Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

In memoriam Maurice Druon

Désolé de jouer les rabats-joie, mais il est des événements dont on ne choisit pas la date. Maurice Druon, de l'académie française, vient de mourir.

Je ne vais pas dresser sa notice, d'autres le feront fort bien.

Si ce n'est déjà fait, courez lire les Rois Maudits, et découvrez comment un procès interminable pour la succession d'Artois a précipité la France dans un siècle de guerre et la couronne des capétiens dans la tourmente. Et à quel point l'histoire de France vaut n'importe quel roman.

Il était également l'auteur, avec son oncle Joseph Kessel, du Chant des partisans (musique d'Anna Marly), composé en Angleterre pendant la guerre. Il a toujours refusé de toucher un centime de droit d'auteur de cette chanson, expliquant que des Résistants étant allés au poteau d'exécution avec cette chanson sur les lèvres, il estimait que cette chanson était la leur et avait cessé d'être la sienne. C'était le temps d'avant HADOPI.

Le chant des partisans, par le Chœur de l'Armée Française.

1. Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on Enchaîne?
Ohé! Partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.
Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes.

2. Montez de la mine, descendez des collines camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé! Les tueurs à la balle et au couteau tuez vite!
Ohé! Saboteur, attention à ton fardeau, dynamite!

3. C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères!
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère!
Il y a des pays où les gens aux creux des lits font des rêves!
Ici, nous, vois-tu, nous on marche, et nous on tue, nous on crève.

4. Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe.
Ami si tu tombes, un ami sort de l'ombre a ta place.
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes.
Sifflez, compagnons, dans la nuit la liberté vous écoute.

5. Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu'on enchaîne?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?

Commentaires

1. Le mercredi 15 avril 2009 à 03:02 par Terence

Chant magnifique, chant de résistance et de combat, qui m'a toujours foutu la chair de poule.

Une vie debout !

2. Le mercredi 15 avril 2009 à 03:10 par Phil

Partageant bien peu les idées de Mr Druon, Le Chant des Partisans m'a toujours ému bien plus que la Marseillaise.

Une pensée pour ces hommes et ses femmes qui au péril de leur vie, eux se sont vraiment battus pour la liberté.

N'oublions pas non plus de lire ou relire Kessel. Admirable.

Merci pour ce billet.

3. Le mercredi 15 avril 2009 à 07:02 par belle république

cette chanson donne le frisson. On ressens le même sentiment à l'écoute du discours de Malraux devant le Panthéon "Entre ici Jean Moulin...".

4. Le mercredi 15 avril 2009 à 07:24 par Motivés

"si tu tombes, un ami sort de l'ombre" en quelques mots tout est dit...

très belle version "Motivés", de Zebda, http://zebda.free.fr/cd4.html, libre, bien entendu

5. Le mercredi 15 avril 2009 à 07:41 par Amechan

J'ai toujours en listing de lecture les rois maudits; j'ai tout de même lu "les mémoires de Zeus", brillant d'humour. Et je ne savais pas que Joseph Kessel faisait partie de la famiglia ! En tout cas, un grand homme. Merci pour ce billet.

6. Le mercredi 15 avril 2009 à 07:54 par villiv

Au sujet des Partisans / des Résistants ... cela me fait penser à cette phrase de MarK Twain :

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait"

Merci pour ce billet, Maître

Eolas:
N'était-ce pas de Churchill, expliquant comment l'Angleterre isolée avait pu résister à la puissance militaire de l'Axe ?

7. Le mercredi 15 avril 2009 à 08:17 par Benvoillon

Fils de Lazare Kessel, suicidé sans l'avoir reconnu, Maurice porte le nom de son père à l'état civil, René Druon de Reyniac, notaire dans le Nord, avec qui sa mère s'était mariée.

8. Le mercredi 15 avril 2009 à 08:20 par didier specq

C'est dingue comme ce "chant des partisans", si on écoute bien les paroles, est populiste! Maurice Druon ne cite que des professions "bas de gamme" et des lieux assez quelconques: la mine, les collines, les routes, les plaines...

Ce brave Maurice n'appelle pas à la résistance les attachées de presse, les communiquants en tous genres, les publicitaires, les conseillers financiers, les découvreurs de nouveaux produits financiers, etc. C'est étrange, non?

Inutile de dire qu'au moment où le monde s'ouvre à un avenir radieux avec la globalisation des logiques financières admirablement régulées par les copains d'Alain Minc, de Kouchner ou de Strauss-Kahn, les appels de Druon à des sentiments aussi peu rentables que la solidarité sont totalement hors de sujet.

Songeons qu'un homme comme Druon aurait pu agir gratuitement! Kouchner, tu te rends compte, Maurice aurait donné des conseils gratuitement, sans monter une agence de consultants à son nom?

J'espère que les enseignants ne rappellent pas à leurs élèves l'existence de textes aussi bizarres, voire dangereux. On me dit dans l'oreillette que ce n'est plus dans les programmes depuis longtemps. Je suis rassuré.

9. Le mercredi 15 avril 2009 à 08:47 par Pax Romana

Ajoutons tout de même un mot sur l'infatigable et admirable combat que Maurice Druon de Reyniac menait pour la pureté et la beauté de notre langue française.

Eolas:
Quand on est secrétaire perpétuel des immortels, il y a intérêt à être infatigable.

10. Le mercredi 15 avril 2009 à 08:47 par ylm

Pas un mot sur Papon?

Eolas:
Maurice Papon est mort il y a deux ans, remettez-vous, que diable !

11. Le mercredi 15 avril 2009 à 08:57 par Giudice

Merci pour le billet... et bon anniversaire tout de même, et longue vie à ce blog et à son auteur.

12. Le mercredi 15 avril 2009 à 08:57 par halte

Maitre Eolas cachant une batte de baseball derrière son dos se trouve a coté d'un troll assommé, portant une longue bosse sur le sommet du cuir chevelu. Un texte “Commentaire modéré par troll détector™” surplombe l'image.

13. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:02 par julien

Pfff...

Personne ne cite son merveilleux roman pour enfants Tistou les pouces verts...

14. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:03 par halde

attention à la Halde, halte

15. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:12 par winston

j'ai appris l'existence, il y a peu, de ce qu'on appelle le point Godwin ...

... qu'on est en phase d'atteindre en seulement 12 messages ...

bien ...

bonne moyenne ...

Et comme de l'Académie au haut de la colline, il n'y a qu'un pas (enfin un peu plus, mais pas des masses), je conclurai par:

Aux Grands Hommes ... (vous connaissez la suite)

16. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:15 par Serge

@Didier Speck (#8) :

Ce brave Maurice n'appelle pas à la résistance les attachées de presse, les communiquants en tous genres, les publicitaires, les conseillers financiers, les découvreurs de nouveaux produits financiers, etc.

Ni les informaticiens, ni les animateurs télé, ni les blogueurs, ni les installateurs d'antenne de téléphonie mobile...

C'est étrange, non?

Non.

17. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:18 par tshirtman

Mince... qui va sortir de l'ombre pour lui qui est tombé? Il y a tant matière à résister...

Merci maitre. (j'aime beaucoup aussi la version noir desir/leonard cohen)

18. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:45 par NormalienEnPuissance

Merci pour cette hommage.

Un Homme de convictions, un grand Homme au service de la France, pour le respect de son intégrité et de la langue.

A lire: L'analyse du chant des partisans par Max Gallo

19. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:45 par Ealm

Le droit d'auteur... s'agissant par exemple de la reproduction des paroles d'une chanson... ce n'est pas 70 ans post mortem ??? ;-)

20. Le mercredi 15 avril 2009 à 09:59 par Julien

J'en profite pour vous conseiller la biographie de Joseph Kessel (d'Yves Courrière: Joseph Kessel ou sur la piste du lion)... Un type qui a eu une vie hallucinante et qui, par hasard ou par gout de l'aventure, s'est retrouvé mélé aux principaux évènements du XXème siècle...

21. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:03 par je voulais pas être méchant

cher troll detector j'étais moi-même très modéré on ne peut pas aimer les poireaux vinaigrette dans le 7ème

22. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:03 par je voulais pas être méchant

cher troll detector j'étais moi-même très modéré on ne peut pas aimer les poireaux vinaigrette dans le 7ème

23. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:06 par PhG

Si vous voulez vraiment avoir la chair de poule, prenez un lieu public, le grand amphithéâtre de l'Unesco par exemple; un soir; un public choisi par l'association Devoir de Mémoire, il y avait Simone Veil au premier rang... Puis une chorale qui a préparé ce texte et entame les premières mesures. Tous se lèvent dans le plus grand silence qui soit, les gorges se nouent, certains choristes n'arriveront jamais à la fin, une densité émotionnelle inexprimable; le texte et son contenu avait complètement pris possession du chœur et de son public. Certains se sont souvenus d'un voyage en Pologne, nous avions préparé 'Gaude Mater Polonia', l'assistance se lève, sans bruit, les visages se couvrent de larmes http://www.cpdl.org/wiki/index.php/Gaude_Mater_Polonia_(Anonymous)... Le mur de Berlin existait encore...

24. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:08 par Julien

Par ailleurs, quand on parle des romans de Druon, on parle surtout des rois maudits, qui le méritent c'est vrai, mais n'oublions pas la saga des grandes familles... Les intrigues du capitalisme industrielo-financier de l'entre deux guerre étaient déjà assez réussies...

25. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:24 par Autre temps...

Ironie de l'histoire. Aujourd'hui, nombre de Français pensent sont persuadés que ce sont des 'terroristes' Afghans qui s'attaquent à nos soldats là bas dans les confins de leurs montagnes...

26. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:51 par Rouzbeh

@winston (#14) :

Attention à l'abus de point Godwin. Lorsque le sujet est directement lié à la deuxième guerre, les références au nazisme ne sont pas forcément des points. Enfin je suis arrivé trop tard pour lire le commentaire #12, mais bon.

27. Le mercredi 15 avril 2009 à 10:56 par Chr. Borhen

Ici l'Ombre. Maître Eolas n'est pas un rabat-joie. Je répète : Maître Eolas n'est pas un rabat-joie.

28. Le mercredi 15 avril 2009 à 11:30 par M.

@Me Eolas (#6) Je crois aussi que c'est de Mark Twain, mais cette citation a été attribuée à de nombreux auteurs potentiels...

Pour en revenir au fond, très belle version, qui me fait plus vibrer que la reprise des « Motivés »), et autant que « le chant des marais ».

Pour être honnête, c'est surtout ce chant que je retiendrai de cet immortel qui décède...

M.

29. Le mercredi 15 avril 2009 à 11:45 par Bébèrt

Merci de nous rappeler l'origine du Chants de Partisans. Mais je crains que les générations futures ne croient qu'il s'agisse d'un tube de Zebda et des Motivés à destination des mettings de la Gauche Bien Pensante(tm)(c)(r)

30. Le mercredi 15 avril 2009 à 12:29 par eleonora

Ah le chant des partisants....magnifique

31. Le mercredi 15 avril 2009 à 12:43 par stepan

Druon a également écrit un conte pour enfant, "Tistou les pouces verts", antimilitariste, qui m'avait beaucoup marqué. Evidemment, plus tard j'ai lu les Rois maudits. Plus tard encore j'ai chanté le Chant des partisans. Tiens, c'est fou comme on s'est croisé finalement... Je me souviens cependant de l'avoir vu manifester un cigare en bouche contre la loi anti-tabac... Bah.

32. Le mercredi 15 avril 2009 à 12:52 par Damien

Rendons à César ce qui est à César, et ce qui est Anne Marly à Anne Marly

Le chant des partisans de Joseph Kessel et Maurice Druon est une traduction et du adaptation en Français de la chanson d'Anne Marly.

Damien

33. Le mercredi 15 avril 2009 à 12:56 par Girondin

Pardonnez mon inculture, Monsieur DRUON n'était-il pas l'auteur de violents pamphlets anti-Mitterand ???

34. Le mercredi 15 avril 2009 à 13:11 par Moi

Je suis désolé d'interrompre ce très touchant chœur de louanges, mais Maurice Druon n'est pas que l'homme du chant des partisans et des rois maudits, que je respecte certes tous deux. Fidèle à des positions politiques qu'un euphémisme me fait appeler "très conservatrices", M. Druon ne doit qu'à son gaullisme historique, plus qu'à ses penchants monarchistes avoués, de n'avoir pas versé dans l'extrême droite politique, tout en ayant notoirement frayé avec son pendant culturel. Il a notamment collaboré avec le GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne). Faites une recherche, vous verrez comme c'était frais et sympathique... Il s'est également fait le défenseur d'une langue française, "très pure, très exacte" qui n'existait que dans ses rêves, alors que tout le monde sait qu'il a employé des nègres pour écrire les Rois Maudits, comme Matthieu Galey, qui a plus tard décrit l'atelier de rédaction de la série d'ouvrage sans que M. Druon ne souhaite, et pour cause, l'assigner en justice. Est-ce le même Druon qui accusa l'Eglise, après Vatican II, de« se tromper de siècle» car «Une église a pour vocation de dispenser des certitudes, non de répandre des doutes»? Ou celui qui s'était publiquement opposé à l'entrée de Marguerite Yourcenar à l'académie, sans que j'aie besoin de vous préciser sous quel prétexte? La liste pourrait être si longue que l'on a du mal à croire qu'il s'agit du même homme...

35. Le mercredi 15 avril 2009 à 13:11 par TrollHunter

Druon était un vieux reac donc le bilan de la seconde moitié de vie se résume à celui de Georges Marchais..

Ce qui n'enlève rien à sa première moitié de vie bien entendu.

36. Le mercredi 15 avril 2009 à 13:38 par sereatco

bonjour, On peut (on doit) rappeler la place d'Anne Marly dans Le Chant des Partisans. Peut-on (doit-on) rappeler cette phrase de M. Druon, ministre des affaires culturelles dans le gouvernement Messmer : "les gens qui viennent à la porte de ce ministère avec une sébille dans une main et un cocktail molotov dans l'autre devront choisir" ? Peut-on (doit-on) rappeler cette autre : "vous aurez bientôt quarante bonnes femmes qui tricoteront pendant les séances du dictionnaire", à l'occasion de l'élection de Yourcenar à l'Académie ? Toujours est-il que "Les rois maudits" fabrique littéraire de premier ordre, reste une formidable saga à lire encore et à relire..

37. Le mercredi 15 avril 2009 à 14:00 par XXX

Pardonnez mon inculture: J'ai découvert le chant des Partisans en manif avec la version des Motivés (Chants de lutte est un superbe disque que je vous recommande d'acheter si vous souhatez découvrir les chansons révolutionnaires sans tombé dans le formel d'un hymne officiel) On a rappeler la contribution d'Anna Marly (Je pensais même qu'elle en était premier auteur) Mais surtout pour moi le chant des partisans c'est l'hymne du PCF (et aussi de l'armée). Comme j'aimerais me couché moins bête ce soir. Quelqu'un pourrait il avoir l'amabilité de m'expliquer l'histoire de cette chanson et comment on est passé de Druon qui est pas franchement communiste au PCF ?

38. Le mercredi 15 avril 2009 à 14:01 par Seth

Hé oui c'était bien avant l'Hadopi, à l'heure actuelle Maurice Druon se serait sûrement pris un procès par une major.

"Le chant Partisans" est "grandement inspiré" d'une autre chanson, russe, connu sous le nom de По долинам и по взгорьям (littéralement "à travers les plaines, par delà les collines") parfois connue sous le nom de "Partisans de l'Amour" (le fleuve), "Partisans de Sibérie" plus simplement "Les Partisans" (attention il existe une version en français de cette chanson mais les paroles n'ont rien à voir, les paroles en russe parlent des combats que menèrent les partisans bolchéviks contre l'armée d'occupation japonaise dans l'extrême-orient russe durant les années 20). Elle emprunte notamment la structure musicale (le chant qui commence comme un murmure s'envole puis continu dans un murmure) ainsi qu'une part des paroles (d'où son coté très "révolutionnaire").

Pourquoi cette inspiration russe (après tout le XIXème regorge de chansons françaises, nationalo-républicaines et même anti-teutonnes) tout simplement parce que la majeure partie du travail a été fait par Anna Marly (de son vrai nom Anna Yurievna Betulinskaya), Druon et Kessel ne firent finalement "que" la traduction et la mise en rime (ce que l'on appellerait aujourd'hui l'adaptation), qui est excellente certes mais c'est triste qu'on se souvienne de lui que pour ça alors que c'est probablement le travail le plus mineur de sa carrière d'auteur.

Et puis rester dans la mémoire des gens pour un chant quasi révolutionnaire fortement teinté de rouge, pour quelqu'un de profondément conservateur (pour ne pas dire réactionnaire) qui est mort persuadé que la France était gouvernée dans l'ombre par les communistes (lisez "La France aux ordres d’un cadavre"), même si ça ne manque d'ironie, je suis pas sur que ce soit le meilleur moyen de rendre hommage à l'homme.

39. Le mercredi 15 avril 2009 à 14:14 par Sad Panda

Druon... Certes, un vrai résistant, mais j'en connais d'autres qui l'ont étés et qui ne le chantaient pas sur les toits. L'immortel est mort et il est probable qu'il le restera.

40. Le mercredi 15 avril 2009 à 14:24 par didier specq

@Serge

Non, rien d'étrange car toutes les professions que je cite ironiquement existaient, parfois sous un autre nom, dans les années quarante. Je ne cite pas les installateurs de téléphonie mobile.

Et je trouve très intéressant que Maurice Druon et les résistants s'adressent pour l'essentiel à des catégories professionnelles ou sociales populaires. A l'époque, le mot "peuple" n'était pas employé péjorativement par le "cercle de la raison", comme dirait Alain Minc.

Et un général De Gaulle, qui ne crachait pas spécialement sur les nouveaux moyens de communication, disait des trucs du genre: <Seule la classe ouvrière est restée globalement fidèle à la France>. Etrange, non? Amicalement.

41. Le mercredi 15 avril 2009 à 14:39 par Esurnir

Les rois maudits, que vous ayez aimez ou non les feuilletons télévisé adapté des romans (J'ai aimé la première adaptation avec Jean Piat en mémorable Robert d'Artois, un géant une montagne un colosse), je ne peux que vous recomander chaudement de lire les romans, ça se mange sans faim, je place les roi maudit au coté des Harry Potter du Seigneur des Anneaux et du cycle des Prince d'Ambres, ça peut même se relire tellement s'est riche.

42. Le mercredi 15 avril 2009 à 15:25 par Phil

Ah ben ! Si les "rois maudits" c'est comparable à harry potter et autres trucs du même acabit maintenant...

Les profs de français et de littérature peuvent mesurer l'inutilité de leur métier.

43. Le mercredi 15 avril 2009 à 15:56 par coco

"La france aux ordres d'un cadavre" de Monsieur Druon à mettre entre toutes les mains

Simple, efficace, court et malheureusement actuel.

44. Le mercredi 15 avril 2009 à 15:56 par benver

Dans une ancienne vie, alors que j'étais le voiturier d'un palace parisien, j'avais eu le très grand honneur de pouvoir exprimer personnellement à Monsieur DRUON mon admiration pour son oeuvre. En effet, alors qu'il sortait d'un déjeuner bien arrosé et prenait l'air avec un bon cigare à la main, nous avions pu échanger quelques mots et j'avais été très frappé par sa simplicité et sa modestie.

Cher Monsieur, j'espère que tous ceux qui vous ont précédé dans ce dernier voyage et qui ont chanté cet air merveilleux, vous auront bien accueilli.

Sans vouloir le rabat joie de nouveau, je constate avec stupeur que le portefeuille des artistes importe plus que les victimes mineurs d'inceste en France puisque la relecture d'HADOPI a été fixée au 28 avril par Messieurs COPE et KAROUTCHI. Cette date était initialement prévue pour la proposition de loi visant à protéger les victimes mineurs d'inceste en France Un tel cynisme, ça me donne envie de vomir !!!

45. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:01 par sang impur

Quel beau chant guerrier. Beau et vrai. Et contrairement à La Marseillaise, il n'y est pas question de "sang impur", appellation qui depuis la seconde guerre mondiale a une connotation très fâcheuse : on serait bien inspirés de rectifier les paroles de notre hymne, et de s'inspirer de celles écrites par M. Druon !

46. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:12 par Lindir

Sad Panda
il n'a pas seulement été résistant mais a servi dans les FFL et le CFLN. Ce qui signifie qu'il n'était pas un "soldat de l'ombre" mais avait au contraire une relative visibilité, et même une certaine audience. Ce qui n'a pas grand chose à voir avec crier je ne sais quoi sur les toits.

47. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:18 par JF

Et oui, on peut être (avoir été) un grand résistant, et un vieux réac. L'un n'empêche pas l'autre, l'un ne justifie pas l'autre ni ne l'éclipse. Les gens sont trop compliqués pour être classés dans des petites cases (gentil/méchant) ...

48. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:25 par Lindir

Anna Marly a chanté le Chant des partisans avec le Chœur de l’armée française, au Panthéon, vers 2000. J'en avais alors vu une retransmission très émouvante. Il ne me semble donc pas qu'elle ait été dépossédée en quoi que ce soit de sa qualité de co-auteur.
Quant à en faire un chant révolutionnaire... J'ose à peine rappeler que la Résistance avait une base de recrutement assez large d'un point de vue politique. À vrai dire, autant que le camp d'en face.
Pour XXX, un très bref récapitulatif de l'origine du chant des partisans
Le chant des Partisans

49. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:39 par Esurnir

@Phil: Vous êtes mignon mais la valeur d'un Roman ne se mesure pas uniquement a la valeur de leur syntaxe, a la rareté des tournures et aux nombres de figures de style par minute. Un bon roman doit être capable de me maintenir éveillé jusqu'à trois heure du matin incapable de refermer le livre. Le reste, excusez-moi ne fait fantasmer que les profs de français en chaleur.

50. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:46 par La mère Denis

'' 45. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:39, par Esurnir Le reste, excusez-moi ne fait fantasmer que les profs de français en chaleur''

Ben merdre alors ! c'est la saison ?

51. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:55 par sereatco

Esurnir, Aucun prof de français, même en chaleur (quelle élégance !) ne mesure la valeur d'un roman au respect de la syntaxe, à la rareté des tournures et aux nombres de figures de style. Certains écrivains, en revanche, se situent assez dans cette lignée surtout lorsqu'ils vieillissent et se sentent investis d'une mission de sauvegarde de la Langue et de la Littérature.

Je ne citerais pas de noms...

52. Le mercredi 15 avril 2009 à 16:58 par gracques

Partageant bien peu les idées de Mr Druon, Le Chant des Partisans m'a toujours ému tout autant que la Marseillaise.

Mais il nous reste ceci ;0)

http://www.youtube.com/watch?v=CN3O6vZh_Mk&feature=related

53. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:30 par tschok

Un prof de français en chaleur...

D'habitude c'est plutôt les cancres qui trustent le radiateur, non?

54. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:32 par Phil

@Esurnir On a les critères qu'on peut. Les vôtres semblent à la hauteur de votre expression.

55. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:33 par Seth

@44

Je vous prie de m'excuser si j'ai laissé entendre une quelconque dépossession. Je me contentais de dire qu'il était triste d'entendre systématiquement associé les noms (déjà célèbres) de Druon et Kessel au "Chant des partisans" alors que ceux ci ont apporté une contribution à l'oeuvre (et surtout une notoriété et une diffusion à l'époque), ils n'en étaient pas les auteurs majeurs. Ils ne s'en sont jamais caché (bien au contraire, et c'est tout à leur honneur), mais la postérité n'en a cure. C'est tout comme les "Rois Maudits", oeuvre d'atelier par excellence (et le fait que M. Druon l'ai toujours crié haut et fort, là encore on peut lui reprocher bien des choses, mais pas ça) est un fait largement ignoré du public.

C'est une drôle de bestiole, la postérité.

Pour ce qui est du terme "révolutionnaire" je sais pas trop comment vous nommez les appels aux "paysans, ouvriers et soldats". Personnellement j'ai que ce mot là en tête quand dans un seul appel ont réuni ces trois classes précises (pas forcément marxiste mais chez moi appeler à renverser par la force l'ordre établi c'est appeler à la révolution, quelque que soit l'ordre). Je suis preneur si vous en avez un autre. On doit pouvoir dire de Combat avec un grand C je suppose.

Mon parallèle avec l'Hadopi tenait au fait que, à l'heure actuelle, l'éditeur du compositeur russe de "По долинам и по взгорьям" aurait sûrement fait un procès au trio (bon l'exemple est pas terrible vu que le compositeur est un illustre inconnu et qu'il y a énormément de versions différentes en russe, si bien que ça doit être, d'un point de vue juridique, rangé dans la chanson populaire et libre de tous droits. Et fait si on va plus loin il me semble qu'il existe un contentieux entre les organismes de copyright européen et américains et l'organisme équivalent russe qui fait qu'aucun procès ne pourrait être entamer sur cette base mais bon bref c'était pas le sujet.)

@41 Le sang impur de la Marseillaise est le sang "bleu" de la noblesse européenne, ce qui était totalement d'actualité à l'heure de son écriture. J'imagine bien les anglais demain changer leur "God save the Queen" par "God, Allah, Yahvé, Bouddha & Vishnu" save the Queen pour des raisons de politiquement correct.

56. Le mercredi 15 avril 2009 à 17:38 par Moi

Ce qui me fait le plus rire, finalement, c'est de penser que quelques personnes déversent ici le plus sérieusement du monde leur admiration pour les soit-disant mérites littéraires d'un vieux réactionnaire moisi que tout le monde aura bientôt oublié. Franchement, vous ne pensez pas que lancer un vibrant éloge funèbre sur les souvenirs d'une simple co-traduction d'un "beau chant guerrier" (@41!) et d'une série qui doit - j'entends d'ici les cris d'orfraie - effectivement plus à Jean Piat qu'à ses qualités littéraires propres (@38), à partager qui plus est entre les différents nègres de Monsieur. A tout prendre, si vous voulez vous extasier sur des romans historiques écrits grâce à des contributions extérieures, relisez donc vos Dumas! Remarquez, vous avez peut-être raison d'honorer Maurice Druon aujourd'hui: je doute que l'on puisse encore le faire dans un siècle ou deux comme pour le grand Alexandre!

57. Le mercredi 15 avril 2009 à 18:31 par Thufir

J'allais écrire un commentaire anti Druon. Car j'ai jamais supporté le bonhomme, ni ses prises de positions réacs, ni son oeuvre empesée. Mais sur son blog, Pierre Assouline l'a fait mieux que moi.

58. Le mercredi 15 avril 2009 à 20:14 par rebelledu77

Eh bien paix à son âme. Je ne le connaissais pas, mais ce que je sais, c'est que le chant des partisans est une chanson tout à fait d'actualité dans le contexte actuel pour tout ceux qui sont en résistance contre le sarkozysme, cette vermine totalitaire !

Oui, quand on est un honnête citoyen, attaché à la République et à ses valeurs, on pourrait entonner le chant des partisans quand sera venu le temps ( qui se rapproche à grand pas ) d'en découdre dans la rue contre cette dictature qui ne dit pas son nom ! Aux armes citoyens !

59. Le mercredi 15 avril 2009 à 20:29 par naunim

Avec tout le respect que je voue à M. Druon n'oublions pas Anna Marly qui a composé en 1942 la musique et les paroles russes du Chant des partisans ( Cf : Wiki ) reprises et adaptées en 1943 par par Joseph Kessel et Maurice Druon.

60. Le mercredi 15 avril 2009 à 21:10 par Philippe

Mais voyons, nous sommes encore dans le temps d'avant HADOPI !

61. Le mercredi 15 avril 2009 à 21:22 par Shylock

Je suis consterné. D'une part, les médias n'ont retenu de l'œuvre de Maurice Druon que le Chant des partisans et les Rois maudits, et avec un peu de chance Tistou les pouces verts. D'autres, qui ne l'ont pas lu, osent saluer sa plume, comme Nicolas Sarkozy (oui, celui qui a affirmé qu'avec JK Rowling, la lecture n'était plus une punition !). Mais ce qui me désole le plus, c'est de voir ces gendelettres bienpensants aux esprits ratatinés et autres nostalgiques de 68, maudire Druon avec une telle hargne. Ceux-là non plus ne l'ont pas lu. Certes, l'Académicien était conservateur et il a eu des positions tout à fait contestables... mais le réduire à quelques lignes écrites (pas les meilleures) et à quelques affronts faits à la gauche !! Druon était avant tout un esprit remarquablement fin, mais surtout un plume mémorable. Sans doute l'une des trois auteurs les plus prodigieux du siècle précédent. Il est vrai que son style était très classique, mais Druon était le dernier des classiques ; et il a dépassé tous les autres. S'il fallait retenir l'une de ses œuvres, ce serait les Grandes Familles. Ce roman en trois tomes publié en 1948 était, en effet, le dernier grand roman balzacien. Druon a repris l'esprit de le Comédie humaine tout en dépassant le maître, nous faisant grâce de ces descriptions baroques et foisonnantes. Point d'inventaires chez Druon. Son talent, outre la fluidité du verbe, était celui de la suggestion. En lisant les Grandes familles, ce qui m'a le plus marqué, c'était l'impression que mon esprit était guidé par cet homme, qui, sans dire les choses, balisait mon imagination pour la mener où il voulait. Des coups à jeter aux oubliettes les descriptions photographiques de Balzac ! Je ne sais plus qui a dit que Druon construisait ses romans comme des horloges. Je le confirme. Donc Druon était l'un des plus grands, mais comme l'a dit le bienpensant Assouline, il ne restera pas dans l'Histoire. En effet, les Sainte-Beuve d'aujourd'hui nous dominent et ils étoufferont Druon, Nabe, Céline, comme jadis ils ont étouffé Baudelaire. Mais Baudelaire leur a survécu... qu'en sera-t-il de Druon ? Tant que ses bouquins sont introuvables dans les librairies, exception faite des Rois Maudits qui a été réédité grâce au succès de sa vulgaire adaptation télévisuelle, en effet, il ne restera pas dans les mémoires.

La francophonie perd (définitivement ?) l'un de ses Grands.

62. Le mercredi 15 avril 2009 à 21:23 par Shylock

Addendum :

Joyeux anniversaire Eolas

63. Le mercredi 15 avril 2009 à 21:24 par Shylock

Pour le blog, bien entendu

64. Le mercredi 15 avril 2009 à 21:33 par Tom

Le bonhomme ne m'était guère sympathique mais, outre les Rois Maudits, j'ai bien aimé les Mémoires de Zeus.

65. Le mercredi 15 avril 2009 à 22:05 par Thierry

Ceux qui veulent ajouter l'image au son pourront lire L'armée des ombres de Kessel.

66. Le mercredi 15 avril 2009 à 22:29 par Lucas Clermont

Mettons qu'à cette époque on était moins tatillon sur l'asile politique, et que Gaulliste devait être autre chose qu'une incantation.

Quant aux cinq ans de ce blogue pour l'ampleur de la tâche, l'opiniâtreté, et la capacité de vous renouveler, permettez-moi de vous tirer bien bas mon chapeau et de vous remercier pour les excellents moment que j'y ai passé. Émotions contradictoires, faits ou chutes surprenant, raisonnements limpides ou tortueux mais qui happent, etc. bref à cause de cette capacité à tenir le lecteur en haleine, on peut espérer que vous franchirez le pas et publierez quelque fiction dans l'intervalle des cinq prochaines années.

67. Le mercredi 15 avril 2009 à 22:30 par 20100

Si ce n'est déjà fait, courez lire les Rois Maudits, et découvrez comment un procès interminable pour la succession d'Artois a précipité la France dans un siècle de guerre et la couronne des capétiens dans la tourmente. Et à quel point l'histoire de France vaut n'importe quel roman.

Je suis en train de les lire pour la troisième fois. Je les dévore avec autant d'appétit que les deux premières.

Une fois que vous les aurez lu, je ne saurais trop vous conseiller de regarder la série télévisée qui en a été tirée. Celle de Claude Barma, celle de 1972. Vous y trouverez une pléiade de comédiens hors pair jouant leurs rôles avec une justesse de ton et une vérité à vous couper le souffle. Rien que les introductions des épisodes, où les comédiens restent sans bouger durant un temps incroyablement long (non, ce n'est pas une image fixe), sont déjà une performance.

Ayez également un œil sur les décors, tout en suggestion,

68. Le mercredi 15 avril 2009 à 22:57 par De minimis (qui ne sert à rien... comme son nom l'indique)

Il est à noter que peu de personnes ne peuvent se pencher sur une oeuvre littéraire ou artistique sans la prendre en tant que telle. Impossibles pour elles de dissocier une oeuvre de la personnalité de son auteur.

Une sorte de totalitarisme intellectuel qui interdit de se délecter ou de saluer un quelconque talent sous prétexte que l'auteur ou l'artisan n'est pas "conforme". À en croire ces mémés à moustache (pour reprendre les termes de l'hôte de ces lieux) Druon c'est caca parce que ses convictions n'étaient pas raccord avec leur bonne pensée.

Poussons à l'extrême ce raisonnement: Mozart, il faut pas because il était scato. Beethoven, Bach, Schubert, Chopin, Wagner à la poubelle parce qu'une bande de frustrés criminels en culotte bouffante s'en gargarisaient. Hugo et Simenon parce qu'ils allaient aux putes. San Antonio parce que c'est macho et que l'auteur était dépressif. Ne regardez pas le rugby parce que c'est une conquête par la force d'un territoire afin d'écraser le plus faible... (sic) Ne lisez pas Me Éolas parce qu'il a confessé sa Foi sur ce blog même! Vous n'allez tout de même pas apprécier la pertinence et la maestria (etc etc - je la fais courte) dont il fait preuve parce que, <<vous comprenez, il est croyant et Catholique en plus!>> et que ça fait tâche si l'on en croit les tenants de ce "comme-il-faut-isme". ... dommage que le NKVD n'existe plus: il donnerait du travail à tout ces gens. Il y aurait moins de chômeurs.

69. Le mercredi 15 avril 2009 à 23:04 par Irfan

J'aurais bien versé une larme sur cet homme, mais je dois dire que je ne connais vraiment de son "oeuvre" que le Chant des Partisans. Or, j'en connaissais aussi la Complainte ; donc c'est surtout Anna Marly que je vénère pour cette grande pièce de Résistance. Et sans doute Kessel autant que Druon.

Pour le Druon littéraire, je pense que Pierre Assouline en parle très bien. C'est sans doute un peu indécent, mais finalement pas beaucoup plus que ceux qui s'esbaudiront sans l'avoir lu ou connu.

70. Le mercredi 15 avril 2009 à 23:21 par Florence

Maurice Druon était résistant parce qu'il était réactionnaire. Croire à la France éternelle, c'est réactionnaire et c'est parce qu'il croyait à la France éternelle qu'il est devenu résistant. Merci Monsieur Druon pour le "chant des partisans", merci pour les "rois maudits" , pour les "grandes familles". Merci au vieux réac, vous êtes des meilleurs

71. Le mercredi 15 avril 2009 à 23:25 par pierma

Le Chant des Partisans ferait un hymne national plutôt convaincant.

Merci à Pierre Assouline d'avoir résumé qui était son co-auteur... Pour avoir entendu Druon s'exprimer sur Mai 68, 40 ans plus tard, je savais déjà que cet homme était un réactionnaire délirant.

Il est permis de réserver son admiration à Joseph Kessel, dont la solidité humaine est plus tangible.

72. Le jeudi 16 avril 2009 à 00:35 par Monseigneur

Cher Maître,

Druon, dans les Rois Maudits, a certes fait de très beaux enfants à l'Histoire mais en la violant un tantinet aurait dit Dumas ; et en repiquant Froissart sans état d'âme ajouterais-je. D'autres au moins aussi doués en avaient fait autant avant lui. Il nous a brillamment divertis, grâces lui en soient rendues . De là à rendre le procès de Robert puis son héron mal cuit seuls responsables de la guerre de 100 ans, c'est ma foi aller un peu vite en besogne. Par faveur, ne tombez pas dans le "si la légende (judiciaire) est plus belle que la réalité, imprimez la légende" au risque de mériter quelque prix décerné par votre ministre préférée...

Par ailleurs, lecteur récent de vos chroniques, j'ai découvert avec grand plaisir la subtilité et l'intérêt intellectuels du droit je vous en suis très reconnaissant.

Cordialement, Monseigneur

73. Le jeudi 16 avril 2009 à 01:24 par Mike

Oh, the wind, the wind is blowing,
through the graves the wind is blowing,
freedom soon will come;
then we'll come from the shadows.

Leonard Cohen, The Partisan, Songs from a room (1969)

De mon temps - car je suis d'un autre siècle - quarante jours de retenue était le minimum du à la mémoire d'un Homme.

74. Le jeudi 16 avril 2009 à 02:12 par Têtuniçois

Il aurait dû critiquer le massacre de la langue française par le président sarkozy . Lui qui avait si virulent pour s'en prendre à la "bravitude" de Ségolène Royal ....

75. Le jeudi 16 avril 2009 à 02:28 par Têtuniçois

On aurait bien aimé qu'il se montre aussi virulent contre sarkozy lorsqu'il massacre , chaque jour la langue française , dans ses discours . On l'avait vu plus bavard quand Ségolène Royal avait parlé de "bravitude" ... Inventer un nouveau mot est sûrement plus grave que de s'essuyer les pieds sur la langue de Molière ...

76. Le jeudi 16 avril 2009 à 02:33 par Shylock

@ Mike :

40 jours ? D'où vient cette coutume ? Je savais que dans les sociétés de culture musulmane, 40 jours est la période de deuil d'usage. Cette convergence est assez étonnante...

77. Le jeudi 16 avril 2009 à 03:12 par Joel

J'avais lu et adoré les rois maudits quand j'étais petit, mais je ne savais que c'était une "oeuver d'atelier". J'en apprends tout le temps sur ce blog (à qui je souhaite bon anniversaire). Les grandes familles aussi, j'avais bien aimé, même si à côté de Balzac (ça y ressemble beaucoup, transposé un siècle plus tard), ça fait pâle figure. La "France gouvernée par un cadavre", par contre, on peut l'oublier. Même si on partage l'essentiel de ses idées (ce qui n'est pas mon cas), ce pamplhet manque de punch et souvent se perd dans ce qu'il faut bien appeler du "délire paranoïaque". Dans le genre pamphlet français anticommuniste écrit par un académicien, Revel était bien meilleur. Enfin, merci a Seratco (36) de rappeler la phrase de Druon (celle sur le cokctail molotov) : je ne la connaisais pas, elle est géniale.

En tout cas, c'est un grand homme qui vient de mourir.

78. Le jeudi 16 avril 2009 à 10:37 par La mère Denis

Voilà une bonne nouvelle

79. Le jeudi 16 avril 2009 à 15:19 par Sang impur

Quel beau chant guerrier. Beau et vrai. Et contrairement à La Marseillaise, il n'y est pas question de "sang impur", appellation qui depuis la seconde guerre mondiale a une connotation très fâcheuse (en dépit de ses origines historiques), source d'incompréhension chez ses chanteurs et auditeurs : on serait bien inspirés de rectifier les paroles de notre hymne, et de s'inspirer de celles écrites par M. Druon !

80. Le jeudi 16 avril 2009 à 16:06 par Mike

@Shylock
Pourquoi cela vous étonne-t-il ? Quarante jours est une durée hautement symbolique, commune aux religions du Livre (c'est, par exemple, la durée du déluge, de la retraite au désert de Jésus, etc.).
Pour en revenir à votre question, oui, la période de quarante jours constitue un temps de deuil, qu'il est de tradition (chez les Orthodoxes, comme chez les grecs-catholiques et tous les chrétiens d'Orient) de clore par une Messe à la mémoire du défunt et pour le repos de son âme. Cet office est dit la Pannychide. Pendant cette période, le deuil de la famille et des proches, lorsque l'on ne s'y associe pas, doit être respecté.

81. Le jeudi 16 avril 2009 à 17:11 par Mon ego et moi

Shylock (note 61). Je m'abstiendrai de commentaire sur le génie littéraire de Druon, mais enfant, j'avais aimé Tistou et adolescent, j'avais lu les Grandes Familles et les Rois Maudits en deux ou trois semaines (un tome par jour, un genre de boulimie littéraire, l'atelier devait être doué). En revanche, que Nabe finisse dans le caniveau où il place sa littérature ne serait que justice. N'est pas Céline qui veut, avant d'être le dandy qui prétend déranger les choses établies, Nabe pourrait se rappeler le médecin des pauvres qu'a été l'auteur de grandes oeuvres et de Rigodon.

82. Le jeudi 16 avril 2009 à 18:58 par tontonro

Si ce n'est déjà fait, courez lire les Rois Maudits, et découvrez comment un procès interminable pour la succession d'Artois a précipité la France dans un siècle de guerre et la couronne des capétiens dans la tourmente. euh n'est ce pas aller un peu vite en besogne? c'est bien tentant mais c'est oublier un peu vite d'autres faits : le procès des templiers, l'utilisation de la loi salique, l'absence d'héritier mâle, les luttes d'influence entre Valois et Plantagenets... Je vous renvoie à l'excellent livre de Jean Favier sur la Guerre de Cent ans, qui minimise grandement cette histoire. Cela dit qu'est ce que c'était bien torché!

83. Le jeudi 16 avril 2009 à 19:28 par LOREN

LE CHANT DES PARTISANS JE DECOUVRE ANNE MARLY. PAROLES ET MUSIQUE, C'EST ELLE QUI A TOUT FAIT! ETONNANT QUE DRUON ET KESSEL L'AIT COMPLETEMENT EFFACEE, A LEUR SEUL PROFIT. C'EST COMME SI MOI JE TRADUISAIS EN FRANCAIS L'HYMNE TURC ET QUE JE GONFLE DU JABOT! J'AURAIS D'AUTANT PLUS DE MERITE QUE JE NE CONNAIS PAS LE TURC...

84. Le jeudi 16 avril 2009 à 19:59 par Alouette

merci à celles et ceux qui ont, avant moi sur ce blog, rappelé que le Chant des partisans n'est pas de Maurice Druon, et Anne Marly "seulement" auteure de la musique

Anne Marly a écrit les paroles et la musique de ce chant, bien plus beau en russe qu'en français

on ne le répètera jamais trop, car les hommes ont une fâcheuse tendance à accaparer le travail des femmes :-(

à part ça, j'ai lu une fois "Les rois maudits", mais j'ai lu et relu "Tistou les pouces verts" que je trouve une très belle histoire

85. Le jeudi 16 avril 2009 à 22:03 par grace

godwin n'a rien a voir la dedans @6 (il est juif tant mieux) et la fameuse phrase de mark twain ou churchill n est elle pas la meme que celle employé par obama pour sa campagne ?

86. Le jeudi 16 avril 2009 à 23:22 par Fredo

les souvenirs c'est parfois idiots, mais lorsque j'ai appris la mort de Maurice Druon j'ai aussitôt pensé à une émission de radio dans laquelle il avait lu la préface d'un bouquin de grammaire destiné à des sixièmes, reposé le livre et expliqué:

"ce jargon, je ne le comprends même pas"

il était académicien!

et accessoirement il m'a bien fait rire.

87. Le jeudi 16 avril 2009 à 23:45 par DMonodBroca

"...et nous on tue, nous on crève"

Et tout est dit.

Tuer et être tué ne sont pas antinomiques comme on a tendance à le croire. Ils vont de pair au contraire. L'un est la cause de l'autre.

On a toujours de bonnes raisons de tuer et on a toujours tort de tuer.

88. Le vendredi 17 avril 2009 à 10:08 par thoane

Bien que Mr Druon soit coauteur et est apparemment expressément autorisé la diffusion de ce texte, qu'en est t'il des interprètes et des ayant-droits.

En l'absence de licence, j'imagine qu'ils pourraient demander au minimum de retirer les paroles et l'extrait musical que vous diffusez. Ou bien est ce que l'auteur a de fait créé une licence d'utilisation ?

89. Le vendredi 17 avril 2009 à 11:31 par Ti

C'est vrai que les Rois maudits est un livre prenant. J'ai appris avec stupéfaction dans le Monde, qu'il n'en est pas le seul auteur et qu'il s'agit selon le Monde d'un "travail d'atelier"... Décevant car je suppose que les droits d'auteur n'ont pas été partagés.

J'ai également revu l'adaptation télévisée (celle de 1972), que j'avais vu en son temps, môme bien sûr. Le personnage le plus saisissant en est toujours Robert d'Artois, qui déchire une cuisse de poulet avec ses dents tout en annonçant la nouvelle de l'arrestation de ses filles à sa tante Maheut. (je cite, de mémoire), Robert : Dieu sait ma tante que je vous ai souhaité tout le mal du monde, mais pas ça... qui attente à l'honneur Maheut : Diable mon neveu, pour la première fois tu m'inquiètes. Parle puisque tu en crèves d'envie...

90. Le vendredi 17 avril 2009 à 12:15 par guillaumedebelleme

Chaque 17 juin, un village situé en Sologne, nommé Souesmes se souvient d'un terrible affrontement entre les occupants d'un camp de maquisards et des troupes allemandes. Cela se passe dans un bois, perdu, loin de tout avec au centre d'une petite clairière un monument. Et ce jour là une chorale, au couché du soleil lequel passe à travers les feuilles et les branches de ce lieu, chante le chant des partisans. Cela est majestueux, doux. Ces qualificatifs sont brisés par le chant des partisans lequel traverse tout notre être à travers des frissons accentués par les voix des jeunes enfants de la chorale. Un chant plein de sens...

91. Le vendredi 17 avril 2009 à 22:34 par Kemmei

"Tistou les pouces verts"... mon papa me le lisait quand j'étais pt'iot.

"Le chant des partisans" non, mais je trouve que c'est un chant magnifique.

Bon, ben comme les médias je réduis le monsieur au minimum... Paix à son âme quand même.

92. Le samedi 18 avril 2009 à 18:50 par ontheotherside

Pour compléter la version française, celle de Leonard Cohen, mentionnée plus haut, est également remarquable : voir par exemple le concert donné à Hambourg l'année dernière : http://www.youtube.com/watch?v=kAD_pellYWQ

93. Le dimanche 19 avril 2009 à 04:09 par OlivierJ

Je n’ai lu (et relu) qu’une oeuvre de Maurice Druon, « Tistou les pouces verts », dans une édition avec des illustrations (je ne sais de qui elles étaient, je n’ai plus le livre). Ce roman est magnifique, une oeuvre poétique et pacifiste. Rien que pour cela, il sera beaucoup pardonné à son auteur, pour ses éventuelles fautes de goût et déclarations fâcheuses.

94. Le dimanche 19 avril 2009 à 15:07 par chantal

Comme vous dites mon Cher Confrère une loi de ... 1945... Il y a des dates qui ont d'étranges résonances quelques fois ; et ceci à la suite du Chant des Partisans... Vous avez dit ? Résistance ?

95. Le dimanche 19 avril 2009 à 15:18 par chantal

Excuses ; ce commentaire allait sous "... le niveau de Besson"...

96. Le lundi 20 avril 2009 à 17:38 par laurent75005

@32, Damien.

Rendons à Druon et à Kessel ce qui est à Druon et à Kessel. Si la musique est bien d'Anna Marly (elle est donc compositeur), le texte, écrit à 4 mains, est bien de Maurice Druon et de son oncle, Jef Kessel (ils en sont les auteurs). Quand aux interprètes, ils sont été tellement nombreux ! Vous pourrez lire, ou relire, avec un intérêt certain "Sur la piste du lion", roman biographique de Jef Kessel écrit par Yves Courrière et dans lequel vous trouverez l'histoire de la genèse de ce chant.

97. Le lundi 20 avril 2009 à 18:22 par KPM

Certains vers sont très justes, d'autres ne sont que des appels au meurtre... Même la Marseillaise paraît pacifique en comparaison.

Je crois pour ma part que les résistants les plus héroïques sont ceux qui ont opposé la non-violence à la barbarie, et non ceux qui ont assassiné des fonctionnaires allemands.

98. Le mardi 21 avril 2009 à 11:46 par Typhon

@KPM

Avec des raisonnements comme ça, la France serait encore allemande, et elle ne l'aurait jamais été en premier lieu si on avait accordé un peu moins de crédit à ce genre de raisonnement en 36.

Le pacifisme, c'est bien, mais il ne faut pas en abuser.

Typhon

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact