Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bonne journée de l'Europe

Aujourd’hui, 9 mai, est la journée de l’Europe, en souvenir de la déclaration de Robert Schuman qui fut l’étincelle de concupiscence qui entraîna la conception de l’Europe (après une fausse couche en 1954).

Alors comme il est désormais de tradition, des paroles de sagesse et de la musique pour fêter cette belle Europe dont on a plus que jamais besoin alors qu’elle est plus que jamais attaquée. Sans ouvrir de polémique en ce jour de fête (et je suis en train d’écrire un vrai billet), rappelons que l’Europe est un outil (non, pas une boîte à outil, un outil), un mécanisme politique de décision coordonnée. La politique d’austérité absurdement suivie n’est PAS inscrite dans les gènes de l’Union Européenne, ni gravée dans le marbre (si ça avait été le cas, le non de 2005 nous en aurait mis à l’abri, n’est-ce pas ?) mais le reflet que la majorité des pays d’Europe est dirigée par une majorité conservatrice qui fait passer la discipline budgétaire avant la lutte contre le chômage en assurant faire le contraire. La politique européenne se décide au sein de chaque pays, lors des élections générales. Cette solution n’est pas satisfaisante, sauf pour les dirigeants des pays membres, qui n’ont aucun intérêt à changer la situation. Autant dire que l’hiver européen que nous traversons n’est pas fini. Raison de plus pour se réchauffer en se souvenant de la merveilleuse idée qu’elle était au départ, et demeure malgré tout. Spring is coming.

À toi, oncle Robert.

La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent.

La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques. En se faisant depuis plus de vingt ans le champion d’une Europe unie, la France a toujours eu pour objet essentiel de servir la paix. L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre.

L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée. L’action entreprise doit toucher au premier chef la France et l’Allemagne.

Robert Schuman, 9 mai 1950

Texte intégral de la déclaration Schuman.

9e symphonie de Beethoven, BBC Philarmonic Orchestra, direction : Gianandrea Noseda.

Commentaires

1. Le jeudi 9 mai 2013 à 17:31 par sous Toutes Réserves (@S_T_R_U)

Ce discours est bien entendu connu de tous, puisqu’il est écrit en tout petit sur nos formules de chèques : hé oui, les lignes sur lesquelles on inscrit les sommes et l’ordre, ainsi que les doubles barres.

Bon, je sais : culture, confiture, tout ça…

2. Le jeudi 9 mai 2013 à 18:15 par MacSime

Ca me gêne toujours aux entournures (non, en fait ça me fait carrément grincer intérieurement) quand on parle d’ “austérité” pour parler de la voie empruntée par la plupart des pays européens… alors qu’en pratique les dépenses publiques continuent d’augmenter presque partout…

Le choix de faire payer les peuples via les impôts et autres prélèvements (qui quelque soit la direction où on *semble* les faire pointer, retombe toujours sur les éléments les plus “rigides” économiquement : les plus modestes) est un choix politique, mais on peut difficilement parler d’austérité (en synonyme de rigueur ou en antonyme de frivolité).

3. Le jeudi 9 mai 2013 à 18:18 par ouegoa

Posté à 17:18 par M Eolas et spammé à 17:48 !! Quelle tristesse !!

4. Le jeudi 9 mai 2013 à 18:39 par skr

Au risque de paraître désagréable vis à vis d’une personne que je lis et suis attentivement les billets, l’Europe (pour une fois, vous manquez de rigueur cher maître ! vous parlez de l’entité géographique ? de l’Union Européenne ? Communauté Européenne ?) est certes un outil politique mais essentiellement politique économique, voire uniquement, comme l’indiquait bien son nom précédent CEE. En aucun cas, un outil de politique sociale, de politique culturelle, de politique scientifique (je vous laisserai nous dire si au niveau des lois, on peut voir une quelconque politique européenne). On le vit chacun à bien des égards au quotidien, seule l’économie est totalement européenne. Ou du moins, on nous la vend ainsi.
Si l’austérité n’est pas inscrite dans le marbre de la structure de cette Europe Economique, le modèle néolibérale l’est et l’austérité n’étant qu’une conséquence logique de ce modèle ou une appellation différente de ce modèle, elle le devient de facto. Vous avez raison de rappeler qu’en 2005, le “non” à cette Europe (et non pas le “non à l’Europe”, comme certains analystes grincheux et vexés d’avoir eu faux l’ont suggéré) l’avait emporté démocratiquement. Et en 2007, le déni de démocratie a atteint son paroxysme quand le traité de Lisbonne a été ratifié par la majorité et l’opposition parlementaire.
Dans ces cas là, comment fêter l’Europe ?

5. Le jeudi 9 mai 2013 à 18:58 par MacSime

“le modèle néolibérale l’est et l’austérité n’étant qu’une conséquence logique de ce modèle” *EnormousFacepalm*

Je veux bien que l’on m’explique le rapport entre :
- ce que l’on appelle “austérité”, à savoir une hausse des prélèvements publics pour payer une dépense publique croissante, concomitante à une crise déclenchée par des expérimentations douteuses par l’Etat US (Fannie Mae et Freddie Mac) et ouvrant la voie à une prise de conscience des créanciers de la fragilité des promesses d’Etat.
- et le modèle économique libéral qui promeut la réduction de la place de l’état : à savoir une dépense publique et des *prélèvements décroissants*.

A moins que vous appeliez “modèle néolibéral” un mélange douteux de colbertisme (qu’il soit socialiste de gauche ou dirigiste de droite) et de clientélisme dont la France peut désormais se targuer de prendre le leadership (contre l’avis de l’Europe d’ailleurs en général…), soit finalement un mélange qui n’a rien de libéral. Alors pourquoi l’appeler ainsi?

6. Le jeudi 9 mai 2013 à 20:10 par Lecteur mystère

Le retour de Senseii Eolas !

Bon, vous nous devez la troisième partie de l’article sur le mariage pour tous. Pensez à tous ceux qui ont un travail et ne peuvent passer leurs journées à lire Twitter !

7. Le jeudi 9 mai 2013 à 20:24 par Siarres

Il n’y a plus d’autre voie démocratiques que la restriction des déficits , la politique de relance ( qu’on dit Keynésienne ) n’est possible que dans une économie fermée ou la mise en circulation de moyen de consommation profite à la production , dans une économie ouverte la relance profite au déficit commercial . de plus nous avons télement ” relancé” par le déficit que nous allons laisser à nos enfant une année de PIB à rembourser .

Ca laisse en suspend deux questions ;
Pourquoi les états ont ils du prendre le relais des banques pour éviter l’effrodrement du systéme financier ;Et pourquoi l’europe n’est pas capable de reconstituer un marché commun protégé
Il reste deux propositions en débat :
1 Fermer les frontiéres pour que la consommation entraine la production ( c’est la proposition de la blonde )
2 Décider de ne pas rembourser nos dettes ( c’est la proposition du sénateur pol-potien)
Que choisissez vous ?

8. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:25 par RG

@7 Siarres

Le sénateur pol-potien me parait beaucoup moins populiste que la blonde car le non remboursement de nos dettes n’est même pas un choix, c’est une certitude d’ordre mathématique. D’où nos menus états d’âme européens.

9. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:30 par marie m.

Merci à vous de nous rappeler ce qu’est l’Europe - ou ce qu’elle devrait être. Un beau message d’espoir au milieu du tintamarre actuel : merci !

10. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:30 par hcg phoenix az

Nice entire performance regarding doing this website page. My husband and i appreciated exploring it all, and so will certainly return often, interested in anything brand new.

11. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:31 par David

@4 skr: Maitre Eolas ne manque pas de rigueur, la déclaration Schuman permit l’institution de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) dont est directement issue la Communauté économique européenne (CEE, traité de Rome de 1957) qui deviendra Communauté européenne-Union européenne suite au traité de Maastricht de 1992 puis enfin Union européenne tout court suite au(x) traité(s) de Lisbonne de 2007.
De plus, si l’Union est effectivement principalement une union économique, c’est en grande partie parce que la France a refusé toute évolution politique en 1954 (avec la Communauté européenne de défense et la Communauté politique européenne qui devait suivre).

Ceci étant précisé, l’UE actuelle est loin d’être uniquement économique. Certes, le marché unique reste la base principale mais l’UE agit dans des domaines de plus en plus variés: le programme Erasmus (faisant partie du Lifelong learning program), les capitales européennes de la culture, l’environnement, la politique sociale, la justice et la sécurité, le contrôle des pêches et la sauvegarde des ressources halieutiques… Souvent en appui des Etats membres dont l’action en sort renforcée.

Quant au traité (dit) constitutionnel, son rejet en 2005 en France et aux Pays-Bas n’est il pas dû principalement aux contextes politiques en vigueur dans ces deux pays? De même que De Gaulle rata son referendum en 1969, les Français et les Néerlandais n’ont ils pas voulu sanctionner leurs gouvernants respectifs?

12. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:46 par Narduk

Tiens tiens Eolas, on valide aujourd’hui…On n’aime pas la contradiction ???

13. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:50 par fanchb29

L’europe a toujours bon dos quand même dans les pays membres….

Pour tout ce qu’elle apporte, on dira que c’est grâce au pays.

Mais quand il y a un problème, bien entendu l’europe est responsable.

On se plaint d’une “politique d’austérité”.

Alors qu’elle n’existe pas en réalité.

Une véritable politique d’austérité, ce serait une réduction sérieuse des dépenses.

Mais quand on regarde un peu les budgets des pays européens, peu de budgets sont en baisse. La plupart restant plutôt stables voir en augmentation.

Surtout le problème des différents budgets en question, c’est leur manque criant d’équilibre.

Beaucoup de pays, surtout du sud de l’europe, ont utilisés pendant longtemps le déficit budgétaire comme seule politique financière.

Comme en France, on a baissé les impôts et augmenté les dépenses pour des raisons purement électoralistes.

Sauf que cela ne peut pas toujours être le cas, et maintenant on se retrouve à devoir redressé la barre…

14. Le jeudi 9 mai 2013 à 21:55 par Narduk

Et chaque année, c’est la même histoire, l’avocat de la bien-pensance,

Eolas:
Et chaque année les mêmes pisse-froids. Ca fait du bien les traditions, n’est-ce pas ?

15. Le jeudi 9 mai 2013 à 22:00 par Narduk

?

16. Le jeudi 9 mai 2013 à 23:53 par Charles

Merci.

17. Le vendredi 10 mai 2013 à 00:32 par zerb

En bon mélomane, Eolas a posté une version de la symphonie originale. L’hymne officiel est un (médiocre) arrangement de deux minutes de Karajan, sans les paroles de Schiller.
Karajan jouait déjà l’ode à la joie pour le régime Nazi qui adorait cette œuvre, Beethoven comme Schiller ayant été un nationaliste allemand. Certains affirment toutefois que le titre original de Schiller ne mentionnait pas la joie (Freude) mais l’amitié (Freundschaft) ou la liberté (Freiheit), ce qui n’aurait sans doute pas eu l’heur de plaire aux Nazis.
Il faut reconnaître que ces paroles sont assez mal adaptées à l’hymne de l’Europe moderne : elles sont farcies de références déistes et d’un lyrisme très daté.

Enfin bref, vive l’Europe. J’espère que je verrai un gouvernement fédéral responsable devant le parlement avant ma mort. Une cour de justice dont les décisions seraient appliquées en moins de dix ans ce serait bien aussi.
(Et tant qu’on y est, parlons tous l’esperanto le latin l’anglais le breton.)

18. Le vendredi 10 mai 2013 à 03:52 par Nyfast

Woah, superbe version de la 9ème, merci.

19. Le vendredi 10 mai 2013 à 11:59 par Narduk

@ Eolas en 14

Surtout quand on ne montre que ce qu’on ne veut montrer…La profession d’avocat quoi.
De plus, un homme de votre âge, normalement éduqué qui croit à la politique et à l’Europe, vous me faites de la peine. Restez-en au droit !!!

20. Le vendredi 10 mai 2013 à 12:23 par Paul Laurendeau

“La politique d’austérité absurdement suivie n’est PAS inscrite dans les gènes de l’Union Européenne”

2008: citoyens du monde, vite, renflouez-nous! 2013: maintenant, nations déficitaires, serrez-vous la ceinture… On s’approche pourtant inexorablement du principe structurel du problème, celui où les renflouages économiques ne suffisent plus

http://ysengrimus.wordpress.com/200…

Pas la «crise économique» mais bien le capitalisme en crise.
Paul Laurendeau

21. Le vendredi 10 mai 2013 à 12:32 par Pascal

Bonjour Maitre,

Vous avez 1 000 fois raison de saluer l’Europe, seule issue pour la France et les autres pays membres.
Concernant “politique d’austérité absurdement suivie “, je ne suis pas d’accord. Une nouvelle fois, on accuse l’Europe alors que notre problème vient avant tout de notre refus de toute réforme et de nos politiques.

22. Le vendredi 10 mai 2013 à 12:41 par Solo

“(si ça avait été le cas, le non de 2005 nous en aurait mis à l’abri, n’est-ce pas ?)”

Le non qui n’a pas été validé par les élites type eolas ou politiques.
Logique de votre phrase ?
On court au désastre mais ce sera la faute de ceux qui ne voulaient pas y aller, évidemment ! vous, vous êtes humanistes, infaillibles, subtils on connaît par coeur vos rengaines pompeuses.

23. Le vendredi 10 mai 2013 à 12:43 par Solo

Marchera pas disait la marionnette de Séguin qui avait plus de bon sens que vous (la marionnette).

24. Le vendredi 10 mai 2013 à 12:54 par Estelle

Il n’existe pas d’autres alternatives à l’Europe. C’est une évidence qu’il faut répéter, répéter, répéter, mille fois si il faut.

Par contre, je ne comprends pas votre phrase « politique d’austérité absurdement suivie ». En quoi l’Europe, est-elle incompatible avec une saine gestion des états et de ses politiques budgétaires ?

25. Le vendredi 10 mai 2013 à 13:45 par Rémi

Petite erreur sur le chômage.

L’austérité n’a quasiment aucun impact direct sur le chômage.

Ce qui plombe le chômage c’est le coût du Travail. Tout est une question de choix, mais les politiques conservatrices favorisent l’emploi et les socialistes la rémunération des salariés.

Une rigueur qui diminuerait les prestations sociales et minimum salariaux obligeraient les gens a chercher des emplois mêmes moins rémunérateur. La Rigueur serait donc plutôt contre le chômage.

Ah, mais vous allez me répondre que des travailleurs pauvres c’est mal, et que de nombreuses personnes sont sous payés aux états unis et en Allemagne, et je ne contesterais absolument pas ce point.

Car sans lancer le débat sur ce qui est souhaitable entre des travailleurs pauvres et un fort chômage, le coût du travail reste le cout du travail, et il convient de ne pas désinformer plus que nécessaire sur ces questions.

26. Le vendredi 10 mai 2013 à 14:38 par RG

@24 Rémi

Car sans lancer le débat sur ce qui est souhaitable entre des travailleurs pauvres et un fort chômage, le coût du travail reste le cout du travail, et il convient de ne pas désinformer plus que nécessaire sur ces questions.

De même, comme dirait un conférencier de Goldman Sax non désinformateur : travaillez plus pour gagner plus. Sauf qu’en Norvège qui connait le plein emploi les actifs travaillent 1414 heures par an contre 1749 heures en moyenne dans les pays de l’OCDE.

De même un allemand ne travaille pas plus qu’un français, plutôt moins, et sa dette extérieure nette prétendument remboursable reste très supérieure.

Enfin s’il suffit d’offrir un râteau et un balai à un bénéficiaire du RSA pour pouvoir le rayer des statistiques du chômage, c’est à notre portée.

27. Le vendredi 10 mai 2013 à 15:24 par Rémi

@RG

J’aurais parié des Euros contre des Bolivars que mon commentaire serait suivi de personnes essayant de noyer cette vérité si intolérable aux yeux de leur idéologie sous des masses
_D’éléments de langage sans rapport avec le sujet (Goldman Sacs, Travailler plus pour gagner plus)
_De cliché trollesques (Balais pour le RSA)
_De comparaisons qui n’ont rien à voir (Comparer une puissance pétrolière à notre pays)
mais me suis finalement dit qu’on est quand même sur le blog d’Eolas, et que le troll n’étais pas aussi fort qu’ailleurs. Eh ben si.

28. Le vendredi 10 mai 2013 à 15:47 par récap59

Après avoir consulté ma boule de cristal je suis enfin en mesure de livrer mes premières prédictions sur l’avenir proche de l’UE :

1) La France et les pays du Sud vont continuer à exercer des pressions sur l’Allemagne pour la convaincre de renflouer les banques avec l’argent du contribuable,

2) L’Allemagne continuera à répondre qu’elle ne s’oppose pas au principe mais qu’elle exige au préalable que les retraités, salariés et chômeurs français s’associent au sacrifice du contribuable allemand,

3) Tant que la répartition des sacrifices entre les peuples français et allemands au profit des banques ne sera pas finalisée on continuera à accuser les Allemands d’égoïsme et les Français d’irresponsabilité,

4) Bien entendu personne n’osera dire qu’il n’y a aucune raison que le contribuable allemand paye les turpitudes des banquiers quand ils font de mauvaises affaires alors qu’il n’a jamais été associé à leurs bonnes affaires, et donc qu’il n’y a aucune raison que la France l’y aide, surtout si cela veut dire saigner encore plus le peuple français,

5) Quant à savoir s’il est vraiment de l’intérêt à long terme des banquiers que les peuples soient ainsi toujours plus clochardisés tout le monde s’en moque, à commencer par les banquiers eux-mêmes.

29. Le vendredi 10 mai 2013 à 16:07 par RG

@ Estelle

En quoi l’Europe, est-elle incompatible avec une saine gestion des états et de ses politiques budgétaires ?

Posez vous plutôt la question : pour quel motif légitime, ou du moins de droit, l’Europe et ses peuples seraient-ils devenus débiteurs des sommes allouées à la finance pour la sauver de la faillite ?

Quant à la gestion calamito-euro-trosko-socialo de la France notre dette nette fin 2011, comprenant le sauvetage de la faillite générale, était de 63% du PIB, contre 125% pour le Japon, 94% pour l’Italie, 80% pour les États-Unis, et 68% pour le Royaume-Uni, justifiant nos taux d’emprunt actuels. Je corrige ce que j’ai affirmé en @25 : seule l’Allemagne a fait mieux avec 52%.

Mais on peut effectivement mieux gérer nos finances publiques et gagner 1.5% de croissance dont les premiers effets seront visibles au cours du prochain quinquennat.

30. Le vendredi 10 mai 2013 à 16:21 par RG

@27 récap59

Bon scénario, crédible jusqu’à la prochaine cessation de paiement, du Portugal par exemple.

31. Le vendredi 10 mai 2013 à 16:40 par mong

@Rémi (24)

«Ce qui plombe le chômage c’est le coût du Travail.»

Ah bon ? Avez vous un élément sur lequel vous appuyer pour affirmer ceci ? Il ne me semble pas en réalité que ceux qui baissent le coût de leur travail aient plus d’emplois à la clef, ni même de production, et encore moins de nouveaux marchés. Ou alors vous voulez parler de compétitivité (efficacité du travail), et alors les questions changent de nature.

« les politiques conservatrices favorisent l’emploi..»

Il me semble moi que les politiques conservatrices favorisent le pouvoir de ceux qui en ont déjà, sous prétexte (justifié ou non je ne veux pas émettre de jugement) qu’ils sont plus à même de juger une situation et de prendre des décisions (l’assouplissement du code du travail en est un exemple). Votre affirmation est purement idéologique.

« et les socialistes la rémunération des salariés.»

Euh… avez vous un exemple récent ? :-)

«Une rigueur qui diminuerait les prestations sociales et minimum salariaux …»

… accentuerait la valeur vitale de l’argent, vitale devant être pris au sens large (incluant la Dignité de la personne). Libre à vous de penser que l’on peut atteindre la dignité de la personne (via les services publics) pour contraindre les gens à travailler. Mais :
- vous devriez alors exposer votre vision de la valeur de la vie humaine en général, afin de bien nous assurer dans un dialogue constructif qu’elle est bien compatible avec le concept de République et de Droits de l’Homme,
- vous devriez également nous dire comment faire quand il n’y a pas de travail : la faute à pas de chance si la société ne peut assurer la santé des plus pauvres ?

«La Rigueur serait donc plutôt contre le chômage.»

Donc le chômage n’est pour vous que la résultante du manque de motivation des chomeurs. Je crois que je vais investir dans une fabrique de fouets…

« le débat sur ce qui est souhaitable entre des travailleurs pauvres et un fort chômage»

Cette alternative n’est pas unique et ne correspond qu’à votre idéologie économique, jusqu’à preuve du contraire.

«[…] et il convient de ne pas désinformer plus que nécessaire sur ces questions.”»

Mouarf ! :-)

32. Le vendredi 10 mai 2013 à 16:50 par Rémi

@mong(30) cf Rémi(26)

33. Le vendredi 10 mai 2013 à 17:20 par RG

@31 Rémi

Vous ne proposez rien et ne répondez à rien.

comparaisons qui n’ont rien à voir (Comparer une puissance pétrolière à notre pays)

La différence vient essentiellement du fait qu’un pays est maître de sa monnaie mais l’autre pas. Aussi Hollande et Merkel ont tous les deux raisons, il faudra bien monétiser la dette au niveau européen (Eurobonds) mais pour éviter l’inflation la maitrise des déficits deviendra indispensable.

34. Le vendredi 10 mai 2013 à 18:26 par Celine

En même temps il y a austérité et austérité… on parle par exemple d’austérité en France alors qu’elle n’a pas grand chose à voir avec ce qu’il se passe en Grèce, en Espagne ou au Portugal. Pour l’instant cela ne reste chez nous que des petites mesures (même si de plus en plus de monde est touché). J’ai plus peur pour l’avenir par contre, je sens que le retour de la croissance va être très long (même si les Etats-Unis semblent aller un peu mieux) et que Bruxelles va nous mettre de plus en plus de pression, et là les “vraies” réformes risquent d’arriver, et ca risque de faire très mal.

Sans parler de la bulle immobilière qui est en train d’éclater et qui va créer des drames en pagaille (la “negative equity” risque de toucher énormément de gens)… bref, l’horizon est bien sombre.

35. Le vendredi 10 mai 2013 à 18:45 par Narduk

Le portrait du Maréchal de 1943 regarde l'internaute avec défi. Au-dessous, ce slogan : «Êtes-vous plus troll que lui ?» L'image est encadrée par la mention « Commentaire modéré par Point Godwin Detector™»

36. Le vendredi 10 mai 2013 à 20:25 par GT

@25 RG Je travaille en Norvège depuis 6 ans. La qualité de vie des salariés y est effectivement sans égale par rapport aux autres pays où j’ai pu travailler (France, UK, US).
D’où vient le miracle ? D’abord de la manne pétrolière, ne vous méprenez pas. L’effet est indirect : l’activité économique est stimulée par l’exploitation des hydrocarbones, mais les revenus pétroliers sont sagement mis de côté.
L’intelligence du “modèle” norvégien est d’avoir su redistribuer la manne pétrolière (hommes comme femmes, actifs et retraités comme générations futures), en faisant relativement fi des corporatismes qui minent le système français.

37. Le vendredi 10 mai 2013 à 21:33 par siarres

Ou en est la réflexion sur ” LA CRISE” nullepart , il faut savoir qu’il y a une corélation directe entre le taux de chomage et les bas salaires , exemple le bengale ou le pakistan ou trés bas salaires rime avec tres fort taux de chomage , doivent ils baisser les salaires pour vendre plus ?
Les prévisions de tous sont péssimistes , mais il n’ya la rien de surprennant . posons la question ; Dans un jeux ou il n’y apas de régles et encore moins de gens pour les faires respecter , qui va gagner ? N’importe quel avocat vous répondra ; Celui qui triche le plus , c’est le métier d’un bon avocat . C’est pour cela que nous sommes mal partis

38. Le vendredi 10 mai 2013 à 21:44 par RG

@35 GT

Je suis entièrement d’accord. L’activité économique est stimulée mais elle ne peut seule expliquer un taux d’emploi de 75% pour les 15-64 ans contre 66% en moyenne dans l’OCDE. C’est comme si selon nos critères ils avaient un taux de chômage négatif de -10%.

Et ils sont tout sauf “compétitifs” au sens néolibéral car ils ont des salaires très élevés et une monnaie fortement surévaluée. La vérité est qu’ils ont une forte cohésion sociale bâtie autour d’institutions véritablement démocratiques, soit le contraire de l’UE en crise.

39. Le vendredi 10 mai 2013 à 22:09 par récap59

Si on veut comparer la Norvège avec un pays importateur de pétrole alors je dirai la Suède. Et si on veut la comparer avec un autre pays industriel exportateur de pétrole je dirai l’Angleterre de Mme Thatcher.

Or sans pétrole la Suède s’est toujours mieux portée que l’Angleterre thatcherienne.

Bonjour siarres (36)

D’accord avec vous. Il existe une relation de cause à effet entre chômage et salaires mais ce n’est pas celle qu’on nous dit toujours. Plus le chômage est élevé plus les salaires sont bas.

C’est la raison pour laquelle la bourgeoisie française ne voudra jamais que le chômage diminue. Dés qu’il fait mine de se stabiliser la droite française hurle au risque inflationniste et exige des mesures pour mettre fin à la soi-disant surchauffe.

40. Le vendredi 10 mai 2013 à 23:19 par RG

@ 38 récap59

Or sans pétrole la Suède s’est toujours mieux portée que l’Angleterre thatcherienne.

Le taux record de prélèvement obligatoire suédois ne serait donc pas un handicap ?

Plus le chômage est élevé plus les salaires sont bas

Et réciproquement. Les taux de chômage les plus faibles sont en Suisse, Norvège et Autriche.

Dés qu’il fait mine de se stabiliser la droite française hurle au risque inflationniste et exige des mesures pour mettre fin à la soi-disant surchauffe.

L’UE est donc plus néo-libérale que Obama qui lui ne craint pas la relance.

41. Le vendredi 10 mai 2013 à 23:39 par récap59

@ RG

“Le taux record de prélèvement obligatoire suédois ne serait donc pas un handicap ?”

Au contraire, sauf bien sûr quand l’État est corrompu. La France a des taux de prélèvements obligatoires qui se rapprochent des pays scandinaves mais un système social digne du tiers monde à côté d’eux. Où passe l’argent ? Si ce ne sont pas les pauvres qui en profitent, alors forcément les riches.

Plus le chômage est élevé plus les salaires sont bas

“Et réciproquement. Les taux de chômage les plus faibles sont en Suisse, Norvège et Autriche.”

Il y a donc bien une relation de cause à effet mais pas celle qu’on nous dit toujours.

Dés qu’il fait mine de se stabiliser la droite française hurle au risque inflationniste et exige des mesures pour mettre fin à la soi-disant surchauffe.

” L’UE est donc plus néo-libérale que Obama qui lui ne craint pas la relance.”

Mais pas plus que les républicains qui font tout pour empêcher Obama de relancer l’économie US.

42. Le samedi 11 mai 2013 à 04:57 par Herman

L’Europe de la CE et de l’UE est la plus belle idée jamais inventée pour sauvegarder la paix mondiale face à des nationalismes absurdes - dont le dernier avatar anachronique aura été la parenthèse de Gaulle (1958 - 1969) avant que le projet fédéraliste européen puisse reprendre sans jamais faiblir.

Que les Monnet, Spaak, Schuman et Dulles soient remerciés.

Bonne fête à l’Europe !

http://www.youtube.com/watch?featur…

43. Le samedi 11 mai 2013 à 13:28 par Narduk

Maitre Eolas cachant une batte de baseball derrière son dos se trouve a coté d'un troll assommé, portant une longue bosse sur le sommet du cuir chevelu. Un texte “Commentaire modéré par troll détector™” surplombe l'image.

44. Le samedi 11 mai 2013 à 13:38 par toto

@ 47

Les états-nations sont au contraire les entités capables de nous plonger dans un état de guerre.

D’autre part, des individus à l’intérieur d’une nation sont tout autant des consommateurs que les mêmes individus dans une entité disons supra-nationale.

45. Le samedi 11 mai 2013 à 13:41 par Gil

Je désespérais de ne plus vous lire… A quand la suite des billets juridiques ?

46. Le samedi 11 mai 2013 à 14:12 par Denis75

Bonjour Me Eolas,
Même vœu que Gil en 49 !!!

@ 47
“Crétin !”
=> Hou la : alors vous, vous passez directement au 38ème et ultime stratagème de L’Art d’avoir toujours raison…

Les Etats ne disparaissent pas lorsqu’ils intègrent de leur propre gré une fédération. Ils s’allient ensemble dans un autre ordre juridique plus large qui doit respecter les compétences des Etats fédérés.

Mais c’est vrai qu’en Europe le concept d’Etat nation se porte fort bien malgré les nombreuses preuves de l’inefficacité d’un tel système au fil du temps. Gageons qu’un jour l’information et les esprits seront suffisamment libérés pour imposer aux élites nationales et pratiquement toutes conservatrices un Etat international (l’internationale d’un point de vue juridique - même si politiquement il pourrait s’agir d’une autre doctrine que les doctrines socialistes et affiliées).

“Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, mais beaucoup d’internationalisme en rapproche”.
Jean Jaurès

47. Le samedi 11 mai 2013 à 19:25 par Narduk

A 46

Je pense que de par leur histoire, l’alliance d’état n’est pas possible. Notre laïcité nous rend très différent de TOUT le reste du monde. Quand on voit le temps qu’il a fallu pour faire disparaitre l’identité régionale (ce qui est loin d’être réussi), je pense que la Nation ne peut disparaitre.
Surtout que la disparition des ressources naturelles n’engendrera pas une solidarité internationale mais une concurrence effrénée voire guerrière.

48. Le samedi 11 mai 2013 à 19:27 par Narduk

A 35 et 43

Merci pour votre modération, quand la censure prend le pas sur la contradiction.

49. Le samedi 11 mai 2013 à 19:32 par Narduk

La nation, c’est le seul bien des pauvres

Jean Jaurès aussi !

50. Le samedi 11 mai 2013 à 21:49 par Web Site

Quality entire performance attached to this excellent web blog. Naturally i savored browsing it again, and therefore will likely come back quite often, seeking for nearly anything fresh, new.

51. Le samedi 11 mai 2013 à 21:50 par Denis75

@ 47 et 49
Ok..! Mais je n’ai jamais écrit que la « Nation » devait disparaître

D’ailleurs, ça ne me semble pas possible pour l’UE.

52. Le samedi 11 mai 2013 à 22:58 par jpj

Au maître des lieux.
Les commentaires 10 et 50 sont du spam.
(Inutile de publier ce commentaire.)

53. Le dimanche 12 mai 2013 à 15:07 par un simple lecteur

Cher Maître,

Un article récent paru dans la revue Fakir m’a permis de découvrir le discours de Pierre Mendès-France prononcé à l’assemblée contre l’adoption du Traité de Rome… Il semble que le ver était déjà dans le fruit?

Bonne journée de l’Europe qui viendra peut-être un jour!

Bien cordialement,

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact