Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vu à la télé

Par Dadouche



20 h 55 : je m'installe devant ma télé.
Le programme est alléchant : Rachida Dati dans "A vous de juger". Arlette Chabot nous annonce "la ministre dont on parle le plus", celle dont "les dossiers soulèvent des polémiques".
Une remarque tout de même en passant à l'intention de France 2 : au tribunal, quand une femme "dans un état intéressant" se présente à la barre, on lui propose au moins une chaise. Enfin moi, ce que j'en dis....

S'ensuit une vingtaine de minutes sur "la femme et son oeuvre", avec des questions insistantes (et parfaitement déplacées) sur son état.

Enfin, on aborde les choses sérieuses. Et là, c'est l'illumination.
Je crois que j'ai enfin compris le malentendu.

Nous, magistrats, bêtement, quand on entend "Garde des Sceaux", on pense rédaction de projets de loi et de décrets, politique pénale, réflexion sur les équilibres de la procédure, budget, fonctionnement des juridictions, dialogue avec le personnel judiciaire et les auxiliaires de justice. On pense utile quoi.
Le ministre place Vendôme, au conseil des Ministres et au Parlement à faire son job et nous dans nos tribunaux à essayer de faire le nôtre, et les sauvageons seront bien gardés.

Mais quand la Garde des Sceaux décrit sa fonction, elle donne la fiche de poste d'une VRP de la compassion, de la championne des victimes, de la terreur des malfaisants, de la reine du terrain : protéger les Français, sanctionner les multirécidivistes, rapprocher les Français de leur justice. C'est Rachida d'Arc, qui a entendu les voix de Nicolas Sarkozy.

"Ma place est sur le terrain".
La ministre cite quelques déplacement essentiels à sa fonction : la rencontre au centre hospitalier de Bordeaux avec une enfant violée qui a perdu sa mère et que la Justice est là pour protéger, la visite à la maison des adolescents, une visite (quand même) à la cour d'appel de Douai. En tout 120 déplacements depuis 18 mois.
Ce qu'elle aimerait qu'on dise d'elle ? "Elle a renforcé la justice, elle nous a protégés, elle a sanctionné les délinquants".

En fait, la Garde des Sceaux n'est pas ministre de la Justice. Elle EST la Justice. ELLE protège, ELLE sanctionne, ELLE assume.
Bon, entendons nous bien, quand elle protège, c'est du lourd. On ne parle pas de violence routière, de vols à l'arraché ou de petit trafic de shit. Non, son créneau, ce sont les pédophiles dangereux, les meurtriers en série, les vrais monstres.
D'ailleurs, elle voit des criminels partout, puisqu'elle nous ressert son antienne sur "les seuls mineurs incarcérés sont ceux qui ont commis des actes criminels". Il faut croire que le ressort où j'exerce est peuplé de mineurs qui ont violé, tué ou braqué, puisqu'il y en a en permanence à la maison d'arrêt. Curieux, moi j'ai plutôt prononcé des condamnations pour des vols aggravés, des violences, des extorsions, des mises en danger de la vie d'autrui ou des incendies.

Passons, relever toutes les erreurs ou approximations prendrait trop de temps.

Quelques perles tout de même : les mineurs en CEF sont alcooliques depuis l'âge de 11 ans (celle là est en récidive), la moitié des magistrats se sont mis en grève en 2000, "les mineurs ne vont en prison que pour des affaires criminelles, c'est le code qui le dit".

Il y a eu des fulgurances.... à la conclusion décevante : si la délinquance des mineurs continue à augmenter malgré la fermeté mise en oeuvre depuis 18 mois, contrairement à la délinquance des majeurs qui est en net recul grâce aux peines planchers, c'est parce que le texte n'est pas adapté, trop vieillot, fait pour les enfants de la guerre et non pour ceux de 2008. Ca ne peut évidement pas être (comme Elisabeth Guigou a osé le prétendre avec indécence en parlant de son fils adolescent alors qu'on lui parlait des criminels qui peuplent les prisons et les centres éducatifs) parce que pour les mineurs ce qui marche le mieux c'est l'éducatif (qui n'exclut pas l'autorité et la fermeté), et que ça marche encore mieux quand il y a des éducateurs pour faire de l'éducatif.

Soyons justes, une annonce intéressante tout de même : un code de la justice des mineurs. Ca ne sera pas du luxe d'avoir tout dans le même texte. Après, faut voir le contenu...

Et puis, elle a parlé de nous, les magistrats.
Bien forcée, puisque les deux principaux syndicats annoncent des actions la semaine prochaine à cause notamment des multiples atteintes à l'autorité judiciaire.
Alors là, les conseillers en com' ont bien travaillé.
Le congrès de l'USM (première organisation syndicale des magistrats, qui revendique 2000 adhérents et près de 65% des voix aux élection professionnelles), auquel tous les Gardes des Sceaux se sont rendus depuis des décennies, devient "une réunion de 90 magistrats à Clermont-Ferrand". Et elle, elle a préféré aller sur le terrain qu'assister à une réunion dans une cabine téléphonique. On voudrait juste savoir sur quel terrain elle était le 10 octobre dans l'après midi.
On évoque une certaine brutalité ? Elle répond exigence.
La carte judiciaire ? Ce sont les magistrats eux mêmes qui l'ont proposée. Traduction : des commissions alibi ont été réunies en urgence pendant l'été pour faire semblant de consulter alors que le projet était prêt depuis longtemps.
Le Procureur de Boulogne sur Mer a obtenu une mutation qu'il sollicitait depuis plusieurs années après un avis de non lieu à sanction rendu par le CSM ? En langue ministérielle ça se dit : "J'ai pris mes responsabilités, j'ai demandé au magistrat de quitter ses fonctions".
Sans parler du message subliminal qui suit : pour le Juge Burgaud, s'il n'y a rien, ça ne sera pas ma faute mais celle du CSM.

A la fin, j'ai fatigué. A 22 heures, j'ai éteint.
Pas envie de me taper Tapie en prime.

Le Bilan

Sur 1h10 d'émission, plus de 20 minutes sur "sa vie-son oeuvre-ses origines".
Des mots clés : victimes, mutirécidivistes, terrain, criminels.
Des mots absents (notamment dans la bouche d'Arlette Chabot) : budget, rapport de la CEPEJ, respect de l'autorité judiciaire.
Une empoignade avec Elisabeth Guigou sur le thème "mes chiffres sont meilleurs que les tiens et toi aussi t'en as bavé".
Un nom : Nicolas Sarkozy.

Moi j'aime bien la télé de service public.

Commentaires

1. Le jeudi 16 octobre 2008 à 23:39 par villiv


Ah...

Hé bien j'ai bien fait de sortir au lieu de rentrer et de regarder la ptite lucarne ... des sceaux ;-)

2. Le jeudi 16 octobre 2008 à 23:39 par Kemmei

Désolé pour vous. Cela devait être un moment bien désagréable, rien qu'à lire le résumé j'en frémis.

Dieu merci (le vrai, pas le clown de l'autre sujet), je n'ai pas la télé.

3. Le jeudi 16 octobre 2008 à 23:52 par Axonn

Les nombreuses incarcérations de mineurs qui prouvent l'efficacité de la justice, je trouve que ça commence à ressembler aux violences en Irak qui prouvent que les ennemis des USA sont désespérés, sur le point d'être totalement anéantis.

Est-ce que je peux, sans paraître macho, renouveler ma demande à ce qu'elle prenne dès maintenant un congé de maternité de quatre ans ?

4. Le jeudi 16 octobre 2008 à 23:52 par Pierre

Pour ma part, je n'ai même pas dépassé les 20 premières minutes voyant la "journaliste" poser des questions complètement hors propos sur la situation maritale de madame la ministre de la Justice. J'en suis tombé des nues de l'état de la télévision publique... J'imagine donc bien la suite.

5. Le jeudi 16 octobre 2008 à 23:53 par massou

bravo je viens de voir la télé c'est tout à fait ça
des erreurs multiples, un niveau plus que faible
des questions déplacées
de nombreuses inexactitudes volontaires (restons poli)
bravo encore

6. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:02 par Pax Romana

En même temps, vous vous attendiez vraiment à autre chose ?

7. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:10 par XS

Mais Dadouche, Jeanne d'Arc elle n'a jamais attendu un enfant de père inconnu. Où cela pose un gros problème de droit canon (qui a certes évolué depuis 1456, qui est sa date de canonisation). Je parle de Jeanne d'Arc bien sûr.

Pour le reste on est dans un monde de médiatisation, et de communication (pour ne pas dire publicité). Les français jeunes ou vieux vont peut-être majoritairement commencer à réaliser qu'il y a une différence entre la réalité et ce que certains métiers veulent leur faire croire: publicitaires, conseillers bancaires, hommes politiques, responsables d'entreprise et divers grands communicateurs.

8. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:15 par araok

Au moins avec Tapie il y avait du spectacle vivant. Le service public a du bon...Mais j'ai calé pour la troisième partie: préfère me coucher en rêvant à 290 millions € qu'à la crise! (pourvu que je ne rêve pas de mame Chabot!)

9. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:16 par Nexus 6

Comment peut-on etre si incompétent et devenir ministre de la Justice?

La question que je ne cesse de me poser est de savoir si les gens qui travaillent avec elle sont aussi incompétents.

10. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:24 par Marcel

Ouch... je n'aurais pas tenu aussi longtemps. A ce niveau, c'est de l'abnégation. Je crois que j'aurais éteint de rage au moment du "les mineurs ne vont en prison que pour des affaires criminelles, c'est le code qui le dit". Chiche !

Entre nous, je le dis aussi aux magistrats : Chiche ! Chiche que vous la preniez au mot et que vous la citiez au mot près le jour où elle vous fait un seul reproche !

La question qui se pose, c'est quand-même la suivante : malhonnêteté ou incompétence ?

Dans tous les cas, quand le sujet est aussi sérieux, c'est très grave. Et ce qui est encore plus grave, c'est qu'(apparamment) aucun journaliste n'aie pris la peine de la reprendre.

11. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:25 par Clems

"Curieux, moi j'ai plutôt prononcé des condamnations pour des vols aggravés, des violences, des extorsions, des mises en danger de la vie d'autrui ou des incendies."

Vous voyez qu'elle a raison, la madame Dati. Vous êtes injustes. Ceux là se font enfermer injustement les pauvres gamins qui ne font que s'amuser ! Et les autres ? Les vrais monstres fétides sont relâchés dans la nature, pourquoi ? On ne sait pas. Ahinh, on fait moins le fier d'un coup.

12. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:38 par ramses

"Pas envie de me taper Tapie en prime".

Vous auriez dû, il a été excellent et a mis tout le monde dans sa poche, comme d'hab !

En plus, il sait faire rire, ce qui changeait du sujet précédent...

Et c'est le seul à tenir un discours sur la formation des jeunes en difficulté, qui serait susceptible de désengorger le système répressif... Il compte y consacrer la part des indemnités lui revenant (qu'il estime à environ 50 millions, par rapport aux 280 alloués).

Le Tapie nouveau est arrivé.

13. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:44 par Jawad

Elle était loin d'être à l'aise, allant d'une hésitation à l'autre. Elle s'est effectivement quelque peu illuminée (enfin, agitée) sur la fin, notamment face à E. Guiguou.

Mais pour moi qui ne suis absolument pas juriste, cette émission a été d'une grande inutilité : R. Dati s'est contentée de ne pas répondre aux questions et de répéter sans cesse les mêmes mots totalement déplacés sans jamais parler concrètement de droit, de lois ou de projets. Car l'anecdote que Dadouche cite, sur la jeune fille violée (l'anecdote étant la citation par R. Dati et non l'évènement en soi), n'avait à mon sens aucune justification.

Tapie a été fidèle à lui-même et on s'est au moins bien marrés : entre lui et Dati, l'un est au moins divertissant et n'inspire pas seulement une incompréhension totale sur la nature de ses responsabilités et les raisons qui ont poussé à les lui confier.

En bonus, la citation magique de notre ministre : "Un grand pouvoir implique des responsabilités" (Spiderman) Ca c'est de l'argument, et sans même préciser sa source.

14. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:44 par mad

Merci a vous de l'avoir subi pour ceux qui n'ont pas pu avoir cette chance douteuse.

15. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:45 par Johnny Cochrane

Le plus cocasse dans cette tragicomédie, c'est que c'est une ancienne magistrate...
Si au moins elle avait été avocat !

16. Le vendredi 17 octobre 2008 à 00:59 par long

c'est marrant t'es revenu en ligne en meme temps que aliocha!!!!

17. Le vendredi 17 octobre 2008 à 01:09 par Gathar

"En fait, la Garde des Sceaux n'est pas ministre de la Justice. Elle EST la Justice."

Judge Dredd ?

18. Le vendredi 17 octobre 2008 à 02:27 par Marie-Christine BLIN

Merci Dadouche pour ce compte rendu très drôle et votre courage à être notre vigie ce soir.

19. Le vendredi 17 octobre 2008 à 03:14 par Etouiii

J'espère qu'elle va vraiment aller jusqu'au bout de ce qu'elle promet et que ça ne va pas rester que des paroles en l'air.
un minimum de sens et de cohérence dans le cahos et l'anarchie de la jungle judiciaire où sévissent les petits seigneurs intouchables ne peut faire que du bien!
Ne leur en déplaise

Eolas:
Bien sûr que non, elle n'ira pas au bout de ce qu'elle promet. Elle n'ira même pas au début. L'objectif pour elle est que vous gobiez le couplet sur la gabegie et le karcher, que vous jappiez joyeusement comme un chien ravi qu'on lui jette un os à ronger, et que vous votiez ravi quand on vous le demande. L'exécutif aurait tant à perdre avec une justice digne de ce nom, doté des moyens nécessaires. Pour sanctionner les dirigeants politiques qui violent la loi, par exemple.

20. Le vendredi 17 octobre 2008 à 06:40 par Akhénaton

@Ramses: d'accord avec vous , du très grand Tapie, avec en plus une sacrée pédagogie sur l'affaire Crédit lyonnais (sans me prononcer sur le fond, je précise)
le pauvre Domenach en était réduit à des haussements de sourcils, des moues dubitatives et des brêves de comptoirs!!
Arlette Chabot était dépassée par l'argumentation juridique du Nanard !

21. Le vendredi 17 octobre 2008 à 06:45 par Passant

Il va falloir vous y habituer : désormais, le gouvernement est en campagne électorale en permanence.

22. Le vendredi 17 octobre 2008 à 07:22 par hatonjan

@14 Johnny Cochrane : Je ne sais pas pourquoi mais je pense que si elle reviens dans le corps des magistrat en position d'activité, elle risque de n'avoir pas que des amis... Enfin bon, je doute qu'elle y retourne un jour. D'ailleurs j'ose croire qu'elle n'est pas si bête mais joue sur les sentiments, car selon vous, quelle proportion de la population a vu cet aspect erroné (et combien connaissent la différence contravention/délit/crime) ? Allez je vais être gentil, je dirai 10%. Bah la loi de la démocratie dit que mieux vaut plaire aux 90 autres %, donc Passant a raison, autant leur plaire dans une "campagne permanente".

23. Le vendredi 17 octobre 2008 à 07:24 par Caroline

Elle a sacrément esquivé les questions sur les rapports avec les magistrats. Mais en fait c'est normal, elle n'est pas là pour représenter les magistrats, pour comprendre leur travail et travailler avec eux: elle a été magistrate donc elle sait tout. Elle est seulement au service des français, in personam, et vous les magistrats vous devez vous résigner.

J'ai bien aimé aussi le passage où elle affirme que les magistrats devraient arrêter de commenter les lois et de vous vouloir donner leur avis sur les futures lois qui sont votées par les représentants du peuple; ben oui ce n'est pas votre domaine de compétence, vous ne pouvez pas savoir de quoi vous parlez, les représentants du peuple comprennent les attentes des Français, et c'est ce qui compte.

Je comprends véritablement votre sentiment d'être "lâchés" par votre ministre, parce qu'elle est ministre de la Justice mais seulement pour faire le relais avec les Français: la justice ce n'est pas un truc de professionnels (sic).

Et enfin, j'ai appris qu'elle était pour la liberté d'expression. Ouf nous sommes sauvés.

24. Le vendredi 17 octobre 2008 à 07:49 par LOmiG

C'est la suite normale de notre société totalement étatisée. Rachida Dati est quelqu'un de visiblement très compétente et dynamique. Mais elle prend son rôle comme le président et comme la plupart des ministres : ils pensent devoir gérer chaque instant de la vie quotidienne des français (lesquels attendent cela d'ailleurs pour la plupart). Le jour où l'on remettra l'Etat à sa place, et où sa seule mission sera d'administrer les quelques fonctions régaliennes qui lui reviennent naturellement, alors peut-être ce seront à nouveau dans les tribunaux que l'on découvrira la Loi naturelle, au lieu de vouloir l'inventer - sous forme de réglementation - à l'assemblée.

Lire Hayek.

Eolas:
Avant de lire Hayek, lisez un peu Descartes. L'esprit critique, tout ça. Parce qu'affirmer que Dati est "visiblement très compétente", c'est substituer à la perception raisonnée une admiration béate due à son bord politique. Qualifier quelqu'un de visiblement très compétente qui, dès qu'on lui pose une question technique, renvoie la balle à son dir cab ou son dir com, qui se ridiculise devant le ministre de la justice norvégien en croyant que la Norvège fait partie de l'UE, et affirme que sa loi est bien appliqué avant d'engueuler les procureurs généraux parce qu'elel est mal appliquée, si ce sont pour vous des traces visibles de compétence, je vous trouve visiblement très intelligent, si vous voyez ce que je veux dire.

25. Le vendredi 17 octobre 2008 à 07:59 par Maboul Carburod....z

J'étais retenu sur ce blog hier soir. C'était beaucoup plus intéressant...
Bref, je n'ai rien manqué, comme d'habitude.

26. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:20 par Etouiii

@Eolas: contrairement aux magistrats, moi dans ma vie quotidienne de contribuable/justiciable/citoyen, quand j'ai des ennuis ce n'est pas avec les hommes et les femmes politiques...
Qu'ils ne soient pas ou plus une cible prioritaire pour certains petits seigneurs en mal de reconnaissance médiatique, me fait une belle jambe...
qu'on me rasera gratis avec Les magistrats français (aoc)

Eolas:
Laissez-moi deviner… Vous êtes puant et méprisant, vous êtes incapable d'entendre une autre opinion que la vôtre… Mmmhh…

Votre épouse a demandé le divorce, vous n'avez pas eu la résidence alternée de vos enfants, et vous êtes tellement malade de devoir payer une pension à votre ex épouse que c'est la faute du JAF. J'ai bon ?

27. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:24 par Marcel

"qui se ridiculise devant le ministre de la justice norvégien en croyant que la Norvège fait partie de l'UE"

Aïe.... ah oui quand-même. J'étais pas au courant de celle-là. Je suppose que ça a un rapport avec le "modèle norvégien" de rétention de sûreté ? C'était quand, vous auriez un lien vers une page qui en parle ou vous sauriez me dire à quelle occasion c'est arrivé ?


Dadouche :
C'est .

28. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:30 par NR


@ Dadouche : c'était vraiment affligeant...

Vous avez frémi tout le long de l'émission ( moi aussi), mais avez-vous relevé cette phrase de Dati " Les magistrats ne veulent que pas que l'on critique leurs décisions, alors qu'ils ne critiquent pas les Lois que l'on vote" !!

Alors là, j'ai trouvé ça d'un grand niveau de réflexion, pas vous ?


Dadouche :
C'est un peu plus compliqué que ça je trouve. Sur le fond, effectivement, les magistrats n'ont pas à faire de critique politique sur les textes votés par le législateur. Mais il me semble qu'ils sont dans leur rôle en soulignant les contradictions, l'absence des moyens nécessaires à l'application des textes et des politiques décidées, les atteintes à d'autres principes du droit, la communication démagogique.
Par exemple, imaginez qu'un texte vient durcir les peines, avec "encouragement" fort à en faire un usage ferme, tandis que d'autres textes, tout aussi fortement soutenus par le pouvoir exécutif, prévoient des aménagements de peine massifs pour vider les prisons trop remplies par le premier. Les magistrats seraient dans leur rôle en disant que ça n'a pas de sens, qu'il faut choisir, que l'on prend autant de risques à prononcer des peines très lourdes pour des faits d'une gravité modérée qu'à octroyer des libérations conditionnelles ou des bracelets électroniques à des gens qui ne présentent que peu de garanties, tout en soulignant que l'état des prisons fraçaises se dégrade de plus en plus
Ca n'est évidement qu'un exemple fictif hein. On ne voit pas comment le pouvoir exécutif pourrait être aussi incohérent.

29. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:32 par gabrielle

@Marcel

"La Norvège fait partie de l'UE"

www.rue89.com/2008/07/01/...

30. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:39 par gabrielle

J'ai personnellement arrêté l'émission au 27e bêlement "Nicolas Sarkozy".

31. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:39 par R. Gary

@9 - Nexus 6

Rassurez-vous, il y en a quand même des bons. Vaut mieux... Mais la question est alors, comment font-ils pour rester ? Sachant que beaucoup ont déjà fui ce cyclone ambulant...

32. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:42 par Caroline

@ NR: le passage sur la critique des lois comparée à celle des décisions de justice était vraiment le clou de la soirée, j'aurais voulu pouvoir me repasser ce message en boucle.

Mais le problème dans tout ça reste l'attitude de la journaliste (désolée Aliocha, ce n'est pas une généralité): quand Mme Dati annonce une baisse de la délinquance puis son contraire de suite après, elle ne lui demande pas ses chiffres ou ses sources. Quand Mme Dati affirme que la prison est l'extrême solution pour des cas extrêmes, elle ne lui parle pas de l'occupation des prisons par des gens purgeant de courtes ou moyennes peines. Quand Mme Dati affirme "je suis pour la liberté d'expression", la journaliste ne la reprend pas sur les convocations des magistrats qui l'ont critiquée en audience.

C'est vrai que l'émission s'appelle A vous de Juger mais je m'imaginais qu'on nous donnerait les clés pour ce faire.
Une personne ne connaissant pas le milieu judiciaire n'aura eu que la version de Mme Dati, sans contre point de vue.

33. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:43 par Stéphane

@ XS (7): Jeanne d'Arc a été brûlée en 1431, mais a été canonisée seulement en 1920...

34. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:45 par Audrey

Pour ma part, je suis dégoutée.. J'ai raté la première demi heure de "desperate housewives" pour ma vie-mon-oeuvre-et-moi-et-moi-et-moi..."Si j'avais su, j'aurais pas v'nu!!"

35. Le vendredi 17 octobre 2008 à 08:45 par Caroline

Je finis, excusez-moi d'avoir coupé le message.

En revanche, n'y a-t-il que moi qui ai été choquée par le passage du démenti de BL sur sa paternité sur stade 2? En quoi cela nous permettait de juger l'action de Mme Dati? D'ailleurs vu son l'expression de son visage au moment du visionnage, je n'aurais pas aimé être à côté d'elle, il a dû souffler un vent glacial.


Dadouche :
Je ne l'ai pas assez précisé dans mon billet, je profite de votre commentaire pour le faire maintenant : j'ai trouvé indigne et humiliant pour la Garde des Sceaux tout le passage sur son état et particulièrement celui que vous citez. Elle l'a encaissé plutôt dignement mais j'ai trouvé lamentable l'autojustification d'Arlette Chabot : tout le monde en parle et dément sa paternité, il faut bien qu'on en parle nous aussi. C'était minable.

36. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:14 par GreG

Bon si j'comprends bien j'ai mieux fait de regarder les deux épisodes de la série Flics sur la Une... :)

Merci pour ce feedback intéressant.

37. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:20 par juju87

le plus intéressant finalement c'était de savoir qui est le père de l'enfant de Rachida!! elle l'a pas dit?? mince! j'ai bien fait de regarder desperate!! oui,on se défoule comme on peut!!

Eolas:
Il y a beaucoup à dire sur la politique et la méthode de Madame Dati pour ne pas avoir à recourir à des allusions grossières et répétées sur son état. Ici, on critique, sans pitié, mais on n'attaque pas. Les prochaines allusions de ce genre seront effacées.

38. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:22 par Anaca

ah la la ! j'étais pleine de bonne volonté hier soir, je m'étais dit "allez, regarde et écoute, on ne sait jamais...". Mais voilà, j'ai craqué au bout de 20 minutes : trop de "moi, je", trop de "nicolas sarkozy", trop de questions sans intérêt (ou pas de questions quand il le fallait...), trop d'incompétence...
la zapette a frappé.
j'ai tenté un retour plus tard dans la soirée, mais non, ça n'allait toujours pas.
toute mon admiration à Dadouche !

39. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:35 par PUCE

@XS (7) et Stéphane (33) : en effet, Jeanne d'Arc a été canonisée seulement en 1920, par Benoît XV. XS a dû confondre avec son procès de réhabilitation, qui, en 1456, a cassé celui de 1431 où elle était déclarée hérétique par le tribunal ecclésiastique de Rouen présidé par Cauchon.
Même en faisant du hors sujet, on arrive encore à parler tribunal... Ce blog est merveilleux de cohérence.

40. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:42 par Humaniste

L'intervention du mannequin de chez Dior paraissait d'autant plus fade qu'elle était suivi de celle de Nanard. Et hier soir il etait à 200 %, back to the top le Nanard, la gagne!!
Rachida elle, a l'air terne et coincee.

41. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:46 par nala

Je n'ai pas vu l'émission ; toutefois il me semble que les commentaires mettent en exergues des approximations, erreurs de notre ministre. Il me semble nécessaire d'en revenir au principe de base : la séparation des pouvoirs. En tant que Ministre, Madame DATI est un politique. On ne peut pas lui demander d’avoir les mêmes compétences qu’un juge ou un avocat ; certes elle nous dirige mais elle est là pour appliquer un programme et prendre des décisions nécessaires - selon ses critères et celui de son parti, ce ne sont pas les votres ni les miens - au bon fonctionnement de la justice.
Alors il est un peu facile de lui jeter la pierre si l'on n'est pas d'accord avec sa politique, mais il ne faut pas oublier qu'elle applique ce pourquoi notre président a été élu...
C'est tout le problème de l'opposition aujourd'hui. Elle a perdu les élections et continue à dire que son programme était meilleur! Quand pourrons nous avoir une opposition constructive?

42. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:50 par Arnaud

Hé bé !!! 39 commentaires et autant de vrais rebelles !!! "Ouais !... La ministre de la justice elle est trop zincompétente !... C'est une cire pompe de Sarkozy !!! On va pas se laisser faire !!!"...

Une telle unanimité !... Vous devriez faire de la politique...

Dites... il n'y a que moi que ça choque cette phrase là dans l'article: "Nous, magistrats, bêtement, quand on entend "Garde des Sceaux", on pense rédaction de projets de loi et de décrets, politique pénale, réflexion sur les équilibres de la procédure, budget, fonctionnement des juridictions, dialogue avec le personnel judiciaire et les auxiliaires de justice. On pense utile quoi."
Personnellement, en tant qu'individu potentiellement justiciable, je pensais que la Garde des Sceaux était (comme tous les ministres) au service des citoyens, et non des magistrats.
Tout comme le ministre de la défense n'est pas au service des militaires, le ministre de la santé n'est pas au service des médecins, le ministre de l'agriculture n'est pas au service des paysans etc...

Et là c'est marrant parce que dans le texte de Dadouche, s'il y a un mot qui manque, c'est bien citoyen...

43. Le vendredi 17 octobre 2008 à 09:59 par CEDHnow

Est ce que le ministre de la justice a parlé sur la télévision d'état de la mise en place de l'habeas corpus en France ?

Elle en avait parlé lors de sa conférence de presse sur la mise en place du comité de reflexion sur le code pénal et le code de procédure pénale :

"Vous pourrez vous interroger sur l'introduction d'une procédure d'habeas corpus dans notre droit. Une personne arrêtée n'est pas privée de tous ses droits. Il faut réfléchir à une procédure qui garantit à une personne arrêtée une présentation rapide devant un juge."
www.presse.justice.gouv.f...

Sinon je n'arrive pas a saisir ces 2 points:

1) Les procureurs de la République n'étant pas une autorité judiciaire et étant lié hierarchiquement au ministre de la justice, quel est le probleme posé par leur convocation par leur supérieur hierarchique ?

2) La venue du ministre de la justice et chef hierarchique des procureurs de la République à un congrés ou de nombreux juges sont présent n'était elle au contraire une atteinte à l'independance de l'autorité judiciaire ?

Merci pour ce blog qui est tres interessant et tres vivant.

44. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:12 par Sylvestre

Petit sophisme ....

La Garde des Sceaux (et le Saint Président) est La Justice
Les magistrats ne sont pas d'accord avec elle
Donc les magistrat sont injustes / incompétents / autre qualificatif négatif (rayerz la mention inutile)

C'est pas logique ?

Sinon une propositon de réforme pour la Justice : chaque personne estimant avoir un problème judiciaire doit envoyer un courrier à l'Elysée en précisant le nombre d'émission TV ou il est passé pour raconter ses malheurs en en précisant l'audimat. A partir de la le gouvernement décide s'il y a lieu ou non d'organiser un sondage pour savoir ce qui est Juste. On économiserait beaucoup en frais de Justice non ?

45. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:17 par Guile

Arnaud, etes vous persuadé que les magistrats se moquent des citoyens? Je vous assure que tel n'est pas le cas. Et lorsqu'ils critiquent certaines lois nouvellement votées, ce n'est pas seulement pour faire de l'idéologie, comme certains le laissent penser.
Les lois que le gouvernement a fait voté sont contradictoires, sont un danger, pour certaines d'entre elles, pour le justiciable et pour le semblant de cohérence pénale qu'on pourrait attendre d'un Etat comme la France.

Que NS est souhaité promouvoir une certaine sévérité pénale c'est une choix politique. On aime ou on aime pas, mais c'est une idée qui fait partie du débat publique. Que dans le même temps, on fasse tout ce qui est possible pour atteindre cet objectif et que lorsqu'on doit assumer les conséquences de celui ci on fait peser sur le dos des juges la responsabilité, je m'excuse, mais c'est à la fois se moquer des juges, mais aussi, et surtout des citoyens.

Et enfin, il ne ressort pas des propos de Dadouche que le Garde des Sceaux devait être au service des magistrats, relisez: "quand on entend "Garde des Sceaux", on pense rédaction de projets de loi et de décrets, politique pénale, réflexion sur les équilibres de la procédure, budget, fonctionnement des juridictions, dialogue avec le personnel judiciaire et les auxiliaires de justice."

tout ça, ce sont des aspects de l'appareil judiciaire qui sont utiles aus citoyens, victime comme prévenu.

Je ne pense pas que le discours de Dadouche soit de l'idéologie "anti-Sarko". Mais simplement le constat que notre Garde des Sceaux fait tout et son contraire en si peu de temps, que l'on en déduit un signe manifeste d'incompétence. D'autres avant elle, n'ont pas fait mieux. Alors rangez votre idéologie partisane, et acceptez, que même dans votre bord politique, les imbéciles existent.

46. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:25 par Paulette

Hier au soir nous avons vu, une nouvelle fois, pourquoi les magistrats ne pourront jamais être entendus (je n'ose écrire écoutés et encore moins compris) par l'opinion publique lorsque nous sommes en désaccord avec le pouvoir politique. Quand notre ministre nous parle, à une heure de grande écoute, de victimes, de trafics de produits stupéfiants, de viols, de compassion, comment pouvons lui répondre puisque notre seule réponse c'est le droit ?
Lorsque Madame Dati commet des "inexactitudes" ou des "approximations", comment pouvons nous pointer ces dernières autrement que par des arguments qui demandent une technicité qui ne sied pas à un prime time ?
Il est facile de dire que le suicide du mineur de Sarreguemines aurait pu être évité s'il avait été vu par un magistrat qui lui aurait expliqué pourquoi il allait aller en prison. Comment expliquer aux non-professionnels (ceux qui regardent la télé et pas ceux qui lisent ce blog bien sûr!) sans raconter comment fonctionne la justice des mineurs.
Bref nous n'avons que notre professionnalisme à opposer au populisme. Populisme ? B.Tapie vous a fait rire ? Et bien pas moi. J'ai vu hier soir le reflet de notre société....C'est pour cela que le 23 octobre je participerai, à nouveau, à une journée d'action. Il est temps que les ministres successifs cessent de se défausser sur les magistrats pour leur faire endosser la responsabilité des problèmes nés de leur carence politique.

47. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:28 par Cyberkek

@ Dadouche: j'ai essayé mais je n'ai pas eu votre abnégation face aux approximations grossières de la madame "Justice et Dior": juste comme ça, 75 mineurs environ sur les 5 dernières années, un cas d'alcoolisme, et encore à replacer dans son contexte comme toujours (mineur de 16 ans, alcoolique depuis 6 mois, battu par un père alcoolique et qui ne connaît que cette alternative à son mal-être). Que des mineurs criminels en prison? Un nombre conséquent des mineurs accueillis étaient passés par la case détention provisoire pour des délits avant de nous être confiés. Les Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs voient affluer des mineurs par "manque de places d'hébergement" nous avouent, dépités, des magistrats qui estiment à juste titre qu'un placement est urgent.
La fermeté: les éducateurs (éternels anarcho-gauchistes bien entendu pour le poujadiste moyen) l'emploient mais pas que. La fermeté ce n'est pas l'automaticité de la détention. C'est un rapport humain.

@Nala: il se trouve que Mme Dati est magistrat et le rappelle à l'occasion pour que l'on ne doute pas (insolence!) du bien-fondé de ses décisions.

@Arnaud: je suis éducateur ET citoyen. Il me semble ne pas trahir la pensée de Dadouche en disant qu'il n'est pas question de la GdS "au service des magistrats et autres personnels" mais la fonction est bien celle d'un chef de service (là d'un ministère). Il est donc normal d'attendre d'elle autre chose que des poncifs, des approximations, des contre-vérités, des raccourcis. Il est même souhaitable, au vu de sa fonction, qu'elle prenne un peu de distance avec les propos de café du commerce...

48. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:37 par Arnaud

@47 Cyberkek
Je ne faisais que signaler que dans la "définition" que donne Dadouche du rôle du Garde des Sceaux, on ne trouvait pas le mot "citoyen" et que c'était à la fois dommage et significatif.

Cela dit, je suis en fait assez d'accord avec le côté "poncifs et approximations" de l'émission d'hier. Mais à mon avis, c'est autant la faute de la télévision que celle du ministre.
Essayez de faire une émission sur "rédaction de projets de loi et de décrets, politique pénale, réflexion sur les équilibres de la procédure, budget, fonctionnement des juridictions, dialogue avec le personnel judiciaire et les auxiliaires de justice" comme l'imagine Dadouche, vous allez envoyer tous les téléspectateurs (sauf les magistrats) chez Cauet...

49. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:39 par Mandet

Je souscris totalement aux commentaires de Dadouche sur notre Garde des Sceaux. L’opération de com’ ponctuée des approximations et des bévues dont elle seule a le secret est affligeante !

Mais la nullité crasse d’Arlette CHABOT en matière de justice et l'absence de questions sur les controversesqui ébranlent le monde judiciaire et qui concerne la justice quotidienne de nos concitoyens n’a pas permis de mettre la ministre en difficulté. (Elle s’y est mise toute seule d’ailleurs)

Ajoutons que le début de contradiction apportée par l’ancienne GDS a été tuée dan l’oeuf par la même journaliste.

Au final c’est l’impression d’une vaste opération de com’servie par France 2 qui prédomine.

Avec en plus, en fin d’interview la question sur l’actualité de la ministre, comme c’est le cas pour les chanteurs ou les acteurs, coming soon : le projet de la loi pénitentiaire, la commission de ceci, la commission de cela avec la participation exceptionnelle de celui ci ...

Bref c’était du vivement dimanche le jeudi soir !

Compte tenu de la qualité de “l’émission politique”, c’est pas la pub qu’il fallait supprimer c’est la redevance !

50. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:40 par Rataxès

Aparté qui n'a rien à voir : dans Le Monde à paraître aujourd'hui, un article consacré au blog d'un jeune avocat ... De qui peut-on bien parler ? Non, vraiment, je ne vois pas...

51. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:44 par No comment

www.lefigaro.fr/flash-act...

52. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:49 par Cyberkek

@Arnaud: je ne crois pas que ce soit significatif, les citoyens sont tous potentiellement des usagers du service public de la justice, mais l'attente des fonctionnaires rattachés à ce ministère est effectivement plus technique. C'est, je crois, le sens que Dadouche soulignait de "son" attente et de celle de ses collègues.
Quant à renvoyer les téléspectateurs chez Cauet, pourquoi ce qui marche, plus ou moins, avec Yves Calvi en fin d'après-midi, ne peut marcher à 21h avec Mme Chabot? Sans entrer dans une technicité rébarbative, le premier fait oeuvre de pédagogie et la seconde de propagande mâtinée de brèves "people" détestable. On va finir par regretter la liberté de ton de l'ORTF... :o)

53. Le vendredi 17 octobre 2008 à 10:54 par Etouiii

Dadouche, en robe de magistrat et coiffée comme la princesse Leïa tient un sabre laser à la main et regarde d'un air mauvais un Dark Vador vert qui tient un panneau 'Troll' ; Un texte 'Commentaire modéré par troll détector(tm)' surplombe l'image.

54. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:00 par villiv

Euh, là, Eolas, faut ptetre couper ?? (rapport au commentaire 53... ou alors l'éventuelle ironie des propos me dépasse, alors que je suis plutôt assez partisan de l'ironie)

55. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:01 par rossel

Il était clair hier soir que Rachida Dati n'a pas vraiment été choisie pour être ministre de la justice, mais pour dialoguer avec l'opinion publique sur la "politique pénale" du président par le prisme des faits divers.
Quant à ses approximations techniques, on est dans la com' politique pure: ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai.

56. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:02 par Mandet

@Eolas : A mons avis vous aviez bon. Dans le mil' !

57. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:02 par Atreyuh

@ Etouiiii

Attention c'est ou la massue ou le sabre-laser, mais ça va faire mal...

58. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:08 par Herbie

" Les magistrats ne veulent que pas que l'on critique leurs décisions, alors qu'ils ne critiquent pas les Lois que l'on vote"

Je n'ai pas eu le (dé)plaisir de regarder l'émission, mais si cette citation est exacte, alors c'est vraiment du grand n'importe quoi.

N'en déplaise à la ministre, je n'ai jamais vu de juge pour se plaindre de la critique des décisions de justice. Mieux, la critique est carrément institutionnalisée : c'est ce que font les étudiants à longueur de temps dans leurs amphis et dans les salles de TD, on en fait même des revues et des livres.

En revanche, qu'ils ne veulent pas de critiques gratuites jetées aux médias pour servir d'alibi à une incohérence législative, c'est un autre problème.

@Arnaud
La définition de Dadouche n'inclut pas le mot "citoyen", mais à qui pensez-vous que sont destinés les projets de loi et de décrets, la procédure, le budget, les juridictions, et in fine, le personnel judiciaire et de justice ?
Aux magistrats ? Non... le destinataire final, c'est le citoyen. Vous savez, les juges pourraient aussi bien s'enfoncer confortablement dans leur statut de fonctionnaire et se moquer du bon fonctionnement de la justice pour toucher confortablement leur salaire à la fin du mois.

N'en veuillez pas trop à Dadouche pour avoir omis d'inclure un mot, parce qu'en toute hypothèse, le fait de râler sur les dysfonctionnements judiciaires a certes pour but de changer ses conditions de travail, mais surtout la manière dont vous profiterez de la justice.

Si un jour vous devez vous retrouver face à un juge, espérez que celui-ci ait du temps à consacrer à votre dossier pour bien le juger, que son greffier ait le temps de vous envoyer sa décision dans des délais raisonnables, et que la loi qui serve à trancher votre litige ne soit pas complètement absurde et incohérente.

Voyez, je n'ai pas dit le mot magique, mais le citoyen est complètement concerné.

59. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:14 par Ferdi

Rhoo, qu'ils sont pince-sans-rire ces juges tout de même.

Franchement, votre vénérable supérieur (que mille points du CAC40 saluent ses effets d'annonce) -mettant en application les meilleurs principes manageriaux- tente de recréer l'unité de son équipe en vous offrant un moment de détente après le travail, et vous y trouvez en plus à redire ?

Elle vous propose une agréable façon de vous changer les idées, lutte activement contre la pression psychologique dont vous êtes l'objet quotidiennement et se trouve remerciée par des critiques ?

Quelle ingratitude, je suis choqué.

(vous avez essayé la méthode Coué ?)

60. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:18 par article 700

@ eolas
le commentaire sur etouii me paraît déplacé...le fait qu'il puisse avoir un JAF en travers de la gorge, à supposer que ce soit le cas, ne regarde que lui...il serait dommage de gâcher un blog d'une si grande qualité en empruntant les travers que l'on reproche aux autres...

Eolas:
Si j'en crois sa réaction trolldétectée, j'avais vu juste.

61. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:21 par polynice

Je suis admiratif devant votre courage, car regarder pendant 1 heure 10 une émission avec Madame Dati, cela réclame beaucoup de bonne volonté (moi, j'ai pas pu, je n'ai pas trouver la force de m'imposer ce pensum...)

Toutefois, le concept de l'émission semblait intéressant : l'indemnisation du préjudice moral des victimes (avec le témoignage poignant de Monsieur Tapie), c'est quand même quelque chose d'important, et qui entre pleinement dans les impératifs de notre Garde des Sceaux.

62. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:24 par bayonne

Finalement ce qu'il y a de bien avec madame Dati (que dix mille robes Dior lui soient octroyées), c'est que finalement les anciens garde des sceaux n'etait pas si mauvais ! mais j'avoue que j'avais du mal a m'en apercevoir.

d'ailleurs je vous invite a consulter:
fr.wikipedia.org/wiki/His...

qui permet de savoir par exemple que René Pleven fut garde des sceaux en 1972-1973 ou que Olivier Guichard le fut sous le gouvernement de Raymond Barre.

63. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:26 par Lucas Clermont

En contrepoint elle donne une image remarquable de femme issue de l'immigration, combattive malgré l'adversité, digne, allant dans le sens d'un désir sécuritaire répandu dans les milieux populaires. On — pas uniquement des arabes — peut s'identifier à elle parce qu'elle incarne la femme issue d'un milieu populaire qui s'est élevée par son travail ; bref un modèle positif pour beaucoup de Français, y compris ceux à qui on s'entête à renvoyer l'image qu'ils sont étrangers et délinquants en puissance. Par ce qu'elle est, elle contribue à vulgariser l'idée d'une nationalité française qui n'est ni ethnique, ni fondée sur la religion.


Sa politique judiciaire, décriée à juste titre dans de nombreux billets est simplement la traduction du programme politique de Nicolas Sarkozy : la question est de savoir si cette politique justifie qu'on ne vote pas pour Sarkozy. Enfin si les petits pois fermentent, et de surcroît de la bonne façon c'est à dire collectivement, par l'entremise de syndicats on ne peut que s'en réjouir.

64. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:31 par Arnaud

@58 Herbie: Vous dites:
"La définition de Dadouche n'inclut pas le mot "citoyen", mais à qui pensez-vous que sont destinés les projets de loi et de décrets, la procédure, le budget, les juridictions, et in fine, le personnel judiciaire et de justice ?
Aux magistrats ? Non... le destinataire final, c'est le citoyen."

Bien entendu !... Nous sommes d'accord... Le problème, selon moi, c'est que j'ai l'impression que certains magistrats l'oublient.
Quand on voit que certains d'entre eux trouvent quasiment obscène le fait que le Garde des Sceaux parle des victimes, on est en droit de se demander s'ils se souviennent au service de qui ils sont.
(avant qu'on détourne mes propos, je précise bien entendu que je ne dis pas que les magistrats sont au service des victimes, mais bel et bien des citoyens et que les victimes en font partie)

65. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:32 par Bruno

J'ai vu la même émission que vous. Je l'ai trouvé très, très, très approximative, c'est le moins que l'on puisse dire, à un niveau plus proche du café du commerce que de sa fonction, hélas. Elle a même dit (en substance, je n'ai plus les termes exacts) que "on est en prison parce qu'on est condamné".
Ah ? Et la détention préventive ???? Entendre ça de la bouche d'une ministre de la justice, c'est navrant. Qu'Arlette Chabot ne relève pas ne me consterne plus. Ce type de journalisme passe-plat est le lot habituel à la télévision française, malheureusement. On sent que rien n'a été préparé sur le fond, Arlette Chabot n'avait aucune fiche, rien, et quand Elisabeth Guigou a commencé à contrarier Rachida Dati, l'animatrice s'est mise à crier "ah non, les vieux débats droites/gauche, ça suffit".
Moi, j'ai regardé Tapie derrière.
Heureusement, j'avais un bon bouquin pour faire passer derrière. C'était, au second degré, une grande soirée télévisuelle.

66. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:32 par petruk

@60
Eolas reste humain. Les posts d'Etouiii sont extrêmement pénibles. Le 53 justifie rétrospectivement à mon sens la réponse au 26 d'Eolas.

Si vous vous sentez le droit de jeter la première pierre....moi pas.

67. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:32 par raven-hs

Merci pour ce billet Dadouche.

Je n'ai pas regardé l'émission jusqu'au bout mais le peu que j'ai vu a suffit à me convaincre que cette émission, loin de calmer l'agitation des magistrats, allait la renforcer.

Vous dites : "la Garde des Sceaux décrit sa fonction, elle donne la fiche de poste d'une VRP de la compassion, de la championne des victimes, de la terreur des malfaisants".
C'est exactement ce que j'ai ressenti pendant sa prestation et à cette égard la vision de RD sur l'affaire d'Outreau est tout à fait symptomatique.
1ère étape : on identifie les responsables, on prend un magistrat du siege et un magistrat du parquet.
2ème étape : on les sanctionne ( ou on le fait croire s'agissant du magistrat du parquet ), étend entendu que si on peut par la même occasion mettre la non sanction du magistrat du siege sur le dos du corporatisme des juges il ne faut pas s'en priver ( le CSM se prononcera lundi sur le cas du juge d'instruction, s'il n'est pas sanctionné c'est qu'il est jugé par ses pairs, moi je n'y peut rien, in petto : donnez moi le pouvoir de sanctionner ces juges irresponsables qui se couvrent entre eux ).
3ème étape : une réforme parceque "plus jamais ça". Création d'un pôle de l'instruction de 3 juges.

Alors que, en réalité :
- les ordonnaces du juge d'instruction ont été frappé d'appel et la Chambre de L'instruction (formation collégiale composée de magistrats expérimentés ) a confirmé ces ordonnances. Il n'y a pas que le juge d'instruction qui à eu connaitre de l'instruction de cette affaire.
- la création d'un pôle de l'instruction, outre les problèmes en terme budgétaire que ça va poser, n'aura pour conséquence que d'augmenter le traitement des affaires et de nous faire rejoindre l'Italie pour la fréquence de condamnation par la CourEDH pour violation du délai raisonnable.

Pourtant, cette émission à montrer ce qui, à mon sens, est la cause profonde de l'affaire Outreau : la course effrénée que se livrent les politiques. C'est à celui qui s'indigne le plus et le plus vite. Résultat on bafoue la présomption d'innocence ( bah oui on peut pas attendre 2 ans pour s'indigner d'un fait divers, c'est à chaud qu'il faut s'indigner ) et la justice ne peut pas s'exercer de manière sereine.
D'ailleurs, je ne peux pas m'empêcher de penser que ceux qui rejettent AUJOURD'HUI la responsabilité de ce fiasco sur le JI, auraient été les 1er à le mettre en cause s'il n'avait pas placé les protagonistes de cette affaire en détention provisoire en attente de leur jugement.
Quand je vois l'attitude de la Garde des Sceaux hier, je me dis que ce n'est pas près de changer.

Enfin, j'ai été un peu déçu par l'attitude de Madame Chabot. L'émission m'a fait pensé aux vieux films japonnais de kung-fu : les parades arrivent avant les attaques, et il y a beaucoup de bruitage pour montrer que c'est violent mais il en n'est rien.
Il y avait beaucoup de contradictions, d'imprécisions, de réponses à coté et de démagogie à relevé. Dans l'ensemble ça n'a pas été fait et ce n'est pas les quelques haussement de ton et les quelques interruptions de Madame Chabot qui ont donné le change.



68. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:46 par DePassage

@ Lucas Clermont :
Je ne sais pas si un porte parole incompétent, etc vaut mieux qu'aucun porte parole. On ne peut lui enlever sa pugnacité et sa détermination, c'est déjà ça ?

@ Arnaud :
Je crois que le problème est d'en appeler aux victimes pour surfer sur les sentiments plutôt que sur un argumentaire stricte quand il s'agit d'expliquer la politique mies en œuvre, en ce sens c'est effectivement (pour moi) obscène d'instrumentaliser les victimes.

En tout cas, ce sentiment d'amateurisme désinvolte me semble ahurissant de la part d'une personne qui porte des responsabilités cruciales me semble ahurissant, abracadabrantesque, même.

69. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:47 par zadvocate

Petit message à Dadouche qui va surement la rassurer. En discutant avec une auditrice de Justice cette semaine, elle m'a indiqué avoir quelques amies qui ont pris cette année leur premier poste dans le ressort de la Cour d'appel d'Amiens.

Leur carrière commence bien mal puisqu'ils viennent seulement d'être réglés de leur salaire de septembre et qu'on leur annonce en gros qu'on pourra les payer jusqu'en décembre mais qu'après, c'est l'incertitude la plus totale. D'autres se sont vu indiquer qu'ils ne seraient pas remboursés des frais habituellement pris en charge (frais de déplacement notamment)

La justice manque déjà de moyens dans certains domaines, si en plus les magistrats ne sont plus rémunérés ...

70. Le vendredi 17 octobre 2008 à 11:57 par Herbie

@zadvocate

Hein ? Mais un magistrat est sensé faire quoi lorsqu'il ne touche plus son salaire ?
Je n'imaginais même pas que c'était possible une chose pareille.

71. Le vendredi 17 octobre 2008 à 12:06 par Audrey

@ Arnaud
Essayez de faire une émission sur "rédaction de projets de loi et de décrets, politique pénale, réflexion sur les équilibres de la procédure, budget, fonctionnement des juridictions, dialogue avec le personnel judiciaire et les auxiliaires de justice"


Ben oui, si on essayait justement.Peut être que ça éveillerait un peu plus la conscience civique du citoyen dont vous vous faite le porte parole plutôt qu'une émission sur lagrossesse, le papa, les victimes qu'elles sont gentilles et les enfants qu'ils sont méchants...
Enfin, je dis ça, je dis rien...

72. Le vendredi 17 octobre 2008 à 12:11 par Arnaud

Il est quand même regrettable que dans certains des commentaires ci-dessus on considère que la moindre mise en cause d'un magistrat constitue une atteinte intolérable à l'indépendance de la justice.

Je ne soutiens certes pas mordicus les positions de la Garde des Sceaux, mais j'ai encore moins de respect pour ceux qui défendent l'idée que les magistrats ne sont responsables de rien, n'ont de compte à rendre à personne, et que si vous avez été victime de la justice, eh bien désolé, pas d'bol...
La confusion entretenue par certains syndicats entre indépendance et irresponsabilité est malsaine et n'est certainement pas le meilleur moyen d'avoir une justice qui soit respectée par les citoyens.
Un mauvais médecin, il perd ses clients ou on l'empêche d'exercer. Idem pour un mauvais architecte, un mauvais conducteur etc... Un mauvais juge ?... Je demande à voir.

73. Le vendredi 17 octobre 2008 à 12:55 par Johnny Cochrane

A 63 Lucas Ermont : Je trouve votre commentaire ("pas uniquement des arabes" )trés déplacé, voire écoeurant . En effet, malgré vos belles paroles la seule chose que vous continuez à voir chez Dame Dati est son origine ethnique.

Ensuite si vous pensez que tous les "arabes" (surtout que la majorité des Français auxquels vous faites bassement référence ne sont pas d'origine "arabe" mais mais berbero-maghrebine) soutiennent Dame Dati en raison de ses origines, vous vous trompez lourdement.

Je vous laisse également maître de vos propos sur l'engouement populaire que suscite notre Garde des Sots. C'est vrai que le train de vie et la garde robe de Justice Dati ont un petit coté "populo" qui inclinent les mères célibataires du 93 à se sentir proche d'elle.

74. Le vendredi 17 octobre 2008 à 12:57 par Herbie

@Arnaud
Auriez-vous des exemples de gens sur ce blog qui prétendent que les magistrats ne devraient être responsables de rien ? Ou même de syndicats qui l'ont prétendu ?

Si vous parlez de la dernière affaire en cours, il faut comparer ce qui est comparable.
Un magistrat n'est pas dans la position d'un architecte ou d'un conducteur: de part son rôle, ou son métier, il doit pouvoir jouir de certaines garanties, car il est important pour pouvoir rendre la justice d'être indépendant.

Ce que les magistrats dénoncent, ce n'est pas une remise en cause d'une hypothétique irresponsabilité (d'ailleurs Dadouche, Eolas, et Gascogne ont bien montré que cette prétendue irresponsabilité était plus souvent rêvée que réelle), mais l'atteinte à l'indépendance des magistrats.

Quand on fait pression sur une profession dont l'indépendance est une des conditions essentielles pour son exercice, il y a un problème.

De plus, un juge est obligé de juger, sinon il se rend coupable d'un déni de justice (article 4 du Code Civil). Un conducteur ou un architecte peut refuser un travail lorsqu'il ne se sent pas compétent pour le faire ou parce qu'il a déjà trop de travail, un juge, non, quelque soit la difficulté qui se présente à lui ou le nombre d'affaires qu'il doit déjà traiter (et on sait que les magistrats ont rarement le temps de se tourner les pouces), sinon il commet une faute (et je vous renvoie au mythe de l'irresponsabilité).

Donc, oui, critiquons les décisions de justice, mais en précisant le fondement juridique (en quoi le magistrat a-t-il eu tort de rendre la décision), et dans le respect des magistrats, parce qu'être critique ne signifie pas livrer à la vindicte populaire.

Par ailleurs, je vous ferai remarquer qu'un mauvais médecin, conducteur, ou architecte n'est pas systématiquement empêché d'exercer ni même ruiné lorsqu'il commet une bourde. Mais assurément, je connais quelques magistrats qui rêveraient sans doute d'avoir un peu moins de "clients".

75. Le vendredi 17 octobre 2008 à 13:01 par AASJ

Merci à Dadouche pour cette note efficace et emplie d'une ironie acidulée comme je les aime.
Je n'ai pas vu l'intervention de la Dame de Vendôme et en définitive, au vu de cette note et des commentaires subséquents, je n'ai pas manqué grand chose sinon une séance d'auto congratulation présomptueuse qui a le don de m'exaspérer infiniment.
D'ailleurs il est agréable et réconfortant de voir que les Grandes Gens du monde judiciaire ont une conviction similaire à la mienne concernant ladite Dame...

Quant au fond de cette intervention (telle que relatée par Dadouche) et comme chaque discours politique traitant de la justice, je suis navré de constater que seul l'aspect pénal est abordé (aussi important soit il!) ...
Mais que deviennent les justices civiles, sociales ou familiales ? Doivent elles être abordées uniquement lorsqu'un magistrat se fait poignarder par une mère qui n'a pas supporté le retrait de son autorité parentale ou par un personne sous tutelle qui n'a pas apprécié que le juge n'autorise pas tel ou tel acte ? Ne doit elle être citée que lorsqu'elle touche les grands fournisseurs d'accès internet ou de téléphonie de ce pays ? Pourquoi n'aborde-t'on pas les problèmes des services civils de certaines juridictions devant lesquelles une affaire ne pourra être plaidée qu'un an après le dernier échange des conclusions récapitulatives (et encore si les parties consentent à ce qu'elle soit tranchée à juge unique) faute de moyens suffisants ? La détresse d'une victime d'une erreur médicale, d'un accident ou de tout autre fait engageant la responsabilité délictuelle (ou contractuelle selon les cas mais ce n'est pas là le sujet) de son auteur et décidant d'agir au civil, serait elle moindre que celle de la victime optant pour la voie pénale ?
Ceci étant, la réponse est évidente : ce genre de procédure n'intéresse pas les médias (sinon peut être les émissions diffusées le vendredi soir sur la 1ère chaine privée) et donc n'interpelle pas l'opinion publique ! Alors pourquoi réagir? Laissons donc ces magistrats et fonctionnaires se dépatouiller pour combler les manques d'effectifs, pour utiliser des logiciels bien mal pensés auxquels on veut octroyer des fonctions de communication électronique alors qu'ils sont tout juste apte à fonctionner décemment et efficacement, pour déceler un local ou une armoire supplémentaire pour recevoir les dossiers suivant un transfert de contentieux d'une autre juridiction, pour se partager un seul et unique ordinateur pour 4 magistrats dans une chambre du conseil inadaptée...

76. Le vendredi 17 octobre 2008 à 13:05 par Adrien

@Arnaud

Là vous glisser vers le hors sujet. On ne parle pas du débat sur l'indépendance/irresponsabilité du juge, où l'on est tous d'accord sur ce blog... pour dire que chacun campera sur ses positions ad vitam eternam. Le problème c'est la politique de Rachida Dati.

Certes c'est une politique, et elle doit s'occuper des citoyens en général, et pas seulement de "ses" juges. Cela dit, le but des politiques ne devrait pas être uniquement de gagner les élections. Ils doivent également gérer notre pays. Et pour ça, il n'est pas interdit de préférer prendre en compte l'avis de ce qui vivent le droit tous les jours, que celui de la masse des citoyens.

Taper sur les juges, pour montrer qu'on lutte contre l'immobilisme et qu'on est des réformateurs (puisqu'un dogme affirme que si on ne réforme pas on est nul et on ne fait rien...), faire une nouvelle loi a chaque fait divers un tant soit peu médiatisé (et qui donc intéresse le citoyen), quitte à pondre des lois en totale contradiction, et accuser l'opposition d'avoir fait n'importe quoi quand ils était au pouvoir serait-ce il y a six ans, c'est faire campagne pour gagner les élections. Pas "gérer un pays", ni "expliquer sa réforme".

Enfin dans n'importe quelle entreprise privée, je ne crois que lâcher publiquement ses subordonnés soit considéré comme une politique managériale brillante.

P.S. C'est pas en citant cent fois le mots citoyen que ça marchera mieux. Généralement plus on parle d'une notion, moins elle existe. Exemple: cherchez la démocratie et la république dans toute les "république démocratique du..." qui existent ou ont existé.

77. Le vendredi 17 octobre 2008 à 13:31 par Siskotte

@AASJ en 75 : ah vous aussi, vous devez en urgence vous pencher sur COMCI xD

(pour les locaux : il suffit de remplacer les zones accueil en zone de stockage et d'en interdire l'accès au public ! :))

78. Le vendredi 17 octobre 2008 à 13:36 par Nichevo

Un petit exercice à faire ensemble.

1) C'est le jour des encombrants

2) Débranchez votre télé.

3) Débarrassez votre meuble de ce triste miroir, menteur et bruyant.

4) posez le tout dehors et attendez le passage de la benne.

5) Prenez un bon bouquin, économisez une redevance et donnez le tout aux "restau du coeur".

79. Le vendredi 17 octobre 2008 à 13:36 par Sursis à statuer

On comprend aisément qu'après l'épreuve qu'a représenté la prestation de Mme Dati - à propos de laquelle ja partage votre avis à 100% - l'envie de regarder en plus Bernard Tapie vous était passée. Et pourtant, quel dommage, car le bateleur milliardaire assure toujours le spectacle avec efficacité. Si son cas est peu intéressant, du moins faut-il saluer le talent de l'artiste de foire.

Et, quoi qu'on pense de lui, il ne dit pas que des bêtises, y compris pour qui cherche à parfaite son éducation juridique (notamment à propos des procédures d'arbitrage).
J'ai trouvé que face à lui le journaliste de "Marianne" parvenait à paraître ce qu'il est : enfermé dans ses préjugés moralisateurs totalement hors de propos et incapable d'écouter et d'analyser.

Enfin, "moralisateurs" à géométrie variable, puisqu'à un moment il reprochait à l'Etat et à ses multiples émanations de ne pas avoir prolongé autant que possible les multiples procédures les ayant opposé à Tapie jusqu'à ce que celui-ci soit physiquement mort et enterré, ce qui eut été on en conviendra d'une rare élégance.

Je ne crois pas, moi non plus, que le "dommage moral" de Tapie, ou de quiconque, puisse se chiffrer à 45 millions d'Euros (rappelez-moi par exemple à combien les tribunaux évaluent la perte d'un enfant ou une invalidité totale définitive ...). Mais se mettre à crier "aux chiottes l'arbitre" sied mal aux défenseurs auto-proclamés du "bien public" quand les décisions qu'il prend ne lui plaisent pas. Ou alors qu'ils cessent aussi d'exiger un comportement digne des supporters de foot dont il singent les outrances.

80. Le vendredi 17 octobre 2008 à 13:41 par thibo

Pour ma part, j'étais hier soir à la convention nationale des avocats à LILLE ( pour info il y avait environ 5000 avocats). Et hier soir, c'était la "revue des revues "de la fnuja et je vous assure que notre garde des sceaux n'a pas été épargnée par nos (excellents) confrères...

j'avoue avoir pleuré de rire

Maître eolas était-il à la convention?

81. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:02 par tschok

Bonjour Dadouche,

Je n'ai pas regardé la prestation de Madame Dati, sauf un bref extrait diffusé par un journal de nuit.

J'exprimerais, sur un plan plus général que cet interview, une observation de nature tactique.

Bien que la critique du ministère de Madame Dati par les professionnels du droit ou les représentants de la société civil, qu'ils soient magistrats, avocats, élus locaux ou journalistes, me paraisse fondée, claire et pertinente, je constate que son image auprès du grand public est globalement bonne.

Madame Dati assume la difficile mission de reprendre un ministère qui a servi de repoussoir: le prétendu laxisme des juges a été totalement instrumentalisé pour justifier un accroissement de la répression policière. Si les choses vont mal du côté de la police, c'est la faute des juges. C'est simple, con, clair et percutant. Le message passe très bien auprès du grand public.

C'est un fait.

Dans l'exercice quotidien de son ministère, l'exploit de Madame Dati consiste donc à faire passer les magistrats pour des imbéciles, sans avoir à le dire. Car c'est un exploit de faire passer celles et ceux qui animent le service public placé sous la tutelle d'un ministère pour des incapables tout en restant à la tête de ce ministère.

C'est la conséquence logique du schéma de communication qui fait de la justice le responsable de tout-ce-qui-ne-va-pas.

A partir de là, une telle communication n'est durablement possible que par la sur-valorisation de son propre personnage, selon des techniques de communication éprouvées (le personnage politique devient le porteur du récit de sa vie qui se confond avec celle de la Nation, c'est ça le concept).

Spontanément, vous l'avez du reste associée à Jeanne d'Arc (vous voyez que ça marche bien cette technique).

Sa grossesse lui permet par exemple de fournir un récit pendant les neufs prochains mois.

Toujours est il que vous n'arriverez pas à écorner cette image, qui correspond à un besoin du grand public, par une critique rationnelle.

En revanche, les magistrats pourront sortir du rôle "d'imbéciles de service" qui leur a été attribué par le pouvoir en offrant au Français un récit concurrent.

Je me permettrais donc de vous suggérer très modestement deux voies de sorties de crise:

- Faire jouer vos réseau de communication (vous le faites déjà en écrivant dans le blog d'Eolas);
- Explorer les mythologies justicières pour offrir au grand public le récit d'une justice dans laquelle il se retrouve.

C'est un peu démagogique, mais il me semble que vous ne pourrez pas faire autrement si vous voulez sortir de votre rôle de faire valoir d'une personnalité politique à des fins électoralistes.

En somme, si vous voulez survivre à un pouvoir qui se met en scène, il faudra bien vous mettre en scène et raconter le récit d'une autre justice que celle que le pouvoir veut vous voir rendre.

Vous trouverez dans votre vie professionnelle quotidienne tous les éléments d'un "récit national", à la Michelet si j'ose dire. Laissez lui le monopole de la question victimaire et emparez vous de la Nation.

Si vous communiquez sur cette fréquence là, je suis prêt à parier que très rapidement c'est elle qui passera pour "l'imbécile de service"... sans que vous ayez à le dire.

Parce que si on regarde les fondamentaux de sa communication, on ne peut faire autrement que de se dire que cela relève du niveau intellectuel d'une concierge.

Madame Dati, c'est la bignole de la place Vendôme, alors que vous, tous les jours, vous voyez le peuple dans vos salles d'audience.

82. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:04 par F5

Je ne comprends pas du tout le modèle français des interviews envers les politiques.

Je ne sais pas si c'est de la peur ou un excès de respect mais je trouve que d'une façon générale les politiques ne sont pas assez bousculés.

Pourquoi n'y a-t-il pas de confrontation avec des professionnels ?
Pourquoi accepter que la ministre enfile les perles et des litotes sur l'air de "la violence c'est mal" sans lui opposer, avec chiffre à l'appui, la réalité de la faiblesse des moyens ? Bref, pourquoi lit-t-on sur ce blog tant de choses intéressantes qui devraient se retrouver dans la bouche d'Arlette Chabot, mais qui n'y sont pas?

83. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:08 par Ti

Je crois qu'il faut saluer le courage de Dadouche, si, si...
Ecouter sans réagir, la locataire de Vendôme deux heures d'affilée est devenu un véritable supplice pour tous les magistrats.
Déja qu'on a droit à sa bobine sur Intranet tous les jours et à la mise en place de commissions qui doivent impérativement réformer ce qui n'a pas besoin de l'être comme le Code Pénal.

Merci Dadouche pour votre sacrifice.

84. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:10 par Yom

J'ai bien aimé l'argument "L'ordonnace de 1945 est datée et n'est plus adaptée aux mineurs de 2008", repris plusieurs fois par la Gardienne des Sceaux ("Nous sommes en 2008, vous vous rendez compnte ? En 2008 !").

Faut-il en conclure que la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, de 1789, est complètement démodée ? Tout comme l'Universelle, qui date de 1948 ?

85. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:12 par ASH

le plus drôle dans cet exercice de pub de notre ministre, c'était le public non ? vous n'en parlez pas mais il y avait tous ses amis autour d'elle, des députés, des membres de son cabinet à qui elle souriait et il y avait même ses soeurs : très sages. bon on a parlé de son enfant à naitre pour la faire sourire mais les français aiment la famille, non ? et nos journalistes sont sympas, ils en parlent avec ce ministre de la Justice proche des gens qui ne va que dans des TGI (tiens pas dans le mien, il est supprimé mais passons) mais surtout lecteur de ce blog, qui est interogé sur ce plateau de star ? CELLE qui ne s'adresse volontairement pas aux professionnels (ni aux parents d'adolescents d'ailleurs) mais aux français. donc OUI - SANS SURPRISE cette com d'hier soir.

86. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:34 par Blogueur influent

La télévision produit de l'émotion, du sentiment, elle n'est pas là pour faire réfléchir, et Nicolas Sarkozy et son équipe sont les politiques qui l'ont le mieux compris. Faire du garde des sceaux une personnification de la justice, comme un roi personnifie une nation, c'est effrayant et sans doute efficace par rapport à l'attente populaire (qui veut des histoires, des ragots, des réponses émotives à ses angoisses, etc.). Cela éloigne encore un peu plus le citoyen de la citoyenneté, il redevient le "sujet"... Et Arlette Chabot, qui est là pour prendre l'air revêche (qu'elle a l'air sérieux avec sa voix autoritaire et ses sourires rarissimes) et transparent qui met en valeur l'interlocuteur.
Bien entendu, le service public est complice de la débilisation du citoyen, mais attention, ce n'est pas tout à fait neuf, il y a même là un atavisme typiquement français. Les anglais avaient "The Spectator" et autres journaux très sérieux à l'époque où Voltaire trouvait que la liberté de s'exprimer devait être réservée aux philosophes et que la liberté de s'informer ne devait être offerte qu'aux dirigeants. L'idée qu'un simple artisan britannique lise le journal lui semblait ignoble (il a d'ailleurs plusieurs fois demandé et obtenu la censure pour la presse de l'époque, Fréron etc.). De même, entre France 2, "fleuron du service public" et BBC1, la différence est bien le mépris du public qui doit être dressé, amusé, distrait, ou ce qu'on voudra, mais certainement pas pris pour un adulte. Fuck.

87. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:37 par Lulu

Chère Dadouche,

Merci pour ton abnégation.

Pour ma part, redoutant les aigreurs d'estomac et l'infarctus que pouvait m'occasionner le visionnage de ce genre d'émission, j'ai passé mon chemin, tout simplement.

Souviens-toi à l'avenir pour ta santé: à consommer avec modération...



88. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:39 par AASJ

@ Siskotte
On ne doit pas seulement se pencher sur COMCi, on a été les premiers à s'y coltiner et à essuyer les plâtres ! (Le souci est que cela n'a servi strictement à rien !)

89. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:44 par Juwai

Bon courage pour le délai expirant au fait.

90. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:48 par Mazarinet

Chère Dadouche,
Bravo pour votre abnégation et merci pour ce compte-rendu.

Une question seulement : comment imaginer une seule seconde que le Garde des sceaux puisse participer à une telle émission sans avoir auparavant tout verrouillé : public choisi, questions bienveillantes, et surtout Mme Chabot pour lui dérouler le tapis rouge ?

La télévision (publique ici) est totalement dans son rôle de faire-valoir.

91. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:55 par ThomasG

"Avocat et homme politique à la fois : vos adversaires risquent de vous accuser de mélange des genres ?

Oui, mais la justice ne fait-elle pas partie de la politique, quand elle est dure avec les faibles et indulgente avec les forts ? Regardez la relaxe de Jean Sarkozy dans son affaire de scooter, ou l'affaire des faux électeurs dans le IIIe arrondissement de Paris. Il a fallu sept ans pour boucler le dossier ! La justice est donc au cœur de la vie politique. Dans le dossier Besancenot, effectivement, je suis sur la ligne de crête entre la justice et la politique. Mais ne soyons pas hypocrites : cette affaire est déjà très politique et elle n'a pas eu besoin de moi pour le devenir."


Et PAF! un nouveau sujet grâce à l'intervention fabuleuse de Monsieur (oups, Maître Noël Mamère) (Le Figaro)

92. Le vendredi 17 octobre 2008 à 14:58 par ThomasG

Effectivement, ça sent le mélange des genres...Est-ce l'avocat qui s'exprime, ou le politique?

Je ne suis pas sûr que ces passage d'une profession à une autre ne suisent pas à la profession d'avocat, en définitive...

93. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:00 par Younes

Bilan = 20 minutes de people et 45 minutes de justice vulgarisée (à la "sans aucun doute") dont un débat pathétique avec Mme Guigou.

Pourtant Mme Dati, quand elle est arrivée sur le plateau, a dit sa joie d'être invitée à cette émission. En effet, c'était selon elle, l'occasion de revenir sur son action et de prendre le temps de le faire.
Il n'en fut rien, puisque comme le précise Dadouche, on a eu droit à du "populisme pénal" = protéger les victimes, phédophiles criminels multirécidivistes, voyous....

Quid de la réinsertion, du rôle de la prison, du sens de la peine, de l'évolution de la justice ?
Ceci étant dit, inviter M. Tapie en deuxième partie de soirée pour parler de la crise financière ne laissait rien augurer de bon...

Au final, les Français continueront à avoir une sale image de la justice en général, et des magistrats en particulier...

94. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:04 par sens du vent

n'etant pas dans le sens du vent , on verra :

la justice française est malade , les juges me font penser à ces cul de jatte qui veulent absolument continuer à monter les marches alors qu'il serait si simple de se faire porter .....en bref , une reforme est necessaire ( ok peut-être pas avec rachida darty , ex magistrate , elle est trop droite dans ses bottes ) . si ils veulent , les petits pois peuvent continuer à sautiller , ça n'ira pas loin ( au pire , en purée )
quant au fait de reponsabiliser les juges comme mâitre sarko l'a suggéré , je suis à fond pour .

95. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:08 par Axonn

@ Yom

Absolument. Il est temps de balayer cette vieillerie grecque appelée "démocratie", terme dont l'étymologie montre que c'est un truc de pédants intellectuels, et de remplacer ça par : "le pouvoir à ceux qui passent le mieux à la télé".

96. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:15 par Ano

@Axonn 93

Je propose "Médiocratie"

Association de média et de cratie, le pouvoir du média. En incluant le résultat qu'on en obtient: des hommes et un régime médiocre.

97. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:17 par RG

@tschok: bien vu l'analyse. sérieux je fais tschok-tschok des 2 mains. Seulement vous proposez un mode de réponse quelque peu identique à celui employé par la critiquée: une réponse sur un mode compassionnel démagogique que les magistrats - paix à leur âmes en proie à de violents tourments - souhaitent peut-être éviter. Mais alors comment lui répondre autrement me demanderez vous: Rocard aurait peut-être proposé un vrai dialogue social (mais en vous demandant qu'est-ce qu'il fout là celui-là vous aurez trouvé l'intrus, donc félicitations - je parlais du vrai dialogue social car Rocard est un bon ami), Chabot propose un modèle plus trivial, plus critiquable?
@eolas: y'avait comme des relents housien (du docteur de la série j'entends) dans votre réponse au #26. Hasard ou en plein dedans?

98. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:22 par R. Gary

@ Eolas

Désolé pour mon commentaire hors-sujet sous cette note de Dadouche.
Super la page 3 du Monde d'aujourd'hui.
Faites quand même gaffe à la médiatisation de votre auguste blog, vous risqueriez d'y perdre tout votre anonymat. Je suppose que vous prenez vos dispositions pour ça.
Mais bravo pour cet espace de liberté. Continuez ainsi que vos collocataires et autres taupes d'élevage...

99. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:38 par RG

@97 RG nouveau

désolé mais le pseudo est déjà occupé.

100. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:41 par HERGE

@RG: (sur la pointe des pieds) oups sorry...

101. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:46 par Claire

Merci pour tous ces commentaires: juste un soucis concernant les mineurs incarcérés et dont Mme Dati ne parle jamais (mais aussi d'autres): pourrait-on un jour prendre en considération dans ces moultes lois, des points de vue des professionnels de santé (psy, éducateurs...) qui s'occupent de la problématique des adolescents plutôt que de légiférer à tout vent? Idem pour les psychotiques en prison? Dans quelle société vivons-nous? Bref, une envie d'humanité qui articule la nécessité de protéger les individus par la prison mais qui interroge aussi l'éducatif, le pédagogique, le psy...; soit un peu de pensées pour donner du sens et réfléchir au "soucis de l'humain".

102. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:55 par Nemo

Aura-t-on la chance un jour de voir les émissions de FranceTélévision mélanger savemment divertissement, information et culture?
La réforme de la publicité sur les chaînes publiques en sera-t-il l'initiateur?

Il est vrai qu'ici, si la BBC n'offre pas que de bonnes émissions, certaines sont de très bonne qualité.
Or, lorsque l'on sait, que la BBC a été maintes fois citée en référence par le Président de la République pour défendre son projet, doit-on augurer du meilleur ou du pire?

En tous cas, force est de constater qu'à la lecture de ce billet, la qualité journalistique et la ligne éditoriale de France2 est plus que délabrée.

Quant à notre Garde des Sceaux, je ne suis pas un professionnel de la justice et je vis outre-manche, pourtant ma sympathie à son égard va décroissant, c'est grave docteur?

103. Le vendredi 17 octobre 2008 à 15:55 par polynice

Au fait, a-t-il été question pendant l'émission de cette sombre histoire de MBA, et de la procédure en diffamation qui a tourné court ?

Juste pour information....

104. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:02 par Eteocle

En un mot commensaux, bien vu !

105. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:14 par al1thomas

Peu importe le flacon pourvu que l'on ait l'ivresse. Comme d'habitude la garde des sceaux s'exprime dans un français constellé de magistrales fautes d'accords, de pronoms et autres laxités vulgaires, entorses avec le français. A moins que cela ne soit mon Sonotone qui soit mal réglé, l'audition d'une telle rhétorique dans la bouche d'une ministre pose un problème de civilisation. Un toiletteur canin deviendrait il en une nuit vétérinaire ? une aide soignante professeur de médecine?
pas convaincante dans la forme pour le fond, espèrons jamais le toucher après ce plongeon sous le niveau de langue

106. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:15 par Cyberkek

@Claire: mais voyons, ce sont de petites mains, des exécuteurs des basses besognes auxquels, dans le meilleur des cas, on dit "vous faites un travail difficile et je tiens à vous en féliciter" quand on les approche. Lorsque D. Perben était aux commandes, il est venu visiter les services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse du coin où je travaille: en place d'une rencontre avec les éducateurs un rapide tour d'un foyer, en guise de mineurs deux gamins sages et les autres en familles d'accueil des fois que... on sait jamais... faudrait pas que ça dérape... et mes collègues sommés de trouver en 2h des posters à mettre aux murs pour masquer les stigmates d'une présence juvénile parfois agitée. Il faut dire que nous sommes trop c... pour pouvoir évaluer la réalité du terrain, nous ne sommes pas là pour ça.
Alors, avec R. D., nous sommes au mieux des alibis sur pattes pour démontrer sa préoccupation de terrain et son empathie, au pire des fusibles aisément sacrifiables sur l'autel médiatique.

107. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:22 par Anatole T.

Juste pour souligner le commentaire de TSCHOK de 14:02, avant qu'il soit englouti dans la masse.

Les magistrats sont en danger de se faire manger tout cru. Le peuple se réjouit de les voir subir ce qu'ils font subir et recevoir le juste châtiment de Sancta Rachida.

Ecoutons TSCHOK lorsqu'il invite les magistrats à trouver une histoire à raconter qui puisse concurrencer la Légende Diorée.

Je cherche...



108. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:23 par AASJ

@ Al1thomas " l'audition d'une telle rhétorique dans la bouche d'une ministre pose un problème de civilisation "
Qu'entendez vous par là ? Les origines de RD seraient elle à nouveau en cause dans vos propos ?

109. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:32 par AASJ

@ Anatole T Et pourquoi pas l'histoire des preux chevaliers glaive au poing et balance comme blason combattant le dragon aux dents longues ?

110. Le vendredi 17 octobre 2008 à 16:43 par Anatole T.

POURQUOI TANT DE HAINE ?

Voici in extenso, un entrefilet paru dans le Républicain Lorrain de ce jour:

"Les langues se sont déliées sur la manière dont la visite de la garde des sceaux Rachida DATI, en visite à la maison d'arrêt de Metz Queuleu jeudi dernier après le suicide d'un mineur, s'en est rpise au Procureur de Sarreguemines. Selon plusieurs témoins, la ministre lui a demandé devant témoins dans quelles conditions le mineur en question avait été interpellé, quelques jours avant son passage à l'acte. "On l'a retrouvé dans une cave" a balbutié le Procureur. La ministre, telle une enquêtrice, a fait ensuite entrer les gendarmes et leur a posé la même question. "Il était dans un squat, Mme la ministre" a relaté l'officier. Rachida DATI, trés en colère s'est retourné alors vers le magistrat"Vous me dites une cave et la gendarmerie parle d'un squat. Vous voyez, je ne peux pas vous faire confiance. Vous n'êtes pas fiable".

Je rappelle qu'aucune faute n'a été retenue, et surtout qu'on ignore toujours quelle faute était soupçonnée par RD au moment d'humilier ainsi le procureur devant ces gendarmes.

Sans ajouter qu'un squat avec une cave, ça doit être possible ...

Michel, je connais ta rigueur et ton humanité ! Tiens bon. Beaucoup sont avec toi.


111. Le vendredi 17 octobre 2008 à 17:15 par PrometheeFeu

L'augmentation de la répression n'a pas eu d'effet? Et bien il n'y a qu'a faire plus de répressif.

La folie se définit par la répétition de la même action en espérant des résultats différents.

Un peu comme la science.

112. Le vendredi 17 octobre 2008 à 17:56 par Artemisia

Pour ma part j'ai cessé de regarder quand elle a répété pour la vingtième fois qu'elle était "au service des Français", tant d'abnégation ostentatoire apprise par coeur avec les conseils de Pierre Charon m'a lassée très vite. Je me passe de ses services je demande seulement qu'elle se soucie de la justice, c'est déjà du boulot, qui visiblement la dépasse. Le couplet sur les jeunes délinquants était désespérant d'incompétence, de démagogie et d'inhumanité.

113. Le vendredi 17 octobre 2008 à 18:17 par mayaquichelorraine

Incohérences, imprécisions, allégations juridiquement fausses, fautes de grammaire et allégeance à NS... tout cela, il n'y a que les praticiens pour le voir.
le bon peuple qui regarde Chabot et lit le Figaro ne s'en rend pas compte. Il se dit : "Qu'elle est BELLE" "qu'elle a l'air gentille avec les pauvres victimes et les très méchants délinquants". Qu'on tape sur les juges, on s'en fout . ça leur fait les pieds, hein Jean Claude, cette juge à la noix qui a dit que tu donnerai tous les mois 200 € à ton ex femme...
Et au final, oui, les français sont intéressés par la grossesse de RD.
RD veut preserver sa vie privée, son intimité. Par pudeur, elle ne veut pas qu'on parle de son père, mais elle veut bien donner des photos de sa famille, elle veut bien que ses soeurs soient sur le plateau...mais pas ses frères bien sûr.
Elle ne veut pas qu'on parle de sa grossesse, mais au lieu de répondre lors de la première question qui lui a été posée "j'ai une vie privée compliquée" et de laisser planer le suspense, il suffisait de répondre: "ça ne vous regarde pas".
On ne peut pas d'un coté exposer une partie de sa vie privée et se plaindre que les journalistes cherchent à en savoir plus.
Sa vie privée je m'en fout.
Ce que je vois c'est que je dois pleurer auprès du greffier en chef pour avoir des post-it, des trombonnes et des élastiques.
Que cette année, j'ai eu enfin un code de procédure civile, l'année dernière c'était pas possible.
Que les justiciables qui veulent sortir des stup n'ont pas de centre de soins ici, ni de possibilité de cure, peu de medecin acceptant de délivrer de la méthadone.
Que je dois faire des "opérations communication-séduction-s'il vous plait" pour qu'enfin un psychiatre accepte de prendre des expertises au compte goutte, par ce qu'il est payé au lance pierre et souvent dans 3/4 mois.
qu'aujourd'hui l'opportunité des poursuites n'est plus qu'un vague souvenir sous la pression du chiffre et qu'un multirécidiviste de la misère (un SDF) se retrouve en comparution immédiate pour un vol de biscuit premier prix au supermarché; qu'il n'a pas de gages de réinsertion sociale et qu'il faut se creuser la tête pour lui éviter la peine plancher;
qu'avec cette insupportable manie de faire peur aux gens, la moindre main aux fesse se transforme en agression sexuelle avec l'étiquette qui va avec sur le casier judiciaire, le FIJAIS, le FNAEG etc... et qu'on voit des pédophiles partout....

Bon j'arrete parcequ'avec un ministre tout le temps sur le terrain (médiatique) je ne sais pas avec quelles armes il faut lutter.

114. Le vendredi 17 octobre 2008 à 18:29 par Vince

Au moins Madame Dati respecte l'indépendance de la magistrature :

« Je respecte l’indépendance de la magistrature. L’indépendance c’est quoi ? C’est l’indépendance, c'est-à-dire que le juge quand il rend une décision il la rend en toute indépendance, c'est-à-dire…Ça veut dire quoi l’indépendance ? C’est pas je fais ce que je veux comme je veux. L’indépendance c’est je rends une décision de la manière la plus indépendante. »

Si après ça les magistrats ne sont pas rassurés...

115. Le vendredi 17 octobre 2008 à 19:20 par Myriam

Au regard de ce resume, je pense que je n'ait rien loupe. Je vis aux Etats Unis depuis un an mais j'essaye de me tenir regulierement informe de ce qui se passe en France. Et les seules informations qui me parviennent a propos de la garde des sceaux sont le fait qu'elle est enceinte, qu'elle fait des photos dans les magazine people, qu'elle n'intervient pour faire des declarations, par ailleurs contradictoire, que lorsqu'un fait divers intervient dans les prisons. Lorsque je l'entends parler, j'ai le sentiment qu'elle ne maitrise pas son sujet et qu'elle cache ses lacunes derriere des affirmations demago et toujours identiques. Cette ministre qui a l'air au demeurant fort sympatique, n'a tout simplement pas l'air d'avoir les competences pour occuper son poste. Mais en pensant a Roselyne Bachelot, ministre de la sante, je me demande si c'est bien la competence qui guide le choix des ministres..

116. Le vendredi 17 octobre 2008 à 19:40 par ORIGAMI

Merci pour votre grand courage à avoir regarder jusqu'au bout... de quoi....
En ce qui me concerne, j'ai supporté 5 minutes dans l'espoir qu'il puisse y avoir un téléphone pour une possible intervention en directe.... j'ai vite éteint mon téléviseur, pris mon chat sur mes genoux, et j'ai écouté les très grands Barbara, Brel, Gréco, Vignault, Leclerc, etc..., et écrit de grands mails à mes amis.
Je précise que je suis la secrétaire d'un barreau dont le TGI est supprimé... .. Mais c'est bien connu, les secrétaires des Cabinets et des Ordres n'existent pas aux yeux de ce Ministère, donc il n'est pas nécessaire d'évoquer cette réforme de la carte judiciaire.

PS
à l'instant, un flash d'info : les salariés des Galeries Lafayette ont fait grève pour refuser de "travailler plus pour gagner plus" ! Cela me fait chaud au coeur car ces personnels là sont dans des conditions de travail indignes d'un pays comme la France. Je suis de toute mes forces avec ces femmes, car ce sont principalement des femmes qui subissent ces emplois là.

117. Le vendredi 17 octobre 2008 à 19:40 par Véronique

Aux commentateurs

Juste cela.

Est-ce possible de cesser de blesser Rachida Dati en raison de ses faiblesses d'élocution, de syntaxe ou de grammaire ?

S'il vous plaît.

118. Le vendredi 17 octobre 2008 à 19:50 par Fallacieux

Elle a dit que ces fondamentaux étaient le travail, sa famille, l'école, et que c'était là presque la devise de la république.
Travail, famille... on y était presque, en effet, hum.
J'en était resté à liberté,égalité,fraternité.
Un simple lapsus, c'est très bête, mais ça m'a fait rire..

119. Le vendredi 17 octobre 2008 à 20:04 par Fantômette

@ tschok

La Justice a t-elle donc besoin d'un avocat ?

Mais, oui, en réalité, je crois que vous avez raison, la justice a besoin d'un avocat, ou mieux, d'un barde.

HERGE (#97), je ne pense pas (je parle sous son contrôle) que tschok suggérait de venir concurrencer le discours politique tenu sur la justice sur le mode compassionnel. Cette lexicologie là est sans doute vouée à servir la seule cause victimaire.

Je crois qu'il suggère plutôt d'apporter un discours concurent en ce sens qu'il se placerait sur le terrain symbolique, un terrain qu'elle occupe actuellement seule, avec un discours extrêmement simpliste. La violence c'est mal. Les victimes, c'est triste. Les méchants doivent être mis en prison. Pas les innocents. etc...

Or, le champs symbolique, la justice ne fait que l'arpenter, 24 heures sur 24.

Juger, c'est symboliser la restauration du lien social, rappeler la valeur d'une norme commune bafouée, rétablir celui-là dans ses droits, interdire à celui-ci d'en abuser, c'est appliquer les règles communes à tous, en les rappelant sans cesse, en les réaffirmant sans cesse. Symboliquement.

Sur ce terrain-là, le judiciaire a des siècles d'iconographie d'avance sur le discours politique, actuellement servi par Rachida Dati, et qui d'autre encore, après elle ?

Rachida Dati, en monopolisant ce discours symbolique, a renvoyé les magistrats à leurs seules revendications concrètes : des moyens supplémentaires, du personnel supplémentaire... Je sais, bien sûr, tout cela est vrai, et les manques sont véritablement criants, et la honte soit sur nous tous pour laisser la justice fuir par le plafond.

Mais en rester là, c'est laisser le champs libre aux pouvoirs exécutif et législatif, uniques interlocuteurs des citoyens, auxquels ils prétendent directement rendre justice, par le seul truchement de lois qu'on ne demande plus aux juges que "d'enregistrer".

Les juges ont mieux à offrir.

120. Le vendredi 17 octobre 2008 à 20:55 par Sahmaz

Bonjour ou bonsoir. Ai découvert le blog grâce au Monde, alors que je travaille comme chercheur en criminologie en Belgique. D'abord, bravo pour ce blog assez enlevé, au ton corrosif (quitte à parfois verser dans la hargne). C'est un blog que je tâcherai de suivre désormais, même si la production est énorme (on sent la déformation professionnelle ;-)). En passant, je voudrais souligner le commentaire de tschok (#81). Je sais que l'attitude de certains politiques est rageante (on a eu un personnage pas plus recommandable aux commandes du Ministère de la Justice belge, un certain Marc Verwilghen), surtout lorsqu'ils passent leur temps à se déresponsabiliser sur le dos de ceux-là mêmes aux services desquels ils sont censés être. Mais à force de se focaliser sur ces politiques, on les sert. On rentre dans le fameux système "Qu'on soit pour ou contre moi, on parle toujours de moi."
Au fond, c'est revenir au sens premier de ce blog : parler de la Justice telle qu'elle se mène au quotidien, loin du strass des plateaux télé. Bonne continuation !

121. Le samedi 18 octobre 2008 à 01:44 par ramses

@ tschok 81

"Explorer les mythologies justicières pour offrir au grand public le récit d'une justice dans laquelle il se retrouve."

Pour se situer sur le même terrain médiatique que la Garde des Sceaux, les magistraits devraient pouvoir disposer d'une émission en prime time...

En supposant qu'une chaîne TV accepte de la leur offrir, ils en seraient empêchés par leur "devoir de réserve", qu'on ne manquerait pas de leur rappeler, au cas où ils l'oublieraient.

Je pense que ce combat est très inégal et que les opérations de comm' comme celle d'hier soir ne font qu'élargir le fossé.

Et surtout le "grand public" ne verrait pas d'un bon oeil une telle fronde des Juges... (vous observerez les sondages, après la manifestation prévue dans quelques jours...).

Par contre, si une personnalité incontestable du monde juridique (je pense à Robert Badinter) montait au créneau pour clarifier le rôle de chacun, j'y verrais un grand intérêt, y compris pour l'opposition !

L'idée du vieux Sage, offrant sa médiation, me séduit personnellement.

122. Le samedi 18 octobre 2008 à 11:57 par Jacques Heurtault

Etait-il donc si difficile, pour Arlette Chabot, de ne rien dire sur la situation personnelle de Rachida Dati (vie hors mariage, compagnon inconnu du public, état de grossesse, etc ...)? apparemment OUI!
Pourquoi? Parce que le "journalisme", aujourd'hui, est rongé par le marketing : les journaleux fabriquent un produit dans le but de répondre aux attentes du public, tout comme les empereurs romains organisaient des jeux pour plaire à la populace ...
C'est plus qu'affligeant : c'est dégoutant!

123. Le samedi 18 octobre 2008 à 13:06 par Yves D

@ Article 700 (#60)
et
@ Eolas

J'ai lu ce billet bien trop tard pour avoir les détails de la bile que "Etouiii" a sans doute déversé (en #53) avant que Troll Detector fasse bon ménage.

Cependant ...
que vous ayez vu juste (en #26) ou non, il demeure que pour la majeure partie des français qui ont eu vraiment affaire à un magistrat, ce magistrat était un JAF !

Autrement dit, en dehors des journaux et de quelques affaires fortement médiatisées, ce sont les JAF qui donnent "l'image" de la justice à la majorité des citoyens de ce pays ...

Or voir son affaire, souvent très personnelle, donc fortement chargée émotionnellement, traitée en une audience de 15 minutes top chrono, et recevoir un jugement, dont les motivations sont contestables (car un jugement différent aurait été tout aussi possible sans risquer la cassation), qui vous laisse "sur votre faim" (de "justice") ...
Ca n'aide pas à avoir une "bonne image" de la magistrature en particulier, et de la justice en général ...

Alors oui, peut être qu'avec plus de moyens, la justice fonctionnerait mieux, et aurait une meilleure image. Mais avouez que c'est un vaste débat ...

124. Le samedi 18 octobre 2008 à 14:13 par juju

Ouais
Bin moi la télé de "service" public j'en ai soupé.
Faites comme moi : le matin au lieu de regarder Télé matin et ses journalistes mielleux zappez sur game one et mater le JT. Nouvelles technologies + internet + jeux vidéo.

que la force soir avec les geek

125. Le samedi 18 octobre 2008 à 15:04 par Blogueur influent

@Juju : le matin il ne faut pas regarder la télé du tout. Sinon c'est le début de la spirale infernale du chômage ( www.blogueurinfluent.com/... ). Ces émissions devraient d'ailleurs s'appeler "chômeur matin" ou quelque chose comme ça.

126. Le samedi 18 octobre 2008 à 17:10 par gerard qui comprend rien

la tele c'est le pied, j'ai un bon canapé et un bon coussin et quand je veux me detendre , j'allume mon poste, je coupe le son , parfois je lis mais souvent au bout de 5 mn je dort...

127. Le samedi 18 octobre 2008 à 18:52 par Yves D

Aller, en complément de mon Com'#123, je prend le risque de me faire huer ...

Un amis (avocat) lyonnais m'avais dit il y a qqs années (avant que le Blog d'Eolas n'existe), que : "parmi les juges, comme partout, il y a des bons et des moins bons. En général, ces derniers sont JAF ..."

A l'époque j'avais trouvé ça un peu surprenant, d'autant plus que ce "jugement" venait d'un avocat avant tout spécialisé dans le droit du travail (et pas dans le droit des affaires familiales).
Après tout, parmi les JAF, il doit bien aussi avoir des bons et des moins bons !

Mais l'actualité récente, et en plein dans le thème des billets précédents sur ce blog, m'a fait remémorer cette "qualification" un peu définitive de la compétence des JAF.

Vous vous souvenez de l'assignation de l'Etat en justice pour faire reconnaitre une faute lourde qui aurait été commise par un Juge des Libertés et de la Détention (JLD) de Poitiers ?
C'était suite à un assassinat suivit de suicide qui avait eu lieu à Vannes l'année dernière, en public. Le meurtrier avait été "relaché" quelques jours avant par ce JLD poitevin.
Les détails sont ici:
www.letelegramme.com/grat...

Ce JLD aurait été très affecté par cette affaire ... On peut le comprendre.
Mais aux dernières nouvelles ce JLD est maintenant, toujours au TGI de Poitiers, devenu une JAF ...
www.metrofrance.com/x/met...

Gageons qu'elle sera intraitable pour tout dossier de divorce qui lui sera présenté et où la future ex-épouse aura parmi les pièces soumises, un certificat de complaisance de médecin ou d'amis relatant des scènes ou remarquant des traces de violence ...

128. Le samedi 18 octobre 2008 à 18:54 par chantal

Merci pour votre compte rendu. Cela me confirme dans mon opinion que la télévision est aussi ennuyeuse que superflue. les rares émissions intéressantes se noyent dans tout un tas d'idioties.

Quand à savoir pour la Norvège et l'UE, souvent à l'épreuve du QCM il y a la question suivante: est-ce que la norvège a-t-elle l'euro comme monnaie nationale. Souvent les gens disent oui, donc la garde des sceaux n'est pas la seule de penser que la Norvège en fait partie de l'UE. Mais cela est peut-être un peu moins "grave2 que le fait que des egns pensent que le Général de Gaulle et Henri IV avaient un rôle important dans la Révolution francaise de 1789. Aprés la Justice, l'Histoire est mal connu.

Bonne soirée

129. Le samedi 18 octobre 2008 à 20:54 par Yves D

@ Chantal

M'ouais, aucun pays scandinave n'a l'Euro comme monnaie officielle, pourtant certains d'entre-eux font partie de l'UE ...

@ EOLAS

Avez-vous vu le reportage du 20h de TF1 de ce samedi 18 sur l'expulsion des sans-papiers ?? Le plus surprenant c'est qu'un tel reportage passe au 20h de TF1 !!
Ceci dit, à la fin, on voit le journaliste responsable de ce reportage ... tiens, il est noir de peau ... l'est sur d'avoir ses papiers lui ? ;-)

@ tous

C'est nouveau ce "Top commentators" (là, à droite), ou je ne l'avais pas vu avant ??

130. Le dimanche 19 octobre 2008 à 12:28 par FRD

Après la page 3 du Monde, je me suis rendu sur votre Blog. Pas de surprise sur la relation de "A vous de Juger" ; réquisitoire de l'avocat général Eolias contre la ministre de la justice. Elle ne s'est pas rendue à une réunion de magistrats syndiqués, crime de lèse-USM ! Sur ce passage, j'ai bien rigolé :)). Les mineurs ne commettent aucun crime, mettez en ligne cette charmante circonscription judiciaire !! Une proposition d'Eolias vraiment nouvelle, il faut plus d'éducateurs. Ah bon ??? Personne n'y avait pensé !! Pour reprendre votre expression, avec de telles fulgurances, vous devriez proposer vos services à la Chancellerie ! Bien à vous, FRD.

131. Le dimanche 19 octobre 2008 à 20:47 par Claire

Bon, les magistrats manifestent: c'est plutôt bien en démocratie mais j'ai un vrai soucis avec les avocats même si je ne suis pas procédurière... Alors à quand un peu de clarté dans cette démocratie qui nécessite un tout petit peu d'éthique.. Mais bon, aux vues de la situation, je soutiens les magistrats

132. Le dimanche 19 octobre 2008 à 21:25 par Fantômette

@ Claire

"à quand un peu de clarté ?"

C'est amusant, j'allais justement vous poser la même question.

133. Le lundi 20 octobre 2008 à 14:38 par pendragon

@ FRD

mon estimé confrère éolas (que milles colombes bruissent sur son épaule) a au moins le mérite d'engager un débat sur une communication de plus en plus fatiguante de la chancellerie.

de plus, le manque de moyens est, pour les gens de justice, flagrant - nous le vivons au quotidien

savez-vous que certains magistrats achètent eux-même leurs livres et codes ?

que certaines greffières ne sont pas remplacées ?

que de nombreux audiencements se font à 4 mois minimum (cf bobigny au ti actuellement) voire plus ?

que de nombreuses mesures d'aide à l'enfance ne sont pas de fait exécutées, faute de fonds ?

quand à la subtile distinction entre contravention, crimes et délits (article 111-1 et suivants du code pénal disponible sur légifrance) elle devrait vous permettre de vous rassurer sur l'argumentaire archi éculé (et rien d'autre) sur les "mineurs criminels" -

quand à l'absence de RD au congrès de l'USM, c'est son choix, mais il faudrait simplement (simplement) songer à l'assumer

notez toutefois que le respect de la forme - dont ihering disait qu'elle était la soeur jumelle de la liberté - fait que l'on respecte dans notre milieu un certains nombre d'usages, qui peuvent paraitre affreusement ringards pour des gens "modernes" mais qui, ma foi, nous permettent globalement de vivre en bonne harmonie;

et qu'a mon sens, la tradition de déplacement devant le congrès de l'USM, aurait du etre respectée - quant à apprendre sur le site de gala.fr ou était la ministre c'est effectivement consternant

134. Le lundi 20 octobre 2008 à 15:55 par Serge

Pour détendre un peu l'atmosphère, une recette de cuisine...

(Si, si, il y a un rapport !)

www.vlees.nl/index.asp?sr...

135. Le lundi 20 octobre 2008 à 23:31 par juju87

ok maître mais ce n'était pas méchant, tout le monde critique sa politique mais finalement même arlette chabot revient sur sa vie privée alors que perso je m'en fiche,par contre sa politique m'intéresse car en tant que juriste,j'ai peur que l'avenir ne soit pas rose...cordialement

136. Le mardi 21 octobre 2008 à 21:16 par Duashabetetbenependentes

Ai remarqué le contraste saisissant: Mme DATI, le regard noir visionnant
l'Ignare de Gaillac démentant être le père putatif;

Ai entendu le commentaire cinglant : "sans commentaire";

Me suis demandé quelle aurait été sa réaction si c'était vraiment lui le père ?

N'aurait-elle pas eu ce regard, cette réponse, face à un tel déni ?

Eolas:
Sans commentaire.

137. Le mercredi 22 octobre 2008 à 09:15 par jihemnet

Des libéraux qui vénèrent des minables comme Tapie, c'est du délire. En plus ils sont émus ou jubilent, devant cette caricature d'affairiste véreux, de politiciens raté, de menteur né. Sincèrement, vous touchez le fond de la médiocrité. Arrêtez de revendiquer des valeurs libérales dont vous n'êtes pas digne.

Eolas:
Et je suppose que vous venez nous donner l'exemple de la dignité ?

138. Le mercredi 29 octobre 2008 à 21:56 par FRD

@ Pendragon

Pour reprendre votre formule : "Que mille colombes bruissent sur vos épaules " J'associe bien sûr Eolias à cette champêtre entrée en matière.
Le problème est posé ; une naîveté judiciaire et notamment dans la délinquance des mineurs. Vous pratiquez le pénal à Bobigny ?? A vous lire, rien n'est moins sûr ou alors nous ne connaissons pas le même tribunal. Sur la distinction tripartite des infractions, merci prof, mais il faudrait surtout la rappeler à ceux qui investissent le code pénal de long en large, mais surtout en travers. Sur l'argument archi-éculé, je suis d'accord. Mais celui que je retiens n'est pas le même : le manque de moyens. Des magistrats achètent leurs codes, quel sacrifice ! Pensez-vous que ce sont les seuls professionnels du droit qui mettent la main là où ça vous fait mal. Certaines greffières ne sont pas remplacées. Et alors ? Est-ce insurmontable ? Sur les audiencements, plus c'est long moins c'est bon ? Justice rapide, justice inique ? Il faudrait savoir où le glaive de la justice balance. Enfin je persiste (per-siffle?) et je signe ; vous dites le Gala, non, le Congrès de l'USM doit être respecté et Me RD d'être présente, séance tenante. La preuve par l'exemple : l'USM est l'institution intouchable et la chancellerie le deversoir de tous les états d'âmes. Non, la ministre n'est pas sommée de se rendre au congrès d'une organisation syndicale, généralement c'est l'inverse qui se produit. Dans la vraie vie.
Bien à vous, Dragon du Pen alias Pendragon. Vous mettez le feu, non ?? :))

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« avril 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

Contact