Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Nous non plus, on n'en pouvait plus

Ce document n’appelle je pense aucun commentaire de ma part.

La discussion continue ailleurs

1. Le lundi 14 décembre 2009, 23:16 par rafiot

rafiot's status on Monday, 14-Dec-09 22:16:45 UTC

#dati est trop forte, elle manque (ou pas.) à Paris :) http://2tu.us/195p #ump @FLefebvre_UMP...

Commentaires

1. Le lundi 14 décembre 2009 à 21:48 par Ziad

Cohn-Bendit avait raison ! :)

2. Le lundi 14 décembre 2009 à 21:51 par raven-hs

Pour quelqu’un qui est censée faire la maline, je trouve que c’est pas malin.

3. Le lundi 14 décembre 2009 à 21:54 par Julie

Bah!La belle affaire!S’il fallait décortiquer tous les mots des people…On n’aurait plus de vie personnelle.Mais où sont donc les emoticons?

4. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:00 par Caroline

Votre titre m’a fait hurler de rire…. Elle se les JEL ds le Nord? :)

5. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:00 par hotgomasio

Je désaprouve le fait de transmettre cet enregistrement, ça n’est pas fair. Eolas, ne pas se réfugier derrière la responsabilité partagée (je ne suis pas responsable de l’existance de l’enregistrement je ne fais que diffuser). On ne sait rien du contexte, on piège tout le monde de cette façon.

Eolas:
Je suis désolé du malentendu qui vous a laissé croire que je sollicitais votre approbation. Je veillerai à être plus clair la prochaine fois.

S’agissant du contexte, il est donné : une eurodéputée, en pleine séance du parlement, qui est publique (la presse est présente, c’est même du propre aveu de Mme Dati la seule raison de sa présence). Elle ne s’est pas faite piéger. Elle est en séance publique, dont ne m’invoquez pas son droit au respect de la vie privée ; une équipé TV lui a mis un micro (d’expérience, je peux vous dire que ça ne passe pas inaperçu), donc ne parlez pas de piège. 

6. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:03 par Yan

Quid du droit de chacun au respect dû à sa vie privée ? M’étonnerais que ces propos tenus “avec une amie” aient reçu l’autorisation de diffusion de la part de la glandeuse l’intéressée !

Eolas:
Devons-nous brûler le journal officiel des débats parlementaires, qui retranscrit tous les mots prononcés dans l’hémicycle, en citant nommément leur auteur ? Cette atteinte à leur vie privée est insupportable, et la publicité des débats parlementaires, du totalitarisme.

7. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:07 par malpa

@ hotgomasio

Comment ça tout le monde ? Parce qu’en plus, ils sont tous comme ça ? Les représentants du peuple ne sont pas dévoués à leur mission ? Mon dieu, regardez mes illusions qui ont craqué, c’est vous qui allez me les ramasser ?

8. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:08 par Jamian

Après concertation, l’assemblée de mes neurones a voté la motion suivante en réaction à ce lien : “Mouais, bof !”
Ca dit juste que sur le coup :
- elle en a plein le fondement se son boulot (et à mon avis, tout le monde s’est déjà retrouvé dans cette situation sans pour autant qu’il y ait un drame avant la fin du contrat ;-) ) ;
- elle a un peu oublié les journalistes lors de son entretien téléphonique (ou pas… on peut s’attendre à une fine manoeuvre de comm’).

Quoi qu’il en soit, je me demande s’il y a vraiment matière à relever…

Eolas:
En fait de contrat, c’est ici un mandat électif qu’elle a sollicitée en juin dernier. Tout agent public doit rendre compte de son administration. Ses électeurs sont tout à fait fondés à être informés de l’enthousiasme qui l’anime dans ses fonctions. Que vous ne voyez pas l’intérêt ne signifie pas qu’il n’existe pas, juste que votre esprit critique est assez peu sollicité. Qu’il ressente néanmoins le besoin d’exprimer son absence d’intérêt est en revanche un mystère pour moi.

9. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:09 par Ishy

Je ne pense hélas pas que ce genre de pensée, exprimée à haute voix ou non, soit exceptionnelle, ni à Bruxelles ni dans d’autres hémicycles… Mais effectivement c’est amusant de l’entendre s’énerver et expliquer comme une lycéenne désoeuvrée que non, elle peut pas sécher les cours parce que les présences sont notées.

10. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:28 par titeuf

Consternante, forcément consternante !

11. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:42 par Yan

Cher maître vous louvoyez, n’allez pas insinuer que les apartés, les sms et autres coups de téléphone volés fassent partie des débats parlementaires, ni pis qu’ils soient mentionnés au JO…

Que l’atteinte à la vie privée soit discutable, certes, elle l’est toujours, mais voir dans le JO un journal intime… allons !

12. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:43 par geka

La pauvre… si elle a tant de mal que cela, je veux bien reprendre son rôle d’élue.

Quelle honte cette attitude de cancre de fond de classe… si c’est tellement dur pour elle de faire semblant de s’intéresser (on ne lui en demande pas plus…), elle devrait aller travailler ailleurs, après tout, c’est une des valeurs de son parti…

A quand “Le parlement Européen, soit on l’aime soit on le quitte”?

13. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:47 par ranide

En fait Mme Dati s’est piégée toute seule. Il s’agit en réalité d’un extrait d’une émission diffusée hier soir sur M6, que l’on peut revoir

Elle a été suivie pendant quelques jours par des journalistes de la chaîne et a oublié au moment de répondre à cet appel téléphonique privé qu’elle portait un micro. Ceux qui ont eu à la subir lorsqu’elle était GDS la reconnaissent bien là.

Au passage, à aucun moment dans ce reportage qui dure 15 à 20 mn on ne la voit travailler sur des dossiers. C’est à ça aussi qu’on peut la reconnaître, hélas.

14. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:50 par Van der Waals

héhé, le petit journal de canal a de la concurence on dirait…

15. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:52 par titou

j’ai vu l’émission en question, mais ce qu’il faudrait montrer c’est l’image entière : elle au moins est présente l’hémicycle est vide on compte plus de chaise vide que de députés !
alors oui elle fait juste acte de présence mais elle est là… et bien sur on en montre pas son intervention à la même séance pourtant diffusée aussi dans le même reportage.

Eolas:
C’est curieux, on me demande souvent comment je fais pour défendre des coupables. Mais je ne suis pas seul à avoir la vocation, pourtant. 

16. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:53 par hotgomasio

@eolas
Tout d’abord je souffle sur la soupe qui déborde de la casserole, voilààà, ensuite je dis que votre argument du micro TV ne tient pas, précisent parce qu’elle a été piégée en donnant une image de parlementaire dilétante sur ce coup là. Peut importe la grosseur du piège ou sa visibiité quand on tombe dedans c’est qu’on ne l’avait pas vu. De plus on ne sait rien de la relation de Mme Dati et de son interlocutrice; il peut s’agir d’une “private joke” ou d’un second degré, comme tout le monde peut en faire dans une conversation en apparté d’un contexte officiel. Quand à ma légitimité pour approuver, souscrire, corroborer, ou non, je la tire de l’invite “ajouter un commentaire” tout court en bas de vos billets, ajoutez “- complaisant” si ça vous chante, mais n’oubliez pas, il n’est point d’éloge flatteur sans liberté de blâmer, et là je blâme.

Eolas:
Ajouter est à l’infinitif, pas à l’impératif. 

17. Le lundi 14 décembre 2009 à 22:55 par Lawb

Ciel!

18. Le lundi 14 décembre 2009 à 23:06 par megastef

Finalement, peu importe que le commentaire ait été recueilli de manière juste ou non, ce qui compte, c’est simplement de se marrer un bon coup sur le dos de cette chère ex-GDS qui nous en a fait voir de toutes les couleurs ;)

19. Le lundi 14 décembre 2009 à 23:40 par caton

Cette petite phrase de Dati bourdonne d’essentiel sur son état permanent d’ébriété verbale qui s’exprime par son mépris de tout ce qui est “institutionnel” et qui n’est pas people.
C’est sûr que l’assemblée était clairsemée… Et alors?
Vous imaginez Dati au Sénat? Elle téléphonerait à son amie que c’est affreux, qu’il n’y a que des fauteuils où gisent de tremblotantes gélatines sénatoriales.
Et dire qu’après avoir été la mère dont tout Paris se gaussait, elle s’imagine pouvoir être maire(sse) de la capitale!
Au secours!

20. Le lundi 14 décembre 2009 à 23:55 par Beber

C’est du même tonneau que le “Casse-toi pauvre con!”. Je ne vois rien dans cet enregistrement que l’on ne sache déjà :

  1. Madame Dati a plus d’attentions pour son image que pour son travail (ah bon ?)
  2. Madame Dati se soucie du parlement européen comme d’une guigne (çà alors !)

Sachant que le Président de notre beau pays est connu pour son goût immodéré du bling-bling et que, vu de Paris, le parlement européen est le placard (doré) dans lequel le même Président se débarrasse des courtisans qui ne l’amusent plus (suivez mon regard),

Sachant que nous vivons dans un pays, où les électeurs n’hésitent pas à réélire des politiciens qui se sont fait prendre le doigt dans le pot de confiture, et qui ont été condamnés pour çà (Messieurs Balkani et Juppé, dans le cas fort peu probable où vous me liriez, je ne vous salue pas),

Sachant qu’en comparaison des cas susmentionnés, cet enregistrement s’apparente à un pet de lapin,

Je constate que ceci explique cela et en conclus que ça n’empêchera pas les électeurs de voter de nouveau, et en majorité, pour le Président et pour Madame Dati. En conséquence de quoi, je pose la question : vous pensez que la France va passer le 1er tour ?

21. Le lundi 14 décembre 2009 à 23:56 par Alex

Cher Maitre,

si le caractere extremement drole de l’affaire et l’ancien poste qu’occupait l’interessee peuvent expliquer pourquoi vous avez voulu partager cet enregistrement, il me parait sortir un peu de votre ligne editoriale habituelle, et c’est, je pense, le sens de nombre des commentaires precedents. A mon humble avis, l’interet toujours croissant du public pour votre litterature numerique est venu de vos explications de texte factuelles, pas forcement engagees.

Etant moi aussi un convaincu, vous l’aurez compris, probablement d’un autre courant, je comprends parfaitement votre besoin d’exprimer votre pensee partisane — je le fais aussi des que j’en ai l’occasion. Il est simplement dommage de devoir faire le tri entre faits et opinions dans un endroit d’ordinaire si agreable…

22. Le mardi 15 décembre 2009 à 00:47 par Alain

Ironie du sort, c’est le lendemain de cette diffusion que le Press club a opéré sa première sélection pour son prix “humour et politique”. Et Rachida Dati est bien placée, avec sa boutade désormais célèbre : “Je n’ai jamais cherché à attirer l’attention des médias”. Notons au passage qu’une autre phrase aurait pu faire fureur, si elle avait été prononcée par un politique : “C’est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que beaucoup ont l’air brillant avant d’avoir l’air c.on”.

http://www.lesmotsontunsens.com/video-rachida-dati-je-n-en-peux-plus-strasbourg-6487

:-)

23. Le mardi 15 décembre 2009 à 00:52 par ratel

@alex & d’autres : pensee partisane…? ça semble plutôt du côté factuel, d’autant que le maître des lieux s’est abstenu de commenter. Je vous rejoins sur le manque d’intérêt que devrait avoir cet enregistrement - mais, malheureusement, aussi longtemps que les réformes Dati n’auront pas été renversées, la personnalité de celle qui les a imposées, surtout concernant sa conception du service de l’Etat et des électeurs, devra être étudiée.

24. Le mardi 15 décembre 2009 à 01:04 par Monseigneur

Et paf, l’abus de Busiris, provoque le burn out à effet retard d’une jeune mère de famille titrera le Fig Mag ;-P ! Aviez-vous cher Maître pensé aux effets secondaires funestes de la rançon de la gloire ? je suis sûr que vous êtes là, tout confus à rouler votre bavette dans vos petits doigts gourds malgré que vous en avez. ;-)
Allez, ego te absolvo, vous combattez pour une noble cause.

25. Le mardi 15 décembre 2009 à 01:20 par bloofy

En tout cas à 20 000 euros par mois ,bien que je ne doute pas que Madame Dati ne soit pas dans le besoin ,je pense quand même qu’elle devrait se réjouir de se faire chier quand on pense a la pauvre classe ouvrière qui pour 999Euros par mois doit affronter tous les jours des boulots tous aussi pénibles les uns que les autres .

26. Le mardi 15 décembre 2009 à 07:03 par MadPopple

@25 :
Si ma mémoire est bonne, contrairement au Parlement français, le Parlement européen fait dépendre une partie de l’indemnisation de ses députés de leur présence ou non aux séances. Mais je peux me tromper.
Cela signifierait que Mme Dati, si elle n’est pas dans le besoin, est au moins de l’avis qu’il n’y a pas de petits profits. On comprend dès lors mieux la nouvelle carte judiciaire…

27. Le mardi 15 décembre 2009 à 07:48 par DS

Quel beau billet constructif, bien loin des attaques ad hominem….

28. Le mardi 15 décembre 2009 à 07:51 par Ook? Ook!

7 665 € pour faire la maligne chaque mois… Elle le fait très mal, c’est une faute professionnelle simple, non? On ne peut pas la renvoyer pour insuffisance professionnelle? Et pendant ce temps, au tribunal, on coupe les [petits papiers qui collent (pas de marque!)] en quatre.

29. Le mardi 15 décembre 2009 à 09:33 par Hélène

Comme quoi, pas besoin de GAV pour que cette dame avoue et donne la preuve, s’il en était besoin, qu’il n’est pas suffisant d’être élu(e) pour se soucier des électeurs.

30. Le mardi 15 décembre 2009 à 09:42 par pendragon

@ds 27

1) pourquoi une attaque ad hominem serait-elle proscrite ? ou ? depuis quand ?

dans quel texte légal, réglementaire, statutaire ou ordinal n’aurais-je pas le droit de dire qu’un ane est un ane ?

2) quelle attaque, puisque eolas ne fait justement aucun commentaire ?

ces propos imbéciles et irrespectueux d’un vote démocratique, oint été tenus par l’ex GDS, qui s’attaque ad hominen toute seule en ce cas

@15 titou

1) oula, le fan club s’est réveillé

le reportage la montrait pour sa rentrée au PE, ce qui explique que, comme sa société de comm a du lui dire, il valait mieux etre la devant les caméras de m6 - l’exploit est donc relatif

2) de plus, il s’agissait d’une petite manoeuvre politicienne consistant à intervenir de force - au contraire des usages d’intervention des orateurs au parlement (voir l’insistance de RD à poser une “”“”question”“”” - pour rester poli - en faisant valoir qu’elle était ancien ministre) pour ensuite obtenir la direction d’un groupe de travail sur les risques financiers

qu’elle n’a pas eu, la méthode dati ayant quelque peu choqué…

31. Le mardi 15 décembre 2009 à 09:43 par Ego

@ de précédents commentateurs dont 21 :

Je ne pense point que la logique de Maître Eolas dans cette affaire puisse être partisanne. En effet, l’intérêt de cette vidéo est de montrer le zèle avec lequel Mme Dati défend l’intérêt des électeurs franciliens au sein de l’hémicycle strasbourgeois (on ne peut malheureusement pas parler des électeurs français du fait de la régionalisation du scrutin des européennes). C’est une honte pour tout homme ou femme politique d’oser sortir de telles paroles et de montrer à tel point un mépris envers l’institution où il siège.

Sachez que j’aurais été (même si je ne suis qu’un étudiant en Affaires européennes) très fier et fortement impliqué dans ma tâche si une partie des français (une circonscription européenne) m’avait donné l’opportunité de siéger à Bruxelles et Strasbourg.

PS : J’en invite certains à lire le Traite de Lisbonne (soutenu par le président Sarkozy rappelons-le) qui fait passer la majeure partie des compétences communautaires sous la procédure législative ordinaire (précédemment appelée “co-décision”) et qui ouvre un champ vaste de possibles en matière de compétences partagées.

Bonne journée à vous.

32. Le mardi 15 décembre 2009 à 09:46 par Lapoz

C’est une honte, purement et simplement.

Et mis en parallèle avec cet article du Figaro Magazine (Rachida Dati prépare sa revanche), ça donne le tournis.

@27: On est loin d’une attaque sur la personne, on est dans le concret. C’est un doigt d’honneur fait aux électeurs.

33. Le mardi 15 décembre 2009 à 10:01 par Lalael

Je ne dirais qu’une chose: “les principes de gouvernement” dégagés par les penseurs classique de la Chine traditionnelle comprenne notamment le principe de “Respect envers le peuple” (que doit avoir et manifester celui qui veut prétendre être un bon gouvernant), force est de constater que Mme Dati ne ferait donc certainement pas un bon gouvernant.

34. Le mardi 15 décembre 2009 à 10:27 par olivierm

Moralité :
Le contre-pouvoir des médias est une bonne chose, et le fait que Rachida Dati se soit “pipolisée” en est une autre, elle est obligée d’honorer son mandat et de voter.
C’était ma vision optimiste.

35. Le mardi 15 décembre 2009 à 11:05 par upsilon

A tous ceux qui conspuent cette note, mon avis (qui n’engage en rien le maître des lieux, bien sûr) :

Dans un sens de lecture normal, c’est-à-dire de haut en bas, la première chose qu’on peut voir sur ce blog est que le titre est entouré de la mention “Ensemble depuis 1957” et du drapeau Européen. OUI, pour ceux qui ne l’auraient pas compris, Maître Eolas aime l’Europe et la construction Européenne. Et je vois mal comment lui reprocher ça.

De ce fait, voir Mme Dati parler de son mandat Européen comme d’une corvée insupportable me semble tout à fait le genre de choses qui peut être le sujet d’une note ici. D’ailleurs, voyons voir… Elle occupe le poste de députée européenne. Vous pensez vraiment que sur le blog d’un avocat, européen convaincu, on ne va pas parler d’une femme qui fait les lois de l’Europe ? Vous vous êtes perdus, dans ce cas.

Personne ne s’est plaint quand ce blog pointait les manquements (pour rester sobre) de Mme Dati envers le Droit seul. Maintenant, c’est un manquement envers le Droit européen. Je pense que c’est à 100% dans le sujet du blog.

36. Le mardi 15 décembre 2009 à 11:11 par DS

À Lapoz : Certes, on est dans le concret.

Mais elle n’est pas la seule dans ce cas.
Les blagues de l’humoriste auvergnat n’ont, il me semble, pas eu droit à une vidéo ni même un billet.

Eolas, qui avait vraiment fait œuvre pédagogique en analysant et critiquant les communications et décisions de la ministre en son temps, continue à s’acharner alors qu’elle a quitté le ministère il y a déjà quelques mois.

Voilà pourquoi je ne trouve pas cette vidéo très constructive, car nous avions déjà fait le tour du personnage, alors aux affaires.

37. Le mardi 15 décembre 2009 à 11:27 par Pepito

Consternante.. et les commentaires de certains ici ne le sont pas moins. Il ne faut pas s’étonner du niveau d’investissement de nos élus s’ils sont à l’image de ceux qu’ils représentent. Continuez de regarder le doigt quand on vous montre la lune et de vous offusquer d’avoir accès à de telles informations, le totalitarisme n’est sans doute pas si loin de vos besoins..

38. Le mardi 15 décembre 2009 à 11:33 par Yami

Bof…ca apporte pas grand chose

Il y a plusieurs explications possibles :
-Elle en a marre de son boulot de député (et là c’est grave)
-Sa fille fait ses dents et l’empêche de dormir, et elle est fatiguée

Personnellement, même si je ne l’apprécie pas, je lui laisse le bénéfice du doute.

39. Le mardi 15 décembre 2009 à 11:39 par Folzebuth

Bonjour Maître

Vous dites, en réponse au commentaire 15 :
“C’est curieux, on me demande souvent comment je fais pour défendre des coupables.”

Vous défendez des accusés non ? Les coupables ne sont plus à défendre vu qu’ils sont déjà jugé.
Corrigez-moi je vous prie si je me trompe (et dansez sur ma dépouille si je vous ai repris à tord).

40. Le mardi 15 décembre 2009 à 12:02 par DH

Ouvir les commentaires, c’est susciter soit la sujétion, soit la critique, positive ou négative. La loi m’imposant l’indépendance, choisissons la critique.
Avez-vous déjà pris place dans une assemblée législative, Me Eolas? Vous ne semblez pas l’avoir fait. C’est très ennuyeux et très long. Particulièrement quand autant de groupes, de pays et autres doivent s’exprimer. L’assemblée nationale, à côté du PE, c’est du pipi de chat. Le multipartisme a un prix. La réaction est compréhensible. Ce qui ne l’est pas, c’est de croire que tout membre de législatif doit être concentré à 200% lorsqu’un parti reparle de tout dix fois d’affilée, alors même que le choix du vote a été décidé la veille dans une réunion de parti.
Par ailleurs, sortir ça est particulièrement odieux de la part de journalistes. Ils avaient très certainement indiqué que le micro était là pour le discours.
C’est très honorable à Mme Dati d’être présente - même si c’est en raison de la presse. En tout cas plus que si c’est pour faire partie d’un meuble.

41. Le mardi 15 décembre 2009 à 12:08 par Robi

Le fait qu’elle précise qu’à Strasbourg, elle est obligée de voter pour ne pas être considérée comme absente me parait suffisamment éloquent sur sa façon de voir les choses (et notamment les autres assemblées qu’elle fréquente).

Personnellement, je n’ai encore jamais eu besoin d’expliquer à aucune de mes connaissances que si je ne vais pas au travail, je ne fais pas mon travail (ce qui n’empêche pas qu’il puisse y avoir des raisons - Vacances, maladies, formation…), et je supporte de moins en moins cette manière de considérer un mandat “moins élogieux” comme l’équivalent chômage des personnalités politiques.

A moins de considérer que quelqu’un d’autre l’a inscrite sur les listes électorales et qu’on l’empêche de démissionner…et encore.

“En renonçant à exiger de l’assisté qu’il fasse tous les efforts qu’il peut pour trouver un emploi… ces renoncements là, je ne les accepterai jamais.” NS - 12/11/09

42. Le mardi 15 décembre 2009 à 12:09 par Mathaf Hacker

Si elle avait été britannique, elle aurait été contrainte de démissionner. Mais notre pays est républicain, ce qui ne veut pas forcément dire démocratique.
Je me demande qui lui donnera encore sa voix pour une quelconque élection.

43. Le mardi 15 décembre 2009 à 12:29 par tro choi

Sympa le respect qu’elle a pour ses électeurs…

44. Le mardi 15 décembre 2009 à 12:43 par L'optimiste

Eolas, “évitez de tirer sur une ambulance” .Madame Dati mérite d’être combattue politiquement mais pas de cette manière.
Vous qui ne manquez jamais une occasion de donner des leçons d’éthique et de déontologie à la terre entière,que pensez vous de cette pratique des caméras et micros cachés…..qui n’est rien d’autre qu’une “sonorisation” à la “Perben sauce JLD” qu’il me semble vous combattiez à une époque pas si éloignée.
La défense des libertés et de la vie privée vaut aussi pour Madame Dati.

45. Le mardi 15 décembre 2009 à 12:43 par L'optimiste

Eolas, “évitez de tirer sur une ambulance” .Madame Dati mérite d’être combattue politiquement mais pas de cette manière.
Vous qui ne manquez jamais une occasion de donner des leçons d’éthique et de déontologie à la terre entière,que pensez vous de cette pratique des caméras et micros cachés…..qui n’est rien d’autre qu’une “sonorisation” à la “Perben sauce JLD” qu’il me semble vous combattiez à une époque pas si éloignée.
La défense des libertés et de la vie privée vaut aussi pour Madame Dati.

46. Le mardi 15 décembre 2009 à 13:02 par fred

je me suis cru un moment sur facebook !

47. Le mardi 15 décembre 2009 à 13:12 par Lonewolf

@Beber : très bel exposé de la situation ! Merci.

Certes, ce petit extrait n’est qu’une anecdote. Pour ma part, je me demande encore qui m’afflige le plus :

- l’intéressée, de par ses comportements et valeurs dont on a déjà fait le tour (encore que, pour elle aussi, c’est à se demander si le on touche le fond, ou s’il y a encore quelques couches supplémentaires..)
- les personnes encore capables de l’excuser, arguant de la présence “oubliée” (et non cachée) des micros et des caméras, d’une “supposée” violation de la vie privée, de la dure condition de députée européenne, des lenteurs de cette chambre, des contraintes qui y sont attachées
- celles qui s’apprêtent encore à voter pour elle - ou ses semblables -, dans un futur prochain

48. Le mardi 15 décembre 2009 à 13:18 par DMonodBroca

Oublier le micro qu’on porte… quelle gaffe ! Mais tant pis pour elle, elle devrait savoir qu’un personnage public le reste en toutes circonstances, a fortiori en public…

Cela dit, ce qu’elle dit est certainement juste. L’activité au Parlement Européen, ou supposé tel (l’Assemblée prévue par les traités a usurpé cette appellation de Parlement), doit être absolument assommante. Sauf à avoir la tripe faite pour la bureaucratie et l’esprit fait pour le compromis, ce doit être insupportablement ennuyeux. Madame Dati dit tout haut ce que beaucoup sûrement pensent tout bas.

49. Le mardi 15 décembre 2009 à 13:38 par Robi

DMonodBroca, ôtez moi d’un doute :
personne ne lui reproche de trouver l’exercice de la politique européenne ennuyeuse, le reproche porte sur le fait de briguer un mandat dont elle n’a que faire et que d’autres (même, pourquoi pas, à l’UMP, serait ravis et capables) d’honorer.
Certes, ce n’est pas la seule, mais elle met tellement de volonté à le démontrer…

50. Le mardi 15 décembre 2009 à 13:56 par Het Masteen

Madpopple (en 26) : “Si ma mémoire est bonne, contrairement au Parlement français, le Parlement européen fait dépendre une partie de l’indemnisation de ses députés de leur présence ou non aux séances. Mais je peux me tromper.”

C’est exact, mais c’est de leur présence aux séances plénières dont il s’agît. Or, l’essentiel du travail du député européen se fait en commissions et sous-commissions; contrairement au parlement français le parlement européen étant un lieu de compromis puisque la législation européenne fait l’objet d’un processus de codécision entre le parlement le conseil des ministres (les Etats, un peu l’équivalent de notre sénat).
Rachida Dati étant membre de la Commission des affaires économiques et monétaires et de la Commission spéciale sur la crise financière, économique et sociale, il serait sans doute plus intéressant de savoir si elle est bien présente et assidue à ces commissions…

51. Le mardi 15 décembre 2009 à 14:01 par icare

Rachida dati n’est pas une femme politique.

Rachida Dati, femme, issue de l’immigration nord africaine d’auvergne, n’a servi qu’à 2 choses:

  • Economiser des poids lourds UMP.

Souvenez vous que la reforme de la carte judiciaire a été l’une des promesses du candidat Sarkozy. Aucune femme ou homme politique voulant faire carriere, de droite (ou de gauche) n’a osé s’y coller….et pour cause…donc autant sacrifier un out-sider!

  • Donner un signal politique fort, en faisant d’une femme, la premiere garde des sceaux d’origine auvergnate.

Mais un signal fort en direction de qui ? probablement en direction des auvergnats que Nadine Morano voudrait voir ne plus parler verlan, ni porter de casquettes a l’envers, que Besson , aprés hortefeux, voudrait voir se diluer dans une improbable identité française mâtinée de forts relents xénophobes.

Elle a ete (largement) payée en consequence:

- Un portefeuille ministeriel (avec l’ensemble des avantages qui s’y rapportent, y compris le prêt de vêtements de bijoux, match et gala (s) ).
- Une mairie, celle du 7é….dont les electeurs sont d’une discipline legendaire du moment que l’estampille UMP est apposée au bon endroit !

52. Le mardi 15 décembre 2009 à 14:17 par Petit pois sournois

Revenons un peu au juridique :
Article 226-1 du code pénal : Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende le fait, au moyen d’un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui (…) 1° En captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur, des paroles pononcées à titre privé ou confidentiel ; (…)
Article 226-2 du même code : Est puni des mêmes peines le fait de conserver, porter ou laisser porter à la connaissance du public ou d’un tiers (…) tout enregistrement ou document obtenu à l’aide de l’un des actes prévus à l’article 226-1.

Je n’ai aucune sympathie pour Madame R. D., qui me semble avoir été l’un des deux pires GdS que nous ayons eu depuis le début de la Vème (je laisse une place pour une contestation sur ce mérite, et je n’ai pas connu la IVème). Mais il m’apparaît qu’une conversation téléphonique est par nature privée (sauf pour les goujats qui hurlent dans les wagons de la SNCF), et que rien ne fait présumer un quelconque consentement de Madame R. D. à ce que celle-ci soit enregistrée, et a fortiori divulguée (le simple fait de porter un micro-baladeur ne me paraît pas une preuve suffisante de consentement).

Cher Maître, ne vous trouveriez-vous pas, par le simple hyperlien que vous avez créé, sous le coup de l’article 226-2 ?

53. Le mardi 15 décembre 2009 à 14:32 par Srill

Attendez, il est où le scandale là?…

Dieu sait que Madame DATI m’insupporte au plus haut point mais je pense que ça nous est tous arrivé de prendre un appel téléphonique pour dire qu’on en avait marre des charges et sujétions de notre travail…
Que l’avocat qui n’a pas un jour râlé de devoir aller perdre son temps à plaider un dossier merd…. difficile plutôt que de le déposer au motif que son (important) client ne comprendrait pas que la décision ne fasse pas état de la diligente présence de son conseil (payé à prix d’or).

Bref, ça valait pas un billet, même pas un commentaire…

54. Le mardi 15 décembre 2009 à 15:03 par béelle

La prochaine fois que j’entendrai une plaidoirie assommante à mon audience (ça finira bien par arriver), je ferai comme mon ancienne patronne, je téléphonerai (discrètement) à un copain pour me plaindre d’être obligé d’entendre ça si je veux gagner ma croûte.
Tout comme elle, jamais il ne me viendra à l’idée de poser des questions, de relire des pièces du dossier ou de m’intéresser à ce qui se plaide devant moi…

55. Le mardi 15 décembre 2009 à 15:08 par Petruk

Madame Dati est une pro de la gestion des médias. Plus que tout autre ministre elle a pris soin de ne pas passer inaperçue et s’est employée pour que l’on parle d’elle.

Le micro qu’elle portait ne lui a pas été imposé de force. Le passage cité par petit pois sournois m’apparait donc hors sujet. Je vois mal comment elle pourrai soutenir devant un tribunal que oui elle portait un micro mais c’était pour mieux préserver sa vie privée…

En conclusion je pense que cette “fuite” est volontaire et calculée. Madame Dati ne souhaite pas rester absente trop longtemps des gros titres. Et accessoirement elle rappelle aux membres de son parti qu’elle est toujours là et qu’elle ne compte pas faire de vieux os au parlement européen. Si un éventuel remaniement intervenait après les régionales, on sait où la trouver………

56. Le mardi 15 décembre 2009 à 15:18 par Petit pois sournois

@ Petruk

Rappelons le principe : la vie privée est protégée. Dès lors qu’il est établi qu’elle a été atteinte, c’est à l’auteur de l’atteinte d’établir que celle-ci a été autorisée par la victime.

Ce n’est donc pas à Madame R. D. de soutenir qu’elle portait un micro pour préserver sa vie privée, mais à celui qui a capté sa conversation privée, même si c’est grâce à un micro dont la députée européenne connaissait la présence, qu’il a obtenu le consentement de cette députée (et de sa correspondante, car il y a deux vies privées atteintes ) à la réalisation (et à la diffusion ?) de cet enregistrement. La présence d’un micro, et la connaissance de cette présence, ne me paraîssent pas suffisantes pour établir ce consentement.

Et pour le reste, beaucoup de suppositions sur les intentions réelles de Madame R. D.

57. Le mardi 15 décembre 2009 à 15:49 par Tro choi

Elle vient de nier : http://www.google.com/hostednews/af…
Hum …

58. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:06 par Petruk

Il me semble que la séance parlementaire était publique. Vous partez du postulat qu’il s’agit de vie privée mais n’est-ce pas à madame Dati de prouver que la conversation qu’elle a eu lors d’une séance parlementaire, c’est à dire à un moment où elle était censée travailler, alors même que la séance était publique et qu’elle avait donné son consentement pour être suivie pendant quelques jours par des journalistes, avait un caractère privé?

Le mekeskidit que je suis s’égare peut être mais lorsqu’un employeur trouve un dossier “perso” sur l’ordinateur de l’un de ses employés, il me semble qu’il n’a pas à aller fouiller à l’intérieur. Par contre si l’employé stocke des photos intimes de ses folles soirées dans un répertoire accessible à tous dans le cadre de son travail, il lui sera plus difficile d’arguer d’une violation de sa vie privée.

Le journaliste n’a fait aucun effort particulier pour recueillir les propos de madame Dati. Il était là, avec son matériel opérationnel et l’accord de madame Dati pour être suivie et… Madame Dati lui a offert cette conversation.

Pour le reste, il s’agit évidemment de suppositions mais pas moins vraisemblables que d’autres… Je trouve d’ailleurs assez comique de voir tout les défenseurs inconditionnels de Madame Dati se précipiter pour défendre bec et ongles qu’il s’agit de propos volés alors même que je pense qu’il s’agit d’un buzz totalement voulu…

59. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:09 par ti_cyrano

(#55) “La présence d’un micro, et la connaissance de cette présence, ne me paraîssent pas suffisantes pour établir ce consentement”

En voilà une qu’elle est amusante : on accepte de porter le micro d’un journaliste dans un lieu public et devant la presse mais on ne veut surtout pas être entendu. Ben voyons. La contorsion poussée à ces sommets (on n’ose plus parler de réflexion) devient poésie pure. Mais après tout on le droit de le penser et de l’afficher, et le ridicule ne tue heureusement plus.

Atteinte à la vie privée de la correspondante. De mieux en mieux. On ne connaît pas l’identité de ladite correspondante et l’on ne connaît pas ses propos, mais elle serait lésée ! De la non exclusivité de la parole Datiesque ?

60. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:09 par Petruk

ce que je regrette c’est la retranscription (par M6) qui est connotée
Je remarque qu’elle ne parle pas de propos volés et ne semble pas en vouloir plus que celà à M6.

61. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:17 par Petit pois sournois

@ Petruk et ti-cyrano

Il me semblait que sur ce blog, on ne s’intéressait pas à l’opinion, au ressenti, à l’intention, etc, mais au droit.

J’ai rappelé les principes en matière de protection de la vie privée. Je voudrais que l’on me démontre que l’infraction d’atteinte à la vie privée par enregistrement d’une conversation n’est pas constituée.

62. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:26 par Pseudo

Dire que ces gens qui travaillent tant pour notre sécurité n’ont de cesse qu’il y ait des caméras dans toutes les rues, dans tous les bureaux, dans tous les lieux publics ou non. Et lorsqu’ils font l’expérience cruelle de ce qu’ils veulent nous imposer, les voilà qui en appellent au droit à la vie privée. Alors que ces caméras-là, ils les ont autorisées et même désirées, pas comme celles qui nous enregistrent nuit et jour à notre insu, juchées sur de hauts pylônes et dotées de téléobjectifs puissants. Ne se veulent-ils pas des “hommes (et femmes) publics” ? Alors oui, ils le sont, et leurs émoluements couvrent la peine qui est la leur de tenir leur place et leur langue. Ou de se casser, pôvs…. Politique, on te voit !

63. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:27 par Pseudo

Dire que ces gens qui travaillent tant pour notre sécurité n’ont de cesse qu’il y ait des caméras dans toutes les rues, dans tous les bureaux, dans tous les lieux publics ou non. Et lorsqu’ils font l’expérience cruelle de ce qu’ils veulent nous imposer, les voilà qui en appellent au droit à la vie privée. Alors que ces caméras-là, ils les ont autorisées et même désirées, pas comme celles qui nous enregistrent nuit et jour à notre insu, juchées sur de hauts pylônes et dotées de téléobjectifs puissants. Ne se veulent-ils pas des “hommes (et femmes) publics” ? Alors oui, ils le sont, et leurs émoluements couvrent la peine qui est la leur de tenir leur place et leur langue. Ou de se casser, pôvs…. Politique, on te voit !

64. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:28 par aliocha

Il me semble qu’on touche ici aux limites de la transparence. On veut tout savoir, à tout prix, sur tout, y compris ce qui ne présente aucun intérêt. Je ne vois pas en effet l’intérêt de suivre une ministre dont on sait fort bien qu’elle se comportera devant les médias, si ce n’est en ministre - je n’ai jamais eu l’occasion de la voir se comporter ainsi et pourtant je l’ai rencontrée souvent - du moins de façon artificielle. Elle en a donné aux journalistes pour leur argent : une petite conversation privée où elle fait semblant d’être surprise au naturel et pense sans doute que ceux qui l’aiment la plaindront. Quant à ses détracteurs, le buzz qu’ils orchestreront fera parler d’elle, et elle pourra ensuite rétorquer, ce qu’elle a déjà fait, que décidément on ne l’épargne jamais (sous entendu, elle la modeste fille d’immigrés jamais totalement accepté par l’élite politico-médiatico-judiciaire). Simples jeux de communication, dont mes confrères sont les victimes autant que les bénéficiaires puisqu’il y a buzz et donc audience. D’ailleurs Xavier Bertrand, interrogé à ce sujet ce matin par l’homme à l’écharpe rouge sur LCI, a confié qu’il avait des ambitions pour elles à l’UMP et que par ailleurs elle allait s’investir dans les régionales. Fermez le ban.

65. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:37 par ti_cyrano

(#60) “on ne s’intéressait pas à l’opinion, au ressenti, à l’intention, etc, mais au droit”

J’entends l’objection et ne suis pas de force à un débat juridique, mon vernis me permet tout juste de prendre conscience de mes lacunes en ce domaine parmi bien d’autres.

Mais il faudrait cependant savoir : sur un autre fil il était bien question du pouvoir d’appréciation du juge, farouchement revendiqué par ces derniers (et quelques avocats) ne voulant pas être confinés à la simple application mécanique des textes, fussent-ils conventionnels ? Je peux aussi entendre cela et ne pas confondre un magistrat avec un Mac-Mahon devant se soumettre ou se démettre.

Mais alors qu’est-ce qui peut bien fonder une appréciation si l’on ne s’intéresse ni à l’opinion, ni au ressenti, ni à l’intention ?

66. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:39 par beldeche

Bonjour,

pourquoi est-il aussi insupportable pour Rachida Dati de se retrouver à Strasbourg ?

J’avoue que je me fais une idée de la réponse mais ça m’a rappelé un commentaire de Jacques Attali

Extrait:
euronews :
Pourquoi alors cette timidité des classes politiques dirigeantes de l’Europe à oser affirmer ces vérités?
Jacques Attali :
Parce que les dirigeants politiques européens sont ravis d’envoyer les plus médiocres d’entre eux à Bruxelles. Je répète, sont ravis d’envoyer les plus médiocres d’entre eux à Bruxelles.
euronews :
Pourquoi?
Jacques Attali :
Parce que comme ça ils conservent le pouvoir réel dans les pays. Mise à part Jacques Delors, nous n’avons jamais eu, depuis 30 ou 40 ans de Président de la Commission qui soit quelqu’un de haut niveau. Tout simplement parce que chaque fois qu’un pays a envoyé quelqu’un à Bruxelles, tout le monde s’est assuré qu’il soit assez médiocre pour ne faire de l’ombre à personne.”
Fin d’extrait

C’est une autre façon de formuler ce que Mme Dati avait dit:
“L’Europe s’occupe de ce qu’on lui donne à s’occuper avec les personnes qui peuvent porter ces affaires à s’occuper”

67. Le mardi 15 décembre 2009 à 16:43 par Petit pois sournois

@ ti-cyrano

Eh bien, par exemple, dans le cas présent, l’appréciation portera nécessairement sur la notion de consentement : je considère qu’établir que Madame R. D. connaissait la présence du micro ne suffit pas à démontrer qu’elle a donné son consentement à l’enregistrement de sa conversation téléphonique à caractère privé ; il n’est pas impossible qu’un autre juge ait un avis contraire et y voit un consentement au moins tacite. La Cour de Cassation pourrait, le cas échéant, trancher entre ces deux interprétations de la notion de consentement (à ma connaissance, elle n’en a pas encore eu l’occasion).

68. Le mardi 15 décembre 2009 à 17:27 par Robi

@Petit sournois,
RD portait un micro de M6, il est probable qu’elle ait donné son accord a priori pour l’ensemble de la journée.

Je ne pense pas que M6 ait ensuite à demander la permission de diffusion pour chaque séquence, phrase, mot… Ce qui n’interdirait pas Rachida de demander la suppression d’une conversation, ce qu’elle n’a manifestement pas fait.

69. Le mardi 15 décembre 2009 à 17:37 par Petit pois sournois

@ Robi

Je conviens avec vous qu’en l’état des informations dont nous disposons, Madame R. D. avait accepté de porter un micro, apparemment durant toute une journée. Cela n’implique cependant pas qu’elle ait consenti (bien évidemment de manière globale, pas mot par mot) à ce que soient enregistrées les parties privées de cette journée. Et je ne pense pas, compte tenu de l’importance du principe de protection de la vie privée et de la rédaction de l’article 226-1, que ce consentement puisse être présumé en se fondant sur cette acceptation de porter un micro. Mais, comme je l’ai déjà indiqué, c’est une interprétation de la loi, à défaut de connaissance d’une décision de cour d’appel ou de la Cour de Cassation sur ce point.

70. Le mardi 15 décembre 2009 à 17:54 par Vicnent

réaction de la miss

71. Le mardi 15 décembre 2009 à 17:56 par sereatco

La répaction (prévisible) de Mme Dati ce soir : elle se pose en victime.
“On ne m’a jamais rien pardonné…”
Pleurons dans les chaumières sur le sort de cette jeune femme tant haïe et méprisée…Mais elle reviendra ! N’en doutez pas, bande de lâches !

72. Le mardi 15 décembre 2009 à 18:18 par Bébert

Le parlement européen est considéré comme un lieu d’exil pour politiciens déchus ou comme une retraite dorée pour vieux serviteurs en fin de carrière. Nullement comme un lieu d’engagement où se joue l’avenir.

Rachida écrira-t-elle à Sarko “les Strasbourgeoises” et “les Bruxelloises” comme Ovide avait écrit du fond de sa disgrâce en des contrées inhospitalières les “Tristes” et les “Pontiques” ?

L’Europe mérite mieux. Il y avait certainement à l’UMP des politiciens plus qualifiés pour occuper ce poste, mais ils n’étaient pas aussi médiatiques.

73. Le mardi 15 décembre 2009 à 18:21 par Mathaf Hacker

Dati, même quand y en a qu’une, ça va pas.

74. Le mardi 15 décembre 2009 à 19:06 par ranide

@ Petit pois sournois

L’article L 226-1 du Code pénal protège les atteintes à l’intimité de la vie privée. Même dans le cas d’un enregistrement clandestin, il n’y a pas atteinte à la vie privée lorsque sont captés et retransmis des propos qui ne mettent en cause ni les relations familiales ou amicales, la vie conjugale ou sentimentale, la vie physique ou l’état de santé. C’est ce qu’a jugé la Cour de cassation le 14 février 2006, qui a approuvé une relaxe en retenant que le délit n’était pas constitué lorsque les propos incriminés et enregistrés clandestinement entraient dans le cadre de la seule activité professionnelle des intéressés et n’étaient pas de nature à porter atteinte à l’intimité de leur vie privée.

75. Le mardi 15 décembre 2009 à 19:16 par Robi

@Petit pois sournois,
Premièrement, toutes mes confuses pour mon erreur sur le pseudo ;
secondement, il y aurait eu un accord explicite (de non diffusion) sur les parties privée, au temps pour moi ;
mais, troisièmement, Mme Dati était dans l’hémicyclique lors de l’enregistrement litigieux.

Peut-on en conclure une seule alternative : soit on lui reproche de faire sa popote en séance, soit c’étaient des déclarations publiques ?

76. Le mardi 15 décembre 2009 à 19:18 par ranide

@ Petit pois sournois

Et en plus le consentement est présumé lorsque l’enregistrement et la transmission ont été accomplis au vu et au su des intéressés sans qu’ils s’y soient opposés, alors qu’ils étaient en mesure de le faire. Ca c’est la loi (le dernier alinéa de l’article 226-1)

77. Le mardi 15 décembre 2009 à 19:37 par bob

La médiocrité de nombre de nos élus - avec elle, on est pas loin du summum - n’a d’égal que celle de ceux qui ne voient pas à quel point la démocratie ressort affaiblie par de tels représentants.

78. Le mardi 15 décembre 2009 à 19:44 par ti_cyrano

@Petit pois sournois (#66)

Merci de votre réponse courtoise.

79. Le mardi 15 décembre 2009 à 19:49 par DKR

J’ai entendu la défense de Mme DATI, qui attaque M6 pour avoir non pas diffusé mais mal commenter sa conversation téléphonique.
Et bien elle ne manque pas d’air car j’ai pris le temps de visionner le reportage et j’ai constaté deux choses : il a été conçu comme faire valoir de Mme Dati, comment elle travaille (parfois on rit devant ses énormes bourdes), est proche du terrain, prépare son retour…
Il est une véritable opération de com’ de Mme Dati sur le thème de retour!
Alors elle crache vraiment dans la soupe.
En plus, je me demande si elle n’aurait pas déjà vu le reportage avant sa diffusion. Mais elle n’aurait pas réalisé la portée de ce passage, elle me semble tellement éloignée de la réalité.
Il conviendrait de poser la question aussi bien à l’interessée qu’à la chaîne de télé.

80. Le mardi 15 décembre 2009 à 20:11 par geka

En lisant certains commentaires, on se dit que le Busiris pourrait être attribué à ceux qui les ont faits… avec mention léchage de bottes label qualité Frédéric Lefebvre.

81. Le mardi 15 décembre 2009 à 20:40 par Cécile B.

Alors, effectivement, même si elle a été élue, c’est un travail pour elle dans le langage courant. Elle n’est pas là pour acheter des pommes de terre par exemple.
On peut alors s’attendre à ce qu’un jour, pour diverses raisons, elle en ait marre de sa journée. Personne n’est un super héros au travail, sauf peut-être vous Me. Eolas :)

Par contre, sa dernière réponse, laisse supposer la question suivante de son interlocuteur (trice):
Mais pourquoi tu te barres pas?
réponse: bah si tu veux ils contrôlent par le vote ma présence, donc je suis obligée d’être là.

Là, on aurait peut être préféré entendre: bah oui c’est pas facile, mais c’est mon job, j’ai été élue…

Là ce qu’on entend, c’est juste une raison qui est loin de l’engagement volontaire, c’est l’obligation.
Quid de la sanction d’une absence à ce type de réunion?

82. Le mardi 15 décembre 2009 à 20:52 par Artemisia

Allez donc après ça faire un cours d’éducation civique! Expliquer aux petits et aux plus grands la noblesse du mandat électif. Je rends mon tablier, je file chez Dior! Avec un salaire de prof je dois pouvoir me payer…Quoi au fait? j’ignore tout de leurs tarifs, j’en prends soudain conscience, mais où vis-je? Dans un autre monde que madame Dati c’est au moins une chose sûre dans ce monde où tout vacille.

83. Le mardi 15 décembre 2009 à 21:26 par Ysabeau

Madame Dati n’est pas l’unique élu français à confondre vie parlementaire et vie privée.

Il y a eu un précédent d’une députée française qui se sentait atteinte dans sa vie privée car le site Députés godillots évoquait son attitude à la, one ne peut plus public, Assemblée nationale :
http://www.deputesgodillots.info/de…

Il n’y a pas eu de suite apparemment. Quelqu’un a du faire comprendre à ladite députée que la plainte était ridicule et sur tout pas très bien fondée.

On peut, à l’extrême rigueur, éventuellement passer sur les propos privés tenus en public au cours d’une séance de travail parlementaire à madame Dati, mais surtout pas les arguments sur lesquels elle base sa défense qui semblent démontrer qu’elle n’a pas très bien compris qu’un député en séance est une personne publique qui représente les électeurs et non pas une personne privée qui peut déplorer au téléphone le travail parlementaire.

84. Le mardi 15 décembre 2009 à 21:34 par christophe

moi, je suis étonné que, même si vous êtes volontaires, vous n’ayez participé qu’aux 15 premiers commentaires de votre article! Mais que faites-vous donc!
Non, c’est bon, je sors.
Blague mis à part, ce genre d’images est évidement de celles qui dé crédibilisent la politique. Mais ce n’est pas la première fois, et certainement pas la dernière. Concernant Mme Dati, il était de notorieté publique qu’elle ne souhaitait pas sieger à Strasbourg. Sa “fidélité” en a décidé autrement. C’est un peu, pour elle, une punition. Et il est confirmé qu’elle le perçoit comme tel.
Pourtant, était originaire de Strasbourg, il y a pas mal de choses à faire; surtout en ce moment!
Ah, mais c’est ca, en fait; elle voulait aller faire le marché de Noël de la capitale européenne.
Personne n’y avait pensé !!!!

85. Le mardi 15 décembre 2009 à 21:56 par Albert Michu

à l’annonce sur le web de la dernière Datignolade, je souhaitais parier avec mes amis que notre bon Maitre Eolas jumperai tel le bondissant Félinoide de sa griffe svelte et assassine ; hélas aucun de mes amis n a osé relever ce pari, franchement allez savoir pourquoi ^^

86. Le mardi 15 décembre 2009 à 22:09 par Oneo

Je comprends que Sarkozy recrute a gauche. Avec tout ces bras cassés a l UMP ( lefèvre, Morano, albanel, etc..), ça ne doit pas être facile de faire un gouvernement.

87. Le mardi 15 décembre 2009 à 23:20 par Clems

‘Mais il m’apparaît qu’une conversation téléphonique est par nature privée (sauf pour les goujats qui hurlent dans les wagons de la SNCF), et que rien ne fait présumer un quelconque consentement de Madame R. D. à ce que celle-ci soit enregistrée, et a fortiori divulguée (le simple fait de porter un micro-baladeur ne me paraît pas une preuve suffisante de consentement).’

Objection votre sournoiserie, une conversation téléphonique est par nature une conversation, rien de plus. Le caractère privé de cette conversation n’est pas établi, ces propos ont pour sa fonction un caractère au contraire tout à fait professionnel et ne sont donc pas protégés par l’article précité au même titre qu’une correspondance professionnelle n’est pas protégée contre les risques de diffusion par son destinataire. En outre journaliste est bien le destinataire autorisé de cet enregistrement.

Il lui aurait été impossible d’effectuer une autre distinction, des élus se disant “heureux”, aux anges d’être là sont légions, il n’est donc pas interdit de penser que devant la presse l’un deux puisse exprimer le sentiment contraire. Ou alors il faudrait considérer que la désinvolture est une marque de la vie privée ce qui me semble une démonstration particulièrement hasardeuse.

88. Le mercredi 16 décembre 2009 à 13:26 par bghflt

Diantre, elle n’est même pas capable “de s’occuper de que ce qu’on lui donne à s’occuper” :)

89. Le mercredi 16 décembre 2009 à 15:01 par citoyenlambda

Je suis frappé de voir comment des gens, que j’imagine électeurs de la majorité actuelle, peuvent soutenir jusqu’au bourdes de leur partisans au prix d’une mauvaise foi impressionnante !

C’était clairement une garde des sceaux incompétente, elle n’a même pas porté la reforme constitutionnelle pendant les débats de l’assemblée c’est dire le niveau de confiance fondée sur elle.

Je pense qu’ente droite et gauche, chaque coté a une vision partielle de notre société et que donc il y a vraiment des débats de fond possibles entre tenants d’un coté et de l’autre.

Mais certaines bourdes ou conclusions ne laissent pas la place à un débat digne de ce nom, et j’ai bien peur que jusqu’à nouvel ordre (il ne faut jamais désespérer, même des personnes désespérantes..), concernant Mme Dati la cause est entendue.

J’y joins l’inénarrable Frederic Lefebvre, Mr Raoult et Madame Morano qui se donne du mal pour faire partie du club !

90. Le mercredi 16 décembre 2009 à 15:20 par YR

Très beau résultat pour Mme Dati, dont personne ne pourrait croire qu’elle a “oublié” un micro ouvert : le bloggueur juridique le plus influent relaie son buzz !

Qu’on parle de moi, en bien ou en mal, mais qu’on parle de moi !

Et tous partout sur la Toile de parler. En mal, souvent, en bien parfois, mais parler…

91. Le mercredi 16 décembre 2009 à 15:44 par DS

“Je suis frappé de voir comment des gens, que j’imagine électeurs de la majorité actuelle, peuvent soutenir jusqu’au bourdes de leur partisans au prix d’une mauvaise foi impressionnante !”

Une fois que l’on apprend que les levalloisiens ont réélu leur ancien maire au premier tour, on comprend pourquoi les politiques ne se gênent plus.

Si nos représentants craignaient réellement le suffrage universel, ils ne se livreraient pas à de telles turpitudes.

Nous avons les élus que nous méritons.

92. Le mercredi 16 décembre 2009 à 17:03 par Hélène

@DS : malheureusement, nous avons les élus que mérite la majorité des électeurs, ce qui laisse quand même une petite moitié des français avec des gouvernants qu’ils ne “méritent” pas…

93. Le mercredi 16 décembre 2009 à 17:46 par hildeputomacareou

C’est de la diffusion de scènes purement privées.

Je croyais ce site sérieux et respectueux de la légalité, voire de l’éthique.

Demain à qui le tour?

Planquez-vous et ne parlez-plus à personne, la Web patrol a de grandes oreilles, le FBI c’est de la rigolade!

94. Le mercredi 16 décembre 2009 à 17:52 par Terence

Un billet juridique, assurément, aucune parole politique ne pouvant être lue sur ce blog.

;-)

Eolas:
Même quand je ne dis rien, je fais de la politique pour vous. Vous êtes consternant.

95. Le mercredi 16 décembre 2009 à 20:46 par Poussine

Ce qui est magnifique, c’est qu’elle a fait un petit caprice il y a quelques mois car elle n’avait pas décroché un dossier assez important pour ses “compétences”…

http://www.liberation.fr/politiques…

Du coup, elle bouuuude!

96. Le mercredi 16 décembre 2009 à 20:47 par PMB

Ben moi ce qui me titille la pensarde c’est que M6, dont on connaît simultanément les accointances avec le “Château” et la capacité à jarter le travail de ses journalistes quand ça gêne en haut lieu ou chez les annonceurs, ait laissé passer ce reportage.

Ça sent le pouce baissé par César…

97. Le jeudi 17 décembre 2009 à 11:00 par Caton

La lecture de certains commentaires montre que, sous couvert de juridisme,des opinions réprobatrices s’expriment pour contester l’intiative de Me Eolas d’avoir fait connaître, sans la commenter,la nouvelle envolée médiatique de l’ancienne GDS.
Que les admirateurs attristés et peut-être vaguement énamourés de Rachida Dati se rassurent, on sait tous depuis Lamartine que “la France est un pays élastique ,on s’y relève de tout y compris d’un canapé”..

98. Le jeudi 17 décembre 2009 à 12:55 par beldeche

Je ne me lasse pas du titre de ce non billet.

99. Le jeudi 17 décembre 2009 à 17:09 par jalmad

@ DS “nous avons les élus que nous méritons”. Ah, bah, désolée, je ne me reconnais pas dans ce “nous” : de fait, je n’ai jusqu’à maintenant jamais vu le candidat pour qui j’ai voté gagner une élection. Sauf Chirac au 2ème tour en 2002, mais bon, c’est pas vraiment “pour” lui que j’avais voté….

quant à ceux qui voudraient qu’un blog juridique soit apolitique, qu’ils aillent relire la définition de “politique”. je ne vois pas comment on peut parler de procédure pénale, de législation sur le droit des étrangers, ou même sur le droit de la famille et des successions sans tenir, à un moment ou un autre, des propos politiques. Ou alors on tient des propos sans aucune hauteur de vue, et donc sans intérêt.

le présent “non-billet” de Me Eolas est selon moi l’un des moins politiques de ce blog ; mais bon, on a aussi bien le droit de se marrer (même jaune) de temps en temps, et de tacler au passage, de façon certes un peu facile, quelqu’un qui, franchement, tend le bâton pour se faire battre.

100. Le jeudi 17 décembre 2009 à 22:04 par Lauren

99 commentaires plus tard (Maitre eolas, vous pouvez vous féliciter d’avoir provoqué un grand nombre de réactions avec sûrement un de vos post les plus courts!), je m’interroge, quant à moi, de savoir la raison pour laquelle cet enregistrement n’est connu du grand public que ces jours-ci…

101. Le jeudi 17 décembre 2009 à 23:05 par Het Masteen

Et aujourd’hui un intéressant débat de déontologie journalistique notamment entre Pascal Riché et Jean Quatremer sur le blog de ce dernier.

102. Le jeudi 17 décembre 2009 à 23:07 par Het Masteen

Edit: C’est ici

103. Le jeudi 17 décembre 2009 à 23:51 par ZOZO

Indignation pour indignation, je ne sais pas pourquoi mais, plutôt que relayer cette info très tendance et volatile, j’aurais quand même préféré que soit évoqué sur ce blog les arrêts rendus par la Cour de cassation dans lesquels celle-ci affirme que le seul fait de placer en rétention administrative un étranger en situation irrégulière accompagné de son enfant mineur ( des quasi bébés en l’espèce) ne constituait pas, en soi, un traitement inhumain ou dégradant interdit par la CEDH

104. Le vendredi 18 décembre 2009 à 02:01 par emilie

Ce que je trouve inquiétant ici, c’est plutôt que Madame Dati, qui n’est pas assez sotte pour oublier la présence des journalistes, se soit laissée aller à ce manque de professionalisme flagrant.

Peut-être l’habitude lui a-t-elle montré que les journalistes ne relèveraient pas un tel élément ? Peut-être est-il commun de voir ce genre de propos coupés au montage ?

Enfin, c’est certainement moi qui fais une crise de paranoia contre nos reporters exemplaires.

105. Le vendredi 18 décembre 2009 à 12:35 par Terence

@ Eolas sous #94

Eolas:
Même quand je ne dis rien, je fais de la politique pour vous. Vous êtes consternant.

Et oui Eolas, il n’y a pas que la parole politique aux fins d’exprimer un point de vue, il y a également les actes, l’intervention dans l’espace public, celle-ci fut-elle un point montré du doigt sans commentaires ; et cette manière d’intervenir prend plus de sens encore quand l’on revient sur l’histoire de ce blog (au demeurant très intéressant) où Dati aura été, pour le moins, dénigrée quant à ses compétences et sa politique pénale, laquelle politique n’était d’ailleurs jamais que celle de Sarkozy, il faudra bien qu’un jour vous le compreniez.

Alors je vous retourne le qualificatif de consternant - ah, cette habitude du dénigrement relève de l’indécrottable chez vous, c’est bien dommage -, car il est tel en effet de voir le manque de références et de réflexion politique du premier expert venu, nous expliquant, benoîtement, qu’on ne fait de la politique que par la parole incarnée dans le verbe, oral, écrit, et seulement-là.

Je vous félicite bien sincèrement de ces performances sans cesse renouvelées.

ps : au surplus, je vous rappelle encore que vous n’avez toujours pas trouvé de jurisprudences donnant tort à Besson quant à ses affirmations sur ce délit de solidarité qui n’existe effectivement pas ; chacun pourra se reporter, sur votre blog, aux articles et jurisprudences que vous citez en réponse aux commentaires qui contestent vos affirmations - tout cela en l’état des jurisprudences fournies je le répète -, et qui ne disent toujours pas ce que vous voulez leur faire dire…même sur vôtre spécialité, force est de conclure que…

;-)

Eolas:
Épargnez moi vos smileys quand vous venez m’insulter.  Ça vous rendra pas plus intelligent, juste moins hypocrite. C’est le mieux qu’on puisse espérer.

Ainsi donc, vous croyez encore à ce qu’a dit Eric Besson. Pourquoi ne suis-je pas étonné ? Il n’y a pas plus sot que celui qui a capitulé son intelligence par servilité. Pourtant, même le ministre a changé son fusil d’épaule et a pris une circulaire avec le Garde des Sceaux demandant aux parquets d’user de l’opportunité des poursuites pour ne pas déclencher de poursuites à l’égard des bénévoles et des associations dès lors qu’il n’y a pas de contrepartie financière. Donc soit cette circulaire est inutile et absurde puisqu’elle porte sur un délit qui n’existe pas et en parle comme s’il existait et faisait même l’objet de poursuites, soit en fait, el délit existait bel et bien ce que vous êtes le dernier sur terre à contester.
Je vous remercie d’avoir sacrifié votre crédibilité (ce n’était pas un sacrifice très coûteux, mais le geste m’a touché) pour m’arracher un sourire, j’en avais besoin.

106. Le lundi 21 décembre 2009 à 06:58 par kodi

Mme Dati a fait une bourde en oubliant qu’elle avait un micro sur elle, et ce pour notre plus grand plaisir. En effet, pour ma part, ca m’a plus fait sourire qu’autre chose. Le contenu de ses paroles ne me choque pas. Il m’est souvent arrivé de dire ‘ptain je déteste allé à en classe’ ‘c’est chiant’ et que M. X, prof d’histoire, est un ‘trou duc’…mais jamais devant mes parents.
Rama, elle, avait compris que c’était relou, du coup elle fait du sport.

107. Le lundi 21 décembre 2009 à 15:08 par Yacine

Bah, elle a le droit de ronchonner comme tout le monde au travail quand ça la soule, tout le monde comprend qu’il peut y avoir des séances parfois rébarbatives où on aimerait être ailleurs. Elle se contente de dire au téléphone à une amie que la séance du jour la gonfle mais qu’elle est obligée d’y être. Et elle dit cela en conservant sa vivacité et son sourire. Eh oui on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie… Mais là elle était bien présente et faisait son travail. Je ne vois donc pas pourquoi on l’attaque. Elle est présente en ronchonnant, c’est toujours mieux que tout ces députés qu’on voit dormir et ronfler et qui confondent les hémicycles avec des dortoirs. Et faut-il aussi rappeler l’ampleur de l’absentéisme? Pourquoi cet acharnement sur cette ancienne ministre? Pourquoi ne pas plutôt nous parler de ces députés européens qui ne mettent jamais les pieds au parlement?

108. Le mardi 22 décembre 2009 à 13:03 par simple citoyen

Cher Maître Eolas,
pour quelqu’un qui défend si souvent le droit des autres, je vous trouve très partial.
Vous précisez en réponse à un des premiers commentaires que cet enregistrement a eu lieu lors d’une séance publique.
Pour avoir vu la vidéo, que vous pourriez présenter, le lieu d’enregistrement n’est pas la séance, mais un salon.
Deux poids deux mesures ne sont jamais bons, comme vous aimez à nous le rappeller si souvent à juste titre.
Enfin, il eut été beaucoup plus intéressant de connaître votre opinion sur ce que révèlent ces mots: les députés sont soumis à la loi des partis qui les font élire, et les textes de plus en plus complexes sont essentiellement rédigés par l’administration (que ce soit celle de l’UE ou la nôtre). Quelle reste donc la porté réelle de la représentation populaire dans un tel système.
Cordialement.

109. Le mardi 22 décembre 2009 à 22:42 par Meaz

@ titou en 15: (en substance: Madame Dati, elle, au moins, était présente dans l’hémicycle)

Félicitations ! Je me demandais comment il était possible de défendre l’ex-Garde des Sceaux que tout accuse dans l’enregistrement. Certains se sont essayés à l’argument de la vie privée, Monsieur Raffarin a soulevé le fait qu’elle pouvait très bien ne pas dire ce qu’elle pensait réellement, mais c’est vous qui êtes le plus convaincant !

D’ailleurs, le maître des lieux semble époustouflé lui aussi en vous reconnaissant une vocation.

Encore bravo, je trouve votre argument très percutant !

110. Le mercredi 23 décembre 2009 à 08:49 par Rodolphe

Bonjour,
Si l’on rapproche ces propos du drame des dépressions au travail qui mènent au suicide (2 evenenements qui n’ont en apparence rien a voir), ces paroles sont insupportables. Il y a 20 ans, ses pairs auraient exige une démission.

Rodolphe

111. Le mercredi 23 décembre 2009 à 12:19 par Bibi, auteur sur Agitare Rem

Bonjour,

le plus triste, ou le plus drôle (c’est selon) n’est-il pas que elle, elle a été enregistrée?

Parce que, statistiquement, sur le nombre de députés, serait-ce la seule a tenir ce genre de propos?

Ne dirait-elle pas là quelque chose que plusieurs pensent … tout bas?

112. Le mercredi 23 décembre 2009 à 16:06 par Meaz

@ Bibi ci-dessus:

C’est intéressant ce que vous dites, ça fait réfléchir.

Madame Dati est poursuivi par les médias, c’est indéniable. La question n’est pas de savoir si elle l’a bien cherché ou non, il s’agit de constater simplement qu’elle fait partie des rares députés européens à avoir presque constamment une équipe de télé sur le dos. Elle prend d’avantage la lumière que d’autres personnalités.

Cela permet de continuer à rigoler (ou pas) de ses frasques.

Mais cela focalise l’attention sur sa personne, qui est un sujet tout de même moins important que celui plus général de la désaffection des élus pour leurs assemblées parlementaires. On ne retient que le grotesque de sa déclaration à une amie au détriment d’un contexte bien plus préoccupant.

Ce fait devrait plutôt servir d’illustration à une réflexion globale que d’information à part entière et autonome.

113. Le mercredi 23 décembre 2009 à 18:43 par Nichevo

Que c’est laid cher Maitre, de relayer ce “piége” honteusement tendu contre votre ex ministre.
J’imagine déjà les déclarations enflammées de son avocat …

114. Le mercredi 23 décembre 2009 à 18:49 par Nichevo

Que c’est laid cher Maitre, de relayer ce “piége” honteusement tendu contre votre ex ministre.
J’imagine déjà les déclarations enflammées de son avocat …

115. Le mercredi 23 décembre 2009 à 18:50 par Nichevo

L’enregistrement a des ratés…
La vidéo était en panne. Mon commentaire est donc caduque…

116. Le mercredi 23 décembre 2009 à 20:30 par colom

Mais comme je la comprends !!! Des sujets horriblement techniques, une traduction simultanée en permanence dans l’oreille, un vote d’investiture sans aucun enjeu. Les députés européens ont des journées bien chargées, et sur des sujets pas toujours très sexy. Avant d’être une cible, Rachida Dati est un Homme (enfin une femme), avec ses faiblesses. Je suis sur que les soupirs doivent être fréquent à Bruxelles et Strasbourg. (Pourtant je suis un communautariste (unioniste devrais-je dire ?) pur et dur).

117. Le vendredi 25 décembre 2009 à 20:28 par Saucisson de Lyon

Suite à la réponse 5 : Elle ne s’est pas FAIT piéger (et non faite). L’accord du COD se fait sur l’action (se faire piéger), et non sur l’objet.
Ce point grammatical à part, je vous laisse tirer sur l’ambulance, qui coute, hélas, au contribuable.

118. Le dimanche 27 décembre 2009 à 17:41 par Lentremetteur

Incarnation du “Principe de Peter” ? . Madame Dati peut renoncer à son mandat et laisser à plus impliquée, plus convaincue toute autre personne compétente. Eu égard aux émoluments reçus ce serait à son honneur de retourner dans le Privé et d’assumer ses champs de compétences en reconnaissant ses limites professionnelles.

119. Le vendredi 8 janvier 2010 à 06:13 par Major MacLambert

Maître, je suis sûr que ceci ne vous aura pas échappé :

http://lci.tf1.fr/politique/rachida…

Et bonne année, bien sûr © …

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact