Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Merci M. Bockel

Par Gas­co­gne


La fré­quen­ta­tion de ce site pré­dis­pose plus aux Busi­ris qu’aux satis­fé­cits, mais pour une fois que l’occa­sion se pré­sente, autant ne pas faire la fine bou­che…

Petit rap­pel des faits pour ceux que la tor­peur esti­vale aurait per­tur­bés dans le suivi de l’actua­lité judi­ciaire.

Acte 1 : le pro­cès dit du “gang des bar­ba­res” n’était-il pas ter­miné que l’avo­cat des par­ties civi­les, Me Szpi­ner, indi­quait déjà tout le mal qu’il pen­sait des réqui­si­tions de l’avo­cat géné­ral, Phi­lippe Bil­ger, qui avait eu le mal­heur de ne pas récla­mer la peine maxi­male pour l’ensem­ble des accu­sés.

Acte 2 : Une fois les pei­nes pro­non­cées par la Cour d’Assi­ses, légè­re­ment infé­rieu­res à cel­les requi­ses pour un cer­tain nom­bre de con­dam­nés, Me Szpi­ner exige que le Garde des sceaux demande au pro­cu­reur géné­ral de Paris de faire appel, ce droit lui étant refusé. Le Minis­tre obtem­pé­rera.

Acte 3 : Mais comme cela ne devait pas encore le satis­faire, il s’est sem­ble-t-il décidé à régler quel­ques comp­tes par voie de presse inter­po­sée , trai­tant cer­tains con­frè­res de “con­nards de bobos de gau­che” et l’avo­cat géné­ral de “trai­tre géné­ti­que”.

Me Szpi­ner expli­quera sim­ple­ment que ses pro­pos ont été sor­tis de leur con­texte, tout en main­te­nant les ter­mes de “trai­tre géné­ti­que” qui font réfé­rence à la con­dam­na­tion pour col­la­bo­ra­tion du père de Phi­lippe Bil­ger.

Il est éton­nant comme un avo­cat qui a eu sa carte d’un parti poli­ti­que majo­ri­taire et qui a l’oreille d’un pré­si­dent de la Répu­bli­que sem­ble pou­voir s’auto­ri­ser beau­coup de cho­ses. Il est encore plus hal­lu­ci­nant qu’un homme de Loi qui prête un ser­ment bien par­ti­cu­lier peut invec­ti­ver et insul­ter comme bon lui sem­ble un autre homme de loi qui a prêté un ser­ment tout aussi par­ti­cu­lier, ainsi que ces pro­pres con­frè­res, sans que per­sonne ne réa­gisse.

Per­sonne, pas tout à fait, puis­que outre le pro­cu­reur géné­ral de Paris qui a demandé des pour­sui­tes dis­ci­pli­nai­res au Bâton­nier de Paris, le sous-secré­taire d’État à la Jus­tice s’est fendu d’une inter­ven­tion dans le Nou­vel Obser­va­teur.

Alors merci M. Bockel pour cette plai­doi­rie pour une jus­tice apai­sée.

Sauf que…

Sauf que cet arti­cle laisse un goût amer pour plu­sieurs rai­sons.

N’était-ce pas à votre minis­tre de tutelle de mon­ter au cré­neau ? Sauf, bien sûr, à con­si­dé­rer qu’elle ne pou­vait que dif­fi­ci­le­ment inter­ve­nir con­tre un avo­cat qui a été un mem­bre émi­nent du RPR, dont la minis­tre de la Jus­tice a été la secré­taire géné­rale. D’autant plus si l’on ajoute que ladite minis­tre a sem­blé plus influen­cée par l’argu­men­ta­tion de l’avo­cat en ques­tion, repré­sen­tant d’un inté­rêt par­ti­cu­lier, que par celui de l’avo­cat géné­ral, en charge en ce qui le con­cerne de l’inté­rêt géné­ral.

Sauf à pen­ser éga­le­ment que les liens exis­tant entre Me Szpi­ner et le pré­si­dent de la Répu­bli­que com­pli­quent néces­sai­re­ment la tâche.

Alors merci, Mon­sieur le Secré­taire d’État, de cette inter­ven­tion dans la presse. Merci d’avoir pris la défense de la Jus­tice, ce que n’a pas su faire votre minis­tre de tutelle, face à des atta­ques de plus en plus fré­quen­tes, et de plus en plus cho­quan­tes, de ceux qui con­fon­dent leur image média­ti­que avec l’inté­rêt de la société, voire de leur pro­pre client.

Car après tout, pour­quoi se gêner dans ces atta­ques ad homi­nem ? Pour­quoi ne pour­rait-on dire que l’igno­mi­nie peut être géné­ti­que lors­que l’exem­ple vient de si haut ? Pour­quoi ne pour­rait-on se pren­dre pour l’avo­cat de la société lors­que l’on con­fond les inté­rêts pri­vés avec l’inté­rêt public, les hau­tes sphè­res de l’Etat n’étant pas plus épar­gnées ?

J’ai eu beau cri­ti­quer (c’est mon tra­vers prin­ci­pal) Phi­lippe Bil­ger à de nom­breu­ses repri­ses, les atta­ques dont il fait actuel­le­ment l’objet me lais­sent sans voix. Car elles ne ser­vent pas l’inté­rêt de la famille Halimi, ce que je pour­rais à la limite com­pren­dre à défaut de l’accep­ter. Et je ne parle même pas de l’inté­rêt de la Jus­tice, dont on s’est visi­ble­ment fort éloi­gné, dans cette affaire comme dans bien d’autres.

Commentaires

1. Le jeudi 30 juillet 2009 à 09:54 par Chandon

Bien d’accord avec vous, je suis sidéré par ces propos et la non-réaction qu’ils provoquent…

2. Le jeudi 30 juillet 2009 à 09:57 par marc

bien vu!!

3. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:12 par Christian C

On peut s’interroger sur l’intégrité intellectuelle de cet avocat qui s’est présenté, pour la circonstance, en grand pourfendeur de tous les racismes, pour se vautrer en apothéose dans cette invective de “traître génétique”.
Signifierait-il là que certaines aptitudes, qualités, tares ou prédispositions se transmettraient d’ascendant à descendant?
Ce serait intéressant, au regard de la “cause” qu’il prétend incarner.

4. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:16 par leinad

ce qui me choque, c’est que M° Szpiner utilise les memes arguments de délation qu’il reproche au père de Phillippe Bilger. que personne en haut lieu ne s’en émeuve laisserait supposer qu’ils sont d’accord avec lui.
Esérons que MAM, au retour de ses vacances silencieuses, saura demander au procureur général de poursuivre M° Szpiner pour délation, insultes, rayez la mention inutile.

5. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:19 par L'ignoble

“L’horreur” du propos de M° Szpi­ner efface-t-elle “l’horreur” vécue par la victime qu’il défendait ?
Faut-il en arriver là pour que justice soit vraiment rendue ?


Gascogne :
Qui a prétendu une telle chose ? Parce que les faits subis sont atroces, l’avocat de la partie civile a le droit de dire des atrocités ? Vous êtes sérieux ?


6. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:19 par omen999

le plus instructif dans cette histoire, c’est le sentiment d’impunité (très certainement fondé) de l’auteur de ces déclarations.
ce ne sera pas d’ailleurs la première fois qu’un avocat éprouve ce genre de chose puisqu’il me semble que vers l’année 1980 un certain badinter avait dit à un président de cour d’assises que ce n’était pas parce qu’il était habillé en père noël que ça l’autorisait à tenir des propos dignes de lui.

7. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:27 par ir76

Rien à rajouter sur “l’honorable confrère”.En revanche on peut souligner la qualité de l’article de M BOCKEL. Cela faisait quand même très longtemps que la chancellerie n’avait pas eu une telle hauteur de vue …

8. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:34 par H.

Effectivement, je partage votre point de vue. Les propos tenus par M. Bockel relèvent sans difficultés le niveau de la classe politique. Ses propos sont de ceux qu’on souhaiterait lire ou entendre plus souvent. Nos personnalités politiques se grandiraient à élever ainsi le débat et ça contribuerait sans nul doute à les rapprocher de ce peuple qui leur échappe de plus en plus.

Quant à MAM, dans ce cas, j’ai tendance à penser qu’elle a agit sur ordre, l’appel ayant été demandé suite à un conseil des ministres. Je ne serai donc pas surpris d’apprendre un jour qu’elle lui était opposée. En bon soldat qu’elle est, elle ne pouvait s’opposer au choix présidentiel et bien que ce soit de sa responsabilité, comme vous le soulignez avec propos, il lui était très difficile voire impossible de se fendre d’un tel communiqué. C’est dommage, ça aurait eu de la gueule.

9. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:38 par Bziaou

Il s’agit plus que de non-réaction: il y a non-diffusion. Alors que tous les journaux papier ont mentionné l’affaire, je ne me rappelle pas l’avoir entendu sur les médias audiovisuels, qui ont une toute autre portée en terme d’audience.

Il n’y a pas ici de théorie du complot… juste un désintérêt médiatique. Qui d’ailleurs n’est pas forcément mauvais, puisque P. Bilger n’a peut être pas envie que la France entière connaisse les positions de son père (dont il n’a pas à supporter le poids) pendant la guerre.


Gascogne :
Il me semble que c’est Philippe BILGER lui-même qui a parlé de son père dans un livre. Il y a de meilleurs moyens pour faire en sorte que cela ne se sache pas.


10. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:46 par QIAH

Je reviens sur ce qui me sidère le plus: comme vous l’indiquez, l’insulte de Me Spizner envers Philippe Bilger ne sert pas son client, ,ni sa cause! Donc le plus terrifiant, c’est que s’il l’a laissé échapper ça doit être qu’il le pense vraiment…

11. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:47 par frc

bonjour
concernant les propos de me szpiner vis a vis de m bilger il me semble que le parquet a tout a fait la possibilite d’agir directement de facon independante des instances ordinales

si le parquet ne met pas en oeuvre les actions qui dependent de lui alors il me semble que les demandes aupres du batonnier de paris sont  un moyen pour le parquet de se decharger du probleme

12. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:51 par M.

Que risque, ou plutôt ne risque pas ( de part ses appuis politiques haut placés ) comme sanctions cet avocat à la langue un peu trop bien pendue pour avoir tenu d’aussi choquants propos ?

Szpiner qui reproche à l’avocat général de ne pas avoir requis de sanctions suffisamment “communautaires” à son goût et donc d’avoir fait son boulot, son “traitre génétique” en deviendrait presque un compliment.

Heureusement que notre justice est sensée être laïque et indépendante, encore une affaire qui va écorner un peu plus la confiance des citoyens à son égard :/


Gascogne :
Résumer l’attitude de Me Szpiner à celle de la “justice” me paraît plus que réducteur : injuste. Tout le monde, à l’exception d’icelui, s’accorde à dire que le procès s’est globalement bien passé. Il serait dommage que l’actuelle polémique soit l’arbre qui cache la forêt. Me Szpiner aurait alors totalement gagné.


13. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:51 par Sursis à statuer

Jetterons-nous un regard torpe sur Me Szpiner dans la torveur estivale ?

Ou aurons-nous pour un un regard torve malgré la torpeur de l’été ?

Grave question.

14. Le jeudi 30 juillet 2009 à 10:53 par Adrien bis

@Omen999
Notez tout de même que faire allusion au père noël tient plus de la boutade que lorsque l’on fait allusion au passé collaborationniste avéré d’un de vos ascendant.

15. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:01 par chris

Longtemps j’ai cru que la connaissance, l’éducation faisaient la valeur humaine, (j’évite les majuscules), ce qui fut dit par un certain Prix Nobel.

Au-delà de nos frontières, il reste des sources d’infos, en français facilement accessibles. Oui, la toile est vraiment dangereuse.


Gascogne :

???

16. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:02 par la rousse

si je peux me permettre : torPeur estivale.

17. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:04 par la rousse

add : que la torPeur estivale aurait perturbéS.

gageons que l’horaire matinal du post explique ces négligences qui, dans d’autres circonstances, auraient été rédhibitoires.


Gascogne :
Rajoutez, en plus de la propension de mon cerveau à zapper les fautes de frappe à la relecture, une braillarde vieille de sept jours dans les bras et vous verrez peut-être la difficulté de l’exercice. Ceci étant, si ces fautes sont pour vous rédhibitoires, c’est à dire plus importantes que le fond du billet, rien ne vous oblige à supporter ce qui vous est insupportable. Ce serait du masochisme.


18. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:04 par IvanKannSzpirglas

Gascogne, en robe de magistrat avec un chapeau et des bottes de mousquetaire poursuit une rapière à la main un Troll qui s'enfuit effrayé ; Un texte 'Commentaire modéré par troll détector(tm)' surplombe l'image.

19. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:05 par Mathaf Hacker

La Chancellerie ayant plié en deux temps trois mouvements aux desiderata de Szpiner, il n’est pas très étonnant qu’il se croie tout permis.

20. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:05 par Enfaitetendroit

Je comprends que Me Eolas n’ajoute pas de l’huile sur le feu en répondant aux propos peu amènes à son égard de son confrère Szpiner :
Un avocat, ami de Bilger, traite le garde des Sceaux de “valet des victimes” et les parlementaires François Baroin et Lang de “larbins”. Est-ce acceptable?”
Mais vous, Gascogne, ne voudriez-vous pas prendre sa défense. Un magistrat à la défense pour une fois… ?!


Gascogne :
Ne jamais répondre à une diversion. Ceci étant, je suis d’accord avec vous, un procureur qui défend un avocat, ça aurait de la gueule…


21. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:08 par Véronique

@ H (post 8)

En bon soldat qu’elle est, elle ne pouvait s’opposer au choix présidentiel et bien que ce soit de sa responsabilité, comme vous le soulignez avec propos, il lui était très difficile voire impossible de se fendre d’un tel communiqué. C’est dommage, ça aurait eu de la gueule.

Le GDS n’a strictement aucune justification de cet acabit à faire valoir. A elle la responsabilité de sa précipitation d’hier, et celle de sa passivité d’aujourd’hui.

Qu’est-ce que c’est que ces histoires qui prétendent qu’en matière de pratiques politiques, les personnalités, les expériences, les savoirs, les compétences des uns et des autres devraient obligatoirement se dissoudre, et en instantané, dans la seule volonté ou caprice du patron ou du chef ?

Merci à Gascogne pour son billet.

M. Bockel relève là, en solitaire, l’honneur perdu du politique.

Quelle bêtise de la part du GDS d’avoir tenté si laborieusement de justifier son appel en invoquant la paix publique. Nous voyons bien à lire les déclarations de Me Szpiner et de M. Prasquier le genre de paix publique obtenue par l’appel de MAM.

Et c’est M. Bockel qui doit s’y coller pour espérer un apaisement après les dégats provoqués par une décision prise dans les filets de la réaction et de l’instant.

22. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:10 par Bziaou

@ Gascogne

Oui, effectivement, c’est lui qui a rendu public sa filiation. Mais il demeure que ça n’a pas le même “impact” dans un livre et dans les médias.

cela dit, je maintiens que j’ai du mal à comprendre pourquoi les médias, pourtant friands de scandales, n’en parlent pas du tout.

23. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:15 par omen999

@#14 le contexte de l’époque ne se prêtait pas vraiment à la boutade et aurait valu à un obscur avocat parisien ou même -horresco referens- provincial, les foudres immédiates du président.
- situation antérieure à la loi 82-506 du 15 juin 1982, je vous laisse deviner l’identité du garde des sceaux à cette date -

24. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:26 par *Celeborn

Car après tout, pour­quoi se gêner dans ces atta­ques ad homi­nem ?

Ces attaques ne sont pas ad hominem : elles sont ad personam. Schopenauer explique dans son délicieux traité L’Art d’avoir toujours raison que l’argument ad hominem consiste à rappeler à son interlocuteur ses propos/engagements/éléments de sa vie antérieurs qui entreraient en contradiction avec ce qu’il vient de dire, tandis que l’argument ad personam consiste à le traiter de tous les noms.

Exemple : dans son billet daté du 31 février 2009, Eolas dit de Rachida Dati qu’elle est le meilleur garde des sceaux que la France ait jamais connu. Répondons-lui :
1) “Comment peux-tu dire ça, toi qui lui as donné tant de prix Busiris ?” (ad hominem)
2) “T’es vraiment un butor de pied plat ridicule, Eolas !” (ad personam)

Voilà !

25. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:29 par BZHACHE

Merci Gascogne d’avoir bien voulu faire echo au silence qui a suivi le flot de haine de Me Szpi­ner.

Je ne sais ce qui est le plus difficile, effectivement, à accepter : les propos ou leur non reprise dans la presse et pour tout dire je trouvais curieux de ne pas en voir trace sous la plume du Maître de céans en son estimé blog.

Que dire par ailleurs de la mollesse (pour rester courtois) de la réaction du Bâtonnier de PARIS, de la crise de mutisme ayant atteint le CNB, ne parlons pas de la Conférence des Bâtonniers, l’âge et la chaleur estivale va encore faire des coupes claires dans ses rangs.

Comment cet individu que je dois (malheureusement) qualifier de Confrère peut-il se permettre d’injurier par voie de Presse Avocat et Magistrat avec un tel aplomb (même si son centre de gravité est assez bas) ?

Il est pathétique de constater que l’assurance de l’appui du Prince peut faire perdre toute raison…


Gascogne :
Il faut malheureusement ajouter à cela la couardise, pour rester poli, de bon nombre de magistrats estimant qu’il ne faut surtout pas réagir, qu’ils sont là pour se faire insulter. Surtout pas de plainte au pénal, ce serait indécent. Un certain avocat du Ch’nord a proféré des insultes à l’encontre de juges sans être jamais inquiété. Etonnez-vous après cela que les décisions de justice soient de plus en plus critiquées. Je ne suis pas un grand admirateur du système anglo-saxon, mais il faut avouer que je leur envie parfois leur “contempt of Court”.


26. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:37 par ir76

@ gascogne : Félicitations pour la braillarde !!!


Gascogne :
Merci, il paraît que ce n’est que du bonheur…


27. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:45 par Menu frotin

Merci pour ce billet.
Un cénacle en ébullition. Un avocat critiquant sur son blog la décision de la chancellerie et s’en ouvrant abondamment par voie de presse. Puis l’avocat (ex. UMP) du procès révélant l’amitié de cet avocat blogueur avec l’avocat général subissant des propos infamants.
Forcément, Me Szpiner sous-entend que Me Eolas bat campagne pour son copain Mr Bilger.
C’est la notion d’”instantané du droit” qui prend un coup en dessous de la ceinture.
Ceinture au-dessus de laquelle maintenant Gascogne s’attache à rappeler la fonction d’un serment, tout en soulignant quand même les relations politiques de Me Szpiner. Car sans ces dernières, nul ne s’expliquerait la décision de la chancellerie, évidement.
Même en jouant la carte de l’apaisement, il fallait rappeler l’interférence du politique dans le judiciaire.

Allez allez !
Tous au Pavillon Gabriel pour se détendre…

28. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:48 par H. (un autre qu'en 8)

Y’a un autre H. sur ce blog, ça craint :(

Faut que je me trouve un autre pseudo…

Sinon, d’accord avec le billet.

29. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:50 par chris

Dans un billet du 12/07/09, intitulé Bat Mam et Robin, Dadouche écrit en conclusion : “L’avenir nous dira comment fonctionnera ce nouveau couple”. C’est fait. C’est bien. Pourvu que ça dure, disait la mère de quelqu’un.

J.-M. B. restera-t-il au logis ? Sera-t-il “notre” Cheval de Troie ? Quel feuilleton de vacances.

30. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:51 par omen999

@25 “Que dire par ailleurs de la mollesse (pour rester courtois) de la réaction du Bâtonnier de PARIS”
difficile de lui faire un procès d’intention puisque pour l’instant, il n’a pas dit grand chose hormis le fait qu’il était vice-président de la licra, ce qui finalement a rassuré tout le monde.
enfin je crois

31. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:54 par Bziaou

@ Gascogne

Félicitations pour la petite fille ;-) Et surtout bon courage pour les nuits à venir…

32. Le jeudi 30 juillet 2009 à 11:55 par Chopinhauer

Dans le contexte des discussions sur Internet, il existe une loi de Godwin, qui affirme qu’une discussion d’une longueur suffisante va presque surement terminer avec des comparaisons avec Hitler ou les nazis. C’est aussi la reductio ad hitlerum dont parle M. Bockel.

Il me semble que notre histoire a bien dépassé cette étape et Me Szpiner devrait se voir bientôt délivrer le prestigieux point Godwin.

33. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:04 par BZHACHE

@ omen999.

Pas seulement, il s’interroge aussi sur ce que son estimé Confrère a “voulu dire” (Vite un décodeur pour le Bâtonnier!).

Mais il est vrai qu’il ne dit pas que sans saisine du Procureur Général, il aurait tout de même enquêté et qu’il ne dit pas plus que si les propos sont exacts ils sont inqualifiables (ou plutôt si…).

Donc, il n’y a pas là procès d’intention, mais constat (amer le constat).

http://tempsreel.nouvelobs.com/actu…

34. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:05 par jijin

bof, “ils” nous l’avaient dit : “la France, aimez là (comme nous la faisons) ou quittez là”.

pourquoi jeter la pierre à des gens si prévenants et si honnêtes ?

35. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:12 par procurette

D’abord, félicitations pour l’heureux événement que vous avez qualifié de “braillarde”. Dans quelques semaines, vous l’appelerez la “gazelle gazouillante”, et quand elle vous adressera son premier sourire, votre coeur de pierre de parquetier se liquéfiera.
Revenons ensuite au contenu de votre billet fort instructif et salutaire : je me pose une question et la pose également aux lecteurs de ce blog. A la place de M.BILGER, auriez vous déposé plainte ou laisseriez vous à votre hiérarchie la seule initiative d’une enquête, ou feriez vous confiance aux instances disciplinaires du barreau ? L’insulte me paraît tellement odieuse, faite des mêmes amalgames épouvantables que ceux reprochés au gang des barbares (juif = argent, fils de collabo = collabo et antisémite congénital), que je ne comprends pas l’apathie des médias et de notre GDS, qui laisse le soin à son secrétaire (d’Etat) de réagir.

36. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:29 par niodayoda

Pour commencer félicitations à Gascogne pour la braillarde (je vois personnellement dans cette expression une étrange marque d’amour et d’affection !).

Ensuite et parce que ça fait longtemps que ça me démange : A TOUS LES PROFESSIONNELS DE L’ORTHOGRAPHE, je suis moi-même relativement à l’aise avec celle-ci mais il arrive à tout le monde de faire des fautes, plus souvent de frappe que d’orthographe d’ailleurs, et la forme ne doit jamais faire oublier le fond (à moins de trouver une faute tous les 3 mots, ou d’un langage SMS ce qui est loin d’être le cas ici).
Alors si vraiment ça vous démange de le mentionner, AJOUTEZ au moins un commentaire sur le fond !! Sinon je vous en prie abstenez-vous !

J’en viens donc au fond !!

Excellent billet, tant sur la forme que sur le fond ! ^^

Effectivement l’article de M. Bockel est d’une grande justesse, et il gagnerait à connaître une plus grande diffusion.

Quant aux accusation de Me Szpiner, son appartenance à l’ex-parti majoritaire semblant établie, n’est-ce pas là le retour de l’opinion de ce parti sur l’influence de la génétique sur la délinquance juvénile et la pédophilie ?

La polémique n’est pas si ancienne, mais aujourd’hui tout va si vite qu’elle a presque été oubliée.

Ses propos pourraient la raviver…

37. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:35 par hmmm

N’oublions pas que Mr Bilger a récemment (quelques mois ?) pris ses distances avec le régime national-sarkozyste, ce qui le met en position de vulnérabilité vis à vis du pouvoir. D’où l’acharnement de szpiner, dont on connait les relations avec le-dit pouvoir, qui pourrait être plus que ce qu’il ne prétend être.

En parlant de collaboration, on pourrait se demander comment sera considérée l’époque que l’on vit aujourd’hui, dans les livres d’histoire un peu sérieux de dans 50 ans.

Et ceci n’est pas un troll. C’est plutôt une constation affligée de voir que la droite anti républicaine semble avoir gagné un grand nombre de batailles, depuis quelques années.

38. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:47 par Barner

Quand j’entends Me Szpiner parler de “traître génétique”, ou M. Prasquier évoquer un “malaise” face à M. Bilger, je me rappelle cette affaire dans laquelle un prévenu de confession musulmane avait formé une demande de récusation à l’encontre d’un magistrat juif, affirmant que celui ne pourrait “aborder avec impartialité” l’affaire.
Le CRIF s’en était fait l’écho, et le CSM avait été saisi par le président de la République, en vue de réfléchir “aux mesures qui pourraient être prises pour mieux garantir l’autorité judiciaire contre la mise en cause injustifiée de tel ou tel de ses membres”.
Aujourd’hui, on met en cause un magistrat à raison non de ce qu’il fait, mais de ce qu’il est, c’est à dire le fils d’un collaborateur.
Il est regrettable que des compatriotes de religion juive adoptent un raisonnement dont ils furent les premières victimes.

A ces personnes qui s’en prennent à l’autorité de l’avocat général, on ne peut que conseiller la relecture du bel ouvrage de Pierre Birnbaum, “Les fous de la République”, consacré aux hauts fonctionnaires juifs, grands serviteurs de l’Etat sous la IIIème République.

Sinon, Gascogne, félicitations pour le nain, mais vous tenez donc absolument à être réveillé la nuit même lorsque vous n’êtes pas de perm’ ?

39. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:53 par Eolas

@omen999 : Le Bâtonnier va ouvrir une enquête déontologique, préalable à d’éventuelles poursuites disciplinaires. 

40. Le jeudi 30 juillet 2009 à 12:53 par zenonlp

Gascogne,
1. Comment Szpiner peut-il déclarer «Vous savez ce que c’est un antisémite ? C’est quelqu’un qui hait immodérément les juifs !» (c’est moi qui souligne) tout en reprochant à Bilger son «Vous vous rendez compte que vous rendez l’antisémitisme odieux !» ?
2. Je me trompe ou Troll Detector s’est absenté (vraiment trop) longtemps de ce blog ? Pourquoi ?
3. La “braillarde”. Après-demain, elle aura 10 ans… Et vous serez alors de temps en temps presque nostalgique du beau mois de juillet 2009. Si si !
Cordialement.

41. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:07 par Véronique

Il est pathétique de constater que l’assurance de l’appui du Prince peut faire perdre toute raison… ( BZHACHE - post 33)

C’est se tromper lourdement que de penser que le propos de Me Szpiner ait été dit sous le coup de la perte de la raison.

C’est d’abord une phase X du plan media et politique activé depuis le début du procès par le Crif représenté par Me Szpiner.

Dans un entretien à Mediapart, M. Prasquier agitait déjà comme slogan à sa campagne anti-réquisitoire l’antisémitisme d’origine génétique de Philippe Bilger en raison de la condamnation de son père.

Nous pouvons également envisager l’idée que ce sont ce niveau d‘arguments et ce type d’insultes qui ont emporté le GDS dans son élan irrépréssible à faire appel.

Autant dire que cette totale perméabilité politique vis-à-vis de ce genre de propos rend très soucieux pour l’avenir d’une administration juste et sereine de la justice.

42. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:12 par Eolas

@frc : Pas du tout, le passage par le Bàtonnier est un préalable indispensable, En cas de refus de poursuites ou de peine jugée insuffisante, le procureur général peut porter l’affaire devant la cour d’appel.

Bon, un billet s’impose.

43. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:20 par nathan

La “tendance à zapper les fautes” ne serait elle pas due à des nuits trop courtes dues à la “braillarde” ?

Plus sérieusement, je ne peux évidemment qu’approuver.

L’attitude et les propos de l’avocat concernées sont inadmissibles et méritent des sanctions disciplinaires voire pénales.

A partir du moment ou un avocat se présente devant une juridiction, quelqu’elle soit, il doit admettre l’aléa sur le résultat.

La déception éventuelle (parfois due à l’incompétence de l’avocat lui-même) n’autorise pas l’injure ni l’outrage à magistrat.

Je constate également que, lorsqu’un jeune avocat fait un écart de conduite, personne ne le rate….

44. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:20 par BZHACHE

@eolas 42

AHHH! enfin!

Sinon, le yacht, en fait, il est sur les bords de Seine?

Parce que comme prise de distance avec le blog, c’est quand même très léger…

Many happy returns n°1!

45. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:26 par Kemmei

Satisfésit très partiel quand même, mais la réaction de Mr Bockel mérite d’être salué.

Merci à Gascogne pour avoir ouvert le sujet, et félicitations pour la petiote. La paternité vous donnerait-elle des envies de poster?

@Eolas 42. : Maître, vous êtes en vacances, rappellez-vous. Pas de billets à attendre, vous disiez. ;)

46. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:40 par niodayoda

@ Kemmei en 45 et les précédents et suivants :

Mais laissez donc à Eolas le droit de changer d’avis quand même !!

Je dévie un poil du sujet mais je viens de voir que le Conseil d’Etat a rejeté la demande formée en référé par Marc Robert, procureur général de Riom, contre sa nomination forcée au poste d’avocat général auprès de la Cour de cassation.

Pour information ou rappel sur les faits : ici ou

Le communiqué de presse du Conseil d’Etat sur l’ordonnance ici et l’ordonnance

47. Le jeudi 30 juillet 2009 à 13:50 par Véronique

Mais laissez donc à Eolas le droit de changer d’avis quand même !! (niodayoda)

Mais bon, c’est vrai, à la fin, y en a marre des gens qui changent d’avis tout le temps…

Extrait du Figaro:

Alliot-Marie : «Mes chantiers pour la justice» - 10-07-2009
(en gras, c’est moi)

Les magistrats se sentent mal-aimés, les relations avec Rachida Dati n’étaient pas bonnes. Comment appréhendez-vous ce contexte ?

N’attendez pas de moi de petites phrases sur mon prédécesseur. Je ne l’ai jamais fait, cela fait partie pour moi de ma déontologie gouvernementale, et je considère Rachida comme une amie. Mon ambition, c’est de redonner à la Justice toute sa place dans la société. Les règles de droit sont ce qui permet aux Français de vivre ensemble, elles sont le ciment de la société. Je souhaite que les magistrats voient leur autorité reconnue. Je n’admettrai aucune attaque contre un magistrat, y compris émanant d’un avocat - comme on a pu le voir au procès d’Yvan Colonna. De même quand un bâtonnier (ndlr, le bâtonnier de Paris) appelle à la «désobéissance civile», cela crée un malaise…

48. Le jeudi 30 juillet 2009 à 14:03 par Bardamu

Intéressant billet Gascogne (et félicitations pour votre braillarde).
J’avoue toutefois que l’intervention de Bockel (ce n’est pas parce ce monsieur collectionne les secrétariats d’Etat qu’il a droit au titre de “sous-secrétaire” !) me gêne. Car il n’incrimine pas directement Szpiner mais se fend d’un mol appel à la quiétude à l’adresse de l’ “ensemble des protagonistes”. On pourrait d’ailleurs interroger l’intention de Bockel : si personne d’autre que lui ne s’est prononcé, est-ce pour marquer sa désapprobation à l’égard de sa ministre de tutelle qui s’est montrée bien partiale dans cette histoire ou simplement pour exister ? Car sa langue de bois traduit mal l’exigence de respect et de rigueur due à un bon exercice de la Justice. Dès lors on ne peut que vous suivre dans votre souci de ne pas céder à ceux qui mettent en question les décisions des magistrats.

49. Le jeudi 30 juillet 2009 à 14:07 par mmh

en été il n y pas de feuilletons, que des rediffusions… à moins que….

50. Le jeudi 30 juillet 2009 à 14:17 par omen999

@39 Eolas : va falloir que quelqu’un se dévoue pour lui dire que l’admonestation paternelle du bâtonnier n’existe plus

51. Le jeudi 30 juillet 2009 à 14:42 par Le_Pompiste

Il semble que Me Szpiner prétende avoir voulu faire allusion aux “trahisons à répétitions” de Bilger et non pas à son père.
Bon on en prend ce qu’on veut….

52. Le jeudi 30 juillet 2009 à 14:45 par dahu74

Au-delà de l’attaque nauséeuse contre la personne de Mr Bilger, la sortie de ce sinistre avocat va renforcer dans les esprits le paradigme sarkozyste en matière de justice :
1) Justice et vengeance sont devenues synonymes
2) Les décisions de Justice doivent avant tout servir de catharsis aux victimes
3) L’intérêt particulier prévaut l’intérêt général

53. Le jeudi 30 juillet 2009 à 14:54 par Dac

@51 : je reprends le commentaire que j’ai laissé chez Authueil :
”Quand Szpiner explique que “traître génétique” est sorti de son propos, que le propos ne visait pas le père du visé mais son comportement, c’est du foutage de gueule.
Quand on parle à des médias en sortie d’audience, chaque mot est soupesé. Tout est intentionnel. Les questions des médias (si ce n’est pas une tribune qui est offerte à l’avocat médiatique) sont connues et les réponses largement préparées.
C’est le travail de l’avocat que de préparer des réponses à des questions probables ou possibles. Il le fait tous les jours avec les juges.
mode passage dans l’injonction
Alors, Me Szpiner, je ne m’insurge pas contre vos propos, n’étant aucunement concerné par ce déballage médiatique.
Mais agréez qu’il va de soi, Maître, que je ne suis pas votre bien dévoué confrère.
/mode passage dans l’injonction

Cela étant, Gascogne, vous avez eu un heureux événement?

54. Le jeudi 30 juillet 2009 à 15:06 par billevesée

C’est bien la première fois que j’approuve l’ ouverture / débauchage.
Bravo et merci J M Bockel.

55. Le jeudi 30 juillet 2009 à 16:49 par Zenith

Les propos de Me Szpiner si ils sont averes, sont surement grossier ou insultant. Mais qu’importe c’est la liberte d’expression.

Ces propos sont plutot une insulte a celui qui les prononce qu’aux destinataires.

Je pense que si on devait le condamner disciplinairement, ce serait une violation de l’article 10 de la Convention europeene des droits de l’homme.


Gascogne :
On oublie souvent qu’il y a une seconde partie dans l’article 10 : ” L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi…”.


Par contre, je me suis documente et c’est tres interessant de constater que sous la dictature de 1941 a 1944, le seul magistrat sur 4000 a ne pas preter serment au dictateur etait le juge M. Paul DIDIER.

Et des juges/ procureurs ont participe aux sections speciales condamnant les “terroristes” d’alors qui n’etaient pas encore appele “resistants”

Cette polemique va peut etre mettre la lumiere sur cette histoire meconnue du grand public.

Avez vous eu aussi vos parents qui ont travaille en tant que juge/procureur dans les sections speciales et malgre tout avez vous decide de devenir juge/procureur ? Merci pour vos commentaires.


Gascogne :
Vous pensez réellement que l’accès à la magistrature est héréditaire ? Pour le reste, excusez-moi de ne pas répondre à votre question, mais votre hors-sujet me paraît assez spécieux, pour ne pas dire autre chose…

56. Le jeudi 30 juillet 2009 à 16:50 par Mathaf Hacker

Poursuites contre les avocats de Colonna
AP
30/07/2009 | Mise à jour : 16:15
“Les parquets généraux de Paris et de Bastia ont saisi aujourd’hui les commissions de discipline des barreaux de Paris, d’Ajaccio et Bastia pour que soient engagées des poursuites contre les cinq avocats d’Yvan Colonna qui ont refusé d’être commis d’office par la cour d’assises de Paris le 11 mars après leur récusation par le berger corse.”

Ils étaient allés très loin dans la provocation, pourquoi cette lenteur de réaction ?

57. Le jeudi 30 juillet 2009 à 17:05 par Tom75

Comme l’indique 53 Dac de manière indirecte, et si j’ai bien compris les explications de l’intéressé sur le site de l’Express (http://www.lexpress.fr/actualite/so…), Me Szpiner maintient l’expression « traître génétique », mais en expliquant que c’est sorti de son contexte et qu’il fait en quelque sorte comprendre « traître à répétition ». En d’autres termes, il nie que ça fasse allusion au père de P. Bilger. Bon, comme Dac, je ne suis pas vraiment convaincu.

Je ne connais pas la déontologie des avocats, mais effectivement, de tels propos sont déplacés, en plus d’être idiots. Pour autant, est-ce qu’il faut vraiment parler de racisme comme le fait le bâtonnier Charrière-Bournazel ? Quand on dit « tel père, tel fils », c’est du racisme ? Ça me paraît plus une insulte à deux balles et une réflexion de café du commerce qu’autre chose. Il faut arrêter de hurler au racisme (au sexisme, etc.) chaque fois que quelqu’un fait une remarque à la con. Enfin (et ça contredit un peu mon propos précédent), « traître génétique » me fait irrésistiblement penser au célèbre mot de Léon Daudet sur Dreyfus : « le visage couleur traître ». Suis-je le seul ?

58. Le jeudi 30 juillet 2009 à 17:23 par L'ignoble

@ Gascogne (sous commentaires n°5) :

Non justement !
Je m’étranglais d’indignation !

Rassurez-vous : j’ai survécu… une fois de plus !

59. Le jeudi 30 juillet 2009 à 17:51 par Mathaf Hacker

Et de dix !

http://www.lefigaro.fr/actualite-fr…

60. Le jeudi 30 juillet 2009 à 18:03 par ti_cyrano

#55 “Avez vous eu aussi vos parents qui …”

Je ne sais quelle mauvaise querelle (d’allemand ?) est faite à Gascogne ni à quel titre ? C’est nauséabond et personne n’a à s’abaisser à répondre à ça .

Sur le serment fait à Pétain par les magistrats : (source Wikipedia)

“Peu de temps avant la rentrée judiciaire de 1941, les juristes de la Résistance avertis de la prochaine obligation du serment, avaient sollicité les instructions de ceux qui dirigeaient la lutte clandestine. devait-on répondre par des démissions massives ? laisser se démasquer ceux qui étaient déjà engagés dans l’action secrète contre l’occupant ?
Gardez vous en bien, fut-il répondu, mais il serait bon, néanmoins, que l’un de vous assumât cette forme de résistance ouverte.
C’est alors que Paul Didier décida que, s’il devait n’y en avoir qu’un, “il serait celui-là”.”

Il n’y a donc pas eu 3999 salauds pour un héros, très loin de là. Mais il y en a eu comme il y en a encore, c’est statistiquement inévitable, et pour n’importe-quelle population.

61. Le jeudi 30 juillet 2009 à 18:07 par bayonne

@gascogne, a propos de la braillarde, j’en ai 2 \o/, sinon le pediatre lors de la visite de sortie ma expliqué que c’est normal que les bébés pleure la nuit (ne dorme pas) c’est a cause des predateurs, oui il y a bien longtemps les predateurs vivaient la nuit et mangeait les petits bébés.

alors pour tenir éveiller les parents, les bébés pleure la nuit. Il suffit alors de leurs expliqué qu’il n’y a pas de predateur la nuit et hop de longue nuit de sommeille vous attend.


Gascogne :
Si elle me réveille avec ses monstres, je lui refile la perm’.


62. Le jeudi 30 juillet 2009 à 18:16 par Shikibu

Comment, Gascogne, avais-je manqué cet évènement majeur ? Vous procréâtes ?

Gascogne :
Et plutôt deux fois qu’une…Gascognette a rejoint Gascougnou.



Une fille de 7 jours ?
Toutes mes félicitations !
(et bon courage, aussi)

63. Le jeudi 30 juillet 2009 à 18:22 par Novalis

Les mots sont importants …

Ainsi, cet avocat a, en place publique, qualifié Philippe Bilger de “traître génétique”.

Voici donc un magistrat placé à son corps dépendant sous les feux de la rampe médiatique sous prétexte que son père a été, il y a plus de cinquante ans, condamné pour faits de collaboration.

Les termes utilisés par Francis Szpiner sont abjects (étant rappelé que les mots sont importants …) ; ils manifestent de sa part un souverain mépris pour ce qu’un être humain a nécessairement d’intime : sa relation à vie avec ses auteurs.

Outre qu’un enfant n’est ni responsable ni comptable des faits et gestes de ses parents, les propos utilisés dénient à Philippe Bilger les qualités d’un homme libre.

Car la génétique ne se divise pas ; chacun des faits et gestes de Philippe Bilger, d’après la conception que s’en fait Francis Szpiner, se feront à l’aune de son passé familial : cela s’appelle nier la liberté humaine et sociale de Philippe Bilger .

Je souhaite à Philippe Bilger de garder fidèlement, en mémoire et souvenir, ce que son père lui a laissé de meilleur. Car sans ces référents parentaux, qui se partagent ou se surmontent, Philippe Bilger ne serait pas à sa place actuelle.

Et je souhaite à Francis Szpiner que ses enfants (s’il en a) ne soient pas un jour jetés en pâture publique pour cause d’irresponsabilité ou encore de mépris de tierces personnes.
Je lui demande également de méditer cette phrase de Sigmund Freud : “Quoi que les parents fassent, ils le feront toujours mal”.

Jean-Jacques Rousseau qui, en son temps, a abandonné ses enfants, a-t-il été mauvais père ou bon philosophe ?
A cette question, tous les Francis Szpiner de France doivent nécessairement avoir la bonne réponse.

64. Le jeudi 30 juillet 2009 à 18:36 par olivier

Jean Marie Bockel va-t-il durer ? Déjà à la coopération, il avait prononcé la fin de la françafrique et boum placardisé aux anciens combattants (qui méritent notre respect et notre considération).
Si cela se trouve au prochain remaniement ministériel, il vont nommer Frédéric Lefebvre à la place de Bockel. MAM a plein d’autre sujets à traiter ( lopsi2 et les professions protégées, hadopi2 et le CC, etc…).
l’article du figaro cité par @59 laisse augurer des lendemains joyeux notamment pour mossieur szpiner espère-je.
Les méthodes et provocations de ce type sont à condamner. Comme il a confirmé ses propos (“ils sont sortis de leur contexte” implique qu’ils ont été prononcés ), c’est une honte pour la profession d’avocat.
Comme le disait Eolas, la mémoire d’Ilam Halimi méritait mieux, mille fois mieux.

65. Le jeudi 30 juillet 2009 à 18:47 par Anacharsis

35. Le Jeudi 30 juillet 2009 à 12:12 par procurette

“D’abord, félicitations pour l’heureux événement que vous avez qualifié de “braillarde”.

|…] Jeanne a cette habitude aimable de dormir,
Et la mère un moment respire et se repose,
Car on se lasse même à servir une rose|…]

Elle ouvre la paupière, étend un bras charmant,
Agite un pied, puis l’autre, et, si divinement
Que des fronts dans l’azur se penchent pour l’entendre,
Elle gazouille… — Alors, de sa voix la plus tendre,
Couvrant des yeux l’enfant que Dieu fait rayonner,
Cherchant le plus doux nom qu’elle puisse donner
A sa joie, à son ange en fleur, à sa chimère :
— Te voilà réveillée, horreur ! lui dit sa mère.

Victor Hugo, La sieste (l’Art d’être grand-père)

66. Le jeudi 30 juillet 2009 à 19:35 par Clark Goebbels

Je n’aborde pas le problème moral et déontologique des déclarations de Me Szpiner à l’encontre de l’avocat général, de ses confrères, de la présidente du tribunal, etc. Ni sur le plan politique de vouloir faire changer la loi disposant d’un huis clos qui le dérange pour son dessein.

Sur le plan unique de la stratégie, ayant l’objectif (si je ne suis pas trop naïf), de condamner plus lourdement encore l’ensemble des coupables. Et de transformer ce procès en tribune ouverte contre l’antisémitisme, s’appuyant sur le fait que la victime fut choisie sur des critères religieux.

Est-ce que les discrédits de l’avocat général et de la présidente était nécessaires ou si importants pour justifier un appel auprès de la chancellerie?

Nul doute que l’homme connaisse parfaitement la différence entre “filiation” et “répétition”. Les mots sont pesés. Sur l’échiquier de Me Szpiner, pourquoi fallait-il, suivant sa stratégie, sacrifier l’avocat général?

Je remercie par avance qui voudra bien m’éclairer sur ce point.

67. Le jeudi 30 juillet 2009 à 19:53 par Véronique

@ Clark Goebbels

pourquoi fallait-il, suivant sa stratégie, sacrifier l’avocat général?

Mon idée.

La cible de la stratégie de Me Szpiner était le réquisitoire. Me Szpiner n’a pas accepté que l’avocat général ne duplique pas la thèse de la partie civile et celle du CRIF. Voilà son grand échec.

L’appel n’a pas d’autre fonction que de permettre au politique de sélectionner l’avocat général susceptible de relayer au mieux les revendications de la cause publique que Me Szpiner dit défendre.

Par ailleurs, je pense qu’il y a un élément dont on parle peu mais qui, à mon avis, a son importance pour décrypter la perméabilité très réactive du GDS.

Nicolas Sakozy était le ministre de l’intérieur au moment de l’enlèvement d’Ilan Halimi. L’échec policier dans cette affaire est son échec.

68. Le jeudi 30 juillet 2009 à 19:58 par Z.

Je veux être assez naïf pour croire qu’un avocat, homme d’honneur et d’exemplarité, ait pu à ce point oublier les termes de son serment. Mais reprenons-nous et faisons application des principes que ce blog nous rappelle nous enseigne. Laissons le Bâtonnier officier. Attendons que l’intéressé s’explique. Méfions-nous des propos rapportés par la presse. Observons la réaction de l’Ordre et sa décision en cas de manquement. Mais condamnons fermement le moment venu. Quoi qu’il en soit, la mémoire de ce jeune décédé dans des conditions aussi atroces, méritait mieux que cette succession de polémiques, évoquées de manière fort inégales par nos médias d’ailleurs.

69. Le jeudi 30 juillet 2009 à 20:05 par Z.

@ 67 dernier §
Un peu comme Pasqua qui avait arrêté les membres d’action directe avec le RAID à l’époque, au motif qu’il avait dit “nous” ?
Si vous avez la recette pour solutionner les affaires d’enlèvement à tous les coups et si vous vous voulez formuler quelques conseils aux policiers et gendarmes qui ont commencé leur carrière avant l’arrivée de N SARKOZY au pouvoir et qui la continueront bien après son départ, n’hésitez pas : ils sont preneurs des recettes miracles !

70. Le jeudi 30 juillet 2009 à 20:17 par Véronique

@ Z

En premier vous serez gentil de prendre la peine de vous adresser à moi en écrivant mon nom.

En second, je vous rappelle que Me Szpiner a confirmé ses propos en évoquant des histoires de trahison à dormir debout pour justifier son propos et déclarant qu’il était cité hors contexte.

En trois, je n’ai pas écrit que côté policiers, les choses avaient été simples et faciles. J’ai écrit que dans la tête d’un ministre de l’Intérieur cette affaire effroyable ne peut être vécue que comme un échec.

71. Le jeudi 30 juillet 2009 à 20:24 par Zenith

@Gascogne (55)

“Avez vous eu aussi vos parents qui ont travaille en tant que juge/procureur dans les sections speciales et malgre tout avez vous decide de devenir juge/procureur ? Merci pour vos commentaires.”

Le vous est un appel a temoignage et n’est pas dirige a Gascogne. Desole Gascogne, que vous l’avez pris pour vous meme. Il y a beaucoup de juge/procureur sur ce blog et un temoignage aurait pu etre eclairant.

@ti-cyrano (60)

Ah c’est tres interessant cette info sur le serment a Petain. Est ce qu’il y a les noms des juges/procureurs qui se sont illustre dans la lutte secrete pour la democratie et qui ont tout de meme prete serment ? A creuser.

Quant a parler de “s..” ou de heros, je n’ai pas de jugement a porter sur ces hommes et femmes qui vivaient sous une dictature.

72. Le jeudi 30 juillet 2009 à 20:33 par velourine

bonsoir à tous

et bien je suis restée également sans voix concernant les propos à l’encontre de Monsieur Bilger ” traite génétique”

ces propos sont d’une bassesse sans nom….

il est vrai que certains dans notre belle république qui jouissent de soutiens  bien placés se croient tout permis

73. Le jeudi 30 juillet 2009 à 20:37 par Hélène

Merci Gascogne (et félicitations !) et merci M. Bockel. Dois-je dire aussi merci à Me Szpiner parce qu’il nous rappelle de ne jamais oublier que l’infamie demeure encore aujourd’hui à la portée d’hommes qui devraient se montrer encore plus honorables que les autres ? Je ne m’y résouds quand même pas : plus les amis sont hauts placés plus la bassesse est remarquable.

74. Le jeudi 30 juillet 2009 à 20:41 par Zenith

Selon cet article qui fait reference a un livre, 209 magistrats sont epures (et 41 reintegres) par la dictature.

http://www.reds.msh-paris.fr/public…

75. Le jeudi 30 juillet 2009 à 21:18 par Chris77

Mais ce blog… est un nid de “bon” !!! :-)

Félicitations Gascogne.

76. Le jeudi 30 juillet 2009 à 21:18 par Barner

@Zénith:
23 magistrats ont été déportés, sur un corps de 5 000. Soit près de 0.5% des magistrats français.
On retient par ailleurs que 141 000 personnes ont été déportées (selon le ministère chargé des anciens combattants et l’Institut d’histoire du temps présent), sur 40 700 000 d’habitants en 1940; cela fait 0,35% de la population.
Il ne semble pas au regard de ces chiffres que les juges aient été particulièrement épargnés par les atrocités de ce temps. Ceci sans compter les révocations dont vous faites état.
Sur le serment, soulignons qu’il s’agissait avant tout d’un serment à la personne de Philippe Pétain, c’est à dire au vainqueur de Verdun, sous les ordres duquel de nombreux magistrats et autres agents publics avaient victorieusement servi en 1917 et 1918.
Le crime de Pétain, c’est d’avoir mis son énorme popularité (à tel point qu’il rassemblait encore des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Paris le 28 avril 1944, alors que tout était déjà perdu pour lui!) au service d’un armistice précipité et d’une politique que l’occupant aurait bien eu du mal à mettre en oeuvre s’il n’avait pas été secondé par Vichy.

77. Le jeudi 30 juillet 2009 à 21:34 par Lucca Clermont

L’outrance de Me Szpiner ne sert personne, parce qu’elle revient à crier au loup antisémite. Politiquement c’est du même ordre que le militants qui voient des fascistes et des nazis partout : résultat le mot fascisme ne veut plus rien dire pour une partie de l’électorat, et nazi a pris un sens très affaibli. Hélas, on est prompt à sombrer dans l’hystérie lorsque surviennent certains faits divers et à s’exprimer au nom d’une communauté qui n’existe pas.

Ces attaques caricaturales semblent emblématiques de l’installation d’un irrespect croissant envers la magistrature, non pas à cause des propos eux-mêmes, mais du silence de la Chancellerie et du Président. Certes, il est possible que ce mutisme s’explique parce que les grands médias ne se sont pas emparés de cet événement. Je comprends que vous soyez consterné ; cela m’accable également parce que je crains que cela soit caractéristique de l’évolution de notre société qui manque de repères.

Ça tombe sur Philippe Bilger, c’est évidemment immérité, mais cela permettra peut-être de se rendre compte de ce que semblent vivre les magistrats de base. Sa réaction sur son blogue.

P.-S. Manifestement à chaque billet sur un sujet sensible on a droit en commentaires du trublion de service qui nous fait part de ses vieilles lunes : il n’y a pas un tampon spécial pour ce type de troll ?

78. Le jeudi 30 juillet 2009 à 21:47 par Axonn

Alors merci M. Bockel pour cette plai doi rie pour une jus tice apaisée. N’était-ce pas à votre minis tre de tutelle de mon ter au créneau ?

Je me plains pas, on a enfin découvert à quoi il sert, ce renfort.

79. Le jeudi 30 juillet 2009 à 22:11 par marsan

grâce au commentaire sous 17 on peu apprendre que Gascogne est papa d’une “braillarde” Félicitations aux parents (et surtout à la maman qui avec les chaleurs ….

Pour revenir au sujet, tous les magistrats doivent se féliciter de ce qu’un ministre, tout secrétaire d’Etat qu’il est, monte au créneau, et de belle manière, pour appeler à la raison et prendre la défense d’un magistrat insulté.
L’on doit s’en réjouir puisque il est une tradition à la Chancellerie (mais aussi dans les tribunaux), depuis des lustres, de ne pas défendre les magistrats. Le Président Giresse (ça ne nous rajeunit pas) s’en plaignait déjà lorsqu’il présidait la Cour d’Assises de Paris ( je crois ?)

Comme d’autre je regrette que la titulaire en chef du poste de ministre n’est pas trouvée le temps de prendre la parole sur ce sujet. Peut être les fêtes de Bayonne ? qui pour ceux qui ne le savent commencent ce soir.
A moins qu’elle travaille dur sur la suppression du juge d’instruction ou sur quelques retouches de la loi pénitentiaire.

N’importe comment que le n°2 parle à la place du N°1 ça la fout mal.

Un dernier mot pour souhaiter une bonne nuit à Gascogne ( à moins que la braillarde …)

80. Le jeudi 30 juillet 2009 à 22:50 par Sartorius

Peut-on simplement savoir quand, où, à quelle occasion, et en quels termes exacts, maître Szpiner aurait traité Philippe Bilger de “traître génétique” et certains avocats de “connards”?

81. Le vendredi 31 juillet 2009 à 00:51 par Zenith

@Mathaf (59)

aujourd’hui la CEDH a condamne la Russie dans un cas qui pourrait etre similaire a Colonna et Ferrara…

Il ont du pousse une colere place vendome ;)

82. Le vendredi 31 juillet 2009 à 03:08 par stellar

Félicitations à vous.

Cettre tribune de JM Bockel fait du bien.

83. Le vendredi 31 juillet 2009 à 03:32 par Question

Que faudrait il pour une Justice apaisée, des prisonniers heureux dans leur prison, des politiques qui travaillent pour leurs électeurs? Que faudrait-il pour un nouveau monde de Bisounours? Un retour des Septembriseurs peut-être ?

En tout cas regardez dans divers pays : Iran, Honduras, Chine, les Septembriseurs semblent être là …

84. Le vendredi 31 juillet 2009 à 03:59 par Le Chevalier Bayard

“Aveuglantes Lumières” aurait dit l’autre.

La sortie d’un (“traitre politique ?”) lui-même avocat faisant l’exégèse de la terrible expression “traitre génétique” volontairement connotée par son confrère à l’adresse d’un avocat général de la magistature ne manque vraiment pas de sel .

“Aveuglantes Lumières” aurait dit l’autre :

“Le cloisonnement entre ce qui relève des fibres et ce qui relève des formules, entre attachement intime et rôle public, nourrit ce vice étrange et familier : le double discours avec duplicité. Le charnel et l’idyllique coexistent dans un même individu s’ignorant l’un l’autre et (de bonne foi ?), Dr Jekyl et Mister Hyde. Mais à la fin des fins, les postures se vident comme des coquilles.”

85. Le vendredi 31 juillet 2009 à 07:44 par didier specq

@Gascogne

Pour éviter qu’un bébé pleure la nuit, il ne faut surtout pas lui expliquer qu’il n’y a plus de prédateurs qui rodent (Bayonne/61) car l’enfant risque de ne pas vous croire et en plus vous attirez son attention sur un problème peut-être oublié.

Il faut tenter un coup d’enfer recommandé par certains psychanalystes: expliquer d’une voix douce au bébé qu’il peut dormir parce qu’on va réussir à se garder nous-mêmes comme des grands et qu’il n’a pas à veiller sur nous!

Si ça marche pour les bébés, je ne sais pas si ça fonctionne avec Me Szpiner: lui expliquer qu’il peut faire dodo et qu’on saura dire des conneries tous seuls comme des grands.

86. Le vendredi 31 juillet 2009 à 07:57 par frc

@frc : Pas du tout, le passage par le Bàtonnier est un préalable indispensable, En cas de refus de poursuites ou de peine jugée insuffisante, le procureur général peut porter l’affaire devant la cour d’appel.

Bon, un billet s’impose

certes pour des poursuites disciplinaire mais ce qui me gene c’est que la mention de traitre genetique me semble une injure et que le parquet n’a besoin de personne pour poursuivre l’auteur de cette phrase devant le t cor
mais il n’y a pas eu d’annonce de telles poursuites penales juste la saisine du batonnier 1.si la phrase est intolerable et injurieuse le parquet 1devrait mettre en oeuvre action penale et disciplinaire

 si le parquet ne met pas en oeuvre les 2 poursuites il me semblequ'il se defausse sur les juridictions ordinales et " refile le bebe au batonnier"

je ne crois pas que traitre genetique puisse etre considere comme un simple manquement a la delicatesse a la difference de la phrase sur les avocats bobos de gauche

87. Le vendredi 31 juillet 2009 à 07:59 par frc

desole mais j’ai des difficultes a poster correctement je ne comprend pas pourquoi une partie de mon texte est sous forme de citation
si le parquet ne met pas en oeuvre les 2 poursuites il me semblequ’il se defausse sur les juridictions ordinales et ” refile le bebe au batonnier”

88. Le vendredi 31 juillet 2009 à 09:34 par olivier

@80 Sartorius : prendre un moteur de recherche comme G… et taper szpiner obs par exemple et regarder les dates, et suivre les liens ;).
sinon pour résumer l’état d’esprit et la pensée de ce type (désolé je ne peux pas l’appeler autrement) cliquer ici . Je me demande quel est le bloggeur qui a pu traiter MAM de “valet” (soubrette c’était mieux) et Lang et Baroin de “larbins”. Peu élégant certes, et Szpiner d’être serein quant à des sanctions sur “traitre génétique” vu qu’un inconnu bloggeur avait utilisé ces mots.
C’est marrant cette vision du droit. Son éthique me gêne.
Félicitations pour “la braillarde”, et la nuit ne pas oublier de la changer et de la nourrir cela peut aider … :)

89. Le vendredi 31 juillet 2009 à 09:41 par chris

Les bébés adorent les frondaisons des arbres travesées par les rayons solaires et doucement bercées par les vents alizés du jour. Donc pour ne point perdre le gène fugitif de la justice sous un chêne, il faudra peut-être, privilégier les promenades sous les Quercus pubescens.

90. Le vendredi 31 juillet 2009 à 10:39 par Zeni TRAM

@67
Merci, Véronique;une suggestion :

la causeditepublique que Me Szpiner prétend défendre

Bô-bun, le 31 juillet.

91. Le vendredi 31 juillet 2009 à 10:59 par Zeni Tram

Bô-bun, le 31 juillet.

@67 Véronique

Merci et une suggestion:
la cause dite publique que Me Szpiner prétend défendre.

92. Le vendredi 31 juillet 2009 à 11:27 par Vrynn

Je trouve les propos de ce triste Sire écoeurants. Être l’avocat des familles dans une affaire aussi atroce ne l’autorise pas à brailler ce genre de propos. Me Szpi­ner est l’illustration crasse de ce qu’on retrouve dans beaucoup d’affaires sensibles. A savoir qu’on dépasse largement et sans répercutions la limite car du coté de la victime on a tous les droits (cela vaut pour la mère d’Ilan Halimi d’ailleurs). Si ce genre de fiel était dirigé dans l’autre sens (faisant référence à des ascendances juives ou à des convictions politiques) le CRIF monterait au créneau et ça serait le branle-bas de combat, l’indignation grégaire et l’apocalypse.

Les termes en eux-même (génétique…) ne méritent que de l’ignorance envers ce pantin politique amis de joyeux lurons comme Juppé, Flosse (modèle d’honneteté), Chirac and co.

Il n’aura pas ou peu de sanction. Bien sur.

93. Le vendredi 31 juillet 2009 à 11:48 par Zeni TRAM

Bô-bun, le 31 juillet.

@73 Hélène et les autres…

Ma grand mère disait:
plus un singe monte haut, plus il montre son derrière

94. Le vendredi 31 juillet 2009 à 13:08 par Bruno

Je pense qu’une bonne partie des éléments de réponse figurent dans le billet de Philippe Bilger ainsi que dans cette interview, parue dans la tribune de Genève: «je n’ai jamais minimisé l’antisémitisme»

Il doit être inaudible pour une partie de la population, lorsqu’il nous explique, qu’à son avis, dans “certains quartiers”, il faut pouvoir tolérer des formes de racismes et d’antisémitisme, des formes de “bêtise au quotidien”.

Me Szpiner doit être tout aussi inaudible lorsqu’il emploie - puis confirme avoir employé - le mot “génétique”. On le lit bien, plus haut, sous ce billet. Dans l’Express, Me Szpiner nous fait savoir qu’il n’a rien à se reprocher et qu’il existe pas d’enregistrement matériel de ses déclarations.

Une autre affaire est en cours, pour des propos “prêtés” à notre ex GDS, en mars dernier. D’après ce que j’ai lu, les enregistrements audio ont été réalisés, réclamés, mais ils auraient été détruits.

Ce genre d’histoires tend aussi à jeter le discrédit sur la presse écrite. Qu’en disent les journalistes?

95. Le vendredi 31 juillet 2009 à 13:35 par clgroup

Cette affaire me permet de faire un rapprochement qui va choquer certain. Même si le style est différent, Me Szpiner peut ici être comparé avec Me de Caumont. Tous deux contournent l’interdiction faite aux avocats de bombarder Paris de panneaux 4*3 par une omniprésence médiatique. Mais cette dernière “sortie” de Me Szpiner risque d’avoir l’effet inverse que celui escompté…

96. Le vendredi 31 juillet 2009 à 13:54 par justiciable

Trés humblement comme simple citoyen je ne peux que vous rejoindre : je n’apprécie pas le gout de P.Bilger pour les médis ( la sobriété me paraissant requise pour un procureur ) mais ce qu’a dit Monsieur Szpiner est infâme. Il se comporte comme un voyou et pas comme un avocat.

97. Le vendredi 31 juillet 2009 à 17:01 par Lionel.a

Merci pour l’information sur cette triste affaire. Le comportement et les déclarations de Me Szpiner sont inadmissibles, et le silence qui les couvre aussi.

98. Le vendredi 31 juillet 2009 à 18:20 par benjamin

Il y a quelques mois, je m’étais sévèrement accroché avec Philippe Bilger, au cours d’un échange de courriels particulièrement acides à propos d’un de ses billets qui m’avait choqué.

Mais cette affaire m’a tellement écœuré que je viens de me fendre d’un petit billet de soutien à lui adressé.

99. Le vendredi 31 juillet 2009 à 18:30 par PrometheeFeu

Félicitations. Racontez nous sa première perm.

Et merci pour le billet. Ce n’est pas souvent qu’un politique dit quelque chose de modéré, calme et raisonné et il faut l’encourager.

100. Le vendredi 31 juillet 2009 à 21:00 par Bruno

A propos de quartiers et de tolérance, voyez le programme d’Arte de ce soir: Voici venir l’orage…

101. Le vendredi 31 juillet 2009 à 23:00 par Duval Uzan

Je me joins au souhait de novalis sur ce blog :
« Je souhaite à Philippe Bilger de garder fidèlement, en mémoire et souvenir, ce que son père lui a laissé de meilleur. Car sans ces référents parentaux, qui se partagent ou se surmontent, Philippe Bilger ne serait pas à sa place actuelle.
Et je souhaite à Francis Szpiner que ses enfants (s’il en a) ne soient pas un jour jetés en pâture publique pour cause d’irresponsabilité ou encore de mépris de tierces personnes.
Je lui demande également de méditer cette phrase de Sigmund Freud : “Quoi que les parents fassent, ils le feront toujours mal”.
J’ajoute que je souhaite que Dieu apaise la douleur de Madame Halimi.
Il ne sera malheureusement jamais répondu à ses POURQUOIS.
Il n’y a pas plus grand malheur que celui qui lui est advenu
L’horreur est comble !
Nous ne pouvons que compatir et nous incliner.
Beaucoup sur ce blog s’insurge du silence des médias !
En cela ils rejoignent la révolte de Madame Halimi, contre le huis clos.
Nous ne savons pas grand-chose sur le déroulement de ce procès si ce n’est quelques

bribes de phrases par ci par là : «  traître génétique »,  et « vous rendez l’antisémitisme odieux ».

Nous sommes tous frustrés de ne pas avoir le réquisitoire de Philippe Bilger.
Je vais vous faire un aveu. Je ne sais pas pourquoi Philippe Bilger a retenu le caractère antisémite.
Cette bestiole de FOFANA a choisit Halimi parce que juif et les juifs étant solidaires les

uns des autres s’arrangeraient pour trouver la rançon, parce qu’ils ne laisseraient  pas tuer l’un

des leurs ! c’est plutôt un caractère élogieux, positif non ?
Pourquoi pas le fils d’un riche industriel ?
Parce-que c’est plus difficile !
La question que je me pose c’est est est-ce que les langues ne se seraient pas déliés plus tôt si
La victime n’était pas juive ??

24 jours de silence ! En cela je rejoins les victimes : Ce silence est aussi coupable  que l’odieux acte de fofana!
Son entreprise aurait échoué  sans ce silence.

Un seul coup de fil totalement anonyme d’une cabine téléphonique l’aurait sauvé !
Ce coup de fil n’a pas été donné ! pendant 24 jours !
est-ceparcequ’il était juif?
La question a t -elle été posée??
nous n’en savons rien.
et pourtant Florence Aubenas a affirmé sur les ondes de france Culture que l’APPAT ne savait pas ce qui allait arriver à Halimi ,tout en affirmant que les médias n’en savent rien à cause du huis clos! incroyable non??
En ce qui concerne Maître Spiner ,je pense que de façon générale les avocats se permettent beaucoup de choses au nom de la défense de leur client et je le déplore.
Ils ont prêté serment mais la santé éthique de beaucoup d’entre eux laisse à désirer. je pense au cas Moulin et autres.
Les avocats ont trop de pouvoir sur les justiciables. Il faut les mettre à leur juste place…j’aurai beaucoup de choses à dire
mais c’est hors sujet .
Alors à la prochaine. Merci à vous tous, et continuez à nous enrichir,on ne risque pas de nous prendre en otage.

102. Le vendredi 31 juillet 2009 à 23:05 par duval uzan

mon commentaire a été saboté alors je le réécris:

Je me joins au souhait de novalis sur ce blog :

« Je souhaite à Philippe Bilger de garder fidèlement, en mémoire et souvenir, ce que son père lui a laissé de meilleur. Car sans ces référents parentaux, qui se partagent ou se surmontent, Philippe Bilger ne serait pas à sa place actuelle.
Et je souhaite à Francis Szpiner que ses enfants (s’il en a) ne soient pas un jour jetés en pâture publique pour cause d’irresponsabilité ou encore de mépris de tierces personnes.
Je lui demande également de méditer cette phrase de Sigmund Freud : “Quoi que les parents fassent, ils le feront toujours mal”.
J’ajoute que je souhaite que Dieu apaise la douleur de Madame Halimi.
Il ne sera malheureusement jamais répondu à ses POURQUOIS.
Il n’y a pas plus grand malheur que celui qui lui est advenu
L’horreur est comble !
Nous ne pouvons que compatir et nous incliner.
Beaucoup sur ce blog s’insurge du silence des médias !
En cela ils rejoignent la révolte de Madame Halimi, contre le huis clos.
Nous ne savons pas grand-chose sur le déroulement de ce procès si ce n’est quelques

bribes de phrases par ci par là : «  traître génétique »,  et « vous rendez l’antisémitisme odieux ».

Nous sommes tous frustrés de ne pas avoir le réquisitoire de Philippe Bilger.
Je vais vous faire un aveu. Je ne sais pas pourquoi Philippe Bilger a retenu le caractère antisémite.
Cette bestiole de FOFANA a choisit Halimi parce que juif et les juifs étant solidaires les

uns des autres s’arrangeraient pour trouver la rançon, parce qu’ils ne laisseraient  pas tuer l’un

des leurs ! c’est plutôt un caractère élogieux, positif non ?
Pourquoi pas le fils d’un riche industriel ?
Parce-que c’est plus difficile !
La question que je me pose c’est est est-ce que les langues ne se seraient pas déliés plus tôt si
La victime n’était pas juive ??

24 jours de silence ! En cela je rejoins les victimes : Ce silence est aussi coupable  que l’odieux acte de fofana!
Son entreprise aurait échoué  sans ce silence.

Un seul coup de fil totalement anonyme d’une cabine téléphonique l’aurait sauvé !
Ce coup de fil n’a pas été donné ! pendant 24 jours !
est-ceparcequ’il était juif?
La question a t -elle été posée??
nous n’en savons rien.
et pourtant Florence Aubenas a affirmé sur les ondes de france Culture que l’APPAT ne savait pas ce qui allait arriver à Halimi ,tout en affirmant que les médias n’en savent rien à cause du huis clos! incroyable non??
En ce qui concerne Maître Spiner ,je pense que de façon générale les avocats se permettent beaucoup de choses au nom de la défense de leur client et je le déplore.
Ils ont prêté serment mais la santé éthique de beaucoup d’entre eux laisse à désirer. je pense au cas Moulin et autres.
Les avocats ont trop de pouvoir sur les justiciables. Il faut les mettre à leur juste place…
mais c’est hors sujet

103. Le samedi 1 août 2009 à 00:56 par Siarres

j’ai bien fait de jeter un coup d’oeil avant de partir , constat :
1 La fille d’un proc est une braillarde , normal c’est génétique! a cette heure j’espére qu’elle dort en principe c’est vers 2heures du mat que ça remonte au créneau .
2 Y a til quelqu’un qui croit encore à la déontologie du barreau ? faites l’expérience adressez vousà ” la déontologie ” à la place Dauphine vous comprendrer pourquoi la déontologie est au tombeau sous les bandelettes .
3 Il y a des gens à qui tout est permis ,et ça vous ettonne !!, , faudrait descendre dans la rue quelquefois , mais enfin il me semble que si c’est le cas , c’est parce que vous ( parquet et cour ) leur donnez l’habitude de le faire sans risque , une petite question , qui est gardien de la loi dans ce pays ? c’est pas vous ?

104. Le samedi 1 août 2009 à 08:54 par Véronique

@ duval uzan

”Un seul coup de fil totalement anonyme d’une cabine téléphonique l’aurait sauvé !
Ce coup de fil n’a pas été donné ! pendant 24 jours !
est-ceparcequ’il était juif?
La question a t -elle été posée??
nous n’en savons rien.”

Comme nous avons déjà échangé sur le blog de Philippe Bilger, je me permets de réagir à votre commentaire.

Pour la question du huis-clos, je pense qu’il serait bien que vous lisiez ce billet de Dadouche écrit au tout début du procès Fofana.

Aujourd’hui lire ou relire ce billet a le grand mérite de placer le débat insoluble du huis-clos de ce procès dans la perspective du droit. Ce qui, je le concède, ne vous apaisera pas. Mais dans ce chaos médiaco-politique, retrouver les ancrages du droit peut vous permettre de distancier votre accablement.

Il n’y a pas eu dans l’obligation du respect du huis-clos de ce procès la tentation de la part de la Justice d’élaborer une conspiration du silence autour de cette affaire. L’horreur qu’elle nous inspire a été analysée, débattue et condamnée.

Suite à votre post, j’ai lu avec concentration depuis très tôt ce matin l’ensemble des billets du blog d’Elsa Vigoureux consacrés à ce procès sur le site du Nouvel Observateur.

La seule chose que je voudrais vous dire c’est que les 24 jours dont vous parlez, tous, juifs, non juifs, ensemble, nous en sommes totalement effondrés. Parce que ces 24 jours nous donnent une mesure concrète, celle de la durée de la souffrance d’Ilan.

Mais dans les faits qui ont été jugés et condamnés, ces 24 jours n’ont pas eu cette unité de temps compact et implacable, si nous la rapportons aux actes de chacun des accusés pour lesquels le GDS a fait appel. Et très précisément la fonction et le rôle du procès ont été de mettre à jour et de hiérarchier les passivités meurtrières de chacun.

Exiger d’un tribunal qu’il juge en gros et dans le sommaire les actes et les responsabilités de chacun, c’est exploser ce qui constitue le fondamental de l’éthique judiciaire.

Voilà.

105. Le samedi 1 août 2009 à 12:02 par chris

Merci, M. Siarres (cf 103). Pour ceux qui ne sont “rien” apprendre le Droit , tout au moins essayer de comprendre un vocabulaire particulier enfermé dans sa tour d’ivoire (mot trop élégant) comme tant d’autres, est aussi important que de savoir faire du vélo.


Gascogne :
J’aurais plutôt dit “nouvelle”, mais bon…


106. Le samedi 1 août 2009 à 12:41 par duval uzan

@ à Véronique,
Merci pour l’information. J’ai donc consulté ce blog mais il m’a laissé sur ma soif.
Je n’aime pas les phrases retirées de leur contexte.
Je n’ai pas trouvé la phrase entière du «  vous rendez l’antisémitisme odieux » !
Ni celle du « traitre génétique ».
Par contre j’ai été effrayée par les mots cathédrale et fraternités, comme l’a été ( je rechercherai on nom sur le blog) sur ce blog et qui a écrit :
«Une cathédrale»: ils ont osé «cathédrale»!
«Un groupe de fraternités qui a œuvré pour le pire»: ils ont osé «fraternités» aussi!
«C’est un grand gaillard, cheveux coupés tout courts, qui fait figure de gros bras quand on le voit près de sa cliente»: arrêtez la mauvaise littérature! Même la bonne littérature n’est pas à sa place ici.

Non je ne veux pas le voir cet Ignacio là !
Dis a la luna que venga !
En tant que lectrice assidue de des billets de Bilger je suis vraiment déçue !
Ce d’autant plus que je pensais qu’il était le seul à pouvoir mettre les mots qu’il fallait
Sur cette indicible horreur.



Par ailleurs vous dites :
Il n’y a pas eu dans l’obligation du respect du huis-clos de ce procès la tentation de la part de la Justice d’élaborer une conspiration du silence autour de cette affaire. L’horreur qu’elle nous inspire a été analysée, débattue et condamnée.
Mais publiez là donc cela calmerait peut-être les esprit !
J’aimerai savoir pourquoi on ne diffuse pas après l’arrêt les résultats de l’enquête.
En quoi est-ce secret ?
Par ailleurs Monsieur Bilger n’a pas expliqué en quoi ce crime crapuleux et en bande organisée était antisémite ?
Je crois que c’est un tort et c’est ce qui a désintéressé tout le monde de cette affaire, qui est devenu une véritable histoire ou question juive dans tous les sens du mots.
Je n’ai pas lu le livre de Mme Halimi mais je le lirai incessamment et je lui écrirai.
Non je ne pardonnerai pas les cathédrales à Philippe Bilger.

107. Le samedi 1 août 2009 à 15:04 par Véronique

@ duval uzan

Par contre j’ai été effrayée par les mots cathédrale et fraternités

Je veux bien vous proposer une lecture de ces mots qui vous effraient, étant entendu que la limité évidente de cette lecture reste qu’elle n’est que la mienne.

Cathédrale signifie pour moi que les audiences ont construit pièce par pièce, pierre par pierre, centimètre par centimètre un édifice judiciaire qu’est un procès.

Fraternités: d’ordinaire ce qui soude les êtres les uns aux autres et leur permet d’oeuvrer pour le meilleur, c’est le sentiment réconfortant d’une fraternité. Là il s’agit de ces fraternités de circonstance qui unient et lient entre elles des dérives individuelles, qui les conduisent dans une complicité noire qui se structure dans un projet criminel.

Mais publiez là donc cela calmerait peut-être les esprits !
J’aimerais savoir pourquoi on ne diffuse pas après l’arrêt les résultats de l’enquête.En quoi est-ce secret ?

Sur la tenue de ce procès, il n’y a pas eu de critique de la part de Me Szpiner. Je pense que si des escamotages et/ou des négligences, graves et petites, s’étaient produites quant à l’analyse des dossiers, Me Szpiner l’aurait forcément exprimé et fait savoir. Et très bruyamment.

Les jurés ont eu les résultats de l’enquête. Tout cela a été communiqué au procès. Encore une fois, si cela n’avait pas été le cas, Me Szpiner n’aurait pas manqué de le soulever dans le débat public post procès.

Par ailleurs Monsieur Bilger n’a pas expliqué en quoi ce crime crapuleux et en bande organisée était antisémite ?

Le rôle de Philippe Bilger était de soutenir les accusations en s’appuyant sur les incrimininations pour lesquelles la cour d’assises avait été saisie. Le dossier d’instruction et l’accusation n’avaient pas retenu l’incrimination d’antisémitisme pour tous les accusés. Le rôle des jurés était de juger ce chacun des accusés a fait et les motivations qui les ont conduit chacun à commettre et/ou à participer à cette horreur, et de les condamner chacun individuellement pour ce qu’ils ont fait.

Ce d’autant plus que je pensais qu’il était le seul à pouvoir mettre les mots qu’il fallait sur cette indicible horreur.

Philippe Biger ne pouvait pas, en conscience, incriminer et faire condamner les complices de Y. Fofana pour antisémitisme parce que d’une part, le dossier d’instruction et le travail d’analyse effectué au cours des audiences n’ont pas mis à jour cela, d’autre part, le rôle de Philippe Bilger n’était pas de prendre à son compte ce que Me Szpiner n’a pas réussi à plaider pour en convaincre les jurés.

108. Le samedi 1 août 2009 à 17:30 par olivier

@ duval uzan.
Pour trouver c’est assez simple : on clique ici : L’Express .
Me Spziner confirme ses propos (et du coup les réitère) de ‘traitre génétique’, s’embourbe dans des explications aussi minables que méprisantes pour ceux qui les lisent (en clair il nous prend pour des c… ) . La génétique utilisée comme argument pour définir la moralité ou non, l’impartialité ou non de tel ou tel rappelle des pratiques largement condamnées.
Il ne s’agit pas d’écart de langage sous l’effet de la fatigue.
Et dire que l’on peut être avocat, porter la légion d’honneur, être maître de conférence à Science Po (ou avoir été) et tenir de tels propos.

109. Le samedi 1 août 2009 à 21:40 par Z.

@ Véronique, § 67

Merci pour ces précisions fort utiles qui corrigent l’interprétation maladroite que j’ai eue de votre phrase. Il y en a tellement assez de la confiscation de la chose pénale par le politique que les acteurs en sont eux-mêmes lassés. Ils n’ont pas besoin de ce dernier pour savoir ce que c’est de vivre avec les conséquences d’une décision lourde qu’ils ont prises à l’occasion d’enquêtes difficiles…
Et quant à votre prénom, il est resté dans le clavier; oubli fort regrettable…

110. Le samedi 1 août 2009 à 22:34 par duval uzan

@ à Véronique et Olivier,

Mais vous ne comprenez pas ce que je dis!

J’ai dis que je ne voyais pas en quoi ce crime a un caractère antisémite.
Je dis que ce crime a quelque chose de tout a fait effrayant et de bien plus dur que les camps de concentrations parceque Ilan étai seul , 24 jours seul torturé sans relâche, et que touts ces bruits sur le caractère antisémite ont fait oublié cela; cette barbarie là …
véronique vous dites que tout cela a été dit ect…mais nous nous ( qui sommes au dehors ) n’avons pas le droit d’en savoir plus?
Je présente mes exuses à monsieur Bilger ;ce n’est donc pas lui qui a parlé de cathédrales et de fraternités..je trouve que c’est vraiment mal choisi comme termes.

Je vais me permettre de vous poser une question: si Halimi n’avait pas fait appel, et que fofana l’a fait comme on le constate…que seraient devenus les parties civiles dans ce cas?
c’est ça l’injustice c’est que le criminel ait le droit de faire appel et que la partie civile ne l’ait pas ce droit. c’est le code pénal qui est à incriminer.

Enfin tout le monde se plaint du silence des médias mais leur a t -on raconté quelque chose???
tout ce que l’on a comme information c’est le blog de madame Glorieux qui en fait ne dit pas beaucoup de choses.
Enfin un arrêt ça se lit ce n’est pas secret que je sache?

Enfin quelqu’una mposé la question suivnate concernant l’APPAT:
“Comme il a été dit, pour l’appât par exemple, si une telle peine et l’excuse de minorité étaient retenues, en rajoutant une couche de bonne conduite, elle serait libérable quasiment dans les prochains mois. Chose aberrante au regard de son rôle au sein du groupe…”
c’est un dur métier qu’est le votre.
bonne soirée

111. Le dimanche 2 août 2009 à 07:45 par Véronique

@ duval uzan

Effectivement nous avons du mal à nous comprendre.

J’ai dis que je ne voyais pas en quoi ce crime a un caractère antisémite.Je dis que ce crime a quelque chose de tout a fait effrayant et de bien plus dur que les camps de concentrations parceque Ilan étai seul , 24 jours seul torturé sans relâche, et que touts ces bruits sur le caractère antisémite ont fait oublié cela; cette barbarie là …

Le tribunal a condamné deux accusés avec la circonstance aggravante d’antisémitisme. Le caractère antisémite de ce crime ne fait pas de doute aujourd’hui.

Quant à envisager qu’il serait plus ou moins effrayant que les camps de concentration et d’extermination, je pense que le mal qu’un être humain peut infliger à un autre appartient aux abîmes de notre humanité, et que notre condition humaine est celle qui est aussi capable du mal et de la barbarie. Et sachez qu à Auschwitz l’abandon a été immense et la solitude effroyable.

Comme j’ai essayé de vous le dire le tribunal n’a pas jugé ces 24 jours en bloc. Il a jugé des actes et des comportements qui sont des séquences réparties suivant l’implication et les responsabilités des 27 accusés. Et le tribunal a jugé cela parce qu’un procès est fondamentalement construit de cette façon. Y étaient jugés les actes et les jours de chacun qui, reconstitués et reliés ensemble, ont abouti aux tortures infiligées à Ilan et à son assassinat.

Pour les mots cathédrale et fraternités qui auraient été prononcés par Philippe Bilger, Elsa Vigoureux les rapporte dans son blog. J’ai essayé de vous dire pourquoi ces mots ne m’effraient pas.

Je vais me permettre de vous poser une question: si Halimi n’avait pas fait appel, et que fofana l’a fait comme on le constate…que seraient devenus les parties civiles dans ce cas?
c’est ça l’injustice c’est que le criminel ait le droit de faire appel et que la partie civile ne l’ait pas ce droit. c’est le code pénal qui est à incriminer.

En tout été de cause, ce n’est pas Mme Halimi et sa famille qui ont fait appel.

C’est le GDS pliant dans l’instant aux pressions de Me Szpiner et du CRIF qui a contraint et forcé le procureur de Paris à faire un appel, qu’il ne souhaitait pas. Par ailleurs, l’avocate de Y. Fofana a clairement indiqué que sans cet appel du GDS, son client n’aurait pas fait appel.

J’ai tendance à accorder de la crédibilité aux paroles de cette avocate, puisque la défense dans son ensemble s’est accordée à dire au lendemain du verdict que le verdict était accepté par les condamnés.



Quoi qu’il en soit, comme je vous l’ai dit plus haut, un procès, fondamentalement, juge des actes et des accusés. La possibilité d’appel en cour d’assises concerne le parquet - la société, vous, moi - qui poursuit accuse et propose son estimation des peines au jury, et l’appel concerne l’accusé à qui la société a reconnu par le biais de sa représentation législative la possibilité d’exercer un recours contre sa condamnation.

En l’état actuel actuel des choses, la société n’a pas demandé à des députés de voter une loi permettant à la partie civile d’exercer ce recours. C’est ainsi.

Enfin un arrêt ça se lit ce n’est pas secret que je sache?

J’ignore dans quelle mesure une publicité d’un arrêt de cour d’assises est autorisée ou possible. Aux juristes de répondre, je ne sais pas.

Mais là aussi, quoi qu’il en soit, cet arrêt n’étant pas motivé, je ne vois pas bien ce que vous pourriez y apprendre, sachant également que l’obligation et la balise du juré sont celles de son intime conviction.

Comme il a été dit, pour l’appât par exemple, si une telle peine et l’excuse de minorité étaient retenues, en rajoutant une couche de bonne conduite, elle serait libérable quasiment dans les prochains mois. Chose aberrante au regard de son rôle au sein du groupe…

Cette jeune femme qui a servi d’appât a été condamnée 9 ans de prison. Sans l’appel du GDS, il lui restait 6 ans de prison à effectuer.

Philippe Bilger a toujours dit, et bien avant ce procès, que quand un verdict est de 9 ans, il s’agit pour lui réellemment d’une condamnation de 9 ans. Il a, à plusieurs reprises, et depuis longtemps, exprimé son opposition à ce qu’il appelle l’arrière-cuisine pénitentiaire de l’exécution d’une peine.

Par ailleurs, l’actualité récente nous a démontré que des condamnés effectuent la totalité de la peine pour laquelle ils ont été condamnés. Et ce quand bien même aucune règle écrite ne formalise cela. Je pense au temps de détention de Florence Rey.

Le JAP respecte des obligations dans le cas de crimes et/ou complicités de crimes qui renvoient à des faits particulièrement sévérement condamnés lors du procès, et dans le cas où le rententissement de l’affaire au sein de la société a été particulièrement important. Et un procureur de la République représente les intérêts de la société quand ces éventuelles libérations conditionnelles sont examinées.

Quand le GDS a minablement relayé ce type de considérations au sujet de l’exécution des peines, comme motivations en trompe l’oeil de son appel, elle aurait été mille fois mieux inspirée et mille plus fois responsable de réflechir à cela avant de donner libre cours à sa pulsion-réaction d’appel.

c’est un dur métier qu’est le votre.

Pour olivier, je ne sais pas.

Quant à moi, je ne suis ni juriste, ni avocate, ni magistrat, ni greffier, rien de tout cela. Je suis juste très intéressée depuis toujours par les questions de justice. Je me contente ici d’apprendre et de réflechir.

Bon dimanche à vous.

Mes logiciels, comme mes clients, sont libres. Ce blog est délibéré sous Firefox et promulgué par Dotclear.

Tous les billets de ce blog sont la propriété exclusive du maître de ces lieux. Toute reproduction (hormis une brève citation en précisant la source et l'auteur) sans l'autorisation expresse de leur auteur est interdite.

Niveau d'alerte

Niveau d'alerte du cabinet (vert : pas d'urgence, blogage possible)

Le complot des élites

Lieu-commun.org

Vous avez trouvé ce blog grâce à

Blog hébergé par Typhon.com

Domaine par Gandi.net

Calendrier

« septembre 2014
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Contact