Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Prix Busiris pour Éric Besson

Je serais Rachida Dati, je me ferais du souci pour mon record (et accessoirement, pour ma prestation de serment, mais passons) car nous avons avec Éric Besson de la graine de champion.

Portrait d'Éric Besson, dont la tête penche légèrement à droite. Photo ministère de l'Oriflamme et des Sarrasins.

C’est par une ordonnance rendue ce jour que le président de l’Académie a décerné le prix sans qu’il soit besoin de réunir une formation de jugement, tant il était manifestement mérité.

Les propos primés ont été tenus à Libération (papier signé “service Société”). Chaque réponse est un véritable bijou. Je vais donc devoir citer la totalité de l’article, je compte sur la compréhension du Service Société de Libération.

Les questions de Libération sont en caractères gras.

Début de citation.

Pour la première fois, le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) vous met en garde et exige que les réfugiés kurdes puissent bénéficier d’un examen complet de leur situation.

Le HCR n’a pas mis en garde la France. Il lui a demandé que chacune de ces personnes puisse bénéficier d’un examen individuel de sa situation, ce qui est le cas. La France respecte l’ensemble des demandes du HCR.

Mes lecteurs reconnaîtront d’entrée de jeu la technique dite de la négation des faits qui dérangent.

Voyons le communiqué du HCR (je graisse) :

Le HCR appelle les autorités françaises à s’assurer que toutes les personnes sollicitant la protection de la France puissent accéder à une procédure d’asile leur permettant de bénéficier d’un examen complet et équitable de leur demande assorti de la possibilité de présenter un recours suspensif en cas de décision négative. (…)

Tout en reconnaissant que les contrôles aux frontières sont essentiels pour combattre, notamment, la criminalité internationale, y compris la traîte d’êtres humains, le HCR souligne combien il est important que des mesures pratiques soient adoptées et mises en oeuvre permettant d’identifier les personnes ayant besoin d’une protection internationale afin que ces contrôles n’aboutissent pas à l’expulsion de réfugiés vers leur pays d’origine où leur vie ou leur liberté, pourraient être en danger.

Comme le soulève à juste titre Libé, ce communiqué est une première. Le HCR n’a pas l’habitude de publier des communiqués édictant des évidences. Et il y a bien mise en garde dans le second paragraphe : “Attention à ne pas prendre de décision d’expulsion à la légère”. Éric Besson dit que c’est ce qu’a fait la France : mes lecteurs supputent aussitôt qu’il n’en est donc rien. Ils ont raison, bien sûr.

En les orientant en rétention, l’examen de leur situation sera fait en urgence dans un délai de cinq jours au lieu de vingt et un…

Petite erreur de Libé : pas cinq jours, quatre, au lieu de quinze et non vingt et un. Et pas quatre jours, mais 96 heures exactement (ça ne se compute pas de la même façon). Pour les autres demandeurs, il n’y a pas de délai, l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) traite le dossier en 3-4 mois (source : rapport d’activité 2008 de l’OFPRA, p. 32); toutefois le préfet qui reçoit la demande peut décider que le dossier devra être traité prioritairement en 15 jours. L’OFPRA n’a pas son mot à dire. Art. R. 723-3 du Code de l’Entrée et du Séjour et du Droit d’Asile (CESEDA). L’abus de ces procédures prioritaires est une plaie, mais le juge administratif y a récemment mis le hola. On y reviendra. Écoutons le lauréat.

L’examen de chaque situation individuelle a commencé dès le début de la procédure, à Bonifacio, puis dans les centres de rétention administrative. Par ailleurs, les personnes qui déposeront une demande d’asile en préfecture verront cette demande instruite par l’Ofpra en procédure normale, et non en procédure accélérée comme le prétendent certains.

Voici le cœur des propos qui entraînent le Busiris.

C’est extraordinaire. Éric Besson ose affirmer que, conformément à la demande du HCR, chaque situation individuelle sera examinée alors que les 147 kurdes ont été placés en centre de rétention.

Or pour entrer en centre de rétention, il faut obligatoirement un sésame préalable dont la liste est à l’article L.551-1 du CESEDA : ici c’est le 3° : un arrêté de reconduite frappant un étranger ne pouvant quitter le territoire immédiatement. Donc face au HCR qui lui dit : “attention, examinez bien chaque situation individuelle, de peur de renvoyer à la mort un vrai réfugié”, Éric Besson répond : “mais bien sûr, à présent que j’ai ordonné qu’ils soient renvoyés dans leur pays d’origine, on va pouvoir examiner chaque situation individuelle”. Et il le fait sans se marrer, notez bien.

Franchement, je vous le demande, contre quoi le HCR pourrait-il avoir envie de mettre en garde la France ?

Le festival continue.

Pourquoi ne pas avoir dirigé les réfugiés vers un centre d’accueil plutôt qu’en rétention ?

La loi prévoit en effet que les demandeurs d’asile peuvent être accueillis dans des Cendre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA, prononcer kada), gérés par des associations agréées.

Nous ne disposions pas immédiatement de 124 places adaptées dans les centres d’accueil de demandeurs d’asile. Il n’était pas possible de faire attendre ces 124 personnes, avec des familles, des femmes enceintes et des enfants en bas âge, dans un gymnase.

Ben oui, les gymnases, c’est fait pour vacciner. Là attention, on touche au pinacle :

Et en les accueillant dans les centres de rétention, ces personnes ont pu immédiatement bénéficier d’un examen médical complet, des services d’un interprète, d’un accompagnement dans l’exercice de leurs droits et d’un hébergement adapté. Ce placement a aussi permis aux services de police et de gendarmerie de poursuivre leurs auditions dans le cadre de l’enquête judiciaire contre la filière clandestine.

J’adore le “en les accueillant dans les centres de rétention”. Ou comment faire passer une prison pour un hôtel. Un centre de rétention n’est qu’une chose : une salle d’attente avant l’embarquement. Certainement pas un point d’accueil. C’est la police aux frontières qui les garde, et les gentils membres n’ont pas le droit de sortir. Et on apprend au passage que “l’examen individuel” de chaque situation est en réalité une audition comme témoin dans une enquête judiciaire contre un réseau de passeurs.

Le placement en rétention d’enfants a été plusieurs fois sanctionné par la justice.

Aucun enfant n’a jamais été placé seul en centre de rétention.

C’est plus un festival, c’est une bacchanale ! Encore heureux qu’aucun enfant n’ait jamais été placé seul en centre de rétention, puisque seul un étranger en situation irrégulière peut être placé en centre de rétention ; or un mineur ne peut pas être en situation irrégulière, seuls les majeurs étant tenus d’avoir une autorisation de séjour. Placer un mineur seul en centre de rétention constituerait le crime de séquestration arbitraire.

Le placement de familles est en revanche parfaitement autorisé, en application de la Convention internationale des droits de l’enfant, qui prévoit que l’intérêt supérieur de l’enfant est de rester avec sa famille.

Un groupe de policier escorte une famille avec trois enfants après une audience de reconduite à la frontière au tribunal administratif de Cergy Pontoise. Photo :  AFP/Jack Guez Absolument. C’est l’argument invoqué par l’administration pour placer des enfants, parfois des nouveaux nés en centre de rétention : ce serait inhumain de séparer les familles. En négligeant le fait que les familles n’ont rien demandé et ne font de tort à personne, et qu’on pourrait leur foutre la paix, ce qui est une solution économique et respectueuse de la Convention internationale des droits de l’enfant. Malheureusement, le juge administratif valide ce point de vue.

Et une pierre dans le jardin de la gauche :

C’est pourquoi le gouvernement de Lionel Jospin a décidé d’aménager des espaces dédiés aux familles dans les centres de rétention. Et il a bien fait.

50124.jpg

Si les juges des libertés et de la détention décident de libérer tous les Kurdes, les orienterez-vous vers un centre d’accueil ? (C’était avant que les JLD ne libèrent TOUS les Kurdes en constatant l’illégalité de la procédure, NDLR)

Les dispositions ont été prises pour que les migrants amenés à quitter les centres de rétention soient immédiatement pris en charge par les services de l’Etat et qu’un hébergement leur soit proposé, en partenariat avec la Croix-Rouge.

Ah, donc une solution alternative au placement en centre de rétention était possible, finalement ?

Dans l’affaire des Afghans de Calais, le Conseil d’Etat a estimé que vous aviez porté une atteinte illégale et grave au droit d’asile.

Il y a des moments où Éric Besson ne peut plus nier la réalité.

Le Conseil d’Etat a effectivement jugé que pour les personnes interpellées lors du démantèlement de la «jungle» en septembre 2009, les demandes d’asile ne pouvaient pas être traitées selon la procédure accélérée. C’est pourquoi j’ai indiqué que les personnes interpellées en Corse, le 23 janvier, qui déposeront une demande d’asile en préfecture verront cette demande instruite en procédure normale, et non en procédure accélérée.

On dit prioritaire, pas accélérée. Mais là encore, c’est superbe : ceux qui déposeront une demande en préfecture verront leur dossier examiné selon la procédure de droit commun comme l’exige la loi. L’homme qui vous dit ça a juste avant pris la décision de placer en centre de rétention TOUS les demandeurs d’asile potentiel, s’assurant ainsi qu’aucun ne pourra déposer sa demande en préfecture. Ainsi, leur éventuelle demande ne sera pas traitée en 15 jours, selon la procédure prioritaire qui serait illégale, mais en… 96 heures, selon la procédure applicable en rétention. Elle est pas belle, la vie ?

Rappelons le piteux épilogue à cette ignominie nationale : les juges des libertés et de la détention ont découvert avec stupeur que les arrêtés de reconduite à la frontière ont été notifiés sans placement préalable en garde à vue, ce qui est complètement illégal, et ont remis en liberté tous les Kurdes concernés. Afin d’éviter de se faire bananer autant e fois devant le tribunal administratif (avec à chaque fois au moins 500 euros à payer en frais d’avocat), le ministre de l’immigration et de l’incompétence a rapporté, c’est à dire abrogé rétroactivement ses cent vint et quelques arrêtés. Sa tentative de les renvoyer vite fait en Syrie a avorté. Tiens ? C’était pas contre cette tentative éventuelle que le HCR avait mis la France en garde ?

L’ensemble de ces propos est donc logiquement récompensé d’un troisième prix Busiris, sous les yeux abondamment mouillés de larmes de Marianne.

Je vous laisse, je vais débattre de l’identité nationale avec mon préfet.

La discussion continue ailleurs

1. Le mercredi 27 janvier 2010, 13:59 par cmaussan

cmaussan's status on Wednesday, 27-Jan-10 12:59:25 UTC

Félicitations ! T'es vraiment le meilleur ! LOL http://bit.ly/acMg1a...

Commentaires

1. Le mercredi 27 janvier 2010 à 02:46 par (ne pas confondre)

Cet homme nous fait honte.

2. Le mercredi 27 janvier 2010 à 03:09 par Malapris

Cher maître,
dans le vocabulaire présidentiel actuel, on ne dit plus “seront expulses” mais seront “raccompagnes” comme s’il s’agissait d’une balade, voire d’un voyage d’agrement. Elle est pas belle la vie au pays de Besson et Sarkozy?
On est vraiment trop bons.

3. Le mercredi 27 janvier 2010 à 03:39 par Il Palazzo-sama

Je ne commenterai pas cet article.

Raison invoquée : m’éviter d’être poursuivi par M. Besson au titre de l’article 433-5 du code pénal.

4. Le mercredi 27 janvier 2010 à 05:10 par Mathaf Hacker

Voyons, où pourrions-nous reconduire Besson… Au Maroc, au Liban ? Aucun parquet n’a pu faire appel de la décision du JLD, tellement le dossier était pourri. Est-ce que le Busiris interdit l’admission au barreau de Paris ? Question à creuser avec le Conseil de l’Ordre.

5. Le mercredi 27 janvier 2010 à 06:48 par berli, de passage…

Je félicite chaleureusement Monsieur le Ministre pour ce prix, largement mérité.
D’autant qu’il l’avait loupé une fois de façon un peu limite.
Mais n’avait-il un Prix Pinocchio, déjà ? On peut cumuler ?

6. Le mercredi 27 janvier 2010 à 07:07 par pfelelep

Hélas, un prix Busiris pour l’un qui signifie beaucoup de malheur pour d’autres.

Merci pour ce billet maitre. Une question: comme vous le précisez en début de post, vous citez l’article de Libé dans son intégralité; est-ce que Libé est en mesure de vous le “reprocher”? Il m’a semblé que seules les citations, les extraits sont autorisés. Ou avez-vous un accord tacite avec eux?
Et quid de la compréhension du “Service Société” de Libération?

merci

7. Le mercredi 27 janvier 2010 à 08:01 par Pea n°251

“le ministre de l’immigration et de l’incompétence a rapporté, c’est à dire abrogé rétroactivement ses cent vint et quelques arrêtés. “

Petite précision : ce n’est pas le ministre qui retire mais le préfet, puisque c’est le péfet qui prend l’arreté de reconduite. Mais là n’est pas l’essentiel : le ministre dit qu’il a demandé aux préfets de retirer leurs arretés. ça, c’est ce qu’il a été annoncé. Ce qui a été fait, c’est que seuls les arretés qui n’ont pas fait l’objet d’un recours (non encore jugé) devant le juge administrative ont été retirés. Je n’ai pas les chiffres, mais ça en limite considérablement le nombre.

8. Le mercredi 27 janvier 2010 à 08:15 par Robi

des familles, des femmes enceintes et des enfants en bas âge (…) dans les centres de rétention (…) un hébergement adapté.

Le jour où il y aura un problème de logement de fonction, on saura quoi proposer.

9. Le mercredi 27 janvier 2010 à 08:17 par Passant

Je ne comprends pas très bien : à quoi s’attendait-on en élisant Nicolas Sarkozy Président ?

10. Le mercredi 27 janvier 2010 à 08:21 par Le¨_Pompiste

Il faut reconnaître que si les Kurdes étaient menacés dans un pays quelconque, ça se saurait. Après la pendaison d’Ali le Chimique, ils doivent se sentir en sécurité en Iraq, assis qu’ils sont sur les gisements pétroliers convoités, ceux d’Iran nagent dans le bonheur islamique, ceux de Turquie sont des citoyens de troisième zone en rébellion depuis des décennies pour pouvoir parler leur langues et s’habiller selon leurs coutumes… ceux de Syrie n’ont donc que l’embarras du choix pour un accueil sympa.

11. Le mercredi 27 janvier 2010 à 08:32 par Killerjeff

Monsieur le président de l’Académie Busiris, ne pensez-vous pas qu’il y ait un concours entre différents ministre pour recevoir votre prestigieux prix ? Car sinon comment un humain sain d’esprit pourrait dire autant de contre-vérité et de mensonge en si peu de mots ?

12. Le mercredi 27 janvier 2010 à 08:37 par Blux

@Passant :
à quoi s’attendait-on en élisant Nicolas Sarkozy Président ?
Sûrement pas à nommer un socialiste comme ‘Judas de la porte d’entrée de la République’ (c)(reg)(tm)Eolas
Mais il est bien connu que zélateur rime avec prosélyte…

La France, première destination touristique du monde…
La France, pays des droits de l’homme…
La France, tout le monde nous l’envie…

Je vous laisse, je vais vomir :-((

13. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:04 par Simone

Bravo, Eolas, pour les photos d’illustration de votre papier. Il serait certainement intéressant de savoir dans quel contexte ces images ont été prises. Ceci dit, on ne doute pas une seconde du message que vous avez voulu faire passer à vos lecteurs. A force de disséquer les discours des responsables politiques, vous commencez à adopter leurs méthodes les moins glorieuses.

14. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:05 par Captp

Décidément, ce garçon va finir par faire de l’hyperventilation à force de mentir comme il respire… et l’hyperventilation, ça peut finir en psychoses…ce qui expliquerait peut-être cela.
Car sinon comment un humain/sain d’esprit pourrait dire autant de contre-vérité et de mensonge en si peu de mots ?

Rayez la mention inutile… pour ma part je n’ai pas encore décidé quoi rayer.
Avant tout, je vais vomir, comme les autres.

15. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:12 par Phd_graduated

Cher Maitre, ne serait-il pas temps, devant un tel festival, d’ajouter des distinctions supplémentaires au Busiris ? Genre, comme pour les as de l’aviation, une distinction de pirouette en chef pour 5 Busiris, ou un Busiris à pipeau d’or pour plusieurs Busiris enchaînés dans la même interview ?
Je suis content de faire de la sismologie, au moins personne ne tente d’imposer sa réalité sismique en distordant le tissu de l’espace-temps, contrairement à notre ministre qui en est carrément à faire des trous de ver dans l’espace-temps juridique …

16. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:13 par Javi

@Simone: qu’est-ce que vous leur reprochez à ces images? Elles sont tout à fait normales dans le contexte du droit des étrangers!
Si vous ne voulez pas voir ce genre de choses, évitez de voter pour Sarkozy…

17. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:16 par Zorglub

Il fut un temps où pour envahir un pays il fallait se battre.

Maintenant, il faut des avocats et des juges.

18. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:28 par Lo

C’est à croire que nos prisons sont accueillantes et que quand un réfugié vient demander l’asile en France il n’y a pas de meilleur endroit pour l’accueillir et le faire patienter qu’un centre de détention.

Eric Besson en parle comme s’il était normal qu’une personne qui attend une réponse de l’administration soit hébergée en prison.

Je propose que la prochaine fois qu’un chef d’état vient en visite en France (au hasard Kadhafi) nous l’accueillions dans une prison. Et que lors d’une visite en province de notre ministre de l’immigration, le préfet de région lui réserve une couchette dans une cellule.

19. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:34 par Van der Waals

@ Simone #13
C’est dans les propriétés de l’image (au moins pour celle de droite)
“Un groupe de policier escorte une famille avec trois enfants après une audience de reconduite à la frontière au tribunal administratif de Cergy Pontoise. Photo : AFP/Jack Guez”
Pour celle de gauche rien par contre.

Et je crois me souvenir que la petite fille en rose est isolée des parents par les policiers pour éviter que ceux-ci ne s’enfuient en laissant leur gamine. Comme ça pas besoin de forcer les parents à suivre, il suffit juste de diriger la petite…

20. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:41 par Eusebius

commentaire énervant : typo à l’antépénultième paragraphe (“cent vingt”).

21. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:43 par whatever

@ Simone #13

faut suivre

allez voir les anciens billets d’Eolas sur droit étrangers, rétention, etc… pour commentaires sur cette photo

22. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:44 par Fantômette

@ Simone,

Eolas a déjà publié la photo du haut, dans le billet suivant. Descendez en bas du billet, vous trouverez les explications que vous cherchez.

Ceci dit, je ne doute pas une seconde du message que vous avez voulu faire passer dans votre commentaire.

Et je ne doute donc pas non plus une seconde de la vanité de la réponse que je vous laisse.

23. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:44 par Severe

Bonjour,

Moi, ce qui me sidère, c’est que M.Besson puisse se permettre d’inciter à bafouer allègrement les lois françaises, et, une fois pris la main dans le sac, admettre/nier ( oui, c’est paradoxal, mais il y réussit ) et s’en tirer juste avec un prix ironique.

Je me dis que là, cela a été médiatisé, d’où le rétro-pédalage. Mais s’il n’y avait eu qu’une seule famille?

J’espère que le Net restera libre, et que M.Eolas n’aura pas besoin de l’aval du gouvernement avant de poster.

P.S. le regard des enfants fragiles en pyjama qui observent le puissant représentant de la loi en uniforme, ce mélange d’innocence, d’intérêt pur en opposition de ce que représente le décor des portes rapprochés et à seuil haut, est poignant. Où puis-je trouver l’image?

24. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:46 par Vivien

“Je vous laisse, je vais débattre débattre de l’identité nationale avec mon prefet”
Il est bien patient, votre prefet… Vous dormez, de temps en temps, maitre?
Merci pour ce billet.

25. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:49 par Marvin

“Le Mercredi 27 janvier 2010 à 09:16 par Zorglub
Il fut un temps où pour envahir un pays il fallait se battre.
Maintenant, il faut des avocats et des juges.”

Ouh mon Dieu, Ossecour! Des hordes de Kurdes sanguinaires nous envahissent!
Tremblez dans les chaumières!!

Vite! Jean-Marie, Marine, Bruno, Phillipe, Nicolas, Luc sauvez nous !!!

26. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:53 par melianos

Toujours bien expliqué, en détail, c’est ce qui rend ce blog si agréable.

Juste pour offrir une petite défense d’Eric Besson (petite hein, juste sur un point),
il est tout à fait possible que la solution alternative de placement des gens n’ait pas été prête dès leur arrivée sur le sol français.

Remarquez que je ne dis pas que le placement en centre de rétention était la meilleure solution :)

27. Le mercredi 27 janvier 2010 à 09:54 par Ysabeau

Je me demande si un même n’aurait pas été tout à fait à sa place dans cette phrase devant le nom :
Il y a des moments où Éric Besson ne peut plus nier la réalité.

Je pinaille, mais j’aimerais bien que la presse soit plus pointilleuse dans ce genre d’affaire afin de bien montrer au public ce qui se passe réellement.

Pour ceux qui pensent qu’ils n’y aucune raison que la France accueille ces personnes (et en paie les frais), je signale que les patrons des très grandes entreprise françaises qui sont de véritables chasseurs de primes publiques tout en délocalisant à qui mieux mieux coûtent beaucoup plus cher au denier public et d’une et de deux cette politique de reflux de l’immigration coûte aussi sans doute nettement plus cher à tous point de vue que l’accueil des réfugiés.

28. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:02 par Photine

Et il le fait sans se marrer, notez bien.

Besson est un poisson, un animal à sang froid.

29. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:02 par Simone

Fantômette (22)
je ne doute pas une seconde du message que vous avez voulu faire passer dans votre commentaire
Comme, de mon côté, je ne doute pas une seconde du message que Maître Eolas a voulu faire passer en choisissant ces illustrations. Un certain nombre de clichés, concernant les kurdes corses (objet du présent papier), ont été pris et publiés. Eolas aurait certainement pu choisir l’un d’entre eux. Ce n’est pas le cas, “bizarrement”.
C’était une simple remarque de ma part qui ne remet cependant pas en cause le fond du papier du maître des lieux.

30. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:13 par Zorglub

Le gouvernement anglais estime que, sur une vie, le coût à la collectivité d’un immigré est de 1.000.000 €.

L’accueil de ces personnes fait baisser les salaires et les conditions de travail.
Ils sont l’outil non conscient de la précarisation et de l’appauvrissement de la société française.
De plus, l’afflux d’un grand nombre de personnes immigrées avec une faible qualification met une pression importante sur les prestations sociales.

31. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:14 par passant

au TA de Marseille,
le juge de la reconduite à la frontière a constaté le non lieu à statuer ( du fait de l’abrogation par le préfet de Corse) avec condamnation dudit préfet à 600 euros de frais exposés et non compris dans les dépens.

32. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:15 par chiara

@ Simone : mouais, le message à faire passer à mon avis il figure en toutes lettres :
on pourrait leur foutre la paix (aux familles), ce qui est une solution économique et respectueuse de la Convention internationale des droits de l’enfant

je le trouve logique, sensé, respectueux de l’humanité… après, effectivement si on décide que le convention des droits de l’homme ne vaut rien (j’ai déjà entendu des phrases du genre “ils nous font chier avec leurs droits de l’homme”, si si je vous jure), il faut d’urgence refaire la constitution…

33. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:19 par Taz

J’attendais avec un impatience un article de votre part sur ce sujet afin de nous éclairer.
Je suis ravi par vos explications mais horrifier par la manière dont nos ministres (entre autres) osent mentir et nous jettent de la poudre aux yeux.
Il est dommage que le journaliste ayant fait cette interview n’ait votre connaissance du droit ou n’ait osé le renvoyer face à ces contradictions.
Si vous étiez publié dans un quotidien ce serait fort “rigolo” :D

34. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:37 par Dubitatif

Ce prix démontre la nécessité d’en inventer un autre.

Un Busiris, cela convient aux sujets légers, où l’ironie peut l’emporter.

Là nous sommes dans l’abjection, pure et simple, qui devrait relever d’un autre nom.

Et même, faut-il un prix pour la qualifier?

Sans vouloir comparer avec les années d’occupation, Laval prévoyait aussi que “l’intérêt supérieur de l’enfant soit de rester avec sa famille”. Les circonstances et la finalité diffèrent radicalement, mais il est quand même des rappels utiles.

35. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:38 par Simone

Taz (33)
horrifier par la manière dont nos ministres (entre autres) osent mentir et nous jettent de la poudre aux yeux
J’espère pour vous que vous n’en prenez pas conscience qu’à l’occasion de cette interview.

36. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:44 par Zorglub

@ CHIARA

“Ils nous font chier avec leurs droits de l’homme”

Surtout s’ils sont uniquement utilisés pour les immigrés, les délinquants…

Un des droits de l’homme, c’est pouvoir s’exprimer librement.
On ne peut le faire dans sa critique de l’immigration.

Un des droits de l’homme c’est pouvoir circuler librement.
On ne peut exercer ce droit dans certaines zones sans se faire agresser ou insulter.

Les droits de l’homme ne peuvent être utilisés à géométrie variable.

Eolas:
Pourriez-vous me préciser ce que vous risquez si vous critiquez l’immigration ? D’être arrêté ? Jeté en prison ? Ou éditorialiste sur RTL et chez Ruquier ? Non, parce que les martyrs sans palmes, je trouve ça assez ridicule. 

.

37. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:45 par Petruk

Ce serait intéressant d’avoir plus d’infos sur la deuxième image. Je l’ai retrouvé ici mais il n’y a pas plus d’infos.

Eolas:
C’est une photo prise à la Zone d’attente de Roissy, la Zapi 3 il me semble. Ces enfants se sont donc vus refuser l’accès au territoire, avec leur famille ou même sans s’ils sont arrivés seuls (ça arrive toutes les semaines) et seront renvoyés d’où ils viennent sauf si un juge ordonne leur libération.

38. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:48 par hm n maât

Bonjour à tous,

Je suis quelque peu perplexe à la lecture du septième commentaire, ne voyant pas l’intérêt pour l’autorité administrative de ne pas retirer des ARF manifestement illégaux, qu’ils aient fait ou non l’objet d’un recours en annulation devant le JA dans les conditions prévues par l’article L. 512-1 du CESEDA.

Dans un tel cas, il me semble en effet que le magistrat compétent ne pourra que constater le non-lieu sous réserve des sommes accessoirement demandées au titre de l’article L. 761-1 du CJA, la décision litigieuse ayant rétroactivement disparu de l’ordonnancement juridique lors de son intervention.

En outre, l’illégalité externe attachée aux actes individuels litigieux étant manifeste, leur retrait me paraît obligatoire pour l’autorité administrative dès lors que leur annulation a été demandée en justice par une personne y ayant intérêt (CE, 23 févr. 1979, Maia), n’étant une simple faculté qu’en l’absence de demande gracieuse et de recours contentieux (CE, 7 juil. 2008, M. Philippe Auquier).

Enfin, s’agissant d’actes individuels non créateurs de droits, leur retrait peut intervenir à tout moment (CE, Sect., 15 oct. 1976, Bussière).

39. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:49 par Volcano

A son tour d’être membre du club très fermé des Triples Buses. Ça ne me rassure pas quant à l’avenir de notre pays…

40. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:54 par Petruk

@Zorglub
“Un des droits de l’homme, c’est pouvoir s’exprimer librement.
On ne peut le faire dans sa critique de l’immigration”

Ah bon? Et que faites vous actuellement sur ce blog? Vous ne vous exprimez pas librement?

“Un des droits de l’homme c’est pouvoir circuler librement.
On ne peut exercer ce droit dans certaines zones sans se faire agresser ou insulter”

Merci de citer des faits. J’ai l’impression que caféducommerce détector est plutôt gentil avec vous en ce moment…

41. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:56 par chris

Ce n’est pas “une odeur de printemps dans cette brise
qui souffle sur les bords de Seine”
(billet de SLL, du 19 janvier) mais peut-être
une bourrasque en prépararation,
comme l’aile d’un papillon
qui bouleverserait tout le climat.

“Ils” ne pourront pas dire “on ne savait pas”.

Bonne journée.

N.B. : Peut-on être dispensé de la photo de Mr E.B.
à chaque prix Busiris ?

Eolas:
Non. Le prix Busiris, c’est aussi un prix à payer.

42. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:57 par eul'Pingouin

@Zorglub (30). Ce n’est pas le gouvernement anglais, mais un groupe lobbyiste d’extrême droite (Migration Watch UK). Il ne s’agit pas d’un coup par immigrant, mais d’un coup pour une famille de 4 personnes, sur 55 ans, considérant que les enfants resteront des pauvres précaires bénéficiant de toutes les aides sociales.

Finalement, comme le migrant n’arrive (selon l’étude) qu’à l’âge de 25 ans, coûtera à l’état 30% moins cher qu’un pauvre bien anglais né en Angleterre et ayant lui aussi 2 enfants pauvres…

ça fait quand-même beaucoup d’hypothèses réductrices, non ? Rien qu’avec le budget des vaccins inutilisés pour la grrippe A, cette année, on aurait pu accueillir (sur le budget d’une année) 176 000 immigrés (1M€/55ans/4personnesx800M€). Les chiffres, il suffit de savoir les mettre en colonnes…

43. Le mercredi 27 janvier 2010 à 10:59 par Veig

@Zorglub: l’étude que vous mentionnez est détaillée ici. Elle ne démontre rien de particulier aux immigrés, elle s’applique à tout foyer ayant deux enfants et vivant à Londres (où les loyers sont plus élevés, et les aides au logement suivent le mouvement) sur la base du salaire minimum. La nature ayant horreur du vide, même si on bloquait totalement l’immigration, gageons que l’absence de ces immigrants serait compensée par d’autres coûts à l’échelle de la société (salaires plus élevés, inflation, poids des retraites ?) ou par des immigrants provenant de pays de la CEE, qui coûteraient tout autant.

Sur les Droits de l’Homme : personne ne vous empêche de vous exprimer. Il ne faut juste pas vous étonner ou vous indigner qu’on vous fasse remarquer, le cas échéant, que vos arguments sont spécieux, faibles ou de mauvaise foi.

44. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:21 par Ghant

C’est beau, c’est noble, il y a de l’humain sur ce blog.

Ce qui m’inquiète, c’est que ce soit nécessaire.

45. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:27 par Teejee (mékeskidi de base)

Un prix Busiris un peu spécial à mes yeux : c’est le seul dont l’attribution ne m’ait pas fait me rouler par terre à force de rire. Les propos primés m’ont plutôt inspiré de la consternation.
Il est vrai que, conformément aux recommandations du HCR, la France ne met pas des immigrés en danger en les reconduisant dans leur pays en guerre. Ce ne sont pas des Afghans en charter qui seront en état de prétendre le contraire.
Je tiens néanmoins à adresser mes plus chaleureuses et plus sincères félicitations à l’heureux récipiendaire, aussi sincère que le fut son évolution politique. Eric Besson est en train de tenir ce qu’il promettait dès l’attribution de son premier prix Busiris. Rachida Dati a effectivement du souci à se faire, la réputation du Pays des Droits de l’Homme aussi.
“Ca ne se compute pas de la même façon” ? A lire cela, mon bureau tique, mais rien que de très ordinateur !

46. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:27 par Zorglub

@ Petruk

Je puis citer des faits :

La femme de mon meilleur ami : agressée et étranglée
Ma voisine de 80 ans : agressée
Fracture du fémur, ne sais plus sortir de chez elle
Mon boucher : vol de son véhicule.
Moi : agressé pour avoir fait remarquer qu’il ne fallait pas jeter des pierres sur des voitures.
Avec remarque que le quartier n’était pas pour les “blancs”.

La liberté d’expression ne s’entend qui si toutes les opinions peuvent s’exprimer.
Beaucoup de restrictions mentales et formelles existent.
Voir simplement l’étonnement de certaines personnes lors du débat actuel ou lors du référendum sur les minarets (grande disparité entre sondage et résultat du vote).

Le concept de droits de l’homme, tels qu’utilisés actuellement, est un moyen de pression sur les habitants autochtones pour pouvoir limiter leur capacité de contestation.

L’immigration actuelle n’est pas une solution aux retraites car elle provient de personnes peu qualifiées et donc ayant un salaire faible et une capacité de contribution très limitée.

Vous êtes totalement libre de contester mes opinions, comme je le suis vis à vis de vos opinions.

Eolas:
La liberté d’expression n’implique pas l’obligation pour nous de devoir supporter vos opinions qui vous feraient jeter de n’importe quel café du commerce. Vos opinions, tout le monde s’en fiche. Vous êtes libre de les avoir, mais n’avez pas le droit de nous les imposer. Merci de nous les avoir exposé, c’était très intéressant. Les asséner à répétition devient discourtois. Je ne les afficherai donc plus. 

47. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:35 par hm n maât

Il est intéressant de constater que vous prétendez induire des généralités de faits isolés, dont je ne remets évidemment pas en cause la matérialité (encore que la commission d’une infraction ne donne en soi aucune information sur la qualité de son auteur au regard du droit des étrangers), technique il est vrai utilisée à l’envi par le Premier magistrat de ce pays …

48. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:50 par Anatole Turnaround

Je ne suis pas footeux. Mais je sais qu’au foot, lorsque le joueur d’une équipe marque le but avec la main, ce qui est interdit par la règle du jeu, le but ne compte pas et le joueur est sanctionné.

En général, les supporters de l’équipe admettent assez bien que l’arbitre fasse respecter la règle du jeu, même si ça leur coûte une chance de gagner le match. Sans doute comprennent-ils que si l’arbitre ne fait plus respecter la règle du foot sur le terrain de foot, le jeu ne sera plus du foot. Rappelons-nous du tollé soulevé par la victoire de la France contre l’Irlande, le 18 novembre 2009, sur une main de Thierry Henry non sanctionnée par l’arbitre.

Au jeu de la république, le ministre est un des joueurs, la loi est la règle du jeu, le juge est l’arbitre. La loi ne permet d’enfermer une personne qu’à certaines conditions et respectant certaines manières de faire. Le ministre enferme des gens sans respecter ces règles? Le juge constate, sanctionne et libère.

L’affaire des 147 Kurdes, c’est comme France-Irlande, il y eu main.

La différence, c’est que le juge à vu, lui. Et en a tiré les conséquences. La partie continue et le jeu continue à s’appeler République.

Quel honnête homme pourrait s’en plaindre ?

Post-scriptum pour Zorglub et autres Zemmouriens : Notre règle du jeu républicaine englobe la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme. Ce n’est pas une question d’idéologie, c’est juste du droit applicable. Un juge qui refuserait de l’appliquer ne ferait pas son métier.

49. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:51 par chris

Un pays c’est comme un être unicellulaire, qu’il soit animal ou végétal, lequel ne peut se développer que s’il a des échanges avec le milieu extérieur, d’oxygène, d’ions ou de cations, par exemple, de part et d’autre d’une membrane cellulaire, ou frontière. Si vous enveloppez un oeuf d’autruche ou de rouge-gorge de deux couches étanches d’un film alimentaire, il deviendra putride à plus ou moins longue échéance. L’histoire d’un pays voisin nous montre que des croisements inter-familiaux royaux ont une descendance de prognathes immortalisés par un grand peintre.

La Vie, n’en déplaise à certains, est un vaste échange ; le nier c’est s’auto-euthanasier.

Bonne journée.

50. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:51 par chris

Un pays c’est comme un être unicellulaire, qu’il soit animal ou végétal, lequel ne peut se développer que s’il a des échanges avec le milieu extérieur, d’oxygène, d’ions ou de cations, par exemple, de part et d’autre d’une membrane cellulaire, ou frontière. Si vous enveloppez un oeuf d’autruche ou de rouge-gorge de deux couches étanches d’un film alimentaire, il deviendra putride à plus ou moins longue échéance. L’histoire d’un pays voisin nous montre que des croisements inter-familiaux royaux ont une descendance de prognathes immortalisés par un grand peintre.

La Vie, n’en déplaise à certains, est un vaste échange ; le nier c’est s’auto-euthanasier.

Bonne journée.

51. Le mercredi 27 janvier 2010 à 11:55 par Koundelic

Les prix Busiris sont très intéressants et tous parfaitement mérités, mais la sélection des nommés n’a-t-elle pas un problème de gouvernail ?
Je pense les buses beaucoup mieux partagées au sein de nos élites politiques.

52. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:06 par caton l'ancien

Cette histoire corse est édifiante et constitue un nouveau record pour la préfecture de Corse.
Plus d’une centaine d’arrêtés de reconduite à la frontière du préfet vidés de leur contenu llicite par les juges judiciaires et de piteuses abrogations de ces mêmes arrêtés pour ne pas subir l’humiliation de leur annulation par le juge administratif, c’est un nouveau record de l’Etat de droit en Corse.
Le précédent record remonte à plusieurs années, et était d’une autre nature: une centaine d’articles 40 du CPP à destination des parquets de l’île en une année…
Question: le préfet de Corse n’a-t-il pas commis une voie de fait en privant illégalement de liberté une centaine de personnes?

53. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:09 par Momo Bardèche

@ zorglub: Ahh, les bienfaits de la droite décomplexée! La bête immonde peut s’exprimer librement, décontractée du gland.
J’attends avec impatience vos commentaires sur la souillure de la culture française gauloise par les hordes d’immigrés qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes.
On crée une Milice, zorglub, pour faire la chasse à l’immigré?

54. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:16 par greg971

Heureusement qu’il y a eu un mouvement pour sauver ces gens d’un retour dans leur pays. On dira ce qu’on veut mais l’œuvre de besson est dans la droite ligne de l’œuvre de son prédécesseur et s’inscrit dans la politique sarkoziste.
Ce n’est pas la lubie de l’unique besson, c’est la volonté de chef de l’état et sa pensée qui s’exprime par son ministre.

Pendant ce temps j’ai entendu parler d’haitiens qui ont reçu des arretés de reconduite à la frontière, qu’en est il?? Comment le préfet qui les a signé peut dormir?

55. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:23 par Barack and Hussein

Est-ce que le prix en question est seulement réservé aux politiques français? Je vous demande ça parce que j’en fais collection.

56. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:29 par stef

@zorglub: c’est français, ça, zorglub ? Blague à part, jolie référence, cet apprenti dictateur ;-)

57. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:39 par Mathaf Hacker

@Greg971 en 54

C’est bien le préfet du Val de Marne qui a signé l’ARF le 24 Janvier :
http://www.bakchich.info/Deux-Haiti…

Je ne sais pas si l’arrêté a été exécuté.

58. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:41 par Dédé Lateur

@Stef 56
Le “vrai” Zorglub est finalement soigné et devient un gentil…

@Momo 53
Allons-y, soyons fous !

59. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:45 par Simone

Momo et autres, exprimer son mépris envers Zorglub (tout en flirtant avec les insultes) est certainement plus facile que d’essayer de le comprendre et de lui présenter une lecture différente des évènements. Et ne pourriez vous pas lui réserver un tout petit peu de cette compassion dont vous faîtes pourtant preuve sans retenue envers nos amis kurdes amateurs de figatellu ?

60. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:48 par Tryskel

J’ai pu entendre sa prestation lundi sur France Info, c’était impressionnant.

Je rajoute une de ses petites piques, qui ne peut figurer pour justifier le Busiris car ne concernant pas le droit, comme quoi les associations qui s’occupaient des réfugiés protestaient tout le temps que l’Etat faisait mal son travail, à tort manifestement, alors qu’elles étaient financées par l’Etat. Cela m’a irrémédiablement fait penser à l’histoire du collier et de la soupe découverte récemment…

61. Le mercredi 27 janvier 2010 à 12:49 par Seb

Ce serait une bonne idée de faire comme pour les Césars et de classer une fois par an les prix Busiris décernées dans les 12 mois précédents. Avec différentes catégories comme : Prix Busiris le plus honteux pour son détenteur, Pipeau d’or (cf commentaire N°15), etc etc.
Donc, vous avez bien compris comment il faut faire pour réussir en politique : retourner sa veste quand son camp perd et exécuter servilement les basses oeuvres dictées par son nouveau chef. Quel bel exemple…

62. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:09 par EPR

@simone

Le problème avec Zorglub est que ses raccourcis (immigré = criminel, au mieux parasite) n’incitent pas vraiment à une discussion sereine…

Sans compter qu’ici on ne parle pas vraiment d’immigrés, mais plutôt de demandeurs d’asile, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

Mais admettons qu’il ait raison, que les réfugiés et les immigrés soient une plaie pour la société… Cela n’autorise pas le gouvernement à faire litière de la loi, de la constitution et des traités internationaux. Si on tolère que l’administration s’affranchisse de la loi vis-à-vis des immigrés, elle finira par le faire aussi vis-à-vis des français de souche, et même des Zourglubs.

63. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:13 par chris

Pour le 46 :

“L’immigation actuelle (…) car elle provient de personnes peu qualifiées (…) contributions peu limitées”.

Exceptions : ma voisine de palier d’origine brésilienne est prof, chercheur, dans une grande école du campus universitaire voisin, le père de sa fille (origine marocaine) est cadre sup dans l’organigramme de direction d’un institut national de recherches parisien…

64. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:16 par BrisePif

Heureusement que les hommes de raison tels que vous veillent et informent les citoyens.
Et heureusement que les juges peuvent encore, quelques fois, faire respecter le droit.

65. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:17 par Buse

à Zorglub, en n° 30
Le gouvernement anglais estime que, sur une vie, le coût à la collectivité d’un immigré est de 1.000.000 €.

Ah, nos voisins d’outre manche sont passés à l’Euro ?
Vos sources ?
Et quelle est cette étude ?
Merci

66. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:19 par Suzanne

A Zorglub, puisqu’on en vient à citer sa situation:
jeunesse en zep dans le sud : 0 agressions (à part un coup de pied au cul une fois), 1 vélo volé
vacances à la campagne, village de 1500 habitants: jour 1: braquage de la supérette.
Le problème avec les exemples que les uns et les autres pouvons présenter est qu’ils n’ont pas de valeur statistique.
Quel délai entre le premier fait et le dernier fait cité dans votre commentaire?
Bien à vous,

67. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:38 par Francis Lefebvre

http://videos.rtl.fr/video/iLyROoaf…

Un avis Eolas ?

68. Le mercredi 27 janvier 2010 à 13:55 par OlEB, juge de base

Je ne connais pas l’avis d’Eolas sur cette vidéo mais moi je suis tombé de ma chaise.

Autant Zemmour peut parfois être excessif voire carrément dire des c******ries mais là, ça dépasse l’entendement.

Bientôt, les Juges responsables du réchauffement climatique ou du tremblement de terre à Haïti…

69. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:09 par Teejee (mékeskidi de base)

@ Francis Lefebvre : merci pour le lien.
Je souhaite à monsieur, Zemmour, s’il a un jour des ennuis avec la justice, de tomber sur un de ces juges “droits-de-l’hommistes” qu’il dénonce.
S’il dit ce qu’il pense, il faut l’enfermer, sans passer par un juge droit-de-l’hommiste. Si c’est de la provocation, je ne vois pas à quoi elle sert.

70. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:19 par malpa

@ Lo (18)

Total hors sujet, mais cela me fait me souvenir avoir passé une nuit en prison en Écosse. La nuit était tombée, je voyageais en stop, pas d’auberge de jeunesse dans les environs. Le petit poste de police où j’étais entré pour demander mon chemin avait une cellule de libre, ils m’ont proposé d’y passer la nuit. J’étais très heureux de trouver des gens sympathiques. Ils m’ont demandé mon passeport (je ne me souviens plus s’ils l’ont gardé la nuit), ils m’ont fait remplir un papier et comme mon anglais était limité, ils m’ont aidé à le remplir et l’un des policiers a même sorti un vieux dictionnaire anglais-français de poche pour me demander si j’étais épileptique. Ils ont posé un matelas sur le sol de la cellule, ils ne pouvaient pas me proposer à manger mais je n’étais pas dehors et c’était gratuit. Je me souviens qu’ils se sont excusés pour m’expliquer que le règlement les obligeait à fermer la porte de la cellule à clé.

Je vous parle d’une époque ancienne. 1978 ou 79 il me semble. Je ne sais pas si j’étais encore mineur au regard de la loi locale et si ça a pu expliquer leur attitude parfaite.

La morale, c’est que j’ai beaucoup aimé l’Écosse et les Écossais.

71. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:25 par Arnaud

Excusez-moi de ne pas partager l’enthousiasme des lèche-culs qui s’expriment ici sur l’air du “oh cher maître, comme vous êtes intelligent, la preuve vous pensez comme moi !”…

Ce que montre cette affaire, c’est que quand le législateur vote une loi, le premier souci de certains magistrats est de chercher à savoir comment on pourrait détourner cette loi de façon à la rendre inopérante, voire de lui faire dire le contraire de l’intention du législateur.

On peut critiquer cette intention, bien sûr (ça s’appelle le droit de vote). Mais en attendant c’est la loi…
Tu parles d’une séparation des pouvoirs !… Quand le magistrat répond “ouais, je sais que la loi veut dire ça, mais moi je m’en fous et je vous emmerde”…

Je ne sais pas s’il existe un grand prix des faux-culs, mais Eolas est bien placé dans la course…

72. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:32 par récap59

Je ne suis pas du tout d’accord avec la manière simpliste et fallacieuse dont l’extrême droite britannique calcule le coût moyen d’un immigré au cours de sa vie.

1 000 000 € ? Je suis sûr qu’un trader français de la City, issu de nos plus prestigieuses grandes écoles, peut faire mille fois mieux en une seule journée de travail.

73. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:34 par Momo Bardèche

@Simone 59: Désolé madame, mais je ne peux pas être en même temps au four et au moulin, comme disait le regretté himmler en quittant Auschwitz pour visiter la Hollande .

74. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:45 par Sous toutes réserves.

@ Arnaud en 71

N’ayant pas eu accès aux décisions critiquées, je ne suis pas certain que des magistrats aient déclaré “ouais, je sais que la loi veut dire ça, mais moi je m’en fous et je vous emmerde”.
Pourriez-vous citer vos sources ? En outre, pouvez-vous citer la loi à laquelle vous faites allusion ?
Dans le cas contraire, je vous considérerai comme un être parfaitement grossier, n’ayant comme seul argument que la haine des juges.
Mais je pense d’ores et déjà que votre place n’est pas ici. Ici on fait du droit, pas de la diatribe.

75. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:47 par Aardvark

@ Arnaud 71

Le juge est soumis à la loi comme à la Constitution et aux conventions et traités régulièrements ratifiés, souvent par le législateur lui même, sauf cas de référendum. La Convention europénne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales compte au nombre des traités ratifiés. Il n’est pas choquant que des dispositions légales soient écartées, si une norme supérieure en vigueur s’y oppose. ( Je suis conscient que c’est une simplification à outrance, mais dont le seul but est d’illustrer le principe de fonctionnement politique d’une hiérarchie des normes ).

76. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:51 par hm n maât

Effarant en effet !!

Morceaux choisis :
- “les juges s’amusent, (…) jouent” et se livrent à un “pinaillage juridique” qui “ruine les efforts de la police” ;
- “ils font primer les conventions européennes contre le droit national alors qu’ils jugent au nom du peuple français”, et se livrent à une “guérilla contre une loi démocratiquement voulue par les français” ;
- ce sont en réalité des “prêtres prêchant la morale droit-de-l’homiste”, drapés dans leur “certitude idéologique.”

A l’évidence, l’auteur de ces propos comme celui du commentaire n°71 ne sont pas vraiment au fait de la place des engagements internationaux dans l’ordre juridique français : sans doute devraient-ils prendre connaissance des articles 55 et 88-1 de la Constitution (elle aussi voulue démocratiquement par le peuple français aux dernières nouvelles …) et l’interprétation qu’en retiennent les trois ordres de juridictions concernés par son application, mais ils verraient certainement dans cette dernière l’expression la plus aboutie du mépris de la volonté générale qui caractérise l’ensemble des magistrats français !

J’évoque à peine, tant il est consternant, l’amalgame opéré d’emblée entre “trafiquants de drogue et autres délinquants dangereux” et demandeurs d’asile, et retourne (re)lire Hannah Arendt, drapé dans ma propre certitude idéologique que, contrairement à une opinion par trop répandue de nos jours, la fin ne justifie pas les moyens, spécialement dans une démocratie.

77. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:54 par béelle

A Arnaud @71
Passons sur le terme de lèche-cul, dépourvu de toute élégance, mais c’est votre vocabulaire
Pour ce qui est du “premier souci de certains magistrats (…) de chercher à savoir comment on
pourrait détourner cette loi de façon à la rendre inopérante, voire de lui faire dire le contraire
de l’intention du législateur”, là, je vous arrête.
J’attends, non sans intérêt, que vous démontriez le détournement de la loi et la volonté de la
contrarier dont vous soupçonnez les juges.
Ma suggestion est la suivante : lisez les décisions des juges en question.
Faites-le et revenez nous instruire.

78. Le mercredi 27 janvier 2010 à 14:55 par Le_Pompiste

A la lecture de cet article, on apprend que les Kurdes en question n’ont tout bonnement pas de papiers en Syrie, et donc ne sont pas dans la possibilité d’entrer légalement où que ce soit.
On apprend aussi qu’ils n’ont pas choisi la France, ni la Corse, ni rien d’autre que n’importe quoi à part la Syrie.
Mais il n’y a pas de raison que cela ébranle les lecteurs de Spirou.

79. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:00 par Macaréou

A Arnaud en 71

en l’absence d’appel du Parquet (qui n’est pas aux ordres, la preuve!) il est probable que les juges n’aient fait qu’appliquer les lois!

80. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:07 par Carolina

Les commentaires du style de celui de Zorglub
Le gouvernement anglais estime que, sur une vie, le coût à la collectivité d’un immigré est de 1.000.000 €
ont toujours la capacité de m’agacer, et ça fait des années que je les entends… On ne s’y habitue pas ! Quand on m’accuse de prendre l’argent du gouvernement, les allocations, la moutarde me monte au nez, surtout si on me fait le commentaire quelques jours après l’arrivée de mon avis d’imposition !
Immigrée moi-même, je vis en France depuis 11 ans. Je paie scrupuleusement tous mes impôts, taxes et autres, et je cotise comme les citoyens français.

D’ailleurs, un fait intéressant : quand j’étais en CDD j’avais le statut de “travailleur temporaire”, donc je cotisais pour les Assedic mais je n’avais pas le droit de les toucher si j’étais virée, puisque mon titre de séjour était subordonné à mon poste dans mon entreprise.

81. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:17 par lutine6

petite suggestion …

cher maître, ne pourriez-vous pas également remettre un prix Busiris à certains “people” dont la bêtise jointe à l’inculture sont des concurrents sérieux pour vos lauréats (je pense ici aux propos tenus par Jamel Debouze et repris par nouvelobs.com) … après tout eux aussi répondent à des journalistes et se permettent de dire n’importe quoi … y compris au regard du droit !

82. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:17 par Koné

M. Eolas, êtes-vous favorable à une régulation de l’immigration - c’est-à-dire, nécessairement, à certaines reconduites à la frontière? Ou bien le sous-entendu (au demeurant tout à fait respectable) de vos prises de position est-il que toute personne souhaitant s’installer en France doit pouvoir le faire? Je trouverais honnête de votre part de lever cette ambiguïté.

83. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:22 par Solo

Prix Jean Raspail pour l’ensemble de l’oeuvre compassionnée et ne niant absolument aucune réalité ni aucun fait. S’il y a des idiots utiles, vous devez être un intelligent utile.

Je suis sûr que l’insertion d’une photo de policiers blancs encadrant des enfants, déjà vue sur ce blog, doit être un stimulus efficace chez la frange servile de votre lectorat.

Bravo pour la censure des commentaires - un des miens sur le précédent billet en tout cas, ce qui est peu, le reste de mes commentaires n’ayant pas posé de problèmes, avec parfois des réponses de votre part -, je ne critiquerais pas, après tout, vous êtes chez vous, et les commentaires pourtant non insultant qui vous gênent ne sont produits que par de pauvres sans papiers, sans droits sur votre blog, pas même parfois, un hébergement temporaire à vos frais.

Cordialement.

84. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:24 par Simone

Sous Toutes Reserves (74)
Ici on fait du droit, pas de la diatribe
Pas toujours… pas toujours.
Et tout, y compris le droit, n’est pas soit tout noir soit tout blanc.

85. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:28 par Max

Le roi est mort, vive le roi.
Et pourtant succéder à Mme Dati n’était pas facile…

M. Besson est, dite vous, ministre de l’immigration et de l’incompétence.
Je dirais au contraire qu’il est ministre de l’immigration et de la compétence :
il est à l’immigration ce qu’il est à la compétence, son ennemi.
On peut par ailleurs considérer le mot “compétence” au sens scientifique du terme (comme la chaleur par exemple; tout corps en physique à une chaleur, une température. Cela n’exclut pas que celle-ci soit négative. En l’occurence, notre estimé ministre à une compétence négative…)

Mes salutations respectueuses aux membres de l’académie, et à son président, Me eolas.

86. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:28 par Solo

“Mes lecteurs reconnaîtront d’entrée de jeu la technique dite de la négation des faits qui dérangent.”

Que voulez-vous, c’est un ancien socialiste. Maintenant qu’il est à l’école Sarkozy, c’est dire réalité adaptable en fonction de l’interlocuteur, vous pouvez apprécier à sa juste valeur ce métissage idéologique incarné par M.Besson, qui fait toute la richesse de la vie politique française.

87. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:35 par izrathil

Waow, c’est quoi ce chroniqueur ?! Jusqu’à la fin j’ai cru à de l’ironie (très très grasse).
Pas besoin de commentaire d’Eolas là-dessus hein, les arguments avancés sont suffisamment clairs ; la critique est déjà présente dans la vidéo.

Merci pour l’article - et l’info d’ailleurs, j’avais pas tout bien suivi ces derniers temps !

88. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:36 par Arnaud

@Max 85:
“il est à l’immigration ce qu’il est à la compétence, son ennemi.”

ben voyons… L’an dernier, la France a naturalisé 108.000 étrangers (4,4% de la population étrangère, plus haut chiffre d’Europe), a accordé 175.000 visas de long séjour.

A part ça, Besson est un ennemi de l’immigration, un sale raciste, comme Sarkozy.

Bien sûr…

89. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:38 par Simone

Macaréou (79)
…Parquet (qui n’est pas aux ordres, la preuve!)…
On nous assène pourtant tellement le contraire (y compris ici) lorsqu’il s’agit de commenter la réforme envisagée de la procédure pénale !

90. Le mercredi 27 janvier 2010 à 15:55 par Petruk

La délinquance n’a nul besoin de l’imigration pour exister. On constate même une diminution des crimes et délits en france depuis le moyen age. Par ailleurs la probabilité de se faire trucider est bien plus importante en Corse qu’ailleurs en France même si des régions comme IDF ou PACA présentent une population issue de l’immigration plus importante en nombre.
J’ai trouvé ce document qui mentionne la Corse en page 8.

Le concept de droits de l’homme, tels qu’utilisés actuellement, est un moyen de pression sur les habitants autochtones pour pouvoir limiter leur capacité de contestation.
Non. Les citoyens de France et de Suisse ont manifesté le souhait, par l’intermédiaire de leurs représentants légitimes, que leurs pays soient membres de l’ONU et du conseil de l’Europe. De ces adhésions découlent des obligations. Il ne s’agit pas d’un concept mais de textes de Loi.

Si les Suisses veulent éviter d’être envoyés au coin par la CEDH, ils peuvent sortir du Conseil de l’Europe… Dans le cas contraire, il est normal qu’ils assument leur con… vote anti-minaret et leur choix démocratique d’appartenir au conseil de l’Europe et donc la condamnation afférente.

Par contre le terme “citoyen autochtone” que vous employez est lui un concept qui mériterait d’être explicité. C’est quoi un citoyen autochtone? Un français né de parents français? Un français né de parents européens ou aryens? Avec que pedigree pour les ascendants?

91. Le mercredi 27 janvier 2010 à 16:13 par Petruk

Les chiffres que vous donnez sont ceux de Besson. Je ne sais pas où il les a trouvé mais moi j’ai trouvé un taux de 1.48 migrant(s)/1,000 pour la France contre 2.19 migrant(s)/1,000 pour l’Allemagne, 2.17 migrant(s)/1,000 pour le Royaume uni et… 3.18 migrant(s)/1,000 pour les US !

92. Le mercredi 27 janvier 2010 à 16:20 par Terence

à Arnaud # 71

Gaffe,

Si les lili-bobos accèdent au gouvernement, vous êtes bon pour un camp de rééducation, étape obligatoire aux fins d’effacer les fausses informations imprimées dans votre cerveau et pour pouvoir y introduire ensuite, efficacement, la juste dose de pensée correcte.

A la gloire de la pensée correcte,

« La guerre, c’est la paix. »
« La liberté, c’est l’esclavage. »
« L’ignorance, c’est la force. »

;-)

93. Le mercredi 27 janvier 2010 à 16:39 par Simone

Et quid Petruk (90) de votre discours très légaliste lorsqu’il s’agit des règles de contrôle de l’immigration édictées par nos représentants démocratiquement élus et qui aboutissent parfois à l’expulsion d’hommes, femmes et enfants certainement pas très heureux chez eux ?
Vous semblez préconiser une application stricte de la loi… mais cela ne peut pas se faire que quand ça vous arrange.

94. Le mercredi 27 janvier 2010 à 16:41 par Arnaud

@91: Votre indicateur est-il vraiment pertinent, sachant que les pays du monde au plus fort Net Migration Rate sont… les Emirats Arabes Unis et l’Afghanistan !!!

http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_net_migration_rate

95. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:02 par noisette

Bonjour,

Le prix Busiris me parait manquer de mention, celle de l’ignominie en particulier,
mais c’est vrai qu’avec un tel candidat, sa mise en place sonnerait comme du sur-mesure.

96. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:13 par Simone

Parce que les chiffres et le sujet en intéressent certains :
10 575 personnes ont été naturalisées à Paris en 2009, soit une augmentation de 48% par rapport à l’année 2008, et de 247% par rapport à l’année 2005 (3 048 décrets de naturalisation alors remis). A noter également que 112 387 titres de séjour (dont 30 688 en 1ère délivrance et 81 699 renouvelés) ont été délivrés par la préfecture de police en 2009.

97. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:14 par ElHo

Maître,
Il semblerait que des “bessonnistes” tentent de faire de l’entrisme sur votre blog…
… un hommage du vice à la vertu ???

98. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:15 par jp

“le ministre de l’immigration et de l’incompétence…”
Je propose aussi “le ministre des flux migratoires, d’est en ouest et … de gauche à droite”

@Marvin 25
ERIC ! pas Luc.

99. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:17 par Arnaud

@97:

C’est vrai quoi !… Y en a marre !… On préfèrerait rester entre nous, à s’autocongratuler pour notre intelligence et notre grand coeur !…

100. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:19 par récap59

Contrairement à Arnaud, moi je peux citer un exemple. Pour déchoir des citoyens français de leur nationalité, la cour de cassation n’a pas hésité à rejeter la définition du domicile donnée par le code civil pour en créer une autre de toute pièce, réservée à cet usage.

101. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:28 par citoyenlambda

Je souscris à ce billet.

J’ai écouté les propos d’Eric Zemmour sur lesquels vous avez “twitté” hier.

Pour la première fois je constate que ce journaliste a déraillé, je ne l’avais pas pris en flagrant délit jusque là, bien que beaucoup de gens aient voulu stigmatiser certains de ces propos (cf. une émission de Paul Amar sur France 5).

Je regrette qu’il n’y ait que le prix Busiris, malheureusement trop méconnu encore du grand public pour que l’oeuvre de justice fut à la hauteur des forfaits perpétrés, et qui ne semble viser que des ministres.

Cela est dommage car cela laisse certains journalistes pourtant “méritants” privés de distinction appropriée.

Les journalistes, et particulièrement les éditorialistes, ont une autorité bien ancrée dans la société et les médias dont l’importance de la préservation de l’indépendance a été reconnue par la dernière modification de notre constitution.

Aussi pourquoi ne pas veiller aussi sur les journalistes ?, et pourquoi ne pas distinguer les propos sur lesquels vous avez twitté (lien : http://bit.ly/bp5X4g) hier par un autre prix (pour garder au prix Busiris tout son prestige) je propose par exemple le prix “beauf” tant il faut réécouter ces paroles pour croire que quelqu’un qui pense avoir des avis qui tiennent la route ait pu les prononcer.

102. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:33 par Terence

@ citoyenlambda # 101

Zemmour a “déraillé” Dites-vous…

Vous pourriez préciser ?

Il a prononcé des propos susceptibles d’être punis par la loi ? Serions-nous en présence un délit d’opinion ?

D’où tirez-vous cette autorité morale qui vous permet de si belles déclarations ?

103. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:36 par muffinek

HS mais pas tant que ça (concernant Mme Dati)

Avez-vous lu le récit fait par J. Quatremer de Libération de sa récente interview expresse de Rachida Dati (2 minutes 33) ?

http://bruxelles.blogs.liberation.f…

edifiant.

104. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:39 par Anton

A Terence #92:

Mais oui mais oui moi aussi je sais lire. La preuve: A 16 ans j’ai lu toute la collection du “club des cinq” alors boucle-là.

105. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:41 par Patrice

Et l’école ?
A propos de ces migrants venus de je ne sais où… pris dans la tourmente pour faire respecter leurs droits, au milieu des médias et des politiques… certes.
Mais question de béotien.. et l’école ?
Tous les enfants, d’où qu’ils viennent et quelle que soit leur situation devraient être scolarisés… y pensons-nous ? Ces enfants ont-ils été accueillis dans les écoles communales ? Sinon il existerait des dérogations… bien étonnantes.
Je connais pas mal de fonctionnaires territoriaux qui doivent se battre pour que des enfants du voyage, des enfants migrants aillent à l’école.
Tous les intervenants dans cette affaire y pensent-ils ?

106. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:51 par Terence

@ Anton # 104

Cher Monsieur, même sur un “forum”, il y a des règles de civilité ; c’est au surplus assez croquignolet d’intervenir dans un espace de discussion pour demander que les autres se taisent…

Sur le fond, que vouliez vous dire ?

107. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:52 par Sous toutes réserves.

@ Terence sous n°102

Au hasard : 434-25 du Code pénal pour la critique jetant le discrédit sur les décisions des magistrats.

108. Le mercredi 27 janvier 2010 à 17:59 par Petruk

@Arnaud
@91: Votre indicateur est-il vraiment pertinent, sachant que les pays du monde au plus fort Net Migration Rate sont… les Émirats Arabes Unis et l’Afghanistan !!!
Les UAE fonctionnent avec un énorme apport de main d’œuvre étrangère. C’est un fait connu. Sortez un peu… Ce n’est pas le Cheik Al Maktoum qui a construit la fameuse tour Burj Dubai avec ses blanches mains…
Pour l’Afghanistan, le chiffre ne veut pas dire grand chose. Je doute qu’il soit possible d’obtenir des chiffres fiables pour ce pays. Maintenant si cette source d’info ne vous satisfait point, pourquoi ne pas nous fournir la votre?

@Simone
Et quid Petruk (90) de votre discours très légaliste lorsqu’il s’agit des règles de contrôle de l’immigration édictées par nos représentants démocratiquement élus et qui aboutissent parfois à l’expulsion d’hommes, femmes et enfants certainement pas très heureux chez eux ?
Je ne vois pas très bien où vous voulez en venir. Les règles édictées par nos représentants démocratiquement élus ont vocation a être appliquées quelque soit le domaine. Mais si vous parlez des Lois votées par le parlement : il me semblent qu’elles ont vocation à s’appliquer sauf si elles sont contraires aux engagements internationaux pris par la France (et approuvés par ces mêmes représentants démocratiquement élus) ou pire encore, contraires à notre constitution.
Ces derniers temps les commentaires, le plus souvent de qualité nettement supérieure aux miens, qui ont abordé cette question de la hiérarchie de nos normes se comptent presque par dizaines. Vous pourrez en retrouver quelque uns facilement.

109. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:02 par Pea n°251

En réponse au commentaire n°38 :

Lorsqu’un préfet refuse de retirer un arreté illégal, il n’y a bien entendu pas non lieu à statuer, le juge doit juger.

La question est plutot : pourquoi un préfet refuse-t-il de retirer un arreté illégal, alors que le discours officiel du ministre est de dire que ces arretés doivent etre retirés ?

L’idée qui vient immédiatement à l’esprit, c’est les statistiques et une certaine partie de l’opinion publique : vous voyez, nous sommes stricts envers les immigrés, nous prenons tant d’arretés de reconduites par an et ce sont les juges inconscients qui annulent n’importe quoi. Et puis, on ne sait jamais, tant que le juge ne s’est pas prononcé, sont-ils vraiment tous illégaux, ces arretés ? Vont-ils etre tous annulés par le tribunal ?

Le discours de Besson est fait pour rassurer l’autre partie de l’opinion publique ; mais compte tenu du grand écart du ministre qui tente de satisfaire les 2 parties de cette opinion, je le vois mal tancer un préfet négligeant d’abroger…

110. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:15 par Terence

@ sous toutes réserves

Rapidement,

Art. 434-25 CP :

“Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende.”

1. Il va falloir préciser la notion de discrédit et la confronter précisément à la liberté d’expression et d’information en ce qu’elle peut permettre une critique objective de l’institution judiciaire et des magistrats ; il me semble que ses arguments sont bien plus dirigés contre la notion d’impartialité(subjective) des juges que contre les décisions elles-mêmes et leur pertinence au fond…a t-il dit qu’elle n’étaient pas conformes au droit ?

Ca se dispute, comme on dit sur i-télé…

2. Faut-il encore que la décision soit de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance, ce qui n’est en rien acquis.

3. Tout cela ne tiendra pas, à mon avis, et si jamais il y avait condamnation, et en l’état de ce qui a été dit,devant la CEDH (Zemmour sauver pas la CEDH, ce serait amusant…).

4. Initiez donc le recours, que l’on voit…

5. Drôle de démocratie que celle où les juges chassent le journaliste dans l’exercice de sa profession…

111. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:29 par smallmartin

@ Terence
Il a “déraillé” car il a sorti tout au long de sa lecture des énormités sur le sujet.

Le “droit européen”? La convention des droits de l’homme ça fait partie du droit français.
Les justifications de ses arguments? Les magistrats sont de gauches et ils sont vraiment trop méchants. Le nombre d’arrestations ne conduisant pas à une expulsion a augmenté (je n’ai même pas cherché à calculer le ration pour regarder si la proportion est la même ou pas quitte à jouer sur le chiffres) et c’est parce que les juges font tout pour empêcher les expulsions? Dans ce cas dès qu’une personne n’a pas ses papiers sur lui lors d’un contrôle hop à la frontière la plus proche (pas d’enquête c’est trop risqué) et toutes les arrestations de clandestin potentiel conduira à une expulsion.
Ensuite il suffit de se débrouiller pour faire correctement la démarche pour qu’un juge ne la retoque pas. Toutes les infos sont disponibles, les jurisprudence, les textes de loi etc. On forme les agents de police et le tour est joué.
La “morale droit de l’hommiste”… On est dans un état de droit point. Si on ne respecte pas la loi pour ça alors elle sert à quoi cette loi? Autant agresser les passants et voler dans les magasins si le respect du droit c’est une morale droit de l’hommiste je ne vois paqs pourquoi je respecterai le droit à la propriété du magasin d’à côté… J’ai pas envie d’être un droit de l’hommiste ils parait qu’ils ont les doigts crochus et sont vraiment très très méchants…
L’apparetenance au conseil de l’europe à l’union européenne, le respect de la DDHC sont démocratiquement voulus aussi. Le respect de la loi sur l’immigration ne s’oppose pas à tout ça (enfin je ne pense pas j’imagine qu’il y aurait dû y avoir censure avant…). Faire n’importe quoi pendant la procédure s’y oppose.
Pour le coup du passeur, qu’ils soient arrivés à bon port ou pas les sous il les a déjà… Et la pub en France pour un passeur…

112. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:37 par hm n maât

@ Pea n°251 :

Au temps pour moi : je me suis très mal exprimé à propos du non-lieu, qui ne concernait évidemment que l’hypothèse du retrait !

Sur le fond, j’ai bien peur que vous ayez raison (entre autres, tant il est devenu habituel pour les dirigeants politiques de se défausser sur l’institution juridictionnelle dès que des normes défectueuses se font légitimement retoquer …)

@ Terence :

Entièrement d’accord.

113. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:37 par citoyenlambda

@ Terence 102

Je pense qu’il suffit d’écouter les propos, le lien est fourni.

Je ne pense pas que ça relève du droit, mais de la bêtise plutôt : “Les juges s’amusent à libérer des délinquants gardés à vue etc. etc.”.

C’est oublier que les lois qui régissent les garde à vue sont les mêmes pour les criminels et pour un simple quidam automobiliste par exemple et dont une phrase a pu déplaire à des policiers en mission au bord de la route.

114. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:43 par Sous toutes réserves.

@ Terence

Bon ben là, je sais pas quoi faire pour vous.

Juste quelques précisions : M. Zemmour a bien parlé de “traitres”, “alliés objectifs de mafias”, “ils mennent une guerilla contre des lois démocratiquement voulues par les français”. Tout ça dans le cadre des décisions prises concernant les clandestins de Corse. Je ne sais pas ce qu’il vous manque pour caractériser le discredit sur une décision juridictionnelle dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice !

Comme vous avez toujours raison, et que moi je n’ai jamais tort, nous sommes inconciliables. C’est pourquoi je ne répondrai pas à toute éventuelle réponse de votre part. Je ne vais pas chercher à vous convaincre, ce serait perdre mon temps, et le votre.

115. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:43 par Terence

@ citoyenlambda

Je ne pense pas que ça relève du droit, mais de la bêtise plutôt Dites-vous.

Voilà qui relève de l’opinion, ce qui est parfaitement respectable par ailleurs ; je trouve pour ma part que l’on ne peut reprocher à Zemmour d’interroger certains “comportements”… le syndicat de la magistrature est de droite ?

116. Le mercredi 27 janvier 2010 à 18:58 par Terence

@ sous toutes réserves

Je me permets de vous rappeler les dispositions de l’article que vous proposez :

Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle

117. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:03 par Wolfram

Cendre d’Accueil des Demandeurs d’Asile
C’est du voulu (ce qui ne me surprendrait guère, vu la politique incendiaire concernant l’accueil des demandeurs d’asile) - ou une faute de frabbe ?

118. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:05 par béelle

A Terence, entre autres

Ne vous en déplaise, c’est, de toute évidence, M. Zemmour qui se place au dessus des lois et non pas les juges qu’il critique avec une véhémence que vous déplorez à juste titre lorsqu’elle s’exerce à votre détriment.

119. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:08 par Terence

@ Béelle

M. Zemmour qui se place au dessus des lois

Lesquelles ?

120. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:19 par Anton

@ Terence #106

Ce que je veux dire ? Que les citations d’Orwell c’est le nouveau point Godwin des forums. Et tu t’es empressé de l’atteindre dès ta 1ère intervention. Tu as déjà perdu le débat et tu ne le sais pas encore, à t’étonner naïvement de ma réaction.

121. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:19 par Marie-Amélie

Votre troll detector est en panne ? Vos dessins nous manquent, pour le plaisir et pour leur efficacité

122. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:25 par siarres

Mais tous ces propos” moralisateurs et biens sous tous rapports ” ne peuvent empêcher une évidence: Le bel ERIC avec son Busiris( est il en nougat ?) a fait une excellente affaire politique .
Le bon peuple qui vote est choqué de voir que ces gens qui se débarrassent de leurs papiers pour qu’on ne connaissent pas leur identités ne sont pas traités comme des délinquants
Essayez donc de faire ce coup là aux gendarmes du coin ,” Msieu je sais pas qui je suis ni d’où je viens, j’ai pas de papiers, je les ai jeté pour bénéficier de la déclaration des droits de l’homme ” ” mais oui mon bon , vous avez bien raison ! ou voulez vous que je vous loge ?”
Faites l expérience et tenez nous au courant .

123. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:31 par béelle

Terence

Facile :
- discrédit d’une décision de justice : art. 434-25 du code pénal, cité par Sous toutes réserves, que vous contestez en 110 avec des arguments qui ne passent pas la barre,
- diffamation (il y en a une telle série que je renonce à les détailler, mais vous pouvez les réentendre grâce au lien déjà fourni) : loi du 29 juillet 1881, article 29.
Et vous savez fort bien que les magistrats répugnent à poursuivre leurs diffamateurs en justice, ce qui, à mon sens, est tout à l’honneur de leur corps.

124. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:32 par Solo

Les juges appliquent la loi. C’est la loi qui favorise l’immigration et le remplacement de la population. On ne peut pas en vouloir aux juges de faire leur métier. Ceci dit, cette attitude de pleureuses exprimée via l’USM ne les grandit pas. Je pensais qu’il fallait avoir plus de nerfs pour être juge, il fallait tout simplement ignorer. La démocratie réclame de pouvoir exprimer toutes les opinions et caricatures. Visiblement, quelque part, il a touché Z.

125. Le mercredi 27 janvier 2010 à 19:34 par Solo

Le remplacement de population est mon métier
Mohammed Merle, Presses de la cité, 2065.

126. Le mercredi 27 janvier 2010 à 20:03 par Artemisia

Merci.

127. Le mercredi 27 janvier 2010 à 20:21 par Tfibs

@Solo

Décoiffant votre commentaire, tant d’audace laisse ébahi.

Vous vous appelez Solo car vous avez du mal à trouver des amis? Je compatis.

128. Le mercredi 27 janvier 2010 à 20:25 par yellowrose

Rachida Dati est imbattable, “une arrogance extrême, cassante, coupante, glaçante”

http://bruxelles.blogs.liberation.f…

129. Le mercredi 27 janvier 2010 à 20:52 par marsan

Cher Eolas bonsoir, juste un mot pour vous dire qu’après une journée de débats contradictoires en détention où j’ai vu de tout, du pathétique au fou furieux bon pour le jihad en passant par le pervers sexuel de service, votre billet est un vrai régal.

Bon par contre, mais je l’ai déjà écrit, il y a des gens qui s’égarent sur votre journal informatique à moins qu’ils ne soient là que pour faire ce sale boulot qui consistent à pourrir les discussions sur le net.

130. Le mercredi 27 janvier 2010 à 21:47 par Lili

@Zorglub (17)

Des guerriers? En guenille?Avec moins de 600 calories dans le ventre?Qui ont vendu tous leurs biens, quitté leurs familes, leur pays, leurs amis.

Allons Zorglub, un peu de bon sens à défaut d’humanité.

131. Le mercredi 27 janvier 2010 à 21:49 par YR

Ne nourrissez pas les trolls !

S’il y a des gens pour trouver Zemmour pertinent, Besson admirable, et les juges trop marqués à gauche, laissez les le penser, vous ne parviendrez pas à les convaincre, sinon du contraire, du moins de la possibilité qu’il y a de penser autrement, même avec tous les chiffres et les arguments étayés du monde.

Attendez juste qu’ils soient un jour confrontés à un policier fatigué qui les mettra au trou sans fondement légal. Vous regarderez alors avec délectation les mêmes qui pestent contre les procédures se débattre pour qu’elles soient appliquées. Et ils remercieront le juge gauchiste qui annulera la décision.

Et vous sourirez, un peu effrayés tout de même, car cela pourrait un jour être vous ou votre famille…

132. Le mercredi 27 janvier 2010 à 22:02 par Lili

Je ne suis pas d’accord, Cher Eolas, pour que vous expulsiez ZORGLUB des débats. Même si, comme le disait SARTRE “au nom de la liberté d’expression on n’a pas le droit de tout dire”, je trouve dommage de priver cette personne du droit de s’instruire sur ce forum, quitte à supporter des points de vue qui d’ailleurs sont largement partagés dans l’opinion.

133. Le mercredi 27 janvier 2010 à 22:30 par anita

Je ne m’avancerais pas à dire que jamais un mineur n’a été placé en centre de rétention.
Il semblerait que des médecin aient été requis pour pratiquer des âges osseux, c’est à dire des radios du poignet, pour arguer que certains jeunes sont en fait majeurs.
Or, les tables d’âges osseux ont été établies justement parce qu’il existe des discordances entre âge osseux et âge réel. Le seul point fixe, c’est la date de naissance, qui chez nous est connue sans ambiguité. Des facteurs nutritionnels, pubertaire peuvent modifier la vitesse de calcification du poignet. L’individu présentera alors un retard, ou une avance de l’état de son corps.
Utiliser cette radio du poignet pour affirmer “ah, ben en fait celui-ci à 18 ans 2 mois d’après son poignet, donc on le colle en centre de rétention, puis dans l’avion! ” est une imposture sur le plan médical, une infamie sur le plan moral.
Et légalement?

134. Le mercredi 27 janvier 2010 à 22:31 par siarres

Quelle supériorité intellectuelle mon cher YR !
Vous vous nourrissez les trolls par charité , il faut bien qu’il se trouve quelques idiots pour ne pas être de votre avis sinon votre vie supérieure serait trop monotone .Que ces gens que vous méprisez de si haut soient des milliers ou des millions peut vous importe .Vous ne chercherez pas à les convaincre ce serait donné de la confiture aux cochons .
Votre grande expérience de la vie sociale vous a renforcé dans l’expression de poncifs du type ” le policier fatigué qui vous met au trou sans fondement légal ” ou ” le juge gauchiste qui annule la vilaine décision “
Ne pensez vous pas que ce mépris affiché par ceux ” qui pensent bien et qui savent que ceux qui ne pensent pas comme eux sont des indigents intellectuels ” et a l’origine de la suspicion de plus en plus grande que rencontre votre discours .
L’idéal serait qu’il y eu un blog dont toute critique de la belle et noble pensée ( la votre ) fut bannie ,pour éviter ce contact répugnant .
Plus dur sera le réveil .

135. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:06 par marsan

aux Siarres, Zorglub et autre Zemour des temps modernes,

on peut tout dire et notamment des âneries. A la limite peut importe - que vous pensiez différemment de moi , j’en suis heureux.
Par contre que vous veniez sur ce journal informatique juridique pour dire des contre-vérités juridiques qui ne volent pas plus haut que les pâquerettes c’est fatigant pour certains des lecteurs qui essayent de vous faire revenir à la raison, chose qui est tout a fait impossible puisque vous n’en avez pas.

Donc les uns et les autres si vous pouviez arrêter de vous invectiver ça serait assez sympa.

136. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:07 par siarres

@Anita
Et légalement? …
ben légalement ça s’appelle une décision , du même type que tous les autres jugements – il est mineur ou il n’est pas mineur . En fonction d’éléments qui conduisent à cette décision – radiographie du poignet , ou pas radiographie .
Permettez moi de vous faire remarquer que si le sujet avait montré clairement qu’il a 17ans et sept mois personne ne se donnerait tous ce mal pour savoir s’il a 18 ans et trois mois .
C’est parce que les associations ( pas toutes ) les engagent à se déclarer mineurs sans papier pour bénéficier du régime , qu’on doit se poser la question .
Question qui n’ interresse pas que les immigrés , beaucoup de juges pour bien des raisons sont amenés à décider , ce modèle à 18 ans ou bien il est mineur ,il leur arrive d’être embarrassés pour décider .
Remarquer que je connais des endroit ou on n’entre pas dans cette comédie on dit à l’avocat «  vous voulez qu’il bénéficie du régime des mineurs – très bien prouvez qu’il est mineur! . Dés lors même avec une barbe blanche on va se faire examiner , radiographier gaiement , sans se poser les questions angoissantes que vous vous posez sur la relativité des sciences exactes . Comme quoi on y croit soudainement !

137. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:09 par zadvocate

la photo que vous avez mise avec le billet m’a bien faire rire: Monsieur BESSON c’est le Michel DENISOT du gouvernement ! Mais si souvenez vous, les guignols et la blague de Michel DENISOT ! Bah c’est pareil avec BESSON dès qu’il ouvre la bouche ca ressemble à une blague.

Ah on me dit dans l’oreillette qu’il y a toutefois une différence de taille, les êtres humains qui subissent cette politique …

désolé (comme dirait denisot)

138. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:12 par top

M. Besson pensait-il vraiment que ça puisse passer (légalement) et arriver à ses fins (l’expulsion) ou est-ce uniquement un acte politique histoire de flatter de potentiels électeurs?

Ma question n’est pas rhétorique, j’aimerai bien avoir des avis là dessus

139. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:22 par vlf

Maître,
Ce commentaire ne concerne pas strictement le sujet de votre billet.
Veuillez m’en excuser.

@chris
On ne peut pas comparer comme vous le faites le fait comme pour certaines familles royales de se “reproduire” au sein d’effectifs tres restreints et le fait de se “reproduire” au sein d’un même pays ou même d’une même région. Au dela d’un effectif de quelques centaines de personnes, il n’y a pas de risque de consanguinité.

Et regardons au moins un exemple : la population du Japon ne se mélange pas depuis des siècles au moins et, que l’on aime ou non ce pays et ses modes de vie, on ne peut assurément pas dire qu’il s’agit d’un pays arriéré !

D’une manière générale, je pense que beaucoup de peuples (hors Amériques) sont peu ou pas du tout mélangés.
En tirer la conclusion a priori qu’il s’agirait de peuples plus ou moins tarés ne relèverait-il pas du racisme ?

140. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:50 par Aquinus

Au-delà du débat purement juridique et de l’analyse extrême de Zemmour, on peut tout de même essayer de comprendre les incroyables paradoxes qui posent problème.

1/ si les mêmes clandestins n’avaient pas été 123 mais 12 300, le résultat eut été le même. S’ils avaient été 123 000, idem - où le roman de Raspail le Camp des Saints est déjà, juridiquement en tous cas, une réalité. C’est clairement du délire, le principe juridique évoqué ne peut pas être valable dans l’absolu.

2/ on comprend bien que le gouvernement actuel a été élu en grande partie pour résoudre le problème de l’immigration clandestine. On comprend aussi qu’il essaye de l’endiguer, pour la première fois depuis l’apparition du phénomène. Or il n’y arrive pas, en grande partie à cause de lois et de principes supra-nationaux, issus des droits de l’homme, qui contraignent les droits du peuple français et lui interdisent de décider qui peut vivre sur son sol et qui ne le peut pas. C’est déjà dit par beaucoup, mais c’est certainement le début de la fin pour la souveraineté populaire voire la démocratie. Mais on ne peut pas évacuer non plus le fait que le syndicat de magistrats le plus puissant soit de gauche, et tienne le gouvernement actuel pour quasi-fasciste. N’importe quel élu UMP partagera en privé cette opinion.

Alors? Donner raison à Jean Raspail?

141. Le mercredi 27 janvier 2010 à 23:57 par Kemmei

A la longue, ces “Bessonades” sont de moins en moins drôles et de plus en plus déprimantes. Même les Burisis ont un goût de déjà vu… Tentative de passage en force donc illégalité, déformation de la réalité voire mensonge éhonté, et finalement oubli puisqu’à part le cercle limité des lecteurs de ce blog peu de gens seront informés (et que d’ailleurs beaucoup n’en ont rien à taper, même au moment de voter)… La méthode Besson est bien rodée.

Bon courage pour la chasse aux trolls.

142. Le jeudi 28 janvier 2010 à 00:09 par Monseigneur

@ Siarres,

Au risque de jeter une cacahuète -ne voyez surtout pas dans cette cacahuète une quelconque allusion simiesque- dans un troupeau de trolls affamés et ce soir, particulièrement actifs, il faut parfois convenir qu’un certain nombre de nos semblables est non seulement incapable de se souvenir que lorsque deux verbes se suivent le second est à l’infinitif -que celui qui n’a jamais péché…-, mais encore ne peut entendre que mener une discussion est admettre que l’autre peut détenir une parcelle de vérité qui vous échappe.
Tenter de discuter avec de tels croisés qui mettent en outre tout sur le même plan est aussi vain qu’espérer convaincre un témoin de Jéhovah de l’intérêt salvateur de la brouette japonaise ou de la toupie mongole (merci San A). Ce n’est pas mépriser les “indigents intellectuels” que nous pouvons être tous à un moment, c’est simplement admettre l’échec d’une discussion stérile.
Je vais donc me taire et retourner décortiquer mes cacahuètes et mon Grévisse. Le bonsoir Siarres

143. Le jeudi 28 janvier 2010 à 00:21 par siarres

@aquinus
Je suis moins pessimiste que vous , le gouvernement vient de faire un coup de maitre ; démontrer que si la lutte contre l immigration échoue ce n’est pas sa faute ; or il faut constater que sa politique échoue .
Observateur depuis vingts ans de la dérive du ” conventionnement ” international , je constate que le mouvement se ralentie . il y a vingt ans on envoyait des diplomates quinze jours à Miami une semaine à Genève et hop !on pondait une convention internationale sur le droit des belles mères - c’est fini !.
En fait c’est parce que la démocratie réelle progresse ,ça n’avait pas beaucoup d’importance de parapher une convention sur les grenouilles quand les trois quart des signataires savaient que en interne personne ne les contraindrait à la suivre . La disparition des dictatures socialistes a fait apparaitre des élites qui ont longtemps vécu sous le règne du discours sans conséquence exigibles et qui veulent maintenant attacher des réalités aux mots . D’où la difficulté du bavardage “déphasé” type «  gauchard » comme on le trouve encore en France , par exemple le discours sur la défense du service public pour refuser en fait de se mettre à la disposition du public , mais plus pour longtemps .
Les nouvelles générations n’écoutent pas les discours des moines prêcheurs , elles regardent concrètement ce qu’on leur apporte . Je crois que c’est un progrès .

144. Le jeudi 28 janvier 2010 à 00:46 par citoyenlambda

En rapprochant la libération de délinquants “dangereux” du cas des “Kurdes de Corse” Eric Zemmour fait un amalgamme.

Dans un cas il a été considéré que la privation de liberté des immigrants ne correspondait à aucune action légale.

Dans l’autre il s’agit de délinquants “dangereux” dont la garde à vue n’a pas respecté la procédure.

Je ne suis pas juriste, ni candidat à la profession d’avocat (par les temps qui courent ça existe encore) mais dans un cas on a privé de liberté les clandestins sans même tenter de le faire dans le cadre d’une procédure légale à la disposition des autorités.

Dans l’autre il s’agit de délinquant dangereux (présumés) pour lesquels dans le cadre d’une procédure légale, la garde à vue, des conditions de nullité ont été jugées recevables.

Dans un cas on ne s’est appuyé sur aucune procédure légale, dans l’autre dans le déroulement d’une procédure légale tous les points n’ont pas été respectés à la suite d’erreur ou de manière intentionnelle.

D’autre part dans un cas on a à faire avec des gens qui fuient leur pays, dans l’autre à des délinquants dangereux.

Cet amalgamme est mis en avant par Eric Zemmour pour dénoncer une prétendue idéologie commune aux deux évènements.

Mais quels sont les faits qu’il avance et qui pourraient constituer une idéologie commune justifiant de rapprocher ces évènements ?

Aucun.

Il cite un auteur litéraire et dramaturge pour avancer que le droit serait “le royaume de l’imagination”.

Il ne fait par la suite qu’une série de procès d’intention sans jamais “circonstancier” ses accusations les étayer de la moindre tentative d’analyse :

« Il estimaient que la garde à vue à la française ne respecte pas le droit européen »

Notez l’usage du verbe “estimer”, le littré en dit :
“Croire, réputer, présumer”, Toutes significations qui dénote que les mots qui suivent proviennent des conjectures propres seulement à leurs auteurs, on ne voit pas trace dans ce verbe de référence à un texte qui s’impose à eux, la loi.

Observez comment la phrase oppose “La garde à vue à la française”, autrement dit la bonne vieille bien de chez nous au “droit européen” qui ne peut être que “froid” (le droit) et “lointain” (européen) voir poussons la connotation probablement “éloigné”.. des réalités de terrain.

Ensuite suivent toute un série d’affirmations, de procès d’intention jamais étayés, ni argumentés :

« pour ces magistrats tout clandestin a vocation à être régularisé, tout étranger à droit à l’asile politique en France »
« Déjà à l’époque les juges s’amusaient à en libérer un bon paquet »
« Sarkozy a mis les policiers au travail »
« Il est facile pour eux de dénicher (NdR les juges du CSM pointés par Eric Zemmour) l’erreur de procédure qui ruinera tout le travail policier »
« Ces juge jouent à Pénélope, ils défont par leurs pinaillages juridiques, ce que les policiers ont fait »
« Ces juges de drappent dans le respect du droit, Alors que ce sont plutot des prêtres prechant la morale droit de l’hommiste »
« Ils font jouer les conventions européennes contre le droit national alors qu’ils jugent au nom du peuple français »

« Ils se donnent le frisson flatteur de sauver ce qui est pour eux l’équivalent des juifs persécutés par les Nazi alors qu’il mènent un guérilla contre une loi démocratiquement voulue par les français »

« Ils se prennent pour des révolutionnaires alors qu’ils sont les alliés objectif des mafias, des passeurs de patrons exploiteurs de main d’œuvre bon marché »

« En plus ils se croient de gauche alors qu’ils sapent la protection sociale des français qui croule sous les déficits »

« Ils ruinent les efforts d’intégration des étrangers accomplis dans les écoles et pourrissent la vie des classes populaires »

« Mais ces magistrats drapés dans leurs certitudes idéologiques n’en on cure »

« Enfin cette opération a fait un heureux : le passeur, parce que à 5000 € l’enfant à 10 000 € l’adulte, cette opération lui a laissé à vue de nez 1 million d’euros : on a connu des opérations moins rentables, en lus il s’est fait une publicité formidable, sa méthode est la bonne : faites accoster des clandestins sur les plages françaises il ne peut rien leur arriver, l’état est impuissant et les juges vous protègent, lui au moins dira merci à la justice française »

on se demande d’où toutes ces accusations sortent (probablement du petit royaume de l’imagination interne de Mr Zemmour car seule l’imagination peut affirmer sans argumenter, démontrer, raisonner) ?

Nous sommes ici dans le domaine du ressenti, du fiel, de l’accumulation d’affirmations jamais étayées ou circonstanciées, encore moins dans l’analyse !

Pour entendre proférer de telles paroles pas besoin d’un éditorialiste célèbre, pas besoin de sens critique, de réflexion, de capacité d’analyse, un bon vieux ressenti, une bonne vieille haine suffit.

n’importe quel “comptoir” suffisamment « mûr » aurait à offert à RTL un niveau d’analyse équivalent, et pour beaucoup moins cher.

En entendant ça j’ai cru entendre du “Le pen” de la plus mauvaise époque.

Car où Eric Zemmour a-t-il démontré que les jugements qu’ils cite procèdent d’une politique, d’une idéologie, où est-ce établi ?

Si quelqu’un pense qu’un juge fait de la politique en rendant un jugement mais alors pourquoi le parquet ne ferait-il pas appel ?

Tous les juges ne sont pas du même bord politique si les affirmations de Zemmour étaient fondées on verrait se multiplier les aller-retour “déterministes” de jugements contradictoires entre première instance, appel, cassation etc.

On verrait se matérialiser les “camps” qu’il mentionne.
Comment aurait-ce pu passer inaperçu des journalistes pendant toutes ces années ?

Comment n’en aurait-on pas parlé à l’occasion des “remous” sur la Justice dans l’opinion publique à propos du procès d’Outreau ?

Toutes ces raisons fondent mon opinion selon laquelle, celui qu’on présente comme un fin analyste politique a “déraillé”, et s’est contenté de déverser du ressenti, une certaine haine mais a laissé en jachère pour le coup ses précieux neurones.

145. Le jeudi 28 janvier 2010 à 01:48 par Teejee (mékeskidi de base)

@ Top : monsieur Besson, tout comme ses collaborateurs et son patron, ne se fait aucune illusion sur les résultats affichés de sa politique : je ne sais plus en quelle occasion il a dit que les expulsions ne servaient à rien. En “off”, je précise, et c’est bien dommage !
Alors, pourquoi persister dans une politique dont on sait qu’elle ne sert à rien ? Parce qu’elle ne sert à rien ? Possible : après tout nous sommes chez les Shadoks.
Ou parce qu’elle sert à quelque chose ? Plus logique. A quoi ? A montrer à une frange de l’électorat, dont certains trolls ici présents font visiblement partie, que l’on lutte contre ces salauds d’étrangers qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes contre l’immigration clandestine qui profite à des passeurs sans scrupules. De sorte que cette frange de l’électorat votera pour ceux qui pratiquent une politique aussi vigoureuse.
Ai-je répondu à votre question ?

146. Le jeudi 28 janvier 2010 à 01:48 par Aristo

@aquinus
Les règles des droits de l’Homme de la CEDH, elles sont apparues, comme ça, d’un coup ? C’est un dictateur droits de l’Hommiste qui a décidé que la CEDH sévirait dans 48 Etats d’Europe ?
Bah non, elles ont été signées, et ratifiées par les représentants du peuple.
Elle est là, la démocratie, la “souveraineté populaire”, c’est aussi simple que ça. Théoriquement, on nous impose rien. On se l’ait imposé à nous-même.
Alors peut-être est-on victimes du syndrome de Frankeinstein : après avoir enfanté de sa créature, celle-ci devient incontrôlable et se retourne contre son créateur. Mais a-t-on le droit de s’en plaindre ?
De toute façon, la “souveraineté”, ça ne veut rien dire, on la balance comme ça parce que ça fait argument d’autorité, mais juridiquement c’est bien vide comme concept. Et utiliser cette notion amène à de très nombreux noeuds juridiques.
Bordel, ces magistrats ont fait leur boulot, ils appliquent les textes et respectent la hiérarchie des normes. On a aussi notre lot de décisions qui nous paraissent choquantes dans l’autre sens, mais qui sont juridiquement corrects…
D’ailleurs on se plaint de la CEDH, mais quand on aura l’occasion de poser des questions préjudicielles de constitutionnalité, on se rendra assez vite compte (et on le sait déjà) que les principes reconnus par la Constitution et son bloc recoupent assez largement ceux de la CEDH…
Et là, l’excuse de la “souveraineté populaire” marchera encore moins…

147. Le jeudi 28 janvier 2010 à 08:32 par anita

@Siarres : n’y a-t-il pas quelque chose en France qui s’appelle le bénéfice du doute? Je comprends bien la difficultés qu’il y a à prendre une décision. Mais en tant que médecin, je suis choquée de voir utiliser comme preuve quelque chose qui ne représente qu’une indication, basée de plus sur la statistique d’une population riche qui peut avoir des caractéristiques différentes de celle d’origine des demandeurs, pour des tas de raisons, en partie nutritionnelles. En fait, cela dépend de l’age pubertaire moyen, qui lui même combine des facteurs génétiques et environnementaux. Je rappelle que l’écart entre un âge osseux et un âge réel, hors pathologie, peut atteindre 4 ans.

La marge d’incertitude ne me paraît devoir fonder une décision de justice.

148. Le jeudi 28 janvier 2010 à 08:46 par Spike

Franchement, pouvons nous traiter d’aveugles ceux qui ont installé un judas à la porte de la République?

Je crois pour ma part que ce n’est pas l’immigration qui soulève des incertitudes, elle est signe de richesse alors que la plupart des passes d’armes à fleurets mouchetés dont je viens d’être témoin résultent plus d’une question soulevée par l’intégration.

149. Le jeudi 28 janvier 2010 à 09:03 par Momo Bardèche

bavardage “déphasé” type «  gauchard »: c’est beau comme du lefebvre.
Vous être vraiment partout, siarres.

150. Le jeudi 28 janvier 2010 à 09:08 par Blueberry

Mais on aura beau dire, cet Éric Besson est vraiment un beau parleur ; ça transparaît moins à l’écrit, mais qu’on le voit se faire interroger par des journalistes à la télé, il se défend admirablement bien. Alors ça passe évidemment par des mensonges comme ici, mais il ne laisse jamais transparaître aucun doute, et lorsqu’il parle on sent qu’il y met toute la sincérité dont il est capable. Et on a envie de le croire en plus (en tout cas c’est mon cas), parce que c’est tellement plus rassurant tel qu’il présente les choses.
Dans le genre, je le trouve même supérieur à celui dont sa défection au sein du PS a le plus profité. Mais bon, comme son nouveau mentor, les grosses ficelles finissent par se voir.

151. Le jeudi 28 janvier 2010 à 09:42 par Eurys

Ministre de l’Immigration, l’Explusion, et de la Sacro-Sainte Préservation de la Pseudo-intégrité Française.

Pays de merde …..

152. Le jeudi 28 janvier 2010 à 09:49 par top

@144
Merci, mais j’ai bien conscience qu’il lutte par tous les moyens, ruses, pièges contre l’immigration clandestine et qu’il veut que ça se sache
je me pose plutôt la question à un niveau “juridique”: savait-il délibérément qu’il allait se planter ou pouvait-il espérer que ça passe?

En gros, sans demander l’avis de voyants psycho-comportementalistes, E. Besson est-il un incompétent notoire ou y avait-il vraiment une possibilité d’arriver à l’expulsion en s’essuyant les pieds sur la loi par la voie choisie du placement en CRA?

Ce que dit E. Zemmour sur les juges qui cherchent tous les moyens pour contourner les lois (de mémoire) va comme un gant à de nombreux hommes politiques

153. Le jeudi 28 janvier 2010 à 09:53 par pseudo.do

Dans un genre similaire:

http://www.sudouest.com/bearn/actua…

154. Le jeudi 28 janvier 2010 à 10:11 par petit comique

Ce qui m’agace particulièrement, c’est que notre chère télévision n’aie aucun journaliste osant rentrer dans le lard de Mossieur Besson… et que le “francais moyen” s’informe essentiellement par le biais de ce que feu mon père appelait “le connissoire” alias la télévision…

155. Le jeudi 28 janvier 2010 à 10:37 par Monseigneur

@ Siarres

Bon, promis, dernière intervention et je vous laisse jouer dans votre bac à trolls en voie d’alphabétisation.
Si le clerc que je suis étudie avec un tant soit peu de mauvaise foi votre rhétorique vindicative qu’y décelé-je ?

un peuple
un territoire national sacré
des élites et des dirigeants renouvelés
de nouvelles générations, vierges du passé
des hordes cosmopolites extérieures menaçant la France éternelle tant par leur invasion physique que par l’influence pernicieuse qu’elles exercent sur la volonté populaire
Des moines prêcheurs, des intellectuels déphasés méprisant la multitude…

Mais où ai-je déjà lu tout ceci ? Dites-moi, quand vous évoquez le dur réveil à venir, parlez-vous de celui qui a suivi la Nuit de Cristal ou est-ce une illusion ?

156. Le jeudi 28 janvier 2010 à 10:50 par Spike

“Elle est à toi cette chanson
Toi l’Auvergnat qui sans façon
M’as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid
Toi qui m’as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M’avaient fermé la porte au nez
Ce n’était rien qu’un feu de bois
Mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr’ d’un feu de joie

Toi l’Auvergnat quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au père éternel”

Je n’ai pas pu m’en empêcher…

157. Le jeudi 28 janvier 2010 à 11:17 par Alex

La honte…
Et puis les trollages de tous les frustrés du bulbe venus déposer ce qu’ils croient relever des idées.. La double honte…

Merci notamment à Monseigneur pour ses efforts et à Spike pour l’Auvergnat……
Et vive la France

158. Le jeudi 28 janvier 2010 à 11:21 par El Re

Consternant.

Merci maître de pointer du doigt la violation de la loi et le mensonge permanent de ce ministre, qui résume à lui seul les abus du pouvoir exécutif en France.

159. Le jeudi 28 janvier 2010 à 11:40 par Lelouch

“C’est clairement du délire, le principe juridique évoqué ne peut pas être valable dans l’absolu.”

Non, le délire c’est de croire que la Loi est relative et qu’on l’applique comme on veut, quand on veut et où on veut. La Loi dit qu’une arrestation illégale doit être cassée. Alors elle doit être cassée, point. Imaginons que pour une raison X ou Y on se rend compte que les photos prises par un radar automatique ne sont pas valables aux yeux de la Loi. Ce radar a pris des centaines de milliers de photos, donc si on suit votre raisonnement on ne va rien faire pour tous ceux qui ont perdus des points et payé des amendes parce que c’est du “délire”? C’est ça le délire, la Loi n’est pas à géométrie variable.

“On comprend aussi qu’il essaye de l’endiguer, pour la première fois depuis l’apparition du phénomène.”

Absurde. Ca fait un bail que les différents gouvernement disent qu’ils vont lutter contre l’immigration.

“Or il n’y arrive pas, en grande partie à cause de lois et de principes supra-nationaux, issus des droits de l’homme, qui contraignent les droits du peuple français et lui interdisent de décider qui peut vivre sur son sol et qui ne le peut pas.”

Déjà il faut bien voir que si les kurdes ont été relaché c’est pour la seule et unique raison que la condition de leur arrestation violait la loi française, les principes “supra-nationaux” n’y sont pour rien.
D’autre part ces soi-disants principes qui “contraignent” les français ont été ratifié par le Parlement ou par référendum. On a vu pire comme contraignant (comme par exemple le fait pour le préfet de pouvoir forcer une commune à installer des caméras même si elle ne veut pas, tout en lui en faisant supporter les frais d’installation et d’entretiens bien sûr).

“Mais on ne peut pas évacuer non plus le fait que le syndicat de magistrats le plus puissant soit de gauche, et tienne le gouvernement actuel pour quasi-fasciste.”

Ce syndicat n’est pas de gauche, quant à sa “puissance”, il n’y a qu’à voir les “réformes” appliquées par le gouvernement pour se rendre compte à quel point il est puissant.

“Je suis moins pessimiste que vous , le gouvernement vient de faire un coup de maitre ; démontrer que si la lutte contre l immigration échoue ce n’est pas sa faute ; or il faut constater que sa politique échoue .”

Le gouvernement vient de démontrer que pour violer les traités que la France a signé il est prêt à violer sa propre loi, tout ça pour poursuivre une politique que n’importe qui de sensé se rendrait compte qu’elle est coûteuse et inefficace. En effet c’est brillant, je crois que vais devoir m’asseoir pour reprendre ma respiration.

160. Le jeudi 28 janvier 2010 à 11:49 par Mathaf Hacker

Hors sujet :

Formidable Twitter, on a les verdicts en direct sur Clearstream :
Denis Robert, relaxe. Florian Bourges, coupable.Gergorin, coupable. Imad Lahoud, coupable. And the winner is…
Happy Birthday Mr. President.

161. Le jeudi 28 janvier 2010 à 11:53 par jalmad

je me demandais quand il allait enfin à nouveau se distinguer, notre Besson national….il avait déjà fait fort en voulant passer pour un grand humaniste en affirmant que les procédures d’expulsions des Haïtiens seraient “suspendues” (suspendre n’est pas accorder l’asile, hein, soyons clairs, les APRF continuent….comprendre en réalité que les procédures reprendront dès que l’aéroport de Port au Prince sera suffisamment remis en état pour accueillir nos charters en sus des convois humanitaires…).

sinon, @ anita : en réalité, oui, il y a des mineurs en centre de rétention, Eolas en parle ; en revanche il n,e peut y avoir de mineur étranger isolé sur le territoire (c a d qui n’a aucun relai familial en France) en centre de rétention. En effet, on considère qu’un tel mineur est en situation de danger, et que notre devoir de protection des mineurs prime alors sur la question de savoir de quelle nationalité il est, comment il est rentré sur le territoire, etc….il sera par conséquent orienté vers un foyer ou une famille d’accueil, et a le droit de rester sur le territoire à tout le moins jusqu’à sa majorité, voire plus tard si entre-temps il a pu acquérir un statut (voire la nationalité française) empêchant une expulsion du territoire.
vous avez raison quant à la marge d’erreur énorme de ces analyses d’âge osseux ; sachez également, pour que l’horreur soit complète, que certains ont eu l’idée d’examiner le développement des poils pubiens pour “affiner” l’âge du “prétendu mineur”. Cependant, certains magistrats (pas tous, et je n’ai aucune idée des proportions) tiennent compte de cette marge d’erreur et, si on arrive à un âge trop proche de 18 ans, retiennent en effet la minorité “au bénéfice du doute”, comme vous le dites.
Quant à ceux qui voudraient mettre cette preuve de la minorité à la charge du mineur lui-même et son avocat….comment dire…..c’est tout simplement abject (ça c’est un avis personnel, mais il faut quand même constater que ça revient à dire : moi Etat français, je préfère prendre le risque d’infliger à un mineur en danger le passage en rétention, etc…jusqu’à l’expulsion, plutôt que d’accueillir un éventuel “fraudeur”, c’est à dire une personne qui a fui son pays et qui, âgé de 20 ans, cherche à se faire passer pour âgé de 17….), mais surtout c’est faire semblant d’ignorer que cette preuve sera dans bien des situations tout simplement impossible à obtenir par l’étranger ou son avocat, notamment pour les raisons suivantes : certains mineurs ne connaissent même pas leur nationalité avec certitude et ne savent pas à qui s’adresser (ceux qui sont nés dans des camps de réfugiés par exemple, ou dont la situation parentale est compliquée, qui ont passé une partie de leur enfance à migrer ou à être déplacés, ou dont les frontières de leur pays ont évolué, ou dans des parties de territoire qui ont acquis l’indépendance, etc…), quand d’autres seront issus de pays où l’état civil est un bordel sans nom…..

@ aquinus (je cite le passage d’anthologie) on ne peut pas évacuer non plus le fait que le syndicat de magistrats le plus puissant soit de gauche . Alors, reprenons au ralenti cette affirmation…..
environ un tiers des magistrats sont syndiqués ; allez, je vous en accorde 35 %….il en reste quand même 65 % qui ne le sont pas. Notez, cela ne les empêche en effet pas d’être sympathisants de la gauche, et de tenir pour quasi-fasciste le gouvernement actuel. J’en suis bien d’accord, mais ce cher Aquinus semble faire un lien de cause à effet entre les décisions des magistrats et le fait que le “plus puissant” syndicat de magistrats serait de gauche.
Ensuite, parmi les syndiqués, le SM (gauche revendiquée) représente environ 30 %, FO (gauche revendiquée) environ 10 %, et le “plus puissant” est l’USM pour environ 60 % des syndiqués. Faites le calcul et voyez ce que les syndiqués clairement marqués à gauche représentent parmi les magistrats.
Quant à savoir si l’USM est de gauche…il s’affirme apolitique et axé sur la défense de la profession. Je suis de ceux qui pensent qu’on ne peut être apolitique en pareille matière. En revanche, on doit constater qu’à part durant la fin de règne de Rachida, l’USM n’a jamais pratiqué la politique de la chaise vide, a au contraire repris des contacts avec la chancellerie depuis l’arrivée de MAM, et se garde bien de faire quelque déclaration de principe quant à, par exemple, la politique d’immigration du gouvernement. Qu’il se positionne sur certains points disons “plus à gauche” que le gouvernement, peut être, mais en même temps, il est actuellement difficile de faire plus à droite (encore une appréciation personnelle). Quoiqu’il en soit, dire qu’ils tiennent le gouvernement actuel pour quasi-fasciste est faux.

@ tous les défenseurs d’E. Zemmour : que des magistrats soient parfois animés d’une idéologie, oui. Mais de tous les bords : gauche, extrême gauche, droite, extrême droite. Que certains fassent primer cette idéologie sur l’application de la loi, c’est possible. Mais soupçonner un JLD (et là, ce n’est même plus soupçonner, c’est l’affirmer) d’avoir agi de telle manière juste parce qu’il annule des procédures, c’est ce qu’on appelle un procès d’intention. En l’occurrence, le Parquet n’a fait appel d’aucune de ces décisions, aveu s’il en est que les décisions du JLD sont juridiquement fondées, à moins de soupçonner également le Ministère Public, statutairement soumis au Garde des sceaux, de faire partie du complot gauchiste également et par conséquent de ne pas faire appel d’une décision non fondée juridiquement d’un JLD. Mieux, le Préfet, conscient de l’énormité de la violation de la procédure (de la loi donc) par ses services, a retiré ses décisions qui n’étaient pas encore passées entre les mains de ce JLD. Voilà ce que M. ZEMMOUR désigne par “pinaillage”. Dans ces conditions, qu’il se fende désormais d’un édito dénonçant avec vigueur le “pinaillage” du Préfet ; qu’il appelle de ses voeux des textes simples et clairs disant précisément une bonne fois pour toute QUI (par décret, ça va plus vite, c’est plus efficace, il y a des précédents historiques, si si…demi-français, quart de français, etc…) a le droit de rester sur le sol français, et, après tout, qui relève des droits de l’Homme, ou plus simplement, qui doit être considéré comme un être humain. Comme ça, ça sera clair.

Dénoncer les propos de Zemmour, ce n’est pas jouer les “pleureuses” comme j’ai pu le lire dans un post, ce n’est pas non plus défendre de façon corporatiste ce pauvre JLD, qui, franchement, s’en remettra, si ça se trouve s’en contre-fout, et si ça se trouve est quelqu’un de détestable. Non, on s’en fout de cela (que le collègue m’excuse s’il me lit) ; personnellement, je ne suis même pas pour qu’on condamne pénalement ces propos même s’il semble bien qu’on puisse poursuivre sur le fondement de 434-25 du CP ; je suis encore moins pour qu’on interdise à quiconque d’exprimer ce type d’idées, même si je les considère comme plus que nauséabondes. Voilà, probablement mon seul point d’accord avec Sarkozy : abrogation des délits de diffamation et injures publiques. Ce qui importe, c’est qu’on arrive à faire passer le message que ce type d’attaque contre des décisions juridictionnelles, et, à travers elles, des magistrats qui les rendent, est de nature à préparer le terrain à une justice qui ne serait plus fondée sur l’application de la loi et le respect des droits de chacun ; je dis bien chacun : quelque soit sa position sociale, sa nationalité, sa religion, son sexe. Et que sans cela, il sera de plus en plus malaisé pour n’importe quel citoyen de démontrer qu’il est du bon côté de la barrière, c’est à dire une “victime” et pas un “délinquant” au sens de l’Etat, que par conséquent il a “droit à ses droits”, le jour où l’Etat aura décidé, par exemple, d’expulser les gens qui ne pourront pas prouver qu’ils sont mineurs, français depuis au moins 2 générations, etc….

Je me rappelle l’épisode Filipacchi et l’émoi de journalistes. Je ne sais pas quelle était la position de M. Zemmour. Quoiqu’il en soit, la chambre de l’instruction a finalement annulé le mandat d’amener délivré par le Juge d’instruction ; ce mandat était pourtant clairement autorisé par le code de procédure pénale dans pareille situation, mais la chambre de l’instruction a jugé que le recours a tel mandat était “disproportionné” eu égard à la nature de l’infraction. Qui a hurlé au “pinaillage juridique” de la chambre de l’instruction se fondant sur des “considérations droits de l’hommiste” ? la chambre allait pourtant bien plus loin que le JLD Corse, puisque dans son cas, la procédure n’avait pas été violé au sens des dispositions législatives applicables. De mémoire, personne parmi les journalistes ou éditorialistes, et certainement pas moi. J’aurai même aimé que le législateur tire les conséquences de cet émoi national, et vienne clairement dire qu’un mandat d’amener ne peut être décerné lorsque la peine encourue est inférieure à tant. Pour protéger les justiciables de l’arbitraire du Juge d’instruction, pour qui ce principe de “proportionnalité” reste bien flou. Je suis pourtant Juge d’instruction.

Enfin, j’ajoute que j’ai des idées politiques qui me classent plutôt dans la catégorie que certains dénomment “ultra-gauche”. Je suis donc magistrate, j’ai exercé diverses fonctions. Et il m’est arrivé à un nombre de reprises incalculables d’appliquer des textes de loi qui me répugnent. Parce que c’est la loi, que je tire ma légitimité du respect de cette même loi qui est l’émanation de la volonté populaire. J’ai prononcé des peines plancher quand je n’avais pas les éléments qui me permettaient, au sens de la loi, de l’écarter ; j’ai expulsé de leurs logements des familles qui étaient objectivement dans une situation dramatique car leur situation ne leur permettait pas de se voir accorder, selon la loi, des délais. Je n’en tire aucune gloire, car je n’ai fait que mon devoir.

Autre chose : lorsqu’on est magistrat, on est confronté à la prise de décisions en collégialité, c’est à dire, la plupart du temps, à 3. On délibère, et on n’est pas toujours en accord avec la majorité. Mais dans ce cas, on se plie à la décision de la majorité, et on respecte et accepte cette décision. Il m’est arrivé une fois d’aller pleurer dans les toilettes en sortant d’une audience, mais jamais je n’ai gardé grief aux collègues qui m’avaient mise en minorité parce que je sais que leur opinion vaut la mienne, et que je peux me tromper, et que, si ils sont 2 à penser différemment de moi, c’est que probablement je me trompais.

Et nous appelons pour la plupart des magistrats, de nos voeux, une restauration du principe de collégialité en correctionnelle. Parce que c’est un garde-fou contre la toute-puissance, l’erreur d’un magistrat….

Tout ça pour dire que la gestion de la “frustration”, ça fait partie de notre quotidien ; faire primer la loi sur nos convictions personnelles, c’est le sain exercice auquel nous nous livrons tous les jours. Par ailleurs, paradoxalement, il n’y a rien de plus confortable et déresponsabilisant pour un magistrat qu’une loi qui lui ôte tout pouvoir d’appréciation.

Alors qu’un éditorialiste tienne de tels propos, personnellement, ça me débecte, mais je m’en remets sans problème. Qu’un éditorialiste tienne de tels propos sans que le Ministre de la Justice vienne rappeler sagement que la seule voie normale pour critiquer une décision de Justice est l’appel, qui en l’espèce n’a pas été une option choisie par ceux à qui cette voie était ouverte, là, ça m’énerve un peu plus. Que des blogueurs viennent surenchérir là-dessus dans un lieu où justement, en général, les gens essayent de faire preuve de pédagogie, d’expliquer le droit, d’exposer des expériences personnelles, de s’instruire, etc….ça m’exaspère.

162. Le jeudi 28 janvier 2010 à 12:09 par Petruk

Apparemment il n’y a aussi des sales gauchos ailleurs qu’en France : ici!

L’article du monde n’est pas trop méchant et omet de traduire la fin de l’éditorial dont je vous met quelques passages ici :

Avec les élections régionales prévues pour Mars, M. Sarkozy et ses alliés cherchent désespérément des moyens de détourner la colère du public face au chômage élevé. Il est difficile de produire des emplois et beaucoup plus facile d’encourager les préjugés anti-musulmans.

Moins de 2.000 musulmans français portent un voile couvrant entièrement leur corps, ne présentant pas de menace évidente pour l’identité française ou la sécurité. Mais parce qu’ils sont si peu nombreux, ils font une cible électorale tentante et bon marché.

163. Le jeudi 28 janvier 2010 à 12:27 par Tendance

relaxe pour DDV:

http://www.lemonde.fr/societe/artic…

164. Le jeudi 28 janvier 2010 à 12:43 par Nicolas L

Je me permets de reprendre les propos de Jalmad :

Je me rappelle l’épisode Filipacchi et l’émoi de journalistes. (…). Quoiqu’il en soit, la chambre de l’instruction a finalement annulé le mandat d’amener délivré par le Juge d’instruction ; ce mandat était pourtant clairement autorisé par le code de procédure pénale dans pareille situation, mais la chambre de l’instruction a jugé que le recours à tel mandat était “disproportionné” eu égard à la nature de l’infraction.
Ou de la démonstration que nos magistrats français franchissent parfois la ligne jaune, faisant fi des règles juridiques qu’ils sont pourtant chargés de faire respecter.

“… la seule voie normale pour critiquer une décision de Justice est l’appel...”
La liberté d’expression a peut-être ses limites mais il ne faudrait pas considérer qu’une décision de justice ne doit en aucune manière faire l’objet de commentaires (ceci étant dit sans avoir pris connaissance des propos de Monsieur ZEMMOUR).

165. Le jeudi 28 janvier 2010 à 12:55 par Nicolas L

Et pour en revenir au sujet et savoir un peu de qui on parle, je retranscris comme suit une petite synthèse établie, en 2009 je crois, par l’Insee :
Au 1er janvier 2006, l’INSEE estime que 3,5 millions d’étrangers résident en France métropolitaine. Entre 1999, date du dernier recensement de la population, et 2006, la population étrangère a augmenté plus vite que l’ensemble de la population résidant en France (8,7 % contre 4,9 %).
La part des étrangers au sein de l’ensemble de la population totale fluctue sensiblement selon les périodes considérées. Entre le recensement de 1946 et celui de 1982, cette proportion a augmenté régulièrement pour atteindre 6,8 %, puis a baissé dans les années suivantes. En 2006, elle augmente légèrement par rapport à 1999, pour s’établir à 5,7 % de l’ensemble de la population ce qui s’explique par une croissance plus élevée des étrangers pendant la période intercensitaire. Parmi eux, on dénombre 528 700 étrangers nés en France : la plupart d’entre eux deviendront Français du fait du droit du sol, cette possibilité étant offerte dès l’âge de 13 ans ce qui explique la singularité de la répartition par âge des étrangers.
Deux étrangers sur cinq (40,4 %) sont originaires du Portugal, d’Algérie ou du Maroc : ces trois nationalités représentent près d’1,5 million de personnes. De ce fait, la population étrangère en France se compose pour 35 % de ressortissants de l’Union européenne à 25, de 31 % de ressortissants d’un des trois pays du Maghreb et de 13 % de ressortissants asiatiques. Au total, la part des Européens baisse depuis 1975 (61 % en 1975 contre 40 % en 2006) au profit de celles des Africains (35 % contre 43 %) et des Asiatiques (3 % contre 13 %).
Comme en 1999, 1,2 million d’étrangers sont des ressortissants d’un pays de l’Union européenne à 25. Cette stabilité résulte d’un double mouvement : les Espagnols, les Italiens voient leur nombre baisser du fait des décès alors que les Portugais acquièrent plus massivement la nationalité française. Ainsi, plus de 70 000 Portugais sont devenus français pendant cette période, les deux tiers au-moins ayant fait une démarche pour l’obtenir par anticipation avant leur majorité.”

166. Le jeudi 28 janvier 2010 à 13:05 par Terence

La lecture de Philippe Muray est un bonheur redoublé à chaque fois que l’on a assisté (participé parfois) à un débat sur ce blog, merci à tous les mutins de panurge !

Muray parlait également dans ses écrit de “l’envie du pénal”, un concept que l’on devrait étudier de près par ces contrées ; ce prix Busiris relève tout à fait, dans l’esprit, de ce que dénonçait Muray, cette sanction voulu partout sous le haut patronage de la “technique technicienne”, cette “envie du pénal” ne se limiterait donc pas aux seuls prétoires, elle aurait fait des p’tits sur la toile.

Philippe Muray is watching you…

;-)

à Jalmad # 161

Non - enfin à mon avis -, 434-25 CP ne tient pas dans la circonstance, pas plus que l’article 29 (je ne sais plus qui en faisait mention) de la loi du 29/07/1881.

167. Le jeudi 28 janvier 2010 à 13:16 par YR

@134 :
””Quelle supériorité intellectuelle”
“votre vie supérieure serait trop monotone.””
“Vous ne chercherez pas à les convaincre ce serait donné de la confiture aux cochons.”

Première leçon rhétorique : discréditer l’adversaire. Peu importe comment. Ici, le disqualifier par une accusation de morgue et de mépris.

“Que ces gens que vous méprisez de si haut soient des milliers ou des millions peut vous importe.”

Deuxième leçon rhétorique : affirmez sans preuve, si possible avec un chiffre. Il y aurait donc des millions de gens qui trouvent Zemmour pertinent, Besson admirable et les juges trop marqués à gauche, puisque siarres vous le dit !

Votre grande expérience de la vie sociale vous a renforcé dans l’expression de poncifs du type ” le policier fatigué qui vous met au trou sans fondement légal ” ou ” le juge gauchiste qui annule la vilaine décision “

Troisième leçon de rhétorique : affirmez que votre adversaire ne sait pas de quoi il parle, sous-entendu, contrairement à vous, mais vous n’avez pas besoin de prouvez que vous vous le savez, puisque vous avez vécu, vous avez de l’expérience que l’autre ne peut avoir.

Ne pensez vous pas que ce mépris affiché par ceux ” qui pensent bien et qui savent que ceux qui ne pensent pas comme eux sont des indigents intellectuels ” et a l’origine de la suspicion de plus en plus grande que rencontre votre discours .

Quatrième leçon de rhétorique : faire dire à son adversaire ce qu’il ne dit pas, de façon suffisament floue, par amalgame ou par extension. Ici, “votre discours”, qui ne se rapporte à rien de précis.
En passant, affirmez que le discours de votre adversaire est suspect. Cà ne mange pas de pain, mais l’auditoire comprend que vous, vous êtes au-dessus de tout soupçon.

L’idéal serait qu’il y eu un blog dont toute critique de la belle et noble pensée ( la votre ) fut bannie ,pour éviter ce contact répugnant .

Cinquième leçon : accusez l’adversaire de vouloir vous faire taire, alors que c’est vous qui avez la parole.

Plus dur sera le réveil .

Dernière leçon : vous détenez la vérité.

Comprenez qu’avec un tel empilement d’attaques rhétoriques visant à décrédibiliser et non à débattre sur des idées, je ne sois pas du tout chaud pour continuer de discuter avec vous.

Soyez certain que cela ne relève d’aucun mépris, et que je regrette sincèrement de ne pas découvrir vos arguments.

Vous comprendrez cependant que je ne poursuivrai pas la discussion si elle doit continuer sur le même mode.

168. Le jeudi 28 janvier 2010 à 14:13 par siarres

à YR
Je vous remercie de l intérêt que vous me portez ;
Mes arguments ne sont pas systématiquement contraires aux vôtres . Très clairement; j’approuve très haut les juges qui ont appliqué la loi dans cette affaire .
Ce que j’ai voulu mettre en exergue c’est ce coté méprisant de l’opinion contraire que vous portez ,toujours à la limite de l insulte ( les trolls , les anneries et j’en passe ) votre examen de conscience ci dessus le dit mieux que moi ,vous êtes un expert du débat . Et moi je ne vous ai traité ni de troll ni d’âne et ça vous surprend, ça vous destabilise  !

Mais j’affirme que votre méthode - qui ne m’impressionne pas , a bien pour but de faire taire l’ expression contraire , sauf que là c’est raté . zut !
Comme Monseigneur vous suportez mal de devoir entendre que votre point de vue peut etre ridicule alors vous utilisez les grosse ficelles - pretendre lire une proclamation nazie dans une objection de forme ,mais mon bon Torquémada ça aussi ça ne marche plus , lire dans les âmes la trace de leurs péchés cachés , ça aussi c’est ridicule .

Bonne journée tout de même , prenez un bain froid c’est radical et c’est facile .

169. Le jeudi 28 janvier 2010 à 14:33 par jalmad

@Nicolas L 164 : il est en général flatteur de se voir citer ; mais il est également TRES énervant d’être cité pour appuyer exactement l’inverse de ce que ces propos étaient destinés à démontrer.
Dans “ce mandat était pourtant clairement autorisé par le code de procédure pénale dans pareille situation”, qu’est-ce que vous n’avez pas compris ?
si ce juge d’instruction a franchi la ligne jaune, c’est que la loi qui l’y autorisait franchissait elle-même la ligne jaune. La chambre de l’instruction a considéré qu’il y avait parfois des principes supérieurs qui doivent amener un magistrat à ne pas utiliser une possibilité légale qui lui est pourtant offerte. Dans ce cas donc, les dangereux droits-de-l’hommistes que tout le monde a l’air de féliciter, ce sont les magistrats de la chambre de l’instruction. Celle qui a appliqué la loi, rien que la loi, toute la loi, c’est la Juge d’instruction.

dans le cas Corse, celui qui a violé la loi nationale, c’est le Préfet, et celui qui a appliqué la loi, toute la loi, rien que la loi, c’est le JLD. Qui se fait engueuler par Zemmour ?

Je constate donc juste que l’accusation de “droit de l’hommisme” est à géométrie variable.

ah, j’ajoute à tous ceux qui fustigent notre perte de souveraineté au profit de la CEDH et ses théories “droits de l’hommistes” : SCOOP : on a aussi, en FRANCE nationale franco-française un (vieux) texte qui s’appelle la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, et qui fait partie du bloc de constitutionnalité. Il faut dire aussi qu’à l’époque, on était gouvernés par des sacrés droits-de-l’hommistes.

170. Le jeudi 28 janvier 2010 à 14:49 par Terence

@ Jalmad

La manière dont la CEDH circonscrit les libertés est clairement d’inspiration anglo-saxonne, les concepts flous qu’elle emploie parfois attestent ce qui est tout de même ici une évidence ; dès lors, il ne faudra pas s’étonner si ses décisions peuvent parfois, sur certains sujets, choquer la tradition républicaine française.

Quant à la hiérarchie des normes, les textes, c’est la Constitution qui prime les traités, fussent-ils européens (UE ou Conseil de l’Europe) : Sarran 1998 !

Mais que pense t-on ici, en terre pro-UE, de la décision de la Cour de Karlsruhe du 30 juin 2009 :
http://bruxelles.blogs.liberation.f…

;-)

171. Le jeudi 28 janvier 2010 à 15:21 par Expat

@13. Simone

Il s’agit d’une technique de chasse très classique.

Par exemple lors de la chasse a la baleine il est d’usage d’harponner un baleineau avec un harpon muni d’une bouée radio émettrice.

De cette manière le groupe qui ne voudra pas abandonner le baleineau blessé restera groupé et ne sondera pas, (ne plongeras pas a grande profondeur) ce qui laissera tout le temps aux chasseurs de massacrer tout le groupe a des fins d’étude scientifique car seule la chasse scientifique des baleines en vue de leur protection est autorisée.

172. Le jeudi 28 janvier 2010 à 15:55 par Simone

Expat, les policiers ont l’habitude de se faire traiter de tout, mais rarement, à ma connaissance, de baleinier. Cela change un peu.

173. Le jeudi 28 janvier 2010 à 16:06 par Nicolas L

@ Jalmad (169)
Je suis désolé si cela vous a énervé, mais j’ai en effet repris une partie de votre commentaire pour appuyer non pas vos propos mais mon point de vue sur l’affaire Filipacchi au cours de laquelle les magistrats de la Chambre de l’instruction ont “lâché” un de leurs confrères, laissant ce dernier se faire ouvertement conspuer, dans tous les médias, alors qu’il faisait pourtant très correctement son travail. Mais nous ne sommes pas ici pour rouvrir cette “plaie”.

174. Le jeudi 28 janvier 2010 à 16:08 par Annie

Moi aussi ça m’avait fait tiquer qu’on ose présenter des centres de rétention comme des gentils nids d’accueil sympas. J’attendais votre billet. Me voilà comblée ;-)
Vu la compétition acharnée ces derniers temps, je plussoie pour l’attribution d’un Busiris d’or à celui ou celle qui aura récolté le plus de prix sur une année.
Avec les régionales qui pointent doucement leur nez, gageons, que les candidats vont se bousculer. Ou espérons plutôt le contraire. On peut rêver.

175. Le jeudi 28 janvier 2010 à 16:45 par Terence

@ Simone # 172,

Chère Simone, vous êtes du côté de l’empire du mal (le côté obscure de la force…), laissez-moi vous dire que c’est très mal, très très.

Pour vous détendre (entre autres titres…) :

http://www.amazon.fr/LEmpire-du-bie…

ou encore :

http://www.amazon.fr/Exorcismes-spi…

enfin :

http://www.amazon.fr/Roues-carr%C3%…

176. Le jeudi 28 janvier 2010 à 16:48 par corto

Petite correction : les ARPf n’ont pas tous été abrogés. Sur nîmes le TA a passé sa journée de mercredi à les annuler les uns après les autres.

Bon, maintenant que les cameras ont quitté les Kurdes après avoir laissé les afghans, on peut continuer à bosser avec les autres, les sans noms enfermés sans lumière médiatique.

177. Le jeudi 28 janvier 2010 à 17:02 par Simone

Vous savez pourtant, Terence, que les flics sont analphabètes. Ne leur proposez jamais un livre, cela pourrait réveiller en eux certaines frustrations, avec toutes les conséquences qui peuvent en découler.

178. Le jeudi 28 janvier 2010 à 17:04 par nabilux

Attention info dernière minute, le nouveau prix Busiris attribué à BESSON vient d’être détrôné par notre cher Président de rePUBlique qui a déclaré à l’issu de l’acquittement de De Villepin “je ne ferais pas appel de ce jugement….”
Le Graal pour notre Président….soyons pas trop sévère….il n’a jamais fait de Droit.

179. Le jeudi 28 janvier 2010 à 17:11 par Régis Hulot

Tiens, hier soir, j’ai regardé la seconde partie de “Shoah”. Ma chère et tendre, à un moment, a dû quitter la pièce, ne supportant plus ce qu’elle entendait. Moi, je suis resté. Et, bien sûr, à aucun moment je n’ai pensé à ce qui se passe autour de nous depuis 70 ans.

Ce M. Baissons, il n’est même plus drôle.

180. Le jeudi 28 janvier 2010 à 17:35 par Terence

@simone,

Simone, n’auriez-vous point remarqué que je suis également du côté de l’empire du mal ?

Mais par la grâce du ciel - Ô alleluia -, l’humanisme est heureusement représenté par ces glorieuses associations qui, sans jamais avoir de compte à rendre dans l’espace public, et qui sont au surplus financées pour large partie par l’Etat, sauvent l’humanité entière en nous offrant leur coeur gorgé de larmes dans les médias et les dîners en ville.

Alors vive la gentillesse gentille de ces hommes et ces femmes qui refusent l’indifférence coupable “qu’elle est très vilaine” : summum jus summa injuria, mon adjudant !

Et je ne vous parle de ceux qui sont mis dans les geôles fascistes de la République pour avoir aidé, sans contrepartie d’aucune sorte, et sans détournement aucun de la loi, des “irréguliers”.

Les lobbies du bon sentiment sont encore les seuls à relever un peu cette humanité du monde foulée aux pieds par tous les méchants, très très méchants - voire fascistoïdes - qui considèrent que les politique de Besson sont justifiées et conformes aux lois de la Républiques.

Mort à la mort, vive la vie, et longue vie à tous les descendants de la famille Ingalls.

Vive Walnut Grove.

Amen !

ps : Honte aux descendants de la famille Olson

http://www.youtube.com/watch?v=E9YZ…

181. Le jeudi 28 janvier 2010 à 17:35 par Guerandal

@159. Lelouch

- Non, le délire c’est de croire que la Loi est relative et qu’on l’applique comme on veut, quand on veut et où on veut.

Si, si, c’est vrai. certains magistrats estiment qu’il faut savoir placer le curseur entre recherche de l’intérêt général (ici, expulser les kurdes) et la protection des libertés individuelles (ici, embastiller en violation de la loi).
Et donc que la loi est à géométrie variable.
Ca a fait l’objet de plusieurs billets avec censure à la clé.

@161. jalmad

- personnellement, je ne suis même pas pour qu’on condamne pénalement ces propos même s’il semble bien qu’on puisse poursuivre sur le fondement de 434-25 du CP

Comment voulez-vous que la Justice et les magistrats soient respectés quand eux-même acceptent d’être traité comme des paillassons par les politiciens et les journalistes ?
Si vous n’êtes pas capables de vous respecter vous-mêmes, personne ne le fera à votre place.
C’est ce qui explique aussi pour partie le montant du budget alloué à la Justice.


Gascogne :
Même si le raisonnement est toujours aussi mauvais, vous pouvez vous exprimer sans insultes. Comme quoi tout arrive…


182. Le jeudi 28 janvier 2010 à 17:41 par Scarpia

”178. Le Jeudi 28 janvier 2010 à 17:04 par nabilux

Le plus grave c’est que je ne crois pas que ce soit une erreur de sa part c’est que dans sa tête ça veut dire….. qu’il ne demandera pas au parquet de faire appel….

183. Le jeudi 28 janvier 2010 à 18:27 par Lelouch

“Si, si, c’est vrai. certains magistrats estiment qu’il faut savoir placer le curseur entre recherche de l’intérêt général (ici, expulser les kurdes) et la protection des libertés individuelles (ici, embastiller en violation de la loi).
Et donc que la loi est à géométrie variable.”

Estiment… Certaines personnes estiment que la Terre est plate, d’autres que des aliens ont semé la vie sur Terre et ils y en a même pour estimer qu’Elvis est encore en vie. Et alors?
Une opinion n’a pas de valeur en soi et ne démontre rien. Ils peuvent estimer, mais ça n’en est pas pour autant vrai.

Qui plus est vous avez bien mal lu le dilemne. D’une part l’hypothèse de départ est poussée au-delà des limites du raisonnable (ce qui enlève une grande partie de l’intérêt de la question). D’autre part il est très clairement marqué dans le dilemne que le magistrat sait qu’il viole la Loi, le magistrat ne décide pas d’interpréter la Loi d’un côté ou de l’autre mais bien d’obéir ou de violer la Loi. Le dilemne n’est pas dans un choix d’interprétation de la Loi dans un sens ou dans l’autre, mais bien du rôle que doit tenir le magistrat (servir la Loi quoi qu’il en coûte, ou passer outre quand des principes moraux “supérieurs” sont en jeux).

184. Le jeudi 28 janvier 2010 à 18:54 par Teejee (mékeskidi de base)

@ Nabilux, 178
Hélas ! hélas ! hélas ! trois fois hélas ! Vous oubliez l’article 62 de la Constitution, qui confère au Président de la République l’immunité judiciaire ! Le maître de céans a lui-même expliqué que, pour cette raison, il ne pouvait se voir attribuer le prix tant convoité durant son mandat. C’est dire ceux qui l’attendent à la fin d’icelui, et à quel point on peut (dés)espérer voir battu le record de la représentante permanente de Dior l’incompétente notoire Rachida Dati, et peut-être celui du Judas du fils spirituel de Laval de la triple busiris.
Bon, pour moi Nicolas Sarkozy n’est pas un vrai Président de la République, et donc mériterait de recevoir le prix. Mais je ne suis pas sûr que l’argument soit juridiquement valable !
Eh m*** ! J’en suis de trente euros !

185. Le jeudi 28 janvier 2010 à 20:57 par Blueberry

De mieux en mieux. Maintenant des photos d’enfants. Sans aucun doute pour montrer la réalité réelle de ce qui se passe réellement. Cependant, on remarquera, avec intérêt, que les visages des policiers ou du gardien ne sont pas montrés. Oh, quelle surprise. Je me demande bien quel est l’effet recherché.

Ah, on écrit pour l’intellect, mais on est pas totalement sûr de l’effet. Alors, on rajoute deux photos pour l’affect. Histoire d’emporter le morceau.

Bientôt un visage en gros plan d’une petite fille pleurant à chaudes larmes pour illustrer magnifiquement le ministère d’Eric Besson ?

186. Le jeudi 28 janvier 2010 à 21:18 par citoyenlambda

petite anecdote pour conclure sur la chronique de Mr Zemmour.

A la suite des commentaires que j’ai écris ici, j’ai trouvé régulier d’informer Mr Zemmour afin qu’il ait accès à mes commentaires qui parlent de lui.

Je n’ai pas trouvé d’autres solution que le blog “livre d’or” de RTL.

Je me suis donc fendu d’un commentaire indiquant que j’avais trouvé sa chronique médiocre et qu’il avait déraillé, que je l’avais écrit ici (je ne donne pas une copie du commentaire pour ne pas aggraver mon cas de digresseur).

J’ai été tout à fait poli, je lui ai souhaité une bonne soirée et je lui ai indiqué que que n’avais aucune haine contre lui, que je regrettais simplement qu’il ait déraillé.

..

Figurez vous que mon commentaire a été censuré rapidement, alors que dans le même “livre d’or” subsiste un commentaire d’un “chaud” partisan de la même chronique de Mr Zemmour.

187. Le vendredi 29 janvier 2010 à 00:40 par XS

A propos de Busiris:
Clearstream : Lefebvre est mécontent

En gros, il prend “acte de la décision”, tout en la critiquant (il faut croire qu’il a bien lu votre article “Pourquoi on peut commenter une décision de justice”) , tout en disant que le second procès sera le seul important, tout en se félicitant qu’il a été reconnu par le tribunal qu’il y avait eu une manipulation pour éliminer (Sarkozy) de la vie politique.
(Au fait, leur but à eux n’est-il pas d’éliminer De Villepin de la vie politique? Ce n’est pas mortel de toute façons. On les retrouverait au Barreau de Paris)

Maître, je ne connais pas votre avis, mais c’est probablement trop embrouillé pour accorder un prix Busiris clair et net. Il se peut même qu’il nargue votre docte Académie.

Vous serait t-il possible de créer un prix spécial pour M.Lefebvre, par exemple du nom d’un tragédien sicilien ou grec qui aurait pour particularité de se lamenter des décisions de la Justice, tout en se félicitant de la grande sagesse de cette même Justice et des décisions (inversées) qu’elle ne manquera pas de rendre in fine?

(Pantalonis? Berlusconis?)

188. Le vendredi 29 janvier 2010 à 14:42 par Solo

@Tfibs
“Décoiffant votre commentaire, tant d’audace laisse ébahi.
Vous vous appelez Solo car vous avez du mal à trouver des amis? Je compatis.”

> Mignon.

@jalmad
“Voilà ce que M. ZEMMOUR désigne par “pinaillage”. Dans ces conditions, qu’il se fende désormais d’un édito dénonçant avec vigueur le “pinaillage” du Préfet ; qu’il appelle de ses voeux des textes simples et clairs disant précisément une bonne fois pour toute QUI (par décret, ça va plus vite, c’est plus efficace, il y a des précédents historiques, si si…demi-français, quart de français, etc…) a le droit de rester sur le sol français, et, après tout, qui relève des droits de l’Homme, ou plus simplement, qui doit être considéré comme un être humain. Comme ça, ça sera clair.

Dénoncer les propos de Zemmour, ce n’est pas jouer les “pleureuses” comme j’ai pu le lire dans un post, ce n’est pas non plus défendre de façon corporatiste ce pauvre JLD, qui, franchement, s’en remettra, si ça se trouve s’en contre-fout, et si ça se trouve est quelqu’un de détestable. Non, on s’en fout de cela (que le collègue m’excuse s’il me lit) ; personnellement, je ne suis même pas pour qu’on condamne pénalement ces propos même s’il semble bien qu’on puisse poursuivre sur le fondement de 434-25 du CP ; je suis encore moins pour qu’on interdise à quiconque d’exprimer ce type d’idées, même si je les considère comme plus que nauséabondes.

> Aïe (aye aye), Zemmour est juif mais soutient des idées nauséabondes qui nous rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire. Vous êtes pour la liberté d’expression, mais la votre. Vous ne condamnez pas, mais aimeriez des poursuites. Vous respectez, mais vos avis priment intellectuellement. C’est ça, la diversité©

“Je suis pourtant Juge d’instruction.

Enfin, j’ajoute que j’ai des idées politiques qui me classent plutôt dans la catégorie que certains dénomment “ultra-gauche”. Je suis donc magistrate, j’ai exercé diverses fonctions. Et il m’est arrivé à un nombre de reprises incalculables d’appliquer des textes de loi qui me répugnent. Parce que c’est la loi, que je tire ma légitimité du respect de cette même loi qui est l’émanation de la volonté populaire. J’ai prononcé des peines plancher quand je n’avais pas les éléments qui me permettaient, au sens de la loi, de l’écarter ; j’ai expulsé de leurs logements des familles qui étaient objectivement dans une situation dramatique car leur situation ne leur permettait pas de se voir accorder, selon la loi, des délais. Je n’en tire aucune gloire, car je n’ai fait que mon devoir.”

> Ah, selon vous, vous êtes de l’ultra-gauche. Vous faites de l’entrisme, vous êtes anarchiste en réalité ? Maoïste ? Sanspapiériste ? Antiraciste ? Tiermondiste ? Communiste? Citoyen du monde ? Contre les frontières et la guerre et la pauvreté ? Contre la soif ? Miss Monde ? J’ai ri en lisant “les juges ne sont pas gauche mais je suis personnellement d’ultra-gauche selon certains”. Voilà, j’ai ri, sans plus, ça ne démontre rien n’y voyez pas malice. D’ailleurs, ce rire, je l’ai trouvé par terre, j’ai rien fait, monsieur le juge.

> Réflechissons ensemble à ce qui a provoqué l’apparition subite des peines plancher. Ah, je sais ! Un fait divers isolé et une émotion toute politique visant à récupérer des voix nauséabondes en période électorale (vous pouvez intervertir les adjectifs et les mots peu importe on emportera l’adhésion des foules). Alors que la vraie préoccupation des français, c’est le chômage et le temps du lendemain. Good night and good luck jusqu’à la prochaine communion lacrymale avec photos et témoignages chocs !

—-
@Petruk
“Avec les élections régionales prévues pour Mars, M. Sarkozy et ses alliés cherchent désespérément des moyens de détourner la colère du public face au chômage élevé. Il est difficile de produire des emplois et beaucoup plus facile d’encourager les préjugés anti-musulmans.

Moins de 2.000 musulmans français portent un voile couvrant entièrement leur corps, ne présentant pas de menace évidente pour l’identité française ou la sécurité. Mais parce qu’ils sont si peu nombreux, ils font une cible électorale tentante et bon marché.”

> Mais où* vivez-vous (tous) ? Place de la lune, Paris 8ème ?

  • non…

189. Le vendredi 29 janvier 2010 à 17:09 par Veig

> Réflechissons ensemble à ce qui a provoqué l’apparition subite des peines plancher.

- Euh, moi j’sais, msieu : c’est la récidiiiiiive !

- C’est bien mon petit. Et pourquoi il y avait la récidive ?

- Euh… ben… parce que les condamnations et les peines n’empêchent pas de recommencer ? Parce que la prison est une école de délinquance, faute de se donner les moyen de séparer les détenus ? Parce que presque rien n’est fait pour prévenir la récidive ? Comme par exemple faire en sorte que les détenus aient un logement et un boulot en sortie de taule, pour qu’ils ne replongent pas immédiatement ?

- Ne détourne pas la conversation, petit. La prison n’a pas pour rôle de réinsérer les condamnés. C’est un premier ministre socialiste qui l’a dit. Non, il y a de la récidive parce que les détenus ont ça dans le sang. Dans les gènes, même. C’est pour ça qu’on a inventé la “rétention de sûreté des criminels”.

- … et quelles sont les peines prononcées à l’encontre des récidivistes, msieur ?

- De la prison.

- Mais…

- Tais-toi ! Graine d’épicier corrézien….

190. Le dimanche 31 janvier 2010 à 09:31 par Pada.c

Bonjour à tous,

une suggestion pour le prochain prix Busiris : François Fillon, qui lors d’une réunion en vue des prochaines régionales a affirmé que, s’agissant d’une affaire touchant au “pacte républicain”, savoir le port du voile intégral, la décision de “légiférer” revenait au gouvernement et au président de la… République .

Bon dimanche

191. Le mardi 2 février 2010 à 12:19 par Solo

“Non, il y a de la récidive parce que les détenus ont ça dans le sang. Dans les gènes, même.”

Peut être, mais ce n’est pas une raison pour condamner quelqu’un d’avance. Ceci dit, on en tiendra peut être compte un jour. Mais si les derniers progrès en la matière sont assez rapides, la traduction politique se fera attendre des années.

Si vous lisez l’anglais, ce lien : The looming crisis in human genetics

192. Le mercredi 3 février 2010 à 08:40 par pivi

Maître,
J’ai une petite question par rapport à la décison d’Eric Besson de ne pas accorder de papiers à un homme qui obligerait sa femme à porter le voile. Je ne crois pas qu’une loi aille dans ce sens, si? Alors que peut-il se passer maintenant?
Merci

193. Le vendredi 12 février 2010 à 22:14 par clydeb

Vous devez déjà être en train de l’étudier…
le projet de loi Besson pour que ne se reproduise pas son fiasco corse…
http://dl.free.fr/pCYhplndB

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact