Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La vie du blog

Bonjour à tous.

L'exposition médiatique récente de ce blog entraîne une affluence telle que T-Rex, mon serveur dédié, fait une dépression. D'où de fréquentes erreurs 503 que vous avez subies, j'en suis désolé.

Typhon, mon hébergeur, a aussitôt mis ses esclaves meilleurs ingénieurs sur l'affaire, et nous allons passer au modèle T-Rex 2.0, élevé aux OGM et aux anabolisants. Une coupure d'une dizaine de minutes à plusieurs heures est à prévoir, loi de Murphy oblige, pendant la migration. Aucun commentaire ne devrait être maltraité au cours de cette opération. C'est des pros, chez Typhon. Ensuite tout devrait aller mieux côté stabilité et délai de réponse.

Pour ma part, je vais être un peu plus discret pendant quelques jours. Je viens de me prendre une claque judiciaire qui m'a laissée sonné, et j'en redoute une seconde dans les heures à venir ; et dans ces moments là, non seulement je ne suis pas drôle, mais en plus je peux être franchement désagréable. Je ne voudrais blesser personne et vous n'êtes pas là pour que je me passe les nerfs sur vous (sauf clems, qui est le bouffon officiel de ce blog). Si vous voulez comprendre, lisez ce billet.

Et je profère les pires malédictions sur les rejetons des lois Clément et Dati. Je vous laisse deviner ce que donne l'accouplement d'une loi scélérate et d'une loi imbécile. C'est pas beau à voir.

Quant à toi, à qui je pense sans cesse en ce moment, je ne t'abandonne pas, et je te sortirai de là le plus vite possible. Tiens bon et pense à ta fille, elle a besoin de toi.

Commentaires

1. Le mardi 28 octobre 2008 à 15:44 par bigoud

La dernière phase de cette brève:
Lorsque la robe se soulève, c'est évidemment l'homme qu'elle découvre.


2. Le mardi 28 octobre 2008 à 15:45 par mytho

bon puisque c'est comme ça, on va se rabattre sur le blog d'Aliocha..en fait les lecteurs sont horribles, vous disparaissez, ils vous oublient dans la seconde.allez hop. on enfonce un peu plus la tête sous l'eau. bon allez, cela va s'arranger, comme toujours, vous trouverez la solution, vous le savez bien..

Eolas:
Excellent choix. Un des meilleurs blogs de ces derniers mois, sans nul doute. La plume d'aliocha.

3. Le mardi 28 octobre 2008 à 15:46 par Fred (non, pas lui, encore un autre)

Pour relever un peu le ton, et puisque le maître des lieux a évoqué la Loi de Murphy, je vous invite à visiter ce site :
www.courtois.cc/

4. Le mardi 28 octobre 2008 à 15:54 par boratkehul

Voilà pourquoi j'aime ce blog, et le métier d'avocat, parce que derrière des professionnels, il y a des êtres humains, avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs ressentiments..

Bon courage... ça va revenir

5. Le mardi 28 octobre 2008 à 16:02 par mytho

@ eolas, quoique je trouve que le blog d'Aliocha soit un peu trop saupoudré de sensiblerie...

Eolas:
Elle sait aussi user du piment.

6. Le mardi 28 octobre 2008 à 16:36 par Jules

Fait.

7. Le mardi 28 octobre 2008 à 16:48 par pepe

elle a une plume de qualité, certes

sur ce blog, je l'ai surtout vu en tant que présidente du fan club du maître des lieux, ça ne me dérange pas vraiment mais ça n'a pas grand intérêt

et aujourd'hui je la vois écrire sur son blog un billet contre eolas (c'est un réflexe de journaliste le lynchage en public ou quoi ?)
j'imagine que vous l'avez lu eolas ?

assez pathétique je trouve, les brumeurs d'idoles ça vaut autant que les fans : pas grand chose

je lui d'ailleurs laissé mon commentaire sous son billet


8. Le mardi 28 octobre 2008 à 16:49 par Le Petit Nicolas (mais en Plus Grand)

Bon courage, maître !

Et zut, moi qui pensais à la lecture des premières lignes que vos problèmes de serveurs vous conduiraient à chercher un nouvel hébergeur et que je pourrais vous proposer les services (gratuits) du mien, c'est raté.

9. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:09 par Pied-à-Terre

@pepe : "lynchage" me paraît ici un bien fort terme. Les deux protagonistes savent éviter l'écueil des viles querelles qui parsèment nos weblectures et nous chagrinent trop souvent.
Bonnes routes à eux deux.
Et à Eolas et son "Toi", bon courage.

10. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:16 par X.

Bon courage...

11. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:24 par Humaniste

Revenez nous vite, avec la fougue du vainqueur. Putain,putain.....putain

12. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:25 par pepe

@ pied à terre (9)

oui je le reconnais, le terme "lynchage" est un peu fort, mais sur le principe je continue à trouver le billet assez pathétique

enfin, il fallait lire "brûleurs" bien évidemment, vous aurez corrigé

13. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:34 par Mathieu

Un mot, un seul : courage, Maître...

14. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:36 par Giseisha

Maître,
Il y a une chose importante qu'il convient de souligner : si vous ressentez cela pour vos clients, c'est que vous faites de leur combat votre combat, n'est-ce pas là le signe d'un bon avocat ? Je pense pour ma part que c'est le prix à payer, certes lourd, pour cet engagement qui fait de vous ce que vous êtes : un véritable professionnel, quelqu'un de compétent parce que fondamentalement humain.

15. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:53 par villiv

Bon courage, Eolas

Si je comprends bien, en rapport avec les explications données dans votre antépénultième billet, j'en conclue que vous vous chargez de voir là où les juges se sont trompés ?

En effet, "tout avocat qui reçoit une décision de justice saute à la dernière page pour lire le « par ces motifs » et savoir s'il a gagné ou perdu. S'il a gagné, il bondit sur son dictaphone pour informer son client. S'il a perdu, il lit les motifs pour voir où le juge s'est trompé."

Quel magnifique résumé de certains aspect de la vie d'un Avocat ;-)

16. Le mardi 28 octobre 2008 à 17:56 par T-Rex

I'll be back

17. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:00 par voixlibre

les claques pleuvent en ce moment
bon courage Maitre Eolas
au plaisir de vous lire

18. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:14 par hatonjan

Bon courage cher Eolas !
Et merci de votre clairvoyance sur vous même. Rassurez vous, il y a encore de la lecture, les billets des magistrats sont long çà lire mais passionnant !

19. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:23 par bj33

Avant dernière ligne du billet : réaction du professionnel, de celui qui aime son métier....

Chapeau bas.

20. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:26 par Neville

@Eolas "Je viens de me prendre une claque judiciaire ". Ah bon, vous qui êtes catholique, une confirmation ?

21. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:31 par Paul

On vous soutient moralement de loin, les Pyrénées clament une de leurs chansons pour vous ... "Liberté, liberté chérie, à toi mon coeur, à toi ma vie..."

22. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:32 par Fantômette

@ Giseisha

Je ne peux répondre à la place d'Eolas, je ne vais vous donner que mon point de vue.

Je suis avocate, j'ai un peu moins de trois ans de barreau.

Votre question est intéressante - faire sien le combat de son client, pour un avocat, est-ce là le signe d'un bon avocat ?

Je ne prétends pas détenir la réponse à cette question, et ignore même si elle en a une, si elle n'en a aucune, ou si elle en a plusieurs - autant de réponses qu'il y a d'avocats et de clients d'avocat.

Je me souviens qu'à l'une de mes premières plaidoiries, devant un tribunal d'instance, j'avais été désarçonnée par la plaidoirie du confrère adverse, qui, prenant la parole avant moi (il était en demande), parlait à la première personne du singulier.

"Je passe un bail avec monsieur... je lui adresse tel courrier, il me répond... j'ai effectué tels travaux..."

Je me suis sentie un instant effarée à l'idée que mon confrère était vraiment le demandeur (auquel cas il n'aurait pas du porter la robe), avant de comprendre qu'il disait "je" pour parler de son client. Ce n'est pas si fréquent que cela, mais cela se rencontre.

Plus fréquemment trouverez-vous des avocats qui plaident à la première personne du pluriel : "nous avons assigné... nous estimons irrecevable la demande formulée...". Le nous n'étant nullement un "nous" de majesté, mais bien le "nous" pluriel, l'avocat et celui qu'il défend.

Enfin, à l'estime, il me semble tout de même que c'est le cas de la plupart des confrères, il y a ceux qui parlent à la troisième personne du singulier, ceux qui parlent de leur client, le désignent et le nomment.

J'évoque ce qui relève, peut-être, plus du particularisme qu'autre chose, parce que c'est un choix (pas nécessairement conscient) dont j'ai l'intuition qu'il signifie quelque chose de précis pour celui qui plaide.

L'enjeu se situe à un endroit bien précis du rapport qui s'établit entre un avocat et son client.

J'avais été très séduite, lors de mon année à l'école d'avocat, par un des intervenants (avocat lui-même naturellement) qui nous avait appris qu'un avocat devait décharger son client du fardeau de son litige, du fardeau de son procès. Le faire sien. Cela me semblait être un bel objectif. Un noble objectif - je le dis sans ironie aucune. Mais je vous avouerai qu'en quelques mois de pratique professionnelle, je me suis jugée incapable d'accomplir un tel prodige sans que cela me détruise complètement.

J'ai appris à mettre de la distance. Parfois j'en mettais trop, parfois insuffisamment.

J'ai fini par me bricoler une métaphore qui me convient : Je tente de me satelliser autour de mon client.

Si vous avez quelques notions de science physique, vous savez que la distance qui permet de satelliser un objet autour d'un corps céleste quelconque est une distance "équilibrée". Pas assez de distance, et vous tombez. Trop, et vous vous éloignez irrémédiablement (par parenthèse, oui raph, humstel, la vitesse, je sais, je ne métaphorise pas la vitesse).

C'est la distance qui fait que l'on ne s'éloigne pas, mais que l'on ne prend pas non plus le risque de disparaître par confusion des identités. C'est la distance qui vous rend présent, mais vous laisse autre. C'est pour moi la bonne distance.

Cette distance est-elle celle qui permet de dire à un client : "votre combat est le mien" ? Cette distance est-elle celle du bon avocat ?

Au terme du pensum que je vous inflige, et dont je vous prie de m'excuser, j'avais le vague espoir d'arriver à une réponse, à un commencement de réponse, mais elle persiste à m'échapper.

Je réalise que je me suis fichtrement éloigné du sens de votre commentaire, sans aucun doute. Je vous remercie néanmoins de m'avoir permis de mettre à plat ces quelques réflexions.

23. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:33 par csa

j'aime assez votre côté jacques de Molay par un froid matin d'hiver du mois de mars 1314 "Clément, Dati, je vous prédis etc...."..mais imaginer 13 générations de gardes des sceaux maudits ça me déprime d'avance !

24. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:45 par villiv

@ csa #23

Et le Graal (graaahaaal), c'est quoi dans cette histoire ?

25. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:53 par tschok

Ah, Fantômette,

Le transferts de charge du client vers l'avocat... c'est tout une histoire.

C'est à la fois un fardeau mais c'est aussi comme si le client confiait à l'avocat son "bébé".

J'ai connu des clients qui, dans les jours qui suivaient la dépossession matérielle de leur dossier - puisqu'ils nous le confient matériellement - téléphonaient au cabinet jusqu'à 10 ou 15 fois par jour.

Comme pour prendre des nouvelles d'un enfant confié à la garde de quelqu'un.

Et puis après, ça passe. La charge est transférée.

Et notre estomac trinque...

26. Le mardi 28 octobre 2008 à 18:57 par Logos

Ne connaissant pas la portée du coup recu, je vous souhaite simplement un bon courage pour trouver une solution. Et si le coeur vous en dis, tenez: C'est kitch, c'est naze, mais moi ca me colle toujours un petit sourire. Qui sait?

fr.youtube.com/watch?v=GX...

@ villiv: Ben la lumière pour tout les peuples selon la légende ;) (cf: ce grand feuilleton sérieux et historique: Kaamelott)

27. Le mardi 28 octobre 2008 à 19:26 par didier Schneider

Je profite de ce billet technique pour remercier sincèrement Eolas de faire l'effort, financier, entre autres, de permettre au plus grand nombre d'accéder à son site, et de nous épargner de la publicité, quelle qu'elle fut.

c'est assez rare pour être souligné.

28. Le mardi 28 octobre 2008 à 19:28 par Fantômette

Mais vous, tschok, vous faites comment ? Vous trinquez ? Toujours ? Pensez-vous que vous êtes meilleur quand vous êtes proche ? Pensez-vous que vous êtes meilleur quand vous y croyez ? Quand vous y croyez vraiment ? Pensez-vous que cela vous use, d'y croire ? Ou que cela vous endurcit ? Est-ce que l'on finit par y gagner ?

C'est intéressant, vous métaphorisez le conflit, quand je métaphorise la relation.

29. Le mardi 28 octobre 2008 à 19:40 par hatonjan

Chère Fantomêtte,
Vous avez pris le risque de la métaphore avec la mécanique du point, je me dois de compléter. Un objet en rotation autour d'un autre subit une force (celle qui l'attire vers le centre, la gravité pour les satellites, et c'est là que la distance influe sur l'intensité de la force) et une accélération qui l'en éloigne, dites "centrifuge" qui est proportionnelle elle aussi à la distance ( ou plus précisément à son inverse) et à la vitesse en effet (d'où le fait de ne pas prendre un virage trop vite en voiture, surtout s'il est sérré!).
Sinon, fantômette, ces questions se posent énormément dans les domaines sociaux, médicaux etc. Mais s'approprier les malheurs des autres, c'est prendre le risque de sombrer aussi et de ne pas les aider au mieux, et perdre l'objectivité et l'espoir lié au détachement.

30. Le mardi 28 octobre 2008 à 19:43 par boratkehul

@ Tschok (#25 ) :
en parlant de transfert de charge, l'avocate prévenue d'avoir été un peu trop généreuse avec son client détenu en Alsace-Lorraine a été relaxée.. j'ignore si un appel a été interjeté, cf. blog de Pascale Robert-Diard, prd-chroniques.blog.lemonde.fr

désolé pour cet écart

31. Le mardi 28 octobre 2008 à 19:51 par nap1128

Bonjour,

@Fantômette : la notion de satellite est intéressante... mais malheureusement, le point d'équilibre est si ténu... que souvent l'on va un peu plus d'un côté... ou d'un autre...

Sinon sur l'utilisation du nous... j'ai l'impression que cela vient avec les années. J'avais l'habitude de toujours dire le nom du Client quand je discutais ou négociait pour un Client... puis petit à petit... le nous est arrivé... ce qui n'implique pas plus de proximité (et je pense même avoir acquis un détachement plus sain sur certains dossiers). Le "nous" est un peu pour moi le "je" de l'acteur qui une fois la pièce terminée redevient lui-même... pendant la négociation, "nos" intérêts sont celui du Client, tout en restant avocat... bien sûr... (à savoir réflexion, recul, principe de confraternité avec le confrère de l'autre côté de la table etc.).

m'enfin... je pense que tout cela évolue avec l'expérience...

@+

32. Le mardi 28 octobre 2008 à 20:11 par benver

A vous lire, j'ai l'estomac noué pour cette personne qui doit vivre l'enfer ce soir.
Je souhaite que votre client puisse bénéficier d'une faute d'inattention du greffe qui rédigera le jugement même si aujourd'hui le président est au-dessus des lois.

Bien sincèrement,

33. Le mardi 28 octobre 2008 à 20:38 par GreG

Une frite présumée croustillante... afp.google.com/article/AL...

La victime devant les caméras : - "Bah y avait une frite et j'ai glissé."

L'avocat de la victime devant les caméras : - "Ma cliente est devenue invalide et a perdu son emploi à cause d'une frite."

L'avocat du fast-food conteste quant à lui la présence de cette frite - témoignages des employés à l'appui - et prétend que la victime portait des talons aiguilles.

Fait divers qui prête à sourire mais qui est un vrai drame pour la victime, dommage que l'actualité de maître Eolas soit si morose parce que j'aurais aimé avoir son avis sur cette actualité judiciaire. Peut-être un de ses colocataires en attendant qu'il revienne ?

Bonne chance pour votre affaire !

34. Le mardi 28 octobre 2008 à 20:38 par XS

Je crois de ne pas être hors-sujet:
Jusqu'à 20h58, sur France-Inter (87.8 FM en IdF)
www.radiofrance.fr/france...

Emission sur le film "A côté" sur les mères et femmes de détenus.

35. Le mardi 28 octobre 2008 à 21:04 par Iceman

@ Clems (et parcequ'il finira (peut-être) bien par réagir : "Et sincèrement, vous n'envisagez pas de changer de spécialité ? Pourquoi le pénal si vous prenez sur vous ? "

Comme le dit Maître Eolas, il y a des bouffons partout...
- 1 Je ne pense pas qu'on puisse envisager de changer de spécialité à ce niveau de compétences requises. (Tellement d'années passées pour y parvenir)
-2 Pourquoi le pénal. Je pense que c'est sans doute parcequ'au pénal, on côtoie et on VIT l'humain. Dans tout ce qu'il a de plus sombre mais aussi et quelques fois dans tout ce qu'il a de plus beau. Le pénal fait passer toutes le émotions. Ne serait-ce que dans les yeux. Yeux qui brillent de voir enfin que la vérité a guidé la justice. Yeux qui pleurent de joie quand le jugement a tenu compte d'une vie par trop jalonnée de galères. Yeux qui se baissent ou se ferment enfin quand les jurés ont puisé dans leur intime conviction que l'accusé devait être un coupable.

Je pense que tout ceci justifie qu'on ait envie (plus que besoin) de "rester" au pénal.

Maître s'il vous plait. Dites moi si je me trompe.

36. Le mardi 28 octobre 2008 à 21:18 par Michel B.

Comme vous êtes au top de la blogosphère depuis quelques temps, mes premiers passages dans votre espace datent, dans l'intermittence toutefois, je ne suis pas féru de votre matière.

J'y suis revenu le 23 Octobre dernier, happé par le buzz. Et j'ai lu. Tout. Les lacrymales ont travaillé. L'occasion aussi de ma première réponse. Votre combat est noble, faire parler une corporation qui laisse trop politiques et syndicats parler pour elle est oeuvre d'utilité publique, d'une grande noblesse.

Alors forcément, succès et reconnaissance obligent, vous êtes exposé, et aussi distrait dans l'exercice de votre métier. Le citoyen lambda que je suis vous dit bravo, mais aussi attention à ne pas sacrifier l'essentiel, votre responsabilité dans l'exercice du métier. En toute amitié, sachez garder la distance avec votre créature. Ce que vous avez déclenché est formidable, indispensable à notre démocratie, à nos valeurs. Sa vitalité future dépend plus de la capacité des intéressés à choper le relais que de votre énergie personnel. Indispensable.

Bravo pour tout !!

37. Le mardi 28 octobre 2008 à 21:33 par saperli

merci, par ce nouveau témoignage, de nous apporter une preuve supplémentaire qu'il reste encore de vrais avocats.

38. Le mardi 28 octobre 2008 à 21:35 par GreG

@ saperli # 37 : ... les autres apprécieront, ahahaha! :)

39. Le mardi 28 octobre 2008 à 22:40 par mytho

Eolas répondra-t-il à Aliocha? à suivre....honnêtement en tant que juriste je ne le pense pas.

40. Le mardi 28 octobre 2008 à 22:48 par Nichevo

Défendre n’est pas un slogan ; c’est un concept opérationnel, pour vous comme pour moi.
Nos missions sont différentes, mais complémentaires dans un système qui doit rester cohérent et crédible , pour le bien de tous les citoyens.
Ne vous énervez pas, cher Maître, il me semble que vous œuvrez dans le bon sens .

41. Le mardi 28 octobre 2008 à 23:49 par Clems

@eolas, enflu.. Bon merci pour la spéciale dédicace pour ce titre honorifique. Tu me diras combien tu prends pour faire valoir mes droits dessus, je ne voudrais pas qu'un imposteur s'en serve dans son CV à mon insu.

@Fantomette, Se mettre en orbite autour de son client, j'aime bien l'image, j y vois une connotation relativement évidente même si la relation semble impossible. D'ailleurs si le corps tombe sur l'autre, il se consume.







42. Le mardi 28 octobre 2008 à 23:52 par Jacques Heurtault

J'ai cru, un instant, que vous aviez confié la gestion technique de votre blog au Professeur Tournesol ... Il s'en est fallu d'un "r". Il n'en est rien, Dieu merci!
Sinon, il aurait fallu choisir entre "se faire Tintin" et "Les 7 boules de cristal" ...

43. Le mercredi 29 octobre 2008 à 00:13 par pollicarpe

@ Fantômette

Je confirme : j'ai déjà vu des avocats plaider à la première personne du singulier, ce qui est effectivement surprenant.
Ceci dit, je n'ai jamais rencontré cette pratique au pénal, mais plutôt au civil.

44. Le mercredi 29 octobre 2008 à 00:16 par xas

Dans délibéré il y a libéré, dans dati il n'y a rien, ou presque.
xas

45. Le mercredi 29 octobre 2008 à 00:19 par Myriam

We know you can do it. Bon courage.

46. Le mercredi 29 octobre 2008 à 00:51 par Humstel

@ Fantômette :
Je ne résiste pas à l'invitation de votre beau billet à filer la métaphore. Plus le satellite est proche de la terre, plus sa vitesse est élevée (hypothèse d'orbite circulaire pour faire simple et joli).
Plus vous vous sentez proche de votre client, plus vous vous agitez pour lui !
Mais rassurez-vous, si vous vous sentez deux fois plus proche de lui que d'un autre, vous n'aurez à vous agiter qu'environ une fois et demi plus vite. :)

47. Le mercredi 29 octobre 2008 à 01:30 par ramses

Bonsoir Maître,

Merci de m'avoir permis de passer de nombreuses heures en votre compagnie via ce blog. Celà fait bientôt un an que je viens chaque jour lire vos billets passionnants, reflets de votre combat. La victoire ne peut être toujours au rendez-vous et, connaissant votre implication, je mesure combien une défaite doit être dure à surmonter. En fait, toute la vie est une succession de succès et d'échecs, tant qu'on a la force de se battre. Demain est un autre jour...

J'ai vu une image fugitive à la Télévision, le jour de la manifestation des Magistrats à Paris... Un Avocat en robe était monté sur un encorbellement surmontant les marches du Palais. J'ai pensé que ce pourrait être vous...

Une autre petite question technique :

Parfois, un grand blanc suit un commentaire... Est-ce un "pré-detector" ?

Je vous souhaite une bonne nuit.

48. Le mercredi 29 octobre 2008 à 01:31 par Marie-Christine BLIN

Tu as fait de ton mieux, comme toujours, et sans doute que, tout simplement, le cas n'était pas facile à défendre. Nous savons qu'être avocat ce n'est pas être magicien, mais recevoir la preuve de cette vérité en pleine figure est déstabilisant. Tu vas retrouver ton calme et tes neurones vont mettre la main sur la moins mauvaise solution pour ton client. Bon courage à toi, à lui, à sa famille et à la tienne.

49. Le mercredi 29 octobre 2008 à 09:43 par avocaillon

@Fantomette: il y a une anecdote célèbre dans mon barreau.

Un grand avocat pénaliste aujourd'hui décédé, défendant son client devant les Assises.

Verdict annoncé: 20 ans.

"Nous les ferons!" s'exclame l'avocat.



50. Le mercredi 29 octobre 2008 à 10:12 par toto

@Eolas

Maître , pour vous remonter le moral , R Dati (que mille soleils illuminent etc ) découvre que l'interphonie pourrait/devrait enrayer la vague de suicides dans nos geôles.

www.20minutes.fr/article/...

On dirait que les idées géniales fusent ...

51. Le mercredi 29 octobre 2008 à 10:54 par Shahin

Pour reprendre ce que disait Didier Schneider.
Maître Eolas, vous aviez commencé sur free.fr (gratuit), et aujourd'hui vous êtes sur un serveur dédié.
Chez Typhon, les prix sont à la tête du client. Chez OVH, les serveurs dédiés commencent à 69 € HT / mois

Donc, je me joins à M. Schneider pour vous remercier de ce double effort : financier et en temps.

Pourquoi ne pas accepter les dons ? Je suis sûr que vos lecteurs sont prêtes à contribuer à l'hebergement.

52. Le mercredi 29 octobre 2008 à 11:13 par Tache d'huile

"Verdict annoncé: 20 ans.
"Nous les ferons!" s'exclame l'avocat."

Je comprends mainenant pourquoi les avocats pénalistes n'utilisent pas la première personne du singulier.

53. Le mercredi 29 octobre 2008 à 11:21 par .

"Je me suis sentie un instant effarée à l'idée que mon confrère était vraiment le demandeur (auquel cas il n'aurait pas du porter la robe), avant de comprendre qu'il disait "je" pour parler de son client. Ce n'est pas si fréquent que cela, mais cela se rencontre"

Sur le même thème je me souviens d'être sorti tout aussi effaré du bureau de mon premier maître qui en me confiant une petite recherche avait commencé par:

"bon voilà le prôblème je possède un hôtel de passe..."

m'amenant à me demander sil il ne faudrait pas que je parte vite vers un autre cabinet.

54. Le mercredi 29 octobre 2008 à 11:27 par Giseisha

@Fantômette

Il me semble que l'on pourrait peut-être rapprocher vos interrogations, ou en tout cas les alimenter, de celles d'une autre catégorie de professionnels : les psychologues. Toute la subtilité de la relation avec un patient est d'être empathique sans tomber dans la sympathie. Si vous passez la limite, c'est fichu, car il est impossible de garder une analyse rigoureuse (raison pour laquelle le code de déontologie des psychologues interdit de traiter des gens que l'on connaît personnellement) mais s'il y a trop de distance, ça ne fonctionne pas non plus, et la frontière à ne pas franchir est extrêmement ténue et floue en même temps. Je ne sais si c'est valable pour un bon avocat, mais c'est celle du bon psychologue.
Je ne sais si cette comparaison peut vous paraître pertinente ou vous apporter quelque chose, mais c'est l'impression que me laissent vos réflexions, par ailleurs fort intéressantes.

Serviteur,

55. Le mercredi 29 octobre 2008 à 11:58 par tschok

@ Fantômette,

L'émotion fait partie de la vie, on a qu'une vie et elle est courte.

Donc, il ne faut pas refuser l'émotion. Forcément ça impacte, mais j'ai globalement un bon estomac et la pratique force à développer naturellement non pas une capacité à s'endurcir, mais une capacité de résilience, et surtout une capacité de résilience instantanée.

Un jour il faudra que je vous raconte comment et pourquoi j'ai complètement merdé dans un dossier de comparution immédiate: je suis passé à côté de la méga nullité, l'énoooorme nullité parce que j'étais pris dans un complexe de refus de l'émotion que je ressentais et que je voulais à tout prix conserver mes distances.

Pris dans cet espèce de brouillard psychique, j'ai pas vu le truc élémentaire qui sautait aux yeux.

Il m'a manqué un cycle de temps pour que mon petit cerveau revienne en position "zen".

Alors je vous dirais: une partie de la réponse aux questions que vous me posez, c'est le temps.

Bizarre, hein? le temps. On vit avec, c'est une donnée fondamentale et pourtant c'est toujours lui qu'on oublie.

56. Le mercredi 29 octobre 2008 à 12:00 par tschok

@ boratkehul,

Charge bien légère, vous en conviendrez, puisqu'elle tient dans un fond de verre à dent.

D'où relaxe.

57. Le mercredi 29 octobre 2008 à 12:18 par nihil

dans la veine du post pécédent :
j'imagine que, notamment au pénal, les gens de justices (et je n'évoque même pas les jurés d'assise) doivent voir et entendre pas mal de vertes et de pas murs, sans comter l'investissement émotionnel sur le long terme.
J'imagine aussi que vous apprenez à vous "blinder" ou à gérer tout cela, mais pourquoi ne pas envisager (si cela n'existe pas déjà dans le domaine de la justice) des groupes "Balint" ?
Méthode Balint = méthode pédagogique (groupe de parole) destinée à apprendre aux médecins à faire face aux émotions suscitées par leur pratique.

58. Le mercredi 29 octobre 2008 à 13:46 par tschok

@ Nihil,

Les groupes de parole? Genre alcooliques anonymes (bonjour, je m'appelle Gérard - on t'aiiiiiiiime Gérard)?

Ca s'appelle pas un blog?

59. Le mercredi 29 octobre 2008 à 14:01 par boratkehul

@ tschok,

il est clair que la preuve était relativement superficielle... vous ne pensez quand même pas qu'elle avait retiré son dentier ? ;-)

votre réflexion sur le temps me fait penser à léo ferré : avec le temps, tout s'en va ; et à geroges brassens : le temps en fait rien à l'affaire...

60. Le mercredi 29 octobre 2008 à 14:22 par Abadir

@nihil#57 : d'accord avec ta proposition. Personnellement, je compte lancer un tel groupe de discussion réunissant des confrères en cours d'installation.
@tschok#58 : une vraie réunion, pas genre AA, mais avec thé et petits fours...impossible via le blog ! on peut toujours essayer !
@Eolas : y peuvent quequechose vos ingénieux (esclaves modernes) informaticiens pour faire passer mini cakes via le NET ! Sans blague, courage, d'autres ont besoin de votre énergie !

61. Le mercredi 29 octobre 2008 à 14:57 par tschok

@ boratkehul,

Sur le dentier, je l'ignore, mais il semble bien que le ministère public ne disposait pas même de la queue d'un indice.

Cela dit, l'aventure de cette Consœur doit nous amener à considérer que tout paiement en liquide ne doit pas être nécessairement accepté.

Je sais que pour les pénalistes, c'est un conseil de prudence dur à avaler.

@ Abadir,

Thé et petits fours... On ne risque pas de faire un peu ligue de vertu et vieilles mémés?

Eolas:
Voulez-vous cesser vos saillies ?

62. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:01 par ramses

@ tschok 56

Vous vouliez dire "décharge" ? Espérons que la robe n'a pas été souillée, vous savez ce qu'il en a coûté à Bill C.

Ceci dit, il me semble inadmissible qu'un Avocat ne puisse s'entretenir avec son client hors la présence d'un gardien.

63. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:08 par laura

maître, vous êtes un dieu!

Eolas:
Croyez bien qu'en ce moment, j'ai la douloureuse preuve que tel n'est pas le cas.

64. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:13 par karc'hariad

Bonjour,

@toto en #50 : à des éons de moi l'idée de critiquer notre chère (dans tous les sens du terme) Garde des Sceaux (que plus un seul détenu ne se suicide sous son reigne), mais pour ce qui est des interphones, elle réinvente simplement l'eau tiède : en effet, plusieurs établissements en sont déjà équipés, comme l'est la Maison Centrale d'Ensisheim depuis 1995 ... Pour beaucoup de prisons, le système existant a été abandonné faute de fonds pour l'entretien.

L'aspect pratique de la chose est aussi assez "incertain" une fois en application sur le terrain...

65. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:17 par tschok

@ Ramses,

Tout à fait inadmissible!

Et la protection de la vie privée alors!

66. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:28 par gwynplain

@ eolas sout tschok : c'est vrai qu'il est un peu cavalier.

67. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:39 par mytho

ah ah...eolas n'a pas complètement disparu...il reste à l'affût...derrière le bosquet..je vois vos oreilles de là où je suis!!!

68. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:40 par Mussipont

@ramses : "Ceci dit, il me semble inadmissible qu'un Avocat ne puisse s'entretenir avec son client hors la présence d'un gardien."

En général le parloir est fermé et le surveillant n'entend pas ce qui se dit entre l'avocat ou le visiteur et le détenu mais la porte est équipée d'une vitre qui permet la surveillance.

De toute façon il y a une énorme hypocrisie au sujet des parloirs dits "sexuels" qui ne sont pas prohibés en eux même et qui sont, à la tête du client, soit tolérés (le surveillant baisse opportunément les yeux) ou soit interrompus avec plainte pour exhibition sexuelle.

69. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:43 par mytho

@ tschok 61, arrêtez de dire "Consoeur", quel mot horrible!!! je vous en prie..

70. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:43 par Mussipont

@karch'hariad : il me semble que les interphones de Fleury-Merogis faisaient la fierté de l'Administration Pénitentiaire à l'ouverture de l'établissement mais que la rumeur disait que ce système pouvait être utilisé pour écouter ce qui se passait dans les cellules...

71. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:50 par Neville

Puisque ce billet est un peu devenu un fourre-tout, continuons allègrement sur la même lancée : la poupée vaudou représentant Nicolas Sarkozy, vendue avec des épingles et un manuel vaudou fantaisie, na pas été interdite à la vente par le Juge des référés.

72. Le mercredi 29 octobre 2008 à 15:50 par Abadir

@tschok#61 : par ces temps de malbouffe généralisée, prendre le temps de confectionner des douceurs pour soi et pour les autres, ça détend, c'est green, c'est sympa, c'est plus efficace que les saillies...Et c'est très tendance, vieux tschnok ;-)

73. Le mercredi 29 octobre 2008 à 16:21 par tschok

@ Mytho,

Vos désirs sont des ordres, Chère Confrère.

@ Abadir,

Ah! L'artisanat du Soi, la douce odeur de la farine qui cuit doucement dans le four, le thé qui infuse en répandant ses effluves orientales dans un pièce remplie d'amis, radio classique jouant un nocturne de Chopin dans le poste et les gosses enfermés dans le chambre avec la console de jeux...

Arrêtez, la cour est pleine!

On dirait un week end à la campagne!

Vite, une arme à feu que je me suicide (et un interphone)!

Prévenez Mme Dati, quelle ait le temps de rédiger un décret.

@ Neville,

Il faut bien soutenir la consommation.

74. Le mercredi 29 octobre 2008 à 16:23 par Paralegal

Je me permets d'indiquer ici le lien vers la vidéo de la séance d'hier matin de la commission élargie relativement aux crédits alloués à la mission "Justice" dans le projet de loi de finances pour 2009. La compte-rendu écrit est sur la même page.

www.assemblee-nationale.f...

75. Le mercredi 29 octobre 2008 à 16:33 par boratkehul

mon cher tschok,

quel talent mais souffrez que Madame DATI (que mille et une dentelle la parent - du verbe parer - de douceur) ne rédige pas de décret, elle ne détient pas le pouvoir réglementaire. il faut demander à M. FILLON et à sa sciatique - lombalgie de le faire

C'est pas bien de pas savoir ça....

76. Le mercredi 29 octobre 2008 à 17:07 par karc'hariad

@ Mussipont : Bonjour. Effectivement, la rumeur disait cela. N'ayant pas eu la chance d'en voir un fonctionner en détention, je ne peux le confirmer, par contre certains de ces appareils fonctionnent encore dans d'autres services et permettent de jouir du son en plus de l'image.

Aucun rapport avec les commentaires sur les parloirs avocats, que notre hôte se rassure.

Par ailleurs j'ai apprécié la justesse de votre intervention relative aux suicides en prisons sur le blog d'Aliocha.

77. Le mercredi 29 octobre 2008 à 17:20 par Nihil

@ Abadir (post 60) et al.

J'ai indiqué la méthode des groupes Balint car de tels groupes sont mis en place dans la sphère médicale (depuis les années 60) et la pratique des avocats me semble présenter (à tort peut être) des points communs avec celle des médecins. J'ai estimé que cela pouvait intéresser des praticiens du droit.
Je me permets de vous préciser que la méthode Balint est d'inspiration psychanalytique mais n'est pas une thérapie (de groupe ou non). Vous pouvez trouvez des informations fiables sur Internet.
PS :je ne suis disciple ni de Thémis ni d'Aesculape.

78. Le mercredi 29 octobre 2008 à 17:32 par tschok

@boratkehul,

Au risque de vous paraître jésuite, je suis sûr que Monsieur Fillon prête sa plume à Madame Dati pour qu'elle en rédige à sa place, en conservant cependant la charge d'avoir à les signer.

Il n'est d'ailleurs pas le seul à devoir le faire, selon le type de décret, puisque le président de la république s'y colle aussi:

fr.wikipedia.org/wiki/D%C...

J'ai ainsi l'honneur et l'avantage de vous faire part de la nomination de Mme Colette Desprez, administratrice civile hors classe détachée en qualité de sous-préfète hors classe, sous-préfète de Roanne (1re catégorie), au poste de secrétaire générale de la préfecture de Seine-et-Marne (1re catégorie), par exemple.

www.legifrance.gouv.fr/af...

Le 24 et le 25, Monsieur Sarkozy étant en Chine, il n'a pas signé de décret, aussi a t'on joué relâche.

www.elysee.fr/actualites/...

79. Le mercredi 29 octobre 2008 à 17:41 par Abadir

@tschok : Ok pour ta 4ème proposition....Et comme on dit chez SOS AMITIE :"Appuyez sur le bouton !" Allez, je passe...
@Nihil : par curiosité intellectuelle, vais me renseigner.....Balint...Balint, mais, que veut-il ou elle dire par là ?

80. Le mercredi 29 octobre 2008 à 17:50 par boratkehul

je dirais, tschok, que techniquement, juridiquement, c'est le premier ministre qui est l'autorité ayant le pouvoir décrétal, non un ministre...

rassurez-moi, il n'y aucune allusion sur le prêt de plume de M. FILLON à Mme DATI ?! je me méfie, tel que je vous connais... ;-)

petite question : où peut-on se procurer les poupée vaudou dont neville parlait (#71) ? merci

81. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:04 par tschok

@boratkehul,

Et vous avez techniquement raison (je vous dis cela sans être expert des procédure de confection des actes réglementaires).

Cela dit, dans des domaines techniques, comme la justice par exemple, le service qui rédige un décret dépend en général de l'administration centrale du ministère compétent.

En matière fiscale, matière technique entre toutes, vous avez le SLF (service de la législation fiscale). C'est l'administration fiscale qui rédige... la loi (et les règlements). Et le parlement la vote.

PS: aucune allusion.

PS 2: une société Tear Prod passe pour en être le diffuseur, avec les éditions K&B. Je pense qu'on peut se la procurer par le net. Un cadeau à faire?

82. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:07 par tschok

@ Abadir,

Le père Noël est une ordure?

83. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:07 par boratkehul

@ tschok,

Nous sommes d'accord sur le fait que réellement, ce sont les services qui bossent...

vous me rassurez sur votre sobriété... Je pensais vous l'offrir ? qu'en dites-vous ?

n'empêche que ce serait la première fois qu'un président perd un procès sur un tel fondement.. Bravo bravo...

84. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:10 par mytho

@ eolas sous 63, oh oh, la grosse déprime....!!!...écoutez, vous savez bien que la justice est quand même parfois bien aléatoire et que même si nos magistrats sont des professionnels, on a l'impression que quelquefois, ils ne nous comprennent pas, ils ne nous entendent pas, alors que notre dossier était béton...combien de fois voit on une décision en notre faveur alors que le dossier était perdu, et que l'on se voit débouté alors que l'on était sûr de "gagner"...alors c'est vrai qu'au pénal les conséquences sont dramatiques car humaines...c'est un peu moins important dans d'autres contentieux...quelquefois c'est décourageant, déprimant. on passe des heures sur un dossier, on en connaît les moindres détails et hop, les magistrats ne vous écoutent que d'une oreille distraite, et le message ne passe pas...(moi je me dis que c'est parce que je suis mauvaise, mais je m'en tape, car ce métier comporte trop de responsabilités que je ne prétends pas pouvoir assumer...)mais bon, le temps passe et passe et passe, la vertu du temps, comme dans un chagrin d'amour...tout passe. et puis vous allez vous battre et puis à la fin c'est vous qui ferez entendre votre voix...allez, keep going!!! mais je suis étonnée, mes confrères pénalistes sont souvent les plus froids, les plus distants...comme pour être chirurgien, il ne faut pas avoir peur du sang..sinon on se fait bouffer par nos émotions..ce n'est pas votre cas, tout de même? non...

85. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:12 par Abadir

@borathekul#80 : j'en ai vu hier, chez VIRGIN....Dans un sale état ! Bon, je préfère la GRIFFE NOIRE comme librairie, mais en matière d'urgence, nécessité fait loi !

Pour info : lagriffenoire.com

86. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:24 par villiv

@mytho #84...

"@ eolas sous 63, oh oh, la grosse déprime....!!!..."

oh oui, on dirait que ça va pô fort

Dur métier parfois... je le pense sincèrement!

Mais métier indispensable, s'il en est.

Bon courage à tous et à EOLAS en particulier

Rappelez-vous d'ailleurs, pour vous donner un peu plus de courage, que vous pourrez toujours rétorquer au juge et/ou à votre adversaire et/ou à toute personne qui le mérite ;-), que : "le réel n'est jamais ce que l'on pourrait croire, il est toujours ce que l'on aurait dû penser" (copyright G. BACHELARD)

87. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:25 par Jean Lançon

Cher Eolas, tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts, aussi permettez-moi de vous encourager afin que, plus fort que jamais, vous reveniez remonté comme un coucou une fois le crochet du droit passé.

88. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:26 par Fantômette

@ tschok

Ah oui, le temps. Je l'oublie tout le temps. Il faut dire qu'à force d'en manquer, on oublie qu'il en reste. Merci de votre réponse.

Sinon, naturellement, je me réjouis avec vous du résultat de la procédure inique dirigée contre notre consoeur. Il est réconfortant de constater que la défense ne s'est pas laissée ébranler par cette affaire. Elle ne manquait peut-être pas de sel, mais son issue, si elle avait été différente, nous aurait indubitablement laissé un goût amer.

@ avocaillon

Ah ça ! Comme le dit l'un de mes patrons, on n'a pas tous les jours 20 ans.

@ Nihil

Vous proposez de créer des groupes de paroles d'avocats ?!! Mais mon dieu vous êtes complètement fou. Vous réalisez que l'un des - multiples - problèmes posés par notre profession est que personne n'arrive à nous faire taire ?

89. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:31 par mytho

@87 Jean Lançon
@86 villiv, moi je suis sûre qu'il va revenir rapide...parce que les gens comme lui ça ne tient pas deux secondes en place...ça a l'esprit qui bouillonne en permanence.. des gens épuisants à vivre, certainement...tiens dans cette niaiserie d'Harry Potter, il n'y a pas un recette magique de sorcière à deux balles? un grand conseil de médecins savants avec des chapeaux pointus sur la tête?

90. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:32 par Mani

/kiss @ mytho

91. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:34 par mytho

@ 89 mani. on se connaît?????????? quelle familiarité....ah oui, Lyon, les cannus... remarquez si on commence ça va pas traîner pour énerver le maître des lieux...

92. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:41 par tschok

@ boratkehul,

Euh... C'est très aimable à vous et je vous en remercie, mais je suis peu versé dans l'occultisme. Je me vois mal commencer une carrière de sorcier vaudou, avec mon petit manuel, mes petites épingles, mon sang de poulet et une poupée en plastoc.

@ Mytho,

Ce que vous dites me fait penser à une citation légendaire d'Allan Greenspan (lors d'une conférence de presse, à des journalistes boursiers donc) et que tout avocat devrait soigneusement méditer, en l'appliquant à un tribunal:

"Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé"

93. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:45 par mytho

@ tschok, ouhouhouh...c'est trop fort pour moi....

94. Le mercredi 29 octobre 2008 à 18:47 par Fantômette

Bonsoir tschok,

Mes posts restent bloqués quelque part entre ici et là, ce soir, je crois que troll detector leur trouve une allure inhabituelle.

Je vais donc redevenir sérieuse.

Merci de votre réponse, vous avez raison. Je ne sais plus qui parlait de la "vaine tentation de se passer du temps" ?

Et à propos de cette nouvelle faillite du contrôle séquentiel, oui, j'avais vu. J'ai pensé à vous bien sûr.

95. Le mercredi 29 octobre 2008 à 19:09 par villiv

@mytho #88

"tiens dans cette niaiserie d'Harry Potter, etc etc"

bah voila, on voulait donner du courage à notre Cher EOLAS et par cette simple phrase, il va s'énerver tout rouge... ;-)

si ça se trouve, ce sera la goute qui fera déborder les fenêtres (phrase qui recèle un magique mélange de savoureux Thés... euh non, mélange entre deux expressions dont le sens m'échappe parfois : d'un côté... l'histoire de la goute et du vase qui déborde et, de l'autre côté, l'histoire des portes ouvertes à toutes les fenêtres ;-) )

bon, j'arrête là, ça devient dur de suivre

96. Le mercredi 29 octobre 2008 à 19:21 par mytho

@ villiv
chut..chut..j'agite des mouchoirs rouges pour le faire sortir de son bosquet mais cela ne marche pas...bon je vais déprimer aussi....à plouche.

97. Le mercredi 29 octobre 2008 à 19:42 par Hugo

@villiv : c'était pas la goutte d'eau qui met le feu aux poudres ?

98. Le mercredi 29 octobre 2008 à 19:45 par tschok

Bonsoir Fantômette,

Oui. Vive les droits de la défonce!

Je ne comprends pas que troll detector vous arrête et me laisse passer...

PS: faites attention à Mytho, elle déteste le mot Consœur.

Officiellement c'est donc un Confrère qui a été accusé de... euh. Enfin bref.

@ Mytho,

Je vous crois pas.

99. Le mercredi 29 octobre 2008 à 19:58 par Fantômette

@ tschok

Oui, je suis d'accord avec vous, c'est étrange. Je pressens qu'Eolas a du aller fouiller dans la gueule de troll detector pour lui faire lâcher prise. Hum. Pour une fois que je laisse un post salace, ça occasionne du dérangement, je suis confuse (mais merci Eolas).

Mytho, si ma mémoire ne me fait pas défaut, signait "restons zen" il y a longtemps. Alors je ne pense pas que tout cela la formalise de trop.

100. Le mercredi 29 octobre 2008 à 20:10 par mytho

@ Fantômette, mais vous me faîtes trop d'honneur de vous souvenir de cela!! je ne m'en rappelais même plus...comme quoi...et puis quand le chat n'est pas là les souris dansent...
ensuite @ tschok...bououououhhhhhhhhhhhh...................
@ Aliocha (quand même elle m'énerve celle là avec ses complaintes), le feu ça brûle et la pluie ça mouille....

101. Le mercredi 29 octobre 2008 à 20:22 par Fantômette

Allez savoir pourquoi, je m'en souviens très bien. C'est Mani qui vous a baptisé Mytho. Pendant quelques temps, vous avez signé "Mytho restons zen" (toujours de mémoire), et puis Mytho tout court. En fait, je pense que je m'en souviens parce que vos dialogues avec Mani et Dieulepère me faisaient rire. Et puis aussi parce que je suis toujours intriguée de voir le nombre de ... que vous parvenez à mettre dans vos coms. Quant au chat, vous savez, même quand il est là, dès lors qu'il est éduqué dans le respect des principes fondamentaux d'un Etat de droit, il n'empêche pas les souris de danser.

102. Le mercredi 29 octobre 2008 à 20:32 par boratkehul

@ mytho :

tous les oiseaux volent dans le ciel... vous êtes fan des nous c nous ?

103. Le mercredi 29 octobre 2008 à 20:47 par lionman

Pourquoi une telle distance entre le travail de l'avocat, son implication personnelle, et la perception qu'en a le "grand public" ? Comme Eolas je suis persuadé que de très nombreux avocats ont un jour été touchés dans leur chair et dans leur âme par une décision qui leur apparaissait injuste. Parce que précisément le conseil, le défenseur, s'implique, se bat, pour une cause qu'il a quelquefois fait sienne. Et pas uniquement au pénal. Quelle tristesse, quelle injustice, de lire çà et là, lors des combats pour l'aide juridictionnelle, contre la déjudiciarisation de certains divorces, contre la réforme de la carte judiciaire, contre la suppression des avoués, que les "justiciables" perçoivent les avocats comme des nantis qui se battent uniquement pour la préservation de leurs privilèges... Ce billet est bien la preuve du contraire. A mettre entre toutes les mains.

104. Le mercredi 29 octobre 2008 à 22:15 par karc'hariad

Bonsoir à tous,

je "plussoie" à ce que dit Lionman. Je considère effectivement que la compassion avec autrui est une trés grande marque d'Humanité. Ressentir la souffrance, la douleur des autres nous prouve, s'il en est besoin, que nous sommes humains, au milieu d'autres humains qui eux aussi ressentent des émotions. En fait, ma plus grande peur est de devenir insensible à la souffrance des autres, de faire comme si rien ne se passait autour de moi, même si cette souffrance je me la ramasse parfois en pleine g...le. Mais parfois justement, cette distance permet de se protéger, de ne pas ressentir un mal -être. Où est le juste milieu ? Doit-on faire preuve de compassion ou alors ignorer autrui ?

Bon d'accord, j'arrête de casser l'ambiance légère destinée à alléger la peine de notre Hôte et instillée par les commentaires de mytho, boratkehul, Fantômette, Hugo et villiv sur les pratiques "professionnelles" particulières de certaines personnes ou sur des groupes de chanteurs mythiques dont les oeuvres défieront les siècles à venir ...

Promis, à l'avenir j'applique le proverbe : "refléchir, c'est déjà commencer à désobéir" ;-)

@Maitre Eolas : Navré que vous ne soyez pas Dieu (commentaire @63 de Laura) ; ça aurai pu être utile pour lutter contre la faim dans le monde (multiplication des pains) ou pour vous permettre d'apaiser plus facilement votre état d'âme actuel (transformation de l'eau en vin - avec modération bien sûr), mais heureux quand même que vous savoir humain.

... Je sais, c'est Jésus qui fait tout ça. Mais Dieu doit aussi en être capable, non ?

Bonne fin de soirée à tous.

105. Le mercredi 29 octobre 2008 à 23:54 par ramses

@ Fantômette 88

"Il est réconfortant de constater que la défense ne s'est pas laissée ébranler par cette affaire. Elle ne manquait peut-être pas de sel, mais son issue, si elle avait été différente, nous aurait indubitablement laissé un goût amer."

C'est du 3ème degré, ou c'est mon esprit mal placé ?

106. Le jeudi 30 octobre 2008 à 07:11 par hatonjan

@boratkehul & mytho :
Vous avez pas honte de ruiner ma journée avec nous c'est nous?
@lionman :
Attention, n'exagérons rien, les avocats défendent aussi leurs intérêts (vaut mieux, ça serait balot de défendre ceux de leur client et pas les siens). Néanmoins, cela ne veut pas dire qu'ils agissent systématiquement de manière à tirer partie, loin de là, d'ailleurs c'est rassurant quand d'autres proffession du droit font corps derrière eux.
Mais bon, faut dire sincèrement que la robe noire, ça manque d'attrait, ça vous tente pas un truc plus flashy?

107. Le jeudi 30 octobre 2008 à 07:55 par Fantômette

@ tschok

Pour en revenir à votre histoire (que j'espère avoir le plaisir de vous entendre me raconter un jour), elle m'évoque une expérience paradoxale que j'ai faite, dans ma toute première affaire pénale.

Je défendais un innocent. Vous savez ce que c'est. J'étais terrifiée. Et puis, peu de temps avant l'audience, je me suis dit qu'après tout, je ne savais pas ce qui s'était réellement passé. Qu'il n'était peut-être pas innocent. Cela m'a rassuré. J'ai fait une belle plaidoirie, de relaxe naturellement. Et il a été condamné. Et puis, l'affaire est partie en appel. J'ai repris le dossier, revu le client. Et j'ai vraiment su, j'ai vraiment cru, j'ai vraiment compris, qu'il était innocent. Je n'ai pas fait une belle plaidoirie. Et il a été relaxé.

Je me débats souvent avec ce souvenir-là, dont je sais qu'il me suivra tout au long de mon exercice, et fera l'objet de mille relectures différentes. Fondamentalement, je pense que c'est une expérience destinée à me rendre modeste.

@ Mytho

J'ignore pourquoi, mais je me souviens bien. C'est Mani qui vous a baptisé Mytho. Vous avez signé "Mytho restons zen" quelque temps, et puis Mytho tout court. Je pense que je m'en souviens car vous me faisiez rire, en fait. Quant au chat, vous savez, qu'il soit là ou pas, dès lors qu'il est éduqué dans le respect des principes fondamentaux d'un Etat de droit, les souris dansent.

108. Le jeudi 30 octobre 2008 à 07:57 par maelya

Je suis déçue qu'Aliocha se soit fâchée avec vous (voir son blog). Ce dialogue entre avocat et journaliste était intéressant. Mais il est vrai que c'est difficile de prendre un peu de distance et d'humour sur son propre travail. Ce n'est pas une critique, c'est un constat. Cela suppose d'accepter nos manques et de ne pas être sans cesse sur la défensive. Un espace comme le vôtre pourrait donner une chance à ce dialogue dépassionné.
Bonne continuation

109. Le jeudi 30 octobre 2008 à 08:20 par un ami de mcf sergei slimane

@Me Eolas: sur la carte judiciaire, une première décision du juge des référés du CE:

CONSEIL D'ETAT
statuant
au contentieux




N° 320650
__________

COMMUNE DE SAINT-TROPEZ
__________

Ordonnance du 6 octobre 2008



RÉPUBLIQUE FRANÇAISE




AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS




LE JUGE DES RÉFÉRÉs





Vu la requête, enregistrée le 15 septembre 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par la commune de Saint-Tropez, représentée par son maire en exercice, domicilié en cette qualité à l’Hôtel de Ville de Saint-Tropez (83992) ; la commune de Saint-Tropez demande au juge des référés du Conseil d’Etat :

1°) de suspendre, sur le fondement de l’article L. 521-1 du code de justice administrative, l’exécution du décret n° 2008-146 du 15 février 2008 modifiant le siège et le ressort des tribunaux de commerce en ce qu’il supprime le tribunal de commerce de Saint-Tropez ;

2°) de mettre à la charge de l'Etat la somme de 2 500 euros sur le fondement des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;


elle soutient que la condition d’urgence est satisfaite dès lors que, d’une part, le décret attaqué préjudicie de manière grave et immédiate à ses intérêts, que, d’autre part, l’entrée en vigueur dudit décret est prévue le 1er janvier 2009, et qu’enfin il produira des effets dès le 8 octobre, date du premier tour des élections destinées à augmenter le nombre de juges du tribunal de commerce de Fréjus, auquel sera rattaché le tribunal de commerce de Saint-Tropez ; qu’il existe un doute sérieux sur la légalité du décret dont la suspension est demandée ; que, premièrement, ce décret a été pris suivant une procédure entachée d’irrégularité ; que, deuxièmement, le décret litigieux a été pris en méconnaissance du principe d’égalité des justiciables devant le service public de la justice, puisque certains tribunaux de commerce dont la situation est comparable à celui de Saint-Tropez ont été maintenus et que les critères de maintien énoncés par le garde des sceaux, ministre de la justice, n’ont manifestement pas été respectés ; que, troisièmement, le décret litigieux porte une atteinte disproportionnée au droit d’accès effectif au juge pour les justiciables de Saint-Tropez ; qu’enfin, le décret litigieux est entaché d’erreur manifeste d’appréciation étant donné la situation juridictionnelle et d’erreur matérielle ;



Vu le décret dont la suspension est demandée ;

Vu le recours en annulation présenté à l’encontre de ce décret ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 29 septembre 2008, présenté par le garde des sceaux, ministre de la justice, qui conclut au rejet de la requête ; il soutient que la requête en annulation enregistrée sous le n° 315060 n’est pas recevable puisque la commune de Saint-Tropez ne justifie pas d’un intérêt lui donnant qualité pour agir et que par suite la présente requête en référé-suspension est elle-même irrecevable ; que la condition d’urgence ne peut être regardée comme satisfaite puisque la requérante se borne à alléguer un préjudice grave et immédiat à ses intérêts sans plus de précisions ; que dans l’hypothèse où il serait toutefois porté préjudice aux intérêts de la requérante, ces derniers ne l’emporteraient pas sur les conséquences qu’aurait au regard de l’intérêt public une éventuelle suspension du décret attaqué ; que le décret n’est entaché d’aucune irrégularité, dès lors qu’aucune consultation n’était obligatoire ; que le moyen tiré de la violation du principe d’égalité des justiciables devant le service public de la justice est inopérant dans la mesure où des motifs d’intérêt général peuvent justifier des différences de traitement si celles-ci ne sont ni discriminatoires, ni arbitraires ; qu’il ne peut être soutenu que le décret contesté méconnaît le droit d’accès au juge puisque ce droit doit être entendu eu égard à la procédure, et non aux conditions matérielles et géographiques ; que le moyen tiré de l’erreur manifeste d’appréciation est dépourvu de fondement ;

Vu le mémoire en réplique, enregistré le 30 septembre 2008, présenté par la commune de Saint-Tropez, qui conclut aux mêmes fins, par les mêmes moyens ; elle soutient en outre que le décret dont la suspension est demandée lèse ses intérêts et ceux de ses administrés et que par conséquent, sa requête est recevable ;

Vu le nouveau mémoire en défense, enregistré le 3 octobre 2008, présenté par le garde des sceaux, ministre de la justice, qui conclut aux mêmes fins par les mêmes moyens ; il soutient en outre que le décret n’est pas entaché d’erreur matérielle ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;


Vu le décret dont la suspension est demandée ;

Vu le recours en annulation présenté à l’encontre de ce décret ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 29 septembre 2008, présenté par le garde des sceaux, ministre de la justice, qui conclut au rejet de la requête ; il soutient que la requête en annulation enregistrée sous le n° 315060 n’est pas recevable puisque la commune de Saint-Tropez ne justifie pas d’un intérêt à agir et que par suite la présente requête en référé-suspension est elle-même irrecevable ; que la condition d’urgence ne peut être regardée comme satisfaite puisque la requérante se borne à alléguer un préjudice grave et immédiat à ses intérêts sans plus de précisions ; que dans l’hypothèse où il serait toutefois porté préjudice aux intérêts de la requérante, ces derniers ne l’emporteraient pas sur les conséquences qu’aurait au regard de l’intérêt public une éventuelle suspension du décret attaqué ; que le décret n’est entaché d’aucune irrégularité, dès lors qu’aucune consultation n’était obligatoire ; que le moyen tiré de la violation du principe d’égalité des justiciables devant le service public de la justice est inopérant dans la mesure où des motifs d’intérêt général peuvent justifier des différences de traitement si celles-ci ne sont ni discriminatoires, ni arbitraires ; qu’il ne peut être soutenu que le décret contesté méconnaît le droit d’accès au juge puisque ce droit doit être entendu eu égard à la procédure, et non aux conditions matérielles et géographiques ; que le moyen tiré de l’erreur manifeste d’appréciation est dépourvu de fondement ;

Vu le mémoire en réplique, enregistré le 30 septembre 2008, présenté par la commune de Saint-Tropez, qui conclut aux mêmes fins, par les mêmes moyens ; elle soutient en outre que le décret dont la suspension est demandée lèse ses intérêts et ceux de ses administrés et que par conséquent, sa requête est recevable ;

Vu le nouveau mémoire en défense, enregistré le 3 octobre 2008, présenté par le garde des sceaux, ministre de la justice, qui conclut aux mêmes fins par les mêmes moyens ; il soutient en outre que le décret n’est pas entaché d’erreur matérielle ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;



Après avoir convoqué à une audience publique, d’une part, la COMMUNE DE SAINT-TROPEZ et d’autre part, le garde des sceaux, ministre de la justice ;

Vu le procès-verbal de l'audience publique du vendredi 3 octobre 2008 à 11h30 au cours de laquelle ont été entendus :

Me Gaschignard, avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, avocat de la COMMUNE DE SAINT-TROPEZ ;
les représentants du garde des sceaux, ministre de la justice ;



Considérant qu'aux termes de l'article L. 521-1 du code de justice administrative : « Quand une décision administrative, même de rejet, fait l'objet d'une requête en annulation ou en réformation, le juge des référés, saisi d'une demande en ce sens, peut ordonner la suspension de l'exécution de cette décision, ou de certains de ses effets, lorsque l'urgence le justifie et qu'il est fait état d'un moyen propre à créer, en l'état de l'instruction, un doute sérieux quant à la légalité de la décision » ; que la condition d’urgence posée par ces dispositions ne peut être regardée comme remplie que lorsque la décision ou l’acte contesté préjudicie de manière suffisamment grave et immédiate à un intérêt public, à la situation du requérant ou aux intérêts qu’il entend défendre ;

Considérant que la décision de réviser la carte des tribunaux de commerce a pour objectif une meilleure organisation du service public de la justice consulaire sur l’ensemble du territoire ; qu’en l’espèce, la suppression à compter du 1° janvier 2009 du tribunal de commerce de Saint-Tropez et son regroupement avec celui de Fréjus n’apparaissent pas comme manifestement contraires à cet objectif ; que les dispositions dont la suspension est demandée ne portent dès lors pas une atteinte grave et immédiate à l’intérêt public ; qu’elles ne portent non plus aucune atteinte grave et immédiate à la situation de la commune et aux intérêts, attachés notamment aux travaux de réhabilitation et d’extension du bâtiment abritant le tribunal qu’elle avait réalisés, qu’elle entend défendre ; que la condition d’urgence fixée par les dispositions précitées de l’article L. 521-1 du code ne peut dès lors être regardée comme remplie ; qu’il en résulte que, sans qu’il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir opposée par le garde des sceaux, ministre de la justice, la demande de suspension présentée par la COMMUNE DE SAINT-TROPEZ ne peut qu’être rejetée, ainsi que, par voie de conséquence, ses conclusions présentées sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;



O R D O N N E :
------------------

Article 1er : La requête de COMMUNE DE SAINT-TROPEZ est rejetée.

Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée à la COMMUNE DE SAINT-TROPEZ et au
garde des sceaux, ministre de la justice.


110. Le jeudi 30 octobre 2008 à 08:41 par Gascogne

@ Eolas : vu l'humeur, un p'tit coup de "final countdown" ( maitre-eolas.fr/2008/10/1... ) peut être ?

Eolas:
Excellente idée.

111. Le jeudi 30 octobre 2008 à 09:26 par villiv


@tous

J'ai découvert hier l'ampleur du désordre dans l'affaire "Eolas vs Aliocha", ou l'inverse

Que peut-on faire ?

Ouvrir un autre blog ? ;-)

112. Le jeudi 30 octobre 2008 à 09:43 par Hub

@villiv : demander à Augustissime de jouer les conciliateurs, peut-être ???

113. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:22 par Thau

@villiv

on peut laisser Aliocha à ses moulins (après tout dans Eolas, il y a "Eol"... entre autre) et continuer de les lire.

114. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:23 par steph

Un dîner aux chandelles ?

115. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:36 par Abadir

@villiv@114 : passer à autre chose...Aliocha sous-entend qu'elle reviendra peut-être....Et puis, je suis sûre que d'autres plumes journalistiques n'attendent que de prendre la place laissée vacante... Oups, diviser pour mieux diviser, c'est pas bien :-(

116. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:43 par villiv

en tout cas, je crois que tout a commencé ici : maitre-eolas.fr/2008/10/2...

comme il me semblait l'avoir relevé là : maitre-eolas.fr/2008/10/2...

donc on a qu'à repartir la-dessus : vu que tout a basculé par cette phrase là "Si ça, c'est pour vous un exemple de bon journalisme, nos points de vue sont irréconciliables'

hé bien c'est simple :

il suffit de trouver un avocat qui pourra démontrer que "OUI", ça c'est un exemple de bon journalisme

Y-at-il un avocat dans la salle, le réseau, le site.... etc ?????????

;-)

117. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:47 par villiv

ou plutôt, non, c'est pas simple,

j'crois en effet qu'il faut démontrer que "NON", ça n'est PAS un exemple de bon journalisme...

argh, j'y comprends plus rien ;-)

Comme le dit Abadir (#115), vaut peut-être donc mieux "passer à autre chose"

118. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:50 par Steppos

@ Eolas. maître je viens de découvrir que vous aviez votre propre fiche wikipédia ! Respect...

119. Le jeudi 30 octobre 2008 à 10:57 par nihil

@ fantomette en 88

Soit je ne vous comprends pas, soit vous ne me comprenez pas. Pour pallier au deuxième terme, je me permets de préciser mon discours :
Je ne propose rien du tout sauf à envisager ce qui existe par ailleurs.
J'indique simplement qu'il existe une méthode (bonne ou mauvaise je n'en sais rien, chacun voit midi à sa porte) pour apprendre à résoudre les éventuels problèmes que peuvent générer certaines pratiques professionnelles. Ces problèmes pouvant éventuellement avoir des répercussions sur la pratique : C'est vrai pour les soignants et cela semble vrai pour les gens de justice puisqu'un avocat a écrit :

"Un jour il faudra que je vous raconte comment et pourquoi j'ai complètement merdé dans un dossier de comparution immédiate: (...) parce que j'étais pris dans un complexe de refus de l'émotion que je ressentais et que je voulais à tout prix conserver mes distances" post sur ce blog

Peut être avez vous raison lorsque vous m'écrivez : "Mais mon dieu vous êtes complètement fou (...)." mais je le prends comme un compliment si être raisonnable signifie "refuser de prendre en considération une information qui pourrait être éventuellement bénéfique à ma pratique et à ma clientèle".

With all due respect

120. Le jeudi 30 octobre 2008 à 11:09 par mytho

@ Fantômette, oui oui oui...je me souviens maintenant!!!je suis ravie de vous avoir fait rire, mais là, c'est la Toussaint, le pire du pire moment de l'année (avec Noël, en fait jusqu'à mars c'est l'horreur), le ciel est bas, il fait froid, c'est la déprime totale, j'aime bien ce métier (bof pas trop pas trop quand même, mais il ne faut pas le dire), les clients me cassent les pieds, ils vous regardent comme le Messie, ils vous prennent pour une assistante sociale, un psy.. il y a trop de charges à payer (c'est pas vrai que les avocats défendent bien leur profession), on perd quand on croit gagner, on gagne quand on croit avoir perdu...il y a trop de paperasses à faire..heureusement il y a le blog d'Eolas, cela me remonte le moral, et puis là il fait la tronche, c'est la Toussaint...c'est quoi ces fleurs que l'on met sur les tombes à la Toussaint? c'est atroce, ça me rappelle quand j'étais petite, les visites chez les grands parents, tu t'assieds là et tu bouges pas.. on dirait du Mauriac..il manquerait plus de vivre en province, à Guéret dans la Creuse...

121. Le jeudi 30 octobre 2008 à 11:11 par boratkehul

@ mytho (# 119)

ou vivre dans le nord... genre dunkerque, avec la météo que vous décrivez...

Vivement l'été....

122. Le jeudi 30 octobre 2008 à 12:15 par Tinkerbell

@ Steph en 114
Si Maître Eolas est un gentleman, il devrait savoir que quand on fait de la peine à une dame, même quand on est persuadé d'avoir raison, on offre des fleurs ;-)

123. Le jeudi 30 octobre 2008 à 12:33 par villiv


@Tinkerbell #121

"Si Maître Eolas est un gentleman, il devrait savoir que quand on fait de la peine à une dame, même quand on est persuadé d'avoir raison, on offre des fleurs"

... ou des petits pois ;-)

en tout cas, moi, j'aimerais pas être juré au procès "Eolas c. Aliocha"

Tiens, j'ai trouvé, ça ferait une belle BERRYER (virtuelle pour ne pas lever l'anonymat des Parties)

On fait ça ????????????

124. Le jeudi 30 octobre 2008 à 12:48 par Ferdydurke

@ Tinkerbell

A moins que Me Eolas ait choisi d'appliquer cette sage parole (de Jean Anouilh, je crois) : "Pourquoi contredire une femme? Il est tellement plus simple d'attendre qu'elle change d'avis..."

125. Le jeudi 30 octobre 2008 à 12:53 par steph

Il faudrait peut-être plus simplement un nouveau billet à quatre mains !? Je suis sûr que l'actualité se fera plaisir de fournir un sujet adéquat.
Mais de toute façon des fleurs (virtuelles ?), comme le dit Tinkerbell.

Voyez, Maître, les idées ne manquent pas.

126. Le jeudi 30 octobre 2008 à 12:59 par Tinkerbell

@ Ferdyurke en 123

Vous saurez, en lisant Aliocha, que l'un des aspects de la brouille n'est pas tant ce que dit Maître Eolas contre les journalistes mais la façon dont il le dit.
Et je la comprends, le style enlevé, cynique, aggressif, moqueur de l'avocat qui plaide n'est durablement supporté que.... par les avocats.

Alors, on peut avoir raison et s'excuser quand même, surtout envers une femme. Entre mecs, boire une bonne bière ensemble suffit, je n'en doute pas mais à l'égard d'une femme, les fleurs sont une valeur sure ;-)

127. Le jeudi 30 octobre 2008 à 13:17 par Ferdydurke

@ Tinkerbell #125

Je sais... j'ai lu et commenté à deux reprises (en 48 et 105). Vous y observerez que je vais complètement dans votre sens.

J'en conviens : l'un peut avoir raison et s'excuser. Il peut aussi avoir tort et s'excuser. Il arrive même que les deux aient tort et se présentent mutuellement leurs excuses. Quelle importance après tout, pourvu qu'on se réconcilie? Les victoires communes sont les plus belles...

Il n'y pas que les fleurs de nos jours... Je vous souhaite d'avoir l'occasion de vous réconcilier avec une femme qui aime la bière (de qualité s'entend)! ;-)

128. Le jeudi 30 octobre 2008 à 13:32 par mytho

@ Feryrduke, Tinkerbell, villiv,
dîtes moi Messieurs, c'est quoi ces réflexions de macho???????????????????????c'est quoi cette mentalité (quoique la phrase d'Anouilh est excellente, bravo)?????!!!!! là pour le coup, je prends le parti d'Aliocha...on se croirait au 19ème siècle dans un salon mondain....

129. Le jeudi 30 octobre 2008 à 13:49 par Ferdydurke

@ mytho

Comment cela, macho??? Moi qui souligne et apprécie l'existence de femmes qui boivent de la bière, macho? De plus, nous prenons aussi le parti d'Aliocha!

Vous m'offensez! Pour la peine, vous paierez la première tournée... na! ;-)

Voici pour vous : "Les femmes seraient charmantes, si on pouvait tomber dans leurs bras sans tomber dans leurs mains." (Ambrose Bierce)... re-na! ;-)

130. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:05 par mytho

@ Ferdyrdurke (quel pseudo...!, vous pouviez pas faire plus simple??? warum Ferdyrdurke?)..dîtes moi, entre nous, mon bon ami, vous avez le dico des meilleurs citations sur les genoux, ouvert à la rubrique "femme"?????ou bien est ce votre grande culture littéraire qui vous inspire ces si belles phrases????? auquel cas, bravo...c'est classe.
La bière, bof...je n'y connais rien, je ne trouve pas cela très bon, mais bon, je devrais essayer..allez hop, je vous paie la tournée.

131. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:06 par steph

@ Tinkerbell en 125 :

Je ne suis pas du tout avocat, et le style de Me Eolas me convient tout à fait. Je ne pense pas être le seul dans ce cas.

132. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:07 par JS

Je n'ai pas pour habitude de poster sur ce blog bien que je le lise regulierement, mais ce sujet est l'occasion pour moi d'exprimer un avis que je nourris depuis un certain temps vis a vis d'Aliocha et surtout de sa defense de la presse.

Il est des defauts qu'elle ne peut ignorer et qu'elle occulte completement.

Le tropisme des medias. Si la presse a pour role de relever les dysfonctionnements (selon ses termes) - et encore ca se discute car presenter une vision globale apporterait beaucoup plus au citoyen qu'une vision parcellaire, myope de la realite - il n'est jamais evoque que ce n'est qu'un dysfonctionnement. C'est d'ailleurs amusant de voir que c'est exactement le reproche que fait Aliocha a l'egard de Eolas (ne s'en prendre qu'a des articles ou il y a eu des erreurs) - a la difference pres que Eolas, lui, n'est pas journaliste.

Les faux debats. Le role de la presse serait, selon Aliocha, aussi pour role de lancer des debats. Quand on lit dans tous les quotidiens exactement la meme vision, je me demande ou se trouve le debat. Ne pas nier explicitement l'existence d'une position contradictoire ne suffit pas a pretendre ouvrir un debat et avoir une approche ouverte - d'autant plus quand la source d'information est une des parties. De plus, avoir trouve un exemple qui appuie sa vision n'est en rien un signe que le debat existe. Ca n'est pas du tout la meme chose d'avoir reussi a trouver 1 expert qui pense differemment des autres que d'avoir 30 ou 40% des experts qui contestent la vision officielle. Cette information de la pertinence et la fiabilite de sa source n'est simplement jamais utilisee et elle est pourtant au combien necessaire (car le journaliste ne peut ignorer que l'expert, quand bien meme il connait parfaitement son sujet, ne demeure qu'un etre humain faillible).

La communication. Se retrancher derriere la forme est un petit jeu utilise par les journalistes (et encore, ils s'en privent parfois au nom de contraintes de temps ou autre dont le lecteur en realite n'a que peu faire - si votre restaurant vous donne un plat carbonise pcq "vous comprenez, la, on est en sous-effectif, on peut pas tout surveiller", ca ne vous rend pas plus satisfait) pour se dedouaner d'un parti pris evident. Quand on utilise le terme 'assassin presume', l'etiquette qui est collee, c'est "assassin", et non pas "presume", meme si les termes sont precisement corrects. Parfois meme, une photo qui illustre un article sur une affaire, fera passer un temoin pour le suspect - meme si la legende en petit indique clairement qu'il s'agit d'un temoin. Vouloir rejeter la faute sur le lecteur est faire preuve de la plus grande mauvaise foi. Quand on est un professionnel des medias, on ne peut pas ignorer que le message se fait via un canal et via les codes de comprehension du lecteur (ex: demandez oralement 3 cafes a un garcon de cafe en indiquant 2 avec votre main, et regardez combien de cafe vous allez etre servis).

L'incompetence du journaliste. On l'explique par les contraintes de temps, le fait que le "specialiste" n'aime pas qu'on vienne relever des dysfonctionnements et que forcement on n'aime pas ce qui derange. J'ai pu personnellement constater a quel point l'incompetence va amener la presse a vehiculer des purs faussetes, a faire vraiment du mal a un secteur, tout ca sur la base d'une incomprehension qui ne sera jamais assumee. Quel plus bel exemple d'irresponsabilite ? On s'abrite derriere l'imperatif de vulgarisation qui entraine des approximations, mais le principe d'une vulgarisation, c'est de donner une idee de la realite, une simplification, pas de la transformer completement. Car c'est a partir de cette idee que le citoyen va se forger une opinion. Si la vulgarisation amene le citoyen a prendre systematiquement une position contraire a ce que le specialiste aurait choisit, il faut se rendre a l'evidence: la vulgarisation est juste tres mauvaise.

Le negation de la realite. Un autre travers bien courant cousin de l'incompetence. On confond ce qui est, de ce qu'on aimerait qu'il se passe. Et on justifie cela bien entendu par le droit de regard citoyen qui doit pouvoir exprimer sa vision et ses valeurs, meme s'il ne maitrise pas les details techniques du sujet. En soi, pourquoi pas, mais si la difference entre ses 2 visions n'est pas explicitement exprimee, on obtient une vague apparence de debat sur ce qui n'en est pas un. Cela s'appelle une polemique.

Tous ces defauts sont justifies par les contraintes du metier de journalisme. Et c'est la ou le bat blesse. Apres tout, je peux tres bien comprendre qu'il y ait des contraintes qui empeche de fournir une information de qualite, mais qu'on en tire les consequences. Qu'on ne pretende plus faire du journalisme, mais de la communication. Les magistrats, au moins, ont renonce a pretendre rendre la Justice, ils se contentent d'appliquer le droit. Apres, on peut se satisfaire de cette situation, ou au contraire avoir un bon point de depart pour la changer, mais tant que cette prise de conscience n'aura pas lieu, il n'y a juste aucun espoir d'obtenir une information de qualite.

133. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:07 par villiv

@Ferdydurke #128

ah non, mois je prends le parti de personne : demanderait-on à un enfant s'il préfère papa ou maman (ou plutôt, puisque j'imagine qu'on le demande : est-ce normal de demander cela)

Désolé pour l'image, j'ai pas mieux

@mytho #127

si c'est être mytho que d'indiquer ce que j'ai pu indiquer ci-dessus... hé bien... je suis macho ;-)

non, sans rire, je pense que c'est un peu simple de faire croire qu'on va tout régler avec des fleurs...

ce serait tellement plus simple en prenant quelques dizaines d'années pour créer un nouveau blog, organiser un symposium, prévoir une Berryer retransmise en visio-conférence à laquelle serait également invitée notre Chère Ministre aux pieds de laquelle nous nous prosternons tous ;-) etc etc


134. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:08 par Abadir

D'accord avec Mytho...Je ne vois pas pour quelle raison il faudrait s'excuser même quand on a raison parce que l'on est un homme qui aurait "blessé" une dame... euh ! Dame (femme, c'est bien aussi... pas agressif, ça correspond à l'espèce humaine concernée). Non, non, je ne vois pas. A moins d'être un incorrigible macho !
D'autant que la Plumette s'enfonce, de nouveau, dans des méandres d'explications douteuses. Là, je pense que c'est une façon bien pathétique d'agir. N'y aurait-il pas chez Aliocha l'expression d'un regret d'avoir quitté la robe ?

PS : en matière de bière, j'aime bien la Corsandonk...difficile à trouver en dehors du pays dans lequel l'on peut aussi se quereller des siècles durant pour des raisons incompréhensibles.

135. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:11 par villiv

trop drôle, j'ai commis un lapsus dans mon commentaire #132

je voulais dire "si c'est être maccho" au lieu de "si c'est être mytho "...

et ceci car je répondais à ... mytho

trop drôle

c'est un peu comme commettre une fautes d'orthographe à l'oral ;-)

136. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:20 par Ferdydurke

@ villiv

Bien vu... Je m'incline devant vos réponses (surtout celle adressée à mytho ;-) )

@ mytho

Ferdydurke est le titre d'un exaltant et caustique roman de Gombrowicz, que j'adore. Je vous invite à le lire.

Oui, j'ai une culture littéraire mais je ne me prononcerai pas sur ses mensurations...

Je pourrais vous dire que c'est la meilleure des femmes que j'ai sur les genoux et non un dico de citations mais je devrais alors revendiquer l'usage de votre pseudo...

Merci pour la tournée. Brune, rousse ou blonde? La bière, hein... ;-)

137. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:25 par mytho

@ Abadir, 133, oui je suis ok avec vous...oui votre "Plumette" se justifie trop pour être honnête et se lance dans des explications qui n'en finissent plus. ce qui est bien avec les juristes (même cyniques, odieux etc.moi j'adore, cela me fait rire, je trouve que le non politiquement correct est quand même plus stimulant..et j'en passe...) c'est qu'elles sont basées sur de la matière, alors que les explications des journalistes sont basées sur des ressentis, des nous c nous, c'est pas bien de faire ça...c'est pas gentil...même pas vrai...sur du blablagnagnagna....bon je ne vais pas me faire des amis, j'arrête. oui oui vive PPDA, vive l'information relayée par JPPernault, vive L Ferrari, vive les petits Marquis de l'information vive la ménagère de plus de 50 ans,
tiens au fait, vous avez vu ce qu'il se prend VAL par ses petits copains journalistes???quelle rigolade....celui là il va se griller définitivement, on va aller fouiller deux trois poubelles et hop..à dégager...

138. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:28 par Tinkerbell

@mytho en 127
Désolée de vous décevoir mais je suis avocat et... je suis une femme
Alors oui pour l'égalité des sexes et des armes, oui pour le respect des opinions de tous sans considération du personnage à l'origine de celles-ci mais je déplore totalement le fait que la galanterie se perde !
Maîtres Eolas et Aliocha se brouillent pour une divergence d'opinion. Je ne suis pas convaincue que l'une ait moins de valeur que l'autre même si je penche pour l'avis du Maître des lieux.
Résultat : chacun boude dans son coin alors que nombreux sont ceux qui reconnaissent que leurs échanges étaient enrichissants
J'estime que dans ce cas, c'est à l'homme de faire preuve de galanterie sans que cela ne m'amène à conclure qu'il reconnaît, ipso facto, qu'il a tort.
ça s'appelle simplement de l'élégance !

139. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:39 par ramses

@ Ferdydurke 126-128

"Je vous souhaite d'avoir l'occasion de vous réconcilier avec une femme qui aime la bière (de qualité s'entend)!"

Pas de chance, Aliocha n'aime que le très bon vin...

J'analyse cette "rupture" comme une tragédie de Racine... Vu sous l'angle freudien, l'enfant, devenu mature, "tue" le père...

Face aux assauts du Maître, parfois très vifs ("lâchez-moi"...), il y a deux attitudes possibles :

1) le repli silencieux pour ferrailler sous un autre angle (stratégie du point de rupture),

2) l'affrontement jusqu'au-boutiste, qui conduit au déni (version Augustissime et Aliocha).

Personnellement, avec Eolas, je me cantonne au 1), car j'interviens sur SON blog. Il est l'hôte et je suis l'invité... Et, souvent, je réalise qu'il met en pratique ce précepte chrétien "qui aime bien châtie bien".

En fait, tout se situe dans l'alternative :

"Ai-je plus de plaisir à rester qu'à partir ?"

Certains restent, d'autres partent...

140. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:55 par PEB

A propos de vulgarisation, je me suis fait la réflexion qu'en science, plus l'ennoncé est "simple" en français, plus il faut d'outil raffinné pour maîtriser le concept.

Un exemple: La mécanique céleste ptolémaïque est un engrenage d'une complexité effroyable pourtant la trigonométrie suffit pour la faire tourner.
La mécanique newtonnienne est basée sur le principe d'inertie et d'action à distance. Ca à l'air simple mais il a fallu inventer le calcul différentiel, les intégrales et j'en passe pour mettre en musique tout cela. Les fluxions originelles n'étaient qu'un pâle essai devant les raffinement de Leibnitz et de Laplace.
La relavitité générale s'exprime en un mot "équivalence" des lois de mère Nature. Pourtant, il y faut de la topologie et du calcul tensoriel pour y voir d'un peu plus clair.
Fermez la parenthèse!

Un grand vulgarisateur est donc un esprit qui arrive à tirer la substantifique moëlle d'un sujet fort complexe. Il faut arriver à quitter la gangue du jargon pour atteindre l'essentiel.

Dans l'actualité, c'est le dur métier du journaliste qui doit, par dessus le marché, le faire en temps réel. Autant le praticien prendra le temps de former une doctrine, autant le journaliste porte l'information dès qu'elle est établie.

Cependant, je me demande si parfois le maître de ces lieux ne nous fait pas un peu de journalisme lorsqu'il nous fait le commentaire de décisions brûlantes.

141. Le jeudi 30 octobre 2008 à 14:59 par Ferdydurke

@ Tinkerbell #137

J'abonde dans votre sens. Autant la manière de faire de Me Eolas peut blesser et légitimer la colère d'Aliocha, autant Aliocha se fourvoie en y voyant une attaque massive contre l'ensemble de la presse. Pour résumer les deux longs commentaires que j'ai laissé sous son billet, je me suis permis de lui faire observer qu'elle adoptait le même comportement que celui qu'elle dénonçait, qu'elle y perdait un allié, défendait bien mal la presse avec une telle réaction et faisait le jeu de ses adversaires.

Par ailleurs, dans une telle situation peu m'importe qui a tort ou a raison, sauf à vouloir désigner un vainqueur et un vaincu. Selon moi la véritable élégance est de dépasser le stade de l'affrontement et d'entrer en voie de (ré-)conciliation afin de retrouver ces échanges enrichissants, comme vous le soulignez. Je le répète : les victoires communes sont les plus belles.

Partant de là, décider qui de Monsieur ou de Madame doit faire le premier pas me parait secondaire. La galanterie doit-elle encore être exclusivement masculine de nos jours? Ne risque-t-on de passer pour un vilain macho à faire une telle distinction? Personnellement, j'aime autant avoir cette élégance (et j'espère y réussir) que voir une femme en faire preuve. Ce dont je les remercie.

142. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:13 par Ferdydurke

@ ramses #139

"Pas de chance, Aliocha n'aime que le très bon vin..."

Ellle a bien raison mais elle n'est pas sans doute pas la seule femme avec laquelle il y a matière à se réconcilier...

Pour le reste, je ne peux qu'être d'accord avec vous. Sans m'appesantir et me répéter, en ces temps de communication forcenée, le silence a bien des avantages. Dont celui de passer de préserver le discernement et le sens de la mesure dont la colère nous éloigne bien souvent.

Enfin, partir n'empêche pas de revenir...

143. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:21 par mytho

@ Ferdydurke Gombrovicz, et autres, Aliocha savait que Eolas n'était pas à prendre avec des pincettes en ce moment, il l'a même dit à tout le monde...il l'a reconnu qu'il pouvait être franchement désagréable...il le dit expressèment dans son billet...qu'est ce que vous voulez de plus? je trouve déjà cela énorme. il a la plume vive, acerbe, tout le monde le sait, c'est aussi ce que l'on apprécie chez lui, alors on accepte on l'on s'en va, je suis ok avec ramses...cessons de jouer les victimes...Aliocha a été blessée dans son amour propre, on ne lui demande pas de porter toute la profession de journaliste sur ses épaules...il faut quand même reconnaître que les histoires du mariage annulé et autres dans le même registre ont été analysés de manière malhonnête par la presse, mais peut être n'y comprennent-ils rien, après tout...mais quand on se veut parler d'un sujet, au moins qu'on le connaisse!!! il y a des domaines qui ne supportent pas l'approximation, le droit en est un, je suppose que la médecine, les sciences également. on ne peut pas dire n'importe quoi. et la vulgarisation ou l'ouverture du droit au plus grand nombre que réussit Eolas ne peut pas être de l'approximation de l'à peu près...le journalisme judiciaire quelquefois c'est un peu du yaourth, il faut bien le reconnaître.

144. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:28 par GreG

J'imagine que beaucoup d'entre vous vont acheter le Nouvel Obs, lequel annonce la chute de Rachida Dati...

hebdo.nouvelobs.com/hebdo...

145. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:32 par GreG

L'article est là... hebdo.nouvelobs.com/hebdo...

146. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:36 par Ferdydurke

@ mytho #143

Ai-je prétendu le contraire de ce que vous dites?

PS : j'aime beaucoup l'image du yaourt. Merci!

147. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:58 par Thau

@JS 132

Je n'ai pas le temps d'aller au bistrot, alors dites moi : il apporte combien de cafés, le serveur ?

148. Le jeudi 30 octobre 2008 à 15:58 par Apsara

Je fais partie de ceux et celles qui, via les médias, sont venus, ont vu, et vaincu votre dinosaure... Désolée mais tant de plaisir à lire votre blog, votre plume pertinente et impertinente. Humaine. Cela ne pouvait attirer que du monde.
Et courage. Beaucoup.

149. Le jeudi 30 octobre 2008 à 16:22 par hatonjan

@JS : Quelle trempe ! Et vous n'avez pas tort ! Pire les journaliste adorent se moquer des erreurs des autres, mais rigolent moins devant les leurs. Néanmoins il y a quelques très bon journalistes ( malheureusement pas assez) qui maitrise le sujet et veulent faire partager une passion et une analyse. Sauf que parfois, voire souvent, on a en face de soit un journaliste ignorant tout du sujet, ne cherchant qu'à attirer le quidam pour qu'il se disent que finallement, il est dans un monde pourri/tous des c***. Malheureusement, c'est un peu le cas du PAF, même si je crois qu'avec la multiplication des chaines, on peut trouver encore quelques endroits intéressants. En tout cas, vivement les expert journalistiques, les vrais !
@PEB : Dans un autre domaine, j'ai un petit faible pour les equations de Maxwell.

150. Le jeudi 30 octobre 2008 à 17:05 par Fantômette

@ Ramsès (#88)

Je n'arrive pas à déterminer si vous me sous-estimez ou si vous me sur-estimez.

151. Le jeudi 30 octobre 2008 à 17:34 par ramses

@ Fantômette 150

Je vous estime beaucoup, mais je crains que vous n'ayiez pas saisi le sens graveleux que l'on pourrait donner à votre réponse à tschok en 88, si l'on avait l'esprit mal tourné... Il évoquait un verre à dents et vous parlez d'un goût amer... Quand à votre consoeur "qui ne s'est pas laissée ébranler", alors qu'on l'accusait d'avoir fait une fellation, avouez que c'est énorme, non ?

152. Le jeudi 30 octobre 2008 à 17:44 par mytho

@ 150 ma chère Fantômette, vous êtes encore très très jeune, mais vous apprendrez avec l'expérience que nos chers confrères masculins ont toujours l'esprit mal tourné..toujours...encore plus devant un écran interposé..donc pesez vos mots..ce sont des vieux cochons...

153. Le jeudi 30 octobre 2008 à 17:49 par mytho

@ 150, je rajoute quand même que cet esprit tordu fait tout leur charme, évidemment, sinon on s'ennuirait ferme, mais ne leur tendez pas la perche, ils la prennent aussi sec.

154. Le jeudi 30 octobre 2008 à 17:53 par gwynplain

@ramses & mytho : je crains que vous ne fassiez offense à fantômette en laissant à penser qu'elle ne pèse pas ses mots.

155. Le jeudi 30 octobre 2008 à 18:00 par tschok

@ Mytho,

Pourquoi vieux?

Tout de suite les mots qui fâchent...

156. Le jeudi 30 octobre 2008 à 18:06 par Fantômette

Bon sang de bonsoir.

Ça m'apprendra à être subtile.

Ramsès, vous avez vraiment plus de 3000 ans ? Parce qu'en ce qui me concerne, j'en ai plus de douze.

157. Le jeudi 30 octobre 2008 à 18:15 par mytho

@ 155, vous voyez bien ramses a plus de 3.000 ans, Fantômette est bien plus subtile que moi...mais sinon "vieux" au sens péjoratif, il y a plein de jeunes vieux cochons, mais c'est sain, c'est sain...nous ne sommes pas aux Etas Unis, et heureusement sur ce plan là!!!! ça n'empêche que vous avez toujours l'esprit mal tourné, et tous, c'est la faute à leurs mamans, ils sont les plus beaux petits garçons du monde..donc normal...ah le psy à deux balles!!!! regardez Mani, il a toujours l'esprit graveleux, mais cela ne m'empêche pas de l'apprécier..sa maman devait l'admirer!!
@ 156 Fantômette,plus de douze? j'espère que vous en avez plus de 18 sinon attention le détournement de mineur...

158. Le jeudi 30 octobre 2008 à 18:55 par tschok

@ Mytho,

'tendez deux minutes, faut que je me regroupe là.

Vous pourriez me faire une version sous titrée pour les malcomprenants de votre com 157?

Parce que je comprends un mot sur deux, et encore... dans le désordre.

@ Fantômette,

Les écoutez pas, moi je trouve que votre commentaire était bien léché.

159. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:04 par mytho

@ Fantômette 158, à propos du commentaire commentaire de tschok, vous voyez ce que je vous disais? vous comprenez? en plus de mauvaise foi...ah ah ah...ne vous formalisez pas, ils sont tous pareils...au contraire, mieux vaut en rire.

160. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:09 par tschok

@ Mytho,

Auriez vous le courage d'aller dire à Monsieur le Président du Tribunal de grande instance de Digne, qui, au moment où je vous parle, est en train de s'exprimer à quelques mètres de nous, qu'il est, je vous cite: "un vieux cochon" au motif que, je vous cite encore: "c'est la faute à (sa) maman, il (est) le plus beau petit garçons du monde"?

Hum?

On fait moins la maligne là.

161. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:15 par mytho

@ tschok, oui oui oui, je le ferai, sans problème, et même il rigolerait et je le mettrais dans ma poche, oui Mônsieur!!!! (bon si je suis bien en forme et de bonne humeur..mais c'est pas impossible, j'en ai fait d'autres...), je sais très bien faire ce genre de choses.

162. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:19 par tschok

Chiche?

163. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:24 par mytho

@ tschok, you bet!!!

164. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:39 par ramses

Entre Nicolas qui envoie des SMS pendant l'audience du Pape, tschok qui lit ses mails tandis que le Président du Tribunal s'exprime et Eolas qui utilise son dictaphone pour s'adresser à son client, c'est beau la technique :)

165. Le jeudi 30 octobre 2008 à 19:49 par ramses

@ Fantômette 156

Vous avez raison, je vous avais-sous estimée... Mea culpa :)

166. Le jeudi 30 octobre 2008 à 22:54 par Kemmei

Bon, puisque qu'on parle un peu de tout et que les commentaires des sujets concernés sont fermés...

Vous avez vu? Les assistantes sociales ne sont pas les seules à servir leur pays avec passion, il semblerait que les employés municipaux aussi feraient leur possible pour aider Monsieur le Ministre de l'immigration a accomplir la noble tâche qui lui a été confiée par notre hyperprésident.

www.lemonde.fr/archives/a...

Je suppose que ces fonctionnaires là ne sont pas tenus au secret professionnel?

167. Le vendredi 31 octobre 2008 à 01:41 par ramses

@ Kemmel 166

La "dénonciation de délit" délie du secret professionnel... C'est Jean Tibéri qui le dit et c'est un connaisseur.

168. Le vendredi 31 octobre 2008 à 09:14 par villiv

@tschok, mytho, ramses, fantômette, Ferdydurke, Tinkerbell, Ferdydurke et j'en oublie...

z'êtes encore sur l'aspect macho des commentaires ou j'ai raté un truc ?? ;-)

on en oublierait presque -et ce presque là est essentiel- le Maître ce céans ?

OUUHHH ouhhh, où êtes vous Eolas ?

Etes-vous confronté à un empêchement dirimant ? (bah oui, faut bien utiliser les mots que le vocabulaire juridique met à notre disposition gracieusement, même si ça ne veut rien dire ici ;-) )



169. Le vendredi 31 octobre 2008 à 09:34 par anna

Ô et vous cher maitre, qui est cette femme a qui vous pensez
tant..?

170. Le vendredi 31 octobre 2008 à 11:51 par IceCream

Maitre je ne sais pas si vous avez le temps et l'envie en ce moment de lire les commentaires de vos lecteurs, mais après les avocats en colère et maintenant que les juges le sont aussi, pensez-vous ajouter une catégorie pour que les étudiants (de droit cela va s'en dire) le soient?

171. Le vendredi 31 octobre 2008 à 12:08 par villiv

@IceCream #170

pour info, sur le premier point, vous aurez une réponse là : maitre-eolas.fr/2008/10/3...

sinon, votre commentaire est intéressant en ce sens qu'il semble faire dépendre la colère des avpcats-juges-et-autres-étudiants de l'existence d'une catégorie spécifique leur permettant d'exprimer ladite colère...

D'où l'idée suivante : supprimons les catégories... et la colère s'estompera ;-)

172. Le vendredi 31 octobre 2008 à 16:37 par tschok

Bonjour Mytho,

Bien sur que I bête.

(c'est au pied du mur qu'il faut faire le premier pas)

173. Le vendredi 31 octobre 2008 à 17:20 par mytho

@ tschok,
coucou, tout va bien, alors ça c'est bien passé hier? c'est vrai que vous répondez de votre blackberry en audience? c'est la rumeur qui court...
au pied du mur je saute dessus, on ne vit qu'une fois..

174. Le vendredi 31 octobre 2008 à 17:39 par Fantômette

@ villiv (#168)
Vous avez oublié Ferdydurke.

@ mytho (#159)
Je ne sais pas si je dois vous suivre. On va faire un test.

@ tschok (#158)
Et encore, c'était qu'un premier jet.

@ ramsès
Un commentaire ? Des questions ?

175. Le vendredi 31 octobre 2008 à 18:32 par tschok

@ Mytho,

Oui, et même pendant que je plaide.

@ Fantômette,

Coup d'essai, coup de maître.

176. Le vendredi 31 octobre 2008 à 18:33 par tschok

@ Mytho,

Oui, et même pendant que je plaide.

@ Fantômette,

Coup d'essai, coup de maître.

177. Le vendredi 31 octobre 2008 à 18:46 par mytho

@ Fantômette

ah ah..si vous le provoquez...quelle rigolade..bravo.

@tschok

ah, ben, alors, même quand vous plaidez? Aliocha a reconnu que les commentaires sur le blog d'Eolas étaient plus "virils" que sur son blog, où l'on tend la joue gauche...j'aurais dit plutôt "musclés" que "virils"..bon mais je suis pas journaliste.

VBD à tous,

178. Le vendredi 31 octobre 2008 à 19:18 par ramses

@ Fantômette 174

"Un commentaire ? Des questions ?"

Non, l'ordre du jour est épuisé...

@ mytho 173

"au pied du mur je saute dessus, on ne vit qu'une fois..."

Soyez prudente, quand même !

J'espère que nos blagues de potaches auront redonné le sourire au Maître de ces lieux ;)

179. Le vendredi 31 octobre 2008 à 19:51 par IceCream

@Villiv

Ma formulation était une façon polie pour avoir une réponse d'Eolas que je crois être peu en forme en ce moment...

Pour les catégories, et si nous revenions à cette bonne loi Le Chapellier et ce bon vieux décret d'Allarde sur la suppression des corporations? Ah non ça n'a pas marché...^^

180. Le vendredi 31 octobre 2008 à 19:51 par IceCream

@Villiv

Ma formulation était une façon polie pour avoir une réponse d'Eolas que je crois être peu en forme en ce moment...

Pour les catégories, et si nous revenions à cette bonne loi Le Chapellier et ce bon vieux décret d'Allarde sur la suppression des corporations? Ah non ça n'a pas marché...^^

181. Le vendredi 31 octobre 2008 à 19:58 par mytho

il est revenu....il est là, il travaille sérieusement sur le billet qu'il vient de poster...je suis contente. aller on redevient sérieux sinon il va s'énerver et il aura raison.
tchou

182. Le vendredi 31 octobre 2008 à 20:12 par Lucas Clermont

Ces commentaires sont ceux d'une soirée de deuil, quand passé le désarroi pour les uns et le souci des convenances pour les autres on s'égare en tous sens, y compris le graveleux avec retenue. Toutefois tous ne sont pas venus.

Eolas, votre client va ressusciter en appel, il goûtera sa liberté et sa fille aura un plaisir plus grand à retrouver son papa. Un mauvais moment à passer, bonne chance aux uns et aux autres !


P.-S. La galanterie, c'est comme un plat de lentilles : un gain de dupe.

183. Le samedi 1 novembre 2008 à 13:40 par hanna

@ 87 Jean Lançon
'tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort..." ou nous rend
fou

184. Le samedi 1 novembre 2008 à 13:56 par anna

mais qui est le père 2 7 enfant!?

185. Le dimanche 2 novembre 2008 à 21:52 par hatonjan

comme on parle de tout et de rien, j'ai un sondage, qui vaut ce qu'il vaut ici : www.expression-publique.c... et les question 7 à12 concerne la justice. Les résultats me rassurent personnellement, et laisse quand même percevoir un certains soutient au magistrat contre Mme Dati.

186. Le dimanche 2 novembre 2008 à 22:24 par RG

@hatonjan "Les résultats me rassurent personnellement"

Ils sont simplement logiques, si on considère ce blog comme étant un bon thermomètre.

187. Le dimanche 2 novembre 2008 à 22:59 par hatonjan

RG, je pense très sincèrement ce blog partial et peu représentatif de la population française, ce n'est pas forcément un grand défaut :) , en tout cas beaucoup moins que ce sondage. Néanmoins il attire beaucoup de personne en soif de compréhension, et j'aimerais croire que ce blog a pu influer sur le résultat par l'explication.

188. Le dimanche 2 novembre 2008 à 23:29 par RG

@ hantojan "j'aimerais croire que ce blog a pu influer sur le résultat par l'explication."

Influer à sens unique sur l'opinion ? c'est quantitativement impossible. C'est plutôt l'histoire de l'oeuf et de la poule, l'un ne peut exister sans l'autre.

189. Le dimanche 2 novembre 2008 à 23:53 par RG

@185

La 2 est encore plus significative: "la décision de Nicolas Sarkozy d'engager une action en justice pour obtenir le retrait de la vente d'une "poupée vaudou" à son effigie" est l'événement qui a le plus déplu.

190. Le lundi 3 novembre 2008 à 00:03 par hatonjan

RG, je me doute qu'on est un peau la goute d'eau dans l'océan, mais finalement, j'aime bien être une goutte, y'en a qui ont de belles histoires. Sinon pour la poupée vaudou, sans rentrer dans l'aspect légal de la chose, ça laisse rêveur sur les relations entre M. le président de la République et ses électeurs. Faudra essayer de faire une métaphore aussi réussie que celle du foot avec les gouttes, mais là, il y a défi.

191. Le lundi 3 novembre 2008 à 00:12 par RG

@hantojan "ça laisse rêveur sur les relations entre M. le président de la République et ses électeurs"

Et hop, question 21 et 22: www.expression-publique.c...

Il est passionnant ce site.

192. Le lundi 3 novembre 2008 à 00:24 par RG

@190 "je me doute qu'on est un peau la goute d'eau dans l'océan"

Par contre connaissant un peu la question je n'ai aucun doute sur le fait que ce blog est lu par quelque ministère, ces gens là s'intéressent parfois aux choses les plus futiles ;-)

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact