Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Paranoia

Par karc'hariad, surveillant de prison




Bonjour, à défaut de la parole d'un Magistrat, je vous propose ici celle d'un autre acteur de la Justice : le Surveillant Pénitentiaire.

Paranoïa. C'est ce que je ressent dès que je franchi les grilles de la détention. Etre toujours sur le qui-vive. Se méfier de tout et de tous. Des détenus, tout d'abord. Ne jamais leur tourner le dos. Si on a de la chance, il nous font remarquer notre étourderie gentiment, sinon ... Les détenus passent beaucoup de temps à nous tester, à déterminer quel niveau de "liberté" chaque Surveillant peut leur accorder. Car dans le monde carcéral, "la liberté" peut prendre des aspects très différents : être le dernier à sortir de sa cabine de parloir et avoir ainsi 5 minutes de plus avec sa femme et ses enfants que la 1/2 heure réglementaire, aller en dernier à la douche et y être presque seul, bénéficier d'un poste "d'auxi" et ainsi pouvoir sortir plus souvent de sa cellule pour les tâches quotidiennes d'entretien, passer tel ou tel objet à la cellule d'à coté lors de la distribution du repas ...

Mais il faut aussi se méfier des autres : visiteurs, aumôniers, service de santé, éducation nationale, ... Non pas qu'il représente un même danger que nos hôtes, mais dès qu'ils posent le pied sur la coursive, c'est sous ma responsabilité. Les dernières prises d'otages sont toujours en mémoire. De plus, leur perception du monde carcérale est différente de celle des Surveillants, ils n'ont pas forcement les "reflexes sécuritaires" comme on dit. Mais voici un Officier sur ma coursive. Allons bon, que me veut-il ? Je recompte mentalement mon nombre de détenus "en stock" et fait le point sur la position théorique des autres. L'Officier vérifie, j'ai bon. Ouf. De la hiérarchie aussi il faut se méfier. Véritables champions du parapluie. Là, c'est ce qui est arrivé aux Collègues d'Amiens que j'ai en mémoire.

Je contrôle à nouveau le cahier de consignes de mon aile. Qui l'a rédigé au service précédent ? A t il bien noté tout ce qui était important ? N'a t il pas oublié les demandes de changement de cellule ? Les changements de comportements remarqués ? Les locaux fouillés ? De mes propres Collègues aussi, il faut que je me méfie : une information omise, et un détenu peut faire une TS, une overdose, se faire racketter ou frapper, voir y rester durant mon service, alors que l'alerte aurait pu être donnée bien avant. un bip retenti faiblement à mon ceinturon : c'est ma radio dont la batterie vient de rendre l'âme : Du matériel aussi, il faut se méfier. D'ailleurs, la moitié des ampoules de la coursives sont mortes depuis longtemps, il faudrait les changer, mais plus d'argent pour cela. L'hiver approche, il fera de plus en plus sombre et si il y a une agression, les Collègues ne le verront pas forcement dans la pénombre du couloir. Seul mon sifflet d'alarme est fiable : je l'ai acheté. Celui en plastique fourni avec l'uniforme n'a pas bonne réputation, et je ne veux pas que ma vie en dépende.

Je m'apprête à effectuer ma fouille de cellule quotidienne pendant que ses occupants sont en promenade. Un coup de pied dans la porte pour déloger les cafards nichant entre celle-ci et le chambranle afin qu'ils ne me tombent pas dans l'encolure lorsque j'ouvrirai. 9 m², un WC avec lavabo dont la porte a disparu depuis longtemps, quelques étagères saturées, une armoire (pour trois) bondée, une petite table (boite en carton retournée) avec deux tabourets, une télé sur applique murale, trois lits superposés : comment ont-ils fait, il ne peut en tenir que deux en hauteur !? Ah oui, les pieds de celui du bas ont été sciés afin d'en empiler un troisième : idée de génie de la Direction. Du coup, celui qui dort en bas est presque au niveau du sol, et celui qui dort en haut n'a pas intérêt à se relever trop brusquement. Et il reste même de la place pour poser un matelas par terre et ainsi rajouter un quatrième locataire. Je me rappelle de me méfier de la prise électrique car elle est souvent trafiquées pour pouvoir y brancher plus qu'un appareil : "toto" (résistance électrique) pour réchauffer le café ou chargeur de portable improvisé. Je regarde les murs, couverts de photos de familles ou de femmes nues couvrant à peine la peinture écaillée et des générations de graffitis laissés là par tous les anciens occupants, y compris quelques messages destinés à ceux de ma profession. Les parois de l'armoire n'y ont pas échappées. La fouille continue, je confisque le "yoyo" (sorte de corde artisanale fabriquée avec un drap [et permettant de se passer des objets d'une cellule à l'autre par la fenêtre - ajout d'Eolas]) et note sur mon carnet qu'il faudra le signaler à mon supérieur : encore un compte rendu à faire. J'ai de la chance, ces détenus ont un bonne hygiène et font le ménage. Ce n'est pas le cas de tous, beaucoup de cellules sont d'une insalubrité exceptionnelle. J'examine la fenêtre dont certains carreaux manquent et aperçois au pied du bâtiment d'en face les impressionnants monceaux de détritus que les détenus jettent complaisamment par les fenêtres. Pourtant, les poubelles des cellules sont ramassées tous les jours. Le bon coté des choses, c'est que cette manne permet de bien nourrir les chats errants qui ont envahi la prison : ils sont tellement replets qu'ils ne courent même plus après les corbeaux, les mouettes et les pigeons qui partagent leur pitance.

Je m'interroge : comment faire pour supporter cela ? Environ 21 heures d'enfermement par jour en Maison d'Arrêt. Je sais ce que l'on dit : ce ne sont pas des anges si ils sont ici, mais en Maison d'Arrêt, il y a aussi des prévenus supposés innocents jusqu'à preuve du contraire. Des prévenus attendent leurs jugements parfois deux ans, pour s'entendre confirmer leur innocence. Qu'ont-ils subi en attendant ? Là, c'est Outreau que j'ai en mémoire. Certains détenus "s'évadent" dans des activités fournies par l'Administration Pénitentiaire (cours, formations, travail pénitentiaire, ...), mais il n'y en a pas assez pour tous. C'est même le signe d'un privilège exceptionnel que d'y avoir accès. Pareil pour le sport : pas assez de moniteurs, pas assez de matériel. D'autres (la majorité en fait) le font par l'oisiveté, devant la télé ou sur la console de jeux. D'autres encore s'enfuient dans un monde de léthargie ou de sommeil fourni par des stupéfiants ou des psychotropes. Mais est-ce pour cela qu'ils sont enfermés à l'écart de la société ? Ne doivent-ils pas mettre ce temps à profit pour "réfléchir aux conséquences de leurs actes et aux moyens de s'amender" ? Quand je parle avec eux, beaucoup (mais pas tous) se placent plutôt en victime de la société et/ou des circonstances, minimisant voir reniant complètement les tors éventuels à autrui. D'aucun jure qu'il ne remettra plus jamais les pieds en prison, mais au fil des ans les habitués reviennent toujours.

Mais surtout, qu'elle est ma place ici ? En fait je fais ce métier à défaut d'autre chose, non par vocation mais par besoin, pour payer mon loyer. J'ai tout de même appris à l'aimer ce métier. Je suis Gardien de prison, et ma tâche est de protéger les citoyens de ce pays en assurant la surveillance des détenus durant leur incarcération. De même, j'ai le devoir de restituer à la société ces détenus dans un bon état : c'est à dire que je dois veiller à ce qu'ils aient accès aux soins, à l'éducation, à l'emploi, à leurs familles, à leurs avocats. Ce sont les droits fondamentaux des détenus. Bref, tout ce qu'il faut pour aider à leur réinsertion sans récidive. Je sais, je suis un idéaliste. Comment est-ce possible dans de telles conditions ? Sur ma coursive, 42 cellules, 95 détenus et je suis seul face à eux. La surpopulation et le manque de moyens, tant humains que matériels, tuent dans l'œuf la moindre tentative de travail de réinsertion, et ce ne sont pas mes Collègues Conseillers d'Insertion et de Probation qui diront le contraire, avec leurs 175 dossiers à suivre chacun.

Faute de places, les mélanges de détenus, prévenus et condamnés, jeunes ou vieux, délinquants et criminels, transforment les prisons en viviers de la délinquance et de la criminalité. C'est cela aussi, la surpopulation carcérale.

De fait, je me sens frustré de n'être qu'un porte-clefs, juste bon à ouvrir et (surtout) fermer des portes. Ce n'est pas vraiment ce qui est "vendu" dans la publicité du Ministère de la Justice pour mon métier. D'ailleurs, je n'ai jamais bossé dans une taule aussi immaculée. On pourrai presque manger par terre tellement elle est clean. Elle est tellement propre qu'elle ne doit pas servir, c'est pas possible. Ceux qui entrent dans la profession d'après cette pub vont être sacrément déçus... Ainsi que les futurs détenus qui ne connaissent pas encore la prison, d'ailleurs. J'espère sincèrement que cette publicité n'est pas l'exacte vision d'une prison qu'ont nos dirigeants de la Pénitentiaire, car si c'est le cas, je crains le pire pour l'avenir.

Là, c'est de mon Ministère que je me méfie.

Commentaires

1. Le jeudi 23 octobre 2008 à 07:07 par Bulle

Merci, votre témoignage est trés beau (si on peut dire ça)

2. Le jeudi 23 octobre 2008 à 07:16 par Matinal

Premier billet de ceux du 23 que je lis. Merci pour ce témoignage poignant.

3. Le jeudi 23 octobre 2008 à 08:48 par Mussipont

Merci pour ce témoignage sans concession. J'espère que les nombreux partisans du tout répressif le liront.

4. Le jeudi 23 octobre 2008 à 08:58 par Humstel

Merci pour ce temoignage.

5. Le jeudi 23 octobre 2008 à 09:26 par Tigrou_bis

Merci pour ce témoignage, et tout mon soutien pour la suite de votre mission.

6. Le jeudi 23 octobre 2008 à 09:26 par LDiCesare

Je ne connais pas directement le métier de surveillant pénitentiaire. La seule fois où j'ai mis les pieds dans l'enceinte d'une prison, c'était pour faire une 3ème mi-temps avec les gariens contre lesquels j'avais joué au rugby. Le stress qu'ils vivent au quotidien était apparent, dans leurs discours et dans l'énergie qu'ils mettaient à faire la fête pour décompresser. Ce n'est pas la fête tous les jours pour vous, voire jamais, tout simplement, et c'est criant dès qu'on rencontre, parle avec un surveillant de prison.

7. Le jeudi 23 octobre 2008 à 09:36 par bardass

Merci pour votre témoignage
Merci pour votre lucidité
Merci pour la qualité de votre billet

8. Le jeudi 23 octobre 2008 à 11:00 par v_atekor

Merci pour votre témoignage. J'espère que vous serez lu.

9. Le jeudi 23 octobre 2008 à 11:04 par Sabotage

Monsieur, votre texte est modéré, mais je tique quand même quand vous dîtes "protéger le citoyen". Vous ne le protégez pas, vous participez à un système qui au contraire créé les conditions de l'insécurité : le système carcéral. Vous concédez à juste titre que la prison est une formidable pompe à délinquance. Luttez contre ce système. Faîtes grève. Changez de métier. Ouvrez les portes. Si tous les matons - et vous en donnez ici une image positive, mais combien sont de sinistres Kapos ? - refusent d'entretenir le système des taules et leur immonde cortège de violences, ils ouvriraient la voie à une vraie remise en cause.

10. Le jeudi 23 octobre 2008 à 11:56 par fanch de bretagne

Au commentaire de Sabotage, il convient de répondre ce me semble.
Oui, les personnels pénitentiaires participent à la protection de citoyens. Ceux qui sont libres en gardant dans les enceintes pénitentiaires les personnes que le Justice (au nom du Peuple Français) a décidé d'écarter.
Mais il convient aussi de dire qu'au delà des préjugés journalistiques et du café du commerce, les agents pénitentiaires ont également pour mission de protéger (avec les moyens dont ils disposent) la vie des personnes placées sous main de Justice.
Cette mission, car s'en est une, induit de veiller à ce que ces citoyens écartés soient protégés contre eux même et contre autrui. De fait quand l'état affecte un surveillant pour 75 à 100 détenus qui est fautif? qui doit légitimement s'indigner de cette situation? qui est le responsable?
Au café du commerce on se tourne immédiatement vers les "matons". Je préfère me tourner vers mes concitoyens qui veulent tout à la fois que les prisons soient dignes et exemplaires mais qui considèrent également qu'avoir la TV en cellule est un luxe et qu'avoir une douche tout les 3 jours est bien assez.
Punir a un cout qu'il faut accepter de payer, c'est la marque d'une démocratie saine mais êtes vous pret à payer plutot que de demander à des fonctionaires (qui n'ont pas le droit de grève) de descendre seuls dans la rue?

11. Le jeudi 23 octobre 2008 à 16:51 par Festival

Poignant témoignage en effet, si seulement c'était un cas isolé...

12. Le jeudi 23 octobre 2008 à 18:48 par Emilie, CIP

Merci, collègue. Et courage.

13. Le jeudi 23 octobre 2008 à 18:55 par DRH

Excellent billet, humain et "pro".
"Celui en plastique fourni avec l'uniforme n'a pas bonne réputation, et je ne veux pas que ma vie en dépende". Je vois que l'état est toujours au top de l'équipement.
Bon courage.

14. Le jeudi 23 octobre 2008 à 19:58 par karc'hariad

@ fanch de bretagne : Bonjour cher compatriote et collègue ? Je le pense. En effet, une réponse s'imposait et tu l'as fait avec justesse et éloquence : je n'aurai pas su mieux dire !

15. Le jeudi 23 octobre 2008 à 21:20 par Lulu

Merci beaucoup karc'hariad.

16. Le jeudi 23 octobre 2008 à 22:13 par NARDO

Avant toute chose : bravo pour la qualité de cet article. Grand bravo, parce que c'est tout à fait ce que je constate depuis mon métier de gendarme, moi qui ne fréquente ce monde que pour faire entrer ou sortir un détenu.

Mais je voulais réagir sur les propos d'un intervenant.

Mussipont a écrit le Le jeudi 23 octobre 2008 à 08:48,

Merci pour ce témoignage sans concession. J'espère que les nombreux partisans du tout répressif le liront.

***************************************************

Moi j'espère que ce sont plutôt les nombreux partisans du tout laxiste qui le liront. Ils pourraient se rendre compte que quand dans les années 80, nos gouvernements en place avaient refusé à Bouygues, de construire des prisons, ils ne s'imaginaient certainement pas que la population carcérale serait ce qu'elle est maintenant.

Et oui, on disait qu'un ne pouvait pas savoir à l'époque ! ! Et les "tout répressifs" n'étaient que de vilains fachos ! Mais si aujourd'hui, ces prisons avaient vu le jour, cette surpopulation (avec tous les problèmes que cela entraîne) n'existerait pas.

Pourtant je les comprends pas nos politiques : ils votent davantage de finances pour les écoles que pour les prisons : pourtant, à l'école, ils n'ont aucune chance d'y retourner, ..........

17. Le jeudi 23 octobre 2008 à 22:48 par ceriselibertaire

Quand on me demande quel argument j'ai contre la peine de mort je réponds que nul homme n'a le droit de demander à un autre homme de devenir bourreau.
Pour la prison c'est la même réponse. Priver un homme de sa liberté c'est le priver de sa vie. La prison n'est pas une réponse c'est une réponse à une absence de réponse.
La société n'est pas sufisamment évoluée pour répondre à votre paranoïa.

18. Le jeudi 23 octobre 2008 à 23:42 par Mussipont

@NARDO : "...les nombreux partisans du tout laxiste qui le liront. Ils pourraient se rendre compte que quand dans les années 80, nos gouvernements en place avaient refusé à Bouygues, de construire des prisons"

Il me semble pourtant bien que c'est Albin Chalandon qui en 1987 a lancé le premier programme de construction de prisons à gestion déléguée.

"ils ne s'imaginaient certainement pas que la population carcérale serait ce qu'elle est maintenant. "

Et dire que nous avons à l'heure actuelle un gouvernement adepte du "tout répressif" benoîtement surpris de constater que l'application de sa loi "peine plancher" aggrave la surpopulation carcérale. Décidemment ces politiciens sont vraiment des benêts, vous ne trouvez pas?

19. Le vendredi 24 octobre 2008 à 00:17 par La Girafe

Quand j'étais petite, je lisais Okapi, qui a publié un jour un excellent dossier sur la prison. Depuis, tout ce qui touche à l'univers carcéral m'a passionnée. Peut être est ce pour cela qu'aujourd'hui que je suis magistrat et que je suis proche, disons très proche, de l'administration pénitentiaire. Vous avez extrêmement bien décrit ce que "mon" procureur a appelé lors de sa dernière visite "la cour des miracles". Bien avant d'être magistrat, j'ai eu des discussions avec des gens qui me disaient "ils sont bien, les prisonniers, ils ont la télé". Non, ils ne sont pas bien les prisonniers, malgré la télé qui les berce nuit et jour. Mais les surveillants non plus ne sont pas bien. Et les magistrats devraient aller les voir plus souvent.

20. Le vendredi 24 octobre 2008 à 01:03 par Giudice

Extraordinaire témoignage, merci beaucoup d'avoir pris la peine de nous écrire. Je suppose qu'il est ridicule d'essayer d'imaginer ce que c'est la prison, en vrai, si on y a pas été. Mais grâce à vous pendant quelques lignes, on prend au moins conscience de l'urgence de la situation.
Merci encore.

21. Le vendredi 24 octobre 2008 à 07:36 par Pollinamix

Felicitations a l'auteur de ce texte qui presente bien la réalitèe de notre socièté.

22. Le vendredi 24 octobre 2008 à 07:57 par Véronique

@ Mussipont

Mais si nous lisons le billet de Paranoia et celui de CIP, ce qui me frappe dans le témoignage de CIP - fort intéressant – ce sont son hésitation et sa difficulté à appeler les choses par leurs noms: condamnation, prison, sanction...

Et en réaction au billet de Paranoia, quand s'agit pour les professionnels de la justice de parler de l'état des prisons dans le débat public, je voudrais dire que la distinction entre les conditions d'incarcération d'une prison centrale (longues peines) et celles d'une maison d'arrêt (courtes peines et détentions provisoires.) n’est que très rarement exposée.

Pour mieux informer, ne serait-il pas opportun de s'efforcer de hiérarchiser les urgences en termes d'amélioration des conditions de détention ?

Je pense que ce brouillage depuis des années a contribué à créer une information sur les prisons pas réellement lisible.

Le souci. Lorsque " les laxistes" s’expriment (les guillemets, évidemment, s'imposent), j’ai très souvent le sentiment que l'idée même de la prison (la sanction), dans leur esprit, semble être contestée et rejetée.

23. Le vendredi 24 octobre 2008 à 09:13 par Shane

Depuis plus de deux ans, je vais en prison retrouver mon fils qui a fait une énorme erreur, c'est sa première. Nous attendons une date de jugement qui ne vient pas.
Mais les gardiens, je peux vous en parler, de mon côté :
La première visite au parloir, je me souviens d'une gardienne qui à la sortie du box nous a donné un paquet de mouchoirs, mon désespoir a été touché par ce geste et par ce regard.
Puis, j'ai du annoncer à mon fils que son meilleur ami s'est suicidé, à la sortie, un petit gardien (je dis petit car il est bien jeune), s'est approché de moi et m'a demandé si j'avais annoncé une mauvaise nouvelle à mon fils car il avait "une drôle de tête", j'ai été très étonnée, il m'a demandé si je voulais une suveillance particulière.
J'ai aussi, une fois, raté mon parloir, car trompé d'heure, j'ai tellement pleuré qu'ils se sont organisés pour le tour d'après.
C'est aussi, lors d'une altercation avec une visiteuse (c'était sa première fois, elle en voulait au monde entier), ce gardien qui a remarqué mon regard en panique devant une telle violence, a pris ma défense.
Pour moi, monsieur, vous n'êtes pas que des ouvre-portes, certains peut-etre, et je ne veux pas en parler maintenant, car des imbéciles il y en a partout, vous êtes un lien humain avec de l'humanité.
Mais c'est vrai, la prison c'est 9 m² pour 3 personnes, des locaux souvent insalubres, peu d'activités, 3 douches par semaine, deux mois pour voir un dentiste, une micro société avec ses propres règles, des cantines hors de prix, des cachets qui rendent amorphes, tous ces suicides, toutes ces tentatives.
Ce qui m'inquiète, maintenant qu'il assume ses erreurs en pleine conscience, et bien qu'il doive payer au regard de la société, c'est le temps qu'il va y passer, c'est de maintenir son moral quand il voit grandir son frère et sa soeur et qu'il regrette de ne pas être là, de garder le bon qu'il a en lui, de l'entourer d'amour car aujourd'hui il n'a plus d'amis, de lui parler de réinsertion, d'étude, de travail.
Mais ce n'est pas facile car l'avenir n'a pas de date...

24. Le vendredi 24 octobre 2008 à 11:00 par karc'hariad

Bonjour Shane, et merci pour votre témoignage émouvant de cet aspect de notre mission de Surveillant.
Il apporte aussi un éclairage sur un point que beaucoup de personnes n'imaginent même pas : lorsqu'un détenu est incarcéré, souvent sa famille aussi exécute sa peine.

25. Le vendredi 24 octobre 2008 à 11:45 par Mussipont

@La Girafe 19 : "Quand j'étais petite, je lisais Okapi, qui a publié un jour un excellent dossier sur la prison. Depuis, tout ce qui touche à l'univers carcéral m'a passionnée."

Moi aussi! J'en suis tout ému... :)

@ Véronique "Pour mieux informer, ne serait-il pas opportun de s'efforcer de hiérarchiser les urgences en termes d'amélioration des conditions de détention ?"

Bien évidemment qu'il faudrait détailler la question et intervenir en précisant les priorités. Mais attention, ne pas croire que parce que les détenus sont en cellules individuelles en Centre de Détention ou en Centrale que les conditions de vie y sont forcément plus acceptables, la violence qui y règne parfois est épouvantable.

@Shane : votre commentaire m'a touché, je vous souhaite tout le courage possible pour affronter cette épreuve. Comme le dit karc'hariad, les familles sont bien souvent des victimes "collatérales" oubliées des délits et crimes de leurs proches.

26. Le vendredi 24 octobre 2008 à 11:54 par Fanch de Bretagne

Les personnels pénitentiaires ne se cachent pas derrière leur petit doigt. Ils sont les premiers à constater la surpopulation dans les maisons d'arrêts. Ils voient l'attitude des personnels soignants eux mêmes confrontés à l'indigence de leur propre système de prise en charge. Ils entendent les familles, assistent aux séparations en fin de parloirs, voient les enfants entrer et sortir les larmes aux yeux, supportent les regards accusateurs et les invectives.
Du surveillant au directeur, personne n'ignore qu'il n'y a pas assez de douches pour faire passer toute la détention dans une journée et que 3 détenus dans 9m² n'est pas une sinécure.
Mais les agents pénitentiaires ne sont pas des bourreaux. Ils exécutent des décisions... prises par des juges en fonction de lois... votées par la représentation nationale... elle même élue par... nous.
qui est alors resposable?

27. Le vendredi 24 octobre 2008 à 15:07 par ceriselibertaire

@réactions aux commentaires et à celui de Fanch de Bretagne
Je vais finir par être d'accord avec le commentaire de Sabotage : il faut quand même réapprendre la capacité de résistance dans ce pays. Alors le système est mauvais mais on travaille comme des bourrins pour le concerver.
Et tout le monde de ce remercier, il est beau votre témoignage et patati. On est au salon ici ou on se prépare à un combat pour que les choses changent.
Finalement je ne regrette pas après 8 ans de droit d'en être sortis.

28. Le vendredi 24 octobre 2008 à 16:34 par Mussipont

@ceriselibertaire : un combat pour que les choses changent. Pourquoi pas, mais comment le voyez vous ce combat?

29. Le vendredi 24 octobre 2008 à 20:04 par Shane

jaimerai rajouter que dans cette épreuve, j'ai rencontré plus de compréhension avec les hommes de justice.
Avec les OPJ qui ont arrêté mon fils, qui ont passé plusieurs jours à l'interroger, quand je les ai rencontrés ils m'ont dit ne le lachez pas.
Il y en a un qui m'a demandé des nouvelles après son incarcération, m'a dit avoir été touché par lui car il avait le même à la maison. Et que si je ne comprenais pas tout ce qui se passait que je n'hésite pas à l'appeler, il m'expliquerait.
Un autre, m'a dit la gorge serrée, très ému votre fils me dit de vous dire qu'il vous aime, madame. Soutenez le, il va en avoir besoin.
Avec son avocate, qui me dit, c'est la roulette russe les assises mais sa personnalité fera la différence.
avec son avocate de coeur, qui va le voir toute les semaines, qui après deux ans est bouleversée, comme moi, sa mère, quand elle sort du parloir, qu'elle croit en la justice, qu'ils verront.
Beaucoup de respect, cela m'a donné un peu de réconfort car ceux qui ne tombent pas dans ce monde de "délinquance", ceux à qui cela ne peut arriver, nous pendraient tous haut et court.
Je peux vous assurer que nous avons besoin d'une justice indépendante, d'une individualisation des peines, d'une justice juste.
Je veux y croire et après tout ce que j'ai lu, ils se battent nos hommes de la justice (sans oublier les femmes). Ne lachez pas continuez !

30. Le samedi 25 octobre 2008 à 15:51 par la vérité vraie

Aujourd'hui, les prisons sont surencombrées. Mais ce ne sont pas les faits qu'il faut dénoncer, ni la maladie qu'il nous faut combattre, mais les causes de celle ci!

Surpopulation carcérale, dites vous?

Sortons de notre pensée qui découle d'une bonne éducation, d'une morale inculquée depuis notre tendre enfance, et mettons nous à la place des 3/4 de ceux que nous gardons et qui , eux, n'ont eu aucun scrupule à vendre de la drogue à nos enfants ou à dévaliser une famille moyenne, pour s'offrir la dernière paire de baskets à la mode ....
Mettez vous vraiment dans la peau de ces gens là. C'est fait ?
Alors imaginez, vous entrez pour la énième fois en prison.

Voici la journée type d'un détenu d'un centre de détention français:


7 H Quelqu'un contrôle votre présence et s'assure que vous vous portez bien mais vous pouvez rester au lit jusqu'à l'heure qu'il vous convient, c'est une partie du programme de réinsertion , apprendre à vivre chaque jour comme si c'était dimanche....
Si vous avez du courrier à faire partir, le surveillant est la pour le prendre, afin que vous ne vous déplaciez pas sur les 30 mètres qui vont à la boite au lettres (si elle n’a pas été une nouvelle fois détruite)

7H30 Pour les plus courageux qui se lèveront , que faire ? Passer quelques coups de fils aux amis pour conserver LES LIENS FAMILIAUX ou autre ( trafics ...)

7H50 Vous cherchez dans votre cellule quel survêtement ou habit de marque vous allez mettre aujourd'hui et ce parmi les innombrables affaires vestimentaires qui encombrent votre si petit espace (acheté via le catalogue fournis par la prison, ou on trouve aussi, par exemple, des chaînes HIFI Sony à 180 euros qui se vendent comme des petit pains, alors que les détenus sont sensés être des exclus sans argents...). "Droit de l'homme, droit à l'identité" répondent les juristes plein de compassion.
Ces mêmes juristes, qui montres du doigt l’administration pénitentiaire, quand une cellule remplie de vêtements et autres effets personnels, brule en quelsue secondes et « abîme » son occupant.
Où étaient-ils ces juristes, quand les appelés du service militaire rampaient dans la boue à 3h du matin, vêtus d'une tenue identique pour tous ( vert kaki) ! Et dire qu'on demande toujours au surveillants de pratiquer des fouilles de cellule ! Autant trouver une aiguille dans une meule de foin !
Mais les textes son respectés, les directeurs son contents.

8H Un petit café accompagné du croissant hebdomadaire offert par le contribuable ? (Si si, c’est la réalité ..)

8H10 En place pour la promenade, au programme : sport pour les plus courageux, mais sous les brumisateurs SVP ! Ou une partie de pétanque, mais oui, des boules ! (rappelez vous que les prisons sont soit disant, des lieux de violence, mais on y trouve des boules de pétanques en libre service …)

11H10 Remontée des promenades, allez, un petit café et la douche !

11h40 distribution du repas, servi et offert par la maison s'il vous plait ! (dans les hôpitaux, il faut payer ne l’oubliez pas) mais rassurez -vous, si celui ci ne vous convient pas, vous pourrez toujours cuisiner un petit plat de votre convenance avec la multitude de produits adaptés à toutes les régions et ethnies qui sont proposés à l’achat. Eventuellement, vous pourrez vous faire livrer à domicile des repas préparés . Prochainement le Mc Do ? Et pourquoi pas?

12h15 ah! on vous enferme un peu, télé? Tite sieste?, cartes, livres, Playstation, musique (et avec un volume sonore digne d’un concert de rock (même si c’est du rap) histoire d’en faire profiter les autres cellules voire même les bâtiments voisins de la prison.

13h15 Réouverture et là , vous avez le choix : Une partie de carte ou de playstation dans la cellule voisine avec quelques potes? Car oui! vous avez la Play en cellule, qui, cumulée avec la chaîne Hi-Fi de 2 X 80W vous procure un Home Cinéma , plutôt sympa !

APRES MIDI Qu'allez vous faire? Aller sur le stade faire une partie de foot? (chapeauté par un moniteur de football payé par le contribuable, alors que l’administration pénitentiaire à déjà ses propres moniteurs de sports diplômés) Tennis? Ping pong ? Aller à l'atelier peinture? à la bibliothèque? Musique, encadré par un prof de .. musique, sophrologie, gym tonique, théâtre, ou autres activités ludiques payées par le contribuable et vos victimes.
Peut être une sieste au soleil suivie d'une longue douche pendant que l'on demande au citoyen de faire preuve de civisme et de surveiller sa consommation d'eau ! (à propos de civisme, il faudra ne pas oublier de balancer vos ordures par la fenêtre, afin de garder votre cellule relativement propre, c’est aussi une grande habitude du détenu, que de jeter dehors ce qu’il ne veut pas voir).
Vous avez aussi la possibilité de suivre des cours dispensés par l'éducation nationale, ainsi, en plus de vous instruire de façon gratuite quand à l'extérieur le citoyen lambda paye une fortune s'il veut reprendre ses études, vous bénéficierez bien sur, d'une remise de peine.
Quand on sait que l'Etat parle de supprimer des postes pour nos enfants! Bravo, quelle chance …

Inscrivez vous aussi à d’autres activités extérieures diverses telles que stage de voile, de cannyonning, d'équitation, plongée, footing, vous pouvez même dans certaines prisons passer votre permis de conduire, tout dépend de l'endroit où vous tombez. Haaa, les joies de la réinsertion.....

Parfois vous aurez rendez vous avec le PSY, car oui dans votre vie carcérale, le psy est très très important .
- « alors, mon pauvre violeur, braqueur, agresseur de grand mère, vendeur de drogue frelatées ... Pas trop choqué d'avoir traumatisée des gens pour vous payer les derniéres Nike, changer de BMW, ou simplement avoir un orgasme au dépend d’une gosse ? Vous dormez mal? vous avez des idées noires? Pas d'inquiétude, on a demandé aux surveillant de multiplier les rondes de nuit rien que pour vous! (ils sont plus prévenant avec vous, que les infirmiers dans les hôpitaux, ou les moniteurs de colonies de vacances).
On ne voudrait pas qu'il vous arrive quelque chose de grave, allons !
L'état de santé de la personne agressée ? Tout le monde s'en cogne, à commencer par les pouvoirs publics qui croyez moi, sont plus soucieux de votre éventuelle tentative de suicide (et du désordre public que fera votre famille et vos copains dehors, que du bon rétablissement psychologique de la victime)

SOIREE Dans le cas où vous n'auriez pas le moral, l'administration vous autorise même parfois à passer la nuit chez un copain, mais oui! dans sa cellule ! (et n’hésitez pas à menacer de vous scuicider ou mettre le feux à votre cellule si on n’obtempère pas à votre demande, ça marche à tout les coups) Voilà calmez vous , nous sommes là. Vous pourrez ainsi partager le repas de l'amitié et un bon petit joint, qui sait?

17H40 distribution du repas (éventuellement vers 17h00, certaines obédiences aurons leur repas du « carême ». histoire de tout faire pour que vous vous sentiez comme au pays.

18H15 fermeture des portes après le passage obligé du service médical qui vous dispense tous les soins dont vous avez besoin, les substituts de drogue ( cachets endormeurs, cachets ' réveilleurs') et même pas les 1 € à payer, et on vous offre la mutuelle, à vous et à votre famille, dehors! Si si on ne plaisante pas avec la santé des honnêtes détenus....

Voilà seul dans votre cellule, vous avez encore le choix entre une partie de console (moins drôle en solitaire, mais si vous avez suffisamment fait croire que vous alliez faire « une connerie », vous serez peut être avec votre meilleur copain pour la nuit).
Le film du soir, ou un DVD ou une grande partie de racontage de blagues avec les autres étages, jusqu'à point d’heure. Peut être le film de minuit...coquin ! peut importe, demain....grasse mat !


Et l'état se demande pourquoi les prisons sont toujours si nombreuses et encombrées?

Pourquoi les détenus étrangers ne veulent pas rentrer dans leur pays, alors que les détenus Français écroués à l’étranger, pleurent pour revenir en France finir leur peine (Ceux de l’arche de Zoé, et autre chanteurs à succès on eu un retour chez nous médiatisés, mais il y en a d’autres).


Eolas:
À vous lire, on se dit que si vous êtes en liberté et non dans ce pays de cocagne, vous devez vraiment être un imbécile.

31. Le samedi 25 octobre 2008 à 17:12 par jarryel

vrai et sans concession, mis à part quelques nuances sur le plan gestionnel de l'étage, c'est bien écrit
à imprimer, et à afficher dans les couloirs de l'ENAP

32. Le samedi 25 octobre 2008 à 17:29 par mussipont

@la vérite vraie : mais si la vie est aussi idyllique, pourquoi faut il empêcher les détenus de sortir de ce si merveilleux endroit que vous décrivez? Quelque chose m'échappe...

33. Le samedi 25 octobre 2008 à 19:12 par GreG

Je ne connais pas le milieu carcéral mais je doute - et serais pour le moins surpris - que la description idyllique donnée par "la vérité vraie" concerne les trois quarts des détenus.
Tout d'abord je pense que toutes les prisons ne se ressemblent pas, il y en a qui sont plus récentes donc moins (voire pas du tout) vétustes et mieux équipées que d'autres, et il y en a qui sont aussi moins surpeuplées.
Concernant le confort personnel de chacun, je crois savoir que c'est un peu comme à l'extérieur. Il y a ceux qui ont de l'argent ou qui reçoivent de confortables mandats, et qui ont donc les moyens d'accéder à un certain confort et des avantages, et puis il y a ceux qui ne peuvent rien se payer et qui doivent se contenter du minimum octroyé par l'administration pénitentiaire.
Enfin, il faut distinguer les détenus qui se sentent comme chez eux en prison parce qu'ils y sont respectés ou qu'ils y font leur loi (voire leur business), ou les vieux détenus qui se sentiraient largués à l'idée de retrouver la liberté. Il y a également des jeunes détenus qui sont fiers d'être en zonzon parce que malheureusement dans leur milieu avoir fait de la taule est un signe de reconnaissance et de distinction et que beaucoup se jugent à leur "CV". Mais il y a aussi ceux qui vivent très mal la prison car ils n'y sont pas respectés et qu'ils ne trouvent pas leur place au milieu des autres, des petits délinquants qui doivent côtoyer au quotidien des vrais caïds ou des criminels. Les prisons sont-elles à ce point remplies de dealers de braqueurs ou de violeurs ? je ne connais pas les chiffres...


Mais parlons plus concrètement, le ministère de la justice a annoncé "un effort immobilier conséquent" et la création de 1100 postes:

- 2 800 places nouvelles créées en 2008 (ouvertures en 2008 : centre de détention de Roanne, maison d'arrêt de Lyon, centres pénitentiaires de Mont-de-Marsan et de la Réunion, établissements pénitentiaires pour mineurs d'Orvault, Porcheville et Meaux).
- Signature du premier partenariat public privé pour la réalisation de trois nouveaux établissements pénitentiaires à Nantes, Lille et Réau (19 février 2008).

Source : www.justice.gouv.fr/index...

On ne peut pas cracher dessus même si cela semble encore insuffisant. Moi j'aimerais savoir si la réforme pénitentiaire va s'arrêter là ou si d'autres mesures sont prévues pour 2009, 2010, etc... bref si on est réellement sur la voie de l'amélioration ou pas.

34. Le samedi 25 octobre 2008 à 20:46 par Lucas Clermont

Merci pour la qualité de ce témoignage !

J'arrivais à m'imaginer le caractère oppressant des conditions de travail, mais le problème de l'insécurité m'avait échappé. À vous lire on la devine la menace constante de l'agression, imprévisible.

Vous évoquez également l'insécurité que subissent les détenus. Qu'en est-il des témoignages qui font état de nombreux viols que ce soit en cellules ou lors des douches ?

35. Le dimanche 26 octobre 2008 à 00:39 par Mussipont

@Lucas Claermont : "Qu'en est-il des témoignages qui font état de nombreux viols que ce soit en cellules ou lors des douches ? "

Délire de journalistes en mal de sensationnel, c'est bien connu.

36. Le dimanche 26 octobre 2008 à 07:50 par hellreiser

Belle description ma fois de l'état de santé d'une Maison d'Arrèt vétuste à souhait....
Mais dans les Centre de détention c'est plutot la version de la vérité vraie que l'on doit écouter...
En CD c'est en majorité un part cellule et plein d'activité socio culturelles et sportives avant tout.

37. Le dimanche 26 octobre 2008 à 16:32 par Gilbert

@ Nardo,

Excusez-moi, mais c'est un faux raisonnement que vous tenez quand vous dites que si on avait laissé construire plus de prisons Bouygues, on n'en serait pas à cet état de surpeuplement. L'histoire le montre, plus on construit de prisons, plus on trouve de monde à entasser dedans. S'il y avait demain par miracle 50 000 places de prison supplémentaires, on serait dans le même état de surpeuplement. Et ça coûterait beaucoup plus cher parce qu'il faudrait recruter du personnel et entretenir ces bâtiments.
Cela montre bien que la solution est ailleurs que dans l'enfermement. Il faut aussi se poser la question : pourquoi ce besoin d'enfermer tant de monde ? Y aurait-il plus de délinquance subitement ? Est-ce qu'il y aurait un virus de la criminalité qui se répand ?
Bien sûr que non. Donc, même si on ne peut se contenter de dire "c'est la faute de la société", il faut bien trouver des explications sociologiques.

Mais on ne le fait pas parce que ça remettrait profondément en cause les déséquilibres de notre organisation humaine.

38. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:18 par Sabotage

"La vérité vraie" est très visiblement d'extrême droite.
Il (ou elle) pourrait également nous faire part de sa vision des chambres à gaz, qui, j'en suis sûr, n'étaient en fait que des salles de douches.

39. Le mardi 28 octobre 2008 à 20:51 par shane

@lucas clermont
non pas de viols dans les douches, aujourd'hui les détenus prennent la douche en caleçon, et si par malheur un s'approche tous les autres détenus sont là, les pointeurs, violeurs, pédophiles, sont dans un autre bâtiment "protégé" ou ils ne sortent pas de leurs cellules, sous peine de violence...

40. Le mercredi 29 octobre 2008 à 23:12 par MissPurple

#9 par Sabotage
(...)Luttez contre ce système. Faîtes grêve. Changez de métier. Ouvrez les portes.(...)

Cher Sabotage,
Déjà, pour info, les surveillants n'ont pas le droit de grêve, ils relèvent d'un statut particulier. Oubliez donc la grêve.
Changez de métier... Bravo. Voilà la solution qui va sauver le monde carcéral.
De là à lutter contre le système, comme vous dites, ce n'est pas le rôle du surveillant. Il peut par contre s'investir à son niveau et il semble bien ici que ce soit le cas.
Quant à ouvrir les portes, c'est le cas en centre de détention, régime portes ouvertes. A moins que vous ne parliez d'ouvrir en grand les portes pour libérer tout le monde ???

Je n'avais jamais lu un tel concentré d'aneries en si peu de mots, félicitations !!

41. Le samedi 1 novembre 2008 à 19:21 par karc'hariad

@MissPurple : je n'ai pas assez de mes deux mains pour applaudir votre commentaire, alors je le résume en un mot : Bravo !

42. Le dimanche 2 novembre 2008 à 16:17 par fanch de bretagne

Je constate que la discussion est en train de partir en sucette. Entre les abolitionistes Je constate que la discussion est en train de partir en sucette. Entre les abolitionnistes convaincus et les professionnels de l'enfermement, on constate le fossé qui peut exister. Pour ma part, je crois que l'enfermement est une chose nécessaire. L'histoire montre qu'il vaut mieux être enfermé que subir en plus des supplices et autres châtiments. La question porte selon moi plus sur ce que la société veut faire de ses ex-détenus.
Dans le système américain, le principe est que le système répressif ne doit pas coûter un cent au citoyen-contribuable. Les détenus doivent obligatoirement travailler, prise en charge médicale minimaliste, réinsertion "par soi même". Bilan financier à la main, les pénitenciers fédéraux et municipaux ne sont finalement pas coûteux... mais à quel prix indirect pour la société au regard de la récidive?
Dans les systèmes de nord de l'Europe, les contribuables payent une contribution importante à leur système pénitentiaire mais le versant économique est finalement plus avantageux pour la société qui versent des contributions indirectes liées à la récidives bien moindre qu'ailleurs sur la planète.
La France, comme toujours, veut le beurre, l'argent du beurre, la crémière et son sourire le tout à dépenses publiques constantes. On regarde vers les USA pour la sécurité mais on jure la main sur le coeur que l'inspiration est tout autre. On veut faire de la réinsertion mais pas présenter la note aux électeurs...
C'est insoluble et terrible. Pour les magistrats, les travailleurs sociaux, les personnels en bleu et pour les justiciables qui partent au ballon. C'est d'autant plus dramatique que le système doit également se défendre de certains illuminés qui focalisent sur les portes de prisons comme si la vérité absolue était dans l'abolition. Simpliste, voir dangereux, ces arguments n'apportent rien au débat et sont souvent la marque d'anciens détenus qui ont des comptes personnels à régler avec l'institution judiciaire dans son ensemble.
La chose carcérale est complexe et ne peut supporter les raccourcis poujadistes, les idées pondues clé en main, les arguments à l'emporte pièce.
Sabotage devrait s'occuper de son site et laisser les grandes personnes tranquilles.

43. Le lundi 3 novembre 2008 à 21:54 par PIERROT13

Beau témoignage, mais tu as oublié de te méfier de toi même , car il arrivera un jour où tu en auras marre de voire l'incompétence qui t'entoure , tu auras l'impression d'étre seul a bosser et de n'avoir en retour que des reproches de la part de ta hierarchie car la seul fois où ils monteront a l'étage tu auras eu envie de te poser 5mn et EUX croiront que tu tires au flanc..... Ne lache pas collégue , mais léve le pied , tu ne peux pas résoudre tout les problémes de la détention ( probléme de cantines quand c'est gérer par le privée ,car la compta (public) n'auras pas débloqué la somme a temps, les parloirs blancs, les pétages de cellule , le détenu qui n'a pas eu son traitement et qui en vient a te menacer pour avoir sa "dose" .....) et puis dérriére quand tu auras arrangé pas mal de situations délicates qui par ton geste ou ta façon de régler les probléme auront certainement permis d'assurer la sécurité de l'établissement ou celle de tes collégues , on te diras même pas que tu as bien fait , bravo ou tout autres gestes qui pourraient féliciter ton intervention .
Je regrettes le temps des "anciens", des chefs qui sentaient que ça allait péter , ceux qui t'apprennaient le boulot sur leurs expériences et qui ont toujours respecté l'uniforme et la pénit. mais ceux là sont partis......Remplacé par des sur diplomés de niveau BAC +4 ou 5 qui tentent un concour pour simplement bosser et qui n'ont jamais vus une porte de prison !!!!
bref , collégue mefie toi du jour où tu auras envie d'emplatrer ce couillon en face de toi qui t'insulteras , te menaceras et tu te demanderas pourquoi ? Ce jour là , maitrise toi.....!!!!

44. Le lundi 3 novembre 2008 à 23:59 par Futuretraité

Cher collégue,
Ce que tu décris là, je le vis depuis 34 ans, j'en ai assez, je pars à la retraite...mais je vous plains.

45. Le jeudi 6 novembre 2008 à 10:53 par fanch de bretagne

@ pierrot 13 et consorts

Voilà exactement ce qu'il ne faut ni faire, ni penser, ni écrire: lever le pied. Tous les regards de suspicion qui se tournent vers la pénitentiaire quand il y a un suicide, un viol dans les douches, une glissade dans la coursive viennent de là.
Le public, la presse, les associations abolitionnistes et autres politiques, ils reprochent tous aux fonctionnaires en bleu de passer leur temps à lever le pied, à lire les journaux cantinés par les détenus, bref à rien "foutre".
Se poser 5 minutes et tout le mode va croire que votre auguste fessier est vissé à sa chaise 7h10 par jour de service. Les détenus le voient, ne disent rien (pas fous) et c'est à ce moment que les plus forts font vivre un calvaire aux plus faibles.
Quelle crédibilité avoir après quand les personnels et les syndicats expliquent très sérieusement à la télévision qu'ils se sont pas assez nombreux, que les moyens manquent, que les surveillants n'y peuvent plus rien?
De fait tout le monde s'imagine, hors des murs, que les surveillants sont des glandeurs (au mieux), des trafiquants en puissance voir des complices (au pire) de toutes les exactions.
Quelle image donnez-vous alors de la pénitentiaire en théorisant le "pas trop vite le matin" et le "pas trop rapidement le soir"? Franchement.

46. Le jeudi 6 novembre 2008 à 21:41 par Surveillant Stagiaire

Cher collègue, merci d'avoir si bien décrit nos conditions au quotidien. Vrai vie, j'avoue avoir doucement rigolé à te lire, mais retrouvé tant de vérités dans tes propos. Comme mon pseudo le révèle, je ne suis que stagiaire, j'espère bientôt titulaire et le monde merveilleux des bisounours que nous prônait l'Enap est déjà bien loin.
Réveil sur la réalité, et grosse claque à l'arrivée. Après avoir effectué mes stages en plan 13000 puis 4000, me voici dans un plan 1800 : l'année de construction de ma MA et tout s'y retrouve (la surpopulation, le manque d'effectifs, les heures sup à gogo, la vétusté des locaux, les rats, etc...). Alors que l'on nous prône la réinsertion, que l'on enscence la sécurité, mon quotidien est plus éloigné : comment effectuer la moindre réinsertion de la ppsmj, alors que 90% n'a jamais été tout simplement insérée dans notre "belle" société?? Comment pratiquer sa mission de sécurité alors que l'on ouvre et ferme à 2 agents pour une population de plus de 200 détenus (pour un théorique de 98)??
Et quand des évènements dramatiques surviennent (décés de détenus, TS multiples), agressions, notre "chère" hiérarchie est plus rapide à dégainer son parapluie qu'à nous soutenir, tout étonée que ces incidents aient pu avoir lieu (ben oui quoi? Pourquoi est-ce qu'il a bien pu vouloir tuer son codétenu?? Ca doit être la faute du surveillant qui n'a sûrement pas sû faire remonter l'info!!).
Enfin bref, je ne vais pas vous raconter votre quotidien, vous le vivez comme moi.Mais ce qui me touche, c'est que je me sens moins seul à vouloir insister sur la qualité de notre travail et sur notre professionnalisme de chaque instant.

47. Le vendredi 7 novembre 2008 à 21:34 par karc'hariad

Bonsoir à tous,
@ Futuretraité : Respect (pour les 34 ans "de prisons"), veinard (pour la retraite) et Merci.
@ Pieerot13 : merci pour le conseil, il faut effectivement que je me méfie de moi-même. En effet, je suis très certainement le Collègue d'un autre "paranoïaque" ... comme moi.
@ Surveillant Stagiaire : Bienvenue dans la famille !!! Je pense que l'on t'a déjà briefé sur le type de famille qu'est la Pénitentiaire .... Néanmoins, je m'interroge : es-tu rentré dans "la famille" suite à la publicité télé dont je parle ? ;-)
Dans tous les cas, tu n'es pas seul. Même si tu remarques autour de toi des Collègues dont le comportement te laisse sceptique, n'oublie jamais que d'autres sont, comme toi, fiers de l'uniforme (perso, je rêve du jour ou je pourrai exprimer cette fierté à tout le monde sans risquer un mauvais coup), insistants sur la qualité de leur travail (devoir), pointilleux sur leur professionnalisme au quotidien, respectueux de la vie humaine, ... Nous sommes Surveillants Pénitentiaires, et quoi qu'en dise un certain journaliste invité d'une récente émission de radio, nous effectuons honnêtement un métier utile pour la Société et les Citoyens (dont font partis les détenus). Nous avons le devoir d'aider à éduquer nos "hôtes" par un comportement exemplaire, et cela passe par une rigueur et une discipline de chaque instant : c'est une des (rares) choses utiles que l'on apprend dans "le monde merveilleux des bisounours" (=ENAP : j'adore ta description : elle est vraiment très juste). Beaucoup (dont moi) considère cela comme le premier pas dans notre mission d'aide à la réinsertion des détenus. En plus, cela te permet de mieux te protéger contre les coups du sort et autres malchances. Cela ne veut pas dire que tu échapperas à la Commission de Discipline, un accident peut toujours arriver. Si un "jeune" Titulaire (enfin, bientôt Principal) peut te donner un conseil , c'est celui-la : ne juge pas. Pas les détenus, car cela affectera ta manière d'être avec eux, ils le sentiront et te le feront payer. Pas les Collègues, pour les mêmes raisons, et en plus un jour tu auras forcement besoin d'eux. De plus, nous ne sommes pas là pour ça, ce n'est pas notre mission laisse cela à des Magistrats (comme ceux qui lisent ce commentaire).
Je t'aurai bien dit aussi que pour éviter de te sentir mal il ne faut pas réfléchir et t'interroger sur ton métier, mais je ne suis pas bien placé pour ça ...
Bon courage dans ton "Plan 1800" !!!
@ fanch de Bretagne : je reconnait que je suis plutôt d'accord avec toi : que se soit les médias ou les sites internet d'associations "anti-prisons", ainsi que le public toujours en mal de sensationnel de préférence gore à souhait ; nous sommes toujours une cible "privilégiée" (peut-être le conseillé en communication embauché par la Garde des Sceaux pourra-t-il y changer quelque-chose ?). Néanmoins, en tant que jeune pénitentiaire, je me demande si ma détermination sera toujours, au fil des ans, aussi solide. L'ancienneté dans le métier n'érode telle pas, telle l'eau et le vent, le granit de la volonté de bien faire, l'airain de l'engagement à servir, le platine des résolutions de rester probe et constant dans le métier ? Je m'interroge, et je regarde une majorité de mes Collègues plus anciens : je leur voue un respect certain, mais j'ai peur de devenir comme eux, aigri et amer, usé par le métier. Je ne peux croire que tous sont entrés ainsi dans notre profession ; je suis convaincu que ce métier nous affecte profondément, tant sur notre savoir-être que dans notre vie extra-professionnelle.

Quelqu'un a une solution ?

48. Le samedi 29 novembre 2008 à 19:28 par Lee

La vérite vraie : Si la journée type que vous décrivez est bien vraie (et permettez-moi d'en douter), cela vous amuserait-il d'avoir la même journée type tous les jours de l'année... pendant des années ? Non parce que je ne sais pas pour vous mais moi, honnête et gentil citoyen puisque qu'appartenant à ceux qui sont dehors (...), après une semaine de congé, j'en ai déjà marre... Comme quoi, tout ceci ne fait pas rêver tout le monde ! De plus, comment juger aussi stupidement du rôle des psys dans les prisons ? Ne vous dites vous pas que cela fait peut-être partie du processus de réinsertion ? Non parce qu'une peine ça se finit et si rien n'a été entrepris pour que la personne change, devinez, la peine n'a servi à rien ! Et je rajoute pour finir que le matériel n'a jamais empêché la souffrance. Alors oui qu'ils souffrent ces salopards, ils en ont fait souffrir d'autres, oui ok, mais juste que s'attarder sur ce qu'ils ont me paraît assez maigre pour juger de ce qu'ils endurent. Juste que dans le monde extérieur, les plus heureux ne sont pas ceux qui ont le plus de matériel électro-ménager et la présence de télé dans les foyers n'a jamais enrayé les suicides, par exemple. A vous de réfléchir. Loin de moi l'envie de remettre en question les peines, j'estime que les incarcérés paient leur dette, mais quand j'ai affaire à des avis aussi terre-à-terre, j'ai toujours un peu de mal.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact