Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un peu de détente

JEU : Une grave menace pour la République, habillée en rose, s'est cachée dans cette photo, prise à la sortie du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, après une audience de reconduite à la frontière. Sauras-tu la trouver ?

Un groupe de six policiers escorte une famille de cinq étrangers. Entre leurs jambes, on aperçoit une fillette qui doit avoir quatre ans, toute habillée de rose.

(Photo AFP/Jack Guez)

Commentaires

1. Le vendredi 30 mai 2008 à 07:06 par Jima

Je note l'absence de menottes....ces policiers sont fous de prendre un tel risque.

2. Le vendredi 30 mai 2008 à 07:31 par pfelelep

Ce sont tous des CRS? Parce que la femme de dos est très chic en jupe noire et talons.

3. Le vendredi 30 mai 2008 à 07:47 par Raramel

Une menace, une seule ? Je vois au-mois quatre dangereux malfrats, cagoulés ou encapuchonnés afin que l'on ne puisse les reconnaitre!

4. Le vendredi 30 mai 2008 à 07:50 par Newsnours.com

Avait-elle eu droit à la fiche de la Société Générale sur la maniède de se comporte en garde à vue ? (www.newsnours.com/2008/05...

5. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:08 par Audrey

C'est désolant.

6. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:11 par Fieffégreffier

Oh non ! Pas envie de jouer ...

7. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:18 par Luc

S'habiller en rose, ce doit être une nouvelle ruse pour tromper les magistrats... Sans doute un truc inspiré par un avocat à bout d'arguments.
Espérons qu'il se trouvera bien un(e) député(e) authentiquement patriote pour déposer une proposition de loi interdisant les vêtements roses pour les allochtones.

8. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:36 par Alex

Je trouvais la température plutôt douce ce matin. Et là j'ai froid. Allez comprendre.

9. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:37 par Douceur

Je connais très bien le coin, et je peux vous assurer que la voiture grise (à droite) n'est pas garée dans le bon sens. C'est un scandale !

10. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:50 par Mathaf Hacker

Une grave menace pour la République habillée en rose ?
Mais voyons, c'est surement Ségolène !

11. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:52 par mauhiz

#10 : +1

12. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:57 par Jean-Luc Rongé

Si les enfants étaient escortés par des gendarmes, et qu'il venait à l'idée de l'un d'eux de s'enfuir, risquerait-il de se faire abattre ?

13. Le vendredi 30 mai 2008 à 08:58 par Taylor

On remarquera que les "forces de l'ordre" n'ont pas de couvre-chef. Pour faire plus humain ?
De plus la voiture de droite semble garée sur une piste cyclable. Que fait la police ?

14. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:00 par gfgfg

Il y en a qui ont un métier bien difficile...

15. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:18 par Loïc D.

Mimie Mathy, ange gardien, expulsée du Paradis !

16. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:19 par Ep Grobert

"Un peu de détente". ;-)
P... , qu'est-ce qu'on rigole en regardant cette photo.
Merci Me Eolas.

17. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:20 par zostere

Tout est sous contrôle, même le cas d'un lacet défait...
Il y a un des manequins étiquetés "police" qui courra moins vite que les autres...

18. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:26 par pseudoa

c'est vrai que cet individu en rose a quelque chose de flippant !
je n'aimerais pas me retrouver seule avec lui (elle)
on ne sait jamais par les temps qui courent, avec tous ces étrangers en France....on n'est plus à l'abri nulle part.
et selon des études récentes, il a été démontré que le rose était la couleur préférée des invidus menaçant notre chère république

19. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:29 par Caroline

J'ai peur mais je ne suis pas sûre que ce soit de la menace rose bonbon

20. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:30 par Rv

C'est "Où est Charlie ?" version républicaine ?

21. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:33 par 3,14mousse

La jupe ? Pas réglementaire ?

22. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:36 par N.C.

Autre grave menace :

i17.photobucket.com/album...

23. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:38 par méchant noniste de service

Quel bon augure pour la présidence française de l'Union, qui se donne comme premier objectif d'imposer sa vision de la gestion de l'immigration aux 27 !

Avec un peu de chance, nous ne verrons bientôt plus ça en France : l'Europe ira laver son linge sale en Roumanie, à Malte ou en Lybie.

Eolas:
Merci d'éviter les pléonasmes en pseudonyme. Et on écrit Libye.

24. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:39 par boratkehul

Maître EOLAS a le chic pour montrer des belles femmes: après la greffière, la policière... Quel séducteur...

Blague à part, je crois que c'est bioman force rose (Segolène, ça a déjà été fait...)... S'il avait été orange, j'aurais dit que c'était casimir....

25. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:41 par zostere

@ 22

Normal: pas d'éclairage

26. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:43 par Ferdi

Pardonnez ma question, mais vous voyez réellement ce genre de scènes au quotidien, ou ce sont des choses liées à votre action, certes, mais qui se déroulent en dehors de votre présence ?

C'est un coup à dépenser des fortunes en psy ça ...

Eolas:
Pas au quotidien, mais assez fréquemment pour que ce soit pénible.

27. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:45 par indi

Il y a quand même six policiers au cas ou.
Mais au cas ou quoi au fait ?

Je note que le garçon à droite à les mains dans les poches ça ne va pas du tout. C'est quoi cette éducation !

Ceci dit, ça plombe bien la journée

28. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:49 par maxchti

Parce que les décisions de justice ne doivent s'appliquer qu'en cas de menace grave pour la République?

Eolas:
Non, certainement pas. Mais c'est curieux, j'ai des propriétaires qui ont des locataires qui ne payent pas et qui ne parvienennt pas à avoir ne serait-ce qu'un policier pour exécuter le jugement les expulsant. Quand j'en vois six autour de cette fillette, je me dis qu'ils pourraient m'en prêter un.

29. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:51 par aliocha

Dites donc Maître, on pourrait en savoir plus ? Parce que une photo comme ça, sans la date de prise de vue, ni l'explication sur qui sont ces enfants et où on les emmène....Ne vous fâchez pas, vous bénéficiez désormais à mes yeux d'une présomption irréfragable de bonne foi, mais je ne peux pas faire taire mes réflexes professionnels :-)

Eolas:
La photo a été prise le 10 novembre 2006 à la sortie du TA de Cergy. Les policiers escortent des étrangers et se dirigent vers le parking situé sur le côté gauche du tribunal. L'audience est dont terminée et leur requête en nullité de l'arrêté de reconduite à la frontière a été rejetée (la femme policier tient à la main une copie du jugement de rejet pour joindre au dossier). Ils vont ré-embarquer dans un véhicule de police pour être reconduit en centre de rétention pour une quinzaine de jours, sauf si la préfecture à l'origine de la procédure parvient à les expulser d'ici là. Au bout des quinze jours, la préfecture pourra demander leur maintien en centre de rétention pour quinze jours supplémentaires.

30. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:51 par boratkehul

on plaisante beaucoup là-dessus - moi y compris, mais mine de rien, je ne voudrais ni être à la place des expulsés - les enfants comprennent-ils ce qui arrive ?, ça me rappelle le billet "Eduardo" - ni même à la place des policiers. Je ne suis pas certain que ça les amuse grandement.

La société française a bien changé, pas sûr que ce soit dans le bon sens...

Eolas:
Je vous confirme que ça n'amuse pas les policiers.

31. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:53 par Ouranos

Ben moi des menaces j'en vois 6, habillées en noir avec une inscription "POLICE" sur leur maillot...:D

32. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:54 par Sophie L.L

Affreux.
Jean-Luc Godard disait autrefois (?): "Il n'y a pas d'images justes, il y a juste des images".
Merci pour celle-ci: juste une image en dit plus long parfois que beaucoup de mots.Merci.

Eolas:
Merci à Jack Guez de l'AFP.

33. Le vendredi 30 mai 2008 à 09:54 par David M.

C'est fou comme de dos on a du mal à reconnaître un bon français d'un étranger.

Vu la concentration policière autour de Rosie, j'imagine qu'elle a du faire un scandale au tribunal. Il n'y a plus de respect pour les Institutions en France...

34. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:03 par salah

Il faut baisser le son pour mieux voir l'image car le bruit des bottes est trop fort !

35. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:03 par sevand

sur la photo, elle peut être choquante, mais je l'imagine très bien à la sortie d'une audience du juge des enfants, ou dans le cadre d'une enquête où, pour leur sécurité les enfants doivent être placés et que les parents s'y opposent violemment....

36. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:19 par bardabu

"Une grave menace pour la République, habillée en rose ?"

Roselyne Bachelot?

37. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:25 par aymeric

C'est curieux ce jeu a-t-il un rapport avec la grosse boule qui se forme dans mon estomac à l'instant ?

38. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:26 par krina

@22 et 25: il a été encerclé car ce jeune malfrat était en infraction: non port du casque, véhicule non immatriculé, sans compter l'excès de vitesse sur le trottoir et surtout il devait être sans permis et sans papier!

Pour la photo de Maître eolas, notre cher président n'a t il pas préconisé de traiter la délinquance à sa source à savoir durant l'enfance!
Si ces enfants sont déjà sans papiers à leur âge, vous imaginez plus tard???ils seront également sans papiers!
Cette chère tête rose pique une place à l'école maternelle à un enfant français, sans oublier qu'elle a sollicité sa naturalisation (cf son fameux discours télévisuel!)!
L'expulsion est donc une précaution!

Malheureusement ce genre d'image est de plus en plus fréquent.
La seule chose qu'on puisse leur reprocher, c'est d'essayer de survivre et de vouloir être heureux dans un pays, soit-disant des libertés.

39. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:30 par etonne

pour compléter l'info :

cette photo a été prise le 10 novembre 2006

archives.lemonde.fr/europ...

légende :

Des membres de la police de l'air et des frontières escortent une famille à la sortie du tribunal de Cergy, vers l'aéroport de Roissy, lors d"une procédure de reconduite à la frontière, le 10 novembre 2006.
AFP/JACK GUEZ

40. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:32 par Pinot

Je dois dire Maitre que c'est la première fois que vous me décevez. Honnêtement, c'est pas un peu démago tout ça ???!!!!

Si vous êtes l'auteur du cliché, ou si vous étiez là au moment où il a été pris, alors donnez vous tout les éléments qu'on se fasse une idée précise.

On sait très bien qu'une image peut donner lieu à plusieurs interprétations. Connait-on les conditions dans lesquelles cette photo a été prise ? Sait-on ce qui s'est dit avant ? Le type à gauche est-il majeur ? Peut-il prendre en charge ces gamins ? Où sont leurs parents ?

Et puis ces policiers ont-ils l'air franchement menaçant ???

Il y a peut etre qq chose de ridicule, a priori, en effet, à voir deux enfants encadrés par cinq policiers.
S'il n'étaient pas pris en charge par l'administration, n'aurait-on pas dit " Comment peut-on laisser livrer à eux-meme des gamins de cet age ???" "Qui a pu oser les laisser seuls dans la nature" .. Que sais-je encore ....

Quant aux commentaires ("le bruit des bottes"...), ils sont de la meme farine ! Sommes nous vraiment en Allemagne en 33 ???

Non vraiment : Démago !

Eolas:
Je comprends. Se poser des question évite de se poser la question.
Comme je le dis, c'est une photo prise à la sortie d'un tribunal administratif après uen audience de reconduite à la frontière. Ces policiers escortent des étrangers dont le recours a été rejeté. Ils retournent en centre de rétention.
Enfin, jetez-moi le mot démago à la figure, allez-y. C'est une façon d'exprimer votre indignation, c'est un début. Vous comprendrez peut-être un jour d'où elle vient.

41. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:33 par aliocha

@etonne : Ah ! Merci, maintenant l'information est complète. Rien à redire.

42. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:41 par Taylor

@Pinot :
Article du Figaro (repris dans Betapolitique) :
Sur Le Figaro, 08/11/2007

Plus de 200 mineurs chaque année en centre de rétention

Laure Daussy

Selon la Cimade, le placement en centre de rétention administrative d’enfants et d’adolescents, avec leur parents sans papiers, devient de plus en plus courant.

« J’ai vu une petite fille faire ses premiers pas dans un centre de rétention », témoigne Damien Nantes, responsable du suivi des étrangers à la Cimade, seul organisme habilité à intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA). Une situation qui tend à devenir de plus en plus courante. Avant 2003, l’organisme comptabilisait 50 mineurs en rétention par an. En 2003, le chiffre a quadruplé pour atteindre 200 mineurs par an. « L’année 2007 sera celle ou il y aura le plus d’enfants dans les centres » estime la Cimade. Depuis le début de l’année, 243 enfants ont été maintenus dans des centres de rétention.

Pourquoi une telle évolution ? « La pression du chiffre », explique la Cimade, « avec des instructions données aux préfets après l’arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur en 2002 ». « Auparavant, les familles dont les enfants sont intégrés en France faisaient l’objet de plus d’indulgence » souligne-t-elle. Ce sont surtout des adultes seuls qui étaient expulsés. « Dorénavant, même les familles avec des enfants en bas âge sont envoyés dans des centres pour être ensuite reconduits à la frontière. »

« Traumatisant »

Une pratique qui « s’institutionnalise », dénonce la Cimade. Pour preuve : en mai 2005, un décret interministériel affirme que tous les centres construits à présent doivent être habilités à recevoir des familles avec leurs enfants mineurs. Une zone isolée des autres est aménagée, qui permet une vie en famille pendant les 10 à 32 jours de rétention : on y trouve des chauffe-biberons, quelques jeux, une petite cour de récréation. « Mais cela reste un univers carcéral. Il y a peu de contacts humains, et une certaine violence latente. Ce n’est pas la place des enfants » souligne Damien Nantes. Selon l’association, « rien n’est épargné aux enfants » : « ils voient par exemple leurs parents menottés devant leurs yeux, ce qui est traumatisant pour eux. »

Les enfants se retrouvent dans les centres, alors qu’ils ne sont pas expulsables juridiquement. L’administration choisit en fait de ne pas les séparer de leurs parents, contrairement à ce qui se passait auparavant. Ne pas séparer les familles, mais parfois contre leur propre volonté. « Des parents qui vont être expulsés veulent laisser leurs enfants en France, chez un grand-parent par exemple. Or l’administration préfère qu’ils accompagnent leurs parents en rétention. » Des enfants en rétention, mais pas expulsables…« C’est un vide juridique » souligne la Cimade. Les mineurs ne sont donc pas répertoriés dans les registres officiels des CRA.

Je ne crois pas inutile de rappeler que pendant l'occupation, les autorités pétainistes justifiaient la déportation des enfants juifs avec les parents au prétexte que des "bonnes âmes" s'étaient émues que la déportation ne concernait d'abord les adultes et que les enfants étaient laissés seuls.

43. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:46 par L' anonymat me va.

Dans quel monde vivons nous?!!

Tout parent sait ce que c'est de surveiller un enfant qui a des velléités de fuite. Tout parents reverrait même d'avoir alors 5 personnels pour les surveiller et soulager son angoisse. Application pure et simple du programme présidentiel du PS. L'Etat fait pour les enfants dont il a la charge ce dont vous rêviez pour vos enfants.

44. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:46 par Thau

@Pinot40
Ils ne sont pas "pris en charge par l'administration"... C'est tout le contraire... ils sont expulsés de France, sous la garde de 6 policiers dont la mission est de s'assurer qu'ils quittent bien le territoire, parceque la France non seulement ne veut pas les prendre en charge, mais ne veut meme pâs qu'ils essaient de se prendre en charge tous seuls, chez elle.

Il n'y donc pas "peut-être quelquechose de ridicule" dans cette scène mais surement quelquechose de révoltant.

Ceci étant, on peut toujours dénoncer la démagogie et s'abriter derrière une forme de rationnalité, dire que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, qu'il s'agit là d'une décision de justice prise en vertue de lois votées démocratiquement (et peu importe que ces lois soient xénophobes). On pourra toujours tenir ce genre de discours, quelquesoit la scène.

45. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:48 par maxchti

@Taylor: parce qu'il vous faut un article du Figaro pour savoir que c'est une expérience traumatisante?

Et je pense que vous devez faire partie des gens qui préfèrent séparer les enfants des parents, et après s'étonneront que ces enfants soient destructurés.

Last but not least, j'aime beaucoup votre passage sur la déportation des juifs. Un point Godwin facilement gagné. Ca ne vous gêne pas de comparer la justice française d'aujourd'hui, les procédures d'expulsion existantes, avec la déportation en wagon plombé en direction d'un camp d'extermination?

Eolas:
Je conteste le point Godwin. Taylor compare deux arguments de l'administration française servant à justifier qu'on applique à des mineurs un régime qui selon la loi ne devrait pas leur être appliqué. Et dans les deux cas, les autorités françaises ne veulent pas savoir ce qu'il adviendra d'eux au bout du voyage. Le point Godwin est un peu une tarte à la crème pour éviter de se poser des questions, parfois.

46. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:50 par villiv

mais non, c'est l'application des nouvelles consignes :

On raccompagne les enfants après l'école...

sachant que les policiers doivent ensuite faire un deuxième voyage pour raccompagner les prof's à leur domicile

Where is the problem ?

Eolas:
Le problème est qu'ils vont faire des heures sup' pour raccompagner leurs collègues féminines, après.

47. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:51 par maxchti

@Thau: pourriez vous nous expliquer en quoi ces lois sont xénophobes? le fait d'appliquer des règles d'entrée dans un pays relève de la xénophobie? alors je suis ravi de vous apprendre que 200 pays dans le monde sont xénophobes.

J'imagine que les simple concepts de passeports, de frontières, de drapeau, d'équipes nationales de foot, sont autant de formes de xénophobie.

Eolas:
Bon, visiblement, vous avez renoncé à réfléchir. Ce n'est peut-être pas l'existence de ces lois qui est xénophobe, mais leur contenu ?

48. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:51 par Taylor

@maxchti
Le pire n'est jamais sûr

49. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:55 par Taylor

Toujours @ maxchti :
Si j'ai pris le journal officiel de la sarkozie. le Figaro, c'était pour ne pas être accusé d'avoir pris une feuille de chou gauchiste, évidemment malhonnête.

50. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:57 par Luc

@ Pinot (#40) :
Faites au moins l'effort d'indiquer votre pseudo en entier : "Pinot simple flic". Ca pourrait vous valoir des circonstances atténuantes.

51. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:00 par PAF, le chien !

@ 22 (N.C.)

Où on voit des C.R.S. en sous effectif tenter d'appréhender un dangereux suspect, probablement d'orgine non française (indice : la couleur de peau et pas de papiers) essayant de nuire sur un deux roue probablement volé. Après, on s'étonne qu'ils tirent à vue. Les C.R.S. vivent en fait dans la terreur...

52. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:01 par Emmanuel M


Troll Detector progresse

Pour la première fois en 4 ans, il pourrait (presque) aller jusqu'à engloutir le billet.

53. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:08 par Ouache

bon, ca fait bizarre de voir ca comme ca;
mais tant qu'a faire, je trouve plus humain de reconduire à la frontière une petite fille de 7ans avec sa famille; que de lui demander de faire ses bagages 11ans plus tard, quand elle a fait sa vie, est en train de faire ses études et n'a plus d'attaches là ou on prétends la renvoyer...

Eolas:
Surtout que la loi française prévoit expressément que si elle est encore là 11 ans plus tard, elle a droit à des papiers. Art. L.313-11, 2° du CESEDA. Vous comprenez l'urgence à la reconduire, maintenant ?

54. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:14 par Pinot

@44

" quelquechose de révoltant " Mais vous n'en savez absolument rien !!!!!!!!!!!

Je ne parle pas des conditions d'arrestation des sans-papiers, des méthodes policières, des conditions dans lesquelles ils sont retenus, ou reconduits. Tout cela est violent et inhumain ! J'en ai bien conscience.

Je me borne juste ici à dire que cette photo ne veut RIEN DIRE, tant que l'auteur du cliché ne nous a pas expliqué le contexte ! Et que c'est un peu démago de jeter cette photo en pature sans commentaire.

Eolas nous habitue à exercer notre sens critique, à nous faire comprendre ce qu'il y a derrière les choses, et à nous méfier du bon sens populaire.

Il me semble que ce n'est pas le cas aujourd'hui. Et c'est pour ça que je trouve la démarche un peu démago. Voilà


Tout le reste on est D'ACCORD !!!!!!!!!!!!!!!! (sauf bien sur avec 42, dont le paralèle avec Vichy est exaspérant. Je crois que la spécificité de la Shoah ne doit jamais banalisée, et ce paralèle la banalise justement)

Eolas:
Maurice Papon rappelait sans cesse pour sa défense qu'il ignorait ce qu'il advenait des Juifs déportés. Donc il n'y a pas de parallèle avec la Shoah, juste avec la Déportation.

55. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:14 par tschok

Les seules menaces graves pour la république que je vois sur cette photo ne sont pas habillées en rose.

56. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:19 par maxchti

@tschok: outre le fait que cette remarque ait déjà été faite un peu plus haut (cf message 31), cela trahit une conception intéressante du rôle de la police.
Vous aussi vous avez adopté comme devise "Police partout, justice nulle part"?

57. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:22 par Muscardin

Je ne sais pas si la petite en rose est une grave menace. Encore qu'elle pourrait devenir garde des sceaux ? Ah, là on a un véritable danger.

Par contre je m'interroge sur le danger relatif entre un étranger qu'on expulse et qui va radicaliser un sentiment de colère, quitte pourquoi pas à revenir faire péter deux ou trois trucs intéressants dans le métro ; et un étranger qu'on régularise et qui exprime toute sa reconnaissance....

Eolas:
Je crois que vous faites fausse route. Voyez les attentats de Londres. Les extrêmistes radicaux qui l'ont perpétré étaient tous nés en Angleterre, et avaient toujours vécu en situation régulière. Maintenant, oui, les étrangers admis éprouvent de la reconnaissance, ternie par les épreuves qu'ils ont dû traverser. La peur et l'humiliation ne s'oublient pas facilement.

58. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:29 par maxchti

:@Muscardin:je ne pense pas que le problème se situe au niveau de la réaction individuelle. C'est un problème politique qui dépasse largement le cadre des individus, et même l'échelon national. Mais je ne pense pas que ce fil/blog soit le lieu approprié pour un débat sur l'intérêt ou non d'une régularisation.

Cependant, ne rentrez pas dans la caricature:
1/ tous les expulsés ne deviennent pas des terroristes
2/ à l'inverse, tous les régularisés ne deviennent pas des enfants de choeur et/ou d'excellents citoyens.

Et ce serait une drôle de façon de faire que de baser notre politique d'accueil sur le chantage suivant: soit on accepte tout le monde, soit on met en jeu notre sécurité...Ca me fait penser à l'argument parfois avancé par des gens soutenant l'entrée de la Turquie dans l'UE: si on ne laisse pas rentrer la Turquie, alors les Turcs risqueraient de se tourner vers l'islamisme et/ou menaceraient la sécurité de l'Europe en cas de refus(sic).

59. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:29 par toto

Et voilà des gamins qui vont finir dans un centre de rétention où ils vont croupir parce que juridiquement non expulsables.

Magnifique !

60. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:40 par gc

Ca ne peut tout simplement pas être une famille convoquée au tribunal qui a choisi d'amener sa fille (personne pour la garder) ? Le fait que les policies sont à droite ne veut pas forcément dire que c'est pour l'encadrer, on a plutot l'impression que la policière demi-cachée à droite la prend simplement par la main.

Eolas:
Vous êtes trop mignon, vous.

61. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:41 par David

il y a l'enfant en rose, et puis l'autre en pantalon kaki et veste bleue... et puis bien d'autres encore à lire ici OU là ce qui s'écrit sur les centres de rétention, les procédures judiciaires, les arrestations et expulsions policières... je ne veux rien en dire de spécial (le sort de ces enfants m'émeut toujours, mais aussi celui des adultes souvent - cf l'extrait de documentaire lié dans un autre post) sinon que ça devrait pousser chacun à s'interroger sans cesse sur la société et notre attitude en son sein. moi, qu'est ce que je pense de ça et qu'est ce que je fais par rapport à ça ?

62. Le vendredi 30 mai 2008 à 11:57 par maxchti

@Maitre Eolas: au sujet de votre commentaire sur le message 47: je ne vois pas très bien comment une loi régissant la politique d'accueil ne pourrait pas être accusé à un moment ou à un autre d'être xénophobe: à partir du moment où l'on pose des conditions à l'accueil d'un étranger (sous-entendu qu'il y ait des gens qui ne puissent pas rentrer), on trouvera toujours un détracteur pour dire que ces lois sont xénophobes.

Après nos lois sont peut être particulièrement xénophobes, mais que dire des lois en vigueur au Japon, en Italie...

Eolas:
Quand des lois se succèdent à un rythme effréné (26 novembre 2003, 24 juillet 2006, 20 novembre 2007) sans qu'il y ait eu un changement politique dans la direction de l'État afin de supprimer une à une les garanties accordées aux étrangers, on peut se poser des questions. QUant à la pensée que c'est pire ailleurs, ça n'a jamais été une consolation.

63. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:05 par Raph

@2 pfelelep

Ce sont surement des PAF-man (and PAF-girl). Elle est en tenu d'honneur... Mais normalement, dans ce cas, il faudrait retirer le "POLICE" derrière..

Eolas:
Pas sûr. Si c'est une escorte CRA-TA, c'est la sécurité publique qui s'en occupe, la plupart du temps.

64. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:06 par Kerri

Maître, vous comptez encore nous faire croire que la justice/police manque de moyens après ça?

65. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:07 par PB

Est-ce que l'on doit comprendre que les enfants de tous pays doivent avoir le droit d'habiter en France ? Mince, même Enrico Maccias est passé du coté obscur de la Force !

Eolas:
Ha, un point Rocard. Si on ne peut pas TOUS les accueillir, l'équité exige de n'en accueillir aucun, ce qui signifie expulser tous ceux qui sont là. Oh, la jolie bonne conscience à peu de frais en matière de neurones.

66. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:11 par Tayor

@Pinot
Reconnaître la spécifité de la shoah, comment faire autrement ? Mais prendre garde à ne pas insister sur le caractère unique, ce qui peut avoir pour effet pervers de relativiser les autres génocides. Si je me suis permis de rappeler la décision des autorités pétainistes, c'était dans le but d'attirer l'attention que le fait que ne pas pouvoir mettre en relation avec cet épisode honteux de notre histoire permettait -en toute bonne conscience- de relativiser la gravité de mettre des enfants en centre de rétention.
Traitement et placement dénoncés par le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, A. Gil-Robles dans son rapport de 2005 sur la situation des droits de l'homme en France.

67. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:20 par Maître Nègre

L'administration pourrait-elle vous poursuivre, invoquant l'ordre public, pour vos propos outrageants quant à l'action publique? (Notez que je ne suis pas de ce point de vue... Mais je me posais simplement la question?)

Bien à vous

Eolas:
Non.

68. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:24 par Jiminy Aliocha Cricket

@eolas 40 :Tout doux Eolas....on a déjà connu cette situation non ?
Debriefing : la photo que vous montrez possède un contenu violent, celui qui la regarde peut en vouloir à celui qui la montre d'exiger de lui une adhésion de principe fondée sur l'émotionnel sans avoir la preuve que cette adhésion est justifiée. Vous analysez la réaction des sceptiques comme un refus de regarder la réalité en face, c'est possible, mais si c'était le contraire ? Si les sceptiques étaient précisément ceux qui étaient le plus susceptible d'être touchés par ce que vous leur montrez et demandaient donc, par prudence, des informations supplémentaires avant de se laisser emporter par un légitime sentiment de révolte ? C'était mon cas lors de notre dispute inaugurale et fondatrice :-), j'imagine que je ne suis pas la seule.....
Cela étant, j'admets que le "démago" était brutal.
@Pinot : Pour Eolas qui baigne dans cet univers, la photo illustre des situations qu'il connait par coeur, je crois qu'il ne mesure pas toujours le fait que ces lecteurs ne possèdent pas ce contexte en toile de fond de leur réflexion et ont donc besoin d'explications et de données factuelles complémentaires.
(désolée pour ce petit laïus, j'ai juste horreur que des malentendus inutiles créent de faux problèmes entre des personnes qui devraient s'entendre, je trouve cela dommage, surtout sur des sujets aussi importants)

69. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:43 par tschok

@ Maxchti, com 56

Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas.

Je suis simplement surpris par la facilité dérisoire avec laquelle certains verrous de civilisation peuvent sauter.

Il est assez clair que le déplacement forcé de la personne humaine peut être un mode opératoire de son élimination.

Il devient extrêmement facile de tuer quelqu'un en le privant du sol qui se trouve sous ses pieds.

C'est pourquoi toute mesure d'exécution forcée qui tend à ce résultat doit être décidée avec un soin extrême et les fonctionnaires de police qui sont chargés de la mettre en œuvre seraient bien avisés de s'interroger sur leur rôle personnel, leur responsabilité morale dans cette chaîne de décisions apparemment anodines, mais qui peuvent conduire à un résultat inhumain.

Sinon, il ne nous reste plus qu'à proclamer que la police est notre amie et qu'elle ne nous veut que du bien.

Dans le prolongement de cette pensée, il deviendrait alors possible d'affirmer franchement aux candidats à l'école de police que ce métier offre des perspectives de carrière intéressantes, dont celle qui consiste à expulser des familles entières, souvent dans des conditions humainement dégradantes.

70. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:49 par bardabu

"Bon, visiblement, vous avez renoncé à réfléchir. Ce n'est peut-être pas l'existence de ces lois qui est xénophobe, mais leur contenu ?"

Je croyais que le problème relevait plutôt du pouvoir exécutif qui instaure des quotas que du législatif.

Eolas:
Le CESEDA est voté par le législatif, du même que le budget qui alimente sa politique de quotas. PAs de séparatio ndes pouvoris en la matière.

71. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:50 par Véronique

" Donc il n'y a pas de parallèle avec la Shoah, juste avec la Déportation." (Eolas qui répond au post de Pino)

Alors poursuivons le parallèle.

Les enfants sur les photos de la rafle du Vél 'Hiv sont sur les photos qu'ils sont nés. C'est un certificat d’un droit à la vie qu'ils n'ont pas sur eux.

Regardez si vous le pouvez le catalogue de l'exposition des Parisiens sous l'Occupation avec les photographies d'André Zucca.

Observez celle de la terrasse bondée du café du Colisée sur les Champs-Elysées. Une foule sentimentale sereine qui se détend, celle des beaux jours.

Dans cette foule attablée, probablement, certainement, il y a des femmes et des hommes à l'humanisme et au pacifisme tendres et survoltées, qui seraient prêts, aujourd’hui à bondir d'indignation, j'en suis sûre, quand Eolas leur montre son album photos.

Moi, je pense que ce sont souvent les mêmes qui s'indignent à bon compte. Pour faire avoir honte aux autres. Et puis ceux-là, ceux qui veulent tout le temps faire honte aux autres, ils ne sont pas le moins du monde, et jamais, gênés de trouver le plus chouette voyage aux prix cassés sur Internet pour se reposer dans les contrées de la désolation et des désastres économiques .

Pour au retour visionner les diapos de l'indignation avec les copains bobos, ceux qui flânent aux terrasses des cafés pour refaire le monde jusqu'à pas d'heures. Comme au bon vieux temps.

Une menace pour la République. Mais elle est en terrasse du café du Colisée. Sans honte.

72. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:52 par Elhana


Oui la photo manquait de légende (maitre, vos traditionnelles longues notes de bas de pages auraient pu aider sans nuire à la douloureuse portée du message). En même temps, que faire? Le recours est rejeté, dites-vous. un échec, un atroce échec, mais pour eux tout semble joué.

Alors essayons d'aides les trop nombreux autres qui attendent et ont encore une chance.

73. Le vendredi 30 mai 2008 à 12:58 par zadvocate

Je confirme ce que disait eolas plus haut, les policiers ne sont pas franchement enthousiastes à l'idée de faire du chiffre en matière d'expulsion d'étranger. Ils nous disent régulièrement qu'ils souhaiteraient plutôt s'occuper des revendeurs de stupéfiant et autres loulous.

74. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:06 par Pinot

@68

Merci ! Vous avez exprimé mieux que moi moi ressentiment !
Donc, ok ! Mille excuses pour le "démago." Je retire.

J'aime trop Eolas, et j'ai trop de respect pour son travail. Je ne voulais pas le blesser.

Je ne connais pas son quotidien et il lie peut etre cette photo à des situations qui le touche personnellement et particulièrement.

Mais je connais trop les sites d'extrèmistes, où l'on jette toute sortes de photos sorties de nulle part et en leur faisant dire ce qu'elles ne disent pas du tout.

Et sur le coup ... ça m'a fait penser à ça.

75. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:08 par Elhana

@ zadvocate

Allons, allons, les dealers ne sont pas une menace pour la france... Si?
En plus, ils participent à l'économie du pays. j'imagine que leurs sous versés bien malgré eux à l'Etat doivent servir à financer les reconduites à la frontière des vrais méchants pas beaux qui cachent des mitraillettes sous leurs habits d'enfant

76. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:17 par tschok

@ Zadvocate,

Que ça leur plaise ou non, ils le font. Et ils le font bien.

Eolas:
Disons qu'ils le font.

77. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:25 par Elhana

@ tschok

Bah oui, que voulez-vous qu'ils fassent? Qu'ils se rebellent? Le feriez-vous à leur place? Risqueriez-vous votre job pour une famille inconnue? Vous battriez-vous jusqu'à ce que ces gens soient libres ou que, plus probablement, d'autres les mettent quand même dans un avion?

Si oui, sincèrement je vous admire. Moi je n'ai pas ce courage-là. et Je me garde bien de critiquer qui est dans ce cas.

78. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:29 par Véronique

@ aliocha

"je crois qu'il ne mesure pas toujours le fait que ces lecteurs ne possèdent pas ce contexte en toile de fond de leur réflexion et ont donc besoin d'explications et de données factuelles complémentaires."

Non. Tout le monde comprend la signification de la photo sans données factuelles complémentaires.

Qu'Eolas soit bouleversé tous les jours dans son métier, je le conçois sans peine.

Mais je souhaiterais qu'il ajoute à la photo celles que les touristes équitables, qui font oeuvre d'indignations, rapportent de leurs voyages équitables.

Ce sont, à mon sens, des données factuelles qui ne sont pas inutiles et qui ne nuiraient pas à la réflexion de ses lecteurs.

Eolas:
Non. Je récuse toujours et par principe l'argument du : indignez-vous pour ça et ça et ça aussi, et en fait, indignez-vous de tout ou ne vous indignez pas. Ouvrez votre blog, fustigez vos bobos. Moi, j'ai à faire au TA, et je vous raconte ce qui s'y passe.

79. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:44 par Thau

@Pinot, Aliocha et Elhana.

Et bien pour ma part, je trouve que cette photo et le court commentaire d'Eolas suffisent.

Quelles infos nous donne-t-il ? : sortie du TA après une audience de reconduite à la frontière.
Connaissant Eolas, son sujet de prédilection et son sérieux, je comprends qu'il s'agit d'une famille qui vient de voir sa requête rejetée et va donc être elle aussi rejetée. Et cette famille est gardée par pas moins de 6 policiers (sic).

Par ailleurs, l'angle "ludique" et ironique qu'il donne à son billet impose cette forme très courte.

Je le rejoins dans sa réponse à Pinot : "Se poser des questions pour éviter de se poser la question".

80. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:47 par Kerri

@Véronique:

et en quoi ces "bobos humanistes tendres et qui s'indignent en voyant ces photos", si tant est qu'ils existent en dehors des clichés que certains ont des parisiens, font-ils peser une menace sur la république?

en quoi des photos rapportés par des "touristes équitables " sont-elles pertinentes en l'espèce? pour montrer que c'est moins bien à certains endroits qu'ici? ça n'empèche pas de dire qu'ici aussi, il y aurait des améliorations à faire :)

81. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:48 par elhana

@ thau

mea culpa, là vous auriez le droit de me flanquer une bonne baffe.

Je n'avais même pas vu l'introduction... ça m'apprendra ! Et moi qui parlais de notes de bas de page...

82. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:51 par criss

un "je" a taille eu mène!

83. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:52 par elhana

@ tschok

Et ue devraient-ils faire d'autre? Auriez-vous risque votre travail à leur place, pour soutenir ces gens jusqu'à ce qu'ils soient admis à rester ou que plus probablement d'autres les reconduisent dans un avion?

Si oui, je vous admire sincèrement.

84. Le vendredi 30 mai 2008 à 13:54 par v_atekor

Alors Me Eolas lit également El pais? Photo page 12 ...

85. Le vendredi 30 mai 2008 à 14:39 par PB

POINT ROCARD ?
(commentaire 65)

Je comprends que le point Rocard est relatif à "La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde..." mais il me semble que Michel Rocard a déjà été conduit à préciser que la phrase avait été tronquée et qu'il manquait la fin "...mais elle doit en prendre sa part", ce qu'elle fait...en partie.

86. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:33 par Ferdi

@Eolas (réponse au commentaire #53)

Et encore, même si elle avait "tenu" jusqu'à sa 18è année, elle n'aurait eu qu'une CST. Reste encore à la faire renouveller 3 fois et ensuite faire une demande de CR.
Pour autant que ma lecture des articles 311 et suivants fut bonne, aucune de ces 4 délivrances successives n'est de droit.

Je ne comprends pas pourquoi, en raison des circonstances actuelles (j'entends la propension des préfets à décider du renouvellement lorsqu'ils n'y sont pas obligés), c'eut été gagné pour les petits (au moins 3 d'entre eux semblent avoir moins de 13 ans) à partir de leurs 18 ans ?

Ferdi.

PS: mon plus sincère respect à ceux qui exercent cette discipline ... et à leurs conjoints ... ça ne doit pas être facile tous les jours de vous voir rentrer à la maison.

87. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:33 par henriparisien

@PB

Même avec son annexe, la phrase de Rocard a fait beaucoup de mal aux immigrés : elle considère implicitement qu’accueillir les étrangers est une charge.

Alors qu’a l’évidence, une bonne part d’entre-eux ne désirent que travailler en France et donc enrichir leur terre d’accueil.


88. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:46 par un policier de passage

Bonjour à tous et à toutes,

Quelle manque de surprise lorsque je m'attelle à lire tous ces commentaires.
Dans un premier temps, j'annonce immédiatement ma position idéologique sur le droit des étrangers en France : humaniste, je ne cautionne pas cette législation. Je préfère clore cette partie du billet puisqu'il ne s'agit pas de ça ici.

Sans me poser en défenseur aveugle et corporatiste de la police nationale, je tiens à pondérer modestement les propos et commentaires tenus sous cette photographie, dont le sujet est évidemment pathétique.

Cependant, je m'insurge contre les billets amères et hostiles contre les forces de l'ordre en général. Les commentaires ne manquent pas sur la tenue d'uniforme, les railleries puériles sur le métier de policier.

Moquez vous mais de façon exhaustive, s'il vous plaît. Raillez l'officier de police judiciaire qui place en garde à vue le mis en cause pour infraction à la législation sur les étrangers. Raillez le substitut du parquet attendant l'arrêté de placement en rétention pour se débarrasser du dossier, ou encore le chef du service des étrangers de la préfecture qui instruit le dit dossier. Rigolez des avocats qui défendent bien et mal leur client devant le JLD ou mieux encore le JLD qui décide du maintien en rétention. Pointez du doigt le juge administratif qui statue sur son recours et qui le rejette. Que dites-vous du greffier du TA qui fait les photocopies des actes? Il est aussi drôle celui-là, non? Rouage du système, pièce du puzzle...
Enfin pour retourner vers l'uniforme, pourquoi ne pas se moquer du pilote et des hôtesses de l'air?

Si cet enfant est là c'est non seulement sur décision de l'administration (exécutée par celle-ci) et sur décision juridictionnelle (exécutée par cette même administration). Le tout dans un ordonnancement juridique, voté, établi, appliqué et contrôlé...

Ouvrons donc plutôt le débat sur l'existence d'une telle législation. Le sujet ne donne dit-il pas envie de pleurer plutôt dès la lecture du JO?

Des cas de conscience en matière de justice et de police sont courant pour ne pas dire quotidien, pour des sujets simples, parfois insoupçonnés.

Un juge d'instruction, à l'époque où il maîtrisait encore la détention provisoire, avait témoigné qu'il arrêterait cette fonction le jour où ses décisions de placement en détention le laisseront indifférent. Je me suis juré de m'appliquer ce dogme en matière garde à vue.

Je ne doute pas que la tâche des collègues, ainsi immortalisés, intègre cette dimension.




Eolas:
Il faut vraiment que je trouve un moyen de faire ressortir certains commentaires. Le vôtre le mériterait. Merci à vous.

89. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:50 par toto

Eolas

Votre album photos n'est pas prêt de se tarir si j'en crois cet article du Monde :

La France, qui a fait de la maîtrise de l'immigration l'une des priorités de sa présidence européenne, qui débute le 1er juillet, a désormais transmis à ses partenaires son projet de "pacte européen sur l'immigration et l'asile".

Dans un préambule, le texte souligne l'interdépendance des Etats membres en matière d'immigration et d'asile. "Aucun dirigeant européen ne soutient l'hypothèse à la fois irréaliste et dangereuse de l'immigration zéro, précise le document. L'Europe a besoin de migrants pour des raisons démographiques et économiques. Cependant, il est clair que l'Europe n'a pas les moyens d'accueillir dignement tous ceux qui voient en elle un eldorado. Le flux migratoire doit impérativement s'adapter aux capacités d'accueil de l'Europe, sur le plan du marché du travail, du logement, des services sanitaires, scolaires et sociaux."

www.lemonde.fr/europe/art...

90. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:50 par Julien

@ Eolas en 76

Mais les préfets ont ils eu leur intelligence enlevée en même temps que l'instauration des quotas ?
Parceque, même si les policiers et gendarmes le font, c'est lui qui est à la base de l'affaire (et qui se justifie après)...

91. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:54 par toto

Question par rapport à mon post ci-dessus :

Comment mesure t-on, ou comment sont déterminées les "capacités d'accueil de l'Europe, sur le plan du marché du travail, du logement, des services sanitaires, scolaires et sociaux." ???

92. Le vendredi 30 mai 2008 à 15:59 par Kiki

Oh non...
Pourquoi diable, vous qui êtes un si habile rhéteur, vous laissez-vous allez à cette apparente facilité ?

Oui, l'image parle d'elle même.
Oui, l'image est choquante.
6 policiers encadrant une petite fille habillée de rose, quelle ironique disproportion !
Et c'est en effet tellement disproportionné que c'en est amusant.

Mais cette image est-elle objectivement révélatrice de la réalité ?N'est-elle pas le bon mot qui permettrait d'emporter l'adhésion d'un auditoire, faisant appel aux sentiments de celui-ci plutôt qu'à sa raison ?

J'ai été ému par de nombreux billets relatifs au droit des étrangers que j'ai lus ici.
Je les ai transférés à de nombreuses personnes de mon entourage, impliquées dans diverses associations oeuvrant notamment dans les ZAPI que vous avez décrites à plusieurs reprises.
Mais à mon humble sentiment, ce billet dessert plutôt votre propos qu'il le sert... et cela m'attriste.

Je suis et demeure toutefois, Maître, votre respectueux serviteur.

93. Le vendredi 30 mai 2008 à 16:33 par bipede

Mais que faisaient ces enfants à glander sur les bancs de nos écoles ?

Leur place n'est-elle pas dans leur pays à trimer 17 heures par jour dans une usine sordide et polluée afin de permettre à nos chers industriels du CAC 40 de licencier à tout va et ainsi de mériter de leurs actionnaires reconnaissants des augmentations à deux ou trois chiffres ou de somptueux parachutes dorés ?

Non, ces enfants ne sont pas une menace pour la France... Pire, ils sont une menace pour l'économie mondiale...

94. Le vendredi 30 mai 2008 à 18:09 par Marie-Aude

La citation "J’ai vu une petite fille faire ses premiers pas dans un centre de rétention », témoigne Damien Nantes, responsable du suivi des étrangers à la Cimade, seul organisme habilité à intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA). Une situation qui tend à devenir de plus en plus courante." me rappelle une autre photo, elle aussi "totalement demago".

Une photo de Sebastiao Salgado, prise dans un centre de réfugiés en Asie. On y voit des enfants, pressés contre la grille qui les "protège" et les maintient dans le centre.
Certains y sont nés, y ont vécu toute leur vie, et ne savent pas quand ils en sortiront.
Certains y sont nés, et y sont morts.

D'une certaine façon, totalement "démago", on peut se dire que ces enfants sont condamnés à la prison à vie.

La "démagogie" a l'avantage de permettre de poser des questions brutales, que notre sens du confort nous pousse à mettre de côté. Et notamment, vers quel avenir renvoie-t-on ces petits ?

Oui, c'est vrai, c'est démago, c'est facile, ça cherche juste à faire pleurer Margot... en même temps si Margot n'avait pas de raison de pleurer, ça serait plus simple.

Cette image est choquante pas exactement par ce qu'elle montre, mais par ce qu'elle induit.
Elle est choquante par le contraste entre la tranquillité de la scène et la réalité de ce qui s'est décidé.

Et elle me choque aussi parce que je me demande ce que deviendra cette petite fille en rose et son frère. Le retour au pays n'est pas glorieux, les parents se sont souvent lourdement endettés pour passer (vous savez combien ça coute, un passage ? Un contrat de travail ? On parle de plusieurs milliers d'euros...), si ils ne sont pas restés assez longtemps en France pour pouvoir rembourser, ils vont rentrer encore plus pauvres qu'ils ne sont partis.
Le petit garçon est déjà assez grand pour s'être adapté à la France, il va avoir un choc en rentrant au pays, ça ne va pas très bien se passer.

Dans leur anonymat, on ne sait pas dans quel pays ils retournent.
Mais c'est simple... soit c'est un pays instable politiquement, avec tout ce que cela implique, soit c'est un pays stable. Alors il y a des touristes, et dans ces touristes là, il y a des gens qui jettent les bonbons par la fenêtre des 4x4 aux petites filles en rose en bêlant "comme ils sont mignoooons, qu'est ce qu'on peut faire pour eux ?" tout en votant pour ceux qui fixent des objectifs à 26.000 reconduites / an.

Je vous prie de m'excuser pour cette indignation totalement démagogique.

PS: pour les bonbons jetés par la fenêtre, j'ai des photos aussi, mais ce n'est pas assez démago.

95. Le vendredi 30 mai 2008 à 18:48 par Véronique

@ Eolas

"Je récuse toujours et par principe l'argument du : indignez-vous pour ça et ça et ça aussi, et en fait, indignez-vous de tout ou ne vous indignez pas. "

Et moi, je récuse toujours et par principe l'argument qui veut d'abord me forcer à m'indigner, à me faire honte et à me culpabiliser.

Car chez ceux qui ceux qui veulent d'abord me forcer à m'indigner avant de me faire raisonner, il y a toujours une autre cause. La leur.


96. Le vendredi 30 mai 2008 à 19:13 par jul

Bonjour,

Au sujet des problèmes (côut, pollution ....) liés aux charters, que pensez vous de cette proposition ?

www.dailymotion.com/relev...

97. Le vendredi 30 mai 2008 à 19:27 par tschok

@ Policier de passage,

Il se trouve que j'avais dans ma famille un très proche parent, policer à Paris pendant le IIième Guerre Mondiale et qui a été personnellement confronté à l'obligation d'exécuter une mission particulièrement désagréable.

Je vous laisse deviner le genre de mission en question.

Pour faire simple, il était à la place du fonctionnaire de police qui tient la main de l'enfant en rose.

Honnête homme, il en a conçu d'intenses remords qui l'ont poursuivi - et je ne vous mens pas - jusqu'à son dernier soupir.

Ayant mesuré les souffrances qu'il a endurées, je me permets d'inviter les fonctionnaires de police du temps présent à peser les conséquences de leurs actes en leur âme et conscience, même si ces conséquences sont heureusement beaucoup moins tragiques.

Vous avez bien raison de replacer le policier au sein d'une chaîne dont il n'est qu'un maillon. Il n'est après tout pas plus impliqué qu'un autre.

Cela dit, la résistance d'une chaîne se mesure à celle de son maillon le plus faible et je crois savoir que les fonctionnaires chargés des expulsion sont globalement zélés (Eolas: c'est ce que je voulais dire par "bien").

Vous évoquez votre capacité à ne pas franchir la ligne rouge de l'indifférence à la souffrance d'autrui. Je forme les vœux les plus sincères pour que vous puissiez conserver tout au long de votre carrière votre intégrité et la sureté de votre lucidité.

Cependant, je crains que le problème ne se situe pas vraiment à ce niveau: l'insupportable est une question d'habitude. C'est le problème du doigt dans l'engrenage. Au début on accepte de faire une petite exception. Puis en vient une autre et de fil en aiguille on franchit la frontière qu'on s'était juré de respecter.

Je ne doute pas que vous soyez vertueux et courageux, comme le plus grand nombre de vos collègues, mais il est un fait que vous êtes soumis à un système et que ce système ne peut fonctionner sans une certaine dose de cruauté.

Le but que doit se fixer tout humaniste est de faire en sorte que cette dose de cruauté soit la plus minime possible.

Or, le système ne devient il pas de plus en plus cruel?

Est ce vraiment nécessaire?

Sur cette photo, il s'agit d'enfants, quand même.

Je vous rejoins totalement lorsque vous renvoyez la question à un débat de fond sur la loi, qui est l'expression de la volonté générale.

Mais vous bottez en touche finalement. Le système fonctionne peut être "à cause" de la loi mais aussi "grâce aux" fonctionnaires de police qui lui impriment, par leur action quotidienne, l'orientation qu'il a aujourd'hui.

Et je n'ai guère entendu de protestation dans les rangs de la police à propos du travail qu'on lui demande de faire en matière de droit des étrangers.

Tout juste des regrets.

Eh bien tâchez qu'ils ne deviennent pas remords.

98. Le vendredi 30 mai 2008 à 19:56 par tschok

@ Elhena,

Si, pour critiquer légitimement, il faut être à la place de celui qu'on critique, la critique d'art, de théâtre ou de cinéma n'existerait pas.

La critique est un exercice nécessairement illégitime. Mais elle est aussi et surtout l'amorce indispensable de ce qu'on appelle l'esprit critique qui, lui, se passe de toute légitimité, car il n'en a pas besoin.

Je constate que vous considérez que la peur de perdre son emploi peut justifier de se dispenser de se poser des questions, notamment en s'interrogeant sur son rôle au sein d'un système coercitif disposant du monopole de la violence.

A vous lire, j'ai l'impression que la peur du chômage est une justification qui dispense celui qui la ressent d'exercer son devoir de conscience.

Si vraiment vous pensez cela, je ne peux que me désoler à votre place, puisque vous en êtes incapable, de votre absence d'esprit critique.

Mais c'est un bien triste service que je vous rendrais.

99. Le vendredi 30 mai 2008 à 20:04 par PB

@ 97

Vous avez l'impression que la France est sous le contrôle d'une puissance étrangère, ce qui justifierait la résistance de la part des forces de l'ordre ?

Il me semble pour ma part que les élections sont libres et que les français avaient le choix de voter pour celui qui avait clairement annoncée la politique qu'il allait mener et d'autres qui étaient partisans d'une autre politique (enfin, je ne suis pas certain que le parti socialiste était partisan d'une politique fondamentalement différente -on devait pouvoir prendres les mêmes photos sous Jospin-, il fallait donc plutot voter pour les Verts ?). Le choix a été fait librement par les français.

La France étant un pays libre vous avez la liberté de contester ce choix et de proposer une alternative lors des prochaines échéances électorales.

Je ne vois pas la justification de la désobeissance dans ce cadre démocratique.

PS : mon grand-père aussi était gendarme durant la guerre. Il a fait ce qu'il fallait, comme la plupart des gendarmes (c'est à dire faire prévenir les personnes visées avant la visite officielle...).

100. Le vendredi 30 mai 2008 à 20:08 par Джугашвили

HONTE A VOUS EOLAS !

C'est une photo voyons.
Trop faible pour juger.

En fait, cette enfant était une naine de la bêta спецназ entraînée pour tuer et spécialiste dans la confection du sarin.

Elle devait tenter d'assassiner tous les hauts industriels (Bouygues, Lagardère, Pinault, Dassault etc.) français en vue de détruire l'économie européenne et empêcher que l'europe redevienne le centre de l'économie une fois que les USA et la chine se seront cassés la gueule dans 2 ans max.

Tout ça pour la gloire de la mère patrie...

Eolas, HONTE A VOUS !

C'est une honte d'utiliser une terroriste aussi dangereuse pour votre mouvement de prosélitisme prolétaire et déliquescent envers les virés de l'immigration de ce pays.

C'est un coup bas. Vous touchiez déjà le sol de mon estime, là, il semble que vous tentiez de trouver du pétrole.

101. Le vendredi 30 mai 2008 à 22:08 par fafa

Aurons-nous droit à un commentaire de cet arrêt de la CEDH ?
arrêt N. contre Royaume-Uni (Req. n°26565/05) du 27 mai 2008, "les progrès de la médecine et les différences socio-économiques entre les pays font que le niveau de traitement disponible dans l'Etat contractant et celui existant dans le pays d'origine peuvent varier considérablement. L'article 3 (de la Convention européenne) ne fait pas obligation à l'Etat contractant de pallier lesdites disparités en fournissant des soins de santé gratuits et illimités à tous les étrangers dépourvus du droit de demeurer sur son territoire. Conclure le contraire ferait peser une charge trop lourde sur les Etats contractants".
Compte tenu qu'aujourd'hui l'état de santé de la requérante est stable, après avoir bénéficié pendant 9 ans d'une assistance médicale et sociale financée sur fonds publics du Royaume-Uni, et que l'appréciation de la rapidité avec laquelle l'état de la requérante se dégraderait dans son pays d'origine comporte nécessairement une part de spéculation, la Cour européenne des droits de l'homme conclut à l'absence de "circonstances très exceptionnelles" permettant de se prévaloir de la violation de l'article 3 de la Convention.

102. Le vendredi 30 mai 2008 à 22:55 par colinette

Comment peut-on être sûr du sens à donner à cette photo ? Qui vous dit qu'il ne s'agit pas par exemple d'enfants qui se sont perdus ? Ou alors que les parents ou d'autres personnes qui les accompagnaient ont eu un quelconque problème et que les flics prennent en charge les enfants ? Ou pour toute autre raison d'ailleurs ? Qui que ces enfants ne sont tout simplement pas ceux des policiers qui, après leur services sont passés les prendre à l'école maternelle ? Cette photo peut avoir des tas d'explications plausibles.

103. Le vendredi 30 mai 2008 à 23:10 par Frédérick d'Ohlmann

@Джугашвили : je vous propose une chanson : "société tu m'aura pas" de Renaud, car vous me rappelez vraiment le Renaud de l'époque. Vous me donner l'impression de vouloir juste faire votre auto promotion et/ou montrer que vous avez compris les choses, et vous ne faite qu'accumuler clichés sur clichés.

@tout ceux qui veulent plus de légende : moi je pense que c'est suffisant. On a déjà perdu face à la béte immonde si on n'est plus capable de réagir avec ses tripes. Seuls les émotions empéchent l'horreur, ne cherchez pas à les tuer pour éviter la "démagogie"

@policier de passage : il n'y a ultimement que deux responsables : Nicolas Sarkozy et le peuple francais.

Le peuple pour avoir accepté Sarkozy en connaissance de cause (je sais gré à cet individu d'avoir tenu la ligen qu'il a affiché depuis toujours, et en tant que ministre il agissait déjà dans cette ligne). Même ceux qui ont aps voté pour lui sont responsable, un peu.

Nicolas Sarkozy (et à un moindre niveau tout les responsables politiques qui appuient cette politique) pour ne chercher qu'à appliquer ce qui plait au peupel (et qu'il a dit qu'il allait faire). Un vrai dirigeant est censé faire la part entre ce que les gens disent vouloir et ce qu'ils veulent, ce qu'ils pensent être bon pour le pays et ce qui est bon.

Les autres, préfets compris, obéissent aux ordres, et la seule chose qu'ils pourraient faire de constructifs serait démissioner en protestation.

(oui, ca me choquerait beaucoup plus que les policiers désobéissent ici que la situation actuelle)

Dernier détail : je suis contre le principe même de point Godwin ou de la spécificité de la Shoah. Le nazisme a prospéré par un long processus d'acceptation ; à nous de tirer la leçon et à ne pas ignorer les petits ruisseaux. Est-on sur que l'on saura s'arréter avant l'horreur ? Mon pessimisme me fait en douter.

104. Le vendredi 30 mai 2008 à 23:20 par Hum...

Tout simplement, les commentaires mis plus haut dans les coms (cf. com #29)

105. Le vendredi 30 mai 2008 à 23:24 par Marie-Aude

@colinette

Pourquoi ne pas prendre simplement l'explication donnée par le photographe ? Généralement les professionnels de l'AFP légendent leurs photos avec soin, et sans mentir.
Donc ce n'est pas la peine de chercher des tas d'explications possibles, il suffit de lire la légende, et comme Maitre Eolas l'a fait, il a donné les informations attachées à cette légende.

106. Le vendredi 30 mai 2008 à 23:44 par anne l

c'est à la fois facile et important de publier ce type de photo.
Facile car l'émotion créée est évidente. Un enfant, on le protège, on tente de l'aider -surtout si son destin dans son pays d'origine est bien sombre-.
Important car les lois sur les étrangers sont globalement acceptées par l'opinion qui, bien souvent, les trouve même trop laxistes ("ils" -les étrangers- nous prennent notre travail, nos logements, nos places dans les hopitaux, etc..) sans imaginer que l'étranger c'est d'abord un être humain qui espère un avenir meilleur. Quand on vote (et on applaudit à) une loi sévère sur les étrangers, il serait important de rappeler ce que, concrètement, elle aura comme conséquence pour les immigrés qui ne sont, faut-il le rappeler, que minoritairement délinquants. Je pense aux étrangers qui, pendant neuf ans se sont faits discrets et ont rasé les murs -en étant souvent exploités dans des emplois précaires- en espérant tenir une année de plus pour décrocher un permis de séjour pour apprendre que la loi a changé et que la règle des dix ans ne s'applique plus...
Il y aurait entre 200 et 400.000 étrangers en situation irrègulière en France pour 60 millions d'habitants. Aux Etats-Unis 11 millions pour 280 millions d'américains et c'est ici que le problème serait dramatique et nécessiterait des réformes législatives incessantes...
Positivons. Sans les joueurs de football nés à l'étranger ou enfants d'étrangers, l'équipe de France ferait pâle figure (facile...) au prochain championnat d'Europe.

107. Le samedi 31 mai 2008 à 00:19 par xilun

@45: Le point Godwin ne se gagne pas. Il s'atteint.

108. Le samedi 31 mai 2008 à 02:03 par marc elbichon

Il est mignon de s'en désoler. Je trouve cela triste évidemment mais que l'on partage notre dégout du gouvernement sur une image est a proprement parler stupide. Il existe des lois et juger un pays sur du sociétal(on en est là), c'est tout oublier. Un peu d'esprit critique svp

109. Le samedi 31 mai 2008 à 06:30 par Véronique

@ anne I

"Important car les lois sur les étrangers sont globalement acceptées par l'opinion qui, bien souvent, les trouve même trop laxistes ("ils" -les étrangers- nous prennent notre travail, nos logements, nos places dans les hopitaux, etc..) sans imaginer que l'étranger c'est d'abord un être humain qui espère un avenir meilleur. Quand on vote (et on applaudit à) une loi sévère sur les étrangers, il serait important de rappeler ce que, concrètement, elle aura comme conséquence pour les immigrés"

anne, en filigrane de cette phrase je lis à mon tour tout un ensemble de préjugés (les vôtres) qui enferment l'idée que vous vous faites de l'opinion.

Dans une discussion sur l'immigration, il faut savoir aussi rappeler que des gouvernements successifs et opposés ont évité, comme sur bien d'autres questions qui fâchent, un débat public ouvert et responsable. Proposant, par leurs discours convenus, à leur opinion-clientèle respective, pour des objectifs idéologiques, que l'émotion et de l'indignation mélangées. Sans proposer les bases d'un raisonnement calme.

Je pense que la question de l'immigration a agi comme un abcès de fixation parce que, parallèlement aux envolées habituelles de part et d'autre, les tissus profonds de la société se délitaient lentement et gravement sous l'effet d'une transformation économique et sociale que les dirigeants de ce pays n'ont pas voulu réellement prendre en compte. Du moins, ils ont préféré faire comme si celle-ci n'existait qu'à peine.

C'est ainsi qu'on fabrique très sûrement des abcès de fixation. Alors en tant qu'élément de cette "opinion qui vote dans l'inconscience des lois sévères", eh bien je ne veux pas qu'on m'enferme à nouveau dans un discours qui ne me propose que l'émotion et l'indignation pour tout raisonnement .

110. Le samedi 31 mai 2008 à 10:06 par cyclomal

Moi aussi je relève le commentaire @89: C'est la faute à tout le monde, enfin à 53% des français plus une bonne partie des 47% restants , et pis, c'est la loi! Donc c'est la faute à personne et surtout pas aux exécutants dont le professionnalisme, la pondération et la docilité sont des qualités trop galvaudées. Certains, j'en suis sûr, peinent à réprimer, malgré les risques disciplinaires encourus, des gestes d'où suintent l'humanité: pas de menottes visibles sur la photo.

Il reste donc à en rire après avoir salué le caractère bucolique et primesautier de la scène de reconduite au centre de rétention ou au charter républicains: Ce sont de vieilles connaissances que ces clandestins et policiers, enfin proches, sereins et réconciliés! La sentence rend inutile le puéril et dangereux jeu de cache-cache qui l'a précédée. Elle lui substitue (du procureur) cette promenade familiale avec plein de tontons bienveillants, pères et mères de famille qui cesseront cette activité, promis, juré, craché, quand elle leur chatouillera un quelque chose en dedans qu'ils ne sauraient nommer. Quelle belle prévention, mais pourquoi ce bémol, cette clause de conscience tardive, si on en ressent pas déjà les titillements? Je je peux pas imaginer qu'il s'agisse de miles Air-france ou de prime au bambin, le plus redoutable en effet par la menace démographique qu'il incarne.

Que nos braves et innocents pandores, et leurs défenseurs, se rassurent. La solution est un peu partout, dans ces commentaires comme ailleurs. Allez, une piste, à la fin de l'opus n°108 ici présent:"eh bien je ne veux pas qu'on m'enferme à nouveau dans un discours qui ne me propose que l'émotion et l'indignation pour tout raisonnement."

Oserais penser, pour ma part, que l'émotion n'a jamais été un substitut (le revoila) au raisonnement, mais parfois un préalable. Qu'il est facile de la rejeter quand on prétend défendre l'irréfutable et ses victimes collatérales; Que l'on tient à préserver à la fois les conclusions avantageuses auxquelles une analyse plus ou moins prémâchée a permis de parvenir et l'image fabriquée de notre propre intérêt; Quant à l'indignation, n'est-elle pas l'un des ustensile favoris des Tartuffes de tout poil?



111. Le samedi 31 mai 2008 à 10:09 par cyclomal

J'aurais du commencer par écrire:" le commentaire @88", bien sûr...

112. Le samedi 31 mai 2008 à 11:44 par un policier de passage

@97 et 109
Que la méprise soit immédiatement levée. Mon post 88 n'a d'autre but que de condamner les propos manifestement gratuits sur les collègues de la photographie : jupe pour les uns, excès de zèle pour les autres, confusion des genres pour tous.
Les dangers de ses commentaires sont les amalgames douteux contre toute forme d'autorité publique, ciblés contre la symbolique évidente de l'uniforme (bruit des botes, menottes, disproportion du rapport de force) qui reposent souvent sur la méconnaissance évidente du fonctionnement des corps (mélanges entre les rôles, missions et prérogatives de chacun).
J'apporterai donc quelques précisions qui n'enlève rien à la teneur du débat mais qui rétablira quelques vérités.

Le terme pandore désigne la gendarmerie nationale, force publique militaire qui n'a évidemment rien à voir avec la police (corps civil). Les fonctionnaires qui s'occupent pour l'essentiel des centres de rétention, des transferts et des expulsions appartiennent à la Police aux frontières (PAF) dont l'administration est partiellement sortie du ministère de l'intérieur. Les autres fonctionnaires impliqués sont de la Direction Centrale de la Sécurité Publique, rattachée au ministère de l'intérieur.
Les CRS (compagnies républicaines de sécurité) n'ont pas de mission dans ces procédures.
C'est bien là que ce situe dans bon nombre de commentaires un rejet non pas éclairé mais aveugle de toute force d'autorité publique.

Lorsque j'invite à railler tous les autres maillons de la chaîne, ce n'est pas pour minimiser la responsabilité de l'administration à laquelle j'appartiens, mais pour tenter de calmer les ardeurs de certains contre cette seule administration.

Le débat qui suit mon post initial repose sur le fondement des baïonnettes intelligentes. Vaste débat dont la seconde guerre mondiale se révèle être une source intarissable, d'exemples et de contre exemples. Vel d'Hiv', camps, rafles en tout genre. Hum... Certes.

Robert MERLE a pu traiter cette question dans son formidable ouvrage "La mort est mon métier". Permettez moi tout de même de relativiser les propos sur la comparaison entre Rudolf Hess, chef d'un camp de la mort, avec ceux de cette photos montrant des fonctionnaires opérant un transfert aux fins de présentation à une audience juridictionnelle.

Contester la règle, oui, condamner aveuglément les fonctionnaires de cette photo, non.

Lorsque je parle de cas de conscience en matière de police ou de justice, ils se posent pour la moindre affaire, aussi banale soit-elle. Les professionnels du droit appliqué le savent tous. Les questions de justice et de droit relèvent tous de la casuistique et du particulier. Il en va ici heureusement de la procédure pénale, de l'enquête de police au procès, puis de l'exécution de la peine. Je souhaite simplement ici mettre en garde contre toute forme de généralisation à partir d'un cas particulier. On ne démontre pas les problèmes d'un système à partir de trois exemples anecdotiques.
Ce type de commentaire me rappelle sensiblement ces micro-trottoirs sur les quais d'une gare un jour de grève dans les journaux de 20H. Puis les commentaires de nos présentateurs télé évidemment professionnel : "l'administré en a assez de ces grèves qui le prennent en otage, etc..."

Commenter ainsi cette photo, n'est-ce pas également oublier que le travail des collègues de la PAF s'étend à la lutte contre le travail dissimulé. Au service rendu à la société de traquer et de faire condamner les employeurs des sans papiers qui exploitent cette forme de misère. De voir que certaines expulsions permettent un retour en règle des intéressés pour travailler sous la protection du code du travail et de l'assurance sociale. C'est aussi ça le travail quotidien de la police aux frontières.

Pour clôturer mon propos, si le cas de conscience du parent de @97 marque une vie, je peux assurer à tous les lecteurs, que c'est le quotidien d'une vie de policier qui le poursuit en permanence, du moindre différent familial, en passant par l'affaire de mœurs, en finissant sur la plus sordide des enquêtes décès. Le métier de policier a pour beauté d'être au cœur de la société, de s'occuper de ce que les bien-pensants ne veulent voir et qui ne manque donc pas d'être en permanence commenté.

Orienter le débat sur le fond du problème c'est à l'évidence éviter les raccourcis dignes d'un commentaire TF1.



113. Le samedi 31 mai 2008 à 11:50 par un policier de passage

commentaire 110 et non 109

114. Le samedi 31 mai 2008 à 13:03 par Vonric

65>Maitre, je conteste vote point Rocard. En effet, malgré ce que le public retient, Michel Rocard avait en effet explicitement déclaré: "La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part". La premiere partie sortie de son contexte lui fait, en effet, dire l'inverse de ce que le discours entendait expliquer.

(85>La France y prend sa part? Fidelement surement pas, mal peut etre?)

115. Le samedi 31 mai 2008 à 13:21 par Vincent

Est-ce que l'on doit comprendre que les enfants de tous pays doivent avoir le droit d'habiter en France ? Mince, même Enrico Maccias est passé du coté obscur de la Force !

#65

"Eolas : Ha, un point Rocard. Si on ne peut pas TOUS les accueillir, l'équité exige de n'en accueillir aucun, ce qui signifie expulser tous ceux qui sont là. Oh, la jolie bonne conscience à peu de frais en matière de neurones."


Mais justement, la France en accueille. La France prend sa part. Avec cette photo, vous caricaturez les expulsions de clandestins pour essayer de faire croire que la France applique une politique dégueulasse. Que les conditions d'accueil des immigrés légaux et d'expulsion des immigrés clandestins aient besoin d'être améliorées, soit, et même urgemment, mais ça ne change pas le fond du problème. Les clandestins n'ont pas vocation à rester en France. Etre âgé de moins de 10 ans et porter un manteau rose n'est pas un critère de régularisation ou d'attribution automatique de papiers.

Vous avez reproché à plusieurs des précédents commentateurs de se cacher derrière la loi pour renoncer à penser. Vous vous cachez derrière cette photo et ce cas particulier : "regardez cette pauvre petite fille en rose qui est en train de se faire expulser... méchants policiers ou plutôt, pauvres policiers contraints d'appliquer une méchante loi..."

Et sinon, que proposez-vous comme critère pour décider de qui peut rester en France ? Et quelles mesures pour améliorer les conditions d'accueil des immigrés avec papiers en France ? Et quelles mesures pour améliorer les conditions d'expulsion des immigrés clandestins ?

Là, vous iriez peut-être un peu plus loin que cette photo.

116. Le samedi 31 mai 2008 à 13:40 par cyclomal

@policier de passage

C'est pour éviter une répétition que j'ai utilisé, indument j'en conviens, le terme de pandore, qui n'a rien d'injurieux cependant. Pour le reste, je ne me sens pas solidaire du tout avec ceux qui profitent de la photo pour exprimer leur haine envers la force publique, que cette réaction devrait malgré tout questionner.
Pas plus de généralisation dans mon commentaire, que j'adosse volontairement au post de notre hôte et à lui seul.

Je vous sais donc gré de vous adresser à moi, cela me permet de corriger une erreur encore, c'est du commentaire @109 que j'ai tiré l'expression censée dédouaner (je sais, c'est une autre administration...) ceux qui refusent de réagir autrement que froidement devant un aréopage de fonctionnaires en mission (vous rectifierez)

Bien amicalement

117. Le samedi 31 mai 2008 à 15:22 par PB

@ Vonric, Vincent, Policier de Passage

Je prend note de la phrase exacte de Michel Rocard.

Question pour Policier de Passage : est-ce que vous étiez en fonction sous Michel Rocard ou Lionel Jospin ? Si la réponse est oui, est-ce qu'une telle photo était possible à cette époque ?

Je ne doute pas un instant que la réponse soit positive.

Ce n'est pas parce que Nicolas Sarkozy a été élu que les expulsions continuent, mais tout simplement parce que tout candidat qui aurait mis en première mesure de son programme l'arrêt immédiat des expulsions n'aurait jamais franchi la barre des...5 % peut-être ?

118. Le samedi 31 mai 2008 à 18:21 par Fanette

C'est Roselyne Bachelot ?

119. Le samedi 31 mai 2008 à 20:00 par Marie-Aude

@Vincent, je pense qu'il serait plus exact de dire que la France "en accueillait"

Depuis plusieurs années, le nombre de visas et de titres de séjours accordés a dramatiquement chuté, en dehors des cas "automatiques" (familles de français), et toutes les procédures mises en place visent à réduire encore plus ce petit nombre, en rendant les appels plus difficiles, les procédures plus expéditives, etc...

"La France terre d'accueil" c'est un passé révolu. Légalement et selon la voie démocratique, certes ... Le nombre de titres de séjour accordé aux réfugiés et apatrides a baissé de 32% entre 2006 et 2007. C'est beaucoup, et je n'ai pas trop l'impression qu'en 2007 une vague de paix et de bonté se soit abattue sur le monde, qui justifierait brusquement une telle baisse des demandes d'asile.

Ce qui est intéressant, quand on regarde les chiffres, c'est de s'apercevoir que le motif de titres de séjours pour lequel la baisse a été la plus forte est celui des étudiants, ce qui va totalement à l'encontre des idées affichées de "formation et retour au pays".

120. Le samedi 31 mai 2008 à 21:00 par PB

@ 119 ""La France terre d'accueil" c'est un passé révolu"

Vous plaisantez je suppose ? Les chiffres publiés par l'INED montrent un flux migratoire supérieur à 200.000 personnes depuis l'an 2000. Cela représente 25 % du nombre des naissances (environ 800.000), l'INED précisant dans ce cadre que les naissances issues de parents étrangers sont d'environ 1 naissance sur 8. Force est donc de contaster que l'accroissement annuelle de la population française (ou plutot le renouvellement car la croissance suppose de déduire les décès) est basée pour environ 30 % sur les flux migratoires ou enfants issus des flux migratoires.

Les statistiques 2006/2007 ne sont pas publiées certes mais il serait surprenant qu'elles montrent un changement significatif. Faut-il rappeler que la projection de la population française en 2050 a été publiée cette semaine et qu'elle a été réestimée à la hausse sur la base notamment d'un accroissement des flux migratoires ?

www.ined.fr/fr/pop_chiffr...

121. Le dimanche 1 juin 2008 à 08:05 par Véronique

" Ouvrez votre blog, fustigez vos bobos. " (suite de la réponse d'Eolas à mon post)

Ouvrir mon blog pour fustiger les bobos ?

Mais c'est bien inutile.

Je n'ai qu'à ouvrir ceci: www.maitre-eolas.fr/.

Je ne parle pas de la note - elle est telle que je les apprécie beaucoup chez vous, pédagogique - mais de la foule émotive et indignée qui se répand en commentaires. Là, je suis direct d'un clic en Boboland en Boboitude.

Ben oui, cette contrée curieuse qui ne raisonne le droit que pour faire de la loi que la traduction de leurs intérêts militants, particuliers et clientélistes.

Des magistrats ont appliqué le droit, et voilà notre foule que sentimentale de bobos de droite et de gauche qui s'enflamme, revendique, réclame, tord tout pour vouloir nous convaincre que la loi ne saurait être que l'expression de leur vision immédiate et spontanée du monde et des choses.

Pauvres juges. Malheur à eux s'ils appliquent le droit...

Et bon courage à vous, cher Eolas, pour tenter le coup de faire raisonner ces entêtés de l’indignation.


122. Le dimanche 1 juin 2008 à 11:04 par Marc

Il est étonnant que l'indignation suscitée par l'annulation d'un mariage (plus de 700 commentaires au moment où j'écris!) surclasse à ce point le sujet que vous abordez en montrant cette photo.

Enseignant au Collège, j'ai eu à plusieurs reprises des élèves dont j'appris après leur disparition subite qu'ils avaient été reconduits avec leur famille.
C'est un sentiment très amer pour un professeur, lors de l'appel en début d'heure, de constater l'absence devenue ordinaire de ce qui n'est plus qu'un nom sur une liste, un élève pour qui vous aviez travaillé, apporté votre savoir, écouté.

Il arrive parfois que l'on apprenne la situation d'un élève encore présent.
Eux et leur famille vivent dans la peur, les parents évitent de venir aux rendez-vous avec les professeurs, craignant sans doute un guet-appens, il arrive même qu'ils nous donnent de fausses adresses, ou celles d'amis qui leur feront suivre leur courrier pour éviter d'être fichés.

J'ai actuellement une élève dans ce cas.
Elle est plutôt discrète, souvent absente, peu attentive.
Je sais qu'il est possible, un jour, qu'elle ne soit plus là, repartie pour des cieux lointains dans les conditions que vous décrivez.

Alors je ne peux m'empêcher d'avoir un sentiment de révolte, de gâchi. Quel travail peut-on faire si un minimum de sérénité n'est pas assuré par l'Etat (que je sers pourtant avec fierté) pour tout mes élèves.
Car on enseigne pas uniquement aux enfants qui sont en conformité avec telle ou telle loi, on enseigne c'est tout.

Je suis très admiratif pour toutes ces raisons des établissements qui se révoltent pour protéger un de leur élève, et que parents et professeurs se mobilisent pour obtenir des papiers aux familles de ces enfants scolarisés.

Bien à Vous,

Marc

123. Le dimanche 1 juin 2008 à 12:22 par Rien à dire

journal-lamarseillaise.co...

124. Le dimanche 1 juin 2008 à 13:25 par christine

Maitre Eolas cachant une batte de baseball derrière son dos se trouve a coté d'un homme-sandwich assommé, portant une longue bosse sur le sommet du cuir chevelu, et qui tient encore à la main une pancarte où est écrit : 'Trop cool mon site LOL'. Un texte 'Commentaire modéré par Pub Neutralisator™' surplombe l'image.

125. Le dimanche 1 juin 2008 à 14:18 par elhana

Je me demande ce que devient cette fillette... Et les autres, ces gens qui voulaient juste se faire discrets dans un pays qu'ils espéraient voir devenir le leur.



126. Le dimanche 1 juin 2008 à 21:55 par yves

En fait elle a de la chance car si c'était des gendarmes en cas de fuite (par exemple courrir après une balle) ils avaient le droit de tirer!!

127. Le dimanche 1 juin 2008 à 22:01 par sergio

en fait elle a de la chance parce que si ç'avait été des gendarmes en cas de tentative de fuite il avaient le droit de tirer (après sommations d'usage bien sûr)

128. Le dimanche 1 juin 2008 à 22:29 par noisette

Bonjour,

un billet sur la désobéissance ne serait pas de refus Maitre.

A l'occasion, bien sûr.

Merci.

129. Le lundi 2 juin 2008 à 01:08 par Damoclès

Pourriez-vous nous dire quels sont les recours légaux, aux différentes instances juridiques existantes (je pense notamment à l'Europe, ou à un pays non-européen décidant d'appliquer le principe de compétence universelle), contre cet état de fait?
Les américains abusent de la notion de traumatisme psychologique, mais vus le nombre de cas de mauvais traitements divers autour de l'expulsion des étrangers, est-ce qu'une cour qui cesserait de placer la raison d'Etat au-dessus du droit n'aurait pas les moyens juridiques d'envoyer quelques milliers de fonctionnaires et politiques français en prison?
Les moyens politiques d'appliquer ces décisions sont une autre question, évidemment...

130. Le lundi 2 juin 2008 à 14:21 par vivien

la photo est rigolote
Les commentaires peut être encore plus!

A tout ceux qui commente en y voyant une forme de répression contre l'enfance, une résurrection du fascisme...
Je ne saurai que vous conseiller de vous méfier un peu plus des images.

Rien n'empécherait à la limite que ce ne soit qu'une brave petite qui va manger à midi avec maman qui rentre du boulot.

Même si il s'agit d'une escorte policière, c'et sans doute moins pour empêcher la petite de s'en aller que d'empêcher quelqu'un de l'approcher, non? Le concubin de sa mère peut être? pour faire dans la récupération douteuse d'affaire récente, puisque c'est à la mode.

La vérité est que je n'en sais rien, vous non plus, maitre eolas peut être même pas plus. Et que donc comme d'habitude, les images non légendées ne disent que ce l'on veut bien leur faire dire.

131. Le lundi 2 juin 2008 à 16:28 par jean naimar

Une petite fille en rose ,
des vilains policiers au neurone limité par les règles d'obéissance.
L'image est facile et révoltante . Les règles de l'humanité,
dont les avocats, entre autre, jouent la farce,
n'empêcheront pas le drame.
Cessez de pleurnicher.
Vous exprimez votre stupeur de ce léger rose oppressé par ce bleu sombre,
très sombre,
ombre de l'humain dans toute sa splendeur.
Ombre de celui qui obéit aux ordres de celui qui exprime son pouvoir
pour respecter son auto censure du coeur et respecter celle des textes.
Gagner sa vie et du pouvoir.

Mais lorsque vous arpenterez les allées du château familial,
au volant de votre aston martin,
votre morale aura été sauve,
histoire d'alléger votre culpabilité à votre participation au complot sur les faibles.
Vous croyant justicier et combattant,
vous vous serez indignés,
et après ?
Le système vous fait vivre et vous en êtes un rouage tout en croyant le combattre.

Indignons nous donc.

132. Le lundi 2 juin 2008 à 17:04 par vivien

Excusez moi maitre, je n'avais pas vu que vous explicitiez un peu plus le contexte de la scène.
Je n'entrouve pas moins bien dangereux de crier au fascisme sur cette simple image, sans savoir si l'audience a été agitée, ou ce qu'il peut se passer à deux mètres en dehors du champ de la photo.
Qaund à vous maitre, j'ai bien compris que votre ton était celui de l'humour, d'où le terme de "rigolo" qui je l'espère n'a pas choqué.

133. Le mardi 3 juin 2008 à 07:39 par aymeric

Et la lutte contre les dangers de la république jamais ne connaîtra de répit : www.guydarol.fr/archive/2...
No pasaran en quelque sorte...

134. Le mardi 3 juin 2008 à 12:57 par dicaprio

quel sont les droits de l homme es ce possible une tel injustice envers ces petis enfants ,quel malheur et quel fraternite mon cul oui

135. Le mardi 3 juin 2008 à 13:06 par dicaprio

attention j ai vu d autres choses maintenant car il se peux que ces petits enfants seront conduits a la garderie ou bien passer l autre cote de la rue ,c est pour cela j espere ne pas me tromper si c ete le cas je suis qu un un etre humain ,et je retire le premier que j ai envoye merci

136. Le mardi 3 juin 2008 à 13:11 par riviere

pourquoi pas des cameras de devant n es pas un peu louche peut etre un montage non?

137. Le dimanche 8 juin 2008 à 19:23 par René l'artiste

La voiture blanche est garée sur le passage piéton...

138. Le vendredi 13 juin 2008 à 14:41 par Ali gendre du prophète

J'ai vécu, entre autres, au Soudan.

On y mutile les enfants pour les envoyer faire la manche dans les rues de Khartoum.

En France, pays des bons sentiments qui dégoulinent de guimauve, on s'offusque que des policiers raccompagnent des enfants.
Mais personne pour s'indigner des parents qui se servent des enfants comme bouclier moral, bon droit de rester en France !

Ne vous plaignez pas, on n'a pas encore eu droit aux enfants malades qu'il faut garder dans les hôpitaux justifiant l'installation des parents en France ...... m'étonne qu'ils n'y aient pas encore penser ...... ou alors ..... personne n'en parle ?

L'angélisme des français est pathétique.
Bien sûr que les étrangers en situation illégale sont prêt à tout ! absolument tout ! pour éviter le renvoi. La compassion est une excellente marchandise pour ceux qui utilisent leurs enfants comme argument de pitié.

139. Le jeudi 3 juillet 2008 à 14:10 par lilou


@ali gendre du prophète
hummm

ha oui, votre expédition au soudan est représentative des étrangers vivant en france, ou du moins qui essaient d'y vivre en paix, et dignement....

ils sont en france peut etre pour que leur progéniture n'aie pas à subir ce que d'autres ailleurs subissent

quant à la compassion à laquelle vous faites allusion et que vous semblez si bien connaitre ( bah oui, vous avez été au soudan!), je vous recommande vivement l'esquive d'amalgames...

mais bon, pour ces gens là, c'est pas possible hein? capables de tout vous dites?
oui, même de vivre dans la peur, dans des conditions indignes, et de travailler, il faut bien le dire comme des chiens

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact