Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

À vos zapettes

France 2 diffuse ce soir, dans l'émission Envoyé Spécial (est-il revenu normal ?) à 20h35 un document qui mérite d'être regardé : la prison filmée de l'intérieur.

Un reportage composé d'images filmées clandestinement de l'intérieur de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, qui est je crois la plus grande maison d'arrêt d'Europe, avec 2855 places (3110 au départ ; elle accueille plus de détenus que cela). Malgré ses efforts, le tribunal d'Évry ne parvient pas à la remplir à lui seul, et Fleury est de fait la maison d'arrêt de toute l'Île de France.

Je dois préciser : la maison d'arrêt des hommes (M.A.H.). Fleury, c'est trois prisons.

À tout seigneur tout honneur, la maison d'arrêt des hommes, au milieu, que des architectes facétieux, Guillaume Gillet, Pierre Vagne, Jacques Durand et René Bœuf ont dessiné en forme de cœur, elle-même divisée en 5 divisions de 700 à 900 places places chacune, réparties en trois ailes (tripales) sur quatre niveaux.

La maison d'arrêt des femmes (M.A.F.) au bout de la route, et dès qu'on arrive, le C.J.D., le Centre pour Jeunes Détenus, pour les mineurs et jeunes majeurs.


Agrandir le plan

La prison a été construite de 1964 à 1968, avec les fonds provenant de la vente de la maison d'arrêt de la Petite Roquette à la ville de Paris. Elle était située 143 rue de la Roquette, dans le 11e, c'est devenu le square de la Roquette, mais les guérites d'accès ont été conservées. Si vous regardez par terre au niveau du passage piéton au croisement des rues de la Croix-Faubin et de la Roquette, vous verrez des dalles rectangulaires scellées dans le macadam. C'était l'emplacement des pieds de la guillotine lors des exécutions publiques.


Agrandir le plan

Quatre ans, c'est très court. La construction, en béton coffré, a été rapide. Mais pas durable, et la prison est aujourd'hui en état de délabrement avancé, je pense que les images seront éloquentes.

Elle est surtout construite fort loin de Paris. C'est un cauchemar pour les familles : aller à Fleury en transports en commun, c'est une heure à une heure et demie. Idem pour le retour. Pour un parloir de trente minutes.

Je sais que certains se refuseront à verser des larmes sur des délinquants qui n'avaient qu'à pas faire ce qu'ils ont fait pour arriver là. Juste deux remarques. Une bonne part des occupants des lieux ne sont pas condamnés, et certains ne le seront jamais, car ils bénéficieront d'un non lieu ou d'une relaxe. Ça peut vous arriver à vous, pour peu qu'on vous accuse de quelque chose de grave et que vous n'ayez pas d'alibi. Et même pour les coupables : quand on est condamné, les maisons d'arrêts, c'est pour les peines ou les reliquats de peine d'un an max. Ils ressortiront tous bientôt.

Vous croyez que c'est en les traitant comme ça qu'on en aura faits des citoyens honnêtes et respectueux de la loi ?

Commentaires

1. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:04 par Guillaume

"Fleury, les images interdites". C'est légal de diffuser des images illégales ?

Eolas:
Interdit ne veut pas dire illégal.

2. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:07 par Kaahl RV

un reportage de la TV public avec comme seul source des images prise clandestinement ? ca va etre spécial ! Le projet blairwitch en vrai et indoor !

Mais, n'esperant ne jamais le voir de mes yeux, je regarderai ce reportage ! (habitant alyon j'ai peu de risque d'atterir a fleury !)

3. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:12 par ANA

Je pensais que les parloirs en maison d'arrêt étaient d'une heure, à raison d'au moins 3 par semaine en tant que prévenus et au moins 1 par semaine concernant les condamnés. Du moins c'est ce que j'ai appris à l'occasion de la visite de la maison d'arrêt de Seysses (Toulouse) la semaine dernière. Qu'en est-il réellement?

Eolas:
Je n'ai guère l'expérience des parloirs famille, je l'avoue. Ce serait une heure ?

4. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:13 par Klap

Vous n'avez pas honte de critiquer le béton coffré? En temps de crise, on ne tape pas sur le BTP. C'est le premier employeur du pays, Monsieur !

Eolas:
C'est vrai qu'en temps de crise, certains employeurs se font coffrer.

5. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:18 par kaahl

J'ai peur de la qualité du reportage, basé sur des video clandestine ! C'est sur que la TV quand elle viens officiellement, on range les detenus, on nettoie, on montre les parties les moins surpeuplé...

Mais comment ses videos clandestines on put etre prise ? j'espere que la reponse sera dans le reportage !

Eolas:
Probablement avec un téléphone portable passé en fraude.

6. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:21 par Calypso

Les vidéos clandestines ont été prises par des détenus (si ce sont celles auxquelles je pense) et donc au moyen de portables. Tout simplement ;-)

7. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:30 par lapocompris

Je dois préciser : la maison d'arrêt des hommes (M.A.H.). Fleury, c'est trois prisons
Il y a peut-être une erreur ? Vouliez vous dire "la maison d'arrêt de Fleury c'est trois prisons" ?

8. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:32 par tshirtman

Des caméra discretes leur on été fournis par des journalistes, c'est assez dingue de devoirs en arriver là pour faire le métier de journaliste, dans quel pays on est?

Eolas:
Fourni comment ? Par pigeons voyageurs ? Les journalistes n'ont rien fourni, ils ont récupéré auprès des familles, o udes détenus une fois sortis.

@Eolas: juste pour dire que vous êtes trop fort ^^ c'est la première fois que je vois quelqu'un include google street comme ça, déjà que peu de monde se sert de map comme ça (et vous avez raison, il est génial pour ça)... chapeau.

question vous parlez bien des plaques dans le trottoir de part et d'autres du passage clouté? C'est dingue, je me suis demandé ce que c'était il y a pas deux jours... il y en a d'autres à paris je suppose?

Eolas:
Non. Les exécutions avaient lieu place de Grève (place de l'hotel de ville) puis à la petite Roquette. Je ne crois pas que l'Hotel de Ville ait voulu garder cette trace.

9. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:34 par tshirtman

inclure* (déformation professionnelle -_-)

10. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:34 par Marie-Hélène

C'est joli vu d'en-haut ; il y a du Vauban dans cette architecture... enfin, vu d'en-haut...

Eolas:
Et du vaurien vu d'en bas.

11. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:35 par Cimon

Heu... 5 divisions de 700 à 900 places chacune, ça veut dire une capacité comprise entre 3500 et 4500 places, non ?

Eolas:
Je cite le chiffre du site de la chancellerie. Certaines cellules sont inhabitables par délabrement.

12. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:37 par La Biscotte

@tshirtman : ne pas confondre avec les plaques blanches munies de picots placées sur les trottoirs juste avant les passages piétons : celles-là c'est pour les aveugles et mal-voyants, pour qu'ils puissent repérer l'emplacement du passage piéton.

13. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:38 par Marie-Hélène

Du Ledoux, aussi. Dans cette volonté d'affirmer la centralité du commandement dont la surveillance rayonne sur l'ensemble.

14. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:40 par lapocompris

Les portables ne sont-ils pas interdits en prison ?

Eolas:
Si, comme la drogue, la violence et les viols. Pourquoi ?

15. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:45 par GeoTrouvetout

Vous croyez que c'est en les traitant comme ça qu'on en aura faits des citoyens honnêtes et respectueux de la loi ?

Hé non, Si la prison aidait les détenus, ça se saurait :-(

16. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:49 par Bravo

C'est tellement rare d'entendre un autre son de cloche que celui des moutins qui crachent sur les détenus en en faisant des êtres à part. Qu'on se le dise: la prison doit être une privation de liberté non de dignité! Et qu'on vienne pas me dire qu'il y a des gens libres qui vivent aussi dans des taudis, c'est un autre problème également à traiter et il ne sert à rien d'opposer des catégories fictives de français les unes aux autres.

17. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:57 par Nicolas

Maitre Eolas cachant une batte de baseball derrière son dos se trouve a coté d'un troll assommé, portant une longue bosse sur le sommet du cuir chevelu. Un texte “Commentaire modéré par troll détector™” surplombe l'image.

18. Le jeudi 2 avril 2009 à 10:58 par Alex

@tshirtman: ce sont les plaques que vous voyez de part et d'autres de la chaussée, vers les bandes matérialisant le stationnement, ainsi qu'une longue plaque centrale, au milieu de la route et perpendiculaire au sens de la circulation.

Ces cinq dalles rectangulaires sont à l'origine de l'un des (nombreux) surnoms de la guillotine: l'abbaye de Cinq-Pierres...

19. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:00 par lapocompris

En explorant l'image Google Maps, on voit que les femmes peuvent jouer au basket mais pas au tennis et c'est l'inverse pour les hommes. Les mineurs n'ont pas de terrain de sports.
En tout cas, il n'y a pas de piscine.

20. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:02 par shaka

La chancellerie ou l'intérieur (je ne sais de quels ministères dépendent les prisons) risquent de taper sur France 2 et sur ces journalistes qui ont donné aux détenus les moyens de filmer leur quotidien.

ça me fait rappelle l'histoire de l'ingé son qui n'avait pas salué le président N.S., lors des essais sons et du maquillage et dont la video fut diffusé sur le net par des personnes de France 3. Résultat instruction du parquet pour je ne sais quelles qualifications pénales!

21. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:07 par Antoine

Je ne suis pas en France et ne pourrai donc pas regarder le reportage à la TV. Quelqu'un sait sera visionnable sur internet?

22. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:14 par Guillaume

@Antoine 20 : http://envoye-special.france2.fr/index-fr.php?page=accueil

Les anciennes émissions sont disponibles, donc il suffira d'attendre ;-)

23. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:20 par Guillaume

Est-ce qu'on pourrait considérer qu'il y a eu intrusion illégale dans la prison ?

Eolas:
Il faudrait alors poursuivre le téléphone.

24. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:21 par Abadir

@16# : Nicolas ? Le tout petit Nicolas ? Allez oust, sors de table !

C'est aussi un calvaire, bien qu'un devoir, de visiter ses clients détenus, condamnés ou non... bien entendu, l'on apprendra certainement beaucoup en visionnant de l'émission de ce soir. Simplement, il faut vraiment le voir pour tenter d'imaginer à quel point l'état de nos prisons ne peuvent produire que de la violence !

25. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:35 par Calypso

Et surtout un calvaire de voir qu'il y a plein de gars qui ont un potentiel énorme, une envie de se bouger mais que la structure ne le permet pas

26. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:35 par lapocompris

@ Abadir (23)
Ou peut-être la diffusion de telles images rend les peines d'emprisonnement plus dissuasives.

27. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:44 par Bôôh

Les 3 corps de bâtiments ont été construits en même temps et avec la même finalité qu'aujourd'hui (homme, femme, mineurs) ? Si oui, pourquoi Fleury s'appelle Maison d'Arrêt des Hommes ? Et sinon, pourquoi s'appelle-t-elle toujours Maison d'Arrêt des Hommes ?

28. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:50 par Antoine

Merci Guillaume! Les détenus qui ont filmés ont ils été identifiés? Si oui qu'encourrent ils? Ont ils été condamnés ou sont ils poursuivi ?

29. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:54 par Bruno

@Eolas: "Vous croyez que c'est en les traitant comme ça qu'on en aura faits des citoyens honnêtes et respectueux de la loi ?"

On va donc zapper ce soir et bientôt verser des larmes. Avez vous déjà songé à troquer la robe contre une soutane et votre étagère de droit contre un peu plus canon?

L'histoire des bétons peut faire très peur, ce problème n'est pas du tout spécifique à cette prison. Selon la rumeur, de nombreux ouvrages - ponts, barrages, etc - bâtis dans ces années là ne vont pas durer. On surveille les fissures et on bichonne les aciers... des prières et des cierges, ça doit pouvoir aider aussi :-)

30. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:56 par Vrynn

@Eolas : Les plaques auxquelles vous faites allusion dateraient donc de la première partie du 20ème siècle ? Il me semble que la dernière éxécution pulique a eu lieu en 1939 (40 ?) en France.

Quant à l'intérieur de la maison d'arrêt, je m'attend à quelque chose de trés inhumain. Un batiment construit à la va-vite, surpeuplé et qui a maintenant plus de 40 ans.

Un peu comme nos universités... En bien pire.

31. Le jeudi 2 avril 2009 à 11:58 par Adrien

@Nicolas en 16

"De toute façon, c'est dans leurs gènes, personne n'y changera rien"

Le rêve de toute avocat non? C'est pas sa faute monsieur, il était génétiquement programmé pour violer cette fillette de six ans. Et hop, irresponsable, donc pas de prison. Et puis ce serait aussi facile pour le procureur, à 10 ans on détecte les gènes criminels des types et ont les enferme direct, AVANT qu'il ne commette leur crime.

Non vraiment croire que tout est dans les gènes m'est insupportable, tout ce que l'on nous à raconter sur notre libre arbitre, notre liberté d'être humain était donc faux?

32. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:00 par Mussipont

A noter que le ministère de la justice a enfin commencé des travaux de rénovation, une aile rénovée a été inaugurée par Madame Dati fin octobre. Quatre autres tranches de travaux sont prévus d'ici 2014.

Un des problèmes des MA est que les bâtiments sont dégradés par les détenus beaucoup plus vite qu'en établissement pour peines, responsabiliser les détenus est bien sûr beaucoup plus difficile quand le séjour est court et que la MA est surpeuplée. Par exemple, il semblerait que beaucoup d'interphones mis en place dans le bâtiment rénové soit déjà hors service.

33. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:12 par Diab

@ 27

Pour les personnes qui ont fait parvenir aux détenus les appareils permettant de filmer, c'est le délit de remise ou sortie illicite d'un objet à un détenu (art 434-35 et s. C Pén : 1 an et 15 000 € encourus).

Pour le détenu à qui a été remis l'objet, il s'agit de recel du délit précédent (art 321-1 et s. C Pén : 5 ans et 375 000 € encourus).

Je n'ai aucune idée du type de matériel dont il s'agissait, mais le magistrat pénaliste que je suis a déjà eu l'occasion de constater qu'un téléphone portable en maison d'arrêt pouvait aussi servir à des choses beaucoup moins sympathiques que filmer la réalité carcérale pour une émission de TV ou appeler sa maman...

34. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:12 par Ola

Une question maître: récemment plusieurs commissaires du gouvernement ont fait une déclaration à la presse aux termes de laquelle ils ont indiqué que, désormais, le CE ne passerait plus rien à l'Etat au sujet du fonctionnement des prisons (je caricature un peu; nouveau prolongement de la jurisprudence "Marie" du CE). Le dualisme juridictionnel, pour une fois, leur donne le beau rôle, celui de ne pas avoir à statuer sur le sort de personnes reconnues coupables, mais de pouvoir se faire les défenseurs des droits de l'homme dans le cadre du contrôle du fonctionnement de l'administration pénitentiaire. Mais quid des magistrats de l'ordre judiciaire, peuvent-ils juridiquement refuser de prononcer des peines d'emprisonnement ou placer en détention provisoire, comme le souhaitent certaines associations en faveur d'un numerus clausus ? Sur le fondement de l'interdiction des traitements inhumains et dégradants par exemple ?

Eolas:
C'est arrivé à Créteil, récemment, mais ça reste unique.

35. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:13 par lapocompris

@Adrien (30)
Pourquoi attendre 10 ans, d'aucuns parlent de détection en maternelle.

36. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:23 par Mathaf Hacker

Il y avait aussi une guillotine à la Santé. J'ai le souvenir d'un boucher du quartier qui louait une chambre de bonne avec vue, à prix d'or, les jours d'exécution.

Faites un dîner léger avant l'émission, les images sont d'une saleté révulsante.

Eolas:
Lors des dernières exécutions (la dernière à la santé fut celle de Buffet et Bontems, je crois), une bâche était tendue sur la cour. Les 3 dernières exécutions eurent toutes lieu aux Baumettes, à Marseille.

37. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:25 par Sissi

"Envoyé Spécial (est-il revenu normal ?) "

...

Une blague aussi pourrie, vous devriez avoir honte. :p

Avec quelques amis, fût un temps, nous étions membres de l'illustre "confrérie du bide", réunissant les cavaliers de la blague Hadeubbal. Vous en seriez digne, cher Maître.

38. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:26 par fanch de bretagne

@Mussipont Techniquement parlant ce n'est pas un aile mais une tripale qui vient d'être ouverte (le D2) completement rénovée. Le D3 est quant à lui fermé. L'ancien quartier dsiciplinaire est aujourd'hui inutilisé puisque tout le dispositif disciplinaire est dans le nouveau batiment.

@ Bôôh Techniquement parlant Fleury n'est pas un maison d'arrêt mais un centre pénitentiaire. L'abus de langage confond les établissements.

@ shaka L'adminsitration pénitentiaire appartient au ministère de la justice et non au ministère de l'intérieur. IL convient de souligner que la seule et unique appartenance de l'administration pénitentiaire au ministrère de l'intérieur remonte à la période vichyste.

@ ANA La durée de parloirs est variable selon les établissements pénitentiaires. Dans les établissements pour peine (CD et MC) la durée moyenne est de 1h30 à 2h00 parfois plus selon les disponibilités. Dans les maisons d'arrêt, c'est généralement 30 minutes. Là aussi, la durée est variable selon la capacité d'accueil, le nombre de box et la politique de l'établissement (accord de prolongation, multiplication de parloirs court dans la semaine).

39. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:51 par Sans pseudo

Présentation du reportage sur France Inter ce matin : un des détenus (libéré depuis) raconte qu'ils en ont eu l'idée lors d'un Télé-achat qui présentait la plus petite caméra du monde.

Je suppose qu'elle est encore plus discrète qu'un téléphone portable.

40. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:52 par Kerri

@Maître eolas: Vous êtes sur que ce sont les seuls lieux d'exécution dans Paris? il me semblait qu'à la révolution, la guillotine avait pas mal voyagée, les riverains ne voulant pas la conserver longtemps en face de chez eux.

41. Le jeudi 2 avril 2009 à 12:54 par Koudou

Pensons à cette phrase dite par Bernard Blier dans Buffer Froid (de Bertrand Blier) :

"un criminel est moins dangereux en liberté qu'en prison. Parce qu'en prison il contamine les innocents."

42. Le jeudi 2 avril 2009 à 13:00 par Adrien

@lapocompris Parce que je n'ose imaginer qu'ils étaient serieux?

43. Le jeudi 2 avril 2009 à 13:36 par Maitre Yogi

Sur Google Maps, lorsque l'on regarde dans son dos (en se tournant vers le square), on se rend compte que la mairie de Paris s'active toujours pour effacer les traces de sang qui restent.

Eolas:
Ce sont les guérites de l'ancienne prison, qui gardent maintenant l'entrée du square de la Roquette, en cours de rénovation, mauvaise langue !

44. Le jeudi 2 avril 2009 à 13:40 par FPLL

"Vous croyez que c'est en les traitant comme ça qu'on en aura faits des citoyens honnêtes et respectueux de la loi ?"

Exact. Simplement se rejoignent ici l'idéologie des personnes qui nous gouvernent (idéologie que je ne partage pas) et l'exigence d'économies budgétaires - la croyance la plus communément admise étant qu'en maintenant des conditions de détention indignes dans les Maisons d'arrêt (à la différence des centres de détention et des centres pénitentiaires), on dissuade le condamné (ou le prévenu, ce qui est absurde) de revenir.

Eolas:
Robert Badinter expliquait s'être heurté comme garde des sceaux à ce qu'il appelle la loi d'airain : il ne sera jamais admis qu'un prisonnier soit mieux traité que le plus pauvre des hommes libres. Donc tout l'argent va pour aider les chômeurs, RMIstes, retraités. Les prisonniers passent toujours après ; en fait, leur tour n vient jamais jusqu'à ce que le scandale soit trop grand, et qu'on file un coup de peinture à la va-vite.

45. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:01 par MBt

Est-ce qu'il existe une brochure pour ce joli coin de paradi situé en campagne à 1h de paris, en bordure de forêt et le long de la charmante avenue des peupliers. Tout ça rappelle un peu "Tranquility Bay" cette "école" pour jeunes ados américains dont on a pu voir le côté "tranquility" de l'ile jamaicaine sur France4 ...

Heureusement qu'on n'a pas ça en france! (rayez les mentions inutiles s'il y en a). MBt.

46. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:04 par Le_Pompiste

Il faut croire que la situation est pire encore que du temps de Robert Badinter (lien)

47. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:04 par Eusebio

Attention à ce que vous dites s'il vous plait. Notamment Bravo qui dit "Qu'on se le dise: la prison doit être une privation de liberté non de dignité!" J'ai une amie qui s'occupe des travaux dans les prisons. Certes, ce n'est pas toujours beau à voir. Mais elle qui sort d'une période de chômage de près d'un an a un peu mal quand elle voit que les détenus ont accès à des salles de sport dernier cri, des écrans plats dans leur chambre, le satellite, etc... tout un luxe auquel elle n'est pas encore près d'avoir accès, du fait de son faible salaire. Et pourquoi ils ont tout ça ? Parce que sinon ce serait l'émeute... Je trouve ça un peu hallucinant. (dans cette même idée, des enfants se retrouvent avec de meilleures conditions de vie en CJD que dans leur foyer familial. Tu m'étonnes qu'ils refassent des conneries une fois sortis, si la punition est mieux que les conditions normales !)

Eolas:
Vous saluerez de ma part votre ami imaginaire ou mythomane. Des écrans plats dans les cellules ? Outre le fait qu'un écran plat n'est pas un luxe mais une nouvelle technologie, ils en sont encore au bon vieux tube cathodique, rassurez-vous. Quant au satellite… Vous savez combien coûte la location d'une TV juste pour le hertzien ? Si vraiment votre amie les envie, qu'elle aille voler une bijouterie, je vous promets de al défendre tellement mal qu'elle prendra le maximum. Elle pourra profiter d'un long repos dans le luxe.

48. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:14 par Richtergould

{{''Et même pour les coupables : quand on est condamné, les maisons d'arrêts, c'est pour les peines ou les reliquats de peine d'un an max. Ils ressortiront tous bientôt.

Vous croyez que c'est en les traitant comme ça qu'on en aura faits des citoyens honnêtes et respectueux de la loi ?''}}

J'ajouterai qu'à mon avis une peine de prison doit se contenter d'être une privation de liberté -et ce quelle que soit la gravité de l'infraction commise. C'est déjà beaucoup. Inutile d'ajouter des conditions de vie aussi déplorables, véritable maltraitance morale comme physique. Et de balayer ensuite toute critique sur le sujet par l'habituel refrain du "c'est bien fait pour eux" . Par l'emprisonnement, la loi entend priver de liberté, point.

Personnellement, le simple fait de ne pas être libre de mes allées et venues et de devoir rendre des comptes (c'est peut dire) sur mes communications aurait de quoi me rendre fou. Même dans un hôtel 5 étoiles.

49. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:17 par tinou

@Eolas:44

Ce reportage ne servira donc à rien ? Vous m'avez presque convaincu qu'il est inutile de le regarder.

Eolas:
Vous avez bien raison. À quoi bon s'intéresser à ce qu'on ne peut pas changer ? Je suis pour brûler les livres d'histoire (on ne change pas le passé) et d'astronomie (va-t-on éteindre les étoiles ?). Je suis sur que sur la TNT, vous trouverez une rediffusion du Miel et des Abeilles qui devrait vous assurer une excellente soirée.

50. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:30 par Richtergould

Ah, effectivement, "Bravo" (en 16) m'a devancé. Quant à Eusebio : il y aurait beaucoup d'arguments pour vous apporter la contradiction. Mais, en un sens, vous les résumez très bien tout seul :

"Et pourquoi ils ont tout ça ? Parce que sinon ce serait l'émeute..."

Justement, pourquoi d'après vous de tels risques ? Le reportage du jour devrait être éclairant...

51. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:36 par Salomon Ibn Gabirol

Eolas "Je n'ai guère l'expérience des parloirs famille, je l'avoue. Ce serait une heure ?"

C'est bien une demi-heure. Je le sais, j'y suis allé voir un proche geniteur qui est resté 8 mois a Fleury. La durée du parloir est allongée à 1 heure si le visiteur est domicilié à plus de X kilometres (je ne me souviens plus du chiffre, mais, d'experience, habiter Bruxelles vous donne droit a une heure).

Paradoxalement, je venais des Etats-Unis, ou j'habitais a l'epoque, specialement pour une semaine (trois visites), mais je n'ai eu droit qu'a une demi-heure, car mon passeport indiquais toujours mon adresse parisienne.

J'aurai aimé ne pas avoir a y aller mais je dois dire que c'est une expérience à la fois eprouvante et tres interessante, socialement parlant.

52. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:43 par Le_Pompiste

@Eolas en 44

J'ai mémoire d'une anecdote (sans doute apocryphe) mettant en scène un député et sa secrétaire (mettons sa secrétaire...) qui l'interrogeait sur son récent vote qui simultanément taillait dans les crédits pour l'école et approuvait un financement des prisons.
Et le député de répondre "Voyez-vous, ma petite, je suis tout-à-fait sûr de ne jamais avoir à retourner à l'école".
La Libération avait amené une nette amélioration des conditions pénitentiaires, certains hommes au pouvoir ayant eu quelque expérience d'un régime carcéral sans faveur particulière.
Il faut croire que maintenant ils se pensent à l'abri. La vertu a dû faire des progrès...

53. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:43 par Vrynn

@44 Eolas : Robert Badinter expliquait s'être heurté comme garde des sceaux à ce qu'il appelle la loi d'airain : il ne sera jamais admis qu'un prisonnier soit mieux traité que le plus pauvre des hommes libres.

Je pense que c'est sociologique et vrai et on s'en rend bien compte lorsque les médias diffusent des légendes urbaines comme quoi les prisonniers sont tous en cellules individuelles "grand confort" avec TV/Net etc... C'est souvent ce que les gens peuvent dire et croire naïvement et ce qui les fait réagir vertement.

La réalité est bien sûr tout autre (je n'ai jamais été en prison mais je crois plus l'hypothèse "prisons indignes" que l'inverse).

54. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:43 par benver

@ Me EOLAS :

Pour les parloirs, (que j'ai fréquenté du côté ou l'on arrive en étant sur place et ou l'on a la délicieuse sensation de se faire ausculter le derrière quand il est terminé) avec le statut de prévenu en maison d'arrêt, c'est trois par semaine. La durée varie de 30 à 45 minutes selon l'humeur des surveillants et l'encombrement. Selon les témoignages d'anciens codétenus qui avaient transité par d'autres MA (Saint Quentin Fallavier, Valence, Villefranche...) les parloirs sont plus longs dans les établissements anciens et plus courts dans les récents.

Pour les condamnés, les parloirs ne sont plus qu'au nombre de 2 par semaine et la durée est la même en maison d'arrêt et dans les CD c'est autour d'une heure trente. A noter qu'il n'y pas de distinction entre les parloirs famille et les parloirs d'amis.

Il faut savoir que pour un détenu le parloir c'est environ 1 h 30 de récréation. En effet, à supposer qu'un parloir ait lieu à 15h00, le surveillant vient ouvrir la porte et appelle le détenu dans sa cellule à 14h30. Celui-ci rejoint des cellules correspondant à la nature de l'infraction qui lui vaut son incarcération. (14h40)(Ces mesures ont pour objectif d'éviter que les "pointus" se retrouve avec les braqueurs) Il attend là, avec des codétenus qui ont dans la grande majorité apporté leurs sacs de linge sale à remettre à leur "gazelles des palais transformées en gazelle des prisons" qu'un surveillant ouvre la porte et fasse patienter le groupe. (14h55). Ensuite, identification à l'aide de la carte de détenu, dépose des sacs qui contiennent le linge sale (ceux ci seront fouillés pour éviter que ne sortent des objets interdits et remis aux visiteurs après le parloirs), fouille par palpation, attribution du box dans lequel aura lieu le parloir (il est maintenant 15H00). Pendant le temps imparti ce sera l'angoisse du "plus que cinq minutes, plus que deux minutes, c'est terminé !). Après s'est bisous, embrasse tout le monde prend soin de toi, boule dans la gorge et larmes. IL est 15h40

Tous les détenus se retrouvent dans de petites cellules et attendent que le tour suivant soit rentré dans les parloirs (15h50) S'ensuit la fouille corporelle avec des surveillants plus ou moins consciencieux : tout est vérifié, chaque pli de pantalon, de chemise. On est nu. Le rituel de la fin : tourne toi, baisse toi et écarte tes fesses... C'est le prix à payer pour avoir 40 minutes d'humanité avec les siens !

Ensuite on se rhabille et on attend que tous le monde ait montré son derrière (16h00)

On récupère les sacs de linge propre et on repart dans les cellules ou on découvre avec joie, le pull qui a été porté par son épouse, le parfum féminin qui est sur ses chemises, un vêtement de son bébé qui doit naitre dans quelques mois, les revues et livres qui ont été choisi...

Ensuite on pleure, on est pas bien et on pense à celle ou celui que l'on vient de quitter et qui lui aussi ne doit pas être bien. Dans mon cas à ce moment là je me disais : "quand je serai sorti je me remettrai au droit pour sortir à mon tour ceux qui sont dans ce cauchemar"....

C'est ce que je fais aujourd'hui !

Bonne soirée et soyez indulgent...

55. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:44 par lapocompris

Maître, vous avez peut-être modéré notre président en 17 !

56. Le jeudi 2 avril 2009 à 14:58 par Vrynn

@47 : Vous prouvez bien mes propos en 53.

Quant à 54 : Témoignage poignant. Encore une fois, au prix de ces quelques minutes, c'est un peu dignité qui part en fumée.

Privation de liberté (ce qui est déjà une punition dont la portée est mal évaluée par certains j'ai l'impression), conditions "spartiates" OK.

Manque de respect de la dignité humaine : Non.

57. Le jeudi 2 avril 2009 à 15:07 par pruine

Merci, grâce à vous cher maître, ce soir je regarderais l'envoyé spécial qui reviendra comme il lui chante. Quoi que "Le Miel et les abeilles" était sociologiquement aussi un très bon cas d'étude.

58. Le jeudi 2 avril 2009 à 15:09 par Ti

salle de sport dernier cri ? écran plat ? en prison ...? Ben, je crois qu'on doit pas fréquenter les mêmes prisons..

Ce matin sur France Inter, j'ai entendu le Docteur ALBRAND parler de son rapport sur les suicides en prison. Il a dit ceci "il ne faut pas détruire l'espoir" Et pour avoir été JAP, je ne peux qu'applaudir...

59. Le jeudi 2 avril 2009 à 15:17 par Anatole Turnaround

... Rapport Albrand qui semble poser bien des problèmes. Le Dr Abrand aurait refusé de remettre lui-même le rapport au garde des sceaux lors de la cérémonie habituelle en pareille circonstance, déplorant, dit-on, que ce rapport ait été autoritairement corrigé par l'administration pénitentiaire. Plus d'info ici.

60. Le jeudi 2 avril 2009 à 15:27 par Shad

Juste une petite remarque qui n'est pas sans lien avec le sujet du jour: la réforme Dati de l'ENM a supprimé le stage pénitentiaire de 15 jours (ce n'était déjà pas beaucoup), que les futurs magistrats devaient accomplir. Ce stage était particulièrement utile puisque les élèves magistrats devaient porter l'uniforme de surveillant et accompagner des équipes de surveillants lors de leur service y compris de nuit voire accomplir certaines de leurs tâches en leur présence. Le contact avec les détenus était direct et franc, si j'ose dire, puisque certains surveillants n'hésitaient pas à présenter ces "nouvelles têtes" et leur qualité. Ce qui est étonnant (c'est du vécu) est que la plupart des détenus ne manifestaient aucune hostilité mais au contraire avaient à coeur de faire prendre la mesure de la réalité de leur condition à leurs visiteurs de quelques jours. C'était aussi l'occasion de rencontrer tous les intervenants dont on ne parlent jamais et qui consacrent beaucoup de leur temps avec beaucoup d'abnégation pour améliorer le sort des condamnés (médecins, profs, bénévoles à la retraite, associations...). La plupart des magistrats vous diront que ce stage était certes éprouvant mais essentiel et marquait les esprit pour très longtemps (certains n'ayant plus de part leur fonction d'autres occasions d'y retourner). Je ne suis pas du tout sûr que la suppression de ce stage soit un progrès et comme souvent en matière de justice, cette régression n'a pas du tout été relayée par les médias, alors que cette réforme est généralement mise à l'actif du "bilan" de notre chere ministre.

61. Le jeudi 2 avril 2009 à 15:38 par FR3

Bonjour,

Alors c'est ainsi, France Télévision (France 2, en fait) va diffuser ce soir un reportage composé d'images filmées clandestinement... et dans le même temps dépose (France 3, en fait) une plainte contre X... pour « vol, recel et contrefaçon » suite à la diffusion sur le site Rue89 d'images de M. Sarkozy en « off » sur le plateau du 19-20.

Il y a quelque chose qui m'échappe. Au voleur ! Non à la protection des sources, emprisonnez-moi ces téléphones portables ou mini-caméras.

Il y a une petite vidéo de l'intérieur de la M. A. H. de ''Mérovingien le fleuriste'' sur Youtube.

P.-S. merci maître pour ce blog, il m'ouvre des œillères que je ne percevais pas jusque là ; ça ne me rend que plus triste.

62. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:27 par Bruno

@Ti en 58, "salle de sport dernier cri ? écran plat ? en prison ...?"

Ajoutons que, selon les médias (le Monde il me semble), des petits studios ont été amménagés dans des prisons, cela permet aux détenus de recevoir leur famille (ou plutôt, bien évidemment, leur compagne ou compagnon). Ce serait un peu mieux que le parloir.

On dit aussi que tout est toujours fait et parfait en prison pour le maintien des liens entre les détenus et leurs familles, leurs enfants ou leurs proches. On parle également de réinsertion, de formation, etc.

Comment cela, on nous aurait raconté et montré n'importe quoi?

Les prisons françaises

63. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:36 par Anatole Turnaround

Oui, Shad (60), moi aussi, comme beaucoup de nos collègues, j’ai été marqué à vie par mon stage pénitentiaire. C’était à Fleury, dans les années 90, au centre pour jeunes détenus. Le jeune élève magistrat que j’étais, chaussures noires, pantalon bleu marine, chemisette bleue et badge de la pénitentiaire fièrement boutonné à la poche poitrine gauche, ne serait pas devenu le même vice-président quadragénaire s’il n’avait pas été maton quinze jours dans sa vie. Quelle étrange sensation, la première fois que l’on enferme a clé un semblable dans sa cellule ! Et choisir au hasard dans un groupe un de ses semblables, à peine moins âgé, pour l’obliger à se déshabiller, à écarter les jambes en toussant, pour fouiller son slip et regarder sous les semelles intérieures de ses baskets. Et celui qu’on emmène vite, inanimé, traîné à même le sol, loin de la cellule où fume encore le matelas qu’il a enflammée, révolté de demander vainement, depuis des heures, qu’on le conduise chez le dentiste. Leurs dents ! Leurs bouches! Edentés à vingt ans comme des vieillards ! Des molaires creuses et noires qu’ils ne soignent que lorsque la douleur est trop forte, car ils redoutent le dentiste de la prison. Leurs sourires, aussi, leur gaîté d’enfants, leur façon railleuse de vous dire “Chef, nous on n’en a pris pour six mois, mais vous, vous êtes là pour perpète !”. Leur petit univers domestique, parfois douillet, puisqu’ils ont la chance, contrairement aux adultes, de ne pas s’entasser à six en cellule et d’avoir l’intimité d’une cellule individuelle: livres, papier à lettre, matériel culinaire, posters de Bob Marley ou de Mike Jordan collés aux murs avec du dentifrice, et la fameuse télé. Pour qui a connu les rigueurs du service militaire ou l‘exiguïté de certaines cités universitaire, l’envie n’est pas de les plaindre. Mais il y a quand même cette porte qu’on referme sur eux et qu’on verrouille pour la nuit, cet oeilleton par lequel on les regarde plusieurs fois dans la nuit, en illuminant leur cellule à l’aide d’un interrupteur extérieur, et on saisit l’image de leur intimité nocturne. A trois heures du matin, l’un dort sur le sol, un autre est en train d’écrire, un troisième se dissimule vivement sous son drap, un quatrième est invisible et il faut cogner à la porte pour l’obliger à bouger et à montrer qu’il n’est pas mort. L’odeur aussi, qu’on sent, le front collé à l’oeilleton, sortie du sol de la cellule et venue le long de la porte jusqu’à votre nez, une odeur inconnue mélangée de chaussure, de sueur, de détergent, de choux, de peur, qui vous donne envie de vomir et que vous portez longtemps en vous, comme celle des cadavre, tout au long de votre ronde de nuit, et encore au petit matin quand vous reprenez votre voiture sur le parking fraîchement ensoleillé. En regagnant la capitale, vous songez à tous les visages croisés, visages de tous ces jeunes gens enfermés, visage de tous ces jeunes surveillants motivés et soucieux d’humanité, visages des gazelles de parloirs, rayonnantes dans leur jeune beauté. Vous êtes imprégnés de toute cette vie qui grouille, qui insiste malgré l’enfermement, et qui ne cesse de pouvoir être aimée. Vous comprenez qu’une prison ne doit pas être un lieu d’oubli. Vous ne voulez pas que les gens y soient massacrés au point de mettre fin à leurs jours. Et quand, plus tard, vous êtes magistrat et que vous pesez le pour et le contre d’envoyer une homme ou une femme la-bas, ces souvenirs peuvent vous aider à trouver le juste et l’utile. Et surtout, ils peuvent vous aider à faire quelque chose qui n’est pas prescrit par le code: exercer utilement et justement la violence étatique, qui vous confiée le temps d’une carrière, sans craindre de rester humain envers celui à qui vous devez faire subir cette violence.

Si ce stage pénitentiaire a disparu, peut-être à cause de la dangereuse compassion qu’il pouvait engendrer chez les magistrats, c’est dommage.

Alors, toi, Benver, et vous, autres anciens détenus lecteurs de ce blog, continuez à nous raconter la prison vécue de l’intérieur. Nous en avons besoin.

64. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:36 par tshirtman

@Eolas: je me souvenais de cet article, mais c'est vrai qu'il ne précise pas plus que "Ces détenus, qui avaient introduit sous le manteau des caméras" (on fait écarter les fesses mais on vérifie pas le manteau? il à bien fallu qu'elle rentrent... ) on ne sait donc pas s'il y a eu de complicité.

N'ayant pas vu le reportage je ne sais pas s'il s'agit des mêmes images...

65. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:46 par Ferdydurke

@ Anatole Turnaround, Shad, Benver et d'autres sans doute.

Faites-nous un billet sur le sujet, s'il vous plait.

66. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:47 par IceCream

Heu Vauban c'était surtout pour empêcher les gens d'entrer ^^

67. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:50 par Lcf

@ La Biscotte, pour info: nos technocrates ont donné un nom à ces bandes: elles sont dites "podotactiles".

68. Le jeudi 2 avril 2009 à 16:52 par Anatole Turnaround

Mon post vaut billet (et je vais encore me faire gronder par Eolas).

69. Le jeudi 2 avril 2009 à 17:20 par jijin

quasi toutes les constructions en béton de la guerre mondiale et de l'après-guerre (durant au moins trente à quarante ans) ont été assez mal réalisé

surement peut-être parce que les savoirs-faire ont été perdu, nombres d'écoles et d'université en font aussi les frais, ainsi que d'autres bâtiments administratifs...

ceci dit, ça n'atteindra jamais le savoirs-faire des écoles d'architecture : certains étudiants y font des plans où le béton se coule par en bas... ---

en fait, les prisons ressemblent fort à de la torture : si on parle on n'obtient rien et si on se tait on est torturé...

Eolas:
Allez dire ça à Lorient et à sa base de sous marins allemands, trop couteuse à détruire.

70. Le jeudi 2 avril 2009 à 17:21 par La Biscotte

@ Shad : entièrement d'accord, le stage pénitentiaire que j'ai effectué quand j'étais auditrice de justice m'a profondément marqué. Il me paraît essentiel, quand on est appelé à devenir magistrat, de connaître les réalités de l'univers carcéral.

Ce stage de 2 semaines comme surveillant de prison permettait vraiment de voir concrètement les conditions de l'incarcération, la vie (très difficile) des détenus, les moyens ridicules dont disposent les surveillants de prison.

C'était sans doute, parmi tous les stages prévus lors de la scolarité (avocat, huissier, police, gendarmerie, stage extérieur..) LE stage essentiel.

C'est pourtant celui que Dati a décidé de supprimer quand elle a réformé l'ENM..

Vous savez, cette réforme ayant pour but d'éviter de former des magistrats "technocrates" insensibles aux sentiments humains.. Encore un plantage monumental de cette Garde des Sceaux..

Pfff...

71. Le jeudi 2 avril 2009 à 17:47 par yellowrose

"Elle est surtout construite fort loin de Paris. C'est un cauchemar pour les familles : aller à Fleury en transports en commun, c'est une heure à une heure et demie. Idem pour le retour. "

et

@44 Eolas : Robert Badinter expliquait s'être heurté comme garde des sceaux à ce qu'il appelle la loi d'airain : il ne sera jamais admis qu'un prisonnier soit mieux traité que le plus pauvre des hommes libres.

Moi, j'aimerais bien que nous autres, 10 millions des prisonniers de la banlieue parisienne, condamnés aux transports en commun qui n'ont pas évolué depuis 30 ans, et à des pannes quotidiennes du RER B, ou à des embouteillages des autoroutes parisiennes, soyons traités humainement. Ces transports d'une heure à une heure et demi c'est le pain quotidien de tout le monde.

Je vais me faire détester, mais je trouve que le Palais sur l'Ile et le Ministère place Vendôme sont des insultes ostentatoires à toute la population. Faites des transports en commun et déplacez les palaces de standing de la justice en banlieue. Ou construisez nous des HLMs et des prisons sur l'Ile.

Ou bien la justice sait côtoyer la population, ou elle ne se fait pas respecter.

Comprenez moi bien, je suis pour un traitement humain de tous les prisonniers de la banlieue.

Eolas:
Merci de cette illustration de la loi d'airain : pas de peinture pour les cellules tant que Yellowrose devra prendre le RER. Quant à la localisation du palais, ça fait juste 1500 ans qu'il est là. Je ne vois pas pourquoi il faudrait le déplacer sous prétexte que le RER B vous contrarie. Je n'ai rien contre votre nombril tant que personne ne me force à graviter autour. Pour ma part, je me demande bien ce que le palais de justice de Paris irait bien faire en banlieue. On transfère le TGI de Créteil dans le 17e ? IL y a une friche industrielle de libre ? Ou en Chine, peut être, le prix du foncier est plus bas ?
Quant au luxe et au standing, je vous suggère d'entrer dans le palais, d'aller vous promener un peu dans les couloirs. Faites vous prendre en photo à côté des superbes préfabriqués élevés à deux pas de la Sainte Chapelle. Admirez les bureaux qui prennent la poussière dans les couloirs menant au tribunal correctionnel. Allez voir les superbes empilements d'archives qui encombrent les couloirs des chambres sociales et embellissent les salles d'audience.

Enfin, vous devez supporter le RER tous les jours. Je suis passé par là, pendant 20 ans. j'ai connu les grèves de 1986, les pieds dans la neige, et les camions militaires en 1988. Mais vous voyez, vous prenez ces transports pour aller travailler. Pas pour aller voir un demi heure un être que vous aimez, sous la surveillance d'un gardien, ce après une fouille minutieuse. Quand vous rentrerez, vous verrez ceux que vous aimez, pourrez téléphoner aux absents.
Je suis bien désolé qu'ils ne soient pas assez malheureux pour vous rendre votre vie plus supportable. Promis, je leur demande de faire un effort.

PS : On ne déteste pas ce qui est ridicule.

72. Le jeudi 2 avril 2009 à 17:59 par troun de l'air

Ah, France 2 diffuse des images sur l'horrible condition pénitentiaire des détenus en France...

C'est vrai que la télé 24 heures sur 24 dans les cellules, c'est bon ni pour le cerveau de l'Homo ratiboisus ni pour la réinsertion.

Fortes de cet engouement médiatico-Eolesque, les vidéos pirates vont fleurir, jusqu'à ce qu'on passe à autre chose.

Nos sympathiques détenus (qu'un rien a envoyé en taule) sont donc manifestement soucieux de faire progresser la cause des droits de l'Homme (on dit des droits humains maintenant). No TV tonight.

Eolas:
On dit que la télé rend con. Il est en effet inutile pour vous de la regarder.

73. Le jeudi 2 avril 2009 à 19:08 par Bruno

71. , par yellowrose, "@44 Eolas : Robert Badinter expliquait s'être heurté comme garde des sceaux à ce qu'il appelle la loi d'airain : il ne sera jamais admis qu'un prisonnier soit mieux traité que le plus pauvre des hommes libres."

On en arrive donc à la conclusion que, de nos jours, le système carcéral est encore apte à réinsérer au moins quelques marginaux? C'est une bonne nouvelle! J'adore feuilletter des livres d'histoire et découvrir de vieilles recommandations, celle-ci par exemple, au rayon cohésion sociale et protection de l'enfance:

La société en recevant l'enfant se met à la place de la famille ; elle en accepte les devoirs (...) elle doit faire pour l'enfant ce que ferait la famille elle-même, supposé qu'elle connût ses devoirs et qu'elle eût la volonté et le pouvoir de les remplir (...) elle doit veiller au développement des facultés morales de l'enfant trouvé • Paris, 1838

74. Le jeudi 2 avril 2009 à 19:56 par Juste ici

J'ai aussi fait 15 jours de stage à Fleury comme bébé juge... 15 jours à arriver au pied des murs de béton les larmes aux yeux... Prononcer une peine de prison me déchirera toujours, entre le juge et l'humain en moi qui a vu ce que c'était que d'être enfermé dans une telle situation. Et qui a souffert d'une telle violence faite aux autres êtres humains. Quels qu'ils soient. C'était le but du stage pénitentiaire, merci Rachida, nos nouveaux collègues n'auront plus de peine à incarcérer à tour de bras, plus de scrupules, tu as raison, mais en ce cas tu aurais dû applaudir notre collègue de Sarreguemines... Mais ce que personne n'a rappelé jusqu'à présent, c'est que si les prisons sont dans un tel état, c'est parce que notre budget de la justice est plus réduit que la peau de chagrin (@ yellowrose exit à ce sujet le luxe des palais de justice, venez voir nos conditions de travail et ceux qui n'ont même pas de bureau). L'Etat refuse donc d'enfermer ceux qui ont violé sa loi dans des conditions humaines. Et de développer le PSE (placement sous surveillance électronique, par bracelet chevillé au corps) qui évite bien des incarcérations et permet de n'être en prison que chez soi. Si le PSE développait la récidive, on n'aurait pas hésité à le dire, je suppose donc que le silence du ministère à ce sujet vaut aveu d'efficacité d'un tel système (surtout ne parlons pas de ce qui marche). Bref, pas d'argent pour réhabiliter les bandits, desfois qu'ils se rangent, sait on jamais. Et non, je ne vis pas dans le monde des Bisournous, en prison il y a quelques vraiments méchants, des malades et des pauvres types surtout. Et personne ne songe à remplacer la peine de prison par autre chose. C'est quand même les chrétiens qui ont inventé ça, les moines s'enfermaient (dans leur cellule, leur chambre quoi) pour faire pénitence, de là vient la prison... On en est loin aujourd'hui. N'y aurait il pas autre chose pour punir les gens ? on refuse de forcer les gens à travailler (il faut être d'accord pour un TIG) mais les enfermer et les laisser se faire violenter et violer en prison par plus fort qu'eux, ça, c'est pas un problème...

75. Le jeudi 2 avril 2009 à 20:59 par Sunshyne972

envoyé spécial, reportage filmé par des detenus à leur propre initiative On prive d'abord de libérté, le bien le plus précieux de l'être humain puis de dignité le 2nd bien le plus précieux.....Edifiant...

76. Le jeudi 2 avril 2009 à 21:11 par Bruno

@74, par Juste ici "mais les enfermer et les laisser se faire violenter et violer en prison par plus fort qu'eux, ça, c'est pas un problème..."

On peut aussi dire qu'en certaines circonstances, de plus faibles ou naïfs sont livrés en pâture à d'autres, un peu plus futés, plus aguerris ou plus forts. Sous cette forme, c'est susceptible d'interpeller des consciences. Quelque part, j'ai des traces d'une dépêche qui relatait qu'un homme, un américain je crois, avait été dispensé de prison: il était trop petit.

Votre proposition est étrange. Depuis des années, nous ne parlons plus de femmes ni d'ailleurs d'enfants qui "se seraient laissés se faire" violer ou violenter. De tels discours tendant à les responsabiliser seraient aujourd'hui rapidement discrédités et leurs auteurs probablement aussi. Nous parlons plutôt de victimes et nous évitons de supposer qu'elles pourraient "l'avoir cherché".

77. Le jeudi 2 avril 2009 à 21:36 par Mussipont

Très instructif, non?

J'ai adoré le moment ou un surveillant allume gentiment le joint d'un détenu, cool les surveillants non ?

Petite erreur dans le commentaire, la peine maximum de mitard est de 45 jours actuellement et non 30 je crois bien.

78. Le jeudi 2 avril 2009 à 21:51 par Muadib

J'ai trouvé le cynisme du directeur particulièrement choquant.

Dans un premier temps, il choisit l'aile tout juste rénovée pour présenter sa prison. Ca commence fort. Ensuite, il insiste sur le fait que, désormais, l'administration s'attarde aussi sur la maintenance des batiments. Auparavant non? Sidérant. Et pour finir, le comble de la mauvaise foi...Ils vont...condamner le préau. Vient-il de découvrir le problème de violence? Vient-il, dans un éclair de génie, de découvrir la solution?

On peut au moins lui reconnaitre qu'il admet franchement le manque d'effectif.

Il y a un seul mot qui me vient à l'esprit dans tout cela: gâchis.

On envoye ces gens en prison pour les isoler de la société sans même penser à la réinsertion. On les envoye regarder du TF1 pendant des journées entières.

Ou sont les formations, les ateliers?

A-t-on seulement calculer ce que coutait l'état de ces prisons et le manque d'opportunité de réinsertion à la société? Combien parmi ces prisonniers s'y retrouveront quelques mois après leur sortie?

Les politiques ont une vision de poisson rouge.

79. Le jeudi 2 avril 2009 à 21:57 par benver

C'est exactement cela.

A noter que dans certaines maisons d'arrêt, il est possible de cantiner (d'acheter par la voie légale mais a des prix qui sont largement superieurs que ceux du marché) des plaques électriques pour faire chauffer la gamelle (le repas).

L'interview donné par le directeur de Fleury est très politique. Si l'on ne fait pas attention, on peut croire que toutes les cellules ressembleront à celle qui a été montré à la fin. En fait, il s'agit bien d'une cellule du quartier des arrivants qui est en général 3 étoiles par rapport à celles dans lesquelles se dérouleront la détention. Ceci a pour but de limiter le choc carcéral des trois premiers jours. En effet, c'est au cours de cette période que l'on enregistre le plus fort taux de suicides en détention.

J'espère sincèrement que ce reportage fera prendre conscience à ceux qui en ont le pouvoir que la meilleure façon de protéger la société n'est pas de légiférer en créant des peines planchers mais en réhumanisant les individus qui rentrent en prison.

La prison devrait être un lieu duquel l'individu sortirait meilleur.

Il faut ajouter pour terminer que les détenus qui ont filmer leur détention ont l'air de s'en sortir parce qu'ils avaient un projet pour leur sortie, celui de sensibiliser leur entourage sur la réalité carcérale. Cela n'est pas le cas pour tout le monde.

La sortie de prison est une véritable seconde peine. Alors que l'on a perdu son travail, que l'on doit frapper à toutes les portes pour se réinscrire à la sécurité sociale, demander des aides à la CAF, s'inscrire aux ASSEDIC, il faut affronter le regard des interlocuteurs qui prenant connaissance des documents faisant état de la détention deviennent blêmes...

Pourquoi ne pas créer un service pour les anciens détenus afin de les accompagner dans ce chemin de croix ?

Le sujet est inépuisable et mérite beaucoup de patience.

Bonne soirée à tous

80. Le jeudi 2 avril 2009 à 22:06 par Serge

À quand le stage pénitentiaire de 15 jours obligatoire pour les parlementaires fraîchement élus, pour qu'ils voient les effets de ce qu'on va leur faire voter ?

Et pour chaque Garde des sceaux nouvellement nommé aussi, évidemment.

81. Le jeudi 2 avril 2009 à 22:15 par Bruno

@78, par Muadib, "J'ai trouvé le cynisme du directeur particulièrement choquant."

Revoyez ce que j'ai posté en 62.

82. Le jeudi 2 avril 2009 à 22:18 par GeoTrouvetout

Edifiant...

Quelle est la loi (ou l'article de loi) qui fait encourir aux détenus qui ont filmé tout ça un an de prison maxi d'après la réalisatrice ?

83. Le jeudi 2 avril 2009 à 22:27 par Mussipont

@ Geo Trouvetout :

Code Pénal, Article 434-35 (Modifié par Loi n°2003-239 du 18 mars 2003 - art. 73 JORF 19 mars 2003)

Est puni d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende le fait, en quelque lieu qu'il se produise, de remettre ou de faire parvenir à un détenu, ou de recevoir de lui et de transmettre des sommes d'argent, correspondances, objets ou substances quelconques ainsi que de communiquer par tout moyen avec une personne détenue, en dehors des cas autorisés par les règlements.

La peine est portée à trois ans d'emprisonnement et à 45000 euros d'amende si le coupable est chargé de la surveillance de détenus ou s'il est habilité par ses fonctions à pénétrer dans un établissement pénitentiaire ou à approcher, à quelque titre que ce soit, des détenus.

84. Le jeudi 2 avril 2009 à 22:37 par GeoTrouvetout

@Mussipont: merci ! Aussitôt demandé, aussitôt répondu, chapeau !

Je sais, n'insistez pas, j'ai l'air malin à poser des questions avec un pseudo pareil ! :-)

85. Le jeudi 2 avril 2009 à 23:04 par Mussipont

Je n'ai guère de mérite, allez donc voir le commentaire n°33... :-D

86. Le jeudi 2 avril 2009 à 23:12 par grace

eolas a l air faché aujourd hui c est le reportage qui le désarçonne ?

combien vous donner sur vos revenus d avocat pour que les prisons s ameliorent cher maitre? compter vous monter une association de défense des barreaux ?

au moins que ces prisonniers aient au moins internet pour lire le site de maitre eolas parfois pour rire pour pleurer pour les encouragements et autres ... puis avec leurs tres bonnes idées débrouilles parfois tres intelligente on devrait faire une émission quotidienne " le savoir faire des barreaux " ca peut remplir le Sceau

87. Le jeudi 2 avril 2009 à 23:36 par Bruno

85, par Mussipont

Quand vous aurez le temps, vous pourrez aussi nous déterrer l'article ou le texte qui protège le secret des sources (ici, les mules qui ont charrié les mini caméras, les piles et les cartes flashs).

Peut-on lutter contre les avancées technologiques? :-)

88. Le jeudi 2 avril 2009 à 23:37 par Bruno

Set for 007

89. Le vendredi 3 avril 2009 à 04:05 par Leukie

@Eolas #11: "Je cite le chiffre du site de la chancellerie. Certaines cellules sont inhabitables par délabrement".

A contrario, toutes les autres sont habitables (y compris en surnombre)? Toujours selon la Chancellerie, évidemment...

90. Le vendredi 3 avril 2009 à 05:31 par Maître Mô

Tout ce qui était montré effrayait, mais le pire, pour moi, était cette scène de violence sauvage, le massacre à coups de pieds en quelques secondes d'un pointeur... L'homme était tellement amoché qu'il restait inerte sur le sol, et deux ou trois âmes charitables le sortaient ensuite du préau en le traînant au sol, juste pour que son corps devienne visible depuis le mirador, le détenu qui filmait indiquant que le surveillant le verrait mais ne se risquerait pas tout de suite dans la cour... On a beau savoir le sort réservé aux pointeurs, voir cette scène faisait plonger en enfer. Que tous les JAP de France pensent à cette scène en demandant à un pointeur, en CAP, s'il a réfléchi à ses actes, s'il a pris du recul, s'il a travaillé sur lui même...

91. Le vendredi 3 avril 2009 à 08:43 par Julien

La politique pénitentiaire prend actuellement toute son ampleur : Strasbourg vient d'être déclarée "prison". Le centre ville est bouclé ! Les émeutes des quartiers sud n'y changeront rien... : http://julienviel.hautetfort.com/

92. Le vendredi 3 avril 2009 à 09:00 par lapocompris

J'ai regardé le reportage hier soir. Eh bien, ça ne cassait pas trois pattes à un canard, la vétusté des locaux, on en a vu pire, notamment dans certaines cités universitaires. De même, il y a beaucoup de personnes en France qui sont moins bien nourries que ces prisonniers. En revanche, ce que je retiens, c'est le laxisme de l'administration pénitentiaire : les trafics, les bagarres, etc. La prison, ce n'est pas une colonie de vacances. Enfin, je ne sais pas comment les auteurs vont faire le montage du film qu'ils ont l'intention de projeter dans les banlieues difficiles, mais les images ne me semblent pas assez dissuasives pour inciter les jeunes à craindre la prison.

93. Le vendredi 3 avril 2009 à 09:20 par Dfalm

"Je sais que certains se refuseront a verser des larmes sur des delinquants qui n'avaient qu'a pas faire ce qu'ils ont fait pour arriver la"

Oui et tout simplement les épouses ou les enfants qui viennent en visite NE SONT PAS CONNDANNES eux... Ceux qui ont fait des "bétises" sont ceux qui sont DERRIERE les barreaux, pas ceux qui sont libres.

Il serait grand temps que la justice pense à ces "domages collatéraux". Au contraire un père coupable ou non qui aurait la visite de sa famille (la vraie) femme enfants... aurait tous les jours de VRAIES raisons de se battre et DE NE PAS replonger...

94. Le vendredi 3 avril 2009 à 09:46 par Juste ici

@76 par Bruno Je n'entendais pas que ce sont eux qui se laissent violenter ou violer, ils sont bien sur vitcimes de ces violences, mais que l'univers carcéral fait que "on" les laisse se faire violer et violenter. On sait que cela arrive mais pourtant pour qu'un détenu change de cellule quand il craint des violences de son co-détenu, c'est toute une histoire. C'est bien sûr plus compliqué que ça mais les détenus sont entassés, trop nombreux, dans des cellules trop petites et c'est aussi en cela qu'"on" les laisse être victimes de violences graves. Et enfin on n'a presque pas de lieu pour incarcérer des détenus atteints de troubles mentaux ou psychopathes (la question de savoir si la psychopathie est un trouble mental étant toujours discutée), hormis quelques UMD, et ainsi on se retrouve avec des situations dramatiques tel ce détenu dans une maison centrale qui avait mangé la cervelle de son codétenu après lui avoir fracassé le crâne. Ca ne vous rappelle rien ?

95. Le vendredi 3 avril 2009 à 09:49 par Gemini

Cher Maitre, je viens ici vous dire que je lis régulièrement votre blog avec plaisir, que j'apprends beaucoup, et que s'il est un domaine où votre blog m'a fait la plus évolué, c'est celui-ci : les conditions d'emprisonnement.

Par défaut je partageais sans l'avoir creusé plus que cela cette sorte de croyance populaire selon laquelle il ne faudrait pas trop en faire pour les détenus, venant moi-même d'un milieu peu aisé. Sans tomber dans "l'autre extrème" pour autant, je considère désormais comme normal de "bien emprisonner" les détenus, afin d'être clairs et cohérents sur ce que la prison implique pour eux.

Faisant parti des progressistes et valorisant l'appréhension complexe des situations, il y a quantité de domaines où je me bats contre les croyances démagogiques, en voici désormais un de plus. Merci pour votre contribution !

96. Le vendredi 3 avril 2009 à 10:00 par Mussipont

@ Juste ici : et on peut multiplier les exemples à l'envi : la semaine dernière un détenu a été condamné à 25 ans de prison pour avoir torturé son co-détenu, à Nancy en début d'année un détenu a été condamné à la perpétuité pour avoir torturé et tué son co-détenu, etc, etc...

97. Le vendredi 3 avril 2009 à 11:29 par shane

La semaine dernière c'était l'anniversaire de mon fils, le troisième en détention provisoire, ma fille de 11 ans avait caché un Ferrero pour son frère, le surveillant l'a surpris a ouvert le box,(c'est aussi 1,5m², quand on est 4 on est un peu serré, heureusement ils ont enlevé les tables) "il est interdit de donner à manger au détenu, ceci est un avertisssement", ma fille s'est mise à pleurer, mon grand était très en colère, mon second, outré. c'est le ton qui est employé, et on ne peut rien dire car une interdiction de parloir serait une catastrophe.

98. Le vendredi 3 avril 2009 à 13:57 par Bruno

94, par Juste ici "@76 par Bruno Je n'entendais pas que ce sont eux qui se laissent violenter ou violer ... C'est bien sûr plus compliqué ... Ca ne vous rappelle rien ?"

Je n'en doute pas, je pensais plutôt à l'interprétation possible de vos écrits, un peu plus haut. J'ai une bonne idée du fonctionnement usuel de telles institutions (le carcéral, la psychiatrie, l'aide à l'enfance ou la prise en charge de personnes vulnérables, ...), je n'apprends pas grand chose lorsque je découvre des reportages, des images ou des discours tels que ceux qui ont été diffusés hier soir, par France 2. Pour moi, ce sont plus des traces, parfois des confirmations voire des éléments de preuves qui permettent de cerner un peu mieux la réalité de certaines situations collectives ou individuelles. Je pense également avoir une excellente idée de la "complexité" voire de la "sensibilite" de tels sujets.

99. Le vendredi 3 avril 2009 à 14:02 par GeoTrouvetout

@Mussipont (#84)

:-D Merci quand même. Je n'avais pas lu tous les commentaires. La réalisatrice a annoncé un an encouru pour les détenus, mais il semble donc que ce soit 5 ans...

@Diab (#33)

Le matériel utilisé pour filmer, au début du sujet on voit très bien dans le miroir qu'il s'agit d'un petit appareil photo numérique.

100. Le vendredi 3 avril 2009 à 14:27 par Alarue

@Benver: vous écrivez bien, et votre témoignage est à la fois touchant et utile. Auriez-vous un blog, où vous racontez les difficultés de la réinsertion, des années "d'après" ?

101. Le vendredi 3 avril 2009 à 14:47 par Charles

Merci Shad, Benver, A. Turnaround, pour vos commentaires. Et appel au maître des lieux : y aurait-il moyen de signaler au regard des commentaires apportant une information ou un témoignage original, ayant une valeur en soi ?

J'ai eu la chance de lire les commentaires ci-dessus mentionnés parce j'avais le temps, aujourd'hui, de parcourir attentivement l'ensemble des commentaires.

102. Le vendredi 3 avril 2009 à 18:06 par Silverscreen

Je n'ai pas pu voir l'émission. Quelqu'un peut-il m'indiquer s'il est prévu qu'elle soit rediffusée ou si on peut se procurer un lien Internet ou trouver un quelconque moyen de la visualiser?

Il faut être l'Idiot de Dostoïevski pour continuer à se scandaliser radicalement d'un tel traitement réservé à un homme, quel que soit sa faute. Je conseille aux bonnes âmes qui trouvent que la prison est un sort encore trop enviable (télévision, luxe inouï, terrains de sport, etc.) de lire les quelques pages du début à propos de la souffrance morale particulière (j'ai bien dit morale) infligée jusqu'à une date récente par la douce guillotine. On ne se souviendra jamais assez que la majorité des Français était pour jusqu'à son abolition il y a moins de trente ans, alors qu'on a jamais rien inventé de plus ignoble que ce "progrès" qu'était l'exécution indolore. Mais s'émouvoir avec une candeur simple de ce qui est proprement ignoble et aller au fond des choses n'est pas tellement à la mode. Les affres de Cain, les vilaines croûtes de Job et son châtiment diabolique (pardon, divin) n'ont pas franchement la cote ces derniers temps. Trop peu ragoûtantes, ces paraboles, dites, chères âmes honnêtes ? Merci aux témoignages sincères de ceux du "dedans".

103. Le vendredi 3 avril 2009 à 20:08 par Ti

Le stage pénitentiaire fut pour moi aussi une étape forte et indispensable. mais je n'en parlerai pas aussi bien que vous.

J'avais choisi le Centre de détention d'Oermingen parce que dans mon Merle et Vitu de la fac, il était indiqué que c'était une "prison sans barreaux"

Déception de voir que tout a changé. Mais aussi regret car en parlant avec les surveillants, je me suis rendu compte que beaucoup avaient connu cette période et en parlaient avec dans la voix le sentiment d'avoir été utile, de n'être plus seulement des gardiens mais aussi des référents, des formateurs...

et puis, en remontant mes souvenirs, je sais que ce qui m'a frappé c'est ce détenu qui me dit avoir le sida, qui me dit qu'il va mourir ici. et puis aussi, celui-ci qui chaque soir quand je descendais le chemin, sortant de la prison, m'accompagnait en frappant sur un tuyau et qui chaque matin, en remontant, quand il me voyait, me saluait de la m^me manière. Et enfin l'odeur. La prison a la même odeur que l'hopital naguère, dû sans doute aux mêmes produits désinfectants. On a humanisé les hôpitaux en y mettant beaucoup d'argent, ce ne serait pas possible pour les prisons ?

104. Le samedi 4 avril 2009 à 01:36 par Bruno

@Ti en 103 "On a humanisé les hôpitaux en y mettant beaucoup d'argent, ce ne serait pas possible pour les prisons ?"

Pour les lieux de soin, je crois que tout n'est pas aussi clair partout. Plus haut, on a évoqué la psychiatrie à laquelle s'est substituée la prison et la rue pour un certain nombre de fous, c'est en tous cas ce que nous expliquent des experts.

105. Le samedi 4 avril 2009 à 16:21 par quoces mulierum

A Charles en 101,

vous proposez de signaler les commentaires politiquement ou médiatiquement corrects???

Le mien ne l'est pas.

S'agissant de la télé dans les cellules, c'est de l'ordre de 30 euros d'abonnement mensuel, .

Location du poste, TV satellites et Canal y compris, .

Et on peut regarder 24 sur 24.

C'est formidable pour donner du punch et le goût de l'effort.

MAis ça, ce c'est pas la faute des détenus mais celle de la République.

Je n'ai vu aucun dénonciateur de la prison y trouver à redire.

106. Le samedi 4 avril 2009 à 19:41 par Obsidian

Petite remarque facultative de la part de quelqu'un qui habite à deux pas : le Bois de Saint-Europe dans le coin inférieur droit de la photo satellite est en fait celui de Saint-Eutrope, connu notamment pour son petit train ! :-)

107. Le samedi 4 avril 2009 à 20:03 par Anne

@102 silverscreen :

en général Envoyé Spécial est rediffusé le samedi à 22h30 sur TV5 Monde

108. Le dimanche 5 avril 2009 à 11:37 par Karc'Hariad

Bonjour à tous,

Avec un peu de retard, je me permet de venir apporter quelques précisions sur mon sujet professionnel préféré : la prison.

Fleury est effectivement la plus grande maison d'arrêt d'Europe.

Elle est répartie en trois "prisons", comme l'a signalé Maitre Eolas : le Centre des Jeunes Détenus (CJD), la Maison d'arrêt des Femmes (MAF) et la Maison d'Arrêt des Hommes, ou encore le "Grand Quartier", lui même réparti en 5 bâtiments de détention appelés D1 à D5.

De fait, Fleury est la prison qui concentre le plus de Directeurs Pénitentiaires (environ 10 à 12), ce qui est à noter vu que certains établissements n'en ont même pas un seul et sont gérer par des Officiers Pénitentiaires.

Pour ce qui est de la durée des parloirs famille, il est d'une demi-heure, sauf en cas de dérogation ou là il sont d'une heure. Les dérogations s'obtiennent en fonction de la distance kilométrique qui sépare la famille du détenu et sur demande, en fonction des places disponibles.

Pour ce qui est du commentaire de Khaal en 5, la télé ne vient plus dans les prisons depuis de nombreuses années, plan vigipirate oblige (sauf exceptions : inaugurations en rafale de notre si chère Garde des Sceaux). Bien pratique celui-là.

Les caméras peuvent entrer par pigeon voyageur, de même que les téléphones ou la drogue, ça arrive dans d'autres pays.

Pour ce qui est du nombre exacte de cellules habitables, il faut savoir que chaque bâtiments à sa spécificité : par exemple le D4 est le bâtiment des arrivants ainsi que celui du Service Medico-Psychologique Régional (SMPR), le D5 celui qui comporte les isolés, le D3 celui qui a eu a eu la chance d'acceuillir le Quartier Disciplinaire (QD) avant sa phase de rénovation, etc. ... De fait, le nombre de cellules est variable, de même que le nombre de place car il est bien connu qu'en MA, il n'y a pas forcement qu'une place par cellule.

Pour ce qui est du style architectural de la bâtisse, voyez plutôt un genre "panoptique". Oui, ça existe, regardez sur Google.

Les portables sont effectivement interdits en prison, même si depuis peu, il y a des téléphones qui s'installe aussi dans les MA. En clair, les détenus peuvent téléphoner, mais sous certaines conditions et sous certaines réserves.

Concernant ce que dit Mussipont en 32 : très juste ! La dégradation est essentiellement du fait des "locataires". Pour information, les interphones étaient déjà présents lors de la construction de certaines prisons (Madame Dati ne fait donc que réinventer l'eau tiède), mais ne sont plus en état de fonctionnement, et ne sont certainement pas des plus utiles : je vous laisse imaginer la nuit d'un Surveillant d'astreinte qui passe son temps à répondre aux commandes de pizzas, de "femmes de mauvaise vie", de drogues, d'histoires pour s'endormir la nuit, de changement de pot de chambre, etc..... passées par les quelques 600 détenus de son bâtiment, et au milieu de tout cela, il y a le dernier appel à l'aide du suicidaire de service qui est en train de passer à l'acte ...

De plus, un interphone est une source d'électricité, donc facile à démonter pour pouvoir recharger un téléphone portable. Enfin, les premiers interphones étant logiquement placés prés de la porte (métallique, je le rappelle), je vous laisse imaginer les coup de jus pris par les Surveillants en ouvrant les cellule de détenus facétieux ... Ainsi que le chahut résultant d'une coupure de courant due aux plombs à changer.

Pour ce qui est de la description d'un parloir de Benver en 54 : c'est tout à fait cela. Cela explique bien aussi que la peine n'est pas seulement purgée par ceux qui ont commis un délit ou un crime, mais aussi par leurs proches. Je crois que ce texte devrais faire réfléchir tous ceux qui disent : "ils sont en prison, pas au club med", et ce genre de choses, car là, Benver ne parle que du parloir.

@ Shad en 60 : cette suppression du stage des Magistrats en milieu pénitentiaire aura d'autres impacts aussi, selon mon point de vue de Surveillant. La vie en milieu pénitentiaire, les relations entre les détenus et les Personnels, c'est quelque chose de particulier, difficilement appréhendable depuis l'extérieur sans l'avoir vécu. Hors, les altercations entre Personnels et détenus sont jugée par un tribunal.

@ Anatole Turnaround en 64 : oui, c'est tout à fait cela. C'est dimanche, je suis de repos, et j'ai l'impression d'être au boulot grâce à votre description. Merci.

@ Ferdydurke en 65 : http://maitre-eolas.fr/?q=paranoia

@ Juste ici en 74 : pas mieux.

Pour ce qui est de la peine maximum de QD, elle est de 45 jours, et sera réduite à 40 après le vote de la loi pénitentiaire.

@ Benver en 79 : c'est tout à fait cela (diantre ! cela fait deux fois qu'en tant que Surveillant, je suis d'accord avec un détenu : l'enquête administrative et la suspension pour infraction au D-221 du CPP me guettent !!), c'est d'ailleurs l'un de mes devoir en tant que SVT : faire en sorte que le détenu sorte dans un meilleur état de prison qu'il n'y est rentré ... encore faut-il en avoir le temps, les moyens, etc....

A ce titre, j'aime beaucoup votre expression : "ré humaniser les individus", car c'est effectivement de ça dont il s'agit. De fait, il ne faut pas seulement ré humaniser les détenus, mais aussi une bonne partie de la population, dont certains Surveillants (je le confesse) et surtout les décideurs politiques.

@ Serge en 80 : le "stage" obligatoire pour les députés date depuis 1809, si je ne me trompe pas, c'est Napoléon qui avait instauré l'obligation pour les représentants du peuple de visiter au moins une fois par an les lieux de privation de liberté. Ils peuvent entrer dans une prison quand bon leur semble, sans rendez-vous. En 2008, seuls 93 d'entre eux ont fait cet effort sur 577 députés et 343 sénateurs. Cherchez l'erreur.

109. Le mardi 7 avril 2009 à 19:42 par Camarades travailleurs

Le travail est propice à la réinsertion. Pourquoi ne pas faire refaire les locaux à neuf par les condamnés eux-mêmes (et uniquement les condamnés) ? En plus, ils apprendraient ainsi un travail où l'on embauche encore. Le plus simple serait d'avoir davantage recours aux TIP et d'accorder une réduction de peine à ceux qui travaillent en détention. Mais c'est si simple qu'on n'y pense même pas.

110. Le mercredi 8 avril 2009 à 13:25 par Mussipont

@camarades travailleurs : les détenus qui travaillent en détention se voient en général attribuer des réductions de peine spéciales (RPS) récompensant leurs efforts de réinsertion.

111. Le mercredi 8 avril 2009 à 18:19 par Camarades travailleurs

Aux temps pour moi, cher Mussipont. Et merci pour l'info - et encore pardon pour mon ignorance : je suis ravi d'apprendre que les détenus peuvent travailler pour réduire leur temps à l'ombre.

Mais alors pourquoi diable les locaux sont-ils si délabrés ? Les détenus seraient si peu tentés par les réductions de peines qu'ils refusent en général de manier la truelle et le pinceau afin de loger dans une maison plus décente, à la fois eux-mêmes et leur prochain ? Quelque chose m'échappe encore. Je suis incorrigible, direz-vous !

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact