! S' il vous plait, n' écrivez et ne pensez pas comme nos hommes politiques qui ne connaissent que le siège arrière d'une voiture avec chauffeur. Allez-vous partir en vacances par avion pour retrouver sur votre lieu de villégiature votre vélo de location ? Partir en bicyclette ? Allons...Quant au Monde, il peut certes arriver que l'on soit obligé d'y lire des énormités. Mais ne participons à la disparition de la presse papier. De nos jours, critiquer Le Monde est devenu - comme le vélo et, d'une manière plus générale, l'écologie, la pollution, ect... - d'un conformisme certain, presque une mode. En clair, j'aimerais tant que Maître Eolas exerce en province.
Bien à vous,
P.S.:vous aurez relevé que je signe, nous ne sommes plus au joyeux temps de l' Occupation...

44. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:29 par christian Ledoux

J'apprécie sans modération votre site. Mais de grâce, ne sortez pas de votre domaine de compétence. J’attends de Maître Eolas des conseils et leçons de Droit, pas des conseils sur la meilleure manière de circuler dans PARIS. Trop Parisien, avec tout ce que cela appelle de mépris de la part du provincial que je suis et que je revendique bien haut. Ne pas posséder de voiture, ne pas même avoir de permis de conduire, c'est terriblement "mode" mais si éloigné des réalités de la France profonde. Et, que cela vous plaise ou non, de celle qui compte. Depuis cette "profondeur", j’espère que vous n’ignorez pas que sans voiture, pas de travail qui vous soit possible, ni offert - si j’ose dire -, même en rêve...Sans parler du plaisir et de la liberté. Avaler des kilomètres en bicyclette, vous plaisantez ! S' il vous plait, n' écrivez et ne pensez pas comme nos hommes politiques qui ne connaissent que le siège arrière d'une voiture avec chauffeur. Allez-vous partir en vacances par avion pour retrouver sur votre lieu de villégiature votre vélo de location ? Partir en bicyclette ? Allons...Quant au Monde, il peut certes arriver que l'on soit obligé d'y lire des énormités. Mais ne participons à la disparition de la presse papier. De nos jours, critiquer Le Monde est devenu - comme le vélo et, d'une manière plus générale, l'écologie, la pollution, ect... - d'un conformisme certain, presque une mode. En clair, j'aimerais tant que Maître Eolas exerce en province.
Bien à vous,
P.S.:vous aurez relevé que je signe, nous ne sommes plus au joyeux temps de l' Occupation...

45. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:31 par Clems

On parle de Vélib à paris ou à la limite dans les grandes villes...

46. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:50 par Raph

@ Lucas Clermont
Le zoo de Bâle est plus intéressant...
Et éviter de vous baignez dans le Rhin, sauf si c'est en amont des usines... Il y a eu une contamination de produit, et le taux de pollution relativement élevé...
Avec votre passe, vous pouvez aller jusqu'à Kehl... Donc plusieurs pays : Suisse, Allemagne, Alsace et France...

47. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:50 par Alex

@42: "je demande si à Lyon le nombre de gens qui utilisent le vélo pour descendre de la croix rousse est égal au nombre de ceux qui y remonte."
Non, et c'était semble-t-il le problème pour l'entreprise chargée de gérer le système: plus un vélo en haut le soir, tous garés dans les bornes du bas...d'où un travail fasitidieux pour les remonter en camion pour le lendemain matin. Je ne sais pas comment ils ont résolu le problème.

48. Le lundi 16 juillet 2007 à 22:55 par Lucas Clermont

@ Christian Ledoux

Qu'est-ce que c'est que ce procès en parisianisme ! C'est pas parce que vous êtes incapable de vous séparer de votre voiture, ce qui est très banal, que tout d'un coup le vélo appartiendrait aux bobos, aux parisiens, et si je vous suis bien aux néoconformistes.

On vit très bien en Province sans voiture. On trouve du travail. On a des loisirs passionnant, etc. Ce l'a n'a rien à voir avec une classe sociale ; d'ailleurs l'économie réalisée en renonçant à sa voiture représente facilement le salaire d'une semaine de travail d'un ouvrier chaque mois.

Il y a simplement que c'est plus facile de geindre parce que l'on est un geignard que d'essayer de comprendre ce que sont des individus libres.

49. Le lundi 16 juillet 2007 à 23:02 par Lucas Clermont

@ Raph

À Bâle, se baigner dans le Rhin est une pratique très répandue. On part de l'amont de la ville avec un sac étanche et l'on se laisse porter jusqu'à 500 mètres de la frontière. Il est juste recommandé de ne pas se baigner les deux jours qui suivent un épisode de pluie. C'est une sensation plaisante de croiser les barques, voir défiler les gens vaquant sur les rives, la Cathédrale et la vieille ville qui surplombe le fleuve...

50. Le lundi 16 juillet 2007 à 23:15 par Raph

@Lucas Clermont
Ok.. Je ne savais pas... De toute façon, à Stras, c'est risque de se baigner dans le Rhin.. Entre les bateaux et le kayak..

51. Le lundi 16 juillet 2007 à 23:41 par jerikojerk

Bonjour,

Lyonnais, Je constate aussi avec effroi la mauvais foi journalistique. Les parisiens sont en retard là dessus... qu'importe, dans 3 ans ils penseront l'avoir inventé. Personnellement j'analyse que le problème vient essentiellement des conducteurs parisien qui ont si mauvaise réputation qui préfèrent pleurenicher au lieu de prendre des bonnes résolutions.

J'utilise mon vélo tout les jours et bien avant l'introduction des vélov et j'ai moi aussi constaté plusieurs choses: ya beaucoup plus de vélos en villes, les pietons et les voitures acceptent de plus en plus d'utiliser les pistes cyclables sans nous rendre la pareille, quand mon vélo est en panne je peux prendre le vélov et pour finir lorsque les stations de vélov sont en pannes je ne suis pas le seul à être frustré.

Pour le poid des vélov, qui est sensiblement le même que les vélib, j'ai vu une gamine de moins de 10 ans en conduire... elle devait peser dans les 35 kg mouillée. Alors pour un adulte de 60 à 80 kilos quelle importance?

Au fait, pour ceux qui pensent que lyon c'est plat, je les invite à gravir la montée de Choulant ou faire un tour entre Croix Paquet et Croix Rousse...

Pour ce qui est du prix à Paris, c'est cher par rapport au tarif Lyonnais (max 1 € la semaine), mais vous aurez deux fois (?) plus de vélos et JCDecaux a du mieux évaluer le coût de maintenance après son expérience lyonnaise, je vous assure qu'en deux ans il a fait des progrès.

Dans trois semaines vous aurez tous l'habitude de faire la check liste: pneumatiques, freins, selle présente, chaîne, cadre et pédales pas trop tordus...

@49 personnellement je préfère croiser une péniche en aviron, on a la même sensation d'être assis dans l'eau, mais on n'a ni l'hypothétique pollution ni les contraintes de pluies. Et la Saone est très agréable en amont de l'île Barbe.

52. Le lundi 16 juillet 2007 à 23:57 par jerikojerk

@42
je vais mener l'enquete. Mais le premier indice est l'implantation des stations. S'il y en a sur ledit plateau de la X-Rousse, on constate qu'il n'y a aucune station sur la longue et pittoresque rue de la grande cote. Cependant, il ya quelques stations sur le contour ouest ... à la décharge du grand lyon le plateau est surtout occupé par les villes de Caluire et Cuire qui ne bénéficient pas de la même densité de station.
www.velov.grandlyon.com/

53. Le mardi 17 juillet 2007 à 01:10 par Gotty

Effectivement, le même système, mis en place par la même entreprise, existe déja à Lyon. Plutôt que de faire un éditorial sur "ce que pense un journaliste parisien qui ne sait pas de quoi il parle", on aurait pu imaginé une étude poussée des systèmes existants, des risques accrus ou non, du bilan énergétique... Mais non, Le Monde n'est plus le journal qu'il a été...

@42 et @52 : les bornes de la Croix-Rousse sont effectivement rapidement vides, mais des camions ont la charge de les réapprovisionner régulièrement. Je ne sais pas ce qu'il en est de tout en haut, mais au milieu de la pente (montée des carmélites), la borne a des vélos en dehors des heures critiques (8h-9h et après 22h). La création d'un ascenseur géant à la place du tunnel de la ficelle finira peut-être par régler définitivement le problème.

54. Le mardi 17 juillet 2007 à 03:13 par Turing

"Aucune étude n'a jamais démontré que le port du casque avait un effet significatif sur la gravité des blessures à vélo"

Il se peut, Maître, que vous vous avanciez trop avec cette négative: la logique nous enseigne qu'un seul exemple contraire suffirait à infirmer votre proposition. Pour ceux qui s'intéressent à ces détails, la banque de données PubMed est en libre accès et permet un survol de la littérature biomédicale. Elle fournit le résumé des articles qui en sont pourvus. Une recherche avec les mots-clés: cycle helmet head injury donne une cinquantaine de références.

www.ncbi.nlm.nih.gov/site...

55. Le mardi 17 juillet 2007 à 04:46 par flo

heu... non, ça, c'est plutôt de l'auto-bashing.

56. Le mardi 17 juillet 2007 à 08:37 par Moi

C'est fantastique, plein d'humour et d'ironie.

57. Le mardi 17 juillet 2007 à 08:43 par Phil

La mauvaise foi du Monde s'illustrait dans le même numéro par un article confus et inexact sur le fichage des utilisateurs dont j'eusse aimé un commentaire juridique.

58. Le mardi 17 juillet 2007 à 08:51 par Julien

Depuis que mon chef a éclaté son casque en vélo, je réutilise le mien en roller...

La tête, ça se répare pas.

59. Le mardi 17 juillet 2007 à 09:01 par Machbiole

Bravo pour cette article, je ne suis pas abonné au Monde, donc pas de réponse possible mais l'auteur de cet éditorial, sans doute inscrit à l'automobile club de france méritait sa baffe.

Merci mille fois

60. Le mardi 17 juillet 2007 à 09:23 par baba

@Christian Ledoux
En tant que provincial cycliste du nord de la france (où il pleut parfois même en été), je dirai que tout est vraiment une question de volonté et d'état d'esprit. Je fais du vélo tout les jours pour aller à la gare pour me rendre à mon travail, avec un vélo qui m'a couté 20€ (faite le compte pour une voiture et dites moi si vous trouvez une voiture qui vous coute moins de 10€ par an assurance comprise). J'économise ainsi essence/assurance/usure de la voiture ou abonnement de transport en commun. Je divise par trois mon temps de trajet. Je suis cadre et j'en fait tout aussi bien en costume...
Quand au vacances je vous conseil le train... C'est moins cher et moins polluant que l'avion et l'on peu transporter son vélo dedans. Même pour les WE avec ma compagne (qui fait également ses trajet professionnel en vélo au quotidien y compris en jupe/robe et qui divise également par trois son temps de trajet) on met les vélo dans le train, la tente et le sac à dos sur les portes bagages, et c'est parti pour un WE sur la côte...
Ce n'est vraiment qu'une question d'accommodation de son mode de vie...

61. Le mardi 17 juillet 2007 à 09:42 par winston

une amie m'avait fait remarquer, alors que je lui faisais part de mon effroi alors qu'elle m'avait avoué avoir fait du vélo (elle etait parisienne, la pauvre... ), que , dés lors qu'on a été pieton à Paris, on a tout fait, et on a risqué sa vie plus souvent qu'en vélo.
notez bien, de retour en province, il m'a fallu me réadapter à traverser aux passages cloutés sans courir , alors meme que le feu était au vert .

62. Le mardi 17 juillet 2007 à 09:43 par Big Horno

ah les blogs et leurs fausses infos toutes basées sur la théorie du complot! Pas comme le monde, qui a commis il y a quelques mois un bel article sur des failles de sécurité informatique completement erroné sur le fond. Ici c'est mieux: le casque à vélo, beaucoup d'associations pour la promotion du cyclisme en ville le déconseillent hors des pratiques sportives. Quand a avoir des "pratiques suicidaires" avec un vélib', c'est un peu prés aussi facile que de courir le prix d'amérique avec un percheron. Ces vélos ultra lourds ont la nervosité de la méduse. C'est pas le matériel pour faire des demi-tour frein à main et des sauts de trottoir. Mais les auteurs de l'article n'auront pas eut le temps d'essayer ces montures...
Plus grave: leur méconnaissance totale des politiques d'aménagements des "modes doux" en ville. En bref, l'impression d'un article écrit à l'aune du nombril de son redacteur... Un peu de ce narcissisme que les "vrais journalistes" reprochent aux blog

63. Le mardi 17 juillet 2007 à 09:59 par all

On peut comparer aussi avec Lyon où tout se passe bien

64. Le mardi 17 juillet 2007 à 09:59 par v_atekor

Barcelonais et cycliste, je confirme en tout point que l'éditorial du monde "collectionne les idées" reçues, et qu'une fois encore Me Eolas est nettement plus censé.

Le casque est bien moins important que le ruban qui permet de d'éviter au pantalon de se glisser dans la chaîne. Heureusement les vélos urbains de Paris sont prévu avec un carter au pédalier et à la chaîne, que je n'ai pas, hélas.

Il y a bien moins de cyclistes à Barcelone que dans les villes de Amsterdam et Copenhague - sans doute à cause blizzard et du verglas qui envahissent Diagonal. Le monde s'inquiète également de la ville de Paris qui est pleine de faux plats. Celle de Barcelone est adossée à des collines et est truffée de vraies côtes. Pourtant monter de Drassanes à Lesseps se fait sans trop de difficulté.

Avec de l'entraînement on peut même pousser jusqu'à l'avenue Tibidabo, qui surplombe Montmartre de près de 400m.

Sur mes 5km allé journaliers (et 5km retour!), je vais aussi vite au bureau en vélo qu'en métro - pas de changement - sans compter que le vélo me laisse littéralement DANS le bureau :p

65. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:08 par Jeanne

Cher Maître,
vous écrivez "d'en Paris". Je suis convaincue que ce n'est pas une faute car j'ai foi en vous, mais avez-vous une explication? Est-ce une contraction de "dedans Paris", qui est une expression utilisée par Clément Marot?

Non, c'est une lamentable faute d'orthographe que j'ai, tout rougissant, corrigée.

Eolas

66. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:15 par ludovicmassart

Incroyable ! Personne ne réflechit ici ?

- les velov c'est la sucette pour d'avantage de publicité en ville
(regardez là : pignonsurrue.org/article.... par exemple).
- c'est un velo qu'on doit mettre dans un garage (incroyable)
- c'est un vélo qui roule dans un camion la moitié du temps
- c'est vous qui êtes tracés.

Les vélos, oui; decaux, non.

Merci à vous de voler au secours du Monde, en nous rappelant que quand l'article cité dénonce « Le thème lancinant du "On vous cache le plus important", déclinaison ad nauseam de la théorie du complot, abrite çà et là des entreprises de désinformation qui se parent des habits de la vertu », il n'a pas non plus complètement tort. Quant à votre revendication du monopole de la réflexion, elle en révèle plus sur vous que n'importe quel traçage par puce RFID.

Eolas

67. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:30 par gloubi

@peakoil:
"Voyez cette étude très sérieuse"
Laissez moi rigoler sur le sérieux de ce site dont le seul but est de promouvoir l'automobile-reine

68. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:32 par Turing

Aujourd'hui encore, les alternatives à la voiture relèvent souvent du débat ou constituent un choix éclairé pour beaucoup de gens. La cherté grandissante du pétrole qui est notre destin, je le crains, nous fera passer du choix à l'obligation et les opinions comme celle du Monde dont il est question seront complètement dépassées. Cela me fait penser aux auteurs qui, au XIXe siècle, s'inquiétaient des possibles conséquences pour la santé des déplacements en train à... 50 km/h.


69. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:33 par Claire

@ Christian Ledoux
L'écologie est un sujet à la mode, sans doute un peu trop parisien à votre goût, et vous parlez au nom de cette France profonde qui, elle, ne peut se passer de voiture. Si vous n'avez pas tout-à-fait tort sur ce point (dans les campagnes reculées, les transports en commun sont insuffisants pour ne pas dire inexistants), je ne peux m'empêcher d'être choquée par vos propos : le plaisir et la liberté d'avaler des kilomètres... ça laisse rêveur! Je trouve cette attitude irresponsable et égoïste. Sous couvert de ne pas sombrer dans le conformisme ambiant, certains refusent simplement de sacrifier le confort qu'offre la voiture, sans se poser les questions qui vont derrière. La pollution, l'impact sur la planète, tout ça, c'est certainement un peu trop abstrait par rapport à cette sensation de puissance quand on roule à 150 sur l'autoroute.

Quant à l'article du Monde, ne le critiquons pas, c'est devenu trop mode, et ça causerait la disparition de la presse papier... Pourtant, cette dernière ne se porterait que mieux si de tels "articles" n'étaient pas pondus...

70. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:47 par Brend

Vous ne m'empecherez de penser que tant que le code de la route ne sera pas appliqué aux vélos, il y aura un problème.

Je conduis quotidiennement dans Paris, et le nombre d'infraction que j'y vois chaque jour, les vélos qui roulent sur les passages cloutés, brulent les feux... C'est magnifique, et, en effet, tant qu'il n'y aura pas une stricte application des règles aux vélos, je serai contre ces vélos en pleine ville...

71. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:48 par Brend

je serais*

72. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:55 par g--

J'ai plus de 10 ans de circulation à vélo dans Paris, et jamais je ne me suis senti en danger. Et pourtant j'ai roulé de jour comme de nuit partout dans la ville.
Le seul problème du vélo dans Paris, c'est qu'il est impossible de le laisser garé une nuit sans qu'il ne se fasse voler ou désosser. Depuis que mon appartement ne me permet plus d'y stocker un vélo, eh bien j'ai enfermé le mien dans ma cave difficilement accessible, et je ne m'en sers plus.
Avant de proposer des mesures comme le velib (très bonne idée au demeurant), peut-être serait-il plus urgent de faire en sorte que les parisiens puissent posséder leur propre vélo plus d'une semaine, non ?

En passant, je me permets de signaler l'existence de l'association AQIT (association pour la qualité de l'information www.aqit.org), qui tente d'agir entre autres contre le maljournalisme.

73. Le mardi 17 juillet 2007 à 10:58 par Gloubi

Le futur semblait bien

74. Le mardi 17 juillet 2007 à 11:02 par OlivierJ

Je constate que certains veulent absolument opposer voiture et vélo à Paris, et que se forment 2 camps, un très revendicatif (ceux qui prônent le vélo à Paris en toutes circonstances), et un qui est plus par défaut (ceux qui utilisent leur voiture, quelle que soit la raison). J'utilise les 2 en alternance, selon les besoins.

Je suis ravi de prendre mon vélo pour mon trajet quotidien vers le métro, ou pour une petite sortie le soir sans perte de temps ni problème de parking, mais je trouve également quasi indispensable ma voiture quand je vais voir des amis un peu loin, ou que j'ai besoin de transporter un certain poids ou volume. J'ai par ailleurs du plaisir à la conduire (elle est confortable, climatisée, et puissante), et je pense être assez attentif aux cyclistes et autres motos.

J'encourage régulièrement mes connaissances à utiliser un vélo si leur trajet quotidien n'est pas trop long, mais il ne faut pas oublier que beaucoup de gens travaillent loin de chez eux, avec des transports en commun pas toujours adaptés. Je ne parle pas de ceux qui ont des enfants et qui seraient bien embêtés pour les transporter sans voiture.

Après 8 ans de vélo dans Paris et autour, je trouve que ce n'est pas très dangereux, même si parfois un peu stressant. Je n'ai toujours pas de casque, malgré les recommandations d'Eolas, à cause de l'encombrement. Le problème majeur pour moi est la pluie, heureusement il ne pleut pas très souvent quand je suis sur mon vélo (oui oui, à Paris), suivi de la chaleur; la demi-saison est la meilleure période. Je ne sais pas comment fait Eolas, mais j'ai du mal à ne pas avoir chaud après 10 minutes de vélo, dès qu'il fait environ 25. Le problème c'est qu'une fois arrêté, on n'est plus refroidi ! Ça doit être le côté zen du Maître.

75. Le mardi 17 juillet 2007 à 11:09 par pierre

Comme l'ont déjà souligné plusieurs commentateurs, mieux vaut s'abstenir de parler des chiffres quand on ne sait pas s'en servir, çà donne un billet aussi ridicule que certains articles du Monde...

Pierre, déçu pour la première fois par Eolas... mais qui ne vous en veut pas, vous avez juste besoin de congés :-)

76. Le mardi 17 juillet 2007 à 11:25 par Ofé

Devant l'affluence, je m'attends à ce que nombreux usagers de "Vélib", à défaut d'emprunter les pistes cyclables et la route tout simplement, n'aient la bonne idée d'utiliser les trottoirs... J'attends de voir, mais je suis sûre que l'on va à l'encontre de certains problèmes... de cohabitation entre les piétons et certains cyclistes oublieux du code de la route...Suis-je vraiment pessimiste sur le civisme de mes concitoyens?

77. Le mardi 17 juillet 2007 à 11:59 par groquick

L'article du Monde est d'autant plus critiquable que, sauf erreur de ma part, cette opération Vélib ne coûtera pas un centime au contribuable parisien, puisque financée par la société JC DECAUD. Je vis dans une grande ville du nord de la France, qui actuellement renouvelle son mobilier urbain, puisque l'entreprise précitée a semble t'il perdu son contrat au profit de CBS.
J'aurais apprécié que mes édiles fassent en sorte que des "vélib" soient mis à ma disposition, ce qui n'est pas le cas. Dans le cas contraire, j'aurais pu me mettre au vélo et laisser ma bagnole à l'entrée de la ville.
Donc Mesdames et Messieurs qui travaillez sur Paris, faîtes du vélo si vous voulez, prenez la bagnole si vous le souhaitez mais, par pitié, arrêtez de râler et profitez de la chance que vous avez !!!

78. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:10 par Pilou

En tant qu'automobiliste, ce sont TOUS les autres utilisateurs de la chaussée qui me dérangent !
Et pour les cyclistes, plutôt moins que s'ils étaient en gros 4X4. C'est leur rareté qui peut faire que l'on est surpris quand l'un d'eux survient ; aux Pays Bas, leur banalité rends naturelle leur présence.

Donc, plus il y aura de cyclistes, mieux ils seront acceptés.

79. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:17 par ludovicmassart

Mon commentaire précédent est corrigé en rouge. Il doit être bien faux. Je me suis borné pourtant à dire quelques choses vraies et concrètes qui n'apparaissaient nulle part ici. Les mettez vous en doute ?

Quand à la théorie du complot, il est bon d'en savoir quelques petites choses avant de se fier au jugement du Monde, comme il est dit ici :
www.piecesetmaindoeuvre.c...

80. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:21 par GP

Suite du n°3...

Préalable : C’est internat comme une question vélo / voiture rend les débats passionnés et les réactions irrationnelles de part et d’autre.

1. Je ne trouve pas de chiffres sur le nombre de déplacement à Paris en vélo. Sur le site de la Mairie, on trouve le nombre de déplacement à Pied, en voiture, en transport en commun mais pas en vélo. Ils sont comptés dans les déplacements en deux roues « motorisés et non motorisés ». Bref, impossible de déterminer quels sont les modes de transports les plus dangereux.

Quoi qu’il en soit, selon les chiffres de la Mairie, les vélos représentent 6 % du nombre des victimes d’un accident (bilan des déplacements 2006, p46), alors que l’ensemble des deux roues (y compris les motos) représentent 3 % des déplacements (p.4). Le vélo est donc, après la moto,nécessairement le mode de transport le plus dangereux pour se déplacer dans Paris.

2. sur la météo, je pensais comme Me EOLAS, que l’article du monde qui affirme qu’il faut du beau temps pour faire du vélo est contraire à la simple constatation des pratiques de déplacement en Allemagne ou en Hollande.

Mais, la Mairie de Paris confirme que, pour les parisiens en tout cas, il doit faire beau pour faire du vélo. Elle explique sur son site que la baisse du nombre de vélo entre 2005 et 2006 « s’explique par des conditions météorologiques moins favorables » (même document, p. 14).

Donc effectivement, comme l’affirme le Monde, en l’état des mentalités des Parisiens, le vélo est un mode de transport saisonnier.

Pour preuve encore, la fréquentation des pistes cyclables à Paris est 3 fois plus importante en avril et septembre qu’en février.

3. sur le « comportement suicidaire », à mon avis c’est un faux problème. Le vélo est dangereux, un point c’est tout. Pouvoir dire que c’est à cause d’une voiture ou d’une moto qu’on a la jambe cassée, c’est meilleur pour le moral que de reconnaître que c’est de notre faute ; mais la jambe reste cassée pour autant.

De plus, la simple lecture des enquêtes de la Mairie de Paris, pourtant peu suspecte de vouloir annihiler les vocations de cyclistes montrent un comportement qui peut être qualifié de suicidaire :

« 37 % des cyclistes déclarent ne pas respecter les sens interdits en ville ; donc 6 sur dix prennent allégrement les voies en sens interdit !
« 29 % respectent les feux rouges » donc 7 sur 10 ne les respectent pas !
« 40 % des cyclistes seulement roulent uniquement sur la chaussée », donc 4 sur 6 roulent sur le trottoir !
« 48 % ont un vélo éclairé à l’avant et à l’arrière la nuit », donc un sur deux n’est pas éclairé la nuit !
(www.paris.fr/portail/depl...


4. Pour le reste, puisqu’on ne me demande pas mon avis : je le donne quand même. J’aimerai pouvoir faire du vélo dans Paris, mais prendre la place de la Bastille avec mon gamin de 18 mois à l’arrière un jour de pluie, sans moi…
Je préfère travailler mes biceps et ma patience à porter une poussette dans le métro…

GP

81. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:23 par bleu horizon

Sommes nous réellement dans une République des médiocres ? Comment un journaliste peut-il écrire de telle chose ?

« Le doute qui surgit déjà de journaux réputés sous influence crée un mal pire encore : de pseudos médias alimentés par de pseudo-journalistes, qui se soustraient aux règles élémentaires du métier. »
Le début de cet édito est un antonyme à la vertu journalistique.

En effet si les soi-disant (et là, je commence mal ma phrase, car il y a une déjà objection à l'anglo-saxonne votre honneur: ouï-dire) médias et les pseudojournalistes, de qui vient la faute originelle ? D’où viennent ces doutes, cette désaffection ?

Précisément, des rédacteurs de ces vrais journaux avec des vrais éditorialistes qui ont une propension très élevée à se comporter comme de propagateur de rumeur, sans argumentation, en restant dans les sous entendus et donc sans démonstration.

Car, ne nous y trompons pas, même si cet éditorial développe son argumentation par la suite ; l’axiome de base est sujet à caution.

Continuons,

« Les règles élémentaires du métier. :vérifier, recouper, s'extraire des apparences, hiérarchiser les faits sans les déformer ni les monter indûment en épingle. »

Nous sommes tous d’accords sur ce point. Donc, je présume qu’il y a eu une véritable enquête journalistique sur ces pseudo médias et ces pseudo journalistes; ce ne sont point des assertions à l'emporte-pièce.

Par ailleurs, prenons garde de ne pas monter ce sujet en épingle…

« Ainsi prospèrent des titres ou sites Internet prétendant, en mauvais alchimistes, changer la rumeur en information,… »

Définition de rumeur : La rumeur vient du latin rumor et signifie le bruit qui
court.

La rumeur est un phénomène de transmission large, par tout moyen de communication formel ou informel, D'UNE HISTOIRE A PRETENTION DE VERITE ET DE REVELATION (Wikipédia).

« …Le thème lancinant du "On vous cache le plus important", déclinaison ad nauseam de la théorie du complot, abrite çà et là des entreprises de désinformation qui se parent des habits de la vertu »

C’est la base de la désinformation, que de faire croire qu’elle est le parangon de la vertu.

« Des médias LIBRES de véhiculer IMPUNEMENT n'importe quoi. »

Là, je suis partisan de remettre à l’ordre du jour la censure de ces faux journalistes.

Je me demande presque s’il n’existe pas un complot contre ce journal…

de fait, dans cet éditorial,Il n'y a aucune remise en cause personnelle, aucun questionnement sur la légitimité du doute et sur les solutions à y apporter.

il tente, et ceci maladroitement, de souligner l'absence d'évaluation ou de critéres d'évaluation pour juger de la qualité des articles sur les nouveaux médias.
Mais c'est précisément en évitant ce type d'édito, et en devellopant un journalisme de qualité et pertinent que se trouve la solution .

Il faut mener une vraie réflexion de fond sur les nouveaux médias, pour en évaluer la pertinence et apprendre aux citoyens à avoir une lecture critique de ces articles .

Jeter l'anathème sur les autres n'apporte JAMAIS rien de bon et souvent on se décridibilise soi-même.

82. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:30 par baba

@brent
Je me permet de vous contredire en vous disant que le code de la route s'applique tout à fait au vélo... J'en ai d'ailleurs fait l'amer expérience en m'arretant devant une voiture qui se trouvait sur une zone cycliste devant un feu me trouvant ainsi au delà du feu.
J'ai pris 90€ comme tout le monde...
La seule différence et que l'ont ne peut pas retirer des points (bien qu'un policier ainsi que les services du ministère de l'intérieur aient déjà tenté le coup avec mon permis) à un cycliste (vu qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un permis) mais il peut voir son permis suspendu...
Je vous invite à consulter cette adresse :
www.mdb-idf.org/dossiers/...

83. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:32 par Démentine

On pourrait appliquer, je crois, au traitement des tremblements de terre au Japon hier la même analyse que celle que vous faites pour l'article concernant les Vélib et la rectitude morale et professionnelle dont se pare totalement indûment le Monde (versus les blogs).
Hier le New York Times.com annonce en une le premier tremblement de terre au Japon avec le nombre de morts et de blessés. Le Monde.fr n'en dit rien. Et soudain un énorme bandeau rouge sur lemonde.fr pour annoncer un deuxième tremblement au Japon, plus d'info dans quelques minutes. Rien sut NYT.com, rien avant que le journaliste ne puisse compléter son article et expliquer ce qu'il en est de ce 2nd séisme. A peu près en même temps sur lemonde.fr enfin un article sur le Japon en une, qui titre sur la fuite radioactive.

D'un côté, le racolage stupide (c'est moi qui relaie le plus vite ce que dit l'agence de presse, je sélectionne l'événement qui pourra faire peur dans les chaumières jusqu'en France, parce que la fuite radioactive, on le sait maintenant, ne connaît pas de frontière, quant à la condition des Japonais eux-mêmes, bien sûr on n'en a que faire, pas assez de morts, peut-être). De l'autre, un journalisme factuel.

Pour ma part, il faut vraiment que je me retienne pour ne pas être grossière en parlant du Monde.

Merci infiniment donc pour votre post précis, informé et... retenu !

84. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:35 par Pierre

Autre exemple du haut degré de professionalisme des journalistes du Monde.
L'article de Madame Marie-Aude Roux sur Maria Callas, édition du jour, je cite :
" ... dans quelques grands rôles d'opéras français et italiens que Callas incarna de manière inoubliable (Carmen, La Norma, La Sonnambula, La Traviata). "
Tout le monde sait que Callas n'a JAMAIS chanté Carmen à la scène, sauf la spécialiste du Monde...

85. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:36 par Kazar

J'ai la flemme de lire tous les commentaires sur le port du casque, mais une seule remarque tirée demon expérience personnelle suffira : le port du casque s'impose de lui-même lorsqu'on a des enfants. Il y a un mois, ma fille de 7 ans 1/2 a voulu descendre un peu vite une pente "caillouteuse", avec des bosses. Mêmes effets et même résultat qu'un schuss sur une pente raide avec des bosses : perte de controle et vol plané, sauf que là, elle a atterri sur la tête et sur son beau casque tout neuf. Arrivée de la course : une éraflure de 10 cm environ sur le casque qui était également enfoncé sur 2 à 3 cm, et un déplacement aux urgences sans doute évité. ALors les chutres, ça n'arrive pas qu'aux autres, et si le port du casque ne sauve pas forcément les motards (vitesse, autres véhicules), il est certainement bienvenu à vélo.
Moralité : chacun fais ce qui lui plaît, mais ne ridiculisez pas le port du casque, il est utile.

86. Le mardi 17 juillet 2007 à 12:45 par janu

Délicieux billet, croustillant et tout.

87. Le mardi 17 juillet 2007 à 13:26 par Un cycliste parisien

j'en reviens aux piétons et aux vélos : Si les vélos arrêtaient de rouler sur le trottoir (et s'arrêtaient aux feux, aussi), et si les piétons arrêtaient de traverser sans REGARDER (ce qui est très différent d'ÉCOUTER), les choses se passeraient sans doute mieux entre ces deux catégories d'usagers.

88. Le mardi 17 juillet 2007 à 13:43 par v_atekor

@86: pour celà il faudrait que
1/ lorsque les pistes cyclables sont sur les trottoirs les piétons ne s'évertuent pas à marcher spécifiquement entre les deux bandes blanches marqués avec un vélo en laissant les 3 autres quarts du trottoir parfaitement désert (Diagonal). Ce faisant activer la sonnette du vélo est généralement synonyme d'une volée d'insulte de la part du bon piéton.
2/ passer au feu vert présente pour le vélo l'inconvenant d'avoir des taxi stationné au feu rouge sur la piste cyclable qu'il croise.
3/ Passer sur un trottoir est toujours moins dangereux que d'emprunter une route normale avec une circulation dense : si les vélos vont aussi vite que les voitures, on manque sérieusement de reprise, surtout quand les feux passent au vert en cote. (P. d. Gracia)

@84 Mieux vaut garder son casque évidement. Seulement lorsqu'il y a des pistes cyclables normales (bien séparées du reste de la chaussée) les risques sont faibles.

89. Le mardi 17 juillet 2007 à 14:02 par Gloubi

Aimez-vous les uns les autres ...

90. Le mardi 17 juillet 2007 à 14:48 par Carl

@79 (ludovicmassart) :
En gros, on a droit à un site de paranos complets pour nous expliquer que la théorie du complot, si, si, elle existe vraiment ?

Il ne manque plus qu'un site d'OVNI, un sur les cancers provoqués par les téléphones portables et les lignes à haute tension, un petit peu d'OGM, le nucléaire parce que sinon c'est pas drôle, et ce sera complet. Oups — j'oubliais les multinationales pharmaceutiques qui critiquent l'homéopathie, trop efficace, et la mémoire de l'eau pour mieux nous gaver de produits chimiques dangereux.

91. Le mardi 17 juillet 2007 à 16:35 par ludovicmassart

Attention, carl numéro 90 : personne ne discute de la véracité de l'existence de la théorie du complot: c'est l'existence du complot qui importe.

Bravo pour ton commentaire intéressant.

92. Le mardi 17 juillet 2007 à 16:52 par Carl

Au temps pour moi, je n'ai pas relu suffisamment attentivement. Je voulais effectivement écrire «complot».

Pour rester dans la grande tradition journalistique : les lecteurs auront corrigé d'eux-mêmes.

93. Le mardi 17 juillet 2007 à 19:57 par paskal

dans l'ensemble je suis d'accord avec vous cher maitre.mais...vous adoptez les mêmes attitudes quand vous affirmez :
- "le nombre de blessures au crâne est rare à vélo" => des chiffres, avec leur origine. Je n'ai jamais vu de génocide et pourtant ils existent vraiment...
- "Aucune étude n'a jamais démontré que le port du casque avait un effet significatif sur la gravité des blessures à vélo" => les quelles ?? je suis personnellement très très très septique sur cette affirmation, pour avoir fait du vélo mon principal moyen de déplacement pendant 4 ans. Quand on tombe en vélo, c'est souvent latéralement. Or le pied opposé au côté de la chute gêne le réflex de parade, les deux mains ne peuvent pas aller toucher le sol avant le corps comme sur une chute en avant ou en arrière. résultat, seule une main amorti en général la chute, et la probabilité que la tête heurte la chaussé, le trottoir, le mobilier urbain ou un véhicule me semble relativement important.
- ")et si vous vous faites faucher par une voiture à pleine vitesse, ou passez sous les roues d'un camion, votre casque ne vous sera d'aucune utilité)" => cela ne me semble pas vraiment un bon argument, mais heureusement que vous terminer ce paragraphe en soulignant ce point. J'aurais préférés que vous insistiez d'avantage sur la nécessité d'une conduite prudente.

Enfin, il est très facile de faire dire ce que l'on veut aux chiffres : citer le nombre de tués ne veut rien dire. Ce qui me semblerait plus intéressant c'est la répartition du nombre de tué par moyen de locomotion. Et encore, les raisons sont tellement complexes qu'il y aurait certainement un de vos lecteurs avisés qui nous apprendrait des choses sur les statistiques. Par exemple : 90% des accident graves en voiture ont lieu à moins de 5 km de votre domicile. si ce trajet représente 99,99% des déplacement, cela signifie qu'en fait la dangerosité du déplacement est moindre que pour un trajet sur lequel nous ne sommes pas habitués...

Ce que je trouve intéressant dans votre article, c'est d'avoir un avis contraire, et que chacun à partir de son esprit critique puisse se faire une opinion. l'esprit critique, c'est surement ce qu'il y a de plus important face à la masse d'information à laquelle nous sommes soucis quotidiennement.

pour finir, je tiens à vous féliciter pour ce blog que je lis régulièrement.

94. Le mardi 17 juillet 2007 à 22:08 par statisticien

// 423 blessés légers, 32 blessés graves et 3 tués. Contre 1944 piétons blessés, 23 tués. 1863 automobilistes blessés, 10 tués. 4310 motards blessés dont 18 tués. Les motards représentent 3% des trajets et 50% des blessés//

pour les chiffres sur le velo. Sont-ils comparables.

Par exemple, quand on dit que l'avion est plus sur que l'automobile, on oublie de dire que y a beaucoup plus de voiture en circulation dans le monde, augmentant les chances de circulation. Prenons un exemple

Suppposons que je fasse une competition de tire au panier avec Tony parker. Si nous tirons trois et que j'en met deux et qu'il en met deux, on pourrait tirer la conclusion que je suis du meme niveau que Tony parker. Mais si la competition est sur 200 tirs, la mon decalage de niveau se fera savoir. En d'autre terme, plus on augmente l'echantillion, plus il est significatif.

Si on compare la dangereusite du velo qui est tres peu use avec celle d'etre pieton (ou y en a virtuellement partout) ou la moto, qui est plus courrant que le velo a paris, on trouve ce decalage en statistiques.

Enfin bref, faut pas comparer les carottes et le choux fleurs.

Mais comme je ne suis ni un avocat, ni un magistrat, ni dans la bonne liste d'eolas, mon point de vue sera doucement ignorer. La pensee unique existe aussi dans la blogosphere.

Dommage pour votre dernière phrase, qui gâche votre commentaire.

Eolas

95. Le mardi 17 juillet 2007 à 22:23 par David Monniaux

Comment ? Le Monde qui raconte n'importe quoi ? Que c'est extraordinaire !

Voir par exemple quand le Monde se mêle de cryptographie: david.monniaux.free.fr/do...

(cet article là a fourni une bonne source de rigolade)

96. Le mardi 17 juillet 2007 à 22:48 par gros chat

# 94 : sur 200 tirs, face à Tony Parker, on peut être un peu moins ridicule que sur 20 : il y a apprentissage ! :-D

97. Le vendredi 20 juillet 2007 à 10:21 par Bashing

je trouve très intéressant et assez instructif ce que vous faites. Mais vous le dites avec une suffisance digne de celle d'un journaliste (si vous voulez des chiffres, 95% d'entre eux s'avouent arrongants) et je trouve cela dommage. Si l'un d'entre vous est décidé à contribuer à un site de critique des médias, soyez contributeur, rédacteur occasionnel ou permanent sur www.infos-des-medias.net/...

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact