Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

20 ans

Tout simplement parce que ça fait 20 ans aujourd’hui et que tous ceux qui ont vécu ce jour s’en souviennent comme si c’était hier.

Et que nous avons tant dansé sur cette chanson (que je n’arrive pas à insérer dans ce billet, pourtant la balise <object> est bien fermée).

Commentaires

1. Le jeudi 11 février 2010 à 22:45 par Dieulepere

Sur saga africa?

2. Le jeudi 11 février 2010 à 22:49 par bibousiq

Euh…quelle chanson ?

3. Le jeudi 11 février 2010 à 22:51 par malpa

Je sais que je ne fais que remuer de la vanité en parlant ainsi, mais monsieur Mandela est le seul homme que je ne connais pas personnellement et dont la vie m’importe personnellement. Je peux sentir une boule dans la gorge quand je pense à ce que cet homme a fait dans sa vie. Et oui, le journalisme existe, puisque je le connais sans l’avoir rencontré.

4. Le jeudi 11 février 2010 à 22:57 par Girondin

Quand j’étais gamin tout paraissait invraisemblable et pourtant immuable, les rastamen anglais comme LKJ glosaient sur “Di Eagle an Di bear”, un rideau de plomb, Simple minds et Peter Gabriel s’étonnaient devant des milliers de “djeuns” des chiottes et des places de bus séparées.
Tout cela a changé, pas grace à Dieu mais à l’archevêque Desmond Tutu, j’ai manifesté pour ça, ayant le temps puisqu’étudiant, c’était le bon temps et ça a marché, bravo Nelson et Bob Marley. C’était loin et c’était bien.
Aujourd’hui un nain et ses glands de l’UMP remettent en place l’apartheid chez moi, gamin je ne votais pas, je m’y suis remis, à manifester aussi. Ami lecteur, juriste, curieux, citoyen et électeur fais comme tu veux…

5. Le jeudi 11 février 2010 à 22:58 par glandium

@2: Je pense qu’Eolas parle d’Asimbonanga de Johnny Clegg et Savuka
http://www.youtube.com/watch?v=BGS7…

6. Le jeudi 11 février 2010 à 22:58 par Teejee (mékeskidi de base)

Il reste tant à faire en Afrique du Sud.
Mais voir ce pays accueillir cette année la Coupe du Monde, de football cette fois, est une formidable marque de reconnaissance pour un pays africain. Il la doit à cet homme.
Ce qu’il y a d’extraordinaire chez Mandela, ce n’est pas seulement la volonté qui lui a permis de tenir pendant vingt-sept ans, dans une cellule exigüe. C’est aussi, et peut-être surtout, quand bien même dût-il éprouver de la rancune à l’égard de ceux qui lui avaient volé vingt-sept ans de sa vie, d’avoir écarté tout sentiment de haine pour appeler à l’unité nationale, en homme politique habité par un rôle de dirigeant qui lui commandait de voir, au-dessus de tout, l’intérêt de son pays.
It was twenty years ago today…

7. Le jeudi 11 février 2010 à 22:59 par Pee Jee

@ 1 & 2 : sur Mandela Day des Simple Minds, of course. Serait-ce vous les “simples d’esprits”, ou vous en faites exprès pour déclencher l’ire du maître de céans ?

8. Le jeudi 11 février 2010 à 23:07 par Bôôh

Mais est-ce que ça valait le coup de truander une coupe du monde ?

9. Le jeudi 11 février 2010 à 23:13 par Per Angusta

Ou alors, Maitre Eolas a posté une chanson pour laquelle il n’avait pas les droits, a été repéré par la redoutable Hadopi, et est en garde à vue avec une fillette de 15 ans qui a jeté son chewing gum à côté d’une poubelle.

10. Le jeudi 11 février 2010 à 23:19 par C.

Si Mandela était mort, je suis certain que Sarkozy aurait cherché à le faire inhumer au Panthéon. Je sais pas, une idée, comme ça…

11. Le jeudi 11 février 2010 à 23:27 par Personne

Le lien était sur Twitter : Simple Minds - Mandela day
http://www.deezer.com/fr/music/simp…

12. Le vendredi 12 février 2010 à 00:00 par Sylvie

A l’époque étudiante je me suis retrouvée bloquée avec d’autres dans le blockhaus qui servait d’ambassade a l’Afrique du sud de botha.
Qui se souvient de l’assassinat de Dulcie SEPTEMBER a paris ?

13. Le vendredi 12 février 2010 à 00:07 par catherine

Maitre, j’admire votre faculté à “faire la part des choses”, sur l’adolescente de 14 ans en garde à vue en “pyjama” -cet évènement m’a probablement beaucoup touchée parce que je suis enseignate-, sur la distance que chacun d’entre nous doit avoir quand un huissier frappe à la porte… et j’ai appris aussi la tasse de thé et la patience, et vous avez réussi à me faire monter les larmes aux yeux avec Mandela. Faut dire que cela rejoint aussi l’émission de France inter ce matin dont l’invitée était Elisabeth BADINTER. Pas de rapport, me direz-vous, mais vous me direz que oui, il y a un rapport, celui de la liberté de l’individu et celui de la liberté d’une population, tant il est vrai que la liberté individuelle est liée à la liberté collective.
je vous ai découvert en surfant sur le web pour une histoire sordide d’usurpation d’identité, d’escroquerie, etc… dont je suis victime et qu’en vous lisant, j’ai appris à ne pas désespérer (encore) de la justice.
Je vous lis toujours avec beaucoup de plaisir mais, dites-moi ? avez vous le temps de dormir ? faut dire aussi que le thé ça empêche de dormir…
Bien à vous

14. Le vendredi 12 février 2010 à 00:14 par Flo

La vidéo a mal été postée (balise <object> pas fermée). Pour ceux qui ne veulent pas fouiller dans les sources de la page:
http://www.youtube.com/v/FFnJmz5pWc…

15. Le vendredi 12 février 2010 à 01:01 par Sam

Merci pour ce clin d’oeil fait au 20 ans de la liberation de Nelson Mandela. J’avais 15 ans et je m’en rappelle comme si c’etait hier. Devant la tele, regardant cet homme brandir son poing vers le ciel, a l’epoque, je comprenais deja que le destin des hommes integres est de se battre inlassablement pour la Justice. Quand j’ai su un peu plutard qu’il etait avocat ainsi que Ghandi, j’avais trouve ma vocation.

16. Le vendredi 12 février 2010 à 01:23 par Lûciole

Quand j’avais 8 ans, j’avais fait le raisonnement suivant :
a - que des gens n’aient pas le droit de voter en fonction de leur couleur de peau, c’est débile, même si je suis du côté qui a tous les droits ($).
b - si seuls les “blancs” ont le droit de changer la loi, alors, il suffit (au sens mathématique du terme) que assez de “blancs” pensant que c’est injuste migrent là-bas, se voient accorder la nationalité et, du coup, votent que les “noirs” doivent avoir le droit de vote.
J’avais donc dit à ma môman que j’irais en Afrique du Sud quand j’aurais 18 ans pour contribuer à changer tout ça : raisonnement du “s’il faut qui y en ait qui s’y colle, ben autant commencer par y aller soi-même”.

Le jour de la libération de Mandela, j’avais 14 ans, Je lisais Brink et je n’avais pas changé d’idée, et j’ai pleuré devant mon écran, de pure joie bête.
J’ai dit à ma môman “Tu as vu ? C’est beau non ?”
Et elle m’a répondu, larmes de soulagement sur les joues “Oui, tu n’as plus besoin d’y aller.” (8676.21 km pour Paris-Prétoria, un vol par jour par Air France à l’époque, pas facile pour ma maman).



$ Outre toutes les odieuses lois concernant les déplacements, le droit du travail, les séquestrations arbitraires etc (ce qui me passait largement au-dessus de la tête à l’époque), l’apartheid c’était aussi qu’on n’avait pas le droit de mélanger le lait d’une vache appartenant à un “blanc” au lait d’une vache appartenant à un “noir”, et qu’un “noir” marchant sur l’ombre d’un “blanc” pouvait finir en prison. Même du haut de mes 8 ans, je savais bien que c’était abérrant et qu’il fallait faire quelque chose.

17. Le vendredi 12 février 2010 à 03:20 par fly in the web

J’etais etudiante a London School of Economics en cette epoque. Je me souviens biens des manifestations devant l’ambassade de l’Afrique du Sud , un homme avec un parapluie - tres britannique - a perce les fenetres de l’ambassade le temps nous ..la foule..demandons le liberation de Mandela.
De nos jours je suis bien veille, je regarde l’evolution du pays en Afrique du Sud et ca m’arrive a me demande
est - ce que les gens de la-bas vivrent plus heureusement de nos jours que dans l’epoque de l’apartheid?
Je commence a m’en doute.
Le liberte n’est pas seulement une idee…c’est aussi le pain et le logement decent.

Je m’excuse le manque des acents et aussi le manque de francais…mais je suis un passionee pour tout qui passe en France.

18. Le vendredi 12 février 2010 à 04:13 par Nicolas

Sans rapport, mais tres important je pense:
Les deputes europeens viennent d’apposer leur veto sur le projet de transfert des donnees bancaires Swift aux USA. Ils envoient ch… copieusement le conseil europeen et les gouvernements des 27 sur cette question.
C’est la premiere fois que ce veto, consequence du traite de Lisbonne, est utilise, et qui plus est pour une cause honorable tenant a la defense de notre vie privee et a l’encontre de nos tres vilainement liberticides gouvernements.
Arh Arh je connais du noniste qui va en bouffer son chapeau ! Ah mais non, je m’egare, le noniste est trop enfonce dans son magma d’erreurs pour admettre qu’il est temps de manger le couvre-chef ;-)

Vive Lisbonne, vive l’Europe !

19. Le vendredi 12 février 2010 à 05:03 par Mathaf Hacker

Mars 1972, je débarque à l’aéroport de Jo’burg avec un petit groupe professionnel. Nous sommes accueillis par un guide chauffeur qui, dans le transfert de l’aéroport à l’hotel, nous donne le prgramme de la journée, en français :”Cet après-midi, nous allons visiter une réserve de nègres”. Il s’agissait de Soweto dans laquelle nous nous sommes aventurés, pour rebrousser chemin au bout de quelques minutes, notre chauffeur ayant perçu quelque danger imperceptible à nos yeux non exercés.
Je suis fan de gospel SudAf, en souvenir de cet épisode, le Soweto Gospel Choir :

http://www.youtube.com/watch?v=DCu6…

20. Le vendredi 12 février 2010 à 08:27 par Régis Hulot

@ Mathaf Hacker
Mais les choses ont-elles beaucoup changé aujourd’hui ? Vous souvenez-vous de cette interview de deux braves américains du Sud profond, quelques semaines avant une primaire ou un “caucus” qui se déclaraient démocrates et allaient donc tout naturellement voter pour “le nègre”… Cela était à la fois désespérant, et touchant de candeur…

Le pire, c’est que si en RSA les choses et les esprits évoluent peu à peu, c’est que chez nous ceux qui cherchent la division et l’affrontement semblent de plus en plus forts…

Faites de beaux rêves.

21. Le vendredi 12 février 2010 à 08:55 par Mathaf Hacker

@Régis Hulot,

J’ai suivi la campagne présidentielle US sur les chaînes du cable, et observé les supporters de Palin: c’était atterrant. Mais c’est un autre sujet; s’il y a un rêve c’est de voir un jour l’AfSud devenir la locomotive du reste de l’Afrique.

22. Le vendredi 12 février 2010 à 09:02 par Loran

je suggère à ceux qui ne l’ont pas encore fait, de lire le récit par Mandela lui meme dans ‘a long way to freedom’ des tractations sur sa libération et de ses exigences sur le lieu et le moment.
J’avais des frissons en visitant Robben Island, j’ai pleuré devant l’immensité du bonhomme en lisant ces quelques pages

23. Le vendredi 12 février 2010 à 09:15 par N. Holzschuch

En parlant d’avocat et d’Afrique du Sud, avez-vous déjà vu George Bizos en action ? (avant ou après 1990, d’ailleurs).

Ou, pour ouvrir la question, dans ce pays qui a produit beaucoup de grands avocats, et qui leur a donné beaucoup d’occasions d’exercer leurs talents, auquel penseriez-vous en premier ?

(Mandela étant exclus, puisque même s’il a terminé ses études, il n’a pas eu beaucoup l’occasion de plaider devant un tribunal…)

24. Le vendredi 12 février 2010 à 09:59 par cyril

Cher maître; la France vient de se faire condamner hier, pour CECI

http://www.20minutes.fr/article/384…

Bonne journée à vous.

25. Le vendredi 12 février 2010 à 09:59 par Spike

Merci Maître pour cette pensée à Madiba,

Je regardais ses distinctions et lui en manque une c’est la Légion d’Honneur, je pense que le faire venir à Paris pour lui décerner le titre de Grand Croix serait une bonne chose.

26. Le vendredi 12 février 2010 à 10:01 par Nutopia

Eh oui 20 ans déjà… la libération de Morgan Freeman. Nelson Mandela! Pardon!

27. Le vendredi 12 février 2010 à 10:03 par Nutopia

@Spike: C’est sûr! Qu’il ait le même titre que Dany Boon & Co serait “une bonne chose”.

28. Le vendredi 12 février 2010 à 10:20 par Spike

Grand Croix de la Légion d’ Honneur c’est entre autres l’ Abbé Pierre, L’émir Abd el-Kader, Phillipe de Hauteclocque , Vaclav Havel, Haïlé Sélassié Ier, Charles de Gaulle, Juan Carlos Ier, Ferdinand Foch, Léopold Sédar Senghor
Alors oui, c’est une bonne chose

29. Le vendredi 12 février 2010 à 11:17 par Hervé

Ce qu’a réalisé ce type, avec ses quelques “copains”, est tout bonnement impensable. Encore plus fort que Ghandi. Epoustouflant. Je ne pense pas qu’il y ait une décoration, un honneur dans le monde qui soit à la hauteur du bonhomme et de ses résultats.

Le genre d’Homme qui empêche de désespérer totalement de l’humanité.

30. Le vendredi 12 février 2010 à 11:18 par mona

plus de 20 ans de lutte, 27 ans de privation de liberté, 20 de libération… Que lui reste-t-il, aujourd’hui, au soir de son âge… Peut-être seulement le temps de rêver à ces quelques autres 20 premières années où il n’a même pas su ce que voulait dire “vivre” tout simplement… Monsieur Mandela, vous resterez le symbole de cette désespérance humaine en laquelle nous nourrissons pourtant tant d’espoir… Merci à vous, Maître Eolas, pour ce moment que personne n’a oublié, qui m’a arraché tellement de larmes. Tiens, encore une qui commence à me chatouiller le coin de l’oeil…

31. Le vendredi 12 février 2010 à 11:22 par tth

Dans le dernier film de Clint Eastwood, Nelson Mandela est incroyable de vérité dans son émouvante interprétation de Morgan Freeman :)

Allez voir ce film, il le mérite grandement, et raconte (je pense) très bien l’état d’esprit de l’époque quand personne ne savait sur quels possibles drames allait déboucher la fin de l’apartheid.

32. Le vendredi 12 février 2010 à 11:27 par ceriselibertaire

Ou bien Biko de Peter Gabriel

33. Le vendredi 12 février 2010 à 11:30 par ceriselibertaire

Ou bien Mandela Day des simple minds

34. Le vendredi 12 février 2010 à 11:31 par maldoror

Tois images, trois anecdotes de l’Afrique du Sud renaissante qui restent gravées dans ma mémoire:
Le contexte:
1994-1995 Jo’burg, j’ai vingt-quatre ans et j’y suis pour huit mois en stage dans une banque française. L’époque est fébrile, la plupart des sud-africains, quelle que soit leur éthnie ou leur origine, ont le sourire et entreprennent de reconstruire leur pays, de re-dévellopper leur économie et de gagner la place qu’ils méritent sur le plan culturel et intellectuel; mais aussi la violence au quotidien s’installe: on ne s’arrête plus aux feux rouge la nuit dans certains quartiers et des coups de feu éclatent de part en part. Mais une fois que l’on a intégré tous les codes de ce nouvel environnement, qu’on les accepte et les respecte on peut y vivre une belle expérience, de celles qui vous forgent l’esprit.
L’expérience de la joie partagée:
Dimanche 1er Janvier 1995, le matin. Avec un groupe de copains français (tous stagiares ou coopérants) nous nous retrouvons dans un hangar où va se dérouler une messe (église baptiste “born again”). J’y vais à reculons, je suis un athée méfiant. Le hangar est plein d’une foule compacte, chacun est assis sur une chaise en plastqiue à structure métal; nous nous dispersons au gré des sièges qui sont restés libre. La messe commence et la magie opère, un mélange de Gospel et la scansion du prêtre sont envoûtants. Au début personnne ne semble prêter attention à nous et je suis heureux de constater que lors de cérémoniaux où l’on doit donner l’accolade à son voisin dans un dialogue rituel (“Are you born again?” - “Yes”), aucune réticence, aucune réserve n’émane de mon voisin. La cérémonie suit son cours et se clot au bout d’une bonne heure du même tonneau. Chacun finit par se lever et saisit la chaise sur laquelle il était assis pour aller la ranger dans une remise attenante.
Nous avons à peine franchi la porte que la foule nous entoure et nous soulage de nos sièges; puis un par un, les hommes, les femmes et certains enfants viennent nous serrer dans leurs bras et tous nous regardent en nous disant “Thank you”; parfois même un vieux réflexe du temps de l’apartheid les fait murmurer “Thank you Master” parce que je suis blanc. Hors du temps, cette expérience dure cependant sûrement plus d’une heure. Je ne sais pas combien de personnes j’ai embrassé ce jour-là ni de quoi chacun m’a remercié, mais je revois encore, quinze ans après tous ces visages. Je suis sorti de là, toujours athée, moins méfiant vis à vis du phénomène de la foi et en tout cas un peu transformé.
L’expérience de la haine refoulée:
Il doit être 10h30 ce dimanche matin là; je fais la queue près d’une cabine téléphonique car je veux appeler ma mère en France pour lui souhaiter son anniversaire, je suis le seul blanc. Arrive une femme “d’un certain âge”, bien habillée et visiblement bien éduquée car je vais me rendre compte qu’elle parle un anglais très “oxfordien”. Au moment où je m’éloigne d’un pas pour écraser ma cigarette au cendrier qui se trouve là, elle prend ostensiblement la place que j’occupais dans le rang, doublant du même coup deux hommes qui se tenaient derrière moi. Je vais reprendre ma place et lui fait remarquer son sans-gène. Là la situation bascule, elle se met à m’invectiver en me taxant de racisme, de sale blanc de l’apartheid; je suis sonné aucun argument ne me vient, chaque individu présent que je prends à témoin détourne le regard ou hausse les épaules, indifférent. Je finis par capituler et décide de rentrer chez moi: tant pis, j’écrirai une lettre à ma mère. Je n’ai jamais vécu de situation personnelle aussi absurde où le champ de l’argumentation s’était déplacé sur un terrain que je ne pouvais contrôler. J’aurais fait un bien piètre avocat en cette circonstance…
L’expérience de la violence:
24 décembre 1994, belle matinée d’été sur Jo’burg. Nous sommes allés près du théâtre où se tient régulièrement un “flea market” achalandé par des marchands venus de toute l’Afrique: zaïrois (la RDC n’existe pas encore), centrafricains, zimbabwéens… La langue des négociations est un sabir d’anglais et de français qui me rend à l’aise. Je fais quelques bonnes affaires. Nous reprenons la voiture et remontons vers la gigantesque gare routière qui est alors toute proche. D’un seul coup sur le côté gauche de la rue la foule s’anime, puis se met à courir. Un adolescent, encore même un enfant tant il paraît jeune, court plus vite que tout le monde; je vois qu’il tient quelques pommes dans les mains, elles viennent de l’étal de la boutique qui se situe 10 mètres avant. Juste derrière lui un homme court très vite et le rattrape presque à le toucher. D’ailleurs il le touche du bout de l’objet qu’il brandit au prologement de son bras droit. Un éclair s’en échappe. Je réalise que c’est une arme. L’enfant, lui, n’a pas le temps de s’en rendre compte, la balle lui défonce le crâne et il tombe. Ce n’est pas comme au cinéma. J’apprendrai ensuite en en parlant avec des amis sudafs’ que la mort n’a pas la même “valeur” dans toutes les cultures… Pour l’instant, j’appuie sur l’accélérateur pour échapper à la pluie de coups de feu qui s’est déchaînée. Je grille deux feux. J’ai de la chance, je n’ai renversé aucun piéton.

Voilà, c’est un peu long mais c’était Jo’Burg en 1994-1995, ça et aussi l’inoubliable concert des Rolling Stones à l’Ellis Park, le début de la coupe du monde de rugby, des heures de promenades et de safaris photo dans des paysages incroyables et surtout des dizaines de gens extraordinaires.

35. Le vendredi 12 février 2010 à 11:36 par james

Gandhi, je n’étais pas né. Et puis les moyens de communications n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui.

Par contre, Mandela, oui, nous avons vécu cela en direct. Un de ses événements où on est heureux de pouvoir dire “je l’ai vécu”.

Tout ça parce que le mur de Berlin est tombé et que le régime de l’apartheid, considéré comme le rempart en Afrique contre le communisme a enfin été lâché par nos démocraties (Mandela était quand même considéré comme un “rouge” par la plupart des dirigeants occidentaux).

Concernant l’équipe de rugby du temps de l’apartheid, il faut aussi se souvenir que le président de la Fédération Française de Rugby Albert Ferrasse a lutté de toutes ses forces contre le boycott international de cette équipe. La France a d’ailleurs accepté qu’ils viennent jouer chez nous, à Nice plus précisément, alors dominée par ce grand démocrate qu’était Jacques Médecin.

36. Le vendredi 12 février 2010 à 11:36 par ceriselibertaire

Commentaire 31 TTH : quel sens donnes-tu à quand personne ne savait sur quels possibles drames allait déboucher la fin de l’apartheid - Domenech en Afrique du Sud en 2010?

37. Le vendredi 12 février 2010 à 12:47 par Mathaf Hacker

Il reste un pays dont la constitution est ségrégationniste : la Malaysie. Les Bumiputras (fils de la terre) ont des droits supérieurs à ceux des citoyens non-autochtones.
Sans oublier l’apartheid de fait en Palestine.

38. Le vendredi 12 février 2010 à 12:50 par Le_Pompiste

Maître !!!! Mon bon Maître !!!! Besson vous en prépare une sérieuse sérieuse !!!!

39. Le vendredi 12 février 2010 à 13:26 par Babarblague

Maître je ne sais pas comment vous avez fait pour danser sur cette chanson
mais en revanche je comprend mieux pourquoi à défaut de pouvoir devenir
danseur professionnel vous avez embrassé la profession d’avocat…

En vous remerciant d’avoir fait le bon choix…

( signé : l’ordre anonyme des danseurs professionnels ).

40. Le vendredi 12 février 2010 à 13:46 par NS

D’accord avec Pee Jee, je pencherais aussi pour Mandela Day (d’ailleurs depuis hier soir je l’ai dans la tête, j’arrive pas à le faire passer, mais là n’est pas le problème).

Dans mon souvenir c’était un dimanche en début d’après-midi, et c’est vrai qu’avec la famille on est restés un brin ahuris en regardant dans la télé Nelson Mandela himself sortir de taule. Bon, on avait déjà vu des trucs impressionnants, genre chute du mur. Et je sais pas pourquoi, on s’est dit que quelque part, le monde allait dans le bon sens… Les grands symboles, la fin d’un monde… on n’avait juste pas prévu ce qu’allait être le nouveau monde, celui de maintenant, quoi…

La naïveté c’est pas grave, ça nourrit l’espoir…

41. Le vendredi 12 février 2010 à 13:59 par Terence

J’imagine que vous étiez à ses côtés, que vous avez souffert et milité avec lui…

42. Le vendredi 12 février 2010 à 14:30 par mad

désolé de gâcher la fête. http://www.lemonde.fr/societe/artic…

43. Le vendredi 12 février 2010 à 15:18 par Le_Pompiste

D’accord avec Terence en 41 : ne fêteront le 14 juillet que les ceusses qui ont personnellement participé à la prise de la Bastille.

44. Le vendredi 12 février 2010 à 15:22 par Holmes

@ tth sous 31 (…”quand personne ne savait sur quels possibles drames allait déboucher la fin de l’apartheid.”)
Au-delà des vents - une conscience à perpétuité ?

45. Le vendredi 12 février 2010 à 15:26 par malpa

@Le pompiste

Tutafé. Et vous ne trouvez pas suspect le christianisme de tous ces chrétiens qui n’étaient pas sur le Golgotha le jour de la crucifixion ?

46. Le vendredi 12 février 2010 à 16:56 par Clafoutis

@41 ; 43 ; 45
Une question me vient :
Qui a ouvert la porte de la prison de Nelson Mandela ?
Ne va-t-on pas apprendre bientôt que c’était NS, le Grand Libérateur des Opprimés  ?

47. Le vendredi 12 février 2010 à 19:00 par Girondin

Souvenons nous aussi que quand notre hyper Président a voulu être reçu par un autre grand Monsieur de la Négritude, Aimé Césaire, il s’est fait jeter et a du s’y reprendre à plusieurs fois avant d’avoir sa photo avec le Maître.
Si quelqun avait la mauvaise idée de lancer un débat sur l’identité nazionale en Afrique du Sud quel supplice Zoulou lui serait appliqué ???
Merci à Ceriselibertaire pour le rappel de BIKO de Peter Gabriel.

48. Le vendredi 12 février 2010 à 19:00 par Le Revizor

Le 11 février, il quittait sa prison de Paarl (il n’était plus enfermé à Robben Island depuis plusieurs années).
Le lendemain, il entrait dans Capetown. J’y étais, mon père était expat’ là-bas.
Un souvenir inoubliable. Les chants, le monde dans les rues. La joie. Les français réunis autour du consul vissés devant la télévision devant ce qui se passait quelques rues plus bas.

Mais aussi les réalités : les hélicoptères de surveillance qui tournaient au-dessus de la foule et des quelques gratte-ciel de Capetown.

Comme vous dites, 20 ans déjà et je m’en souviens (presque) comme hier.

49. Le vendredi 12 février 2010 à 19:46 par Dr Tavuk

J’allais signaler les nouvelles frasques de Mr Besson, mais Le Pompiste et Mad (#38 et #42) m’ont devancée… Comme quoi, la bataille n’est jamais définitivement gagnée…

@maldoror en #34 : il est heureusement possible -et malheureusement possible - de vivre des expériences semblables dans d’autres pays d’Afrique qui n’ont pas un passé aussi douloureux que celui de l’Afrique du Sud…

50. Le vendredi 12 février 2010 à 20:37 par dr. xav

Hors sujet :

Le conseil d’etat considere qu’un refus de guichet a un consulat n’est illegal que si il est prononce plusieurs fois sur plusieurs jours…

http://www.legifrance.com/affichJur…

Comme c’est interessant…

On appreciera la defense de l’immigration : “rentre dans ton pays demander ton visa!”.

C’est sur que le visa doit etre demande dans le pays de residence fiscale et de domicile qui dans ce cas ci…la France puisque l’applicante a quitte la France en l’absence de reponse a sa demande de renouvellement de carte de sejour fin decembre 2008.

Vive l’immigration choisie! On veux des immigres eduques mais pas trop non plus..et surtout pret a faire la queue 10 fois au consulat… quelle honte! ca sent la requete a la CEDH..

51. Le vendredi 12 février 2010 à 21:24 par Buffy

Là où Mandela est un héros car il a effreint la loi, Bové est un voyou que vous n’épargnez pas dans vos billets, justement parce qu’il a effreint la loi. Tous les deux, à raison de mon point de vue, estimaient que la loi était mauvaise, meurtrière à certains égards et qu’il était du devoir du citoyen de la combattre. Pourquoi deux poids deux mesures ? Pour avoir la clémence des juristes, il faut passer par une organisation terroriste, la non-violence, ce n’est pas assez prestigieux ?

Eolas:
Là, vous m’avez bien eu. Entre le ridicule de la comparaison entre le pitre Bové et Nelson Mandela, et celui de la qualification de terroriste à Mandela, je suis comme l’âne de Buridan : je ne sais par quel côté attaquer votre ridicule, et resterai donc sur place, à rire comme une baleine. 

52. Le vendredi 12 février 2010 à 22:06 par K'lo

A Desmond Tutu qui lui reprochait le choix de ses chemises, Mandela répondit : Cette remarque me surprend, de la part d’un homme qui porte des robes

Quel humour, en plus ! Merci Monsieur Mandela !

53. Le vendredi 12 février 2010 à 22:43 par Jean Philippe

Merci pour ce billet. La photo se suffit à elle même. J’étais bien trop jeune pour comprendre cet évènement mais, j’ai une très grande admiration pour cet homme. J’admire sa sagesse. Malgré ce qu’il a vécu, il a oeuvré pour la paix alors qu’il pouvait très bien tomber dans la haine. Son combat pour les droits de l’Homme ne peut pas laisser insensible. C’est un exemple pour moi et, je pense qu’il devrait être un exemple pour tout le monde.

@Buffy> Nelson Mandela a violé la loi de son pays pour combattre des crimes encore plus grave. C’est en quelque sorte l’état des nécessité. José Bové n’a jamais combattu des criminels, au contraire, il a facilité la diffusion des OGM aux champs voisins de ceux qu’il a fauché avec ses copains !

54. Le vendredi 12 février 2010 à 22:59 par Axonn

Au fait Maître, j’imagine que vous avez adoré Invictus ?

Eolas:
Non. Mais le fait que je ne l’ai pas encore vu y est sans doute pour beaucoup.

55. Le samedi 13 février 2010 à 00:01 par NS

Le grand libérateur des clafoutis… pardon, des opprimés, trouve que c’est effectivemnt l’heure du dessert…

56. Le samedi 13 février 2010 à 00:43 par HDM

“cela paraît toujours impossible, jusqu’à ce que cela devienne réalité”
Nelson Mandela

57. Le samedi 13 février 2010 à 00:50 par Malavita

@ Buffy (#51) : “Pourquoi deux poids deux mesures ? “

Et bien en général, à deux poids différents correspondent deux mesures différentes ; ainsi votre amusant parallèle entre Bové et Mandela (je dis amusant pour être gentil, en fait il est indécent) revient à assimiler la statue d’un grand homme à un nain de jardin.

Deux objets d’inégale dimension ne peuvent être mesurés à l’identique

58. Le samedi 13 février 2010 à 07:40 par Rom1gari

Merci à Maldoror en # 34 pour ce beau récit.

59. Le samedi 13 février 2010 à 07:53 par laurent

Faut-il rappeler que N. Sarkozy était présent à la libération de Nelson MANDELA ?
Pour que l’on n’oublie pas:

http://www.casimages.com/img.php?i=…

60. Le samedi 13 février 2010 à 11:22 par Jalmad

@ Eolas sous 21 : classer l’ANC et Mandela dans la catégorie “terroristes”, véritablement “ridicule” ?

il est clair que l’ANC a mené diverses opérations de sabotage, luttes armées et attentats qui ont fait des morts parmi la population civile, même si Mandela a toujours dit qu’il regrettait d’en arriver là mais ne pouvait que constater l’échec de la voie de la non-violence, et que les civils n’étaient jamais la cible ; leur but était de renverser le gouvernement. Cela suffit largement, la plupart du temps, à qualifier un mouvement de “terroriste” ; car le fait que le gouvernement est illégitime et/ou opprime le peuple, vous ne verrez jamais ledit gouvernement l’accepter sur le moment, ni ses alliés militaires ou économiques d’ailleurs. Cf : le MPR de Mobutu face au “terroriste” Lumumba, le régime Habyarimana au Rwanda face aux “terroristes” Tutsi, etc….

Evidemment, la cause de l’ANC était juste, et l’intérêt qu’il défendait éminemment supérieur. Evidemment, tout le monde de l’admettre aujourd’hui, et encore heureux.

Mais apparemment, certains ont mis un temps relativement long avant de le comprendre….

http://www.lefigaro.fr/internationa…

Quant à la position de la France….. il n’est pas inutile de rappeler que, même si elle soutenait officiellement l’embargo contre le régime de l’apartheid et avait accueilli une représentation de l’ANC en France (Dulcie SEPTEMBER, avec toute la protection nécessaire et suffisante accordée !), un certain nombre de questions restent en suspens : un proche de Bob Denard, (of course, un “mercenaire” qui ne roule pas pour la France, on connaît la musique) qui fricote avec les services secrets Sud-Africains, sur fonds de trafic d’armes, et finalement l’assassinat de Dulcie SEPTEMBER.

Alors, non, désolée, c’est un peu facile de répondre tout de go “dire que l’ANC est terroriste est ridicule”. Oui, ça l’est, aujourd’hui. Mais certains Etats ne se sont manifestement pas sentis gênés pour les traiter comme tels.

Certains ont émis ici le regret qu’on n’ait pas décerné à M. Mandela notre plus haute décoration nationale. Il l’eût méritée mille fois. Mais peut-être était-ce par peur qu’il la refuse, ou l’accepte sans pour autant ménager la France dans ses discours : la France dans son probable double jeu vis à vis du régime d’apartheid, et la France dans son rôle plus général en Afrique. Il a montré qu’il savait ne pas mâcher ses mots quand l’occasion s’en présentait (cf l’intervention des EU en Irak).

En outre, accorder après coup ce type de décorations participe de mon sens d’une réécriture pure et simple de notre histoire, si, en parallèle, aucune lumière n’est faite sur le rôle véritable qu’a été celui de la France. C’est dire “nous France, patrie des droits de l’homme, sommes heureux de décorer M. Mandela, que nous avons toujours supporté dans son combat”. Et circulez, plus rien à voir.

Bref, j’adore aussi les hommages aux grands hommes, mais il me reste souvent comme un goût d’amer dans la bouche.

61. Le samedi 13 février 2010 à 11:37 par Jalmad

rectif : lire “lumumbiste” ou “Kabila” à la place de “Lumumba”.

62. Le samedi 13 février 2010 à 14:53 par ced

Pour un complément historique et la traduction d’Asimbonanga :
http://lhistgeobox.blogspot.com/200…

63. Le samedi 13 février 2010 à 20:35 par Natgif

Ithemba liyaphilisa.

64. Le samedi 13 février 2010 à 20:37 par Natgif

Ithemba liyaphilisa.

65. Le samedi 13 février 2010 à 23:36 par citoyenlambda

j’espère qu’en cette journée, les gens qui ont mis un petit bout de papier portant le nom de Sarkozy le 22 avril et le 6 Mai ont un peu honte que l’élu de leur suffrage ait prononcé le 26 juillet 2007 à Dakar un discours proclamant que “l’homme Africain” n’”était pas assez entré dans l’histoire” et ne s’était pas intéressé au progrès.

Car Nelson Mandela est entré à la première place dans l’histoire du XXe siècle en apportant le progrès de la démocratie à son peuple asservi avant.

Les électeurs ne sont pas forcément responsables de leurs votes ils peuvent avoir été trompés mais comme disait le sinistre Georges W Bush : “fool me once…” bref il n’a pas fini non plus, mais vous me comprenenez…

66. Le dimanche 14 février 2010 à 10:22 par Sous toutes réserves

@ citoyenlambda

Allez voir ici le discours en question. Si vous y trouvez du mepris dites le moi.

Et si une majorité d’électeurs a voté dans un sens qui vous déplait, c’est certainement par manque de “bravitude”, ou qu’entre deux maux il faut choisir le moindre.

(je ne suis pas pro-NS, mais il faut être un minimum objectif dans la critique)

67. Le dimanche 14 février 2010 à 13:21 par citoyenlambda

@ sous toutes réserves

qui parme de mépris ?

quand on voit ce qui s’est passé en Afrique du Sud, passer d’une société fondée sur l’Apartheid à une société démocratique sans guerre civile c’est incontestablement une des réussites exceptionnelles dans l’histoire.

Dire quelques années après que l’homme noir n’est pas assez entré dans l’histoire n’est pas du mépris, c’est une erreur, un manque de vision.

Ce qui est dommage, c’est que justement avoir une vision et orienter en conséquence la politique du gouvernement est justement le rôle du président de la république dans notre pays.

68. Le dimanche 14 février 2010 à 15:38 par bayrak

Merci pour le partage. Très bien conçu félicitations site

69. Le dimanche 14 février 2010 à 15:45 par Jalmad

@ Sous toutes réserves 66 :

où voir du mépris ? euh….les passages seraient trop longs à citer….mais je dois dire que l’image de l’homme noir qui attend le cul posé dans son champs à regarder passer les saisons et qui ne connaît pas le progrès est pas mal dans le genre “Yabonbanania”. Le coup du colon qui a certes fait du mal, mais a aussi construit des routes et des hostos, c’est pas mal aussi. Quant à l’Europe qui n’a rien à voir avec les guerres que se “livrent les africains entre eux”, ou la prévarication, ou les dictateurs….il n’a jamais entendu parler du Biafra, le garçon? ni du Maréchal Mobutu, ni de l’assassinat de Thomas Sankara, ni de M. Idriss Déby ? Omar, puis Ali BONGO, connaît pas ?

je ne peux que vous renvoyer à ce petit livre édité par Philippe Rey “l’Afrique répond à M. Sarkozy sur le discours de Dakar”, qui rassemble une douzaine d’articles d’intellectuels africains, qui justement, expliquent en quoi il s’agit bien de mépris, de ce bon vieux racisme paternaliste bon teint, mais affirmé cette fois avec le cynisme assumé de la droite “décomplexée”, voire “décontractée du gland”. Véritablement, allez le lire, ça ne coûte que 6,90 € ; et si vous voulez approfondir, n’hésitez pas à vous plonger dans le magnifique Nations nègres et Culture de l’immense Cheik Anta Diop, et revenez me dire si l’homme noir n’est pas assez entré dans l’histoire ; allez jeter un oeil sur les écrits de FX Verschave, P de St-Exupéry, J. Ziegler, j’en passe et des meilleurs, et venez encore soutenir qu’affirmer que l’Europe n’a pas sa part de responsabilité dans les conflits africains ne relève pas du mépris ou de l’ignorance la plus crasse.

Mais oui, vous avez raison, pour être objectif, encore faut-il préciser que M. Sarkozy n’a rien inventé là de nouveau, se contentant de reprendre à son compte l’attitude traditionnelle de la France vis à vis de ses anciennes colonies, avec juste moins d’élégance et d’habileté qu’un Mitterand ou un Chirac. Sauf qu’il avait annoncé avec force qu’il serait le Président de la “rupture”, des droits de l’Homme et de la fin de la Françafique. Loupé.

70. Le dimanche 14 février 2010 à 19:54 par Sous toutes réserves

@ Jalmad

J’ai bien pris note des références de l’ouvrage que vous citez. Dès que j’irais dans une librairie, j’essayerai de me le procurer (mais j’ai déjà des tas de bouquins en retard à lire, entreposés sur ma table de chevet, ça va me prendre du temps pour rattraper mon retard).

Evidemment que la France et les puissances coloniales sont responsables d’un grand nombre de malheurs qui frappent l’afrique. On n’a pas de quoi être fiers de notre drapeau au regard de tout ce qui a été fait en notre nom. Nous avons soutenu des dictatures (et continuons à le faire) lorsque nous y trouvions un intérêt. Je pense cependant que nous (France, Europe), ne sommes pas responsables de toutes les turpitudes africaines. Pour le coup, ce serait faire montre de paternalisme que d’affirmer que les africains ne sont que les victimes des politiques européennes.

D’un autre côté, il faut aussi reconnaître que des africains se sont rangés du côté de la France, sincèrement, sans être des traitres à leurs origines, et sans se soucier de leurs intérêts personnels, tel le grand Félix Eboué.

Aussi, pour l’instant, je continue à penser que le discours de Dakar n’est pas aussi honteux que ce qu’on a bien voulu en dire.

Pour le reste, je partage votre opinion quant à l’ANC. Mais aussi belle que soit la cause, des innocents ont été tués (boers ou “traitres à la cause”, merci Winnie…), et ça m’a toujours laissé des sentiments mitigés. J’aurais aimé que le mouvement soit vierge de toutes exactions, ce qui n’est malheuresement pas le cas. Effectivement, avec le recul, on admet que la fin a justifié les moyens. N’empêche, ça fait de belles jambes aux victimes (civiles et autres d’ailleurs). Et je n’oublie pas que les resistants durant la WWII ont été qualifiés de terroristes, ce qui ne simplifie pas mes sentiments au sujet de l’ANC… Bref, le point Godwin a été atteint, et je dois continuer à vivre avec ma schizophrénie.

Je vous laisse, je dois repeindre mon plafond. Mais où ai-je mis mon entonnoir ?

71. Le dimanche 14 février 2010 à 21:47 par Teejee (mékeskidi de base)

@ Sous toutes réserves
“J’aurais aimé que le mouvement soit vierge de toutes exactions, ce qui n’est malheuresement pas le cas. Effectivement, avec le recul, on admet que la fin a justifié les moyens. N’empêche, ça fait de belles jambes aux victimes (civiles et autres d’ailleurs).”
L’apartheid non plus n’a pas été “vierge de toutes exactions”. Cela ne justifie pas les actes de vengeance, mais, hélas, ce qui aurait été étonnant, c’est que nul Noir n’eût eu le désir de faire payer aux Blancs des décennies de dictature et d’humiliations.
Mandela lui-même aurait pu appeler aux pires représailles, pour venger ses frères de race et pour se venger de sa captivité. Il a choisi d’oeuvrer pour la réconciliation nationale. Sans lui, les exactions que vous déplorez, à juste titre, auraient été un bain de sang.

72. Le dimanche 14 février 2010 à 22:06 par Sous toutes réserves

@ Teejee

Vous enfoncez des portes ouvertes. C’est bien pour les raisons que vous enoncez que M. Mandela est un grand homme. Par ailleurs, il ne me semble pas avoir fait preuve d’ambiguité quant à l’aprtheid, une critique de l’ANC ne signifiant pas la justification du régime innique. Je retourne à mon plafond, on essaye de me retirer l’echelle sur laquelle je suis juché.

73. Le dimanche 14 février 2010 à 22:35 par Buffy

@ Eolas Je pose la question du traitement différent dont font l’objet deux hors-la-loi, aux yeux d’un juriste (car s’il y a bien un milieu où le respect de la loi par tous a un sens, c’est bien celui-ci). Je vous interroge sur ce qui fait de Mandela un héros international et qui permet qu’on efface son ardoise et ce qui fait de Bové un vandale à enfermer. Est-ce leur cause qui les hierarchise ainsi ? l’un se bat pour l’égalité l’autre pour la souveraineté alimentaire qui sont deux causes aussi importantes pour l’humanité. Est-ce l’âge ? l’apparence physique ? le talent d’orateur ? Comme l’un a passé 30 ans en prison et l’autre quelques mois seulement, je demande donc si c’est la méthode de revendication (et ses conséquences pénales) qui justifie la différence de traitement, la violence rendant plus crédible et héroïque.
En réponse à cette interrogation sincère, je reçois des réponses des plus méprisantes. C’était plus poli, si vous trouvez que mon commentaire n’est pas digne du niveau intellectuel de votre blog, de l’effacer ou de ne pas répondre. Pire que votre mépris : non seulement je n’ai pas eu de vraie réponse à ma question, mais en plus je m’en pose une nouvelle : pourquoi il est ridicule de qualifier Mandela (qui fait partie de mon Panthéon politique, bien que non-violente) de terroriste ?

@sous toutes réserves (70) “J’aurais aimé que le mouvement soit vierge de toutes exactions, ce qui n’est malheuresement pas le cas”

Sans exaction, Mandela n’aurait pas moisi 30 ans en prison, il ne serait pas devenu une super star-martyr que les gens aiment tellement au point de devenir amnésiques à son sujet, on ne serait pas en train de discuter de lui sur un blog, sur lequel il serait par ailleurs qualifié de “pitre”.

74. Le lundi 15 février 2010 à 08:04 par A

Oui, 20 ans :
“Average life expectancy declined from 62 years in 1990 to 50 years in 2007; it is projected to fall even further by 2011, to 48 years for men and 51 for women, according to the Institute’s annual South Africa Survey.”
http://allafrica.com/stories/200911…

75. Le lundi 15 février 2010 à 09:15 par Jalmad

@Sous toutes réserves :

Je pense cependant que nous (France, Europe), ne sommes pas responsables de toutes les turpitudes africaines. Pour le coup, ce serait faire montre de paternalisme que d’affirmer que les africains ne sont que les victimes des politiques européennes.

Evidemment. Et je crois qu’à part quelques extrémistes ultra-minoritaires, personne ne soutient cela en Afrique ! C’est caricaturer leurs pensée et revendication que de laisser entendre qu’en demandant par exemple l’effacement de la dette, ou une reconnaissance par la France de son rôle néfaste et un arrêt de sa tutelle de fait sur l’économie ou les forces militaires de certains pays, ces africains prétendent que la France et l’Europe sont à l’origine de tous leurs maux ! C’st en cela que le discours de Sarkozy est ultra réducteur : comme si les africains passaient leur temps à se lamenter sur leur sort, à accuser les autres et à se dédouaner de leurs responsabilités….Je ne sais pas si vous avez déjà lu des journaux africains, ou écoutez de la musique africaine “engagée”, mais les critiques à l’égard de leurs dirigeants, ou de la corruption généralisée, ou de la politique intérieure etc…prennent la même place, voire plus, que la critique des politiques d’ajustement des IFI ou de l’attitude néocoloniale des puissances européennes….

@Buffy :

Sans exaction, Mandela n’aurait pas moisi 30 ans en prison

euh…en fait, probablement que si…une première condamnation à 5 ans de prison pour des faits non-violents (organisation d’une grève), et sa condamnation à perpétuité est motivée notamment par une soit-disant conspiration avec l’étranger, qu’il a toujours contestée. Je crois personnellement qu’il aurait été engeôlé de la même façon sans passer à la lutte armée. Mais je peux me tromper.

76. Le lundi 15 février 2010 à 10:34 par Petruk

@73 Buffy
Vous voulez vraiement qu’on vous réponde?
Et bien je ma lance alors. Quelle est la situation dans le pays où vit actuellement monsieur Bové? Est il empêché de s’exprimer? Est il battu? Ses partisants sont ils battus voire assassinés? Ses droits sont ils différents de ceux des autres citoyens?
Une fois que l’on a répondu par la négative à l’ensemble de ces questions très largement rhétoriques, on constate que Monsieur Bové est tout à fait libre de s’exprimer et que rien ne justifie qu’il viole nos lois.
Par ailleurs Monsieur Bové a tout fait pour essayer d’être en prison au moment de la dernière présidentielle et pouvoir ainsi bénéficier d’une publicité supplémentaire. Son passage en prison, largement anecdotique, a été voulu.

[bouffon
nom masculin
Personnage ridicule, auquel sa conduite faite perdre toute considération.|http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bouffon/10461]

77. Le lundi 15 février 2010 à 13:00 par salabreuil

Si je devais associer une chanson à la fin de l’apartheid, je pense à Biko de Peter Gabriel, qui a beaucoup fait pour que le nom de l’activiste militant mort dans les geôles sud-africaines soit connu du monde entier.
Sortie en 1980, je me souviens de Gabriel qui pendant presque 15 ans terminait ses concerts avec cette chanson, le poing en l’air. Reprise depuis par Joan Baez, Robert Wyatt, Simple Minds, Sinead O’Connor, U2, prochainement par Paul Simon, cette chanson est emblématique de la lutte contre l’apartheid. Peter Gabriel put la chanter pour la première fois en Afrique du Sud devant Nelson Mandela enfin libre lors du concert célébrant la fin du régime de Prétoria.
Trente après, elle fait toujours pleurer Desmond Tutu .

78. Le lundi 15 février 2010 à 18:29 par Buffy

@Petruk C’est ce que je me soupçonnais : ce qui fait un grand homme pour la majorité, c’est moins l’universalité de sa cause, la recherche d’un progrès de la justice et de l’humanité, que les risques qu’il prend, selon le contexte. C’est assez triste et misanthrope de conclure que les humains ne saluent pas un combat pour ce qu’il apporte à des quêtes universelles (la justice, la dignité), mais pour son côté téméraire, c’est la prise de risque qui rend digne d’hommages. Pour Mandela, cette vision est assez dévalorisante : s’il est un héros aujourd’hui, c’est moins pour son combat qui concerne toute la race humaine, que pour la traque dont il a été l’objet.

Merci pour votre réponse même si pour ce qui est du dédain, vous êtes pas mal non plus.

79. Le lundi 15 février 2010 à 19:57 par Teejee (mékeskidi de base)

@ Buffy
Je ne me risquerai pas au jeu des comparaisons entre Bové et Mandela. Mais je regrette que vous fassiez apparemment peu de cas de la prise de risque dans la stature d’un homme. Mandela a passé vingt-sept ans de sa vie en taule au nom de la cause qu’il défendait. Qui d’entre nous aurait eu ce courage, et serait ressorti d’une telle épreuve ?

80. Le lundi 15 février 2010 à 20:53 par Tom Rakewell

J’avais 11 ans à l’époque et je n’en aucun souvenir, alors que je me souviens très bien de la chute du Mur. Ma famille était très anticommuniste, ça explique sans doute.

J’ai passé quelques jours à Johannesburg il y a quelques mois et comme tous les touristes, j’ai visité le Musée de l’apartheid. On a beau savoir ce que c’est, ça fait un choc de voir un banc marqué “Europeans only”. J’ai aussi été assez surpris, faute de trouver un meilleur adjectif, en visitant la maison de Mandela à Soweto : il y règne une atmosphère de quasi-dévotion religieuse. On comprend mieux ce qu’il peut encore incarner pour les Sud-Africains aujourd’hui.

81. Le mardi 16 février 2010 à 10:01 par Petruk

@Buffy
Ce n’est pas ma position. Mon post portait beaucoup plus sur Bové que sur Mandela. Effectivement la prise de risque de monsieur Bove est minime. Et effectivement je pense que comparer les quelques semaines de prison, que monsieur Bové a choisi d’effectuer pour des raisons purement publicitaires, aux 27 ans passés par Mandela dans des prisons ou d’autres avant lui avaient été assassinés (cf Steve Biko dont on a parlé sur ce fil) et alors même qu’il aurait pu sortir dès 85 en renonçant à ses idéaux, est totalement inapproprié. Vous avez parlé de dédain. Il me semble que si j’avais du dédain pour vous, je ne vous répondrais pas. Néanmoins il est vrai que je n’ai pas beaucoup d’estime pour monsieur Bové et que je ne le cache pas.

Pour revenir à Mandela, évidement il est aussi respectable pour avoir évité à son pays de sombrer dans le chaos et pour avoir prôné la réconciliation en luttant contre les extrémistes de tous bords. Il suffit de regarder ce qui se passe au Zimbabwe pour avoir une idée de ce que pourrait être l’Afsud s’il n’avait pas été là.

Puisque vous aimez les comparaisons, on peut remarquer que même si Mandela a soutenu la lutte armée et crée le MK après le massacre de Sharpeville, il a repris les négociations dans des conditions extrêmement difficiles après l’assassinat de Chris Hani. Monsieur Bové, alors même que notre pays, malgré toutes ses imperfections, lui garanti une liberté d’expression sans commune mesure, se complait dans des actions illégales et parfois violentes, privilégiant l’aspect médiatique à tout autre considération. Vous allez encore m’accuser de dédain mais je ne vois pas où et quand Monsieur Bové aurait apporté quelque chose à des quêtes universelles. Il agit pour exister médiatiquement ce qui lui permet de rassembler ses partisans pour la prochaine action médiatique…

82. Le jeudi 18 février 2010 à 00:47 par MH

1875 - William Ernest Henley
INVICTUS

Depuis l’obscurité qui m’envahit,
Noire comme le royaume de l’enfer,
Je remercie les dieux quels qu’ils soient
Pour mon âme indomptable.

Dans l’étreinte féroce des circonstances,
Je n’ai ni bronché ni pleuré
Sous les coups de l’adversité.
Mon esprit est ensanglanté mais inflexible.

Au-delà de ce monde de colère et de larmes,
Ne se profile que l’horreur de la nuit.
Et pourtant face à la grande menace
Je me trouve et je reste sans peur.

Peu importe combien le voyage sera dur,
Et combien la liste des châtiments sera lourde,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

83. Le dimanche 21 février 2010 à 03:46 par Peerline

C’est la partie embed du code de youtube qu’il faut placer.:

<embed src=”http://www.youtube.com/v/0ydXbJrQ4j…” type=”application/x-shockwave-flash” allowscriptaccess=”always” allowfullscreen=”true” width=”560” height=”340”></embed>

eventuellement dans un object.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact