Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un peu de droit électoral

Dimanche va se tenir le premier tour des élections présidentielles. Ce n’est, je l’espère, pas un scoop pour vous, mais cette introduction servira à ceux qui liront les archives de ce blog dans quelques mois.

Deux points font débat, qui posent des questions de droit sur lesquelles un éclairage s’impose car bien des sornettes sont dites.

La législation sur les sondages

Une bonne fois pour toute, que dit la loi, et que ne dit-elle pas ?

C’est la loi n°77-808 du 19 juillet 1977 relative à la publication et à la diffusion de certains sondages d’opinion qui réglemente la question.

Elle s’applique à la publication et la diffusion de tout sondage d’opinion ayant un rapport direct ou indirect avec un référendum, une élection présidentielle ou l’une des élections réglementées par le code électoral ainsi qu’avec l’élection des représentants au Parlement européen, et aux opérations de simulation de vote réalisées à partir de sondages d’opinion (art. 1er).

L’article 11 de cette loi pose l’interdiction qui fait tant jaser :

La veille de chaque tour de scrutin ainsi que le jour de celui-ci, sont interdits, par quelque moyen que ce soit, la publication, la diffusion et le commentaire de tout sondage tel que défini à l’article 1er. Cette interdiction est également applicable aux sondages ayant fait l’objet d’une publication, d’une diffusion ou d’un commentaire avant la veille de chaque tour de scrutin. Elle ne fait pas obstacle à la poursuite de la diffusion des publications parues ou des données mises en ligne avant cette date. (…)

L’interdiction ne s’applique pas aux opérations qui ont pour objet de donner une connaissance immédiate des résultats de chaque tour de scrutin et qui sont effectuées entre la fermeture du dernier bureau de vote en métropole et la proclamation des résultats.

Notons qu’ainsi rédigée, la loi interdit de faire un rappel de l’évolution des intentions de vote des candidats après vingt heures mais avant minuit le jour du scrutin, même une fois les bureaux de vote fermés et les estimations proclamées. C’est une pure maladresse de rédaction, mais la loi est la loi, je fais confiance au parquet pour être ferme.

L’article 12 de cette même loi fixe les peines encourues, par renvoi :

«” Seront punis des peines portées à l’article L. 90-1 du code électoral :
(…)
Ceux qui auront contrevenu aux dispositions des articles 7 et 11 ci-dessus ;”»

L’article L.90-1 du Code électoral prévoit une peine de 75000 euros, peu importe qu’il mentionne l’article L.52-1 du Code électoral puisque l’article 12 de la loi de 1977 ne vise que la peine qu’il prévoit. Vous direz merci au législateur de voter des textes aussi clairs, ordonnés et logiquement bâtis.

L’existence d’une peine d’amende est lourde de conséquence : cela fait des dispositions de l’article 11 un texte pénal. Il doit donc être interprété strictement (art. 111-4 du Code pénal) ; toute analogie ou toute extensions à des situations similaires ou voisines est interdit. De même, ses règles d’application dans le temps et dans l’espace sont celles, spécifiques, du droit pénal.

Voyons donc ce que sanctionne strictement cet article.

Il sanctionne deux actes : le fait (1) par quelque moyen que ce soit, (2) soit de publier ou soit de diffuser (3) un sondage d’opinion ou une simulation de vote réalisée à partir de sondages d’opinion, portant sur l’élection présidentielle (la même s’appliquera lors des deux tours des législatives, mais la profusion de candidats rend les choses moins intéressantes).

Une publication s’entend, à mon sens (je n’ai trouvé aucune jurisprudence de l’application de cet article) de la première communication au public des résultats d’un sondage, la diffusion s’entend de la reprise de cette publication ou de son signalement d’une façon accessible au public. Par exemple, le journal La Libre Syldavie publie sur son site internet les résultats. C’est une publication au sens de la loi. Tous ceux qui sur Twitter signaleront cette parution, avec un lien vers le site, diffuseront ce sondage (je reviendrai plus tard sur le fait que le site de la Libre Syldavie est hébergé à Klow, en Syldavie).

A contrario, la loi ne sanctionne pas le fait de téléphoner, d’adresser par courrier électronique privé, ou par message privé, de tels sondages, faute de caractère public. De même, la publication ou la diffusion de ce qui n’est pas un sondage d’opinion ne tombe pas sous le coup de la loi : une impression personnelle, une rumeur, une supputation, un concours de pronostics ne sont pas des sondages d’opinion.

Le fait de publier un sondage en le faisant fallacieusement passer pour une invention tombe sous le coup de la loi, car cela ne lui retire pas sa qualité de sondage. Le parquet devra prouver que c’était un sondage déguisé, mais le fait d’avoir “deviné” tous les bons chiffres devrait suffire à convaincre le juge, sauf à ce que vous ayez aussi gagné au Loto ce week-end là. Idem pour les messages codés à la “Flanby devance Joe Dalton d’un demi-point”. Il ne faut pas prendre les juges pour des imbéciles : c’est de l’exercice illégal de la profession d’avocat.

Se pose à présent le très intéressant problème de l’application de cette loi dans l’espace. J’ai lu des avis autorisés affirmer sans rire que tout site étranger qui publierait de tels résultats avant 20 heures heure française encourrait les foudres des tribunaux français. À cela je dirais, comme Démosthène apprenant après avoir lancé sa première philippique que le peuple avait opté pour l’attentisme d’Eubule : “What the fuck ?”

Les article 113 du Code pénal posent les règles d’application de la loi pénale française dans l’espace (pas au sens de “Des cochons dans l’espace”, mais dans le sens de sa territorialité).

Ces règles sont les suivantes : la loi pénale française s’applique à toute personne se trouvant sur le territoire français, quelle que soit sa nationalité. Une infraction est réputée commise en France dès lors qu’un de ses éléments constitutifs est commis en France. On assimile au territoire française les bateaux battant pavillon français et les aéronefs immatriculés en France (article 113-4).

Quand les faits sont commis à l’étranger, la loi française peut leur être applicable, à certaines conditions. Sans rentrer dans les détails, qui feront les tortures des étudiants de L2 de droit, la loi pénale française s’applique à l’étranger quand l’auteur est français, ET, condition cumulative, que les faits constituent un crime (soit fasse encourir au moins 15 ans de réclusion criminelle), ou un délit à la condition supplémentaire dans ce dernier cas de la réciprocité d’incrimination, c’est-à-dire que la loi locale réprime également ce délit (article 113-6). Cette condition n’est pas exigée quand la victime est française, mais le délit doit alors être puni d’une peine d’emprisonnement (article 113-7). Rappelons que certains délits, dont celui qui nous occupe ce jour, ne sont punis que d’une amende.

Encore faut-il, pour que le parquet puisse agir, qu’il y ait au préalable plainte de la victime ou dénonciation officielle par les autorités de l’État où les faits ont eu lieu (article 113-8).

Revenons en à présent à notre publication des sondages.

Toute publication ou diffusion depuis la France est réprimée, quelle que soit la nationalité du diffuseur. À mon sens, un journaliste étranger qui annoncerait en direct de Paris à 19h les premières estimations pour sa chaîne étrangère commet bien un acte de diffusion, même si sa chaîne ne peut être reçue en France, car la loi n’exige pas que le message puisse être reçu depuis la France (d’autant que cette chaîne peut vraisemblablement être regardée en streaming depuis la France ou captée par satellite). Le parquet ne poursuivrait jamais une telle hypothèse, on voit à quoi sert l’opportunité des poursuites, mais à mon sens, le délit est constitué (je reconnais que ce point, pure hypothèse d’école qui ne sera jamais tranché, est ouvert à la discussion).

Reste l’hypothèse de la diffusion depuis l’étranger. La loi pénale française ne peut s’appliquer que dans les pays étrangers qui répriment eux-même la diffusion des sondages d’opinion relatifs aux élections présidentielles françaises, ou référendums français, et aux élections législatives françaises. En effet, la loi pénale est d’interprétation stricte, vous vous souvenez ? Se fonder sur une législation similaire interdisant la publication des résultats des élections locales serait une application par analogie, et c’est interdit en droit pénal. Encore faudrait-il que le diffuseur soit lui-même Français (Belges, Suisses, Québecois et Syldaves, vous êtes immunes) ET que les autorités de ce pays dénonçassent officiellement les faits aux autorités françaises. Face à ce cumul d’hypothèses, je lance le même cri que Leonidas entendant la sommation de capituler faite par les hérauts de Xerxès : “Lol !”.

Les petits malins qui me suivent sur Twitter ont soulevé toute une série d’hypothèses pour dissimuler sa localisation : VPN, adresse IP trafiquée, etc. Cela ne change rien : ce qui compte c’est où vous vous trouvez physiquement au moment où vous diffusez le message (ce qui pour un tweet s’entend de l’envoi du message, puisque c’est la seule opération que vous faites et qui suffit à la diffusion du message). Utiliser un VPN ou une adresse IP syldave posera au parquet un problème de preuve, mais il pourra prouver par tout moyen que vous étiez bien en France. Internet n’est pas un lieu, ergo une adresse IP n’est pas une preuve de votre localisation.

Donc, une bonne fois pour toute : si vous vous trouvez à l’étranger, vous pouvez discuter tranquillement des résultats, et si vous parlez tellement fort que vous pouvez être lu depuis la France, vous ne tombez pas sous le coup de la loi pénale. Toute hypothèse contraire revient à dire que publier sur internet impose de respecter toutes les législations de tous les pays connectés à l’internet, cumulativement, ce qui, quand on va arriver aux lois iraniennes, syriennes, birmanes et nord-coréennes, va rapidement poser problème.

Pourquoi le vote blanc n’est-il pas pris en compte ?

Voilà vraiment le marronnier des élections présidentielles, avec la controverse des 500 signatures, qui rejaillira en 2017, et à laquelle je n’opposerai que deux mots : Jacques Cheminade. Si un tel hurluberlu a obtenu (à deux reprises) ses 500 signatures, qu’on ne vienne pas me dire que le système est trop sélectif : il ne l’est manifestement pas assez (et je ne crois pas aux larmes de crocodile des Le Pen père et fille, pour les raisons que j’ai indiquées il y a 5 ans).

Le vote blanc est pris en compte, mais il l’est pour ce qu’il est : un vote blanc. Stricto sensu, un vote blanc est une enveloppe dans lequel on a glissé un papier ne portant aucun nom. Participant régulièrement aux opérations de dépouillement, je suis confronté régulièrement à des cas d’électeurs ayant clairement montré leur intention de n’émettre aucun vote tout en étant venu voter. Les bulletins blancs sont fort rares ; la plupart du temps (une fois sur deux), c’est une enveloppe vide, ou, au second tour, les deux bulletins. Parfois, on a des cas bizarres : un ticket de parking, une page de journal, etc.

Mettez-vous un instant à la place des scrutateurs. Comment différencier ce qu’a voulu dire celui qui a glissé une enveloppe contenant un bulletin blanc et celui ayant glissé une enveloppe vide (ou un ticket de parking) ? Ils ont voulu dire la même chose : pour des raisons qui me sont propres, et qui au demeurant n’intéressent personne, je refuse de choisir entre les divers candidats.

Concrètement, les scrutateurs (il y en a 4 par table) constatent ensemble la cause de nullité, qui est inscrite sur l’enveloppe (par une lettre correspondant aux cas les plus fréquents), les 4 scrutateurs signent l’enveloppe dans laquelle est remis ce qu’il y avait éventuellement à l’intérieur et elle est aussitôt remise au président du bureau de vote qui l’annexera au procès verbal des opérations, pour qu’en cas de contestation, cette voix puisse être examinée.

Et en tant que scrutateur régulier, d’ailleurs, je voudrais dire une chose aux amateurs du vote blanc : vous faites chier. Les opérations de dépouillements sont longues et fastidieuses, et notre seule récompense est d’échapper à la soirée électorale à la télévision. Chaque bulletin blanc ou nul interrompt les opérations et fait perdre une à deux minutes, pendant lesquelles on peut facilement décompter une vingtaine de bulletins quand on a pris le rythme. 20 bulletin blancs ou nuls, c’est une demi heure de temps des scrutateurs, et je vous rappelle qu’on est bénévole, que c’est dimanche soir et qu’on bosse le lendemain, et que nous avons décidé non seulement de prendre part à l’élection mais d’aller au-delà et de donner de notre temps pour qu’elle se déroule jusqu’au bout. Tout ça pour venir nous dire que ces candidats ne sont pas assez bien pour vous, pauvres bichons, je vous assure que votre geste n’est vraiment pas regardé comme civique par les scrutateurs. Non, franchement, si vous n’êtes pas fichu de faire un choix, allez pêcher, abstenez-vous mais n’allez pas perturber les opérations électorales.

L’objet d’une élection est de choisir. C’est l’étymologie du mot. Si on ne choisit pas s’il faut passer à bâbord ou à tribord de récifs, on s’échoue dessus. Le choix doit être fait, même si aucun ne vous plaît, car ne pas choisir est le pire des choix. La République a besoin d’un président, pour promulguer les lois, négocier les traités, nommer les ministres, commander l’armée. Et non, elle n’attendra jamais que vous ayez enfin trouvé un candidat assez beau pour vous plaire.

Mais le vote blanc, disais-je est pris en compte car un vote blanc ne compte pas dans l’abstention, qui est le rapport du nombre d’électeurs ayant signé les listes électorales sur le nombre total d’électeurs inscrits. Un vote blanc et nul compte dans la participation.

Il n’est pas distingué des votes nuls pour les raisons que j’ai indiquées ci-dessus : bulletin blanc, pas de bulletin, ticket de parking, le messages est le même, et ce message est : .

Commencer à distinguer entre ceux qui ne disent rien selon leur façon de ne rien dire est de nature à se faire renvoyer devant la cour d’assises des mouches pour viol aggravé.

Le chiffre des blancs et nuls est publié avec chaque résultat officiel : il est donc bel et bien pris en compte. Il ne l’est pas en revanche dans le résultat car seuls comptent les suffrages exprimés, or un bulletin blanc n’est par définition pas exprimé. Ainsi lors des dernières élections présidentielles, sur 37 254 242 de voix au premier tour, 534 846 furent des bulletins blancs ou nuls, soit 1,44% (notons au passage que 4 candidats ont donc fait moins que les votes blancs ou nuls : Frédéric Nihous, José Bové, Arlette Laguiller et Gérard Schivardi).

Au second tour, sur 37 342 004 voix, 1 568 426 furent blanches ou nulles, soit 4,20 %. Ces 4,20% n’ont pas été comptés dans l’abstention, mais ont été retirés des scores relatifs des candidats car seuls comptent les suffrages exprimés, quitte à me répéter. Leur prise en compte dans les résultats auraient donné 50,83% à Nicolas Sarkozy et 44,97% à Ségolène Royal (au lieu de 53,06% / 46,94%). Je vous laisse chercher l’intérêt de la chose.

Sur ce bon vote noir ce dimanche, ou bonne pêche.

Commentaires

1. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:42 par David C.

Leur prise en compte dans les résultats auraient donné 50,83% à Nicolas Sarkozy et 44,97% à Ségolène Royal (au lieu de 53,06% / 46,94%). Je vous laisse chercher l’intérêt de la chose.
Si le vote blanc était pris en compte il est probable qu’il serait un peu plus important, donc au final le gagnant pourrait avoir un score inférieur à 50% (on en est déjà pas loin), c’est-à-dire qu’il serait “visible” qu’une majorité des votes exprimés n’était pas pour lui (ce qui est déjà le cas par rapport au nombre d’électeurs mais c’est un autre problème). Est-ce que politiquement, sociologiquement ou juridiquement ça n’aurait pas un impact ? (bon ou mauvais je ne sais pas)

2. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:46 par Olivier Da Lage

Et cette loi de 1977 contrevient à l’article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme ainsi qu’à l’article 19 du Pacte relatif aux droits civils et politiques qui, en vertu de l’article 55 de la Constitution, s’appliquent directement en droit interne et sont d’une norme supérieure à ladite loi.

3. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:46 par xavierc

Contre le vote blanc : .

4. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:51 par Mickabouille

> mais le fait d’avoir “deviné” tous les bons chiffres devrait suffire à convaincre le juge, sauf à ce que vous ayez aussi gagné au Loto ce week-end là

Ce sont (a priori) deux événements indépendants de très faible probabilité, donc la probabilité de faire les deux ensemble est beaucoup plus faible que celle de faire l’un des deux.
Rien à voir… je sais.

5. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:53 par XXX

Pour le plaisir de discutter de la vie sexuelle des dyptères,
Prenons les bureau de vote du continent américain, ils votent le Samedi, donc il est possible de faire un Live-tweet du dépouillement et d’annoncer les résultats avant 20h. (Par contre j’y crois pas dans les bureau de votes d’Europes qui votent aussi le dimanche, le temps de finir de dépouiller il sera 20h passé)

Se pose une question, la loi s’applique t’elle dans les ambassades (je dirai oui ?), les consulats (là par contre je sais pas), et les centre culturel Français (là je dirais non).
Ce genre de scénario me semble le plus probable, j’aurai du mal à croire qu’on aura pas un live-tweet de New-york ou Lima

6. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:59 par ChonUnca

mais alors si ont vote blanc en notant de manière lisible que l’on souhaite un remaniement en profondeur de la république, du gouvernement et de la façon de voter (par exemple en demandant le vote de valeur) le vote blanc sera t’il toujours considéré comme vote “non exprimé”?

7. Le vendredi 20 avril 2012 à 18:59 par VV

Comme suggéré je ne me souviens où, et si on utilise des messages codés sur twitter? Ex: “Le Flan est au four”, “le nain de jardin mesure 26 cm”?

8. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:00 par Clara M. Puériculture

Une solution simple à la perte de temps lors du dépouillement serait de systématiquement proposer un bulletin blanc en plus des bulletins nommés, rendant le processus de vote blanc plus cadré. Si c’était le cas, plus de gens feraient assurément le déplacement pour répondre à la question qu’on ne leur pose pas.

Quand à son intérêt réel, il n’est pas de changer les statistiques de l’élection de quelques points, mais donnerait plutôt l’occasion de s’interroger sur la représentativité réelle du scrutin, qui favorise chaque année les hommes blancs et riches, de plus de 50 ans faisant déjà parti du paysage politique depuis toujours.

9. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:01 par DM

Le raisonnement d’Eolas est :
1- dans le système politique actuel, le président est nécessaire, et il est élu démocratiquement, le décompte des votes blancs est donc inutile
2- le dépouillement des votes blancs est compliqué (ce que je confirme).

Le point 2 est un faux problème : c’est un problème technique qui peut se résoudre par une modification mineure des modalités de comptage. Il suffirait de 1) distribuer des bulletins blancs 2) rajouter pour les scrutateurs une case “bulletin blanc”, distincte de celle “bulletins nuls”, et qui ne demanderait pas de formalité particulière (alors qu’actuellement, tous les blancs ou nuls nécessitent une classification de type de nullité, des signatures, etc.).

Quant au point 1, il me semble qu’Eolas prend le problème à l’envers. Les partisans du décompte du vote blanc, me semble-t-il, rejettent le fonctionnement général de nos institutions et notamment le présidentialisme. Leur raisonnement est le suivant : si le vote blanc était effectivement inclus dans les pourcentages finalement affichés, plus de gens voteraient éventuellement blanc, et au final les bas taux effectifs atteints par les élus pourraient amener ceux-ci à plus de modestie, voire pousser dans la direction d’un changement institutionnel (François Bayrou est en faveur de cette réforme et, au final, d’un passage à une 6e république moins présidentielle).

On peut, en effet, légitimement se demander si choisir UN homme et ses obligés tous les cinq ans est un bon mode de sélection pour l’ensemble des politiques qui seront menées (du moins celles qui ne sont pas imposées au niveau européen).

10. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:04 par Triskael

@eolas :

maître, il y a 5 ans, vous aviez fait une analyse comparée des programmes des 3 ou 4 candidats principaux, sur la partie “justice” de leurs programmes.
Je me doute que vous ne pourrez pas le faire cette année avant le premier tour, mais le ferez-vous pour les deux candidats sélectionnés pour le second ?
Merci bien. :)

11. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:06 par DM

Plus généralement, il est assez discutable de critiquer des personnes souhaitant un ensemble de réforme de fond (et de réformes techniques accompagnatrices) sur le fait qu’une des réformes souhaitées n’a aucun intérêt sans les autres.

Cette histoire de décomptes des bulletins blancs, c’est un peu comme si l’on critiquait la présence des avocats dans les locaux de gàv au prétexte qu’il n’y a pas la place. Les avocats ont dit “problème technique, il n’y a qu’à dégager de la place”.

Envisager la politique de cette façon, c’est se condamner à des micro-réformes qui ne mécontentent personne ou ne créent aucun problème, soit essentiellement rien (l’état de la législation doit être en gros Pareto-optimal : il n’y a rien que l’on puisse changer qui ne mécontente pas au moins une personne quelque part ou ne crée pas au moins un problème quelque part).

12. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:07 par RG

@ Eolas

Participant régulièrement aux opérations de dépouillement

C’est la rédaction des notes d’honoraires ?

OK je sors….

13. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:11 par Yaume

Je dépouille régulièrement aussi et les votes blancs ne me gênent pas autant que vous, j’ai plutôt tendance à pousser les gens à éviter de s’abstenir. Pour moi un vote blanc c’est “je m’intéresse mais rien ne convient” alors qu’une abstention c’est plus “je m’en fous, faites comme bon vous chante”, c’est sur que pour le résultat final c’est du pareil au même donc je ne saurais pas exactement pourquoi le vote blanc me parait mieux. (peut-être vaguement l’impression qu’en cas de dérive totalitaire ou autre un blanc-voteur réagira plus qu’un abstentionniste … mais bon c’est très diffus et pas fondé pour deux sous)

Par contre il est certain que je préfère les enveloppes vides (ou les deux bulletins) aux bulletins gribouillés dont il faut parfois déterminer si c’est juste gribouillé ou si en plus ça contient une insulte (pas la même lettre) qui la font vraiment perdre du temps.

(comme d’habitude, merci pour votre billet)

14. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:20 par Nardukodonosor

Et en tant que scrutateur régulier, d’ailleurs, je voudrais dire une chose aux amateurs du vote blanc : vous faites chier…Tout ça pour venir nous dire que ces candidats ne sont pas assez bien pour vous, pauvres bichons, je vous assure que votre geste n’est vraiment pas regardé comme civique par les scrutateurs. Non, franchement, si vous n’êtes pas fichu de faire un choix, allez pêcher, abstenez-vous mais n’allez pas perturber les opérations électorales.

Si c’est pour pondre un commentaire aussi idiot, vous devriez aussi aller à la pêche ou passer votre soirée à honorer madame.

15. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:21 par RG

@9 DM

Vote blanc, centre, 6ème République, ça nous fait 3 moulins à vent.

16. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:21 par SB

“si vous vous trouvez à l’étranger, vous pouvez discuter tranquillement des résultats, et si vous parlez tellement fort que vous pouvez être lu depuis la France, vous ne tombez pas sous le coup de la loi pénale. Toute hypothèse contraire revient à dire que publier sur internet impose de respecter toutes les législations de tous les pays connectés à l’internet, cumulativement, ce qui, quand on va arriver aux lois iraniennes, syriennes”

Pourrait-on considérer que l’un ou plusieurs des facteurs suivants:
- le tweeteur ou blogueur est de nationalité française
- il écrit en langue française
- il écrit sur un sujet concernant la France
- il écrit sur un site hébergé en France
- il écrit sur un site qui (notamment par les sujets qu’il aborde) s’adresse manifestement à des Français…

Pourrait le faire relever de la loi française (quand bien même le tweeteur ou blogueur affirme ne pas s’adresser expressément à des lecteurs français) ? Il me semble que la question se pose fréquemment sur internet ou dans l’audiovisuel, dans le cas de poursuites pénales ou civiles (causées par des propos qui n’ont rien à voir avec les sondages électoraux), et que la justice française conclut facilement à sa compétence l’applicabilité du droit français:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%…
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fauris…

17. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:23 par S.

Bien cher Maître,

Donc en somme, vous nous dites que si en plus des bulletins des candidats il y avait un bulletin blanc officiel, la vie des scrutateurs serait bien plus simple? Je ne suis pas forcément d’accord avec vous sur tout, mais en l’espèce, voilà qui mérite réflexion. :)

Par ailleurs: “La République a besoin d’un président, pour promulguer les lois, négocier les traités, nommer les ministres, commander l’armée. Et non, elle n’attendra jamais que vous ayez enfin trouvé un candidat assez beau pour vous plaire.” Oui, par opposition à la Monarchie, en particulier quand elle est Belge. (Belgium FTW, admettons-le.)

18. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:23 par un dépouilleur régulier

Ne vous abstenez pas, les votes blancs, c’est ce qui rompt la monotonie du dépouillement, et avec humour et originalité parfois :D

19. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:24 par 240-185

Aux mots « Jacques Cheminade », j’en ajoute trois de plus : « Dominique De Villepin ».

Comment quelqu’un qui a été Premier Ministre et qui a eu une importance médiatique non négligeable a-t-il pu échouer à obtenir 500 signatures ? Je ne vois pas d’autres explications que la procrastination…

20. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:27 par DM

@RG: Vous avez bien sûr le droit de considérer que ces 3 options politiques sont des « moulins à vent », ou des objectifs inatteignables. Ce sont pourtant des options politiques qui se défendent et ont une certaine logique (alors qu’Eolas suggère qu’au moins une d’entres elles est stupide).

Je note que pendant longtemps en France, la peine de mort était un moulin à vent ; on accusait les parlementaires favorables à son abolition d’avoir des marottes éloignées des préoccupations des français, on expliquait que son abolition poserait des problèmes techniques (mettre en place une peine de perpétuité réelle, dont ne voudraient pas les gardiens de prison). Finalement, ça s’est fait.

21. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:30 par OuvreBoîte

Je dépouille plus occasionnellement que vous sans doute mais je n’en ai jamais voulu aux votes blancs.
Le dépouillement le plus chiant était les 28 listes de l’élection européenne en île de France (dont certaines n’avaient même pas pu assurer la distribution de leurs bulletins dans les bureaux), et pourtant avec 28 listes, il y a pas eu beaucoup de votes blancs.
D’une part l’électeur qui souhaite voter blanc n’est pas responsable du fait que l’organisteur du vote ne prévoit pas qu’il puisse exprimer son suffrage dans de bonnes conditions matérielles, qui garantissent un dépouillement aisé.
D’autre part le vote blanc est une contrepartie nécessaire, pour l’équilibre des pouvoirs entre le système des partis qui présente des candidats par choix des militants et fonctionnement des appareils et le citoyen sans affiliation militante, qui doit avoir le droit d’exprimer que le choix qui lui est proposé est indigent et ainsi permettre de quantifier le déficit de légitimité d’un candidat, même finalement élu.
En outre le vote blanc a le mérité d’offrir un support neutre aux votes contestataires, qui sont sinon récupérés par des candidats aux opinions et à la rhétorique déplaisantes voire nauséabondes, que vous reconnaitrez certainement.

22. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:31 par InfestedGrunt

Bonjour Maitre,

Je vous remercie de cette note qui met les points sur certains i.

Comme vous, je fais le dépouillement de mon bureau de vote à chaque votation (élections, référendum,…). Nous nous sommes organisés à 6 personnes (scrutateurs et/ou assesseurs) : 2 personnes pour sortir le vote de l’enveloppe, 2 personnes - 1 voix grave et 1 voix aigue - pour les annonces et 2 personnes pour les notations). Les 2 personnes sortant les enveloppes permettent de sortir rapidement les votes nuls ou blanc et d’éliminer les double-bulletins (deux bulletins pour un même candidat).

Lorsqu’un vote blanc ou nul sort, les assesseurs et le président du bureau les signent en parallèle du dépouillement. Je n’ai jamais signé les votes nuls ou blanc. Je n’ai signé que les feuilles de résultats.

Grâce à cette stratégie, le dépouillement de mon bureau (300-400 votes avec une dizaine de votes blanc/nuls) en moyenne sont passés d’un peu plus de 2h à moins d’1h (45-50 min).

En lisant votre passage sur le dépouillement, je me pose la question de la légalité de notre méthodologie.

Par contre, je mettrai sur Twitter le résultat de mon bureau de vote lorsque nous en aurons terminé.

23. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:32 par Mme Oscar

Organisons un référendum dont la question serait:
“êtes-vous pour ou contre la prise en compte des votes blancs dans les résultats de ce scrutin?”

Pardon.

24. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:39 par SB

@Mme Oscar: “Parti du Vote Blanc, qui présentera un candidat indépendant aux élections Présidentielles de 2012 afin de comptabiliser le vote blanc.” : http://www.parti-du-vote-blanc.fr/

25. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:49 par CR

Maître, votre orthographe devient aussi mauvaise que celle des sites de presse : “pure hypothèse d’école qui ne sera jamais tranchéE…”

Merci tout de même pour ce billet.

26. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:55 par RG

@20 DM

Je note que pendant longtemps en France, la peine de mort était un moulin à vent

Non, pas plus que le droit de vote des femmes, le droit à l’avortement ou le mariage homosexuel qui est aussi inéluctable que les deux précédents.

27. Le vendredi 20 avril 2012 à 19:58 par Anon

“La République a besoin d’un président”

Non, et la vraie question est: a-t-on besoin de la République ?

28. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:00 par xc

Vu nos clivages habituels, il faudra prévoir pour les bulletins blancs des bulletins blancs bleus, et des bulletins blancs rouges. Comme cela ne permettra peut-être pas suffisamment de nuances, il faudra peut-être aussi des bulletins blancs roses et des bulletins blancs bleus pâles. Certains voudront peut-être aussi des bulletins blancs bruns ou des bulletins blancs verts…..

29. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:05 par RG

@27

Non, et la vraie question est: a-t-on besoin de la République ?

Vous aurez la réponse le 06 mai, normalement celui qui sera élu sera le plus conforme avec la Vème.

30. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:12 par lanifran

Pour moi le problème est simple:nul ou blanc c’est la même chose, l’électeur a exprimé qu’aucun des candidats ne lui convenait mais qu’il approuvait notre système démocratique, au contraire une abstention est indéchiffrable. je suis donc pour que l’on tienne compte des blancs ou nuls comme suffrages exprimés.

31. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:12 par L'impartisan

Sur la formulation de la loi, effectivement, on a connu plus clair:

”(1) Cette interdiction est également applicable aux sondages ayant fait l’objet d’une publication, d’une diffusion ou d’un commentaire avant la veille de chaque tour de scrutin.
(2) Elle ne fait pas obstacle à la poursuite de la diffusion des publications parues ou des données mises en ligne avant cette date. ”

Ca veut dire que par exemple, la télévision ne peut pas rediffuser le samedi, une émission initialement diffusée le vendredi, où on y commente un sondage du jour (1), mais qu’un journal sorti en kiosque le mercredi pourra toujours être vendu pendant le week-end? (2)

32. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:28 par Nardukodonosor

Non, pas plus que le droit de vote des femmes, le droit à l’avortement ou le mariage homosexuel qui est aussi inéluctable que les deux précédents.

J’adore cet sentence définitive. Rien n’est inéluctable, ni la république, ni la démocratie, ni même l’abolition de la peine de mort.

33. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:29 par jesuislibre

si vous vous trouvez à l’étranger, vous pouvez discuter tranquillement des résultats, et si vous parlez tellement fort que vous pouvez être lu depuis la France, vous ne tombez pas sous le coup de la loi pénale.
Dans un premier temps la question, n’est pas de savoir “Pour ou contre le vote blanc”, mais “La législation sur les sondages” est-elle encore valide de nos jours ? Puisqu’il existe des astuces de contournement que vous même avez indiquées dans votre billet.

mais il pourra prouver par tout moyen que vous étiez bien en France.
Pourquoi s’obstiner ? Car à priori, quoiqu’il arrive, on ne pourra pas empêcher un étranger de diffuser les sondages, mais je ne doute pas de l’efficacité du système judiciaire, voir cette affaire http://www.rue89.com/2012/04/16/vio…

Après c’est juste une question de priorité.

34. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:29 par tylerdurden

Je comprends bien que les votes blancs vous pose problème en tant que scrutateur, mais plutôt que de rejeter la faute sur les (non-)électeurs dont vous ne comprenez pas la démarche, pourquoi ne pas rejeter la faute sur les méthodes de dépouillage que vous décrivez? Est-ce vraiment de sa faute si vous êtes obligé de justifier le rejet de sa voie?!

D’autre part, vous ne semblez pas comprendre qu’une personne préfère voter blanc plutôt que s’abstenir, alors laisser moi vous exprimer 2 ou 3 raisons parmi d’autre :
- Beaucoup de personnes viennent voter en famille et n’ont pas forcément envie de faire mauvaise figure auprès de leur famille en affichant leurs abstentionnisme (ou veulent montrer le bon exemple à leur enfants).
- L’abstention et le vote blanc n’ont pas la même connotation, l’abstention étant souvent interpréter comme du désintérêt pour la chose tandis que le vote blanc est plutôt vu comme le refus du choix proposer par quelqu’un qui prend pourtant la peine de se déplacer. Ainsi, si tout les abstentionnistes prenaient la paine de venir votez blanc, cela éviterait peut être aux politiques et aux journalistes de prétendre que les français se désintéressent de la politique (et cela vous permettrez de faire des nuits blanches les soirs de scrutins!).
- Enfin, vous n’ignorez pas que le vote en France est secret. Hors il serait facile, à partir des registres, de savoir qui c’est abstenu, tandis que si vous votez blanc, personne ne pourra le savoir, ce qu’un électeur est susceptible de trouvez important…

35. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:30 par Schmorgluck

Cher Maître, si vous voulez bien me pardonner un brin de pinaillage (en même temps, j’ai été à bonne école chez vous), mais il me semble que parler des « élections présidentielles », au pluriel, comme vous le faites dans votre premier paragraphe, est incorrect. S’il peut y avoir deux tours et donc deux votes, il n’y a qu’une élection, vu qu’il n’y a qu’un seul élu. Autant il est correct d’employer le pluriel quand on parle des élections législatives (ou, si on veut être technique, des élections générales - ça aussi je l’ai appris ici) vu qu’il s’agit effectivement de 577 élections, autant pour l’élection présidentielle, c’est un abus de langage.

Suis-je dans l’erreur ?

36. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:33 par Shin 55

Cher maitre,

je suis désolé, mais le non-choix est bien un choix. Et pour reprendre votre image, on peut choisir de passer à droite ou à gauche d’un récif, ou bien de s’arrêter (et non pas bêtement foncer dessus, ce qui est un quatrième choix, par ailleurs).

Si je suivait votre raisonnement, le centre ne serait pas un vrai partie politique car pas à droite, ni à gauche: la seule éloge que l’ont peut encore faire à Bayrou est justement d’avoir réussit à montrer en 2007 et cette année que le centre est bien une alternative (qu’il n’est pas à même de mener, malheureusement).

Pour aller plus loin, je dirais que le souci des scrutateurs face à un blanc, et bah on s’en cogne un peu, vu que d’une part, justement, c’est une démarche volontaire, donc ils font avec ce qu’il y a, et d’autre part, ce n’est pas parce que quelques dizaines de scrutateurs sont gênés qu’il faut empêcher l’expression de plusieurs milliers de votants blanc…

Pour ma part, je ne vote pas blanc parce que justement il n’est pas prix en compte et en plus il y a toujours un candidat qui fera bien l’affaire, mais ceux qui agissent dans ce sens parce que c’est leur façon de s’exprimer méritent qu’on comptabilise leurs voix.

Et non, elle n’attendra jamais que vous ayez enfin trouvé un candidat assez beau pour vous plaire.” : il me semble justement que si on obtenait une comptabilisation des votes blancs, et que celle ci atteignait plus de 20 ou 30%, elle devrait peut être justement attendre un petit peu (ex: rajouter un tour de votes), le temps qu’un ou plusieurs candidats réussissent à capter l’intérêt des citoyens.

Je suis un peu attristé par la lecture de ce billet, qui n’était intéressant que pour sa première partie, mais qui fait pale figure après celui sur Merah ou ceux racontant en détail la procédure de GAV…

37. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:34 par Anon

@RG: un résultat d’élection est une indication de ce que les électeurs veulent, pas ce dont elle a besoin.

38. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:35 par cqfd

De l’intolérance, comme d’habitude…

39. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:45 par RG

@28 xc

bulletins blancs roses et des bulletins blancs bleus pâles…..bulletins blancs bruns ou des bulletins blancs verts…..

Mieux, des bulletins Buridan comme l’âne. La justice pourrait aussi rendre des jugements blancs dit Buridan, les patrons faire des entretiens d’embauche Buridan etc etc…

Ne faut-il que délibérer,
La Cour en Conseillers foisonne ;
Est-il besoin d’exécuter,
L’on ne rencontre plus personne.
(Jean de la Fontaine)

40. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:49 par RG

@37 Anon

un résultat d’élection est une indication de ce que les électeurs veulent, pas ce dont elle a besoin.

Je vous embauche, dites moi ce que vous voulez je vous expliquerai pourquoi vous n’en avez pas besoin et comment vous en passer.

41. Le vendredi 20 avril 2012 à 20:54 par lnk

En lisant la deuxième partie de ce billet, j’ai d’abord cru à du second degré, M Eolas, tellement elle vous ressemble peu dans la forme comme sur le fond. Je partage entièrement les sentiments de Shin 55 (#36). Et comme lui, je n’ai pas l’intention de voter blanc, mais j’estime qu’il s’agit d’une position qui mérite considération.

Plusieurs commentaires vous donnent la solution pour que le vote blanc devienne visible sans vous vous faire ch… comme vous le dites avec sans votre élégance habituelle : inclure dans le jeu de bulletins des bulletins blancs. Ce qui permet d’ouvrir le débat sur les effets qu’aurait une telle réforme : par exemple peut-être un peu moins d’abstention, et un message que les hommes politiques devraient prendre en compte?

42. Le vendredi 20 avril 2012 à 21:01 par Prout

« je voudrais dire une chose aux amateurs du vote blanc : vous faites chier. »

On t’emmerde.

43. Le vendredi 20 avril 2012 à 21:04 par RG

@36 Shin 55

je suis désolé, mais le non-choix est bien un choix

Incontestablement, c’est un choix de non action en défense de ses intérêts et de ceux de ses enfants.

44. Le vendredi 20 avril 2012 à 21:09 par lnk

J’ajoute que je suis entièrement d’accord avec vous sur les 500 signatures et que j’ai eu plaisir à relire votre beau billet de 2007.

45. Le vendredi 20 avril 2012 à 21:20 par Romagination

Une tendance sur les résultat nationaux basée sur des résultats finaux relevés dans des bureaux fermant à 18h est elle considérée comme un sondage d’opinion?
Sinon un autre article de loi interdit-il leur diffusion avant 20h dimanche?

46. Le vendredi 20 avril 2012 à 21:46 par hatonjan

Comme d’autre, je suis étonné que vous souhaitiez restreindre un mode d’expression pour des raisons bassement pratique. On gagnerait à améliorer ces conditions pratiques.

47. Le vendredi 20 avril 2012 à 21:56 par Teejee

Bonsoir Maître,
Sur la question du vote blanc, je me permets de disconvenir respectueusement.
J’admire le fait que votre sens civique vous pousse à être scrutateur. J’avoue que je ne vais pas jusque-là. Pas plus que je n’ai voté blanc de toute mon existence. Et je comprends tout à fait que vous soyez ulcéré par les désagréments que vous évoquez; je le serais sans doute à votre place.
Pour autant, faut-il aller jusqu’à contester le principe même du vote blanc ?
“Tout ça pour venir nous dire que ces candidats ne sont pas assez bien pour vous ”, écrivez-vous. Comme je viens de le dire, je peux tout à fait le comprendre. Mais que doit faire un électeur qui ne se reconnaît dans aucun candidat ? En choisir un au motif qu’il le faudrait ? Selon quels critères ?
Pour être tout à fait franc, je ne suis pas loin, en ce moment, de partager l’opinion de ceux qui votent blanc. Je ne crois strictement en aucun des candidats actuels. Et si je me résous à voter cette fois encore, c’est pour ne pas risquer de laisser passer une politique suicidaire et des idées nauséabondes et anti-républicaines. Comme le dit Emmanuel Todd, “Entre l’incertitude et la mort, je choisis l’incertitude.”
Le vote blanc, quand il ne s’exprime pas par un ticket de parking, me paraît signifier non pas “Aucun des candidats n’est assez bien pour moi”, mais plutôt “Aucun des candidats ne me paraît apte à gouverner la France”. Cette opinion, à ce que vous constatez, est, à l’heure actuelle, minoritaire. Est-elle pour autant négligeable ?
Et je ne crois pas que l’abstention soit préférable. Voter étant un acte civique, mieux vaut voter blanc que ne pas voter du tout.
Je suis désolé des désagréments que cela vous cause, ainsi qu’à tous les scrutateurs, et je regrette qu’il ne semble pas exister de moyen de les éliminer, hors la suppression du vote blanc. J’ai simplement éprouvé le besoin de réagir à une opinion que je ne partage pas, en expliquant pourquoi je ne la partage pas.
Je demeure un de vos lecteurs, toujours avide de vos explications juridiques, de votre humour absurde et sarcastique, ainsi que du courage et du bon sens dont vous témoignez pour remettre les choses à leur place.
Bon courage pour dimanche.
Cordialement,

Teejee

48. Le vendredi 20 avril 2012 à 22:07 par Gaëtan

Une petite question qui relève de l’enfilage de mouche.
Prenons un site belge qui va diffuser un sondage ce dimanche. Comme il neveut pas crouler sous la charge il prend les services d’un CDN. C’est à dire d’un nombre conséquent de serveurs mandataires localisés au plus près de l’internaute. Il est fort probable qu’un internaute français qui veut se renseigner sur la foire à la gaufre de Bruxelles va charger la page d’accueil de ce site où figure également le résultat du sondage. Le résultat du sondage est donc servi depuis la France à un français. Que se passe-t-il? Personne n’ayant envie de faire remonter l’action upsa on laisse tomber ou on considère que le serveur du CDN est neutre?

49. Le vendredi 20 avril 2012 à 22:17 par Shin 55

@ Gaetan (#48)

Si je ne me trompe pas le CND entre dans la qualification de prestataire technique ou intermédiaire technique qui ne fournit qu’un service de communication au public en ligne (ici une prestation d’hébergement) et n’est donc pas responsable des contenus illicites dès lors qu’il n’en a pas connaissance ou que dès lors qu’il en a connaissance il a agit promptement pour le retirer.
Il n’est de plus soumit à aucune obligation de surveillance générale (régime de responsabilité limitée posée par la LCEN de 2004), et n’est donc pas tenu de poser un filtre pour les annonces de dimanche.

Donc seul le journaliste reste responsable, ou plutôt ici, pas concerné.

En espérant vous avoir aidé.

50. Le vendredi 20 avril 2012 à 22:36 par poisson

Ils sont marrant ceux qui disent qu’il faut un bulletin blanc. Est-ce que cela empêcherait la présence d’enveloppes vides, de bulletins gribouillés et la présence de deux bulletins dans une enveloppe? Non ça ajouterait un candidat fictif “blanc”.
Tout a déjà été pensé pesé et soupesé, mais on croit qu’on est plus malin.

51. Le vendredi 20 avril 2012 à 22:46 par Manu

@19 240-185 : Le « Canard Enchaîné » a indiqué que Dominique de Villepin avait réuni ses 500 signatures (autour de 600 même, si je me souviens bien) mais que la crainte d’obtenir moins de 1% des voix (et de ne pas se voir rembourser ses frais de campagne) l’avait poussé à se désister. Bien sûr, il fallait alors trouver une bonne excuse…

52. Le vendredi 20 avril 2012 à 22:56 par Shin 55

L’idée serait plutôt de poser des critères précis de constitution d’un vote blanc, distinct du nul, avec une information faite aux votants pour qu’il puisse exprimer son vote comme il faut.

Les modalités n’ont que peu d’importance après : que le vote blanc se fasse par enveloppe vide, double bulletin, bulletin blanc, … ça n’est pas ce qui compte, du moment que ce qui reste est comptabilisé en nul.

Après le risque que des blancs passe en nul est le même que pour tout autre bulletin.

Enfin, Oui, bien sur, ça ferait, et ça doit faire, apparaitre un candidat fictif représentant l’électorat blanc qui rejette l’offre politique telle qu’elle lui est présenté au jour du premier tour.

Quand une dizaine de baltringues fait campagne pendant plus de 6 mois n’est même pas foutue de donner des lignes claires de leur programme avant les dernières semaines qui précèdent le vote, il me semble que l’imprécision des candidatures doit pouvoir permettre aux citoyens de dire “non! Non, non, non! Tu va réviser ta copie, on te retrouve au rattrapage.

Après, la prise en compte du vote blanc ne va pas non plus créé l’énorme trou d’air (idée qui fait sourire les un, mais aussi un peu flipper les autres), mais ça peut engendrer à terme un plus grand mouvement vers les urnes, pousser les votants à étudier les offres, remettre le citoyen à sa place d’arbitre de la compétition.

Et effectivement: on est plus malin ^^ (ça, c’est juste pour faire bisquer).

53. Le vendredi 20 avril 2012 à 22:59 par KoR

Cher maître,

Bien souvent je tombe d’accord avec vous sur le fond, mais je ne peux que m’insurger de votre position sur le vote blanc qui semble pour une large part relever, comme cela l’a déjà été pointé, de problèmes d’intendance.

En outre, la remarque du premier commentateur, à savoir montrer le poids relatif du vote blanc en tant que scrutin exprimé me semble tout à fait fondée. Autheuil sur son blog s’indignait justement contre la prise en compte du vote blanc il y a quelques jours au motif qu’il contribue à encourager le comportement consumériste de l’électeur.
Sur ce point je ne peux qu’acquiescer. Mais il faut se rendre compte que dans une société dont le système économique est tout entier fondé sur la consommation et le système idéologique sur l’individualisme (qu’on le veuille ou non, la démocratie est individualiste) il n’y a malheureusement pas à s’en étonner et l’enjeu serait plutôt d’un projet de société qu’une simple croisade pour ou contre le vote blanc.

Ma solution personnelle est celle de la bombe atomique : le jour où le vote blanc atteint 50% des suffrages, il déclencherait de facto l’abrogation de toutes les structures étatiques en place et l’élection dans la foulée d’une constituante chargée de tout remettre à plat. La nouvelle constitution devant ensuite être approuvée par referundum.
Du coup, voter blanc, ce serait exprimer quelque chose. Et ce serait un acte engageant et lourd de sens qui ferait justement peut-être sortir l’électeur de la relation consommatrice qu’il a aux partis (“est-ce que vraiment je ne me détermine pas pour un candidat ?” “est-ce que vraiment je m’abstiens alors que le vote blanc pourrait atteindre 50% ?”)

Sans doute plus de travail pour les scrutateurs.
Mais on a la démocratie que l’on mérite et rien de bon ne s’est jamais fait sans travail, ni peines.

54. Le vendredi 20 avril 2012 à 23:14 par Paul

@Maître_Eolas : créer un compte twitter qui vous envoie automatiquement les résultats (en avant-première) en DM n’est donc pas délictueux, puisqu’on reste dans la communication privée ?

55. Le vendredi 20 avril 2012 à 23:34 par RG

@ KoR

Du coup, voter blanc, ce serait exprimer quelque chose.

En effet, si je vous suis la fameuse VIème n’est en fait qu’un retour à la IVème.

Mais on a la démocratie que l’on mérite et rien de bon ne s’est jamais fait sans travail, ni peines.

N’exagérez pas, l’anarchie est en France un état naturel et spontané.

56. Le vendredi 20 avril 2012 à 23:59 par Shin 55

@ Paul:

Je me permet de répondre avant l’intervention de Maitre Eolas, qui aura donc le loisir d’infirmer ou confirmer/préciser ce que je vais dire : la messagerie privé de facebook, comme celle de twitter sont encore dans un certain flou. Ce n’est pas parce qu’on a reconnu pour le moment que le mur de Facebook est public (comme les tweets, je pense) que le reste des services doit être définit à l’inverse comme nécessairement privé.
De plus dans la communication privé, si je me souvient bien, il faut que un certain lien entre l’expéditeur et le ou les destinataire(s), sinon il ne s’agit que d’un mode de communication privé pour de la communication publique (un peu comme la pub ou le spam qu’on reçoit qui est tout sauf privé.

@ RG:

J’essaye! j’essaye vraiment, hein?! Mais je ne vois pas le lien entre la reconnaissance du vote blanc et les élucubrations Melanchonnienne.

57. Le samedi 21 avril 2012 à 00:10 par fultrix

A la diffusion de sondage ou tendances de résultats pour les bureaux dépouillant dès 18h, le risque est de créer un mouvement ou un renoncement des électeurs dans les rares grandes villes qui ferment leurs bureaux à 20h.
C’est ce mouvement qui est particulièrement mal vu.
Du coup, le Conseil Constitutionnel avec une ordonnance de 1958 se résoudrait à annuler en tout ou partie certaines opérations de vote, dans certaines villes entre 18 et 20 h …
Tout le monde voit la pagaille possible à venir, surtout en cas de résultats serrés !
Pour les détails, en fin de document :
http://calamiite.wordpress.com/2012…

58. Le samedi 21 avril 2012 à 00:22 par PEB

A propos du vote blanc, le code électoral de la glorieuse mais défunte Union Soviétique avait sa particularité, au moins pour les élections locales: le vote “Contre”.

Si “Contre” était majoritaire, tous les candidats du soviet était non seulement non élus mais disqualifiés pour la réitération des opérations de vote.

Voilà la vraie solution!

59. Le samedi 21 avril 2012 à 01:20 par Karedig

Belle remise des pendules à l’heure sur le vote blanc. Ceci dit, le vote blanc est préférable à l’abstention : l’expression d’un non-choix vaut mieux que la non-expression d’un choix.

60. Le samedi 21 avril 2012 à 01:29 par thom lee

Il me semble qu’il y ait quand même une différence entre celui qui se déplace pour voter blanc, “je n’ai pas trouvé de candidat qui me satisfasse mais je remplis mes devoirs de citoyen”/”le système en place me convient relativement”, de celui qui ne se déplace même pas, “la politique m’est égale”/”vive la révolution”. Que le vote blanc pertube le dépouillement des urnes est sans importance face au fait de venir voter. Même blanc. Sans parler du fait que l’on ne vote pas (réellement) dans tous les Etats du monde et que les femmes ne le peuvent dans notre pays que depuis peu.

61. Le samedi 21 avril 2012 à 01:31 par MoriganPendragon

Bonsoir

Comme de nombreuses autres personnes, je ne peux qu’exprimer mon désaccord avec vous sur le bulletin blanc. Ayant déjà été dans cette posture, et souhaitant vivement l’être le moins possible, je ne souhaitait pas le mois du monde “faire chier”.

En fait, par vote blanc, j’entendais manifester mon mécontentement et mon désaccord envers l’ensemble des choix proposés tout en effectuant mon devoir civique. Il est pour moi inacceptable de ne pas voter car j’entends faire valoir ma voix, mais faute de mieux, que puis je faire d’autre que voter blanc ?

Quand au problème d’intendance, comme bien d’autre, je ne puis que regretter qu’il ne soit pas non seulement reconnu, avec sa petite case sur vos feuillets, mais également compté dans le score final. Ainsi nous saurions combien s’en foutent et combien désapprouvent. Les élus verraient leur score amputés de la part des votes blancs. Et pour ceux qui comme moi se sont rendus aux urnes avec l’impression d’avoir fait leur devoir, cela me semblerai plus juste que d’être simplement traînés dans la boue.

62. Le samedi 21 avril 2012 à 01:34 par thom lee

Puis je me dis aussi que certains votent blanc en espèrant qu’ils soient un jour tellement nombreux qu’il faudrait changer de système. Même dans cette démarche leur vote signifie quelque chose.

63. Le samedi 21 avril 2012 à 01:43 par rp

Moi, je suis comme Eolas, je trouve que le bulletin blanc n’apporte pas grand chose : vous pouvez voter blanc parce que vous êtes pour la 6ème république, ou royaliste, ou anarchiste, ou pour Mme Lepage… et même parce que vous voulez être gouverné par les martiens, les scientologues ou par M. Cheminade (ah, non, flûte, il a son bulletin cette fois). Avec un grand nombre de votes blancs, on se retrouverait, comme après le non au référendum sur l’Europe, avec un ramassis de votes complètements différents et contradictoires à partir desquels chaque chapelle fera dire ce qui l’arrange… Gageons ainsi que tous les non candidats prétendront à la victoire…

64. Le samedi 21 avril 2012 à 02:11 par tshirtman

«J’ai lu des avis autorisés affirmer sans rire que tout site étranger qui publierait de tels résultats avant 20 heures heure française encourrait les foudres des tribunaux français. À cela je dirais, comme Démosthène apprenant après avoir lancé sa première philippique que le peuple avait opté pour l’attentisme d’Eubule : “What the fuck ?”»

N’est-ce pas le même type de raisonnement qui faisaient condamner les sites de paris en lignes à l’étranger mais accessible en france?

65. Le samedi 21 avril 2012 à 02:13 par Scif

Je suis entièrement d’accord avec le Maître de ces lieux concernant le vote blanc.

Le vote blanc est un vote fade et sans saveur, qui n’est que le drapeau de ceux qui n’ont rien à dire.

En revanche, je suis pour la prise en compte du vote obscène ou injurieux (V.O.I.), sous toute ses formes : dessins de bite, écriture manuscrite de “bande d’enculés”, feuille de PQ, etc. Il devrait être décompté à part et comptabilisé dans les résultats. Comme çà on saurait combien de gens votent obscène ou injurieux (V.O.I.), ce serait un vrai message pour la classe politique.

66. Le samedi 21 avril 2012 à 02:16 par xav

Le système démocratique n’est pas assez sélectif, quand il s’agit de l’Autre ? C’est ce que vous voulez dire ? Sauf que c’est son droit le plus élémentaire, et qu’il respecte la Règle, alors que d’autres, au financement de campagne plus que douteux bafouant la Règle et le système démocratique, ont été favorisés par ladite sélection qui a fermé les yeux. Si vous aussi… Perplexe.

67. Le samedi 21 avril 2012 à 02:22 par Wyrm

Ma position sur le sujet est certainement miinoritaire, mais je declare d’entree de jeu que je fais partie des gros lourds qui deposent un bulletin blanc de temps a autres.
La ou je suis minoritaire dans la minorite est mon historique.

En effet, je me suis longtemps tenu a l’ecart du systeme en n’etant meme pas inscrit sur les listes. Je ne voulais pas choisir et j’assumais integralement ce choix. (Sympa pour les preposes au depouillement, non?) Le systeme lui-meme me semble defectueux, sans meme parler des candidats-“representants” qui s’y presentent.

Pour certaines raisons, j’ai finalement ete inscrit. (En particulier parce que je me suis retrouve - brievement - dans la situation que vous-memes, Maitre, vivez periodiquement: la participation au decompte. Etiquement, participer a un systeme ou je n’etais pas inscrit m’avait ete reproche. J’ai donc cede. Oui, je suis sensible aux questions d’etique…)

Depuis, je suis toujours contre ce systeme ou l’on nous demande de choisir entre la peste et le cholera (ou un rhume qu’on n’a aucune chance d’attraper), mais j’en fais partie. Je me suis renseigne pour savoir si je pouvais etre raye des listes, mais on m’a repondu par la negative. Je peux changer de liste en cas de demenagement, mais en etre integralement radie… Bizarre puisque certains le peuvent… malgre eux (privation de droits civiques). Sauf a me prouver le contraire (avec le detail de la demarche svp, vu comme j’ai ete renseigne par les services concernes), j’ai donc le choix entre l’abstention et le vote blanc.

On en vient maintenant a la raison pour laquelle je fais partie des “lourds” qui preferent se deplacer pour vous ennuyer au lieu de rester tranquillement couche pour la journee: l’obstination et les principes. On a voulu me faire participer, soit. Maintenant que je fais partie du systeme, je prends mon (negligeable) role au serieux. Je vote. Seulement, de la meme maniere que je ne voulais pas participer d’entree de jeu, je refuse de voter par defaut. Le vote par defaut est pour moi une atteinte au fondement de la democratie, meme si vous n’avez pas a etre d’accord. (Idem pour le “vote utile”, mais c’est un autre debat.) Cela revient a apporter ma caution a quelqu’un qui, a mon avis, ne la merite pas.
De plus, beaucoup reprochent leur attitude aux abstentionnistes (contrairement a vous, semble-t-il, qui les preferez aux “nuls”). L’argument qui leur est envoye regulierement a la figure est que, n’ayant pas rempli leur devoir de vote, ayant prefere reste au chaud plutot que de faire l’effort de se deplacer pour une heure, ils n’ont pas a se plaindre du resultat ou a critiquer les positions de ceux qui “ont fait leur devoir”. Pour ma part, c’est un point mineur, et tout aussi negligeable que le poids de ma voix dans l’election, mais je suis content de leur griller cet argument minable. Je fais l’effort de me deplacer, je manifeste mon choix qui, tant pis pour les candidats et leur fierte, est que ce systeme ne me plait pas.

Enfin, je sais (et suis bien place pour le savoir) que les votes blancs et nuls (malheureusement assimiles, mais la distinction peut-etre difficile… passons) sont officiellement pris en compte. Les rares fois ou je demande leur prise en compte, c’est dans deux circonstances ou ils sont helas passes sous silence: les analyses mediatisees et les discours (en particulier celui de “l’heureux elu”).
Entendre Sarkozy se vanter d’avoir ete elu par 53% des francais, ca me fait un peu mal. Il passe sous silence l’abstention, le vote blanc, et le resultat du premier tour qui, en termes de “choix” est plus representatif de l’etat d’esprit des francais. Combien ont vote “Sarkozy” juste parce qu’ils ne pouvaient/voulaient pas voter “Royal”? (Et je les comprends, les pauvres. Je ne comprends juste pas pourquoi ils ont vote Sarkozy a la place.) Combien de fois cela a ete prononce par un president representant 31,18 % (score 1er tour] * 98,56 % (suffrages non nuls) * 83,77 % (pour les votants), ce qui fait environ 25% des francais? (Je ne mentionnerai que brievement ceux qui ont vote pour lui par defaut meme au premier tour: c’est triste, mais qu’ils assument. A defaut de faire des promesses qu’il comptait tenir, il avait affiche assez clairement le personnage.) Deja que je trouve que ce n’est pas enorme pour fonder une autorite aussi peu ouverte que celle qu’il nous a fait subir pendant cinq ans. (Genre “defavorable/anefe/rejete” ou encore “ce n’est pas la teneur du texte qui compte”, pour ne citer qu’un bref episode parmi d’autres de grand “processus democratique”.)

68. Le samedi 21 avril 2012 à 02:37 par Moktarama

Pour information, d’autres que vous sont scrutateurs, cher Maître. Comme vous ne le signalez pas, une catégorie au sein des nuls répertorie précisément les votes blancs. Et on pourrait tout à fait, comme d’autres l’on suggéré avec pertinence, laisser des bulletins blancs dans les bureaux avec une catégorie ne demandant pas autant de vérifications que les nuls.

Donc, en tant que scrutateur régulier (je bisse le commentateur qui parlait des européennes en IdF, franchement on n’en est pas morts, et par chez moi il y avait pas mal de nuls/blancs), j’enjoins les votants à ne pas tenir compte de votre petite remarque du gars qui se veut parfait citoyen mais estime que son temps est trop précieux pour perdre une heure de plus une ou deux fois par ans. Quand on est scrutateur, on accepte le vote des citoyens, même si celui-ci vous semble stupide…

Pour le reste, je ne vais pas revenir sur vos arguments, et me contenterai de vous faire remarquer qu’un lien vers le billet d’Authueil n’aurait pas été de trop, car la discussion qui suit son billet est fort intéressante, plus en tout cas que votre prose de ce jour (on a effectivement été habitué à plus de rigueur intellectuelle de votre part, et moins de pusillanimité lorsqu’il s’agit de défendre le droit à un avocat en GAV nonobstant les peccadilles techniques). Donc je mets le lien vers le billet d’Authueil : http://authueil.org/?2012/04/19/198…

69. Le samedi 21 avril 2012 à 03:47 par Charles

Cher Maitre,

Au dela de ces discussions sur le vote blanc, je vous remercie pour votre lutte pour le véritable droit de vote, a savoir voter avec ses pieds ; et ce tant a l’entrée (l’essentiel de votre action) qu’a la sortie (ce sont principalement les avancées du droit européen et en particulier de la cour européenne de justice qui rendent ce droit effectif pour les français)

70. Le samedi 21 avril 2012 à 07:55 par mehdi

Le vote blanc est un sujet à part entière, il ne peut être traité par dessus la robe, fut-elle celle d’un avocat. J’ai un blog tout entier sur le sujet. J’y vois dans sa prise en compte (et vous jouez sur les mots en parlant de comptabilisation effective) un renouveau démocratique. Celui ou enfin la démocratie est un gouvernement du peuple , par le peuple et pour le peuple.

Eolas:
D’abord, nous vivons en démocratie, ce n’est pas moi qui le dis. Ce régime me permet de choisir quel sujet je traiterai par dessus la robe et ne vous permet pas de jouer la police de la pensée sur ce point. 
Ensuite, j’ai tendance à croire que la démocratie n’a pas attendu le vote blanc pour exister, et n’a pas besoin de lui pour perdurer. Choisir ses représentants me paraît un acte civique plus démocratique que celui de dire “je refuse de choisir, et ne fait pas confiance non plus aux autres pour choisir à ma place”. Être citoyen actif impose de choisir, même quand aucune des branches de l’alternative ne nous convient. Le vote blanc est une facilité.


Quand on aime pas une cause, j’ai tendance à penser qu’on la défends mal. Et c’est ici de la démocratie dont je parle. A mon tour d’être ulcéré, par ce dédain vers ceux qui refusent de donner leur voix à l’incapacité politique. Honneur à eux de le dire. Ils sont les vigiles de notre système. Je le dis avec la fierté d’avoir trouvé ma/mon candidat.

Eolas:
Vous pouvez le dire avec toute la fierté que vous voudrez, ça ne rend pas votre raisonnement correct. Vous allez voter avec la tranquilité d’esprit de celui qui, quoi qu’il arrive, pourra dire “je peux critiquer l’élu quel qu’il soit puisque quel qu’il soit je pourrai dire que je n’ai pas voté pour lui, par mon vote blanc, j’appelais de mes voeux le candidat imaginaire, parfait, qui n’existe pas, et n’a donc pas été élu, mais moi, je voulais le meilleur sinon rien”. En fait, c’est le rien que vous choisissez.

Ensuite, juste ce détail qui stoppera votre argumentation : Les machines à voter ont pour obligation de comporter un bouton vote blanc.

Eolas:
Si c’est vraiment la démocratie qui vous préoccupe, ce n’est pas la présence du bouton vote blanc qui devrait vous réjouir, mais la présence des machines à voter qui devrait vous inquiéter. Il y a des blogs aussi sur la question.

Que dites-vous de ça ? A l’époque (Novembre 2006), nous avions fait un recours avec des camarades au conseil d’état, en arguant qu’il y avait une rupture d’égalité avec le quidam des bureaux de vote non-électroniques. Nous avons dû mal formuler notre requête puisqu’elle a été rejetée, notre cause étant juste par ailleurs.

Eolas:
Pourquoi ? Votre requête était blanche ?

Aujourd’hui , Le Parti du vote blanc prépare une QPC sur la même question .. allez.. qui sait ? Vous aurez là une nouvelle raison de râler.
Il faudrait aussi cesser de considérer que le scrutin majoritaire est la seule méthode d’élection. Une élection c’est choisir en effet, cela reste une étape démocratique pour établir un gouvernement. Si cette sélection démocratique n’est pas satisafaisante pour les électeurs, Ceux-ci sont en droit de la changer. Une élection ne devrait pas être comme faire des courses chez Auchan (Lidl, E.Leclerc,Carrefour,etc..), si aucun produit ne vous plait, heureusement nous ne sommes pas obligé de l’acheter, heureusement. Et heureusement nous devrions pouvoir le faire savoir, et je l’espère si nous sommes une majorité à refuser le choix, la Boutique ( comme dit Authueil ) se doit de réagir et non de regarder ce client insatisfait d’un regard morne et dédaigneux.

Eolas:
Je ne conçois pas mon devoir de citoyen comme celui d’un consommateur de la politique. Voilà sans doute là où nos chemins divergent. 


Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur le fait qu’un électeur dans son geste est à lui tout seul le corps électoral.. ou bien sur l’expression d’un électeur. Mais nous aurons, je le souhaite ardemment, l’occasion de le faire autour d’une bière.

Eolas:
Il n’est point de sujet que je refuse d’aborder autour d’un tel breuvage.

71. Le samedi 21 avril 2012 à 08:18 par PascalakaT

Malheureusement pour vous, Cher Maitre, cette année, au premier tour, je sais mais le deuxième va encore me poser souci.
Je mettrai un vote blanc car je ne saurai choisir entre les deux Annoncés (peste et choléra blablabla)
La reconnaissance du vote blanc amènerai des abstentionnistes à venir voter. Le sortant ne pourrait plus dire je suis élu par la majorité des Français..non, garçon…

Pour ma part, j’étudie le programme des candidats et je vote pour celui qui paraît le meilleur choix pour les 5 ans à venir. Si cela ne me convient pas, je viens voter devoir civique mais blanc! Si cela gâche votre soirée vous m’en voyez désolé mais j’exerce mon droit au silence…

72. Le samedi 21 avril 2012 à 09:04 par xc

De toutes façons, les partis ne voudront jamais du vote blanc. L’appel à l’abstention leur sera toujours préférable car il leur permet de revendiquer les électeurs qui se seraient abstenus de toutes façons.
2 exemples: le second tour de l’élection présidentielle 1969 (Pompidou - Poher) avec le fameur commentaire de Duclos “c’est bonnet-blanc et blanc-bonnet” et l’appel du PC à l’abstention (30% des inscrits), et le référendum de 1972 sur l’élargissement de la CEE (devenue depuis l’UE) et l’appel de la Gauche à l’abstention (40%).
Et comme en dehors des partis, personne ne sera assez organisé pour faire modifier la loi…

A propos de la publication de résultats avant la fermeture complète des bureaux, il y tout de même une inégalité entre électeurs du fait que ceux des grandes villes ont plus de lattitude pour voter que les autres, du fait de la fermeture plus tardive des bureaux. Inégalité aggravée si des résultats sont publiés avant la fermeture des bureaux, car les électeurs ayant encore la possibilité de voter disposent d’une information que d’autres n’auront pas pu avoir. Je sais bien que dans certains villages il arrive que tous les inscrits ont voté peu après l’ouverture des bureaux et que les scrutateurs n’ont plus qu’à s’emm… en attendant l’heure. Mais si tous les bureaux fermaient en même temps, la question des résultats anticipés ne se poserait pas.

73. Le samedi 21 avril 2012 à 09:12 par tebruc

Le vote blanc ne doit pas être comptabilisé dans le résultat. Il risque de faire descendre le vainqueur au-dessous de la barre de 50%, créant une situation politique inextricable, un président sans légitimité, incapable de gouverner et pouvant déboucher sur un très grave crise des institutions. On n’a pas besoin de çà en plus.
Une expérience intéressante va avoir lieu pour les législatives pour les français de l’étranger, qui pourront voter par Internet. Comment pourront être exprimés les votes nuls ou blancs?
Aux US, comment sont exprimés les votes blancs dans les machines à voter?

74. Le samedi 21 avril 2012 à 09:22 par Thomas

Cher Maître,

je lis vos billets avec attention depuis des années et je suis généralement conquis pas vos raisonnements. Cependant sur le point du vote blanc je ne vous suit pas…

Vous insinuez qu’avec le système actuel, mieux vaux ne pas voter que de voter blanc (vu que les votes blancs font chier ceux qui dépouillent). N’est-ce pas là justement la démonstration du fait que le vote blanc ne pèse pas dans le système français et que, finalement, contrairement à tout ce qu’on peut dire sur les abstentionnistes (vous savez les vilains bobos feignants qui ont fait passer le pen en 2002) leur acte, ou plutôt leur non acte, est finalement bénéfique au bon déroulement des élections françaises ?

C’est un comble qu’un acte antidémocratique serve la démocratie non ? Une personne qui vote blanc exprime quand même par son geste son acceptation du système électoral (puisqu’elle y participe). L’abstention est tout de même nettement différent.

Vous dites qu’une élection sert à choisir un candidat, mais n’est-ce pas aussi, au sens large, un moyen pour chaque citoyen de s’exprimer (et non, une personne qui vote blanc ne le fait pas pour décharger sa haine contre le système, un peu de retenue voyons).

Un abstentionniste, par définition, s’exclut de lui même du système électoral. Il est normal que des gens puissent exprimer leur soutien au système électoral sans pour autant trouver de candidat qui les représente (et ce n’est pas un pauvre bichon comme vous dites, c’est un citoyen qui ne trouve pas ses idées représentées et c’est son droit !)

Leur prise en compte dans les résultats auraient donné 50,83% à Nicolas Sarkozy et 44,97% à Ségolène Royal (au lieu de 53,06% / 46,94%). Je vous laisse chercher l’intérêt de la chose.

Mais il est IMMENSE pardi !!!!! Si on prend en compte le vote blanc, Sarkozy n’a été désigné que par 50,83% des français et non 53,06%, c’est une différence de 1 000 000 français tout de même (si mes calculs sont bons, je me base sur 45M d’électeurs), il ne faudrait pas les oublier.

Allons même plus loin : imaginons que Joe Dalton devance Flamby au 2ème tour avec 51% (je sais ça fait peur). Imaginons qu’il y a 10% d’abstention qui ont été, du coup, écartés, ça nous ramène à 46% de la population qui désigne Joe Dalton. Démocratiquement son statut de président est incontestable, mais pour les 5 années qui suivront il sera bon de ne pas oublier que moins de la moitié des français sont d’accord avec sa politique. Ça change tout ça maître !

75. Le samedi 21 avril 2012 à 09:50 par sil

Merci maitre pour votre réquisitoire sur le vote blanc. Rien n’empêche les mécontents de se présenter aux élections locales et de peser dans le débat politique s’ils ne sont pas d’accord avec nos représentants actuels. De même, rien n’empêche 100 000 personnes de manifester si elles estiment que notre état n’est pas démocratique.

76. Le samedi 21 avril 2012 à 10:03 par marie

Permettez moi d’intervenir dans votre débat sur la question du vote blanc en faisant un peu d’histoire, de rappeler dans quel contexte il a été définitivement relégué au rang des votes nuls en 1852.

Depuis les premières élections législatives qui se sont tenues en 1791 (si je ne me trompe), le vote blanc a toujours posé un problème et, au fil du temps, les discussions ont été de plus en plus vives et cela même si à l’époque la position officielle soutenait que pour qu’un bulletin soit valable et compté il faut qu’il désigne un candidat: “un billet blanc, mille billets blancs, dix mille billets blancs ne sauraient faire un député, et la loi veut faire des députés”. L’électeur doit choisir, et si le choix ne lui convient pas, il doit choisir quand même.

Mais de façon récurrente, à chaque élection revenaient des problèmes posés par ces bulletins blancs trouvés dans les urnes et parfois même un tout petit bulletin blanc pouvait influer sur le résultat d’ une élection….alors on en discutait à la Chambre à Paris, d’aucuns pensaient déjà à l’époque qu’il fallait leur reconnaître une valeur, d’autres restaient dans la ligne droite de la position officielle. Tout le monde s’engueulait, les séances finissaient très tard à cause de ce fichu vote blanc qui pourtant devait être considéré comme n’ayant aucune valeur…

Mais tous ces problèmes causés par le vote blanc étaient encore facilement gérés, canalisés, d’autant que le corps d’électeurs était restreint par le cens électoral…

Arrive le suffrage universel en 1848 et le corps des électeurs augmente….et tout en lui donnant le droit de choisir et de désigner, le notable redoute que le peuple vote mal….J’aime bien cette phrase de Thiers: “il faut tout faire pour le pauvre…excepté cependant de lui donner à décider des grandes questions où s’agitent le sort et l’avenir du pays…”…
C’est bien parce qu’il engendre des craintes et qu’il véhicule une expression, celle de la “vile multitude” que l’on ne saurait prendre en compte que la question du vote blanc est définitivement réglée par le décret impérial du 2 février 1852: considéré comme distinct des abstentions, et reconnu comme un vote à part entière, mais sans aucune valeur, les bulletins blancs, ceux ne contenant pas une désignation suffisante …n’entrent point en compte dans le dépouillement, mais ils sont annexés au procès-verbal”.

Fin de l’histoire du vote blanc, depuis 1852, la loi n’a pas changé.

Alors sans aller jusqu’à le reconnaître dans la comptabilisation des suffrages exprimés, je pense qu’il est bien venu le temps de le distinguer des votes nuls et de donner un sens à tous ces bulletins qui, jusqu’ici, sont invisibles. Juste le différencier, quel risque prendrait-on?

77. Le samedi 21 avril 2012 à 10:31 par RG

@74 Thomas

…46% de la population qui désigne Joe Dalton. Démocratiquement son statut de président est incontestable, mais pour les 5 années qui suivront il sera bon de ne pas oublier que moins de la moitié des français sont d’accord avec sa politique. Ça change tout ça maître !

Puisque c’est vous qui allez payer le plein et le champagne de son Dalton One vous n’aurez aucune chance de l’oublier, lui c’est moins sûr.

78. Le samedi 21 avril 2012 à 10:47 par Marc S.

Sur les 500 parrainages.

Me Eolas, que pensez-vous alors des sanctions prises contre l’élu socialiste qui a eu l’outrecuidance de parrainer l’extrême droite ? justifiées ou pas ?

79. Le samedi 21 avril 2012 à 10:52 par JNG

Maître Eolas,
Je tenais d’abord à vous dire que j’apprécie énormément votre blog, votre façon pédagogique d’expliquer, le fait de “ne faire que du droit et non de la morale” car une société fondée sur la morale est effrayante, on ne peut condamner quelqu’un que sur des critères légaux et non pas le délit de sale gueule. Cela correspond à ma formation de juriste, au droit que j’utilise, tant dans mon travail que mes affaires personnelles quand je suis confronté à divers litiges (copropriété, préparation de succession, affaires familiales, voire plainte au pénal à titre personnel).

Je n’apprécie guère, cependant, votre suffisance de “scrutateur régulier” qui dit aux tenants du vote blanc (dont j’ai quelquefois usé dans ma vie: pas systématiquement je le précise): vous faîtes chier. Abstenez vous.

Vous êtes d’une outrecuidance rare. Car l’abstention fais croître les extrêmes. Et, le fait de se déplacer pour aller voter, même si l’on n’est pas satisfait des candidats qui nous sont proposés, est néanmoins un geste de civisme.

Si des citoyens ont une conception élevée de la politique au point qu’il ne supporte pas la démagogie des discours politique, ou leur pauvreté, leur stéréotype, ils ont le droit de l’exprimer. QUE CELA VOUS PLAISE OU NON. C’est un droit, ils exercent ce droit.

Je vous félicite que vous soyiez scrutateur régulier. Moi aussi.
J’ai également été bénévole et sachant l’ingratitude que l’on peut attendre des gens qui, pour beaucoup, se laisse guider dans l’assistanat. Et croyiez moi, ayant été éduqué dans des valeurs de solidarité pour mes semblables, les paroles que vous lisez ne sont pas celles d’un individualiste égoïste.

Donc, le vote blanc est un droit. Et n’appelle à aucun commentaire de valeur de votre part.
La question qui doit se poser à vous: le vote blanc est il légal. Si c’est oui. Vous faîtes du droit et de la morale. Comme vous le dites noblement. Et c’est aussi à mon sens la seule solution car le fait d’apprécier toute situation sur des critères légaux n’empêche pas de le faire avec humanité. Appliquer le droit est une chose, et le droit n’est pas si inhumain quand on l’applique dans le respect de l’autre (des victimes d’infractions, des auteurs, ou toute autre personne confronté à des litiges).

Je suis sincèrement désolé de vous faire cette réflexion car votre blog m’a beaucoup apporté sur le plan de la culture personnel. Vos raisonnements m’ont beaucoup aidé. Et certains articles que vous avez publié m’ont permis d’aider des gens en difficulté car j’avais vu la situation développée et expliquée par vous. Je suis curieux de beaucoup de choses et l’instruction est un bel outil qui peut faire beaucoup de bien. Cela n’empêche certes pas le malheur, mais peut l’atténuer.

Mais, là, franchement, vous avez dérapé s’agissant de votre opinion sur les auteurs du vote blanc.

Cordialement.

Un admirateur sincère.

Citation de fin: “les compliments de faux culs, cela tue l’amitié”. N’étant pas faux jeton, je préfère vous dire ce que je pense, car comme disait le maréchal Lannes agonisant à Essling à Napoléon: “tu n’as que des courtisans autour de toi, mais pas un seul ami sincère pour te parler franchement”.

80. Le samedi 21 avril 2012 à 10:55 par kilobug

Bonjour Maître,

Je participe moi aussi souvent aux opérations électorales, soit en tant que scrutateur, soit le plus souvent en temps qu’assesseur(1), et si je confirme votre constat que le vote nul/blanc ralentit les opérations, je ne suis pas d’accord du tout avec votre conclusion. Il y a pour moi une énorme différence entre “je m’en fous” et “je ne suis pas d’accord avec les options qui me sont proposées”, en particulier lors d’un deuxième tour où le choix est très restreint. Et les quelques dizaines de minutes qu’on perd au dépouillement me semblent bien pales à côté de l’enjeu d’une élection, et savoir que telle élection une part importante du corps électoral, qui se sentait concernée puisque les gens sont allés voter, n’étaient pas d’accord avec aucun des candidats en lice, ça a un poids politique. En particulier si le président n’a, au final, pas été élu avec la majorité des suffrages, ça diminue sa légitimité et renforce le poids de ceux (syndicats, associations, …) qui pourraient par la suite contester sa politique sur un point précis.

(1) Pour ceux qui ne sont pas informés des détails de l’organisation du vote, je vais expliquer de mon mieux ce qu’est un “assesseur”, mais je laisse Maître Eolas me corriger si nécessaire (je sais comment ça se passe par chez moi, pas forcément tous les détails de la loi). Dans un bureau de vote, il y a deux tables : la première avec les bulletins, la deuxième avec l’urne et la liste d’émargement. La table avec les bulletins est tenue par du personnel de la mairie (des fonctionnaires territoriaux) qui sont rémunérés. La table avec l’urne par contre est tenue par des volontaires. Le président du bureau de vote (en général celui qui est juste derrière l’urne, mais pas forcément) est un élu du conseil municipal (de la majorité ou de l’opposition), et les autres personnes, les assesseurs sont choisis par les candidats (ou partis politiques en cas de référendum) pour participer aux opérations, et s’assurer qu’aucune fraude n’est commise, chaque candidat pouvant en nommer un par bureau de vote. Ces assesseurs eux doivent arriver à 7h45 le matin, et ne repartent qu’à la fin de toutes les opérations, vers 22h en général, le soir. On peut s’absenter pour aller manger, voter (on doit être assesseur dans la commune de résidence, mais par forcément dans le bureau où on vote), … mais il faut toujours s’assurer qu’il y ait au moins 3 personnes derrière la table (sinon le bureau de vote n’est pas autorisé à fonctionner) et si possible pas du même bord politique.

81. Le samedi 21 avril 2012 à 10:59 par RG

@66 xav

alors que d’autres, au financement de campagne plus que douteux bafouant la Règle et le système démocratique, ont été favorisés par ladite sélection qui a fermé les yeux.

Quoi ? on bafoue les règles démocratiques et vous ne vous êtes pas indignés ? n’avez pas usé du droit d’expression, d’association, de manifestation, de grève ? hé bé, manquerait plus que vous votiez blanc.

82. Le samedi 21 avril 2012 à 11:03 par Kochise

@Ink (#41) : Ce qui permet d’ouvrir le débat sur les effets qu’aurait une telle réforme : par exemple peut-être un peu moins d’abstention, et un message que les hommes politiques devraient prendre en compte?

O’RLY ? Vous voulez dire que les politiques, élus par le peuple, grassement payés par le peuple, ne sont pas au service du peuple ? Que faudrait-il donc envisager pour qu’ils soient à notre écoute bienveillante ? Qui sont donc leurs muses ? SERIOUSLY ?

My whole life was a lie !

En prenant en compte les votes blancs, par le système proposé, on indiquerait aux citoyens la possibilité de réaliser leur devoir et de signifier clairement qu’aucun candidat ne semble avoir pris en compte leur voix, qu’il est donc hors de question que ces citoyens donnent la leur à un candidat.

En cas de non majorité absolue (cf. exemple Sarkozy vs. Royale -Fight !- avec un taux de votes blancs de 6.20%) on renverrait alors les candidats à leur copie, qui ne convient de toute évidence pas au peuple. Et bien évidement on ne rembourse pas les frais de campagnes annexes de ce 3ème tour, voire on les annules simplement. Ca leur apprendra l’humilité et l’écoute, ça les changeras de la démagogie et du prosélytisme. Et ça évitera au peuple de payer chèrement cette mascarade grotesque qu’est devenue l’élection présidentielle.

Au demeurant, le patron choisit le salaire de ses ouvriers, suivant leurs qualifications, leurs compétences, leurs dévouement au travail, leurs résultats. En cas de négligence, le patron peut adresser au salarié un avertissement, un blâme voire le licencier. Comment se fait-il qu’en France le premier salarié du peuple puisse impunément s’augmenter sans consultation de son donneur d’ordre, prendre par dessus la jambe les requêtes de ses citoyens, briguer un nouveau mandat sans craindre un quelconque licenciement pour non respect des engagements pris en 2007 et de piètres résultats ?

Kochise

83. Le samedi 21 avril 2012 à 11:08 par Thomas

@82 Kochise

Oh mais c’est très simple : “le premier salarié du peuple” comme vous dites, se prend purement et simplement pour le patron

Peut-être qu’en le virant on pourra lui faire comprendre qui est le patron…

84. Le samedi 21 avril 2012 à 11:10 par beldeche

Disons que ce que les voteurs blancs recherchent, c’est à la fin un pourcentage qui viennent en regard des autres candidats.

Le problème c’est l’utilité de ce %.
Si le vote blanc arrive en tête que fait-on: un gouvernement à la Belge, on l’ignore, on revote ?

Certaines municipalités sont passées au vote électronique. Ça règle le problème des décomptes mais je ne serais pas très rassuré si mon élu local avait déjà l’objet d’une condamnation quelle qu’elle fût.

Après, il pourrait être intéressant de modifier la loi pour ne pas vivre le syndrome du manchot à chaque bulletin blanc.

85. Le samedi 21 avril 2012 à 11:12 par RG

@79 JNG

Si des citoyens ont une conception élevée de la politique au point qu’il ne supporte pas la démagogie des discours politique, ou leur pauvreté, leur stéréotype, ils ont le droit de l’exprimer.

Ce faisant ils reculent dans l’indice de démocratie (qui comprend la participation politique) et entretiennent la démagogie des discours politiques.

86. Le samedi 21 avril 2012 à 11:14 par R. Gary

Voilà ce que vous écrivez :

“je voudrais dire une chose aux amateurs du vote blanc : vous faites chier”

“Non, franchement, si vous n’êtes pas fichu de faire un choix, allez pêcher, abstenez-vous mais n’allez pas perturber les opérations électorales.”

Les bras m’en tombent ! Et vous allez ensuite nous donner des leçons de démocratie et de respect des droits de l’homme. Que vous soyez fatigué, je peux comprendre, mais maîtrisez-vous cher confrère.

Je souscris entièrement à ce qu’écrit kilobug. Il y a une différence fondamentale entre aller à la pêche, et voter blanc.

Idem, si le vote blanc était reconnu comme une expression du suffrage à part entière, avec un guignol comme Sarkozy ou Hollande élu avec seulement 40% des suffrages exprimés, ça relativiserait tout de suite leur dérive mégalomaniaque. N’oublions pour quoi on vote : je rappelle l’article 5 de la Constitution : “Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat. / Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités.” Point barre ! Superman n’est pas prévu par la Constitution. On peut donc se permettre autre chose que de sacraliser un monarque républicain.

Et si ça vous fais “chier” de compter les votes blancs, et bien restez chez vous devant votre poste de télévision. Personnellement je vis ces moments de dépouillement toujours avec le même engouement peut-être naïf, me disant que nous avons tous une chance folle d’être là, et que tous, nous sommes des citoyens égaux en droit et en devoir, mais que si nous sommes unis, c’est dans la plus large des diversités. J’accueille un vote blanc avec autant de ferveur qu’un autre bulletin !

87. Le samedi 21 avril 2012 à 11:17 par yellowrose

Le vote présidentiel en France c’est comme un QCM: on peut prendre l’un sur la liste, mais pas dire autre chose.

Les votes blancs (je confirme la galère de dépouillement et comptages du dimanche soir) sont ceux des gens qui voudraient dire autre chose que le QCM ne permet. Mais pour cela il faudrait qu’ils participent à la campagne, où aux débats quotidiens, qu’ils suivent ce que fait leur maire ou député, et qu’ils exigent que les élus les représentent. Et aussi qu’ils admettent que le résultat d’un débat est forcement un certain compromis.

La campagne présidentielle que nous venons de suivre, m’a frustré par le manque délibéré de prise en compte des conditions limites donnés par l’économie et le monde dans lequel nous vivons. C’est comme si l’on planifiait de construire une maison sans prendre en compte les revenus de la famille, ni les prix des terrains, ni les terrains disponibles, ni les frais des prêts, ni ceux d’assurances, ni ceux de notaires, ni le coûts des artisans, ni notre propre mise en concurrence avec les autres qui cherchent aussi à construire une maison.
Ni le coût d’entretien après.

88. Le samedi 21 avril 2012 à 11:18 par RG

@ Thomas

Peut-être qu’en le virant on pourra lui faire comprendre qui est le patron…

Houla, c’est audacieux, pas sûr que ça monte au cerveau des prétendus mécontents.

89. Le samedi 21 avril 2012 à 11:20 par RG

@86 R. Gary

Il y a une différence fondamentale entre aller à la pêche, et voter blanc.

La note de carburant ?

90. Le samedi 21 avril 2012 à 11:25 par Erion

Juste quelques éléments comparatifs concernant le vote blanc.
Il a été pratiqué (je ne sais plus si la disposition est encore en vigueur, d’où l’usage du passé) en russie après la fin du régime communiste. Si le vote blanc dépassait un certain pourcentage, l’élection était invalidée. On peut se dire, dans ce cas, que c’est une victoire démocratique et que c’est un message à l’intention du système politique pour en appeler à son renouvellement.
Sauf que…
Les partis politiques russes remettaient en lice les mêmes candidats lors de la partielle qui suivait, faute de trouver d’autres personnes désirant être candidats. Ou, quand la défiance était à l’égard d’un parti politique, on présentait un candidat sans étiquette qui, lors de la première réunion de la Douma allait s’affilier au parti rejeté.
Tout cela, très démocratiquement, bien entendu.

Ceux qui votent blanc doivent aussi assumer de devenir candidats eux-mêmes, parce que les électeurs s’épuiseront avant de trouver le candidat de leurs rêves.

91. Le samedi 21 avril 2012 à 11:59 par Thomas

@90 Erion (et @Eolas du coup)

C’est un peu réducteur de dire que les gens qui votent blanc font un caprice parce qu’ils ne trouvent pas le candidat de leur rêve.

Je pense que peu de gens choisissent (ou non) un candidat s’il correspond à 100% de leurs idées. La démocratie c’est quand même une grosse part de concessions (et heureusement d’ailleurs). Une personne qui vote blanc au second tour par exemple peut être en désaccord profond avec les deux candidats. Ce n’est pas un caprice de sa part…

92. Le samedi 21 avril 2012 à 12:02 par Marc S.

Complément sur l’exclusion :

{{ ”Francon. Un maire exclu du PS pour avoir parrainé Marine Le Pen

La sanction politique est tombée récemment. Parce qu’il a donné sa signature pour l’élection présidentielle à Marine Le Pen, Jacques Saint-Martin, maire de Francon, une petite commune du Comminges, vient d’être exclu du Parti socialiste. Dans son communiqué, le secrétaire de la section Michel-François Gardes explique cette décision par « un soutien incompatible à l’appartenance au PS ».” }}

93. Le samedi 21 avril 2012 à 12:04 par jean-philippe

Même si je perds moi aussi du temps au dépouillement lorsqu’il y a un vote blanc ou nul, je ne suis pas d’accord avec vous car la personne qui vote blanc ne dit pas la même chose que celle qui préfère aller à la pêche. Celui qui vote blanc montre un intérêt à la vie politique mais n’arrive pas à se reconnaître dans les candidats. Celui qui vote blanc lance à mon avis un message d’alerte et le vote blanc permet d’éviter de donner une légitimité démesurée à celui ou celle qui sera élu.

Je ne partage pas le vote blanc mais j’estime qu’il a un intérêt au même titre pour le vote pour un petit candidat n’ayant aucune chance d’être élu. C’est aussi un autre point qui m’agace. En quoi le vote utile se réduirait au choix entre Sarkozy et Hollande au Premier tour ? Pourquoi les votes Joly, Mélenchon, Lepen, Bayrou, Poutou… seraient des votes inutiles ?

Il faut aller voter dimanche, que ce soit un vote blanc, un vote pour un petit candidat ou un vote pour l’un des deux favoris, il faut s’exprimer.

94. Le samedi 21 avril 2012 à 12:06 par Freucs

Cher Maître,

Étant moi même incompétent en droit (mais je me soignes, je vous lis), ne disposant sous la main que d’une publiciste (et oui), je ne comprend pas en quoi l’article L90-1 du code électoral implique qu’il s’agit d’un texte pénal ? (Oui oui je suis nul en droit bis, ter…) Le fait que ce soit une amende ? Ou le montant de l’amende qui dépasse un certain seuil ?
Un simple lien vers un texte qui m’expliquerait tout cela ferait mon bonheur du week-end (en attendant d’aller dépouiller dimanche soir, et oui je fais partie moi aussi de ces gens là)

95. Le samedi 21 avril 2012 à 12:06 par RG

@91 Thomas

Une personne qui vote blanc au second tour par exemple peut être en désaccord profond avec les deux candidats

Il y a toujours un intérêt personnel à rejeter plus l’un que l’autre, sauf pour les candidats battus qui peuvent avoir un intérêt politique à ne se prononcer ni pour l’un ni pour l’autre.

96. Le samedi 21 avril 2012 à 12:10 par Jean

Ces propos orduriers à l’encontre d’une partie de nos concitoyens, dans l’expression même de leur citoyenneté, sont inadmissibles. Déjà que de plus en plus de journalistes manifestent des velléités fortement anti-démocratiques par, entre autres, leur mépris des candidats, maintenant force est de constater que l’esprit anti-républicain gangrène même un esprit juridique comme Eolas.

Franchement déçu par cette attitude indéfendable.

97. Le samedi 21 avril 2012 à 12:13 par Macaque

Je trouve que c’est une rare fois où vous vous êtes un peu laissé emporté cher maître.
Bien sûr le vote blanc pose un problème de légitimité des candidats à l’issu du scrutin mais la façon d’on vous l’avez traité me surprends de vous.
Pour le problème de dépouillement il vient simplement du fait que l’on confond vote blanc et nul. Un vrai vote blanc passerait par un vrai bulletion avec inscrit “blanc” ou rien du tout (plutôt rien du tout parce que si un cancidat s’appelle M.Blanc on risque d’avoir des problèmes ^^).
Le vote blanc s’est pouvoir dire “aucun candidat ne me convient” ou “je n’ai pas les moyens de juger quel candidat m’intéresse”. Si ces deux cas seraient sans doute à différencier les deux sont importants. Est-il normal qu’un candidat qui est 54% des bulletin exprimé non blancs ou nuls est la même légimité si 53% des bulletins exprimés + blancs étaient pour lui que si 45% des bulletins exprimés seulement acceptait de l’avoir comme président.
Est il indigne d’une personne de reconnaitre que le mattraquage télévisuel des candidats et la présentation de sujet complexe en 3mn ou 15 lignes ne lui permettent pas de juger la pertinance des candidats sur des sujets qu’il faudrait plusieurs mois d’étude réelle pour cerner correctement ? Faut il mieux dire je ne sais pas que voter pour un candidat parce que tout le monde dit que c’est bien de voter pour lui.
Et surtout est-ce que si jamais une grande partie de la population n’est pas capable de choisir un candidat le problème viendrait d’eux ? Ne serait-ce pas aussi à notre société de s’organiser pour être une vraie démocratie ?

98. Le samedi 21 avril 2012 à 12:16 par Lazarre

Cher Maître,

Je vous remercie (comme toujours) pour vos explications.

Cependant, en tant que scrutateur régulier moi aussi, je me dois de relever que votre sortie contre les personnes votant blanc ou nul (“vous faites chier” et sa suite) me parait pour le coup déplacée.
Je ne vote pas blanc, je ne demande pas sa reconnaissance, mais tout comme je prends acte du temps que passent les scrutateurs à aider au fonctionnement de la démocratie, je reconnais également l’acte des personnes qui au moins ont pris le temps de venir exprimer leur opinion, quand bien même elle est de refuser l’ensemble des candidats.

Personnellement je préfèrerai voir 30% de votes blanc et nuls que 30% d’abstention, quand bien même cela aurait pour effet de prolonger plus que je ne le souhaite ma soirée au sein du bureau de vote.

99. Le samedi 21 avril 2012 à 12:18 par RG

@92 Marc S.

Un maire exclu du PS pour avoir parrainé Marine Le Pen

Le PS est une association avec un règlement … que je ne connais pas, il suffit d’aller le consulter.

@93

Celui qui vote blanc lance à mon avis un message d’alerte

M’enfin, ni la constitution ni le code électoral ne prévoient des “messages d’alerte”, ils n’ont aucune valeur.

100. Le samedi 21 avril 2012 à 12:24 par RG

@96 Jean

Déjà que de plus en plus de journalistes manifestent des velléités fortement anti-démocratiques par, entre autres, leur mépris des candidats…

Ne mélenchons pas tout.

101. Le samedi 21 avril 2012 à 12:26 par Marc S.

@ RG

Ok, mais alors comment soutenir la règle des 500 parrainages si le principal parti politique du pays met dans son règlement l’interdiction de soutenir des candidats opposés à leurs opinions ? Seuls leurs petits copains ont le droit de se présenter à l’élection ?, ce qui justifierait alors la prise en compte des votes blancs ?

Après, il ne faut pas se voiler la face. Tant et aussi longtemps que la France continuera à chercher ses présidents dans un milieu qui se connaît, parle aucune langue étrangère (ou presque), ne voyage pas, a peu d’expérience professionnelle (hors syndicat et fonctionnaire), est la fille/fils de, et se coopte parmi… elle ira mal ;) A quand un réel renouveau ? On en est presque réduit à voter blanc ou Poutou :)

102. Le samedi 21 avril 2012 à 12:27 par Nardukodonosor

@ JNG

Tu es beaucoup trop gentil avec le baveux…

Il fait du droit et non de la moral mais passe quand même son temps à nous la coller sous le nez.

Je donnerais ma main à couper qu’il vote Bayrou (pour le côté droit dans ses bottes mais à côté de ses pompes) ou Eva Joly (elle le rejoint dans sa détestation de la nation, son européanisme béat et surtout elle est juge).

Bref Eolas est une pub permanente pour l’IPJ. Il nous les fait détester sur le plan du droit mais nous les fait aimer quand il se place sur le plan de l’éthique. Et ça, en général dans le même post !

103. Le samedi 21 avril 2012 à 12:35 par Jean

@ 100. Le Samedi 21 avril 2012 à 12:24 par RG

« Ne mélenchons pas tout. »

Je ne mélange rien. Quand vous avez un FOG (comme d’ailleurs Apathie) qui vomit sur des candidats de droite comme de gauche, dans une émission sur une chaîne public, au prétexte que ces candidats ne lui reviennent pas ; et quand des journaux veulent supprimer l’égalité de traitement des candidats, on devrait quand même se dire qu’un certains nombre de journalistes ont du mal avec la démocratie.

Et ça ce n’est pas un jeu de mot hasardeux qui va le faire disparaître.

104. Le samedi 21 avril 2012 à 12:42 par Lort

Pour ceux qui vomissent le vote blanc, soyons clair :

Vous approuvez l’idée de traiter une partie de vos concitoyens comme des sous-citoyens qui n’ont pas le droit de s’exprimer comme ils l’entendent.

105. Le samedi 21 avril 2012 à 12:46 par RG

@103 Jean

Fichtre, ils sont comme les avocats ces gens là, ils s’étripent en public pour se réconcilier à la buvette.

106. Le samedi 21 avril 2012 à 12:48 par médor

Pendant 30 ans, je n’ai pas été inscrit sur les listes électorales. C’était un choix politique, pas facile à assumer, d’autant plus qu’il ne peut apparaître NULLE part :
Différent du vote nul, différent du vote blanc et non comptabilisABLE…

Face au mépris de plus en plus affiché face aux libertés (principalement individuelles), j’ai repris ma carte (électorale).
… peut être même une présentation devant le peuple pour être député (aucune chance mais il faut leur montrer que le peuple, c’est nous)

Médor

107. Le samedi 21 avril 2012 à 12:52 par RG

@104 Lort

Vous approuvez l’idée de traiter une partie de vos concitoyens comme des sous-citoyens qui n’ont pas le droit de s’exprimer comme ils l’entendent.

C’est vous qui le dites. L’élu par contre pense “puisque les citoyens sont des veaux ma politique en sera décomplexée”.

108. Le samedi 21 avril 2012 à 12:52 par Liz avril

je n’ai pas pris le temps de lire tous les commentaires, mais dans ce que j’ai lu aucun ne représentait mais vision sur le vote blanc.
J’ai presque toujours été voté et j’ai toujours fait un choix (le même ou presque). La seule fois que je me suis abstenue, c’était en 1988 (si je me souviens bien) pour le référendum sur la Nouvelle-Calédonie. Je ne me sentais pas concernée, je ne suis pas allée voter, un point c’est tout. Faire l’effort d’aller voter pour ne pas choisir (car je suis convaincu que voter blanc ce n’est pas choisir ni prendre ses responsabilité), c’est juste idiot.
Reste une chose, une vieille croyance rurale, frôlant la légende urbaine rurale, qui dit en substance que les permis de construire et autres accords administratifs ne sont donnés qu’aux personnes allant voter. Je veux bien croire que la moitié des bulletins blancs sont des abstentionnistes ayant une demande en cours à la mairie.

109. Le samedi 21 avril 2012 à 12:54 par Plop

Le problème ne vient pas de la prise en compte ou non des votes blanc, mais du système de suffrage. Le vote majoritaire à deux tours est bien trop imparfait pour l’utiliser sur quelque chose d’aussi important (voir p.ex. les paradoxes de Arrow, Condorcet et autres). Le système du jugement majoritaire de Balinski est le seul (c’est démontré) qui soit satisfaisant (c-à-d non biaisé et exempt de ces paradoxes) d’un point de vue de choix démocratique.

110. Le samedi 21 avril 2012 à 12:55 par Jean

@ 105. Le Samedi 21 avril 2012 à 12:46 par RG

Troll merdique.

111. Le samedi 21 avril 2012 à 12:57 par serge

Ma fille n’est pas inscrite sur la liste électorale alors qu’elle a été recensée. Je passe sur les détails qui me font soupçonner que c’était fait exprès. Quand elle en a parlé à la Mairie, on lui a raconté que c’était une erreur parce qu’elle a eu 18 ans en fin d’année 2011 et on lui a proposé de s’inscrire pour les législatives. Elle a refusé car seule l’élection du roi l’intéressait. Comment provoquer une enquête pour mettre fin à ce “dysfonctionnement” dans ma commune? Est ce la peine de l’amener voter avec son certificat et carte d’identité? Peut être que je peux faire mettre une observation sur le PV du bureau de vote.

112. Le samedi 21 avril 2012 à 13:12 par jojo le vrai

@111 : cf le tribunal d’instance, le seul habilité à réviser les listes électorales

c’est gratuit, ça prend 1/4 d’heure… et ça marche en plus !

bon, pour demain c’est un peu rapé, mais pour le second tour, ça peut le faire

113. Le samedi 21 avril 2012 à 13:31 par RG

Exclusif, sondage toujours accessible en ligne.

Votes blancs à 13h31: 9.38 %

114. Le samedi 21 avril 2012 à 13:34 par xav

@81 RG

Pardon mais je n’ai pas saisi le sens de votre remarque (ou il manque un mot ?).
Bien sûr que le financement d’une campagne transpirant la fraude et le détournement, sans que cela ne lève une enquête, m’indigne, pas vous ? J’userai surtout de mon droit de vote, comme les autres, mais pas blanc ni brun.

115. Le samedi 21 avril 2012 à 13:46 par taz

maitre, ca ne m’arrive pas souvent mais je ne suis pas d’accord avec vous sur le vote blanc. Votez blanc c’est dire, j’ai un devoir et je le remplis mais vous êtes tous des cons.

s’abstenir c’est dire, j’ai beaucoup de choses mieux à faire que vivre en démocratie et vivement que les dirigeants iraniens, syriens, birmans et nord-coréens viennent au pouvoir en France, comme ca vous ne me prendrez plus la tête avec vos élections à la c…

si le système est mal fait pour le décompte des votes blancs, il faut peut etre le revoir. Je vais essayer de participer au dépouillement chez moi demain

116. Le samedi 21 avril 2012 à 13:52 par avatares

Bonjour

A propos des machines électroniques à voter, des hackers ont démontré la possibilité de remplacer en quelques minutes la mémoire COMPACT FLASH de l’ordinateur à voter par une autre exécutant ainsi un virus. Le MALWARE permet donc le transfert de voix de manière invisible - au gré des besoins - et peut même contaminer d’autres machines en réseau sur lem même district. Or ces appareils sont portables et peuvent être amenés aux domicile des responsables juste avant les élections. De plus il n’y a pas de documentation sur leur fonctionnement interne et peu de traces papiers.

Diebold, créateur du système a utilisé la justice pour éviter des audits de sécurité et museler les critiques. Le débat constestaire seur les résultats tendancieux des présidentielles BUSH / AL GORE pourrait bien refaire surface

LE JOURNAL DE MICHEL DOGNA où j’ai trouvé cette article, conclue cette réflexion ainsi :

“DANS CES CONDITIONS NOUS DEVONS ABSOLUMENT CONTESTER LA VALIDITE DU VOTE ELECTRONIQUE EN RAISON DES F A L S I F I C A T I O N S incontrolables lors du dépouillement.”


Y AURAIT IL UNE POSSIBILITE D ’ EVITER AVANT LE PREMIER TOUR UNE TELLE POSSIBILITE DE TRICHE ELECTORALE PAR LE VOTE ELECTRONIQUE ?

117. Le samedi 21 avril 2012 à 13:58 par RG

@114 xav

Je vous ai compris.

@110 Jean

Essayons d’être sérieux une minute, il n’y a pas de débat politique qui ne soit animé. Aussi les soi-disant injures des journalistes envers les candidats et réciproquement, qui de surcroit sont grassement payés pour, ou celles d’Eolas et ses contradicteurs ne sortent pas de la norme.

118. Le samedi 21 avril 2012 à 14:02 par Pierre

Toute personne désirant voter blanc devrait se voir retirer sa carte électorale.

119. Le samedi 21 avril 2012 à 14:31 par Rey de los Huevones

”des hackers ont démontré la possibilité de remplacer en quelques minutes la mémoire COMPACT FLASH de l’ordinateur à voter par une autre exécutant ainsi un virus

@116
DES hackers : mais c’est de l’indeterminé, du flou (déjà, avez vous une définition de “hacker” : jaspiner un sabir oméricoin a cessé de faire illusion; en plus, ont ils droits aux flammes éternelles sous un arc de triomphe comme un militaire sans papiers; ou auraient ils un nom, comme beaucoup de gens dans ce bas monde?).

“Exécutant ainsi un virus” :
on peut, dans tout PC moderne, modifier le “firmware ou le BIOS”; votre reprise n’est donc pas un scoop… Par contre, il manque le lien logique entre
a) la possibilité de modifier le système de démarrage d’un ordinateur moderne
b) l’éxécution d’un virus
c) le caractère viral (à définir) d’un logiciel de transfert de voix.
Votre expertise (ou une preve indirecte) serait appréciée (sous réserve d’existence, bien sûr, pas d’un copié collé d’une nouvelle mal digérée)

120. Le samedi 21 avril 2012 à 14:58 par avatares

Rey de los Huevones avez-vous des gaz ou des troubles digestifs ?
En tout cas cela est prouvé, cela affecte l’humeur et rend agressif !

En ce qui concerne mon post je pose une question et je n’affirme rien.
Simplement sur un forum le libre échange d’idées sans animosité et sans agressivité devrait être possible entre gens sympathiques !

121. Le samedi 21 avril 2012 à 15:11 par RadioMadrid

Le 7 Mai 2007, vous terminiez un article par:
“Et puis vous n’aurez qu’à m’élire en 2012, comme ça,tout le monde sera content.”

Hum, hum… Eolas = Cheminade? Vu la teneur de vos propos à son égard, j’en doute (quelle déduction!).

Bref, cet article m’a soulagé d’un poids, je peux dès lors m’acharner sereinement sur Twitter, protégé par les Pyrénées (en espérant que ces montagnes ne me fassent pas le coup des Ardennes durant la Seconde)

122. Le samedi 21 avril 2012 à 15:14 par Cartouche

Vous n’avez pas encore parlé, cher Maitre, du droit qui touche à la procuration. C’est un peu léger comme matière certes, mais je pense que beaucoup de gens se posent des questions dessus, pratiques et théoriques!
J’ai beaucoup apprécié votre calcul final sur les scores “réels” des candidats, mais je ne vous rejoins pas sur le bilan à en tirer concernant le vote blanc. Je ne soutiens pas du tout le procédé, mais il faut admettre que si un président était élu au deuxième tour avec moins de 50% des voix (c’est à dire, en comptant les suffrages blancs comme exprimés), ça serait de nature à remettre en question la légitimité du vainqueur.

123. Le samedi 21 avril 2012 à 15:15 par Ismael

Parfaitement d’accord ac R. Gary (voir post 86).

Je suis un fervent lecteur de vos billets que je trouve pour la plupart emprunts d’une très grande exemplarité.
Cependant en ce qui concerne le vote blanc, un peu moins de condescendance et plus de tolérance, notamment de la part d’un défenseur des droits et notamment de la liberté d’expression serait louable (car le vote blanc est également un mode d’expression).

Libre à vous de voter pour le moins pire des candidats, mais respecter celui qui exprime son désaccord en votant blanc, qui révèle tout de même une intention civique, et donc légitime.
Ce billet (et ce n’est pas un jugement de valeur puisque je n’ai jamais voté blanc!) n’est objectivement pas à la hauteur de ceux que vous avez l’habitude d’écrire avec beaucoup de sagesse, de discernement et de sens critique (pour lesquelles au demeurant j’éprouve beaucoup d’admiration).

Rester dans vos rôles de juriste et praticien, vous êtes incomparablement meilleur.

124. Le samedi 21 avril 2012 à 15:16 par RG

@119 Rey de los Huevones

DES hackers : mais c’est de l’indeterminé, du flou

Il n’y a rien de flou, tous les experts en sécurité informatique que je connais (c’est à dire tous ?) vous dirons que le contournement de toute machine à voter électronique passée, présente et future est possible, aussi sûrement que celui de la Hadopi passée, présente et future.

125. Le samedi 21 avril 2012 à 15:30 par xav

@ 117 RG

Merci mon Général.

126. Le samedi 21 avril 2012 à 15:32 par avatares

Merci RG pour ce lien vidéo.

Cela fait “froid dans le dos” comme on dit lorque l’on s”appercoit que POTENTIELLEMENT il est possible de faire gagner un candidat de manière frauduleuse…

Comment se fait il qu’en raison du risque d’une élection “volée” il n y est pas plus de réaction officielle à ce vrai problème qui peut réellement remettre en cause tous nos votes et donc la DEMOCRATIE ?

127. Le samedi 21 avril 2012 à 15:39 par Holmes

RG (30 (“…Mieux, des bulletins Buridan comme l’âne…”)

Ça pense…  :

Le libre arbitre par l’exemple d’un âne ayant également faim et soif mais qui, placé à mi-chemin d’un bac d’eau et d’un bac de grain, ne saurait choisir au point de rester immobile et d’en mourir.

D’où la nécessité d’un motif avant tout choix.

“l’indifférence est le plus bas degré de liberté” - Descartes -

Ça éclaire…  :

Avec deux ânes…c’est une autre histoire

128. Le samedi 21 avril 2012 à 15:39 par Honisoikimalipanse

Eolas est à prendre au second degré ! En effet, il n’est jamais au dépouillement : c’est un amateur dominical de pêche à la mouche, comme chacun sait…

129. Le samedi 21 avril 2012 à 15:42 par Rey de los Huevones

@RG :
JE cherchais simplement à obtenir un post non dénaturé à partir de la bouillabaisse indigeste de 116. L’absence de flou peut être réelle dans l’esprit d’experts en sécurité; la retranscription faite en 116 est du confus verbeux.

je sais parfaitement que toute machine informatique peut être détournée.

Par contre, je m’interesse sur l’existence d’une telle démonstration dans ce cas précis (et surtout sur la capacité d’avatares à la reproduire clairement, pas avec des jérémiades et de pitoyables tentatives de télédiagnostic, après un pathétique copié collé d‘“idées” dont il n’est vraisemblablement pas l’auteur : ça a l’air d’être de la dixième main, en fait d‘“idées” -il ose revendiquer ce titre en 120 );

ce d’autant plus que, comme support viral, la COMPACT FLASH (je reprends la casse d’avatares) est la moins vraisemblable
(ce n’est pas parce que les bios modernes sont mis sur une mémoire flash qui est compacte que le terme “compact flash”, qui est un format de stockage, est approprié:
de plus, les industriels répugnent à mettre des logiciels sur des CF http://en.wikipedia.org/wiki/Compac… dédiées plutôt aux données et cette répugnance serait aggravée pour des machines ayant une fonction officielle -il n’y a aucun avantage de coût ou de fiabilité, pour rester gentil!).

130. Le samedi 21 avril 2012 à 15:43 par Mouche

« des bulletins Buridan comme l’âne »

Ce qu’illustre l’expérience de pensée de l’âne de Buridan n’a évidemment rien à voir avec un vote blanc…

131. Le samedi 21 avril 2012 à 15:52 par avatares

Mon cher Rey de los Huevones je vous propose de toute urgence de consommer des pruneaux d’agens trempées dans de l’eau la veille (boire l’eau + les pruneaux) c’est plus efficaces. Car la constipation meme si cela parait anondin c’est une cause de l’intoxication de l’organisme qui peut vraiment créer des troubles à distances comme une nervosité et une agressivité irrépressible. Franchement je suis sure que vous etes une personne sympathique au demeurant c’est pour cela que j’essaie de vous aider.

132. Le samedi 21 avril 2012 à 15:57 par Rey de los Huevones

@131
Et moi, je vous conseille, avant de poster (ou de vous réfugier dans la télé médecine) ,
a) de savoir de quoi vous parlez ….
b) de nettoyer votre clavier, passant souvent en mode majuscule sans raison.

133. Le samedi 21 avril 2012 à 16:04 par RG

@126 avatares

Comment se fait il qu’en raison du risque d’une élection “volée” il n y est pas plus de réaction officielle à ce vrai problème qui peut réellement remettre en cause tous nos votes et donc la DEMOCRATIE ?

Je suis en train de taper dans mes archives…

En dehors de documents bases de discussions ici ou j’ai des liens (2003) vers le sujet de la sécurité des machines abordé (prudemment) par le ministère de l’intérieur. Malheureusement en 2012 il n’y a plus rien au bout: [http://www.interieur.gouv.fr/rubriques/c/c1_le_ministre/c13_discours/2003_09_26_idemocratie]

Il y a eu des coups pendables, par exemple dans l’Indiana des machines ont comptabilisé 144000 votes pour 19000 inscrits.

134. Le samedi 21 avril 2012 à 16:04 par avatares

Je vous assure Mr les remedes de grand mère on fait leur preuve.

Essayez de passer au delà de vos appriori.

Prenez quelques pruneaux d’agen et vous vous sentirez un autre homme.

Bien dans vos basket et la tete dans les étoiles.

Avec une haleine fraiche comme votre humeur !

Non sans rigolez Mr Rey de los Huevones c’est pas parceque ce n’est pas cher que ca marche pas.

JE SUIS SURE QUE VOUS ME REMERCIEREZ APRES AVOIR ESSAYER CETTE METHODE CONTRE LA CONSTIPATION

. Et en plus je vous donne ce conseil gratuitement. Ce que vous pouvez faire si vous avez un doute c’est au préalable d’en parler à votre médecin généraliste, qui je sûre connais ce conseil efficace meme s’il n’est pas remboursé par la SS.

Avec tous mes respect Mr Rey de los Huevones.

135. Le samedi 21 avril 2012 à 16:05 par Matthieu

Magnifique !
Sur ce bon vote noir ce dimanche, ou bonne pêche
Magnifique !!!

136. Le samedi 21 avril 2012 à 16:13 par Rey de los Huevones

“Ce que vous pouvez faire si vous avez un doute c’est au préalable d’en parler à votre médecin généraliste, qui je sûre connais ce conseil efficace meme s’il n’est pas remboursé par la SS.”

“Non sans rigolez”

@134
Apprenez le français…. une fois que vous saurez de quoi vous parlez, vous serez peut être interessant. (une ligne au regard de ?)

137. Le samedi 21 avril 2012 à 16:15 par le journal de personne

Le libre-penseur

En toute logique et selon le principe qui dit que rien n’arrive sans raison…
Le principe de raison suffisante
Qui nous explique que ce n’est pas un hasard
Si nous sommes toujours aussi cons
Mais… non Mais… non
C’est le jeu démocratique
Où les sorts sont toujours déjà jetés
Vive l’anarchie !
http://www.lejournaldepersonne.com/…

138. Le samedi 21 avril 2012 à 16:16 par avatares

Ecoutez si vous ete d’accord, vous me donnez des cours de francais étant Etranger et en échange j’essaie de vous aider à régler votre constipation ?

139. Le samedi 21 avril 2012 à 16:22 par avatares

Vous avez raison Mr Rey de los Huevones différents caractères de mon clavier ne s’imprime pas ce qui favorise les fautes d’orthographe. Vous êtes de bon conseils dans certains domaines Mr Rey de los Huevones. C’est incontestable.

En tout cas c’est promis vous essayez les pruneaux d’agen ? Et moi je vais voir pour changer de clavier !

140. Le samedi 21 avril 2012 à 16:31 par avatares

RG post 133; Cela parait être évident que l’informatique est une nouvelle possibilité de “truquer” des élections de manière considérable. C’est peut-être pour cela qu’il vaut mieux prévenir les litiges et comme dans certains pays revenir au vote papier en interdisant purement et simplement l’usage du vote électronique.

141. Le samedi 21 avril 2012 à 16:32 par Rey de los Huevones

@138,139

A quoi répondez vous?

“différents caractères de mon clavier ne s’imprime pas ce qui favorise les fautes d’orthographe”

Heureusement que l’on n’a pas droit à l’intégralité de ce qui vous tient lieu de pensée (de la médecine de grand mère? des idées mal digérées?)

“Vous êtes de bon conseils
C’est bien singulier, vos fautes étant plurielles (et ne relevant pas pas seulement de la grammaire).

142. Le samedi 21 avril 2012 à 16:37 par RG

@159 Rey de los Huevones

ce d’autant plus que, comme support viral, la COMPACT FLASH (je reprends la casse d’avatares) est la moins vraisemblable

Stop !!! en sécurité de l’information il y a information et non informatique. Ici l’élément essentiel d’information est le vote, entouré par des entités qui sont la machine, le bureau de vote et tous les humains qui ont gravité ou gravitent autour de la machine depuis sa fabrication jusqu’au bureau de vote.

La sécurité du vote ne peut être assurée que s’il n’y a pas de vulnérabilités dans les entités et pas de menaces pesant sur elles ce qui est impossible à assurer pour ce qui concerne les humains sauf à rester au système urne transparente plus bulletin papier.

Allons au bout de la chaîne, quelle confiance un électeur d’un bord doit-il accorder à une boîte noire scellée agréée par un ministère de l’intérieur d’un autre bord ? en démocratie je dirai clairement aucune par principe démocratique.

143. Le samedi 21 avril 2012 à 16:38 par avatares

Merci sincérement pour la première leçon d’ortographe.

Vous voyez, quand vous le voulez vous être très sympathique alors si vous vous occupez de votre constipation vous allez devenir un ange adorable !!!!!!!

144. Le samedi 21 avril 2012 à 16:42 par avatares

RG je suis complétement d’accord avec votre conclusion post 142.

145. Le samedi 21 avril 2012 à 16:50 par Rey de los Huevones

Bonjour RG:
La façon dont avatares a présenté l‘“idée” (

  • “compact flash” mise en gras en 116,
  • français hésitant partout ,
  • incapacité d’argumenter VRAIMENT INVASIVE) dévalorise très longuement et ridiculise une opinion qui peut être justifiée si on ne se limite pas au support le plus improbable….

Mais, pour échapper à ce travers, un minimum d’intelligence était nécessaire (il est amusant de le voir s’enfoncer dans son état de nature, essayant de la télémédecine, tentant l’humour et applaudissant à une reformulation rationnelle).

146. Le samedi 21 avril 2012 à 16:51 par Gothique

Rey de los Huevones je ne sais pas pourquoi exactement, mais vous donnez l’impression d’être belliqueux !

147. Le samedi 21 avril 2012 à 16:54 par XS

Aussi d’accord pour soutenir le vote blanc, dusse t-il poser des problèmes intestinaux au maître de ces lieux. (Eolas, le Conseil de l’Ordre interdit-il l’utilisation de l’ Imodium ? Vous ne l’utilisez pas lors des plaidories de certaines parties adverses?)
Pour l’organisation, si on sait gérer des colonnes supplémentaires pour Cheminade, Arthaud ou d’autres candidats en dessous de 4%, on dit savoir à fortiori en gérer une pour le vote blanc.

Comme le dit le Code Electoral, le vote blanc compte pour la participation. Si Claude Guéant ne le décompte lors de son annonce imposée de 20h25, c’est bien sûr qu’en tant que représentant d’une des parties, il ne souhaite pas donner une publicité à ce vote blanc. Le Code Electoral devrait d’ailleurs l’obliger à distinguer les blancs des nuls.

Le vote blanc est donc le signe de l’intérêt du citoyen pour ce scrutin, et de son choix d’indiquer qu’aucun des candidats n’est pas à ses yeux acceptable. Par exemple, à supposer que dans une circonscription législative, le 2ème tour (le 17 juin) oppose un représentant de Mme Le Pen, et un représentant de Mr Mélenchon, certains citoyens (plutôt au centre droit) auront le droit d’estimer que leur vote ne doit donner une avance, ni à l’un, ni à l’autre. De leur point de vue, cela ne résout pas la situation, mais cela évite de participer à son amplification.

Un sujet connexe est le vote obligatoire. Cela aurait l’intérêt d’équilibrer la participation entre les catégories sociales et d’âges (allez, je vous le rappelle, des sondages anciens et récurrents indiquent une participation attendue de plus de 80% chez les plus de 65 ans très politisés, et de moins de 60% chez les moins de 25 ans. Et c’est préoccupant. J’ai bien le droit de dire cela, MM les procureurs ou autres censeurs?). Un vote obligatoire obligerait même les citoyens déçus par la politique à faire un choix.Sans enthousiasme, mais probablement celui des candidats qui les désavantagerait le moins. Cela permettrait à la démocratie d’être plus mûre. La possibilité de faire un choix “blanc” est bien sûr une des modalités de l’instauration du vote obligatoire (ou alors on est est démocratie irakienne ).

148. Le samedi 21 avril 2012 à 17:07 par Iceman

Alors je suis moi aussi assez surpris par la violence de vos propos quant au vote blanc, et en désaccord. Mais d’autres commentateurs ont déjà assez bien exprimé ce que j’aurais pu vouloir dire.

Je n’ai pas lu l’ensemble des commentaires, donc peut-être que je vais faire une redite, mais sur le vote blanc, je conseille à tous l’excellent roman “la lucidité” de Saramago, ou comment pousser au bout l’éventualité d’une majorité de votes blancs.

149. Le samedi 21 avril 2012 à 17:13 par avatares

RG, bon faisons fi de l’interméde ( Rey de los Huevones) différents spécialistes sur internet confirment la problématique qu’engendre le vote électronique : je vous propose à ce sujet les posts suivants :

Bonjour,
Je suis informaticien spécialisé en systèmes industriels.
Pour faire simple, je saurais construire des machines de vote dans ce genre.

Premièrement je m’étonne que les constructeurs n’aient pas songé plus tot à ce problème tellement c’est une évidence.
Avec un DUT info (BAC+2) on sait faire ça.

Enfin, c’est quand même surprennant : Accès facile à l’interieur de la machine, EPROM sur un support amovible,
On dirait que tout est fait pour que le système soit facilement évolutif mais absolument pas pour qu’il soit sécurisé.
C’est très étrange et surtout on est en droit de se poser la question sur le sérieux du constructeur.

Concernant, les déclarations comme quoi ce “n’est pas un ordinateur” ou “de l’informatique” c’est du pipo !
un PC, un Telephone portable, un GPS , un appareil photo, un parcmètre, une montre digitale, un radio-réveil, ou de façon plus générale, n’importe quel automate est un ordinateur.
C’est juste une question de fonctionnalités et de spécialisation.

Quand j’entends dire “C’est sécurisé car l’OS est propriétaire” je hurle….
ça reviens a dire qu’une serrure est inviolable parce que le fabriquant en garde le mécanisme secret (même si ce mécanisme est simpliste)…
C’est justement parce qu’il est secret et parce que personne ne sait exactement comment ça marche que les failles les plus évidentes peuvent rester ignorées… jusqu’a ce que quelqu’un essaye, les trouve et les exploite comme nous vennons de le voir.
De façon générale, comment faire confiance à un fabriquant qui qui ne fait pas confiance à ses propres clients ?
(voir Trusted Computing http://www.youtube.com/watch?v=K1H7…)

Il existerait pourtant une façon simple de sécuriser ces machines :

Premièrement, rendre public les schemas techniques et les logiciels embarqués afin que tout le monde puisse les examiner et vérifier qu’ils ne sont pas truqués.

Deuxièmement, utiliser des ROM “OTP” dottées d’un fusible d’écriture.
Pour faire simple ce sont des composants que l’on programme une seule fois puis on brule un fusible interne à la puce qui empeche toute modification ultérieure de son contennu.

Troisiemement, faire controler l’intégrité des puces par un emissaire de chaque parti avant et après le scrutin.
Quatrièmement, faire inspecter les machines par un emissaire de chaque parti avant et après le scrutin.

En cas de litige, tout le matériel devra être mis sous scellés pour investigations ultérieure en présence d’un expert de tous les partis.

OU ENCORE :

Bonjour,

Je suis informaticien également, et comme tu le sais, aucun système n’est infaillible actuellement et ne le sera sans doute jamais. A chaque fois qu’on invente une nouvelle serrure, l’autre invente un nouveau crochet.
Même les systèmes les mieux protégés ne sont pas inviolables, et quand on sait quels en sont les enjeux en politique et les moyens techniques et financiers que l’on peut mettre en oeuvre, on a le droit de se poser des questions.
Donc, je pense qu’il est urgent de ne rien faire et de conserver nos bonnes vieilles urnes transparentes, nos scrutateurs et observateurs, même si on constate parfois des tricheries et détournements. De toute façon, ces fameux systèmes ne seraient contrôlables que par des spécialistes, et il me semble qu’en démocratie, il est important de ne pas devoir l’être (spécialiste) pour pouvoir contrôler la sincérité d’une élection.

150. Le samedi 21 avril 2012 à 17:24 par RG

@149 avatares

Il existerait pourtant une façon simple de sécuriser ces machines

ça a déjà été proposé/analysé. Mais page 12 vous constaterez qu’elles doivent être contrôlée par le citoyen, sauf que Mme Michu n’est pas le SGDSN, et qu’en page 16 il est reconnu que la sécurité obtenue n’est pas absolue.

151. Le samedi 21 avril 2012 à 17:29 par avatares

Oui c’est pour cela que je pense que l’on aurait intérêt à revenir tout simplement à l’ancienne méthode : bulletin papier  ; même si elle n’est pas parfaite.

152. Le samedi 21 avril 2012 à 17:32 par pRésident du Pouvoir d'Achat

Bon
Ces 100 lignes ne sont manifestement pas de l’auteur du post (différence de style, pour rester poli) et auraient gagné à être condensées en deux liens (comme elles sont discutées, parfois dans des posts spécialisés, et parfois par des gens plus diplômés que BAC +2,

  • le lecteur interessé aurait pu se cultiver (en étant très optimiste, le copié colleur aussi) ce que ne permettent pas des citations tronquées

  • le lecteur pas interessé (c’est un débat qui remonte à 2000 aux USA) n’aurait pas été ennuyé (pour rester TRES gentil) par deux opinions techniques contradictoires -l’une à la gloire du logiciel libre, l’autre à la gloire de pas de logiciel du tout- et une plâtrée de posts légèrement hors sujet et techniquement absurdes (ah la COMPACT FLASH virusée en 116….).

153. Le samedi 21 avril 2012 à 17:39 par avatares

Et dans le cas d’espèce que doit-on penser de l’élection prochaine en terme de sécurité ? Si techniquement il est possible de frauder alors il sera possible d’avoir un doute sur la légitimité du prochain président. Et vue comme cela, ça apparaît aberrant !

154. Le samedi 21 avril 2012 à 17:45 par avatares

Mr Rey de los Huevones vous avez beau changer de pseudonyme ( président du pouvoir d’Achat) post 152 on reconnaît votre style… À propos quel âge avez-vous, la récréation , c’est terminé !

155. Le samedi 21 avril 2012 à 17:47 par Bol de Riz

Il est techniquement possible pour votre voisin de tuer.

Est ce une raison, aux heures de pointes, de se tenir hors de portée de {revolver| surin| missile} de tous ses voisins de métro?

L’argument du “techniquement possible ” est l’un des pires qui soit pour faire une infinité de procès d’intention…

ou pour ergoter, pinailler sans raison.

(et acheter des scrutateurs a été une technique éprouvée pour fausser un dépouillement manuel, sans que le volume physique d’archives ne rende possible un redépouillement -on préfère détruire très vite des archives papier ;les machines à voter peuvent être plus traçables et permettent de lever des éventuelles contestations, même tardives-)

156. Le samedi 21 avril 2012 à 17:59 par RG

@155 Bol de Riz

L’argument du “techniquement possible ” est l’un des pires qui soit pour faire une infinité de procès d’intention…

Je vous assure que si vous démontrez qu’il est techniquement possible d’entrer dans une maison ses habitants en tiennent toujours compte.

Il en est de même pour nos électeurs à condition qu’ils le sachent.

157. Le samedi 21 avril 2012 à 18:01 par avatares

Bol de riz vous avez surement raison, toutes les méthodes ont leur travers. Mais ce qui est particulier avec l’informatique c’est la puissance de cet outil que l’on peut mettre au profit de la “triche” et donc cela peut avoir des conséquences bien plus important qu’avec des méthodes manuelles où les erreurs et les manipulations ne sont pas non plus impossibles. D’autres par pour contrôler la méthode informatique il faut forcément être de la “partie’ comme on dit. Alors qu’avec les méthodes manuelles tout le monde est logé à la même enseigne….

158. Le samedi 21 avril 2012 à 18:05 par Ris de Veau

Bon,
j’ai fait du techniquement possible avec des armes de différentes pointures aux heures de pointe
Vous faites du techniquement possible avec l’entrée dans une maison
En combinant un objet et un verbe (on peut partiellement automatiser cette tâche) ,
on peut faire plein de techniquement possible,
en discutailler pendant des heures,
sans générer d’information.

Ceci valide le fait que l‘“argument” du techniquement possible est l’un des plus stériles qu’on puisse brandir.

159. Le samedi 21 avril 2012 à 18:14 par avatares

Bol de riz = ri de veau c’est peut-être la même personne et d’ailleurs additionnée avec président du pouvoir d’Achat Rey de los Huevones ON A 4 PERSONNES EN UNE c’est techniquement possible NON ?

160. Le samedi 21 avril 2012 à 18:20 par RG

@159 avatares

Ce sont de vieux pseudos d’un même troll.

161. Le samedi 21 avril 2012 à 18:23 par Côte du Nord

Il n’y a pas besoin d’introduire la notion de techniquement possible pour aboutir à des pertes de temps:
il suffit de ne pas savoir le français(134,138,139), faire de la télémédecine et des tentatives d’humour, copié coller deux posts (potentiellement interessants : google est la sauvegarde des sots) sans les sourcer ,
s’ étonner des pseudos -la partie le plus oiseuse d’un agité du clavier sans cervelle- pour détourner les lecteurs d’éventuels commentaires interessants.

Au fait, comment peut on faire une Compact Flash virussée?(116) Une vraie, pas une techniquement possible….

162. Le samedi 21 avril 2012 à 18:27 par avatares

En tout cas pour : président du pouvoir d’Achat ET Rey de los Huevones Je sais qu’il s’agit de la même personne !

163. Le samedi 21 avril 2012 à 18:29 par avatares

Ha il faut rajouter à la liste : Cote du nord  ! Arrêter svp de prendre à vous seul tous les pseudos  !!!!!

164. Le samedi 21 avril 2012 à 18:44 par avatares

Je suppose que si Mr Rey de los Huevones vous abusez des pseudos pour mieux vous cacher, on peut être demandé à Maître Eoas de vérifier l’identité s’il est d’accord, de votre adresse Ip pour faire cesser le désordre que vous provoquer sur ce forum.

165. Le samedi 21 avril 2012 à 19:50 par Régis

Je n’ai fait des dépouillements qu’occasionnellement ; mais je n’ai pas été traumatisé par ces bulletins blancs ou nuls.

166. Le samedi 21 avril 2012 à 19:51 par Karl

Ce qui est toujours hallucinant, avec les partisans du vote blanc, c’est leur mépris vis-à-vis des abstentionnistes. Pour eux, un abstentionniste, c’est juste un je m’en foutiste qui n’a rien à dire. Mais qu’est ce que vous en savez? Peut-être que l’abstentionniste fait comme vous : il a voulu montrer sa réprobation vis-à-vis des candidats. Mais peut-être aussi qu’il est royaliste et qu’il réprouve le principe du vote? Ou qu’il a simplement utilisé son droit à l’indifférence vis-à-vis d’affaires qui le concernent? A moins qu’ils ne comprenne rien à la politique et qu’il préfère que d’autres choisissent pour lui?

La vérité, c’est qu’il est impossible de le savoir. Mais ne vous gênez pas : faire parler les abstentionnistes, c’est à peu près aussi élégant que de faire parler les morts. C’est pourquoi je rejoins totalement Me Eolas quand il dit préférer l’abstentionnisme au vote blanc. L’électeur qui a voté blanc semble en effet avoir cette insupportable habitude de demander qu’on lui décerne un brevet de bon citoyen. Parce que lui, au moins, il s’intéresse. Il est supérieur à ce moins que rien d’abstentionniste qui n’en a rien à secouer de la démocratie. Comme si glisser une enveloppe dans une urne était en soi un acte civique. Si c’était le cas, je demanderais le légion d’honneur pour toutes les fois où je suis allé à la Poste pour envoyer mon courrier.

La vérité, c’est que l’électeur qui vote blanc, c’est un abstentionniste qui ne s’assume pas.

Alors, amis partisans du vote blanc, si vous trouvez que le système démocratique ne laisse pas assez de place à vos idées, demandez vous si ce n’est pas votre faute, parce que vous ne criez pas assez fort. Utilisez-vous vraiment toutes les ressources que la démocratie vous laisse, plutôt que de pleurnicher en réclamant un droit accessoire et inutile? Exprimez vous! Ouvrez un blog, militez dans un parti, agissez au sein d’une association…

Je ne dis pas que faire triompher vos idées sera facile. Mais ce ne sont pas les moyens de s’exprimer qui manquent.

167. Le samedi 21 avril 2012 à 20:45 par Julien

Une fois n’est pas coutume, je ne suis pas d’accord avec Maître Eolas. Je précise que je dépouille régulièrement (et tiens des bureaux de vote, ce qui est beaucoup plus long encore).

D’abord son propos est contradictoire : il se plaint que le traitement des votes blancs prend du temps, mais refuse une vraie reconnaissance du vote blanc, qui justement accélérerait le dépouillement (le vote “blanc” serait traité comme un candidat supplémentaire).

Ensuite il argue que les blancs ne représentent actuellement que quelques pour-cents, donc que la reconnaissance est inutile. Argument malhonnête puisqu’il sait lui-même que la reconnaissance ferait exploser ce chiffre.

@Karl : je tiens déjà un blog, j’écris des articles, je milite dans un parti politique, je tracte, je tiens des bureaux de vote toutes les journées électorales, je dépouille et rate les soirées électorales.

J’ai la faiblesse de penser que j’assume mes responsabilités que je n’attends pas que les choses se fassent toute seules en pleurant sur mon sort.

Et pourtant, je suis un fort partisan de la reconnaissance du vote blanc.

168. Le samedi 21 avril 2012 à 21:02 par Biscotte 77

“Et en tant que scrutateur régulier, d’ailleurs, je voudrais dire une chose aux amateurs du vote blanc : vous faites chier…Tout ça pour venir nous dire que ces candidats ne sont pas assez bien pour vous, pauvres bichons, je vous assure que votre geste n’est vraiment pas regardé comme civique par les scrutateurs. Non, franchement, si vous n’êtes pas fichu de faire un choix, allez pêcher, abstenez-vous mais n’allez pas perturber les opérations électorales.”

D’accord avec @Nardukodonosor en 14 ! et avec @DM en 9 et 11, @Prout en 42, @JNG en 79, @R. Gary en 86 pour la réponse (et j’en oublie sûrement). Je suis déçue, comme beaucoup visiblement, je ne m’attendais pas à lire un truc aussi stupide sous votre plume ! C’est pas possible, vous l’avez fait exprès ! et en plus vous ne vous donnez même pas la peine de leur répondre (mais c’est votre choix, je sais, en tant que maître de ces lieux blablabla). Et “LES scrutateurs” ??? Ne prenez pas votre cas pour une généralité en plus !!!

169. Le samedi 21 avril 2012 à 21:04 par herve_02

moi ce que je vois surtout dans les anti-vote-blancs, ce sont des personnes qui semblent souvent de bon petit démocrates bon teint mais qui virent rapidement au censitarisme si on grattent un peu le vernis.

Je n’ai pas d’opinion sur le vote blanc ou nul ou l’abstention ou la pêche, mais je trouve intéressant de voir ces donneurs de leçons de morale nous expliquer que le vote est vachement trop important, mais personne pour venir hurler contre le dévoiement des élections, contre la dérive de la démocratie avec les 3 pouvoirs qui se mélangent par capilarité, avec un président qui sort de son cadre et qui “force” les élus de son parti de voter “sans état d’âmes”, qui arrive à sur-saturer les canaux de communications, qui arrive, via les préfectures, à avoir un avantage dans l’élection.

En fait, comme il arrive au pouvoir toujours des gens “libéraux pour les copains (les même de copains)” ces démocrates donneurs de leçons trouvent toujours un moins pire à choisir. Or comme eux trouvent, ceux qui ne trouvent pas sont des cons, forcement ils pensent pas comme eux, les intelligents qui savent ce qui est bon.

C’est ce qui m’a toujours interpellé : le système a été taillé sur mesure pour donner l’impression d’une démocratie avec des votes et blabla. Mais si on regarde bien, pour faire réellement de la politique, il ne faut pas avoir besoin de travailler, déjà ça limite les candidats.

Ensuite on s’étonne de trouver “en haut” les représentants de ceux qui sont riches, faut juste pas être intelligent pour ne pas comprendre.

Or les “riches” représentent 5% de la population, donc naturellement il y aura toujours un pouvoir non représentatif. Alors oui je pourrais faire de la politique, mais il faudrait que je trouve une source de revenus qui ne prennent pas 75% de mon temps (cela changerait déjà mon regard sur le monde), ensuite il faudrait que je “compose” avec la hiérarchie du parti d’adoption (ce qui changerait également mon regard sur la vie) enfin, étant 1 sur 700, j’aurais un impact nul.

170. Le samedi 21 avril 2012 à 21:13 par XS

@Karl 166

Les partisans du vote blanc ne méprisent pas nécessairement les abstentionnistes. Ils affirment le droit à ne pas choisir entre les candidats disponibles (au scrutin donné), la plupart respecteront aussi le droit à ne pas se déplacer ou à utiliser son dimanche à autre chose.

Ce que disent les partisans du vote blanc, c’est que eux-mêmes choisissent d’exprimer (notamment aux autorités et aux candidats) leur intérêt pour le scrutin, et l’importance de son principe et de la démocratie. Oui, “glisser une enveloppe dans une urne est en soi un acte civique”. Cela a du moins a été l’une de mes motivations de départ la dernière fois que j’ai voté blanc. D’autres “électeurs blancs” pouvant avoir d’autres motivations.

C’est le principe de la démocratie. On ne questionne pas la motivation des électeurs, à moins qu’il n’y ait corruption, racisme ou soutien d’une dictature. A mon sens, on ne doit pas non plus questionner les motivations des abstentionnistes. Sinon, relever que précisément qu’elles sont multiples, et que par comparaison, le vote blanc s’inscrit dans une démarche active plus nette. Malgré son paradoxe, qui n’échappe pas à Eolas d’où son “vous faites chier”. Non, Eolas, les électeurs qui votent blanc ne sont pas des “chieurs”. Michel Onfray, le professeur de philosophie, -qui a ses idées qu’on peut aimer ou pas, mais dont les qualités de synthèse sont appréciables - saurait mieux que moi approfondir la différence de posture entre le vote blanc et l’abstention (il indique qu’il votera blanc mais aussi que l’abstention est aussi “possible”).

La popularisation du vote blanc est une longue route. Déjà parce que peu d’électeurs du blanc le sont en permanence. Merci à Eolas d’offrir cet espace et d’avoir soulevé ce sujet. (;-) ??) . Il y a néanmoins des associations pour le vote blanc. Gérard Gautier a été jusqu’à se présenter pour défendre le vote blanc. Et un candidat au moins (FB) affirme vouloir améliorer le statut du vote blanc. Cela démontre au moins une capacité de recul par rapport à son propre métier. Il a bien sûr des choses beaucoup plus importantes, mais celle-ci est simple à faire.

Pas d’association pour défendre l’abstention? Remarque de fond: respecter l’abstention et son principe n’empêche pas de dire que son déséquilibre générationnel actuel est un problème significatif.

171. Le samedi 21 avril 2012 à 21:27 par serguei vladimirovitch

Dans plein de pays, le vote est obligatoire… http://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_o…

172. Le samedi 21 avril 2012 à 22:24 par siarres

La démocratie c’est bien c’est beau etc etc? Mais c’est très embêtant pour les gens qui sont nés pour gouverner ( Aristos , fils de machin ,filles de chose , Diplômes de Science popo,etc )
Donc il faut aider le peuple à bien choisir ,le mieux est de faire une présélection ..sous un prétexte honorable .
Les artifices sont nombreux ; Dans certains pays il faut être bon musulman ,ou catholique ( En Argentine ) ainsi en Iran tous les candidats d’opposition sont de mauvais musulmans, en Égypte le comité de sélections des candidats à la présidence de la république en à déjà éliminé dix , il faut être musulman ,père de famille etc .
Chez nous c’est comme d’habitude plus hypocrite ,d’abord il faut avoir un casier vierge ,une condamnation de dernière minute peut être opportune je crois que Jean marie en à fait les frais , puis il faut résider habituellement , Rama Yade est en train de se faire virer de sa liste électorale de banlieue ou elle ne pourra pas se présenter ( Gambetta avait été élus dans une douzaine de départements sans jamais y être allé !) Alors que Fillon va être candidat dans le VII ou il n’a jamais acheté une baquette mais où il loue certainement un studio .
Après il y a d’autres trucs par exemple le scrutin de liste évidemment il faut disposer d’un appareil pour trouver trente ou quarante candidats , et puis sur la liste vous ne pouvez plus choisir par un vote préférentiel ,comme çà les nuls qui sont en tète de liste sont surs d’être élus . Les dernier de la liste sont candidats à la figuration pas à l’élection.
En plus il ya le paritarisme s’il y a douze femmes compétentes et seulement neuf hommes pour une liste de vingt et un ( cas fréquent aux municipale ) il faut aller chercher un andouille avec un zizi pour faire bon nombre,en éliminant une femme .
Après il y a le parrainage , par exemple dans les entreprises les candidats délégués du personnels doivent être parrainés par une organisation reconnue dite représentative ( Si Si !,c’est vrai ) alors qu’il y a quatre pour cent de syndiqués , ça évite de voir embêter le patron par un poivrot populaire auprès des gars son atelier ,c’est donc forcément un apparatchik . A la présidentielle il y a les cinq cents signatures qui sont publiées pour stigmatiser ceux qui donnent leur signature aux moutons noirs ,même si ces moutons noirs font ensembles 25 % des électeurs , plus que chacun des deux premiers candidats .
Alors on peut comprendre que certains électeurs n’aiment pas qu’on les prennent pour des …billes et s’abstiennent ,ceux qui votent blancs protestent contre l’absence de certains candidats , c’est en quoi leur vote est révolutionnaire , il est normal que çà fasse «  chier »  les tenants du système .
Zavékachoisir et circulez pour cinq ans ,vite !
Ha la démocratie c’est pénible heureusement ça ne dure qu’un jour et même pas un jour par an.

173. Le samedi 21 avril 2012 à 22:35 par FrancoisGore

Question idiote : un message de propagande porté par un “militant” sur facebook (mur privé) est-il sous le coup de l’article L-49 ?

174. Le samedi 21 avril 2012 à 22:43 par François-Noël

tout citoyen français, majeur, peut se présenter aux élections législatives dans n’importe quelle circonscription sur le territoire de la République.
Aucun lien avec le territoire choisi n’est exigé.

175. Le samedi 21 avril 2012 à 23:02 par Benoit

Cher Maître,
ne vous en déplaise, la chose peut avoir un intérêt au premier tour (au moins).

CONTEXTE : 3 candidats (A - B - C), 103 électeurs inscrits.

PREMIER TOUR : il y a 3 abstentions et 100 votants. Les votes sont répartis entre 20 votes blancs, 41 votes pour le candidat A, 20 pour le candidat B, 19 pour le candidat C.

Si le vote blanc n’est PAS reconnu : il y a eu 80 votes exprimés. Le candidat A recueille la majorité absolue (41/80) et est donc élu dès le premier tour. Il n’y a pas de second tour.

Si le vote blanc est reconnu, il n’y a pas de majorité absolue : il y aura donc un SECOND TOUR !

(Et là, si le candidat C appelle au report vers le candidat B et si les trois abstentionnistes votent B, B sera élu.)

Donc SI : prendre en compte le vote blanc peut changer la donne !!!

176. Le samedi 21 avril 2012 à 23:07 par siarres

à François Noel
Rama Yade ne se pésentera pas ,elle n’est plus inscrite sur une liste .De plus l’examen de l’éligibilté est lié à la territorialité ( voir inégibilité code éléctoral ,je crois article 136-3 )

177. Le dimanche 22 avril 2012 à 00:02 par Stephane

Bon ben plutot que de voter blanc, votez extremes…Ca petera plus vite et ptet que le systeme d’apres arretera de prendre les electeurs pour des cons.
Et ca evitera aux donneurs de lecon de dire ‘vous etes nuls vous savez pas choisir entre peste et cholera’
Minable…

178. Le dimanche 22 avril 2012 à 00:58 par Joe

Bon, si la compétence des juridictions françaises pénales a été abordée sous l’aspect de la territorialité et de la personnalité, deux cas ont été omis, la compétence réelle et l’universelle.
Il convient d’écarter l’universelle, son objectif étant de réprimer les crimes contre l’humanité, or en l’espèce annoncer un résultat d’élection n’en est pas un.
Reste la compétence réelle, qui s’attache à réprimer délits et crimes à l’encontre de la France. Cette compétence permet de palier la réciprocité des incriminations avec le pays dans lequel les faits délictueux ont été commis. En effet : les pays étranger n’en ont que faire que l’on falsifie le sceau français sur leur sol. Je ne sais pas si la diffusion de résultats peut être prise pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation.

A la charmante demande adressée à ceux qui votent blanc de s’abstenir, il n’y a qu’une réponse : abstenez vous de dépouiller les bulletins, l’activité a l’air déplaisante, n’est pas rémunérée, et me semble-t-il, ne vous accorde pas le droit de critiquer les électeurs.

179. Le dimanche 22 avril 2012 à 03:30 par jmdesp

Je regrette que le maître des lieux qui a eut le bon gout de citer les cochons de l’espace, est oublié la référence essentiel sur le sujet, comme quoi il faut toujours choisir entre Poire à lavement et sandwich au caca

180. Le dimanche 22 avril 2012 à 06:34 par Trex

Concernant la législation sur la publication des sondages…

Et si un agent provocateur Bordure, depuis son ordinateur de Szohôd (donc en Bordurie) décide de poster à 18h30 les premières estimations qu’il aura entendues à la radio Syldave sur un forum public, par exemple dans les réactions du blog d’un célèbre avocat blogueur Français…

L’agent Bordure ne risque rien (si j’ai bien compris la démonstration du Maître), mais est-ce que le responsable Français du forum peut être inquiété ?

181. Le dimanche 22 avril 2012 à 08:45 par Eulbobo

Autant j’aime ce qui est dit d’habitude ici, autant appeler à l’abstention ceux qui comptent voter blanc, c’est un peu le monde à l’envers.

L’abstention, c’est par définition ne pas s’exprimer, ne pas faire son DEVOIR de citoyen (y’en a pas des masses alors faisons le minimum). Et désolé si les votes blancs vous coutent en allant dépouiller, comme vous le dites, c’est sur la base du volontariat : si ça vous fait chier, le faites pas.
Je trouve ça un peu ridicule comme argumentation le concept du vote blanc plus “chiant” à traiter. Si c’est plus chiant que le reste c’est qu’il y a un problème dans l’organisation du dépouillement.

Après si effectivement y’a un bout de PQ utilisé dedans, le coté chiant prend effectivement un premier degré tragique, mais si on n’y trouve rien ou un ticket de parking, je ne vois pas trop le problème.

Et si on avait un peu moins l’impression d’aller voter pour des barils de lessives qui lavent plus blanc que les autres et qui font des propositions intenables pour vendre du rêve, il y aurait peut être aussi moins d’abstention, et donc potentiellement un vote blanc qui a du sens…

Et l’argument du “il faut un président”, de toute façon, celui qui obtient le plus grand nombre de voix obtient le poste… Quitte à se faire sortir un peu violemment si il a été élu avec suffisamment peu de voix pour déclencher une nouvelle révolution (mais pour ça, encore faudrait il que le mougeon lève son cul de sa chaise pour faire quelque chose)

Ne poussons pas les français dans le rôle de mougeons et aidons ceux qui le sont déjà à ouvrir un peu les yeux sur le monde qui les entoure, sans passer par la fenêtre qui donne sur les poubelles et pour laquelle on paye une redevance !

182. Le dimanche 22 avril 2012 à 09:38 par avatares

Maitre Eolas je viens de lire votre “réquisitoire” sur le vote blanc. Et à sa lecture il semble que votre principal argument ou en tout cas celui qui vous fait réagir avec véhémence porte sur l’inconfort matériel (perte de temps) que celui-ci génère. Cependant je pense que les personnes qui s’expriment par un vote blanc, ne cherche pas à vous gâcher votre dimanche mais surtout à témoigner ainsi de leur insatisfaction face aux candidats sensés les représentés. Même si personnellement je ne pratique pas le vote blanc, j’ai le sentiment qu’il est au moins aussi responsable (si ce n’est plus) que les autres votes et à ce titre il mérite d’être entendu et respecté pour ce qu’il est.

183. Le dimanche 22 avril 2012 à 10:38 par RG

@182 avatares

….vous fait réagir avec véhémence porte sur l’inconfort matériel…

Don’t feed troll Eolas.

184. Le dimanche 22 avril 2012 à 10:40 par Claude

En meme temps si ca te fais chier de dépouiller les urnes, t’as qu’a rester au lit le dimanche, comme ca tu peux foutre la paix à celleux qui veulent voter blanc.

J’etais abstentioniste, mais grace a ton message j’hesite a voter blanc

La république bourgeoise est une fumisterie…

185. Le dimanche 22 avril 2012 à 11:54 par avatares

Claude dit “J’etais abstentioniste, mais grace a ton message j’hesite a voter blanc  ; GRACE ou A CAUSE….c’est une question de point de vue !!!!

186. Le dimanche 22 avril 2012 à 12:30 par Gautier

J’ajoute un témoignage en faveur du vote blanc.

Je suis allé voter, il y a maintenant un moment pour le second tour des élections locales de ma ville. J’étais très étonné de ne voire qu’une seule pile de bulletin ! On m’a bien expliqué que le candidat adverse avait démissionné ; mais alors j’aurai bien aimé en choisir un parmi ceux qui n’ont pas passé le premier tour.

Les srcutateurs on du en avoir des bulletins blancs, au moins le miens !

187. Le dimanche 22 avril 2012 à 12:35 par barbidule

amusant de voir le maître de ces lieux parler de droit électoral..
lui qui, s’est réjouit de la “défaite des nonistes” au moment de lisbonne et qui, a réussi à justifier qu’on ait fait revoter les irlandais, parce qu’ils ne savaient pas ce qui était intelligent de penser..
quant aux cas grec et italien, on attend toujours les billets..

188. Le dimanche 22 avril 2012 à 13:02 par Claude

@avatares : probablement à cause en effet - http://fr.wikisource.org/wiki/Le_B%… ? - ceci dit j’ai été surpris par la réaction du Maitre, je trouve ces sentiments assez bas et j’imaginais que le Maitre en était épargné.

Je me suis planté.

189. Le dimanche 22 avril 2012 à 13:07 par Skippy

Il y a une erreur fondamentale dans la partie sur le vote blanc — elle a sûrement déjà été notifiée mais j’ai un peu la flemme de lire les 187 commentaires précédents. Le vote nul, c’est un vote qui n’est pas valide. Le vote blanc, c’est un vote avec un bulletin blanc. Actuellement, aucun bulletin blanc homologué n’est distribué. Par conséquent, le vote blanc est nul. Mais si un jour on décidait de proposer des bulletins blancs homologués, les choses seraient très différentes — et la comptabilisation des votes blancs ne serait pas différente de celle des votes nominatifs, ce qui plaide pour une prise en compte du vote blanc afin d’améliorer le confort des dépouilleurs… ;-)

190. Le dimanche 22 avril 2012 à 13:14 par Skippy

notons au passage que 4 candidats ont donc fait moins que les votes blancs ou nuls

D’où l’intérêt de les mentionner, non ?

Leur prise en compte dans les résultats auraient donné 50,83% à Nicolas Sarkozy et 44,97% à Ségolène Royal (au lieu de 53,06% / 46,94%). Je vous laisse chercher l’intérêt de la chose.

Être élu avec 50 % et des poussières (voire vraisemblablement moins de 50 % dans un système où le vote blanc aurait du poids), ça aurait pu rendre un peu d’humilité au nouveau président… Les chiffres ont un sens.

191. Le dimanche 22 avril 2012 à 13:35 par Flojoapt

Cher Maître,

Pratiquant moi-même le dépouillement, je ne vois pas en quoi un vote blanc me facilite plus le transit intestinal qu’un autre bulletin. Si voter, c’est choisir, alors voter blanc ou nul, c’est faire un choix, c’est montrer que vous ne cautionnez pas l’offre électorale telle qu’elle se présente à vous. Pour rappel, la souveraineté nationale appartient au peuple (ce n’est pas moi qui le dis, le juriste que vous êtes a forcément reconnu l’article 3 de la Constitution) et c’est aux représentants de s’adapter au peuple, et non l’inverse.

192. Le dimanche 22 avril 2012 à 13:42 par avatares

Au vu des posts j’ai pu lire à propos de cet article sur le vote, j’imagine que maître Eolas et comme tout être humain influencé parfois dans ses opinions et ressenties par des aspects qui peuvent être très “terre à terre” ou prosaïque (même s’il s’en défend… mais en l’occurrence je n’ai pas son avis !)

Je ne connais pas maître Eolas mais même si l’on ne partage pas son avis à certains moments, il ne me semble pas qu’il mérite d’être vilipendé lorsqu’il dit quelque chose qui nous heurte ou nous dérange mais aussi “glorifié” lorsqu’il dit des choses auxquelles on est apparemment en accord.

C’est peut-être aussi à nous à prendre de la distance avec nos propres émotions et ressenties ce qui nous évitera des jugements excessifs que cela soit dans un sens ou dans un autre. Mettre une personne sur un pied d’Estal ou encore le considérer comme rien, cela favorise les jugements excessifs !

193. Le dimanche 22 avril 2012 à 15:00 par Elements de Langage

“Au vu des posts j’ai pu lire à propos de cet article sur le vote, j’imagine que maître Eolas et comme tout être humain influencé parfois dans ses opinions et ressenties par des aspects qui peuvent être très “terre à terre” ou prosaïque (même s’il s’en défend… mais en l’occurrence je n’ai pas son avis !)

Contraste entre prétention, et niveau intellectuel et linguistique hilarant en 193…

Nous avoir besoin traduction.

194. Le dimanche 22 avril 2012 à 16:02 par p'tit suisse

bonjour,
concernant le vote blanc: en Suisse, à toute élection, dans le matériel électoral envoyé (à la maison) pour chaque citoyen, figure les listes des candidats ET un bulletin blanc. Le décompte est effectué et publié de la manière suivante:
1) nombre de bulletins nuls (ceux ne respectant pas la loi sur les votations / élections: propos injurieux, marques rendant le bulletin reconnaissable, non-utilisation du matériel de vote),
2) nombre de bulletins blancs (les blancs, justement)
3) le nombre de voix par candidat & par liste (la Suisse ayant une votation proportionnelle sans liste bloquée, voir Le système Hagenbach-Bischoff sous [http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_%C3%A9lectoral#Le_vote_pr.C3.A9f.C3.A9rentiel])

bref, donc les bulletins blancs existent et indiquent soit un mécontentement, ou une indécision en référendum ou initiative…

Sinon, étant en suisse, [http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/28148344] ….

bonne journée

195. Le dimanche 22 avril 2012 à 16:34 par taz

sur le vote électronique, comme l’OS doit etre plus ou moins mis à jour à chaque élection, je pense que rien n’empeche quelqu’un au sein de l’entreprise de mettre une backdoor ou un oeuf de paques (code qui s’execute le jour dit à l’heure dite) dans le code. Ca permet de manipuler de manière discrète les résultats….
Et si l’audit du code n’est pas complet (ce qui est le cas dans 99% des boites) ca passe facilement

196. Le dimanche 22 avril 2012 à 17:25 par Marylin

Bonjour Maître et merci pour ce billet.
Je ne partage moi non plus pas votre avis concernant le vote blanc. Beaucoup a été dit à ce sujet. Je voulais seulement évoquer, comme l’a fait l’un de vos lecteurs précédemment, le roman de José Saramago, prix Nobel de littérature en 1998 je crois : La lucidité. A lire si possible après L’aveuglement.
Bien cordialement,
Marylin

197. Le dimanche 22 avril 2012 à 17:54 par carotte

La Radio Télévision Suisse parle sur son site internet des résultats fournis par trois instituts de sondage (français !).
Donc, si on veut faire cesser ce scandale récurrent, il faut empêcher les camés d’obtenir leur came, et en conséquence, interdire la réalisation de tels sondages. Vu qu’on vote, on attend les résultats du vote (évident, non ?).

Les grands hypocrites profiteurs dans cette histoire, ce sont ces instituts.

198. Le dimanche 22 avril 2012 à 18:54 par Dimitri

Cas concret :
La RTBF diffuse depuis la délégation Wallonie-Bruxelles à Paris une émission présentée par des Belges : rien à craindre pour eux puisqu’on est à l’étranger.
Idem pour leurs invités français tant que l’interview est réalisée dans ces locaux.
En revanche la reprise par des réseaux câblés en France de ces émissions aurait dû être coupée et la responsabilité des directeurs de ces réseaux peut être engagée.
J’ai gagné un point Eolas ou je suis puni par une rediffusion “Law and Order” ?

199. Le dimanche 22 avril 2012 à 19:01 par avatares

Taz post 195 ; il semble que contrairement aux États-Unis, en France, le vote électronique soit relativement peu développé et certaines communes qui l’avaient adopté y ont renoncé pour revenir au scrutin traditionnel, ce qui limite donc en partie, les conséquences d’un tel risque chez nous, en tout cas pour le moment.

200. Le dimanche 22 avril 2012 à 19:24 par Dubitatif

Le meilleur: l’AFP a passé une synthèse des estimations à la presse étrangère en indiquant que les “clients” qui diffuseraient ces infos le font sous leur propre responsabilité.

Quelle hypocrisie.

Enfin, la Corrèze avant le Zambèze disait Cartier, là le Zambèze peut savoir avant.
J’ai dit ça, je n’ai rien dit.

201. Le dimanche 22 avril 2012 à 19:37 par XS

Le vote électronique pourrait être très utile pour les élections professionnelles (prud’homales, représentants du personnel, CHCST). Cela améliorerait la réprésentativité des élus, et probablement leur répartition. Bien sûr, il faut sécuriser cela, et c’est réalisable (SSL, AES256, etc .. bien sûr la solution parfaite n’existe pas, mais la télé-déclaration et le télé-paiement de l’IRPP utilise ces protocoles, et personne ne plaint de risques de piratage).
Un spécialiste rencontré dans un salon professionnel disait que les entreprises étaient réticentes à payer ces systèmes de vote électroniques pour leurs salariés. On comprend bien pourquoi. Une solution publique serait souhaitable, en faisant collaborer l’ANSSI, les professeurs d’université et d’école d’informatique-télécom, et des étudiants. C’est un excellent projet multi-disciplinaire.

202. Le dimanche 22 avril 2012 à 19:38 par xc

@Elements de Langage (193),
Faites pas attention. Il a attendu ce matin (182) pour enfin lire le billet d’Eolas après nous avoir gratifiés de moult commentaires du même tonneau. Ca vous donne une idée de l’oiseau.

203. Le dimanche 22 avril 2012 à 19:57 par XS

A propos de l’IRPP, j’ai reçu hier mon avis de tiers provisionnel pour le mois de mai, comme peut-être les 15-20M de foyers fiscaux payant cet impôt. Le courrier avait été envoyé de Lyon de 19 avril, pour être dans les boîtes aux lettres le 21 avril.

Un avis de tiers provisionnel a clairement un sens financier (plusieurs semaines de salaire dans mon cas), civique et politique. Pour moi, c’est un impôt qui est une composante importante du modèle social français auquel je tiens beaucoup, je fais aussi attention au montant de cet impôt même si son taux est en fait bien inférieur à celui de la fiscalité salariale.

On doit aussi constater que cet envoi touche le coeur de cible des électeurs supposé de l’exécutif actuel (petits patrons, artisans, retraités, cadres du public et du privé. Que leur choix de vote soit UMP ou pas). Ce coeur de cible est clairement invité à ne pas partir à la pêche le 22 avril. L’impact électoral de ce document n’aurait pas été forcément été le même s’il avait été envoyé début avril, par exemple la semaine de l’affaire Merah.

Dès lors, on doit se demander qui décide de cet envoi à 15-20M d’exemplaires d’un tel document qui arrive la veille d’un scrutin. Il s’agit probablement de la Ministre du Budget, Mme Pécresse. Les procureurs et juges, qui surveillent par ailleurs les sites Internet, ont-ils pris l’initiative d’interroger Mme Pécresse sur son choix de date d’envoi de courrier?

204. Le dimanche 22 avril 2012 à 20:02 par XS

A 19h43 selon les journaux suisses:
Guillaume Peltier, l’un des secrétaires nationaux de l’UMP, salue déjà le résultat obtenu par la droite en France. «Jamais sans doute le total de droite n’a été à ce point élevé dans notre pays», vient-il de déclarer. Pour ce membre de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, «un nouveau match commence ce soir, la France n’a jamais été à ce point sur les thématiques que nous développons: protection, patriotisme économique, besoin d’autorité».

Les 75000 euros d’amende seront-ils financés par les comptes de campagne?

205. Le dimanche 22 avril 2012 à 20:06 par avatares

Cher Maître Eolas pourriez-vous s’il vous plaît si vous êtes d’accord, vérifiez l’adresse mail (ou l’adresse IP) d’une personne qui emprunte il me semble, de nombreux pseudos pour essayer de me “pourrir la vie” comme on dit familièrement sur votre forum, et en fait m’empêcher de poster comme tout le monde des messages.

Les pseudos utilisés par cette personne sont : Rey de los Huevones ; pRésident du pouvoir d’Achat ; Éléments de langage et plus récemment dans le poste xc.
Je vous remercie sincèrement d’avance Maître Eolas.

206. Le dimanche 22 avril 2012 à 20:15 par SB

@Eolas: “Idem pour les messages codés à la “Flanby devance Joe Dalton d’un demi-point”. Il ne faut pas prendre les juges pour des imbéciles : c’est de l’exercice illégal de la profession d’avocat.

Comment traite-t-on le code par omission ? Je veux parler de l’absence, dans les infos télévisées, de toute mine d’enterrement ou de tout rappel qu’on “n’est jamais à l’abri d’une surprise”, absence qui a appris aux téléspectateurs que MLP n’était pas au deuxième tour.

207. Le dimanche 22 avril 2012 à 21:14 par Ajadoc

Quand je dépouille, les votes blancs (et a fortiori les votes nuls avec des réflexions bien senties) m’ont toujours fait marrer. Peut être parce que je me sens avec mes 3 camarades scrutateurs récepteur d’un message, ce qui me donne malgré moi une certaine importance.
Bon après il y a les cas non prévus, on ne sait pas quoi faire et on doit attendre le responsable du bureau de vote. Là c’est un peu moins marrant.
Mais en tout cas vous pouvez voter nul juste pour moi, merci bien.
C’est toujours plus constructif à mon avis que l’abstention.

208. Le dimanche 22 avril 2012 à 22:46 par Bi Bou

@ p’tit suisse

Il existe 26 systèmes différents de vote en Suisse. Celui que vous décrivez - s’il existe vraiment - n’en est qu’un parmi d’autres ;)

Pour le canton de Vaud, voilà l’explication :
http://www.rsrsavoirs.ch/article/vi…

209. Le dimanche 22 avril 2012 à 23:40 par quadrilatère

@Eloas en 70
Bonjour Maître
Être le maître des lieux ne vous permet en rien d’être insultant envers vos hôtes.
Aimer la bière ou le thé est une affaire de goût, pas de fait, de loi ni d’idée.

Et non, voter blanc ne saurait être une déresponsabilisation si ce vote était pris en compte.
Voter blanc est malheureusement une des seule façon de faire prendre conscience de sa voix, en espérant sa prise en compte.

Je vous préfère en défenseur du droit pénal plutôt qu’en politologue. Vous y êtes bien meilleur.
A vous lire

210. Le lundi 23 avril 2012 à 00:25 par paikan

Bonjour.

Le vote blanc est connu et comptabilisé tout comme les 12 autres catégories de bulletins nuls.
En effet, il existe 13 catégories differentes de bulletins nuls, le bulletin blanc est une catégorie parmi tant d’autres que l’on doit noter sur l’enveloppe des bulletins nuls, enveloppe qui va à la mairie et est ensuite envoyé en préfecture. Si le pb c la perte de temps, alors pourquoi les scrutateurs doivent catégoriser des bulletins nuls alors que les resultats statistiques ne sont ni presentés au public, ni exploités?

211. Le lundi 23 avril 2012 à 01:06 par DAMDAMLINK

Vous faites une erreur : les scrutateurs ne statuent ni ne signent les nuls : ils les réservent, et c’est ensuite le bureau (président, et assesseurs dont secrétaire) qui statue, signe, mention la centaine, la cause de nullité et annexe. Vous êtes donc un peu nul.

212. Le lundi 23 avril 2012 à 08:36 par Paquet de Kleenex

@205
Votre demande a peu de chances d’aboutir et vous devriez sécher vos larmes et faire preuve de courage, de méthode et d’ordre; en effet votre vie serait moins pourrie (et surtout celle de vos éventuels lecteurs) si:

a) vous saviez de quoi vous parlez (ah la Compact Flash virussée en 116)
b) vous appreniez un peu de grammaire française.
c) vous étiez intelligent (ou à défaut, concis)

Nota bene :

  • je déments tout lien avec xc
  • il n’est pas fin, après avoir avoué (en toute candeur, en 182) qu’on a omis de lire un billet avant de poster , de demander à l’auteur dudit billet de vous passer vos caprices….

213. Le lundi 23 avril 2012 à 10:11 par walco

Avatares,

Beaucoup de lecteurs fidèles de Maître Eolas seront, je pense, d’accord avec moi pour vous recommander ce site : http://www.propositions-audacieuses…

o/

214. Le lundi 23 avril 2012 à 10:48 par p’tit suisse

@Bi Bou
Etant Suisse, vivant et votant en Suisse, je suis sûr qu’il existe…:-)
Le système décrit est celui utilisé pour les élections fédérales. Le système est donc unique et valable pour toute la suisse.
Ce sont les votations / élections cantonales et communales qui varient de canton à canton…
Tout de bon.

215. Le lundi 23 avril 2012 à 10:48 par elleest bonne celle-là

Si les électeurs, non obligés de choisir, se font engueuler par les scrutateurs où va-t-on?

Quelle mentalité Monsieur l’avocat!

216. Le lundi 23 avril 2012 à 11:27 par Rockandlaw

Bonjour maître !

Article très intéressant. Il est vrai que le vote blanc suscite beaucoup d’échos. Cependant je reste persuadé qu’il doit être pris en compte mais il faut qu’il soit limité par des règles précises car sinon c’est tel que vous l’évoquez : du n’importe quoi.

Néanmoins, je partage votre avis que la République ne peut pas attendre le président de notre choix mais la République peut aussi nous écouter.

Cordialement.

217. Le lundi 23 avril 2012 à 11:34 par RG

@209 quadrilatère

Je vous préfère en défenseur du droit pénal plutôt qu’en politologue. Vous y êtes bien meilleur.

Bravo, mais ne vous plaignez pas avec Nadine Morano c’est pire et en plus il y a le son. Dans tous les cas ne vous laissez pas faire et exigez trois droits de réponse, il vous en reste deux.

218. Le lundi 23 avril 2012 à 12:05 par melianos

J’étais assesseur hier, je le serais dans deux semaines, et je voterais blanc (sauf surprise), tout en sachant que ça va me (nous) faire perdre du temps. Tant qu’il ne sera pas compté dans les bulletins exprimés.

Mettez vous en grève des assesseurs, peut-être que les choses changeront plus vite si il n’y a plus assez d’assesseurs pour dépouiller les votes.

Je précise que je n’ai pas voté blanc/nul hier.

219. Le lundi 23 avril 2012 à 12:36 par RG

@218 melianos

je voterais blanc (sauf surprise)……Je précise que je n’ai pas voté blanc/nul hier.

Le clan Chichi fera moins de chichis, notez le.

220. Le lundi 23 avril 2012 à 13:31 par melianos

Oui mais bon. Je ne souhaite pas être comptabilisé dans l’abstention, car j’ai un avis sur la campagne et les candidats. Cet avis est qu’ils sont chacun l’homme d’un camp, et non l’homme de la France.

Pour ma défense, j’apporterais un gâteau à mes camarades déléguées et assesseuses (ça existe ?).

221. Le lundi 23 avril 2012 à 13:45 par RG

Oubliés Marignan 1515, Fribourg 1516, le parquet de Paris 2012 attaque la Suisse.

222. Le lundi 23 avril 2012 à 14:07 par Johan Buret

Étant scrutateur régulier depuis les premières élections ( Européennes 1999 ) auxquelles j’ai pu participer, je ne partage pas l’analyse du maitre concernant le vote blanc.

Tout au plus puis-je suggérer à ceux qui tiennent à voter blanc à ne pas se montrer trop imaginatif quant à leur modalité de nullité
Sont acceptables :

* les bulletins vraiment blancs
* les enveloppes vides

Ces cas de nullités sont assez faciles à traiter, car ils sont clairs et nets
Tous les autres cas sont plus longs à déterminer. On évite en particulier :

* les bulletins au nom de Jeanne d’Arc, François Mitterrand, ou Lionel Jospin pour le 5 mai 2002
* les oeuvres d’art sur papier au grammage lourd, comme j’ai pu en voir le 5 mai 2002
* les bulletins au nom de François Bayrou complètement déchiré, comme à cette élection.
* les déclarations d’amour à destination de madame Royal, comme j’ai pu en voir lors des élections entre 2007 et 2009. Il y a peu de chance qu’elle les lise.

Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive. Veuillez exercer votre imagination à un autre moment, de grâce.

Il arrive également que le message politique passé à travers des bulletins nuls aide à certaines prises de décision. L’éviction de Claude Allègre de son poste de ministre de l’Education Nationale a entre autre été provoquée par la perte d’élections législatives partielles, avec suffisamment de bulletins au nom du candidat PS barré de la mention ” Allègre démission ” ou approchant, qui auraient fait penché la balance de l’autre côté, auraient-ils été laissés valides. Le Canard enchainé de l’époque en avait parlé. Ce n’est bien entendu pas la seule cause du départ du brave homme, réussir à mécontenter tout le corps enseignant, jusqu’aux professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles, était déjà bien suffisant.

Autant dire que pour l’élection présidentielle, cette approche a une efficacité limitée, surtout s’il y a alternance.

223. Le lundi 23 avril 2012 à 14:25 par manu

Et si quelqu’un met une lame de rasoir dans l’envelope, et que je me blesse pendant le dépouillement ? (j’en ai de ces questions moi :))

Est-ce qu’on a le droit de relever les empreintes sur l’envellope ? Je porte plainte contre qui ?

224. Le lundi 23 avril 2012 à 16:26 par RG

@127 Holmes

Avec deux ânes…c’est une autre histoire

Exemple, UMP ou FN ? quel est le plus siphoné des deux ?

Avec deux sens…c’est une autre histoire

225. Le lundi 23 avril 2012 à 16:37 par Gauvain

Deux questions sur la première partie de l’article :

1. Une page facebook que mes 500 amis peuvent lire, mais eux seuls, est-elle considérée comme une page privée ? Encours-je une amende de 75000 euros si j’y publie ou diffuse des sondages ?
La réponse la plus logique me semble de considérer que c’est une page privée, puisque je ne fais rien de fondamentalement différent en y publiant des sondages qu’en envoyant des mails collectifs à une liste de 500 amis (ce que, donc, j’ai le droit de faire) ; mais hier j’ai été pris d’un petit doute…

2. Mettre un lien vers un site publiant des sondages, en quoi est-ce “diffuser” ce sondage ? Qu’un journal ou un blog republie un sondage ou une estimation déjà publié(e), je veux bien que ce soit interdit, mais enfin techniquement, si je mets un lien vers un site, je ne fais qu’indiquer à des gens l’existence de ce site et la présence sur ce site d’un sondage. Effectivement, je facilite l’accès à ce site à des gens, et donc je contourne la loi, mais si je dis “le site de la télé belge donne des estimations”, je le fais aussi, et ça je ne pense pas que ce soit interdit.

226. Le lundi 23 avril 2012 à 18:19 par lapocompris

@siarres,
Je crois que vous avez tord, par exemple, Chirac était en même temps Maire de Paris et député de Corrèze, il a forcément été élu d’un territoire où il n’était pas inscrit sur la liste électorale.

227. Le lundi 23 avril 2012 à 19:06 par Tysle

Si le vote blanc était réellement pris en considération, mon cher Eolas, vous n’auriez justement pas à vous donner toutes ces peines pour chacun d’entre-eux. En fait, c’est la conclusion inverse qu’il faut tirer de votre raisonnement: si le vote blanc est officialisé avec son bulletin propre, il n’y a plus à se casser la tête pour les signaler à chaque fois. Il ne restera plus que les bulletins nuls pour casser les pieds à ceux chargés du dépouillement.

Ensuite, il y a une différence fondamentale entre s’abstenir et prendre la peine d’aller dans un bureau de vote pour exprimer sa non-reconnaissance dans les candidats présentés. Il ne faut pas confondre impartialité et neutralité, désarroi et désintérêt. Celui qui reste chez lui pour jouer la Playstation n’a pas grand chose à voir avec celui qui vote blanc. Vous en voulez aux uns de ne pas vouloir passer pour les autres ? Moi pas.

Imaginez que vous ayez à choisir entre Poutou et Cheminade et vous comprendrez pourquoi certains votent blanc. Ce n’est pas parce qu’ils veulent le candidat parfait qui correspond mot pour mot à leurs idées; c’est simplement qu’ils se situent dans un rejet fort de ce qui fait aujourd’hui consensus.

Un vote c’est l’expression de ce en quoi l’on croit. Au lieu de blâmer ceux qui ne croient plus en rien, on ferait mieux de s’interroger sur les raisons de ce rejet. Et ça vaut aussi pour ceux qui se tournent vers le FN d’ailleurs.

228. Le lundi 23 avril 2012 à 19:23 par Fifille

Merci pour cet article (la partie sur le vote blanc) qui m’a donné à réfléchir sur mes précédentes positions (bien que faiblement affirmées, il est vrai) sur le vote blanc.

Dans un second temps merci d’ouvrir au débat et à la réflexion, remarque que j’élargis à l’ensemble de vos publications sur ce blog.

Ensuite…mais je m’arrête, car je commençais à vouloir répondre à nombre de mes prédécesseurs et finalement je tombe de Charybde en Scylla alors je préfère m’écraser sur le rocher du silence…

Certains interpréteront ce silence comme de la lâcheté, certains autres y verront un refus de prendre part au débat…D’autres encore préféreront penser que je n’ai de toute évidence que de pauvres arguments bien faibles à leur opposer et que ceux-ci sont donc nuls et non avenus…Quelque uns diront que c’est le système d’expression qui me freine…Enfin, certains me fustigeront de mon attitude pédante à prétendre pouvoir argumenter et finalement ne rien dire…

« À posté » … et pourtant… ??

229. Le lundi 23 avril 2012 à 20:01 par SB

Pour rebondir sur mon commentaire n°16: non seulement l’AFP mais aussi des médias étrangers feraient l’objet d’une enquête du parquet: http://elections.lefigaro.fr/presid…

230. Le lundi 23 avril 2012 à 21:10 par William

Un article du site web du journal Le Soir donne le point de vue belge sur les annonces de poursuites contre les médias :

Enquête sur les médias belges : « La France perd son temps »

Rédaction en ligne

lundi 23 avril 2012, 17:16
La décision du Parquet de Paris d’enquêter sur des médias belges a provoqué des inquiétudes au sein de la presse. Pourtant, selon Etienne Wéry, avocat au barreau de Bruxelles, en cas de poursuites, c’est l’État français qui prendrait le plus de risques.

Ce lundi, la Commission des sondages a confirmé l’ouverture d’une enquête contre un journaliste et deux médias belges qui ont donné les résultats des sondages avant 20h, ce qu’interdit la loi française. Mais pour Etienne Wéry, les médias belges ne peuvent pas être condamnés pour cela.

« Les lois sont d’application territoriale», précise l’avocat spécialisé dans les nouvelles technologies. Comprenez : une loi ne peut toucher que les personnes qui font partie de l’ordre juridique visé par cette loi. « Les médias belges doivent respecter les lois belges. Si une loi belge interdisait de perturber les élections du voisin ce serait différent, mais ce n’est pas le cas. »

On peut se demander si l’ère 2.0 n’a pas aboli ce principe, en effaçant, en quelque sorte, les limites géographiques de cet ordre juridique. « Pas du tout, ce principe est d’ailleurs renforcé », répond Etienne Wéry. « Le site web est ce qu’on appelle un prestataire de service de la société de l’information. C’est-à-dire un service qui tombe dans le cadre de la loi sur le commerce électronique et cette loi est la même dans quasi tous les pays européens parce qu’elle vient d’une directive européenne. »

Dans l’article 3 de la directive, la clause de marché intérieur dit que les prestataires qui sont établis sur le territoire d’un État membre relèvent des lois de cet État membre-là, sauf exception. « Mais les exceptions ne sont pas concernées ici », estime-t-il.

Dans certains cas, un État peut prendre des mesures qui visent des personnes établies dans un autre état. Mais il y a des conditions très strictes et une lourde procédure. Pour lui, on touche ici à une matière beaucoup trop sacrée. « Dans la mesure où l’on se trouve dans le cadre d’une liberté d’information exercée par des journalistes, jamais on ne pourra considérer que ça fait partie des exceptions. »

La commission des sondages avait prévenu qu’elle poursuivrait tous les médias qui violeraient l’embargo. Mais cela n’est pas suffisant. « Il ne suffit pas seulement de demander comme ça, par un communiqué. »

La France aurait donc d’abord dû notifier ouvertement au gouvernement belge qu’il y a un problème avec une de ses législations et le prier d’agir. Ce n’est que si le gouvernement s’abstient d’agir ou le fait de manière insatisfaisante que la France peut alors prendre un arrêté. « Et encore. Elle doit prévenir à nouveau le gouvernement belge de ce qu’elle fait ainsi que la Commission européenne. » Comme il le souligne, « rien de cela n’a été fait. »
Une mesure draconienne

« L’État français prendrait de gros risques en poursuivant pénalement un média belge parce qu’alors, ce média se retrouve aligné en France, et, à ce moment-là, il a tous les droits qu’un français a. Notamment celui de critiquer la loi et dire qu’elle n’est pas constitutionnelle parce qu’elle viole la liberté d’information », prévient Etienne Wéry. « On se retrouve ici face à une mesure draconienne, une interdiction pure et simple qui vise des journalistes dont le cœur du métier est d’informer. »

Selon lui, on pourrait arriver aux mêmes résultats sans être intrusif. « Il existe des tas d’autres manières d’arriver à un résultat similaire sans violer la liberté d’information. Par exemple, fermer tous les bureaux à la même heure ou alors commencer le dépouillement à 20h. »

Le Parquet de Paris perd-il donc son temps ? « Je pense, oui ».

Pourtant, selon le quotidien français l’Express, qui cite Jean-Yves Dupeux, avocat spécialisé en droit de la presse, les médias étrangers seraient soumis au code électoral.

« Le droit français considère que dès que quelque chose est accessible par Internet sur un écran en France, les juridictions françaises acquièrent la compétence territoriale. »

Il est cependant encore trop tôt pour dire si les médias belges seront effectivement poursuivis. « Aucune information judiciaire n’a été ouverte, il ne s’agit que d’enquêtes préliminaires, il se peut donc que tout cela soit classé sans suite. » confie Jean-Yves Dupeux à l’Express.

Elodie Lamer (St.)

231. Le lundi 23 avril 2012 à 22:11 par camille

@223: Ou de l’anthrax ?

232. Le lundi 23 avril 2012 à 23:50 par sondage

Les sondages, parlons-en !

233. Le mardi 24 avril 2012 à 01:38 par gil

En lisant cette note (pour la première fois car j’apprécie ces lieux) je tombe de haut. Je n’y apprends que deux choses :

1. Maître Eolas peut s’énerver; moi qui croyait que tout avocat savait rester zen en toute circonstances… Ben non, pas plus qu’un maître avancé de karaté… Oui, ça aussi, enfant, je le croyais; à tout âge des illusions s’envolent :)

2. Maître Eolas peut avoir des problèmes avec la logique, à moins qu’il ne s’agisse que de mauvaise foi (conséquence du premier point ?) :

  • Oui, un inscrit qui met dans son enveloppe autre chose qu’un bulletin fourni gracieusement par les autorités exprime quelque chose. Est-ce si difficile à comprendre ? Que ce bulletin soit aujourd’hui classé ou considéré comme “non exprimé” n’est qu’un problème de classification, un problème de choix, pas un problème de définition.
  • Et non, aujourd’hui, le “bulletin blanc” n’est pas pris en compte, pas au même titre qu’un autre bulletin; C’est ce qui est demandé, est-ce également si difficile à comprendre ? Le bulletin blanc n’est pas “compté”, il est simplement “décompté”, mis à part, et oublié aussitôt pour se concentrer, quand même, sur ce qui est important, les voix des bonnes gens, la bonne société, quoi. Quel mépris !
  • Enfin, deux exemples (“je vous laisse chercher l’intérêt de la chose”) font-ils un théorème ou une règle ? Aïe mince, des problèmes avec les mathématiques, aussi :)

Alors oui, dans certaines élections locales ou le seul choix est le choix entre la peste et le choléra, savoir que x est élu avec 35% devant y à 23%, tous deux étant derrière Mr Bulletin Blanc à 42%, ça la foutrait peut-être mal, notamment à l’égo des susdits x et y. Mais ce serait surement plus utile que de se cacher derrière un “Tout le monde est content, x gagne avec une belle majorité de 60% (des quoi ?) devant y à 40%”. Alors oui, aujourd’hui un tel exemple est virtuel, car dans un tel cas, peu se déplacent. Mais ils se déplaceraient sans doute nettement plus si cette “expression” était vraiment prise en compte, et affichée au même titre que les autres dans les décomptes finaux.

234. Le mardi 24 avril 2012 à 04:06 par Selim

@Me Eolas

Je n’ai pas bien saisi Maître de quelle maladresse du législateur s’agissait-il au juste?

235. Le mardi 24 avril 2012 à 11:42 par Dubitatif

@ Tysle en 227 :

{{Ensuite, il y a une différence fondamentale entre s’abstenir et prendre la peine d’aller dans un bureau de vote pour exprimer sa non-reconnaissance dans les candidats présentés. Il ne faut pas confondre impartialité et neutralité, désarroi et désintérêt. Celui qui reste chez lui pour jouer la Playstation n’a pas grand chose à voir avec celui qui vote blanc.
}}

Mais ne voyez-vous pas que ce qui vous motive est une considération purement individuelle: pouvoir être considéré comme un électeur ‘méritant’?
Sur la plan collectif, on s’en moque.
Et décompter les nuls ne vous vaudra pas une reconnaissance individuelle de vos mérites (avoir émis du CO2 pour aller ne rien faire?).

236. Le mardi 24 avril 2012 à 11:45 par lapocompris

@gil en 233,
Et alors, comment voulez vous qu’un président élu à la majorité absolue des suffrages exprimés, mais par une minorité de votants, exerce son mandat ? Qu’il demande pardon tous les jours d’être président ? Qu’il sollicite un référendum à la moindre décision ?

237. Le mardi 24 avril 2012 à 12:36 par Nardukodonosor

@ Tysle en 227

Excellent post.

238. Le mardi 24 avril 2012 à 12:41 par Holmes

@ RG (224) - (“…quel est le plus siphoné des deux ? avec deux sens…c’est une autre histoire.”)

Histoire courte…ou pas :

  • Perte et récupération du cheveu*

“Afin de lutter contre le pragmatisme et l’horrible tendance à la poursuite des fins utiles, l’aîné de ses cousins préconise le procédé suivant : s’arracher un beau cheveu, faire un nœud en son milieu et le laisser tomber délicatement dans le trou du lavabo.
Si le cheveu s’accroche à la grille habituellement sertie dans ledit orifice, il suffit d’ouvrir un peu le robinet pour qu’il disparaisse à la vue.
Sans perdre un instant, il faut se mettre à l’œuvre pour récupérer le cheveu. La première opération se borne au démontage du siphon du lavabo pour voir si le cheveu n’est pas resté accroché à une rugosité du tuyau. S’il n’y est pas, il faut ouvrir la section du tuyau qui va du siphon au conduit de descente principal. C’est là à coup sûr que vont apparaître de nombreux cheveux et il faudra compter sur l’aide de toute la famille pour les examiner un à un et rechercher le nœud. S’il n’apparaît pas, un problème intéressant se posera, celui de pouvoir démolir le conduit jusqu’au rez-de-chaussée. Cela impliquera bien entendu des sacrifices car pendant huit ou dix ans il faudra travailler dans un ministère ou dans uns maison de commerce pour réunir la somme nécessaire à l’achat de quatre appartements sis au-dessous de celui de son cousin.Et pendant tout ce temps nous aurons sans cesse en tête l’idée angoissante que le cheveu n’est peut-être plus dans le tuyau et qu’il faudrait un hasard bien improbable pour qu’il soit resté accroché à quelque écaille de rouille. (…)
Très fréquemment, nous aurons l’impression d’être parvenus au bout de nos peines parce que nous trouverons ou qu’on nous apportera des cheveux semblables à celui que nous cherchons ; mais comme on ne connaît aucun cas de cheveu qui ait un nœud en son milieu sans l’intervention d’une main humaine, nous finirons presque toujours par constater que le nœud en question est un simple grossissement du cheveu ou un dépôt de silicate ou d’oxyde quelconque occasionné par un séjour prolongé sur une surface humide.
Il est probable que nous avancerons ainsi à travers diverses galeries petites et grandes jusqu’à l’endroit où plus personne ne voudra pénétrer : le grand collecteur qui va droit au fleuve, l’affluent torrentiel des détritus, celui dans lequel aucun argent, aucune barque, aucune complicité ne nous permettraient de continuer nos recherches.

Mais avant cela, et peut-être même bien avant, à quelques centimètres du lavabo par exemple à la hauteur de l’appartement du second ou dans le premier raccord souterrain, il peut se faire que nous trouvions le cheveu.

Il suffit de penser au calcul éblouissant des efforts épargnés par pure chance, pour justifier, pour recommander, pour exiger même la propagation de cet exercice que tout maître scrupuleux devrait conseiller à ses élèves dès leur plus tendre enfance au lieu de leur dessécher l”esprit avec la règle de trois ou le désastre d’Azincourt.”

  • Julio Cortázar - Manuel d’instructions - *

239. Le mardi 24 avril 2012 à 13:14 par Tysle

@ Dubitatif
@ Dubitatif (235)
” (…) ce qui vous motive est une considération purement individuelle: pouvoir être considéré comme un électeur ‘méritant’? (…)”
Tain mais que c’est bête. De la psychologie pour magazine féminin à trois francs six sous, tout au mieux.

Je n’avais rien lu d’aussi stupide depuis le programme de Cheminade. C’est dire.

Dîtes moi pour qui vous voter et je ferai le contraire. Comme ça je suis sûr de faire le moins mauvais choix.

240. Le mardi 24 avril 2012 à 13:48 par récap59

Bonjour Tysle (227)

“Si le vote blanc était réellement pris en considération, mon cher Eolas, vous n’auriez justement pas à vous donner toutes ces peines pour chacun d’entre-eux. En fait, c’est la conclusion inverse qu’il faut tirer de votre raisonnement: si le vote blanc est officialisé avec son bulletin propre, il n’y a plus à se casser la tête pour les signaler à chaque fois. Il ne restera plus que les bulletins nuls pour casser les pieds à ceux chargés du dépouillement.”

Entièrement d’accord avec vous.

Bonjour Benoit (175)

” CONTEXTE : 3 candidats (A - B - C), 103 électeurs inscrits.

PREMIER TOUR : il y a 3 abstentions et 100 votants. Les votes sont répartis entre 20 votes blancs, 41 votes pour le candidat A, 20 pour le candidat B, 19 pour le candidat C.

Si le vote blanc n’est PAS reconnu : il y a eu 80 votes exprimés. Le candidat A recueille la majorité absolue (41/80) et est donc élu dès le premier tour. Il n’y a pas de second tour.

Si le vote blanc est reconnu, il n’y a pas de majorité absolue : il y aura donc un SECOND TOUR !

(Et là, si le candidat C appelle au report vers le candidat B et si les trois abstentionnistes votent B, B sera élu.)

Donc SI : prendre en compte le vote blanc peut changer la donne !!!”

Vous avez trouvé le calcul qui démontre ce que je pensais.

Il y aurait toutefois beaucoup moins de votes blancs si les électeurs savaient qu’ils ne comptent pas et ne seront pas distingués des nuls. Mais comment pourraient ils le deviner, alors que des candidats battus au 1er tour appellent leurs électeurs à voter blanc au second ? Exemple :

http://www.parti-du-vote-blanc.fr/x…

Je serais curieux de savoir combien de politiciens qui avaient appelé au moins une fois leurs électeurs à voter blanc ont ensuite refusé, une fois parvenus au pouvoir, de remettre en cause la règle qui assimile les blancs aux nuls.

J’ai quand même trouvé un candidat qui a une bonne excuse pour appeler ses électeurs à voter blanc :

http://www.dici.fm/actu/2012/03/01/…

241. Le mardi 24 avril 2012 à 13:56 par Dubitatif

@ Tysle en 239:

Des insultes en valent pas argumentation, et prouvent l’impuissance à démontrer.

Dites-nous ce que vous apporteriez à la communauté des citoyens en étant distingué des abstentionnistes, qui ne sont pas forcément joueurs de Playstation (toujours votre faculté de mépriser autrui?).

Vous n’avez pas compris qu’une élection sert à élire, et donc ça, oui, est d’une sottise (vous êtes contagieux*) confondante:

il y a une différence fondamentale entre s’abstenir et prendre la peine d’aller dans un bureau de vote pour exprimer sa non-reconnaissance (sic) dans les candidats présentés

Les abstentionnistes font cela aussi bien, y compris ceux qui refusent radicalement la démocratie, il en existe encore.

Et le calcul du % des inscrits (n’étant pas tout le corps électoral potentiel, en outre) qui ont élu le président (fort limité en 1969 par exemple) est une indication aussi utile que le fait de savoir combien de

  • si on poursuit dans votre logique méprisante (quel candidat a parlé de ‘méprisance’ le 27/3?):

Dîtes moi pour qui vous voter et je ferai le contraire. Comme ça je suis sûr de faire le moins mauvais choix

- tous ceux qui ne pensent pas comme vous sont des imbéciles;

- et donc le suffrage restreint, censitaire par exemple, serait un plus.

Vous êtes en outre un grand féministe:

De la psychologie pour magazine féminin à trois francs six sous, tout au mieux.

242. Le mardi 24 avril 2012 à 14:52 par Acedia

Si dans la plupart des cas je suis impressionné par les analyses sur ce blog ou j’apprends beaucoup sur le droit et surtout, n’étant pas juriste, sur la façon de l’appréhender, je ne suis pas d’accord ici avec les idées du maître des lieux, que ce soit sur le vote blanc ou sur le droit des citoyens à participer à l’élection.

En ce qui concerne le vote blanc, je suis d’accord qu’il n’a pas d’intérêt à l’heure actuelle : l’abstention est un meilleur indicateur du rejet des politiques proposées que le vote blanc. Il serait cependant intéressant de réfléchir, pour une meilleure représentativité de la démocratie, à une refonte électorale. Je ne vois probablement pas tous les tenants et les aboutissants de tels changements, mais il ne paraît pas idiots d’ouvrir au moins le débat là dessus. Beaucoup de pistes sont possibles : par exemple, peut être pourrions réfléchir à compter les votes blancs, et si ce sont eux qui arrivent en tête, l’élection est annulée et d’autres candidats devraient ainsi se présenter. Le cas n’arriverait peut être même jamais, car les politiques auraient alors plus à coeur les préoccupations de l’ensemble de la population plutôt que celles de son propre électorat.

Mais s’il faut à tout prix choisir parmi ce qui nous est proposé (et, à quelques exceptions près, ce sont tous des personnes appartenant au même milieu, une sorte d‘“aristocratie politique”. Comme disait souvent K. Dick, “l’empire n’a jamais pris fin”), il serait peut être plus intéressant d’avoir un mode de scrutin de type “méthode de condorcet”, permettant de classifier les choix et d’éviter les biais inhérents au “vote utile” et au bipartisme exacerbé.

Sans vote contre les candidats, comment pouvons exprimer un rejet du système par exemple ?

Cela dit, comme toujours, ce doit être bien plus compliqué que cela n’y paraît, et beaucoup de problématiques doivent m’échapper, mais il serait peut être temps d’étudier tout cela.

Pour les signatures, je trouve totalement normal que Cheminade ait pu se présenter, et je ne vois pas pourquoi il serait qualifié de plus “hurluberlu” que bien d’autres candidats. On ne va pas non plus choisir les candidats par rapport à la vision d’une époque. Je suis sûr qu’il y a bien des candidats importants dont les propositions, d’ici quelques décennies, paraîtront totalement farfelues, stupides, ou contre productives. Je concède que je n’ai pas de proposition alternative pour sélectionner les candidats, et peut être est ce une bonne solution. Mais en tout cas, vous ne pouvez présenter ce candidat comme un argument, votre description du personnage étant trop subjective (même si j’en ai la même impression que vous). Cheminade pourrait vous servir à la rigueur à étayer votre discours, mais en aucun cas à le justifier.

243. Le mardi 24 avril 2012 à 15:07 par herve_02

@dubitatif

Vous êtes la preuve par neuf de mon précédent post que les grand défenseur de la démocratie actuelle sont les premiers à venir parler de suffrage censitaire.

Cela me pose une problématique intellectuelle : sont-ils vraiment plus intelligent que les autres ? Ca pourrait être une explication. Mais si l’on regarde les 50 ans passées, ces défenseurs de la démocratie ont toujours trouvé candidats qui leur convenait (puisqu’ils ont votés et pas blanc qui plus est). DONC la situation qui est la nôtre (crise sociale+politique+économique), résultante de 50 ans de pouvoir politique qu’ils trouvent démocratiquement légal et leur convenant devrait être bonne, puisqu’ils sont plus intelligents et ont fait les bons choix. C’est sur ce point que je m’interroge.

Le questionnement de ceux qui ont un avis différents est : la méthode actuelle est-elle la bonne lorsque l’on voit le résultat factuel ? Et à chaque fois que l’on pose cette question, nos super intelligents arrivent en hurlant : bien sur que c’est la bonne t’es trop con pour comprendre, faudrait juste un suffrage censitaire comme ca on pourrait faire une vraie démocratie entre nous et les cons comme toi devraient suivre sans broncher (mais c’est pour leur bien hein…) Nos super intelligents sont des grands démocrates à ce qu’on peut voir. Parce que dans mon esprit dérangé de sous homme, je pensais (enfin façon de parler) que la meilleur manière de faire un monde meilleur était dans l’éducation et pas l’invective, mais je suis pas aussi intelligent que nos grands démocrates qui nous expliquent ce qu’on doit faire pour être un bon français.

Je me pose donc la question : quelle est la différence entre ces grands démocrates et les petits fachos ? Mais comme je dois faire parti des cons qui devraient pas avoir le droit de voter je ne peux pas comprendre cette grande différence. Mais je suis preneur d’une explication claire.

244. Le mardi 24 avril 2012 à 15:28 par Tysle, l'infâme

Il suffit Dubitatif, vous m’ennuyez.

Vous m’avez parfaitement dépeint: je suis un être méprisant, pollueur, misogyne et pour le suffrage censitaire. Et surtout, je vote blanc.

Je ne comprends même pas que vous ayez pu daigner adresser la parole à un individu aussi abjecte que moi pour lui servir votre ragoût de bon aloi. A quoi bon ? A un tel degré de haine, je ne puis qu’être incurable.

Laissez moi croupir dans la rancoeur et la solitude. Je préfère encore sa compagnie à la vôtre. OOoooOoo

245. Le mardi 24 avril 2012 à 15:52 par Apprenti

D’accord avec ceux qui critiquent votre méthode étroite pour estimer l’intérêt du vote blanc.

En l’absence d’une reconnaissance officielle (avec bulletin vide fourni au bureau de vote et petite case à cet effet pour ne pas vous embêter), il est prévisible que le vote FN ait l’air tentant à de nombreux malheureux qui n’ont rien à voir dans le fond avec la direction de ce parti formée d’anciens Ordre nouveau et GUD.

246. Le mardi 24 avril 2012 à 16:02 par Apprenti

pour être plus clair : le “vote pêche” est systématiquement décrit comme venant d’un crétin / égoiste absolu incapable de s’intérrésser à la politique. Alors que les votes “nuls” même en l’état actuel passent difficilement pour le fait d’un type qui n’a pas compris comment fonctionne un vote. La reconnaissance officielle du blanc permettrait de lever plus nettement cette ambiguité et simplifierait votre vie de décompteur en proportion.

Quant à l’idée qu’il “faut choisir”, je suis bien d’accord mais pour utiliser encore une métaphore, face au noeud gordien, plutot que se demander sur quel bout il faut tirer, on peut aussi trancher…

Une élection ce n’est pas une procédure d’urgence, ça se prévoit des mois à l’avance, donc laisser une place à ceux qui veulent dire : est-on bien sûr d’avoir envisagé toutes les possibilités ? ne va pas nous envoyer sur les rochers.

La Suisse, l’Espagne et dans une moindre mesure la Suéde (aux référendums), le Brésil, l’Uruguay, Colombie, Pérou et dernièrement la Tunisie reconnaissent le vote blanc. Où est le problème ?

247. Le mardi 24 avril 2012 à 16:19 par Naindejardin

Pour rebondir sur ce que disait SB dans le cadre du 1er point abordé par l’ôte de ces “lieux”, la loi pénale française ne pourrait-elle s’appliquer à un site internet étranger dès lors que celui-ci, accessible depuis la France, est destiné au public français  ? C’est la position de la CJUE () et de la Cour de cassation () en matière d’intérêts civils .
En matière pénale à proprement parler, la Cour de cassation ne s’est pas aussi clairement prononcée dans l’arrêt du 14 décembre 2010 () mais semble retenir la même interprétation.

Pour ce qui est du vote blanc, je suis étonné que vous vous exprimez ainsi avec vos tripes, Maître. Ceux qui votent blanc ont pris la peine de se déplacer et d’exprimer quelque chose. Que ce soit inutile, impossible à interpréter et que ça complique la tâche de ceux qui dépouillent les bulletins, certes. Néanmoins, c’est leur droit et leur liberté. Vous me semblez moins romantique qu’à votre habitude…

248. Le mardi 24 avril 2012 à 16:45 par Apprenti

On pourrait aussi critiquer votre coup des 500 signatures : 36 000 communes / 500 égal 72 candidats potentiels dans l’absolu (et la constitution ne devrait s’occuper que de l’absolu, pas des circonstances qui font que 2 ou 3 partis tiennnent l’essentiel de ces mairies, soit directement soit par amitiés avec des “indépendants”).

Donc si on veut vraiment éviter d’avoir plus d’une dizaine de candidats (et même à 10 on a un farfelu), il faudrait réclamer 5000 parrainages… allez-y.

mieux vaut ne pas se formaliser des fantaisistes, le droit de déterminer qui est fantaisiste ou pas c’est début de la dictature. Tout au plus peut on imposer un minimum d’efforts pour se présenter afin d’être sûr que la personne y tiens et qu’elle a un peu de potentiel de sympathie : 10 000 ou 20 000 signatures d’électeurs devraient suffir.

249. Le mardi 24 avril 2012 à 16:55 par Dubitatif

@ herve_02 :

Vous ne m’avez pas compris !Pour moi dire que X serait partisan du suffrage censitaire est une critique, pas un complément.

Et lisez/relisez Boissy d’Anglas : « nous devons être gouvernés par les meilleurs, les meilleurs sont les plus instruits et les plus intéressés au maintien des lois. »

Quant à Tysle, il n’y a plus qu’à tirer l’échelle.

250. Le mardi 24 avril 2012 à 18:04 par Tysle, la corde au cou

En même temps, vous me reprochiez dans le même temps de taper sur ceux qui ne vont pas voter et d’être pour un suffrage restreint…

comment voulez-vous que ce pauvre bougre y comprenne quelque chose ? C’est trop incohérent comme reproches.

Si je puis me permettre un conseil éristique, si vous voulez réellement toucher l’adversaire, il vaut mieux se concentrer sur une critique fondée plutôt que de les multiplier dans tous les sens. Et ne pas être trop caricatural, sinon on sombre dans le grotesque.

Allez va, je vous absous.

251. Le mardi 24 avril 2012 à 18:40 par villiv

MErci pour cet éclairage sur le vote blanc, que j’affectionne tout particulièrement :-)

Sinon, petite question un peu idiote mais qui m’a tenu à l’esprit ce week’end au sujet des élections :

cette question purement théorique, et juridique bien sur, est la suivante : le fait de ne pouvoir voter qu’une seule fois et, surtout, le fait de ne pouvoir modifier son vote en retirant son premier vote (impossible à retrouver par définition car anonyme et non connu) pour voter différemment (ou pas) lors d’un second vote est-il expressément prévu par les textes ou sont-ce les problématique relevées dans la question elle-même qui permettent de répondre (en pratique et donc sans texte précis) à cette question, un peu comme si l’on répondait qu’on ne peut pas punir le fait de rouler à 150Km/h sur autoroute puisque c’est interdit et qu’on n’a donc pas besoin de le punir….

bon, je vais allez voter blanc et arrêter de me poser des questions ??!! ;-)

252. Le mardi 24 avril 2012 à 18:55 par Scrutateur

Cher Maître,

dans mon bureau de vote régnait la plus grande confusion quant il était question de déterminer qui exactement devait signer les enveloppes des bulletins nuls. Pouvez-vous me donner la référence du texte qui éclaircit ce point ?

Par parenthèse, j’ai tendance à penser que si les albovotants potentiels savaient le temps que fait perdre un bulletin nul, leur nombre augmenterait grandement…

Merci beaucoup,

253. Le mardi 24 avril 2012 à 20:12 par Bi Bou

@ p’tit suisse.

On peut visiblement vivre dans un pays et se tromper :)

Art. 13 Constatation du résultat de la votation
1 Les bulletins blancs et les bulletins nuls ne sont pas pris en considération pour la
constatation du résultat de la votation.”

Vous faisiez probablement référence aux élections au Conseil national, qui dépend des règles cantonales ;)

Par contre, les suffrages blancs sont autre chose.

Bi(s)ou

254. Le mardi 24 avril 2012 à 21:08 par FixMe

Si on veut voter blanc, on vote blanc, c’est tout. Et la comparaison avec le récif, c’est comme dire que d’écraser une mouche revient à tuer un chien.

255. Le mardi 24 avril 2012 à 23:25 par Hermione

Je ne suis pas d’accord avec l’opinion d’Eolas sur les électeurs qui votent blanc. Ils ne font pas “cagar” comme il le dit. Ils expriment simplement un vote qui est prévu par la loi. Chaque électeur a le droit de voter blanc. De la même façon il a le droit de voter nul. Si ce n’était pas jugé être un vote, ces suffrages ne seraient pas comptés dans le total des votes. Non exprimé peut-être, mais vote quand même.

Je dépouille les scrutins et les votes blancs, les nuls, les votes valides mais comportant plusieurs bulletins au nom du même candidat sont l’occasion de décrisper la main tenant le stylo. Une vingtaine de fois où la procédure donne un répit, c’est bon à prendre. Ce n’est pas la chienlit que dit Eolas.

Toutefois, la possibilité de prendre en considération les votes blancs et nuls comme exprimant une opinion est une fadaise dangereuse. Comment distinguer ceux qui ne trouvent pas de candidat assez à droite à leur goût de ceux qui ne voit pas en quoi les candidats qui briguent leur voix sont réellement révolutionnaires ? Ce serait additionner des choux et des navets, ce qui, en fonction de la réforme annoncée de l’enseignement primaire, devrait redevenir évidemment impossible.

Quant aux sondages … la loi est sans doute la loi, mais dans tous les bureaux il y a au moins un des assesseurs qui a un téléphone permettant de consulter la Suisse ou la Belgique. Et on ne s’en est pas privé. Je suppose que les électeurs qui n’avaient pas voté à 17 h et que ça intéressait en ont fait autant.Alors à moins d’interdire tout sondage le jour des élections, le mouvement n’est pas près de s’arrêter. Et à force d’être ridiculisée par les faits cette loi s’oubliera. De temps en temps, un petit bonhomme plein de tics voudra se remémorer qu’il est interdit de publier les résultats d’un sondage, un procureur audacieux menacera de faire passer en cour martiale les martiens, et tout continuera comme si le petit teigneux et le procureur vivaient sur une autre planète.

256. Le mercredi 25 avril 2012 à 01:00 par gil

@lapocompris

“Et alors, comment voulez vous qu’un président élu à la majorité absolue des suffrages exprimés, mais par une minorité de votants, exerce son mandat ? Qu’il demande pardon tous les jours d’être président ? Qu’il sollicite un référendum à la moindre décision ?”

Comment fait aujourd’hui un élu (toutes élections confondues, je ne parle pas que des présidentielles) qui est élu avec une petite majorité calculée sur les 60% qui se sont déplacés, et qui a donc pour lui un petit quart ou tiers des inscrits. Vous trouvez que ça les gênent beaucoup, vous ?

Mais effectivement, vous avez raison, ça devrait pouvoir en inciter certains à être un peu plus modestes, un peu moins hautains et un peu moins arrogants.

257. Le mercredi 25 avril 2012 à 11:04 par Ettepuohc

Commentaire N°242, par Acedia, le mardi 24 avril 2012 à 14:52
“(…)
Cela dit, comme toujours, ce doit être bien plus compliqué que cela n’y paraît, et beaucoup de problématiques doivent m’échapper, mais il serait peut être temps d’étudier tout cela.
(…)”

En effet, certain internaute a publié ses rélexions à ce propos, et surtout, a présenté une contre-proposition, ici:

http://solutions-politiques.over-bl…

‘Puohc

258. Le mercredi 25 avril 2012 à 11:07 par Anthony

Mr Eolas,

une analyse aussi faible sur le vote blanc …
Vous ne pensez pas que le vote blanc est un choix ? Un choix qui peut porter sur d’autres éléments que le simple marché électoral ? Que le vote blanc est l’expression d’une revendication (démocratie directe, contestation des élus, …) ?

La République a besoin d’un Président … Ha bon ? Ca aussi ?
N’y a t il vraiment pas d’autres républiques sans Président ? Et meme si c’était le cas, est ce qu’il n’y a pas d’autres possibilités ? Doit on vraiment faire “comme ça s’est toujours fait” ?

Digne des plus grands réactionnaires !

On commence juste, tout doucement, à entendre que l’abstention n’est pas juste l’expression d’un ” j’m’enfoutisme chevronné ” mais peut etre plus le symbole d’une décéption. Des dizaines d’années pour en arriver là.
L’expression du vote blanc a absolument tout son interet : il permet une expression publique dont on est sur qu’elle n’est pas de l’in-interet pour la “chose publique”. Si on pousse effectivement un peu plus loin, le probleme n’est pas le vote blanc en soi, c’est que le vote blanc soit l’unique possibilité d’expression pour un citoyen lambda aujourd’hui.

Je pense sincèrement que vous vous trompez d’adversaire (à moins que ça ne soit que pour rentrer un peu plus tot les soirs d’elections ? — mais comme vous faites don de votre temps, on supposera que ce n’est évidemment pas pour des intérêts personnels que vous vilipendez le vote blanc …)

Je suis déçu.

259. Le mercredi 25 avril 2012 à 11:20 par lapocompris

@Apprenti 248
Il faut bien sûr vérifier que ce sont des électeurs régulièrement inscrits et qui ont donné chacun un unique soutien, pour cela il faut soit recueillir les parrainages dans les bureaux de votes soit publier les parrainages.
Pourquoi ne pas supprimer l’élection, il suffit que désigner président celui qui reçoit le plus de parrainages.

260. Le mercredi 25 avril 2012 à 12:58 par Fricassée de Hérisson

Bonjour gil en 256
“Mais effectivement, vous avez raison, ça devrait pouvoir en inciter certains à être un peu plus modestes, un peu moins hautains et un peu moins arrogants.”(-ça : prendre en compte les votes blancs).

Une autre façon de ramener nos très chers politiciens à un peu de modestie serait d’indicer le salaire d’un homme politique(pas des attachés parlementaires) sur le ratio:
nombre de votes obtenus par le politicien/ nombre d’inscrits
(comme un commerçant : si personne ne se déplace jusqu’à son magazion, il fait faillite et c’est donc équitable).
Eventuellement, on pourrait mettre une seconde pondération par le ratio entre le temps passé à l’Assemblée et le temps où l’Assemblée est ouverte (faire culpabiliser les electeurs qui votent blanc après avoir été abreuvés du non spectacle de dépités absenteistes est paradoxal)

261. Le mercredi 25 avril 2012 à 13:54 par juste au passage

voter biensur, c’est civique !!!.
Le Blanc possible et reconnu, cela serait plutôt bien
mais encore faudrait il que cela soit sur de bonnes bases non trafiquées comme cet exemple que j’ai découvert et qui donne plutôt envie de voter blanc ou d’aller à la pêche.
http://libreinfo.perso.neuf.fr/plaq…

262. Le mercredi 25 avril 2012 à 14:47 par krom

Je trouve très décevante, bien que compréhensible, cette idée manifestement hyper-majoritaire selon laquelle les votes blancs seraient dignes du même traitement que les votes exprimés. Cela relève manifestement d’une mécompréhension du rôle de l’élection, d’une confusion entre droit de vote et liberté d’expression et d’un certain échec de la démocratie. Je m’explique.

L’élection a pour seul et unique but de désigner un représentant parmi plusieurs candidats. On dit bien “désigner”, il n’est pas question de rester sans personne à la fin. Vu sous cet angle, je suis désolé mais le blanc, le nul et l’abstention reviennent exactement au même : ils ne répondent pas à la question posée.

Bien sûr qu’on a le droit de trouver que les candidats sont tous mauvais, et on a évidemment le droit de le dire, mais le vote n’est pas fait pour ça !

Voter, c’est choisir un nom parmi une dizaine, c’est un vocabulaire bien trop limité pour “exprimer un sentiment de ras-le-bol” ou “faire comprendre aux politiques que bla-bla-bla” ou “attirer l’attention des élites sur le sort de telle catégorie” ou “lancer un appel au secours” ! Et ajouter un vote blanc n’y changera rien : c’est pas fait pour.

Fort heureusement, le vote n’est que la forme la plus simple et la plus dépouillée (c’est le cas de le dire) d’expression politique à notre disposition. La constitution nous garantit également… la liberté d’expression. Publiez vos idées, ouvrez un blog, parlez à vos amis, prenez rendez-vous avec votre député, rejoignez une association de défense des sans-abris/sans-papiers/traders/animaux/ce-qui-vous-tient-à-coeur.

On peut aussi passer la vitesse supérieure : adhérer à un parti, militer ou… se présenter — n’est-ce pas le meilleur moyen de s’assurer personnellement de la qualité d’un candidat ? Le panel des possibilités est large et bien sûr, plus on s’investit, plus on a de chance de peser dans le résultat.

Donc oui, la conclusion c’est qu’il faut non seulement se lever et aller voter, mais aussi faire l’effort intellectuel de choisir. Le blanc, c’est la facilité et le renoncement, tout autant que l’abstention ou presque.

263. Le mercredi 25 avril 2012 à 15:05 par Mariane1791

Bonjour,

Je partage assez la déception de ceux qui essaient de comprendre ce que pourrait apporter le vote blanc à la démocratie.
Et je ne suis pas d’accord avec krom (262) et d’autres détracteurs du vote blanc, pour la raison que l’expression des citoyens ne serait pas l’enjeu de l’élection, mais que celle-ci doit servir avant tout à désigner un candidat (ou des candidats), pour représenter le peuple. Certes. Notre démocratie s’exprime par le biais d’un système représentatif, qui fonctionne notamment par élections répétées.
Il y a cependant une ligne de partage, je pense, dont il faut prendre conscience. Est-ce que l’on estime que notre système est avant tout une démocratie, dans laquelle l’expression du peuple doit pouvoir s’exprimer, ce qui nécessitera peut-être des ajustements au niveau des institutions, en fonction de la volonté du peuple (on a posé comme base pour notre démocratie que l’expression de la majorité des citoyens électeurs importait) ? Ou bien est-ce que l’on estime que notre système est avant tout une démocratie représentative, dans laquelle le peuple doit se conformer aux règles édictées par ses représentants, même s’ils s’éloignent de plus en plus par leur mode de vie notamment, de ceux qu’ils sont censés représenter, au risque que de nouveaux mouvements violents éclatent sporadiquement, puisque ce sera la seule expression laissée au peuple d’exprimer sa volonté ?

264. Le mercredi 25 avril 2012 à 16:01 par Clafoutis

242. Le Mardi 24 avril 2012 à 14:52 par Acedia
En ce qui concerne le vote blanc, je suis d’accord qu’il n’a pas d’intérêt à l’heure actuelle : l’abstention est un meilleur indicateur du rejet des politiques proposées que le vote blanc. “

Et non : en 2002, j’étais à l’étranger pendant le 1er tour - et j’ai assisté, effondré, au cataclysme depuis ma chambre d’hôtel. Rassuré par les sondages, je ne m’étais pas embêté à chercher un procurateur pour lui donner procuration (je devais être de retour - comme son nom l’indique - pour le 2ème tour).
Comment ça “pas procurateur”
Pas procureur, quand même !
Ah ! mandataire vous dites ?
Pour lui donner ma manducation ?
Non plus ?
Bon passons.
Tout ça pour dire qu’abstention n’est pas “un meilleur indicateur de rejet des politiques proposées” que le vote blanc.
Un acte est toujours plus porteur de sens qu’une absence.

265. Le mercredi 25 avril 2012 à 16:12 par récap59

“La présidente du Front national, Marine Le Pen, qui s’est classée troisième de l’élection présidentielle avec 17,90% des voix, va “probablement” appeler ses électeurs à voter blanc au second tour, a déclaré mardi l’avocat Gilbert Collard, président de son comité de soutien.”

http://elections.lefigaro.fr/flash-…

Et il ne lui a pas expliqué que voter blanc ou voter nul, c’est pareil ? A quoi sert-il alors d’avoir un grand avocat comme président de son comité de soutien, et d’être avocate soi-même ?

Quant aux électeurs, vraiment, je ne vois pas comment on pourrait leur reprocher de ne pas savoir ce que les candidats leur cachent aussi soigneusement.

266. Le mercredi 25 avril 2012 à 19:30 par Stephane

‘Bien sûr qu’on a le droit de trouver que les candidats sont tous mauvais, et on a évidemment le droit de le dire, mais le vote n’est pas fait pour ça !’
Si, ils sont tous mauvais, le parti doit en presenter d’autres et basta (vu que ce sont les partis qui vont decider des candidats, et non pas le peuple, du fait des 500 signatures.
Que des gens veuillent confisquer le choix du vote en disant que le vote n’est pas fait pour ca c’est votre point de vu.

267. Le jeudi 26 avril 2012 à 11:51 par villiv

hé bien, le Vote blanc fait couler de l’encre, et c’est bien je trouve !

en tout cas, en lien avec mon questionnement ci-dessus,

j’ai pu trouver un élément de réponse dans un journal (information que je me dois de confirmer dans les tout meilleurs délais ;-) ) :

le fait de ne pouvoir voter qu’une seule fois vient également du fait que “le fait de voter plus d’une fois” est pénalement sanctionné ! attention à ceux qui ont reçu 2 cartes d’électeurs pour 2 villes différentes !!

268. Le jeudi 26 avril 2012 à 12:25 par Tortuga

Le vote blanc pourrait être pris en compte pour le remboursement des campagnes électorales.

269. Le jeudi 26 avril 2012 à 14:03 par Cinsault

Un peu de droit électoral

Le droit électoral , est-ce aussi celui qui s’invente en période d’élections ?
Je suis bien curieux, et même impatient, de lire l’avis du maître des lieux sur cet étrange concept de présomption de légitime défense dont l’objectif, si je comprends bien, serait d’éviter aux policiers une mise en examen.

270. Le jeudi 26 avril 2012 à 14:17 par Wartz

Eolas, c’est bien la première fois que vous me décevez. J’ai envie de dire, comme vous le dîtes à ceux qui votent blanc : <b>si vous n’êtes pas content de faire le dépouillement, allez à la pêche</b>.

Il ne vous appartient absolument pas de dire ce qu’un citoyen doit voter, et surtout ce qu’il doit ou non mettre dans son enveloppe. Le vote blanc n’est pas là pour changer le résultat, il est là pour contester.

L’abstention, quand elle avoisine les 50% à certaines élections, qui s’en préoccupe ? Elle ne change pas le résultat non plus, elle ne remet pas en cause la légitimité de ceux qui sortent vainqueurs de cette élection. Par quel miracle, je ne le sais.

Ce que je sais, c’est que le jour où les votes blancs seront plus nombreux que les autres, il sera temps de se poser les bonnes questions.

Je suis assez stupéfait que nos élus locaux, par leur signature, nous donnent une liste de personnalités pour qui il <i>faudrait</i> voter ou s’abstenir, et que, par une étonnante entorse à un principe fondamental de démocratie, le peuple n’ait pas son mot à dire sur cette liste. Mais je suis surtout stupéfait que vous cautionniez ce système.

Car le vote blanc, c’est cela, c’est dire son mot, contrairement à l’abstention, dont les raisons sont plutôt obscure. Pourquoi on s’abstient ? Parce qu’on n’a pas fait de procuration ? Parce qu’on est arrivé trop tard au bureau de vote ? Parce qu’on travaille alors que cela n’était pas prévu ?

Le vote blanc est clair : je vote, je donne mon avis, et cet avis consiste à dire ceci : parmi cette liste de candidats cautionnée par mes élus, aucun ne me convient, je désire une autre élection.

271. Le jeudi 26 avril 2012 à 14:22 par Wartz

Entre parenthèses, il y a une loi qui mériterait bien plus d’être discutée : celle qui interdit aux sondeurs de faire n’importe quelle hypothèse de deuxième tour. En effet, ils ont l’obligation de partir des résultats obtenus avec les sondages du premier tour pour faire une hypothèse de second tour, ce qui encourage le vote “utile”.

272. Le jeudi 26 avril 2012 à 17:02 par julien

avec un tel raisonnement, on est pas pret de trouver de valeur au vote blanc, je trouve ca même scandaleux comme argumentation…s’il veuit voir la tv, il reste chez lui, et regarde le tiercé, sans broncher, et attend le soir, avec une tisane sur son canapé !

273. Le jeudi 26 avril 2012 à 17:19 par Nicolas

Une façon de reconnaitre le vote blanc serait d’instituer une forme d’ostracisme.
Si lors d’un scrutin, le vote blanc atteint 50 % des votants, l’ensemble des candidats présents perdent leur éligibilité et on reprend le processus électoral à zéro avec de nouveaux candidats. S’il n’était pas candidat le sortant termine son mandat à la date prévue ou immédiatement s’il était candidat à sa succession. Ensuite il y a intérim suivant la règle habituelle (président du Sénat par exemple dans le cas de l’élection présidentielle).

274. Le jeudi 26 avril 2012 à 17:36 par solomas

Elections en Inde.
L’état d’Uttar Pradesh (200 millions d’habitants),vient d’élire son assemblée régionale.Les sondages electoraux sont interdits (sanctions tres sévères pour qui y contrevient).Le vote est electronique,les résultats proclamés une heure apres la fermeture des bureaux.Pas de contestations.

275. Le jeudi 26 avril 2012 à 18:05 par francis

dans les machines à voter dont s’est dotée ma commune,
ce qui n’a pas que des avantages,
le vote blanc est une des options proposées,
le vote nul ne figure bien sûr pas.

c’est, implicitement, une forme de reconnaissance du blanc!

276. Le jeudi 26 avril 2012 à 19:47 par AMG

Bonsoir Eolas,

J’ai toujours beaucoup aimé votre blog, les points de vue y sont toujours juridiquement étayés.

Dommage que votre opinion sur le vote blanc ne soit justifiée que par les coups de fatigue des scrutateurs. Solution: Il suffirait de définir autrement le Vote blanc (enveloppe vide. point. par exemple?), le reste étant, par définition négative au regard du vote exprès et du dit vote blanc, nul.

S’agissant de la tâche ardue des scrutateurs, vous dites aux “blanc-voteurs” de se faire pêcheurs? Je vous dis: ne vous sentez pas obligé de dépouiller.

Pour rester dans les métaphores aquatiques, vous évoquez un devoir moral de choix pesant sur les gens face à l’urne: Bâbord ou tribord? Le Titanic n’aurait probablement pas coulé s’il avait heurté de front son obstacle (Image finalement peu appropriée, tout comme la votre, si l’on y pense bien).

Dans un souci de transparence (appréciée mais absente ces temps-ci), je vous le dis: je suis étudiant, mon expérience professionnelle se limite aux stages, à une année d’assistant de justice, un poste de night auditor, je n’ai pas voté blanc cette année, mais j’estime que les gens devraient avoir cette option, ne serait-ce que pour éviter que les statistiques fatalistes sur le nombre de nuls et d’abstenant (les premiers étant des bulletins, les seconds des gens évidemment).

277. Le jeudi 26 avril 2012 à 21:53 par ernesto

Si je ne me trompe , la comptabilisation du vote blanc a été supprimée par Napoléon le Petit , non pas celui de NEUILLY , mais celui qui avait des moustaches en guidon de vélos et qui a confisqué la République en 1851 .
Vous savez celui dont Victor Hugo disait : ” que peut-il ? Tout . Qu’a-t-il fait ? Rien …” Poème ressorti récemment dans nos courriels de manière fréquente dans cette période .
En réalité , il semble que le “vrai vote balnc ” devrait être exprimé sur un papier de même format , de même grammage que les bulletins mis à disposition dans les bureaux de vote , et ce pour avoir un début d’existence .
Faut-il les distinguer des nuls ? Je ne le crois pas . Car , au fond , comme les électeurs votant nuls , ils prennent part au vote à leur façon.
Enfin, il existe en LOZERE un cacique , élu à de nombreuses reprises comme sénateur , maire , et même président de la région LANGUEDOC-ROUSSILLON . Cet élu se nomme ” BLANC ” , ce qui prouve que le vote ” BLANC ” est parfois pris en compte . Cet élu fricotait déjà avec la bande FN !!!!

278. Le jeudi 26 avril 2012 à 22:02 par Solo

“+1” pour le billet et même “lol” (pour “bichons”).
Juste rappel à l’ordre, bravo. J’irai à la pêche, ce que je comptais faire - par flemme. Vive Hollande, donc.

279. Le vendredi 27 avril 2012 à 09:04 par Vincent

Que le vote blanc fasse chier les scrutateurs, je m’en moque. Je vote blanc quand aucun candidat ne me plait (une jambe en mousse ou des dents en bois ?). Aujourd’hui c’est la seule manière de l’exprimer. L’abstention c’est s’en remettre au choix des autres ! J’espère même qu’un jour les votes blancs puissent être comptabilisés de manière à ce qu’un scrutin soit annulé/recommencé si aucun candidat ne convenait au peuple. La moindre des choses il me semble …

280. Le vendredi 27 avril 2012 à 14:31 par didouss

quel horreur ce sujet. quel mépris. quel ERREUR.
si les votes blancs été cotabilisé, je me serais rendue au urne en 2005 pour le second tour. comme beaucoups d’autres. a ce moment là, ce n’ai pas 4.2% de vote blanc qui aurais été comptabilisé. en concéquence aucun des deux n’aurais optenu les 50 %. pour moi cela fait toutes la différence. bien sur, scarco aurait été élu. puisque comme tu le dis, la république n’attend pas. la dessus, je ne dirais rien. il faut bien que les institutions continues. et une république sans président, ce n’est plus une république. mais un président élut avec moins de 50% n’a pas la même cridibilité qu’un élu avec plus de 50%. donc NON le vote blanc n’est pas pris en compte, et non cela n’est pas démocratique. nous avons le droit de ne pas être en accord avec l’instition en place. nous avons le droit de ne pas se reconnaitre et de ne pas légitimé un président.
maintenant, si les vote blanc te fond perdre du temps, arrêt ton bénévolat.
mais je ne voie pas des quel droit tu t’autorise a nous faire la moral. nous nous exprimons légalement.
pour être honnette jusqu’au bout, je ne sais pas pour qui je vais voter, ni même si je vais y aller.

281. Le vendredi 27 avril 2012 à 14:58 par RG

@280 didouss

un président élut avec moins de 50% n’a pas la même cridibilité qu’un élu avec plus de 50%.

Rassurez vous, il s’en fout.

pour être honnette jusqu’au bout, je ne sais pas pour qui je vais voter, ni même si je vais y aller.

Et vous lui donnez raison.

282. Le samedi 28 avril 2012 à 03:07 par Crevek

@RG 281,

S’il n’arrive déjà pas à avoir 50% des suffrages exprimés pour la présidentielle, comment croyait vous qu’il arrivera à avoir la majorité à l’assemblé ?
C’est beau d’occuper le poste de président, mais il ne fait pas tout.

Je rejoins nombre de commentaire, le vote blanc c’est répondre par “ni l’un, ni l’autre (ou les autres)”.
C’est avoir fait le choix de n’appuyer aucune des deux politiques proposées. De montrer que l’on s’est intéressé à la campagne mais qu’aucun des deux partis ne répond à mes attentes. Et si la majorité dis “nous ne voulons pas de ces représentants là” en quoi cela paralyserait la démocratie ?
Je trouve que la démocratie est bien plus paralysée quand elle a des élus, sortis vainqueur avec beau 50% mais avec 50 % d’abstention. Soit au mieux, 25% des électeurs. C’est vrai que ce genre de système nous grandis tellement de choisir un vainqueur à tout prix, peut importe la représentativité …

283. Le samedi 28 avril 2012 à 17:11 par alex

D”après vous, puisque le site diffuseur est à l’étranger, le fait que des internautes français puissent y accéder en France n’est pas punissable car la loi française ne peut pas s’appliquer.

Comment traiter la condamnation de eBay en 2000 par un tribunal français à enlever pour les internautes français, tous les objets nazis ?

284. Le mercredi 2 mai 2012 à 02:28 par Bichon

Le bichon que je suis emmaÿrde fort tendrement le légume que vous êtes.

285. Le mercredi 2 mai 2012 à 21:56 par Bronto-JR

Bonjour Maître Eolas,
Je t’ai découvert grâce à Sebsauvage, dont je consulte le site plusieurs fois par jour.
Je viens lire ton blog tous les 1 ou 2 mois, je ne lis pas tous tes articles (trop techniques pour quelqu’un comme moi et vu mon domaine) mais j’en lis la plupart, et je me suis forgé une haute opinion de toi, à force d’éclairer un peu le désert de mes connaissances en droit français grâce à eux. Je comprends également mieux certains aspects de l’actualité qui ne me sont pas forcément évidents sans ton point de vue.

Mais j’ai bondi en lisant ceci : “Voilà vraiment le marronnier des élections présidentielles, avec la controverse des 500 signatures, qui rejaillira en 2017, et à laquelle je n’opposerai que deux mots : Jacques Cheminade. Si un tel hurluberlu a obtenu (à deux reprises) ses 500 signatures, qu’on ne vienne pas me dire que le système est trop sélectif : il ne l’est manifestement pas assez”

Je suis ce que l’on pourrait appeler un sympathisant de cheminade, je suis beaucoup son actualité, ses discours, son programme. Je ne suis donc pas objectif. Mais c’est mon rôle en tant que lecteur. Tandis que toi en tant que bloggeur, influent, tu qualifies un homme politique d’ “hurluberlu” au détour assassin d’une phrase mesquine (j’y reviens après), sans même prendre la peine d’étayer ton propos, insinuant par là que ton avis fait foi de vérité. J’aimerais bien savoir pourquoi tu traites quelqu’un, qui, a priori, ne t’a rien fait, d’hurluberlu, aussi gratuitement.

Tu me déçois très fortement. J’espère que tu sauras au moins expliquer pourquoi, pour toi, il est un “hurluberlu”. Et pourquoi également ce qui suit est le discours de chem… tu considères qu’un courant de pensée, qui convainc 580 maires, et plus de 80 000 électeurs, ne mérite même pas le droit de se présenter à des élections, d’essayer de faire entendre sa voix à la France (“pas assez sélectif” résume effectivement bien cette pensée de ta part)./cheminade Voilà pour la phrase mesquine, laisser entendre qu’il est anormal de sortir du bipartisme à l’américaine (ou du tripartisme qui semble s’installer en France). Ce n’est pas parce que notre monde politique s’américanise, avec une concentration des votes vers les 2 partis multi-millionaires (Pour les candidats <5% : 6% des voix pour 5 partis en 2012, contre 25% pour 9 partis en 2002), qu’il faut déclarer anti-démocratique l’expression d’opinions différentes des dirigeants du système en place. Au contraire, je trouve ton propos extrêmement dangereux.

Ce candidat a présenté un projet, extrêmement complet (trop), visible sur son site internet, bien loin des 40 promesses vagues de françois hollande ou de celui tout aussi vague et abstrait de sarkozy. Après si l’on arrête sa propre opinion, sur les propos des journalistes des chaînes publiques, c’est sûr que l’homme qui vient de mars n’est qu’un crétin rigolo, c’est bien plus facile que de s’intéresser à ce qu’il dit lui-même ! Mais si l’on s’intéresse à ce qu’il dit et que l’on l’écoute, on se rend compte qu’il est très loin de dire des conneries, au contraire, il en dit bien moins que les grands rigolos élus (même si ça l’empêche pas d’en dire comme tout le monde…).

Bref, je viens pas “faire de la politique” comme on dit, mais te dire à quel point tes propos m’horrifient, et à quel point la façon dont tu peux parler de cheminade me scandalise.

286. Le vendredi 4 mai 2012 à 09:53 par didouss

281 RG:
merci pour tes remarques trés politicienne. on prend des propos et on les sort du discours pour en faire une argumentation. tu doit être un politicien toi. heureusement, mon texte est juste au dessus du tien. ainsi, chacun poura constaté ta petite manipulation.
et je me réjoui de ta petite phase “Rassurez vous, il s’en fout.”
j’espère que tu as entendue holande ce matin sur RTL. car là tu as pris une grose claque que tu mérite. car si celui qui se voie président dans 3 jours porte autant d’intéret a son score, tu doit prendre concience à quel point le vote blanc comptabilisé serais d’une importance décisive.
et oui, mon bon détracteur de la pensé libre, être élus avec un score sinificatif est toujours d’une importance gruciale pour gouverner aprés. DE Gaule en sont temps, avec 55% s’est demandé s’il ne devais pas démitionner. car cela lui semblais faible comme légitimité . alors monsieur RG, allez vous être suffisament courageux pour reconnaitre votre mesquinerie?
et pour levé aucun doute, si le vote blanc était comptabilisé, j’irais voté assurément. car mon vote alors serais important. mais pour l’heure, et même aprés ce débat trés comiques, digne d’une cour d’école, je ne sais toujours pas se que je vais faire.

287. Le vendredi 4 mai 2012 à 11:43 par RG

@285 didouss

j’espère que tu as entendue holande ce matin sur RTL. car là tu as pris une grose claque que tu mérite

Pas du tout. Non seulement je suis d’accord avec lui mais également avec les prises de position personnelles de Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Eva Joly, Marine Le Pen, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, François Bayrou, Jacques Cheminade, Jean-Luc Mélenchon et enfin Jacques Chirac.

C’est mon côté pragmatique.

288. Le vendredi 4 mai 2012 à 12:41 par ano

“La République a besoin d’un président, pour promulguer les lois, négocier les traités, nommer les ministres, commander l’armée.”
Plusieurs présidents, 2 de chaque parti, un homme et une femme.
A ce moment là je ne voterais plus blanc et arrêterais de faire chier les scrutateurs. Scrutateurs que personne n’oblige à être là.

289. Le vendredi 4 mai 2012 à 19:16 par Il fut un temps...

Le jour où le vote blanc sera pris en compte comme étant le vote des opposants à cette politique opportuniste, démagogique et populiste (cf vote N.O.T.A, None Of The Above), j’arrêterai de voter blanc. Mais d’ici là…

Rappelons nous qu’il fut un temps, le Président de la République (remarquez le P et le R) payait lui-même son électricité à l’Elysée…

290. Le samedi 5 mai 2012 à 13:17 par Mathieu

Excellent, la cour d’assise des mouches. Et j’apprécie particulièrement la qualification en viol aggravé

291. Le dimanche 6 mai 2012 à 17:19 par big_finger

“…Jacques Cheminade. Si un tel hurluberlu a obtenu (à deux reprises) ses 500 signatures, qu’on ne vienne pas me dire que le système est trop sélectif : il ne l’est manifestement pas assez (et je ne crois pas aux larmes de crocodile des Le Pen père et fille,…” : Marrant que vous ne parliez pas, tout comme nos éminents journalistes, économistes, et toute la fine équipe européistes collabo dit “élite”, de Monsieur François Asselineau de l’Union Populaire Républicaine. La peur de citer son nom ou de lui faire face publiquement à l’occasion d’une émission TV ou radio des grands médias cadenassés est incroyable ! Quant à Mr Cheminade, ces propos sur la recherche ne sont pas aussi idiots ou débiles que les lois que vous vous amusez à commenter. Moi, je m’amuse de constater qu’un beau costume et de quelques biens ou billets en compte en banque suffisent à certains pour se définir comme des intellectuels. Pauvre France.

292. Le dimanche 6 mai 2012 à 21:40 par Judy

Alors maitre? et ces bulletins blancs? Pas trop nombreux chez vous à ce scrutin?

Chez nous on a eu un “Coluche” ;)

293. Le lundi 7 mai 2012 à 11:00 par RG

Étonnant, les partisans de la comptabilisation du vote blanc n’ont pas observé que François Hollande est le premier président élu au suffrage universel à ne pas avoir recueilli une majorité de suffrages exprimés…

294. Le lundi 7 mai 2012 à 15:01 par RG

Correctif: il y aurait aussi Chirac en 1995 avec 49.5% des suffrages exprimés.

295. Le mercredi 9 mai 2012 à 00:06 par laudine

Ainsi lors des dernières élections présidentielles,” - c’est anecdotique, mais quand même : on ne dit pas les élections présidentielles, mais l’élection présidentielle, car il y a une seule élection dans une seule circonscription électorale qu’est la France. Sauf si l’on parle de plusieurs élections présidentielles, bien sûr ! Donc merci d’en finir avec les élections présidentielles pour choisir définitivement l’élection présidentielle.

296. Le mercredi 9 mai 2012 à 20:54 par AUREL

je voudrais rectifier une erreur qui je pense s’est glissé par mégarde dans ton poste je cite

“Concrètement, les scrutateurs (il y en a 4 par table) constatent ensemble la cause de nullité, qui est inscrite sur l’enveloppe (par une lettre correspondant aux cas les plus fréquents), les 4 scrutateurs signent l’enveloppe dans laquelle est remis ce qu’il y avait éventuellement à l’intérieur et elle est aussitôt remise au président du bureau de vote qui l’annexera au procès verbal des opérations, pour qu’en cas de contestation, cette voix puisse être examinée.”
Alors que ce sont les menbres du bureau qui jigne les envellope nul et que la raison de la nullité y est inscrit en toute lettre .

297. Le lundi 14 mai 2012 à 15:46 par RG

Un avis que je partage sur les machines à voter citées plus avant, par un expert judiciaire.

298. Le mardi 15 mai 2012 à 19:19 par chiant

Je fais partie des gens qui vous font chier et en plus

“j’emmerde la société et elle me le rend bien” (slogan de mai 68)

signé : Der volkicher Beobachter

299. Le jeudi 17 mai 2012 à 14:51 par Flaac

Les votes blancs/nuls et abstention sont pris en compte en France. Pas pour l’élection du roi, mais pour les législatives où même 100% des votants peuvent ne pas suffirent pour assurer l’élection dés lors qu’ils ne représentent pas 12,5% des inscrits. Cas hypothétique, mais pas impossible.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« octobre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Contact