Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Guissé ce type ?

Il est un territoire où le plus audacieux des avocats, ou le plus intransigeant des procureurs n’ose s’aventurer. Aux frontières métaphysiques de la rhétorique et de la mauvaise foi, là où la négation de la réalité touche à l’art, un mur invisible nous arrête : celui de la pudeur.

Mais il est un homme qui a atteint un état de toupétude[1] qui en fait le Kwisatz Haderach de la justification de l’injustifiable : j’ai nommé mon grand ami Éric Besson.

Alors que même la majorité n’arrive pas à cacher son embarras face à l’affaire Guissé dont je vous ai entretenu, qu’Hervé Morin, ministre de la défense, affiche clairement son soutien au hussard, il reste le gaulois qui résiste encore et toujours à l’invasion de la vérité.

Ainsi, notre ministre de la baguette mais pas du croissant s’est fendu d’un communiqué de presse pour affirmer que l’affaire Guissé n’en est pas une et que l’administration est dans son bon droit.

— Excusez-moi, maître ?

— Oui, mon petit ? Ah, laissez moi vous présenter Jeannot, mon stagiaire. C’est un étudiant en deuxième année de droit à Assas que son père, un confrère à qui je ne peux rien refuser, m’a confié afin que je le forme un peu en droit pour son nouveau boulot, vu que ses études ne sont pas une brillante réussite pour le moment.
Qu’y a-t-il, mon Jeannot ?

— Pourquoi est-ce le ministre de l’Oriflamme qui prend publiquement position ? Je croyais que les questions de nationalité relevaient de la Chancellerie ?

— En effet, mon Jeannot. Mais le décret d’attribution du ministère du fifre et du pipeau précise en son article 1 qu’ «il a la charge des naturalisations et de l’enregistrement des déclarations de nationalité à raison du mariage. Il est associé à l’exercice par le garde des sceaux, ministre de la justice, de ses attributions en matière de déclaration de nationalité et de délivrance des certificats de nationalité française». J’ajouterai que, bien que le décret ne le dise pas, quand il y a un sale travail à faire, cela tombe toujours dans ses attributions.

— Et que dit-il, ce communiqué ? Papa m’a dit qu’il fallait que je me forme à faire semblant de ne pas voir des problèmes de la taille d’un éléphant.

— Il a raison, tu vas en avoir besoin. Le voici .

Nationalité de MM. Ounoussou Guissé et Amara Guissé

 

Paris, le 13 octobre 2009,

 

COMMUNIQUÉ

 

 
Nationalité de MM. Ounoussou Guissé et Amara Guissé

 

L’attention d’Eric BESSON, Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, a été appelée sur la situation au regard de la nationalité de MM. Ounoussou Guissé et Amara Guissé, qui ont choisi le fondement de la nationalité par descendance pour se voir reconnaître la nationalité française. Ce choix se heurte à l’absence de nationalité française de leur père, qui n’a pas fixé son domicile en France ce qui a empêché de lui reconnaître la nationalité de plein droit, et dont la situation matrimoniale a empêché d’enregistrer la déclaration de nationalité. Cette procédure est actuellement portée devant les juridictions.

S’ils souhaitent obtenir la nationalité française, d’autres voies sont envisageables :

- S’ils ont la possession d’état de français depuis plus de 10 ans, ils peuvent faire une déclaration sur le fondement de l’article 21-13 du Code civil. Cette procédure a été suivie par leur frère M. Mamadou Guissé en 1998, qui, depuis cette date, a la nationalité française.

- Compte tenu des services accomplis dans l’armée française, ils peuvent aussi s’ils le souhaitent demander leur naturalisation auprès de la Préfecture de leur département, sur le fondement de l’article 21-19 4° du Code civil, sans exigence d’avoir leur résidence habituelle depuis 5 ans en France, mais en satisfaisant les exigences légales concernant l’âge, la moralité et l’absence de certaines condamnations pénales, et l’assimilation à la communauté française notamment par la connaissance de la langue.

- S’ils peuvent attester de services exceptionnels rendus à la France, ils peuvent enfin solliciter une naturalisation pour services exceptionnels au titre de l’article 21-19 6° du Code civil, sur la base d’un rapport du ministre chargé de la défense et d’un examen par le Conseil d’Etat.

Si MM. Ounoussou Guissé et Amara Guissé souhaitent s’engager dans une telle procédure, Eric BESSON a demandé à ses services de procéder à un examen attentif et bienveillant de leur demande de naturalisation.

 


 

— Wohaah… Bon sang, je n’y arriverai jamais, c’est trop dur !

— Ah, ça, je dois reconnaître qu’il est bon. Demande-lui de te parler du délit de solidarité, tu verras, c’est impressionnant : on sent le tissus de l’univers commencer à se dissoudre face à autant de déni de la réalité. Allez, mon Jeannot, exercice pratique : explique à mes lecteurs en quoi ce communiqué se fiche d’eux.

— Alors voyons… D’abord, il est faux de parler de choix fait par les frères Guissé pour se faire reconnaître la nationalité française. Ils sont nés français de plein droit et ont toujours été traités comme tels, y compris par la France, qui a délivré par deux fois un certificat de nationalité française à Ounoussou, le premier alors qu’il était âgé de six mois, ce qui rend douteux qu’on puisse parler de choix de sa part.

— Fort bien mon Jeannot, tu as bien mérité ton passage en deuxième année ; ce qui nous change. Et quoi d’autre ?

— Il affirme comme un fait établi que le père d’Ounoussou Guissé, Daouda Guissé, n’avait pas son domicile de nationalité en France en 1960, alors qu’aucune décision de justice n’a jamais reconnu ce fait.

— Tout à fait. Et…?

— Outre le fait que la voie de la déclaration de nationalité par possession d’état ou par naturalisation ferait perdre rétroactivement aux deux enfants d’Ounoussou Guissé leur nationalité française par filiation, on peut se demander pourquoi un tel acharnement à retirer sa nationalité à m’sieur Guissé pour la lui rendre aussitôt en disant en prime qu’on ferait preuve de magnanimité ce faisant. 

— Et tu t’y connais en matière d’examen attentif et bienveillant de demandes, hein, petit sacripant ? Bravo, je n’ai rien à ajouter. 

— Maître, vous croyez que quand je serai grand, je serai aussi bon qu’Éric Besson ?

— Il te faudra beaucoup travailler, mais je suis là pour te former. Tiens, re-cire mes pompes. 

Notes

[1] Toupétude (n.f.) : plénitude du toupet.

Commentaires

1. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:10 par Adrien bis

ET en plus il vient maintenant commenter sur le blog d’Eolas… Quel surdoué ce janneot!!!

2. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:14 par kforpristina

Une pointe d’anti-militarisme conduirait-elle à la confusion des prénoms ministériels, maître?
Ou est-ce, par anticipation, l’annonce de la future nomination du rejeton dudit ministre pour succéder à son paternel?

3. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:22 par daf

Il est doué le petit  !!!
il faut le garder auprès de vous cher maitre et surtout bien le surveiller,
pour qu’il n’aille pas nous faire des bêtises un peu partout avant la fin de sa formation,
d’ici une vingtaine d’année  !!!

4. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:31 par JulienW

Non pas “Éric Morin” mais “Hervé Morin” :-)

Éric Besson vous obsède ;-)

5. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:39 par Axonn

L’affichage sur deux colonnes donne des résultats foireux sur Safari.

6. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:39 par Bôôh

Ha, Patrick Balakany a raison, il est sacrément plus talentueux que son père à son âge ce petit. Enfin, “petit”, il est aussi plus grand que son père à son âge.

Par contre il faut qu’il se méfie, Mme Balkany vient de le mettre en danger en déclarant “Jean Sarkozy est le meilleur d’entre nous”, on se souvient tous de ce qu’il advint du précédent destinataire de cet éloge.

Une question me vient et me ramène au sujet : s’il s’avérait que les services du Ministre, malgré la bienveillance de leur examen attentif, rejettaient l’éventuelle demande de naturalisation de MM. Guissé, ceux-ci seraient-ils expulsables, et vers où ?
Une autre question, quand M. Besson demande un examen attentif et bienveillant, cela signifie-t-il qu’en temps normal que les examens de demande de naturalisation sont par défaut inattentifs et malveillants ?

7. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:45 par marc

notre jeannot féquente Eolas 5 minutes et le voilà déjà devenu un ponte!!:-)

8. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:52 par mauhiz

il a été ministre de l’information en Irak dans une autre vie

9. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:53 par Tirxu

Est-ce que Jeannot ne devrait pas aussi relever la référence à la “situation matrimoniale”, qui n’a rien à faire là en droit (j’imagine que son but est de démontrer que Daouda Guissé n’est vraiment pas intégré et qu’il ne mérite donc pas l’identité nationale) ?

J’en profite pour vous redire à quel point j’apprécie votre blog, et apporter de l’eau au moulin d’Axonn : le deux colonnes est moche aussi sous firefox, sur un écran large)

10. Le jeudi 15 octobre 2009 à 10:53 par JeanBulbe

Eric Besson en “Kwisatz Haderach”, très bon, maître :)

11. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:02 par OuvreBoîte

Petit point de détail, il est probable, si l’on en croit différent organes de presse, que Jeannot ait choisi de pratiquer l’absentéisme estudiantin à la Sorbonne plutôt qu’à Assas.

12. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:06 par Nox

“Ce choix se heurte à l’absence de nationalité française de leur père, qui n’a pas fixé son domicile en France”.

Diantre, me fourre-je le gom jabbar dans l’oeil, où ai je mal compris la notion de domicile fiscal ? Car il me semble que le critère pour faire payer des impots (notamment des non nationaux) est celui de résidence fiscale, que l’on détermine d’après le CGI, au regard du domicile de l’étranger. Or donc si M. Guisse père, a été considéré “assujettissable”par l’administration fiscale, c’est que celle ci a considéré que son domicile principal était en France. Dès lors, on voit mal comment défendre que ledit Guissé père ne saurait être français pour non domiciliation en France ??

Et sinon, les actes de reconnaissance de nationalité ne sont ils pas créateurs de droit ? Ne peut on s’en prévaloir ? Sont-ce des actes précaires ?

13. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:07 par tetieumachin

Et pour une procédure en changement de nom, le ministère “ferait preuve de magnanimité” aussi?
Non parce que j’aimerais m’appeler Sarkozy aussi, ça simplifierait mes rapports avec la loi.
En tout cas ça les rendraient confortables, en s’asseyant dessus…

14. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:07 par Tirxu

@ OuvreBoîte
Peut être est-il capable de ne pas suivre, simultanément, les cours de ces deux Universités ?

15. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:11 par petit comique

C’est vrai que sur ce coup-là, Besson a été égal à lui-même, même pas nul, négatif…
Et oui, c’est bien évidemment voulu par le maître de l’archi-traître…

Emétique cette situation, émétique.

Excellent billet sinon, comme d’habitude.

16. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:11 par Klorydryk

Hervé Morin, et non Eric, effectivement. J’ai cru un instant être passé pour un imbécile dans mes dernières conversations ; j’ai même revérifié sur le site du ministère. ^_^

Ah oui, et ne pas oublier : #jeansarkozypartout

17. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:16 par Bétises

Sur deux colonnes, je n’ai plus tous les menus, qui étaient disponibles avant.

Amusant les liens cachés en haut à gauche, texte blanc sur fond blanc.

Encore un effort pour cette version, mais déjà bravo, pour la version Iphone.

18. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:29 par bratisla

sacrer Kwisatz Haderach un pur Harkonnen, ça devient effectivement de l’exploit de haut vol. Ou alors il y a un sérieux abus d’Epice. Ambitionnerait-il un poste à la Guilde pour se propulser au plus des étoiles gouvernementales ?

19. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:38 par Gyome314

un examen attentif et bienveillant de leur demande de naturalisation

C’en est presque insultant…

20. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:42 par panouf

@ marc: normal, ici c’est juste UN PEU le le meilleur moyen de comprendre le droit pour un mékeskidit

Maitre, comment se fait-il que ce type n’ait QUE DEUX busiris? Meme Rachida aurait pas osé faire un coup pareil!! Franchement, je vous trouve dur avec cet impétrant!! Faites le passer au rattrapage ou alors revoyez sa copie parce que là franchement y a erreur!

21. Le jeudi 15 octobre 2009 à 11:58 par Jeudemollets

Quelle pantalonnade que tout ceci !
Je suis énervé(*) par tous ces mots ringards.
Par respect pour notre République ne Bessons pas les bras (ni le pantalon), ou-nous-soumettrions, camarade, notre honneur à la ruine… et Guissé ce qui pourrait nous arriver !

(*) Eric ou Hervé ? (avec Eric c’est plus dur)

22. Le jeudi 15 octobre 2009 à 12:01 par PM28

Et si notre bien-aimé ministre de l’immigration attendait que la cour d’appel de Rouen ait statué avant de lancer des “plans sur la comète” ?

Pauvre pouvoir judiciaire foulé aux pieds par les ministres de l’intérieur (projet de prolongation de la garde à vue à 96 h pour les délinquants sexuels) ou de l’immigration…!
Il est vrai que la Constitution ne parle pas de “pouvoir” mais d’autorité judiciaire … plus facile à mettre “au garde à vous” ?

23. Le jeudi 15 octobre 2009 à 12:09 par Veterini

Une question me turlupine :

Maître Eolas a t-il su écrire Kwisatz Haderach du premier coup sans se tromper ou a t-il fait du Wikipédia ou du google-fu ?

24. Le jeudi 15 octobre 2009 à 12:23 par sea34101

“Eric BESSON a demandé à ses services de procéder à un examen attentif et bienveillant de leur demande de naturalisation.”

(troll) Vous êtes aigri car vous n’avez pas le monopole du cœur?

25. Le jeudi 15 octobre 2009 à 12:23 par Vieux têtu

Bonjour,
Courteline ne pouvait naître que Français et ce bon vieux père UBU également. Pour l’anecdote, mon fils aîné fêtant ses 18 ans (il y a… 18 ans) nous nous rendons en mairie de Nice pour procéder à ce rencensement militaire en vigueur à cette époque. Nous tombons sur une employée à laquelle mon fils décline ses noms, prénoms, lieu de naissance (La Seyne sur mer, Var, France…) nom du père, lieu de naissance du père… et là… catastrophe, les chaloupes à la mer, le père, votre serviteur, est né en “Algérie” !!! Je fais remarquer -poliment- que le 25 septembre 1946 ces trois départements de 10 millions d’habitants étaient la FRANCE et que mon propre père était né en 1918 à Saint Etienne, France… “non-non, c’est un gros problème, il me faut une preuve de votre nationalité française, ça ne peut pas aller… etc, etc”. Soucieux de calmer les angoisses de la dame, j’exhibe une carte d’identité nationale dûment délivrée par la préfecture locale… rien n’y fait, la CNI m’est balancée sur le bureau “car elle ne prouvait rien” (?) carte contrôlée la veille à un barrage routier “musclé” par force gendarmes et CRS associés. Bref, bien qu’ayant dans la même poche un certificat de nationalité que mon père avait fait établir en mars 1960 (visionnaire mon père…) j’ai alors décidé que cette plaisanterie de mauvais goût avait atteint ses limites, enjoignant à mon fiston de me suivre vers la sortie, ajoutant à la cantonade que grâce à ma nationalité “douteuse” il serait dispensé de service militaire. Gros brouhaha dans le bureau, nous sortons dignement.
Huit jours passent…
Coup de fil du cabinet du maire : “gros malentendu, excuses pour certain excès de zèle, nous avons des directives (déjà ?)… que votre fils veuille bien revenir svp, réserverons meilleur accueil…”. En traînant les pieds (c’est peu dire…) mon fils est alors retourné, il est tombé sur une autre employée devant laquelle il a étalé les états de service de son GRAND-PERE (né à Saint Etienne donc), livret militaire 1939-1945, les écrins de sa croix de Compagnon de la Libération, Croix de guerre 4 palmes, Navy Cross etc… Et tout ce pataquès => pour être réformé ! Je disais Courteline, non, UBU, UBU est (de plus en plus) ROI.
Bien à vous.

26. Le jeudi 15 octobre 2009 à 12:56 par Ben

Si en 1959 un juge de Dakar divorce un couple sénégalais confiant la garde de l’unique enfant à la mère. Aussitôt après l’ex-mari divorcé s’en va vivre à Paris et oublie totalement de s’occuper de son enfant, oubliant même de lui écrire des lettres. Le domicile de nationalité de l’ex-mari divorcé sera-t-il son domicile parisien ou le domicile sénégalais de son enfant ?

Si besoin est, faisons-le épouser en secondes noces une parisienne avant la date fatidique de la loi de 1960. Faisons naître un enfant dans ce nouveau couple avant cette date.

Imaginons que la justice analyse cette situation comme créatrice de nationalité française parce qu’il y a plus de lien familial sur Paris que sur Dakar. On aboutit alors à la conclusion que la République préfère donner la nationalité française à un enfant né au Sénégal qui n’a presque jamais vu son père domicilié à Paris et qui a coupé tous les ponts avec son enfant qu’à un enfant né au Sénégal qui avait de fréquents contacts avec un père qui vivait à moitié sur les deux continents, faisant de fréquents voyages.

Cela donne aussi une curieuse image de la paternité à la française : le bon Français c’est celui qui abandonne son enfant. Celui qui n’a pas abandonné son enfant ne peut être qu’un Sénégalais.

27. Le jeudi 15 octobre 2009 à 13:28 par humaniste

Il a quoi comme explication juridique ?

28. Le jeudi 15 octobre 2009 à 13:29 par humaniste

http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2009/10/14/tatiana-de-rosnay-rejoint-les-radies-de-la-nation j,avait oublié le lien.

29. Le jeudi 15 octobre 2009 à 13:42 par Koudou

Maître, n’y a-t-il pas dans ce simple communiqué tout ce qu’il faut pour un Busiris ? La mauvaise foi, la citation juridiquement aberante…

Peut-être que pour M. Besson il faut inventer un prix à part. On trouvait déjà scandaleux de s’acharner sur un citoyen français qui a servi sous le drapeau et voilà que notre ministre tend un piège afin de pouvoi expulser un jour les enfants de ce monsieur !

Méfiez vous de votre stagiaire. S’il atteint un jour le “niveau” d’Eric Besson il se pourrait bien qu’il vous trahisse.

Ainsi, notre ministre de la baguette mais pas du croissant ” Excellent :D

30. Le jeudi 15 octobre 2009 à 13:57 par gaziel

Mr Besson, à l’instar de la peur, tue l’esprit

j’aime beaucoup votre humour et votre culture maitre

31. Le jeudi 15 octobre 2009 à 13:59 par Tj

Etudiant en 2ème année a Assas (Melun) , présent !

32. Le jeudi 15 octobre 2009 à 14:01 par Ysabeau

En principe, hormis dans le corps d’exception qu’est la Légion étrangère, seuls peuvent ceux qui répondent à ces conditions :
Être de nationalité française et jouir de vos droits civiques. (je cite)
Source : site du ministère de la défense.

Donc s’ils ont été admis dans l’armée française c’est qu’ils sont de nationalité française et cela même s’ils ne sont pas de la bonne couleur. Parce que je me demande si le problème ne vient pas réellement de cela.

Le ministre de la honte devrait changer de conseillers cela dit, ils ne lui font dire et ou écrire que des âneries.

33. Le jeudi 15 octobre 2009 à 14:05 par owbiwoc

“on sent le tissus de l’univers commencer à se dissoudre face à autant de déni de la réalité” : géniale celle-là !

Sinon, on appréciera le mépris du communiqué, simple copié-collé nonchalant qui se moque comme d’une guigne des personnes concernées :
“S’ils ont la possession d’état de français depuis plus de 10 ans”…
“en satisfaisant les exigences légales concernant (…) l’assimilation à la communauté française notamment par la connaissance de la langue”…
“services exceptionnels rendus à la France” : je ne sais si juridiquement s’exposer au feu ennemi fait partie des “services exceptionnels”, mais je suis bien certain que Besson n’en a jamais fait autant pour son pays, cela mériterait un peu plus de considération…

34. Le jeudi 15 octobre 2009 à 14:17 par Tirxu

@ bratisla
Le Kwisatz Haderach devait être un Harkonnen. Plus précisément, le fils de Feyd-Rautha et de la fille de Leto et Jessica (qui a ruiné les objectifs du Bene Gesserit en donnant un fils à son mari). Il devait donc être la synthèse improbable de deux clans ennemis. L’analogie avec le M3I se tient…

35. Le jeudi 15 octobre 2009 à 14:18 par Johan Buret

Mais non ! Sur ce billet, c’est Maitre Eolas lui-même qui mérite presque le prix Busiris
Tout y est : la mauvaise foi, l’opportunisme politique et l’affirmation aberrante et particulièrement présomptueuse que quelques considérations juridiquement justes valent la deuxième année de droit.

Sauf que l’affirmation en question n’est qu’aberrante, et non juridiquement aberrante.

Questions :
- le prix Busiris est-il soluble dans le sarcasme et l’ironie manifeste du propos ?
- ne manque-t-il pas une “marque” sur ce billet de type #jeannotSpartout ?

36. Le jeudi 15 octobre 2009 à 14:48 par olivier

Eric Besson est un drame à lui tout seul, et il doit avoir un fond sadique.

37. Le jeudi 15 octobre 2009 à 15:02 par lapocompris

J’ai lu sur ce blog et sur celui de J.D. Merchet (Secret Défense) des témoignages de plusieurs personnes que l’administration considère comme non-françaises car ayant un ascendant allemand. Est-ce que ces personnes peuvent prétendre à la nationalité allemande ? Si oui, cela leur procurerait-il un quelconque avantage fiscal ?

38. Le jeudi 15 octobre 2009 à 15:19 par spike

Avant toutes choses, Maître Eolas, je tenais à vous féliciter pour ce que vous êtes, pour ce que vous faites, qu’il est rassurant de savoir que dans les postes avancés de la démocratie que sont les juridictions pénales se battent des hommes tels que vous.

Le ton condescendant de ce communiqué rajoute encore au ridicule et à l’absurdité de cette affaire, qu’un homme qui a risqué sa vie pour son pays soit obligé de venir quémander à des ronds de cuirs est une insulte, on peut d’ores et déjà se demander où se situe cette prétendue « bienveillance »… Je ne sais pas ce que Besson prend comme Epices mais personnellement je n’y toucherai pas, cela semble nuire gravement à l’honneur et la probité.

Le seul moyen de sortir de cette ornière, serait de décorer Monsieur Guissé de la Légion d’Honneur avec sa femme présente à la cérémonie, franchement on lui doit bien ça.

Mes félicitations à Jeannot, pour sa récente promotion, et une dernière chose Maître, évitez les chaussures trop cirées, après on se voit dedans… cela fait un gros nez … on prend des coups de soleil…Et puis ce brave Jeannot ne compte pas faire carrière à Cuba.

Cordialement

39. Le jeudi 15 octobre 2009 à 16:06 par Petit pois sournois

Dites, Maître, vous exercez sous quel statut ? Parce que si vous êtes en SCP, faites bien attention que votre stagiaire n’obtienne pas la démission du gérant pour se porter candidat à son remplacement à la prochaine A.G. !

40. Le jeudi 15 octobre 2009 à 16:15 par Caïus

Besson (Eric), c’est vraiment la quintessence distillée du mépris, de l’arrogance et du mensonge par omission. Ne parlons pas du droit, il s’assied dessus inconsciemment car il ne doit pas connaître ce mot. Pardon ? Il y a un oubli ? Ah oui, et même deux oublis : ajoutez de la trahison et de l’arrivisme.

Ce type est une honte pour la République

41. Le jeudi 15 octobre 2009 à 16:22 par Sparky

Plus ça va, plus je m’interroge : la République française mérite-t-elle des ressortissants de l’acabit du Brigadier Guissé, de Madame de Rosnay ou des autres cas évoqués… Devenir compatriote d’Eric Besson, c’est pas tellement glorieux finalement…

42. Le jeudi 15 octobre 2009 à 16:40 par Leslie

Hélas, on a les dirigeants que l’on mérite. Combien mettront encore leur vote dans l’urne qui auront pourtant largement conspué ces …machins (Je n’ai pas de mot qui soit suffisamment poli ) ?

Sinon…un lecteur de Herbert… je ne m’étonne plus que ce blog me plaise !

43. Le jeudi 15 octobre 2009 à 16:53 par h16

Cette République n’en finit pas de me surprendre. C’est un concentré de n’importe quoi qu’on dilue tous les jours un peu plus pour redonner au nimporte quoi son volume (éléphantesque) initial avant concentration.

Touillons.

44. Le jeudi 15 octobre 2009 à 17:07 par Kharkov

Un doute m’étreint…

Si on appliquait les arguments de M. Besson à notre Président, ce dernier serait-il encore Français ?
Parce que à part sa grand-mère maternelle, le reste me semble bien trop étranger.

J’espère qu’il y aura un fonctionnaire pas trop occupé pour se pencher sur ce cas, d’urgence.

;-)

45. Le jeudi 15 octobre 2009 à 18:41 par Un odieux galopin

Merci pour cette analyse maître.

Un intéressant geste du ministre : “Comme je suis bon, mes services se montreront bienveillants envers ce gueux”, merci mon doux seigneur.

Cependant, je me demande bien qui est ce mystérieux Jeannot. Mais vous faites bien de l’aider, comme le disait une amie, Isabelle B. : “Ce serait bien qu’il aie un diplôme ; on ne sait jamais ce qui peut arriver”.

46. Le jeudi 15 octobre 2009 à 19:03 par Max

Trois citations :

La première reprise du Cave se rebiffe (film dialogué par Michel Audiard), reprise ici à l’encontre d’un certain ministre : “Si la connerie se mesurait, on l’exposerait à Sevres”.

Une autre de Jeannot lui même “J’ai compris que lorsqu’on s’appelle S., les choses sont parfois plus difficiles” NB : S est son nom de famille, qu’il faut ici deviner.
Je trouve ca drole de la part d’un homme qui doit toute sa précoce réussite uniquement à son nom de famille.

La dernière, à propos de Jeannot, par Bernard Thibault : “Encore un érudiant contraint de travailler pour payer ses études”.

47. Le jeudi 15 octobre 2009 à 22:17 par Hostiarii

Je suis, personnellement, impatient qu’un journaliste interroge M. Besson pour savoir quel a son “choix de fondement de la Nationalité française”, lui qui, à ma connaissance, est né au Maroc (Marrakech), d’une mère libanaise…

48. Le vendredi 16 octobre 2009 à 00:04 par Toto

En somme, maître, vous suggérez que Besson dispose de son propre champ de distorsion de la réalité ?

Effectivement, je ne vois qu’une sorte de Kwisatz Haderach pour y parvenir.

49. Le vendredi 16 octobre 2009 à 08:09 par jean-luc m

(oups je m’étais trompé d’article cela va mieux sous le texte ci dessus)

En aparté, Ce n’est pas bien Maître de se moquer d’un futur confrère.
Monsieur Jean Sarkosy fière de sa première année de droit, pourra se faire inscrire au Barreau, (comme son papa) …. dès qu’il sera élu député en 2012. Cela ne vaut vraiment pas la peine de passer des années à suivre des études “inutiles” alors que c’est si facile de passer par la fenêtre… Je pense que cela fera tousser quelques personnes mais légalement c’est tout à fait possible.
Ne vous en faites tout de même pas vous ne le verrez jamais dans des prétoires lui, il fera des choses intéressantes et rentables financièrement….Les fusions acquisitions sont moins complexes que le Droit de la nationalité….et on reste entre des “gens comme il faut”.

J’ajouterai même que c’est probable que cela se passe comme cela, le père et le fils ont déjà du y avoir pensé.

50. Le vendredi 16 octobre 2009 à 10:45 par Jeannot

Même si je dois regretter que Maïte Eolas a commis une légèreté en citant ainsi publiquement cet échange qui ressort du secret de formation, je puis vous affirmer que ce premier étalage public de mes grandes qualités juridiques sera le dernier ! A la Défense, on m’a déjà expliqué que de toutes les manières, un bon pitch média et quelques services rendus étaient souvent bien plus efficaces qu’une armée d’avocats.

51. Le vendredi 16 octobre 2009 à 11:23 par Bob

Ce qui m’effraie là-dedans : pourquoi punir les enfants pour une erreur (pas un délit, pas un crime, juste un dossier mal rempli) commise par leur père avant même leur naissance ? Combien de générations peut-on remonter comme ça ? Si on remonte assez loin, nous sommes tous des descendants d’immigrés.

52. Le vendredi 16 octobre 2009 à 11:40 par tschok

@ Bob, com 51

Selon de vieux souvenirs d’une étude INSEE: à deux générations, environ 12,5% des français ont au moins un ancêtre étranger.

Soit 1/8ième. Un français sur 8 est un salaud d’étranger qui s’ignore? Donc potentiellement un traitre? Y compris s’il est militaire et s’est battu pour la France?

Heureusement non, il suffit d’avoir un ancêtre français dans la lignée (directe): être français ne se mérite pas, c’est une maladie contagieuse (youpi: après la grippe A, voilà la grippe française!).

A rapprocher de la législation anti juive: avoir un ancêtre juif dans la lignée suffit à exclure, y compris l’ancien combattant.

Cette affaire incite à faire le parallèle et ce n’est pas un bien.

53. Le vendredi 16 octobre 2009 à 14:35 par Vrynn

Besson en Kwisatz Haderach ? Trop d’honneur pour lui… Il ne serait pas capable d’administrer la moitié du jardin d’Arakeen alors l’univers… L’immigration de la France ? Que nenni… Je m’offusque !

Pour rester dans l’univers d’Herbert, je le trouverai plutôt des ressemblances avec des Harkonnens. Et pas le coté “noble”. Plutôt dans l’esprit de Raban mais en moins gradé.

Y a des coup de Kryss qui se perdent quand on voit un type déblatérer autant d’horreurs.

PS: Ceux qui n’ont pas lu “Dune” n’ont sûrement pas compris les images… Désolé :(

54. Le vendredi 16 octobre 2009 à 15:19 par Erwan

En parlant d’Eric Besson, il était ce matin sur France Inter et a affirmé avec force et vigueur que JAMAIS personne n’avait été inquité pour avoir aidé une personne en situation irrégulière.
Acharnement thérapeutique, ou méthode coué ?

55. Le samedi 17 octobre 2009 à 09:54 par N. Holzschuch

@tschok, en 52 :

Puisqu’on est chez Eolas, on me pardonnera de donner un pointeur vers un article scientifique :

http://www.cairn.info/revue-populat…

Selon le dépouillement par l’INSEE du recensement de 1999, 23 % de Français ont au moins un grand-parent d’origine étrangère, soit 13,5 millions de personnes. “Grand-parent d’origine étrangère” ça recouvre énormément de cas fort divers, de Tatiana de Rosnay à Michel Platini… ou Jean Sarkozy.

56. Le samedi 17 octobre 2009 à 11:49 par lambertine

A Tirxu :

Etant donné que Jessica est une Harkonnen de sang, on peut dire que le Kwisatz Haderach en est un par sa mère, non ? (à moins que l’ascendance maternelle ne compte pas. Au fait, peut-on être Français par les femmes ?)

57. Le samedi 17 octobre 2009 à 12:59 par tinou

toupétude, mais c’est mignon tout plein ce nouveau mot-là. Je vous en attribuerait bien la paternité, maître, mais une brève recherche dans Google fournit une preuve d’un usage antérieur (et plutôt amusant) de ce nom commun. :-)

58. Le samedi 17 octobre 2009 à 13:07 par Fourrure

Sur un écran large, le texte sous l’image passe à côté, et c’est vraiment le bordel.

Et à part ça ? Non, rien, mais merci.

59. Le samedi 17 octobre 2009 à 19:18 par Leslie

J’entends parler, de plus en plus, de cas de gens dont on conteste la nationalité à posteriori. Une de mes connaissances sur le net pârlait même d’ennuis pour renouveler des papiers à cause de la nationalité d’un de ses grand père…

C’est une illusion d’optique ou ça devient du grand n’importe quoi ?

60. Le dimanche 18 octobre 2009 à 01:43 par Alex K

J’applaudis à ce dialogue dans la plus pure tradition de maieutique des dialogues socratiques cher Eolas!

61. Le dimanche 18 octobre 2009 à 11:43 par Anthropia

Excellent papier. Un peu d’humour, ça fait du bien.
Et puis sur Jeannot, quelle rigolade.

En attendant, le plan média de l’Elysée tombe de plus en plus souvent à l’eau, vous ne trouvez pas ?

http://anthropia.blogg.org

62. Le dimanche 18 octobre 2009 à 15:05 par katioschka

J’apprends que désormais toute personne née en France de parents Français mais nés à l’étranger doit prouver sa nationalité française. Comme Nicolas Sarkozy quoi ! Lui a-t-on demandé de prouver sa nationalité ?

63. Le dimanche 18 octobre 2009 à 15:25 par greg971

donc, résumons la loi française, si je comprends bien, toute personne dont la couleur de peau est plus foncée que celle d’un sarkozy doit justifier de sa nationalité à défaut de quoi il sera recherché si ses ancètres ont acquis légalement la nationalité???
c’est que je m’inquiète, mon arrière-grand mère étant entré illégalement en france pour se réfugier des combats de son pays, en plus si elle est rentrée enceinte sans le papa, il n’y a qu’un pas pour qu’ils expulse mon grand-père et son fauteuil roulant

64. Le dimanche 18 octobre 2009 à 17:01 par Saluki

Le “deux colonnes ” est un foutoir, mais à tout prendre je le préfère à la « cinquième colonne ».

65. Le dimanche 18 octobre 2009 à 17:04 par Saluki

Je suis mal barré.

Officier, habilité “secret défense” durant mon service national, Français “par déclaration” alors que j’étais gamin, né en France de parents italiens qui ont fui le fascisme dès sa mise en ouche, je sens mal le renouvellement de ma CNI.

66. Le lundi 19 octobre 2009 à 09:45 par Tuesd

@63
Non non meme si vous avez la peau claire, vous n’etes pas à l’abri. Voyez les exemples dont on parle ici, ceux qui ont des ancètres allemands tendent probablement plus vers le blond que Nicolas =)

67. Le lundi 19 octobre 2009 à 11:25 par PEB

Et les Nagy-Bocsa, est-on bien sûr de leur nationalité?

Ça me rappelle la scène du mariage dans le film la Chute où ce qu’il restait de Bourgmestre à Berlin demandait à Eva Braun et à Adolf Hitler, en application des lois du Reich, s’ils étaient bien d’ascendance aryenne.

68. Le lundi 19 octobre 2009 à 15:02 par tschok

@ Com 55;

Oh peuchère!

J’étais loin du compte!

69. Le lundi 19 octobre 2009 à 18:56 par pendragon

pour le Kwisatz Haderach, cher maitre des lieux, je rappelle qu’il ne fonctionne bien que s’il est défoncé à l’épice de not’ bonne vieille planete dune

serait-ce une révélation sur les habitudes psychotropes de besson, qui non seulement trahirait ses idéaux, mais qui plus est dans un état second ?

70. Le mardi 20 octobre 2009 à 10:30 par Leslie

Encore faudrait il, cher Penrdagon, qu’il en ait eu, des idéaux…

Ce qui reste à prouver, tant le passage d’un extrême à l’autre le temps d’un retournement de veste me paraitrait improbable s’il en avait eu un tant soit peu…

71. Le jeudi 22 octobre 2009 à 20:30 par bar

Oooooh punaise!

Le dernier communiqué de Besson, sur les trois afghans expulsés dans des zones pas si sûres que ça selon certains, est complètement hallucinant. Extraits :

“La mise en avant d’exactions dans telle ou telle région ne suffit pas à caractériser leur situation sécuritaire.”

C’est claire merde, des exactions, dans un pays en guerre, vous vous attendiez à quoi!

72. Le samedi 24 octobre 2009 à 12:31 par marc

en regardant ça se dispute ce matin sur itélé, le zemmour en a encore fait des tonnes sur la passivité des juges dans les procédures d’expulsion…

pathétique as usual…

73. Le lundi 2 novembre 2009 à 17:15 par Finntroller

Pour un béotien comme moi, la lecture de tes billets est un vrai régal. Comme quoi on peut faire des choses sérieuses sans pour autant se prendre au sérieux.

Merci d’exister mister Eolas !

74. Le samedi 7 novembre 2009 à 16:19 par Swegnom

En vertu du double droit du sol, étant alsacien et comme mon grand-père est né en 1917, à Strasbourg donc sur sol allemand, celà remet-il en question ma nationalité?!

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact