Journal d'un avocat

Instantanés de la justice et du droit

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'affaire du bijoutier de Nice

Un fait divers dramatique survenu mercredi dernier est à l’origine d’une controverse, appelons-ça comme ça, au sein de l’opinion publique.

À Nice, un bijoutier de 67 ans a été victime d’un vol à main armée alors qu’il ouvrait sa boutique, vers 9h du matin. Deux individus armés de fusils à pompe l’ont alors contraint à ouvrir son coffre et se préparaient à prendre la fuite sur un scooter (je ne connais pas le déroulé précis des faits mais il semblerait que des coups lui aient été portés). Le bijoutier a alors pris un pistolet automatique de calibre 7,65 mm, est sorti dans la rue et, soit au niveau de sa boutique, soit après avoir couru après les malfaiteurs, les versions divergent, a ouvert le feu à trois reprises, blessant mortellement le passager du scooter. L’autre a réussi à prendre la fuite et au moment où j’écris ces lignes, est toujours recherché, la police ayant probablement déjà une bonne idée de son identité.

L’homme abattu avait 19 ans, et avait déjà été condamné pour des faits de vols, des violences et des infractions routières, d’après Nice Matin citant des sources policières. Il avait une compagne enceinte de ses œuvres.

À la suite de cette affaire, ce bijoutier a été placé en garde à vue pour homicide volontaire, garde à vue qu’il a passé hospitalisé car se plaignant de douleurs suite aux coups reçus. Au terme de cette garde à vue, il a été présenté à un juge d’instruction qui l’a mis en examen pour homicide volontaire, placé sous contrôle judiciaire, c’est-à-dire remis en liberté avec obligation de fixer son domicile à une adresse convenue, située hors du département des Alpes Maritimes et tenue secrète, et placé sous surveillance électronique, c’est à dire qu’il a un bracelet électronique à la cheville qui déclenche une alarme s’il s’éloigne de plus d’une certaine distance d’un boitier électronique relié à une ligne téléphonique. Le contrôle judiciaire a pu prévoir des horaires de sortie, j’ignore si ça a été fait.

Voici l’état des faits qui a provoqué une vague d’indignation, une partie de l’opinion publique ayant la sensation que c’est la victime que l’on poursuit, et approuvant non sans une certaine virulence le geste de ce commerçant. Je passe sur les messages particulièrement haineux qui accompagnent parfois ce soutien, on est en présence d’un emballement classique sur la toile. Il y a un raz-de-marée de commentaires de soutien, donc, noyé dans la masse, on se sent à l’abri et on se désinhibe, et pour se faire remarquer dans la masse, il faut faire pire que le dernier message haineux. Aucun intérêt, on est au niveau de la cour de récré, pour savoir qui a la plus grosse[1]. Je m’adresse dans ce billet à ceux qui ont cliqué de bonne foi mais qui restent sensibles à la raison, pas à ceux qui s’enivrent de violence dans leur condamnation de la violence.

À vous donc, qui ne comprenez pas que la justice n’ait pas donné une médaille à ce bijoutier, que dit la loi sur ces faits ?

La loi, rien que la loi.

Il est temps de clarifier un premier point qui conditionne sans doute nombre de malentendus. Les magistrats, terme qui recouvre les juges et les procureurs de la République, chargé d’exercer les poursuites au nom de la société, ne sont pas des souverains capricieux, des petits seigneurs châtelains libres d’appliquer une loi réduite au rang d’aimable suggestion selon leur bon sens paysan. Les magistrats sont en charge d’appliquer la loi, telle qu’elle est votée et en vigueur au moment des faits. Quoi que leur for intérieur leur dise, parfois, et plus souvent que vous ne le pensez, à contrecœur, mais ils ont prêté serment de le faire et le font. Les magistrats sont des légalistes, c’est là leur moindre défaut.

Que disait donc la loi ici ?

Qu’il est interdit d’ôter volontairement la vie à autrui, et que le faire malgré cette interdiction peut conduire à ce que vous soyez condamné à 30 ans de réclusion. Or ici, on a un jeune homme de 19 ans mort car on lui a tiré dessus. Il y a assez d’indices pour que la justice se doive d’enquêter pour en savoir plus.

Une expression vient immédiatement à l’esprit. “Légitime défense”. Le tireur venait d’être agressé physiquement, menacé, et volé par le jeune homme. Cela ne rend-il pas son geste excusable ?

La légitime défense fait partie des causes d’irresponsabilité pénale prévues aux articles 122-1 et suivants du code pénal (mon chapitre préféré). Ces causes sont, dans l’ordre d’apparition à l’écran :

1- L’abolition du discernement par un trouble psychique ou neuropsychique (= la démence mais pas seulement).
2- La contrainte ou force majeure. Par exemple un appelé du contingent incarcéré ne commet pas le délit d’insoumission.
3- L’erreur invincible de droit . Très rarement admise, il faut que l’intéressé ait reçu une information juridique fausse d’une source dont il ne pouvait douter. Par exemple quand un procureur vous donne à tort une attestation disant que vous êtes autorisé à conduire.
4- L’autorisation de la loi et le commandement de l’autorité légitime, sauf si l’ordre est manifestement illégal.
5- La légitime défense des personnes et des biens. Je vais y revenir.
6- L’état de nécessité, qui s’applique à des hypothèses autres qu’une agression directe, quand, eu égard aux circonstances, l’accusé n’a pas eu le choix : il devait commettre un acte illégal pour prévenir un résultat pire. Ce fut le cas d’un paraplégique fumant du cannabis pour calmer ses douleurs, ayant établi que les médicaments existants détérioraient ses reins.
7- L’incapacité de discernement due au très jeune âge. La loi ne fixe pas de limite fixe, chaque enfant évolue différemment, mais il est acquis qu’en dessous de 10 ans, on ne relève pas du droit pénal.

Ces causes d’irresponsabilité sont ce qu’on appelle en droit des exceptions c’est-à-dire des moyens de défense soulevés par le défendeur.

Rappelons qu’en droit pénal, le principe fondamental de la présomption d’innocence fait qu’il incombe au parquet (c’est à dire au service constitué par l’ensemble des procureurs) d’apporter la preuve de la culpabilité, dans tous ses éléments. C’est ce qu’on appelle la charge de la preuve. Mais s’agissant des exceptions, la charge de la preuve ne pèse pas sur le parquet : ce n’est pas à lui d’apporter la preuve qu’il n’y avait pas légitime défense, mais à la personne poursuivie de le prouver.

Naturellement, il n’est pas interdit au parquet, face à des indices assez évidents qu’une telle exception existe, de s’assurer de lui-même que tel ne serait pas le cas. Et il ne se prive pas de le faire. Mais le risque que la preuve ne puisse être apportée pèse cette fois sur l’accusé. Ce qui au niveau procédural change beaucoup de choses, notamment pour la défense.

Ouvrons l’œil du juriste sur cette affaire, qui, rappelons-le, est le même que le votre, mais avec le prisme de la loi en plus. Il doit qualifier les faits pour déterminer la loi qui s’applique, le contenu de cette loi relevant du parlement.

L’analyse des faits

Chronologiquement, tout commence par le vol commis sous la menace d’une arme. Faute de précision contraire, je suppose que les armes utilisées étaient réelles et approvisionnées, donc dangereuses, même si la loi considère qu’un vol commis sous la menace d’une imitation d’arme est également un vol à main armée. C’est un crime passible de 20 ans de réclusion. En outre, les auteurs étaient deux. Il est possible qu’ils aient planifié cette attaque au point de constituer une bande organisée. Auquel cas le vol en bande organisée sous la menace d’une arme est passible de trente ans de réclusion. L’enquête de police qui suit son cours a notamment pour objet de permettre au parquet de retenir la qualification la plus adéquate (et dans le doute, la plus haute).

Puis vient la riposte du bijoutier. Il est établi qu’il a volontairement ouvert le feu en direction du jeune homme. La première question qui se pose est : avait-il l’intention de tuer ? Si tel était le cas, c’est un meurtre, passible, on l’a vu, de 30 ans de réclusion. Si tel n’est pas le cas, ce sont des violences volontaires avec arme ayant entrainé la mort sans intention de la donner, passibles de 20 ans de réclusion. La preuve de l’intention homicide est délicate, puisque c’est un état d’esprit, mais peut être déduite des circonstances. Ici, le bijoutier prétend semble-t-il avoir d’abord tiré pour arrêter le scooter, ce qui exclurait une intention homicide. Mais les tirs ont été répétés, ce qui est un indice classique d’intention homicide. Une expertise balistique aura probablement lieu pour déterminer si la trajectoire des balles est rasante, ce qui montre que le scooter était visé, ou qu’au contraire, c’était les passagers qui étaient visés, auquel cas des déclarations mensongères peuvent contribuer à prouver une intention homicide (vive le droit au silence, vous dis-je). En outre, la question se posera de la cohérence de vouloir immobiliser sur place des personnes armées et violentes, qui auraient pu répliquer aux tirs en faisant usage de leurs fusils : la prudence voulait qu’on les laissât fuir. Toutes ces questions et d’autres soulevées par le déroulé exact des faits seront débattues au cours de l’instruction. En outre se pose la question de la légalité de la détention de cette arme, soumise à autorisation préfectorale, sous peine de 3 ans de prison. D’après le Point, il se la serait procurée illégalement, ce qui est un délit.

Au titre des arguments de la défense, l’exception de légitime défense pourra être soulevée. Elle le sera sans doute. A-t-elle des chances de succès ?

Voyons la définition exacte de la légitime défense. Article 122-5 du code pénal :

N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction.

Notons d’emblée une première distinction qui a son importance : l’homicide volontaire n’est couvert par la légitime défense qu’en cas d’atteinte aux personnes. Il n’y a pas de légitime défense pour le meurtre d’un voleur. Il y a donc un vrai enjeu pour la défense de faire écarter l’intention homicide, puisque c’est un préalable pour plaider la légitime défense face à un vol, ou alors il lui faudra établir que le bijoutier était encore physiquement menacé, ce qui va être très difficile si leur client s’est de lui-même lancé à la poursuite de ses agresseurs qui quittaient les lieux sans plus le menacer.

En outre, cet article pose les conditions de la légitime défense, qui a donné lieu à une abondante jurisprudence. Ces conditions sont :

  1. Dans le même temps : la riposte doit être immédiate et contemporaine à la menace. Le temps qui se sera écoulé entre le moment où les malfaiteurs sont partis et ont rendu sa liberté de mouvement au bijoutier, et où celui-ci, après s’être saisi de son arme (a-t-il dû l’approvisionner et la charger ?), est sorti et a ouvert le feu sera déterminant. Plus ce laps de temps est long, moins la légitime défense tiendra. Ce sera un des objets de l’instruction d’établir cela, probablement par une reconstitution sur place en présence des toutes les parties et de leur avocat.
  2. Un acte nécessaire : l’acte doit avoir pour objet de mettre fin à l’agression. Pas de droit à la vengeance. Beaucoup des soutiens du bijoutier semblent considérer qu’en commettant ce vol, ce jeune homme s’est mis dans une situation où il aurait consenti au risque de mourir, ou aurait perdu son droit à la vie. Il n’en est rien depuis que le droit de la vengeance privée illimitée a été aboli, ce qui a permis des conséquences néfastes comme la civilisation.
  3. Un acte proportionné : l’acte doit être proportionné à la menace. On ne peut ouvrir le feu sur quelqu’un qui agite le poing dans sa direction. Les juges ne sont pas très exigeant sur la question : dès lors que votre vie est effectivement en danger, une riposte sévère est justifiée, par exemple ouvrir le feu sur un individu armé d’un simple couteau est proportionné, un coup de couteau pouvant être mortel. Et il est de jurisprudence assez classique que des coups portés dans le dos d’une personne prenant la fuite ne remplissent pas cette condition.

En outre, la jurisprudence a ajouté deux critères : il faut que l’agression soit réelle ; le fait que celui qui se défend soit sincèrement, mais à tort, convaincu de l’existence d’une menace fait obstacle à la légitime défense. On imagine aisément les risque d’abus. Qui a dit George Zimmerman ? Enfin, il faut que l’agression soit injuste. Si celui qui vous asperge de gaz lacrymogène avant de vous donner des coups de trique est un CRS vous empêchant de prendre d’assaut l’Élysée, vous ne pourrez en aucun cas être en légitime défense.

La charge de la preuve pèse au premier chef sur l’accusé, ici sur le bijoutier mis en examen. La loi renverse la charge de la preuve, en présumant qu’il y a légitime défense, à charge pour le parquet de prouver que ce n’était pas le cas, dans deux circonstances : 1° Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ; 2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence. Malheureusement pour le bijoutier, le vol ayant cessé au moment où il a ouvert le feu, il aura du mal à invoquer cette présomption, mais c’est une piste que la défense ne manquera pas d’explorer.

Il ne peut pas compter sur le soutien du parquet de Nice, le procureur ayant expliqué dans une conférence de presse pourquoi la légitime défense ne lui semblait pas établie. Et cet avis est assez solidement assis. Si le caractère proportionné de la riposte semble établie (pistolet semi-automatique contre deux fusils à pompe), ainsi que le caractère injuste de l’agression initiale, le caractère immédiat de la riposte est douteux, ce qui par ricochet rend le caractère réel aussi douteux, le caractère nécessaire l’est également, puisque le fait qu’ils s’en allaient mettait précisément fin au danger.

La ratio legis

Un des clichés populaires sur le droit est qu’il s’agirait d’une discipline cousine de la pataphysique, une sorte de jeu intellectuel consistant à embrasser la réalité à travers des règles absurdes et déconnectées de la réalité, et opposée à ce fameux “bon sens” que je hais tant car il est le contraire de la réflexion, il est le préjugé étayé par les idées reçues. Celui qui permet de résumer une pensée à un clic. C’est donc plus spécifiquement aux cliqueurs en soutien que je vais m’adresser à présent.

Certes, je suis souvent critique sur la piètre qualité de la loi, ses défauts, et les catastrophes que son empilement inconsidéré peut provoquer. Il demeure que le droit est une science, et repose sur des raisonnements et des démonstrations. Et les règles anciennes et stables ont toutes une raison d’être, ce qu’on appelle la ratio legis. Demandons-nous pourquoi les faits reprochés à ce bijoutier sont susceptibles de tomber sous le coup de la loi.

La raison est en fait assez simple à comprendre.

La loi ne vise pas à promouvoir des comportements héroïques. Elle peut punir la lâcheté quand il n’y avait aucun risque à agir, mais ce qu’elle vise avant tout c’est l’ordre et la sécurité de tous. Bien sûr, elle ne peut assurer la sécurité absolue de chacun à toute heure. Oui, l’État, qui est le bras séculier de la loi, a failli à protéger ce bijoutier. Cela peut engager la responsabilité de l’État, mais cela ne permet en rien à ce bijoutier de s’affranchir lui-même de la loi. Et regardons ce qu’a fait, objectivement, cet homme.

Il a 67 ans, âge vénérable, auquel hélas la nature commence a prendre son dû. La vue baisse, la main tremble. Cet homme, sous le coup d’une terrible émotion, mélange de peur, de colère, de douleur, car il a reçu des coups, sort dans la rue, un mercredi matin à 9 heures, à l’heure où les enfants vont aux centres de loisir ou au parc, et il ouvre le feu à trois reprises. En plein centre-ville. Avec une arme détenue illégalement. Sérieusement, vous estimez que c’est un comportement digne d’éloge ? Dieu merci, il n’a blessé aucun passant, il n’y a pas eu de balle perdue. Peut-on conditionner un comportement à son résultat ? Si un enfant se rendant au parc s’était pris une balle perdue, applaudiriez-vous toujours ce monsieur ? Et pourtant, il aurait fait exactement la même chose. La fin ne justifie pas les moyens dans une société civilisée.

Il n’a donc touché que son agresseur. Un jeune homme de 19 ans, futur père. Dans quelques mois, un enfant va naître. Il ne connaitra jamais son père. Faut-il lui dire que c’est bien fait pour son papa et donc que le fait qu’il naisse orphelin est juste ? Dans le pire des cas, si la loi avait été respectée, son père, arrêté, aurait été condamné à 15, peut-être 30 ans de réclusion. Avec des possibilités de libération anticipée, mais dans tous les cas, il aurait connu son enfant, à qui il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales. La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur. Quelle faute a commis cet enfant pour que cette épreuve qui l’attend vous emplisse de joie ? Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ? Je ne me souviens pas que c’était sous réserve d’un casier judiciaire vierge. Et ce jeune homme mort avait une compagne, il avait lui aussi des parents, peut-être des frères et sœurs, qui, eux, n’ont rien fait. Rirez-vous au nez d’une mère qui perd son fils ? Applaudirez-vous ses larmes en disant “Justice est faite” ? Si tel est le cas, juste une question : en quoi êtes-vous meilleur que ce jeune homme ? Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.

Et même si la souffrance des proches, bien qu’innocents, vous indiffère, que va-t-il se passer à présent ? Croyez-vous une seule seconde que des apprentis braqueurs vont être tétanisés de peur et renonceront à leur projet, et à la place deviendront d’honnêtes autoentrepreneurs dans l’agriculture bio ? Non, la leçon sera retenue. Et elle est : ne jamais laisser le commerçant libre de ses mouvements après coup. Chercher s’il y a une arme, et l’emporter. Le ligoter, au mieux, l’assommer, le blesser, et dans le doute, tirer le premier. Ce genre de faits divers met en danger tous les bijoutiers et tous les commerçants susceptibles d’être braqués. Voyez : ce bijoutier s’est vu obligé de quitter le département pour se mettre à l’abri de représailles. Il ne peut rouvrir sa boutique pour une durée indéterminée. Peut être définitive vu son âge, avec un fonds de commerce qui a sans doute fortement perdu de la valeur avec cette histoire. Cela en valait-il le coup ? Pour vous, dont l’implication consiste à un clic, sans nul doute. Vous pouvez, sans risque, ce qui garantit toujours de la bravoure, vous projeter à sa place et fantasmer que vous eussiez fait de même. Et vous passerez à autre chose et continuerez à vivre tranquillement car vous ne l’avez pas fait et n’avez pas à vivre les conséquences. Ce n’est pas le cas de cet homme.

Vous voyez que ça ne se résume pas à pleurer sur le sort d’un braqueur. Lui est mort, tout lui est indifférent désormais.

J’espère nourrir un peu votre réflexion. Si la raison vous indiffère, vous vous êtes fourvoyés en arrivant ici.

Quid nunc ?

Et maintenant ? Que va-t-il se passer ? Je ne lis pas l’avenir mais une partie de celui-ci est prévisible.

Deux affaires judiciaires sont en cours. La première concerne le braquage. Elle doit être menée par la police sous la forme d’une enquête de flagrance, vu l’urgence, et vise à identifier le co-auteur du braquage, à le localiser (on dit “le loger” en jargon policier) et à l’interpeller. Dans cette phase d’urgence, chapeautée par le parquet, la police dispose pour une durée limitée de larges pouvoirs d’enquête : elle peut notamment effectuer des perquisitions de sa propre initiative et sans l’accord de la personne concernée, et d’autres mesures classiques d’identification et de localisation que je ne listerai pas ici pour ne pas risquer d’aider le fuyard, on ne sait jamais. Une fois le délai de flagrance terminé (quinze jours maximum après les faits), l’enquête pourra, au choix du parquet, continuer en la forme préliminaire (Pour résumer : la police perd ses pouvoirs coercitifs autonomes et doit avoir l’aval du parquet pour user de la contrainte, garde à vue mise à part). Le parquet est tenu de saisir un juge d’instruction avant le jugement, mais tant que l’individu recherché n’a pas été interpellé, il n’y a pas d’urgence, même si l’instruction permet plus aisément la mise en place de surveillances téléphoniques, par exemple.

La deuxième concerne le meurtre. Là, il n’y avait plus le choix, et un juge d’instruction a été saisi, car le principal suspect a été interpellé. Il a été mis en examen, c’est-à-dire s’est vu notifier officiellement les charges qui pèsent contre lui et peut désormais accéder au dossier et a droit à l’assistance d’un avocat qui peut exercer tout un ensemble de prérogatives de la défense. La question qui se posait était : que fait-on du suspect ? La détention provisoire a été, et c’est heureux, écartée, au profit d’un contrôle judiciaire. La famille de la victime va pouvoir se constituer partie civile (et son enfant, une fois né). Le bijoutier encourt une peine maximale de 30 ans de prison, mais pourra plaider la légitime défense devant la cour d’assises. Son avocat pourra tenter d’obtenir un acquittement même si la légitime défense ne tient pas vraiment, en se ralliant 4 jurés sur les 6 (et 5 en appel en cas de probable appel du parquet), c’est une tactique possible, mais dangereuse, elle peut provoquer une réaction de sévérité. En tout état de cause, la cour restera libre de prononcer une peine moindre que 30 ans, avec un minimum d’un an (art. 132-18 du Code pénal), qui pourra être assorti du sursis intégral. Je ne lis pas l’avenir, mais il y a gros à parier que ce bijoutier ne verra jamais l’intérieur d’une cellule de prison.

Néanmoins, une mauvaise surprise l’attend. S’il est condamné, même au minimum, il devra quand même indemniser la victime, représentée par son héritier (son enfant à naître, à défaut ses ascendants) et ses proches, victimes par ricochet, car, comme je l’ai indiqué, elles ont été privées d’un fils, d’un compagnon, d’un père, d’un frère. Ça peut chiffrer, car il y a bien des postes de préjudice. La perte de revenus, le préjudice moral,et j’en passe.

“Comment ?” vous offusquerez-vous. Le bijoutier devra indemniser son braqueur ? Eh oui, en vertu d’une jurisprudence classique de la Cour de cassation, protectrice des victimes, qui interdit d’opposer à la victime son comportement même fautif en cas de crime ou délit volontaire (ce qui s’agissant des crimes est un pléonasme). La même règle qui interdit d’opposer à la victime d’un viol un quelconque comportement aguicheur (qui fût-il établi n’a jamais été une autorisation de violer, rappelons-le) interdira au bijoutier d’opposer aux proches de celui qu’il a tué que celui-ci l’avait braqué juste avant. S’il y a légitime défense, il n’y aura pas indemnisation, mais s’il n’y avait pas légitime défense, indemnisation il y aura. La sanction d’un braquage, c’est 15 voire 30 ans. Ça n’a jamais été la mort. Et certainement pas administrée par un particulier. Pas plus qu’être victime d’un braquage n’ouvre de droit à ouvrir le feu dans la rue.

La loi impose une réponse et la loi permet que cette réponse soit modérée. Et la République, notre République, est bâtie sur le règne de la loi et elle seule.

Ne commencez pas à souhaiter que la loi du Far West ne s’impose. De peur que votre vœu soit exaucé.

Note

[1] Sottise, naturellement.

Commentaires

1. Le lundi 16 septembre 2013 à 15:52 par Charles

« En charge de » est un anglicisme importé en France par les médias il y a une quinzaine d’années. Le français a, depuis longtemps, simplement « chargé de », qui pour une fois est plus bref que son (quasi) équivalent anglais. Le basculement de l’usage ne me semble pas encore assez net et ancien pour abandonner « chargé de ».

Pardon pour cette remarque purement langagière. Merci pour ce billet.

Eolas:
Dont acte. Je rectifie.

2. Le lundi 16 septembre 2013 à 15:53 par JPh G.

Cher Me, deux questions :
1. pensez-vous que le procès se tiendra à Nice (je pense au trouble à l’ordre public) ?
2. et dans quel délai ? Après les élections je suppose

Eolas:
Je n’ai aucune raison de penser qu’il ne tiendra pas à Nice puisque l’instruction s’y tient.
Tout dépend de quelles élections vous parlez. Comptez un délai de 2 ans facile, voire plus.

3. Le lundi 16 septembre 2013 à 15:58 par Nyantho

Cher maître, la seule question que je me pose est la suivante, y aura t-il des circonstances atténuantes pour le bijoutier?

Eolas:
Non car elles ont été supprimées en 1994.

4. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:02 par Giulia

Merci pour vos explications approfondies.

Juridiquement votre

5. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:07 par sylvainj

merci pour cet article, je vais le partager sur facebook auprès de ceux qui ont “liké” cette fameuse page, en espérant qu’il les fera réfléchir.

Eolas:
Je ne puis le garantir. Au moins, ils n’auront plus d’excuse.

6. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:10 par muscardin

En outre se pose la question de la légalité de la détention de cette arme, soumise à autorisation préfectorale, sous peine de 3 ans de prison. D’après le Point, il se la serait procurée illégalement, ce qui est un délit.
Est-ce le fait de se la procurer illégalement qui est passible de 3 ans de prisons ? Ou bien est-ce un délit supplémentaire qui se surajoute à la détention illégale ?

Eolas:
La détention illégale est un délit, ainsi que l’acquisition. Le port de cette arme hors de chez soi est un délit passible de 5 ans.

7. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:11 par dedenn

Parfaitement d’accord avec vous sur la quasi-totalité du billet. Une nuance néanmoins. Il y aura un effet dissuasif. Des apprentis braqueurs ne se reconvertiront pas dans l’agriculture bio. Mais ils hésiteront davantage à sauter le pas entre le vol et le vol à main armée. A vous suivre, il faut éviter d’énerver les braqueurs, donc idéalement, il faudrait laisser le coffre ouvert. Des apprentis braqueurs qui commettent un meurtre, “involontairement”, dans l’action, ça arrive. Des braqueurs qui, dès la planification, savent qu’ils vont commettre un meurtre, c’est plus rare.

Les Etats-Unis, avec leur culture de Far-West, ont beaucoup plus d’homicides. Mais beaucoup moins d’agressions (cf l’OCDE, ou the economist). Je ne dis pas que c’est souhaitable. Mais l’effet dissuasif joue.

Eolas:
Et vous remportez le prix “corrélation n’est pas causalité” du jour.

8. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:16 par marc

“de police qui suit con cours “
Oups, Maitre, Luc Etienne, à haute époque du Canard, aurait déclaré le mur franchi
Respectueusement

9. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:17 par deja_vu

Si le droit est une science, pourquoi n’est-il pas le même partout ? :-)

10. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:18 par Arnaud

Bref, le bijoutier indélicat aura plus de chance d’obtenir gain de cause en plaidant “l’abolition du discernement par un trouble psychique ou neuropsychique”, que la “légitime défense”.

Eolas:
J’ai bien noté que son avocat expliquait qu’il était sous le coup d’une forte émotion, ce qui peut indiquer que c’est une voie envisagée. Mais aucun expert ne déclarera son discernement aboli. Son comportement pour imprudent qu’il fût, était trop cohérent.

11. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:21 par yellowrose

“Dans quelques mois, un enfant va naître. Il ne connaitra jamais son père.”
“La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur.”

Ah, le futur père aurait du penser aux risques de braquages en bande organisée, y compris à sa propre mort, au fait que “dans quelques mois, un enfant va naître, qu’il pourrait ne jamais connaître son père.” Un père terriblement destructeur, et totalement irresponsable.

Eolas:
Merci. Votre mot consolera indubitablement son fils orphelin qui se dira que c’est bien fait pour lui-même.

“l’État, qui est le bras séculier de la loi, a failli à protéger ce bijoutier. Cela peut engager la responsabilité de l’État”.
Il est grand temps que l’État assure la protection de ses citoyens.

Eolas:
Oui, il parait qu’il va fonder un corps de fonctionnaire chargé de cette mission. Ca s’appellera la police.

12. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:24 par Rutrapio

Maître.

Je me permets, pour une fois, d’être géné par un passage de votre texte.
Ce passage, c’est celui sur l’enfant à naître et la famille existante.

Vous tombez là, il me semble, dans le sentimental.
Or, si l’on suit votre raisonnement, tout le monde à une famille quelque part, et donc en réflechissant de la sorte, l’on devrait d’abord demander à la personne débarquant chez vous en pleine nuit si elle a encore de la famille vivante.

Ce qui réduirait du coup à quasi-néant tout cas de légitime défense, surtout si la personne répond en demandant d’abord une tasse de thé et un siège pour faire le récit de sa vie compliquée ou non.

Eolas:
Oui, c’est très exactement ce que je voulais dire. Bravo. Vous m’avez parfaitement compris.

Pour le reste, je ne pourrais qu’acquiescer, vous avez, comme toujours, trouvé les mots justes.

Courtoisement.

13. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:25 par Kazar

Juste un mot à propos du préjudice. La perte de revenus me laisse rêveur : voilà un jeune condamné à 14 reprises à 18/19 ans, sans formation, sans emploi (son frère indique qu’il a sans doute décidé de braquer parce qu’il avait besoin d’argent rapide…) et donc il est difficile de penser que sa compagne (si tant est que le seul ait d’être sa compagne lui ouvre droit à indemnisation) puisse se prévaloir d’un important préjudice économique…

Eolas:
Vous pensez que ce jeune homme de 19 ans n’aurait jamais gagné un sou honnêtement de sa vie ?

14. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:25 par Nicolas

Pour résumer, on ne répond pas à un crime par un crime et la loi est la même pour tout le monde… Merci pour le rappel…

15. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:25 par Julien

Merci pour cet excellent article.

Cependant, j’aimerais attirer votre attention, et éventuellement celle des opposants au “soutien au bijoutier” sur un point dont vous faites abstraction ici (sans doute l’image dégagée par la masse de personnes apportant son soutien est-elle telle que vous la décrivez).

J’ai apporté mon soutien, en cliquant sur cette fameuse page Facebook.
Pour autant, je ne cautionne absolument pas le geste de ce bijoutier, ni ne l’acclame. J’aurais bien évidemment préféré que les faits soient différents, que personne ne fusse tué. J’apporte simplement mon soutien pour indiquer que bien qu’elle ait eu des conséquences tragiques, je peux comprendre la réaction de cet homme (du moins avec les faits présentés à l’heure actuelle). Tout comme je comprends qu’une personne ayant subi un stress intense peut se comporter de manière totalement irréfléchie et irresponsable. Un coup de folie si vous préférez.

Je ne souhaite pas que ce bijoutier s’en sorte avec les honneurs et passe outre toute forme de loi, la justice fera son travail. Mais qu’il sache au moins que je ne le considère pas comme un fou dangereux qu’il faut emprisonner immédiatement, abattant lâchement et froidement ses victimes, mais comme quelqu’un qui a perdu ses moyens après un choc psychologique.
C’était vraiment ce que j’avais en tête au moment de cliquer sur le petit “j’aime” de cette page Facebook.

Enfin, la question a déjà été posée plus haut : Peut-il exister des circonstances atténuantes ?

Merci.

Eolas:
Votre peit “j’aime” est d’ores et déjà récupéré par des gens qui lui donnent un sens plus haineux, prenez garde. J’ai répondu plus haut aux circonstances atténuates. Elles n’existent plus, mais s’il se prend un an avec suris, considérez que ça revient au même.

16. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:26 par 512banque

Concernant la détention d’arme illégale du bijoutier, ce dernier sera-t-il poursuivi ? Si oui, dans le cadre d’une autre enquête, au pénal ?

17. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:29 par Antoine

Cher Maitre,

Si d’aventure la légitime défense ne s’avère pas constituée, ce qui selon votre éclairage semble probable, je suppose qu’un certain nombre d’éléments que les “cliqueurs” ne manquent pas de relever (l’agression juste avant, la peur, l’état de choc, la frustration, la colère) influeront tout de même sur le quantum de la peine.

Je me demandais comment était réglé cette influence au niveau législatif. S’agit-il d’un usage purement prétorien ou y a-t-il loi en la matière ?

Merci de vos lumières,

Antoine

18. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:31 par Test

@ 12 :

“Vous tombez là, il me semble, dans le sentimental.”

=> Les défenseurs du bijoutier font eux-mêmes dans le sentimental en mettant en avant l’exaspération du bijoutier et si vous lisez les commentaires de la page de soutien FB, un certain nombre de commentaires vont jusqu’à nier au braqueur le fait que oui, il s’agissait d’un humain (“bien fait pour lui / les victimes commencent à se venger et c’est tant mieux / une racaille en moins etc”).

Il est bon au contraire que Maître Eolas verse un peu dans le sentimental afin de rappeller que oui, le braqueur, tout criminel qu’il était, avait également une famille, des amis, une compagne et bientôt un enfant. Mais il semblerait que de nos jours il soit normal pour les Français (du moins ceux qui soutiennent le bijoutier sur la page FB) que certaines vies valent moins que d’autres.

19. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:31 par kidsinhalf

Une coquille s’est glissée. L’enquête de police qui suit “con cours”. C’est bien son cours si le contexte et le langage y concourent !

20. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:32 par elvire

On parle bien de cette page ?
https://www.facebook.com/soutien1la…

21. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:32 par Sanshaine

Merci pour ces explications très complètes. Sans rien savoir de ce bijoutier, je peux cependant imaginer, au vu de témoignages d’autres personnes braquées, que la violence brutale du braquage (à la hauteur des propos et des gestes) peut déclencher une peur intense de mourir et même, ce que relatent souvent les victimes de violences, un véritable thraumatisme et une panique.

Dès lors, n’y a-t-il pas dans ces minutes qui suivent l’agression une abolition du discernement ? Peut-on supposer que cet homme a agi froidement alors qu’il pouvait se sentir menacé de mort, même s’il ne l’était plus ?

22. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:34 par Pour du beurre

La défense du bijoutier pourrait-elle plaider des circonstances atténuantes ? Après tout, il a réagit dans le feu de l’action, ce qui pourrait expliquer son mauvais karma.

23. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:37 par Hervée

N’étant ni juriste ni médecin, je me demande s’il pourrait plaider l’abolition de discernement suite à l’agression (coups + effet psychologique du braquage) ? Et si elle était retenue, serait-il soumis à indemniser les proches du braqueur ?

24. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:37 par guycapdeboscq

La première réaction qui me vient à l’esprit est merci pour ce billet Lumineux.

25. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:38 par Hervée

Oups le temps de rédiger mon commentaire, vous avez déjà répondu à un autre posant une question similaire, pardon.

26. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:39 par Yannick

Je me suis fait agresser violemment et passer à tabac par deux individus il y a quelques années. Vous perdez à ce moment toute notion de réalité. J’étais comme dans un rêve (ou plutôt un cauchemar) et je peux vous assurer que n’avez plus du tout les idées claires. Il parait simple et logique de respecter la loi tranquillement assis chez soi mais dans une situation comme celle qu’a vécue le bijoutier c’est une toute autre histoire.
Je n’excuse pas son geste. Je me demande simplement si la justice prend en compte le fait que vous perdez votre lucidité lors d’une agression violente?

27. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:40 par QIAH

mince, pour la note 1 je m’attendais à “c’est moi, bien entendu.” Je suis un peu déçu.

28. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:47 par flashou

Merci maitre pour cet article salutaire face à la “folie” sécuritaire qui gagne la France. A l’heure ou j’écris ces lignes, j’apprend que des coup de feu ont été tiré à Washington. Ce genre de faits divers se répètent bien trop souvent au pays de l’Oncle Sam, et tout comme vous je n’aimerai pas que nous en arrivions là.

Sans insister sur le fléau des armes à feu (quelles que soient les mains qui les manipulent) il est crucial que le public réalise que l’auto justice n’est PAS de la justice. C’est en revenir à la loi de la jungle que de tolérer de tel comportement.

Cette personne à commis un crime grave, et la justice s’occupera du crime, pas de l’individu. A tout ceux qui demandent la prise en compte des circonstances atténuantes (ce pour quoi je suis tout à fait d’accord) je demande de garder leur requête en mémoire pour le jour ou un individu “louche” aura commis un crime : aurez vous la même indulgence face à ses arguments ou bien serez vous radicaux et inflexible, brandissant la peine de mort bien haut en réclamant une tête ?

Dura Lex Sed Lex

29. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:49 par bjm

” Il a 67 ans, âge vénérable, auquel hélas la nature commence a prendre son dû. La vue baisse, la main tremble. “
J’ai exactement 67 ans, la nature prend effectivement son dû comme vous le dîtes si bien. Mais je ne comprends pas cet argument. Apparemment le main du bijoutier (qui aurait mieux fait de prendre une retraite bien gagnée certainement), n’ a pas tremblé puisqu’il n’a pas loupé sa cible (peut-être fait-il partie d’un club de tir ?). Ou alors, et vous donnez des armes à la défense, il voulait viser les pneus du scooter et sa main ayant tremblé, sa vue étant trouble, il a par le plus grand des hasards malheureux tué sans vraiment le vouloir le jeune malandrin.
Cela dit : billet -que j’attendais avec impatience- salutaire.

30. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:54 par Tyea

Merci Maitre Eolas, d’évoquer cette affaire.

Je suis atterré par le soutien massif que reçoit ce bijoutier. J’ai écrit moi-même un article sur le sujet sur mon blog, et je constate avec peine qu’il ne convainc que bien peu de gens, la plupart étant farouchement à glorifier l’acte de cet homme, qui se serait selon eux, défendu bravement.

J’imagine le choc vécu par cet homme, sa colère, mais comment parler de légitime défense quand on tire dans la rue sur un véhicule en fuite ?

Et s’il avait très mal tiré, touché un passant ?

Et que faisait-il avec une arme de ce genre ?

Des questions qui ne touchent que peu de gens, lesquels souhaitent certainement une France américanisée, où l’on peut sortir un flingue et punir le méchant gangster…

L’arme que possédait le bijoutier, sensée le protéger, a finalement fait de lui un meurtrier. La victime transformé en coupable.

31. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:54 par Philippe

Bonjour, et merci pour vos éclaircissements concernant la loi et votre analyse des faits.

Je souhaiterais vous poser une question : vous citez, parmi les causes d’irresponsabilité pénale, “l’abolition du discernement par un trouble psychique ou neuropsychique (= la démence mais pas seulement)”.
Plutôt que de parler de légitime défense, l’avocat du bijoutier ne pourrait-il pas se référer à cet article, en invoquant le fait que le celui-ci était déboussolé, souffrant d’un état de perturbation, de panique ou d’un traumatisme que l’agression aurait pu générer ? (la menace, les coups…)

Je suppose que si cela ne peut constituer une cause d’irresponsabilité, ça pourra constituer une circonstance atténuante… Ces dernières sont-elles entièrement soumises à l’appréciation des magistrats, ou bien y a-t-il des règles qui fixent ce qui peut - ou ne peut pas - être considéré comme tel, avec éventuellement des précisions sur les conséquences qu’elles peuvent avoir sur la peine prononcée ?

Philippe

32. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:55 par Laurent

Un proche avait fait la même chose que ce bijoutier, il y a plusieurs années. A l’époque, les manifestations soutenaient la famille de la victime (et ce n’était que la presse locale et pas nationale qui s’en était emparé).

Maintenant, on a des manifestations de soutien au meurtrier.

Est-ce que ces affaires sont représentatives du renversement de l’opinion en très peu de temps ou alors est-ce deux cas isolés sur lesquels on ne peut pas tirer de conclusion générale ?

33. Le lundi 16 septembre 2013 à 16:57 par KubilaïKhan

31) Les circonstances atténuantes n’existent plus depuis bien longtemps.

34. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:04 par Kazar

@Eolas : oui, cela me semble peu probable. Si le fait d’être père ne lui a pas mis de plomb dans la cervelle, et si son père et sa famille n’avait pas réussi à le décourager, je ne vois pas ce qui aurait pu le faire changer. Sans compter qu’un braquage réussi n’aurait pu que’ l’encourager à récidiver. Mais peu être suis-je un peu misanthrope.

35. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:05 par QIAH

@Yannick (26): c’est aussi pour ça qu’on organise un procès, pour tenir compte des circonstances quand les faits sont établis.
Je vous rappelle que la loi ne prévoit que des peines maximales, libres aux juges de condamner moins fort.

36. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:06 par Néophyte Atterré

Bonjour Maître,

Comme d’habitude sur vtre blog, un billet clair concis, expliquant point par point ce qui s’est passé et ce qui va probablement se passer avec les détails de la loi

Ce pendant comme certains ici, je suis un peu choqué par une partie de votre texte.

Je pense en effet que vos explications éclairés n’avaient NULLEMENT besoins du recours à ce type de discours.

Je pense que les personnes qui voient en ce bijoutier la victime, ne viendront JAMAIS sur votre blog car ils agissent par le compassionnel (combien ai-je entendu proférer ce type d’argument pour tous et n’importe quoi)

Le passage “Dans quelques mois, un enfantvous vous êtes fourvoyés en arrivant ici” n’était pas indispensable

Pour le reste, Merci de ce billet fort éclairant

37. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:12 par NicolasD

Question idiote Maitre (ou à quiconque saurait y répondre) :

Je vous cite : le fait que celui qui se défend soit sincèrement, mais à tort, convaincu de l’existence d’une menace fait obstacle à la légitime défense

Cela veut-il dire que si je menace quelqu’un avec un pistolet sans projectiles, donc inoffensif type jouet pour enfant, mais pouvant cependant sembler bien réel à un non-initié et que cette personne me retourne une châtaigne, la légitime défense ne pourrait être retenue ?

38. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:12 par NicolasD

Question idiote Maitre (ou à quiconque saurait y répondre) :

Je vous cite : le fait que celui qui se défend soit sincèrement, mais à tort, convaincu de l’existence d’une menace fait obstacle à la légitime défense

Cela veut-il dire que si je menace quelqu’un avec un pistolet sans projectiles, donc inoffensif type jouet pour enfant, mais pouvant cependant sembler bien réel à un non-initié et que cette personne me retourne une châtaigne, la légitime défense ne pourrait être retenue ?

39. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:13 par Adrien

Merci pour cet éclaircissement, cela était nécessaire.

40. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:14 par Arnaud

Je suis de droite donc je suis un partisan de la loi et de l’ordre…

On ne tire pas sur les gens, même s’ils viennent de vous braquer.

Cela dit, j’en profite pour revenir sur une des phrases favorites de Maître Eolas; celle où il dit que le rôle d’un avocat est de s’assurer que le droit est bien respecté… (je n’ai pas la citation exacte, elle doit être quelque part sur le site)… Combien voulez-vous parier que l’avocat du bijoutier va faire tout son possible pour que JUSTEMENT, le droit ne soit pas respecté ?… ;)

41. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:15 par Bertrand Marc

Merci Maître pour ce billet éclairant !

42. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:20 par Cld

@31 et 33: Les circonstances atténuantes n’existe plus sur le papier, mais elle reste prise en compte dans la réalité, c’est d’ailleurs pour ça qu’on fait des procès: prise en compte des circonstances du délit/crime et individualisation de la peine.

Sur la partie “sentimental”, je trouve cela intéressant dans la mesure ou celle ci permet de montrer que oui le sentimental et la compassion, ça marche dans les deux sens et que ça empêche de raisonner correctement.

43. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:21 par Méass

Pour une version fictive mais pas forcément très éloignée de ce fait divers, il est possible de voir ou de revoir The place beyond the pines.

44. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:22 par J.C.

Cher Maître,

Une petite question: dans la mesure où deux instances vont se succéder (l’une pour les faits de braquage, l’autre pour les faits de homicide) et qu’aux termes de celles-ci, des indemnisations seront ordonnées, pour le bijoutier pour les faits de braquage, pour l’entourage du braqueur pour les faits de homicide, la loi permet-elle une compensation entre ces deux indemnisations?

45. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:22 par A_Vanssay

Maître,

Oui, trois fois oui sur le fond.

L’ignorance aveugle du web n’est pas un exemple de raisonnement ni d’intelligence (pléonasme…). Cependant, vous usez vous même d’un raccourci un peu vaseux. Le fait que la victime soit futur père n’est pas une circonstance agravante. User de l’argument d’orphelinat pour culpabiliser les idiots qui soutiennent sans réfléchir est aussi bas que ce dont vous les accabler, même utiliser de façon ironique.
Mélanger des sujets est encore plus petit car il implique des amalgames peu flatteur pour vous.

C’est dommage, vous êtes plus intelligent que cela.

46. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:23 par Pierre

Merci pour ce billet, modèle d’intelligence et de clarté. Je le fais lire de ce pas à mes enfants et j’en garde une copie pour mes cours (eh oui, je suis magistrat qui s’essaie à l’enseignement)

47. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:27 par Amadou

Le ressenti de la victime au moment des faits peut lui faire perdre son discernement…
Je me souviens d’une amie, tout à fait calme et paisible, se faisant arracher le collier de sa grand-mère décédée qu’elle avait au cou…
Ce vol l’a rendu hystérique !
Toute fragile qu’elle était, elle s’est pourtant aussitôt jetée sur le voleur fort surpris, lui lacérant le visage, manquant de l’énucléer…
Des passants ont dû protéger le voleur de cette furie… !
Tout cela s’est arrêté avec la restitution du collier et l’arrestation dans les règles du voleur…

48. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:30 par guigui

Bonjour Maitre,

Excellent article comme d’habitude, même si on peut regretter parfois un côté “sentimentaliste” que n’aurait pas renier vos amis de l’IEJ.

Qu’en est il actuellement de la jurisprudence Cousinet de 1967 qui réduit la possibilité de justifier une infraction par la légitime défense aux infractions volontaires ? (impossibilité de se prévaloir de la légitime défense pour un homicide involontaire ou des violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner)

49. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:33 par Mimi68

J’apprécie beaucoup la partie juridique de votre démonstration.

Je vous suis parfaitement pour ce qui est du fond.

Cependant, dans la partie philosophique de votre démonstration vous opposer le fait que le bijoutier ne pouvait connaître le passé chargé de son agresseur au fait qu’il eusse dû savoir qu’il était presque père. Comment concilier ces deux partie de la démonstration ? Doit-on considérer que la boule de cristal du bijoutier avait des ratées ? Cela se plaide-t-il ? Plus sérieusement, on ne peut lui reprocher d’avoir tué un homme sans connaître ces antécédents et lui reprocher de n’avoir su que sa compagne était parturiente.

Au plaisir de vous lire très prochainement.

50. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:35 par Niçois mais Gaulois

Bonjour Maître
Si le Tribunal considère que le bijoutier a riposté alors qu’il venait de se faire sauvagement agréssé, donc commotioné et en perdition d’une partie sa raison: peut-on espérer un non lieu et dans ce cas une jurisprudence pourrait-elle s”établir ?
Cordiales salutations.

51. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:36 par Marushah

Juste pour dire, que, contrairement à quelques commentateurs, je suis contente que quelqu’un rappelle que le braqueur n’est pas QUE braqueur. C’est un être humain, avec des proches, une famille. Ne pas considérer ça, c’est dépersonnaliser, ce qui permet de haïr tranquilou.
Ok, il a fait une grosse connerie, mais ça ne vaut jamais la mort d’un être humain, c’est à dire quelqu’un qui aime, est aimé etc. Ça peut paraitre gnangnan, mais c’est pourtant ça qui fait qu’on doit pas tuer.

52. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:38 par Le Tigre

Merci Maître pour vos lumières, et avoir pu énoncer clairement ce que la plupart des gens conçoivent aisément.

En revanche, aucun remerciement pour les médias qui ont monté l’affaire comme un chef étoilé une crème chantilly.

Je vais avoir de beaux débats avec quelques “amis FB” dont je sais le like.

@Niçois mais Gaulois : commotion et perte de discernement ne se marient guère avec le fait de prendre son arme, sortir de la bijouterie, viser juste et tirer au but. Rien à voir avec la scène de “A history of Violence”.

53. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:39 par Simplet

En ce qui me concerne, j’ai cliqué like pour soutenir l’acte du bijoutier que je considère comme parfaitement légitime, quoi qu’en dise la loi sur la légitime défense.
Je souhaiterais qu’en France soit un jour votée un équivalent de la castle law US.

54. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:40 par Gaetano

Interessante comparaison - un fait tres similaire survenu a Milan il y a quelques annees. Le bijioutier en a eu pour 1 an et demi de prison…
http://www.repubblica.it/2006/05/se…

55. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:42 par odetissot

Cher Maître, je suis un de vos fidèles lecteurs, et ma formation juridique (doctorat) m’a toujours permis de pleinement apprécier l’exactitude de vos analyses juridiques.
Vos explications sur les aspects juridiques de la légitime défense me paraissent donc exactes et complètes. Cependant je vous ferai 2 critiques.
D’abord, mais c’est anecdotiques, on peut douter du fait que l’enfant du braqueur soit empéché par la mort de son père (et en subisse un préjudice) de la possibilité “d’apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales”, les délinquants récidivistes armés de fusils à pompe n’étant pas les meilleurs éducateurs en cette matière.
Ensuite et surtout, en matière de crime, l’existence d’un jury d’assises constitué de simples citoyens (et citoyennes) permet légitimement que des faits juridiquement qualifiables de crimes ne soient pas reconnus comme tels par l’institution judiciaire si les membres du jury, poussés par l’opinion commune, les estiment “innocents” voire “recommandables”.
Or l’opinion commune n’a pas nécessairement tort; une telle situation est d’ailleurs parfaitement conforme à l’idéologie démocratique sur laquelle se fonde toute notre justice pénale, et on en a déja eu en France de nombreux exemples (pensez aux femmes avortées qui jugées aux Assises dans les années 30 étaient acquittées par les jurys “populaires” malgré leurs aveux).
Permettez-moi donc de penser que les réactions de soutien au bijoutier niçois sur Facebook ne relèvent pas d’une justice du Far-West, mais plutôt du droit de libre expression, et de libre opinion, dont bénéficie chacun d’entre nous.

56. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:42 par Pey

S’agissant d’un crime le bijoutier est passible de la Cour d’assises… Avec un jury populaire ne va-ton pas une possible reconnaissance (illégitime) de la légitime défense ? Et donc vers un acquittement… ?

57. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:44 par chdorb

Maître,
Je trouve votre billet excellent, mis à part une faute d’orthographe qui pique les yeux.
Dans «le même que le votre», ça prend un accent circonflexe. Le «vôtre».

58. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:44 par djim

bonjour maitre…tout dabord je salue votre maitrise du code pénal..et ensuite je tiens aussi a vous remercier de nous avoir fait part de ce qui est vraiment un état de légitime défense..
.

59. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:45 par Lunt

Votre article est très clair et remet de la raison là où il est nécessaire. Je tique sur un détail qui est que le droit est une science. Je suis psychanalyste et philosophe, et je trouve cela très exagéré. Contrairement à la physique qui peut prédire une trajectoire ou la météo, le droit ne prédit pas les infractions qui seront commises. Il s’agit d’un système codifié de réponses par une institution à un certain nombre de besoins sociaux, comme la pénalisation de certains actes. En un sens il est proche d’une forme de philosophie de l’action appliquée, mais pas d’une science bien que le droit fasse appel à un très haut niveau de rationalité. (je n’évoque pas le recours à la rhétorique dans les tribunaux qui est une autre question quoique liée en partie à celle-ci …). Je coupe donc les cheveux en quatre pour la circonstance. Merci encore pour votre clarté.

60. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:47 par neeko

Je suis sûr qu’on peut trouver des agriculteurs bio pas honnête, personnellement.

61. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:48 par Julien

On ne peut qu’être d’accord sur le fond, puisque la loi est ce qu’elle est.
Néanmoins je ne suis pas du tout d’accord avec le sentimentalisme (il n’aura pas de père & co) de ce billet.
Des gens sans père, sans mère, sans les deux, il y’en a des milliers, pour des causes diverses et variées. Il y’en a aussi qui perdent leurs enfants, par exemple, quand des multi récidivistes sont laissés en liberté (cf. l’agression et le viol survenus à Colombes il y’a quelques semaines).
Faut’il donc attendre qu’un multi-récidiviste s’en prenne à un magistrat (http://www.leparisien.fr/faits-dive…) pour qu’il se passe quelque chose ? On parle ici quand même de quelqu’un qui a 14 condamnations (14, pas une, pas deux) et qui n’aurait jamais du être dehors.

La justice est ce qu’elle est, les circonstances atténuantes n’existent plus mais si on commençait par punir les criminels, au lieu de leur trouver des excuses, on arriverait pas à ce genre de situations.

62. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:49 par coquelet54

Juste une phrase, qui vaut pour toutes et tous :
DURA LEX, SED LEX !

63. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:50 par banane

à Mimi68 en 49 : Il me semble que Me Eolas veut simplement dire que, à moins d’y être obligé, il n’est pas très raisonnable de faire feu sur des gens que l’on ne connait pas.

64. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:51 par Nicolas B.

Bonjour,

Excellent billet, merci.
Certains avancent l’idée que le jury pourrait être influencé par les “Like” Facebook.

Par quels procédés la justice tente t’elle de les en préserver ?

65. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:52 par cerval06

Bonjour,

La semaine derniere, mon cousin commercant, venant d’ouvrir son affaire depuis peu, s’est fait cassé le restaurant pendant la nuit…
Au matin quand une personne l’appelle pour lui annoncer ce qui s’etait deroulé dans son affaire, celui ci prend sa moto et tente de se rendre le plus vite possible a son restaurant y voir les degats et les pertes…
De notre famille, on sait qu’il est devenu fou, c’etait son bébé, sa premiere affaire et il ne roulait pas sur l’or… un coup dur ça aurait ete pour lui… pour sa tresorie, malgré les assurances…
Sur la route mon cousin est décédé d’un arret cardiaque et a provoqué un grave accident… (cf : nice matin du debut du mois sur la region d’eze dans le 06).

Qu’auriez vous a dire la dessus MAITRE ?

66. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:56 par mimi

merci pour ce billet plein de sagesse !….

67. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:57 par Escal Vigor

“…la loi du Far West ne s’impose”

C’est bien le problème, et c’est ce pointe la foule de gens qui ont exprimé leur exaspération en “likant” la triste page Facebook (je parle de la masse, pas des militants de la haine).

J’habite dans un quartier “sensible”, sous forte pression policière actuellement (ZSP). Venez y passer ne serait-ce qu’un heure : vous y verrez une quantité impressionnante d’actes illégaux, parfois graves, parfois commis sous les yeux des CRS qui ont ordre de ne pas intervenir (les autorités vivent dans la trouille de l’émeute). Les habitants doivent faire avec, comme au temps du Far West, et courbent l’échine. La loi, chez nous, c’est la loi de la jungle. Les policiers, au milieu de ce bazar, jouent les cow-boys (plus ils sont impuissants, plus ils adoptent des comportements de caïds…). Mais, je vous rassure, si je me gare mal j’aurai une contravention, et je devrai la payer (l’ordre règne).

Objectivement, je ne vis plus dans une République, mais dans une sorte de territoire soumis à la loi du plus fort, et je ne peux rien faire, que subir et me taire, ou me “venger” (par exemple en “likant” une page haineuse, ou en votant mal).

68. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:58 par Nadir

Je suis en désaccord avec le commentaire 59, pas tant sur le fond, que sur la forme. Si le droit n’est effectivement pas une science, ce n’est pas parce qu’il ne peut pas prédire, cela est une affirmation tout à fait fausse. Car la météo est loin d’avoir toujours raison, tout comme la physique. Non, ce que disqualifie le droit comme science “exacte” c’est l’intervention du “facteur humain”. Ainsi, un juge A rendra une sentence a et un juge B une sentence b sur une même affaire ou du moins, fort similaire. Le droit me semble poser un cadre de réponse (la peine peut aller de… jusqu’à…, ce à quoi s’ajoute la jurisprudence et d’autres règles) et laisse ensuite le juge formuler sa propre sentence qui peut aller de l’acquittement à la peine maximale en passant par le sursis entre autres. Ceci dit, je trouve cet article très intéressant.

69. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:00 par Pauline

Ce n’est pas d’un point de vue juridique que je me suis placé en donnant mon soutien, c’est d’un point de vue personnel (au vu des faits qui ont toutefois bien voulu nous être donnés par les médias) que j’ai, en mon âme et conscience “cliqué” pour apporter mon soutien moral à ce bijoutier.
Les “soutiens” n’ont de toute façon aucun effet sur le jugement qui sera rendu. C’est une manifestation d’empathie face à un comportement qu’on aurait peut-être pu un jour avoir et on a tout à fait le droit de l’exprimer tout en sachant que de toute façon “la loi c’est la loi”.
Je pourrai très bien changer d’avis quand je connaitrai les faits en détails.
Pour l’instant, je constate qu’il n’a fait que répondre légitimement face à une menace. En effet, selon les infos qui peuvent circuler sur la médias, le braqueur, lors de la fuite en scooter, aurait continué à viser le bijoutier avec son fusil à pompe. Dans ce cas, la riposte du bijoutier face à une menace d’atteinte à sa vie (et non plus aux biens) me parait proportionnée. L’acte de légitime défense du bijoutier face à une tentative d’homicide ou de coups et blessures du braqueur (certes, encore faut-il que les conditions de l’infraction pour le braqueur soit remplies) pourrait alors profiter au bijoutier.

Affaire à suivre…

70. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:01 par Brice

Bravo cher maître.
j’ajouterais que selon moi ce bijoutier est un représentant de l’individualisme exacerbé critiqué trés justement par John Dewey, philosophe et président du jury du contre procès de Trotsky.
http://resistanceetamour.over-blog….

71. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:04 par Cessoule

Merci pour ce rappel à la loi, et à notre justice qui, malgré ce que certains peuvent en penser, se démène pour l’égalité des chances et une impartialité . J’ajouterai à cet article une citation d’Albert Jacquard, malheureusement décédé la semaine dernière : “Tout homme a droit à une vie qui lui permette de se construire”. J’ai confiance en la justice et je vais diffuser très largement votre article.

72. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:06 par Alain Bihel

Merci maître pour cette démonstration utile puisque le “bon sens” n’y suffit pas, n’étant il est vrai que relatif.

73. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:06 par cerval06

On peut toujours etre menacé de mourir meme quand les voleurs sont dejà loins… Les repercutions psychologiques et physiologiques peuvent s’etendre au delà de l’heure du crime… La justice ne prend elle pas en compte les causes et les consequences d’un geste ou de plusieurs ? Des années d’etudes apres le bac, et des auto-plebiscites se qualifiant d’elite peuvent il omettre cette simple deduction comprehensible par un gamin de 16 ans un peu mature ? Ou est la justice ? CAUSES ET CONSEQUENCES…Tout le monde se fige sur la consequence de cette histoire en essayant d’oublier les causes et les veritables responsables… Dans l’histoire du bijoutier, on voit sur le compte facebook du frere du jeune braqueur tué, les deux freres armés de fusil a pompe, et de pistolets…Le jeune braqueur tué a moins de 10 ans sur les fotos, et tient dejà un fusil a pompe dans les mains… C’est une reaction autistique de la part de la justice de noyer ces verités dans les consequences sordides qu’est l’histoire de ce bijoutier nicois ? Si les lois n’etaient pas faites pour etre revisés, on brulerait encore les epileptiques sur le bucher….

Bien a vous…

SIINO JEREMIE

74. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:07 par Gibouille

@dedenn
Il est possible que cet incident dissuade certains braqueurs en herbe de passer aux actes.
En revanche je crains fort qu’il incite ceux qui ne renonceront pas à opter pour un modus operandi plus radical
“Je tire d’abord je braque ensuite, comme ça moins de risque de prendre un pruneau dans le dos”.

75. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:07 par Jean Barjou

J’estime qu’il faut garder le sens des nuances : soutenir ce bijoutier ne signifie pas l’approuver. C’est vrai, on est un peu “limite” pour la “légitime défense” : tirer sur des agresseurs déjà en fuite, ce n’est pas la même chose que s’il avait tiré au moment où ils l’agressaient. À mon humble avis, moi qui ne suis pas juriste, il a agi dans un état voisin de la légitime défense, concept qui n’existe évidemment pas dans la loi, mais qui existe tacitement dans la jurisprudence et revient à un maximum de circonstances atténuantes, l’indulgence pouvant aller jusqu’au sursis intégral. Là n’est pas vraiment la question, d’ailleurs : n’anticipons pas un procès qui n’a pas encore eu lieu! Ce qu’il y a lieu de réclamer dans l’immédiat, en vertu des circonstances atténuantes évidentes, c’est la liberté (éventuellement conditionnelle), l’arrêt de la garde à vue, la non-détention préventive. J’estime en effet qu’elles sont «évidentes» si on imagine son état d’esprit, sa peur, sa colère. L‘“intention de donner la mort” n’est pas seulement impossible à établir, elle est improbable : était-il en mesure de viser avec précision, surtout un véhicule en mouvement? Le supputer d’après la trajectoire des balles n’est pas sérieux!

76. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:09 par Le Juge

MERCI! Tres tres bon article trs clair sur la definition de légitime défense déja et qui me fait e sentir un peu moins seul compte tenu des réactions que j’ai pu voir des fois lorsque je dis que je en soutiens pas le bijoutier. Comme vous le faite si justement remarquer - il faut que le bijoutier soit poursuivi car son acte ne relevait pas de la légitime défense - et cette marque de soutien ainsi que les messages que j’ai pu voir me consterne. Si nous justifions cet acte nous allons nous diriger vers une loi proche du “stand your ground” texan (ou j’ai vécu pendant 4 ans) et le stand your ground c’est une loi dangereuse car elle elargit beaucoup trop le concept de légitime défense - vous avez cité l’affaire zimmerman mais il y a aussi le cas “Ramirez” qui a essayé de faire jouer la loi dans son sens - et a failli réussir. Le texas c’est un état ou l’on peut tirer a travers une porte si on se “sent” menacé, au texas les gens conseille de viser le buste “pour montrer qu’ on a voulu arreter l’aggresseur”. Le texas c’est aussi un état ou la combinaison “Stand your ground” + “prolifération des armes” + “3 and Out” + “peine de mort” fait que les vrais bandits tirent d’abord et volent ensuite veut ont voir cela en France - personellement je ne veux pas.

77. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:09 par Sliwka

Vous devriez être reconnu d’utilité publique.

78. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:09 par Np237

Une affaire similaire s’est produite dans mon entourage lointain. Des voleurs armés se sont introduits, armés, dans une maison pour un cambriolage disons musclé. Le propriétaire a alors récupéré des armes chargées, en a confié une à son fils, et a attaqué les voleurs. Ceux-ci ont riposté et le propriétaire est mort. Les voleurs prenant la fuite, le fils a visé par la fenêtre et en a abattu un dans le dos.

L’abolition temporaire du discernement a finie par être retenue lors de son procès.

79. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:10 par Poulpenstring

Bonjour,

Bien que n’étant pas un grand “fan”’ du droit, je voulais vous dire bravo pour cet article et pour l’esprit qui vous anime (je pense notamment a « Merci. Votre mot consolera indubitablement son fils orphelin qui se dira que c’est bien fait pour lui-même »).

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas réussi a digérer (sans aigreurs) un article relatif au domaine juridique, mais il faut avouer que je deviens aussi de plus en plus allergique aux commentaires abominablement stériles du Web.

A ce propos, existe t il une loi qui pourrait interdire certains commentaires du type Le père pleure son fils, c’est bien fait pour lui, il n’avait qu’a mieux l’éduquer etc. etc… ou faut t il considérer définitivement que le web sera inattaquable a jamais ?

80. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:12 par Yoann

Bonjour Maître Eolas,

Merci d’avoir pris la plume pour tenter de remettre de l’ordre dans ce faux mais terrible mauvais débat. Si j’estime que le braqueur est allé au devant de son funeste destin ce n’est pas pour autant que cela doit être applaudi. Si ce bijoutier avait tué un enfant se rendant à l’école on aurait un tout autre raz-de-marée médiatique. C’est triste, c’est glauque mais la justice ce n’est pas cela.
Je suis fatigué de ce populisme récurrent sur les questions de droit en France qui nous empêche de trouver des vraies solutions : Comment combattre la criminalité, comment responsabiliser et accompagner tous les citoyens / justiciables, comment faire évoluer notre société sans haine ni violence … bref dès fois j’ai le sentiment d’être un étranger dans mon propre pays et de nager à contre courant.

81. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:13 par Clementtt

J’attendais votre billet avec impatience et je n’ai pas été déçu… Je respecte le drame humain, je comprends le sentiment de vengeance qui a pu animer l’espace d’un instant cet homme, mais cet acte doit être condamné et vous expliquez avec brio pourquoi. Merci de faire le travail que les medias devraient faire, afin de ne pas contribuer à cette montée des extrêmes dans notre société.

82. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:13 par Céline

Assez bien résumé sur les faits. Je ne suis pas forcément d’accord avec le geste du bijoutier. La loi est bien entendu la même pour tout le monde. Mais si on prend le problème a la base : ce futur père de famille, poursuivi une vingtaine de fois a 19 ans, n’avait il pas mieux a faire que braquer une bijouterie pour gagner de l’argent?! N’est pas ça être adulte et réfléchi, montrer l’exemple a son futur enfant et a sa famille? Pour gagner sa vie, il existe une chose simple : le travail! Chose que ce bijoutier, a 67 ans, essayait de faire…
Mon conjoint est surveillant pénitentiaire, moi je travaille dans la police. Je peux vous dire une chose : les prisons sont pleines de ces petits malfrats, ceux qui tentent et retentent l’argent facile, et ce malgré la réinsertion. Et avec l’expérience, rares (exceptionnels même) sont ceux qui arrivent a se “ranger” suite a leur incarcération. Donc peut être que ce jeune était l’exception…il ne méritait pas la mort, ça c’est sur, mais il aurait pu se remettre en question bien avant ce drame.

83. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:14 par windu.2b

Tout ceci me remet en tête la chanson de Renaud : “Les charognards” http://www.youtube.com/watch?v=mUvW…

Petite question toutefois : quelles étaient les circonstances atténuantes possibles, autrefois ?

84. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:14 par Yacine

Bonsoir à toutes et à tous

@13
Il n’est pas question ici de préjudice économique mais de préjudice moral…

@Eolas
Le décret de 1903 qui autorise les gendarmes à tirer sur des personnes en fuites qui refusent de s’arrêter à leurs sommations et à leurs injonctions de s’arrêter et qui leur donne donc le droit de tirer sur les gens comme sur des lapins n’a toujours pas été abrogé?

85. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:15 par Alain

J’ai apprécié l’analyse et la clarté de votre billet. Elle rejoint ce que je pensais de cette affaire dramatique malgré le contexte exacerbé et épidermique des réactions de l’opinion et des médias.
Merci de vos explications.

86. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:15 par doug

Je trouve votre billet très pertinent, néanmoins une possibilité n’est pas évoqué, et pourtant les cas récents de braquages semblent pourtant la confirmer : Si les braqueurs n’auraient jamais été retrouvé il se serait passé quoi ?
Plusieurs possibilités :
- le bijoutier doit fermer boutique car son fond de commerce a été dérobé, et la justice incapable de les retrouver et restituer (donc injustice).
- les braqueurs, rôdé dans l’exercice continuent braquage sur braquage, en chemin un employé sera tué, un honnête passant héroïque abattue en voulant intervenir (cf http://www.republicain-lorrain.fr/f… par exemple ), soit des morts et préjudices supplémentaires juste pour que la loi inefficace se porte bien.

A choisir je préfère voir un braqueur mort, que X innocentes victimes supplémentaires (ainsi que leurs enfants, familles, amis, vu que ça vous tient à coeur) dû à l’incapacité de la justice à les arrêter . Voilà pourquoi je soutiens cette page, si vous êtes en mesure de comprendre mon simple point de vue, plus moral que légal en l’état.

Il n’y a pas de réelle solution dans notre système actuel pour endiguer ce fléau, mais nul doute que la loi dans le domaine sera voué à évoluer dans les années à venir, et peut être avec un changement plus “violent” envers les personnes qui portent atteinte, sans aucun respect de la loi, à nos biens.

Cordialement

87. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:15 par Karim

Cher Maître,

Merci pour ce billet. Je me permets une question sur les circonstances atténuantes. J’ai pu lire dans l’une de vos réponses qu’elles n’existaient plus depuis 1994. Je l’ignorais et en ai été assez surpris. J’imaginais qu’un tel principe avait pour but de susciter l’indulgence de la cour, et de justifier que pour un même crime la sanction puisse être différente (un homme qui vient de se faire braquer qui abat son braqueur dans la rue vs. le même acte mais sans le braquage préalable).
Vous serait-il possible de nous en dire davantage sur ce qui a justifié la disparition des circonstances atténuantes?

Cordialement,

88. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:15 par Mickaël

Plusieurs fois que je lis vos articles.

Très bien résumé.

En ce qui vous concerne, vous avez 5 ans de droit et rien de travers. :)

89. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:23 par tenardier

Bonjour,
Une mort est toujours tragique surtout dans ce genre d’affaire et les dommages collatéraux ne toucherons pas que la victime, il n’y à pas de gagnant, il y a que des vies brisées. Mais en creusant un peu on pourrait toujours dire que si ce jeune homme avait réellement effectué les peines pour ses 14 condamnations il serait toujours en prison et vivant !!! à méditer.
Cordialement

90. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:27 par cerval06

Jusqu’au milieu des années 70, un homme rentrant chez lui, voyant sa femme et son amant dans le lit conjugual, devenant furieux et les tuant tous les deux, se voyait dans la majorité des cas acquité ou tres peu puni par la loi… On parlait de crimes passionnel avec circonstances attenuantes…(ou autre je ne pourrais etre precis ou juste je ne suis pas avocat), mais l’idée est là.. Cette loi a ete aboli a cause des abuts… C’est comme la peine de mort, elle a pas ete abolie pour la dignité de l’espece humaine, mais essentiellement a causes des erreures judiciaires… SI ça peut repondre a KARIM ET A WINDU

91. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:28 par Solo

Vous analysez mais vous ne comprenez pas.

“L’homme abattu avait 19 ans, et avait déjà été condamné pour des faits de vols, des violences et des infractions routières, d’après Nice Matin citant des sources policières. Il avait une compagne enceinte de ses œuvres.”

Il avait été plusieurs fois condamné vous dites, mais dans l’intervalle il met une fille enceinte, trouve des armes et des complices afin de commettre un braquage (et combien d’autres faits qui n’ont pas fait l’objet de plaintes ou d’enquête).

Il aurait dû être en prison, et il serait toujours en vie aujourd’hui. Vous pensez que la prison doit être l’exception ? Ne faites pas semblant de le pleurer.

92. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:28 par Glutzenbaum

Je vais juste rappeller un vieux dicton :”qui sème le vent récolte la tempête”.
Je trouve que ça suffit pour réfléchir avant qu’il ne soit trop tard.

93. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:28 par Solo

Vous analysez mais vous ne comprenez pas.

“L’homme abattu avait 19 ans, et avait déjà été condamné pour des faits de vols, des violences et des infractions routières, d’après Nice Matin citant des sources policières. Il avait une compagne enceinte de ses œuvres.”

Il avait été plusieurs fois condamné vous dites, mais dans l’intervalle il met une fille enceinte, trouve des armes et des complices afin de commettre un braquage (et combien d’autres faits qui n’ont pas fait l’objet de plaintes ou d’enquête).

Il aurait dû être en prison, et il serait toujours en vie aujourd’hui. Vous pensez que la prison doit être l’exception ? Ne faites pas semblant de le pleurer.

94. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:28 par Glutzenbaum

Je vais juste rappeller un vieux dicton :”qui sème le vent récolte la tempête”.
Je trouve que ça suffit pour réfléchir avant qu’il ne soit trop tard.

95. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:28 par Glutzenbaum

Je vais juste rappeller un vieux dicton :”qui sème le vent récolte la tempête”.
Je trouve que ça suffit pour réfléchir avant qu’il ne soit trop tard.

96. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:29 par Casdenor

La fin ne justifie pas les moyens dans une société civilisée.

Dommage de citer Machiavel alors que justement, la fin justifie les moyens dans une société civilisée. Une erreur commune est de croire que cette phrase signifie que tous les moyens sont bons pour arriver à sa fin, ou, de temps à autre, qu’on accepte un moyen du moment que la fin a été obtenue, c’est à dire rétrospectivement. Or, c’est tout l’inverse, cette phrase invite à proportionner ses actes en fonction des risques et des gains. C’est donc en fonction de la fin qu’on veut obtenir qu’il faut proportionner la manière dont on va l’obtenir.

Pour le reste, excellent article, comme toujours.

97. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:32 par Netrunner

Cher Maître,

Vous semblez oublier l’essence même de cette affaire, une loi fondamentale puisque écrite sur les tables de la loi : “Tu ne commettras pas de vol”.

Bafouée à plusieurs reprises par le braqueur, cette loi n’a semble-t-il jamais été comprise puisque le monsieur était multi-récidiviste.
De la même façon, il me semble que se pose également la question de la légalité de sa détention du fusil à pompe, soumise également à autorisation préfectorale.

De fait, une question me piquent les lèvres : ces fameuses lois, qui n’ont finalement plus beaucoup de sens à l’heure actuelle, devaient-elles protéger les honnêtes gens qui travaillent ou les crapules qui enfantent ?

98. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:34 par DG

Bonsoir à toutes et à tous

@simplet; “L’acte du bijoutier que je considère comme parfaitement légitime, quoi qu’en dise la loi”, quelle belle antithèse… À mon sens, “légitime” implique de suivre la loi.

@Eolas: Bravo. Clair, lisible et compréhensible par les non-juristes (j’en suis). Et quel dommage: les gens qui en auraient besoin ne viendront pas le lire.

99. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:34 par Etc

“La sanction d’un braquage, c’est 15 voire 30 ans. Ça n’a jamais été la mort.”
Je vous invite à jeter un coup d’oeil à la loi n° 50-1443 du 23 novembre 1950 qui fait du vol à main armée un crime passible de la peine de mort, et ce jusqu’à l’abolition de la peine de mort.
En ce qui concerne le “droit” à un père et une mère, qui n’en est pas un, on peut aujourd’hui douter de ses fondements, à l’heure ou la notion de famille au sens traditionnel est en décomposition.
Espérons donc que la mère de cet enfant lui trouve un père.

100. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:36 par Tiriel

Merci pour le billet Maitre. Cela résume parfaitement ce que j’essaye d’expliquer depuis le buzz de cette affaire.

Une petite chose à dire pour un commentateur ceci-dit:
@dedenn en n°7: “A vous suivre, il faut éviter d’énerver les braqueurs, donc idéalement, il faudrait laisser le coffre ouvert.
Exactement. C’est précisément la doctrine qui est en vigueur dans tout les commerces que je connais, en tout cas ceux qui font partie d’un groupe, si minime soient-ils, comme celui dans lequel je travaille. “En cas de braquage, ne jouez pas aux héros, donnez leur ce qu’ils veulent sans faire d’histoire. La vie est infiniment plus précieuse que les biens matériels”. Les assurances remboursent (ou pas, ou pas complètement, mais c’est une autre histoire), et la justice peut attraper les malfaiteurs. Si vous tuez ou que vous vous faites tuer, le retour en arrière n’est plus possible.

101. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:40 par Tiriel

Et au passage, pour Netrunner en n°96:
Vous semblez oublier l’essence même de cette affaire, une loi fondamentale puisque écrite sur les tables de la loi : “Tu ne commettras pas de vol”.
C’est bien que vous en parliez, parce que le commandement qui se trouve juste avant pour sa part édicte que “Tu ne tueras point.”

102. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:40 par dedenn

@ Eolas en 7
Corrélation n’est pas causalité.

C’est bizarre, j’ai tendance à penser la même chose quand on m’explique qu’il ne faut pas mettre les délinquants en prison, car ça les transformerait en criminels. Et qu’on cite l’exemple des EU, où le taux d’incarcération et le taux d’homicide sont plus élevés. Sans chercher à savoir si les meurtriers américains se sont endurcis en prison ou pas.

103. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:47 par Simplet

@ Casdenor 95

Pas d’accord avec votre interprétation. Si effectivement “la fin justifie les moyens” ne signifie pas que tous les moyens sont acceptables pour arriver à ses fins, cela signifie au contraire que c’est au vu du résultat de l’action que l’on peut décider si le moyen était juste, c’est à dire approprié à obtenir le résultat. Cela n’implique aucune proportionnalité mais pose plutôt une obligation de résultat.
Dans le cas du bijoutier, c’est quand il passera aux assises que l’on saura si la fin (protéger son commerce, mettre un criminel définitivement hors d’état de nuire) a justifié les moyens.
Je fais en tout cas toute confiance à un jury populaire et à son bon sens pour juger de la pertinence de l’acte du bijoutier, quitte à tordre le sens de la loi sur la légitime défense. Mais il n’y a pas de raison que seuls les professionnels du droit disposent de cette possibilité de tordre les textes à leur convenance, n’est ce pas ?

104. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:48 par Eric Vaillant

Bonjour,
Excellent article, je dois dire. Le droit et l’interprétation du droit y est parfaitement expliqué.
Toutefois, j’aimerais émettre une réserve concernant le préjudice par ricochet à la compagne du voleur et à son fils qu’il ne connaîtra jamais. J’ai l’impression qu’un criminel ou un délinquant dispose (ou doit disposer) d’un droit selon lequel tout individu n’a pas à être - vitalement - inquiété de ses actes illégitimes du seul fait qu’il a une femme et un enfant. Ca me paraît être toujours une excuse de trop. Certes, je comprends parfaitement l’idée, et d’ailleurs, pour cette raison, la peine de mort est sans doute une peine qu’il ne faut pas appliquer. Mais hors ce cas, on renvoie la balle dans le camp du bijoutier criminel. C’est le bijoutier qui devient le plus mauvais parce que la personne qu’il a tué allait être père… Pas de bol pour lui, il aurait bien mieux valu qu’il tue un célibataire isolé sans descendance. je suis en désaccord avec ces principes. Sur cette idée, il faut y appliquer selon moi une théorie du risque. Une personne qui décide de procéder à un acte criminel, armé, dangereux pour autrui, doit savoir qu’il met sa propre vie en danger et aussi celle de sa famille. Avoir une famille doit être source de réflexion pour la personne qui compte commettre un crime ou un délit. Ce doit être une source de dissuasion. Selon moi, si un criminel passe à l’acte, c’est à ses risques et périls. Cette solution est sans doute la plus neutre et la meilleure. L’indemnisation penche trop en faveur de l’un et la Sippenhaft pour l’autre. J’espère que si indemnisation il y a, qu’elle soit largement minorée du fait de la faute de la victime. A l’inverse, on pousse le bijoutier au suicide.

105. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:48 par OlivierL31

Cher maître,

Vous semblez être passé à côté de cette déclaration de l’avocat du bijoutier :

«Il a expliqué avoir voulu tirer deux fois pour immobiliser le scooter et une troisième fois parce que le passager de ce scooter l’aurait menacé directement de son arme»

(Source : [http://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/Nice-Le-bijoutier-mis-en-examen-pour-meurtre-528626] )

Si l’enquête avérait ces faits, les conditions de la légitime défense seraient réunies.

106. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:51 par Chloé

Merci pour cet article, qui met des mots sur mon incompréhension face au “soutien” massif apporté au bijoutier. (Peut-on vraiment parler de soutien? J’ai l’impression que ces personnes se sont ralliées à la cause du meurtrier davantage pour étaler leur haine que parce qu’elles se sentaient concernées par ce drame…)
Encore une fois merci, j’espère que vous en ferez réfléchir plus d’un…

107. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:53 par PMB

//il devra quand même indemniser la victime, représentée par son héritier (son enfant à naître, à défaut ses ascendants) et ses proches (..) Ça peut chiffrer, car il y a bien des postes de préjudice. La perte de revenus (…)//

Faisons dans l’humour noir : bah oui, le mort ne va plus pouvoir nourrir sa famille avec des braquages.

Blague à part : entre les soutiens au bijoutier, au droit à tuer celui qui vous cambriole, et les soutiens au braqueur, au droit à braquer car on est une victime des méchants riches, on est mal barré.

Il y a une info quasi passé sous silence vu cette affaire : l’attaque d’un lycée de Marseille réputé pour son travail auprès des jeunes en difficulté. C’est sûr que pour certains, qui vont le l’extrême-gauche à l’extrême droit en passant par les intégristes musulmans et les caïds des técis, l’école, symbole d’émancipation, c’est pas le bon plan…

108. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:54 par Escal Vigor

Au fait, tous les médias ont répété que le jeune tué était

“un petit délinquant”

Attaquer un commerce avec une arme de guerre, frapper un homme âgé à coups de crosse (au risque de le tuer), commettre un acte passible de 30 ans de prison (du moins théoriquement), ce serait “de la petite délinquance” ?

Quand les mots n’ont plus de sens, il ne faut pas s’étonner que nous basculions dans l’irraisonné.

109. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:54 par Simplet

@DG 97
“À mon sens, “légitime” implique de suivre la loi.”

Non, ça ça veut dire “légal”.
La Résistance française était légitime. Pourtant elle violait les lois de l’état français légal, ainsi que celles édictées par l’occupant légal.

110. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:55 par Alba

@85 DOUG
Jusqu’à preuve du contraire il existe (et elles sont obligatoires) des assurances que même vous (si si) avez.
Et figurez vous que ces assurances (qui coûtent un bras aux bijoutiers) couvrent les vols et d’autant plus avec effractions et menaces avec armes.
Donc concrètement un “Humain” a été tué par un autre Humain, pour une simple histoire de pognon (et encore…), pognon qu’il aurait de toute façon récupéré.
Finalement un “Humain” a été tué pour rien si ce n’est sa cupidité et celle du possesseur initial

111. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:57 par ptibonom

Bonjour,

Quid de la légitime défense (pour soi même ou pour autrui) si le dit CRS est en bonne voie de tuer à coups de trique ? Je ne pense pas qu’il faille remonter si loin dans le temps pour pointer quelques cas. Y a t’il une jurisprudence ?

Concernant une défense basée sur une démence temporaire, avoir été braqué auparavant serait-il ‘recevable’ ?

112. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:58 par momo

TU VOLES , TU PAYES , STOP !

Eolas:
Techniquement, si tu payes, tu ne voles pas, en fait.

113. Le lundi 16 septembre 2013 à 18:58 par Ysabeau

Ça fait du bien de voir qu’il y a au moins une personne qui a aussi pensé aux dégâts qu’aurait pu faire cette fusillade en pleine rue.

114. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:01 par Malavita

On ne m’ôtera pas de l’idée que la garde à vue du bijoutier aurait dû se dérouler quai des Orfèvres.

115. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:02 par Xénomorphe

Mec ! Merci, mec ! Yeah ! Toi, t’es pointu, tu claques ! J’ai partagé cette page 20 fois en 3 jours ! (le passage sur le “droit de violer” une aguicheuse ! /respect !)
Bises @+

116. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:08 par Jérome

Peut-on parler de circonstances aggravantes ou d’homicide avec préméditation pour le bijoutier ?
Je m’explique, il détient une arme (de manière illicite), si ce n’est pas dans le but de s’en servir pourquoi en posséder une ?
Par ailleurs on peut imaginer qu’il a acheter cette arme dans le but de s’en servir et de tuer le cas échéant son ou ses agresseurs, en cas de cambriolage. Il y aurait donc bien préméditation ?
Je me fais l’avocat du diable, sans vouloir accabler encore un peu plus ce bijoutier. Mais son comportement, l’achat d’une arme, tirer en pleine rue, au risque de blesser ou tuer d’innocents passants, ce n’est pas citoyen ni responsable. Ce comportement se doit d’être sanctionné par la loi, il est aussi répréhensible que celui de ses malfaiteurs.
En conclusion, c’est un drame, voici deux familles détruites, par le comportement des uns et autres. Laissons la justice et la police faire son travail, sans récupération politique.
Dernière remarque, une polémique existe tout de même quand au nombre de soutien réel par “like” dont l’énorme majorité pourrait venir de bien loin … Manipulation ?
Merci pour votre article, et ces précisions sur nos lois en cours, très explicites.

117. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:08 par Laure

Bonjour,
Le but premier du groupe était “le soutien au bijoutier” et non l’incitation à la haine!
Il ne s’agissait pas de minimiser devant la loi le geste du bijoutier, ni de dénigrer l’homme tué mais simplement de soutenir moralement un homme dans cette épreuve car son geste, même s’il n’est pas excusable, reste compréhensible. Et il devra continuer à vivre avec les conséquences de son geste.
Ce n’est pas votre article qui m’a fais arrêter de “liker” la page facebook, c’est le fait qu’elle soit devenue un défouloir pour les extrêmes malheureusement.

Dans ce fait divers, chacun tient sa part de responsabilité et les derniers paragraphes de votre post sur l’indemnisation me surprennent. Je ne connaissais pas cette loi. Une victime n’est donc responsable de rien? Le braqueur (qui a choisis cette prise de risque) n’a aucune responsabilité alors qu’il a provoqué les circonstances ayant entrainé sa mort? (menace avec arme, coups). N’y a-t’il pas de degré entre la légitime défense et l’homicide volontaire?

118. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:09 par marie jo

Bonjour,
je n’ai aucune connaissance en droit mais je ne veux pas que mon fils de 7 ans vive dans un pays où on peut se faire justice sois même.
Merci pour toutes ces informations.

119. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:10 par Johanara

Merci pour cet article salutaire. Des jours que je bataille sur mon Facebook avec certains de mes amis qui prônent la loi du Talion. J’ai partagé votre article, qui sait, peut être certains changeront ils d’avis. Ou du moins se mettront ils à réfléchir un brin… bravo.

120. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:14 par Pauli

Tres belle synthèse qui montre qu’il est urgent de changer certaines lois …

121. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:15 par JF

Il n’y a qu’un seul problème dans votre explication, c’est que, contrairement à ce ce que vous indiquez, la réparation du préjudice de la “victime” n’est absolument pas certaine puisque, comme le dispose l’article 706-3 du code de procédure pénale, “La réparation peut être refusée ou son montant réduit à raison de la faute de la victime” et cette disposition, comme l’a retenu à plusieurs reprises la Cour de cassation, s’applique aux ayant droit de la victime. Pour cela, la Cour retient qu’il faut que la faute de la victime soit en relation de causalité directe et certaine avec le dommage.

122. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:15 par Hugo28

Qu’en est-il selon vous de l’article 122-6 du CP :

Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l’acte :
1° Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ;
2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

Le 2° de cet article est-il applicable en l’espèce ?

123. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:17 par UnPassant

Cher Monsieur,
Les propos tenus dans votre billet ne sont pas à remettre en question, ni la justesse du raisonnement.
Je n’ai pas cliqué sur “like” de la fameuse page pour les mêmes raisons.
Cependant, certains éléments de vos discours sont ceux là même qui me donnent envie de vous donner tord et qui exaspèrent la population. Quand bien même cette dernière n’a pas connaissance de votre raisonnement vous ne pouvez lui reprocher de vivre dans une réalité bien moins confortable que la votre et lui dire de subir l’absence de justice à répitition. Ce discours beaucoup le connaissent dans le fond mais en on assez de voir que les peines infligées (et non infligées) ne règlent pas le problèmes d’insécurité et de violence.

Si vous défendez l’idée de s’en tenir à un discours purement juridique et à l’application stricte de la loi telle qu’elle a été votée, soit mais alors tenez y vous. L’histoire du futur enfant n’a absolument rien à faire dans votre discours, on peut tenir les même propos avec la famille du bijoutier et cela ressemble à une forme de complaisance. Pour finir cet argument, vous nous expliquez sur un ton très pédagogique “que ça ne se résume pas à pleurer sur le sort d’un braqueur”. Et bien justement si! On pourrait aussi plaindre sa mère qui va nous expliquer qu’elle ne comprend pas, qu’il était pourtant très gentil quand il était petit…

Vous dites “la loi ne vise pas à promouvoir les comportements héroïques”. C’est triste mais c’est bien ce que les gens ont trop compris quand ils apprennent que des policiers sont callaissés ou mis en examen parcequ’ils ont utilisés leur armes à feux sur des vouillous dans une voiture volée qui veulent les écraser à un barrage…

Il ne s’agit pas de “donner une médaille à ce bijoutier ” mais de ne pas l’acabler pour un fait qui relève de la justice populaire. Même si je ne l’approuve pas, le cri des gens n’arrive pas sans raison. Et ce cri est contre une justice qui n’est pas assez sévère…à l’opposé des discours politiques qui en prétendant expliquer l’origine de cette violence, la justifie par la même occasion.

PS: vous répliquez plus haut sur un commentaire “Vous pensez que ce jeune homme de 19 ans n’aurait jamais gagné un sou honnêtement de sa vie ?”. Malheureusement, je crains que non…(et je le crois sincèrement!) ce type de question fait espérer une réponse positive qui est tout aussi infondée que ma réponse négative.

124. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:17 par Tim

Je vous avouerai que je tique quand je lis «La cour restera libre de prononcer une peine (…) de sursis intégral. (…) Il y a gros à parier que ce bijoutier ne verra jamais l’intérieur d’une cellule de prison». En vérité je m’agace le plus souvent des condamnations en sursis. Sans remettre en question l’effet psychologique d’une condamnation considérée lourde, ni les bénéfices que le sursis peut avoir quant à la récidive, ni les éventuelles problématiques juridiques sous-jacentes à mon propos, *je ne comprends pas qu’un sursis soit perçu comme une peine*. Le condamné sort libre du tribunal, sans que l’État lui impose d’autre contrainte que de se tenir à carreau, ce qui, dans un cas comme celui-ci où la récidive est improbable, équivaut à ne rien demander du tout. Pire, le sursis est une condamnation que l’on ne peut purger, ce qui me semble en contradiction avec les principes fondamentaux de la Justice. Si l’État devait juger que les conséquences personnelles (fond de commerce, indemnisation, etc.) étaient suffisemment punitives, il serait préférable qu’il n’y ait pas de peine du tout, le sursis s’apparentant ici à une vraie-fausse condamnation.

Dit autrement, le recours très excessif aux peines de sursis me parait être un symptôme d’un système de peines déliquescent, et j’ai l’impression qu’à cette occasion la Justice manque sa cible. (Mon propos n’est ici pas de nier la difficulté des alternatives mais de souligner l’inanité et l’urgence.)

Sinon, belle mise au point, j’espère qu’elle aura un impact (en réalité je n’en doute pas : vous êtes lu par beaucoup de gens, j’ai déjà vu d’autres de vos mises relayées dans Le Monde). J’aime beaucoup le commentaire 76 (Sliwka). :)

Des détails :
«Il n’y a pas de légitime défense pour le meurtre d’un voleur» (en gras dans votre texte) : c’est ambigu (il faudrait préciser «non armé»).
«le droit est une science, et repose sur des raisonnements et des démonstrations» : il me parait y avoir un glissement entre le droit (écrits et objets d’étude) et le jugement.
— Je trouve un peu dommage le passage sur la mise en danger d’autrui, qui dilue l’argument principal : dans un État de droit, on ne se fait pas justice soi-même, encore moins par un meurtre.

Merci et continuez,
Tim.

125. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:17 par Vladsy

Cher Maître,

En premier lieu je tenais à vous remercier pour ce très intéressant billet qui évoque la loi et les faits sans passion. Vous dites que la fin ne justifie pas les moyens dans ce cas précis je l’admet . Mais si dans un dossier pénal un accusé obtient illicitement les preuves de son innocence ( piratage informatique) en application du 427 du cpp commenté par la cour de cassation et que les juges ne veulent pas se servir de la preuve n’y a t’il pas dans ce cas la fin qui justifie les moyens car les preuves ont été remisent à la justice pour faire éclater la vérité ? Si le dossier vous intéresse accepteriez vous de devenir mon avocat ?

Eolas:
Votre approche est très subtile, on ne sent presque pas le hors sujet. Mais je ne prends pas de dossier via ce blog, désolé.

126. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:18 par Jeanjean

Merci maître! Certaines personnes sur le point de réaliser des attaques à mains armées viennent de franchir le pas après la lecture de votre article… Désolant! J’espère qu’on ne vous paie pas pour écrire ce genre de chose ou alors que vous ne faites que “réciter” le code pénal, j’ose espérer que ce ne sont pas vos convictions! Si c’est cela la loi, changeons la loi!
D’ailleurs, si la loi indiquait l’inverse de vos propos, quelle forme auraient-il pris?

127. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:18 par Jeanjean

Merci maître! Certaines personnes sur le point de réaliser des attaques à mains armées viennent de franchir le pas après la lecture de votre article… Désolant! J’espère qu’on ne vous paie pas pour écrire ce genre de chose ou alors que vous ne faites que “réciter” le code pénal, j’ose espérer que ce ne sont pas vos convictions! Si c’est cela la loi, changeons la loi!
D’ailleurs, si la loi indiquait l’inverse de vos propos, quelle forme auraient-il pris?

128. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:19 par DocAdrénaline

Merci.
Votre rigueur fait du bien aux neurones.

129. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:21 par guy

Bonjour maitre,

Je tiens à réagir sur quelques points.
Tout d’abord, où peut-on lire le nom de l’arme. Du 7.62, c’est de la munition militaire.
Je ne connais pas de pistolet semi-automatique en 7.62, mais des mitraillettes légères, AK47 et M60 par exemple. Je ne connais pas tout les armes du monde, mais je pense avoir une assez bonne connaissance du sujet.

Il y a des pistolets automatiques qui possedent un tir “Burst”, tir qui envoie 3 cartouches. Je ne cherche pas à dédouaner ou défendre le geste, mais a apporté des possibilités.

Pour le paragraphe du fils qui va naitre, sérieusement, ça aurait changer quoi s’il avait été tué lors de la poursuite avec la police, si elle avait eu lieu, le policier conducteur aurait pris 6 mois de prison?

130. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:23 par Lo

Maître, que penser du soutien d’élus à cet homme qui, légitime défense ou pas, a commis un homicide ?

131. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:23 par cerval06

CAUSES ET CONSEQUENCES :

Mon cousin est mort d’un arret cardiaque sur sa moto en allant voir l’etat de son restaurant braqué par des voleurs….

CAUSES ET CONSEQUENCES : Le bijoutier a son age aurait pu mourir de crise cardiaque, benit soit il encore qu’il ai eu la force de tirer… Mais l’impact psychologique est physiologique d’un braquage n’en reste pas moins violent…d’ou l’acte de ce bijoutier….

CAUSES ET CONSEQUENCES !!!

132. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:24 par Marion

Cher Maître, merci pour ce billet, très juste, qu’on le veuille ou non. Pour ma part j’apprécie aussi les passages plus ironiques ou ceux dit “sentimentaux” (?).

Particulièrement, au delà de l’analyse juridique qui a pour mérite de clarifier, voire d’apaiser, le débat autour des évènements, merci pour ce passage, je n’avais pas réfléchi a cette affaire sous cet angle, pourtant très juste :

“Cet homme, sous le coup d’une terrible émotion, mélange de peur, de colère, de douleur, car il a reçu des coups, sort dans la rue, un mercredi matin à 9 heures, à l’heure où les enfants vont aux centres de loisir ou au parc, et il ouvre le feu à trois reprises. En plein centre-ville. Dieu merci, il n’a blessé aucun passant, il n’y a pas eu de balle perdue. Si un enfant se rendant au parc s’était pris une balle perdue, applaudiriez-vous toujours ce monsieur ? Et pourtant, il aurait fait exactement la même chose. La fin ne justifie pas les moyens dans une société civilisée.”

@Cerval06 : l’histoire que vous racontez est très triste et mes pensées vous accompagnent. Ceci étant, pourquoi prendre à partie maître Eolas à ce sujet ?

133. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:25 par Fred

J’ai un sentiment curieux… Je suis entièrement d’accord avec ce que vous dites, après tout on en revient au fameux cas du “il ne faut pas se faire justice soi-même”. Mais j’ai quand même un arrière-goût bizarre… On a droit à une tirade sur l’enfant qui vivra sans père, quid du bijoutier ? Combien de bijoutiers ont déjà été menacés, se sentent peu en sécurité, vivent tous les jours avec une petite boule au ventre sur ce fameux “quand ça m’arrivera à moi” ? Est-ce qu’au quotidien on s’en tracasse ? On parle de la justice, de la police, comme si c’était un système parfait et merveilleux, mais on est quand même loin du compte, il n’y a qu’à voir ce jeune qui à 19 ans avait accumulé combien de délits déjà ? Et bien sûr, vu que les peines sont à peine appliquées, le sentiment d’impunité devient plus fort. Je trouve qu’on est toujours dans un extrême où dans l’autre, soit on verse dans le bourgeois-bohême du “comprenons les pauvres égarés, donnons leur une chance, leur vie est aussi précieuse qu’une autre”, soit on verse dans une version de Judge Dredd, où certains pensent que la loi devrait être appliquée par les individus directement… Or les extrêmes sont toujours dangereux…

134. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:26 par numa

Merci pour l’article, éclairant du point de vue du droit.
En revanche je bute un peu sur la partie ” Un jeune homme de 19 ans, futur père”, et tout le paragraphe derrière.
Ce n’est plus du droit là, mais de l’émotion pure, aussi “populaire” que celle que vous reprochez aux soutiens du bijoutier. Et si le braqueur / victime avait 60 ans et pas d’enfants, cela changerait quelque chose aux faits? Je pense qu’aux yeux de la loi, chaque sujet de droit a la même valeur.

135. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:27 par cerval06

Je ne prend a partie personne, je montre juste une maniere de voir les choses sous un angle que beaucoup ont peut etre eu le tord d’oublier : Les causes et les consequences d’un geste… On se noit dans les consequences avec une sorte de morale abjecte et refutant l’idée que sans les causes, les consequences auraient ete differentes…
On va juger un homme sur sa faiblesse, alors que le jeune braqueur de son acte il en faisait sa force….

136. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:28 par Cyril

Cher maître, encore bravo pour votre article. J’avais une question pour vous: de mémoire, peuvent faire usage d’une arme en cas de légitime défense, comme indiqué, le citoyen lambda, ainsi que les policiers, mais il me semble que les gendarmes, après sommation, peuvent faire usage de leurs armes, même si ils ne sont pas en cas de légitime défense. Me trompes-je? et à quelles conditions?

137. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:28 par alansogood

Merci de cet article.
“La fin ne justifie pas les moyens dans une société civilisée.” C’est effectivement cela qui fait d’une société qu’elle soit civilisée ou non.
J’ai tout aimé dans votre billet, sauf la partie relative à “l’enfant” propre à susciter une compassion inverse à celle rechercher auprès des lyncheurs nostalgique du Far-West.

Un petit commentaire : m’est avis que lesdits Lyncheurs - qui, comme d’autres, demandent plus de moyens à la Police et plus de sécurité pour les honnêtes citoyens…..et qui ont raison, il faut le reconnaître - sont souvent les premiers à fustiger l’impôt !! On pourra reparler autre part du bon usage des deniers publiques, mais bon, si on veut de la sécurité il faut la payer !

138. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:29 par Juuna

Bonjour,
Je tenais à vous remercier pour la clarté de votre article, c’est toujours agréable de pouvoir s’informer sans se retrouvée embrouillée par ce que l’on lit.

Respectueusement

139. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:31 par jerome

Mais la part de l’humain dans tout ça…
ma réflexion du jour, moi qui ai liké la page
Trouvé ce matin ce petit mot dans ma messagerie privée…
Bonjour Jérôme, peux-tu me confirmer que tu “aimes” la page de “soutien au bijoutier de Nice” ? merci

Réponse

C’est un goût acide… le contact sur les dents du canon de fusil laisse un moment sans réaction, soudain, ils ne sont plus là, les coups se sont arrêtés, la peur laisse d’un seul coup place à la rage, à une colère qu’on ne pensait pas ressentir un jour… Même le premier braquage n’avait pas provoqué un tel déferlement de violence dont on ne se sait d’ailleurs pas capable. En un instant, l’arme est dans ma main, je suis dans la rue et les coups de feu font tomber le délinquant en fuite… A ce moment-là, je ne sais pas qu’il est mort et que ma vie vient de s’arrêter à cause d’une connerie…

Telle pourrait être la pensée de ce bijoutier qui n’a pas supporté de se voir violenter une fois de plus. La mort de jeune est bien regrettable, mais souvent l’on sait que vivre par les armes rime avec mourir par les armes. La situation marseillaise le montre quasiment tous les jours. Alors, puisqu’il faut te donner une réponse François, qui chasse sans autre forme de procès les fascistes ordinaires qui se cachent dans tes listes « d’amis », ces personnes bien sous tous rapports qui montrent enfin leur vrai visage de la haine : oui, j’ai liké la page de soutien à ce bijoutier de quartier. Par ailleurs, je rejette entièrement le tumblr qui en découle et qui n’est qu’un appel au meurtre, à la self-defense et à la violence que certains voudraient légitime. Aujourd’hui, de mon point de vue (purement café du commerce), deux vies ont été brisées ce jour-là, des parents ont perdu un fils, une famille a perdu un père ou un mari. Car si on fait confiance à la justice de notre pays, ce petit bijoutier sera puni pour ce qu’il a fait. On pourrait débattre des heures de la légitimité ou non de son geste et des circonstances atténuantes ou non qui l’entourent. Mais voilà, j’y vois le geste stupide d’un homme désespéré qui n’attendait plus que la République le protège…
En revanche, ton message sibyllin, à l’odeur menaçante est presque ce qui a réussi à gâcher une journée qui s’annonçait belle. Tu es donc de ce monde-là qui condamne et voue aux gémonies les gens qui ne pensent pas comme eux ? Je n’aurais jamais eu l’idée d’effacer des gens de ma liste de connaissance pour des idées différentes des miennes. On a prêté une phrase à Voltaire « je ne partage pas vos idées mais je me battrais jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer ». Tu as donc décidé que toute personne qui ne serait pas de ton avis ne mériterait pas de figurer parmi tes connaissances. Quelle belle idée de l’échange, du débat… Toi, François , chantre de la pensée unique ? Alors oui, si tu le souhaites, rayes moi de ta liste de connaissances. De mon côté, je continue avec plein « d’amis » qui ne sont pas d’accord avec moi et dont je ne partage pas toutes les idées mais qui apprécient, autant que moi, les échanges que l’on peut avoir, en gueulant parfois mais sans pour autant se fâcher. Ce petit message privé que tu m’as envoyé semble faire de toi le gardien de la Tolérance, de la bien-pensance qui ne souffre aucune aspérité ni contradiction…

140. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:33 par l'Ane Onyme

1°)La plupart des vols à mains armées de petits commerces, tabacs et autres sont “délictualisés”.
(C’est le cas quasi systématiquement dans les bouches du rhône en tout cas).
Cela engendre un sentiment d’impunité de la part des “criminels” qui ne font souvent que quelques mois de prison pour leurs méfaits.
A l’inverse cela engendre dans la population un sentiment de révolte.
La révolte pouvant déboucher sur l’auto-défense.
2°)Quand la police parvient à attraper ce type de délinquant, la police l’attrape pour un fait, en général les délinquants en ont commis bien plus.
3°)Dans certains pays la légitime défense n’exclue pas l’homicide volontaire.
Pourquoi ne pas modifier la loi ? Les auteurs de ce type de méfaits y réfléchiraient à deux fois sachant qu’ils risquent leur peau. Aujourd’hui on monte au braquage comme on va faire ses courses.
4°)Le “criminel” abattu à Nice par le bijoutier était un délinquant multirécidiviste. Comme le criminel de Marignane qui a tué un retraité. Si la justice (et les politiques) étaient moins laxistes et que pour un fait réprimé les délinquants purgeaient réellement une peine ils ne seraient pas dehors à être des récidivistes et des réitérants. Beaucoup de ces voyous étaient en liberté alors qu’ils faisaient l’objet de condamnations pénales.
5°)Beaucoup de ces voyous ne craignent pas la prison (peu de chance d’y aller et quand bien même ils s’y forgeront un pedigree qui fera d’eux des durs) qui effraie le citoyen lambda qui à tout à perdre.
6°)Il faut construire des prisons et enfermer les individus dangereux, asociaux refusant les règles de la société. On voit bien que les voyous récidivent alors qu’ils ne vont même pas en prison.
7°)Des prisons ou les détenus aient peur des gardiens et non l’inverse. Des uniformes, des chaines, pas de shit, de téléphones portables, de playstation, etc…
La prison est là pour protéger les honnêtes citoyens des personnes dangereuses et punir les malfaisants.
8°)Dans ce pays lorsque un voyou se fait attraper, aucune considération pour les victimes, en revanche “l’auteur” devient victime… De la société, de la discrimination, etc…
9°)Landru, Messrine, Guy George, etc ont été des gentils “bébés” avec des mamans, ils pouvaient avoir des frères, des soeurs, des enfants… En quoi le fait que ce criminel allait devenir papa l’excuse de ses actes et accroît la responsabilité du bijoutier ?
10°)Pour ma part, la loi est mal faite, on punit les délinquants routiers avec une sévérité sans borne (en même temps ça rapporte de l’argent) et on laisse aller les véritables voyous…
11°)Le peuple trime, est méprisé par ses élites le temps de la révolte n’est peut-être pas très loin.
12°)Ma prose est peut-être celle du “café du commerce” mais est certainement représentative de ce que pense les gens qui subissent l’insécurité, la délinquance.

141. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:39 par anonyme

pour etre devenu pere “par accident” j’imagine (mais ce n’est que mon imagination) le cas de figure de l’ado deviant qui a malgré tout réussi a ne pas se faire emprisonner pour longtemps malgré des erreurs de jeunesse. Il vient de décider de rompre avec le crime, mais subitement, ça petite amie lui annonce qu’elle est enceinte.
Pris de panique, il décide de braquer une bijouterie pour offrir un avenir a son enfant et lui eviter de sombrer lui aussi dans la delinquance.
sa copine tente desesperement de le raisonner mais rien n’y fait.
c’est la derniere fois, c’est pour notre enfant…
vous connaissez la suite
oui ça sort de mon imagination, mais qui sait si ça ne s’est pas passé comme ça ?
en tout cas il ne pourra plus s’expliquer…

142. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:40 par mmenoss

Merci mais tellement merci d’avoir pris le temps de coucher ces lignes !

143. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:44 par cerval06

Anonyme, va sur le compte facebook du frere Yannick asli, qui diffuse des fotos de lui et de son petit frere agé de moins de 10ans avec des fusils a pompes, et des pistolets… Ton imagination est bonne…

144. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:48 par xc

@Eolas,
“En outre, la question se posera de la cohérence de vouloir immobiliser sur place des personnes armées et violentes, qui auraient pu répliquer aux tirs en faisant usage de leurs fusils : “
Si le cas s’était présenté, le bijoutier n’aurait-il pas été alors en état de légitime défense?

145. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:50 par Atrament

Sans remettre en cause la justesse de votre article (je ne suis pas compétent pour juger de votre connaissance de la loi), et tout en louant son immense clarté et la valeur pédagogique indubitable qu’il recèle à mes yeux, je regrette qu’il me reste une question au bord du clavier.

Nonobstant la chronologie de l’agression, laquelle est sûrement en défaveur du bijoutier, peut-on imaginer que la terreur qu’il reviennent (les braqueurs) soit un motif pour considérer le bijoutier comme encore convaincu de la réalité du danger ? Auquel cas, la défense a-t-elle, selon vous, une chance de faire considérer la nécessité ?

Car ces temps-ci, j’imagine facilement qu’il a pu être braqué à répétitions, ce qui peut influencer sa perception des événements…

146. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:52 par Cyril

Nisi Dominus custodierit domum, in vanum vigilant qui custodiunt eam

147. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:55 par Theodule

“La loi impose une réponse et la loi permet que cette réponse soit modérée”
19 ans, 14 condamnations, et toujours en liberté, en effet la réponse est un tantinet modérée ….
Peut -être que si elle l’avait été un peu moins ce jeune homme serait toujours en vie
Je ne suis pas juriste, mais vous ne pensez pas qu’il serait temps de la changer cette loi ?

148. Le lundi 16 septembre 2013 à 19:57 par Letter

Quelque chose m’interpelle. Vous parlez des magistrat qui doivent appliquer la loi et rien que la loi. Comment la loi permet-elle que quelqu’un condamné 14 fois soit encore libre?
Un prochain article pour éclairer la lanterne d’un quidam un peu déboussolé? Merci d’avance.

149. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:00 par Dulototo

Cher maître, pouvez-vous nous en dire plus sur la « jurisprudence classique de la Cour de cassation, protectrice des victimes, qui interdit d’opposer à la victime son comportement même fautif en cas de crime ou délit volontaire » ? Une très simple description/lien me suffira bien amplement. Merci beaucoup !

150. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:01 par Joël Rey

Comme la personne qui signe “Julien” un peu plus haut, j’ai moi aussi “liké” la fameuse page Facebook, et dans un état d’esprit à peu près identique : évidemment aucune espèce d’approbation de l’auto-défense, et encore moins de sympathie pour les défoulements haineux dont Maître Eolas décrit me semble-t-il fort justement la psychologie médiocre et sinistre.

Mais c’est justement là que mon raisonnement me conduit paradoxalement à des conclusions qui divergent des siennes :

D’abord, et s’il est évident que les habituels charognards de la pensée et d’une démocratie apaisée s’efforcent effectivement de “récupérer” l’émotion qui se déverse sur la fameuse page, permettez-moi d’observer d’abord que celle-ci n’a pas été créée sur un message tendant à justifier l’auto-défense, ni à préjuger dans ce cas précis de responsabilités qu’il n’appartient qu’à la justice d’établir, mais juste sur celui d’une compassion pour cet homme, dans l’épreuve qu’il traverse sans l’avoir voulue… Et si l’on y parcours les commentaires réagissant à chaque tentative de récupération par l’extrême-droite, on a la satisfaction de constater que c’est bien ainsi que l’entend l’immense majorité de ceux qui y témoignent leur soutien à cet homme.

Je ne pense donc pas m’être fourvoyé en voyant dans cette page une initiative qui, loin de contrarier l’oeuvre de justice, peut au contraire participer à sa mission d’apaisement de la société, en suscitant un débat avec ceux qui, manquant souvent de recul ou tout simplement de culture d’un système dont ils n’ont pas les clés, ne peuvent plus se reconnaître dans les décisions d’une justice et d’un état dont ils ne discernent plus que les manquements à ce devoir élémentaire de les protéger.

Et depuis plusieurs jours que je discute ici et là de cette fameuse page, l’ampleur de cette faillite m’apparaît de plus en plus clairement, et tout particulièrement dans ces zones de non-droit où prospère la criminalité : à lire et entendre les commentaires des familles de l’assassin de Jacques Blondel à Marignanne, ou d’Anthony Asli à Nice, on mesure à quel point leur univers est totalement étranger au droit qui se discute dans les prétoires.

L’inverse est d’ailleurs assez vrai aussi : le droit dans lequel se drapent beaucoup des bien-pensants qui s’indignent de cette page me semblent souvent une manière de “cacher la poussière sous le tapis” : si la “science juridique” n’est plus que l’argument d’une confiscation d’une justice pourtant rendue au nom du peuple, et le prétexte à un procés d’intention au nom de raison contre l’émotion légitime de celui-ci, n’est-ce pas admettre implicitement la faillite d’un système incapable de remplir sa mission, qui est de rendre avec toute la promptitude nécessaire des décisions qui soient effectivement appliquées, pour garantir la protection des citoyens ? Je ne crois pas à une démocratie sans débat, pas plus qu’à une justice qui ne commence pas par écouter.

151. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:03 par Archeos

Pour ceux qui connaissent pas, qu’on oublié ou qui sont trop jeunes :

Il y a beaucoup de monde
Dans la rue Pierre Charon
Il est 2 heures du mat’
Le braquage a foiré

J’ai une balle dans le ventre
Une autre dans le poumon
J’ai vécu à Sarcelles
J’crève aux Champs Elysées

Je vois la France entière du fond de mes ténèbres
Les charognards sont là la mort ne vient pas seule
J’ai la connerie humaine comme oraison funèbre
Le regard des curieux comme unique linceul

Refrain :
“C’est bien fait pour ta gueule
Tu n’es qu’un p’tit salaud
On n’portera pas le deuil
C’est bien fait pour ta peau”

Le boulanger du coin a quitté ses fourneaux
Pour s’en venir cracher sur mon corps déjà froid
Il dit “J’suis pas raciste mais quand même les bicots
Chaque fois qu’y a un sale coups ben y faut qu’y z’en soient”

“Moi Monsieur j’vous signale que j’ai fait l’IndoChine”
Dit un ancien para à quelques arrivistes
Ces mecs c’est d’la racaille c’est pire que les vietmins
Faut les descendre d’abord et discuter ensuite

Refrain

Les zonards qui sont là vont s’faire lyncher sûrement
Si y continuent à dire que les flics assassinent
Qu’on est un être humain même si on est truand
Et que ma mise à mort n’a rien de légitime

“Et s’ils prenaient ta mère comme otage ou ton frère”
Dit un père béret basque à un jeune blouson de cuir
“Et si c’était ton fils qu’était couché par terre
Le nez dans sa misère” répond le jeune pour finir

Refrain

Et Monsieur blanc cassis continue son délire
Convaincu que déjà mon âme est chez le diable
Que ma mort fût trop douce que je méritais pire
J’espère bien qu’en Enfer je r’trouverai ces minables

Je n’suis pas un héros j’ai eu c’que j’méritais
Je ne suis pas à plaindre j’ai presque de la chance
Quand je pense à mon pote qui lui n’est que blessé
Y va finir ses jours à l’ombre d’une potence

Refrain

Elle n’a pas 17 ans cette fille qui pleure
En pensant qu’à ses pieds il y a un homme mort
Qu’il soit flic ou truand elle s’en fout sa pudeur
Comme ses quelques larmes me réchauffent le corps

Il y a beaucoup de monde
Dans la rue Pierre Charon
Il est 2 heures du mat’
Mon sang coule au ruisseau

C’est le sang d’un voyou qui rêvait de millions
J’ai des millions d’étoiles au fond de mon caveau x2 http://www.youtube.com/watch?v=mUvW…

152. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:06 par julisa

Tout à fait d’accord avec Jérôme (115). Quand le bijoutier a décidé de se procurer une arme (illégalement), il l’a fait de manière réfléchie. On ne possède pas des armes et des munitions sans avoir l’intention de s’en servir (la preuve).
S’il n’avait pas eu d’armes, il n’aurait pas pu tuer ce jeune homme.

153. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:07 par Leon651

Votre réflexion me semble juste et je vous suis.
Ces deux hommes sont victimes et agresseurs, et ont prémédité leurs actes en s’équipant d’armes à feu en amont de ce drame.
Aucune des deux listes ne mérite ces “like” émotionnels.
Je reste inquiet de l’état de notre Justice et de notre Police.

154. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:07 par Leon651

Votre réflexion me semble juste et je vous suis.
Ces deux hommes sont victimes et agresseurs, et ont prémédité leurs actes en s’équipant d’armes à feu en amont de ce drame.
Aucune des deux listes ne mérite ces “like” émotionnels.
Je reste inquiet de l’état de notre Justice et de notre Police.

155. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:08 par yellowrose

Un excellent billet de Philippe Bilger
http://www.philippebilger.com/blog/…

156. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:08 par Raoul

Vous allez vraiment nous sortir l’histoire du pauvre orphelin? Juriste de spectacle que vous êtes? La justice ne sera pas rendue dans ce procès, seule la loi sera respectée, ce qui est loin d’être juste.

157. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:15 par Eloy

@ Karim (86) :
L’ancien code pénal, en vigueur de 1810 à 1994, prévoyait pour chaque infraction une peine maximum et une peine minimum. Par exemple, pour le vol, le juge pouvait prononcer une peine d’emprisonnement d’une durée comprise entre trois mois et trois ans et une peine d’amende comprise entre 1.000 et 20.000 francs (art. 381 ACP). Les circonstances aggravantes permettaient de prononcer une peine supérieure au maximal prévu et les circonstances atténuantes permettaient de descendre en dessous de la peine minimale prévue.
Les nouvelles dispositions du code pénal votée en 1992 et entrées en vigueur en 1994 ne prévoient plus de peine minimale, mais seulement une peine maximale. Par exemple, la peine encourue pour un vol est de 3 ans d’emprisonnement et 45.000 € d’amende (art. 311-3 CP). Il reste donc des circonstances aggravantes, permettant d’aller au delà de ce maximum. En revanche, il est inutile de prévoir des circonstances atténuantes, puisque le juge est de toute façon libre de prononcer une peine aussi légère qu’il l’estime nécessaire (sauf quelques exceptions : la peine pour un crime ne peut être inférieure à 1 an ; les peines-planchers en sont une autre).

@ Jérome (115) :
La préméditation est “le dessein formé avant l’action de commettre un crime ou un délit déterminé” (art. 132-72 CP). “Déterminé”, cela signifie qu’il doit s’agir d’une infraction spécifique (tuer belle-maman tel jour, de telle façon). Penser “je vais tuer quelqu’un, mais je ne sais pas encore qui. Je le tuerai un jour, mais je ne sais pas encore quand.” n’est pas préméditer un meurtre. Il ne peut pas y avoir de préméditation indéterminée.

158. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:19 par le journal de personne

La quadruple racine du mal
[http://www.lejournaldepersonne.com…
|http://www.lejournaldepersonne.com/2013/09/la-quadruple-racine-du-mal/|fr]

Pour communiquer un message comme celui que je m’apprête à vous communiquer il faut un émetteur et un récepteur qui disposent du même code ou d’un décodeur pour que le message ne soit pas brouillé.
Mais il en faut bien davantage si on cherche à faire passer un message d’une manière efficace…
Autrement dit si on cherche à influencer ou avoir une influence sur le récepteur qui peut être électeur ou consommateur.
Ce n’est pas à la portée de n’importe qui en effet, de vendre n’importe quoi.
C’est un long apprentissage, un art, une science, toute une technique qui n’a pas d’autre but que de vous subordonner, vous soumettre, vous faire voter ou vous faire acheter ce qui lui plait ou ce qui correspond à ses intérêts.

Je suis le fusil, vous êtes les pigeons.
Et ne croyez surtout pas que ça tire à blanc. Tous les experts en communication pourront vous l’attester ou vous le confirmer : tout s’achète et tout se vend : y compris votre propre avis, votre jardin secret, votre journal intime… s’achète et se vend comme une vulgaire lessive.
Les maîtres mots de toute “com” c’est larguer, fourguer, vendre bons et mauvais objets, bonnes et mauvaises idées, bonnes et mauvaises actions.
Vendre… tout le monde est vendeur… peut être parce que tout le monde est à vendre…

159. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:19 par someone

@151 : Je n’ai pas arrêté de penser à cette chanson depuis que j’ai entendu parler de cette affaire. Merci de la poster ici.

160. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:22 par NC

(Commentaire supprimé à la demande de son auteur)

161. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:26 par Peter

Je ne préfère pas trop parler du fond de l’histoire, j’ai juste du mal avec la responsabilité civile, j’ai des lacunes en droit, admettons qu’il ne soit pas coupable mais qu’à demi-coupable (concept que je viens d’inventer) il ne fera pas sa peine (bracelet, ou sursit, eventuellement nouvelle formule de peine de Mme Taubira), cependant c’est une victoire à la Pyrrhus, il devra payer, peut-être tout vendre pour le paiement du préjudice subit par l’enfant et la femme. (Il pourrait marrier la femme et adopter l’enfant, alternativement)

Le père, s’il revenait du royaume d’Hadès ne pourrait pas se prévaloir de sa propre turpitude, mais le fils (ou la femme) qui n’a rien à voir avec son père est un tiers, et lui, a subit un préjudice au sens responsabilité délictuelle comme un “vulgaire” accident de la route l’aurait privé de son père, c’est bien ça? Le juge (les jurés) punirait moins au pénal (pour tenir compte des “like” de facebook dont je fais partie*), mais frapperait lourdement le vendeur d’or au porte-monnaie, qui pour finir aura donc été dévalisé de toute manière ce jour-là, son geste devenant inutil a posteriori au niveau pécunier, voir coûteux. Il était alors donc complètement piègé concernant le braquage tout au moins, (il aurait du faire le choix de se maîtriser et de ne point tuer…c’est évident) Cela pose la question de qui juge la partie civile du procès? le chiffrement du préjudice ? Les mêmes jurés? Ou un juge civil en parallèle de la procédure pénale? Je n’y connait rien aux procédures…Et 2eme question, si c’est du civil, est-ce que sa RCP peut prendre en charge ce type d’indémnisation de préjudice aux victimes? (faute d’avoir pensé qu’il était couvert par son assurance au moment du braquage, est-il couvert pour ce type de “sinistre”?)

  • j’y vois plus un accident et moins un meurtre aussi je ne suis pas pour punir au pénal le bijoutier.

162. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:27 par al

Absolument pas d’accord avec ce passage : “Et ce jeune homme mort avait une compagne, il avait lui aussi des parents, peut-être des frères et sœurs, qui, eux, n’ont rien fait. Rirez-vous au nez d’une mère qui perd son fils ? Applaudirez-vous ses larmes en disant “Justice est faite” ? Si tel est le cas, juste une question : en quoi êtes-vous meilleur que ce jeune homme ? Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”
La réponsabilité des parents, qu’en faites-vous ? Encore une fois, 14 condamnations. Et il n’y a qu’à voir la réaction des proches pour estimer combien ils n’ont que peu conscience de la gravité de son geste. Ils maudissent et continueront à maudire le bijoutier, alors qu’ils feraient peut-être mieux maudire la Justice qui n’a pas su protéger le délinquant de lui-même et qui n’a pas su protéger le bijoutier.

163. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:32 par Ixxs

J’aime vous lire et comme d’habitude tout est très limpide et très bien expliqué et plein de bons sens.

Malgré tout, il y a un point sur lequel je ne vous rejoins pas :

Oui, le bijoutier a tué après avoir été agressé, en pleine rue et il y aurait pu y avoir de graves préjudices envers des innocents.
Oui, il n’y a pas de légitime défense.
Oui, il faut qu’il soit jugé pour ce qu’il a fait car on ne peut tolérer que quelqu’un fasse justice par lui même.
Oui, nous ne sommes pas au far west.

Mais NON, je n’aurai pas de compassion pour le voleur de 19 ans qui agresse quelqu’un : il attendait un enfant, avait une famille naissante et a décidé en connaissance de cause de braquer un bijoutier !

Il a décidé en pleine connaissance de cause des risques qu’il encourait. Si son enfant, ses parents, ses amis sont orphelins, ce n’est certainement pas par la faute du bijoutier (même si c’est lui qui a tiré), mais bien parce qu’il a décidé de faire un vol avec agression !

Après on peut mettre ça sur le compte de la société et tout et tout… mais il est trop facile de reporter toujours et toujours la faute de ces actes sur autrui.

164. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:33 par Krapno

Me, vous rendez-vous seulement compte de la masse de références que comporte votre article et auxquels toute personne agressée devrait se référer pour prendre une décision face à son agresseur ? Bien à vous.

165. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:37 par thefayeur

Vous avez beau dire ce que vous voulez, mais le matin, le bijoutier ouvre son magasin, il ne demandait rien à personne quand ces deux parasites sont arrivés. si il y avait effectivement une justice en france, on ne serait pas obligé d’appliquer la loi du “far west” !!! et quand ce procès arrivera en assises, le jury, composé de citoyens lambda, représentatif en général de la population française, et de l’opinion publique, vivant un ras le bol général de toutes ces agressions à répétition, sera à mon avis clément pour cet homme, qui ne demandait qu’une chose, gagner sa vie pour nourrir sa famille. cqfd. salutations sincères même si nos idées divergent, la liberté de penser est encore autorisée dans notre pauvre pays …

166. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:37 par Giulia

  1. 21 “Dès lors, n’y a-t-il pas dans ces minutes qui suivent l’agression une abolition du discernement ? Peut-on supposer que cet homme a agi froidement alors qu’il pouvait se sentir menacé de mort, même s’il ne l’était plus ?”

L’abolition du discernement est définie par l’article 122-1 du Code Pénal :

“N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes.

La personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant altéré son discernement ou entravé le contrôle de ses actes demeure punissable ; toutefois, la juridiction tient compte de cette circonstance lorsqu’elle détermine la peine et en fixe le régime.”

Déjà, il faudrait que les experts psychiatres déterminent que ce bijoutier était atteint d’une maladie mentale. C’est leur boulot, ils sont mandatés et payés par la justice pour déterminer si ce dit bijoutier était bien atteint d’une maladie psychique ou neuropsychique.

Maitre Eolas a expliqué dans son billet que les faits se sont déroulés de manière trop cohérente pour que l’abolition du discernement puisse être prononcée.

De plus, pour qu’il y ait altération du discernement, il faut déjà qu’il y ait maladie psychique ou neuropsychique. Ce sont les experts psychiatres qui détermineront si tel est le cas.
Dans le cas du bijoutier, l’altération du discernement sera décidée par les experts psychiatres. Une altération du discernement n’est point une cause d’irresponsabilité pénale.
Même si les juges doivent tenir compte de l’altération du discernement, qui ne peut être prononcée que par un ou plusieurs experts psychiatres.

167. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:40 par Léo

Bonjour,

Je vous remercie pour cet article. Enfin des paroles sensées. La réaction disproportionné d’une grande partie de la population et le manque évident de discernement de beaucoup de gens dans cet affaire m’a semblé bien effrayant.
Je regrette la recherche de la vengeance au détriment de la justice, je regrette également le sort de ce jeune homme, ainsi que celui du bijoutier. L’un ne méritait pas la mort et l’autre surement pas la prison.

Bien à vous.

168. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:40 par marion

« Ah ! le vieux rêve des gens honnêtes : pouvoir tuer quelqu’un en état de légitime défense . »
Alphonse Allais (1854-1905)

169. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:40 par Léo

Bonjour,

Je vous remercie pour cet article. Enfin des paroles sensées. La réaction disproportionné d’une grande partie de la population et le manque évident de discernement de beaucoup de gens dans cet affaire m’a semblé bien effrayant.
Je regrette la recherche de la vengeance au détriment de la justice, je regrette également le sort de ce jeune homme, ainsi que celui du bijoutier. L’un ne méritait pas la mort et l’autre surement pas la prison.

Bien à vous.

170. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:40 par marion

« Ah ! le vieux rêve des gens honnêtes : pouvoir tuer quelqu’un en état de légitime défense . »
Alphonse Allais (1854-1905)

171. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:40 par Léo

Bonjour,

Je vous remercie pour cet article. Enfin des paroles sensées. La réaction disproportionné d’une grande partie de la population et le manque évident de discernement de beaucoup de gens dans cet affaire m’a semblé bien effrayant.
Je regrette la recherche de la vengeance au détriment de la justice, je regrette également le sort de ce jeune homme, ainsi que celui du bijoutier. L’un ne méritait pas la mort et l’autre surement pas la prison.

Bien à vous.

172. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:40 par Sienner

Merci pour ce texte intéressant et instructif.
Je trouve malheureusement que votre propos perd de son efficacité quand vous vous laissez aller à du sentimentalisme quant au futur de l’enfant à naître (la responsabilité de son éducation et de son bonheur incombe avant tout à ses parents, et à ce motif on peut aussi engager la responsabilité de la mère qui fait un enfant avec un criminel récidiviste et laisse ce dernier partir armé commettre un braquage, tant qu’on y est…).

De même pour “Si un enfant se rendant au parc s’était pris une balle perdue, applaudiriez-vous toujours ce monsieur ? Et pourtant, il aurait fait exactement la même chose. ” Je comprends l’utilité de l’argument, et son efficacité, mais on rentre dans l’hypothèse et on peut en soulever sur toutes les phases de l’action donc : et si la loi avait conservé ce voyou en prison, et si il avait tué le bijoutier…

Et enfin, et surtout votre “Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.” Qu’est-ce qui nous le prouve ? Vous affirmez la position morale du mort comme si vous connaissiez son état d’esprit et ses motivations. Cela me semble peu judicieux.

J’aurais préféré que vous vous en teniez à l’étude de la loi et des faits, pour éviter de prêter le flanc ou sembler de parti pris justement, ce qui contredit votre propos sur la loi comme une science puisque vous faites ici intervenir de l’affect, du pathos, de l’hypothètique. Le reste de votre article est ceci dit très clair et instructif et permet de bien comprendre pourquoi la loi doit suivre la marche sur laquelle elle vient de s’engager quant aux actions du bijoutier, et ses responsabilités dans l’affaire.

173. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:42 par Jean

Bonjour Maître,
Cette affaire m’interroge en tant que citoyen. Je me permets de joindre ici l’adresse de mon blog sue lequel je soulève, à mon petit niveau, et sans des compétences telles que les vôtres, diverses questions…. (http://jeanbresac.wordpress.com/)
La première concerne l’agression de ce monsieur de 67 ans par deux jeunes de vingt ans : n’y a-t-il pas dans ce cas-là une approche quant à la vulnérabilité de la victime, considérant ici que la victime est l’agressé, bien sûr, dans la décomposition chronologique des faits?
Seconde question qui en découlerait : la personne agressée est-elle considérée, dans sa réaction, comme lucide, consciente de ses actes?
Dernière question, la multiplicité des récidives de ce jeune homme sera-t-elle prise en compte?
Mes questions pourraient laisser croire que je prends partie, cependant je ne regarde que les faits…. Je ne prends pas partie je m’interroge simplement en tant que citoyen…

Merci de cet article en tous les cas.

Jean

174. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:44 par Hugues

Article très intéressant pour les néophytes dont je fais partie. Je n’ai pas apporté mon soutien à cette page Facebook dont les propos m’ont choqué et qui contrastent avec la mesure des votres. Merci. Mais, une question : que faire ? Car si j’avais un reproche à formuler ce serait le suivant. Je travaille dans la finance, et l’on a considéré pendant des années que le “marché” fonctionnait parfaitement. Puis on s’est aperçu avec la crise que non. Je fais bref (sur iPhone ), vous m’avez compris. Actuellement, au vu du parcours de feu le braqueur, on s aperçoit que la justice ne fonctionne plus dans son application. C’est en quelque sorte, en 2013 pour la justice, la crise qu ont connu les marchés en 2008 ! Je serais donc curieux et intéressé d avoir votre retour : la justice fonctionne t elle ? Pourquoi a t on ce sentiment d impunité ? Pourquoi les peines sont elles rarement appliquées ( si c est le cas?) ? Merci

175. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:45 par siarres

Al
Mais oui , il y a des responsables de ce malheur se sont les magistrats ( et l’avocat ?) qui ont fait en sorte que cet individu poursuivit tant de fois ne soit pas resté à l’abris des barreaux ( ou des barrots ?) comme il eut été correct de le faire , c’ est eux qui devrons indeminiser la famille - et aussi ses copains de gang qui ont perdu une cheville ouvriere de leurs activités - et même moi qui souffre énormément de cette disparition ( Si Si Si ! )
Commencons à faire nos comptes , pour moi je ne demanderai que 10 000 euros car je sais souffrir en silence .

176. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:47 par Travis

On ne donne effectivement pas de médaille aux personnes se comportant comme ce bijoutier…
C’est exactement par ce genre de pensée que la pégre s’installe dans la ville. Chacun a intérêt à laisser faire les voleurs et autres trafiquants, plutôt que d’être courageux…
Arrêtons donc d’appeler “tolérence” n’importe quoi ! Quelqu’un va-t-il enfin dire ce qu’est le respect d’autrui ? Qu’on ne braque pas pas un commerçant par ce que l’on a “envie” d’argent ?
Merci

177. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:52 par herr

je ne soutiens pas du tout ce bijoutier qui pour défendre des bien matériels se permet d’ôter une vie.Il y aurait pu aussi avoir une balle perdue qui se serait logée sur un passant.En tant que commerçant il est assuré contre le vol,puisqu’il avait vu ceux qui le cambriolaient il lui suffisait d’en faire une description.Une vie est précieuse il ne faut pas qu’on fasse justice soi-même autrement il y aura de plus en plus de violence

178. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:53 par IdoDaVinci

Merci beaucoup de nous avoir éclairé la voix sur le sujet, maître Eolas.

179. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:53 par Haglund

Merci pour cette magistrale leçon de droit et de morale. On ne sait, pour de nombreux commentaires sur ce fil, ce qui glace le plus : un système de valeurs qui met la vie d’un homme bien en dessous de l’argent, ou l’immaturité psychique qui ne peut envisager la moindre entrave à la pulsion meurtrière du moment.

180. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:54 par toto

Cet avocat n’a rien compris aux raisons qui ont poussé 1,6 million de personnes en 3 jours à “liker” cette page. Il ne s’agit pas de se satisfaire qu’un homme soit mort, ni de faire une promotion d’une auto-défense généralisée et non maîtrisée. Cette vague de soutien est liée au ras-le-bol qu’ont les citoyens de voir le genre d’individus qui ont commis ce braquage sans cesse arrêtés et relâchés sans que la peine ne soit à la hauteur. Dernier exemple en date : un braquage à main armée d’une pharmacie qui a donné lieu à un simple rappel à la loi… Par conséquent, nous sommes dans une société où les voleurs ont l’impression (justifiée) que les braquages sont devenus sans risques, vu que les gens (en général) s’écrasent et laissent faire et que la justice ne condamne pas. Merci à cet avocat de rappeler que ces deux jeunes risquaient 20 ans de prison…il nous prend pour des idiots ? Ils auraient eu un rappel à la loi ou au plus 3 mois de suris. Et ça ne va pas s’arranger avec la réforme pénal de Taubira. Par conséquent, le ratio bénéfice/risque des braquages est devenu très favorable aux braqueurs qui finissent par oublier que la justice n’est pas le seul risque. L’autre risque est, par exemple, de se prendre une balle ; mais ils ont fini par l’oublier ! Ce bijoutier a brisé la spirale de l’impunité (absence de riposte des personnes agressées + absence de sanction de la justice). C’est pour cela que cette page a été likée comme jamais aucune autre page Facebook en France ; la demande sous-jacente des citoyens n’est pas “relâchez le bijoutier et prenons tous exemple sur lui”, elle est “stop au laxisme et à l’impunité”. Car beaucoup trop de gens sont victimes chaque jour des ‘incivilités’ des éternels mêmes multi-récidivistes, éternellement impunis. Cet avocat est donc très bon en droit mais très mauvais en analyse politique et sociologique, ou manque tout simplement de l’empathie nécessaire pour essayer de comprendre pourquoi autant de gens ont adhéré à cette page.

181. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:54 par toto

Cet avocat n’a rien compris aux raisons qui ont poussé 1,6 million de personnes en 3 jours à “liker” cette page. Il ne s’agit pas de se satisfaire qu’un homme soit mort, ni de faire une promotion d’une auto-défense généralisée et non maîtrisée. Cette vague de soutien est liée au ras-le-bol qu’ont les citoyens de voir le genre d’individus qui ont commis ce braquage sans cesse arrêtés et relâchés sans que la peine ne soit à la hauteur. Dernier exemple en date : un braquage à main armée d’une pharmacie qui a donné lieu à un simple rappel à la loi… Par conséquent, nous sommes dans une société où les voleurs ont l’impression (justifiée) que les braquages sont devenus sans risques, vu que les gens (en général) s’écrasent et laissent faire et que la justice ne condamne pas. Merci à cet avocat de rappeler que ces deux jeunes risquaient 20 ans de prison…il nous prend pour des idiots ? Ils auraient eu un rappel à la loi ou au plus 3 mois de suris. Et ça ne va pas s’arranger avec la réforme pénal de Taubira. Par conséquent, le ratio bénéfice/risque des braquages est devenu très favorable aux braqueurs qui finissent par oublier que la justice n’est pas le seul risque. L’autre risque est, par exemple, de se prendre une balle ; mais ils ont fini par l’oublier ! Ce bijoutier a brisé la spirale de l’impunité (absence de riposte des personnes agressées + absence de sanction de la justice). C’est pour cela que cette page a été likée comme jamais aucune autre page Facebook en France ; la demande sous-jacente des citoyens n’est pas “relâchez le bijoutier et prenons tous exemple sur lui”, elle est “stop au laxisme et à l’impunité”. Car beaucoup trop de gens sont victimes chaque jour des ‘incivilités’ des éternels mêmes multi-récidivistes, éternellement impunis. Cet avocat est donc très bon en droit mais très mauvais en analyse politique et sociologique, ou manque tout simplement de l’empathie nécessaire pour essayer de comprendre pourquoi autant de gens ont adhéré à cette page.

182. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:55 par toto

Cet avocat n’a rien compris aux raisons qui ont poussé 1,6 million de personnes en 3 jours à “liker” cette page. Il ne s’agit pas de se satisfaire qu’un homme soit mort, ni de faire une promotion d’une auto-défense généralisée et non maîtrisée. Cette vague de soutien est liée au ras-le-bol qu’ont les citoyens de voir le genre d’individus qui ont commis ce braquage sans cesse arrêtés et relâchés sans que la peine ne soit à la hauteur. Dernier exemple en date : un braquage à main armée d’une pharmacie qui a donné lieu à un simple rappel à la loi… Par conséquent, nous sommes dans une société où les voleurs ont l’impression (justifiée) que les braquages sont devenus sans risques, vu que les gens (en général) s’écrasent et laissent faire et que la justice ne condamne pas. Merci à cet avocat de rappeler que ces deux jeunes risquaient 20 ans de prison…il nous prend pour des idiots ? Ils auraient eu un rappel à la loi ou au plus 3 mois de suris. Et ça ne va pas s’arranger avec la réforme pénal de Taubira. Par conséquent, le ratio bénéfice/risque des braquages est devenu très favorable aux braqueurs qui finissent par oublier que la justice n’est pas le seul risque. L’autre risque est, par exemple, de se prendre une balle ; mais ils ont fini par l’oublier ! Ce bijoutier a brisé la spirale de l’impunité (absence de riposte des personnes agressées + absence de sanction de la justice). C’est pour cela que cette page a été likée comme jamais aucune autre page Facebook en France ; la demande sous-jacente des citoyens n’est pas “relâchez le bijoutier et prenons tous exemple sur lui”, elle est “stop au laxisme et à l’impunité”. Car beaucoup trop de gens sont victimes chaque jour des ‘incivilités’ des éternels mêmes multi-récidivistes, éternellement impunis. Cet avocat est donc très bon en droit mais très mauvais en analyse politique et sociologique, ou manque tout simplement de l’empathie nécessaire pour essayer de comprendre pourquoi autant de gens ont adhéré à cette page.

183. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:55 par toto

Cet avocat n’a rien compris aux raisons qui ont poussé 1,6 million de personnes en 3 jours à “liker” cette page. Il ne s’agit pas de se satisfaire qu’un homme soit mort, ni de faire une promotion d’une auto-défense généralisée et non maîtrisée. Cette vague de soutien est liée au ras-le-bol qu’ont les citoyens de voir le genre d’individus qui ont commis ce braquage sans cesse arrêtés et relâchés sans que la peine ne soit à la hauteur. Dernier exemple en date : un braquage à main armée d’une pharmacie qui a donné lieu à un simple rappel à la loi… Par conséquent, nous sommes dans une société où les voleurs ont l’impression (justifiée) que les braquages sont devenus sans risques, vu que les gens (en général) s’écrasent et laissent faire et que la justice ne condamne pas. Merci à cet avocat de rappeler que ces deux jeunes risquaient 20 ans de prison…il nous prend pour des idiots ? Ils auraient eu un rappel à la loi ou au plus 3 mois de suris. Et ça ne va pas s’arranger avec la réforme pénal de Taubira. Par conséquent, le ratio bénéfice/risque des braquages est devenu très favorable aux braqueurs qui finissent par oublier que la justice n’est pas le seul risque. L’autre risque est, par exemple, de se prendre une balle ; mais ils ont fini par l’oublier ! Ce bijoutier a brisé la spirale de l’impunité (absence de riposte des personnes agressées + absence de sanction de la justice). C’est pour cela que cette page a été likée comme jamais aucune autre page Facebook en France ; la demande sous-jacente des citoyens n’est pas “relâchez le bijoutier et prenons tous exemple sur lui”, elle est “stop au laxisme et à l’impunité”. Car beaucoup trop de gens sont victimes chaque jour des ‘incivilités’ des éternels mêmes multi-récidivistes, éternellement impunis. Cet avocat est donc très bon en droit mais très mauvais en analyse politique et sociologique, ou manque tout simplement de l’empathie nécessaire pour essayer de comprendre pourquoi autant de gens ont adhéré à cette page.

184. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:55 par Wyrm

L’idee d’un farwest ou les gens se “protegent” en tirant plusieurs fois dans une rue passante m’est venue a l’esprit des que j’ai entendu parler de cette affaire.
Fort heureusement, une seule victime pas trop innocente est a deplorer.

Gardons tout de meme a l’esprit, comme le fait Me Eolas avec un peu trop de sentimentalisme, qu’il s’agissait d’un etre humain et que le droit de vengeance tout comme la peine de mort ont ete abolis, non sans raison, il y a des annees. La legitime defense semble ici fort douteuse (mais la description des faits est incomplete, a verifier) et l’abolition du discernement est une piste un peu plus credible (traumatisme du braquage), mais encore tres fragile.
En particulier, le bijoutier possedait une arme, apparemment sans autorisation (a confirmer), ce qui peut laisser penser a une forme de preparation, contredisant l’action directe et instinctive qui serait le resultat d’une “abolition du discernement”. Il s’est mis lui-meme en capacite de tuer autrui sans autorisation, ce qui est dangereux a plus d’un titre.

Il a ainsi tue, se mettant lui-meme et la population avoisinante en danger alors que les voleurs semblaient prets a terminer leur vol sans plus de risques pour quiconque.
La, il a risque non seulement… ce qu’il a obtenu, mais aussi de tuer un innocent, ou de provoquer une nouvelle reaction violente de la part des voleurs (eux-memes armes).

Je lui transmettrai donc tout ma sympathie pour l’epreuve qu’il a traversee, mais je ne trouve aucune excuse a sa reaction.
Ma sympathie donc, mais non mon soutien.

185. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:55 par Schleuder

Bonjour,

Juste une petite question concernant la légitime défense dans le cas d’une atteinte aux biens. En effet, vous dites : “la riposte doit être immédiate et contemporaine à la menace.”

Dans le cas présent, le butin étant toujours en possession des braqueurs qui s’enfuyaient (l’atteinte aux biens étant donc toujours en cours), jusqu’à quel moment peut-on considérer que la riposte n’est plus “contemporaine” à la menace ?

Autrement dit, peut-on considérer que tant que les braqueurs ont en main le butin, toute riposte ou tentative pour les récupérer est “contemporaine” de la menace (aux biens) ?

Plus largement, est-il permis ou interdit d’essayer de récupérer un bien volé quand on en a la possibilité ?

J’espère avoir posé clairement mon interrogation.

Cordialement

186. Le lundi 16 septembre 2013 à 20:59 par tenardier

Hummm Maître je pense qu’il va vous falloir une vie pour répondre à tous, laissez tomber le barreau et consacrez vous uniquement à votre site….. Ça rapporte moins c’est sur mais tellement enrichissant……

187. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:05 par Keylergo

Triste affaire mais le jeune qui a braqué, aurait-il hésité à tirer si il s’était senti menacé de quelque manière? De braquer un commerce comporte des risques. Il a misé, il a perdu. Point à la ligne!

188. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:07 par cerval06

Je repond a travis qui m’a interpellé. Nous donnons des médailles aux soldats. Mais quand on fait la guerre on a bonne conscience. Bien que celle ci soit premeditée et rondement organisée. Des gens meurent aussi…Le bijoutier defend son pain lui, il va chercher querelle a personne, son fusil aurait tres bien pu servir pour un indeniable cas de legitime defense, ça lui aurait peut etre sauvé la vie. C’est un quartier dur qu’est celui de notre dame a nice, il fait partie des quartiers les plus delaissés par la mairie. La liberté s’arrette là ou commence celle des autres. N’aurait il pas perdu sa liberté de vivre (dans le cadre d’une prise de risque demeusurée) des l’instant ou il a empieté sur celles des autres ?

189. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:07 par Eloy

@ Schleuder (185)
Tout dépend de la menace que vous évoquez :
S’agissant de la menace à la personne, la riposte cesse d’être actuelle lorsque l’agresseur ne représente plus un danger. En l’occurrence, le bijoutier cesse d’être physiquement en danger lorsque les agresseurs s’éloignent.
S’agissant de la menace aux biens, elle demeurait actuelle. Le code pénal évoque le fait “d’interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien”. Tant que le délit s’exécute, l’acte de défense est encore actuel. On peut considérer que tel est le cas lorsque les agresseurs s’éloignent du lieu de commission de l’infraction. Le problème est que, la légitime défense des biens ne peut pas justifier un homicide volontaire. Donc, si l’intention de tuer est établie par le Parquet et les investigations du juge d’instruction, le bijoutier ne pourra pas bénéficier de la légitime défense des personnes (faute d’actualité de l’acte de défense), ni de la légitime défense des biens (faute de proportionnalité entre l’agression et la défense : la loi considère qu’un homicide volontaire est toujours disproportionné face à une atteinte aux biens).

190. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:08 par banane

à Krapno en 164 : Je crois que Me Eolas donne (brillamment) des billes pour mieux comprendre les conséquences judiciaires du geste du bijoutier, ceci afin de ne pas se laisser emporter par des réactions simplistes. En ce qui concerne la décision à prendre face à un agresseur, si j’ai bien compris, il me semble qu’il faut éviter de lui tirer dans le dos à l’aide d’une arme à feu détenue illégalement. Cela ne me parait pas très difficile à comprendre. C’est, d’ailleurs, il me semble, ce qui se pratique le plus souvent en cas d’agression, même parmi les bijoutiers du Sud de la France…

191. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:09 par Atchoum

Est-ce à dire que si le bijoutier avait utilisé un coupe-papier, un ouvre-lettre, ou des ciseaux, au moment où l’un des braqueurs lui portait un coup, il aurait alors été en légitime défense, car:
- Il aurait alors utilisé, comme arme, un objet ne nécessitant pas de permis.
- Il aurait alors pu justifier d’un acte de légitime défense au regard des points que vous soulevez (et reconnu comme légitime défense par la loi), à savoir:
1) la riposte aurait bien été immédiate et contemporaine à la menace.
2) l’acte aurait eu pour objet de mettre fin à l’agression.
3) l’acte aurait été proportionné (un coup contre un coup, sauf que d’accord dans mon exemple, c’est un coup de crosse de fusil contre un coup de ciseaux…)

Au final, un jeune homme de 19 ans est mort (quel importance aux yeux de la justice, qu’il fut un futur papa ou non ?), car si je comprends bien, qu’importe qu’il soit mort, ce qui compte c’est comment.. mais seulement pour la justice (à savoir le bijoutier a-t-il agit en état de légitime défense ou non) car pour l’opinion publique, qu’importe qu’il y ait eu mort d’homme, ce bijoutier est un héro. En effet Maitre, c’est assez affligeant. Est-ce à dire que tous ces “likes” (pour autant qu’ils soient avérés) frisent le populisme ??? on en est pas loin…
Merci en tous cas pour votre éclairage d’un point de vue “légal”.

192. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:10 par Gauvain

“Il n’a donc touché que son agresseur. Un jeune homme de 19 ans, futur père. Dans quelques mois, un enfant va naître. Il ne connaitra jamais son père. Faut-il lui dire que c’est bien fait pour son papa et donc que le fait qu’il naisse orphelin est juste ? Dans le pire des cas, si la loi avait été respectée, son père, arrêté, aurait été condamné à 15, peut-être 30 ans de réclusion. Avec des possibilités de libération anticipée, mais dans tous les cas, il aurait connu son enfant, à qui il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales. La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur. Quelle faute a commis cet enfant pour que cette épreuve qui l’attend vous emplisse de joie ? Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ? Je ne me souviens pas que c’était sous réserve d’un casier judiciaire vierge. Et ce jeune homme mort avait une compagne, il avait lui aussi des parents, peut-être des frères et sœurs, qui, eux, n’ont rien fait. Rirez-vous au nez d’une mère qui perd son fils ? Applaudirez-vous ses larmes en disant “Justice est faite” ? Si tel est le cas, juste une question : en quoi êtes-vous meilleur que ce jeune homme ? Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”

Oui enfin, la souffrance d’autrui, si c’était un critère, on ne mettrait pas les gens en prison. Ca fait souffrir leur famille.

Cela ne préjuge pas du reste de l’article, mais l’argument, ici, me semble boiteux (et je n’aime pas qu’on me prenne par les sentiments ! :p)

193. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:11 par ann

Merci beaucoup pour cette analyse détaillée et complète !

194. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:11 par Gilbert Duroux

@ yellowrose (155)
“Un excellent billet de Philippe Bilger”, dites-vous. Je ne trouve pas. Bilger, à son habitude, se sert d’un fait divers tragique pour faire sa propagande d’extrême droite ultra sécuritaire habituelle, avec ces propos : “Ce qui est sûr en revanche est qu’indirectement, un certain climat diffus, émollient, une politique pénale plus soucieuse de vider les prisons que d’affronter la dure nécessité d’avoir à les remplir, un discours facilement généreux et prêt à toutes les imprudences sur le dos des citoyens ne peuvent qu’avoir une influence fâcheuse sur le tissu social et les comportements transgressifs. La rigueur peut échouer mais au moins elle ne lâche pas la bride”.
Ce type voudrait que l’on entasse davantage de monde dans les prisons. Comme si la prison était l’unique solution pour régler les problèmes de délinquance. Heureusement qu’il est à la retraite. On pourrait construire 200 000 places de prison supplémentaires, Bilger trouverait du monde pour les remplir (et bien évidemment, personne de sa classe, la délinquance en col blanc étant toujours préservée dans notre justice à deux vitesses).

195. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:15 par PEB

Ceux qui ont liké la page, on agit plus par saute d’humeur. La démocratie et le libre débat ont besoin de défouloir pour calmer les nerfs. La grande presse d’opinion d’il y a un siècle n’était pas tendre non plus. C’est l’expression d’un ras-le-bol diffus et de peurs bleues mal rentrées de sortie de fin fond de RER C.

Tout est tragique dans cette histoire. Et le crime n’excuse pas le crime. La réaction va au delà du simple talion. Le Grand Roi Hammourabi, source plurimillénaire du droit et prince de justice, aurait sans doute demandé la restitution des biens volés tout en faisant exécuter le bijoutier par la famille du braqueur pour faire cesser la vengeance. C’est dur mais c’était comme ça à l’époque.

Réflexion faite, je me demande si la réaction la plus appropriée pour faire passer sa colère (légitime en soi) n’aurait pas été de tirer, certes, mais en l’air pour faire peur sans volonté de nuire mais faire passer un message.

Cette histoire me rappelle une anecdote exotique.
En ce temps-là, des chinois tenaient boutique à Praia, capitale du Cap-Vert (charmante destination un peu routarde au demeurant). Un habitant du cru voulut s’en prendre à la caisse de l’honnête commerçant. Ni une, ni deux, le brave homme ne se démonta pas, prit son arme dans son tiroir et, sans haine, envoya ad patres l’imprudent insulaire. Depuis ce jour, les (nombreux) bazars chinois de l’archipel jouissent d’une paix impériale.

196. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:15 par Gudu

Merci pour cette explication détaillée. En profanes du droit français, on y voit un peu plus clair. Après avoir lu tant d’inepties, d’étalages de haine, de fantasmes, et de contre-vérités ces derniers jours, cette réponse “saine” et cartésienne est plus que bienvenue. C’était le message inutile du jour. Bonne continuation !

197. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:16 par siarres

à peter 161
Il y a n effet un probléme d’assurance ,c’est la concéquence du non respect du principe de précaution pourtant constitutionnel .
il est anormal que dans ce pays ou tant de gens vivent ( je ne vise pas que les avocats ! maitre voyons ) dans une des rare branche proffessionnelle en expansion : la délinquance , nos législateurs n’aient pas prévu une assurance obligatoire , ainsi un jeune homme qui en cherchant a prendre un sac a une vielle dame rate son coup et se casse le bras , contraint à 30 jours d’ITT pourrait obtenir la prise en charge de ses soins et des indemnités journaliéres lui permettant de faire survivre ses femmes et ses enfants , ce pays manque cruellement de social .

198. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:20 par Yacine

Vous avez liké la page de soutien au bijoutier? http://www.klaire.fr/2013/09/16/com…

199. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:21 par K

Cher Confrère, Merci pour ce billet…
Je me disais que nous tous petits ou grands avocats pénalistes au service de la défense avec un grand D devrions nous réjouir de cet engouement massif pour le bijoutier.
Quelle avancée pour la profession!
En effet, nous pourrons enfin manger tranquillement dans les dîners sans que l’on vienne nous demander comment nous faisons pour défendre un meurtrier, puisque 1 500 000 personnes le comprennent.
Comment ne pas s’émouvoir devant le magistral soutien populaire d’un potentiel criminel issu de l’immigration? Notre Zidane à nous !
Aveuglée par tant d’humanisme j’en ai presque dégainé mon click de cow-girl, merci de m’avoir remise sur la bonne voie.
VBD

200. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:23 par Badoel

J’ai du m’y reprendre à quelques fois sur certains passages pour que ça soit clair dans ma tête, mais cette lecture a été des plus instructive et donne matière à réflexion plus intelligente qu’après en avoir simplement entendu les “grandes lignes” à la radio.
Donc merci !

201. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:24 par Anthony S.

Vous donnez une analyse juridique de cette affaire au sens strict. C’est bien vous êtes un brillant avocat, mais je ne vois pas trop l’intérêt ici … les gens ont très bien compris que tuer un braqueur est puni par la loi. Les gens sont moins cons que vous ne le pensez malgré les “discussions de comptoirs”.

Aucune plus-value à étaler ici une quelconque analyse basée sur un livre appris par cœur en faculté. Le malaise est global, politique, la loi n’est pas comprise, les gens ne se sentent plus protégé par justice : il est là le vrai débat.

Il est parfois utile de revenir à aux bases pour comprendre une affaire, ici ce n’est vraiment pas utile.

202. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:25 par Chestnut

Merci pour ce billet qui permet de se remettre les idées au clair dans le flot vomitif d’infos sur ce dramatique fait divers…
On pourra débattre sans fin sur le juste discernement du bijoutier au moment des tirs… la seule chose à retenir de cette affaire, c’est que les armes détenues par des citoyens sont définitivement plus source de problèmes que de solutions… Cet homme regrettera sans nul doute jusqu’à la fin de ses jours d’avoir acheté son arme… Souvenons nous qu’effectivement, chacun de nous peut à un moment ou à un autre perdre toutes ses facultés de discernement et sombre dans une rage folle… il n’empêche que si cet homme n’avait pas commis les premiers délits de se procurer et de détenir une arme sans autorisation, il aurait conservé son seul statut de victime, et le braqueur celui de coupable… et là, l’opinion ne serait pas partagée…

203. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:28 par Barnabé la Plume

Purée, vous êtes vraiment très très bon. Bravo pour le travail pédagogique, tout est très bon.

204. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:28 par Barnabé la Plume

Purée, vous êtes vraiment très très bon. Bravo pour le travail pédagogique, tout est très bon.

205. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:28 par Barnabé la Plume

Purée, vous êtes vraiment très très bon. Bravo pour le travail pédagogique, tout est très bon.

206. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:29 par xtophe

Bonsoir Maitre,
Merci pour votre analyse et vos explications. Elles permettent de mieux comprendre le travail de la justice et de mesurer les conséquences sur le plan légal. Effectivement le juriste ne fait qu’appliquer la loi en cours…
Je ne pense pas que le nombre de “like” de la page facebook soit le reflet d’un soutien à un acte “héroïque” et que le million cinq cent mille individus soit pour une justice “à la far west”. Je pense que l’immense majorité sait pertinemment que le bijoutier sera condamné mais ce soutient est un réflexe populaire pour dire que le commun des mortels ne se trompe pas de victime : la première victime est bien le bijoutier.
Cette histoire est un réel drame car effectivement deux familles sont terriblement atteintes par des actes très grave. C’est un drame.
Biensûr on peut faire du sentimentalisme sur le sort de l’enfant, comme de la compagne et sur le braqueur décédé. Mais qui est la première victime ? Le bijoutier serait mort que l’affaire serait devenu un simple fait divers? La réaction populaire a du bon, elle rappelle que la justice des hommes existe et qu’il est dangereux de voler. On ne peut pas reprocher au bijoutier de ne pas avoir penser à la compagne et au futur enfant du braqueur quand celui-ci a délibérément décidé de ne pas en tenir compte au moment où il commet le braquage. Lui aussi, a fait le choix de pouvoir supprimer une vie lorsqu’il tenait un fusil à pompe dans les mains. Comme dit la vindicte populaire :”il a joué et il a perdu….” C’est un drame.
Il n’y a que de la lâcheté a braquer un vieil homme de 67 ans, il y a par contre beaucoup plus d’héroïsme à être un honnête bijoutier qui travaille encore a 67 ans : de cela vient une réaction populaire saine de soutient au travers d’une page facebook. Effectivement, une balle perdu aurait pu…. et avec des si…… mais n’oublions pas que s’il n’y avait pas eu braquage…. on peut toujours rejouer les composantes d’un drame. Et les quelques commentaires haineux sur la page facebook ne sont pas le reflet de la pensé d’un million et demi de personnes.
Bref, nous sommes dans un pays de droit, et la justice doit faire son travail, chacun en conviendra. Mais ne condamnons pas ceux qui ont eu le réflexe naturel de soutenir celui qui faisait son travail honnêtement et qui n’a rien demandé pour être mêlé à ce drame.

207. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:29 par RG

@69 Pauline

En effet, selon les infos qui peuvent circuler sur la médias, le braqueur, lors de la fuite en scooter, aurait continué à viser le bijoutier avec son fusil à pompe.

Selon des infos éminemment scientifiques circulant dans le milieu médical nous ne pouvons, contrairement aux hiboux, viser derrière nous.

208. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:34 par Axonn

Le fait que l’arme est détenue illégalement, c’est juste un délit indépendant de l’homicide, ou cela peut aussi être une circonstance aggravante ?

J’ai lu dans le com de Jérôme que cela peut constituer une forme de préméditation. Ici, j’énergie protestement : un bijoutier peut parfaitement détenir illégalement une arme de poing, en ayant l’intention de s’en servir en respectant les cas de légitime défense.

J’irais même jusqu’à dire que le bijoutier qui nous occupe pouvait s’être procuré l’arme dans cet état d’esprit, et l’avoir utilisée sous le coup de la colère.

Concernant le Far-West, rappelons qu’on parle ici d’un fantasme de films : les cow-boys du monde réel étaient plus civilisés que beaucoup le pensent, et que beaucoup le sont, on dirait : http://www.cracked.com/article_1848…

209. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:35 par Youpi

@dedenn en 102:

C’est bizarre, j’ai tendance à penser la même chose quand on m’explique qu’il ne faut pas mettre les délinquants en prison, car ça les transformerait en criminels. Et qu’on cite l’exemple des EU, où le taux d’incarcération et le taux d’homicide sont plus élevés. Sans chercher à savoir si les meurtriers américains se sont endurcis en prison ou pas.

Je me demande si vous ne faites pas une grosse erreur en mettant dans la même catégorie tous les délinquants.
Autant je pense qu’un braqueur multi-récidiviste ne risque pas “d’empirer” en prison, car il a déjà atteint un degré avancé (mais je ne pense pas non plus que la prison l’améliorera…),
autant je doute que le petit imbécile de 17ans qui, pour se faire passer pour un caid devant ses copains, va piquer un DVD dans le supermarché du coin, n’a rien à fiche en prison. Au contraire, le fiche en prison va renforcer son statut auprès de ses collègues, et va le mettre en contact avec des “professionnels” du vol. Un genre de stage de formation…
Par contre, si ce jeune homme apprends que voler un DVD risque de se traduire par une semaine à pelleter le crottin de cheval, c’est déjà moins glamour devant les copains. Et si au passage, à fréquenter les chevaux, il réalise qu’il y a d’autres manières d’exister que de faire le kéké…

210. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:43 par maud

Ouah! Bravo, merci, j’étais déjà d’accord avec vous, mais là je sais pourquoi.

211. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:50 par Natacha

Bonjour Maître,
Concernant les faits, il semblerait que lors de leur fuite sur le scooter, les deux braqueurs avaient toujours leur arme en main.
L’avocat du bijoutier pourrait-il défendre le fait que le bijoutier se sentait toujours menacé par les armes en main, et qu’il souhaitait protéger sa vie ainsi que celle des autres passants (même s’il est vrai qu’une balle perdue aurait pu toucher quelqu’un) ? On peut très bien considérer que les braqueurs ayant une arme en main, présentaient toujours une menace et qu’ils auraient pu faire feu sur la foule… Non ?

Merci pour ce billet très intéressant (même si mon opinion diffère parfois de la vôtre).
Cordialement

212. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:50 par Siarres

Surtout ne mettons pas ce bijoutier en prison , il risquerait de récidiver car c’est parait il en prison qu’on prend de mauvaise habitude , je proposerai plutot qu’on le contraigne à un travail d’intéret général ,par exemple apprendre dans son quartier à viser sur une cible mouvante c’est plus utile . En devenant délinquant ce vieux monsieur est enfin entré dans la catégorie des cas sociaux a protéger , as t on pensé à le présenter à l’assistante sociale ?

213. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:51 par gaume

“Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui.”

objection! c’est un supposition..

sinon d’accord avec tout le reste ;)

214. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:52 par RG

@97 Netrunner

Vous semblez oublier l’essence même de cette affaire, une loi fondamentale puisque écrite sur les tables de la loi : “Tu ne commettras pas de vol”.

Ecrit avant sur ces même tables est “tu ne tueras point”. (Exode 20.13)

215. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:52 par gaume

“une” supposition

216. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:53 par marie-lys bibeyran

Et que pensez-vous du comportement d’un futur père de famille qui va braquer une bijouterie ou n’importe quoi d’autre?
Pensez-vous que d’aller risquer 15 ou 20 ans de prison alors qu’on va être parent soit un acte responsable?

217. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:55 par FR

Bonjour Maître,

Comme d’habitude vous êtes très partial. Certes c’est votre droit. Mais au point d’en oublier de commenter certaines articles de loi ?

Vous citez en effet l’article 122-5 du CP. Mais quid du 122-7 ?

N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.

Un article qui parle donc :
- D’un danger danger actuel OU IMMINENT. Le fait que le braqueur, armé, puisse éventuellement continuer des braquages et blesser (ou pire) d’autres personnes du fait qu’il soit armé ne pourrait-il pas constituer un danger “imminent” ?
- De la sauvegarde d’une personne ou D’UN BIEN. La légitime défense peut donc s’appliquer pour sauvegarder un bien… Même menacé dans l’avenir immédiat (“danger imminent”) (cas d’un probable braquage futur)

La seule question restera celle de la (probable ?) disproportion des moyens employés.

Quant au reste :

La loi, rien que la loi. (…) Les magistrats sont en charge d’appliquer la loi, telle qu’elle est votée et en vigueur au moment des faits. (…) Les magistrats sont des légalistes, c’est là leur moindre défaut.

A vous lire, les magistrats ne font qu’appliquer la loi. Le facteur humain, circonstanciel, la notion d’antécédent, de contexte social, etc… Ne compte pas. La loi, rien que la loi. Machinalement.
A quand une justice rendue par des machines alors ? L’Etat ferait de sérieuses économies…

Il a 67 ans, âge vénérable, auquel hélas la nature commence a prendre son dû. La vue baisse, la main tremble. Cet homme, sous le coup d’une terrible émotion, mélange de peur, de colère, de douleur, car il a reçu des coups, sort dans la rue, un mercredi matin à 9 heures, à l’heure où les enfants vont aux centres de loisir ou au parc, et il ouvre le feu à trois reprises. En plein centre-ville. Avec une arme détenue illégalement.

Là vous faites votre plaidoirie… Et clairement à l’encontre du bijoutier que vous prenez plaisir à “descendre” (“âge vénérable”, “la main tremble”, “la vue baisse”, etc.).
(ne rajouteriez pas là un facteur humain ? A quoi bon puisque de toute façon “la loi rien que la loi”, hein…)
Alors:
1. On ne sait pas si il est sorti dans la rue. Selon certains témoignage, les coups auraient été tirés depuis la boutique. Ce ne serait donc pas la même chose que quelqu’un qui part à la poursuite de son agresseur.
2. Si votre source concernant la légalité de la détention de l’arme est “Le Point”, peut être serait-il temps de trouver des sources plus sérieuses… Menez votre propre enquête, au lieu de transformer une supposition journalistique en affirmation franche…

Une parenthèse quant à la question de la “prudence”:

la prudence voulait qu’on les laissât fuir.

Certes.
Mais quand on est agressé, la notion de “prudence” peut s’évaporer.
J’ai été témoin direct, alors que j’étais en voiture à un feu rouge, d’une agression durant laquelle le passager d’une moto à brisé une vitre d’une voiture légèrement derrière moi sur l’autre file et s’est emparé d’un sac à main avant que le conducteur ne démarre et se mette à rouler entre les deux files. Mon réflexe a été de commencer à déboiter pour me mettre en travers de la moto et les arrêter. Si nécessaire en leur faisant perdre l’équilibre. Je n’ai pas pu mener ma manoeuvre à bien car je me suis soudain rendu compte que j’étais trop proche de la voiture devant moi. Avec le recul, sans doute cela m’a-t-il sauvé sinon la vie, au moins mon intégrité physique. Mais sur le coup, cette notion de prudence aurait bien été la toute dernière chose à laquelle j’aurais pensé…
Alors oui, c’est sans doute plus prudent de laisser fuir des agresseurs. Mais ce n’est pas nécessairement la réaction humaine qui arrive en premier.

Un jeune homme de 19 ans, futur père. Dans quelques mois, un enfant va naître. Il ne connaitra jamais son père. (…) La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur. (…) Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ?

Vous voulez faire pleurer dans les chaumières ?

Première remarque, puisque vous introduisez décidément le facteur humain dans ce billet au lieu de n’appliquer que “la loi, rien que la loi”, permettez moi d’en faire autant :
Si, de façon générale, on ne peut pas opposer à la victime son comportement, force est de constater que :
- Une fille, même si elle n’a pas une tenue aguicheuse, peut quand même se faire violer.
- Un bijoutier, même s’il n’affiche pas ses bijoux en vitrine, peut quand même se faire braquer.
- Mais si un braqueur… ne braque pas… il n’y a aucune raison qu’il se fasse tirer dessus ! Dans ce cas là, il me semble que le comportement et le statut de victime sont très intimement liés.

Seconde remarque:
Si j’en crois vos précédents billets… vous défendez la loi Taubira et donc le mariage et l’adoption “pour tous”, et donc la possibilité pour deux hommes ou deux femmes d’éduquer ensemble un enfant, lequel aura donc deux “pères” et pas de mère, ou… deux “mères” et pas de père………..
…… Où donc est la cohérence de vos propos lorsque, aujourd’hui, vous parlez de la “souffrance” de vivre sans père ou du “droit pour l’enfant à avoir un papa et une maman” ??!!

Certes, ce sont deux billets sur deux sujets différents. Je m’interroge donc toutefois sur vos orientation, hein… Ou bien vous vous faites l’avocat du diable sur l’un des deux sujet, ou bien vous n’êtes pas quelqu’un de très cohérent.

Bref.
Je ne défends pas particulièrement ce bijoutier.
Je ne saurais dire si son geste est “excusable” ou pas.
Je pense comprendre en revanche assez bien sa réaction, et je reconnais aussi au bijoutier son statut de victime.

Et pour finir, je dirais que j’attends avec impatience un billet concernant l’état catastrophique de la justice, sur le fait qu’on a tendance à relâcher des coupables ou à leur donner beaucoup de sursis alors qu’ils n’ont même pas la moindre circonstance atténuante (même si ça n’existe légalement plus) -le braqueur, même celui qui est encore en vie, as-t-il la moindre chance de faire effectivement 30 ans ?- et, de façon générale, sur ce contexte et le sentiment d’insécurité qui a mené à ce drame.

218. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:57 par cerval06

Etant rappatrié ici par le partage de ce blog dedié a la justice, et n’etant pas du tout juriste, ni etudiant en droit, je pense que tout le monde a bien compris la realité de loi qui va s’appliquer dans cette histoire. Je ne suis pas le seul je pense a m’etre invité. Cela a ete tres interressant de lire ces commentaires. Mais je pense aussi que la principale raison qui a poussée les gens a soutenir ce bijoutier, c’est que ces lois sont mal faites, malvenues, trop souvent ecoeurantes, avec un arriere gout salée. Et que l’on veut que ça change. Toute cette complexité dans la loi, et ces flous juridiques nous prouvent encore qu’il y a du boulot a faire pour arriver a une justice avec grand J. La justice par excellence. Celle qui arrive a ne pas toujours tenir compte de la loi telle qu’elle est ecrite. Mais qui de par simples deductions et indeniables verités nous amene a la realité des faits. Mais helas c’est toujours plus compliqué que ça. Un homme aujourd’hui qui n’a rien demandé s’est retrouvé dans une histoire que jamais il aurait voulu vivre. Toute sa vie il va s’en rappeller. Ce n’etait ni sa faute, ni sa volonté. C’est la seule et unique verité dans cette affaire. Pour ceux qui doivent payer les pots cassés, ce n’est surement pas lui. Il n’est pas de la famille et il ne travaille pas pour la justice, ni pour les politiques. Quel raport a t’il dans le choix de la victime de venir le braquer ? Aucun. La justice et les forces de l’ordre et la classe politique (gauche et droite reunis) ont un rapport avec la decision qu’a pris ce jeune homme. Ils avaient des solutions pour l’aider : L’amour, le respect, la rigueur, le travail, le civisme, les peines pleines, une justice fiable, des moyens policiers plus efficaces, une force de dissuasion plus importante et toutes les solutions possibles et imaginables. Mais le commercant a lui, on ne lui aura laissé que la rage. Est c’est ça qui est consternant. La realité est là. Un homme va etre jugé pour une cause qui n’est pas la sienne et va en subir toutes les consequences. La famille, les politiciens, la justice, les lois tel qu’elles sont ecrites a ce jour, comptent se decharger sur un homme qui n’a rien demandé a personne. C’est pour ça qu’il y a plus d’1 millions de personnes qui supportent cet homme.

219. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:57 par Vialle Gaëtan

Tout d’abord merci Maître pour votre lecture du droit que bien des gens semblent ignorer en effet. Je suis donc un des soutien du bijoutier, non comme approbateur de son acte mais pour l’homme lui-même qui a souffert et doit surtout souffrir je pense des conséquences de son acte. Par conséquences je n’entends en aucun cas les conséquences judiciaires mais les vraies: la mort d’un homme de 19ans dont auparavant il ne connaissait ni le nom ni le pédigrée.
J’entend les cris vengeurs de certains et ne les cautionne en aucun cas. Je note même que certains propos pourraient être poursuivi pour diverses raisons ( incitation à la haine raciale, injures à magistrat, incitation au meurtre et j’en passe.
Je voulais attirer votre attention sur la qualification des faits retenue lors de la mise en examen: homicide volontaire. Or il se trouve que je suis un tireur qualifié aux diverses armes (ancien officier de l’armée française) et je sais par expérience qu’un amateur suivant la distance à laquelle il tire ne risque pas de savoir à partir de 15 a 20 mètres quel sera le résultat de son tir il se peut donc que l’intention de donner la mort ne soit pas évidente, ce qui évidement ne dispense pas de poursuite mais aurait sans doute eu un impact moins violent que la qualification choisie.
Merci encore pour votre participation à la clarification juridique de ces faits.

220. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:57 par Vialle Gaëtan

Tout d’abord merci Maître pour votre lecture du droit que bien des gens semblent ignorer en effet. Je suis donc un des soutien du bijoutier, non comme approbateur de son acte mais pour l’homme lui-même qui a souffert et doit surtout souffrir je pense des conséquences de son acte. Par conséquences je n’entends en aucun cas les conséquences judiciaires mais les vraies: la mort d’un homme de 19ans dont auparavant il ne connaissait ni le nom ni le pédigrée.
J’entend les cris vengeurs de certains et ne les cautionne en aucun cas. Je note même que certains propos pourraient être poursuivi pour diverses raisons ( incitation à la haine raciale, injures à magistrat, incitation au meurtre et j’en passe.
Je voulais attirer votre attention sur la qualification des faits retenue lors de la mise en examen: homicide volontaire. Or il se trouve que je suis un tireur qualifié aux diverses armes (ancien officier de l’armée française) et je sais par expérience qu’un amateur suivant la distance à laquelle il tire ne risque pas de savoir à partir de 15 a 20 mètres quel sera le résultat de son tir il se peut donc que l’intention de donner la mort ne soit pas évidente, ce qui évidement ne dispense pas de poursuite mais aurait sans doute eu un impact moins violent que la qualification choisie.
Merci encore pour votre participation à la clarification juridique de ces faits.

221. Le lundi 16 septembre 2013 à 21:58 par Valentin PINEL LE DRET

CQFD. Puis-ce votre appel à la raison être entendu. À mon humble niveau je tâcherai de faire circuler ce billet dans ma faculté de droit.

222. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:01 par RG

@105 OlivierL31

«Il a expliqué avoir voulu tirer deux fois pour immobiliser le scooter et une troisième fois parce que le passager de ce scooter l’aurait menacé directement de son arme»
Si l’enquête avérait ces faits, les conditions de la légitime défense seraient réunies…

… en faveur du braqueur à scooter puisqu’il s’est fait tirer deux fois dessus.

223. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:04 par Arthur

Je ne comprends pas que ce bijoutier soit remis en liberté alors qu’il est accusé d’homicide volontaire et qu’il invoque à tort la légitime défense (puisque les conditions ne sont pas remplies) alors que, dans le même temps, Esteban Morillo est resté en prison alors qu’il est accusé de coups et bléssures ayant entrainés la mort sans intention de la donner, lui aussi invoque la légitime défense et çà semble en tout cas plus crédible que pour le bijoutier.

Comment expliquer cette différence de traitement si ce n’est par des motivations politiques?Un bijoutier “justicier” coupable en prison et c’est des manifestations de soutien partout… Un “facho” en prison, innocent ou pas, tout le monde s’en fiche à part 30 mecs qui tenteront une manifestation qui sera de toute façon interdite (ce qui s’est effectivement passé d’ailleurs à Paris).

Je ne comprends plus la justice française.
Salutations de la part d’un confrère expatrié.

224. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:05 par Josy

Bonsoir,

Vous avez raison de rappeler que l’on ne doit pas faire justice soi-même, il ne faut pas encourager à le faire !
Mais dites-moi un jeune de 19 ans qui fut déjà condamné en était pas à son premier coup, il avait préméditer son braquage n’es-ce pas ? Il savait bien qu’il encourait le risque de….Vous nous attendrissez pour son Bébé qui ne connaîtra jamais son Papa, certes, mais un papa qui sans cesse est en prison, sert à quoi ? Quel exemple aurait-il donné à son enfant, “tu as besoin d’argent, ne vas pas travailler mais va braquer un commerçant qui lui a pris le risque de se mettre à son compte avec tout ce que cela impose, pour nourrir sa famille, il ne demandait rien, dans sa boutique. C’est un être humain qui a dû avoir la PEUR DE SA VIE, tout son être a du être ébranlé, et à 67 ans, ce n’est plus tout jeune n’es-ce pas ? Vous parlez qu’il y aurait pu avoir des enfants qui auraient pu passer au moment de ce malheureux coup de feu, mais avec des SI, l’on peut tout supposer, les faits sont les faits, j’ai lu que ce jeune homme avait tourné l’arme envers lui….Quand nombreux bijoutiers ou autres personnes sont tuées pour rien du tout….et qu’en effet, les malfaisants si ils se tiennent tranquilles sortent avant d’avoir fini de purger leur peine, contre une vie qu’ils ont supprimée froidement, sans raison.. Ils récidivent !!! Qu’en pensez-vous ? On lui trouvera des circonstances atténuantes à ce Monsieur aura t-il le droit aux mêmes faveurs de ces bandits ? Je veux bien la morale, je veux lire la JUSTICE mais hélas, de notre temps, là on n’y croit plus en la JUSTICE. C’est cela le DRAME !

225. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:07 par Caroline

Je vous prie de m’excuser si cela a été évoqué plus haut dans les commentaires que je n’ai pu tous lire, mais ne peut-on pas s’interroger sur la responsabilité de certains responsables politiques qui, il y a 2-3 semaines, saluaient la mémoire d’un “héros” au sens civique aigu inconscient poursuivant des voleurs. Les sorties politiques auraient pu être comprises comme une incitation à intervenir en toutes circonstances. J’espère que certains dorment mal aujourd’hui en culpabilisant quelque peu.

226. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:08 par JosephP

“Droit de tout enfant à avoir un papa et une maman”?
Il me semblait pourtant que vous etiez un farouche partisan du “mariage pour tous” qui institutionnalise la privation de ce droit…

227. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:08 par B. Labla

Billet édifiant. Une question toutefois : en tenant compte des circonstances (âge du bijoutier, le fait qu’il était sous le choc à la fois du point de vue physique et émotionnel),
et si la défense arrive à prouver qu’il n’avait pas l’intention de donner la mort, risque-t-il vraiment la peine maximale ? Si non, à quoi doit-il s’attendre ?

228. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:08 par JosephP

“Droit de tout enfant à avoir un papa et une maman”?
Il me semblait pourtant que vous etiez un farouche partisan du “mariage pour tous” qui institutionnalise la privation de ce droit…

229. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:09 par Ezzelin

Bonsoir,

Merci pour ce billet. Par avance je m’excuse de ne pas avoir lu la totalité des commentaires, si la réponse à ces questionnements devait s’y trouver, merci de me réorienter.
Certains points me laissent songeur :
- le droit n’est aucunement une science, un même fait donnerait à chaque fois le même résultat, or la justice a bien deux vitesses selon que vous soyez honnête citoyen, sans le sou, ou DSK.
- je ne vous souhaite pas d’être braquer un jour, qui sait ? La morale républicaine pourrait laisser place à un comportement humain trop humain.
- qu’en est il des moyens ? Lorsque l’Etat faillit à son devoir, et c’est un questionnement, n’est il pas du devoir des citoyens de s’emparer des problèmes à régler ?

Derrière ce fait divers, peut on un jour espérer voir l’indignation populaire se soulever contre le délit de fraude fiscale et entendre votre plume (peut être est ce déjà fait, dans ce cas là merci de me réorienter :) ) sur ce domaine crucial qui engendre la faillite de l’Etat ( les 2 sens sont à prendre en compte ) et le manque de moyens dont souffre la justice ?

Cordialement,

230. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:11 par RG

@108 Escal Vigor

Attaquer un commerce avec une arme de guerre, frapper un homme âgé à coups de crosse (au risque de le tuer), commettre un acte passible de 30 ans de prison (du moins théoriquement), ce serait “de la petite délinquance” ?

Il semble que oui et passible de 5 ans maximum pour JF Copé puisqu’il a déclaré au JT de TF1 20h que la loi Taubira bénéficiera aux braqueurs à main armée.

231. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:13 par Cabbalou

Merci pour ces explications
c’est simple, clair et très accessible !
bravo

232. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:16 par rag

bonjour,
bravo pour cette explication, elle couvre surement tout le sujet.

Plusieurs remarques dans le desordre:

le matin des evenements, il y en a une qui s’est levé en pensant à faire les courses pour se faire un repas le soir, et l’autre à comment il allait braquer, molester et derober des bijoux.
La suite des evenements a montré qu’il ne ferait pas ses courses et que l’autre ne vendrait pas ses bijous à son receleur.
Alors, oui, le bijoutier avait une arme qu’il n’aurait pas du avoir, et oui, excedé et irréflechi, il a poursuivi ses agresseur et a tiré.
La premiditation est dans l’acte de posseder l’arme? ou alors l’acte de l’acheter est trop loin en arriere pour qu’elle rentre dans une volonté de tuer? Il pouvait vouloir faire peur uniquement. Ou tirer dans les pneus, ou vraiment tuer ses agresseurs, ce n’est pas exclu, mais ca il ne le dira pas.

Cela rejoint la phrase qui dit qu’il va devoir des indemnités aux proches sur ce que sa victime aurait gagné….
Le juge va faire le calcul des braquages reussis tout au long de sa carriere de papa modele pour connaitre le montant a percevoir? trève de plaisanterie: 19 ans, recidiviste… braqueur que la police allait arreter ( elle fait son travail) et de 15 à 30 ans de prison ( les juges aussi) .. ca ramene combien un taulard à la maison pour nourir sa famille..

Personnellement, je ne roule pas sur l’or, et quand j ai eu mon petit, je ne me suis pas precipité pour braquer la mamie du coin qui garde son argent sous son matelas…

Donc hormis l’action de tirer n’importe où ( vraiment?) dans la rue, la loi et les juges vont decider de quoi? S’il est coupable d’avoir reussi son tir? Un jury de “bonnes gens” vont le grâcier. Qu’il doive une indemmnité? basée sur ses revenus?

Donc voila… Le bijoutier a tué le braqueur. Et malgré ce que vous dites, meme tres bien, Ce braqueur a mit toutes les chances de son coté pour se faire tuer. Moi, ce matin, je suis allé prendre mon pain, et le boulanger ne m’a pas poursuivit avec un pistolet…. J’ai eu de la chance…

La page FB n’a pas ce succes pour dire qu’il faut tuer les criminels, elle a ce succes car les petites gens ont l’impression que les petites frappes sont toujours dehors. Qu’il y a un malaise.
Et FB n’est pas connu pour etre reflechi, mais etre le concentré des breves de comptoir. Ca a remplacé le PMU.

Donc une page qui est à 1.5Millions de “like” , c est pas tant le contenu qui est important, c est pourquoi les gens like.

233. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:21 par cerval06

Je ne partage pas vos idées mais je me battrais jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer.
Quand le V de Voltaire flirt avec celui de Vendetta…

234. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:22 par RG

@123 UnPassant

Et ce cri est contre une justice qui n’est pas assez sévère…

Mais les prisons sont archi bondées, aussi la seule question pertinente est : êtes vous d’accord pour payer plus d’impôts afin de remédier à cette situation ?

235. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:23 par caroline

Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.

Qu’en savez-vous ?

Comme beaucoup je ne plaide pas pour la légitime défense mais je soutiens un homme qui en allant travaillant sans avoir pris sa retraite a 67 ans vient de tout perdre: son honneur, son commerce, une fin de vie qui devait s’annoncer paisible et naturellement son sommeil également car vivre ce qu’il a vécu doit être un cauchemar.

Et les braqueurs de 2012 (de ce même commerce) ont-ils été retrouvés ? arrêtés ? jugés ?

Le paragraphe mélodramatique sur le jeune futur papa est pitoyable sincèrement, un père plein de ressources en effet pour élever son enfant dans le respect de l’ordre et le respect des anciens.

Jetez donc un coup d’oeil sur la face facebook de cette famille de hargneux qui traite ce bijoutier de tous les noms alors qu’il me semble que ce Monsieur n’avait rien demandé à personne et n’a jamais incité à la haine ou à la violence, il a eu un coup de sang, une violence que personne ne peut “évaluer” à titre personnel quand il ne l’a pas vécue. Quant-à l’arme qu’il détenait, inutile de se répandre en conjectures tant qu’on ne sait rien, ni pourquoi elle se trouvait là, ni qui l’a amenée à cet endroit et comment (peut-être un enfant du bijoutier qui avait peur pour son père et qui l’aura amenée là, qui sait  ?)

Le jeune ne devait pas mourir mais purger sa peine oups ses peines en prison.
Le bijoutier n’aurait jamais tiré si ce jeune homme avait été en prison.

Qui est responsable ? n’est-ce pas la justice ?

236. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:24 par Ogma

Cher maître,

j’espère que cette question ne se noiera pas dans le flot de commentaires qu’a suscité ce billet (empreint de raison et d’humanisme je dois dire) mais il m’a semblé avoir appris dans un ouvrage du Professeur Fabre-Magnan qu’une règle du droit établissait depuis longtemps que nul ne pouvait obtenir réparation de sa propre turpitude, du fait la cour ne risque t’elle pas d’élargir cette règle aux réparations demandées par la famille du braqueur?

237. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:25 par Ogma

Cher maître,

j’espère que cette question ne se noiera pas dans le flot de commentaires qu’a suscité ce billet (empreint de raison et d’humanisme je dois dire) mais il m’a semblé avoir appris dans un ouvrage du Professeur Fabre-Magnan, portant sur la responsabilité délictuelle, qu’une règle de droit établissait depuis longtemps que nul ne pouvait obtenir réparation de sa propre turpitude, du fait la cour ne risque t’elle pas d’élargir cette règle aux réparations demandées par la famille du braqueur?

Cordialement.

238. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:31 par Jeanpol

Bonjour, bonsoir

Maitre.

Si vous étiez l’avocat de ce bijoutier, sous quel angle, l’auriez vous défendu ? et s’il vous le demandait, le défendriez vous ?

239. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:32 par dedenn

@ youpi en 209:
Je n’ai pas dit qu’un vol en supermarché devait conduire en prison. Si la personne passe pour la troisième fois devant un juge pour les mêmes faits, il faut peut-être faire plus que les gros yeux… Et si vous croyez vraiment qu’on inflige des Travaux d’Intérêt Général aux voleurs de pommes primo-délinquants…

Et je ne me fais pas l’avocat du tout-carcéral. Mais ceux qui affirment que le tout carcéral augmente le taux d’homicide en citant les Etats-Unis font de la corrélation, pas de la causalité. Ou alors il faudrait montrer que les homicides sont surtout le cas de récidivistes passés par la case prison.

240. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:33 par Solarus

“Oeil pour oeil et le monde finira aveugle” Mahatma Gandhi

241. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:36 par Shorebreak

Bonjour Maître,

Il serait intéressant de faire le parallèle avec l’affaire Méric dans laquelle un jeune homme poursuivi pour homicide involontaire est toujours en détention provisoire alors que ce brave bijoutier a été libéré dans une enquête pour homicide volontaire.

Par ailleurs la question de la légitime défense se pose tout de suite dans le cas du bijoutier alors qu’elle semble pourtant difficile à défendre mais n’est pas même été évoquée dans l’affaire Méric alors qu’elle me parait évidente (un homme aux prises avec 2 personnes lorsqu’une troisième l’attaque dans le dos et succombe malheureusement lors d’un coup de poing donné par le militant nationaliste).

Plutôt que d’hurler avec les loups, parlez nous d’Esteban Morillo, très cher Maître …

242. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:36 par Sienner

Je ne peux m’empêcher de revenir, tout d’abord pour applaudir et louer la brillante réponse de FR (217). C’est exactement l’attitude qu’il fallait, et il pointe avec raison votre parti pris et l’incohérence entre les principes de loi appliquée scientifiquement que vous énoncez et la démonstration pratique que vous en faites. Vous vous tirez une balle dans le pied (pun intended) ou vous êtes de mauvaise foi, ce qui revient au même et me conduit à dire que je n’aimerais pas vous avoir pour avocat, votre plaidoirie ne tiendrait pas longtemps la route.)
Mais c’est surtout pour m’élever contre l’argument “des assurances”. En passant, j’apprécie l’ironie de la défence d’un des systèmes capitalistes les plus cyniques et contraignants (l’assurance avec réévaluation permanente de la prime et des malus) par des gens qui sont certainement plutôt d’un sensibilité moins à droite que leur apologie des assureurs pourrait le laisser penser. Mais donc, si au motif que les bijoux sont assurés il faudrait laisser faire les criminels, alors autant continuer dans la déresponsabilisation des gens. Montons les primes d’assurances pour pouvoir tuer au volant, conduire ivre, détruite les biens d’autruis. Reprenons un système médiéval : chassons à courre dans les champs de blés et détruisons les récoltes, elles sont assurées. Entrons dans les musées pour saccager les oeuvres d’art assurées.Poussons les mémés sur les plaques de verglas puisqu’elles sont assurées. Et quand un voyou voudra vous mettre la tête au carré, laissez le faire, vous êtes assuré. Vous savez ce que ça coûte à une commerçant qui se fait braquer pour une petite somme, en augmentation de sa prime d’assurance ? Vous pensez qu’il calcule même, trop heureux de se faire rembourser au point que se faire braquer est une aubaine ? Il faut remettre les choses dans l’ordre et gérer les priorités. Le problème commence avec la décision de braquer. Et surtout, surtout, comprenez vous ce que cet argument a de spécieux ? Si on fustige les victimes pour s’être défendues, les bijoutiers pour connaitre les risques qu’ils encourent, si on accepte comme un fait acquis que leurs échoppes tentent les voyous et que quand ceux ci passent à l’acte il faut les laisser faire et fermer sa gueule, alors on cautionne les ordures qui disent que si des femmes se font violer c’est parce qu’elles avaient une tenue aguichante, et que le meilleur moyen pour éviter les problèmes, c’est de se taire, ne pas attirer l’attention, se fringuer de façon informe. Ou dissimuler ses atraits. Bref, la défense du criminel qui ne peut réfréner ses pulsions, en forçant plutôt les victimes à faire profile bas que les voyous à se calmer et craindre la justice. Bravo.

243. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:36 par T.M.

Merci pour ce billet parfaitement clair, constructif et éclairé.
Rien ne justifie la mort dans ce monde. C’est pour cela que les pays “soit disant civilisés” tendent vers ce principe et votent des lois.

244. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:36 par karma2a

Cher maître

J’ai lu avec attention votre synthèse

Je me dois de reconnaître que les arguments avancés sont convainquants….d’un point de vue purement légal.
Maintenant, je me mets à la place de ce monsieur, qui a deja subi plusieurs braquages….si cela m’arrivait, que d3 rais je faire ?
Tendre l’autre joue et dire merci…avant que cela recommence.
Il a donc fini par tirer, surement excédé par la récurrence de ces braquages.
Quelle action infiniment plus intelligente auriez vous faite ?

Il est important que les voyoux de toute sorte comprennent qu’ils ne pourront pas toujours s’ en sortir dans un tribunal….c’est un3 histoire malheureuse mais j’espère qu’elle en fera reflechir certain.

Pour info je suis en corse ou nous sommes confrontés a bien d’autres problemes, avez vous un avis la dessus ?

Au plaisir de vous relire

A bientôt

Y.

245. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:38 par Yann

Bonsoir Monsieur,

Vous trouverez ci-dessous une vidéo pleine de bon sens, de dérision et honnête d’un de vos confrère qui illustre la difficulté à rester passif à un fait d’actualité qui montre bien à quel point nous n’avons plus confiance en la justice en France.

Conférence de Me Thibault de Montbrial sur la légitime défense
https://www.youtube.com/watch?v=h0l…

Vous êtes un professionnel de ce domaine à vous de juger le contenu. Puis-t-il en découler un échange constructif.

Cordialement,

246. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:43 par julien

L’évaluation du préjudice pour l’enfant à naître est difficile à effectuer : son père maintenant décédé avait visiblement des problèmes comportementaux, et peut-être que les choses sont finalement mieux ainsi pour cet enfant.

Assassiner Hitler dans son berceau (aussi horrible que cela puisse paraître d’assassiner un bébé) aurait peut-être sauvé des millions de vie. (Point Godwin atteint désolé)

Il faut admettre qu’il s’agit une perspective qui se défend même si elle ne paraît pas forcément glorieuse.

L’avenir n’est écrit nulle part, et l’évaluation du préjudice préliminaire à l’évaluation de dommages me paraît être basée sur une croyance contraire.

Par ailleurs il existe des orphelins qui ont eu des destins notoires (Steve Jobs, John Lennon, Mandela, Rousseau … voir http://en.wikipedia.org/wiki/List_o…)

Je crois que de nombreux problèmes de notre société sont issus de nos émotions, mais aussi de la croyance déplacée que puisque la loi a été appliquée, justice est rendue et les choses sont en ordre. Le monde est injuste, les choses ne sont pas en ordre, elle sont dans l’ordre des choses, et nous bataillons, humains, certains au moins, à essayer de rendre le monde meilleur. Croire que plus de lois et des jugements plus justes y parviendront … c’est naïf. Cela m’amène au paragraphe suivant :

La voie de sortie “classe” relativement à l’enfant serait que la justice n’impose rien, mais que le bijoutier propose de lui-même de soutenir l’enfant et le fasse, même si il était en légitime défense. Ceci témoignerait d’une certaine grandeur d’âme. Et je pense satisferait tout le monde. La justice en ressortirait grandie, ce bijoutier aussi.

Politiquement parlant, je crains que l’opinion ne supporte très mal que cela soit imposé, comme vous l’avez sagement relevé. Et cela contribuerait à exacerber le ras-le-bol des populations fasse au Far-West qui sévit dans certaines zones et dans lesquelles le gouvernement a cessé de remplir son rôle. Ce raz-le-bol est une force de pression politique dont le juge aura la responsabilité de l’évolution dans un sens où dans l’autre. C’est une décision pouvant avoir des conséquences incalculables, et je pèse mes mots.

247. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:43 par Poc

Bonjour,
Autant j’ai énormément apprécié toute la partie technique juridique de votre billet, très claire, autant j’ai un arrière goût de vomi sur la partie sentimentale.
Pourquoi devrait on reprocher au bijoutier de ne pas penser à la famille de son braqueur ?
- le braqueur à t-il penser lui a la famille du bijoutier tant les conséquences psychologiques de se faire braquer peuvent être destructrices ?
-le braqueur à t-il penser à sa propre famille et a son futur enfant avant de commettre son braquage a main armée et les risques qui vont avec ?

Et une dernière question :
14 condamnations pour faits de vols, violences… Et combien d’actes impunis car il ne se s’est pas fait prendre ???

Je n’ai pas “liké” cette page Facebook car ça sent la machination et le détournement à plein nez. Malgré tout, et même si l’on ne peut que regretter la mort de ce jeune dans cette histoire, on peut comprendre l’exaspération d’un commerçant qui fait son travail dans des conditions difficiles avec la peur de se faire ou de se refaire braquer au quotidien…

Cordialement

248. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:44 par Manu

Je ne porte pas de réel jugement sur cette affaire, pour la simple et bonne raison que je n’en suis pas témoin et qu’avec l’ampleur qu’elle prend, les informations sur ce qu’il s’est réellement passé sont noyé par des intox. Et beaucoup d’éléments sont flou. Sur le plan juridique, ce billet en effet est très pertinent. Mais je ne blâmerai pas la prise de position des gens qui soutiennent le bijoutier. Car nous vivons dans un pays ou la violence semble monter. Qu’elle soit physique, voir meurtrière, mais aussi verbales. J’assiste au quotidien à de multiples petites violences, ou les gens se regardent de travers, se méfient, s’insultent à tout bout de champs. Au volant, cela ressors beaucoup, derrière un écran aussi. J’ai aussi l’impression d’une société ou l’égocentrisme est moins ringard que la gentillesse. Ou le respect d’autrui et l’ouverture d’esprit sont un doux euphémisme. De plus en plus de gens vivent dans la crainte, justifiée ou non (car les média en font leur pain, en surenchérissant toujours un peu plus sur les fait divers). Et ces gens, je pense commencent à se manifesté, pas de la meilleur façon soit, mai s se manifestent. Par raz le bol. A travers le soutien de ce bijoutier, c’est un peu leurs propres craintes, qu’ils tentent de vaincre. La crainte de cette violence qui les entours, cette violence de tous les jours. Parfois même je la ressens. Bon sang qu’il est loin mon petit village de mon enfance, paisible et chaleureux. Aujourd’hui quand je marche dans la rue, je compte. Je compte mal à l’aise, les injures, les incivilités, les regards noirs que les gens se portent entre eux. Et il s’en passe en 20 minutes de marche à Paris.

249. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:44 par Weilliens

@Eolas

Je ne pense pas que les soutiens adressés à ce bijoutier ont pour objet premier de dénoncer les dispositions du Code pénal ou d’exiger que soit retenue, dans cette affaire, la légitime défense.

Ces réactions me semblent être purement émotionnelles et ne jamais se placer sur le plan de la pertinence de la rédaction des textes.

En opposant à ce type de réaction populaire - non-juridique - un état de la loi pénale en matière de légitime défense, vous passez, me semble t-il, totalement à côté du sujet.

Nous ne sommes pas en présence d’une manifestation de juristes qui contestent la loi, mais d’une réaction spontanée de la population.

Faudra t-il désormais interdire l’émotion et son expression spontanée ? Devrons nous former des policiers à la traque de tous mouvements de cet ordre ? Mettons-nous en place un grand ministère de la vertu ?

Vous me faites penser à un professeur d’économie qui dénoncerait un mouvement populaire pointant la hausse du chômage et la précarisation du marché du travail par la publication d’une grande étude sur la théorie des marchés selon les économistes classiques. Mais quelle pourrait bien être la pertinence d’une telle production ?

L’esprit technicien - politique à sa manière - est définitivement fâché avec l’esprit politique. Il est encore heureux qu’à ce jour la loi soit encore aux mains du peuple et de ses représentants.

La chose est évidemment différente si vous estimez-vous qu’il vous revient de décider de ces circonstances dans lesquelles une vive émotion, une exaspération, peut légitimement s’exprimer.

Telle émotion populaire dont je juge qu’elle sous-entend une certaine contestation, non formalisée juridiquement d’ailleurs, des textes, je la condamne ; telle autre a mon imprimatur.

C’est encore un rôle de directeur de conscience que vous semblez réclamer dans l’espace public, et c’est là une chose assez étonnante.

Quand les lois seront aux seules mains de techniciens qui “techniciseront” à longueur de journée, nous en serons alors revenus à ces époques archaïques et pré-démocratiques (Cf. JP Vernant) où les grands prêtres disposaient doctement et en secret des normes sacrés régissant la société - remarquez que la Commission de Bruxelles nous y amène tranquillement.

L’Histoire, éternel recommencement ?

Je me ravis par ailleurs de votre capacité à moduler les styles selon les articles et les sujets, bravo !

250. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:51 par Else

Merci pour ce texte très éclairant. ( Je l’attendais)

251. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:52 par gautier

A ma connaissance le bijoutier n’est pas sous contrôle judiciaire mais sous ARSE ( assignation à résidence sous surveillance electronique). La différence est que maintenant ce n’est plus une obligation du CJ mais une mesure propre dont le temps sera déduit d’une éventuelle peine.

252. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:52 par RG

@148 Letter

Comment la loi permet-elle que quelqu’un condamné 14 fois soit encore libre?

Facile, elle vous en donne pour votre argent.

253. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:56 par christophe

Je me pose plusieurs questions, si 2 infractions a la loi sont commises consécutivement. La deuxième étant la conséquence de la première, ne faut il pas s’arrêter sur le jugement de la première ? La deuxième n’ayant aucune raison d’exister sans l’existence de la première. Si un “hors la loi” braque une bijouterie, pourquoi peut il encore bénéficier des avantages de la loi ?

254. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:58 par Loliedaz

Bonjour,

Je soutien ce bijoutier. Il est vrai que ce n’état pas de la légitime défense mais étant donné le traumatisme qu’il a subit pendant l’agression, l’émotionnel à du prendre le dessus sur la raison.

Il est vrai que son acte n’est pas bien, mais je ne pense pas qu’il mérite les 30 ans de prison pour autant. Il n’a pas d’antécédent et je pense que la prison avec sursis serait largement suffisant pour cet homme.

Notre pays a un gros problème de justice ou les hommes honnêtes tremblent et les voyous ne sont presque jamais punis.

Je comprend cette population qui espère que ce bijoutier sera condamné à un minimum de prison pour faire comprendre au malfrats que non, ce n’est pas les victimes qui payent à chaque fois, que quand on décide de commettre un vol à main armé, on prend des risques que la victime se rebelle et que cela tourne mal et que dans ce cas, la justice sera plus clémente.

255. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:58 par Bob

Merci Maitre pour cette analyse.

Je fais partie des soutiens sur la page Facebook.

Et après la lecture de cet article… et bien je fais toujours partie des soutiens.

Pourquoi ?

Il me semble que cet article vise avant tout ceux qui soutiennent l’acte du bijoutier.
Je ne le cautionne pas - il en répondra devant la justice.

Je soutiens le bijoutier car je pense qu’en dépit de son acte criminel, n’en reste pas moins une victime, sur deux aspects :
- Victime du braqueur
- Victime du système juridique qui a démontré, au fil des années, son incapacité à protéger les “honnêtes gens”.

Ce que je regrette, c’est de voir nombre de juristes s’émouvoir de l’acte du bijoutier : faire le contraire serait reconnaître une faute de la justice. J’aurai aimé voir plus de billets autour de ce qu’il faut faire pour que de telles situations ne se reproduisent plus : comment améliorer la justice ? Les peines sont-elles réellement dissuasives ? Pourquoi ce jeune délinquant, arrêté plus de 10 fois, était encore en état de récidive ?

Vous dites que la justice est une science, et que c’est un cliché de penser qu’il ne s’agit que d’une discipline philosophique dé-corrélée de la réalité. Je me pose quand même une question : pour qui la justice est-elle rendue ?
La justice peut-elle encore avoir une légitimité si le peuple ne la comprend plus et n’est plus d’accord avec ses décisions ?

Je ne dis pas que la majorité des gens pensent que le bijoutier ne devrait pas être condamné. Mais ce qui me gène, c’est cette “caste” de juristes (dont vous faites partie - et ce n’est pas une insulte, juste un fait) qui indique ouvertement qu’en gros ils ont raison, et que c’est comme ça, parce que ils sont la “science”.

Bref… me concernant, je n’ai plus foi en la justice, ni en ses représentants.
Je ne pense pas que la justice soit en mesure de me protéger, et je ne pense pas que les préoccupations de ses représentants correspondent aux miennes dans la pratique (= vivre dans un monde civilisé en toute sécurité).

256. Le lundi 16 septembre 2013 à 22:58 par paul rouyer

Merci maitre, mais j’emet de forts doutes depuis des desaveux personnels vecus de la part de ce que l’on nomme ‘justice’.

En gros , je ne retiens que deux choses, ou enfin, deux camps au travers de ce que considère la ‘LOI’.

1)Les braqueurs (effreignant la LOI) sont protéges un maximum par cette même LOI , y compris leur famille si ils prennent un mauvais coup en represaille de leur méfaits.(ou dois je utiliser l’expression ‘erreur de jeunesse’ servant de passe partout à nombre de gens trop intelligents pour moi?)

2) Les braqués qui subissent coups et vols sous la menace d’armes, et donc soumis, humiliés et incapables de se défendre, parfois pour la nieme fois qui doivent observer et respecter la LOI , et sont donc dans l’obligation de faire les canards pour ne pas etre inquiétés dès lors que l’arme n’est plus braquée sur eux et que le concept de ‘menace directe’ disparait(et la LOI se retournant contre eux)… il ne leur restera qu’ compter sur la police, et eventuellement sur la justice et leurs yeux pour pleurer..

Comment voulez-vous que d’honnetes commercants qui bossent, et sont a la limite depouilles et acculés à la misère, (les assurances refusant le risque lors de repetitions) ne petent pas les plombs et ne luttent pour obtenir une reparation de leur préjudice que la justice (cf les milliers d’exemple de relaxation ou reduction des peines) n’est pas capable d’obtenir, détournant la LOI trop souvent sous couvert d’humanité envers des hors la LOI!

Je pense qu’on ne fait pas assez supporter de travaux pratiques aux juges et avocats , avec immersion dans des situations graves et extremes qu’ils ne considèrent que depuis un bureau au travers de codes de LOI bien loin de situations réelles, essuyant d’un revers hautain les difficultés et la detresse dans lequelles ils plongent les victimes en laissant une nieme chance à des récidivistes qui ne reconnaitront jamais cette opportunité de réinsertion que l’on leur offre et demain seront vos nouveaux bourreaux impunis, echaudés et confiants en notre injustice….

257. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:01 par Une consoeur

Merci c’est parfait. Navrant d’avoir à expliquer encore ca au 21e siècle. VBD

258. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:01 par cerval06

Merci pour la video, c’est enorme a quel point l’exemple est similaire a cet affaire.

259. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:02 par adriano78

et bien je ne suis pas d’accord, vous vous contentez de la loi, “c’est comme ça”. Pourquoi ces voleurs passent à l’acte? parce que la justice et tout son monde dont vous faites partie est laxiste, LAXISTE: ces caïds s’en sortent rapidement, vous rient au nez. Et ras-le-bol de l’excuse sociale, voyageons un peu (ou allumons Arte) pour comprendre ce que je vis la majorité des terriens! Moi je comprends ces gens honnêtes et travailleurs qui sont excédés! Mais réveillez-vous au lieu de discuter pour facturer vos honoraires astronomiques, ô grande Maître à la robe (encore un autre monde!): qui a décidé de ternir la journée de l’autre ? quel pays de dépenses, de priviléges, et de laxisme..je me battrai contre ça !

260. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:03 par Marc

Très belle analyse de droit …
Mais le Far West existe dans beaucoup d’endroits en France, plein de quartiers sensibles … Venez avec nous à Marseille, on verra si votre analyse devant des personnes désinhibées, sous emprise de drogue, violentes, qui font fi de la morale traditionnelle, tient encore la route … (et je ne parle pas des meurtres médiatisés).
Bien à vous.

261. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:07 par Roi Leonidas

La Veme République a connue la guillotine jusqu’à tard dans son histoire récente.
L’obligation pour un avocat qui n’a pas les moyens de choisir ses clients de devoir défendre le bon comme le méchant, me fait penser Eolias, que vous faites un drôle de métier.
Les supputations du genre “si il avait tué un enfant dans la rue” cohabitent mal avec le restant du texte tellement basé sur des faits concrets et matériels…
Votre analyse éclairera les moins expérimentés. Quand a ceux qui se sont déjà fait agressé par un jeune récidiviste, bénéficiant d’une permission, ils continueront a penser que le geste du bijoutier n’est pas né d’une réflexion mais d’une réaction, tout simplement ….
Sinon, belle plume que la votre, cordialement,
Un défenseur de l’ordre

262. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:08 par lionel

Pardon, cher maitre, mais je voudrais vous faire remarquer une chose, qui ne relève pas du droit pur, mais de la nature humaine. Quiconque a cotoyé la violence et s’est retrouvé avec un flingue sur la tempe, vous le dira, après s’être fait tabasser, ou molester, menacer par un fusil a pompe braqués sur la tête, probablement insulté (batard, enculé et j’en passe), voler en plus donc, le tout à 67 ANS…. vous êtes complètement chargé en adrénaline, (réaction physiologique de la peur) et il est complètement humain, de prendre un flingue si vous en avez un, une batte de baseball, une pierre, un javelot, bref ce qui vous tombe sous la main, et de courir après les voleurs, en hurlant, eructant, ou tirant dans ce cas là, pour laisser ressortir la peur animale que vous avez eu de mourir, pour évacuer l’humiliation, et la frustration de n’avoir rien pu faire face à ses deux crétins…. on est bien loin, me semble t il de la volonte de “se faire justice”… c’est un truc bien plus irraisonné…. Ne pas comprendre cela, et ne pas en tenir compte dans un éventuel procés et une future sentence, serait une honte. C’est pour ça que, oui, même si cela fait de moi un gros beauf à vos yeux, j’ai cliqué.

263. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:10 par Pierre M. Boriliens

Bonjour,

Je suis quand même un peu épaté que personne n’ai évoqué le 17. C’est le numéro de téléphone (gratuit) de la police. Il suffisait que ce bijoutier compose ce numéro immédiatement, en donnant le signalement de ses agresseurs, ainsi que la direction probable de leur fuite.

Les braqueurs seraient probablement sous les verrous, à l’heure qu’il est, accusés de vol à main armée, ce qui est loin d’être anodin (n’en déplaise à ceux qui imaginent que la sanction se limite à la restitution des fusils à pompe et à quelques encouragements à récidiver).

D’autre part, les biens volés auraient probablement été récupérés, et dans le cas contraire, les assurances sont là pour ça…

264. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:13 par Frv

Quel dommage que le bijoutier n ait pas ete assassine !
On aurait ete dans l ordre normal des choses…une pauvre victime de l ordre social patronal, maltraite par une societe qui ne lui faisait aucune place, cherche a trouver legitimement un peu de secours aupres d un marchand d or, pensez !, pour elever dignement son enfant, et par un malheureux hasard nullement intentionnel, tire malencontreusement sur ce representant symbolique de l ordre petit bourgeois…
Mille excuses !
Ne vous y trompez pas, cher Maitre, vous avez juriquement tort, car vous etes politiquement minoritaire !
Les gens, les braves gens, les pauvres gens, les gens senses, ne peuvent accepter vos arguties.
Ils ne le pourraient que si la loi, la dura lex, etait elle meme respectee. Avec tant de peines non executees, tant de delits non elucides, on ira, de plus en plus, vers des abimes de differences entre vous, et le peuple. Helas…
Considérez ce qui se passe au Japon , en Allemagne, et dans beaucoup de pays du Nord au plan du respect de la loi.
Je crois qu il faut regarder la sociologie du fait criminel dans ce pays, et pas seulement un droit penal peu effectif.

265. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:17 par Weilliens

@Paul rouyer, # 256

Vous exprimer parfaitement cette éternelle querelle entre le droit (les principes, la Justice) et la loi (la société et les déclinaisons du principe de Justice, sa formalisation concrète et imparfaite). Lisez Victor Hugo sur le sujet.

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Dr…

Un froid juridisme contemporain, en lien avec un certain Kelsénisme - et autres positivismes juridiques - qui fort heureusement n’épuise pas les ressorts de la philosophie du droit, vous indique ici quelque chose comme - et pas seulement dans cet article c’est ici presque une profession de foi il me semble - la loi et la loi et elle est tout le droit. Or, il ne faut pas confondre les deux.

En creusant un peu le sujet vous vous apercevrez qu’il s’agit-là d’un positionnement éminemment politique - comme toujours - et lié pour partie aux théories politiques libérales ou attaché à un certain libéralisme - je me permets de conseiller sue le sujet le cours de philosophie du droit de Michel Villey.

Racine à dit, une extrême justice est souvent une injure. Peut-être peut-on approcher par cette citation votre sentiment sur cette affaire.

Le juridisme réduit notamment le droit à la loi, et c’est là son erreur. La loi c’est Créon, la Justice c’est Antigone. La loi n’a de sens que si elle est éclairée par la justice. La loi à elle seule ne saurait contenir la Justice. Il est probable que ce genre de considération puisse gêner un froid juridisme assez contemporain.

266. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:18 par syljoi

merci maître
très intéréssant
la case prison semble un passage quasi obligé, j’ose imaginer une seule journée avec une nouvelle compagnie …

267. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:20 par Weilliens

@257, une consoeur,

Ne faites pas l’économie de la philosophie du droit, cela peut être utile. Surtout dans les prétoires du XXIème siècle.

268. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:24 par Wood

Maitre Eolas, merci pour votre billet qui confirme les points de vues énoncés par les médias sur le probable avenir du bijoutier.

Je suis, à la grande surprise de certains commentateurs, de ceux qui soutiennent ce “pauvre” vieil homme et son geste, que je qualifie de bien malheureux en me basant sur les faits que vous énoncez. Etant persuadé qu’il ira en prison car quand on tue quelqu’un, c’est souvent ce qui se passe (heureusement…)

Je ne suis ni avocat, ni juriste, ni psychologue. Donc certainement de cette sous-France dénuée d’esprit que vous décrivez, un vrai mouton en somme. Et le commentaire suivant m’interpelle :
“Eolas:
Merci. Votre mot consolera indubitablement son fils orphelin qui se dira que c’est bien fait pour lui-même.”

Connaissiez vous personnellement ce future père de famille? Vous en parlez comme d’un jeune homme respectable dont l’enfant pleurera la perte du père qu’il n’a pas connu. “ah papa si tu m’avais appris a braquer des petits commerces on serait riches?” Je ne peux m’empêcher de penser à ce guide spirituel de père qu’il a perdu!

Je ne partage pas votre point de vue sur cette phrase non plus :
“ayant la sensation que c’est la victime que l’on poursuit, et approuvant non sans une certaine virulence le geste de ce commerçant”

Peut être cataloguez-vous un peu facilement les gens qui ne partagent pas votre éducation, ou formation? Je ne pense pas que le fait de “vouloir comprendre” ou sentir de la compassion pour cet homme puisse automatiquement s’apparenter à “approuver non sans une certaine virulence le geste…”

Et arrêtons de brandir la menace extrême droite à chaque fois s’il vous plait… c’est épuisant!

269. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:27 par Xavier

Très intéressant. Rien à opposer.

Une question cependant.

Vous dites « La perte de revenus, le préjudice moral,et j’en passe.»
Si ce jeune de 19 ans était au chômage et vivait de braquages… faudra-t-il à la famille évaluer les pertes de revenus illégaux ?

270. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:28 par Weilliens

@Wood, #268

Et arrêtons de brandir la menace extrême droite à chaque fois s’il vous plait… c’est épuisant !

Surtout qu’à un moment il va falloir la définir, définir la notion d’extrême droite, et c’est d’ailleurs là qu’on va sérieusement rigoler.

271. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:30 par Licorne

Enfin une analyse pertinente et constructive sur ce fait divers !!
Merci !!

Une étudiante en master de droit

272. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:31 par Mat

Merci pour vos précisions concernant la loi.
Mais savez-vous vous même combien de braquages avec armes vous seriez prêts à supporter avant l’abolition du discernement (à savoir que la vengeance n’est pas une solution) ?
Avez-vous une idée de l’impact psychique sur le bijoutier que peuvent créer des braquages répétés avec armes et violences ? Vous seriez comment vous-même ? Au top de votre raison d’homme de loi et donc fin prêt à la respecter ?
Pour traiter cette affaire on aura besoin d’hommes de papier comme vous qui savent réciter les lois mais il faudra aussi des gens de bon sens (désolé mais le bon sens n’éloigne pas plus de la réflexion que votre récitation) pour nous éclairer sur les possibilités d’endiguer les motivations du pauvre jeune. Avait-il une chance de gagner sa vie honnêtement ? Etait-il une graine de voyou ou un quidam ?Que peut faire l’état pour la sécurité ?
Vous mettez tous les gens qui ont prôné la défense du bijoutier dans le même sac et c’est dommage (La stigmatisation est le fait des masses ou d’un seul, aujourd’hui elle est partout). Certains sont, j’en conviens, guidés par la haine et le simplisme, beaucoup d’autres essaient quand même de réfléchir, sans une connaissance absolue de la loi certes, mais bien d’autres choses ont fait évoluer l’humanité.
Bien à vous.

273. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:42 par N_Yoda

@doudou en 48 : IPJ, plutôt, Institut pour la justice.

IEJ c’est soit Institut européen de journalisme, soit pour coller au monde professionnel du maître de céans, l’Institut d’étude judiciaires :-)

274. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:43 par sagebooker

Merci.

275. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:46 par Martin Scriblerus

Merci pour ce billet éclairant.

@ propos de tous ceux qui invoquent les “risques” pris par les braqueurs, en pensant à celui de se faire abattre d’une balle dans le dos.

Le discours sur les “risques” pris par les braqueurs, qui justifieraient que l’on ne s’étonne pas d’en voir mourir touchés de balles dans le dos, est à la fois ignoble - et d’une logique des plus savoureuses.
Certes, celui qui enfreint délibérément la loi prend assurément un risque, et pas des moindres: ne serait-ce que celui de se voir tôt ou tard reprocher ses actes par la Justice. Celui qui braque une bijouterie une arme à la main sait que le vol est puni par la loi, que de ce point de vue là, la menace d’une arme n’arrange rien; les coups éventuels non plus.

Mais lire d’auto-proclamés « honnêtes gens », très légalistes tant qu’il s’agit de la propriété des petits commerçants, invoquer complaisamment un “risque”, pour celui qui oserait s’en prendre à elle, de les voir faire violence à leur foncière honnêteté au point d’assumer eux-mêmes, sitôt le danger causé par le délinquant passé, une forme très personnelle et très peu légale de “justice” brutale et expéditive est assurément un argument étonnant.

C’est en effet l’argument de personnes qui se présentent elles-mêmes comme essentiellement, intégralement honnêtes. Mais c’est aussi l’argument de personnes dont l’empressement à marquer leur distinction vis-à-vis des auteurs de vols (qu’elles prennent le soin de dépersonnaliser et dedéshumaniser en les réduisant au terme de voleurs, braqueurs, délinquants: donc à leurs seuls actes délictueux), le dispute à une promptitude, qui confine à la préméditation, à clamer dès à présent que, si un jour l’occasion s’en présentait, si elles étaient témoin ou victime de tels vols, elles-mêmes n’hésiteraient pas à faire une entorse à leur courage en même temps qu’à leur viscéral respect des lois, en mettant délibérément et bravement à mort l’un de ces redoutables auteurs de vols, sitôt qu’il aurait le dos tourné .

A quoi l’on voit que, plus encore que l’honnêteté, c’est bien la force et elle seule qui a la faveur de nos honnêtes gens.
Ce qu’ils veulent, c’est être eux du côté de la force: et que seuls les actes des autres soient punis.

276. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:49 par Me Colland

La loi n’a pas été appliquée, 13 fois pour la “victime”.
Si les textes de loi avaient été respectés, il ne serait pas mort, et son enfant ne serait pas orphelin, puisque son père n’aurait probablement pu l’engendrer derrière les barreaux.

Qu’on fasse preuve de la clémence, 1 fois au moins, pour ce bijoutier, très certainement atteint de démence après cette agression.
N’est il pas humain de devenir fou, de rage au moins, et de perdre tout contrôle de ses nerfs après qu’on vient de subir une violente agression ?

Vous lecteur, imaginez vous un instant vous voir spolier de vos biens par des individus qui ont menacé de vous tuer, et vous ont frappé ? Resteriez vous serein et impassible ? La défense peut être légitime selon les textes, qui évoluent chaque jour, qu’en est-il de la légitime contre-attaque ?
Ne peut-il pas être admis que certains contextes, tels une agression à main armée, peut amener à faire perdre tout discernement ?

Qu’en est-il dans un pays dont le président, gardien de la constitution, de la Loi, de toutes les lois, en appelle à la légitime contre-attaque contre la Syrie, coupable elle aussi de violentes agressions?

277. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:50 par Elvirio

Code Pénal:

“CHAPITRE II : Des causes d’irresponsabilité ou d’atténuation de la responsabilité
Article 122-1
N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes.

La personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant altéré son discernement ou entravé le contrôle de ses actes demeure punissable ; toutefois, la juridiction tient compte de cette circonstance lorsqu’elle détermine la peine et en fixe le régime.”

Tant qu’une juridiction n’aura pas passé les circonstances du geste meurtrier du bijoutier au crible de cet article, il est trop tôt pour le qualifier de crime; l’homicide a été commis à chaud, par un homme blessé, physiquement et mentalement; le tir dans le dos exclut toute légitime défense; mais il est plus que probable que son discernement n’était pas intact.

278. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:51 par Remy

Merci infiniment pour ce billet. J’avais accouru sur votre blog pour vous supplier, un peu à la manière dont les habitants de Gotham appellent Batman à la rescousse, d’expliquer concrètement la légitime défense au regard de ce faits divers, mais vous avez été encore plus rapide.

Dommage que, tout comme Batman, vous soyez aussi déjà parti au moment où comme moi on se tourne vers vous pour vous remercier. Vos réponses aux commentaires sont utiles et savoureuses et je regrette l’époque où elles étaient plus nombreuses.

279. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:54 par mcb la caille

J’en ai lu énormément ! … et j’ajoute que la violence ne s’arrêtera jamais tant qu’il y aura ..de la violence. Un jeune homme de - de 20 ans, et même encore plus tard, aura tendance à prendre un mauvais chemin, ou du moins, à vouloir faire ses expériences. Je n’approuve évidemment pas, mais je pense à moi lorsque j’avais cet âge, …. je ne possédais rien, n’avais pas de parents, à la sortie des institutions religieuses (très hard, comme une sorte de prison, avec privation de manger, coups, et j’en passe sur les pires moments qui me reviennent souvent en mémoire malheureusement..) oui, à ma majorité (21 ans) je me servais dans les grandes surfaces pour m’alimenter, ou des chaussures, et une gamelle pour chauffer, et des milliers de choses… Je n’en suis pas fière, du tout du tout, et puis j’ai rencontré un garçon, un homme tellement généreux, drôle, attentionné, intelligeant, …..Il m’a TOUT donné à moi et à mes deux enfants ! Même une bonne éducation, en plus, …les années passant, j’ai de la COMPATION pour tous ces enfants des rues ou pas, qui font leur connerie, iront en prison, et… pour parfois avoir enlevé la vie, resteront éternellement avec ce souvenir douloureux en eux… Tout ce que je viens d’écrire n’est pas très intéressant, mais aujourd’hui, à bientôt 64 ans, je pense que je l’avais échappé belle à cette époque, et QUE JE N’ARRIVE PAS à DETESTER TOUS ces jeunes qui se mettent dans des situations ingérables !!! QUE FONT LES PARENTS, que font les aides sociales, les éducateurs, etc… Je souhaite à ce bijoutier qu’il n’aille pas en prison…ce n’est pas sa place !!! message de marlen qui vous souhaite à toutes et tous, une vie belle et tranquille, malgré tout.

280. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:54 par mcb la caille

J’en ai lu énormément ! … et j’ajoute que la violence ne s’arrêtera jamais tant qu’il y aura ..de la violence. Un jeune homme de - de 20 ans, et même encore plus tard, aura tendance à prendre un mauvais chemin, ou du moins, à vouloir faire ses expériences. Je n’approuve évidemment pas, mais je pense à moi lorsque j’avais cet âge, …. je ne possédais rien, n’avais pas de parents, à la sortie des institutions religieuses (très hard, comme une sorte de prison, avec privation de manger, coups, et j’en passe sur les pires moments qui me reviennent souvent en mémoire malheureusement..) oui, à ma majorité (21 ans) je me servais dans les grandes surfaces pour m’alimenter, ou des chaussures, et une gamelle pour chauffer, et des milliers de choses… Je n’en suis pas fière, du tout du tout, et puis j’ai rencontré un garçon, un homme tellement généreux, drôle, attentionné, intelligeant, …..Il m’a TOUT donné à moi et à mes deux enfants ! Même une bonne éducation, en plus, …les années passant, j’ai de la COMPATION pour tous ces enfants des rues ou pas, qui font leur connerie, iront en prison, et… pour parfois avoir enlevé la vie, resteront éternellement avec ce souvenir douloureux en eux… Tout ce que je viens d’écrire n’est pas très intéressant, mais aujourd’hui, à bientôt 64 ans, je pense que je l’avais échappé belle à cette époque, et QUE JE N’ARRIVE PAS à DETESTER TOUS ces jeunes qui se mettent dans des situations ingérables !!! QUE FONT LES PARENTS, que font les aides sociales, les éducateurs, etc… Je souhaite à ce bijoutier qu’il n’aille pas en prison…ce n’est pas sa place !!! message de marlen qui vous souhaite à toutes et tous, une vie belle et tranquille, malgré tout.

281. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:56 par Mathieu

Dommage car j’avais lu avec avidité le début, en piètre connaisseur de la loi, heureux de trouver une rigueur “scientifique” pour apporter des éléments tangibles à cette histoire. Et le drame survient quand on se rend compte, après un effet de manche un peu grossier (“regardons ce qu’a fait, objectivement, cet homme”, les deux paragraphes suivants étant alors exempts de tout caractère objectif. Technique de rhétorique d’avocat ?) que ce billet n’était finalement qu’une autre prise de position sur l’affaire publique du moment. Cela a rarement été fait d’aussi belle manière il est vrai.

Petite déception donc car il me faut maintenant trouver une autre source d’information juridique, plus objective, pour avoir un aperçu de ce que la loi dit sur ce genre de cas. Sans le prisme déformant de celui qui se place de fait en accusateur.

282. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:56 par Pierre M. Boriliens

@Mat (272)

Avait-il une chance de gagner sa vie honnêtement ?

Bonne question, et je suppose que savez comment faire pour éliminer le chômage, la précarité et tout ce qui diminue singulièrement les “chances de gagner sa vie honnêtement”…

Parce que réprimer, c’est bien joli, mais encore faudrait-il que tout un chacun puisse gagner sa vie honnêtement et dans des conditions décentes. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui…

A mon sens, ça explique une partie de la violence. La ville la plus criminelle actuellement des Etats-Unis, c’est Detroit. Et c’est aussi l’une des villes les plus sinistrée suite à la crise. Ça me semble tout-à-fait lié…

283. Le lundi 16 septembre 2013 à 23:58 par NoNoToP

1- la bonne nouvelle c’est que ce monsieur va passer devant les assises
2- le seconde nouvelle c’est que vu la somme des “likes” & des “crimes & delits” en forte augmentation chaque année, il est probable que certains jurés soient déjà acquis à la cause de ce monsieur.

284. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:01 par Tatoon

Maitre, j’ai lu votre billet. Je me permets deux remarques.
1- face à une violente agression, on peut considérer le cas 1 de l’irresponsabilité pénale. Les bijoutiers ne suivent pas des entrainements commandos et si un tribunal met des années à argumenter, dans les faits, un hold-up est très rapide, donc il y a une forte distorsion.
2- la “victime” au sens légal bénéficiait d’une remise de peine, donc il est très probable, malgré le silence assourdissant des autorités, qu’il devait être en prison lors du hold-up. Pensez-vous que l’état sera au banc des accusés ? Comment expliquez-vous que le complice ne soit pas allé directement à la police pour porter plainte ???
Maintenant, une question, pensez-vous un jour nous faire une analyse de la légitime défense dans le cas de Mesrine ou de Merah ? Je n’ai pas entendu parler de procès sur ces affaires, pourtant, l’état de légitime défense n’est pas évident.
Cordialement.

285. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:04 par NoNoToP

Ce qui est rigolo, c’est que face à cette situation, “on ” nous explique que c’est intolerable & que valider ce genre de comportement conduirait à la situation etatsunienne.
Ainsi, il n’existerait pas dans le monde d’intermédiaire entre la situation française (où l’agressé n’a visiblement aucun droit sauf celui de porter plainte) & celle des etats unis où la légitime defense est bcp plus étendue.

Bref il faudrait choisir entre 2 maux.

286. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:07 par Damien

Merci pour ce billet, vos arguments sont très intéressants et viennent renforcer mes avis sur cette affaire ! Bravo :)

Néanmoins, il y a un part du “contexte de société” qui vous a échappé me semble t-il. D’après moi, ces temps ci, il y a comme une vent de plaintes au sujet de la “justice” en France, le sentiment que la justice est obsolète. C’est un courant de pensées soutenu par les politiques de droite : mépris de Taubira et de sa loi pénale, refus d’appliquer la loi sur le mariage pour tous, cas médiatiques de délinquants renvoyés chez eux fautes de place dans les prisons, reportages sur des riverains qui s’organisent pour se protéger etc.
Cette affaire entre aussi dans ce courant de pensées : faisons la justice nous même car la justice en place ne fonctionne pas.

Ceci étant dit, je vous cite, “son père, arrêté, aurait été condamné à 15, peut-être 30 ans de réclusion”. Êtes-vous certain de cela et comment en convaincre votre auditoire ? Quand il est à la mode de considérer que la justice est inexistante, que les voyous sont renvoyés chez eux sans peine appliquée, nous pouvons imaginer déjà que ce pauvre voleur de bijoux n’aurait jamais été condamné… Son enfant aurait alors grandit avec un père (voleur et délinquant) à ses côtés, comme un exemple.
Et vu sous cet angle, votre argumentaire n’est pas bien valable…

C’est le seul hic que je vois à cet article : vous oubliez de vous mettre dans la tête de nombreux français, manipulés par les politiciens, et pris dans le courant de “la justice française ne fait pas son travail”.
Si l’on ne croit plus à la justice, comment ne pas donner raison à ce bijoutier ?
Je sais, ce raisonnement est affreux, et c’est exactement la loi du Far-West, mais c’est bien pour cela qu’il faut s’en rendre compte, l’assimiler, et le combattre.

287. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:07 par NoNoToP

@282,
ainsi donc on y vient.

Non monsieur. Tous les gens au chomage ou au RSA ne braquent pas des bijouteries.
Vous legitimez les excuses. C’est grave.
Vous niez le réel. C’est encore plus grave.
La bonne nouvelle c’est que la réalite tot ou tard vous rattrapera

288. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:07 par madlozoz

C’est un peu hors sujet, mais quid de la situation ou les armes était chargée a blanc?
Considére t-on alors que la menace n’est pas réelle et donc qu’il ne peut, en aucun cas, y avoir légitime défense?

289. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:08 par Matthias

juste:
“le droit de la vengeance privée illimitée a été aboli, ce qui a permis des conséquences néfastes comme la civilisation” <3
merci

290. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:10 par Voynich

Petit lien qui regroupe le meilleur du pire des commentaires de la dite page FaceBook, afin que ceux qui ont “liké” sachent à quels types de commentaires ils peuvent être assimilés :

291. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:14 par Cecile

MERCI !!! et encore MERCI pour cet article :)

292. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:16 par gautier

Pouce en l’air : j’aime :)

293. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:16 par Julien

Excellent papier : enfin un discours construit et raisonné sur ce fait divers qui semble passionner une bonne partie des français. Merci pour l’initiative. On regrettera toutefois votre prise de position et vos jugements de valeur infondés : le braqueur « ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui et faisait ça pour de l’argent” et j’en passe. Pourquoi diable ne vous en êtes vous pas tenu à l’étude des faits avec les textes de lois et vos compétences d’analyse à l’appui comme vous l’aviez si bien démarré? Ce passage sentimentalo-donneur de leçons vous fait perdre en crédibilité. Dommage.
Bravo pour le reste.

294. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:17 par maiannah

Merci pour cet éclaircissement Maître :)

295. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:19 par Lovo

Merci Maître, de ces miettes d’intelligence que vous nous réservez au milieu des monceaux d’idiotie que nous subissons.

La qualité de votre écriture et la concision de votre raisonnement sont un air bien frais pour l’internaute.

296. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:25 par Simplet

Merci Voynich 290.

N’étant pas sur facebook sans vous je n’aurais pas lu ces commentaires.
Malheureusement je n’ai pu ajouter le mien, néanmoins je pense pouvoir m’associer à la majorité d’entre eux, comme probablement une majorité des citoyens de ce pays. Probablement, hein, je suis pas Cayrol.
Tout mon soutien au bijoutier, et tant pis pour la racaille. On va pas pleurer non plus!

Merci encore.

297. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:26 par Elzen

Merci Maître.

En espérant que vos propos resteront en mémoire de ceux qui se prennent pour Manco ou Douglas Mortimer.

298. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:37 par Krystery

Si on se base sur le principes de la collectivité et la vie en société le geste du bijoutier est inacceptable, cela dit à l’heure actuelle en France, ce sont toujours les même histoires, la police est en manque de moyenet ne peux assurer correctement ses fonctions, la délinquance ne cesse d’augmenter et ce sont les pauvres gens qui sont déja accablés par les impôts et autres taxes, qui devraient se laisser voler et rester passifs ? Je comprend la réaction de cet homme même si elle est inexcusable ! Ce sont toujours les mêmes qui subissent les préjudices et c’est pour cela qu’autant de monde est mobilisé aujourd’hui, bien sur être en difficulté financière est une situation dur à vivre mais se mettre a braquer a tout va n’est pas une solution non plus, vous parlez de Far West mais qui a initié la joute ici ? Est-ce cet homme qui a répliqué par les armes ou bien ces hommes qui sont venu dérober un bien qui en aucun cas ne leur étais dut, tel des bandits de western ? Il facile de sortir de grandes tirades et de décrédibilisé le pauvre homme, mais chercher qui est réellement coupable et a ses parts de responsabilités dans cette histoire ! Dire qu’il est mort pas sa faute serais facile mais en même temps quand on commence a violer les lois, on engendre forcément d’autres transgressions qui peuvent nous retomber dessus !!

299. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:38 par Louis Benzema

Le fait est que vous ne répondez au problème que d’un point de vue juridique.
L’émoi provoqué est tout autre.

Comment on est en venu à ce qu’un homme sans histoire, travailleur sérieux, puisse tuer au regard de la loi(de la société, par extension ?)

Le problème est ici. Peut être pcq des énérgumènes comme cet Antony se baladent tranquillement dans nos rues.
Aménagement de peine vous avez dit ?

300. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:38 par Pierre

Merci de ces précisions, mais qui parmi les 1,5 M de fan de la loi du Talion prendra le temps de les lire ? Vos propos me fourniront cependant des meilleurs arguments.

301. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:39 par Voynich

Une interrogation sur une récente affirmation : les 2 premiers tirs auraient visés les pneus, le braqueur passager se serait retourné et aurait pointé son fusil à pompe vers le bijoutier qui aurait alors changé de cible, provoquant la blessure fatale.
Le maniement d’une arme encombrante en étant passager d’un scooter a priori en déplacement me semble hasardeux. De plus, pour ce que j’en sais, le braqueur a été atteint dans le dos, chose qui me semble difficile si il était en train de braquer le bijoutier.
Bref, ce point est trop flou pour que l’on se permette de le commenter comme élément justifiant la légitime défense sans avoir les résultats de l’enquête.

J’ai vu plus haut un sexagénaire commenter l’article de Maître Eolas en émettant l’hypothèse que le bijoutier faisait peut-être partie d’un club de tir, légitimant ainsi un tant soit peu les tirs dans la rue. Du peu que je sais, fréquenter un club de tir est une des rares conditions essentielles pour se procurer en toute légalité une arme à feu en armurerie, pourquoi alors se la procurer via un trafiquant ? Mais là encore, l’enquête se prononcera.

Enfin, certain.e.s reprochent à Maître Eolas le pathos de sa démonstration. On sait qu’il est loin d’être insensible, et si il a - la plupart du temps - la décence de taire son avis personnel ou ses émotions pour plus d’impartialité, on sait aussi d’expérience qu’il sait répondre au pathos par le pathos. Sans doute le métier qui veut ça.
Et avec un million de commentateurs plus ou moins agressifs sur FaceBook et quelques lignes d’empathie ici… le karma de l’humanité reste en négatif sur cette affaire.

302. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:40 par tasi

Bonsoir,
L’explication de la loi française est limpide. Toutefois je me souvient que quelqu’un qui était président de la république avait dit qu’il y a des lois injustes…. je pense sincèrement que cette loi trop restrictive sur la légitime défense favorise et encourage trop souvent les délinquants qui se sentent ainsi impunis ! Je vote donc résolument pour soutenir le bijoutier agressé.

303. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:41 par Coralie

Je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires pourtant intéressants si j’en crois les premiers. Merci pour ce billet. Je crains malheureusement que les auteurs des messages les plus haineux, dans cette page de soutien au bijoutier, ne se donnent pas la peine de vous lire. Pour un certain nombre d’entre eux, je ne suis même pas certaine qu’ils en aient la possibilité intellectuellement. Quoi qu’il en soit je partage votre texte.

304. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:44 par GilesB

Les gens veulent que les lois changent… pas que le bijoutier bénéficie d’un traitement de faveur !

Par ailleurs vous travestissez la réalité : “Il n’y a pas de légitime défense pour le meurtre d’un voleur.” Il ne s’agit pas d’un vol mais d’une agression violente avec fusil à pompe. Les circonstances ayant conduit au meurtre seront exposées au juré et il serait surprenant qu’aucun juré n’estime que le bijoutier traumatisé par la violence subie quelques secondes avant son geste fatale l’ait laissé maître de ses actes…

Dans l’état actuel des choses, ce bijoutier risque la prison… et il ira probablement… mais les 1 600 000 personnes se moquent du bijoutier, eux, ils veulent qu’un type qui a pris 14 condamnations avant ses 20 ans soit derrière les barreaux… pour qu’aucun bijoutier ne se retrouve devant l’irréparable ! Ils veulent que les peines incompressibles restent et pas qu’une condamnation de moins de 5 ans signifie pépère à la maison !

Toute cette affaire est du pain béni pour le FN… et ce pain béni, il le doit au PS car historiquement, lorsque le PS est au commande, le FN progresse…

305. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:52 par Pierre

Merci.

J’apprécie particulièrement le rappel : “Peut-on conditionner un comportement à son résultat ? Si un enfant se rendant au parc s’était pris une balle perdue, applaudiriez-vous toujours ce monsieur ? Et pourtant, il aurait fait exactement la même chose.” Cela doit nous donner à réfléchir.

Attention donc au paragraphe qui le suit. Il pourrait laisser à penser que le crime est d’autant plus grave puisque la victime était père de famille (même si je doute que ces soit votre intention).

Alors que la victime soit père ou non comme vous le dites : “il aurait fait exactement la même chose.”

306. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:55 par Djudj

Pour revenir sur le “sentimentalisme”, certes le braqueur avait une famille, un enfant etc … je suppose que le bijoutier aussi a une famille. Je ne vois pas en quoi la famille du braqueur, sous prétexte qu’il est mort, a soudainement plus d’importance que celle du bijoutier ? Le braqueur a clairement mit en jeu son existence et pris un risque énorme… ça lui a coûté la vie. Pensait-il à sa famille à ce moment là ?
Et si le bijoutier avait été abattu, le jeune braqueur aurait eu un n-ième sursis ? On aurait même pas eu un mot dans la presse pour sa famille.

Je suppose que pour le bijoutier, on ne peut pas considérer qu’il ait agi sous le coup de la panique … je pense que c’est plutôt sous le coup de la colère, en voyant partir ses agresseurs en toute impunité. Je crois savoir qu’en plus ce n’était pas la première fois qu’il se faisait braquer.
Pourquoi n’y a t-il pas de commissariat à proximité des boutiques de luxe à Paris ?
Pour ma part je comprend qu’il en arrive là … mais je n’excuse pas le geste. Je pense qu’il doit être condamné logiquement.

307. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:57 par Libre

1.Il s’agit d’un gâchis pour tous.
2.La responsabilité familiale et les supplices sont abolis depuis la révolution;C’est ce que j’ai lu comme commentaires sur differants sites web qui appelait le gouvernement à remettre ces lois en vigueur.
3.La condamnation à mort en France était appliquée de manière rarissime depuis de Gaulle et certainement pas à ce genre de petite frappe.Ou il fallait la rendre obligatoire comme en Arabie Saoudite ou en Iran.Je préfère le bagne a perpétuité réelle.
4.Il aurait pu être placé sous le statut de témoins assisté.
5.Il faut prendre garde à ne pas en venir à des solutions américaines , ou c’est la porte ouverte a tous les excces.
6.Il faut construire 120,000 places de prisons supplémentaires pour mettre a l’écart de la société toutes une série de petits c… et autant que possible essayer de les remettre dans le droit chemin.

308. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:00 par Junice64

Cher maitre, permettez un peu de contradiction ou de contestation. nous verrons si vous publiez ce post.
Encore une analyse de 10 pages vue d’un petit bureau bien loin de la situation. Ca va on la connait tous la loi merci ! Ce pamphlet ne sert que peu le debat.
Par contre: “il aurait pu blesser les enfants qui vont au parc” dans ce quartier-la je n’en connais pas beaucoup ^^. Charger le cote emotionnel injustement est hipocrite.
Peut-etre faut-il considerer ‘maitre’ la perte de controle emotionnelle comprehensible, meme si illegale certes, personne ne le nie, pas besoin de citer la loi sur la legitime defense, de cet homme agresse et menace de mort par des voyous qui auraient mieux fait de respecter la loi eux en premiers, surtout ayant une femme enceinte (c’est pas le bijoutier qui l’a mise enceinte non plus!^^).

A bon entendeur…

309. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:09 par Mgmarine

Merci Maître pour ces explications.
Je tiens à préciser que je fais partie de ceux qui ont cliqué un like car j’ai compris ce geste, pour autant le message que j’ai laissé à cet homme était qu’il devrait répondre de ses actes car la loi est très claire !
Ce qui me choque aujourd’hui ce sont les propos haineux tenus sur cette page de soutien où certains incitent a la violence !
Je crois que ce mouvement traduit bien d’autres choses que la défense d’un homme. La plupart de ceux que je connais qui ont ´liké´ cette page l’on fait pour alarmer nos politiques et dire regardez ce qu’il se passe des gens à priori honnêtes pètent les plombs à cause de votre laxisme….cette page ne compte pas que des fachos racistes et fous dangereux ! Il serait opportun que les politiques et les médias lisent tous les commentaires !
Alors voilà ma question : y a t il une réelle volonté politique de protéger les honnêtes citoyens ? Non je ne le crois pas….
N’est ce pas nécessaire de changer la loi afin que les délits soient lourdement punis, les peines appliquées et le travail des prisonniers au service de la nation une figure imposée ( pour la construction de prison par exemple….., l’entretien du territoire etc …)
Je n’ai pas la solution mais je ne suis pas payée pour ça nos politiques OUI. Et malheureusement à part leur réélection et leurs salaires mensuels à 5 chiffres je ne pense pas qu’ils aient envie d’y réfléchir certains même ont commis des délits restés impunis ! C’est tout cela qu’un grand nombre de français très loin des idées FN sont en train de dénoncer !
Je déplore ce drame au delà de ça ce qui m’énerve profondément ce sont les médias qui véhiculent le fait que les like son faux voire achetés cela n’est pas respecter les français ! Ça c’est inadmissible les gens aujourd’hui sont mal ont peur de demain croulent sous les taxes et les impôts, d autre sont des travailleurs pauvres!ou n’ont pas de travail du tout ! Maître notre société est MALADE, malade de ces gens la haut qui se foutent du devenir des citoyens. Et bien sûr que rien ne justifie la mort d’un homme fut-il un voyou ! La proportion que prend ce mouvement est inquiétante au lieu de la nier nos politiques feraient bien de TRAVAILLER ! Si la France n avait pas été dans une telle situation de crise ce mouvement n aurait pas connu cette ampleur !
Et bien sûr que la loi existe quelle se doit d’être respectée mais qui doit montrer l’exemple si ce n’est l’état et ceux qui nous gouvernent ?
Merci pour cette tribune

310. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:24 par Simplet

@ Mgmarine 309

Excellente synthèse.
Je vais vous donner une piste, issue de votre propre texte, qui vous expliquera une partie de ce qui se passe avec cette histoire de bijoutier, et qu’Eolas veut analyser du simple point de vue strictement juridique, ce qui est passer à côté de la question.

“La proportion que prend ce mouvement est inquiétante”.

Oui. Disons qu’elle est surprenante. Inquiétante, cela dépend de la réponse à une autre de vos remarques, à savoir:

“Et bien sûr que rien ne justifie la mort d’un homme fut-il un voyou !”

Ah bon? Vraiment rien, jamais? Beaucoup de gens, dont je suis, pensent que si, parfois.

311. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:27 par Fleur Delacour

“un des clichés populaires sur le droit est qu’il s’agirait d’une discipline cousine de la pataphysique, une sorte de jeu intellectuel consistant à embrasser la réalité à travers des règles absurdes et déconnectées de la réalité

Que d’énergie et de mots déployés pour envoyer ce petit commerçant au cachot jusqu’à ses 97 ans.

J’associe votre catilinaire à ce témoignage bouleversant chez Stéphane Soumier vendredi dernier, lorsque le ceo de Gravitech expliquait comment d’inflexibles fonctionnaires du Fisc sont venus lui redresser 3 ans de CIR, en dehors de toute réalité du terrain.

Il y a en effet comme un décalage entre la société civile, et des agents de l’Etat de plus en plus déconnectés. Vous dites qu’ils ne font qu’appliquer la loi. Mais bon sang. C’est aussi ce qu’Adolf Eichman expliqua lors de son procès. Un peu de souplesse, diantre. La justice ne vit pas dans une bulle, appliquant et interprétant de manière byzantine les textes pour conclure à des solutions défiant le bon sens, la morale et la justice. Si je me fais violer et retrouver mon violeur, aucun jury d’assise ne me condamnera jamais. Toutes les traditions juridiques ont toujours su trouver des artifices pour éviter les situations absurdes (il y a de nombreux exemples dans la Bible, chez les Romains lors des viols par exemple, en Angleterre ils ont l’equity law, ici on a des théories sur l’abus de droit,…). La population a bien compris que l’on ne rentrait pas tout à fait dans le cadre strict des conditions de la légitime défense. Et alors? Il y avait moyen d’interpréter avec souplesse l’état de nécessité, ou autre, compte tenu des circonstances très particulières, pour éviter à ce brave homme l’enfer des poursuites. Il y a bien des centaines de milliers de délinquants qui éxhappent à la justice en France non? Alors un de plus… Comme toujours, vous êtes impitoyables avec ceux que vous n’aimez pas (la manif pour tous, les petits commerçants) et laxistes avec d’autres catégories dites victimes. Le syndicat de la magistrature, célèbre pour son mur des cons, dit expressément que la tâche du juge est de tordre les faits et la loi pour défendre le travailleur contre le patron, le locataire contre le bailleur, le pauvre contre le riche, le débiteur contre le créancier,…

Pour finir. j’anouterai que naturellement, votre article, comme souvent, a été relayé massivement par toute la gauche qui adore taper sur les “beaufs”, hein, ces “gros cons” (Aram) qui ne veulent pas envoyer ce petit commerçant de 67 ans au cachot. But atteint. Dialogue de sourd. Puisqu’à aucun moment ici vous ne cherchez les causes profondes de ce soutien (la faillite de la justice et de la police - d’ailleurs, la “victime”, Anthony, le braqueur, était en probation sous surveillance judiciaire : quels fonctionnaires, quels ministres, ont été sanctionnés pour cet échec ?). Il n’y aurait pas ce vaste mouvement populaire vers l’autodéfense si le système était juste et fonctionnait. De même qu’en 1789 une des premières mesures des révolutionnaires fut d’armer la population de citoyens. C’est votre conception de la justice, injuste et sourde, isolée des réalités, de la société civile et de la morale, qui conduira à la création de milices et à de plus en plus d’actes d’autodéfense (que vous qualifierez de non légitimes, mais ça, on s’en fout).

312. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:32 par VyGER91

@269 Xavier
“Si ce jeune de 19 ans était au chômage et vivait de braquages… faudra-t-il à la famille évaluer les pertes de revenus illégaux ?”

S’il était au chômage, c’est qu’il avait travaillé préalablement et qu’il pouvait potentiellement en retrouver un pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais on ne le saura jamais, puisqu’il est mort.

313. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:38 par pierreghz

Je sais que c’est une figure de style, mais le Far West n’était pas si sauvage que ça, on a même écrit un livre là-dessus : *The Not So Wild, Wild West: Property Rights on the Frontier (Stanford Economics and Finance)* par Terry L. Anderson & Peter J. Hill.

Certainement peu utile de s’indigner à ce sujet, j’en conviens…

314. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:43 par VyGER91

@311 “Fleur Delacour”

“Un peu de souplesse, diantre. La justice ne vit pas dans une bulle, appliquant et interprétant de manière byzantine les textes pour conclure à des solutions défiant le bon sens, la morale et la justice.”

Sauf qu’on ne traite pas de “bon sens” ou de “morale”, notions particulièrement creuses, mais de droit.

“Si je me fais violer et retrouver mon violeur, aucun jury d’assise ne me condamnera jamais.”

Si vous parlez de retrouver et tuer votre violeur, ce qui serait soit un meurtre soit un assassinat, alors je souhaite de tout coeur que vous aillez tort. Je ne saurai accepter qu’un acte de vengeance reste impuni.

315. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:43 par Pierre M. Boriliens

@311

Vous ne trouvez pas un peu curieux d’inciter à une certaine tolérance à l’autodéfense… pour empêcher le développement de l’autodéfense ?

316. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:47 par nicolas

Bonjour,
Merci pour ces précisions.
Faisant parti des personnes ayant marqué le soutien au bijoutier de Nice, je me permets de dire que cette démarche était clairement pour le soutien moral pour un homme qui va passer une grande partie de ce qui lui reste de vie pour une réponse disproportionnée dans le feu de l’action. Il est évident qu’il doit être condamné pour ses actes mais je ne peux que déplorer ce drame.
Ensuite, je regrette profondément la politisation autour de cet événement tragique et les flots de commentaires déplaisants des deux cotés.
Merci d’avoir compris qu’il y avait aussi des gens réfléchis parmi les soutiens au bijoutier, la question n’est pas de lui éviter une condamnation mais de déplorer une situation qui n’amènera que des souffrances supplémentaires.

317. Le mardi 17 septembre 2013 à 01:56 par Simplet

Je dois avouer que c’est un régal que de lire les bigleux chaussés de leurs grosses lunettes, lustrines et robes, dissertant leurs connaissances poussiéreuses des arguties et finesses du droit et de la jurisprudence, mais ne se rendant pas compte qu’en fait ils ont les fesses sur le volcan d’une situation prérévolutionnaire.

318. Le mardi 17 septembre 2013 à 02:09 par Charles-Henri

La justice ne fait pas correctement son travail auprès des délinquants, elle reste laxiste ! Les lois ne protègent pas assez les victimes d’agressions physiques avec armes envers les délinquants, et particulièrement lorsque leurs victimes osent la suprême audace de se défendre ! Et pourquoi en définitive cette injustice de traitement favorisant le délinquant voleur qui est le premier, l’agresseur ? Simplement parce que les sénateurs, les députés, les magistrats : juges, procureurs, les avocats sont rarement victimes personnellement dans leur vie de ces désagréments ! Croyez que si cela leur arrivait aussi souvent qu’au reste de la population qui en supporte majoritairement les frais, il y aurait un progrès immédiat des lois pour garder sous les verrous ces délinquants fauteurs de troubles, avec une révision immédiate et totale de la légitime défense au profit des victimes ayant subies les vols sous la menace d’arme, et agression physique ! Voilà ce que vous devez lire dans ce spectaculaire mouvement à la suite de ce drame de Nice qui décrypte la colère sourde qui gronde en France, et que ni la justice ni le gouvernement ne veut en comprendre l’ampleur !

319. Le mardi 17 septembre 2013 à 03:03 par Titilde

Je comprends parfaitement que ce monsieur, choqué, sans doute blessé et au moins ruiné, ait ouvert le feu sur ses cambrioleurs en train de fuir. Et qu’effectivement il peut s’estimer vraiment heureux de n’avoir blessé aucun innocent (passant à côté) dans l’histoire.
C’est choquant de penser qu’on peut se faire battre et voler sans avoir “le droit de répondre” (oui de REPONDRE, je ne parle pas du “droit de se défendre”, puisque vous avez expliqué qu’il n’en est pas question). Mais c’est encore plus choquant de penser qu’on peut, parce qu’on a été blessé par quelqu’un, sortir un gun et lui tirer dans le dos.

(j’ajoute qu’on a tous au moins une personne qui nous a blessée et qu’on serait ravi de voir crever)

Cela dit le geste irréfléchi et spontané est parfaitement compréhensible, et je me pose la question du crime passionnel, surtout juridiquement parlant. Un travail peut être une passion réelle. La colère de voir cette passion brisée, la rage de l’impuissance….

Et pour l’indemnisation des proches du décédé, est-ce que cela ne va pas s’annuler avec l’indemnisation du braquage (remboursement des pièces volées + préjudice commercial + boutique à reconstruire) ?

Sinon, je ne vais sincèrement pas pleurer pour le cambrioleur, mais je me demande pourquoi s’il a déjà été signalé pour des faits précédents, il n’est pas suivi par une personne de l’administration française (police ? prison ? armée ?). Pourquoi est-ce que quand quelqu’un déconne, on le pousse à déconner davantage ? Pourquoi est-ce qu’on ne l’encadre pas ? Je ne comprends pas qu’on puisse juger un être humain, lui dire tu paies tant et puis voilà fin de l’histoire. C’est comme si on autorisait les crimes : tu braques, tu fais 15 ans mais après tu peux recommencer, et même on va te mettre dans une cave pourrie où tu pourras faire ami-ami avec d’autres cambrioleurs et trouver ton petit binôme, sympa non ?

Je me demande (à débattre) si la prison ne devrait pas exister que pour les enfermements à vie (où je mettrais d’office les violeurs ayant eu plus d’une seule victime et les meurtriers d’innocents genre terroristes) et que pour tout le reste, on soit dans un système de surveillance mais au quotidien. Une sorte de coloc forcée, avec un “parrain” (un membre des forces de l’ordre qui soit capable de tenir tête au puni) qui te collerait aux basques tous les jours de ta vie pendant 15 ans (si telle est la durée de ta peine), et qui serait (évidemment logé et) payé par l’Etat juste pour faire ça. Le parrain aurait évidemment le droit d’avoir une arme, une surveillance vidéo permanente, et le “prisonnier” un bracelet électronique… Bien sûr, le “prisonnier” aurait aussi un travail (d’intérêt général ?) à faire sans toucher de salaire, comme ils le font dans les prisons… et il pourrait bosser légalement en dehors de ses heures d’intérêt général, sous la surveillance du parrain… ce en attendant que sa peine ne se termine. Par contre, on réouvre la peine de mort et on l’applique à chaque prisonnier qui attaque son parrain. Bon, je ne sais plus trop ce que je dis, mais juste je trouve que le système post jugement est à repenser autrement.

A part ça, je m’inquiète d’un après dont on entend peu parler : un acte brutal entraîne toujours des réactions de protection et de colère contre l’injustice (oui “injustice”, pourquoi ce braqueur là, et pas un autre : c’est bien un fait injuste), ce qui entraîne des actes de renfermement “clanique” et de vengeance. Face à la brutalité du décès de ce “collègue” braqueur, ne risque-t-on pas de voir émerger un réseau “antis-bijoutier” cherchant à se venger / protéger à leur tour ? Ne risque-t-on pas une escalade de violence, avec des gangs qui se créent et se solidifient ? Et le résultat est toujours le même : morts -> haines -> vengeances -> morts -> haines -> vengeances -> morts -> haines -> vengeances………. cela me fait penser au film “La vida loca” de Christian Poveda qui est particulièrement marquant sur cette question. Je ne crois pas pour le moment à une situation prérévolutionnaire, mais à la montée de clans haineux, oui. Et cela m’inquiète.

320. Le mardi 17 septembre 2013 à 03:24 par poussin1er

Et voilà un homme travailleur honnête qui aura droit à un procès, car il a été exaspéré par ses multiples braquages (c’est le 3ème en peu de temps apparemment), les coups qu’il a reçu, sa vie d’honnête travailleur menacée par une arme et la justice qui n’a apparemment rien effectuée dans le renforcement de la sécurité suite aux 2 premiers braquages (d’où l’acquisition d’une arme, sans aucun doutes).
Il aurait tenté de s’interposer plus violemment face à eux, il aurai eu le droit à une jolie “marche blanche”, un discourt du président, des promesses de la police, etc… Plutôt qu’un procès. Car ces braqueurs n’auraient pas hésité à l’abattre froidement (même sous l’effet de la colère ou de la panique).
Cette “victime” de 19 ans, futur père de famille, aurai pu vivre des jours heureux en compagnie de son enfant, à qui il aurait pu instruire toutes les ficelles du métier. Même s’il avait été arrêté, l’enfant aurai suivi la même voie. Je vais peut être vous l’apprendre, mais pour beaucoup de “racailles” c’est la classe d’avoir été en taule devant les potes… Après tout normal, ils sont nourris, logés, blanchis, ont la télé, ordinateurs, etc… Tranquille !
Qu’on en revienne aux bagnes avec des cellules ne comportant que des matelas et un lavabo, bon pas forcément de cassage de cailloux, mais des travaux d’intérêt généraux, enchaînés et surveillés. Là, j’appellerai ça une prison!!!

321. Le mardi 17 septembre 2013 à 03:44 par Trentenaire-du-14

Bonsoir Maître;
merci pour ce billet qui permet de remettre les choses en perspective. Néanmoins, cette affaire et les réactions qui l’accompagnent sont symptomatique d’une défiance massive et grandissante des citoyens à l’égard de l’institution judiciaire.
Le fait que ce délinquant soit “déjà” libre avec 14 mentions à son casier judiciaire n’aide surement pas à restaurer cette confiance. Je n’ai pas “liker” cette page car je ne cautionne pas qu’on abatte un homme dans le dos, ni que l’on tire dans la rue mais le sentiment que la justice ne fait pas son travail et que les juges sont beaucoup trops complaisant avec les petites frappes est devenu très commun. Des peines de prisons rarement exécutées, des indemnisations aux victimes ridicules par rapport aux préjudices subis (et rarement la victime touche ladite indemnisation.).
La population est exaspérée et si la justice ne redore pas très vite son blason avec des peines exemplaires et des contraintes très stricte en sortie de peine, je pense que ce genre de comportement de justice privée risquent de se multiplier. Récemment sur France 2; un reportage de jeudi dernier d‘“Envoyé Spécial montrait des villageois excédés par les cambriolages qui se sont organisés en milice armée pour patrouiller dans les rues de leur bled.
L’idée que rien ne vaut un bon vieux 12 superposé pour pallier aux insuffisances de nos institutions fait son chemin dans l’esprit des citoyens, c’est un fait même si je pense personnellement que c’est une ânerie.
Bonne journée.
(PS: moi non plus, je ne crois pas que ce jeune homme aurait pu gagner un jour honnêtement sa vie vu le parcours…)

322. Le mardi 17 septembre 2013 à 03:45 par Frank

Peut-être que si la “Justice” faisait mieux son boulot les honnêtes gens n’auraient pas besoin de se défendre eux-mêmes…

C’est tellement facile de citer des articles de loi sur son Blog sans jamais s’interroger sur cette notion de JUSTICE.

Comme c’est certainement plus facile pour la police d’arrêter un honnête bijoutier de 67 ans plutôt que de s’occuper des jeunes qui font des braquages armés de fusils à pompe…

Moi on m’a appris qu’a force de jouer avec le feu faut pas venir de plaindre de s’être brûlé…

14 condamnations de justice à l’âge de 18 ans, QUATORZE, on ne parle pas d’un petit dérapage ou deux ici mais d’un criminel endurçi.

Justice, c’te bonne blague….

Mais bon puisque on ne peut avoir d’autre opinion sur le sujet que de dire que le bijoutier aurait du laisser faire, puis aller déposer plainte à la police qui lui aurait répondu “oui on connait mais bon au peux rien faire, PERSONNE SUIVANTE merci au revoir” sans passer pour un facho je m’arrête ici.

323. Le mardi 17 septembre 2013 à 03:50 par nul si découvert

http://www.youtube.com/watch?v=Xw74… … =)

324. Le mardi 17 septembre 2013 à 04:13 par Scarface

“en quoi êtes-vous meilleur que ce jeune homme ?”

On est pas des brutes de braqueurs agresseurs !

“Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”

Faire souffrir des gens pour de l’argent c’est bien…

“il y a bien des postes de préjudice. La perte de revenus”

C’est sur, maintenant sa famille ne peut plus profiter de ses braquages… Il va falloir chiffrer la somme totale de ce qu’il aurait pu obtenir de ses futures braquages à main armée !

le préjudice moral

Très important au vu de la moralité du défunt (14 condamnations à l’âge de seulement 19 ans, bon début de carrière !) et des membres de la famille s’exprimant publiquement de manière odieuse sans aucune retenue ni discernement ! S’il avait été de ma famille j’aurais honte de parler et de m’exposer devant les médias !

Finalement, mieux vaut ne pas tuer mais se faire tuer…
Belle justice qui condamne les agressés et laisse en liberté les agresseurs en les relâchant au plus vite, s’ils se font arrêter ce qui est de plus en plus rare !
Amen !
Si un jour on est dans les agressés on aura surtout pas envie de vous prendre comme avocat !

325. Le mardi 17 septembre 2013 à 04:13 par Neylim

re-poster sur Facebook , je pense que certains éléments de réflexions ne peuvent pas faire de mal à la vue de certains commentaires .

326. Le mardi 17 septembre 2013 à 06:34 par Kentin

Vous soulevez là le problème de la dichotomie entre la raison et la passion. Mais, cher maître, tout est vrai et son contraire également. Evidemment, tuer, c’est mal. On se place ici du point de vue de l’agressé (le bijoutier). Il a enfreint la loi, il va payer. Plaçons-nous maintenant du côté de la “victime” (le voleur) : il a pris consciemment le risque de se faire buter, tout comme le parachutiste prend celui de s’écraser au sol. Est-il responsable de sa propre mort ? Ben oui, aussi. Plaçons-nous enfin du côté de la société : dans un futur hypothétique (et irréel), le voleur aurait perpétré d’autres crimes, blessé d’autres personnes, tué peut-être. Argument non recevable du point de vue de la justice, évidemment. Mais probablement vrai.
En conclusion, qu’y gagne la société, qu’y perd-elle ? C’est peut-être cette question que la justice devrait se poser.
P.S : d’autres pays ont un “autre bon sens”, cf. les USA auxquels vous faites allusion, et la France n’a pas le monopole de la justice équitable.

327. Le mardi 17 septembre 2013 à 06:35 par Sylvain.

Merci pour ce billet. J’ai été victime, il y a 22 ans, d’une agression qui a duré une parie de la nuit. Lorsque, épuisés, mes 3 agresseurs se sont assoupis, j’ai pu me libérer et détruire l’arme (Un fusil de chasse à l’éléphant appartenant au père d’un des agresseurs). Ai-je pour autant ôté la vie à ceux qui m’avaient attaché, menacé de mort et rasé le crâne, prétextant m’identifier comme agresseur (La veille) d’un de mes “bourreaux”? Non! J’ai réfléchi (Environ une minute) et j’ai fait le constat qu’une vengeance me suivrait toute la vie… Donc j’ai fui. Cette histoire s’est déroulée en 1991 à Commentry (03) et mes agresseurs sont venus me trouver, quelques jours après, pour s’excuser et me dire qu’ils avaient honte. J’ai eu le désir (Humain, certes) de montrer à ces personnes que j’en avais dans le pantalon et j’ai imaginé leur donner individuellement un leçon… Et pourtant, je ne leur en ai pas voulu. Je n’ai pas pardonné car je n’ai pas cette prétention divine, mais par obligation morale, j’ai excusé leur geste.
La différence entre ce bijoutier et moi est que, l’un agit sous l’influence d’une culture de la vengeance et l’autre reste inactif, empreint d’une tradition de réflexion…
Merci encore pour ce billet qui, je l’espère, rendra la raison aux clicheurs intempestifs…

328. Le mardi 17 septembre 2013 à 06:36 par Lebolo

Bonjour, Il y a 500.000 commentaires, dont je n’ai pu lire qu’une partie pour l’instant…
Sincèrement, a 14 ans déjà vous m’auriez filé un “accompagnant” et un 12 a pompe, je crois que j’aurais “tenté le coup”, comme le jeunot qui s’est fait dégommer. Disons que j’étais juste un “gosse pas facile”. Mais j’ai vite compris le truc: voler des millions et faire disparaitre des peuples entiers peut être légalement légitimé, braquer une bijouterie, non.Bien sur, de braquer des scooters a une bijouterie…c’est pas pareil…erreur fatale…on est jeune, on est “con”, ou plutôt on se voit pas de futur, ou on croit que ça va être du “fastoche”, comme dans les films. on veut maintenant tous un Ipad ou une daube dans le style pour faire le guignole…”tout, tout de suite”: une affaire de piège social. qu’il eut récidivé en cas de reussite…ça me parait plausible…soit. j’ai évité des tas de “pièges a cons” et autres “plans foireux”, même mercenaire, qui vous conduisent direct a la case zonzon ou fausse comune, en pensant:”laisses tomber, c’est un attrape couillons, retournes bosser sur ton chantier, on trouvera bien un moyen de s’en sortir”. puis je me suis retrouvé au fond du gouffre…alors j’ai récupéré mon dernier salaire puis ais pris un billet simple pour l’Amérique du Sud, sans parler Castellano, sans rien connaitre vraiment au bleds du coin, juste par une courte perm durant l’armée, avec l’équivalent de 150 euros en poche.De la, 19 déjà de galère, de la bonne de chez bonne, quelques bon moments aussi, de “l’aventure” comme dans Rambo, Indiana Jones et le reste du premier au numéro quarante douze, “le retour de la vengeance du j’ai reviendu”…mais “économiquement”, j’en suis toujours au point zéro, au jour le jour. je voudrais rentrer “chez moi”, justement a Nice, multipliez 365 jours par 19 et vous saurez combien de jours “ma terre” m’a manqué.Hélas, le temps est passé, et je sais que si je rentrais en France, je risquerais de me mettre une balle dans la tête ou finir comme ce gamin…finalement pris au piège: ni clodo ni en tôle. En résumé, sur le fond, hors cadre juridique: “la petite frappe” c’est du préfabriqué d’avance…les jeunes générations qui bavent sur des paillettes et la flambe, tous ça sous l’ombre de “héros” comme Spaggiari , lavage de cerveau et “la vie facile”, Ferrarris sur la prom, et quand on vit a Carros (je bossais a la Z.I), oui, ça peut motiver a faire des conneries…”humanum est” dirais-je… Quand au bijoutier, bah, que dire? étant de Nice pour moi ça fait partie du “folklore local”, comme le racket, la prostitution, les casinos, etc….Je crois juste que sur le fond, le problème n’est pas juridique: je me demande quand est ce qu’on expliquera aux jeunots “enthousiastes”, que risquer sa peau pour des babioles est totalement débile? bien sur, l’économie coulerait a pic, donc, réponse inclue: jamais. C’est triste comme affaire, y’en a des pires vers ici, c’est sur, et partout ailleurs…mais bon…on voit aussi tellement de gros mauvais exemples dans nos “élites” que ça aide forcement pas…et ça au niveau mondial. Votre coté juridique est fort intéressant, soit, vraiment, mais en regardant juste un peu on peut voir que la “justice” en soi est plus que relative et malléable…la aussi: “humanum est”…Point final, effectivement, et je l’ai constaté dans mon bled paumé, le fait d’opposer résistance augmente fortement la possibilité du :”je dégomme d’abord et après je rafle ce qu’il y’a ” chez les inexperts qui ont encore plus la trouille que leur victime…Ici, le mot d’ordre est:”en cas d’enlèvement, dans un taxi, par exemple, pour vous dépouiller, mettez les gars en confiance, baissez le stress, rassurez les et filez ce que vous avez tranquillement…” sinon ça fini mal…maintenant c’est “la mode” du coup de couteau dans le dos d’abord ou du coup de batte de base ball en pleine bouille au coin de la rue…la, y’a rien a faire…Quand a la “justice”, ici ce n’est qu’une sale blague, c’est pire que se prendre une balle de 11.43 dans les deux genoux…Malheureusement, l’économie vie de la politique qui découle des mécanismes de haine du prochain et de l’ambition implantée, des fameuses “paillettes”…c’est pas gagné…

329. Le mardi 17 septembre 2013 à 07:36 par Sarah

Merci Maître Eolas pour ce post.

J’ai également partagé ce post car plusieurs de mes connaissances de l’Université ont liké cette page, or nous étudions tous de l’Université d’Assas et nous sommes en 5ème année… Toutes ces années à étudier auraient-elles servi à rien?
Je suis profondément choquée par ce soutien d’étudiants en droit d’autant que certains d’entre eux passent actuellement le barreau. Peut on raisonnablement laisser ces gens passer des concours pour exercer la profession d’avocat ? Alors même qu’ils ne sont pas aptes à faire une simple analyse des faits de manière objective.

330. Le mardi 17 septembre 2013 à 07:45 par Tshaolin soul

N’ayant jamais entendu de maître Eolas jusqu’ici, merci Facebook, (et un de mes amis) de m’avoir fait connaître ce blog !!!!
je ne suis pas juriste, et je tire comme leçon de cette interprétation et des contributions très diverses qui l’enrichissent (même si parfois très pauvres) :
la Loi n’est pas Justice.

331. Le mardi 17 septembre 2013 à 07:46 par Olivier

Bravo!!! Merci pour ce superbe article qui pédagogiquement rappelle comment fonctionne notre droit et surtout pourquoi il est ainsi. Du grand art et beaucoup de matière à réflexion… :)

332. Le mardi 17 septembre 2013 à 07:57 par Jérome

J’enseigne une initiation au droit en terminale littéraire, nommée DGEMC pour ceux qui veulent le sigle. Je suis sur le thème de la Loi, et j’ose espérer que le maitre des lieux ne verra pas d’inconvénient à ce que son texte soit étudié par mes élèves dès cet après-midi. Bien entendu, la source sera mentionnée, sachant que de toute façon je commence mon année de cours en donnant quelques références dont Légifrance et ô surprise Maitre Eolas…

333. Le mardi 17 septembre 2013 à 07:59 par PMB

Je viens de trouver dans un vide grenier le tome IV des Mystères de Paris, Eugène Sue, 1848, ce qui ne nous rajeunit pas. Merveilleux style emphatique et naïf, dont voici un extrait : « Les sinistres régions de la misère et de l’ignorance sont peuplées d’êtres morbides, aux cœurs flétris. Assainissez ces cloaques, répandez-y l’instruction, l’attrait du travail, d’équitables salaires, des justes récompenses, et aussitôt ces visages maladifs, ces âmes étiolées renaîtront au bien, qui est la santé, la vie de l’âme ».

Travail attractif, salaires équitables, justes récompenses: Gégène est d’une totale actualité !

(Que je cite Sue ne fait pas de moi un excuseur de délinquant)

334. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:11 par Ufologue Déjanté

(…) une vague d’indignation, une partie de l’opinion publique ayant la sensation que c’est la victime que l’on poursuit.

Cela me rappelle étrangement le meurtre de Madame Ghislaine Marchal de Renty en 1991 à Mougins.

Aujourd’hui, 20 ans après les faits ; l’opinion publique estime toujours que Omar Raddad est la victime. La justice a pourtant fait son travail dans le plus stricte respect des lois.

335. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:21 par Helmine

“63. Le lundi 16 septembre 2013 à 17:50 par banane

à Mimi68 en 49 : Il me semble que Me Eolas veut simplement dire que, à moins d’y être obligé, il n’est pas très raisonnable de faire feu sur des gens que l’on ne connait pas.”

sur ce que l’on connait, on peut alors ? :D

336. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:28 par Shim

Merci pour ce billet.

@deja_vu : que le droit soit une science n’implique pas qu’ils oit le même partout, les sciences ne sont pas toutes, loin de là, absolues.

337. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:35 par Phil De Troy

Maître,

Je partage entièrement votre point de vue, j’ai juste un doute sur le point suivant : “Mais s’agissant des exceptions, la charge de la preuve ne pèse pas sur le parquet : ce n’est pas à lui d’apporter la preuve qu’il n’y avait pas légitime défense, mais à la personne poursuivie de le prouver”.
Ne fallait-il pas écrire que ce n’est pas au parquet d’apporter la preuve de la légitime défense (et non “qu’il n’y avait pas”) ?

338. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:52 par caiman

Lorsque quelqu’un rentre chez toi illégalement avec une arme, tu ne connais pas ses intentions ?
Va-t-il te tuer, et tuer les tiens ou les torturer, violer ta femme ou tes enfants, auquel cas selon la loi française, tu aura le droit de te défendre ? Comme toujours en France, on est un peu lent à la détente !

alors à partir du moment ou tu rentre chez moi avec une arme sans y avoir été invité et que je ne connais pas tes intention tu es en danger, voir en danger de mort, car la seule personne qui puisse arrêter un méchant avec une arme c’est un gentil avec un arme.

339. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:52 par caiman

Lorsque quelqu’un rentre chez toi illégalement avec une arme, tu ne connais pas ses intentions ?
Va-t-il te tuer, et tuer les tiens ou les torturer, violer ta femme ou tes enfants, auquel cas selon la loi française, tu aura le droit de te défendre ? Comme toujours en France, on est un peu lent à la détente !

alors à partir du moment ou tu rentre chez moi avec une arme sans y avoir été invité et que je ne connais pas tes intention tu es en danger, voir en danger de mort, car la seule personne qui puisse arrêter un méchant avec une arme c’est un gentil avec un arme.

340. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:56 par Lord yorwan

Merci pour cette article, je commençais à désespéré à trouver quelqu’un doué d’un minimum de raison et non des gens pour qui la loi du talion devrait s’appliquer encore aujourd’hui

341. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:56 par bourlet michel

beau texte, et beau rappel à l’élémentaire (que je me permets de “partager” sur fb): la loi, qui est notre règle de base, à tous, élaborée par ceux que nous avons choisis pour ce faire. Petite question cependant, laquelle a peut-être été posée dans les innombrables commentaires qui précèdent et à laquelle vous auriez peut-être déjà répondu, pardonnez-moi dès lors, car je n’ai pas lu tous ces commentaires: en Belgique, où j’ai été procureur pendant 32 ans, il y aurait lieu d’envisager la “cause d’excuse” de l’art. 411 de notre code pénal qui, bien que modifié en 1867, a les mêmes sources napoléoniennes qu’en France.Cette excuse, qui concerne un meurtre ou une blessure volontaire ayant causé la mort sans cette intention, commis à la suite d’une agression illégitime et grave contre les personnes (tous ces mots étant des éléments constitutifs de l’infraction première commise par la victime du meurtre), peut être excessive; cette dernière “qualité” enlève à l’auteur le droit, en principe, d’obtenir le bénéfice de la légitime défense, cause absolutoire, mais lui permet néanmoins d’obtenir automatiquement une réduction de peine, réduction légalement déterminée, en dehors de toute autre circonstance atténuante. Je suppose qu’il en est de même en France? Ceci dit, sans avoir connaissance des éléments du dossier - comme tous les commentateurs d’ailleurs! - je vois mal comment mon collègue niçois aurait pu s’abstenir de poursuivre à ce stade initial de l’enquête et de requérir la mise en examen!

342. Le mardi 17 septembre 2013 à 08:56 par Wood

à “290. Le mardi 17 septembre 2013 à 00:10 par Voynich”

Ah oui, j’oubliais, comme pour le mariage pour tous, grand débat qui passionnait également les foules, il est tellement facile de discréditer la partie adverse en en montrant le pire: “nous on est intelligents et éduqués mais regardez en face… Comme ils sont stupides rororororo!”
C’est bas! Mais surtout ça fonctionne dans les deux sens. Renseignez vous sur la vie des agresseurs et écoutez donc parler l’entourage du défunt dans les interviews qui circulent.

343. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:04 par clems

Je ne vois pas comment on ne pourrait pas être sévère avec ce bijoutier. Il possédait une arme illégalement et visiblement dans l’état d’esprit de s’en servir contre le prochain qui tenterait de le braquer. On serait dans minority report on y verrait là de la préméditation.

Ensuite pour tout dire, je ne crois pas à la “prison” pour des faits qui relèvent des accidents de la vie et qui ne posent aucune question sur la dangerosité d’une personne une fois l’incident fâcheux terminé.

Cependant, il faut le dire, le fait de présenter son acte, sur le ton de la légitime défense me donne envie de le voir sécher en prison juste pour l’exemple.

Ensuite sur la récidive, là je suis plus perplexe et je ne parviens pas à me faire à une idée précise. Je suis à la fois conscient qu’un jeune peut changer après 14-15-16 délits mais également conscient de la nécessité que la société ne peut pas non plus attendre que ce jeune veuille bien changer. A quel moment doit on considérer que la personne est perdue ou qu’elle “gène” trop ses contemporains pour prendre le risque de la relâcher ? Doit on considérer qu’un automobiliste qui roule sans permis bourré et qui n’aucune envie (et qui le dit) de cesser de conduire en état d’ivresse ou drogué, doit sortir de prison ?

Je pense qu’il faudrait mener une réflexion non pas sur la peine, mais sur la réflexion du condamné, sa prise de conscience et l’envie de changer pour fixer ensuite une date de sortie.
Je suis favorable à sortir un maximum de gens de prison qui ont reçu une peine “punitive” mais qui ne présentent pas de réels risques de récidive, pour construire des prisons plus humaines où les gens qui y seraient pourraient vivre dans des conditions dignes et dans lesquelles ils pourraient étant moins nombreux, recevoir un enseignement qui leur permettrait de sortir.

Actuellement, je pense que la prison ne sert aucun objectif, elle ne permet pas au condamné de changer car il fréquente uniquement des experts délinquants, on se contente de le punir sans le rééduquer, et la société n’est pas protégée non plus définitivement, car il finira par sortir.

344. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:05 par anubis

cher maitre ANONYME,
sur le plan juridique je suis entièrement d’accord avec vous il ne peut y avoir de légitime défense.
mais dans la vrai vie (oui il existe une vie en dehors des tribunaux mais vous tous professionnels du droit vous l’avez oublié) ça ne se passe pas comme ça… pour commencer, à 9H les gamins ne vont pas au parc ils sont a la crèche chez la nounou ou à l’école….
- “il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales” vous pensez qu’une personne asses stupide et lâche pour commettre un braquage a appris ces notions la ? vous pensez qu’il les aurait appris à son gamin ? je vous rappelle que c’est un MULTIRÉCIDIVISTE ! avec 14 condamnation au compteur
- “Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.” pour l’argent ?! il n’a cas chercher du travail plutôt que de cherche des armes !
voila les fait comme la population les voit : un merdeux multirécidiviste qui a enchainé les condamnations de sursis et de ferme à encore frappé et cela a cause du laxisme de la justice française ! ! !
c’est a cause de ce laxisme que les gens commencent a se faire justice elle même. la justice c’est que tel ou tel détenu est dangereux et peut recommencer mais elle va quand même le relâcher (on ne compte plus les affaire de viol commis par des multirécidiviste).
aujourd’hui une condamnation est prononcé mais il n’appartient pas au parquet de veiller à ce que la victime soit indemnisée même si cela est prévu par la jugement (dixit le substitut du procureur de Toulouse)
le geste du bijoutier est plus que déplorable, c’est une évidence, toutefois ce fait divers n’aurait jamais eu lieu si la justice avait fait correctement son travail.
je suis moi même victime d’un multirécidiviste au lourd passé pour des vols de chèque mais la justice n’a que faire de mon cas… et c’est a cause de ce genre de situation que les gens finissent pas faire justice eux même puisque les juges n’en ont plus rien a foutre.
la preuve, pour l’affaire de Patricia bouchon, pourquoi la justice refuse la diffusion du portait robot ?! qu’a-t-elle a cacher de si honteux ? cette diffusion pourrait faire avancer les chose mais la justice se complait dans son laxisme.
ce n’est pas une bonne solution mais le retour de la loi du far-west en est une, bien que déplorable…
merci la france, merci la république, merci la justice.
signé : un indigné du droit

345. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:05 par Catherine

J’ai lu votre article, qui est très bien fait, et les explications très claires.
Cependant, vous insistez lourdement sur le fait que le bijoutier avait eu son arme illégalement. Bien. Mais, les braqueurs, eux, armés de fusils à pompes, avaient-ils le droit de port d’arme, et est-ce qu’ils avaient eu leurs armes légalement ???
De plus, si il y avait eu procès pour vol (ce que j’aurais préféré à la mort), la justice leur aurait juste “tapé” sur les doigts, et en partant du palais de justice, libres, qui ou quoi les auraient empêchés de recommencer en toute impunité ?
Soyons aussi réalistes.. Quand j’entend le frère de la victime qui ose dire que son frère cherchait de l’argent pour son enfant à venir (!!!), je me dit : et chercher du travail, caissier, mettre en rayon, etc, etc, n’aurait-ce pas été une meilleure idée ???
Je regrette la mort de ce jeune homme, mais, je me dit, que nous qui travaillons, payons nos impôts, roulons à la vitesse limitée, etc, etc, pourquoi devrions-nous accepter que des personnes prennent la “mauvaise” voie, et s’en sortent toujours très bien.
Alors, pourquoi continuer à tout bien faire, à rester dans les clous…. Ne vaut-il pas mieux passer de l’autre côté, de braquer, de vendre de la drogue en toute impunité ?
Oui, la question se pose, mais pas grand monde n’ose la poser.
En tous cas, je vous remercie pour votre article.

346. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:05 par Vincent

“Vous lecteur, imaginez vous un instant vous voir spolier de vos biens par des individus qui ont menacé de vous tuer, et vous ont frappé ? Resteriez vous serein et impassible ? La défense peut être légitime selon les textes, qui évoluent chaque jour, qu’en est-il de la légitime contre-attaque ?
Ne peut-il pas être admis que certains contextes, tels une agression à main armée, peut amener à faire perdre tout discernement ?”

Tout à fait d’accord avec ça.

Je ne comprend pas qu’on puisse à ce point “angéliser” et victimiser un tel individu (je parle du braqueur)… Est-ce à ce point difficile de concevoir le raz-le-bol de cet homme ? Le bijoutier a été menacé d’un fusil à pompe ! Il a été braqué déjà trois fois ! Et 14 condamnations pour le braqueur et encore en liberté ! C’est ce qu’on appelle la justice ?

347. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:10 par Val

Cette affaire prendrait-elle les mêmes proportions si le braqueur avait été d’une communauté appréciée à Nice ?
(Clin d’oeil aux paroles d’introduction de Goran Brégovic aux nuits du Sud cet été et son dernier album)

Je suis étonnée , et triste de voir à quel point les gens qui “likent”:
ne sont pas touchés par la mort d’un être humain quel qu’il soit…
et ne pensent pas qu’un passant, eux-même ou un de leurs proches auraient pu recevoir une balle à 2 pas de l’avenue Jean Médecin et en +, trouvent ça normal …!
Sont-ils hypnotisés par les discours haineux des politiques locaux pour en perdre à ce point leur capacité d’observation et de réflexion ?

Enfin, tout ça ne remet-il pas en question l’efficacité des peines de prison ? la prison n’est-elle pas une école de formation pour les jeunes délinquants ? Et la haine ressentie par ces communautés n’accentue-t-elle pas ces situations ?

le commentaire où il est question de prendre un thé et écouter le témoignage de vie des cambrioleurs me touche. Ca ne veut pas dire être d’accord avec leurs actions (je l’ai vécu, c’est traumatisant). Mais en amont, il y a de quoi faire !

Merci pour votre article.

348. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:19 par C.Le Payen

Cher, maître
Je fais partie de ceux qui ont “liké” comme il est d’usage de dire. Pourquoi ? Par ce que je suis un fou furieux qui souhaite le Far West ? Non, par ce que de même que vous le faites lorsque vous plaidez la cause d’un braqueur, je cherche à comprendre (avec une part d’empathie je le reconnais puisque n’ayant pas les pièces du dossier) ce qui a poussé le geste de ce bijoutier. Que veut dire ce “like” ? Pas que j’approuve son geste, mais que je le comprends. Vous rappelez les quantum encourus pour braquage, chacun sait qu’ils ne reflètent que la peine maximum et que très peu sont prononcées puisque que par un procédé qui est quand même fortement cousin de la “pataphyisque” que vous évoquez (par ailleurs mu par des considérations de gestion des flux pénaux et carcéraux) on les correctionnalise pour aboutir, comme ce fut encore le cas récemment, à un rappel à la loi. On est loin, très loin des peines de réclusions. Je ne vous apprendrais pas que “ce qui n’est pas interdit par la loi est autorisé”. Un absence de peine ( ne jouons pas sur des acceptations purement légaliste, un rappel à la loi, c’est dans les faits une absence de peine ) encourage à la commission. On obère le caractère dissuasif et préventif de la peine. Je ne vous apprendrais pas que le délinquant agi selon le principe “bénéfice/risque”. Le jeune homme de 19 ans au passé déjà lourd, à l’habitude de faire ce calcul. Ce jour là, il à malheureusement pour lui et pour le tireur fait une erreur de calcul. Ce que tente de faire comprendre le million et demi de “fans” de cette page ,c ‘est que le premier responsable de cette tragédie, c’est avant tout le braqueur. S’il était resté bien tranquillement au lit à fumer ses pétards, il n’y aurait pas deux familles en deuils. Il y a évidemment des raisons qui ont amené ce jeune homme à devenir braqueur. En plaidant, vous en auriez trouvé des tas. En revanche pour ce type en pré retraite, le système médiatique et pénale fait des grands cri d’orfraie et le présente comme un monstre alors que quand un bijoutier meurt sous les coups d’un braqueur c’est un fait d’hiver. Le mouton en a peut être marre d’être mené à l’abattoir sans rien dire. Quand le système pénale devient défaillant à établir un équilibre entre les victimes et les assaillants, la tendance est grande de vouloir le rétablir par soi même. C’est une erreur car bientôt tous les braqueur tireront d’abord, mais à qui la faute ? Au bijoutier ? Oui car il avait son libre arbitre. Au braqueur ? Oui car il provoqué la situation en connaissance des risques ( à l’inverse du bijoutier) mais surtout au système pénale actuel qui à grand coup de correctionnalisation et de rappel à la loi, légalise de fait ce qui était autrefois interdit. Les plaidoiries des avocats de la défense et la mansuétude excessive des juges conduisent au geste de ce bijoutier. Quand un avocat évoque les” petits délits” de son client, bon nombre de gens eux revoient les visage tuméfiés d’un de leur proche, tabassé pour un portable ou une cigarette. Petit délit - grande souffrance des victimes qui ont l’impression ( à juste titre) d’être délaissées voir discréditées ( ah que de belles plaidoiries sur les négligences coupable des victimes ayant l’outrecuidance de téléphoner en pleine gare avec un téléphone à 300€ tentant ainsi son pauvre client) - Je ne vous apprendrais pas qu’une victime qu’on humilie aura tendance à se monter vindicative vis à vis de son agresseur. Il facile de dire: “il n’a pris qu’un coup de poing” quand on même jamais pris une seul giffle de sa vie…Depuis quelques années déjà, malgré les grands noms pompeux que l’on a donné aux lois, celles ci ont déséquilibré “la justice” au sens ancien du terme. Vous allez, avec votre art consommé de la rhétorique judiciaire démonter ce que je viens de dire. Mais malheureusement le système pénal, en faisant comme marie antoinette et proposant aux gens de cesser de se plaindre et de manger de la brioche alors qu’ils réclamaient du pain, risque de finir comme elle…
Au lieu de fustiger les soutiens, faites comme pour vos clients essayez de les comprendre au lieu de les juger…
Respectueusement.
C.L

349. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:20 par toto

Merci pour cet article qui éclaire la situation loin de tout le tintouin médiatique qui se greffe autour de cette affaire.

350. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:23 par John London

Merci pour vos arguments. Ils m’ont convaincu de “liker” la page FB. Il vaut a l’évidence mieux être coté voleur que victime.

351. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:25 par Le Virginien

Qu’il ait fallu que le bijoutier se soit vu “obligé de quitter le département pour se mettre à l’abri de représailles” prouve que nous vivons dans un état de non droit et sans protection. La certitude de représailles et la terreur qu’elles suscitent, l’aveu implicite de l’impuissance des forces de l’ordre à protéger un citoyen qui vient juste d’être agressé au péril de sa vie, tout cela montre par les faits que c’est le banditisme qui fait la loi.

Représailles de la part de qui? De l’honnête famille du bandit abattu? Impossible! De ses amis? Impossible. D’une pègre à laquelle le voleur il eût appartenu? Impossible! Aucune de ces personnes ne possède d’armes et l’honnêteté d’aucune ne saurait être mise en doute. Alors, qui, en France, ce pays où la Loi est respectée, qui pourrait bien être capable d’exercer ces représailles que les autorités et vous-mêmes croyez fort possibles? Qui?

“Avec des possibilités de libération anticipée, mais dans tous les cas, il aurait connu son enfant, à qui il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales.” Maître, vous vous moquez vraiment de vos lecteurs; on croirait de la Comtesse de Ségur. Vous deviez bien vous esclaffer quand vous écriviez cette galéjade. Après 14 récidives, il allait faire la morale à son fils depuis derrière les barreaux; mais oui, pour… augmenter ses chances d’une remise de peine. Vous pêchez ici par excès de métier, je vous vois au prétoire dans une grande envolée de manches: de l’excellent cinéma, Raimu des “Etrangers dans la maison”, et vous le savez. Vous nous prenez pour des … naïfs, disons. Oui, des… naïfs ou des fades.

Vos lois, cher Maître, leur applications et vos magistrats ne sont plus adéquats et encore moins crédibles ou fiables. Nous ne croyons plus en vous. Nous n’avons plus aucune (majuscules ici) confiance en vous. Vous vous exprimez avec logique et éloquence, avec beaucoup d’art et un instant on est tenté de se laisser convaincre, mais cela ne dure pas car on sait que tout est théâtre, faux, perverti. Les preuves: les centaines de crimes, d’agressions, de viols, et les punitions symboliques, les insultes répétées faites aux victimes: le monde à l’envers.

Maître, nous ne croyons plus en votre démonstration et ses éléments: leur crédibilité est zéro. Loin de moi tout désir de vous manquer des respect, loin de là car vous êtes probablement de bonne foi et croyez bien faire. Mais votre système de lois est devenu obsolète, mort, caduc, et même toxique pour les citoyens honnêtes. On ne peut pas plus croire en ce que vous soutenez qu’aux dieux de Grèce ou de Rome.

Il faut des lois telles qu’aux USA: une vraie perpétuité (on ne sort que dans une boîte et les pieds devant), des peines incompressibles et sans remise de temps, des lieux d’incarcération de haute sécurité avec des cellules d’isolement, et l’idéal serait un bagne aux Ile Kerguelen d’où les condamnés dangereux (Tony Meillon, par exemple) ne reviendraient jamais. Jamais. Pas de peine de mort car ce n’est pas un châtiment: un mauvais moment à passer et puis la famille de la victime continue de souffrir à perpétuité, non. Viols, tortures (“Gang des barbares”, Dutroux, Meillon, etc.), assassinat crapuleux: la perpétuité qui donnera aux condamnés tout loisir de réfléchir à leurs actes et les regretter. La perpétuité qui donnera aux victimes la certitude qu’un châtiment authentique durera aussi longtemps que leurs souffrances, et la société sera protégée des récidives. Pas de pitié pour les monstres. Réhabiliter un Marc Dutroux, un Fofana, un Mesrine? Allons, Maître, ce ne sont là que spéculations académiques, vues de l’esprit, hypothèses de salon, mais vous savez tout cela… et aussi insultes aux victimes.

Car, quand même, il faudrait un peu songer aux victimes de tous ces criminels si intéressants et dont les familles sont si sympathiques et touchantes.

Je vis aux USA depuis 40 ans, j’y ai vu des conducteurs en état d’ivresse qui ont tué deux et trois personnes se recevoir trente et quarante ans d’internement. Et je dis: bravo. Les voilà hors de course, si je puis me permettre. Les assassins reçoivent 30 ans, 50 ans, perpétuité, et ils se font leurs années et la société s’en sent fort aise. Ici il y a du respect pour la police (que j’admire et soutiens), pour les juges, pour la Loi. Ici, ce n’est pas la rigolade, la comédie, la panade, l’anarchie, le je-m’en-foutisme, le n’importe-quoi que l’on voit s’exhiber glorieusement en France. Ici les familles de gangsters n’osent pas, n’ont pas l’indécence éhontée de venir pleurnicher sur les ondes car on se foutrait bien de leurs postures. Ici les voitures de police patrouillent nuit et jour, et c’est parfait ainsi. Nous avons des crimes, des drames aux USA, mais soit les criminels sont abattus par la police (bravo et bon débarras!) soit on les incarcère et ils ne nuisent plus.

En 40 ans de vie aux USA, personne que je connaisse n’a été agressé; je n’ai jamais subi de vol ni sur ma personne, ni dans ma voiture ni dans ma maison. Nous n’avons pas des milliers de voitures brûlées à la Saint Sylvestre. Qui brûle une voiture ici, écopera de 5 ans, et ce sera très bien! Brûler les voitures n’est pas un sport national aux USA. Ici la police nous protège car on lui en donne les moyens.

En France la maison de feu mon père, entre Carpentras et Caromb, fut cambriolée deux fois; deux autres fois, lors d enotre présence sur les lieux avec voiture garée dans la cour, il y eut des tentatives d’effraction. Je n’oublierai jamais celle de la nuit du 14 au 15 août 2010; nous étions dedans —je ne peux pas vous dire l’intensité de la PEUR cher Maître, tous vos beaux discours et leur angélisme ne signifient plus rien face à la PEUR qui vous broie le coeur dans la nuit quand on entend travailler sur le volet et que le portable n’a pas de couverture. Et dire qu’alors, si j’eus eu une arme, c’eût été moi qui eût été le criminel: lois iniques, imbéciles qui ne suscitent que leur mépris le plus absolu (y compris celui des criminels) et le mépris et rejet de cette soi-disant “justice” (“j”minuscule), le mépris et le rejet absolu de tout ce que vous voulez représenter, Maître. Car on ne peut plus vous croire.

Lorsque je suis allé déposer une main courante, la Police municipale était fermée pour… le déjeuner… J’ai abandonné. Cet été là, j’ai vendu la maison. Je payais deux fois plus d’impôts fonciers et taxes pour quoi? Ah, les malfrats ne risquent rien en Provence.

En France, mon épouse fut agressée par deux gitanes mineures dans le métro et son sac à main lui fut arraché. Mon épouse, américaine, en visite dans la capitale de mon pays! Allez, Maître, vos beaux raisonnements ne font pas le poids face à la peur et la frustration éprouvées par une victime. Et face à mon épouse j’ai eu HONTE DE MON PAYS.

Avoir honte de son pays, c’est dur à avaler; il faut l’avoir vécu Cher Maître. Maintenant j’ai surtout dégoût de ses lois iniques, de sa pitoyable et risible soi-disant “justice.” Du balai, du balai, il faut nettoyer ces écuries d’Augias encombrée d’angélisme.

Vous savez ce que c’est, Maître, que d’éviter les derniers métros, d’éviter certaines stations, d’éviter de se trouver en mauvaise posture dans des voitures du RER, que de regarder derrière soi en plein Paris?

C’est pour cela, Maître, que vos pouvez arguer de vos lois, de vos magistrats, et épancher vos bon sentiments, mais cela ne sert de rien: rien de tout cela ne fonctionne, n’est plus crédible. Nous en avons assez de ce laxisme, de ces raisonnements spécieux, de ces applications tendancieuses des lois, de ces indulgences systématiques coupables pour favoriser le crime et les récidives les plus atroces, et assez aussi de ces pyschiatres charlatans. Oui, Maître, nous en avons ASSEZ, ASSEZ, ASSEZ.

Vivement un gouvernement qui augmentera considérablement les effectifs de police, qui durcira les lois et les peines à l’extrême, qui expulsera tous les illégaux et tous les délinquants étrangers sans la moindre exception de situation une fois leurs peines purgées (USA), et qui construira suffisamment de prisons pour nous protéger des multirécidivistes. La situation présente n’est plus tolérable, n’en déplaise à votre réelle éloquence. Au lieu de belles paroles, au lieu de visites de ministres en quête de votes: des faits.

Et ils sont des millions en France à en avoir vraiment ras-le-bol. Songez-y Maître au moment de leur servir des grands discours.

352. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:26 par Ragnar

Le point nous apprend aujourd’hui que le gérant d’un commerce de motos s’est fait cambriolé 54 fois et a tiré la 53ème fois, il est mis en examen pour avoir tiré sur la voiture du cambrioleur qui fonçait sur lui. Son témoignage est intéressant car on apprend qu’il a vraiment fait tout son possible pour protéger son commerce en installant toute sorte de matériel très coûteux et en prévenant la gendarmerie de ces multiples vols. Malgré toutes ces démarches et malgré le fait que plus aucun assureur ne veut le prendre en charge, les cambriolages continuent.

J’aimerais connaître la solution juridique que Maître Eolas préconise dans cette situation pour que le commerçant ne fasse pas faillite.
Installer des alarmes? des rambardes de sécurité? déjà fait. Prévenir la gendarmerie? déjà fait… Aucun résultat
Donc concrètement si je suis commerçant victime de cambriolages je fais quoi? Je fais COMMENT???

Ces nombreux faits divers montrent bien que ce qui est légal n’est pas toujours moral, ni même juste.
La justice voudrait qu’un commerçant puisse travailler normalement et au lieu de çà il se fait cambrioler.

Si l’Etat ne peut pas apporter une réponse, en stricte justice l’autodéfense est la seule solution.

353. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:28 par nono

Je suis d’accord avec votre raisonnement mais au sujet de l’enfant à naître, certes ce n’est pas de sa faute s’il devient orphelin et on peut le plaindre, mais je considère que ce n’est ps non plus la faute du bijoutier. Il a tué volontairement le braqueur et doit en assumer les conséquences. Mais, sachant qu’il allait devenir père, le braqueur aurait du penser qu’il risquait au minimum la prison, et étant enfermé serait absent pour son enfant. Au vu de son casier il avait depuis longtemps choisi de vivre de ses vols (quel bel exemple pour un enfant!) et je doute que sa compagne ne soit pas au courant. Personnellement, je n’aurais jamais conçu d’enfant avec une personne comme celle là et si c’était arrivé je l’aurais éloigné volontairement de son père pour qu’il ne l’influence pas. A mon sens, la mère aussi est coupable. Elle n’a pas volé, ni tiré sur personne mais elle a choisi de partager la vie du braqueur avec tout les risques et les conséquences que cela comporte. Dans cette histoire, seul cet enfant est innocent et c’est lui qui va en payer le prix le plus élevé. Mais si l’on se base uniquement sur la loi, comme vous avez proposé de le faire au début, les familles ne doivent pas nous influencer et votre paragraphe quelque peut sentimental, n’a pas lieu d’être.

Quoi qu’il en soit, merci pour cet article.

354. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:30 par DS, Agrégé des facultés de droit

Ouhh, la gentille morale.. on est au pays de OUi-Oui?… parce que vous pensez sincèrement que ce gosse aurait été élevé correctement par ce type qui,à 19 ans, menacait un petit vieux avec un fusil à pompe..??
Il est très dommage que votre article, sans doute écrit par un humaniste de gôôôche bascule dans la miévrerie. Au départ, très bien: clair, juridique, analytique, froid, didactique et non partisan. Et puis, vlan!l cela dérape et tombe dans la niaiserie de bas étage… : “n’a donc touché que son agresseur. Un jeune homme de 19 ans, futur père. Dans quelques mois, un enfant va naître. Il ne connaitra jamais son père. Faut-il lui dire que c’est bien fait pour son papa et donc que le fait qu’il naisse orphelin est juste ? Dans le pire des cas, si la loi avait été respectée, son père, arrêté, aurait été condamné à 15, peut-être 30 ans de réclusion. Avec des possibilités de libération anticipée, mais dans tous les cas, il aurait connu son enfant, à qui il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales. La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur. Quelle faute a commis cet enfant pour que cette épreuve qui l’attend vous emplisse de joie ? Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ? Je ne me souviens pas que c’était sous réserve d’un casier judiciaire vierge. Et ce jeune homme mort avait une compagne, il avait lui aussi des parents, peut-être des frères et sœurs, qui, eux, n’ont rien fait. Rirez-vous au nez d’une mère qui perd son fils ? Applaudirez-vous ses larmes en disant “Justice est faite” ? Si tel est le cas, juste une question : en quoi êtes-vous meilleur que ce jeune homme ? Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”

355. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:35 par MARIE

M”oi aussi j’ai cliqué “j’aime” sur la fameuse page et oui je me préoccupe de la perte d’un être humain mais quand cet être humain a tout fait pour mettre sa vie en danger et bien je m’en moque.
Cet homme allait être papa oh le pauvre enfant, la pauvre femme !!!!!!!!!!!!! Mais elle avait choisi de faire un enfant avec un homme qui avait un lourd passé judiciaire, et alors la mort il pouvait aussi la trouver en fuyant sur son scooter à toute allure au risque de se prendre une voiture de police de pleine face (comme c’est arrivé en banlieu parisienne et pour un tel cas un policier vient d’être jugé alors que les jeunes fuyants sans casque, à vive allure, sont venus percuter sa voiture).
Sait-on tant préoccuper de cet homme mort récemment parce qu’il a poursuivi des braqueurs, alors qu’il n’était même pas concerné par le vol, juste qu’il voulait faire un acte de civisme Non une petite marche blanche mais pas autant de cris à l’assassinat comme on le fait pour ce voyou niçois.
Oui je suis persuadée que ce voyou n’aurait jamais su gagner sa vie honnêtement, sinon futur père de famille avec un tel casier judiciaire, il n’aurait pas choisi d’aller braquer un commerçant.
Personne ne parle de son complice qui a osé s’arrêter pour voir si ce voyou était vivant et s’est très vite enfui en n’omettant pas de prendre le butin qui était tombé à terre……….
Et lui il peut aussi être accusé de vol, de violences et de non assistance à personne en danger puisqu’il a fuit plûtot que de porter assistance à son complice.
Quand vous dîtes que ce voyou ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui mais qu’en savez-vous ??? Il a été capable de frapper un homme qui aurait pû être son grand père et vous trouver qu’il ne tirait aucun plaisir mais violenté les autres il devait bien en tirer une satisfaction puisqu’il recommençait.”

356. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:35 par MARIE

M”oi aussi j’ai cliqué “j’aime” sur la fameuse page et oui je me préoccupe de la perte d’un être humain mais quand cet être humain a tout fait pour mettre sa vie en danger et bien je m’en moque.
Cet homme allait être papa oh le pauvre enfant, la pauvre femme !!!!!!!!!!!!! Mais elle avait choisi de faire un enfant avec un homme qui avait un lourd passé judiciaire, et alors la mort il pouvait aussi la trouver en fuyant sur son scooter à toute allure au risque de se prendre une voiture de police de pleine face (comme c’est arrivé en banlieu parisienne et pour un tel cas un policier vient d’être jugé alors que les jeunes fuyants sans casque, à vive allure, sont venus percuter sa voiture).
Sait-on tant préoccuper de cet homme mort récemment parce qu’il a poursuivi des braqueurs, alors qu’il n’était même pas concerné par le vol, juste qu’il voulait faire un acte de civisme Non une petite marche blanche mais pas autant de cris à l’assassinat comme on le fait pour ce voyou niçois.
Oui je suis persuadée que ce voyou n’aurait jamais su gagner sa vie honnêtement, sinon futur père de famille avec un tel casier judiciaire, il n’aurait pas choisi d’aller braquer un commerçant.
Personne ne parle de son complice qui a osé s’arrêter pour voir si ce voyou était vivant et s’est très vite enfui en n’omettant pas de prendre le butin qui était tombé à terre……….
Et lui il peut aussi être accusé de vol, de violences et de non assistance à personne en danger puisqu’il a fuit plûtot que de porter assistance à son complice.
Quand vous dîtes que ce voyou ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui mais qu’en savez-vous ??? Il a été capable de frapper un homme qui aurait pû être son grand père et vous trouver qu’il ne tirait aucun plaisir mais violenté les autres il devait bien en tirer une satisfaction puisqu’il recommençait.”

357. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:36 par toutou

On vit pas dans le même monde:

Sérieux vous croyez encore en la justice??
Moi, je vais vous dire la vérité, ceux qui gagnent en dessous de vous (c’est à dire 95% de la population) en on marre de la justice et cette affaire est un prétexte à pas mal de gens pour cracher sur la justice!

J’ai rencontré dans ma vie beaucoup de personnes qui ont fait des conneries (trafique drogue, cigarette, vol, cambriolage,etc…)

Il rigole de la justice, car ils s’en tirent avec juste un rappel à la loi, alors que moi pour m’avoir défendu contre un vol de sac (j’ai mis 2 claques), 4000euros d’amendes (avec casier vierge!!!).

J’ai même une connaissance polonaise qui faisait du trafique de cigarette entre son pays et l’ukraine, qui a fait 1an de prison là bas et qui ne veut absolument pas retourner en prison là bas mais ici, il rigole de la justice française!

Moi même j’ai presque envi d’aller en prison, pourquoi? nourrit, blanchi et surtout on fait des rencontres super intéressantes pour gagner facilement de l’argent. (et je suis pas le seul à en rêver)

Mais vous inquiétez pas, il y aura effectivement une guerre civile monsieur l’avocat ou tout les riches et représentant de la justice seront sur des piques (mais je crois que vous connaissez la chanson, c’est dans les livres d’histoires)

358. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:39 par Jacques Serna-Charpentier

Maître,
Que penseriez-vous d’une correctionnalisation de l’affaire, compte-tenu de l’éventuel trouble à l’ordre public (pétition, manifestation, etc …), je pense à l’alinéa 6 ?
Cordialement.

359. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:40 par sbe

Bonjour et merci pour cette analyse. Elle m’a permis de mettre des arguments sur un ressenti difficile à exprimer.

360. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:44 par marie

Je souhaite ardemment que vous soyez lu et entendu.
Vous avez toute mon estime pour ces efforts que vous faites pour amener nos concitoyens à réfléchir.
Merci à vous

361. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:50 par Nico

“Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui”
.. euh qui t’a dit ça?

pour ma part c est quand meme la 1ère fois que je souhaite qu on prenne modèle sur les américains!

ta lecture juridique est intéressante mais ta conclusion est “trop empreinte” d’humanisme naif .. à mon avis!

félicitations en tout cas pour le travail!

362. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:50 par Tyea

Maitre Eolas, vous avez probablement fait changer d’avis sur ce sujet des gens qui :

- ne connaissaient pas tous les faits

- n’avaient pas réfléchi à tout, emporté par leur indignation

- avaient suivi un courant facile, celui du soutien évident au gentil bijoutier contre le méchant braqueur

- avaient directement applaudi ce bijoutier parce que, de toute façon, la police est impuissante, et que cet homme a dû faire justice lui-même.

Pour les autres, qui demandent presque la légion d’honneur pour ce geste, ils doivent être nostalgiques de la peine de mort, voire des châtiments corporels d’autrefois, en place publique.

Avec ces gens-là, binaires, point de débat possible. Par mon blog, j’ai pu voir la haine latente qui les habite.
Encore merci pour cet article qui fait avancer, Maitre.

363. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:51 par fgoepel

Bonjour,
je vous remercie pour cette explication. Cependant je tiens à vous faire remarquer que le premier devoir d’un état de droit est de garantir la sécurité des biens et des personnes. Cette mission prioritaire de l’état Français n’étant pas pleinement assumée, les citoyens honnêtes qui payent leurs impôts, leur contraventions etc. commencent à s’orienter vers la justice individuelle. Il ne faut pas juger les citoyens mais notre état incompétent et corrompu. Comment justifier qu’un mafieux notoire (Mr Guerini) participe aux assises sur l’insécurité à Marseille …. a bon entendeur !

364. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:51 par fgoepel

Bonjour,
je vous remercie pour cette explication. Cependant je tiens à vous faire remarquer que le premier devoir d’un état de droit est de garantir la sécurité des biens et des personnes. Cette mission prioritaire de l’état Français n’étant pas pleinement assumée, les citoyens honnêtes qui payent leurs impôts, leur contraventions etc. commencent à s’orienter vers la justice individuelle. Il ne faut pas juger les citoyens mais notre état incompétent et corrompu. Comment justifier qu’un mafieux notoire (Mr Guerini) participe aux assises sur l’insécurité à Marseille …. a bon entendeur !

365. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:51 par fgoepel

Bonjour,
je vous remercie pour cette explication. Cependant je tiens à vous faire remarquer que le premier devoir d’un état de droit est de garantir la sécurité des biens et des personnes. Cette mission prioritaire de l’état Français n’étant pas pleinement assumée, les citoyens honnêtes qui payent leurs impôts, leur contraventions etc. commencent à s’orienter vers la justice individuelle. Il ne faut pas juger les citoyens mais notre état incompétent et corrompu. Comment justifier qu’un mafieux notoire (Mr Guerini) participe aux assises sur l’insécurité à Marseille …. a bon entendeur !

366. Le mardi 17 septembre 2013 à 09:54 par Julien

Juste un truc à tous ceux qui disent que la justice est laxiste, que tous ces malfrats seraient mieux en prison, etc.

Deux chiffres :

Taux d’homicide volontaire

Taux d’incarcération

Et un jeu : trouver une corrélation (je ne parle même pas de causalité) entre ces deux chiffres. Et je parle d’une tendance réelle, pas de quelques cas extrêmes comme la côté d’ivoire :).

Bon courage aux participants.

367. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:12 par jacKf

Billet très intéressant, mais n’est il pas trop écrit à tête reposée ?
Un peu comme quand on refait le match après une défaite, avec des “on aurait du faire ceci ou cela”

En effet, comme vous le dites, si on réfléchi 3 secondes, on se dit que tirer sur un voleur armé qui fuit c’est bien la dernière chose à faire et qu’il est plus prudent de le laisser partir.
On risque tuer (lui ou un passant) ce qui n’apportera que des ennuis, et pire encore on risque de l’immobiliser en mettant son moyen de fuite hors d’usage.
Et cette fois, on risque le duel à la OK Corral avec le voleur qui se met à tiré sur le volé (remarquez que dans ce cas là, on se retrouve en état de légitime défense).
Le voleur étant probablement plus préparé que le volé à la situation, on peut penser qu’il tremblera moins et visera plus juste.
Donc oui, tirer sur un voleur est une fausse bonne idée

A mon avis (mais ça n’est que mon avis) dans le feu de l’action il a saisi son arme et tiré sans réfléchir.
Est ce considéré comme une intention de tuer ?

Après je n’ai pas les détails de l’affaire, on ne sait pas si avant de tirer il a pris le temps de bien viser (ce qui changerai tout)

J’ai lu je ne sais ou, qu’une fois le voleur touché tombé au sol, l’autre aurait fait demi tour pour venir voir son état et récupérer un sac de bijoux (on ne sait pas si à ce moment là le bijoutier lui a tiré dessus ou pas).
Cela laisse penser qu’ils étaient à une certaine distance du tireur.

Pour avoir fait un peu de tir autrefois, je sais que le canon se lève avec le recul, donc on tire toujours plus haut que ce que l’on vise.

Donc si on ajoute un cible éloignée à un angle de tir relevé par le recul, on peut très bien avoir un bijoutier qui vise les pneus mais touche le passager.

Mais on peut aussi très bien avoir un tireur expérimenté qui s’acharne sur son voleur à coup de “crève sale vermine” (ou “meurs pourriture communiste” si il est cinéphile :) )

Bref, passé le moment d’émotion du “mourir, c’est un risque du métier quand on est braqueur” ou “on ne se fait pas justice soi même”, on voit que l’affaire est bien plus compliquée qu’il n’y parait.

368. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:14 par Chris

Rien à dire sur l’exposé fort clair et des rappels qui font de mal à personne surtout ceux qui ignorent le fonctionnement de la justice et la procédure.
Dommage pour le côté sentimental franchement boiteux qui n’a rien à y faire.

Et je regrette terriblement qu’une chose que ces fameuses lois ne soit pas appliquées partout en France et que nombreuses zones (et personnes) échappent à cette froide logique qui exposée ici semble franchement merveilleuse.

La réalité des zones que j’appelle “sinistrée” bizarrement est beaucoup moins merveilleuse.
Je me considère chanceuse en 4 ans de fréquentation quasi-quotidienne d’être encore en vie et indemne et de n’avoir subit que des agressions verbales, un comble quand on a une justice qui semble si bien faite, vous ne trouvez pas ?
Je ne voudrais pour rien au monde m’équiper d’une arme à feu en revanche, je voudrais bien que la justice fasse son travail. Mais franchement ne rêvons pas. C’est devenu une sorte d’utopie.

Cordialement
Chris

369. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:22 par Jean-no

@jackF : Billet très intéressant, mais n’est il pas trop écrit à tête reposée ?

Je la garde, celle-là !
Un avocat qui écrit un billet à tête reposée, ça semble assez logique, non ? Surtout qu’il ne s’agit pas de faire la leçon au bijoutier et à son geste meurtrier et inconséquent (la question “s’il avait tué un passant ?” se pose, non ?) mais de faire un peu de pédagogie envers les gens qui ont “liké” la page de soutien, et qui eux ont le confort de le faire à tête reposée.
Je remercie en tout cas Eolas de cet article, car il pose bien les choses et sera utile longtemps. En voyant quelques connaissances “qui ont liké”, je m’étais senti un peu désemparé, je n’ai même pas eu le cœur à discuter.

370. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:25 par sabine

Bonjour. j’ai trouvé votre article parfait jusqu’à ce que vous même tombiez dans l’affect… l’enfant qui naîtra sans père…. la bijoutier qui à cette heure de la journée aurait pu blesser quelqu’un… j’ai travaillé en bijouterie et arrêté suite à un braquage. ce métier implique un stress permanent de l’agression. juste une question ? quid de la famille du bijoutier ? quid de sa femme de ses enfants de ses petits enfants dont la vie va forcément être bouleversée et qui n’ont rien demandé. quid de cet homme qui a 67 ans bosse encore dans sa bijouterie (comme tous les commerçants …) quid de sa vie après ça ? il n’a rien demandé non plus, ne pensez vous pas qu’il aurait mérité de continuer tranquillement sa route, ne pensez vous pas que les deux braqueurs risquaient aussi de mettre la vie de personnes en danger à cette heure de la journée ? . vous tombez dans le mélo et ne le faite que pour une des 2 personnes pourtant dans cette affaire (je ne parle pas du fuyard) il y a 2 protagonistes !!! je n’ai pas cliqué sur j’aime, je n’apprécie pas la récupération haineuse mais votre position est ambiguëe !!

371. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:28 par xc

@DS, Agrégé des facultés de droit(354)
Effectivement, ce jeune homme avait des parents, des frères et sœurs. Il faut les écouter.
Avec une telle famille, il n’avait aucune chance de mener une vie honnête.

372. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:30 par Notabene

Bravo comme toujours pour votre billet.
Il y a néanmoins quelque chose qui me gène dans cette affaire: d’un coté un homme, commerçant, qui essaie de gagner honnêtement sa vie et se retrouve dans une situation abominable et très risquée pour sa vie et d’un autre, un homme qui commet un acte illégal, terrorise sa victime, la vole et sait qu’il prend des risques avec sa vie, soit de se retrouver pour longtemps en prison, soit de mourir puisqu’il a une arme sur lui. Il y pensait à sa femme et à son enfant à ce moment là? Eux sont des victimes au même titre que le bijoutier. Certes tirer après coup dans le dos et dans la rue ce n’est pas la chose à faire, mais ben oui, on le comprends, terrorisé, aveuglé par la frayeur et la haine de s’être fait agresser, taper voler, il a fait ce que l’on nous montre à la télé TOUS les soirs: tirer dans le tas. Je ne peux pas m’empêcher de penser que quelque chose ne va pas si on dit que le bijoutier n’a pas de circonstances atténuantes même si la loi ne l’autorise plus…. Non nous ne voulons pas du far west mais un peu de compréhension pour les bijoutiers qui vivent dans la peur…..

373. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:38 par Virginie

Ce n’est pas parce qu’on like la page de soutien qu’on est un mauvais citoyen, mais a t’il vraiment tiré pour tuer, ou pour dire çà suffit, ne revenez plus, j’ouvre mon commerce pour nourrir ma famille, je paye des charges, des impôts, et je veux la paix.

Oui on ne doit pas se faire justice, mais quand on voit des procédures, des plaintes classées pour des fats graves, que la vie est parfois détruite, des enfants souffrent et pourquoi parce qu’on tombe sur une justice qui n’épluche pas ses dossiers, que devons nous dire à part stop, on aimerait que ce pays redevienne celui ou l’on a grandit, avec du calme, des lois respectées, un peu plus de respect, les jeunes vous crache dessus, les jeunes ou les moins jeunes ne respectent plus leur pays, et quand une histoire comme celle là relève autant de propos et de mots, ou de maux, peut être qu’il est tout simplement temps de dire STOP

Nous ne sommes plus en sécurité et surtout dans le Sud …..

Il n’aurait pas du tirer, mais si qui nous dit que ces jeunes ou d’autres ne seraient pas revenus par facilité de gains dans six mois, et qu’il n’aurait pas fini par tuer ce monsieur….

La justice va devoir tranché, mais oui ce jeune homme a perdu la vie, oui ce bébé naitra orphelin de père ….. mais ce n’est pas une façon de vivre que de braqué, colé, détruire ….. et encore moins un exemple pour un enfant ….

374. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:39 par guigui

@ N. Yoda en 273
Effectivement, je pensais aux grands défenseurs de la veuve et de l’orphelin de l’Institut pour la Justice (IPJ). J’ai du sans doute passer trop de temps dans les Instituts d’étude Judiciaire à une certaine époque.

375. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:40 par toto

@ 366

Taux d’homicide en France : 1,1%

Wow quel pays dangereux, quelle justice laxiste !

376. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:40 par toto

@ 366

Taux d’homicide en France : 1,1%

Wow quel pays dangereux, quelle justice laxiste !

377. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:42 par Jean-Michel Chat

“La loi impose une réponse et la loi permet que cette réponse soit modérée. Et la République, notre République, est bâtie sur le règne de la loi et elle seule.”

Donc la République est bien fasciste.
“Dans la Rome antique, le faisceau du licteur est constitué d’un ensemble de verges (d’orme ou de bouleau) liées en cylindre autour du manche d’une hache par des lanières de cuir croisées. C’était un emblème de l’autorité des magistrats de la République romaine. Il était porté par un officier public, le licteur, qui le portait sur son épaule gauche. La hache représentait le pouvoir du consul de condamner à mort par décapitation.”

Le règne de la loi, c’est le règne du fascisme.
Le règne du droit (sans lois), c’est le règne de la démocratie.

Vous servez une cause fasciste Maître Eolas. Elle ne sert pas à responsabiliser, mais à punir. Système archaïque, comme la loi du Talion.

378. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:51 par olivier

Le point de vue de l’avocat est toujours intéressant et nécessaire dans ce genre d’affaire, cela tombe sous le sens. Tout autant que le rappel à la Loi.
Là où je vous suis moins, pour ne pas dire pas du tout, c’est dans l’intention à peine déguisée non pas de défendre la nécessité de la Loi dans un pays civilisé, mais en réalité de _justifier_ la Loi _telle qu’elle est_ pour servir un point de vue moral qui vous est personnel.
Certes vous citerez en réponse un passage où vous indiquez habilement ne pas être en total accord avec toutes les lois… sans dire lesquelles ni pourquoi, ce qui vous permettra d’en faire ce que vous voudrez ultérieurement.
Mais en réalité votre plaidoyer fait bien plus la part belle à la _morale_ telle que _vous_ l’entendez qu’à la Loi et sa beauté logique…
C’est d’ailleurs en usant de logique qui semble implacable que vous essayez de convaincre.
Alors admettez qu’en toute logique, celui qui choisi d’être un braqueur armé et violent fait inévitablement (sauf à prouver sa démence) un choix en _pleine conscience_ des avantages et des risques de ce “métier” (une activité régulièrement exercée et rémunérée…). De même que le cascadeur prend le risque de se blesser voire de mourir, le braqueur armé et violent _accepte_ implicitement ou explicitement le risque de se faire tirer comme un lapin.
En toute logique donc, le braqueur n’a pas eu “ce qu’il mérite”, vous jouez sur le côté vengeur que sous-entend cela pour mieux culpabilisé ceux qui ont cette pensée (encore une fois vous faites oeuvre de moraliste…). Non, le braqueur a seulement été victime d’un accident du travail dont le risque a été totalement accepté par lui-même. Qui peut se réjouir de la mort d’un cascadeur ? personne. Mais certains prennent des risques énormes et il est, vous l’admettrez, en tout cas votre sens de la logique doit vous y pousser, qu’on pleure différemment la mort d’un risque-tout dans l’un de ses exploits que celle d’un enfant renversé par un alcoolique… La différence se situe justement dans l’acceptation du risque par l’un et non par l’autre.
En toute logique il ne faut donc pas se plaindre de la perte de ce “père et époux” dont la mort faisait partie du métier. D’ailleurs vous asséner des vérités qui sont les vôtres et totalement en dehors de vos compétences puisque vous n’être pas psychiatre ou psychologue, notamment quand vous parlez du préjudice subit par l’enfant ou l’épouse du braqueur. Peut-être vaut-il mieux avoir un père mort que d’avoir un père repris de justice dont on a honte toute sa vie, au mieux, ou qui vous inspire comme modèle, au pire. Cet enfant a été mal conçu par les mauvaises personnes, il portera, comme chacun de nous, sur ses épaules les erreurs de ses parents. On peut discuter des heures de l’injustice de cette situation, mais on ne peut s’en servir pour culpabiliser ceux qui défendent le bijoutier.
Quant à l’épouse du braqueur, à moins là encore d’admettre la démence, c’était un adulte responsable qui connaissait le passé court mais déjà chargé de son mari… Elle est donc complice de ses actes qu’elle connaissait parfaitement sans les dénoncer… Peut-on réellement pleurer la peine de la femme du cascadeur qui toute sa vie durant aurait soutenu les activités dangereuses de son mari au lieu de le dissuader de continuer, par responsabilité de père et d’époux justement ?
Votre art, que je connais bien pour l’avoir appris et avoir dans mes enfants des confrères qui plaident aussi, consiste à entraîner l’esprit de celui qui vous lit ou vous écoute vers le but que vous vous êtes fixé. C’est ça une plaidoirie. Et vos billets sont souvent des plaidoiries. Votre art qui est mature n’est pas en question ici bien entendu. C’est à l’homme que je parle et non à l’avocat. L’homme se cache derrière l’avocat qui lui fournit la rhétorique pour faire passer un message purement moraliste et personnel. C’est à cela que j’aimerais vous amenez à réfléchir…
On pourrait avec la même rigueur et la même logique démontrer tout le contraire de ce que vous concluez, je l’ai fait ici en embryon car développer sans faille réclamerait plus de place et de temps. Et telle n’est pas non plus mon intention sur le fond.
je voulais juste vous interpeller sur le danger qu’il y a à utiliser un savoir technique sur le droit pour défendre non pas le Droit mais ses propres jugements moraux qu’on tente ainsi de déguiser des apparences de l’évidence et de l’intelligence.
Non, votre long billet ne démontre rien quant au fait qu’un braqueur violent et armé accepte de fait le risque de mourir, et que si cela arrive, par la voie d’une de ses propres victimes en plus, cela n’a rien de choquant. Rien de réjouissant certes, mais rien d’anormal qui puisse permettre de charger le bijoutier victime comme vous le faites. Le braqueur, outre d’avoir choisi ses risques, a choisi son heure, sa rue, son bijoutier, ce dernier n’a rien demandé ni choisi. Sa réaction peut être jugée inadaptée (pour des raisons que vous invoquez qui en elles-mêmes tiennent la route). Mais il reste la victime.
Et vous qui semblez vous soucier de l’ordre public et des dérives de l’auto-défense, certainement à juste titre, vous devriez être sensible, en toute logique, au risque énorme qu’il y a, comme vous le faites, à enfoncer le clou d’un Droit pas toujours adapté (ce que vous admettez par ailleurs) qui transforme aux yeux du peuple une victime en coupable. Car vous n’y arriverez pas. La justice a été créée par le peuple pour servir le peuple. Ce n’est effectivement pas une pataphysique ésotérique. Son existence même, son pouvoir elle le tient du peuple. Et jamais le peuple, quels que soient les argumentations, même de qualité comme les vôtres, ne pourra admettre qu’une victime est un coupable. Quel danger ? bien entendu, c’est celui de monter encore plus le peuple contre sa justice, de l’en éloigner encore plus, et de l’entraîner par exaspération à des positions intellectuelles, voire politiques, extrêmes. Voilà à qui vous servez la soupe par votre leçon de morale…
La logique impose de rester les pieds sur terre. Même si la réponse est inadaptée, ce qu’on peut démontrer comme vous le faites à juste titre je le répète, on doit bien se garder de culpabiliser la victime. Car dans ce cas le Droit ne semble plus légitime et le peuple se dresse contre le Droit et ceux qui le servent. Et ce n’est pas un service à rendre ni au Droit, ni au peuple.
Finalement, au mieux, votre papier fournira aux défenseurs du bijoutier une démonstration parfaite de ce qu’ils pensent déjà : le Droit est “pourri” il est rendu par des irresponsables (pourquoi ce braqueur multi récidiviste est-il dehors ?) et défendu par des avocats qui sont sans foi ni loi…
Le Droit, la Justice, et le noble métier d’avocat réclament mieux, vous et moi en avons conscience. Dès lors ce n’est pas à l’avocat de se faire le défenseur de Lois iniques. Car dans ce cas, il scie la branche sur laquelle il est assis. Cette branche ne tient à l’arbre de la société que par la volonté du peuple. Il ne faut pas décevoir le peuple en lui volant ce qui lui apparaît être la vraie justice. Même si le peuple se trompe, il est souverain. On peut lui expliquer, l’éduquer, mais vouloir le “bien” du peuple contre son gréé, contre ses tripes, c’est devenir un ennemi du peuple. Certains à d’autres époques y ont perdu la tête d’ailleurs…

379. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:52 par Romain K.

Merci pour ce point de vue intéressant.
Le bijoutier ne peut à l’évidence pas plaider la légitime défense en revanche mais l’irresponsabilité peut peut-être être retenue. “L’abolition du discernement par un trouble psychique ou neuropsychique”. Le trouble, même momentané, étant dû à l’agression et lui ayant ôté sa capacité de discernement. Ce genre d’argumentation étant retenu dans des cas d’agressions volontaires. En quoi cela ne serait-il pas recevable?
Reste le délit de détention illégale d’arme…

Merci pour votre réponse.

380. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:54 par Guillaume

Cher Maître,
Voyez vous, comme moi, un parallèle flagrant avec la tristement célèbre affaire Legras ?
Pensez vous qu’un même verdict soit envisageable aujourd’hui ?
Merci

381. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:54 par Guillaume

Cher Maître,
Voyez vous, comme moi, un parallèle flagrant avec la tristement célèbre affaire Legras ?
Pensez vous qu’un même verdict soit envisageable aujourd’hui ?
Merci

382. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:55 par Lottie

Merci pour ce billet, car j’ai une fois de plus été choquée (mais malheureusement pas étonnée) de certaines réactions autour de cette affaire. Quand j’en ai entendu parler, j’ai immédiatement pensé à cette chanson de Renaud “Les Charognards”, écrite en 1977 (comme quoi ça ne date pas d’hier) suite à un fait divers similaire.
Pour répondre aux personnes qui indiquent “comprendre” la réaction du bijoutier, sans pour autant la cautionner, sous le coup d’une violente émotion, je dirais que c’est bien pour ça que l’acquisition et la détention d’armes sont règlementées en France et qu’il est primordial que ça continue à l’être. S’il n’avait pas eu d’arme chez lui, le bijoutier n’aurait pas eu la tentation de s’en servir et de gâcher sa vie par la même occasion en se transformant, peut-être malgré lui, en meurtrier.

383. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:55 par Voynich

@366 :
La première page nous donne pour la France 682 homicides.
La deuxième nous donne pour la France un ratio de 101 incarcération pour 100 000 personnes. Soit, rapporté aux 65.7 millions de personnes vivant en France 101 * 657 = 66 357 incarcérations.
J’en soustrais le nombre d’homicides en partant du principe (très certainement faux, mais ça doit quand même concerner la quasi majorité d’entre eux) que chaque coupable a fait au moins un an de prison : 66 357 - 682 = 66 675 personnes incarcérées pour d’autres faits que des homicides volontaires.

Bien évidemment, ces calculs sont tout sauf statistiques : au vu des temps d’instruction des affaires, des fluctuations d’une années sur l’autre, de la croissance démographique et autres facteurs, il faudrait des mois de recherche pour faire un calcul fiable. Mais ça donne au moins une idée, une tendance.

Ceci dit, ce calcul étant fait, je ne vois pas trop ce que vous voulez démontrer (à moins que vous n’ayez trop vite lu les 2 tableaux et cru qu’ils travaillaient à la même échelle ?), je vous rends donc la main pour la suite…

384. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:59 par Soloni

Je fais parti des personne qui on mis j’aime à la page Facebook sans “glorifier” ou ” dire bravo” au bijoutier car je pense que la mort de tout être humain est un drame. Mais il n’y a pas une semaine où on entend parler de bijouteries qui ont été braquées, combien de bijoutier ont été tué lors de ces braquages ? Combien de leurs meurtriers sont toujours en cavales ? Mettons nous un peu à la place de ce bijoutier dans ce contexte, je pense personnellement que l’instinct de survie prend le dessus et avec une arme à porté de main, mon geste serait le même que celui du bijoutier. Donc sans dépénalisé ce geste, j’aimerais comme beaucoup d’autre gens que le bijoutier ne finisse pas sa vie en prison et que la justice rende un verdict juste en prenant en compte la peur dans laquelle vivent les bijoutiers et les autres commerçants.

385. Le mardi 17 septembre 2013 à 10:59 par Soloni

Je fais parti des personne qui on mis j’aime à la page Facebook sans “glorifier” ou ” dire bravo” au bijoutier car je pense que la mort de tout être humain est un drame. Mais il n’y a pas une semaine où on entend parler de bijouteries qui ont été braquées, combien de bijoutier ont été tué lors de ces braquages ? Combien de leurs meurtriers sont toujours en cavales ? Mettons nous un peu à la place de ce bijoutier dans ce contexte, je pense personnellement que l’instinct de survie prend le dessus et avec une arme à porté de main, mon geste serait le même que celui du bijoutier. Donc sans dépénalisé ce geste, j’aimerais comme beaucoup d’autre gens que le bijoutier ne finisse pas sa vie en prison et que la justice rende un verdict juste en prenant en compte la peur dans laquelle vivent les bijoutiers et les autres commerçants.

386. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:00 par Atticus

Le bijoutier tire dans le dos au pistolet sur un braqueur qui fuit, résultat : soutien populaire et un gentil bracelet électronique.
Affaire Méric : l’accusé, Esteban Morillo, qui a été agressé par Clément Méric par derrière (cf images RATP), a donné 2 coups de poings en se retournant dans une bagarre. Clément Méric en est mort. C’est soit de la légitime défense (pour l’avocat), soit de l’homicide involontaire (pour le juge d’instruction), soit de l’homicide volontaire (pour le procureur, en vain). Résultat, il est en prison depuis quelques mois. Est-ce de la justice ou du politiquement correct ? Un petit con de 20 ans, skinhead, a-t-il moins de droits qu’un autre citoyen?
Atticus

387. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:03 par jp

Techniquement il s’agit d’un accident du travail…

Les risques du métier d’artisan braqueur…

388. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:06 par MLR

“Dans quelques mois, un enfant va naître. (…) La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur. Quelle faute a commis cet enfant pour que cette épreuve qui l’attend vous emplisse de joie ? Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ?”

Je me demande ce qui, dans votre propre histoire, vous rend aussi sensible au destin et au ressenti de ce foetus. Ce passage un peu “émotionnel” contraste avec le ton employé dans l’ensemble du blog, qui, pourtant, prétend bien ne synthétiser que la loi et les faits.
Pas si simple que cela d’être purement rationnel, finalement, hein?!! Et, est-ce même souhaitable? ;-)

389. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:11 par Niko

Il n’ai en aucun cas légitime de justifier ce qu’à fait ce bijoutier. Sur ce point-là je pense que tout le monde, y compris certains cliqueurs zélés, est d’accord sur la-dessus. En revanche je reprocherais aux gens qui condamne fermement de ne JAMAIS prendre en compte les circonstances (qui pour le cas présent sont tout à fait) atténuantes. Ce vieux monsieur, qui n’aurait certes JAMAIS du posseder d’arme (au même titre que les voleurs), a passer 67 ans de sa vie (gagné vraissemblablement honnêtement) sans l’utiliser!! Et s’il ne s’était fait attaquer violemment par ces 2 CRIMINELS, la situation aurait certainement continuer ainsi jusqu’à la fin de sa vie si ces 2 HORS-LA-LOI n’avaient braqué sa bijouterie. Donc OUI son acte est condamnable, mais OUI il est presque normal que sa situation déchaine les passions car la violence est présente au quotidien et que les gens en ont marre. Si c’est trop subtil pour échapper à votre analyse alors tous vos discours léchés sont vains. En ce qui me concerne, bien que condamnant l’usage des armes à feux (mais en ce cas la justice devrait peut-être tirer la sonnette d’alarme auprès des législateurs, la responsabilité peut se trouver partout) je ne pleurerais jamais un multi-récidiviste faisant usage de la force.

390. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:11 par Bon sens mère de famille

Crise économique = perte de pouvoir = augmentation de la violence = perte des valeurs = déclin.
Ceux qui ont encore les “moyens financiers” de penser sereinement doivent le faire rapidement avant que notre société trouve normal d’envoyer ses enfants à l’école avec des armes.
Et bien oui, parce que c’est ça la conséquence. Nos enfants nous prennent en modèle…. Alors quoi ? ce serait notre seule ambition pour eux ? ” prends ton flingue. La société, la morale collective, tout ça c’est des blagues”. Et puis quand on se rendra compte que nos enfants meurent à ce jeux là, nous recommencerons à réfléchir. Sommes-nous vraiment obligés de repasser par la case “barbare” pour comprendre à quoi servent nos lois ?
Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises raisons de tuer. C’est interdit par la loi. C’est tout. Et si nous décidons collectivement de ne plus respecter la loi et bien nos enfants s’entre-tueront.

391. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:12 par marc carion

Maître, je voudrais vous poser une question de droit. J’ai été ligoté, bâillonné, torturé et volé. J’ai cependant réussi à me libérer de mes agresseurs sous les coups de poings qui pleuvaient et les coups d’un couteau dans les mains ou dans la chemise qu’ils avaient placée sur ma tête et avec laquelle je me protégeais. Ils ont ensuite pris la fuite. (Je n’ai pas couru derrière eux, je n’ai aucun sentiment de vengeance d’ailleurs, je voudrais simplement que ceci n’arrive plus ou n’arrive pas à quelqu’un de plus faible (psychologiquement aussi) que moi). Voilà les faits. L’un d’entre eux m’avait d’abord prévenu qui si je parlais à la police, lui ou quelqu’un d’autre me retrouverait. Hors les trois sont à présent identifiés et celui qui m’a menacé de représailles appartient à une - famille - de truands. Qu’en est-il de la légitime défense si je me retrouve à nouveau face à l’un d’eux ? Qui ne sera bien entendu pas venu pour me féliciter.

392. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:12 par Guillaume B.

Démonstration juridique bien ficelée et difficilement contestable.

Certes.

Pour autant, elle se heurte à l’insuffisance de la loi et à l’incapacité croissante de l’Etat - en charge de la sûreté de ses administrés - à assurer la protection du public. La disparation de l’Etat protecteur génère, hélas, une récupération légitime par le peuple des prérogatives qu’il a confiées à ses représentants. Et sous cet angle, une comparaison avec le “Far West” me paraît impropre : le Far West, c’est la règle d’une société émergente encore dépourvue de règles, tandis que la légitime défense (à entendre au sens “large”, et non au sens juridique), c’est-à-dire la défense de celui qui ne se sent plus défendu (pas une seule fois, pas occasionnellement, mais tous les jours), constitue une réponse désespérée à l’insécurité quotidienne.

Le trouble à l’ordre public relevé par le Procureur de la République ne provient pas de la mort du braqueur mais du braquage, ultime manifestation, dans ce cas, de la délinquance excusée jour après jour par l’Etat.

393. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:13 par Apostilb

Bonjour,
Tous ces clics risquent d’être contre-productifs et de lui retirer la chance d’un sursis intégral…

394. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:15 par Eric

Quel commentaire stupide et totalement a cote du sujet.

Un type de 19 ans multi-recidiviste, qui aurait du etre en cabane, braque un type qui ne lui a rien demande. Le commercant aurait du se laisser faire parce que:

-se defendre risque d’enerver les braqueurs! Bien qu’Eolas feigne de l’ignorer, rester passif ne garantit en rien que vous n’allez pas vous faire buter. Les histoires reelles (et non les speculations d’Eolas) sont la pour le montrer.

-La justice aurait rattrape les coupables et retrouve son bien…Mais bien sur…Comme ceux du braquage de l’annee passee?

Donc ce bijoutier, a 67 ans, doit se laisser depouiller sans se defendre, en sachant que ces mecs ne seront sans doute pas retrouves, et qu’ils pourront meme revenir?

Mais ce n’est pas tout. Imaginons qu’on les retrouve. Un mois après? Deux? Combien restera-t-il du butin? Et ensuite, il faudra temoigner contre ces enfants de choeur qui ne savent bien sur pas ou vous trouver, puisqu’ils sont venus vous braquer. Croisons les doigts pour que, 6 mois après, la prison les ait rendus aussi doux que les 14 fois precedentes!

D’apres Eolas, tout cela est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

La pathetique morgue technicienne de juriste masque difficilement la stupidite de ce qu’Eolas defend.

Et c’est après un Laius sur l’insuffisance de l’emotion comme outil d’analyse que l’ami Eolas nous evoque ce pauvre petit bambin, que l’on imagine bredouiller, avec ses grands yeux humides “Papaoutai?”, regrettant par anticipation les nombreux moments magiques passes avec un pere en cabane ou en fuite, dont les ressources stables et le mode de vie sain lui auraient permis d’apprendre, dans l’harmonie, le respect de la loi et l’empathie envers son prochain.

Un grand billet, Eolas! Encore!

395. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:16 par Mauvaise analyse

Je pense qu’il s’agit là d’une mauvaise analyse.

Techniquement, il n’y a pas légitime défense et peu le contestent.

En revanche, la vague de soutien au bijoutier illustre le ras-le-bol d’une partie de la population face aux crimes impunis et aux crimes/délits commis par les multi-récidivistes (cf le braquage sous bracelet électronique)

Personne ne souhaite un retour à la loi du Talion, la population demande simplement une justice moins laxiste pour ne pas avoir à faire justice elle même.

396. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:19 par Un Nain Connu

Eolas:
Vous pensez que ce jeune homme de 19 ans n’aurait jamais gagné un sou honnêtement de sa vie ?

Je répondrais qu’un jour, il y serait peut-être venu mais que ça n’avait pas dû arriver très souvent dans sa courte carrière.
Et je reste persuadé qu’en prison, il aurait appris la violence, les techniques de braquage des “pros” et aurait cultivé la haine du système chez son fils. Certes, je peux me tromper mais combien de jeunes incarcérés à cet âge reprennent réellement le “droit chemin” ?

Revenir de si loin demande de le vouloir et lui, visiblement, ne le voulait pas, ayant sombré dans la “facilité”…

397. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:23 par Eric

Marc Carion: d’apres Eolas et sa consoeur, tout cela est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Et si t’es pas content, c’est que t’es un debile qui comprend rien au droit.

398. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:30 par Michel Baujard

Je comprends mal les réactions qui laissent sous-entendre que par cet article l’auteur apporterait un soutien implicite au jeune braqueur victime définitive de sa victime provisoire. Pour moi l’auteur chercherait plutôt à établir la potentielle complicité du crime à laquelle se livrent sans s’en rendre compte -ou en le sachant pertinemment au contraire- les personnes qui balancent leurs clics en autant de balles virtuelles complémentaires dans le corps d’un homme déjà mort de balles réelles. Apporter son soutien à ce geste c’est y participer, ajouter des balles à la balle. Si le bijoutier peut éventuellement bénéficier d’une certaine forme d’empathie pour expliquer sa gâchette facile avec une arme non déclarée et donc non autorisée, dans une situation de choc émotionnel en effet assez puissant, qui pouvait donc éventuellement s’appeler jusqu’en 1994 une circonstance atténuante, ce n’est pas le cas des complices virtuels en bande organisée sur une page Facebook qui ne sont pas dans cette situation de choc émotionnel avec leur clavier en forme de fusil. Aucune empathie n’est possible vis-à-vis des virtuels complices de ce meurtre, et d’autres à venir, prédits par des maires en mal de réputation qui annoncent par avance leur solidarité avec des potentiels assassins de roms, ou d’autres populations. Expliquer le droit comme le fait brillamment Me Eolas ne fait pas de lui un soutien du braqueur comme certains tentent de le faire croire, mais assurément les soutiens virtuels de son assassin deviennent indirectement et virtuellement son complice et c’est bien ce qui est grave et inquiétant. Bonne journée.

399. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:31 par pigeon voyageur

Bonjour M. Eolas,

Au delà de votre plaidoirie sur une justice équitable il me semble que vous oubliez quelque chose d’important. Le soutien dont bénéficie ce bijoutier va au delà de la simple querelle d’avocat. Il dépasse strictement le cadre particulier pour devenir une question sociétale.

Les personnes qui ont apporté leur soutien au tireur ne sont certainement pas des juristes en puissance, ce soutien est la résultat d’une politique judiciaire lamentable dans notre pays depuis des années car les gouvernements de gauche et de droit ont laissé s’installer une politique du dédouanement. Votre corporation, les magistrats, ont aussi leur grande part de responsabilité.

Tout d’abord, la justice, par les jugements qu’elle rend fait la part belle au laxisme. La sentence ne signifie plus rien dans ce pays. Combien de multirécidivistes ont leur carte d’abonnement aux Tribunaux? La réponse ferme et juste qui doit être appliquée ne l’est plus. Il est dans ce cas normal que ces mêmes personnes n’aient aucun scrupule à recommencer. Les citoyens ont conscience de ce décalage entre ce qu’ils vivent sur le terrain et les jugements rendus par le pouvoir judiciaire et ce, à tous les niveaux (j’englobe aussi la délinquance des cols blancs).

Si l’on revient à ce fait divers, on apprends qu’au moins un des deux braqueurs était multirécidiviste. Si la justice ne peut pas s’assurerrer que le coupable recommencera, elle ne peut se dédouaner de son manque de courage dans la sanction et l’exécution des peines. On voit encore une fois que la Justice Française se fait traîner dans la boue quotidiennement.

Lorsque le citoyen est incompris par le pouvoir judiciaire, il utilise ses propres moyens quitte à arriver à des extrémités. Pourquoi cet homme n’a t-il pas appelé la police? Il nous dira certainement qu’il travaille dur pour manger, qu’il se lève tôt, que la police est incompétente, raison pour laquelle il a acheté une arme etc. Le problème de fond est là M. Eolas: pour que ce type d’événement n’arrive plus il faut trouver une ligne de confiance entre le citoyen et le pouvoir judiciaire. Depuis des années cette confiance n’existe plus.

Dans notre pays on déresponsabilise les fautifs et on arrive à ce cas où la victime devient coupable. Ces braqueurs ont semble t-il la majorité depuis longtemps. Il est temps d’assumer ces actes. tout entreprise de racket est soumise à une part de risque. Cette fois ci, il a mal tourné, c’est dans les risques “du métier”. Personne, à priori, n’a obligé ces braqueurs à commettre leur acte. Ni vous, ni moi, ni la société. Le temps des excuses est terminé.

400. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:31 par Nicolas

Prônons l’autodéfense, créons des milices que nous appellerions Escadron de protection (Schutzstaffel en Allemand, SS pour faire plus court). Choisissons un chef qui saura nous protéger du vilain envahisseur au teint basané et à la religion dangereuse qui nous vole notre travail et nos femmes.
Ô peuple français ouvre les yeux !
N’as-tu rien retenu de l’histoire qu’on t’a enseigné à l’école ?
Ne vois-tu pas le danger arriver ?

401. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:40 par Edith

Merci pour ces explications très éclairantes

402. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:41 par Koemgun

Merci pour l’eclairage juridique maitre, je me doutais de la direction de ce billet mais merci.
Cette france me fait vraiment peur. Franchement voir autant de personnes justifier un meurtre… Tant de gens qui sont persuadé que le braqueur ne pouvait jamais se racheter et etait definitivement perdu pour la societé. A 19 ans on est parfois encore un peu con et on a largement le temps de changer. Sinon c’est sur qu’il faut construire 8 fois plus de prison et faire comme les etats unis foutre tout le monde en tole ! 0 redemption …

Petite question quel crime aurait du commetre notre bijoutier pour tomber sous le coup de la loi sur les peines plancher et avoir un juge l’enfermer pour au minimum 10 ans ?

403. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:46 par Breunz

@ 396 :

C’est ce que l’on appelle couramment un procès d’intention. Quoi, il a fait des conneries, pas de raison qu’il ne continue pas d’en faire.

Si on en est aux suppositions, peut être que de devenir père l’aurait justement fait changer de bord en réalisant la vie qu’il menait et les risques pour sa famille. Les changements de vie sont plus souvent me semble t il des moments de rupture que des inflexions progressives…

404. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:51 par pigeon voyageur

@Koemgun

Vous êtes encore dans la culture de l’excuse qui gangrène la France. Quand vous dites ” A 19 ans on est parfois encore un peu con et on a largement le temps de changer” vous dédouaner ce qu’a fait ce braqueur. N’oublions pas que l’un d’entre est déjà multirécidiviste. La Justice, la Société, la France aurait pu prévenir cet évènement en ayant des peines majeures et proportionnées (avec répression+prévention).

Les personnes qui soutiennent le bijoutier ne justifie pas un meurtre. Ils s’allient à cet homme qui, au final, est victime du laxisme de nos politiques passées et actuelles.
Les prisons sont pleines et il faut en construire quelques une pour avoir des conditions humaines. Pour autant ce n’est pas forcément la réponse. Pourquoi ces braqueurs ont il pu commettre un énième racket? L’explication à ce fait divers réside dans la réponse…

405. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:51 par Pop

Ok, on a compris que ce qu’avait fait le bijoutier était illégal.

Ca ne nous empêchera pas de penser que c’était légitime.

406. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:51 par Pop

Ok, on a compris que ce qu’avait fait le bijoutier était illégal.

Ca ne nous empêchera pas de penser que c’était légitime.

407. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:52 par Pop

Ok, on a compris que ce qu’avait fait le bijoutier était illégal.

Ca ne nous empêchera pas de penser que c’était légitime.

408. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:52 par EmilieLeroy

Bonjour maître.

Je suis une jeune femme de 28 ans et j’avoue : j’ai liké. J’ai cliqué sur ce petit bouton en moins de 2 secondes en bougonnant comme tout le monde (ou presque) “Il n’avait qu’à pas braquer”
Ensuite des conversations avec des proches m’ont amené à réfléchir et à modérer ma position.
Puis les messages haineux m’ont choqués. Le manque d’empathie en particulier. Les gens s’étonnent de la tristesse et de la colère de la famille du braqueur mais, à une échelle moindre bien sur, cessez-vous d’aimer vos enfants quand ils font des bêtises ? Beaucoup de sentiments paradoxaux doivent se mélanger dans le cœur de ces gens : culpabilité, colère (envers le bijoutier mais sans doute envers le tué aussi), tristesse, honte …
Votre article a mis fin au combat de l’impulsivité contre la raison, victoire de la raison par K.O

Merci à vous.

409. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:53 par Aurélie

Pas d’arme : pas de crime.

Un fusil, un revolver : un mort.

410. Le mardi 17 septembre 2013 à 11:56 par serge

Bonjour M. Eolas. Je lis souvent vos articles, très interessant et aujourd’hui je franchis le pas du commentaire :)
J’ai, comme beaucoup de gens, “liké” la page de soutient au bijoutier. Mais, si j’ai apporté mon soutien, ce n’est pas pour son droit à la “légitime défense”, mais parce que son acte est le reflet de l’exaspération et d’un sentiment d’impunité envers des voyous multi récidiviste, sentiment encore plus renforcé avec les projets de lois de Madame Taubira. Si les “rumeurs” sont exactes, ce jeune a été condamné pour divers actes 14 fois (14 fois attrapés, ce qui sous entend surement qu’il a commis bien plus d’actes répréhensibles). Comment est il possible de laisser en totale liberté un jeune qui a été condamné 14 fois ? C’est ça que je ne comprend pas et que le millions (voir plus) de “likeur” ne comprennent pas non plus. Dans notre résidence par exemple il y a eu plus de 3 cambriolages et pas moins de tentatives, les jeunes ont été interpellés 2 fois et sont toujours en liberté. Comment s’étonner alors qu’un jour quelqu’un “pète les plombs”, exaspérer d’attendre que la justice soit faite ? Je n’excuse pas l’acte, tuer une personne n’est pas excusable (sauf cas extrême et particulier) mais je comprend qu’on puisse basculer à un moment a cause d’un ras le bol.

411. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:01 par Artisthea

Merci pour ce bel article très détaillé. Il y a la loi en effet. Mais il y a aussi un climat, présent depuis longtemps, d’insécurité. A cela s’ajoute un soupçon d’impunité largement répandu. (Combien de faits divers dramatiques avec des gens connus des service de police, mais en liberté…?). Et donc un climat de raz le bol. Le bijoutier a été agressé, il a été tabassé. D’autres ont été abattu sauvagement. Que ces gens, toujours en stress et toujours menacés, se défendent, n’est pas quelque chose qui me dérange. Même s’il y a mort d’homme. Et je préfère défendre un innocent qu’un multirécidiviste. En disant cela, je dois rejoindre le sentiment de très nombreux des Français. Si ce sentiment est un peu excessif, je ne pense pas qu’il soit injuste pour autant. Et le pouvoir doit s’inquiéter des dérives qui montent et qui ne sont pas prêtes de disparaitre si rien n’est fait pour mettre un peu d’ordre dans notre société qui ressemble de plus en plus au far west !

412. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:04 par Themis

Avant toutes choses, j’aimerai que vous regardiez un extrait du journal de claire Chazal diffusé en début d’année :

http://videos.tf1.fr/jt-we/2013/le-…

Nous sommes certes en pleine tragédie cornélienne.
Que ce soit celle d’un bijoutier ou d’un délinquant, la perte d’une vie reste toujours un élément triste.

L’abord de ce problème, sous l’angle de cette constatation devient alors insoluble.
Il nous faut donc élever d’un cran le pb.

Le pb vient simplement du fait que des armes de guerre circulent de plus en plus. Ô je ne parle pas de ces grands-pères de 80 et quelques années que l’on met en examen parce qu’ils détiennent chez eux un arsenal de collection en parfait état de marche…

Je parle de tous ces voyous qui planquent dans les cités tout leur arsenal.

Quand donc fera-t-on intervenir l’armée pour encercler ces cités et procéder à une fouille systématique de tout, de la cave au dernier étage, en présence des proprios. ?
Quand donc le voyou en ferrari sera-t-il inquiété par une brigade financière ???
Quand donc réhabiliterons-nous les prisons… Un ou 2 par cellule. Régime strict. Travail la journée pour payer leur séjour. Mitard sur simple demande. extinction des feux à 19h00. Silence obligatoire, brouilleurs de portable., prison laïque, pas de menus hallal ou kascher. Toute violence très sévèrement sanctionnée par 6 mois minimum de rallonge de peine.
Puis , si le détenu a fait amende honorable, s’est bien comporté, le transférer dans un établissement plus cool, avec suivi psy, (environ au 1/8e de sa peine) dans une structure telle que décrite par Pierre BOTTON, et une fois dehors un suivi de 2 ans par un JAP.

Pour l’heure. Un jeune de 18 ans est capable de molester une personne âgée de 67 ans et de le dépouiller. Il n’y a plus de peur de la prison, des peines, même du gendarme.
Nous assistons à une déliquescence des valeurs humaines, faute de plusieurs paramètres… et en l’occurrence sans doute des politiques familiales aberrantes, aux couvertures sociales inadaptées, au placement dans des immeubles vétustes de populations surnuméraires.

Cette affaire est tout sauf manichéenne. il n’y a pas le gentil bijoutier contre le mauvais voleur. Il n’y a pas le pauvre voleur contre le méchant bijoutier.
il y a une société française à la dérive de ses valeurs fondamentales, société qui à l’unité patriote, préfère le communautarisme ;
qui à l’insécurité oppose le laxisme ; qui a l’éducation, oppose l’anarchie d’une institution d’éducation surannée et gangrenée.

Mais pour en revenir au bijoutier… la Suisse dispose des mêmes armes juridiques que nous… Simplement elle reconnaît que dans le feu de l’action, le jugement puisse être altéré….

Alors, ayant 67 ans, m’étant comporté honorablement envers la société (payé mes impôts, élevés mes enfants dans les valeurs de la République, n’ayant jamais eu maille à partir avec la justice), m’étant déjà fait braqué plusieurs fois, Oui, quand on me menace d’une arme, Oui quand on me roue de coups, Oui quand on me dépouille, alors je vois rouge. je prends mon arme et je tire dans le tas. Je tire parce que je suis en colère, parce que j’ai mal, parce que mon assureur va encore mettre des lustres à me rembourser, parce que la police, faute de moyens ne mettra pas la main sur mes agresseurs, parce qu’en un casse, c’est plus de 6 mois de travail qui disparaissent.

Oui, je tire et j’ai bien raisons pour le faire.

C’est pas bien, hein ce que j’écris ? C’est pas politiquement correct, correct ?

eh bien, chers rédacteurs avocats, prenez langue avec la famille du bijoutier d’Albertville et expliquez lui de visu, c’est à dire sans bavouiller sur un blog, le bien fondé d’une société qui pardonne à de pauvres petits délinquants récidivistes…

tant que l’Etat ne prendra pas conscience de son incurie. Tant que le législateur ne mettra pas en place des gardes-fous, la loi du far-west continuera à s’infiltrer dans notre société.

VOUS êtes responsables, vous, AVOCATS, tout comme l’ensemble de l’école de magistrature, de la propagation de ces dérives du législateur.
Cela ne sert à rien de nous opposer une pseudo morale à deux balles. Moi aussi j’ai lu Kant Aristote et beaucoup d’autres.

En l’état actuel de gabegie… Le bijoutier de Nice a très bien fait de tirer. Je regrette simplement qu’il ait tué son agresseur, car on aurait pu le faire parler pour connaître son complice.
Désormais, face à l’iniquité, de plus en plus de citoyens vont s’armer pour protéger leurs biens et leurs foyers. C’est cela le Far-west… Allez aux USA, visiter le texas… Bougez !

413. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:06 par Pimprenelle

Cher Confrère,

Vous confondez le débat judiciaire et le débat public, mais également la loi et la morale.

Réduire ce fait divers à un cas pratique me parait extrêmement simpliste.

Votre billet contribue à opposer les gens sur ce sujet.

Laissons l’émotion retomber et la justice se faire dans le calme et à distance de l’opinion publique.

Cela me parait bien présomptueux de juger les actes d’un homme. Je nous souhaite à tous de ne jamais avoir à “choisir” quel comportement adopter face à une agression armée.

414. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:17 par clems

pigeon voyageur :
“Les prisons sont pleines et il faut en construire quelques une pour avoir des conditions humaines”

Non il faut les vider pour traiter humainement ceux qui doivent y rester longtemps et trouver des outils d’évaluation, de rescolarisation, apprentissage pour prévoir une sortie. Et comme on ne peut pas prévoir à l’avance ce que sera la progression de chacun, je trouve absurde la politique pénale actuelle qui fixe une peine et qui doit se “purger”. Le concept est idiot.

Ce n’est pas humain que d’imaginer des prisons dont personne ne sortirait jamais. Mais il n’est pas humain non plus de faire des prisons qui ne servent à rien ou qui provoquent pire même pour des courtes peines.

D’ailleurs il est prouvé que la prison fait des dégâts puisque plus les peines sont longues plus la récidive est importante. Ce qui est normal au fond, l’entourage finit par déteindre et éteindre les dernières bonnes volontés.

Il faut construire de nouvelles prisons non pas pour remplir, mais parce que celles existantes sont impropres à la réinsertion.

415. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:25 par Delphintintin

J’ai cliqué sur “j’aime”. Il s’agit par cette acte de marquer son soutien pour le bijoutier, pas de trouver que son acte était la bonne chose à faire.

Dans la version qui m’est parvenue, le bijoutier aurait tiré à deux reprises dans les roues du scooter, puis l’un des voleurs s’étant retourner pour pointer de nouveau son arme vers lui, il aurait remonté sa ligne de mire afin de tirer dans l’épaule du garçon, ce qui aurait été un échec… mais après tout, s’il n’a pas réussi à tirer sur les roues, pourquoi aurait-il eu l’épaule ?

Dans ce cadre là, il aurait mis sa vie en danger en voulant les empêcher de fuir (peut-être s’est-il dit qu’avec les potentiels témoins présents aux alentours, les voleurs n’oseraient pas riposter ?) mais avec l’intention de les immobiliser en attendant les forces de l’ordre…
Après tout, s’il avait déjà été braqué quelques temps plus tôt avec des braqueurs toujours en liberté, peut-être n’avait-il pas envie de voir ceux-ci s’évaporer comme les précédents !

Et cette version est presque parfaite : un acte initialement héroique qui visait à arrêter les malfaiteurs sans les blesser, puis qui s’est transformé en légitime défense quand ils se sont retournés et l’ont menacé de nouveau.

A un couac près, auquel je suis plutôt sensible pratiquant le tir sportif : cet homme semble avoir utilisé une arme qui n’a jamais été déclarée, alors que sa profession aurait pu justifier d’en détenir une en toute légalité. (Et je le déteste d’avance pour le durcissement des règles concernant les détentions d’armes qui va très probablement suivre…)
(D’ailleurs, au “tireur” du commentaire 367 qui se souvient “que le canon se lève avec le recul, donc on tire toujours plus haut que ce que l’on vise”, celui-ci devrait savoir que ce recul est observé après le départ du projectile, le mouvement du canon n’ayant donc aucun impact sur la visée… —’)

Etant donné que la version “idéale” peut avoir été proposée par un avocat bien malin, et ne pas refléter les faits réels, j’ai fait comme vous, j’ai essayé de faire le tour de la question avec un regard visiblement encore moins sentimentalisé que le vôtre.

Parce que lorsqu’il s’agit d’analyser des faits, vos citations de textes de loi collent particulièrement à mon analyse personnelle (avec mon “bon sens” qui visiblement n’est pas aussi contraire que ça à la reflexion) : l’homme est en tord. Point.
On a beau tourner et retourner la question, on peut lui trouver des justifications à volonté (il a été physiquement et moralement mis à l’épreuve, etc…), il ne s’agira pas d’excuses puisqu’expliquer un acte ne le rend pas meilleur, ça pourra au mieux faire accepter l’écart de conduite.

En revanche, concernant l’enfant à naître, mon analyse diffère particulièrement : cet enfant n’a pas mérité de naître orphelin, c’est certain. Mais est-ce que pour son développement et son intégration (donc son avenir) il vaut mieux qu’il grandisse auprès d’un beau-père qui lui apprendra à respecter les règles de notre communauté ? Ou auprès d’un père qui lui expliquera que quand on n’a pas d’argent on peut aller voler puisque les gens payent des assurances exprès pour ça ?
Et bien là, je remercie papi Turk, parce que je pense qu’il pourra bien difficilement tomber sur un père moins respectable que le sien, dont vous oubliez de soulever que c’est un récidiviste armé, pas un père désespéré qui a tenté le tout pour le tout sur un coup de tête pour sauver son enfant de la misère.

Et je suis vraiment ravie dans cette histoire que le père en question s’apelle Anthony (et non Mohammed) et que le bijoutier soit libannais et s’appelle Turk (faisons d’une pierre deux coups) et non Durand. Parce qu’en plus, c’est l’occasion de montrer que les voyous ne sont pas tous des arabes (oui, je l’ai dit) et que les riches bijoutiers ne sont pas tous des bons français pure souche.

Concernant les répercutions, vous avez évoqué la Leçon. Et bien là encore, je n’ai pas la même analyse. Parce que OUI, je pense que certains petits voyous abandonneront peut-être leur prochain projet de braquage, parce que risquer sa vie pour 990 euros, ça vaut ptètre pas le coup, finalement…

Et si la Justice décidait de se faire respecter purement et simplement comme vous le décrivez : 30 ans pour le braqueur (qu’il effectuera au cimetière) et 30 ans pour le tueur (qu’il passera en prison, après avoir donné toute sa fortune à la famille du braqueur), je pense que les conséquences seront dramatiques : la Leçon ne sera pas retenue par les apprentis braqueurs, mais par les commerçants, qui ne se risqueront plus à se défendre, puisque se défendre coutera bien plus cher que le vol pris en charge par l’assurance (dixit le frère du défunt). On pourra alors presque aller faire ses “courses” chez le bijoutier du coin pour la fête des mères, en le menaçant avec des ciseaux à bouts ronds (pas la peine de risquer de se blesser soi-même, ce serait ridicule).

Dommage que ce billet, qui semblait regarder les choses sous un angle plus “propre” et moins cowboy, rappelant que dans notre pays, on respecte les lois, et qu’il serait hors de question d’encourager les initiatives personnelles de se faire justice, finisse par tomber dans le raisonnement inverse mais tout aussi débile, qui est presque un appel à la haine dans l’autre sens.

Trouvant la lecture agréable initialement, avec les textes qui soutenaient mon propre raisonnement qui refusait de cautionner complètement l’acte du bijoutier, j’ai été très désagréablement déçue par la chute ridicule du raisonnement, que j’aurais presque pensée écrite par le fameux frère du défunt, s’il ne m’avait pas semblé suffisamment peu instruit pour écrire avec la fluidité observée dans votre prose.

Mais après ces derniers paragraphes, je comprends mieux que vous soyez capables de considérer que tous ceux qui ont cliqué sur “j’aime” l’ont fait par haine absolue contre le pauvre papa décédé d’un accident du travail.

Je ne pense pas que je remettrai les pieds sur un blog où on fait mine d’analyser scientifiquement les choses pour mieux endoctriner…

416. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:27 par ombrageux

En faite le seul responsable de cette affaire c’est l’état.
Il n’est pas question de la vengeance ou de la légitime défense d’un bijoutier braqué
Il n’est pas question de la légitimité du port d’arme (du bijoutier comme des braqueurs)
Il n’est pas question que la police fasse ou non son travail correctement, (elle l’avait déjà fait à au moins 14 reprise)
Il est question du travail de la justice !
Il est question du traitement et de la réinsertion calamiteuse des délinquants et autres criminels en France.
Si ce jeune condamné à 14 reprises avait été à sa place : c’est à dire en prison, rien de tout cela ne serait arrivé.
Mais au lieu de ça, on préfère jouer la carte de la réinsertion pour les pauvres délinquants, réinsertion qui ne marche pas (si cette affaire n’en ai pas la preuve…que vous faut il de plus)
Si la justice ne passait pas son temps a relâcher les mêmes délinquants à longueur de temps, la police aurait autre chose a faire que de rattraper les même personnes pour les même motifs tous les 3 jours…
Et il y aurait beaucoup moins de victime!

417. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:28 par Frednetick

Je me demande sérieusement si certains des commentateurs ont pris le temps de lire le post en entier.

Oui il y aurait un traitement morale de la question, mais là c’est un traitement légal qui est apporté. Pimprenelle peut bien dire que vous confondez débat judiciaire et public, je ne vois que des éléments d’appréciation de la réalité légale.

Tuer c’est mal si l’on pense morale, tuer c’est interdit si l’on lit le code pénal. SI vous n’êtes pas capables de faire la différence, abstenez vous d’en priver les autres.

418. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:28 par Vardemis

Bonjour,
Je reste dans l’expectative face a cela.
La loi est la loi, elle interdis de donner la mort volontairement quelques soient les raisons derrière. Cela tout le monde le sait et surtout les personnes qui soutiennent cette pages sinon nous serions au bord d’un massacre sans précédent !

Pour revenir a un post de hier comparant la France au États Unis …
La libre possession d’armes et le port visible (unconceal) ou non-visible (conceal) a juste transformer les agressions en meurtre …

En France : le port d’arme quelqu’elle soit est interdit par la loi (avoir ne serait ce qu’un couteau suisse est interdit)

Pour aller plus loin, étant airsofteur (jeu basé sur des réplique d’arme ultra réaliste lanceuse de projectile solide de 6mm de diamètre ou de 8mm de diamètre) nous dépendons pour la commercialisation et la mise à disposition du décret 99-240 du 24 mars 1999 et des lois sur les armes, donc que l’on agresse avec une vrai ou bien une réplique la loi dit que dans le doute la réplique est considérer comme une vrai approvisionnée (magasin/chargeur rempli et enclenché dans l’arme) et chargée (munition présente dans le puits de la culasse, culasse en position de tir prête à faire feu) !

De plus quand bien même le bijoutier ait eu le droit de possession (conditionné à la possession d’une licence de tir, d’un carnet de tir à jour, d’une autorisation de la préfecture selon la catégorisation de l’arme) elle se doit d’être dans un coffre fort (armoire forte) au domicile du possesseur et non que son lieu de travail. De plus le transport sur la voie publique doit de faire dans des valises de transport, l’arme mise en sécurité (culasse bloqué ou rendu temporairement inopérante, bloc ponté (cadena spécifique interdisant l’accès a la queue de détente)) et les munitions dans un moyen de transport différent et séparé de l’arme

Quoi qu’il arrive que la légitime défense soit prise en compte ou non, le bijoutier reste un contrevenant a la loi.

Soutenir une personne dans une situation illégale est tout même illogique à mon sens.

D’ou ma question : existe-t’il des circonstances aggravantes ? Sachant que le bijoutier à ce que j’en sais n’est pas tireur sportif, que cette arme présente sur son lieu de travail à pour qu’une seule destination : l’auto défense (le choix du calibre en dit long : 7,65x17mm browning ou .32 ACP pour exemple c’est le fameux calibre du PPK de James bond) calibre a adapté pour la défense des particuliers.).
Et si cela est le cas seront-elles prises en compte lors de la procédure judiciaire ?
Car comme précisé au dessus sur les conditions de possessions d’arme a feu par un particulier et si le bijoutier profitait des ses coffres forts pro pour stocker ses armes de tir
Il aurait du, prendre l’arme, approvisionné un magasin avec des munitions, engager le magasin, actionner la culasse pour arme l’arme puis sortir et faire feu. Et ceci supposant que le bijoutier était légalement en possession de la dite arme.
Autre supposition : l’arme a la destination de l’autodéfense était conservé en cas de tentative de vol, donc un usage possiblement mortel.
Dans les deux cas le bijoutier, selon votre article et ma compréhension de celui-ci ne peut s’appuyer sur la légitime défense vu qu’une personne comme moi sans être un professionnel de la loi démontre l’intention de vouloir nuire.
Quand a la qualification d’homicide volontaire ou non je ne peux dire.

On peut aller plus loin, si l’on prend les caractéristiques balistique de la munition utilisé, le point vulnérant (capacité destructrice au niveau des tissus) étant faible faire feu a plusieurs reprises assure le fait de blesser ou la létalité de l’action.

En espérant une réponse de votre part.

419. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:31 par Étienne

Merci, cher Maître, pour ce texte… magistral. Tenez, tenons bon contre l’inhumanité rampante qui nous menace de tous côtés, alors que civilisation et démocratie s’éloignent. Mais une voix comme la vôtre permet de respirer, et d’espérer.
Encore un grand, un très grand merci !

420. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:33 par Romain

Merci pour ce billet qui présente un point de vue argumenté
Deux réactions:
1)”les magistrats appliquent la loi”
Présenté comme cela, on a l’impression que la loi est binaire et qu’elle est soit appliquée soit non appliquée. Or pour moi elle n’est question que d’interprétation: ex les procès médiatises sur l’euthanasie ou en fonction du lieu du tribunal on est jugé coupable ou innocent.

2) la question n’est pas tellement de savoir si la loi autorise ce genre de comportement mais si elle le devrait.
La plupart des réactions de soutien ne sont pas des analyses juridiques sur l’existant mais sur une modification nécessaire/souhaitable de la loi.
Il est a noter que l’état a failli dans son devoir de protection du bijoutier comme vous le rappelez. Dans cette situation il est compréhensible ( comprendre n’est pas excuser) que le bijoutier soit tenté de se faire justice lui même, devant le défaut répété de protection dont il fait l’objet (j’ai lu qqe part que ce serait le 3ème braquage), sentiment d’injustice.
1) tu te fais braquer et tabasser
2) tu peux te défendre mais faut pas
3) l’état incapable de te protéger est bien présent quand il s’agit de te condamner, et ce même état qui ne peut te protéger, protège l’homme qui t’a agressé.
Sortant de l’analyse juridique de l’existant je peux comprendre les réactions qui sont plus pour moi a comprendre dans le sens de: la loi doit elle autoriser ce genre de situation ?

Pour finir sur la partie melo du futur père: Anna arendt a dit que pour tuer un homme il était nécessaire de le chosifier.
Pour ne pas se faire tuer et assumer ses responsabilités paternelles, il faut commencer par minimiser les situations a risque.

421. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:47 par lambertine

Merci maître pour ce billet.

Quelques remarques en vrac :

1. Dommage, le couplet sur l’enfant, même si vous avez raison sur le fond : perdre son père, c’est toujours dramatique. Mais l’acte du bijoutier aurait été tout aussi hors-la-loi si le voleur avait été un célibataire sans famille.

2. Le voleur avait quatorze condamnations à son actif, mais on ne sait pas pourquoi : vol, violence et délits routiers, ça peut aussi bien être une bagarre dans un café, un vol de cigarettes et des excès de vitesse, que le tabassage d’un inconnu, des cambriolages divers et de grands excès de vitesse sous influence de l’alcool et de stupéfiants. C’était visiblement un type qui avait une curieuse notion de l’honnêteté, mais de là à dire que la justice a été “laxiste” avec lui parce qu’il était dehors, ben, jusqu’à nouvel ordre, on n’en sait rien.

3. On ne sait rien non plus de la victime/tireur. Sinon qu’il a 67 ans et n’a pas de casier. Tout le reste, qu’il s’agisse de son état mental au moment des tirs, de sa volonté de tuer ou pas, de son passé etc… ce sont des supputations. Il y a enquête, instruction, il y aura des expertises diverses, notamment psychiatriques. On y verra plus clair après.

4. Il ne me semble pas que quiconque “excuse” le voleur. Ni ne demande que le bijoutier soit condamné à trente ans.

5. Défourailler en pleine rue, même sur un criminel, c’est mettre en danger la vie d’autrui. Pas seulement celle du voyou sur lequel on tire ou d’un éventuel enfant qui passerait par là, mais de tous ceux qui passent par là (au passage, c’est aussi valable pour les courses-poursuites pseudo héroïques).
Accessoirement, peut-on réellement imaginer être capable d’atteindre les pneus d’un scooter en fuite avec une arme de poing ? A moins d’être un champion surentraîné…

6. Il faut arrêter avec les conneries : non, un type coupable de vol à main armée ne s’en tire pas avec une réprimande et une tape sur les doigts, mais avec plusieurs années de prison. Et les prisons françaises n’ont rien de “club meds”. Ce sont ceux qui répandent ces âneries (et qui le plus souvents ne connaissent rien aux affaires dont ils parlent) qui sont en grande partie responsables du climat “antijustice” qui règne actuellement en France. Un conseil : plutôt que d’écouter RTL, qu’ils aillent de temps à autre faire un tour au tribunal correctionnel du coin. Ca met du plomb dans la cervelle. Et ça leur évitera peut-être de se retrouver mis en examen pour homicide volontaire.

7. Pitié ! Plus de “et si c’était vous” ! Parce que, sauf à avoir été dans la situation, personne ne sait comment il aurait réagi dans ce cas précis. Et, de plus, ce n’est pas parce que je crois que j’aurais eu telle attitude (celle du bijoutier, par exemple - je suis quelqu’un de passablement violent, c’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle je n’aurai jamais d’armes chez moi), que cette attitude est légale et morale.

422. Le mardi 17 septembre 2013 à 12:51 par Kraigg

J’ai “like” la page sans hesitation, et si cela contribue a ce que ce bijoutier obtienne une peine moins lourde, j’en serais ravi

De mon point de vue, la conclusion de cette histoire devrait etre (d’ici 2-3 ans car nous sommes en France…)
- bijoutier condamne a 2 ans avec sursis (on ne peut pas le “blanchir” completement evidemment)
- 2nd braqueur condamne a 15ans ferme (dont il fera a peine 3-4 ans effectif, pour recidiver immediatement)
Malheureusement nous savons tous que probablement l’exact oppose arrivera…

Quand a son enfant a venir, je suis circonspect, de mon point de vue l’absence de pere est preferable a un pere criminel de profession.
N’essayez pas de nous faire pleurer sur le sort de quelqu’un se procurant un Fusil a pompe, et ayant l’intention de s’en servir, je doute FORTEMENT que cet individu ai pense a un quelconque moment a sa progeniture a venir lors de la planification et l’execution de son mefait. De plus le simple fait de porter ce genre d’armes devrait autoriser la police a vous abattre sur le champs…

Je suis heureux qu’en France nous ayions des jurys populaire, pour rendre la justice populaire justement, et non pas un combat technique et denue de toute emotion entre avocats cyniques.

Quid des chances que la police ai attrape ces 2 braqueurs sans l’aide du bijoutier? entre 0-10%, et je suis genereux…

Enfin, pour finir, je m’insurge depuis des annees contre cette pensee bien francaise qui consiste a dire que le but de la prison est la reinsertion… La prison sert a punir et de tenir a l’ecart les individus dangereux, la reinsertion est un objectif au mieux secondaire…
Qu’on mette ces malfaiteurs en prison pour de longues annees et qu’on les mettent au travail dans des prison/usines paye une misere, on resorbera deja pas mal notre deficit commercial…

423. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:00 par Pierre

Question subsidiaire.

Si la victime du braquage avait “visé les pneus” et touché au but. Dans l’espoir de récupérer son bien ou de ralentir les malfrats dans leur fuite. Qu’aurait encouru le bijoutier ?

Même question, s’il y avait eu un mort ( parmi les deux agresseurs ) dans l’accident.

C’est juste par curiosité.

424. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:01 par Barnumh

Non mais sérieusement; quand le législateur décide de lois et de leurs applications, et ici on ne parle pas de vous et moi, qui permettent les multiples récidives sans encourir la prison du fait d’un manque de place, et que de la sorte la population ne se sent plus en sécurité et finit par estimer qu’il n’y a plus de justice…..alors la faute à qui quand ça dérappe? Arrêtez de vous cacher derrière ces lois que le peuple n’a pas adopté. Tout le blabla du monde ne rendra pas la vie à ce jeune homme complètement irresponsable et en plus ça va condamner quelqu’un qui est exaspéré, comme beaucoup d’entre nous, pas l’immobilisme des autorités. Son fils? Et bien sa mère lui racontera ce que son père a fait, et que ça serve de leçon à cet enfant. Et que serait-il devenu si on l’avait laissé, une fois de plus, dans la nature? Il aurait tué à la prochaine fois? Ce jeune était quelqu’un de dangereux. Aucune excuse pour lui et toute ma compassion pour le bijoutier.

425. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:02 par yo!

@Kraigg ” le simple fait de porter ce genre d’armes devrait autoriser la police a vous abattre sur le champs…” -> donc là police aurait dû pouvoir abattre le bijoutier ; quipossédait lui aussi une arme à feu illégale CQFD
Le but de la prison n’est pas la réinsertion -> ok, donc on laisse les criminels récidiver en sortant c’est cool comme idée (oh..wait! c’est ce qu’on fait depuis des années!)
-> “qu’on les mettent au travail dans des prison/usines paye une misere, on resorbera deja pas mal notre deficit commercial…” -> décidément, l’incompréhension de la Justice n’est pas exclusive de celle de l’économie : petite piste : notre problème actuellement c’est le taux de chômage élevé. Vous proposez donc que l’on donne un travail aux criminels en lieu et place de gens qui n’en sont pas… #bonne idée!!! :p
@Lambertine : juste merci d’élever le débat

426. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:02 par yo!

@Kraigg ” le simple fait de porter ce genre d’armes devrait autoriser la police a vous abattre sur le champs…” -> donc là police aurait dû pouvoir abattre le bijoutier ; quipossédait lui aussi une arme à feu illégale CQFD
Le but de la prison n’est pas la réinsertion -> ok, donc on laisse les criminels récidiver en sortant c’est cool comme idée (oh..wait! c’est ce qu’on fait depuis des années!)
-> “qu’on les mettent au travail dans des prison/usines paye une misere, on resorbera deja pas mal notre deficit commercial…” -> décidément, l’incompréhension de la Justice n’est pas exclusive de celle de l’économie : petite piste : notre problème actuellement c’est le taux de chômage élevé. Vous proposez donc que l’on donne un travail aux criminels en lieu et place de gens qui n’en sont pas… #bonne idée!!! :p
@Lambertine : juste merci d’élever le débat

427. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:03 par LordGoonie

Cher maître,
vous dites : ” la leçon sera retenue. Ce genre de faits divers met en danger tous les bijoutiers et tous les commerçants susceptibles d’être braqués.”.
Quoique je partage votre opinion sur ce fait divers, je suis réticent à retenir l’argument sus-cité. Il ne me semble en effet pas y avoir de lien entre le fait que la riposte du commercant ne relèverait pas de la légitime défense, et cette leçon probablement donnée aux braqueurs en devenir. Car en effet, le même argument pourrait être avancé à l’encontre d’une personne ayant fait un usage licite de la légitime défense. Faudrait-il alors renoncer à toute forme de défense (notamment, et surtout, légitime) de peur d’exposer notre société à une escalade dans la violence de la part des malfaiteurs ?

Vous avancez nombre d’arguments convaincants pour montrer que le geste de ce bijoutier est condamnable (celui de la balle perdue me glace d’effroi retrospectif), mais j’ai peine à adhérer à celui-là, non pas qu’il ne me semble pas vrai, mais parce qu’il mène à un renoncement qui ne me parait pas sain.

428. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:05 par Seb

Vous êtes bien cyniques cher M.Kraigg !!! Il va de soi que ce braqueur ne cherchait qu’à assurer le futur de son enfant, à lui payer de belles études dans de belles écoles et à favoriser son ascension sociale. Bien évidemment … ><
Je pense que, comme pas mal de commentaires, le contexte dans lequel s’inscrit ce braquage est un peu oublié. La loi Taubira qui renforce le sentiment d’impunité général envers les délinquants de toutes sortes, ce sentiment qui fait penser à tout le monde que les délinquants sont mieux protégés par la loi que les victimes.
Après, que cet homme soit puni de son acte, c’est normal. C’est, je pense, un miracle qu’aucun passant n’ait été touché. Que l’on vienne pleurer sur le sort du braqueur et celui de sa famille … Faut arrêter 2 minutes … Aurait on eu le même cinéma si le braqueur avait été abattu? J’en doute fortement …

429. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:06 par PauvreMonde

Bonjour,

Merci pour cette analyse.

Ayant moi-même fait une maîtrise de Droit … je ne peux que vous donner raison sur le plan juridique.

Maintenant sur un plan plus personnel, mon propre avis est bien différent d’une analyse purement intellectuelle du Droit.

Le symbole de la justice étant l’équilibre (une balance à l’équilibre) certes, le bijoutier va devoir indemniser la famille de la victime mais j’espère que la réciproque sera également vraie. Que le bijoutier soit également indemnisé du fait qu’il va être traumatisé pour le restant de sa vie.

Il aurait fallu qu’il soit mort pour que la population le plaigne. C’est une honte.

Si j’avais du pouvoir et de l’influence, voilà ce que je ferai :
1) Demander à l’Etat français de lui rembourser les 3 balles utilisées
2) Lui remettre la légion d’honneur pour avoir eu le courage de faire ce qu’il a fait

Au lieu de ça, ce pauvre commerçant va en prendre plein la gueule pour le restant de sa vie.

Si seulement ce type avait été un peu mieux renseigné il aurait pur raconter sa version des faits de façon différente.

En réalité, la façon dont il a décrit de façon (trop) précise les faits, cela montre bien qu’il était maitre de lui-même.

Il aurait simplement du raconter à la police qu’il était incapable de se rappeler de ce qui s’était passé. Qu’il était tétanisé, qu’il avait fermé les yeux et qu’il ne se rappelait de rien tellement les coups portés sur lui avaient été violents.

Au lieu de ça … le droit est fait pour protéger en priorité les crapules.

430. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:11 par kelepikepokopak

L’évocation d’un syndrome de stress post traumatique (très à la mode), n’étayerait-elle pas “L’abolition du discernement par un trouble psychique ou neuropsychique” ? Cet état “autorisant” la disproportion ou l’inadéquation de l’acte et de ses motivations, sans préjuger de la rationalité de son déroulement.

431. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:14 par Voynich

Merci à Lambertine (421, joli score au passage). A part votre point n°1 (je vois l’intervention de Maître Eolas comme une façon de ré-équilibrer la perception des choses, donc en ce sens justifiée même si de prime abord j’avais moi aussi tiqué à la lecture).

Vos points 2 et 7 me parlent particulièrement. 14 condamnations pour un mineur, c’est pas 14 inculpations suivies de relaxes, et si on considère qu’à plus de 10 condamnations il faut des peines de prison ferme de longue durée bien des automobilistes vont crier à l’injustice.

Sur votre point 7, j’ajoute un petit mot à mon propos. J’ai eu de façon fortuite l’occasion de me procurer une arme à feu. J’y ai réfléchi, et un peu comme vous je suis… non pas violent au quotidien, mais je me sais peu de retenue dans certains cas de colère et de stress. Par chance, juste ce qu’il faut pour n’avoir jamais fait de tort à autrui. C’est conscient de cette faiblesse que j’ai fini par rejeter cette proposition, la peur de me servir un jour d’une arme de façon inconsidérée étant plus importante que celle de me retrouver dans une situation ou j’en aurais besoin d’une.

432. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:23 par nabunio

Même si je dois m’incliner devant la pertinence de cet article, je suis absolument navré face à ce type de raisonnement qui non seulement tente de nous apitoyer sur ce ‘formidable’ père de famille déjà condamné pour des actes violents mais qui en plus cherche à condamner un homme âgé qui n’avait d’autres solutions pour se protéger que de s’approprier une arme à feu! Pouvez-vous vous imaginer à 67 ans dans telle situation? Pouvez-vous imaginer un tel état de détresse? La réponse est non bien entendu, ni vous ni moi ne le pouvons. Je tiens donc à souligner que ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui n’est pas écrit dans les manuels de droit.

433. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:25 par Eloy

@ Pierre (423)
S’il avait visé les pneus du scooter, le bijoutier aurait éventuellement pu invoquer le fait justificatif prévu à l’article 73 du Code de procédure pénale. Ce texte autorise toute personne (les forces de l’ordre, mais aussi vous, moi, lui, elle, nous et les bijoutiers) à appréhender, c’est-à-dire arrêter, l’auteur d’un crime flagrant ou d’un délit puni d’une peine d’emprisonnement flagrant. “Flagrant” signifie “qui vient de se commettre ou qui a été commis dans un temps très voisin de l’action”.
Toute personne qui assiste à une telle infraction peut en arrêter l’auteur pour le conduire auprès de l’officier de police judiciaire le plus proche. En pratique, on ne conduit pas l’interpelé au commissariat mais on téléphone pour qu’ils envoient une patrouille. Cette autorisation légale permet même d’employer la force si nécessaire. À ces conditions, la jurisprudence en a rajouté une : l’usage de la force doit être proportionnel à ce qui est requis, comme en matière de légitime défense.
En l’espèce, si le bijoutier établit qu’il ne cherchait qu’à stopper les braqueurs pour en permettre l’arrestation, les conditions semblent remplies. L’infraction est bien un crime ou un délit puni d’une peine d’emprisonnement. Elle vient de se commettre, donc est bien flagrante. Enfin, tirer dans les pneus du scooter sur lequel se trouvent deux malfaiteurs armés semble téméraire, mais pas excessif. Il aurait donc pu les mettre à terre, puis les tenir en joue en attendant l’arrivée de la police. Il est néanmoins très difficile d’émettre des suppositions sur de telles hypothèses, sur ce qui aurait pu se passer.
Le fait que l’un des deux soient décédés du fait d’une erreur de tir (si l’on suppose toujours que seuls les pneus étaient visés) conduira probablement le juge à nuancer l’appréciation du caractère proportionnel de l’acte d’appréhension. Les violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner (puisqu’on suppose que les pneus étaient visés) seront constituées et non justifiées par l’article 73 du CPP.

434. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:26 par Kraigg

@Yo
-> “qu’on les mettent au travail dans des prison/usines paye une misere, on resorbera deja pas mal notre deficit commercial…” -> décidément, l’incompréhension de la Justice n’est pas exclusive de celle de l’économie : petite piste : notre problème actuellement c’est le taux de chômage élevé. Vous proposez donc que l’on donne un travail aux criminels en lieu et place de gens qui n’en sont pas… #bonne idée!!!
Point de vue classique naivo-franco-francais ou l’on considere le travail comme une denree rare et en quantite limite, comme dirait Coluche “le travail y en a pas beaucoup, faut le laisser a ceux qui aiment ca”. Tout le monde sait pertinemment que la vraie raison de la mansuetude vis-a-vis des criminels est avant tout economique, les entretenir ca coute des sous et personne ne se fait elire en construisant des prisons (pourtant necessaires). Donc on relache on relache ou encore mieux on emprisonne meme pas !!
Si au lieu d’importer des merdes chinoises et autre produits finis on les faisait faire par des prisonniers pas payes (ou 2 fois rien…), on pourrait effectivement re-industrialiser la France (pour de vrai, pas a grand coups de frein a main…). Mais j’ai peu d’espoir de faire comprendre les tenants et aboutissants de la mondialisation aux Francais, trop de conditionnement depuis trop longtemps…
Le chomage est une consequence, pas une cause de notre probleme…
Et oui si la police avait abattu le bijoutier en pleine rue, je n’aurais pas pleure sur son sort non plus outre mesure.

435. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:31 par Marco

Une réaction urgente à la pétition favorable au bijoutier Niçois.

Faire le Buzz est aussi paradoxalement une réponse forte à tout et n’importe quoi qui circule sur internet.

Rejoignez nous en un clic !

https://www.facebook.com/pages/Page…

436. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:31 par barnumh

Une simple chose; un jour je me suis fait insulter et un coup a été porté à mon visage, j’ai vu un flash, puis un couteau. En une fraction de seconde je me suis tranformé en une bête de combat et j’ai démonté le gars devant moi, et ses potes, à tel point que si plusieurs personnes ne s’étaient pas jetées sur moi pour m’arrêter, je l’aurais probablement tué. Je voyais tout au ralenti et je ne contrôlais RIEN. L’adrénaline est quelque chose, quand on n’a pas l’habitude, d’incontrôlable et vous donne une force incroyable, vous réagissez instinctivement. Quelles lois contre ça?

437. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:33 par Franck PAris

Tout enfant a droit à avoir un père… ? C’est ça votre argument doloriste ? On rêve. Continuez comme ça, dans l’excuse systématique de la délinquance et vous verrez la suite. Le meilleur moyen pour que cet enfant conservât son père, c’est que ce “père” ne fût pas un délinquant. Point barre.

438. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:38 par Lay

Édifiant. Merci.

439. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:38 par lilou

la loi rien que la loi ? alors pourquoi trouver des excuses, des circonstances atténuantes à des truands ? pourquoi ne pas trouver ses mêmes excuses au bijoutier ? si la loi, la justice avait fait son job le bijoutier n’aurait pas été braquer !

440. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:40 par foue

remarquable article - les pays les plus armés (USA, Finlande) sont ceux qui déplorent le plus grand nombre de mort par arme à feu.
On peut expliquer et peut-être comprendre pour certains l’acte du Bijoutier, il n’en reste pas moins répréhensible - et l’approuver est la porte ouverte aux milices et à l’auto-défense.
Aucune société n’est parfaite, mais l’auto-défense n’est certainement pas l’indice d’une société en bonne santé.

441. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:48 par Eloy

@ Kraigg (434)
Très accessoirement, le travail forcé est prohibé par l’article 4, 2 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ainsi que par divers textes internes et internationaux de la France.
C’est pourquoi même les travaux d’intérêt général (TIG) ne peuvent être prononcés qu’avec l’accord du condamné. Accord obtenu puisque la peine peut être prononcée à la place de la peine d’emprisonnement (par exemple, article 131-8 CP).

442. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:48 par Christophe

Intéressant mais lorsque la République n’est plus en mesure de protéger ses concitoyens, que ses élus sont corrompus et que sa justice est partiale il devient bien difficile de faire la morale au peuple qui n’a plus confiance et qui choisit de se débrouiller pour assurer sa survie.
Le million et demi de personnes qui soutiennent ce bijoutier sur facebook n’est pas un fantasme de dégénérés extrémistes mais le cri du coeur de citoyens qui sont abandonnés par un état déconnecté des réalités qui ne répond plus à ses missions premières.
Au delà des l’aspect juridique que je ne me permettrais pas de critiquer, le reste de l’article est purement spéculatif : personne ne peut dire quel sera la réaction des futurs braqueurs en considérant cet acte d’auto-défense. Personnellement, je ferai marche arrière, contrairement à ce que vous dites.
Dans tous les cas, il y a les faits, le quotidien, difficile pour tout le monde (y compris sans aucun doute pour le braqueur mort) et les gesticulations d’un Etat et d’une justice à bout de souffle, incapables d’assurer leurs missions régaliennes, dans le déni et le mépris le plus total des souffrances du peuple.

443. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:48 par mk

Légitime défense ou pas (et il n’y avait manifestement pas légitime défense), IL Y EN A RAS LE BOL de la délinquance !!
Ce monsieur a, malgré lui, exprimé la colère de millions de Français qui n’en peuvent plus de notre système de lois inefficace.
La mort reste pour certains la seule solution et s’il n’avait pas cherché à cambrioler cette bijouterie il serait toujours en vie pour élever son gamin.
Une bien triste affaire pour ce bijoutier…

444. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:51 par mk

Légitime défense ou pas (et il n’y avait manifestement pas légitime défense), IL Y EN A RAS LE BOL de la délinquance !!
Ce monsieur a, malgré lui, exprimé la colère de millions de Français qui n’en peuvent plus de notre système de lois inefficace.
La mort reste pour certains la seule solution et s’il n’avait pas cherché à cambrioler cette bijouterie il serait toujours en vie pour élever son gamin.
Une bien triste affaire pour ce bijoutier…

445. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:52 par mk

Légitime défense ou pas (et il n’y avait manifestement pas légitime défense), IL Y EN A RAS LE BOL de la délinquance !!
Ce monsieur a, malgré lui, exprimé la colère de millions de Français qui n’en peuvent plus de notre système de lois inefficace.
La mort reste pour certains la seule solution et s’il n’avait pas cherché à cambrioler cette bijouterie il serait toujours en vie pour élever son gamin.
Une bien triste affaire pour ce bijoutier…

446. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:55 par Eric

Lorsque les avocats et les magistrats poursuivent le même but : exonérer les criminels et punir les victimes au nom d’une philosophie soixante huitarde déliquescente, c’est vraiment la fin de la civilisation. Un délinquant prend le risque de faire son “métier” et il en paye le conséquences. Quant aux familles de délinquants, il fut un temps où elles baissaient la tête, se cachaient et avaient honte de leur progéniture. Voilà qu’elle sont héroïsées et la ramènent ? A la place du bijoutier, j’aurais fait exactement la même chose, à ceci près que je pense que je n’aurais pas raté la seconde racaille.

447. Le mardi 17 septembre 2013 à 13:56 par jpp

Je vous remercie de votre rigueur et de votre raison qui permettent d’y voir plus clair dans ce déchainement de glapissements qui me font douter de la raison de mes congénères. “A bove ante, a asino retro, a stulto undique caveto” Cela se vérifie encore une fois de plus. Moi qui ai l’expérience du combat, je pense que transformer les rues en Farwest n’est pas excusable. Il n’y a pas plus d’excuses a ce geste qu’a celui de l’automobiliste qui se bat avec un autre pour une queue de poisson. Merci encore pour votre raison

448. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:00 par London4real

Justement Maitre Eolas, c’est pour toutes les raisons enoncees que je soutiens le bijoutier de nice. Et pour ma part, “soutien au bijoutier de nice” veut dire soutien a une personne, un individu qui aujourd’hui traverse un moment extremement difficile a cause de l’inaction des pouvoirs publics. Soutenir l’individu ne veut pas dire soutenir son acte, quand mon frere a loupe ses concours parce qu’il n’avait pas asse bosse je l’ai soutenu, cela ne veut pas dire que j’ai soutenu le fait qu’il n’avait pas bosse.

En revanche je suis d’accord sur le fait que cette page facebook est devenue un defouloir, c’est une honte.

Bien a vous et merci pour cet article interessant.

449. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:00 par Arnaud

Je vous remercie vivement pour ce texte qui me permet d’avoir un regard beaucoup plus objectif sur cette histoire.
Je ne blâme pas le bijoutier mais ne me réjouis pas de la mort d’un braqueur, même s’il est une terreur du quartier.

450. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:00 par Arnaud

Je vous remercie vivement pour ce texte qui me permet d’avoir un regard beaucoup plus objectif sur cette histoire.
Je ne blâme pas le bijoutier mais ne me réjouis pas de la mort d’un braqueur, même s’il est une terreur du quartier.

451. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:00 par Arnaud

Je vous remercie vivement pour ce texte qui me permet d’avoir un regard beaucoup plus objectif sur cette histoire.
Je ne blâme pas le bijoutier mais ne me réjouis pas de la mort d’un braqueur, même s’il est une terreur du quartier.

452. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:03 par foue

sur le sujet “vous auriez fait quoi à sa place”, je n’ai heureusement aucune expérience de ce type, je n’ai qu’une expérience, déjà malheureuse de harcèlement moral pendant des années par une femme dont je suis séparé, que nos 2 filles ne veulent plus voir, et que la grande a même porté plainte contre elle pour violence (une fois que nous étions séparés).

Avant notre séparation, une fois, je l’ai giflé et la justice m’a donné tort (sans suite). Ce geste est regrettable, très facilement explicable, mais si je peux péter modérément les plombs dans de telles circonstances, que se passerait-il en face d’un nième braquage.

Je ne sais pas, je sais simplement qu’il vaut mieux ne pas être soumis à la tentation de tirer, et donc ne pas avoir d’arme pour éviter de réagir et de regretter les conséquences après.

453. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:03 par lambertine

Mais personne n’a dit que ce gamin aurait été un “père de famille formidable”. D’abord, parce qu’on n’en sait rien. Ensuite, parce que c’est assez difficile d’être un père de famille “formidable” quand on est derrière les barreaux (ce qui ne veut pas dire que certains n’y arrivent pas). Et s’il avait été pris (ce qui aurait probablement été le cas. Les flics ne sont pas stupides, écouler de l’or volé n’est pas si simple et un casse de bijouterie est rarement traité à la légère), il aurait fini derrière les barreaux, et pour plusieurs années. Dire le contraire, c’est amplifier le sentiment d’insécurité, la méfiance vis à vis de la Justice, et pousser les gens à l’autodéfense. C’est tout bonnement criminel (au sens large, pas au sens juridique).

454. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:05 par oz

il est vrai que ce n ‘est pas bien de tirer le lapin sans la carte cynegetique. C’est du braconnage.

455. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:09 par atanase

Pourquoi “les gens” sont ils imperméable à la logique (ne faisons pas appel au bon sens car visiblement je n’ai pas le même que celui décrit dans l’article).
A la vue de certains commentaires, je me dis que je suis bien content de ne pas être prof. Devoir se retenir de dire “mais tu es vraiment trop bête, as tu seulement lu ce dont il s’agit. C’est quand même clair, ou tu le fait exprès d’être stupide. C’est quoi que tu comprends pas dans il est interdit de …”

Je parle à mon cheval car les hommes sont trop bêtes.

456. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:10 par Allo

C’est un peu agacant de voir comment les personnes likant la fameuse page sont catégorisées. La loi doit etre appliquée bien entendu mais le soutien massif doit etre egalement mis en rapport avec le contexte actuel et la situation de notre pays. Lois non appliquées, multirecidivisme, insecurité grandissante et laxisme consternant de nos gouvernements successifs en la matiere. N’est-ce pas voulu?
On parle un peu trop de droit et da justice sur cette affaire, il faudrait retirer un peu les oeilleres et se focaliser sur les raisons profondes de cette reaction populaire.
Je me moque de savoir si mon petit like est recuperé ou non par des personnes malveillantes, je fais juste partie des gens qui en ont ras le bol d’etre gouvernés par des marionnettes se moquant des reels problemes de la france.

457. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:10 par Dony69

pour moi aujourd’hui deux vies sont brisés et cela n’aurait jamais du arrivé mais aujourd’hui rien n’est fait contre ces jeunes qui agressent qui volent en toute impunité et qui finissent par ne plus savoir ou sont les limites et il en est de meme pour ceux qui se font agrésser, eux ne voient pas ou cela va s’arreter et se retrouvent bien seul face a cette violence.
J’espere sincerement que cet acte va faire reflechir nos polititiens sur le fait que des sanctions doivent etre prises des le plus jeune age pour des actes de vols ou de violence et arrete ce laxisme.
Oui cet homme n’est pas un heros et doit etre jugé mais que son geste fasse reflechir sur l’etat de notre justice aujourd’hui et que des actions soient mises en place pour que nos concitoyens ne se sentent plus abandonner et ne se laisse guider par la haine

458. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:13 par tubalcain131

La législation s’est depuis longtemps écartée de la morale, et cela par une démarche construite et en pleine conscience des répercussions à en attendre à long terme.

Il n’y a donc nulle raison de s’étonner de percevoir un ras le bol lorsque l’application de la loi montre une direction opposée à la morale, et lorsque la doctrine politique tente d’accentuer ce déséquilibre.

Il me semble très logique que se répande un sentiment de totale inutilité du contrat social.

Je sais bien qua la notion de morale fait ricaner et alimente le mur des cons, mais elle est néanmoins le pilier le plus universel qui soit. Pourquoi la bafouer, lorsque le résultat de ce déni systématique est aussi désolant?

Maître machin (lorsque je prononce ce titre de “maître”, je ne peux m’empêcher de repenser à Diderot: “la gravité fait le bonheur des imbéciles”), au lieu de lancer un “appel à la raison” qui ressemble dans l’esprit du plus grand nombre à un appel à accepter le droit des délinquants au détriment de celui des victimes, menez donc une réflexion plus longue sur l’évolution de la notion de morale dans les procédures pénales. Nul doute que cela serait un moyen d’apaisement très fédérateur.

Histoire de détendre un peu l’atmosphère, n’insistez pas trop lourdement sur la détention illégale d’un 7,65 (pistolet de grand père s’il en est), lorsque le braquage a été commis avec un fusil à pompe, dont j’ai du mal à imaginer qu’il ait pu être détenu autrement qu’illégalement lui aussi…

459. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:14 par Aenarion

@Lilou

Je ne me rappel pas que le rôle de la justice fut un jour de protéger le citoyen, mais plutôt celle de la police…

La justice n’intervient qu’après, quand un délit ou un crime a été commis, pas avant.

460. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:17 par Adrien

Note : Malgré le ton de mon commentaire, je ne prône pas la loi du Far West. Bien qu’à vôtre contraire présent, je ne prône pas notre Loi dans son état actuel.

Dans le pire des cas, si la loi avait été respectée, son père, arrêté, aurait été condamné à 15, peut-être 30 ans de réclusion. Avec des possibilités de libération anticipée, mais dans tous les cas, il aurait connu son enfant, à qui il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales.

Well… Là, il faut réussir à le prouver pour exploiter cet argument. Je suis, par contre, partiellement en accord avec la deuxième phrase. Mais il reste toujours la possibilité que ce soit faux…

Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui.

Ce n’est pas écrit. Peut-être avez vous raison et l’homme agissait par nécessité désespérée, mais peut-être le faisait-il parce qu’il aimait ça. Potentiellement les deux.

Son avocat pourra tenter d’obtenir un acquittement même si la légitime défense ne tient pas vraiment, c’est une tactique possible, mais dangereuse, elle peut provoquer une réaction de sévérité.

Intéressant. La sanction changerait alors que les charges sont les mêmes ? Où est passé le légaliste décrit bien plus tôt dans l’article ?

Ça peut chiffrer, car il y a bien des postes de préjudice. La perte de revenus, le préjudice moral,et j’en passe.

Ça, par contre, ça m’a fait rire. La perte de quels revenus exactement ? Mettons qu’il n’était, vraisemblablement, plus étudiant et avait potentiellement un emploi, ce à quoi je crois peu mais reste possible, compte-t-on la rente des braquages dans les revenus ? (Question pas sérieuse, évidemment).

De même, l’homme étant sensé finir en prison pour les délits commis, et s’il était toujours parmi nous, de quels revenus parle-t-on ? De ceux qu’il aurait perçu s’il avait fini par se ranger et qu’il n’avait jamais été pris pour les délits commis ?

Exposer la situation avec objectivité, je suis pour. Commencer à moraliser les gens, c’est dangereux. Vous devriez faire attention. L’article était excellent jusqu’à ce passage.

461. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:17 par Waouh !

456 : “On parle un peu trop de droit et da justice sur cette affaire”
Waouh ! Dites, j’ai le droit de l’encadrer celle-là ?

462. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:18 par SOCRATE08

Bonjour,
Que cet article fait du bien, je suis content de savoir qu’il existe encore des gens doués de raison dans ce monde de brutes
peu importe ces pseudo centaines de millier de “liker” sur facebook d’ailleurs plus virtuels que réels, on peut avoir raison seul contre tous
et je rappelle Lavoisier “la liberté opprime et la loi protège”
et enfin on fait désormais de très beaux bijoux fantaisie pas chers
bravo pour votre article

463. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:19 par Barnumh

@jpp, ouvrez les yeux, c’est déjà le Farwest avec des quartiers de non droits. Et à l’avenir ça ne va que s’aggraver. C’est la différence d’appréciation entre ceux qui y vivent et ceux qui n’ont rien à craindre, ni pour eux, ni pour leurs biens. C’est comme en politique: loin des yeux, loin du coeur. Bonne fin de journée.

464. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:20 par Pauline

@207 RG Pour répondre à votre commentaire-foutage-de-tronche : C’est bien pour ça que je précise “selon les médias”… je n’ai jamais dit que les médias étaient une source sûre et c’est bien pour ça que j’écris tout au conditionnel.

465. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:21 par sanduleak

Bonjour,
une phrase m’a perturbé dans votre billet.

Les magistrats sont en charge d’appliquer la loi, telle qu’elle est votée et en vigueur au moment des faits.

Il me semblait que justement le problème de la loi, c’est que les magistrat devait appliquer la loi au moment du jugement et non celle au moment des faits. Et c’est ainsi que quelques affaires sont parties à la poubelle parce que la loi avait changé entre temps.
Aurais-je mal compris ?

466. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:23 par horowitz

Enfin un message clair, précis, circonstancié, loin des réactions viscérales et démagos.
Merci

467. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:23 par horowitz

Enfin un message clair, précis, circonstancié, loin des réactions viscérales et démagos.
Merci

468. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:23 par horowitz

Enfin un message clair, précis, circonstancié, loin des réactions viscérales et démagos.
Merci

469. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:24 par Allo

461 : oui allez-y! Vous contribuez parfaitement au jeu inutile des querelles entre opposants et partisans sans saisir le sens des choses. “Diviser pour mieux regner” tel est la devise ;)
Vous allez accrochez le cadre dans vos WC j’espere xD

470. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:29 par fab

Sans dire que je suis pour ce qu’a fait le Bijoutier voici une conférence sur la légitime défense qui est très intéressante. je ne suis pas pour une lois du Far West mais nous n’étions pas à sa place lorsque ça c’est passé, nous n’étions pas dans son état de terreur qui lui a fait perdre les pédales et de les poursuivre pour faire ce qu’il a fait. Il ne se serait jamais trouver dans cet état s’il n’avait pas eu peur pour ça vie et ne savait probablement pas que les agresseur n’avait pas de vrai armes. Je répondrai donc a tous ceux qui jette la pierre au bijoutier que s’ils n’ont jamais été eux même agressé, qu’ils n’ont jamais ressentie cette peur qui affecte votre jugement et qui ne s’arrête pas seulement à l’instant T de l’agression, alors effectivement ils ne peuvent comprendre que la victime est encore le bijoutier qui risque la prison parce que 2 jeunes con l’ont pillé, menacé et amené a faire un geste irrationnel.

http://youtu.be/h0l1EYgeH8M

471. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:46 par anon

Bonjour,
N’ayant que 26 ans et n’étant pas juriste il m’est difficile de commenter la partie juridique de votre article, mais force est de constater que je ne suis point d’accord avec le préjudice moral mis en avant dans vos lignes.
À titre personnel, je ne suis pas fortuné, aucun de moi ou mes parents proches n’avons de déclarations annuelles à 6 chiffres, et pourtant mon domicile ( et par extension celui de mes parents) depuis mon quart de siècle a été cambriolé 17 fois.
Noté le 17 fois, dont la moitié en journée, en Rhône-Alpes et même pas en banlieue; Une fois avec l’abatage d’un mur deux journées successives pour rentrer, discret ( à la masse en soirée en rue piétonne).
Ce qui a conduit à exactement 0 arrestation.
Je me définirai foncièrement apolitique, donc n’y voyez pas quelques mouvances politiques de récupération.
Mais force est de constaté , avec un ratio assez simplet finalement , qu’à 67 ans si cette personne a eu un peu près autant de chance ou de malchance que moi et par extension mes parents, il compterait certainement une cinquantaine de larcins à son encontre. Je peux alors que difficilement le condamné, même si son geste reste terrible, il est en effet toujours regrettable la perte d’une vie humaine.
Les raisons sont assez simples, des noëls sans cadeaux des parents qui travaille plus de 70 h par semaines, moi qui étudie et qui aide après, la peur tous les jours, de se faire agresser, de se faire tirer dessus aussi, mais aussi de ne pas être capable de rembourser les emprunts , de se retrouver sans domicile aussi.
Vous allez me dire les assurances : même si les assurances couvrent en partie les sinistres, il faut compter environ 50% de pertes en frais, dévalorisation, cout de remplacement, parfois sans avance de trésorerie.
Je ne vais pas jouer les vendeuses d’allumettes, j’ai la chance d’être beaucoup moins dépendant des activités de ma famille,et d’avoir un salaire stable, mais je n’oublie pas, et si vous voulez parler de préjudice moral, il est tout aussi présent chez les victimes.
Alors certes le bijoutier n’est pas mort, mais à partir du moment où sa vie a été menacée, les jeux sont ouverts (il doit pensé à deux choses : et si mon fils avait été là et descendu dans la boutique;
est ce que je vais pouvoir continuer à nourrir ma famille)
J’ai bien compris que la loi est la loi, et j’éprouve de la tristesse pour son fils qui ne connaitra pas son père, mais la responsabilité de se préjudice ne revient - elle pas au père lui-même?
Tu joues, tu perds, tu portes plainte contre la banque, et la banque paie toute ta famille? J’ai peur que cela soit encore moins dissuasif pour un nombre grandissant de personnes au casier fortement chargé.
Sur cela, Maitre je vous remercie pour l’éclaircissement sur la loi, et je vous invite à prendre le point de vue, de gens qui sont aussi victimes, visitez un de vos commercent d’article moyen de gamme, chance est qu’il soit lui aussi serial victime.
cordialement

472. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:48 par eolassiste

https://www.facebook.com/soutien1la…

473. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:51 par Julien

@383

Là où je veux en venir, c’est qu’il n’a jamais pu être mis en évidence un lien de causalité entre une justice plus « ferme » avec emprisonnement massif et une baisse des homicides / agressions / vols en tout genre, sauf dans des cas extrêmes (c’est à dire, quand il n’y a absolument rien, c’est le bordel, et quand on a un état policier total, la délinquance prend d’autres formes).

La Norvège, par exemple, a un taux d’incarcération faible, ses prisons sont à des années lumières des nôtres (qui sont plus proches d’étables que d’autre chose), et pourtant, l’insécurité y est globalement beaucoup plus basse.

Autrement dit, à tous ceux qui réclament une justice plus ferme, des sanctions plus lourdes : vous vous trompez de solution. Réclamez plus de moyens pour la police, plus de moyens pour la réinsertion, et une société où il y a moins d’inégalités sociales : ça ce sont des solutions qui ont montré une certaine efficacité. L’enfermement massif dans des conditions indignes d’animaux, non.

474. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:52 par Jerou

en commettant un vol à main lourdement armée, ce jeune homme n’a certainement pas perdu son droit à la vie, mais a néanmoins consenti au risque de mourir…

475. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:54 par Pat

La loi est une chose, le fait concret qu’aujourd’hui la justice qui applique la loi ne protège pas l’intégrité physique des français en est une autre.

476. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:57 par Marc

Bonjour,

Merci pour ce billet qui remet les choses en place du point de vue de la loi.
Vous avez raison sur toute la ligne… et pourtant j’ai cliqué.

Pourquoi alors être d’accord avec vous ET soutenir cet homme ?
Ce n’est pas tant le geste qu’il importe de soutenir, c’est de demander à la justice une forme d’indulgence…
Certes… comment être indulgent envers un meurtrier (le terme assassin est semble t il a exclure car il n’a pas prémédité son geste… même si l’achat d’une arme non déclarée semble être une circonstance aggravante)

Le problème majeur ne repose pas fondamentalement entre les mains des Forces de l’Ordre (qui en ont assez d’interpeller des délinquants pour les retrouver dans la rue peu de temps ensuite), mais plutôt sur la table des juges.
Vous avez évoqué que les magistrats ne font qu’appliquer la loi, ce en quoi vous avez raison… jusqu’à un certain point. La France n’est pas un état de Droit, mais un état Jurisprudentiel, en d’autres termes, c’est l’interprétation d’une loi qui fait office de maître étalon.
Pour ma part, mon clic est un cri d’alarme… pour que l’on n’oublie pas les premières victimes (cf http://www.ledauphine.com/savoie/20…)…

Bref, notre cher bijoutier de 67 ans a tué un homme, en cela, il doit être jugé… mais de la même manière, l’Etat est responsable du fait de son manquement à sa toute première obligation… celle de protéger les biens et les personnes… l’Etat DOIT protéger sa population. Vaste programme… impossible à réaliser (c’est pourtant ce que l’Etat impose aux entreprises et à leurs Directions : l’obligation de résultat).
Alors au final, cette tragédie est plutôt le symbole d’un ras le bol général devant des comportements de plus en plus contestables (moralement ET légalement), les exemples se multiplient et l’impression d’avoir trois classes, l’une représentée par des élites intouchables, l’autre par des délinquants que l’on stigmatise ET que l’on surprotège avec un “oh les pauvres, le monde est injuste avec eux” et enfin la troisième classe, celle d’une écrasante majorité qui se fait allumer de tous les cotés, qui doit se laisser malmener et qui SAIT qu’aucune justice ne sera rendue (excusez moi, mais lorsqu’un délinquant a un dossier long comme le bras, c’est qu’il y a un échec quelque part… et le remettre en liberté n’est pas une solution, cela ressemble à une absolution).

Ainsi, la Justice doit-elle tenir compte de tous ces clics ? non… parce qu’elle se doit d’être Juste. Mais la Justice c’est aussi étudier un contexte, comprendre la société et faire remonter au Législateur toutes les informations utiles pour faire évoluer les lois.

Une chose par contre où je ne suis pas d’accord avec vous. Une loi peut avoir eu une raison d’être à une époque. Mais elle se doit de vivre, d’évoluer. Lorsqu’un contexte change, un texte n’est plus forcément applicable. Ainsi un ratio legis peut être amené à changer…

Enfin… ce n’est que mon petit point de vue,

Amicalement,

477. Le mardi 17 septembre 2013 à 14:59 par chevenementreviens

Cher monsieur ou maître si vous préférez,

Je commencerai par relever 2-3 maladresses ou coquilles dans votre tentative de pamphlet moralisateur de rappel à la loi. Par exemple, “…Ça peut chiffrer, car il y a bien des postes de préjudice. La perte de revenus, le préjudice moral, et j’en passe.” vous auriez pu commencer par passer “la perte de revenus” parce que cette maladresse là décrédibilise beaucoup toute votre démonstration brillante et rigoureuse.
De même le passage sur la perte du père du futur enfant à naître, je pense comme d’autres que cet enfant en retrouvera un certainement plus respectable sans trop de problèmes.

Il n’en reste pas moins que l’interprétation stricte des textes telle que vous l’exposez brillamment semble ne pas laisser place au doute, tout comme elle n’en laisse pas à la légitime défense pour ce bijoutier.
De même, lorsque vous invoquez l’histoire des lois et la construction de la civilisation sur ce mille feuilles si bien pensé par nos plus illustres ancêtres, vous êtes tout à fait convaincant.
Dommage cependant que vous n’évoquiez pas avec autant d’éloquence l’apport de la justice d’assises, avec la participation du “peuple” dans l’appréciation des crimes et délits. L’utilité de ces instances est peut-être justement de contre balancer un historique de lois et de jurisprudences qui ne prend pas en compte le contexte “humain” et sociétal du moment présent de la chose à juger.
Peut-être que vous n’appréciez pas cette justice d’en bas, devrai-je dire des non-initiés, mais je n’ose y croire.

Dites-vous que le buzz facebookien n’est autre que la version moderne de l’indignation populaire de l’opinion publique et/ou le reflet anticipé de l’empathie que pourra ressentir un juré au moment du jugement d’assise.
Si ce buzz peut provoquer une moindre condamnation dès le premier procès, peut-être aura-t-on gagné du temps cette fois-ci, et de l’argent en évitant d’aller jusqu’aux assises voire en cassation.
Ceci dit j’apprécie en général vos prises de position et je continuerai à le faire, mais là cette diatribe ne me semble ni appropriée, ni dans le bon timing.

Laisser retomber les passions aurait été de meilleur aloi, et vous auriez eu beau jeu d’écrire ce billet lors du procès du bijoutier.

Bien cordialement

478. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:04 par Gwennaëlle

Merci maitre d’avoir eu la gentillesse d’expliquer de manière relativement concise (pas simple avec “la loi”) claire et surtout pédagogique ce que beaucoup de tristes personnes ne comprennent pas.
J’ai eu l’occasion de parler avec un avocat une fois qui était de passage pour défendre son frère qui était accusé de viol. L’avait-il fait ou pas on s’en moque à ce stade de mon histoire, toujours est-il que j’ai partagé avec lui mon sentiment que le terme “justice” était un abus de langage et qu’on devrait lui préférer la notion de “règlement républicain”. Ceci serait beaucoup plus facile d’accès pour un plus grand nombre et ne générerait pas autant de passion concernant le sujet.

Ceci dit je pense en toute sincérité que vous êtes “à coté de la plaque”. Excellent juriste mais pauvre psychologue.

Le soucis que ce drame (pour la famille du jeune homme autant que pour celle du bijoutier) met en lumière est moins le problème d’inadéquation linguistique (légitime défense?) que le sentiment plus que justifié d’un gouffre entre la législation et les besoins de notre société contemporaine. Je vous renvoie aux exemples de “toutou” commentaire 357 qui pour moi sont un crève-coeur.

479. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:07 par zico

Personnellement je n’adhère pas vraiment à votre analyse. Je n’en veux pas aux juges qui ne font qu’appliquer la loi et c’est normal. Je n’excuse pas non plus le geste du bijoutier mais je le comprends fortement. Il est facile de prendre sa plume ou ses doigts pour taper derrière un clavier comme je le fais également.

Ce que je voudrais souligner d’abord, c’est qu’il est impossible de connaître la réaction d’une personne face à un fait divers tant qu’elle n’ y a pas été confronté voire même lorsqu’elle y a déjà été confronté. On s’est tous déjà dit que si un jour on se faisait braqué on réagirait de telle manière, mais c’est faux, surtout que tout ce passe très vite. c’est en ce sens que je comprends la réaction du bijoutier qui n’était pas dans son état normal.

Deuxièmement un apprenti braqueur qui sait qu’il risque fortement sa peau réfléchira à deux fois avant de commettre un tel délit et ça j’en suis convaincu. Ca ne changera rien pour les gros bandits mais pour les petits délinquants oui. Il faut que l’insécurité change de camp.

Ensuite les arguments sociaux ou familiaux me font bien rire. “Pauvre jeune homme il allait être papa et avait besoin d’argent pour subvenir aux besoins de sa famille”. Il avait qu’à se former et chercher du boulot comme tout le monde ou lui de se lancer dans cette voie dont il connaissait les risques. Il n’en était pas à son premier larcin en plus. Pauvre petit garçon qui ne connaîtra jamais son père : C’est peut-être un moindre mal et ça lui évitera sans doute de grandir dans un milieu malsain. De nos jours de nombreux enfants vivent sans leur père dans des familles monoparentales ou celui-ci s’est barré comme un lâche et ils ne s’en sortent pas trop mal pour la plupart. Et puis si c’est pour voir son père passer son temps en prison et s’apercevoir que c’est un râté, je ne sais pas ce qui est le mieux.

Après oui pour ce qui est de la loi et de son application, le bijoutier va certainement passer plusieurs années en prison pour son geste. Mais l’État n’est-il pas aussi responsable de ne pas être capable d’assurer la sécurité de ses citoyens et de ne pas doter les forces de l’ordre de moyens humains et législatifs compétents ??

480. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:11 par Jerome

Maître,

La question que personne ne se pose et que personne ne veut se poser de peur d’avoir a trouver une réponse est aussi et surtout :

” Pourquoi ce commerçant a-t-il fait ça ? “

Il faut bien être lucide et réaliste, et admettre que la population Française ne fait plus confiance au ” système “.

Les politiques ont bien pris soin de préserver leurs privilèges, et dans le même temps, ils ont privé de moyens la police, la justice et les centres pénitentiaires.

Mme Taubira semble plus préoccupée par le bien être des malfrats que par celui des victimes, et semble vouloir tout faire pour vider les prisons a défaut de les améliorer et de les faire changer en mieux (pour qu’elles ne soient plus des écoles du crime).

Dans ces conditions, malheureusement, l’issue logique de cet enchaînement de choix destructeurs ne peut que mener a une successions de drames, et ils ne feront que se multiplier.

Ce commerçant a tiré car il savait que la police ne l’a jamais protégé lors des précédentes agressions, qu’elle ne le protégerait pas lors des futures agressions, et que ces agresseurs reviendraient forcément un jour, car pour eux, ce bijoutier est ” une vache a lait ” qu’il suffit d’aller braquer dés que l’on à besoin d’un peu d’argent facile.

Ce commerçant a tué ce voleur, ce n’est pas bien, mais quand on est désespéré, on choisi des solutions désespérées.

Il est facile pour les magistrats de se retrancher derrière les textes de loi, et derrière des ” jurisprudences ” , mais ce que veut la population, ce n’est pas qu’on lui donne des leçons, ce qu’elle veut, c’est pouvoir vivre paisiblement sans se faire pourrir la vie par des racailles.

Si l’état ne remplit pas sa tâche, elle sera malheureusement remplie par d’autres, car la nature a horreur du vide.

Le premier responsable de ce drame, c’est d’abord l’état, pour deux raisons :

- Il a perdu la confiance de ce commerçant (et commence a perdre celle de la population)
- Il n’a pas empêché ce malfrat de nuire alors qu’il était bien connu des services de police

481. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:12 par RespectEtSecurite

Excusez moi, j’aimerai juste vous poser une question: La personne qui est malheureusement decedee suite au bracage a pense a la famille, aux enfants, a l’argent et aux concequences de son acte sur la sante mentale du bijoutier? Car braquer une bijouterie avec un fusil a pompe, c’est pour decorer?
Par ailleurs, ce braqueur malheureusement decede, a-t il pense a sa famille si il partait en prison? A-t il pense a son enfant qui naitera et grandira sans son pere car celui-ci est en prison? Quand cet enfant ira a l’ecole, que dira-t il quand on lui demandera ce que fait son pere? Il dira qu’il est en prison, car il a braque une bijouterie? Si ca se trouve, ce fameux pere aurait braque une autre bijouterie, et ce bracage aurait fini par la mort du bijoutier.. mais cela nous ne sauront jamais, et heureusement d’ailleurs.

C’est vrai que le bijoutier n’avait pas a lever l’arme contre son agresseur car il n’en a pas les droits, personne n’a le droit de tuer dans une societe civilisee ET il n’avait pas non plus le droit de se faire braquer pour la N-ieme fois. Il a le droit a la securite, car nous sommes en FRANCE, et c’est un droit et aussi un devoir ! L’etat doit a ses citoyens le fait d’etre protege.

Pour finir, ce que suggere votre paragraphe sur la peur des apprentis braqueurs, que suggerez-vous? En soit, pourquoi les mettres en prison? La lecon qu’ils retiendront, d’apres vous, c’est simplement de “ne pas se faire prendre”.
Dans une societe ou la peur reigne, ou la LOI DU PLUS FORT est de vigueur (car l’etat ne sait pas etre assez stricte pour punir ce genre de malfrat”, que suggerez-vous?

Je vous laisserai sur cette derniere question.

Ps: Excusez moi pour les accents/caracteres speciaux.

482. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:15 par Jean-Baptiste

Pourquoi ici certains disent “Cet homme allait avoir un enfant … personne ne pense à cet enfant … la vie de certains vaut plus que celle des autres…”

Cet homme de 19 ans n’a-t-il pas fait le choix de commettre un acte illégal pour acquérir l’argent directement dans les caisses d’un autre individu qui lui “travail” tous les jours pour gagner sa vie? N’a-t-il pas fait ce choix en sachant que sa compagne était enceinte?

Pourquoi devrions-nous prendre position pour l’avenir de cette famille qu’il a lui-même délibérément mit en danger? Le bijoutier lui, n’a pas planifié cette réplique? Il est clair qu’il n’a pas passé une semaine à courir après ce scooter pour finalement lui tirer dessus. Cet homme de 19 ans est responsable de ses choix il me semble. Des choix qui influent sur le cour de la vie de sa compagne et de son futur fils. Quelque soit l’issue de cette agression … les conséquences n’incombent pas au comportement du bijoutier mais bien à cette décision qu’un jour “il braquerait cette bijouterie” …

Quant au fait qu’un jour il aurait pu gagner un sous honnêtement dans sa vie… @Eolas en réponse à @13… Il a fallu 67 ans à ce bijoutier pour qu’il agisse de façon irresponsable … Il n’en a fallu que 19 pour qu’un autre finisse par payer le prix de toutes ses irresponsabilités puisque vous le mentionnez vous-même “a déjà été condamné pour des faits de vols, des violences et des infractions routières”

Quand il s’agit de fins tragiques ou inattendues … on trouve toujours des dizaines et des dizaines d’experts, de journalistes pour étudier, relater, déformer, amplifier les faits. Au cas où l’on pourrait quand même arriver à rejeter la responsabilité de la mort d’un agresseur sur la victime initiale de ladite agression. Dans le cas inverse, on reste dans le flou voire l’ignorance.

483. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:16 par Paulpop4

Le droit de défendre sa propriété privée est à mon sens un droit inaliénable et par conséquent le recourt à la force, même létale, me parait tout à fait justifiable et justifié. J’imagine que pour une âme comme la vôtre éprise d’une compassion étrange et malsaine pour les criminels de la pire espèce, cela peut paraitre difficile à comprendre.

Alors j’admets que Dura Lex Sed Lex. Si nous nous devons donc de la respecter mais cela ne veut pas dire pour autant qu’elle ne doit pas être changée. Aujourd’hui les textes français donnent la part belle aux malfrats avec un message clair : piller vos prochains à souhait, ces derniers n’ont pas le droit de se défendre de toute façon.

Par charité chrétienne, je passerai sur ce paragraphe écœurant de solidarité avec l’agresseur (vous avez, j’imagine, également pleuré les condamnés de Nuremberg) tant il se suffit à lui-même pour jeter la honte sur votre message.

484. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:19 par Fleur

Les commentaires ici sont tout aussi intéressants que ceux des soutiens sur FB. Le petit monde du droit s’horrifie des réactions du peuple, qui s’identifie à ce commerçant de 67 ans (un âge où peu de gens continuent à travailler) que les premiers veulent expédier en prison pour 30 années. En revanche, le braqueur est humanisé (oh, il avait des enfants, il était “si gentil”, il a “été élevé dans le respect de la justice”, dit sa soeur). On oublierait presque ses dizaines de condamnation… Si la justice le condamne, il faudra changer la loi. Elargir les conditions de la légitime défense, et autoriser les commerçants à s’armer et s’autodéfendre. Et le Président Hollande devrait utiliser son pouvoir pour le grâcier, et ainsi éviter que ce soient les braves gens, professions libérales, qui indemnisent les crapules.

485. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:19 par Benjamin

Bonjour,

Votre raisonnement est parfaitement sensé, je suis complétement d’accord sur le fond. Nous devons préserver notre système judiciaire souverain, pour la sécurité de tous.

Il ne tient malheureusement pas compte de la passion, la passion de quelqu’un qui a déjà été agressé plusieurs fois dans l’exercice de son travail, la passion d’un honnête homme au casier judiciaire parfaitement vierge. Si la réaction me parait également parfaitement disproportionnée, peut être pouvons nous la comprendre en partie.

La justice ne peut fonctionner que dans un climat de confiance.

486. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:22 par Robertos

C’est dommage qu’il n’a pas descendu aussi l’autre complice !
….et à bon entendeur, salut !

487. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:22 par Hélène

Tout d’abord, Maître, merci…
Saine lecture qui permet de remettre quelques pendules à l’heure que je me suis empressée de partager sur les réseaux sociaux….
Si seulement les “likeurs” se donnaient la peine et le temps de vous lire… l’espoir, toujours l’espoir… je continue de préférer parier sur l’intelligence, alors je partage…
Encore merci

488. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:33 par Ogre

Hop, hop, en passant par là… :)

La misère est telle que le pardon n’existe plus ; qu’essayer de rendre la complexité du contexte devient insupportable et doit se résumer au principe du clic de la souris et du clic de l’arme : telle est le nouveau droit qui fera la loi comme le marteau, autrefois, faisait la croix. Droite est notre ligne. Le monde des idées au logis où chacun devient son propre état d’esprit se transforme en cris d’aveugles. Les sycophantes de la chose du clic rendent fiers les livres d’avoir suggérer le langage binaire à qui de droit.

489. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:43 par jeanne-nine

Votre analyse me semble être bien plus objective que l’ensemble des choses que l’on entend aujourd’hui. Merci

490. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:49 par bernardd59

Merci pour l’analyse. La plaidoirie imaginaire de la défense du braqueur retient l’attention mais cela reste un exercice de style que la majorité des lecteurs de ce billet ne suivra pas. Aucun capital de sympathie pour ce petit voyou de la part de gens qui se sont peut-être plus à admirer un Mesrine…
Personnellement, j’ai immédiatement fait la relation avec l’affaire du bijoutier de Cambrai tué par un jeune braqueur en 2011. Situation inverse en quelque sorte…Les coupables ont été arrêtés et jugés puis la veuve qui a repris le commerce a de nouveau été braquée en juin 2013…Depuis elle emploie un vigile…C’est bien aussi de se mettre à sa place :
http://www.rtl.fr/actualites/info/a…
Et pour le dessert, cette abracadabrante affaire où il n’y eu pas mort d’homme, mais qui montre la difficulté du parcours.

491. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:54 par hcrepin

Cher maître,

Je ne voudrais pas vous manquer de respect même si j’ai peu de respect pour les avocats qui confondent trop souvent éthique et inocenter à tout prix des coupables au lieu de éthique et défendre un justiciable (je n’ai jamais compris qu’un avocat soit autorisé à user des ficelles du Droit pour faire innocenter un coupable manifeste mais il est vrai qu’il est tellement plus rémunérateur d’innocenter des coupables que de défendre des victimes).
Mais pour m’y connaître un peu en agresssion, si j’étais son avocat et avait deux sous d’imagination, je prétendrais (à tort ou à raison) que le bijoutier aurait eu peur qu’ils rerentrent pour prendre la suite et que c’est son usage d’une arme qui les auraient mis en fuite (d’autant que les braqueurs n’avaient pas l’air d’être des flèches).
Je ne dis pas que cela tient parfaitement la route mais sur le plan de la psychologie de la victime, oui (une victime craint toujours que son agresseur fasse demi-tour ou revienne) et d’autre part, il pourrait avoir entendu quelque chose le lui laissant penser et donc commis cet acte sous la panique et pour qu’ils partent définitivement ou ne représentent plus un danger.

J’ajouterais que la victime/coupable (les actes étant définis) est d’origine Libanaise et est susceptible de souffrir de traumatismes de guerre, les choses sont donc plus compliquées que prévues aussi.

J’ajouterais qu’un homme de 67 ans qui vient de subir cela, trouvant le temps de se ruer sur une arme, se glisser sous le volet et manifestement abattre à bout portant un des braqueurs encore présents devant le volet, cela ne plaide pas non plus pour attester que les malfrats en avaient fini.

Je comprends le droit mais il faudrait aussi l’aligner sur la justice et pas en arriver à des montages kafkäïens.

Toute la difficiculté sera de combiner clémence pour un homme âgé et secoué avec éviter une jurisprudence qui peut dégénérer.

À noter aussi que les remarques des proches de ces jeunes ont été édifiantes quand à leur banalisation des comportements déviants et dangereux, la réponse devra donc être également pédagogique et la justice également d’expliquer comment un tel multi-récidiviste était en liberté ce qui n’est pas non plus des plus logiques alors qu’il aurait dû encore être sous surveillance, il semblerait que la victime braqueuse avait plannifié son attaque alors qu’il portait encore son bracelet électronique ceci posant de légitimes questions quant à la qualité de son suivi.

Donc, non, légalement et éthiquement, votre vision est encore largement trop étroite et devrait même aller jusqu’à son avocat qui n’a travaillé qu’à une chose: raccourcir et alléger la peine de son client et pas arriver à une solution qui aurait sorti ce jeune de la délinquance.

La caste des avocats et son arrogance irresponsable à se contenter d’innocenter ou d’alléger les peines est également responsable dans ce drame en ayant participé à une peine inappropriée pour ce jeune et à sa libération manifestement anticipée.

Je sais que je vais vous choquer mais le droit de chacun à être défendu n’est pas un droit à un coupable d’être innocenté et les avocats sont dressés à la facilité et à être partie du problème de droit actuel en n’agissant pas en personnes morales et responsables mais il est vrai que les intérêts financiers et de position de votre caste sont tels que l’on comprend bien que l’intérêt des avocats est même incompatible de l’intérêt de la justice à commencer par le fait qu’avocats et magistrats ayant fait leurs études dans les mêmes écoles, les collusions les plus discutables sont possibles et que derrière des robes, il n’y a que des hommes au sentiment de supériorité morale et intellectuelle plus que discutable vu la qualité des textes qu’ils ont accepté de manipuler ainsi que la déshumanisation de leurs discours et attitudes.

492. Le mardi 17 septembre 2013 à 15:59 par Cha

Comme beaucoup, je vous remercie pour cette passionnante lecture.
Mais comme beaucoup, je suis perplexe à la lecture du passage sur les proches du braqueur. Que doit-on en déduire : si le braqueur avait été un orphelin célibataire sans enfants et sans fratrie, c’était moins grave ? Et s’il avait eu 4 enfants, c’était plus grave ? Pourtant, dans les deux cas le bijoutier aurait fait exactement la même chose, pour reprendre vos propos… Je comprends votre souci d’humaniser la victime, de souligner toutes les conséquences d’un meurtre et de montrer ce qu’il y a d’absurde et d’indécent à se réjouir de la mort de quelqu’un. Mais tel que vous l’avez formulé, je trouve que c’est un peu glisser vers l’appréciation personnelle, à la manière de ceux qui disent “moi je préfère soutenir un brave travailleur plutôt qu’une racaille”… Là n’est pas le sujet, le sujet c’est tout ce que vous expliquez dans le reste de votre excellent article.

493. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:03 par armif

@ 485

… la passion d’un honnête homme au casier judiciaire parfaitement vierge.

Avoir un casier vierge n’est pas synonyme d’être honnête :D .

Pour moi un type qui se procure illégalement une arme (là de de poing) hors cadre n’est déjà plus un honnête homme,

494. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:04 par Jules

Monsieur,
Facebook comme tout lieu ouvert à la discussion publique entraine irrémédiablement des dérapages verbaux et extrémistes. Toutefois, il est encore plus dangereux, notamment pour un homme de loi qui sait ce qu’est un débat publique, de penser que toutes les personnes qui ont “liké” considèrent qu’il y a légitime défense et que ce qui s’est passé est merveilleux!! Le problème est que vous considérez le bijoutier comme coupable et que beaucoup, dont moi-même, le considèrent comme victime. Victime d’un 3ème braquage( celui de trop…), d’un nouveau traumatisme ( je pense que tout homme craint pour sa vie lorsqu’on lui exhibe une arme sous le nez en le menaçant…) mais surtout victime d’un système judiciaire hyper laxyste qui donne un sentiment d’impunité aux petits voyous en puissance…Alors c’est merveilleux car vous nous donnez un cour magistral sur le code pénal en nous expliquant qu’il y a des textes qui ont été votés et qui sont là pour être appliqués. Eh bien figurez vous que c’est exactement ce que demandent les français. Tout le monde comprend qu’une personne puisse profiter de la clémence d’un juge( sursis, peine raccourcie par rapport à ce qui est inscrit dans la loi comme peine maximale encourue) lorsqu’il s’agit de son premier pas dans l’illégalité Mais pas lorsque c’est la 2ème, 3ème, énième fois…En cas de récidive appliquez la peine maximale encourue que le message soit fort! Les avocats du garçon ont soit disant défendu ses intérêts lors de ses 14 passages au tribunal si bien qu’il en est mort malheureusement car il avait ce sentiment d’impunité qu’ont tous ces jeunes récidivistes. Cette histoire est triste car un jeune que personne n’aura cherché à vraiment remettre dans le droit chemin a braqué un homme usé ayant le sentiment qu’aucune justice n’était appliquée dans ce pays … le résultat en est un mort et un homme qui sera sans doute condamné et voit sa vie foutue après une vie de labeur. Dans les 2 cas 2 familles sont ravagées…Avec tout le respect que je vous dois, je ne suis pas sûr qu’un membre du barreau soit le mieux placé pour donner des leçons dans cette histoire…

495. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:04 par Jean Charles De La Ville

En effet, le droit est une “science”. Humaine, cependant. Qui doit prendre en compte les comportements humains : l’instinct, la passion, les émotions, l’énervement face à une agression… Avez-vous déjà subit une agression sévère Maître ? Un film à ce sujet que je vous conseil de regarder : Before The Devil Knows You’re Dead.

Bisous.

496. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:05 par 6clope

Il y a la loi OK, il faut la suivre et donc dans ce cas subir les conséquences de ses actes OK.

Mais sommes nous tous obligé d’être d’accord avec toutes les lois ?
Avons nous le droits de penser autrement que les “bien-pensants” et de “liker” ce qui nous semble juste ?

Je ne cautionne pas le geste du bijoutier, mais je le comprend.
Je comprend qu’après une nouvelle attaque physique et psychologique, il ai pensé un instant pouvoir récupérer ce qu’il lui appartient.
De la peur mêlé à de la colère sans doute, a sans doute mené cet homme à faire ce geste de désespoir.
Mérite t-il pour autant, lui qui n’a rien demandé et qui a cru sans doute mourir, de passer ce qu’il lui reste à vivre sous les barreaux ?

Non le jeune ne méritait pas de mourir et non le bijoutier ne mérite pas de passer des années en prison.

497. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:07 par Ezol

Bonjour,

Rien à dire sur le billet, il est clair et , en grande partie, factuel (hormis la partie sur l’enfant de la victime).

Au risque d’être hors sujet, ma crainte ne porte pas sur le verdict, mais sur les conséquences de ce verdict.
Nous avons tous vu la “récupération” politique et médiatique de ce drame, et, à n’en pas douter, le verdict sera aussi récupèré à des fins douteuses, car si :

-L’accusé est considéré coupable d’homicide, attendons-nous à entendre de nombreux discours caustiques à l’encontre de la justice. On nous dira qu’il n’y a plus de justice, que c’est une justice protégeant les voyous, que ce bijoutier a été doublement victime, de ce jeune braqueur et de la justice… (et autres joyeusetés du genre). Ce verdict fera le beurre de certains partis politiques (plus ou moins haineux), et on nous demandera de voter pour “telle personne dans tel parti” car ce “messie” changera les lois, protégera les victimes et punira “sévérement” les coupables de crime. Une récupération politique classique.

-L’accusé est innocenté. On (non inclusif, merci) considérera ce vieil homme comme un héros, et on ouvrira une porte que l’on ne pourra plus refermer, “laquelle” me direz-vous? Celle qui dit : “Si on vous agresse, vous êtes en droit de tuer vos agresseurs”. Les conséquences de ce verdict seront une escalade de la violence, car les braqueurs ne prendront sûrement plus le risque de laisser leur victime en vie, et tous les commerçants feront l’acquisition d’une arme car “apparemment” ils sont en droit de tirer sur leurs braqueurs. Et quand vous entendrez parler d’un braquage, vous demanderez “naturellement” et “sans émotion” le nombre de morts.Quelle sera la prochaine étape?

Voilà ma première inquiétude.

En ce qui concerne cette affaire, je trouve malheureux qu’un jeune de 19 ans soit amené à commettre un braquage, surtout par nécessité pour son futur enfant, et qu’il soit tué alors qu’il était en train de “fuir” (oui c’est important, il fuyait). Ce bijoutier a sûrement réagi sous le coup d’émotions fortes suite à son agression, mais les faits sont là, l’agresseur et son complice étaient en fuite quand le bijoutier leur a tiré dessus. A ce moment précis, quel était le danger pour lui ou pour autrui? Le seul danger que je vois, à ce moment précis, se trouve être le bijoutier armé.

Comme le souligne Maître Eolas, s’il y avait eu un dommage collatéral quand il a tiré sur ses agresseurs en fuite, beaucoup de “défendeurs haineux pro-bijoutier” seraient bien silencieux à ce jour, et il y avait un risque non négligeable de toucher des personnes innocentes lors des “trois tirs”, son acte est répréhensible, sans compter le fait qu’il ne possédait pas légalement cette arme.

Je pense que mon opinion est relativement transparente sur cette affaire, mais je veux que la loi soit appliquée. Je comprends la colère de ce bijoutier, non l’acte.

Pour finir, on peut tout dire. On peut blâmer l’éducation des parents, le parcours chaotique de ce jeune garçon, ces mauvais choix,…mais de ma fenêtre, il a commis un crime : un braquage, et sa victime est devenu bourreau, et ce bourreau a commis un crime plus grave : un homicide. Volontaire ou involontaire, laissons la justice en décider.

Quoiqu’il en soit, il n’y aura pas de fin heureuse, et j’en suis le premier attristé.

498. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:11 par olivrak

Merci pour ces éclaircissements, très rélvélateur de l’état du droit en France.

Votre démonstration est excellente, mais a le défaut de se limiter au droit, et non à la justice.

La responsabilité d’un Etat est, entre autres responsabilités “régaliennes”, la protection des biens et des personnes. Hors la hausse de la criminalité, tant en quantité qu’en intensité, a conduit l’Etat a abandonner, des quartiers, a faire preuve de mansuétude voire d’un laxisme proprement criminel, tout cela de façon légale, à coup de lois et de directives.

Le point est donc le suivant : Il exite un écart, dont la croissance est exponentiel, un vrai divorce, qui peut finir en drame, entre les “élites” politiques tenues à un discours politiquement correct, un système judiciaire, souvent dépassé et très souvent ideologiquement marqué à Gauche, plus prompt à chercher des réinsertions impossibles qu’à protéger leurs concitoyens, et une population exaspérée de la montée de force de la violence et par les sanctions ridicules imposées à des criminels archi récidivistesµ.
Ce n’est pas parceque la loi dit quelquechose qu’elle a raison sur le fond. Il faut durcir les lois et être implacable dans leur exécution, ou bien à terme, il faut s’attendre à de nombreux cas comme ceux ci (d’ailleurs en forte augmentation).

499. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:11 par olivrak

Merci pour ces éclaircissements, très rélvélateur de l’état du droit en France.

Votre démonstration est excellente, mais a le défaut de se limiter au droit, et non à la justice.

La responsabilité d’un Etat est, entre autres responsabilités “régaliennes”, la protection des biens et des personnes. Hors la hausse de la criminalité, tant en quantité qu’en intensité, a conduit l’Etat a abandonner, des quartiers, a faire preuve de mansuétude voire d’un laxisme proprement criminel, tout cela de façon légale, à coup de lois et de directives.

Le point est donc le suivant : Il exite un écart, dont la croissance est exponentiel, un vrai divorce, qui peut finir en drame, entre les “élites” politiques tenues à un discours politiquement correct, un système judiciaire, souvent dépassé et très souvent ideologiquement marqué à Gauche, plus prompt à chercher des réinsertions impossibles qu’à protéger leurs concitoyens, et une population exaspérée de la montée de force de la violence et par les sanctions ridicules imposées à des criminels archi récidivistesµ.
Ce n’est pas parceque la loi dit quelquechose qu’elle a raison sur le fond. Il faut durcir les lois et être implacable dans leur exécution, ou bien à terme, il faut s’attendre à de nombreux cas comme ceux ci (d’ailleurs en forte augmentation).

500. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:12 par poulpenstring

@OlivierL31 : Vous dites…

«Vous semblez être passé à côté de cette déclaration de l’avocat du bijoutier :

«Il a expliqué avoir voulu tirer deux fois pour immobiliser le scooter et une troisième fois parce que le passager de ce scooter l’aurait menacé directement de son arme»

Si l’enquête avérait ces faits, les conditions de la légitime défense seraient réunies »
-

J’ai l’impression que si l’on analyse chronologiquement les faits que vous indiquez, c’est le braqueur qui était en conditions de légitime défense. Il est de dos, se fait tirer deux fois dessus et se retourne pour se défendre.

501. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:12 par Shivan

Je soutenais, j’ai lu votre billet, j’ai réfléchis, j’ai changé d’avis.

Merci Maître.

502. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:12 par JB

Tout d’abords, merci pour ce billet fort instructif.
Le problème de l’affaire est que tous ne se reduit pas à la loi. Effectivement, le bijoutier a tué quelqu’un dans la rue. Il devra être jugé pour cela.
Le fait que le tué (ou la victime) soit un braqueur multirecidiviste et dangereux ne change rien au fait que l’acte soit prohibé.
Mais même s’il est coupable, on a le droit de le soutenir et de penser qu’il reste le gentil de l’histoire. Antigone aussi a été condamnée à mort pour avoir enfrein la loi.

PS: ne jamais dire que > “La sanction d’un braquage, c’est 15 voire 30 ans. Ça n’a jamais été la mort”. Depuis le XX° siècle seulement, n’est plus la mort … :)

503. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:12 par JB

Tout d’abords, merci pour ce billet fort instructif.
Le problème de l’affaire est que tous ne se reduit pas à la loi. Effectivement, le bijoutier a tué quelqu’un dans la rue. Il devra être jugé pour cela.
Le fait que le tué (ou la victime) soit un braqueur multirecidiviste et dangereux ne change rien au fait que l’acte soit prohibé.
Mais même s’il est coupable, on a le droit de le soutenir et de penser qu’il reste le gentil de l’histoire. Antigone aussi a été condamnée à mort pour avoir enfrein la loi.

PS: ne jamais dire que > “La sanction d’un braquage, c’est 15 voire 30 ans. Ça n’a jamais été la mort”. Depuis le XX° siècle seulement, n’est plus la mort … :)

504. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:16 par Gilbert Duroux

C’est curieux tous ces commentaires de gens qui ont lu dans le billet de M° Éolas qu’il s’efforçait de disculper les braqueurs. Peut-être que ces handicapés de la comprenette devraient relire une (ou plusieurs) fois le billet en question ?

505. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:16 par Gilbert Duroux

C’est curieux tous ces commentaires de gens qui ont lu dans le billet de M° Éolas qu’il s’efforçait de disculper les braqueurs. Peut-être que ces handicapés de la comprenette devraient relire une (ou plusieurs) fois le billet en question ?

506. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:17 par Ryuu

J’ai une question un peu naive, et elle va se perdre dans le déluge de commentaires, mais je la pose quand même:

Si le co-auteur du braquage est retrouvé et que le bijoutier est condamné pour homicide volontaire, le premier peut-il se retourner contre le second pour tentative d’homicide? Car il serait difficile d’arguer qu’il a tué l’un sans vouloir tuer l’autre aussi….

Inique, je sais, mais je suis curieux…

507. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:19 par Maya

Bonjour Maitre Eolas,

Merci pour votre article que je vais partager auprès de ceux qui soutiennent “le bijoutier”.

Je trouve toujours assez irritants ceux qui reprennent un détail d’argumentation, mais cette phrase-ci m’a dérangée “Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ?”. Sachant que vous souteniez le mariage et l’adoption homosexuel, j’en ai été assez surprise. (Si quelqu’un a déjà soulevé ce point, veuillez également excuser ma redondance, je n’ai pas eu l’envie de lire les 490 commentaires)

Bonne journée !

508. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:24 par Al-Kanz

Remarquable et salutaire billet. Merci

509. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:31 par dineptus

Je remarque que beaucoup de gens ici écrivent sans aucune logique ou alors une logique sortie du XVIe siècle (et encore …)

Le braqueur a commis un acte illégal, et alors ? Ce n’est pas une raison pour mourir, pas plus que ce n’est “bien fait”.

En plus ceux qui demandent plus de fermeté … Ça ne va pas décourager qui que se soit. Au contraire je dirais que les pays dans lesquels ça a été tenté sont ceux ou les résultats ont été les plus catastrophiques. Prenons l’exemple du Mexique : déclaration de guerre de l’État aux cartels : résultats de dizaines de milliers de morts, et aucune baisse de la criminalité, aucun résultat. les jeunes n’ont pas été découragés par l’espérance de vie proche de rien de leurs ainés. La nouvelle politique plus souple a déjà permis de faire baisser les violences. Au Salvador la trève avec les Maras, ou la Colombie avec les négociations avec les FARC montrent que les voies guerrières sont vouées a l’échec. On va me dire que l’Amérique latine est différente … En fait pas tellement. les délinquants ne le sont pas par génétiques, ils le sont car c’est une des seules voies qui s’ouvre a eux. Sion regarde les pays nordiques (ou je vis), le taux d’homicide est très bas malgré un taux d’incarcération faible, parce que les inégalités sont plus faibles que partout. En Suéde ca a récemment remonté (voir émeutes) depuis que la politique se veut moins sociale.

Je trouve que la France devient de plus en plus vieille et réactionnaire. On dirait un pays de petits vieux cloitrés sur eux mêmes et ayant peur de tout.

Quand je vois comment on traite ce braqueur et comment les norvégiens ont traité Anders Breivik, il y a une nette différence. C’est triste.

510. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:33 par Dilbert

Toute cette affaire éclaire notre monde sous un jour bien déprimant :
Un jeune écervelé à qui on n’a pas appris à vivre et à respecter autrui agresse et vole un bijoutier…
Le bijoutier, à qui les ans et l’expérience auraient dû inculquer quelque sagesse, s’avère malheureusement aussi bête que son braqueur, et se laisse contaminer par la violence de celui-ci. Il aurait pu rester victime, mais choisit de devenir meurtrier…
La connerie grégaire fait le reste, et un million de lyncheurs numériques vomit sa haine du voisin…
Mais leur passion sera éphémère, car la dictature de l’émotion fait que tous ces déficients cognitifs s’enflammeront bientôt pour une nouvelle cause propre à leur faire oublier leur servitude volontaire.
Quand la civilisation n’avance pas, elle recule, et c’est cela qui m’inquiète. Merci, Maître, pour avoir allumé une petite flamme à la lisière des ténèbres, et fait un peu reculer la nuit qui menace l’humanité.

511. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:34 par Holmes

@ RG (207) (“…nous ne pouvons contrairement aux hiboux, viser derrière nous.”

Discursivité - Point, flèche inversée…

Les hiboux

Leurs yeux d’or valent des bijoux,
Leur bec est dur comme cailloux,
Ils sont doux comme des joujoux,
Mais aux hiboux point de genoux !

512. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:34 par Lolo

Bonjour Maître,

Merci pour ce billet.

Je dois avouer partager avec vous plusieurs inquiétudes :
- si on autorise tout citoyens à posséder et utiliser une arme à feu dans des circonstances ou la vie (la sienne ou celle d’autrui) n’est pas en danger, les “victimes” de ces tirs risqueront de plus en plus d’être des innocents.
- même si certains tirent des leçons de cet évènement et renoncent à commettre un vol à main armé, d’autres n’y renonceront pas. Ces derniers, pour réduire les risques pour leur vie, tireront les premiers et ce même sans menaces de la part de leurs victimes.

513. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:38 par Benj

Bonjour Maitre,

J’ai une petite question sur un passage de l’indemnisation : Le bijoutier devra indemniser son braqueur ? Eh oui, en vertu d’une jurisprudence classique de la Cour de cassation, protectrice des victimes, qui interdit d’opposer à la victime son comportement même fautif en cas de crime ou délit volontaire (ce qui s’agissant des crimes est un pléonasme).

Etant donné que cela contrevient à un de mes principe (Nemo auditur propriam turpitudinem allegans), oui je suis un poil en désaccord. Est-ce que par hasard vous avez détaillé/expliqué cette jurisprudence quelque part sur votre blog? Ou un petit lien vers l’énoncé de la décision (il n’y a pas de reference ou numéro pour que la cherche moi-même :( ).

Merci beaucoup pour la réponse (et pour le blog qui est de qualité)

Benjamin

514. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:39 par GweG

Je suis totalement d’accord avec votre propos.
J’ajouterais en prime que bien souvent les arguments se basent sur des faits erronés. Par exemple, le fait qu’il y aurait de plus en plus de violence alors qu’au contraire elle diminue. C’est l’intolérance à celle-ci qui augmente (ce qui est une bonne chose si on réagit avec recul et réflexion) ou encore croire que la justice est là pour intervenir avant les actes illégaux alors qu’elle ne fait que intervenir après (je crois d’ailleurs que Maître Eolas avait expliqué dans un billet que la plupart des personnes qui réalisait un tel acte était des personnes qui n’avaient pas de casiers…
Bref le bon sens, c’est avant tout le sien, à chaud, clairement pas celui de notre république, forte de son expérience et du croisement de nos sens à tous.

515. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:44 par Mon pays n'est pas un stand de tir

Arrêtons de plaisanter et de tout mettre à l’envers à cause de trois ligne dans un code pénal et des idéaux angéliques de quelque uns. Ce qui compte c’est la réalité du terrain : la police n’est pas présente là où elle devrait être (ya du monde pour verbaliser l’honnête citoyen qui travaille la journée pour des broutilles, ya personnes pour se risquer à se frotter aux vrais malfrats armés dans les cités, elles devraient être investies jours et nuits à tous les carrefours sans pitié pour les criminels mais c’est moins facile et les enveloppes ça met du beurre dans les épinards).

Ceux qui ont tort : les jeunes criminels armés lâches qui organisent et planifient un acte criminel et une agression d’une personne âgée pour le tabasser sans ménagement et voler les biens issus d’un dur labeur.

Celui qui n’a pas tort : l’honnête commerçant abandonné de la police qui se retrouve seul face à la mort et au fusil à pompe et qui voit sa vie défiler. Il a raison de riposter même si ça ne correspond pas aux trois lignes dans le code pénal qui se base sur une société idéale ou tout le monde s’échange des pensées philosophiques dans les parcs et jardins publics. Malheureusement ce n’est pas la réalité : certains sont des animaux et n’obéissent qu’à la loi de la jungle. Pour eux pas de pitié et le bagne, c’est tout ce qu’ils comprennent. Tout le reste est pour eux un signe de faiblesse et un encouragement à la récidive. Malheureusement. Mais c’est comme ça.

Alors soit on espère en une idée qui n’existe pas et on fait la politique de l’autruche et on laisse pourrir la situation et on laisse les gens mourir, soit on est adulte et responsable et on s’adapte . Cette fois ci il y en a un qui s’est adapté.

516. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:52 par seb

Que de commentaires sur ce billet.
Je dois avouer que je suis assez mitigé sur le billet en lui même et sur certaines réactions.

J’ai beaucoup apprécié le conseil judicieux : pourquoi n’a-t-il pas téléphoné à la police, les agresseurs seraient déjà en prison et les bijoux restitués. Evidemment… Là, il y a eu un meurtre, des témoins, l’intervention de la police et le dernier “suspect” est toujours en liberté (plusieurs jours après), donc autant dire qu’il est légitime de douter de l’efficacité miraculeuse de cet appel, s’il avait été passé (sans compter l’effet médiatique - et donc la pression sur l’enquête - qui est beaucoup plus forte à présent qu’elle ne l’aurait été sans le meurtre).

Blague à part, là où je m’interroge, c’est sur la partie que beaucoup n’ont pas appréciée : sur le bébé qui ne connaîtra jamais son père etc etc… C’est extrêmement hypocrite que d’utiliser cet argument alors même qu’on aurait trouvé ça normal (car respectant la loi) si ce même jeune homme avait été abattu en légitime défense. Le même bébé, la même compagne, la même famille, le même braquage organisé de la même façon, MAIS pas la même tristesse, pas la même culpabilité à porter par le bijoutier, juste parce qu’il aurait tué en légitime défense. D’un coup, par miracle, le bébé n’aurait pas eu à souffrir, pas plus que sa compagne ou que la famille… Aucun préjudice, rien. Permettez-moi d’en douter. De mon point de vue, la peine aurait été la même, et ce paragraphe n’a rien à faire ici (mais je crois ne pas être le seul à le penser), et au contraire, comme beaucoup l’ont souligné, il ne fait qu’utiliser à mauvais escient le même sentimentalisme que les “likeurs” (si vous m’autorisez cet anglicisme) sur Facebook.

Enfin, j’ai le sentiment que ces gens n’exprimaient pas leur soutien pour une France “Far West”, mais voulaient simplement que l’Etat entende (enfin) que la situation se dégrade de jour en jour et que, comme vous le disiez, c’est aussi de sa responsabilité. D’ailleurs, à ce sujet, petite parenthèse : pour avoir eu la “chance” de déposer des plaintes, en général la réponse est “tant pis pour vous, on ne retrouvera jamais les coupables, vous savez”, c’est intéressant de voir qu’on ne m’a jamais proposé de déposer une plainte contre l’Etat, si celui-ci est censé me protéger et n’y parvient pas. Mais c’est un autre débat (à moins que ça ne soit ce débat que l’on essaye d’ouvrir…). Comme toujours on se plaint, comme toujours les politiques vont lancer leurs phrases chocs, annoncer des réformes, les experts vont donner leurs avis et au final, rien ne changera… Jusqu’à la prochaine affaire où l’on relancera le débat (celui là ou un autre, si ce n’est pas celui des flics ripoux c’est celui de l’euthanasie, il y a toujours une affaire qui agite l’opinion, sans rien agiter d’autre finalement).

Quoi qu’il en soit, j’attendais (en tant que lecteur régulier de ce blog) ce billet, au moins pour l’aspect “légitime défense” et je vous remercie de l’avoir fait, même si je n’approuve pas tout son contenu, c’est toujours très passionnant et instructif de vous lire.

517. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:56 par adgr

En effet, comme dans les cas où l’on peut se faire inculper en blessant un cambrioleur sous son propre toit, il est temps que la loi change pour légitimer celà.
Je ne pleurerai pas pour son fils, son père n’avait qu’à aller travailler comme tout le monde. Ce n’est pas ni le premier ni le dernier orphelin, mais en tout cas son père a pris les risques de sa destiné, et n’est pas mort en héros comme un militaire, un policier ou un soldat du feu en exercice de ses fonctions, mais comme un sous-homme qui n’a que ce qu’il mérite. Et sa femme n’avait qu’à faire attention avec qui elle concevait cet enfant, il serait bon de responsabiliser les gens un peu.

518. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:59 par Jean-Paul

les réactions à ce fait divers montrent un point important: Il existe une montée très, très forte de la haine vis à vis de tous les délinquants: le thème en vogue, c’est :”qu’ils crèvent” Il faudrait se poser des questions sur cette évolution

519. Le mardi 17 septembre 2013 à 16:59 par Orph

@JosephP & Maya

Je pense qu’on peut appeler ça de l’ironie.

520. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:00 par yo!

@Benj : Le principe Nemo auditur.. (pour les non-initiés, “nul ne peut invoquer sa propre turpitude..”) ne vise pas les mêmes circonstances et ne s’oppose donc pas à la jurisprudence citée : je ne peux invoquer ma propre conduite fautive antérieure pour excuser mon acte : cela ne fait pas obstacle à ce que autrui ne puisse invoquer ma conduite fautive pour excuser le sien.
Le principe “nemo auditur” vise exclusivement la personne qui aurait commis une infraction & une faute préalable (exemple, je me saoule, tape sur quelqu’un puis invoque l’abolition du discernement au moment des faits)
En l’espèce on parle d’invoquer la faute antérieure de l’autre, pas de soi-même -> le principe que vous citez ne s’applique donc pas (je tape sur quelqu’un parce qu’ il m’a grillé la priorité ; il porte plainte et je lui oppose sa faute antérieure ; c’est parce qu’il m’a grillé la priorité que je l’ai tapé, c’est sa faute antérieure qui est la cause de mon propre comportement fautif)
La JP estime que ces argumentations ne sont pas recevable (subordonné au caractère volontaire de l’infraction dans le deuxième cas)
J’espère que ça vous éclaire..

521. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:03 par toto

@ Mon pays n’est pas un stand de tir : grand seigneur, tu distribues les bons et mauvais points sans craindre la caricature, à la loi de la jungle tu opposes la loi de la jungle, et pour toi la loi ce n’est que des lignes dans un bouquin inutile. Dès lors, ton message semble bien représentatif d’un certain état de barbarie.

522. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:06 par Lob

Merci pour ce billet, très pédagogue encore une fois.

Juste une remarque: on constate un emballement, cette fois non pas des médias (qui ne parlent que de la fiabilité du compteur facebook), mais du peuple.
Et ceux qui ont fait un peu de droit sont tous surpris par cette réaction, alors qu’il est évident que ce bijoutier n’a pas riposté concomitamment au vol à main armée et n’était donc plus en danger, donc plus en état de légitime défense.

Mais c’est aujourd’hui que les médias et politiques devraient avoir un peu de mémoire, et se souvenir qu’Esteban Morillo est en détention. Lui, qui a répondu à l’agression de Clément Méric, un cas d’école de la légitime défense à la lecture des faits. Lui, condamné d’avance, dans un vacarme médiatique et politique de plusieurs semaines. C’est cette affaire, où le Code pénal a bien vite été rangé, qui fait qu’aujourd’hui les français ne savent plus ce qu’est la légitime défense.

Cette affaire dont, après recherche sur votre blog, je ne trouve pas trace. Mais je peux me tromper.

Dans un cas, un jeune muni d’un protège dent frappe un autre jeune par derrière, et se voit riposter un coup de poing. Si ce cas n’est pas de la légitime défense, qu’est-ce?
Si ses 100 jours de détention ne sont pas une injustice pour lui, et une leçon de non droit pour nous tous, qu’est-ce?

523. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:08 par toto

@ seb : donc si je tue un de vos proches en lui tirant dans le dos, c’est pareil que si je ne le fais pas ?!?

524. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:11 par seb

@toto : Vous avez mal lu ce que j’ai écrit visiblement. Je dis que si vous tuez un de mes proches une balle dans le dos sur un scooter OU face à vous dans votre bijouterie, dans les deux cas, vous ne serez pas mon ami, et ma peine sera la même. Je ne vois pas où j’ai parlé de ne PAS le tuer.

525. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:14 par lili

Merci pour votre texte structuré, clair , bien construit , qui nous rappelle que notre démocratie, notre pays , possèdent des lois ( un système judiciaire qui d’ailleurs nous coûte bien cher) : il reflète ce que je pense profondément : nous ne pouvons tuer quelqu’ un de notre race sans remettre en question notre liberté .
j’ ai un remède à ce mal, qu’ est la violence : l ‘EDUCATION ! Que les parents de ce braqueur relisent les appréciations de ses professeurs et regrettent de ne pas avoir suivi leurs conseils , d’ avoir toujours donner raison à leur enfant . Que l’ ETAT redonne à l ECOLE sa place et que les PARENTS travaillent main dans la main avec elle, et vous VERREZ, la violence se réduira comme peau de chagrin.
en attendant que ce temps presque idyllique revienne, je déplore cette tragédie et pense fortement à ces 2 familles

526. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:14 par Ezlarendi

L’acquittement pur et simple du bijoutier est-il possible si l’affaire va en définitive en assises? N’étant pas un spécialiste de droit pénal et ses subtilités, je me demande dans quelle mesure les jurés ne sont pas eux-mêmes déjà convaincus que celui-ci a bien agi, et dès lors, le procès serait déjà joué d’avance.

527. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:16 par seb

@lili : Totalement d’accord. Bravo pour cette synthèse.

528. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:16 par Colas

bonjour
deux éléments (un peu liés me semble-t-il) me dérangent dans votre argumentation :

1 - “le droit est une science”… non, ou alors une vague science molle mais qui en tout état de cause ne satisfera pas aux critères d’un Popper pour déterminer un énoncé scientifique, disons que c’est une discipline dotée d’une logique interne forte et aux règles de “jeu” particulièrement précises mais le droit ne vous apprendra rien du réel, ce qu’est censée faire une science… je sais que c’est une mode ancienne de tenter de donner du poids aux discours en les faisant passer pour science (la psychanalyse s’y emploie encore pour certain de ses praticiens) mais Sokal et Bricmond en avaient en leur temps montré tout le ridicule ;

2 - vous jouez dans votre article une partition visant à décrédibiliser les soutiens du bijoutier en allant sur votre terrain, ce qui est assez peu honnête car vous mélangez allègrement ainsi l’analyse juridique (sur laquelle je ne peux que vous suivre et vous donner raison) et la posture morale (ce qu’il a fait est “mal” et ceux qui le soutiennent sont au choix des monstres, des imbéciles qui n’ont rien compris au droit ou encore des idiots bornés adeptes de la loi du far-west) ! Savez-vous qu’il existe aux USA des juristes tout aussi compétents que vous en leur domaine et qui adhèrent à un système beaucoup plus souple quant à l’action de légitime défense ? qu’on ne soit pas d’accord avec cela est parfaitement légitime mais de grâce ne tentez pas de vous attribuer une posture dominante du fait de votre haute compétence juridique dans un débat qui n’a rien à y voir !

Enfin, pour le plaisir du débat, n’envisagez-vous pas qu’en l’état actuel des choses, la force publique n’assurant plus la sécurité des citoyens dans certaines zones (et je ne suis pas concerné, n’habitant pas dans de tels endroits, vous non plus sans doute), la légitime défense et l’autodéfense à l’américaine devraient être moralement acceptable (je me réfère au calcul moral de Vollmann dans son grand et lourd livre des violences) et pas simplement écartées d’un revers de manche, fût-elle celle d’un brillant magistrat ? Les américains sont-ils plus arriérés que nous, leurs juristes, avocats et juges plus stupides ? Notre bilan est-il vraiment si enviable ? Ne prêchez-vous pas simplement pour votre paroisse professionnelle ?

529. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:27 par toto

@ seb : pas de souci, j’avais mal lu, je me disais aussi…

530. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:30 par Michel Segal

Vous oubliez (au moins) un profil dans les cliqueurs de soutien. En plus des petites gens (“haineux”) et des bons gars simples d’esprits et de bonne foi mais inconscients, il y a aussi ceux qui pensent qu’une pression de l’opinion publique est nécessaire, voire indispensable, pour ramener le législatif à la raison d’une part, et le judiciaire à plus de clairvoyance d’autre part. Les belles âmes qui vivent dans des coquillages ignorent en effet que l’insécurité et l’impunité ne sont pas des états mesurables, mais des sentiments. Et ces sentiments se sont répandus ces dernières décennies avec une ampleur que de toute évidence vous n’imaginez pas. Vous méprisez le “bon sens” des cliqueurs parce qu’il n’est pas celui de votre classe, mais que faites-vous d’autre que de vanter le “bon sens” de votre appartenance et de vos idées ? C’est bien votre “bon sens” que de rappeler que la loi veille à ce que l’on ne puisse pas tirer sur quelqu’un dans n’importe quelles circonstances. Le croyez-vous moins misérable que celui du petit peuple dont vous parlez avec tant de hauteur ? A chacun ses simples d’esprit: pour moi, ce sont ceux qui ne distinguent pas l’indigence de vos propos mis au service d’une idée qui ne se déclare pas, derrière une logorrhée visant à faire croire à l’autorité d’un expert impartial.

531. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:30 par toto

@ Colas : Vous citez Popper mal-t-à-propos. Eolas parle de démonstrations et de raisonnements pour dire que le droit est une science. Le critère très surestimé (surtout en France, pays totalement largué depuis des décennies en matière de philosophie des sciences) de Popper ne peut s’appliquer dans ce cas. Voyez la logique.

532. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:31 par Julien

Les américains sont-ils plus arriérés que nous, leurs juristes, avocats et juges plus stupides ?

Les américains emprisonnent 7 fois plus que nous et ont 4 fois plus d’homicides (ramené à la population). Pas sûr que ça soit un modèle à suivre…

533. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:34 par myrtille

Super, pauvre petit braqueur qui fesait ca pour largent…
il avait une compagne et un enfant? ah…saine activite que le braquage a main armee pour nourrir une futur famille et bel exemple…
il est mort suite a son aggression, oui, mais ca reste le pauvre futur papa taulard…serieusememt et ce pauvre homme de 67 ans qui a bosser une vie entiere pour nourrir la sienne de famille, et une retraite de misere il meritait ca? lui au mois aura eu le merite de travailler sans menacer autruit…legalisons le braquage, un metier d avenir

534. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:34 par myrtille

Super, pauvre petit braqueur qui fesait ca pour largent…
il avait une compagne et un enfant? ah…saine activite que le braquage a main armee pour nourrir une futur famille et bel exemple…
il est mort suite a son aggression, oui, mais ca reste le pauvre futur papa taulard…serieusememt et ce pauvre homme de 67 ans qui a bosser une vie entiere pour nourrir la sienne de famille, et une retraite de misere il meritait ca? lui au mois aura eu le merite de travailler sans menacer autruit…legalisons le braquage, un metier d avenir

535. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:36 par legolas

HAHAHA “le droit est une science” ! J’ai arrêter de lire ici, le mec ne sait même pas la nature de son métier … J’étudies les mathématiques, j’ai des amis en droit … Je fais de la logique, eux de l’argumentation, ça n’a RIEN à voir : la science ça ne se discute pas suivant le prix qu’on y met ! (non mais quel culot … vous voulez qu’on vous appel “Professeur-Maitre” aussi ?)

On n’avait pas besoin de vous pour savoir que, selon la loi, le bijoutier est en tord …
Le Far West c’est de pouvoir se faire braquer en plein centre-ville un mercredi à 10h du matin !

536. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:38 par AntiFB

@Julien #15
Il faut se méfier de Facebook (et de ses collègues) comme de la peste :
Il est trop facile de cliquer sur un “j’aime” alors que FB s’arroge le droit de revendre toute les informations que vous lui donnez naïvement (y compris votre photo) et que les promoteurs de la page peuvent donner à votre support le sens qui leurs plaît. Vos justifications personnelles ne sont jamais prises en compte.
Il vaut mieux soutenir cette page :
https://www.facebook.com/soutien1la…
Je ne le ferais pas non plus par principe

Merci encore à notre cher Maître pour un billet aussi clair et riche d’enseignements

537. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:39 par GweG

@legolas. Pouvez vous me citer une société qui a existé ou qui existe et qui n’est pas le far west (comprendre ou il n’y a pas le moindre braquage) ?
Je suis curieux de la découvrir.

538. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:41 par maitrecube

Bonjour,

Dans la partie “quid nunc” 3ème paragraphe vous dites “La deuxième concerne le meurtre”… l’utilisation du mot meurtre est-il juridiquement bonne ? ne vaudrait-il pas mieux parler “d’homicide”…

Au plaisir.

539. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:41 par legolas

@GweG : La réponse est dans votre question : toute société est un far-west, avec ou sans bijoutier qui riposte avec une arme illégale ou non. Donc ça ne devient pas le far-west du moment qu’on autorise les armes : c’est déjà le far-west (selon vous et moi)
fin de la demonstration (une vraie, scientifique :))

540. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:44 par adrien bis

@seb
Vous n’analysez pas correctement le passage que vous citez sur le billet à naître. C’est bien évidemment un drame, pour ce futur être humain, que son père soit mort légitime défense ou pas. Mais c’est justement à cause de ce drame là, qui va toucher une personne VRAIMENT innocente, que le notion de légitime défense doit être restreinte à sa plus pure expression. Celle où il n’y a pas d’autre solution.
Ce qui est reproché au bijoutier, est justement qu’il avait d’autres choix, qui n’auraient pas changé sa situation immédiate (butin parti, et douleur des coups, vu qu’il n’était manifestement plus en position d’en reprendre), et qui n’auraient pas débouché sur un tel drame. Ni pour la victime, ni pour l’enfant à naître, ni pour lui.

541. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:48 par Eloy

@ Legolas
Avouez, vous êtes juste jalouse que le droit occupe les trois premières sections du CNU tandis que les mathématiques sont reléguées à la 25ème place.

542. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:49 par GweG

@legolas. Non, selon vous.

Je n’ai jamais dit en ce qui me concerne qu’une société dans laquelle il y a des braquages est un far west. C’est une extrapolation bien utile pour se permettre à peu près tout est n’importe quoi ensuite (comme se procurer des armes illégalement et se faire justice en pleine rue par exemple).

543. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:49 par legolas

@Eloy : Pas vraiment, j’étudie en Suisse, donc je vous la met profond la CNU …

544. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:50 par Dyonisos

@myrtille Qui sommes nous pour être juge et partie ? Ce jeune a commis un crime qui est le braquage mais il n’a tué personne. Il a juste volé des objets ce qui fondamentalement a moins de valeur qu’une vie. Qui êtes vous pour déterminer que sa vie a moins de valeur que 20,000 € de bijoux ? Si demain votre descendance se faisait tuer pour 20.000 € ( quand bien même il était le braqueur ), quelle serait votre réaction  : “C’est mon fils mais aussi un braqueur, content qu’il soit crevé ?” Arrêtez vos connerie à moins que votre cerveau soit aussi peu rempli que celui de ce jeune ?

545. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:54 par Pemphredo

Cher Monsieur,

Votre article était intéressant tant qu’il évoquait les faits, les lois existantes et les jurisprudence. Par contre le côté mélodramatique de votre plaidoirie, notamment la partie larmoyante sur ce pauvre enfant dont l’existence est ruinée car il n’aura jamais l’occasion d’être élevé par un père malhonnête et visiblement violent me semble de trop.
Je ne prendrai pas non plus la défense du bijoutier car c’est pour moi un premier pas dans l’anarchie de plus il me semble que - Elias l’a démontré - nous sommes suffisamment civilisés pour refreiner nos ardeurs vengeresse et pulsions meurtrières.

Par ailleurs tout les monde sait que rien n’est moins juste que la justice, alors il serait opportun de cesser de prendre le code civil pour les “tables de la loi”.

Le seul point intéressant de cette déplorable affaire c’est qu’en voyant l’émulation qu’elle créé, on remarque qu’une vraie colère monte contre l’Etat. Oui, parce qu’en fait tout le monde s’en fiche un peu du bijoutier, du macchabé, du fuyard, de la sœur… on ne le connais même pas.

Permettez-moi d’apporter ici une vision sociologique.

D’un côté il y a des “voyous” qui commettent en permanence des délits. Il est de plus en plus fréquent d’entendre la presse en parler. Cela procure un climat d’insécurité et les gens ont peur. La réaction première face à la peur est la violence. C’est instinctif. En ce sens le bijoutier devient un héros car “grâce” à lui, ce crime n’est pas resté impuni. Parce que le vrai problème c’est l’incapacité, l’impuissance et la médiocrité de ce fameux corps de fonctionnaire qu’est la police. Bien sur je généralise. Il doit bien y avoir 1/4 d’entre eux qui sont compétents et intègre mais 1/4 de pas grand chose ne pèse pas lourd.

De l’autre côté il y a les “justes”, ceux qui se rendent compte que le bijoutier avait suffisamment de temps pour réprimer ses pulsions et ne pas se livrer au meurtre. Ceux pour qui l’idée de se prendre pour Adès et se permettre d’ôter la vie à autrui est abjecte. Ceux qui savent que quelques bijoux et une grosse frousse ne valent pas une vie (le bijoutier lui même n’a pas hésité entre sa vie et ses bijoux). Ceux qui sont tellement bienpensant et bons qu’ils savent pardonner et se dire que ce n’est pas si grave, même si le crime est impuni (surtout si ça ne les concerne pas directement).

Et enfin il y a les psychopathes, dont vous parler, qui tirent un enseignement de la leçon en sachant que la prochaine fois il faudra ligoter le bijoutier ou lui couper les mains.

La où l’étude est intéressante c’est qu’auparavant, les bienpensant gagnaient haut la main. Les autres ne s’exprimaient pas parce qu’ils avaient honte et prenaient conscience du caractère irraisonné de leurs pensées vengeresses. Pourquoi? Parce que la population avait le sentiment d’être protégée.
Le principe d’un Etat de droit est justement de prévenir ce genre de dérive. Nous avons abandonné notre droit personnel à la “violence physique légitime” à l’Etat et celui-ci doit s’en porter garant. Aujourd’hui la population a l’impression que l’Etat prend (argent, libertés - par les lois préventives-, et bien sûr la violence physique, 3e pilier de mon explication wébérienne) et ne donne rien en échange (sauf la sécu, l’école et les actions territoriales telles que le ramassage des poubelles ou la réfection des routes). Bien entendu c’est réducteur, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il n’empêche que c’est ainsi que c’est perçu.

En bref, qui est le vilain méchant, qui est le gentil gentil… ça n’est pas l’enjeu et ça manque cruellement d’intérêt. Par contre il est temps que l’Etat agisse sur son image, notamment en matière de sécurité intérieur parce que si la population commence à faire justice eux même c’est un pas vers l’anarchie.

Merci à celui ou celle qui aura réussi à tenir jusqu’au bout de cette prose. Je ne suis pas certaine que ce soit intéressant, ni même juste, mais vos avis sur la question m’intéressent.

546. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:54 par Pemphredo

Cher Monsieur,

Votre article était intéressant tant qu’il évoquait les faits, les lois existantes et les jurisprudence. Par contre le côté mélodramatique de votre plaidoirie, notamment la partie larmoyante sur ce pauvre enfant dont l’existence est ruinée car il n’aura jamais l’occasion d’être élevé par un père malhonnête et visiblement violent me semble de trop.
Je ne prendrai pas non plus la défense du bijoutier car c’est pour moi un premier pas dans l’anarchie de plus il me semble que - Elias l’a démontré - nous sommes suffisamment civilisés pour refreiner nos ardeurs vengeresse et pulsions meurtrières.

Par ailleurs tout les monde sait que rien n’est moins juste que la justice, alors il serait opportun de cesser de prendre le code civil pour les “tables de la loi”.

Le seul point intéressant de cette déplorable affaire c’est qu’en voyant l’émulation qu’elle créé, on remarque qu’une vraie colère monte contre l’Etat. Oui, parce qu’en fait tout le monde s’en fiche un peu du bijoutier, du macchabé, du fuyard, de la sœur… on ne le connais même pas.

Permettez-moi d’apporter ici une vision sociologique.

D’un côté il y a des “voyous” qui commettent en permanence des délits. Il est de plus en plus fréquent d’entendre la presse en parler. Cela procure un climat d’insécurité et les gens ont peur. La réaction première face à la peur est la violence. C’est instinctif. En ce sens le bijoutier devient un héros car “grâce” à lui, ce crime n’est pas resté impuni. Parce que le vrai problème c’est l’incapacité, l’impuissance et la médiocrité de ce fameux corps de fonctionnaire qu’est la police. Bien sur je généralise. Il doit bien y avoir 1/4 d’entre eux qui sont compétents et intègre mais 1/4 de pas grand chose ne pèse pas lourd.

De l’autre côté il y a les “justes”, ceux qui se rendent compte que le bijoutier avait suffisamment de temps pour réprimer ses pulsions et ne pas se livrer au meurtre. Ceux pour qui l’idée de se prendre pour Adès et se permettre d’ôter la vie à autrui est abjecte. Ceux qui savent que quelques bijoux et une grosse frousse ne valent pas une vie (le bijoutier lui même n’a pas hésité entre sa vie et ses bijoux). Ceux qui sont tellement bienpensant et bons qu’ils savent pardonner et se dire que ce n’est pas si grave, même si le crime est impuni (surtout si ça ne les concerne pas directement).

Et enfin il y a les psychopathes, dont vous parler, qui tirent un enseignement de la leçon en sachant que la prochaine fois il faudra ligoter le bijoutier ou lui couper les mains.

La où l’étude est intéressante c’est qu’auparavant, les bienpensant gagnaient haut la main. Les autres ne s’exprimaient pas parce qu’ils avaient honte et prenaient conscience du caractère irraisonné de leurs pensées vengeresses. Pourquoi? Parce que la population avait le sentiment d’être protégée.
Le principe d’un Etat de droit est justement de prévenir ce genre de dérive. Nous avons abandonné notre droit personnel à la “violence physique légitime” à l’Etat et celui-ci doit s’en porter garant. Aujourd’hui la population a l’impression que l’Etat prend (argent, libertés - par les lois préventives-, et bien sûr la violence physique, 3e pilier de mon explication wébérienne) et ne donne rien en échange (sauf la sécu, l’école et les actions territoriales telles que le ramassage des poubelles ou la réfection des routes). Bien entendu c’est réducteur, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il n’empêche que c’est ainsi que c’est perçu.

En bref, qui est le vilain méchant, qui est le gentil gentil… ça n’est pas l’enjeu et ça manque cruellement d’intérêt. Par contre il est temps que l’Etat agisse sur son image, notamment en matière de sécurité intérieur parce que si la population commence à faire justice eux même c’est un pas vers l’anarchie.

Merci à celui ou celle qui aura réussi à tenir jusqu’au bout de cette prose. Je ne suis pas certaine que ce soit intéressant, ni même juste, mais vos avis sur la question m’intéressent.

547. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:55 par Crapaud Rouge

@legolas- 535. Z’êtes complètement ridicule.

548. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:57 par Eloy

@ Legolas
On dit le CNU, soyez rigoureuse, à défaut d’être classieuse (d’autant qu’avec 87 sections, tout ne rentrera pas !).
Quant à la question de savoir si le droit est une science ou non, tout dépend de ce que l’on entend par “science”. Telle est la difficulté lorsque l’on doit raisonner sur la base de notions dont la définition n’est pas universellement admise. Les concepts juridiques souffrent parfois de la même absence de définition universelle et indiscutable. C’est pourquoi les juristes argumentent, mais cela n’enlève rien à la rigueur de leurs argumentations.

549. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:57 par legolas

@Dyonisos : Si mon fils braque un vieux de 70ans après l’avoir tabasser, et qu’il n’à jamais été diagnostiqué comme ayant des problèmes mentaux … oui je souhaiterais sa mort, pour lui comme pour moi. :)

550. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:58 par GweG

@Pemphredo “Aujourd’hui la population a l’impression que l’Etat prend (argent, libertés - par les lois préventives-, et bien sûr la violence physique, 3e pilier de mon explication wébérienne) et ne donne rien en échange (sauf la sécu, l’école et les actions territoriales telles que le ramassage des poubelles ou la réfection des routes). Bien entendu c’est réducteur, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il n’empêche que c’est ainsi que c’est perçu.” <= par “la population” que vous citez et qui bien entendu n’est pas la population en intégralité mais une partie de celle-ci. La faute vient-elle de l’état ou de ces individus pour qui leur nombril prend une part de plus en plus importante et la notion d’autrui elle devient totalement étrangère. Personnellement, je ne suis pas convaincu que ce soit à l’Etat de changer et je ne vois absolument pas en quoi ce ressenti apporte un argument dans l’éclairage juridique de ce fait divers.

551. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:59 par GweG

@legolas. Bon courage dans votre combat. L’avortement 19 ans après la naissance risque de mettre du temps à devenir légal.

552. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:04 par legolas

@Eloy : Le droit applique la rigueur scientifique, je suis d’accord. Mais ça ne fait pas tout, sinon le droit serait universel !!!!! Ce sont des humains qui ont décidé comment les lois sont faites, pas les sciences !! (j’espère que ça vous suffit si que ce n’est pas une science à part entière …)
Au passage, je suis un homme ;)

553. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:08 par Nemel

Merci sincèrement pour ce billet dont je me doutais qu’il arriverait rapidement, et qui réchauffe le coeur et l’esprit après les avalanches d’insanités aperçues ces derniers jours.

Ca a beau être du niveau de la cour de récré, pour ma part, ça me pèse toujours, ce genre de déferlement. Il est bon qu’un esprit éclairé trouve les mots pour y répondre.

Pour ça, merci.

554. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:12 par Eloy

@ legolas
Navré pour la confusion, j’avais lu la fin de votre commentaire 539 sans repérer la virgule et cru que “une vraie scientifique” en était la signature. La rigueur, encore la rigueur, toujours la rigueur…
Quant au caractère universel du droit, tout dépend de ce que vous envisagez. Si vous parlez des normes elles-mêmes, il est vrai qu’elles sont propres à chaque ordre juridique. Mais si vous évoquez la façon de les étudier, ce qu’on qualifie de “science du droit”, alors oui, elle est universelle. Les lois s’interprètent semblablement, qu’il s’agisse des lois nippones, françaises ou béninoises.
J’ajoute enfin qu’une science peut parfaitement étudier des créations humaines.

555. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:14 par Tom

Le droit ne prétend pas être une science, mais on ne peut nier qu’il s’y apparente dans sa façon de procéder à partir de règles et d’inférences logiques. Ou alors on doit considérer que l’informatique n’est pas une science non plus.

Regretter qu’un braqueur se soit fait descendre ne revient pas à faire l’apologie du braquage, même si ça dépasse l’entendement de certain(e)s qui n’aiment rien tant que les alternatives simplistes : le mal d’un côté, le bien de l’autre.

556. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:14 par Nounours

Merci monsieur pour vos explications claires à froid.
La Justice n’est pas simple et rien ne justifiera jamais la mort d’un homme. Je rejoins Albert CAMUS qui a lutté toute sa vie contre la peine de mort, quels que soient les crimes qui pouvaient amener à ce qu’elle soit prononcée.
Mais le problème malgré tout reste entier , à savoir de la faillite de l’Etat. On arrive, quelle que soit sa sensibilité politique, à un point ou une réforme de la Police et de la Justice sont nécessaires. Je ne suis pas pro-Taubira loin de là mais le problème de la récidive chez les mineurs dont elle fait état est un problème réel qu’il ne faut pas occulter. Evidemment ca coutera cher de mettre des solutions en place et nous n’éviterons pas les psychopathes ou les fous furieux, mais l’avenir de notre société en dépend certainement.

557. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:16 par calix

Bonjour,
La lecture de votre article me laisse en proie à un certain malaise.
Je le trouve bien moralisateur à l’égard de toutes ces personnes qui on cliqué sur “like” en soutien à ce bijoutier. Je n’ai personnellement pas fait ce click mais ai vu ce document relayé par plusieurs de mes amis qui, par ailleurs, sont des personnes sensées et modérées (l’un d’entre eux est d’ailleurs avocat…).

“Soutenir” ne veut pas dire que l’on souhaite “donner une médaille” à ce bijoutier, loin de là. “Soutenir” ne veut pas dire non plus que l’on considère qu’il y a légitime défense, là où manifestement il n’y en a pas. Cependant, il ne faut pas oublier qui est la victime initiale dans cette affaire.

Un jeune délinquant de 19 ans est mort, c’est tragique pour lui et sa famille, mais qui est responsable? Il me semble que ce délinquant est devenu le principal responsable de son sort dès le moment où il est entré dans cette bijouterie armé d’un fusil à pompe pour voler et agresser un homme de 67 ans qui aurait pu être son grand-père (et qu’il avait certainement ciblé en raison de son âge…).
Je ressens davantage de compassion à l’égard de ce bijoutier qui n’avait rien demandé et qui était certainement sous le choc de son agression au moment où il a agi, qu’à l’égard de ce délinquant multirécidiviste auquel de nombreuses condamnations en justice n’avait pas réussi à mettre un peu de plomb dans la cervelle. J’estime ne pas avoir à m’excuser pour ce point de vue qui m’apparait tout aussi respectable que le votre.

558. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:21 par GweG

@Calix la victime initiale est donc dans son droit ensuite et peut faire ce que bon lui semble ? Et si l’avocat du deuxième braqueur défend que la victime initiale ce sont les deux jeunes, victimes de la misère sociale ?
La victime initiale n’est pas un concept de droit et ça n’a pas grand sens légalement parlant. Et sur le plan du fameux “bon sens”, c’est tout simplement justifier, la vengeance. Miam, ça fait rêver.

559. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:21 par seb

@adrien bis : J’ai bien lu (et même relu, c’est pour vous dire), ce passage. En effet, vous avez raison à 100%, allez, je vais même aller jusqu’à dire 200%.

Je dis simplement que l’on mélange un peu tout, avec une certaine fourberie. D’un côté nous avons ceux qui, quelles que soient les circonstances (légitime défense ou pas), hurleront, en parlant du braqueur, “BIEN FAIT POUR LUI” (ceux dont je ne fais pas partie, à qui s’adressait cet article, j’imagine), et ceux qui trouveront que dans tous les cas c’est un joli gâchis et qui iront réfléchir un peu plus sur ce cas (je vous fais coucou de cette case, j’y suis, mais je crois que vous y êtes un peu aussi quand même, c’est tout l’intérêt des débats).

Mais utiliser les sentiments, utiliser ce bébé, la famille, les parents… pour tirer les larmes des gens et les faire arriver à la conclusion que ce jeune homme n’aurait jamais du mourir et que la loi se doit de punir l’assassin (et copieusement, si possible), tout en expliquant dans le même temps (c’est précisément là que je voulais en venir) que s’il avait agi en légitime défense, ce “meurtre” aurait été légal et que finalement, on n’aurait pas parlé de cette affaire, ni de ce pauvre bébé, et encore moins de sa pauvre famille (puisqu’on serait nous mêmes venus à la case “BIEN FAIT POUR LUI” que l’on essayait pourtant d’éviter).

Mélange tout aussi maladroit qu’inutile… à mon sens, surtout lorsque l’on essaye d’expliquer que la loi doit s’appliquer, point barre.

Pour le reste, je crois que ce n’est pas si simple. Tout comme la loi n’a pas empêché ce jeune homme d’aller braquer ce bijoutier, la loi n’a pas empêché ce bijoutier de le tuer. Il faut admettre que certaines nécessités (financières pour l’un, vengeance pour l’autre) passent - sur le moment - au dessus des lois. Et on voit le résultat…

560. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:22 par legolas

@Eloy: “science du droit”, qui est enfaite la façon dont on traite le droit, comment, une fois les règles énoncés on réagi face à celles-ci. Je suis d’accord pour l’appellation, ça convient plutôt bien, mais c’est une extrapolation pour moi : Car dans ce cas tout est science :(
Exemple:
Le braquage pourrait alors devenir une science : Comment face à la legislation française, peut on subvenir à ses besoins (et même plus, 20k € c’était pas pour acheter du lait à son futur gosse). Et bien ce feu-monsieur aurait pu écrire un bouquin comme quoi il suffit d’agresser quelqu’un et d’attendre patiemment en prison après avoir cacher l’argent.

561. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:26 par Ward

2- La contrainte ou force majeure. Par exemple un appelé du contingent incarcéré ne commet pas le délit d’insoumission.

Quelqu’un pourrait il m’éclairer sur ce passage ? L’exemple est plutôt obscur pour moi ^^’

562. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:28 par jules

Une chose est flagrante en lisant votre article et les réactions condescendantes des juristes et autres grands philosophes qui le commentent :
vous vous considérez tous comme bien au-dessus du commun des citoyens de ce pays et l’on comprend mieux la rupture bien visible qu’il y a entre les français et ceux qui sont censés rendre la justice…

563. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:29 par Aemaeth

Un article superbe. Qui mêle habilement précision et humanisme. Toute forme de lapidation publique me dégoutte au plus haut point.
Pourtant, affectivement, je devrais me ranger du coté des jeteurs ayant moi-même été condamné pour m’être défendu lors d’une bagarre il y quelques années. Mais avec le temps la tête se remet a fonctionner et je regrette d’avoir blessé mon agresseur.

564. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:33 par Eloy

@ Legolas
Tout est science ? Ma foi oui, je dirais que toute étude rigoureuse, fondée sur des raisonnements scientifiques, de ce qui est (que cela soit naturellement ou ait été créé par l’homme) peut être qualifiée de science. On pourrait néanmoins ajouter qu’il faut un minimum de reconnaissance institutionnelle et académique pour mériter l’appellation.
C’est pourquoi la “science du braquage” n’en est pas appelée ainsi, encore que le sujet puisse s’étudier scientifiquement. De même, la cryptozoologie est souvent qualifiée de “pseudo-science”, encore qu’elle repose sur les mêmes méthodes que la zoologie.

565. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:35 par Roy

Les loism un bien grand mots, et tellement aleatoire…les victimes sont plus maltraiter aue leur agreusseurs…mon conjoint a ete agresser par notre voisine, il a recu un coup, et domc l`a desarmee, et qui a passe 40h en garde a vue? lui, parce que cette folle a porter plainte alors que nous etions les victimes, et la plus personne ne nous a ecouter…alors nous faites pas croire en la justice hein…la justice, cest a la tete du client

566. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:36 par legolas

@Eloy : Oui tout est science … enfaite je suis personellement contre le fait que le droit soit assimilé à une science car il en perd son côté humain … ca devrait être l’exception qui confirme la règle même !! :)
Il y a une infinité de possibilités de délits et accumulations, mais pas une infinité de règles. Donc trop de rigueur empêcherait le bon fonctionnement je pense. C’est pour ça que dans ce cas je défend (comme beaucoup d’autres) le bijoutier, contre la loi : Parfois trop d’accumulations devrait prendre le dessus sur d’autres lois, comme si il y avait des coefficients à chaque lois .. trop compliqué, j’ai bien fait de choisir Maths haha

567. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:43 par Teejee

Le texte du Maître de céans, comme toute cette malheureuse affaire, suscite des réactions passionnées.
A travers le discours des intervenants qui soutiennent, sans forcément l’approuver, le bijoutier et fustigent son agresseur, je crois entendre l’expression d’un besoin de sécurité qui n’est pas satisfait.
Dans les propos de ceux qui déplorent le sort de ce jeune homme, sans l’excuser ni accabler son meurtrier, il me semble lire le besoin de comprendre et de se faire une opinion la plus objective possible.
Ce bijoutier avait-il le droit de faire feu sur ses agresseurs alors que, ceux-ci venant de s’enfuir, il n’était plus menacé ? Non, évidemment.
Son geste, compte-tenu des coups qu’il venait de recevoir et du traumatisme en résultant, peut-il se comprendre ? Oui, me semble-t-il.
Le jeune braqueur était-il obligé de commettre son forfait ? Quoi qu’on en dise, on a toujours le choix. Il pouvait s’abstenir, il a choisi d’attaquer cette bijouterie.
Son complice et lui ont-ils commis des voies de fait sur leur victime ? Oui. L’ont-ils tuée alors qu’ils étaient en position de le faire ? Non.
Peut-on déplorer le gâchis que constitue la mort de ce jeune homme ? Oh ! oui, à mon sens. Gâchis d’une vie brisée dans des circonstances que la Justice, espérons-le, éclaircira. Gâchis d’une vie que ce garçon n’a pas su prendre en mains. Pourquoi ? Comment a-t-il pu concevoir le sentiment d’impunité qui a favorisé ce passage à l’acte ? Qui n’a pas su lui enseigner le respect du bien d’autrui, ni lui fixer les limites à ne pas dépasser, lui donner ces points de repère indispensables à la construction d’un individu ?
Peut-on également s’émouvoir du sort du bijoutier ? Bien entendu, je crois. Cet homme a vécu des instants dramatiques, qui le marqueront pour le temps qui lui reste à vivre. Son commerce est fermé, peut-être définitivement. Le glaive de la Justice pend au-dessus de sa tête. Et surtout, cet homme a ôté la vie. Avec des circonstances atténuantes, peut-être, mais c’est un acte qui pèsera sur sa conscience. Quel que soit le verdict du procès à venir, il est déjà puni. A perpétuité.
Faut-il s’émouvoir de l’éventuel laxisme d’une Justice qui relâcherait les criminels et accablerait les honnêtes gens ? Je crains qu’on ne puisse trouver de réponses à la lumière de ce seul fait-divers. Mais il me semble aussi que, toute imparfaite qu’elle soit, si la Loi ne protégeait pas les citoyens, les effets de ce manque seraient beaucoup plus graves : ce sont tous les honnêtes gens qui seraient menacés. Du moins ceux qui resteraient, car le sentiment d’impunité favoriserait nombre de passages à l’acte.
Et si je m’affranchis du respect de la Loi au motif que j’estime qu’elle fait mal son travail, alors je donne le droit à n’importe qui de s’en affranchir à mes dépens. N’importe qui peut alors, par exemple, me décocher un coup de carabine au motif que je l’ai menacé en lui tendant la main pour lui dire : “Bonjour !”
Au final, deux vies brisées, des proches dans l’affliction. La Justice passera. Et puis ?

568. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:45 par Laure

Que le droit soit une science ou pas, qu’importe finalement? L’important reste qu’il n’est ni fini, ni figé. Pourtant à lire cette article, j’ai l’impression qu’il est considéré comme tel. A aucun moment vous ne songez à remettre en question le droit. Par exemple, trouvez-vous approprié d’ignorer les crimes antérieures d’une victime lorsqu’ils sont la cause directe du crime dont elle devient victime, ce qui revient à la dégager de toute responsabilité. La protection doit-elle justifier la déresponsabilisation?

569. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:46 par Eloy

@ Legolas
Mais le droit est précisément là pour assurer que le juge ne se fonde pas sur sa propre perception de la morale, de ce que doit être l’humaine. Le droit est là pour assurer une certaine rigueur et partant, une certaine prévisibilité, aux différentes interactions humaines. La règle de droit est fondée sur l’humain, mais elle doit se substituer à l’appréciation de l’humain de ceux qui doivent appliquer la règle. Pas totalement, bien sûr : les règles sont trop générales et doivent être souples pour recevoir une application pertinente, adaptée à chaque cas d’espèce.
Que le droit soit inspiré de la morale, c’est évident. Que son application soit teintée de morale, cela se conçoit. Mais que la morale prime sur le droit, voire s’y substitue entièrement et il y a péril. Péril car les magistrats deviendraient alors ces souverains capricieux, des petits seigneurs châtelains libres d’appliquer une loi réduite au rang d’aimable suggestion selon leur bon sens paysan, selon la formule de Me Eolas.

570. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:49 par Spectrumknight

Très bon article comme d’habitude, Maître.

Cependant, en élevant le débat sur un plan purement moral et sociétal, le fait de porter un regard parfaitement neutre (voir sympathique, relisez-vous) envers l’entourage de ce criminel/délinquant me gène.

La seule personne qui est à plaindre dans cette affaire c’est le futur orphelin.

Ces personnes sont toutes à des degrés divers ses commanditaires ou ses complices (pas en terme légal, mais purement moral -excusez pour le terme qui doit être filtré par tout avocat qui se respecte;). Ces relations (l’éducation parentale, l’amour, etc. …) sont à la base de la prévention de la délinquance.

A cet égard elles ne méritent rien. Et si vous croyez qu’elles seront uniquement rongées par la peine, j’aime aussi à croire qu’elles seront aussi dévorées par le remord.

Je pense que notre société, en réduisant la délinquance et la criminalité à un individu sans tenter une approche globale de son environnement (dans la prévention comme dans la répression), se fourvoie totalement.

571. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:50 par legolas

@Laure : MERCI ! Il me semble aussi que les crimes antérieurs du braqueur sont à analyser en même temps que l’homicide, et non pas crime par crime comme un ordinateur (tout pourris, car le mien il sait faire plusieurs choses en même temps).

572. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:55 par J.

Cher vous,
Vous ne dévoilerez pas votre identité…comme je le regrette !
A vous lire ce soir, j’ai eu l’irrépressible envie de vous connaître. Au-delà de votre propos auquel je souscris, j’ai aimé vos mots.
Je sais déjà que vous êtes sensible et intelligent alors s’il-vous-plaît dîtes-moi que vous êtes vieux,moche, marié et pas drôle afin que je puisse abandonner l’espoir de vous entendre murmurer à mon oreille.

En attendant d’avoir vent de vous,
J.

573. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:55 par J.

Cher vous,
Vous ne dévoilerez pas votre identité…comme je le regrette !
A vous lire ce soir, j’ai eu l’irrépressible envie de vous connaître. Au-delà de votre propos auquel je souscris, j’ai aimé vos mots.
Je sais déjà que vous êtes sensible et intelligent alors s’il-vous-plaît dîtes-moi que vous êtes vieux,moche, marié et pas drôle afin que je puisse abandonner l’espoir de vous entendre murmurer à mon oreille.

En attendant d’avoir vent de vous,
J.

574. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:59 par Le Guichoux roger

Il m’a semblé que vous mettiez tout le monde dans le même sac concernant un minimum de réflexion quant à cet horrible fait divers! par conséquent je me permets de mettre ce que j’ai écrit sur Marianne ici aussi.
Il était nécessaire effectivement que l’on mette le droit, froid et parfois implacable face à l’événement!

Ceci dit il n’en demeure pas moins, que beaucoup de sentiments contradictoires s’emparent du plus grand nombre et il est difficile à chaud d’en faire une analyse, me semble-t-il.
voici donc ce que j’ai écrit:
Naturellement que le bijoutier n’aurait pas dû tirer!
Maintenant convenons tout de même qu’au moment du vol il l’a probablement échappé belle? d’autres bijoutiers sont morts ici ou là pour avoir eu le tort de ne pas obtempérer assez vite! voire d’avoir eu quelques velléités de défenses! face à ce genre d’individu prêt à tout pour quelques euros parfois ils n’hésitent pas à tuer! ça nous le savons aussi, ces hommes, jeunes bien souvent qui n’ont aucun repère n’ont jamais eu la moindre considération pour ceux qui se lèvent tous les matins pour gagner leur vie.

Ils sont si décalés que nous avons même pu voir des gens de la famille du cambrioleur étonnés de la mort de leur “copain, frère ou autres” non ils sont à la limite de l’hébétement ” mort pour un ptit vol sans importance” ils demandent justice.

Ils prouvent si besoin était l’état de non sens de leur vie! ils ne savent pas, ils ne comprennent pas…d’ailleurs il a fait ça pour son futur petit!…sa fiancée pleure devant les écrans ” et elle est exposée par différentes TV ?”

Maintenant reste à la justice d’en tirer une leçon, une sanction afin de nous satisfaire et ça, c’est une autre histoire…

Quant à prétendre que les voyous vont tirer les premiers afin de pas prendre le risque d’être tué! enfin quoi c’est ridicule ils ne sont pour la plupart pas très malins certainement, mais de là à risquer la prison à vie ou presque! il y a un pas, que très très peu franchirons.

Une chose est certaine la fin de vie du bijoutier est compromise jusqu’à la fin, quand au voyou au vu de son pedigree nous pouvons penser qu’il ne serait pas allé très loin, dans sa vie sociale. Malheureusement, là nous tomberions dans un autre problème un autre débat sur l’état de notre pays…

575. Le mardi 17 septembre 2013 à 18:59 par hmb

merci pour cette analyse fort pertinente à laquelle j’objecterais néanmoins le point suivant (Code pénal 122-1) :

“N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement”

Je ne suis pas avocat, mais si je l’étais :
- je conseillerais à mon client de dire qu’au moment des faits il avait l’intention de tuer : ceci ayant pour conséquence qu’il sera jugé par une Cour d’assises constituée de citoyens lambda : probabilité d’acquittement : 99.99 %. Un peu de détention préventive en guise d’inconvénient.
- je plaiderais devant la chambre d’accusation l’abolition de discernement au moment des faits, abolition due à l’incroyable violence de l’agression sous la menace d’armes à feu: tout psychiatre sait qu’une agression violente peut changer des agneaux en loups : je demanderais donc à la chambre d’accusation l’abandon des poursuites de ce chef en concluant à l’irresponsabilité pénale de mon client. Resterait donc au parquet un os à ronger : la détention illégale d’une arme de première catégorie (l’arme du crime) : mais ça, ça se plaide

576. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:00 par Dilbert

@ Pemphredo - 546

Vous posez une question intéressante, mais il me semble que la réponse que vous y apportez est un peu trop péremptoire.
Pour ma part, je ne vois rien de nouveau sous le soleil : pas d’explosion de la délinquance, mais seulement une évolution de ses modalités et de ses localisations. L’Etat ne me semble pas plus défaillant en la matière qu’autrefois, et même moins si l’on se place dans une perspective historique, depuis les débuts de la criminologie au XVIIIe siècle.Ce qui a changé, ce sont nos attentes vis-à-vis de la puissance publique. La propagande néolibérale qui inonde les médias depuis des décennies, nous a instillé l’idée que l’Etat est incapable, donc son autorité illégitime.
Paradoxalement, alors que l’individualisme forcené délite le lien social, nous sommes de plus en plus en posture d’assistés et de consommateurs (clients-rois) vis-à-vis de l’Etat. Nous attendons qu’il fasse tout à notre place, qu’il nous protège et nous materne, sans que nous ne soyons responsables de rien.
Mais si nous ne sommes pas capables d’assumer notre rôle de citoyens, d’élever nos enfants sans attendre tout de l’école, de veiller au bien-être de nos proches et de nos voisins sans déléguer la solidarité aux seuls services sociaux, si nous ne savons pas nous prendre en charge dans notre quartier pour aider à la paix civile, n’est-il pas irresponsable d’attendre de l’Etat qu’il fasse notre bonheur contre nous ?

577. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:00 par Cortes

Merci pour ce billet, qui apporte de la raison à un moment qui le nécessite.

Je me permets juste d’apporter une réserve sur une phrase :
“Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”

Il me semble audacieux de présumer de son intention, dans un sens ou dans l’autre. Les faits, rien que les faits ?

Ward > Un appelé du contingent qui ne se présente pas à la date prévue est coupable d’insoumission, mais ici le fait qu’il soit incarcéré empêche de le poursuivre pour ce fait.

578. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:02 par Eloy

@ Laure et Legolas
Je rappelle quand même qu’à ce stade, le bijoutier est “simplement” mis en examen. Il n’a encore été ni jugé, ni condamné.
Si l’affaire est portée devant une Cour d’assises, ne croyez pas qu’elle ne tiendra aucun compte des circonstances de l’infraction et de la personnalité du bijoutier. Elle y est légalement tenue.
Pour l’heure, un homme est mort en raison de l’acte volontaire d’un autre. Que la justice soit saisie est normal. Qu’un juge d’instruction ait été chargé d’instruire est légalement obligatoire. Que le suspect, parfaitement identifié, soit placé sous contrôle judiciaire peut se comprendre. Attendons la décision finale avant de la commenter.

579. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:04 par legolas

@Eloy : On ne peut pas toujours prévoir l’interaction humaine … (je ne comprends toujours pas comment on peut être autant récidiviste, si ce n’est pas masochiste)
Il y a péril quand la moral surpasse le droit, certes, mais ils devraient être égaux tout le temps, et lorsque ce n’est pas le cas, il y a des changements à faire. Qui décide de la moral ? le peuple. le droit ? l’état. Quand il n’y a pas égalité et que le peuple le cris, l’état (de préférence le président) devrait gracier.

580. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:06 par Edmond

On a beau passer des heures à décortiquer au regard des termes de la loi ce qu’aurait du faire le bijoutier. Les faits sont qu’il a simplement agi avec ses émotions de victime venant de s’être fait défoncer la figure par des professionnels de la violence et du larçin qui sont venus, volontairement armés et déterminés à faire usage de violence alors que le bijoutier ne demandait qu’à vivre paisiblement en travaillant. Ca c’est une lecture subjective de ces faits, mais bel et bien une facette de cette réalité qui ne se résume pas à des textes de notre loi des hommes.

Le bijoutier assumera les conséquences de ses actes et la justice sera faite. Il ne s’agit donc pas de l’excuser ou pas.

En attendant ceux qui JOUENT à agresser violemment leurs pairs pour les détrousser en faisant fi de tous sentiments humains comprendront peut-être que ce n’est pas un jeu ? C’est à méditer….

Et qu’on ne me dise pas que ce sont des victimes de la société qui en sont arrivés à devoir braquer des bijouteries pour survivre ?!
Ce qui indigne l’opinion c’est qu’ils sont à la source directe de cet acte de violence tragique ! La faute initiale est là ! Sans cette faute, aucun problème !

Nul doutes que l’avocat du bijoutier tiendra un discours moins froid que cette froide analyse du droit.

A mon avis l’indignation générale dans notre société qui se manifeste par ses vagues de soutien et ces discours extrêmes n’a pas sa source dans une quelconque volonté de plébiscite de l’autodéfense, mais constitue bel et bien une réaction épidermique De réaction face à la relative immunité **de fait** pour tous ces délinquants et criminels pour qui c’est “pas vu, pas pris” ou au pire la prise en compte par un système judiciaire soucieux des droits de la défense, des chances de réinsertion, etc….

Ce qui est insupportable de nos jours pour l’opinion c’est que ce n’est plus une honte d’être délinquant, criminel, ou multi-récidiviste (sauf peut-être pour certaines catégories de méfaits comme la pédophilie par exemple), mais au contraire c’est une honte d’être une victime.

D’ailleurs une insulte en très en vogue dans la jeunesse actuelle et dans les cités c’est “t’es une victime”. Ahurissant non ?

Forcément lorsqu’on trempe dans le milieu de la délinquance et de la criminalité (pour qui tous les coups sont permis), on est confrontés aux méchantes victimes, aux méchants plaignants, aux méchantes parties civiles, aux méchants procureurs, aux méchants policiers, aux méchants juges, à la méchante opinion publique, etc… Et tous ces moralisateurs qui font la leçon ! Que des méchants ! Heureusement qu’il a des humanistes qui ont de belles idées… Mais la réalité n’est pas faite que d’idées. Il faut des actions réalistes et efficaces.

581. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:07 par Aurélie

Quelle déception. 2 de mes amies ont posté votre billet sur facebook et je m’attendais à y trouver des éléments d’analyse qui élèveraient le débat. Las! Si les éléments de droit sont détaillés et je le suppose, factuellement corrects, vous vous positionnez très clairement du côté du braqueur. Surtout, vous faites semblant de ne pas comprendre que le soutien apporté au bijoutier relève d’autre chose que d’un mouvement populaire(iste) sur ce simple et triste fait divers. J’ai liké la page de soutien facebook, pourtant je ne possède pas d’arme, je ne cautionne bien entendu pas le fait qu’un homme en ait tué un autre dans des conditions qui ne sont pas de la légitime défense, et je ne souhaite pas voir s’installer la loi du far west. Force est de constater pourtant que celle-ci est déjà bien présente, et le mouvement qui est en train de se produire ne peut se lire que dans le contexte de la réforme pénale annoncée par Christiane Taubira, qui risque de favoriser encore davantage un sentiment d’impunité déjà bien ancré. A lire votre billet, la seule question qui se pose est de savoir si votre “mur des cons” se trouve dans vos bureaux, ou si vous avez eu la délicatesse de l’installer seulement à votre domicile.

582. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:08 par GweG

@legolas
Le peuple ? Quel peuple ? 1,6M de compte facebook ? Sur les 65 millions d’habitants que compte le pays ? Par ailleurs, vous parlez du droit et de la morale au singulier. Je ne suis pas certain que la seconde existe en un seul exemplaire parmi l’ensemble des individus qui composent notre pays.

583. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:11 par Aurélie

J’ajouterai qu’il est immonde de prétendre comme vous le faites que les 1.5 millions de personnes qui ont liké cette page facebook sont d’irrécupérables fachos qui se réjouissent de la mort d’un homme. C’est tout simplement de la propagande et sous couvert d’apporter des éléments juridiques au débat, vous servez la propagande pour servir votre cause.

584. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:13 par GweG

@Aurélie vous évoquez un sentiment d’impunité déjà bien ancré. Ça signifierait que les mises en place des peines plancher et compagnie sous le gouvernement précédent n’aient pas érodé celui-ci. Dès lors, en quoi la réforme de la ministre actuelle aurait-elle une influence ?
Quant au fait que le billet soutienne le braqueur… soit vous n’avez pas la capacité à créer suffisamment de synapses pour comprendre le propos pourtant très factuel du billet, soit votre partie prie étouffe votre capacité à raisonner. Dans les deux cas, ce n’est pas des plus rassurants.

585. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:13 par legolas

@GweG : Je parle en général .. vous voulez attendre les 32,5 millions et 1 comptes ? ridicule … il y a pleins de mouvement (grèves, manifestations etc.) qui ont changé les choses sans être une majorité absolue.
Sinon je suis d’accord, il n’y a pas qu’une morale, laissons le président décider alors, on pourrait savoir ensuite qu’elle était la morale majoritaire haha

586. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:17 par lechat

Bonsoir,
A propos des conditions de la légitime défense, au point 2, je ne comprends pas la phrase suivante :
“Il n’en est rien depuis que le droit de la vengeance privée illimitée a été aboli, ce qui a permis des conséquences néfastes comme la civilisation.”
Merci. :)

Et je vous remercie également d’avoir rafraîchi mes souvenirs de cours de droit, passablement affadis avec le temps.

587. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:18 par yo!

@Ward : La contrainte ou force majeure : Un quidam est appelé au contingent (à l’armée) mais se trouve incarcéré (en prison) -> il ne peut donc se rendre à l’appel ; il devrait être considéré comme déserteur ; mais le fait qu’il n’ait pu se présenté est dû à une contrainte extérieure (ce n’est pas parce qu’il ne veut pas, mais parce qu’il ne peut pas -en gros) -> il ne sera donc pas considéré comme responsable pénalement.

588. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:21 par Oli

Cher Maître,

Tout d’abord merci pour cette analyse constructive de la situation. Vous avez failli me convaincre mais non…vraiment non. Autant je vous admire, pour tenter de trouver des circonstances atténuantes au pire des criminels, car le droit est universel, et votre métier bien difficile. Autant je trouve que vous vous prenez vous même à contrepied dans votre discours…Vous auriez dû vous en tenir aux faits, aux articles de loi. Et là paf, vous sortez un discours mélodramatique sur le pooooooovre enfant orphelin de ce pauvre braqueur.

Ah parce que le bijoutier, de famille il n’avait point, bien sûr ? Ses possibles enfants orphelins de père n’auraient donc eu aucune légitimité à vos yeux, sous prétexte qu’ils ne sont pas de mignons petits bébés à naitre ?

Non, je ne veux pas d’une justice où tous auraient une arme pour tirer sur le type qui pénètre dans vôtre jardin sans arme, juste parce qu’il est rentré sur votre propriété. Je ne veux pas d’une loi du Talion, de peine de mort. Je ne cautionne pas le geste du bijoutier…Personne ne mérite de mourir ainsi…Mais comme beaucoup, je le COMPRENDS, et c’est pour cela que beaucoup ont liké cette page Facebook. Dont moi.

Votre discours aurait du poids Maître, s’il était simplement appliqué. Or, que voyons nous aujourd’hui, simple citoyen lambda qui sommes ignares de Justice et de Codes en tout genre ? Des récidivistes. Pas le petit récidiviste de vols de pain dans un supermarché, genre Jean Valjean. Non. Des récidivistes de viols, braquages, et autres préjudices qui marquent à vie la personne qui les subissent. Comment voulez vous croire en cette Justice qui laisse des types comme celui de Colombes sévir dans nos rues ?

Le comportement du bijoutier ne fait que répondre à ce sentiment d’injustice qui est perçu depuis quelques années. Le fait de voir des gens qui, malgré des contextes difficiles, tentent de s’en sortir. Qu’on ne me fasse pas croire que tous les jeunes des cités sont à mettre dans le même panier, que le trafic et le crime sont les seuls issues. Certains se bougent, et pour faire partie d’une ville où certains quartiers “craignent”, ça fait du bien de voir cette jeunesse qui travaille dans les commerces de ma commune et tentent d’évoluer dignement.

L’emploi est difficile à trouver pour TOUS et même pour les surdiplômés aujourd’hui. Et après ? Je vais aller braquer l’épicerie du coin parce que mes fins de mois sont difficiles ? Non.

Aucun enfant ne mérite d’être orphelin de père, et je plains ce pauvre gosse. Je l’aurais autant plaint de son vivant ma foi…. Mais aucune personne ne mérite non plus de subir des violences, et surtout pour obtenir de l’argent facile.

Maître, appliquez pleinement les lois et peines que vous citez, et vous calmerez la vindicte populaire. Policiers, gendarmes, en ont assez aussi, de retrouver toujours les mêmes visages dans leurs locaux.

Bon courage.

589. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:24 par AG

Que d’arguments pompeux et alambiqués! Si, demain, je décide de braquer un bijoutier, je sais PERTINEMMENT que je risque de prendre une balle! C’est peut-être ça qui me dissuade, d’ailleurs!

590. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:33 par Ysabel

Même si j’aurais tendance à nuancer encore plus certains propos. Et à faire ressortir mon côté plus ‘philosophe’ :

MERCI!

591. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:35 par toto

535. Le mardi 17 septembre 2013 à 17:36 par legolas : énorme quand même d’affirmer en riant et en criant (majuscule) que logique et argumentation n’ont rien à voir… Ou comment l’ignorant tire un trait sur 2500 ans de logique et d’argumentation…

592. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:38 par solomas

L’insecurite regne dans ce pays.Voila que maintenant on risque sa peau pour voler.

593. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:40 par toto

@ AG : ou peut-être que, dans une vision républicaine des choses, ce qui doit dissuader c’est la loi et la violence légitime de l’État, pas la violence illégitime et condamnable des particuliers.

594. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:45 par flytox

Ce billet était très clair, merci.

Ces principes appliqués au droit international cela donne quoi ?
Exemple : Un cinglé (qui reste à déterminer) en Syrie (au hasard) balance du gaz sarin, histoire de pimenter sa vie. Un pays, comme la France (toujours au hasard), décide de lui pilonner la tronche, parce que ce qu’il a fait, c’est mal.

De là je me dis immédiatement :

> Dans ce cas, la légitime défense ne tient pas car le pays menaçant de représailles n’a jamais été agressé.
> On ne fait pas justice soit même, sinon c’est la fameuse loi du Far West.
> Il y a la cour pénale internationale qui peut toujours inculper l’utilisateur du gaz sarin après qu’une enquête digne de ce nom soit réalisée.

Mais surtout, et vous n’y êtes pour rien (la loi en France n’est finalement pas si mal), le mec qui menace de représailles est celui qui est le dirigeant d’un pays, et qui, par l’intermédiaire des ministres de son gouvernement, fait appliquer la loi que vous avez décrite avec brio.

Après lecture attentive de votre billet, je trouve cela (ce qui se passe entre notre pays et la Syrie) contradictoire avec la loi française ainsi qu’avec les valeurs que cette loi devrait inculquer aux Français (dont notre dirigeant fait partie). Cela n’est pas un signe encourageant pour le citoyen Lambda à ne pas faire la même chose avec son voisin qu’il a vu cramer une bagnole la veille et dont il se dit “tien, en représailles, vu que mon voisin est un malade, si je lui cramait son appart pour lui apprendre la vie ?”.

Moralité, si Mr le président agissait, comme il le fait actuellement envers la Syrie, avec un de ces concitoyens, il serait probablement mis rapidement en examen (ne serait-ce que pour menace, car pour l’instant il n’a rien fait, militairement parlant).

595. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:46 par legolas

Vous êtes journaliste ? car vous avez le chic de tirer ce qu’il vous arrange d’une citation.
La logique nécessite des arguments, les arguments ne nécessitent pas forcément de logique. (principe d’équivalence non respecter)
D’où le fait que l’on puisse payer plus pour se défendre mieux devant la cours.

596. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:46 par AG

593. @toto: Effectivement. Ceci dit,j’ignore d’où vous venez, mais sur ma planète, la Terre, l’Etat aussi commet nombre de violences illégitimes, et souvent avec une guerre de retard.

597. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:48 par Red_Drum

Billet très intéressant !
Je suis plutôt partagé sur cette affaire. Certes je peux “comprendre” le geste du bijoutier et je n’ai absolument aucune idée de ce qu’aurait été ma réaction à sa place ( bien que je sois absolument contre le port d’armes à feu ) . La réaction du Bijoutier est dangereuse et irresponsable MAIS elle est humaine. Il n’y avait plus de danger immédiat mais seulement ( je suppose ) une volonté de vengeance.
La loi doit le condamner, chacun doit maîtriser ses émotions on ne peut tuer impunément.

Je pense que les “like” sur facebook sont surtout du au ras le bol général. Malheureusement, la démarche est très maladroite et injuste.

Kenavo

598. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:50 par legolas

@toto : mais ça n’a pas “rien” à voir, c’était une tactique (surement journalistique) pour appuyer mes propos :D

599. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:50 par yo!

@Oli : il me semble que le bijoutier n’est pas mort…alors pourquoi parler de ses “enfants orphelins de père” ??? -> c’est bien ce que le procureur reproche au bijoutier pour le moment ; celui-ci n’a, semble-t-il, pas agi pour protéger sa vie. (sinon, il y aurait bel et bien lieu de retenir la légitime défense)
Le billet ci présent ne porte aucun jugement de quelque nature sur la famille de ce bijoutier - je me permet d’extrapoler aussi du coup -> il y a fort à parier que le maitre des lieux s’en serait tout aussi ému si d’aventure leur père était décédé ; c’est un piètre procès d’intention que vous faites ici.
“que voyons nous aujourd’hui ? Des récidivistes.Pas le petit récidiviste de vols de pain dans un supermarché, genre Jean Valjean. Non.”
-> les infos que j’ai pu collecter font état de vols de scooters & voitures…bon OK c’est un peu plus gros que du pain, mais c’est quand même un peu moins pire que des viols me semble-t-il non?
Quant à la récidive, c’est justement le débat ; deux idéologies s’affrontent à ce sujet. Mais force est de constater que 10 de politique répressive n’ont pas permis d’éliminer la récidive. La question est donc posée -> qu’est-ce qu’on fait? là dessus les avis sont partagés…

“Je vais aller braquer l’épicerie du coin parce que mes fins de mois sont difficiles ? Non.” -> allez-vous pour autant tuer celui qui vous volera votre bien? “Le comportement du bijoutier ne fait que répondre à ce sentiment d’injustice” -> et si le comportement du braqueur répondais lui aussi à un sentiment, bien ancré lui aussi, d’injustice sociale? (oulaaa, je m’aventure en terrain dangereux par les temps qui courent) -> mais vous évoquez vous-même cette hypothèse : ” Qu’on ne me fasse pas croire que tous les jeunes des cités sont à mettre dans le même panier, que le trafic et le crime sont les seuls issues” -> non, certainement pas les seules issues possibles. Tout comme tuer cet homme qui s’enfuyait n’était pas non plus la seule issue possible pour ce bijoutier… Ce sont des issues possibles ; et chacun des deux a choisi de prendre celle qu’il a pris.

Je crois qu’il faut savoir raison garder (sic) : soit on cherche les causes dans les deux cas, soit on en cherche aucune. Il n’est pas question d’excuser l’un au profit de l’autre, ou l’inverse. A priori ils ont chacun commis une infraction, il semble judicieux que chacun réponde de ses actes devant les tribunaux (bon vu qu’il y en a un qui est mort, ça va être difficile ; mais vous noterez que personne (!!!) ne cherche à excuser le second braqueur (celui qui est vivant et recherché par la police) il faudrait sortir de ce manichéisme constant -soit t’es avec nous soit t’es contre nous- On peut trouver des torts aux deux parties, et même comprendre les deux parties …

600. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:52 par Bof

Bof !

601. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:53 par AG

@Red_Drum: Très juste! …T’es un fan de “The Shining” toi, hein? ;-)

602. Le mardi 17 septembre 2013 à 19:58 par Jay

http://www.garderlecontrole.fr/

603. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:00 par SB

J’ai peut-être mal regardé, mais apparemment personne n’a fait de comparaison avec l’affaire « René G» , alors que ce serait à creuser : http://www.maitre-eolas.fr/post/201… (au fait, quelqu’un sait-il s’il y a eu un jugement sur la culpabilité de René G ?)

604. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:05 par Kris

Je ne cautionne jamais un meurtre. Oui j’ai dit “meurtre”, parce que tirer dans le dos d’un voleur fuyard, cela peut être considéré comme tel. En revanche, rien n’est précisé sur le passif du bijoutier, as t’il été auparavant menacé ou cambriolé? Pour exemple personnel, je suis buraliste. J’ai été cambriolé et menacé à maintes reprises. La dernière fois, alors que je ne voulais pas lâcher mon sac, 3 hommes m’ont trainé sur 200 mètres avec des coups dans les côtes. Voyant que je ne lâchais rien malgré cette maltraitance, ils sont passés à la vitesse supérieure. Trois jeunes contre une femme, la grande classe!!!! Un me tenait les jambes, l’autre tenait ma tête pendant que le dernier vidait sa bombe lacrymo dans ma bouche. Bien sur que j’ai lâché mon sac et fini à l’hosto. Mais je peux dire qu’après cela, une autre agression aurait été de trop, et je crois, malgré des valeurs humanistes de surtout de non violence, que oui, j’aurai pu commettre le geste de ce bijoutier.

605. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:05 par Manuel

Le bijoutier est le symbole, pour l’opinion publique, de l’expression du sentiment de l’insécurité ambiante.
Le soutien n’est, en aucun cas, un encouragement à ce type de comportement.
C’est un signal d’alarme donné aux pouvoirs publics.
Le bijoutier, c’est nous, c’est notre détresse.
Il est urgent, non pas de changer la loi, mais de la faire respecter.
La multiplication des vols, des agressions, des crimes, le débat est là.
Le débat n’est pas juridique, il est politique.
S’il n’y a pas d’évolution, il y aura d’autres bijoutiers, des commerçants, des infirmiers, etc.

606. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:06 par pinkpanther

Monsieur l’Avocat,
Vous nous faites là une très belle démonstration d’humanisme… jusqu’à ce que vous fassiez preuve d’une MALHONNETETE INTELLECTUELLE qui vous fait perdre toute crédibilité.
En effet, votre argumentaire postule que le bijoutier AURAIT PU toucher un innocent… vous insufflez donc dans votre démonstration, jusque là basée sur des faits et rien que des faits, un élément hautement hypothétique et surtout non avéré.
Partant de votre raisonnement, nous pourrions donc démontrer que les braqueurs, toujours armés de leurs deux fusils à pompe AURAIENT PU, pour favoriser leur fuite à moto, blesser ou tuer des innocents…
Partant du principe que la légitime défense s’applique aussi à la défense de tiers en danger, le bijoutier serait donc totalement dans son droit…
Le droit est l’art du juste et de l’équitable… et non pas une science, vous l’avez vous même démontré!

607. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:09 par Monstroglandul

Cher maître,

Je n’ai pas lu le demi-millier de messages précédents, peut-être que mes remarques seront redondantes.
Vous nous donnez les arguments relatifs à la loi, et que légalement, ce ne soit pas de la légitime défense, c’est très compréhensible et assez clair.

Mais la logique de vos réflexions hors droit me laisse franchement dubitatif.
Ce paragraphe: “Il n’a donc touché que son agresseur. Un jeune homme de 19 ans, futur père..”
Ce n’est pas “bien fait”, mais quand on braque des bijouteries avec une arme à feu, ce n’est pas étonnant de finir par se manger une bastos.
Et “si la loi avait été respectée”… ben ce type de 19 ans n’aurait pas braqué une bijouterie et ne serait pas mort. A vous lire, ce braqueur était soumis à une prédestination. A lire votre billet, vous semblez croire que la réalité et la logique se limite au droit. La logique existe aussi (et principalement) en dehors du droit. La cause première des évènements (dans leur totalité) est bien du fait des braqueurs. Pas du bijoutier. La réaction du bijoutier, ses décisions, ses choix (mauvais ou bons) découlent d’un enchaînement d’actes dont les braqueurs sont à l’origine. Ils seraient allés gratter un ticket de Millionaire, rien de tout cela ne serait arrivé.
Que le droit et la loi ne le prennent pas en considération, soit, mais dans la réalité, c’est un fait.

Et je suis abasourdi par votre explication de la motivation du braqueur: “Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”
Qu’en savez vous? Pas qu’il le faisait pour l’argent, mais qu’il ne prenait pas du plaisir?
Le braqueur larmoyant à l’idée de faire du mal, tout en menacant d’autres êtres humains avec une arme à feu, c’est votre théorie? Ou alors il était juste froid comme une machine quand il pointait son arme sur les gens?

Je suis sensible à la raison, j’ai parfaitement compris vos explications sur le droit, très claire, comme d’habitude, mais je ne souscris absolument pas à vos raisonnements en dehors du droit (j’ai presque envie de dire: comme d’habitude).
Je suis capable d’empathie, je comprends la tristesse du frère, mère, compagne du braqueur mort, mais je ne comprends pas du tout que ses proches puissent qualifier son passé judiciaire et ce braquage “d’erreur de jeunesse” (je ne sais plus si ce sont les termes exacts, mais c’est l’idée générale qui s’en dégage).

608. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:14 par Nic0s

bonjours, j’avous avoir liker la page de soutient, Non pas pour soutenir l’acte du bijoutier , ais pour soutenir l’homme qui en ôtant la vie de son braqueur, a , d’une certaine manière brisé sa propre vie. (Remord , dommage et interet , perte de son commerce de son emploi…)
Et je comprend ( je n’excuse pas) son geste.

609. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:14 par Nic0s

bonjours, j’avoue avoir liker la page de soutient, Non pas pour soutenir l’acte du bijoutier , ais pour soutenir l’homme qui en ôtant la vie de son braqueur, a , d’une certaine manière brisé sa propre vie. (Remord , dommage et interet , perte de son commerce de son emploi…)
Et je comprend ( je n’excuse pas) son geste.

610. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:16 par ZagZag

Quelle belle plaidoirie que ce billet!

Une démonstration d’un jeune avocat tout juste diplômé ? Ou simplement le quotidien d’un “Marchand de chansons”!!!!

Nous savons très bien que ce Bijoutier n’a pas agi en état de légitime défense, mais il s’agit de soutenir la victime d’un crime qui a réagi dans un sursaut de colère!!

Que feriez vous si vous croisiez le violeur de votre enfant en liberté quelques semaines après les faits?

Quand la justice de ce Pays fera son travail et lorsque les avocats cesseront de vendre leur chemise pour défendre des criminels (confondus), notre Pays retrouvera une certaine sérénité, et nous pourrons éviter ce genre drame.

Faut il défendre les auteurs ou les victimes ?

611. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:16 par Pascal VINCENT

Bonjour,
Ce jeune homme de 19 ans n’aurait pas cambriolé le bijoutier avec une arme à feu ne serait pas mort.

612. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:17 par fanfan

ben tiens plus aucune reponse de ce cher maitre devant les avis pff !! de toute façon ca sera une affaire qui flambe en ce moment et qui retombera comme un soufflet par une futur nouvelle actualite , comme toute les affaires dans 2 mois plus personne n’en parlera et cette affaire sera celle de la justice et quoi qu’on en pense on n’en saura plus rien pff !!!

613. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:18 par Escal Vigor

En parcourant ces commentaires, on remarque une grande fracture :

ceux qui se réfèrent aux principes / ceux qui rappellent la réalité

Le Maître nous montre sa maîtrise de la théorie (cours de droit) et sa sympathique capacité à mettre en fiction cette histoire (plaidoirie empathique). Les contradicteurs trépignent : “Mais ouvrez donc les yeux !”.

C’est un très bon résumé du décalage entre “les élites” et “le peuple”, dans ce pays. Les maîtres de la doxa (autrement dite “le politiquement correct”) regardent et jugent avec infiniment de morgue le vulcum pecus, le suposé-ne-pas-savoir. Plus le décalage se creuse, plus ils s’enferment dans une sorte d’autisme, récusant le réel dérangeant et refusant l’interaction avec l’autre, qui ferait imploser le jeu de miroir dans lequel ils s’assurent et se rassurent. C’est pour cela qu’ils vont perdre, ce qui est loin d’être une bonne nouvelle (sauf pour les amateurs de populisme et d’anarchie).

Un intervenant a bien résumé la situation (en 530) :

‘Vous méprisez le “bon sens” des cliqueurs parce qu’il n’est pas celui de votre classe, mais que faites-vous d’autre que de vanter le “bon sens” de votre appartenance et de vos idées ?’

614. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:21 par Tortuga

“Peut-on conditionner un comportement à son résultat ?”

Il est évident que oui. Les “autres résultats possibles” ne sont que des spéculations, et nul ne sait si ces spéculations auraient effectivement pu se concrétiser.

615. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:26 par toto

@ Escal Vigor

Vous avez raison : vive le populisme! Vive les extrêmes gauche et droite!

616. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:26 par toto

@ Escal Vigor

Vous avez raison : vive le populisme! Vive les extrêmes gauche et droite!

617. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:28 par Tortuga

Dans certains états américains, le comportement de ce bijoutier aurait été légal.

Qui peut dire quelle loi est la meilleure ?

618. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:29 par SB

@Kris: cf http://www.lepoint.fr/societe/cambr…

619. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:32 par Grégoire Nora

Bonjour Maître,
Tout d’abord merci pour cet article, c’est globalement un éclairage apaisé et bienvenue que vous posez sur ce fait divers. J’approuve entièrement votre conclusion, l’action du bijoutier est un drame pour tout le monde.

J’ai néanmoins deux réserves sur vos propos. Je me permets d’abord de vous citer :

Le ligoter, au mieux, l’assommer, le blesser, et dans le doute, tirer le premier.

Ces “pratiques” existent déjà, une de mes connaissances à vu son patron bijoutier ligoté et jeté d’une voiture 20km plus loin suite à un braquage… Quant à tirer le premier, cela est déjà malheurement arrivé trop souvent !

Par ailleurs, vous faites porter la responsabilité de cet enfant qui devra grandir sans père sur le bijoutier. Là je ne suis pas d’accord. C’est dramatique pour la famille oui, mais le seul responsable est le père en question qui a mis sa vie en danger en montant sur ce scooter armé d’un fusil. Admettez que le résultat aurait été le même si sa mort avait eu lieu dans la bijouterie sans aucun doute possible sur la légitime défense. Blâmeriez vous toujours le bijoutier dans ce cas ?

Un braquage lorsqu’on va être père est un sommet d’irresponsabilité. De même que tirer en pleine rue.

620. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:33 par GweG

Qui vous dit que ceux qui ne pensent pas comme vous ne sont pas du Peuple ? De quel droit vous vous permettez d’être porte parole du Peuple ? Penser à chaud sur l’émotionnel plutôt que raisonner avec recul, c’est être peu réfléchi et non du Peuple.

621. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:37 par GweG

Dans mon message 620 je m’adressais à Escal Vigor

@ Tortuga, parce que le cas se déroule en France. Dans d’autres pays il est légitime de caillasser des femmes victimes d’un adultère même si c’est un viol. En France, il y a quelques siècles, il était de bon ton de brûler les “sorcières” surtout si elles étaient rousses. On ne peut se défendre d’un acte illégal parce que dans une autre dimension (spatiale ou temporelle) il serait légal.

622. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:38 par guillaume

la Loi française…14 condamnations et le bougre est tjrs en liberté…mouais.
Certains d’entre vous ne se sont jamais fait braquer, un vol, c’est comme un viol, on te prend quelque chose qui est à toi contre gré.
c’est horrible.
Notre gouvernement est trop laxiste avec ce genre de chose et nous le payons, et ce sera pire dans les années à venir.
Je soutiens le bijoutier et c’est dommage qu’il n’est pas eu l’autre.
l’arme, même acquise illégalement, est là pour le protéger face à l’inefficacité des Hommes de loi et de notre système juridique.
Beaucoup d’entre vous fustigent un mec, alors que nous devrions tous nous remettre en question pour en être arrivé là, au lieu de nous amuser avec des définitions pour exposer notre science.
Nos policiers et gendarmes n’ont pas les moyens de faire respecter la loi.
Notre système scolaire est en faillite.

J’habite en Martinique et nous sommes à 14 homicides depuis Janvier 2013 (plus de 20 en Guadeloupe), tous les gars qui traînent dans la rue sont armés (armes blanches/à feu) et les plus petits ont 8ans
De plus en plus des gens “on va dire normaux” se procure des armes…pourquoi?
descendez donc dans la rue.
Moi, j’y travaille.

623. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:39 par Grany

Un enfant qui va grandir sans père…
Avez-vous pensé à ce qui est le moins pire pour lui : grandir sans père ou bien grandir avec un père “défaillant” (absent pour cause d’emprisonnement par exemple). Ce n’est pas vraiment assumer un rôle de père que de prendre de tels risques lors d’un braquage.
Personne sur ce post ne connaît cet homme, mais au vu des faits, il ne me semble pas que cet homme soit des plus respectueux de la société et de son fonctionnement. Comment savoir si cet homme aurait été un bon père (quelqu’en soit la définition que vous lui donnez) ? Peut-être est-ce une chance pour cet enfant ? Ne vous êtes-vous pas posé la question ?

624. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:41 par Paulodef

Si tout se passe comme on peut s’y attendre, établir la valeur en euros des préjudices moral et financier pour la famille du voleur décédé va être la partie vraiment galère. Je ne sais pas comment on procède pour ça, mais ce doit être un casse-tête.

625. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:41 par GweG

@Guillaume “alors que nous devrions tous nous remettre en question” charité bien ordonnée toussa…

626. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:45 par Ada

Bonjour,

Merci tout d’abord pour cet article remettant les choses dans leur contexte… (ça fait du bien!)

Ceci dit, quelque chose me gêne : la battage médiatique autour du bijoutier, de la famille du braqueur etc. pourra t’il avoir un incident sur le jugement du bijoutier et du braqueur en fuite -lorsque la police l’aura retrouvé… - ? Auprès du jurés, qui sont citoyens, je peux imaginer, mais est-ce que cela mettra la pression sur les représentants de la loi? Cela me paraitrait particulièrement… “injuste” en fait.

627. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:47 par Un homme ayant aussi été attaqué

J’ai lu 2 fois cet article très documenté et précis. J’en conclus
Que des individus armés en bande et même en surnombre (200 par exemple) attaquant une personne seule ne devront pas être tiré dessus après leur délit de vols, viol, massacre saccage et…
J’ai été attaqué par 3 Arabes dans un parc pendant que je me promenais en écoutant de la musique sur mon Iphone. C’est grâce à mon couteau que je suis encore en vie alors que 2 des 3 individus boitent maintenant après avoir goûté à ma lame.
Donc je suis coupable car j’ai gagné et ils ont perdu !
Pourtant ils étaient 3 avec une mauvaise intension et moi seule à savourer de la musique dans un parc.
.
N’y aurait pas une curiosité dans l’interprétation des lois ?
.
Il faut condamner ceux qui se défendent et encourager les agresseurs car ils ne sont que rarement emprisonnés ?
.
Je voudrais juste vous informer que mon couteau (aidé aussi par un ami présent ce jour là) a sauvé une jeune fille (qui aurait pu être votre fille) d’un possible viol par 2 individus. Évidemment, la demoiselle n’a pas porté plainte et les Beurs (désolé, mais c’est vrai, il y en a beaucoup où j’habite) sont libres de recommencer.
. Il y a LA loi, mais il y a aussi SON interprétation dans les faits.
Je n’ai jamais agressé une personne volontairement et je ne me suis jamais battu, pourtant je suis fier d’avoir été un défenseur, même si la loi me l’interdit apparemment.

628. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:48 par guillaume

@ GweG: commence par soi meme, oui et?

629. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:57 par toto

@ Un homme ayant aussi été attaqué : en fait tu n’as juste rien compris, ou tu es d’une mauvaise foi monumentale…

630. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:58 par GweG

@guillaume, si vous ne comprenez pas à ce niveau, je ne peux malheureusement rien pour vous.

@un homme ayant aussi été attaqué, on va reprendre exactement les mêmes propos que ceux tenus aux enfants.
“Si un enfant te cherche des noises, dis lui d’arrêter. S’il continue, répète deux fois qu’il doit arrêter. Si malgré tout il continue encore, alors tu peux te défendre. Mais si tu te fais attraper par l’autorité compétente (la maîtresse, l’entraîneur de sport ou autres), alors il te faudra aussi assumer les sanctions car la violence est interdite.” Mes enfants le comprennent et l’appliquent dès 4 ans. Je suis sûr qu’à votre âge vous pouvez en faire de même.
Dernier détail. Là, le bijoutier a utilisé la violence après dans le dos de l’agresseur. Ce n’est donc plus de la défense, mais de la vengeance.

631. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:59 par toto

@ Grany : là ça devient carrément effroyable. Maintenant il faut d’après vos dires un brevet de moralité pour avoir le droit de vivre… Vous êtes dingue.

632. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:00 par bob le moche

Bonjour Maître. Merci pour ce message plein de raison et d’une rationnalité qui manque (de plus en plus ?) en ce bas monde… et je tiens à préciser que je partage (presque) totalement votre avis, à part sur quelques points :
- le bon sens que vous opposez à la raison : le premier n’est à mon sens que l’expression de la seconde, associé à une notion d’évidence : il paraît difficile de les rendre antinomiques, et pas dans le cas présent. Ceux qui invoquent le bon sens pour justifier qu’on puisse (si légitime défense il n’y a pas) décider de faire justice soit même sont des imbéciles.
- vous évoquer à juste titre le fait que les magistrats sont chargés de faire appliquer la Loi, une science (allons, restons modestes !) qui est la même pour tous, base fondamentale de l’égalité Républicaine (le fort ne peut tuer le faible impunément) et de la civilisation. Oui, bien sûr que rappeler ces faits élémentaires est important, bien sûr que cela fait du bien, mais je poserai cette question qui dépasse largement le débat sur le bijoutier : y croyez vous réellement  ? (et si oui, combien êtes vous à y croire encore ?). L’observation attentive des informations nationales et internationales le démontre presque quotidiennement : les Etats (souverains ou non !), les politiques, multinationales et les hommes d’affaire qu’elle embauchent détournent sans cesse la Loi quand ils ne franchissent pas la ligne rouge de manière totalement consciente : intervention armée (Lybie !), fraude fiscale (Liliane B et Eric W (qui est toujours parlementaire au passage, c’est intéressant)), fraude électorale (ump ?)… pour ne prendre que quelques exemples. Dans l’ensemble, j’ai quand même l’impression que l’Egalité Républicaine est bien mise à mal par une application inégalitaire de la Justice et de la Loi. En conséquence, l’argument que vous évoquez, pour fondamental qu’il soit au niveau des principes, me semble assez écorné par les faits de l’actualité quotidienne.
Enfin, dernière remarque : bien sûr que je suis triste de voir un futur papa qui ne verra jamais son fils. Mais votre argumentation (qui plaide pour la raison !) est à mon sens suffisamment solide pour éviter de tomber dans l’émotionnel et le larmoyant.

Quand même, toute cette histoire me rappelle cette belle chanson de Renaud (ouh, ca date !) sur un cas un peu similaire  : “c’est bien fait pour ma gueule, je n’suis qu’un p’tit salaud : on portera pas le deuil, c’est bien fait pour ma peau”.

633. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:01 par toto

@ GweG : non, la violence pour se défendre est autorisée, justement.

634. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:02 par Lalilalo

@ 627 (Un homme ayant aussi été attaqué)

Vous devriez relire l’article une troisième fois en fait. Avec le doigt. Mot à mot.

Surtout la partie sur la définition de la légitime défense. Vous constaterez peut-être alors que le bijoutier n’était vraisemblablement pas en état de légitime défense. Mais vous peut-être vu les éléments que vous donnez.

635. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:04 par GweG

@toto en cas extrême de danger de mort. Les brouilles d’enfants ne vont pas jusque là. Chez les adultes, s’il n’y a pas cette spécificité tout de même très limitée, il en va de même.

636. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:05 par toto

@ 613. Le mardi 17 septembre 2013 à 20:18 par Escal Vigor

« En parcourant ces commentaires, on remarque une grande fracture :

ceux qui se réfèrent aux principes / ceux qui rappellent la réalité »

Non, on a la fracture suivante :

ceux qui pensent que la solution passe par les lois et les forces de l’ordre / ceux qui pensent qu’il faut instaurer la loi de la jungle.

637. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:08 par toto

@ GweG : non, il n’y a pas que cette extrémité, comme le dit la loi :

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte. »

Ce qui compte, c’est une violence proportionnée face à une atteinte injustifiée.

638. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:11 par toto

@ ZagZag : vos propos me rappellent cette époque aux USA où la foule lynchait des noirs accusés de viol, avec quelques erreurs de cible de temps à autre…

639. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:14 par GweG

Très juste, j’ai fait du simplisme en voulant simplifier.

640. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:17 par Emmanuel

La vraie Justice, c’est celle qu’à rendue le bijoutier, pas celle des baratineurs de votre genre qui n’ont de cesse que de prendre le parti des coupables pour mieux donner du travail à leur corporation !

641. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:18 par toto

Certaines personnes sont quand même atteintes de graves problèmes de cohérence en voulant opposer la violence à la violence, sous prétexte que la justice serait laxiste. Autrement dit, on trouve légitime d’employer les mêmes moyens dont on juge qu’ils devraient être condamné plus rigoureusement par la justice… La logique la plus rudimentaire devrait faire conclure que ce qu’il faut c’est une justice et des moyens policiers plus efficaces et qu’utiliser la vengeance et appliquer la loi du Talion, c’est justement faire régresser cette justice dont on regrette qu’elle soit trop laxiste…

642. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:20 par ZagZag

@toto : J’ai parlé de criminels confondus! et non pas d’accusés….
Chaque mot à son importance! Relisez mes propos avant de vous lancer dans des comparaisons fallacieuses!

643. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:20 par GweG

Je ne suis pas sûr que la logique, le raisonnement soient les ressorts utilisés pour arriver à de telles conclusions.

644. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:22 par toto

@ Emmanuel : la « vraie Justice » que vous évoquez n’est rien d’autre que la barbarie que l’institution judiciaire combat depuis des siècles, cette barbarie qui n’est que vengeance, crime d’honneur, massacres inter-familiaux, mafias et compagnie.

645. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:25 par toto

@ ZagZag : pour qu’un criminel soit « confondu », encore faut-il qu’il soit jugé et non lynché au préalable, ce qui implique qu’il a des droits…

646. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:37 par Sandra

Bonsoir,
je fais partie de ceux qui soutiennent ce bijoutier.

Il ne faut pas tout confondre: pour avoir lu pas mal de réactions, la majorité des gens qui soutiennent ce bijoutier ne se réjouissent pas de la mort du jeune braqueur, et encore moins le fait de se faire justice soi-même! Au même titre, les gens n’attendent pas que le bijoutier sorte complètement blanchi de cette affaire: il a pris une vie et c’est dramatique. Pour le jeune qui est mort, ses proches mais aussi pour les conséquences sur la vie du bijoutier. C’est un gâchis terrible et le bijoutier a sa part de responsabilité mais dans tous les cas, c’est une victime, qui n’avait rien demandé à personne et qui voit sa vie bouleversée, quelle qu’aurait été l’issue de cette affaire.

Je ne cautionne pas son acte et je déplore la mort du braqueur. Mais quand j’entends “il a tué pour 30000€”, ça me révolte. Parce que ce jeune braqueur était prêt à prendre une vie pour ces fameux 30000€. Parce que les assurances ne remboursent pas rapidement et totalement les commerçants. Parce que ce bijoutier est présenté comme un barbare sanguinaire qui n’attendais que cette occasion pour tuer. Parce que ce braqueur est présenté de telle façon qu’on s’apitoie sur son sort, en occultant que s’il n’avait pas braqué ce commerce, il serait vivant…

Contrairement au braqueur, le bijoutier n’a rien prémédité. Que la légitime défense ne soit pas retenue me semble normal: les braqueurs étaient partis et le danger était passé. Qu’on lui trouve des circonstances aggravantes et qu’on mette en avant la situation familiale, financière et le jeune âge du braqueur pour le dédouaner de son méfait, ça me paraît contestable.

N’oublions pas que du haut de ses 19 ans, ce futur papa avait 14 condamnations à son actif et a fait le choix de s’armer, d’aller agresser et voler un citoyen qui n’avait rien demandé. Si on met en avant la vie de ce jeune braqueur, pourquoi ne pas faire la même chose avec le bijoutier? Un citoyen qui travaillait et payait des impôts, qui a aussi des enfants, une femme, et qui avait subi un braquage l’année dernière et en avait été de 15000€ de sa poche suite à cet incident…Et pourtant, il n’a pas fait le choix d’aller braquer un commerçant du coin.

Ce que les gens soutiennent, ce n’est pas tant ce bijoutier ou son acte. Ces soutiens marquent un ras-le-bol: la violence croissante, les agressions de plus en plus graves, les vols qui anéantissent des vies (parce que oui, quand vous vous faites braquer, il y a énormément de répercussions sur la vie des victimes), les excuses qu’on trouve aux délinquants, la justice qui est laxiste, l’insécurité, le fait de laisser crever des commerces victimes de vols, le fait de n’avoir aucun égard vis-à-vis des victimes, les lois qui exigent de tendre l’autre joue.

Ce que les gens veulent faire passer comme message, c’est qu’ils veulent se sentir en sécurité. Ils veulent que les délinquants aient peur des conséquences de leurs actes grâce à de vraies sanctions. Le bijoutier risque gros et encore une fois, il a pris une vie, c’est normal qu’il ait à craindre des conséquences. Mais combien d’affaires de délinquance, plus ou moins violentes, à la suite desquelles les délinquants ont une peine relativement légère par rapport aux méfaits commis? Combien de multi-récidivistes qui ne craignent pas la justice?

Il ne faut quand même pas occulter que cette affaire fait les gros titres parce que c’est le braqueur qui est malheureusement décédé sous les balles de sa victime. Combien d’affaires de bijoutiers braqués et qui périssent dont on n’entend pas parler?

Bien sûr, il y aurait pu y avoir des victimes collatérales suite à des balles perdues et fort heureusement, il n’y en a pas eues. Mais les braqueurs se sont-ils posé cette question en se baladant avec des armes?
Ils ont semble t-il menacé le bijoutier avec leurs armes (non sans lui avoir donné des coups). Doit-on oublier ce fait parce que de toute façon, le braqueur a eu la plus lourde peine qui soit?

C’est justement parce que les gens ne veulent pas qu’on soit au far west qu’ils soutiennent la réaction du bijoutier. Il y aura toujours des gens haineux, avides de violences, il y aura toujours des gens qui voudront se la jouer cow-boy, il y a toujours des gens qui rêveront de porter des armes pour se venger de tout et n’importe quoi, mais pour la majorité de ceux qui soutiennent le bijoutier, c’est justement l’inverse. Voyons plus loin que ça et notons le symbole, le vrai message des gens.

Et à chacun de se poser la question: sous le coup de la peur, de la douleur (suite à des coups portés par les malfrats), du ras-le-bol, du manque de discernement quant à la situation financière, n’aurait-on pas eu la même réaction? N’aurait-on pas tenté d’arrêter nos bourreaux et de récupérer leur butin?
La justice doit déterminer les circonstances de cette affaire, nous ne sommes pas dans la tête du bijoutier pour savoir s’il visait le scooter ou pas.
Mais quand on voit le nombre d’affaires pour lesquelles les malfrats s’en tirent à bon compte, on se dit que la justice ne sera pas la même et ça révolte les gens.

647. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:38 par Escal Vigor

TEST

Certains d’entre vous ont sans doute vu cette vidéo d’une jeune femme démolissant son voleur, dans le métro de Moscou :

http://www.youtube.com/watch?featur…

C’est assez “jouissif”, et l’on peut supposer que la quasi-totalité des personnes qui visionnent cette scène applaudit la jeune femme.

Mais ce n’est pas de la légitime défense, loin de là. Quelle serait la sanction applicable, en droit français ? Car le voleur tabassé pourrait légitimement porter plainte, d’autant qu’il a dû se retrouver en incapacité de travail pour quelques jours…

(PS : certains mettent en doute la réalité de ce film, peu importe ici)

648. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:40 par Fredka

D’abord, merci beaucoup pour ce billet. N’étant pas du métier, ça m’a appris beaucoup de choses.
Ensuite, en ce qui concerne le père absent, je suis d’un avis totalement opposé à la personne du post 623.
Avec un père en prison (et une mère simplement fatiguée d’élever seule son enfant) le gosse avait la possibilité d’apprendre “assumer ses actes”. Et peut-être même qu’il aurait grandi plus tôt que les autres et aidé sa mère (sait-on jamais).
Par contre avec un père mort (et une mère affligée de tristesse) et il est plus probable qu’il développe des envies de revanche (ou de vengeance) contre les personnes qu’il jugera responsable de ce gâchis et se livre lui-même à des actes répréhensibles.

Mais je vais m’arrêter là car ce ne sont que des supputations.

Merci encore pour cet article. Il fait du bien à lire :)

649. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:40 par Fredka

D’abord, merci beaucoup pour ce billet. N’étant pas du métier, ça m’a appris beaucoup de choses.
Ensuite, en ce qui concerne le père absent, je suis d’un avis totalement opposé à la personne du post 623.
Avec un père en prison (et une mère simplement fatiguée d’élever seule son enfant) le gosse avait la possibilité d’apprendre “assumer ses actes”. Et peut-être même qu’il aurait grandi plus tôt que les autres et aidé sa mère (sait-on jamais).
Par contre avec un père mort (et une mère affligée de tristesse) et il est plus probable qu’il développe des envies de revanche (ou de vengeance) contre les personnes qu’il jugera responsable de ce gâchis et se livre lui-même à des actes répréhensibles.

Mais je vais m’arrêter là car ce ne sont que des supputations.

Merci encore pour cet article. Il fait du bien à lire :)

650. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:40 par Fredka

D’abord, merci beaucoup pour ce billet. N’étant pas du métier, ça m’a appris beaucoup de choses.
Ensuite, en ce qui concerne le père absent, je suis d’un avis totalement opposé à la personne du post 623.
Avec un père en prison (et une mère simplement fatiguée d’élever seule son enfant) le gosse avait la possibilité d’apprendre “assumer ses actes”. Et peut-être même qu’il aurait grandi plus tôt que les autres et aidé sa mère (sait-on jamais).
Par contre avec un père mort (et une mère affligée de tristesse) et il est plus probable qu’il développe des envies de revanche (ou de vengeance) contre les personnes qu’il jugera responsable de ce gâchis et se livre lui-même à des actes répréhensibles.

Mais je vais m’arrêter là car ce ne sont que des supputations.

Merci encore pour cet article. Il fait du bien à lire :)

651. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:40 par Fredka

D’abord, merci beaucoup pour ce billet. N’étant pas du métier, ça m’a appris beaucoup de choses.
Ensuite, en ce qui concerne le père absent, je suis d’un avis totalement opposé à la personne du post 623.
Avec un père en prison (et une mère simplement fatiguée d’élever seule son enfant) le gosse avait la possibilité d’apprendre “assumer ses actes”. Et peut-être même qu’il aurait grandi plus tôt que les autres et aidé sa mère (sait-on jamais).
Par contre avec un père mort (et une mère affligée de tristesse) et il est plus probable qu’il développe des envies de revanche (ou de vengeance) contre les personnes qu’il jugera responsable de ce gâchis et se livre lui-même à des actes répréhensibles.

Mais je vais m’arrêter là car ce ne sont que des supputations.

Merci encore pour cet article. Il fait du bien à lire :)

652. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:40 par Fredka

D’abord, merci beaucoup pour ce billet. N’étant pas du métier, ça m’a appris beaucoup de choses.
Ensuite, en ce qui concerne le père absent, je suis d’un avis totalement opposé à la personne du post 623.
Avec un père en prison (et une mère simplement fatiguée d’élever seule son enfant) le gosse avait la possibilité d’apprendre “assumer ses actes”. Et peut-être même qu’il aurait grandi plus tôt que les autres et aidé sa mère (sait-on jamais).
Par contre avec un père mort (et une mère affligée de tristesse) et il est plus probable qu’il développe des envies de revanche (ou de vengeance) contre les personnes qu’il jugera responsable de ce gâchis et se livre lui-même à des actes répréhensibles.

Mais je vais m’arrêter là car ce ne sont que des supputations.

Merci encore pour cet article. Il fait du bien à lire :)

653. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:46 par Yacine

@347

ça n’a absolument rien à voir. Bien sûr que si c’est bien de la légitime défense que le comportement de cette femme

654. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:55 par Escal Vigor

@ 636, toto

“ceux qui pensent que la solution passe par les lois et les forces de l’ordre / ceux qui pensent qu’il faut instaurer la loi de la jungle”

Caricature (seuls les criminels souhaitent la loi de la jungle).

Cette loi n’a pas besoin d’être souhaitée pour s’installer : c’est celle qui s’instaure quand la puissance publique fait défaut.

Vous voyez que nous sommes à peu près tous d’accord sur le fond.

Bon, je retourne sangloter en lisant l’article du Monde (“La vie tourmentée de A.A.”), c’est plus confortant que de regarder les photos du frère du braqueur arme au poing sur sa page Facebook. Comme le disent pas mal de commentaires ici à propos de l’exposé de Maître Eolas, “ça fait du bien à lire” : c’est doux comme un conte de fées.

655. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:55 par Escal Vigor

@ 636, toto

“ceux qui pensent que la solution passe par les lois et les forces de l’ordre / ceux qui pensent qu’il faut instaurer la loi de la jungle”

Caricature (seuls les criminels souhaitent la loi de la jungle).

Cette loi n’a pas besoin d’être souhaitée pour s’installer : c’est celle qui s’instaure quand la puissance publique fait défaut.

Vous voyez que nous sommes à peu près tous d’accord sur le fond.

Bon, je retourne sangloter en lisant l’article du Monde (“La vie tourmentée de A.A.”), c’est plus confortant que de regarder les photos du frère du braqueur arme au poing sur sa page Facebook. Comme le disent pas mal de commentaires ici à propos de l’exposé de Maître Eolas, “ça fait du bien à lire” : c’est doux comme un conte de fées.

656. Le mardi 17 septembre 2013 à 21:59 par Escal Vigor

@ Yacine

Je ne suis pas juriste (oh pardon !), mais je ne vois pas en quoi cette jeune femme serait en légitime défense. En droit français son acte est beaucoup plus grave que celui du voleur.

657. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:02 par Yacine

@ Escal Vigor 647 et non pas 347

ça n’a absolument rien à voir. Bien sûr que si c’est bien de la légitime défense que le comportement de cette femme

658. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:02 par kevin

première chose, expliqué moi comment on peut être multi récidiviste alors que je vois des 30 ans, 20 ans?

après j’aimerai savoir pour vous, la prison elle sert a quoi? qu’est se que la loi dit sur sa ?

après tes explication sont très bien mais on a le droit a la liberté d’expression ( tant quel reste non violente et fait de tord a personne)

659. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:02 par Fredka

Je suis vraiment désolée, j’ai des problèmes d’internet en ce moment et du coup mon message s’est enregistré 5 fois (648 à 652). Je suis désolée. Vraiment.

660. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:03 par Colas

@Toto
Pas d’accord sur votre réfutation de mon propos sur POPPER… Cohérence : le droit peut la revendiquer, du moins pas moins que certaines sciences,
Complétude : c’est le critère de POPPER le plus délicat,
Consistance : le droit n’y satisfait pas et c’est le plus important…
@Legolas : hé hé, vous ne vous ferez pas que des amis ici mais ok avec votre intervention !

661. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:11 par elomaflo

Felicitation Maitre pour votre texte impeccable, il explique clairement la situation actuelle.
Par contre, en voulant reprendre le sens de vos propos :” “l’État, qui est le bras séculier de la loi, a failli à protéger ce bijoutier. Cela peut engager la responsabilité de l’État”.
Il est grand temps que l’État assure la protection de ses citoyens. ” J’oserais vous dire que l’état à failli à sa tâche en laissant un jeune de 19 ans, condamné 14 fois pour des faits de violences et autres …, libre de ses faits et gestes.

Ce faisant, l’état à permis a ce “volé” de se sentir en danger, d’être brutalisé par cet individu et de tenter à sa manière de défendre le fruit de son travail.

D’accord, il a commis l’irréparable, soit, il n’a certainement pas eu la réaction approprié aux yeux de la loi en tirant sur les voleurs, cela dit, regarderez vous cos cambrioleurs partir en reprenant le cours de votre vie comme si de rien n’était ?

662. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:20 par Riri

@ Jf 121. Rectification : La faute de la victime peut tout a fait être invoquée, mais par le fonds de garantie lorsque la question de l’indemnisation vient devant la civi. La faute de la victime peut même exclure tout droit à indemnisation (706-3 et s du cpp). Elle peut également être invoquée au civil en cas d’accident de la circulation (loi de 85).

663. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:20 par Riri

@ Jf 121. Rectification : La faute de la victime peut tout a fait être invoquée, mais par le fonds de garantie lorsque la question de l’indemnisation vient devant la civi. La faute de la victime peut même exclure tout droit à indemnisation (706-3 et s du cpp). Elle peut également être invoquée au civil en cas d’accident de la circulation (loi de 85).

664. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:22 par yo!

@ Escal Vigor - 647 : relisez la définition de la légitime défense, vous verrez que la réaction de cette femme entre parfaitement dans ce cadre :réponse concomitante à l’action, nécessaire, agression réelle et illégitime (et pas d’homicide volontaire donc n’entre pas dans le cadre de cette exception) On pourra juste -à la limite- débattre du caractère proportionné de la réaction. Mais les juges apprécient in concreto : elle n’utilise pas d’arme, doit peser 45 kg toute mouillée, le voleur fait une tête de plus qu’elle… elle ne s’acharne pas sur lui une fois qu’il est à terre et qu’elle a récupéré son bien -et donc que le risque contre elle ou son bien est écarté.
Il y a de grandes chances que la légitime défense soit retenue, à mon humble avis.

665. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:26 par bierologue déjanté

j adore le commentaire 334

666. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:32 par toto

@ Escal Vigor : non, non, ce n’est en rien une caricature, mais je souligne ironiquement que la seule solution est de donner plus de moyens à la justice, à la police, aux prisons, et que donc tout ce raffut ne sert strictement à rien, sinon encore une fois à opposer entre eux des Français qui sur le fond sont à peu près d’accord, car qui cracherait sur des juges qui auraient les moyens et le temps de traiter leurs dossiers, sur des policiers bien formés disposant de moyens adéquats, sur des prisons qui n’engendrent pas en grande partie la récidive dans des conditions inhumaines mais qui au contraire punissent puis réintègrent ?

Mais avec tout ce cirque : 1°) seule l’extrême-droite en tire bénéfice en essayant de nous faire croire comme d’habitude qu’il y a d’un côté les bons Français et de l’autre les mauvais, d’un côté ceux qui ont tout compris à tout avec leur bon sens inné qui leur permet de distinguer le gentil de l’infâme engeance délinquante à éliminer, et de l’autre les fameux « bien-pensants » qui bien sûr idolâtrent les criminels ; 2°) au lieu de gueuler directement sur les responsables politiques qui ont des comptes à rendre et devraient être pris à partie avec autant de virulence et de fermeté que le permet une société démocratique, le « bon peuple » clique sur un bouton d’un site internet… dans une semaine ou dix jours, ce sera oublié et on passera au fait-divers suivant…

667. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:33 par Prévost

Trop fort, le coup de l’enfant qui ne connaîtra jamais son père… et de ce fait tombera dans la délinquance parce que son père, s’il n’avait pas été tué lors d’un braquage, serait devenu brutalement un saint homme: il n’aurait donc pas pu lui expliquer les bienfaits de la vie honnête !
Ça marche encore, dans les tribunaux, une telle fable?
On pourrait après tout, puisque nous sommes dans l’absurde, imaginer l’inverse: la jeune maman va rencontrer un homme honorable, un commerçant (un bijoutier, par ex.) ou même un avocat, elle va se marier et le couple va élever ce garçon avec des valeurs de travail et d’honnêteté.
Cette version est beaucoup plus crédible je crois…

668. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:33 par Prévost

Trop fort, le coup de l’enfant qui ne connaîtra jamais son père… et de ce fait tombera dans la délinquance parce que son père, s’il n’avait pas été tué lors d’un braquage, serait devenu brutalement un saint homme: il n’aurait donc pas pu lui expliquer les bienfaits de la vie honnête !
Ça marche encore, dans les tribunaux, une telle fable?
On pourrait après tout, puisque nous sommes dans l’absurde, imaginer l’inverse: la jeune maman va rencontrer un homme honorable, un commerçant (un bijoutier, par ex.) ou même un avocat, elle va se marier et le couple va élever ce garçon avec des valeurs de travail et d’honnêteté.
Cette version est beaucoup plus crédible je crois…

669. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:33 par Prévost

Trop fort, le coup de l’enfant qui ne connaîtra jamais son père… et de ce fait tombera dans la délinquance parce que son père, s’il n’avait pas été tué lors d’un braquage, serait devenu brutalement un saint homme: il n’aurait donc pas pu lui expliquer les bienfaits de la vie honnête !
Ça marche encore, dans les tribunaux, une telle fable?
On pourrait après tout, puisque nous sommes dans l’absurde, imaginer l’inverse: la jeune maman va rencontrer un homme honorable, un commerçant (un bijoutier, par ex.) ou même un avocat, elle va se marier et le couple va élever ce garçon avec des valeurs de travail et d’honnêteté.
Cette version est beaucoup plus crédible je crois…

670. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:34 par emilie

Je pense que l’on pourrait éventuellement demander l’avis de la famille de la psy suisse de ce qu’elle pense de la justice et surtout de son application. Si il est normal qu’une personne plus que récidiviste puisse agir impunément et agresser voir tuer des gens, il n’est pas anormal de voir une personne lamda se faire justice elle même. Personnellement il n’y a qu’une coupable c’est la justice! Mais ce n’est que mon avis.

671. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:35 par Escal Vigor

@ yo !

Merci pour vos précisions. Donc j’ai le droit de frapper quelqu’un qui vient de me voler, si je comprends bien.

Anecdote : un jour, me trouvant chez moi face à face avec un voleur, je l’ai enfermé dans une pièce. Il s’en est enfui en sautant par la fenêtre et je me suis fait sermonner par un policier : “s’il s’était blessé en sautant vous étiez responsable”.

672. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:37 par matt

Moralité : quand on est désespéré, sans un sou, et qu’on veut mettre sa famille à l’abri du besoin, il suffit de braquer une bijouterie
- si ca marche, on touche le pactole,
- si on se fait descendre par le bijoutier, c’est la famille qui touche le pactole
- si on se fait arrêter, Taubira nous réprimande et nous relâche avec un avertissement

Ca va créer des vocations, c’est sûr !

673. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:40 par Oli

@Yo (599) c’est bien ce que le procureur reproche au bijoutier pour le moment ; celui-ci n’a, semble-t-il, pas agi pour protéger sa vie. (sinon, il y aurait bel et bien lieu de retenir la légitime défense)
Le billet ci présent ne porte aucun jugement de quelque nature sur la famille de ce bijoutier - je me permet d’extrapoler aussi du coup -> il y a fort à parier que le maitre des lieux s’en serait tout aussi ému si d’aventure leur père était décédé ; c’est un piètre procès d’intention que vous faites ici.

Nous sommes d’accord, ce n’est pas de la légitime défense, Maître Eolas nous l’a fort bien expliqué. En l’occurrence, ce que je voulais expliquer c’est que le braqueur lui ne s’est peut-être pas posé la question de savoir si le bijoutier avait une famille et était en passe de devenir père quand il l’a roué de coups et posé le pistolet sur la tempe. Alors à ce que le bijoutier le devine aussi….Mais Maître n’en a rien évoqué, il aurait mieux valu du coup ne rien dire à ce sujet, et rester sur les faits juridiques, et non dans le pathos. Car le ressenti que j’ai eu dans ce passage est bel et bien un parti pris. Dire simplement il a fait ça, il risque tant, suffisait amplement…

“que voyons nous aujourd’hui …? Des récidivistes.Pas le petit récidiviste de vols de pain dans un supermarché, genre Jean Valjean. Non.”
-> les infos que j’ai pu collecter font état de vols de scooters & voitures…bon OK c’est un peu plus gros que du pain, mais c’est quand même un peu moins pire que des viols me semble-t-il non?
Quant à la récidive, c’est justement le débat ; deux idéologies s’affrontent à ce sujet. Mais force est de constater que 10 de politique répressive n’ont pas permis d’éliminer la récidive. La question est donc posée -> qu’est-ce qu’on fait? là dessus les avis sont partagés…

Demandez à des gens qui ont subi des cambriolages, ils vous diront qu’ils l’ont subi comme un viol, non pas physique, mais un viol de leur intimité, de leurs souvenirs, une intrusion intolérable…Une voiture, c’est pour certaines personnes une nécessité, des biens qu’ils acquièrent au bout de longs mois de travail et de cotisation…sans parler de la violence qui a, et là j’avoue ne faire que supposer, été peut-être employée pour acquérir ces biens…et on en revient au même….

Que faire ? Il est clair que ce n’est pas qu’en construisant des seules prisons et en les remplissant qu’on va résoudre les choses. Encore moins en tirant dans le dos des gens ! Il faut des moyens, que les politiques de tout bord ne se donnent pas, pour qu’il y ait une réelle surveillance de la délinquance, de la prévention….mais aussi de la sanction. Je me répète mais le drame de Colombes montre qu’il y a un profond malaise et qu’un type se permette de violer et tabasser deux jeunes femmes, rentrer tranquillou en retard à la prison couvert de sang sans être inquiété, est intolérable. Idem qu’un directeur de prison n’assume pas ses fautes quand il a mis entre les mains d’un meurtrier un prisonnier en connaissant le passé du détenu en question…

Je suis pour une politique de prévention, et de deuxième chance….Mais faire comprendre qu’il n’y en aura pas de 3e. Sûr qu’avec la crise et le manque d’emploi, l’envie de s’en sortir est mise à mal, mais j’en reviens à cette phrase, on en est presque tous là aujourd’hui, mais heureusement que tous ne vont pas braquer des banques pour autant.
Il n’est pas normal non plus de voir des jeunes insulter des policiers (et inversement) ou se foutre de leur tête parce que remis en liberté. Où est le respect de l’autorité ? Celle qu’on m’a inculquée petite et que beaucoup de citoyens respectent, contrairement à la plupart de ces délinquants ?

“Je vais aller braquer l’épicerie du coin parce que mes fins de mois sont difficiles ? Non.” -> allez-vous pour autant tuer celui qui vous volera votre bien? “Le comportement du bijoutier ne fait que répondre à ce sentiment d’injustice” -> et si le comportement du braqueur répondais lui aussi à un sentiment, bien ancré lui aussi, d’injustice sociale? (oulaaa, je m’aventure en terrain dangereux par les temps qui courent) -> mais vous évoquez vous-même cette hypothèse : ” Qu’on ne me fasse pas croire que tous les jeunes des cités sont à mettre dans le même panier, que le trafic et le crime sont les seuls issues” -> non, certainement pas les seules issues possibles. Tout comme tuer cet homme qui s’enfuyait n’était pas non plus la seule issue possible pour ce bijoutier… Ce sont des issues possibles ; et chacun des deux a choisi de prendre celle qu’il a pris.

Je ne me vois pas tuer quelqu’un, pour quelque raison que ce soit, mais je ne sais pas ce que j’aurais fait à la place du bijoutier. En sachant pertinemment qu’il y avait, au vu du contexte, des chances que les assurances le remboursent peanuts, la justice relâche ces jeunes une fois de plus, et qu’il avait été blessé, sûr que ça aurait aussi cogité dans ma tête.

Je crois qu’il faut savoir raison garder (sic) : soit on cherche les causes dans les deux cas, soit on en cherche aucune. Il n’est pas question d’excuser l’un au profit de l’autre, ou l’inverse. A priori ils ont chacun commis une infraction, il semble judicieux que chacun réponde de ses actes devant les tribunaux (bon vu qu’il y en a un qui est mort, ça va être difficile ; mais vous noterez que personne (!!!) ne cherche à excuser le second braqueur (celui qui est vivant et recherché par la police) il faudrait sortir de ce manichéisme constant -soit t’es avec nous soit t’es contre nous- On peut trouver des torts aux deux parties, et même comprendre les deux parties …

Je pense que cette histoire a brisé deux familles, et révélé un ras le bol en France. Et beaucoup de malaises quant à la gestion de la Justice en France. Ce qui révolte c’est aussi qu’on minimise cette colère, qu’on cherche forcément à la politiser en l’associant aux extrêmes, qu’on prend les likers pour des gens haineux et sans pitié, alors qu’ils ne font soit qu’apporter un soutien à l’épreuve que subit le bijoutier (dans le fait d’avoir pris une vie et d’être condamné) ou exprimer un certaine fatigue.

674. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:45 par Escal Vigor

@ 666, Toto

Le “bon peuple” s’exprime comme il peut, dans une démocratie qui bugue autant que cette estimable page Internet.

Bien sûr dans 8 jours tout le monde sera passé à une autre actualité. Mais on n’efface pas l’Histoire.

Le “buzz” inouï de la page Facebook en est un signe. L’attitude des médias et des bien pensants face à cette page (qui ont propagé le doute sur la réalité de ces “likes” alors qu’il n’y avait aucune information sérieuse en ce sens) a dû précipiter quelques dizaines de milliers de personnes en plus vers le vote FN…

675. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:48 par GweG

@Escal Vigor mais encore une fois au nom de quoi vous estimez que votre position est celle du Peuple ? Vous n’êtes que le représentant de votre point de vue. D’ailleurs plusieurs commentaires ont expliqué avoir cliquer sur le fameux bouton “like” sans pour autant avoir la position que vous leur accordée). 65M d’habitants… La page c’est 1,6M de j’aime dont certains expiquent clairement qu’ils ne sont pas de votre avis. Laissez le Peuple et parlez en votre nom à vous. Ça suffira largement.

676. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:51 par contre tout contre

Cher Maitre,

Je suis désolé de ne pas être en accord avec tous vos dires, la morale des avocats c est juste l utilisation de textes pour se donner raison, et donc je déplore que sans aucune espèce de morale certains de vos confrères et vous mêmes peut être défendiez sans vergogne des accusés dont vous connaissez avec certitude la culpabilité et tout ça au nom de la justice ??? non au nom du fric !!

677. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:51 par contre tout contre

Cher Maitre,

Je suis désolé de ne pas être en accord avec tous vos dires, la morale des avocats c est juste l utilisation de textes pour se donner raison, et donc je déplore que sans aucune espèce de morale certains de vos confrères et vous mêmes peut être défendiez sans vergogne des accusés dont vous connaissez avec certitude la culpabilité et tout ça au nom de la justice ??? non au nom du fric !!

678. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:55 par toto

@ Escal Vigor : ça ne nous avance pas à grand chose tout ça, et parler d’histoire avec un grand H, c’est quand même rapetisser la grande…

679. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:57 par Escal Vigor

@ Oli, 673

Il y a des pages qui soutiennent le braqueur et sa famille, comme celle-ci, édifiante :

“une grosse penser a la maman qui doit ètre dans tous ces états de voir une page a + d’ 1 million de soutien pour ce vieu chien ces honteux !!!!” http://www.facebook.com/pages/Souti…

Sans parler des innombrables (237 000 à l’instant) qui se moquent du bijoutier (comparé à un lapin qui a tué un chasseur) et de la mobilisation populaire en sa faveur (voilà qui va sûrement arranger les choses…) :

http://www.facebook.com/soutien1lap…

680. Le mardi 17 septembre 2013 à 22:57 par toto

@ Escal Vigor : et bien sûr, tu n’as pu t’empêcher d’évoquer les fameux « bien pensants », expression marqueur d’un discours pré-formaté.

681. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:00 par lol

Halte à la pensée unique des bobos, dont les propos nauséabonds nous rappellent les heures les plus sombres de notre histoire ; car la bien-pensance du discours dominant est un pur produit du politiquement correct des bisounours !!!

682. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:00 par banane

A tous ceux qui expriment leur raz-le-bol de la violence gratuite provoquée par une justice bien trop permissive, je me permets de préciser que le nombre d’homicides n’a jamais été aussi faible qu’aujourd’hui dans notre pays…
Je dis ça, mais, en fait, je crois que tout le monde s’en fout…

683. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:07 par AVC

@ banane : oulah, malheureux ! si on se met à injecter des faits dans le débat, certains vont faire une rupture d’anévrisme !

684. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:09 par Julien

Merci pour cet excellent article très pertinent ! Il y a juste un petit point avec lequel je ne suis pas d’accord avec vous. Quand vous dites que le braqueur ne tirait pas plaisir du malheur des autres, il a quand même tabassé le bijoutier…

A part ce détail, ce qui me trouble le plus, après la mort de ce jeune de 19 ans, est la raison qui a poussé le bijoutier à agir de la sorte.
Pourquoi, après le braquage, a t-il tiré sur ses assaillants au lieu de contacter la police ?

Bien évidemment, le procès répondra à la question, mais je pense que cela dénote une perte de confiance de certains citoyens envers l’appareil judiciaire français. “Puisque l’Etat ne peut assurer ma protection et rendre la justice, alors je vais le faire moi-même”. Tel est le mot d’ordre inquiétant, non seulement du bijoutier, mais aussi de ceux qui le soutiennent.

Ne vous méprenez pas, j’ai moi-même toute confiance en la justice française, mais ne pensez-vous pas qu’une partie de la population considère que l’Etat n’est plus apte à les protéger et à rendre la justice ? Le bijoutier de Nice n’aurait-il pas ouvert une boite de Pandore et comment la renfermer au plus tôt avant de voir apparaître des Clint Eastwood du dimanche ?

685. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:14 par Escal Vigor

@ Toto

L’histoire est aussi faite de petits riens.

@ GweG

Vous me faites beaucoup d’honneur, mais je ne crois pas avoir prétendu parler au nom de qui que ce soit. Je dis juste que la plupart des gens se sentent intimement solidaires du bijoutier, que cette solidarité s’est exprimée d’une manière surprenante et massive, et que ne pas vouloir admettre ce fait est une marque de mépris et un très très mauvais “calcul”.

1 million et demi de personnes ont dit en substance : “je sais très bien qu’il est interdit de faire justice soi-même mais je soutiens celui qui l’a fait”. C’est un acte de désobéissance civile, de rébellion ou d’insurrection “soft”. Je vais vous faire hurler, mais cela me rappelle “le manifeste des 343 salopes”. Ici nous avons eu le manifeste des “un million et demi de connards”. Or ces “connards” ne sont pas tous de gros beaufs incultes et irresponsables (à toutes fins utiles : je n’ai pas “liké” la fameuse page).

686. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:16 par Kiki

A tous ceux qui évoquent ce vénéré proverbe “Dura lex sed lex” pour justifier la sanction du bijoutier…
En principe, je serais d’accord, sauf que pour que ce proverbe soit réaliste, il faut que la loi soit dure.
Ce qui n’est en l’occurrence pas le cas; parce que si elle l’était vraiment, le voleur, au bout de 14 condamnations, ne serait pas ressorti de prison avant d’avoir des cheveux blancs.
Et, par conséquent, si la loi était dure, le bijoutier n’aurait tué personne.
Bien évidemment, il a commis une erreur et il doit en payer le prix; mais n’oubliez pas ceci: l’Etat est aussi responsable de cette erreur.

687. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:27 par Flev

Bonjour,

Je me pose une question. Imaginons que lors de la fuite le scooter soit immobilisé. Puis que les braqueurs sous le feu du bijoutier aient répliqué. Les braqueurs aurait-il pu plaider la légitime défense ?
En vous remerciant pour ce billet.

688. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:32 par GweG

@Escal Vigor, alors cessez d’utiliser le terme “peuple” a tord et à travers. Dans le cas précis de ce débat, tous ceux qui expriment un point de vue comme tous ceux qui ne le font pas sont le peuple. Le discours des “Français incompris des élites”, du “bon peuple”, de “ceux qui vivent dans le monde réel”, c’est gonflant et surtout totalement faux. C’est retirer toute légitimité de débattre aux autres sans que ce soit justifié.

689. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:32 par toto

@ Escal Vigor

Et il y a une immense majorité de petits riens qui restent de petits riens.

690. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:34 par Escal Vigor

“Peuple” / “Elites” (avec tous les guillemets que vous voudrez)

Exemple : lisez l’article du Monde, puis regardez les réactions des ABONNES à ce journal. Il y a comme un décalage entre le point de vue bienséant (pour changer de “bien-pensant”…) du journal et celui d’une bonne part de ses lecteurs (connards du FN, sans doute…).

http://lemonde.fr/societe/reactions…

691. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:34 par Benj

@yo! (520)

Merci pour la réponse!
Je ne suis pas entierement d’accord avec l’interpretation et pense que cela meriterait nuance mais comprends la base de cette loi.

Merci pour les éclairages :)

Benjamin

692. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:35 par dav

Tout a fait d’accord.

Quand a l’argument : “ca dissuadera les futurs braqueurs”, je pense au contraire qu’ à l’avenir, ils tueront le bijoutier avant de repartir en scooter. C’est plus sur pour eux, et ca nous évitera ce genre de débat ridicule en France.

693. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:37 par pl

La vrai question est plutôt pour moi: que fait l’état pour prévenir ce genre de comportement? (je parle de l’augmentation de la délinquance hein ) la réforme de la justice proposé par Taubira va plus dans le sens de la démagogie où on se donne bonne conscience dans le genre “les pauvres c’est pas leur faute si ils ont eu une enfance difficile laissons les en liberté”.
Etant étudiant en droit je me rappel d’une audience au tribunal correctionnel de Paris ou l’un des accusé avait à 23 ans une vingtaine de condamnation pour vol (ce n’était pas des braquages) avait également deux enfants, au bout d’un moment je trouve que deux ans de prison (la peine plancher pour l’infraction en question) c’est peut-être ce dont ces gens ont besoin pour se remettre en question et qu’une période de probation sera inefficace car non-dissuasive. Enfin pour ceux qui trouvent que le bijoutier a eu raison de tirer, partez aux Etats-Unis là-bas c’est facile: vous pouvez descendre le type qui est sur votre pelouse sans sommation et son frère viendra probablement vous faire la peau le lendemain… Parce que ce bijoutier en plus de probablement être condamné risque aussi des représailles.
647: en France je dirait que cette personne n’as pas fait preuve d’une démesure dans sa riposte, pas d’armes utilisée , et si elle met quelques coups elle ne s’acharne pas non plus sur son agresseur et s’enfuit peu après. la légitime défense ne me parait pas impossible… sinon ce sera violences volontaires jusqu’à 5 ans d’emprisonnement je crois.

694. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:40 par GweG

@Escale Vigor Ce n’est pas parce que quelques exemples que vous citez correspondent à votre théorie qu’elle est forcément juste. Les commerçants du vieux Nice qui manifestent ainsi que le maire de cette ville et M. Ciotti, c’est le peuple ? Lol comme disent les d’jeuns. En revanche, le commentaire d’un article que j’ai lu de la part d’un retraité de la sncf à la Courneuve et qui ne rejoignait pas les soutiens du bijoutier signifie que lui représentait l’élite. Sortir des exemples ne permet pas de faire une généralité aussi stupide que ce débat c’est le peuple contre les élites, avec ou sans guillemet.

695. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:51 par victime

que la justice fasse son travail et que l’on nous laisse faire le notre! on en demande pas plus, mais si il faut “liker” pour etre entendu je like!
pourquoi ce faire traiter de facho ou d’imbécile si vous avez la solution miracle alors partagez sinon arretez de croire que un commerçant (car il n’y a pas que les bijoutiers)est forcement un demeuré !

696. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:51 par victime

que la justice fasse son travail et que l’on nous laisse faire le notre! on en demande pas plus, mais si il faut “liker” pour etre entendu je like!
pourquoi ce faire traiter de facho ou d’imbécile si vous avez la solution miracle alors partagez sinon arretez de croire que un commerçant (car il n’y a pas que les bijoutiers)est forcement un demeuré !

697. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:51 par victime

que la justice fasse son travail et que l’on nous laisse faire le notre! on en demande pas plus, mais si il faut “liker” pour etre entendu je like!
pourquoi ce faire traiter de facho ou d’imbécile si vous avez la solution miracle alors partagez sinon arretez de croire que un commerçant (car il n’y a pas que les bijoutiers)est forcement un demeuré !

698. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:51 par victime

que la justice fasse son travail et que l’on nous laisse faire le notre! on en demande pas plus, mais si il faut “liker” pour etre entendu je like!
pourquoi ce faire traiter de facho ou d’imbécile si vous avez la solution miracle alors partagez sinon arretez de croire que un commerçant (car il n’y a pas que les bijoutiers)est forcement un demeuré !

699. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:51 par victime

que la justice fasse son travail et que l’on nous laisse faire le notre! on en demande pas plus, mais si il faut “liker” pour etre entendu je like!
pourquoi ce faire traiter de facho ou d’imbécile si vous avez la solution miracle alors partagez sinon arretez de croire que un commerçant (car il n’y a pas que les bijoutiers)est forcement un demeuré !

700. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:51 par victime

que la justice fasse son travail et que l’on nous laisse faire le notre! on en demande pas plus, mais si il faut “liker” pour etre entendu je like!
pourquoi ce faire traiter de facho ou d’imbécile si vous avez la solution miracle alors partagez sinon arretez de croire que un commerçant (car il n’y a pas que les bijoutiers)est forcement un demeuré !

701. Le mardi 17 septembre 2013 à 23:56 par Koopa Troopa

J’espère que si le bijoutyier est condamné à indemniser la famille du braqueur, il saura se rendre insolvable… Au pire, il lui restera toujours la solution de braquer à son tour (qu’il aille braquer les bobos, c’est sans risque)

702. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:05 par Le busard

Je savais bien que pour trouver un peu de bon sens sur le sujet, je devais passer par ici :-) J’ai donc référé les lecteurs de mon blog au vôtre pour ceux qui souhaitaient plus creuser les aspects juridiques de l’affaire.

703. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:05 par Simplet

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la notion de légitime défense:
-legitime defense
http://www.youtube.com/watch?v=HA-B…
-Pas legitime defense
http://www.youtube.com/watch?featur…
-Pas legitime defense
http://www.youtube.com/watch?v=YGkx…
-legitime defense
http://www.youtube.com/watch?v=8yOk…

Voilà. Vous saisissez la nuance ?

Donc, mon conseil dans une situation tendue: N’oubliez pas: Prenez le temps de réfléchir comme vous l’expliquent les gens sensés. Ressortez le papier d’Eolas et cochez les bonnes cases avant de vous décider à agir. Dès fois que la justice s’occupe de votre cas avec sa finesse d’analyse.

704. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:11 par joshuarp

700 réponses à votre billet… Voilà qui démontre la passion qui anime ce débat ! Je ne les ai pas toutes lues, donc désolé si ma réaction vient faire doublon…

Vous soulevez un point très important, à mon avis, que je n’ai lu nulle part, à part chez vous, concernant la réponse donnée à ceux qui pensent que le geste de ce bijoutier mettra un terme aux braquages.

Comme vous, je suis persuadé que loin de ralentir les braqueurs, ce fait divers (puisque, au fond, il ne s’agit de rien d’autre que celà, et le seul fait de société vient de la réaction, et pas de l’affaire elle-même) poussera les dits braqueurs à changer de comportement et à mettre hors d’état de réagir la personne braquée, la plupart du temps en le privant de toute liberté de mouvements (ce qui s’accompagnera, malheureusement, souvent de violences qui pourraient être évitées), mais aussi, parfois, par des violences physiques encore plus poussées pouvant aller jusqu’à la mise à mort (entre risquer 20 ans de prison pour un braquage pouvant déboucher sur la mort et un meurtre condamné à 30 ans mais en restant en vie, que croyez-vous que certains choisirons ?…)

Mais contrairement à vous, je suis persuadé que la sanction qui sera prise à l’encontre du bijoutier ne sera pas légère ! En effet, lui accorder une sanction légère, assortie de sursit, consisterait à signer un blanc-seing aux cowboys de toute obédience, et nous ne tarderions pas à voir nos rues transformées en cour d’arme lors de nombreux braquages. Et ça, nul doute que le procureur l’aura bel et bien en tête lorsqu’il plaidera ! Surtout qu’il ne pourra pas, d’ici là, ignorer les réactions violentes des “défenseurs” démontrant que la haine l’emporte bien trop souvent, encore aujourd’hui, sur la raison grâce aux articles sur ces soutiens paraissant quasi quotidiennement dans nos médias !

Loin de servir sa cause, les “défenseurs” ne font, au contraire, que prouver qu’il faut un jugement exemplaire pour éviter tout effet miroir ! Et la clémence qui aurait pu être envisagée sans ce battage médiatique et ces réactions haineuses devient de moins en moins envisageable !

Que la plupart des “défenseurs” n’imaginent pas qu’en faisant preuve de tant de violence ils désservent cette cause est envisageable, mais on aura du mal à me faire croire que tous ne s’en rendent pas compte et que certains ne s’accomoderaient pas d’une condamnation lourde pour servir, à des fins politique, leur discours !

705. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:11 par Simplet

@ Gweg 694
Puisque c’est l’heure du rire, lollons ensemble !
-Les citoyens sont égaux devant la loi: Lol comme disent les d’jeuns.
-Le droit est une science: Lol comme disent les d’jeuns.
-Les jugements sont rendus au nom du peuple français: Lol comme disent les d’jeuns.
-Le Parlement exprime la volonté générale: Lol comme disent les d’jeuns.
-Le bijoutier aurait dû se laisser faire: Lol comme disent les d’jeuns…. Whaaah le boloooosse!!!

706. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:24 par ellion

Juste un immense merci pour cette bouffée d’oxygène dans ce tsunami hystérique qui noie le net à propos de ce drame… Votre analyse relève de la Raison et de la Justesse… Il me reste à espérer que dans cette double affaire, la justice soit également à la hauteur.

Cordialement.

707. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:26 par HAGUEN

La morale de l’histoire est qu’il faut descendre les salauds sans se faire prendre.

708. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:26 par pl

@simplet sur tes quatre vidéo t’as du inverser la 1 et la 2… sur la 1 ce n’est pas de la légitime défense, le vieux sur réagit et dans la 2 c’est typiquement la légitime défense des biens.

709. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:27 par Pierre

Merci pour ce texte très clair. Les “cliqueurs” ne voient pas que si la loi du Far Ouest s’installe, les braqueurs tueront les premiers pour ne pas eux-mêmes être tués. Le bijoutier avait déjà été l’objet d’autres agressions ou cambriolages, je n’ai pas de mal à imaginer qu’il ait pu se procurer cette arme justement pour pouvoir réagir au cas où. Sans doute sans en avoir conscience, en faisant cela, il se préparait à être un assassin. Il y avait donc même, peut être, préméditation. Il est cependant clair que l’agression probablement très violente lui a fait un moment perdre l’esprit, on peut le comprendre. Cette éventuelle préméditation est un point dur. Après ses premières agressions, une conversation approfondie avec des policiers compétents et une surveillance policière de son magasin, auraient peut être pu éviter ce drame.Par ailleurs, le jeune homme de 19 ans n’aurait-il pas dû être un peu mieux suivi après toutes ses incarcérations?
Les cliqueurs : Il faut prendre en compte ce grand nombre de cliqueurs, et le voir comme un signe. Il y a certainement chez eux le sentiment de ne pas être protégés. Et il est de fait que quand on va au commissariat pour porter plainte contre une agression ou un vol, on a souvent l’impression de déranger et d’être écouté sans conviction. Il ne faut pas parler pendant très longtemps avec un policier pour qu’il commence à dire du mal de la justice. Ne devrait-il pas y avoir meilleure compréhension entre les deux organismes? Ne faudrait-il pas renforcer l’éducation des policiers en matière de droit et de justice?

710. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:29 par P

@Sandra et à quelques autres

“Mais combien d’affaires de délinquance, plus ou moins violentes, à la suite desquelles les délinquants ont une peine relativement légère par rapport aux méfaits commis? Combien de multi-récidivistes qui ne craignent pas la justice?”

Vous devriez avoir les réponses, et avec des sources sérieuses (moi je n’en ai pas de cette sorte, alors je vous remercie d’avance si vous pouviez nous donner quelques liens sur cette question). Sinon, c’est quoi, ces insinuations ?

711. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:37 par Pierre

Une autre question de droit à propos de ce fait divers :
Les braqueurs à moto, s’ils avaient tiré et tué le bijoutier quand, après le vol, celui-ci leur tirait dessus, auraient-ils été en état de légitime défense?
Je vais faire hurler les cliqueurs…

712. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:40 par Belleck

Vous êtes sans doute un bon juriste mais un piètre scientifique à comparer la loi à une science. On peut regretter également que vous ne partagiez pas le fait que votre pseudo science désigne un jurė populaire qui aura dans le cadre de la poursuite d’un crime, la responsabilité de déclarer la culpabilité ou l acquittement de l accusė, ce qui dans le cadre actuel est bien incertain.

713. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:44 par pl

@Pierre: non je ne pense pas qu’ils auraient pu invoquer la légitime défense… la justice aurait probablement considérer cela comme un meurtre pendant le braquage… faut pas abuser non plus !

714. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:44 par Koopa Troopa

@709 Car évidemment, les juges qui sont des dieux infaillibles n’ont pas besoin d’être formés.

715. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:44 par Koopa Troopa

@709 Car évidemment, les juges qui sont des dieux infaillibles n’ont pas besoin d’être formés.

716. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:51 par récap59

L’émotion soulevée par cette affaire montre bien à quel point les français sont frappés dans leur chair par la criminalité, et qu’il est urgent de revoir les priorités que Valls a assigné aux forces de l’ordre, les mêmes que Sarkozy. Qu’on légalise les drogues illégales pour faire disparaitre le marché noir, qu’on baisse les taxes sur le tabac pour éliminer la contrebande, et qu’on demande aux forces de l’ordre de concentrer leurs efforts sur les vrais criminels : ceux qui volent, violent, agressent et tuent.

On découvrira alors que les policiers sont assez nombreux pour lutter efficacement contre les vrais criminels, mais qu’ils ne le seront jamais assez pour faire respecter les lois scélérates sur la drogue et les taxes monstrueuses sur le tabac.

Le jeune braqueur décédé attendait un enfant. Il allait donc pouvoir prétendre au RSA sans avoir besoin d’attendre l’âge de 25 ans comme les autres. Toutes les portes allaient s’ouvrir devant lui. Il allait devenir prioritaire pour les emplois, les formations, etc. Certes la compétition est féroce, même pour les jobs bidons, mais au moins il allait avoir le droit d’y participer. Il était quasiment sorti d’affaire !

Et comme il ne semble pas que sa famille l’avait abandonné dans l’attente de cette délivrance je ne lui trouve pas d’excuse pour le vol, sans même parler des violences et des armes.

Je comprends mieux le bijoutier. La distinction entre atteinte aux biens et aux personnes, si naturelle pour les classes aisées, n’a pas de sens pour les classes populaires qui n’ont de biens que ce qui est strictement nécessaire à leur survie. Les atteintes à leurs biens sont des agressions contre leurs personnes qui mettent leurs vies gravement en danger. L’enveloppe laissée dans la commode doit servir à payer le loyer ou la nourriture des enfants.

Cahuzac s’est fait voler pour 100 000 Euros de montres : même pas mal !

Le petit bijoutier niçois de quartier, lui, sait que sa police d’assurance va encore monter et que la prochaine fois la compagnie résiliera le contrat. Il sait que s’il ne parvient pas à protéger son fonds de commerce contre la prédation il ne pourra pas le revendre, ou alors des clopinettes. Que lui restera-t-il pour sa retraite ? Comment fera-t-il pour aider ses enfants à tenir jusqu’à l’âge de 25 ans ?

Certains disent qu’il a foutu sa vie en l’air. Quelle différence ? Sa vie était déjà foutue de toute façon s’il ne parvenait pas à protéger son gagne-pain. Il a fait ce qu’il a pu pour essayer d’empêcher les malfaiteurs de s’enfuir avec leur butin.

En avait-il le droit ? Peu importe puisque de toute façon il n’avait pas le choix.

717. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:51 par Simplet

@pl 708
non. En 1 le vieux a pris une tarte d’abord: Je ne suis pas d’accord avec la surréaction que vous évoquez puisqu’il est vieux contre jeune en pleine santé, en position de vulnerabilite assis contre adversaire debout, et s’arrete sportivement de cogner quand il est à terre alors qu’il aurait pu finir son adversaire à coups de pied dans la tronche.

En 2 Non ce n’est pas de la légitime violence, c’est de la vengeance: La fille attaque le voleur alors qu’il s’éloigne. L’agression est terminée. D’après Eolas pour le bijoutier tirer dans le dos ce n’est pas de la légitime défense. Alors donner un coup de sac dans le dos, au risque de tuer le voleur en lui brisant la nuque c’en serait ici ? Et au nom de quoi s’autorise t-elle à prendre le risque de mutiler le voleur par un coup de pied dans les c… simplement pour sauver un pauvre bien matériel. Elle est probablement assurée, et on ne blesse pas quelqu’un pour récupérer un vulgaire objet matériel: c’est mal.

Comme quoi cher ami, tout se discute, tout se négocie. C’est la science du droit.

718. Le mercredi 18 septembre 2013 à 00:54 par Laure

@ Pierre (711) Rassurez vous, les cliqueurs ne vont pas hurler. Cela ne les surprendrait même pas que ce soit de la légitime défense car je pense qu’ils ne croient plus en la justice française qui pour eux se retourne contre les victimes.
Cela dit, le plus probable dans votre hypothèse n’est pas la légitime défense mais plutôt qu’ils n’auraient pas été retrouvés, donc même pas inquiétés…

719. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:00 par sagedavid

On peut “liker”la page de soutien au bijoutier sans souhaiter le hisser au rang de héros national, ni qu’il soit soustrait à une décision de justice “proportionnée”… On peut “liker” parce que l’on peut soutenir une personne qui va travailler le matin la boule au ventre avec la peur qu’on lui hôte éventuellement la vie pour de l’argent, même s’il a commis l’irréparable… On peut “liker”, parce qu’on estime être saturés par cette sensation - certainement amplifiée par les médias - que les crimes se multiplient et que leurs auteurs restent souvent impunis…
A l’Etat de faire son travail en se dotant d’une police avec des moyens nécessaires pour faire son travail, plutôt que de l’occuper à gagner des sous sur le dos des automobilistes qui dépassent les limites de vitesse de 2 km/h, par exemple, et peut être aux médias de prendre un peu de recul sur une partie des conséquences de leur travail, notamment en entretenant un climat de peur pour assurer l’audience d’émissions de pseudo-information…

720. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:01 par pl

@simplet
pour la 1 j’avoue ne pas avoir bien vu la tarte , mais si tarte il y a en effet c’est de la légitime défense , même si , je persiste , il en met un peu trop…
pour la seconde la fille réagit immédiatement elle allait quand même pas partir comme si de rien était? je reconnais qu’elle en met peut-être un peu trop aussi mais y’as pas de disproportion dans les moyens utilisé (le voleur est quand même plus costaud) après si sa ce n’est pas la légitime défense des bien autant abroger l’article en question…

721. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:13 par Zourson

Cher Maitre
Vos syndicats professionnels devraient être plus actifs auprès du législateur pour faire modifier des lois non adaptées , il y aurait plus de logique et de justice appropriée. Quand on voit vos confrères rechercher en premier lieu le vice de forme plutôt que d’affronter le fonds des dossiers. Je suis basique et juge les faits a la source. S’il n’y avait pas eu braquage personne ńen serait la ! Et si le bijoutier avait été tué, vous auriez la même préoccupation pour l.enfant a naître Du ait de l.emprisonnement du père ? . Pourquoi ce Bijoutier, dont on ne parlerai pas s’il n.avait pas été attaqué, serait il condamné a une longue peine alors que les malfrats récidivistes dont on parle tout le temps ne le sont jamais. Compte tenu de son passé , ce jeune braqueur n’aurait pas du se trouver en liberté et les conséquences de son cumul de méfaits ne lui auraient peut être pas permis de connaître son enfant avant qu’il n.atteigne sa majorité. Désolé mais dans ma fâcheuse nature de juger par rapport aux sources , l.absence d’un père n’est due qu’à son propre comportement. L.insécurité fait des victimes supplémentaires : les agressés par leurs réflexes incontrôlés

722. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:18 par Koopa Troopa

Tiens au fait, quelle peine à pris le type qui avait violé et tué une avocate à Marseille ?

723. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:20 par christophe

Je reviens vers vous maître, entre parenthèse, il est par ailleurs dommage que votre site ne vous permette pas de répondre a certain post que je trouve plutôt constructif.
Si la réforme pénale de Christiane Taubira passe, le bijoutier pourra t’il en bénéficier ? Ce bijoutier ne représentent pas un danger (enfin, sauf pour les braqueurs). Ou faudra t’il être un vrais délinquant pour y avoir droit ?
Il me semble aussi que cette loi permet au juge de ne plus tenir compte des peines planchers, dans ce cas, pourrait il obtenir un sursis ?

Je sais que beaucoup de juge sont pour cette loi, personnellement, en l’état je la trouve bien laxiste et peu applicable. qu’en pensez vous ?

724. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:23 par Simplet

@pl720
Vous avez raison on peut discuter de la proportionnalité, etc… Mais dans ce genre de circonstance, qu’un tribunal même avec une video decide ce qu’il aurait été loisible de faire est assez surréaliste.
On ne voit en réalité que ce qu’on veut voir. Regardez celle ci, où l’on vous conditionne par un commentaire:
http://www.youtube.com/watch?v=NWCr…
Je ne sais pas si vous vous souvenez de cette vidéo du type de l’aube dorée en grèce qui cogne une députée communiste sur un plateau TV. Il avait préalablement jeté un verre d’eau à la figure d’une autre députée (en rose) c’est vilain je vous l’accorde. Mais concernant la députée cognée (en blanc), observez mieux… avez vous vu que c’est elle en fait qui donne la première baffe avec un journal au type à 0’45 et qu’elle se fait alors cogner en retour? (image en bas à droite ET en haut à gauche)
Dans ce cas qui agresse physiquement qui?

725. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:25 par Adrien bis

@Seb
Notez bien qu’il s’agira de punir le bijoutier. L’intérêt de ce passage et de bien montrer que non la réaction du bijoutier n’est PAS un acte de pure justice, mais bien également un crime, avec des conséquences dramatiques.
Cela dis, le législateur à dit un homicide volontaire c’est entre un an avec sursis et trente ans ferme. Et contrairement à ceux que veulent nous faire croire les cons, les juges n’utilisent pas cet possibilité pour enfermer les bijoutiers et libérer les voyous.

726. Le mercredi 18 septembre 2013 à 01:50 par pl

@simplet 724:
sur le cas du grec il sur réagit largement , la député communiste n’avait pas a faire sa première agression comme le cinglé n’avait pas à jeter un verre d’eau sur la député en face. Mais je ne veux pas passer pour un macho mais dans ces deux vidéo (la vidéo russe et la grecque) les hommes concernés sont physiquement plus costauds que les femmes dans les deux cas. donc parler de légitime défense dans cette vidéo… sans compter que l’attaque de son adversaire n’était pas dangereuse et ne nécessitait pas une riposte aussi violente. le voleur n’as pas mis la personne physiquement en danger mais s’en est pris a ses biens, elle se défend quasi-immédiatement et même si il s’était enfui et qu’elle l’avait rattrapé et mis une volée pour récupérer son bien c’est toujours de la légitime défense… Tant qu’elle ne le tue pas et c’est d’ailleurs ce qui est reproché au bijoutier de Nice; il aurait réussi (cela serait improbable) à les arrêter sans les blesser, ou du moins sans les tuer il aurait pu invoquer la légitime défense.

727. Le mercredi 18 septembre 2013 à 02:02 par Simplet

@pl726
Avec ce raisonnement de la proportionnalité: Je prends une baffe, je réponds donc courtoisement avec une baffe pas trop forte des fois que. Je prends un coup de poing dans le bide je fais de même en tâchant de n’être pas trop vulnérant. Et quand je prends un coup de poing dans la gueule qui me met KO… Eh bien je me fais poliment dépouiller. Et si par hasard -avec les gangs de filles maintenant tout est possible- c’est une devochka qui me fout le coup de poing dans la gueule et me pète le nez, je dois être délicat en retour parce que faut être galant et comme elle a un joli minois c’est plus grave pour elle d’avoir le nez cassé?
Dans tous les cas avantage à l’agresseur.
Désolé c’est non.

728. Le mercredi 18 septembre 2013 à 02:07 par PrivateSnafu

par où commencer? (je ne sais pas si ce post apparaîtra ou sera pris en compte)
commençons par le commencement, que faisait cet individu en liberté (même sans le cumul des peines américains on peut imaginer qu’un tel personnage serait derrière des barreaux mais il n’en est rien)?
La surpopulation carcérale peut être un argument, la France étant bien en dessous de ses voisins européens quant au nombre de places de prisons disponibles. Je ne connais pas la nature des condamnations de ce charmant jeune homme (paix à son âme) mais le nombre (14) est assez évocateurs quant à son lourd (mais court) passé. Si on estime qu’il n’a qu”une chance sur vingt de d’être pris et une chance sur quatre d’être jugé (ne parlons même pas de condamnation) je laisse soins aux mathématiciens d’estimer le nombre de ses méfaits…
Une vie en vaut elle moins qu’une autre? hum, à priori non, Guy Georges ou Louis Pasteur, hum pardon je m’égare.
Le bijoutier a agi par vengeance ça ne fait aucun doute, il a tiré sur les individus qui l’avaient passé à tabac, menacé de mort et dépossédé de ses biens (rien de bien exceptionnel). Un homme qui a l’age d’être grand père molesté par deux individus armés (très couillu ça) et ce n’est pas la première fois.
Le but de mon propos? Pourquoi l’information est relayée? Qu’est ce qui fait peur? Pourquoi SOUDAINEMENT les médias mettent ils en avant cette information?
Pourquoi cet engouement?Et cette défiance? L’Etat est il encore capable d’assurer la sécurité de ses citoyens? Les “like” sont il vrais ou faux? Haineux? Oui pour certain, mais seulement le reflet d’une exaspération générale, alors que la plupart ne ressente âs directement cette monté des incivilités, de la délinquance et de l’impunité généralisée. On a plus de chance d’être poursuivi pour un excès de vitesse d’1km/h que pour un viol.
Il y aurait un millier de choses à dire, mais pour conclure (momentanément), le bijoutier était en état de légitime défense “à postériori” car l’auteur du VMA n’aurait jamais dû être en mesure d’être l’auteur de quoi que ce soit (si ce n’est d’une description de la vie en prison) et l’Etat qui aurait dû neutraliser cet individu dangereux (et qui ne l’a pas fait) ne l’aurait surement pas fait (quand bien même il l’aurait eu sous la main).
A quand les juges (qui rendent la justice au nom du peuple français) auront ils à rendre des comptes? (du genre “chiffre de la délinquance” du ministère de l’intérieur mais adapté du genre “ratio des condamnations et des applications de condamnations” du ministère de la justice)

729. Le mercredi 18 septembre 2013 à 02:13 par yo!

@simplet relisez mieux  : N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction. Cette fille n’avait pas vraiment moyen de mettre fin à cette atteinte d’une autre manière.
Pour la vidéo sur le député d’aube dorée… certains ont le compas dans l’oeil, d’autres une poutre…

730. Le mercredi 18 septembre 2013 à 02:40 par toto

Certains sont tout simplement incapables de lire un texte de loi court et simple, mais savent en revanche disserter dessus en racontant n’important quoi et en assénant leurs « vérités » définitives. À ce stade, est-ce de la mauvaise foi, une volonté sournoise et concertée de tromper les gens ou de l’imbécillité pure et simple ?

731. Le mercredi 18 septembre 2013 à 02:56 par prometheefeu

@eolas

le fait que celui qui se défend soit sincèrement, mais à tort, convaincu de l’existence d’une menace fait obstacle à la légitime défense. On imagine aisément les risque d’abus. Qui a dit George Zimmerman ?

Au moment des faits dont vous parlez, George Zimmerman était au sol sous Treyvon Martin, qui lui frappais le visage lui propulsant le crâne dans le trotoire. Zimmerman ne s’est pas défendu a tort.

732. Le mercredi 18 septembre 2013 à 04:14 par manhu31

L’état lui même ne pourrait il pas être tenu pour responsable d’avoir laisse en liberté un individu ayant commis a 19 ans déjà de nombreux délis et donc etre indirectement tenu pour responsable de la mort de cet homme ?

733. Le mercredi 18 septembre 2013 à 04:31 par Chronos

Bonjour Me Eolas.

Je suis encore une fois impressioné par votre désir de faire reculer la BARBARIE.

Je suis avec vous!

734. Le mercredi 18 septembre 2013 à 05:13 par venturii

Sept jours d’ouverture c’est trop court. En dehors des désoeuvrés ou des maniaques qui passent une heure tous les jours sur chacun de leur médias sociaux - dont ce site fait partie - une bonne partie des lecteurs y vient une fois par semaine. Ça laisse peu de temps de conversation.
D’ailleurs j’ai raté le post sur la durée d’ouverture des commentaires. Maintenant il est fermé.
On dirait un vote à main levée au Parlement à 23h30 le 15 juillet.
Remboursez.

735. Le mercredi 18 septembre 2013 à 07:02 par DJ YAK'Ô

Très bon billet, au moins ça met les choses au clair

736. Le mercredi 18 septembre 2013 à 07:27 par thierry

le bijoutier était il en possession d’un permis de détention ou de port d’arme?si non,d’ou vient cette arme?truands,trafiquants, mais pas de chez l’armurier.ci c’est le cas,pas très honnête comme démarche,sans cette arme il n’y a pas d’homicide!!!!!!!!!

737. Le mercredi 18 septembre 2013 à 07:54 par taliati

Bonjour.
J’ai appris que le bijoutier avait déjà subi 2 autres braquages depuis le début de l’année, je pense donc qu’il a lui même prouvé être capable de répondre “calmement” au stress d’une agression.
Il a d’ailleurs du acquérir son arme depuis, est ce que la défense pourrait s’en servir et parler de préméditation ?
Enfin bref, pauvre bijoutier et pauvre jeune homme… et pauvre de nous si tout le monde souhaite faire justice, comment estimer la juste valeur d’une vengeance ? Mieux vaut donc laisser la justice et la police faire leur travail, je suis bien d’accord avec vous !

738. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:03 par Elephant d'Asie

Il a d’ailleurs du acquérir son arme depuis, est ce que la défense pourrait s’en servir et parler de préméditation ?

Vous vous trompez… Mais je suppose que tout procureur y aura pensé… la défense disant sans rire qu’il est tout fracassé par son geste, qu’il regrette sincèrement et qu’il faut oirganiser un référendum pour que les gens puissent tirer tranquillement, à plusieurs reprises, dans les rues (en visant des races inférieures)

739. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:07 par cultive ton jardin

Est ce qu’on peut considérer que garder dans son tiroir une arme non autorisée, mais chargée et prête à servir est un indice de préméditation?

740. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:13 par cultive ton jardin

Je vois que je ne suis pas seule à me poser la question de la préméditation.

Complètement hors sujet: la cour n’avait pas retenu la préméditation contre cet ex joueur de rugby qui avait quitté une soirée pour aller chercher une arme avant de revenir tuer sa femme, j’avais pas bien compris pourquoi.

741. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:22 par BadgerBadger

Comme d’habitude maître Eolas pousse l’humaniste à son paroxysme jusqu’à une inversion totale des valeurs . Il était certes important de rappeler certains points de droits relatifs à la légitime défense ou encore à la prééminence du droit dans quelque situation que ce soit. En effet le bijoutier n’avait aucunement de légitimité pour ouvrir le feu dans le dos de son braqueur. Mais pourquoi rappeler si froidement les textes juridiques dans le but de charger ce commerçant et paradoxalement faire preuve d’une compréhension dégoulinante de sentimentalisme à l’égard de ce braqueur ? Loin de moi l’idée de me réjouir de la mort d’un homme, mais votre laïus concernant “cet enfant à venir à naître” “ces amis, membres de la famille” révèlent une fois de plus votre mépris à l’égard du citoyen “populaire” et son “bon sens” ainsi que votre idolâtrie du criminel. Pourquoi faire preuve d’autant d’ouverture d’esprit concernant le comportement d’un multi récidiviste et dans le même temps paraître si intraitable à l’égard d’un simple commerçant ?

742. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:31 par Tortuga

@GweG 621 : Pourquoi la loi française serait-elle la meilleure ?
Rien n’empêche le législateur d’adapter la loi et de s’inspirer du modèle américain. Il serait tout-à-fait possible de légaliser des actes de “défense” qui ne sont pas aujourd’hui couvert par la légitime défense.

Légaliser ou non la défense est un choix de société. Certains états américains ont fait le choix inverse au nôtre. Qu’est-ce qui nous permettrait de dire que nous avons raison et eux tort ?

@toto 636 : Dans votre discours, vous dites en gros qu’en dehors de la Loi de l’Etat, c’est forcément le chaos.
On croirait entendre le discours de ces prêtres fanatiques qui, comme vous, disent qu’en dehors de la Loi de leur Dieu, ce serait forcément le chaos.

743. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:37 par patrick

merci excellent article sa prouve que avoir une arme meme sans jamais vouloir l’utilise.
Cela reste dangereux car personne ne peut dire sa reaction au moment d’une agression de sa personne. stop au arme

744. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:37 par patrick

merci excellent article sa prouve que avoir une arme meme sans jamais vouloir l’utilise.
Cela reste dangereux car personne ne peut dire sa reaction au moment d’une agression de sa personne. stop au arme

745. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:39 par Madame Soleil

Votre article ne sert à rien - vous jouez à Madame Soleil.

Il faut arrêter de lire des textes de loi et réfléchir parfois avec ce que l’on ressent et non avec des lignes de texte. En gros, faire preuve d’empathie pour faire changer ces fameux textes. Heureusement que certains Hommes y sont arrivés, autrement nous serions encore à l’aire de l’esclavage.

746. Le mercredi 18 septembre 2013 à 08:56 par Rachël

Cher Me, merci pour ce billet. J’avoue, non pas sans honte, qu’avant de vous lire j’étais partagée. Votre article fait réfléchir, n’est pas dans l’émotion.
Merci encore, je vais maintenant faire mon possible pour que le plus de monde le lise.

747. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:07 par JeanGuillemauve

“Il demeure que le droit est une science” : Sheldon Cooper se retourne dans son dvd
Allez disons que c’est une science semi-molle au mieux de la journée.

Sinon très bon article, qui a le mérite de contrebalancer la solidarité vengeresse de la masse des réseaux sociaux. Cette pseudo solidarité contraste avec le nombrilisme, l’égocentrisme, la pleutrerie une fois confronté dans la vraie vie à l’agression d’un semblable.

748. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:09 par Makila

Merci à Badger Badger d’être arrivé à exprimer ce que je ressentais à la lecture du récit de Me EOLAS.
J’ajouterais juste, qu’à un moment précis, Me EOLAS nous fournit quant même sont sentiment profond sur cette affaire.
En effet, Me EOLAS ne souhaite pas que le bijoutier soit emprisonné car, bien qu’il argumente de manière très clair et très noble sur les droits du braqueur, il présente et développe toute une batterie d’arguments qui permettront au bijoutier de ne pas voir les murs d’une prison et si sont avocat s’y prend bien, de ne pas verser un centime de dédommagement à la famille du braqueur.
En ce qui me concerne, n’étend ni juriste, ni avocat, ni juge (peut être juré, qui sait…), mais un simple citoyen, cette conclusion me convient parfaitement.

749. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:22 par Herve

@Arnaud:
‘Je suis de droite donc je suis un partisan de la loi et de l’ordre…’
Depuis quand selon vous, les gens de gauche ne sont pas en faveur de la loi et de l’ordre ? Le PS n’est pas un parti anarchiste !

750. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:26 par GweG

@Tortuga la loi est faite en fonction de la culture de la société. Oui, ça évolue et oui ça peut se modifier. Reste que à l’instant où il le fait et le pays dans lequel il le fait, ce n’est pas permis. Il n’est pas possible de prendre des lois d’une autre dimension spatiale ou d’une autre dimension temporelle pour justifier son acte, sinon c’est une porte ouverte à bien trop de choses.

751. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:32 par gendy

Bonjour,
Merci pour ces rappels de droit qui malheureusement j’en conviens, s’effectue par l’utilisation d’un cas douloureux. Je suis entierement d’accord avec vous, la justice justiciable qui fut l’origine de notre droit penal il y a plusieurs centaines d’années ne doit pas etre encouragée sous peine de faire un énorme retour en arrière se narguant des belles évolutions protectrices de nos libertés individuelles.
Pour le côté pratique maintenant, pensez-vous réellement que les 2 malfaiteurs aurait pu se voir attribuer la circonstance aggravante de bande organisée à deux seulement, ne faut il pas dans la réalité pénale être au moins 3 ?

752. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:36 par leone

Le bijoutier devrait être condamné pour avoir joué le cowboy en pleine rue passante, ouvert le feu de manière inconsidérée (ses tirs auraient très bien pu toucher un passant), et s’être arrogé le droit de mort sur autrui.

Le braqueur devrait être destitué de tout droit à réparation sous quelque forme pour avoir volontairement et avec préméditation violemment attaqué un établissement ouvert au public et ce à l’aide d’une arme, et ainsi créé une situation violente et ô combien dangereuse dans un lieu public, la rue, et tout cela uniquement par cupidité.

L’Etat devrait être sanctionné pour son incompétence en matière de sûreté sur son territoire, car c’est bien sa gestion de sujet (et d’autres sujets connexes) qui nous ont conduit à un dramatique développement de ce type de criminalité.
Les braqueurs, les truands, ça a toujours existé. Mais aujourd’hui toute une frange de la population se lance dans ces affaires là, enivrée d’un sentiment d’impunité et d’immunité issu des innombrables messages que lui a envoyé l’Etat à travers d’innombrables actions, positions et déclarations.

753. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:41 par Julien

Tiens, maitre Eolas réclame une peine exemplaire pour un criminel (le bijoutier est effectivement un criminel). D’habitude, c’est plutôt le contraire …

754. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:52 par X7

Bonjour maitre.

Sur cette affaire, malgré une compréhension pour les émotions du bijoutier, je ne soutiens certainement pas son acte, et laisse la justice faire son travail. Je n’ai pas d’avantage “liké” la page Facebook (réseau dont je ne suis de toute façon pas membre).

Je me permets quelques remarques/questions :

- Vous écrivez “opposée à ce fameux “bon sens” que je hais tant car il est le contraire de la réflexion, il est le préjugé étayé par les idées reçues.”. Merci de ne pas réduire le bon sens à un amas de préjugés.
Le bon sens permet de construire un ensemble de règle basé sur l’observation et l’expérimentation. Là où la logique fait de même, mais basé sur un raisonnement théorique. Cela ne discrimine pas le bon sens. C’est une différence d’approche basée le plus souvent sur les moyens accessibles aux personnes concernés (tout le monde n’a pas un doctorat en agronomie, mais le bon sens permet de construire des règles pour gérer son jardin). Le bon sens et la logique sont d’ailleurs souvent complémentaires. La loi est (théoriquement?) basée uniquement sur la logique, certes, mais merci de ne pas mépriser le bon sens.
Et je peux vous assurer que mon bon sens me dicte de NE PAS utiliser une arme sur une personne que fuit en me tournant le dos, fût-elle un malfaiteur venant de m’agresser.

- Vous écrivez également “Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.” Alors là, j’attends un peu plus que votre intime conviction. Parce qu’il semble que le bijoutier ai subi des coups. Or les deux braqueurs (doit-on maintenir le présumé?) disposaient chacun d’un fusil à pompe. Vous croyez vraiment qu’il était indispensable de frapper le bijoutier? Que c’était juste pour avoir l’argent? Cela n’excuse en rien le bijoutier, mais merci de ne pas chercher d’excuser au mort. C’est un malfaiteur violent (il a été par ailleurs condamné pour violence, a priori à plusieurs reprises).

- Vous parlez d’indemnisation de la famille du mort (parce que quelque soit le point de vu, il y a deux victimes : une pour le braquage, et une pour l’homicide, et l’homicide est indéniablement plus grave que le braquage, nous sommes d’accord). Mais selon ce raisonnement, il doit y avoir indemnisation du bijoutier : pour les dégâts de la boutique, le vol, les coups, le préjudice moral. Qu’en est-t-il? Le préjudice est certes moins grave, mais préjudice il y a.

- Un dernier point : Comment une personne de 18 ans, condamné à quatorze (14) reprises pour vol, violence, j’en passe et des meilleurs peut elle se retrouver en liberté sans contrôle particulier? Apparemment, il avait été libéré du bracelet électronique 15 jours plus tôt.
Il y a surement des subtilités juridiques que je ne connais pas. Et je ne viens pas dire qu’il faut l’enfermer dans une cellule et en jeter la clé. Mais cette personne était manifestement dangereuse. N’est-il pas possible d’avoir une forme de mise à l’épreuve avec bracelet électronique pour une durée significative (5 ou 10 ans, le temps que l’on soit aussi sûr que possible qu’il a correctement assimilé les règles de la société)?
Cela aurait eu l’avantage de le laisser libre de vivre sa vie et les autres aussi.

Voilà, si vous souhaitez répondre.
Je répète que je n’excuse pas le bijoutier, et ne préjuge pas de mon comportement dans la même situation. Mais je n’excuse pas d’avantage le braqueur. Il est regrettable (quoique probablement inévitable vu le contexte) qu’il y ai récupération politique. Mais cela ne doit pas empêcher de pouvoir prendre une position qui ne compatisse pas avec le braqueur.

755. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:53 par seb

@Adrien bis : Je crois que nous sommes tombés d’accord :) Même si je n’ai pas vraiment apprécié la partie “sentiments” de ce billet (pour les raisons évoquées précédemment), l’analyse de Maitre Eolas quant à l’issue probable de cette affaire était en revanche très utile pour calmer tous les gens qui pensent que ce n’est pas normal. Je n’aurais pas pensé qu’un homicide volontaire puisse être puni d’un sursis.

Pour le reste, personne ne connait les détails précis donc c’est un peu délicat d’aller parler d’un bébé qui n’est pas encore né (et de sa réaction dans 10 ou 15 ans), d’une compagne dont on ignore tout et d’un bijoutier âgé et serial killer :) Chacun avait ses raisons, ses motivations (le jeune gagnait sa vie en braquant et tabassant, le vieux aimait le tir à arme illégale en pleine rue), il sera difficile de mettre tout le monde d’accord puisque de toutes façons personne ne sait rien (et les circonstances restent floues).

Si on en reste aux faits, ils ont tous fait une bêtise que la justice sanctionnera (pour ceux qui ne sont pas morts dans l’histoire, évidemment). Et cette affaire aura servi à tous ceux qui en ont ras le bol (et c’est malheureusement là que l’on voit ceux qui le subissent plus que d’autres…. J’ai souri en lisant le commentaire ici qui disait que l’insécurité diminue mais que son intolérance augmente, et que le problème est là… Personnellement, je suis plutôt satisfait que les gens la tolèrent moins, pour avoir eu des proches se faire agresser dans un train sans aucune réaction autour Maitre Eolas le disait bien : “La l…) de s’exprimer un peu. Un “soutien” qui ne voulait pas nécessairement dire que l’on souhaite qu’il ait une médaille, mais simplement que l’on n’aille pas le faire passer non plus pour un assassin de jeune qui n’avait rien demandé (petit rappel : ce jeune était armé, il n’était pas là par hasard et il savait le risque qu’il prenait comme je le disais, il aurait très…).

Bref, cette histoire fera parler mais rien ne bougera, malheureusement. Je reverrai très probablement le même regard de policier lors d’une de mes prochaines plaintes, qui me répétera à nouveau qu’ils ne peuvent rien faire et que c’est comme ça… Voila le vrai fond du problème.

756. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:54 par seb

Mon commentaire a été coupé :)

@Adrien bis : Je crois que nous sommes tombés d’accord :) Même si je n’ai pas vraiment apprécié la partie “sentiments” de ce billet (pour les raisons évoquées précédemment), l’analyse de Maitre Eolas quant à l’issue probable de cette affaire était en revanche très utile pour calmer tous les gens qui pensent que ce n’est pas normal. Je n’aurais pas pensé qu’un homicide volontaire puisse être puni d’un sursis.

Pour le reste, personne ne connait les détails précis donc c’est un peu délicat d’aller parler d’un bébé qui n’est pas encore né (et de sa réaction dans 10 ou 15 ans), d’une compagne dont on ignore tout et d’un bijoutier âgé et serial killer :) Chacun avait ses raisons, ses motivations (le jeune gagnait sa vie en braquant et tabassant, le vieux aimait le tir à arme illégale en pleine rue), il sera difficile de mettre tout le monde d’accord puisque de toutes façons personne ne sait rien (et les circonstances restent floues).

Si on en reste aux faits, ils ont tous fait une bêtise que la justice sanctionnera (pour ceux qui ne sont pas morts dans l’histoire, évidemment). Et cette affaire aura servi à tous ceux qui en ont ras le bol (et c’est malheureusement là que l’on voit ceux qui le subissent plus que d’autres…. J’ai souri en lisant le commentaire ici qui disait que l’insécurité diminue mais que son intolérance augmente, et que le problème est là… Personnellement, je suis plutôt satisfait que les gens la tolèrent moins, pour avoir eu des proches se faire agresser dans un train sans aucune réaction autour. Maitre Eolas le disait bien : “La loi ne vise pas à promouvoir des comportements héroïques”) de s’exprimer un peu. Un “soutien” qui ne voulait pas nécessairement dire que l’on souhaite qu’il ait une médaille, mais simplement que l’on n’aille pas le faire passer non plus pour un assassin de jeune qui n’avait rien demandé (petit rappel : ce jeune était armé, il n’était pas là par hasard et il savait le risque qu’il prenait. Comme je le disais, il aurait très bien pu mourir en légitime défense !]).

Bref, cette histoire fera parler mais rien ne bougera, malheureusement. Je reverrai très probablement le même regard de policier lors d’une de mes prochaines plaintes, qui me répétera à nouveau qu’ils ne peuvent rien faire et que c’est comme ça… Voila le vrai fond du problème.

757. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:55 par FBN

En tant que citoyenne ‘lambda’ et ignorante de tous les détails et méandres de la justice, non comme tous ces éminents juristes, voici une simple réflexion : Dans cette “triste” affaire, il est évident que le bijoutier n’avait aucunement l’intention de tuer le malfaiteur, il est évident qu’il a agi sous l’impulsion et la colère. Il est évident aussi que la mort de ce braqueur est un drame, déjà en tant que telle et pour tous ces proches, y compris bien sûr pour son enfant à naître. On ne peut la cautionner. Néanmoins, quoiqu’il soit décidé et jugé à l’encontre du bijoutier, puisque c’est la “justice” qui va trancher, il est évident aussi que cet homme aura d’ores et déjà le reste de sa vie “gâchée” par cet événement dramatique. Comment peut-on se remettre d’un tel événement, physiquement, moralement, humainement? C’est impossible et ce prix à payer n’est-il pas largement suffisant pour lui et ses proches? Cela ne peut évidemment pas suffire à le disculper, si besoin en est, mais pourrait être largement “débattu”, non? Le bijoutier, après les faits, a dit une phrase très simple, mais sur laquelle on pourrait débattre, en parlant de l’agresseur, il a dit : ” C’est lui qui a décidé ça’…. À méditer……

758. Le mercredi 18 septembre 2013 à 09:55 par Vancan

Bonjour,
Je souhaiterai que vous m’expliquiez de la même manière cette décision de justice…
http://www.liberation.fr/societe/20…

Merci d’avance

759. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:09 par Tiphaine

Bonjour Maître,

Merci pour votre cours de droit très intéressant.

Juste une question que je me pose bien que je ne sois qu’ une spectatrice sensibilisée par ce “fait divers”.

A) Le bijoutier étant sur son lieu de travail au moment des faits.

1/ Dans la mesure où il devrait indemniser ses victimes
2/ Dans la mesure où il serait professionnellement assuré avec 1 responsabilité professionnelle et perte de revenus
3/ Vues les photos que font circuler certains internautes, photos “vues” sur le FB du frère du braqueur, ( 1 photo où un jeune homme est armé d’ un fusil et ce, en présence d’ un enfant très jeune qui lui aussi tient un fusil, même si ce n’est que pour la pose, 1 autre photo avec le frère seul, mais armé d’ un pistolet sur une autre, photos où le jeune homme a un grand sourire …).

L’ acte avéré du bijoutier est -il personnel ou professionnel ?
Qui indemnisera les victimes ? Le bijoutier à titre personnel ou son assurance à titre professionnel ?

B) Sera t-il, lors des enquêtes vérifié que le futur enfant est bien l’ enfant de ce braqueur décédé ?? ( vu le contexte actuel ) de façon à veiller à limiter quand même les indemnisations.

C) Le frère du braqueur, qui apparaît armé selon les photos qui devaient être en accès libre sur son FB ( FB en accès libre puisque ces photos circulent), photos qui depuis, auraient été supprimées (exposition négatives ?), risque t-il une sanction ? Le fait de s’ exposer ou d’ exposer des photos de quiconque et en accès libre, est-il considéré comme une incitation à la violence ??? ( sur ces photos, présence d’ un très jeune enfant !),la provenance de ces armes sera t-elle vérifiée DANS LE CADRE DES ENQUÊTES ACTUELLES ?. Bizarrement, je n’ ai rien entendu au sujet de ces photos, seuls les internautes y font allusion tout en les faisant circuler.

*selon les informations données par les médias,certaines personnalités et le Monsieur le Procureur, le complice qui s’ est échappé avec le fusil utilisé lors du braquage.

D/ Vu le dicton : ” qui vole un œuf, vole un bœuf” et vu l’ évolution négative de la population toutes ces dernières années, ne pensez vous pas que les lois, codes civil, code pénal, codes de procédures, sont à réactualiser dans leur intégralité, et les sanctions, à renforcer très rapidement ? ( au moins par une annulation des remises de peines quelque soit le motif, et dans un premier temps ). ( voir le résultat des radars AUTOMATIQUES / taux de mortalité )

Il me semble qu’il faille ENVISAGER SÉRIEUSEMENT DE REFERMER les portes ouvertes aux délits et à la criminalité, qui semble évoluer dans leur violence, et que se serait un début de solutions qu’ attendent, à priori, la majorité des citoyens honnêtes.

Je vous remercie, Maître, pour vos réponses.

Tiphaine.

760. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:15 par Tortuga

Le bijoutier s’est exprimé dans la presse :
- Il nie l’intention homicide, invoquant pour cela le fait qu’il aurait eu l’occasion de l’abattre à bout portant (1m) et qu’il ne l’a pas fait.
- Il affirme avoir visé le scooter, et que la blessure mortelle n’est qu’accidentelle (va-t-il plaider l’homicide involontaire ?)
- Il affirme la responsabilité au moins morale du père du défunt, ce qui est difficilement contestable étant donné que son père l’a laissé sombrer dans la délinquance (le défunt est impliqué dans 14 affaires, un bon père de famille s’en serait occupé au lieu de le laisser faire).

761. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:18 par muller59

@lambertine (421).
Je lis en 6. “Il faut arrêter avec les conneries : non, un type coupable de vol à main armée ne s’en tire pas avec une réprimande et une tape sur les doigts, mais avec plusieurs années de prison”.

Dans “La Voix du Nord” de ces jours-ci: un braqueur de pharmacie de Tourcoing (tentative de vol avec arme et en réunion) est libre et est convoqué devant la justice pour “RAPPEL A LA LOI”.
Je crois que c’est vous qui dites des conneries !…

762. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:20 par Voodoo

Rien à redire sur ce billet. Qu’il est bon, dans ce déchaînement médiatique incompréhensible permettant, la sortie des plus haineux de nos concitoyens, trop contents de trouver une occasion de déverser des torrents d’insanités repris en boucle dans les médias, de lire une analyse du fait-divers le décrivant comme ce qu’il est: un drame, qui voit plusieurs vies, beaucoup de vies en fait, brisées. Un commerçant qui, outre le traumatisme d’un geste qu’il doit probablement déjà regretter (oui j’extrapole sans raison), devra endurer les conséquences pénales de son geste, et une famille brisée par la mort d’un fils, compagnon ou (bientôt) père. Peut-être que moi aussi, je fais dans le sentimentalisme, mais au final c’est ce qu’il restera, une fois que la LOI, dont tous les utilisateurs de Facebook ou Twitter semblent être devenus des experts, aura fait son travail.
Et pour revenir sur les “soutiens” du bijoutiers, j’ai beaucoup de mal à accepter que les réseaux sociaux (dont je suis pourtant un grand utilisateur) servent de défouloir et d’exutoire à des gens qui semblent mettre leur sens critique et leur moralité de côté dès qu’ils sont cachés derrière un écran. Je pense (mais je joue probablement moi aussi à Mme Soleil #maysherestinpeace ) que ces mêmes personnes seraient bien incapables de tenir le même discours face à un auditoire en public, ce qui est pourtant ce qu’ils font sur FB ou Twitter. Mais je digresse.
Bref, merci pour ces éclaircissements, je me coucherai moins bête…

763. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:26 par smc

Hélas, hélas, le bijoutier n’était pas un juriste assis dans son fauteuil, dans son bureau aseptisé, à soupeser les arguments de la raison, c’était un homme agressé dans sa propriété, soumis à la menace par des armes, frappé à plusieurs reprises. Imaginez, M. le-juriste-au-fond-de-son-fauteuil : la décharge adrénergique, l’augmentation subite du taux de cortisol, l’augmentation de la tension artérielle, la production massive d’acide lactique musculaire, le coeur qui palpite, la peur et la colère qui se mélange.

Il est bien certain que, moi aussi, à y réfléchir dans-mon-fauteuil-devant-mon-ordinateur, j’aurai laissé partir les voleurs et touché l’assurance. Mais dans cette réalité, plus complexe que ne le sera jamais aucun dispositif juridique, avec un fusil sous le nez, tabassé par des crétins analphabètes, je n’en ai plus la docte assurance. Condamnable du point de vue d’un système juridique donné, qui prend les hommes pour des machines rationnels, mais humainement compréhensible.

D’ailleurs les bijoutiers tués par les braqueurs semblent plus nombreux que l’inverse.

764. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:43 par Vince

Pour les curieux : http://dondevamos.canalblog.com/arc…

765. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:46 par léo

Merci pour ce brillant article maître ..Toute cette affaire est à la fois si simple et tellement compliquée!

766. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:48 par Avero

Il est important de rappeler le sens et l’action stricte de la loi. Pour autant, je pense que les soutiens au bijoutier soulignent plus un ras le bol de la multiplication de ces agressions aux commerçants et l’idée que dans le fond le bijoutier était et restera un honnête homme qui essaie de travailler pour gagner sa vie et le voleur un homme malhonnête qui vole son prochain…

767. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:48 par Etudiante en droit

Pensez-vous que cette affaire peut avoir une quelconque influence sur la réforme pénale de madame Taubira ?

Sincères salutations.

768. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:49 par assurance décès

OUi merci pour l’article même si c’est un peu trop technique pour moi :-)

769. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:49 par Julien

Les réactions à cet article sont très intéressantes au moins à un point de vue : les gens ne savent pas lire (du moins, une bonne partie d’entre eux).

Allez, je résume pour les mous du bulbe :
- Eolas n’a jamais demandé de peine exemplaire pour le bijoutier. Il a même dit qu’il aurait vraisemblablement au pire un sursis, au mieux une abolition temporaire du discernement (et donc, zéro condamnation).
- Eolas a fait dans le pathos… pour prouver que faire dans le pathos ne mène à rien. Inutile donc de lui dire que ça ne mène à rien, que c’est idiot : il le sait déjà. La preuve par l’absurde, vous connaissez ?

Au fait, aux dernières nouvelles, le bijoutier a dit qu’il regrettait évidemment son geste, d’avoir tué, et souhaitait avant tout que cela ne soit pas récupéré politiquement. Avis à tous ceux qui ont « liké » la page en nous expliquant que c’est pour « faire pression » (faire pression pour quoi, d’ailleurs ?).

Sinon, par un détail amusant, le commentaire 666 résume très bien la situation :
non, non, ce n’est en rien une caricature, mais je souligne ironiquement que la seule solution est de donner plus de moyens à la justice, à la police, aux prisons, et que donc tout ce raffut ne sert strictement à rien, sinon encore une fois à opposer entre eux des Français qui sur le fond sont à peu près d’accord, car qui cracherait sur des juges qui auraient les moyens et le temps de traiter leurs dossiers, sur des policiers bien formés disposant de moyens adéquats, sur des prisons qui n’engendrent pas en grande partie la récidive dans des conditions inhumaines mais qui au contraire punissent puis réintègrent ?

Mais avec tout ce cirque : 1°) seule l’extrême-droite en tire bénéfice en essayant de nous faire croire comme d’habitude qu’il y a d’un côté les bons Français et de l’autre les mauvais, d’un côté ceux qui ont tout compris à tout avec leur bon sens inné qui leur permet de distinguer le gentil de l’infâme engeance délinquante à éliminer, et de l’autre les fameux « bien-pensants » qui bien sûr idolâtrent les criminels ; 2°) au lieu de gueuler directement sur les responsables politiques qui ont des comptes à rendre et devraient être pris à partie avec autant de virulence et de fermeté que le permet une société démocratique, le « bon peuple » clique sur un bouton d’un site internet… dans une semaine ou dix jours, ce sera oublié et on passera au fait-divers suivant…

770. Le mercredi 18 septembre 2013 à 10:53 par devis mutuelles santé

bien évidemment que le bijoutier doit aller en prison.. al loi est la même pour tous! même si je peux comprendre son geste il est avéré qu’il n’était plus en état de légitime défense lorsqu’il a tiré

771. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:02 par Mouloudji

Bonjour
Je commence par faire un copié-collé sur un paragraphe qui me pose problème.
“Il n’a donc touché que son agresseur. Un jeune homme de 19 ans, futur père. Dans quelques mois, un enfant va naître. Il ne connaitra jamais son père. Faut-il lui dire que c’est bien fait pour son papa et donc que le fait qu’il naisse orphelin est juste ? Dans le pire des cas, si la loi avait été respectée, son père, arrêté, aurait été condamné à 15, peut-être 30 ans de réclusion. Avec des possibilités de libération anticipée, mais dans tous les cas, il aurait connu son enfant, à qui il aurait pu apprendre par l’exemple les principes des causes et des conséquences légales. La souffrance de ce père absent, mort à 19 ans, c’est cet enfant qui va se la prendre dans la figure, et ça peut être terriblement destructeur. Quelle faute a commis cet enfant pour que cette épreuve qui l’attend vous emplisse de joie ? Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ? Je ne me souviens pas que c’était sous réserve d’un casier judiciaire vierge. Et ce jeune homme mort avait une compagne, il avait lui aussi des parents, peut-être des frères et sœurs, qui, eux, n’ont rien fait. Rirez-vous au nez d’une mère qui perd son fils ? Applaudirez-vous ses larmes en disant “Justice est faite” ? Si tel est le cas, juste une question : en quoi êtes-vous meilleur que ce jeune homme ? Lui, au moins, ne tirait aucun plaisir de la souffrance d’autrui. Il faisait ça pour de l’argent.”
Où est le DROIT dans ce paragraphe ? où est la RAISON  ?
Comme “les cliqueurs de soutien” vous êtes dans l’émotion , la compassion , le PATHOS.

Je ne sais pas quoi penser des uns ou des autres , mais ce paragraphe ne m’aide pas du tout à m’affranchir de ” la souffrance” des uns et / ou des autres et me positionner sur le terrain de la RATIONALITÉ fût-elle juridique ou judiciaire.
Pour dire les choses un peu vulgairement , dans ce paragraphe, vous utilisez les mêmes armes , si je puis dire, que les ” cliqueurs de soutien”.

On se soit de défendre le DROIT, la RAISON mais nous devons accepter l‘“HUMAIN” dans toutes ses ” complexitudes”.

Merci pour votre patience, votre pédagogie même si parfois, comme dans ce paragraphe vous avez quitté l’autoroute du Droit et de la Raison pour emprunter le sentier du Pathos, des sentiments, de la compassion ( je n’ose dire sensiblerie). L’avocat est aussi un être humain  ?

772. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:05 par Jerr

Bonjour,

Billet très intéressant.
Le passage lacrymal sur l’enfant du braqueur est à mon sens superflu.
Quelle éducation un père aux 14 condamnations aurait-il pu donner à son fils (fille) ?
La présence d’un père, malfrat de haut vol, peut-elle être bénéfique pour lui ?
Les pères de famille pourraient-ils alors tout se permettre ?

773. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:09 par netrunner

@Tiriel et RG : pourquoi devrais-je respecter une loi que tu ne respectes pas toi même ?

774. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:27 par Talla

Bonjour , personnellement, j’avoue qu’entre ceux qui pleurent sur le futur jeune papa en manque d’argent, si gentil mais si influençable, et ceux qui disent que la seule chose que l’on peut rapprocher au bijoutier, c’est d’avoir manqué le second homme, je me sens un peu désespérée (sans parler de ceux qui prennent le passage de ratio legis au pied de la lettre).

“Cet homme, sous le coup d’une terrible émotion, mélange de peur, de colère, de douleur, car il a reçu des coups, sort dans la rue, un mercredi matin à 9 heures, à l’heure où les enfants vont aux centres de loisir ou au parc, et il ouvre le feu à trois reprises”. Tout est là. On a affaire à des gens qui, de leur fauteuil, raisonnent de manière calme et rationnelle, sans savoir comment ils auraient réagi dans un tel cas. Personne ne sait quel comportement il adoptera après avoir subi une attaque à main armée (peut-être achètera-t-il une arme, pour être capable de se protéger, la prochaine fois, et peut-être, cette prochaine fois, sera-t-il enclin à s’en servir). Un homme qui craint pour sa vie ne se comporte jamais normalement (ou alors il n’est pas normal). Et ce n’est pas parce que les agresseurs s’enfuient que la victime redevient calme, normale et capable de raisonner de manière logique. Je ne vous souhaite pas de découvrir ce que vous feriez dans des circonstances similaires, vous risqueriez de constater que vous êtes un parfait trouillard et une vraie carpette, ou alors un meurtrier potentiel. Bref, pas la personne calme aux nerfs d’acier que chacun rêve d’être en de telles circonstances. La peur et la colère ont de curieux effets sur les gens.

Je ne pense pas que nous soyons dans un cas où un homme se “fait justice lui-même”, comme ont dit. Il n’est pas allé attendre le braqueur à la sortie de chez lui trois jours après les faits pour le dessouder. La vengeance est un plat qui se mange froid, et surtout qui se prépare. La vengeance “à chaud”, cela n’a guère de sens. Non, ce jeune homme ne méritait pas la mort (d’après nos valeurs et nos lois, il y a des peuples chez qui il aurait mérité la mort et sa famille une opprobre sévère, mais bon, autres pays, autres temps, autres mœurs…). Pas plus que l’ivrogne qui s’est pinté et qui finit noyé ou que le jeune idiot qui, récemment, en Australie, a sauté dans une rivière pleine de crocodiles. Pas plus que le bijoutier ne méritait de finir avec un mort sur la conscience, et de voir les deux ou trois prochaines années de sa vie minées par cette histoire.

Je tiens à signaler un article du Figaro, très intéressant, qui montre des exemples concrets de verdicts rendus dans des affaires similaires. Certains vont être déçus, le bijoutier ne recevra ni la légion d’honneur, ni ne finira ses jours en prison (enfin, à moins d’une surprise vraiment très surprenantes).

775. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:35 par dilbert

@ netrunner - 773
Par ce que c’est la loi.
Si vous n’avez vraiment pas compris cela, vous êtes un dangereux asocial et un délinquant en puissance, netrunner.

776. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:42 par DirtySanchez

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/…

la réponse de l’éditorialiste de Lyon capitale (et de ses commentateurs).

777. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:45 par dilbert

@ Makila - 748
Le droit n’est heureusement pas une question de sentiment, sinon notre société serait gravement menacée.
Essayez d’imaginer un instant ce qui arriverait si les juges pouvaient décider selon leurs souhaits !

778. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:47 par Klaswitz

Cher Maître

Je ne vous lis que trop rarement et souscrit pleinement ici à toute votre analyse.
Un petit détail permettez-moi m’amuse lorsque vous dites avec justesse et émotion à propos de l’enfant à naitre “Qu’est-il donc devenu, le droit de tout enfant à un papa et une maman ?”
Or justement la dernière fois que je parcourais avidement votre blog c’était lors du mariage pour tous et que je lisais tant de commentaires pour justifier le fait qu’avoir deux papas ou deux mamans était parfaitement bien aussi…

779. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:50 par Dalloz69

Maître dans votre article/démonstration vous parlez de l’enquête de flagrance en ces termes : “Une fois le délai de flagrance terminé (quinze jours maximum après les faits), l’enquête pourra…”
Je pense que vous vous fourvoyez en confondant la flagrance et l’enquête de flagrance. Si la flagrance telle qu’elle est définie à l’article 53 du CPP et qui dans ce cas est “qui vient de commettre” soit un temps jurisprudentiel maximum de 24 H 00 entre la commission des faits criminels ou délictuels et leurs saisies juridiques par un service judiciaire (procureur, OPJ ou APJ), l’enquête de flagrance elle est d’une durée limitée à un maximum de 8 jours prolongeable 8 jours de plus soit un total de 16 jours après la saisine soit au plus 17 jours après les faits. Restons précis !
Cordialement.

780. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:50 par seb

@Tala : Rien à ajouter, tout est parfaitement résumé, BRAVO !

781. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:50 par nouxpoux

Merci pour le billet.

Vous tenez une position sacrément difficile : à la fois vous vous affirmez dans vos propos comme un technicien de la loi et en même temps vous faites dans le lacrymal en utilisant ce que les anglais appellent le “think of the children” “à l’heure où les enfants vont aux centres de loisir ou au parc”, “un enfant va naître”. Vous ne voulez pas laisser place aux suppositions mais pourtant vous en faites. Alors on pourrait faire la supposition suivante : “Les braqueurs ayant réussi à prendre la fuite sur leur scooter ont renversé un enfant qui traversé la rue au même moment”

Vous semblez prendre instinctivement (déformation professionnelle?) la défense du braqueur. Un homme qui a eu 14 chances de s’en sortir, qui a pris une arme ce qui peut laisser croire qu’il était prêt à tuer. Ca ne mérite pas la mort (qu’est ce qui la mérite?), mais malgré tout il est le criminel de cette affaire.

Je n’ai pas “liker” cette fameuse page, je pense que l’homme a eu tord de tirer, mais il reste et restera la victime.

782. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:53 par gece

84@yacine ” on abroge la loi qui permet aux gendarmes de tirer sur des individus en fuite.” ben voyons,je m’en vais de ce pas cambrioler une banque

783. Le mercredi 18 septembre 2013 à 11:56 par dilbert

@ BadgerBadger - 741
Il me semble que vous avez vous-même une
compréhension dégoulinante de sentimentalisme à l’égard de ce commerçant.
Une question d’empathie, sans doute.
Sans nous élever au niveau d’un pur esprit, demandons-nous si nos sentiments n’altèrent pas notre jugement.
Comment fonctionnerait, selon-vous, une société où le meurtre serait jugé préférable au vol ?

784. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:01 par RG

Après avoir lu quelques centaines de posts une conclusion logique s’impose : au nombre de malfaiteurs abattus dans la rue Marseille est incontestablement la ville la plus sûre de France, il est temps d’y redéployer les policiers ailleurs.

785. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:03 par Dalloz69

Dans la famille “soyons précis” je tenais à vous signaler que vous précisez dans votre texte “La famille de la victime va pouvoir se constituer partie civile (et son enfant, une fois né)”, je suis déçu de vos connaissances en procédures pénale et civile ! Quelle est la capacité juridique d’un enfant mineur ? La constitution de partie civile de l’enfant sera faite par son civilement responsable ou un représentant ad hoc ! Bien que des dommages et intérêts peuvent lui être alloués personnellement sans qu’il puisse pour autant en user avant sa majorité ou son émancipation.
De plus l’enfant n’étant pas encore né n’est juridiquement pas autrui, dans ce cas comment peut-il postérieurement au délit civil se prévaloir d’un dédommagement à l’art 1382 du code civil ?
Maître avez vous une réponse ?

786. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:04 par Colas

@749 Hervé
Le PS est plus parti du désordre que peut l’être un anarchiste…
L’anarchie est l’ordre sans le pouvoir et de ce fait, une très haute pensée morale d’une part, tout sauf un vulgaire gauchisme d’autre part, comme on tend parfois à le faire croire, notamment ces communistes et/ou trotskistes se prétendant anars - un grand classique français !

787. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:12 par PL

Cher Eolas,

Tu ne liras certainement pas mon commentaire, mais permet moi de te dire “tu est un idiot démago”. Ton article très orienté m’a fait froid dans le dos, comment peux tu être aussi stupide, supérieur et moralisateur. Le bijoutier, le braqueur je m’en moque un peu c’est un histoire comme il y en a tant malheureusement, mais les gens comme toi par contre je les déteste. Tu dois faire parti des ses bobos intello vivant à Paris ou dans une capitale vu le ton de ton article. Au cas ou tu me lis laisse moi juste corriger quelque chose dans ton article, lorsque tu reprends les faits tu commence par “chronologiquement”, et tu débites les faits avec les articles de lois correspondants, pour finir par blâmer le bijoutier. Alors je vais faire pareil mais en beaucoup plus court.
Chronologiquement ce jeune homme à déjà était condamné me semble t il, plusieurs fois même si je ne me trompe pas, je te laisserai le soin de préciser pourquoi et les peines qu’il encourait à l’époque. Alors chronologiquement, il aurait du être condamné à de la prison et effectuer sa peine, alors pourquoi est-il libre à 19 ans? Il ne serait certainement pas mort si cela avait était le cas, il n’aurait peut être pas recommencé si sa peine avait été suffisante pour le faire réfléchir. Donc s’il vous plait les gens comme toi, qui sur un ton supérieur se prennent pour de fins philosophes, regardez plus loin que le bout de vos lunettes. Et je rajouterai même que c’est à cause de gens comme toi que ce jeune homme était libre au moment des faits, donc assassiné…
Donc mon cher Eolas et tes amis, si méprisant dans le ton, faussement humanistes, stoppez tout sinon vous verrez de plus en plus d’histoires sordides dans ce genre et une ascension continue vers les extrêmes.

788. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:14 par LM

Par rapport à cette histoire de sentiments, de larmes etc. … En lisant, je n’ai pas eu l’impression que vous versiez dans le pathos.
J’ai lu et compris que ce braqueur n’aurait pas dû être abattu. Le bijoutier a privé une mère de son fils, un enfant de son père, une femme de son mari … Et il n’en avait pas le droit. Point.
Rien de sentimentaliste, juste que toutes les vies se valent et que personne n’a le droit de vie ou de mort sur quiconque, même pas sur la vie d’un criminel.

789. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:16 par Escal Vigor

RAPPEL A LA LOI

N’ayez pas peur… (disait le pape)

http://www.lavoixdunord.fr/region/t…

(l’article cité par Muller59)

790. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:23 par Dilbert

@ PL - 787
Cher PL,
Merci de nous donner ce bel exemple de courtoisie.
En effet, la qualité d’une conversation est inversement proportionnelle à la dose de mépris que l’on y met dedans.

791. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:35 par Bensalem

il faut distinguer le mal du bien tout simplement ,et arrêter de donner des des brindilles de philosophie ,le monde a changer de cap ,eltre autre la mondialisation à leur tête ,les “bush and Co” qui façonne à leur manière ,la façon d’escroquer le monde et promulguer des lois protégeant les escrocs comme eux ,….et le blanchiment de l’argent de la mafia Russe…..avec ma complicité de tous les appareils d’états :politiques ,diplomatiques,juridiques,judiciaires…ajoutés au mutisme forcé des peuples par les répressions policiaires et militaires .Que le monde soit maudit et Saranique …..y’plus de remèdes hélas .

792. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:44 par Fatiha

Merci pour ce billet clair et pleins d’enseignements pour les nuls en droit, dont je fais partie.

Je voulais juste dire qu’au vu des réactions haineuses contre les voleurs, et suite à la mort de l’un d’eux, je n’ose imaginer (enfin un peu si) ce qu’elles auraient été si le braqueur s’était appelé d’un nom plus… “exotique”. Voilà c’était pour dire… rien du tout. ;)

793. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:44 par Nico

Je suis bien heureux de vous avoir lu sur ce sujet maître. En suivant un peu ce qu’il se dit sur internet, on peut se demander si les gens ne sont pas devenus fous. Je trouve cependant qu’il y a plus convaincant que votre pathos dans le paragraphe ratio legis. Plus que ‘il aurait pu blesser quelqu’un, il a laissé un futur fils orphelin’, il y a le simple : qu’est ce qui donne droit de tuer quelqu’un avec une arme à feu sans même avoir de permis ? Demandons aux gens si prompt à le relaxer, de statuer sur cette question. Qui a droit, qui n’as pas droit.

Le problème avec ce sujet c’est que j’ai du mal à voir ce que le bijoutier pouvait faire d’autre. Car tuer quelqu’un pour un vol c’est certe léger mais que faire d’autre ?
Il a droit à la légitime défense, mais il n’est pas facile de sortir une arme, quand on nous braque 2 fusils à pompe dessus. Le bijoutier ne pouvait donc pas vraiment se défendre au seul moment où la loi lui autorise. Et dire que le bijoutier étant assuré, il aurait du laisser partir les fuyards c’est oublié le choc psychologique d’un braquage à main armé ! Peut on encore exercer son métier après ça ? Peut on encore marcher dans sa rue ou sortir de chez soi sans craindre le moindre passant à l’air louche…

Bref je suis bien embété avec cette question. Et bien heureux de ne pas avoir à statuer :p

794. Le mercredi 18 septembre 2013 à 12:51 par seb

@dilbert : vous disiez “Comment fonctionnerait, selon-vous, une société où le meurtre serait jugé préférable au vol ?”. Excellente question, en effet. Mais avez vous simplement noté que le voleur disposait d’une arme permettant justement de tuer ? Comment notre société peut-elle fonctionner si elle tolère que certains soient prêts à tuer pour voler ? Dans un cas comme dans l’autre, on se doit de le refuser. Avec la même énergie. C’est peut être ça la clé de la “civilisation” à laquelle nous prétendons appartenir.

795. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:12 par MARIE

Alors quelle réaction aurons nous et auront les juges face à ce marchand de motos qui, après avoir été cambriolé 54 fois en 28 ans, a saisi son fusil, s’est rendu à son magasin et a tiré sur les braqueurs…Lui a l’intelligence de dire que la voiture lui fonçait dessus (malheureusement le bijoutier n’a pas cette chance sinon il aurait plaidé la légitime défense), dommage il n’a blessé personne….
Oui dommage j’en arrive à cet extréme….

796. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:13 par Ouverture de la Châsse

Bonjour Fatiha en 792

“Je voulais juste dire qu’au vu des réactions haineuses contre les voleurs, et suite à la mort de l’un d’eux, je n’ose imaginer (enfin un peu si) ce qu’elles auraient été si le braqueur s’était appelé d’un nom plus… “exotique”. “

Mais il serait, selon le Monde d’aujourd’hui, de mère ‘gente du voyage’ -et sédentarisée : quelle menteuse! quelle tricheuse!-

Aussi une conception singulière de la salubrité publique commence -t-elle à se révéler dans les rangs de l’UMP -sans que l’auteur d’appels au(x) meurtre(s) ne soit inquiété- :
http://www.lexpress.fr/actualite/po…

Rassurée?

797. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:15 par JackF

@Jean-no: Je la garde, celle-là !
Je vais venir vous faire faire des additions. Mais vous les ferez sous la menace d’un fusil avec quelques coups de crosse pour vous “motiver”
Ensuite, bien au calme dans mon bureau, je corrigerai votre copie et affirmerai que vous ne savez pas compter parce que vous avez fait des erreurs.
Voilà ce que je voulais dire. Qu’il est facile apres coup de dire “il aurai fallu faire ceci, ne pas faire cela” mais sur le moment, c’est autre chose.
Je le repete, il n’aurait pas du tirer, mais il l’a fait. Et certainement plus dans un reflexe de “defense” que de “vengeance”

798. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:20 par Sandra

@P: je n’ai pas de chiffres précis il est vrai. Cependant, en allumant la télé, en lisant des journaux de diverses sources, en furetant sur des sites, certaines affaires sont citées, certaines victimes ou proches de victimes s’expriment, il y a des reportages sur la Police… J’ai un exemple qui me vient à froid comme ça: les rackets dans le métro. Et bien, ce qui est beau c’est que les gamins responsables des vols sont des multi-récidivistes “mais bon, ils sont mineurs donc on ne peut rien faire.” Il y a des “patrouilles”, qui chopent les gamins…qui sont relâchés un peu plus tard. Et si tu t’es fait piquer ton portefeuille, ben tant pis hein, tu iras au poste perdre des heures pour justifier le fait de refaire tes papiers, et si t’avais de l’argent dedans, ça passe en perte sèche. J’exagère mais malheureusement, à peine.

Pour en revenir au sujet, contrairement à ce que j’ai pu lire sur un post, il ne faut pas croire que les gens qui ont “liké” cette page de soutien n’en parlent pas autour d’eux et ne tiennent pas le même discours devant un auditoire! Justement, cette affaire, qui a fait les gros titres parce que c’est le braqueur qui est décédé, a créé une vague de réactions. Et pas que sur la toile contrairement à ce que beaucoup pensent. Cependant, en France, on aime les étiquettes et certains posts ici le prouvent: si on a liké, on est un facho, on veut le far west, on veut pouvoir s’asseoir sur les lois (pis d’façon, on les connaît pô!), on est avide de violence… Voyez plus loin que ça, le message est tout autre, en tout cas, pour la majorité des “likeurs”.

Je ne cautionne pas le geste du bijoutier et il doit répondre de ses actes, mais je trouve ce geste plus légitime que celui du braqueur.

799. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:21 par meril

J’avais vu sur facebook la petition, mais n’avait pas ” clique” car je ne connais pas toute l’histoire. J’estime que pour juger de la mort de quelqu’un il faut en savoir plus qu’une phrase sur un reseau social.
Votre article etait clair et bien expose. Je vais le transmettre a mes connaissances, etendre les differents points de vue. Je me range de votre cote. Faire justice soi meme n’est pas une solution et ne devrait jamais etre autorise. Nous ne sommes pas aux etats-unis, et j’ai envie de dire heureusement.
Se faire braquer est horrible et injuste. C’est traumatisant, c’est violent et ne devrait pas etre inpuni. Cela ne donne par contre aucun droit de tirer a vue sur les braqueurs en fuite.
J’espere juste que la justice fera son travail pour les deux affaires. Que de vies gachees pour de l’argent!

800. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:23 par bardalan

Que de discours pour simplement aboutir à la conclusion qu’il faut changer la loi … et tout sera réglé.

801. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:48 par Dilbert

@seb - 794
Entièrement d’accord avec vous.
Le malheur, pour la société, c’est que, par la faute du bijoutier, il n’y aura pas de jugement, et le vol restera impuni. (sauf si par chance on attrape l’autre malfaiteur)

802. Le mercredi 18 septembre 2013 à 13:54 par Dilbert

@ seb - 794
Post-criptum :
Pour autant que je sache, les deux jeunes voyous ont commis un vol avec violences, pas un meutre. On ne peut pas mettre ces actes sur le même plan.

803. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:05 par Larry

@PL

Que Me Eolas blâme le responsable (car oui, c’est bien le bijoutier qui a appuyé sur la gâchette) vous défrise ? Il reste que ce sont néanmoins les faits.
Vous précisez que le voleur en était à sa Xème condamnation. Mais cela, le bijoutier n’en avait aucune connaissance. Le voleur aurait été un primo délinquant, il serait mort de la même manière.

Tuer pour protéger son business (légal ou pas) ne doit pas rester impunis, quand bien même la personne décédée est elle même un criminel. C’est ce qui fait, trop souvent, dire à propos de Marseille que les règlements de comptes ne sont pas si graves car les morts sont eux même délinquants ou criminels.

En outre, le bijoutier a quand même sorti une arme (illégalement possédée) et tiré sur un scooter. On peut donc penser qu’il a tiré dans la rue (ou depuis son magasin en direction de la rue). Et s’il avait touché un passant ? Un enfant ?

Il sera donc jugé en tant que tel. Comme quelqu’un qui a tiré en direction d’une autre personne (le fait d’avoir tiré pour tuer ou non reste entre les mains de la justice). Mais il faut arrêter avec ces relents de poujadisme dégoulinants car ce geste, s’il était excusé, donnerait libre cours à toute les dérives.

Ne nous trompons pas cependant, je ne défends pas le braqueur (à vrai dire je m’en fout un peu de lui), et je ne suis pas partisan d’un certain laxisme à l’égard des criminels de sa trempe, mais il est hors de question d’excuser le geste du bijoutier.

804. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:05 par Voodoo

@PL-787
TROLL SPOTTED!!!
J’ajouterais, et cela même si je sais que “never ever feed the troll” que moi ce que je déteste ce sont ceux qui affichent un tel mépris et un tel fatalisme sur ce qui les entoure et qui se complaisent dans la critique primaire et non constructive qui veut se donner un air intelligent (mais c’est bien là le rôle d’un troll non?). D’ailleurs, si je suis ton raisonnement, si Maître Eolas est un “des ses bobos intello vivant à Paris ou dans une capitale” (d’ailleurs, aux dernières nouvelles, pour moi la France ne compte qu’une seule capitale, mais je peux encore me tromper), et je ne dis pas que tu as tort, toi, au vu de ton français plutôt moyen, tes lacunes en orthographe, ta conjugaison aléatoire et ta connaissance de la géographie, tu serais plutôt du genre bouseux faiblement instruit et bas du front n’arrivant pas à voir plus loin que le bout de son nez que tu dois probablement avoir très gros. Et juger des faits avérés avec des “si il était allé en prison” ou “si la peine avait été suffisante” pour expliquer que le braqueur ne serait dans ces cas très hypothétiques, pas mort, c’est non seulement incroyablement stupide mais ça devrait même valoir un test anti-dopage au championnat de la petite phrase réac (on est à deux doigts du “si elle s’était pas habillée comme une p***, elle se serait pas faite violer” dont parlais Maître Eolas). Je te rappelle que comme dit l’adage, avec des “si” on pourrait mettre Paris ou n’importe quelle autre capitale de la France en bouteille. Et sauver des vies aussi vraisemblablement.
Bref, chapeau, j’ai lu la plupart des commentaires de ce post et celui là remporte la palme…

805. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:09 par Talla

@bardalan Il ne suffit pas de changer une loi pour régler un problème (mais cette maladie n’est pas que française). Il y a une loi qui interdit le braquage. Le problème réside dans l’application de la loi, et dans sa perception par la population. Eolas a sur la question un regard d’homme de loi, j’ai personnellement une formation d’historienne, et, ce qui m’inquiète, c’est de voir que les gens se sentent de plus en plus en décalage avec une partie des lois de ce pays et la manière dont elles sont appliquées.

Il est faux de dire que les magistrats n’ont pas le choix et ne font qu’appliquer la loi, de tout temps, le juge (l’homme chargé de rendre le jugement) a eu une latitude assez large pour son application (chez les Romains, en Chine, au sein de la société médiévale…). Il y a très clairement une bonne partie de la société qui commence à rejeter la manière dont la loi est appliquée. Hors, et surtout dans une société qui a abandonné l’usage de la vengeance privée au profit de la vengeance publique, puis la vengeance publique au profit de la justice d’Etat (avec une justice qui n’est pas ou pas seulement punitive, mais aussi rédemptrice, avec toutes ces histoires de réinsertion).

Cela ne peut fonctionner que si la société accepte cette conception de la justice. Sinon, ça craque. D’un point de vue pratique, si le système judiciaire ne donne pas satisfaction à la société et à la majorité des individus, ceux-ci vont chercher satisfaction autrement. Et généralement, ça passe par le retour à la vengeance privée (qui peut être un système judiciaire très efficace et, contrairement à ce que l’on a pu écrire, ne détruit pas forcément la société qui l’emploie ; des sociétés l’ont utilisé pendant des millénaires et y ont très bien résisté).

806. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:10 par seb

@Dilbert : je me disais bien que ça avait été (trop) facile :) Je n’ai pas parlé de meurtre, j’ai dit “prêt à tuer”. Et d’ailleurs cela s’applique aux deux camps. Ce n’est pas normal, de mon point de vue, que l’on accepte que certains soient prêts à tuer pour voler (sauf si on part du principe qu’ils prennent des armes et que si le bijoutier en sort une aussi, ils déposeront la leur… Mais c’est peu probable, malheureusement). Et il est tout aussi anormal d’être prêt à tuer pour défendre ses biens. Les deux sont tous aussi inacceptables (et je dis bien LES DEUX).

Quant au passage à l’acte, il aurait pu arriver dans un camp comme dans l’autre, puisque les deux étaient armés (et donc “prêts à tuer”). C’est tout ce que j’essayais de dire : les deux démarches ne devraient pas être acceptées/tolérées (selon le point de vue où on se place).

807. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:14 par Isabelle Vaillant

Je ne suis pas sûre que ce soit une telle malchance que ça que l’enfant à naître du braqueur ne connaisse pas son père. De mauvais parents peuvent détruire une enfant.
Si votre père est un psychopathe du type d’Emile Louis, ne vaut-il pas mieux que la société vous débarrasse définitivement de lui plutôt qu’elle finisse par le libérer avec tous les risques que celà comporte pour vous et vous laisse vivre le reste de sa vie dans la crainte de son retour ?

808. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:18 par Isabelle Vaillant

Personne ne mérite d’avoir des parents criminels. Quel plus mauvais départ dans la vie ? La stérilisation définitives des criminels permettrait de protéger bien des enfants.

809. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:23 par Holmes

@ RG (784)

Poutou Poutou

L’herbe est toujours plus rouge ailleurs.

810. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:30 par Dilbert

@seb -806
Etre prêt à tuer n’est pas un délit, la loi ne peut prohiber que des actes, et non pas des intentions.
D’ailleurs qui peut connaître les intentions d’autrui ?
Imaginons le scénario suivant : j’entre dans la bijouterie de Nice. Le bijoutier me voit porter la main à ma poche, pour sortir mon portefeuille. Il sort son pistolet et me tue « J’ai cru qu’il allait brandir une arme, et je me suis senti menacé » dira-t-il aux policiers.

811. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:32 par Ælfwine

Cher Maître,

Votre démonstration de droit est imparable : Summum jus, summa injuria.

La page de soutien à ce bijoutier, que vous incriminez, n’est pas une tentative d’influencer un procès, lequel se déroulera, on l’espère, dans le respect du droit. (Au demeurant, je doute qu’une page de soutien soit à même d’altérer le cours d’un procès.)

C’est un acte politique, qui a pour dessein d’attirer l’attention sur un manquement récurrent de l’Etat à ses obligations de protection des citoyens. Il est probable que le malfaiteur qui est mort avait le droit d’être en liberté. Au vu de son âge, du nombre de condamnations antérieure et de son comportement subséquent, il aurait été préférable pour la sécurité de tous qu’il soit resté en prison. Et en plus, il serait encore en vie.

Là est le problème…

812. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:42 par Dilbert

@ Isabelle Vaillant – 808
Vous avez bien raison, d’ailleurs il faudrait étendre un peu votre raisonnement.

Personne ne mérite d’avoir des parents maltraitants,
La stérilisation définitive des maltraitants permettrait de protéger bien des enfants à naître.
Personne ne mérite d’avoir des parents avares
La stérilisation définitive des avares permettrait de protéger bien des enfants à naître.
Personne ne mérite d’avoir des parents infidèles
La stérilisation définitive des coupables d’adultère permettrait de protéger bien des enfants à naître.
Personne ne mérite d’avoir des parents malades
La stérilisation définitive des malades permettrait de protéger bien des enfants à naître.
Personne ne mérite d’avoir des parents morts
La stérilisation définitive des morts permettrait de protéger bien des enfants à naître.

C’est merveilleux, ce type de raisonnement ouvre des perspectives infinies…

813. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:44 par RG

@800 bardalan

Que de discours pour simplement aboutir à la conclusion qu’il faut changer la loi … et tout sera réglé.

Impossible, les sondages réalisés au café du commerce montrent un ras le bol du matraquage fiscal. Dans ces conditions comment voulez vous réunir l’argent nécessaire à la politique exigée par ce même café, à l’image de ce que font déjà les pays correctement gérés ?

Entre nous, promenez vous un peu en Europe, des pays ruinés du sud aux riches pays du nord, dans tous les cas vous entendrez que la France est un pays d’attardés, droites et gauches confondues.

814. Le mercredi 18 septembre 2013 à 14:59 par RG

@773 netrunner

@Tiriel et RG : pourquoi devrais-je respecter une loi que tu ne respectes pas toi même ?

Je vous impose de la respecter puisque moi je la respecte.

815. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:01 par toto

Complément :
Bijoutier niçois : pourquoi la légitime défense n’a-t-elle pas été retenue ?

http://www.lemonde.fr/societe/artic…

816. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:04 par Dilbert

@ Nico - 793
Vous évoquez un droit à la légitime défense…
Dans votre texte, cela ressemble fort à un droit à la vengeance.
Or, si la vengeance est interdite par la loi, il n’y a pas non plus de droit à la légitime défense, sinon cela voudrait dire que l’on a le droit de commettre un meurtre (ou un délit), ce qui est manifestement absurde.
La légitime défense est une exception d’irresponsabilité : il y a bien eu meurtre, mais le meurtrier n’est pas responsable.
Cf Code Pénal Article 122-7
« N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. »

817. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:20 par seb

@Dilbert : l’exemple est quand même volontairement exagéré, non ? :) Entre vous qui sortez votre portefeuille et deux jeunes qui entrent avec une arme et dévalisent un magasin, il y a quand même une belle marge !
Les deux cas dont je parle sont : le bijoutier qui sort une arme pour défendre son bien (et n’allez pas me dire qu’il était incapable de tuer, il a prouvé le contraire !) et les deux agresseurs qui en avaient une avec eux mais qui jamais, au grand jamais ne l’auraient utilisée (allons allons…. vous n’arriverez pas à me convaincre de cela !).

N’ajoutez pas l’enfant qui va acheter des sucettes et qui se fera tuer par un violeur récidiviste (même si je serai d’accord avec vous, votre exemple ne fera en rien avancer le débat :) ). Le fait est que dans le cas présent, chacun reproche à l’autre son comportement alors que les deux (et je le répète à nouveau) : LES DEUX ne sont pas acceptables.

818. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:26 par seb

@Dilbert : Et pour réagir à cette phrase fort intéressante de votre post : “la loi ne peut prohiber que des actes, et non pas des intentions”, c’est là aussi dans beaucoup de cas un problème. On a tendance à se dire qu’on ne peut pas punir quelque chose qui n’a pas eu lieu (quelque part c’est plutôt rassurant), reste que dans certains cas la limite entre l’intention et l’application est mince et relève du hasard (le braquage aurait facilement pu tourner en fusillade).

Vaut-il mieux condamner quelqu’un qui a tenté de tuer (ou violer), ou le laisser en liberté et attendre qu’il le fasse pour le condamner ? Personnellement, je n’ai pas de réponse, dans un cas on condamne un “innocent” (au sens de la loi), dans le deuxième on laisse en liberté quelqu’un qui pourrait tuer ou violer. Parfois, je n’aimerais pas être juge :)

819. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:32 par Escal Vigor

@ Fatiha, 792

Il y a fort à parier que si le braqueur avait eu un prénom maghrébin et si le bijoutier avait été un “souchien” typique, cette page n’aurait pas recueilli plus de quelques milliers de “likes”.

C’est précisément parce que l’hypothèque racisme/xénophobie était absente qu’une foule aussi considérable a pu s’exprimer (ou se défouler) aussi librement.

820. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:33 par vatlau

Maître, vous avez bien préparé la plaidoirie à charge contre le bijoutier. Il doit être content.
Question : quand on a un casier long comme le bras et que l’on va être papa, ne réfléchit-on pas à deux fois avant de braquer une bijouterie ? C’était ça, la référence d’un père d’un enfant à naître ?

821. Le mercredi 18 septembre 2013 à 15:59 par Heimdall

cette argumentation est affligeante, surtout la partie sur le fait que le délinquant était père de famille. Quelle argumentation lamentable et partial. Pendant un instant j’ai eu envie de démonter un certain nombre de points mais je ne vais même pas perdre mon temps à cela

822. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:03 par pierre

@talla
La loi pénale est d’interprétation stricte. En cette matière l’assertion de maitre eolas et la bonne, au détriment de la votre.
Concernant la conception de la justice, il serait intéressant de rappeler le pourquoi de cette évolution : c’est le modèle qui permet d’apaiser la société. Jamais le taux de criminalité n’a été aussi bas, le taux de récidive pour les crimes est extrêmement faible (n’en déplaise aux personnes qui aiment se faire peur).

Nous atteignions un paradoxe, plus la violence se faire rare, plus le taux résiduelle de celle-ci nous parait insupportable.
Conforter cette idée par des discours populistes et démagogiques est dangereusement irresponsable. Et ce n’est pas un clash entre la vrai france du vrai peuple et les bobos du PS qui vont anéantir la civilisation.

823. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:13 par Dilbert

@ seb - 817

Je crois que vous ne m’avez pas bien compris.
Je ne cherche pas à défendre les petits voyous (ni les grands, d’ailleurs)
Je ne vais pas accabler le voyou mort, il est mort et on ne peut plus rien pour lui, ni contre lui, la messe est dite.
Seuls comptent maintenant ceux qui restent en vie, c’est à dire le bijoutier (et nous tous).
Et là, je dis que cette affaire est un terrible gâchis, et cela par la faute du bijoutier, qui se mord maintenant les doigts de son geste malheureux. Il venait de se faire dévaliser après avoir été tabassé. Il avait le droit pour lui, victime incontestable, il avait tout pour susciter la sympathie.
Il n’avait pas perdu la vie, l’assurance le remboursera des pertes pécuniaires, il en était quitte pour une grosse frayeur et des blessures qui guériront. Il avait tout pour lui.
« Plaie d’argent n’est pas mortelle » dit la sagesse populaire, et il aurait bien fait de s’en inspirer.

Au lieu de cela, il a affaibli sa position en commettant l’irréparable :

  1. son braqueur ne sera jamais jugé, le vol restera donc impuni,
  2. il a ôté une vie, ce qui est bien autre chose que de voler un objet,
  3. lui qui était supérieur à son agresseur, il s’est abaissé à son niveau en se laissant contaminer par la violence de celui-ci,
  4. il a rendu un mauvais service à ses collègues bijoutiers, et à la société dans son ensemble, en augmentant le niveau de la violence sociale, car dorénavant, les braqueurs se diront « mieux vaut tuer le bijoutier d’abord, pour éviter qu’il ne nous tire dans le dos quand nous nous enfuirons », et les simples particuliers comme moi hésiteront à franchir le seuil d’une bijouterie, car on ne sait jamais ce qu’il peut se passer dans la tête d’un bijoutier armé,
  5. il devra peut-être indemniser les ayants-droit de sa victime (mais j’imagine bien que dans ce cas une collecte nationale sera organisée par des gens bien intentionnés)

Tout cela pour dire que ce brave homme, car je ne doute pas qu’il s’agisse d’un homme honnête, estimable et digne de sympathie a commis l’erreur d’ajouter un mal à un mal, ce qui ne produit jamais de bien.
Et pour ce mal qu’il a créé, quand bien même involontairement, il a à répondre devant la société.

824. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:23 par Pierre Leuret

Je voudrais demander une chose supplémentaire à maître Eolas, si vous avez encore le temps de lire cette pléthore de commentaire.

Ce bijoutier, aux vues de son grand age, n’en est certainement pas a sa première agression. Je fais même le pari -sans preuve, et oui , juste comme ça- que cet homme a subit de nombreux événement violents au cour de la vie de son fond de commerce. Alors, non pas que je pense que c’est un honnête homme, car je suis plein d’à priori socialo-crétins sur les bijoutiers, mais est ce que sa vie ne devrait pas avoir un impact sur sa peine ?

Il me semblerait même pertinent d’invoquer qu’une longue carrière dans le métier a put le rendre extrêmement stressé, plus émotif et paranoïaque. Est-ce que 40 de peur du braquage, la hausse faramineuse du prix des assurances, la baisse du pouvoir d’achat qui le martèle (qu’elle soit factuelle ou non, elle touche le morale de tout les commerçants)… Est ce que tout cela aura un impact sur sa peine ?

Avec l’expression de ma considération,

Pierre

825. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:30 par Ryuu

J’aimerai tout de même préciser à tout nos amis pro-bijoutier qui disent qu’il ne voulait pas tuer, qu’un revolver est par définition une arme léthale et qu’ouvrir le feu en direction d’un individu reviens bien à une tentative de meurtre (d’un point de vue militaire du moins. Tirer sur les gens pour les arrêter, ca ne marche que dans les films. Je ne sais pas ce qu’en pense la loi)
Si on ne veut pas tuer, il y a les tasers pour ça. Certes c’est parfois léthal, mais ce n’est pas la finalité de l’engin.

On va me dire qu’il visait le scooter? c’est pire: s’il avait touché le reservoir l’engin aurait pu exploser, faisant possiblement des victimes collatérales.

826. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:34 par capitole

Là où cela devient intéressant, c’est qu’après avoir développé qu’il agissait en état de légitime défense, le bijoutier explique maintenant qu’il a en réalité tiré sur le scooter pour l’arrêter (et non sur ses occupants).

http://fr.news.yahoo.com/bijoutier-…

Ce dont il résulte que si le bijoutier a tiré en état de légitime défense comme il l’indiquait à l’origine, c’est qu’en réalité il avait été agressé par le scooter lui-même, et non pas par ses passagers. Tout cela est parfaitement logique.

Ce système de défense affiche le mérite d’une parfaite cohérence. Nous attendons la suite avec impatience.

827. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:41 par Marc

Bonjour Maître Eolas,

Je vous remercie pour votre réponse et votre sereine analyse.

A l’heure où le méga-parasite de la finance internationale gonfle à vue d’œil et ruine insidieusement les économies occidentales, précipitant dans son sillage toutes sortes d’actes répréhensibles et toute une floraison cancéreuse de ressentiments mortifères, il est effectivement heureux que vous rappeliez les principes élémentaires d’un État démocratique digne de ce nom.

On peut cependant considérer qu’il est bien triste que vous ayez à rappeler le B.A BA. d’un État démocratique contemporain, tandis que certains retombent dans les pièges immémoriaux de la vengeance tribale à courte vue, sans voir ce que celle-ci draine - à court et long terme - comme impitoyable désolation.

Rappel :

USA :

- “How Many People Have Been Killed by Guns Since Newtown?”

- ” Combien de personnes tuées par armes à feu depuis le massacre de Newtown ? ” :

Réponse ici :

http://www.slate.com/articles/news_…

Quand à celles et ceux qui aspirent à un futur à la ” Mad Max ” qu’ils y réfléchissent bien avant de saliver. Il suffit de se pencher sur la réalité hélas devenue banale de la nation Colombienne pour se faire une
( triste ) idée… Avis aux amateurs !

Quelle est l’histoire au final ? Un homme de 19 ans ( un gamin ! ) assassiné par un marchand de bien précieux pour une poignée d ‘or …

Le tueur n’avait-il pas souscrit une assurance pour sa came aurifère ?

Les assurances ne sont-elles pas là précisément pour laisser la Police et la Justice faire leur travail et retrouver les coupables de larcins ?

- Cordialement -

828. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:49 par Talla

@Pierre Je suis d’accord avec votre constat que nous vivons dans une société particulièrement sûre, et donc particulièrement intolérante à la violence. Mais comme je l’ai souligné, Eolas défend le point de vue du juriste, et moi un point de vue historique. La loi pénale, quelque soit son “interprétation stricte”, offre une certaine marge de manœuvre au juge (et une mage de manœuvre certaine), ne serait-ce que du point de vue de la peine prononcée. Sinon, quel intérêt d’avoir créé des cours d’appel ? C’est bien parce qu’en appel, le jugement rendu peut être différent. Dans beaucoup d’affaires, deux jurys ou deux cours de justice différentes rendraient des verdicts différents. En appel, un homme condamné en première instance peut-être acquitté.

Rares sont les corpus législatifs, surtout en Etat de droit, à ne pas accorder une certaine latitude au juge (je n’en connais aucun), sauf dans des cas extrêmement précis (et très révélateurs), comme la peine de mort automatique pour les trafiquants de drogue à Singapour ; et encore, un juge suprême a souvent la possibilité de contrer ce blocage (droit de grâce…).

Notre système judiciaire rempli bien l’une de ses fonctions : protéger la société des gens qui enfreignent ses règles, le faible taux de violence en est la preuve. Le problème est qu’il risque de ne plus remplir une autre de ses fonctions primordiales : donner satisfaction (dans tous les sens du terme). Le système judiciaire doit en effet réparer le préjudice subi par la société et l’individu, par le sang versé (ou le prix du sang) par les proches de la victime dans le cadre de la vengeance privée, par le sang versé (ou le prix du sang) par l’autorité légitime dans le cadre de la vengeance publique, par l’indemnisation et l’emprisonnement dans notre société.

Le problème est qu’il y a conflit avec une troisième fonction attribuée au système judiciaire, la rédemption du coupable (d’inspiration chrétienne). On appelle ça la réinsertion, de nos jours. On a du mal à conjuguer la satisfaction à donner aux victimes et à la société et la volonté de réintégrer le coupable au sein de la communauté. On fait une séparation trop nette entre justice et vengeance, alors que la ligne est beaucoup plus floue. On a tendance à penser, à la suite de penseurs chrétiens, que la vengeance ne réconforte pas les victimes. Mais l’absence de vengeance (ou d’impression d’un juste châtiment) a, à long terme, des répercussion négatives sur la société. C’est une constante : toutes les sociétés exigent un châtiment en cas de transgression, car cela laisse sinon entendre que les règles peuvent être impunément violées. Si le système judiciaire ne s’en charge pas, c’est la société qui le fait à sa place.

Notre société, en plus de la violence, est particulièrement intolérante face à l’incertitude et au manque de sécurité. Le pays ne va pas exploser suite à cette affaire, mais il y a de plus en plus de tensions entre ceux qui redoutent par dessus tout l’augmentation de la violence (bouh la loi du Far West) à ceux qui redoutent l’augmentation du manque de sécurité (bouh les voyous à nos portes). Sans craindre un effondrement de la société, ça risque de donner des choses intéressantes au niveau politique et social dans les années à venir.

A force de vivre en paix et en sécurité, sans avoir à se défendre par eux-mêmes, les gens se sont mis en tête que vaquer toute la journée à ses petites occupations sans craindre pour sa vie ou ses biens va de soi (ce qui n’est pas forcément le cas). Quand on s’attaque à ce qu’ils considèrent comme un droit fondamental (qui n’en est pas forcément un), ils ont tendance à réagir de manière primaire (comme quand, en d’autre temps, on réagissait à un sacrilège). Parce que c’est une atteinte à ce qu’ils considèrent comme un fondement de la société.

829. Le mercredi 18 septembre 2013 à 16:53 par Aurel

J’ai trouvé ce billet extrêmement intéressant. J’y ai appris de nombreuses choses concernant les lois, grâce à votre talent pour “simplifier” des textes et des articles parfois hermétiques. De plus, j’ai pu confronter mon opinion et mon ressenti face à cette affaire avec la loi, telle qu’elle est et non pas telle qu’on aimerait qu’elle soit. La loi est dure mais c’est la loi.

Cependant, je trouve assez dérangeante votre manière de répondre aux internautes qui commentent votre publication. En fait, je vous trouve arrogant, à la limite du mépris parfois. Peut-être n’est-ce qu’une impression…

Toujours est-il que je continue à dire et à penser, malgré votre billet, que l’enfant va naître orphelin par la faute d’un père irresponsable et incapable de situer ses priorités. Sa mort n’en est que la triste conséquence, injuste, vraiment malheureuse, mais c’est ainsi.
Si je conçois la réaction du bijoutier, je ne nie pas qu’elle a été totalement irresponsable, que son geste ne doit pas être glorifié et qu’il doit en répondre. Mais le braqueur, en choisissant de dévaliser une bijouterie, a décidé de faire fi des risques possibles pour sa vie.

D’autres part, à ceux qui estiment qu’en achetant une arme sous le manteau, le bijoutier avait prémédité de s’en servir, je répondrais qu’il a été déjà dévalisé à de multiples reprises et qu’il n’a jamais vu ses voleurs punis par la loi. Une arme peut être un moyen de dissuasion. En achetant son fusil, il n’avait pas forcément dans l’idée d’abattre son prochain braqueur, mais en pointant un canon sur le visage de quelqu’un, ça donne le ton : “désormais, je ne me laisse plus faire”. Donc il y a une marge entre l’achat d’une arme qu’on souhaite à son côté pour se rassurer et la préméditation d’un meurtre.

En définitif, la seule et unique personne à plaindre, c’est l’enfant. Notamment parce qu’il a de grandes chances d’être élevé dans un climat de haine et de mépris de la justice : “ton père, ce héros tombé au combat, tué par un vilain bijoutier”.

830. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:12 par tarzan

Maître,

Ne vous en déplaise, ce bijoutier est bien la victime et a agit en légitime défense après un braquage violent (coups) avec mise en jeu de sa vie (mise en joue avec fusil à pompe). L’acte de défense est bien engagé pendant ce braquage et dans le tempo du braquage.

C’est la guerre Maitre. Et à la guerre, il n’y a plus de règles. Encore moins de droit.

Il n’y a guère qu’en Europe de l’Ouest que l’on s’émeut du sort du ‘fils à naitre’ d’un pareil voyou.
Je vous laisse imaginer quel aurait été le sort du braqueur au Magreb, au USA, en Russie, en Chine, sans compter les pays Arabes et autres joyeuses dictatures. Il n’aurait jamais eu le temps d’être condammé 14 fois….

Vous me faite de la peine avec votre plaidoirie de cours de récré.

Bises

831. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:17 par Talla

@Aurel Ce que vous évoquez donne, à l’échelle des Etat, le principe de dissuasion nucléaire. Ce qui explique que certains Etats acquièrent illégalement des armes nucléaires (ou chimiques ou bactériologiques). C’est le cas du Pakistan et de l’Inde, qui ont si peur l’un de l’autre qu’ils se sont armés de la sorte. Ou d’Israël, qui redoute son anéantissement, et l’Iran, par ricochet, qui redoute Israël. Le problème est que les individus sont moins sensibles que les Etats à l’équilibre de la terreur, parce que derrière les Etats il y a des sociétés, et que les sociétés sont moins susceptibles de mettre en danger leurs existences que les individus.

Après, le taux d’homicide n’est pas forcément corrélé au taux de d’armement de la société. Les deux pays occidentaux les plus “armés” sont les Etats-Unis et la Finlande, avec respectivement 42,8 % et 37,9 % des foyers possédant une arme à feu.

832. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:23 par Ahuri77

Sauf erreur vous écrivez : enceinte de ses oeuvres.
Il me semble qu’enceinte aurait suffi.

833. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:33 par Académie Française

@ Ahuri77
Maître Eolas écrit en français.

834. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:35 par seb

@Dilbert : Je crois que nos visions convergent, en effet. Là où je nuancerais un peu (mais légèrement), c’est sur plusieurs points :
- mettre LA faute totalement sur cet homme, comme s’il n’y avait dans cette histoire qu’une seule faute, me dérange. Il a fait une faute, en effet (et vous avez très bien expliqué en quoi). Mais excusez-moi, “on” l’a un peu aidé à commettre cette faute. Et ce “on” est large… Le braqueur, qui, s’il n’était pas venu le braquer avant, n’aurait pas été tué (ça semble stupide, dit comme ça, mais il ne faut pas l’oublier !). La police, la justice, l’état (en vrac) : qui n’ont pas été en mesure de protéger cet homme ou de faire comprendre à ce jeune homme qu’il y avait des lois à respecter. La société, qui n’a pas été en mesure d’éduquer ce jeune homme, et qui aujourd’hui se déchire entre la haine contre lui (ou vers ses parents à présent) et la haine envers ce vieux fou criminel. Bref, pas un seul responsable, à mon avis (mais un seul coupable du meurtre, en effet).
- aller penser que s’il était resté assis à attendre la police n’aurait eu AUCUNE conséquence est aussi un raccourci un peu simple. En effet, les conséquences d’un meurtre sont sans commune mesure avec des conséquences financières, c’est évident (et d’ailleurs, c’est ce qui me dérangeait dans le billet de Maitre Eolas, on parle beaucoup des ravages dans la famille du jeune homme, mais il me semble évident que vieil homme s’en voudra pour longtemps d’avoir tué quelqu’un !). Je me souviens (petite parenthèse hors sujet) d’un billet ici-même où Maitre Eolas affirmait qu’il était acceptable qu’un vélo grille un feu rouge car, après tout, il faut savoir contourner la loi… Et j’avais répondu que pour ma part, en tant qu’automobiliste, je ne me pardonnerais pas de tuer un cycliste, et que de savoir qu’il était en tort parce qu’il a grillé un feu rouge à vive allure ne me consolerait absolument pas (et croyez bien que j’en ai évité, à Paris, de ces cyclistes). Penser que ce vieil homme est satisfait de son action est une grosse, une très grosse erreur. Il n’a pas fini de le payer (et je ne parle pas d’argent). Fin de la parenthèse. Mais clairement, sur le plan psychologique, un agression (violente qui plus est), n’est pas sans conséquence. Et je ne parle pas des aspects financiers (oui, vous me direz que l’assurance en remboursera une partie, et qu’une vie n’a pas de prix)… Seulement, les agresseurs étaient armés, et pour eux non plus, une vie ne devrait pas avoir de prix.

Bref, tout ça pour dire que je suis d’accord avec vous, un beau gâchis (et le témoignage de la sœur du jeune homme qui vient rajouter une couche non indispensable, sur la non violence de son frère et sur leur éducation dans le respect de la justice. Rien qu’en lisant le billet ici : “L’homme abattu avait 19 ans, et avait déjà été condamné pour des faits de vols, des violences”, on a envie que tout le monde se taise… Je devrais peut être me taire aussi, d’ailleurs).

835. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:36 par Franc

@tarzan

Les exemples de pays que vous citez dans votre message, devraient précisément vous donner envie que nous ne leur ressemblions pas !

En aucune façon !

Vous maniez parfaitement l’auto-contradiction pour que l’on espère qu’il vous sera loisible prochainement de mieux réfléchir à vos propos avant de poster. Votre jeune âge sans doute, vous aura fait omettre le hiatus évident d’une réponse Pavlovienne.

S.V.P ” tarzan “, cessez donc de vous mettre les doigts dans le nez à tout bout de champ et résistez donc à cette emprise qui vous habite de vouloir coûte que coûte encore vivre à “l’âge de pierre”.

Oui, soyez gentil ” tarzan “, sortez de temps en temps de votre petite jungle étriquée, ça nous fera le plus grand bien - Merci.

836. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:36 par SB

@Aurel: si l’arme sert à la seule dissuasion, ne faut-il pas s’abstenir d’avoir des munitions ? (ce qui évite d’ailleurs les accidents ou même la prise et l’utilisation de l’arme par l’agresseur).

837. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:38 par yo!

@Talla :vous oubliez un point dans votre analyse (828) : si la justice a pour but de donner satisfaction, c’est plutot au niveau du civil pour ce qui est des personnes (responsabilité et réparation du préjudice) et au pénal pour ce qui est de la société.. (même si bien sûr les frontières ne sont pas totalement imperméables) -> mais le civil est la pour solder les différend entre personnes, le pénal pour infliger une peine au non de la société, non pas au nom des victimes.

Le but de rédemption n’est pas seulement d’origine chrétienne, mais aussi basé sur une logique des plus pragmatique : On ne peut enfermer tout le monde à vie pour chaque délit ; la réinsertion a donc aussi pour but de protéger la société et de limiter la récidive.
(mon propos n’est pas de dire que la justice française est parfaite, loin de là, mais je trouve que ça manque dans votre analyse, même si je comprend votre propos)

Mais ces sujets sont éminemment complexes et sensibles, c’est difficile de mettre tout le monde d’accord ; le droit est par essence un compromis perpétuel.

838. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:38 par récap59

Bonjour Marc (827)

“Un homme de 19 ans ( un gamin ! ) assassiné par un marchand de bien précieux pour une poignée d ‘or …”

Ce n’était pas un assassinat (pas de préméditation possible puisque le bijoutier n’avait pas pris rendez-vous avec les braqueurs) ni un marchand de biens précieux mais un petit bijoutier de quartier qui devait vendre surtout de la pacotille. La valeur misérable du butin que vous appelez avec mépris “une poignée d ‘or” c’était celle de tout son stock de bijoux.

“Le tueur n’avait-il pas souscrit une assurance pour sa came aurifère ?”

Ce n’était pas un tueur mais un pauvre homme harcelé par les malfaiteurs. Quand aux assurances elles augmentent leurs tarifs et leurs franchises au fur et à mesure que les sinistres se multiplient puis elles résilient le contrat.

Si un jour vous êtes victime de cambriolages à répétition vous découvrirez que les assurances se comportent exactement de la même manière avec les particuliers.

La dernière fois il avait déjà subi une perte de 15 000 Euros. Le pauvre homme était pris à la gorge et n’avait pas le choix.

Oh, bien sûr, il avait le droit de se laisser dépouiller sans rien tenter pour empêcher les malfaiteurs armés de s’enfuir avec leur butin. De même qu’il avait aussi le droit de se suicider, cela va plus vite. C’est cela que vous auriez voulu ?

Il a préféré essayer de faire tomber le scooter pour récupérer son bien. Il a eu raison d’essayer, cela aurait pu réussir. Il n’avait rien à perdre.

Voir aussi mon post n° 716. Ceux qui disent que plaie d’argent n’est pas mortelle ne savent pas ce que c’est de vivre avec le strict minimum.

839. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:42 par ludovic

Maitre,
Tout d’abord merci pour cet éclairage juridique. Comme vous les mentionnez la loi est une science à cela qu’elle est réfléchie et ne repose pas sur des sentiments ou des réactions viscérales. Vous faites retomber le débat à la hauteur de ce qu’il doit ou ce qu’il aurait toujours dû être c’est à dire une succession de faits nécessitant analyse. Cependant j’ai bien peur que les seules personnes qui liront votre dossier soient les mêmes qui ont trouvé l’acte du bijoutier démesuré. Les réactions des personnes applaudissant cet homme de 67 ans, que je plains profondément car prendre la vie d’un homme ne peut vous laisser sans blessure profonde, me ramène à ce que nous avons tous au fond de nous. Cette chose noire qui peut, sous le coup d’une forte émotion, rejaillir sans aucun contrôle. Ce sont ces mêmes émotions et ressentiment qui ont jalonnés l’histoire de l’humanité. Et quand un million de personnes applaudissent la mort d’un être, nous ne sommes plus loin de voir des milices aux couleurs brunes revenir. Je crois que fugain l’appelle la bete immonde? Je pense que lentement elle est en train de revenir. Et s i je peux m’associer à vous en faisant une citation qui peut être fera réfléchir nos concitoyens, Victor hugo a dit: “la meilleure des polices, c’est le travail”.

840. Le mercredi 18 septembre 2013 à 17:59 par Christophe

Juridiquement évidemment rien à redire à cet exposé. C’est la belle et pure mécanique du droit, par un connaisseur.
Sauf que cette mécanique de droit idéal ne correspond plus à la réalité.
Me Eolas dit qu’un braquage, vol en bande organisée, c’est un maximum de trente ans, pas la mort.
Oui, en théorie. En réalité, l’application de la règle de droit étant ce qu’elle est, c’est beaucoup plus probablement, si le commerçant n’avait pas tiré: un fait divers de plus, des bandits qui s’enfuient. Une enquête qui n’aboutira peut-être jamais: on rappelle les taux d’élucidation dans la police, 17% au dernier rapport de performance de la mission Sécurité.
Donc première hypothèse, les voleurs ne sont même pas retrouvés, le commerçant a juste perdu de l’argent, il est traumatisé, son assurance augmente, voire il sera obligé de fermer boutique car on ne l’assure plus. Personne ne l’indemnise pour son préjudice (2 fois braqué, frappé, menacé de mort, etc, la routine quoi). Ce n’est pas bien grave ma bonne dame ça arrive tous les jours.
Deuxième hypothèse, les voleurs sont retrouvés, il y a procès. Le commerçant aura de toute façon perdu de l’argent, peut-être son fonds de commerce, et restera traumatisé comme dans la première hypothèse. Pour le reste, à qui Me Eolas espère-t-il faire croire que 30 ans seraient prononcés? Un petit braquage pas méchant, des circonstances atténuantes pour ce pauvre djeuns (à la limite, son passif plaide pour lui: regardez tout ce qu’il a déjà pris, c’est pas facile lui aussi il est une victime). Bref s’il prend 5 ans ferme c’est que les juges auront vraiment eu la main très lourde. Et il en fera combien exactement: 2? C’est-à-dire qu’il sortira libre à l’issue du procès, ayant déjà couvert sa peine par la détention préventive? Prêt à recommencer… Et la prochaine fois, c’est lui qui tue le commerçant.
Donc merci pour votre démonstration, Me Eolas, elle prouve surtout que dans le confort et le calme des prétoires on peut toujours inventer un monde idéal, une science comme vous dites, où les bonnes consciences se permettent de juger des faits et des gestes de chacun et, tels Dieu dans sa grande miséricorde, s’octroient le privilège de la clémence avec les petites frappes en demandant toujours au citoyen qui ne demande qu’une chose -la paix- de prendre sur lui et de supporter un environnement qui se dégrade.
Merci pour le cours de droit. Vous, vous avez juste besoin d’un cours de réalité, où l’on vous enseignerait que, quoiqu’il soit beau de donner des cours de droit pénal aux gens excédés qui veulent se faire justice eux-mêmes, ces réactions, quoique non excusables, sont compréhensibles dès lors que le système pénal a failli pour ce qui est de mettre les délinquants hors d’état de nuire. 19 ans, 14 condamnations, combien d’interpellations à votre avis? Combien de procédures sans suites de la police, remisées au tiroir par un procureur ou un substitut dont le seul but dans la vie est d’alléger le nombre d’affaires aux audiences?

841. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:00 par Talla

@yo! Vilaine déformation professionnelle : je ne raisonnais pas pour la société française en particulier. La rédemption, et son avatar la réinsertion est bel est bien d’origine chrétienne (avec quelques racines juives et gréco-romaines, bien qu’on en trouve aussi des traces dans le système juridique irlandais pré-chrétien). Qu’elle ait une utilité pratique, je ne le nie pas ; mais les chrétiens, dès les origines ont fait preuve de pragmatisme. Mettre à mort ou exiler et confisquer les biens des condamnés est aussi quelque chose de très pratique. Quant à dire qu’on ne peut pas enfermer tout le monde pour n’importe quel délit… on ne le peut pas pour des raisons idéologiques et culturelles, mais la Corée du Nord y arrive très bien !

Cela dit, nous avons effectivement un volet civil et et un volet pénal qui remplissent deux des trois fonctions que nous attribuons à la justice. Et pour la réinsertion, on galère encore, là où l’Eglise catholique avait trouvé une formule équilibrée, avec la satisfaction (réparation), la pénitence (punition/expiation plus éventuellement passage au Purgatoire) et l’absolution/rédemption. Il a fallu quelques siècles avant que la formule soit au point. Beaucoup de systèmes judiciaires ne vont pas si loin, et se contentent de la satisfaction et/ou de la punition, sur le mode : je touche une indemnité (prix du sang), ou je lui tranche la main ou je l’exile dix ans et je touche une indemnité.

842. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:12 par Marc

@ récap59

Je suis bien d’accord avec vous. Il est grand temps d’encadrer et de réguler le marché des assurances qui abusent de façon inconsidérée de leur triste pouvoir de nuisance face aux petits commerçants et aux citoyens ” lambda”.

Je me demande ce que font nos députés pour laisser ainsi aux organismes d’assurance un pouvoir si démesuré au cœur de la société, tandis que ceux-ci prennent à la gorge d’honnêtes entrepreneurs.

Voyez où cela nous mène ! Au meurtre et à la case prison !
La politique du ” laisser - faire ” a assez duré ! Il est temps que les organismes d’assurance cessent de prendre les personnes pour des vaches - à - lait, ce qui dans les faits ressemble fort à un “vol en réunion” à l’échelle de toute une société.

843. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:18 par violetta06

Juste deux phrases le braqueur s,il était restait chez lui a s,occuper de sa femme enceinte ou même aller travailler pour ramener sa paye pour Nourir sa famille tous ca ne serais pas arriver il serait vivant pour voir son Bebe le bijoutier a défendu sa boutique et sa vie

844. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:26 par les malheurs du sophisme

@recap59 : “Il a préféré essayer de faire tomber le scooter pour récupérer son bien. Il a eu raison d’essayer, cela aurait pu réussir. Il n’avait rien à perdre.” -> la preuve que si. Sa liberté, sa conscience, voire sa vie. (mais passons)
Ce qui m’apparait surtout contradictoire,c’est cette idée que vous développez : le manque d’argent peut conduire au désespoir, et à avoir cette sensation de n’avoir “rien à perdre” (et conséquemment, d’être prêt à tout ) -> pour vous, ce sentiment ne peut naitre que des suites d’un vol. C’est faire fi du sentiment de ceux qui n’ont jamais rien eu. vous m’objecterez que c’est le sentiment d’injustice du vol qui diffère ; pourtant nombreux sont les miséreux à considérer leur situation comme injuste. Vous me parlerez de la notion de vol, je vous répondrait par la spoliation et l’aliénation à leur propre profit des richesse par une classe dominante.
Bien sûr, un riche ruiné aura plus de mal à s’habituer à sa condition nouvelle de pauvre qu’un pauvre qui n’a jamais rien connu d’autre ; la colère d’un pauvre depuis toujours en serait-elle moins légitime à vos yeux? Pourtant nombreux sont ces miséreux “pris à la gorge” (sic)
Vous expliquez le geste d’un homme usé par des agressions antérieures ;je vois aussi un homme qui aurait dû acquérir une certaine sagesse à 67 ans ; et j’y oppose sans honte le geste d’un esprit immature et fougueux de 19 ans.
Vous parlez d’un jeune devant qui toutes “les portes allaient s’ouvrir”(sic). Ce bijoutier n’aurait eu droit à aucune aide s’il avait perdu son gagne-pain ? (RSA, allocation vieillesse etc..)
Je veux signaler que je ne veux pas prendre partie pour l’un ou l’autre simplement signaler que si l’on cherche des motivations d’un coté, on ne peut faire l’économie de n’en pas rechercher de l’autre ; ou alors il faut prendre les faits hors contexte de chaque coté et ne se baser que sur les conséquences sans en rechercher les causes, dans les 2 cas.

2 victimes, deux actes illégaux (dont l’un me parait, à moi, un peu plus grave que l’autre tout de même, même si moins froidement exécuté), donc 2 coupables… Bien triste affaire au final.

Et c’est justement parce que je sais ce que c’est de vivre avec le strict minimum, d’être volé, braqué, de voir ses espoirs réduits à néant par des faits sur lesquels on a aucune prise, voire par la volonté malfaisante d’autrui, que je me permet de vous répondre.

845. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:26 par Dilbert

@ seb
Je pense bien comme vous, mais comme le sel de la discussion, c’est de parler de ce qui nous sépare, j’ajouterai un mot sur la responsabilité.
Nous sommes toujours responsables de nos actes (hors troubles du discernement, force majeure, etc…) et cela quelles que soient les fautes des autres.
Les crimes des autres n’excusent en aucun cas nos éventuelles entorses à la loi. Le “c’est lui qui m’a poussé à la faute” marche peut-être dans une cour de récré ou un terrain de foot, mais pas dans un prétoire. Encore que la faute de la victime peut quelquefois être invoquée au civil, et la provocation, ce me semble, au pénal. Il faudrait demander à Maître Eolas de nous éclairer là-dessus.
En tout cas, le droit n’est pas une matière comparative, où il s’agirait de faire mieux qu’autrui. On applique la loi, un point c’est tout. Le reste, c’est de la morale, et c’est beaucoup plus compliqué.

846. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:37 par Nathalie

@Talla

Faites attention aux clichés Talla ! Oui, je sais, ils ont la vie dure…

USA / Complexe pénitentiaire américain :

” En janvier 2011, environ 2,3 millions de personnes étaient incarcérées, soit environ 0,9 % de la population adulte (238 millions). Dans les années 2000, le pays avait le taux d’incarcération le plus élevé du monde ; en valeur absolue, il comptait plus de prisonniers que la Chine (environ 1,5 million de détenus) et la Russie (environ 760 000) réunies. “

Informez -vous Talla. La prison est devenu un business juteux aux USA ! Peu de monde en réchappe ! Même pour un vol de pizza, on en prend pour vingt ans ou plus !

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison…
- http://www.courrierinternational.co…

847. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:39 par Christophe

Merci pour l’intelligence de votre billet et pour le temps que vous y avez consacré. Et merci aussi à toutes les contributions qui montrent à quel point ce fait divers en dit long sur la crise profonde que traverse notre pays/civilisation.
Ce bijoutier n’a rien fait d’héroïque - tirer dans le dos!!! - et il a surtout eu beaucoup de chance : Il n’a pas été tué et il n’a tué aucun enfant ou passant dans la rue. Il n’a pas été braqué avec des armes factices….

Pour autant qu’il est simple d’écrire cela tranquillement derrière son écran, il est bien évident que le stress vital, la furie d’un braquage ne peut que transformer toute personnalité. Facile de juger à froid. Qu’aurions nous fait dans sa situation?

il va sans dire que la récupération politique est nauséeuse. Comme est nauséeux l’affichage de ce bijoutier qui devrait avoir la décence de s’astreindre au silence. Ce serait, pour le moins, bienvenu. Mais ses futures nuits sans sommeil et ses cauchemars se chargeront bien de lui rappeler ultérieurement. Justice des hommes ou pas, on ne tue pas impunément.

Paradoxe aussi de la situation : un turc (musulman??) tue un blanc-blanc et trouve comme soutien les fachos (dixit Libé de ce jour) Comme une preuve que le gauchisme est en manque grave de fachos. Bien drôle de fachos en effet dont la bible serait “vivre en paix”. Je ne comprends pas que cela ne soit pas davantage mentionné. Peut on rêver meilleur révélateur des délires de la pensée bobo?

Quant à l’enfant à naître du braqueur tué…qui peut dire ce qui aurait été le mieux pour lui. Le vrai rôle du père est d’être un modèle, un éducateur…Vous devez faire une projection personnelle. Dans certaines situations, il est préférable pour l’enfant d’avoir un modèle idéalisé ou un modèle substitution plutôt que d’être éduqué par le vrai père.

848. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:44 par yo!

@Talla : d’ailleurs je suis séduit par ce concept d’exil ; celui qui refuse les règles commune à une société en est exclu (pour des motifs suffisamment important, cela va sans dire), mais libre de trouver (ou fonder) une société avec des règles qui lui conviendraient plus -> c’est une sanction qui répond assez bien aux finalités de la justice pénale (punition/protection et même exemplarité) sans pour autant abaisser la société au niveau du criminel ( comme le faisait la peine de mort/torture etc..)
Bon aujourd’hui cette peine est devenue impossible, chaque territoire étant sous l’autorité d’un autre Etat, et étant prévisible que nos voisins verraient d’un mauvais oeil que nous leur envoyions nos criminels.

849. Le mercredi 18 septembre 2013 à 18:44 par seb

@Dilbert : J’espère que vous ne pensez pas comme moi uniquement sur la phrase de fin de mon précédent post :)
Bon, malheureusement (pour le débat !), je suis d’accord avec vous aussi sur ça, il me semble évident qu’il aura à répondre de son acte, même si j’ai toujours pensé que dans ces circonstances (entendre par là : un crime non prémédité, fait dans le feu de l’action ou par accident comme ça arrive tous les jours), la peine d’un tribunal n’est rien à côté de la culpabilité que l’on doit ressentir.
Deux possibilités :
- S’il est sincère lorsqu’il prétend n’avoir voulu qu’immobiliser le scooter (idée assez idiote, j’en conviens, mais peut être imaginait-il qu’ils fuiraient sans laisser les bijoux ou que la police interviendrait… Et qu’il réussirait à éloigner définitivement les voleurs… Bref, dans tous les cas ça n’a pas marché, on est tous d’accord là dessus), il s’en voudra toute sa vie d’avoir mal visé (ou même d’avoir eu cette idée idiote !)
- S’il ment et qu’il souhaitait délibérément la mort des agresseurs (au passage, si quelqu’un pouvait m’expliquer pourquoi il a été qualifié d’homicide “volontaire”, je m’attendais à un “involontaire”, est-ce un signe que de nombreuses preuves l’accablent déjà ?), je doute que sa haine sur le moment lui permette de s’en féliciter jusqu’à sa mort. A un moment donné, ça retombe et on revient au cas précédent (idée stupide, etc etc).
Bref, tout à fait d’accord avec vous et je me tais définitivement à présent :)

850. Le mercredi 18 septembre 2013 à 19:09 par RG

@826 capitole

Là où cela devient intéressant, c’est qu’après avoir développé qu’il agissait en état de légitime défense, le bijoutier explique maintenant qu’il a en réalité tiré sur le scooter pour l’arrêter (et non sur ses occupants).

Très fort, il avoue publiquement que lors des deux premiers tirs (dans les pneus) il n’était pas menacé, quant au troisième tir il va falloir expliquer comment on peut toucher à l’omoplate un individu qui vous vise.

@830 tarzan

Je vous laisse imaginer quel aurait été le sort du braqueur au Magreb, au USA, en Russie, en Chine, sans compter les pays Arabes et autres joyeuses dictatures. Il n’aurait jamais eu le temps d’être condammé 14 fois….

Je vous imagine très bien en Russie, en Chine ou autres joyeuses dictatures, en train de remettre en cause l’action de l’Etat.

851. Le mercredi 18 septembre 2013 à 19:16 par Air

“Ce que dit la loi “?
Justement si la loi et la “justice” s’occupaient vraiment des délinquants plutôt que de faire du social et abandonner les victimes, on en serait pas la.

852. Le mercredi 18 septembre 2013 à 19:17 par yo!

@Seb  : pour la qualification d’homicide volontaire ; le parquet retient souvent la qualification la plus haute à ce stade d’enquête. Le juge d’instruction est libre de requalifier par la suite au vu des éléments. -> dans certains cas, ça ouvre des pouvoirs supplémentaires d’enquête et de coercition.

La mort ne résulte pas d’une imprudence ou d’une négligence