Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

[Journée d'action des magistrats administratifs] C'est mon corps

Par Mob


En France, la fonction publique d'État, c'est-à-dire l'ensemble des fonctionnaires travaillant dans les administrations et organismes publics à caractère administratifs de l'État, est divisée en corps (source wikipédia).

Mon corps à moi, celui que j'ai choisi en sortant de la fac de droit, c'est celui des conseillers de tribunal administratif et de cours administrative d'appel. Ce n'est peut-être pas très sexy comme l'a souligné l'auteur d'une des contributions, mais c'était mon rêve. J'étais publiciste et je vénérais le Conseil d'Etat que l'on m'avait décrit à l'université.

À 24 ans, après avoir réussi le "concours complémentaire", j'ai intégré ce corps pleine d'entousiame et prête à consacrer ma vie à ce métier de juge dont je me faisais une très haute idée. J'étais fière ! Et puis, ce mot corps a quelque chose de viscéral.

Comment imaginer que l'on puisse quitter son corps, en intégrer un autre ?

C'est pourtant ce que j'envisage aujourd'hui. Depuis que je suis entrée dans ce corps, j'ai vu ma charge de travail augmenter sans discontinuer et les quelques semaines de vacances que je pouvait m'octroyer diminuer sensiblement chaque année. Et pour quoi ? Pour le service public, l'intérêt du justiciable ? Même pas. Juste pour la stat. Car au bout du compte, le justiciable, on n'en a cure. Peu importe la façon dont son cas sera réglé du moment que l'on s'en débarasse.

Et puis je suis partie en mobilité (sous forme d'un détachement dans une administration) et j'ai découvert l'administration centrale dans un grand ministère. J'ai découvert que l'on pouvait passer une bonne partie de ses journées seulement à brasser de l'air en réunion. Et, croyez moi, c'est beaucoup moins fatiguant que de passer son temps à travailler sur des vrais dossiers qui pose de vrais problèmes juridiques et humains. J'ai découvert que l'on pouvait poser ses congés et les prendre pour de vrai.

Certes, je sors du travail tard le soir parce qu'en France, pour se faire bien voir de la hiérarchie, il faut partir tard le soir même si l'on a rien a faire. Certes, ce que je fais aujourd'hui n'est pas toujours très palpitant et est souvent très inutile. Mais je suis beaucoup moins fatiguée.

Alors je ne suis pas sure de revenir.

Commentaires

1. Le jeudi 4 juin 2009 à 14:38 par Blux

Bienvenue dans la vraie vie :-)

2. Le jeudi 4 juin 2009 à 15:28 par Matthieu

Très bien dit : plus on est proche du terrain, plus la charge de travail augmente. Et ceci doit être vrai dans tous les ministères (en disant cela, je pense aux enseignants, aux infirmières...).

Bref, une partie qui a choisi son travail par conviction et pour rendre un service public, mais qui sont très vite confrontés à la surcharge de travail, au manque de moyen et au manque d'ambition des administrations centrales de rendre un service public. Et de l'autre, des hauts-fonctionnaires qui n'ont pas choisi leur travail par conviction, mais parce qu'ils voulaient un poste à haute responsabilité, qu'ils voulaient appartenir à une certaine couche sociale. Mais qui brassent le plus souvent de l'air. Peut-être non pas parce qu'ils veulent brasser l'air, mais par méconnaissance du terrain.

Mais bon, ça fait un peu cliché, et heureusement qu'il doit y avoir des exceptions à la règle.

3. Le jeudi 4 juin 2009 à 15:45 par Elaïs

Cela fait mal au coeur de lire cette note. :( Après, mon coté optimiste me dit qu'on ne brasse pas tous de l'air ;)

4. Le jeudi 4 juin 2009 à 15:46 par nicocerise

je sors du travail tard le soir parce qu'en France, pour se faire bien voir de la hiérarchie, il faut partir tard le soir même si l'on a rien a faire

Personnellement j'emmerde ma hierarchie et je sors du travail quand je veux. De toute façon une hierarchie pour qu'elle vous écoute il faut l'emmerder.

5. Le jeudi 4 juin 2009 à 15:55 par Javi

Je suis de plus en plus persuadé que les différentes réformes du secteur public au sens large procèdent de la même logique qu'un plan social dans le privé (ou je travaille): au lieu de virer quelques "top-managers" aux salaires et bonus équivalents à plusieurs milliers de SMIC, on préfèrera fermer une usine.

La même logique me semble à l'œuvre dans le public: au lieu d'alléger les effectifs des administrations centrales, on va virer des profs ou arrêter de recruter médecins et infirmières.

Autrement dit, on casse l'outil de production au profit du management, ce qui n'est pas un signe de santé de l'organisme concerné.

6. Le jeudi 4 juin 2009 à 16:40 par geek

C'est assez triste de lire ça.

7. Le jeudi 4 juin 2009 à 16:56 par ceriselibertaire

Il y aurait donc un grand exorciste au sommet de l'état ne cessant de répeter "Sors de ce corps, fonctionnaire idéaliste, Sors de ce corps"

8. Le jeudi 4 juin 2009 à 16:57 par Cyd

Incroyable, si j'ai bien compris vous décrivez des services où on passe son temps à brasser de l'air pendant que d'autres sont surchargées

Heureusement, que vous etes fonctionnaires, sinon je vous taxerais bien vite d'ultra libéral capitalisto fachiste qui veut la mort du service publique pour se nourrir (toujours plus) du sang du prolétaire

9. Le jeudi 4 juin 2009 à 18:27 par Stéphane

Dans le privé (dans les grands groupes) c'est un peu pareil: le "corporate" qui va de réunion en réunion et invente de nouvelles "optimisation des coûts" ( à base de réduction de personnel) et des opérationnels sur le terrain qui triment dur, tard, sont malgré tout profondément motivés par leur boulot, mais finissent par se démotiver devant le mur d'incompréhension des gens du "corporate". Bref, je comprends et je compatis

10. Le jeudi 4 juin 2009 à 18:57 par L'abbé Toule

Pas beaucoup de grèvistes dans ma juridiction... Qu'en est-il ailleurs ?

Eolas:
L'USMA indique 11% au niveau national.

11. Le jeudi 4 juin 2009 à 21:31 par CEM

Chère collègue, dans "le justiciable, on n'en a cure", qui est ce "on" dont tu parles? Le magistrat de base, le président de chambre, le président de juridiction, le Conseil d'Etat? Je pose la question parce que ce n'est pas ce que je ressens. Là où je suis, on s'en soucie, du justiciable. C'est d'ailleurs pour ça qu'on a beaucoup de boulot. Tu es peut-être mal tombée.

A part ça, j'aime bien ta description de la mobilité... ça fait réflechir!

12. Le jeudi 4 juin 2009 à 23:49 par AD

11% ? Donc une moyenne de 2 magistrats par juridictions...

13. Le vendredi 5 juin 2009 à 00:20 par Ex-Bultineur

J'ai l'impression de reconnaître du personnel de la Chancellerie...

14. Le vendredi 5 juin 2009 à 10:27 par Alma

C'est vrai que cela fait mal au coeur de lire ce billet.

Mais je suis magistrat, dans le judiciaire, et les choses y fonctionnent exactement de la même façon : culte du chiffre au détriment de la qualité, éloignement du justiciable, complexification des procédures ... Pourtant, bons nombre de mes collègues se battent encore chaque jour pour résister. Et pour rien au monde je ne demanderai à aller à la Chancellerie comme on dit chez nous (c'est une simple mutation) pour déserter le terrain.

J'ai une amie qui a passé plusieurs années à l'Administration Centrale, dans un Service chargé des questions juridiques européennes et internationales. Elle a voulu retourner au charbon, dans une belle juridiction de la région parisienne. Et depuis, elle se lamente de ne jamais voir baisser ses piles de dossier à traiter, d'être obligée de bosser les week-ends ou les jours fériés, de ne pas pouvoir poser ses jours de congés quand elle veut ... et surtout d'avoir perdu ses primes de Centrale . Ces 600 € qui lui manquent chaque mois (pas une paille, hein ? tout ça pour "brasser de l'air" un jour sur deux), elle dit que c'est maintenant qu'elle devrait les avoir ...

15. Le vendredi 5 juin 2009 à 11:04 par winston

pour la FPE et ce qui est de "brasser de l'air" ...

comment dire ...

oui et non ...

oui, parce que voir pour la première fois tourner le "processus décisionnel" au sein d'une entité publique peut être vraiment flippant, la première fois qu'on le voit se dérouler. Mais là, c'est pas un problème de brasser de l'air, c'est un problème d'autorités qui ne portent qu'un intérêt accessoire au Droit, et qui tiennent avant tout compte de l'aspect politique de la décision.

oui, parce qu'un fonctionnaire n'est quand même pas payé des masses ... que donc, il ne va pas faire des masses d'heures sup. pour les yeux de la Princesse ...

oui aussi parce qu'un agent public, contrairement à un magistrat, n'a pas à respecter des délais(pas avec autant de rigueur et pas sous les mêmes contraintes), et n'a , quoi qu'on en pense, pas autant de responsabilités; car franchement, l'enjeu est moindre... un fonctionnaire est là pour faire "tourner la machine" ... le magistrat rend la justice.

non, parce que ... parce que tout dépend du poste où l'on est...

parce que faire tourner la machine peut être prenant.

et surtout si l'on est jeune (et idéaliste ... oui .. il y a aussi des idéalistes dans la FPE ... même s'ils ne sont que contractuels), qu'on est seul, et qu'on exerce dans un service dans lequel le temps est rythmé par les délais que nous impose le JA ("aaaahhhhhh,le référé suspension"), avec des responsabilités pas si éloignées (comme défendre un EP, par exemple) ...

mais franchement, ça me rend un peu triste de lire votre message, Mob.

parce qu'on doit (on a dû) partager les mêmes idéaux (sauf que, dans mon cas, je n'ai pas réussi le concours de conseiller de TA... et je n'y arriverai pas... me fais plus d'illusion sur ce point, en tout cas). Et que l'amertume apparait conjointement à la certitude que, si ça continue comme ça, on va nous aussi finir par "faire comme les autres" ... baisser les bras... vieillir , quoi ...

je conclurai donc ma petite intervention en citant Bruno Cremer, dans Objectif 500 millions, de Pierre Schoendoerffer

"mais on est pas mort ... et le diable marche avec nous " ...

normal, on est juristes ...publicistes ... XD

16. Le vendredi 5 juin 2009 à 13:14 par Stepposs

Le corps... Un terme bien militaire pour une hiérarchie sensiblement du même acabit. En tout cas sur le papier... Car un chef de forces armées prend des risques, ce qui n'est pas le cas de beaucoup trop de supérieurs hiérarchiques des corps des fonctionnaires de l'Etat...

Quoiqu'il en soit, chère Mob, c'est dans les arcanes des ministères que l'on peut espérer changer la vie des petites mains de l'Etat... C'est lors de ces réunions bien ennuyeuses que l'on peut espérer faire bouger les choses !

17. Le vendredi 5 juin 2009 à 14:13 par pare quetier

Si vous restez tard le soir simplement pour complaire à votre hiérarchie, que faites-vous dans la magistrature??

18. Le vendredi 5 juin 2009 à 14:13 par pare quetier

Si vous restez tard le soir simplement pour complaire à votre hiérarchie, que faites vous dans la magistrature??

19. Le vendredi 5 juin 2009 à 14:14 par pare quetier

Si vous restez tard le soir simplement pour complaire à votre hiérarchie, que faites-vous dans la magistrature??

20. Le vendredi 5 juin 2009 à 14:25 par Arthur

Voila comment on perd des gens qui peuvent etre de valeur dans des institutions ou ils sont necessaires ... parce que les moyens necessaires ( humains notament donc financiers ) ne sont pas accordes et que les seulement presents n'en peuvent plus d'en faire de plus en plus sans pour autant faire ce pourquoi ils etaient venus ... dans ce votre cas le justiciables Certains restent et s'accrochent, d'autres non, il n'est pas question de distribuer des bons ou des mauvais points, autant accuser certains de masochisme et les autres de petits malins, il suffit pour ca de changer de regard sur la meme situation Il est surtout deplorable, malheureux, plus encore, que ce soit la notre justice, sans moyens, mais la France n'a plus vraiment de moyens parait-il, enfin ca depend pourquoi, sans argent oui, mais parfois on en trouve quand meme, pas toujours, peut-etre pas toujours au meilleur escient possible ... ?

Je plussoie s'agissant des reunions : la ou comment ne rien faire en etant bien vu juste parce que l'on y est et ce tant que l'on y est convie surtout ... Un dossier sous le bras dans les couloirs, meme en route pour la machine a cafe, rester tard le soir a surfer sur le net, poster des commentaires, les gens voient que l'on utilise le clavier, lire, concentre surtout

Mais la vie est ailleurs ...

21. Le vendredi 5 juin 2009 à 16:35 par llon

A quetier : bien que je ne connaisse pas personnellement le problème, je suppose que ne pas se faire bien voire à une forte tendance à créer des bâtons qui apparaissent inopinément dans ses propres pattes. ce qui lorsqu'on souhaite faire du bon boulot me paraît difficile. En somme, c'est un moindre mal que d'accepter cette règle absurde... Je pense que certaines personnes sont capables de faire leur travail dans des amplitudes horaires humaines, non ? Le but n'est donc pas, de ce que j'ai compris, de complaire, mais de ne pas déplaire, là est la nuance.

22. Le vendredi 5 juin 2009 à 19:22 par Spirit of minefi

En réponse au commentaire 5, Javi :

La centrale se reorganise ausdi : 10% des bureaux de la direction générale des finances publiques ("Bercy") ont été fermés avec la fusion dgi/dgcp.

23. Le vendredi 5 juin 2009 à 22:01 par lucas ferrand

pas de commentaire de cpdh?

24. Le samedi 6 juin 2009 à 14:13 par combatsdh ou cpdh (pour les intimes)

Ben non ce n'est pas mon corps magistrat administratif :)

Ah si moi aussi je sors tard du boulot mais je vous assure que ce n'est pas ma hiérarchie décanale que me l'impose :)

25. Le samedi 6 juin 2009 à 19:28 par Duguit

On pourrait éviter les fautes d'orthographe...

26. Le lundi 8 juin 2009 à 17:56 par Guilmo

Je n'ai en terme de métier aucun rapport avec le droit, mais je suis sidéré de voir le degrés d'implication et d'études nécessaires pour avoir des horaires horribles et un salaire très moyen voir bas. Je salue votre courage à tous.

27. Le mardi 9 juin 2009 à 09:03 par bernadic

A Guilmo

qu'appelez-vous salaire moyen très bas?

50 à 60 000 euros par an!!!

On a vu pire.

28. Le mardi 9 juin 2009 à 16:41 par Futur Trader

@ bernadic 50 à 60 000 € ... un magistrat de TA n'est pas un trader ; on peut diviser par deux pour toutes les nouvelles recrues de ces 4-5 dernières années.

Par ailleurs, je ne savais pas qu'un MCF, ça sort tard du boulot.

29. Le mardi 9 juin 2009 à 18:12 par Photine

Oui... enfin, passer ses journées à brasser du vent, assister à l'incapacité de l'administration centrale à produire quoi que ce soit et sortir tard pour se faire bien voir

à la longue, ça mine

(et ne pas sortir tard pour se faire bien voir : et bien, vous vous chopez (pour la 1ère fois de votre vie) des réflexions sur vos horaires)

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact