Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

On ne voit que ce qu'on regarde

Les sciences exactes ne servent pas qu’à empêcher les adolescents d’être heureux au collège. Elles apprennent la rigueur. Et l’économie, si elle n’est pas une science exacte, utilise ces sciences pour étudier le comportement humain avec cette rigueur.

Et s’il est une leçon que l’économie donne à tous, c’est précisément de se méfier des fausses évidences, des erreurs de corrélation (croire que si A et b augmentent simultanément c’est que A et B sont liés), et de rechercher les vraies causes d’un phénomène.

Deux ouvrages vous en feront la démonstration : “Freakonomics”, de Steven D. Levitt et Stephen J. Dubner, traduction Anatole Muchnik (qui notamment vous démontrera que la plus spectaculaire baisse de la criminalité aux États-Unis n’a rien à voir avec la politique de “tolérance zéro” de M. Giuliani, mais doit tout à une jeune fille de 21 ans qui ne voulait pas être enceinte), et “Sexe, drogue… et économie : Pas de sujet tabou pour les économistes !”, par mes amis Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia, auteurs du blog “Econoclaste”.

Cette sagesse des économistes est fort utile au juriste, plus intéressé aux conséquences du comportement des hommes qu’à ses causes. Et même les plus estimables d’entre eux peuvent parfois s’égarer.

Et c’est à mon sens ce que fait l’avocat général Philippe Bilger, dont mes lecteurs savent le respect teinté d’admiration que j’ai pour lui, respect et admiration que ce désaccord laisse intacts, tout comme je sais qu’il goûte trop au plaisir de la contradiction pour me tenir rigueur de la lui porter ici.

Tout commence avec les déclarations à l’emporte-pièce, pardonnez le pléonasme, d’Éric Zemmour à l’émission produite et présentée par Thierry Ardisson sur canal+, “Salut les Terriens”. Le polémiste déclarait qu’il était normal que la police controlât plus volontiers l’identité d’individus typés noirs ou maghrébins, car “la majorité des trafiquants de drogue sont eux-même noirs ou maghrébins, c’est un fait”. J’attire votre attention sur ces quatre derniers mots, qui constituent l’intégralité de la démonstration de M. Zemmour, et probablement une des argumentations les plus développées qu’il ait jamais produite.

Les propos ont fait scandale, c’était d’ailleurs leur but. Le CSA a réagi, mal, comme d’habitude, la LICRA a menacé d’un procès, comme d’habitude, avant d’y renoncer après avoir reçu une lettre d’excuse, comme d’habitude.

Mais c’est avec un certain regret que j’ai vu un esprit d’une autre envergure voler à son secours, en la personne de monsieur Philippe Bilger, avocat général à la cour d’appel de Paris.

Un petit mot ici pour rappeler qu’un avocat général n’est pas plus avocat qu’il n’est général. C’est un magistrat du parquet d’une cour d’appel, dont les fonctions consistent plus particulièrement à requérir aux audiences et spécialement devant la cour d’assises. On ne l’appelle donc pas “maître”, mais monsieur, comme tous les magistrats, sauf les dames, bien évidemment.

Dans un billet sur son blog, l’avocat général vole au secours du polémiste qui en a bien besoin, en tenant, sur l’affirmation litigieuse, les propos suivants :

En effet, je propose à un citoyen de bonne foi de venir assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris et il ne pourra que constater la validité de ce “fait”, la justesse de cette intuition qui, aujourd’hui, confirment un mouvement né il y a quelques années. Tous les noirs et tous les arabes ne sont pas des trafiquants mais beaucoup de ceux-ci sont noirs et arabes. Je précise car rien dans ce domaine n’est inutile : qu’il y ait aussi des “trafiquants” ni noirs ni arabes est une évidence et ne me rend pas plus complaisant à leur égard. Il n’est point besoin d’aller chercher des consolations dans les statistiques officielles dont la finalité presque exclusive est de masquer ce qui crève les yeux et l’esprit si on accepte de regarder.

On voit d’entrée l’habileté du rhéteur, qui d’emblée laisse entendre que toute personne qui contesterait cette affirmation serait de mauvaise foi. Ça tombe bien, je suis avocat, la mauvaise foi, ça me connaît, et les audiences correctionnelles, j’y assiste, sans doute plus souvent qu’un avocat général, et je suis même pas trop mal placé.

Et je confirme que pour les audiences de “service général”, vols, violences et petit trafic de stupéfiant, les prévenus ont des noms qui évoquent les sommets de l’Atlas, l’immensité du Sahara ou les grands fleuves serpentant dans d’impénétrables forêts. Curieusement, c’est nettement moins le cas aux audiences économiques et financières ; il n’y avait qu’un arabe dans l’affaire Clearstream, et ce n’était même pas un maghrébin, mais ce doit être une décimale flottante qui fausse les statistiques.

Car le vice du raisonnement saute d’emblée aux yeux. S’il semble acquis, puisque ni le grand magistrat ni le petit polémiste ne contestent que la police contrôle plus volontiers noirs et arabes -et je confirme que sur ces trente dernières années, je n’ai fait l’objet que de deux contrôles d’identité sur la voie publique ou dans l’enceinte du métro, tandis qu’un estimable confrère d’origine martiniquaise a remarqué qu’il devait exhiber sa carte d’identité une fois par mois-, il ne faut pas s’étonner qu’ils soient plus nombreux dans le box. C’est confondre cause et conséquence.

En outre, il faut rappeler une autre évidence : n’est prévenu que celui que le parquet décide de poursuivre. Il n’y a pas tirage au sort dans une population homogène : chaque dossier est étudié, au pas de charge, par un parquetier débordé qui en quelques minutes va décider en cochant une case s’il y a lieu à classement après rappel à la loi, alternative aux poursuites, CRPC ou citation devant le tribunal (je mentionne pour mémoire l’ouverture d’une instruction tant qu’elle existe). Il y a donc un filtre totalement subjectif : cette décision repose sur des critères qui n’ont jamais à être motivés, certains objectifs (existence d’antécédents judiciaires au casier, gravité exceptionnelle des faits), d’autres moins (instructions générales du chef du parquet : mettre la pression sur tel type de délits plutôt que tels autres), et les derniers enfin beaucoup moins : le pifomètre qui va diriger le stylo ver telle ou telle case après un bref moment d’hésitation les sourcils froncés.

Je ne dis pas que les parquetiers soient mus par des réflexes xénophobes : simplement ils prennent rapidement une décision non motivée. Tirer des conclusions de données statistiques passés par un tel filtre ne peut que mener à des erreurs.

Donc tout citoyen de bonne foi se rendant à une audience correctionnelle, exercice que je lui conseille ardemment, saura qu’il ne doit rien déduire de la couleur dominante dans le box.

Car c’est triste mais c’est ainsi, il y a des détails qui sautent aux yeux, et la couleur de la peau en fait hélas partie, mais d’autres auxquels on ne fait pas attention. Je pense en effet que les deux tiers des prévenus à une audience ordinaire sont typés noirs ou maghrébins (ce qui ne les empêche pas d’être le plus souvent français). Une prédominance de 66%, nonobstant les biais qui faussent la population statistique que je viens de détailler, peut sembler néanmoins pertinente et représentative, du moins dans les juridictions des grandes villes où se trouvent les population d’origine immigrée depuis les Trente Glorieuses (je pense que le tribunal correctionnel de Guéret voit moins de prévenus noirs que celui de Bobigny, tandis que celui de Fort-de-France en verra sans doute plus).

Soit, mais il y a une autre prédominance, que je pense supérieure à 95%, qui a fortiori apparaît encore plus pertinente et dont personne, et spécialement M. Zemmour, ne semble vouloir tirer de conclusion.

95% des prévenus, et c’est un minimum, sont des hommes. Le sexe semble être un critère beaucoup plus pertinent pour repérer les délinquants potentiels, mais M. Zemmour ayant pour les hommes les yeux de Chimène, il semble balayer ce critère d’un revers de main. La sociologie juridique a des limites.

Mais il demeure ce fait : en région parisienne et dans les grandes villes, la population noire et maghrébine se taille la part du lion dans le box des prévenus, avec les gitans pour les juridictions du sud de la France. Aucune statistique fiable n’existe, puisque tout traitement de données sur des bases ethniques est interdit comme contraire à la Constitution (CC, décision n° 2007-557 DC du 15 novembre 2007), ce qui laisse, effet pervers, la part belle aux préjugés et à l’argumentation selon laquelle les bien-pensants préfèrent se voiler la face.

Admettons le principe de cette sur-représentation et demandons-nous pourquoi elle existe.

C’est là que mes modestes connaissances peuvent servir. Ces prévenus, je les défends. J’ai accès au dossier, je m’entretiens avec eux, je fouille un peu dans leur vie pour chercher des moyens d’éviter la détention. Et pour le passage à l’acte, je constate que les mêmes critères réapparaissent avec une constance inébranlable.

Et d’emblée, le cliché du parasite cynique, qui hait la France et se croit tous les droits de s’emparer de ce que bon lui chante parce que nous sommes trop gentils avec lui, est tout simplement inexistant.

Le délinquant type gibier de correctionnelle (en excluant la délinquance routière qui est un cas à part, une délinquance d’honnêtes gens, bien intégrés et ayant un métier, et qui d’ailleurs est traitée différemment) est un homme, je l’ai déjà dit, plutôt jeune, pauvre, issu d’une famille pauvre, sans formation, ayant souvent abandonné l’école dès 16 ans, au chômage ou connaissant la précarité du travail, trimballé de “plate-forme de mobilisation” (oui, c’est un terme tout à fait authentique de la novlangue de Pôle Emploi) en formations inadaptées. Quand il a le droit de travailler, ce qui n’est pas le cas d’un étranger en situation irrégulière (soit dit en passant, dépouiller un homme de son droit de travailler est une des plus grandes atteintes à sa dignité qui se puisse commettre, et c’est l’État qui le commet en notre nom). L’alcool ou la drogue (le cannabis, le plus souvent) sont souvent présents, pour l’aider à tenir dans cette vie sans espoir de s’en sortir, et sont parfois la cause de la délinquance (énormément de petits dealers font ça uniquement pour financer leur consommation, et ce sont ces amateurs qui sont des proies faciles pour la police).

Allez à une audience de comparutions immédiates, vous entendrez la litanie des enquêtes de personnalité, vous verrez si je dis vrai (à Paris, du lundi au vendredi à 13h30, 23e chambre, escalier B, rez de chaussée, le samedi à 13h30 dans les locaux de la 25e chambre, escalier Y, rez de chaussée, entrée libre, c’est gratuit).

Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant. Or ce portrait robot correspond majoritairement à des personnes issues de familles noires et arabes, venues travailler en France dans la seconde moitié du XXe siècle où la France manquait de main d’œuvre et touchées de plein fouet par la crise.

Et tout ce que retiennent Eric Zemmour et Philippe Bilger, c’est l’origine ethnique des délinquants, comme si elle était pertinente. C’est s’arrêter à la surface. Et pointer du doigt toute une population qui partage ce trait physique majoritaire chez les délinquants. Comme si elle avait besoin de ça.

Regardez donc les grands criminels, ceux qui peuplent les assises, ceux qui violent ou tuent. Marc Dutroux est-il arabe ? Michel Fourniret et Monique Olivier sont-ils noirs ? Francis Heaulme ? Didier Gentil ? Marcel Petiot ? Patrick henry ? Yvan Colonna ? Les tueurs de l’ETA ? Ou sans aller chercher les grands criminels, Céline Lesage, Véronique Courjault, Marc Cécillon puisqu’il faut bien que je parle encore un peu de rugby ? On me rétorquera Youssouf Fofana et Omar Radad ; mais je n’affirme nullement que les noirs et les arabes sont à l’abri du crime. Mais ôtez le moteur de la pauvreté et du désespoir social (et le crime de Fofana, avant d’être raciste, est avant tout crapuleux), et miracle, la part de la population pauvre diminue instantanément. Il n’y a pas de gène de la criminalité. En est-on à devoir rappeler de telles évidences ?

C’est aussi à mon sens des facteurs sociaux qui expliquent la si faible part des femmes dans la délinquance. La société repose encore sur l’image qu’un homme doit gagner sa vie voire celle de sa famille. Une femme qui gagne sa vie a du mérite, un homme, non, c’est ce qu’on attend de lui, depuis la préhistoire où il partait chasser le mammouth. Pour un homme, ne pas avoir cette perspective est humiliant : cela pousse au mépris de soi, et quand on se méprise on ne peut respecter les autres, et à trouver des expédients pour avoir de l’argent. Les femmes d’une part n’ont pas cette pression sociale, et d’autre part ont immédiatement à l’esprit que pour avoir un travail, elle devront étudier. D’où leurs meilleurs résultats à l’école dès le primaire et leur part de plus en plus importantes dans les études supérieures (les écoles d’ingénieurs étant le dernier bastion des mâles, mais les murs s’effritent chaque année, courage mesdames !). La faculté de droit est tombée depuis longtemps, pour mon plus grand bonheur (Ah, les amphis au printemps, quand les beaux jours reviennent : comment s’intéresser aux servitudes et à l’exception de litispendance dans ces conditions…?)

Les box des tribunaux correctionnels ne sont pas remplis de noirs ou d’arabes. Ils sont remplis de pauvres désespérés. C’était déjà le cas il y a un siècle, quand le blanc était la couleur dominante.

La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.

La honte est sur nous et pas sur eux.

La discussion continue ailleurs

1. Le jeudi 25 mars 2010, 13:14 par uberVU - social comments

Social comments and analytics for this post

This post was mentioned on Twitter by CannabisActual: Cannabis Actualites On ne voit que ce qu'on regarde (Journal d'un avocat 2): Les sciences exactes ne serv... http://bit.ly/cKHdMo marijuana...

Commentaires

1. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:10 par Pablo

Le plus inquiétant est qu’il soit nécessaire de rappeler, comme vous le faites, de telles évidences. Ça en dit long sur la névrose qui ronge ce pays…

2. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:18 par loretta

je donne des cours d’informatique à la maison d’arrêt de Fresnes et j’ai bien remarqué que la majorité de mes stagiaires étaient noirs ou arabes, mais je me suis toujours dit : quel échec pour la république, quel échec pour la France

3. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:18 par JS

Desole maitre, mais je crains que votre argumentaire ne tient pas la route.

Personne ne conteste la validité des origines sociales comme explication de la delinquance (au lieu d’y voir une cause genetique). La question posée est la pertinence du critere du controle au facies pour augmenter son efficacite (et par ailleurs personne ne s’est interroge sur la legitimite de discriminer pour augmenter l’efficacite, les reactions essaient generalement de nier l’efficacite - ce qui conduit inevitablement a un echec).

Votre argumentation, va meme dans ce sens puisque vous indiquez bien la correlation entre l’origine sociale et la couleur de peau : Or ce portrait robot correspond majoritairement à des personnes issues de familles noires et arabes, venues travailler en France dans la seconde moitié du XXe siècle où la France manquait de main d’œuvre et touchées de plein fouet par la crise.

Par ailleurs, meme si c’est un détail, je vous rappelle que vous nous expliquiez plus tôt dans un billet sur la criminalité que la grande criminalité et la petite délinquance n’avaient pas le meme public. Il y a une certaine incoherence à utiliser cet argument dans ce billet.

Enfin, en forme de boutade, votre argument “on ne voit que ce qu’on regarde” et l’evocation du proces Clearstream ont-ils pour objectifs de condamner le tropisme de la criminalite en col blanc ? ;-)

4. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:19 par Julien

Une remarque en passant

“plate-forme de mobilisation” (oui, c’est un terme tout à fait authentique de la novlangue de Pôle Emploi)

Le terme actuel est : Dispositif Avenir Jeunes qui a remplacé le terme Plate-forme de mobilisation. Et l’usage de ces dispositifs relèvent plutôt des Missions Locales (81 en Ile-de-France) que du Pôle Emploi car ce sont principalement ces premières qui sont prescriptrices…

C’est mon quotidien donc forcément…

Sinon sur tout le reste, je suis entièrement d’accord….

5. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:25 par Aurélien Meursault

Ce qui serait intéressant c’est de chercher à comprendre pourquoi les populations asiatiques arrivent à s’intégrer sans coup férir et pourquoi de nombreux immigrés africains (maghreb et autres) n’y arrivent pas; Y a t-il une question de volonté ? De la même façon, l’Etat n’a t-il pas une responsabilité dans le fait d’avoir “parqué” ces immigrés dans des HLM insalubres au lieu de chercher à les intégrer à la population ? Ca me rappelle une chanson de Sardou ou halliday :“Je voudrais que ton fils vive mieux que toi, dans le respect des autres qu’on le vouvoie”

6. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:27 par Mékéskidis curieux

Arrêtez moi si je me trompe mais dans ce billet j’ai l’impression que vous partagez finalement la même conclusion (dans ses conséquences) que M. Zemmour. Vous concluez ainsi qu’il faut surtout voir la situation sociale de ces personnes sans remettre en cause ses propos.

Mais pour en revenir au policiers (pour lesquels je n’ai ni grief ni louange) en contrôlant des hommes (plutôt que des femmes) noirs ou arabes (plutôt que blancs, asiatiques ou hispaniques), n’auraient-ils pas plus de chance de faire “du chiffre” (nous savons tous que telles sont leurs consignes)?

Je n’ai pas d’avis fixe sur ce débat (n’ayant aucun intérêt dans le pour ou le contre des propos de M. Zemmour), ni me semble-t-il de préjugés alors excusez moi d’avance si mes propos offense qui que ce soit.

7. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:28 par Le_Pompiste

DEUX grands merci, maître !
Un pour ce limpide commentaire de la regrettable intervention de Monsieur Bilger.
Un pour l’exception de litispendance qui va me permettre d’animer mes prochains diners en ville.

8. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:30 par Laurent H

Maître,

lorsque Mr Zemmour a prononcé cette phrase, il défendait des policiers accusés de racisme à cause des contrôles “au faciès”. Dès lors que vous êtes d’accord pour dire qu’il y a effectivement plus de “noirs ou arabes” délinquants, ce type de contrôle ne révèle pas du racisme, même si cela peut être discutable.

Mr Zemmour a ajouté que l’origine sociale majoritairement défavorisée des populations “noirs ou arabes” expliquait sans doute leur surreprésentativité dans les délits.

Quant au fait que la France semble avoir renoncé à intégrer les immigrés, Mr Zemmour s’en désole chaque fois qu’il évoque le sujet (selon lui, la France a abandonné la méthode d’assimilation qui garantissait le succès de l’intégration d’autrefois).

Que l’on aime ou que l’on n’aime pas le personnage, il me semble important de ne pas lui faire dire ce qu’il n’a pas dit ou de comprendre ses idées de travers.

9. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:31 par DhaRmA

Je me suis demandée aussi après avoir vu le film “Un prophète“,pourquoi le réalisateur n’y avait pas mis de français (commes ceux de groland); parmi les délinquants on avait seulement (arabes,noirs,corses), lorsque j’ai voulu obtenir les statistiques des groupes ethniques sur internet, je n’ai obtenu que des sites xenophobes!
Cependant, il y a à mon avis une grosse part de déresponsabilisation des familles dans les quartiers difficiles, alors que dans les pays du Maghreb on voit des familles pousser leurs enfants vers le haut pour qu’ils étudissent.

10. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:31 par révoltée

je propose la burqa obligatoire aux hommes et femmes lors des audiences. Comme ça, on s’interessera peut-être plus aux “facteurs” évoqués dans le billet.

11. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:31 par Thibault VALERIAN

@ JS

L’argumentaire tient parfaitement.
Si les minorités ethniques sont majoritairement représentées, c’est quelles sont majoritairement pauvres et déconnectées du corps civique. Je ne vois pas en quoi l’un des faits contre-dit l’autre.

12. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:32 par Ulysse

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. “

N’exagérons rien maitre, je suis un jeune avocat et “les noirs et les arabes” sont autant mes confrères que mes clients.

Eolas:
Autant ? Vous exercez dans quel barreau ?

13. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:33 par tshirtman

«Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant.»

Si je suis tout à fait d’accord avec l’ensemble de l’article, je vous avouerai que vous voir valider la notion de race chez l’être humain m’attriste toujours un peu…

14. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:35 par Bertrand

Monsieur,

J’ai lu le billet de M Bilger, et je pense que votre analyse, quoique pertinente, n’en reste pas éloignée des préoccupations de votre confrère du coté obscur de la Justice.
M Bilger me semble-t-il, défend essentiellement le droit de dire n’importe quoi, sans avoir à en répondre devant la Justice.
Peu importe les chiffres, on fait dire aux chiffres ce que l’on veut (je suis comptable, je sais ce que je dis) peu importe la cause, l’important pour Bilger est de pouvoir en discuter.
Que vous défendiez ou non Zemmour, l’intérêt est de pouvoir en discuter. Et le débat actuel est, reconnaissons le, d’un niveau beaucoup plus haut que celui sur l’identité nationale.

Ah la liberté d’expression ! Qu’il est difficile de nos jours d’en jouir. Ne nous privons pas d’en abuser tant que l’on en a le droit.

15. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:36 par guillon

ne sachant où caser ce débat sur “droit de vote” et “devoir de vote”, je le laisse en déshérence ici …..

Ne confondons pas « droit conjugal » et « devoir électoral »

Le vote obligatoire, une solution ?
(Par Jérôme Leroy)
« l’Esprit Républicain »
-

Il est effectivement regrettable de constater le « triomphe » de l’absentéisme.

Mais un peu de bon sens et de tolérance, ne peuvent que nous inciter à la prudence.

Voter, à l’inverse de ce que tout le monde semble vouloir imposer et sorti d’on ne sait où, n’est pas un devoir, mais un droit !
Il existe un « code électoral » et à ce que je crois savoir, un code réglemente un droit (publique, pénal, des sociétés, commercial,……) et non un devoir.
Le droit implique les deux facultés de l’exercer ou non.
Il est vrai que des gens se sont battus pour que puissions avoir ce droit !
On ne se bat jamais, parfois au péril de sa vie, pour un devoir, mais bien pour un droit.
Si nous feuilletons le « code électoral », nous ne découvrons nulle part trace de la notion de « devoir électoral ».
On y voit en table des matières :
• Droit électoral (et non devoir), voir capacité électorale
• Capacité électorale :
o Art L76 : le ou les mandataires doit jouir de ses droits électoraux (et non devoir)
o Art L 116-1 : …. Privé en outre de ses droits civiques (et non devoirs)
o Art L 201 : ….. privation judiciaires du droit de vote (et non « devoir de vote »)

La suite, intéressante sur : http://www.marcfievet.com/article-n…

Kelly-Eric Guillon

16. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:37 par Leslie

Comme quoi, certains réflexes les plus écoeurants de l’espèce humaine reviennent régulièrement à la surface. Entre le discours de ce brave Zemmour et celui d’un bon bourgeois du dix neuvième siècle, quelle différence fondamentale ?

Je suis issue de la classe populaire. Et je peux affirmer qu’il existe, outre le racisme tout court, un fond de racisme social qui empoisonne pas mal la vie des “petites gens” mais qui est encore plus tabou. C’est à dire qu’on ne veut pas reconnaitre que le pauvre n’est pas pauvre parce qu’il serait un incapable mais tout bêtement parce que, souvent, il n’a pas eu les occasions et les soutiens nécessaires pour se sortir de la pauvreté et que la volonté seule ne suffit pas toujours.

17. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:38 par Mat

“Post hoc, ergo propter hoc; méfiez-vous de ce sophisme” (Bastiat)

Un petit bonjour de Melbourne où j’étudie….le droit français.
Merci pour vos posts passionnés.

Juste une question. Y-a-t-il en droit français, un principe similaire à celui en common law qui veut que bien que n’ayant nommé personne en particulier, M. Zemmour pourrait être poursuivi par une personne se sentant visée par ces commentaires et ayant un interêt à se défendre? (un équivalent de “negligent misstatement” in tort law).

18. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:40 par Tom

“La majestueuse égalité des lois interdit aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts, de mendier dans la rue et de voler du pain.”
(Anatole France)

19. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:42 par bertramwooster

Maître,

Tout d’abord un grand merci pour ces billets souvent passionnants et toujours instructifs.

Je ne peux qu’approuver vos propos, mais je ne vois pas en revanche en quoi ils apportent la moindre contradiction à ceux d’Eric Zemmour.

Sa position, si controversée, ne peut-elle pas être une suite logique à la vôtre?

Il me semble qu’un consensus existe, chez les non-extrêmistes, pour reconnaître que les causes principales de la délinquance sont la pauvreté, le manque d’instruction, les addictions ou plus simplement parfois la nécessité de la débrouille dans des zones où nécessité fait loi.

J’ai dans l’esprit également (me trompe-je?) qu’il est possible de dire que les populations issues de l’immigration sont plus touchées par ces fléaux que le reste de la population. Les gouvernements de tous bords portent la responsabilité écrasante de cette situation et en ce sens, la honte est bien sur nous.

Mais on peut également en conclure, je crois, que “la majorité des trafiquants sont des noirs et des arabes”…

Enoncer ce fait ne revient pas à accabler les populations issues de l’immigration, mais peut être interprêté comme un constat de notre propre échec. Et de la nécessité de mettre en oeuvre des politiques adaptées pour enrayer le phénomène.

Et ce sans être un raciste néo-colonialiste cryptofaschiste.

20. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:49 par Véronique

Et tout ce que retiennent Eric Zemmour et Philippe Bilger, c’est l’origine ethnique des délinquants, comme si elle était pertinente. C’est s’arrêter à la surface.

Non, maître Eolas, ne comparez pas un billet de Philippe Bilger dont l’objet du billet est de pointer les polices de la pensée qui traquent et qui sanctionnent à tour de bras les transgressions à des bienséances et une réponse d’Eric Zemmour à l’emporte-pièce, sans aucun intérêt, dans une émission de télé type Ardisson, Ruquier, Canal +, etc..

Philippe Bilger défend le droit d’Eric Zemmour à exprimer des imbécilités dans des émissions imbéciles. C’est tout.

Philippe Bilger aime tellement , inconsidérement, la liberté d’expression qu’il a le courage intellectuel de défendre le droit à l’expression des trublions-polémistes à deux balles, fous des rois. même les plus officiels et les officialisés de l’air du temps et du moment. C’est tout.

Ne le lui reprochez pas cela.

21. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:50 par Augustin

L’habileté (si j’ose) de Zemmour n’est-elle pas, précisément, de parler faits et pas cause ?

Si j’adhère majoritairement à votre propos, Maître, ne constate-t-on pas finalement que Zemmour a raison, et que la police a plus de chances de tomber sur du cannabis ou sur un sans-papier en fouillant des gens qui ont le mauvais goût d’avoir la peau plus foncée qu’il ne faut (couleur établie au pifomètre sur la base des premiers retours du débat sur l’identité nationale) ?

S’il faut attaquer Zemmour, c’est précisément parce que son propos “factuel” (notez l’emploi des guillemets) n’est que superficiel. Et que, je crois, il se réfugie derrière ce constat finalement vide de sens pour présenter, sans risque, des considérations xénophobes et/ou racistes (“j’appartiens à la race blanche, vous à la race noire”). Mais je me trompe peut-être : j’avais ce débat il y a quelques jours avec quelqu’un dont j’estime beaucoup l’avis, qui pensait que Zemmour ne cherchait pas à faire passer un quelconque message caché, mais qu’il était juste bas du front (pas spécialement national, donc).

On peut aussi inviter Zemmour à développer ses idées en face d’un vrai contradicteur, histoire de profiter de son exposition médiatique à des fins éducatives…

22. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:54 par A. P.

Cher Maître des Lieux,

Une fois n’est pas coutume, je ne saisis pas bien le fond de vos propos.

Si je suis évidemment d’accord sur le fait que simultanéité ne signifie pas causalité, en revanche je ne vois pas où l’on peut imputer cette erreur à Zemmour (ni d’ailleurs à Bilger). Aucun lien de causalité dans les propos de Zemmour : juste une justification statistique des contrôles au faciès.

Il serait d’ailleurs intéressant de voir si le critère de sélection ethnique des personnes contrôlées n’est pas doublé d’un critère de sélection en fonction du genre, en d’autres termes que les hommes sont plus contrôlées que les femmes. Ca ne m’étonnerait pas. Et ça se justifierait facilement par le fait que la délinquance est à 95% masculine.

Zemmour laisse par ailleurs entendre dans sa lettre “d’excuse” qu’il est prêt à débattre des causes de cette constatation, et y compris de ses causes socioéconomiques. Mais la plupart du temps, on ne veut tout simplement pas entendre sa constatation :

Mes contempteurs pourraient d’ailleurs me rétorquer que ces chiffres prouvent bien que les personnes issues de l’immigration sont défavorisées, puisque depuis Victor Hugo, on sait bien que c’est la misère qui crée la délinquance. On pourrait aussi rappeler que dans tous les pays d’immigration, les derniers arrivés donnent souvent les gros effectifs à la délinquance - Irlandais dans l’Amérique du XIXème siècle, Marocains dans l’Israël des années 50, Russes aujourd’hui. Ces arguments ne sont d’ailleurs pas sans fondement, mais on ne me les présente nullement. On exige seulement que je me taise.

Bref, je trouve que ses propos ne méritent vraiment pas la curée déclenchée (ce n’est pas votre billet, argumenté et modéré, qui est visé).

23. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:54 par Arabesque

Il fallait que ces choses, en ces termes bien choisis, soient dites.
Il est indéniable que le problème est uniquement social. Prenez des arabes ou des noirs issus des classes moyennes ou moyennes supérieures, enseignents, médecins, avocats, responsables de PME … (Eh oui, tous les noirs et les arabes ne sont pas OS), et vous verrez que les taux de criminalité sont identiques, et même légérment inférieurs à ceux du reste de la population de même origine sociale. Malheureusement les statitiques ethniques sont interdites. Couteau à double tranchant.
Par ailleurs, on sait au travers de nombreuses situations rapportées par des personnes les ayant vécues, que les contrôle dits au faciès sont extrêment traumatisants, surtout pour les personnes les plus fragiles : Attitudes et regards méprisants, tutoiement systématique, paroles aux limites du supportable, mais en apparence anodines… j’en passe et des meilleures.
Conclusion : Stigmatiser une partie de la population ne la fera pas partir, dans la mesure ou ils n’ont plus ou aller. Ils ne sont plus vraiment arabes ou africains, et ne pas ? pas encore ? totalement fraçais. Les stigmatiser aboutirait a créer un fossé entre différent composants de la population et ne ferait que retader la véritable intégration.

24. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:56 par Jules (de diner's room)

Comme tu le soulignes, il y a des biais dans le regard de Philippe Bilger, mais cela ne suffit pas à établir une chaîne de causalité.

Par exemple, on peut établir des corrélations entre — disons, pour rester juriste — “l’appartenance vraie ou supposée à une race ou une ethnie”, la misère économique, sociale et culturelle, et le comportement délinquant, mais cela n’invalide pas une explication racialiste.

On peut tout à fait avancer que l’appartenance à une race explique tout à la fois la misère et le crime par un vice moral quelconque. La déviance se concevant par rapport à l’ensemble des normes qui gouvernent une société, qu’elles soient pénales, économiques ou morales.

Comme on peut soutenir que l’appartenance à une race entrave l’insertion dans une activité économique licite en raison de discriminations ; la même discrimination conduisant les autorités à orienter les poursuites.

Aux États-Unis, de nombreuses études ont été menées au XXe siècle sur l’appartenance à une race, une ethnie, ou un groupe social déterminé. On a observé un phénomène criminel tout à fait indépendant de la race, mais très dépendant de l’immigration : la génération qui immigre n’est pas plus délinquante que la population moyenne — elle l’est plutôt moins — ; en revanche, la seconde génération — et quelque soit son origine, sa race ou son ethnie —, née sur le sol américain est sur-représentée dans la population délinquante. Ceci, bien sûr, à l’exception des afro-américains, qui demeurent sur-représentés parmi la population délinquante.

Nul doute, qu’un Éric Zemmour se promenant à Boston ou New-York au début du siècle aurait jugé que la majorité des délinquants étaient catholiques, en raison des immigrations irlandaises et italiennes.

Bon, mais faut-il en déduire que l’immigration constitue un facteur de délinquance ?

Non pour la première génération.
Oui pour la seconde génération (mais elle n’est pas immigrée).
Et non pour les générations suivantes.

Quel enseignement peut-on en tirer ?

Celui que l’on veut, en réalité, si l’on en fait un enjeu de débat politique.

25. Le jeudi 25 mars 2010 à 12:58 par schloren

Je trouve ce billet admirable à tout point de vue.
En ce qui concerne Monsieur Bilger, sa phrase la plus terrible, car lourde de sous-entendus, est sans aucun doute celle-ci : “Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour.
Je suis preneur de toute analyse de ce “mais précisément” . Serait-ce : nous sommes tous satisfaits que Rachid Arhab bien que frappé de ce déterminisme ait échappé à son destin de délinquant ? Je souhaite de toute mon âme que mon interprétation soit erronée. Quelqu’un en a une autre ?

26. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:00 par alain

Ouf !

Enfin les arguments que j’attendais ! J’étais désespéré que personne ayant un minimum d’audience, journaliste, association,…ne réponde sur le fond, le pire étant Monsieur Bilger. Enfin, le pire… Au moins, il essayait au moins de donner des arguments sur le fonds. En fait, je pense que le pire pour moi était de lire qu’il fallait accepter de débattre, sans qu’auncun ne se donne cette peine.

Vous l’avez fait et c’est un vrai soupir de soulagement. Merci beaucoup de mettre sur la place publique ce que beaucoup d’autres auraient du faire et n’ont pas fait.

27. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:01 par eugène

Un énorme merci, Eolas.
Je vais pouvoir clouer le bec de tous les connards racistes qui m’entourent.

28. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:01 par petit comique

Maître,

vous maniez la plume comme John Rambo la M-60, en artiste!

Et votre conclusion n’est que trop juste, hélas…

29. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:03 par Matéo 34

Cher Maitre,

Je partage très largement votre analyse (sauf pour ce qui est de la conclusion) : la couleur de peau permet de masquer le problème social.
Pour ce qui est de la conclusion, certes il n’y a jamais eu vraiment de politique d’intégration, mais l’éducation et une économie où l’on pouvait espérer, pour soi ou ses enfants, grimper les échelons… C’est plus vraiment le cas aujourd’hui. Est-ce vraiment à “nous” d’avoir honte :-).

Je n’ai pas le souvenir d’un billet sur l’état de nécessité sur votre blog. Peut-être que cela serait un bon moyen d’élargir le débat en partant de la réalité d’un tribunal ?

Matéo 34

30. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:03 par sir yes sir

comme je partage votre analyse… Au fond de ma très lointaine province, vos observations, maître, sur les couleurs prédominantes dans le box sont inopérantes car statistiquement il ya moins de black ou de nord-africains dans la population générale et donc moins également aux audiences. Mon petit bled, c’est pas Bobigny, et une “cité” on n’en a qu’une, et toute petite, même si mes petits délinquants s’y sentent quand même des caïds des plus impressionnants.
En revanche, et c’est là une constante : les CI sont peuplées de pauvres hères, descolarisés très tôt, avec de l’alcool et du cannabis souvent à foison, sans attache… Bien sûr que je les poursuis quand même, car on a tous, malgré tout, notre libre arbitre, et que chacun choisit de déraper… Ou pas. MAIS force est de constater qu’ils n’avaient pas forcément les bons outils pour faire le bon choix.
En revanche concernant nos critères de choix entre les différentes possibilités (le classement sans suite, les laternatives aux poursuites, les poursuites…) j’ose espérer que le parquetier en face du dossier ne se contente pas de quelques critères subjectifs voire arbitraires. Il y a quand même des filtres : l’infraction tient/ ne tient pas, l’auteur a/n’a pas d’antécédents, il a/n’a pas régularisé la situation, a/n’a pas remboursé la victime… Je ne vais pas poursuivre parce qu’en face j’ai un Najib plutôt qu’un Stéphane. Même si, certes, je dois l’admettre (même si ça m’agace), je suppose qu’il doit bien exister des collègues aux conceptions contestables.
En tout cas, qu’on se le dise : la seule statistique constante c’est que le critère qui mène le plus facilement devant le tribunal c’est la pauvreté, matérielle, affective, et le désoeuvrement.

31. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:03 par dura lex sed lex

La justification du fait d’être contrôler bien plus qu’à son tour par la police au motif que l’on est issu de l’immigration, ou pour être plus juste parce que l’on a une couleur de peau plus sombre (parce que l’on peut être issu de l’immigration et avoir des grands-parents slaves, mais là on est quand même moins contrôlé), par la mise en avant que la majorité des trafiquants de drogue sont eux-mêmes noirs ou maghrébins est d’une certaine bêtise. Pourquoi en ce cas ne contrôle-t-on pas plus les blancs qui proportionnellement sont plus souvent des pédophiles (enfin, c’est l’idée qu’en donne les médias et je peux me tromper) ?
Cela étant dit, la majorité des trafiquants de drogues sont-ils bien noirs ou maghrébins ? L’argumentation que développe là-dessus, et à mon grand regret, M. Bilger me fait penser à un quasi retour aux thèses de Lombroso. Parce que les prévenus sont majoritairement, à Paris faut-il le préciser, noirs ou maghrébins dans des affaires de trafic, alors cela veut dire que la majorité des trafiquants sont noirs ou maghrébins ? Je ne le crois pas. Lombroso était arrivé à une conclusion semblable en visitant les prisons pour rédiger son “Homme criminel”. Si une majorité de personnes qui boitent ont été arrêtées pour vol, cela veut-il dire que la plupart des voleurs boitent ? Ou cela veut-il plutôt dire qu’ils se sont fait arrêtés parce que justement ils boitaient ?
Voilà ce qui est oublié dans les propos de M. Zemmour et par ricochet dans les écrits de M. Bilger. Ce que l’on appelle le chiffre noir de la criminalité. Les forces de l’ordre ont plus tendance à contrôler des noirs ou des maghrébins et ce faisant découvrent des actes de délinquances impliquant ces populations plus souvent que pour les autres. Simple logique de statistique criminelle. Si je mets toutes mes forces dans la répression des vols, je découvrirais un nombre de vols plus importants mais au bénéfice d’un autre type de délinquance.

32. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:03 par Suzanne

“…C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.”
Mais c’est médire du professeur de mathématiques (arabe) de mon fils, c’est insulter les médecins arabes, les institutrices noires, les dentistes jaunes, enfin, tous ceux qui sont nés ou arrivés tôt en France et qui ont su tirer parti du système scolaire…
D’accord avec le commentaire n°19, bertramwooster, sauf pour le mot “honte”,à quoi bon avoir honte de ce que d’autres que nous ont fait avant nous ? On peut avoir honte de ce qu’on fait, ou de ce qu’on ne fait pas, maintenant.

33. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:03 par Tsouintsouin

Cet article se perd en conjectures.

Zemmour n’a pas débarqué avec ses gros sabots pour dire “Hé les mecs, j’vais traiter les reubeus et les blackos !” Il répondait à des propos sur un plateau de télévision où il faut lancer des invectives pour se faire entendre, face au brouhaha et à une invitée particulièrement discourtoise.
Pas le temps de développer une thèse de sociologie “Bourdieu approved” dans de telles conditions.

Le seul tort dans les propose de Zemmour est de les avoir tenu chez Ardisson.

34. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:04 par Clems

J’interroge un linguiste grammairien et voila ce que la donne :

“exemple: par inversion et glissement logico-sémantiques, procédés qui fonctionnent quasiment naturellement et le plus souvent inconsciemment dans nos cerveaux éduqués.

soient les attributs sémantiques des délinquants  : ces attributs sont Arabes et Noirs . Dans cette phrase affirmative( +), ils sont affectés des valeurs (+)

On pratique une inversion des valeurs -/+, puis on procède par glissement logique et ainsi de suite : voilà ce que ça donne
__
la plupart des délinquants sont Arabes et Noirs__ > la plupart des non délinquants ne sont ni Arabes ni Noirs > la plupart des Arabes et des Noirs ne sont pas des non délinquants = la plupart des Arabes et Noirs sont délinquants

ça n’est qu’un exemple des multiples sophismes qui peuvent aboutir à l’affirmation finale effectivement raciste mais non explicitement dite, et qui peut donc être niée .

autre exemple , par inversion des valeurs grammaticales conservant les valeurs sémantiques

1- Puisque arabes , noirs , délinquants peuvent être substantifs et adjectifs , puisque le mot, en devenant substantif ou adjectif change de fonction, mais conserve son sens :

2- si cette phrase est acceptable,

la plupart des délinquants ( substantif) sont noirs et arabes ( adjectifs malgré la majuscule)

3- alors celle ci l’est aussi :

la plupart des noirs et des arabes ( substantifs) sont délinquants (adjectifs)”

Après on peut essayer d’ignorer que zemmour est un écrivain, donc un littéraire et qu’il sait trés bien les conclusions erronées qu’une certaine population va développer consciemment ou non.

35. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:04 par amra

Je suis tout-à-fait d’accord avec vos propos.

La question que je me pose, c’est toutefois de savoir si les propos tenus par le procureur en cause justifient la convocation de ce magistrat devant son procureur général, apparemment sur le fondement de l’obligation de réserve :

http://www.20minutes.fr/article/393…

http://www.lejdd.fr/Medias/Televisi…

J’ai toujours pensé que les propos stupides (ou surfant sur le racisme sans l’exposer clairement) devaient être combattus par des propos intelligents et humanistes.
J’ai toujours aussi considéré, peut-être de manière un peu utopique, que la liberté d’expression était à même de permettre cette lutte, sans qu’il y ait forcément besoin de dégainer l’artillerie lourde (menace de licenciement, licenciement, “cabbale” médiatique, recours au juge etc…).

Du coup, je suis sceptique. Autant, je ne partage pas les idées de E. Zemmour ou de P. Bilger, autant la chape de plomb sur la liberté d’expression, ne laissant la place qu’à une pensée unique, m’apparaît tout aussi effrayante. Il faut bien des ombres pour voir la lumière, non ?

Bref, j’aurais aimé avoir votre avis là-dessus. Merci d’avance.

36. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:07 par David M.

Eolas,

je crains qu’en voulant trop bien faire, vous ne soyez légèrement à côté de la plaque. Vous parlez des crimes d’assises (viol&meurtre dira-t-on) commis principalement par des français du “corps traditionnel de l’État” (=D) c’est en effet intéressant. Mais Zemmour (et à sa suite Bilger) n’ont jamais dit l’inverse : ils parlent seulement des trafiquants.

Vous passez ensuite votre billet à expliquer en quoi ces populations, que la France a failli à intégrer, se retrouvent devant le tribunal. C’est également intéressant, mais encore une fois ni Zemmour ni Bilger n’ont soutenu l’inverse. Ils n’ont jamais dit “ceux là sont devant les tribunaux parce que c’est dans leurs gênes de faire du trafic.” Ils ont juste dit “il y a une majorité de noirs et d’arabes parmi les trafiquants”. Finalement par votre article, vous les appuyez sur ce point.

Autrement dit, Bilger prend déjà une précaution inutile, il le dit lui même, en répétant que si la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes, tous les arabes&noirs ne sont pas trafiquants, de la même façon que tous les trafiquants ne sont pas noirs et arabes. C’était déjà lourd. Maintenant quand je lis votre article j’ai l’impression (et je peux me tromper lourdement hein) qu’il faut EN PLUS rajouter : la plupart des trafiquants sont noirs et arabes mais ils ne sont pas trafiquants parce qu’ils sont noirs et arabes mais parce que… cf. votre article.

Je trouve que c’est justement là que se niche le mal. Et que le racisme latent est plus dans la honte qu’on a d’énoncer un fait (puisque c’est dorénavant l’expression consacrée) et qu’on cherche à l’étouffer sous une masse d’ajouts spécieux que dans cette simple vérité (enfin comme vous la rapportez vous, Zemmour et Bilger).

37. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:09 par thom lee nacht

Maître, non seulement les filles sont excessivement majoritaires en droit, mais en plus ce sont les seules à venir en amphi, c’est un fait.

38. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:12 par Nordrian

Je trouve amusant de juger une phrase prononcé par Zemmour, sans tenir compte du contexte, de l’ouvrage qui a amené à cette phrase, et des propos qui ont amené à cette phrase.

Zemmour a prononcé cette phrase lors d’une discutions difficile (oui, il s’est même énervé, ce qui est rare lorsqu’il débat, car il ne pouvait finir son raisonnement), donc dans une ambiance comme celle-là, croyez vous possible d’exprimer une opinion, de développer un point de vue, et d’expliquer les conséquences? Zemmour commence toujours par donner sa “conclusion”, il pose un fait qu’il constate, puis il explique les causes, c’est ce que j’ai constaté du moins.

Encore une fois, il serait bon de ne pas juger les propos de quelqu’un en fonction de la personne qui les a tenu (ce que nombre de personne font, notamment dans les commentaires, avec des insultes digne de cours de récré), et je trouve cela plus que navrant, vu que vous en arrivé à la même conclusion que Eric, vous devriez être heureux qu’il soulève enfin le problème, afin qu’une solution à celui-ci puisse-t-être trouvé? Peut-on réellement résoudre un problème que l’on prend bien garde d’ignorer?

39. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:13 par Marie

Merci beaucoup pour cet article très juste. Et pour cette conclusion dont la vérité fait froid dans le dos.
Je me suis permis de mettre un lien vers votre blog dans les commentaires de chez martin vidberg (http://vidberg.blog.lemonde.fr/), j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

40. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:13 par Olivier Massin

non seulement les arabes ne sont pas plus délinquants que les autres, mais en outre ils ne commettent plus de délits que parce qu’ils sont dans des situations difficiles. J’ai bien compris maitre ?

41. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:14 par Xuelynom

“lorsque Mr Zemmour a prononcé cette phrase, il défendait des policiers accusés de racisme à cause des contrôles “au faciès”. Dès lors que vous êtes d’accord pour dire qu’il y a effectivement plus de “noirs ou arabes” délinquants, ce type de contrôle ne révèle pas du racisme, même si cela peut être discutable.”

Prenez 2 populations de 1000 individus, ayant 10 délinquants en leur sein. L’une est contrôlée 500 fois, l’autre 50 fois.
On trouvera en moyenne 5 délinquants de la premiere, et 0,5 de l’autre. HOP en prison !
On réfléchit : on avait bien raison de contrôler 10 fois plus la premiere que la seconde, puisqu’il y en a 10 fois plus en prison.

C’est tout bête, c’est mathématique, et ça démontre la stupidité du contrôle au faciès.

42. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:16 par Diagonale

C’était déjà le cas il y a un siècle, quand le blanc était la couleur dominante.
Pourquoi ? Elle ne l’est déjà plus ? ;-)

43. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:16 par Karim

“Les hommes nés à l’étranger sont deux fois plus nombreux en prison que dans l’ensemble de la population : 24 % contre 13 %. Ce sont d’abord les hommes nés en Europe orientale, en Roumanie et ex-Yougoslavie en particulier ; ils sont soumis à un risque relatif de 3,3 contre 1, à âge égal, par rapport aux hommes nés en France : le séjour irrégulier en France est en lui-même un motif d’incarcération, pour des populations récemment immigrées.
Viennent ensuite les hommes nés dans les pays du Maghreb (risque relatif de 3,0), les immigrés issus de nombreux pays d’Afrique au sud du Sahara (2,7) et les ressortissants de l’Union européenne (1,4). Près de quatre détenus sur dix ont un père né à l’étranger ou dans les anciennes colonies, un quart dans un pays du Maghreb.”

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc…

44. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:17 par Van der Waals

@ JS #3, Laurent H #8, quelques autres

Ce billet est en plusieurs parties, et j’ai l’impression que vous ne vous attardez que sur la dernière. Vous zappez notamment le fait qu’ici le lien de causalité n’est pas retenu. Est-ce parce qu’on a plus de prévenus d’un type qu’il faut les controler plus fréquement ou est-ce parce qu’on controle plus de gens d’un type qu’on les retrouves prévenus ?

45. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:18 par Clems

Bien au delà de la liberté d’expression, (il a le droit d’écrire) on peut aussi s’interroger sur sa place dans un journal de droite traditionnelle comme le figaro. Cela faisait plusieurs mois que je me posais cette question. Et finalement, je découvre que son employeur aussi. Quand un Mougeotte vous trouve trop à droite. C’est peut être que vous êtes bien déjà dans une extrème et que votre place comme journaliste se situerait plus chez ‘Minute’ qu’au Figaro.

46. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:19 par zizac

Dans le cas de M. Zemmour, c’est la 1ère fois que je vois une personne qui dit “vrai” se faire pousuivre par des gens qui n’aiment pas que quelqu’un dise “vrai”. Il est indéniable qu’il a raison et que les autres ne sont là que pour se faire de la publicité sur son dos. C’est eux qui devraient être poursuivis pour mauvaise foi……

47. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:21 par janus

Maître, fidèle lecteur de vos billets, je suis également un lecteur assidu du blog de Philippe Bilger. J’ai vivement réagi lors de la mise en ligne de ce fameux billet de Monsieur Bilger, auquel je voue également respect et estime. L’échange m’a conduit à deux conclusions :
1) Philippe Bilger se faisait plus, en la circonstance, l’avocat de la liberté d’expression que le supporter des propos d’Eric Zemmour.
2) L’interdiction en France de statistiques ethniques me semble contre-productive, puisqu’elle favorise la culture de tous les fantasmes les plus inexacts, donc dangereux.
La teneur de votre billet ne me laisse pas insensible, mais ne permet guère de rendre un compte objectif des origines de la délinquance en France.
Habitant moi-même une banlieue provinciale assez tranquille, je ne vise en rien les populations ciblées par Eric Zemmour. Ne fréquentant pas les prétoires de Paris et banlieue, je ne peux donc, de bonne foi, que fantasmer.
Mon fantasme me conduit à penser que les victimes des trafiquants visés par M. Zemmour peuvent aussi, majoritairement, être les habitants de ces banlieues souvent sinistrées, qui sont généralement de la même couleur que les trafiquants, vu que nos grands-parents, parents et nous-mêmes avons estimé plus « pratique » de les parquer tous dans la même « zone ».
Que tout ce « buzz » ait conduit le CSA à « mettre en demeure » Canal+ pour n’avoir pas « coupé » Zemmour au montage est déjà révélateur de notre liberté de penser.
Voilà de surcroît que Philippe Bilger est convoqué, demain 16 heures, chez M. Falletti, procureur général de Paris, pour s’expliquer (AFP, lepoint.fr, nouvelobs .com). Le résultat de cet entretien est attendu par madame Alliot-Marie.
Je ne vois dans cette agitation nulle trace d’amélioration de notre démocratie.

48. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:22 par thaliane

J’avoue qu’un point m’échappe : tout le monde se focalise sur la 2ème partie de la phrase de Zemmour. Est-ce un fait que “la plupart des trafiquants sont arabes ou noirs” ?
Or, à mes yeux de mekeskidi, ce n’est pas cette partie de phrase-là qui pose problème, c’est le début. En effet, Zemmour utilise ce supposé fait pour justifier le contrôle au faciès. Or, un contrôle au faciès est par définition, me semble-t-il, discriminatoire. Et la discrimination est interdite par la loi française. Donc ne peut pas être exercée par des représentants de cette même loi.
Bref, par cette phrase, je ne taxe pas Zemmour de racisme mais bien d’incitation à la discrimination, donc à l’illégalité.
N’est-il pas attaquable sur ce point ? (d’autant qu’il a réitéré sur France O où il expliquait que les agences d’interim ont tout à fait le droit de refuser de présenter un intérimaire noir ou arabe à la demande de l’entreprise cliente, ce qui est tout aussi illégal).

49. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:27 par koko

L’alcool, la pauvreté, l’échec scolaire ils sont devenues des circonstances atténuantes ?
Le libre arbitre est bien peu de chose finalement. Est ce de la prédestination ?
Sinon rééduquons les alcoolos, les shiteux et les tox.
Et ce “nous” est vraiment insultant.

50. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:27 par Karim

“Les enfants d’immigrés croient dans l’école”
LE MONDE | 13.11.09 | 14h19
http://www.lemonde.fr/politique/art…

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc…

Chercheur pour le ministère de l’éducation, Jean-Paul Caille publie dans France, portrait social - rendu public par l’Insee vendredi 13 novembre - une étude sur les bacheliers, premiers dans leur famille à décrocher ce diplôme. Au sein de ce groupe, émerge la catégorie spécifique des enfants d’immigrés.

A l’heure où s’ouvre le débat sur l’identité nationale, les enfants d’immigrés construisent-ils leur parcours scolaire comme les autres élèves ?

Les parents immigrés se distinguent des autres parents non-bacheliers par des aspirations scolaires plus fortes pour leurs enfants. Huit fois sur dix, ouvriers ou employés de service, les pères sont plus nombreux à souhaiter que leur enfant poursuive ses études jusqu’à vingt ans et plus et croient aussi plus fréquemment à l’utilité des diplômes de l’enseignement supérieur. On explique cette différence par le fait que le projet de migration qui les a amenés en France est souvent lié à un espoir de mobilité sociale, que les générations suivantes intègrent. Mais aussi par le fait que ces parents n’ont pas connu l’échec scolaire vécu par de nombreuses familles ouvrières d’origine française. Ils ne sont pas allés à l’école longtemps parce que l’offre scolaire de leur pays était limitée.

Et pourtant, les résultats bruts de ces jeunes ne sont pas excellents alors que les deux tiers d’une génération sont aujourd’hui bacheliers…

Lorsqu’on regarde les seules familles dans lesquelles ni le père ni la mère ne possèdent le bac, on ne peut souscrire à un tel constat. Un enfant appartenant à une famille non immigrée a une chance sur deux d’obtenir le bac. Cette probabilité est la même chez les jeunes issus de l’immigration portugaise (50 %), maghrébine (49 %), ou subsaharienne (46 %). Elle n’est vraiment plus faible qu’au sein des familles originaires de Turquie (31 %) et plus élevée que parmi les enfants d’immigrés asiatiques (59 %).

51. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:28 par Nicolas

Un article d’une mauvaise foi superbe, vous pouvez être fière.
Bravo.

(Au passage, si vous voulez faire rire vos petits camarades bien pensistes droits de l’hommiste, n’hésitez pas à leur faire remarquez que vous expliquer sans trembler que les délinquants sont des pauvres, que les pauvres sont des immigrés, mais que les immigrés ne sont pas délinquants..)

“La honte est sur nous et pas sur eux.”

Bien non, puisque “nous” n’avons rien demandé. Les immigrés, c’est le problème des types de gauche et des immigrationistes. Nous, nous n’en avons rien a faire de ces gens là. L’expulsion est la solution.

52. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:29 par v_atekor

croire que si A et b augmentent simultanément c’est que A et B sont liés
Me Eolas n’est pas pastafarien :(

53. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:29 par kevin YDF

Maitre, futur confrère (j’y travaille),

Etant un (très) fidèle lecteur de votre blog et ayant eu la chance de parler avec vous via FB (Je pense que vous vous en souvenez, ou pas), il me tardait non sans un réelle impatience de vous lire à ce sujet.

Et Quelle Déception! (les majuscules sont utilisées pour l’emphase fût elle visuelle)

Le propos de Zemmour était de faire un constat statistique (non officiel, mais plutot patent) et vous - malheureusement - vous sautez sur l’occasion pour nous remettre un couche de mea culpa maxima culpa, je vous imagine vous flageler ou vous donnant de faibles coups de poing sur le coeur.

” C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.

La honte est sur nous et pas sur eux. “

Je ne veux pas faire mon Zemmour mais pourtant je suis petit fils d’immigré Harki, j’ai vécu dans un milieu et une cité plus que modeste (déménagé pour études), mais je suis étudiant en droit des affaires, j’ai eu mon bac et fait une prépa; bref pas besoin de “penser que j’avais une chance de devenir…”, j’ai étudié et le fais toujours.

Bref, saisir cette occasion pour faire tomber celui qui gène tant de monde, et pis encore pour itérer (et non réitérer, vous voyez que je vous lis ;) ) le mea culpa franco - français, c’est vraiment dommage.

Quid de la liberté d’expression?

54. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:35 par Bigmouth

@Me Eolas
Juste, merci !

@Nicolas
Juste, mépris !

55. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:35 par Tirxu

@Jules :
Je n’adhère pas complèment à votre commentaire “Nul doute, qu’un Éric Zemmour se promenant à Boston ou New-York au début du siècle aurait jugé que la majorité des délinquants étaient catholiques, en raison des immigrations irlandaises et italiennes”.

Plus précisément, je pense que cette phrase devrait commencer par “Nul doute qu’en appliquant le raisonnement d’Éric Zemmour aux catholiques de Boston ou New York au début du siècle”. Car, et c’est bien le problème, la première étape est le choix du critère que l’on étudie. Un Éric Zemmour américain du début du siècle aurait pu arriver à ce résultat, mais il n’est pas sûr qu’il aurait seulement étudié la question. Tout comme l’original ne s’est pas interressé à la proportion d’hommes ou de pauvres.

56. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:37 par supertomate

Les femmes d’une part n’ont pas cette pression sociale, et d’autre part ont immédiatement à l’esprit que pour avoir un travail, elle devront étudier. D’où leurs meilleurs résultats à l’école dès le primaire et leur part de plus en plus importantes dans les études supérieures
Hum hum, n’y a-t-il pas là un de ces liens de cause à effet un peu rapide si bien dénoncé en début de texte?

Excellent le critère de criminalité masculin. Halte au contrôle au faciès, bonjour le contrôle au sexiès.

Et attention: n’achetez pas de briquets. En effet, Il y a une corrélation trés forte entre le nombre de briquets achetés dans une vie et la probabilité d’avoir un cancer du poumon. Donc, acheter des briquets provoque le cancer. CQFD.

57. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:38 par H95

Juste bravo maître! Heuresement que le net est là pour dénoncer tout les “dérapages” qui peuvent avoir lieu dans les grands médias!!!

58. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:40 par Derek

Vous voyez, Maître, quand vous voulez, vous pouvez contribuer au débat sur l’Identité Nationale…

59. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:43 par kevin YDF

Addendum

Après reflexion (oui, il me faut du temps), quelques élements supplémentaires:

Vous parlez des raisons qui “les” poussent à passer à l’acte (oui, j’utiliser les. Comme vous utilisez vous, de manière assez insultante pour ainsi dire).

Alcool, pauvreté, toxicomanie => Elevé au rang de circonstances atténuantes par Me Eolas ?

“La majestueuse égalité des lois interdit aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts, de mendier dans la rue et de voler du pain.”
(Anatole France)

Par ailleurs, vos propos dérapent vers d’autres formes de criminalité; formes non visées par Zemmour, qui ne parlait que des trafficants.

Si je suis évidemment d’accord sur le fait que simultanéité ne signifie pas causalité, en revanche je ne vois pas où l’on peut imputer cette erreur à Zemmour (ni d’ailleurs à Bilger). Aucun lien de causalité dans les propos de Zemmour : juste une justification statistique des contrôles au faciès.

60. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:43 par Jean

Je crois que maitre Elolas n’a rien compris aux propos de Zemmour
Ils arrivent pourtant tout les deux aux mêmes constations.
Bien sur maitre Eolas peut sur ce blog mieux exprimer sa pensée, l’expliquer et argumenter. Zemmour ne pouvait pas, il n’a fait que répondre par une phrase “choc” à un journaliste abruti et inculte puant de conformisme télévisuel de bas étage.
Quand on lui demande de s’expliquer sur cette phrase il arrive bien évidemment aux même explications que maitre Eolas, qui sont évidemment d’ordres sociologique. Qui peut être aussi stupide pour penser que la criminalité s’explique par le taux de mélanine ?
Quant à la dernière phrase, expliquant que l’Etat Français est responsable, coupable de ne plus intégrer ces populations immigrés, bien, ce ne serait pas la thèse de Zemmour ? Ce qu’il dit sans cesse dans les médias ?

PS : Thaliane, vous avez raison, Zemmour est un méchant raciste, les journalistes devraient être soumis a l’accord préalable de la Kommandantur du politiquement correct avant de pour s’exprimer.

61. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:44 par ahuizotl

Merci pour ce billet; vraiment.

J’y ajouterai simplement que les “faits” et les évidences de MM. Zemmour et Bilger ne sont pas seulement biaisés, ils peuvent aussi être simplement faux.

Puisqu’il s’agit de s’abstraire des statistiques et de tirer des conclusions par ses propres constatations, soit : voici les miennes.

En 6 ans de barre (dans une grandes villes de province, avec une présence moyenne en audience correctionnelle ou assimilée d’une par quinzaine) j’ai bien ouvert les yeux et retenu les noms durant les audiences pénales auxquelles j’assistais pour justement me faire une idée sur cette caricature des étrangers délinquants.

Pour les noirs : deux (et encore, pour l’un des deux, c’était un confrère); pour les maghrébins : très peu (15 ou 20% à vue de nez).

Pour faire une minorité à peu près visible, il faudrait y ajouter des Turcs, des Roumains, des gens du voyage, des nomades sédentarisés, des Russes, etc. Et ça ne fait toujours qu’une minorité (à peu près 30-35%); et pour y arriver je dois viser bien au-delà du seul trafic de stupéfiants qui était la cible du propos initial. Si on élargit encore le spectre pour aller au-delà des d’audience correctionnelles (ou assimilées : TPE, Tribunal de police, etc.), en ajoutant les comparutions sur reconnaissance préalable de culpabilité ou les assises, les chiffres tombent vertigineusement (1 ou 2 sur 15 pour les CRPC : c’est facile à compter, elles vont par 15 chaque fois).

La seule formation pénale qui permet de s’approcher un peu “des faits” susdits, c’est le Tribunal pour enfants.

Je dis “s’approcher” parce que pour autant que je le sache j’y vois quand même toujours plus de Kevin et de Dylan que de Mustapha : désolé pour le name dropping, mais l’appel de leur prénom dans le couloir est le seul moyen d’avoir une idée qui excède ma propre clientèle, les audiences ou auditions n’étant pas publiques. “Kevin” à lui tout seul forme le prénom de bien 10% des jeunes gens entendues.

Mais même là, les “faits” ne tiennent pas, car on est très très loin du trafic de stupéfiant qui forme le sujet initial (je ne suis même pas sûr d’en avoir déjà vus au TPE, des stups).

Conclusion : lorsqu’il s’agit de livrer des visions subjectives et incomplètes, aucune règle ne peut se dégager; mon expérience propre donne un résultat complètement inverses aux prétendus “faits” de MM. Zemmour et Bilger. Mon voisin de bureau aurait peut être même une expérience encore complètement différente de la mienne, si cela se trouve. C’est sans doute la raison pour laquelle les personnes sérieuses évitent d’en tirer des conclusions; habituellement.

62. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:44 par vuparmwa

excellentissime
j’approuve la totalité du billet
j’aurais aimé le dire mais vous l’écrivez tellement mieux
oui, je fayotte…

63. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:44 par yves

Voici ce que j’ai adressé hier à P.Bilger.
Il me semble que nous sommes en phase.
Merci de ce beau billet, ainsi que pour le précédent.
San-Antonio, parlant de l’hymne anglais, l’appelait:” le gout suave du singe”
Moi à 14 ans, j’avais juste introduit une petite variante ” God shave ….
Voici qui nous éloigne du fair play, mais on est les champions,
Revenons à ce qui nous concerne aujourd’hui, où comme disais Desproges , avec tout cela j’ai oublié de déjeuner!

Monsieur l’avocat général.

Les propos tenus par zemmour, n’apprennent rien à qui que ce soit. Les pauvres, les gens sans instruction, ont toujours constitué la base de votre clientèle.
Les escrocs de haut vol, les fraudeurs, qui en une seule opération dérobent à la collectivité ce que dix mille larcins n’arrivent pas à représenter, ceux là, sont honorés, protégés.
En vous faisant l’écho de zemmour, écho se trouvant à la une de toute la presse ce soir, j’éprouve plus qu’une immense déception.
Votre nom, votre titre, donnent caution à des idées que j’espérai ne plus voir se propager.
La société que nous avons aujourd’hui, est celle que nous avons construite ensemble ces cinquante dernières années.
L’amour et la fraternité, qu’en avons nous fait?
La peine de mort est abolie, bien, bravo, Ponce Pilate il y a bien longtemps, avait refusé la mort d’un nommé Jésus, comme nos magistrats qui livrent les condamnés à l’enfer carcéral.
Jamais Monsieur, vous n’avez eu à requérir la peine de mort, mais derrière ce qui n’est pas votre problème, combien de vies sacrifiées, de fauves à jamais assoiffés de vengeances de haines de mépris pour notre société.
Je suis un imbécile, naïf, qui croit à la vertu de l’exemple.
Rien n’est noir rien n’est blanc, tout est hasard et se joue à la naissance, « fils de césar ou fils de rien! »
L’ humanité, je vous la laisse, les certitudes c’est pas mon truc, pour tout vous dire, je n’aime pas l’espèce humaine, 65 ans que je l’observe et jamais, non jamais, cette envie de pleurer ne m’a quitté.

64. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:45 par Greg

Bonjour cher maître.

Bien que je ne partage pas la totalité de votre argumentation, je tiens à vous féliciter. Et pour cause, ce n’est pas tant de l’argumentation sur cette affaire qui m’intéresse, mais le second paragraphe.

En effet, doctorant dans - quelque chose qui a à voir avec - les statistiques, je vous félicite de ce rappel. Une corrélation n’est pas une dépendance, encore moins une causalité. J’aimerais que tant de journalistes “scientifiques” vous lisent à ce propos. Ils comprendraient un peu mieux les études qu’ils citent et arrêteraient de conclure n’importe quoi (il existe un gène de l’homosexualité selon une étude anglaise, etc).

Merci.

65. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:47 par Forza

“Et tout ce que retiennent Eric Zemmour et Philippe Bilger, c’est l’origine ethnique des délinquants, comme si elle était pertinente.”

Vous n’êtes pas de bonne foi en reprochant à Eric Zemmour “de ne retenir que ça”. Zemmour n’était pas en train de disserter librement sur le thème de la délinquance. Ces propos ont été tenus dans le cadre d’un débat, en réponse à son interlocutrice Rokhaya Diallo qui affirmait (ce qui est exact au demeurant) que la police contrôlait plus souvent les noirs et les arabes. Zemmour ne fait que répondre qu’il y a une logique dans ce comportement policier. Ce n’est donc pas lui mais Rokhaya Diallo qui limite le débat à l’origine ethnique.

66. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:49 par Julien

Conclusion de votre article :
1 La majorité des trafiquants de drogue arrêtés sont noirs ou maghrébins,
2 Mais c’est un fait qui peut s’expliquer par les origines sociales.

Donc vous êtes d’accord avec M. Zemmour.

Finalement le plus choquant dans cette histoire, c’est que face à des faits avérés, et plutôt que de déterminer les causes et y remédier, on demande à celui qui décrit une cruelle réalité de fermer sa gu****. C’est vraiment la polique de l’autruche.

67. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:51 par Leslie

Ce qui me gêne dans la défendse de cette liberté d’expression, c’est qu’il ne me semble pas qu’il soit besoin là de la défendre :

Monsieur Zemmour n’est apparemment pas poursuivi en justice pour ses propos. Il ne semble pas avoir subi de violences pour avoir tenu ces propos. Donc pourquoi défendre une liberté d’expression qui ne me semble absolument pas menacée.

N’y a t’il pas aussi droit à la liberté d’expression de ma part quand je dis que les propos de Monsieur Zemmour sont des inepties qui insultent l’intelligence des auditeurs et qui ne sont pas dénués de danger ? Puis je le dire sans avoir l’impression qu’on va me rétorquer qu’il a le droit de les dire ?

Oui il a le droit de les dire. Je suis au courant. Et moi j’ai le droit de les trouver scandaleux.

Quand on dit une stupidité, il ne faut pas s’étonner de passer pour un abruti. La liberté d’expression, ça n’a jamais été le refus d’assumer d’être mal vu par certains, que je sache. C’est juste le droit de ne pas finir en prison ou estropié ou zigouillé pour ses propos et c’est tout !

Maintenant si se scandaliser est scandaleux, je ne sais pas trop ou on va.

68. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:52 par tarek

quand zemmour nous sert sa verité il ne s’appui sur aucune staitistique, sinon sur ses convictions qu’il partage avec beaucoup de gens.
A t’il démontrer ses dires? non. Nous a t’il servit une etude et montrer clairement les causes racines qui ont mener à ses conclusions? non. Il fait de la politique,
du vent parcequ’il est payé pour tenir un rôle.
Si j’etais aussi malhonnête je dirai qu’au maroc la plupart des pedophiles sont francais, blancs, europpéens, judéo-chretiens… Et apres on en fait quoi de ces affirmations???

69. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:53 par segil

La police contrôle plus souvent les noirs et les arabes que les autres composantes de la population, çà, c’est un fait. Maintenant, pourquoi ?
Deux raisons qui se complètent, elle a effectivement plus de chance de trouver ce qu’elle cherche de cette façon là et c’est lié à ce quelle sait actuellement faire.
On a mis en place un système qui s’est focalisé sur une répression de la petite délinquance de voie publique.
La police judiciaire a été marginalisée au profit d’une police dont l’action a été orientée vers la répression routière et le petit délinquant de rue. Or que peut-on trouver quand on contrôle quelqu’un, certainement pas de la délinquance financière ou sexuelle, non, on trouve du recel et des stups et on en trouve beaucoup, ce qui plait aux statistiques où un minable revendeurs de chichon “paye” autant qu’un assassin multirécidiviste.
Donc on va au plus simple et au plus facile. Ça c’est de la rentabilité. Bon c’est vrai, on ne fait plus grand mal aux casseurs et autres braqueurs, mais pour les coincer, cela demande un vrai professionnalisme et c’est statistiquement peu rentable.
Ces contrôles incessants d’une population ciblée sont imbéciles, j’imagine assez bien mon état d’esprit si j’étais constamment contrôlé à cause de mon origine ou de la couleur de ma peau.
Ceci dit s’en prendre à Zemmour ou M. Bilger est aussi une effroyable bêtise. On aurait cru qu’avec le temps, les gens auraient compris que l’anathème ne règle rien. Seul le débat est important, il permet d’exprimer des idées et de trouver des solutions.
La Licra se trompe lourdement, elle n’éteins pas le feu mais jette simplement une petite poignée de sable dessus, laissant à celui-ci toute la possibilité de s’enraciner et de couver en attendant qu’il éclate et qu’il ne soit plus contrôlable.

70. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:56 par Jango

Merci pour ce papier qui énonce avec talent des vérités incontournables et si souvent contournées. Je le fais suivre.

71. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:57 par julien

Je ne comprends pas que Troll Detector(tm) n’ait pas déclenché l’alerte rouge dès que les propos de Zemmour avaient été insérés dans ce billet.

C’était un troll, rien de plus rien de moins. Simplement il est passé à la télévision et pas sur Internet. Du coup ça se voyait moins.

Et les trolls, ça ne se nourrit pas.

72. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:58 par AlexB

{{La France n’a (…) même pas essayé (à intégrer les populations) (…)
La honte est sur nous et pas sur eux.}}
De “la France” à “nous”, n’y a t-il pas là un raccourci un peu rapide ? Je dirais même “à l’emporte pièce” comme vous le dites à propos d’Eric Zemmour.
Quant à M. Bilger, je renvoie à une analyse fine et nuancée ici qui peut servir d’illustration à la limite de la liberté d’expression tel que la revendique aussi M. Bilger.

73. Le jeudi 25 mars 2010 à 13:59 par Randy

Cher Maître,

j’aurais beaucoup aimé avoir de votre part une estimation “à la louche” de la proportion des trafiquants de drogue présentés devant le tribunal suite à un banal contrôle d’identité.

Des consommateurs de drogues il y en a un sûrement un certain nombre, mais des trafiquants ? Il faudrait déjà que contrôler leur identité permette de les identifier autrement que s’ils transportent une quantité considérable de stupéfiants et n’ont pris aucune des précautions élémentaires permettant d’éviter les contrôles (même si je connais un cas exceptionnel qui confirme la règle).
Il me paraît évident que les contrôles d’identités n’ont jamais eu pour but de combattre le trafic de drogue. Justifier, comme Eric Zemmour, les contrôles au faciès par la recherche des trafiquants est faux, fallacieux et masque bien mal ses mauvais sentiments à l’encontre d’une partie de la population française.

74. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:03 par philippe913

Juste une chose, si j’ai bien aimé votre billet (comme toujours) , je partage cependant le point de vue de JS ou Mékeskidicurieux etc. qui expliquent que celui-ci n’est pas forcément en contradiction avec les propose de monsieur ZEMMOUR.

Alors il est dit par certains qu’on ne peut pas conclure qu’étant donné que beaucoup de gens en prison étant d’origines maghrébine ou africaine, la majorité des délinquants le sont aussi. (cf. l’exemple des boiteux).
Ok, j’ai compris l’idée, à ce moment là, allons examiner les différentes plaintes pour vol, violences et agressions en tout genre et vérifions si les descriptions données par les victimes corroborent ou non ces préjugés.

Arf, il est interdit de faire des statistiques ethniques, on en sortira pas….

Et avant de me faire lyncher, oui, bien sûr l’origine ethnique n’est pas la cause de la délinquance, c’est la pauvreté, l’ignorance etc.

75. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:07 par Jekyll

Très beau billet, bien tourné, bien argumenté … et je ne dis pas ça que parce que je suis complètement d’accord avec vous.
D’ailleurs, c’est sans doute ce que voulait dire Zemmour, mais à sa décharge on peut se dire que c’est pas évident de développer un tel sujet sur un plateau de télévision.

76. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:08 par Taum

Cher maître,

Il serait difficile de ne pas partager votre point de vue concernant la responsabilité édifiante de la France dans le manque d’assimilation - ou l’assimilation manquée? - de certaines populations d’origines étrangères. Il serait tout aussi compliqué de ne pas faire le lien entre cette intégration ratée, génératrice de pauvreté, et l’important taux de délinquance parmi ces poplulations. Or, c’est l’existence de ce lien que dénonce Eric Zemmour à travers ses propos, et non une relation d’ordre étiologique entre la couleur de peau et le crime. Son message relève plus du Durkheim que du Lombrosso, pointe une défaillance sociale et non une tare génétique. Certains ont donné à ses propos une “coloration” qu’ils ne méritaient pas.
Si l’inexistence d’un gène du crime et la reconnaissance de la pauverté comme un facteur du crime méritaient effectivement d’être rappelés (on est jamais trop prudent), ces éléments de réflexion ne contredisent en rien les propos polémiques. Le triangle pauvreté-étrangers-délinquance, socle de l’analyse de Zemmour, résiste à la votre. Bien entendu, seules certaines formes de délinquance sont concernées (Zemmour ne parlait que des trafiquants de drogue), à savoir celle qui peuvent se dérouler dans des sphères paupérisées. Il ne s’agit pas d’appliquer le raisonnement à la délinquance en col blanc, ça va de soi.
Si les forces de l’ordre contrôlent plus les noirs et les arabes, c’est qu’elles ont des consignes pour viser certaines formes de délinquances où ils sont sur-représentés. Notamment, sont visées les infractions que l’on peut constater aisément lors d’un tel contrôle, tel que la possession de produits stupéfiants, et à l’inverse de la délinquance en col blanc. Il est rare de voir les policiers contrôler une personne dans le métro au motif qu’ils la soupçonnent de banqueroute. Peut être est-ce au niveau des priorités de la police que se situe le vrai noeud du problème?

77. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:10 par toads

http://www.dailymotion.com/video/xc…

78. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:10 par pick

Je ne crois pas que Zemmour ait dit que les noirs et les arabes soient plus enclins à sombrer dans la délinquance que les autres. Bien sûr que le fait que ces personnes soient délinquantes vient d’abord du fait qu’ils sont dans une situation de misère intense, n’empêche que ça ça ne se voit pas sur leur visage. Le jour on les statistiques montreront que 80% des fraudeurs au fisc ont un grain de beauté sur le nez, je ne pense pas qu’on reproche aux services de police de contrôler en priorité cette catégorie de la population. Ce qui est profondément désespérant, ce n’est pas que Zemmour l’ait dit, c’est surtout que ça soit avéré…

La vraie conclusion à tirer n’est pas “Zemmour est raciste” ni “les noirs sont des voleurs” mais plutôt “On enferme les immigrés dans une situation où leur seul espoir de survie est la délinquance”. Malheureusement notre gouvernement bien aimé préfère comme à son habitude traiter les symptômes plutôt que soigner le mal. Si les immigrés pouvaient vivre dans les mêmes conditions que les français “de souche”, le problème de l’immigration ne se poserait pas.

79. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:12 par plop

Donc, la petite délinquance, c’est pour la plupart des pauvres noirs ou arabes, c’est un fait établi par @maitre_eolas. Voilà c’est rectifié.

Sinon, le fond du problème, c’est que zemmour était dans un “débat” télévisé qui avait pour titre “immigration: zemmour dérape”.

La petite phrase est parti de son énervement phase à une interlocutrice qui ne le laissait pas répondre, balançait tout et n’importe quoi.

Bref, Ardisson a réussit son buzz.

80. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:13 par jimv

Merci pour ce post tellement plein d’humanité et certainement de réalité.
Je ne suis aucunement juriste mais par delà ces considérations il se trouve que j’habite une cité HLM considérée comme
malfamée, et pourtant où faudrait-il mettre tous ces gens (sortis de prison, Rmistes, fauchés …) ?
La grandeur de l’Office HLM qui gère a été de mixer par cage d’escalier: des vieux, des jeunes, des noirs, des jaunes, des “gris”, des travailleurs et des sans emploi, des familles et des gens seuls …
Ca marche pas mal , ça marche même plutôt bien.
Il finit par y avoir une sorte de symbiose, de communauté.
Imaginez: j’ai une vieille Clio que je laisse ouverte et parfois il y a même les clefs dessus. Devinez qui vient sonner à ma porte ? Des gamins : “M’sieur, t’as laissé tes clés sur ta voiture, y’a des voleurs ici, fait gaffe “.
C’est pas le 6eme arrondissement de Paris puisque ça se passe dans le Vaucluse.
Maintenant, je dois avouer que mes efforts pour faire travailler des voisins (dans les TP) ont étés à ce jour vains, mais comme le disait le poète : “l’espoir luit comme un brin de paille au fond de l’étable”.
C’est juste pour dire que rien n’est perdu d’avance, pourvu que l’on n’avance pas que des “conneries”.
Votre analyse, juridique, peut être prise aussi à l’aune de notre société, merci.

81. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:14 par Pax Romana

J’avais en effet lu le billet de Bilger, dont l’argumentaire, tout comme celui de Zemmour, est un parfait exemple de petitio principi.

Mais de toute façon, les fautes grossières de raisonnement de ce type sont hélas quasiment inévitables dès que, dans l’espace médiatique, on s’essaie à manipuler des notions mathématiques. À cet égard, les probabilités et statistiques sont la plus grande source de contresens, du fait de leur caractère éminement acausal qui, malgré tous les efforts que l’on peut faire pour l’expliquer dans tous les sens, demeure toujours incompris du vulgaire qui reste attaché à son prétendu bon sens physique.

82. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:17 par Sursis à statuer

Parmi tous les billets d’une grande pertinence qu’on a pu prendre plaisir à lire ici, je classerai celui-ci à coup sûr parmi les meilleurs et les plus salubres.

Ce que nous offre Eolas au fil des jours, finalement, c’est un manuel d’auto-défense intellectuelle dont on a grand besoin. Car si Zemour n’est qu’un crétin rendu fou par les projecteurs des studios, on ne peut classer Bilger dans cette catégorie, et si un esprit comme le sien peut se laisser contaminer, combien d’autres, moins bien armés, l’ont été ?

83. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:18 par ceriselibertaire

Je suis malheureusement moins poli mais il est clair qu’il y a un vice de raisonnement qui s’il n’est pas grave chez un chansonnier doit être relevé chez un avocat général.

84. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:19 par Maïpi

“Les box des tribunaux correctionnels ne sont pas remplis de noirs ou d’arabes. Ils sont remplis de pauvres désespérés. C’était déjà le cas il y a un siècle, quand le blanc était la couleur dominante.”

et

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.”

voilà deux phrases que j’aurais voulu voir en gras et en une des journaux…
merci de dire clairement et simplement ce qu’on pense confusément…

85. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:20 par Sinclair

Le grand merite de dire la verité, même si elle contredit l’ideologie dominante, c’est qu’elle permet de poser les problèmes, donc d’aider à les résoudres. Quand a l’assimilation de la pauvreté à la délinquance, ce n’est pas évident. on peut être pauvre et ne pas vendre de drogues. Mais ce qui me désole le plus c’est la perte de liberté d’opignon en France, cela fait peur.

86. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:20 par Exekias

Concernant le cas particulier du trafic de drogue, il y a une autre raison très simple qui explique la sur-représentation des noirs et arabes : le cannabis vient du Maroc, la cocaïne d’Amérique du sud en transitant par les Caraïbes et l’Afrique de l’ouest. Cela n’enlève rien au rôle de la pauvreté, bien au contraire. Il est rare que les mules ou petits revendeurs, ceux qui ont de bonnes chances de se faire arrêter par la police, soient d’un milieu aisé. Je serais d’ailleurs curieux de connaître le pourcentage des affaires de stupéfiant dans les délits commis en France.
Dans le même genre, devinez quelle population est sur-représentée dans le trafic d’héroïne ?

Et pour en revenir à l’avocat général Bilger, je ne doute pas de sa grande intelligence. Mais voilà, les commentaires qu’il laisse passer sur son blog sont comment dire… un peu nauséabonds pour quelqu’un de ce rang.

87. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:20 par libertyvalance

Maitre, une chose me chiffonne : vous tombez dans un travers que vous dénoncez souvent en matière de délits de presse: faire dire aux mots plus que ce qu’ils disent c’est-à-dire amalgamer à la matérialité des faits les intentions qu’on prête au locuteur du fait de sa personnalité ou de son positionnement politique.
En gros, on ne poursuit plus les phrases précises mais ce qu’elles révèleraient des intentions aussi profondes que cachées du « coupable ».
Pour faire court, si un sociologue de gauche ou un criminologue bayrouiste avait prononcé très exactement les mêmes mots personne n’aurait rien trouvé à y redire…
Tout simplement parce qu’il s’agit d’une description exacte de la réalité.
C’est au cran suivant que la division politique se fait : si on est d’extrême droite on en déduira qu’il faut « mettre tous ces gens dehors », si on est de droite républicaine on pronera une répression accrue et si on est de gauche on mettra l’accent sur la prévention et le devoir d’atteindre à une meilleure justice sociale.
Vouloir gérer le débat en amont c’est-à-dire en interdisant de « nommer le réél » est le meilleur cadeau qu’on puisse faire à Le Pen qui devient du coup « le seul à dire les choses ».
Rien ne rend plus fou un habitant de cité « sensible » que de voir le flic qui prend sa disposition noter « des jeunes » quand lui-même a dit « une bande de dealers maliens ».
Au passage, le flic aussi devient dépressif et se forme une culture interne qui l’isole du reste de la société.
L’interdiction du nommage des réalités ethniques et raciales de la société française l’oblige à ne parler de « ces choses là » qu’entre collègues et toutes portes fermées.
Autre cerise sur le gateau du non dit absolu : puisqu’on ne peut pas décrire le réel on s’interdit par avance de le comprendre et donc éventuellement d’y faire quelque chose.
L’absence de statistiques ethniques (circonstance que votre raisonnement d’aujourd’hui valide) ne permet pas de savoir si, pour reprendre votre exemple, les substituts classent plus souvent, à infraction égale, les dossiers de « blancs de souche» que de «métèques » ou de « basanés ».
Ce qui pour le coup serait une vraie et lourde discrimination scandaleuse appelant les plus extrêmes sanctions.
Idem pour les peines prononcées : pour n’importe quel tribunal américain on peut consulter l’écart ethnique aux « sentencing guide lines » . Plusieurs juges quasi ouvertement racistes ont eu (et heureusement !) de gros ennnuis grâce à ces chiffres.
En France, mystère et boule de gomme…J’aimerais pourtant savoir si les « noirs et les arabes » sont plus sévèrement (ou non) condamnés que les autres. Manifestement, je n’ai, aujourd’hui, plus aucune chance d’être jamais exaucé..
Il est dommage que se fabrique sous nos yeux un « politically correct » qui en fasse des réalités sociales fondamentales comme de l’Alsace Lorraine : y penser toujours, n’en parler jamais…

88. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:20 par Guilll

MERCI EOLAS !! ENFIN un commentaire intelligent, rationnel et humain sur cette affaire !

Personnellement je suis terrifié de voir à quel point le racisme le plus abject est devenu politiquement correct, jusqu’à devenir un fond de commerce pour certains.

Pour ce qui est de l’intérêt ou non de poursuivre Zemmour en justice, je pense que c’est nécessaire et essentiel. Si je passe à la radio pour dire “Eric Zemmour est un trafiquant de drogue” je serais poursuivi pour diffamation (et ce sera normal), à cause des conséquences que mon propos aura pu avoir sur M. Zemmour et ses proches. Pourquoi M. Zemmour aurait-il le droit, lui, de diffamer des millions de citoyens français ? Mesure-t-on les conséquences que de tels propos peuvent avoir sur des personnes déjà fragilisées sur par le racisme qu’elles subissent au jour le jour ? Je crois qu’il ne faut pas oublier que le racisme tue, et pas uniquement de façon symbolique.

89. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:21 par moi

Mais vous ne dites pas autre chose que M. Bilger; vous dites: “Les box des tribunaux correctionnels ne sont pas remplis de noirs ou d’arabes. Ils sont remplis de pauvres désespérés”. Lui dit: “Les box des tribunaux correctionnels sont remplis de noirs ou d’arabes, vraisemblablement parce que ce sont de pauvres désespérés”.

90. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:21 par Bernard

Pouvez-vous nous dire dans quels pays de la Communauté Européenne les statistiques relatives aux origines ethniques des délinquants sont autorisées et peuvent être publiées ? Au Canada ? Merci…

91. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:22 par cydream

@JS : +1

92. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:22 par Reiichido

Je suis d’accord avec de nombreux commentateurs: ce n’est pas (très) éloigné de ce que dit Zemmour, qui n’a pas eu la chance de pouvoir étaler son argumentation comme vous pouvez le faire. Mais le thème de l’immigration est tellement lié à l’émotion que le simple fait d’exposer un fait crée un malaise et semble renseigner sur l’utilisation politique qui va en être faite, ce qui suscite des levées de boucliers.

Du coup, ce thème est soigneusement évité, ce qui laisse le champs libre à toute interprétation, la pire comme la meilleure. En vrac, la défaillance de l’état, le racisme latent dans la police, le taux de testostérone différent suivant les populations (et tiens ça explique la prédominance des hommes :P), les préjugés autoréalisateurs, le racisme pur et simple, etc…

Dur sujet, mais le mieux n’est-il pas encore d’en parler ?

93. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:25 par Véronique

@ Leslie (post 65)

Ce qui me gêne dans la défense de cette liberté d’expression, c’est qu’il ne me semble pas qu’il soit besoin là de la défendre. Monsieur Zemmour n’est apparemment pas poursuivi en justice pour ses propos. Il ne semble pas avoir subi de violences pour avoir tenu ces propos. Donc pourquoi défendre une liberté d’expression qui ne me semble absolument pas menacée.

Et cela ne vous titille pas que :

Le CSA a réagi, mal, comme d’habitude, la LICRA a menacé d’un procès, comme d’habitude, avant d’y renoncer après avoir reçu une lettre d’excuse, comme d’habitude.(billet d’Eolas)

Trouvez-vous acceptable qu’Eric Zemmour soit convoqué à un entretien préalable en vue d’un licenciement - sanction abandonnée depuis -, et que Philippe Bilger soit convoqué par la Chancellerie, via son procureur général, parce qu’il défend le droit d’Eric Zemmour, le vôtre, le mien, le droit de tous ceux qui s’expriment ici ou ailleurs, à dire ou à écrire ce qu’ils tiennent à dire, et le cas échéant à exprimer, des sottises ou des raccourcis contestables dont le tort est de bousculer les bienséances ?

94. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:26 par Thomas

Je ne veux pas revenir sur les questions de pseudo-causalité, sur l’analyse sociologique des comportements délictueux et sur le fait que “on ne trouve que ce qu’on cherche”, tous largement commentés. Un autre aspect peu abordé ici est la double assertion implicite derrière la pseudo-objectivité d’énoncer un simple “fait” : 1/ les contrôles au facies sont efficaces, et donc 2/ la police serait légitime à y procéder. Première assertion : les contrôles au facies seraient efficaces ??? Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de policiers qui soutiendraient cette affirmation… car la procédure des contrôles (au faciès ou pas) est largement “inefficace” (combien de contrôles pour combien de constations d’infractions, parmi les profils blancs, noirs, maghrébins  ?). De plus elle a un “coût” puisqu’elle peut générer de l’hostilité et éventuellement des comportements délictueux au sein des populations ciblés qui se sentent matraqués (rébellion, voire fuite quitte à se réfugier dans un central EDF pour éviter un énième controle). Deuxième point : l’efficacité légitimerait ce type de contrôle. Que Zemmour le suggère, ça le “regarde” ; que l’avocat général ne le reprenne pas, ça m’inquiète. car il me semble que le contrôle au faciès tombe sous le coup de la loi, dans la mesure où il correspond à la définition d’une procédure discriminatoire (la police bénéficierait-elle d’une exemption de droit ? Je ne suis pas juriste). Reste pour les intéressés ciblés par la police à pouvoir le prouver, ce qui est une autre affaire…

95. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:35 par jim

Billet simpliste de ‘bien-pensance’ sous l’apparence de la complexité .

Je n’ai pas de sympathie a priori pour Zemmour dont je conteste la défense d’une forme d’archaïsme masculin, dont je conteste la critique de l’explosion démographique réduite aux conséquences migratoires oubliant les droits des femmes et les ravages environnementaux, dont je conteste la façon de catégoriser tout groupe sauf les juifs (la pseudo-objectivité est évidente avec cette contradiction), dont je conteste la défense du protectionnisme économique ignorant que chaque ‘consumateur’ de pays riche (ou émergent) a à son service plusieurs travailleurs pauvres exploités et qu’avec le protectionnisme ces classes ‘consumatrices’ devraient accepter de consommer moins au lieu de sans cesse geindre pour toujours plus de pouvoir d’achat (imaginez que tout ce qui est consommé en France soit produit par des travailleurs ayant de bonnes conditions sociales, alors ce tout serait nécessairement moindre) .

Les métrosexuels, évolution darwinienne du masculin, à l’image du symbole David Beckham, ou des rugbymen qui posent dans des calendriers, sont plus modernes qu’un donneur de coup de boule, seuls les vrais hommes assument porter du rose, un nationaliste corse a expliqué comment une idéologie de masculinité traditionnelle, à la Zemmour en fait, enferme certains nationalistes dans l’affirmation violente, dans un excellent documentaire sur la Corse réalisé par John-Paul Lepers .

Cela, Zemmour ne l’a pas compris .

Il est effectivement simpliste de s’arrêter à l’ethnie .
Mais il est aussi simpliste de s’arrêter aux conditions sociales, et même à la culture (même si l’éducation des hommes dans les cultures arabo-musulmanes donne peu d’obligations aux hommes) .
La réalité est plus complexe, c’est une interaction entre l’inné (génétique), l’acquis (l’éducation), l’environnement, etc .

En même temps, la ‘catégorisation’ statistique n’implique rien de systématique .

J’ai remarqué que parmi les faux-nobles il y avait plus d’arrivistes que d’honnêtes hommes, quelle surprise !

Exemple, deux prix Nobel de physique, Louis de Broglie et Pierre-Gilles de Gennes, Jean d’Ormesson, sont des vrais nobles, quand l’affairiste Seillère, le vrai-faux-journaliste PPDA (à nommer Patrick Poivre du littoral), le plumitif démogo Closets (privilégié qui n’a pas supporté être nul en orthographe), l’usurpateur VGE (usurpant le titre de l’Amiral D’Estaing), l’hypocrite Villepin (qui donne des leçons de démocratie à l’ONU en étant l’ami des dictateurs, qui donne des leçons de social en France alors qu’il a appliqué le premier bouclier fiscal et exonéré les grandes entreprises d’impôs sur les plus values sur la vente de filiales), le bankster Courcel (frère de Bernadette)

Cela n’exclue pas que dans les faux nobles, il y ait des hommes de valeur, comme De Gaulle .

Mais il y a corrélation statistique entre faux noble et arrivisme, rien d’étonnant !

C’est un fait que de nombreux délinquants sont d’origine immigrée récente, et même si corrélé au fait que l’immigration n’a pas été intégrée, la conclusion est sans appel :

Il n’est pas dans l’intérêt de la France et des Français d’accepter une immigration de masse, puisque cette immigration, pour diverses raisons, n’est pas intégrable (pas assez de croissance économique, immigration trop massive, etc)

Un gouvernement, au sens du libéralisme politique des Lumières, est censé défendre l’intérêt d’une nation .

Ce qui choque la clique médiatique est la contestation de la trahison du gouvernement .

Maître Eolas, prenez de la hauteur .

Sans régulation démographique basée sur le droit des femmes, il n’y aura pas de solution aux migrations de masse, à la surconsommation des ressources, à la prédation environnementale .

Ce n’est pas le principe des migrations qui pose problème en tant que tel, ce sont les phénomènes de masse, s’il y avait stabilité démographique partout dans le monde, un développement durable, etc, il serait simple de décréter la liberté de mouvement .

Notez que tous les politiciens sont contre ce débat : l’extrême-gauche tiers-mondiste déresponsabilisante (comme si un système, capitaliste, fonctionnait sans la responsabilité individuelle) et relativiste culturellement espérant que l’immigration déstructure la société avant révolution (ou réaction fondamentaliste), la gauche bien-pensante choquée par l’expression de la réalité, les affairistes de gauche caviar ou droite bling bling dont la richesse est d’autant plus importante qu’il y a de croissance quantitative (les oligarques accaparent une proportion de la richesse produite par d’autres, c’est pourquoi les éco-tartuffe financés par l’oligarchie ne dénoncent pas l’explosion démographique sous des prétextes humanitaires), l’extrême-droite religieuse ou nationaliste, du ‘multipliez-vous’ biblique ou des rapports de forces .

Maître Eolas, je vais faire comme vous, et Zemmour, vous mettre dans une catégorie, la même que Zemmour en fait, vous restez au niveau de faits - exacts, c’est la conclusion qui ne l’est pas - confirmant vos préjugés idéologiques .

Attention de ne pas devenir comme le bien-pensant Guillon dont les cibles signalent la nullité .

Desproges parlant du football, c’était autre chose !

Alors, Maître Eolas, pensez-vous qu’il est possible de résoudre les questions de raréfaction des ressources sur une planète finie, de prédation environnementale détruisant la planète (quelle honte pour un espèce, l’espèce humaine, de détruire en quelques décennies des centaines de millions d’années d’évolution), de migrations, sans débat international sur la question démographique ?

Une conclusion scientifique :

L’entropie, second principe de la thermodynamique, implique qu’il est impossible, dans un espace physique fini, d’être toujours plus nombreux, avec un niveau de vie toujours plus élevé, avec une meilleure qualité de vie, avec un moindre impact environnemental, et qu’il n’existera jamais de technologie résolvant ce problème, Malthus était un génie et avait raison, seulement à l’époque de Malthus, la ressource pétrolière n’était pas exploitée (cf ce que dit Yves Cochet sur les conséquences de la fin du pétrole), d’où les caricatures inexactes .

Si vous créez une technologie en apparence miracle, des agrocarburants, vous constatez qu’il faut raser des forêts et détruire des terres arables, utiliser des OGM et des pesticides pour produire au maximum, ou, des véhicules électriques, qui ne font que déplacer la pollution sur les lieux de production des voitures (la production de voitures plus sophistiquées pollue plus) et d’une élelctricité qui n’est pas propre (charbon, etc)

Alors oui, j’assume, il est normal de reconduire à la frontière les immigrés économiques issus de l’explosion démographique, et les bien-pensants qui pleurnichent -avec des larmes de crocodile - ne défendent pas la seule solution : l’exportation énergique, par des pressions économiques (pas la guerre) de la culture occidentale des droits des femmes, quand les femmes auront des droits effectifs, la natalité dans certains endroits diminuera .

Le relativisme culturel de certains à gauche - tel DCB - caricaturant en peur la votation suisse expression rationaliste du rejet de l’obscurantisme religieux - est une collaboration avec l’ignoble .

(J’ai écrit ce commentaire rapidement, clairement la forme pourrait être améliorée)

96. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:36 par Jean Philippe

Ce qui est plus inquiétant dans ce débat, c’est judiciarisation de la parole. La LICRA a menacé de porter plainte contre Eric Zemmour et Philippe Bilger est convoqué devant son supérieur. On peut ne pas d’accord avec eux mais, on ne peut pas ne pas s’émouvoir de cette entrave à la liberté d’expression. En aucun cas, Messieurs Zemmour et Bilger n’ont tenu de propos racistes. Si j’ai beaucoup d’admiration pour le magistrat, j’en n’ai pas du tout pour le journaliste ce qui ne m’empêche de les défendre sur la forme.

Sur le fond, ils partent d’un constat évident. La délinquance ordinaire est avant tout le fait de personnes ayant des origines arabes ou noires. Je ne parle pas de la délinquance financière mais simplement de la délinquance qui se constate sur la voie publique. Vous avez raison de souligner que certains crimes très graves sont généralement commis par des blancs (pédophilie, meurtre…). Ce qui manque dans leurs propos, c’est une analyse des causes. Vous apportez à juste titre une explication. Je pense qu’il faut ajouter le phénomène de ghetto. Les noirs et les arabes sont très souvents regroupés dans des cités laides, trop grandes et sans lieu de vie. Je pense que ces cités sont créatrices de délinquance. Si on enlève les noirs et les arabes de ces cités pour les remplacer par des blancs, la délinquance restera importante mais, elle changera de couleur. Ce n’est qu’une explication qu’il convient d’ajouter à la votre.

97. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:37 par indi

Philippe BILGER est convoqué chez le Procureur Général François FALETTI

98. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:37 par ceriselibertaire

Commentaire 20 Véronique : Philippe Bilger défend le droit d’Eric Zemmour à exprimer des imbécilités dans des émissions imbéciles. C’est tout.

Non c’est faux - Bilger confirme ce que dit Zemmour
Je propose à un citoyen de bonne foi de venir assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris et il ne pourra que constater la validité de ce “fait”, la justesse de cette intuition qui, aujourd’hui, confirment un mouvement né il y a quelques années.

99. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:37 par cofe

Juste pour rappeler que si la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, la plupart des consommateurs de ces produits sont eux blancs et bien intégrés.
Et même si ça m’arrange, je suis bien obligé de remarquer qu’il existe bien aujourd’hui un contrôle et un traitement de ces contrôles “au faciès”. Mais ceux qui font comme si c’était nouveau ou comme si c’était un moyen pour la police nationale d’être plus efficace se mentent à eux même.
Depuis le début de la prohibition des drogues, le contrôle d’une certaine population a toujours été un des buts visés.
Ceci dit merci pour ces billets qui me font réfléchir.

100. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:37 par Berthold

Zemmour est un provocateur, mais il a le mérite d’ouvrir le débat, et les réactions disproportionnées à sa petite phrase ne peuvent que le conforter.
C’est pourquoi la position de M. Bilger en faveur de la liberté d’expression me parait tout à fait pertinente.
Par contre, Maître Eolas me semble tomber dans le travers dénoncé récemment par la démographe Michèle Tribalat, dont je me permets de citer un extrait d’une interview à l’Express :

“Pouvoirs publics, médias, experts n’inventent pas des chiffres, mais ils privilégient les instruments qui relativisent l’immigration et présentent ses effets sous un jour favorable ou, lorsque ce n’est pas possible, qui mettent les immigrés ou leurs descendants en position de victimes. Dans notre pays, on semble plus préoccupé par l’effet de l’information que l’on diffuse que par la réalité qu’elle recouvre. Un climat antiraciste joue, qui incite à la prudence: on cherche à éviter d’alimenter les craintes des Français et à améliorer leur opinion sur l’immigration. Dans notre époque mondialisée, l’immigration apparaît comme une fatalité. Autant la présenter sous un jour favorable.”

http://www.lexpress.fr/actualite/so…

101. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:38 par Leslie

@ Véronique

Trouvez-vous acceptable qu’Eric Zemmour soit convoqué à un entretien préalable en vue d’un licenciement - sanction abandonnée depuis -, et que Philippe Bilger soit convoqué par la Chancellerie, via son procureur général, parce qu’il défend le droit d’Eric Zemmour, le vôtre, le mien, le droit de tous ceux qui s’expriment ici ou ailleurs, à dire ou à écrire ce qu’ils tiennent à dire, et le cas échéant à exprimer, des sottises ou des raccourcis contestables dont le tort est de bousculer les bienséances ?

J’aurais râlé si la sanction avait été retenue. Je râlerai si Monsieur Bilger doit subir de vraies représailles. J’attends la suite pour râler là dessus. Je râlais par contre déjà sur le fait que lorsque quelqu’un tient des propos scandaleux, on passe pour un ignoble censeur rien qu’en émettant cet avis : qu’on trouve les propos scandaleux. Et effectivement, on risque de ne pas trouver beaucoup de contradicteurs à ce genre de discours si à ceux qui s’y frottent on dit “Ah mais vous ne pouvez pas ! c’est la liberté d’expression !

102. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:38 par toto

@ Eolas

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.”

Pour une fois, Maître, je ne vous suis pas !

Il y a ceux qui ont choisi la délinquance, par facilité et il y a ceux qui s’accrochent malgré les difficultés et qui finissent par gagner leur vie. Et je pense que ceux qui s’accrochent sont plus nombreux que ceux qui choisissent la voie de la délinquance.

Cela dit Zemmour a été caricatural en défendant le contrôle au faciès qui est illégal.

Quant à la liberté d’expression elle devrait être défendue même lorsqu’un Zemmour sort des propos caricaturaux.

103. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:40 par jipe

Il aura fallu 10 secondes à M. Zemmour pour proférer sa phrase,à vous plusieurs minutes pour écrire ce billet et à moi quelques autres minutes pour le lire…

C’est là le drame de ce genre de situation…

104. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:41 par Martigan

Je voudrais pousser plus loin le raisonnement de @31 dura lex sed lex et un autre intervenant.
Poussons la logique au maximum, et créons une politique auto-réalisatrice.
Ne contrôlons que les noirs. Du coup, nous aurons 100% de blacks dans les délinquants. Ce qui du coup, vous en conviendrez, justifiera que nous ne contrôlions que les blacks, vu qu’ils sont les seuls délinquants avérés…
C’est un écueil très classique dans les sciences dites dures: un raisonnement circulaire.
Je n’aime pas les épinards. Et heureusement que je ne les aime pas. Car sinon, j’en mangerais, de ces épinards dont j’ai horreur…

105. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:43 par Zythom

Je suis pleinement d’accord avec votre analyse, mais elle n’est pas contradictoire avec celle de Philippe Bilger: celui-ci l’a d’ailleurs rappelé sur Europe1 hier, il n’explique pas (ni ne justifie) dans son billet le nombre important de trafiquants noirs ou arabes, il a écrit un billet pour défendre le droit d’Eric Zemmour de tenir les propos qu’il a tenu.

Le billet de Philippe Bilger est une défense de la liberté d’expression.

106. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:45 par rebelbird

Je suis bien conscient qu’une technique de base pour glisser sa propre opinion dans une déclaration en apparence objective consiste à juxtaposer deux vérités et à laisser le lecteur construire lui même un rapport de causalité. On est en droit de soupçonner Zemmour de flirter volontairement avec cette technique. Cela dit, en aucun cas il ne parle de prédispositions génétiques, culturelles ou même raciales. Ces idées, on les y associe nous même car elles sont plus ou moins dans l’air du temps. Zemmour relève uniquement une donnée statistique que vous nuancez mais ne contestez pas: les délinquants confondu sont en majorité de couleur; et il en déduit qu’il est préférable pour un policier qui souhaite trouver efficacement des délinquants de s’appuyer sur cette corrélation pour aiguiller son choix lors des contrôles. Oui, c’est politiquement incorrect, oui, c’est de la provocation, oui, il l’a fait exprès, oui, ce n’est pas le genre de déclaration ni de pratique qui peut contribuer à l’intégration personnes immigrées ou issues de l’immigration mais en critiquant Zemmour, il faut tout de même nous méfier de lui faire un procès d’intention.

Si les policiers recherchent en priorité les pauvres désespérés car ces derniers sont plus sujet à la délinquance, il est plutôt logique qu’il tombent plus souvent sur des personnes de couleur que sur des blancs car les politiques d’intégration de la France ont été, comme vous le dites, quasi-inexistantes. Cette situation est regrettable mais réelle. Doit-on plutôt blâmer Zemmour, Philippe Bilger, les policiers, les délinquants, nos dirigeants qui n’ont pas su ou pas voulu mettre en place une vraie politique d’intégration, nous-même qui les avons élus?

Question annexe (ici, je n’ai vraiment pas de réponse personnelle): quel est le critère qui fait passer d’un statut de personne issue de l’immigration à français de souche? A ma connaissance, ce n’est pas une question de nombre de génération, ce n’est pas non plus une question d’intégration sociale ou culturelle, de maitrise de la langue ni même de niveau d’étude ou de richesse, même si ça aide. C’est peut-être un peu de tout ça. Puisque cette transition est manifestement subjective, qui est en droit de décider qu’elle est ou n’est pas achevée?

107. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:45 par simon

rien à voir, mais le commentaire 13, tshirtman, un rapport avec celui la http://csclub.uwaterloo.ca/contest/… ?

108. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:49 par Simon

Si je comprends bien votre argumentaire, il ne faut pas dire :
“la plupart des trafiquants sont noirs et arabes”
mais :
“la plupart des trafiquants sont “jeunes, pauvres, issus de familles pauvres, sans formation”. La plupart des “jeunes, pauvres, issus de familles pauvres, sans formation” sont noirs et arabes”
C’est un peu couper les cheveux en 4, non ?

109. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:49 par Parkwood

Tout à fait d’accord avec vous, il est vraiment très dur se concentrer quand les beaux jours reviennent et qu’on est étudient en droit…

110. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:50 par Zythom

Désolé pour le commentaire #103 écrit avant d’avoir lu tous ceux des commentateurs précédents qui rappelaient le souhait de Philippe Bilger de défendre la liberté d’expression.

111. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:53 par Antoine

Bonjour,

Vous dites porter “la contradiction” à M. Bilger. Mais votre propos, dont la teneur pourrait être résumée à cette phrase, “Il n’y a pas de gène de la criminalité. En est-on à devoir rappeler de telles évidences ?”, n’entre pas en contradiction avec celui de M. Bilger ou avec les paroles de M. Zemmour (si j’ai lu l’article de M. Bilger, je n’ai pas vu l’émission où M. Zemmour apparaissait), il le complète simplement.

J’ai été outré par la violence des réactions dans les médias à ces propos. Par leur malhonnêteté. LICRA, SOS Racisme, essaient de faire croire à travers cette indignation et ces menaces (de poursuites), que les auteurs ont voulu dire que s’il y avait plus d’arabes et de noirs en prison, c’était parce que quelque chose dans leur “nature” les conduisaient, plus qu’un blanc ou un asiatique, à choisir la voie du crime (au sens large) et de la violence.

Ils n’ont pas dit ça. Ils ont simplement énoncé un fait. Parce que le sujet est sensible, les observateurs ont imaginé une interprétation qu’ils pourraient leur coller, pour les condamner. Un peu comme vous, à mon regret, lorsque vous dites contredire M. Bilger, sous-entendant que M. Bilger n’envisage pas d’expliquer cette surreprésentation par la condition sociale des prévenus mais que son raisonnement sous-jacent est forcément raciste, alors que vous ne faites que proposer un complément à son raisonnement.

Un procès d’intentions, en gros.

Ce qui est détestable, c’est d’assister à cette curée pour un propos banal, juste parce qu’on heurte la sensibilité de certains, alors qu’il ne heurte pas la vérité …

112. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:54 par Alain

Problème complexe qu’on doit attaquer sur plusieurs point.

coté liberté d’expression, sauf insulte improductive, on devrait laisser s’exprimer des idées potentiellement intéressants, quitte a en démonter le raisonnement avec des arguments éventuellement faux ou en changeant de perspective, ce que vous faites.

coté réalité de l’affirmation, on est d’accord que c’est fondé (ca n’empêche pas de changer le problème, qui est plus intéressant que l’original).

sur l’idée du sexisme, je crois qu’on peut affirmer que la police est sexiste, et n’arrête gère que les hommes.
C’est comme l’essentiel de la populations qui est gavée de misandrie puante, autant que de misogynie apitoyée…
Pourtant l’égalité progresse, les femmes conduisent de plus en plus comme des connards, les politiciennes ont des dents de requins, les minettes jettent les mecs comme des kleenex… mais j’ai enfin en tant qu’homme le doit de faire des bisoux a ma petiote (enfin tant qu’on m’accuse pas de pédophilie).
Et pourtant on nous balance des campagne de misandrie organisée, de discrimination anti-homme.
Je note que pour la première fois on m’a sorte que je serais pas augmenté parce que je suis un homme, et qu’un tract puant de clichés misandres est sortie… l’égalité est a double sens et en tant que victime de diverses discriminations non reconnues (blanc, homme, intello) je commence a en avoir marre d’être coupable de tout malgré mes actes de “bon gars pas chiant”.

Dans le genre anti-racisme a sens unique, j’attend toujours le procès pour l’inscription “les francais aux fours”…

coté stratégie, le fait pour la police de chercher les délinquants parmi les populations chez qui elle est le plus représenté pour des raisons diverses est a priori logique, même si elle permet a certains de passer les contrôles. Qu’on ignore la délinquance en col blanc est très intéressant, mais pas nouveau. peut être est-ce que se faire rouler par le crédit lyonnais fait moins mal que de se prendre un coup de poing dans le RER. a discuter.

quand a savoir si le contrôle se fait au faciès pur, ou sur un mélange de contrôle au type vestimentaire couplé au type ethnique, ou a comportement…
le fait qu’un avocat se fasse plus contrôler s’il a l’air plus foncé semble montrer qu’il y a un effet faciès, mais je reste convaincu que le vêtement et surtout l’attitude compte beaucoup. a vérifier avec des stats.

quand a la source de cette inégalité, plus ou moins biaisée par l’échantillonnage biaisé de la police elle est bien évoquée ici. comme je l’ai observé il semble qu’il y ait une question de génération. la première génération est très cool, et la deuxième semble avoir des soucis… a confirmer.

un autre mystère c’est la réussite des asiatiques de tout poils (pas seulement les chinois).
Pourtant objectivement ils cumulent les points faibles. les maghrébins, et les africains, partagent avec nous les gaulois un fond historique(diverses variation de colonisation), un fond religieux (la bible), une langue (le francais, ou les langues européennes), ce qui devrait a priori les avantager par rapport a des populations dont la langue n’est même pas indo-européenne, et la religion non biblique.
Comprendre ce mystère devrait permettre de luter contre la cause effective de ces inégalités.
Mon hypothèse suite a des discussions avec ma femme (qui connais les même problème dans son pays avec leur immigrés/communautés, bien moins bien traités que chez nous, mais qu’on commence a traiter selon le modèle français d’assimilation), c’est que la colonisation, puis l’exploitation patronale, a crée un ressentiment violent et inconscient envers le pays d’accueil. La première génération a apprécié l’amélioration, la seconde n’apprécie pas l’inégalité et se sent victime, ce qui ne pousse pas au compromis, surtout s’ils ont très bien intégré notre système de valeur droitdelhomiste judéochrétien culpabilisant, tout en ne se sentant (identité!) pas coupable mais victime…
Les pays qui n’ont pas été colonisé (chine), ou qui ont souffert avant tout de leur propre gouvernement(indochines), n’ont pas ces reproches comme excuses. En plus souvent certains immigrants ont avant tout été exploités par leurs mafias(chine), ou ont été recueilli(indochine).
Il semble y avoir d’autres facteurs, probablement liés a l’identité, la famille, le sens de la vie (la vie est un jeu, perdre c’est mourir).
comprendre cette “anomalie” statistique (eg: a un certain niveau d’étude, asiatiques et gaulois ont un même taux de réussite de 15%, et divers originaires des afriques seulement 8%) pourrait permettre de soigner l’inégalité de comportement a l’origine de l’inégalité de traitement.
au lieu de s’apitoyer selon on modèle judéo-crétien, essayons de réparer la panne selon le modèle de l’ingénierie.

dans “logic of life” et “freakonomics” (livres similaires qui utilisent des outils économétriques pour expliquer l’étrange rationalité des homme dans la vie courante), ils ont montré que les différences entre noirs et blancs aux USA étaient explicable totalement par les différences de niveau social et educatifs. individuellement les choix sont racistes et emprunt de préjugés, mais ces préjugés semblent être la simple traduction statistique des observations. un ordinateur ne déciderait pas autrement sans informations supplémentaires. il est a mon avis alors essentiel de séparer le bon grain de l’ivraie, et de faire monter le niveau moyen. donner des diplômes solides, comme on donne un label rouge, permettrait de rassurer le raciste rationnel qui regarderait alors le label et plus la couleur. des outils de recommandations et de réputation devraient aussi aider a cette labellisation individuelle.

en tout cas avoir la liberté d’en parler de façon rationnelle avec des chiffres vérifiables et discutables, est le seul moyen d’éviter la perpétuation du malheur, et l’explosion de la souffrance retenue des diverses victimes du racisme (noirs et blancs a égalité, patrons et employés a égalité)

Alain, époux d’une étrangère musulmane asiatique féministe et papa d’une métis futur trilingue.
en espérant qu’elle tournera pas mal et aura son bac.

113. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:54 par Rubato

Cher Maitre,

Je suis en accord avec la tonalité de votre article et avec bon nombre de réactions à celui-ci (notamment n°19 bertamwooster). Je pense comme vous et comme bon nombre des contributeurs ci-dessus qu’il existe un lien évident entre pauvreté et délinquance.

Néanmoins le problème posé par les propos de Mr Zemmour me semble ailleurs. En effet, le polémiste déclarait qu’il était normal que la police contrôlât plus volontiers l’identité d’individus typés noirs ou maghrébins, car “la majorité des trafiquants de drogue sont eux-même noirs ou maghrébins, c’est un fait”. Ma question est donc la suivante :

Ces contrôles d’identité sur la voie publique permettent-ils effectivement d’arrêter des trafiquants de drogue (ou d’autres délinquants notoires) ??? Si c’est bien le cas, alors la police a raison et a même le devoir d’effectuer ces contrôles. Mais dans le cas contraire, on pourrait penser que ces contrôles au faciès sont entrepris pour bien d’autres considérations.

Il serait donc intéressant de savoir dans quelle proportion les audiences correctionnelles pour trafic de drogue (ou d’autres délits sérieux) ont comme point de départ un simple contrôle d’identité. Avez-vous une expérience ou une opinion sur cette question ??? D’une manière plus générale, quelle est l’efficacité des contrôles d’identité sur la voie publique, ou en d’autres termes quelle proportion des-dits contrôles donnent lieu à une suite effective (enquête de police, suite judiciaire…) ?

Bien entendu, je ne remet pas en cause la nécessité de ces contrôles, notamment en cas de comportement anormal sur la voie publique, mais je crains que beaucoup d’entre eux ne soient que purement vexatoires.

Je ne voudrais pas terminer sans souligner la modération et l’équilibre des diverses réactions ci-dessus sur le sujet important de la liberté d’expression.

114. Le jeudi 25 mars 2010 à 14:55 par Switz

@Simon (#106)

Et pourtant, cette formulation un peu difficile à énoncer reste la plus pertinente. En abrégeant le discours, le risque survient de tomber dans l’équivoque, l’ambiguïté voire l’insinuation.

115. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:03 par aqva

Il me semble que vous faites un faux procès d’intention à mr zemmour, qui quand il dit que la plupart des délinquants sont noirs et arabes, ne dit en aucun cas que c’est CAR ils sont noirs et arabes qu’ils sont des déliquants. Nulle part il ne tient le propos ridicule qu’une couleur de peau prédisposerait plus à la criminalité, si il l’avait tenu on aurait pu dire qu’il est rasciste mais là il n’y a pas de raison. C’est sans doute le fruit du reflexe pavlovien consistant à jeter le mot “rasciste” à la figure de quiconque évoque les termes “noir”, “arabe”, “immigration”, sans savoir ce qu’il signifie.
C’est une simple corrélation qu’on relève ici, et qui n’est contestable que sur le point que les noirs et arabes sont plus controlés donc forcément passent davantage devant le tribunal, faisant une sorte de cercle vicieux biaisant les statistiques. Il serait intéressant d’avoir des statistiques de controle des hommes et des femmes pour comparer.

La seconde partie sur le pourquoi de la surreprésentation est hors sujet, les concernés ne sont pas responsables d’être nés dans un milieu défavorisé, ni d’être victime de l’échec d’un système, ce qui je pense n’échappe à personne, mais c’est pas pour autant qu’il ne doivent pas être controlés en admettant qu’ils soient plus disposés à la délinquance que d’autres. On parle bien sur de petite délinquance, une enquête de déliquance financière commence rarement par un controle d’identité dans la rue. :-)

116. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:04 par Xiawi

OK pour la seconde partie du billet (très bien), mais la première est discutable. Effectivement, il y a un (ou deux) filtre(s) en mesurant au niveau de la comparution. Mais si vous pensez à votre expérience personnelle et aux dealers que vous avez connu (en liberté), cela n’abonde-t-il pas en première approximation à ce que dit M. Bilger?
Les propos de Zemmour sont stupides du fait de ce que vous expliquez dans la seconde partie de votre billet. La longueur de vos propos comparée à celle des siens montre malheureusement un biais terrible du débat démocratique : des propos à l’emporte pièce, populistes et approximatifs sont rarement contre-attaquable avec autant de concision. Le FN et tous ceux qui s’y adonnent le savent bien…

117. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:05 par Caulaincourt

@ 106 / Simon

je suis assez d’accord avec vous. E. Zemmour et Eolas constatent le même fait :

Pour Eolas : “Mais il demeure ce fait : en région parisienne et dans les grandes villes, la population noire et maghrébine se taille la part du lion dans le box des prévenus, avec les gitans pour les juridictions du sud de la France”.

Zemmour dit : “la majorité des trafiquants de drogue sont eux-même noirs ou maghrébins, c’est un fait”.

La différence tient au fait que Zemmour en reste là. Eolas recherche les causes de ce constat.

118. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:05 par Arabesque

@ Jean # 58

La déliquance ne s’explique pas par le taux de mélanine, mais - peut être - par le taux de testostérone alors ? (sic).

A quand les tests systématiques de testo obligatoires ? … pour les immigrés … !

119. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:06 par EL-HASSAN

Excellent billet. Bravo

120. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:06 par Véronique

@ ceriselibertaire (post 96)

”Non c’est faux - Bilger confirme ce que dit Zemmour
Je propose à un citoyen de bonne foi de venir assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris et il ne pourra que constater la validité de ce “fait”, la justesse de cette intuition qui, aujourd’hui, confirment un mouvement né il y a quelques années.”

Et alors ! Eolas ne dit pas autre chose :

“Et je confirme que pour les audiences de “service général”, vols, violences et petit trafic de stupéfiant, les prévenus ont des noms qui évoquent les sommets de l’Atlas, l’immensité du Sahara ou les grands fleuves serpentant dans d’impénétrables forêts.”

Est-il et doit-il être convoqué lui aussi, chez son bâtonnier ?

Par ailleurs le billet incriminé de Philippe Biger n’est absolument pas une défense du propos d’Eric Zemmour dont je pense au fond qu’il s’en tape, mais une révolte contre les polices de pensée qui à la moindre transgression des politiquement corrects sortent du bois, pour un oui, pour un non, pour tout, pour rien.

121. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:08 par GeoTrouvetout

La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience.

Pas mieux ! Chapeau, c’est exactement ce que j’allais dire en commentaire. Vous me l’avez ôté du clavier.

122. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:10 par hector le castor

Cher maître, l’effet dont vous parlez s’appelle aussi l’effet cigogne : lien .

En outre, il me semble que la loi repose sur des règles discrètes (vrai ou faux, ouvert ou fermé, oui ou non, 0 ou 1) et non pas sur des statistiques.
Je suis avec vous ! (à plus ou moins 95%)

123. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:10 par Tyfoot

Je trouve votre message intéressant pour contrebalancer les propos de Zemmour que vous critiquez, mais finalement vers lesquels vous tendez (lorsqu’on relit plusieurs fois votre argumentation parfois un peu fouillis parfois et qui fait se perdre facilement).
En vous relisant et en réécoutant ses propos, j’en arrive finalement à la conclusion que chacun peut y voir et comprendre ce qu’il veut.
Je vous soumets néanmoins une réflexion: Puisque les propos de Zemmour sont si choquants pour l’intelligentsia massivement parisienne, pourquoi les séries TV et films nous montrent toujours des trafiquants noirs ou arabes, pourquoi les romans reprennent souvent ces clichés? Tout avocat que vous êtes y croiriez-vous un seul instant un trafiquant que l’on vous amènerait à défendre si l’individu était un gentil blondinet à lunettes avec un look de cadre sup’ jurant n’y être pour rien?

Je pense en effet qu’à Guéret, on voit moins de trafiquants noirs ou arabes au tribunal qu’à Evry, Bobigny ou Paris, car je pense qu’on en voit tout simplement moins, eu égard à la population locale. Quant à votre listing de tueurs en série, je vous propose pour l’égayer Guy George, Nadir Sedrati ou encore Mohammed Fofana qui dressent une bien belle liste de victimes. Tous trois, il est vrai, sans avoir été trafiquants… comme Marc Dutroux ou Michel Fourniret. Comme quoi le meurtre n’est pas une affaire de couleur, pas plus que le trafic, mais une question “d’opportunité” et d’aléas de la vie. Quant à votre lien avec l’affaire clearstream… un peu tiré par les cheveux !

Si je ne trouve pas les propos de Zemmour d’une extrême intelligence, je ne lui reconnais rien de plus que de balancer un cliché très répandu dans la population et une vérité policière: oui, les agents contrôlent plus souvent les personnes typées car ils pensent avoir plus de chance d’arrêter un trafiquant. Ca s’appelle le délit de faciès et ça existe encore malheureusement. Et pas seulement auprès des forces de l’ordre, mais dans la vie de tous les jours. Et il n’est guère besoin de séparer femme ou homme, puisque là, c’est un fait avéré, il y a plus de trafiquant que de trafiquante. Vous devez bien savoir qu’il est très difficile voire très dangereux pour une femme de s’avancer dans ce milieu…
Finalement, les mêmes propos tenus par quelqu’un d’autre qu’Eric Zemmour sur lequel il est de bon ton (et toujours bon l’image) de tomber n’auraient finalement fait se soulever que quelques sourcils. C’est une question de mode !

124. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:14 par Seb CaRéagit

Je ne suis en rien le porte parole de Zemmour. Je note pourtant, cher maître, que la lettre de réponse de Zemmour à la LICRA présente également le même rapport de causalité entre l’origine sociale et l’acte de délinquance sans pour autant creuser et s’exprimer précisément sur le sujet.

De plus, je trouve légèrement osé de comparer les actes de délinquances avec les viols et autres meurtres. Tout cela qui ne relève pas forcément, corrigez si je me trompe, du même droit…

Au final toutes les interventions entendues depuis le début de cette affaire abondent dans le sens de Zemmour, sans que les intervenants le veuillent forcément, en confirmant la phrase prononcée devant Ardisson.

Que l’on se questionne par la suite, comme vous le faites, sur l’origine de ce constat est fort louable. Ce qui ne l’est point en revanche, c’est les réactions abruties des associations spécialistes en œillères dès qu’un citoyen bouge un doigt en balançant une phrase gênante.

125. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:14 par Gabriel

Mais, ni Philippe Bilger ni Eric Zemmour n’ont dit le contraire de ce que vous exposez ici, maître.

Ils ont été l’un comme l’autre cloué au piloris médiatique parce qu’ils n’ont jamais été interrogés sur les causes qui, selon eux, expliquent cette sur-représentation des noirs et des arabes dans nos tribunaux et nos prisons. Nul doute qu’ils auraient alors exposé l’échec des politiques d’intégration menées ces dernières années, ce qui aurait permis d’engager un débat pertinent sur l’analyse de la situation et les propositions pour y remédier.

Si pour régler le problème, il faut cesser d’en parler, alors ne parlons plus du manque de femmes en politique ou dans les hautes sphères des entreprises privées. Zemmour aurait pu prendre 1000 précautions oratoires, et Bilger le faire, pour aborder le sujet, il se trouvera toujours des esprits persuadés de défendre mieux qu’eux la veuve, l’orphelin, le pauvre et l’immigré, pour les tancer et leur reprocher de n’aborder le sujet que sous l’angle médiatique.

Pour le plus grand plaisir des polémistes et des vendeurs de papier.

Vous n’êtes pas en désaccord avec Philippe Bilger et Eric Zemmour. Plutôt que s’en prendre à eux, pourquoi ne pas s’en prendre aux causes du déficit d’intégration ?

Le débat intégration vs assimilation est-il pertinent, par exemple ?

Ceux qui donnent un nom européen à leurs enfants renient-ils leur culture, ou manifestent-ils leur désir d’intégration ?

Faut-il garder la double nationalité ? Peut-on renoncer à la double nationalité sans renier ses origines ?

Voilà le genre de débats qu’il serait intéressant de mener. Plutôt que de savoir si Zemmour est raciste ou si Bilger a dérapé.

126. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:18 par gabrielle

M. Bilger est convoqué vendredi par le procureur général de Paris (source: Le Monde.fr).

127. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:18 par Petruk

M Bilger me semble-t-il, défend essentiellement le droit de dire n’importe quoi, sans avoir à en répondre devant la Justice.
Je vous accorde que si le but de monsieur Bilger était de se montrer solidaire avec Zemmour en disant n’importe quoi, sa plaidoirie est excellente.

l’important pour Bilger est de pouvoir en discuter
Pour pouvoir en discuter encore faudrait il rapporter les propos tenus dans leur intégralité. Il faudrait également ne pas crier à la censure dès qu’un contradicteur pointe le bout de son nez.

Monsieur Zemmour a cherché à faire du buzz comme c’est la mode de nos jours. Monsieur Zemmour ne nous a jamais habitué à des raisonnements de haute volée. Sa dernière saillie ne peux donc être véritablement décevante.

Par contre qu’un procureur général ne trouve rien à redire à une justification des contrôles au faciès, c’est désolant.

128. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:22 par ceriselibertaire

Quand je vais à Chatelet (station centrale de Paris noeud des RER de banlieue) je vois une majorité de noir (englobe toutes les populations à peau naturellement foncé) et d’arabe (la catégorie arabe englobe tout les peuples pas tout a fait blanc mais pas noir ex : un turc ou un iranien est dans cette catégorie).

Donc la France est envahie.

C’est un raisonnement imparable. Un fait.

Et pourtant c’est une connerie. Une erreur de raisonnement flagrante.

129. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:23 par Karim

“Les hommes nés à l’étranger sont deux fois plus nombreux en prison que dans l’ensemble de la population : 24 % contre 13 %. Ce sont d’abord les hommes nés en Europe orientale, en Roumanie et ex-Yougoslavie en particulier ; ils sont soumis à un risque relatif de 3,3 contre 1, à âge égal, par rapport aux hommes nés en France : le séjour irrégulier en France est en lui-même un motif d’incarcération, pour des populations récemment immigrées.
Viennent ensuite les hommes nés dans les pays du Maghreb (risque relatif de 3,0), les immigrés issus de nombreux pays d’Afrique au sud du Sahara (2,7) et les ressortissants de l’Union européenne (1,4). Près de quatre détenus sur dix ont un père né à l’étranger ou dans les anciennes colonies, un quart dans un pays du Maghreb.”

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc…

130. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:35 par Véronique

@ Petruk (post 125)

Enfin quoi !

Le sujet du billet de Philippe Bilger incriminé qui lui vaut une convocation par le procureur général est le ramdam CSA, Licra, etc provoqué par les propos d’E. Zemmour.

Il décrit également une sortre de portait ironique et assez féroce du personnage médiatique E. Zemmour qualifié par PB de trublion officiel. Pas faux du tout l’appréciation…

Le billet de PB n’est pas un exposé, ni une analyse, ni une expertise des contrôles au faciès.

Ce n’est absolument pas son propos.

131. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:36 par Job

Merci pour ce billet. Au passage, et pour corroborer la seconde partie de celui-ci, un parallele avec la population arabe immigree dans le pays d’Amerique latine dans laquelle je vis. Ici, un nom a consonnance arabe (et il y en a) est la plupart du temps “associee” au commerce, a l’industrie… bref a la reussite, et au sommet de la pyramide sociale; je dirais meme que cette communaute est vue comme un exemple a suivre.

132. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:38 par Iskendor

@Eolas :
Je pense que vous vous trompez de combat… Parce que, malheureusement, l’affirmation de Zemmour est exacte. On peut vouloir chercher toutes les bonnes raisons de l’univers, elle n’en demeure pas moins exacte. Et cette affaire soulève deux problèmes que vous éludez et que les politiques éludent autant qu’ils le peuvent.

Problème 1 : La liberté d’expression : Zemmour, c’est comme Guillon, c’est du poil à gratter et le poil à gratter, ça démange toujours aux endroits où ça ne devrait pas démanger. Dans une société, le poil à gratter, c’est vital pour se regarder dans la glace. Zemmour et consort sont un miroir déformant qui posent néanmoins souvent des questions extrêmement pertinentes auxquelles personne n’a envie de répondre.
En ce sens, les plaintes de la Licra, les convocations du Figaro et autres réactions, que je qualifierai de pudibondes sur d’autres sujets, doivent être dénoncées bien plus fortement qu’au travers d’une vague phrase noyée dans votre commentaire.

Problème 2 : Les contrôles au faciès. Ces contrôles qui se basent sur la réalité de la composition des populations délinquantes pour être mis en place contribuent à stigmatiser, blesser, irriter toute une partie de la population française qui n’a rien demandé, n’est coupable de rien et n’aspire qu’à la même paix que le reste de la société. De plus, ils déteriorent l’image qu’on peut se faire d’une population (Mme Michu de Creuze Orientale : Humph, ils contrôlent toujours les mêmes les policiers, c’est bien la preuve que)…

Face aux inconvénients générés, la question de l’utilité de ces contrôles doit se poser. Je ne suis pas grand clerc, mais il me semble qu’elle doit être à peu près proche du zéro absolu à moins que les dealers aient des cervelles d’huitre… On a donc des contrôles qui, non seulement sont très blessants pour une partie de la population, mais en plus ont à peu près la même utilité que l’étiquetage obligatoire des bagages dans un train, c’est à dire, aucune.

Le seul réel avantage est de permettre au nain sauteur de gérer un service public comme une société privée et d’imposer des objectifs chiffrés à ses fonctionnaires : “Marcel demain, tu me feras 10 contrôles, 30 amendes pour excès de vitesse et tu me siffleras 3 fois Eolas pour les feux rouges qu’il grille à vélo… ^^”.

Zemmour joue le rôle du poil à gratter en indiquant que la réaction des forces de police est normale puisqu’elle contrôle la population parmi laquelle on trouve le plus de délinquants.

Le rôle de la société, au lieu de caqueter après Zemmour, est de dire : Ces contrôles ne servent à rien à part stigmatiser une population qui n’en a pas besoin. Supprimons les, mettons les officiers de police en civil dans les gares, laissons repérer discrètement les dealers (quelle que soit leur couleur de peau ou origine sociale) et leur tomber dessus sans emmerder la majorité des noirs ou arabes qui n’ont rien, mais alors rien, à voir avec le trafic de drogue.

Et laissons Zemmour nous aider à pointer du doigt nos dysfonctionnements.

Quelqu’un de courageux pour dénoncer ça ? A droite, à gauche ? Personne ?… Je m’en doutais un peu…

133. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:41 par Tataria

Étant d’accord avec l’ensemble du billet à l’exception d’un point, je le soulève.

Vous parlez des “tueurs de l’ETA” ou d’Yvan Colonna et les assimilez à des criminels tels que Michel Fourniret, Marc Dutroux ou Francis Heaulme. Les premiers se considèrent comme des combattants d’une lutte de libération nationale ; considérez-vous que les membres du FLN en Algérie ou que ceux de Combat et des FTP en France pendant la Seconde Guerre Mondiale soient des criminels ?

La notion de crime est indubitablement présente chez les militaires. Cependant, je trouve dommage que vous assimiliez des militaires, quelles que soient leurs convictions et tant qu’ils ne contreviennent pas aux lois et coutumes de la guerre, et des criminels qui ne se placent aucunement sur un terrain politique circonscrit, mais sur le seul terrain d’un plaisir sadique (aucun de ceux que vous citez n’ayant été reconnu irresponsable de ses actes, on peut penser que la recherche de ce plaisir sadique, instantané ou non, était le motif principal).

134. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:41 par lambertine

Question idiote :

Quelle est la proportion de délinquants effectifs arrêtés hors enquête après contrôle au faciès, et poursuivis ensuite par le parquet ? Pour quels types de délits ?

135. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:44 par alex_m

freakonomics, un recueil de défonçages d’idées reçues, des observations quelquefois humorisitques mais qui peuvent nous questionner. Et en passant, quelques exemples de statistiques parfaits pour les étudiants (et qui pourraient même être enseignées au collège…)

136. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:45 par Roi des Cons

“Avant d’ajouter : “Tous les Noirs et tous les Arabes ne sont pas des trafiquants mais beaucoup de ceux-ci sont Noirs et Arabes”. <citation de Bilger>

C’est extrêmement proche du slogan pétainiste
et est ce un hasard?
“Tous les communistes ne sont pas des voyous, mais tous les voyous sont des communistes” (Guy Moquet, celui qui fait bêler sur ordre les écoliers, était du Parti des Fusillés)
Et le ‘propre’ de la propagande n’est il pas, en profitant d’une confusion entre la cause et les conséquences, de semer le doute sur l’honorabilité de catégories toutes entières?

137. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:46 par Dalo

- Pour résumer l’hôte de ces lieux: Oui, Zemmour dit vrai, mais il oublie de préciser que c’est la pauvreté la cause. Et les pauvres sont souvent arabes ou noirs. (Bravo, bien dit, j’approuve.)

- Je regarde ça d’un autre point de vue: Si (je dis bien si) la majorité des fraudes fiscales étaient commises par des juifs, faudrait-il pour autant contrôler plus souvent les juifs? La référence à cette communauté-là permet souvent aux gens de retrouver la mémoire, de voir ce qui est inacceptable dans un propos. Que les races existent ou non, la France refuse de discriminer. Cf constitution.

138. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:46 par marc

1 seul mot: merci pour ce papier plein d’intelligence!

139. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:54 par Julien L.

@ schloren

Je n’ai pas la même lecture que vous de ce mais précisément de Philippe Bilger. Il prend tout son sens avec la phrase précédente.

Je regrette que Rachid Arhab, du CSA, se soit égaré en répliquant à Eric Zemmour qu’il était “arabe, pas trafiquant mais au CSA”, comme si ce dernier avait été assez stupide pour généraliser absurdement sa perception. Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour.

A mon avis, ce mais précisément renvoie à l’idée que Rachid Arhab s’est égaré en réagissant en se qualifiant d’arabe alors qu’il s’exprimait en sa qualité de membre du CSA. C’est en guise de boutade que Philippe Bilger rappelle que si l’on doit se réjouir de sa présence au CSA, ce n’est non pas parce qu’il est arabe, c’est parce qu’il n’est pas un délinquant donc pour son honnêteté et… implicitement pour ses qualités professionnelles. C’est une invitation polie à destination de M. Arhab à retrouver le droit chemin (duquel il s’était égaré(sic)), c’est-à-dire de faire abstraction de son appartenance ethnique dans l’exercice de ses fonctions. Un rappel déontologique en somme.

Il faut, toujours à mon avis, percevoir en outre avec cet ironique “nous sommes tous” que vient heurter plus loin ce “mais précisément” (car je suis sûr que beaucoup s’attendait au vu de ce début de phrase à voir écrit qu’il fallait se réjouir en raison de son appartenance ethnique) une critique de cette mode bien-pensante qui tend à se réjouir des nominations de personnes appartenant à des minorités visibles en oubliant presque complètement que le mérite passe avant toute considération d’appartenance à un groupe quelconque (ethnique, religieux, de pensée…). C’est une idée que je partage. Je n’attends pas que M. Arhab soit le reflet de la diversité française, j’attends qu’il exerce bien ses fonctions. De même, peu m’importe que les minorités soient sur-représentées dans l’équipe de France de foot du moment que ce n’est que pour des considérations tenant au mérite personnelle. Et puis, ne sommes-nous que des noirs, des beurs, des blancs…?

Nous sommes plus que ces étiquettes. Il serait bon que l’on s’en souvienne tous. C’est cependant un devoir de s’en rappeler lorsque l’on occupe des fonctions publiques à l’instar de Rachid Arhab, membre d’une autorité administrative indépendante.

Que pensez-vous de mon interprétation ? Vous semble-t-elle être la bonne ? Quelqu’un en voit une autre ?

140. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:55 par David Robert

Xuelynom (40) l’a déjà dit, mais personne ne semble l’avoir vu, alors je vais développer son propos d’une autre manière.

Il est dit “qu’il est normal qu’on contrôle essentiellement les noirs et les arabes parce que la majorité des délinquants sont noirs ou arabes”. Dit en d’autres termes, la thèse avancée est que comme la proportion des noirs et des arabes est plus grande chez les délinquants, alors la proportion des délinquants sera plus grande chez les noirs et les arabes. Or ce n’est pas forcément vrai.

Prenons un exemple simple, basé sur des nombres inventés.
Imaginons que qu’elle que soit l’origine présupposée des personnes, la proportion de délinquants soit la même, mettons 10%, délinquance qu’on admettra être décelée à chaque contrôle. Imaginons ensuite que les contrôles visent 80% de noirs et d’arabes et 20% de non noirs et d’arabes.

Sur 10 000 personnes contrôlées, 8 000 sont donc arabes, 2 000 ne le sont pas.
Sur les 8 000 arabes, les 10% de délinquants sont chopés, soient 800 délinquants arabes et 7 200 non délinquants arabes.
Sur les 2 000 non arabes, les 10% de délinquants sont chopés, soient 200 délinquants non arabes et 1 800 non délinquants non arabes.

Quelle est la proportion d’arabes parmi les délinquants ? 800/(800+200)=80%.

Quelle est la proportion de délinquants parmi les arabes ? 800/8000=10% (la même que chez les non arabes).

Dans le cas présent, le simple fait de contrôler plus les arabes produit le fait qu’il y ait plus d’arabes parmi les délinquants chopés, fait qui justifie qu’on les contrôle plus.

D’aucun diraient que c’est une prophétie autoréalisatrice.

Je ne dis pas que mes nombres sont proches de la réalité. Je dis juste qu’on ne peut pas laisser sous entendre que la proportion des noirs et des arabes plus grande chez les délinquants, induit une proportion des délinquants plus grande chez les noirs et les arabes.

141. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:56 par Mussipont

Pfft…. plus de 130 commentaires en moins de 4 heures, nous sommes sur les bases du billet du mariage annulé de Lille! ;)

142. Le jeudi 25 mars 2010 à 15:58 par bertramwooster

A ceriselibertaire (#126),

Votre intention est louable, mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec le procédé.

Ce qui est factuel dans votre exemple, c’est que l’on croise beaucoup de “noirs et d’arabes” à la station Châtelet. Indeed. C’est effectivement un fait qu’on ne peut contester et dont les plus malins ne tireront aucune conclusion, si ce n’est que le RER unit tous les peuples dans son confort feutré.

Ce qui n’est pas factuel, c’est la réaction primaire que vous parodiez (“La France est envahie”). C’est effectivement une connerie, mais ça n’est pas un fait.

Voilà. Mais je suis d’accord avec vous, le racisme, c’est mal.

143. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:02 par Petruk

@Véronique en 128
Je disconvient respectueusement.
Vous reconnaissez que le sujet du billet de Philippe Bilger est le ramdam provoqué par les propos d’E. Zemmour.
Or les contrôles au faciès sont au cœur des propos de monsieur Zemmour.

Si l’ensemble E comprenant les propos d’E. Zemmour appartient à l’ensemble S définissant le sujet de Philippe Bilger ET que les contrôles au faciès appartiennent à l’ensemble E alors par transitivité, les contrôles au faciès appartiennent à l’ensemble S définissant le sujet de Philippe Bilger.

Merci d’être gentil avec Mémé : elle n’aime pas les orties.

144. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:04 par Dadouche

Cela fait bien longtemps que les “argumentations” d’Eric Zemmour se réduisent à “c’est un fait” ou à sa variante “tout le monde sait très bien que”.

Quant à la question de départ, à savoir les contrôles d’identité plus fréquents de ceux qui n’ont pas un corps traditionnel, je voudrais quand même rappeler que les contrôles d’identité sont soumis à des conditions légales, énumérées à l’article 78-2 du code de procédure pénale.

Et le fait d’être de la même origine que la majorité (supposée) des prévenus de certains types de délits ne peut être considéré comme une raison plausible de supposer qu’on a commis ou qu’on se prépare à commettre un délit, ni qu’on est recherché par la justice.

Pas plus que le fait d’avoir été abusé dans son enfance n’est une raison plausible de penser qu’on va abuser de ses propres enfants, sous prétexte que la plupart des abuseurs ont été abusés.

145. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:05 par Bozox

Je rajouterais une autre très grosse approximation de Zemmour : ce n’est pas pour trouver des dealers que les flics contrôlent les papiers, mais pour trouver des … sans papiers.

On rappelera que la carte d’identité ne mentionne pas la profession, même lorsqu’on est dealer !!!

146. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:05 par lambertine

“Conclusion de votre article :
1 La majorité des trafiquants de drogue arrêtés sont noirs ou maghrébins,
2 Mais c’est un fait qui peut s’expliquer par les origines sociales.”

Non. Zemmour parle de trafiquants tout court. Ni “de drogue” (je suppose que c’est sous-entendu, mais il n’y a pas que la drogue qui se trafique) ni “arrêtés”, ni même “poursuivis”. Il y a plus de trafiquants (tout court) noirs ou maghrébins. Point.
Il ne précise pas non plus ce qu’il considère comme “trafiquants” (un gamin avec 20€ de shit sur lui, c’est un trafiquant ? Auquel cas je connais bien des étudiants bien blancs et bien riches qui n’ont jamais rien revendu qui sont de dangereux délinquants - sauf qu’ici, si ce n’est pas légal, c’est quand même dépénalisé). Les contrôles au faciès ne doivent pas permettre l’arrestation de beaucoup de dangereux importateurs d’héroïne (mais je demande quand même à voir).

Accessoirement, Zemmour a envoyé un beau signal aux trafiquants (les vrais) : utilisez de vieilles dames souchiennes pour assurer le transport de la crasse. Elles, au moins, ne risquent pas de se faire contrôler (en 49 ans de vie, je compte zéro contrôle au compteur. J’admets que la police belge est peut-être moins active que la française, mais quand même…)

147. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:09 par Morziloeil

J’adhère totalement au commentaire de JS et j’attends avec impatience la réponse que vous lui ferez.

148. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:16 par Berthold

@Tyfoot (commentaire 121) qui écrit : ” (…)pourquoi les séries TV et films nous montrent toujours des trafiquants noirs ou arabes(…)”

Je pense que cette affirmation est fausse : pour être le reflet d’une réalité que personne ne conteste (en tous cas pas Maître Eolas) la plupart des séries policières françaises diffusées sur les grandes chaînes devraient nous montrer plus de trafiquants noirs et arabes, et de cambrioleurs gitans, mais elles sont atteintes du syndrome décrit dans mon commentaire précédent (n°98). Quand elles évoquent la petite délinquance ou le trafic de drogue, elles ne cherchent pas à être réaliste : il suffit de visionner les épisodes de Julie Lescaut, Navarro ou PJ pour s’en convaincre (et je ne parle même pas d‘“Une femme d’honneur”). On est très loin de ce qui peut se faire dans certaines séries américaines de qualité comme The Shield ou The Wire (Sur écoute, en VF) où la représentation des minorités est à mon sens beaucoup plus réaliste, et finalement plus équilibrée.

149. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:18 par bartabas

Le commentaire de Ph Bilger au sujet de sa convocation devant le procureur général:

http://abonnes.lemonde.fr/societe/a…

150. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:18 par ceriselibertaire

Vive les cons trolls d’identité

151. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:19 par du_calme

Les trafiquants que l’on remarque sont noirs et arabes.
On les remarque car ils sont noirs et arabes, justement.
Mais ils s’approvisionnent où, ces trafiquants ? Ou plutôt, ces revendeurs ?
Si l’on prend la drogue, la cocaïne vient d’Amérique latine (par exemple la Colombie, peuplée de noirs et d’arabes).
Dans ces pays, la cocaïne a été réalisée grâce à la feuille de coca, ainsi que d’autres produits chimiques provenant…d’Europe (peuplée de noirs et d’arabes).
Les vrais trafiquants sont donc sud-américains et européens et ils utilisent la peur du noir et de l’arabe pour écouler leur trafic.

La polémique Zemmour est stupide : on contrôle au faciès car c’est plus simple (et moins cher) que de démanteler des trafics internationaux.

La polémique Bilger est aussi stupide : on doit avoir le droit de s’exprimer, même pour dire des conneries, mais il ne faut pas mélanger le droit de s’exprimer avec le contenu qui s’est exprimé.

152. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:19 par Zenon

Sur le fond je m’interroge surtout sur le but et l’efficacité du contrôle d’identité, comme cela a été évoqué plus haut. Je suppose que c’est un moyen de voir si quelqu’un ne mène pas d’activité suspecte en profitant d’avoir ses papiers dans la main pour lui demander ce qu’il fait là, ou de vérifier brièvement qu’il n’est pas recherché, auquel cas il est logique de s’interroger sur la pertinence d’un tri au faciès, et l’implication psychologique pour ceux qui se font contrôler en permanence au regard des bénéfices attendus.
Mais avant de dire que certains ont des têtes de trafiquants, je pense que pour une bonne part, on les suspecte d’avoir des têtes de sans-papiers. Je ne sais pas si cela représente une véritable part des contrôles, mais j’y vois deux aspects qui me déplaisent un peu. D’abord si l’objectif est d’arrêter les plus de sans-papiers possible, je trouve la méthode sordide, et ensuite je pense que se faire vérifier son identité c’est se faire suspecter de ne pas être en règle, et à force d’avoir à justifier qu’on l’est on doit finir par se sentir rejeté.
Si le bénéfice est d’arrêter une fois sur mille un sans-papier pour l’expulser ou même un petit délinquant, et de blesser au passage les 999 autres passants, je ne suis pas convaincu.

J’ai du montrer mes papiers dans les aéroports (normal), pour entrer dans des bars (vexant), et quand j’ai fait des conneries du la voie publique (on ne m’y reprendra pas), je n’aimerais pas qu’on me les demande quand je me promène dans ma rue.

153. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:20 par Simplicissimus

Bonjour,

c’est un peu étonnant que personne ne ressorte la très intéressante étude publiée par l‘Open Society Institute (une des fondations de Soros)
Police et minorités visibles : les contrôles d’identité à Paris.

Elle n’est tout de même pas si ancienne (juin 2009) et fournit une solide base fondée sur une observation scientifique pour parler de ce type de sujet et, accessoirement, aller dans le sens du maître.

La page web de présentation, si vous ne souhaitez pas accéder directement au pdf.

154. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:20 par Bénouz10

La faculté de droit est tombée depuis longtemps, pour mon plus grand bonheur (Ah, les amphis au printemps, quand les beaux jours reviennent : comment s’intéresser aux servitudes et à l’exception de litispendance dans ces conditions…?)

C’est exactement ce que je pensais ce matin en DROIT ADMINISTRATIF DES BIENS !

155. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:21 par Ono

@Alain #110
En ce qui concerne les asiatiques, ils ne faut pas oublier qu’il y a un nombre non negligeable d’asiatiques issus de l’ancienne Indochine francaise (vietnamiens, cambodge etc.)

156. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:21 par lajalousie

merci, maître.

157. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:23 par ramon

Maître, vous dites, à propos de M. Philippe BILGER, qu’il “goûte trop au plaisir de la contradiction” .

Je l’aurais cru, volontiers. Mais plus depuis que j’ai testé, personnellement, sa façon de faire le ménage parmi les contradicteurs.

A propos d’Ali Soumaré, j’avais posté sur son blog, en lui demandant d’où il tenait la légitimité d’en rajouter sur le code électoral, en souhaitant des candidats au casier judiciaire vierge.

J’ai eu droit, sur mon mail personnel, à une reponse signée Philippe BILGER.
Mais sur le blog, RIEN. La trappe et les oubliettes…

158. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:23 par testatio

Il y a une chose qui m’étonne dans votre argument.
Vous annoncez que seul la misère sociale est source de délinquance, et que malheureusement les jeunes issues de l’immigration subissent plus massive cette misère.
Ainsi donc, les policiers, en ciblant leurs contrôles, sont-ils racistes, ou ciblent-ils les personnes risquant d’être délinquant ?

la phrase d’E. Zemmour deviendrait donc un axiome du résultat de ces contrôles policiers.

Je suis à 100% d’accord avec M. Bilger, ou la question n’est pas les propos de Zemmour, mais bel et bien la liberté d’expression de pouvoir les tenir. Ce qui m’a impressionné, c’est l’impossibilité d’exprimer une opinion qui va à l’encontre de la bien-pensance. Autant les arguments de Zemmour sont nuls et largement critiquables, la seule critique qu’il a eu en retour c’est “raciste”. Oula, attention, argumentation aussi impressionnante que les 4 mots de Zemmour…

Au-delà de tout ce tapage, j’aurai préférer m’arrêter sur un point juridique.
En cas de procès, comment aurait-on pu condamner ces propos ? Il aurait fallut prouver que les propos était raciste, mais de son coté, Zemmour aurait pu rétorquer, “prouvez-moi que mes propos sont faux”. Et comme vous faites remarquer que les statistiques ethniques sont interdites, j’ai du mal à comprendre comment il aurait pu être condamné (autrement que par l’opinion populaire).

159. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:24 par jerome

Bonjour,

pour être efficace, la police devrait donc arreter de contrôler les “noirs et les arabes” mais les pauvres !!!

finalement ce sera la même chose sauf qu’au lieu d’être des sales noirs ce seront des sales pauvres.

En même temps, il faut bien proteger la poluation contre ces délinquants…

160. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:28 par Teejee (mékeskidi de base)

On peut critiquer l’argumentation d’Eolas, voire, comme certains, lui faire dire qu’il est d’accord avec messieurs Zemmour et Bilger (fort heureusement, le maître des lieux a montré en moultes circonstances qu’il ne manquait pas d’humour). Mais le grand mérite de ce billet est de rappeler la difficulté d’être, aujourd’hui encore, Noir ou Maghrébin, du moins d’origine, en France. Tout le problème étant d’ailleurs, dans le fait qu’il s’agisse d’un rappel.
Il devient de plus en plus difficile d’évoquer le simple droit à la dignité humaine, sous peine de voir s’abattre sur soi l’opprobre de la bien-pensance-droit-de-l’hommiste-de-gôche (ces deux derniers mots, dans la bouche de l’insulteur, constituant un pléonasme). Avec ce billet, ça n’a pas manqué.
Récemment, j’ai eu, avec des apprentis de BEP, une discussion sur le problème israélo-palestinien. Et j’ai eu droit au sempiternel refrain sur “les-Juifs-qui-veulent-dominer-le-monde”. J’ai préféré clore la discussion avant qu’elle ne dégénère. Mais j’ai certainement agi par pur réflexe de bien-pensant-droit-de-l’hommiste : tous les Juifs veulent dominer le monde, c’est une chose bien connue, n’est-ce pas ?
Il est malheureux qu’un Eolas, au fond, soit critiqué pour avoir exprimé des sentiments humanistes. Ou plutôt, on se demande ce que cachent ces critiques.
Quant à Eric Zemmour, ce n’est pas son premier dérapage, et je m’étonne qu’un journal aussi prestigieux que le Figaro ait pu conserver en son sein un monsieur qui, visiblement, s’est fait de la provocation à connotation raciale un fond de commerce. Indulgence pour le provocateur borderline, honte sur quiconque prétend défendre la dignité de ceux qu’il stigmatise : cherchez l’erreur.

161. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:29 par Soleilvert

Eric Zemmour et M Bilger soulignent un fait.
Vous soulignez l’origine de ce fait, et Eric Zemmour en parle justement ( http://ericzemmour.blogspot.com/201… ) , Je cite :
“Mes contempteurs pourraient d’ailleurs me rétorquer que ces chiffres prouvent bien que les personnes issues de l’immigration sont défavorisées, puisque depuis Victor Hugo, on sait bien que c’est la misère qui crée la délinquance. On pourrait aussi rappeler que dans tous les pays d’immigration, les derniers arrivés donnent souvent les gros effectifs à la délinquance - Irlandais dans l’Amérique du XIXe siècle, Marocains dans l’Israël des années 1950, Russes aujourd’hui. Ces arguments ne sont d’ailleurs pas sans fondement, mais on ne me les présente nullement. On exige seulement que je me taise.”

Du coup je ne vois pas ou se trouve le désaccord que vous paraissez soulever …

162. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:34 par Cidroc

Parce que j’aime bien les maths et la contradiction :
(croire que si A et b augmentent simultanément c’est que A et B sont liés)

Est ce que le petit b est exprès ? car si oui, il faudra démontrer que b = B.

163. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:39 par Petruk

@Jérome en 157
C’est déjà un peu le cas et cette donnée a été intégrée par les premiers concernés me semblent il.
Je connais très bien un antillais qui ne sortait qu’avec un pantallon habillé et une veste. Si cette personne, habillée d’un bleu de travail et occuppée à bricoler chez elle un dimmanche, avait besoin d’aller faire un tour chez casto pour acheter trois bricoles, il était hors de question d’y aller en bleu.
Donc elle se changeait pour mettre une veste et un pantallon décent.

Beaucoup de personnes de couleur accordent un soin particulier à leur mise de manière à diminuer le risque d’être controlé…

164. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:42 par virus

la majorité des trafiquants sont des noirs et des arabes”…
peut on vraiment le nier? mais on pourrait ajouter des asiatiques, des turcs pour rappeler ceux qui affrètent des barques ou des containers où ils entassent moyennant finance nombre de leurs concitoyens qui s’échouent sur les plages méditerranéennes.
Que ces populations viennent-elles donc chercher en EUROPE?

165. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:48 par Le petit julien

Tout ceci est très bien dit mais ça ne nous mène nul part. Vous n’avez pas démontré que ce que disent ce journaliste et ce magistrat est faux.

Qu’il y est une explication sociale à l’affirmation de ces deux personnes est une évidence. Cela ne veut pas dire pour autant que cette affirmation est fausse.

Il y a un élément essentiel à prendre en compte, qui est celui de la définition de trafiquant. Si est considérée trafiquant la personne qui, à la suite d’un contrôle d’identité et d’une fouille par la police a été découverte en possession de drogue, alors oui, c’est evident que le double filtre du contrôle au facies et du stylo du parquetier vont fausser la donne (on imagine facilement qu’une bande de trafiquante septuagénaires du 16em arrondissement ne sera probablement pas découverte de cette façon). Si maintenant on considère trafiquant la personne dont la police a découvert qu’elle fait partie d’un réseau de trafic suite à un travail de recherche (très probablement déclenché par les informations obtenues suite à l’arrestation d’une personne lors d’un control au facies et dont il a été par la suite découvert qu’elle était en possession de drogue), alors il n’y a aucune raison de penser que la police ou le parquetier puisse avoir une quelconque influence sur la proportion des différents groupes ethniques dans le box des accusés.

Ainsi, il faudrait une analyse plus précise sur ce point.

Par ailleurs, et sans remettre en cause le fait que certains facteurs sociaux puissent être un élément facilitateur de comportement délinquants, il y a dans le développement de Maître Eolas une idée choquante:

“Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant.”

Une telle mentalité est une insulte aux personnes défavorisées qui respectent la loi. Je pense à tous les hommes, plutôt jeune, pauvre, issu d’une famille pauvre, sans formation, ayant souvent abandonné l’école dès 16 ans, au chômage ou connaissant la précarité du travail, trimballé de “plate-forme de mobilisation” en formations inadaptées et qui ne trafiquent pas et ne viole pas la loi. Ce sont eux qui sont les premières victimes du comportement de leurs semblables qui ne respectent pas les lois. A cause de ces délinquants, il sera encore plus difficile pour les personnes honnêtes de trouver un travail et de s’intégrer socialement.

Tenter d’excuser les comportement des délinquants par leurs origines sociales est une insulte incroyable aux citoyens honnêtes issus du meme milieu social.

Oui les origines sociales peuvent expliquer la délinquance, mais non est ne peuvent pas la justifier, on a toujours le choix de respecter la loi, aussi dur que ce choix puisse être. Ceux qui le font, ce sont eux qui méritent notre compassion.

166. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:50 par Antoine

On ne voit que les aspects psychologiques d’une société : la construction sociale des identités via le genre, la race, qui nourrit tous les présupposés racistes, xénophobes sur la criminalité.
Comme le montre cet article, il ne faut pas confondre psychologique et anthropologique. Ici, comme ailleurs, et comme en d’autres temps, la grande responsable c’est la “raison économique” qui est anthropologique. On ne répond pas aux problèmes archaïques de l’anthropologie par les mêmes réponses que l’on voudrait donner aux problèmes “psychologiques”.
Je me réjouis de partager la lecture de ce billet.

167. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:51 par Djimeurd

Enfin “Eolas cherche les causes de cette délinquance” il me semble qu’à l’instar d’une recherche on entend plutôt le bruit d’un micro-onde se mettant en fonction pour réchauffer les arguments traditionnellement employés afin de ne choquer personne. Comprenez par la, la sociologie criminelle mise au service de la parole la plus tiède possible. Alors, certe le pahos met tout le monde d’accord mais n’en reste pas moins une entreprise vide de sens si l’on veut faire avancer le shmilblick.
Diantre maître, je vous ai lu plus courageux et plus profond que cela.

168. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:51 par routard

La beauté de l’envolée lyrique du maître de ces lieux n’a d’égal que son son caractère hors sujet par rapport aux propos mis en cause.

Coluche disait que quand on pourra traiter de con un arabe comme n’importe quel con ordinaire, il n’y aura plus de racisme. Il dénonçait l’hystérie qui entoure chaque propos afférents de près ou de loin au racisme. Il dénonçait l’impossibilité de tenir un débat rationnel et dépassionné sur les questions raciales.

Je commence à croire qu’il existe plusieurs définitions du racisme.

J’ai connu, dans certains pays, le vrai racisme : interdiction de rentrer dans des magasins, refus ostensibles de scolarisation, tabassages, menaces sur la famille…

Et puis il y a le racisme en France : un pauvre intello qui balance une phrase complètement anodine. Des intellos qui s’en empare pour monter au créneau et s’improviser rebelle et justiciers.

J’ai beaucoup de mal à entendre le discours d’Eolas sur la France qui a merdé à intégrer les immigrés, et que nous serions un pays raciste, et que nous devrions avoir honte.

D’accord, la France n’a pas été parfaite, loin de la, sur ce plan.

Mais j’invite tout ceux qui tiennent ce discours à aller faire un tour en Chine, au Mexique, au Moyen orient, pour se rendre compte que finalement, la France s’est pas si mal démerdée que ca.

169. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:52 par schloren

@Julien L.
Je ne comprends pas votre explication. Je ne fais que lire logiquement la phrase : “Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour.”
“Les travers dénoncés par Zemmour” = “trafiquant de drogue”
Donc : “”Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais devenu trafiquant de drogue”.”
Donc: “si nous sommes heureux que Rachid Arhab soit au CSA, c’est “précisément” parce qu’il n’est pas devenu trafiquant de drogue”
Mais pourquoi donc serait-il devenu trafiquant de drogue ? Parce qu’il est arabe ?
cqfd.
C’est mon interprétation.

170. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:55 par Arabesque

En revanche, il me semble que les jounalistes, polémistes, humoristes et autres critiques divers et variés, doivent jouir d’un minimum de liberté de ton. Il ne me semble pas judicieux d’accabler Eric Zemmour, ni encore moin Philippe Bilger, mais de leur porter la contradiction. Dans les règles de l’art.

Ce qui fût fait.

Et avec brio.

171. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:57 par stilicon

Un petit rien mais qui met à bas votre démonstration:
Je vous cite à peu près
“La France n’a pas essayé d’intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces 50 dernières année.Elle n’a pas essayé”
Ca fait belle lurette que la France ne fait plus venir personne et que les populations concernées s’invitent toutes seules.Y commpris par la fraude et massivement.

172. Le jeudi 25 mars 2010 à 16:58 par Ziad

Encore un article très intéressant à lire sur votre blog Maître. Mais, j’y trouve une sorte d’excuse facile pour tous les délinquants. Je suis français d’origine Algérienne. Mon père fut gentiment accueillit en France grâce à ses mains calleuses de maçon. Mon pére a eut la chance de pouvoir faire quelques mois d’écoles, ma mère était analphabète au départ (mais elle appris à lire en nous voyant, mes frères et soeurs et moi apprendre à lire). Et pourtant, je ne suis en rien délinquant. Pourquoi ?
Juste parce que mes parents nous ont éduqué comme tous parents doivent le faire. Avoir des enfants est une responsabilité. La France doit, je suis d’accord, aider à l’accueil et à l’intégration des émigrés, mais ne peut remplacer le rôle des Parents. Evidemment, cela ne garantit rien à 100%. Mais autour de moi, dans la cité où j’ai grandit, parmi les plus délinquants, meneurs dans l’illégalité, les parents étaient les plus laxistes.

Je réprouve les propos stigmatisants d’Eric Zemmour, mais je ne pense pas que la responsabilité soit uniquement sur le dos de la France comme on (je?) pourrait le croire en lisant votre article.

Ps: merci pour les dates des comparutions immédiates.

173. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:00 par kebra

Votre argumentation n’est pas en contradiction avec ce qu’a dit Zemmour, de la même façon si on veut s’attaquer à la criminalité en col blanc, mieux vaut cibler les blancs habitant Neuilly plutôt que les noirs du 93.

174. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:05 par Arabesque

Une idée, comme ça. Les les enfants d’immigrés, quoique français, et devant les difficultés d’une intégration pas toujours désirée par une partie de la population, ont peut être voulu faire jouer ” L’exeptio non adempleti contractus “

175. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:05 par vuparmwa

juste un petit article à vous conseiller : http://vuparmwa.over-blog.com/article-le-droit-penal-au-service-des-contoles-au-facies-47363426.html

176. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:06 par maurice

merci pour ce beau papier. En vous lisant attentivement, et en lisant les propos de Bilger et ceux de Zemmour, j’ai beau chercher, je ne vois pas ce qui permet d’affirmer que vous ne pensez pas tous la même chose. La seule différence vient simplement que vous prenez le temps de développer vos observations et qu’Eric Zemmour, peut-être en tous cas, n’a eu que l’opportunité de dire qu’un bout de phrase parce qu’il est dans un talk show où personne n’est en situation d’articuler une pensée construite. Qu’on lui réclame des précisions sur ce qu’il pense complètement sur le sujet, soit. Qu’on le voue aux gémonies me semble totalement inapproprié et étrange. La mérite d’Eric zemmour est d’avoir nommé ce que perçoit tout le monde, le votre est d’en donner des clés plus subtiles et plus utiles pour trouver des solutions. Si tout le monde écoute les 2 propos, le débat ne progresse-t-il pas ?

177. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:08 par parquezaco

Eolas,

vous avez une étrange image des parquetiers, occupés, dites-vous, à cocher des cases, voire à les cocher en fonction de critères pouvant être racistes…

Sortez parfois de la capitale, fréquentez la province, vous y trouverez un bol d’air salutaire et éviterez de noircir le tableau.

En tout cas, votre subtile et légère insinuation est fort désagréable pour les récipiendaires.

Pour le reste, votre conclusion (“la honte est sur nous et pas sur eux”…) n’engage que vous.

Croyant au libre arbitre et au renouveau après les épreuves, payant au fisc un important tribut à la solidarité nationale, je ne me sens aucunement honteux des actes commis par les autres.

178. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:11 par Blux

Pis d’abord, on dit pas des zarabes, mais des zauvergnats…
(c)(reg)(tm) B. H

179. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:16 par jblanche

Bon article, les propos de M. Zemmour sont évidements ignobles, idiots et méritaient cette mise au point.
Par contre, j’aurais aimé en apprendre plus sur la liberté offerte par le fait que M. Zemmour soit journaliste.
Qu’elles sont les limites de la liberté de la presse, les propos, aussi idiots soient-ils sont ils condamnables pour quelqu’un ayant la qualité de journaliste ?
Ne doit-on pas défendre la liberté de la presse à tout prix, y compris sa liberté de mentir, ou d’employer des raccourcis grossiers au nom de la sacrosainte indépendance du journaliste ?

Au plaisir de vous relire.

180. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:17 par francois d

Tout à fait d’accord avec l’auteur, toujours aussi fulgurant et passionné .
Néanmoins, le risque est grand , en n’appelant pas les choses par leur vrai nom, de tomber dans la “langue de bois” .
Je ne parle pas forcément de la sortie choquante, et injustifiable à mes yeux ,de Zemmour (justifier les comportements au faciès, il faut tout de même être assez odieux pour oser le faire).

En 2007, dans le Maine-et-Loire, disparition d’une petite fille pendant quelques heures -ALERTE ENLEVEMENT etc …
Le lendemain matin, la petite fille est retouvée chez la voisine ; la mère la lui avait confiée avant de s ‘adonner à ses chères bouteilles . L’ivresse venue, elle ne se souvint plus lui avoir confié l’enfant pour la nuit et déclara sa disparition …
Un drame de l’alcoolisme au quotidien diront certains Zemmour de service ?
Version donnée par France-Inter : “encore une illustration des difficultés sociales rencontrées par certaines familles …” ou encore “Cachez ce sein que je ne saurai voir” .

A force de ne plus appeler un chat un chat, il n’y aura bientôt plus de SDF, d’alcooliques ou de drogués, d’obèses, de malades du SIDA … et nos consciences anesthésiées par tant de mots lénifiants ne verront plus la souffrance, la vraie.

Mais nier cette désepérance comme l’a fait Zemmour (et tant d’autres avec lui) pour justifier des comportements inacceptables, c’est une forme de lepénisation rampante, ni plus ni moins.

181. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:20 par Flamby

Cher maître,
vous n’avez ni compris l’opinion de philippe bilger, ni celle de zemmour, ou alors vous feignez de ne pas être d’accord avec eux pour au final leur donner raison :

Bilger qui s’exprime à froid met beaucoup plus de subtilité dans ces propos que vous ne lui en accordez. Il ne dit pas qu’il est pertinent d’affirmer que la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes, mais simplement qu’on a le droit de le dire. Il rajoute qu’au delà du principe de liberté d’expression, cette affirmation ne lui semble pas totalement fausse (et même si elle était fausse, on pourrait qu’en meme l’exprimer) puisqu’il constate lui aussi par son métier une surreprésentation des noirs et des arabes parmi les petits trafiquants.

Zemmour lui s’exprimait dans un autre contexte. Il expliquait à ses contradicteurs que les policiers français n’étaient pas racistes mais controlaient plus les noirs et les arabes car la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. La phrase est brutale et peut heurter mais elle est proférée à chaud dans un débat animé. Zemmour ne nie pas, dans aucune de ses déclarations, les causes sociales qui touchent plus particulièrement ces personnes et est un facteur favorisant la délinquance. Il explique simplement que reprocher un contrôle ciblé par les policiers n’a rien à voir avec du racisme et il serait aussi stupide de leur reprocher que de reprocher à un médecin de rechercher plus ardemment chez un patient qui tousse, un cancer du poumon chez un fumeur que chez un non fumeur.

182. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:20 par yvanchteglov

Chapeau, Maître.

183. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:20 par Mounir

Zemmour n’est pas loin de penser comme ce que vous expliquez dans votre dernier paragraphe, Maitre. La sureprésentation des populations immigrées dans les effectifs de la délinquance est due, selon lui, a l’échec de la France a les intégrer. Ce ne sont pas les immigrés qu’il blâme mais les gouvernements successifs qui ont abandonné l’assimilation républicaine au profit du communautarisme. Si on rajoute a cela le chômage engendré par la mondialisation et l’ouverture des frontières aux produits étrangers, on obtient une situation ou les populations non-intégrées et sans emplois sombrent dans la délinquance. Une délinquance qu’il est urgent de contenir car elle touche massivement les plus faibles (contrairement aux tueurs en série qui sont très rares) et contribue a élargir encore le fossé entre les Français de souche et les Français d’origine immigrée.

184. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:24 par Rubato

Cher Maitre,

En complément de ma première réaction (cf. n°111), je me permet de vous signaler trois autres contributions qui vont dans le même sens :

Lambertine n° 132
Zénon n° 150
Et Simplimus n° 151 qui fort opportunément fournit un lien vers une étude sur les contrôles au faciès :http://www.soros.org/initiatives/ju…

Le véritable problème posé par les propos de Mr Zemmour n’est pas qu’il ait souligné un fait (” la majorité des trafiquants de drogue sont eux-même noirs ou maghrébins, c’est un fait”) mais qu’il ait utilisé cet argument pour justifier des contrôles d’identité sur la voie publique qui n’ont pas dû amener beaucoup de trafiquants dans les prétoires.

Nous devons donc nous mobiliser contre cette pratique des contrôles au faciès. Pour le reste, il parait important de rappeler :
1/ Le lien entre la misère et la pauvreté qui n’est pas nouveau (cf.Victor Hugo ) et donc la nécessité de lutter contre la misère, ce que vous faites très bien dans votre papier.
2/ La nécessité de lutter pour la liberté d’expression (cf. Voltaire).

185. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:28 par Jim

La vérité ne plaît pas toujours et c’est le cas ici. La plupart des trafiquants sont des noirs et des arabes et j’ajouterais que c’est aussi le cas pour la plupart des délinquants. Évidemment vous préférez nous dire le contraire avec des arguments qui ne tiennent pas la route. Votre mauvaise foi ne vous honore pas…

186. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:30 par parquetier

Zemmour a dit une grosse connerie puisque le seul FAIT dont il peut faire état, à le supposer exact ce qu’à mon sens il n’a jamais vérifié c’est que “la majorité des trafiquant QUI SE FONT PRENDRE sont eux-mêmes noirs ou maghrébins” Savoir pourquoi les trafiquant non noirs et non maghrébins qui ne se sont pas fait prendre ont échappé à notre police, et savoir s’il y en a une même proportion chez les uns et les autres … bonne chance.
Mais je pardonne à Zemmour ses conneries, d’abord il est un peu là pour ça et en plus il était dans le feu du débat, et au final je me f.. bien de ce qui Zemmour.
En revanche Bilger c’est tout autre chose, bon sang de bois.
Mais à sa décharge j’ai une explication, extraite précisémment de son blog: “(E.Z) est devenu “un trublion officiel”, “un fou des médias” comme il y a eu des “fous du roi”, avec cette conséquence subtile mais perceptible qu’un léger contentement de soi semble l’habiter (Voici). De plus en plus, il y a dans sa démarche une alliance contradictoire entre une aspiration affichée au dialogue et un ton péremptoire… Dorénavant il s’écoute plus qu’il n’écoute, trop facilement ravi par sa propre mécanique. J’avais perçu des indices de cette solitude satisfaite…” Autoportrait, collègue ?
Et une camomille, Véronique ?

187. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:36 par Luanda

Vous me décevez grandement, M. l’Avocat Général. De tels propos ne vous honorent pas, vous dont je respectais la parole et que j’écoutais avec beaucoup d’attentions.

Un moment d’égarement intellectuel, mu peut être par une lassitude de Magistrat, celà n’excuse en aucun cas ces préjugés inadmissibles. J’excuse M. ZEMMOUR en tant que Citoyen, il n’est rien qu’un vulgaire polémiste du petit écran, dont personne ne se souviendra dans quelques temps. Vous vous êtes un des rares Magistrats dont la parole compte et vous l’avez, à mon sens mal utilisé!

Reconnaissez-le et ce serà à tout votre honneur.

Pour ma part avec mon teint basanée, je vous confirme que bien volontiers que je suis effectivement régulièrement dans le lieu que vus décrivez, mais pas dans le box..sur le banc juste à coté.
Un Avocat dont le nom vient des grandes étendues boisées au sud de la méditéranée.

188. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:38 par RP

Certains commentateurs ont élaboré de savantes théories (et M. Zemmour par la même occasion) visant à démontrer (quelquefois par le calcul) que les contrôles d’identité effectués par la Police, devenus « contrôles au faciès » dans la bouche de certains, sont la principale source d’alimentation des tribunaux correctionnels en population noire ou arabe.
Or, qu’autorise un contrôle d’identité ?…..et bien à contrôler l’identité d’une personne.
Ce qui permet de constater que :
- la personne détient des documents contrefaits ou falsifiés.
- le ressortissant étranger n’est plus/pas titulaire d’un titre de séjour valide.
- la personne est inscrite au fichier des personnes recherchées.

Si le contrôle d’identité est à l’origine de la plupart des procédures qui concernent les étrangers en situation irrégulière, ce n’est, en revanche, pas du tout le cas pour les voleurs, receleurs, escrocs, violeurs, pédophiles, etc…Car si certains de ces délinquants sont arrêtés à la suite d’un contrôle d’identité, ce n’est que la résultante de leur condamnation ou mise en cause préalable dans le cadre de ce type d’affaires.

En outre, or infraction connexe, l’étranger en situation irrégulière ne suit pas le cursus : audience correctionnelle => prison, mais plutôt audience JLD ou TA => centre de rétention administrative.

Donc l’assertion qui consiste à dire : « plus on contrôle de personnes ayant des origines noires ou arabes, plus on arrête de trafiquants » est complètement fausse, de même que la théorie : « plus on contrôle de personnes ayant des origines noires ou arabes, plus on remplit les prétoirs et les cours de prison ».
Si les délinquants noirs ou arabes représentent une majorité des personnes déférées devant un tribunal pour des trafics, des vols ou des recels, c’est qu’ils ont été mis en cause dans le cadre de procédures judiciaires ayant nécessité des surveillances, des filatures, des témoignages, des écoutes téléphoniques, des perquisitions, des saisies, des confrontations, etc…en aucun cas, de simples « contrôles au faciès ».

Ensuite, au nom de la liberté d’expression chère à M. Bilger et à Maître Eolas, on peut tenter de l’expliquer…et même de l’excuser.

189. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:43 par UN VRAI AVERONE LEPOST.FR

Tous les postiers sont-ils Antillais ?

190. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:44 par Anton

L’intérêt de ce genre de polémique n’est-il pas de préciser, rationnellement, les choses ? Deux choses me paraissent en ressortir :
1 - Les contrôles au faciès sont moins le fruit d’un racisme policier atavique (“génétique” ?) que de prescriptions, écrites ou non, inhérente à la logique du métier, étant entendu qu’on “recrute” plus facilement des délinquants chez les maghrébins et les noirs (mais pas chez les asiatiques ?) que chez la masse des blancs en matière de petite / moyenne délinquance.
2 - Le propos provocant de Zemmour n’en est pas moins blessant pour l’ensemble des Maghrébins / Noirs, qui ont le sentiment d’être collectivement jetés dans le même panier (ce qui n’enlève rien au politiquement correct insupportable de certaines associations antiracistes qui semblent très heureuses de vivre de leur boutique et de leurs postures cupabilisatrices vis-à-vis à la “majorité non-minoritaire”).

Conclusion : oui, le problème est celui de l’intégration (de l’assimilation ?), qui est d’autant plus aigu que pour intégrer, encore faut-il qu’il y ait quelque chose à quoi intégrer (ce qui est de plus en plus problématique : quid d’un pays, dont l’essence est le “vouloir-vivre ensemble”, à une ère d’individualisme total ?).

Donc, merci Zemmour, même s’il blesse aussi… Au moins, ça fait échanger et réfléchir au lieu de maintenir le couvercle de pseudo-certitudes bien-pensantes.

191. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:47 par Fantômette

@ Jim (183)

vous préférez nous dire le contraire avec des arguments qui ne tiennent pas la route.

Alors que vous préférez répéter la même chose, sans plus d’arguments. Est-ce votre intelligence, ou votre imagination, qui est ainsi prise en défaut?

Votre mauvaise foi ne vous honore pas…

La vôtre pourrait, à l’inverse, vous servir de décoration. Toutes mes félicitations.

192. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:50 par cephalocereus

Finalement vous n’etes pas plus intelligent que les hordes bien-pensantes qui s’attaquent a la liberte de parole…
c’est l’origine ethnique des délinquants, comme si elle était pertinente il a etabli un FAIT, il n’a jamais declare que la couleur de peau conduit a la delinquance, ce que vous faites vous-meme! Elle est pertinente dans le fait, si vous voulez delirer sur des conclusions hatives sur le lien de cause a effet, c’est votre probleme et votre capacite de comprehension qui est en cause, mais je suis sur que vous etes parfaitement conscient de la manipulation.

Combien il y a-t-il de BLANCS pauvres en banlieue?? Autant sinon plus que les arabes ou les noirs, a moins que l’on nous cache que les immigres sont majoritaires, en accord avec les mensonges demographiques et politiques? Et pourtant ces blancs pauvres si nombreux en banlieue ne remplissent pas les salles d’audience.

Il a seulement fait une observation, mais les integristes de la bien-pensance, ethnomasochistes perdus, essayent de surinterpreter cette phrase pour pouvoir vomir leur haine de la civilisation blanche occidentale…

193. Le jeudi 25 mars 2010 à 17:52 par Norbert CLEMENT

Ah! le joli pouvoir d’appréciation de l’opportunité des poursuites par les parquets, qui fait qu’à l’heure de la décision de citer en correctionnelle, le ministère public renverra devant le tribunal Paul et pas Virginie, Santa et pas Barbara, avec des critères qui laissent parfois la défense perplexe et le tribunal muet, sans que quiconque puisse prêter au représentant du ministère public des pensées zemmouresques (quoique le mot “pensées” accolé à cet adjectif-ci paraisse un peu fort).
En revanche, il est un sort (quantifiable celui-là) qui attend 99% des étrangers (toutes couleurs confondues) lorsqu’ils sortent de leur garde à vue pour séjour irrégulier: dans sa grande mansuétude, le ministère public décide systématiquement d’ordonner leur remise en liberté… ce qui permet la minute qui suit leur placement en rétention par la préfecture, en vue de leur expulsion. Comme quoi, les motivations du ministère public, au moment de cocher la case qui décidera de l’avenir de l’étranger, sont parfois totalement transparentes. Petits développements procéduraux ici.
Ce serait formidable qu’un jour, les parquets deviennent indépendants et décident, à la fin de la garde à vue d’un p’tit sans-papier méritant (travailleur, chargé de famille, en France depuis des années), d’ordonner aux policiers de le relâcher MAIS de poursuivre l’enquête pour séjour irrégulier: cette décision aurait pour effet immédiat de bloquer la procédure d’expulsion prévue par l’administration, en laissant enfin son mot à dire au ministère public. L’hypothèse s’est présentée à une seule reprise ces dernières années, mais je garde encore le souvenir ému de ce “bon parquetier”.

194. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:01 par Tus

@cephalocereus
I lol’d

195. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:03 par caro

Je ne suis ni une habituée ni une juriste (et en plus je vais m’arrêter sur un point plus général que l’affaire qui a engendré ce billet) mais je me permets tout de même d’intervenir de “plussoyer” la phrase d’Alain (n°110) :

“individuellement les choix sont racistes et emprunt de préjugés, mais ces préjugés semblent être la simple traduction statistique des observations. un ordinateur ne déciderait pas autrement sans informations supplémentaires.”

Si vous faites analyser par un ordinateur basé sur la logique formelle les statistiques concernant les trafiquants pour les croiser avec leur origine ethnique, il vous donnera fort probablement la même conclusion (certes lapidaire mais bon, là c’est un ordinateur, il fait ce qu’il peut) que celle d’Eric Zemmour. Et il me parait exagérer de taxer un pauvre moteur d’inférences de raciste. Après tout, cette conclusion ne s’applique exclusivement qu’à l’échantillon étudié. L’ordinateur ne vous le dit pas parce que c’est pas son problème (après tout, c’est à vous de le savoir) mais je ne m’avancerais pas quand à savoir si Mr Zemmour le sous-entend (ou pas…).

En tant qu’être pensant, il est important de ne pas s’arrêter à cette analyse et bien de s’interroger sur les conditions de recueil des données, sur le panel concerné et tutti quanti avant d’extrapoler cette conclusion. Toute personne amenée à utiliser des statistiques pour en tirer des conclusions plus générales se doit de faire cet effort.

Le problème, c’est que nous sommes tous amenés à manipuler des statistiques (même inconsciemment) pour réfléchir. Il faudrait donc donner les bons outils de réflexion à chacun. En primaire et au collège (lorsque l’école est encore obligatoire, même si quelque soit l’âge, personne ne vous oblige à écouter), je me souviens avoir fait quelques statistiques en cours de math (moyenne, écart-type et quelques petits trucs de base).

Assaisonner l’apprentissage des statistiques d’un rien de logique et d’un zeste de méthode scientifique (quantitative *et* qualitative), ça n’aurait peut-être pas été plus digeste pour ceux qui ont la migraine dès qu’ils voient des chiffres (bien que ce soit souvent plus une position de principe qu’une réalité ;)), mais ça n’en serait pas moins savoureux pour les autres.

196. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:03 par Remy

Il faut rendre hommage aux lecteurs qui ne confondent pas estime et admiration bêlante et qui, nombreux, font remarquer que si le texte et beau et inspiré par des sentiments justes et nobles, il ne démonte en rien les propos malvenus de Zemmour et de Bilger.

197. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:04 par LEF

La liberté d’expression, oui. Mais sur des bases solides. On n’a pas le droit de lancer des affirmations sur des choses vues à la louche. Sur ce point je suis parfaitement d’accord avec Maître Eolas et en parfait désaccord avec Monsieur l’avocat général Bilger.
J’en rajoute même une couche.
Moi aussi je vois défiler depuis des années les noms des mis en examens dans mes dossiers d’expertise. Eh bien, je n’ai pas été frappée par une majorité de noms d’arabes ou de noirs, figurez-vous, je l’aurais remarqué ! Je précise que je ne traite que d’expertises pénales et que, tôt ou tard, je les vois les mis en examens dans le box de la cour d’assises. Là non plus, je n’ai pas été frappée par une couleur de peau dominante.
En revanche, j’ai effectivement remarqué l’écrasante majorité d’hommes mis en examens. J’ai effectivement remarqué qu’il y avait relativement peu de femmes poursuivies pour des faits criminels. J’ai effectivement remarqué la grande misère de la grande majorité des mis en examens.
A travers mes dossiers, il y a une autre chose que j’ai aussi remarquée : ceux qui viennent rendre visite à un membre de leur famille détenu, eh bien en majorité ce sont des femmes. Normal, me diriez vous, les hommes sont détenus, leurs épouses viennent les voir. Même pas. Il y a des épouses, des mères, des tantes, des soeurs, des cousines, des nièces, des filles ; il y a beaucoup plus rarement des pères, des frères, des oncles, des cousins, des fils……… Pourquoi ? En voilà une bonne question de sociologie. Mais personne ne s’intéresse à ces statistiques là.
Je vais finir sur une citation qui va vous scier. Moi, elle m’a bouleversée à tout jamais. Je ne vous rapporte pas une info à la louche ; celle-là, je l’ai entendue de mes propres oreilles. C’est une mère qui vient rendre visite à son fils détenu, à peine majeur ; elle s’étonne de le voir “grossi” ; et son fils lui répond textuellement : ” moi je grossis grâce à la prison ! il y a plus de bouffe ici qu’à la maison, excuse-moi, maman, j’ai jamais autant mangé de viande qu’en prison !” Il n’était ni arabe ni noir ; il était juste dans la misère.
Alors, oui, je suis d’accord avec ce billet de Maître Eolas. Ce qu’il dit est la réalité que j’ai vue.

198. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:05 par Le Petit Nicolas (mais en Plus Grand)

Une illustration sur tout cela qui me vient immédiatement en tête :
une récente ministre de la justice, issue d’un milieu relativement peu aisé, a poussé assez loin les études et a connu une certaine réussite professionnelle, quand ses frères avaient eux aussi à connaitre de la justice, mais plutôt d’en bas …

J’espère ne pas à avoir honte de mon exemple.

199. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:06 par FUEGO

PRINCIPE DE PRECAUTION
Si je dis que la grande majorité des terroristes dans le monde sont musulmans,vais-je m’exposer à des poursuites?

200. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:12 par Guisou

Si l’on mène votre raisonnement à son terme, l’on devrait retrouver une grande quantité d’espagnols ou d’italiens parmi le tout-venant de la délinquance.

Eux aussi ont émigré en masse en France au XIXème et XXème siècle.

Eux aussi se sont donc heurtés à cette terre de France tellement inhospitalière, raciste, fermée sur elle-même.

Certes, des difficultés non négligeables ont pu exister. Néanmoins, l’on ne constate pas une sur-représentation de Gomez, Perez, Ibanez, Alesi, Di Tucci ou Marconi en prison ou aux audiences correctionnelles.

Alors ma question est simple : pourquoi ?

Pourquoi ces populations, qui sont également arrivées en masse en rencontrant des difficultés similaires, ont pu (su ? voulu ?) s’assimiler à la population française, respecter la terre qui les accueille, travailler, gravir l’échelle sociale et occuper des emplois qualifiés ?

J’ai du mal à croire que nos ancêtres des deux derniers siècles aient réservé à ces populations un meilleur accueil que celui qui est actuellement offert.

Alors il est temps d’arrêter de battre notre coulpe, de cesser de répéter à ces population issues de l’immigration africaine ou nord-africaine que l’échec de leur assimilation ne résulte que de notre vilain racisme, mais aucunement des conséquences de leurs choix.

C’est peut-être cela la pire marque de racisme : considérer les noirs et les arabes comme de permanentes victimes.

201. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:14 par va425

Dans ce papier, on ne voit pas trop ce qui est recherché. Par exemple, il est dit : Je ne dis pas que les parquetiers soient mus par des réflexes xénophobes : simplement ils prennent rapidement une décision non motivée. Tirer des conclusions de données statistiques passés par un tel filtre ne peut que mener à des erreurs.

Il faut savoir : si le filtre découle juste du hasard, donc non discriminant, alors les statistiques sont valides selon la loi des grands nombre. En fait vous avez envie de dire que les magistrats sont xénophobes mais vous n’osez pas le dire !
Pour le reste, une fois que votre contestation du fait est ainsi présentée sans conviction, vous passez au seul sujet qui vous intéresse vraiment : le pourquoi. Et on assiste alors à une grande démonstration qui explique un fait que vous avez commencé par contester ! Mais le débat du “pourquoi” dans l’affaire Zemmour est hors sujet.

202. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:17 par Arabesque

@ FUEGO # 196

Pas de poursuites, mais à une réponse, peut être …

203. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:18 par bilbo

Ces simple vérités sont connues depuis belles lurettes (il me semble que c’était déjà un sujet de discussion lorsque j’étais au Lycée il y a 25 ans), alors pourquoi faut il sans cesse les répéter ?
Qu’est ce qui fait que la société française est sourde à l’énoncé de ces simples faits ? Qu’est ce qui fait que 17 % des français se rendent dans les urnes pour voter pour un parti non démocratique (et qu’une partie de ceux qui se retiennent n’en pensent pas moins ou expriment des proximités de pensée à mots plus ou moins couverts ?)

204. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:20 par daniel164/45

Concernant la délinquance, j’ai en main des documents qui mettent en cause de hautes personnalités bancaires (donc ni noires, ni arabes) mais on me dit (avocat, contrôleurs des impôts) “on ne peut pas s’en servir, on va vous accuser de vol, recel etc ……”) . Donc en ce moment, je tire comme conclusion qu’en effet, en France, quand on est riche et puissant on est intouchable (impunité assurée), en revanche, gare à vous si vous êtes pauvre, là pas de gros cabinets d’avocats pour mettre la pression sur un éventuel trublion qui bien évidemment sous les menaces implicites (ou réelles???) finira bien par fermer sa g….

205. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:21 par Irmansul

Je ne pense pas qu’Eolas justifie la délinquance, mais qu’il s’en prend simplement à l’idée de déterminisme sous-entendue dans certains propos.

Cela dit, Maître, votre conclusion manque de rigueur, alors que le reste de votre article est brillant. Qui est “nous” ? Et dire que la honte “ne porte pas sur eux”, est caricatural, les personnes conservant un libre-arbitre et une responsabilité. Cela peut être mal interprété - et cela le fut.

206. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:23 par Michel

P. Bilger “En effet, je propose à un citoyen de bonne foi de venir assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris et il ne pourra que constater la validité de ce “fait”,”

Eolas: “Et je confirme que pour les audiences de “service général”, vols, violences et petit trafic de stupéfiant, les prévenus ont des noms qui évoquent les sommets de l’Atlas, l’immensité du Sahara ou les grands fleuves serpentant dans d’impénétrables forêts.”

En quoi votre propos se distingue-t-il de celui de P. Bilger ? J’avoue ne pas bien comprendre, sinon que vous constatez de plus que la majorité des prévenus sont des hommes. Certes, mais chacun le sait et la police qui effectue les contrôles également. Cela était sous-entendu par Bilger et Zemmour

Mais il y a un autre point. Votre propos est anonyme, et celui de monsieur Bilger est public au point qu’il a été convoqué par sa hiérarchie.

Ce qui est insupportable dans cette affaire est l’inquisition dans laquelle nous vivons. Certains faits ne peuvent tout simplement pas être dits, celui qui les dits est mis au bûcher immédiatement. Et celui qui veut défendre le condamné, risque aussitôt le bûcher.

207. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:25 par Lavrenti

Pour les ardents defenseurs de la liberté d’expression bafouée d’E.Zemmour, un petit exemple amusant.

Fait : “le génocide des juifs n’est qu’un point de détail de la seconde guerre mondiale!”

Fait : nombre de tués pendant la seconde guerre mondiale en europe = entre 50 et 60 millions.

Fait : nombre de victimes de l’extermination des juifs d’europe = environs 6 millions.

Fait : nombre de tués en asie pendant la seconde guerre mondiale inconnu, plusieurs dizaines de millions rien qu’en chine.

Conclusion : le génocide des juifs est un évenement marginal de la seconde guerre mondiale, surtout si l’on ne limite pas les atrocités de celle ci à l’europe.

Corollaire : Le Pen est une victime de la bien pensence unique et d’une propagande officielles dont la finalité presque exclusive est de masquer ce qui crève les yeux et l’esprit si on accepte de regarder. (merci monsieur l’avocat général)

Bien sur, c’est un peu gros avec Le Pen.

Bien sur, la sensibilité au génocide des juifs d’europe n’est pas au même niveau que celle concernant le racisme ordinaire.

Et pourtant, en quoi la démarche de nos deux malheureuses victimes de la pensée unique droitdelhommiste naïve est elle si differente?

Le Pen est bati sur le modèle des hommes politiques d’extrême droite des années 1930 dont le fond de commerce était l’antisémitisme et il continue d’exploiter ces techniques pour vendre sa soupe. Ces types se pretendent victimes depuis les lois réprimant l’incitation à la haine raciale des années 30 qui leur interdisent d’appeler à la pendaison du juif Blum comme ils avaient l’habitude de le faire.

Zemmour est plus moderne et même si son fond de commerce vieillit, il s’est renouvelé. Mais le principe reste le même. Il s’agit toujours de parler des noirs et des arabes comme des voleurs, violeurs, fainéants et assistés. Et pour cela, rien ne vaut les faits : 95% des infractions constatées à barbes concernent des arabes et des noirs.

La motivation de ces types ce n’est pas le débat, c’est l’inoculation du racisme au quotidien, par la provocation, l’insulte et la victimisation.

Les combattre par le débat est une bonne chose mais il ne faut pas se tromper dans l’estimation de son interlocuteur, ils ne sont pas là pour débattre mais pour propager une idéologie.

Un petit exercice pour egayer un peu tout ça :

Prenez n’importe quel diatribe raciste de Zemmour et remplacez les termes “voleur”, “violeur” et “assisté” par “banquier”, “homme politique” et “artiste” puis “arabe” et “noir” par “juif”.

Relisez votre texte et admirez à quel point il est factuel.

Et demandez vous si la publication de ce morceau de bravoure bien digne de la liberté d’expression ne vous enverrait pas en prison avec une forte amende.

Vous pourrez aller vomir après ça.

208. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:27 par do

en même temps, je crois que c’est exactement ce que Zemmour essaye de démontrer: que la France échoue à intégrer parce qu’elle ne fait rien de sérieux dans ce sens.

Je ne crois pas qu’il a voulu dire que les “noirs” ou les “arabes” (ou les maghrébins, si le mot arabe choque quelqu’un, mais ce n’est pas exactement le même sens) étaient génétiquement plus mauvais que les autres, mais qu’ils étaient dans une situation telle, en France, qu’il semblait logique pour un policier de les contrôler plus souvent:
il expliquait juste par cette phrase la corrélation “basané”//”contrôlé”, la phrase était trop courte pour faire toute l’historique des causes et des conséquences. On ne peut pas reprocher à une phrase de ne pas dire ce que d’autres phrases devraient dire.
P. Bilger, à mon avis, ne souligne aussi que cela.

ensuite, on peut chercher dans les propos de Zemmour si il dit que la couleur de la peau a un rapport avec la tendance à frauder, mais je ne crois pas qu’on trouvera ça.

Cela dit, c’est toujours utile de souligner ce fait que la responsable de beaucoup de ces problèmes est la misère, qu’elle soit financière ou culturelle ou éducative, sachant que bien souvent, l’une entraîne l’autre et vice versa.

Mais parallèlement, je trouve qu’il pourrait quand même exister, selon les cultures, des valeurs qui soient plus ou moins agréables à vivre: étant une femme, je pense que je serais moins heureuse dans une culture polygame, et carrément malheureuse dans une culture où les filles sont mariées de force à un âge précoce. Or ça existe (ex: Yemen), ce n’est pas lié à la couleur, mais des gens qui arrivent depuis peu de pays où ça se pratique peuvent par exemple (je ne sais pas, je suppose), avoir une tendance culturelle plus grande à prostituer des filles jeunes pour trouver de l’argent. De même si, dans un autre pays, il y a une habitude de “louer” le sexe de quelqu’un comme si c’était un loisir, et si l’argent est facile à gagner, on trouvera plus facilement des clients à la prostitution, et c’est regrettable. Le fait qu’on punisse les trafiquants de prostitué(e)s et non pas les clients fausse quelque peu les statistiques par “couleur” dans ce domaine, d’ailleurs, pour un acte qui reste identique du point de vue de la victime.

209. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:27 par Peuwi

Je suis un peu triste d’apprendre ça. Je pensais sincèrement qu’il y avait plus de dealers français depuis la 25ieme génération que de personnes d’autres origines.
Ca me rend triste de savoir que d’autres l’ont appris.
D’autant que pour moi, les voyous qui m’ont ennuyés, ils étaient généralements bien blancs. (tous tondus comme des cons, comme d’hab, mais bien blancs)
.. Et ca me rend encore plus triste d’apprendre qu’il y a 95% d’hommes…
Comme quoi, l’égalité que l’on réclame depuis 200ans, on est pas prêts de la connaitre.
(et ca marche aussi pour les cheveux tondus ! Pourquoi moi, avec ma coupe, je n’aurais pas le droit de dealer ? :s)

210. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:29 par Michel

P. Bilger “En effet, je propose à un citoyen de bonne foi de venir assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris et il ne pourra que constater la validité de ce “fait”,”

Eolas: “Et je confirme que pour les audiences de “service général”, vols, violences et petit trafic de stupéfiant, les prévenus ont des noms qui évoquent les sommets de l’Atlas, l’immensité du Sahara ou les grands fleuves serpentant dans d’impénétrables forêts.”

En quoi votre propos se distingue-t-il de celui de P. Bilger ? J’avoue ne pas bien comprendre, sinon que vous constatez de plus que la majorité des prévenus sont des hommes. Certes, mais chacun le sait et la police qui effectue les contrôles également. Cela était sous-entendu par Bilger et Zemmour

Mais il y a un autre point. Votre propos est anonyme, et celui de monsieur Bilger est public au point qu’il a été convoqué par sa hiérarchie.

Ce qui est insupportable dans cette affaire est l’inquisition dans laquelle nous vivons. Certains faits ne peuvent tout simplement pas être dits, celui qui les dits est mis au bûcher immédiatement. Et celui qui veut défendre le condamné, risque aussitôt le bûcher.

211. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:29 par Eolas m'a scier

Ma raison respire d’aise à la lecture de ce billet, même si j’ai du mal à comprendre la présence du pauvre Omar Raddad aux côtés du « barbare » Fofana, dans la galerie des « grands criminels, ceux qui peuplent les assises »…

212. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:31 par paul

@Eolas 12,

Votre confrère est peut-être avocat d’affaire dans lequel cas son assertion peut se vérifier du moins d’après vos dires…

213. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:34 par Raskolnikov

D’origine algérienne, et extrait de ces quartiers qualifiés pudiquement de “difficiles”. Cela posé, mes arguments auront peut-être plus de poids, étant donné que dans notre chère France, la raison vaut beaucoup moins que la qualité que l’on confère au témoin - quid de l’universalisme ? -. A vrai dire, ma haine de classe se nourrit de propos consternants comme ceux qui émaillent les commentaires et le texte du “maître”.

Nul doute que l’élément fondateur de la petite délinquance est le statut social, non pas la pauvreté - ce ne sont pas les Misérables -, mais un état de précarité économique & social auquel s’ajoute la frustration grandissante de classes moyennes déclassées. Pourtant, à statut social égal - entre prolétariat et sous-prolétariat - il y a plus de délinquants arabes et noirs que de blancs ou d’asiatiques, c’est un constat partagé dans tous les coins multiculturels - chez moi, des Algériens, des Cambodgiens, des Portugais et des Polonais, difficile de trouver beaucoup de “souchiens” -. Je n’ai pas de chiffres évidemment, je ne m’appuie que sur une observation, étayée par ma jeunesse sûrement plus bariolée que la vie prude des bobos bien-pensants. Vous pouvez vous arrêter là, penser que mon constat est faux, biaisé, raboté par une absence de vue d’ensemble. Je n’en voudrai pas à votre aveuglement, vous êtes de votre temps, de votre époque, de votre morale…

Le reste dépasse le déterminisme sociologique, tout du moins l’axiomatique économiste des comportements humains, autant dire que les racines que je déterre ne repose que sur ma raison, donc du vent pour nos chers scientistes.

Bref, à mon sens, cette nette prévalence de la délinquance africo-maghrébine sur celle, traditionnelle, blanche est due à une nuée de facteurs qui, se conjuguant, aggravent nettement le déterminisme social suscité. Il y a d’abord la déconnexion culturelle des maghrébins français, ils vivent sur une terre plus ou moins étrangère – à intensité extrêmement variable je le concède évidemment -. Une difficulté identitaire qui crée une tendance – et non pas une réaction mécanique – portant des jeunes, perclus d’hormones mâles et sans cadrans sociaux à détériorer plus facilement un environnement que les blancs, qui s’y identifient nettement mieux. D’où les antiennes « ici on est chez nous », « Algérie mon amour » et autre idioties adolescentes. En somme, un déracinement barrésien, plus de terre, plus de morts pour les basanés de la République mais une tabula rasa voire une jungle hostile.

Jungle hostile ? En effet, l’anti-racisme, ou plus exactement, l’idéologie victimaire détruisant l’idée de bien et de mal chez les jeunes populations maghrébines. Au « déterminisme social » s’adjoint le « déterminisme historique », France esclavagiste et assassin à laquelle on consacre toute sa haine, que l’on égorge fictivement à chaque agression, à chaque « incivilité ». Il n’y a plus de mal, mais un faisceau d’actions qui s’expliquent – et même s’excusent – par la position de victimes des maghrébins en France. Le bolossage d’un blanc, le savatage d’un mec à quatre ou cinq n’étant pas un acte mauvais, mais une expression de ce rapport originel injuste. N’étant plus des volontés libres mais des outils déterminés, le surmoi saute, amenant à une régression terrible des comportements.

Cette régression est accompagnée par le virilisme de ces populations, l’idée de virilité étant encore très forte dans la culture maghrébine. Si l’on se tenait à cette idée simple transmise par nos parents, il n’y aurait pas de problème, mais elle s’accompagne d’un regain d’agressivité tenant sa source dans toutes les observations susdites, dans le gangstérisme et dans le miroir opposé de la France blanche, supposée – à juste titre ? – peuplée d’hommes blancs lâches. Cette résurgence violente de la virilité vient parachever le tableau rapidement brossé, comme une nouvelle incitation à la délinquance. Je pourrai m’étendre plus longuement, sur la déliquescence morale, l’absence de repère travaillant une jeunesse débordante d’énergie sur le cadavre de notre république neurasthénique. Mais j’ai déjà été assez longtemps.

Cordialement

214. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:36 par stentor

Vous êtes des bourgeois qui vivez dans des appartements cossus, bien à l’abri de tous ces problèmes issus des banlieues. Cessez donc de prendre la défense d’individus indéfendables,
vous ne voyez pas ce que nous les blancs middle-class nous subissons : harcèlement, racisme anti-blanc, intimidation de la part de la deuxième et troisième génération. Viens à la croix de chav’, viens à clignancourt, viens à bel aouab (cité du “bois l’abbé” de Champigny rebaptisée) si t’es une minette fous toi en jupe tu vas te faire traiter de pute trois fois et on verra si tu penses la même chose. Eric Zemmour annonce une vérité raccourcie peu reluisante, certes, il n’aborde que les conséquences sans parler des causes mais il ne conteste nullement celles-ci. Ce n’est pas de sa faute si l’intégration de ce type de population ne marche pas. Déscolarisés à force de foutre le bordel, sans formation, un français approximatif, autorité parentale laxiste (père absent), livrés à eux mêmes dans un environnement ou l’argent est roi, dealer apparaît la seule alternative. Croyez vous qu’ils vont refuser 150 euros par jour pour faire le guet ? Résultat? : T’es contrôlé. CQFD pédé.

215. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:37 par ema2100

Bonsoir,

“celui qui dit la vérité doit être ex….”.
Logique en démocratie ?
Non.
Le devoir de vérité nous protèges du chaos.
Plus grave :+ de 80 % des plaintes sont classées sans suite ,c’est scandaleux!
Ce pays sombre .

ema2100.

216. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:39 par Raskolnikov

Excellente cette dichotomie entre ceux vivants le quotidien des quartiers et les phraseurs du marais. Excellent…

217. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:41 par BERNARDO

35 % des plaintes correctionnelles pour fraude déposées par l’administration fiscale concernaient en 2008 des représentants d’un grand peuple de l’Asie mineure en bref des maçons turcs. la cour des comptes (je crois) c’est émue de cette situation en estimant que les fraudeurs amateurs de fraudes plus sophistiquées et mieux conseillés avaient plus de chances de passer au travers des mailles du filet, c’est toujours l’histoire du gars qui avait perdu quelque chose et qui cherchait sous un lampadaire parce que là au moins c’était éclairé!

218. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:43 par Cactus

ces deux hommes ont eu le tort d’oublier qu’en France , pays des messes basses , on n’a pas le droit de dire tout haut ce que presque tout le monde pense tout bas ! ( Monsieur Bilger n’avance jamais masqué , reconnaissez lui au moins ça ! )

219. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:49 par Stéphane

“Bizarre” que cette polémique tombe en ce moment. Je suis actuellement en étude en Italie où le discours de Zemmour serait passé comme totalement normal, sous pretexte “que l’Italie n’accueil des immigrants que depuis 10 ans”. Ca fait peur à entendre…

220. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:52 par Bon sens

Eric Zemmour ne dit pas autre chose que ce que tu écris.

Lis sa lettre d’excuses à la LICRA, et tu y retrouveras l’intégralité de tes arguments.

Les grands esprits se rencontrent.

221. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:53 par Véronique

@ parquetier (post 184)

Comment pouvez-vous en accablant Philippe Bilger comparer la façon Zemmour qui n’est pas content du tout d’Ardisson qui devait, selon le deal, couper au montage des propos genre jusqu’où je peux aller trop loin pour ménager Zemmour et la clientèle Canal + (cf. polémique Ardisson/Zemmour…un sommet dans les querelles de famille des trublions officiels ) et le billet de Philippe Bilger qui, je le rappelle, est une dénonciation des dechaînements des polices de la pensée et de l’expression, celles qui sont officielles et celles qui ne le sont pas.

222. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:56 par Marc

Merci pour vos articles concernant le rugby, et si le propos d’un blog devait se définir à la mesure de la pertinence des sujets qu’il traite, il me semble que le votre devrait évoluer.
Plutôt qu’un blog de droit traitant parfois de rugby, je viens d’achever la lecture d’un article de droit qui aurait sa place sur un blog consacré au rugby!

Maître Eolas, qui méritez plus que jamais votre titre puisque désormais vous nous faîtes la leçon en statistique, que vous arrive-t-il? Un excès de Guiness? à moins qu’à l’image de ce jeune homme ayant piraté le compte twitter d’Obama, un individu, parvenu à pénétrer votre blog, ait commis cette note en votre nom?

Plus sérieusement, plusieurs critiques :

  • Le titre de votre note met en garde contre un piège dans lequel vous sautez à pieds joints. “On ne voit que ce qu’on regarde”. Ne serait-il pas hautement judicieux pour considérer la complexité des parcours de ceux que vous appellez “vos clients” de prendre un peu d’ampleur et ne pas se contenter des “enquêtes de personnalité”? Vous passez sans doute beaucoup de temps dans les 23 et 25e chambres que vous nous invitez à fréquenter mais ne vous en contentez pas. Si vous souhaitez vous faire une image plus sérieuse de leur vie, allez discuter avec des éducateurs, des profs, n’hésitez pas à aller sur les lieux de vie (ou de non vie) de ces jeunes dont vous pensez comprendre le parcours.
  • Vous évoquez la honte que la France devrait ressentir contrairement à “eux”. Enlever ainsi toute responsabilité à ce que vous qualifiez de “pauvres désespérés” n’est-il pas une façon de les désestimer encore? Alors qu’ils ont le sentiment d’être méprisé de toute part, on leur retirerait également la responsabilité de leurs conneries?
  • La France n’aurait pas cherché à intégrer “les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquantes dernières années”. En fait il n’y a que les avocats français comme vous qui agissent au bénéfice de ces population? Merci pour les autres.

Enfin, pour parler des immigrés, cessons d’adopter un discours paternaliste à la Jules Ferry. Comme nous le rappellait Rokia Traore durant son concert d’hier, les immigrés venus en France ont des parcours singuliers et douloureux.
Pour tous l’Afrique est un manque terrible qui ne les quitte pas une seconde. Et de conclure par “l’immigration n’est pas la solution”.
A ceci j’ajoute qu’il serait bon de sortir de l’image de l’africain pour qui être français serait le plus beau des rêves!
Chaque famille immigrée ou issue de l’immigration, connaît ou a connu des traumatismes, des drames et le déchirement de l’exil. Qu’ils soient maliens, algériens ou tchétchènes, ces familles devenues parfois françaises vivent comme un obstacle ce traumatisme, il n’est pas étonnant qu’il leur faille plusieurs générations pour trouver leur place dans ce pays qu’ils n’ont rejoint souvent que sous la contrainte.
Si les conséquences de la situation sociale de ces familles passent par la 23e ou 25e chambre, et ce malgré ce que disent les “enquêtes de personnalité”, ce n’est pas respecter ces individus que de nier les origines de leur familles.
Ce n’est pas non plus les respecter, que de les dédouaner de leurs responsabilités lorsqu’ils “glissent”.

Eric Zemmour simplifie le monde par ses propos, n’en faites pas autant en cherchant à le dénoncer.

223. Le jeudi 25 mars 2010 à 18:58 par Jacko

En gros, vous êtes d’accord avec Eric Zemmour, mais vous ne voulez pas que l’on voit l’aspect racial mais social. Eric Zemmour ne cherche peut-être pas à se servir de ce “fait” dans des perspectives racistes. Après vous avoir bien lu et relu, je pense qu’effectivement les noirs et les arabes sont la plus grande parts de trafiquants en France. Cela semble s’expliquer par la politique française depuis les années 50 concernant son non-effort d’intégration de ces immigrés dont elle avait besoin. Conclusion: Eric Zemmour a raison mais cela ne doit pas justifier que l’on contrôle plus les arabes et le noirs. Ce n’est pas grave de penser cela si c’est vrai et ce n’est pas être raciste que l’accepter. C’est dur à dire car ça peut faire peur de faire des constats raciaux. Mais c’est un constat tout de même.

224. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:04 par noto

Bon sens, je vous aime!

225. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:08 par bertramwooster

A Lavrenti (#204),

Point de Godwin atteint, à mon sens…

226. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:12 par stentor

@Raskolnikov:

Bien parlé. Chapeau bas.

227. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:15 par Thibaut

Ce que vous semblez omettre c’est que, à critère socio-économique égaux, le taux de délinquance des immigrés et enfants d’immigrés reste malgré tout supérieur à celui des individus dits “de souche” ou d’immigration moins récente. Les études de Roché l’ont établi mais ça dérange. Point de génétique à aller chercher là dedans bien sûr mais du culturel voilà tout.

228. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:23 par Momo Bardèche

Nous les blancs middle class…
Oui, nous les WASP, nous vivons dans la crainte de nous faire égorger par ces populations immigrées qui dafilent dans les rues avec des drapeaux algériens. Nous leurs avons donné l’indépendance, c’est pas pour qu’ils reviennent nous pourrir la vie. bravo stentor, et vive la droite décomplexée.

229. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:26 par tbs

Cher Maître,

Bravo pour votre commentaire qui est très intéressant à lire.
Au risque de répéter ce qui a déjà été dit par plusieurs personnes, votre article ne démontre malheureusement pas en quoi les propos de M. Zemmour étaient déplacés ou diffamants.
Celui-ci avait pris soin de circonscrire le “débat” en évoquant bien des “trafiquants”.
Si je partage votre analyse sur la délinquance en col blanc, ce n’était pas celle visée par M. Zemmour lors de l’émission.
De plus je ne suis absolument pas d’accord avec votre conclusion. Elle illustre pour moi un mal typiquement français (la repentance permanente, qui avait un temps été fustigée par notre chez Président) qui me désole. Je pense que les responsabilités de cet échec (car c’en est un)sont partagées.
Je reste étonné par les proportions prises par cette affaire, témoignage de la perte d’une certaine liberté de pensée dans notre société.

Cordialement

230. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:27 par Prof Timbré

Tout est dit. Merci Eolas.

231. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:28 par Arabesque

@ Thibaut # 224

” C’est culturel voilà tout “. Et c’est définitif comme jugement.

Si les maghrébins et les africains étaient enclins à la violence en raison de leur culture, on trouverait des taux de déliquance très élevés dans leurs pays d’origine. Ce qui n’est pas le cas. Les taux en afrique et au maghreb sont en fonction de l’évolution sociale de chaque pays, et ne seraient pas très différents de la moyenne mondiale.

Question : Quid d’un immigré noir originaire du maghreb ? Deux fois plus de raisons culturelles d’être dealer.

Bonsoir.

232. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:31 par eorifj

Maître, vous dites :
Il n’y a pas de gène de la criminalité. En est-on à devoir rappeler de telles évidences ?
Habile orateur que vous êtes, vous écrasez toute possibilité de contradiction en laissant entendre qu’il faut être idiot pour le nier cette phrase. Cependant, l’était actuel de la biologie en est malheureusement très exactement à ceci : “on n’en sait rien”.

L’expérience de Stanford semble montrer que le contexte semble jouer bien plus qu’un éventuel facteur génétique. Cependant, l’expérience est elle-même contesté (pour des raisons de non-reproduisibilité et de bien-pensance).

Toujours est-il que malgré mon vœux sincère d’avoir un jour une preuve de l’inexistence de ce gène (Gattaca ayant finit de me convaincre que le génisme est une mauvaise chose et je sais que, si ce dernier est possible, il aura lien), on ne peut pour l’instant rien dire.

@ Jim
Lien vers votre commentaire pour le confort des lecteurs.
L’entropie, second principe de la thermodynamique, implique qu’il est impossible, dans un espace physique fini, d’être toujours plus nombreux, avec un niveau de vie toujours plus élevé, avec une meilleure qualité de vie, avec un moindre impact environnemental, et qu’il n’existera jamais de technologie résolvant ce problème…

Jim, j’ai bien peur de ne pas être tout à fait d’accord avec ce que vous dites. Je vais m’expliquer.

Premièrement, replaçons les faits. Le deuxième principe de la thermo (je me suis assez cassé les neurones sur la thermo pour l’appeler par son petit nom) est le suivant :

Dans un système fermé, toute transformation thermodynamique provoque une augmentation de l’entropie.

Arrivé ici, je tiens à éclaircir quelques points pour les gens que la physique débecte :
1- C’est le deuxième principe de la thermo et non le second. En effet, il y a trois principes de la thermo et “second” signifie très exactement “deuxième et dernier”. Cette remarque n’a absolument aucun intérêt pour le sujet qui nous intéresse.
2- Un “système fermé”, c’est un “truc” qui n’a aucun échange avec autre chose que lui.
3- Un “transformation thermodynamique”, c’est “quelque chose qui se passe”. Exemples : un glaçon qui fond, Gérard Darmon qui reluque dans le décolleté de Clara Morgane.
4- L’entropie “peut être interprétée comme la mesure du degré de désordre d’un système au niveau microscopique” (wikipédia). En somme, plus l’entropie est grande, plus les choses sont en désordre.

Au final, le deuxième principe dit en gros que “dans un truc isolé, quand il se passe quelque chose, le désordre augmente”.

Je suis d’accord pour dire que, dans une certaine mesure, cela implique ce que vous dites dans le paragraphe que j’ai explicitement cité. Mais, il me semble important, lorsque que l’on invoque les sciences dites dures, de citer exactement ce qu’elles disent. Cela permet de donner un peu de recul quant à ce qu’on en conclure. Au sujet, de ce vous dites, j’ai quelques griefs.

En remarque préliminaire, je ferais remarquer que vous parlez d’espace physique fini alors qu’il s’agit d’un espace fermé. Ce que vous dites est doublement faux. Premièrement, dans les labos de physique où ils descendent à des températures de l’ordre de 0.1K (i.e.” -273.14 °C), le truc à 0.1K a une entropie très faible par rapport à son entropie à température terrestre. Deuxième, le principe s’applique très bien à la chose la plus infinie” que l’on connaisse : l’univers tout entier.

Ceci étant dit, vous tirez des conclusions macroscopiques d’un principe microscopique. Cela ne les rend pas fausses pour autant. Seulement, vous les énoncez d’une façon vague et beaucoup d’interprétations (et surtout les interprétations les plus naturelles) qu’on peut en faire ne sont en aucun cas impliquées par le deuxième principe. En fait, la principale conclusion macroscopique qu’on peut tirer de ce principe est qu’il n’y a pas une quantité infinie d’énergie exploitable.

Ensuite, vous parlez du niveau technologique. le deuxième principe de l’entropie, comme tout principe physique n’est qu’un postulat de départ. Il n’est en aucun cas immuable. Peut être s’apercevra-t-on dans cent ans que ce principe est “faux mais donne de bons résultats dans beaucoup de cas pratiques” comme on s’en est aperçu pour la physique Newtonienne (fin XVII°) en 1905 avec la théorie de le relativité générale.

Finalement, après le passage que je cite, vous tirez des conclusions à l’échelle de la Terre. La planète bleue est loin, très loin, d’être un système fermé. Outre le fait qu’on envoie périodiquement des bidules dans l’espace, le soleil nous apporte une quantité d’énergie tout simplement phénoménale.

Dire qu’on arrivera fatalement à cours d’énergie est sûrement vrai. Mais on est à quelques milliards d’années de devoir chercher de l’énergie ailleurs que sur le soleil.

233. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:32 par Polo des US

Beaucoup de bruit pour rien….. Et tellement de reactions indignees dans les deux sens…. Enfin, ca permet d’occuper le pekin…..

234. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:35 par Nanarf

Quand j’étais jeune et barbu et chevelu, dans les années 70, j’étais, bien que blanc, souvent contrôlé. Maintenant ma barbe est blanche,mes cheveux clairsemés et j’ai 60 ans et je ne suis plus jamais contrôlé, même à la douane en revenant d’Angleterre.Putain c’est dur de vieillir

235. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:40 par stentor

@Momo Bardèche:

1 - Je ne suis pas de droite
2 - Tous mes potes étaient des algérois, des oranais, des bylkas. Jusqu’à ce que je m’embrouille avec le frère de l’un d’entre eux, j’ai vu des mecs que je connaissais depuis 15 ans se fédérer avec des mecs qu’ils venaient de rencontrer depuis 5 minutes. Pourquoi? Parce que c’était des arabes et que j’étais un babtou. Tes conclusions hâtives sur mes opinions politiques, tu te les fous dans ton cul. starfallah!
Non au racisme victimaire

236. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:42 par sautter

Que cela fait du bien de lire des choses sensées et qui sont évidentes : la délinquance tient pour la plupart du temps à la misère sociale et non à la couleur de la peau… De telles choses devraient être enseignées dès l’école primaire afin que nos concitoyens sortent de leurs préjugés racistes et xénophobes qui font tant de mal et empêchent notre pays de tirer parti de ces couches sociales où il y a autant d’intelligence que dans le 6e arrondissement de Paris. Et dire qu’avec ces préjugés absurdes nous nous en privons !

237. Le jeudi 25 mars 2010 à 19:51 par Basic Instinct

Y-a-t-il plus de blancs en banlieue parisienne que de gens d’autres couleurs ?

Seuls ceux qui n’y mettent jamais les pieds ne savent pas répondre à cette question.

En FAIT il y a plus de blancs. Mais il est vrai que proportionnellement il y a aussi plus de noirs, gris ou jaunes qu’en Vendée…

Maintenant, pourquoi il y a plus de gens arabes ou noirs (ce qui culturellement ne veut rien dire…) dans les tribunaux correctionnels ?

Parce que les policiers arrêtent ou contrôlent surtout les non blancs ?

238. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:01 par himling

citation du post85 :
“si un sociologue de gauche … avait prononcé … les mêmes mots personne n’aurait rien trouvé à y redire… … Vouloir …interdire… de « nommer le réel » est le meilleur cadeau qu’on puisse faire à Le Pen qui devient du coup « le seul à dire les choses ».”

Puisque Zemmour, Bilger et le maître des lieux disent la même chose, mais pas dans la même forme ; j’en conclu que notre société française se préoccupe plus de la forme que du fond ; que l’habit y fait -donc- le moine.

Les USA honorent les “self-made-mens” quand nous (enfin… l’élite française) méprise les “parvenus”. Ici, dans notre société de caste, chacun doit rester à sa place. Les pauvres doivent le rester. Pourquoi s’étonner alors que les enfants d’immigrés soient sur-représentés dans les statistiques criminelles ? Eux qui cumulent la double “tare” d’être pauvres ET de la couleur des intouchables…

239. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:02 par toto

Maître Eolas

En réalité M Bilger et vous-même ne vous contredisez pas.

Et à propos de Zemmour comme le dit un commentateur (stentor) :

” Eric Zemmour annonce une vérité raccourcie peu reluisante, certes, il n’aborde que les conséquences sans parler des causes mais il ne conteste nullement celles-ci. il n’aborde que les conséquences sans parler des causes mais il ne conteste nullement celles-ci. “

Tout est dit, n’est ce pas ?

240. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:11 par Raskolnikov

Pauvre banlieusards, la violence qui leur est faite est insupportable.

Parce contre celles qu’ils font régner, à force d’insultes, de crachats, d’intimidations, de coups, de rackets, de tabassage et quelques fois mêmes de viols, ça ce n’est rien. Pourquoi autant d’empathie pour les “victimes sociales” et si peu pour les victimes physiques ? Personnellement j’inclinerais plus facilement pour les dernières que pour les premières, pourtant je ne suis pas chrétien…

Avec des classes dirigeantes aussi aveugles, on ne s’étonnera pas si un jour de vraies forces fascisantes - et pas les animateurs médiatico-démocratiques du FN - ravagent le pays.

241. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:15 par melkisedek

je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires, donc excusez moi par avance si je parle d’un sujet déjà évoqué plus haut…
N’ayant pas lu le papier de monsieur Bilger, ni vu monsieur Zemmour, je ne parlerais pas du fond ; mais plutôt de la représentativité du sexe féminin dans le box.
Votre billet m’a en effet rappelé un reportage que j’avais vu il y a quelques temps sur France 2 au journal du midi. Ce dernier évoquait la recrudescence des “nourrices”, c’est à dire de femmes permettant à des trafiquants d’utiliser leur appartement comme arrière boutique contre un dédommagement financier.
Du coup, même si elle revêt une autre forme, la participation de femmes à des activités de trafic semble progresser… et a pour cause les même problèmes sociaux économiques que pour la gent masculine.
N’étant pas lié a l’univers de la justice, je ne sais pas si ce reportage a grossi un épiphénomène ou informé sur un problème réellement grandissant. Je serais d’ailleurs heureux si vous aviez quelques éclairages sur la question.

242. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:16 par Leo

@ Aurélien Meursault : j’adore les gens qui sortent :
“Ce qui serait intéressant c’est de chercher à comprendre pourquoi les populations asiatiques arrivent à s’intégrer sans coup férir”
parce qu’ayant vécu dans un immeuble habité par quelques familles asiatiques, je peux vous confirmer une chose : contrairement a ce que vous pensez, les populations asiatiques n’arrivent pas à s’intégrer. A la vérité, elles n’essayent meme pas. Consomment chinois/viet/thai (rayer la mention inutile), dans le quartier/magasin chinois/v/t de leur ville, travaillent tres souvent dans cette meme communauté, parlent exclusivement chinois/v/t meme apres 10 ans sur le territoire (comment l’auraient-ils appris avec ce systeme autarcique ?), ne participent pas aux Assemblées Générales (à cet egard il suffit de quelques familles asiatiques pour paralyser un immeuble : quorum non atteind, et qui connait un interprete chinois pour leur excliquer ce qu’est une procuration… ?), vivent “à leur facon” en se fichant eperdument des regles en vigueur dans le pays où ils vivent…
Ils ne font pas de vague, ne se font pas remarquer, mais ils ne s’integrent pas : economie parallele, officielle (restaurants chinois, commerces chinois, …) ou officieuse (ateliers…), leur délinquance n’est tout simplement pas la meme.
Et puis surtout… ils ne sont pas arrivés en France de la même façon que les arabes, on ne les a pas traités de la meme facon, et ce des le depart, et on ne les controle pas aussi souvent que les noirs et les arabes (parce qu’ils sont moins visibles, parce que si la police cherche un chinois elle sait ou le trouver etc). Les arabes on les a parqués dans les cités, les asiatiques se regroupent volontairement pour rester entre eux, a leur facon. Les arabes on leur demande de s’integrer tout en les arretant toutes les 5 minutes, les asiatiques on ne leur demande pas de s’integrer, pensant qu’ils le sont, alors qu’ils ne le sont pas, mais on leur fout la paix.

243. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:22 par chris31

tout ça pour conclure ( cf fin du billet) c’est encore den otre faute à nous les blancs français d’origine sans gloire ni avoir rien demandé
J’ai des amis de toutes couleurs et je ne me sais pas raciste
On est vraiment dans la culture de culpabilisation gauchisante et intellectuellement terroriste…
J’en ai marre de m’entendre dire que j’ai échoué dans l’intégration etc etc Il y a des cultures qui s’intègrent sans faire de bruit ( immigration asiatique notamment et qui ne pointent pas sans arrêt un doigt accusateur vers nous !

244. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:23 par Leo

@Basic Instinct :
“Parce que les policiers arrêtent ou contrôlent surtout les non blancs ?”

Je crois que c’était l’un des propos de Me Eolas.

Et je le confirme : ayant perdu ma CI, je suis resté 4 ans à Paris sans papiers, juste mon permis. Que je ne montrais d’ailleurs qu’à l’employé des Postes pour retirer colis ou RAR.

Quand je suis suis allé déclarer la perte le jour ou j’ai vraiment du la refaire, le flic ebahi : “Comment avez-vous pu vivre 4 ans sans CI ?”. “Ho, c’est simple : je suis blanc”. Il etait outré, a voulu me sermoner, moi je rigolais : “Monsieur, je n’insinue rien, je constate, c’est tout…”

Et je dois bien avouer que me faire controler tous les mois depuis des années (surtout avec la politesse qui accompagne ordinairement ces controles) aurait de quoi me faire sortir de mes gonds et me rendre agressif, moi aussi. Sans meme avoir besoin de connaitre la pauvreté, l’humiliation repetée, le soupcon permanent ont forcement sur certains un effet “tiens, quitte a me faire emmerder constamment, autant que j’ai qqch a me reprocher…”

245. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:30 par vieuxjeu

Beaucoup de commentaires ramènent le propos de l’auteur a hauteur de la “sortie” de Zemmour et je crois qu’ils ont tort.
Si les irresponsabilités des banquiers et des experts-financiers étaient d’avantage suivies sur le plan pénal, nous constaterions, en France, aux Etats-Unis, ailleurs sans doute, que ces salops de descendants d’africains ne sont pas de tous les bons coups.

Cynisme quand tu nous tiens …

246. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:30 par melkisedek

réponse à himling
La société américaine est effectivement exemplaire… Les minorités noires et hispaniques sont clairement sous-représentées dans les prisons (après avoir été jugées sur un pied d’égalité vis à vis des blancs). L’idéologie WASP n’a en rien gênée l’intégration de noirs qui réussissent et que ces derniers arrivent à s’épanouir dans des quartiers métissés. Les USA sont vraiment le meilleurs des mondes possibles.
Trêve d’ironie. Partageant les conclusions de nôtre hôte, je ne veux pas par là encenser nôtre propre comportement, mais par rapport à ce que j’observe, c’est plus le niveau social que la couleur qui bloque l’intégration.

247. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:35 par Axel

Omar Raddad est peut-être innocent du crime dont on l’accuse. Thierry Paulin, Guy Georges ou Sid Ahmed Rezala auraient été de meilleurs exemples, je pense.

248. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:37 par jim

à eorifj commentaire 228

Je ne suis pas un physicien, seulement mathématicien, et philosophe .
Les modèles des sciences exactes sont toujours plus simples qu’une réalité plus complexe .
Le cerveau humain est-il assez évolué pour modéliser ce qu’il y a de plus complexe, certainement non … l’unification des lois de la physique est une chimère .
Un développement économique quantitatif, d’exploitation de toujours plus de ressources pour toujours plus de consommateurs-consumateurs consommant-consumant toujours plus dans un espace physique fini où n’entre que de l’énergie difficilement convertible (énergie solaire) et d’où ne sort pas la pollution, implique une décadence écologique .
Les îles sont confrontées à cette question de manière plus visible que les continents, à l’échelle du cosmos, la Terre est une île .
A qualifier d’entropie écologique, afin qu’il n’y ait pas de confusion avec l’entropie de la thermodynamique .
L’illusion technologique est la croyance que la technologie résoudra le problème, alors que la technologie n’est qu’un paramètre du système .

La question écologique essentielle n’est pas l’émission de CO2 dans l’atmosphère (il y a eu des périodes où il y avait plus de CO2 sur la Terre) ou la raréfaction énergétique, mais la pollution, les ravages causés aux espaces naturels (espaces minéraux, sous-sol, forêts, terres arables, cours d’eaux, océans) et à la biodiversité .
La catéchisme du changement climatique sert à éviter la question démographique .
Quand Al Gore affirme que le changement climatique produira des migrations massives, c’est inexact, le caractère massif est lié directement à l’explosion démographique .

Par ailleurs, le conflit au proche-Orient est aussi lié à la démographie .

La croissance économique quantitative est un système de Ponzi .
L’explosion démographique fournit les travailleurs pauvres à exploiter pour produire biens et services de consommation de masse, sans explosion démographique, le système économique s’effondre, or l’explosion démographique s’arrêtera, du fait de l’entropie écologique .

249. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:46 par Nichevo

Si il faut faire des déclarations à l’emporte pièce pour faire vendre son dernier bouquin, c’est assez pitoyable…
Mais ces déclarations me rappellent les questions que se posaient quelques personnes respectables, membres éminents d’une commission dont la déontologie était leur fer de lance.
“Pourquoi les personnes en GAV sont elles issues des communautés noires ou arabes?
“Pourquoi les policiers (présumés racistes) placent en garde à vue autant de représentants de ces communautés?
“Ne faudrait il pas les surveiller quitte à les sanctionner si l’on dépasse un certain quota?”
Petit raisonnement qui n’apportait aucune lumière sur le vrai débat qu’il convenait d’avoir.
Encore fallait il du courage politique pour lancer le débat.

Quel est le constat en ce qui concerne l’intégration des différentes communautés en France?
Glissons nous vers un communautarisme à l’anglaise ou sommes nous en mesure de conserver notre particularité française, je veux parler bien entendu de l’universalisme?
Voila le vrai débat..
Mais il est vrai que je n’ai aucun bouquin à vous vendre…
Ces questions là sont autrement plus essentielles qu’un débat forcément tronqué sur les origines des personnes placées en GAV;

250. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:47 par MG

Nº 3 a raison.
Ce n’est pas parce que la cause de la corrélation est double (primo, racisme inconscient du parquetier, et deuzio, pauvreté des « minorités visibles ») qu’il n’y a pas corrélation (qui n’a rien à voir avec une relation de cause à effet, c’est entendu).

Il ne faut nier ni la réalité des contrôles au faciès (qui sont prouvés), ni leur pseudo-efficacité. La seule solution, ÀMHA, est de fortement restreindre les contrôles d’identité administratifs. Par exemple en instaurant une règle (type : un passant contrôlé sur 10) qui réduirait drastiquement leur pseudo-efficacité.
J’appelle pseudo-efficacité la significativité du rapport entre le nombre de personnes poursuivies et le nombre de personnes contrôlées. Cela inclut donc les effets du racisme automatique du parquetier, mais aussi le fait que parmi 100 jeunes à capuche contrôlés (souvent noirarabes) il y en a plus qui transportent du cannabis que parmi 100 vieux en complet. Cela inclut en outre les expulsions vers l’Afrique sub-saharienne (pour lesquelles la police a des objectifs chiffrés).

251. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:53 par récap59

Le trafic illicite de stupéfiants trouve son origine dans la prohibition desdits stupéfiants, pas dans la personnalité ou la culture de ceux qui en profitent, à leurs risques et périls.

En lui-même il ne fait pas plus de victimes que le trafic des drogues licites : alcool, tabac…

La prohibition de l’alcool aux USA avait fait la fortune d’individus nommés Al Capone ou encore Lucky Luciano.

Si les citoyens américains avaient été assez bêtes pour voir là le problème de l’intégration de la minorité italienne et pas celui de la prohibition de l’alcool, ils auraient commis une grave erreur, et le crime organisé n’en serait aujourd’hui que plus riche et plus puissant encore.

Ne faisons pas aujourd’hui la même erreur. Peu importe que les maghrébins et les subsahariens aient pris aujourd’hui la place des italiens ou des espagnols, la seule question vraiment importante est ailleurs : quand allons nous enfin abolir complètement la prohibition ?

Les contrôles d’identité au faciès sont injustifiables, iniques, scandaleux, révoltants, et alors ? Pourquoi les moyens employés devraient ils être plus nobles que la fin poursuivie ?

252. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:59 par noisette

@ JS, en trois:

admettons que vous ayez raison, alors Monsieur Bilger soutient un cercle vicieux, c’est loin d’être moins vicié.

253. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:59 par eorifj

@jim

Merci de vos explications. Je suis déjà plus d’accord avec ce que vous dites. En tout cas mes points de désaccords sont trop vagues ou trop anecdotiques pour qu’il soit pertinent de ma part de les exprimer.

En fait, la principale raison de mon intervention était d’éviter que les gens interprètent votre citation du deuxième principe de la thermodynamique comme un argument d’autorité. Je me doute que ce n’était pas votre intention : je déteste assez les scientistes pour les attaquer violemment dès que l’occasion se présente et vous avez vous-même reconnu lors de votre message que la forme n’y était peut être pas.

Enfin tout ça pour dire que, quand bien même je ne partage pas votre pessimisme à court terme, je suis plutôt d’accord avec vous sur le principe à long terme.

254. Le jeudi 25 mars 2010 à 20:59 par Simplet

“Et s’il est une leçon que l’économie donne à tous, c’est précisément de se méfier des fausses évidences, des erreurs de corrélation (croire que si A et b augmentent simultanément c’est que A et B sont liés), et de rechercher les vraies causes d’un phénomène.”

Juste trois remarques:

si A et B augmentent simultanément, certes ce n’est pas “forcément” qu’ils sont liés. Mais ils peuvent l’être. Or vous évacuez tranquillement cette hypothèse comme informulable.

Vous n’établirez la “vraie cause” d’un phénomène qu’en établissant des corrélations successives. Pas en formulant une explication si convaincante soit elle, et encore moins par consensus.

Au vu de son incapacité à prédire, il ne me parait pas sage d’invoquer la science économique pour juger de la pertinence des corrélations et sur leur usage adéquat.

255. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:07 par noisette

@ Véronique en nonante et un:

“dont le tort est de bousculer les bienséances”

j’ai beau apprécier vos interventions habituellement, je trouve là que vous balayez un peu facilement les incitations à la haine raciale.

Je suis persuadé que ce n’est pas du tout le fond de votre pensée, en tout cas j’ose l’espérer, mais les “bienséances”, si vous voulez, là, c’est pas vraiment le problème.

256. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:13 par Mandrake

Quel bel article… jusqu’à cette phrase, qui nous ramène encore et toujours au même système, et qui fait s’écrouler tout l’article :
“- La honte est sur nous et pas sur eux.”
NON, NON, NON, et encore NON.
ÇA SUFFIT !
Si mon voisin, blanc, caucasien, aux yeux bleus, n’essaie pas de devenir avocat, médecin, antiquaire, ou avocat général, personne ne va me dire que c’est de MA faute.
Mais si mon MEME voisin, est NOIR ou ARABE, et que, IDEM, il n’essaie pas de devenir avocat, médecin, antiquaire, ou avocat général… alors ça devient de MA FAUTE ??? (ou de celle de mon pays, ce qui est la même chose).

Je REFUSE ce mensonge.

Chacun est libre de ces actes. J’ai été très pauvre, sans ressource, et bien je n’ai pas vendu de la drogue.

Ca suffit, vous dis-je.

257. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:18 par Paulo

Bonsoir,

je me permets de vous préciser que la thèse développée dans le livre de Dubner/Levitt concernant la baisse de la criminalité aux USA est contestée :

http://quedisentleseconomistes.blog…

cordialement.

Paulo.

258. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:21 par alexandre

La vidéo en question

http://www.2424actu.fr/actualite-cu…

259. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:25 par bob

Raisonnement qui ne vaut pas grand-chose.

Acceptons le postulat d’Eolas qui fait de la pauvreté le facteur déterminant pour faire de quelqu’un un délinquant.
En France en 2010, il y a une grande, voire écrasante, majorité des pauvres qui sont blancs.
Logiquement, nos prisons devraient être remplies de tous ces blancs que la pauvreté a tourné vers la délinquance.
Mais ce n’est pas le cas : nos prisons sont surtout remplies de noirs et d’arabes (pauvres, peut-être).

Le “politiquement correct” va finir par nous tuer en France. Heureusement que des hommes comme P. Bilger ont le courage de le dénoncer et de défendre la liberté d’exprimer ce qui n’a pas le bonheur de suivre cette opinion bien-pensante et si anésthésiante, qui, in fine, empire les choses pour tout le monde.

260. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:32 par jim

à eorifj

Un ‘scientifique’ authentique doute, loin du scientisme, ou de l’instrumentalisation de la science, cf mathématiques financières simplistes modélisant les sophismes économiques !

L’écologie n’est ni de gauche ni de droite, c’est une autre dimension de la politique .

L’écologie implique la remise en cause du profit à court terme, ce qui est de gauche, mais aussi la conservation de la nature et la responsabilité individuelle (valeurs conservatrices et du libéralisme politique, de droite), et une éthique d’harmonie avec l’environnement qui n’est ni de droite ni de gauche .

Je ne suis ni optimiste ni l’inverse, l’aggravation de l’impact de l’espèce humaine sur l’environnement est dans l’ordre des choses, l’espèce humaine évoluera t-elle assez vite ou non, au sens darwinien, je n’en sais rien .

261. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:34 par Nichevo

Vous n’auriez pas récemment écrit un bouquin JIM ?
Bon… je sors

262. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:37 par albert

Les box des tribunaux correctionnels ne sont pas remplis de noirs ou d’arabes. Ils sont remplis de pauvres désespérés. C’était déjà le cas il y a un siècle, quand le blanc était la couleur dominante.

C’est tout à fait juste. J’ai l’impression que notre société cherche à remplacer la lutte des classes par la “lutte des races”.
Lisez Livret de famille, de Magyd Cherfi (ex-Zebda) où il raconte son enfance. Lui dans un milieu maghrébin, moi dans un milieu bien français, nous avons eu la même enfance de famille sans le sou.

263. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:40 par Pitch

“le cliché du parasite cynique, qui hait la France et se croit tous les droits de s’emparer de ce que bon lui chante parce que nous sommes trop gentils avec lui, est tout simplement inexistant”, écrivez-vous.

C’est à croire que vous ne connaissez pas internet, ses principales plateformes de partage vidéo et les merveilleuses chansons de rap “français” qu’on peut y dénicher.

Faites l’effort (c’est dur, je sais) de chercher un peu, et vous constaterez que votre postulat sur l’inexistence de parasites cyniques est tout simplement faux.

Et c’est d’ailleurs à ce moment précis que la réalité vous aura rattrapé.

264. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:43 par jim

à 258

Que voulez-vous dire :)

265. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:44 par Mounir

Si il y a plus d’hommes que de femmes en prison, c’est que les premiers cités sont victimes de controles au facies et de discrimination judiciaire!

Il n’y a pas de raison que les hommes soient génétiquement plus enclins a tomber dans la délinquance que les femmes. Cessez de stigmatiser la catégorie masculine de la population francaise!

266. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:44 par KarHad

Petite question d’un arabe intégré : pourquoi dois-je continuer à financer ce pays (avec mes impôts) alors que je suis insulté en permanence? Pourquoi verser un salaire (avec ma redevance) à des polémistes de pacotille (le nain zemmour sur france 2 et l’humaniste finkelkraut sur inter) ?

267. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:45 par KarHad

Petite question d’un arabe intégré : pourquoi dois-je continuer à financer ce pays (avec mes impôts) alors que je suis insulté en permanence? Pourquoi verser un salaire (avec ma redevance) à des polémistes de pacotille (le nain zemmour sur france 2 et l’humaniste finkelkraut sur inter) ?

268. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:45 par charlie brown

Cet article me parait lucide.

M.Bilger utilise beaucoup plus fréquemment dans son blog et ses artices dans Marianne, l’ambiguité que la nuance. Et déformer les mots ajoute aux malheurs du monde et nuit à la clarté de l’expression et, a fortiori, de la libre expression. La nuance, l’équivoque, le paradoxe, et l’oxymore sont souvent plus productif sur le plan de la tension intellectuelle vers la vérité (inatteignable)

Il serait en effet plus exact de dire que, devant les juridictions judiciaires répréssives, on retrouve plus souvent, pour certaine catégories d’infractions qui permettent de se procurer des biens ou de l’aargent, des personnes en provenance des milieux les plus défavorisés de la société, ce qui est somme toute, sans l’approuver, compréhensible . Cette forme de délinquance existait déjà au 19 éme siècle, date à laquelle peu de gens de couleur se trouvaient sur le territoire français. Q’un journaliste ou un humoriste puisse s’exprimer ainsi est également compréhensible. Un professionnel devrait être plus “nuancé”.

En outre, sans souhaiter la mort de l’un ou l’autre pêcheurs, les fonctionnaires, magistrats, militaires sont astreints à un devoir de réserve.Or aujourd’hui même, un commandant de gendarmerie, également chercheur au CNRS, vient d’être révoqué pour avoir critiqué le rapprochement police gendarmerie dans le cadre du ministère de l’intérieur.

Le lien entre devoir de réserve et liberté d’expression évolue sans doute depuis une bonne vingtaine d’années. Mais la devise de notre république est liberté, égalité et fraternité comme le dit trés bien Régis Debray dans un excellent ouvrage récent.

“j’me croyais unique” (SNOOPY). Oui;, mais défaire les noeuds, sans mépriser les liens, participe au respect des hommes des mots et des choses.

269. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:46 par Jerome

Ce texte est tout simplement magnifique… et criant de vérité (au sens propre de ces termes). Merci.

270. Le jeudi 25 mars 2010 à 21:51 par darkbaron

Je rejoins certains prédécesseurs : la culpabilité d’Omar Raddad n’est apparemment plus aussi établie qu’auparavant. Oui, il y a eu procès et il a été condamné, mais il me semble que certains éléments ont plutôt tendance à l’innocenter. Par contre, on peut faire un lien avec votre article, mais autrement : il a probablement été victime d’une erreur judiciaire parce qu’il était maghrébin.

En un autre point, je rejoins Mandrake : oui, il y a du racisme et de la discrimination, ce qui est honteux et doit être combattu de façon convenable, mais tout le monde n’échoue pas à cause de ça. Dans les cités HLM de banlieue, indépendamment de la couleur de peau, le niveau d’études n’est pas élevé. Je le sais, je suis un fils d’ouvrier vivant dans une telle cité.

Je pense que la société doit clairement évoluer dans son ensemble et que les mentalités doivent changer. Toutes les mentalités, celles de tout le monde. Je refuse de dire qu’il y a une catégorie de population à éduquer en désignant l’autre comme responsable. Pour changer le monde, il faut parfois se remettre en question et changer soi-même.

Pour commencer, ça serait bien d’arrêter de désigner l’autre comme blancs, français de souche, “souchiens”, arabes, noirs, juifs, immigrés et d’autres termes moins sympathiques et plus péjoratifs pour désigner ces catégories de population. Diviser en catégories, c’est mettre l’autre à part et on a du mal à se sentir proche de l’autre quand il nous écarte de la sorte…

C’est pour cela que je condamne les propos de Zemmour. Il faut arrêter de chercher quelle origine ethnique ou quelle religion est plus criminelle, plus dangereuse ou plus je ne sais quoi. C’est autant une forme d’intolérance qu’une grande bêtise et ça ressemble en effet à d’anciennes théories nauséabondes sur les déterminismes…

Être jugé sur des intentions que l’on nous prête pour des raisons débiles, ce n’est jamais agréable.

271. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:01 par Ariane

Je suis française de souche, d’origine ardennaise, j’ai passé toute mon enfance, mon adolescence à Aulnay-sous- bois, tout près d’une cité déjà réputée mal famée à l’époque, la cité de la Croix-rouge. A 14-15 ans, j’allais à des cours de secourisme le soir et je traversais la ville à pied ou à vélo, et ce sont de jeunes français m’ont fait tomber de mon vélo pour essayer de me le voler, jamais aucune personne d’apparence étrangère ne m’a embêtée. Entre 18 et 21 ans j’étudiais en cours du soir à la fac de droit de Paris et rentrais à pied le soir après 23 heures, puis jusqu’à l’âge de trente je rentrais tard de mon travail : je n’ai jamais été embêtée par un arabe ou un noir, mais j’ai par contre été suivie, draguée, embêtée par des français, et il est arrivé sur ce trajet entre la gare et ma maison qu’un homme noir prenne ma défense quand un homme ayant l’apparence du bon français moyen m’a d’abord suivie, puis ennuyée, harcelée. A Paris il m’est arrivé aussi une fois, dans une petite rue où j’étais obligée de passer à la sortie du travail, qu’un homme saoul, du type bon français moyen à l’accent “parigot”, m’embête dans une rue qui pourtant n’était pas déserte, et un homme arabe a traversé la rue pour lui dire de me laisser tranquille alors qu’aucun “bon français” ne bougeait le petit doigt. J’ai vécu longtemps dans la banlieue Toulousaine, j’ai repris des études à l’âge de 40 ans, et je n’ai été embêtée dans les rues que par des français de souche quand je rentrais la nuit après les cours du soir, jamais un étranger ne m’a importunée. J’ai maintenant 63 ans, et quand je venais d’arriver à Castres et que je m’étais perdue dans les rues, j’ai demandé mon chemin à un passant qui m’a répondu”je suis pressé”. Un peu plus loin un groupe d’ados s’entraînait à danser du rap ou du RNB, je ne sais pas, en tout cas une danse acrobatique, je leur ai demandé mon chemin : deux d’entre eux ont quitté leur groupe pour m’accompagner, un peu gênée je leur ai dit que je ne voulais pas les empêcher de continuer de danser, ils m’ont répondu “faut bien que les jeunes rendent service aux vieux”, et ils m’ont gentiment raccompagnée jusqu’à ma rue. Je ne dis pas qu’il n’y a jamais d’agressions, mais il y a aussi des français de souche agressifs, peut-être même plus que d’étrangers. La peur donne un pincé et revêche aux xénophobes quand ils croisent des étrangers, parfois même ils font des réflexions désobligeantes, et provoquent ainsi des agressions.

272. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:03 par Mounir

@KarHad

“Petite question d’un arabe intégré : pourquoi dois-je continuer à financer ce pays (avec mes impôts) alors que je suis insulté en permanence? Pourquoi verser un salaire (avec ma redevance) à des polémistes de pacotille (le nain zemmour sur france 2 et l’humaniste finkelkraut sur inter) ?”

parceque si tout le monde se sentait insulté pour si peu, et avec de tels raisonnements, il ne resterait plus personne a la TV ou a la radio.

273. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:05 par Titofdu69

Bonsoir,
Vous endormez le lecteur tout comme vous insinuez que Philippe Bilger l’ait fait. Remettons les choses dans leur contexte : Zemmour a parlé de trafiquants et non d’escrocs et dans ce point, sur le fond et dans la forme, il a totalement raison. Le droit commun est ce qu’il est, ni plus, ni moins.
Cordialement

274. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:06 par Axonn

Excellent, com d’hab’. Deux petites remarques :

Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant.
Pour ma part j’ai complètement banni le mot “race” à propos des humains. Il est biologiquement inexact, et rappelle de mauvais souvenirs.

(les écoles d’ingénieurs étant le dernier bastion des mâles, mais les murs s’effritent chaque année, courage mesdames !)
En tant qu’homme ingénieur, je dirais : pas autant que nous le souhaiterions, mais bien entendu j’ajoute mes encouragements.

275. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:07 par Plato(o)n

La réponse de BoB ( message 256 ) me paraît des plus pertinentes. Dans un pays qui compte 65 millions d’habitants, dont entre 5 et 10% d’arabes et de noirs ( hypothèse… ), on ne pourrait pas trouver ne serait-ce que 5% de blancs qui seraient aussi pauvres que ces arabes et noirs ? Ah c’est vrai, j’oubliais que tous les blancs étaient forcément riches… Si ce n’est pas un cliché raciste, je ne sais pas ce que c’est ! Désolé, mais votre raisonnement ne tient pas la route, cher Maître.

Et tant qu’on y est, dites-moi, où sont passés les immigrés d’origine asiatique ? Seraient-ils arrivés tous riches sur le sol français ? Car on ne les voit pas beaucoup faire la Une des faits divers, ni dans les prétoires et encore moins dans les prisons. Nos policiers soi-disant racistes souffriraient-il d’un trouble visuel les empêchant de voir la couleur jaune ?

Par ailleurs, comment expliquez-vous que le nombre de crimes par habitant ait été multiplié par quatre entre 1945 et aujourd’hui ? Et je n’ose évoquer les chiffres de la simple délinquance…

Tout cela dit, ce problème me semble être davantage culturel que relatif à une quelconque couleur de peau.

276. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:11 par lalejand

Par rapport au fait de ne pas s’en tenir aux apparences directement visibles et plutôt chercher les causes profondes, ça me rappèle un exemple que donne Bernard Maris dans son livre “antimanuel d’économie” : les statistiques disent que les voitures rouges ont plus d’accidents que les autres. Comment ce fait-ce ? Si on s’en tient aux faits directement visible, alors il apparait évident que la peinture rouge est responsable. Si on cherche un peu plus, on apprend que c’est en fait le type de conduite des acheteurs de voitures rouges qui est en cause.

David Robert (138) et Xuelynom (40) relèvent le côté “prophétie autoréalisatrice” du contrôle au faciès du point de vue mathématique.
Il l’est aussi d’un point de vue social. Ce que je veux dire c’est qu’il y a un peu de “la poule et l’œuf” dans cette histoire de pourcentage d’arabes ou de noirs parmi les délinquants.

Chez Ardisson on a eu en substance le dialogue suivant :
- les noirs et les arabes sont plus contrôlés que les autres, c’est injuste.
- bah ils sont plus contrôlés parce qu’il y a plus de délinquants arabes ou noirs c’est tout.
Et là je me demande à quel point le fait de se faire contrôler 5 à 7 fois plus que les autres (plus la discrimination à l’embauche, plus tout ces petits détails qui font qu’un arabe ou un noir va plus galérer qu’un blanc) n’est pas responsable du fait que nombre d’arabes ou de noirs tournent mal.

Il faudrait avoir l’avis d’un psychologue ou d’un sociologue. Je crois savoir qu’on conseille de dire à un enfant qu’il est bien élevé pour qu’il se mette dans la peau, dans le rôle d’un enfant bien élevé, et qu’il fasse ce qu’on attend d’un enfant bien élevé. Inversement, celui qu’on traitera de garnement incurable se mettra dans le rôle du garnement et fera des bêtises puisque c’est ce qu’on attend de lui.
À quel point ceci fonctionne avec les adultes ou avec une communauté entière ?

Pour terminer sur cette idée, quand quelqu’un se fait agresser par un blanc, il dira “je me suis fait agressé par un enfoiré”. Si l’agresseur est par exemple arabe, il dira “je me suis fait agressé par un arabe”. Ça fonctionne aussi avec noir, gitan, chinois, bref tout physique reconnaissable et rattachable à une communauté.
Ça m’a toujours amusé ça.

277. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:16 par Paganel

Superbe synthèse, avec toujours cette merveilleuse causticité discrète. Un régal pour l’esprit !

Impeccable plaidoirie sur la forme, donc, avec une seule petite erreur dans les faits toutefois. Celle ci :

Citation : La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé.

car c’est inexact : pendant toutes les années De Gaulle, tout immigré venant en France pour travailler, qu’il exprime l’intention de le faire à titre temporaire ou non, recevait un fascicule indiquant les comportements considérés comme normaux en France et qui pouvaient différer de ceux de son pays, et insistant sur sa nécessité de les adopter pour bien s’intégrer . La remise de ce livret était accompagnée de deux jours de formation obligatoire.

Si on remplace “cinquante” par “trente-cinq”, en revanche, la phrase redevient vraie. Que la transparence ne nous fasse pas peur !

278. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:16 par Brege

Par Sub lege libertas
“le monopole de l’intelligence - fût-elle dévoyée - n’étant pas réservé au petit blanc de banlieue devenu éditorialiste.”

Sauf que d’après wikipédia, le petit blanc de banlieue dont il est question serait lui aussi maghrébin.
C’est ennuyeux pour la démonstration habituelle visant à stigmatiser les petits blancs de banlieues.

A partir de là, effectivement “On ne répond pas aux questions qu’on se pose pas” et “On ne voit que ce qu’on regarde”

279. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:19 par anonyme de passage

Le vrai vice de base, dans le “raisonnement” de E. Zemmour, c’est d’énoncer que le contrôle très nettement plus fréquent “des noirs et des arabes” serait corrélé avec une surreprésentation parmi les petits délinquant type trafic de cannabis.

D’une part, je voudrais bien qu’on m’explique en quoi le contrôle d’identité permettrait de repérer et d’arrêter les trafiquant de cannabis ou autre… A ma connaissance, l’exercice de cette activité n’est pas mentionné sur la carte d’identité ou le titre de séjour.

D’autre part, M. Zemmour devrait savoir que la police nationale reçoit, via les commissaires, directeur départementaux de sécurité publique et préfets, des objectifs chiffrés de l’autorité politique, relativement notamment aux contrôles d’identité sur voie publique donnant lieu à constatation d’ILE (infraction législation sur les étranger).

Ce qui permet d’ailleurs non pas le renvoi en correctionnelle, le plus souvent, mais l’éloignement après garde à vue durant laquelle est pris un arrêté de reconduite, si aucune obligation de quitter le territoire n’existe déjà à l’encontre de la personne contrôlée.

Ces infractions se constatent elle justement par un contrôle des documents d’identité et le cas échéant de séjour.

Et, vu les règles relatives au séjour des étrangers de pays de l’UE, vu la relative facilité qu’ont les américains, canadiens ou australiens à obtenir des visas, titres de séjour, et bien que la majorité des personnes de “couleur noire” vivant en France sont français, souvent depuis très longtemps (typiquement les antillais), ou en séjour régulier, idem pour les gens de “type” arabe, maghrébin, etc…, la police nationale a plus de chance de tomber sur ILE en contrôlant au faciès. Alors, comment faire pour remplir les objectifs du mois..?

Serait-ce difficile à M. Zemmour de le comprendre ?

Quant à M. Bilger, je le croyais chroniqueur au figaro.fr ; j’apprends qu’il serait parquetier. Un de ses collègue du ministère public pourrait peut-être lui expliquer dans quel but, pour rechercher quelles infractions, il prend des réquisitions aux fins de contrôle d’identité ?

280. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:19 par noisette

@ Sub lege libertas, pour son billet.

http://www.youtube.com/watch?v=Uv34…

serait-ce le jeu du téléphone arabe ?

Bravo et merci pour votre coup de gueule, oups pardon, votre billet.

281. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:20 par Jeanne-Catherine

L’impact de la délinquance ne vient pas que de son coût monétaire mais c’est quand même important pour remettre les choses en perspective … Philippe ROBERT, chercheur au CNRS, dans son livre “l’insécurité en France” donne les chiffres (de 1996) : entre 7,6 et 15 milliards d’€ pour la fraude fiscale, entre 4,2 et 6,2 milliards d’€ pour la vente de produits prohibés, 3,8 milliards d’€ pour les contrefaçons, près de 3 milliards d’€ pour les sociétés qui se soustraient au paiement des cotisations sociales, entre 2,5 et 5,9 milliards d’€ pour les accidents de la circulation, entre 1 et 1,7 milliards d’€ pour les atteintes volontaires à la vie, 2 milliards d’€ pour les vols autres que dans les magasins, entre 1,9 et 2,7 milliards d’€ pour les vols dans les magasins, 1,2 milliards d’€ pour les malveillances informatiques … conclusion : ce qui coûte le plus cher à la France, c’est la délinquance en “col blanc” au sens large

282. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:21 par Emrys Myrdyn

Léo,

Les asiatiques s’intègrent. Ils ne s’assimilent pas, mais ils s’intègrent très bien.

Par ailleurs, vous soulignez qu’ils sont l’objet de moins de contrôles policiers que ceux qui font l’objet de ce billet. C’est normal, ils sont connus pour avoir des activités généralement légales. Ce n’est pas une population très criminogène, mais plutôt de bonne tenue. Y compris les hommes.

283. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:22 par Michel

Cher maitre, je constate que comme le dit joliment Philippe Bilger, vous montrez ici que vous “savez qu’il y a des sujets qu’on n’a plus le droit de traiter ou alors coeur et sensibilité en avant, toutes voiles humanistes (selon la définition qu’en donnent les gardiens de la décence moderne) déployées.”

http://www.philippebilger.com/blog/…

284. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:22 par DMonodBroca

On a toujours tort de dire “les noirs”, “les arabes”, “les juifs”, “les immigrés”, “ces gens-là”, “eux”, etc…
Et puis le nombre ne fait rien à l’affaire, ni la proportion. Chaque être est unique, dans le bien comme dans le mal, et tous les êtres sont semblables. Honte sur nous Français qui trop souvent l’oublions.

285. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:22 par Sub lege libertas

@ Brege

Eric Zemmour revendique lui même dans l’émission télévisée du samedi soir à laquelle il participe avec Eric Naulleau d’avoir grandi en banlieue sud de Paris. Je cite donc …

286. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:26 par posier

On comprend la lenteur de la justice, avec ces discours fleuve.
Ou comment faire compliqué quand on peut faire simple. Oui il y a !!! et votre argumentation nie l’évidence.

287. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:27 par Plato(o)n

@ Jeanne-Catherine ( message 278 )
Quelle pondération avez-vous utilisé pour chiffrer le coût de la souffrance psychologique des victimes, qui est certainement plus important dans les violences faites aux personnes que dans la fraude fiscale ?

288. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:28 par vlfr

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé.”

Maître,
Pourriez-vous nous citer au moins un pays comparable à la France qui ait accueilli autant d’immigrés du tiers-monde depuis 50 ans et avec aussi peu de sélection et qui se débrouille franchement mieux pour ce qui est de l’intégration.

En particulier, combien d’immigrés du tiers-monde ont-ils été accueillis par des pays comme le Japon, la Coree, Taiwan, Singapour, …. pays avec lesquels ce qui nous reste d’industrie est amené à se battre (et souvent à perdre) tous les jours ?

A l’impossible nul n’est tenu.

L’expression “faire venir” n’est par ailleurs pas appropriée pour la grande majorité des populations arrivées depuis 40 ans. “laisser venir” serait plus pertinent.

289. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:29 par Sub lege libertas

@ anonyme de passage  : Un de ses collègues du ministère public pourrait peut-être lui expliquer dans quel but, pour rechercher quelles infractions, il prend des réquisitions aux fins de contrôle d’identité ?

Je m’en suis peu ou prou chargé :{{Alors quelles sont quelques unes des questions auxquelles on ne répond pas, si l’on se contente d’observer avec l’avocat général Bilger que les dealers de rue fréquentant la correctionnelle à Paris seraient souvent des noirs ou des arabes, ou des pauvres dans l’approche eolassienne :

— Ne voit-on pas plus de blancs bourgeois revendeurs de cocaïne, d’extasy ou cannabis en correctionnelle, car… la suite ici }}

290. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:31 par Christophe

J’ai commencé à lire votre billet avec un certain intérêt. Et puis j’ai commencé à râler, lorsque vous avez parlé de votre expérience aux audiences correctionnelles(je ne râle pas du fait de votre expérience, mais du sens que vous lui donnez). En ce sens, et je vais m’en expliquer, je ne suis pas d’accord. Et puis, je me suis forcé à aller jusqu’au bout du billet; et je n’ai pas regretté puisque je suis d’accord avec votre conclusion.
Donc, avant tout, oui, c’est une réalité, la France a totalement raté (et c’est un faible mot) l’intégration des populations migrantes. Voilà, c’est fait, que l’on ne me taxe pas de racisme ou autre mot sordide trop facile à prononcer et porter en accusation.

En quoi ne suis-je pas d’accord?
Vous reconnaissez qu’il y a, effectivement, plus de population du sud dans les audiences, et, d’emblée, vous en voulez (lobbying oblige) aux méchants policiers qui, après tout, ne contrôlent que plus de maghrébins ou d’africains que de Français. Et là, vous faites un parallèle avec les audiences économiques.
Il faut bien, je pense, comprendre, et c’est aisé, que la délinquance de voie publique, qui pourri la vie quotidienne des gens, est celle faite de trafic de stupéfiants, de violences, de vols, voir le tout ensemble (pas forcément en même temps, hein). Non pas que la délinquance économique ne soit pas importante; c’est une forme de délinquance, point barre.
Mais celle que l’on demande aux policiers en tenue de juguler, c’est bien la délinquance quotidienne, de rue.
Et oui, c’est vrai, lorsque l’on creuse, elle est liée à la misère. Et cette misère est bien plus rencontrée par les populations que l’on a pas sues intégrer.

291. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:33 par Maizalors

Pourquoi faut-il toujours qu’au détour d’un article argumenté et intéressant, un peu tiède peut-être mais fournissant une bonne base pour débattre, on trouve l’occasion de se taper la poulpe, une fois de plus ?

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé.”

Non, elle s’est contentée de les nourrir, de les loger, de les soigner, d’instruire leurs enfants, et en gros de leur offrir des conditions de sécurité et de confort sans doute inconnues de leurs grand-parents. Ce qui ne fait certes pas toute une vie mais est tout de même mieux que ce que leur offraient leurs pays d’origine (sinon, ils ne seraient probablement pas venus, même si on les avait suppliés très fort de reconstruire la France, pays des Droits de l’Homme).

292. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:36 par Marc

J’ai rarement lu autant de bétise venant d’un avocat (pourtant les mémoires de certains sont d’un ridicule)
Ces “pauvres” jeunes viennent aux audiences avec de sfringues que mon modeste traitement de greffier ne me permettrait même pas de m’acheter en économisant toute une année.

Vivement que je puisse faire foirer un de vos dossier, Maitre Eolas, juste pour voir votre tête déconfite et vous rappelez votre médiocrité.

La justice mérite mieux que les avocats français.

293. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:38 par Sylvain

Malaise…

Je suis de plus en plus mal à l’aise quand je vois qu’on essaye systématiquement de se mettre des œillères

Vraiment, je ne comprends pas. Peut-être une grande partie des personnes remarquant qu’une majorité des dealers sont noirs et arabes ont toutes un biais de perception, mais quand bien même, ce serait l’un des rares biais que l’on essaierait pas d’expliquer.
Car voilà le grand problème, le grand tabou, on n’ose même pas entendre que quelqu’un parle de sur représentation des noirs et arabes parmi les délinquants. Pas même pour essayer de le convaincre par des arguments. Pour que vous le fassiez, il a fallu cette tempête médiatique monstre. Une montagne pour faire accoucher une souris.
Alors, j’ai peut-être un regard biaisé, mais même après nombre de réajustement dans mes méthodes d’observations et d’analyses dichotomiques, je perçois toujours une sur représentation des noirs et arabes parmi les délinquants.
Pourtant j’aimerai que ce ne soit pas le cas. Je prierai pour que ce ne soit pas le cas, et merde, je n’arrive pas à plier les données que je récolte à ma volonté.
Et j’en viens à me dire : Mais pourquoi si c’était vrai ce serait incompatible avec le fait de vouloir arranger les choses ? Ce n’est pas parce que les noirs et arabes sont sur représentés parmi les délinquants, qu’on ne souhaite pas que cela s’arrange enfin ! Constater un fait ne veut pas dire que l’on serait dangereusement extrémiste au niveau des idées !
Il semble qu’on soit tombé dans un tourni, ou l’on amalgame l’observation et l’idéologie…
Cela me fait très peur, d’autant plus que l’inertie est tellement forte qu’il semble que tout argument raisonné quel qu’il soit, que ce soit dans le sens que je défend, ou le sens opposé semblent être proscrit de cette “séquence médiatique”. Tout les arguments lâchés sont encore une fois des fuites en avants, ou le fond des idées est de plus en plus proche du néant !

J’ai très peur des conséquences que peuvent générer le décalage entre le traitement médiatique et les sujets de fonds, mais aussi le néant en matière de raisonnement.

294. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:40 par Leon

Vos enfants et petits-enfants sont-ils métisses pour corriger le tir des français qui ne veulent pas intégrer les africains ?

295. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:49 par Markiarez

Mouais c’est aussi ma théorie qui ne date pas d’hier. Mais justement!

Une question à la fois…

Savoir que les délinquants sont en grande partie noirs et arabes est un fait. Le reconnaitre amène à se poser d’autres questions plus importantes… Pourquoi? Comment faire pour le résoudre. C’est là qu’intervient la brillante analyse d’Eolas. Et bien oui si les arabes et noirs sont plus délinquants c’est qu’ils sont plus pauvres et proviennent de milieux plus défavorisés. Ouaahhouuu!! Quelle analyse, quelle réflexion, quelle intelligence!
Maintenant qu’on sait que les noirs et arabes sont probablement plus délinquants c’est parce qu’ils sont plus pauvres et plus défavorisés, on pourra peut être se poser la question de savoir comment faire pour résoudre le problème… Comment intégrer les banlieues… Personne n’a la réponse. Mais au moins on se pose la question.

Le problème des détracteurs de Zemmour, si on suit la logique du raisonnement, est qu’ils s’arrêtent à la première phase. On ne doit pas dire (voire penser) que les délinquants sont en grande partie noirs et arabes. Conséquence de quoi on ne peut pas se poser la 2e et la 3e phase du raisonnement qui sont, pourquoi et comment? On en reste a… y a de la délinquance. On sait pas qui c’est. On passe directement au comment faire….Comment faire? Bah mettons des policiers! Payons plus de profs dans les lycées! On taxe les parents qui font rien! Bah oui! La faute aux parents! La faute aux moyens dans l’éducation nationale! La faute à Sarko, la faute aux racistes!

Pour le même genre de réflexion très pertinente au demeurant:

l’article de Tarik Ramadan que j’ai lu au moment du débat sur le voile islamique y a quelques mois… http://www.tariqramadan.com/spip.ph…

Notamment le passage je cite:

“Encore faut-il faire attention, comme nous le rappellent les sociologues, de Weber à Bourdieu, à ne pas oublier les anciennes catégories économiques et sociales qui restent déterminantes quant au traitement des individus dans les sociétés modernes et traditionnelles. Les discriminations et les injustices restent d’abord, et surtout, une affaire de « classes sociales » même si les discours tentent aujourd’hui de « culturaliser » les débats ou d’en faire des questions religieuses (de les « religioniser » selon la formule anglaise). L’exclusion sociale, le chômage et la marginalisation des plus pauvres, et des femmes, restent les principaux maux dans les sociétés contemporaines : le phénomène n’est bien sûr pas nouveau mais notre façon d’aborder ces questions transforme ces relations de pouvoirs socio-économiques et politiques en un soi-disant « nouveau » problème de différenciation culturelle ou « civilisationnelle ». Le plus troublant c’est que des chômeurs et des pauvres adhèrent à cette nouvelle lecture des problèmes sociaux et qu’ils sont tentés, au lieu de mettre en avant le destin commun de l’exploitation et la misère, d’invoquer le différentiel culturel et religieux qui distingue leur marginalisation sociale de celle des autres. La psychologie et les représentations (sociales et médiatiques) ont un pouvoir à nul autre pareil quant à diviser les rangs de la possible résistance. Les facteurs religieux et culturels peuvent se greffer sur les réalités socio-économiques mais elles ne s’y substituent jamais complètement : ce sont des phénomènes aggravants au sens où la discrimination culturelle et religieuse va souvent s’ajouter à l’exclusion sociale et la complexifier. Les théories économiques, politiques et sociologiques qui tentent d’expliquer les mécanismes de l’exclusion restent les premières grilles objectives d’analyse : il s’agit encore de rapports de domination tout à fait classiques.”

Pas nouveau donc, ça n’apporte rien à ma pensée ;)

Merci ;)

296. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:50 par vlfr

@281 DMonodBroca

Vous récusez toute approche globale d’une catégorie de population et vous terminez en disant “honte à nous Français”….Vous n’êtes pas à une contradiction près !

297. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:52 par marsan

@ sub lege libertas,

je n’aurais jamais votre qualité d’écriture malheureusement pour moi - votre commentaire est magnifique et il n’y a rien a y ajouter -
sinon dire la honte que m’inspire ces ragots maurassiens que nous entendons aujourd’hui trop souvent -
naïvement, je croyais ce temps révolu -
je suis stupéfait par ailleurs qu’au nom de je ne sais quel droit d’expression un avocat général de si haute altitude puisse faire des commentaires d’un autre age, celui de la troisième république -

Mais dans quel temps vivons nous ! pas en tout cas dans celui de la sagesse et du respect de l’autre -

298. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:55 par Julien L

@ schloren

Vous ne pouvez vous contenter comme vous dîtes de lire “logiquement” la phrase en question.
D’abord, parce que vous la coupez de son contexte.
Ensuite, parce que vous faîtes fi de la plume subtile de son auteur.

Puisqu’on parle d’arabes et de noirs, ça me rappelle un texte de Montesquieu tiré de L’esprit des lois et intitulé De l’esclavage des nègres. Dans ce texte, on peut lire notamment : “On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout bonne, dans un corps tout noir.” et d’autres affirmations du genre destinées a priori à convaincre du bien-fondé de l’esclavage des noirs. Ce texte s’il est lu de façon “logique” conduit à soutenir - et nombre de gens font l’erreur - que Montesquieu était pro-esclavagiste. Terrible erreur, car Montesquieu manie l’ironie plus que jamais dans ce texte et jette au fil des lignes des arguments de plus en plus stupides ce qui est totalement contraire à la règle bien connue qui veut qu’on garde le meilleur (argument) pour la fin.

Je vous invite à lire plus attentivement le texte de Bilger.

Je le reprends point par point :

Je regrette que Rachid Arhab, du CSA, se soit égaré en répliquant à Eric Zemmour qu’il était “arabe, pas trafiquant mais au CSA”, comme si ce dernier avait été assez stupide pour généraliser absurdement sa perception.

Pourquoi Rachid Arhab s’est-il égaré ?
Réponse : parce qu’il a mal interprété les propos de Zemmour et cru à une généralisation ?
Oui, mais réponse incomplète. Notez le “du CSA” encadré par des virgules qui n’étaient pas nécessaires. C’est donc que l’auteur souhaite que l’on s’y arrête un instant. Et pourquoi ? Pour que le lecteur note l’incongruité qu’il y a pour un homme qui exerce de telles fonctions à tenir ce genre de propos dans le cadre desdites fonctions.

Bilger poursuit :
Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA …
Ca sent déjà l’ironie.
On peut s’attendre ici à lire ensuite : parce qu’il est arabe, sous-entendu il est bon que soient représentées les minorités visibles. Les moins naïfs connaissant Bilger sont moins surpris de ce qui suit :
…mais précisément” mais pour marquer la rupture avec ce qu’on s’attendait à trouver et l’adverbe précisément pour renforcer les propos suivants :
parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour.” c’est-à-dire parce qu’il est honnête (contraire du délinquant) et non parce qu’il est arabe. Honnête!!! C’est la moindre des choses pour un membre du CSA ! Pourquoi donc s’en réjouir ? Parce qu’il n’est pas devenu un délinquant ? Parce qu’il a échapper à cette carrière du crime dans laquelle il aurait dû invariablement échouer ? C’est ce que vous comprenez. Eh bien non! Ce qu’on attend de Rachid Arhab c’est d’être compétent, c’est de se comporter comme un digne et loyal membre du CSA. Se réjouir de son honnêteté, c’est donc totalement ironique. Une ironie destinée à dénoncer les égarements de Rachid Arhab (intellectuel et déontologique). Enfin, les travers dénoncés par Zemmour à mettre en lien avec l’adverbe précisément c’est une façon pour l’auteur, outre de manier l’ironie, de revenir subtilement au point de départ de sa réflexion, au sujet de son billet : les propos de Zemmour.

Voilà comment j’interprète cet extrait du billet de Bilger.

299. Le jeudi 25 mars 2010 à 22:57 par Aurelien

Ce qui est génial avec cette idéologie c’est qu’elle est auto-réalisatrice… vraiment le top pour un politique.

Je pense que les gens ayant des yeux verts sont de plus grand délinquants que ceux ayant les yeux noir, alors je contrôle majoritairement les yeux verts. Bien évidement le nombre de “yeux verts” délinquants va augmenter, ce qui viendra prouver que mon hypothèse initiale était bonne. Et plus je contrôle les “yeux verts”, plus leur part dans la délinquance va augmenter… Et le cercle vicieux est mis en place. Magnifique, Lombroso applaudit des deux bras.

300. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:06 par vlfr

@296
raisonnement génial.
Il faut d’urgence intimer l’ordre à la police de contrôler beaucoup plus de vieilles dames. En effet, la grande majorité des délinquants sont des hommes et sont plutôt jeunes. Je suis sûr qu’ainsi les flics vont rétablir l’”équilibre”.

301. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:09 par gigi-3

Si c’était vous qui subissiez les vols avec violence, les intimidations quotidiennes dans votre immeuble, la peur permanente de représailles ou de voir votre voiture partir en fumée, vous seriez probablement moins tolérant et compréhensif. Si votre analyse était vraiment bonne, il y aurait pluls de délinquants blancs que maghrébins et noirs, sur toute la France. Or, les stats pénitentiaires dont a fait état Zemmour, établies pour calculer les besoins en aumôniers par religion montrent qu’il n’en est rien. Les pauvres blancs, que personne ne plaint, et qui sont même soupçonnés d’être des “beaufs” racistes, se contentent de percevoir le chomage ou le RMI sans agresser violemment les grands-mères et leur voisinage. Quant à votre grande thèse sociologique, que ce serait par fierté et virilité que ces jeunes “pauvres” délinqueraient, avouez que c’est une bien peu glorieuse manière que de gagner sa vie au risque d’aller en prison et par la violence aux dépens d’autres pauvres. Tant que la délinquance ne touche pas vos quartiers, vous pouvez garder l’esprit libre pour inviter les pauvres blancs à patienter. Vous n’avez aucun mérite à parler comme vous le faites puisque vous ne subissez en rien les méfaits de vos “protégés”, cela vous donne l’impression à bon compte d’être un humaniste de haute volée, qui comprend et pardonne d’autant plus aisément les offenses subies par les pauvres blancs, qui selon vous, n’existent pas, même quand vos uniques protégés brûlent leurs voitures et leur pourrissent quotidiennement la vie dans les cités.
Zemmour a compris lui que les hommes ont tous droit à la même considération, sans excuses en raison de la couleur de la peau ou de la religion. Renseignez-vous : les pauvres blancs sont plus nombreux que les pauvres maghrébins et noirs : pas besoin de stats pour ça, on sait qu’il y a en gros 15¨pour cent de “diversité”. Trop facile de balayer les pauvres blancs parce qu’ils ne sont pas menaçants, comme s’ils ne comptaient pas. Un jour, la crise pourrait changer tout ça.

302. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:15 par ThreeSwords

Je voudrais vous proposer un article qui traite de ce sujet déjà mille fois rebattu.

303. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:30 par o

Je rejoins l’introdiction :)

La plupart des micropolémiques “bienpensants vs cryptoraciste” sont l’enonciation de corrélation dans lesquelles le bienpensant accuse le cryptoraciste d’énoncer une implication alors que ça n’est même pas son intention. c’est un fait.

En l’occurrence, le pov’ zemmour il a raison. Après aurait-il du développer en disant “il y a plus de controle au faciès parceque les policiers sont des agents (pour le coup) économiques avec quelques notion de statistique et de probablités avec évidemment d’enormes biais du fait d’un racisme prévalent quoiqu’on en dise, dans cette profession bien qu’ils voient quand même parce qu’ils si simpliste que c’est pas arabe = voleur mais arabe = surement pauvre = surement malhonnete, mais que bon ils vont pas se faire chier ils vont les contrôler quand même au moins ils feront semblant de bosser (ouf) “

La phrase de Zemmour st plus simple. ptet maladroite mais qui veut ne pas y voir malice de Zemmour ne peut qu’être d’accord sur l’évocation d’un fait, d’une corrélation.

sinon, ça sert à quoi les fameux contrôles d’identité ? Y a des cahiers géants où on peut retrouver qui était où et quand ? (qui étant noir ou arabe) ? Y a des bibliothèques / bases de données quelque part ?

304. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:31 par Flo

@Marc (289), Monsieur, votre commentaire sent plus la vendetta personnelle qu’un argument intelligent. Ces jeunes habillés de marques achetés avec de l’argent sale ne pourraient pas s’approcher de telles nipes si il n’avaient pas cette source d’argent facile… C’est pas en étant manutentionnaire intérimaire, employé 14h par semaine qu’on se paie grand chose.
Ils sont victimes, comme beaucoup de gens, de ce désir de paraitre.

Sur un autre sujet, j’ose à peine le dire, je suis blanc, issu de classe moyenne. J’étais dealer quand j’étais étudiant, ça me payait mon appart et de l’essence pour ma voiture. Mes fournisseurs étaient Basques. blancs. Je ne me suis jamais fait contrôlé sur tous mes trajets. Ah si une fois… un douanier m’a demandé l’heure.

305. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:31 par PrometheeFeu

@Eolas: Je pense que vous faites ici une erreur. Le fait que la pauvreté soit le moteur ne contredit pas du tout le fait que les populations noires et arabes sont sur-représentées dans le box des prévenus à un tel point qu’ils le sont probablement aussi dans la population des délinquants d’un certain type. (Pas les délits d’initiés par exemple) Conclure que les contrôles au faciès sont la réponse appropriée à la situation me semble peu logique, mais ce n’est pas une raison pour nier cette sur-représentation. Le fait que la sur-représentation des hommes est encore plus grande est un point intéressant auquel je n’avais pas pensé mais qui encore ne change en rien la sur-représentation des non-blancs. (pour faire simple)

PS: Je ne m’attarderais pas trop longtemps sur Freakonomics si j’étais vous. L’auteur dans son livre semble privilégier l’étrangeté d’une conclusion à sa cohérence comme critère d’inclusion.

306. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:31 par zuzure

non mais c’est un peu logique monsieur Eolas que vous avez été controlé que peu de fois… vous êtes blanc et nous sommes en europe (hého faut se réveiller les blancs vivent sur le continent européen) donc étant donné qu’il y a un probleme avec les clandestins, vous pensez quand même pas que les clandestins en france sont des russes ou des américains ? C’est obligé qu’un noir sera forcément plus controlé…

307. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:31 par Charlotte Corday

A chaque fois que je viens sur le blog d’un gauchiste, je suis sidérée.
Lui seul a le droit de dire la même chose que les autres, exactement de la même façon, pour en tirer les mêmes conclusions mais en rajoutant sournoisement et de façon systématique le caveat final : attention je ne suis en rien un homme de droite et donc comprenez l’inverse de ce que je viens de dire car la question est beauuuuuuuuuuuuuuuuucoup plus complexe que ce que la populace populiste véhicule.
Ignoble!
Dieu me préserve aussi d’avoir à faire à vous, vos bergers et vos chiens!

308. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:32 par Sub lege libertas

@ marsan qui écrit : qu’au nom de je ne sais quel droit d’expression un avocat général de si haute altitude

L’altitude de Philippe Bilger, avocat général à la Cour d’appel de Paris n’est point si élevée que sa hautesse le rêve.

Pour preuve les informations les plus fines sur l’altitude Paris :

Le point le plus bas :
• Le point le plus bas est le niveau moyen de la Seine, au Point du Jour, à 26 m au-dessus du niveau de la mer
• Sur la voie publique : 30,5 m au dessus du niveau de la mer : angle rues Leblanc et St. Charles, XVe arrondissement

Le point le plus haut :
• 148,48 m : 40, rue du Télégraphe, XXe arrondissement

Les principaux autres sommets en mètres :
• Montmartre : 130 m (cimetière de Montmartre, XVIIIe arrondissement)
• Belleville : 122 m (place des Fêtes, XIXe arrondissement)
• Buttes Chaumont : 101 m (rue des Alouettes, XIXe arrondissement)
• Père-Lachaise : 95 m (Columbarium, XXe arrondissement)
• Montsouris : 78 m (boulevard Jourdan, XIVe arrondissement)
• Passy : 70 m (cimetière de Passy, XVIe arrondissement)
• Charonne : 69 m (Place de la Réunion, XXe arrondissement)
• Montparnasse : 65 m (rues du Château et Raymond Losserand, XIVe arrondissement)
• Butte aux Cailles : 63 m (rue de la Butte aux Cailles, XIIIe arrondissement)
• Montagne Sainte-Geneviève : 61 m (place du Panthéon, Ve arrondissement)
• Place de l’Étoile (VIIIe arrondissement) : 58 m

La moyenne est de 53 m ou 47 m selon les sources.

309. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:33 par COOLMAN

Le billet de Maître Eolas : la bouillie humaniste habituelle avec le mea culpa qui va bien à la fin. C’est bien écrit, mais cela reste la bouillie que l’on nous sert à chaque fois.
Le billet de Sub lege libertas est par contre très pertinent.

310. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:37 par COOLMAN

Mon dieu, que Paris est bas. On comprend pourquoi certains ont du mal à prendre de la hauteur.

311. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:40 par Salomon

Je ne conteste absolument pas la relation entre milieu défavorisé (culturellement et socialement) et délinquance. Ce facteur de base a été observé comme vous le rappelez avant l’apparition des mouvements migratoires massifs. Ce facteur existe, c’est un fait.
Doit-on, pour autant, s’interdire de s’interroger sur l’existence d’autres facteurs qui viendraient se surajouter à ce “facteur de base”?
Comme le fait remarquer un commentateur précédent, le commun des mortels ne peut que s’étonner de la faible implication de la population d’origine asiatique, par exemple, dans la délinquance. S’agit-il d’une fausse impression due à un nombre moins important d’immigrés d’origine asiatique ou d’une réelle différence de comportement ?
Il y a quelques temps j’ai lu une conclusion extraite d’une étude sociologique, dont je n’ai malheureusement pas noté la référence, indiquant qu’un enfant de famille de classe moyenne-aisée issue de l’immigration maghrébine avait plus de chances de se retourner vers la délinquance qu’un enfant de la même classe issu d’une famille autochtone.
Il est regrettable que la publication ce genre d’études sociologiques soit interdite, ce qui laisse chacun nager dans ses fantasmes et risque de conduire à des certitudes et à des comportement irrationnels excessifs, tant d’un côté que de l’autre. En outre, on ne peut s’empêcher de penser que leur interdiction ne peut se justifier que par l’intention de dissimuler une réalité “moralement” incorrecte.

312. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:43 par rocardo

Les policiers,en contrôlant plus fréquemment des noirs ou des maghrébins,augmentent tout simplement l’efficacité de ces contrôles.Le crétinisme ambiant appelle cela faire du chiffre,ils font bien leur métier,c’est tout.

313. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:45 par hyuki

@PrometheeFeu, la pauvreté en excuse c’est surtout de la connerie… il y a 100 ans les français étaient casiment tous des paysans et ce n’est pas pour autant que ça finissait en boucherie avec les bourgeois. (dans ma famille mon grand père habite une ferme minuscule dans une campagne il n’a même pas le chauffage)
Quand l’on entend qu’un mome s’est fait exploser, non pas pour lui tirer du fric mais juste pour se marrer, ça n’a rien avoir avec la pauvreté. Mais plus la haine du français.
Moi j’ai été au public et bah désolé mais vos pauvres se trimballent avec des vêtements de marques, parfois avec des scooters, les derniers balladeurs mp3, des iphone, ils ont le net, etc…
bah merde alors je n’ai ni iphone, ni balladeur, ni scooter… mes parents ont des dettes et pourtant je n’ai jamais frappé quelqu’un………

314. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:55 par caumunard

Le Jeudi 25 mars 2010 à 23:30 par En l’occurrence, le pov’ zemmour il a raison. Après aurait-il du développer en disant “il y a plus de controle au faciès parceque les policiers sont des agents (pour le coup) économiques avec quelques notion de statistique et de probablités avec évidemment d’enormes biais du fait d’un racisme prévalent quoiqu’on en dise, dans cette profession bien qu’ils voient quand même parce qu’ils si simpliste que c’est pas arabe = voleur mais arabe = surement pauvre = surement malhonnete, mais que bon ils vont pas se faire chier ils vont les contrôler quand même au moins ils feront semblant de bosser (ouf)—-voila la bourgeoisie dans toute sa splendeur (les policiers sont raciste font semblant bosser et patati patata )alors même qu’une partie de la délinquance et de la criminalité est liée au fait qu’il surveille en permanence vos forteresse pour riche privilégié qui a défaut de pouvoir vivre loin de cette belle diversité font le nécessaire pour la tenir a distance

315. Le jeudi 25 mars 2010 à 23:58 par Iconoclaste

Je vous ai connu plus lucide et fin, Maître.
Vous vous faites ici le porte-voix d’une repentance mal placée, visant à défendre (!) des personnes qui, dans leur immense majorité, ne sont que les responsables de leur propre turpitude, celle qui les mène à la délinquance et au crime. Ils sont une honte pour notre pays, et, malheureusement, ils sont effectivement très nombreux à être noirs et arabes.

316. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:02 par Plato(o)n

Au fond, cette explication de la surreprésentation des arabes et des noirs dans la délinquance du fait de leur plus grande pauvreté repose sur une hypothèse foncièrement raciste : tous les blancs seraient riches.

Ce qui de plus a pour effet de légitimer les exactions à leur encontre ! Comme quoi, à raciste, raciste et demi…

317. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:15 par Fitch

Maître,

Ah ! Le retour de la victimisation du délinquant. Elle est osée, la voilà qui réapparait.
Ne serait-ce pas du “politiquement correct” ?
Ainsi, le citoyen dit “pauvre”, défavorisé, exclus du monde du travail dans sa cité dortoir (donc par définition “noir” ou “arabe” d’après votre démonstration - en fait ce que dit Zemmour), aurait-il la possibilité “légitime” d’encombrer les tribunaux correctionnels de ce pays ?
J’ai pourtant souvenir d’immigrés polonais ou italiens (mes grands-parents maternels) dans ce cas, vivre dans la plus extrême pauvreté toute leur vie, sans pour autant voler un sac à main ou brûler une bagnole…

318. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:19 par COOLMAN

Mélangeons bien tous cela dans un shaker et nous sommes probablement proches de la vérité :

1 Il y a des facteurs culturels qui prédisposent à certaines formes de délinquance (voir le remarquable contre-exemple de Sub lege libertas sur les affaires de moeurs) et il y a malheureusement dans la cas qui nous occupe la valeur du mauvais exemple (celui qui roule en BM et s’habille Boss sans avoir été à l’école) ;
2 Il y a des facteurs socio-économiques qui forment le terreau de la délinquance et les africains (du nord au sud) sont effectivement plus exposés à cette “misère” là ;
3 L’action policière et donc judiciaire se concentre sur les populations les plus susceptibles de … (question d’efficacité, pas de racisme) et auto-nourrit donc la statistique.

319. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:22 par Gil

La conclusion de maître Eolas est assez incroyable, non ?

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.

La honte est sur nous et pas sur eux.”

Pas si incroyable, en fait. C’est ce qui finit par arriver à toutes les argumentations anti-racistes professionnelles. Elles finissent par tomber dans le racisme elle-même. Car cette conclusion nie toute conscience, toute liberté, toutes responsabilité à ces personnes… elle affirme a priori que le pays d’accueil est responsable de ces échecs, sans l’ombre d’un argument. Ces personnes - des délinquants - n’ont aucune honte à avoir - la honte, si importante pour l’être humain - vous avez bien lu.

La honte, c’est pour la “France” - au fait, c’est quoi, c’est qui, la “France” ? C’est rien: une entité abstraite, car quand on commence à relever les gens de leur responsabilité, il faut aller jusqu’au bout; on a d’un côté des êtres irresponsables, de l’autre un truc abstrait qui les opprime, la “France”.

Mais le meilleur, c’est une phrase en particulier de cette conclusion qui contient un sophisme particulièrement vicieux et bien dissimulé:

“C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin etc”

Admirons le truisme-sophisme qui s’y cache habilement: si ces délinquants sont là, c’est qu’ils n’ont pas pensé (ou pas eu l’espoir, ou pas réussi, peu importe) à devenir médecins ou avocats !!! C’est vrai d’un certain point de vue purement objectif (ils ne seraient pas là s’ils étaient devenus médecins ou avocats), mais c’est alors un truisme qui n’explique rien. Mais il y a plus dans cette phrase: parce qu’ils n’ont pas pensé à devenir médecins ou avocats, ils sont devenus délinquants ! Ça, c’est déjà plus douteux - raciste ? Car rien d’autre n’y est dit, et rien moins.

Mais puisqu’il s’agit en majorité de Noirs et d’Arabes, maître Eolas ne se prive pas de pousser son avantage, ou plutôt de retourner en sa faveur l’argument de la majorité-de-délinquants-Noirs-et-Arabes: s’ils n’ont pas pensé à devenir médecins ou avocats et qu’ils sont autant de Noirs et d’Arabes, c’est que la France a désespéré les Noirs et les Arabes, les forçant à devenir délinquants ! CQFD ! S’il y en a tant, de Noirs et d’Arabes, ça ne démontre pas un problème dans ces communautés, mais tout le contraire: un problème chez les Français (zut, comment en ont-ils laissé venir autant, et pourquoi tant veulent venir, s’ils sont si méchants, les Français ??) ! Brillant ! De la haute voltige en quelques mots ! Heureusement que ME nous a prévenu quant à “l’habileté des rhéteurs” et la “mauvaise foi” qui nimbent le métier de magistrat !

Reconstruisons encore cette phrase pour en saisir toute la saveur: vous avez ici des délinquants; s’ils sont ici, c’est que certaines causes les y ont conduits; admettons la cause du désespoir; ah mais tiens, ces délinquants sont noirs ou arabes; et s’ils sont délinquants, désespérés et arabes, c’est donc que la France ne leur a laissé aucune chance.

Si vous ne vous êtes pas endormi, reprenez cette reconstruction. Coupez la partie qui dit qu’ils sont noirs ou arabes. Vous avez une explication totalement classique et déterministe (et gauchiste: on est délinquant parce que le système il est méchant) de la délinquance. Le problème, c’est qu’en ce qui concerne les délinquants français (et je ne vous parle pas des délinquants blancs racistes !), plus personne n’accepte ce genre d’explication… et ça me semble très bien. Mais maître Eolas récupère cette explication à usage exclusif des Noirs et des Arabes ! Un Arabe et un Noir n’est pas responsable. Est-il humain, au fait ?

J’affirme que: cette phrase sybilline ne dit pas autre chose.

Donc si un délinquant arabe se retrouve au tribunal, il faut le comprendre, il n’avait aucun espoir… si la majorité dans ce tribunal est arabe, ne cherchez surtout pas la cause (même en partie) dans la communauté arabe, mais entièrement dans la communauté d’accueil, forcément coupable (puisque blanche)… il va de soi que si vous êtes un délinquant blanc, n’espérez aucune indulgence…

Vous attribuez cette délinquance à la “France”; je serai quant à moi plus concret: moi je l’attribue en partie à des Français comme vous. Vous l’attribuez à un supposé racisme (ou tout au moins une indifférence - mais en quoi un Français - laissons tomber la “France” - devrait-il être plus ou moins indifférent envers un immigré qu’envers un autre Français ?), moi je l’attribue en partie à l’anti-racisme forcené et laxiste de ces dernières années. Mais pour ne pas tomber dans vos travers, j’attribue avant tout cette délinquance à ces délinquants. Et si elle est massive dans ces communautés et que ça vous préoccupe, c’est dans ces communautés qu’il faut chercher les causes. Ou pas. Se foutre des communautés, être libéral et juste appliquer la justice à des individus sans les excuser. Ou alors excuser tout le monde, y compris les skins, les nazis etc.

(au fait, et les communautés asiatiques ? - la “France” me semble avoir été sacrément indifférente à leur égard, non ?)

Cordialement, désolé pour la tartine !

Eolas:
Pas autant que moi. Que d’efforts déployés pour ne pas me comprendre et être ennuyeux ce faisant.

320. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:25 par Steny

En réponse à JS et Mekeskidi et autres commentaires de même nature.

En analyse systémique Peter Senge présente un motif récurent et facilement reconnaissable appelé « le syndrome du lampadaire ». Il décrit ainsi la situation d’un homme, qui la nuit tombée, aurait perdu ses clefs de voiture et les chercherait obstinément sous le lampadaire qui fonctionne encore parce que c’est la seule portion du trottoir à être éclairée.

Chercher à éteindre la délinquance et le trafic de drogue en mettant la pression sur la population des revendeurs que l’on va trouver dans les banlieues comme on dit, est un cas d’école du syndrome du lampadaire. Les chances de succès sont équivalentes, c’est-à-dire qu’il faut espérer un miracle.

Les clefs de la lutte contre la délinquance se trouvent du côté du système financier contaminé par les capitaux mafieux.
La police le sait, le politique le sait, la justice le sait, et nous le savons. Ces contrôles servent donc une autre cause : jeter de la poudre aux yeux.

321. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:31 par jim

Sur l’intégration en France

En Australie, où il y a beaucoup moins d’arabo-musulmans en proportion de la population qu’en France, des ‘hooligans’ anglo-australiens ont attaqué des moyen-Orientaux à Sydney dans des émeutes qui ont duré plusieurs jours .

C’est la ‘réussite du ‘modèle’ multiculturel …

Que les bien-pensants n’auraient dit sur l’intégration en France si des Français blancs avaient attaqué des arabes …

322. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:35 par Plato(o)n

@ Steny ( message 316 )
Votre référence à ce « syndrome du lampadaire » est très intéressante, et notamment du fait qu’elle peut s’appliquer à toutes les situations où l’on préfère fermer les yeux plutôt que regarder un problème en face, en prenant en compte chacun de ses aspects. Cela ne vaut pas que pour la délinquance.

323. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:41 par Solo

Les box des tribunaux correctionnels ne sont pas remplis de noirs ou d’arabes. Ils sont remplis de pauvres désespérés. C’était déjà le cas il y a un siècle, quand le blanc était la couleur dominante.

Et maintenant le noir et le marron sont les couleurs dominantes ? En évacuant le sujet de la délinquance, inévitable mais plus prononcée aujourd’hui qu’hier (continuez à le nier, secouez bien, attendez encore quelques années), n’est-ce pas triste (ou criminel) que le blanc disparaisse des prétoires - et de la ville ?

C’est ça, votre société multiéthnique ?

La honte est sur nous et pas sur eux.

Non.

324. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:52 par toots

Bonjour,

J’arrive après la bataille et j’ai pas pris le temps de lire les commentaires.. Menfin..

J’aurai aimé avoir le point de vue d’un légiste quand à savoir si M. Zemmour est passible d’incitation à la haine raciale.
Soit:
Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée,

A comparer avec:
Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C’est un fait

Qui est manifestement une incitation à la discrimination policière envers les personnes citées.. En tout cas de mon point de vue..

325. Le vendredi 26 mars 2010 à 00:53 par JkB

Eolas : “La honte est sur nous et pas sur eux.”

Ne serait-ce point encore une fois l’expression d’un sentiment de supériorité occidentale qui vous pousserait à considérer que “nous autres” sommes des individus responsables et qu’eux ne sont responsables de rien puisqu’ “irresponsables” ?

La modestie ne devrait elle pas plutôt nous pousser à considérer que chaque être humain est responsable de ses actes sans que cela dégage quiconque d’une responsabilité collective ?

Qui est donc ce “nous” dont vous parlez ? Serait-il défini par sa couleur de peau ? Sa civilisation ? Son rang social ? Son appartenance au barrot ? Ses origines gallo-romaines ?

Ha on tombe facilement dans l’ornière que l’on dénonce, hein !

326. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:01 par Jojo

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé.
La honte est sur nous et pas sur eux.”

Si ça c’est pas du racisme anti-français, je ne sais pas ce que c’est! Vous devriez avoir honte de salir notre patrie de la sorte!
C’est nous les français qui les obligeons à s’habiller en survetement /casquette du lundi au dimanche?
C’est nous qui les obligeons à cracher par terre, à écouter la musique à fond dans les transports et les lieux publics, à injurier gratuitement les gens, à leur parler comme à des chiens.
C’est nous qui leur avons appris à parler ce sous-français de cité, 200 mots de vocabulaire au compteur, c’est nous qui leur avons donner cette manie de toujours trainer en bas des immeubles et dans les cages d’escaliers?…
bref avant de parler de notre responsabilité dans l’échec de leur intégration, parlez-nous de la leur!

La honte est sur Vous et pas sur nous…

327. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:09 par lulu

Vu dans le courrier des lecteurs de Télérama cette semaine :

“De mes 16 ans en lycée aisé, je peux vous assurer que la plupart des trafiquants sont mes amis. Bien blancs, et surtout bien riches”

Eh oui, mais probablement que ceux-là ne se font pas contrôler… trop blancs, trop riches

328. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:11 par lulu

Jojo dit

“C’est nous qui leur avons appris à parler ce sous-français de cité, 200 mots de vocabulaire au compteur, c’est nous qui leur avons donner cette manie”

mwouahahah !

329. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:13 par toots

@Jojo: C’est marrant cette notion de “racisme anti-français”.. Construction intéressante. On dit “racisme” pour désigner, généralement, tout acte de racisme, qu’il soit “anti” black beurs (bon d’accord il y a aussi “antisémitisme” qui est un autre cas intéressant).

Les mot ont un sens, devoir ajouter anti-français montre bien que l’expression est légèrement caduque, comme si il fallait insister sur quelque chose de pas naturel, le coté “anti-français”..

Le racisme concerne la discrimination, et, en général, c’est le fait de la majorité envers une minorité. Penser que la majorité est discriminée par une minorité est un non-sens logique.

330. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:18 par usableblock

Je commencerais en m’excusant pour les gens que je vais (peut-être, je ne le souhaite pas) blesser.
J’ai du mal à comprendre un éventuel propos raciste, xénophobe, … dans ceux de Mrs Zemmour et Bilger. Une constatation que vous faites également, serait mal parce que faites par Zemmour et bonne parce que explicitée par vous … Ou alors … Vous lui faites un procès pour une phrase sortie de son contexte … Cela pourrait-il être assimilé à de la diffamation ??? Pour rappel Zemmour disait que si les contrôles de police (pas ceux de Zemmour) étaient souvent dirigés contre les populations noirs et maghrébines c’était dû au fait … etc. Où ce trouve dans ce propos la justification de l’acte, quand Zemmour a-t-il dit que c’était bien, normal, une pratique à encourager? C’est oublier un peu vite la réalité de la politique du chiffre en France qui fait que les contrôles routiers n’ont pas lieu à des endroits dangereux mais “rentables”, qui fait que l’on contrôle plus souvent les maghrébins et les arabes pour satisfaire un quota de gardes à vue (gardes à vue, régulièrement, mises à mal). Certes et pour paraphraser un autre trublion du PAF, Zemmour à une tête de fouine mais ce ne sont pas ses propos qui sont gênants, mais les faits. Si l’on continue de tirer sur les messagers, on en trouvera bientôt plus aucun qui se permettra d’énoncer des “faits” non “politiquement correct”. Que pensera-t-on dans quelques années d’une phrase tel que : “La grande majorité des chômeurs sont noirs et maghrébins.” ?

331. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:29 par Gil

@Toots

“Le racisme concerne la discrimination, et, en général, c’est le fait de la majorité envers une minorité. Penser que la majorité est discriminée par une minorité est un non-sens logique.”

Ah. Une “minorité” ou une “majorité”, entités abstraites, peuvent discriminer ? Si UN MEMBRE D’UNE MINORITÉ me tabasse en me traitant de “face de craie”, c’est du racisme ou pas ? Ou vous allez me dire que ça n’arrive jamais ?

332. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:35 par Xavier Caron

Bravo, maître pour votre site que je découvre sur cet article, une belle constance, une plume alerte; l’on aimerait si l’on avait à être défendu par écrit que cela soit par vous.

Il me semble pourtant qu’en l’occurrence vous ne vous soyez un brin emballé et que, croyant monter le destrier de la justice et du droit vous n’ayez par mégarde enfourché la séduisante jument du politiquement correct comme j’espère* pouvoir vous en convaincre par mon post de ce jour.
http://www.xaviercaron.com/blog/?p=…
Ceci n’enlève toutefois rien à la pertinence de votre analyse et à la justesse de vos conclusions que je partage totalement avec un seul bémol, le coup sous la ceinture contre Zemmour dont, habitant au Brésil et ne suivant pas la télé française je ne connaissais par l’homosexualité que vous ne semblez annoncer que pour en faire une attaque totalement gratuite.

Bien amicalement, avec mon respect et n’osant espérer une vraie réponse

xc

  • La teneur de votre message de ce jour montre bien en effet que vous pensez exactement ce qu’en a dit Seymour ainsi que votre ami le non-avocat, non-général faisant pourtant office de. Aucun des deux n’a avancé la moindre explication et nul doute que l’un comme l’autre savent très bien que les raisons sont avant tout sociétales Vous dites vous que 66 % des accusés au tribunal sont black et vous n’acceptez pas quand Zemmour le dit, il y aurait quelque chose que je n’ai pas bien compris, peux être ?

333. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:35 par Gil

@Eolas

Merci^^

Il est vrai que j’ai fait un peu compliqué pour démont(r)er l’extrême simplisme (peu difficile à NE PAS comprendre) de votre conclusion qui n’en valait pas tant^^

Cordialement^^ et désolé, vraiment^^

334. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:35 par Jojo

”@Jojo: C’est marrant cette notion de “racisme anti-français”.. Construction intéressante. On dit “racisme” pour désigner, généralement, tout acte de racisme, qu’il soit “anti” black beurs (bon d’accord il y a aussi “antisémitisme” qui est un autre cas intéressant).
Les mot ont un sens, devoir ajouter anti-français montre bien que l’expression est légèrement caduque, comme si il fallait insister sur quelque chose de pas naturel, le coté “anti-français”..
Le racisme concerne la discrimination, et, en général, c’est le fait de la majorité envers une minorité. Penser que la majorité est discriminée par une minorité est un non-sens logique.”

ah bon? depuis quand le racisme est-il une histoire de proportion démographique? donc quand un maghrébin insulte un Noir d’une injure raciste, il faut comparer le pourcentage de Noir au pourcentage de maghrébin dans la population française pour pouvoir conclure que c’est bien du racisme? n’importe quoi là…
Non le racisme anti-français, anti-blanc existe c’est un fait et si on est obligé de préciser sa destination c’est bien parce que les gauchistes ont tout fait pour minimiser ce type de racisme, voir pour le nier carrément (comme toi ici d’ailleurs)
pourtant “francaoui, toubab, gouaire, fromage, blanc-bec, babtou, roumi, pâté-rillette, boloss, face de craie, sale français” sont des mots qui sont bels et bien prononcés dans notre pays… et tous les jours que dieu fait!

335. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:40 par Gil

comm. 334: “difficile à ne pas comprendre”, évidemment^^

336. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:41 par Jojo

@Gil non je l’ai trouvé tres bien ton post, surtout le début… la preuve c’est qu’il a fait mouche… ;)

337. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:47 par Gil

@Jojo

“Non le racisme anti-français, anti-blanc existe c’est un fait et si on est obligé de préciser sa destination c’est bien parce que les gauchistes ont tout fait pour minimiser ce type de racisme, voir pour le nier carrément (comme toi ici d’ailleurs)”

Voir aussi l’expression “racisme à l’envers”, lancée par les gauchistes quand ils ne peuvent plus nier les faits, expression qui insinue que ce racisme anti-blanc n’est qu’une réaction au “vrai racisme” des blancs, qu’il est presque excusable et qu’en cela il a droit à toute notre indulgence…

338. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:57 par Jojo

@Gil bien vu!

bref quand je vois les coms d’ici, émanant de juristes en fonction et d’étudiants en droit, je constate une fois de plus que pour être bien défendu dans ce pays, il vaut mieux ne pas être trop français…

En somme rien de nouveau sous le soleil, ce soir

339. Le vendredi 26 mars 2010 à 01:57 par Gil

@Jojo

Merci ! Non, je sais bien que je suis souvent assez ennuyeux (et long), mais quand un texte me fait problème y a pas moyen il faut que je le décortique et tout cela est très laborieux… (mais au moins je prends mes contradicteurs au sérieux pas comme certains^^)

Vous par contre, vous avez démonté en trois mots le comm. absurde de Toots, et je ne dis pas ça pour rendre l’ascenseur :

” ah bon? depuis quand le racisme est-il une histoire de proportion démographique? donc quand un maghrébin insulte un Noir d’une injure raciste, il faut comparer le pourcentage de Noir au pourcentage de maghrébin dans la population française pour pouvoir conclure que c’est bien du racisme? n’importe quoi là…”

^^ ^^ ^^

340. Le vendredi 26 mars 2010 à 02:00 par Gil

Bon on va arrêter là les compliments Jojo, je ne voudrais pas qu’on nous prenne pour des gays^^

(zut j’ai encore fait une bourde: on va penser que je suis homophobe^^)

341. Le vendredi 26 mars 2010 à 02:06 par Jojo

@Gil
LOL Le Syndicat de la Magistrature va t’envoyer au goulag à ce rythme-là ;-)
a+

342. Le vendredi 26 mars 2010 à 02:12 par Hugues

Beaucoup à dire sur cette histoire.

D’abord d’un point de vue logique, la question pertinente n’est pas de savoir s’il y a plus de noirs et arabes dans les prisons que de blancs ou jaunes, mais si leur taux de délinquance pour les faits qui leurs sont reprochés sont plus élevés.
- C’est quasi-certain pour les faits d’immigration clandestine, car celle-ci provient majoritairement d’Afrique, où on est majoritairement noir ou arabe.
Quand un gouvernement met l’accent sur la répression de l’immigration clandestine, il n’y a rien d’étonnant, du seul point de vue de la logique, à les voir se concentrer sur les noirs et les arabes.
- Cela semble assez probable pour les autres faits de délinquance puisque les familiers des prétoires y voient 2/3 des prévenus dans les grandes villes. Notons que cette statistique est certainement fausse au niveau français car en campagne, les délinquants ont très majoritairement des bonnes tronches “bien de chez nous”. Ce qui fait qu’il est possible que la remarque de Eric Zemmour soit fausse: il pourrait y avoir plus de délinquants blancs au total. Mais un plus fort taux de délinquance chez les noirs et arabes , ce qui est quand même la question.

Ensuite, justifier les contrôles de police par un plus grand taux de trafiquants de drogue n’a de sens que si l’on vise principalement à éradiquer le trafic de drogue. Si on cherche à réprimer l’alcoolisme sur la voie publique, il vaut mieux éviter les arabes.
Mais admettons que Zemmour ait voulu parler de la délinquance de voie publique en général.

La question suivante est celle de la légitimité à privilégier les contrôles sur une population plutôt que sur une autre. D’un point de vue mathématique, si les noirs ont un taux de déliquance plus élevé que le reste de la population, il ne faut, sous l’angle de la stricte efficacité, que contrôler les noirs. Et oublier par exemple les arabes. En plus ils sont plus faciles à reconnaître…
On n’est donc pas dans le registre de la pure efficacité. Il y a déjà un certain arbitrage d’équité, où on ne voudrait pas oublier une certaine population (les arabes) parce qu’elle est moins rentable.

On peut alors s’interroger sur la capacité des forces de police à faire un arbitrage optimal sur la répartition des populations à contrôler, en l’absence complète de directives et de données statistiques fiables.
A ce titre, je ne peux que rapporter une expérience personnelle récente, où aggressé gratuitement en plein Paris en pleine journée par un jeune blanc, j’ai dû réfuter la suggestion forte de la Police comme quoi mon aggresseur était noir soit-disant suite à des témoignages recueillis sur place. Soit que mon policier avait des préjugés, soit que les témoins en avaient.
A ce stade, on peut douter que les contrôles policiers soient équitablement répartis

Puis viennent ensuite des considérations d’ordre philosophique. De quel droit un noir innocent devrait-il être plus contrôlé qu’un blanc innocent sous prétexte que d’autres noirs sont coupables ?
Ne s’agit-il pas d’une discrimination pure et simple sur la couleur de la peau ?
On sait que c’est interdit à l’embauche. Alors pourquoi pas dans la rue ? Pourquoi l’efficacité devrait primer sur le respect des droits individuels ? Et jusqu’à où ? Liberté, égalité et fraternité me semblent bien loin.

Et jusqu’ici, on n’a toujours pas parlé du (hors-)sujet admirablement traité ici par Maitre Eolas, à savoir des causes non génétiques de la délinquance plus élevée des noirs et arabes.

On n’a pas traité non plus de la liberté d’expression chère à M. Bilger.

Ni d’ailleurs de la responsabilité d’un chroniqueur multi-cartes présent dans la télévision, la radio et la grande presse à éviter la facilité et de son devoir d’un minimum de pédagogie. Ni du juste retour de bâton qu’il est en droit d’attendre de ses confrères s’il y fait défaut.

Ni enfin de la racine du mal: comment peut-on débattre de façon constructive de la question de l’immigration dans un pays, la france, écarté entre un idéal d’égalitarisme ancré dans les esprits mais foulé aux pieds dans la réalité quotidienne, et un élitisme intellectuel qui structure les classes dirigeantes et toute la société derrière elle, et dans lequel les immigrés n’ont pas de place.

343. Le vendredi 26 mars 2010 à 02:16 par maxilo

Vous faites erreur Eolas.

Allez en Pologne ou en Tchéquie et vous verrez des cités identiques à celles de nos banlieues et où résident des gens bien plus pauvres que nos populations immigrées, et pourtant vous n’y ressentirez aucune agressivité ni asocialité. Les vietnamiens et les Cambodgiens arrivés en France une main devant et une main derrière n’ont jamais intimidés les français qu’ils croisaient dans la rue et ne sont pas restés pauvres pendant 4 générations.

Toutes les populations pauvres ne sont pas exagérément asociales, insolentes et délinquantes. Tandis qu’il n’existe pas de population asociale prospère. Cela tend à démontrer que le facteur comportemental, éducatif, culturel, voire des prédispositions ethniques prédominent sur le facteur économique et social dans la relation de cause à effet. La gauche arcboutée sur ses principes marxistes, refusant d’intégrer tout autre paramètre qu’économique dans sa grille de compréhension des comportements humains est intrinsèquement dans l’erreur monomaniaque.

344. Le vendredi 26 mars 2010 à 02:32 par tschok

Bonjour Sub Lege Libertas,

J’ai lu le post d’Eolas, puis le vôtre - que j’ai plus de mal à saisir, pour de pures raisons d’expression écrite et de fatigue intellectuelle. Ne sachant trop dans quelle direction vous voulez faire aller notre esprit, je me bornerais à vous faire part de mes propres interrogations.

Faisant complètement abstraction du caractère scandaleux ou non des propos de M. Zemmour, et sans m’irriter davantage du plaidoyer de M. Bilger en faveur de la liberté d’expression (n’est il pas normal de voir un homme intelligent prendre la défense d’un imbécile?) je me suis posé la question en termes de matérialité des faits.

Examinant les sources d’informations qui sont à ma disposition, j’en suis arrivé à la conclusion que je n’étais pas en mesure de dire si oui ou non les Noirs et les Arabes sont sur représentés dans certains types de délinquance.

A ma connaissance, il n’y a tout simplement pas de statistiques sur la question, les seules sources d’informations existantes, mais non totalement fiables, étant les fichiers de police, dont certains contiennent l’indication de l’origine ethnique de l’intéressé.

Je ne sais même pas si ces fichiers sont bien renseignés et, connaissant la difficulté qu’il y a à tenir rigoureusement tout fichier comportant plus de 5 ou 6 items, je doute qu’ils le soient aussi bien qu’on le croit.

Pour tout dire, je ne sais même pas si un sociologue professionnel, rompu aux méthodes des enquêtes sociales et des études de documents bruts, les trouverait exploitables ou non.

Je pense donc que l’affirmation “c’est un fait” n’est pas en l’état une affirmation scientifique. Elle peut être vraie, ou fausse. M. Zemmour est donc indiscutablement une personnalité à ranger dans la catégorie des hommes d’audace.

Mon expérience empirique n’est pas davantage en mesure de me renseigner utilement: elle est trop partielle et trop parcellaire. Ces deux défauts sont éliminatoires. Pire: elle n’est même pas concluante. Je suis incapable de vous dire si j’ai vu plus de Noirs ou d’Arabes que de Blancs en correctionnelle pour une raison d’une affligeante simplicité: Je n’ai tout simplement pas fait le compte, alors que dans mon souvenir visuel, aucun camp ne m’a semblé l’emporter sur l’autre.

Sans attendre d’être fixés sur la matérialité du fait discuté, certains d’entre nous ont plus qu’un avis, mais une conviction. Et on en vient naturellement à risquer des explications: on fournit par avance des théories pour expliquer un phénomène dont l’existence même n’est pas encore démontrée.

Ainsi, par exemple, s’il y a plus d’Arabes et de Noirs en correctionnelle, c’est parce qu’ils sont plus contrôlés. Ah oui? J’ignorais que le fonctionnaire de police ou de gendarmerie remplissait un formulaire à chaque contrôle d’identité, en notant en marge l’origine ethnique de l’usager de la voie publique.

(Voulez vous que je vous dise? Je souhaiterais qu’il le fasse: le temps que cela lui prendrait serait autant de gagné en tranquillité)

Je ne sais même pas ce que donnerait vraiment la statistique si on y incluait les contrôles routiers: serait elle encore significative? Je l’ignore.

En revanche, ce qui est mieux connu, c’est la population carcérale. Mais elle ne reflète pas totalement l’activité correctionnelle et ne rend pas compte de l’état de la délinquance en France à un instant “T”, mais de l’état d’un stock de détenus à un instant “T”, ce qui est légèrement différent.

J’ignore encore si ce faible écart entre la photo du stock de détenus et la réalité de l’activité correctionnelle introduit des distorsions significative, auquel cas il ne faut absolument pas se fonder sur la première pour se faire une idée précise de la seconde.

De même, j’ignore si cet écart peut être comblé par un procédé statistique quelconque permettant d’extrapoler l’une à l’autre.

Bref, je ne suis pas en mesure de dire que je sais ce qu’est la réalité ethnique de l’activité correctionnelle en France, de nos jours.

Je peux faire des suppositions, c’est un fait, et je peux même faire l’hypothèse de les tenir pour vraies. Sur cette base intellectuelle, je suis capable d’examiner les causes d’un phénomène dont je ne peux prouver l’existence.

Je peux même me dire qu’en prouvant la véracité d’une hypothèse, qui suppose pour être formulée l’existence d’un phénomène que je ne peux prouver directement, j’arriverais finalement à prouver l’existence de ce phénomène.

Mais pour l’instant, je n’en suis pas là et j’admire ces grands esprits qui tutoient les cimes, à 148,48 m d’altitude au 40, rue du Télégraphe - Paris XXième.

Pour conclure je voudrais revenir sur votre post en vous faisant part de cette impression qu’il nous suggère qu’un système répressif (police-justice prison) recherche, juge et punit un certain types d’infractions: celles qui correspondent aux préoccupations sociales du moment.

Nous serions donc en face d’une induction: on va retrouver à la sortie ce qu’on a mis au départ. Par exemple, si on recherche de la pédophilie incestueuse, on finira par en trouver. De même avec la contrefaçon ou la fraude fiscale.

Il y aurait donc un effet de “mise en lumière” de certaines parties de la société - et pas d’autres - dans leur dimension délinquante, et application du traitement approprié.

Dans un schéma hypothétique de ce genre, il est clair que la “mise en lumière” des Arabes et des Noirs à travers un processus médiatique déclenché par un polémiste qui ne cache pas ses orientations politiques droitières fait admirablement passer dans l’ombre la disparition du juge d’instruction et le démantèlement progressif de l’embryon de police économique péniblement mis sur pieds depuis une quinzaine d’années.

Au moment où les juges spécialisés en délinquance financière font remarquer que la fraude intrinsèque au système financier est un déclencheur de crise économique, le fait mérite d’être signalé.

345. Le vendredi 26 mars 2010 à 02:35 par maxilo

Le commentaire de Gil #320 est remarquable et en rien ennuyeux.

346. Le vendredi 26 mars 2010 à 03:54 par Syrius

Maître,

Votre message est une plaidoirie qui manque de peu sa cible.

D’une part parce qu’il insulte tous ceux qui dans les mêmes conditions ont décidé de travailler. Les conditions en cité ne sont pas telles qu’elles viennent aliéner le libre arbitre de ceux qui choisissent la voie du crime. Si elles fournissent une explication, nous ne saurions à mon sens tolérer un tel “alibi social”.

D’autre part, votre message vient en définitive au soutien des 4 mots que vous dénonciez : “la plupart des délinquants sont noirs et arabes, c’est un fait” (objectif)… Et vous nous en fournissez une lecture. Cette lecture est bien sur nécessaire, mais elle ne change pas le plomb en or.

Je trouve qu’il faudrait appliquer aux Bessons, Zemmour et autres équilibristes de la diffamation raciale la théorie du risque, mais je crois que pour cette fois, le procédé est un peu fallacieux.

347. Le vendredi 26 mars 2010 à 04:07 par kyr

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.

La honte est sur nous et pas sur eux.”

Cher Maître,

Je suppose qu’il n’est pas évident de tenir un tel blog, avec tant de contenus, et que parfois, il vous arrive de vous égarer, ce qui est tout à fait compréhensible.

Bonne continuation

348. Le vendredi 26 mars 2010 à 05:21 par Biscotte

Même si le pourcentage de délinquants et de trafiquants est plus élevé parmi les “noirs et les arabes”, les “noirs et les arabes”n’accepteront jamais que leur déplacement dans l’espace urbain soit forcément plus suspect aux yeux de la police que celui des “blancs”.

L’Évangélisation zemmouroide quotidienne ne changera absolument rien à cela.

Je me demande combien de blancs accepteraient sans réagir de se faire arrêter systématiquement (exemple cité plus haut : une fois par mois) pour la seule raison qu’ils sont blancs et que x % de délinquants sont également blancs. Permettez-moi de douter qu’ils accepteraient, vu la manière dont ils gueulent à la première injustice perçue ou réelle (dans le cas d’infractions au code de la route par exemple).

349. Le vendredi 26 mars 2010 à 05:39 par Marmiton

Allez en Pologne ou en Tchéquie et vous verrez des cités identiques à celles de nos banlieues et où résident des gens bien plus pauvres que nos populations immigrées, et pourtant vous n’y ressentirez aucune agressivité ni asocialité. Les vietnamiens et les Cambodgiens arrivés en France une main devant et une main derrière n’ont jamais intimidés les français qu’ils croisaient dans la rue et ne sont pas restés pauvres pendant 4 générations.

Vision de “bobo”.

En Pologne ou en Tchéquie : beaucoup plus de gens sont pauvres proportionnellement. Voire quasiment tout le monde.
Donc, le pauvre souffre, certes, mais il n’est pas perçu comme “marginal, raté, “ethniquement problématique” etc.

L’exemple asiatique commence sérieusement à me courir.

Les Vietnamiens et les Cambodgiens fuyaient les régimes communistes et n’ont pas du tout été accueillis de la même manìère que les travailleurs immigrés mais avec respect, intérêt et sympathie.

Une bonne partie d’entre eux vit à Paris intramuros. Parmi leurs élites, se trouvaient d’anciens amis et protégés de l’ancien régime colonial français en Indochine.

Ce qui n’empêche d’ailleurs pas que beaucoup de Vietnamiens et de Cambodgiens se sentent très éloignés culturellement des Français;

Contrairement aux descendants des Maghrébins, bien plus proches des Français dans leurs comportements et leurs réactions.

350. Le vendredi 26 mars 2010 à 06:11 par Gilbert

À ceux qui disent qu’Éolas ne fait que rajouter qu’il n’y a pas de gêne de la délinquance, que Bilger ne fait que défendre la liberté d’expression, je réponds qu’heureusement qu’Éolas rajoute ce qu’il rajoute. Parce que Zemmour et ceux qui le soutiennent (Élisabeth Lévy, Bilger, Philippe Cohen de Marianne, etc, ne rappellent jamais ce que précise Éolas. Et pourtant ils ont tribune ouverte un peut partout. C’est donc bien une petite musique racialiste que font entendre régulièrement ces nationalo-poujado-franchouillards.
Éolas n’est pas moins républicain qu’eux, mais il a l’intelligence d’aller au bout des choses et d’expliquer les données du problèmes.

351. Le vendredi 26 mars 2010 à 06:55 par BLA

“la sagesse des économistes”…
C’est une blague ? Leur omniscience et leurs savants modèles nous ont tricoté un monde désormais tellement plein de surprise et de joyeusetés, pas de doute, c’est de la sagesse.

Après une telle saillie, douter de la pertinence de Zemmour, c’est un sommet, une pièce d’art.

En fait, cet article, c’est à la fois de l’humour absurde et une blague à tiroir. Me Eolas, fils spirituel des Monty Python et de Pierre Dac. Trop fort.

352. Le vendredi 26 mars 2010 à 07:07 par Laurent

Vous plaidez, car vous parlez de vos clients ! Vous plaidez bien, mais cela ne change rien aux faits et vos clients sont bien coupables de ce dont ils sont accusés. Et Zemour à raison.

353. Le vendredi 26 mars 2010 à 07:09 par Véronique

@ Gilbert

Parce que Zemmour et ceux qui le soutiennent (Élisabeth Lévy, Bilger, Philippe Cohen de Marianne, etc, ne rappellent jamais ce que précise Éolas.

Encore une fois.

L’objet du billet de Philippe Bilger n’est pas une approbation ou une contestation de la réponse d’E. Zemmour dans l’émission de T. Ardisson.

Philippe Bilger n’est pas un homme à se fonder une appréciation, un avis, une opinion sur des propos dits dans des programmes télé de ce niveau juste faits, construits et reconstruits pour provoquer, fustiger ou célébrer un tel ou une telle avec comme seul objet et raison d’être de ricaner bêtement.

Son propos est de défendre la liberté d’expression, celle qui permet à tout à chacun de pouvoir progresser dans ses raisonnements, au prix parfois d’être heurté ou blessé.

Le très triste c’est que beaucoup de commentateurs ici ou ailleurs avec l’appui de la Chancellerie considèrent comme une sorte d’évidence que les programmes à la Ardisson, à la Ruquier, à la Drucker, à la Denisot etc. sont les références , l’alpha et l’oméga pour l’interrogation et la réflexion . Cela semble constituer les seules bornes d’appui de leur paysage intellectuel.

C’est contre cette médiocrité médiatique affichée que Philippe Bilger se bat depuis le début dans son blog, contre tous ceux qui sont incapables d’envisager une seconde qu’à côté des fous des rois et des trublions officiels, il existe des intellectuels, des livres, des intelligences qui nourrissent et élargissent la réflexion de qui s’intéresse avec sérieux à un sujet.

354. Le vendredi 26 mars 2010 à 07:12 par JP

On doit bien se marrer à l’Elysée en constatant comment on arrive toujours aussi facilement qu’avant à détourner l’attention. Z”ont bien raison, plus la ficelle est grosse, mieux elle marche.

Pour mémo:
c’est bien le même ardisson qui avait permis à l’Elysée de verrouiller au bon moment l’opinion francaise contre l’intervention en Irak, avec l’inénarrable séquence Meyssan.

C’est bien le même carreyrou qui avait acourru à la Défense de Jean Sarkozy, qui nous fait maintenant un petit cinéma, invraisemblable mais très efficace pour raviver l’agitation hystérico-médiatique.

Il est vrai par contre que la convocation de Bilger ne saurait avoir aussi son origine à l’Elysée. Personne ne peut imaginer cela. Il s’agit d’une pure coincidence.

Et pendant ce temps là, la Chine travaille.

355. Le vendredi 26 mars 2010 à 07:30 par MaboulCarburod....z

Merci à Sub Lege Libertas pour son billet.

Sans autre commentaire.

356. Le vendredi 26 mars 2010 à 07:47 par LEF

@ Sub Lege Libertas

Comme vous, comme Maître Eolas, j’ai parlé sur la base de mon vécu. Idem pour marsan, remarquable d’humanité et de lucidité professionnelle. Nous avons des vécus différents dans des domaines qui se chevauchent ; résultat : notre vision des choses et nos propres questionnements se rejoignent. ça c’est factuel.

357. Le vendredi 26 mars 2010 à 07:52 par Cépafô

Merci SLL pour cette magnifique démonstration.
Je rajouterai en tant que cadre blanc d’origine bourgeoise que cette discrimination “de fait” existe aussi chez Mme Polemploi. Le ton employé par les conseillers, les pressions exercées à accepter n’importe quel stage, formation, petit job uniquement destinés à nettoyer les statistiques, ne sont pas les même que ceux à destination des “publics fragiles”.
Bientôt, pauvre sera un délit. “De fait”

358. Le vendredi 26 mars 2010 à 08:38 par didier specq

Cher Hugues,

Si l’on veut contrôler les conduites en état d’ivresse (CEA), selon vous, il faut mieux éviter d’interpeller les conducteurs qui semblent avoir une origine arabe car ils seraient moins souvent bourrés au volant.

J’aime beaucoup les systématisations qui, chassées par la porte, rentrent illico par la fenêtre. Venez dans mon tribunal septentrional (Lille) et vous verrez que l’intégration à l’alcoolisme franchouillard marche très bien.. Et donc que les patronymes maghrébins sont bien représentés aussi.

Zemmour me semble poser incidemment (lors d’un débat qui semble piégé ou en tous cas outrageusement caricatural) le problème de l’efficacité policière (les contrôles et leur rentabilité) et, forcément, la concentration des contrôles sur des cibles supposées plus délinquantes.

Si vous êtes au volant d’une Mercedes immatriculée dans le 59 et que vous êtes bien propre sur vous, vous ne serez probablement jamais contrôlé à la frontière franco-belge quand vous rentrez en France. Si la même personne est au volant d’exactement la même Mercedes immatriculée dans la région parisienne ou pire le 93, elle risque évidemment bien plus le contrôle au même endroit. Le douanier ou le policier va immédiatement soupçonné un trafic de stupéfiants possible.

La question devrait être: comment éviter que les contrôles policiers (ô combien nécessaires dans les banlieues où je vis et où l’on souhaite qu’une BAC soit en patrouille quand on circule à pied vers les 22 h) ne ciblent qu’une partie de la population et amplifient un sentiment d’exclusion.

D’autant qu’on sait que les dealers à la mine trop évidemment suspecte, pour “tenir” l’argent sale et les stocks de stupéfiants, adorent imposer à des gens au dessus de tout soupçon (mères de familles, chômeurs toxicos, jeunes jamais condamnés) la complicité dans leurs trafics.

Donc, y compris en termes d’efficacité, les contrôles ne doivent pas s’effectuer au “faciès”.

Ceci dit, je ne vois pas pourquoi des policiers ne seraient eux-mêmes pas victimes des clichés ou d’une certaine facilité.

Faut-il alors filmer les contrôles sur une longue période à partir d’une caméra embarquée dans une voiture de patrouille et tenter de faire apparaître après coup, au débriefing, les réflexes gênants (“je ne contrôle que les tronches qui me semblent suspectes”) afin d’améliorer ces contrôles et leur perception?

Pour conclure par une note culturelle ces remarques, je rappelerai aux amateurs le film “Tchao Pantin” (avec Coluche au mieux de sa forme).

Dans ce film, toutes les ordures sont nord-africaines ou liées à l’immigration. Le jeune gars qui est à la fois ange et démon (joué par Anconina) est juif et arabe. Coluche est franchouillard, la punkette sympa (Agnès Soral) est blanche, le flic est joué par Léotard, etc. Sauf, tout à la fin et en deux secondes, le vilain chef de réseau qui a l’air blanc, tous les vilains sont peu ou prou arabes.

Bref, ce film peut apparaître comme assez zemmourien. Mais il n’a choqué personne.

359. Le vendredi 26 mars 2010 à 08:40 par jean

Cher maître Eolas,

Il est insupportable que des gens aussi brillants que vous se positionnent de façon à s’attribuer le rôle du sage entouré de gens malintentionnés ou qui comprennent mal les causes de la délinquance en leur attribuant des pensées qu’ils n’ont pas ou en faisant des raccourcis sur leur propos de telle manière que vous donnez l’impression d’être en contradiction avec eux alors que ce n’est pas le cas.
Vous n’êtes ni en contradiction avec Mr Zemmour ni avec Mr Bilger dont le souci principal exprimé dans son blog pour ce dernier est la restriction que l’on exerce sur la liberté d’expression.
Il serait plus honnête de dire que vous êtes entièrement d’accord avec leur propos et qu’il aurait fallu impérativement dire de suite que la cause est entièrement sociale et n’a rien à voir avec le côté ethnique ou religieux.
C’est insupportable de voir que tous les journaux ou blogs de gauche (principalement) critiquent vertement Zemmour pour ses propos et disent ensuite la même chose que lui, qu’il ne fallait pas le dire ainsi blabla… sans dire pour autant comment il faut le dire!
La mauvaise foi générale à laquelle vous participez est insupportable dans votre manière de vous positionnez!
Par ailleurs si vous faites l’effort de vous intéressez aux travaux des criminologues, vous constaterez qu’il n y a pas de lien obligatoire entre baisse de la pauvreté et hausse de la délinquance!
Ce qui signifie qu’invoquer seulement la pauvreté comme origine de la surreprésentation des noirs et des arabes dans la petite et moyenne délinquance est réducteur et n’est pas la seule cause à avancer.
Par ce billet, vous ne vous démarquez pas de la meute bien pensante.

360. Le vendredi 26 mars 2010 à 08:44 par DMonodBroca

@ 297 vlfr : “Vous récusez toute approche globale d’une catégorie de population et vous terminez en disant “honte à nous Français”….Vous n’êtes pas à une contradiction près !”

La contradiction n’est qu’apparente.
D’abord parce que “Français” est une catégorie de population qui a une définition objective, fondée sur l’histoire et le droit. Ensuite parce que la catégorie de population à laquelle on appartient a ceci de particulier qu’elle est la seule qu’on peut stigmatiser sans porter tort à autrui et la seule dont on puisse corriger les erreurs.

361. Le vendredi 26 mars 2010 à 09:04 par Flopok

Le seul “fait” (qu’il est illégal d’établir formellement) que soutiennent ici Zemmour, Bilger et Eolas est qu’il y a plus de noirs et d’arabes jugés pour ces délits.

Malheureusement, les personnes jugées sont uniquement celles qui ont été contrôlées et interpelées. C’est un biais important qui n’avait pas jusque là été pris en compte ici, à ma grande tristesse.
Ce biais peut être à l’origine d’un cercle vicieux : on contrôle plus de noirs et arabes, plus de noirs et d’arabes sont jugés, on en conclut que les délinquants sont majoritairement noirs et arabes, ça justifie de contrôler plus souvent les noirs et arabes…

Merci à Sub Lege Libertas de corriger le tir et de mettre à mal le fond même de la parole de Zemmour, profondément révoltante, alors que beaucoup n’en contestent que la forme !

362. Le vendredi 26 mars 2010 à 09:06 par Tud

la loi du 31 décembre 1970
http://divertissement-sortie.over-blog.com/article-stop-a-l-hypocrisie-47377761.html

363. Le vendredi 26 mars 2010 à 09:26 par granit

dans un article de l’Express :
http://www.lexpress.fr/actualite/so…
Selon les études de Roché, l’origine sociale n’explique pas tout. «Certes, 80% des jeunes délinquants d’origine maghrébine ont des parents ouvriers ou employés, souligne-t-il. Mais, à niveau socio-économique équivalent, les enfants d’immigrés sont plus délinquants que les autres. L’échec scolaire et un rapport difficile à l’autorité représentent des facteurs déterminants.»

364. Le vendredi 26 mars 2010 à 09:44 par Telramund

Juste un mot car n’ayant pas eu le courage de lire tous les commentaires, je risque une redite.

J’avoue que les quelques intervenants disant que Maitre Eolas arrive aux mêmes conclusion que M. Zemmour sont, selon moi, à coté de la plaque. Ou bien nous n’avons pas lu le même texte.

Selon ce que j’ai lu, en synthèse:

La misère sociale est une des causes premières de la délinquance.

La population dans la misère sociale est plus importante, en valeur absolue, chez les caucasiens (faute de meilleur terme et sans vouloir choquer personnes) que dans les populations noires et arabes (en proportion c’est différent, je ne nie pas les difficultés qu’il y a à trouver un un travail et à s’intégrer quand on est noir ou arabe).

Pourtant, Maitre Eolas constate que dans les salles d’audience on y rencontre plus de noirs ou d’arabes. Conclusion de M. Zemmour, c’est qu’ils sont plus souvent délinquants au même niveau d’exclusion et de pauvreté. Conclusion de Maitre Eolas, qui est bien différente, est qu’il y a autant de délinquants caucasiens (et sans doute plus en valeur absolue au vu d’une population plus importante vivant dans l’exclusion) mais qu’on les voit moins souvent au Palais de justice car ils sont moins souvent contrôlés par la police.

PS Pour DhaRma en 9 sur le film “un prophète”. Vous indiquez qu’il n’y a pas de français dans le film mais des corses et des arabes notamment. D’une part je suis corse et français et j’accepte parfaitement que des français corses (comme ils pourraient être bretons ou parisiens) puissent être délinquants. D’autre part, ils me semblent que dans ce film il n’y a que des français non?

365. Le vendredi 26 mars 2010 à 09:47 par Brenduat

Merci.

366. Le vendredi 26 mars 2010 à 09:58 par Solo

@LEF 356

”@ Sub Lege Libertas
Comme vous, comme Maître Eolas, j’ai parlé sur la base de mon vécu. Idem pour marsan, remarquable d’humanité et de lucidité professionnelle. Nous avons des vécus différents dans des domaines qui se chevauchent ; résultat : notre vision des choses et nos propres questionnements se rejoignent. ça c’est factuel.”

Votre vécu… dans le 17ème arrondissement ?
Les gens en ont marre de ça, précisément. D’entendre les belles-âmes des beaux quartiers donner des leçons de tolérance. Vous ne SAVEZ pas de quoi vous parlez, comme la plupart des juges ne comprennent pas vraiment quel est le degré de violence des délinquants qui défilent devant eux.
Des discours comme les votres correspondent aux prévisions de Zemmour, entre autres.
(et oui, renforce la défiance envers PS et UMP, votre crainte).

Et peut-on lutter contre des mouvements de l’histoire avec des pensées que Miss France ne renierait pas sur le fond ?
En 1945, les quatre cinquièmes de la population française, le général De Gaulle et les généraux étaient férocement attachés à l’Algérie française, et au vivre ensemble en Afrique du Nord. Après tout, nous avions construit ce pays et contribuions activement à son économie (en fait, à l’essentiel).

Certes, les situations sont asymétriques, mais la leçon reste pertinente.

Délinquance ou pas, on ne substitue pas une population à une autre sans dommages pour tout le monde. Qui paie le coût de cette substitution aujourd’hui ? Posez-vous la question. Consciemment ou non, vous la soutenez mais ne voulez pas en subir les conséquences, c’est humain !

367. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:02 par PMB

« Le sexe semble être un critère beaucoup plus pertinent pour repérer les délinquants potentiels, mais M. Zemmour ayant pour les hommes les yeux de Chimène, il semble balayer ce critère d’un revers de main. »

Comment ça, Maître, « les yeux de Chimène », vous verriez quelque chose de… féminin chez SupermanEric ?

Attendez qu’il vous démonte à son prochain passage télé !

« Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant. »

Attendez qu’un bon lili vous explique que si ce cul-de-jatte refuse de sauter 2m 43, ce n’est qu’une grosse feignasse auto-complaisante qui ne fait rien pour s’en sortir (et ce lili serait WASP, il vous expliquerait que c’est une punition de Dieu, bien fait là).

Pour le reste, je pourrais co-signer votre texte.

Quand au débat sur l’intégration.

- Les Asiatiques ne s’intègrent pas vraiment, ils restent entre eux dans l’anonymat et les ateliers clandestins excepté leurs restaurants et le Nouvel An chinois, si pittoresques ma chère. Et ils n’ont pas avec nous (et réciproquement) le contentieux et la guerre et de l’esclavage.

- L’assimilation que réclame Zemmour est celle de l’éradication des racines (scuz le pléonasme). Se souvenir du député Bénisti qui dans un rapport assassin recommandait qu’on empêche les mères maghrébines de parler en langue natale à leurs enfants. Or sans racines vous êtes fragile, de nulle part et c’est pire si c’est dans un pays qui vous refuse une place autre que dans la soute à charbon du bateau. Sur l’importance d’avoir des racines, une histoire personnelle :

Mon fils D… a animé il y a quelques années parce que c’est sa passion, des lieux d’accueil artistiques (performances, expositions, rencontres de tous genres). Son premier lieu fut son appartement. Venaient aussi bien les cultureux de la ville et d’ailleurs que les voisins. Pas d’exclusive, la culture s’offre à qui veut la rencontrer, qu’on ait ou non les codes. Parmi ces voisins, de ceux que que Nicolas 1er prétend soigner au k.rcher. Venant autant pour les divers produits à boire/fumer que pour chasser l’ennui de leur squatt. Pas question de leur faire sentir qu’ils seraient de trop, au contraire.
Un soir, il invite mon frère, conteur en gallo. Le gallo est la langue parlée autrefois aux marches de Bretagne. Inutile donc de préciser que ses histoires d’un temps fort passé sont plutôt, aux yeux des roués à la mode, ringardes. Quand mon frère découvre ce public inhabituel pour lui assis le long du mur, il est effaré : que vont-ils avoir à faire avec la mère Mariette de la rue des Mirettes, la traïe à Jean-Pierre et la Bête Jeannette ?
Il y va. Et ça passe ! Les « teneurs de mur » sont scotchés !
La soirée finie, mon frère discute avec D… : pourquoi ça a marché ? Et ils trouvent la clé : c’est parce que ces histoires, mon frère les tenait de notre père mort, que mon fils avait avec son grand-père un rapport profond. Et que les squatters voisins de mon fils ont sûrement deviné, senti que cette transmission était une affaire de fils à pères, ces pères, ces grands-pères, ces repères, ces racines qu’ils avaient perdus ; que, quelque part entre Bretagne et Maghreb, l’instant d’une soirée ils les avaient retrouvées…

368. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:07 par un_cassandre

Merci pour ce billet, c’est très souvent un grand plaisir de vous lire.

Il y a de cela une dizaine d’année, je revenait d’amsterdam les poches bourrées de cannabis.
Nous n’étions pas nombreux dans le bus.
Et qui croyez vous que la police arrêta ?
le jeune hippie de 22 ans aux cheveux long (moi), ou le père de famille bien habillé (costard cravate) la 40aine bien tassé avec femme et enfants.
Le père de famille bien sur, il avait le défaut d’être noir.
Merci à certains policiers d’être si superbement raciste et merci pour les contrôles au faciès.

En passant j’adore le raisonnement :
- les noires/arabes sont sur représentés dans les classes pauvres
- plus on est pauvres et en difficultés, plus le passage aux petits actes illégaux est fréquent. (car on parle bien de petite délinquances pas de criminels)
- on conséquences de quoi il est normale que la police contrôle au faciès tous les noirs/arabes (qu’ils soient pauvres/en difficultés ou non devient secondaire).

Logique non.

369. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:13 par erickelsanthi

Je trouve que votre site avec ses commentaires devrait être déclaré d’utilité publique

370. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:14 par Jonathan

Tout ce blabla… c’est facile et petit d’attaquer 2 personnes qui ont écrit 20 lignes en leur faisant dire tout un roman qu’ils n’ont pas dit…

Le coup des 95% des délinquants qui sont des hommes, c’est peut-être vrai, sûrement même, je ne remets pas cela en cause, mais ce n’est pas parce qu’on n’en parle qu’on n’est pas d’accord avec “ce fait”…

Bref tout ce que vous dîtes est intéressant, mais cela ne devrait pas être une réponse à Messieurs Zemmour et Bilger, pourquoi les attaquer personnellement ?

371. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:17 par omer

Peut être faut-il voir aussi dans les propos de M. Z, le fait que les Juifs, les les Noirs et les Arabes se détestent cordialement et réciproquement, les souvenirs de l’époque de l’esclavage étant encore vifs…

372. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:21 par Pignon-Crémaillère

Je suis d’accord avec vous dans l’ensemble, sauf sur les §§ 12, 28 et 31.
Eric Zemmour parlait de contrôles d’identité, qui me semblent bien peu appropriés pour les délits financiers (des contrôles d’identité pour rechercher les prévenus de l’affaire Clearstream ???). Pour la grande criminalité, je suppose que c’est seulement lorsque les suspects sont en fuite, en général lors d’une opération policière d’envergure (le terrorisme est un cas à part).
§31 : Pour la France qui n’a pas essayé d’intégrer les populations immigrées, je trouve çà bien exagéré. Quel autre pays dépense autant pour le logement, l’emploi ou l’école ? Il m’arrive de rencontrer des enseignants-chercheurs et des ingénieurs d’origine “arabe”, toujours très compétents sur leurs sujets. C’est juste dommage qu’ils ne soient pas plus visibles pour les jeunes de banlieue. Évidemment, ils ne sont pas millionnaires comme les chanteurs de rap ou les sportifs ; ils les feront moins rêver…

373. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:25 par pendragon

tout d’abord merci à éolas, ca fait un bien fou de lire ce texte mesuré et argumenté

une petite remarque pour m’étonner de l’absence dans la presse de lecture sociale du phénomène, voire d’analyse marxiste du sujet (je sais je frole les limites de la liberté d’expression) ; la criminalité d’un homme n’est pas (seulement) un comportement endogène (le “criminel né” cher à mam fig), mais bien plus le résultat de facteurs exogènes fort bien dévellopés dans ce billet par le maitre des lieux

ce qui est le plus choquant, voire écoeurant, dans la prose “zemmourobilgienne” c’est de connaitre le processus de crimininalisation de l’humain dans sa complexite, et de n’en retenir qu’une infime séquence, la plus simpliste, la plus torve et malhonnete

celle qui justement justifie le proto-racisme insidieux de l’argument des “noirs et arabes” en COMPIM

parceque dire que les noirs et arabes sont majoritaires dans les audiences correctionnelles, c’est implicitement, mais sans le moindre doute, évoquer une “”prédisposition”” raciale au crime ; venant de zemmour et son délire anti-musulman (genre bagdad à bobigny) ca me choque plus, mais de bilger, la on touche le fond

dernière chose, en colombie ils sont comment les trafiquants de drogue ? noirs et arabes ?

la stupidité, et l’ignorance crasse, de certaines de nos “élites” commence à me pomper sévère…

374. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:29 par Hélène

@Du_calme : voilà un résumé tout simple des faits réels… qui n’empêchera pas les préjugés racistes pour autant.

375. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:31 par Martigan

Merci a Sub Lege Libertas pour son billet, qui appuie là où se trouve, à mon goût, la faute (si on est gentil) ou l’ignominie (si on l’est moins) de Mr Zemmour. Faisons une petite opération nez propre dans le 8e arrondissement, à la sortie des boites branchouilles et des cafés lounge. On verra très peu de blacks et de rebeu, qui ne peuvent passer la barrière du physionomiste (Un gars qui fait la différence entre othello et macbeth, probablement…); en revanche, on arrêtera plein de trafiquants de drogue (c’est à dire des jeunes loups travaillant dans le conseil, la banque ou la pub, et des petits crétins lycéens désoeuvrés des beaux quartiers portant sur eux leur dose de cocaïne hebdomadaire ou quotidienne). C’est fou, on pourra conclure à l’essor formidable de la délinquance organisée bourgeoise en France.
Mais j’ai comme l’impression qu’on ne demandera pas aux forces de police de procéder à ce genre de contrôle…

376. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:34 par NiCl2

” Il n’y a pas de gène de la criminalité. En est-on à devoir rappeler de telles évidences ? “

Je crains que oui, maître, et merci à vous de le faire aussi bien.

377. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:40 par yopi

Tout le monde semble d’accord sur le fait qu’il y a plus de gens colorés dans les tribunaux. De là à en conclure que la plupart des délinquants font partit de ce groupe, il y a un pas dangereux à franchir comme vous le rappelez en début de texte (au sujet du biais dû aux contrôles et aux filtres)
L’absence de statistiques officielles rend la conclusion dangereuse, mais il y a probablement plus de de délinquant noirs & arabes, au moins dans les grandes villes (où ils sont le plus nombreux). Comme vous le dite cela s’explique principalement par des raisons sociales.
Mais au final vous corroborez les propos de ce monsieur Z., comme le souligne certains commentaires: il est probable que la plupart des délinquants soient principalement noirs et/ou arabes.
Mais le problème n’est à mon avis pas là: ce qui dans votre bouche (ainsi que dans celle de la plupart des gens sérieux) apparait comme un “fait”, dans la bouche de monsieur Z. cela sonne comme un propos de café de commerce.
Le sens d’un propos ne provient pas seulement des mots qui le constituent, mais aussi de la manière dont il est prononcé, et également de la personne qui le prononce. Avec Zemmours ça pue la haine, haine qui est facilement transmise aux téléspectateurs sans avis, et donc influençable.

378. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:41 par bernadic

A tous, lisez attentivement la remarquable analyse de Raskolnikov en 213,

“l’idéologie victimaire et l’antiracisme ont fait perdre à ces populations l’idée de bien et de mal”

Tout est dit,malheureusement.

Il va falloir redresser la barre et séparer le bon grain de l’ivraie car le bon grain (qu’il soit blanc noir ou jaune peu importe) risque de souffrir de la perpétuelle culpabilisation que l’élite bien pensante, entre le Marais et la rive gauche, veut faire partager au peuple.

379. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:43 par tPujol

Cher Maître,
Encore un admirable plaidoyer, mais puis-je vous proposer un autre argument que nourri de références américaines vous pourriez apprécier.
Supposons donc comme MM. Zemour ou Bilger qu’un groupe ethnique soir sur-représenté dans les statistiques criminelles. La maréchaussée, toujours éprise d’efficacité, pourrait vouloir orienter prioritairement ses contrôles vers ledit groupe.
La question qui se pose ou devrait se poser est une question d’équité : le possible gain d’efficacité de nos pandores mérite-t-il que soit harcelée l’immense majorité des citoyens honnêtes qui font aussi partie de ce groupe ethnique ? Doit-on accepter le « ethnic profiling » aux USA après 9/11 ? Non, bien évidemment.

380. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:48 par Pat

Bravo.
Beaucoup de commentaires accordent à Philippe Bilger le souci de défendre la liberté d’expression, cependant il est allé dire sur RMC que Stéphane Guillon dépassait les bornes quand il s’en prenait à Besson.
Est-ce là la meilleure maniére de défendre cette liberté?

381. Le vendredi 26 mars 2010 à 10:52 par Le petit julien

@ Flopok,

Votre remarque n’est pas tout à fait juste, ce que soutiennent Zemmour et Bilger c’est que beaucoup de trafiquants sont noirs et arabes. Or nous avons vu que le fait de ne définir comme trafiquant que ceux qui passent par la case tribunal est nécessairement falacieux car le zèle de la police aidant, ce sont principalement les noirs et les arabes qui sont controlés, fouillés, arrêtés et finalement renvoyés devant le tribunal.

Ce que défend Eolas au contraire, c’est que les noirs et les arabes trafiquants ont une excuse liée au fait que ces populations se trouvent majoritairement dans une situation défavorisée et que selon Eolas, “Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant.”

Or il s’agit là d’un “fait” Zemmourien. Il n’a pas été démontré que tout homme dans les memes conditions deviendra un délinquant. Une telle affirmation reviendrait à ignorer totalement l’influence, de l’éducation, de la culture, de la religion, des traditions familiales et sociales qui justement sont les facteurs déterminants dans le comportement social des individus.

Nous ne parlons pas ici de savoir si la couleur de la peau facilite le comportement déliquent. Personne ne nait génétiquement trafiquant. Commencer à faire de l’analyse criminologique sur la couleur de la peau ne peut que nous amener à des conclusions racistes qu’il faut a juste titre combattre.

La seule question qui mérite d’être posée est de savoir si les individus appartenant à un groupe partageant des origines raciales et religieuses communes (critère retenu par Eolas) et se trouvant dans la meme situation de précarité sociale sont plus enclins à devenir trafiquants. Et c’est là que les statistiques nous manquent.

Notez bien qu’il serait intéressant d’envisager l’hypothèse selon laquelle chaque groupe racial défavorisé se spécialiserait dans une forme de délinquence. Aux noirs et aux arabes le trafic de drogue, aux blancs les viols incestueux, aux gitans le vol de métaux et aux asiatiques la fabrication en contrebande de raviolis vapeurs dans les appartements du IX em arrondissement….

382. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:00 par ceriselibertaire

On peut dire tant de choses intelligentes à partir d’une connerie : j’aime particulièrement “la justice pénale n’est pas un miroir de la société” ou le concept de “fait” qui devient le vrai sujet du débat. Qu’est-ce qu’un fait?

Car si on distingue le mot et la chose il faut aussi bien distinguer le droit et le fait.

383. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:02 par omer

Suite #370
Peut être faut-il voir aussi dans les propos de Mr. Z, le fait que les Juifs, les les Noirs et les Arabes se détestent cordialement et réciproquement, les souvenirs de l’époque de l’esclavage étant encore vifs…
Et j’oubliais le contentieux Israëliens-Palestiniens…

384. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:09 par Cobab

Mr Bilger n’a pas toujours eu autant d’enthousiasme pour la liberté d’expression :
« Notre ferveur démocratique pour la liberté d’expression doit-elle dépasser ce qu’une sauvegarde, même extrême, de celle-ci appellerait ? A l’évidence, non. », disait-il naguère : http://www.philippebilger.com/blog/…

D’un facho à l’autre, on voit lequel préfère ce monsieur.

385. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:18 par Nom ou pseudo

@Eolas : ATTENTION LAPSUS.

Vous dites dans votre billet :
Michel Fourniret et Monique Pelletier sont-ils noirs ?

Vous vouliez probablement donner le nom de “Monique Olivier” et non pas celui de votre Confrère “Monique Pelletier” qu’il est surprenant de voir associé, dans votre billet, à Michel Fourniret côté box. :)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Moniqu…
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moniqu…

En espérant que vous lirez ce commentaire (en 383ème position tout de même !).

386. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:27 par Bof91

Brillante démonstration qui convaincra sûrement les amoureux de la logique des prédicats et de la rhétorique sous toutes ses formes. On ne contrôle qu’un certain type de population, il est donc normal de le retrouver majoritairement au tribunal. Alors laissez-moi vous poser un petit problème concret, celui-là :

Vous êtes policier. Vous êtes à la sortie du Parc des Princes et un individu s’est fait agressé. Il vous faut réagir rapidement, les agresseurs sont toujours sur place. Pour être le plus efficace, vous allez contrôler de préférence :
a) Les personnes blanches au crâne rasé. ;
b) Les personnes de couleur avec une casquette de travers sur la tête.

Je vous ai laissé un peu de temps. Voici la réponse :
Il fut un temps où la réponse a) était la bonne si vous vouliez augmenter vos chances de trouver les agresseurs. Eh oui ! Personne ne criait au scandale ni ne trouvait cette façon de procéder inqualifiable. Mais je vous concède que depuis quelque temps, s’il y a eu lynchage à plusieurs avec mort d’homme la réponse b) semble la plus probable, mais alors l’amoureux de la logique que vous êtes s’insurgera.

Ce qui me choque le plus, c’est que l’on puisse se retrancher derrière de pseudo raisonnements logiques pour nier des évidences.

Moi qui suis blond aux yeux bleus, j’ai été agressé verbalement et physiquement 4 fois dans les transports en commun parisiens ces 3 dernières années avec insultes racistes à la clé, aucun doute possible là-dessus. Pourtant, dans les tribunaux on juge très peu de cas de racisme anti-blanc. Dois-je en déduire que ce type de racisme n’existe pas en France ? Quand mon entourage proche et moins proche me dit en être victime lui aussi, dois-je en déduire qu’il affabule ? Ou bien dois-je comme vous me le suggérez, ne pas confondre cause et effet, et déduire du fait qu’il y a peu de cas de racisme anti-blanc jugés au tribunal que l’on considère systématiquement les agressions sur les blancs dus à une certaine détresse sociale et pas à un fond latent évident de racisme et de rancœur envers une certaine catégorie de la population.

Pas évident tout ça.

387. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:28 par James

Mieux vaut lire Jean Rictus………..
Cordialement

388. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:35 par Shodig

Maître,
Votre billet est fort intéressant et instructif. Je suis convaincu par la plupart des faits que vous exposez, mais comme un certain nombre d’autres ici, je ne parviens à comprendre le sens de votre conclusion. Il est probablement vrai (tous biais statistiques corrigés) que les “noirs” et “arabes” (pour faire court) soient sur-représentés parmi les délinquants, prévenus, condamnés etc. Il est évident (merci de le rappeler avec autant de talent) que ceci peut très bien s’expliquer par toutes sortes de considérations sociales (et effectivement la “honte est bien sur nous”).

La seule question qui reste est : la police républicaine a-t-elle le droit, a-t-elle raison, dans ce contexte, de contrôler davantage les personnes de couleur ? Il me semble que cette question n’est pas triviale. La course à l’efficacité, ou bien l’égalité républicaine ? Je serais intéressé par lire une réflexion profonde là-dessus.

Pour conclure : par ailleurs, M. Zemmour est effectivement ouvertement “raciste”, au sens premier du terme. En effet, tout le monde s’est ému de ses propos récents, mais quelques mois il avait dit, sur France 2, face à une jeune femme de peau noire qu’il était bien évident qu’ils n’étaient pas de la même race : “je suis de race blanche et vous êtes de race noire”. C’est là que la LICRA et autres auraient dû s’émouvoir, car ça c’est grave, stupide et intolérable que sur le service public on puisse dire ouvertement que les hommes sont découpés en différentes races selon un critère superficiel comme la couleur de peau (toutes les études scientifiques ont montré que si la couleur de peau est visible, en fait la proximité génétique entre personnes de peau blanche et personnes noires est la même qu’entre personnes blanches et entre personnes noires, en clair, on ne peut pas distinguer les groupes. Il est aussi stupide de parler de race des “hommes aux yeaux bleus”, de race des “hommes aux yeux verts” et de la race des “hommes aux yeux marrons” que de le faire sur la couleur de peau. D’ailleurs personne n’a jamais eu cette idée, que je sache.)

389. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:35 par rimshot

Mais à quel moment Zemmour a dit qu’être noir ou arabe etait la cause de la délinquance ?…j’ai vu cette semaine l’émission de Durand sur France 2 ou Bilger etait invité: un interviwer, Frédéric Bonneau argumente en disant que Zemmour ne peut que dire n’importe quoi puisque les statistiques “éthniques” sont interdites en France, puis juste après il explique que la police contrôle -“c’est vérifié”- davantage les noirs et magrhebins ..mais je croyais que les statistiques ethniques etaient interdites ?.. et le pompon, c’est quand le Mr du CRAN (patrick Lozes ?), qui est donc là pour s’opposer à Bilger/Zemmour dit “la police est une institution fort respectable” .. ceux qui pratiquent le controle au faciès sont donc fort respectables, mais ceux qui disent que c’est compréhensible (d’un point de vue policier?) de faire des controles au faciès, lui, doit être bailloné, et si possible se faire virer de son journal ?… hum hum.. beaucoup de malhonneteté intellectuelle dans ce débat à mon avis (j’y apporte surement ma part) (et si on va plus loin, pourquoi ne pas trainer Ardisson devant les tribunaux ? apres tout, c’est lui qui a diffusé les images ..)

390. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:36 par Paulo

La société repose encore sur l’image qu’un homme doit gagner sa vie voire celle de sa famille. Une femme qui gagne sa vie a du mérite, un homme, non, c’est ce qu’on attend de lui … Les femmes d’une part n’ont pas cette pression sociale, et d’autre part ont immédiatement à l’esprit que pour avoir un travail, elle devront étudier. …

Dans un premier temps j’ai beaucoup de mal à comprendre la logique de cette phrase. En quoi un homme dans la société moderne n’a pas à l’esprit qu’il doit étudier pour avoir un travail ?

Votre raisonnement est légèrement biaisé, dans un premier temps on peut penser qu’une femme a beaucoup moins de capacité physique pour s’adonner aux vols avec violence ce qui pourrait expliquer leur absence dans les “boxs”. Dans un second temps on remarque que les autres populations immigrés sont moins touchés par ces problèmes.

Il y a plutôt selon moi un mélange de problème culturelle et d’échec d’intégration, les cultures Africaines sont beaucoup plus basées sur un rapport de “domination” entre homme, à cela s’ajoute une envie de reconnaissance plus exacerbée et cela implique que dès leur plus jeune age, ceux-ci tente de se faire un nom, ce qui n’est pas le cas pour “les autres”.
Ensuite leur condition sociale amplifie tout.

391. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:38 par suric

Bonjour, je me permets de prendre part à la conversation car je ne comprend pas vraiment pourquoi un tel tollé, un tel débat suite à cette émission…

Pour moi, Zemmour dit une vérité, vous-même le reconnaissez. Je ne vois pas en quoi sa remarque est “raciste”. C’est tout de même terrible qu’en France, en 2010, on ne puisse absolument rien dire sans être taxé de “raciste”. Le sujet est totalement tabou alors qu’il y a là un véritable problème…
Nous sommes tous d’accord sur le fait que si la plupart des délinquants sont noirs et arabes, ça n’est pas justement car ils sont noirs ou arabes (là oui, nous pourrions parler de racisme) mais parce qu’ils sont issus de milieux très défavorisés. Nous sommes d’ailleurs tous d’accord avec votre remarque : “Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant”.

La conclusion qu’il faut tirer de ce triste constat, c’est plutot qu’il y a un véritable problème d’intégration des populations issues de l’immigration en France.

Alors au lieu de gaspiller notre énergie à descendre Zemmour, qui ose enfin dire les choses, pourquoi ne pas nous tourner vers le gouvernement et montrer du doigt son échec à intégrer ces populations?
Pourquoi la LICRA et toutes les personnes qui critiquent le journaliste, plutot que d’être outrées par ses propos, ne sont pas plutot scandalisés de l’inertie totale du gouvernement au sujet des banlieues?
On ne pourra rien solutionner si l’on n’affronte pas nos problèmes. Cessons ces palabres inutiles pour nous concentrer sur la recherche d’une véritable solution long terme (la remise en place d’une police de proximité, les éducateurs en banlieue, la dissolution des banlieues… ou un autre gouvernement!).

392. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:40 par Lili

Il n’y a pas de noirs ou d’arabes.Il y a des Français un point c’est tout.
J’espère que ce Mr BILGER sera sévèrement rappelé à l’ordre.
On ne manquera pas , je l’espère , de lui rappeler qu’il a été scientifiquement établi que la notion de race n’existe pas (ONU, Unesco, 27 novembre 1978, Déclaration sur la race et les préjugés raciaux )puisqu’on ne peut parler de race que lorsque
2 espèces ne peuvent procréer ensemble.

393. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:42 par Hélène

@vlfr : n’oubliez-vous pas combien la France a été ravie de trouver des immigrés pour faire les travaux fatigants que les français n’estimaient pas assez bien pour eux ? Et d’en faire des payeurs de retraites ? Ou des soldtas de l’armée française ? Est-il si étonnant que la génération suivante ait espéré être bien accueillie ?

394. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:44 par jeans

Quel sophisme ! Comme se contredit lui-même l’auteur, «on ne voit que ce qu’ on regarde».

A l’idée “On contrôle davantage les africains que les français”, j’aurais bien aimé savoir si cela était vrai AUSSi pour les affaires de délits financiers, par exemple ? Je pense que non ; on y contrôle moins de maghrébins que de français.

DONC il n’y a pas davantage de sens à dire que s’il y a plus d’ africains dans les affaires de la vie quotidienne, les français sont par contre mieux représentés dans les affaires plus techniques. Car, de facto, il y a AUSSI plus de contrôles de français dans les affaires techniques.

Cqfd.

Quant au paragraphe final :

{{La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.

La honte est sur nous et pas sur eux.}}

En vérité, HONTE SUR VOUS, M EOLAS. Quand on peut se permettre d’écrire une telle chose et par ailleurs prétendre donner des leçons de précision ! Pourquoi ne dites-vous tout simplement pas qu’il ne fallait pas les faire venir ? Car vous hurliez au loup à l’époque et pensiez le contraire, peut-être ?

Une vache peut naître dans une écurie, ça n’en fera pas un cheval. Vous pouvez donner le permis de conduire à quelqu’ un, s’il n’a pas appris à conduire, il ne saura pas conduire pour autant. Idem pour le BAC. IDEM pour la nationalité. Idem pour le fait que jouer au loto ne vous garantit pas de gagner. Il n’y a pas 100% de gagnants. C’est cela que la couleur des prévenus me rappelle, à MOI. Qu’ils n’ont pas leur place dans ce pays. Et que l’incompétence passé, présente et future de nos “élites” ne vaut pas LOI, ni non plus la démonstration par A+B qui s’opère devant vos yeux.

Que vous ne compreniez pas cela est une chose ; mais que vous ayez la prétention ensuite d’en “MUTUALISER” la faute sur toute la France (!!), donc sur moi, c’en est une autre. Quels sommets de bêtise atteint votre absence d’ arguments, c’est effarant ! Et c’est cela, un juriste, en France, aujourd’hui !!? Quelqu’un qui ignore le simple sens de l’expression: l’habit ne fait pas le moine ? Quelqu’un qui ne semble jamais reconnaitre ses propres limites et, donc, préfère s’enfoncer et enfoncer les autres histoire de ne pas comparaître tout seul ?

395. Le vendredi 26 mars 2010 à 11:52 par chris

Pour Monsieur Sub Lege Libertas :

Merci, ce qui est dit n’est plus à dire.

Ce que je sais c’est qu’il y a quelques années, les seules personnes qui ont décapé au chalumeau les façades de mon immeuble en plein mois de juillet, étaient toutes des personnes à la peau “mélaninée” (tout homme écorché est identique quelle que soit son origine).

Ce que je sais, c’est que mon voisin d’origine marocaine est dans l’organigramme de direction d’un institut national parisien. Lorsque j’entends ici ou là des “généralités générales gangréneuses” mon réflexe primaire est de zapper ou d’éteindre la téloche.

396. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:14 par letsparty

Tout ceci me rappelle une petite histoire sur la rigueur mathématique, transposée à l’affaire dont nous parlons ici:
E. Zemmour, M. Eolas et un mathématicien sont dans un train en Angleterre (les Méchants). Depuis la fenêtre du wagon, ils voient un paturage, tout vert, avec en son centre un mouton noir vu de profil.

E. Zemmour: “En Angleterre, tous les moutons sont noirs !”

M. Eolas: “Horreur ! Ces propos sont intolérables ! Nous ne pouvons conclure qu’une chose: en Angleterre, il existe au moins un mouton noir !!!”

Le mathématicien: “Erreur mes chers élèves ! Nous ne pouvons conclure qu’une chose: en Angleterre, il existe au moins un mouton dont l’UN des profils est noir ! Sur ce, voudriez vous bien me resservir une tasse de thé avant que nous allions voir ces anglais prendre la pâté contre notre Coq Vaillant ?”

397. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:17 par Michel

Eolas dixit « Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant. »

Qu’à titre individuel vous puissiez tenir ce discours pour atténuer la responsabilité de l’un de vos client est assez légitime. Par contre, généralisée, cette phrase devient profondément scandaleuse. La loi est la loi, et aucune excuse n’autorise à la transgresser. De plus, je pense que la majorité des gens “dans cette situation” et “quelle que soit leur origine, leur race, ou leur religion” restent honnêtes. Ce que vous dites est donc insultant pour les gens honnêtes, qui sont la majorité.

398. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:23 par Térence

Eolas,

Et tout ce que retiennent Eric Zemmour et Philippe Bilger

Un fait est un fait, aucun des deux n’a tiré de conséquences (bienheureusement) visant à attribuer le caractère “délinquantiel” des individus en cause à leur origine ethnique ou autre : les causes sont sociales, sociologiques, individuelles, culturelles par certains aspects accéssoires, bref, les choses sont complexes dès que l’on met en oeuvre une analyse de fond sérieuse sur les causes de la délinquance.

Cette dénégation du réel par la sphère associative et médiatique, des faits tels qu’ils sont, nous renseigne sur le fait qu’inconstestablement il y a une pensée officielle à l’oeuvre, laquelle prête des conclusions a des individus qui ne font que relèver ces faits ; il y a l’évidence une police de la pensée “médiatico-boboïsante” qui ennuie tout le monde et atteste encore qu’il n’y a pas une pleine et entière liberté d’expression.

Au surplus, il faudra aussi s’interroger sur cette manière de chasser en meute des individus dont les propos ne relèvent aucunement de la norme pénale, ainsi que sur le fait de savoir qui en matière de déclarations “choquantes” (ou apparaissant telles à certaines belles âmes au grand coeur) détient la sanction : le Juge, au nom du peuple français, et a postériori de faits établis et après respect des procédures et des débats (égalité des armes…) ? ou quelques éditorialistes et artistes de passage, qui peuvent réclamer sanctions et licenciements, n’hésitant pas à organiser censure et auto-censure selon une légitimité que l’on cherche encore…

L’esprit petit-bourgeois est partout…

399. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:29 par Awa, le cagou !

Les statistiques ethniques existent en Nouvelle-Calédonie. Et, très franchement, c’est absolument indispensable pour mettre en œuvre une politique publique inscrite dans l’accord de Nouméa, donc dans la constitution, à savoir le “rééquilibrage”. Car on ne pourra pas sortir de 150 ans de mise à l’écart systématique des kanak du système éducatif, économique ou social, sans des mesures de “discrimination positive”, lesquelles ne pourraient pas être efficaces s’il n’y avait des indicateurs, ie des statistiques ethniques.

400. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:32 par YR

C’est encore faire de la publicité à ce M. Zemmour que de rapporter une fois de plus ses propos provocateurs.

M. Zemmour vit de ses propos, en tant que chroniqueur, éditorialiste et commentateur multisupport (télé, radio, presse).

Son créneau est clairement la provocation à destination des “biens pensants de gauche”, pour complaire à un public “bien pensant de droite”, qui se régale des cris d’orfraies des premiers, et rit beaucoup du discours censé briser les tabous de M. Zemmour.

M. Zemmour s’est inventé un personnage médiatique, qu’il vend (probablement assez cher) aux médias. Ce personnage affirme prendre des postures iconoclastes, s’attaquer aux vrais problèmes et enfoncer les tabous d’une société qui serait trop coincée dans la bien-pensance, forcément de gauche, pour affronter les problèmes. C’est le concept de droit-de l-hommiste se voilant la face, quand le personnage de M. Zemmour, lui, ne se voile rien du tout (d’ailleurs, les burqas, non merci).

Réagir à ses propos, c’est faire son jeu, c’est lui donner de l’importance, c’est faire monter sa cote.

Ne pas l’écouter, ne pas le regarder, le laisser aboyer dans le vide, comme tout roquet, est une bonne solution pour ceux qui prennent au sérieux ce personnage.

Pour les autres, qui savent y mettre la distance nécessaire, il est possible de rire beaucoup en écoutant parler ce Don Quichotte de la droite décomplexée, si on n’oublie pas qu’il n’est qu’une image, façonnée pour faire du cash dans les médias qui font de l’audience avec ses saillies.

Sans les médias, M. Zemmour n’est rien.

Ajoutons que M. Zemmour est tout à fait assez cultivé et intelligent pour savoir que ses propos ne tombent pas sous le coup de la loi. Les généralités qu’il sert, du type “la plupart des délinquants sont noirs, c’est un fait”, ne sont pas attaquables, en tout cas pas avec succès, en France. Un autre classique concerne “les magistrats démissionnaires”. Qui ? Quand ? Où ? Jamais Zemmour ne se laissera aller à le dire, car cela serait condamnable.

Ce genre de propos a pour double cible : les gauchistes énervés, qui vont monter sur leurs grands chevaux et donc faire du buzz, et les droitistes amusés qui sont contents d’entendre quelqu’un “parler vrai”, c’est à dire dire tout haut ce qu’eux mêmes pensent tout haut. Comment ce double discours est-il possible ? En ayant parfaitement assimilé que l’auditeur n’entend que ce qu’il veut entendre. Le gauchiste aura son prisme droit-de l’hommiste, le droitiste son prisme xénophobe. Et les propos de Zemmour permettent les deux lectures, c’est ce pas fascinant ?

Donc, arrêtez de faire de la pub à Zemmour, il n’en a pas besoin. Et ce n’est pas un politique, il ne brigue aucun pouvoir, il n’aura jamais les manettes pour appliquer ses discours. Quant à son effet sur les racistes, il est nul. Les racistes étaient racistes avant Zemmour et le seront encore quand il aura disparu du paysage médiatique…

401. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:33 par Xagore

Comme ça fait plaisir d’entendre cette évidence : “95% des prévenus, et c’est un minimum, sont des hommes”. On le dit rarement, et là, pourtant, il doit bien exister des statistiques officielles… Il est vrai que si elles sont malheureusement majoritairement les victimes des violences sexuelles, elles en sont rarement les auteures (d’ailleurs le mot “violeuse” existe-t-il en français ?)
Mais votre tentative d’explication me semble un peu légère : les filles seraient plus travailleuses que les garçons… et plus diplômées… Ce qui semble être contredit par tout ce que l’on sait par ailleurs. Les femmes sont au contraire statistiquement plus souvent dans la précarité que les hommes. L’explication serait à chercher ailleurs (y a t il des ouvrages sur le sujet : la moindre criminalité des femmes ?).
Bon, en même temps, ce n’était pas le sujet de votre billet. Une prochaine fois peut-être ?

402. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:38 par AL

@ Marc # 293

” La justice mérite mieux que les avocats français. “

Des avocats africains, alors ? ou maghrébins … c’est comme vous voulez.

403. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:41 par Arabesque

Euhhh, on peut parler rugby ?

404. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:42 par Térence

@ arabesque # 401

Bienvenue dans le monde des bisousnours !

405. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:47 par Térence

Dernière chose, les excellents articles d’Elisabeth Lévy :

http://www.causeur.fr/zemmour-et-le…

http://www.causeur.fr/identite-nati…

406. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:47 par loul13

“La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années… Elle n’a même pas essayé… La honte est sur nous, pas sur eux.”

Cette affirmation me semble relever du même amalgame que vous dénoncez tout au long de votre propos. De quelle France parlez-vous ? De celle des Industriels/Patrons (BTP et automobiles en particulier) qui ont eu recours à une main-d’oeuvre bon marché pour faire pression sur les salaires des ouvriers “autochtones” ? Par ailleurs, cette population que “la France a fait venir” n’est pas venue sous la pression d’une menace (la décolonisation étant alors achevée) mais plutôt en raison de l’incurie des gouvernants de ces pays nouvellement indépendants à offrir un avenir et des conditions de vie à sa population qui a préféré émigrer sous des cieux qu’elle a estimés, à tort ou à raison, plus cléments. Aussi, je ne ressens, à titre personnel, aucune honte de ce point de vue et j’ajouterai que votre propos concernant ce point participe du délire ambiant de repentance qui ne fait, à mes yeux, qu’exacerber les tensions communautaires.

407. Le vendredi 26 mars 2010 à 12:57 par JkB

pendragon : “parce que dire que les noirs et arabes sont majoritaires dans les audiences correctionnelles, c’est implicitement, mais sans le moindre doute, évoquer une “”prédisposition”” raciale au crime”

Et donc par exemple dire que les blancs sont majoritaires dans les postes de directions des grandes entreprises, ce serait “sans le moindre doute évoquer une prédisposition raciale” à l’exercice de hautes responsabilités ?

Vous ne croyez pas plutôt qu’un type physique est généralement en relation avec une histoire personnelle et familiale qui explique en partie une façon de se comporter et une place dans la société ?

408. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:06 par JkB

chris : “(tout homme écorché est identique quelle que soit son origine).”

Pas du tout, dans une scandaleuse exposition de cadavres dépecés, on voyait très bien qu’il s’agissait d’asiatiques et pas des parents de “l’artiste” européen.

409. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:06 par balaru

Si j’ai bien compris votre démonstration, il ne faut tirer aucune conclusion sur la délinquance réelle, à partir de la population que l’ on voit dans un tribunal.
La justice aurait donc un sérieux problème et serait du fait de divers biais, filtre policier, filtre des parquetiers, faussée.
La conséquence logique serait qu’une partie massive de la délinquance au teint pale, passerait au travers des mailles du filet judiciaire.
C’est là un scandale majeur que vous dénoncez et, vous avez raison, il y a de quoi avoir honte d’être francais.
En revanche vous pouvez être fier de ce papier, qui vous fera longtemps honneur, rien ne se perd sur le net, et que vos enfants liront plein d’admiration pour votre audace intellectuelle.

410. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:10 par malpa

@ maitre-eolas

Vous demandez sur twitter un résumé des commentaires sous votre billet. Je crois que le meilleur résumé se trouve dans l’article sur le même sujet publié sur le site de Télérama et signé Sophie Lherm : une nouvelle génération de trolls est apparue, résistante à Troll Detector (c). D’ailleurs, M. Zemmour lui-même en est un dans le domaine des média traditionnels, et la première (seule ?) faute de M. Bilger est de ne pas l’avoir vu comme tel.

411. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:12 par Cécile B

C’est exactement ce que je pense, et que j’essaie d’expliquer aux gens de mon entourage qui estiment que c’est dans les valeurs de cette génération de fils d’immigrés de ne rien faire et d’attendre tout. Le premier problème étant de le comprendre, et le plus ardu étant de réussir à désormais leur laisser de la place pour s’épanouir.

412. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:15 par Véronique

@ Lili (post 391)

Tous les noirs et tous les arabes ne sont pas des trafiquants mais beaucoup de ceux-ci sont noirs et arabes. Je précise car rien dans ce domaine n’est inutile : qu’il y ait aussi des “trafiquants” ni noirs ni arabes est une évidence et ne me rend pas plus complaisant à leur égard. (billet Philippe Bilger)

Ce paragraphe mettrait-il Philippe Bilger à l’abri du camp de réeducation que vous réclamez pour le punir d’écrire, s’il était rédigé de la sorte ?:

Tous ceux qui ont des noms qui évoquent les sommets de l’Atlas, l’immensité du Sahara ou les grands fleuves serpentant dans d’impénétrables forêts ne sont pas des trafiquants. Je précise car rien dans ce domaine n’est inutile : qu’il y ait aussi des “trafiquants” dont les noms n’évoquent ni les sommets de l’Atlas, ni l’immensité du Sahara ou ni les grands fleuves serpentant dans d’impénétrables forêts est une évidence et ne me rend pas plus complaisant à leur égard (emprunt billet Eolas)

413. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:16 par baralu

chris>Ce que .., les .. personnes qui ont décapé.. les >façades de mon immeuble .. étaient toutes des personnes à >la peau “mélaninée” ..
>Ce que je sais, c’est que mon voisin d’origine marocaine est >dans l’organigramme de direction d’un institut national >parisien. Lorsque j’entends ici ou là des “généralités générales >gangréneuses” mon réflexe primaire est de zapper ou >d’éteindre la téloche.

Des “généralités générales” a à partir de 2 exemples tirés de sa propre vie , hautement représentatives, ça c’est pertinent.

414. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:18 par Cécile B

@ 404
Pardon mais je ne pense pas qu’il s’agisse des immigrés eux-même qu’on retrouve dans les tribunaux, mais de leurs enfants qui sont français, et qui n’ont aucune raison d’aller démarrer une nouvelle vie dans le pays d’origine de leurs parents, aucune raison si ce n’est celle de se sentir exclus de la France, pays qui est pourtant le leur. Je ne peux que conseiller la lecture de La misère du monde de Pierre Bourdieu. C’est un pavé mais rassurez-vous, la partie qui traite de ce problème est la première.

415. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:34 par Wyrm

Votre billet est magnifique, particulièrement dans sa conclusion, mais son introduction me semble à l’inverse un peu à contre sens du reste.

Vous y exposez en effet la différence entre corrélation (phénomènes évoluant dans le même sens) et causalité (un phénomène influant sur l’évolution d’un autre), dénonçant l’erreur potentielle… que Messieurs Zemmour et Bilger auraient commise… de déduire automatiquement le second du premier.

Il faut noter que vous mentionnez bien un point qui vient légitimer cette introduction: si les prévenus sont essentiellement “noirs et arabes” (je vous laisserai débattre de l’exactitude de ce “fait”), cela peut être influencé par la fréquence avec laquelle ils sont contrôlés, puis effectivement mis en accusation, deux actes au moins en partie basés sur la subjectivité des personnes qui en sont responsables. Eux-mêmes pouvant être nourris par des préjugés sur l’origine du suspect, les prétendues “cause” et “conséquence” se mêlent.
(Un peu comme si je prétendais que la Terre est à 90% couverte de terres parce que je n’aurais vu qu’une seule fois la mer.)

Mais le reste du billet consiste alors… à leur donner raison en démontrant la chaîne de causalité (en résumant grossièrement: immigration => intégration difficile, y compris pour les descendants => pauvreté/détresse => criminalité) qui amènerait “les noirs et les arabes” à constituer l’essentiel des trafiquants. Et comme personne, pas même celui dont est originaire la polémique, ne semble prétendre que l’inverse est vrai, à savoir que les trafiquants formeraient l’essentiel “des noirs et des arabes”, vous légitimez leur “exposé des faits”, quand bien même le fait serait un peu léger.

Cela dit, une fois qu’on a passé outre le contre-sens initial, ce billet est une véritable leçon d’humilité à ceux qui méprisent des ethnies selon leurs apparences ou origines. Les travers qu’ils prêtent ainsi à l’objet de leur haine n’est pas inhérente à leur génétique ou à leur culture, mais le plus souvent au rejet qu’ils subissent.

416. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:35 par Human rights

Je suis frappé d’observer que le fait de tenir des discours ouvertement racistes où qui tendent à l’être sont classés dans la catégorie de la liberté d’expression. Alors même que notre bon vieux code pénal vient nous rappeler que les propos racisme ne sont en aucun cas une opinion mais un délit. Donc oui à la liberté d’expression mais dans le cadre et les limites créées par le législateur. Car lorsqu’on tient de tels discours ce n’est pas simplement la bienséance que l’on transgresse mais également la dignité de milliers de personnes qui en ont marre qu’on les stigmatise…

417. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:41 par yann

  • 394. Le Vendredi 26 mars 2010 à 11:52 par chris


Ce que je sais c’est qu’il y a quelques années, les seules personnes qui ont décapé au chalumeau les façades de mon immeuble en plein mois de juillet, étaient toutes des personnes à la peau “mélaninée” (tout homme écorché est identique quelle que soit son origine).

Ce que je sais, c’est que mon voisin d’origine marocaine est dans l’organigramme de direction d’un institut national parisien. Lorsque j’entends ici ou là des “généralités générales gangréneuses” mon réflexe primaire est de zapper ou d’éteindre la téloche.

- - - - - - - - - - - - - - - - -

Vous savez un tas de choses. Y a t-il des choses que vous ignorez ? Intégrez-vous cet élément-là, votre ignorance (sous-entendu :et non pas seulement celle des autres), dans votre équation ??

Je le demande, car si vous l’ intégriez, vous accorderiez au moins le bénéfice du doute à ceux qui disent différemment de vous ! Et, en plus, vous ressembleriez à un nombre élevé de génies qui tous ont conclu qu’ ils ne savaient pas grand chose.

De fait, vous dites que vous trouvez des marocains (votre voisin x l’éventualité qu’il ne soit pas le seul dans ce cas) à des postes élevés en France, et ça ne vous choque pas. Pourtant il y a une différence entre ‘être choqué’ et en tirer une conclusion, de même qu’il y a une différence entre côtoyer l’abime et tomber dedans ! Celui qui refuse d’être choqué, qui refuse le contact, ou qui n’a pas les nerfs pour le supporter,c’est celui qui refuse d’approcher du vide, qui préfère vivre dans une société où on pose des grillages pour que les gens ne tombent pas dedans, mais c’est, en même temps (c’est le dilemne du verre à moitié plein, à moitié vide), quelqu’un qui refuse de se confronter au vertige et donc refuse toute occasion d’apprendre à le dompter ! Et, donc, c’est un homme volontairement incomplet qui accepte de ne jamais emprunter les chemins de traverse, laissant à ses ennemis l’opportunité de passer par la montagne pour le surprendre sur ses arrières. C’est le syndrome Ligne Maginot, qu’on peut contourner. C’est le syndrome Passage des Alpes, qui permet à Hannibal de surgir sur l’arrière de Rome. C’est le syndrome du looser incompétent, qui ne fait les choses qu’à moitié.

ILLUSTRATION par l’ABSURDE : vous trouveriez un chantier annonçant “Prochainement, ici, un port de commerce” au sommet du Mont Blanc, ça ne vous choquerait pas non plus, je suppose ? Mais peut-être habitez-vous dans un monde sans relief ? Où tout est ponctuellement plat ? Où l’on peut creuser des ports n’importe où (plutôt que seulement en bord de mer et en eaux profondes) ? Où l’idée de “montagne” (donc de Mont Blanc) est incompréhensible ?

De fait, ce serait comme voir un Inuit parler d’ icebergs et d’étendues d’eau sans fin à un aborigène du désert australien : ce dernier saurait peut-être ce qu’ est un iceberg, par l’ éducation ou par la .. télé (cet ersatz de l’éducation), mais il n’aurait pas la notion, a priori, de tout ce qu’implique de vivre sur la banquise. De même qu’un homme qui n’a jamais connu la soif n’en aurait que l’idée, et non pas le sens (car le sens naît du souvenir, donc de l’expérience). De même qu’un bobo n’a pas la moindre idée de ce dont parlent les vrais français sur les thèmes de l’immigration ; et donc il se ferme, il coupe court la conversation, s’effraye, il s’éloigne du vide pour n’y pas tomber, et demande qu’ on pose des grilles, des obstacles, qu’on empêche une telle ignominie ! (et les politiciens sont heureux d’accéder à la demande). On se croirait dans Madame Bovary, ou dans un “Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir”.

Car du fond de son inexpérience, du fond de son immaturité, il IGNORE que «s’approcher du vide» , ce n’est PAS tomber dedans !

Est-ce une bonne idée de donner les clés de la politique à des gens incapables de recul et de relativiser, incapables de faire confiance à autrui son concitoyen ? C’est pourtant ce que nous faisons dans ce pays depuis 50 ou 70 ans voire beaucoup plus : on confie les manettes à des gens incapables de raisonner, à des gens incompétents pour occuper le poste qu’ils prétendent occuper. Déjà en 1914-1918. Puis après. Mais aussi avant.. Qui se dérobent parce qu’ils ne sont jamais mis devant leurs responsabilités, ou plutôt parce qu’ils peuvent l’éviter.

En réalité, le problème n’est pas que vous aboutissiez ou pas à une mauvaise conclusion, mais que vous refusiez de vous poser la question.

Au final : monsieur, si vous n’avez pas les moyens de faire refaire vos façades, eh bien, gardez-les sales ! Et pensez-y avant d’en faire construire de nouvelles. Ce n’est pas la peine de faire venir des étrangers pour entretenir ICI vos façades, LÀ votre menu de restaurant, LÀ vos retraites ! On n’est plus dans l’empire colonial avec ses supplétifs qui garantissent des victoires virtualisées ; aujourd’hui, c’est la ré-a-li-té.

Assumer ce que l’ on est et ce que l’ on n’ est pas, identifier la limite, est-ce une façon de penser si révoltante ?!

418. Le vendredi 26 mars 2010 à 13:54 par PMB

393. Le Vendredi 26 mars 2010 à 11:44 par jeans

“C’est cela que la couleur des prévenus me rappelle, à MOI. Qu’ils n’ont pas leur place dans ce pays. “

Chiche que vous pensez que vos ancêtres, s’ils étaient Français, avaient une place d’office dans leur pays au “bon temps des colonies” ?

419. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:01 par Simplet

@ sublegelibertas

Si vos propos, exprimés par précaution sous forme interrogative sur la représentation des “cadres incestueux issus de la bourgeoisie”, étaient reniflés avec la même acuité de cochon truffier que celle par laquelle les associations dites antiracistes débusquent le racisme derrière la virgule de trop, ou l’indignation qu’elles feignent, je dirais que vos propos, sous couvert de viser un hypothétique cadre incestueux issu de la bourgeoisie, visent en fait de manière évidente les individus appartenant à la minorité blanche, et de sexe masculin.
Je dirais en outre que vos effets de style (“cadre incestueux etc” pour “blanc”, et forme interrogative), ne vous exonèrent pas de vos propos, et que de vraies associations antiracistes devraient vous poursuivre, même sachant pertinemment qu’elles perdront leur procès, ne serait ce que vous faire goûter aux joies du harcèlement judiciaire.
Je ne doute donc pas que prochainement la LICRA, le CRAN, le MRAP, et autres officines attachées à la diversité et à la protection des minorités (ici la minorité blanche de ce pays) se déchainent contre vos propos nauséabonds qui nous rappellent les heures les plus sombres de notre histoire, car je suis certain que ces associations mènent leur juste combat en faveur de toutes les composantes de la diversité, y compris évidemment la minorité visible blanche.

420. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:05 par consoeurso

Merci à vous Eolas. Votre billet démontre magistralement que l’humanité de notre serment n’est pas un vain mot.
Juste une petite coquille, me semble-t-il, dans la phrase suivante, je vous cite : “Mais ôtez le moteur de la pauvreté et du désespoir social (et le crime de Fofana, avant d’être raciste, est avant tout crapuleux), et miracle, la part de la population pauvre diminue instantanément”. A la place de “pauvre”, je lirais plus volontiers “noire ou arabe”.
Bon courage pour affronter la violence inouïe de certains commentaires, et bien à vous.

421. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:12 par lyr

Pour revenir sur le libre arbitre des petits délinquants…

Quelques constatations personnelles issues de mon expérience d’éducatrice de rue dans des quartiers populaires de cités parisiennes : La population y est mélangée en journée, tout le monde se croise. En début de soirée, les gamins qui zonent encore dans les parcs, sur les bancs ou dans les halls sont pourtant majoritairement issus de familles d’origine maghrébine ou nord-africaine.
Ces groupes de mômes sont systématiquement contrôlés, fouillés, plusieurs fois dans la soirée, et de façon souvent humiliante. Soupçonnés 10 fois par jours, et pourtant, la police les connait, ils connaissent aussi les policiers. C’est un presque jeu pervers. Leur comportement d’adolescents à eux, mélange de défi à la police et d’exaspération, n’est pas non plus exemplaire. Les tensions sont nombreuses, l’omniprésence policière répond à leur insolence et la situation conflictuelle s’auto-entretient.

Une grande tendance : les familles de ces mômes ou grands mômes sont fragilisées : revenus très bas, difficulté à suivre la scolarité de leurs enfants (bien souvent les enfants ne s’en sortent pas seuls, les parents se font convoquer pour des problèmes scolaires et sont désespérés, ils hurlent sur leurs enfants qui ne font pas “l’effort” de réussir, mais ne peuvent pas les aider à réussir en pratique), adaptation incomplète des parents qui mettent les enfants très tôt en position de gérer des papiers, les relations avec l’école, l’aide sociale, la banque, l’état civil, bref, de remplir les papiers et d’expliquer du mieux qu’ils peuvent à leurs parents ce qu’ils font, ou pas.
Avec pour inconvénient des parents partiellement infantilisés par leurs enfants, ressentis comme en difficulté, à protéger, etc.
Beaucoup des jeunes qui commencent a trafiquer, outre le fait que c’est communément admis dans ces cités et que le trafic incessant de clients en demande les y incite, commencent pour ramener trois sous à la maison. Ils inventent bien souvent les prétextes les plus farfelus pour justifier à leurs parents les cadeaux, les nouvelles fringues, la télé, qui découlent de ce nouveau business.

L’école… une composante essentielle de leurs difficultés : en difficulté scolaire, ils ne supportent plus d’être “mauvais” et le poids des rêves de leurs parents concernant leur avenir en France est lourd à porter. Absentéisme, mauvais comportement, sanctions disciplinaires puis renvoi règlent leur cas rapidement. Descolarisés, souvent avant 16 ans, ils n’ont personne pour aller se battre au rectorat pour eux. Meme nous, ayant pourtant l’habitude de ce genre de situations, “galérons”, et le mot est faible, à les faire réinscrire, sans parler de les faire inscrire dans des voies qui leur plairaient. Ils errent un peu, au hasard des éducs et des animateurs qui tentent de juguler l’hémorragie, dans les différents dispositifs type plateforme de remobilisation. Sans grand résultat, force est d’admettre.
A noter que les contraintes (c’est loin, “ils nous prennent pour des débiles”, on comprend pas pourquoi on doit faire ça alors qu’on voudrait faire apprenti en mécanique, au hasard, pas avec leurs amis, tranches d’age mélangées, sensation d’etre encore une fois montrés du doigt) ne les aident pas à tenir.

Bref, à 16/17 ans, parfois avant, ils n’ont plus rien à faire de leurs journées si ce n’est fumer ou tenir les murs des cités. Il ne faut alors pas sous-estimer l’empreinte historique des lieux : les cités dont je parle ont un passif en matière de deal, les “grands frères” sont morts à l’époque de l’héro, aujourd’hui c’est shit/coke, les clients viennent ici car le lieu est connu depuis longtemps. Vivre ici, c’est s’exposer très tôt à croiser qqn qui vous demandera si “vous en avez”, et vous arrivez ici quand vous n’avez pas les moyens d’aller ailleurs. Glisser est facile, rapide, et rapporte de l’argent. De plus, ça occupe les journées, ça donne un statut et un peu d’excitation. Et puis la sensation de faire quelquechose de mal est assez abstraite, quand on deal quelques grammes de beuh.
Résister est dur, demande parfois de s’isoler de ses pairs, condamme aux mêmes jeans usés et à un avenir sans télé alors qu’on rêve d’une vie de série soap.
A cet age là, on a son libre arbitre, oui. Mais ils ont aussi leurs limites de résistance à la tentation.

En ce qui concerne les propos de Zemmour, je les trouve dénués de tout intéret. La discussion qu’ils amènent ici est intéressante, elle.
Avocats, éducateurs… J’ai la sensation que ce public de gamins délinquants nous interpelle par notre incapacité à répondre : aide peu efficace, trop rigide, mal adaptée, sanctions qui paraissent à côté de la plaque, qu’elles soient légères ou lourdes… et qui ne modifient pas le contexte.
Il nous manque des idées novatrices.

422. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:15 par Simplet

ah oui, un lien intéressant

http://www.avisderecherches.interie…

423. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:17 par J-c GOUILHERS

Maître donneur de leçons,
Vous qui paraissez si fier de ce qu’un magistrat ne puisse être appelé que “Monsieur” et non pas “Maître”, vous devriez savoir que cette dernière appellation correspond à un statut social inférieur et que, précisément, ce sont les avocats, considérés comme des laboureurs ou des artisans, qui n’ont pas droit à l’appellation de “Monsieur” ou “Madame” réservée aux personnes de qualité: je vous renvoie à cet effet à une lecture attentive de la fable du Corbeau et du Renard de ce bon La Fontaine. Vous pourrez y faire votre instruction, et considérer ainsi la boursouflure d’esprit de votre corporation entièrement composée de petits maîtres qui, depuis qu’ils ont fait fonctionner la guillotine comme une machine à coudre entre 1789 et 1799, ne se sentent plus de se prendre pour “ces Messieurs du Parlement”. Il est vrai que depuis lors, après avoir abusé de la machine, ils l’ont fait mettre au musée et l’on sait bien que Robespierre fut un fervent abolitionniste qui a laissé sur ce sujet des discours encore plus émouvants que les vôtres…Alors, tous les espoirs sont permis: les avocats sont là pour nous défendre, les Maîtres veillent sur nous.

424. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:19 par philippe913

les contrôles au faciès, les contrôles au faciès qui serviraient à trouver des trafiquants de drogue et à démanteler des réseaux?

mmm, quand on parle de ces contrôles, on cible les BAC, les ilotiers, les police-secours etc. le gardien de la paix de base en gros (sans aucune connotation péjorative)

leur travail n’est certainement pas de repérer des trafiquants comme on l’entend, mais bien plus souvent des petits délinquants qui auraient fait une faute en trimballant quelque chose d’illicite sur eux et qui permettrait de le leur rajouter sur leur CV, ou qui seraient inscrits comme personnes recherchées.
Ou alors, harceler des groupes qui soutiennent des murs ici et là, buvant, criant, crachant et emmerdant les gens de passage en attendant de commettre un petit délit qui ne sera puni que de TIG ou, au mieux, de prison avec sursis, et qui aura parfois laissé quelqu’un dans une grande détresse psychologique (je parle de la victime).

les grands trafics et leurs auteurs sont recherchés par la PJ qui, elle, ne fait pas vraiment de contrôles au faciès.

425. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:20 par philippe913

les contrôles au faciès, les contrôles au faciès qui serviraient à trouver des trafiquants de drogue et à démanteler des réseaux?

mmm, quand on parle de ces contrôles, on cible les BAC, les ilotiers, les police-secours etc. le gardien de la paix de base en gros (sans aucune connotation péjorative)

leur travail n’est certainement pas de repérer des trafiquants comme on l’entend, mais bien plus souvent des petits délinquants qui auraient fait une faute en trimballant quelque chose d’illicite sur eux et qui permettrait de le leur rajouter sur leur CV, ou qui seraient inscrits comme personnes recherchées.
Ou alors, harceler des groupes qui soutiennent des murs ici et là, buvant, criant, crachant et emmerdant les gens de passage en attendant de commettre un petit délit qui ne sera puni que de TIG ou, au mieux, de prison avec sursis, et qui aura parfois laissé quelqu’un dans une grande détresse psychologique (je parle de la victime).

les grands trafics et leurs auteurs sont recherchés par la PJ qui, elle, ne fait pas vraiment de contrôles au faciès.

426. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:22 par deurmod

Il est évident qu’il y a plus de robes et des noires au tribunal qu’ailleurs.

427. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:43 par NaOH

Merci pour ce billet.

Un peu dommage que vous n’insistiez pas assez sur la très judicieuse remarque de dura lex sed lex (31) :
si on ne contrôle que des noirs (quelle qu’en soit la raison), il y a peu de chances qu’on trouve des blancs !

428. Le vendredi 26 mars 2010 à 14:57 par balaru

@Lyr
Il y a certainement beaucoup de vrai dans ce que vous dites, malheureusement c’est incomplet.
Toutes les vagues d’immigrations ont étées dans les même cas de figure, parents déboussolés etc…Mais pas avec les mêmes conséquences.
Ce qui veut dire qu’il y a des facteurs qui vous échappent, ou que vous ne voulez pas voir : il faut bien garder l’espoir pour agir, je comprends les gens comme vous.
Moi aussi depuis les années 80, je me dit, ça va passer, 1 ou 2 générations et tout rentrera dans l’ordre. Hélas, ça ne fait qu’empirer.
Il est temps, encore temps ?, de regarder les choses en face, de ne plus se contenter des explications sociales, auto-réconfortantes etc…
Je suis toujours d’accord avec Hugo, une école de plus, une prison en moins, sauf qu’avec une misère incomparablement moins cruelles on a une délinquance omniprésente.
Je pense qu’Hugo serait du coté de ceux qui veulent être dans la réalité et pas dans le confort morale et intellectuel.

429. Le vendredi 26 mars 2010 à 15:13 par Neville

Je crains que sous peu, le débat sur l’affaire Zemmour ne se change en affaire Bilger, surtout si ce dernier, entendu ce jour à 16h00 par le Procureur Général de Paris, fait l’objet de poursuites disciplinaires.

Auquel cas, si l’affaire se décale vers le PG de Paris, il serait peut-être opportun de modifier le titre du présent billet, pour éviter un contresens que vous n’avez pas fait mais que certains pourraient vous imputer, à tort.

430. Le vendredi 26 mars 2010 à 15:40 par Heller

Cher Maître,

Votre analyse me convient parfaitement et j’en partage l’essentiel, pour ne pas dire tout son contenu.

Cependant, ce qui soulève mon intérêt est, non pas le contenu des propos de M. Zemmour ni celui du billet de M. Bilger (qui est, si on l’analyse en détail, très mesuré), mais bien le “battage” et l’emportement médiatiques qu’ils ont suscités.
De fait votre exposé est une réponse posée, réfléchie et s’attache à réfuter logiquement le propos à l’emporte-pièce de M. Zemmour et à exprimer un désaccord de point de vue avec M. Bilger. Ceci étant, il me semble qu’il convient de s’interroger sur le fait que tout le système médiatique s’emballe sur une phrase (qui plus sortie de son contexte) prise comme un absolu faisant l’apologie du racisme ou visant à la stigmatisation d’une catégorie de la population.
De même, en ce qui concerne M. Bilger, le billet qu’il a écrit mérite-t-il que le procureur général le convoque, qu’à minima il l’admoneste, ou que même ce puisse être le début d’une procédure disciplinaire relevant d’une décision de la ministre de la Justice et Garde des Sceaux ?

Il me semble que notre société n’est plus capable que de démesure systématique, se révèle incapable de discuter par échange d’arguments, voire, et cela est bien plus grave, est prise au piège de la police de la pensée qui interdit l’expression de la moindre idée qui ne correspondrait pas aux canons d’une bien-pensance imposée par une série de lobbies de la pensée conforme.
Là, me semble-t-il, réside le fond de cette affaire qui, si on l’analyse, reste un épiphénomène.

431. Le vendredi 26 mars 2010 à 15:42 par Caulaincourt

Certains messages ont-il échappé à la vigilance de Troll Detector Tm ou bien ce dernier, comme le dit Eolas, est en train d’astiquer sa batte avant de frapper plusieurs coups.

432. Le vendredi 26 mars 2010 à 15:47 par rebelbird

Je ne comprend pas très bien le propos ici. En général, quand on recherche quelque chose, on cherche là où on a déjà trouvé, champignons, châtaignes ou dealers.

Au nom de l’égalité devant la loi, le policier devraient faire fi de leur expérience et contrôler tout citoyen sans distinction? S’ils ne contrôlent pas en priorité ceux qui leur semblent statistiquement plus susceptibles d’être des contrevenants, comment peuvent-ils assurer leur rendement?

433. Le vendredi 26 mars 2010 à 15:53 par zip

Militant socialiste, brimé dans mon divorce par les juges aux affaires familiales, je vous dit merci, merci, merci mille fois merci pour cette démonstration lumineuse de ce que je ressent si cruellement.

Je me permettrait de diffuser aussi largement que possible votre texte, c’est l’antibiotique de la démocratie contre le fascisme (qui c’est toujours autant attaqué aux familles qu’aux bouc émissaires “étrangers”)

434. Le vendredi 26 mars 2010 à 15:54 par Bof91

@Shodig

” toutes les études scientifiques ont montré que si la couleur de peau est visible, en fait la proximité génétique entre personnes de peau blanche et personnes noires est la même qu’entre personnes blanches et entre personnes noires”

Ce genre de remarques me laisse pantois. Vous avez vraiment une confiance aveugle dans nos scientifiques. Pour votre gouverne, sachez que la compréhension du code génétique n’en est qu’à son balbutiement et que le simple déchiffrage linéaire de séquences génétiques ne nous éclaire pas sur la manière dont les différents constituants interagissent entre-eux.

Savez-vous qu’entre une table en chêne et une chaise dans le même bois, il y a 100% de correspondance au niveau moléculaire. Et pourtant, une table et une chaise, c’est loin d’être la même chose, et je peux désigner à tout coup laquelle sert à s’asseoir et laquelle sert à manger. La constitution moléculaire n’est peut-être pas le bon critère de choix ?

Prenez la peine de lire cet excellent article et vous comprendrez mieux pourquoi Zemmour est capable de dire à cette jeune femme qu’elle est probablement originaire, de par ses ancêtres, d’Afrique.

Diversité génétique et question de races

435. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:00 par Clafoutis

@421 J-c GOUILHERS
” …depuis qu’ils ont fait fonctionner la guillotine comme une machine à coudre entre 1789 et 1799,… “

Désolé mais il y a un anachronisme : la machine à coudre fut inventée par B. Thimonnier, né en 1793.

Heureusement : supposez que les ci-devants condamnés eussent été cousus !
C’est pour le cou(p) qu’on pourrait parler de cruauté.

436. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:01 par Lili

A N° 429

Non, mais allez-y ,dénoncez, on a déjà connu ça…

437. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:02 par loupiat

Vous avouez sincèrement être de mauvaise foi,il était inutile de nous en faire la démonstration.Vous vantez les mérites de la rigueur scientifique mais vous ne tenez aucun compte de vos propres conseils.Vous nous dites que c’est la misère qui fabrique des délinquants et aussitôt vous nous citez l’affaire Clearstream,qui comme chacun sait,a mis en cause des pauvres bougres de banlieues,est ce que vous avez des statistiques sérieuses qui démontrent que sur l’ensemble des pauvres il y a une majorité de délinquants ? Criminaliser la pauvreté ne me semble pas plus glorieux que de criminaliser l’origine ethnique,d’autant qu’un scientifique vous répondrait que,selon votre théorie, l’effet cessant avec la cause qui la engendré,les parrains de la mafia une fois riche devrait cesser leur coupable industrie,et que les gens riches de naissance ne seraient jamais délinquants,n’ayant jamais été confronté à la cause.Je retiendrais quand même que l’absence de statistique a un effet pervers,et j’ajouterai tellement pervers même,qu’il annule complètement son effet vertueux.Vous nous donnez rendez-vous à la 23e chambre pour vérifier votre propos,on pourrait,à notre tour,vous envoyer sur le site du ministère de l’intérieur à la page des avis de recherche.

438. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:04 par petit poulet

Quand un individu se retrouve en prison, ce n’est pas parce que son identité a été contrôlée, c’est qu’il a commis des faits.

Les forces de l’ordre n’interpellent pas les délinquants sur la base d’un contrôle d’identité mais des enquêtes au cours desquelles les préjugés, statistiques et autres n’interviennent pas: seulement les faits.

le contrôle d’identité n’est pas, me semble-t-il, la base de la police judiciaire.

si les chiffres sur les origines ethniques des détenus étaient libérés et juxtaposés à ceux relatifs à leur niveau social, ce post n’existerait pas. on pourrait directement constater l’explication de maître Eolas, sans polémique

439. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:17 par Erus_Iluvatar

Je plussoie fortement Forza en 65 ; pour une fois Maitre, vous répondez juste, mais à coté de la plaque.

440. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:20 par Neville

@ petit poulet 436 :
“Les forces de l’ordre n’interpellent pas les délinquants sur la base d’un contrôle d’identité mais des enquêtes au cours desquelles les préjugés, statistiques et autres n’interviennent pas: seulement les faits.”

Quelle lecture, et si vous êtes policier (votre pseudo le suggère, excusez-moi) quelle pratique avez-vous de l’article 78-2 du Code de procédure pénale, qui permet au contraire de procéder à des contrôles d’identité de quiconque, même non suspect, dans certaines zones, à certains moments délimités, sur réquisitions écrites du Procureur de la République ?

441. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:20 par Erine

« Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant »
“C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général”.
“La honte est sur nous et pas sur eux”.

La résilience individuelle n’existe pas à vous yeux ?
Ces paragraphes sont dénués de toute humanité, au mieux ils feront rire les personnes concernées de tant de naïveté, au pire ils se tirent une balle dans la tête.
Parce que pauvres, parce que porteurs d’une histoire douloureuse, tous les exilés du monde (ou la plupart) sont destinés à la délinquance et à l’échec ? . Le rêve n’est même pas permis dans votre monde ?
Nous faisons tous des choix dans la vie même si à certains moments ce ne sont pas les bons. Mais rien n’est perdu. Parce qu’on peut aussi changer et faire le bon choix.
Si on nous enferme dans cette image de victimes, d’êtres humains incapables de choisir de réagir (Même lorsqu’on devient délinquant, c’est à la société de s’excuser); alors que reste-il de notre humanité ? quelle est notre issue dans ce monde ?

442. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:23 par Lili

@ Bof91 N°432

Etre originaire d’Afrique ou d’ailleurs n’a rien d’infâmant.
Ce qui est infâmant c’est d’associer ces populations au taux de délinquance alors qu’ils sont pour la plupart Français.Qu’un journaleux se permette de baver, passe encore, mais la bavure d’un magistrat est autrement plus grave, surtout quand il est connu.

@ Gouihlers N°421
Le titre de “Maître”se donne,en dehors du monde des Avocats, à des personnalités insignes dont vous n’atteindrez probablement jamais la cheville.

443. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:27 par PEP

Le titre de “Maître”se donne à des personnalités insignes
Le “s” est dangereusement près du “d”, sur un clavier standard…

444. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:30 par pierre

Il me semble qu’il y a une méprise dans vote acte d’accusation à l’egard de mr Zemmour. En effet à aucun moment il n’a dit que les noirs et les arabes étaient des trafiquant et des voleurs, au contraire pour répondre à la question de pourquoi les noirs et les arabes étaient plus controlés il a expliqué que c’était parcequ’ils sont responsables de la majorités des affaires de délinquances. En disant ça il évite soigneusement l’amalgame entre causalité et corrélation que vous exposez, mais il constate exactement ce que vous constatez dans votre article et rien de plus!

Il me semble que vous lui faites un procès d’intention motivé par le second repproche que je voudrais vous faire: l’auto-flagellation: si on avoue que beaucoup de délits sont commis par des jeunes issus de l’immigration il faut immédiatement les excuser et s’en faire le repproche: c’est nous qui avons failli.

“Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant.” Comme si il n’y avait que les immigrés qui étaient dans ces situations, à vous lire avec le taux de chômage actuel la délinquance aurait du exploser, y compris chez les jeunes non issus de l’immigration qui forment l’essentiel des chômeurs. Et bien non, la pauvreté touche tous les français, et non, ce n’est pas un passe droit et encore moins un excuse pour des choix de vie condamnables.
Selon vous ntre société a failli dans son modèle d’intégration, “La honte est sur nous et pas sur eux.” Rien que ça! il y aurait t’il des critères qui empêchent des jeunes de s’inscrire à l’école, à l’université, de toucher des bourses d’étude, des aides aux familles? Leur est il interdit de présenter les concours de la fonction publique?
N’écartez vous pas un peu facilement le repli identiaire et culturel, la non-volonté de s’intégrer, la glorification des voyous et le modèle des “grands” qui affichent un sacré train de vie avec “la débrouille”?

Dès lors qu’un jeune veut s’intégrer et s’en donne les moyens il peut y arriver, je l’ai vu au cours de ma scolarité et dans ma vie professionnel en cotoyant la discrète partie immergée de l’iceberg des jeunes immigrés, ou issus de l’immigration, qui construisent leur vie sans complexes.

445. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:30 par Chris

Notez que votre post donne raison à Zemmour sur un point: la discrimination à l’égard des hommes par rapport aux femmes. Ce n’est jamais bon de se sentir traiter comme une “merde” depuis l’enfance… ça crée du ressentiment.

J’entends déjà toutes les dénégations qui vont tomber: les hommes ont tous les pouvoirs, oppriment, etc.
N’empêche l’oppression anti-hommes est bien plus qu’une réalité annexe; c’est la vie quotidienne de tout un chacun. Et le pire, c’est que c’est interdit d’en parler… les garçons sont moins bons à l’école? c’est parce qu’ils sont nuls… (pourtant quand on compte tous les grands noms de la science ou des arts…); ils sont violents? c’est à cause de la testostérone… par contre une mère est violente, c’est juste qu’elle est malade… etc. Bref, le message est “l’homme est un raté par NATURE”! Répété à longueur de temps à tous les mômes. Tout ça dans la plus grande inconscience de l’impact de ce discours haineux et de ses conséquences.

Un point à Zemmour, donc (même s’il a tort sur une bonne partie du reste).

446. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:38 par Rokha

Bonjour,

Il me semble qu’il ne sert absolument à rien de chercher à savoir à qui revient la faute, ou bien qui devrait avoir honte.
Si problème il y a, ce n’est pas en cherchant le coupable qu’on va le résoudre.

Il me semble que tout le monde s’accordera pour dire que la pauvreté est l’une des causes de la délinquance.
Il me semble également important de dire que la délinquance est l’une des causes de la pauvreté. Car la délinquance crée la violence, la violence crée la peur, l’isolement, le repli sur soi, l’ignorance, la marginalisation, le racisme. Dans les deux sens. La délinquance, si elle est majoritairement le fait de gens de couleur, crée chez les blancs une peur, qui peut être comprise, de l’ensemble des populations de couleur. La délinquance d’une poignée nuit dont à l’ensemble des minorités. C’est pour cela qu’elle est intolérable, c’est pour cela que les minorités elles-mêmes devraient aussi s’approprier le problème pour contribuer à y apporter des solutions.

Nous parlions de la délinquance en col blanc. J’entends ici et là qu’elle est le fait des blancs. En réalité, elle est le fait de certains puissants, dans chaque pays. Et la France est en ce sens bien mieux lottie que la quasi totalité des pays d’Afrique, dont les dirigeants corrompus s’octroient sans scrupule les ressources qui seraient si précieuses pour leurs peuples. Il n’empêche que cette délinquance là doit aussi être combattue, car sinon elle aboutira à ce que les gens pensent que si l’on est blanc et que l’on a du succès dans les affaires, on soit présumé de malhonnêteté.

Pour résoudre un problème social, il faut combattre les causes de ce problème. En l’occurence, il faut combattre la délinquance, et il faut combattre les origines de la délinquance. Deux problèmes liés, mais différents.

Combattre la délinquance, c’est avant tout le travail, de la police. Il s’avère que la police travaille notamment de manière empirique, car personne n’est davantage sur le terrain qu’elle, à part justement les délinquants. Si, dans nos régions urbaines, la police a constaté que certaines catégories de populations étaient davantage sujettes à la délinquance, il est normal que la police, pour des raisons d’efficacité (les fameux chiffres dont certains parlent), se concentre sur ces populations. Sinon on lui reprocherait aussi. Mais ce n’est pas le travail de la police de combattre les causes de la délinquance. Et si les contrôles au faciès irritent les personnes concernées, c’est très compréhensible, mais ça n’est pas la cause de la délinquance.

Les origines de la délinquance sont à mon sens diverses. La pauvreté fait bien sûr partie de ces causes. Il n’y a pas 36 solutions pour combattre la pauvreté : éducation et travail. Il faut donc chercher des réponses dans une réforme du système éducatif (ça ne signifie ni plus de profs, ni plus de moyens. Plutôt une manière différente d’enseigner, d’orienter). Rappelons nous qu’il y a 20 ans, il y avait plus d’élèves, moins de profs, et pourtant de meilleurs résultats.

Mais ce n’est pas la seule cause. La preuve, de nombreux pays pauvres ont moins de délinquance que nous (Maghreb, Chine, etc.).

Deuxième cause de la délinquance : la marginalisation des populations. Là je rejoins Zemmour, et son discours sur le modèle assimilationniste. Bien sûr, la vie en cité est affreuse. Mais il ne faut pas s’arrêter là. Intégrer les italiens n’a pas été lontemps un problème, car leur culture proche de la notre, et l’absence d’éléments visibles laissant prise aux préjugés (ils sont blancs) a facilité l’intégration et l’acceptation. C’est bien sûr plus difficile quand on ne partage pas la même religion (ce qui a toujours posé des problèmes dans l’histoire, et en pose toujours), les mêmes coutumes, langues, etc. L’accent des jeunes de banlieue, par exemple, est un facteur de marginalisation important. Il est certains que si l’on ne partage rien avec les autochtones, on est plus expatrié qu’immigré.

Troisième facteur aggravant à mon sens. Le passé colonial. Cela expilque peut être que les chinois s’intègrent bien. Ou plutôt se désintègrent bien. Les communautés chinoises ne sont pas exemptes de problèmes, loin de là, mais ne souffrent quasiment pas du racisme. Peut-être tout simplement car il n’y a pas de base conflictuelle aux relations entre les français de souche et les chinois. Et que du coup, tout le monde est parti du bon pied.

Il me semblerait important de mettre fin à cette culpabilité coloniale, de mettre fin aux “honte à vous”, “honte à nous”. Les nouvelles générations n’ont pas connu, ne connaitrons pas la colonisation. Les jeunes blancs n’ont rien à voir avec la colonisation, de même que les jeunes immigrés de seconde généraction, ainsi que les africains d’aujourd’hui. Et pourtant, ce vieux grief à la dent dure.
Quand on pense que certains vieux africains en gardent un souvenir nostalgique. Quoi qu’il en soit, la vérité sur les bénéfices et les maux de la colonisation est ailleurs, et devrait le rester.

Il n’y aura jamais rien de pire que de s’excuser sans arrêt devant les populations françaises d’origine africaine en leur disant que nous leurs devons tant, alors que nous avons si peu à leur donner. Car ces compatriotes finissent légitimement par le croire, et par en vouloir à la France. Et nous leurs en voulons de nous en vouloir.

Nous aurons bien assez de problèmes dans les années à venir, et d’efforts à fournir de tous les côtés. Il faudrait tenter de s’unir avant qu’il ne soit trop tard.

447. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:40 par Bof91

@Lili n°440

Je ne vois pas le rapport avec la génétique ?
Ai-je dit qu’il était infâmant d’être originaire d’Afrique ?

448. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:42 par petit poulet

@Neville 438

Votre remarque est pertinente mais je confirme que le contrôle d’identité n’est pas la base de la police judiciaire.

Les infractions mises à jour lors des contrôles d’identité sont commises par le menu fretin, qui va se voir rappelé à la loi, condamné à une peine d’amende ou à une peine d’emprisonnement avec sursis …

Les contrôles d’identité aboutissent rarement à des peines de prison ferme. Le débat sur l’origine ethnique des pensionnaires des prisons et donc toujours ouvert. Et je pense que la forte représentation en prison d’une population peut être plus facilement expliquée par le niveau social de ces personnes comme l’avance maître Eolas que par le fait qu’elles soient plus contrôlées par les forces de l’ordre.

449. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:43 par bob

je suis né en 1982 , donc pas responsable de tout cela ; merci de ne pas me faire culpabilisé d’etre blanc.
sinon au lieu de se prendre la tete a demontrer ceci ou cela , c’est notre faute pas notre faute; la vrai question est:
que faire des jeunes en difficultés blanc ou noir ou gris qui pourrissent la vie des autres ?(n’ayont pas peur de le dire).

450. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:44 par Georges S.

Anticipation auto-réalisatrice: supposons que le taux de consommation de cannabis soit uniforme dans toute la population, quelque soit l’origine ethnique; mais que a contrario, la police anticipe que les noirs et les arabes sont plus contrevenants et qu’il faut donc plus les contrôler. De facto, ils arrêteront plus de noirs et arabes. Et seront ainsi confirmés dans leur anticipation.

Juste histoire de s’interroger sur cause, conséquence et statistiques…

451. Le vendredi 26 mars 2010 à 16:57 par Petruk

Zemmour justifie les contrôles au facies, défend la discrimination à l’embauche voire donne carrément dans le mensonge éhonté façon protocole des sages de Sion en affirmant tranquillement que nombre de familles musulmanes interdiraient à leurs enfants de parler le français, la langue du diable.

Il ne cite jamais la moindre source et lui qui se prétend un grand défenseur du “débat” n’a jamais osé sortir ses énormités devant un scientifique. Mais en ce qui concerne la langue du diable son rapport un peu particulier avec les faits s’est un peu vu.

Je ne vois pas comment certains peuvent prétendre que lui et Eolas auraient le même avis. Et en particulier le maitre des lieux semble plutôt opposé au contrôle au faciès (ou alors quelque chose m’a échappé) alors que Zemmour le défend clairement.

Monsieur Zemmour fait tout simplement un maximum de provocation pour faire de la pub pour ses bouquins. Cette technique n’est pas nouvelle puisque Houellebecq avait déclaré “La religion la plus con, c’est quand même l’islam” pour faire de la pub à la sortie de son bouquin Plateforme.

Je persiste à trouver désolant qu’il y ai un Magistrat pour se transformer en agent littéraire de Zemmour et pour lui faire sa pub. Enfin j’ai entendu dire que les procureurs n’étaient pas vraiment des magistrats mais c’est quand même désolant.

452. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:04 par KRim

à Pétruk

pour ta gouverne, zemmour cite ses sources dans sa lettre à la Licra, ainsi que sur le plateau de France Ô, où il a eu a peu près le temps de le dire.
Je te conseille notamment une étude du Sénat réalisée en 2001, destinée à dimensionner le nombre d’imams qu’il fallait recruter dans le prisons françaises. C’est sur le site du sénat.

453. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:11 par Petruk

@449
D’ailleurs j’ai retrouvé ici l’interview de Houellebecq et c’est du lourd. Il déclare notamment :
“J’ai eu une espèce d’intuition… à savoir que pour les Anglo-Saxons, la sexualité est une activité réservée aux vacances. Le reste de l’année ils travaillent beaucoup… ils n’ont pas le temps… et puis c’est trop difficile avec les Anglo-Saxonnes. Elles sont tellement chiantes, tellement compliquées.”

“La prostitution, je trouve ça très bien. Ce n’est pas si mal payé, comme métier…”

et ce morceau de bravoure :
“Bien sûr qu’il y a des victimes dans les conflits du tiers monde, mais ce sont elles qui les provoquent. Si ça les amuse de s’étriper, ces pauvres cons, qu’on les laisse s’étriper. Les nationalistes sont des primates. Si les gens sont suffisamment cons pour rêver à une Grande Serbie, qu’ils meurent, c’est ce qu’ils ont de mieux à faire. Et les coupables ne sont pas les dictateurs, ce sont les individus de base qui ne pensent qu’à se battre. Ils aiment avoir un fusil entre les mains, ils aiment tuer, ils sont mauvais.”

A propos du général De Gaulle :
“Euh… quand j’étais jeune, il m’énervait beaucoup. Non… finalement… j’ai plus de sympathie pour Pétain! Je trouve ça facile d’aller faire le malin à Londres sans affronter les difficultés réelles du pays”

Avec ça il a vraiment maximisé ses chances d’entendre parler de lui. Je pense qu’il n’a pas dit que sœur Emanuelle avait eu une relation avec le commandant Cousteau parceque quand même le coté provoc aurait été trop visible.

Finalement Zemmour reste un amateur. Il a une grosse marge de progression.

454. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:15 par Véronique

@ Petruk

Enfin j’ai entendu dire que les procureurs n’étaient pas vraiment des magistrats mais c’est quand même désolant.

ça, à coup sûr ,c’est un fait.

Un procureur dont l’obsession intellectuelle est la liberté d’expression, la liberté tout court, l’indépendance vis-àvis de toutes les polices de la pensée qui est convoqué parce qu’il défend la liberté d’expression n’est pas considéré comme un magistrat par sa hiérarchie. Juste comme un exécutant.

455. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:15 par oui oui

affligeant de bien pensisme

456. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:24 par YR

Un long commentaire mangé par ??? Tant pis.

En résumé : Zemmour s’est façonné un personnage de provocateur qui lui permet de vivre de ses passages dans les médias.

Il provoque pour faire hurler les bien pensants (forcément de gauche) et faire marrer les réalistes (forcément de droite). Et çà marche, il a la cote, il passe dans toutes les émissions de télé et de radio, écrit dans la presse, il gagne un fric fou avec ses sorties de comptoir.

Pourquoi donc changerait-il ?

Donc, ne donnez pas la parole à Zemmour qui l’a bien suffisamment et laissez le aboyer. Son discours ne convertit personne au racisme. Il est formaté pour faire enrager les antiracistes et faire bicher les racistes. Et pas pour éduquer les imbéciles.

Dernier point, Zemmour sait jusqu’où aller trop loin. Ses propos sont rarement attaquables car trop généraux. Rappel : “les magistrats démissionnaires” si couvent raillés ne sont jamais nommés. Mais cela fait rire les gens qui trouvent la justice corporatiste et syndiquée à gauche…

457. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:25 par Térence

@ Oui oui, # 453

Un morceau d’anthologie !

458. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:38 par Lili

“Cette fois nous ne voulons plus du cynisme qui nous répète que ces gosses sont incapables d’apprendre, que ces gosses qui nous ne ressemblent pas sont les problèmes de quelqu’un d’autre. Les enfants de l’Amérique ne sont pas ces gosses-là, mais ces gosses-là sont pourtant bien nos enfants, et nous ne tolérerons pas qu’ils soient laissés pour compte dans la société du vingt-et-unième siècle. Pas cette fois.

Cette fois nous voulons parler des files d’attente aux urgences peuplées de blancs, de noirs et d’hispaniques qui n’ont pas d’assurance santé, qui ne peuvent seuls s’attaquer aux groupes de pression mais qui pourront le faire si nous nous y mettons tous.

Cette fois nous voulons parler des usines qui ont fermé leurs portes et qui ont longtemps fait vivre honnêtement des hommes et des femmes de toute race, nous voulons parler de ces maisons qui sont maintenant à vendre et qui autrefois étaient les foyers d’Américains de toute religion, de toute région et de toute profession.

Cette fois nous voulons parler du fait que le vrai problème n’est pas que quelqu’un qui ne vous ressemble pas puisse vous prendre votre boulot, c’est que l’entreprise pour laquelle vous travaillez va délocaliser dans le seul but de faire du profit.”

Discours d’Obama 20 mars 2008

459. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:45 par Petruk

@Véronique
Je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter pour la liberté d’expression de monsieur Zemmour. Ses propos sont calibrés pour faire réagir tout en passant entre les gouttes judiciaires.
Et ils permettent également de jouer à se faire peur en criant à l’atteinte à la liberté d’expression.

Je m’inquiète plus pour la liberté d’expression de ce gendarme qui vient de se faire virer comme un malpropre. Peut-être que superBilger va venir à son secours…ou peut être pas.

460. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:51 par aqva

Au final tout ceci ressemble beaucoup à la technique de l’homme de paille (http://fr.wikipedia.org/wiki/Techni…).

Ce qu’a dit zemmour:
“la majorité des trafiquants de drogue sont eux-même noirs ou maghrébins”

Ce qu’on lui fait dire:
“les trafiquants de drogue trafiquent car ils sont noirs/maghrébins”
“les noirs/maghrébins sont des parasites”
“les noirs/maghrébins sont responsables de leur situation”
“les noirs/maghrébins pourraient facilement sortir de la misère si il n’étaient pas des délinquants congénitaux”

461. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:53 par Cécé

Jolie match entre Me Eolas et Me Bilger. Arguments interessants ici même… Mais si l’on se borne à ceux-là, alors Zemmour n’est pas condamnable. Il n’a fait qu’énoncer un fait que vous confirmez vous aussi. Qu’il ne soit pas entré dans la nuance de l’analyse socio-économique des raisons de cette surreprésentation ethnique soit. Mais il n’y a pas incitation à la haine. Stigmatisation ? Peut-être, mais je ne sais pas si c’est là une catégorie pénale…

En outre, vous faites à la fin le procès du déficit de la France dans l’insertion socioéconomique ses seconde, troisième générations…: “C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général.” Mais cette difficulté de mobilité sociale touche aussi les “français de souche” issus de la classe ouvrière, ou petit fils de paysan comme moi figurez-vous, Me Eolas… J’ai grandi en banlieue, je rencontre des difficultés socio-économique, et pourtant la délinquance ne s’est pas imposée à moi comme un fatum sociologique. Et je n’ai préféré les bibliothèques au cage d’escalier qu’à partir de 19 piges. De grâce ne considérons pas cela comme une fatalité. C’est précisémment donner peu d’espoir à ces jeunes…

462. Le vendredi 26 mars 2010 à 17:57 par mathieu

Je viens de lire le billet (suivant celui-ci) de Sub lege libertas.
Ce blog, décidément, redonne fois en l’être humain.
Voilà je ne sais combien de mois (années ?) que, lecteur silencieux, je le pense à chaque nouveau billet.
Eh bien, cette fois, je le dis.
Merci.

463. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:14 par récap59

“Honte sur nous pour ceux-là seuls que l’on se garde de conduire devant leurs juges” écrit sub lege libertas.

Malheureusement, il mélange pédophilie et infraction à la législation sur les stupéfiants, ce qui fait penser à l’URSS stalinienne mettant dans le même sac criminels de droit commun et dissidents politiques.

Dans le cas de la pédophilie, ses hypothèses les plus intéressantes me paraissent les quatre dernières, auxquelles j’ajouterai que :

-Le pédophile riche a plus de facilité pour acheter le silence de sa victime,
-il peut aussi s’offrir les services d’enfants prostitués, et s’il faut pour cela acheter un ticket d’avion ce n’est pas un obstacle pour lui.

En ce qui concerne les stupéfiants, la réponse est beaucoup plus simple.

C’est la propre de toute les lois scélérates qu’elles ne tiennent qu’autant qu’on se garde bien de les appliquer à tout le monde sur un pied d’égalité.

Un petit juge qui ose mettre en détention provisoire un notable important fait plus contre la détention provisoire que mille billets d’Eolas, cent manifestations de gauche ou d’extrême-gauche,

-C’est après l’incarcération pour consommation de chanvre indien du fils d’un politicien hollandais célèbre que les Pays-Bas ont décidé d’instaurer une tolérance de quelques grammes, dans les années 1960,
-c’est seulement après que des politiciens et des hommes d’affaire aient enfin goûté aux conditions d’incarcération dans nos prisons que nos députés et sénateurs ont commencé à s’émouvoir de ce scandale,
-pourquoi Obama a-t-il eu autant de mal à faire passer sa modeste réforme de la santé, qui n’aurait été qu’une simple formalité dans des pays comme la Suède ou la Finlande ? Parce qu’aux USA les riches et les classes moyennes supérieures ne se sentent pas concernés par les problèmes des pauvres et ne s’identifient pas à eux en raison d’une différence de couleur de peau entre les deux extrémités de l’échelle sociale que l’on ne retrouve pas dans les pays scandinaves,
-pourquoi les lois Peyrefitte sont elles toujours en vigueur en France ? Parce que les forces de l’ordre contrôlent les identités au faciès. Si jamais elles s’avisaient de soumettre les bourgeois bon teint au même harcèlement, les jours de ces lois scélérates seraient comptés,
-l’Arabie saoudite et d’autre monarchies pétrolières punissent du fouet la consommation d’alcool, cette peine ne durerait pas longtemps si les émirs et leurs familles risquaient vraiment de le recevoir en cas d’infraction.

Le jour ou la police persécutera tous les contrevenants à la prohibition des stupéfiants sur un pied d’égalité, la prohibition n’aura plus que quelques jours à vivre.

Et même pas une journée si jamais toutes les drogues étaient elles aussi traitées sur un pied d’égalité, y compris l’alcool et le tabac.

Les lois scélérates ne fleurissent que dans les pays corrompus et inégalitaires, voire racistes.

J’ai remarqué dans cette discussion beaucoup d’esprits doués et cultivés qui refusent de distinguer entre le bien et le mal, se contentent d’une définition purement conventionnelle et relative de ces notions, affectent de croire que la fraude fiscale ou la délinquance astucieuse ne ferait pas de victime, que le commerce illicite de stupéfiants ou la copie informatique de fichiers en feraient, semblent ignorer qu’une population appauvrie par la corruption de ses élites subit aussi un préjudice moral et psychologique, que la misère extrême cause un authentique traumatisme à la victime, etc…

Ils font semblant de ne pas savoir distinguer entre la loi scélérate et celle qui sanctionne un vrai crime qu’aucune société civilisée ne peut accepter.

Mais je suis certain que si la police et la justice traitaient tout le monde sur un pied d’égalité, tout ce beau monde retrouverait très vite ses esprits et cesserait immédiatement d’entretenir des confusions grossières indignes du niveau général de ce blog.

464. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:22 par mai

Merci pour ce billet.

La parole de DIEU nous enseigne aussi :

Proverbes 30 :7-9  : « Eternel, je te demande deux choses, ne me les refuse pas avant que je meure : garde-moi de dire des paroles fausses ou mensongères, ne me donne ni pauvreté ni richesse ; accorde-moi seulement ce qui m’est nécessaire pour vivre, car dans l’abondance, je pourrais te renier et dire : « qui est l’Eternel ? ». Ou bien, pressé par la misère, je pourrais me mettre à voler et déshonorer ainsi mon Dieu » ;

D’autres textes bibliques accordent aux immigrés le même traitement que la veuve et l’orphelin.

Attachons nous à la parole de Notre Seigneur et faisons la volonté de DIEU.

Que DIEU vous bénisse.

465. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:45 par jeans

Je lis : “Il me semble que tout le monde s’accordera pour dire que la pauvreté est l’une des causes de la délinquance.”

Mais évidemment, pauvre truffe, qu’ il en est ainsi. De même que c’est parce qu’on tombe qu’on se fait mal, que c’est parce qu’on se coupe qu’ on saigne, ou que c’ est parce qu’ on joue au loto qu’on gagne. Que c’est parce que A que B. Mais sans oublier le fait qu’on peut aussi jouer au loto et ne PAS gagner, non ?!!!

J’ ai l’ impression de lire des attardés pas grandis ou des sophistes faisant croire qu’ ils comprennent ce qu’ils disent mais qui font des mines pour éviter d’ écrire .. qu’ on ne tombe PAS forcément dans la délinquance quand on est “pauvre” ! Qui évitent d’écrire, (“pour ne pas stigmatiser”, je suppose ?) qu’il y a des générations de gens bien qui s’ en tirent malgré qu’ils soient pauvres à l’origine. Qu’on n’a pas forcément besoin de faire venir 5 millions d’immigrés africains pour rénover les façades de ses immeubles : soit qu’on puisse les laisser sales, soit qu’on doive les refaire soi-même (plutôt que de se palucher sur internet), c’est-à-dire qu’on cesse de vivre au-dessus de ses moyens !

Et surtout qu’ il faut une sacré dose de culot pour dire de gens qui habitent dans des F5 qui sont plus grands que chez moi et qui sont financés par la collectivité .. qu’ ils sont “pauvres” !

Donc : NON, il n’ y a que des bobos pour s’accorder sur une telle déclaration ! La vraie cause de la délinquance, c’ est de se tripoter en se demandant ce que c’ est. “Une capitulation est essentiellement une opération par laquelle on se met à expliquer au lieu d’agir.” Ch.Péguy

466. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:47 par Franck Boizard

Dommage que votre conclusion masochiste et injuste ruine la crédibilité générale de votre message, comportant des points par ailleurs intéressants.

467. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:49 par toto

Je copie/colle un extrait de la “Gazette d’@si” :

Sur le lien entre ethnies et délinquance, y a-t-il, comme l’affirme l’extrême-droite politique et médiatique, des vérités interdites ? Des mots que les journalistes tremblent d’utiliser ? Des chiffres tabous ? Ne souhaitant pas ajouter du bruit au bruit, nous n’avons pas invité Zemmour (désolé pour les fans), mais un journaliste du Monde, Luc Bronner, très bon connaisseur de ces questions, u n sociologue, Didier Lapeyronnie, et la démographe Michelle Tribalat, favorable à la création de “statistiques ethniques”, qu’un grand nombre de ses collègues n’envisagent qu’avec des pincettes.

Verdict ? Vous tirerez de l’émission les conclusions que vous voudrez. Pour ma part, je sors du plateau avec une certitude très nette : non, sur la délinquance, sur la polygamie, sur le trafic de drogue, les journaux ne disent pas tout. Avant qu’il décide finalement d’écrire que les agresseurs récents d’un policier étaient de jeunes noirs, il faut entendre notre confrère du Monde raconter sa longue hésitation. Quant au sociologue, en relisant son livre, il a barré plusieurs détails sur les pratiques sexuelles des jeunes étudiés. Pourquoi ? Les raisons de l’autocensure sont-elles toujours mauvaises ? Eh bien, pas forcément ! En tout cas, elles sont parfois…surprenantes. Et il est exceptionnel que journalistes et sociologues acceptent, comme ici, de s’en expliquer. “Tout en parlant, je réalisais à quel point il est difficile de parler de ce sujet”, me disait Luc Bronner, en sortant du plateau.

http://www.arretsurimages.net/conte…

468. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:49 par B

Z. propulsé dans 4 ou 5 médias en l’espace de 2-3 ans, sélectionné et choisi par les producteurs télé et radio

Z. semble tout bonnement avoir été choisi pour faire ce travail par une partie de l’Establishment qui craint que la “droite des affaires”, un peu mal en point, ne puisse se charger correctement de la “gestion de l’électorat” … (objectif : rallier les voix FN en évitant à l’UMP de devoir conclure des alliances électorales avec le FN …. noter le soin avec lequel Z. évite d’attaquer Sarkozy et ses ministres).

Campagne pro-Z. incessante par des sites surgis sur Internet dès sa nomination chez Ruquier : cela sent le “hoax médiatique” à plein nez.

Un autre “cas” m’a amusé : Elisabeth Lévy, grande prêtresse du journalisme et pivot du quatrième pouvoir, bizarrement chassée de MANIÈRE SPECTACULAIRE de France Inter, qui a reconstitué aussi sec son site Causeur (promotion de la fameuse tendance zemmouroïde) animé par différentes personnalités très en vue, proches du pouvoir et soutenu par de grosses pointures de la commandite;

469. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:53 par Hélène

@318 Fitch
“J’ai pourtant souvenir d’immigrés polonais ou italiens (mes grands-parents maternels) dans ce cas, vivre dans la plus extrême pauvreté toute leur vie, sans pour autant voler un sac à main ou brûler une bagnole…”
Les voleurs ne sont pas forcément ceux que l’on présente comme tels.
Il y a quelques années, le journal “Le Monde” a repris ses informations d’il y a 50 ans. Il semble que l’on ait vite oublié que les Italiens étaient alors tous considérés comme des voleurs, vivant dans une saleté sordide. Le bon peuple d’alors n’était pas plus choqué que cela engendre des “ratonnades” et un “racisme” anti-italien que celui de maintenant par rapport aux arabes et aux noirs.
Je ne sais pas si cela consolera ceux-ci de penser que dans 50 ans, ils seront devenus des français ordinaires et donc racistes contre les peuples qui auront la malheureuse idée de vouloir immigrer “chez nous”.

470. Le vendredi 26 mars 2010 à 18:58 par Bof91

@Petruck n°449

On va bien finir par les obtenir ces fameuses statistiques ethniques et là, la bien-pensance devra se trouver d’autres arguments pour jouer les autruches.

471. Le vendredi 26 mars 2010 à 19:00 par jeans

  • 416. Le Vendredi 26 mars 2010 à 13:54 par PMB

393. Le Vendredi 26 mars 2010 à 11:44 par jeans

“C’est cela que la couleur des prévenus me rappelle, à MOI. Qu’ils n’ont pas leur place dans ce pays. “

Chiche que vous pensez que vos ancêtres, s’ils étaient Français, avaient une place d’office dans leur pays au “bon temps des colonies” ?

- - - - -

Tiens, le procédé de prendre un extrait me rappelle quelqu’un. Et : “non”, je n’en pense pas ainsi. Mais je pense que vous si ! Que vos ancêtres étaient dans leur pays, puisque vous êtes leur descendant réactualisé : hier là-bas à leur donner des leçons, aujourd’hui ici à nous donner des leçons, c’est le même fil historique, la même obsession.

Eh bien quoi, au prétexte que VOTRE père a commis un acte, VOUS devriez payer pour lui, c’est ce que vous me dites (avant même de prouver qu’il ait quoi que ce soit à compenser, d’ailleurs) ? Ce n’est pourtant pas ainsi qu’en juge la loi française ! Et figurez-vous qu’il n’en a pas toujours été ainsi, et que le changement de ne pas faire peser sur un groupe l’acte d’un seul fut considéré comme un progrès. C’est d’ailleurs ce principe qui évite d’appeler à d’autres types d’actes, voyez-vous (mais vous ne vous en rendez même pas compte, je suppose..).

Par ailleurs, je ne vais pas laisser se produire un évènement au seul prétexte d’un argument. Je ne vais pas laisser un inconnu se servir dans ma poche au prétexte que soit disant il se serait passé qqchose qui lui donnerait un quelconque droit à. Et vous non plus, d’ailleurs. Mais relisez-vous, bon sang. Quelle absence de compréhension de ce dont on parle! On frôle le degré zéro de l’intelligence. Que je sache, hier c’est hier et aujourd’hui c’est aujourd’hui, et si vous avez un problème avec cela, c’est vous qui n’êtes pas bien et qui profitez de mon travail et de celui de mes ancêtres pour financer votre loisir d’être un incompétent. Ce qui selon votre logique devrait donc me permettre dès demain de venir habiter dans votre salon ?

472. Le vendredi 26 mars 2010 à 19:02 par dl

Salauds de pauvres

473. Le vendredi 26 mars 2010 à 19:03 par Bof91

@Hélène n°466

Merci de nous citer des exemples de ratonnades qui se dérouleraient actuellement en France.
Je peux vous assurer que d’entendre de telles conneries, moi qui me suis fait agresser 4 fois en 3 ans par des racistes issus de l’immigration (oui c’est possible), ça me fait bondir.

474. Le vendredi 26 mars 2010 à 19:10 par Skippy

Une piste en réponse à Sub lege libertas, juste un fait : 90 ou 95% de mes fournisseurs en produits dérivés du chanvre indien étaient (oui, il y a prescription) blancs — et de classe moyenne. Les autres se comptent sur les doigts de la main et n’étaient pas réguliers.

475. Le vendredi 26 mars 2010 à 19:43 par Véronique

@ Petruk (post 457)

Clairement. J’ai dit plus haut en commentaire que le personnage médiatique E. Zemmour ne m’intéresse pas.

Ce que je n’accepte pas c’est l’omniprésence de cette police de la pensée qui passe son temps à traquer inlassablement les transgressions à la morale bien-pensante, celle qui étouffe dès qu’un mot non conforme à sa ligne est prononcé.

La liberté d’expression est inestimable car c’est en se confrontant soi à cette liberté qu’on progresse dans un raisonnement et qu’on construit sa propre indépendance intellectuelle.

Je suis outrée par le fait qu’un billet de Philippe Bilger qui, semble-t-il, n’a été lu par personne le conduise à être convoqué par son procureur général. Je ne comprends pas ce qui dans ce billet justifie une convocation disciplinaire, si ce n’est la tentation pour le GDS de valider on ne peut plus officiellement les politiquement corrects ambiants qui sont des chapes de plomb qui empoissonnent les esprits aussi sûrement, sinon plus que ce qu’ils sont censés dénoncés et combattre.

476. Le vendredi 26 mars 2010 à 20:30 par scaprofile

ca vous aidera dans votre reflexion sur la delinquance, au lieu de rabacher des soi-disantes ‘evidences’. http://docs.google.com/Doc?id=dhnvk…

477. Le vendredi 26 mars 2010 à 20:32 par B

En Campanie, la mafia (qui contrôle le secteur du béton, le textile, une bonne partie de l’immobilier et le secteur des déchets) recrutent dès ^l’âge de 14 ans, de jeunes chômeurs de souche comme “petit personnel” pour le trafic de stup.

Creusons les propos débiles de Z. sur “les trafiquants” (qui sont en fait les petits employés renouvelables et incarcérables du grand trafic) et demandons-nous par quels moyens “licites” armes, drogues et clandestins, qui ne passent pas par la douane, peuvent bien parvenir jusqu’à nos cités et avec quelles complicités.

Il nous faut un Silviano (auteur de Gomorra), d’un courage réel bien supérieur à celui du Numéro Uno de l’Agit-Prop médiatique tout à fait systémo-compatible.

Bref, intéressons-nous aux grands trafiquants et à la contribution du “système” bancaire et spéculatif à leur activité.

478. Le vendredi 26 mars 2010 à 20:34 par DS

bonjour,

je m’y perds un peu avec tous ces commentaires. il y a à boire et à manger, et des mouches qui nagent dans mon twinings vanille.

est il possible que les messages des ‘commensaux’ soient d’une autre couleur, afin de les repérer plus facilement ?

est ce possible techniquement qu’Eolas puisse apposer un petit ‘favicon’ ( style la tête de son dessin d’avocat, qui sourit et qui tend le pouce levé ) pour indiquer qu’un passage ou un post entier vaut la lecture ?

merci d’avance

479. Le vendredi 26 mars 2010 à 20:37 par charlin

un blog , comme vous le signalez Maître, en en -tête du votre ,
est une propriété privée …

Qui ne veut pas y lire une opinon contraire à la sienne est libre de ne pas y aller …
Si l’on y va , on applaudit ou on s’oppose …
On ne cherche pas à faire taire !

je viens souvent sur le votre quoique des fois … mais je ne dois pas être suffisament intelligent pour vous suivre à chaque fois …

Pour Monsieur Bilger ,puisqu’on ne doit pas dire Maître pour un procureur , il ne me viendrait pas à l’idée de vouloir le bailloner …..
et je déteste ceux qui l’affublent de nom d’oiseaux pour s’être exprimé pour défendre la liberté d’éxpression
et qui justement veulent le faire taire ……

pour E Z , je n’ai pas de commentaires à faire …, une explication peut-être : Qui donc en public ne s’est pas laissé emporter par la fougue des répliques et ne s’est pas laissé aller à dire des choses dépassant de plus ou moins loin ,ce qu’il voulait dire Alors sur un plateau de Télé..

480. Le vendredi 26 mars 2010 à 20:42 par Térence

@ Véronique, # 472

”Il n’y a point d’assujettissement si parfait que celui qui garde l’apparence de la liberté ; on captive ainsi la volonté même. Le pauvre enfant qui ne sait rien, qui ne peut rien, qui ne connaît rien, n’est-il pas à votre merci ? Ne disposez-vous pas, par rapport à lui, de tout ce qui l’environne ? N’êtes-vous pas le maître de l’affecter comme il vous plaît ? Ses travaux, ses jeux, ses plaisirs, ses peines, tout n’est-il pas dans vos mains sans qu’il le sache ? Sans doute il ne doit faire que ce qu’il veut ; mais il ne doit vouloir que ce que vous voulez qu’il fasse ; il ne doit pas faire un pas que vous ne l’ayez prévu, il ne doit pas ouvrir la bouche que vous ne sachiez ce qu’ il va dire. (…) Ainsi, ne vous voyant point attentif à le contrarier, ne se défiant point de vous, n’ayant rien à vous cacher, il ne vous trompera point, il ne vous mentira point ; il se montrera tel qu’il est sans crainte ; vous pourrez l’étudier tout à votre aise, et disposer tout autour de lui les leçons que vous voulez lui donner, sans qu’il pense jamais en recevoir aucune”.”

Rousseau, Emile.

;-)

481. Le vendredi 26 mars 2010 à 21:33 par B

Zemmour fait du pied et de l’oeil aux chrétiens intégristes, dont il malaxe tous les thèmes (antiféminisme, homophobie, promotion de la blanchitude et de la natalité occidentale) … mais il n’est pas d’extrême-droite : tention!

482. Le vendredi 26 mars 2010 à 22:04 par Apokrif

@Bof91 : “Pourtant, dans les tribunaux on juge très peu de cas de racisme anti-blanc. Dois-je en déduire que ce type de racisme n’existe pas en France”

On ne juge pas le racisme en tant que tel, mais des infractions qui peuvent être, ou ne pas être, motivées par le racisme. Voulez-vous dire que peu de ces faits donnent lieu à une audience de jugement ? Il faut alors se demander quelle en est la cause (et, également, quelle est la cause pour les cas de racisme anti-non-blancs): les victimes portent-elles plainte, les coupables sont-ils identifiés…?

“dois-je comme vous me le suggérez, ne pas confondre cause et effet, et déduire du fait qu’il y a peu de cas de racisme anti-blanc jugés au tribunal que l’on considère systématiquement les agressions sur les blancs dus à une certaine détresse sociale et pas à un fond latent évident de racisme et de rancœur envers une certaine catégorie de la population”

Qui entendez-vous par “on” ? Voulez-vous dire que les juges refusent de tenir compte des motivations racistes lorsqu’elles sont établies ?

483. Le vendredi 26 mars 2010 à 22:08 par Apokrif

“Je suis outrée par le fait qu’un billet de Philippe Bilger qui, semble-t-il, n’a été lu par personne”

Il me semble au contraire que son blog est assez connu. Personnellement, j’avais lu son billet.

“le conduise à être convoqué par son procureur général”

Peut-être est-ce lié au fait qu’il est parquetier à la cour d’appel dans le ressort de laquelle il savait que seraient probablement jugées les éventuelles poursuites contre Zemmour ? Et que son avis ne manquerait pas d’être invoqué par la défense et/ou d’influencer les juges, ou de laisser croire que ces dernier sont été influencés (dans les deus sens, d’ailleurs, puisque la formation de jugement pourrait agir à rebrousse-poil pour ne pas laisser croire qu’elle a été influencée) ?

484. Le vendredi 26 mars 2010 à 22:26 par caliningrad

Je comprends de votre billet que vous etes en fait d accord avec Zemmour qui n a fait qu expliquer pourquoi les policiers effectuaient des controles au facies.
Je trouve aussi votre billet tres insultant contre les pauvres. Tous ces jeunes soi disant pauvres ont en realite beaucoup plus que mes parents avaient a leur age. Ou mes amis d ex union sovietique, qui ont terriblement souffert apres la perestroika. Ils ne sont pas devenus delinquants pour autant!! D autre part il est evident que les genes n ont rien a voir la dedans. mes cousins, noirs, mais de familles eduquees, n ont jamais pense a trafiquer, pas plus que mes meilleurs amis musulmans du Kazakhstan (mais assimiles a la methode zemmour sous l union sovietique). Pour moi tout cela prouve que Zemmour a raison: la France a totalement echoue dans l integration, car elle a voulu donner plus d espace a l expression des differences qu a l assimilation necessaire a l homogeneite d une nation.

485. Le vendredi 26 mars 2010 à 22:29 par vlfr

“Regardez donc les grands criminels, ceux qui peuplent les assises, ceux qui violent ou tuent. Marc Dutroux est-il arabe ? Michel Fourniret et Monique OLIVIER sont-ils noirs ? Francis Heaulme ? Didier Gentil ? Marcel Petiot ? Patrick henry ? Yvan Colonna ? “

Maître, vous oubliez Thierry Paulin, Guy Georges et Sid Ahmed Rezala. Ca ne suffit pas pour rétablir l’équilibre ? Eh bien de toute façon une telle liste n’a naturellement pas de valeur statistique et puis après tout ce ne serait pas anormal qu’il y ait une majorité de Blancs dans cette liste, pour un pays ôù ils sont bien encore pour quelque temps 80-85% de la population.

486. Le vendredi 26 mars 2010 à 22:50 par pastel7

Mon niveau d’étude m’a mis sous les yeux une paraphrase de la phrase de Zemmour et un exercice du droit d’expression si cher à Monsieur Bilger.
Meilleures pensées

487. Le vendredi 26 mars 2010 à 23:05 par G_Remy

Juste un commentaire sur cette “Affaire” ( Le 484eme quand même…). La phrase complète de Eric Zemmour est, de mémoire, en gros , du style: “C’est normal de se faire contrôler 17 fois … car les trafiquants sont majoritairement noir ou arabe !”. Ce que personne n’a remarqué il me semble, c’est que en fait il justifie le profilage racial. Il justifie cette pratique discriminante alors que les démocraties à travers le monde tente d’y remédier au nom de l’égalité des droits.

488. Le vendredi 26 mars 2010 à 23:11 par PMB

@ jeans :

Bien que je ne sois pas celui à qui vous pensez*, je vais à nouveau vous citer sur la seule partie de votre texte que mon faible niveau intellectuel m’ait permis de comprendre :

« Mais relisez-vous, bon sang. Quelle absence de compréhension de ce dont on parle! On frôle le degré zéro de l’intelligence. Que je sache, hier c’est hier et aujourd’hui c’est aujourd’hui, et si vous avez un problème avec cela, c’est vous qui n’êtes pas bien et qui profitez de mon travail et de celui de mes ancêtres pour financer votre loisir d’être un incompétent. Ce qui selon votre logique devrait donc me permettre dès demain de venir habiter dans votre salon ?

- Je n’ai aucun problème avec le passé, avec son lien au présent et réciproquement, ni avec les migrations de populations, qui sont vieilles comme le monde.

- Je ne profite pas de votre travail, puisque j’ai travaillé de façon à mériter la retraite que je touche. Ceux qui ont profité de mon travail le savent, et savent le dire : je reçois des témoignages de reconnaissance pour ce que j’ai fait à certains… il y a 25 ans !

- Mon salon est aussi grand qu’accueillant. Mais je n’y reçois que des gens sympathiques.

Merci en tout cas de me permettre d’aller au lit sur un bon éclat de rire. Trouver quelqu’un capable de savoir mieux que les autres ce que ces autres pensent, ça ne se fait pas dans le pas d’un cheval !

* Je suis français de souche, tant du côté de mon père que de ma mère, depuis plus de trois siècles au moins. Et n’ai donc aucun mal, ne serait-ce qu’à cause du sens du partage que mes ancêtres nous ont transmis de génération en génération, à accepter les Français de plus fraîche date.

489. Le vendredi 26 mars 2010 à 23:21 par siarres

Ce qui est navrant dans toute cette affaire c’est que l’histoire se répéte ; toujours le panurgisme .
Réfléchissez ! ceux qui aujourd’hui dénonce le voisin du dessous qui serait raciste , antisémite etc, sont exactement les mêmes qui dans les années quarante dénonçaient le voisin du dessus qui était sémite ,mauvais aryen etc .
Pour être dans la ligne , du coté des puissants .
Ce déballage de haine au nom de vertus incertaines et prétentieuses contre le droit à la liberté d’expression est vomitoire , C’est peut être la marque d’une hystérie de fin de règne ? C’est une maladie mortelle pour la démocratie .
Monsieur ZEMMOUR à le droit de dire ce qu’il veut j’ai le droit de ne pas être d’accord avec lui. Amen!

490. Le samedi 27 mars 2010 à 00:12 par gaulois

Les propos de Zemmour comme de Bilger manquent totalement de rigueur intellectuelle car, le fait de relier la délinquance à la couleur de la peau ne dit pas grand chose sur son origine sauf à se lancer dans des explications scabreuses et non scientifiques de type essentialiste (les gènes, la fatalité, la colonisation qui est un phénomène historiquement clos depuis maintenant 2 générations). La bonne explication doit donc nécessairement prendre en compte non seulement la position sociale des délinquants mais aussi les difficultés actuelles de la société française comme de celles de celles de certains pays d’origine de sa population (n’oublions que la guerre entre les islamistes et le pouvoir algérien a tué plusieurs milliers de personnes dans les années 90 !). On ne peut donc pas exclure a priori des corrélations entre tel ou tel type de délinquance et tel ou tel profil sociologique, une fois éliminé l’impact des facteurs économiques. Après tout, dans la France blanche et très rurale d’avant 1914, les départements enregistrant le plus grand nombre de crimes étaient ceux de l’Ouest, là où l’alcoolisme masculin était le plus répandu et où les sociologues avaient noté divers spécificités (le granit, la prédominance familiale des femmes, le poids du catholicisme etc).

491. Le samedi 27 mars 2010 à 00:30 par momarveil

@gaulois 487
Ici dans l’ouest le granit est toujours présent, le catholicisme moins prégnant, le matriarcat régresse : doit-on à la seule présence du granit le fait, incontestable, que les délinquants aient en grande majorité le teint blanc ?
on les dit même bretons, par un excès de langage frôlant le racisme
sans doute Zemmour s’exprimait-il sur Télé-Paris….

492. Le samedi 27 mars 2010 à 00:56 par Simplet

Mais vous avez tout à fait raison Gaulois, relier la délinquance à la couleur de peau n’en dit pas long sur ses origines.
De même, relier le viol au sexe masculin n’en dit pas plus long sur ses origines.

Toutefois dans une rue sombre une femme se sentira probablement plus rassurée de croiser un groupe de femmes qu’un groupe d’hommes. Manifeste t-elle selon vous un comportement discriminatoire qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire, ou une inquiétude légitime au vu de l’expérience commune?

493. Le samedi 27 mars 2010 à 01:37 par RG

@ Eolas

Les sciences exactes …. apprennent la rigueur.

Certes…

Car le vice du raisonnement saute d’emblée aux yeux.

Ebénon, il n’y a pas vice de raisonnement puisqu’il n’y a même pas raisonnement. Dire “tous les hommes sont mortels” c’est exposer un fait, pas plus. Où sont la seconde prémisse et enfin le syllogisme ?

Restons donc rigoureux, et M. Bilger l’est, un fait même exposé tendancieusement reste un fait.

Il n’y a donc pas vice de raisonnement mais bien suggestion et au final tromperie, un professionnel de l’information ne peut ignorer qu’en exposant une corrélation sans causalité une partie du public en déduira bien un lien de cause à effet.

Enfin cette affaire n’est que l’arbrisseau du jour cachant la vieille et prospère forêt de contre-vérités, pour seul exemple le prétendu et faux lien de causalité immigration/chômage.

494. Le samedi 27 mars 2010 à 01:50 par La Rat'

@gaulois (et @Simplet) : vous faites dire à MM. Zemmour et Bilger beaucoup plus que ce qu’ils ont dit, et par là, VOUS manquez quelque peu de rigueur intellectuelle. Et vous adoptez à peu près la même démarche que maître Eolas, bien que celui-ci s’en défende.
En effet, vous ne contestez pas ce que M. Zemmour avance (“la majorité des trafiquants de drogue sont eux-même noirs ou maghrébins”) mais les intentions qu’ils ont eu, selon vous (expliquer par les gènes, la fatalité, la colonisation… c’est vous qui en parlez). Sur les intentions, vous pouvez peut-être chercher querelle à M. Zemmour, qui a un certain passif derrière lui, mais sur la rigueur intellectuelle, leur seul problème est ici de ne pas pouvoir citer de statistiques puisqu’elles n’ont pas le droit d’exister. Il s’agissait d’une remarque sur l’opportunité des contrôles au faciès, et non d’expliquer d’une quelconque manière les origines de cet… énoncé, que vous avez le droit de ne pas appelez “fait” si vous n’êtes pas convaincu (mais vous n’avez pas l’air de contester le fond).

Vous vous placez sur le plan de l’analyse historique et sociologique, et c’est très légitime, mais ce n’était pas du tout l’angle abordé par M. Zemmour. Si vous le contestez, contestez le sur son terrain, ne déplacez pas la conversation, ne soyez pas à côté de la plaque ; Simplet souligne que “relier la délinquance à la couleur de peau n’en dit pas long sur ses origines” ; cependant le but de M. Zemmour n’était pas d’en “dire long sur ses origines”, mais d’expliquer une pratique policière. Oserons-nous par hypocrisie demander aux policiers de contrôler les femmes, voire les personnes âgées, autant que n’importe qui d’autre ?

Même remarque à maître Eolas : vous dites des choses très vraies, mais vous ne contredisez pas vraiment M. Zemmour. Vous êtes d’accord avec lui.

495. Le samedi 27 mars 2010 à 02:35 par Eric BOUQUET

Merci, maitre

496. Le samedi 27 mars 2010 à 03:18 par deurmod

En me basant arbitrairement sur une lecture de journaux à tirage local d’époque, vers 1910, il y a 100 ans, la quasi-totalité des délinquants/criminels étaient “journaliers”, c’est à dire des manoeuvres/terrassiers, payés à la journée. Pourquoi diable ces gens commettaient plus de crimes que les salariés au mois? Et pourquoi diable étaient-ils plus souvent d’origine italienne, que français?

497. Le samedi 27 mars 2010 à 04:44 par B

Monsieur Bilger :

Parler de liberté d’expression quand un individu (Z). peut faire 400 fois, devant des millions de spectateurs et auditeurs, la même intervention, qui sera répercutée 1000 fois sur des blogs internet créés par “les petits amis” de l’individu en question, c’est se moquer des gens.

498. Le samedi 27 mars 2010 à 05:34 par salah

Il y a un an , Me Szpiner avait qualifié l’avocat général Bilger de « traître génétique », en rappelant que son père avait été condamné pour collaboration pendant la guerre.

J’avais trouvé que l’évocation du passé du père était choquante .Je l’ai rangée sur le compte de l’outrance ,celle d’un avocat dépassant les limites de la convenance en ayant recours à des propos qui blessent en cherchant à discréditer l’homme qui occupe la fonction d’avocat général .

Il ne peut pas y avoir un lien de causalité entre Philippe Bilger qui tient un rôle si important dans la hiérarchie judiciaire et de l’expression de la société face aux actes de banditisme et de criminalité avec le père qui était journaliste dans une Alsace annexée par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale et qui a été condamné pour faits de collaboration à la libération pour ensuite devenir un activiste partisan de l’Algérie française .

Sauf que Monsieur Bilger lui-même ,livre dans son blog ses appréciations des personnes non pas en tenant compte de la fonction qu’elles occupent mais sur des critères mystérieux dont il s’est gardé de nous livrer le secret et qui font que certaines sont « de valeur » et d’autres « ont eu la chance de ne pas tomber dans les travers dénoncés »

« Je regrette qu’Alain Jakubowicz, président de la Licra et personnalité de valeur, ait décidé de poursuivre pour ces propos Eric Zemmour …..Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour. »

En le lisant jusqu’au bout ,on tombe sur cette merveilleuse conclusion en nous rappelant qu’il est à l’écart des stéréotypes et plus proche des esprits libres :« A l’évidence, pour et par toutes les bonnes consciences avides de stéréotypes. Qu’au moins les esprits libres tentent d’échapper à cette malédiction. »

On ne peut que se féliciter que le fils ne soit pas tombé dans les travers dénoncés par le Général de Gaulle .
Toutefois l’évocation du père rejaillit lorsque je lis le soutien admiratif qu’apporte Philippe Bilger à Eric Zemmour qui est journaliste et qui est embourbé depuis belles lurettes dans du ressentiment résiduel à l’égard de l’Algérie qui n’est plus française .

499. Le samedi 27 mars 2010 à 06:39 par Véronique

@ Apokrif (post 480)

J’ai manqué de précision dans ma phrase. Je voulais dire que le billet de Philippe Bilger n’a pas été lu correctement par ceux qui le dénoncent à corps et à cris. Car le sujet du billet est la défense de la liberté d’expression, celle de pouvoir dire ou écrire sans la menace omniprésente, habituelle, très convenue, sans surprise, genre rengaine (cf. Les propos ont fait scandale, c’était d’ailleurs leur but. Le CSA a réagi, mal, comme d’habitude, la LICRA a menacé d’un procès, comme d’habitude, avant d’y renoncer après avoir reçu une lettre d’excuse, comme d’habitude. (billet Eolas) ) d’être poursuivi de faits de diffamation à caractère racial.

Avec un parquet soumis à un exécutif qui convoque un magistrat pour juste ne surtout pas rater le train des indignations officialisées (Licra, Mrap, SOS racisme, CSA etc, etc. ), des fois que la Chancellerie ne serait pas perçue comme étant exactement raccord et dans le tempo obligatoire avec les bienséances obligatoires, je serais quand même curieuse de savoir quelle suite judiciaire peut être apportée aux propos d’EZ.

Voilà à mon avis comment on transforme très sûrement des magistrats du parquet en fonctionnaires. Par ce genre de convocation- spectacle.

Après tout si le billet de Philippe Bilger était intolérable du point de vue de son procureur général, pourquoi attendre que l’affaire Zemmour fasse le buzz médiatique pour le convoquer ?

Son billet est écrit le 17 mars, Philippe Bilger est convoqué le 25 mars. Il faut huit jours à son procureur général pour lui exprimer son indignation…

C’est là où je pense que dans l’esprit de son procureur général la notion de trouble à l’ordre public est, doit être (aspect obligatoire), égale, se confond totalement avec la notion de trouble à l’ordre médiatique. L’ordre médiatique se nommant dans cette affaire Licra, Mrap, SOS racisme, CSA etc, etc. , lesquels resservent inlassablement leurs indignations, dans un jeu de distributions de rôles aux rouages bien huilées. Comme d’hab.
Je regrette que la fonction d’un procureur général ne soit au fond qu’un des rouages de cette mécanique.

500. Le samedi 27 mars 2010 à 07:23 par Natrép

Un petit cadeau, histoire que ce billet intellectuellement indéfendable ne s’en tire pas à si bon compte.

(Au passage, en ce qui concerne la conclusion livrée dans Freakonomics, on se reportera avec intérêt à ceci ; l’ouvrage semble avoir ses failles…)

501. Le samedi 27 mars 2010 à 08:38 par pi1416

« On ne voit que ce qu’on regarde »

Et quand l’autre voit ce qui vous dérange qu’il voie on détourne son attention par un déluge de paroles afin qu’il regarde ailleurs. Cet art est abondamment pratiqué par les prestidigitateurs, les bonimenteurs de foire, et les avocats.

502. Le samedi 27 mars 2010 à 08:53 par Jules

Un billet intéressant mais qui trouve une limite à mon sens, et même sans vouloir à tout prix “défendre” Zemmour.
Il n’a jamais dit que pour lui la couleur de peau était la cause d’une certaine délinquance. Mais qu’elle était pour lui un indicateur d’un profil (j’imagine pour lui socialo-culturel) qui se retrouve très représenté dans ce type de délits.

Il n’a pas précisé au passage si pour lui la couleur était l’unique facteur motivant des contrôles plus fréquents. Ou si il était associé à d’autres éléments comme l’âge, le sexe, le comportement individuel ou social, l’apparence vestimentaire etc.

La vraie question c’est bien de si ces contrôles sont efficaces et réalisés dans le respect de la personne contrôlée. J’imagine que pour le second point la police a de sérieux progrès à faire. En revanche si ils sont fait dans les règles, je ne vois pas le problème.

Si on inversait les situations et que j’étais fils d’immigré français et vivant en Algérie, ancienne métropole colonisatrice. Et que la petite délinquance était majoritairement le fait de fils d’immigrés de type “français” de tel âge / sexe, j’aurai les boules de me faire contrôlé plus souvent c’est sûr. Mais je me dirai aussi que même si l’Algérie a mal fait son boulot d’intégration, si moi j’ai pu éviter la délinquance, je n’ai pas envie de la subir plus souvent à cause de moins de contrôles.

503. Le samedi 27 mars 2010 à 09:44 par lambertine

Mr. Bilger défend effectivement dans son billet la “liberté d’expression”. C’est un fait, comme dirait Mr. Zemmour.

Mais il ne fait pas “que” défendre la liberté d’expression. Mr. le Procureur Général abonde aussi, et même d’abord, dans son sens. Sur le fond. Les trois premiers paragraphes de son article ne font même que ça. Et de façon radicale, sans être tempérée par aucune explication même vague. Il continue plus loin, parlant, pour ce que dit Zemmour de “nudité cruelle de l’exactitude”.

Alors, oui, ce billet est peut-être une “défense de la “liberté d’expression”, mais avant tout de la liberté d’expression qui va dans son sens. Et je ne dirai pas de “dire la vérité”, parce que je ne ferai pas l’injure à Mr. Bilger de croire un seul instant qu’en tant que Procureur Général, il ne fasse pas la différence entre l’ “exactitude” et la vérité.

504. Le samedi 27 mars 2010 à 10:46 par Yves D

Lecteur de ce blog depuis plus de 3 ans, je n’ai pas l’habitude de vous adresser des compliments “gratuits”, car l’école des fans ce n’est pas pour moi.
Pourtant, et je dois admettre que c’est rare, je partage pleinement chaque paragraphe que vous avez écrit dans ce billet.
Donc bravo !

Et honte à Philippe BILGER qui, s’il a raison de défendre la liberté d’expression, a eu le tort d’abonder dans le sens des mots de Zemmour sans aller plus loin dans l’analyse, apportant ainsi de l’eau au moulin des plus racistes …
Je rejoins ici le commentaire de Lambertine #500

505. Le samedi 27 mars 2010 à 11:00 par bob

497. Le Samedi 27 mars 2010 à 07:23 par Natrép

Merci pour le lien. Votre démontage de l’argumentation d’Eolas tient parfaitement la route, et par là-même montre les (énormes) limites de cette dernière qui apparait d’un coup inepte.

506. Le samedi 27 mars 2010 à 11:13 par Bovary

Brillante démonstration (plaidoierie ?) comme d’habitude. Merci Maître.

507. Le samedi 27 mars 2010 à 11:26 par Liberté, Liberté, Chérie....

@ 495, Véronique,

Ce n’est pas que le billet de Philippe Bilger qui a provoqué la réaction de Madame Alliot-Marie, ce sont également ses apparitions pour défendre la liberté d’expression sur Europe 1 mercredi dernier 24 mars

et sur Direct 8

Par ailleurs, la vidéo dont le lien fut donné sur le blog de monsieur Bilger qui montre une Française ? ou une bénéficiaire de deux nationalités ? d’origine nord africaine, déclarer que nous sommes, parce que blancs des sous-chiens.

Qui déclare que ” sur la question de l’Histoire, c’est le reste de la société qu’il faut éduquer… les sous-chiens… à qui il faut inculquer l’histoire de l’esclavage, de la colonisation, parce que c’est ainsi que nous sommes appelés par les revendicateurs de l’égalité dans ce pays !

Qui, là, a objecté ? Les propos de cette demoiselle ou dame ? Houria Bouteldjia ??? ne sont-ils pas racistes ?

508. Le samedi 27 mars 2010 à 11:28 par *Celeborn

Pas vraiment convaincu par l’argumentation d’Eolas, qui me paraît procéder avec le critère de pauvreté au raisonnement qu’il dénonce juste auparavant. En revanche, le billet de Sub Lege Libertas m’apparaît nettement plus stimulant intellectuellement.

509. Le samedi 27 mars 2010 à 11:32 par PEP

“souchiens” (français de souche), pas “sous-chiens”, pffff…

510. Le samedi 27 mars 2010 à 11:44 par Lili

@N°466 Jeans

Une capitulation est essentiellement une opération par laquelle on se met à expliquer au lieu d’agir.” Ch.Péguy

ça me rappelle une phrase attribuée à tort ou à raison à Göring “Quand j’entends le mot culture je sors mon revolver”

Vous utilisez PEGUY pour venir au secours de vos thèses racistes alors que ce grand écrivain catholique convaincu devait vouloir parler de charité.

Tout le contraire, en somme.

511. Le samedi 27 mars 2010 à 11:48 par jeumlache

juste un croquis sur mon blog

512. Le samedi 27 mars 2010 à 11:50 par un rosé svp

J’ai pris “”un rosé “”pour pseudo , car j’ai eu peur d’être poursuivi pour racisme si je mentionnais la vraie couleur de ma peau …

Il paraîtrait qu’au cours de l’émission , un intervenant ( journaliste ?) a lancé :

“la plupat des faits de haute délinquence sont tout de même le fait de blancs “”

je ne sais si c’est vrai …

En fait , j’ai lu dans la presse comme tout le monde , le compte rendu de certaines affaires assez juteuses et croustillantes …

Mais ce dont je m’étonne ici , c’est de ne pas voir cet intervenant poursuivi par une 1/2 douzaine d’associations pour racisme …..anti -blancs ….

Aucune association pour poursuivre un tel propos ???

Ca manque .. il va falloir en créer …

513. Le samedi 27 mars 2010 à 12:10 par Yves D

@Natrép (#497)
@pi1416 (#498)

Je suis allé voir le blog que vous citez … les commentaires y sont modérés par avance … contrairement au Blog d’EOLAS … Je pense donc que le commentaire que j’y ai laissé ne sera pas publié … Alors je le mets en copie ci-dessous …

Bonjour,

Je découvre moi aussi votre Blog, et je m’attriste de trouver un espace où de telles thèses qui sentent bon « la bête immonde » sont écrites avec l’apparence du « bon sens commun ».

J’ai hésité à faire ce commentaire: s’agissant d’un blog qui, par son titre, fait explicitement référence à l’extrême-droite (Occident, mouvement créé dans les années 60 avec Madelin, Longuet et Devedjian à l’époque), je pense qu’il est vain de tenter de faire changer d’avis le rédacteur et les aficionados de ce blog.
D’un autre coté, écrire un blog c’est accepter les commentaires et donc la contradiction …

Je ne ferai pas l’affront d’un commentaire aussi long que le billet initial, mais tout de même:
« la deuxième partie du paragraphe est complètement ridicule et incroyable. En quoi le fait d’être plus contrôlé vous envoie au tribunal, si vous n’avez rien à vous reprocher ? »
Deux chose:
Tout d’abord il est toujours désagréable de se faire contrôler, même, et peut-être surtout, si on a rien à se reprocher. Et si, parce qu’on est noir ou skin-head, on se fait contrôler alors qu’à chaque fois le M. Dupond qui était juste devant est passé sans être inquiété, on a sans doute encore plus « les boules » (Pourquoi moi, encore une fois, et pas lui ? Parce que j’ai des tatouages? Ça plait pas à la Police les tatouages? Si ça continue, tant qu’à être systématiquement contrôlé, autant l’être pour une bonne raison …)
Ensuite, si on suppose que le fait « d’avoir quelque chose à vous reprocher » est statistiquement également réparti au sein de la population (blanche ou noire), si on contrôle plus les noirs que les blancs, il y aura donc automatiquement plus de noirs qui iront au tribunal que de blancs !

Vous écrivez aussi :
« comme tout préjugé, il a une base réelle, si légère soit-elle »
Je veux bien admettre que les « légendes » peuvent avoir une base réelle, si légère soit-elle … mais pas un préjugé ! La définition même de préjugé est justement le fait d’avoir une opinion sur quelque chose, opinion qui n’est pas fondée sur la connaissance ou l’expérience de la réalité des faits !

Plus loin :
« les grands criminels (meurtre, viol, barbarie) aux États-Unis (et ailleurs) sont très majoritairement allogènes, comme le prouvent tous les rapports depuis 200 ans. »
Vos sources SVP ??
A ma connaissance, les « serial-killer » sont majoritairement autochtones, et non pas allogènes.

Une autre de vos critiques, un peu plus haut:
« il préfère utiliser des métaphores plutôt que d’utiliser des dénominatifs qu’il juge sans doute racistes : Noir, Arabe. »
Ah ben justement, il m’avait semblé lire dans la citation d’Eolas : »il n’y avait qu’un arabe dans l’affaire Clearstream »

Votre conclusion :
« Peut-être… peut-être pas. Le problème n’est pas là. »
Tiens, pourquoi ne (re)dites vous pas directement (certes, vous l’avez déjà dit avant, mais là on est à la conclusion de votre billet) que le problème est tout simplement dû à la « race » de la personne ??

Vous refusez toute analyse sociologique de la délinquance « commune », préférant l’expliquer par une thèse raciste.
Si je peux être d’accord avec vous sur :
1- la distinction nécessaire entre délinquance commune et délinquance « en col blanc » (vous noterez qu’Eolas fait aussi la distinction avec la délinquance routière) ;
2 – la non démonstration de lien de cause à effet entre misère sociale et délinquance.
Cela ne justifie pas pour autant l’analyse raciale et encore moins raciste !
1 – la délinquance « en col blanc » peut, en mettant des famille au chômage, avoir aussi des conséquences dramatiques (suicides, etc). Quant à la délinquance routière, elle tue, souvent plus systématiquement que le délinquance « commune ».
2 – Eolas n’écrit pas que la misère sociale implique la délinquance « commune », même si on pourrait (de façon trop hâtive et simpliste) en déduire cette (fausse) conclusion. Il écrit juste que dans l’immense majorité des cas (mais pas tous) de délinquance commune, la misère sociale est présente. Or cette misère sociale (discrimination, chômage, faible niveau éducatif) est aujourd’hui plus présente dans les personnes issues de l’immigration d’après 1950, qui sont donc majoritairement noires ou maghrébines.

Un tel constat n’excuse pas forcément, mais il pose la question de l’intégration de ces populations.
Et je pense que le vrai problème est là, et ne s’explique pas, ni se se résout, en se basant sur des thèses racistes!

Enfin, @pi31416 qui écrit ci-dessus:
« C’est une petite crapule qui s’amuse dans le seul but de parader son « intelligence ». »
Il est vrai qu’avec un tel pseudonyme, vous ne cherchez pas à parader votre« intelligence »…

514. Le samedi 27 mars 2010 à 12:26 par bob

A Yves D. ci-dessus : vous avez le droit de ne pas être d’accord avec Natrép, votre commentaire d’icelui est un bien long delayage pour, au fond, ne pas dire grand-chose qui vaille. Soit.

515. Le samedi 27 mars 2010 à 12:27 par Juju

Merci maître pour cette mise au point, tout le monde devrait faire la publicité de ce raisonnement.

516. Le samedi 27 mars 2010 à 12:57 par Liberté, Liberté, Chérie....

@ 510 PEP

“souchiens” (français de souche), pas “sous-chiens”, pffff…

Blanc = chien !

517. Le samedi 27 mars 2010 à 13:02 par PEP

@L, L chérie
Votre mauvaise foi est transparente. Ou alors votre malcomprenance consternante. Je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant.

518. Le samedi 27 mars 2010 à 13:13 par Véronique

@ Salah (post 499)

Il ne peut pas y avoir un lien de causalité entre Philippe Bilger qui tient un rôle si important…
Sauf que Monsieur Bilger lui-même ,livre dans son blog ses appréciations des personnes non…
On ne peut que se féliciter que le fils ne soit pas tombé dans les travers dénoncés par le Général de Gaulle.. .

Ah vraiment, c’est grandiose !

Je résume votre argumentation:

Le père de Philippe Bilger a été condamné à la Libération. D’accord c’est pas bien de la part de Me Szpiner de l’avoir traité de traître génétique. Mais bon, Philippe Biger fait pareil puisqu’il dit de Rachid Arhab: tel père, tel fils, alors bien sûr je pense de suite que l’ascendance génétique de Philippe Bilger explique pas mal de trucs et de choses.

Où lisez-vous dans le billet de Philippe Bilger que celui-ci

livre dans son blog ses appréciations des personnes non pas en tenant compte de la fonction qu’elles occupent mais sur des critères mystérieux dont il s’est gardé de nous livrer le secret et qui font que certaines sont « de valeur » et d’autres « ont eu la chance de ne pas tomber dans les travers dénoncés »?

519. Le samedi 27 mars 2010 à 13:16 par E.

En fait monsieur, vous auriez souhaité que Zemmour, dans cette émission de Salut les Terriens, tienne le raisonnement que vous nous présentez là? Pour cela, il faudrait que l’émission d’Ardisson permette à un invité de développer une idée plus de 15 secondes sans être interrompu par les autres, si prompts à sauter à la gorge au moindre propos sortant des sentiers battus.

520. Le samedi 27 mars 2010 à 14:33 par gaulois

@la rat : je voulais simplement dire que, même si on ne croit pas aux facteurs économiques pour expliquer la délinquance, cela ne justifie pas pour autant de se rabattre sur des explications raciales qui ont un contenu en information nul. Le fait de les mettre en avant montre que l’on renonce en fait à la comprendre et à la réduire et que la lutte contre cette délinquance comme celle contre le terrorisme n’est qu’un prétexte pour grignoter les libertés publiques et alimenter la croissance exorbitante des pouvoirs médiatiques ou judiciaires de quelques individus.

521. Le samedi 27 mars 2010 à 14:35 par Souplounite

Bravo. C’est un de vos plus beaux billets. Les hommes tels que vous sont rares, hélas !

522. Le samedi 27 mars 2010 à 15:01 par salah

@ Véronique 519

Philippe Bilger écrit qu’ « Alain Jakubowicz, président de la Licra et personnalité de valeur, ….Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour. »

Aussi bien Alain Jakubowicz que Rachid Arhab ont dénoncé les faits zemmouresques . Chacun suivant sa fonction respective. C’est là qu’intervient P.Bilger . Il participe au débat en apportant des précisions sur les personnes :
En ce qui concerne Alain Jakubowicz, il a eu la chance d’obtenir le titre de personnalité de valeur délivré par P.Bilger , sans explication ni du pourquoi ni du comment ,il l’a propulsé en élu personnalité de valeur ,alors que le pauvre n’en réclamait pas tant .Tandis que Rachid Arhab, il n’a pas eu cette chance . Mieux , nous avons eu la chance ,puisque Bilger écrit (Nous sommes heureux ) sic , donc un délinquant de moins dans la nature, puisqu’il n’est pas tombé dans les travers dénoncés par Zemmour ,un autre astrologue ,un monsieur jesaistout.

P.Bilger s’est permis de nous livrer des appréciations sur les personnes citées sans les rattacher à des faits qui se rapportent à l’affaire . Une pertinence de l’ordre de l’intime conviction sur les personnes qui n’a rien à voir avec les faits et c’est un avocat général qui en est l’auteur. Aucun indice qui puisse nous révéler les fondements et critères sur ses à-priori. N’est ce pas décevant et mystérieux ?

523. Le samedi 27 mars 2010 à 15:43 par Auteure obligatoirement anonyme

”{{Si les questions étaient :
— Voit-on moins de cadres incestueux issus de la bourgeoisie en correctionnelle, car dans ce type de milieu, l’enfant abusé sur-couvé dans la famille aurait moins d’interlocuteurs pour l’écouter, contrairement aux familles pauvres ou précaires très suivies par les services sociaux ?
— Voit-on moins de cadres incestueux issus de la bourgeoisie en correctionnelle, car un travailleur social ayant une suspicion se rassurerait plus facilement au sujet la situation de malaise de l’enfant, grâce à l’explication fournie par le parent agresseur sexuel maîtrisant bien l’art de conversation et ayant une image de notable ?
— Voit-on moins de cadres incestueux issus de la bourgeoisie en correctionnelle, car le mal être de l’enfant ferait l’objet par la famille d’une prise en charge par un psychologue, qui pourrait voir dans les dires de l’enfant un récit fantasmatique des relations familiales et conseiller une orientation vers le médecin de famille pour une prise de psychotrope ?
— Voit-on moins de cadres incestueux issus de la bourgeoisie en correctionnelle, car si l’enfant abusé en devient agressif à l’égard d’autrui ou de lui-même, ses parents le feront hospitaliser dans le meilleur service d’une clinique psychiatrique recommandé par relations familiales ?
— Voit-on moins de cadres incestueux issus de la bourgeoisie en correctionnelle, car au fond ces affaires de famille s’y règlent entre soi ?}}”
Impressionnée, donc les avocats savent…
Mais pourquoi on ne peut rien changer ?
Père officier supérieur, 15 ans d’anesthésie.
Je milite, je parle, j’écris et je constate que ça continue.
Mais il n’y a pas que la justice qui cultive son déni : les amis, les conjoints, les écoles.
On a tellement l’air d’aller bien. Malheureusement, on a pas la chanson, alors on passe au rayon des originaux.

524. Le samedi 27 mars 2010 à 15:59 par wismer

“Mettez un homme, quelle que soit son origine, sa race, ou sa religion, dans cette situation, et vous en ferez probablement un délinquant.”

La grande majorité des gens dans cette situation ne sont pas des délinquants, merci pour eux. Pour le coup vos propos sont beaucoup plus discriminatoires et abusifs que ceux de Zemmour. Et en plus, c’est une jolie tirade bien pensante sans argumentation sérieuse derrière.

Bref, beaucoup de vent dans votre article.

Et au fait : quand est-ce que Zemmour a dit : “c’est parcequ’ils sont noirs / arabes qu’ils sont délinquants ?”

Et quel rapport avec Clearstream et la délinquance en cols blancs ? Zemmour parlait de traffic de drogue là … C’est gentil d’essayer de noyer le poisson, mais manifestement vous n’arrivez pas à dire “ce que Zemmour a dit est faux”. Ca vous embête alors de reconnaitre que la phrase non sortie de son contexte est peut être juste ?

Et au fait, vous pourriez m’expliquer pourquoi les asiatiques ne sont jamais pointés du doigt ?

525. Le samedi 27 mars 2010 à 16:32 par Walter

Bravo pour votre post Maitre Eolas qui tranche avec le cynisme actuel !
3 faits :
- Mr Zemmour est coutumier de ce genre de déclarations racistes sur les antennes françaises, qu’il masque sous des fausses évidences comme Le raciste du coin vous dira que “les noirs ont une grosse bite” ou “les auvergnats sont tous des voleurs”

- Mr Zemmour n’a jamais en face de lui un contradicteur solide. Il joue le rôle du “franc tireur” bien planqué sur un plateau de tv, et derrière des assertions stupides, lapidaires, définitives, jamais étayées sur des sources fiables ou scientifiques. Aucune d’ailleurs ne prouvent de causalité entre “la couleur de peau”, “la race” et la délinquance.

- Il fait ce que le pen faisait dans les années 70 : se poser en victime du système ou du macarthysme jouant au calimero (sic) lui qui passe à longueur d’antenne, grâcement payé, et à la télé publique insultant ces “arabes et noirs” qui lui paient sa pub via la redevance.

- Ce genre de débats sans fond (lancés par quelques clowns médiatisés à outrance) axés toujours sur “la race” ou “la couleur de peau” du “corps traditionnel français auvergnat” permet d’occulter les vrais problèmes sociétaux que vous avez abordé : pourquoi la representation raciste de l’altérité (xénophobie : peur de l’autre, de la différence) est elle devenue si prégnante dans la société française ?

526. Le samedi 27 mars 2010 à 16:48 par RG

@ wismer

Bref, beaucoup de vent dans votre article.

Oui et non.

Je conviens du fait qu’il n’y a ni réelle censure ni propos condamnables, mais tout de même:

En plein débat national et officiel sur l’identité nationale un EZ décomplexé convoqué pour ses propos par un journal de droite décomplexé et un PB décomplexé convoqué pour ses propos par un supérieur gouvernement de droite décomplexé ça a un petit côté contradictoire et pathétique, à mon avis il s’est quand même passé quelque chose……

527. Le samedi 27 mars 2010 à 16:56 par RG

@526 Walter

Mr Zemmour n’a jamais en face de lui un contradicteur solide

Si, et à ce petit jeu intellectuel Tariq Ramadan m’a semblé plus fort.

528. Le samedi 27 mars 2010 à 17:05 par PEP

Et quel rapport avec Clearstream et la délinquance en cols blancs ? Zemmour parlait de traffic de drogue là …
Sauf qu’il n’est pas établi (à ce que je sache) que les contrôles d’identité dans la rue soient plus efficaces pour lutter contre le traffic de drogue que contre la délinquance financière.

Si c’était le cas, on pourrait commencer à discuter de la légitimité de contrôles ciblés pour une encore meilleure efficacité. Efficacité à mettre en balance avec tous les effets néfastes et problèmes éthiques de ce genre de ciblage.

Mais ce n’est pas le cas, alors ce n’est même pas la peine d’avancer dans ce débat piégé.

529. Le samedi 27 mars 2010 à 17:28 par récap59

On nous dit que la misère n’excuse pas le passage à l’acte, que chacun doit assumer sa responsabilité, et je suis d’accord.

Effectivement, constater le simple fait que la misère, l’exclusion et la discrimination augmentent considérablement le risque de tomber dans la délinquance ne suffit pas à exonérer l’individu de sa responsabilité.

Inversement, constater cela ne devrait pas non plus suffire à exonérer de leurs responsabilités ceux qui ont délibérément plongé des millions de gens dans des conditions d’existence extrêmement criminogènes.

Savez vous que les gitans roumains et bulgares qui défraient la chronique aujourd’hui étaient tous de respectables fonctionnaires parfaitement intégrés dans leurs pays avant la chute du communisme il y a une vingtaine d’années ?

Si vous me dite que le délinquant tzigane qui se fait attrapper doit payer sa dette envers la société, parce qu’il y a toujours des pauvres et des misérables, dans chaque communauté, qui trouvent en eux-même la force, les ressources et le courage de rester dans le droit chemin, je suis d’accord.

Là où je ne suis plus d’accord, c’est si vous en concluez que les salopards qui ont jeté sur les routes d’Europe des millions de respectables fonctionnaires n’auraient aucun compte à rendre à leurs victimes tant directes (les tziganes) qu’indirectes (les voisins français qui se font cambrioler par lesdits tziganes)

Ils ont aussi une part de responsabilité et même plus grande encore, car ce sont les chefs, les gouvernants.

Même chose pour ceux qui ont placé les plus pauvres de notre pays dans la détresse extrême où ils se trouvent aujourd’hui.

Ils savaient parfaitement ce qu’ils faisaient, et continuent à faire la même chose.

Et ils n’auraient aucun compte à rendre à leurs victimes directes et indirecte, au nom d’une conception caricaturale et étriquée de la responsabilité individuelle directe ?

C’est comme si on nous disait que quelqu’un qui met délibérément le feu à toute une ville ou la rase complètement n’aurait aucune part de responsabilté à assumer dans les actes de pillage qui vont suivre, sous prétexte que les habitants sinistrés ne deviennent pas tous des pillards.

Ou encore que ceux qui organisent la féroce pénurie de logement qui accable la France depuis une trentaine d’année ne doivent aucunement se sentir coupables des exactions commises contre les dans-abris, sous prétexte qu’ils n’en sont pas les auteurs directs.

Même Ponce Pilate avait plus de courage.

530. Le samedi 27 mars 2010 à 17:32 par Solo

”528. Le Samedi 27 mars 2010 à 16:56 par RG

@526 Walter

Mr Zemmour n’a jamais en face de lui un contradicteur solide

Si, et à ce petit jeu intellectuel Tariq Ramadan m’a semblé plus fort.”

J’ai l’impression inverse. Peut être ne suis-je aucunement sensible aux thèses de Ramadan. Tout ça m’est complètement étranger.
Enfin, je ne sais pas si c’est utile de dialoguer avec un extrémiste ?

531. Le samedi 27 mars 2010 à 18:34 par Lili

http://www.wat.tv/video/journaliste…

532. Le samedi 27 mars 2010 à 19:49 par Véronique

@ salah

Je regrette qu’Alain Jakubowicz, président de la Licra et personnalité de valeur, ait décidé de poursuivre pour ces propos Eric Zemmour et qu’il ait ajouté que ce dernier avait franchi “un cran”. Je regrette que Rachid Arhab, du CSA, se soit égaré en répliquant à Eric Zemmour qu’il était “arabe, pas trafiquant mais au CSA”, comme si ce dernier avait été assez stupide pour généraliser absurdement sa perception. Nous sommes tous très heureux que Rachid Arhab soit au CSA mais précisément parce qu’il n’est jamais tombé dans les travers dénoncés par Zemmour. (billet de Philippe Biger)

P.Bilger s’est permis de nous livrer des appréciations sur les personnes citées sans les rattacher à des faits qui se rapportent à l’affaire . Une pertinence de l’ordre de l’intime conviction sur les personnes qui n’a rien à voir avec les faits et c’est un avocat général qui en est l’auteur. Aucun indice qui puisse nous révéler les fondements et critères sur ses à-priori. N’est ce pas décevant et mystérieux ? (votre post)

Je ne suis pas d’accord avec vous, Salah. Philippe Bilger ne cite ces deux personnalités que parce que l’un et l’autre ont réagi aux propos d’Eric Zemmour - sans du reste y répondre, ni en contester le contenu - .

Franchir un cran (lequel ?) justifie aux yeux d’d’Alain Jakubowicz de menacer d’un plainte pour faits d’incitation à la haine raciale.

La réaction de Rachid Arhab veut accréditer l’intention prêtée à Eric Zemmour qu’être arabe conduit tout naturellement à devenir un trafiquant.

Eric Zemmour n’a pas dit que tous les arabes sont des trafiquants. Il a dit: “la majorité des trafiquants de drogue sont eux-mêmes noirs ou maghrébins, c’est un fait”.

Où lisez-vous dans la phrase d’Eric Zemmour que son propos concerne évidemment tous les Rachid Arhab qui sont arabes, pas trafiquants mais au CSA, ou dans mon immeuble, où là où je travaille, ou dans ma famille, que sais-je encore ?

En revanche quand Me Szpiner déclare à l’Express que Philippe Bilger est un traître génétique, je lis que l’ascendance, le patrimoine génétique de Philippe Bilger - son père - le conduit forcèment, évidemment, naurellement, sans aucune discussion, ni contestation possible à être un traître.

533. Le samedi 27 mars 2010 à 20:01 par RG

@ Lili

Yes they can, certains en ont rêvé LE FIGARO l’a fait: tout le monde a maintenant la même apparence.

Notez que ça va un peu compliquer la rédaction de leurs articles….

534. Le samedi 27 mars 2010 à 20:18 par ds

Souchien n’existe pas en langue française : http://fr.wiktionary.org/wiki/Sp%C3…

Notre langue n’est elle pas assez riche pour créer un mot à la sonorité équivoque ?

535. Le samedi 27 mars 2010 à 20:38 par Rizgar Amin

Les box des tribunaux correctionnels ne sont pas remplis de noirs ou d’arabes. Ils sont remplis de pauvres désespérés. C’était déjà le cas il y a un siècle, quand le blanc était la couleur dominante. rappelle le Maître des lieux.
Président à temps partiel d’audiences de “comparution immédiate” dans une grande ville (quoique pas parisienne), je confirme des deux mains : Nos box sont remplis de pauvres, de paumés, d’ex-encore-un-peu-beaucoup-toxicos, de gibiers-de-Pôle-Emploi, de sortants-futurs-entrants en hôpital psychiatrique, de largués-par-leur-nana, de picoleurs-mais-qu’ont-pas-de-problème-d’alcool…
Leur couleur importe peu.
Si on avait des visiteurs de Mars, les box seraient sans doute verts. (Avez-vous vu le film “District 9” ? On y décrit très bien comment seraient traités des immigrés aliens…)
En tout cas, une fois de plus, merci Maître Eolas…

536. Le samedi 27 mars 2010 à 21:05 par darkbaron

@ 534 ds :
En plus, a-t-on besoin de ce genre de mots ? Créer un mot pour désigner une population, n’est-ce pas la stigmatiser ? Sérieusement, je peux critiquer un être humain sans avoir besoin de préciser son origine, sa nationalité ou sa religion. Un con est un con, un type bien est un type bien.
Quand on commence à parler de “population immigrée”, de “musulmans”, de “noirs”, on désigne un ensemble d’individus dans le but de les critiquer ou, en tout cas, de les mettre dans le même panier, ce qui est d’une grande bêtise.
Un vrai mouvement antiraciste, à mes yeux, ne distingue pas les blancs des autres. Le jeu du “vous, nous” en parlant d’origines ethniques, c’est le jeu de l’extrême-droite et du racisme. La base de l’antiracisme, c’est de dire qu’il n’y a pas de races, donc pas de distinctions.

537. Le samedi 27 mars 2010 à 21:48 par vieuxjeu

Le jeune issu de l’immigration ne devient pas une racaille en regardant “le droit de savoir” de tf1, mais l’idéologie véhiculée, clairement dans un tel magazine, sournoisement dans les JT ( restons sur tf1 ) est un signe de rejet, au même titre que le contrôle au faciès.
Je n’excuse pas le jeune lascar de 12 ans, je veux tout autant lui tirer les oreilles que les plus “droits” des commentateurs, mais si l’acceptation de soi est le travail de toute une vie (je parle pour moi), ne machôns pas le travail à cette part de nos français, trop heureux d’être “quelqu’un” ( le “méchant” du film médiatique si vous permettez ) au moment où éclos la question quelque peu anxiogène de l’identité.
La police invitée a faire du chiffre tape dans le quantitatif et le billet de sub lege libertas a le mérite de poser clairement la question qualitative.
Il faut réagir a l’émergence d’un certain discours qui, dans le meilleur des cas, justifie le contrôle au faciès. Certains le font excellement, merci a eux.

538. Le samedi 27 mars 2010 à 22:09 par siarres

@534 et @536
Les mots correspondants sont ” indigénes” et “allogénes “.
par exemple on peut dire quatre a cinq millions de pauvres sont allogénes ,et sept a huit millions sont indigénes .Or si la théorie de la prévalance statistique de la délinquance était exacte et correllée à la pauvreté vous devriez trouver dans vos prétoires ” a pauvres ” 38% d’allogénes .les indigénes ( dits les français depuis trois siécles ) devraient normalement s’y trouver deux fois plus nombreux .
Car on peut étre pauvre et français mais si mais si .. il y a un siécle il n’y avait pas de pauvres allogénes( apellées aujourdhui : personezissuedelimmigration en novlang ) mais seulement des indigénes .
@ darkbaron
Vous sentez vous stigmatisé si on vous traite de français ? de blanc ? de breton ? le vrai refus du racisme ce n’est pas de ne pas reconnaitre l’autre pour ce qu’il est , c’est de n’y attacher aucune déclinaison de la dignité .
Le discours de la haine ( par exemple contre les blancs , ou contre les patrons, contre les catholiques etc ) est autre chose qui est contraire à la communauté de vie des humains mais qui est le fond de commerce des politiques de tous bords et particuliérement des socialistes tiers-mondistes , c’est pour cela que vous avez l’impression de deux poids deux mesures , mais c’est seulement à cause de la médiocrité de nos dirigeants politiques qui font des lois orientées vers leurs sponsorts .Le principe du respect de la dignité de tous devrait étre universel .

539. Le samedi 27 mars 2010 à 22:09 par siarres

@534 et @536
Les mots correspondants sont ” indigénes” et “allogénes “.
par exemple on peut dire quatre a cinq millions de pauvres sont allogénes ,et sept a huit millions sont indigénes .Or si la théorie de la prévalance statistique de la délinquance était exacte et correllée à la pauvreté vous devriez trouver dans vos prétoires ” a pauvres ” 38% d’allogénes .les indigénes ( dits les français depuis trois siécles ) devraient normalement s’y trouver deux fois plus nombreux .
Car on peut étre pauvre et français mais si mais si .. il y a un siécle il n’y avait pas de pauvres allogénes( apellées aujourdhui : personezissuedelimmigration en novlang ) mais seulement des indigénes .
@ darkbaron
Vous sentez vous stigmatisé si on vous traite de français ? de blanc ? de breton ? le vrai refus du racisme ce n’est pas de ne pas reconnaitre l’autre pour ce qu’il est , c’est de n’y attacher aucune déclinaison de la dignité .
Le discours de la haine ( par exemple contre les blancs , ou contre les patrons, contre les catholiques etc ) est autre chose qui est contraire à la communauté de vie des humains mais qui est le fond de commerce des politiques de tous bords et particuliérement des socialistes tiers-mondistes , c’est pour cela que vous avez l’impression de deux poids deux mesures , mais c’est seulement à cause de la médiocrité de nos dirigeants politiques qui font des lois orientées vers leurs sponsorts .Le principe du respect de la dignité de tous devrait étre universel .

540. Le samedi 27 mars 2010 à 22:18 par salah

@ Véronique 532

« Je ne suis pas d’accord avec vous, Salah. Philippe Bilger ne cite ces deux personnalités que parce que l’un et l’autre ont réagi aux propos d’Eric Zemmour - sans du reste y répondre, ni en contester le contenu ».

Peu importe le pourquoi il les cite ,ce qui m’intéresse est le comment il les cite ?. La manière de les citer est d’ores et déjà un traitement .C’est un positionnement. Et ça en dit long sur Philippe Bilger.

Sinon à propos de : « Eric Zemmour n’a pas dit que tous les arabes sont des trafiquants. » .

Non seulement il ne l’a pas dit mais encore il ne pouvait pas le dire .C’est un homme des médias et il faudrait qu’il soit inconscient pour se couper tout seul l’herbe sous les pieds en l’affirmant tel quel.

Ceci n’empêche pas le fait que son fonds de commerce télévisuel est de surfer sur cette idée jusqu’à l’infini sans tomber ,c’est-à-dire sans prendre le risque de la prononcer . Il fait un métier de lanceur de couteaux dans un cirque .Pour cela ,il doit frôler sans blesser  : Il écrit dans un journal , il a un blog , il est à la radio et il passe au moins une fois par semaine dans deux ou trois chaînes de télévision sans compter les émissions où il est invité . C’est pour dire qu’il est très demandé et que logiquement , le risque était prévisible.

Il a oublié qu’il était face au lion Thierry Ardisson , qui sans un mot l’a happé en rotant au passage .Un simple rire caché de T. Ardisson ,tête baissée en agitant une main horrifiée pendant que E Zemmour parlait ,ont suffi pour en faire un évènement,un accident de travail .

L’image est plus forte que le texte .Elle a toujours le dessus dès qu’il y a combat.

541. Le samedi 27 mars 2010 à 22:22 par Yalousa

Qui est finalement la cause de ces dérapages obscènes à répétition? C’est l’ambiance politique de ces dernières années. En se targuant d’un parler vrai qui n’a de sens que pour ces quelques prédateurs politiques dont le besoin atavique est la recherche de la réélection, ce petit microcosme de gens biens élevés, biens pensant et généralement aisés nous donnerait des “repères” (ou des leçons?) sur ce qu’est une bonne intégration dans la société française. Que connaissent-ils de la vie dans les cités, du chômage, de la discrimination au faciès ou au nom de famille, du sentiment de ne pas être tout à fait chez soi ici ou là-bas. Moi, je dis que c’est aux politiques d’avoir honte car j’ai encore en moi cette naïveté qui consiste à croire que ceux que nous désignons comme nos dirigeants ont la responsabilité de nous élever collectivement.
Rendez-nous ces hommes responsables capables de balayer d’un revers de main la gangrène populiste pour nous imposer des lois humanistes (l’abolition de la peine de mort par exemple).
Comment s’étonner que l’abstentionnisme gagne du terrain.

542. Le samedi 27 mars 2010 à 22:58 par darkbaron

@538 et 539 siarres (z’avez pas honte d’occuper deux espaces, hein ?)

Non, on peut me dire que je suis blanc, français, etc. Par contre, les généralisations à base de “les blancs ceci, les noirs cela, les chrétiens ceci, les athées cela, les musulmans ceci, les juifs cela”, ça me barbe.

543. Le samedi 27 mars 2010 à 23:23 par Lili

@ darkbaron N°542

Autrfois on nous apprenait que la généralisation était dangereuse.Est-ce que vous le dites toujours à vos élèves?J’ai été voir votre blog.Courage on a besoin de gens comme vous.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact