Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Genius at work

Cette semaine, vous avez l'occasion de vivre un moment historique, un moment que vous raconterez à vos enfants et petits-enfants, et vous verrez alors s'allumer dans leurs yeux la lumière noyée d'une larme de l'envie et de l'admiration.

Un film de Hayao Miyazaki vient de sortir sur vos écrans. Quand j'écris ces mots, je suis pris d'un frisson. Chacun de ses films est annoncé comme étant le dernier, et l'annonce d'un nouveau film met le Japon (et votre serviteur) dans sous ses états.

Hayao Miyazaki est un pur génie. On peut le comparer sans rougir à Walt Disney (ou alors c'est Walt Disney qui rougira). C'est un réalisateur de dessin animé japonais, LE réalisateur de dessin animé japonais. Chacun de ses dessins animé est un chef d'œuvre. Il est le fondateur et directeur du Studio Ghibli[1], qui produit ses dessins animés et quelques autres perles.

Si vous croyez que les dessins animés japonais sont d'interminables séries pour enfants à l'animation saccadée où les héros ont des coiffures aussi improbables que la couleur de leurs cheveux, vous êtes mûr pour une cure de remise à niveau.

Si vous croyez que les dessins animés japonais, c'est pour les enfants, regardez donc le Tombeau des Lucioles d'Isao Takahata (Studio Ghibli, 1988). Gardez une boîte de mouchoirs à portée de la main. Vous n'oublierez jamais la petite Setsuko. C'est une grande claque dans la figure, un des plus puissants films contre la guerre. Surtout quand on sait que c'est une histoire autobiographique, tirée du roman éponyme d'Akiyuki Nosaka.

Un dessin animé de Hayao Miyazaki, ce n'est pas pour les enfants, mais pour les adultes qui n'ont pas oublié l'enfant qu'ils ont été. Nuance. À part Mon Voisin Totoro, je vous déconseille de montrer du Miyazaki aux très jeunes enfants.

Miyazaki a quatre thèmes récurrents : l'enfance, la nature, les grand-mères et les machines, de préférence volantes. Tout vient de son histoire personnelle.

Il est fasciné par l'aviation depuis son enfance : son père dessinait des avions pour l'entreprise de son frère, Miyazaki airplaines. Du coup, il invente souvent des machines imaginaires extraordinaires. Le personnage de Kanta, dans Mon voisin Totoro, est inspiré de lui enfant, quand son père l'avait envoyé à la campagne, chez sa grand-mère, à qui il était très attaché et qu'il fait revivre dans tous ses films, pour le mettre à l'abri des bombardements alliés, où il a découvert la nature et la culture traditionnelle japonaise. Côté machine complexe improbable et fascinante, le Château Ambulant du film éponyme est inoubliable. Ajoutons que c'est un féministe de la première heure (et au Japon, ce n'était pas évident), ceci étant dû au fait qu'il a vu dans son enfance le rôle que les femmes ont tenu pendant la guerre puis pour reconstruire un Japon vaincu, détruit, et exsangue. Ses personnages principaux sont souvent des femmes, jeunes, fortes et indépendantes, même si elles ne sont que des enfants (voyez dans le film dont je vais vous parler le personnage de Lisa, la mère de Sôsuké).

Une idée centrale chez Miyazaki est le mal que l'homme fait à la nature, bien avant que ce ne soit à la mode comme aujourd'hui. Et la nature, blessée, empoisonnée, répond. Cela donne des apparitions cauchemardesques et des créatures inquiétantes, comme les Ohmus de Nausicaä de la Vallée des Vents ou l'esprit Sanglier de Princesse Mononoké. Il s'inspire aussi beaucoup de la mythologie japonaise, notamment des innombrables esprits de la nature. Le Voyage de Chihiro (mon préféré, Ours d'Or à Berlin en 2002, et couronné par un oscar) est une vraie ballade dans cet autre monde.

Et voici son nouvel opus. Courez le voir, il ne restera probablement pas longtemps à l'affiche, emporté par Fast & Furious 4 ou Dragon Ball Evolution. Un Miyazaki, ça se regarde sur grand écran. C'est du fait main, à l'ancienne. Un bijou de poésie, deux heures de retour en enfance, mis en musique par son complice joe Hisaishi, qui est à Miyazaki ce que John Williams est à Steven Spielberg. C'est un récit à la japonaise : il n'y a pas de méchants manichéens, et ce n'est pas tant la destination qui compte que le voyage en lui-même. Vous avez l'opportunité d'aller voir un Miyazaki au cinéma, lors de sa sortie. Ne passez pas le reste de votre vie à pleurer cette chance de perdue. Un jour, il y aura un dernier Miyazaki.

Voici donc la bande annonce de Ponyo sur la falaise.



本当にありがとうございます宮崎先生.


Add. : Merci Fieffégreffier (on a toujours besoin d'un greffier) : une interview du Sensei.

Notes

[1] Du surnom que les Italiens avaient donné à leurs avions de reconnaissance en Afrique du Nord pendant la guerre, lui même dérivé du mot Lybien pour Sirroco. Le surnom de l'avion italo-brésilien AMX International AMX est le "Ghibli". Prononcer Djibli.

Commentaires

1. Le dimanche 12 avril 2009 à 02:14 par LST

Cher Maître, Un petit bémol lorsque vous dites "Un dessin animé de Hayao Miyazaki, ce n'est pas pour les enfants, mais pour les adultes qui n'ont pas oublié l'enfant qu'ils ont été. Nuance. À part Mon Voisin Totoro, je vous déconseille de montrer du Miyazaki aux très jeunes enfants." : C'est un peu vite oublier ce cher Porco Rosso... Un bijou d'humour et de nostalgie... Et je suis énervé de constater que l'énorme UGC en face de chez moi n'est pas fichu de passer Ponyo !

2. Le dimanche 12 avril 2009 à 02:21 par Ours Noir

Etonnant le ton de cette note, qui présente Miyazaki comme si c'était un inconnu dont on ne sait rien, tout en rappelant son oscar et son ours d'or.

Eolas:
Parce que Miyazaki est moins connu que vous le pensez — et qu'il le mérite. Ceux qui liront cette note et qui le connaissent approuveront et au besoin nuanceront, ceux qui ne connaissent pas se diront "Ha, tiens, si j'allais voir ça plutôt que Coco ?".

3. Le dimanche 12 avril 2009 à 02:25 par Marcel

J'ai vu un extrait de Ponyo et suis impatient de le voir en entier... mais j'ai une crainte sur le doublage. J'ai peur que la VF nous fasse perdre de beaucoup la poésie d'une oeuvre si culturellement ancrée. Peut-être devrais-je attendre une sortie DVD.

4. Le dimanche 12 avril 2009 à 03:14 par krapo

Je ne m'attendais pas à trouver un jour un billet sur la japanimation sur ce blog. Bravo pour avoir partagé cette passion!

5. Le dimanche 12 avril 2009 à 03:33 par Remy

S'il existe un réalisateur qui ne verse jamais dans la mièvrerie et les bons sentiments, c'est bien Miyazaki. C'est aussi pour cela que je l'aime tant.

6. Le dimanche 12 avril 2009 à 03:33 par Gael

Un bel hommage à Hayao Miyazaki, qui n'en mérite pas moins.

7. Le dimanche 12 avril 2009 à 04:31 par Antoine

エオラス先生は日本語を話しますか。:)

8. Le dimanche 12 avril 2009 à 04:38 par Nerval

Je ne poste jamais de commentaire ici, surtout parce que je me contente de m'instruire en lisant vos articles. Mais je suis surpris de voir qu'en plus d'être un excellent pédagogue, vous avez aussi excellent goût, et chose étonnante, pour des choses qui échappent généralement à une certaine génération. Du coup je me demande quel peut bien être votre âge. Quoiqu'il en soit. Vous soulevez la comparaison entre Disney et Miyazaki et je me permettrais seulement de préciser qu’à mon sens, le rapprochement ne peut être fait. La culture Américaine de l'animation se rapproche bien plus, et a bien plus influencé notre propre culture que celle de l’animation Japonaise. Comme vous le soulevez, l'animation japonaise n'est pas destinée en soi aux enfants mais est considérée comme un média à part entière. De plus, elle fait souvent appel à une mythologie et à des codes qui nous sont totalement étrangers. Disney n'est pas plus grand que Miyazaki et Miyazaki n'est pas plus grand que Disney. Les deux ne peuvent simplement pas être comparés. Maintenant si vous me demandez, bien que grand amateur de Disney, j'ai une nette préférence pour ce grand conteur Japonais. Ce en quoi je vous rejoins, à ce qu'il semble.

9. Le dimanche 12 avril 2009 à 07:08 par egan

@Nerval

Au son de la voix de maître Eolas (lors des émissions de radio) je pense qu'il n'a pas 40 ans. Si je devais parier je dirais 35.

10. Le dimanche 12 avril 2009 à 07:30 par Flexable

Arigatô, Miyazaki est effectivement magique. Par contre, je ne vois pas pourquoi la comparaison ne peut être faite avec Disney. Que certaines de ses références nous soient étrangères ne nous empêchent pas d'y adhérer. Les raisons pour lesquelles à mon avis il est (largement) supérieur à D. sont qu'il s'adresse effectivement à un public moins ciblé que D., sa palette d'émotions, ses personnages, sont infiniment plus riches, mais surtout qu'il y a un effet de réel très fort qui nous projette dans son univers et qui nous y fait adhérer. Autant nous sommes devant un dessin animé chez Disney (pas de projection, pas d'identification, suspension de l'incrédulité) et nous en sommes conscients, autant le problème ne se pose pas chez Miyazaki : ses personnages nous semblent plus réalistes, réels, crédibles (bref, vivants) malgré l'univers fantastique. Et ça, c'est très fort !

11. Le dimanche 12 avril 2009 à 07:52 par Totoro

Et le Château ambulant? Excellent également presqu'autant que Chihiro (qui a atteint un niveau de poésie rarement égalé).

12. Le dimanche 12 avril 2009 à 08:11 par Wazarnaud

J'ai honte de me classer dans la partie des gens qui sont "mûrs pour une cure de remise à niveau". Mais j'espère me rattraper au plus tôt puisque, mine de rien, les bandes annonces m'ont fort donné envie de voir tout ça (Surtout le tombeau des lucioles). Merci de partager avec nous, pauvres incultes, des oeuvres qui valent le coup d'être vues. Croyez moi, ce n'est pas la blague de DBZ évolution (qui ne respecte pas du tout le DBZ originel, à ce que je me suis laissé dire) ou le quatrième volet d'une série qui s'essouffle qui vont empêcher ce film de se faire remarquer. Joyeuses Pâques !

13. Le dimanche 12 avril 2009 à 08:12 par jijin

à noter que le tombeau des lucioles n'est pas de lui, c'est son studio qui l'a réalisé, mais il n'est pas de lui !

sinon mononoké reste le chef d'oeuves ! :) (de mon coté)

14. Le dimanche 12 avril 2009 à 08:34 par Ferdydurke

Je crois que la seule comparaison qui peut être faite avec Walt Disney ne concerne pas les studios Disney mais le créateur Walt Disney... Cependant, c'est un accord avec Disney qui a permis la diffusion des oeuvres de Miyazaki en occident à partir de 1996, ne l'oublions pas!

Surtout ne pas les voir en VF, le doublage relevant la plupart du temps du massacre!

Dans le registre film d'animation je vous suggère Sita sings the Blues. Beau, en visionnage gratuit et téléchargeable en version haute résolution contre un don à votre convenance... (HADOPI? Quoi HADOPI? ;-) )

PS: Il est en effet probable que Me Eolas ait entre 30 et 40 ans. Ceux qui ont découvert la japanimation au début de son succès en occident sont désormais dans cette tranche d'âge. Pour ma part, ce fut avec Porco Rosso grâce à l'Ours d'or qu'il reçut au Festival de Berlin (toujours très en pointe).

15. Le dimanche 12 avril 2009 à 08:39 par n'oubliez pas le café

vous risqueriez de vous endormir.

16. Le dimanche 12 avril 2009 à 08:46 par glandium

@eolas 心より感謝申し上げます.

@Nerval Détrompez-vous, l'animation américaine a eu une énorme influence sur l'animation japonaise, à commencer par les grands yeux, dont on dit souvent qu'ils sont le contraire volontaire de leurs yeux bridés, alors qu'ils ne sont qu'un style de dessin, empreinté par Tezuka Osamu à ... Mickey.

17. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:03 par glandium

Ajoutons tout de même que Miyazaki a aussi participé à des séries animées qui ont bercé la jeunesse des trentenaires d'aujourd'hui, notamment Edgar détective cambrioleur (Lupin 3 en VO, l'accord avec les héritiers de Maurice Leblanc n'autorisant l'utilisation du nom Lupin qu'au Japon), Sherlock Holmes, Heidi ou encore Conan, le fils du futur.

On notera aussi l'influence d'auteurs français comme Paul Grimault (Le roi et l'oiseau) et Jean Giraud (aka Moebius) sur le travail de Miyazaki.

Enfin, Takahata Isao, qui est l'autre grand nom du studio Ghibli, est aussi le réalisateur de grands films d'animation du studio comme Le tombeau des lucioles déjà cité, ainsi que Omoide Poroporo, Heisei Tanuki Gassen Pompoko ou encore Mes voisins les Yamada.

18. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:17 par Salomon Ibn Gabirol

C'est effectivement un chef d'oeuvre, a tel point que je me demande si Chihiro est toujours mon préféré.

Au rayon dessins-animés, je vous recommende également Les Maitres du Temps, de René Laloux et Jean Giraud. Une merveille.

19. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:18 par DavidLeMarrec

Un petit mot sur Hisaishi : certes il est très apprécié, et même si son langage est occidental, sa pensée est certes plus tournée vers une forme de plénitude propre à la musique extrême-orientale (peu de tension-détente, temporalité non linéaire). Néanmoins son langage n'a pas du tout la variété, et lui-même n'a pas du tout la technique (ni apparemment la culture colossale) de John Williams. Ca se voit très bien dans leur musique pour le concert, Hisaishi recyclant toujours les mêmes couleurs, tandis que Williams maîtrise très bien les différentes écritures du vingtième siècle, particulièrement les décadentes du premier vingtième (il a piqué pas mal de trucs à Korngold, mais peut aussi écrire aux confins de l'atonalité).

Bref, le parallèle est intéressant (puisqu'il s'agissait d'opposer deux institutions de deux cultures différentes), mais Hisaishi écrivant dans une grammaire occidentale, on peut pour le coup comparer, et, clairement, alors que les quelques pièces célèbres pour Williams pour le concert (les concertos en particulier) se soutiennent très bien, Hisaishi n'a pas vraiment cette importance-là.

S'il fallait absolument comparer deux figures tutélaires, je ne sais pas s'il faudrait choisir Williams du côté occidental, mais côté japonais, Takemitsu s'imposerait à coup sûr, à mon avis. (Pour le coup, c'est Williams qui ne joue plus dans la même cour, pour la musique de concert.)

Juste manière de compléter : ça n'invalide pas totalement le parallèle bien sûr.

20. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:20 par Deilema

glandium m'a devancée, j'allais souligner la participation de Myasaki à la série animée Sherlock Holmes (celle avec des personnages canins), où les machines volantes un peu étranges étaient déjà très présentes.

De tous les films cités, je crois que le tombeau des lucioles (vu sur grand écran) est celui qui m'a le plus marqué. J'avais oublié le nom de la petite Setsuko... mais en effet, je crois que je n'oublierai jamais son histoire. Bouleversant.

21. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:30 par flore balthazar

Cher maître, Juste pour vous dire que j'aime beaucoup ce blog, très instructif et plein d'humour. Sur ce post, je suis simplement d'accord avec Nerval : Miyazaki est génial, mais pourquoi toujours le comparer à Disney ? Disney était génial, Miyazaki l'est, pas besoin de compétition à ce niveau-là !

22. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:33 par Le Monolecte

Un homme qui pense que Hayao Miyazaki est un pur génie ne peut pas être totalement mauvais ;-)

Sinon, le tombeau des lucioles n'est pas de Miyazaki, mais il n'en reste pas moins un pur chef d'œuvre tous genres confondus, même s'il est parfois insoutenable de tristesse et de vérité...

23. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:41 par Guile

Sur vos conseils, j'irais voir ce nouveau Miyazaki. J'avais adoré le tombeau des lucioles........

Merci pour l'idée en tout cas!

24. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:47 par Matthieu

Bonjour, je conseille de regarder "Le tombeau des lucioles" en vost... les voix sont celles d'enfants du même âge que les 2 personnages, rendant encore plus "réaliste" l'histoire qui nous est montrée... et oui il faut avoir une boite de mouchoirs à proximité... c'est un très grand film !!!!

25. Le dimanche 12 avril 2009 à 09:49 par Catherine

Les films de Miyasaki sont des oeuvres d'art, et l'imaginaire de cet homme est d'une très grande richesse, sa façon de traverser l'univers culturel japonais des estampes en passant par le théâtre, la mythologie est bouleversante... Grande surprise de voir cette note :-)) La particularité de la musique d'Hisaichi, c'est de pénétrer l'univers de Miyasaki (sans passer par un podium de savoir qui fait mieux koa) ce sont des sensibilités qui s'accordent, alors même si le registre musical d'Hisaishi peut paraitre redondant, les films comme "la Princesse Mononoké" en sont magnifiés. Sans oublier l'utilisation d'instruments traditionnels japonais comme ici: http://www.youtube.com/watch?v=RtPm5GiJ_iM

26. Le dimanche 12 avril 2009 à 10:01 par Amechan

Je l'ai vu hier, et c'est une merveille. Les paysages aquarelles sont sublimes, l'histoire magique, les deux enfants tellement attendrissants... Tellement heureuse de voir à nouveau un dessin animé à l'ancienne, tellement on est abreuvés de films d'animation... Et pour moi, Nausicaa est une autre merveille ! Je le conseille également à ceux qui ne l'ont pas vu...

27. Le dimanche 12 avril 2009 à 10:02 par Irfan

Billet au ton étonnant, qui semble dire que Miyazaki n'est pas connu, mais au but noble : de le faire mieux connaître. Espérons que de nombreux magistrats, attendris par le visionnage de ces films, vous donneront une journée de plus grande écoute et clémence.

Notre génération (20-30 ans, voire plus large) l'apprécie il me semble à sa juste valeur ; et chez la plupart de mes amis, j'ai vu au moins un coffret DVD Château ambulant + Mononoké, ou autre. Parmi des jeunes agrégés pédants ou ceux qui leur ressembleront, on en trouve quand même une majorité pour parler avec un sourire ému du "Château dans le ciel" par exemple. Je vous déconseille de regarder Le tombeau des lucioles sans y être préparé, c'est un grand choc. Quand je l'ai vu pour la première fois, j'avais 13 ou 14 ans, je suis resté sombre pendant plusieurs jours. Il est d'ailleurs un peu dommage de mettre les BA en VF, les doublages sont souvent, et hélas, un peu faible.

Pour ceux qui demandent pourquoi comparer Disney et Miyazaki : c'est aussi une façon de situer son importance pour les Mékeskidi, je pense. Tous deux font des dessins animés et sont très connus car très talentueux. La comparaison peut peu ou prou s'arrêter là...

ps : les Mékeskidi, si vous appréciez Miyazaki, lisez ensuite les Tezuka, par exemple Blackjack qui est super ! Et "Métropolis" est aussi un très bel animé (mais on connaît déjà l'histoire).

28. Le dimanche 12 avril 2009 à 10:17 par Séb

Rhaaa, le tombeau des lucioles, c'est pas une boite de mouchoirs qu'il faut prévoir, mais un 36 tonnes entier des mouchoirs !! Je crois que c'est le film qui m'a le plus foutu en l'air...

29. Le dimanche 12 avril 2009 à 10:43 par Anthony Poncier

Je partage complètement votre point de vue sur Hayao Miyazaki et le voyage de Chihiro est aussi mon préféré.

Trois remarques pour compléter :

- Un des premiers Hayao Miyazaki, un an après la sortie de Totoro, est Kiki la petite sorcière (1989). Il est vraiment pour les enfants, celui-ci est même limite pour un adulte. J'entends par là, que pour une fois, il a un quasi unique niveau de lecture.

- Je ne crois pas qu'on puisse comparer Disney avec Hayao Miyazaki (surtout au niveau des idées mis en avant), même si en 1996 Disney et Studio Ghibli passent un accord qui formera le groupe Disney-Tokuma, chargé de distribuer tous les longs-métrages Ghibli dans le monde.

- Quant au tombeau des Lucioles, il est interdit au moins de 16 ans au Japon. Quand Isao Takahata est venu en France il y a une dizaine d'année et à vu une classe de primaire le regarder, il en a été tout retourné.

C'est mon premier commentaire sur votre blog, que je suis depuis des années, et de façon surprenante, cela correspond à un billet "hors cadre"...

30. Le dimanche 12 avril 2009 à 10:55 par La grenouille

Un jour j'ai emprunté à la médiathèque le tombeau des lucioles, un peu au hasard. Je le destinais à mon fils de 10 ans et ma fille de 5 ans afin de meubler des vacances pluvieuses.

Quand ils m'ont demandé à le re-regarder pour la ènième fois, je me suis dit qu'il fallait que j'y jette un coup d'oeil quand même.

Je proteste : une boite de mouchoirs n'est pas suffisante... Espoir et désespoir vont main dans la main dans ce film impitoyable.

Aujourd'hui ma fille est ado et passionnée d'animations japonaises. Hier soir je l'ai écouté distraitement me parler du dernier Miyasaki... Tout bien réfléchi, je crois que je vais y aller avec elle !

31. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:01 par Tiyab

J'ai vu Ponyo hier soir, et je pense que c'est également un film à montrer aux enfants. Il a toujours son message de l'influence néfaste de l'homme sur la nature mais j'ai trouvé celui-ci beaucoup moins présent que Nausicaa, Princess Mononoke ou encore Pompoko. Cela reste tout de même un excellent film. Petite note supplémentaire, pour les parisiens, les mk2 proposent de revoir des films de Miyazaki - pour plus d'informations aller voir sur le site.

Eolas:
La scène de la tempête, et les esprits de l'eau de maître Fujimoto, ces vagues avec des yeux qui emportent Sôsuke, ont de quoi flanquer la frousse à un enfant.

32. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:03 par Gathar

Un Miyazaki, ça se regarde sur grand écran. C'est du fait main, à l'ancienne. Un bijou de poésie, deux heures de retour en enfance, mis en musique par son complice joe Hisaishi, qui est à Miyazaki ce que John Williams est à Steven Spielberg.

Je suis allé le voir ce vendredi dans mon cinéma. Coupures de son à répétition pendants plusieurs secondes, sauts entre la version française et la version japonaise, diffusion avec plus de 10s d'écart entre le son et l'image... J'ai suis sorti de la séance au bout d'un quart d'heure.

Je suis d'accord que les Miyazaki méritent d'être vu dans les meilleures conditions, mais je pense que toute ma vie, quand j'entendrai les gérants de salle de cinéma se plaindre de la concurrence des magnétoscopes, DVDs ou toute autre technologie, je me souviendrai de cette séance totalement sabotée par un cinéma où aucun projectionniste ne vérifie en début de séance que tout se passe bien, et où ils refusent de redémarrer le film quand ils ont eu un problème.

Eolas:
J'en suis profondément navré pour vous.

33. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:13 par Denys

Mon cher maître, vous avez tout faux. Ghibli se prononcerait djibli s'il s'écrivait gibli ; avec le h en plus, ça devient guibli.

34. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:24 par Lapo

Miyasaki travaille sur l'émotion, là où Disney travaille sur l'amusement. C'est là toute la différence entre les deux oeuvres qu'on ne peut pas vraiment comparer, même si elles mènent toutes les deux à l'émerveillement.

J'ajouterai (avis personnel) que les ressorts de l'émotion restent toujours très puissants à l'âge adulte, tandis que ceux de l'amusement s'épuisent et s'estompent.

Vous n'utiliserez plus le terme "dessin animé" après avoir vu un Miyasaki. Faut-il un indice plus fort que celui-ci ?

35. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:44 par glandium

@Denys

Suivant l'étymoligie, oui, il faudrait prononcer un g dur, donc guibli. Mais il se trouve que les japonais l'écrivent ジブリ, ce qui revient à djibuli. À noter un pied de nez dans les courts métrages Ghiblies (ギブリーズ), où les personnages (pas si) fictifs sont des membres d'un studio nommé ギブリ (guibuli).

36. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:47 par Boeb'is

pour les miyazaki/takahata pour très jeunes enfants, il y a également Panda Go Panda...

DavidLeMarrec: pour Hisaichi, sa musique est très riche, et ne limite pas aux BO de Miyazaki, celles qu'il a faites pour Kitano sont également superbes, et bien plus d'avant-garde que tout ce qu'a pu faire Williams à mon avis.

37. Le dimanche 12 avril 2009 à 11:49 par Bob

Pour le parallèle Miyasaki // Disney il provient simplement du fait que Miyasaki se soit déclarer comme adorateur.

38. Le dimanche 12 avril 2009 à 12:12 par Gar

Peu importe le support pourvu que le génie s'exprime : ce sont de grands films car Miyazaki est un immense artiste. Je recommande Porco Rosso - qui se déroule en Italie - pour s'y initier. Après, découvrir le reste est un vrai bonheur.

39. Le dimanche 12 avril 2009 à 12:14 par Nausicaa

Je n'ai pas encore découvert "le nouveau" Miyasaki mais, grande fan que je suis, j'en frissonne d'avance...

J'ai vu (et revu) tous les Miyasaki et depuis quelques années maintenant je prêche dans mon entourage sa bonne parole.

Plus que du divertissement, les films animés de cet auteur relèvent de la philosophie et sont de véritables chefs d'oeuvre universels. C'est exactement ce caractère universel qui ne permet pas d'en réserver certains aux adultes et d'autres à un public plus jeune.

Il y aura juste plusieurs niveaux de lecture en fonction de votre âge certes, mais aussi de votre maturité, de vos expériences de vie...ce qui nous laisse la chance de les regarder et regarder à nouveau et d'y trouver à chaque fois une vraie nourriture affective.

Merci pour ce billet !:)

Eolas:
Je maintiens que pour de jeunes enfants, Princesse Mononoké a des scènes effrayantes, de même que le château ambulant (les hommes caoutchouc, les bombardements, les sorciers volants…), ou les scènes de guerre de Nausicaä. La charge des Ohmus est impressionnante.

40. Le dimanche 12 avril 2009 à 12:19 par sunshyne972

Moi j'aime les mangas car je suis née dedans et ai pu voir les premiers diffusés en france. Il y en a moins maintenant car l'on a coutume de penser que tout ce qui est anime est pour les enfants alors que c'est tout à fait faux : au Japon les animes et mangas sont a chaques fois destinés à un public ciblé et il y'en a plusieurs sorte. Dites moi Maître, vous, comment vous est venue cette passion pour les animes ? Je serai bien curieuse de savoir lol

Eolas:
Par un ami dessinateur (que je salue car il lit ce blog). Le premier fut Porco Rosso. Puis Princesse Mononoké, lors de sa sortie en salle. Et à Paris, on finit toujours par trouver une salle qui rediffuse un Miyazaki. Je les ai donc tous vu au cinéma.

41. Le dimanche 12 avril 2009 à 12:19 par julien

Excellent. Pour ma part je ne regrette qu'une chose: que ces balourds de critiques ne cessent de vouloir absolument comparer Ghibli à Pixar, le tout pour claironner "ici pas d'ordinateurs tout est fait à la main blabla respect de la nature blaaaah"... Je trouve ça écoeurant (surtout qu'ils se pignolent, excusez-moi, sur chaque Pixar aussi) de mauvaise foi et de fausse bonne conscience. C'est le mythe culpabilisateur de la machine déshumanisante. Non messieurs les journalistes (forcément parisiens), ce n'est pas parce que Pixar utilise des outils informatiques qu'ils ont moins de sensibilité ni moins de fibre poétique que Maître Hayao !

Eolas:
Miyazaki-Sensei a 68 ans. Il est de l'époque du crayon et ne va pas recommencer toute sa formation. Il a utilisé des ordinateurs pour certaines animations ou des décors (le voyage de Chihiro en est plein, notamment la scène de la Roseraie). Même dans Ponyo, des effets aquatiques sont faits à l'ordinateur ; mais qui peut dire qu'un film comme Wall-E manque d'humanité parce qu'il est fait à l'ordinateur ? Nous vivons la fin du dessin animé à l'ancienne, tout fait main. Mais rien n'interdit à sa fin d'être flamboyante.

42. Le dimanche 12 avril 2009 à 13:05 par Fieffégreffier

Suki !

43. Le dimanche 12 avril 2009 à 13:11 par Get real.

Peut-être n'avez-vous pas assez tater de la misère dans votre vie (et non pas celle de vos clients) pour vous émouvoir sur des dessins animés.

Eolas:
Troll du dimanche, trolle comme un gros manche. C'est tellement mauvais que vous ne méritez même pas les honneurs de Troll Detector™.

44. Le dimanche 12 avril 2009 à 13:17 par Anaïs

J'ai bien peur que ce film là soit bel et bien le dernier du Maitre. Le pauvre à déjà eu bien du mal à tenir physiquement le coup pour achever celui-là, alors pouvoir en faire un autre... Et comme il est trop attaché à ses films et refuse donc de ne pas ne faire assez, de ne pas être présent à chaque stade et à dessiner lui même...

Quant aux films de Miyazaki à montrer aux enfants, je suis bien d'accord, soyons prudent. Moi-même, ayant vu Porco Rosso à 6 ans, j'en ai eu une peur assez intense. Il n'y a bien que Totoro que je laisserais des tout jeunes voir.

Eolas:
Croisons les doigts. Depuis le temps qu'il dit qu'il est trop fatigué pour en faire un autre. Mais le crayon finit toujours par le démanger.

45. Le dimanche 12 avril 2009 à 13:24 par M.

Je suis surpris que la « promo » en France ait été autant orientée sur les enfants (« à partir de 3 ans » !!!), j'ai hâte (à 35 ans) de voir ce nouveau Miyazaki (en V.O. s'il vous plaît) mais je n'irai pas avec mon fils (bientôt 3 ans)...

M.

Eolas:
Vous avez raison, il y a des scènes impressionnantes et l'histoire est trop complexe pour de jeunes enfants. Ce qui induit sans doute en erreur les communiquants qui ont bâclé ce dossier, c'est que le héros, Sôsuke, a cinq ans, un des plus jeunes héros de Miyazaki, avec Meï, 4 ans, dans Totoro, mais elle a sa grande sœur Satsuki, 11 ans. d'ailleurs, le saviez-vous ? Il s'agit en fait de la même personne à deux âges différents : le professeur Kusakabe devait n'avoir qu'une fille, mais pour certains aspects de l'histoire, 4 ans, c'était trop jeune (aller attendre seule son père à l'arrêt du bus…), et pour d'autres, 11 ans, c'était trop âgé (Totoro ne se laisserait pas approcher par une personne aussi âgée). Alors le personnage a été divisé en deux. La preuve ? Satsuki, en japonais, désigne le mois de mai (ça veut dire fleur de cerisier -> le mois où les cerisiers sont en fleur). Et mai, en anglais, se prononce… Méï.

46. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:00 par Trucmuche

Concernant Nausicaä de la Vallée du Vent, je ne puis que vous encourager à franchir le pas et à lire un manga. LE manga écrit par Miyazaki à l'origine de ce film. L'ouvre papier n'a été terminé qu'en 1995, 11 ans après la sortie du film. Il comporte sept tomes dont seulement 1 et demi ont été adapté en film. Cela se trouve dans toutes les FNAC / Virgin / librairies spécialisées.

Quant aux jeunes enfants, j'ai montré Nausicaä ou plutot La Princesse des Etoiles (version amputée de 25 minutes et doublée en français sorti plus ou moins légalement) et le Tombeau des Lucioles à une pitchounette de 3 ans. Pas de cris, pas de pleurs. Elle y a parfaitement survécu, les parents étaient ravis. Ma VHS de Nausicaä est morte après 1 mois d'usage intensif par cette jeune demoiselle. Elle a aussi assister à une séance de Totoro dans les salles obscures sans aucun problème. La majeure partie du scénario lui a probablement échappé, mais la magie reste tout de même présente et efficace.

47. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:00 par broshing

Maître incontesté de l'animation japonaise mais aussi Dieux du manga... Nausicaä de la vallée du vent en version papier est un chef d'œuvre qui dépasse très largement l'adaptation cinématographique. Si vous ne l'avez pas lu cher maître, je vous le conseil très fortement.

Quant à toutes ses œuvres elles sont réellement marquantes par leur finesses, leur beauté, leur attachement à la vie, à l'amour tout en étant suffisamment subtiles pour ne pas tomber dans de la niaiserie...

48. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:05 par Flexable

Doublement merci : pour ce sujet et pour la défense de l'animation "traditionnelle".

49. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:18 par Neith

Merci Maitre de me détourner de mes révisions de civil. ;)

50. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:33 par alatriste

Effectivement, pour les enfants (3-5 ans), Totoro, Kiki la petite sorcière, auxquels on peut ajouter Le Royaume des Chats. Porco Rosso, le Chateau dans le ciel ou le Chateau Ambulant sont à conseiller à des plus grands je pense... Mononoké ou Nausicaa encore pour des plus grands... Pompoko est à part... Je ne sais pas où le classer, essentiellement parce que je ne sais pas trop quoi répondre à ma fille qui me demande "mais qu'est ce qu'ils tirent comme ca pour se déguiser..." :-)) Moi ce sont les seuls dessins animés que je peux voir 30 fois sans me lasser, j'y trouve toujours quelque chose de nouveau. Je ne rajoute rien, tout est déjà dit... J'ai moi aussi du mal à comparer à Disney, essentiellement en raison de la "finesse" de narration, des "bons sentiments", le cadrage, la façon de filmer est cinématographique... Disney a côté fait assez lourdaud, "facile" (au sens où on profite des effets spéciaux pour en mettre plein la vue).

51. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:33 par alain

Un conseil de haute importance - voyez ces films en VOST ! ça change vraiment tout, meme si les doublage francais sont plutôt bons, le japonais a son charme, c est une très belle langue (qui se parle relativement facilement d ailleurs).

Et si ces films sont généralement un peu complique pour les enfants (mais bien moins violents que beaucoup d autres productions ou JT cela dit), a partir d une bonne dizaine d années il n y a vraiment pas de problème ! D ailleurs ici au japon le dernier a eu beaucoup de succès chez les enfants, qui ont bien accroche a l histoire.

A.

PS si vous venez au japon, vous pouvez voir le (malheureusement petit) musee Ghibli, mais pensez a réserver vos billets longtemps a l avance (au pire des votre arrivee demandez dans les combini LAWSON) ! sinon vous resterez dehors, c est garanti ... http://www.ghibli-museum.jp/en/ticket_information/

52. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:34 par Anaïs

J'ai bien peur que ce film là soit bel et bien le dernier du Maitre. Le pauvre à déjà eu bien du mal à tenir physiquement le coup pour achever celui-là, alors pouvoir en faire un autre... Et comme il est trop attaché à ses films et refuse donc de ne pas ne faire assez, de ne pas être présent à chaque stade et à dessiner lui même...

Quant aux films de Miyazaki à montrer aux enfants, je suis bien d'accord, soyons prudent. Moi-même, ayant vu Porco Rosso à 6 ans, j'en ai eu une peur assez intense. Il n'y a bien que Totoro que je laisserais des tout jeunes voir.

53. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:39 par Anna

« Genius at work ». Pourquoi un titre en anglais ? Ah oui, c'est vrai, vous aimez le latin.

54. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:39 par Anna

« Genius at work ». Pourquoi un titre en anglais ? Ah oui, c'est vrai, vous aimez le latin.

55. Le dimanche 12 avril 2009 à 14:57 par malpa

@ eolas sous 43

Un lapsus je pense : satsuki ne signifie pas fleur de cerisier, mais azalée. D'ailleurs, les cerisiers ne fleurissent pas en mai mais début avril... Dépêchez-vous, vous en trouverez encore quelques uns en fleurs en altitude. Lâchez un peu votre clavier, Maître...

56. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:25 par crybabycry

Ca fait plaisir de voir qu'en plus d'écrire des chroniques sur le droit (entre autres), vous n'êtes pas un niais côté cinoche!! Miyazaki est un maître, et c'est bien dommage (pour moi) que son nouveau film ne passe pas à moins de 50km de chez moi... en VF... Compatissez les parisiens pour vos compatriotes de la province!!!

57. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:33 par pikipoki

Pour les enfants, il y a aussi Kiki la petite sorcière qui est une perle, et Porco Rosso. On pourrait même presque ajouter Le château ambulant et Le château dans le ciel.

58. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:36 par malpa

pour ceux qui veulent en savoir plus sur le Maître (l'autre) :

59. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:39 par Vrynn

Merci de ce sympathique billet. Que de chef-d'oeuvre dessinés par ce grand homme.

Quant au "Tombeau des lucioles", autre auteur certes... Mais quelle claque...

60. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:52 par Esurnir

@Pikipoki: Je regrette le chateau ambulant n'est pas vraiment pour tout les ages, même à mon age la scène ou la sorcière des Landes se fait confisquer ses pouvoirs est traumatisante.

61. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:52 par L'avocat du diable

Comme de nombreux lecteurs anonymes du blog, je n'arrive plus a me retenir tel un ejaculateur precoce, pour mettre un commentaire sur ce billet qui me rejoui. J'ai vu des milliers de films tous genres confendus mais "Le tombeau des lucioles" est monumentale par sa "simplexite", realise avec tres peu de moyen materiel, financier et humain. Mais tellement intense, tellement puissant qu'il provoque une reaction en chaine de compassion et une explosion de tristesse, car on est en total empathie. In fine le film me fais pense au plus grand roman russe "Crime et chatiment" de Dostoiski ou des etres les plus malheureux au monde se croisent dans un destin tragique.

PS : j'espere que vous n'allez pas cesser de faire vivre ce blog en changeant de camps.

62. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:56 par Kemmei

Merci de mettre votre notoriété au service de la diffusion de ces chef d'œuvres.

Ce dernier opus - que je viens de voir - me parait plus dans la veine de Totoro que des films plus "adultes" qu'il a pu nous offrir. Il parait (interview) qu'avec l'âge, le maitre souhaite faire des films plus légers et dirigés vers les plus jeunes.

Ça reste merveilleux, mais un peu moins fascinant tout de même.

63. Le dimanche 12 avril 2009 à 15:58 par marilor

Fan inconditionnelle de Miazaki et des studios Ghibli, j'attendais avec beaucoup d'émotion la soirée d'hier où j'ai été voir Ponyo sur la falaise hier, en vo (2 scéances en VO au Majestic à Lille)...Et j'ai été un peu déçue, trouvant que l'on retournait plus à Kiki la petite sorcière qu'au magnifique voyage de Chihiro ou au sublime Château ambulant....Certes la magie et la poésie sont toujours présents, mais l'histoire beaucoup moins profonde... Sinon, pour les Lillois, le week-end prochain, au palais des beaux-arts, une grande partie des oeuvres du grand maître seront diffusées...

64. Le dimanche 12 avril 2009 à 16:23 par Get real.

Trol??

Marié et ayant des enfants, en plus avec l'âge que vous devez avoir, vous avez si peu confronté la misère dans votre vie que vous avouez même verser des larmes en regardant un "dessin animé". Franchement, aussi bien fait soit il c'est vraiment ridicule. Tout comme cette expression appartenant au lexique du parfait petit cyprien..

Vous savez que j'ai raison, autrement vous auriez déjà effacé mon premier commentaire..

Ou peut-être est-ce là une manifestation de votre tolérance chrétienne.

Continuez à fêter pacques en lisant et corrigant les commentaires de votre blog

et me censurez pas trop ;-)

Eolas:
Non, d'habitude, c'est quand j'efface le commentaire qu'on dit que c'est la preuve qu'on a raison. My god, you really suck at trolling…. Allez, je sens que vous en mourrez d'envie. Promis, votre prochain commentaire, je le censure. C'est Pâques, après tout.

65. Le dimanche 12 avril 2009 à 16:32 par Schmorgluck

Quand j'ai appris qu'un nouveau Miyazaki sortait, je suis allé le voir toutes affaires cessantes dans ma salle de cinéma favorite, une salle "art et essai" où j'étais certain de le voir en VO (malheureusement les sous-titres était en blanc, sans cerclage noir, donc peu lisibles sur les images claires - mais ça n'est pas très grave). Ce film n'a pas la flamboyance technique de Chihiro, il est graphiquement plus simple, comme une aquarelle de maître, dans l'épure. J'ai passé mon temps à pleurer devant tant de beauté. À voir absolument.

Bon, moi, je retourne me relire Nausicäa de la Vallée du Vent, dont je viens de retrouver les sept volumes dans ma bibliothèque.

66. Le dimanche 12 avril 2009 à 16:34 par E-fred

Je suis heureux de voir que les Studio Ghibli ont autant de fan (jeunes et moins jeunes) ici même. En plus des splendides histoires, Miyazaki a aussi du flair quand il s'agit de la musique de ses films...donc je profite de cet article pour rendre hommag à Joe Hisaishi, spécialement pour toute l'oeuvre de Pricesse Mononoké et le génial "Rêvons toujours les mêmes rêves aimés" chant et musique Youmi Kimura, paroles de Wakako Kaku.

Dans un autre style mais, le très beau "Ghost in the shell" avec le morceau de bravoure "hong kong city" et surtout " le festival" en deuxième partie du lien (3'33'') : http://www.youtube.com/watch?v=NVfAus3OEww

Plein écran et son au maximum...

Bien à vous.

67. Le dimanche 12 avril 2009 à 17:24 par Tiramisu

Maître, je suis ravi de voir que vous profitez de ce blog pour ouvrir les esprits à des domaines étrangers à la sphère juridico-politico-médiatique. Ayant vu toutes les oeuvres du grand Miyazaki, je ne peux qu'approuver. Si d'aventure, il vous prenait l'envie de vous pencher vers l'animation japonaise en général, autre que celle produite par le studio Ghibli, je vous conseille plusieurs films mythiques en la matière (à ne surtout pas diffuser à des enfants, non pas à cause de leur violence mais par la complexité des sujets abordés) : Akira, Ghost in the Shell, Jin-Roh, ainsi que l'ensemble des oeuvres de Satoshi Kon (Perfect Blue, Paprika etc...). Vous avez là, au choix, le gratin de la science-fiction, les origines du genre techno-punk et divers films d'anticipation. Ils partagent avec les films de Miyazaki un élément inaliénable au cinéma d'animation japonais : l'étude de l'Homme, ainsi que ses rapports avec la nature et la machine.

68. Le dimanche 12 avril 2009 à 17:40 par siro

Comme d'habitude un beau film ou l'on est vite perdu dans le bestiaire japonais , cela participant a la magie de ses films , et puis tous ces personnages font du mieux qu'ils peuvent dans des situations complexes (princesse mononoké), _qui contient cette scène que j'ai envie de qualifier de japonaise: le monstre sortant de la forêt, poursuit deux enfants presque adolescents, l'un chute, le monstre s'approche, nous prévoyons qu'il va n'en faire qu'une bouchée, et l'autre enfant de sortir sa dague et se mettant en position de combattre ; il n'a bien évidemment aucune chance mais il le fait, et sans hésiter.

le film ponyo est d'une gentillesse a toute épreuve.(une des répliques du film : _"nous ne pouvons pas vous aider , mais nous vous souhaitons le meilleur"_

Ps: maître holala , passez le bonjour pour moi aux paysans de Paris.

69. Le dimanche 12 avril 2009 à 17:45 par WOH

Bonjour,

Bien d'accord avec les propos tenus ici. Miyasaki est un génie, je l'ai découvert il y a 10 ans et je ne me lasse pas de voir et revoir ses chefs d'oeuvre, avec une préférence pour Chihiro (le moment de grâce du voyage en train, le sans visage etc..etc...) et pour Totoro. Je fais court et j'ajoute, histoire d'apporter quelque chose, que l'autre vertu de Miyasaki aura été de me faire découvrir, un peu, ce qui se passe de l'autre coté de la planète. Je conseille aussi "mes voisins les Yamada" de Takahata, celui qui a fait le tombeau des lucioles, très différent avec un graphisme assez particulier, Pompoko toujours de Takahata mais aussi Tokyo godfathers de Satoshi Kon (ça fait classe de mettre le nom du réalisateur, mais je vous rassure, je suis allé le chercher sur internet ) Bon évidemment, le problème avec Miyasaki c'est que quand on a commencé en voyant Chihiro , y a un risque que l'on trouve le reste plus fade. ce serait dommage, il y a vraiment des choses intéressantes et dans tous les genres. Bien cordialement et merci à notre hôte pour cette espace stimulant, quel que soit le sujet. Nab : qui peut me citer le nom des méchants chez Miyasaki ?

70. Le dimanche 12 avril 2009 à 18:38 par Timeo

Je n'ai jamais rien vu de Miyasaki, mais je suis un peu dubitatif sur des affirmations "films pas pour jeunes enfants parce qu'ils vont avoir la frousse" ou "qu'ils ne vont pas comprendre".
Je n'ai pas d'enfant, mais j'ai une nièce qui avait peur d'un "Jack in the box". Grand Dieu! le jouet était surement à cacher définitivement! Mais elle adorait ce jeu qui la surprenait et lui faisait peur à chaque fois... Si un enfant (puer ou infans) a peur, il peut apprendre à connaître, controler ou dominer sa peur.
Un film est une expérience comme en procure l'existence, dont il sortira quelque chose. J'ajoute qu'une "oeuvre de fiction" est supposé créer et faire ressentir des émotions, des états d'esprits, propre, entre autre, à divertir ou pour atteindre un but. Et à tout prendre, peut être est il préférable qu'un enfant ai peur d'un accident de la route au cinéma plutôt que dans un vrai véhicule?
Quand à "ne pas comprendre", il me semble que tout un chacun depuis sa naissance apprend, se forme une connaissance du monde à chaque expérience et corrige ses interprétations successives. Qu'ai je compris du soleil avant d'apprendre ce que je sais aujourd'hui et ce que je saurais demain ?
Que comprend un "jeune enfant" (mettons 5/6 ans) de "La Belle et la Bête" et autres contes? Qu'ai je compris des "Trois mousquetaires", des "Enfants du capitaine Grant" quand j'avais 11/ 12 ans? Qu'est ce que je comprends aujourd'hui? Peut être ai je eu de la chance de ne pas être devenu un ivrogne mélancolique comme Athos!!
Avec mes sincères remerciements pour ce que j'apprend grâce à vous.

71. Le dimanche 12 avril 2009 à 18:45 par glandium

@malpa @55, et @eolas:

Le nom Satsuki vient du nom mois de mai (皐月, Satsuki) dans l'ancien calendrier lunaire japonais (旧暦, kyûreki). Le mois a quant à lui donné son nom à l'azalée.

72. Le dimanche 12 avril 2009 à 18:48 par Bziaou

Un petit mot pour dire combien je suis d'accord: sur le génie de Miyazaki, sur le fait que ses dessins animés s'adressent, non à des enfants, mais à un public plus mûr (le voyage de Chihiro, qui est mon préféré aussi, a quelques scènes assez impressionnantes).

Si cela peut aussi inciter le public à s'intéresser au genre même du manga, qui ne se réduit pas du tout à la vision un peu cliché qu'on en a en France, c'est à dire aux dessins animés de TF1 le dimanche matin, c'est encore mieux. Il y a de très bons mangas, qui ont cet avantage sur les dessins animés classiques de souvent poser des problèmes philosophiques sans tomber dans le manichéisme primaire. Par exemple, Death Note...

73. Le dimanche 12 avril 2009 à 19:13 par beldeche

Effectivement les derniers films peuvent faire naître un frisson.

Pour DB évolution, il faut avoir eu accès à la notice, pour comprendre le vrai message du film.

Enfin, j'adore aussi Hayao Miyazaki, le tombeau des lucioles m'a bouleversé, et j'ai du mal à trouver le courage de le revoir. Ses animés sont autant d'univers légèrement fantastiques dans lesquels on s'immerge sans effort.

74. Le dimanche 12 avril 2009 à 19:38 par Schmorgluck

Alors, répétons-le parce que beaucoup de gens confondent, mais Le Tombeau des Lucioles n'est pas de Hayao Miyazaki, mais de son discret camarade Isao Takahata, cofondateur des studios Ghibli (et qui a l'étonnante singularité de ne pas être lui-même dessinateur).

75. Le dimanche 12 avril 2009 à 19:39 par Humstel

Je plusunois sur le plaisir à regarder du Miyazaki. Mon préféré est Mononoke ayant trouvé la fin des Châteaux (ambulant et dans le ciel) un peu trop abrupte.
Les otaku qui lisent ce blog me reprendront peut-être mais il me semble que Miyazaki possède un statut à part dans le monde du manga, ses films sortent un peu du schéma traditionnel, ce qui n'empêche une promo conventionnelle
Je poursuis mon coup de cœur côté papier avec Taniguchi que vous pouvez acheter les yeux fermés pour lire les yeux grands ouverts. Mon favori car le premier que j'ai lu: l'homme qui marche mais Au temps du Botchan est juste fascinant.

Enfin pour notre hôte qui adore l'humour, il y a Ebichu (attention, déconseillé pour les enfants).

76. Le dimanche 12 avril 2009 à 20:24 par melianos

Je me permets juste une petite correction, le thème du mal que l'homme fait à la nature est récurrent dans la japanimation, et est également très vieux. Le roi Léo, série débutée en 1951, traite un peu le sujet, et il est récurrent dans beaucoup de séries aujourd'hui (de mémoire, il est également présent dans certaines parties de Naruto, qui est pourtant un dessin animé dont le thème est loin de la nature).

Bel article en tout cas, qui me rappelle que je devrais regarder le Tombeau des Lucioles.

77. Le dimanche 12 avril 2009 à 20:42 par cali rezo

j'espère que tu me pardonneras de ne pas avoir lu en détail chaque commentaire, il y aura peut-être redite...

D'abord, merci de parler de ce merveilleux créateur ! Ensuite, on peut en effet monter Totoro et Porco Rosso aux jeunes enfants (testé et approuvé) mais en effet j'ai un doute sur Chihiro par exemple.... Je fonds et retrouve mon amour de l'humanité lorsque je plonge dans ses oeuvres... Ce qui est un sacré compliment en fait.

(et puis j'te file des bisous en passant aussi tiens mon maitre préféré)

78. Le dimanche 12 avril 2009 à 20:46 par holdi

So say we all.

79. Le dimanche 12 avril 2009 à 20:49 par Giudice

Quel plaisir de voir un homme aussi génial que Miyazaki récompensé sur ce blog! Plus sérieusement, merci Eolas de participer à la diffusion de ses oeuvres. Allez tous voir tous ses films, c'est bonheur à l'état pur.

80. Le dimanche 12 avril 2009 à 20:52 par Terence

Paroles: Christophe Izard

Musique: Roger Pouly

{Refrain:}

Voici venu le temps des rires et des chants

Dans l'île aux enfants

C'est tous les jours le printemps

C'est le pays joyeux des enfants heureux

Des monstres gentils

Oui c'est un paradis

Ce jardin n'est pas loin

Car il suffit d'un peu d'imagination

Pour que tout, tout près de vous

Poussent ses fleurs, ses rires et ses chansons

{au Refrain}

Si seulement vos parents

Avaient envie de vivre dans notre île

Tout serait beaucoup plus gai

Et pour chacun la vie serait plus facile

{au Refrain}

Et le soir, dans le noir

Quand bien au chaud, votre journée s'achève

Vous pouvez nous inviter

A revenir chaque nuit dans vos rêves

{au Refrain}

La lala lala Lala lalala ...

http://www.casimirland.com/ile_aux_enfants/

81. Le dimanche 12 avril 2009 à 21:05 par Clems

"Je maintiens que pour de jeunes enfants, Princesse Mononoké a des scènes effrayantes, de même que le château ambulant (les hommes caoutchouc, les bombardements, les sorciers volants…), ou les scènes de guerre de Nausicaä. La charge des Ohmus est impressionnante. "

Oulala effrayant c'est sur. Vous étiez effrayé par XOR ? Un enfant ne s'effraye pas si facilement, il ne voit pas la même chose que vous. (encore que j'ai un doute ;)

http://phortail.org/blagues/illusion-optique-0435.html

82. Le dimanche 12 avril 2009 à 22:07 par Esurnir

@Clems: Peut-être, ce que me rappelait le passage en question était les cruels executions à la chaise électrique de la ligne verte.

83. Le dimanche 12 avril 2009 à 22:21 par Moi

"À part Mon Voisin Totoro, je vous déconseille de montrer du Miyazaki aux très jeunes enfants", dites-vous. Et Kiki la petite sorcière?

84. Le dimanche 12 avril 2009 à 22:32 par Leslie/Elsie

Aviez vous vu l'expo Miyasaki/Moebius à la Monnaie de Paris ?

Sinon je suis tout à fait d'accord pour dire que ces dessins animés ont des problématiques un poil complexe pour les enfants. Je garde aussi une tendresse pour le voyage de Chihiro. Mais j'avoue être en proie à une émotion intense devant toutes ses scènes forestières...

Quand au tombeau des lucioles... argu ! A ne pas voir quand on déprime. Je n'avais jamais pleuré devant un dessin animé... ce fut fait...

85. Le dimanche 12 avril 2009 à 23:18 par Omnlé

bonjour

Je suis allée voir Ponyo sur la falaise avec des amis et avec mes neveux de 3 et 6 ans, qui ont tous les deux beaucoup apprécié.

Je ne connais pas encore les autres oeuvres, mais celle-ci est abordable pour des enfants, s'ils sont un peu habitués au cinéma (le film dure quand même près de 2 heures).

Sinon, c'était une découverte pour moi : les dessins, la musique, l'histoire... Et un film aussi bien pour les enfants que pour les adultes. On n'emmène pas les enfants voir ce film, on y va avec eux, et on peut tout à fait y aller sans eux !

86. Le dimanche 12 avril 2009 à 23:47 par Sophie

Autrefois il y avait le grand méchant loup... même si les films d'Hayao Miyasaki ne s'adressent pas à des maternelles.. à 9 10 ans on est toujours un enfant... ensuite la peur est un sentiment humain auquel on est confronté déjà tout petit

87. Le lundi 13 avril 2009 à 00:16 par Radiozed

Bonjour très cher Maître

Merci pour votre critique que je partage en tout point, bien qu'encore relativement novice dans la découverte de Miyazaki. Je m'autorise une digression concernant ce film : je tenais à signaler qu'on y trouve un exemplaire du mythique bateau pop-pop. Émerveillé par l'objet et sautant sur le prétexte qu'est l'évocation du film poétique qu'est Ponyo sur la falaise, je profite pour faire de la publicité pour ce mode de propulsion au charme ravageur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur_pop-pop.

Salutations respectueuses.

88. Le lundi 13 avril 2009 à 00:39 par Anticonstitutionnellement

De ce billet et de votre goût pour le thé, je déduis que vous avez probablement un goût certain pour le Japon. Alors, question : un avocat français peut-il y faire un bout de carrière ? Est-ce totalement irréalisable ? Doit-il impérativement parler la langue nipponne, ou l'anglais d'affaires suffit-il dans le milieu professionnel ?

89. Le lundi 13 avril 2009 à 01:44 par Zorglub

Juste une petite précision : le roman d'Akiyuki Nosaka, la Tombe des Lucioles (il a ce titre dans la traduction dont je dispose) dont est tiré le film, aurait bien du mal à être un récit entièrement autobiographique. Ceux qui en ont lu les 4 premières pages me comprendront.

Eolas:
***SPOILER*** : Ne lisez pas plus loin si vous n'avez pas vu le film.

Oui, le film s'ouvre sur la mort de Seita. Nosaka, lui, n'est pas mort, mais sa petite sœur de 4 ans est bien morte de malnutrition, comme Setsuko dans le film, car il a été incapable de lui trouver à manger et trop fier pour demander de l'aide. Ce livre a été écrit pour demander pardon à l'esprit de sa sœur, pour exorciser ce fardeau qu'il porte depuis son enfance. Faire mourir son Alter Ego Seita est une façon pudique de dire : une part de moi est morte avec toi. La part qui reste en vie te demande de lui pardonner.

90. Le lundi 13 avril 2009 à 03:27 par Fabrice

Malgré les vagues à gros yeux, Miyazaki lui-même déclare avoir fait un film pour enfants avec Ponyo, et sauf enfant en bas âge ou particulièrement impressionnable, je trouverais dommage de les priver d'une telle merveille. Pour ma fille (6 ans), ça a été son premier film vu au cinéma, et elle en a été complètement enchantée.

@Anticonstitutionnellement Je n'ai pas lu toutes les notes et références que le maître des lieux a pu consacrer au thé, mais il me semble que ce sont surtout les thés indiens qui ont ses faveurs…

91. Le lundi 13 avril 2009 à 03:28 par Lazarre

Vu ce soir, une salle presque vide dans un cinéma pourtant plein. Beaucoup se sont entassés pour aller voir Coco et Fast and Furious, nous nous avons pris un bain de jouvence avec Ponyo.

Merci de nous avoir rappelé la sortie de cette perle, on avait failli le manquer, et c'eût été un drame, de passer à coté de cette bouffée de fraicheur et de poésie.

Ponyo ponyo ponyo... ^^

92. Le lundi 13 avril 2009 à 06:59 par Flexable

Une des plus grandes influences de Miyazaki est Paul Grimault, réalisateur français du "roi et l'oiseau", à voir absolument, avec ses enfants ! PS : @14 : merci pour le lien vers Sita, excellent film d'animation : techniques variées, très très drôle !

93. Le lundi 13 avril 2009 à 07:29 par glandium

@Zorglub: ou les 2 premières minutes du film.

94. Le lundi 13 avril 2009 à 08:40 par villiv

Moi qui ne savait pas trop si j'allais (si je devais) aller le voir, ce film,

je constate que je n'ai pas le choix : il FAUT aller le voir !

J'étais plutôt attiré par les Bandes Originales... mais là, après avoir lu ce "mandat d'amener" devant la Toile blanche, je vais très certainement obtempérer !

Merci Maître... !

95. Le lundi 13 avril 2009 à 09:43 par malpa

@ Flexable (92)

Pas seulement Grimault. Toute l'animation mondiale est une référence pour Miyazaki, aussi bien l'animation soviétique et tchèque des années 50 que René Laloux, que Mœbius, que Disney...

Par exemple, les ohmu de Nausicäa sont une référence aux ohms de La Planète sauvage de Topor/Laloux. J'ai toujours pensé d'ailleurs que les ohmu s'interprétaient comme une partie très ancienne "pré-reptilienne" de l'âme humaine (Miyazaki, comme tout intellectuel et artiste japonais de sa génération, a des notions de français, et vraisemblablement plus). Quelqu'un fait une autre analyse ?

Nausicäa est sans doute plus difficile à aimer que Totoro ou Ponyo, ou Mononoke ou Chihiro car empreint d'une esthétique très "organique" (les exhalaisons de champignons, les cloportes géants, etc...), mais sa puissance symbolique est éminemment constructive, y compris pour des enfants.

96. Le lundi 13 avril 2009 à 09:56 par Jean-no

@Ours noir : je pense aussi que Miyazaki est moins célèbre que l'on pourrait le croire. À mon grand étonnement. Je me suis retrouvé dernièrement dans une conversation avec cinq étudiants en école d'art... Aucun d'entre eux ne connaissait - ni le bonhomme, ni ses films. Ce que j'aime bien avec lui c'est que chacun de ses films est mon préféré : Kiki (le premier que j'ai vu, en VHS, à une époque où Miyazaki était vraiment un inconnu), Porco Rosso (à sa première sortie au cinéma, il y a bientôt quinze ans), Mononoke, Chihiro, Totoro,...

Sur l'âge : le Miyazaki le plus dur, Mononoke, fascine les enfants, même assez petits. Ce que j'aime chez Miyazaki c'est qu'il ne fait pas un cinéma à double-sens où les enfants aimeraient certains détails et les adultes d'autres (des allusions sexuelles voilées par ex), au contraire, de 3 à 103 ans ce sont les mêmes cordes qui vibrent.

97. Le lundi 13 avril 2009 à 11:02 par Aron Adol

Dans ce grand concert de qui connaît mieux, de qui a connu le premier Miyazaki, et de qui conseille quoi, mon avis: D'abord Ponyo est superbe, mais ce n'est pas mon préféré, pour au moins deux raisons: - l'histoire qui tient sur un timbre-poste; - et le background mythologique moins fourni que dans ses dernières réalisations. A aller voir tout de même, bien sûr (plus que Coco ou ce genre de merde, maintenant il est vrai que je parle sans l'avoir vu).

Et puis arrêtons avec le terme "chef-d'oeuvre" à tout bout de champ, de grâce! Une oeuvre ne se compose pas de 36 chefs-d'oeuvre!

98. Le lundi 13 avril 2009 à 11:02 par vincent

J'en remet une couche sur le Tombeau des Lucioles. Je l'ai vu la 1ère fois lors d'un festival de dessin animé japonais. Surpris de sentir les larmes me monter aux yeux j'ai jeté un coup d'œil à ma droite pour voir une adolescente enfouie dans son mouchoir, puis à ma gauche en entendant un gros balaise tatoué en train de renifler les yeux brillants. Depuis, la simple mention du film me remplie d'émotion.

Mais film sublime, pas mélo du tout, juste historiquement réaliste. Un des films les plus pacifiste qui existe. Vous ne verrez plus un bombardier de la même façon.

Depuis je regarde attentivement tout ce que le studio Ghibli sort.

99. Le lundi 13 avril 2009 à 11:02 par vincent

J'en remet une couche sur le Tombeau des Lucioles. Je l'ai vu la 1ère fois lors d'un festival de dessin animé japonais. Surpris de sentir les larmes me monter aux yeux j'ai jeté un coup d'œil à ma droite pour voir une adolescente enfouie dans son mouchoir, puis à ma gauche en entendant un gros balaise tatoué en train de renifler les yeux brillants. Depuis, la simple mention du film me remplie d'émotion.

Mais film sublime, pas mélo du tout, juste historiquement réaliste. Un des films les plus pacifiste qui existe. Vous ne verrez plus un bombardier de la même façon.

Depuis je regarde attentivement tout ce que le studio Ghibli sort.

100. Le lundi 13 avril 2009 à 11:39 par plemoine

Alligator gousse d'ail et masse :)

101. Le lundi 13 avril 2009 à 11:41 par article3convention

Eolas seisei Domo arigato gozaimasu.

102. Le lundi 13 avril 2009 à 12:14 par Alex d'Epidose

Je confirme que Princesse Mononoke n'est pas pour les enfants, je l'ai montré à mon fils de 6 ans (à l'époque), et il a fini sous les coussins du salon, terrifié (en plus, il dure 2 h, dans mon souvenir du moins).

Sinon, maître, permettez que je vous corrige sur l'orthographe du mot "balade" : dans ce sens il ne prend qu'un seul L (car elle se déambule ici, et ne se chante point).

103. Le lundi 13 avril 2009 à 12:41 par RG

@101 Alex d'Epidose

Sinon, maître, permettez que je vous corrige sur l'orthographe du mot "balade" : dans ce sens il ne prend qu'un seul L (car elle se déambule ici, et ne se chante point).

Dans sa forme réinventée romantique la ballade se joue, si on est génial se joue en se baladant.

104. Le lundi 13 avril 2009 à 12:44 par Gina

Voir et revoir la belle Gina qui chante Le Temps des Cerises avec son accent japonais,

www.youtube.com/watch?v=h7SB-8YMdlk

105. Le lundi 13 avril 2009 à 13:58 par mathlebosco

@70 Athos "s'amende" en élevant son fils Raoul (c'est dans 20 ans aprés). j'aime ce retour au "fait main". dans Chihiro, pour moi il y avait trop d'effets par ordinateur. j'avoue avoir du mal à faire un classement. Totoro reste une découverte: un film sans méchant? chiche! merci au maitre pour l'explication qui me taraude depuis que j'ai une affiche de Totoro avec une petite fille qui est un mixte entre Satsuki et meil. un mystère élucidé. merci aussi pour l'info aux lillois: encore une excuse pour aller aux beaux arts!

106. Le lundi 13 avril 2009 à 14:11 par Esurnir

@92: Je regrète, le roi et l'oiseau est un film qui était haït par la plupart de mes jeunes cousins et cousines et moi-même. Il n'est pas drole, la fin est plutôt ambigüe. Ce film est trop philosophique pour les jeunes gosses au même titre que la lecture du petit prince qui pour les enfants est incompréhensible.

107. Le lundi 13 avril 2009 à 14:47 par Pierre Col

Vu tout à l'heure en famille, à l'excellent Comoedia de Lyon qui lui avait dévolu son immense écran. Tant les parents (46 et 44 ans) que les enfants (12, 10 et 7 ans) se sont régalés !

J'en profite pour vous conseiller vivement d'emmener vos mômes voir "Bugsy Malone", le tout premier film d'Alan Parker, qui ressort en salles le 15 avril ! Je l'avais vu à sa sortie, j'avais 13 ans et j'en garde un très très bon souvenir...

108. Le lundi 13 avril 2009 à 14:57 par foo

La coïncidence n'amusera que moi, mais vendredi soir, au moment où Eolas se fendait de ce joli billet, je passais devant un ciné, crevé de ma semaine, j'ai vu que Ponyo était sorti, je me suis dit "oh bah un Miyazaki, ça ne peut être qu'un bon moment", et hop, je suis allé le voir. En sortant, toute la fatigue avait disparu ! Sur un nuage, que j'étais. Ce film, c'est beau et tout simple, ça parle à l'imaginaire et à l'enfant en nous, pourvu qu'on le laisse encore exister un peu de temps en temps.

Et à présent je découvre le conseil d'Eolas, et j'approuve totalement ! Mais c'est largement moins violent et adulte que Princess Mononoke, je crois sincèrement qu'il faut le montrer à un public plus jeune (aux parents d'apprécier).

109. Le lundi 13 avril 2009 à 16:35 par vinc17

@63 marilor

Et j'ai été un peu déçue, trouvant que l'on retournait plus à Kiki la petite sorcière qu'au magnifique voyage de Chihiro ou au sublime Château ambulant....Certes la magie et la poésie sont toujours présents, mais l'histoire beaucoup moins profonde...

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Nausicaä, Le Château ambulant et Le Voyage de Chihiro restent mes 3 Miyazaki préférés.

110. Le lundi 13 avril 2009 à 17:12 par thierry

Ayant vu ce billet et organisé la séance de cinéma avec mes filles dimanche matin, je ne peut que conclure avec le maître et de nombreux autres commentaires : à voir, pour les enfants et pour les grands. Miyazaki comme on l'apprécie, un superbe dessin enfantin bien animé et une histoire dans la lignée de Totoro... Et pas d'appréhensions de mes filles de 4 ans dont c'était la deuxième sortie cinéma.

Je vais lancer les réflexions en notant quelques points sur Ponyo, ceux qui l'on vu comprendront. Je trouve intéressant la description de la famille et la place de Koichi, le père de Sosuke. Entre autres si on considère ce que Goro, le fils de Hayao Miyazaki, met en scène dans son film (Les Contes de Terremer). Qu'en pensez-vous?

Sinon, comme influences sur les oeuvres de Miyazaki, je noterais bien la SF américaine et le médiéval fantastique, entre autres la SF féministe. Miyazaki est un lecteur d'Ursula Le Guinn, et il a eu le regret de se voir refuser l'adaptation de terremer il y a longtemps (avant qu'elle accepte finalement et que ce soit son fils qui le réalise). Pour Nausicaa, notons aussi que les Ohmus ressemblent beaucoup au rôle et à la puissance des vers de sable de Dune, et que la notion de végétation purifiant la terre (et se défendants en étant mortel pour les humains) est présent dans la SF des années 50 (les arbres combattants de Cordwainer Smith, par exemple). Et pourquoi ne pas associer le rôle messianique de Nausicaa et celui de Paul dans Dune?

111. Le lundi 13 avril 2009 à 17:35 par Robin Hood

Miyazaki a quatre thèmes récurrents : l'enfance, la nature, les grand-mères et les machines, de préférence volantes. Tout vient de son histoire personnelle.

Vous sembler oublier la guerre et la pollution (Mononoke/ Nausicaa de la vallée du vent). Cependant personne ne vous en tiendra rigueur.

Eolas:
La guerre n'apparaît pas dans toutes ses œuvres (rien dans Totoro, ni dans Ponyo, ni dans Chihiro, sauf à considérer comme une guerre l'affrontement des deux sorcières Yubaba et Zeniba). La polution est inclus dans la nature, pour moi. Les quatre thèmes que je cite sont dans toutes ses œuvres. Même si dans Ponyo, la tête traditionnelle de la sorcière est attribuée à maître Fujimoto (passablement effiminé), les grands mères de la maison de repos sont bien là.

112. Le lundi 13 avril 2009 à 18:19 par Stephy

Très beau billet sur Miyazaki, j'espère que ça incitera de nombreux de lecteurs à découvrir ses chefs d'oeuvre !! Il y a beaucoup de gens qui n'en n'ont jamais vus et sont rebutés par le fait que ce soit des dessins animés, et " japonais de surcroît ", c'est vraiment dommage. Qui pourrait rester insensible face au "Voyage" de Chihiro" ?? Je prépare l'ENM et à l'IEJ on nous a dit qu'on pouvait le citer dans nos copies de culture générale, c'est donc une bonne référence ! ;)

113. Le lundi 13 avril 2009 à 18:54 par Pierre

Maitre,

Vous êtes génial. Vraiment. Quelqun qui aime le droit, le rugby, qui est catholique et qui aime l'animation japonaise est forcément génial! Plus je vous lit, plus l'estime que j'ai pour vous augmente :-)

Je vous aime, continuez ainsi.

Pierre

114. Le lundi 13 avril 2009 à 20:29 par Thunder Bird

J'en reviens juste.

En première remarque, je dirais cela : pour un film d'un réalisateur très « écolo » (ce film-ci ne dérogeant pas à la règle), j'ai été assez surpris de constater le mode de vie des personnages principaux (la famille de Lisa, Sôsuke et son père). Si j'ai bien compris, Lisa a typiquement un mode de vie basé sur la toute-puissance de la voiture. C'est à dire que grâce à son véhicule, elle se permet d'habiter manifestement loin de son lieu de travail. Je ne pense pas me tromper en disant qu'elle semble mettre plusieurs dizaines de minutes de bagnole (d'ailleurs en roulant assez vite) pour se rendre à son hospice de vieux. On a donc distinctement l'impression qu'elle fait bien 1h de bagnole par jour, en n'effectuant d'ailleurs aucun covoiturage puisqu'elle se contente de se déplacer avec son fils.

Et bien c'est peut-être un détail, mais ça m'a vivement étonné. Ce mode de vie avec des mouvements pendulaires énormes (30 mn le matin, 30 mn le soir) est pourtant dans la ligne de mire de nombreux scientifiques spécialistes du changement climatique, qui s'accordent d'ailleurs pour la plupart à dire qu'il n'est pas viable à moyen-terme, étant fondé sur la disponibilité d'un moyen de locomotion au comburant abondant et pas cher, ce qui est très précisément en train de prendre fin lentement mais sûrement grâce au peak oil. Ca m'a donc surpris qu'un tel mode de vie soit présenté sous un jour « mélioratif », puisque c'est celui des personnages qui reçoivent notre affection. A aucun moment on ne songe à critiquer ce modèle d'urbanisation, alors que pourtant il est de plus en plus reconnu que c'est une catastrophe sur le plan des rejets en CO2. Bizarre, donc, coupable, même, comme oubli dans une oeuvre à dimension ouvertement écolo – bien avant que ça ne soit à la mode, comme vous le rappeliez à juste titre, Me Eolas –

Ce détail mis à part, et bien... ça ne m'a pas franchement emballé. Moi qui avais authentiquement vibré devant des œuvres majeures comme Princesse Mononoke, ou encore Le voyage de Chihiro, celui-là m'a laissé assez froid. Je l'ai trouvé assez gentillet, voire carrément cucul-la-praline par moment. Je n'ai pas vraiment été conquis par la profondeur du message sous-jacent. Bref, un film mineur dans une œuvre générale de plus grande ampleur.

115. Le lundi 13 avril 2009 à 21:40 par nathan

Cher confrère,

Je laisse à d'autres les débats philosophiques sur l'oeuvre de Myasaki.

J'ai été voir "Ponyo sur la falaise" et en ressort avec un commentaire simple: ce film est magnifique, plein de tendresse et de poésie.

A recommander sans hésiter, quelque soit l'âge.

116. Le lundi 13 avril 2009 à 23:34 par Celeborn

J'en reviens. Un très bon moment, assez léger. Nettement moins riche que Mononoke ou Chihiro (ou même Totoro), je trouve, même si le film est rempli de petits gestes, de paroles, d'attitudes extrêmement réussis : Miyazaki a vraiment tout compris aux enfants.

Puisque l'on parle de ses Ghibli préférés, j'en profite pour signaler que l'un de mes immenses coups de coeur est Omoide Poroporo ("souvenirs goutte à goutte"), de Takahata. Une découvrte (en DVD... désolé, maître !) dont je ne suis toujours pas revenu : qu'un film d'animation s'attaque à la problématique de l'enfance, de la guerre, du rapport entre l'homme et la nature, je pouvais m'y attendre ; mais qu'il prenne comme thème la psyché, la névrose, dans une dimension quasi freudienne, quelle surprise ! A découvrir absolument !

117. Le lundi 13 avril 2009 à 23:59 par Laszlo Carreidas

Vous écrivez "Airplaines". Si ce n'est pas de la poésie... Vous écrivez improbables. Ca m'étonne de vous, on s'attendrait plutôt à lire improbable dans libé, ou chez Bourbaki, mais je pense qu'il est improbable que vous ayez lu, et impossible que vous ayez rencontré, Bourbaki.

118. Le mardi 14 avril 2009 à 06:38 par chokclate

Je n'aime pas la polémique et encore moins les comparaisons. Je viens de regarder un bout du "voyage de Totoro" ainsi qu'une séquence du "livre de la jungle"...Je reconnais beaucoup de qualité à l'oeuvre de Miyazaki mais je resterais du coté de Walt Disney: c'est le jour et la nuit en termes d'animation et aussi de cible. Alors, de grâce, ne mélangeons pas les genres, les goûts et les couleurs... Par ailleurs, Maitre Eolas, continuez longtemps votre oeuvre d'ouverture à l'information des peuples, vous êtes inimitable de connaissance, de réflexion et bien sûr d'humour. Merci de vos touches de couleur par des temps de grisaille...

119. Le mardi 14 avril 2009 à 08:57 par Ouache

Faut vraiment que je prennes le temps d'aller le voir, celui-là.. malheureusement, les salles qui passent ce film en Vo se comptent sur les doigts de la main :/

Mais je vois qu'il y a eu une grosse discutions sur le public visé par les Miyazaki... Je conçois qu'un chihiro, un monoke ou un Nausicaa puisse faire peur aux très jeunes enfants, mais ce n'est pas absolument affreux non plus; inutile de planquer le dvd en attendant leur majorité, un moins de de dix ans sera parfaitement capable d'intégrer l'histoire et de voir la grosse vilaine bestiole comme autre chose qu'une usine à cauchemars... Testé et approuvé, à condition de le regarder avec eux, évidement. Le titre qui me pose le plus de questions, en fait, c'est Pompoko, rapports aux attributs des bestioles. Est-ce seulement à cause de mon éducation occidentale? Est-ce parceque le tanuki ne fait pas partie de notre folklore? parce que objectivement, il n'est pas moins sympathique que les autres titres du studio. Est-ce que les enfants trouveraient ca rigolo, ou aussi déplacé que nous, les adultes?

120. Le mardi 14 avril 2009 à 10:14 par Merome

Je suis allé voir le film hier avec mes trois enfants de 10, 7 et 4 ans. Ils n'ont sans doute pas tout compris, mais je ne crois pas qu'ils aient été choqués. Personnellement, je n'ai pas trouvé ça terrible. Il y a deux ans, je connaissais rien du tout de la culture animée japonaise, et considérant ça comme une lacune, je me suis fait conseiller par un vrai fan. Je me suis donc tapé Totoro, Princesse Mononoke, Le chateau ambulant, le chateau dans le ciel, Kiki la petite sorcière, le voyage de Chihiro, ... (en plusieurs mois, hein !). Même avec beaucoup de bonne volonté, je peine à accrocher. Totoro et Kiki sont regardables, et je rangerais Ponyo dans la même catégorie... Mais le reste, notamment Chihiro, j'ai trouvé ça très pénible. Sans doute perds-je tous mes repères dans ce genre de "contes pour adultes", et sans doute ne suis-je pas encore assez ouvert pour encaisser ça. Mais je n'arrive pas à m'ôter de l'idée qu'il y a un peu de "n'importe quoi" dedans, que même les fans les plus endurcis ne comprennent pas totalement, mais ils applaudissent le génie... Quelque part, c'est un peu facile de faire n'importe quoi (la preuve : j'y arrive très bien). En comparaison, Wall-E ou Ratatouille me font un effet non comparable. Je ne sais pas ce que mes parents ont raté dans mon éducation.

Histoire de me saborder totalement face au Troll Détector, la simple vue d'Harry Potter me donne de l'urticaire, aussi. Mais ce n'est pas le sujet.

121. Le mardi 14 avril 2009 à 10:17 par lapocompris

Merci à Ferdydurke de nous avoir fait découvrir Sita Sings the Blues.
Voici en streaming une version sous-titrée en français
Pour ceux qui veulent télécharger :
- le film existe en plusieurs résolutions
- les sous-titres existent dans plusieurs langues

122. Le mardi 14 avril 2009 à 10:49 par ceci

Je suis très en colère. Par votre faute. J'ai téléchargé, grâce à emule, le tombeau des lucioles. J'ai téléchargé, grâce à vous, le tombeau des lucioles. Un crève cœur! Merci. C'était magnifique.

Eolas:
En raisons de circonstances techniques indépendantes de sa volonté, Madame Albanel vous prie de bien vouloir débrancher de vous-même votre modem pendant un mois ou deux.

123. Le mardi 14 avril 2009 à 11:44 par Petruk

A propos des films pouvant être vus ou non par des enfants, je mentionne "Laputa, le Château dans le Ciel" de Miyazaki également (fin des années 80).

Le films alterne des passages comiques et d'autres plus poétiques et parfois effrayants. Je pense qu'on peut le regarder avec des enfants de 10-12 ans mais sans les laisser seuls à cause de la scène du réveil du robot qui est vraiment très impressionnante. Je parle de ce robot blessé qui progresse par bonds successifs jusqu'au sommet de la forteresse malgré tous les efforts des militaires pour le contenir. A la réflexion, je vous conseille plutôt de regarder cette scène avant pour pouvoir éventuellement décider en connaissance de cause.

Le contraste avec les scènes champêtres de l'arrivée sur laputa est vraiment saisissant.

124. Le mardi 14 avril 2009 à 12:42 par junot21

bonjour,

comme quelques autres avant moi, c'est la première fois que je fais un commentaire sur ce blog génial. Si en plus Maître Eolas est un fan de Hayao Miyazaki, alors là ...

Je ne sais pas quel est mon préféré parmi les chefs d'oeuvre du studio Ghibli, mais ce n'est ni Chihiro ni le Château ambulant : il y a à mon goût trop de redites par rapport aux précédents. Malgré cela, c'est decidé, je vais voir Ponyo ce soir, en VO bien sûr.

A propos de Ghibli qui se prononce djibli : l'assistant de Miyazaki (dont le nom m'échappe) a expliqué un jour que quand ils ont cherché un nom pour le studio ils ont pris un mot italien qui leur plaisait, mais ils se sont trompés sur la prononciation. Plus tard ils se sont rendus compte de leur erreur, mais la société était déjà créée, avec le logo, etc.

Bien à vous.

125. Le mardi 14 avril 2009 à 12:52 par Tekhyla

Bonjour,

Juste pour réagir à Mister "Get Real"... Ben en fait je réagit pas désolé pour le flood mais quand je lis des trucs pareil je suis pris d'une sorte de "fussoir". Enfin ça laisse de la marge de progression à la race humaine on va dire, oui en tant que grand fan de Miyazaki, je choisi de voir que le bon côté. (Je m'aide d'oeillères c'est plus pratique)

126. Le mardi 14 avril 2009 à 13:28 par zadvocate

Pour les petits nenfants, cinéaqua (cinéma + aquarium sous le trocadéro) organise une exposition autour du film (qu'ils ne diffusent pas), avec différents ateliers sonores, maquillage, création de décors ....

Et ils en profitent pour diffuser jusqu'au 31/05 4 films du réalisateur: le chateau dans le ciel, mon voisin totoro, le royaume des chats et jenesaispluslequel.

http://www.cineaqua.com/index_news.html

127. Le mardi 14 avril 2009 à 13:37 par Dhombres

Les films de Myazaki sont absolument géniaux (l'homme je ne sais pas, nous n'avons pas encore été présentés...) et tous publics avec moi le premier dans la file pour la séance en VO bien sûr !

A ce sujet, la fleur de cerisier ce serai plutôt Sakura, comme tout un chacun le sait qui regarde... Naruto.

En effet, Myazaki & Takahata c'est un peu l'alibi culturel de la Japanim'. A la limite, si on veut faire branchouille on y ajoute Leiji Matsumoto, Tensai Okamura et Katsuhiro Otomo mais les gros cartons du moment sont des shonen (feuilletons pour garçons) qui ont aussi leurs qualités.

C'est un peu comme si vous ne juriez dans les dîners en ville que par Proust et Joyce et que vous lisiez le Carré, King et Pratt en cachette dans les toilettes.

Assumons, amis nippophiles : Death Note, Code Geass, One Piece, Cow-Boy bebop, Casshern etc. sont AUSSI de grands mangas...

128. Le mardi 14 avril 2009 à 16:04 par Charles-Marie

Cela fait un certain temps que j'ai acheté le Tombeau des Lucioles, édition collector avec le roman à l'intérieur, que j'ai lu pour me préparer. Je n'ai toujours pas trouvé de omment favorable pour voir ce film, tellement la lecture du roman m'a glacé. Merci à tous pour les précisions sur l'auteur.

Sinon, je compte bien aller voir dans la semaine Ponyo. J'ai entendu parler de Miyazaki à la sortie de Porco Rosso que je ne suis pas allé voir, à mon grand malheur futur (il m'a fallu attendre bien des années pour pouvoir le voir!), et j'ai découvert les oeuvres de ce cinéaste en voyant Totoro (je le mets au-dessus de tous les autres non pour la qualité, mais parce que je n'ai pas trouvé d'oeuvre qui me donne autant de sourire et de "pêche" après l'avoir vue) puis peu de temps après Princesse Mononoké.

Certes, la fin du chateau ambulant est un peu abrupte (eh! cette obligation qu'a le studio de faire tenir le film en 2h) mais j'ai été ravi en le voyant au cinéma. Il n'y a pas de film de Miyazaki que je n'ai pas aimé, chacun étant spécial en son genre (difficile de comparer l'action incessante du Château dans le ciel et le temps presque nostalgique de Porco Roso).

Pour ajouter une pierre à ce qui a été déjà dit, dans un documentaire était exposée l'analyse que Miyazaki se met en scène (de façon inconsciente?) souvent dans ses films, dans cette obsession de communiquer aux enfants sans y parvenir tout à fait : c'est la figure "effrayante" (parfois monstrueuse) qui communique au héros (souvent l'héroïne) : l'Ohmu, le sans-visage, l'épouvantail, le robot...serait lui.

129. Le mardi 14 avril 2009 à 16:26 par minsk

En passant quand même, il n'y a pas que Ghibli et Miyazaki !

Taro Rin (Kamui, Metropolis, Megalopolis), Yoshiaki Kawajiri (Ninja Scroll, Vampire Hunter D : Bloodlust), les studios Gonzo (Last Exile) et Bones (Wolf's Rain), Mamoru Oshii (Ghost In The Shell), Yoshitoshi Abe (Ailes Grises), etc.

Miyazaki tient certes une place énorme au Japon (Kurosawa en avait fait son héritier, rien que ça) mais c'est le camphrier qui cache la forêt.

130. Le mardi 14 avril 2009 à 17:01 par malpa

J'ai vu Ponyo hier, et je reste un peu sur ma faim. Pas raté, sans doute, mais on dirait comme la version raccourcie pour tenir en moins de deux heures d'un projet qui ne pouvait donner tout sa mesure qu'en trois ou quatre... Conclusion : mon palmarès reste inchangé :
1) Mononoke hime
2) Laputa (Le château dans le ciel)
3) Nausicäa

et puis 4) Le château de Cagliostro, na !

131. Le mardi 14 avril 2009 à 17:55 par Yakuza

Autant j'adore Miyazaki (Princesse Mononoke et Nausicäa étant d'après moi ses meilleurs). Autant j'ai été très déçu par Ponyo, que j'ai trouvé mièvre et infantile (je me revisionne pourtant au moins une fois l'an Mon voisin Totoro).

"Ponyo" partait pourtant très bien, pendant la première demi-heure, mais il s'essoufle rapidement. Il lui manque l'élément dramatique propre à tous les Miyazaki, ainsi qu'un soupçon de cohérence dans le scénario. Quant à la fin, elle est vraiment trop facile. Du jamais vu chez Miyazaki !! Raison de plus pour implorer le dieu de la Japanimation, s'il existe, de laisser O Sensei réaliser encore quelques-uns des animes dont il a le secret.

Dans la veine Ghibli, outre le Tombeau des lucioles, pièce maîtresse du plan de relance de l'industrie du mouchoir en papier, il faut absolument voir Pompoko, malheureusement méconnu en France !!!!!!!! Deux heures de batailles antropomorphiques entre ratons-laveurs qui luttent pour leur survie face à l'étalement urbain. Génial.

132. Le mardi 14 avril 2009 à 22:25 par briaeros007

Je suis triste que pour une grande majorité, Miyazaki soit "le génie" de l'anime. Je ne dis pas qu'il est mauvais loin de là, mais le nombre d'animes (série ou film) aussi intéressantes, voir plus à mon sens, qu'un Miyazaki reste important.

Miyazaki a un style certains, d'autres en ont un autre. Ils sont moins médiatiques et/ou s'adressent moins à tous les âges, est ce pour autant qu'ils sont moins bon ? Je ne pense pas.

Quant à se gargariser qu'ils passent une anime un peu récente au cinoch français, c'est sur que quand on sort en france un film en 2006 , alors q'uil date de 84 (nausicaa), c'est une révolution si on sors une anime qui date de moins de 5 ans... Ah on le sort parce que Miyazaki commence à être connu et est un "bon coup" marketing.

Allez je suis mauvaise langue, ils ont sortis innocence rapidement... par contre niveau salle c'était pas encore ça.

/me qui attend toujours qu'ils sortent les dvd de FLAGS.

133. Le mercredi 15 avril 2009 à 00:03 par Esurnir

@briaeros007 et Dhombres: Il faut reconnaitre que Le chateau ambulant est a Naruto, ce que le Roi Lion est a Titeuf (bon ok j'exagere un peu et je m'excuse aupres des fans de Naruto).

134. Le mercredi 15 avril 2009 à 01:17 par Lazarre

@ briaeros007 : Bien entendu Hayao Miyazaki n'est pas le seul réalisateur d'animation japonaise de talent, on trouve aussi des jeunes très très prometteurs comme Makoto Shinkai, ou des références comme Mamoru Oshi. Mais il faut tout de même admettre que Miyazaki est un grand parmi les grands, un des réalisateurs dont la poésie, la finesse et le talent font qu'on parlera encore de ses oeuvres dans plusieurs décennies, si ce n'est plus.

Après on peut discuter du traitement inégal de la production japonaise (qui elle même est très inégale, comme partout) en France. L'animation japonaise est à la fois portée aux nues quand sort un Ponyo ou un Château Ambulant, et jetée dans la boue dès que la presse a besoin d'un scandale alliant jeunesse, violence, et phénomènes culturels méconnus des parents.

C'est ce phénomène qui conduit certains magazines télé à "sponsoriser" la diffusion française de Ponyo, alors même qu'ils avaient à une époque tiré à boulets rouges sur les premières production de Ghibli à atteindre le sol français. Un mélange d'incompréhension, de peur et curiosité envers une culture qui reste encore hermétique à une grande partie de la population occidentale, malheureusement.

135. Le mercredi 15 avril 2009 à 07:19 par Hawtbug

J'ai été le voir hier soir (en VO), et il n'y a pas à dire, le miracle Miyazaki fait toujours son effet. J'en suis sorti émerveillé. Bien que ce film, comme Totoro, semble s'adresser aux plus jeunes, il n'en demeure pas moins qu'il plait également aux adultes. Pour résumer, c'est un chef d'œuvre.

136. Le mercredi 15 avril 2009 à 13:05 par tartiflette

J'aime particulièrement les dessins animés de Myasaki. Son fils est très prometteur aussi ! Et oui, son fils a réalisé un dessin animé dans la même lignée que son illustre père. Ce serait parfait qu'ils sortent chacun leur tour un film, cela permettrait de moins attendre... Quelle impatience !

137. Le mercredi 15 avril 2009 à 14:17 par Wyrm

Oui, une nouveauté de Miyazaki est toujours un grand moment de bonheur. Oui, hélas, il y aura un jour un "dernier Miyazaki"... Mais d'ici là, profitons du moment.

Et comme mentionné dans le commentaire 45, il est vrai que la communication est assez mauvaise en France sur le sujet des mangas (pire encore, des animes) en général. Difficile de faire comprendre que Miyazaki a créé des chefs d'oeuvre de poésie, mignons comme tout, mais souvent d'abord difficiles pour des enfants de l'âge de ses héros. Pire encore, même quand on aborde des animes moins enfantins, dans la forme comme dans le fond, l'étiquette "dessin animé" reste associée à "pour les enfants". C'est ainsi que j'ai vu une mère amener ses enfants de 4-5 ans voir Cowboy Bebop. :\ Ca aurait pu être pire, mais il y a vraiment un problème de communication.

138. Le mercredi 15 avril 2009 à 15:12 par briaeros007

@Lazarre Je ne critique aucunement l'oeuvre de miyazaki, l'aimant beaucoup moi même (bien que je préfère nettement gits ou innocence ;))

Je critique d'une part, comme tu le fais justement remarquer, le comportement médiatique un peu trop démagogique, et pas vraiment "critique".

Et d'autre part, le comportement de certains (il s'agit d'un fait général, pas lié forcément à ce blog/billet), qui consiste à considérer que miyazaki est "le génie" de l'animation, sans même essayer de s'intéresser plus en avant à l'animation et s'arrête aux seuls oeuvres de miyazaki.

Je ne parle même pas de certains critiques qui "bonifient" le travail "classique" d'animation, alors qu'on a eu de très bon film/oav avec des "nouvelles techniques" . La technique (manuel ou informatique) est un moyen pour que l'auteur/réalisateur/directeur arrive à retranscrire ce qu'ils veulent. Chacune ayant ses avantages et ses inconvénients.

139. Le mercredi 15 avril 2009 à 15:59 par girly

@106 Curieusement chez nous "Le roi et l'oiseau" a toujours été adoré, à la fois par mon petit frère et moi-même, mais également par nos parents (et on n'y voit pas la même chose selon les âges, comme pour Miyazaki : ainsi petits on adorait le papa oiseau et ses petits, et plus grands on voit le message sur les classes sociales).

140. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:45 par tschok

C'est vrai on y voit pas la même chose selon les âges.

La bergère et le petit ramoneur, maintenant que j'y pense, je trouve ça plutôt gonflé de faire voir ça à des enfants.

141. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:50 par La mère Denis

'' 140. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:45, par tschok

C'est vrai on y voit pas la même chose selon les âges.

La bergère et le petit ramoneur, maintenant que j'y pense, je trouve ça plutôt gonflé de faire voir ça à des enfants.''

ça c'est vrai, ça, c'est "gonflé" ;-) Voir "le cercle" de la semaine dernière où Le Herpeur s'en paye une tranche ..d'allusions sexuelles au sujet du film

142. Le mercredi 15 avril 2009 à 23:02 par R. Daneel Olivaw

Étonnant qu'un billet aussi simple ait provoqué autant de réactions, ou pas, finalement.
Alors, las de tout lire (vous lisez vraiment tous les commentaires ?, cela me prend déjà un temps non négligeable en simple lecteur ignorant du droit ...), je m'empresse de m'ajouter à la liste des admirateurs de M. Miyazaki. Bien entendu, c'est une occasion d'exprimer l'intérêt que je porte à ce blog. Et ce billet ne fait que progresser mon appréciation.

Je n'avais qu'un commentaire à faire concernant la traduction en français des films : certaines sont très réussies, notamment celle de "Porco Rosso" avec la voix de Jean Reno.
Sinon, les films des studios Ghibli (à quelques exceptions près, par exemple "Les contes de Terremer") sont tous à voir. Parfois simples en apparence, ils sont rarement simplistes.
Mon préféré ? Nausicaä bien que le choix soit difficile ...

143. Le mercredi 15 avril 2009 à 23:33 par Blanco

Il y a du vrai dans ce que dit briaeros007. Le talent de Miyazaki ne doit pas faire oublier celui des autres, Oshii, Kon, Otomo, Shinkai...

N'oubliez pas Amer Béton non plus, sorti incognito en 2007 au cinéma, un film dont la réalisation et les thèmes abordés n'a rien à envier à un Miyazaki...

144. Le jeudi 16 avril 2009 à 04:33 par Anto

il faut arrêter de raisonner en adulte... je ne vois aucun miya qui ne peut être vu par un enfant de plus de 6 ans. Regardez la télé, les jeux vidéo... ( je ne fais pas de procès )... L'école... les premières violences... Franchement arrêtez de sur-couver vos enfants. Croire qu'un enfant n'est pas capable de lire les subtilités d'un miya c'est triste ; je pense même qu'ils ont une lecture qui se rapproche bien plus du maitre que nous, nous pouvons le faire.

L'un de mes plus beaux souvenirs étant enfant, allez 6 - 7 ans, est le visionnage du "roi et l'oiseau". Si je suis les préceptes lus ici, je ne l'aurais probablement pas vu et me serait donc privé de ce souvenirs. C'est noir, très noir, comme dessin animée ; et au passage une des plus belle production française ; et ca ne m'a pas transformer en bandit.

145. Le jeudi 16 avril 2009 à 23:55 par Pierre

Merci pour ce billet. Chacun de ses films me donne un moment de bonheur fou, j'en ressors toujours plus heureux de vivre. :-) Il sait toucher profondément.

146. Le vendredi 17 avril 2009 à 23:46 par Bruno

C'est amusant de voir que nous sommes nombreux à aimé Hayao Miyazaki. Je l'ai découvert avec le Chateau ambulant. Il y a beaucoup de choses extrêmement troublantes (comme dans un comte mais en plus puissant encore) dans ces dessins animés. Par exemple, le narcissisme masculin de Hauru est un thème très peu présent dans la littérature occidentale (un peu Montherlant, Yourcenar et Cocteau mais pas avec la même force) .

147. Le mardi 21 avril 2009 à 00:54 par Etienne

@eolas, en rapport avec 45 :

Vous dites : "désigne le mois de mai (ça veut dire fleur de cerisier -> le mois où les cerisiers sont en fleur)".

J'ai le regret de vous dire, cette année comme les précédentes, les cerisiers cette année furent passablement en avance (le réchauffement climatique frapperait-il ?) : les Sakura ne sont déjà pratiquement plus en fleurs... Mais c'était toujours aussi beau !

Un endroit où on peut en voir à la pelle :

en.wikipedia.org/wiki/Shinjuku_Gyoen

Avec une petite illustration des foules que ça déplace (mais il faisait plus beau cette année !) :

en.wikipedia.org/wiki/File:2006_Hanami_at_Gyoen.jpg

148. Le mardi 21 avril 2009 à 10:17 par Gab

Miyazaki airplaines -> airplanes?

149. Le mardi 21 avril 2009 à 16:14 par Enma

Je n'ai même pas remarqué qu'un Miyazaki, était sorti. J'avais vu le château ambulant... après un entretien. Ma tète était ailleurs. Merci pour la vidéo, et le documentaire. Et aussi pour l'explication pour Totoro. Ca m'a donné envie de la voir.

150. Le mercredi 22 avril 2009 à 19:34 par Eric D

Si je devais élire le meilleur film de tous les temps, toutes catégories confondues, je crois que ce serait "le tombeau des lucioles". Le chef d'oeuvre absolu. Comment faire pleurer les spectateurs sans donner dans le mièvre. Comment faire un film montrant la légèreté de l'enfance et le poids du destin tragique. Comment faire un film beau et poétique sur une horreur absolue.

Celui qui n'a pas vu "le tombeau des lucioles" ne peut pas se dire cinéphile.

151. Le jeudi 23 avril 2009 à 18:21 par Freakosophe

Pour une fois que je peux apporter ma petite pierre à mon blog favori:

http://freakosophy.over-blog.com/article-30582945.html

152. Le jeudi 30 avril 2009 à 13:30 par Methodo

Je suis allé voir Ponyo sur les conseils d'Eolas. C'est un bon film mais il ne mérite pas tant d'enthousiasme car il comporte des longueurs. Il aurait fallu le retailler au montage !

La fée (je la nomme ainsi parce que j'ai oublié comment elle s'appelait), personnage d'une beauté fade, discourt sur le mal que nous autres êtres humains infligeons à la planète : elle n'a pas tort mais c'est bien ennuyeux.

Le dessin est, il est vrai, souvent splendide et inventif.

153. Le mercredi 20 mai 2009 à 22:44 par Moz

Ah, j'allais oublier : merci passeur.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact