Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

“Je suis prêt à pardonner à la justice si elle me relaxe”

Cour d’appel de Paris, Pôle 8 chambre des vacations, 9 juillet 2013, Ministère public contre Nicolas B… et B… contre ministère public.

Ambiance caniculaire dans la chambre des vacations en ce mardi après-midi, ou le tout-Paris de la chronique judiciaire s’est donné rendez-vous (sauf ceux partis en vacances, bien sûr), ainsi que de nombreux avocats, venus par curiosité voir juger l’affaire Nicolas B…, du nom de ce jeune homme, militant enthousiaste de la manif pour tous, incarcéré le 19 juin. Le couloir est rempli de cadreurs et preneurs de son, interdits de cité dans le prétoire, et des badauds qui eussent voulu entrer, mais la chambre est pleine comme un œuf.

Le Pôle 8, chambre des vacations est la seule formation de chambre des appels correctionnels qui siège durant les périodes dites de service allégé (début juillet – fin août), autrefois appelées vacances judiciaires, pendant lesquelles les personnels de la justice prennent leurs congés, et où seules les urgences sont traitées. L’affaire Nicolas était donc une urgence ? Oui, grâce au parquet, fût-ce à son corps défendant.

Rappelons le parcours de ce jeune homme.

Le 28 mai 2013, il comparait devant la 23e chambre en comparution immédiate pour entrave à la circulation, participation à un attroupement malgré sommation de se disperser, et fourniture de faux éléments d’identité pouvant amener à de fausses mentions au casier judiciaire. Je reviendrai sur les circonstances exactes de cette interpellation. Il est relaxé des faits de participation à un attroupement, reconnu coupable pour les autres délits, et condamné à 200 euros d’amende avec sursis, c’est-à-dire qu’il n’aura pas à payer cette amende s’il n’est pas à nouveau condamné pour crime ou délit de droit commun dans un délai de 5 ans. Curieusement, les anti-mariage pour tous n’ont jamais relevé cette décision comme une démonstration que la justice pouvait être clémente à leur égard ou bien qu’elle était trop laxiste. Deux poids deux mesures, comme ils disent ; mais dans ce sens là, c’est bien. Estimant quant à lui cette peine trop douce, le parquet va faire appel de cette décision, rendant comme vous allez le voir service à Nicolas B…

Le 19 juin, il comparait à nouveau en comparution immédiate devant la 16e chambre pour rébellion, refus de se soumettre aux relevés signalétiques (empreintes digitales et photographie), fourniture de faux éléments d’identité pouvant amener à de fausses mentions au casier judiciaire. Du fait de l’appel du parquet de la condamnation du 28 mai, il n’est pas considéré en état de récidive ; voilà le service dont je vous parlais. Le tribunal fait preuve de nettement moins de clémence, et même d’une certaine sévérité, le condamnant à 4 mois de prison dont deux avec sursis, les deux mois ferme étant assortis d’un mandat de dépôt, c’est à dire qu’elle est mise à exécution immédiatement, outre 1000 euros d’amende. Trois policiers s’étant constitués partie civile pour les faits de rébellion, ils est condamné à leur payer 250 euros chacun, outre 150 euros au titre des frais d’avocat (c’est le forfait habituellement prononcé, qui est une insulte au travail des avocats des parties civiles). Cette fois, c’est lui qui fait appel du jugement, le parquet faisant un appel incident, c’est-à-dire un appel en réaction à l’appel, dit principal, du prévenu, afin de permettre à la cour d’aggraver la sanction si elle le souhaite. Faute d’un appel du parquet, l’appel serait dit a minima, la cour ne pourrait que confirmer la peine ou la diminuer. Dans les faits, l’appel incident du parquet est systématique, au point que la règle de l’appel a minima est vidée de son sens (sauf si le tribunal a prononcé le maximum; bien sûr).

En cas d’appel d’un jugement rendu en comparution immédiate, la cour d’appel doit statuer dans un délai de quatre mois (art. 397-4 du code de procédure pénale, ou CPP). Le condamné incarcéré qui fait appel étant considéré en détention provisoire, il peut former une demande de mise en liberté selon les conditions du droit commun : la cour doit examiner la demande de mise en liberté dans un délai de deux mois (art. 148-2 du CPP). La défense de Nicolas a formé une demande de mise en liberté, sachant que généralement la cour programme l’appel au fond en même temps que la demande de mise en liberté, qui n’a plus d’objet mais a raccourci le délai d’examen de l’appel de quatre à deux mois. C’est ce qui s’est passé ici.

Le parquet général (on appelle le parquet général le parquet de la cour d’appel, par opposition au parquet tout court, qui est celui du tribunal de grande instance) a fait une fleur à Nicolas B… : il avait jusqu’au 28 septembre 2013 pour examiner l’appel du jugement du 28 mai, jusqu’au 19 octobre pour examiner l’appel du jugement du 19 juin août pour examiner la demande de mise en liberté de Nicolas (soit après le terme de sa détention). Il va audiencer à une audience de vacation du 9 juillet les trois affaires : la demande de mise en liberté et l’appel des jugements des 28 mai et 19 juin. Il aurait parfaitement pu laisser Nicolas purger sa peine avant de le rejuger en appel : ç’aurait été tout à fait légal. Au lieu de ça, il a audiencé à trois semaines. Ça n’a pas échappé à la défense qui lui a exprimé sa reconnaissance.

La défense, justement est venue en force. Outre Pierre-Philippe Boutron-Marnion, qui l’avait assisté devant le tribunal en première instance, le banc est occupé par Benoît Gruau, que le premier substituait devant le tribunal, et Léon-Lef Forster, un briscard, grand habitué du pénal et qui connaissait bien les trois conseillers composant la chambre, Bruno La Roche, Dominique Coujard et Xavière Siméoni (la juge d’instruction qui a instruit le dossier Chirac, qui a abouti à la condamnation de l’ancien président de la République et à ce que plus aucun Français n’ignore le mot anosognosie).

L’audience commence avec un retard d’une demi-heure, qui agace l’avocate du dossier suivant, un gros dossier de stupéfiants, où les prévenus se sont pris 5 ans ferme en première instance, mais comme ils n’ont pas donné leur avis sur le mariage homosexuel, tout le monde s’en fiche. Sauf leur avocate.

À 13h58 TT (Temps de Twitter), la cour fait son entrée. L’affaire Nicolas B… est appelée en premier, pour que les autres affaires puissent être examinées dans une ambiance plus sereine (comprendre dans un prétoire vide).

Léon-Lef Forster arrive une petite minute après le début de l’audience. Il retrouve des magistrats qu’il connait et qui le connaissent, et s’excuse auprès de la cour en précisant qu’il était sorti prendre le frais, ajoutant après une fausse hésitation “je ne veux pas dire que la cour ne serait pas fraiche”.

Sourires dans la salle et chez les magistrats, et voilà comment, d’entrée, Léon-Lef Forster a détendu l’atmosphère en montrant qu’il ne venait pas en découdre avec la cour devant la presse, mais traiterait cette affaire avec le recul qu’elle nécessitait. Cette première sortie a, je le pense, marqué tout le reste du procès. C’est une captatio benevolentiæ, qui, depuis Rome, est un des arts essentiels de l’avocat.

Une audience pénale en appel suit une liturgie d’autant plus immuable qu’elle n’est écrite nulle part. D’abord, le président ou un des conseillers en charge du dossier (ici, ce sera Dominique Coujard) constate l’identité du prévenu, d’autant plus importante ici qu’il y a eu de fausses déclarations sur ce point devant la police, rappelle les faits dont est saisi la cour et les peines prononcées. Des points purement techniques sont rapidement évacués : tout d’abord, la cour est saisie de trois dossiers : une demande de mise en liberté et deux appels. La défense indique qu’elle se désiste de sa demande de mise en liberté, qui n’a plus guère d’objet puisque les appels vont être examinés séance tenante (la défense aurait pu la maintenir pour que le prévenu soit sorti du box et soit jugé à la barre, mais ça supposait une salve de plaidoiries et réquisitions, et l’audience s’annonçait longue. Ensuite, la cour souhaite joindre les deux appels en un seul dossier, pour éviter de devoir faire deux audiences à la suite avec réquisitions et plaidoirie à chaque fois, et sollicite la position des parties sur ce point, qui sont toutes d’accord pour cette jonction. Enfin, le prévenu n’a pas été cité dans le délai légal de plus de 10 jours avant l’audience, ce qui entraine nullité de la citation, sauf si le prévenu y renonce. Il y renonce naturellement, sous le conseil unanime de ses trois avocats, puisqu’une nullité imposait de renvoyer à une audience ultérieure à au moins 10 jours, ce que personne ne voulait. Cette précipitation étant dans l’intérêt du prévenu (deux poids deux mesures, en vérité : mes prévenus n’ont jamais joui de tels égards), elle est bienvenue.

Ensuite, seul passage obligé en vertu du CPP, le Conseiller en charge du dossier fait un résumé des faits et de la procédure, qu’on appelle le rapport (on l’appelle le rapporteur, ce qui n’a rien de péjoratif dans une cour qui n’est pas de récréation), puis donne la parole aux parties appelantes pour qu’elles expliquent les raisons de leur appel. On ne souligne jamais assez l’importance de ce moment, surtout quand le prévenu est appelant. Un appel n’est pas une deuxième chance : c’est une critique d’un premier jugement. Il faut donc d’entrée exposer en quoi ce jugement est critiqué : sur la déclaration de culpabilité de tel délit ? Sur le rejet de telle demande ? L’appel non motivé ou juste parce que la peine était trop lourde est mal perçu, ce qui à mon sens est un tort : trouver une peine trop lourde est un excellent motif de faire appel à mon sens. Pourtant des chambres des appels correctionnels se font un devoir d’alourdir les peines en cas d’appel non ou mal motivé. C’est critiquable, mais c’est à savoir.

L’exposé des faits, donc. Tout a commencé le 25 mai 2013, veille de l’ultime manifestation contre le mariage pour tous, puisque la loi était déjà promulguée et entrée en vigueur. Le prévenu a loué ce jour là une fourgonnette, s’est rendu avec des compagnons de lutte sur les Champs-Elysées, et après, diverses manifestations bruyantes demandant le retrait de la loi récemment promulguée et la démission du président de la République, a formé avec eux un attroupement au milieu de la chaussée, gênant la circulation. Rapidement, la police est intervenue, leur demandant de déguerpir, ce qu’ils n’ont voulu. Des gendarmes mobiles ont alors pris les choses en main, et après les trois sommations règlementaires, ont délogé  les récalcitrants. Une fois l’avenue rendue à la circulation, les manifestants sont conduits au poste et placés en garde à vue, du moins je suppose car aucun ne sera poursuivi sauf le héros du jour car celui-ci va vouloir jouer au malin et va donner une fausse identité : fausse date de naissance, et donnera comme nom de famille le nom de sa mère qu’il ne porte pas, mais accole à son nom de famille, celui de son père, à titre d’usage, comme la loi le lui permet, certes, mais elle ne permet pas la substitution. C’est à dire que Nicolas s’appelle à l’état civil Nicolas Pater, et use du nom de Nicolas Pater-Mater. Et il donnera à la police le nom de Nicolas Mater. Amusant de la part du représentant d’un mouvement qui rappelle sans cesse l’importance de bien distinguer le père et la mère.

Ça plus, je le suppose, vous allez voir pourquoi, son comportement, vont irriter l’officier de police judiciaire, et le procureur de la République dont il est le prophète, et notre héros du jour gagnera un défèrement en comparution immédiate pour participation à un attroupement malgré sommations et fourniture de faux éléments d’identité de nature à entrainer de fausses inscriptions au casier judiciaire (les autres participants à l’attroupement ne seront pas poursuivis, je suppose qu’ils ont eu un rappel à la loi). La sévérité du parquet ne sera pas suivie par le tribunal qui le relaxera pour les faits de participation à un attroupement etc. faute de certitude qu’il ait ouï les sommations et le condamnera à 200 euros d’amende avec sursis pour la fourniture de faux éléments d’identité etc.

Aux âmes biens nées, la valeur n’attend pas le nombre des années, comme je dis à mes clients multirécidivistes à 19 ans. Et notre ami n’attendra guère pour se confronter à nouveau à Thémis et ses foudres. Ce sera le 16 juin.

Ce jour-là, notre président bien-aimé (même si lui n’a pas encore eu le bon gout de m’inviter à déjeuner) passait dans l’émission Capital sur M6. Une manifestation contre le mariage entre personnes de même sexe est organisée devant le siège de Métropole Télévision, environ 1500 manifestants s’y retrouvent (1.500.000 selon les organisateurs, je suppose). La manifestation était déclarée, encadrée par les forces de l’ordre et s’est déroulée sans incident. Après que le président a quitté les lieux, la manifestation se disperse, et un groupe d’une vingtaine de personnes se dirige vers les Champs-Elysées, où ils commencent à marcher sur la chaussée en criant des apophtegmes comme “Dictature socialiste !”, Hollande, démission”, et “ta loi, on n’en veut pas”.

Des policiers, déployés sur l’avenue en prévention d’un éventuel after interviennent promptement, mais nos jeunes sont récalcitrants et jouent au chat et à la souris avec les policiers, qui les interpellent promptement et les emmènent pour le traditionnel contrôle d’identité. Voici des images de cette soirée agitée, pour vous faire une idée.

Il y en a un avec qui cela va nettement moins bien se passer, c’est notre ami Nicolas B… . Nettement plus exalté que les autres selon les témoignages des policiers, il va se réfugier dans le restaurant Pizza Pino des Champs Élysées. Là, bousculant clients et serveurs, il monte au premier étage en criant les mêmes slogans que précédemment. À deux reprises, les policiers dégainent et mettent en tension leur pistolet à impulsion électrique, mais décident de ne pas en faire usage, en raison de la présence d’enfants dans le coin du restaurant où Nicolas est allé se faire acculer. Nicolas refusant toujours de se laisser conduire, repoussant les policiers s’approchant, ils décident donc d’y aller à l’ancienne, à l’artisanale. Nicolas est saisi, amené au sol, immobilisé avec étranglement au tonfa. Je l’ai vu faire une fois à un gardé à vue un peu trop enthousiaste. Je vous confirme que c’est douloureux, et que le visage prend vite une jolie teinte violacée. Il y a un certificat médical au dossier constatant quelques jours d’incapacité totale de travail.

Une fois ramené à plus de sagesse (comprendre à la limite de l’inconscience), Nicolas B… est attaché poings et chevilles ensemble dans le dos, dans la position dite du bélier, et il est porté dans un véhicule pour placement en garde à vue pour rébellion. Au cours de sa garde à vue, revenu à la conscience, il donnera à nouveau de faux éléments d’identité, et refusera d’être pris en photo et que ses empreintes digitales soient relevées, ce qui est un délit. Ce point est important : à aucun moment il n’a été question de prélever les empreintes génétiques de Nicolas (même si légalement c’était possible). Donc toute la discussion sur l’ADN et le sort des “faucheurs volontaires” est ici sans pertinence.

Tout cela lui vaut un deuxième passage en comparution immédiate, qui s’est nettement moins bien passé que le premier.

Voici les faits tels qu’ils résultent de l’audience et tels que j’ai pu les reconstituer ; car les débats vont être incroyablement laborieux.

Comme le code de procédure l’impose, le conseiller rapporteur va donner la parole aux appelants. L’avocat général, une parquetière, dira très simplement que le parquet estime que la peine prononcée est dérisoire au regard de la gravité des faits et conteste la relaxe sur la participation à attroupement. Puis la parole est donnée, pour la première fois de l’audience à Nicolas B…, qui va sembler être pris de court par cette question. Après avoir bredouillé quelques phrases, il va demander au conseiller rapporteur de lui poser des questions sur les faits. Celui-ci ne va pas cacher sa surprise. D’ordinaire, les appelants ont plein de choses à dire et ne demandent qu’à avoir la parole. L’audience va donc se réduire à ce que chaque délit soit abordé chacun son tour, le président résumant ce que contient le dossier et demandant au prévenu d’y réagir.

Et il apparait très vite que Nicolas B…, sur le fond, nie tout, même l’évidence. Sur la forme, il n’est pas du tout impressionné par la cour, et, s’il ne maitrise pas l’éloquence judiciaire, a une qualité d’expression propre à celui qui a fait des études. Cela aboutit à des réponses très longues, qui perdent le fil du propos, et ne répondent jamais aux questions précises que pose le conseiller rapporteur. Ces circonvolutions ôtent toute impression de sincérité. Sur les bancs des avocats, un mot circule : “catastrophique”.

Ainsi, sur l’entrave à la circulation, Nicolas feint de croire que c’est parce que la camionnette qu’il avait louée était mal garée qu’il est poursuivi (ce qui aurait constitué une contravention de stationnement gênant). Sur cette manifestation non déclarée, il s’obstine à expliquer que c’était “un apéro festif”. Quand l’avocat général lui demande ce qu’il y avait dans sa camionnette, il feint de ne pas comprendre la question, alors que la réponse est très simple : pour son apéro festif, il n’y avait ni boisson ni amuse-bouches, mais des banderoles, des fusées et des barrières métalliques. Quand l’avocat général lui demande si ces barrières n’auraient pas pu entraver la circulation, il se lance dans une dissertation sur le sens du mot entrave. Quand elle lui demande si le fait pour les participants d’être enchaînés aux barrières était compatible avec un apéro festif, il part sur autre chose.

Pour vous faire votre opinion, voici les images de cet “apéro festif” (à partir de 1:37). Nicolas B… apparait brièvement, porteur d’un T-shirt noir et d’un bermuda rose.

Et il en ira de même pour chacun des délits. La première fourniture de fausse identité ? C’est lié à une erreur sur son acte de naissance sur sa date de naissance (dont il ne fournit aucune copie). L’a-t-il faite rectifier ? Non, il s’est renseigné auprès du maire sur les démarches à accomplir mais n’a pu les faire car il partait étudier à l’étranger. Sachant que cette démarche consiste à prendre un avocat qui s’occupera de tout, même si son client est sur Mars. Mais alors pourquoi 3 semaines plus tard a-t-il donné sa véritable date de naissance ? Parce qu’il avait été condamné la première fois. Mais alors pourquoi n’a-t-il pas donné son véritable nom cette fois ? D’autant que les policiers n’ont pas eu de difficulté à le confondre grâce à sa page Facebook, ouverte à son véritable nom avec une jolie photo de lui. Les explications les plus longues et détaillées de Nicolas B… seront sur ses prénoms, et qui sont ses saints patrons. Ce qui amènera à cette interruption du conseiller rapporteur, très pince-sans-rire : “”Excusez-moi, c’est un peu long, même si c’est très intéressant : revenons aux faits”. Et ainsi de suite. Sur l’entrave à la circulation, il maintient que c’était un simple “apéro festif”. Sur le refus d’empreintes, il ne se souvient pas qu’on le lui ait demandé (il a refusé de signer les PV). La défense Cahuzac, inspirée de la défense Clinton (“I have no recollection whatsoever…”). Sur la rébellion, on confine au grotesque : il prétend ne pas avoir compris qu’il avait affaire à des policiers, et a pris la fuite car il se croyait agressé. Le commissaire de police présent lors de son interpellation a exposé qu’en admettant qu’on puisse prendre des policiers en tenue anti-émeute pour des voyous aussi nombreux que bien équipés, le mot “POLICE” écrit en gros sur les uniformes et les véhicules de soutien situés juste derrière, tous gyrophares allumés, étaient un indice de la véritable profession de ces individus. Nicolas B… réplique en expliquant qu’il s’agissait de policiers en civils, ce que conteste le commissaire, les policiers en civil étant venus une fois l’individu maitrisé pour procéder à l’interpellation.

La défense ne reprendra la main qu’un fois, lors d’un remarquable contre-interrogatoire du commissaire de police présent lors de l’interpellation musclée, et partie civile pour la rébellion, mené par Léon-Lef Forster. On voit la pratique des assises. Car oui, l’arrestation de Nicolas B… a été brutale, sans doute plus que nécessaire, et les policiers n’ont guère été zélés dans la description des faits. Léon-Lef Forster a ainsi établi que la strangulation au tonfa contre la gorge a duré plus d’une minute, a souligné que deux Tasers avaient été activés ce qui enclenchait automatiquement une caméra intégrée, dont les vidéos, certes fort courtes, n’ont pas été produites au dossier, les clients témoins de la scène n’ont pas été entendus. Bref il ne reste que la version des policiers, des collègues interrogés par des collègues. S’ajoutait à cela le fait qu’un des policiers partie civile, étant en congé, n’est pas venu, et que le troisième s’est désisté de sa constitution de partie civile. À mon sens, il y avait moyen d’obtenir une relaxe sur la rébellion et la participation à un attroupement, sur la base du dossier. mais Nicolas B…, par sa maladresse oratoire, son obstination dans le déni, et sa victimisation systématique, a ruiné tout ce que sa défense a pu obtenir. Même sur les questions de son avocat, où il n’a qu’à répondre “oui”, Nicolas B… fait des circonvolution infinies pour finir par ne pas répondre. Sa défense renoncera rapidement à lui poser des questions.

Place aux plaidoiries de la partie civile, qui sera brève : elle conclut à la confirmation du jugement sur la déclaration de culpabilité de rébellion (le seul délit qui l’intéresse), et sur les dommages-intérêts.

L’avocat général, si elle n’est pas un monument d’éloquence (elle lit beaucoup ses notes, et n’est pas aidée par le passage des avions du défilé du 14 juillet) est méthodique et terriblement efficace dans sa démonstration.

Elle requiert l’infirmation du jugement du 28 mai sur la relaxe pour participation à un attroupement malgré sommations, en citant le procès verbal de l’officier de police judiciaire qui a effectué les sommations, et en rappelant que l’attroupement était circonscrit à un cercle d’une dizaine de mètre de diamètre, qu’il était impossible que le prévenu n’ait pas entendu des sommations effectuées par haut parleur et que le comportement des manifestants caractérisait un refus de se disperser et non pas le comportement de jeunes gens obéissants attendant la 3e sommation pour déguerpir gentiment.

Sur l’entrave à la circulation, elle rappelle que c’est le prévenu qui a loué la camionnette, a transporté le matériel  (banderoles, fusées, pétards, fumigènes, barrières métallique, mais pas un seul jus de fruit), et l’a garée sur la chaussée centrale. Pour elle, c’est l’organisateur d’une manifestation visant à bloquer la circulation avec des barrières et des fumigènes.

Sur sa version de la fuite poursuivi par des individus patibulaires, l’avocat général estime qu’elle ne tient pas puisqu’il est établi qu’il est entré dans le restaurant non en appelant au secours mais en criant des slogans hostiles au président de la République.

Sur les empreintes, après avoir souligné, surtout à l’attention de la presse, mais j’en donne acte bien volontiers puisque j’avais aussi commis cette erreur, qu’il ne s’agissait pas des empreintes ADN mais digitales et cliché photographique, cette démarche s’imposait du fait des éléments mensongers fournis sur l’identité, et que sa version selon laquelle on ne lui aurait jamais demandé de donner ses empreintes et qu’il n’aurait jamais vu le PV prenant acte de son refus ne tient pas, Nicolas B… ayant refusé de signer tous les procès verbaux tandis que le procès verbal de refus rédigé par l’officier de police judiciaire est précis et circonstancié, notamment sur l’avertissement donné que ce refus était constitutif d’un délit.

Elle conclut en fustigeant le comportement inadmissible de Nicolas B… Quand un policier vous somme de vous arrêter, dit-elle, vous devez vous arrêter.

Sur la peine, elle requiert 5 mois d’emprisonnement avec sursis et 1000 euros d’amende, peine qui implique un retour en liberté faute de prison ferme et de titre de détention. Si la cour devait néanmoins prononcer du ferme, elle souhaite que la partie ferme n’excède pas la durée déjà effectuée. À ce stade de l’audience, Nicolas a déjà un pied dehors.

Les trois avocats de Nicolas B… vont plaider tour à tour la relaxe, mais leur plaidoirie sera essentiellement axée sur le registre de l’indignation à l’égard de ce qu’a vécu leur client, sur la présentation flatteuse de celui-ci comme un héros de la liberté, et sur ses conditions de détention, sans oublier de longs développements pro domo pour justifier le fait qu’ils n’aient pu assister leur client en garde à vue alors qu’il l’avait demandé.

Sur les conditions de détention, Nicolas B… a été placé à l’isolement administratif, visiblement par décision du chef d’établissement afin d’assurer la sécurité de ce jeune homme de bonne famille, au compte détenu bien garni, qui aurait été une proie tentante pour les autres détenus. L’isolement, qui n’est pas une sanction, est le placement dans une cellule individuelle, à la demande de l’intéressé ou sur décision de l’administration pénitentiaire pour des raisons de sécurité (la cellule voisine était ainsi occupée par Redoine Faïd). Le placement à l’isolement entraine une coupure du contact avec les autres détenus, et de fait interdit de travailler et gêne considérablement les activités annexes, comme l’accès à la bibliothèque, le sport, les promenades. Ce n’est pas un luxe, c’est assez pénible et il est rare qu’un détenu fasse ce choix pour lui, du moins sur le long terme. Contrairement à ce qui a été dit, Nicolas B… a pu avoir des parloirs avec ses parents.

Il est très bien d’exposer à la cour ce que sont les conditions de détention en France. Il est à craindre que les 3 conseillers, dont un a présidé des assises, et un autre a été juge d’instruction, soient au courant de l’état déplorable et ancien des prisons en France, mais c’est le devoir de la défense de rappeler inlassablement ce qu’il en est.

Sur la difficulté à être joint lors de la garde à vue, j’ai coutume de dire que la différence entre un avocat choisi et un avocat commis d’office en garde à vue, c’est que le commis d’office, lui, il vient. À Paris, quand un avocat est demandé, la demande est faxée à la permanence de l’Ordre, qui est opérationnelle 365 jours par an, 24h/24. Elle a la liste des téléphones mobiles des avocats, à condition que ceux-ci l’aient donné à la Direction de l’Exercice Professionnel, et les appelle sur leur mobile pour les informer de la demande. Puis ils informent l’officier de police judiciaire si l’avocat a pu être joint et se déplace, s’il indique ne pas vouloir se déplacer, ou s’il n’a pu être joint, ce qui semble avoir été le cas ici. Un avocat pénaliste doit pouvoir être joint 24h/24, surtout depuis la réforme de la garde à vue. Les avocats qui ne font pas du pénal et n’en font que de manière accessoire n’ont pas intégré cette obligation ou ne veulent s’y soumettre, ce qui est leur liberté. Ils sont donc souvent injoignables. Sans oublier ceux qui veulent leur dernier avocat commis d’office, croyant qu’ils peuvent l’avoir gratuitement à nouveau. La réponse est non. Si vous choisissez, vous payez, car votre avocat ne peut intervenir gratuitement que s’il a été commis préalablement, et le Bâtonnier ne commettra qu’un avocat de permanence. Et si vous êtes un jour en garde à vue et que votre avocat préféré ne peut être joint, demandez un commis d’office. C’est un vrai avocat, comme le vôtre, pas un sous-avocat qui aime bien passer des nuits blanches dans les commissariats. Et il transmettra à votre avocats aux heures de bureau toutes les informations qu’il aura réunies pour qu’il puisse prendre la suite.

Le premier avocat conclut en demandant à la cour “d’oser la relaxe”, ce qui est en effet exactement ce qu’il demande puisqu’il n’y a pas eu d’argument pour expliquer en quoi aucun des six délits ne serait constitué.

Le deuxième reprendra le même registre. Il lira notamment un extrait du guide du manifestant arrêté édité par le Syndicat de la magistrature fustigeant les prélèvements ADN. Très intéressant, certes, mais hors de propos, puisque les débats ont établi, et c’était écrit sur la citation, que les faits reprochés portent sur les empreintes DIGITALES. Il contestera ensuite la rébellion, puisqu’aucun délit n’avait été commis au préalable. J’ai déjà expliqué dans mon commentaire du billet de la nAPM en quoi cet argument ne tient pas. Il invoquera à l’appui de sa démonstration l’article 12 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, me comblant d’aise car c’est un texte pour lequel je nourris une véritable tendresse.

Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Ainsi, l’interpellation brutale de Nicolas B… violerait cet article car elle n’était pas nécessaire mais visait à simplifier la vie des policiers. Pour ma part, je repensais en écoutant mon confrère à l’article 7, qui était assez pertinent en l’espèce.

Art. 7. Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance. 

Lui aussi conclut à la relaxe sur l’ensemble des faits.

Dernier à prendre la parole, Léon-Lef Forster. J’avoue que mes notes me font défaut ici. La fatigue de l’audience (on en était à 3 heures ) joue, mais aussi on écoute maitre Forster comme on écoute un opéra : on ne prend pas de notes. Si j’ai été peu convaincu par son explication pour la présence des barrières, “faites pour sécuriser l’espace de l’apéro festif”, mais j’avais vu la vidéo au préalable, son morceau de bravoure a été sa péroraison sur le fait que la répression des manifestants ne fait jamais qu’envenimer les choses, et qu’en République, il faut pouvoir se bagarrer politiquement, et se saluer le lendemain.

À ce moment, pour moi, il est certain que Nicolas sera condamné pour les deux fausses identités, l’entrave à la circulation, et le refus de donner ses empreintes. Les faits sont clairement établis par le dossier, et la défense n’a pas fourni dans ses plaidoiries la moindre explication juridique justifiant une relaxe. Il y avait moyen d’espérer une confirmation de la relaxe sur la participation à attroupement, et éventuellement sur la rébellion, tant les carences du dossier sur ce qui s’est vraiment passé ont été judicieusement pointées par la défense, sous réserves car je n’ai pas eu accès au dossier. Mais il est tout aussi certain que Nicolas B… sortira libre. Les réquisitions ont été modérées, la plaidoirie d’apaisement tout à fait pertinente, et le comportement des magistrats montre que le comportement du prévenu les a plus amusé qu’agacé.

Et la cour, comme c’est la loi, donna la parole en dernier au prévenu. Et il la prit.

“Je serai bref”, commença-t-il. Et on sut qu’il ne le serait pas. Il va se lancer dans une tirade où il va se présenter comme une victime et va attaquer la justice. Avec des formules comme “la première fois que j’ai comparu dans ce palais dit de justice”, “nous payons 19,6% d’impôt (le taux de la TVA, NdA) pour payer vos salaires”, il expliquera avoir reçu des centaines de lettres de soutien du monde entier (mais ne les produits pas, au grand soulagement de la cour), et conclura en disant qu’il est prêt à pardonner à la justice si elle le relaxe. Les nerfs, la fatigue, la chaleur combinés ont fait que l’hilarité ne pouvait plus être dissimulée sur les bancs de la presse et le président n’a pas pris la peine de rappeler à l’ordre. Je crois avoir compris à ce moment le mandat de dépôt en première instance. Comme l’a dit mon confrère assis à côté de moi, pourtant venu soutenir le prévenu “il avait quatre avocats ; hélas, c’est le plus mauvais qui a plaidé en dernier”.

La cour suspend aussitôt pour rendre son délibéré, plongeant les bancs de la presse dans le dilemme cornélien : “ai-je le temps d’aller fumer – boire un coup – me rafraichir sans risquer de manquer le délibéré”. Risquant de me brouiller à jamais avec la presse judiciaire, je leur indique que je pense que la cour prendra au moins une vingtaine de minutes. La cour a suspendu à 17h10, elle revient à 17h32. Eolas, instrument de mesure validé par l’Institut Français de Pifométrie.

La cour va prendre acte du désistement dans le dossier de demande de mise en liberté, joindra les deux affaires restantes sous un numéro unique, infirmera partiellement le premier jugement sur la déclaration de culpabilité, y ajoutant, déclarera le prévenu coupable sur la participation à attroupement, confirme pour le surplus. Traduction : Nicolas B… est reconnu coupable de l’intégralité des faits, y compris celui pour lequel il avait été relaxé en première instance. Sur la peine, la cour le condamne à 3000 euros d’amende dont 1500 avec sursis, qu’il n’aura donc point à payer s’il n’est pas à nouveau condamné pour crime ou délit de droit commun dans un délai de 5 ans. Il doit payer 1620 euros (1500 euros d’amende + 120 euros de droit de procédure, une taxe sur la culpabilité), qui sera réduit à 1296 euros s’il paye dans les trente jours. Pas de peine de prison, donc plus de titre de détention, Nicolas est donc remis en liberté, même s’il doit être reconduit à la maison d’arrêt pour récupérer ses affaires et faire son parcours administratif de sortie. Ah, oui, et un bonus : Nicolas B… a perdu 6 points de permis pour sa condamnation pour entrave à la circulation.

L’audience est levée, l’heure est désormais aux caméras dans le couloir, et à nos prévenus pour stupéfiants, et pour votre serviteur, celle de prendre une bonne tasse de thé.

Commentaires

1. Le vendredi 26 juillet 2013 à 16:25 par Sébastien

Bonjour,

Merci pour ce billet très riche. Une question de néophyte : quel était l’intérêt pour Nicolas B d’avoir plusieurs avocats ?

Eolas:
Ici, aucun, clairement. Les faits étaient simples, et Léon-Lef Forster amplement de taille à assumer ce dossier seul. Cette pléthore en défense est à mon avis due à des raisons diplomatiques. Les parents de Nicolas ont voulu faire appel à un ténor sans désavouer ceux qui avaient défendu leur fils en première instance. Ils ont donc empilé les avocats : Forster s’est ajouté à Gruau, qui a permis à
Boutron-Marnion de prendre sa revanche de la première instance où ça s’est si mal passé.

2. Le vendredi 26 juillet 2013 à 16:53 par Super Troll de Qualité

- 1 Sébastien

Dépenser l’argent de son papa et de sa maman, of course.

Eolas:
Il y a la drogue et les putes pour ça, c’est plus sympa.

3. Le vendredi 26 juillet 2013 à 16:54 par Asurya

Question incidente à la #1:
Quel intérêt, s’il ne les écoute pas ?

Je suppose que ce genre d’audience se prépare (entre le prévenu et ses conseils), les passages où un “oui” suffit lui ont certainement été signifiés…

4. Le vendredi 26 juillet 2013 à 16:59 par Un autre sébastien

Je pense que maître Eolas (et beaucoup d’autres avocats) serait pour une loi autorisant l’avocat à bâillonner son client :)
Enfin, je suis malheureusement sûr que les zantis ne devraient pas trop tarder à rappliquer ici pour expliquer que ce billet est fortement partial, injuste et provoque des meurtres de chatons.

Cela merci pour ce billet clair et (il me semble) factuel, ça aide à réfléchir sur des événements bien trop malmenés par les médias “traditionnels”.

5. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:09 par totolitoto

Bonjour.

Pourquoi le nom de famille de Nicolas B. n’est-il quasiment jamais mentionné alors que pour d’autres, Francis H. par exemple, on ne fait pas tant de chichis ?

Eolas:
Le nom de Nicolas B a été amplement mentionné dans la presse. Je ne souhaite pas participer à une médiatisation qu’il risque de regretter un jour. Celui qui cherchera son nom via un moteur de recherche ne tombera pas ici.

6. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:12 par Karedig

Un billet rafraîchissant par cette chaleur.
Il n’empêchera pas malheureusement que les opposants au mariage pour tous considèrent toujours que Nicolas a été un “prisonnier politique” et que la police fait plus la chasse aux T-shirts roses qu’aux sweats à capuche…

Eolas:
Ce billet ne s’adresse qu’à ceux que la réalité intéresse.

7. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:18 par SB

Des précisions sur ce point, qui peut sembler contradictoire, notamment si le relaxé n’a pas d’affaires à récupérer ou veut aller les récupérer plus tard ?: “remis en liberté, même s’il doit être reconduit à la maison d’arrêt pour récupérer ses affaires et faire son parcours administratif de sortie.”

Eolas:
Tout prévenu/accusé détenu libéré par une juridiction est d’abord reconduit à la maison d’arrêt; même s’il est naturiste, pour les démarches de libération. On ne sort pas de prison comme ça.

8. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:23 par Eloy

@ SB (7)
Même si le relaxé n’a pas d’affaires, ce qui semble déjà douteux, il est nécessaire qu’il effectue les démarches de sorties à la maison d’arrêt.
Quant à choisir de retourner chercher ses affaires plus tard, la maison d’arrêt n’est pas une consigne.

9. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:45 par Escualdifargo

C’est dans des circonstances pareilles qu’on se surprend à se dire que finalement la droite a raison et que les juges sont vraiment laxistes en France.

Une peine d’amende (sans même une petite suspension du permis de conduire) alors que la cour d’appel le condamne à plus de délits qu’en première instance. Manquait plus que cette condamnation soit exonérée d’inscription au casier judiciaire et on aurait eu droit à la totale !
Si encore il s’était bien comporté à l’audience mais non d’après les compte rendus il a voulu donner des leçons à tout le monde…. C’est à n’y rien comprendre.

Entre la décision lourde en première instance et cette peine dérisoire en appel il me semble que le juste milieu n’a pas été trouvé.

Ce qui me console c’est qu’on a à faire un fanatique sûr d’incarner la parole divine. Il reviendra devant les tribunaux.

Eolas:
Vous tirez à boulets rouges sur cette décision mais ne dites pas ce que ça méritait, selon vous, et pourquoi ?

10. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:47 par KooKiz

Petite remarque, un paragraphe inachevé :

Quand elle lui demande si le fait pour les participants d’être enchaînés aux barrières était compatible avec un apéro festif,

La virgule met le lecteur en haleine, et pourtant la phrase ne sera jamais terminée. Je ne peux que saluer cette maîtrise des techniques de tortures les plus vicieuses à l’attention du lectorat captivé, bien que je me doute que ce ne soit pas volontaire.

Autrement, superbe billet, merci pour ce délicieux moment. Notamment la partie où, de manière fort facétieuse,

Eolas:
J’ai réparé mon erreur, et ne manquerai pas, naturellement, de

11. Le vendredi 26 juillet 2013 à 17:54 par Jordane

Merci Maître pour ce billet.
Je pense entrer dans la catégorie “Zantis” que vous nommez, et pourtant je ne conteste rien bien au contraire ( pour 1 “parano” (Label Eolas) admettez que ce soit surprenant :) ) comme quoi les idées reçues de vos commentateurs vont bon train. Merci d’avoir combattu (un peu) l’ironie qui vous caractérise mais que je comprends evidemment particulièrement ici… Je salue votre pédagogie à l’usage des néophytes (ça va vous éviter pas mal de boulot d’explications sur Twitter)…

12. Le vendredi 26 juillet 2013 à 18:20 par JPA

Bonjour Maitre.
merci pour votre billet avec votre charge de travail actuelle.
Votre billet étant daté du 12 juillet (date où vous avez dû le commencer), et comme il n’est apparu sur le blog que ce jour, j’en conclus que vous devez être débordé. ;)

Pour SB et Eloy
Nicolas B n’a pas été relaxé. Sa condamnation ne comporte pas de prison ferme.

13. Le vendredi 26 juillet 2013 à 18:25 par Le Pet Financier

Oubliez vos notes, reprenez vos gazouillis.
L’ordre de passage des avocats était différent.
L’avocat au nom de restaurant belge et de deux bières était passé en deuxième dans vos tweets (de mémoire).

Pourquoi trois avocats pour une telle affaire ?
Ils travaillent gratuitement, juste pour la pub médiatique ?

Eolas:
Non, l’ordre de passage a bien été le suivant : Pierre-Philippe Boutron-Marnion, Benoît Gruau, et Léon-Lef Forster. je m’explique plus haut sur les causes probables de cette pléthore.

14. Le vendredi 26 juillet 2013 à 18:30 par Eloy

@ JPA (12)
C’est exact, toutes mes confuses.

15. Le vendredi 26 juillet 2013 à 19:20 par olivier sers

Si sa cellule était voisine de celle de Rédoine Faïd, évadé repris (tarif pénitentiaire trois mois de mitard) c’est qu’il était bel et bien lui-même au mitard.
Merci pour ce billet, on s’y croirait.

Eolas:
Je ne fais que répéter ce qu’a dit sa défense.

16. Le vendredi 26 juillet 2013 à 21:35 par SB

@JPA: vous voulez dire que s’il avait été relaxé, il aurait été libre immédiatement, sans avoir besoin de repasser par la prison ?

Eolas:
Non. Relaxé ou libéré malgré condamnation, le parcours est le même. Muchas paperasse.

17. Le vendredi 26 juillet 2013 à 22:08 par Wilow

Juste une amande, pas de prison. Il aura quand passé quelques semaines au frais, c’est déjà ça.

Sinon, merci à l’auteur pour la facilité d’accès du texte aux néophytes. Même si le début, la partie technique sur l’appel à minima/incident, est lourde à digérer, le reste se laisse lire.

18. Le vendredi 26 juillet 2013 à 22:09 par Jimmy

Bonsoir Maître,

Il y a une chose que je ne comprends pas. Nicolas B. a fait de la détention préventive. En Appel il n’est pas condamné à de la prison.
Est-ce qu’il peut alors demander des dommages et intérêts pour la détention effectuée alors qu’il n’est pas condamné à de la prison? comme Dils qui a obtenu des dommages?

19. Le vendredi 26 juillet 2013 à 23:48 par Arthur

@Jimmy : non parce qu’il a été condamné en appel (même si la peine est plus légère). L’obtention de dommages et intérêts n’est possible qu’en cas de relaxe en appel.

Eolas:
Exactement.

20. Le samedi 27 juillet 2013 à 00:21 par Guerandal

@ eolas
§ 14
- L’appel non motivé ou juste parce que la peine était trop lourde est mal perçu, ce qui à mon sens est un tort : trouver une peine trop lourde est un excellent motif de faire appel à mon sens. Pourtant des chambres des appels correctionnels se font un devoir d’alourdir les peines en cas d’appel non ou mal motivé. C’est critiquable, mais c’est à savoir.
§ 24
L’avocat général, une parquetière, dira très simplement que le parquet estime que la peine prononcée est dérisoire au regard de la gravité des faits et conteste la relaxe sur la participation à attroupement

Et là, la justification du parquet n’est pas mal perçu.

C’est toujours très agaçant ce système de deux poids deux mesures et cette connivence entre le parquet et les juges du siège.

21. Le samedi 27 juillet 2013 à 00:31 par Quentin

Encore un billet fort intéressant, et toujours aussi bien écrit (même si la typo peut quelquefois laisser à désirer, entre guillemets suspendus et parenthèses sans fermeture, mais bon, la canicule aura raison de nos neurones à tous, j’en ai bien peur).

Rappelons aussi que Nicolas B., non content de se poser en victime, a carrément joué la carte de l’insolence, tançant, si ma mémoire est bonne, l’une des magistrates.

22. Le samedi 27 juillet 2013 à 01:57 par noel

@20 : “C’est toujours très agaçant ce système de deux poids deux mesures et cette connivence entre le parquet et les juges du siège.”

Je vois que je ne suis pas le seul… Et dans les petites salles d’audience c’est même souvent les messes basses entre le juge unique et le MP…

23. Le samedi 27 juillet 2013 à 03:30 par Protestant 30

Un régal de vérité et de lecture. Merci…

24. Le samedi 27 juillet 2013 à 05:53 par Jean

Bonjour maître,

Une question à la lecture de ce récit circonstancié. Le comportement volontairement provocateur de Nicolas B. à l’égard de l’institution ne semble pas l’avoir desservi outre mesure, la peine prononcée en appel ayant été fortement diminuée par rapport au jugement de première instance.

En vous fondant sur votre expérience, diriez-vous que la cour a fait preuve d’une exceptionnelle patiente à l’égard du prévenu ? Une telle magnanimité est-elle courante?

25. Le samedi 27 juillet 2013 à 08:14 par Jablinois

Passionnant cet univers judiciaire.
Merci d’avoir démystifier (“démytifier” ;o) l’affaire Nicolas.
La justice est effrayante pour un néophyte.
L’anecdote de “l’appel incident systématique”, qui est une insulte au bon sens, n’est pas pour me rassurer. Ne pourrait-on pas fixer une “augmentation plafond” (20%) pour les appels afin d’éviter le “contre-appel” systématique du parquet ?

26. Le samedi 27 juillet 2013 à 09:10 par Jec

Merci… si seulement les concernés pouvaient lire ce texte!
Une question : circonvolution (il a l’esprit tordu) ou circonlocution (il tourne autour du pot)?

27. Le samedi 27 juillet 2013 à 09:28 par VonK

Bon l’article est bon, intéressant, et (à mon avis) assez drôle. Cela dit l’anecdote sur la déclaration de fin me fait me poser une question : la dernière déclaration de l’accusé (je connais pas le terme juridique), à part faire de très belles scènes dans les films avec Robin Williams où il est poursuivi à la fin pour avoir lutté contre l’ordre établi et sort un discours moralisateur qui fait pleurer petits et grands, ça sert à quoi ?
Je veux dire, en général je suppose qu’un procès prend du temps, l’accusé vient d’avoir un avocat ou plusieurs qui ont fait des plaidoiries pour résumer les arguments de la défense, est-il vraiment possible qu’une dernière déclaration change grand chose à ce niveau là ?

28. Le samedi 27 juillet 2013 à 09:40 par no hands SEO

Appreciate some other wonderful posting. Where by more may perhaps any one get that kind of facts ordinary perfect methods of composing? I’ve got a demonstration in the near future, that i’m around the hunt for these kinds of facts.

29. Le samedi 27 juillet 2013 à 09:51 par pola.k

“…pour examiner l’appel du jugement du 19 juin août pour examiner la demande de mise en liberté…”
Un petit passage a sans doute sauté dans cette phrase (ou juste une ponctuation ?)

Sinon, merci pour cet éclairage, maître.

30. Le samedi 27 juillet 2013 à 10:28 par gabian

Je vous félicite pour la qualité pédagogique de l’article mais franchement, au milieu du paragraphe 20 débutant par “Il y en a un avec qui cela va nettement moins bien se passer”, on lit, comme ça, vite dit vite écrit vite lu : “dans le coin du restaurant où Nicolas est allé se faire acculer”.

C’est, dissimulée sous une fallacieuse innocence rédactionnelle, d’une vulgarité si évidente que sa filiation desprogienne n’en atténuera jamais la crasse portée.

J’aurais vraiment, mais vraiment aimé la faire, celle-là.

31. Le samedi 27 juillet 2013 à 10:28 par Crapaud Rouge

Très beau, cet article 7 ! Il n’était pas obligé d’évoquer Ceux qui sollicitent,… mais, le faisant, c’est par un “mais” de toute beauté qu’il doit introduire son objet principal : tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant …

32. Le samedi 27 juillet 2013 à 11:03 par Holmes

Eolas (“…Ce jour là, notre président bien-aimé (même si lui n’a pas encore eu le bon gout de m’inviter à déjeuner)…”)

“En fait de goût, chacun doit être le maître chez soi.” Voltaire - Le dîner des philosophes -

33. Le samedi 27 juillet 2013 à 11:53 par Steph

@gabian 30: cela m’a également étonné qu’un opposant au mariage pour tous se soit fait acculer. Cela démontre peut-être que, finalement, ces opposants ne sont pas tous homophobes.

Félicitations au maître des lieux pour son talent, j’attends le livre avec impatience. Je le placerai à côté du petit dictionnaire superflu dans ma bibliothèque.

34. Le samedi 27 juillet 2013 à 12:20 par Guillaume

Vous utilisez à deux reprises le terme “circonvolutions”. Ne vouliez-vous pas dire “circonlocutions” ?

35. Le samedi 27 juillet 2013 à 12:20 par Maczime

Bonjour,

Notre petit délinquant aura-t-il un casier judiciaire pour cette condamnation ?

Merci et bon week end.

36. Le samedi 27 juillet 2013 à 13:07 par récap59

“j’ai été peu convaincu par son explication pour la présence des barrières, “faites pour sécuriser l’espace de l’apéro festif””

Si c’est ce que son client lui a demandé de plaider, je suppose que la déontologie de l’avocat lui interdit de plaider autre chose.

Cela doit poser un grave problème à l’avocat quand son client est manifestement fou mais jure ne pas l’être.

37. Le samedi 27 juillet 2013 à 13:33 par dineptus

@Guillaume :

http://www.cnrtl.fr/definition/circ…

de rien

38. Le samedi 27 juillet 2013 à 13:46 par tarzan

Merci beaucoup Maître pour ce billet très intéressant.

Vos propos transpirent le respect que vous inspirent les tenors de la défense, vos explications sont très à propos et tout à fait compréhensibles pour des néophyte, beau travail.

Je me permets de vous féliciter pour votre modération constante dans vos billets, tout en vous reprochant une présence sur ce blog peu suffisante à mon avis. Mais une qualité n’est elle pas au prix d’une quantité restreinte ?

Respectueusement,
moi.

39. Le samedi 27 juillet 2013 à 14:55 par Lecteur habitué

Très intéressant.

Je remarque que vous dites que les cours d’appel apprécient peu qu’un condamné en première instance motive son appel par “La peine me semble trop sévère” mais que le parquet n’hésite pas à motiver le sien par “La peine me semble insuffisamment sévère”. Deux poids, deux mesures ;).

40. Le samedi 27 juillet 2013 à 15:38 par Holmes

@ récap59 (36) (” “Cela doit poser un grave problème à l’avocat quand son client est manifestement fou mais jure ne pas l’être.”

À lier,
À cacarder,

- Il n’est pas fou, il est coupable !
- Mais de quoi ?
- Coupable de ne pas être fou !
- C’est fou d’être coupable à ce point !

Sub Lege Libertas - (Boa et baobab)

41. Le samedi 27 juillet 2013 à 15:46 par Shezang

Est-il permis de dire au moins que Nicolas B a pratiqué avec art la captatio malevolentiæ ?

By the way, on parle de bienveillance du tribunal, mais est-il permis de suggérer qu’un tribunal pourrait être malveillant?

42. Le samedi 27 juillet 2013 à 17:31 par Dr. Ivana Fulli

@36 Bonjour recap 59,

///Cela doit poser un grave problème à l’avocat quand son client est manifestement fou mais jure ne pas l’être.///

J’aurais pensé au contraire que cela ouvrait à l’avocat un boulevard vers les circonstances atténuantes, voir l’irresponsabilité…

Sachant que dans le cas qui nous occupe les juges avaient aussi à gérer, euh…disons la confraternité avec les collègues qui avaient décidé du mandat de dépôt pour un jeune homme au casier judiciaire vierge avec des examens à passer dans les jours suivant qui ne sera pas condamné en appel à une peine de prison après que ce mandat de dépôt ait valu à la magistrature française- assise ou pas- le mépris d’une bonne partie de l’opinion chauffée à blanc par les avocats et amis du président Sarkosy ayant répandu l’idée qu’un “mur des cons “définirait l’ensemble de la rouge magistrature française ?

L’anosognosie bénéficie d’une réputation très surfaite chez les juristes en matière de démence (: Vous voyez une autre raison que la conscience douloureuse de ses troubles cognitifs pour qu’une très vieille femme dont les troubles cognitifs font difficilement question aux gens de bonne foi informés par le canard enchainé numérique et un autre journal - sorte avec le sourire d’un centre de radiologie avec une IRM -non dynamique probablement -sous le bras ?). Les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer souffriraient moralement moins et se montreraient moins irritables avec leurs proches et les soignants s’ils étaient anosognosiques mais en revanche, les juges peuvent en apprendre trop d’une personne affaiblie dans ses facultés.

En matière de maladie psychiatrique délirante ou dépressive, l’anosognosie est en revanche un argument diagnostic sachant que la crédulité humaine est incommensurable et que les moins intelligents sont ceux qui ont le plus de mal à changer d’avis -sinon personne ne voterait pour des gens comme silviuccio capable d’accuser les juges italiens tout à tour d’être des juges rouges puis des partisans de la ligue du nord -le parti xénophobe d’extrême droite qui lui avait fait un procès- et retour à la case départ.

Les émules des stratégies berlusconiennes en France ont vraiment davantage de dignité car ils ont pris la peine de trouver un journaliste qui filme en douce un mur et envoie la chose à un avocat qui le rendra public pour donner un peu de corps à leurs allégations de juges rouges.

43. Le samedi 27 juillet 2013 à 17:32 par cecilia

Merci Maitre pour ce roman feuilleton juridique et fort instructif :)

44. Le samedi 27 juillet 2013 à 18:06 par Dr Ivana Fulli

@27 ///”(…) la dernière déclaration de l’accusé (…), à part faire de très belles scènes dans les films (…), ça sert à quoi ?(…)l’accusé vient d’avoir un avocat ou plusieurs qui ont fait des plaidoiries pour résumer les arguments de la défense, est-il vraiment possible qu’une dernière déclaration change grand chose à ce niveau là ?///

Il faut quand même donner aux gens trop mal ou trop bien défendus une occasion de montrer leur vrai visage aux juges!

Sinon, comme tout le monde ne peut pas être défendu par Me Eolas, ou à défaut Me Léon-Lef Forster, cela serait trop injuste.

Et vous avez sans doute raison, interroger les accusés fait probablement perdre beaucoup de temps (sans compter que le temps d’un avocat chargé d’un gros dossier de stupéfiants cela ne doit pas être gratuit).

NB: La médecine sans les patients, c’est aussi plus rapide et plus confortable -on ne dira jamais assez le bonheur des discussions médicales entre confrères brillants qui n’ont pas examiné le malade dans un couloir ou dans un bureau là où on est à l’abri d’un démenti du fait d’un malade insolent ou de sa famille sur les signes du patient et l’histoire de sa maladie, ses antécédents familiaux et personnels etc.

Quel dommage que la loi Kouchner -faisant planer la possibilité d’un médecin généraliste, ou autre médecin traitant, connaissant bien son patient demande accès au dossier médical hospitalier au mépris de toute confraternité - ait supprimé la merveilleuse tradition de recopiage d’âneries non vérifiées d’un service à l’autre et d’une hospitalisation à l’autre. Maintenant, il parait que les dossiers sont trop vides par prudence dans certains endroits et qu’il faut se fier au dossier de transmission des soins infirmiers pour soigner les gens quand on est interne de garde!

45. Le samedi 27 juillet 2013 à 19:16 par Ysabeau

Holmes (40) : il n’est pas fou, ce qui est plus facile à gérer, ni complètement idiot, ce qui est aussi plus confortable pour l’avocat, mais on a affaire à un jeune con exalté et, qui bien que sans doute doté d’une intelligence normale, se comporte comme un imbécile. Et ça, j’imagine que pour un avocat ça doit vraiment, vraiment être un sacré boulet.
Espérons que tout cela lui aura servi et que ses parents lui demanderont a minima de payer l’amende de ses propres deniers. Lesquels parents, si j’ai bien compris, ont eux, eu une attitude nettement plus mesuré sans doute parce qu’ils connaissent bien leur rejeton.

46. Le samedi 27 juillet 2013 à 19:29 par Dr. Ivana Fulli

@45 Ysabeau,

Pour aller à l”essentiel: je serais très intéressée de savoir si Nicolas B est bien la victime d’une erreur matérielle sur son état civil et je vous épargnerai mes convictions personnelles sur le coût en honoraires d’avocats pour faire rectifier la chose par un étudiant fâché avec son père qui travaillait pour payer ses études (d’après la presse).

47. Le samedi 27 juillet 2013 à 19:49 par Dr. Ivana Fulli

Maître Eolas,

Il est curieux que vous ne preniez pas en considération le fait que ce jeune homme ait une mère polonaise alors que les racines d’un homme , comme celle d’un arbre, sont toujours plus profondes qu’on ne l’imagine: en leur disant simplement ” N’ayez pas peur!”, un pape polonais a obtenu que ses concitoyens arrachent le rideau de fer à mains nues -certes ils ont eu la chance d’avoir un Gorbatchev en face mais ils ont été très courageux.

Évidemment de courageux à fanatique, il n’y a que la distance mise par l’idéologie de celui qui vous juge…

Personnellement, sans ces origines polonaises, j’éprouverais des difficultés à ne pas subir l’intime conviction que votre récit est celui du calvaire d’une personne atteinte de syndrome d’Asperger.

48. Le samedi 27 juillet 2013 à 20:26 par Ryuu

@46

S’il existe une erreur sur son état civil (il y en a une sur le mien, j’atteste donc que ça arrive), alors il est idiot:
-de l’avoir mentionné sans pouvoir le prouver
-de ne pas l’avoir dit à ses avocats
-s’il l’a dit à ses avocats et que ceux-ci n’ont pas pu le prouver en obtenant la pièce, ils lui ont probablement dit de le taire. Donc il est idiot de ne pas avoir écouté ses avocats

49. Le samedi 27 juillet 2013 à 20:56 par suruo

Joli billet, aussi impeccable que le précédent !

gabian en #30 a relevé une “innocence rédactionnelle” qui m’interpelle. Du point de vue juridique, on peut dire que le comportement au tribunal de Nicolas B. exclut qu’il fut traité comme un bouc-émissaire ; néanmoins la citation que vous avez mise en titre de votre billet me fait froid dans le dos : doit-on y comprendre que Nicolas B. sera désormais sans pitié aucune puisque la justice ne l’a pas relaxé et qu’il ne la pardonne pas ?

Mais du point de vue politique (de sa politique), Nicolas B. a défendu ses idées d’une manière plus extrême que les autres manifestants qui l’accompagnaient : ces derniers ont obéi aux injonctions des forces de l’ordre. Ni vous, Maitre, ni gabian, ne semblez voir là une manière de se défroquer, sans doute puisqu’ils avaient le devoir d’obéir à ces injonctions, mais peut-être que, dans le feu de l’action, dans l’ivresse de la revendication Nicolas B. n’a pas su, pas perçu qu’il ne pouvait pas continuer à revendiquer de la sorte ? N’est-il pas entré dans le restaurant en criant ses idées ? D’ailleurs, je m’étonne que ces autres manifestants n’aient pas su raisonner, ou au moins retenir, Nicolas B. au moment de l’intervention des forces de l’ordre : pourquoi, comment se fait-il que l’apparition des pandores n’ait pas réveillé chez les manifestants un sentiment de fraternité qui les aurait amenés à faire bloc ?

A voir les vidéos que vous avez mises en liens, ils s’étaient pourtant barricadés ensemble, d’une manière qui me fait irrésistiblement penser à la formation en tortue des légionnaires romains (ce qui, sur la voie publique, est au assimilable à une déclaration de guerre à l’état français, mais pas du point de vue juridique ni diplomatique). La question est ainsi posée : les “fautes” d’un leader (entre guillemets puisque la question se pose au moment où elles ne sont pas encore commises) doivent-elles, peuvent-elles retomber sur les suiveurs ou bien ces derniers ont-ils droit à une totale incurie infraternelle ? C’est à mettre en parallèle avec la citation : faut-il craindre des représailles de Nicolas B. envers ceux qui ne l’ont pas soutenu ou qui n’ont pas su avoir le réflexe de le maitriser ou de le raisonner avant sa fuite ? Brrr…

50. Le dimanche 28 juillet 2013 à 01:23 par Prosper Dugommier

@Dr. Ivana Fulli (47): les partisans du baptême par aspersion sont-ils tous atteints du syndrome d’Asperger ?

51. Le dimanche 28 juillet 2013 à 07:39 par Bertrand

Et sinon combien de violations de la Convention europeene des Droits de l’Homme entre :

-l’arrestation brutale (art.3) pour empecher de s’exprimer et de se rassembler pacifiquement (art.10)

-la detention illegale en garde a vue (art.5) dans des conditions degradantes (art.3)

-la prise d’empreine et de photo inutile (art.8)

-la non assistance par l’avocat de son choix (art.6)

-l’absence de tout temoins policiers regulierement cites a l’audience faisant ainsi obstruction a la justice (art.6)

-la detention a l’isolement en maison d’arret (art.3) coupe de sa famille (art.8)

Mais comme le montre si bien maitre eolas, il est tres simple d’emprisonner en France des activistes politiques plus ou moins legalement avec les comparutions immediates.

Surtout quand les avocats “oublient” ce que sont des conclusions de nullites…et la Convention europeene des Droits de l’Homme ;)

Beau petit proces politque a rapprocher du proces pour la banderole a la rue de solferino.

52. Le dimanche 28 juillet 2013 à 08:30 par Dr. Ivana Fulli

@50 Dugommier:
@50 Dugommier:

//Dr. Ivana Fulli (47): les partisans du baptême par aspersion sont-ils tous atteints du syndrome d’Asperger ?//

En réponse à :

@IF 47 :”Personnellement, sans ces origines polonaises, j’éprouverais des difficultés à ne pas subir l’intime conviction que votre récit est celui du calvaire d’une personne atteinte de syndrome d’Asperger.

L’avantage de l’exercice pro bono de la psychiatrie est de choisir ses clients en dehors de l’urgence et je ne répondrai donc pas à votre question.

Soignez-vous bien quand même!

PS: Le politiquement correct ne s’adresse pas exclusivement aux roms et aux homos et un député européen français avait été épinglé il y a quelques années pour avoir osé utilisé autiste comme une insulte, en bon français moyen qu’il était.

( Le” schizo céleste” des cultureux me semble tout aussi inacceptable.)

53. Le dimanche 28 juillet 2013 à 10:44 par Holmes

@ Dr. Ivana Fulli (47) (“…les racines d’un homme, comme celle d’un arbre, sont toujours plus profondes qu’on ne l’imagine : en leur disant simplement “N’ayez pas peur”…..”)

- Les baobabs avant de grandir, ça commence par être petit. (…) Or il y avait des graines terribles sur la planète du petit prince…c’étaient les graines de baobabs. Le sol de la planète en était infesté. Or un baobab, si l’on s’y prend trop tard, on ne peut jamais plus s’en débarrasser. (…)
Je n’aime guère prendre le ton moraliste. Mais le danger des baobabs est si peu connu, et les risques courus par celui qui s’égarerait dans une astéroïde sont si considérables, que, pour une fois, je fais exception à ma réserve. Je dis : “Enfants ! Faites attention aux baobabs !”

Le Petit Prince - Antoine de Saint-Exupéry _

54. Le dimanche 28 juillet 2013 à 10:57 par jmg

Oublier Chatel au secours de Sarko. Laisser les circonvolutions aux méandres du cerveau et réserver les circonlocutions aux jaspineurs du barreau. Entre autres.

55. Le dimanche 28 juillet 2013 à 11:33 par lambertine

C’est le nouveau terme à la mode, “Asperger” ?

56. Le dimanche 28 juillet 2013 à 12:19 par Me

Honnêtement vos billets sur la manifs pour tous, qui deviennent interminables pour traiter de sujets juridiques d’une simplicité banale, frise l’obsession.
Cela n’est pas pour vous grandir : traiter plutôt des sujets vous permettant de prendre un peu de hauteur, comme les interminables dossiers politico-judiciaires où même les juges ne semblent plus vraiment capables de recoller les morceaux d’années de procédures.
Cela éclairerait le citoyen, et à défaut vos lecteurs.

Parce que très franchement vos états d’âmes sur une loi qui concernera 0,5% de la population à tout casser et qui a obnubilé nos chers gouvernants comme s’il s’agissait d’un incroyable péril que de ne rien faire, on s’en passera.

Eolas:
Chère madame,

Un moment de distraction, sans doute, mais il vous a manifestement échappé que ce billet ne traite pas de la manif pour tous.

Je vous embrasse.

57. Le dimanche 28 juillet 2013 à 13:29 par Kalista

@56 Me :

Selon une étude téléphonique datant de 1992 en France, 4.1% des hommes et 2.6% des femmes d’un échantillon de 20055 personnes ont déclaré avoir eu au moins une relation avec une personne de même sexe au cours de leur vie.

Ca date un peu, certes, mais c’est toujours ça de pris et traîner un peu sur Google me suggère que 2.5% est une bonne borne basse pour “quel est le pourcentage d’homosexuels dans une population donnée” (ça peut monter à plus de 10% à certains endroits). Ce qui fait au strict minimum cinq fois plus que les 0.5% que vous suggérez, et déjà 1.55 millions de personnes à la louche. Donc pas vraiment négligeable en fait.

De plus, les personnes directement concernées par cette loi dite du mariage pour tous (c’est-à-dire celles qui désirent effectivement un mariage homosexuel) ne sont pas les seules personnes que cette loi intéresse. Il s’agit également d’établir de manière légale une égalité de droits qui jusqu’à présent relevait de la fiction - de dire que les homosexuels et les hétérosexuels n’ont pas de raison d’être dans une situation d’inégalité automatique, et donc de gommer l’inégalité que la loi avait mise en place.

L’enjeu me semble justifier que l’on s’intéresse un minimum au sujet, que ce soit en tant qu’opposant ou en tant que partisan de cette modification quand même assez majeure des règles du jeu.

Personnellement, j’ai vraiment apprécié la lecture de cet article. Il m’a pas mal fait rire, mais surtout il m’a permis d’imaginer à peu près comment se passe un procès lorsque le prévenu, en gros, décide vraisemblablement délibérément de jouer au con et fait en plus preuve d’une inconscience qui me semble notable. En bonus, il s’agit d’un procès à l’encontre d’un individu engagé dans la manif pour tous, et pourtant les faits qui lui sont reprochés le lui sont de manière complètement détachée des revendications politiques - en gros, ses valeurs on s’en fout, ce qui est important c’est qu’il a très clairement dérapé en tant que citoyen (je crois que le terme est “effectuer des délits” mais j’ai un doute). Et je trouve ça bien que la justice ne juge pas sur les valeurs mais sur les actes dans ces circonstances.

Donc oui, personnellement cette série d’articles m’intéresse (et pas juste pour l’aspect quand même assez amusant des situations décrites).

58. Le dimanche 28 juillet 2013 à 14:21 par Dr. Ivana Fulli

@ kalista: ///(…) personnellement cette série d’articles m’intéresse (et pas juste pour l’aspect quand même assez amusant des situations décrites///

Comme par exemple, ce qui suit?

///(…) Nicolas refusant toujours de se laisser conduire, repoussant les policiers s’approchant, ils décident donc d’y aller à l’ancienne, à l’artisanale. Nicolas est saisi, amené au sol, immobilisé avec étranglement au tonfa. Je l’ai vu faire une fois à un gardé à vue un peu trop enthousiaste. Je vous confirme que c’est douloureux, et que le visage prend vite une jolie teinte violacée. Il y a un certificat médical au dossier constatant quelques jours d’incapacité totale de travail.

Une fois ramené à plus de sagesse (comprendre à la limite de l’inconscience), Nicolas B… est attaché poings et chevilles ensemble dans le dos, dans la position dite du bélier, et il est porté dans un véhicule pour placement en garde à vue pour rébellion.(..)La défense ne reprendra la main qu’un fois, lors d’un remarquable contre-interrogatoire du commissaire de police présent lors de l’interpellation musclée, et partie civile pour la rébellion, mené par Léon-Lef Forster. On voit la pratique des assises. Car oui, l’arrestation de Nicolas B… a été brutale, sans doute plus que nécessaire, et les policiers n’ont guère été zélés dans la description des faits. Léon-Lef Forster a ainsi établi que la strangulation au tonfa contre la gorge a duré plus d’une minute, a souligné que deux Tasers avaient été activés ce qui enclenchait automatiquement une caméra intégrée, dont les vidéos, certes fort courtes, n’ont pas été produites au dossier, les clients témoins de la scène n’ont pas été entendus. Bref il ne reste que la version des policiers, des collègues interrogés par des collègues. S’ajoutait à cela le fait qu’un des policiers partie civile, étant en congé, n’est pas venu, et que le troisième s’est désisté de sa constitution de partie civile. .///

Vos qualités rhétoriques n’ont d’égal que vos qualités morales.

Pourriez-vous développer l’argument selon lequel les atteintes à la dignité de la personne humaine ou aux droits de l’enfant dans une civilisation etc. ne seraient à prendre en considération qu’à partir d’un certain nombre de cas ?

En quoi le nombre d’homosexuels concernés par le droit au mariage civil, la modification de la filiation juridique et les techniques d’aide médicale à la procréation en pourcentage de la population devrait-il influencer les électeurs et les législateurs ?

Personnellement, je considère qu’un seul achat d’organe chez un humain vivant pour les greffes, chaque achat d’enfant et chaque GPA payante est un crime contre l’humanisme alors que je n’ai jamais été opposée ni au mariage civil des homosexuels, ni au droit à l’adoption légale de couples homosexuels.

Je n’en suis pas moins très impressionnée, très sincèrement, par les dispositions intellectuelles et morales de commentateurs tels que vous et @49 suruo - ce dernier a la bonté de craindre des représailles d’un Nicolas B à l’encontre de camarades de combat qui ne l’aurait pas soutenus. Lui aussi devrait nous en dire davantage.

C’est quand même beaucoup plus original que tous ces commentateurs qui fantasment sur la sodomisation de Nicolas B!

Que craint-il ? Que Nicolas B leur tiennent un discours un peu trop riche en détail ?

Qu’il leur impose la lecture publique de quelques centaines de cartes postales ?

59. Le dimanche 28 juillet 2013 à 14:37 par Le Bon

Très chez Maître.
Je vous remercie pour ce billet, que je trouve très instructif.
Je vous avouerai que, dans le billet précédent, je n’avais pas été très convaincu par votre plaidoyer. En effet, vous laissiez entendre que Nicolas B. avait été interpellé en marchant en groupe sur l’avenue des Champs Élysées, en criant des slogans hostiles au gouvernement, et vous considériez que c’était suffisant pour qu’il y ait soupçon de trouble à l’ordre public. Je trouvais cela un peu excessif tout de même, tout en ne doutant pas que vous puissiez citer des précédents de ce type.

Par contre, maintenant que je sais les circonstances de l’arrestation, avec l’entrave à la circulation caractérisée (Pourquoi ne se sont ils pas mis plutôt sur un trottoir ou que place de parking ?) je constate que l’arrestation n’avait rien d’arbitraire, et, tout en restant défavorable au mariage des Paires Homosexuelles, je me range de votre avis concernant la décision de justice précédente.

ça me rassure sur l’état de notre Pays. Pouvoir être arrêté parce qu’on marche à plusieurs avec des tee-shirts de la manif pour tous sur les champs Élysées et qu’on a crié “Hollande Démission” même si vous nous démontrerez sans doute, jurisprudence à l’appui, que c’est possible, je trouve ça inquiétant et abusif.

Par contre, qu’il faille pour être arrêté, avoir amené des lourdes barrières, et avoir campé au milieu de la voie publique, tout en résistant aux ordres de dispersion de la Police, je trouve ça rassurant.

60. Le dimanche 28 juillet 2013 à 15:29 par Dr. Ivana Fulli

@55 Lambertine,

///C’est le nouveau terme à la mode, “Asperger” ?///

Question involontairement très pertinente!

En effet, l’association des psychiatres des USA a supprimé le syndrome d’Asperger de la cinquième édition de son manuel diagnostique, le DSM 5 et n’offre plus que la possibilité du diagnostic d’autisme pour le plus grand scandale d’associations d’aspies et de nombreux spécialistes du syndrome.

Pour ce qui intéresse les juristes: la suppression du diagnostic de syndrome d’Asperger pose des problèmes médico-légaux très sérieux si les experts tels que le Pr Fred Volkmar (le pédopsychiatre de Yale qui a signé une étude sur le sujet méthodologiquement bien faite ) ont raison de craindre que les plus intelligents des aspies ne reçoivent plus aucun diagnostic.

Il y a notamment en GB des juristes (et des psychiatres et psychologues experts juridiques) qui se préoccupent du fait que les psychopathes les roulent dans la farine en les flattant et en leur mentant de manière très convaincante tandis que les aspies sont trop souvent jugés de manière bien peu productive pour la société et bien cruelle pour des personnes qui présentent des handicap en matière d’hypocrisie sociale notamment en raison d’une absence de diagnostic pour éclairer les jugements judiciares.

Une étude publiée a montré, par exemple, que les pédophiles psychopathes-qui sont pourtant ceux qui récidivent le plus souvent et de très loin- sont néanmoins ceux des pédophiles envers lesquels les juges d’application des peines étudiés sont les plus généreux en matière de libération anticipées

En France, les juristes ne semblent aucunement concerné à ma connaissance par ce genre de préoccupation et vous avez raison d’ironiser confortablement: tant que les psychopathes seront capables de flatter les juges et de mentir habilement suivant les conseils de leurs avocats les plus distingués…

61. Le dimanche 28 juillet 2013 à 15:32 par PrometheeFeu

Je sais que la legislation Francaise dit que l’on doit obeir a l’ordre d’un policier meme si l’ordre est illegal. Mais l’interaction des articles 7 et 12 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen me semble contredire un tel dispositif. Si l’article 12 interdit aux policiers d’arreter Nicolas B, il me semble que Nicolas B n’est pas “appelé ou saisi en vertu de la Loi” en ce qui concerne l’article 7.

Sinon, habitant aux USAs pays des droits de l’homme pour de vrai bien que pas tous les jours, je trouve honteux cette idee qu’on soit oblige de se soumettre a un ordre illegal. Cela me semble en complete contradiction avec les principes memes de l’etat de droit.

62. Le dimanche 28 juillet 2013 à 15:48 par Kalista

@58 Dr. Ivana Fulli :

En ce qui concerne le passage sur l’arrestation dans le restaurant, je ne considère pas que ce passage en particulier soit drôle (ce qui me fait rire c’est surtout le procès en tant que tel - j’aurais probablement dû le préciser dès mon premier message. J’ai vraiment le sentiment que Nicolas B… a repoussé les limites de la mauvaise foi, et je dois reconnaître que ça a tendance à m’amuser grandement quand de telles manoeuvres sont tentées et échouent lamentablement).

Je suis de manière générale assez récalcitrante face à toute utilisation de la violence, “justifiée” ou non. Malheureusement la situation telle qu’elle est présentée ici me fait penser que Nicolas B… n’a pas laissé énormément d’options aux policiers dont la mission était de l’arrêter. J’ai l’impression qu’ils y ont été un peu (beaucoup) trop fort, clairement, mais je ne pense pas qu’ils soient en tort pour autant - pour répéter une formule qui m’a l’air de revenir assez souvent sur ce blog, quand un policier vous dit de vous arrêtez, vous devez vous arrêter même si vous n’avez rien fait de mal. Si les policiers (garants de l’ordre public) n’ont pas ce pouvoir et l’immunité qui y est attachée, ils sont à peu près inutiles.

Et puis bon soyons honnêtes, je pense qu’à ce stade il est permis de penser que Nicolas B… était parfaitement conscient de ses actes, donc sans sortir de formules du type “il l’a bien cherché” (parce que ça ça crée juste des cercles de vengeance et c’est complètement malsain), il a quand même eu énormément d’occasions explicite d’échapper à un recours à la violence de la part des policiers, et à aucun moment il n’a choisi de saisir une de ces occasions. Je ne vois honnêtement pas comment ça aurait pu bien tourner pour lui dans une telle situation (et c’est un peu exaspérant d’imaginer le cheminement mental qu’il a dû suivre pour arriver à la conclusion que face à des policiers la meilleure option est de se réfugier dans un restaurant - une impasse - et de résister jusqu’au bout. Ou bien peut-être cherchait-il à faire le martyr ?).

“Pourriez-vous développer l’argument selon lequel les atteintes à la dignité de la personne humaine ou aux droits de l’enfant dans une civilisation etc. ne seraient à prendre en considération qu’à partir d’un certain nombre de cas ?”

-> Tout d’abord je vous réfère au commentaire auquel je répondais lorsque j’ai sorti l’outil statistique (ledit commentaire suggérait que le mariage pour tous n’était finalement qu’anecdotique, non représentatif parce que concernant un trop faible nombre d’individus, et que donc les articles concernant le mariage pour tous n’étaient ni utiles, ni intéressants). Il s’agissait ici de démontrer à Me que son propre argument ne tenait pas la route (qui plus est, il n’y a pas que les personnes homosexuelles qui sont concernées directement par le mariage pour tous - en fait, tout l’éventail LGTBQ* est concerné à divers niveaux).

Je ne considère pas moi-même que le nombre soit un argument en tant que tel. Pour moi, dès que la loi crée des inégalités, même entre une personne et tout le reste, elle doit être corrigée.

“En quoi le nombre d’homosexuels concernés par le droit au mariage civil, la modification de la filiation juridique et les techniques d’aide médicale à la procréation en pourcentage de la population devrait-il influencer les électeurs et les législateurs ?”

-> Ceci étant dit, là je suis désolée, mais bien que le nombre ne soit pas un argument en tant que tel il devient un argument du fait des circonstances. Nous sommes dans une démocratie représentative - en théorie, nos représentants sont supposés porter nos voix (les voix de la majorité d’un morceau de la population à chaque fois - dans notre cas, ces morceaux sont définis géographiquement il me semble) lorsqu’ils proposent et votent les lois. Pour être brutale, si le mariage pour tous ne concernait que deux personnes, je ne pense pas que ces personnes seraient représentées (et j’aurais du mal à en vouloir aux élus de ne pas avoir remarqué ces deux personnes en particulier). Et du coup cette loi n’aurait jamais été mise sur le tapis. Les nombres sont importants pour apporter les problèmes sous les projecteurs - les problèmes existent même s’ils ne s’y retrouvent pas.

“Personnellement, je considère qu’un seul achat d’organe chez un humain vivant pour les greffes, chaque achat d’enfant et chaque GPA payante est un crime contre l’humanisme alors que je n’ai jamais été opposée ni au mariage civil des homosexuels, ni au droit à l’adoption légale de couples homosexuels.”

-> Je ne suis pas complètement sûre de comprendre cette position - en gros vous êtes contre l’utilisation d’argent pour accéder à ces technologies, plutôt que contre les technologies elles-mêmes ? En ce qui me concerne l’argent est un portail logique (“toutes ces choses coutent de l’argent à développer et si elles ne sont pas rentabilisées la recherche s’arrêtera,” “porter un enfant pour d’autres pendant neuf mois sans la moindre compensation ?”), mais pas forcément optimal - après je ne suis pas sûre qu’il soit possible d’arriver à un système plus juste tant qu’on sera dans le système économique actuel (où, en gros, l’argent est la seule unité de valeur qui fonctionne réellement).

Personnellement j’ai tendance à penser que l’appareil éthique humaniste actuel est en train de révéler toutes les crevasses qui le parcourent précisément parce que la GPA, le clonage thérapeutique et (à terme) les androïdes et les cyborgs sont en train de devenir des sujets de recherche sérieux. La GPA est déjà une réalité clandestine, le clonage thérapeutique est probablement sur le point d’en devenir une (et les imprimantes 3D ajoutent une couche de complexité au problème), des androïdes (spécialisés, pour l’instant) sont bel et bien en cours de développement (Berenson est un bon exemple de ce qui se fait en ce moment en recherche de pointe), quant aux cyborgs toute personne porteuse d’une prothèse *est* d’ores et déjà un cyborg.

@61 PrometheeFeu

Je pense que c’est surtout une manière de permettre aux policiers d’engager une action qui leur semble juste sans avoir à s’inquiéter de leur faillibilité. S’ils ne peuvent agir légalement que lorsqu’ils sont absolument certains d’avoir raison, il y aura peu de situations où ils auront effectivement la possibilité d’agir.

Le travail de vérité et de droit relève de la justice. Les policiers, eux, sont là pour protéger le présent.

63. Le dimanche 28 juillet 2013 à 16:15 par Vicnent

top, merci !

64. Le dimanche 28 juillet 2013 à 17:00 par Dr. Ivana Fulli

@61 //pays des droits de l’homme pour de vrai bien que pas tous les jours, //

Pas pour tout le monde non plus…

@62 Kalista,

Merci de vos efforts d’éclaircissement qui sont très intéressants. Notamment:
///(…)Malheureusement la situation telle qu’elle est présentée ici me fait penser que Nicolas B… n’a pas laissé énormément d’options aux policiers dont la mission était de l’arrêter. J’ai l’impression qu’ils y ont été un peu (beaucoup) trop fort, clairement, mais je ne pense pas qu’ils soient en tort pour autant - pour répéter une formule qui m’a l’air de revenir assez souvent sur ce blog, quand un policier vous dit de vous arrêtez, vous devez vous arrêter même si vous n’avez rien fait de mal. Si les policiers (garants de l’ordre public) n’ont pas ce pouvoir et l’immunité qui y est attachée, ils sont à peu près inutiles.///

Des policiers “qui y vont un peu (beaucoup) trop fort clairement”,selon votre expression, en toute impunité , selon vos désirs, sont les instruments d’un ministre de l’intérieur qui se comporte en ennemi des règles de fonctionnement d’une démocratie, comme les instances européennes semblent le craindre.

Idem, s’il est exact, qu’un commissaire de police aurait refusé, contrairement à la loi française, à un député maire d’assister un huissier relevant les numéros d’immatriculation de véhicules de gens du voyage occupant illégalement un terrain cultivé.

Accessoirement, des policiers qui y vont, “un peu (beaucoup) trop fort (clairement)” peuvent être les déclencheurs d’émeutes urbaines aux conséquences dramatiques et, comme il ne sera jamais possible d’éviter que certains psychopathes soient attirés par la profession de policiers comme certains pédophiles le sont par l’enseignement et la direction de colonies de vacances, il serait plus prudent de ne pas encourager la violence policière- même contre des jeunes gens de bonne famille opposés au mariage homosexuel.

PS: J’aimerais bien savoir pourquoi Me Eolas utilisait dans un autre billet, la charmante et élégante métaphore “tapette géante” pour désigner le commissaire partie civile qui s’est illustré par son incapacité à empêcher ses subordonnés, malgré sa présence à y aller”un peu (beaucoup) trop fort (clairement)” avec un jeune étudiant leader des veilleurs.

///(…)En ce qui me concerne l’argent est un portail logique (“toutes ces choses coutent de l’argent à développer et si elles ne sont pas rentabilisées la recherche s’arrêtera,” “porter un enfant pour d’autres pendant neuf mois sans la moindre compensation ?”)///

Merci de la franchise de votre dernière phrase qui détonne chez les partisans de la GPA payante qui prétendent que ce qui leur a couté le prix d’un appartement aurait été un don désintéressé!

Pour le reste “science sans conscience n’est que ruine de l’âme” et il n’est pas légitime de faire toutes les concessions éthiques aux chercheurs telles que de les laisser se financer par des actions contraires au respect de la dignité humaine.

65. Le dimanche 28 juillet 2013 à 17:16 par PrometheeFeu

@62 Kalista

Je comprends votre position, mais je ne la pense pas justifiee.

D’abords, je doit preciser que je ne parlais pas d’engager la responsabilite personnelle des policiers, mais simplement de donner aux citoyens le droit de ne pas obeir a un ordre illegal. Dans la pratique, la plupart du temps, les ordres de la police seraient suivis. (Car se tromper coute cher) Ce ne serait que quand la police agit de facon manifestement illegale qu’il y aurait une resistance.

Mais meme si on engageait la responsabilite des policiers, je ne vois pas le probleme. Le reste des gens sont soumis a la loi, qu’ils se trompent ou non. Le policiers eux beneficient d’une formation dans laquelle on pourrait leur expliquer les limites de leurs pouvoirs. Si cela fait vraiment peur, on peu importer le concepte du “qualified immunity” qui permet aux USAs a un policier de dire que meme si il est dans son tort, la loi n’est pas claire sur le sujet. (Bien sur, cela ne fonctionne qu’une fois. Quand la loi est clarifiee, plus de qualified immunity)

Et je pense que dire que le travail de verite et de droit ne releve pas de la police est dangereux. La police peu vous priver de liberte, de votre propriete et de votre vie. Demander qu’elle ne le fasse que quand la loi le leur autorise ne me semble pas particulierement fou.

66. Le dimanche 28 juillet 2013 à 18:58 par Kalista

@64 Dr. Ivana Fulli

“Des policiers “qui y vont un peu (beaucoup) trop fort clairement”,selon votre expression, en toute impunité , selon vos désirs, sont les instruments d’un ministre de l’intérieur qui se comporte en ennemi des règles de fonctionnement d’une démocratie, comme les instances européennes semblent le craindre.”

-> Well, “trop fort” suggère quand même que ces policiers n’ont pas agi de manière entièrement irréprochable (d’une certaine manière : “si tous avaient une formation impeccable ce genre d’excès n’arriverait probablement pas (encore que…) mais je ne pense pas que ce soit quelque chose de réalisable compte tenu de la diversité des individus - il y aura toujours des types plus enclins à la violence que d’autres y compris dans les forces de police”). Quand je dis que je ne pense pas pour autant qu’ils soient en tort j’entends surtout que je ne pense pas qu’ils devraient être sanctionnés pour leurs actions (dans ces circonstances précises).

J’ai l’impression que la situation traitée ici relevait de l’action précipitée et dans ce genre de circonstances je ne suis pas convaincue que “oh, je sais, je vais réfléchir cinq minutes avant de décider de quoi faire pour être sûr que je suis pas en train d’abuser de mon autorité” soit une démarche efficace si le but est le succès de l’opération. Et je pense que si la menace de la sanction avait été présente sur la scène il aurait été possible que ces policiers soient simplement dépourvus d’options, basically un “ouais mais si je veux vraiment l’arrêter je dois me mettre en tort et j’ai pas envie de me mettre en tort”. Et là on parle “juste” d’un type qui hurlait des slogans anti-mariage pour tous (en commettant une série de délits, source de son arrestation), mais je pense que dans une situation de prise d’otages par exemple (hint: il a plus ou moins délibérément profité de la présence de gamins sur la scène pour rendre les tasers inutilisables, encore un point qui a rendu l’étranglement au tonfa plus envisageable qu’autrement) on aurait moins envie de leur taper dessus.

Je considère que l’aspect “ce type manifestait contre le mariage pour tous” n’est pas à prendre en compte ici - l’important c’est qu’il y a eu une série de délits, dont certains ont carrément causé du tort (et potentiellement du danger) à d’autres entités (le restaurant et ses clients, par exemple). Et je ne vois pas trop quel est le rapport avec le ministre de l’intérieur - ces policiers agissaient sauf erreur de ma part en tant qu’individus au service de l’ordre public, je ne suis pas convaincue qu’il y avait des motivations politiques derrière leurs actions (et je ne suis pas non plus convaincue qu’ils mettent en danger le fonctionnement de la démocratie en évitant de laisser faire lorsque des délits sont commis).

“Idem, s’il est exact, qu’un commissaire de police aurait refusé, contrairement à la loi française, à un député maire d’assister un huissier relevant les numéros d’immatriculation de véhicules de gens du voyage occupant illégalement un terrain cultivé.”

-> Euh, certes, je ne connais absolument pas le contexte donc je préfère ne pas trop m’éttendre là-dessus mais relever des immatriculations me semble moins être une situation de précipitation extrême donc j’aurais déjà tendance à être un peu moins clémente là.

“Accessoirement, des policiers qui y vont, “un peu (beaucoup) trop fort (clairement)” peuvent être les déclencheurs d’émeutes urbaines aux conséquences dramatiques et, comme il ne sera jamais possible d’éviter que certains psychopathes soient attirés par la profession de policiers comme certains pédophiles le sont par l’enseignement et la direction de colonies de vacances, il serait plus prudent de ne pas encourager la violence policière- même contre des jeunes gens de bonne famille opposés au mariage homosexuel.”

-> Il n’y a pas de raison de discriminer les gens qui sont opposés au mariage homosexuel, ni d’encourager la violence à tout prix (et je suis au moins en surface consciente que toutes les interventions policières violentes ne sont pas “justifiées”, que des fois les circonstances n’imposent pas l’usage de la violence). Mais je ne pense pas qu’il soit possible de se passer entièrement de violence du côté des forces de l’ordre alors que la violence existe bel et bien du côté des civils. Ca doit être un dernier recours mais ça doit être un recours réel.

“J’aimerais bien savoir pourquoi Me Eolas utilisait dans un autre billet, la charmante et élégante métaphore “tapette géante” pour désigner le commissaire partie civile qui s’est illustré par son incapacité à empêcher ses subordonnés, malgré sa présence à y aller”un peu (beaucoup) trop fort (clairement)” avec un jeune étudiant leader des veilleurs.”

-> Pure spéculation, mais peut-être s’agissait-il simplement d’une référence à La Cité de la Peur ?

“Merci de la franchise de votre dernière phrase qui détonne chez les partisans de la GPA payante qui prétendent que ce qui leur a couté le prix d’un appartement aurait été un don désintéressé!”

-> … Navrée, j’ai beau relire, je n’arrive pas à discerner avec certitude le sens que vous entendez mettre en avant ici (j’imagine que j’ai du mal avec le sarcasme). Si l’idée est de pointer du doigt une hypocrisie du côté des partisans de la GPA payante (du type “j’ai payé pour cet enfant, mais la personne qui l’a porté pour moi était désintéressée”), je crois que je suis d’accord sur le fait que c’est de l’hypocrisie, mais j’avais l’impression (et j’espérais ?) que les partisans de la GPA payante avaient au moins l’honnêteté de dire que non, ce n’est pas désintéressé, ça représente potentiellement beaucoup d’argent. Si effectivement hypocrisie il y a, well, c’est dommage.

“Pour le reste “science sans conscience n’est que ruine de l’âme” et il n’est pas légitime de faire toutes les concessions éthiques aux chercheurs telles que de les laisser se financer par des actions contraires au respect de la dignité humaine.”

-> Oui, mais quelle conscience ? Parce que celle d’il y a un siècle ne s’applique pas aujourd’hui. Celle d’il y a quinze ans non plus d’ailleurs - le monde change bien plus vite qu’auparavant, il est fondamental de faire évoluer l’appareil éthique avec le monde (ou d’assumer d’être conservateur jusqu’au bout et de chercher à faire se soumettre le monde à un appareil d’éthique dépassé qui devient alors une prison).

Si ce que vous suggérez ici est que les recherches sur la GPA sont financées par des GPA payantes et que c’est une atteinte à la dignité humaine, je vais ici exprimer un désaccord de fond : si une GPA payante est effectuée sans qu’il y ait une pression particulière d’un côté ou de l’autre (en gros, les parents génétiques et la mère porteuse consentent librement à travailler ensemble), je ne vois pas de raison de dire que c’est horrible. Notre corps est notre propriété, pas celle de l’humanité, c’est à nous d’établir nos règles du jeu sur ce que l’on accepte ou pas de faire avec.

Par contre, si ces recherches sont financées par des GPA payantes avec consentement non libre (du type “c’est votre seule option”), là il y a un problème - mais le problème ce n’est pas la recherche sur la GPA, c’est l’esclavagisme latent qui en résulte. Je pense qu’il est important de ne pas confondre la technologie et le contexte de son application.

@65 PrometheeFeu

Je crois que je vois à peu près ce que vous voulez dire… mais comment le policier est-il supposé se rendre compte qu’il est en train de faire une bêtise ? Entendons-nous bien je suppose ici que le policier est de bonne foi (qu’il a des raisons relativement rationnelles d’agir).

Si un flic déconne et utilise son autorité pour effectuer des délits, voire des crimes, il est très probablement en train d’outrepasser ses fonctions et peut alors être attaqué en tant que personne ordinaire (… j’espère. J’avoue ne pas suffisamment connaître le fonctionnement des lois sur ce sujet). Mais s’il utilise son autorité pour arrêter quelqu’un qui est en train de commettre des délits (lorsqu’il est dans l’exercice de ses fonctions), il me semble à peu près normal qu’il jouisse d’une immunité sur le plan légal. J’ai du mal à voir comment un monde dans lequel les policiers n’ont aucune immunité sur le terrain fonctionnerait, mais j’admets qu’il est possible que j’aie juste manqué un tournant dans mon raisonnement.

“Et je pense que dire que le travail de verite et de droit ne releve pas de la police est dangereux. La police peu vous priver de liberte, de votre propriete et de votre vie. Demander qu’elle ne le fasse que quand la loi le leur autorise ne me semble pas particulierement fou.

-> Juste pour revenir sur cette phrase, je supposais ici que les individus en question étaient de bonne foi et n’attaquaient pas juste pour le fun. Si on a à faire à des tricheurs, cet argument ne tient plus (… ou tient d’autant plus que les tricheurs perdent leur immunité en trichant ?).

67. Le dimanche 28 juillet 2013 à 20:11 par Dr. Ivana Fulli

Vous m’aviez parfaitement comprise: j’entendais simplement dénoncer , comme vous-même, l’hypocrisie de ceux qui s’achètent très cher une GPA en prétendant que la mère porteuse leur aurait fait un don d’amour…

Pour le reste, ce que vous écrivez est très intéressant mais je pense avoir déjà abusé de la patience du propriétaire et auteur de ce blog et je n’ai plus le temps de commenter ce fil de discussion.

PS: Et ne vous inquiétez pas si vous éprouvez des difficultés avec les personnes sarcastiques ou le second degré en général: c’est le cas de certaines des personnes les plus intelligentes de ma connaissance.

En revanche, si vous avez un jour affaire à la police ou à des magistrats, je vous conseille de les prévenir de vos difficultés avec le second degré en leur demandant de vous interroger sur des faits précis.

Vous disposez de bien d’autres qualités et se moquer de ceux qui ne possèdent pas d’aisance avec le second degré est aussi moralement répréhensible que de se moquer de ceux qui sont dyslexiques ou myopes.

68. Le dimanche 28 juillet 2013 à 21:16 par Lee Anderson

Cher Maitre,

Merci infiniment pour ce billet qui confirme qu’a l’instar du regrette Bobby L. on peut instruire en distraizant.

69. Le dimanche 28 juillet 2013 à 22:24 par Fraçois-Noël Bernardi

56 Me
pour vous en passer rien de plus simple.
Allez ailleurs !

70. Le dimanche 28 juillet 2013 à 23:11 par Francis

Billet moins partial que le précédent,
Et donc nettement plus convaincant !

71. Le lundi 29 juillet 2013 à 03:09 par PrometheeFeu

@66 Kalista

“mais comment le policier est-il supposé se rendre compte qu’il est en train de faire une bêtise ? Entendons-nous bien je suppose ici que le policier est de bonne foi (qu’il a des raisons relativement rationnelles d’agir).”

Comme tout le monde. :-) Je ne comprends pas vraiment la question. Quelles seraient les lois que le policier de bonne fois pourrait violer sans avoir moyen de le savoir?

“Si un flic déconne et utilise son autorité pour effectuer des délits, voire des crimes, il est très probablement en train d’outrepasser ses fonctions et peut alors être attaqué en tant que personne ordinaire”

Je ne suis pas sur que ce soit le cas, mais j’en doute. Imaginez par example un flic qui arrete Monsieur X dans le cadre d’une enquete, pas parcequ’il y a le moindre indice contre Monsieur X, mais Monsieur X ne souhaite pas cooperer, donc par punition, on l’arrete. Ou peut etres que Monsieur X a des antecedents et que donc le flic en question est sur que Monsieur X est coupable sans le moindre indice.

“Mais s’il utilise son autorité pour arrêter quelqu’un qui est en train de commettre des délits (lorsqu’il est dans l’exercice de ses fonctions), il me semble à peu près normal qu’il jouisse d’une immunité sur le plan légal.”

Une immunite contre quoi? Si le policier a agit legalement (c’est l’hypothese que vous semblez presenter) il n’a rien a craindre.

Je ne dit pas que l’on devrait changer ce qui est legal pour un policier. (c’est une autre histoire) Dans le cadre de ses fonctions, un policier a des pouvoirs qui excedent les pouvoirs du reste du monde. (Comme par example, il peu user de la force dans certaines conditions, arreter une personne, etc…) Ce que je dit c’est que quand le policier sort de ce cadre legal, il devrait 1) etres responsable personnelement au penal comme au civil, et 2) les citoyens ne devraient pas avoir a suivre ses ordres illegaux.

En d’autres termes, si le policier a le droit de vous arreter, vous n’avez bien sur pas le droit de vous defendre. Mais si le policier n’en n’a pas le droit, vous devriez avoir le droit de vous defendre de son act illegal.

72. Le lundi 29 juillet 2013 à 11:05 par Quentin

@71 (PrometheeFeu) : Ça, c’est dû à l’absence d’ Habeas corpus dans le droit français.

73. Le lundi 29 juillet 2013 à 11:17 par récap59

Bonjour Dr. Ivana Fulli

Je crois que ceci va vous intéresser :

http://www.gentside.com/insolite/pa…

(64) “s’il est exact, qu’un commissaire de police aurait refusé, contrairement à la loi française, à un député maire d’assister un huissier relevant les numéros d’immatriculation de véhicules de gens du voyage occupant illégalement un terrain cultivé”

C’est douteux, en effet. A ma connaissance le commissaire de police n’est pas placé sous l’autorité du député maire.

Sur la marchandisation du corps humain : je crois que c’est une nuisance qui apparaît inévitablement dans toute société qui tolère de trop grandes inégalités entre ses membres. On ne peut pas être ultralibéral en économie, refuser toute forme de redistribution par l’impôt des plus riches vers les plus pauvres et en même temps dénoncer la marchandisation du corps humain.

L’attitude de l’UMP sur ce sujet est scandaleuse.

C’est un peu comme ceux qui se proposent d‘“abolir” la prostitution à coups de matraques mais qui ne veulent même pas entendre parler d’une augmentation du RSA et encore moins de son extension aux moins de 25 ans.

Ils veulent obliger les jeunes filles à se contenter de la charité privée désintéressée et si cela ne suffit pas pour vivre, les obliger à se laisser mourir. Mais c’est pour leur bien, évidemment.

Ils me font vomir. Je préfère encore les proxénètes, et de loin.

De même je préfère de loin les “marchands de soleil” qui exploitent les victimes de la pénurie de logements mais leur offrent au moins un toit même minable en échange aux édiles qui ont pondu les ignobles normes d’urbanisme malthusiennes (hauteurs limites de construction, densité maximales d’occupation des sols, zones inconstructibles, etc) pour creuser la terrible pénurie de logements qui plonge les plus pauvres dans une détresse telle que sans les marchands de sommeil ils seraient condamnés à une mort horrible.

“A Gennevilliers, commune populaire des Hauts-de-Seine, le maire communiste Jacques Bourgoin organise des «murages sauvages» de pavillons pour empêcher les marchands de sommeil d’installer de nouveaux locataires.”

http://www.20minutes.fr/ledirect/11…

Les marchands de sommeil sont dans le pire des cas des crapules. M. Bourgoin, lui, est un assassin. Il veut priver les plus démunis de leur dernière chance de ne pas crever comme des rats sur le trottoir. L’entendre faire la morale aux marchands de sommeil est insupportable.

En les vilipendant il se comporte comme ces dignitaires de Vichy insultant les passeurs qui sauvaient la vie des juifs en les aidant, moyennant rémunération, à passer illégalement en Suisse ou en Espagne.

Votre combat contre la marchandisation du corps humain n’a aucune chance d’aboutir à quelque résultat positif que ce soit si vous n’êtes pas déterminée à lutter sans relâche contre la cause du problème, qui se trouve dans l’accroissement vertigineux des inégalités et la massification de la misère.

74. Le lundi 29 juillet 2013 à 11:37 par Narduk

Le jeune Nicolas s’est présenté sous une fausse identité.

Une question, si vous êtes arrêté par la police sans aucun moyen de vous identifier, sont-ils obligés de vous relâcher au bout d’un certain délai quel que soit votre délit ?

75. Le lundi 29 juillet 2013 à 11:44 par Kalista

@72 Quentin

J’ignorais tout de ce terme et de ce qu’il représente jusqu’à présent, merci beaucoup !

@71 PrometheeFeu

“Comme tout le monde. :-) Je ne comprends pas vraiment la question. Quelles seraient les lois que le policier de bonne fois pourrait violer sans avoir moyen de le savoir?”

-> Ben… N’importe quelle action qui serait justifiée contre quelqu’un se révélant a posteriori bien coupable, et non justifiée contre quelqu’un d’autre ? Une bêtise n’est ici a priori pas une erreur vis-à-vis de la loi, plutôt une erreur de jugement (par exemple une arrestation par erreur pour suspicion de meurtre alors que la personne arrêtée se révèlera après enquête être parfaitement innocente sur ce point).

Si je sais que je n’ai rien fait de mal, mais qu’on essaie de m’arrêter, est-ce que désobéir à l’injonction (vous êtes en état d’arrestation… j’espère au moins que cette injonction existe réellement en France ?) a un réel intérêt ? La personne qui est en train de m’arrêter peut confondre ça avec une tentative de me dérober à la justice, et si cette confusion apparaît j’aurai un délit de fuite à gérer en plus de l’accusation initiale. Sans compter que si la personne est vraiment convaincue de ma culpabilité je risque un recours à la violence.

“Je ne suis pas sur que ce soit le cas, mais j’en doute. Imaginez par example un flic qui arrete Monsieur X dans le cadre d’une enquete, pas parcequ’il y a le moindre indice contre Monsieur X, mais Monsieur X ne souhaite pas cooperer, donc par punition, on l’arrete. Ou peut etres que Monsieur X a des antecedents et que donc le flic en question est sur que Monsieur X est coupable sans le moindre indice.”

-> Hum, effectivement. A priori j’aurais eu tendance à dire que là il aurait été dans l’exercice de ses fonctions (Monsieur X pourrait être un dangereux criminel récidiviste (prenons l’extrême pour cette expérience de pensée) donc l’arrêter, même sans indice, aurait pu être considéré comme sinon justifié, au moins utile… mais effectivement si un tel pouvoir existe (je ne m’y connais honnêtement pas en procédure française, ni même américaine à vrai dire), ça permet de l’arbitraire pur et ça me semble mauvais.

“Ce que je dit c’est que quand le policier sort de ce cadre legal, il devrait 1) etres responsable personnelement au penal comme au civil, et 2) les citoyens ne devraient pas avoir a suivre ses ordres illegaux.”

-> Je suis parfaitement d’accord avec ce point et ce qui le précède en fait. Je viens de me rendre compte que ce que j’appelais (donc, par erreur) “immunité” correspondait en fait aux pouvoirs attribués à un policier dans le cadre de ses fonctions (utilisation de la force, par exemple) et qu’il n’a que pendant l’exercice de ses fonctions. Et formulé comme ça il y a moins de place pour les problèmes je crois.

“En d’autres termes, si le policier a le droit de vous arreter, vous n’avez bien sur pas le droit de vous defendre. Mais si le policier n’en n’a pas le droit, vous devriez avoir le droit de vous defendre de son act illegal.”

-> Du coup le seul point sur lequel j’ai encore un doute, c’est sur la capacité de la personne arrêtée à déterminer si le policier est dans son droit… mais je devine et j’espère que ma confusion sur ce point spécifique vient de mon ignorance sur les procédures et qu’en fait c’est toujours parfaitement clair. Serait-ce lié à ce fameux habeas corpus ?

Supposons que j’aie effectué un délit il y a quelques temps, et que je n’aie pas la conscience tranquille. Et là, un flic m’arrête pour un crime que je n’ai pas commis. Est-ce qu’il a néanmoins le droit de m’arrêter pour le délit que j’ai commis mais dont il n’a pas conscience, ou pas ? J’espère que la réponse est non (ce serait un peu laisser la porte grande ouverte à la détention arbitraire, voire systématique) mais le problème c’est que j’ai très peu de connaissances en ce qui concerne les procédures réelles (et je crois savoir que les séries télévisées sur le sujet sont presque toujours romancées pour rendre le contenu plus excitant, et que donc je ne peux pas vraiment me baser dessus pour conjecturer…).

76. Le lundi 29 juillet 2013 à 13:26 par suruo

@ Dr. Ivana Fulli # 58 :
Je n’en suis pas moins très impressionnée, très sincèrement, par les dispositions intellectuelles et morales de commentateurs tels que vous et @49 suruo - ce dernier a la bonté de craindre des représailles d’un Nicolas B à l’encontre de camarades de combat qui ne l’aurait pas soutenus. Lui aussi devrait nous en dire davantage.

Oyez : “davantage” !

Que vous inspire la formation en tortue ?
Est-ce une forme d’expression artistique de la manifestation politique ?

—-»> Est-ce que jeunesse se passe ou se radicalise ?

@ PrometheeFeu # 71 :
En d’autres termes, si le policier a le droit de vous arreter, vous n’avez bien sur pas le droit de vous defendre. Mais si le policier n’en n’a pas le droit, vous devriez avoir le droit de vous defendre de son act illegal.

En pratique, lors d’une arrestation, il n’y a que 2 protagonistes (autorité publique d’un côté ; et personnes arrêtées de l’autre), et tous deux sont parties au procès « est-ce une arrestation illégale ? », d’où la nécessité de faire pencher la balance d’un côté jusqu’au moment ou un tiers (juge) pourra statuer, sans quoi les villains exploiteraient ce droit de contester une arrestation pour faire ce qu’il veulent en toute anarchie. Vous n’y pensiez pas sérieusement ?
Bien sûr, de nos jours, la technologie apporte beaucoup : par exemple, les journalistes observent. On pourrait s’inspirer des règles du sport, où l’arbitrage vidéo est accepté, mais il y a un risque de dérives beaucoup trop graves qui font néanmoins de bonnes histoires de SF.

77. Le lundi 29 juillet 2013 à 14:01 par Holmes

@ Lee Anderson (68)

Le tout en accord…

78. Le lundi 29 juillet 2013 à 14:08 par Anonyme

C’est marrant le Figaro n’a pas du tout la même version de cette audience :-)

http://www.lefigaro.fr/actualite-fr…

79. Le lundi 29 juillet 2013 à 14:26 par Recommended

Wonderful. Thank a lot for writing that. I will check to this site to read more and inform my people about it.

80. Le lundi 29 juillet 2013 à 14:47 par toto

pfffouhh mais quel boulet ce Nicolas B !!

Merci pour ce billet rafraîchissant bien qu’un peu technique par endroit.

81. Le lundi 29 juillet 2013 à 14:52 par Henri de Lafforest

Je n’ai jamais vu un avocat défendre avec autant d’ardeur la police et la magistrature.

82. Le lundi 29 juillet 2013 à 15:39 par récap59

Bonjour Henri de Lafforest (81)

” Je n’ai jamais vu un avocat défendre avec autant d’ardeur la police et la magistrature.”

Les avocats sont censés défendre tous leurs clients avec la même ardeur. Je n’ai jamais vu un policier ou un magistrat attaqué en justice ne pas être défendu par un avocat.

Je n’ai jamais entendu un policier ou un magistrat se plaindre d’avoir du mal à trouver un avocat en raison de sa profession.

Rendez-vous compte, ils ne pourraient même pas divorcer.

83. Le lundi 29 juillet 2013 à 18:07 par SB

@Eolas: ” Non. Relaxé ou libéré malgré condamnation, le parcours est le même. Muchas paperasse.”

Comment ça se passe en pratique: le relaxé ou libéré malgré condamnation est conduit en fourgon cellulaire ou menotté ? Peut-on faire usage de la force, ou le considérer comme évadé, s’il se soustrait ou tente de se soustraire à cette procédure ?

84. Le lundi 29 juillet 2013 à 18:34 par Dr Ivana Fulli

@50 P D,

Mea maxima culpa pour mes propos sarcastiques et provocateurs @IF 52 en réponse à:

/// @Dr. Ivana Fulli (47): les partisans du baptême par aspersion sont-ils tous atteints du syndrome d’Asperger ?///

L’élégance de votre phrase me semblait exclure une inculture historique telle que vous ne sachiez pas que:

1.) Pour les polonais, l’église catholique, son clergé et ses bâtiments ecclésiastiques ont été synonymes de leur lutte victorieuse contre la terrible oppression stalinienne depuis 1956 jusqu’en 1989 quand les évêques polonais (officiellement neutres certes) se sont installés à la table de négociation de la liberté parce qu’en 1979 un tiers du peuple polonais avait suivi le pape Wojtyla dans sa semaine de pèlerinage dans sa Pologne natale peu après son élection, un événement qui avait donné naissance à solidarnosc. Ce pape polonais était l’évêque qui avait osé défier le gouvernement communiste en construisant une nouvelle cathédrale.

2.) Alors que le pape précédent, JPI (33 jours de règne mais un sourire inoubliable) était connu pour une ouverture d’esprit vers la contraception et afficha son désir de lutter contre la corruption vaticane tout en déclarant que le pape se devait d’être un papa mais surtout une maman pour ses ouailles, le pape polonais, lui, n’avait rien d’un souriant mariolâtre à l’italienne, il était même furieusement christique et, s’il a lutté dès son élection pendant 10 ans contre le communisme en Europe de l’Est (contre la théorie de libération défendue par le clergé sud-américain qui avait des relents marxiste aussi), il a régné 26 ans et son combat constant a été contre la contraception et l’homosexualité: en 86 une lettre aux évêques décrivait déjà l’homosexualité, non comme un péché à confesser mais comme un mal intrinsèque avait choqué en Italie et son livre “Memoria e identità” affirme que les mouvements en faveur du mariage des homosexuels pourraient faire partie d’une nouvelle idéologie du mal tentant de miner les droits de l’homme, la famille et la dignité des personnes. Le pape polonais qualifiait de “culture de la mort” l’avortement, l’euthanasie mais aussi la fécondation artificielle et les unions civiles et mariages homosexuels.

3.) l’âme polonaise est très fière, éprise de la noble idée du sacrifice et les polonais très courageux. Conrad n’écrivait-il pas que la loyauté est la vertu morale qui suffit à l’homme?

Voilà ce que je pensais que vous saviez nécessairement en raison de l’élégance stylistique de votre phrase. Vous m’accorderez que cela suffit à une psychiatre non psychanalyste (qui n’attends donc pas une illumination freudienne en pensant à autre chose avec une neutralité bienveillante mais rémunérée mais instruit à charge et à décharge )pour penser qu’un jeune homme qui a des racines polonaises a des raisons culturelles suffisantes pour s’exalter dangereusement en considérant que ses valeurs spirituelles sont menacées par le mariage homosexuel de manière difficilement compréhensible chez un jeune français.
Je ne vous soupçonne plus de troubles cognitifs et j’espère vous avoir guéri de votre ignorance.

@78 Merci de ce lien qui montre que Nicolas B aurait aussi prononcé une phrase percutante qui met en perspective la citation choisie par Me Eolas comme titre du billet- citation qui pourrait sembler puérile , à tort en considérant les racines polonaises, ou à raison:

///«Vous avez l’occasion ici de rétablir le lien de confiance entre les citoyens et la justice qui s’est rompu///

Néanmoins, seul le texte de Me Eolas permet de comprendre la brutalité de l’arrestation et leurs conséquences physiques sur ce jeune militant qui n’a pas passé sa prime jeunesse dans la délinquance en admirant les récits des plus grands qui ont gouté à la douceur de la police et des prisons de notre douce France. Lui seul qualifie le commissaire (dans un billet précédent de “tapette géante” et indique clairement que la police n’a pas produit le film de l’arrestation nécessairement tourné et que Nicolas B n’a pas frappé le commissaire dit “tapette géante” et que les deux autres policiers ont renoncé à déposer plainte et sont absents de l’audience

85. Le lundi 29 juillet 2013 à 19:00 par Dr. Ivana Fulli

@76 Le lundi 29 juillet 2013 à 13:26 par suruo

Désolée, je me suis sans doute mal exprimée par : suruo, qui a la bonté de craindre des représailles d’un Nicolas B à l’encontre de camarades de combat qui ne l’auraient pas soutenu, devrait nous en dire davantage, j’entendais nous en dire davantage sur la nature des représailles qu’il envisage du fait d’un étudiant brillant qui travaille pour payer ses études et à 23 ans n’avait jamais commis aucun délit avant ses actions de résistance politique dans un mouvement ayant pour vexillaire le barjot frigide menaçant devant le sénat d’un “il va y avoir du sang” et n’avait frappé personne et en particulier pas le commissaire tapette géante (Eolas dixit).

Je répète dont ma question: Que craignez-vous comme action de représailles contre les autres veilleurs d’un garçon qui, bien que très excité psychiquement, n’a frappé personne ?

Que Nicolas B leur tiennent un discours un peu trop riche en détail ?

Qu’il leur impose la lecture publique de quelques centaines de cartes postales reçues en soutien du monde entier?

Et , je maintiens que vos craintes bienveillantes sont quand même plus beaucoup plus originales sur ce blog que tous ces commentateurs qui fantasment sur la sodomisation de Nicolas B !

86. Le lundi 29 juillet 2013 à 19:16 par Le Pet Financier

A l’autre qui fait une fixette sur la tapette géante, un extrait de dialogue :

- Serge Karamazov : Il s’est fait coincer par la tapette géante.
- Odile Deray : Écoutez, Kara : monsieur n’est pas une tapette. Monsieur est commissaire de police.

De : Alain Chabat et Chantal Lauby, La Cité de la peur (1994), écrit par Gérard Darmon, Alain Chabat, Dominique Farrugia et Chantal Lauby

Il semble que l’humour ne soit pas vraiment votre fort. Vous nous le prouvez à chacune de vos interventions.

87. Le lundi 29 juillet 2013 à 19:34 par toto

Ah “tapette géante” est donc une reprise d’une réplique du mémorable film “la cité de la peur” ?

Nicolas B ferait mieux de se lancer dans le cinéma. Malheureusement pour lui il ne tournait pas dans un film le 9 juillet 2013. Il aurait peut-être fallu le lui rappeler ? En tout cas peut-être qu’il méditera la différence entre fiction et réalité.

88. Le lundi 29 juillet 2013 à 19:45 par Le Pet Financier

@toto
Et si le commissaire cité à l’audience s’appelait Bialès…

89. Le lundi 29 juillet 2013 à 20:03 par Le Pet Financier

@toto
Ou alors, le commissaire cité à l’audience est né à Oran.
On ne sait pas.

90. Le lundi 29 juillet 2013 à 20:05 par Dr Ivana Fulli

@87 Il est permis de penser que Me Eolas possède un sens de l’ humour plus sophistiqué que le vôtre, non?

91. Le lundi 29 juillet 2013 à 21:18 par récap59

@ Dr Ivana Fulli (84)

” l’âme polonaise est très fière, éprise de la noble idée du sacrifice et les polonais très courageux”

Ce n’est peut-être pas ce que les juifs, les communistes, les féministes et les homosexuels polonais pensent des catholiques et des capitalistes polonais.

Et avec le capitalisme triomphant il n’y aura aucune chance que la Pologne échappe à la marchandisation du corps (73)

92. Le lundi 29 juillet 2013 à 23:21 par Youpi

“condamné à 200 euros d’amende avec sursis”
Je découvre!
A écouter la radio, les journaux et la télé, on aurait cru que le gars risquait 20ans de taule.
Tout ce tintouin pour 200€? Y en a qui ont vraiment rien à fiche…

93. Le lundi 29 juillet 2013 à 23:27 par toto

@90
Sans aucun doute !

94. Le mardi 30 juillet 2013 à 10:20 par Dr. Ivana Fulli

@91 Très bonne journée recap 59,

Nous n’avons pas la même définition de l’âme :=)

95. Le mardi 30 juillet 2013 à 10:59 par Sulimo

Non mais… quel petit con quand même.

Je veux bien faire preuve de patience et de mesure, mais quand l’arrogance le dispute à l’ignorance, voire l’inculture, avec un tel aplomb, il ne reste définitivement qu’une bonne paire de baffes. Aux parents, bien sûr, pour avoir laisser “se construire” ce genre de simulacre d’adulte.

96. Le mardi 30 juillet 2013 à 11:06 par Dr Ivana Fulli

@92 Youpi le pervers sadique.

//Tout ce tintouin pour 200€? Y en a qui ont vraiment rien à fiche…//

Un c.. qui se croit intelligent est susceptible d’atteindre des profondeurs abyssales dans la stupidité surtout quand ils sont plusieurs à s’encourager mutuellement dans la descente.

Cela peut être rafraichissant ou attendrissant- jamais quand la c……. est aussi une perversion sadique.

97. Le mardi 30 juillet 2013 à 11:09 par Dr. Ivana Fulli

Me Eolas,

@ 45;48; 92; 86-93 et al.

Vous êtes un saint homme et je suis certaine que l’auréole commence à être visible par les bons adeptes de la foi LGBT!

Car, comme titrerait Charlie Hebdo: “C’est dur d’être aimé par des cons quand on est omniscient”

98. Le mardi 30 juillet 2013 à 11:30 par Dr. Ivana Fulli

@ 95 Sulimo

///Aux parents, bien sûr, pour avoir laisser “se construire” ce genre de simulacre d’adulte.///

Le c.. français est volontiers un adepte de la religion freudienne la plus caricaturale.

Il y a des commentateurs de ce blog qui auraient été capables de rendre Pierpà (comme on dit à Rome) Pasolini homophobe!

Plus sérieusement, il les aurait méprisé et critiqué avec autant de courage que quand il avait pris le parti des policiers contre les gauchistes!

Il faut être un français inculte , synonyme un français dans ce contexte, pour faire de Pasolini un homosexuel flamboyant à la Lagerfeld!

Ciao Pierpà - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=E2L_…

99. Le mardi 30 juillet 2013 à 11:52 par Sulimo

@Dr. Ivana Fulli
Je n’ai jamais parlé de Freud, et au cas où vous l’auriez oublié, on élevait des enfants avant qu’il ne glose.
Enfin j’ai peut-être mal compris votre intervention, tant la rédaction en est absconse.

Dans mon monde les parents jouent un rôle éducatif, ne vous en déplaise. Et quand on n’a pas été capable d’expliquer certains concepts simples, voire même qu’on a laissé s’ériger des citadelles d’imbécillité dans la tête de ses chérubins, on en assume les responsabilités.

Vous pouvez déballer tout l’attirail des grandes idées et des dogmes savants qu’il vous amuse d’étaler céans, l’attitude de ce morveux ne le mérite en rien, et par voie de conséquence, couvre de ridicule à la fois sa prétendue cause, et tous les chantres qui la défendent.

Notez qu’il ne s’agit pas de contester la légitimité de l’opposition au mariage gay, juste de déplorer qu’elle se choisisse des hérauts aussi incongrus, pour ne pas dire ineptes ; quel beau panthéon, entre la Frigide et ce mouflet, les media (pourquoi donc ce correcteur orthographique me suggère-t-il de mettre un “s”) ont du grain à moudre.

Sinon pour finir, défendre une cause, quelle qu’elle soit, ne s’accorde que très difficilement avec une attitude aussi lâche. Apéro festif? je lol aussi tient. Bien molle doit en être la matière !

100. Le mardi 30 juillet 2013 à 11:53 par Ben

Bonjour,

Petite précision: si jamais il est avéré, comme cela est relaté dans le billet, que Nicolas a cassé des objets dans le restaurant, comment se fait-il qu’il n’aie pas été condamné pour dégradations? A-t-il au moins été poursuivit pour une telle infraction?

101. Le mardi 30 juillet 2013 à 12:01 par Curieux...

Bonjour,

comment défendriez-vous un tel client?

Je serais très curieux de lire la plaidoierie que vous auriez fait pour le défendre.

Quels arguments auriez-vous opposés à la cour pour faire en sorte que sa condamnation soit minimale?

Il n’y a aucune prise de position idéologique dans ma question, il s’agit simplement de réthorique.

102. Le mardi 30 juillet 2013 à 12:30 par toto

“Je suis prêt à pardonner à la justice si elle me relaxe”

Je n’en reviens toujours pas !

“Les cons ça ose tout ! c’est même à ça qu’on les reconnait” (M Audiard)

103. Le mardi 30 juillet 2013 à 13:59 par Dr Ivana Fulli

@102

Personnellement, c’est à cette citation de ce pauvre Audiard que je reconnais les imbéciles.

Il suffit d’avoir atteint l’âge canonique d’une dizaine d’année pour s’apercevoir que la plupart des c…. sont des moutons de panurges, comme vous-mêmes parce que pour oser quoi que ce soit, encore faut-il avoir des idées originales.

Nicolas B a sûrement des idées originales et il possède des qualités morales et intellectuelles qui vous font cruellement défaut.

Vous n’êtes qu’un veau au sens du général de Gaulle!

104. Le mardi 30 juillet 2013 à 14:14 par suruo

@ Dr. Ivana Fulli # 85 :

Rhôôô… mais j’aime bien les discours détaillés, moi ! Sauf si c’est pour m’exposer que des reptiliens polymorphes auraient envahi la planète, ou autres joyeusetés déraisonnables qui ne me feront rire qu’en fonction de mon humeur, bien souvent autre part.

Qu’est-ce que je pourrais craindre comme action de représailles ? Pas la moindre idée précise. Mais j’ai vu, eu affaire à des êtres bien plus “excités psychiquement” que Nicolas B., et parfois, même sans représailles autres que l’exaltation elle-même, cette dernière peut constituer la pire de toutes.

Pour ce qui est des représailles contre autrui, on peut supposer ou craindre que Nicolas B. fondera une famille et qu’il n’oubliera pas d’expliquer à ses enfants que c’est le seul modèle de famille… Voyez avec Sulimo en # 99 pour la manière de faire, il me donne l’air de savoir !

Mais peut-être que je donne à “représailles” un sens trop barge…. nec mergitur.

105. Le mardi 30 juillet 2013 à 14:20 par Holmes

@ Youpi (92) (” Tout ce tintouin pour 200 € ?”)
@ Dr. Ivana Fulli (97) (“…C’est dur d’être aimé par des cons quand on est omniscient.”)
@ Sulino (99) (“Bien molle doit en être la matière !”)

- Pour avancer dans le schmilblick,

“… ça fait mal et ça fait du bien…”

106. Le mardi 30 juillet 2013 à 14:41 par Holmes

@ correcteur orthographique,

Hérauts, avec trois jambes…

107. Le mardi 30 juillet 2013 à 14:59 par naska

@Dr Ivana Fulli

habitué de la simple lecture des billets de notre hôte et des commentaires qui ne manquent pas de suivre, je ne prends néanmoins jamais le temps de répondre, par faute de temps ou de motivation, allez savoir.

Cependant, je reste assez perplexe à la lecture de vos propres commentaires, dans la mesure où vous faites preuve d’une condescendance et d’un mépris particulièrement surprenants envers les lecteurs qui pourraient avoir la mauvaise idée de critiquer Nicolas B, qui semble à vos yeux disposer de toutes les qualités du martyr des temps modernes.

Au risque de répéter ce que certains ont déjà pu faire remarquer, l’objet principal du présent billet semble être de présenter le déroulement complet d’une audience d’appel correctionnel assez fortement médiatisée et d’en faire la critique en détaillant les bons et mauvais comportements de chacun.

C’est donc en suivant ce raisonnement qu’Eolas nous fait remarquer en quoi l’attitude du prévenu au cours de l’audience a été tout bonnement catastrophique et n’a pu que le desservir.

Ainsi, si Nicolas B dispose certainement, comme vous le soulignez, de qualités morales et intellectuelles importantes (dont la majorité est d’ailleurs sans doute à mettre au crédit de l’éducation qu’il a reçue plutôt que de ses facultés personnelles), cela ne l’a pas empêché de faire preuve d’une immense stupidité au cours de son (ou plutôt de ses) procès.

Le qualificatif de con employé par certains ne semble donc pas totalement dénué de fondements.

Dans cette affaire, il semblerait que les juges, mais aussi l’avocat général (et ça m’arrache le cœur de le dire !) aient fait preuve d’une grande tempérance, et par la même d’une grande intelligence.

Ainsi, indépendamment des opinions du prévenu sur une réforme législative qui rencontre l’approbation de certains et le refus d’autres (et dont je me fous éperdument, pour votre bonne information), je pense qu’il a agi de façon totalement inconsidérée au cours de l’audience qui nous est décrite et que sa prestation a ruiné le travail fourni par ses avocats.

Comme quoi, l’intelligence n’est pas nécessairement un frein à la bêtise.

Voilà, j’espère avoir résumé correctement ce qu’Eolas, ce mégalomane (oui je suis allé regarder un peu votre blog aussi), a voulu nous montrer.

Il est très bien de se battre pour une cause, qu’elle soit juste ou non pourvu qu’on la considère comme telle (chacun reste libre de ses opinions), mais cela n’interdit pas de réfléchir, surtout lorsqu’on en a les capacités.

108. Le mardi 30 juillet 2013 à 15:14 par toto

@102

Ah c’est sur que son “apéro festif” est une idée très originale (lol) démontrant des “qualités morales et intellectuelles” rares…

109. Le mardi 30 juillet 2013 à 16:35 par Sulimo

@Holmes
Vous n’imaginiez quand même pas que je voulais dire héros?
Tout cela est bien assez ridicule pour que je n’en rajoute pas.

110. Le mardi 30 juillet 2013 à 17:02 par Dr Ivana Fulli

@107 Naska

Avant je pensais que me Eolas était mégalomane, maintenant je sais qu’il est omniscient.

111. Le mardi 30 juillet 2013 à 17:21 par Le Pet Financier

Don’t feed the shrink!

112. Le mardi 30 juillet 2013 à 18:20 par Krieghund

Pour travailler tous les jours avec des délinquants, je peux vous dire que la seule différence entre Nicolas B. et ceux que je vois, c’est l’éducation. Pour le reste, et bien les mêmes excuses qui ne tiennent pas debout, le même refus d’accepter ses actes, la même victimisation. Enfin au moins ceux que je vois ne sont, en général, pas arrogants, pompeux et suffisant. Bon, si ca m’est arrivé une fois quelqu’un comme ca, qui me soutenait que, condamné à 24 mois de prison ferme et en ayant déjà passé 10 en prison, il ne ferait que 1 mois de bracelet électronique. Le tout sur le ton pompeux de celui qui savait tout.
J’avoue que ca m’a bien fait rire… Il l’a gardé 12 mois.

Moi je dis qu’un petit bracelet au moment de l’été pour Nicolas B. Ca aurait été une bonne chose.

113. Le mardi 30 juillet 2013 à 19:07 par Dr Ivana Fulli

@112

Vous connaissez l’histoire du violeur d’Agnès que tout le monde trouvait si intelligent et si raisonnable que le psychanalyste-expert l’avait déclaré dénué de toute dangerosité après le viol avec violence et préméditation -dont transformation d’un arbre en instrument de contention pour viol et torture à l’endroit choisi- d’une jeune adolescente parce que ce violeur le flattait et que la juge l’avait laissé sortir avec le projet de résider dans un internat baba cool peu surveillé, situé au milieu de nulle part mais avec une forêt accessible pour récidiver?

Et je n’ai pas le temps de vous raconter avec quelle intelligence et dévouement vos pareils avaient suivi pour le magistrat cette intégration du renard dans un poulailler pendant plus d’un an avant qu’il ne récidive tandis que la psychiatre chargée de ses soins ne parlait pas français et que le psychologue n’était pas diplômé mais avec quelques clics vous trouverez toutes les informations utiles. Par exemple:

http://tempsreel.nouvelobs.com/just…
///(…)Des éducateurs intervenant en prison rapportent qu’il aime raconter froidement ce qu’il a fait, dans les détails, et qu’il se moque des psys, à qui l’on peut faire gober ce que l’on veut. (…)///
A-t-il mené en bateau le docteur Claude Aiguesvives, l’auteur de la première expertise psychiatrique, effectuée après son premier viol ?Ce psy, qui conclut que le jeune homme a entamé “un travail d’autocritique sincère et authentique”, exclut à son sujet tout diagnostic de psychopathie ou de troubles à dimension perverse. Pour que les choses soient bien claires, le médecin écrit le 26 novembre 2010, un an avant la mort d’Agnès qui le démentira cruellement : “Nous considérons que cette personne n’est pas dangereuse.”

Après cela, il est compréhensible que vous soyez sûr de vous et de votre jugement et fier de vous.

Le système judiciaire français est fait pour les menteurs habiles qui savent flatter les juges , les avocats, les éducateurs etc.

C’est pathétique!

114. Le mardi 30 juillet 2013 à 19:22 par Vaillant

je ne sais si ce petit prétentieux est un crétin.
mais, irrésistiblement,
quand on évoque Nicolas B…, et sa bonne foi,
s’impose à moi un autre nom:
NELLY OLSON

115. Le mardi 30 juillet 2013 à 19:24 par Vaillant

http://www.dulourd.com/photos/souve…

116. Le mardi 30 juillet 2013 à 19:34 par Collier de Perles

Des **éducateurs** intervenant en prison rapportent qu’il aime raconter froidement
Kriegshund, IIRC, travaille comme éducateur… (au fait quelle est votre profession, Docteur -titre que vous brandissez plus que généreusement- : j’espère que ce n’est pas psychiatre, parce que votre tentative de ridiculiser les psychiatres tomberait alors vraiment à plat; mais si c’est tenter de manipuler les gens avec du sanguinolent, du hors sujet, du grotesque, on a l’habitude)

117. Le mardi 30 juillet 2013 à 19:40 par naska

@Dr Ivana Fulli

et vous même chère Docteur, intervenez-vous à titre d’expert devant les juridictions ou cette tâche vous semble-t-elle trop ingrate et peu rémunératrice pour vous ? (à moins que vous ne soyez pas ce que vous prétendez être, mais j’ai la naïveté de vous croire)

Je ne sais pas pour vous, mais l’éternelle technique de prendre un cas particulier pour en tirer des généralités a tendance à m’irriter.

ça me rappellerait presque un certain institut tiens …

118. Le mardi 30 juillet 2013 à 19:41 par naska

j’ai été devancé :-)

119. Le mardi 30 juillet 2013 à 20:23 par Krieghund

@116 je ne sais pas si on se connait, mais je ne suis pas éducateur, mais Conseilleur Pénitentiaire d’Insertion et de Probation.

@115 Donc je ne suis pas éducateur, ni psychiatre. Le terme éducateur n’existe plus en prison depuis longtemps, sauf en ce qui concerne les détenus mineurs. De plus, confondre les éducateurs, ou les CPIP, avec les psychiatres est preuve surtout d’un manque d’information ou de connaissance de la réalité.

Le souci des analyses psychiatriques c’est qu’ils ne voient la personne, dans le cas d’une affaire criminelle, qu’une seule fois. C’est beaucoup trop peu. J’ai déjà signalé des personnes dangereuses à des psychiatres, mais la différence est que je vois certaines personnes tous les 15 jours, et autant il est “facile’ d’embobiner un psy une fois, autant il est plus difficile de le faire avec quelqu’un que l’on voit tous les 15 jours, ou même tous les mois. Il y a toujours une petite phrase qui va remettre en question toute la bonne attitude, et permettre de relever les contradictions et problèmes.

De plus, comme le dit Naska, “l’éternelle technique de prendre un cas particulier pour en tirer des généralités a tendance à m’irriter.”
Pourquoi ? Et bien parce que nous travaillons avec des êtres humains, pas des machines. Les indicateurs de dangerosité ne sont pas les mêmes selon les personnes. De plus, nous mêmes sommes humains, et donc faillibles ( pas comme vous, je suppose). Malgré tout on essaye de bien faire notre travail, en partenariat avec les services médicaux, pour évaluer la dangerosité.

Pour une personne qui passe à travers les mailles, comme ce jeune homme, une bonne dizaine est signalée comme dangereux.

Mais évidemment, vous allez prendre l’exception, et pas la norme. Il y a actuellement 76 000 personnes sous écrou, et 175 000 personnes suivies libres. Combien font la une des journaux ?

120. Le mardi 30 juillet 2013 à 20:34 par Collier de Perles

Excusez moi de m’être trompé sur votre profession (vous postez rarement, mais à bon escient IIRC, et j’avais gardé un souvenir de vous il y a deux ans)… En plus, ce “docteur” -titre invérifiable sur l’étrange toile” , ayant été mis(e) en difficulté lors de l’évocation du calvaire hilarant de Saint Nicolas , patron des prisonniers politiques, essaye de faire diversion avec du Grand Guignol, ce qui nuisait à mes capacités de mémorisation….

121. Le mardi 30 juillet 2013 à 21:30 par Holmes

@ Sulimo (109) (” Vous n’imaginiez quand même pas que je voulais dire héros ?”)

En foie gras de canard poêlé,
Rompre l’os et sucer la substantifique moelle.

122. Le mardi 30 juillet 2013 à 22:24 par Krieghund

Il n’y a pas de souci, Collier de Perles. Je me souviens aussi de ces interventions d’il y a deux ans. A l’époque où, une nouvelle fois, les philistins attaquaient une justice dont ils ignorent le fonctionnement, et dont ils veulent uniquement qu’elle punisse.

Comme le disait le chancelier d’Aguesseau, le justiciable attend de ses juges des “arrêts de cœur”, alors qu’ils ne peuvent lui offrir que des “arrêts de droit.”

Et ça, certains ont du mal à le comprendre.

123. Le mardi 30 juillet 2013 à 22:49 par Dr. Ivana Fulli

@117 et al

Je signe de mon nom et je n’ai aucune raison de connaitre les occupations de pseudonymes.

Mes titres de docteur en médecine, DERBH de pharmacologie et CES de psychiatrie et ancienne interne en psychiatrie sont authentiques.

Savez-vous que Alan Turing ne s’est pas mieux comporté que Nicolas B lors de son procès pour homosexualité?

Il a notamment refusé de regretter son homosexualité et de promettre qu’il ne continuerait pas à commettre des actes de sodomie alors que c’était un délit et avait provoqué son procès en portant plainte imprudemment contre l’auteur d’un cambriolage lié à un amant malgré des conseils très avisés dont un avocat qui ne voulait pas de procès pour lui.

Ceci alors que son homosexualité était tolérée

124. Le mardi 30 juillet 2013 à 23:01 par Dr. Ivana Fulli

Alan Turing était l’Einstein des mathématiques : il est le père de l’ordinateur et de l’intelligence artificielle et a joué un rôle notable dans le déchiffrage du code ENIGMA allemand durant WWII mais la machine de décryptage (dite bombe cryptologique) est due à trois mathématiciens cryptologues polonais qui l’ont transmise aux anglais en 1939.

Alan Turing ne se comportait pas comme les gens ordinaires et, par exemple il se promenait dans la campagne enfermé dans une sorte de scaphandrier en raison de ses allergies aux pollens et s’est suicidé en croquant une pomme empoisonnée…

S’il n’avait pas été homosexuel, Alain Turing devrait faire l’objet des pires sarcasmes de ceux qui n’ont pas de mots assez durs pour conspuer le comportement de Nicolas B!

125. Le mardi 30 juillet 2013 à 23:26 par Dr Ivana Fulli

@122; 112 Krieghund,

Superbe mécanique intellectuelle:

///A l’époque où, une nouvelle fois, les philistins attaquaient une justice dont ils ignorent le fonctionnement, et dont ils veulent uniquement qu’elle punisse.///@122 Kriekhund

///Moi je dis qu’un petit bracelet au moment de l’été pour Nicolas B. Ca aurait été une bonne chose.///@112Krieghund

Personnellement, ce que j’aurais souhaité, c’est que la justice puisse relaxer Nicolas B. en appel.

Et je pense qu’aucune chance n’a été donnée au meurtrier d’Agnès en raison de la mauvaise qualité du suivi alors qu’il avait réussi à tenir assez longtemps sans récidiver dans les pires conditions de tentation.

126. Le mardi 30 juillet 2013 à 23:33 par Didyme

“S’il n’avait pas été homosexuel, Alain Turing devrait faire l’objet des pires sarcasmes”

C’est là où votre comparaison s’arrête, si il n’avait pas été homosexuel il n’aurait jamais eu de prcès pour “indécence manifeste et de perversion sexuelle”, il n’aurait pas subit un traitement de castration chimique, il n’aurait pas été écarté de la vie scientifique, et ne se serait probablement pas suicidé.

Comparer le procès de Alan Turing à celui de Nicolas B, en faisant fit du contexte et des conséquences qu’ils ont eu sur la vie de l’un est l’autre, c’est… indécent.

127. Le mardi 30 juillet 2013 à 23:48 par Krieghund

@125 Je ne vois pas en quoi ces deux phrases sont contradictoires ? Le bracelet électronique est un excellent moyen d’éducation. La punition sans explication aurait été la prison durant deux mois, deux mois où il se serait certainement comporté en martyr de la Cause. Le bracelet permet, par les contraintes qu’il exerce, à la personne de se responsabiliser.

Et j’avoue ne voir toujours pas le rapport avec l’affaire agnes.

ah oui : par rapport au pseudonymes. Vous signez de votre nom, ce qui est une preuve de bravoure en cet âge où Google nous apprends absolument tout des gens. D’ailleurs, pour quelqu’un qui signe de votre nom, vous êtes bien invisible sur le net, en dehors de vos diverses interventions sur les blogs. Aucune autre référence nulle part, ce qui est une preuve de votre intelligence une nouvelle fois, car être aussi invisible sur le net montre une capacité à effacer vos traces impressionnantes.
Mais vous comprendrez que certains, soumis au devoir de réserve, ne puisse le faire et utilisent donc des pseudonymes pour tenter d’expliquer leur métier et leurs contraintes à des gens dont les uniques références sont Valeurs Actuelles, BFM ou Le Point et pour qui ” y’a qu’a” et ” faudrait que” tiennent lieu de pensée. Je ne parle pas pour vous, dont les démonstrations fougueuses m’ont convaincu… De quoi, je ne sais pas, mais je suis convaincu qu’il faut que j’aille me coucher.

128. Le mercredi 31 juillet 2013 à 01:20 par petrouchla

Je le connais le Dr Fully, c’est papy mougeot il écrit des commentaires pour faire avancer le schmilblick.

129. Le mercredi 31 juillet 2013 à 02:25 par mekeskeldi la dame ?

Madame Fulli, vous me faites irrésistiblement penser à une très belle femme qui s’enlaidirait à trop vouloir se parer de trop nombreux artifices.

Qui cherchez vous à convaincre de votre intelligence, de votre érudition, de votre qualité d’interlocuteur de valeur, quels sont donc ces pairs dont vous souhaitez la reconnaissance ?

Parce que je n’arrive pas à croire un seul instant que, vu la façon dont vous vous y prenez, un tantinet maladroite, une grosse once méprisante, vous ayez l’intention de convaincre qui que ce soit du bien fondé de vos arguments en faveur du jeune chenapan..

Arguments qui peuvent s’entendre s’ils ne sont pas noyés dans une sauce indigeste, mais, vous, si intelligente, vous sabotez vos arguments gaillardement au profit d’interventions bling bling…

Alors, je me demande…. à quoi jouez vous madame la psychiatre ?

130. Le mercredi 31 juillet 2013 à 08:11 par Bûcher des Sodomites

Est elle psychiatre?
sur l’étrange toile, il est difficile d’authentifier un diplôme/une fonction -pour Kriegshound, il est crédible par recoupements;
pour cette dame, son inculture phénomènale dans les domaines qu’elle étale, dans des manoeuvres de diversion de plus en plus pathétiques, me fait douter de plus en plus:

Je ne donnerai comme exemple que cette perle:

“Alan Turing était l’Einstein des mathématiques : il est le père de l’ordinateur “

Ada Lovelace en étant la mère incontestée, 80 ans auparavant - Lady Lovelace n’avait pas de père acceptable et était hors d’état de procréer - et Bubbage le père, résumer grossièrement la généalogie des ordinateurs illustre une grande faiblesse intellectuelle. Même dans les années 1930-1940, Zuse a développé le premier un veritable ordinateur à relais, sans contact avec les Anglais -pour faits de guerre; j’omets la fourniture de versions miniaturisées et fiables guidant des Vx, x=1,2-.

Et quelles sont les inestimables contributions de Nicolas B, martyr, équivalent de l’Einstein des mathématiques, à la science voire la technique? (à moins qu’elles ne soient cachées par un complot de juges pervers)…

131. Le mercredi 31 juillet 2013 à 09:19 par Dr Ivana Fulli

@126

Nous discutons sur le blog d’un avocat sur un billet concernant les difficultés de juger une personne qui se comporte en militant de sa cause ou en autiste Asperger … “you name it”

Vous n’avez aucunement besoin de recourir à des attaques ad hominen alors que vous disposez d’ arguments très percutants:

1.) La sodomie était injustement criminalisée en GB en 1952.

2.) Les juges ont commis une faute en le condamnant.

3.) Son comportement devant les juges contraire aux supplications de ses amis, de sa famille et de ses avocats n’avait pas à entrer en considération.

4.) La cause de Turing était juste, celle de Nicolas B mauvaise.

5.) Nicolas B ne subira aucune conséquence dramatique des épreuves qu’il vient de subir contrairement à Alan Turing.

6.) Les juges d’appel ont été trop laxistes et un bracelet électronique lui aurait fait du bine pendant tout l’été parce que les Nicolas B il leur faut la manière forte.

7.) Inutile d’essayer de discuter l’idée anglo-saxonne que les juges et autres acteurs judiciaires auraient intérêt à réaliser qu’une justice qui encourage le mensonge favorise les psychopathes qui ont beaucoup de force d’âme pour garder le silence comme dirait Me Eolas car c’est un idée de suppôt du capitalisme.

132. Le mercredi 31 juillet 2013 à 09:44 par Krieghund

J’avoue ne pas comprendre ce parallèle entre une personne condamnée en raison de son homosexualité ( dont elle n’est pas responsable. C’est comme de condamner quelqu’un parce qu’il est aveugle et a causé un accident en traversant hors des passages piétons) et une personne condamnée en raison de ses actes ( dont il est responsable, même si le délinquant moyen, ce qu’est Nicolas B., a tendance à agir avant et réfléchir ensuite, une fois en GAV ou devant le juge.)

Sur vos remarques :
1/ oui, c’était injuste
2/ non, ils n’ont pas commis de faute. Ils ont appliqué la loi en vigueur à l’époque. Les juges n’ont pas le choix des lois qu’ils appliquent ou non. Si vous tenez réellement à faire un amalgame, les juges francais dans le cas de Nicolas B. n’ont pas eu le choix non plus, les faits étant avérés.
3/ vous parlez du comportement de Turing ( que j’ignore), ou celui de Nicolas B., qui montre avant tout son immaturité. Car le comportement en audience doit être pris en considération non pas pour déterminer la culpabilité (là, il faut rester objectif), mais pour déterminer la peine la plus adaptée ( principe de personnalisation de la peine, qui empêche tout automatisme, dans un but de réhabilitation).
4/ Je n’ai pour ma part jamais dit que la cause de Nicolas B. était mauvaise. Chacun a le droit d’avoir des convictions, tant qu’on les défends dans le respect de la légalité. Et c’est pour ce non respect que Nicolas B. a été condamné, pas pour des convictions dont la justice se tamponne allègrement le coquillard.
5/ Oui, il n’y aura pas de conséquences négatives pour Nicolas B. Pouvez vous le nier ?
6/ Le bracelet électronique représente t’il la manière forte ? Non. La manière forte, c’est l’incarcération en prison ferme, dans laquelle il aurait réellement souffert, particulièrement du racket. Le bracelet électronique représente une chance pour un condamné, si il comprend les raisons qui ont fait qu’on le lui accorde. La justice pénale doit, comme son nom l’indique, également punir. Un délinquant, je m’en rends compte tous les jours, c’est comme un enfant : on doit punir ET expliquer. La punition doit s’adapter à la personne, à sa personnalité, à sa situation. Dans le cas de Nicolas B., je pense qu’un bracelet électronique était parfaitement adapté : il y a punition, éducation, suivi par le SPIP, peut être une amorce de réflexion sur sa responsabilité ( mais j’en doute dans ce que je décèle de la personnalité de la personne). Bref, on remplit ici les buts de la justice pénale.

Enfin dernière remarque sur les attaques Ad Hominem. Vous avez raison, elles sont regrettables. Cependant lorsqu’on se pare d’une qualité ( et que l’on est pas soumis à un devoir de reserve imposant une certaine forme d’anonymat), on doit aussi permettre de vérifier ces qualités. Or, comme nous en avons fait l’expérience, nous ne trouvons rien du tout pour étayer vos dires. Je peux trouver n’importe quel médecin généraliste, psychiatre, ou autre qui donne son véritable nom sur le net, mais dans votre cas je ne trouve que des interventions sur divers blog. Excusez donc notre scepticisme, qui n’a certes rien à voir avec la qualité des réflexions.

133. Le mercredi 31 juillet 2013 à 09:55 par Dr Ivana Fulli

@naska, chien de guerre et collier de perles et al

Savez-vous qu’oscar Wilde aussi s’est très mal comporté avec la justice en transformant en salle de spectacle comique et mondain la salle d’audience qui jugeait un marquis pour diffamation d’un dandy et auteur célèbre suite à une accusation écrite d’homosexualité?

Le marquis ayant fait transmettre à Oscar Wilde- auquel il avait demandé précédemment sans succès de ne plus s’afficher autant comme l’amant de son héritier mineur- dans un des clubs auxquels appartenait Oscar Wilde sa carte de visite comme message ” Pour Oscar Wilde qui pose au somdomite”.

Au lieu de se contenter de se gausser de la faute d’orthographe du marquis , OW avait déposé plainte pour diffamation alors qu’il était notoirement homosexuel et avait transformé la salle d’audience du procès, qu’il avait déclenché contre le marquis pour diffamation écrite, en salle de spectacle en ridiculisant les juges par son esprit et surtout en prétendant ne pas être homosexuel afin de faire condamner le père du mineur qui était son amant.

Malheureusement, le marquis s’était offert les services d’un avocat irlandais comme l’accusateur qui s’amusait à nier son homosexualité et à se prétendre diffamé par une telle accusation et se la victime du marquis.

L’avocat de la défense -qui fit d’ailleurs une belle carrière politique ensuite en Irlande- réussit à piéger Oscar Wilde en lui demandant s’il avait embrassé Untel (qui n’était qu’un serviteur et pas un fils de marquis) et notre héros de s’écrier que Untel était bien trop laid pour ses goûts raffinés.

Le marquis fut donc relaxé car il avait eu l’intelligence de prendre un avocat qui était aussi irlandais et plein d’esprit que Oscar wilde et il intenta à oscar Wilde un autre procès pour dénonciation calomnieuse qui envoya Oscar Wilde en prison.

Le fils du marquis abandonna Oscar Wilde à son triste sort.

C’est toujours le sujet du billet : un délinquant selon la loi, mais pas selon sa propre morale, qui se comporte mal avec les juges du point de vue de la défense.

Certes, Oscar Wilde, lui, mentait avec beaucoup d’aplomb mais il ridiculisait les juges qui avaient la loi à appliquer.

Des juges qui ne lui avaient pas demandé de narguer le père de son amant adolescent en lui intentant un procès pour diffamation alors qu’il aurait pu se contenter de continuer ses relations avec le fils mineur du marquis en se moquant de la faute d’orthographe du père ou autre sans chercher à ridiculiser la justice de son pays en contraignant les juges à condamner un marquis qui n’était pas coupable de diffamation.

PS: Le “somdomite” est resté célèbre et O Wilde a écrit en prion une très belle œuvre littéraire mais la prison a détruit sa vie.

Qu’en pensez-vous?

1.) Oscar Wilde devait-il bénéficier de la tolérance des juges alors qu’il les avait ridiculisés jusqu’au coup de théâtre de l’aveu par vanité de son homosexualité lors du procès qu’il avait intenté au marquis ?

134. Le mercredi 31 juillet 2013 à 10:22 par Krieghund

je ne vois toujours aucun rapport entre cette histoire et votre défense acharnée de Nicolas B.

un délinquant selon la loi, mais pas selon sa propre morale, qui se comporte mal avec les juges du point de vue de la défense.

Vous mettez sur le même plan la répression d’actes liés à la nature d’une personne, sur laquelle il n’a aucune prise, et la répression d’actes liés à l’expression d’une conviction.

Chacun dans ce pays est libre d’avoir l’opinion qu’il veut, mais la manière dont Nicolas B. a choisit de l’exprimer est constitutif d’actes délictueux. C’est un fait. Le niez vous ?

Une fois les faits établis, Nicolas B. devait être condamné, quel que soit les raisons pour lesquels ils les a commis. Le niez vous ?

La loi s’applique pour tous, quel que soit notre morale. Et celle-ci ne peut justifier des actes délictueux.

Comme je le dis et le répète ( mais vous ne semblez pas le comprendre) : les juges, une fois les faits établis, n’ont pas le choix. Ils doivent condamner.

Que la loi soit injuste ( cas de la répression de l’homosexualité entre majeurs consentants) ou qu’elle soit utile à la vie en société ( cas de la répression de la rébellion, ou de l’entrave à la liberté de circulation), ou qu’elle soit juste ( répression du meurtre ou de la violence), un juge ne peut que l’appliquer dés que les faits et le coupable sont connus, il n’a pas à la rejeter en fonction de ses propres convictions.

Par contre, il peut moduler la peine en fonction de divers facteurs, dont l’attitude du condamné, ou les talents des avocats.

135. Le mercredi 31 juillet 2013 à 10:57 par mekeskeldi la dame ?

Personne ne comprend décidément rien à rien ici m’enfin !

mettons nos gros sabots :

Tout comme OW niait son homosexualité notoire pour se moquer des juges, NB nie l’évidence et parle d’apéro festif : CQFD : ND est un génie !

136. Le mercredi 31 juillet 2013 à 11:01 par Asphyxie de Murène

Mettre sur le même plan O Wilde, petit écrivaillon qui a réussi à ridiculiser des juges, et Saint Nicolas le Martyr, grand écrivain injustement censuré -ça, c’est manifeste- et condamné qui s’est ridiculisé devant d’autres juges, en un autre millénaire, relève d’une étrange logique…

137. Le mercredi 31 juillet 2013 à 11:15 par Dr Ivana Fulli

@134 Chien de guerre,

Merci de ce dialogue qui fut fort instructif mais les meilleures choses ont une fin et nous
devons nous accorder sur le fait que:

Vous savez que Nicolas B ne subira pas de séquelles de la brutalité policière exagérée (merci le ténor du barreau) et d’un séjour en prison par mandat de dépôt alors que la formation d’appel n’a pas confirmé la peine de prison.

Moi, je n’en sais rien.

Vous le considérez comme un petit délinquant très ordinaire et pas moi car je trouve en effet son comportement très extraordinairement contraire à son avantage et très courageux.

Ce qui m’a choquée dans cette affaire, c’est qu’un autiste asperger aurait réagit exactement comme Nicolas B tandis qu’un psychopathe bien séducteur et se repentant merveilleusement du bout des lèvres ou gardant le silence sur ordre de son avocat- comme à mon avis beaucoup de psychopathes en sont capables- aurait bénéficié de bien davantage d’indulgence.

@135,
meskeskeldi

En effet, Oscar Wilde se moquait des juges en amusant un public ravi et hilare car il se prétendait la victime de diffamation du fait d’un marquis l’accusant d’homosexualité alors que son homosexualité était notoire.

138. Le mercredi 31 juillet 2013 à 11:24 par Dr Ivana Fulli

@136

Si Oscar Wilde avait écouté Me Eolas, il n’aurait pas souffert un emprisonnement et une fin de vie douloureuse.

Attention humour!

139. Le mercredi 31 juillet 2013 à 11:24 par Dr Ivana Fulli

@136

Si Oscar Wilde avait écouté Me Eolas, il n’aurait pas souffert un emprisonnement et une fin de vie douloureuse.

Attention humour!

140. Le mercredi 31 juillet 2013 à 11:28 par Krieghund

Le vrai courage aurait été reconnaître ses actes et ses convictions, ou bien de nier d’une manière tellement outrancière (style Wilde, justement) qu’elle revient à les reconnaître. C’est ça le vrai courage, lorsqu’on a des convictions : se dresser et les défendre.

Et moi, qui voit des délinquants tous les jours, des petits délinquants, je peux vous affirmer que Nicolas B. a exactement non pas la même attitude (car ils sont en général plus humbles), mais les mêmes tentatives de justifier leurs actes délictuels, soit en rejetant la faute sur les autres, soit en disant qu’on avait rien compris.

Vous pensez que Nicolas B. s’est comporté ainsi en toute connaissance de cause, en sachant qu’il sabotait sa propre défense. Je pense quant à moi qu’il se croyait plus malin que tout le monde et qu’il ne s’est pas rendu compte des conséquences, comme tout délinquant.

Aucune différence, si ce n’est l’origine sociale. Mais un petit délinquant, même sans casier, qui commet les mêmes actes que Nicolas B. aurait été moins condamné, non pas parce que la justice est laxiste, mais juste parce que lui, il aurait traité les juges avec respect, au moins durant l’audience.

141. Le mercredi 31 juillet 2013 à 11:53 par lambertine

Madame Fulli,

1. Je n’étais nullement ironique en parlant d’Asperger. Le syndrome d’Asperger est mis à toutes les sauces depuis deux ou trois ans. De plus, les diagnostics à distance ont l’art de m’irriter.

2. Oui, il vaut mieux être bon comédien quand on passe en justice. Ca m’irrite aussi, mais les juges (et les jurés) sont des êtres humains.
Et ce n’est pas parce qu’on est mauvais comédien, ou qu’on prend les juges pour des imbéciles, qu’on est “aspie” ou Polonais.

142. Le mercredi 31 juillet 2013 à 12:14 par Naska

Comme l’a fait remarquer Krieghund (merci pour la traduction doc, ça m’intriguait), il est difficile de parler de courage pour quelqu’un qui, à aucun moment au cours de son procès, n’a cherché à faire entendre ses convictions.

Rappelons tout de même que ce jeune homme a été désigné à tort et à travers comme prisonnier politique (comme quoi certains n’ont peur de rien), alors que sa défense pendant l’audience n’a consisté qu’à nier des faits établis de manière évidente et à les expliquer par des raisons dont le manque de crédibilité frisait (pour être sympa) l’insolence.

Vous faites par ailleurs état de séquelles laissées par les forces de l’ordre… je vous invite à regarder la vidéo montrant le petit sitting de ces joyeux drilles sur les Champs Elysées, j’ose espérer que vous conviendrez que, si les gendarmes ont procédé à des interpellations, ils ont surtout protégé les martyrs autoproclamés contre eux mêmes (les feux d’artifice lancés juste à côté d’eux, trèèèèèèèès malin) et contre les autres (essayez de bloquer la circulation des Champs juste pour voir, je vous amènerai moi-même des fleurs à l’hôpital, et avec le sourire en prime !)

Pour terminer, vous nous demandez de comparer la situation du sieur Nicolas avec celle d’homosexuels condamnés en raison de leur homosexualité.
écartons d’emblée le manque d’honnêteté intellectuelle de cette pratique qui vous a surtout permis d’éviter de répondre à la plupart des arguments qui vont ont été opposés, pour nous concentrer sur la seule comparaison pouvant mériter une réflexion, celle d’Oscar Wilde (celle avec Turing étant sans fondement puisque lui revendiquait ses convictions).

Pour pouvoir apprécier correctement la situation, il est nécessaire de se replacer dans le contexte de l’époque.
Or, rappelons que lors de ce procès, l’homosexualité était un délit. C’est un fait, c’est comme ça et c’est le cas pour de nombreuses pratiques illégales hier et dont la légitimité ne saurait être questionnée de nos jours.

On peut donc légitimement penser que, nonobstant la qualité de sa plume, Oscar Wilde ne pouvait qu’aggraver sa condamnation en cherchant à se moquer des juges (ce que je trouve plus crédible que d’affirmer qu’il les a ridiculisés, mais ce n’est que mon point de vue), sans avoir prévu d’autre moyen de défense dans le cas où il ne parviendrait pas à ses fins.

Ainsi, je vais vous faire plaisir et affirmer haut et fort que Nicolas B et Oscar Wilde ont un point commun: ils ont tous deux fait preuve d’une attitude totalement stupide au cours de leurs procès, et ce dans le seule but de satisfaire un égo surdimensionné.

Heureuse ?

143. Le mercredi 31 juillet 2013 à 12:22 par Dr Ivana Fulli

Cher chien de guerre,

1.) Notre discussion est close car nous allons tourner en rond et “we shall agree to disagree”: vous tenez à ce que Nicolas B soit un petit délinquant très ordinaire comme les délinquants de banlieue défavorisée.

Comportement antisocial au sens DSM si c’est ce que vous utilisez comme classification (je préfère la conception du Pr jean Decety, un français génial émigré au canada ), donc.

J’ai fait suffisamment de bénévolat pour des enfants de la bourgeoisie en difficulté scolaire -première cause l’addiction - pour savoir que des enfants de milieu privilégié qui, à 23 ans, sont toujours titulaires seulement du bac obtenu au rattrapage malgré quatre ou cinq années passées sous le statut d’étudiant sans aucun résultat en terme de diplôme avec souvent un nomadisme d’une discipline à l’autre en général du plus difficile au plus facile aux frais du contribuable français mais aussi aux frais des parents, cela n’est pas exceptionnel.

Ce qui est exceptionnel pour moi , c’est un fils de la bourgeoisie qui travaille pour payer ses études tout seul et qui en fait plusieurs en même temps.

Anecdote personnelle: en 2003 j’ai passé quatre demi-journées à enseigner la biologie au programme du bac S à un élève qui avait été bourré de cours particuliers durant sa scolarité de lycée et est un surdoué , très sympathique en plus, pour qu’il obtienne le bac aux épreuves de rattrapage du bac S alors que sa note d’écrit de SVT était catastrophique et qu’il ne savait rien du programme…

Vos histoires d’enfant gâté au comportement antisocial qui accumulerait école d’ingé, autres études supérieures en travaillant pour vivre dans une petite chambre de bonne, I am the one LOL!

2.) Je ne sais pas si votre pluriel est de majesté où si vous êtes mis à plusieurs pour chercher à dépister une mythomane qui se vanterait d’être docteur en médecine mais cela m’a pris 4 clics pour retrouver ma thèse en tapant mon nom simplement!

Abus de benzodiazépines par automédication responsable de syndromes cérébelleux sévères : deux observations - UPEC
http://athena.u-pec.fr/primo_librar…

Dans un autre billet d’Eolas , j’avais posté les liens vers des publications internationales qui montrent que mon intérêt est ancien pour le rôle des hormones sexuelles féminines dans le cerveau des femmes, que j’ai publié dans The Lancet et Psychological medicine .

144. Le mercredi 31 juillet 2013 à 12:40 par Naska

@Dr Ivana Fulli

C’est amusant votre façon de voir les choses doc, selon vous la qualité de délinquant doit-elle être appréciée en fonction de son milieu d’origine ?

Petite information en exclusivité: quelqu’un qui commet un délit est un délinquant. Point.

Les différents critères permettant de personnaliser la peine à appliquer n’ont rien à voir avec cette affirmation.

Un détail sémantique, certes, mais ça a son importance, tant certaines personnes issues de milieux favorisés semblent penser que leur ascendance sociale leur assurera une quasi impunité.

145. Le mercredi 31 juillet 2013 à 12:57 par suruo

@ Krieghund # 140 :

Aucune différence, si ce n’est l’origine sociale. Mais un petit délinquant, même sans casier, qui commet les mêmes actes que Nicolas B. aurait été moins condamné, non pas parce que la justice est laxiste, mais juste parce que lui, il aurait traité les juges avec respect, au moins durant l’audience.

D’autres que Nicolas B. échouent à résoudre le dilemme : « respecter la laïcité et le droit du juge sans se mépriser soi-même ni se renier ».
Les pires sont ceux qui jouent la comédie, à en croire le Dr Ivana Fulli # 137 :

Ce qui m’a choquée dans cette affaire, c’est qu’un autiste asperger aurait réagit exactement comme Nicolas B tandis qu’un psychopathe bien séducteur et se repentant merveilleusement du bout des lèvres ou gardant le silence sur ordre de son avocat- comme à mon avis beaucoup de psychopathes en sont capables- aurait bénéficié de bien davantage d’indulgence.

Sinon, moi, en ce moment j’écoute “Heart of Gold” de Neil Young, et vous ?

146. Le mercredi 31 juillet 2013 à 12:59 par Dr Ivana Fulli

@naska

///Petite information en exclusivité: quelqu’un qui commet un délit est un délinquant. Point.///

Et ceux qui accusent un docteur en médecine spécialisée en psychiatrie d’usurpation de titre et qualité sont des délinquants. Point.

Vous êtes d’accord cher anonyme?

147. Le mercredi 31 juillet 2013 à 13:15 par Naska

Le délit ne pouvant être constitué que s’il est reconnu par une juridiction compétente, je vous invite à aller très rapidement déposer plainte pour donner corps à votre affirmation, à défaut je serais obligé de vous répondre que non.

Mais bon courage pour caractériser l’infraction, l’intéressé n’ayant fait qu’émettre un doute légitime sur votre qualité et vous ayant invité à lever ce doute.

Et mon anonymat est dû, comme beaucoup ici, à un nécessaire devoir de réserve imposé par ma profession, même si je préfère poster ici comme tout un chacun, sans en faire état.

Au fait, je remarque que vous n’estimez pas utile de répondre aux commentaires précédents puisque vous préférez vous contenter de rebondir sur une phrase en posant une question sans rapport.
Je dis ça hein…

148. Le mercredi 31 juillet 2013 à 13:49 par Dr Ivana Fulli

@147,

1.) Vos conseils sont fort mauvais: si vous vous estimiez diffamé sur ce blog , il faudrait demander au propriétaire du blog de rectifier la chose.

S’il ne le faisait pas, il faudrait faire procéder à une capture d’écran par un constat d’huissier après avoir fait vérifié par un avocat un peu compétent en droit de la presse que les écrits sont condamnables et que vous avez envie d’investir ce que l’avocat et l’huissier vont vous couter.

Je suis nulle en droit mais un de mes fils est un brillant juriste. mon père était avocat à Rome habilité à plaider devant la cour de cassation, mon demi-frère aîné est administrativiste et il y a bien plus de juristes que de médecins dans ma famille mais le droit, que je respecte comme discipline, ne m’a jamais intéressée personnellement.

149. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:07 par Holmes

@ Naska(142) (“…Heureuse ?”)

De l’eau au moulin,

Meunier c’est un métier, un ça sert d’os.

150. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:09 par Chevalier de la Palisse

N’importe qui peut -informatiquement - prendre toute identité possible et se draper de tous les titres possibles sur l’étrange toile…
C’est oiseux de chez inutile de parader avec des titres dont la preuve est impossible…
A quand un prix Nobel pour Nicolas le martyr, habitabnt de chambres de bonnes et phynançant Ses études faisant de lui, pour le moment, l’équivalent de Turing et O. Wilde -entre autres?-

151. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:20 par Naska

@Dr Ivana Fulli

C’est amusant, votre volonté de vouloir étaler votre science, j’espère que vous arrivez à retirer vos chaussures à la fin de la journée !

Et soyez gentille relisez, ce que je dis ne vous contredit pas, je me contente juste de vous expliquer l’inutilité de la procédure dans la mesure où l’infraction n’est pas constituée (d’où l’inutilité même d’un début de procédure puisque, partant de là, le propriétaire du blog pourra légitimement rager aux oubliettes votre demande de retrait du commentaire qui vous irrite).

Mais bon si ça vous chatouille tant et que vous souhaitez prouver votre supériorité, allez-y foncez !

et sinon, toujours pas de réponse sur les commentaires en lien avec le billet ?

152. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:22 par Naska

oula je ne vous contredis pas, plutôt, autant pour moi

153. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:22 par vaillant

c’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases

154. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:28 par Naska

ah et au fait concernant votre démonstration je me demande quand même comment votre action aboutira sans dépôt de plainte.

@149
Je sais mais c’est trop tentant c’est plus fort que moi !

155. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:31 par siarres

Un grand merci à Maitre Eolas pour ce billet ” rafraichissant” qui à deux avantages
1 Maitre Eolas dans ses derniers billets tombe le masque et c’est trés courtois à lui de montrer qu’il est favorable à l’ordre bourgeois “de septembre” comme dirait DANTON , c’est à dire partial et criminel pourvu que les victimes soient des adversaires
2 Maitre Eolas fournis par avance les fondement du traitement judiciaire de ses amis - il faut donc absolument archiver son argumentaire -ça resservira - sauf bien sur si le prochain changement politique améne les idiots inutiles de l UMP au pouvoir .Mais cela ne se produira plus .

Cela démontre que le délit d’opinion n’existe pas en France , il n’y a que des délits d’opinion de droite , la haine sociale est permise elle est même subventionnée . Heureusement la ligue des droits de l’homme veille !

Enfin cela demontre combien l’art de l’avocat tient du sophisme .

Encore bravo !Merci beaucoup Maitre !

Eolas:

156. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:38 par Naska

Il dit qu’il n’a plus de genou

157. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:39 par Naska

@155 pour le post précédent, ne le prenez pas pour vous Dr !

158. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:44 par Telramund

Ouf Mr Siarres, enfin un partisan de l’abrogation de la loi qui vient en défence de Nicolas B et critique Eolas sans argument, sans citation. Il manque juste quelques petites touches sur le climat d’oppression et sur le procès politique (pensez à évoquer les mânes de Staline, c’est toujours du meilleurs effet et évite d’atteindre le point Godwin). Bon plus sérieusement, Me Eolas fait le récit d’une audience en adoptant un ton léger et ironique qui peut choquer les afficionados de Nicolas B je le concède. Néanmoins si juridiquemnt vous pouvez nous indiquez les erreurs partisanes commise par Eolas je serais ravi de les lire!

159. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:50 par Drzinn

Pour rester dans les citations de “La Cité de la Peur”, quand je lis les interventions du Dr Fulli, la seule chose qui me vient à l’esprit c’est : “Y dit qu’il a plus de genou” (pour ceux qui ne connaissent pas, la réplique suivante est “Y dit qu’il voit pas le rapport”).
Je ne comprends pas le sens de ses messages et surtout le but du cher docteur, m’est avis que je suis trop limité et ébloui par tous ces arguments d’autorité.

Edit : zut trop tard, grillé par Naska

Eolas:
Cadeau.

160. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:51 par Didyme

@Telramund

Moi aussi j’étais tenté de nourrir celui là, il avait l’air si petit et pas trop poilu.

Mais il y a un adage qui dit que si on nourrit un troll, même petit, il finit toujours par prendre une taille gigantesque
(à moins que ça ne soit pour les gremlins, je me souviens plus).

161. Le mercredi 31 juillet 2013 à 14:57 par Naska

@159

après le com de siarres il fallait absolument que je le place, c’était inespéré comme occasion !

162. Le mercredi 31 juillet 2013 à 15:44 par Bertrand Marc

Merci pour ce billet !

163. Le mercredi 31 juillet 2013 à 16:33 par Krieghund

@158

Que l’on parle de Point Godwin ( ou Reductio ad Hitlerum), ou de Point Staline ( reductio ad stalinum), on reste dans le néant argumentaire.

Mais c’est assez inéquitable, car autant l’homme/femme de droite peut utiliser la Reductio Ad Stalinum sans vergogne contre tout homme/femme de gauche ( car PS=PC=Staline), il est plus difficile pour l’homme/femme de gauche d’utiliser la Reductio ad Hitlerum contre un homme/femme de droite, sauf d’extreme-droite bien sur.

Moi j’appelle ca une inégalité dans les abysses des arguments creux. C’est dégueulasse ! ;)

164. Le mercredi 31 juillet 2013 à 16:42 par Telramund

@Krieghund

Je suis tout à fait d’accord avec vous et c’était exactement le sens de ma remarque ironique face à un procès d’intention non argumenté. Mais je suis également d’accord avec Didyme, je n’aurais pas du nourrir le troll… Un coup de fatigue.

165. Le mercredi 31 juillet 2013 à 16:55 par amour du travail

bien fait !
Fallait-il, dans le cadre d’une opération minuscule de maintien de l’ordre, réglée pour le principal en moins de 5 minutes (selon la vidéo), poursuivre ce manifestant en fuite dans un restaurant, alors qu’il s’était vu obligé de renoncer à son son juste droit de manifester. Le menacer de faire un usage offensif d’armes supposées non-létales, alors que l’intégrité physique des policiers ou gendarmes n’était pas menacée, et l’arrêter pour délit de fuite, sans doute ? La peur du gendarme aura été mauvaise conseillère ?

166. Le mercredi 31 juillet 2013 à 19:09 par Vaillant

ha eolas !
votre anim’ sous le post @155 !!
cette merveille !
vous l’aviez déplié déjà une fois si je me souviens !
le commentaire était lui aussi trèss.. ..
bah, il le méritait !

je sais que ça se fait pas, mais, si vous pouviez nous éclairer,
sur la loi en prévision, sur la E-clop, de l’interdire en lieu publique, sous prétexte
qu’elle inciterait à fumer, les fumeurs, les non fumeurs, et les enfants !
sans nocivité avérée..
ou, aussi, les prescriptions hors AMM, d’un medoc comme le baclofene,
et de la menace ou non-menace qui plane sur ceux qui refusent de soigner
enfin, un truc à votre sauce,
du DROIT quoi.
meme si ça doit me déplaire, votre avis serait formidable !

je sais, rien à voir avec le sujet !
mais on a fait l’tour de nicolas B… non ?
trol detector ‘pataper’

167. Le mercredi 31 juillet 2013 à 21:13 par more info

Good reading. Thank a lot for taking the time. I will definitely come back to read more and inform my acquaintenances about it.

168. Le mercredi 31 juillet 2013 à 23:01 par amour du travail

procès politique ? évidemment ! l’accusé fait n’importe quoi, shoote contre ses buts, et gagne le match !
encore un coup d’arbitrage “à la Tapie”…

169. Le mercredi 31 juillet 2013 à 23:10 par marsan

bonsoir à tous

http://tempsreel.nouvelobs.com/soci…

170. Le jeudi 1 août 2013 à 08:17 par Dr Ivana Fulli

Mazarin : “La bêtise est l’alliée naturelle de la haine.”

In:

http://leplus.nouvelobs.com/contrib…

Cette pensée de Mazarin s’applique très bien au lynchage virtuel de Nicolas B. qui est une personne humaine qui a beaucoup souffert physiquement et moralement.

Et notez bien qu’il y a des êtres naturellement défavorisés en intelligence et d’autres qui cultivent la bêtise par facilité et effet de groupe…

C’est comme chien de guerre qui a beaucoup de facilité pour exposer ses arguments auxquels il enlève de la force par des attaques ad hominem.

@169 Merci marsan,

Le contraire survenant aussi pour des raisons pécuniaires ou des demandes de l’enfant de connaître son père, les banques de sperme vont se tarir…

171. Le jeudi 1 août 2013 à 09:48 par lambertine

Madame Fulli,

Qu’est-ce que Valerie Trierweiler vient faire dans cette histoire ?
Elle se fait “basher” sur le Net et dans la presse ? C’est bien triste, je n’approuve pas, mais c’est ce qui arrive régulièrement quand on est une personne publique ou un militant politique.
Pareil pour Nicolas qui, que vous le vouliez ou non, est un militant politique. Militant qui a continué à militer au sein du tribunal. On approuve, on n’approuve pas, mais un tribunal n’est pas une tribune. Et ce n’est pas avec des phrases toutes faites (“ce palais dit de justice”, vous êtes payés avec nos impôts…) ou des provocations que l’on convainc, que ce soit le Justice, et encore moins ses adversaires. Adversaires qui vont se faire un plaisir de faire le buzz. C’est moche ? Oui. Mais c’est ça aussi la politique, et il faut le savoir avant de se faire remarquer.

Et inutile de faire dans le pathos dickensien concernant le pauvre-petit-(demi) polonais (qu’est-ce que ça vient faire dans l’histoire, que sa mère soit Polonaise ? En ce qui concerne son éducation religieuse, soit, JP II, le communisme, toussa, mais en ce qui concerne son attitude au tribunal ?) - asperger (vous êtes son médecin ?) - si doué (effectivement, trois licences en même temps, plus un job, et il trouvait encore le temps de manifester, de “veiller”, de militer, et d’aller à la messe ? Il avait trouvé le remonteur de temps d’Hermione Granger ?) - mal-aimé (au fait, quand les parents refusent de subvenir aux besoins de leurs enfants étudiants, ceux-ci disposent de recours judiciaires contre ça. Demandez à Mme Royal) (et ces parents n’ont pas hésité à payer trois avocats dont un ténor du barreau pour défendre celui avec qui ils étaient en froid) - et qui a tant souffert (oui, la brutalité policière, ça fait mal, et la prison, c’est dégueulasse. Ca fait des années que des gens le disent, le hurlent même, sans succès, sous les sarcasmes des pseudo-amis de Nicolas) - Oscar Wilde moderne (ce sont ces même pseudo-amis qui vont apprécier).

172. Le jeudi 1 août 2013 à 09:56 par Estouffade de Sole

“Qu’est-ce que Valerie Trierweiler vient faire dans cette histoire ?”

Noyer le poisson, tactique éculée de la soi disant “doctoresse”

173. Le jeudi 1 août 2013 à 10:43 par suruo

@ Estouffade de Sole # 172 :

Noyer le poisson (…)

Moi-même humble expert ès embarcations (ainsi que je le précisais à la fin du commentaire # 104), je dois vous préciser que le seul moyen connu de noyer un poisson est de le sortir de son milieu naturel : par exemple, le tremper dans l’huile, puis le tremper dans l’eau, ah, euh… Non, en fait, ça c’est pour les souris.

Pour en revenir à Nicolas B., il fut lui-aussi manipulé ou poursuivi (ou quelque chose comme ça) d’un milieu à l’autre sans ménagement : la fourgonnette, l’apéro festif (où il découvrit que ceux qui devaient amener la nourriture avaient décidé de jeuner), la légion romaine (enchainés à des barrières-boucliers), la fuite face à des individus patibulaires (aurait-il voulu dire par là que les policiers étaient mal rasés ?), une pizzeria même pas pour bourges mais pas pour pauvres non plus, une estafette, une cellule de prison isolée, un box de tribunal…

Et à la fin, lambertine # 171 se demande qu’est-ce la Première Dame vient faire dans cette galère… Peut-être aime-t-elle les escargots ?

174. Le jeudi 1 août 2013 à 10:46 par Krieghund

Nul ne peut nier que ce ne doit pas être facile pour un fils de bonne famille de gouter aux joies du système carcéral francais, condamné plusieurs fois par la CEDH. Ses souffrances ont donc du être réelles… Mais uniquement dues à ses propres actions, ce que vous comme Nicolas B. ne semblez pas comprendre.

La brutalité policière ? Oui, il a été bloqué par un tonfa, alors qu’il n’était pas dangereux. Mais il essayait de s’enfuir, et à ce que je sache, quelqu’un qui essaye de s’enfuir, et qui est visiblement exalté au vu de ses paroles, ne peut être amené à obtempérer par une tape sur l’épaule et le sourire débonnaire d’un agent des forces de l’ordre.

La prison ? Oui, c’est pas facile. J’en sais quelque chose. mais si on entre en détention, c’est que nos actes nous y ont menés. Les innocents, je ne doute pas qu’il y en ai, mais ils sont encore moins nombreux que les cellules propres. Et Nicolas B., lui, ayant été reconnu coupable, les faits étants avérés et prouvés, ne l’était pas.

Vous savez, la prison permet parfois à certains de réfléchir. Je connais des personnes dans mes dossiers qui m’ont dit ” Cette peine de prison a été celle de trop, avant je m’en foutais”, ou bien ” cette condamnation, franchement, je suis content de l’avoir eu, sinon j’aurai continué.” Et ils sont parfois sincères. Mais eux, ils se remettent donc parfois en question, suite à un déclic.

Mais pour Nicolas B. comme pour ses défenseurs, la loi doit s’incliner devant les convictions. Il avait raison de refuser d’obtempérer, il avait raison de fuir, il avait raison de donner une fausse identité ( quel courage dans ses idées !)

Les defenseurs de Nicolas B. adoptent donc une logique contradictoire avec ce que sont leurs positions en général, plus marquées par le refus des convictions d’autrui.

PS : quant à VT, aucun intérêt dans la discussion présente.

175. Le jeudi 1 août 2013 à 11:07 par Naska

je trouve quand même dommage qu’une personne qui veut à tout prix nous prouver qu’elle possède une intelligence supérieure ne soit pas capable de répondre aux arguments qui lui sont opposés, autrement que par des affirmations sans rapport avec la discussion.

Remarque, l’ajout de citations dans le but de rabaisser ses contradicteurs donne un petit côté prétentieux qui va très bien avec le personnage qui nous est proposé !

Allez doc, comme je suis têtu, une dernière fois: une petite réponse aux commentaires en lien avec le sujet qui vous ont été opposés ?

176. Le jeudi 1 août 2013 à 11:12 par Dr Ivana Fulli

@171 lambertine,

J’ai l’habitude de citer mes sources : j’aurais bien voulu avoir l’idée de citer la formule de Mazarin qui s’applique parfaitement bien au pire de l’esprit français en général et en particulier à de nombreux commentateurs de ce post de Saint Eolas des LGBT.

Question d’éducation morale et scientifique.

PS: Comme “chien de guerre” vous offrez des arguments intéressants à débattre, dont je vous remercie mais je vous répondrai après un travail urgent ce matin.

177. Le jeudi 1 août 2013 à 11:22 par Dr Ivana Fulli

Me Eolas,

@172 est diffamatoire et je vous prie de retirer ce commentaire m’accusant d’usurper la qualité de docteur en médecine:

///Le jeudi 1 août 2013 à 09:56 par Estouffade de Sole

“Qu’est-ce que Valerie Trierweiler vient faire dans cette histoire ?”

Noyer le poisson, tactique éculée de la soi disant “doctoresse”///

Dr. Ivana Fulli.

PS: J’avais eu la bonté de fournir la référence de ma thèse…

http://athena.u-pec.fr/primo_librar…

178. Le jeudi 1 août 2013 à 11:24 par Holmes

@ Drzinn (159) (” Zut trop tard, grillé par Naska”)

Drzinn ! Pour une sonnerie c’est une belle sonnerie.

Alors, rester léger dans les instants, avec les mots. Rester du côté du trottoir au soleil.

- Ph. Delerm - (L’écosseur des petits pois, en léger contretemps)

179. Le jeudi 1 août 2013 à 11:24 par Krieghund

Vous dites vous même

Question d’éducation morale et scientifique.

Cependant, vous ne répondez, depuis le début de cette conversation, à aucun des arguments que nous vous présentons. N’est ce pas contradictoire ?

180. Le jeudi 1 août 2013 à 11:26 par Le Pet Financier

Il y a d’autres “psy” qui font moins de bruits. Mais qu’est-ce que c’est agréable de faire leur connaissance.
http://www.lemonde.fr/a-la-une/arti…

181. Le jeudi 1 août 2013 à 11:28 par Dr Ivana Fulli

En réponse à un frimeur pathétique, pour ceux qui veulent comprendre pourquoi le génial Alan Turing est le père des ordinateurs que nous utilisons:

Mathematical Society.
Full Text (PDF)
On Computable Numbers, with an Application to the Entscheidungsproblem Proc. London Math. Soc. (1937) s2-42 (1): 230-265
http://plms.oxfordjournals.org/cont…

PS: Je ne suis pas mathématicienne mais je connais des mathématiciens.

182. Le jeudi 1 août 2013 à 11:33 par Naska

@177

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaah mais vous n’écoutez jamais !
bon une dernière fois: il va falloir trouver nettement plus grave pour constituer une diffamation, ici nous avons au pire de l’ironie teintée d’un poil de défiance.

en revanche, s’il avait dit “le Dr Ivana Fulli est une femme qui se fait passer pour un médecin alors qu’elle n’en a pas la qualité, et les ouvrages dont elle prétend être l’auteur n’ont jamais été écrits par elle”, là on pourrait commencer à parler de diffamation !

faut pas tout confondre quand même …

183. Le jeudi 1 août 2013 à 12:45 par Anoxie de Limande

La dernière fois que quelqu’un a menacé de poursuites dans ce blog -fréquenté par des procureurs, des avocats et des juges , dont c’est le devoir de prévenir, voire de signaler tout manquement à la loi -et ils doivent la connaître- : IIRC, cela a fait sourire-, c’était il y a deux ans :http://www.maitre-eolas.fr/post/201…
Nota : il était assez facile de vérifier l’identité et la fonction de celui qui, en juillet, a menacé de poursuites (sa fonction, dans un secteur dynamique et en pleine expansion, était adaptée aux capacités intellectuelles dont il a fait preuve).

Fournir des titres et une identité improuvables -et dont la probabilité reste à quantifier- à l’appui de discours délirants est assez amusant … quand le malheureux Saint Nicolas, l’Einstein, que dis-je, l’Oscar Wilde -mais amateur de menottes-, le Turing de notre milléénaire a été inquiété pour sa modestie, le poussant à cacher son identité…

Prétendre qu’un vague lien internet -je peux en faire des dizaines - vers une vague thèse est une preuve d’identité peut marcher dans une pizzeria des Champs Elysés , mais pas à tous les coups; ailleurs, ça révèle des particularités ‘intellectuelles’ sans grand interet.

Par ailleurs, l’emploi d’animations , (fûssent elles très drôles, dispensant une “doctoresse” d’efforts laborieux), rend très difficile (mangent de l’espace) l’archivage d’un blog (par wget) ce qui peut être envisagé si on juge le blog délictueux (ex: des posts incitant à la haine raciale ou(incl.) au meurtre (ou à la limite) : là, ça vaudrait peut être la peine de les stocker, en attendant que les sanctions soient appliquées) et que l’on veut le dénoncer aux moindres frais.

184. Le jeudi 1 août 2013 à 14:20 par Dr Ivana Fulli

@179.

Chien de guerre,

Je n’ai pas reçu une éducation masochiste.

Il n’y a donc rien de contradictoire dans mon refus de répondre aux questions de personnes insultantes et fières de leur ignorance et qui se livrent à une mise en cause de mes titres, de ma santé mentale et en sont à m’accuser de faux sur un portail d’université!

/// Vous dites vous même

“Question d’éducation morale et scientifique.”

Cependant, vous ne répondez, depuis le début de cette conversation, à aucun des arguments que nous vous présentons. N’est ce pas contradictoire ?///

185. Le jeudi 1 août 2013 à 14:30 par Dr Ivana Fulli

@180 stinky pseudo,

Who wrote “Don’t feed the shrink ” not so long ago? :)

Je n’ai plus rien contre la finance car je suis une mère italienne et un de mes fils est polytechnicien , master de finance HEC , docteur en économie après avoir financé sa thèse -et ses frais de scolarité à HEC -avec un poste d’analyste financier en direction financière de banque.
( chose surprenante, je vous l’accorde, pour un jeune homme de ce profil, c’ est aussi un homme de droite modérée alors que ses deux parents sont des petits bourgeois intello de gauche.)

186. Le jeudi 1 août 2013 à 14:31 par Holmes

@ Anoxie de Limande (183) (” …et que l’on veut le dénoncer aux moindres frais.”)

- Cela sera cent “Sou Médical”

Les maux dits guérissent plus facilement que les maux tus, paraît-il, sauf si les premiers sont des maux dits trop tard…(la phonétique pourrait ici rappeler les maudits trottoirs…passons !).

Humeur et Rumeurs - Le mur…du Grand Sud -

187. Le jeudi 1 août 2013 à 14:54 par Naska

hem, j’ai un tout petit peu l’impression d’être devenu transparent là…
la prochaine fois faudra que j’essaie directement avec des attaques personnelles, ça a l’air de nettement mieux fonctionner qu’une argumentation construite (ou en tout cas voulue comme telle) pour obtenir des réponses.

Personnellement que Mme Fulli soit docteur ou non je m’en contrefous allègrement, ce n’est pas ça qui permettra de mieux débattre du sujet du billet (et paf, recentrage !).

Bon, le problème c’est que visiblement ça lui tient vraiment à cœur …

188. Le jeudi 1 août 2013 à 15:06 par Dr Fabiche

Bon en résumé et pour faire court, vous voulez nous dire quoi Dr Ivana Fulli?

189. Le jeudi 1 août 2013 à 15:09 par Le Pet Financier

@Ivana
Très heureux pour votre fils Nicolas. Qu’il sache protéger nos économies et nos retraites contre l’inflation.

190. Le jeudi 1 août 2013 à 15:22 par Humain

Pourquoi cette obsession sur Nicolas B ? On ne se grandit pas de s’attaquer aux faibles, surtout quand sa profession consiste justement à défendre les mis en cause. Vous dormez bien ? Vous vous regardez sans problème dans un miroir ? Votre malaise est si grand que vous vous sentez obligé de dénigrer pour exister ?

J’ai lu - quelque part - ceci : « Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ».
Dignité (d’après wiktionary) : « Gravité noble qui inspire la considération, commande le respect, les égards. »

Probité, humanité, dignité, de bien jolis mots dont je relirais tous les matins la signification si j’étais avocat ; inspirer la considération ou respirer la haine, l’avocat a prêté serment de toujours choisir le premier. A moins que vous ne me confirmiez que la déontologie, comme les promesses, n’engagent que ceux qui y croient ?

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde.»
Boris Vian

191. Le jeudi 1 août 2013 à 15:24 par Régis

Maître,

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ce billet et les précédents sur l’affaire Nicolas B. L’objet des précédents m’a semblé être de montrer que la condamnation en première instance de ce Monsieur et le mandat de dépôt associé étaient certes sévères mais ne constituaient pas un jugement totalement disproportionné et encore moins un jugement politique.

Cependant vous semblez dire dans ce dernier billet que :
- d’une part le traitement de la demande d’appel a été beaucoup plus rapide qu’il ne l’est habituellement, ce qui laisse penser à une accélération politique du fonctionnement de l’administration judiciaire
- d’autre part, Nicolas B a à nouveau été reconnu coupable de l’ensemble des chefs d’accusation pour lesquels il avait été reconnu coupable en première instance, et n’a a priori pas fait meilleure figure lors de ce procès que précédemment (ce qui aurait été une des raisons du mandat de dépôt), et pourtant la peine prononcée a été plus légère. On en vient nécessairement à s’interroger sur ce qui a pu justifier ce jugement moins sévère, excepté une volonté (qui ne peut être autre que politique, ne pouvant pas être celle de la cour) de calmer le jeu.

En somme soit le deuxième jugement a eu lieu rapidement du fait de pressions politiques, et s’est soldé de manière plus favorable pour Nicolas B. là aussi du fait d’interventions politiques, soit c’est bien le premier jugement qui était politique (voire gauchiste boboïsant, puisqu’on dit comme ça depuis mai 2012).

La première option est pour moi la plus probable. Ai-je bien compris ? Tenons-nous là une preuve que la muraille de Chine qui sépare la justice de l’exécutif est légèrement poreuse ? Dans ce cas précis ça ne me semble pas bien grave, mais tout de même le symbole en prend un coup.

Merci aussi pour tous les autres billets, le tout est très instructif.

192. Le jeudi 1 août 2013 à 15:47 par Holmes

@ humain (190) (“Vous vous regardez sans problème dans un miroir ?”)

Le miroir de la langue, les mots nous reflètent :

Vercoquin, un avocat, victime d’empoisonnement après s’être mordu la langue.

193. Le jeudi 1 août 2013 à 15:58 par Naska

@190

euh non, la profession d’avocat ne consiste pas à défendre les mis en cause, mais ses clients (lesquels peuvent parfois être mis en cause, mais ce n’est pas toujours le cas sinon on manquerait de victimes, entre autres).

et sans vouloir vous offenser, les avocats ne vont pas chercher la définition des mots composant leur serment sur wikipedia, en revanche le RIN (règlement intérieur de la profession) et les manuels de déontologie fournissent d’assez bonnes indications sur leurs obligations (et expliquent donc assez bien la signification du serment).

Après, libre à vous de répéter ces mots tous les matins si ça vous chante, c’est sûrement un très bon exercice vocal mais ça n’aidera pas forcément à les comprendre.

En revanche pour Nicolas, j’ai un peu de mal à comprendre: un coup on nous dit qu’il est supérieurement intelligent, et après on nous explique qu’il est faible … on pourrait se mettre d’accord ?

194. Le jeudi 1 août 2013 à 17:14 par Holmes

@ Naska (193) (“…on nous dit qu’il est supérieurement intelligent, et après on nous explique qu’il est faible…”)

Zizanie,

“Seule une mince cloison sépare puissance de l’esprit et folie.”

195. Le jeudi 1 août 2013 à 17:22 par Jean-Michel

Merci pour cet article très rafraîchissant qui a le mérite de bien clarifier les choses et d’apporter un point de vue différent de ce que l’on a pu lire ailleurs !

196. Le jeudi 1 août 2013 à 17:32 par Dr Ivana Fulli

@189 Stinky pseudo,

Merci mais cela n’est pas gagné d’avance parce qu’un sujet de thèse CIFRE en finance et une vocation sacerdotale sont deux choses très légèrement différentes. :)

Ce qui est amusant est que le pauvre garçon se retrouve avec des références de billets ivanafullimediapart qui ne sauraient évidemment refléter les opinions et réflexions de mon fils!

Les fanatiques des deux bords du combat autour du mariage gay et surtout des droits des couples d’hommes qui ont fait défiler leurs enfants devraient réfléchir au fait que dans quelques années ces enfants pourront avoir honte d’avoir été associés à la cause fanatique de leurs parents.

Sachant que les enfants des militants les plus provocateurs des deux camps que leurs parents ont moralement contraint à défiler ont pu déjà avoir honte ou peur de la police.

197. Le jeudi 1 août 2013 à 18:02 par Le Pet Financier

@shrinky 196
En effet, sa mère devrait prendre un pseudo. Cela lui rendrait service.

198. Le jeudi 1 août 2013 à 19:01 par suruo

@ Régis # 191 :

La première option est pour moi la plus probable. Ai-je bien compris ? Tenons-nous là une preuve que la muraille de Chine qui sépare la justice de l’exécutif est légèrement poreuse ? Dans ce cas précis ça ne me semble pas bien grave, mais tout de même le symbole en prend un coup.

Bob l’éponge ?

199. Le jeudi 1 août 2013 à 19:25 par Dr Ivana Fulli

@174

Chien de guerre,

Je suis “charrette” pour un petit travail de recherche bénévole pour un ami et je n’ai pas le temps de répondre correctement au texte que vous me faites l’honneur de m’adresser de manière civile bien que dialoguer avec un professionnel dans votre position soit pour moi une opportunité rare, sincèrement.

C’est aussi la dernière réponse que j’aurais le temps de vous faire pour la raison sus-écrite et je ne saurais être exhaustive parce que vos écrits offrent trop de sujets de discussion. En revanche je lirai vos réponses à mes deux questions ci-dessous:

Chien de guerre (CdG): ///(…)aux joies du système carcéral francais, (…) Mais uniquement dues à ses propres actions, (…)///

IF: je me doutais que la formation de première instance -qui a trouvé judicieux de délivrer un mandat de dépôt pour un militant jugé en comparution immédiate en état d’excitation mentale était irresponsable mais je ne pensais pas que c’était à ce point!

Question 1. de IF à CdG: Avez-vous une idée du scandale planétaire et de la tâche indélébile sur la magistrature française- qui fait déjà triste figure en Europe en raison de son mépris pour la liberté d’expression - pour les siècles des siècles si le jeune militant sans casier judiciaire était mort en prison suite à une cause neurologique à son état d’excitation mentale du fait des violences policières subies ou après un viol avec violences en prison ou par suicide ?

CdG: ///(…) La brutalité policière ? Oui, il a été bloqué par un tonfa, alors qu’il n’était pas dangereux. Mais il essayait de s’enfuir (…)///

IF: Saint Eolas des LGBT a utilisé ” acculé ” pour définir la position du pauvre Nicolas B qui se trouvait coincé au premier étage d’une pizzeria. Que Saint Eolas ait souhaité flatter les fantasmes de sodomisation de Nicolas B cf. gabian en @30 ne change rien à la situation que l’omniscient décrit par définition avec justesse: Nicolas B était “fait comme un rat”.

NB: Nicolas B n’est pas, comme cet infortuné Clément Méric, un adepte de la violence et du combat de rue avec ses opposants politique partageant et son goût de la violence physique et celui d’une marque vestimentaire et des ventes privées. C’est un non-violent qui n’était pas préparé à la guérilla urbaine et aux techniques de fuite devant la police comme les amis de CM .
Il a pu aussi penser que les hommes en noir avançant en masse qui lui faisaient peur n’oseraient pas se montrer trop violents envers lui devant de nombreux témoins. Qui le sait? Certainement pas moi qui ne le connais pas, ni ces amis.

CdG: ///(…) et à ce que je sache, quelqu’un qui essaye de s’enfuir, et qui est visiblement exalté au vu de ses paroles, ne peut être amené à obtempérer par une tape sur l’épaule et le sourire débonnaire d’un agent des forces de l’ordre.(…)///

IF: Vous savez mal. Je suis fille de feu lieutenant-colonel Enzo Fulli et cela m’incline à penser que des gendarmes auraient fait mieux que d’étrangler trop longtemps au tonga puis lier de les poignets et les mains de leur victime de strangulation devant des enfants et autres témoins dans une pizzeria…

Surtout je suis aussi psychiatre, ancienne interne en psychiatrie et j’avais signé un chapitre sur les urgences psychiatriques dans “Le livre de l’interne: les urgences” chez Flammarion en 1989 pour lequel j’avais reçu beaucoup de compliments.

Question 2.) de IF à CdeG: Vous croyez que les médecins et les infirmiers disposent de tazers et étranglent au tonga dans les hôpitaux et dans les cabinets les malades mentaux en état de fureur et les excités par la drogue ou la culture des banlieues dures qui les menacent de mort par impatience ou confrontés à un refus de prescription, cher chien de guerre?

(Évidemment, il y a des médecins, des psychologues, des infirmiers qui se font tuer parfois , mais rarement et c’est un risque du métier bien inférieur aux risques de la circulation routière etc.)

Cde G ///La prison ? (…) Et Nicolas B., lui, ayant été reconnu coupable, les faits étants avérés et prouvés, ne l’était pas ( innocent).(…)///

réponse IF: la formation d’ appel a décidé que Nicolas B n’était pas assez coupable pour se voir infliger une peine de prison et ce, malgré un discours très militant durant l’audience en appel (merci infiniment lambertine @171).

CcG: ///Vous savez, la prison permet parfois à certains de réfléchir. Je connais des personnes dans mes dossiers qui m’ont dit ” Cette peine de prison a été celle de trop, avant je m’en foutais”(…)///

IF: Comme des gens aussi différents que Saddam Hussein, Alexandre Soljenitsyne etc ?

NB: Je ne pense pas qu’il ne méritait aucune sanction en première instance et je pense que marsan qui préconisait un bracelet pour deux mois était intelligent- mais à la place de la peine de prison et du mandat de dépôt.

200. Le jeudi 1 août 2013 à 19:41 par Dr ivana Fulli

@197

Stinky,

Pensez-vous sincèrement que le milieu professionnel financier de mon fils puisse accorder de l’importance aux avis et écrits d’une psychiatre ou ne pas savoir que les enfants ne sont pas responsables des opinions de leurs parents ?

Avec votre raisonnement, mon fils ne devrait peut-être rien publier ni sur les réseaux sociaux ni dans les revues scientifiques parce que cela pourrait me nuire auprès de mes confrères e aux USA, en Italie et en GB, au canada qui sont plutôt “liberal” que de droite ?

A moins que vous ne pensiez que le fait de porter un enfant et de l’éduquer correctement en le laissant s’épanouir y compris dans une direction qui n’est pas du tout votre choix, impose aux mères d’enfant adultes de vivre dans l’intérêt exclusif de leur progéniture…

Et je suppose que les mères de famille doivent demander à leur fils majeurs comment voter, dans votre catéchisme.

201. Le jeudi 1 août 2013 à 20:18 par Le Pet Financier

Non, je ne pense rien de tout cela.
C’est juste ce que vous avez dit en 196.
Relisez-vous.

PS : Je pensai que vous étiez prise par votre bénévolat…

202. Le jeudi 1 août 2013 à 20:30 par Dr Ivana Fulli

@ 197 addendum à @200

Stinky,

Et les livres et articles scientifiques, il faut aussi utiliser des pseudos pour protéger les carrières et la vie sociale des enfants adultes et indépendants?

Les pseudos cela rend méchant et un psychiatre suisse, par exemple, refuse de publier sur son blog les commentaires des pseudos tandis que le Dr Christophe André, un psychiatre qui avait fait le choix contraire avait arrêté de tenir un blog notamment en raison de la méchanceté des commentaires qui le déprimait (c’est un catholique proche du bouddhisme professionnellement qui médite tous les jours mais pas assez pour supporter cette méchanceté des commentaires sous pseudos évidemment…).

Un universitaire de GB a lui, choisi de ne laisser commenter son blog que sur inscription préalable pour en conserver la qualité de contenu en acceptant les pseudos avec bienveillance.

Et puis, les pseudos enlèvent de la force à ce que vous écrivez, tout le monde peut prétendre avoir indiqué au président de l’ANSM “such and such” sur un blog….

Enfin, la protection légale offerte par les pseudos à une réputation surfaite.

Un jeune insulteur anonyme de M Copé en a fait les frais récemment.

203. Le jeudi 1 août 2013 à 20:59 par Dr Ivana Fulli

@201
???

204. Le vendredi 2 août 2013 à 07:02 par how to make money fast

I used to be suggested this blog by way of my cousin. I’m now not certain whether or not this put up is written by way of him as nobody else realize such distinct about my problem. You’re wonderful! Thanks!

205. Le vendredi 2 août 2013 à 07:45 par Dr Ivana Fulli

@201 Stinky,

Le sujet de la thèse de doctorat de mon fils que vous avez évoqué en @ 189 avec finesse ne constitue en rien une vocation sacerdotale pour mon fils dans le sens où sa carrière ne sera pas nécessairement consacrée à développer son sujet de thèse.

Le sujet est clos.

206. Le vendredi 2 août 2013 à 08:07 par amour du travail

bien fait !
à berger allemand :quelqu’un qui essaye de s’enfuir, et qui est visiblement exalté au vu de ses paroles, ne peut être amené à obtempérer par une tape sur l’épaule et le sourire débonnaire d’un agent des forces de l’ordre
l’exaltation verbale serait-elle répréhensible ? au vu des décibels ou au vu de paroles offensant la morale et l’ordre publics? mais à coup sûr: délit de fuite et/ou refus d’obtempérer ? 6 points chaque.
Tapage diurne dans un restaurant et tentative de grivèlerie, il est parti sans payer, mais le restaurateur ne s’est pas fait connaitre.

207. Le vendredi 2 août 2013 à 09:44 par festif inside

Memo personnel : la prochaine fois que quelqu’un organise un apéro festif, penser à prévoir les jus de fruits dans la camionnette, ça aidera grandement à la défense.

208. Le vendredi 2 août 2013 à 10:56 par Naska

Cette “discussion” aura au moins eu le mérite de me persuader que l’existence des hôpitaux psychiatriques est essentielle… bien que les places soient manifestement insuffisantes !

209. Le vendredi 2 août 2013 à 11:34 par amour du travail

après les 3 sommation, le délit d’attroupement étant constitué, toute dispersion non autorisée sera considérée comme un délit de fuite.

210. Le vendredi 2 août 2013 à 13:07 par Dr Ivana Fulli

@171 Lambertine

///(…)Qu’est-ce que Valerie Trierweiler vient faire dans cette histoire ?(…)///

IF en @ 177

///(…)Elle se fait “basher” sur le Net et dans la presse ? C’est bien triste, je n’approuve pas, mais c’est ce qui arrive régulièrement quand on est une personne publique ou un militant politique.///

La diffamation est un délit.

///(…) Nicolas qui, que vous le vouliez ou non, est un militant politique. Militant qui a continué à militer au sein du tribunal. ///

C’est la thèse que je défends contre la bêtise alliée de la haine qui suinte dans ce blog contre un militant anti mariage pour tous, qui a été victime de brutalité policière exagérée, de mauvais avocats en première instance et mauvais avocats de la cause des “antis” qui n’ont pas été capables d’encadrer les veilleurs et leurs actions comme les avocats qui soutiennent les actions des femens.

/// asperger (vous êtes son médecin ?)///

Je ne connais pas Nicolas B et j’ai seulement émis différentes hypothèses susceptibles d’expliquer un comportement militant y compris au tribunal et y compris en appel.

///quand les parents refusent de subvenir aux besoins de leurs enfants étudiants, ceux-ci disposent de recours judiciaires contre ça. Demandez à Mme Royal///

Qu’est-ce que Mme Royal vient faire là?

( Un majeur peut avoir la décence de ne pas demander d’argent à un père avec lequel il ne s’entend pas existe, sauf erreur de ma part, une jurisprudence où un élève de l’Ecole centrale s’est fait débouté d’une demande de pension pour étudier les sciences politiques, le juge ayant décidé qu’être ingénieur issus d’une grande école était suffisant et que le père n’avait pas à fiancer en plus des études de sciences politiques.)

NB: C’est seulement dans le monde du blog de Saint Eolas des LGBT que les avocats sont des saints efficients et rapides.

Dans la vraie vie de twitter Me Eolas explique qu’il défend une cliente victime d’un premier avocat devant le procureur mais pas contre son confrère indélicat par déontologie et qu’il y a bien assez d’avocat en France pour qu’elle en trouve un qui s’y colle….

///et ces parents n’ont pas hésité à payer trois avocats dont un ténor du barreau //

Qu’en savez-vous?

Un ténor du barreau peut travailler pro bono et pour une plaidoirie quand il est assisté par des avocats qui ont à se racheter une réputation, il y a moins de travail.

///Oscar Wilde moderne (ce sont ces même pseudo-amis qui vont apprécier)./// Chère Lambertine, je vous conseille de consulter un ophtalmo -pour améliorer le confort de lecture de mes commentaires, sans être certaine que cela soit suffisant.

211. Le vendredi 2 août 2013 à 13:20 par Dr Ivana Fulli

@171

Chère madame Lambertine,

Comme chien de guerre est occupé, pourriez-vous avoir l’obligeance, en récompense de mes efforts de clarification de répondre à mes questions:

1.) Pensez-vous que les médecins et les infirmiers disposent de tazers et étranglent au tonga dans les hôpitaux et dans les cabinets les malades mentaux en état de fureur et les excités par la drogue ou la culture des banlieues dures qui les menacent de mort par impatience ou confrontés à un refus de prescription, cher chien de guerre?

(NB: Des praticiens libéraux isolés se font agresser y compris physiquement par des délinquants de droit communs notamment pour la recette du jour et MST, la ministre de tutelle propose une généralisation du tiers payant afin que les médecins ne possèdent plus d’argent liquide dans leurs cabinets… )

2.) Avez-vous une idée du scandale planétaire et de la tâche indélébile sur la magistrature française- qui fait déjà triste figure en Europe en raison de son mépris pour la liberté d’expression - pour les siècles des siècles si le jeune militant sans casier judiciaire était mort en prison suite à une cause neurologique à son état d’excitation mentale du fait des violences policières subies ou après un viol avec violences en prison ou par suicide ?

3.) Êtes-vous fière (fier) que les instances européennes se soient inquiétées de la répression policière en France des opposants “au mariage dit pour tous” en comparant la France à la Turquie ?

4.) Pensez-vous que le travail des juges qui osent s’attaquer à des actes délictueux de politiciens de droite soit facilité par les accusations délinquantes de magistrature rouge en France débutées par la publication “du mur des cons” et enflammé par le mandat de dépôt contre du jeune militant Nicolas B ?

Moi pas.

212. Le vendredi 2 août 2013 à 13:33 par Holmes

@ Dr. Ivana Fulli (199) (” Je suis “charrette” pour un petit travail bénévole pour un ami…”)

- Et ça Google ne le sait pas…

@ Naska (208) (“Cette ” discussion” aura au moins eu le mérite de me persuader que l’existence des hôpitaux psychiatriques est essentielle…”)

-Jusqu’à “Ville-d’Avril” et bien au-delà :

“Si un jour le ciel s’ouvre devant moi et m’appelle par mon pseudo, c’est que ma psychose a repris le dessus.”

- Vercoquin et “ronds-de-cuir” de tout poil -

213. Le vendredi 2 août 2013 à 13:39 par Dr ivana Fulli

Me Eolas,

Qu’un frimeur pathétique ressorte la fille de Lord Byron pour mettre en doute ridiculement le fait que le génial Alan Turing est le père des ordinateurs que nous connaissons est attendrissant. Tout comme naska qui se contente de se ridiculiser avec des allusions malveillantes.

En revanche, mes titres de docteur en médecine et CES de psychiatrie sont authentiques et j’ai eu la bonté de mettre en lien le portail universitaire qui indique ma thèse.

Je vous répète donc que je suis victime sur votre site et sous votre responsabilité d’accusation diffamatoires mettant en cause mes titres, insinuant que j’aurais falsifié un site universitaire pour prétendre au titre de docteur en médecine. Ce qui n’est pas à votre honneur et que les délinquants ou le (ou la) délinquante tentent de m’intimider en pensant que le fait que vous soyez avocat vous dispenserait de vos obligations légales qui sont de supprimer les contenus insultants vomis par des internautes -qui se pensent protégés par leur anonymat- sur votre blog et que, par inattention ou goût de la provocation, vous ayez ajouté une animation alors que le( la, les) délinquants s’illusionnent en pensant que al présence d’une animation empêcherait une capture d’écran.

Il est curieux que le blog d’un auxiliaire de justice aboutisse à encourager la de facto délinquance.

Je vous prie donc de bien vouloir supprimer les commentaires suivants:
172. Le jeudi 1 août 2013 à 09:56 par Estouffade de Sole

“Qu’est-ce que Valerie Trierweiler vient faire dans cette histoire ?”

Noyer le poisson, tactique éculée de la soi disant “doctoresse”

183. Le jeudi 1 août 2013 à 12:45 par Anoxie de Limande

La dernière fois que quelqu’un a menacé de poursuites dans ce blog -fréquenté par des procureurs, des avocats et des juges , dont c’est le devoir de prévenir, voire de signaler tout manquement à la loi -et ils doivent la connaître- : IIRC, cela a fait sourire-, c’était il y a deux ans :http://www.maitre-eolas.fr/post/201…
Nota : il était assez facile de vérifier l’identité et la fonction de celui qui, en juillet, a menacé de poursuites (sa fonction, dans un secteur dynamique et en pleine expansion, était adaptée aux capacités intellectuelles dont il a fait preuve).

Fournir des titres et une identité improuvables -et dont la probabilité reste à quantifier- à l’appui de discours délirants est assez amusant … quand le malheureux Saint Nicolas, l’Einstein, que dis-je, l’Oscar Wilde -mais amateur de menottes-, le Turing de notre milléénaire a été inquiété pour sa modestie, le poussant à cacher son identité…

Prétendre qu’un vague lien internet -je peux en faire des dizaines - vers une vague thèse est une preuve d’identité peut marcher dans une pizzeria des Champs Elysés , mais pas à tous les coups; ailleurs, ça révèle des particularités ‘intellectuelles’ sans grand interet.

Par ailleurs, l’emploi d’animations , (fûssent elles très drôles, dispensant une “doctoresse” d’efforts laborieux), rend très difficile (mangent de l’espace) l’archivage d’un blog (par wget) ce qui peut être envisagé si on juge le blog délictueux (ex: des posts incitant à la haine raciale ou(incl.) au meurtre (ou à la limite) : là, ça vaudrait peut être la peine de les stocker, en attendant que les sanctions soient appliquées) et que l’on veut le dénoncer aux moindres frais.

Dr Ivana Fulli

214. Le vendredi 2 août 2013 à 13:59 par Dr Ivana Fulli

Bonjour Recap 59,

Vous m’aviez posé des questions trop difficiles et hors sujet pour que j’y réponde (l’architecture et l’urbanisme ne sont pas mon métier notamment).

En revanche, à la réflexion, je préfère la télévision pakistanaise qui favorise l’adoption des bébés filles abandonnées en valorisant le fait d’adopter des filles dans une civilisation où les garçons sont davantage désirés et les feuilletons télévisés brésiliens et téléfilms italiens qui luttent contre les préjugés contre les homosexuels et contre les violences faites aux femmes. Des psychiatres brésiliens ont montré que ce vecteur très efficace.

Peut-être pourriez-vous m’expliquer pourquoi dans le monde d’Eolas, le délit de diffamation d’un docteur en médecine est de facto encouragé ?

Parce que les avocats sont chers et que pour trouver un huissier qui accepte de pratiquer une citation sans avocat est une galère?

Ceci est définitivement mon dernier commentaire sur ce blog mais je lirai les réponses éventuelles à mes questions et je surveillerai la disparition demandée par la décence et la jurisprudence de la cour de cassation des commentaires m’accusant d’usurper la qualité de docteur en médecine spécialisée en psychiatrie.

Bonne continuation dans le blog d’Eolas et son monde où les gentils et efficaces avocats font appliquer le droit, et même la justice n’ayons peur de rien!

215. Le vendredi 2 août 2013 à 14:16 par Naska

Chère docteur,

pour ma part, les allusions que vous estimez malveillantes n’ont pour seul objectif que d’attirer un tant soit peu votre précieuse attention (il semblerait d’ailleurs que ce soit un succès), dans la mesure où vous ne daignez pas accorder ce que vous demandez à d’autres en @211 par exemple (si si, vous savez, l’histoire des réponses pour avoir fait des efforts de clarification).

Une petite remarque cependant sur vos demandes à Eolas:

Je pense pouvoir affirmer, sans prendre trop de risque, que vous êtes l’unique personne sur ce fil de commentaires qui trouve un intérêt quelconque à la réalité, ou non, de la qualité que vous affichez.

Certains ont choisi, comme moi, de vous croire, et d’autres ont voulu vous montrer qu’une identité utilisée sur internet peut toujours avoir été le fruit d’une usurpation, quelle qu’en soit la forme.

Mais le fait est qu’au delà de ça, tout le monde s’en fout, à part vous (cette affirmation n’est d’ailleurs pas fermée à la contradiction, si quelqu’un s’y intéresse, qu’il se manifeste).

Et il en va globalement de même concernant les succès de votre ascendance et de votre descendance qui, s’ils semblent vous inonder de fierté, n’apportent pas grand chose à notre débat.

Je n’ai commencé que très récemment à commenter sur ce blog, mais je le suis depuis longtemps.

Or, un constat ressort de l’observation des commentaires: les personnes qui les écrivent ne sont jugées que sur ce qu’elles disent et non pas sur ce qu’elles sont, même ceux qui se disent professionnels du droit pouvant faire l’objet de critiques.

Chacun, quel que soit son statut dans la vie réelle, peut apporter sa pierre à l’édifice dans le cadre d’un véritable débat portant sur un sujet précis (en général, le sujet est l’objet du billet au dessus des commentaires, il y a une certaine logique).

Si votre statut vous paraît plus important que l’échange, oubliez tout cela ça ne vous intéresse pas.

Enfin, concernant la diffamation dont vous dites être l’objet, je vous invite à relire mon commentaire en 182, voire à aller faire un petit tour à la 17e chambre correctionnelle si vous êtes à Paris, c’est très instructif.

N’espérant pas la plus élémentaire politesse d’une réponse à ce stade des commentaires, je vous souhaite, chère Madame, une très bonne journée.

Naska

216. Le vendredi 2 août 2013 à 14:37 par mekeskeldi la dame

Force est de constater que le le vieil adage populaire “c’est le cordonnier le plus mal chaussé” trouve ici, dans certains commentaires qui confinent à la compulsion, si leur auteur est ce qu’il dit qu’il est est, une démonstration surprenante et un tantinet vertigineuse..

217. Le vendredi 2 août 2013 à 15:19 par Roi des Cons

Et maintenant, la soi disant doctoresse en maths (depuis 1937, si j’ai bien compris, dans le domaine de l’improuvable, d’après le lien qu’elle a eu “la bonté” de copier coller …) , et, tout, en n’importe quoi et en psychiatrie (il faudrait être effectivement bien fou pour faire appel à ses services, me semble-t-il, quoique, dans Notre modeste anonymat, Nous ne revendiquons pas, ni ne brandissons, une quelconque expertise dans ces domaines ardus ) explique à Maître Eolas -et à ses co auteurs, tous juristes - ce qu’est le délit de diffamation d’un docteur en médecine (et reprenne in extenso les points soi disant diffamatoires sans demander de les supprimer!).
Les risques de susciter un séisme provoqués par les éclats de rire des juristes qui assisteraient à son étalage improuvable -et improbable- de titres pourraient saper nos beaux tribunaux, si ça allait jusqu’au procès.

Cette hilarante incohérence, obscurcissant encore les propos de cette “doctoresse” -et joignant donc la confusion la plus invraisemblable au fumeux approximatif et verbeux- peut avoir deux origines:

  • un clonage par un troll facétieux et pasticheur (un malheur n’arrivant jamais seul…)
  • de graves déficiences intellectuelles, incompatibles avec les titres dont cette “doctoresse” aime se parer, mais qui, dans certains royaumes, pourraient faire l’objet de très lourdes -en excellente logique- taxes (TTC : Toutes les Taxes sur la ….C**rie)

218. Le vendredi 2 août 2013 à 16:18 par récap59

Bonjour Dr Ivana Fulli (214)

(Peut-être pourriez-vous m’expliquer pourquoi dans le monde d’Eolas, le délit de diffamation d’un docteur en médecine est de facto encouragé ?)

Je suis un partisan du droit à l’anonymat sur internet. En conséquence je considère le titre dans le pseudo comme faisant partie du pseudo. Je ne cherche pas à savoir si le Dr Ivana Fulli existe vraiment ni si vous n’êtes pas sa nièce en train de jouer avec son ordinateur pendant qu’il fait du trekking dans l’Himalaya.

Et ceux que vous accusez de vous diffamer n’ont aucun moyen de le savoir non plus. Or pour diffamer il faut le faire en connaissance de cause, c’est l’élément moral de l’infraction. C’est pourquoi je ne crois pas à la diffamation.

219. Le vendredi 2 août 2013 à 16:44 par hydrelisk

Très bon billet.

J’ai à peine survolé les commentaires en revanche, mais pour le débat autour de @172 : “soi-disant doctoresse” n’est pas diffamatoire, c’est juste nuancer sa certitude de la dénomination en disant “doctoresse selon ses dires”. Ce qui est vrai, surtout au moment où le message a été fait.
Et même au-delà votre identité reste votre “soi-disant identité” convenez-en, personne à distance ne peut garantir que vous êtes Ivana Fulli (Dr.) et non une connaissance d’icelle. Il en est ainsi sur internet, pas grand chose n’est certifié.

220. Le vendredi 2 août 2013 à 17:12 par Millou

Merci Monsieur l’avocat pour vos articles mesurés et en même temps rigolos.

je voulais vous signaler 2 trucs,
dans l’article “Indulto Pour La Corrida” il y a une Erreur De Français!! chose que vous vous évertuez visiblement à éviter, d’habitude. I.e. on ne dit pas “Ô grand jamais”, mais “Au grand jamais”. Enfin ça c’est l’usage; voyez le CNRTL si tu me crois pas, moi je suis d’avis que c’est pas pire de faire des horreures de français du temps qu’on les fait d’exprès. Or c’était peut-être le K!!

ET numéro 2: il faut mettre à jour votre lien du blog “The Magistrate” dans la section Blogroll! en effet celui-ci a “déménagé”.

sinon ce blog est supercoul! :D je le likerait bien s’il y avait le bouton pour. en l’espèce je me vois forcé de le recommander autour de moi de bouche à oreille, c’est so 2nd millenium passez-moi l’expression.

221. Le vendredi 2 août 2013 à 17:40 par Holmes

@ Naska (215) (“Et il en va globalement de même concernant les succès de votre ascendance et de votre descendance…”)

Dr. Ivana Fulli promu au rang de * Transcendant Satrape * !

222. Le vendredi 2 août 2013 à 17:55 par lambertine

Mme Fulli,

1. “La diffamation est un délit.”
Et Mme Trierweiler attaque régulièrement ses adversaires en justice.

2.” “qui a été victime de brutalité policière exagérée,”
”La brutalité policière est toujours exagérée.

3. ” de mauvais avocats en première instance “
Qu’il gardé comme avocats en appel.

4. ” mauvais avocats de la cause des “antis” qui n’ont pas été capables d’encadrer les veilleurs et leurs actions”
Je ne vous le fais pas dire.
Sauf si le but des “anti” était de fabriquer un martyr. Ce qui est bien dans la mentalité d’une certaine frange de la droite catholique (je n’ai pas dit de “la droite” ni “des catholiques”, mais “d’une certaine frange de la droite catholique”)

5. ” j’ai seulement émis différentes hypothèses susceptibles d’expliquer un comportement militant”
Dont un pseudo-diagnostic basé sur des articles de journaux. C’est peut-être légal (?) et conforme à la déontologie de l’Ordre, mais, désolée, ça me hérisse le poil. Un médecin-psychiatre qui fait ça, même avec les meilleures intentions du monde, et même avec les diplômes les plus fantastiques qui soient, n’est pas plus crédible que Madame Soleil, et est passablement méprisant pour le militantisme, probablement sincère, de Nicolas.
Ah, au fait, je suppose que vous diagnostiquez également Tuning et Wilde comme Aspergers ?

6.”Qu’est-ce que Mme Royal vient faire là?

Elle assigné son père en justice pour qu’il assume son rôle de père pendant ses études.

7.” ( Un majeur peut avoir la décence de ne pas demander d’argent à un père avec lequel il ne s’entend pas existe, sauf erreur de ma part, une jurisprudence où un élève de l’Ecole centrale s’est fait débouté d’une demande de pension pour étudier les sciences politiques, le juge ayant décidé qu’être ingénieur issus d’une grande école était suffisant et que le père n’avait pas à fiancer en plus des études de sciences politiques.)

Pardon, mais un père qui vous coupe les vivres, c’est un peu plus qu’un père avec lequel on ne “s’entend pas”. Et ne pas le mettre devant ses responsabilités de père (tiens, et la mère, là-dedans ?), ce n’est pas manquer de “décence”. Au passage, il me semble que Nicolas n’avait encore aucun diplôme.

8. ”Chère Lambertine, je vous conseille de consulter un ophtalmo -pour améliorer le confort de lecture de mes commentaires, sans être certaine que cela soit suffisant.

Et moi, je vous conseille de vous renseigner un peu mieux sur la droite catho-tradi avant de comparer son Martyr à des gens qu’elle exècre.

223. Le vendredi 2 août 2013 à 18:10 par suruo

@ Dr Ivana Fulli # 211 :

1.) Pensez-vous que les médecins et les infirmiers disposent de tazers et étranglent au tonga dans les hôpitaux et dans les cabinets les malades mentaux en état de fureur et les excités par la drogue ou la culture des banlieues dures qui les menacent de mort par impatience ou confrontés à un refus de prescription, cher chien de guerre?

Bien que vous ne vous adressiez pas à moi, je voudrais savoir :
Pourriez-vous fournir quelques exemples des effets les plus désagréables des “camisoles chimiques” ?
Pourriez-vous les comparer (de manière rationnelle et, si possible, objective) à ce qui a été fait à Nicolas B. ?

(ce n’est pas de la curiosité…)

@ Naska # 215 :

Mais le fait est qu’au delà de ça, tout le monde s’en fout, à part vous (cette affirmation n’est d’ailleurs pas fermée à la contradiction, si quelqu’un s’y intéresse, qu’il se manifeste).

Je me manifeste ! (NdA: haut et fort, avec le bruit des portes que je viens d’ouvrir fortement, sur fond de pluie, tonnerre et éclairs)

Cela m’intéresse de savoir :
a) s’il existe une personne réelle nommée “Ivanna Fulli” ?
e) si la dame est bien Doctoresse dans la spécialité qu’elle revendique ?
i) s’il lui est effectivement et réellement possible de le prouver sur ce blog ?
o) si elle accepterait de passer à la télé en ne montrant que ses mains ?
u) combien de personnes ont écrit les commentaires postés sous son nom ?
y) pour quelle raison n’y a-t-il pas plus de voyelles en français ?

224. Le vendredi 2 août 2013 à 18:30 par SB

Le récit de l’audience de première instance, sur un site d’opposants au mariage pour tous:

http://www.lejdv.fr/comparution-imm…

225. Le vendredi 2 août 2013 à 18:31 par lambertine

1.) Pensez-vous que les médecins et les infirmiers disposent de tazers et étranglent au tonga dans les hôpitaux et dans les cabinets les malades mentaux en état de fureur et les excités par la drogue ou la culture des banlieues dures qui les menacent de mort par impatience ou confrontés à un refus de prescription, cher chien de guerre?

Je ne pense pas. En tant qu’ex-patiente d’hôpital psychiatrique (je sais, c’est moins gratifiant que médecin-psychiatre), je n’ai jamais vu de tazer et de tonfa. En revanche, des actes violents d’immobilisation et l’usage de neuroleptiques sur des patients en crise, oui. Je suppose que vous n’êtes pas favorable à la distribution de seringues d’Haldol aux CRS.
Et je n’ai rien d’un chien de guerre.

2.) ”Avez-vous une idée du scandale planétaire et de la tâche indélébile sur la magistrature française- qui fait déjà triste figure en Europe en raison de son mépris pour la liberté d’expression - pour les siècles des siècles si le jeune militant sans casier judiciaire était mort en prison suite à une cause neurologique à son état d’excitation mentale du fait des violences policières subies ou après un viol avec violences en prison ou par suicide ?

Nicolas n’est pas mort en prison, et c’est vraisemblablement pour lui éviter les pires sévices qu’il été mis à l’isolement. Quant au “scandale planétaire”, désolée, mais il n’aurait pas franchi les frontières de l’hexagone, qui n’est plus le centre du monde depuis longtemps. Loin de mois l’idée d’approuver toutes les atrocités qui se passent derrières les murs, bien au contraire, mais parler de scandale planétaire, c’est risible.

3.) Êtes-vous fière (fier) que les instances européennes se soient inquiétées de la répression policière en France des opposants “au mariage dit pour tous” en comparant la France à la Turquie ?
Je ne suis pas Française.
Et j’aurais plutôt honte que mon pays soit régulièrement condamné (pas plus que la Turquie. Au passage, qu’avez-vous contre la Turquie ?) par une CEDH régulièrement remise en question par les “amis” de Nicolas.

4.) ”Pensez-vous que le travail des juges qui osent s’attaquer à des actes délictueux de politiciens de droite soit facilité par les accusations délinquantes de magistrature rouge en France débutées par la publication “du mur des cons” et enflammé par le mandat de dépôt contre du jeune militant Nicolas B ?

Les accusations de “magistrature rouge” existaient déjà quand j’étais en Fac de Droit, au début des années 80. 1980.

226. Le vendredi 2 août 2013 à 18:35 par Naska

@223

Je me demandais combien de temps la perche pendrait avant d’être saisie ! ^^

Belle manifestation !

227. Le vendredi 2 août 2013 à 21:23 par Holmes

Combien de temps,

- Estouffade de Sole
- Anoxie de Limande
- Perche pendue

“Tristes Tropiques” !

228. Le samedi 3 août 2013 à 08:59 par DR Ivana Fulli

@224 Mersi SB

Je désire présenter des excuses aux avocats de Nicolas B et retirer les phrases selon lesquelles il aurait été mal défendu, notamment lors de la comparution immédiate.

Le récit du témoin @ 224 est en effet point par point opposé à ce que Me Eolas a écrit dans ses billets précédents sur le sujet de la condamnation du militant politique Nicolas B.

(dans le monde de Saint Eolas des LGBT, Nicolas B aurait été condamné parce que ses partisans auraient fait du chahut, le refus de la comparution immédiate n’entrainait pas des menaces de retour en prison et il n’aurait pas été assisté correctement pendant sa garde à vue ni pendant la comparution immédiate et la lettre ouverte des magistrats anonymes accusait à tort le parquet d’un choix politique des juges de première instance.)

Ces récits sont absolument incompatibles entre eux.

Le récit mis en lien en @ 224 montre un avocat au meilleur de la profession malgré des conditions de travail très difficiles et un assesseur ouvertement hostile à son client certes très militant et courageux mais gravement victime d’abus policiers et boursier.

Dans le doute, je n’insulte pas les professionnels, ni les autres- et ce n’est pas parce que je signe de mon nom…

229. Le samedi 3 août 2013 à 09:00 par Dr Ivana Fulli

@223

Moi aussi je me demandais combien de temps votre belle équipe mettrait à inventer -ou à ressortir opportunément- une expérience personnelle des violences de la psychiatrie institutionnelle-qui sont à condamner , nous en sommes d’accord.

C’était un piège que je vous tendais car c’est seulement dans les dictatures que les opposants au régime sont traités comme des malades mentaux …

(sans compter que les neuroleptiques ne sont pas administrés au fusil à des malades non maitrisés auparavant par immobilisation de leurs membres sans aucun étranglement sauf sadisme et faute professionnelle gravissime.)

NB: Les familles impatientes qui hurlent aux urgences et menacent le personnel , les copains qui ne veulent pas respecter la fin des horaires de visite dans les services hospitaliers et se montrent menaçant , ceux qui hurlent ou frappent un médecin qui refuse un arrêt de travail ou une ordonnance ou de se laisser voler ne reçoivent pas de traitement neuroleptiques!

En revanche, le piège tendu aux antimilitaristes n’a pas fonctionné.

recap 59 @82;@91@218

Même combat partisan bottant en touche- brillant mais pas très kantien finalement.

(L’âme d’un peuple c’est un idéal culturel, pas les pires moments de son histoire.)

PS: Il est vraiment rigolo en effet le monde de judiciaire de saint Eolas des LGBT , hier il brillait sur twitter en indiquant à une femme supposée agressée par un exhibitionniste menaçant : vous déposez plainte, vous refuser une simple main courante (dans la vraie vie, c’est bien différent et une femme a été acquittée après avoir tué un mari violent notamment parce que la police avait refusé de la laisser déposer plainte avec un visage tuméfié auparavant- “parce que cela ne saignait pas” auraient déclaré les policiers au procès d’après la presse).

230. Le samedi 3 août 2013 à 10:02 par bon sang

mais c’est bien sur !

j’avais un doute depuis un moment, mais là, avec le piège et tout ça… tout s’éclaire : j’vous ai r’connu m’sieur Jacques Legras !

231. Le samedi 3 août 2013 à 10:46 par Holmes

@ Dr. Ivanna Fulli (229)

Docteur,

Où cela Noumène ?…

Veilleur de nuit c’est plus compliqué
La nuit finit toujours pas s’échapper.

- Le soldat rose -

232. Le samedi 3 août 2013 à 10:59 par Lilidove

Bon pour en revenir à l’article (cf les nombreux commentaires précédents).
Merci de votre éclairage et bonne continuation.

233. Le samedi 3 août 2013 à 11:05 par suruo

@ Dr Ivana Fulli # 229 :

Moi aussi je me demandais combien de temps votre belle équipe mettrait à inventer -ou à ressortir opportunément- une expérience personnelle des violences de la psychiatrie institutionnelle-qui sont à condamner , nous en sommes d’accord.


C’était un piège que je vous tendais car c’est seulement dans les dictatures que les opposants au régime sont traités comme des malades mentaux …

Alors là, déjà, là ; je dis “Oullà !”
Et ensuite, je redis : “Oulalalalalalà !”

Et ensuite j’appuie sur “Lecture” :

Oualalaradime - Zebda

♪♬♩♫♪ Oui bon, j’avais tous les défauts
♫♪♬♩♫ Menteur comme un dentiste, comme y faut
♩♫♪♬♩ Dribbleur comme Scifo, en plus grossier
♬♩♫♪♬ Oui bon, très tôt, je voulais pas bosser
♪♬♩♫♪ Et comme Pinocchio mais sans la fée
♪♬♩♫♪ J’ai méchamment menti et ça l’a fait
♫♪♬♩♫ J’ai menti comme on tousse
♩♫♪♬♩ Sans qu’un long tarin me pousse
♩♫♪♬♩ J’en ai fait des coups en douce
♪♬♩♫♪ Tu me crois, tu vaux pas un centime
♪♬♩♫♪ Je le jure, oualalaradime
♫♪♬♩♫ Je le jure, oualalaradime
♩♫♪♬♩ Ouala, ouala,
♩♫♪♬♩ Ouala, ouala,
♩♫♪♬♩ Ouala, ouala,
♪♬♩♫♪ oualalaradime, ouala
(…)

J’ai coupé là parce que 15 lignes ça va pour une citation, mais n’hésitez pas à consulter le texte intégral. Et leurs autres textes aussi tant qu’à faire. Posologie : une écoute par çi, une autre par là, le tout de temps en temps…

Sinon, pour dissiper cette incompréhension, je n’ai pas “ressorti” mon expérience personnelle sur ce blog, j’ai seulement mentionné un point d’appui dont vous n’avez pas voulu vous servir pour raisonner. D’autres que vous ont déjà soutenu que « l’excitation du manifestant » devrait nécessiter un traitement policier différent.

Pour ce qui est de me tendre des pièges, vous y perdez du temps, que vous pourriez par exemple employer à aller voir quelques conférences chez TED, ou autres : c’est pas les conférenciers plus futés que moi qui manquent… Qu’en pensez-vous ?

Mangez du gras, plein de viande ; allez dans les fast-food ; évitez les fruits et les légumes ; buvez des sodas, abusez des crèmes glacées.

234. Le samedi 3 août 2013 à 11:09 par Telramund

@Mme Fulli

Juste quelques points: d’abord concernant Alan Turing (comment en est on arrivé à parler de lui?). Nul part ici il a été nié que Turing est l’un des inventeurs de l’ordinateur, ni qu’il était génial. Par contre il est faux de dire qu’il est le père unique de l’ordinateur. L’ordinateur n’aurait pas pu exister sans (en vrac) Blaise Pascal (première machine à calculer), Leibniz (inventeur du langage binaire moderne et évolution de la machine à calculer), Jacquard (début de la programmation sur carte perforée), Babbage (théorie de la machine à calculer programmable à partir des travaux de Jacquard justement), Ada Lovelace (premier algorithme destiné à une programmation), Turing (machine de Turing), Bardeen, Shockley, Brattain (invention du transistor sans lequel on en serait toujours au tube à vide et donc sans micro informatique). Attribuer l’invention de l’ordinateur au seul Turing est donc une erreur, toutefois cela n’enlève rien à son génie et à son apport essentiel dans cette matière.

Sur le caractère politique du procès de Nicolas B: il est évident que ce procès n’est pas politique. Nicolas B a été poursuivi et condamné pour des faits postérieurs à la promulgation de la loi. Le pouvoir politique n’a donc aucun un intérêt à en faire un martyr. La loi est passée, elle s’applique et que se passe-t-il lors de l’application de cette loi? Rien. La France est pareil qu’avant, la civilisation ne s’effondre pas, des gays et des lesbiennes se marient dans l’indifférence générale. Le pouvoir politique a donc tout intérêt à ne pas mettre de l’huile sur le feu et laisser les quelques manif des anti se poursuivre sans souci, dans les faits cela n’intéresse plus grand monde. D’ailleurs des manifs ont eu lieu depuis (le long du tour de France et ailleurs) et qui n’ont donné lieu à aucun souci particulier. Le gouvernement se serait bien passé du battage autour de Nicolas B et si instructions avaient pu être donné au procureur, je pense que cela aurait été des instructions de clémence (et d’ailleurs je pense que c’est ce qui s’est passé en appel). Si la répression avait été politique, Nicolas n’aurait certainement pas été le seul arrêté et poursuivi lors de l’apéro festif.

Sur la condamnation de Nicolas B: Là je l’avoue Mme Fulli, j’ai eu du mal à vous suivre. On peut contester cette condamnation sur deux arguments: soit on conteste la nature même de l’infraction et on réclame son abrogation quelques soient les personnes à qui elle est susceptible de s’appliquer (donc abrogation des infractions de rébellion, d’entrave à la circulation etc.) et dans ce cas, la personnalité de Nicolas B, la cause qu’il défend n’a aucune importance (on devrait revendiquer la même abrogation pour les faucheurs volontaires, les manifestants anti-CPE et que sais je encore). Dans ce cadre, votre référence à Oscar Wilde aurait un peu de sens (il est clair que la pénalisation de l’homosexualité méritait une abrogation et qu’à ce titre on peut contester la condamnation de Wilde, indépendamment de son attitude lors de son procès et de son génie).

Pourtant dans votre défense de Nicolas B, il me semble que ce n’est pas votre position. Vous réclamez sa relaxe car selon vous sa cause est juste et qu’il est soit génial et brillant soit atteint d’un syndrome d’Asperger (ou les deux, vos propos parfois ne sont pas clairs). Et là je ne peux plus vous suivre. Tout d’abord, vous identifiez ce syndrome à partir de ouï dire ce qui est contestable et surtout à partir de récits dont vous contestez la légitimité de l’auteur (à savoir Eolas), ce qui est, si vous me le permettez, assez gonflé. De plus, dois-je vous rappeler qu’il ne suffit pas d’avoir une pathologie psychiatrique pour être reconnu irresponsable pénalement (oui oui la loi est mal faite mais c’est comme ça). D’autre part, même si la cause de Nicolas B était la meilleurs du monde, cela ne justifie en rien de commettre des délits. J’ai participé à de nombreuses manifestations (anti-CPE, contre les lois Pasqua etc.) mais même dans ce cadre, même quand j’ai de la sympathie pour un mouvement j’estime que tout doit se dérouler dans le cadre de la loi. Je suis favorable à une grande sévérité à l’égard des personnes qui commettent des délits à l’occasion d’un mouvement politique même si ce mouvement à toute ma sympathie voir mon soutien. En conséquence, quelque soit mon opinion sur la cause que défend Nicolas B, s’il a commis un délit je trouve normal qu’il soit condamné à se titre. Or, rien, ni dans le compte rendu d’Eolas, ni dans le compte rendu du militant anti-mariage gay, ne laisse à penser que Nicolas B n’a pas commis les délits pour lesquels il était poursuivi.

235. Le samedi 3 août 2013 à 12:52 par Dr Ivana Fulli

@ 231 Hello Dearest Holmes,

Tout cela “noumène” à découvrir de quoi sont capables les gauchistes qui chassent en meute et surtout si Saint Eolas des LGBT aura la décence de respecter les obligations que lui fait la très limpide jurisprudence de la cour de cassation- à savoir retirer deux commentaires qui me diffament en accusant Ivana Fulli d’usurper les titres et qualités de docteur en médecine spécialisée en psychiatrie ( le concours costaud c”est celui du PCEM1 que j’ai réussi à Paris XII , pas celui de mon internat qui n’est qu’en psychiatrie et pas APHP , c’est pourquoi j’ai offert un lien vers la thèse après avoir posé précédemment en commentaire d’un autre billet de Saint Eolas des liens qui supposeraient selon les diffamateurs que je possèderais des talent de faussaires insultants pour Oxbridge notamment le premier qui me domicilie dans un labo d’Oxford avec un futur chef de service de ce labo!

Pour mémoire:

http://www.maitre-eolas.fr/post/201…
Cambridge Journals Online - Psychological Medicine - Abstract -
http://journals.cambridge.org/actio…
Effects of the contraceptive pill on sedative responses to clonidine and apomorphine in normal women
J. S. Chalmersa1, I. Fulli-Lemairea1 p1 and P. J. Cowena1 c1

University Department of Psychiatry MRC Unit of Clinical Pharmacology, Research Unit, Littlemore Hospital, Oxford
Psychological Medicine / Volume 15 / Issue 02 / May 1985, pp 363-367
Copyright © Cambridge University Press 1985
DOI: http://dx.doi.org/10.1017/S00332917… (About DOI), Published online: 09 July 2009

PS: Aucun problème technique pour la capture d’écran par votre servante et un huissier n’en aura pas davantage mais Saint Eolas des LGBT sait très bien que les honoraires d’avocat spécialisé en droit de la presse font que seuls des J-F Copé peuvent faire passer un mauvais moment à un jeune stupidement convaincu que son anonymat le protègerait des foudres de la loi.

236. Le samedi 3 août 2013 à 13:33 par DM

“Eolas:
Il y a la drogue et les putes pour ça, c’est plus sympa.”

Mmmh. N’est-ce pas là présenter sous un jour favorable la consommation de stupéfiants?

237. Le samedi 3 août 2013 à 13:46 par Holmes

@ Dr. Ivana Fulli (235) (“…les honoraires d’avocat spécialisé en droit de la presse…”)

À relier,

Muchas avocats et le Grand Argentier de la profession d’avocat.

238. Le samedi 3 août 2013 à 13:59 par DM

Il y a quelque chose qui me dérange dans cette affaire.

Il me semble que les gens qui “abusent” ont tendance à poursuivre dans l’abus, tant que 1) ils n’en éprouvent pas de honte 2) les conséquences de leurs actes ne sont pas de nature à les intimider.

Ici, il semble que l’on ait affaire à un jeune homme arrogant, assuré que la fortune de ses parents lui permettra de se livrer à ses fantaisies, et à payer avocats et amendes en cas de problème.

2) est donc assez inopérant (une amende de 1500€, pour un smicard c’est énorme, pour un grand bourgeois c’est peanuts).

Autre petite remarque: en général, les loueurs de voitures refusent de louer à des moins de 21 ans, ou appliquent des surprimes d’assurance conséquentes. Où ce jeune homme a-t-il pris l’argent pour louer une fourgonnette?

Bref, tout ceci me laisse à croire qu’il continuera dans la même veine, à moins que papa-maman ne coupent les vivres.

239. Le samedi 3 août 2013 à 14:17 par Valérie Laplace

@ Dr Ivana Fulli

Je visite ce blog depuis plusieurs années, les principales raisons sont que j’y apprends beaucoup et que j’y ri souvent.

J’adore aussi baguenauder au milieu des commentaires passionnants, intelligents et drôles et visite avec régal les liens proposés (ha “oualalaradime” de Zebda !).

Ce que j’aime par dessus tout c’est l’anonymat des intervenants, je crois et leur humilité.

Je suis moi aussi (hi ! Lambertine) une ancienne patiente de psychiatrie (c’est vrai que c’est de suite moins chic) et perçois une (petite) pension d’invalidité en raison d’une pathologie liée à ces hospitalisations;

Je n’ai pas le bac et en cette année où j’ai soufflé une cinquantaine de bougies, j’ai repris mes études par le biais d’une vap et passe une licence (soutenance en septembre brrrr), je cherche du travail et ça n`est pas giga fun tout les jours même si on est très, mais alors très, loin de Zola.

Mon unique descendance vient de passer son brevet et l’a obtenu avec mention bien ce dont je suis méga fière.

Tout ça pour vous dire que je devrais faire partie de ceux que le parcours que vous revendiquez impressionne.. et bien, comment vous dire… quand je regarde certaines émissions, il m’arrive de me sentir mal à l’aise devant les témoignages de personnes qui, selon moi (mais ça n’engage que moi), se ridiculisent. Au point que je suis obligée de zapper.

Vos interventions sur ce blog me font le même effet et j’en suis sincèrement désolée pour vous.

Je me contre fiche éperdument de savoir qui vous êtes, tout comme vous vous fichez, bien certainement, de savoir qui je suis cela n ayant absolument aucun intérêt comme vous avez pu le constater à la lecture de ce qui précède.

Et pourtant tout est vrai y compris mon nom.

Sincèrement

Valérie Laplace

240. Le samedi 3 août 2013 à 14:26 par Dr Ivana Fulli

@ 236; @ 238 Dr es M….tude qui étale sa production:

http://www.lejdv.fr/comparution-imm…

///(…)Prise de parole de la première juge assesseur (la deuxième ne dira pratiquement rien du procès) qui mènera l’essentiel des débats.

Avertissement sur un ton franchement agressif à l’auditoire: le tribunal engagera des poursuites pénales si elle voit un seul téléphone sorti ou appareil d’enregistrement audio (note : lors de la précédente affaire une avocate a carrément répondu à son portable durant l’audience sans aucune remontrance de sa part). Nous sommes prévenus ajoute-t-elle, au moindre téléphone sorti c’est l’arrestation. Elle rappelle également à l’ordre les deux policiers au fond qui ne l’écoutait visiblement pas, leur demandant la plus extrême vigilance nous concernant.

(…)Il est boursier, mais n’a pas fourni le montant précis de sa bourse à l’interrogatoire. Il rappelle à plusieurs reprises qu’il est épuisé et ne se souvient pas de mémoire du montant exact mais qu’il est très facile de le connaître. Elle s’énerve qu’il rappelle sans cesse ses conditions de détention et son épuisement.

Le rapport de force est posé. Elle le méprise, Nicolas le lui rend bien.(…)///

241. Le samedi 3 août 2013 à 15:25 par Dr Ivana Fulli

@239

Avec des pointures intellectuelles du calibre d’ Alastair Campbell et Stephen Fry qui se revendiquent atteints de maladie mentale, pour aider les autres en GB, il est dommage que des anciennes malades mentales telles que Lambertine et vous-même ne fassent pas campagne en France à visage découvert.

1.) Les psychiatres français méritent aussi que la qualité de leur travail soit reconnue.

2.) Surtout, les malades français -et leur famille - méritent aussi - des témoignages qui combattent les préjudices contre les malades mentaux!

Très sincèrement.

C’est donc pour une association française de malades psychiatriques que je vous invite vivement à militer et à apporter vos témoignages, sincèrement mais seulement s’ils sont authentiques.

242. Le samedi 3 août 2013 à 15:40 par Coupeur de Bourse

“client certes très militant et courageux mais gravement victime d’abus policiers et boursier.” (une des perles de 228)

Mais va-t-il comme Tapie, demander, sans ambiguité, un préjudice immoral?
A-t-il partagé la même geôle que Kerviel?

A moins que, profitant que Nicolas B ait été menotté sur les Champs Elysées -non, mais, quelle horreur!- (mais je ne vais pas copier coller, encore et encore, des titres invérifiables de ‘docteur’ en sexologie -mais je peux en fabriquer treize à la douzaine: n’étant pas administrateurs/modérateurs de ce blog, les lecteurs n’auraient pas accès à mon cour.el ni à une adresse IP, qui, avec l’aide d’un enquêteur expérimenté et compétent -pas un psycho-iâtre!-, permettraient , souvent, de remonter à mon nom, voire à mes titres de noblesse)

243. Le samedi 3 août 2013 à 15:52 par Dr Ivana Fulli

@ Valérie Laplace ///(…) et(je) perçois une (petite) pension d’invalidité en raison d’une pathologie liée à ces hospitalisations;(…) ///

Si c’était vrai- - que vous receviez une pension d’invalidité non pas pour invalidité en raison de vos problèmes mentaux reconnus comme suffisamment sérieux et invalidants par la commission ad hoc- mais par iatrogénie, dans le monde judiciaire de saint Eolas des LGBT, vous n’aurez aucune peine à obtenir une compensation financière de la justice ou d’un fond d’indemnisation pour votre préjudice.

NB: ne pas confondre la psychiatrie et la chirurgie esthétique quand même:

Nous autres n’avons aucune obligation de résultat, seulement de moyens et si vous continuez à entendre des hallucinations et/ou à délirer et surtout si vous croyez que c’est en lisant Eolas que vous comprendrez en quoi consiste la discipline qu’il exerce, ce n’est pas une conséquence des hospitalisations psychiatriques, a priori.

244. Le samedi 3 août 2013 à 16:20 par Dr Ivana Fulli

@///(…) Ce que j’aime par dessus tout c’est l’anonymat des intervenants, je crois et leur humilité.(…)///

So do I. Moi celles que je préfère sont l’humilité et la gentillesse des commentaires en rouge de saint Eolas des LGBT

et les commentaires du “pet financier” capable d’évoquer le courageux et brillant jeune avocat Me Boutron-Marnion, comme celui qui porte un nom de bière.

Sachant que le débat reste ouvert pour savoir si le jeune Me Boutron-Marnion s’est battu seul avec détermination, courage, professionnalisme et talent pour les droits de l’homme et ceux de Nicolas B durant la garde à vue et la comparution immédiate de ce dernier Nicolas B face à une assesseur très partiale selon le lien mis en @224:
http://www.lejdv.fr/comparution-imm…
(…) Monsieur vous n’êtes pas Jean Moulin » lâchera la Présidente.

(…)L’avocat de Nicolas demande alors le visionnage d’un film amateur disponible sur internet montrant la sortie de la pizzeria alors que Nicolas est déjà arrêté, menotté et entravé. Sur le film Nicolas n’est ni excité, ni agité, ni dément, contrairement à ce que les 5 témoignages affirmaient..

L’avocat précise que la « confrontation » avec les policiers n’a eu lieu que 30 minutes avant la fin de la garde-à-vue et qu’il n’y a donc pas eu de réelle confrontation puisqu’il n’a pu poser qu’une unique question aux fonctionnaires sur les 15 qu’ils souhaitaient poser. L’avocat souligne également la mauvaise foi des policiers qui ont déclaré que celui-ci avait voulu les piéger en faisant dépasser le temps légal de garde-à-vue avec la confrontation. Ce sont pourtant les policiers qui l’ont repoussée jusqu’à la 23ème heure de garde-à-vue.

Les témoignages des policiers sont confus et discordants entre eux, et même inexacts au moins en ce qui concerne la fin, ils ont refusé toute confrontation, et en plus ne sont même pas présents au procès.(…)

Plaidoirie de l’avocat de Nicolas
Il commence par deux phrases qui m’ont marqué:

« En effet Madame la Présidente, mon client n’est pas Jean Moulin. Et ce tribunal n’est pas une tribune politique. »(…)

Ou si, version Saint Eolas des LGBTen rouge en @1 : “(…)Forster s’est ajouté à Gruau, qui a permis à Boutron-Marnion de prendre sa revanche de la première instance où ça s’est si mal passé.” et dans le billet le ténor aurait grâce à sa pratique des assises soulevé ce qui est attribué au jeune et brillant confrère de Saint Eolas par son contradicteur.
Voilà la fin de ma contribution ce jour.

245. Le samedi 3 août 2013 à 16:25 par Anastasio Peridurale

… elle est fatigante…

246. Le samedi 3 août 2013 à 16:33 par Dr Ivana Fulli

addendum @ 244 IF:

Que Me Boutron-Marnion soit un jeune et brillant avocat m’a été dit par une personne qui a ma confiance et dont j’admire l’intelligence qui le connait personnellement qui, bien avant le témoignage mis en lien en @ 224 m’avait dit qu’il était impossible que son action ait été aussi nulle en comparution immédiate que les billets de saint Eolas des LGBT le laissait croire.

C’est dommage que la déontologie (lire la confraternité exagérée) de saint Eolas se concentre sur le fait de ne pas conseiller à une cliente de contester les avocats d’un précédent confrère indélicat…

Mais évidemment, il faut avoir des priorités dans la vie et le fait qu’un nom commun devienne bientôt aussi un nom propre et le prénom de tas de bébés nés suite à des GPA payante dont pas mal de petits bébés chimera génétique , vaut quelques sacrifices -ou alors les LGBT sont des ingrats- vaut bien quelques libertés avec la confraternité .

Sachant qu’il il faut cependant toujours rendre aux vieux ténors du barreau ce qui est aux vieux ténors du barreau!

247. Le samedi 3 août 2013 à 16:42 par Anastasio Peridurale

En plus, c’est comme les adieux d’opéra, ça n’en finit pas.

248. Le samedi 3 août 2013 à 16:45 par Main de Course

indiquant à une femme supposée agressée par un exhibitionniste menaçant : vous déposez plainte, vous refuser une simple main courante (dans la vraie vie, c’est bien différent et une femme a été acquittée après avoir tué un mari violent notamment parce que la police avait refusé de la laisser déposer plainte avec un visage tuméfié auparavant- “parce que cela ne saignait pas” auraient déclaré les policiers au procès d’après la presse). (remarque brillante, voire éclairante et pleine d’à propos de 229) ….

La femme supposée agressée va -t-elle porter plainte en diffamation contre une soi disant doctoresse en psychiâtrie (le très éventuel supposé titre de cette dernière évoque de plus en plus … un contre sens)?
Et Cain étaitn sous réserve d’existence, il un frère particulièrement bête …

Si signer une main courante a pour conséquences un homicide, Maître Eolas a l’air de donner des conseils pleins de … bon sens.

249. Le samedi 3 août 2013 à 16:48 par Dr Ivana Fulli

@247 Il convenait de lire en @ 246, Anastasio carissimo:

C’est dommage que la déontologie (lire la confraternité exagérée) de saint Eolas se concentre sur le fait de ne pas conseiller à une cliente de contester les honoraires d’ avocats d’un précédent confrère indélicat…

250. Le samedi 3 août 2013 à 16:56 par Anastasio Peridurale

Ce qui m’amuse, c’est le rapport avec lé déontologie quand on fait dans le chamanisme de salon.
Vous devriez concentrer un peu vos intervention, madame Fulli, CELA permettrait de passer plus vite aux commentaires pertinents. Vous savez du reste que si ” l’on se lasse de tout, excepté de connaître ” on ressent un vague vertige lorsque l’on se trouve tout au bord de vos interventions. Sans doute une impression qu’inspire le vide.
A moins que cela soit autre chose.

251. Le samedi 3 août 2013 à 17:05 par Tapafinidnougonfler

Il faut partir maintenant madame.

Les monologues du neurone…

252. Le samedi 3 août 2013 à 17:13 par toutafé

Oui, c’est vrai, il faut partir, madame.
Votre volubilité irréfléchie et assommante n’a d’égale que votre arrogance imbue. Je peux vous tutoyer ? T’es lourde.

253. Le samedi 3 août 2013 à 17:18 par Poids des Maux

Peut on cloner les “docteurs” en psychiatrie -par contresens, par distraction, par accident-?
Dans cette hypothèse, que vous pouvez juger bien fâcheuse, Monsieur Toutafé, vous devriez la/les vouvoyer….

254. Le samedi 3 août 2013 à 18:10 par Holmes

@ Anastasio Peridurale (247) (“”En plus, c’est comme les adieux d’opéra, ça n’en finit pas.”)

Carissimo….

“La mama morta”

255. Le samedi 3 août 2013 à 18:10 par DM

Donc, je serais obligé de croire que monsieur est boursier parce qu’il le dit (mais ne connaît pas le montant de sa bourse), alors qu’il ment sur son identité aux policiers, mais que malgré des revenus faibles il peut louer un utilitaire (rappel: location + assurance + surprime jeune + avoir sur son compte bancaire de quoi allonger la caution) et se payer 3 avocats?

J’ai un peu du mal, là. Rien que les avocats représenteraient plus qu’un an de bourse “critères sociaux” à l’échelon maximal…

256. Le samedi 3 août 2013 à 18:18 par Holmes

@ DM (255) (“Rien que les avocats représenteraient plus qu’un an de bourse “critères sociaux”…”)

et demi,

“Instruire en distraizant”…

257. Le samedi 3 août 2013 à 18:26 par Anastasio Peridurale

Holmes (254) : si seulement c’était cela…

258. Le samedi 3 août 2013 à 18:58 par RG

@254 Holmes

“La mama morta”

Rien sur un trio pour trois ténors ?

259. Le samedi 3 août 2013 à 19:35 par Holmes

@ RG (258)

La vie, comme un commentaire de quelque chose d’autre que nous ne pouvons atteindre, et qui est là, à portée du saut que nous ne faisons pas.
“La vie, un ballet sur un thème historique, une histoire sur un fait vécu, un fait vécu sur un fait réel.
La vie, photographie du noumène, possession dans les ténèbres, la vie, proxénète de la mort, splendide jeu de cartes, tarot aux formules oubliées que des mains arthritiques rabaissent à n’être plus qu’un lugubre jeu de patience.”

- Julio Cortázar -

Un deux trois…Soleil !

260. Le dimanche 4 août 2013 à 05:15 par Hcg Drops Garden Grove California

Impressive Advice, all the best. With respect to women that will would like to drop a few pounds in a hurry, try out our website for the most effective way to shed fat very easily.

261. Le dimanche 4 août 2013 à 08:44 par Dr Ivana Fulli

@248

Quand la bêtise s’allie à la haine chez certains français- merci Mazarin et merci le journaliste qui a appliqué cette citation avec finesse- un anonyme se moque d’une mère de quatre enfants qui a tué leur père devant leur yeux parce que la police lui a refusé tout secours.

///Si signer une main courante a pour conséquences un homicide, Maître Eolas a l’air de donner des conseils pleins de … bon sens.///

Dans le monde de Me Eolas vous exigez des fonctionnaires de police de déposer une plainte et vous obtenez satisfaction (sous réserve que les faits que vous dénoncez soient susceptibles de recevoir une qualification pénale.)

Dans la vraie vie, les fonctionnaires de police refusent très souvent en toute illégalité.

La politique du chiffre de M Sarkosy est généralement reconnue comme un élément de causalité.

Mais il est certain qu’un dépôt de plainte, quand il ne s’agit pas de déclarer un vol de téléphone portable, est susceptible d’engendrer du travail…

Une femme battue meurtrière de son mari (et père de ses 4 enfants )n’avait pas réussi à déposer plainte contre son bourreau domestique malgré un visage tuméfié.
http://www.liberation.fr/societe/01…
je cite l’article de presse mis en lien:
“Quelle crédibilité aurait cette cour d’assises si (on) la condamnait alors que la société ne l’a pas protégée quand elle est allée au commissariat” déposer “plainte, avait questionné l’avocat général.”
NB: En France il faut pouvoir s’offrir un avocat diligent et donc trop souvent être vraiment riche ou être aidé par une association pour pouvoir déposer plainte car,dans un commissariat, de ma triste expérience personnelle, associative (une association de parents d’enfants précoces de 1997à 2001) et professionnelle, c’est un dangereux parcours du combattant que de tenter de déposer une plainte dans un commissariat. Pire encore, si sans avocat vous avez adressé une plainte au procureur qui a demandé une enquête, vous risquez d’être reçue fort mal par la police judiciaire- ce qui n’empêche pas le policiers de tenter de se débarrasser de vous dans les commissariat en vous conseillant d’écrire au procureur!

Il est pourtant illégal de refuser un dépôt de plainte quand les faits allégués sont susceptibles de recevoir une qualification pénale mais c’est trop souvent la règle dans trop de commissariats.
NB: Et avec un ministre de l’intérieur, M Manuel Valls, qui a conservé une amitié indéfectible à DSK malgré les plaintes de femmes bien différentes (une économiste hongroise du FMI, une jeune journaliste française , une femme de chambre africaine d’un palace de New York), je crains que le pire ne se poursuive pour les femmes battues ou moralement harcelées qui essaieront de déposer plainte dans un commissariat.

http://www.lefigaro.fr/actualite-fr…
“En 2008, dans une nouvelle école, la directrice et le médecin scolaire saisissent le parquet et les services sociaux. Marina est entendue par un gendarme qui, malgré un rapport alarmant du légiste faisant état de 19 lésions, ne voit pas le père, n’entend pas les fonctionnaires qui ont fait le signalement. Le parquet classe sans suite.”

262. Le dimanche 4 août 2013 à 09:04 par Le Pet Financier

C’est de plus en plus délirant.
Cela en devient inquiétant.
Quelqu’un est-il en mesure de faire un signalement aux services de secours ?

263. Le dimanche 4 août 2013 à 09:45 par Dr Ivana Fulli

@262 Le pet financier

///C’est de plus en plus délirant.
Cela en devient inquiétant.
Quelqu’un est-il en mesure de faire un signalement aux services de secours ?///

Rassurez-vous , le pseudo en @ 248 est vraisemblablement sain d’esprit.

Juste un peu faible d’esprit peut-être.

Ou alors il prend les billets et tweet de Me Eolas pour parole d’évangile.

Il y en a bien qui prennent la barjot frigide ou Pierre Berger comme vexillaire.

NB: Attention humour avec des personnages dans votre genre, il est préférable de le préciser.

264. Le dimanche 4 août 2013 à 09:56 par Le Pet Financier

Votre réponse ne me rassure pas du tout.
Tout au contraire…

265. Le dimanche 4 août 2013 à 10:29 par Dr Ivana Fulli

A Me Eolas,

Je vous prie , une nouvelle fois, de supprimer les commentaires qui m’accusent d’usurper les titres de docteur en médecine et CES de psychiatrie car il s’agit de propos diffamatoires particulièrement graves.

En effet, dans sa grande sagesse, la cour de cassation française a produit une jurisprudence très claire qui rend les propriétaire de blogs pénalement responsables des commentaires délinquants:

“La responsabilité pénale du producteur d’un site de communication au public en ligne mettant à la disposition du public des messages adressés par des internautes, n’est engagée, à raison du contenu de ces messages, que s’il est établi qu’il en avait connaissance avant leur mise en ligne ou que, dans le cas contraire, il s’est abstenu d’agir promptement pour les retirer dès le moment où il en a eu connaissance ” - Cour de cassation, Crim., 31 janvier 2012.

Vous êtes l’ anonyme- pour votre servante- propriétaire de ce blog.

Vous vous déclarez avocat et prétendez enseigner à l’univers comment marcherait le système judiciaire en France et combien ses avocats sont admirables.

Vaste et noble programme.

Pour ce qui est de la biologie et de la morale vous démontrez un” ultracrepidarianism ” flagrant Cela n’est pas très grave car aucune personne censée ne va demander, en France, à un avocat des leçons d’éthique, un conseil moral ou un cours de biologie.

Et puis, certains sont tombés sous le charme de la barjot frigide qu’ils ont prise comme vexillaire, d’autres sous celui de Pierre Berger qu’il ont pris comme moraliste et mesure de ce que vaut une femme alors qu’il aurait fallu discuter raisonnablement pour éviter une montée de l’intolérance contre les homosexuels et contre les catholiques, pour schématiser.

En revanche, il est fâcheux que des magistrats et avocats qui tiennent des blogs en France encouragent le délit de diffamation parmi leur commentateurs parce qu’ils savent que seuls les gens riches peuvent de permettre de faire condamner les délinquants qui s’imaginent que l’utilisation d’un pseudonyme les protège.

Surtout que vos commentateurs se prétendent pour certains fonctionnaires chargés de la rééducation de délinquants mineurs ou majeurs!

Dr Ivana Fulli

266. Le dimanche 4 août 2013 à 10:32 par Le Pet Financier

Votre état s’aggrave.
Vous me rassureriez en composant le 15 ou le 18 et en sollicitant l’aide de ces services.

267. Le dimanche 4 août 2013 à 10:34 par lambertine

Madame Fulli,

Vous avez posé une question concernant les hôpitaux, j’ai répondu. En psychiatrie, des patients sont régulièrement maitrisés de façon brutale et mis sous camisole chimique. Je le dis parce que je l’ai vu et vécu. Point. Je n’ai pas dit que le personnel soignant avait le choix de faire autrement. Contrairement à ce que vous pensez, je sais ce qu’est un malade qui décompense ou un drogué en manque.

268. Le dimanche 4 août 2013 à 10:39 par Dr Ivana Fulli

@264

Ce qui serait étonnant, serait que vous possédiez le sens de l’humour mon pauvre nauséabond…

J’ai de la sympathie pour les gauchistes à la française -ceux qui croient en M Mélanchon et qui n’assassinent pas les professeur de droit social qui s’occupent de droit du travail- parce qu’ils sont sincères et généreux et juste irréalistes et mal informés- parce que, jeune étudiante, j’étais comme eux .

En revanche, je suis une femme de gauche et j’ai moins de patience avec le ridicule des gens qui se revendiquent de droite et n’ont même pas les valeurs d’honneur de la droite respectable.

Vous trouvez honorable d’insulter un jeune avocat brillant et honorable -qui a subi une épreuve redoutable en défendant Nicolas B seul en audience de première instance et avant selon un site de veilleur en l’accusant de porter un nom de bière  ?

Je trouve cela à vomir, nauséabond!

269. Le dimanche 4 août 2013 à 10:51 par Le Pet Financier

Je vous en conjure, Madame, dans un instant de lucidité, faites vous aider.

270. Le dimanche 4 août 2013 à 10:57 par lambertine

Madame Fulli, l’avocat qui porte un nom de bière, c’est le vieux briscard. Et ça m’étonnerait fort qu’un vieux briscard qui en a vu d’autres se formalise parce qu’on se moque de son nom sur un site quelconque. On n’est plus en maternelle.

Et la défense de Nicolas, épreuve redoutable… euh… que la défense des parents de Marina - ou celle de Dutroux, tiens, tant qu’on en est à citer des faits-divers morbides qui ont fait la “une”, autant y aller à fond - puisse être une “épreuve redoutable” pour un avocat, soit, mais celle de Nicolas, même en comparution immédiate…

Et j’espère sincèrement que vous évitez avec vos patients l’exagération et le pathos dont vous faites preuve ici. Je l’espère pour eux, surtout.

271. Le dimanche 4 août 2013 à 11:03 par Dr Ivana Fulli

lambertine,

La seule personne que j’ai vu en psychiatrie avec un visage violacé par étranglement faisait l’objet de ma part d’un constat de décès après suicide par pendaison alors que j’étais de garde une nuit!

En psychiatrie, on commence par tout faire pour calmer par la parole et quand il faut maitriser physiquement un patient, le personnel se met à plusieurs pour immobiliser les quatre membres de la personne.

Les soignants qui se vengent en donnant des coups de pied ou autres à des malades qui leur ont fait mal en se débattant ne devraient pas être défendus par leur syndicats!

Que cela arrive est certain mais un étranglement, je n’ai jamais entendu cela.

Quand on fait la guerre ou que l’on est confronté à un délinquant armé et dangereux, il est légitime de procéder à une asphyxie de la personne, pas quand on est très nombreux à pister un meneur des veilleurs qui est pacifiste et non armé et coincé dans un restaurant au premier étage.

Je vous fait confiance et je vous ai répondu sincèrement en @241 car je suis la première à dénoncer les excès de la psychiatrie institutionnelle et les excès de traitement.

(j’étais interne en neurochirurgie à la Salpétrière quand j’ai eu la stupéfaction de diagnostiquer des effets secondaires des benzodiazépines d’une gravité telle que les cas étaient apparus comme relevant de la neurochirurgie et c’est ce qui m’a valu une bourse du British Council ).

Les patients français sont très mal défendus et je vous conseille sincèrement de participer à une association de défense de leurs droits.

Vous me semblez honorable et crédible alors que l’autre témoignage de “survivante de la psychiatrie” me laisse plutôt dubitative.

@les clowns qui se pensent protégé par leurs pseudos,

Je n’ai pas davantage de temps aujourd’hui et quand au clown nauséabond au pseudo franglais prétentieux qui ne veut rien dire, je l’ignorerai désormais.

Pour les clowns que je dérange, je leur conseille de plaider auprès de Me Eolas afin qu’il supprime les deux commentaires diffamatoires conformément à ma demande appuyée d’une jurisprudence de la cour de cassation.

272. Le dimanche 4 août 2013 à 11:26 par Commissaire Patrick Bialès

JE NE SUIS PAS UNE TAPETTE ! C’EST DE LA DIFFAMATION!

En réalité, je suis né le 25 juillet 1950 à Oran, en Algérie, d’une mère artiste de variété, Alicia Lempero et d’un père gendarme, Maurice Bialès, et je me nomme Patrick Humphrey Tiburse Bialès et je suis fils unique.

Mon enfance:
Heureusement que maman Bialès était là pour partager mes jeux d’enfants… car papa Bialès était souvent absent. En 1962, nous avons quitté l’Algérie et sommes arrivés à Nice.
Puis de Nice, nous primes le bus et s’installames à Cannes. J’avais 12 ans.

Voulant faire plaisir à la fois à ma mère et à mon père, j’hésitais entre une profession artistique et policière.
Mais le destin décidera pour moi, puisqu’en 1968, pendant les évènements, mon père meurt, étouffé la tête coincée dans une grille d’arbre. J’embrasse alors la carrière policière et abandonne mes études de trapèze.

1971 : Je sors 10e de l’école de police de Nice avec une moyenne de 11/20, ce qui est bien mais pas top. C’est après avoir élucidé ” Le mystère du téléphone jaune ” et celui du ” Labyrinthe maudit ” que je suis promu inspecteur.
Puis je gagne à la finale régionale des chiffres et des lettres et deviens ainsi commissaire principal de la ville de Cannes, fonction que j’occupe aujourd’hui encore, et dans laquelle j’ai résolu l’affaire du projectionniste-tueur en série et procédé à l’arrestation du célèbre Jean-Paul Martoni.
JE NE SUIS PAS UNE TAPETTE, je suis commissaire de Police!

Alors comme le Docteur Ivana Fulli, je vous préviens que toute diffamation ultérieure sera poursuivie!

Et pour les esprits chagrins et les conspirationnistes de tous poil qui nierait mon existence, je la prouve évidemment moi aussi par ce lien.

(PARENTAL ADVISORY - EXPLICIT IRONICAL CONTENT)

273. Le dimanche 4 août 2013 à 11:43 par Dr Ivana Fulli

@270, lambertine,

Autant pour moi si le nauséabond se moquait du patron et pas du jeune avocat brillant et honorable.

Le nauséabond faisant partie des sournois sans courage, il est fatal que ses coups portent à côté le plus souvent- et c’est assez cocasse dans un blog qui se prétend destiné à l’éducation des masses qu’il soit nécessaire de faire partie du milieu des avocats et magistrats parisiens pour comprendre les destinataires des insultes destinées aux avocats…

En revanche, que vous, qui auriez étudié le droit, pensiez qu’un militant tel que Nicolas B-et nous en sommes d’accord toutes deux , Nicolas B est un militant- aurait été facile à défendre, me laisse penser que l’idéologie vous aveugle (je suis fille d’avocat italien, mon demi-frère aîné a été un moment avocat et j’ai deux cousins italiens avocats).

Essayez de vous ouvrir l’esprit en profitant du site mis en lien @224:

http://www.lejdv.fr/veillee-elysee-…
Dérapages à l’Elysée, lettre ouverte de Madeleine

///(…) J’ai peine à croire qu’une semaine auparavant, nous étions reçus au Conseil de l’Europe afin de témoigner des violences policières en France. Cette audition avait permis, le lendemain, l’adoption d’une résolution par le Parlement du Conseil de l’Europe, condamnant la France, au même titre que la Turquie, pour son « usage disproportionné des forces de l’ordre face aux manifestations ». J’étais convaincue que ce rappel à l’ordre inciterait le gouvernement à plus de prudence et de modération dans son attitude face aux Veilleurs et, ingénument, j’espérais que cette visite à Strasbourg inaugurerait une période d’apaisement.(…)///

Et relisez leur version de l’audience de première instance qui contraste avec la version de saint Eolas des LGBT

http://www.lejdv.fr/comparution-imm…

Vous m’avez mise en retard et je n’ai plus le temps de discuter aujourd’hui, ma chère lambertine.

274. Le dimanche 4 août 2013 à 11:56 par Telramund

@Mme Fulli

Mais arrêtez un moment, vous rendez vous compte que sur ce blog vous avez évoqué votre carrière, fait un pseudo diagnostique (Asperger) sur les propos d’Eolas dont vous contestez la légitimité, évoqué ad nauseam, votre fils, votre mari, vos parents, vos cousins en imaginant que cela pouvait justifier vos propos alors que cela n’a a pas d’intérêt pour les lecteurs de ce blog. Mme Fulli, s’il vous plait, arrêtez d’évoquer votre vie privée c’est en fait assez génant. Et comprenez que vous pouvez penser que Nicolas B défend la meilleurs cause du monde et/ou est malade, en aucun cas, s’il a commis des délits, cela justifie une relaxe et cela même s’il a les meilleurs avocats de France (et il avait d’excellents avocats, nul ne le conteste y compris Eolas). Aucune cause de justifie d’enfreindre la loi. Nous avons tous compris que vous avez de l’affection pour Nicolas B et que sa condamnation vous peine. Restons en là.

275. Le dimanche 4 août 2013 à 11:59 par Dr Ivana Fulli

@272

///Alors comme le Docteur Ivana Fulli, je vous préviens que toute diffamation ultérieure sera poursuivie!///

Je dis -et démontre pour l’instant- exactement le contraire et une justice à deux vitesses en France:

M Copé peut se permettre de faire citer devant le tribunal correctionnel afin de faire condamner un jeune internaute anonyme qui l’avait insulté sottement en se croyant protéger par son anonymat- et “pourrir” la vie d’un jeune mal informé qui a payé des honoraires d’avocat et une amende mais n’avait rien d’un militant et a fait profil bas (lui, lambertine était facile à défendre contrairement à Nicolas B)

M Copé est avocat, riche en argent et en entregent -et politicien.

En revanche, un médecin peut subir les pires diffamations et insultes à caractère xénophobe(raciale pour les juristes) telles que “ghetto n’est-ce pas un mot italien (blog de Philippe Bilger ); “vous êtes d’une race qui … (myrelingue sur mediapart ) en toute impunité pour les auteurs anonymes sauf à engager une dépense déraisonnable, pour mes moyens financiers , en honoraires d’avocat.

C’est la définition d’une justice à deux vitesses.

Ce qui est amusant est que j’en fait la démonstration sur un blog de juriste qui se prétend un avocat généreux dans un système judiciaire de rêve….

276. Le dimanche 4 août 2013 à 12:03 par marsan

CHERS AMIS DU BLOG

juste un petit mot pour vous dire “deche courre” (en gascon laisse courir) car il ne sert à rien de batailler avec ceux qui ne cherchent que ça - comme disent les népalais “le feu s’éteint quand il ni à plus de bois”

277. Le dimanche 4 août 2013 à 12:50 par lambertine

Mais bon sang, Madame Fulli, est-ce que vous allez arrêter de me faire dire des choses que je n’ai pas dites ?
Je n’ai pas parlé d’étranglement, ou de visages violacés. J’ai parlé d’immobilisation brutale (sans préciser la manière) suivi d’administration de calmants (et j’ignore si c’était des benzo. Il faut une sacrée dose de benzos pour assommer un polytoxicomane délirant. Mais, je l’avoue, je n’y connais pas grand chose en pharmacologie.) en précisant ” Je n’ai pas dit que le personnel soignant avait le choix de faire autrement.”. Je n’ai pas parlé de “maltraitance” (j’en ai parlé ailleurs, mais il ne s’agissait pas de maltraitances physiques. Plutôt d’humiliations perpétuelles. J’y ajouterais le manque de surveillance adéquate de patients dangereux ou suicidaires, même si je sais que vous n’êtes pas des dieux et que la psychiatrie manque cruellement de moyens, et donc de personnel).

Et je ne sais pas si je suis crédible (avouer avoir été internée à plusieurs reprises, ça entache sérieusement votre crédibilité quand vous n’êtes pas John Nash). Je suis sincère, c’est tout, même sous pseudo (le même depuis onze ans, et ce n’est pas difficile de trouver mon vrai nom en quelques clics. Michèle Heyns. Michèle Huwart de mon ex-nom d’épouse.). Et je ne fais pas partie du microcosme des avocats parisiens, j’ai lu les noms des avocats dans l’article. Leffe, c’est de la bière (c’est plus évident de le remarquer quand on est Belge), comme Heinz, c’est du ketchup (je suppose que les gamins qui m’ont appelée “ketchup” pendant toute mon adolescence étaient “nauséabonds”).

278. Le dimanche 4 août 2013 à 13:35 par RG

@265 Dr Ivana Fulli

En effet, dans sa grande sagesse, la cour de cassation française a produit une jurisprudence très claire qui rend les propriétaire de blogs pénalement responsables des commentaires délinquants:

Et dans sa grande sagesse, le législateur a produit l’alinéa 5 suivant, en prévention des commentaires délirants.

279. Le dimanche 4 août 2013 à 14:42 par récap59

Bonjour Dr Ivana Fulli (229)

“recap 59 @82;@91@218

Même combat partisan bottant en touche- brillant mais pas très kantien finalement.”

Si vous pensez que je suis kantien parce que le fait que la levée de l’anonymat sur le don de gamète puisse tarir les dépôts dans les banques de sperme ne me dérange pas il y a malentendu.

Cela veut dire simplement pour moi que le nombre d’hommes qui sont prêts à donner leur sperme tout en respectant le droit de chacun à connaître ses origines est moins grand qu’on le pense généralement. C’est juste une vérité à affronter, et je considère que seule la vérité est révolutionnaire. C’est du léninisme, pas du kantisme.

“L’âme d’un peuple c’est un idéal culturel, pas les pires moments de son histoire”

Si vous croyez que les pires moments de l’histoire de la Pologne se sont achevés avec la chute du communisme c’est que vous avez avalé la propagande cléricale et capitaliste.

Si un polonais me dit que la discrimination contre les homosexuels est pour lui un “idéal culturel” (mais qu’il veut quand même réaliser avec les instruments du commissariat, pas ceux de la bibliothèque) indissociable de son âme polonaise j’y verrai de l’homophobie.

Si c’est un étranger qui me dit cela je peux aussi y voir du racisme antipolonais.

280. Le dimanche 4 août 2013 à 14:53 par Holmes

@ Dr Ivana Fulli

Dans un tel monde où tout se raconte, l’arme à la fois la plus facilement accessible et la plus mortelle est la divulgation.

@ marsan (276) (“…comme disent les népalais “le feu s’éteint quand il ni à plus de bois”

Le phlogistique ou le grand embrasement…

  • Tentatives de lucidité (avec une hilarité cachée)

281. Le dimanche 4 août 2013 à 15:43 par suruo

@ Dr Ivana Fulli # 271 :

@les clowns qui se pensent protégé par leurs pseudos,
Je n’ai pas davantage de temps aujourd’hui et quand au clown nauséabond au pseudo franglais prétentieux qui ne veut rien dire, je l’ignorerai désormais.
Pour les clowns que je dérange, je leur conseille de plaider auprès de Me Eolas afin qu’il supprime les deux commentaires diffamatoires conformément à ma demande appuyée d’une jurisprudence de la cour de cassation.

En fait, le “Dr”, c’est pas pour “Docteur” mais pour “Droits Réservés” !!!!!
Il/Elle a juste fait du copier-coller d’un troll ailleurs sur Internet et se croit protégé(e) par cette mention “Dr” !!!!!

@ Dr Ivana Fulli # 275 :

Ce qui est amusant est que j’en fait la démonstration sur un blog de juriste qui se prétend un avocat généreux dans un système judiciaire de rêve….

ça ne se voit pas avec la police par défaut du blog, mais je vous assure que le quatrième point après les trois points de suite est plus gros que les autres.
C’est sans doute un micro-point ! Mais chut !, ne le dites à personne.

282. Le dimanche 4 août 2013 à 15:49 par Le Pet Financier

Ivanna, de retour de la messe et après un copieux déjeuner dominical en famille avec monsieur le curé, je vous retrouve encore en plein délire.
Nous en parlions à table et tout le monde est très inquiet pour votre santé.
N’avez vous point de famille à qui confier vos soucis ?
N’hésitez pas à appeler les services sociaux. En ces temps de fortes chaleurs, ils sont aux petits soins pour les seniors.

283. Le dimanche 4 août 2013 à 16:14 par Le Pet Financier

@270 Lambertine
N’ayez crainte pour les éventuels patients de Mme Fulli, le conseil de l’ordre veille.
“(…) le conseil de l’ordre me juge incompétente pour ouvrir un cabinet (…)” écrit cette personne il y a un an.
http://plus.lefigaro.fr/page/ivana-…

Lambertine, j’espère ainsi que vous êtes rassurée.
Bon dimanche.

284. Le dimanche 4 août 2013 à 16:58 par Naska

@283

vous venez de me rassurer d’un coup !

285. Le dimanche 4 août 2013 à 17:01 par Holmes

@ suruo (281) (“…Mais chut !, ne le dites à personne.”)

Le Boléro est le roi martyr des danseurs.

Le concept de danseur n’est connu que d’un petit cercle d’amis de MK. C’est sa grande invention.
Tous les hommes politiques d’aujourd’hui, selon MK, sont un peu danseurs, et tous les danseurs se mêlent de politique…Le danseur se distingue de l’homme politique en ceci qu’il ne désire pas le pouvoir mais …
Enfin. Même si c’est un peu tard…
Si un danseur a la possibilité d’entrer dans le jeu politique, il refusera ostensiblement toutes les négociations secrètes (qui sont depuis toujours le terrain de jeu de la vraie politique) en les dénonçant comme mensongères, malhonnêtes, hypocrites, sales ; il avancera ses propositions publiquement, sur une estrade, en chantant, en dansant…

286. Le dimanche 4 août 2013 à 17:12 par Le Pet Financier

@272
Très cher, en effet vous n’êtes pas une tapette.
Vous êtes une tapette géante! Dixit Karamazov.

287. Le dimanche 4 août 2013 à 17:18 par Le Pet Financier

@285
MK ? Martoni Karamazov ?
Ce n’est pas le boléro, c’est la carioca.

288. Le dimanche 4 août 2013 à 17:31 par suruo

@ Holmes # 285 :

Si un danseur a la possibilité d’entrer dans le jeu politique, il refusera ostensiblement toutes les négociations secrètes (qui sont depuis toujours le terrain de jeu de la vraie politique) en les dénonçant comme mensongères, malhonnêtes, hypocrites, sales ; il avancera ses propositions publiquement, sur une estrade, en chantant, en dansant…

Le danseur, ne se fourvoyant pas en diplomaties, pourra continuer à danser après la fin du monde, son estrade le supportera.

Mais que fait-il en coulisses ? N’enlève-t-il pas son habit de scène ?

289. Le dimanche 4 août 2013 à 18:58 par Dr Dana Katherine Scully

Bonjour, je suis le Dr Dana Scully; somité mondiale (preuve), je travaille pour le FBI.

Je vais être très claire : le prochain qui diffame ma collègue Ivana, il n’y aura pas de plainte, pas de procès : je lui envoie directement notre meilleure équipe de tueurs asiatiques!
La renommée des chinois du FBI n’est plus à faire, n’est ce pas?
alors cessez tout de suite de dire ou penser du mal de ma collègue, immédiatement!

Et toi, Ivana, ma soeur, ma consoeur viens à la maison, je t’ai réservé un mètre carré de sol, tu pourras te rouler par terre à loisir…je n’aime pas quand tu te donnes en spectacle dans cet état là, tu le sais bien.
Si je ne suis pas là quand tu passes, c’est sans doute que le travail et(ou) mon collègue Mulder ont eu besoin de moi : tu auras juste plus de place pour te rouler par terre en attendant mon retour, ce qui résoudra sans doute plus vite cette crise. Mes amitiés confraternelles.

Et les autres, on se tient à carreau désormais : Prism vous surveille pour mieux veiller sur vous, alors attention, sinon, hop, les chinois du FBI!

290. Le dimanche 4 août 2013 à 20:27 par Jésus 2

Yo mes frères, c’est Jésus.(paf, preuve par un lien, imparable)

J’ai l’impression qu’il règne une mauvaise ambiance ici…
Je vous rappelle gentiment les instructions de papa : aimez vous les uns les autres.

En cas de besoin, je n’hésiterai pas à multiplier les pains!

Vous allez finir par vous aimer, bordel de m….!

291. Le dimanche 4 août 2013 à 22:20 par Holmes

@ suruo (288)

En apesanteur…

” Avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli.”

- L’insoutenable légèreté de l’être - Milan Kundera -

292. Le dimanche 4 août 2013 à 23:18 par Armand

Merci pour ce billet qui donne, même à moi néophyte en droit et scientifique dans l’âme, l’envie de faire du droit car on a vraiment pas l’air de s’ennuyer dans cette branche ! =D

293. Le lundi 5 août 2013 à 08:20 par Dr Ivana Fulli

@ Nauséabond,

Vous n’êtes pas si mauvais et je vous remercie de faire un peu de publicité à ma situation de lanceuse d’alerte contre un psychanalyste dangereux victime en rétorsion du conseil de l’ordre des médecins qui m’empêche d’ouvrir un cabinet à Paris en osant me déclarer incompétente mais la chambre de l’instruction de la cour d’appel du TGI de Paris ayant désigné le juge René Grouman pour l’instruction de cette affaire, où je suis partie civile, je n’ai pas l’intention de vous demander de l’aide.

La justice est lente, je n’ai pas pris d’avocat car en face nos cotisations ordinales payaient feu Me Olivier Metzner et paierons un autre ténor.

Nous allons voir si la justice française est capable de mettre de l’ordre dans un des plus importants problèmes de santé publique en France: celui du fonctionnement du conseil de l’ordre qui -contrairement aux barreaux ne délivre aucun diplôme mais se contente de les vérifier, ainsi que la nationalité et le casier judiciaire.

Le Conseil de l’ordre des médecins protégea un médecin violeur de patientes | Atlantico
http://www.atlantico.fr/decryptage/…

Hippocrate au pays des cocus : les dessous du conseil de l’Ordre des médecins | Atlantico
http://www.atlantico.fr/decryptage/…

Ce conseil a été dissous en 2007 mais les mêmes ont été réélus:

Controle_du_conseil_departemental_de_l_ordre_des_medecins_de_Paris_-_rapport_definitif.pdf (Objet application/pdf)
http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Co…

Merci, nauséabond de cette publicité mais le juge René Grouman qui m’a auditionnée comme partie civile m’a semblé remarquablement compétent, sa greffière très performante et leur installation bureautique adéquate.

Sur le conseil de juristes étrangers, je ne me suis pas lancée dans la contestation de leur avis sur la psychanalyse et l’état des connaissances médicales internationales et c’est pour faux et escroquerie de nos cotisations en bande organisée que j’avais déposé plainte. Après une ordonnance d’anthologie de première instance, la chambre de l’instruction a désigné un juge remarquable.

Merci quand même nauséabond!

294. Le lundi 5 août 2013 à 08:37 par Dr Ivana Fulli

recap 59,

Et de cette affaire, vous en pensez quoi ?
Car, voyez-vous, je vais me marier | Le blog de Borée
http://boree.eu/?p=3431

295. Le lundi 5 août 2013 à 08:58 par Foudres de la Loi

Bon, je suis navré que le Conseil de l’Ordre n’ait pas voulu de vous comme dame pipi…

Quant à vos velléités de poursuites en diffamation et vos demandes au Maître de ces lieux de supprimer des commentaires dubitatifs concernant vos éventuels titres, sachez que vous oubliez de demander de retirer les commentaires 177 et 213, où “vous” -sous réserve d’unicité- copié collez intégralement (comme on peut ‘avoir la bonté’ de copier coller des liens vers une thèse; celà ne prouve en aucune manière que qui que ce soit en soit l’auteur) les termes même que vous jugez diffamatoires : ceci peut être interpreté comme de la complicité, et au minimum, une volonté consciente -enfin, j’espère…- de rendre pérennes des propos que vous jugez -de quel titre- diffamatoires….

Sachez par ailleurs que certains procès en diffamation peuvent être plus douloureux pour la soi disant victime,- même si elle gagne effectivement et si elle reste cohérente- que les termes originaux , et très hilarants pour les spectateurs….

Qu’est une “une ordonnance d’anthologie de première instance”?

296. Le lundi 5 août 2013 à 09:11 par Dr Ivana Fulli

Lambertine,

Puisque nous sommes d’accord sur le fait que les infirmiers et aides-soignants n’étranglent pas les malades très agités et dangereux pour eux-même et les autres dans les services de psychiatrie mais qu’ils les maitrisent par immobilisation de leurs membres (En GB il y a des protocoles précis de ce que chacun doit faire) et qu’ils n’utilisent pas non plus de fusil pour envoyer des seringues de neuroleptiques pour maitriser les patients, nous pouvons en rester là.

Des ATCD d’hospitalisation psychiatriques n’entament absolument pas votre crédibilité à mes yeux et surtout pas quand il s’agit de parler de la violence dans les services de psychiatrie.

Je ne peux que regretter avec vous, que sur ce fil de discussion des attaques ad hominen débutée par des accusations d’usurpation de mes tires de docteur en médecine etc. se poursuivent par des accusations gravissimes de maladie mentale dans le but de me décrédibiliser.

Avec mention spéciale au nauséabond dont la vie doit être bien tristounette pour qu’il épluche mes commentaires nombreux et toujours sous mon nom jusqu’à trouver du bois pour nourrir les propos haineux et calomnieux dont je fais l’objet.

Pauvre marsan @ 276

297. Le lundi 5 août 2013 à 09:30 par Dr Ivana Fulli

@276 bonjour marsan,

Vos amis du monde d’Eolas ne vous ont pas entendu et ils offrent un piteux spectacle avec @ 295 en particulier…

A l’exception d’un recap 59 et d’une lambertine, d’un chien de guerre, d’un Holmes vos amis ne sont pas ma tasse de thé.

Je vous les laisse.

Et rassurez-vous, je pense avoir appris ce que je pouvais apprendre de la fréquentation de ce petit monde d’Eolas- à l’occasion de quelques billets où je pensais utile de fournir quelques informations de biologie et de psychiatrie internationale que des psychanalystes ne risquent pas de vous offrir.

En cadeau d’adieu, je vous offre un exemple à méditer sur les tribunaux d’exception du conseil de l’ordre des médecins:
Articles généraux | STO : Sauvons Tarpin de l’Ordre
http://www.sauvonstarpindelordre.co…

Off, I go.

298. Le lundi 5 août 2013 à 09:37 par Le Pet Financier

Ouf!

299. Le lundi 5 août 2013 à 09:49 par Chemin d'Oeuf-Air

Attention
Un(e?) psychiatre -sous réserve de vérification- peut en cacher beaucoup d’autres…

300. Le lundi 5 août 2013 à 12:00 par Provencal le Gallois

@297
Psychiatrique c’est tout ce qu’y a à la campagne non ? Les céréales, les machins…

@287 : ” MK ? Martoni Karamazov ? “

Aucun rapport.

301. Le lundi 5 août 2013 à 12:26 par my site

Decent Details, thx. Relating to folk who all need to drop those pounds rapidly, consider our website for the greatest concept to shed some pounds effectively.

302. Le lundi 5 août 2013 à 14:51 par Holmes

@ Ivana Fulli (294) (“Car voyez-vous, je vais me marier !”)

- Candide !

@ Chemin d’œuf-Air (299) (“Un(e?) psychiatre…peut en cacher beaucoup d’autres…”)

- Si vous continuez à circulez ici, sur le chemin du cimetière, je vous signalerai, sûr !…
Mais la Vie, hélas ! n’y prit pas garde et s’éloigna à une vitesse croissante.

  • Le chemin du cimetière( et le petit chien blanc) - Thomas Mann -

@ Provencal le Gallois (300) (“…Les céréales, les machins…”)

- Maître de sa machine,

La charrette (bénévole) à ridelles, attelée de deux jolis petits chevaux et timbrée des deux côtés d’une énorme croix rouge.

-

303. Le lundi 5 août 2013 à 17:06 par récap59

Bonjour Dr Ivana Fulli

” Et de cette affaire, vous en pensez quoi ?
Car, voyez-vous, je vais me marier | Le blog de Borée
http://boree.eu/?p=3431

Que ce n’est pas la première fois que je remarque que si les médecins sont très forts en anatomie et en pathologie, en droit on peut leur faire avaler n’importe quoi.

Ce Dr a gobé tout cru comme le premier analphabète venu la propagande des anti-mariages gay.

304. Le lundi 5 août 2013 à 17:58 par SB

Sait-on si les décisions de première instance et d’appel ont été, ou vont être, diffusées ?

305. Le lundi 5 août 2013 à 22:21 par Holmes

@ récap 59 (303) (“Que ce n’est pas la première fois que je remarque que si les médecins sont très forts en anatomie et en pathologie, en droit on peut leur faire avaler n’importe quoi.”)

Kiss Kiss…

Le Boléro est une prophétie. Il raconte l’histoire d’une colère, d’une faim. Quand il s’achève dans la violence, le silence qui s’ensuit est terrible pour les survivants étourdis.

- Le Clézio - Ritournelle de la faim -

306. Le lundi 5 août 2013 à 22:24 par Holmes

@ récap 59 (303) (“Que ce n’est pas la première fois que je remarque que si les médecins sont très forts en anatomie et en pathologie, en droit on peut leur faire avaler n’importe quoi.”)

Kiss Kiss…

Le Boléro est une prophétie. Il raconte l’histoire d’une colère, d’une faim. Quand il s’achève dans la violence, le silence qui s’ensuit est terrible pour les survivants étourdis.

- Le Clézio - Ritournelle de la faim -

307. Le mercredi 7 août 2013 à 10:31 par Dr Ivana Fulli

Voilà un diagnostic psychiatrique abusif autant que catégorique et une utilisation politique de la psychiatrie à condamner Lambertine, si vous avez un peu de cohérence et d’intégrité intellectuelle:

///
http://www.maitre-eolas.fr/post/201…

21 Le mercredi 7 août 2013 à 01:23 par clement

excellent billet comme toujours, maitre. Permettez-moi de revenir sur le cas Nicolas B. Son attitude et surtout sa logorrhée montre qu’il est “borderline” comme on dit pudiquement. L’institution judiciaire ne se rend pas compte qu’en traitant ce cas comme celui d’un gosse mal élevé elle l’enferme dans sa pathologie? Pourquoi cette aspect a échappé au juge et n’est jamais soulevé par ses avocats et les journalistes? Je me doute qu’il n’est pas le seul qui serait mieux à l’hôpital psy qu’en prison, mais si on arrêtait de lui permettre de se croire victime, il pourrait peut-être échapper à l’un et à l’autre? Merci pour ce regain d’activité.///

308. Le mercredi 7 août 2013 à 11:09 par Le Pet Financier

Lambertine est tout à fait cohérente et ne manque pas d’intégrité intellectuelle contrairement à vous et aux insanités que vous assenez en toute incohérence.
Recouchez-vous afin de préserver votre santé.

309. Le mercredi 7 août 2013 à 12:00 par Dr Ivana Fulli

@303 recap:

///Ce Dr a gobé tout cru comme le premier analphabète venu la propagande des anti-mariages gay.///

Le Dr Borée n’a en rien gobé la propagande des anti mariage gay! Il a seulement poussé un cri de colère -que personnellement j’ai trouvé compréhensible mais très exagéré comme je le lui ai fait savoir en commentaire- parce qu’un obstétricien se permettait, dans une revue ordinale locale un billet d’humeur considérant que les enfants ont besoin d’une mère et d’un père -

Billet d’humeur comportant un dessin humoristique assez fin contre les accusations d’homophobie envers ceux qui désapprouvent les enfants conçus pour être orphelins de mère dès la naissance.

Sur la vignette le bébé de deux hommes, dont un médecin, réclame un allaitement au sein et un des papas lui répond sentencieusement que c’est homophobe que de réclamer un allaitement au sein pour un bébé.

Où est le droit et où voyez-vous une naïveté de Borée en matière légale ?

Il s’agit d’une dispute entre médecins qui porte d’une part sur la santé des bébés ( valeur de l’allaitement maternel et supériorité r ou pas d’un couple parental comportant un homme et une femme ) et, d’autre part, sur les valeurs de la confraternité et les devoirs de réserve des élus ordinaux.

Et d’une dispute ” bien à la française”: un obstétricien est conspué pour la vulgarité supposée de cette vignette et de l’utilisation de “roustons” et “nichons” tandis qu’une des plus écœurée par la vulgarité alléguée de l’obstétricien (qui fait sourire quand on connait la vulgarité des médecins entre eux) déclare qu’elle n’a pas allaité “ses chieuses” ……

Quand à la soumission d’un Borée à ce que pensent les homophobes, votre allégation est juste aussi ridicule que si vous accusiez saint Eolas des LGBT de soumission aux mises en garde du New England sur les risques des FIVETEs ou à celle des spécialistes d’éthique sur le conflit d’intérêt des chercheurs qui ne peuvent travailler légalement que sur des embryons humains de FIVETE (donc, je précise pour les obtus, plus il y a de FIVETE, plus ces chercheurs ont du matériel pour travailler et publier) et autres problèmes éthiques des recherches sur l’embryon humain.

PS: Que Borée ait eu besoin d’exprimer sa colère, se comprend aisément puisqu’il va se marier en septembre prochain et qu’il veut des enfants. Peut-être que ce point de l’allaitement maternel lui est moralement pénible, je n’en sais rien ou que l’idée que ses enfants pourraient lui reprocher de les avoir conçus sans mère , si c’était ce qu’il envisageait, le fait souffrir, je n’en sais rien non plus. Et quand je ne sais pas , contrairement à l’imbécile haineux “Clément” en @307 je n’affirme rien.


Je ne connais pas borée et quand je en connais pas, ou pas suffisamment une personne , je ne fais que soumettre des hypothèses contrairement à ce que lambertine osait écrire de mes avis concernant le fait que des aspies- que je ne peux actuellement que conseiller bénévolement en France - seraient capables de se comporter de manière à se rendre antipathiques à des juges manquant de connaissance et/ ou d’humanité et qui, en conséquence, accordent leur indulgence dans le prononcé de la sanction à ceux qui battent leur coulpe et mentent de manière convaincante - à la demande de leur avocat ou par habitude sociale ou constitution psychologique.

Borée est téméraire dans ses dénonciations des erreurs des confrères dans son blog et surtout dans son dernier billet car il a abandonné son cabinet de médecine “loin de la ville près des gens” pour faciliter la vie professionnelle de son futur conjoint et ne plus vivre trop loin de la ville mais avant de reprendre un cabinet en France, il va vivre une aventure à l’étranger.

Si Borée et son mari reviennent en France, notre ordre pourrait donc sanctionner très sévèrement le supposé manque de confraternité de certains de ses billets de blog et sa petite campagne contre un de ses élus (l’obstétricien auteur du billet d’humeur) et faites-moi confiance, il ne sera pas dit que Borée est coupable d’un manquement à la confraternité mais qu’il manque de compétence et aurait besoin de faire un stage de six mois en France ) ou bien comme le courageux Dr Xavier Tarpin et un courageux psychiatre du Sud de la France et d’autres dans des affaires de souffrance au travail que leur manque de déontologie mettrait en danger les malades.

Mon cher recap 59, une fois n’est pas coutume, je vous ai trouvé bien peu brillant sur ce sujet. Vous ne comprenez rien aux rapports des médecins avec le droit et encore moins de l’ordre des médecins avec le droit.

Cet ordre est pas composé de médecins qui ne connaissent rien au droit parce qu’il s’offre des ténors du barreau et emploie, à Paris (merci le rapport de l’IGAS 2007 en lien plus haut qui épingle ce fait ) avec l’argent de nos cotisations, des avocats civilistes payées à prix d’or pour nous empoisonner la vie quand nous réclamons que les lois de la république s’appliquent: deux avocates civilistes rémunérées au long cours en centaines de milliers d’Euros payées par les cotisations sans que les inspecteurs de l’Igas en voient l’intérêt (un emploi de juriste salarié avait été supprimé pour assurer cette rente à deux avocates). J’ai pu constater que cette dépense extravagante en honoraires de civilistes au long cours permet la dictature de la présidente de cet ordre parisien et le pénaliste réputé à 16 000 Euros la consultation (cf. rapport Igas 2007) sert à se porter partie civile contre des médecins violeurs de patientes quand il n’est plus possible de les protéger (cf. le cas de Gilbert Tordjmann qui est mort juste avant le début de son procès d’assise en 2008).

J’attends avec intérêt de voir si la “reine Bensaude” et son conseil de Paris seront partie civile contre le Dr André Hazout qui devrait répondre de viols devant els assises en 2014 après l’avoir aidé à continuer à violer des femmes en cours de PMA pendant des années comme elle le fut contre Gilbert Tordjman en 2008.

J’ai noté avec la plus grande satisfaction que des magistrats enfin critiques des autorités et mandarins médicaux avaient mis en examen l’ANSM -qui voulait être partie civile- dans l’affaire du mediator.

Voilà qui est révolutionnaire et républicain à la fois, mon cher recap59: des magistrats qui cessent de ne pas sanctionner la délinquance des mandarins médicaux professeurs de médecine ou élus ordinaux . ce qui serait encore plus révolutionnaire serait que els magistrats français , comme leurs homologues italiens aient el courage de mettre en prison les magistrats et les auxilliares de justice corrompus.

PS: Comme le rapport de l’IGAS de 2007 sus-cité l’indiquait, nos assureurs professionnels sont très actifs pour nous indiquer en permanence le droit et la jurisprudence du Conseil d’Etat et de la Cour de Cassation.

Le problème en France, mon cher recap 59 n’est pas de connaître le droit -encore que nombre d’avocats ne vous informent pas de vos droits et du droit quand vous n’êtes pas riche pour se faciliter le travail ou par abus de confraternité (cf. Saint Eolas se vantant sut twitter de ne pas avoir prévenue sa cliente qu’elle pouvait contester les honoraires ridiculement élevés d’un avocat inefficace dont il aurait réparé pour elle les manquements - mais d’obtenir une application du droit aux puissants de ce pays dont les mandarins médicaux, les politiciens et les gens très riches.

Un peu trop révolutionnaire pour vous, sans doute…

310. Le mercredi 7 août 2013 à 13:00 par Dr Ivana Fulli

Addendum @309 en réponse à @303

1.) Contrôle du conseil départemental de l’ordre des médecins de Paris - Rapports publics - La Documentation française
http://www.ladocumentationfrancaise…

Page 1 : « Quant aux dépenses, elles sont majoritairement rigides puisque principalement constituées, à 58% pour 2006, de
rémunérations (y compris celles des conseillers). Viennent en deuxième poste de dépense les honoraires versés aux avocats attachés au service du CDOM 75, pour un montant croissant et
selon un rapport coût / bénéfice difficile à évaluer. »
Page 34(…) En 2006, les frais d’avocats se composent, selon la DADS, à plus de 83% des
honoraires des
avocats non pénalistes. Le montant des honoraires de l’avocat pénaliste s’est établi, quant à
lui, à 36 950 € en 2006. Ce niveau s’explique par le recours à un avocat parisien réputé.
S’agissant des avocates non pénalistes, en l’absence et de compte rendu d’activité, annuel,
soumis au conseil, la mission ne dispose pas des éléments permettant d’évaluer le rapport
coût-intérêt du service.
Elle constate que le CDOM 75 ne s’est pas mis en mesure de disposer de ces informations.
Ces éléments seraient pourtant de nature à mesurer la pertinence du choix effectué par le
CDOM 75, d’une large externalisation de missions d’intérêt général, qui lui sont dévolues par
la loi.
Page N°37 Une étude statistique a été réalisée en 200515 sur l’activité des médecins à Paris. Elle a
nécessité 36 jours de travail, dont 6 pour la préparation de la base de données, le contrôle des
données et la préparation du rapport d’analyse et 30 jours de saisie de données portant sur
16.000 dossiers. Il a été indiqué à la mission que l’étude portant sur l’activité des médecins a
été réalisée en même temps que celle du CNOM sur l’activité des généralistes. Les objectifs
des deux études sont proches, l’étude du CDOM 75 participe à la même connaissance de
l’activité médicale. Toutefois, les réponses à l’enquête parisienne n’ont pu être exploitées
directement par le CNOM, le questionnaire étant différent
A propos de cette étude, la mission IGAS observe que :
- les demandes de devis sur cette prestation exceptionnelle n’ont pu être retrouvées ;
- la société choisie par le président du conseil et le secrétaire général16 est d’abord une
société de gestion de patrimoine, dont la mission première n’est pas le traitement de
données informatiques ;
- le directeur de la société choisie pour cette analyse statistique exceptionnelle est le fils
d’un des membres du bureau du CDOM 75 ;
2
- selon les éléments recueillis par la mission, le choix de cette société a été décidé
collectivement en bureau du CDOM 75.

Accessoirement concernant la délinquance dont je suis victime personnellement sur ce blog du fait du nauséabond qui présente comme une excellente chose la délinquance dont je suis victime car le conseil d e l’ordre des médecins est censé vérifié la déontologie des médecins, leur nationalité, l’authenticité de leur diplomes mais absolument pas leur compétence (rien à voir avec les barreaux):

P41Une attestation de stage universitaire est demandée aux médecins, nouveaux inscrits ; ce
document n’est pourtant nullement nécessaire. Il n’assure aucune garantie particulière
supplémentaire, le stage étant un préalable indispensable à l’obtention des diplômes
universitaires requis pour l’inscription. La mission considère que la vérification de
l’accomplissement des stages prévus par les étudiants incombe à l’université leur accordant
un diplôme, et ne doit être ni à la charge des médecins, ni à la charge de l’ordre des médecins.//

2.) Pour les émoluments des ténors payés avec nos cotisations pour en rajouter quand la justice “fait un procès” à un médecin:
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2…
///(…)Me Metzner, qui était alors le conseil de l’Ordre des médecins, a également été condamné à une amende de 500 euros avec sursis, pour avoir déclaré le 11 décembre 2009 devant la presse à propos du Dr Delajoux : « Pour le conseil de l’Ordre, il ne doit plus exercer ». La 17e chambre correctionnelle a estimé que cette phrase était « attentatoire à l’honneur et à la considération ». Cette affirmation « est particulièrement dépourvue de prudence, alors qu’il n’est nullement démontré que des poursuites disciplinaires auraient alors été engagées ni une mesure d’interdiction professionnelle envisagée », ajoute-t-elle dans son jugement consulté par l’AFP.(…)///

3.) Le sexologue violeur de patientes pendant des décennies en étant protégé par le conseil de Paris de la reine Bensaude (le Dr Irène Bensaude-Kahn, une vieille pédiatre qui n’a rien d’universitaire) qui s’était porté partie civile au moment du procès aux assises qui n’a pas eu lieu en raison du décès à un âge canonique du Dr Tordjman:

La chute du pape de la sexologie, actualité Société - Le Point
http://www.lepoint.fr/actualites-so…

4.) Et pour ceux qui pardonnent tout tant qu’il ne s’agit pas d’homophobie…:

http://www.psyvig.com/default_page….
///(…)En 1999, Erick Dietrich va monter le FLIP, Front de lutte contre la pédoclastie, censé mener le combat contre les pédophiles. Il s’associe alors avec Smaïn Bedrouni, ce fameux islamiste qui, après les attentats du 11 septembre, sera arrêté à Guéret, dans la Creuse, et mis en examen par le juge Jean-Paul Valat pour apologie de crimes. (…) Ce sont finalement les plaintes en diffamation et leur montant financier qui vont forcer le docteur Dietrich à se replier sur Paris. Toujours libre d’exercer la médecine. (…) ///

311. Le mercredi 7 août 2013 à 13:15 par Dr Ivana Fulli

@308 nauséabond pet financier (lambertine en français un pet est un vent qui sort de l’anus et qui ne sent pas bon)

C’est parce que vous êtes un élève de Saint Eolas des LGBT que vous pensez pouvoir m’insulter impunément en me traitant de malade mentale ou parce que vous croyez ce que raconte recap 59 sur la nécessité pour la victime d’un délit de presse à type de diffamation et d’insultes de faire la preuve d’autre chose que du fait que le propriétaire du blog a été prévenu de l’existence de ces délits sans les retirer?

Ce qui est certain est que votre comportement est aussi lâche et pathétique que celui d’un narsca (or whatever his pseudo is) ) qui n’avait rien retenu d’autre de mon blog (fermé ) sur mediapart à faire savoir ici que le fait que j’accusais Eolas de mégalomanie en se gardant bien de dire pourquoi à savoir son agression d’une mère d’autiste se plaignant contre l’avis de saint Eolas des LGBT, l’omniscient en matière de procédures et de traitement des victimes en France -au moins ) du fait que son enfant avait été giflé en toute impunité par une personne connaissant son handicap!

PS: Vous devriez écouter les sages conseils de votre ami marsan mais vos instincts sadiques et sournois vous l’interdise peut-être. Qui disait “Don’t feed the shrink ?”

312. Le mercredi 7 août 2013 à 13:31 par Rey de los Huevones

“Accessoirement concernant la délinquance dont je suis victime personnellement sur ce blog du fait du nauséabond qui présente comme une excellente chose la délinquance dont je suis victime ” -perle du “Dr” Fouillis, quelque part en 310….

En clair, j’espère que la délinquance dont vous êtes victime -ça a l’air grave, ‘docteur’- va vous conduire à poursuivre en diffamation -pour copié coller conscient (enfin, je suppose) de propos diffamatoires- l’imposteuse de 177 et 213 .

313. Le mercredi 7 août 2013 à 15:45 par Dr ivana Fulli

@312 Vous ne savez pas lire et ce n’est pas grave car vous êtes en bonne compagnie ici.

314. Le mercredi 7 août 2013 à 17:37 par récap59

Bonjour Dr Ivana Fulli (309)

@303 recap:

” ///Ce Dr a gobé tout cru comme le premier analphabète venu la propagande des anti-mariages gay.///

Le Dr Borée n’a en rien gobé la propagande des anti mariage gay!”

Je parlais du Dr Wolff !

Il a gobé qu’avec le mariage pour tous on va fabriquer des enfants programmés pour ne pas avoir de père ou de mère.

315. Le mercredi 7 août 2013 à 19:08 par Dr Ivana Fulli

recap 59,

Le Dr Wolff est un obstétricien et il est élu ordinal.

Vous pensez que le Dr Wolff ne sait pas que de riche couples d’hommes français s’offrent illégalement des GPA payantes aux USA (et autres pays capables de cette atteinte à la dignité humaine des femmes) et que les LBGT se livrent à un lobbying effréné en faveur de la légalisation de la GPA en France- à mon avis pour pouvoir diminuer le coût pour les acheteurs de risque en faisant porter sur la sécurité sociale tous les frais médicaux de la GPA ?

Vous devriez lire plus régulièrement les billets d’Eolas car le futur du monde d’Eolas est peuplé du rire des milliers d’enfants nés par GPA payantes car Eolas est certain que la GPA payante va être autorisée en France :)

Le Dr Wolff est particulièrement bien placé pour savoir ce que valent moralement certains de ces confrères spécialistes de PMA tels que le Dr André Hazout qui devrait répondre de viols répétés de femmes en état de faiblesse car en cours de PMA , viols poursuivis pendant des années avec l’appui de l’importateur en France de l’invention britannique du bébé éprouvette (sans compter le harcèlement sexuel du personnel féminin par le Dr Hazout).

Il est aussi très bien placé pour savoir -comme votre servante mais sans doute peu de juristes - que les chercheurs peuvent être passionné de leurs recherches (mais aussi de leur progression de carrière et de notoriété) au point de faciliter autant que possible les FIVETE y compris dans le cadre de GPA parce qu’il s’agit, en France, de la seule source d’embryon humain utilisable comme matériel de recherches.

Et vous croyez que le Dr Wolff ne suit aucune grossesse de femme lesbienne en couple en sachant que sa patiente a peur en début de grossesse d’une contamination en raison de l’utilisation artisanale de sperme ou bien est inconsciente mais se retrouve seropo ou /et autre ; aucune femme qui le rassure en lui disant qu’elle est allée en Belgique se faire inséminée médicalement?

316. Le mercredi 7 août 2013 à 20:03 par Le Pet Financier

Décidémment, pour un soi-disant docteur, vous lisez tout de travers et ne comprenez rien à rien… Vous êtes la reine du hors sujet qui n’intéresse que vous, ce qui nous laisse supposer que vous n’êtes toujours pas sortie de votre cour d’école.

Nous nous inquiétons rééllement pour votre santé.

317. Le mercredi 7 août 2013 à 20:03 par Le Pet Financier

Décidémment, pour un soi-disant docteur, vous lisez tout de travers et ne comprenez rien à rien… Vous êtes la reine du hors sujet qui n’intéresse que vous, ce qui nous laisse supposer que vous n’êtes toujours pas sortie de votre cour d’école.

Nous nous inquiétons rééllement pour votre santé.

318. Le mercredi 7 août 2013 à 20:16 par Vent de Sable

sortie de votre cour d’école
Bonjour, Air de Banque:
N’avez vous pas peur, avec vos perfides, sournoises et sadiques insinuations quant à l’existence de Dieu -ça, je veux bien vous le pardonner- et d’un doctorat, de vous retrouver devant une cour de justice?

319. Le mercredi 7 août 2013 à 20:55 par Le Pet Financier

Cher Vent,
Je tremble, mais c’est pour la bonne cause.
J’irai chercher au plus profond de mes miasmes pour dénoncer cette affabulatrice et défendre ainsi notre Maître à tous et son enseignement.
Amen.

320. Le mercredi 7 août 2013 à 20:55 par Le Pet Financier

Cher Vent,
Je tremble, mais c’est pour la bonne cause.
J’irai chercher au plus profond de mes miasmes pour dénoncer cette affabulatrice et défendre ainsi notre Maître à tous et son enseignement.
Amen.

321. Le jeudi 8 août 2013 à 07:55 par Dr Ivana Fulli

@320 ///(…) pour dénoncer cette affabulatrice(…)///

Merci de cette clarté et de ce courage, en effet.

Ce que vous démontrez est que Saint Eolas des LGBT encourage le comportement antisociale et délinquant d’anonymes qui pensent que l’insulte et la diffamation sont permises pour défendre leurs idées -ou pour exister sans avoir à se fatiguer pour trouver des arguments pour la défense de leurs idées.

///J’irai chercher au plus profond de mes miasmes pour dénoncer cette affabulatrice et défendre ainsi notre Maître à tous et son enseignement.///

Si j’étais Saint Eolas ou Philippe Bilger d’ailleurs, je ne serais pas fière d’avoir comme courtisans des délinquants qui manient l’insulte et la diffamation en se croyant protégé par leur anonymat.

En réalité, ce qui vous protège est le fait que la justice en France soit à deux vitesses et ouverte à tous mais seulement comme le Ritz et le Carlton de Lille!

322. Le jeudi 8 août 2013 à 09:43 par Vent de Panique

@Bonjour, Monsieur Pet Financier
L’usage de gaz de combat n’est pas encouragé par la Convention de Genève; ceci ne peut que vous handicaper quand vous aurez l’idée de faire un tour en Suisse.
et vous m’avez soufflé en traitant la ‘doctoresse’ d’affabulatrice, deux fois de suite -vous trichez- : va-t-elle vous poursuivre aussi en diffamation?

323. Le jeudi 8 août 2013 à 11:27 par Le Pet Financier

Chers Vents,
Je bégaie, veuillez m’en excuser.
La “soi-disante” reste évasive à mon encontre. Toutefois, vous avez raison de me faire penser à la qualité de mes vacances hélvètes.

Pour l’autre, sachez que je ne démontre rien ici, sauf votre suffisance.
L’insulte est votre seconde nature, je ne suis que votre parfum.

324. Le jeudi 8 août 2013 à 12:48 par Dr Ivana Fulli

@323 Nauséabond “Le Pet Financier”

Ne gaspillez pas vos forces sur ce blog où vous êtes trop à l’abri dans la calomnie pour un personnage de votre stature intellectuelle et allez donc combattre pour votre héros saint Eolas des LGBT en territoire ami de l’omniscient- mais un tout petit peu plus exposé pour vous.

Savez-vous, en effet, ce qui se dit chez le magistrat honoraire (mais pas toujours honorable et c’est ce qui fait son charme en plus de sa sincérité et de son originalité ) de votre héros saint Eolas?

IN:

http://www.philippebilger.com/blog/…

1.)///(…)Il faudra que j’aille un jour commenter Me Eolas.
Le lis parfois mais il a un tel don pour embrouiller son lecteur à coup d’éclaircissements égarants quant à ses finalités réelles, homme “rouéissime” qu’il est, que les mots m’en tombent des doigts quand il s’agit de le contredire, partagé entre une folle envie de rire et le sentiment que rien ne servira à rien.AO

Rédigé par : oursivi | 07 août 2013 à 17:14 ///


2.)
@ Archibald | 07 août 2013 à 09:20

Maître Eolas est insupportable à lire tout court.

Sans remettre en cause ses qualités de juriste, le ton employé, dominateur, dédaigneux et médisant lors des réponses faites aux commentaires qui ne lui conviennent pas et celui flatté et flatteur aux commentaires obséquieux, m’indispose.

Tous les avocats sont des menteurs. Il y a rajouté son sectarisme outrancier.

Joli château de sable, mais à éviter quand même si on est sujet aux ulcères.

Rédigé par : hameau dans les nuages | 07 août 2013 à 12:02 ///

Vous connaissez la citation qui convient si bien à l’esprit de tant de français:

“A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire.”

325. Le jeudi 8 août 2013 à 13:53 par Le Pet Financier

Toujours hors sujet.
Décidémment votre mal s’aggrave de jour en jour et reste l’objet de nos préoccupations.
Notre inquiètude n’est pas feinte et malgré vos sarcasmes nous vous implorons de bien vouloir aller consulter dans les meilleurs délais.

326. Le jeudi 8 août 2013 à 14:13 par Rose des Vents

Madame, vous vous faites du mal.

et pourtant, vous avez été mise en garde “Maître Eolas est insupportable à lire tout court. …. à éviter “, d’après ce que vous avez copié collé -consciemment?-

Pourquoi ne suivez vous pas de sages conseils?

327. Le jeudi 8 août 2013 à 14:14 par Dr Ivana Fulli

@ 325 Nauséabond,

Les diffamations dont je suis lâchement l’objet de votre fait sont tout à fait mon sujet.

@320 c’était juste de la vantardise:

//J’irai chercher au plus profond de mes miasmes pour dénoncer cette affabulatrice et défendre ainsi notre Maître à tous et son enseignement.///

Vous ne défendez Saint Eolas des LGBT, l’omniscient du droit, des procédure et des politiques de la France, au moins -que dans le blog dont il est propriétaire.

Et fort de la masse des anonymes haineux qui récitent le catéchisme de saint Eolas contre Nicolas B et pratiquent des attaques ad hominem diffamatoires contre un docteur en médecine accusée d’usurpation de titre auxquelles vous avez ajouté des diffamations répétées contre ma santé mentale.

Sans oublier, vos menaces grotesques tendant à vous donner de l’importance, selon lesquelles mes commentaires risqueraient de nuire à la carrière d’un de mes fils majeurs et indépendant, X, master de finance HEC et docteur en économie!

328. Le jeudi 8 août 2013 à 14:37 par Le Pet Financier

@shrink
Vous vous diffamez toute seule et c’est bien l’objet de nos inquiétudes à votre sujet.

329. Le jeudi 8 août 2013 à 18:50 par Dr Ivana Fulli

@ 326; 318 Vents

C’est sympathique ici. on se croirait sur médiapart quand on ose dire du mal des assassins brigades rouges:

///Nunavuk Anuri23/01/2012 - 16:49

Mais oui, mal embouchée, vous êtes calée, mais vous n’avez pas lu ma définition d’années de plomb. Mais oui, vous êtes tellement calée que votre ego gonflé va éclater un beau jour. Pauvre vieille, comme je vous plains d’être aussi méchante !

Et vous avez encore la haine d’avoir eu une enfance délicate. Et vous avez repris vos études de médecine, chère nantie, chère privilégiée. Vous me dégoutez de tant d’arrogance, pauvre fille. Et mon nom n’est pas “Ahuri” mais bien “Anuri” qui veut dire “Vent” en Inuit.///

330. Le jeudi 8 août 2013 à 18:57 par Dr Ivana Fulli

@328 “le pet financier,”

Finalement vous me donnez envie de vous connaître parce que vous n’avez pas l’excuse des gauchistes ignorants et qu’une personne qui se dit de droite -donc sans générosité exagérée pour caricaturer ma pensée- et sans honneur non plus est vraiment méprisable.

Je vais donc déposer une plainte contre vous en écrivant au procureur en lui adressant mes captures d’écran. Comme cela si Saint Eolas vous aime, il retirera vos commentaires et s’il ne vous aime pas, j’aurais sans doute la joie de connaître votre joli visage parce que je ferai faire des captures d’écran par huissier.

331. Le jeudi 8 août 2013 à 19:12 par SB

@olivier sers: “Si sa cellule était voisine de celle de Rédoine Faïd, évadé repris (tarif pénitentiaire trois mois de mitard) c’est qu’il était bel et bien lui-même au mitard.”

D’après les déclarations de « Nicolas » à http://www.valeursactuelles.com/nic… :

  • il aurait effectivement été menacé de sévices par ses codétenus, non pas en raison de ses opinions ou de ses actes, mais parce qu’on le prenait pour un auteur de délits sexuels
  • il semble avoir été seul dans sa cellule immédiatement après son arrivée à Fleury, mais il me semble qu’il existe des conditions de détention particulières pour les nouveaux arrivants, ce n’est donc peut-être pas réellement un “isolement”.
  • il aurait été transféré en haute sécurité, à proximité de Rédoine Faïd, mais pas à titre de représailles ou de sanction disciplinaire, et pas pour le protéger, mais parce que l’administration pénitentiaire aurait voulu qu’il soit dans une cellule plus présentable lorsqu’il a reçu une visite parlementaire.

A noter que ce document en ligne n’est pas la version intégrale de l’article de _Valeurs Actuelles_ et qu’il est peut-être amputé d’infos importantes.

332. Le jeudi 8 août 2013 à 19:23 par Dr ivana Fulli

@331 Merci beaucoup,

Ce texte va faire plaisir aux sadiques parmi les courtisans de saint Eolas des LGBT, ceux qui auraient rendu Pierpaolo Pasolini homophobe :).

333. Le jeudi 8 août 2013 à 20:01 par Le Pet Financier

Je crois que je tremble…
Le courrier va être hilarant.
Vous allez permettre au Procureur de se détendre.

Imaginer une vieille bourgeoise gauchiste tomber en pâmoison sur un texte de valeurs actuelles est une image délicieuse.

334. Le vendredi 9 août 2013 à 09:02 par Dr Ivana Fulli

@333 Le Pet Financier,

Quand j’ai décidé de déposer une plainte pénale contre Thomas Ier( Le Dr Jean-Luc Thomas , secrétaire général du conseil départemental de partis de l’ordre des médecins) et autres,j’ai été menacée de joyeusetés telles que la franc-maçonnerie et le fait que le président national de l’ordre des médecins était un ami de 30 ans du président Sarkosy (Le Dr Michel Legman radiologue à Neuilly et conseiller municipal sous le maire Sarkosy).

Alors, le rire du procureur, mon pauvre ami.

Je reconnais cependant qu’il y a des comiques au pôle financier du TGI de Paris dont celui qui a rédigé pour le juge le Loir une ordonnance de classement d’anthologie qui est une honte pour la magistrature française car cette ordonnance ignore les articles de al santé publique concernés, les faits délinquants de faux qui sont flagrants et un rapport de l’IGAS de 2007 qui avait épinglé la délinquance de nos élus ordinaux.

Je n’ai pas eu besoin d’avocat pour que la chambre de l’instruction de al cour d’appel du TGI de Paris désigne le juge René Grouman pour instruire mes accusations de faux et pourtant ma plaidoirie tenait en une page: je conteste une décision judiciaire qui ignore les faits et la loi, l’IGAs a soulevé un lièvre, je l’ai attrapé par les oreilles et je vous l’ai apporté sur un plateau.

La greffière de la chambre de l’instruction m’avait dit devant témoin la veille que je ne pouvais assister à l’audience malgré ma demande écrite précisant que je n’avais pas les moyens de prendre un avocat contre les avocats que peut s’offrir la délinquance en bande organisée dont je m’estime la victime et l’ordonnance de la chambre de l’instruction mentionne que je en me suis pas présentée. j’ai fait mentionner ce fait dans mon audition de partie civile par le juge René Grouman.

PS: Quand j’avais dénoncé des violences au lycée Henri IV et un professeur de mathématiques pervers narcissique, j’avais bénéficié d’une convocation par la police judiciaire pour insulte à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions en 2001.

Que croyez-vous qu’il arrivât ? Rien parce que j’aurais fait condamner le proviseur du lycée Henri IV , Patrice Corre pour dénonciation calomnieuse s’il n’avait pas retiré sa plainte très rapidement.

Comme j’ai fait condamner le ministre Lang à une astreinte de 1000 francs par jour le 6 12 01 par le TA de Paris pour refus d’exécution d’un ordre juridictionnel parce que le patrice Corre pensait qu’il lui suffisait d’ignorer un ordre juridictionnel du TA pour pouvoir proclamer que la loi dans son lycée français d’élite c’était lui et pas celle de la république et de magistrats du TA qui s’étaient permis en audience sur le fond le 13 09 01 d’annuler une décision de redoublement de seconde punitive de la mère contre mon fils âgé de 14 ans pour insuffisance en italien deuxième langue et mathématiques (traduisez la mère a refusé que son autre fils scolarisé en terminale soit présenté au concours général d’italien en disant que ce concours n’était pas fait pour les fils d’italienne mais pour les élèves méritants et la mère a dénoncé un professeur de mathématiques pervers narcissique qui a refusé l’accès à sa classe du rejeton de la dame pour ensuite lui attribuer une note fantaisiste.)

Le proviseur patrice Corre s’est ridiculisé en osant écrire en majuscule et sur une lettre carte que mon fils (DEUG de maths mention très bien à Paris VI à l’âge où les autres obtiennent le bac quand ils n’ont pas redoublé) X, master de fiance HEC et docteur en économie et auteurs d publications internationales comportant un peu de mathématiques , invité à faire des conférences aux USA, à Singapour etc n’aurait pas posséder l’intelligence nécessaire pour obtenir jamais le bac S !

J’utilise beaucoup cette lettre-carte du proviseur Patrice Corre en psychothérapie minute et bénévole de mères -quelques rares pères- déprimées par une mauvaise note de mathématiques de leur enfant et pour des adultes qui ont fait de mauvaises études.
grace à la directeion de thèse du Pr Catherine Lubochinsky avec unjury qui fait honneur à Paris II

Les français sont souvent des lâches et notamment quand ils veulent que leurs enfants bénéficient de places en classe préparatoires aux grandes écoles dans un lycée qui ne fait pas semblant de préparer aux meilleurs concours. Je ne me sens pas française de ce point de vue. Mon fils cadet est allé à la fac car la mafia des proviseurs existe entre HIV et LLG masi s’il n’avait pas intégré l’Ecole Polytrechnique il avait de grazndes chances d’être pris à Oxbridge ou au MIT après un DEUG mention très bien en maths à Paris VI et uin stage à Harvard où le directeur lui avait dit que els USA avait beesoin de cerveaux et de personnalités comme els siennes.

Alors vos mences concernant mon fils cadet parce que sa mère s’exprime…

D’ailleurs lors de la soutenance de thèse d’économie de mon fils , un monsieur très important de la finance française qui était au jury m’a parlé avec une gentillesse amusée de mon ex-blog sur mediapart . Une autre classe que la votre

Il ne faut jamais sous-estimer une personne née italienne décidée à obtenir le droit de vivre dans une démocratie.

PS: Je considère gauchiste comme une insulte.

335. Le vendredi 9 août 2013 à 10:37 par Le Pet Financier

Et alors ?

336. Le vendredi 9 août 2013 à 10:59 par Dr Ivana Fulli

@334 addendum,

Il convenait évidemment de lire:

//Le proviseur patrice Corre s’est ridiculisé en osant écrire en majuscule et sur une lettre carte que mon fils (DEUG de maths mention très bien à Paris VI à l’âge où les autres obtiennent le bac quand ils n’ont pas redoublé) X, master de fiance HEC et docteur en économie, grâce à la direction de thèse du Pr Catherine Lubochinsky avec un jury qui fait honneur à Paris II et auteurs de publications internationales comportant un peu de mathématiques , invité à faire des conférences aux USA, à Singapour etc n’aurait pas posséder l’intelligence nécessaire pour obtenir jamais le bac S !

J’utilise beaucoup cette lettre-carte du proviseur Patrice Corre en psychothérapie minute et bénévole de mères -quelques rares pères- déprimées par une mauvaise note de mathématiques de leur enfant et pour des adultes qui ont fait de mauvaises études.///

Vous pouvez m’accusez d’être vieille car je suis âgée de 59 ans, si vous le voulez.

Vous pouvez aussi m’accuser de ne pas être méticuleuse- quand je ne travaille pas- et d’écrire très vite sans perdre beaucoup de temps à me relire.

Vous venez de m’accusez d’être gauchiste est c’est diffamatoire : ces gens sont des criminels assez souvent et, me concernant, sont des délinquants qui m’ont accablée d’insultes via internet sur mediapart et sur ce blog (je ne suis tranquille que sur “Le Point”, “Le Figaro” et quand je commentais le blog de M Bilger contre les attaques gauchistes délinquantes et anonymes)

Clément Méric était, à mon sens, un fasciste de gauche - tel que ceux qui sur mediapart déversent des appels à la haine, à la révolte , à l’assassinat de policiers et au sang en postant des images de ville en flamme etc- pour se remettre d’une leucémie ne trouvait rien de mieux à faire que de chercher la bagarre avec les fasciste de droite .

Franchement, cela était vraiment suicidaire pour un gringalet se remettant d’une leucémie ! Et je doute fort que tous les gauchistes soient âgés de seulement 18 ans comme le pauvre mort bêtement pour le gauchisme et le combat physique dans les rues de Paris des fasciste rouges contre les fasciste noirs… mais évidemment cela n’est pas politiquement correct de le dire en France et mediapart s’enrichit en laissant des gauchistes- du moins quand j’étais abonnée poster des commentaires appelant à mettre la ville en feu…les gauchistes français sont particulièrement stupides et paient leur abonnement mediapart alors que les journalistes, et heureusement sont moins gauchistes que ces poires qui les enrichissent- l’un d’eux a même publié un libre bien tardif sur les brigades rouges.

Si l’avocat de l’auteur du coup de poing qui l’a tué veut mon témoignage pour que j’explique que les pauvres révoltés peuvent devenir fascistes de droite mais que les gauchistes comme Clément Méric ne sont pas des démocrates et sont très violents, prônent la violence et sont des délinquants capables comme le pseudo myrelingue de propos d’insultes xénophobes écrites je possède des constats d’huissier de capture d’écran de la délinquance du gauchiste pseudo myrelingue notamment que je mets à sa disposition. Je conseille à cet avocat s’il est un peu motivé de faire constater des appels au meurtre et à la violence des gauchistes en commentaires mediapart.

337. Le vendredi 9 août 2013 à 11:06 par Le Pet Financier

C’est c’la.
Autre chose ?

338. Le vendredi 9 août 2013 à 11:13 par Le Pet Financier

Pour que vous ne vous restiez pas sur une trop mauvaise image des italiennes en voilà une très sympathique et gastronome :
http://mangiareridere.fr/

339. Le vendredi 9 août 2013 à 11:47 par Dr Ivana Fulli

@335

Je dépose plainte contre vous parce que votre alter ego du blog de M Bilger, un des trois c. de sa cour avec calamity jane et catherine jacob, Christian C, qui portait par écrit dans votre style sournois et prétentieux des accusations diffamatoires mettant en cause ma santé mentale après m’avoir accusée du délit caractérisé d’usurpation de titre de docteur en médecine s’est tu -et pour un long moment- dès que je mentionné que je suis authentiquement docteur en médecine (ils sont plus dégourdis du clavier chez M Bilger et n’ont pas eu besoin d’un lien pour trouver ma thèse) et mon intention de déposer plainte pour diffamation.

La calamity jane qui avait lancé la diffamation chez les courtisans de Bilger de manière allusive des semaines ou mois auparavant, s’était bien gardée d’en rajouter quand des imprudents l’avaient crue et s’étaient lancés notamment l’inimitable catherine jacob dans des tirades grotesques et diffamatoires.

C’est le pseudo calamity jane qui a, en effet, lancé sur internet cette accusation diffamatoire d’usurpation de titre de psychiatre et je pense qu’elle travaille au TGI de Paris ou au conseil d e l’ordre mais dans un poste très subalterne ou alors me connaît amicalement - poste subalterne, le cas échéant, car calamity jane a un très gros problème d’image.

Cette calomniatrice initiale a en effet démontré connaître certains éléments de mon dossier alors que pour des raisons professionnelles et personnelles, je suis complètement absente des réseaux sociaux et que je maitrise parfaitement ce que je laisse passer comme informations. Idem pour mes enfants qui ne postent rien me concernant sur les réseaux sociaux.

Je suis certaine que cela n’est pas votre cas et que vous ne connaissez que ce que j’ai bien voulu laisser comme traces sur internet.

Alors, je n’ai pas menti en écrivant sur le site lefigaro.fr que je n’ai pas d’argent pour payer un avocat qui me défende et défende la santé publique parce qu’en face,il y a des ténors du barreau à 600 Euros de l’heure et leurs équipes.

Il serait d’ailleurs urgent que les honoraires horaires d’avocat soient limités comme ceux des médecins parce que ce droit à la santé passe aussi par le droit à une justice équitable et démocratique.

En revanche, un constat d’huissier, une citation devant le tribunal correctionnel grâce à un huissier après courrier à la chambre des huissiers de Paris ou même des honoraires d’avocat contre une diffamation caractérisée et répétée, je peux me l’offrir et l’offrir à mes enfants et clients de bénévolat que les insultes que je reçois sur internet exaspèrent autant que mon impossibilité d’ouvrir un cabinet à Paris alors que mes compétences sont rares sur le “marché psychiatrique” français bien que courantes et ordinaires à l’étranger.

340. Le vendredi 9 août 2013 à 11:52 par Lueur d'Espoir

“mes compétences sont rares “
Heureusement..

341. Le vendredi 9 août 2013 à 12:12 par Dr Ivana Fulli

@ 340

C’est amusant l’hubris de ceux qui sont certains qu’il ne seront jamais, eux ou leurs proches, en situation de faiblesse face à un médecin violeur protégé par des délinquants du conseil de l’ordre des médecins, victime d’une expertise médicale trop confraternelle ou bien victime d’un effet secondaire d’un médicament dont le risque n’aurait pas été assumé par le prescripteur en raison des effets thérapeutiques espérés à la lumière de l’état de la science mais avec l’éclairage trompeur de mandarins qui s’en mettent plein les poches pour mentir aux prescripteurs en faveur des industriels du médicaments, etc.

Bonne continuation dans la sottise alliée à la haine.

342. Le vendredi 9 août 2013 à 12:17 par Le Pet Financier

@shrink
Votre attitude et votre discours sont tout à fait cohérents.
Nous soutenons votre combat.

PS : Les honoraires des avocats régulés par l’Etat. Ca c’est une idée. Ces frais devraient même être remboursés par la sécurité sociale.

343. Le vendredi 9 août 2013 à 12:30 par Dr Ivana Fulli

@331 SB

La justice est publique en France et j’aimerais connaître les noms des trois magistrats qui ont envoyé un étudiant boursier ayant besoin de passer ses examens de fin d’année en prison avec mandat de dépôt pour finalement un attroupement, avoir fourni le nom de sa mère et pris la fuite devant des policiers qui lui faisaient peur -et avec raison puisque ces policiers ont été incapables de le rassurer sur leurs intentions dans le restaurant en lui laissant le temps de se calmer par leur parole neutre et professionnelle ou encore de le maitriser comme procèdent les infirmiers en psychiatrie que je n’ai jamais vu étrangler un malade mental furieux pour le maitriser (certes il y a des sadiques dans tous les métiers et je en dis pas que c’est impossible, juste que je n’ ai jamais entendu parler d’une telle faute professionnelle.)

344. Le vendredi 9 août 2013 à 12:51 par Dr Ivana Fulli

Nauséabond,

Voilà votre alter ego et d’où à mon avis proviennent vos accusations diffamatoires mais je peux me tromper, évidemment:

http://www.philippebilger.com/blog/… permet de lire :

///Si chère Ivana Fulli,
votre acharnement à vous présenter aux hôtes de Philippe Bilger comme une psychiatre diplômée pourrait finir par vous jouer des tours.
(…) Rédigé par : Christian C | 03 mai 2012 à 20:40 ///

Le franc-maçon de service officiellement chez M Bilger:

//Vous, Catherine Jacob, d’ordinaire si sensée et malicieuse, vous vous laissez donc entraîner dans une confrontation avec l’extravagante Mme Fulli.
Je vous le défends, je vous aime trop pour vous laisser tenter vainement de raisonner la déraison, s’il vous plaît, pour ce blog que vous honorez depuis longtemps, lâchez cette affaire comme je le fis moi-même, plus un mot, il ne peut en sortir qu’une pollution dont la dame est coutumière. Je veux vous lire souvent mais rien que vous.
Cette supplique s’adresse aussi à Christian C et à calamity jane. Que chacun soit docteur selon son goût, laissons Madame Diafoirus à ses vanités frénétiques sans en provoquer l’irruption furibarde sur ce blog. D’accord ?
Rédigé par : Jean-Dominique @ Catherine Jacob, Christian C et calamity. | 04 mai 2012 à 19:57 //

//Rédigé par : Ivana Fulli | 04 mai 2012 à 16:40
Elle s’en prend trois avec juste deux doigts, la Machita, on dirait du Slimane, cela sent pas la rose quoi qu’il en dise et redise ; s’il suffisait de si peu pour se placer…
Sinon, j’avais trouvé plutôt juste votre sortie sur l’Igas, comme quoi, honnêteté quand tu me tiens, et bien las que tu ne me lâches jamais…
Ces paradoxes sont fatigants à la fin.
Ce serait pourtant si pratique de haïr en bloc.
AO
Rédigé par : oursivi | 04 mai 2012 à 17:18

la catherine jacob qui m’a recopié des passages du code de la santé publique interprétés de manière hilarante:

///(…)Signé l’une des imbéciles de ces lieux qui était très bête avant de s’intéresser au système idéographique et qui, grâce lui en soit rendue, l’est devenue un peu moins depuis, bien que sans atteindre à l’intelligence d’autrui, en particulier ‘en souffrance’ qui est manifestement celle de qui signe Dr ( en quoi d’ailleurs?) Ivana Fulli. (…).
Rédigé par : Catherine JACOB@Ivana Fulli | 04 mai 2012 à 10:26

Rédigé par : Ivana Fulli | 05 mai 2012 à 10:03
Non, non, ne partez pas !
Il n’y aura plus personne pour défendre Slimane - Marie compte pour du beurre comme dirait saintement Marlon DSK - et il va encore nous taxer de “meute”, de bande organisée, pour rester dans le ton de mon incise.
Petit conseil d’un autre Dr, pour garder son sang froid, préférer le Gardénal au tribunal.
Enfin, chacun fait ce qu’il entend faire, même Jeanne d’Arc.
AO
Rédigé par : oursivi | 05 mai 2012 à 17:15 ///

///Catherine Jacob,
je suis un juriste d’opérette; je respecte l’opérette, et je regretterais de me voir taxer de mépris pour cette discipline ô combien divertissante. Je souhaitais simplement exprimer le fait que les avis exprimés par Madame Fulli me semblaient trop approximatifs, peu étayés et pour tout dire dignes de divagations de concierge (je respecte également beaucoup les concierges) pour être reçus comme ceux d’un expert.
A lire votre commentaire, je ne sais plus si je dois me gausser de Mme Fulli, ou m’exiler séance tenante dans un royaume secret inaccessible aux foudres judiciaires.
Souhaitez-moi bonne chance!
Rédigé par : Christian C | 03 mai 2012 à 15:49 ///

Madame Ivana Fulli,
vous resservez le chapitre de votre père
qui a eu un grade de conflit pendant la
dernière grande démission de la démocratie
au siècle dernier ! Bien.
Votre père aurait-il par hasard participé
au front russe ? généralement connu en
Italie par les douloureuses pertes de
l’anse du Don ?
N’hésitez pas à me poser des questions.
Rédigé par : calamity jane junior (oui, c’est hériditaire!) | 13 février 2012 à 13:59

Ivana Fulli se trompe de combat en confondant sans vergogne opprimés et oppresseurs, les “petits jihadistes” qui nous soûlent de propagande haineuse, avec les authentiques combattants des droits de l’homme, la police antiterroriste française (qui ne torture pas contrairement aux allégations de RS) avec l’ex KGB, le soleil et la lune, le jour et la nuit… Ce qui est le propre de tous les sophistes (qu’ils soient de bonne foi ou plus prosaïquement de la famille des manipulateurs compulsifs).
Rédigé par : Mary Preud’homme | 13 février 2012 à 13:49
“”Et si je ne m’abuse, le mot “ghetto” dont le succès est planétaire, est un mot italien…”“
Rédigé par : Jean-Dominique@Jean-Paul Ledun | 12 février 2012 à 19:57

Voilà ce que l’on peut trouver sur un blog de magistrat français honoraire mais pas toujours honorable -notamment quand il laissait passer des insultes à caractère xénophobe ou racistes, mais fort attendrissant et auquel j’avais demandé de ne pas retirer de son blog ces insultes de manière expresse.

PS: Un des courtisans de M Bilger a aussi déclaré être le fils d’un homme qui aurait fait de la prison pour un tout petit peu de criminalité en col blanc qui, lui-même en digne fils de son père n’hésitai pas à présenter une adresse de blog ivanafullimediapart qui était vide à l’époque:

///A la recherche d’un comique de service que je pourrai copier j’ai dégoté ceci :
http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan…
Pas génial.
Rédigé par : Jean-Paul Ledun | 13 février 2012 à 01:45

Jean-Paul Ledun
Je ne tiens aucun blog, ni abrité par Mediapart, ni ailleurs.
Vous avez beaucoup d’imagination, c’est bien pour un artiste.
Rédigé par : Ivana Fulli | 12 février 2012 à 20:02 ///

Comme quoi le juriste français n’est pas regardant sur ses fréquentations quand le juge Piercamillo Davigo - un ancien de l’opération main propre qui est maintenant cour de cass, refuse d’être présent dans la même émission télévisée ou table ronde qu’un politicien repris de justice.

Chaque pays a les juges célèbres qu’il mérite et sur ce pla là, je préfère me sentir italienne que française.

345. Le vendredi 9 août 2013 à 12:59 par Le Pet Financier

Tout va très bien.

346. Le vendredi 9 août 2013 à 13:04 par Dr ivana Fulli

@précision 344

Mon père Avv Enzo Fulli mais aussi lieutenant-colonel était militaire de carrière issus d’une école de cadet et a fini la guerre comme chef des partisans des abruzze et calamity jane déversait un venin particulièrement inadapté. Le sinistre et pathétique personnage qui se dissimule derrière ce pseudo ne connait visiblement que mes démêlés avec le conseil de l’ordre des médecins.

347. Le vendredi 9 août 2013 à 13:07 par Le Pet Financier

@shrink
Cette précision s’imposait.

348. Le vendredi 9 août 2013 à 13:20 par Dr Ivana Fulli

@ 345

Je n’en doute pas. Vous connaissez l’histoire du crétin qui croit pouvoir voler et se jette d’un gratte-ciel puis hurle avant d’atterrir:” So far, so good!”

@346 Cela n’est pas à votre intention que j’ai apporté cette précision. C’est à celle des hommes d’honneur qui lisent ce blog et pour mes enfants. L’honneur et l’honneur d’un militaire est une notion qui vous évidemment étrangère.

Voilà, j’en ai fini car vous ne sauriez aggraver votre cas, pour ce qui concerne ma modeste action en justice vous concernant, quelque puissent être les cordes que je vous tende pour vous suicider, au sens figuré (je précise pour les gauchistes débiles ).

Maintenant, il faut que je travaille un peu laborieusement pour préparer le constat d’huissier de capture d’écran de vos vomissures.

( La fin de la rédaction du chapitre Eoçlas de mon livre “La justice est couverte à tous en France comme le Ritz ou le Carlton de Lille” attendra ainsi que mon ami australien auquel je dois un petit travail bénévole.)

349. Le vendredi 9 août 2013 à 13:40 par Le Pet Financier

@shrink
Rien ne m’est étranger.
Je ne suis que compassion et commissération.
Que la paix soit avec vous, votre famille et vos proches.
Qu’ils trouvent la force et les mots pour vous soutenir dans votre juste combat.

350. Le vendredi 9 août 2013 à 15:22 par Dr Ivana Fulli

@349

Vous êtes grandiose et saint Eolas des LGBT a bien de la chance d’avoir des guerriers de la foi tels que vous.

Je vous remercie de vous priver de l’excuse d’un mouvement de colère avec des écrits ayant dépassé votre pensée mais maintenant j’en ai suffisamment.

351. Le vendredi 9 août 2013 à 15:28 par Aeration de Branchies

” il faut que je travaille un peu laborieusement”
Pas qu’un peu…. faites pas votre modeste.

352. Le vendredi 9 août 2013 à 15:52 par Dr Ivana Fulli

@351 Vous lisez:

“”Et si je ne m’abuse, le mot “ghetto” dont le succès est planétaire, est un mot italien…”“
Rédigé par : Jean-Dominique@Jean-Paul Ledun | 12 février 2012 à 19:57

Et vous relevez une faute de français!

Tout est dit.

353. Le vendredi 9 août 2013 à 16:42 par Cheval de Labour

Non, je m’extasie devant votre dur (quoique inefficace, devant les performances du premier quadrupède venu) labeur

PS -post scriptum, sans contre façons- : rappeler que Shtetl est un mot yiddish est il une preuve d’antisémitisme?de xénophobie?.

354. Le vendredi 9 août 2013 à 17:07 par Le Pet Financier

@shrink
Vous n’avez juste rien qui caractérise les infractions évoquées ou alors vous en êtes aussi complice et ce sera un plaisir.
Vous avez juste votre fatuité et elle est lassante pour tous.
Même les blogs américains vous demande de la fermer.
Suivez leurs conseils.

355. Le vendredi 9 août 2013 à 17:38 par DR Ivana Fulli

@354

Vous voulez dire que l’avocat spécialisé d’ un beau cabinet parisien -je dis beau mais je devrais écrire magnifique- dont j’ai réglé les honoraires avait tort de m’écrire:

///Chère Madame,

Je me suis permis de prendre connaissance de l’intégralité des commentaires mis en ligne sur le site de M. Bilger à la suite de son article intitulé “les officines de la démocratie”.

Je m’y suis plus particulièrement intéressé dans la mesure où, c’est dans ces commentaires, que votre qualité de docteur en médecine est remise en cause. Or j’ai constaté que certains commentaires qui ne sont pas eux-même attaquables, sont néanmoins intéressants en ce qu’ils éclairent les attaques portées à votre encontre. De ce point de vue ils semblent pouvoir constituer ce que, dans notre jargon, nous appelons des éléments extrinsèques de nature à éclairer le caractère diffamatoire de la mise en cause. J’ai bien entendu fait des copies d’écran. Mais il pourrait être intéressant de demander à l’huissier de constater, outre les éléments contenus dans ma liste, l’intégralité des commentaires mis en ligne à la suite du billet de M. Bilger, lesquels pourraient être supprimés à la suite de notre demande de retrait (la solution la plus simple pour M. Bilger s’il défère à cette demande).

Si vous en êtes d’accord, je demande à mon huissier de me faire un devis.

Dans l’attente de vous lire.///

356. Le vendredi 9 août 2013 à 17:44 par Dr ivana Fulli

@ addendum 335

Pensez-vous que je devrais me plaindre d’un manque de professionnalisme et contester les honoraires auprès du bâtonnier ?

357. Le vendredi 9 août 2013 à 17:47 par Le Pet Financier

Ca c’est du dossier !
Bilger doit fremir.

358. Le vendredi 9 août 2013 à 17:51 par Dr Ivana Fulli

@357

M Bilger n’a aucune raison de frémir car je ne lui ai jamais demandé de retirer les commentaires diffamatoires ou insultants à caractère racial pour les juristes (pour une psychiatre seulement xénophobes) et je pense qu’il peut aisément plaider qu’il ne voit sincèrement aucun mal à :

”Et si je ne m’abuse, le mot “ghetto” dont le succès est planétaire, est un mot italien…”“
Rédigé par : Jean-Dominique@Jean-Paul Ledun | 12 février 2012 à 19:57

359. Le vendredi 9 août 2013 à 17:53 par RCruz

Pensez-vous que je devrais me plaindre d’un manque de professionnalisme et contester les honoraires auprès du bâtonnier ?

Oui…

360. Le vendredi 9 août 2013 à 17:59 par Le Pet Financier

C’est tout a fait coherent.

361. Le vendredi 9 août 2013 à 18:07 par Dr Ivana Fulli

@357

Lisez donc la date 2012.

C’est pourquoi je suis fort contente que de manière inopinée et surprenante pour moi -sincèrement, car j’avais commenté auparavant ce blog sur un sujet qui m’intéresse et personne ne m’avait fait subir d’attaques sournoises ad hominem-sournoises, malveillantes et diffamatoires.

Fleur et Jeff sont naïfs quant à la gentillesse de tous les homosexuels ” clients de son mari ” mais ils ne sont pas allés chercher sur internet de quoi alimenter des attaques ad hominem délinquantes quand je me suis montrée sarcastique avec Fleur.

@marsan,

Jeff ne m’avait pas chassée car j’aime bien les colères généreuses et galantes et la colère que je suscite ne me fait pas peur.

En revanche, ma musique ne vous plait plus mais je vous rassure, ce n’est pas non plus votre invitation qui m’avait conduite à continuer à commenter l’affaire Nicolas B. Ne regrettez rien.

362. Le vendredi 9 août 2013 à 18:13 par Bâton de Maréchal

Les avocats se font ils bastonner quand leurs honoraires sont contestables?
ou quand ils demandent à voir le lien réel entre une(im?)posteuse qui commente abondamment et les titres qu’elle s’attribue?

363. Le vendredi 9 août 2013 à 18:57 par Le Pet Financier

@shrink
Vous avez les mêmes symptomes que ce jeune délinquant, Nicolas B., récemment condamné. Vous ne savez pas répondre (simplement) aux questions qui vous sont posées et vous avez besoin de noyer le poisson dans une floppée de mots qui n’ont que la cohérence que vous leur accordez.

Une filiation ?

364. Le vendredi 9 août 2013 à 19:05 par Dr Ivana Fulli

@360

Vous ne répondez pas , Le pet Financier, vous qui sans doute brassez des affaires extraordinaires.

Vous faites le malin en jouant au psychiatre.

En réalité, les attaques diffamatoires m’accusant du délit d’usurpation du titre de docteur en médecine et de maladie mentale sur le blog de M Bilger sont en tout point superposables à celles dont j’ai fait l’objet ici, jusque dans leur circonstance de survenue. (Ici j’ai énervé des” éducateurs de délinquants” en évoquant le meurtrier d’Agnès et chez M Bilger, j’avais énervé Christian C en disant que la sauterie du J’ose me conduisait à conclure que M Hollande était mal entouré avec notamment un M Valls jugeant qu’il se trouvait au-dessus de la nécessité de répondre devant les électeurs de son indéfectible amitié pour DSK:

La gauche caviar a osé à “J’ose” prouver que François Hollande ne pourra tenir ses promesses de gouvernement irréprochable!
http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan…

La seule différence est le meilleur niveau culturel et style d’écriture sur le blog de M Bilger.

Alors, soit cette avocat spécialisé que je vous ai cité se trompe, soit il me trompait, soit il est heureux que vous soyez un roi de la place financière parisienne ou un de ces avocats d’affaires spécialisés en finances et pas un minable retraité aigri qui se la joue juriste parce qu’il lit Eolas.

@362

Laissez tomber l’illusion que me Eolas ai fait de vous un juriste. Il faudrait que vous soyez un surdoué et vous venez de montrer un désir intense d’écrire un commentaire intelligent sans que les connaissances juridiques suppléaient à une intelligence médiocre.

365. Le vendredi 9 août 2013 à 19:12 par Le Pet Financier

@shrink
Il n’y a rien de plus dangereux en droit que de faire des analogies.
Vous y excellez et c’est la raison pour laquelle vous êtes si ridicule.

Retournez donc chez Bilger puisque le public vous sied.

366. Le vendredi 9 août 2013 à 19:15 par Dr Ivana Fulli

@360, 363

Vous ne parvenez pas à la comprendre et, c’est amusant, que c’est vous qui vous comportez stupidement comme cela a été reproché à Nicolas B, car vous prenez le risque qu’un grand cabinet parisien ne fasse pas travailler des bras cassés quand des clients paient deux mille euros pour quelques heures de travail professionnel de qualité et un avis juridique.

Seulement, mon impression de Nicolas B est qu’il est animé d’une foi catholique profonde alors que votre seule raison de prendre des risques est de vous offrir le plaisir sadique de faire de la peine à une vieille femme sans défense, dans votre imagination.

Vous ne répondez pas , Le pet Financier, vous qui sans doute brassez des affaires extraordinaires.

Vous faites le malin en jouant au psychiatre.

En réalité, les attaques diffamatoires m’accusant du délit d’usurpation du titre de docteur en médecine et de maladie mentale sur le blog de M Bilger sont en tout point superposables à celles dont j’ai fait l’objet ici.

Jusque dans leur circonstance de survenue. (Ici j’ai énervé des” éducateurs de délinquants” en évoquant le meurtrier d’Agnès et chez M Bilger, j’avais énervé Christian C en disant que la sauterie du J’ose me conduisait à conclure que M Hollande était mal entouré avec notamment un M Valls jugeant qu’il se trouvait au-dessus de la nécessité de répondre devant les électeurs de son indéfectible amitié pour DSK:

La gauche caviar a osé à “J’ose” prouver que François Hollande ne pourra tenir ses promesses de gouvernement irréprochable!
http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan…

La seule différence est le meilleur niveau culturel et style d’écriture sur le blog de M Bilger.

Alors, soit cette avocat spécialisé que je vous ai cité se trompe, soit il me trompait, soit il est heureux que vous soyez un roi de la place financière parisienne ou un de ces avocats d’affaires spécialisés en finances et pas un minable retraité aigri qui se la joue juriste parce qu’il lit Eolas.

@362

Laissez tomber l’illusion que me Eolas ai fait de vous un juriste. Il faudrait que vous soyez un surdoué et vous venez de montrer un désir intense d’écrire un commentaire intelligent sans que les connaissances juridiques suppléaient à une intelligence médiocre.

367. Le vendredi 9 août 2013 à 19:17 par Dr Ivana Fulli

Bon appétit bonne soirée et excellent week-end Le Pet Financier.

368. Le vendredi 9 août 2013 à 19:21 par Pavé de Saumon

Ah, je ne suis qu’un tout petit poisson (et je serais très mal à l’aise si je relevais d’un bâtonnier).
Je suis cependant subjugué par l’étendue de vos connaissances en matière de droit :
concernant la diffamation, c’est du grand art, ce sans la moindre once d’ironie: j’espère que Mètre Eolas profitera de vos leçons si généreusement prodiguées, “bénévolement” -vous vous pavanez avec ce terme avec tellement de justesse!

Votre incommensurable capacité à détecter les ‘délinquants assassins’ -au cul rare? par defenestration?- suscitera l’envie , que dis-je, la jalousie, des juges d’instruction -s’ils ne donnent pas suite à vos raisonnements structurés, c’est qu’ils ne sont pas assez instruits, spa?-, des procureurs, des policiers?

Pas étonnant que vous soyez en contentieux avec le Conseil de l’Ordre, qui a l’air -d’accord, je veux bien con cèder que ma source, sur ce point , est plus que véreuse, si ça peut vous faire plaisir- de considérer que le lien entre un diplôme obtenu au millénaire dernier et une quelconque capacité professionnelle est, actuellement, du domaine de l’illusoire : cela ne peut que prouver votre expertise transcendantale en matière … d’histoire de fous …

369. Le vendredi 9 août 2013 à 19:25 par Le Pet Financier

@shrink
N’accusez pas les autres de vos propres turpitudes.
Vous êtes le seul pseudo sur ce billet qui insulte les autres commentateurs et tente de les rabaisser en arguant de titre dont tout le monde se contre-fout.
Votre suffisance vous étouffe.

370. Le vendredi 9 août 2013 à 19:26 par Le Pet Financier

@shrink
N’accusez pas les autres de vos propres turpitudes.
Vous êtes le seul pseudo sur ce billet qui insulte les autres commentateurs et tente de les rabaisser en arguant de titre dont tout le monde se contre-fout.
Votre suffisance vous étouffe.

371. Le vendredi 9 août 2013 à 19:29 par Bougie du Sapeur

@Saumon:
ce n’est pas une preuve, c’est une illustration.
@Pet Financier :
Vous m’avez soufflée (et quatre ans au Nirvana bordélique, c’est long)

372. Le vendredi 9 août 2013 à 19:58 par Dr Ivana Fulli

@370

///Vous êtes le seul pseudo sur ce billet qui insulte les autres commentateurs et tente de les rabaisser en arguant de titre dont tout le monde se contre-fout.///

Aucune usurpation d’identité.

Je suis bien le Dr Ivana Fulli, comme je l’ai écrit à de nombreuses reprises et je en pense pas avoir beaucoup d’homonymes même en Italie.

Et vous croyez qu’un juger pourrait prendre au sérieux votre excuse minable après avoir publié en @282

Le dimanche 4 août 2013 à 16:14 par Le Pet Financier

@270 Lambertine
N’ayez crainte pour les éventuels patients de Mme Fulli, le conseil de l’ordre veille.
“(…) le conseil de l’ordre me juge incompétente pour ouvrir un cabinet (…)” écrit cette personne il y a un an.
http://plus.lefigaro.fr/page/ivana-…

Lambertine, j’espère ainsi que vous êtes rassurée.
Bon dimanche.///

J’ai assez travaillé pour aujourd’hui et franchement, je suis confortée dans le fait que ce ne sont pas les c…. qui osent tout mais les psychorigides, si vous voyez ce que je veux dire.

373. Le vendredi 9 août 2013 à 20:14 par Le Pet Financier

@shrink
Ai-je parlé d’usurpation d’identité ? Non.
Ai-je dit qu’on se contre-foutait de vos titres ? Oui.

Est-ce qu’un seul mot est faux ou mal retranscrit dans l’extrait que vous citez ? Non. Tout les mots entre guillemet sont de vous (le lien en atteste).

Il est assez hilarant de constater que vos épanchements sur les divers blogs que vous vampirisez finissent toujours de la même manière. Taisez-vous!

Ouvrez votre blog et laissez les autres tranquilles.

374. Le vendredi 9 août 2013 à 20:17 par Le Pet Financier

@shrink
Pour le psychorigide…
(bis) N’accusez pas les autres de vos propres turpitudes.

375. Le vendredi 9 août 2013 à 20:44 par Le Pet Financier

@shrink
2.000 euros HT.
Il vous faudra ajouter la TVA (20%).

Je plains par avance cet avocat qui devra batailler devant le bâtonnier pour percevoir ses honoraires.

376. Le vendredi 9 août 2013 à 21:00 par Dr Ivana Fulli

@368

Si vous interdisez d’exercice tous ceux qui ont obtenu leurs diplômes il y a plus de 13 ans, ce n’est plus un désert médical qu’il faudra gérer…

Le délinquant Dr jean-Luc Thomas a signé en date du 19 05 2008 un refus d’inscription au tableau en prétendant que le Pr Frédéric Rouillon aurait préconisé pour moi un stage de 6 mois dans son service alors que le dit professeur avait attesté du contraire.

Le Dr Anne-Marie Quetin étant très obèse et octogénaire cela lui fait deux facteurs de risques de déclin cognitif absolument reconnus par la science médicale et elle a été incapable de comprendre l’attestation écrite du Pr Rouillon, en ma faveur et même ce qu’il lui avait dit au téléphone:

Sent: Friday, April 25, 2008 9:02 AM

Subject: RE : Attestation

Chère Ivana
Je t’adresse ce jour l’attestation. J’ai eu AM Quétin au téléphone
et lui ai exposé le problème du stage … Par ailleurs, elle m’a dit
qu’il n’y avait aucune trace du conflit Henri IV / Dr Lévy dans ton
dossier au CDO…
Très amicalement et bonne vacances à Rome (ville que j’adore)
Frédéric

377. Le vendredi 9 août 2013 à 21:11 par Le Pet Financier

Tout comme Nicolas B., vous êtes le plus mauvais avocat de votre cause.
Je n’ose vous conseiller d’aller voir un psy.

378. Le vendredi 9 août 2013 à 21:17 par Dr Ivana Fulli

@368

Pour conclure, je vous suggère de consulter le code de la santé publique et l’actualité concernant les obligations de formation permanente des médecins en France pour me montrer en quoi en 2008 le conseil de l’ordre des médecins pouvait bien avoir autorité pour exiger un stage et chez le malheureux Pr Rouillon, en plus!

Je n’ai pas pleuré le décès de Me Metzner qui diffamait le chirurgien de Johnny Halliday publiquement en dehors de la salle d’audience en étant grassement payé avec l’argent de nos cotisations et a été condamné pénalement, pour cette action.

L’avocate publiciste en charge de mon dossier est une délinquante qui vole des centaines de milliers d’Euros de cotisations ordinales des médecins sans être capable de faire respecter le CDS à la présidente du conseil parisien, la reine Bensaude.

or Me odile Paoletti est payée par nos cotisations et pas pour nuire à la santé publique!

379. Le vendredi 9 août 2013 à 21:33 par Le Pet Financier

@shrink
Vous écumez les sites juridiques pour trouver un avocat qui veuille bien défendre votre cause gratuitement tout en alertant l’opinion des soi-disant injustices que vous dites subir.

En lien, un site d’une jeune femme qui sait se sortir les doigts du cul.
http://melange-instable.blogspot.fr…
Vous devriez en prendre l’exemple.

380. Le vendredi 9 août 2013 à 22:05 par Dr Ivana Fulli

@379

///Vous écumez les sites juridiques pour trouver un avocat qui veuille bien défendre votre cause gratuitement tout en alertant l’opinion des soi-disant injustices que vous dites subir.///

Absolument pas et c’est vous qui avez introduit le sujet de la délinquance du conseil de l’ordre des médecins me concernant.

Je suis partie civile sans avocat et je ne désire pas d’avocat français.

La sécurité publique et la santé publique c’est la responsabilité des magistrats et pas celle des lanceurs d’alerte.

Je ne pense pas que la chambre de l’instruction de la cour d’appel du TGI de Paris aurait pu trouver un magistrat plus compétent ou mieux organisé que le juge René Grouman.

J’ai été auditionnée comme partie civile et le reste ne nécessite pas que je prenne un avocat.

NB: je vous réponds parce que une personne malveillante mais mieux informée que vous du dossier essaie de justifier l’injustifiable à savoir le mépris des articles qui me concerne dans le code de al santé publique et la production de faux grossiers à répétition avec la complicité active de al conseillère médicale du dir cab de Roselyne Bachelot.

C’est pour elle que je me suis privée de sortie ce soir, pas pour répondre aux défense pathétique d’un vieillard aigri probable qui n’a du connaitre de la finance que son agence bancaire ou alors il y a vraiment longtemps-simple hypothèse bien sûr mais que vous soyez méprisable et indigne de pitié est certain:

iI fallait bien que j’essaie un jour de faire condamner un de ces diffamateurs m’accusant d’usurper la qualité de docteur en médecine et je préfère que cela soit sur un homme sans honneur(ou une femme) se revendiquant de droite sans avoir le sens de l’honneur.

381. Le vendredi 9 août 2013 à 22:20 par Le Pet Financier

@shrink
En relisant vos commentaires et en pratiquant de la psycho de bas étage, en fait : vous êtes une chieuse qui ne sait aller au bout de ses désirs. Vous trouvez toujours une excuse ou une pirouette pour ne rien finir. Ca en devient pathétique.

Vous trouvez mille excuses plus débiles les unes que les autres pour vous convaincre que le monde est contre vous.

Pauvre femme. Soyez juste humaine et ouverte aux autres (j’ai vu plus d’intelligence dans l’oeil d’un maçon que dans celui de n’importe lequel des docteurs de votre entourage), sachez écouter, entendre et surtout essayez de finir le truc que vous avez commencer. C’est bien d’aller au bout des choses (j’ai une éditrice mais je ne veux pas faire le bouquin qu’elle me demande - MDR).

Vous êtes un cas social et vous avez eu beaucoup de chance, votre milieu vous protège. Chien de Guerre pourrait vous aider, il cherche des bénévoles.

Nous avons vraiment de la peine pour vous.
Vous pouvez ne pas me croire. Il faut vous faire aider.

382. Le vendredi 9 août 2013 à 22:21 par Dr Ivana Fulli

@pavé de saumon

Et vos informateurs ils en pensent quoi du maintien de l’exercice du Dr lucien levy 75015 paris en 2008 bien que j’ai signalé que le pauvre était devenu incapable d’“‘exercer sans risques pour autrui et notamment son propre fils harceleur sexuel ayant agressé un jeune fille élève du lycée Henri IV en 2000, à l’arme blanche (certes seulement une grande paire de ciseaux mais la jeune fille, agressée par surprise dans le dos avait perdu, comme au Pakistan, sa longue chevelure auburn pour avoir osé se soustraire au désir sexuel du fils du Dr Levy qui devait avoir une soixantaine d’années bien tassées de moins que le père- ce dernier se montrait incapable de réaliser la gravité de la chose et évoquait un enfantillage (le fils était élève de première S au lycée Henri IV au moment des faits?

Vous pensez que ce signalement méritait- de communiquer à mon mari et pas à moi en 2001 comme en Arabie Saoudite- une sanction d’interdiction d’exercice si jamais dans le futur je voulais cesser le bénévolat tandis que je recevais une lettre introuvable du Dr Philippe Biclet qui s’est mis dans les poches des fortunes grâce au conseil de l’ordre des médecins une lettre me disant que le problème étai réglé parce que les enfants (sic) avaient changé d’école ?

Il en disent quoi vos amis et source des encouragements à violer des patientes donné par la reine Bensaude au Dr André Hazout qui devrait en répondre devant les assises en 2014- s’il ne décède pas opportunément juste avant comme un autre protégé du conseil de l’ordre violeur de patientes le Dr Tordjamn?

Bonsoir saumon.

383. Le vendredi 9 août 2013 à 22:36 par Le Pet Financier

Vous êtes une grande malade.
En quoi le pavé de saumon peut répondre à votre diatribe qui n’a ni queue ni tête et rien à voir avec son commentaire ?
Vous n’écoutez rien, ni personne et je comprends les conflits que vous avez avec vos avocats (les pauvres).
Un esprit en déshérence.
c’est l’image qui me vient.

384. Le vendredi 9 août 2013 à 22:41 par Le Pet Financier

@shrink
Vous vous pensez vieille à 59 ans !
Ca en dit long sur vous.

385. Le vendredi 9 août 2013 à 22:44 par Le Pet Financier

@shrink
La foi catholique n’excuse pas les délits commis par Nicolas B.
Heureusement.

386. Le vendredi 9 août 2013 à 22:50 par Le Pet Financier

En revanche, si la gauche pouvait revoir la pénalisation des faits reproché à Nicolas, je serai assez pour.

Pour la psy, un rappel : Mariton, le marmiton qui s’est déplacé pour voir Nicolas en prison a voté ces lois répessives qui ont condamné les juges a condamné Nicolas B.

Il faudra un jour que vous compreniez. C’est possible Ivanna.

387. Le vendredi 9 août 2013 à 23:49 par Le Pet Financier

@shrink
En fait, pourquoi avoir de la compassion pour vous ?
vous êtes insultante et pleine de morgue vis a vis des autres.
La foi, sans doute.
ce qui est pénible c’est votre bétise.

388. Le samedi 10 août 2013 à 07:17 par Dr Ivana Fulli

///Même les blogs américains vous demande de la fermer.///

Feriez-vous allusion à mes interventions pour défendre, dans la mesure de mes faibles moyens- dans un blog d’antipsychiatrie (pour faire bref) une mère attaquée pour avoir crié sur internet sa douleur de vivre avec un enfant extrêmement violent après qu’Adam Lanza ait assassiné sa mère et des enfants ?

A Challenge to “I Am Adam Lanza’s Mother” | Mad In America

http://www.madinamerica.com/2012/12…

Ce qui est triste pour les diffamateurs anonymes, c’est qu’internet est ouvert à tous.

389. Le samedi 10 août 2013 à 07:45 par Dr ivana Fulli

@383 Le vendredi 9 août 2013 à 22:36 par Le Pet Financier

///Vous êtes une grande malade.///

Et cela ne serait pas diffamatoire?

390. Le samedi 10 août 2013 à 13:00 par Le Pet Financier

@shrink
Non.
Une insulte peut être…
Comme vous en êtes coutumière cela ne devrait pas vous déranger.

de mon iphone

391. Le samedi 10 août 2013 à 14:11 par labojr

@13 Le pet Financier :

Pour rafraîchir le débat en cette période estivale, le Forster est une bière australienne et non belge… (La Forster est bien moins bonne à mon gout que la plupart des bières belges :-) )

392. Le samedi 10 août 2013 à 14:40 par Dr Ivana Fulli

Nathalie Dutartre : une juge d’instruction « française » - Medias Libres
http://www.mediaslibres.com/post/20…

393. Le samedi 10 août 2013 à 15:44 par Dr Ivana Fulli

Comme vous avez de la chance de posséder un i-phone le Pet Financier !

Mais alors vous êtes vraiment pingre en ne dépensant que 3000 Euros en honoraires d’avocat -alors que vos messages insultants font rire aux larmes des juristes italiens !

///http://www.maitre-eolas.fr/post/201…

///248
Le samedi 10 août 2013 à 00:23 par Le Pet Financier

Je vais payer 3.000n euros HT un avocat pour pourrir le votre.
Vous allez être condamner au civil pour procédure abusive et vous allez me payer ma retraite.
Merci shrink.

Vous êtes une sacrée conasse.///

Question stratégie, vous ne craignez personne:

Pour ratisser plus large vous alternez les pleurnicheries selon lesquelles je serais tantôt une privilégiée qui abuserait de ses privilèges et les preuves de votre standing:

Le Pet Financier possède un i-phone en plus d’être en mesure d’aligner 3000 Euros -et hors taxes entendez-vous- pour qu’une malheureuse psychiatre bénévole soit condamnée à assurer financièrement sa retraite.

Tremblez bonne gens devant ce poids lourd de la finance !

Et, rassurez-moi , votre i-phone, il est quand même en platine avec des diamants?

394. Le samedi 10 août 2013 à 17:39 par lalala

@27 :
“la dernière déclaration de l’accusé (je connais pas le terme juridique), ça sert à quoi ?
Je veux dire, en général je suppose qu’un procès prend du temps, l’accusé vient d’avoir un avocat ou plusieurs qui ont fait des plaidoiries pour résumer les arguments de la défense, est-il vraiment possible qu’une dernière déclaration change grand chose à ce niveau là ?”
J’avais lu une brève d’audience du Canard Enchaîné où c’était le petit ami de la mère d’un accusé qui avait pris la parole, en expliquant qu’il avait aussi été délinquant, qu’il avait connu la prison, et qu’il voulait tout faire pour que le jeune accusé n’y aille jamais.
Apparemment, sa plaidoirie a suffisamment ému les juges pour que l’accusé n’ai que du sursis.

395. Le lundi 12 août 2013 à 15:17 par BR

Et nous attendons toujours l’article promis par notre hôte relatif à l’arrêt du Conseil constitutionnel validant la loi ouvrant le mariage pour tous…

Mais peut-être n’est-il pas très à l’aise…

396. Le mercredi 14 août 2013 à 07:51 par Dr Ivana Fulli

@382 Pavé de saumon

La parquet de Bayonne vient de demander les assises pour le Dr Bonnemaison alors que son conseil de l’ordre avait refusé d’ouvrir une procédure disciplinaire et qu’il avait été nécessaire que M Bertrand déclenche une enquête de l’IGAS pour que le ministre l’interdise d’exercice. ce qui met en perspective vos propos selon lesquels j’aurais déliré en parlant d’assassinat.

Et un avocat, qui a été infirmier dans une vie professionnelle précédente et connait le danger de laisser un urgentiste fatigué décider tout seul d’envoyer à la morgue des vieux malades qu’il ne connait pas, qui ne lui ont rien demander et leur enfants non plus

///Votre incommensurable capacité à détecter les ‘délinquants assassins’ -au cul rare? par defenestration?- suscitera l’envie , que dis-je, la jalousie, des juges d’instruction -s’ils ne donnent pas suite à vos raisonnements structurés, c’est qu’ils ne sont pas assez instruits, spa?-, des procureurs, des policiers?///

Une analyse d’avocat : “Et pourquoi le Dr Bonnemaison ne serait-il pas renvoyé aux assises ? “

Et pourquoi le Dr Bonnemaison ne serait-il pas renvoyé aux assises ?

http : //lesactualitesdudroit. 20minutes-blogs. Fr/

///(… )D’abord, s’il parait effectivement sympathique, ce qu’il a fait ne l’est absolument pas. Il est assez effrayant, quand tu es vieux et bien malade, de penser qu’il y a un toubib sur le secteur qui est entrain de lorgner si tu n’as pas l’air trop mal au point, auquel cas il décide de te zigouiller !

Donc, chères amies et chers amis, quand vous arriverez vieilles et vieux au service des urgences, pensez bien à ne pas trop vous plaindre, gardez bon œil, et si possible faites de jolis sourires, sinon un toubib va s’occuper de défendre votre dignité avec une bonne injection létale au petit matin. Le couloir de l’hôpital comme couloir de la mort, cette affaire est horrible, et on attend une réponse nette de la justice. Pour le moment, tout se tient et je fais confiance. (… )
Quand on est pas au courant, on peut se renseigner… ///.

PS: Je préfèrerais que le droit de tuer des malades, si la loi devait l’autoriser, s’appelle le droit au suicide assisté pour qu’il soit bien clair que c’est la personne qui décide -où qui avait décidé- que la mort devait lui être donnée.

Et cela parce que les médecins et infirmiers meurtriers en série de personnes vulnérables existent et souvent ces personnes sont des gens âgés, ou alors des bébés dans un cas des USA qui a donné lieu à un livre de journaliste : The Death shift” :
Amazon. Com : The Death Shift : The True Story of Nurse Genene and the Texas Baby Murders (Onyx) (9780451401960) : Peter Elkind : Books
http : //www. Amazon. Com/The-Death-Shift-Genene-Murders/dp/0451401964

397. Le jeudi 15 août 2013 à 18:12 par Dr ivana Fulli

1.) En @ 382, il fallait lire 2001 et pas 2008. Mea culpa pour cette erreur matérielle.

2.) en @ 396, il convenait de lire (…) Et un avocat, qui a été infirmier dans une vie professionnelle précédente et connait le danger de laisser un urgentiste fatigué décider tout seul d’envoyer à la morgue des vieux malades qu’il ne connait pas, qui ne lui ont rien demander et leur enfants non plus est d’accord avec le procureur de Bayonne alors que vous écriviez (saumon rose en @382):

///Votre incommensurable capacité à détecter les ‘délinquants assassins’ -au cul rare? par defenestration?- suscitera l’envie , que dis-je, la jalousie, des juges d’instruction -s’ils ne donnent pas suite à vos raisonnements structurés, c’est qu’ils ne sont pas assez instruits, spa?-, des procureurs, des policiers?///

Voici cette analyse d’ avocat: (…)

Mea culpa pour ces erreurs matérielles.

398. Le vendredi 16 août 2013 à 15:15 par Le Pet Financier

@397

OSEF

399. Le dimanche 18 août 2013 à 08:11 par my web page

Cool Help and advice, kudos. Suitable for men and women who exactly require to drop pounds very quickly, attempt our website for the most appropriate process to shed extra pounds effortlessly.

400. Le mardi 20 août 2013 à 01:20 par Niko

Merci pour cette tranche de vie sur le vif, et avec quel talent vous nous l’offrez

401. Le mardi 20 août 2013 à 08:33 par Curieux.

Recap 59,

Vous nous apprenez que:

///Et ceux que vous accusez de vous diffamer n’ont aucun moyen de le savoir non plus. Or pour diffamer il faut le faire en connaissance de cause, c’est l’élément moral de l’infraction. C’est pourquoi je ne crois pas à la diffamation.///

Le vol, le viol,l’usurpation d’identité si on se donne du plaisir aux dépens de la propriété, du corps ou de la réputation des autres mais que l’on dit à la police et à la magistrature que l’on était pas en connaissance de cause, c’est bon pas de procès à l’horizon ?

402. Le mardi 20 août 2013 à 09:44 par récap59

Bonjour Curieux (401)

”///Et ceux que vous accusez de vous diffamer n’ont aucun moyen de le savoir non plus. Or pour diffamer il faut le faire en connaissance de cause, c’est l’élément moral de l’infraction. C’est pourquoi je ne crois pas à la diffamation.///

Le vol, le viol, l’usurpation d’identité si on se donne du plaisir aux dépens de la propriété, du corps ou de la réputation des autres mais que l’on dit à la police et à la magistrature que l’on était pas en connaissance de cause, c’est bon pas de procès à l’horizon ?”

Ce n’est pas à l’accusé de prouver qu’il n’a pas agi en connaissance de cause pour établir son innocence. C’est à l’accusation de prouver qu’il a agi en connaissance de cause pour établir sa culpabilité.

403. Le mercredi 21 août 2013 à 10:18 par Egidio199

Bonjour,

402 commentaires !!! On voit que ce sont les vacations !!!

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact