Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Maman ! »

La porte du cabinet du juge des libertés et de la détention s’ouvre enfin. Le mis en examen, menotté et sous escorte, et son avocat ont attendu leur semble-t-il plus longtemps que n’a duré l’audience elle-même. La greffière passe la tête : « Vous pouvez entrer. »

Sur le bureau de la greffière, juste à côté de la porte, l’imprimante vomit des pages et des pages. L’avocat tente de lire en passant l’intitulé, voir s’il lit les mot “détention provisoire” ou “contrôle judiciaire”, mais la greffière est une experte et attrape les feuilles en les recourbant pour que leur contenu reste invisible. Elle laisse au juge la charge d’annoncer sa décision.

Son regard se tourne vers le juge. Parfois un regard, un sourire donnent espoir. Mais là, rien. Il a les yeux baissés, et tripote quelques pages du dossier. L’avocat n’est pas dupe. Il a pris sa décision, il n’a plus besoin de lire quelque pièce que ce soit. Il ne veut pas croiser le regard de l’avocat ou du mis en examen. Cette petite pièce jaune blafarde pue la détention provisoire, c’en est suffocant.

La chaise du procureur restera vide. Il est venu, comme le diable jaillissant de sa boîte, requérir le placement en détention provisoire, mais n’a pas à être présent pour le délibéré, qui lui sera faxé, même si son bureau est à quelques couloirs de là, afin de connaître l’heure exacte de l’envoi, à la minute près, pour des raisons de délai.

Cliquetis de chaines ; le gendarme a ôté les menottes au mis en examen, qui s’assoit sur la chaise qu’on lui indique, la même qu’il y a une demi heure, quand le débat a eu lieu. Il a l’air de s’ennuyer un peu, regarde autour de lui, mais aucune décoration ne lui permet de distraire son regard. La fenêtre au-dessus du bureau du juge est noire : tiens, il fait déjà nuit. Il étouffe un bâillement machinal.

Seul son avocat le regarde. Il réalise que son client n’a pas compris ce qui est en train de se passer, malgré les avertissements qu’il lui a donné sur le fort risque de détention, vu le dossier. Il a dû être trop précautionneux, ou faire des phrases trop compliquées. Notre maîtrise du français nous permet de faire des phrases d’une subtilité d’horlogerie, mais parfois, il faut s’adapter. Sujet, verbe, complément. Tu vas sûrement aller au trou. Non, trop compliqué, il y a un adverbe. Tu vas aller au trou.

La greffière apporte les liasses de feuillets sur le bureau du juge, qui la remercie à voix basse. Il chausse ses lunettes et commence : « Je rends ma décision, elle est à ce stade irrévocable, et n’appelle aucun commentaire. Je vais d’abord en donner les motifs avant d’indiquer le sens de ma décision ».

Un coup d’œil rapide de l’avocat à son client lui confirme son intuition. Tu l’as perdu, mec. Sujet, verbe complément. Dis plutôt : inutile de protester. Inutile de pleurer.

Le juge déroule son ordonnance d’un ton monotone qui a fait abandonner le mis en examen avant la fin de la première phrase. D’abord le rappel des faits. Il y a deux jours, à 11 heures, le mis en examen, le visage dissimulé d’une simple capuche et muni d’un pistolet gomme-cogne s’est fait remettre sous la menace le fonds de caisse d’un bar de son quartier qui venait d’ouvrir. Butin de 60 euros. Il a été reconnu par le patron, qui l’avait déjà vu. Les policiers le connaissaient aussi, et pour cause : il avait déjà braqué un autre bar tabac du quartier un mois plus tôt, et avait été aussi facilement identifié et interpellé. Mis en examen, laissé libre sous contrôle judiciaire. Et il remet ça.

À chaque fois, entendu par la police, il déclare faire ça parce qu’il a besoin d’argent. Pourquoi, lui demande-t-on, il habite encore chez sa mère qui le nourrit et l’héberge gratuitement. Réponse d’un haussement d’épaule : « ch’sais pas. Pour m’acheter des trucs…» Et ouais, si tu consommes pas, tu n’es rien, aujourd’hui. L’insouciance de ces propos fait très mal sur procès verbal.

L’usage d’une arme, même s’il affirme qu’elle n’était pas chargée (aucune cartouche n’a en effet été retrouvée lors de la perquisition), entraîne une qualification criminelle, que le parquet a décidé de retenir cette fois, contrairement au premier braquage, simplement qualifié de vol avec violence, en raison de cette réitération si rapprochée.

Le juge explique à présent que bien que le mis en examen ait un domicile certain et suive des études, la nouvelle commission de la même infraction en un délai aussi rapproché fait craindre un renouvellement de l’infraction s’il était laissé libre ; que ce vol a causé un trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public ; que dans ces conditions, la détention provisoire est le seul moyen de mettre fin à cette situation, et qu’il décerne un mandat de dépôt.

Le silence qui tombe dans le bureau fait sortir le mis en examen de sa torpeur. Il sursaute, réalise qu’on attend quelque chose de lui mais ne sait pas quoi. Il regarde son avocat, les yeux grands ouverts, interrogateurs. L’avocat sait qu’il ne pourra pas y échapper, qu’il va devoir boire cette coupe jusqu’à la lie.

Sujet, verbe, complément.

« Tu pars en prison. »

Les yeux s’ouvrent encore plus, l’interrogation fait place à la surprise, puis, après quelques secondes, quand l’avocat n’éclate pas de rire pour dire qu’il plaisantait, à la terreur.

« Sérieux ? »

— « Oui. Tu dois signer là. »

Il est paralysé par la terreur. Il ne veut pas, comme si ne pas saisir ce stylo pour griffonner son prénom allait empêcher l’inéluctable.

L’avocat se tourne vers le juge : “Refuse de signer”. Le juge fait la moue mais saisit les procès verbaux pour y faire apposer la mention. Il n’insiste pas. Le juge signe, et tend les documents à la greffière, qui fait signer à l’avocat son procès verbal de remise. Le mis en examen s’est recroquevillé et ses épaules sont agitées de sanglots. Le bruit des menottes que le gendarme a sorti pour les lui passer au poignet fait redoubler ses sanglots.

— « Non, non, non, je ne veux pas !»

— « Pour le moment c’est trop tard, il n’y a plus rien à faire. Je vais faire appel, un référé liberté, même, mais là, c’est fini, il faut y aller maintenant».

Le juge s’est levé et est sorti discrètement de son bureau, l’air de rien. Pour fumer une cigarette, aller aux toilettes, en tout cas pour ne pas assister à ce qui va suivre.

Le gendarme a posé sa main gantée sur l’épaule agitée de soubresauts. « Monsieur, faut y aller, là, sinon je vais devoir employer la force. »

Le mis en examen relève la tête, son visage est inondé de larmes, sa bouche ouverte, il manque d’air pour parler mais ne parvient pas à respirer. Finalement, au prix d’un effort semblant surhumain, il parvient à inspirer bruyamment, et le cri peut enfin jaillir de sa bouche.

« Maman ! Je veux ma maman ! »

Et tout le monde regardera, médusé, passer dans le couloir ce môme de 13 ans et demi, mesurant à peine 1m50, à la voix stridente qui est celle d’un enfant terrorisé, passer menotté en appelant au secours sa maman, vers la prison où vient de l’envoyer son deuxième braquage.

Commentaires

1. Le vendredi 11 avril 2014 à 22:16 par kzapm

Joli twist à la fin, maître.

En dehors de ça, saviez-vous que l’Europe avait rétabli la peine de mort ?

“1. l’article 2 du protocole no 6 annexé à la CEDH:
«Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions …». “
http://blogs.mediapart.fr/blog/vivr…

Pas terrible la journée.

Eolas:
10 ans après la campagne du référendum, les mêmes bobards plus gros que le Titanic qui sont aussi facilement gobés par ceux qui en ont au fond envie. Cet article est l’article 2 de la CEDH en sa version originale de 1950. Il a été depuis amendé par le 6e protocole additionnel, ratifié par la France. Long story short : pour entrer dans l’UE, un des (nombreux) préalable est l’abolition de la peine de mort. L’Europe n’a pas rétabli la peine de mort, elle l’a définitivement bannie. Juste le contraire.

2. Le vendredi 11 avril 2014 à 22:18 par Kurun

Ce billet m’a glacé, certainement parce que je suis un bobo-droit-de-l’hommiste.
Il ne peut pas y avoir d’autre explication.

3. Le vendredi 11 avril 2014 à 22:23 par kazpm

J’ajoute une chose maître, une question : l’avocat n’a-t-il pas le droit de demander le bracelet électronique à la place ?

4. Le vendredi 11 avril 2014 à 22:23 par cratum

Bonsoir,
C’est inspiré du style du blog “alors voilà”?
Pas mal mais trop anecdotique à mon gôut. Soyez plus original.

5. Le vendredi 11 avril 2014 à 22:26 par cratum

Le lien pour ceux que ça intéresse:
http://www.alorsvoila.com/
Ça vaut le coup, on y ri et on y pleure.

6. Le vendredi 11 avril 2014 à 22:40 par Sartorius

@kazpm (1)

Non mais sérieux, comment vous pouvez gober que l’Europe a rétabli la peine de mort? Comment vous pouvez gober un truc aussi gros? Y a pas un moment ou vous vous dites “non mais là on est en train de me mentir”? C’est dingue cette crédulité. Effrayant.

7. Le vendredi 11 avril 2014 à 23:15 par Rehkit

@ 3. Je sais pas si c’est possible pour les mineurs (je pense a priori) mais évidemment que le droit prévoit l’assignation à résidence et le contrôle judiciaire avant la détention, mais là le juge a choisi de ne pas les retenir.

8. Le vendredi 11 avril 2014 à 23:45 par YangWenLi

Pourquoi un gamin braque un bar à 13 ans ?
Un séjour en prison pourra peut être lui remettre les idées en place, mais de mon avis, il n’est pas le seul à devoir y aller. Quelqu’un a visiblement manqué à son devoir à un moment ou à un autre, ou bien l’a influencé.

9. Le vendredi 11 avril 2014 à 23:54 par aert

La fin est splendide.

Bravo les parents.

10. Le samedi 12 avril 2014 à 00:24 par Natgeffen

Je ne sais pas si c’est du vécu par vous ou par un autre de vos confrères, mais c’est bien d’en parler. Percutant et poignant, et l’effroi de voir une vie de 13 ans partir en c…
On va lire les ritournelles du genre “ça lui remettra les idées à l’endroit”, “le pauvre c’est la faute à la société”, toutes ridicules.
En attendant c’est une vie commence d’être foutue. A 13 ans, et ça fait réfléchir.

11. Le samedi 12 avril 2014 à 00:46 par greg

Quelle alternative?

12. Le samedi 12 avril 2014 à 00:50 par AlainCo (@alain_co)

glacant d’avoir 2 braquage a son actif à 13 ans, et d’appeler maman…
moi il faut dire que je piquait des piles et ampoules… pris la main dans le sac à 10ans, honteux, ruiné, j’ai fini honête ingénieur en électronique…

a noter un article à lire maitre éolas, cerveau et psycho no 62 mars-avril 2014, page 10, “une jeunesse cognitivement décalée”

autre fois acquises vers 6 ou 7 ans certaine capacités mentales élémentaires apparaitraient maintenant vers 8 ans, voire pas du tout…

… une des capacité est la réversibilité mentale…

en conséquence depuis plusieurs années nous assistons à l’apparition de jeunes présentant des dysfonctions importantes des structure slogiques de la pensée, sans présenter un quelconque trouble lié à une anomalie spécifique…

… crise de la décentration…
… ces jeunes vuvent donc leurs pulsion sà l’état brut sans relativiser leur jugement, sans analyse, sans compréhension…


les adultes en charges de ces situation semblent totalement surpris de ce que ces jeunes n’ont aucune analyse , aucune compréhension de la gravité de leurs actes et de leurs conséquences….

cet article me fait plus peur que votre histoire.
car c’est général, et structurel.

13. Le samedi 12 avril 2014 à 00:54 par AlainCo (@alain_co)

cet article assez fidèle dans agoravox résume mieux l’article
http://www.agoravox.fr/actualites/s…

14. Le samedi 12 avril 2014 à 01:59 par banane

J’anticipe les commentaires fumeux du style “bravo les parents” qui n’ont, du reste, pas tardé à arriver… Je ne connais pas cette jeune personne, mais je connais des parents qui élèvent seuls leurs enfants, qui rentrent du travail tard le soir, qui n’ont pas de famille dans leur voisinage ni les moyens de s’offrir une nounou. Leurs enfants n’ont aucun problème, mais si un jour l’un d’eux devait en avoir, je réfléchirais à deux fois avant de leur jeter la pierre…

15. Le samedi 12 avril 2014 à 06:38 par Rama

@12: des jeunes qui développent des troubles mentaux jamais vus au contact de technologies ou de mœurs nouvelles, on en dénonce à chaque génération depuis que l’écriture existe (j’extrapole qu’avant aussi mais on n’en a pas trace). Ça vaut le coup de relire d’hillarant vieux cons comme Sénèque. Maintenant c’est les jeux vidéos, récemment c’étaient les jeux de rôle, il n’y a pas si longtemps c’étaient les romans ou le théâtre — tout est bon pour raconter que « les jeunes » ne savent plus « distinguer la réalité de la fiction ».

Les jeunes n’ont pas vécu longtemps : ça les rend ignorants, naïfs et inexpérimentés — mais pas idiots. Ils sont différents de leurs aînés parce que nés dans un environnement différent, ils ont un regard autre sur le même monde ; ça fait partie du processus normal de renouvellement de la population et de modernisation de la société. Vieux qui avez peur des jeunes, vous étiez comme ça aussi, sinon vous auriez peur du téléphone et du coca-cola.

S’il y a des problèmes avec la jeunesse actuelle dans son ensemble
1) c’est le caractère totalitaire de l’environnement auquel les soumettent les familles, l’école et la société. Je conseille fortement la lecture de “It’s Complicated” (http://www.danah.org/itscomplicated… PDF disponible ici: http://www.danah.org/books/ItsCompl…).
2) leur status de minorité sans défense, sans vote et pratiquement sans représentation, qui en fait occasionellement les boucs émissaires de politiciens sans scrupules, et systématiquement les victimes de générations de jouisseurs ineptes et cyniques qui pillent les ressources naturelles, détériorent l’environnement, aliennent les populations des pays en développement, entretiennent à crédit un niveau de vie extravagant, et (cerise sur le gâteau) se votent des retraites dorées sans les financer pendant que ceux qui les payeront n’ont pas encore le droit de vote.

Si vous aimez vous faire peur et que les jeunes vous font frissonner, offrez-vous des sensations fortes : contemplez les baby-boomers !

16. Le samedi 12 avril 2014 à 08:23 par nonos

Mandat de dépôt à 13 ans,

j’ai beau chercher, je ne trouve aucun acte qui puisse le légitimer.

On n’a pas cherché à trouver une solution qui permette à ce jeune, cet enfant, de dépasser ses problèmes,

on préfère l’enfermer, basta.

On agit mal.

Aujourd’hui, on se félicite d’avoir écarté cet individu de la société, demain, on se félicitera de le faire travailler pour peanuts,

l’industrie carcérale en marche.

17. Le samedi 12 avril 2014 à 08:32 par louisl

Cela semble plutôt dur comme jugement. C’est la “norme” ? La situation scolaire/familiale joue-t-elle ?

18. Le samedi 12 avril 2014 à 08:43 par xc

Je demanderai “et après” ? Je suppose - j’espère - qu’on ne va pas le mettre au contact de détenus violents ou en manque de chair fraîche ? Et qu’il va bénéficier de services de psys ou d’éducateurs ?

19. Le samedi 12 avril 2014 à 08:50 par Jules

Espérons que ce gamin saura profiter de son séjour en prison pour apprendre toutes les combines lui évitant de se faire bêtement attraper.

20. Le samedi 12 avril 2014 à 08:57 par corentin

Prison ??? A cet âge je n’aurais plutôt vu en centre éducatif fermé…
A moins que lors du contrôle judiciaire précédent il n’ait déjà été placé et fait des fugues…

21. Le samedi 12 avril 2014 à 10:01 par Julien

Je rappelle aux commentateurs que la prison pour ce gosse n’est pas la peine elle-même, mais la détention provisoire en attendant le procès ! Procès qui pourra décider, ce n’est qu’un exemple, d’un placement en centre éducatif fermé…

22. Le samedi 12 avril 2014 à 10:39 par Denis

Aux pénalistes,
Mais même pour la détention provisoire, quelle est la structure carcérale qui accueillera ce mineur ??
Merci d’avance !

23. Le samedi 12 avril 2014 à 10:57 par Stephane

Dans un monde ou pour 16 euros par mois (b and you) vous pouvez avoir internet, ou on peut trouver un ordinateur fonctionnel dans la rue (pas plus tard qu’avant hier pour ma part) (ou vraiment pas cher a Emmaus) Et donc avoir acces a une tonne de loisirs gratuits, (lecture video reportage etc) dont nous ne revions meme pas a cet age la (et j’ai a peine 40 ans)
Desole je vois pas d’excuses a ce petit morveux. Il merite sa place en centre educatif ferme.

24. Le samedi 12 avril 2014 à 11:11 par mosoll

AlainCo
Ce serait interessant de lire Winicott et Jean Pierre Lebrun avant de se jeter dans les bras du comportementalisme qui jusqu’à maintenant n’a fait que la preuve de son inutilité

25. Le samedi 12 avril 2014 à 12:06 par Temüdjin

Deux braquages à seulement treize ans… C’est pas mal, le CV est déjà bien étoffé.

La fin est mignonne; le gosse qui pleure et qui appelle sa “maman”. C’est un peu bête mais il fallait peut être y penser avant quoi.

Je reste mitigé à la suite de la lecture de cet article : on a l’impression que tout le monde est coupable sauf le condamné. On oublie la douleur des victimes également. On ne pense jamais à la douleur des victimes. On préfère se concentrer sur les criminels. C’est ptête plus intéressant. Je ne sais pas.
Je sais ce que vous allez dire : pour soixante euros il ne mérite pas d’aller en prison mais il a bien braqué le commerçant avec une arme, certes factice, mais qui devait lui sembler bien réel quand il s’est retrouvé avec le canon sous le nez (au passage j’aurais bien aimé avoir le témoignage du commerçant aussi pour savoir ce qu’il en pense).

Ensuite quant à l’utilité de l’envoyer en prison je ne sais pas trop. Vous n’avez pas précisé pour quelle durée d’ailleurs.

Le système carcéral français est nul, on le sait tous. Si on proposait aux détenus de travailler ou de suivre des formations quelconques, on pourrait sans doute améliorer cet état des choses mais bon… on en est loin. Pas assez d’argent dans les caisses de l’État, pas de volonté politique.

http://www.lexpress.fr/actualite/so…]

J’aime bien les excuses que vous lui donner aussi : “Et ouais, si tu consommes pas, tu n’es rien, aujourd’hui”.
Je ne savais pas qu’être victime de la société de consommation pouvait être considéré comme une excuse. Mais il faudrait y réfléchir sérieusement. Notre jurisprudence ne devrait pas tarder à émettre un jugement expliquant que tout est la faute à la télé et à GTA.
Je comprends parfaitement que quelqu’un vole parce qu’il doit manger, mais si c’est pour aller s’acheter le dernier sweet Kaporal pour aller draguer les meufs…

Bref, notre justice est moche, notre système carcéral ne fonctionne pas, la récidive est constante, la société dégénère de plus en plus et on a des gens comme vous qui trouvent tout le temps des excuses à tout mais qui ne proposent jamais de solutions.

Bon allez, les bars PMU doivent être ouverts à cette heure là. Je vais aller me faire un petit braquage parce qu’il faut bien que je puisse m’acheter le dernier IPhone.

26. Le samedi 12 avril 2014 à 12:06 par Basti1

En fait c’est le protocole n°13 qui abolit la peine de mort en toutes circonstances.
Et justement si la Pologne l’a signé, elle ne l’a jamais ratifié.

27. Le samedi 12 avril 2014 à 12:49 par greg

peut etre suis je un vieux beta, mais je réitère ma question aux gens de droit qui croisent ce site, quelle alternative?

la prison en fera probablement un “vrai” délinquant, les centres fermés ne semblent pas vraiment mieux, alors comment gérer cette délinquance des mineurs?

28. Le samedi 12 avril 2014 à 13:02 par Clark Kent

@Temüdjin

De la même manière que votre équivalent historique vous êtes quelqu’un de terrifiant… mais beaucoup moins impressionnant.

Un enfant de treize ans n’est pas un adulte, il n’a pas encore terminé son éducation est n’est pas arrivé à maturité d’un point de vue intellectuelle, d’où le fait qu’il ne soit pas jugé comme un adulte. Si nous avions affaire à un véritable criminel conscient des conséquences de ses actes il n’aurait pas 1) risqué l’arrestation pour seulement 60€ 2) attaqué un bar où il s’est déjà rendu et est facilement reconnaissable 3) réitéré à peine un mois après s’être fait prendre. Et ce, surtout qu’il n’avait pas vraiment besoin d’argent, ce n’était pas un acte criminel froidement réfléchit mais une impulsion suscitée par la bêtise et l’ennui. Et si les pré-adolescents n’ont pas le droit d’être bête, je suis désolé de vous annoncer que les prisons ne vont pas tenir.

Vous parlez de la douleur des victimes? Sûr, se faire braquer par une arme et voler son argent honnêtement gagné n’a rien d’agréable mais notre homme est un adulte et il s’en remettra, d’autant plus qu’il a déjà récupéré le peu qu’on lui avait pris. Qu’en est il en revanche d’un enfant qui se fait racketter? N’est-ce pas plus traumatisant pour lui de se faire voler à répétition ses biens alors qu’il est encore jeune, parfois sous la menace d’un couteau? Faut-il pour autant envoyer le “criminel” responsable (et probablement récidiviste) derrière les barreaux?

Vous reprochez à l’article de se pencher davantage sur le sort de l’agresseur que sur celui de la victime. La question ici est : qui a subit le plus grave préjudice? Vous pouvez le tourner comme vous voulez mais dans ce cas là le gosse qu’on envoie en tôle, même pour deux semaines, souffre beaucoup plus que le barman qu’il a braqué. Qui plus est, au résultat, je serais fort étonné que ce séjour lui apprenne la moindre leçon, les prisons n’encouragent pas la réintégration.

Conclusion? Vous êtes fou, le juge qui a prononcé ce verdict est fou et toutes les personnes qui ne sont pas choquées par ce jugement sont folles. Ce n’est pas incurable mais il serait temps pour vous de vous secouer parce que je crains pour l’avenir s’il est bâti par des grands malades.

29. Le samedi 12 avril 2014 à 13:29 par Monsieur Fernand

Maître,
Quelle tristesse… pour deux braquages, il fallait le renvoyer chez sa mère et lui offrir une glace.
Plus tard, pour un viol, le libérer et lui donner une PlayStation pour qu’il s’occupe autrement.

Le motif, le mobile est aussi important que l’acte : “Pour m’acheter des trucs”. Comme les autres… l’Envie : un péché capital.
Malheureusement, dans une société laïciste, voire anticléricale, le seul rempart contre la barbarie ou la décadence est la judiciarisation de la société.

Fût un temps où cet enfant aurait été envoyé à confesse, et cela m’aurait pleinement satisfait. Aujourd’hui, notre société n’offre que la prison.

Bien cordialement,

30. Le samedi 12 avril 2014 à 13:42 par Clark Kent

@Monsieur Fernand

Bien sûr… Entre “le renvoyer chez lui sans réagir” et “l’envoyer en détention provisoire” il n’y a AUCUNE alternative. Mais d’où vient ce léger parfum d’hypocrisie?

Contrairement à ce que vous semblez croire, le christianisme n’a pas le monopole de la morale et la justice existait bien avant Jesus. La loi était-elle alors “le seul rempart contre la barbarie”? Non, simplement parce que certaines personnes n’ont pas besoin de craindre la foudre divine pour se conduire honnêtement.

Vous seriez satisfait que cet enfant “soit envoyé à confesse”, c’est à dire qu’on lui fasse la morale en lui donnant une punition modérée pour qu’il comprenne la leçon. J’approuve, mis à part que la justice laïque quand elle ne perd pas les pédales peut tout à fait faire ça sans que la leçon soit “recommence et tu n’iras pas au paradis”.

Dans mon précédent commentaire je m’inquiétais que le monde soit fou, maintenant j’en viens à me demander si nous ne sommes pas sournoisement envahis par des voyageurs temporels venus du XIXème siècle. Je vous ai reconnu, êtres du passé!

31. Le samedi 12 avril 2014 à 14:04 par tanuki

@greg (27)
Malheureusement, la decision du juge me semble plutot sense: en liberte, il refera sans aucun doute la meme connerie.
Pour moi, la solution est dans l’amelioration des conditions de detention. Aujourd’hui la prison a une utilite: empecher une recidive pendant la peine. Il serait interessant de lui donner egalement un role de reintegration dans la societe. Mais quand on voit l’echec du systeme educatif dans certains etablissements, ca va pas etre du gateau. Entre le faible interet general pour les conditions desastreuses des prisons, les coupes budgetaires et l’absence d’emploi quand tu as un casier, on est mal barre.

32. Le samedi 12 avril 2014 à 14:04 par Temüdjin

@ Clark Kent (Commentaire 28)

Je pensais avoir été assez clair dans mon commentaire. Je suis loin de penser que l’envoyer en prison est une bonne idée. Qu’il soit condamné est normal mais la sentence appliquée est largement exagérée (reste à savoir pour combien de temps ce dont Eolas ne nous a pas éclairé).

Notre système judiciaire est mauvais. C’est la principale conclusion de cette affaire. Il aurait fallut lui donner des TIG ou quelque chose comme ça.
Entre nous il ne sert strictement à rien d’envoyer des gens en prison si ensuite ils se radicalisent là-bas et en ressortent encore plus dangereux et mieux formés à l’art du banditisme.

L’objectif de la prison doit être d’expier sa faute et de pouvoir se réinsérer dans la société ensuite. Au jour d’aujourd’hui ce n’est pas le cas. Loin de là.

Quant au gamin j’espère qu’il a été condamné à une peine relativement courte et que quand il en ressortira il aura compris ses erreurs et ne recommencera plus. C’est peut-être un mal pour un bien, va savoir.

Vous me reprocher à moi et au juge d’être fous. Ça ne fait malheureusement pas avancer le débat. La question qu’il faut avancer c’est de créer un système judiciaire dans lequel on n’en arrive pas à ces extrémités mais au contraire on encourage la réinsertion des gens. Notre pays ne le fait pas, c’est dommage mais c’est comme ça.
On l’a vu avec l’affaire du bijoutier de Nice : les gens en ont marre de l’explosion de la délinquance et sans réforme globale on n’avancera pas

Enfin votre argument “Vous reprochez à l’article de se pencher davantage sur le sort de l’agresseur que sur celui de la victime. La question ici est : qui a subit le plus grave préjudice?”
est tiré par les cheveux. Le gosse est allé braquer le barman qui, lui, n’avait rien demandé, on ne peut pas comparer la douleur subit par chacun, ce serait de l’hypocrisie que de les mettre au même niveau.

Ce que je reproche à Eolas c’est de trouver des excuses aux criminels. On n’avance pas en agissant ainsi et on se fout de la gueule des victimes par dessus le marché.

Si on veut lutter efficacement contre la délinquance il faut lui donner des réponses appropriées (ce qui n’est pas le cas dans cette affaire), tant au niveau judiciaire que éducatif.

33. Le samedi 12 avril 2014 à 14:38 par Saahdi

à #23 Stephane

En centre éducatif pourquoi pas.
Mais là il part en tôle, non ? Ou j’ai mal lu ?
Il y a tout de même une sacrée nuance…

34. Le samedi 12 avril 2014 à 14:58 par Holmes

@ Eolas,

- Pas du même monde

  • Ni par le goût ni par l’esprit……

La suite serait délectable,
Malheureusement, je ne peux
Pas la dire, et c’est regrettable,
Ça nous aurait fait rire un peu ;
Car le juge, au moment suprême,
Criait : “MAMAN !” pleurait beaucoup,
Comme l’homme (en distraisant) auquel le jour même,
Il avait fait trancher le cou.

35. Le samedi 12 avril 2014 à 14:58 par Saahdi

à #32 Temüdjin

Je n’ai vu nulle part qu’Eolas trouvait des excuses aux criminels. Ce billet est de la pure émotion, c’est tout. Sans opinion personnelle, nonobstant celle que l’on pourrait déceler dans la forme narrative - et en débattre ici serait hors de propos. On nous relate un instant de vie judiciaire tel qu’il a été vécu. Et je constate que cette émotion est contagieuse puisque votre commentaire, à l’instar de nombre d’autres avant et après le vôtre, sont l’expression de réactions émotionnelles, fussent-elles diverses et contradictoires.

36. Le samedi 12 avril 2014 à 15:49 par Monsieur Fernand

Monsieur Clark Kent,
Ne déformez pas mes propos : je n’ai pas écrit que le christianisme avait le monopole de la morale.
Je considère simplement que légalité et moralité sont deux choses différentes. Puisque notre société laïque veut s’affranchir des religions et de la morale (l’exemple vient d’en haut…), alors seule la Justice peut traiter le cas évoqué par maître Eolas : braquage donc prison, c’est la loi ! Je n’y trouve rien de moral.
Ne parlons plus de religion : Pour avoir, non pas braqué, mais volé un carambar dans une boulangerie, j’avais reçu une fessée dont je me souviens encore. Je n’ai jamais recommencé. Or, la fessée devient illégale dans de nombreux pays. Ne restera donc que la prison pour le voleur de carambars récidiviste !!!!
Bien à vous,

37. Le samedi 12 avril 2014 à 16:20 par Clark Kent

@Temüdjin

Bon… Pour éviter de rester sur une bête opposition d’idée essayons déjà de voir où nos avis s’accordent moi, vous et Eolas :
-Ce gosse n’aurait jamais dû être envoyé en prison, fusse provisoirement.
-Des méthodes de réinsertion alternatives doivent être proposées.
-“L’objectif de la prison doit être d’expier sa faute et de pouvoir se réinsérer dans la société ensuite. Au jour d’aujourd’hui ce n’est pas le cas. Loin de là.” Même si je n’apprécie guère le terme “expier” auquel je préférerais “faire prendre conscience de”.
-La délinquance ne peut simplement être ignorée.
Soit. C’est déjà là une base solide pour faire avancer le débat.

Maintenant là où nous sommes en désaccord (uniquement vous et moi puisque je ne suis pas Eolas et ne puis parler à sa place) :

-“Il fallait y penser avant”. C’est un enfant, un pré-ado si vous préférez, il n’a pas encore fini son éducation et n’est pas arrivé à maturité intellectuelle. Il ne peut donc pas être considéré et jugé comme un adulte.

-“Ce que je reproche à Eolas c’est de trouver des excuses aux criminels”. Il ne s’agit pas de “trouver des excuses” mais de comprendre les raisons pour y proposer une réaction appropriée. Ça vous froisse peut-être mais c’est l’un des principes de base de la justice qui évite une énormité comme par exemple un gosse se retrouvant en prison.
Si le coupable avait été un adulte parfaitement conscient de ses actes 1) comme je l’ai déjà dit il s’y serait pris autrement. 2) s’il avait été assez bête pour le faire personne ne se serait opposé à ce qu’il soit envoyé en prison puisqu’au point où il en aurait été il aurait probablement réitéré sans qu’on puisse l’en empêcher. La justice n’est pas et n’a jamais été la stricte application de textes sans quoi les juges auraient déjà été remplacés par des ordinateurs. Il s’agit d’analyser les circonstances entourant une situation et d’y trouver les réponses appropriées.
Ici, la réponse aurait été, je pense que nous sommes d’accord  : le renvoyer chez ses parents en attendant le procès en avertissant ses derniers qu’il n’a pas intérêt à continuer ses conneries. Et pour ça, il aurait fallu que le juge écoute un peu les “excuses” de l’avocat parce que “l’accusé n’a que treize ans et des parents qui peuvent le surveiller” me semble une excuse tout à fait valable au vu de cette situation.

-” les gens en ont marre de l’explosion de la délinquance et sans réforme globale on n’avancera pas”. A vrai dire je ne suis pas sûr d’être en désaccord avec cette dernière phrase. Tout dépend de ce que vous entendez par “réforme globale”. La délinquance est un problème large qui dépasse largement la justice, cette dernière n’étant qu’une réponse et non un remède. Si vous sous-entendez qu’une réforme de la justice, de la police ou de l’administration carcérale peut affecter significativement les chiffres de la délinquance je me permettrais de vous contredire de nouveau, la solution se trouvant davantage selon moi dans l’éducation et la réduction des inégalités sociales. Mais il s’agit de toute façon d’un sujet large qui, je l’avoue, me dépasse en partie, et n’a que peu de rapport avec cet article ou la controverse initiale, je n’insisterais donc pas là-dessus.

Voilà. Suite à la lecture de ce commentaire pensez vous que nous pouvons-nous accorder sur plus de points que ceux que j’ai cité au début? Sinon, pourquoi? Enfin… Rien ne vous oblige à répondre mais je suis curieux de lire ce que vous, (ou d’autres commentateurs partageant votre avis) auriez à ajouter.

38. Le samedi 12 avril 2014 à 16:22 par Républicain

Certes, Monsieur Fernand (36), vous n’avez “pas écrit que le christianisme avait le monopole de la morale”. Néanmoins, dans votre réponse à Clark Kent vous écrivez “notre société laïque veut s’affranchir des religions et de la morale”

Rien ne vous permet d’affirmer que “notre société laïque veut s’affranchir de la morale”. Sauf si vous considérez que les religions ont le monopole de la morale.

39. Le samedi 12 avril 2014 à 16:33 par Clark Kent

Désolé pour le double post, celui auquel je répond a été écrit pendant que je rédigeait le précédent.

@Monsieur Fernand
Je vais faire court puisque j’ai déjà exposé ma réponse à vos arguments dans mes précédents commentaires. La justice a les moyens de trouver une réponse mesurée, adaptée ET morale à toute sorte de situations qui ne se résume pas par “la fessée ou la prison” puisqu’il existe multitude d’autres réponses à un enfant volant des bonbons, lesquelles peuvent varier selon une multitude de circonstances.

Le travail de la justice est justement d’étudier ces circonstances pour trouver cette solution idéale. Dans ce cas précis nous en sommes loin, c’est donc un dysfonctionnement de la justice d’où mon mécontentement (euphémisme). La justice n’est pas une machine stupide et aveugle comme vous semblez le croire, ou du moins, elle ne doit pas l’être. Il ne faut donc pas la mépriser comme vous semblez le faire mais s’assurer qu’elle ne déraille pas comme ici. C’est tout.

40. Le samedi 12 avril 2014 à 16:46 par Didine

Bonjour aà tous, je vous rappelle que la liberte est la regle et la detention provisoire est l’exception. Peut être serait il jusicieux de se pencher sur la question d’une réforme en profondeur de la justice des mineurs et surtout se poser la question suivante : ce jld avait il les compétences et surtout les outils nécessaires pour statuer sur ce genre de dossier, la justice des mineurs doit étre gérée par les juges des enfants qui connaissent parfaitement leurs brebies galeuses
Faire juger un mineur par des civilistes ou des juges correctionnels est une grosse erreur.

41. Le samedi 12 avril 2014 à 19:46 par Monsieur Fernand

Je ne cherche pas à convaincre par des arguments, je ne méprise pas la justice. J’exprime un sentiment. Je le détaille en deux points :
1. Je déplore que la justice envoie en prison un enfant de 13 ans, mais je regrette qu’un avocat s’émeuve de l’application la Loi. Certes une évolution ou une réforme permettrait à la justice de trouver les solutions adaptées, etc. etc. Tant mieux !
2. Mais ce qui m’attriste profondément est qu’un enfant de 13 ans, vivant chez ses parents, n’ait pour autre idéal que de pouvoir consommer, fût-ce avec de l’argent volé. Sur ce point, la justice sera impuissante.
Mon premier commentaire mettait cela en exergue. J’y évoquais non pas le délit (le braquage) mais le motif (l’Envie) par rapport à un système de valeurs morales : le mien (Pardonnez-moi d’être catholique !). Ainsi, seuls 3 des 10 Commandements sont sanctionnés par la Justice (voler, tuer, faire de faux témoignages), aucun des 7 péchés capitaux n’est puni par la loi. Pourtant, grâce à cette éducation judéo-chrétienne (et également à la fessée !), mon casier judiciaire est vierge. Ainsi, un système de valeurs morales (quel qu’il soit, j’ai tout autant de respect pour les 5 piliers de l’Islam) me parait préférable au tout judiciaire.

Se trouvera toujours un comique pour me parler des valeurs républicaines… Qu’il retourne voter pour “Moi Président, je n’aurai pas autour de moi des personnes condamnées par la Justice”.

42. Le samedi 12 avril 2014 à 20:05 par Else

Ce texte me fait mal. Un enfant! Il y braquage, certes. C’est l’éducation qui lui manque et ce n’est certainement pas la prison qui lui donnera. Quelle justice pour les mineurs?

43. Le samedi 12 avril 2014 à 20:27 par AlainCo (@alain_co)

Ce billet neutre pose une question.
Le débat montre notre problème, entre énervement et angélisme.

qu’un enfant de 13 braque 2 fois, malgré une arrestation entre les deux, montre un problème. Un gamins à 13 ans n’est pas terminé (c’est fait vers 18ans), mais à 7 ans il devrait savoir qu’il risque gros s’il se fait prendre, et le fait de se faire arrêter une fois aurait du creer une empreinte de terreur salvatrice dans son cerveau (ca m’est arrivé à 5 et 10 ans sur des affaires différentes)…

la folie c’est de tenter plusieurs fois la mêm chose en attendant un résultat différent, surtout s’il est prévisible j’ajoute.

maintenant aucun doute que les mission régalienne de l’état ont un budget ridicule à coté des mission non-régalienne, la moitié des pays similaires , ce qui explique le budget tragique de la justice, qui crée des délais délirant pour rendre justice, des conditions effroyables.

la peine efficace est scientifiquement connu :
- c’est concret
- c’est rapide
- c’est certain
- pas besoin d’être long ni terrible.

un justice lente , aléatoire, avec des surcis à répétitions (les couches de justice du vigile au juge accumule une 15aine de sursis) c’est déséducatif… si c’est incohérent ca forme même des psychopathes/sociopathes…

la prison est le dernier recours d’une société qui refuse de redresser les gamins, de les former, les éduquer, sans se salir les doigts.

mon père et se spotes n’étaient pas des ange (bagarres, nitroglycérine en labo de chimie, destruction de transformateur EDF à cause d’une lampe à arc pour éblouir une copine, voitures garés sur un piédestal, déplumage de poules a l’explosif, electrolyse satanique sur bretonne technophone), mais même quand ils piquainet les portais pour jouer à tom Sawyer ils faisaien attention à laisser le dit portail sur la grêve parce que ca coutait cher…

les conneries c’est de cet age, mais ce qui manque aujourd’hui c’est le respect des autres humains, le bon sens, l’analyse même partielle des conséquences, au minimum les proportions…
pire que tout c’est la réaction des adultes qui passent de l’ignorance à la panique totale.
Et je ne parle pas que des parents, qui ont peu de temps car ils travaillent pour les nourrir… c’est courant en pays émergent, et ca ne fait pas notre style de malade mentaux, irresponsables, et sans imagination.
Ces boulet ne sont pas des gamins voleurs professionnels… juste des immatures sans scrupule ni bon sens.
Des gamins de 5 ans on plus de bon sens, d’intelligence, de retenue sur leur désirs.

dire que ce sont des malades mentaux veux as dure qu’il faut pas les rééduquer sans ménagement….
mais on ne le fait pas, faute de courage, d’argent, et de soutien idéologique (bien visible ici)… alors soit on fait rien comme certain demandent ici (une tape sur les doigt, des sursis, des mots), ou la tôle à perpétuité car sinon dès qu’il sort c’est un braqueur de banque professionnel.

44. Le samedi 12 avril 2014 à 23:04 par Mich

dans le même ordre de problème j vous conseille de regarder un film qui est passé jeudi soir 3xManon sur ARTe a propos de cette toute jeunesse délinquante , édifiant…et magnifiquement joué

45. Le samedi 12 avril 2014 à 23:12 par nooby

@Monsieur Fernand (41) :
Vous avez quoi, au juste, contre les valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de fraternité, tout ça ?
Accessoirement, pas besoin d’un système codifié de morale pour savoir se comporter en société. Il suffit d’avoir conscience de soi et des autres.
Les “pêchés capitaux” sont uniquement des crimes de pensée. Je ne vois pas en quoi l’envie, la colère, la paresse ou la luxure seraient forcément négatifs et mèneraient obligatoirement au crime. Merci de garder votre moralisme religieux à deux francs pour vous.
(accessoirement, les crimes ont continué à exister même dans des sociétés ultra-religieuses… alors bon, pouet pouet camembert hein ^^)

46. Le samedi 12 avril 2014 à 23:48 par Danivance

Devons nous regretter que les gorilles sans doute occupés à des taches moins humaines mais plus pacifiques, ne fréquentent pas les cabinets de juges ? Sûrement.

Mais aussi, y avait-il une autre solution pour éviter à un troisième commerçant de se retrouver face à une arme qu’il ignore déchargée ?

47. Le dimanche 13 avril 2014 à 01:10 par Clark Kent

@Danivance

“Mais aussi, y avait-il une autre solution pour éviter à un troisième commerçant de se retrouver face à une arme qu’il ignore déchargée ?”

Oui. 1) Faire venir les parents chez qui il vit et les prévenir que s’ils ne le tiennent pas à l’œil et que le gamin refait la même connerie ils auront tous les trois de gros ennuis. 2) Prendre le gamin et, comme ce n’est apparemment pas une lumière lui dire en mode sujet/verbe/complément “Tu recommences, tu vas en tôle/au billot/en camp de travaux forcés” ou toute autre menace susceptible de lui faire passer l’envie.

Ça aurait suffit. Lors de la première infraction le gosse a été relâché sans conséquence, ce qui, de toute évidence n’a pas suffit à lui faire passer le message que braquer les commerçants du quartier n’est pas une bonne idée. Je ne me plaint pas de la première décision, on peut tout à fait pardonner une bêtise faite par un môme de treize ans. Le problème est qu’en l’occurrence celui-ci était un peu épais et n’a pas comprit le message. Il réitère. La réponse adapté est elle donc dans ce cas : 1) de lui mettre la pression ainsi qu’à ses responsables. ou 2) de l’envoyer en prison?

Je ne sais pas si les parents étaient incompétents ou simplement pris par surprise (je leur laisse le bénéfice du doute) mais je doute qu’il laisse faire leur gosse une troisième fois. Quant à ce dernier, je pense qu’il est capable de comprendre une menace, surtout si c’est un juge qui la lui agite sous le nez. Si jamais il s’avère que non dans ce cas il s’agit probablement de troubles psychiatriques à ce niveau, ce qui est possible, mais fort peu probable. Et on n’envoie pas les gens en prison pour une probabilité infime quand d’autres alternatives existent.

48. Le dimanche 13 avril 2014 à 12:38 par JMU

Monsieur Fernand, Diderot avait déjà répondu à vos objections il y a à peu près 250 ans. Même les athées peuvent avoir de la morale, sans avoir à craindre la colère du grand papa là-haut. Si votre éducation religieuse est tout ce qui vous empêche de voler dans les magasins, j’ai de la peine pour vous.

On-topic : contrairement à ce que certains commentaires laissent penser, il n’y a pas de limite à la détention provisoire puisqu’elle a lieu jusqu’au procès (enfin, si, deux ans mais c’est ce que j’appelle “illimité” quand on attend un procès). Il s’agit donc d’une condamnation à subir la lenteur du système judiciaire.

49. Le dimanche 13 avril 2014 à 14:34 par LeChevalierDeCouleur

@37, Clark Kouilles,

”(…) il n’a pas encore fini son éducation et n’est pas arrivé à maturité intellectuelle.”

Incontestablement, vous non plus :

“-Ce gosse n’aurait jamais dû être envoyé en prison, fusse provisoirement.”

Rien que pour ça, vous méritez la peine de mort ; ça tombe bien, l’Union Européenne vient juste de la rétablir.

Baisers,
Batman.

50. Le dimanche 13 avril 2014 à 14:41 par VyGER91

@kazpm (1), @Sartorius (6), @Eolas
Ce qui entretien la confusion, c’est que ce document de 2007 (mis en référence dans le blog cité par kazpm) parle de l’influence du protocole 6 (1983) de la CEDH sur la Charte, en ne parlant pas de l’influence du protocole 13 (2002).

Le protocole 6 ne concernait que la peine de mort en temps de paix et contenait un article sur la peine de mort en temps de guerre :
“ARTICLE 2 - Peine de mort en temps de guerre
Un Etat peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre ; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus 40 41 par cette législation et conformément à ses dispositions. Cet Etat communiquera au Secrétaire général du Conseil de l’Europe les dispositions afférentes de la législation en cause.”

C’est le protocole 13 de 2002 qui abolit la peine de mort sans exception.

http://www.echr.coe.int/Documents/C…

51. Le dimanche 13 avril 2014 à 14:45 par plokiploki

Certains commentaires sont….glaçants de connerie
Avant de jeter la pierre soyez parents d’ado et dites vous plutôt “comment je vais faire pour éviter que mon enfant s’en sorte sans encombre”

52. Le dimanche 13 avril 2014 à 14:59 par madgel

Il faut revoir notre système éducatif, car la prison ne réglera pas le problème de ce gosse, il à mis les pieds dans l’engrenage et ce n’est que le début d’une longue descente aux enfers, j’en sais quelques chose, car je suis passé par là, il faut palier à l’ignorance de beaucoup de parents, comment voulez vous que des parents mal éduqué, puissent retransmettre à leurs progéniture autre chose, que leur propre immaturité.
Moi je peux vous raconter les choses vue de l’intérieur, je peux me mettre à la place de ce gosse, car j’ai connus la prison à l’age de 13 et demi .
l’histoire à commencé comme ça, je marchais tranquillement en sifflotant pour me rendre à l’anpe, j’y allais pour passer le temp et préparer mon avenir, l’anpe se trouvait pas loin de chez moi, mais à ce moment précis 15h les rues sont désertes, j’allais tranquillement, quand une fourgonnette de police , s’arrêta à ma hauteur, sans aucune raison, ces agents de la paix théorique, m’ont embarqué et mené dans un endroit désert, loin de tout témoins, ils m’ont battus à mort et c’est seulement, quand j’ai fais le mort, que j’ai arreté de me débattre, qu’ils ont arrêté leur sale besogne.
Je me suis relevé, mais pour moi c’était un choc violent, qui m’a marqué pour la vie, j’étais une innocente victime de ceux, qui était censés faire respecter la loi, à partir de ce jour, le mot justice était vidé de tout sens, et ce passage à tabac m’a fait prendre en horreur les uniformes, qui était devenu le symbole de la haine , ce jour là, je me suis jurer, que plus jamais un agent de police, ne poserait les mains sur moi, sans que je rende coup pour coup.
Quand vous habitez un quartier, la mode c’est de suivre le mouvement, quelques jours après cette triste expérience, j’étais avec d’autre jeunes, tout aussi perdus que moi, entrain de boire de l’alcool, à 13 ans nous éprouvions le besoin de fuir la dure réalité de la vie.
Et c’est là que des agents de police, sont venus nous demander de sortir du centre commerciale ou nous nous trouvions.
Nous avons obtempéré et nous somme sortis, j’ai voulus remonter les escaliers pour me retrouver devant le centre commercial, mais le policier m’a dit, tu ne passe pas par là, tu va de l’autre coté, moi j’ai répliqué, vous m’avez demandé de sortir, je suis sortis, maintenant je vais ou je veux et j’ai commencer à monter les escaliers, là le policier m’a saisi par le col et m’a tirer en arrière en me projetant contre le mur, je n’ai pas oublier ma promesse, faite un mois plus tot, coup pour coups, mon dos à heurté le mur, j’ai ricoché et lui ai décroché mon poing dans la figure, ces collègues m’ont sauté dessus et mes copains leurs ont sauté dessus, ça c’est fini en bagarre générale et c’est comme ça qu’a l’age de 13 ans, j’ai connus la prison, pour rebellion, c’était dans les années 80, en ce temps là, il n’y avait pas de quartier mineurs, pas de télévision , ont vous met avec des adultes et peu importe ce qu’ils vous feront, dans mon malheur, j’ai eu de la chance d’être mis en cellule avec des gens en apparence biens, qui ne vous font pas de mal, heureusement que ça existe, mais malgré ça, la méfiance était de mise, ma première nuit, je l’ai passé avec la fourchette dans la mains, prêt à me défendre comme je pouvais.
La prison ne réglera pas le problème de la jeunesse délinquante, pour guérir ce mal , il faut aller à la source et la source, c’est l’éducation, la société doit prendre la relève pour palier à l’incompétence de certains parents, qui n’ont pas les qualités ou les moyens nécessaires, pour donner une bonne éducation à leurs enfants, faire un enfant c’est facile, lui donner une bonne éducation, c’est plus compliqué.
En grandissant nous apprenons les choses, mais à quel prix, sans doute à notre détriments, car il n’y a personne pour vous mettre en garde, il avait bien raison, celui qui disait «  si jeunesse savait, si vieillesse pouvait »
Comme quoi, nous sommes le produit de la société et du milieu dans lequel nous vivons.

53. Le dimanche 13 avril 2014 à 14:59 par Pierre Lebeaupin

Je suis un peu déçu cher maître (des lieux), au cours de la lecture de ce billet je m’attendais éventuellement à quelque chose, mais pas à ce que vous réutilisiez le même procédé avec la même révélation qu’il y a pratiquement 10 ans dans “leçon de vie”, ce qu’aucun commentateur après plus d’une journée ne semble avoir relevé. Mais bon, cela reste édifiant, quelles que soient ses propres convictions.

(Je ne dis pas qu’il n’y a pas de différence, par exemple cette fois-ci cela se déroule après la réforme de juin 2000)

54. Le dimanche 13 avril 2014 à 17:23 par youpi

Je suis mal à l’aise face à cette histoire et peut-être était-ce le but recherché.
Comme tout le monde, en lisant le texte, j’ai pensé que le gosse avait 20ans; qu’il en ait treize est encore plus dur mais ne change pas trop mon avis.
D’un coté je me dis: si j’avais vu un type me braquer avec un gomme-cogne (ce merveilleux engin à faire des aveugles) j’aurais pu, sur le coup, réagir très violemment (d’autant que je n’ai aucun moyen de savoir s’il est chargé ou pas quand on me braque avec). Et si je vois un gosse de 13ans me braquer avec un gomme-cogne, ma réaction visera plus à neutraliser l’arme d’abord, sachant que j’ai la supériorité en matière de combat à main nue. Mais de toute façon, l’arme à feu doit être neutralisée, quelque soit l’âge de celui qui la tient.

D’un coté, je me dis aussi: cette andouille a récidivé. Deux fois la même bêtise! On lui a déjà expliqué que c’était mal, il recommence! Les 13ans me font réfléchir un peu plus, parce qu’à 13ans on a pas la même jugeote qu’à vingt:
La première fois, la méthode employée n’a pas été la bonne. Les juges, les éducateurs, les parents, je ne sais pas qui, sont passé à coté d’un truc, je sais pas quoi, mais ils ont une part de responsabilité dans cette récidive.

Je comprends le jugement du juge: il faut mettre ce gosse dans un endroit où il ne pourra pas recommencer. Pas seulement pour la sûreté des autres, mais aussi pour la sienne. Parce que si la prochaine fois il avait l’idée de menacer un commerçant avec un fusil pas chargé, il se prendra peut-être une balle en retour!

Mais la détention provisoire, Ouille! Parce que la différence entre les conditions en détention provisoire et en prison, je ne crois pas qu’il y en ait. A vingt ans, pour peu que le délais soit court, ça aurait peut-être servi. A 13ans, j’ai terriblement peur que, mis au contact de jeunes plus expérimentés et sans rééducation correcte, il se conforte dans sa carrière de délinquant. Et même à vingt ans d’ailleurs. Surtout que l’on peut résumer les motifs de son acte par : “j’avais besoin d’argent pour m’acheter du luxe, la première idée qui m’est venue à l’esprit pour en obtenir c’est la délinquance”. Ce n’est pas en l’envoyant dans un lieu où il va rencontrer des experts de la délinquance qu’on va l’aider. Ce qu’il faudrait c’est l’envoyer là où on lui apprendrait à obtenir de l’argent honnêtement et à apprendre que le luxe ce n’est pas… utile. Et que la délinquance finit toujours par causer de gros ennuis.

Cette décision, prise (je le suppose) faute de mieux, risque de coûter à ce gosse son existence. Mais l’Etat risque de le payer aussi, dans la mesure où, au lieu d’avoir une source de revenus par le biais des impôts, il se retrouvera avec une source de coûts (prison, policiers, etc.).

55. Le dimanche 13 avril 2014 à 20:03 par marsan

M LEBEAUPIN,

10 ans mais c’est au siècle dernier !

et des minots qui sont passés devant le JLD et qui sont partis en détention provisoire il y en a eu une palanquée : votre mémoire est grande mais votre reproche est injustifié.

pourquoi ? parce que l’on ne parle pas souvent de la délinquance des mineurs, de l’évolution de celle-ci et des réponses toujours les mêmes depuis toujours. merci Eolas d’en parler même si c’est un peu patos

Pourquoi n’as-t-on pas d’autres réponses que la détention ? et pourquoi dans ce présent cas n’y a-t-il pas un représentant de la PJJ pour proposer une solution alternative à l’emprisonnement ?

56. Le dimanche 13 avril 2014 à 20:16 par Mira

whow putain. ca fait super mal.
c’est en lisant ce genre de papier que je suis contente de bosser en droit social maintenant, et plus en civil (je suis assistante juridique)…

57. Le dimanche 13 avril 2014 à 20:17 par dexter

Il fallait pleurer à la lecture de ce billet ? Ou éprouver de la compassion ? A 13 ans aujourd’hui, on braque, on viole et on estropie… Les enfants d’aujourd’hui, pour de multiples raisons, ne sont pas les mêmes que ceux de 1945. Et bien qu’on vive dans une société ou l’irresponsabilité est érigée en loi, aucune compassion pour ce jeune homme. Ma compassion je la garde pour les victimes.

58. Le dimanche 13 avril 2014 à 22:24 par Pierre Lebeaupin

M. marsan,
Je m’excuse: je manifestais ma déception que notre cher hôte réutilise le même procédé littéraire (le “twist” final, faute de meilleur terme français); je n’ai rien à redire sur l’anecdote en elle-même et sa malheureuse ressemblance avec celle d’il y a 10 ans.

59. Le dimanche 13 avril 2014 à 22:25 par toto

Un avocat qui voit dans un enfant son client… un procureur qui se défile… un juge qui n’a pas le courage de regarder cet enfant droit dans les yeux…. et tout ce petit monde sur ce forum qui en appellent à une procédure de plus… Il n’y a pas un adulte pour remettre cet enfant à sa place… non au lieu de cela, tous ces post-ados pérorent pour mieux se défiler… Ajoutez un avocat dégoulinant de “bonnes intentions envers ce pôvre petit avec qui il ne peut même pas communiquer…. ” qui convoque à la barre la méchante société de consommation… Faible excuse… Tout adulte responsable lui remettait clairement les idées en place sur les basics de la vie… mais on ne sait jamais, ce gamins pourrait revenir cramer sa voiture ou pire… Ceci dit, des merdeux pommés j’en vois régulièrement qui viennent pour des stages et pas que des gamins, des ingénieurs ou école de commerce aussi, et ils veulent ci, ils ont droit à ça et moi je leurs explique que dans la vie il faut bosser, pas pour gagner sa vie mais pour survivre, sinon on se fait casser la gueule et on se fait prendre ça place… Juste pour info les gars, je vous rappel que l’on a entre 2 et 6 milliers de milliards d’euro de dettes à payer (l’état c’est nous…), alors soit vous vous retrousser les manches et expliquer la vie à ces gamins, soit je vais faire comme les autres, je vais me casser et vos salaires ainsi que les dettes vous vous démerderez pour les payez tous seul… comme des grands…

60. Le dimanche 13 avril 2014 à 22:56 par Babeth

Le billet est magnifique, les commentaires le sont beaucoup moins. Merci pour l’émotion partagée. Braqueur, tueur, voleur ou autre, un gosse reste un gosse.

61. Le dimanche 13 avril 2014 à 23:01 par Siarres

Que c’est beau , ” le cliqueti des chaines ” c’est du Zola , du Beecher stove , j’ai pleuré tout l’aprés midi !
J’espére que ce malheureux enfant ne vas pas se laisser impressionner par des miteux juges et gendarmes , j’espére qu’il va poursuivre son ambitieuse carriere contre cette société ” pourrie” demain peut etre il attaquera les transports de fonds au bazouka , un futur Spagiari , ça au moins ça sert à quelque chose un avocat si humaniste
Merci maître pour etre la maman de ces petits prodiges , on vous doit beaucoup

62. Le dimanche 13 avril 2014 à 23:10 par Eolas

Fermeture anticipée des commentaires, des lecteurs du Figaro ayant trop confondu ce blog avec leur site favori. ;.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact