Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Boomerang

Je le confesse, j’ai quelques prix Busiris qui attendent leur annonce mais sont d’ores et déjà acquis. Il faut dire que du neuf se prépare sur le front de ce prix, je vous en reparlerai bientôt.

Et puis tout à coup, en pensant à ce prix, ça a fait tilt. Comment ne m’en étais-je pas souvenu plus tôt ?

Le prix Busiris est né le 9 mai 2006, un jour que je défiais la mort (je circulais dans Paris à vélo) en écoutant la radio. Le conseiller politique de Nicolas Sarkozy, à l’époque ministre de l’intérieur et impétrant à de plus hautes fonctions, était l’invité la matinale de France Inter. C’était les débuts de l’affaire Clearstream, Dominique de Villepin était premier ministre et pas encore prévenu (ni avocat, d’ailleurs…).

Le journaliste lui posa LA question que tout le monde attendait, sachant que quand ce conseiller politique ouvrait la bouche, c’était les mots du ministre de l’intérieur qui sortaient. « Dominique de Villepin doit il démissionner ? »

Voici quelle fut sa réponse, qui fut le premier prix Busiris, et qui reste la référence académique.

“Il y a une règle qui doit s’appliquer à tout le monde, aussi bien à vous qu’à moi, qu’à Dominique de Villepin, qui est la règle de la présomption d’innocence. On ne peut pas faire fonctionner une démocratie en se basant simplement sur des articles de presse, fussent-ils parfaitement bien documentés.

Jusqu’ici tout va bien.

Ceci étant dit, il y a aujourd’hui un doute qui pèse sur cette affaire (…). C’est un doute considérable qui fait peser une menace sur le fonctionnement même du gouvernement, de l’Etat, et je ne pense pas qu’on puisse rester très longtemps dans cette situation.(…) Il faut lever ce doute, et malheureusement le temps de la justice est tellement long qu’on ne peut pas imaginer que la justice lève ce douter à court terme.(…). Ou bien le premier ministre est en mesure d’apporter des preuves irréfutables que cette affaire a été montée de toutes pièces et qu’il n’y est pour rien ou bien il faudra que le président de la République tire les conséquences de cette situation et change de premier ministre.

En somme, Dominique de Villepin est présumé innocent, c’est une nécessité démocratique. Mais il doit prouver son innocence ou démissionner, car on ne peut attendre que la justice passe. Aberrance, contradiction, mauvaise foi, opportunité.

Ces propos résonnent formidablement aujourd’hui.

Il est tout d’abord savoureux de les relire en sachant que trois ans et demi plus tard, Dominique de Villepin était relaxé.

Mais surtout il est délicieux de les relire en faisant le parallèle avec l’affaire Woerth d’aujourd’hui, où tout le Gouvernement entonne à l’unisson le couplet de la présomption d’innocence.

Car en mai 2006, le conseiller politique de Nicolas Sarkozy, c’était François Fillon.

Commentaires

1. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:35 par Z.

La paille et la poutre, Maître…

2. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:42 par Yannick

J’adore!

Je me demande d’ailleurs depuis quelques temps comment les journalistes gardent leur archives. Ce genre de lièvres devraient être levé par les journaux et non par les internautes.

3. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:43 par Elu Local

Ah, un billet LOL comme vous disiez (ou plutôt teasiez)… Et aussi un billet troll!
En espérant que les trolls ne se déchaînent pas trop ;-)

Cependant, si je peux me permettre de nuancer l’analogie, ici, ce n’est pas une affaire “d’État” ni de fonctionnement du gouvernement, mais dans le pire des cas, c’est simplement le financement d’un parti politique (certes, au pouvoir, mais qui n’utilise pas celui-ci pour piéger ou salir telle ou telle personne)

4. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:46 par bertrpe

Pour ma part, je me contenterai d’un … OMG 0_o
Même si on ne s’étonne de rien, ces temps-ci. *baille*

5. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:48 par El Fredo

Comme disent les américains : Karma is a bitch.

6. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:50 par scelerat1984

http://www.al1jup.com/?p=768

Sur le blog d’Alain Juppé, on peut lire:
« Je voudrais d’abord redire à Eric Woerth mon estime et mon amitié.» (la pommade)

«Et, sans doute, remettre le gouvernement en situation de gouverner, ce qui passe, au moment que le Président jugera opportun, par un profond remaniement » L’estocade.

Finalement, c’est assez cohérent

7. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:51 par RTsays

@Yannick: en effet, le rythme effréné des dépêches ne laisse guère le temps de réfléchir et constituer de solides bases de donnée à une bonne partie des journalistes. Qui se souvient par exemple qu’au cours de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait dit qu’il ne briguerait qu’un seul mandat ?

Quant au billet, ouch/lol/n1

8. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:52 par Yannick

@Elu_Local pas tout a fait d’accord, tout ce qui se passe met également en danger la “réforme phare” des retraites, il y a donc un impact sur le fonctionnement du gouvernement

9. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:53 par Porfi

C’est un peu comme ce bon Kouchner qui avait déclaré qu’il démissionnerait s’il devait un jour avoir directement la tutelle de l’audiovisuel extérieur et qui vient tout à coup d’en hériter en récupérant le secrétatriat d’État de Joyandet (comme le signale le volatile du Mercredi): “ce sera la première fois qu’un mec s’en ira parce que sa femme est promue(…) et ça fera du bien à la France” disait il en Mars 2008.
Certes, le mécanisme qui octroie un certaine sélectivité à la mémoire remplit un rôle de protection du psychisme contre les tensions (comme dirait tonton Sigmund) mais il faut croire que chez l’homo politicus une adaptation particulièrement puissante de ce principe est à l’œuvre.
Plus simplement, seuls ceux qui sont en mesure d’être contredits doivent prendre garde à leur contradictions. Et la vraie cohérence de ces gens-là, malgré le discours sur le service de la nation, c’est avant tout d’aimer le pouvoir et ses attributs.

10. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:55 par Aeriscor

Maitre,
Malgré la, paradoxale habitant en Suisse, bonne image que j’ai de M. Woerth, je partage cette opinion. Nul ne doit condamner un homme qu’il n’ait été jugé mais l’exercice d’un mandat, ou dans ce cas précis d’une délégation de pouvoir, nécessite une confiance qu’un simple doute peut ternir. C’est le grand inconvénient des “carrières” politiques typiquement françaises, de ne pas laisser la possibilité à un homme accusé de dire “je reviendrai lorsque vous pourrez à nouveau me faire pleinement confiance, en attendant je vivrai de mon métier”.
Le problème de M. Woerth n’est pas sa malhonnêteté, il est vraisemblablement plutôt honnête (que celui qui n’a jamais demandé au beau frère du cousin de la boulangère de faire sauter une contravention jette la première pierre) mais ses responsabilités sont telles qu’elle ne supportent pas le doute.
Il est impossible de condamner l’homme sur ces bases mais les doutes sont suffisants pour douter de sa capacité à remplir une mission qui lui donne un pouvoir discrétionnaire si important.

11. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:59 par cpolitic

Excellent rappel. On peut citer également la présomption d’innocence de Yvan Colonna piétinée par Nicolas Sarkozy lors d’une tribune publique le soir de son arrestation.
Etrange que pour leurs amis, la présomption existe, mais pas pour tous les autres, simples gens ou opposants politiques.

Cdt,
Cpolitic

12. Le jeudi 8 juillet 2010 à 23:59 par Mais Voui

Cétacé, dit la baleine, et elle se cachalot.

13. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:02 par Serge

Eolas, on parle de vous ici.

14. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:04 par Bobby Smith

Bon sang, mais où est passé ce satané bouton “J’aime” ??

15. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:07 par aliciabx

Hum… Hum…, je crois que Aeriscor n’a pas tout compris du billet, malgré tout le respect que je serais amenée à lui porter si je le ou la connaissais…
Eric Woerth me donne l’impression d’un homme assez manipulable qui aurait agi par amour pour sa femme sans soupeser les conséquences. Inquiétant, tout de même à ce haut niveau de responsabilité…
Mais c’est une autre approche des choses. Pourquoi pas ?
Quant à l’ex-comptable, je me demande si elle n’aurait pas besoin de soutien. Elle doit se sentir un peu seule dans cette affaire :
Un soutien à l’ex-comptable ayant fait des révélations à Médiapart ? http://aliciabx.blogspot.com/2010/0…

16. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:12 par Atv'

Rouler avec des écouteurs, voilà qui n’est pas très conforme à l’obligation de sécurité et de perception de l’environnement.

Vous devriez démissionner préventivement, Maître. Quoique ce billet délicieux constitue une circonstance très atténuante !

17. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:12 par Aranno

@Bobby Smith : il est ;-)

18. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:18 par Elu Local

@Yannick :

L’affaire d’État de Villepin consistait, si ma mémoire est bonne, en une manipulation de l’appareil d’État pour regrouper un certains nombres d’éléments (dont quelques uns faux) afin de ternir la réputation d’honnêtes gens de certaines personnalités. Ici, dans le pire des cas, on pourrait avoir un financement illégal de parti ou d’hommes politiques, le lien (tiré par les cheveux) avec l’État ou l’affaire d’État, c’est éventuellement l’élection du Président via le financement de sa campagne, encore faudrait-il que cet argent ait changé quelque chose de significatif au résultat, ce dont je doute.

L’affaire Bettencourt et la réforme des retraites n’ont rien à voir. Certains (à droite surtout) pensent que c’est une heureuse coïncidence qu’Eric Woerth soit le ministre qui s’occupe de ce dossier, d’autres non.

De nombreux militants de gauche (dont Edwy Plenel fait partie, sans aucune réserve) aimeraient que le ministre tombe pour faire sombrer la réforme avec lui. Et pour ceux de droite c’est l’exact inverse, ils sont prêts à tout pour tenir le cap et passer cette réforme.

Mais dans cette histoire, que l’on soit de gauche comme de droite, je pense que la sagesse serait d’imaginer ce que le ministre devrait faire si ce dossier des retraites ne dépendait pas de son maintien dans ses fonctions (d’ailleurs, dans le meilleur des mondes, une réforme ne devrait pas dépendre de la vie ou de l’avenir d’un individu, fusse-t’il ministre), mon opinion penche très nettement pour la démission, ne serait-ce parce que cette histoire pollue l’action politique et risque d’entraîner la réputation de nombreux politiciens par l’amalgame et aussi par l’effet “grand déballage”.

19. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:24 par Jul

@elu local: pour eviter les
grands deballage il suffit que les elus se rappellent que tout le monde doit respecter la loi (qu’ils ecrivent).
Donc soit ils ecrivent des lois moins cons, soit ils ne l’enfreignent pas et ainsi le grand
deballage est evite.

20. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:40 par Phil

@Elu Local

Contrairement à une rumeur tenace entretenue couramment par certains politiques et aussi journalistes, l’enrichissement frauduleux d’un parti politique est illégal.
D’autre part étant donné que cet argent sert ensuite pour des campagnes électorales qui permettent ensuite de se distribuer des places et des positions qui rapportent gros, il va bien falloir qu’un jour on cesse de faire semblant de croire qu’il y a une différence avec de l’enrichissement personnel.

21. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:45 par Yannick

@Elu Local

Tu as trouvé le terme que je cherchais, cette histoire pollue l’action politique. Et pour que la réforme puisse se faire et que le gouvernement puisse reprendre sa fonction de gouverner, je pense aussi qu’il est souhaitable qu’il démissionne (sans que personnellement je ne préjuge de son implication ou non dans ces affaires)

22. Le vendredi 9 juillet 2010 à 00:58 par Elu Local

@Phil

Le problème avec l’enrichissement frauduleux c’est, que de manière générale, il est toujours illégal :-)

Sans rire, il ne s’agit pas d’une affaire d’État, au pire, un dysfonctionnement de notre vie politique qui a un vrai problème depuis quelques décennies avec la façon dont elle se finance (légalement ou non). Ainsi on a pu observer un exemple beaucoup plus discret sauf pour le regard aiguisé d’un Authueil qui est le montage un peu alambiqué du Nouveau Centre.

23. Le vendredi 9 juillet 2010 à 01:30 par Gwynfrid

Merci pour ce rappel qui tue. Que dis-je, ce rappel qui massacre, déchire, étripe, explose, découpe, écrabouille, disperse façon puzzle, assassine, liquide, efface, éradique… On se demande comment la victime peut s’en remettre. Sauf que, comme Bugs Bunny, le politicien taillé en pièces se relève toujours, et repart de plus belle, comme si de rien n’était. Sous nos applaudissements.

Notons tout de même que dans le délirant concert de réactions de l’UMP, plus lamentables les unes que les autres, François Fillon se caractérise par une relative maîtrise de soi; je prends le risque de pronostiquer que la flopée de nouveaux Busiris le laissera de côté cete fois-ci.

24. Le vendredi 9 juillet 2010 à 01:45 par LeCheikh

A l’époque - j”étais jeune et timide, je ne commentais jamais les blogs, ne disposant pas encore de la mâle assurance qui me permet d’apposer mon pseudo ici - à l’époque, donc, je n’étais pas entièrement convaincu par ce Busiris, et je ne le suis toujours pas.

Il me semble que Fillon distinguait dans sa première phrase le juridique, et dans la suite, le politique. Jurisprudence Balladur, en somme : un type démissionnaire reste présumé innocent, mais sa démission empêche la fragilisation du gouvernement (une menace sur le fonctionnement etc.). Le terme de “doute”, à la rigueur, est condamnable, mais il pouvait bien viser l’opinion publique. Busiris méritait mieux.

Il n’empêche, le rappel est en effet savoureux !

25. Le vendredi 9 juillet 2010 à 02:01 par alonbon

Comment, la présomption de culpabilité étendue aux gens respectables, et entre eux, mais où va-t-on ?

Ne me dites pas qu’un jour notre police interpellera Dominique comme elle interpelle Seydou, que notre justice conduira un procès exclusivement à charge et condamnera lourdement Eric sans la moindre preuve matérielle, sur la seule base de dénonciations anonymes encouragées, comme elle a condamné Abderhamane, Adama, Ibrahima, Mara et Samuel ?

Ha ! je suis sentimental : il est plutôt amer le refrain de la présomption d’innocence hurlé par les loups.

Mais tout ça leur servira de leçon.

Je n’en doute pas.

26. Le vendredi 9 juillet 2010 à 02:14 par Severe

Et qui croyait que le Net ne compensait pas la prétendue mémoire de poisson rouge des citoyens, bien dés-entretenu par les médias historiques?

Un rappel comme cela cloue le bec à pas mal de grandes gueules.

Head Shot ;)

27. Le vendredi 9 juillet 2010 à 02:18 par Severe

Ah, et j’oubliais:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affair…

28. Le vendredi 9 juillet 2010 à 06:01 par ivan kann szpirglas

@ elu local:
je ne sais pas mais parler de simple affaire de financement occulte…
alors voila l’action telle que je la vois quand on se fait un film…
L’actuel président qui n’était alors que ministre et peut-être même pas, une allumette dans la bouche, arrive avec un “tu payes et je te protège”
ça le fait pas un petit peu plus calabrese ?
je suis désolé mais vraiment ici ça sent la pourriture à plein nez… pas de vengeance ou de lutte de pouvoir, juste une fi-fille à maman (poussée par son adorable époux) qui par jalousie ou par réelle inquiétude a lâché des informations qui n’auraient pas du sortir de leur famille…
Vous voici maintenant en France avec une affaire qui ressemble à bien plus grave qu’un simple financement occulte.
Arroser des politiques c’est comme arroser des fonctionnaires, c’est de la corruption
active et passive, selon les positions…

29. Le vendredi 9 juillet 2010 à 07:09 par salah

@ Elu local (18)
« De nombreux militants de gauche (dont Edwy Plenel fait partie, sans aucune réserve) aimeraient que le ministre tombe pour faire sombrer la réforme avec lui »

Vous attribuez la fonction de « militant de gauche » à Edwy Plenel et pas celle de journaliste dans son investigation . Et vous vous laissez dire que ce qu’il fait est dans le but de faire tomber le ministre et faire sombrer la réforme avec lui. Autrement ,d’un défaut naissent les nuisances…N’est pas militant UMP qui veut pour faire du bon journalisme, le vrai qui ne s’occupe pas des ragots et ne traite que les problèmes sérieux ,comme l’a rappelé récemment Sarkozy.

Pour un Elu local c’est vraiment très « local » comme raisonnement.
Si vous êtes franchement un élu local et que j’applique la rhétorique langagière dont vous venez de faire preuve ,en respectant le principe de réciprocité ,est-ce que ça vous conviendrait que j’écrive : De nombreux activiste de droite (dont vous Elu local faîtes partie, sans aucune réserve) aimeraient que le ministre soit sauvé pour faire sauver la réforme avec lui ?
Tiens ,c’est bizarre ! vous n’avez pas l’air d’être d’accord avec cette dernière affirmation. C’est normal il faut être un élu pour avoir le sens de « l’objectivité locale » .

30. Le vendredi 9 juillet 2010 à 07:15 par Galuchat

G-R-A-N-D-I-O-S-E  ! ! !

Merci !

31. Le vendredi 9 juillet 2010 à 07:31 par noisette

@ Elu local (18)

encore faudrait-il que cet argent ait changé quelque chose de significatif au résultat, ce dont je doute.

Et savoir (ou se rendre compte) qu’un candidat ment, vole, manipule, ça change quelque chose de significatif, ou pas ?

32. Le vendredi 9 juillet 2010 à 07:40 par patrons-voyous

C’est une vieille tradition : ce qu’on reproche à l’adversaire politique en place, on le fait une fois au pouvoir….

Cela dit, le ‘tour de souplesse dorsale’ de F.F. lui a peut être laissé des traces….

33. Le vendredi 9 juillet 2010 à 07:48 par cyclomal

Mais pourquoi remettre en perspective, habilement, la démission de Woerth? N’est pas bien à sa place, le financier? il en faut un bon dans chaque gang ou on finit comme Capone, alpagué par l’IRS.

OK, par présomption d’impunité, le beau monde a continué ses petites affaires, et la manière dont va être étouffée la révélation lui donne raison.

Comme quoi on a progressé depuis les années 30…

Et si la justice est impuissante, alors oui, Woerth y perd sa plus-value, à moins qu’il ne soit qu’une devanture, qui se graisse au passage, hypothèse à considérer.

34. Le vendredi 9 juillet 2010 à 07:51 par Starman

Ma prof d’histoire, bénie soit-elle entre toutes, nous répétait quotidiennement de prendre du recul. Bénie soit-elle, vraiment.

35. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:02 par Elu Local

@ivan kann szpirglas
Je pense que votre vision des choses est très romancée. On est loin de la mafia, on est dans l’héritage du financement des partis politiques d’avant. (comprendre, avant qu’ils soient financés par l’État, donc nous, les contribuables)

@salah
Ou bien vous m’avez mal compris, ou bien je me suis mal exprimé:
D’abord, le fait qu’Edwy Plenel soit très engagé dans un combat politique, plutôt de gauche, c’est un fait, c’est pas une insulte, il le revendique ouvertement, je ne vois pas en quoi cela pose problème que je l’écrive ici. Ensuite, comme tous les hommes et femmes de gauche aujourd’hui, il souhaite l’abandon de la réforme sur les retraites et pourrait penser (à tort, à mon humble avis) comme beaucoup d’autres de gauche et de droite que la démission de Woerth coulerait la réforme.

Puis, je ne suis pas sur qu’Edwy Plenel soit le journaliste d’investigation qui a mené l’intégralité de cette enquête, il travaille avec une équipe. De plus, je ne dis pas qu’il sort ces dossiers dans le but de faire tomber le ministre, mais qu’il aimerait que le ministre tombe. La nuance est subtile. En l’occurrence, si les faits sont avérés et qu’il fait correctement son boulot, le ministre démissionnera et Plenel sera satisfait. Ça n’a rien de péjoratif. Seulement, dans la mince hypothèse (j’ai dit mince) où Eric Woerth n’a absolument rien à se reprocher, j’attends de Plenel qu’il sache mettre de côté son militantisme et laisser sa place au professionnel de l’information, car il est plus important d’établir la vérité que de gagner un combat politique (c’est le sens de mon engagement un peu idéaliste).

Quand vous écrivez, pour ironiser
“De nombreux activiste de droite (dont vous Elu local faîtes partie, sans aucune réserve) aimeraient que le ministre soit sauvé pour faire sauver la réforme avec lui ?
Tiens ,c’est bizarre ! vous n’avez pas l’air d’être d’accord avec cette dernière affirmation.”

C’est là que je me dis que vous ne m’avez pas lu… Puisque j’écris exactement la même chose: “De nombreux militants de gauche (dont Edwy Plenel fait partie, sans aucune réserve) aimeraient que le ministre tombe pour faire sombrer la réforme avec lui. Et pour ceux de droite c’est l’exact inverse, ils sont prêts à tout pour tenir le cap et passer cette réforme.

Ça ne sert à rien que j’écrive que je ne suis ni militant ni encarté UMP, vous ne me croiriez pas, mais bon, j’ai toujours un peu d’espoir…

@noisette
A ce niveau là du pouvoir, le mensonge et la manipulation sont communs. Pour le vol, s’agissant de la générosité d’un donateur, je ne sais pas trop. Exemples divers de la finaliste de 2007: pour le mensonge: elle est revenue sur ses propositions de SMIC à peine battue, pour le généreux donateur, il y a Bergé, etc. etc.
Je ne veux pas être cynique, mais on avait pas des modèles d’honnêteté au second tour :-)

36. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:05 par Bernard Samson

Tous vos spécieux arguments - qui témoignent de votre esprit rancunier - ne pourront jamais rien contre la règle du jeu que Claude Guéant (dit “le Grand C”) a rappelée il y a peu : “La vérité d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui”.

37. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:20 par villiv

Hé mais on est vendredi, je peux donc hors’sujer :

En lisant le JO je me re-demandais : est ce que c’est toujours vrai que l’on créé une commission quand on veut enterrer un probléme

Si oui, lisez ci-dessous

Sinon, c’est bon partez en vacances tranquilles

extrait JO

16 Décret n° 2010-766 du 7 juillet 2010 portant création de la Commission nationale de l’échographie obstétricale et fœtale
http://www.legifrance.gouv.fr/affic…

38. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:25 par bzhmaddog

Paf prends ça dans les dents Sarko !

39. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:36 par sblc75

@Phil entierement d’accord. Toute l’affaire est scandaleuse par quelque bout qu’on l’observe.

40. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:46 par Da Scritch

Sarkozix en Helvétie :
« LE CROC DE BOUCHER ! LE CROC DE BOUCHER !
- Mais …. il n’est pas encore sec… »

41. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:54 par vuparmwa

tout simplement excellent…

42. Le vendredi 9 juillet 2010 à 08:59 par Dom

Il y a quelque chose que je ne comprends pas : comment se fait-il que les fameux carnets de caisse que l’on dit avoir été récupérés par la police au domicile de Madame Bettencourt soient entre les mains des journalistes, de Libé d’abord, puis maintenant de Marianne ? Est-ce l’usage que des documents privés, confisqués dans le cadre d’une enquête de police, soient ainsi mis à la disposition de la presse et du public le lendemain de leur saisie ?

43. Le vendredi 9 juillet 2010 à 09:01 par Le_Pompiste

@Elu Local
“De nombreux militants de gauche (dont Edwy Plenel fait partie, sans aucune réserve) aimeraient que le ministre tombe pour faire sombrer la réforme avec lui.”
Il est possible que la gauche souhaite voir sombrer la réforme des retraites, mais la chute d’Eric Woerth ne porterait pas en soi la certitude de ce résultat, loin s’en faut. Au reste les syndicats, eux au tout premier rang des opposants ne se réjouissent aucunement, loin s’en faut. Ladite réforme est à l’évidence -comme le bouclier fiscal, la taxe sur la restauration, le foteballe et sans doute bientôt le Tour de France, pilotée depuis le château… Woerth ou Bertrand, ou un autre, peu importe.

44. Le vendredi 9 juillet 2010 à 09:24 par Paco Necté

Il est certainement bienfaisant de se prendre ces piqures de rappel ; mais j’ai l’impression que le patient s’est tellement accoutumé à son traitement qu’il n’a même plus conscience de la présence de l’infirmière…

Je suis perplexe devant les commentaires de @élu local qui ne semble pas établir de relation entre le financement occulte d’un parti politique et le bon fonctionnement des institutions !?!
Je me vois contraint de lui rappeler que les institutions sont financées par l’impôt et qu’il n’est peut-être pas de l’intérêt général que certains achètent “des indulgences” ou des privilèges pour accéder aux marchés publics.
Il pourrait être discourtois de sa part de faire remarquer ainsi qu’il n’a pas lu attentivement un des tout récents billets de @éolas sur (in extenso) “la prise illégale d’intérêt” qui n’est pas tellement éloigné du sujet.
Ensuite, c’est certainement discourtois itou pour les parlementaires qui ont planché si laborieusement (principalement à la suite de “l’affaire Urba”) sur le financement des partis politiques.
J’ai la vague impression qu’on lit ici une très libre interprétation de l’adage “plaie d’argent n’est pas mortelle” et qui tiendrait pour quantité négligeable que les caisses des collectivités fassent l’objet de ces “petits arrangements entre amis”…
J’en suis à espérer pour certains administrés que le pseudo “@élu local” n’est pas une réalité !

45. Le vendredi 9 juillet 2010 à 09:31 par crisbelle

le fisc a t’il contrôlé le patrimoine de Mme BETTENCOURT, voilà à mon avis la question essentielle

46. Le vendredi 9 juillet 2010 à 09:47 par ivan kann szpirglas

@ chrisbelle

depuis 15 ans NON

concluez ou doutez…

47. Le vendredi 9 juillet 2010 à 09:57 par Dom

et maintenant c’est la copie du PV d’audition de la dame comptable qui s’étale en une du Figaro ! Est-il habituel que ce genre de documents soit communiqué à la presse à ce stade de la procédure ?

48. Le vendredi 9 juillet 2010 à 10:00 par Mats

Mauvaise foi..

Peut être qu’après tout les hommes politiques retiennent également vos leçons ?

49. Le vendredi 9 juillet 2010 à 10:04 par Elu Local

@Paco Necté
Je suis perplexe devant les commentaires de @élu local qui ne semble pas établir de relation entre le financement occulte d’un parti politique et le bon fonctionnement des institutions !?!

Cela signifie-t’il, selon vous, que jusqu’en 1988, les institutions ne fonctionnaient pas?

Idéaliste, moi-même (il y a quelques temps, j’ai déposé plainte contre X pour prise illégale d’intérêt et faux en écriture publique, 1 an d’enquête préliminaire à ce jour), je tenais juste à rétablir un semblant de réalisme. Et puisque vous invoquez Urba, je me permets de vous dire, que les représentants politique d’aujourd’hui, à droite, comme à gauche, ainsi que certains fonctionnaires qui passaient des marchés publics (encore entre 88 et 93) ont littéralement baigné dans ces circuits de financement. Aucun homme politique de plus de 45 ans ne peut ignorer comment on collectait des fonds, comment on bidonnait des marchés, comment on faisait “vivre la démocratie” (je cite, je ne cautionne pas), en l’absence de financement public direct, je précise “direct” puisqu’à l’époque finalement, c’était encore le contribuable qui payait de façon indirecte. Je n’excuse pas, je ne regrette pas, j’essaye juste de donner un petit peu de recul.

Bon, ensuite, personnellement je préfère le conditionnel: il se pourrait qu’il y ait “financement occulte”, il se pourrait aussi que Pierre Bergé ait mis gracieusement à disposition du parti Désir d’Avenir un appartement dont le loyer annuel doit largement dépasser les plafonds de donation.
S’en est on offusqué? y-a-t’il un mécénat de gauche légal (honnête, qui n’attend pas de “retour sur investissement”) et de droite illégal (entaché d’arrières-pensées lucratives)? Je ne le crois pas.

Comprenez-moi bien, je ne cherche pas à renvoyer, dos à dos, gauche et droite. Mais même si je souhaite la démission d’Eric Woerth (comme je l’ai déjà écrit) je m’étonne qu’on hurle au scandale d’État. Un tel type de financement est inacceptable, mais habituel, et ce problème ne sera résolu que quand on arrêtera l’indignation sélective dans ce pays.

50. Le vendredi 9 juillet 2010 à 10:07 par salah

Eric Woerth , fièrement devant les médias ,voici quelques mois , disait qu’il détenait une liste de 3000 noms de contribuables français détenteurs de comptes en Suisse .Une liste fournie par un ex employé de la HSBC qui a provoqué « la colère » de Berne sous prétexte que le procédé de détention était illégal .

Le gouvernement Fillon n’avait pas manifesté sa solidarité avec la Suisse à l’époque ni chercher à discréditer celui qui avait fourni la liste .

J’ai failli croire que c’était pour de vrai ces bisbilles!

Pas si simple en effet . Cette affaire de liste a eu des conséquences remarquables. Car elle est arrivée à point nommé pour geler un accord sur une communication limitée ,qui devait être signée entre les deux pays ,mais vraiment très limitée sur les échanges d’informations administratives entre la Suisse et la France . Cela ne pouvait que permettre aux détenteurs de comptes qui n’ont, bien entendu rien à se reprocher de gagner du temps .Ainsi ils peuvent soit trouver un asile bancaire dans un autre pays ou s’organiser autrement pour que les informations qui les concernent passent à la trappe compte tenu de l’accord en gestation .

Un adage dans toute sa plénitude :Le temps c’est de l’argent !

51. Le vendredi 9 juillet 2010 à 10:18 par Parquezaco

Bonjour,

que l’on puisse discourir, sur un blog juridique de haute tenue, de la prétendue malhonnêté d’Untel ou Unetelle sur la seule base de comptes-rendus de déclarations publiés dans la presse m’étonnera toujours.

N’avons-nous pas tiré les leçons de précédents emballements soldés par des relaxes ou des non-lieux?

Sommes-nous si pressés qu’il ne faille attendre une vraie enquête (préliminaire ou par un juge d’instruction, mais une enquête) avant de tirer de péremptoires conclusions?

52. Le vendredi 9 juillet 2010 à 10:26 par stadja

@Parquezaco:51
Si je puis me permettre (et je le peux),
que l’on puisse critiquer le contenu d’un billet, sur un blog juridique de haute tenue„ sans en lire un contenu, m’étonnera toujours.

N’avons-nous pas tiré les leçons de précédents emballements soldés par des relaxes ou des non-lieux?

Le monsieur il dit pas que Woerth il est coupable. Le monsieur il dit que le gouvernement a un double discours selon le untel ou le unetelle qu’est visé.

Eolas:
Que le premier concerné me détrompe si je me fourvoie, mais je n’ai pas pris sa remarque comme m’étant personnellement adressée.

53. Le vendredi 9 juillet 2010 à 10:28 par MIAS

L’étang change comme dirait Robert BOULIN …

54. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:05 par Véronique

@ Parquezaco

En ce qui concerne des enquêtes menées à toute vringue, en toute urgence et en toute priorité avec des moyens ahurissants, genre pompiers et escortes avec sirènes hurlantes, c’est vraiment l’impression que donne en ce moment la nouvelle série décoiffante, diffusée en boucle et en live et qui s’intitule:

” Les Nouvelles Enquêtes du procureur Courroye”

Non ?

55. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:05 par Cedric Vincent

D’une manière générale, les fameuses phrases « je ne commenterai pas une affaire en cours », « il existe dans ce pays une présomption d’innocence » et « je fais confiance à la justice de mon pays » sont à géométrie variable. Un membre de votre parti est mal en point, on ne peut pas en parler sauf à dire qu’il est intègre. Par contre, un « jeune » arrêté après de émeutes, un mari de femme voilée qui prend un PV, là, on peu commenter et même condamner à la place de la justice voir même s’offusquer si la peine n’est pas suffisamment lourde.

Et sur un autre point, je suis étonné de toutes les fuites sur ce dossier. Que ce soient celles de médiapart, les carnets de comptes dans Marianne et surtout les extraits d’interrogatoire de la comptable qui sortent dans le journal officiel – pardon, le Figaro, alors que l’encre n’est même pas sèche !!! Comment voulez vous que la justice mène sereinement son cours ?

56. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:08 par Républicain

Je suis d’accord avec Paco Necté (post 44).
“Elu Local” (post 3) est particulièrement choquant, quand il affirme :

“ici, ce n’est pas une affaire “d’État” ni de fonctionnement du gouvernement, mais dans le pire des cas, c’est simplement le financement d’un parti politique”.

Espérons qu’Elu Local ne soit qu’un pseudo et non sa vraie fonction.
Trouver normal de violer la loi est original, sur ce blog …

57. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:11 par PMB

Alons allons, la vérité d’un jour n’est pas celle d’un autre jour !

Même que c’est un autre conseiller politique du même Sarkozy qui l’a dit !

58. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:19 par Cédric Courlet

@Eolas:52 : Sans en comprendre le sens, je crois bien que cette critique vous est adressée. Enfin j’ai du mal à m’imaginer que « blog juridique de haute tenue » puisse représenter Le Figaro… Si vous aimez les Boomerangs, cette dépêche de l’AFP en date du 25 janvier 2009 devrait vous faire sourire : http://www.google.com/hostednews/af…

59. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:36 par Charly

Merci encore, maître, pour ce rappel savoureux.

Par ailleurs, inutile de s’acharner sur @Elu_Local, son discours plein de nuance ne me semble pas condamnable puisqu’il ne cautionne aucun abus, mais tente simplement de les mettre en perspective ! Nous sommes tous scandalisés par les différentes collusions, mais nous devrons encore les souffrir quelques années…

Qui, puisque c’est le noeud principal de nos affaires politiques, pourrait m’éclairer sur les travaux des parlementaires sur le financement des partis ?

D’avance merci, et à bientôt sur cette honorable plateforme.

60. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:44 par Wifi-Securite.com

Bien vu !
Effectivement ça fait parfois du bien de regarder en arrière après le dénouement d’une affaire. Est-ce le gouvernement a utilisé ce retour d’expérience pour l’affaire Woerth dans ce cas ? :-)

61. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:44 par Tom@

@Elu Local dit en 18:

L’affaire d’État de Villepin consistait, si ma mémoire est bonne, en une manipulation de l’appareil d’État pour regrouper un certains nombres d’éléments (dont quelques uns faux) afin de ternir la réputation d’honnêtes gens de certaines personnalités. Ici, dans le pire des cas, on pourrait avoir un financement illégal de parti ou d’hommes politiques, le lien (tiré par les cheveux) avec l’État ou l’affaire d’État, c’est éventuellement l’élection du Président via le financement de sa campagne, encore faudrait-il que cet argent ait changé quelque chose de significatif au résultat, ce dont je doute.

Je suis pas tout à fait d’accord ! Bon on ne peut pas juger à la place de la justice mais si le financement à hauteur de 150 000 € de la campagne de Sarkozy en 2007 est avéré alors on a plusieurs chef d’accusation sérieux, non ?

Outre le fait de dépasser le montant légal de 7500€, on aurait de l’argent en provenance d’un compte en suisse issu d’évasion fiscale si j’ai bien vu (donc un peu de blanchiment au passage).

C’est affaire sent grandement la corruption car en sus des sommes remises “gracieusement” par les Bettencourt on s’aperçoit que la famille n’a pas eu de contrôle fiscale depuis 1997 sauf erreur (il a pas été aussi ministre du budget pendant un moment Sarkozy ?).

Donc tout cette affaire n’est pas “que” du financement illégal si elle est avéré mais tout un ensemble de chef d’accusation qui sous-entendes la collusion entre politique et monde des affaires… et moi j’y vois un grave problème de fonctionnement de la vie politique !

Bon j’avoue ne pas être de droite et avoir sans doute un apriori de “base”, mais tout ça est extrêmement grave et les réactions à droite qui ne démente rien mais accuse internet de diffuser des “rumeurs” tendent à confirmer un malaise à droite…

62. Le vendredi 9 juillet 2010 à 11:45 par pasvraimentglop

@Elu Local

Vous nous invitez à prendre du recul en considérant des affaires qui datent de vingt ans, dont les jugements ont été rendus après la mise en place (comme vous le rappelez fort justement) de lois permettant le financement des partis politiques sur les deniers publics.
ch
J’avoue ne pas comprendre, car comme il apparaît dans votre raisonnement, il ne faudrait pas s’émouvoir de pratiques qui ont - semble-t’il - perduré bien au-delà de leur date de péremption.

Si l’on ne peut effectivement jeter la pierre à des hommes politiques (de plus de 45 ans comme vous le rappelez, renvoi historique oblige) pour lesquels une part d’ombre dans le financement des partis était monnaie courante, de nos jours, la loi ayant été votée voici vingt ans, aujourd’hui cela n’est plus acceptable.

Dans une autre mesure, il semble que ce comportement ait été pérénisé de longues années durant, et j’estime, en tant que simple citoyen, qu’il est tout simplement invraisemblable d’avoir quelqu’indulgence pour des faits qui semblent reconduits malgré la loi, et donc l’absence de doute quant à leur caractère totalement illégal.

Alors Woerth démission ? Oui, car il n’est pas possible qu’un gouvernement qui déborde de conseillers, de ministres, et d’intellectuels travaillant dans l’ombre, soit coincé sur une réforme du fait de l’absence suite à démission d’un simple coordinateur. Au pire, perdrait-on “officiellement” quelques mois pour lancer cette réforme (qui je le crois, est associée à l’affaire pour faire contre-feux), et dont les modalités semblent déjà mises en place (cf. la campagne publicitaire télévisuelle qui passe ces jours-ci).

Par ailleurs, l’épouse d’Eric Woerth a visiblement été partie prenante dans quelques affaires (Haras de Chantilly, emploi chez Clymène), pour lesquelles la justice doit amener des éclaircissements.

Je ne suis pas en train de faire un discours politique, ni de juger, mais j’estime qu’il y a énormément de points à éclaircir, du fait des multiples casquettes de l’époux, des dossiers médiatiquements sensibles qui portent ombrage à sa moitié, et dont on peut difficilement penser qu’il n’était pas au courant.

Alors certes, vous pourrer m’objecter (et là je suis perfide) que le haut du gouvernement à déjà (et à maintes reprises) montré que la réputation ou l’image n’étaient pas des choses très importantes (au point que les sondages montrent que même auprès des sympathisants UMP, les regrets semblent s’exprimer quant aux choix électifs) et que ce n’est qu’une autre affaire parmis les affaires ayant incidence sur la réputation.

Mais comme le rappelle justement Eolas, en citant le (futur) président en 2006, une démission serait probablement la seule façon de sauver les meubles. D’autant que cette démission ne mettrait pas le sieur Woerth à la rue, étant toujours trésorier de l’UMP, ni en “pâture aux chiens”, ce qui semble être la façon dont notre illustre président considère les journalistes qui se refusent à simplement relayer la doxa.

Je suis donc étonné par le cynisme de vos interventions, quelle que soit votre obédience politique.

63. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:03 par La Sasson

Certes, le côté “financement illégal d’un parti” est très dommageable mais, à mon avis, le dégât collatéral le plus scandaleux c’est “les lois votées pour remercier les généreux donateurs” …. :
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-haras-qui-rit-de-florence-woerth_904667.html, qui n’est, au doigt mouillé, qu’un exemple parmi tant d’autres …
Surtout lorsqu’on a encore dans les oreilles le couplet “votez pour moi et vous aurez une République irréprochable”.

64. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:11 par beldeche (mekeskidi)

Il faut vraiment être fou pour circuler à vélo dans Paris, voire inconscient pour écouter la radio en même temps.
N’avez-vous donc pas remarqué le peu d’égards dont font preuve les autres usagers de la route ?

65. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:18 par Markus

””“Le Figaro a pu se procurer des extraits de l’interrogatoire de l’ex-comptable de Liliane Bettencourt.”“”
L’enquête préliminaire diligentée par un procureur de la République permet aux policiers d’entendre, à plusieurs reprises les mêmes témoins, d’aller dans le Gard pour ramener et réentendre un témoin, puis de le confronter avec un homme d’affaires…. (Il est gentil le témoin).
Dans la presse on peut lire une partie de la déclaration d’un témoin…Qui a communiqué ce document? Que font les magistrats?

66. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:33 par François Saint Pierre

Sarkozy a éliminer Dominique de Villepin en utilisant Clearstream, maintenant c’est au tour des survivants de la droite républicaine d’essayer d’empêcher la candidature de Sarkozy en 2012, ça sera dur mais c’est jouable.

67. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:34 par François Saint Pierre

Sarkozy a éliminer Dominique de Villepin en utilisant Clearstream, maintenant c’est au tour des survivants de la droite républicaine d’essayer d’empêcher la candidature de Sarkozy en 2012, ça sera dur mais c’est jouable.

68. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:44 par Holmes

“De flash-back enchaînés…/Tordu comme un boomerang” :

- Il rapporta un boomerang en bois dur, coudé. Après quelques essais l’arme s’envola contre le vent…

“Mon esprit l’a rejeté” :

- Je voulais vous raconter une histoire de boomerang mais je ne m’en rappelle plus. Enfin, c’est pas grave, ça va me revenir. -COLUCHE-

69. Le vendredi 9 juillet 2010 à 12:54 par Alain38

Ah quelle belle affaire finalement. Une famille qui se déchire, des règlements de comptes politiques en pleine prise décision sur les retraites, un monde judiciaire où tout le monde se déteste (si j’en crois le Canard). Que nous manque-t-il? Ah si une chose à proposer aux scénaristes de ce “roman de l’été”: une belle histoire d’amour entre la comptable et le majordome (faut pas le dire mais dès demain toute la presse en fera sa une).

Euh, sinon, vu la situation, ne serait-il pas temps de prévoir, au niveau européen, la possibilité de délocaliser une affaire carrément dans un autre pays de l’Union? Parce que même délocalisé en dehors de Nanterre (c’est pour quand au fait?) je ne suis pas sur qu’on arrive à trouver une chambre ayant la possibilité de juger sereinement tout ce mic-mac.

Et, dire qu`à la fin de l’été cette affaire aura suivi le même chemin que nos amours d’été: direction les oubliettes. Vous ne me croyez pas? Pourtant plus personne ne parle des dangereux terroristes de Tarnac. Faudrait peut-être relancer cette instruction d’ailleurs histoire de tenter un contre-feu de plus.

70. Le vendredi 9 juillet 2010 à 13:02 par heho

@ La Sasson . 62 : Merci de rappeler ce qui est effectivement le vrai scandale… Car, que tous les partis politiques soient en partie financés plus ou moins légalement par de riches particuliers ou entreprises, personne n’en doutait. Mais là, ça tape d’autant plus fort que depuis 2007 et la loi TEPA, jusqu’à la légalisation des paris en ligne en 2010, en passant par les diverses niches fiscales, ce sont toutes les lois économiques de ce gouvernement qui semblent directement induites par ces donations… Et pour les petits sans le sou, les lois répressives.

71. Le vendredi 9 juillet 2010 à 13:11 par lentilles cosmétiques

Avant tout les petits sans sous doivent cesser de “faire la claque” pour les dorés, lesquels trouvent toujours plus clinquants qu’eux. A chacun ses califes…

On doit toujours envoyer un émissaire pour “relever ses compteurs”.

72. Le vendredi 9 juillet 2010 à 13:38 par Alunk

Et pendant ce temps là, tout le monde a oublié l’affaire de Karachi, financement politique déjà, avec les mêmes déjà, mais en plus avec de nombreux morts.

73. Le vendredi 9 juillet 2010 à 13:40 par patrice

Eva.A dément ( voir Le Monde ) et “L’ancien maitre d’hôtel des Bettencourt, Xavier B… (n’a)… jamais entendu parler d’enveloppes d’argent “. ” C’est pure invention de sa part (Mme Thibout) “, déclare t’il aux enquêteurs.( Le Monde toujours…). Pas “un” ancien mais bien “l’ancien”.

Mais lequel ? Parce que, comme on croit le comprendre à la façon dont Le Monde le désigne, si c’est celui des enregistrements, j’avais cru savoir jusqu’ici qu’il se prénommait Pascal; Pascal.B me semble t’il.

Il aurait changé de prénom ?

C’est, au fond, pas grand chose, mais le cumul d’erreurs, d’approximations, d’oublis, de raccourcis dans la presse en ligne au sujet de ces affaires depuis ces dernières semaines est proprement effarant. Au delà même des choix éditoriaux selon que tel canard porte plus vers tel ou tel camp.

Je comprends bien que ça se bouscule et que les journalistes n’ont pas que ça à traiter mais les informations reprises des uns aux autres, tel journal citant tel journal, citant tel journal, sans même parfois aller vers ou relire les sources, ça fait pas tout à fait de l’information.

Sinon: merci Monsieur eolas pour le travail que vous faites ici.

74. Le vendredi 9 juillet 2010 à 13:52 par patrice

Eh ben, ça va vite.

Sur le site du nouvel obs, il s’appelle bien Pascal.B et finalement:

…selon l’ancienne secrétaire particulière d’André Bettencourt, tout le personnel était “au courant”( que “Monsieur” donnait de l’agent à un certain nombre de personnalités ). C’est aussi ce qu’affirme le maître d’hôtel , Pascal B, auteur des enregistrements pirates.

Ca nous sauve de pas grand chose mais on s’y retrouve un peu.

75. Le vendredi 9 juillet 2010 à 14:41 par Z.

Le journaliste de France Télé a bien dit lors du JT du déjeuner qu’il avait eu accès au PV de confrontation ???

76. Le vendredi 9 juillet 2010 à 14:47 par opéra

j’ai un autre impétrant au prix busiris à vous soumettre : C. ESTROSI.

Ce matin, sur RTL, à propos des ‘affaires’  :
«L’administration par essence est indépendante» dit-il à propos du rapport de l’IGF
et «Croyez moi, si à un seul moment, un ministre s’amusait à peser sur le cours des choses, sur son administration, ça se saurait immédiatement, ce serait dénoncé», a-t-il ajouté.

Bon courage pour tous les départager.

77. Le vendredi 9 juillet 2010 à 14:48 par Rhalph

J’ai personnellement beaucoup aimé le “J’accuse” de Frédéric Lefebvre dans France Soir, qui défendait bec et ongles la présomption d’innocence… Lui qui avait défendu bec et ongles Hadopi, quelques mois auparavant.

78. Le vendredi 9 juillet 2010 à 14:52 par nicolas

Ces propos, récomponsés par le prix burisis, sont à mes yeux de béotiens une anerie monumentale.

Des lors, est-il vraiment pertinent d’attendre de quelqu’un qu’il agisse selon cette anerie, y compris lorsque le quelqu’un en questione est l’ane lui meme qui professé ces anneries?

79. Le vendredi 9 juillet 2010 à 15:03 par patrice

Du coup, et quand Le Figaro, quoi qu’il en soit ( on aime ou on n’aime pas ) distingue tout de même un Xavier.B, ancien majordome, d’un “… maître d’hôtel qui a procédé aux enregistrements pirates ( qui ) soutiendrait cette version ( celle de Claire Thibout ) ” , citant le Nouvel Obs comme source ( si le nouvel Obs affichait, en sus, son nom, ce que Le figaro omet ),…du coup, on voit apparaître dans les commentaires du journal Le Monde, que j’apprécie pourtant, des trucs du genre:

“…et le maître d’hôtel, auteur des enregistrements, et déjà licencié, il dément pourquoi, lui? “

“Le maître d’hôtel oublie que c’est lui qui a fait les enregistrements. L’employée de la BNP tient à garder son emploi. Bref, on se défile.”

“Mais autour de la grimpeuse (Claire Thibout) solitaire la roche s’effrite : l’ancien maître d’hôtel, la conseillère clientèle de la banque…Ce n’est pas parole contre parole, c’est la parole d’une seule contre tous. Baudis! Baudis!”

80. Le vendredi 9 juillet 2010 à 15:20 par erendil

Fabuleuse aventure que cette affaire.

Merci pour votre rappel savoureux des propos du directeur de Cabinet devenu premier Ministre.

On nous tartine à longueur de journée la présomption d’innocence d’Eric W.

Fort bien.

Un argument est ressassé à longueur “d’éléments de communication” : cette affaire ne repose que sur les déclarations d’un témoin. Il n’y a aucune preuve.

Fort bien.

Il y a 6 jours était rendu le jugement dans l’affaire des tirs contre des policiers à Villier le Bel. Aucune preuve, malgré une fouille compléte de la cité le lendemain des faits. Aucun élément. Le seul élément à charge, un temoignage sous X d’un habitant qui serait, parait-il, un informateur de la police.

5 hommes condamnés à des peines allant jusqu’à 15 ans de prison.

Selon que vous êtes puissants ou misérables…

Selon que vous témoignez contre un ministre ou contre des jeunes de cité…

Erendil

81. Le vendredi 9 juillet 2010 à 15:20 par LeCrayonVert

Bref, vivement le film.

82. Le vendredi 9 juillet 2010 à 16:07 par Suividactu

Puis-je souscrire au commentaire d’Erendil ?

Les dénégations ou cris d’orfraie de X me font penser à un homme adultère répétant “non, non je n’ai pas de maîtresse”, jusqu’à ce qu’une âme charitable, bien intentionnée, dépose devant le domicile conjugal une photo avec en commentaire : “en souvenir de nos merveilleux w.e. en amoureux à…”. Le feuilleton sera long et drôle.

83. Le vendredi 9 juillet 2010 à 16:08 par aliciabx

Pétition pour la nomination d’un juge d’instruction dans l’affaire Woerth/Bettencourt
http://www.mesopinions.com/Petition…

84. Le vendredi 9 juillet 2010 à 16:28 par Corinne

Bonjour,
En réaction à certains commentaires ci-dessus, je trouve que c’est faire un mauvais procès à Edwy Plenel que de dire qu’il s’attaquerait avec cette affaire à la réforme des retraites…
Beaucoup d’entre vous parlez de l’affaire Bettencourt/Woerth/Sarkozy, mais combien on fait l’effort de lire Médiapart ? quelqu’un dit même plus haut qu’il est incroyable d’apprendre ces nouvelles sur internet… Médiapart est un vrai journal d’information avec des vrais journalistes, qui ont leur carte de presse, et tout et tout, et travaillent en fonction d’une charte commune avec tous les journalistes, notamment “papier”…
Grace à internet, aujourd’hui, des informations cruciales au fonctionnement de la démocratie sont publiées, diffusées, connues d’un grand nombre de gens ; c’est une nouveauté dans le paysage médiatique, car enfin, les grands médias de masse appartiennent à Bouygues, Dassault, Lagardère, Rotschild… on voit bien d’ailleurs comment réagissent le Figaro, TF1…
En tant que simple citoyenne, il est important pour moi de connaître les “turpitudes” des gens qui “gouvernent” mon pays, si pour vous ce n’est pas une affaire d’état, de mon point de vue s’en est une…
Détail : il s’agit d’un autre majordome….
Merci pour certains liens utiles que j’ai trouvés plus haut :o)

85. Le vendredi 9 juillet 2010 à 16:56 par blackstone

Merci pour ce rappel historique, Maître. Joli headshot :)

86. Le vendredi 9 juillet 2010 à 17:07 par christian lehmann

Il y aurait une thèse à faire sur les anciens rôlistes et leur absence de conformisme vis à vis du pouvoir sarlusconiste en place. entre le gendarme qu’on tente de virer pour l’avoir ouverte, vous, ma pomme, je me demande si finalement les tenants du “D&D est maudit” n’avaient pas vu juste? amicalement

87. Le vendredi 9 juillet 2010 à 17:17 par Elu Local

@Républicain (56)

Je n’ai pas dit que je trouvais ça normal. C’est une affaire banale de financement de parti politique, et en aucun cas l’État n’a à voir là dedans.

@Tom@ (61)

Mon commentaire n’enlève rien au sérieux de cette affaire. Le reste de ce que vous écrivez fait un grand nombre d’hypothèses non vérifiée:
“financement à hauteur de 150 000 € de la campagne de Sarkozy”: Qui vous dit que ce n’est pas un enrichissement personnel d’une personne collectant l’intégralité de l’enveloppe?
“un peu de blanchiment” : En général, on appelle blanchiment la dissimulation de la provenance d’argent acquis de manière illégale (pas le cas ici).
Pour la corruption, peut-être, encore faut-il le prouver.
“un ensemble de chef d’accusation qui sous-entendent la collusion entre politique et monde des affaires” : Pour l’ensembre des chefs d’accusation, voir les 3 lignes précédentes, c’est un peu flou. Imaginer que les puissants d’un pays ne se rencontrent pas c’est utopique. La chose qui me semble avérée pour le moment c’est le conflit d’intérêt, mais pas sûr que l’on puisse être condamné.
En aucun cas je n’ai accusé #mediapart de diffuser des rumeurs. J’estime qu’ils font leur boulot. Maintenant, on doit avoir une enquête, et on en saura plus (si Courroye le veut bien), plus tard.

Aux prochaines législatives/présidentielles, pensez juste à cette affaire quand vous glissez votre bulletin dans l’enveloppe. Je ne suis pas sûr qu’un présidentiable mette dans son programme un projet de loi d’assainissement plus strict de la vie politique (il n’y a qu’à voir le code des marchés publics sans cesse remanié, dont les seuils sont constamment relevés par décret ou loi, jusqu’à récemment encore, quand un avocat a rétabli dans des proportions plus normales certains seuils, par saisine du Conseil d’Etat Pub:mon blog )

88. Le vendredi 9 juillet 2010 à 17:42 par Koui

Je trouve stupéfiant que les pv de justice se retrouvent dans la presse ou qu’une partie connaisse a l’avance une décision de justice via des politiques. C’est la preuve de la manipulation politique de la justice et de la presse. Le premier et le second pouvoirs manipulent le troisième et le quatrième, dans une affaire qui touche au zeroieme pouvoir, celui des euros avec plein de zéros. Cette affaire est celle de la confusion des genres. Les fautes morales y sont criantes même si la présomption d’innocence devrait blanchir tout cela. Autant pour woerth-Sarkozy que pour Villepin, il y a peu , d’ailleurs.

89. Le vendredi 9 juillet 2010 à 18:05 par Arno

Concernant la délivrance de prix busiris ces derniers jours, peut être devriez vous embauchez quelques dizaines de stagiaires pour tous les mettre par écrit ? Il me semble qu’il y a eu un certain emboutteillage de la part de nos amis les politiques …

90. Le vendredi 9 juillet 2010 à 18:36 par Ramuz

@ Maître Eolas,

On aurait pu s’attendre, dans un pareil climat, à ce que vous fassiez un rappel quant à ce qu’est et recouvre ce principe fondamental qu’est la présomption d’innocence, mais, manifestement, il vous semble plus utile de rappeler que Sarkozy - comme d’autres politiques, gauche, droite, centre - s’est laissé emporté par le caractère personnel d’une affaire, pour faire une erreur, il est vrai, incontestable.

Que faut-il en conclure ? que la présomption d’innocence ne s’applique pas à Monsieur Woerth ? lequel au surplus n’a pas tenu des propos de la même nature que ceux de Nicolas Sarkozy ?

Il faut en conclure, il me semble, et l’on ne sait trop pourquoi… que selon que vous serez d’un bord ou d’un autre, certains rappels seront jugés plus pressant que d’autres…

Eolas:
Et dans vos procès d’intention, il y a présomption d’innocence ? Figurez-vous que je ne vous ai pas attendu pour m’exprimer sur le sujet, et sur le fait que vous ne preniez pas pas la précaution élémentaire de vous en assurer avant de distiller vos insinuations sournoises, que faut-il en conclure ? Monsieur, je ne vous salue pas.

91. Le vendredi 9 juillet 2010 à 19:26 par bob

Dans le mille, Eolas !

Des tartuffes, ces politiciens, tous…

92. Le vendredi 9 juillet 2010 à 19:28 par ivan kann szpirglas

affaire d’état !
un ministre brandit une liste de compte en suisse
la milliardaire a un compte en suisse
elle arrose généreusement (380.000 euros) les politiques
personne ne l’inquiète avec des contrôles fiscaux ?
qui gouverne la France ?
les politiques ?
les juges ?
les financiers ?

au risque de me faire malmener et même troller, je ne crois pas que il puisse y avoir dans cette affaire un juge indépendant de nommé… il faudrait qu’à ce niveau ça existe encore…

93. Le vendredi 9 juillet 2010 à 19:29 par ivan kann szpirglas

j’ai oublié dans ma liste des gouvernants possibles…
le peuple ?
l’étranger ?
la commission européenne ?

94. Le vendredi 9 juillet 2010 à 20:16 par ZAMM

Je me souviens d’une rumeur sur les infidélités supposées au sein du couple présidentiel, rumeur née sur internet.

Notre NS a transformé cette rumeur en véritable AFFAIRE DETAT : rapport du contre espionnage français, évocation d’un hypothétique complot financier international, mise en cause de Rachida Dati, enquête préliminaire confiée à la police judiciaire, sur saisine du parquet de paris et cerise sur le gateau, Pierre charon, ami de NS qui “veut trouver le coupable pour que la peur change de camp” …

Et l’affaire Woerth, excusez moi, la non affaire Woerth, rien, niet et tout ce bruit qui dérange, la faute aux méchants journalistes qui colportent de vilaines rumeurs …

Douce france, cher pays de mon enfance …

95. Le vendredi 9 juillet 2010 à 20:33 par Lili

Porter plainte contre l’avocat de l’ex-comptable? Monsieur le marquis, merci de nous détendre un peu en cette fin de soirée.
On en avait bien besoin après toutes ces péripéties.

96. Le vendredi 9 juillet 2010 à 21:41 par Teebs

Bonjour Maitre,
J’entends que la comptable aurait été auditionnée toute la nuit, et sans avocat.
Je ne comprends pas bien: comment peut-on auditionner quelqu’un sans son avocat présent (je sais qu’un terroriste ne l’a pas, mais sinon?) Et toute la nuit, au lieu de la laisser rentrer chez elle après quelques heures? Et si elle était fatiguée, ils l’ont obligée à parler quand même? Même si elle racontait n’importe quoi juste pour se débarasser d’eux?
Je trouve cela plutôt digne des états autoritaires que démocratiques et je me demandais si c’était vrai ou une déformation des journalistes.
Pour finir, existe-t-il une forme de 5e amendement en France et/ou un équivalent des droits Miranda? (on peut légalement garder le silence jusqu’à ce que son avocat vienne, et à partir du moment où on demande un avocat, la police n’a plus le droit de questionner).

97. Le vendredi 9 juillet 2010 à 21:57 par Lili

Oubliez-vous que c’est nous qui avons fait cadeau de la statue de la Liberté aux USA?
Chez nous aussi ce droit existe mais le plus souvent sous l’effet du syndrôme de Stockholm les gardés à vue se font un plaisir de dire aux enquêteurs ce qu’ils ont envie d’entendre, c’est pourquoi la loi a prévu l’instruction à la barre et devant le juge d’instruction.
Quelquefois il y a des surprises lorsque l’ivresse s’est dissipée.

98. Le vendredi 9 juillet 2010 à 22:20 par Phoenix

@Teebs :

Sans être un expert, je pense que cela vient du fait qu’elle était auditionnée en qualité de témoin et pas comme prévenu.
Mais bon, je ne suis qu’un mékeskidi.

Par contre, je suis tombé là dessus :

http://www.rmc.fr/blogs/bourdinandc…

D’après Maître Gillot l’avocat du maitre d’hotel (ça fait beaucoup de maîtres pour une bien vilaine toile…) la garde à vue de son client par le parquet de Nanterre était illégale. Le maître des lieux (encore un !) étant assez pointilleux sur la question, un avis ?

99. Le vendredi 9 juillet 2010 à 22:37 par XS

Est-ce que notre actuelle Garde des Sceaux, MAM puisqu’il s’agit d’elle, recevra bientôt son 3eme prix Busiris?

Affaire Bettencourt : passes d’armes(LCI)

Le gouvernement peut-il s’informer sans faire pression? récupérer de l’argent pour son parti au passage est-il une manière de s’informer? Les juges sont-ils libres de faire toutes les enquêtes qu’ils souhaitent? (il est clair que MAM ne dit que ce qu’elle veut bien dire). Surtout, les juges sont-ils indépendants? Par exemple, M. Courroye et Mme Prevost-Desprez sont-ils indépendant de leur rivalité, et de leurs réseaux respectifs?

Histoire de juges suisses chez Pascale Robert Diard.

100. Le vendredi 9 juillet 2010 à 22:39 par Gilbert

@ alicia bx (83)

Pas très sérieuse, cette pétition, avec juste des prénoms. Si vous voulez un exemple de pétition qui a une autre gueule et qu’on a envie de signer (regardez le nombre de signatures).
Si la même pétition avait été lancée avec “mesopinions.com” elle aurait recueilli tout au plus quelques dizaines de prénoms.

101. Le samedi 10 juillet 2010 à 00:34 par Soraya

Bonsoir Teebs,

Détrompez vous la PJ ou tout autres autorités judiciaires a le droit de vous auditionner comme bon leur semble, les avocats ne peuvent être présents pendant une audition et ne peuvent empêcher celles-ci…mais par contre une fois assisté vous avez le droit de garder le silence et de ne pas répondre à l’interrogatoire, j’ai appris celà il y a peu de mon avocat…
Les droits pendant une GAV sont rarements mis en avant voilà pourquoi peu de gens les font jouer…
Voilà…

102. Le samedi 10 juillet 2010 à 04:39 par Gilbert

@ Soraya

Il ne s’agit pas d’une garde à vue, mais d’une enquête préliminaire. Vous ne semblez pas mieux renseignée sur la GAV. La première visite de l’avocat ne porte pas sur le fond. Il est simplement là pour s’assurer que les conditions de la GAV sont respectées.

103. Le samedi 10 juillet 2010 à 04:48 par Gilbert

Ah, j’oubliais. Mme T. n’est pas en GAV, elle est simplement témoin. C’est pourquoi son avocat a bien le droit de dénoncer le traitement extraordinaire qui lui est fait (multiplication des interrogatoires dans un délai rapproché notamment).
Il est vraiment temps de nommer un juge d’instruction.
J’aimerais bien savoir, de la part de M° Éolas, si à sa connaissance il y a des démarches collectives qui sont initiées de la part des magistrats pour que le juge Courroye (de transmission), liés par plusieurs conflits d’intérêt (c’est un proche de Nicolas Sarkozy et il ne s’en cache pas, d’autre part son nom apparait dans les écoutes dont l’exploitation a été jugée licite), passe la main ?

104. Le samedi 10 juillet 2010 à 07:09 par f3et

Pour Ramuz (n°90) : je crains bien que Maître Eolas ait déjà dit tout ce qu’il avait à dire sur cette question : http://www.maitre-eolas.fr/post/200… … et que ses conclusions n’aillent pas dans le sens que vous souhaiteriez.

105. Le samedi 10 juillet 2010 à 07:43 par marsan

Cette notion de “présomption d’innocence” qui saute à la bouche des hommes et femmes politiques dès qu’ils ont un problème avec la justice me chauffe un peu les oreilles. Et pourquoi donc ?
Tout simplement parce que c’est une notion juridique et pas politique. A savoir que si vous êtes mis en examen par un affreux jojo de juge d’instruction ou si vous êtes cité directement devant le tribunal correctionnel par une partie civile en mal d’être entendu par le Ministère Public, vous pouvez vous prévaloir de cette notion de présomption d’innocence .
Hors ces cas de figure, point de présomption -
En l’espèce c’est le cas de notre bon ministre du travail qui n’est pas (à ce jour) inquiété par la justice.

Non son problème c’est un problème politique né d’une sale affaire de famille où apparemment le juge des tutelles et le parquet n’ont pas pris toutes leurs responsabilités pour coller la mamie au moins sous curatelle simple car il y a quand même, vu de l’extérieur, quelques éléments permettant de penser que la ci devant plus riche femme de France a le cortex cérébral un peu ramolli. Mais passons pour cet aspect du problème.

Donc point de problème de présomption d’innocence pour notre ministre mais un sacré problème politique où il ne semble pas que la Raison est sa place dans la résolution de celui-ci.
Et contrairement à ce que pense notre élu local cette affaire pèse sur l’avenir du gouvernement où le ministre en question occupe une place TRES importante, en charge d’un dossier BRULANT qui intéresse des millions de français.

106. Le samedi 10 juillet 2010 à 08:28 par Scytales

«…que le juge Courroye…»

Que le procureur de la République Courroye…

Il est ahurissant de lire ou entendre dans les médias (encore ce matin sur France Culture dans le journal de huit heures), que M. Courroye est juge alors qu’il a perdu ce statut pour être nommé par décret du 19 mars 2007 avocat général près la cour d’appel de Versailles pour exercer les fonctions de procureur de la République près le tribunal de grande instance de Nanterre.

http://www.legifrance.gouv.fr/affic…

107. Le samedi 10 juillet 2010 à 09:02 par Ramuz

Restons logique : à marsan, commentaire 106

Si une accusation de fraude sans preuve, qui intervient dans le cadre du monde politique, ne peut donner lieu à ce que soit opposé, à ceux qui accusent, la règle fondamentale de la présomption d’innocence, c’est alors que dans ce monde politique l’innocence est un concept vide, d’où il résulte alors que, le concept de culpabilité, dans ce même monde, l’est tout autant.

Hocus Pocus, le problème est réglé !

La présomption d’innocence est déclarée inaplicable aux hommes politiques Marsan ? A moins que les hommes politiques ne soient pas des hommes ?

On se demande donc ce que l’on reproche à Monsieur Woerth, en la circonstance de vos raisonnements, puisque celui-ci ne semble être, si l’on tire les conséquences de vos propos, ni dans le monde ou la cité, ni un homme.

On peut être effrayé d’un pareil discours, ou l’opposant politique, parce qu’il fait de la politique, devient tout à coup un sous-homme auquel les règles fondamentales ne s’appliquent plus ; on comprend aussi, cher marsan que, selon la couleur politique de l’individus considéré, celui-ci est plus ou moins un homme.

Non ?

Et puis le bouquet final sur la présomption d’inocence qui ne trouve application que dès lors qu’une procèdure est en cours, c’est d’un drôle… vous devriez ainsi et en conséquence modifier la loi de 1881 sur la presse, et accorder l’immunité pénale en matière de diffamation dès qu’un individu est publiquement mis en cause mais en dehors de toute procédure.

- Monsieur le Juge, mon client souhaiterait être mis en examen.
- Pour quelle raison ?
- Il voudrait pouvoir poursuivre pour diffamation dans le cadre d’une atteinte à la présomption d’innocence
- Il va donc falloir que nous trouvions des faits concordants ou sérieux, Monsieur l’avocat
- Justement Monsieur le Juge, nous sommes venus avec…

Marsan, +1

108. Le samedi 10 juillet 2010 à 09:12 par f3et

Pour Ramuz (mais ce sera le dernier) : puisque vous ne voulez pas lire ce qu’on vous écrit, pourquoi pensez-vous qu’on va lire ce que vous répondez ? Comme vous l’a dit Marsan, et comme l’expliquait le maître des lieux dans le billet dont je vous ai donné la référence, la présomption d’innocence est un concept juridique précis. Après, vous pouvez en faire ce que vous voulez, mais ne vous étonnez pas de ne pas être pris au sérieux.

109. Le samedi 10 juillet 2010 à 09:23 par ramuz

@ f3et,

Vous pourriez me définir ce concept juridique ? Ce n’est d’ailleurs qu’un concept ou c’est aussi une règle qui apparaît dans le Code de procédure pénale ?

Votre sérieux sur le sujet m’intéresse… c’est toujours intéressant les gens sérieux…

110. Le samedi 10 juillet 2010 à 09:50 par Willy

Je me souviens à l’époque avoir lu le discours de Fillon et froncé les sourcils, du genre “il n’a quand même pas dit ça ?”. Arrivé ici, je m’étais réjoui de l’initiative de décerner un prix. Et plus tard du succès subséquent que ça a eu.

@Scytales (107) : Je me pose la question. N’est-il pas habituel de nommer quelqu’un par un poste passé ? Comme on dit toujours M. le président à Valery Giscard d’Estaing… Cela dit, appliquer cette habitude ici supposerait que juge est un poste plus “haut” que son poste actuel. Et là je n’en ai aucune idée.

111. Le samedi 10 juillet 2010 à 09:53 par Ramuz

@ f3et (à priori…), # 109

Très bien,

L’erreur consisterait ici dès lors dans le fait de ne pas revenir sur la sienne, et effectivement, à lire Eolas, la présomption d’innocence intervient dans un cadre limité, il est néanmoins légitime qu’un individu accusé publiquement et sans aucune preuve, puisse déclarer son inoncence et contester les déclarations hasardeuses à son propos.

Bien que la présomption d’innocence telle que définie juridiquement n’ait pas, en la cause, droit de cité, il reste qu’une accusation publique telle que Woerth la subi peut apparaître, bien légitimement, comme une injustice flagrante, au nom de laquelle, bien logiquement, celui-ci entame une action en diffamation.

Il ne peut opposer la présomption d’innocence, très bien, il peut opposer tout de même, sa déclaration d’inoncence et le droit de ne pas être diffamé.

Mais venir nous expliquer, comme Marsan, que ce n’est là qu’un problème politique, hors de tout processus d’accusation de nature diffamatoire, c’est se tromper également.

Pour ma part, c’est bien noté.

Eolas:
Cher Térence, 

Ainsi, à votre cuistrerie habituelle vous avez ajouté l’hypocrisie en vous dissimulant derrière un nouveau pseudo pour flooder. Je vous mets donc en modération a priori pour une période indéterminée.

112. Le samedi 10 juillet 2010 à 10:16 par Pierre-Antoine

Il n’empêche : à l’époque, François Fillon avait raison ; quand il y a un soupçon très fort qui pèse sur lui, et qu’il ne peut rien faire pour prouver que les allégations un tant soit peu étayées à son encontre sont fausses ou inexactes, il y a un moment où il ne s’agit plus de sauver la présomption d’innocence d’une personne, d’une individualité, de maintenir coute que coute une personne à un poste parce qu’on trouverait injuste pour elle qu’elle doive en démissionner, mais bien de prendre en compte l’intérêt général derrière lequel doit, parfois aussi, on l’oublie, se retirer l’intérêt personnel. D’autant que dans l’affaire Woerth, ce qui est le plus problématique ce n’est pas la probité, l’honnêteté de cet homme que le fonctionnement d’un système : si le cercle sarkozyste fait front, c’est bien parce qu’il ne s’agit pas d’un homme uniquement (si ce n’est sa double casquette de ministre et trésorier du parti majoritaire ; encore que cela soit encore une question de système). L’argument de Fillon était moins juridique que politique ; la présomption d’innocence personnelle et juridique ne fait pas obstacle à ce que l’apparence d’irréprochabilité soit une exigence politique et démocratique s’agissant des personnes ayant le plus d’influence à savoir les ministres notamment.

Là où il y a Busiris de la part de Fillon, c’est que son propos était purement d’opportunité et partisan ; mauvaise foi de l’homme, pas de l’argument.

113. Le samedi 10 juillet 2010 à 11:02 par Patrick Chevallier

Maître, rouler en vélo avec des écouteurs sur les oreilles me semble bien imprudent et réduit encore vos chances de survie dans votre défi à la mort. vos oreilles peuvent être des capteurs d’informations importants dans la circulation. Nous ne voudrions pas vous perdre, nous avons besoin de vous.

Il ms semble par ailleurs que c’est expressément interdit par le code de la route (pour les conducteurs de véhicules automobiles, à tout le moins).

114. Le samedi 10 juillet 2010 à 12:02 par Quand Eric rencontre Ali

“Mais surtout il est délicieux de les relire en faisant le parallèle avec l’affaire Woerth d’aujourd’hui, où tout le Gouvernement entonne à l’unisson le couplet de la présomption d’innocence.”

C’est encore plus savoureux en faisant un parallèle avec “l’affaire” A. Soumaré où tout le gouvernement entonnait à l’unisson le couplet de la présomption de culpabilité sur la base de méthode tout aussi douteuse qu’un enregistrement illégale (à savoir à l’époque la consultation et la divulgation d’un fichier de police qui ne devait pas l’être).

Il s’agit donc d’un gouvernement récidiviste
Et comme vous le savez Maître la déjà Busirisée Mme Dati a instauré les peines-plancher en cas de récidive…
Il n’y a pas d’excuse de minorité puisqu’il sont tous majeurs.
Aberrance, contradiction, mauvaise foi, opportunité : par contre l’injonction de soins pour les membres du gouvernement s’impose. Dire tout et son contraire est un symptôme dissociatif. Je crois que ce genre de symptômes assez courant en psychiatrie politique.
Le problème mérite qu’on s’y planche.

115. Le samedi 10 juillet 2010 à 12:02 par RG

@ Ramuz

présomption d’innocence…. et patati et patata….

M’enfin ! et la constitution vous connaissez ? un certain nombre de personnes se trouvent dans un état d’apparence évidente de conflit d’intérêt et/ou de dépendance vis à vis de l’exécutif, c’est un fait.

Le citoyen n’y est pour rien, il a le droit d’avoir là dessus l’opinion qu’il veut puis de l’exprimer. Si les politiques ne sont pas aptes à exercer la politique et réagissent à des situations de crise dont ils sont seuls responsables comme des gamins de maternelle, qu’ils changent de métier !

116. Le samedi 10 juillet 2010 à 12:53 par Dubitatif

A-t-on noté que les perquisitions au domicile de M. de Maistre et à son bureau de la société Clymène ont été nécessairement effectuées avec le consentement écrit de l’intéressé?

A défaut de quoi il aurait fallu saisir un juge d’instruction ou le juge des libertés et de la détention.

Bref, ce M. de Maistre semble avoir estimé qu’il avait le même intérêt que le parquet à tenir les juges à l’écart de ce grand effort vers la manifestation de la Vérité.

Nous en sommes bien rassurés.
Sinon, qu’à à nous dire le maître des lieux sur la bourde qu’aurait commise le procureur lors de son appel qui devrait relancer son autre sujet?

Eolas:
Que d’après ma source, le parquet de Nanterre a bel et bien déposé une requête en examen immédiate, sachant qu’elle était inutile, et que l’aurait-il oublié, il a jusqu’à lundi inclus pour la déposer : jugement du 1er juillet, + 10j pour faire appel = 11 juillet, un dimanche, dont délai reporté au lundi 12.

117. Le samedi 10 juillet 2010 à 13:02 par RG

@ Ramuz

Il ne s’agit pas du citoyen, mais du journalisme et des journalistes

Ah bon, les journalistes ne sont pas des citoyens ? la presse d’investigation et d’opinion est interdite ? c’est dans quel code ?

la Une de mediapart

mediapart relate des faits, le contenu d’enregistrements admis par la justice. Un ministère, l’Elysée se serait inscrit en faux ? bien au contraire ils communiquent et sur-communiquent, y compris sur des éléments d’enquêtes judiciaires. Dès lors où est la faute journalistique ?

chasse à l’homme

Quelle chasse à l’homme ? il serait interdit de relever les contradictions d’une propagande communication étatique ? c’est dans quel code ? code français bien entendu.

118. Le samedi 10 juillet 2010 à 13:06 par Dante

J’ai envie de dire : “so what?”.

Eh bien, je m’exécute :

-So what?

On appelle cela de la communication politique. A ce rythme-là, il vaudrait mieux distribuer des “non-prix Busiris”, ce serait plus rapide mais moins rigolo, j’en conviens avec vous.

Ce qui m’effraie c’est que cela ne choque plus vraiment.

119. Le samedi 10 juillet 2010 à 14:51 par R. Gary

Excellent cher confrère !
merci pour cet éclat de rire en pleine torpeur estivale !

120. Le samedi 10 juillet 2010 à 16:44 par Yogi Tougoudou

Bonjour Me EOLAS,

Un abonnement au flux de votre blog me permet d’en suivre l’actualité – qui, il faut bien l’avouer, est en général, plus que débordante, stakhanoviste de la plume virtuelle que vous êtes - et je ne vous cache pas l’intérêt sans cesse renouvelé par la lecture de vos billets, libellés dans un style qui sait brillamment marier érudition, compétence et pédagogie – bien que je le concède, une certaine aridité, liée sans aucun doute à la technicité de la matière, ne fasse parfois plier ma bonne volonté avant la fin.
C’est dans cette même veine pédagogique que je me propose, si vous le voulez bien, de m’essayer à un exercice de rhétorique, sa modeste finalité étant d’examiner et d’analyser, au travers du présent billet, la construction de votre argumentation face à celle de l’actuel Premier ministre.

Examinons la vôtre dans un premier temps.

Le premier argument se concentre sur la citation de M. François FILLON, alors conseiller politique de M. Nicolas SARKOZY. Cet argument est appelé rétorsion, car son but est de mettre en évidence l’autophagie de l’opinion exprimée, c’est-à-dire la contradiction interne de la proposition. La technique stylistique ici employée (l’élocution, selon la rhétorique classique) se signale par sa singulière simplicité, tenant essentiellement à une césure entre les deux temps de la citation (énoncé du principe de présomption d’innocence/application du principe) ponctuée de la proposition : « Jusqu’ici tout va bien ». Il s’agit ici de mettre en évidence la contradiction entre le principe (Dominique de VILLEPIN bénéficie de la présomption d’innocence) et son application (Dominique de VILLEPIN doit apporter la preuve irréfutable de son absence de culpabilité). La tournure stylistique adoptée est particulièrement efficace en ce qu’elle contraint le lecteur à adhérer à l’idée que cette incompatibilité se présente comme une évidence : l’évidence ne demande en effet qu’à surgir puisque pour être mise à nue elle ne requiert qu’une légère modification syntaxique.

Pourtant, il est permis de douter de cette évidente contradiction. L’incompatibilité n’existe plus lorsque les ensembles notionnels, les isotopies, abordées par l’orateur sont différents. Vraisemblablement l’argument de M. FILLON relève du distinguo et peut se schématiser de la manière suivante : dans le domaine de la justice, de la responsabilité pénale, le principe applicable est celui de la présomption d’innocence ; dans le domaine de la politique, de la responsabilité politique, le principe est celui de la confiance ; si celle-ci n’existe plus, l’action du responsable politique est entravée et ses fonctions ne peuvent plus être correctement exercées ; le seul moyen de recouvrer son pouvoir d’agir consiste à dissiper le doute. De cette manière, la contradiction apparente disparaît. On peut néanmoins regretter la formulation retenue par M. FILLON, qui pêche sans doute en ce qu’elle ne met pas suffisamment en exergue la différence isotopique.

Le second argument repose sur la disqualification de l’auteur par une confrontation de sa personne avec ses dires et affirmations ; on reconnaîtra ici l’argument ad personam – à ne pas confondre, nous le savons, avec l’argument ad hominem, lequel consiste à inviter l’interlocuteur à raisonner sur la base des convictions propres de l’orateur et non sur celle de valeurs universellement admises. Pour faire clair, et sans esquiver l’écueil du caricatural, il s’agit de dire que M. FILLON est finalement mal placé pour prendre la défense du « soldat WOERTH » dans la mesure où dans une situation en tous points similaires (ministre, membre du même parti, embarrassé par une « affaire ») il a tenu un discours à charges. Cet argument se pare d’ailleurs ici, de manière conjointe, d’un autre type d’argument venant en renforcer la fonction disqualifiante : l’argument a pari ou des semblables (encore appelé argument de la règle de justice), selon lequel des cas semblables doivent recevoir un traitement analogue et qu’il ne s’agit pas alors de faire « deux poids, deux mesures ». Ici, la technique revient à demander pourquoi en deux semblables hypothèses, la présomption d’innocence est rapidement désactivée dans l’une, alors que dans l’autre on s’y retranche derrière à toutes forces.

La disposition – je reprends ici à dessein le vocable usité dans la rhétorique classique – du second argument mérite qu’on s’y attarde car elle contribue grandement à obtenir l’adhésion des lecteurs. Elle est édifiée sur trois strates successives : une introduction – une exorde pour reprendre la désignation classique – relative à la remise du premier prix Busiris, puis le développement – les narrations et confirmations – consacré à la citation du conseiller politique de Nicolas SARKOZY, enfin la conclusion – la péroraison- lapidaire, centrée sur le dévoilement de l’identité de ce conseiller politique également titulaire du premier prix Busiris. La structure, si elle est en apparence classique, ne manque pourtant pas d’inventivité, car elle prend la forme d’une véritable mise en scène tenant au dévoilement progressif de l’identité de l’orateur adverse ; il en ressort comme une impression de lever de rideau ou de tombée des masques, dont la théâtralité, jouant sur le pathos du lecteur, achève d’emporter sa conviction.

En guise de conclusion à cet exercice rhétoricien, je me permettrai simplement de saluer le brio avec lequel, Me EOLAS, vous avez rédigé ce billet.

121. Le samedi 10 juillet 2010 à 17:48 par jacq

En somme, une partie de la classe politique nous fait un bon petit coup de ‘casse toi pov’ fasciste’, atteignant en un temps record le point goldwin et le point lefebvre, se ridiculisant encore plus.

Peut être faudrait il faire passer un examen de morale aux élus ?

122. Le samedi 10 juillet 2010 à 18:47 par salah

@ Yogi Tougoudou (120)

« On peut néanmoins regretter la formulation retenue par M. FILLON, qui pêche sans doute en ce qu’elle ne met pas suffisamment en exergue la différence isotopique »

Votre développement laisse supposer que l’orateur M Fillon ,a omis d’insister sur «le distinguo». Quel est le fondement de cette supposition ?

En l’absence d’une valeur “extra” à son affirmation qui pourrait tracer le fonctionnement locutoire de Mr Fillon et qui accréditerait la thèse avancée , toute extrapolation n’est que de la spéculation .

Au contraire , récemment M. Fillon s’est contenté d’appeler à ce que le principe d’innocence doit être de rigueur en ce qui concerne M. Woerth . Il n’a pas reproduit une position identique à celle prise à propos de M de Villepin ,qui lui vaut le présent prix Busiris .

Ça aurait été plausible s’il avait poursuivi, après avoir défendu « l’application du principe d’innocence sur tous  » , devant caméras et micros en « conseillant  » à son ministre M. Woerth de se livrer rapidement ,sans dépendre du temps judiciaire ,à faire ce qu’il devrait savoir ce qu’il y a à faire .

123. Le samedi 10 juillet 2010 à 19:23 par gourmandises

Pub lointaine :”c’est un péché de ne pas manger de pêches en été”. Monsieur F. pèche-t-il par omission ? Voir CNRTL et autres académies.

124. Le samedi 10 juillet 2010 à 19:35 par pierre francois chauveau facebook

@ivan kann szpirglas , oui , fallait garder le gang des Lyonnais et nos bonnes vieilles habitudes !!!

125. Le samedi 10 juillet 2010 à 21:10 par Gilbert

Ça y est, “ils” ont réussi leur coup. Le Parquet de Nanterre vient de déclarer (source AFP rapportée par le Nouvel Obs’) qu’il n’y avait pas lieu d’ouvrir une information judiciaire “à ce stade” et qu’il est le seul compétent sur le territoire. Non, non, je ne fais pas semblant d’oublier qu’il y a un “à ce stade” qui laisse toutes les portes ouvertes…

126. Le samedi 10 juillet 2010 à 21:58 par marsan

cher ramuz - Terence,

il n’y a pas pire sourd qui ne veut pas entendre

127. Le samedi 10 juillet 2010 à 23:16 par dublinvince

Ou comment la tenue d’un journal (blog ?) permet d’eviter certains trous de memoire. Tout a fait delicieux, merci.

128. Le samedi 10 juillet 2010 à 23:25 par holmes

Eolas @ Ramuz-Térence : “Je vous mets donc en modération à priori pour une période indéterminée”

“Justice extrême est extrême injustice”…..

129. Le dimanche 11 juillet 2010 à 01:06 par Grag38

pfff!

Bravo maître,

N’ayant rien à voir avec votre profession, je parcours et me délecte depuis 2 jours de tous vos mots (maux). Cette mine qu’est votre blog est pour un néophyte comme moi, non pas une source d’approfondissement de connaissances (comme peuvent en profiter probablement de jeunes étudiants inscrits en fac de droit, ou encore jeunes avocats) mais une lecture fort agréable qui se lit et se lirait tel une autobiographie, voir un roman (j’aime à penser que votre expression n’est pas si loin de celle de paul auster, quoique différente certainement, mais tellement vivante et réelle, telle qu’on pourrait vouloir espérer que les personnages cités et vous même fassiez partie de personnages irréels).

Si l’humour est de mise pour mon plus grand plaisir, force est de constater que les contributeurs à ce site sont aussi de grande qualité à la vue de leurs remarques voir pertinences.

Merci donc à vous tous de nous ouvrir un peu plus les yeux sur les arcanes du/des droits que malheureusement la presse à depuis longtemps délaissé.

Pourtant selon l’adage : “Nul n’est censé ignorer la loi” !!!!!

Veuillez, et je vous en prie de la part d’un modeste lecteur, de bien vouloir continuer à nous instruire, sinon nous informer ou encore tout simplement, nous montrer les dessous et dessus de la justice.

Amicalement

Raph

130. Le dimanche 11 juillet 2010 à 04:45 par Mobile

Thibout c. Thiboust

«Aux «innocents»(!) les mains pleines.»

Lundi, le Pdt de la République va (tenter de) remettre sa «Rolex» à l’heure. Mouarf!

Combien de temps encore?!

Lili dort… SVP, prière de ne pas déranger. Ses millions ne sont pas les nôtres.

«Hoc volo, sic jubeo, sit pro ratione voluntas.»

Il y a quelque chose de pourri dans cette république.

Prévarication, concussion… corruption!?

It’s a «Woerth» in progress. P*****! Beaucoup de plaisir en perspective.

131. Le dimanche 11 juillet 2010 à 10:13 par midnightexpress

@Elu local (35)

Vous dites à propos de M. Plenel : “…comme tous les hommes et femmes de gauche aujourd’hui, il souhaite l’abandon de la réforme sur les retraites…”.

Vous faites erreur : il y a assurément des hommes et femmes de gauche qui soutiennent la réforme des retraites, certains sans doute qui l’auraient voulu différente mais qui admettent qu’il vaut mieux celle-là que pas de réforme du tout.

(“Quand tout le monde est toujours d’accord, c’est que quelqu’un ne donne pas son avis”. Patton ?)

132. Le dimanche 11 juillet 2010 à 10:16 par midnightexpress

@69

Il y a bien une histoire d’amûr dans cette affaire : l’ex-comptable et l’informaticien qui a digitalisé les enregistrements des conversations.

Excellent choix de numéro de commentaire pour aborder ce sujet, au passage…

133. Le dimanche 11 juillet 2010 à 11:41 par patrice

Eolas:
Que d’après ma source, le parquet de Nanterre a bel et bien déposé une requête en examen immédiate, sachant qu’elle était inutile, et que l’aurait-il oublié, il a jusqu’à lundi inclus pour la déposer : jugement du 1er juillet, + 10j pour faire appel = 11 juillet, un dimanche, dont délai reporté au lundi 12.

Je voudrais bien croire qu’il puisse exister quelque part des arguments de procédure indiquant que le Parquet ne pouvait commencer d’enquèter tant qu’il n’avait pas déposé de requète et qu’en conséquence, dans la circonstance, celle déposée ultérieurement, dans le délai de 10 jours est invalide et mène au renvoi du dossier vers Mme Desprez.

Mais je crois aussi au Père Noël ( si je ne néglige pas qu’un tel cas de figure doit être rare, peut être inexistant, ou simplement n’ayant même jamais été considéré par le législateur ).

134. Le dimanche 11 juillet 2010 à 15:31 par Bigmouth

Mon Cher Confrère,

J’aimerais beaucoup avoir votre opinion sur la stratégie de M. Woerth consistant à déposer plainte pour dénonciation calomnieuse et, pour l’heure, pas pour diffamation.

Sauf erreur, les conditions de la diffamation me paraissent plus faciles à réunir (en misant sur l’impossibilité pour Mme T. de prouver ce qu’elle a allégué auprès de Mediapart) que celles de la dénonciation calomnieuse.

J’imagine qu’il y a une subtilité - qui m’échappe - derrière cette “tactique”.

Bien à vous

135. Le dimanche 11 juillet 2010 à 15:41 par Tendance

L’avocat Jean-Pierre Versini-Campinchi a adressé vendredi une lettre furibarde au bâtonnier de Paris. Il s’indigne que l’Ordre n’ait pas condamné publiquement la publication dans les médias de conversations entre Liliane Bettencourt et ses avocats au mépris du secret professionnel, ce qui porte “un dommage intolérable et direct à notre métier”, écrit-il.

http://www.lejdd.fr/Societe/Justice…

Il était temps que quelqu’un s’en rende compte!

136. Le dimanche 11 juillet 2010 à 15:53 par récap59

Bonjour Elu Local (35)

“Ensuite, comme tous les hommes et femmes de gauche aujourd’hui, il souhaite l’abandon de la réforme sur les retraites”

Hélàs, non.

Beaucoup d’hommes et femmes qui se disent de gauche souhaiteraient au contraire, et le cachent mal (certains ne s’en cachent pas) que cette nouvelle étape du démantèlement de l’assurance vieillesse soit achevée avant la prochaine alternance, car ils savent que sinon le patronat exigera qu’ils s’en chargent eux-mêmes.

” et pourrait penser (à tort, à mon humble avis) comme beaucoup d’autres de gauche et de droite que la démission de Woerth coulerait la réforme.”

A tort, assurément.

Les laquais du patronat passent, l’agenda du MEDEF reste.

Mais si Woerth était contraint à la démission, la position de ceux qui refusent de se battre contre son sinistre projet, prétendant inéluctable la victoire de l’ennemi, serait quand même affaiblie, non ?

De même que la position de ceux qui osent prétendre que cette réforme serait inspirée par le souci de l’intérêt général.

Les français en savent déjà trop pour croire encore que les gens qui se sont chargés d’écrire cette réforme aient jamais pu être motivés par la défense de l’intérêt général.

Bien entendu, il reste encore beaucoup de mensonges à démasquer aux yeux du peuple, mais c’est une première étape, non ?

137. Le dimanche 11 juillet 2010 à 17:36 par Major Dôme

@Recap59
Une autre façon de rejeter l’influence d’un complot de gauche (ou de nazis, ou de fascistes, ou de vampires végétariens, ou de banquiers suisses trotskystes) est la date à laquelle apparaissent ces révélations :
si ça avait eu lieu en septembre ou octobre, les effets , combinés avec la saison des augmentations des prix, auraient été désastreux pour la stabilité du Neuillystan. D’ailleurs, le pauvre innocent_persecuté_ soumis_à_un_lynchage_médiatique_et_internettique Mr Woerth (qui reste manifestement lucide) doit en être conscient, quand il sonne la justice de L’entendre….

138. Le dimanche 11 juillet 2010 à 17:41 par Didadou

Il y a quelques détails qui m’interpellent dans cette affaire politico-juridico-familio-financière :

1°) Médiapart est violemment invectivé par le gouvernement, alors que, dans le fond, il me semble que le site n’a fait que rendre publiques des enregistrements et des déclarations des uns et des autres. Les auteurs à la source ne sont pas, pour l’instant, aussi directement apostrophés…

2°) En quoi la réforme des retraites est-elle remise en question ?
M. Woerth n’en est que le porteur, au pire le gouvernement changera le porteur !

3°) Vu les sommes annoncées qui se déplacent au gré des enveloppes kraft, c’est curieux qu’il n’y ait pas plus de preuves (ou de recherches) des sorties d’argent du côté du donateur, et des rentrées de celui du ou des receveurs. Il y a bien des traces ailleurs que dans “le petit cahier d’écolier” de la comptable?

4°) Nous assistons à une bien singulière bataille rangée entre un procureur et une juge à coups de “date non fixée”, “de délai expiré à j+1”, ou de “références juridiques” tantôt interdisant l’un, tantôt autorisant l’autre à instruire l’affaire… Bientôt ce sera la couleur du papier à lettre qui sera rédhibitoire pour instruire une affaire !
Certes le Droit n’est pas une science exacte, mais là ça devient un palabre juridico-stérile un peu déconcertant.

139. Le dimanche 11 juillet 2010 à 17:58 par Maître d'Autel

Médiapart est violemment invectivé par le gouvernement, alors que, dans le fond, il me semble que le site n’a fait que rendre publiques des enregistrements et des déclarations des uns et des autres.

Tous les politiques sont méfiants vis à vis du net , et spécialement du journalisme sur l’étrange toile (déjà, vis à vis du journalisme d’investigation tout simplement: EPlenel http://fr.wikipedia.org/wiki/Edwy_P… n’a -t-il pas été écouté soigneusement par Mitterand (l’Oncle , ayant quelques talents; voire “l’affaire des écoutes” dans wikipédia : ils ne les numèrotent pas encore-)

Vu les sommes annoncées qui se déplacent au gré des enveloppes kraft, c’est curieux qu’il n’y ait pas plus de preuves

Avec de l’argent liquide, les preuves sont assez facilement volatiles…. comme dirait le Canard… et c’est fait pour (et limité par la loi en France..)

Pour les “détails de forme”, ils opposent (un peu comme le fait de porter des habits ridicules, vestimentaro-stériles!!!) une justice civilisée à des exécutions sommaires…. A noter que le gouvernement du Fouquetstan a intérét à ce que la justice, dans le cas des affaires WB, soit “très rapide” (demande de Monsieur Woerth) … avant que les sommes mises en jeu ne suscitent des réactions de rejet imprévisibles chez les élécteurs…

140. Le dimanche 11 juillet 2010 à 20:05 par Didadou

Avec de l’argent liquide, les preuves sont assez facilement volatiles…. comme dirait le Canard… et c’est fait pour (et limité par la loi en France..)

Tout cet argent qui se déplace en enveloppes kraft ne tombe pas du ciel, et avant qu’il ne soit liquide, il était forcément “solide” : sur un compte en France ou à l’étranger, et on ne sort pas de telles sommes légalement sans aucune écritures comptables.

Il en va de même pour les receveurs : ces sommes ont bien servi à quelque chose qui a donné lieu à des factures conséquentes et dont le total au final ne correspond pas avec l’avoir en caisse “officielle” du payeur…

A moins d’une corruption encore plus étendue (ex. les fournisseurs encaissent au noir et trafiquent leur compta) , il me semble qu’on pourrait assez facilement retrouver trace de grosses sommes utilisées.

Me trompe-je ?

141. Le dimanche 11 juillet 2010 à 21:45 par marsan

Didadou,

mais bien sur que ça laisse des traces du pognon et un juge d’instruction saurait où chercher -mais comme il en va des sourds qui ne veulent rien entendre, il en va parfois aussi des enquêteurs pas indépendants qui ne cherchent pas là où il faudrait …….. Bon Dieux c’est pas simple la vie !

142. Le dimanche 11 juillet 2010 à 21:49 par marsan

Didadou,

j’ai oublié de vous dire mais peut être le savez vous - il existe une cochonnerie d’organisme qui s’appelle FICOBA -n’importe quel enquêteur peut le réquisitionner pour, par exemple , connaitre tous les comptes bancaires ou postaux de Didadou, dans quelles banques et quels mouvements …… un jeu d’enfant même ma petite fille y arriverai

143. Le dimanche 11 juillet 2010 à 22:23 par patrons-voyous

à Marsan :

encore faut il qu’un juge instructeur indépendant soit chargé de l’affaire.

Faites vous confiance au parquet pour qu’un juge d’instruction soit nommé ? ( aïe Gascogne, pas taper ! )

144. Le lundi 12 juillet 2010 à 18:32 par marsan

Patrons-voyous,

si c’était un parquetier comme Gascogne je ne serais pas inquiet -
Bon après il ne faut pas faire de procès d’intention, l’histoire nous dira si ce que nous pensons est vrai ou pas

145. Le lundi 12 juillet 2010 à 19:32 par Nemosus

@Didadou
C’est tout simple pourtant !
Vous avez besoin d’un chapiteau pour votre meeting. Coût 50.000 €. Vous demandez à votre fournisseur de vous le facturer 40.000 € et vous lui donnez 10.000 € en liquide, et hop ! De même avec l’imprimeur, le limonadier, etc.
Évidemment une vérification très méticuleuse de la comptabilité de tous vos fournisseurs montera peut-être la supercherie, mais qui se livrera à ce travail de bénédictin ?

146. Le lundi 12 juillet 2010 à 21:04 par Paul le Poulpe

Si j’ai bien compris notre cher et bien aimé président un procureur serait un juge.

Là j’avoue je seiche sèche, et de n’avoir rien compris me fais un sang d’encre.

147. Le lundi 12 juillet 2010 à 22:24 par canaille le rouge

Dommage de devoir s’imposer le respect de la règle du jeu et de ne pas faire de ce message un dazibao, un message pour oreilles de Midas et les ramasseurs de pactole, un écrit nuageux affiché par le panache tricolore de la patrouille de France visible des plages du littoral, Bref un sujet du bac de français par exemple. Mesurons: “Pour Dominique de voeorh ; la démission pour “l’honneur de la charge” mais Eric Wilépicéa vous avez ma confiance” Les hommes des lumières (et les dames qui les accompagnaient dans l’aventure) parviendraient-il à y garder leur latin ?

148. Le mardi 13 juillet 2010 à 16:57 par Petruk

Apparemment, le parquet a finalement perdu cette manche.

149. Le mardi 13 juillet 2010 à 18:54 par v_atekor

Je le confesse, j’ai quelques prix Busiris qui attendent leur annonce mais sont d’ores et déjà acquis.

D’un autre côté, les compétiteurs se déchaînent pour avoir la première place

150. Le mardi 13 juillet 2010 à 21:32 par Gascogne

@ marsan (pourquoi persistes-tu à ne pas mettre de majuscule ???) et patrons-voyous (ben…même question, après tout…).

Ouvrir une info ? Pour devoir pondre le réquisitoire définitif à la fin ? Z’êtes fous, ou quoi ?

151. Le jeudi 15 juillet 2010 à 11:06 par bb

Cher Maître,

Que penser de l’arrêt innatendu de la Cour d’Appel qui rejette le recours du Parquet des suites du jugement oronnant un complément d’information dans l’affaire Bettencourt et désignant Mme PREVOT-DESPRES pour y procéder?

Finalement vos prédictions sont démenties, et je suis heureuse que pour une fois, vous vous soyez trompé!!

152. Le dimanche 18 juillet 2010 à 16:28 par Jacques Heurtault

J’ai compris de l’affaire Clearstream qu’elle avait été montée de toutes pièces dans le but d’empêcher l’accession de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République … J’ai compris que Dominique de Villepin, homme-lige de Jacques CHirac, avait, au minimum, laissé faire ce montage en parfaite connaissance de cause … Dès lors que la machination apparait comme évidente, le personnage politique soupçonné d’y être impliqué, a fortiori s’il est Premier Ministre, DOIT démissionner … Cela tombe sous le sens des valeurs essentielles de la démocratie…
J’ai compris que l’affaire Woertz a démarré toute de suite après le lancement de la réforme des retraites dans le but évident de faire chuter le ministre qui conduit cette réforme …
Dès lors il est normal que le Président et le Gouvernement défendent leur ministre, non pas tant à cause du caractère plus ou moins déplacé des attaques dont il est l’objet qu’à cause de l’impérieuse nécessité de faire “passer” cette réforme qui engage l’avenir de tout un pan de notre protection sociale …
Dans un cas, la machination émane des plus hautes instances de la république de l’époque. Dans l’autre, elle émane de gens - les mêmes au demeurant que les précédents - qui n’ont qu’un seul souci : faire chuter politiquement Nicolas Sarkozy.

Je ne vois donc pas en quoi on peut parler de “boomerang” …

Tout autre chose est l’appréciation que l’on peut porter sur la manière dont les défenseurs d’Eric Woertz s’y prennent pour mener à bien cette action de défense!

153. Le dimanche 18 juillet 2010 à 18:00 par Croc de Boucher

“’affaire Woertz a démarré toute de suite après le lancement de la réforme des retraites dans le but évident de faire chuter le ministre qui conduit cette réforme”

Pouvez vous prouver
a) qu’il y avait un but
b) que le but était évident?

Ce, avec des arguments rationnels, pas des affirmations???

Et quel est le scénario le plus ravageur pour le Neuillystan (dont la réforme des retraites n’est qu’un morceau) :

a) Sortir des révélations en juin/juillet, juste avant les vacances (et les pauvres con tribuables les oublieront vraisemblablement).

b) Garder ces révélations au chaud, avec le détail des sommes mises en jeu jusqu’à ce que les facultés de calcul des pauvres con sommateurs se réveillent (par exemple, en sept. oct. , où ont lieu de nombreuses hausses des prix?) et où les mêmes révélations peuvent susciter davantage d’indignation chez les électeurs?

Si le scénario b) est le plus ravageur, pourquoi des comploteurs (banquiers suisses fascistes, troskystes et végétariens assoiffés de sang) ne l’ont ils pas choisi?

154. Le lundi 19 juillet 2010 à 11:12 par récap59

Bonjour Jacques Heurtault (152)

Bien que très amusante, votre idée que Françoise Bettencourt serait manipulée par Dominique De Villepin mériterait d’être étayée.

Par contre votre idée que retarder une troisième fois le départ en retraite des baby-boomer pendant que leurs enfants croupissent misérablement au chômage non indemnisé en attendant relèverait d’une impérieuse nécessité est beaucoup moins amusante : cela, c’est du terrorisme intellectuel.

155. Le jeudi 22 juillet 2010 à 16:16 par récap59

Bonjour Jacques Heurtault (152)

J’ai trouvé pourquoi vous accusez Dominique De Villepin : il a le même avocat que Françoise Bettencourt.

Donc l’affaire pourrait l’arranger dans une certaine mesure, mais :

1) ce n’est pas pour autant que Françoise Bettencourt en avait au début contre E. Woerth ou N. Sarkozy : elle voulait seulement débarrasser sa mère d’individus indésirables qui vivraient à son crochet,

2) tant que D. De Villepin n’aura pas le courage de dénoncer comme elle le mérite l’ignoble réforme des retraites, il ne fera croire à personne que sa croisade contre N. Sarkozy est motivée par la défense de l’intérêt national, et pas par des griefs politiciens, personnels voire futiles.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« juillet 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Contact