Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une équipe

Bon, c'est dimanche, et c'est Pâques qui plus est. Alors aujourd'hui, pas de droit, pas de sang, pas de mort.

Je voudrais juste vous parler de la Team Hoyt.

Ce nom désigne Richard "Dick" Hoyt, un lieutenant-colonel à la retraite de la Garde Nationale américaine, résidant au Massachusetts, âgé de 65 ans, et son fils Rick, né en 1962.

Lors de la naissance de son fils, un accident se produisit. Son fils est né avec le cordon ombilical autour du cou, et a été victime d'anoxie cérébrale, c'est à dire de dommages irréversibles dus à la privation d'oxygène. Les médecins lui ont conseillé de placer son fils en institution spécialisée, lui disant qu'il ne serait jamais plus qu'un légume. Dick Hoyt a refusé et a pris son fils à domicile pour s'occuper de lui, notamment en lui parlant comme s'il le comprenait.

Et il le comprenait. Les dommages cérébraux n'ont eu que des conséquences motrices. Le cerveau ne peut commander au corps, mais l'intelligence est là. Il faudra attendre que Rick ait 12 ans pour qu'ils en aient la certitude, quand Rick a commencé à faire des blagues. Qui dit humour dit intelligence.

Ils l'ont donc équipé d'un ordinateur lui permettant, avec les mouvements de sa tête, de composer des mots, et ainsi communiquer. Ses premiers mots furent "Go Bruins", du nom de l'équipe de Hockey de Boston qui allait jouer la finale du championnat. Son père découvrit ainsi qu'il était un fan de sport.

Ca tombait bien, son père l'était aussi. Il pratique les sports d'endurance : marathon, triathlon... Notamment le fameux Ironman, l'un des plus durs, qui se court à Hawai : 3,86 km de nage dans la mer, suivi de 180 km à vélo dans le désert de lave hawaïen, et pour finir la journée, un marathon de 42,195 km.

Alors, hé bien... Il a décidé d'y emmener son fils.

Voici des images. Je n'ai pas choisi la musique (''I Can Only Imagine'', par Mercy Me), désolé si elle vous paraît en rajouter dans l'émotion, vous n'avez qu'à couper le son. (Et oui, le père a plus de 60 balais)

La Team Hoyt a participé à ce jour à 958 compétitions, dont 224 triathlons incluant 6 Ironmans (meilleur temps : 13h 43mn 37s), 65 marathons dont 25 fois celui de Boston. Si vous êtes dans le coin, vous pouvez aller les voir courir un 20 miles (32,100 km) le 31 mars, celui des Eastern States (départ dans le Maine, traversée du New Hampshire, arrivée dans le Massachusetts. Son fils est diplômé de l'enseignement supérieur et travaille au Boston College, qui comme son nom l'indique est une université.

"Respect" paraît parfois un mot insuffisant.

Le site officiel du Team Hoyt.

Commentaires

1. Le dimanche 23 mars 2008 à 02:44 par perefouras


Ce billet vient parfaitement à la suite du précédent...

Bravo Eolas

Eolas:
De grâce, n'y voyez aucun message subliminal. L'histoire des Hoyt n'a RIEN à voir avec le débat sur l'euthanasie, qui dans cette histoire n'a été ni demandée ni proposée.

2. Le dimanche 23 mars 2008 à 03:01 par PatLeNain

Je dis "chapeau bas" pour le père. Déjà, finir un Ironman est pas évident, mais porter son fils au sortir de l'eau après avoir tiré son canot pneumatique, faire le circuit vélo en tandem et finir à pied en poussant la "chaise roulante" (je ne trouve pas d'autres mots), c'est impressionnant. Il doit vraiment déborder d'amour pour son fils.

@Eolas : J'avoue que je me suis aussi posé la question au début de la lecture de ce billet. La suite m'a fait pensé qu'il n'y avait rien à voir, je vous rassure.

3. Le dimanche 23 mars 2008 à 03:32 par Arthur Rainbow

Merci pour un tel partage.
Et je ne vois pas en quoi l'émotion serait déplacé ici, nul ne part de légiférer, ni même de débattre. La musique me semble au contraire adapté, même si, comme je suis français, j'aurais plus pensé à "c'est ta chance" de Goldman.
Je me demande même comment un troll pourrait faire son office sur ce poste.

4. Le dimanche 23 mars 2008 à 05:14 par Shylock

Merci Eolas
Mais comment y répondre sans tomber dans des banalités à la limite du cucul la praline ou dans du discours à la sauce Zone Interdite ou Droit de Savoir... Bref, c'est beau à voir et ça me conforte dans l'idée que l'Homme peut, l'Homme fait, et dans l'idée que l'Homme peut se construire et construire autour de lui malgré les obstacles, en maîtrisant le réel. Mais je ne m'étendrai pas, je ne veux pas verser dans l'émotion, comme d'autres le feront sans doute. Et ils le feront sans doute mieux que moi.

5. Le dimanche 23 mars 2008 à 05:55 par Zebulon

Celai me fait penser a certains autistes dont les medecins décident tres jeunes qu'ils n'ont aucun autre avenir que d'etre placés en institution. Mais depuis quelques années on s'apercoit que certains que même ceux qui ne parlent pas sont bien plus intelligents que ce qu'ils ont l'air et que ce que montre les tests de QI.

Comme par exemple:
youtube.com/watch?v=JnylM...
Elle a fait elle même la vidéo, le montage et tout sans aide particuliere. La voix vient d'un ordinateur qui dit ce qu'elle tape au clavier.

et son blog:
ballastexistenz.autistics...

Le cerveau est tres complexe et il est difficile de savoir a l'avance comment un enfant ayant des problemes neurologiques va évoluer.

Donc chapeau bas a ce pere qui a cru en son fils et lui a donné les moyens d'arriver la ou il est maitenant.

6. Le dimanche 23 mars 2008 à 07:19 par catherine

Magnifique !

7. Le dimanche 23 mars 2008 à 08:04 par all

Alleluïa

8. Le dimanche 23 mars 2008 à 08:14 par all

www.deezer.com/track/1121

9. Le dimanche 23 mars 2008 à 09:17 par Geek

Dans la vie tout se fait : le bien,le mal,le beau,le moche. Dans la vie tout est possible ! (bel exemple)

10. Le dimanche 23 mars 2008 à 09:36 par Snödroppe

Cette histoire, d'un père et son fils, nous touche parce que c'est une histoire extra-ordinaire, d'une force incroyable, et sans doute aussi parce qu'elle nous renvoit à nous...à "on fait quoi si ça nous arrive un truc comme ça"...Chaque histoire de handicap est différente, chaque famille le vit différemment, chaque papa/maman le vit différemment, en faisant "ça qu'il peut avec ça qu'il a". Et là, ce papa, il a eu des ressources de vie, d'énergie, d'amour, de créativité incroyables pour vivre ce qu'il leur arrivait avec une telle ferveur...

11. Le dimanche 23 mars 2008 à 09:44 par Tess Ségur

En regardant cette vidéo, deux images m'ont traversée : la scène du film 'Le pianiste" où cet officier allemand fait jeter par le balcon le grand-père dans un fauteuil roulant, juste parce qu'il n'avait pas obéit à l'ordre de se lever. Celle du philosophe Alexandre Jollien, victime du même accident à la naissance. Lire absolument son livre "Le métier d'homme".
Oui, dans la vie, tout est possible...

12. Le dimanche 23 mars 2008 à 09:50 par Mani

C'est superbe, ce père qui parle à son fils comme à un être "normal" et qui créé par le langage un espace de construction de l'être.

Il faut toujours parler normalement aux enfants, ils comprennent et accèdent au verbe naturellement, c'est l'héritage de notre humanité.

Le respect qu'à eu ce père pour son fils, l'amour qu'il lui manifeste, c'est la valeur d'exemple qui nous inspire.

13. Le dimanche 23 mars 2008 à 10:08 par bardabu

Dans un autre genre, ou cette fois c'est tout une petite ville américaine qui accepte la différence.

www.youtube.com/watch?v=B...

14. Le dimanche 23 mars 2008 à 10:12 par Kerri

l'ironman d'embrun à côté de chez moi se targue tous les ans d'être "le plus dur du monde" à cause du dénivellé. Je ne sais pas si c'est vrai, mais j'ai déja été regardé les compétiteurs, notamment la natation dans le lac de serre-ponçon, souvent froid à cette période de l'année (je serais personnellement incapable de faire un ironman)

Si ce monsieur, à 60 ans, est capable de finir des épreuves similaires, en soutenant son fils, il est vraiment très fort.

15. Le dimanche 23 mars 2008 à 10:14 par Nichevo

La boucle est bouclée. Ce père et son fils ont déplacé des montagnes mais ce film ne montre pas toutes les difficultés qu'il ont du franchir.
Belle leçon de courage et d'humanité.

16. Le dimanche 23 mars 2008 à 10:29 par TeeWee

Le padre, c'est quand même une sacré force de la nature !

17. Le dimanche 23 mars 2008 à 10:36 par Baptiste

Mon père est né ainsi, avec le cordon autour du cou, il était tout bleu parait-il. Sauf qu'il va pour le mieux aujourd'hui (une vie normale quoi, une divorce des enfants...)

P'tain j'ai trouvé cette vidéo super émouvante en fait.

18. Le dimanche 23 mars 2008 à 10:43 par JB

Il était peut-être fan de sport, mais il ne faisait ni Ironman ni marathon au début.
Il ne s'y est mis que quand il a vu que ça plaisait a son fils, ce qui est d'ailleurs encore plus impressionnant.

19. Le dimanche 23 mars 2008 à 11:10 par Simplicissimus

C'est en effet bouleversant.

Chez nous, ça donne plutôt ceci :
www.desordre.net/blog/blo...
Les parents d'enfants handicapés doivent déployer une énergie colossale (et tout le temps) pour simplement faire valoir leur droit.

Désolé de jouer les trouble-fêtes, mais je suis tombé sur ce blog justement hier soir et ça m'a renvoyé à la situation d'amis faisant face à la même bureaucratie, mais dans les Hauts-de-Seine.

Ils en sont, eux aussi, venus à se dire que la politique (si l'on peut dire...) de l'administration aboutit à pousser les parents à placer les enfants en institution. D'une certaine manière, c'est logique, lorsque la seule politique des institutions spécialisées vise à faire baisser leur coût de journée.

20. Le dimanche 23 mars 2008 à 11:17 par Therion

C'est là toute la grandeur de l'humain; quel père!

@Simplicissimus
Je ne sais pas si on peut dresser un comparatif avec les Etats-unis, en disant "c'est mieux là bas" pour ce sujet. Ici c'est de la force (morale et physique) d'une personne dont où parle, pas des institutions.

21. Le dimanche 23 mars 2008 à 11:22 par Simplicissimus

Je ne compare pas, je ne connais rigoureusement rien aux éventuels dispositifs sociaux pour les enfants handicapés aux Etats-Unis.

Et justement, c'est aussi de force morale dont je parle.

22. Le dimanche 23 mars 2008 à 11:29 par julien

Et avec un tel sujet, Hollywood n'en a pas fait un film ? Les Hoyt ont refusé de céder leurs droits ?

23. Le dimanche 23 mars 2008 à 11:47 par Denis Ducroz

N'ayez donc pas peur de laisser la musique. Ce choix relève de la longue liste des ressources où cet homme a puisé la force qui le tient. Ses soixante ans portent avec lui ses goûts tout comme ils portent sa jeunesse et son abnégation. Oter sa musique reviendrait pour moi à m'appropier, au titre de mon émotion personnelle, le cadeau qu'il fait à notre humanité en dèchirant le papier sans considération.
Merci de ce message et ne retenez de ma remarque que ce qui rejoint notre admiration unanime.

24. Le dimanche 23 mars 2008 à 12:22 par RG

Ce sont des costauds !

D'après un proche spécialiste de la question le bras levé du fils viendrait de sa plasticité musculaire, ce serait involontaire et signe de son état de volonté de vaincre à ce moment là.

25. Le dimanche 23 mars 2008 à 12:32 par George

merci

26. Le dimanche 23 mars 2008 à 12:54 par lillyanna

no comment...
c beau!

27. Le dimanche 23 mars 2008 à 13:02 par kji

juste une réflexion... que va t'il se passer lorsque le père ne sera plus ? on a tellement l'impression que le fils ne vit que par lui...

28. Le dimanche 23 mars 2008 à 13:17 par Therion

@Simplissimus
Désolé j 'avais mal compris "Chez nous, ça donne plutôt ceci :" j'avais cru qu'il s'agissait d'une comparaison, avec le "plutôt" ;)

29. Le dimanche 23 mars 2008 à 13:30 par Louis siffert

C'est surhumain ce qu'il fait, trop surhumain...
Si je suis parent d'un enfant handicapé et que je ne fais pas 3,86 km de nage dans la mer, suivi de 180 km à vélo dans le désert de lave hawaïen, un marathon de 42,195 km ça veut dire que j'aime pas mon gosse? Il n'y a même pas de mots pour décrire le courage de ce père, mais il met la barre tellement haut qu'on ne la voit plus. Ou est la mère au fait?

30. Le dimanche 23 mars 2008 à 14:03 par MarcelD

non rien! j'ai regardé.

31. Le dimanche 23 mars 2008 à 14:29 par Draco

Notre fils est autiste asperger.
Notre vie est un combat quotidien.
Nous ne sommes pas malheureux parce que nous remportons de magnifiques victoires tous les jours contre le handicap, contre le regard social et contre l'institution.

Mais surtout surtout POUR NOUS

Cependant, nous ne sommes pas des saints pas plus que des martyrs.
Nous ne sommes admirables et ne voulons pas l'être.
Je ne sais pas si c'est ce que ce père ressent mais je sais que c'est ce que ressentent la plupart des parents de handicapés graves.

Quant à la mère, même si elle ne s'est pas investie, même si elle a fui, elle ne mérite pas d'être jugée
Déjà, il faut un sacré courage pour savoir qu'on ne pourra pas faire quelque chose parce que c'est trop demander, il faut une terrible lucidité pour se l'avouer et une bien plus terrible force pour l'assumer ensuite.

Et peut-être que c'est elle qui tient la caméra...

Draco

32. Le dimanche 23 mars 2008 à 14:39 par Violette

C'est toujours impressionnant de voir ce que l'Homme est capable de faire, par amour et par fierté.
Cet homme fait vivre son fils d'une manière unique, et ça me touche profondément.

Merci pour ce billet.

33. Le dimanche 23 mars 2008 à 14:46 par Judex

Quelle agréable surprise de lire votre billet de haute tenue.
Le titre m'avait fait craindre le pire: un commentaire sur l'équipe des sept ténors de la profession d'avocat listés dans le blog de Pascale Robert Diard dans le journal vespéral...

Eolas:
Il ne vous a pas plu, cet article ?

34. Le dimanche 23 mars 2008 à 16:26 par Romanis

Comme d'habitude, bravo !!

On se sent petit à la vue de cet exploit (tant il est vrai que je ne suis pas huissier, désolé du jeu de mots...). Il n'y a pas de limite au courage de l'Homme, j'en suis persuadé.

35. Le dimanche 23 mars 2008 à 17:58 par justiciable

pére d'un enfant handicapé (autiste ) et trés humble marathonien ( oui un ironman je peux vous dire que MEME pour un nageur, capeur correct ca fait du taf , des kms ) bien sur j'ai été impressionné ...et ému.

La bonne question est celle poséee par l'intervenant qui se demande ce qui adviendra du fils aprés le décés du père ou des parents ( si la mère tient la caméra ) ou des proches. C'est la première question qui se pose lorsqu'on on comprend qu'on a un enfant handicapé . Même si l'échéance parait lointaine.

Sinon pour parler et faire entrer un enfant dans la sphére du langage il faut aussi qu'on vous laisse le faire et l'école, le milieu social, parfois la famille et même certains "soignants" font obstacle.

Touché en tout cas.

@Eolas : aimant le rugby, anglophone, humaniste, pondéré , bourreau de travail, pondéré et acéré dans vos billets juridiques , créatif ( ah Harry Potter ) ...je suis de plus en plus bluffé je me demande si vous gachez pas votre talent en blogguant a moins que blogguer soit justement votre talent : indécidable.

36. Le dimanche 23 mars 2008 à 18:15 par Abstrait

Forcément derrière ça, on relativise pas mal de choses...

37. Le dimanche 23 mars 2008 à 20:00 par Richard

Bravo! vous au moins vous faites dans l'émotion mais ne demandez pas une loi?
(j'ai bien compris?)

38. Le dimanche 23 mars 2008 à 20:24 par fanette

Cette histoire est extraordinaire. Je mesure la force et le courage du père, car il y a un cas similaire dans ma famille, les parents se sont également beaucoup investi dans l'éducation de leur fils... Mais, hélas !!!! le résultat n'est pas le même, et à leur très grand désespoir, ils ont du placer leur fils dans un centre d'accueil. Réussir à faire des études dans de semblables conditions requiert une volonté de la part de l'enfant et un investissement de la part des parents...à peine concevables. Respect, comme vous dites, est insuffisant, l'amour, la constance, la force, l'espoir, le courage, l'espoir, la foi...tout s'est conjugué. C'est vraiment un magnifique exemple.

39. Le dimanche 23 mars 2008 à 20:34 par Xavier

Impressionnant. Vraiment, la volonté, la force de caractère... on peut déplacer des montagnes. Vraiment beau en tout cas.

Merci m'avoir fait découvrir cette Équipe. :)

40. Le dimanche 23 mars 2008 à 20:54 par Marcel

Maître, pourriez-vous, s'il vous plait, et puisque vous êtes au courant, expliquer aux nombreux traducteurs de séries, films etc. que "college" ne se traduit pas par "collège" mais par université ? La plupart n'ont pas l'air au courant, et je ne sais pas vous, mais je trouve cela horripilant, d'autant que l'incohérence est parfois flagrante.

41. Le dimanche 23 mars 2008 à 21:50 par CH

J'y crois pas,

je connaissais cette équipe, mais balancé direct in the noze, sans fioritures, en pleines Pâques, j'ai beau avoir le dos en alligator pleine peau, mon clavier est ruiné par de l'eau, du sel et des protéines au poids moléculaire exécrable qui offensent, d'habitude, mes verres de contact.

42. Le dimanche 23 mars 2008 à 21:58 par poilauxpattes

Comme quoi, même avec un mauvais départ on peut réussir le marathon de la vie.

43. Le dimanche 23 mars 2008 à 22:12 par Luc

Effectivement émouvant, sans contestation possible.
Mais, on l'a assez souligné avant moi, exceptionnel à tous points de vue. Et, comme le dit Eolas à propos de la musique de la vidéo, le père a plus de 60 balais. Jusque quand pourra-t-il assumer le rôle qu'il s'est lui-même assigné avec une telle force de caractère mais aussi une telle vitalité qui suppose une santé de fer ?
quand il n'en pourra plus, y aura-t-il quelqu'un ou quelque chose pour prendre la relève ? Que sera alors la vie du fils ?

44. Le dimanche 23 mars 2008 à 22:33 par CH

@luc
Visiblement, le sort du fils ne dépendra pas de vous, et tant mieux.

Avez-vous remarqué les deltoïdes du paternel?

Je parie qu'il est capable de porter un tonneau de rhum qui n'abreuvera pas que son fils.

Dans la même veine, figurez-vous qu'il existe des gens et des associations qui vous dispenseront de supporter ce fardeau.

45. Le lundi 24 mars 2008 à 00:15 par valentine

J'ai été très émue par cette vidéo que je viens de regarder pour la 3ème fois et qui ne montre que les côtés positifs de cette aventure exceptionnelle. Il reste donc des interrogations, comme plusieurs l'ont déjà souligné : c'est un couple complètement fusionnel, si l'un s'en va, je n'ose imaginer ce qui restera de l'autre...Est-ce que le papa a pu préserver une relation normale avec ses deux autres enfants ? Est-ce que les frères et soeurs ont eu le sentiment d'avoir eux aussi leur frère à porter sur les épaules 24 heures sur 24 ? Est-ce qu'il y a encore une place pour la vie de couple des parents ? Je n'entends pas ternir ce qu'a fait le papa, c'est exceptionnel et peu de gens en seraient capable. Je veux juste dire que tout n'est pas rose et qu'il manque peut-être certains aspects de cette aventure familiale...

46. Le lundi 24 mars 2008 à 00:46 par Luc

@ CH (#44)
Du calme, mon petit loup, faut pas vous énerver comme ça. Vous allez péter une durite en pleine force de l'âge.

Peut-être qu'un jour vous réaliserez - si vous faites bien chaque jour vos exercices de muscu cérébrale - qu'il est dans l'ordre naturel des choses que, quelle que soit la taille de leurs deltoïdes, les pères quittent celle vallée de larmes avant les fils. Si admirable qu'il soit, le père n'est pas éternel.

Dès lors je ne vois pas ce qu'il y a de sacrilège à se demander ce qui adviendra du fils dans ce cas particulier. Je ne crois pas non plus que son sort reposera sur vous, et j'en suis comme soulagé. Quel stress lui est ainsi épargné !

47. Le lundi 24 mars 2008 à 00:49 par Augustissime

@Louis siffert : La mère, qui s'est beaucoup occupé de Rick petit, a semble-t-il pris ombrage de l'importance qu'a prise la relation de ce dernier avec son père. Le couple a divorcé et elle voit d'un assez mauvais oeil la participation de son fils a des compétitions sportives, qu'elle estime risquées et dont elle pense que le plaisir revient surtout à son ancien mari.

Indépendamment de ces histoires de famille, il est clair que la médiatisation de ce sympathique duo est de nature à favoriser l'insertion des personnes handicapées. Si seulement cela faisait pousser quelques centres spécialisés de plus en France, cela éviterait à de nombreux parents de s'exiler chez nos voisins mieux équipés.

48. Le lundi 24 mars 2008 à 00:55 par RG

@43 "Que sera alors la vie du fils ?"

La même à Boston que celle de Stephen Hawking à Oxford ?

fr.wikipedia.org/wiki/Ste...

49. Le lundi 24 mars 2008 à 08:39 par Roxane

Au-delà de l'émotion que ce témoignage suscite, c'est une preuve par l'exemple. Respect en effet !

50. Le lundi 24 mars 2008 à 09:11 par indi

moi ça me donne des frisons

51. Le lundi 24 mars 2008 à 09:30 par Maitre Yogi

Je ne vous remercie pas pour les 3 minutes que je viens de passer à chialer devant mon écran. Depuis que mon fils est né - sans problème de santé - je ne sais pas pourquoi je suis devenu super émotif dès que je vois quelque chose qui lie un père à son fils.

Ca a bien fait rigoler ma femme de me voir dans cet état. Vous aviez raison j'aurais dû couper le son. :-)

Encore une fois, superbe billet, merci.

PS : le site de la Team Hoyt est en anglais, pas en français (cf. votre lien).

52. Le lundi 24 mars 2008 à 10:11 par dominique.lopez-eychenie

quel moment d'émotion ! cela force l'admiration ! quelle energie décuplee a ce père !

53. Le lundi 24 mars 2008 à 11:25 par Louis siffert

@Augustissime
Merci pour l'info sur la mère.

"Si seulement cela faisait pousser quelques centres spécialisés de plus en France, cela éviterait à de nombreux parents de s'exiler chez nos voisins mieux équipés."
Pourquoi sont-ils mieux équipés?

54. Le lundi 24 mars 2008 à 11:52 par jean cent peur

Maitre éolas fait dans l'émotion,
il ramasse la mise et c'est tant mieux.

Un montage très serré , émouvant , énergique, musicalement américain, les valeurs d'un pays qui aime et qui combat les poltrons..........
Peut être un film à montrer aux enfants de cm2 pour la rentrée prochaine.
Le courage.
C'est beau, très beau........

Trop beau ?

Oui.
Mon voisin handicapé vit les joies du métro, de ses escaliers,portillons et portes pneumatiques
qui compressent ceux qui ne veulent ou ne peuvent se presser.
Les centaines d'obstacles au quotidien pour survivre,
pour ces milliers de français qui ne font pas un film sponsorisé par les marchands d'émotion,
sont un calvaire qui ne fait pas recette chez dailymotion.

A côté de chez vous le courage et la difficulté du quotidien.
Sans computer ni marathon ni traversée à la nage.
Seulement l'infernal quotidien.
Mais ce n'est pas vendable.
Même avec une symphonie de mozart.

Merci maitre Eolas, c'était un film poignant.
La résurrection à travers la mort promise.


55. Le lundi 24 mars 2008 à 17:36 par Tibère

@Jean sans peur (et sans reproches ?)
Me Eolas fait dans l’émotion : oui (formulation insidieuse et péjorative)
Me Eolas ramasse la mise : peut-être, et alors ? (fleure bon le procès d’intention)
Tant mieux :votre avis (enfin)

Pourquoi ce besoin de relativiser (minorer) les mérites de ce clip ?

Working class heroe : effectivement, tout le monde est confronté à des obstacles et les surmonte comme il peut. A cette aulne, nous sommes tous des handicapés.

Ce clip ne permettrait qu’une seule prise de conscience et ne susciterait qu’une seule vocation en faveur des défavorisés qu’il méritât d’être tourné.

Avez-vous, une seule fois, aidé votre voisin de pallier ?

56. Le lundi 24 mars 2008 à 17:53 par Patrick PIKE

Un père Eolas, même à plus de 60 balais, est prêt à tout pour son fils.
Vous m'avez fait pleurer Eolas, et pour me venger je vais vous piquer la vidéo pour un de mes blogs. Je vous citerai, non par prudence, mais par respect.
Merci.

57. Le lundi 24 mars 2008 à 18:22 par jean cent peurs

@tibère
Pourquoi ce besoin de relativiser (minorer) les mérites de ce clip ?


Les clips sont faits pour majorer.
Je suis heureux de savoir que vous allez aider votre prochain depuis son visionnage.
Réjouissons nous.
Quant à mon voisin de pallier, je l'ai aidé "deux fois" en évitant qu'il raye mon aston martin avec sa canne blanche.


58. Le lundi 24 mars 2008 à 18:57 par draco

""Si seulement cela faisait pousser quelques centres spécialisés de plus en France, cela éviterait à de nombreux parents de s'exiler chez nos voisins mieux équipés."
Pourquoi sont-ils mieux équipés?"

En hollande je connais les parents de trois autistes asperger (toute la fratrie) dans leur ville, leurs enfants ont accès à une école spécialisée dans leur handicap et les troubes du comportements (très peu d'unités en France une par section admin. en Hollande).
Les enfants travaillent scolairement le matin puis l'après midi sont pris en charge dans des ateliers de sport et d'art plastique.

Donc les parents peuvent travailler.

c'est à peine possible de travailler et de s'occuper d'un enfant autiste en même temps en France, la plupart du temps l'un des parents abandonne son travail pour s'occuper du gamin à plein temps.
(mon fils est pris en charge 3h à l'école "normale" et deux matinées en IME non spécialisé, son père télétravaille et donc peut combler les vides que mon emploi du temps de prof relativement lâche ne permet pas de combler)


En France, les structures d'accueil ludiques pour les enfants de ce type en week end ou en vacances sont inexistantes (ou très mal adaptée - je n'ai pu mettre mon fils en colo qu'une fois et je me suis jurée que je ne le referai plus - le recrutement des gamins étant, nombre oblige, trop hétérogène. il s'est retrouvé hyperactif et autonome moteur au milieu d'enfants quasi catatoniques).

En Hollande 1 fois par mois, les gosses sont pris en charge tout un week end par des educs spés dans une structure du type colo de vacances,
sans compter les 15 jours d'été.
Les parents peuvent souffler, se retrouver en tant que couple, vivre un peu en fonction de leurs besoins à eux...


voilà

d'autres exemples?

59. Le lundi 24 mars 2008 à 20:28 par tibère

@jean 100 taire

les clips sont faits pour majorer… : belle certitude (sentencieux)
je suis heureux .. : la satisfaction par personne interposée (quelques indulgences sont encore sur le marché ?)
réjouissons-nous : vous parlez au nom d’une association ? (la bêtise n’est pas additive)

Les Aston-Martin… vérifiez bien le contexte dans lequel elles apparaissent, la puissance de feu n’exclut pas la précision des tirs.

60. Le lundi 24 mars 2008 à 22:10 par GRANTUMU

C'est superbe.
Sportivement, c'est impressionnant. Essayez (prévenez les MNS) de nager quelques centaines de mètres en mer sans même tirer un zodiac. A 60 ans ... (admiration quasi religieuse du rédacteur)...

61. Le mardi 25 mars 2008 à 00:06 par francfort1

Chapeau bas.

62. Le mardi 25 mars 2008 à 00:41 par Plantouille

Tout simplement, merci.
Voilà un article qui change de l'habituel, parce qu'un avocat ne pense pas qu'au droit et au rugby.
Et chapeau bas à ce père.

63. Le mardi 25 mars 2008 à 08:38 par draco

Quelque chose m'étonne un peu dans la liste des messages...

Certes le père a réalisé des (et pas un) exploits, il est allé fort loin et c'est tout à fait louable...

Mais enfin, personne ici ne se rend compte des efforts bien plus énormes, bien plus méritoires, qu'a accompli le môme ?

Partir d'où il est parti et accomplir ce qu'il accomplit, c'est aussi titanesque que l'effort qu'ont accompli les hommes en se rendant sur la lune, et ça relativise je trouve énormément les actes néanmoins extraordinaire du père...

C'est une Team comme le souligne Maître Eolas, et celui qui bouge n'est pas le plus héroïque, je crois qu'il en tomberait d'accord avec moi...

64. Le mardi 25 mars 2008 à 10:59 par Serein

Belle vidéo, bel hommage à ce duo qui semble tellement uni. Le sourire du jeune homme est finalement la seule chose qui compte, non ?

Je ne suis pas confrontée directement à ce genre de handicap, mais j'ai connu une famille où une des cinq enfants était dans ce cas. C'est un travail à temps plein pour s'occuper de l'enfant, le faire évoluer, assurer les soins nécessaires, tout en gardant du temps pour les autres enfants et la vie de famille. Sans l'aide des amis, c'est quasi-impossible. On a malheureusement trop souvent peur du handicap, alors qu'un peu de courage au début pour apprivoiser ce handicap permet ensuite une véritable entraide et un soutien précieux pour les parents.

Merci de nous avoir fait partager cela, ça redonne confiance dans la nature humaine. Il y a toujours l'éternel problème du départ des parents, cependant...

Eolas:
Je vous remercie d'appeler jeune homme un adulte de 46 ans.

65. Le mardi 25 mars 2008 à 17:33 par poilauxpattes

@Eolas, réponse 64 : à 46 ans, même si on est plus vraiment un jeune homme, on reste un grand enfant... C'est vous même qui nous le répétez souvent ! ;o)

66. Le mardi 25 mars 2008 à 20:39 par Geek

A la fin,il part chasser le bison à main nue pour préparer le repas du soir...............

67. Le vendredi 28 mars 2008 à 01:49 par artypunk

merci pour ce billet
le web est tellement souvent un bureau des plaintes;
cette histoire, quel exemple à méditer sur la force de la volonté
une telle preuve d'amour, ça vous réconcilie avec l'humanité

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact